''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Asmael Flamma, Le Chasseur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Asmael Flamma



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Rôdeur
Métier : Chasseur de Primes
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelles

Âge : 20 ans

Messages : 12


MessageSujet: Asmael Flamma, Le Chasseur   Sam 6 Aoû 2011 - 9:13

Nom : Flamma
Prénom : Asmael
Rang : Le Chasseur

Âge : 22 ans
Sexe : Masculin

Race : Humain
Classe : Rôdeur
Métier : Chasseur de Primes
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelles

Équipement :
Asmael porte le minimum d’équipement possible pour ne pas s’encombrer inutilement. Son épée longue et son arbalète de prédilection sont ses armes, sa chemise de mailles son armure. Son sac à dos contient seulement quelques mètres de corde de chanvre, un silex et une amorce, quelques torches et sa paillasse. Un carquois dans son dos est rempli de carreaux d’arbalète en fer.

Talents de combat : Asmael est une fine lame et sait tirer de l’arbalète avec adresse grâce à une habilité qui lui est unique (voir ci-dessous). Il possède aussi une constitution étonnante, et peut d’ailleurs rester conscient même suite à des blessures graves.

Talents de magie : Aucun, il n’a jamais eu d’affinité avec la magie, sinon ses pouvoirs surnaturels.

Talents divers : Le camouflage et le pistage sont les points forts du Chasseur. Lorsqu’il combat dans les terrains forestiers, il est capable de se dissimuler à la vue de ses adversaires sans bruits ou de suivre une vielle piste de plusieurs jours. Une connaissance sur les monstres locaux ajoute la cerise sur le gâteau.

Pouvoirs particuliers :
L’Âme Vengeresse qu’était Brodaks étant en provenance du Vein, elle possédait quelques traits qu’elle a transmis à son hôte :
-Lorsque Asmael Flamma est à la poursuite d’une cible, il est capable de tirer un coup parfait qui n’est pas contraint par les vents, le camouflage ou l’armure, mais il est possible d’esquivé ce coup. Pour faire un tel tir, Asmael semble parler à son arbalète, mais il parle à l’esprit étranger qui l’habite (il a donc besoin de concentration). Il lui dit doucement « Une mort rapide pour mes ennemies », puis jure d’accomplir sa vengeance. Alors l’esprit répond à voix haute « Mort à ceux qui nous ont fait du tort ! ». Asmael n’a jamais manqué sa cible lors de telle coup jusqu’à présent.
-L’Âme Vengeresse donne la capacité limitée à Asmael Flamma de régénérer ses blessures. Il ne peut pas faire repousser de membres tranchés ou écrasés, mais si ceux-ci son apposés à la plaie encore fraiche, ils peuvent se rattacher ou se reformer à son corps après un long moment. Son corps ne peut remplacer les morceaux manquants.


Apparence physique : Un homme de taille moyenne, Asmael a une silhouette découpé par des muscles légèrement développés. Une cicatrice est visible sur son avant-bras droit : une ligne pâle autour de celui-ci suggère que son bras avait été tranché. La plupart du temps, le Chasseur de Prime attache ses longs cheveux en queue de cheval avec quelques mèches tombant devant son visage. Ceux-ci sont d’une couleur noir aux reflets rougeâtres. Ses yeux, habités par une entité obscure, sont de couleur rouge sombre. Parfois, la couleur rouge devient éclatante lorsque sa colère l’est aussi. Lorsqu’il est à la poursuite d’une cible, il enfile son masque et sa capuche pour dissimuler son visage des autorités du Royaume, prenant l’identité du Chasseur comme couverture. Son masque est essentiellement blanc, avec des arabesques doré séparent la partie de couleur rouge en haut du masque, craquelé ici et là. Sa capuche est rouge cramoisie somme sa cape. Sous cette cape, Asmael enfile une armure de cuir souple. Dans son dos, il porte un sac à dos avec le nécessaire d’équipement qu’il utilise lors de ses contrats. Ses armes sont disposées ainsi : à la ceinture, le fourreau de son épée longue pend par quelque sangles de cuir avec des boucles d’acier, son arbalète tien dans un étui près de son carquois dans son dos.

