''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le cimetière où demeure la vie [PV: Jaze Blast]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Le cimetière où demeure la vie [PV: Jaze Blast]   Lun 15 Aoû 2011 - 11:55

Le ciel apportait avec lui les lourds nuages de la destinée. Ces mêmes nuages épais, d'un gris profond, semblable à un manteau de coton humide embrassant le monde de son voile protecteur. Le démon s'aimait à les appeler ainsi, car ils étaient synonyme de pluie et qu'à chaque tournant majeur de sa vie, il pleuvait... La densité de masse nuageuse semblait tellement compacte qu'elle ne donnait même pas l'impression de se mouvoir par le vent. Elle encombrait seulement le ciel, masquant le soleil en cette journée d'orage et se préparant à déverser sur la terre, une infinité de gouttes en rafales insatiables noyant tout sur leur passage. Une destruction anodine à première vue, une étape cruciale pour la vie dans une seconde.
L'albinos présentait son visage vers les hauteurs de la voute céleste, les yeux clos, l'air calme et impassible comme si rien ne pouvait plus lui arriver dorénavant. Il portait son habituelle armure noire aux somptueuses gravures et motifs que lui seul était en mesure de comprendre. Ses bras suivant sans résistance les lignes de son corps, ballant dans le vide, retenues uniquement par la jointure des épaules.
Une grosse goutte tomba enfin sur le visage fin et blanc du Syrinx. Elle le heurta avec une douceur unique à la pluie, cette douceur aimante, légèrement froide, humide et revigorante. Il l'a laissa rouler le long de sa joue, puis dévaler son cou avant de se perdre dans les méandres sombres de son armure. Une deuxième goutte s'en suivit, puis une troisième, puis des centaines et enfin des milliers, assaillant tout autour de lui.
Il remit alors sa tête correctement, envisageant de marcher vers le lieu pour lequel il était venu. Ses pas lourds laissait une marque dans la terre qui se ramollissait à vue d’œil. Sa longue chevelure d'albâtre avait cessé de voler au rythme de la brise légère, et lui collait maintenant à la peau, ne permettant de moins en moins de distinguer la limite entre ces derniers et sa chair, fusionnant dans une couleur unie et pâle.
Ses yeux rouges perçaient le voile d'eau qui se dressait devant lui comme pour lui barrer la route. Cependant, il aimait la pluie, et rien au monde ne lui aurait empêché une ballade sous ce torrent humide, même s'il n'avait pas prévu d'en faire.
Il traça un sillage dans la boue visqueuse à travers les allées que délimitaient d'étranges pierres gravées. Elles étaient disposées de façon ordonnées et possédaient chacune une inscription particulière. Des ossements ressortaient parfois au devant de ses stèles rocheuses amenaient de force au dehors par des racines cherchant un peu trop la lumière bienfaitrice du soleil.
Un immense arbre dépourvu de ses feuilles, dominait de toute sa grandeur le centre du lieu. Aikanaro s'arrêta est passa sa main sur le tronc humide et rugueux de l'arbre mort. Une intense émotion montait en lui. N'étant plus de ce monde, il ne pouvait ressentir de combien de temps il était là, mais il n'y avait pas besoin d'être un Syrinx pour comprendre que cela faisait déjà plusieurs siècles que l'endroit avait été abandonné aussi bien des hommes que de la nature. Il tourna rapidement sur lui même, contemplant l'horizon et l'environnement. Tout était dessiné qu'on aurait cru à une bataille entre la nature et le pouvoir de l'homme à envahir n'importe quel espace afin d'en faire ce que bon lui semble. La nature s'était vengée, elle s'était amusée à profaner ces terres et puis l'abandonna par la suite, figeant ainsi le décor dans une scène épique d'un pouvoir suprême exercé à l'encontre de l'homme lui même. Seulement, voilà, à quel prix? Les plantes avaient souffert autant que les traditions humaines.
La pluie continuait de s'abattre dans un vacarme humide. Cela rendait l'atmosphère d'autant plus lourde. Un bref jet de lumière aveuglante déstabilisa les pupilles de l'albinos et un grondement sourd s'en suivit avec force. Le démon s'assit sur une racine largement sortie de la terre meuble, admirant le ballet de son et lumière qu'offrait la tempête sur ce décor sinistre.
Bien que possédant un pouvoir immense, la nature était débordée par la bêtise et l'irrespect des humains. Elle ne pouvait maintenir la vie en ces lieux et continuer de combattre sur un autre front. Pourtant, l'arbre sur lequel était adossé le prince Syrinx, aurait suffis à maintenir un équilibre prospère au sein de cette place. Permettant aux autres plantes de survivre grâce à l'influence altruiste d'un de leur congénère puissant.
Fallait-il qu'il offre son don pour sauver la vie en ce lieu? La nature le mépriserait-elle d'avoir vaincu la mort pour cet arbre? Ou bien le féliciterait-elle de brandir fièrement la bannière lumineuse de la vie en son nom? Il fallait y réfléchir et le temps était un élément favorable à cette réflexion.
Sans dire un mot, il croisa les bras et ferma les yeux, profitant de toutes les sensations que lui procuraient l'eau coulant sur son visage et ruisselant sur son corps enfermé dans une armure de métal. Il allait bien avec le décor de la scène, son teint cadavérique aurait pu faire croire à un humain imbécile qu'il fut un fantôme ou un quelconque zombi revenu d'entre les morts pour venger une cause perdue et diabolique. Pathétique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Le cimetière où demeure la vie [PV: Jaze Blast]   Mar 16 Aoû 2011 - 13:50

