''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'âme à double tranchants, Raezrock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Louwen Raezrock



________________

avatar
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Mage-Guerrier
Métier : Mercenaire / Chasseur de Prime
Groupe : Alliance des Ombres-Confrérie des Ombres

Âge : 25 ans

Messages : 24


MessageSujet: L'âme à double tranchants, Raezrock   Lun 15 Aoû 2011 - 21:46

* * *

Personnage


Nom : Raezrock
Prénom : Louwen
Rang :

Âge : 25 ans
Sexe : Féminin

Race : Demi-Seïrdan
Classe : Mage Guerrier
Métier : Voleuse / Mercenaire [ a combattu dans l'arène ]
Croyances : /
Groupe : Shade Brotherhood ( L'intégration au groupe n'est pas précisée ici, elle se fera par RP.)

Équipement :
Talents de combat : Louwen mise tout sur ce qu'elle considère comme ses principaux atouts : rapidité et agilité. Il faut dire que la discrétion, c'est bon pour ses « affaires ». En cela son armure se réduit à un demi poitrail et un pantalon de cuire souple. Tout doit privilégier la fluidité de ses mouvements, ainsi elle ne s'encombre d'aucune autre arme que celles ceinturées à ses hanches, à savoir, deux sabres qui ne la quitte jamais. Leur tranchant est suffisamment précis pour avoir un rendu « propre » tout en garantissant une certaine solidité. Leur maniabilité et leur poids modéré les rendent aériennes au point de se fondre dans la main de celle qui les manipule, comme l'extension de ses bras. Une panoplie de lames à lancer fixée à chacune de ses cuisses s'avère utile pour les diversions.
Talents de magie : (voir l'histoire pour complément d'explications) Les aléas de la vie ont mené Lou à apprendre la base rudimentaire de la magie faisant ainsi d'elle une mage guerrière spécialisée tout particulièrement dans l'électricité.

Talents divers : Son sang hybride lui confère l'aptitude de combat des Seïrdans mais aussi certains « handicapes » sociaux, car tout comme eux elle n'a pas découvert la bonté. Il lui arrive donc d'agir à l'encontre des meurs ou des convenances sans toujours s'en rendre compte, et d'ainsi s'attirer les foudres des représentants de l'ordre ou des concitoyens. Mais bien que son sens moral soit sérieusement discutable, elle garde un oeil curieux mais aussi amusé sur les humains et leurs problèmes de conscience.
Pouvoirs particuliers : La maîtrise de l'électricité procure nombres d'avantages dont Louwen raffole, les plus utilisés étant :

  • le déverrouillage de la plus part des serrures en usant du magnétisme sur les rouages
  • le champs de protection magnétique
  • encore l'enchantement de ses lames qui inflige des dégâts électriques à son adversaire.


Apparence physique : La mésalliance des deux sangs qui l'ont fait naître sont sans doute la raison rationnelle qui explique une telle pigmentation de ses cheveux. Sanguins, ils déferlent dans un dégradé en une longue cascade entre ses omoplates et jusqu'au creux de ses reins. Son teint légèrement halé se rapproche plus de ses aïeuls humain, en revanche son regard jade conserve une part démoniaque. Sa silhouette est souvent la mauvaise surprise de ses adversaire car malgré son apparence de simple humaine, le combat au corps à corps est son terrain de prédilection. Elle garde même quelque souvenir de ses mauvaises rencontres dont une entaille à peine cicatrisée sous son oeil gauche.

Caractère, personnalité : Tout ce qui n'entrent pas dans la logique de Louwen, tels que le bien et le mal, ont tendance à l'énerver. Ce désagréable sentiment d'incompréhension lui reste en travers de la gorge. Les conséquences qui en découlent pour y remédier sont la curiosité. Sa curiosité la perdra, elle cherche toujours à essayer de comprendre comment « ça marche », même pour ce qui tient de la réflexion individuel de chacun. Et c'est peut-être de là que lui vient son incroyable tolérance des autres, par delà les différences, ironie du sort pour elle qui doit défendre son droit de vivre en tant que «sang-souillé» auprès des Seïrdans.
En revanche, de la patience, ça, elle n'en a pas vraiment. Bien souvent, les petites accroches finissent en combat à mort, et les attentes sont achevées par des moyens plus radicaux, mais pas forcément plus prudents. Rien de si étrange de ce côté-là pour quelqu'un partiellement issu du Vein...
Elle n'est pas de nature indécise, pas question de pitié ou d'altruisme, les problèmes humains ne sont pas siens. Par contre, l'or ainsi que tout autre moyen de compensation peut peser son poids dans la finalité de ses choix. Et dans ce sens, elle a la salle manie de s'autoriser des petites visites dans les résidences particulièrement luxueuses...