Caractère, personnalité : Asmael Flamma est l’homme obtenu par la fusion de deux êtres : Asmael Vivelame était un garçon qui croyait en l’honneur de chacun, à la bonté d’une âme et aux dieux. Il changea lorsqu’il rencontra le démon Brodaks Flamma, un être qui ne croyait qu’à la loi du plus fort, les armes et la ruse. Ensemble, ils étaient une seule personne : Asmael Flamma. Celui-ci ne compte pas laisser de seconde chance, l’honneur n’est qu’une faiblesse que l’on peut profiter, et les dieux ne sont que mensonges. Même si Asmael possède toujours un cœur bon, ses actions sont froides mais nécessaires. Il est un être chaotique qui agit par toutes méthodes possible pour atteindre ses buts. Il est à la fois objectif lors de ses missions et subjectif socialement et lorsqu’il ne s’agit pas de traquer une cible. Entre autre, le résultat de cette fusion à donner à Asmael plus de confiance en lui-même. Il aime prendre des risques et de s’aventurer ou nul n’a été, de se pousser à de nouvelles limites. Cet homme est peut-être à première vue un être sombre, mais il renferme un homme plaisant. Ce qui le dégoute le plus, c’est lorsque la Loi ce retourne contre les bons gens. Et ce qui l’effraie le plus est d’être incapable de changer quoi que ce soit.

Histoire : Asmael Vivelame est le fils d’Alek Vivelame, un homme riche qui a eu une aventure avec la pute qu’était sa mère. Il n’était qu’un malheureux accident. Son père tenta de le garder et de l’éduquer, mais n’y parvenait pas. Âgé de dix ans, Asmael fut chassé de la demeure des Vivelame, seul et sans argent pour vivre. Il décida donc de survivre. Sa jeunesse se déroula parmi les pauvres de Madorass: il vola les grosses bourses qui passaient par là et partageait avec les autres enfants qui croisaient sa route. Tout cela, cependant, ne dura point. Il se souviendrait du visage balafrer de la Cape Blanche qui l’arrêta jusqu’à son dernier soupir : Barthamé, dit Le Boucher. On le nommait ainsi car il coupait les mains des voleurs et les têtes des meurtriers sans procès. Mais il se devait de montrer l’exemple. Asmael avait alors douze ans et on le traina jusqu’à la place marchande où des centaines de personne passaient chaque jour. Les gardes renversaient les marchandises d’un homme et lui dérobèrent sa table. Barthamé immobilisa la main droite d’Asmael sur celle-ci alors qu’un garde le retenait de fuir. « Voyez ce jeune imprudent qui confronte les lois de sa Majesté! Voyez ce qui arrive aux rebelles et aux hors-la-loi! » S’écriait la Cape Blanche, qui dégaina son épée courte. Cette lame avait peut-être tranché des dizaines, voire des centaines de gens brutalement. Et alors que Barthamé élançait l’arme pour trancher la main du garçon, celui-ci se dégagea du garde et, de sa main gauche, attrapa le poignet de la Cape Blanche pour dévier la lame sur le poignet de celui-ci, qui cria de douleur en regardant sa propre main trancher par son arme. Asmael lui déroba l’épée courte et fuit, avec une dizaine de garde à ses trousses. Il courra à en perdre souffle jusqu’à ce qu’il atteigne sa cachette : une maison abandonnée depuis plusieurs année. Un seul garde put le suivre, ayant semé les autres. Celui-ci chercha le garçon, pensant avoir l’avantage. Mais Asmael connaissait les moindres recoins de la maison. Il attira le garde assoiffé de violence dans un cul-de-sac. Et avant que la proie s’en aperçoive, le Chasseur le poignarda dans le dos, le tuant sur le coup.