Invité


Dernière édition par Jaze Blast le Sam 5 Jan 2013 - 1:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Le cimetière où demeure la vie [PV: Jaze Blast]   Mer 17 Aoû 2011 - 1:55

La pluie continuait de battre son plein et les nuages menaçant s'assombrissaient à vue d’œil. L'albinos détrempé restait songeur face à la situation des lieux. Ses yeux écarlates se plongeaient dans l'immensité du vide. L'eau ruisselé de son visage blême, sans pour autant perturber le démon dans ses songes. Les flashs lumineux s'intensifiaient, accompagnés de leurs fidèles vrombissements sourds.
Une aura magique s'approcha alors dans la direction du prince Syrinx. Ses lames frémirent de cette nouvelle présence faisant danser les lueurs cramoisies et glaciales de leurs runes respectives. Cependant, il restait concentré. Pourtant, il sentait bien quelque chose de différent à travers le sol inondé, quelque chose de connu mais étrange à la fois.
Enfin, la chose s'arrêta à quelques pas de lui. Ses lames se stoppèrent elles aussi, toutes lueurs diffusées à travers les gouttes qui continuaient de déferler. Le temps était comme figé, et si la pluie n'était pas là pour rappeler qu'il s'écouler encore, le cliché aurait été parfait. L'être prononça également des mots qui vinrent rejoindre le reste des informations relatif aux sens d'Aikanaro: les méandres de sa réflexion.
Après plusieurs minutes, l'albinos cligna vivement des paupières et tourna sa tête au teint pâle vers l'homme, à ce qu'il semblait, haussant un sourcil interrogateur. Il était d'apparence humaine, mais possédait une aura magique divergente de ces derniers. Il était suspendu dans une tentative offensive à l'égard du démon, et avait à ses pieds des ronces, elles aussi totalement immobiles, comme si elles avaient toujours été là.
Il se leva de sa racine et se posta devant son opposant, l'observant sous toutes les coutures.


- "Puis-je vous aider?", son timbre de voix était calme, serein, tel un habitué de ce genre de situation.

Cependant, en son for intérieur, il était intrigué. Que pouvait-il bien lui vouloir? Et pourquoi cette position ridicule?
Ses lames avaient cessé leur frénétique jeu de lumière, et écartant le danger "se rendormirent" pour laisser au prince Syrinx le loisir de démêler toute la complexité de la situation à laquelle il faisait face.
L'homme était faible, comme maintenue emprisonnée par quelque chose, mais il pouvait le sentir faiblement par la terre. Malheureusement, il n'y avait pas assez de vie florale pour qu'Aikanaro ne prête attention à ces sensations. Malgré sa curiosité, son regard semblait las, il voulait régler le problème de l'arbre et bien qu'il adorait rester sous la pluie, l'homme lui faisait prendre du retard sur ses décisions futures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Le cimetière où demeure la vie [PV: Jaze Blast]   Mer 17 Aoû 2011 - 3:50

Invité


Dernière édition par Jaze Blast le Sam 5 Jan 2013 - 1:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Le cimetière où demeure la vie [PV: Jaze Blast]   Mer 17 Aoû 2011 - 8:34