Histoire :
    Quel genre de tribu Seïrdan tolèrerait une progéniture hybride dans leur rang ? Pas celle d'Ewenlya en tout cas. Son incartade avec un humain avait été très mal vu par la famille, et il avait été décidé d'abattre cette larve de Felethien qui avait jeté le déshonneur sur l'une des leurs. Mais l'exécution n'allait pas mettre un résoudre le problème majeur qu'avait engendré cette histoire. Lorsque la grossesse de la Seïrdan fut dévoilée, on la somma de se débarrasser du bâtard. Ce n'était pas la pitié qui avait poussée Ewenlya à ne pas commettre cet infanticide, sa race lui empêchait de connaître ce genre de choses, mais... Comment condamner sa propre chaire sous prétexte que son existence une trahison envers les siens ? Si elle se refusait à tuer cet ignoble hybride, aux yeux de toute la tribu, c'était par lâcheté. Et la lâcheté n'était pas tolérée parmi eux, la lâcheté, c'était bon pour les vampires. C'est donc sans remords qu'Ewenlya abandonna son rejeton dans le monde du milieu, au sein d'un village humain, où il aurait sans plus de chance de survivre. Elle retourna dans le Vein, trop fière et trop digne pour vivre dans l'exil ou dans la fuite. On ne sait quelle mort fut la sienne lors de son retour dans la tribu...

    L'enfant déposée aux abords d'un village ne tarda pas à être recueillie par des gardes en patrouille qui l'emmenèrent à l'orphelinat de Beolan. Elle y grandit comme d'autres enfants délaissés par leur famille, mais au fil des années, son comportement intriguait de plus en plus son entourage. Moralement insensible, elle était vue comme une sociopathe née, et assurément, elle l'était. Elle ne sentait pas personnellement impliquée dans le malheur ou la détresse des autres, et ne ressentait pas de remords lorsqu'elle restait indifférente à leur souffrance, et il lui paraissait normal d'agir ainsi. Mais manifestement, personne, à part elle, n'était normal. Un système semblait peser sur tout le monde, un système basé sur des valeurs qu'elle ne comprenait pas, dont la fameuse limite de ce qu'on appelait « le bien et le mal ». Elle avait fini par arrêter de réclamer une explication sur ce dont il s'agissait, car malgré toutes les définitions que l'on avait pu lui donner aucune ne parvenait à rendre le concept exact. Ses maladresses vis-à-vis des autres étaient montrées du doigt, apparemment « ce n'était pas bien ».

    C'est donc à ses dépends qu'elle commença à lister « ce qui n'était pas bien », et qui donc jetait sur elle la colère du groupe, sans plus essayer de comprendre l'absurdité de la chose. Rejetée du cercle social, elle se serait trouvée en position de bouc-émissaire si elle n'avait pas pu se défendre d'elle-même. Avec le temps, son caractère belliqueux s'ancrait de plus en plus dans sa personnalité, jusqu'à la rendre agressive, elle avait vite compris qu'aucun de ses camarades ne serait en mesure d'avoir le dessus sur elle s'ils en venait aux mains, et elle ne manquait pas d'abuser de la situation, quitte à provoquer elle-même les bagarres pour humilier ses adversaires. D'ailleurs ses petits exploits parvinrent jusqu'aux aux oreilles de la gérante de l'orphelinat qui vit là l'occasion parfaite de rendre ses affaires plus lucratives. Dans les sous-sols des tavernes mal fréquentées, des combats d'enfants étaient organisés en toute illégalité. Ces jeunes, sous l'autorité d'un tuteur qui les exploitait, avaient pour modèle les plus célèbres gladiateur de la région. Emerveillés par le respect qu'impose la gloire, avaient-ils conscience d'être les vaches à lait de leur coach ? A douze ans, Louwen en était incapable. Aussi y trouvait-elle sont compte : enfin on lui autorisait à casser des figures, mieux, on l'y encourageait. Les paris allaient largement contre elle, la fillette qu'elle était ne semblait avoir aucune chance. Sur l'insistance de la gérante, on laissa l'orpheline combattre.
    Evidemment l'issue fut la même que coutume, la demi-Seïrdan mit K.O quelques uns de ses premiers adversaires avant que...