À ce jour, Asmael Vivelame continua à tuer pour sa vie. Au début pour se défendre, ensuite pour gagner son pain. À seize ans, il détenait toujours l’épée de la Cape Blanche Barthamé. Il s’était alors fait une réputation de tueur à gage dans le quartier pauvre, étant payé pour faire le travail salissant pour une maigre bourse. On lui envoya un jour une lettre sans nom. Celle-ci lui offrait une affaire payante qui semblait risqué : la cible était un démon. On lui indiquait où ce trouvé et à quel moment pour cueillir la cible. Il n’était pas certain que tout cela était sûr, mais on disait que les démons étaient des êtres malveillants. Asmael prit son courage à deux mains et décida de partir en chasse. Il quitta Madorass vers les Grandes plaines de Feleth. Là-bas, il parcourra des lieux à la recherche du lieu désigné, jusqu’à atteindre une veille grange. Sur un rocher, la cible d’Asmael s’emblait attendre quelque chose. Celui-ci approcha lentement pour ce faire silencieux, mais sous les hautes herbes qu’il traversait, de la paille sèche craqua sous le poids de ses pieds. La silhouette se retourna et Asmael fut étonner de voir le visage d’un jeune homme, tout comme lui. Le démon était armé d’un arc et de flèche ainsi que d’une épée longue. Il revêtait une armure de cuir avec une longue cape rouge. Il remarqua aussi son sac à dos, tout près du rocher. « Vous êtes ici pour me tuer, ai-je raison? Ne répondez pas, vous avez peu de temps pour ce faire » dit le Démon. Asmael répondit simplement « Si cela est votre souhait, créature ». Il dégaina alors que le démon pointa son arbalète chargée. Le garçon ce dit alors qu’il ne pourrait jamais atteindre le corps-à-corps, et qu’il allait mourir avec une flèche en plein front. Mais il fut surprit de sentir la flèche lui effleurer la joue et continuer sa trajectoire. Asmael ne pensa pas, et agit le plus rapidement possible : il contourna le démon et planta sa lame dans son dos, où il sentit la colonne de ce dernier se sectionner. Et sa surprise ne s’arrêta pas là, car il aperçut où la flèche avait atterrit : un tireur embusqué avait reçus le flèche de plein front, comme il se l’avait imaginé dans le sien. Il réalisa alors que le démon qu’il était venus tuer lui avait sauvé la vie. Le Chasseur ressentit alors des regrets pour ce meurtre, même s’il s‘agissait d’un contrat bien payant. Il déposa délicatement le démon au pied du rocher. « Vous ferez un chasseur de prime excellent » lui murmurait le démon. Il continua « Je me nomme Brodaks Flamma. Cet individu vous suit depuis longtemps, tout comme moi. Mais j’entrerais dans les détails plus tard ». Il toussa un cracha de sang et ajouta finalement « Je ne sens plus le bas de mon corps. C’était un coup formidable que vous m’avez donné ». Le sang sombre s’écoulait de la plaie rapidement. Asmael lui adressa enfin la parole : « Vous m’avez sauvé la vie alors que vous êtes sur le point de mourir. Avez-vous un dernier souhait, Brodaks? ». Pour réponse, le démon articula : « Un seul. Je souhaite me venger, et je compte sur vous pour accomplir mon vœu. Vous aurez cependant besoin de mon aide ». Le jeune homme dit alors : « Qu’il en soit ainsi ».
Asmael Vivelame observa le démon s’éteindre lentement. Il plaça une main sur son cœur, sentant les palpitations ralentir et le corps refroidir. Il l’accompagna dans sa mort comme s’il s’agissait de son propre ami, jusqu’à son dernier soupir. Mais à son étonnement, il s’aperçut qu’une part de Brodaks quitta le corps et se dirigea vers lui. Il y sentit sa colère, son désir de vengeance, mais aussi ses humeurs chaotiques, changeante se déverser en lui. Il voyait les connaissances s’envoler comme des plumes aux quatre vents et en attrapa le plus possible. Asmael sentait certains de ses talents s’estomper et d’autres apparaitre. Certain aspects de sa vie lui paraissait alors plus commun, d’autre plus mordant, ou encore plus frustrant. Il ne doutait plus de lui-même sachant ce qu’il devait, ce qu’il ne devait pas et ce qu’il pouvait faire. Une voix monta dans sa tête pour lui indiquer sa présence et Asmael savait qu’il s’agissait du démon. Mais il s’aperçut qu’il distinguait mal celui-ci, comme s’il parlait à lui-même. Il regarda le corps et le dépouilla de son armure, son épée longue et de sa cape, lançant l’arc et les flèches dans les broussailles. Il fouilla le sac à dos, contenant de l’équipement banal, et décida de tout garder. Finalement, il laissa le cadavre nu près du rocher et se dirigea vers le tireur mort. Il s’agissait d’un mercenaire banal, comme il avait été. Il remarqua une lettre dépassé de sa besace et la lut. L’écrivain était nul autre qu’Alek Vivelame, qui disait perdre de sa réputation à cause de son bâtard de fils qui jouait au hors-la-loi depuis six ans. Celui qui avait été son père exprimait un désir d’éparpiller ses cendres comme l’avait fait le mercenaire pour sa putain de mère, après l’avoir tranchée en morceaux. Les mains du chasseur se crispaient de chagrin et de colère sur la lettre. Il se pencha vers l’arbalète du tireur, une arme de qualité, et la lui déroba ainsi que ses carreaux de fer.