Aikanaro suivait des yeux l'homme dans ses moindres mouvements, présentant une allure détendue mais aux aguets de la plus petite émanation belliqueuse de l'être. Ce dernier semblait réellement perdu, ignorant de son état et de ses buts et sur ses yeux coulaient de lourdes larmes, à moins que ne fusse la pluie qui redoublait d'intensité?
Sans réponse convaincante, il retourna maintes questions à l'albinos comme si le démon pouvait en savoir d'avantage que lui. Malheureusement, il n'était pas devin, et il se contenta de continuer à fixer les fébriles mouvements de son interlocuteur. Celui-ci s'approcha ensuite de l'arbre, et cherchant quelque chose, trouva ce qu'il cherchait et réanima l'arbre qui paraissait être un prunier.
Le prince Syrinx observa quelques instants l'arbre fruitier puis, sans montrer aucune espèce d'émotion sur son visage, replongea ses yeux sur l'homme. A travers cette "nouvelle" flore, Aikanaro sentait désormais l'aura propre aux Syrinx. Il en était un de toute évidence, car à part quelques rares humains s'adonnant corps et âme à la science des plantes, personne d'autres qu'un Syrinx ne pouvait si aisément rendre la vie à une plante. Cependant, il avait l'air épuisé, effondré sous l'effort et la quantité d'énergie que cela lui a fallu. Il devait être relativement jeune en ce monde.
Le démon à la peau laiteuse n'avait plus rencontré de Syrinx depuis une éternité, puis récemment avec une jeune demoiselle et enfin, cette homme. Qu'allait-il en faire? Il devait aider son peuple car tel était son rôle, mais s'il ne connaissait pas lui même son passé, Aikanaro allait avoir du mal à le faire pour lui.
L'albinos ouvrit alors ses lèvres pâles et laissa toute parole en suspend, puis se souvenant de quelques unes des questions du Syrinx tenta de lui répondre:


- "Je m'appelle Aikanaro, je suis un Syrinx, tout comme vous à cela près que je suis le premier né de notre race. Je suppose, d'après les amas de ronces au sol que vous êtes natif d'une plante épineuse quelconque? Vous devez avoir une cicatrice, n'est-ce pas?".

C'était l'expérience qui parlait, il était généralement très observateur surtout quand il s'agissait de son peuple. Le moindre détail affirmant la présence d'un Syrinx était crucial pour ses recherches. Cibler plus vite les individus et éviter la perte de temps en faisant des erreurs pouvant être évitées. De plus l'homme lui avait parlé de ses affinités avec les plantes à épines.
Cependant, une question subsistait: pourquoi n'avait-il pas achevé son attaque contre son congénère? Car, si même Aikanaro n'eut pas senti l'aura de Syrinx du nouvel arrivant aussi nettement qu'à l'ordinaire, il était vraiment peu probable que l'autre l'ait ressenti. Il y avait autre chose, de toute évidence.
Tout en réfléchissant, le démon enlevait progressivement le haut de son armure d'un noir de jet, offrant aux regards sa peau livide. Son torse, où ruisselait déjà l'eau tombée du ciel, était marqué de nombreuses cicatrices, plus ou moins légères, attenuées avec le temps. Il l'avait retiré en prévision d' un exemple de cicatrices Syrinx à son interlocuteur. Le prince patientait quand même, attendant une réponse qui contrerait l'impression de totale ignorance de l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Le cimetière où demeure la vie [PV: Jaze Blast]   Sam 20 Aoû 2011 - 20:58

Invité


Dernière édition par Jaze Blast le Sam 5 Jan 2013 - 1:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Le cimetière où demeure la vie [PV: Jaze Blast]   Dim 21 Aoû 2011 - 18:24

Le prince Syrinx regarda l’homme se relever et retirer lentement son gant de métal. Sur sa main se dandinait une petite ronce, fébrile, élançant sa main et laissant au passage de ses nombreuses épines quelques cicatrices superficielles. De celle-ci perlèrent des micros gouttes de sang écarlate.

- "Je ne sais pas si c'est la cicatrice dont vous parlez, mais elles suivent le mouvement de la plante, chaque fois que je suis blessé la ronce s'arrête et mes plaies disparaissent une à une en même temps que ma vitalité.", dit l’homme tout en regardant sa main comme s’il n’avait eu que de rares occasions d’observer cet étrange phénomène.

L’albinos ressentit un peu plus l’aura de l’être à travers cette petite plante qui semblait indépendante de son porteur tout en étant étroitement liée à lui dans la chair. Même si ce n’était pas exactement le genre de cicatrice auquel le démon s’attendait, il ne faisait plus de doute que son interlocuteur était un Syrinx comme lui. Mais ce phénomène l’intrigua car il n’était pas « normal » chez un Syrinx, si on admet que le fait de naître d’une plante peut être considéré comme normal.
Aikanaro décida d’approcher sa main de celle de l’homme. Il restait concentré sur l’étrangeté de celui qui lui faisait face, ne prêtant même plus attention à la tempête qui redoublait d’effort. Il fixait uniquement les mouvements de la petite excroissance épineuse. Ni le vent qui soulevait ses cheveux par rafales, ni la pluie glacée qui mitraillait son corps à la peau de porcelaine, ni le froid qui s’élevait de la combinaison impitoyable des éléments ne paraissaient pouvoir perturber la focalisation que le prince apportait à la ronce.