    Ses poings étaient à vif, mais ça lui était complètement égal. Ces gens avaient l'air d'apprécier quand elle frapper fort, quand son adversaire restait par terre. Cet endroit, cette cave, était un endroit étrange. Partout ailleurs, frapper, c'était « mal ». Ici, on aurait presque dit que c'était le but du jeu. Un jeu qui aurait pu paraître cruel au travers d'yeux humains, ceux de Louwen n'y voyait rien d'autre qu'une distraction. Jamais elle ne s'était tant défoulée sur des gens, même si les bagarres étaient son quotidien, elle avait appris une certaine limite. Quand ça saignait il fallait arrêter, c'était le mieux. Ici, c'était le contraire. Plus ça saignait, plus on était content. Celui qui lui faisait face était posé, le visage serein, pas bien plus vieux qu'elle, mais qu'importait ? Elle allait lui refaire le portrait pour entendre encore les cris autour d'eux. Comme une petite furie elle se jeta sur lui. Dans la plus grande simplicité, son adversaire s'écarta pour utiliser sa force contre elle. En une demi seconde, elle avait été maîtrisé au sol, et bloquée par un pied logé entre ses deux omoplates

    ...avant qu'elle essuie un échec d'autant plus cuisant qu'il fut sa premier réelle défaite. Sa fierté, gonflée par les victoires précédentes se dégonfla d'un traite jusqu'à ne laisser plus que de la honte. Néanmoins, cet échec fut l'élément déclencheur de son perfectionnisme. Elle avait perdu. Elle n'était pas invincible... Mais pouvait-elle tendre à l'être ?

    A partir de ce jour, Louwen s'appliqua à rester dans une constance : l'amélioration perpétuelle de ses techniques de combat et ce jusqu'à l'apprentissage de la magie. En effet les premiers paris joués avaient rapporté à la tutrice un petit butin qui permettait largement de s'offrir les services d'un maître mage dans l'optique de s'enrichir toujours plus. Fort heureusement, dans la ville de Beolan, les mages ne manquaient pas. Durant de longues années, sa vie ne fut consacrée qu'à son perfectionnement, pas seulement à cause de la gérante qui tenait à son profit, mais surtout à cause de l'exigence que l'hybride s'imposait d'elle-même.

    Pendant ces années où elle restait rivée sur ses objectifs, se spécialisant même dans une branche de la magie, elle ignora l'ampleur exacte des sommes qui passaient directement des mains des parieurs à celles de la gérante de l'orphelinat. Ce n'est qu'à dix-huit ans que la curiosité la poussa, une nuit, à se rendre dans le bureau de sa tutrice, en quête du coffre, qu'elle trouva. Après une demi-heure à essayer diverse combinaisons, la patience de la jeune femme se consuma pour s'acharner de toute sa violence sur la malle en métal sans mieux l'ouvrir. Son accès de colère passé, elle fixa longtemps le coffre avant d'avoir l'idée curieuse de forcer les rouages d'eux-même, jouant du magnétisme de sa magie dans le mécanisme. Elle fut stupéfaite de voir qu'en effet il lui était possible d'aimanter la matière suffisamment pour la faire bouger jusqu'à déverrouiller une serrure. Mais l'étonnement fut à son comble lorsqu'elle vit la quantité d'or amassée grâce à elle. Une grande partie avait déjà été dépensé, et tout cet argent aurait pu être à elle... Aurait pu... Aurait pu ? Il pouvait toujours être à elle. Qu'est-ce qui lui empêchait de prendre cette somme, après tout, ne lui revenait-elle pas de droit ?