À ce moment, Asmael n’était pas totalement un seul homme, car deux esprits régnaient encore dans son corps. Et Brodaks lui parlait sans arrêt de ses connaissances. Il lui disait qu’aucun dieux n’avaient jamais existé, qu’ils étaient tous inventer par les gens du milieu comme il aimait les nommés. Le jeune homme n’en était pas ébranler étonnamment, car une certaine partie de lui était Brodaks, et le démon l’avait changé. Il lui racontait des histoires qu’il avait vécu dans le Vein, mais jamais celles se déroulant en Feleth pour une obscure raison. Et avant qu’il ne se taise à jamais, avant qu’ils ne soient plus deux mais un, Brodaks raconta sa mésaventure qui lui inspirait sa colère et sa nature rebelle : sa soif de vengeance. « Il s’agissait d’une de mes premières visites de Feleth, j’avais prévus visiter Madorass avec une personne qui m’était cher » expliqua le démon. Il prit une certaine pause avant de continuer : « Elle était comme une sœur pour moi, que je chérissait et protégeait ». Les souvenirs du démon revenaient en surface, prenant d’assaut Asmael. Ses souvenirs allaient bientôt devenir les siens, deux vies complètement différentes se mélangeant pour former une substance homogène, perdant certaines parties dans chacun des deux côtés, arrachant une couleur pour en broyer une autre. Un visage candide apparut aux yeux d’Asmael, sans pouvoir le distinguer en même temps. Ensemble, ils étaient allés marcher, regardant les marchands désespérés, les pauvres se chamaillant, tous avec ce regards qui leurs étaient à tout deux inconnu. Mais ils reconnurent le visage des Capes Blanches qui les interceptèrent. Cruels charognard qui avaient assez de cadavre de qui se nourrir, ils préféraient la viande fraiche. Tout se déroula rapidement, alors que certains souvenirs avaient été oubliés de force : dans une ruelle, les coups de poignards se ressentaient dans les tripes du démon, le foudroyant de douleur à chaque coup, chaque instant, chaque seconde. Ses yeux étaient forcés de regarder un viol avant, pendant et après le décès de sa compagne. Le démon se vit servir pour repas ses propres tripes, suivit de ceux de la morte. Il ne semblait pas mourir, même si à l’instant c’est tout ce qu’il désirait. Les Capes Blanches se lassèrent du garçon qui ne mourrait pas, le laissant gisant dans une marre de sangs entremêlés. Asmael comprenait que les hommes du Roi n’étaient peut-être pas tous des maniques, mais compatissait aux sentiments de Brodaks. « Je compte sur vous pour accomplir là où j’ai échoué. Nous combattrons ensemble une cause qui vous est juste et m’est source de colère » termina le démon. Et peu à peu, la seconde voix qui résonnait dans sa tête s’arrêta, changeant avec le temps, et Asmael se rendit bien compte qu’il s’agissait, en effet, de sa propre voix et de ses pensées. Quatre autres années s’écoulèrent lentement, pendant lesquels Asmael y replaça ses convictions, ses souvenirs et ses croyances. Il s’entraina nuits et jours. Lorsque son corps n’en pouvait plus, il prenait un couteau et du bois et taillait des sculptures anodines. Et il continuait sans jamais laisser tomber car il voulait être au mieux de ses capacités.