Sans même demander son avis à l’intéressé, il saisit le poignet de l’autre Syrinx de ses doigts fins et blanchâtres. Ce fut comme une vague intense et indescriptible de sensations et d’émotions qui assaillirent Aikanaro au travers du lien entre sa main et le bras de l’individu. Ses yeux s’écarquillèrent et ses pupilles se dilatèrent jusqu’à ne presque plus voir une seule touche rubis dans ses yeux. Certains muscles se raidirent d’un coup, manquant de lui faire perdre l’équilibre. Sa conscience voyageait désormais au sein même de son esprit, accumulant des tonnes d’informations en quelques secondes. En moins d’une minute, il vaincu l’intégralité de la vie de l’homme. Elle n’était pas longue, mais elle était remplie de magie et de troubles de celle-ci. Les pensées et les émotions du Syrinx lui étaient inconnues mais c’était comme s’il venait d’assister en tant que témoin à la moindre petite seconde de sa vie. Autour du démon commençait et pousser diverses plantes, fleurs, bourgeons, racines et autres flores. Plus il restait agrippé longtemps, plus les plantes poussées, de tous côtés partant de la base de ses bottes et s’étalant en agrandissant la zone verte. L’herbe poussait à foison, les fleurs poussaient, écloraient et se fanaient immédiatement, puis d’autres poussaient à leur tour, de plus en plus, les racines sortaient du sol, aléatoirement, faisant voler boue et terre mélangées. Lorsque l’arbre fut inclus dans la zone de croissance, il vit ses branches, son troncs, ses feuilles et ses épines croitre exponentiellement jusqu’à atteindre une taille qu’il n’aurait jamais pu espérer. Les lames runiques ajoutaient à la scène un formidable ballet de lumière, essayant tant bien que mal d’arrêter l’échange en s’accaparant l’esprit du prince albinos, mais l’effet était moindre. La nature toute entière était le ciment de cette interaction.
Habituellement, quand Aikanaro entré en contact avec une cicatrice d’un de ses congénères, une forte réaction naturelle se produisait, provoquant d’immenses émanations florales. Mais cette fois, c’était différent, rien était structuré, rien était géré, comme s’il ne contrôlait plus la moindre parcelle de ses dons. Une telle connexion entre les deux êtres était inimaginable en théorie, pourtant elle se produisit !
Enfin, quelques ronces grandirent aux pieds de l’albinos. Au début, timidement, puis de plus en plus rapidement, grossissant, grandissant, rampant sur le sol détruit par la pluie et les plantes. La terre retournée n’était bientôt plus visible de par les nombreuses ronces la recouvrant. Les buissons s’étoffèrent et englobèrent toute la zone délaissant uniquement un cercle autour des deux Syrinx.

Aikanaro lâcha finalement le poignet de l’homme, et recula pour retrouver sa stabilité, tentant par la même occasion de reprendre pleinement ses moyens et sa conscience de ce qui l’entourait désormais.
Ses pupilles se rétractèrent, sa mâchoire se décrispa et sa vision cessa d’être flou peu à peu. Les plantes avaient arrêté d’envahir le terrain et s’étaient figées comme attendant un ordre quelconque du bras droit de la nature. Il tourna d’abord son regard vers son compagnon Syrinx puis regarda autour de lui, le désastre qu’avait causé la connexion entre eux. Le démon semblait horrifié et déploré de ne pas avoir su conservé le contrôle que lui avait confié la nature à sa naissance. Il le perdait quelque fois lorsque la folie de ses lames l’emportait sur son esprit mais là, ce fut d’une cause extérieure à elles. Pourquoi c’était-il passé comme ça ? Il avait également senti quelque chose de familier pendant cette osmose, comme s’il y avait une partie de lui qui avait été mise en jeu.
Il fronça les sourcils ne voulant pas perdre la face devant de tels évènements imprévisibles et s’adressa à l’homme :


- "Avez-vous de quelconques souvenirs des choses ressenties lorsque vous n’étiez encore qu’une plante ?".