    Cette même nuit, fut celle où l'on ne revit plus Louwen l'Orpheline. Elle avait quitté l'orphelinat et la ville avec pour seul bagage son magot et une rapière passable achetée à l'aube sur le marcher, bien décidée à ne vivre que par elle-même et pour elle même. Elle fit des haltes de quelques mois dans des petits villages pour se ravitailler et avoir le confort d'une chambre d'auberge. Au fil de ses déplacements, elle avait acquis un cheval et renouvelé son équipement sans pourtant trouver d'arme qui lui convienne. Avant de quitter les villages, elle s'appliquait piller quelques résidences dans la discrétion que sa magie lui permettait. C'est à Madorass, que son arrêt dut le plus long, elle y resta jusqu'à ses vingt-deux ans. Irrésistiblement attirée par l'argent facilement gagné à qui serait le vainqueur de la session à l'arène, c'était pour elle une bonne position...

    L'homme était assis de toute sa masse sur un minuscule tabouret en bois. La peau flasque de son visage était imprimée d'une profonde lassitude. Devant lui le registre des futurs combattants était ouvert, une trentaine de nom étaient déjà inscrit. Parmi eux, de nombreux amateur qui, éliminés bien avant, ne parvenaient pratiquement jamais aux tournois de la ville. Exaspéré de voir les jeux devenir accessible à n'importe qui, y compris les manants et les femmes, il avait pourtant dû se plier aux exigences du propriétaire de l'arène.

    Louwen, c'est quoi ça ? Un prénom ? C'est quoi ton nom ?

    Le ton méprisant qu'il prenait ne plaisait guère à la demi-Seïrdan, elle serra les poings. Elle n'était pas venue jusqu'ici pour se faire jeter dehors.

    Louwen tout court.

    Louwen Toukour ? Ca va pas du tout, ça fait pas combattif, c'est pas sérieux. Ca sera Raezrock A Doubles Tranchants, souviens-t'en parce que les parieurs, eux, s'en souviendront. Enfin, dans l'hypothèse où tu parviennes jusqu'aux tournois...
    Il acheva sa phrase sur un rire cassant.

    C'est par ce curieux procédé que Louwen devint Louwen Raezrock, car oui, elle entra dans l'arène. Mais là encore, elle ne se sentait pleinement satisfaite. Par deux fois, elle avait bien décroché la récompense, mais un certitude restait : les combats la lassaient. Toujours la même répétition pour la même récompense, une routine qui l'usait déjà avant même qu'elle n'aie commencée. Elle aspirait à quelque chose de plus vivant, de moins... banal ? Nonobstant, si elle avait délaissé l'arène, elle retrouvait le défi ailleurs. Certes, elle avait toujours ses petits loisir nocturnes qui consistait en dépouiller les bourgeois de différentes manières. Mais sa friandise du moment c'était les têtes mises à prix, des sales boulots à faire, des objets à voler, des gens à intimidé. Au final tout ça faisait plutôt plaisant... Mais qui l'obligeait à déménager régulièrement pour ne pas attirer l'attention sur ses « affaires ». Et comme tout professionnel qui se respecte, elle avait dû remettre son équipement au goût du jour troquant le glaive acheté à son arrivée à Madorass contre deux sabres d'une qualité autrement supérieur. Tantôt mercenaire, voleuse à compte ou encore assassin, durant les trois années qui suivirent, elle proposa ses services au plus offrants, sa notoriété de fine lame appuyant sa qualité, vivre dans l'illégalité s'avérait définitivement moins dur pour que pour d'autre...




En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Disons une à deux fois par semaine selon ma disponibilité...