Un instant, il eut une révélation qui lui apparut, comme un signal. Le Chasseur arrêta son entrainement, qui maintenant relevait seulement du maintien en forme. Il prit une bûche et commença à tailler, y voyant un objectif sans savoir ce qu’il en sortirait vraiment. Mais finalement, il en sortie un masque banal, plane et lisse. Il y ajouta quelques couleurs simples qui lui chatouillaient le regard, découpant un sourire sombre lorsqu’il le plaçait sur son visage et qu’il regardait son reflet. Il avait voyagé pendant ces quatre longues années, le plus souvent dans les plaines. Et au bout de quatre ans, il était arrivé par coïncidence à la ville de Venill. Asmael s’y promena quelques temps, toujours vêtu de son étrange costume rouge qu’il chérissait. Les gens étaient troublés, les gardes sur le pied d’alerte, mais d’autre individus qui cachaient eux aussi leur identité l’accusataires, se nommant être des rebelles du Royaume. Ils l’invitèrent à se joindre à eux, ce qu’il fut partiellement, n’acceptant que contrats et têtes mise à primes. Et c’est ainsi que l’histoire commença...


En ce qui vous concerne


A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Jusqu’au début de la nouvelle session scolaire, je serais présent tous les deux jours, sinon chaque jour. Lorsque je serais à l’école, on verra.

Comment avez-vous découvert le forum ? L’un des nombreux Top 10 des forums fantastiques que j’ai visités.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? J’aime le concept sombre et profane de ce monde, où les dieux son faux. Les Admins semblent « cléments » mais minutieux, ce que je préfère au contraire des forums que j’ai autrefois visités. Continuer à bien travailler, ça rapporte!


Test-RP
Jack, un pauvre tavernier, courrait dans les sombres rues de Madorass, tard le soir. Ses jambes lui lançaient des éclairs de douleurs insupportables, mais ils savaient sa vie en danger. La mort était à ses trousses, et s’il ralentissait s’en était fini de sa vie. Il regretta alors d’avoir accepté l’aide des Capes Blanches, ils lui avaient empoisonnés la vie. Ils menaçaient de détruire sa taverne s’il n’adhérait pas à leur protection rapproché. C’était des histoires tout ça! Ils ne voulaient qu’un coin tranquille pour picoler. Mais lui, oh pauvre tavernier, devait leur obéir au doigt et à l’œil. Jack était ainsi devenu leur homme de main. Ridicule comme histoire, mais en plus il s’était fait mettre un assassin sur le dos. Il n’avait plus qu’à prier les dieux pour s’en sortir.
Le tavernier courra à en perdre haleine, mais sans espoir : chaque sortie vers la liberté lui était barré par un projectile survenu de nulle part, se plantant tout juste devant son visage ou entre deux dalles du pavé au sol. Il finit par atteindre un cul-de-sac, entre deux bâtisses et le mur d’enceinte de la cité. Il poussait de puissants cris pour qu’on vienne le secourir et personne n’arrivait. Il s’adossa au mur de bois d’un des établissements, regardant au bout de l’allé une silhouette se découper de la noirceur au centre de la rue. Une centaine de mètres les séparaient alors qu’une voix d’homme murmurait quelque chose, le vent emportant ses paroles loin des oreilles de la victime. « Qu’avez-vous dit? Je ne comprends pas » dit-il en hurlant par-dessus l’inconnue. Mais la voix de ce dernier s’intensifia jusqu’aux premières paroles compréhensibles : « Mort à ceux qui m’ont fait du tort! ». Et alors un carreau d’arbalète se ficha dans l’épaule droite de Jack, lui laissant échapper un cri de douleur. Le projectile avait traversé la chair et s’était planté dans le solide bois du mur. L’homme tentait de se dégager sans succès, voyant la pointe de fer dépassant. Il retourna son attention vers son agresseur, qui était maintenant tout près. « Que me voulez-vous? » disait le tavernier. « Ne me tuer pas, j’ai rien fait de mal » expliquait-il. « Vous savez ce que c’est? » disait l’inconnue en désignant son arbalète. Mais avant même que sa cible ne répond, il continua : « La plus fine de armes. Même si handicapé par une cadence de tir plus faible que l’arc, sa puissance peut traverser des matériaux bien plus solides… enfin, vous voyez ce que je veux dire » expliqua-t-il, désignant le carreau dans l’épaule de l’homme. Ce dernier répliqua, désespéré : « Arrêter vos mauvaises blagues, et répondez-moi ». « Je suis le Chasseur, et vous êtes la proie » était la réponse de l’inconnue. « Je ne vais pas vous tuer, croyez-moi sur paroles. Je vais vous faire du mal seulement pour que vous parliez » expliqua-t-il. La cible acquiesça par des rapides mouvements de têtes. Alors le Chasseur sortie un carreau qu’il attrapa fermement et qu’il appuya contre la jambe de l’homme alors qu’il lui retenait l’épaule gauche de l’autre main. « Combien sont-ils? » prononça-t-il derrière son masque. Il effrayait le pauvre homme avec, et il le savait. Celui-ci fut autant surpris par la nature de la question que par les mouvements du chasseur de primes et ne répondit pas sur le moment à la question. Il sentit la pointe de fer s’enfoncer dans sa chair, le mordant de douleur. Il cria sans conviction : maintenant, il avait l’impression de ne plus sentir ses jambes après une telle course. La colère se faisait maintenant sentir dans la voix du masqué : « Les Capes Blanches dans votre établissement! Combien?! ». Et le tavernier répondit rapidement : « Trois! Ils sont trois, laissez-moi partir! ». Mais le carreau tournait lentement dans la plaie. « À quelle temps se présentent-ils chez vous? » continua le jeune homme. « À… dans l’après-midi jusqu’au petit matin! » prononça Jack, maladroitement. « Donnez-moi la clé de votre taverne » dit alors Asmael, qui sentait l’impatience monter en lui. L’homme lui désigna une de ses poches et le chasseur de prime y glissa rapidement sa main pour en sortir la clé en question. Il resta silencieux un moment, regardant l’objet avec attention. Il retourna son attention à la blessure à la jambe de sa proie : « Merci de votre coopération. Et maintenant… ». Il retira le carreau de la jambe engourdie et ensanglantée de Jack pour ensuite continuer : « Vous savez que je vous ai promis de vous laisser la vie ». Et à ses mots, Jack sourie un instant, avant de voir le regard que lançait les yeux rouge vif d’Asmael. « J’ai menti » dit ce dernier froidement, avant de planté le carreau ensanglanté à travers l’orbite du tavernier jusqu’à gratter le fond de son crâne. Asmael Flamma laissa pendre le corps par le carreau qui traversait son épaule et fit demi-tour. « Allez rejoindre vos stupides dieux… » souffla le Chasseur.
[img][/img]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Querel Sentencia