Il se redressa plus fièrement devant l’être qui lui faisait face tout en cherchant un lien possible avec lui, pouvant éventuellement expliquer le pourquoi de ces réactions des plus étranges, une idée lui traversa l’esprit. Une idée folle, impossible, illogique mais, après tout, ce qui s’était passé n’était pas moins probable…
Etait-il possible qu’il vienne d’une plante créée par le prince Syrinx lui-même ?
Cela expliquerait pourquoi il avait stoppé son attaque, pourquoi les plantes autour de l’homme avaient cessé d’agir, pourquoi une telle interaction fut produite et aussi pourquoi il avait joué un rôle d’amplificateur au pouvoir de cet être.
Le tonnerre continuait de tonner dans le ciel noir comme pour ajouter un certain effet à la situation. La pluie battait toujours son plein, et le vent sifflait entre les milliers d’épines que les ronces autour d’eux arboraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Le cimetière où demeure la vie [PV: Jaze Blast]   Lun 22 Aoû 2011 - 21:40

Invité


Dernière édition par Jaze Blast le Sam 5 Jan 2013 - 1:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Le cimetière où demeure la vie [PV: Jaze Blast]   Lun 22 Aoû 2011 - 23:01

- "Et vous, vous souvenez-vous de votre existence en tant que plante ?".

L'albinos l'écoutait avec attention, observant la moindre de ses expressions. Il savait ce qu'avait pu enduré son congénère, l'ayant à la fois vécu au travers des plantes et, plus récemment, au travers de son interlocuteur. Il savait que la vie était vouée à se faire malmener continuellement par la haine et la mort, mais cet équilibre était essentiel bien qu'horrible à concevoir.
Le démon finit par sourire à la question retournée de l'homme. L'appel de ses souvenirs étaient aussi forts que lointain.


- "En effet, je m'en souviens. Bien que le temps n'ait effacé maints détails, mes lames seront toujours là pour me rappeler mon passé... L'époque où j'étais cerisier était la plus belle part de ma vie, même si mon bonheur est immense lorsque j'ai l'opportunité de rencontrer un de mes frères et sœurs. Je ne saurai vous décrire d'avantage de ce prélude d'existence, cependant je puis affirmer qu'il fut des plus heureux.".

Le ton d'Aikanaro était calme et d'une profonde nostalgie presque perceptible dans l'air humide. Il se souvenait du Vein, informe qu'il était à l'époque et des armes runiques, qui de leur aura puissante, l'avait protégé involontairement durant l'ensemble de sa croissance. Aucun démon n'osait approcher, que ce soit par curiosité ou par envie de destruction car les épées possédaient un pouvoir extrêmement grand.
Il grimaça ensuite lorsqu'il repensa à l'après. Au fait qu'il fut transformé en "homme", ôté de son petit paradis et lancé dans un monde hostile et méprisable où il dut se défendre au quotidien, à chaque seconde, sans n'avoir rien demandé à personne. Malade et d'apparence faiblarde de par son albinisme, il n'avait rien gagné à être le premier de la grande lignée des Syrinx. Rien gagné, à part l'honneur de servir aux côtés de la nature implacable en lui servant de bras vengeur contre l'oppression des peuples irrespectueux d'elle.
Le démon reprit ses esprits et se concentra de nouveau sur l'autre Syrinx qui venait de remettre son gant métallique. Son raisonnement sur la souffrance des plantes était acceptable et fondé mais, lui qui s'était battu depuis des siècles afin de préserver les droits de la nature, cela n'était pas une solution viable, que ce soit pour la nature elle-même, ou pour les formes de vie qui dépendent d'elle.


- "Je peux comprendre votre désarroi en ce qui concerne la maltraitance de la nature. Mais si votre but est d'éradiquer la flore pour mettre fin à toutes ses souffrances, vous mettez également en péril ceux qui la protègent, qui l'aiment et qui ne vivent qu'à travers elle. Prenez l'exemple des ronces que vous venez de retourner à la terre, elles auraient pu offrir un abris idéal pour une famille de rongeur ou quelques petits oiseaux venant chercher refuge en leur sein, se soustrayant aux yeux avides des prédateurs. Et bien que certaines plantes souffrent de la main injuste de l'homme, d'autres vivent d'une plénitude idyllique entre celle d'un botaniste amoureux. C'est un équilibre universelle que nous, Syrinx, devons préserver tout en empêchant certaines races de s'accaparer les droits légitimes et privilégiés de la vie florale.".

L'albinos parlait avec son cœur. Il aurait pu confronter sa pensée par l'intermédiaire des plantes mais il estimait que chacun était libre de se forger ses propres convictions. Et malgré la destruction que son congénère provoquait, il savait que ses buts étaient nobles et réfléchis et, de ce fait, il les respecterait comme s'ils avaient été ses propres desseins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Le cimetière où demeure la vie [PV: Jaze Blast]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le cimetière où demeure la vie [PV: Jaze Blast]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Ruines d'Ascelnoth :: Cimetière-