Fondateur | L’engendreur

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Tourmenteur
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 63 ans

Messages : 474

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage :

MessageSujet: Re: Asmael Flamma, Le Chasseur   Sam 6 Aoû 2011 - 15:24

Salut, et bienvenue parmi nous, Asmael !

C'est très bien ! Très très bien. Mais du coup tu m’empêches de faire mon travail vois-tu ? Moi mon job c'est de pinailler, de faire chier les gens, tout ça ! Mais toi c'est nickel du premier coup. C'est pas bien de mettre les gens au chômage...

Bref, trêve de conneries xD j'aime énormément ton personnage, tout est bien foutu, c'est original, c'est dans le contexte, c'est bien écrit. Enfin voilà, le tout est très agréable à lire :)

J'ai juste une remarque à faire : Alban Chaos a déjà pour rang 'Chasseur', voit peut être avec lui, si ça ne le dérange pas que vos rangs soient aussi proches ^^ (fais attention c'est un mafieux, il est pas super malin x))

Toujours est-il que je te valide !


Plus qu'une deuxième validation et tu pourras RP !
Bon jeu parmi nous :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pourrie Morteury



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Asmael Flamma, Le Chasseur   Sam 6 Aoû 2011 - 17:01

Asmael,

Bonsoir et bienvenue! Alors je vais appuyer l'idée de Querel ; je ne trouve absolument rien à redire, ton personnage est complexe et intéressant, je pense que tu vas bien pouvoir l'exploiter ( notamment cette idée d'être un mélange de deux caractères, j'adhère, c'est juste ÉNORME! )

Je vais donc directement te valider étant donné que niveau contexte et tout c'est parfait, en revanche pour ton rang je te laisse en discuter avec Alban et je te demande de m'envoyer un message personnel pour me dire quel rang t'attribuer. Je te fais confiance pour que le délais ne soit pas trop long. Merci d'avance!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Asmael Flamma, Le Chasseur   

Revenir en haut Aller en bas
 

Asmael Flamma, Le Chasseur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-