Comment avez-vous découvert le forum ? Grâce à Loric & à Caca ♥ /SBAFF!/

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? ♥.♥



Test-RP

La nuit était tombée sur la ville mais peu nombreux ceux qui dormaient en leur foyer. Madorass était le théâtre d'une vie nocturne réputée pour ses éclairages dantesques et les animations festives qui s'y déroulaient lors des jours de fêtes. Mais cette soirée-ci était plutôt tranquille, particulièrement dans ce quartier où un avant-poste garantissait une certaine tranquillité, tout du moins, c'est ce qu'on avait affirmé aux habitants des alentours.
Dans pénombre brisée par la lueur des réverbère, une silhouette se découpe imperceptiblement. Sa respiration semblait interrompue, son être figé dans l'immobilité. La raison de sa présence ici remontait à une histoire vieille de plus de vingt ans. Une erreur avait été lâchée dans la nature, libre de prospérer en tout impunité. Mais cette bavure allait être rectifiée très prochainement.

* * *

La ville royale aurait dû être dirigée d'une main de fer, mais curieusement, la criminalité avait su s'y loger de manière assez confortable. Mais il faut dire que la sécurité de ses sujets n'était pas la grande priorité du Roi, non, Hendenmark était bien plus préoccupé par les hordes de rebelles qui lui pourrissaient la vie. Les tête de membres connus étaient mises à prix, et que ce soit des tueurs ou des crapules qui s'en charge, ça, il s'en fichait. Seul comptait de mater cette rébellion ridicule, au plus grand plaisir de Louwen. Ramener quelques corps aux Capes-Blanches lui avaient assuré une sureté quant à son « business ».

Alors, quand est-ce qu'on aura l'honneur de te voir porter une foutue cape à nos couleurs ? C'est bien mieux payé que ce que tu peux gagner, là.

Le soldat avait désigné d'un mouvement de tête la petite bourse posée sur la table, la récompense d'un contrat qu'elle venait de clore. La main de la jeune femme s'en saisit sans autre forme de politesse. Un contrat était un contrat, et une habituée comme elle pouvait se permettre d'abréger les courtoisies. Ce n'était pas la première fois qu'on lui parlait de rejoindre les Capes-Blanches, mais l'idée en elle-même la répugnait. Trop égocentrique et attachée à son indépendance pour se ranger, elle n'accepterait jamais d'être le pion d'un homme capricieux qui n'avait autre talent à ses yeux qu'un charisme suffisamment fourbe pour mettre des milliers d'homme sous ses ordres.

Je ne crois pas que je pourrais un jour m'enchaîner avec ce genre d'obligation.

Son interlocuteur haussa les épaules. Ce n'était pas la première qu'ils en parlaient, et il n'insistait jamais.

Mouais, bah, tant mieux. Ca évitera que tu nous mettes tous au chômage en livrant des camps entier de Vaut-riens.

Louwen esquissa un sourire pour seule réponse. Il était vrai qu'elle était douée, et même si elle avait du mal à comprendre la raison de cette force, elle ne s'en plaignait pas. Si elle avait eu le moindre indice qui l'aurait renseignée sur l'identité de ses parents ou quoi que ce soit... Mais rien. Aucune trace. Elle resterait fille de personne, et elle avait intégré cette idée il y a longtemps déjà. Peu importait d'où on venait, l'essentiel était de savoir où on allait. C'est cette phrase que lui avait répétée de nombreuses fois son maître mage. Elle n'irait pas, aveugle de confiance, dans les desseins d'un homme de pouvoir. Elle irait libre et seule s'il le fallait. La mercenaire se dirigea vers la sortie qui débouchait sur la ruelle.

A peine l'avait-elle entre ouverte qu'elle la claqua aussitôt, sans même sortir de la pièce, juste à temps pour voir une longue épée transpercer le bois plutôt que son propre corps.



* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pourrie Morteury



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: L'âme à double tranchants, Raezrock   Mar 16 Aoû 2011 - 3:06

LOULOU,

Bonsoir ma belle, heureuse de pouvoir lire ta fiche. Femme forte et sociopathe, sympa, je n'en demandais pas autant ha ha ha ha ha... BREF, j'ai beaucoup aimé te lire : c'est bien écrit, c'est clair, tu sais parler français, " c'est bien ". J'arrête de dire du caca : j'ai pas trouvé d'écart avec l'Histoire de Feleth, puis avec le paquet de fous présents dans ce monde je me dis que tout est possible, même les combats organisés d'enfants orphelins ( j'ai trouvé ça innovant, c'est plutôt cool ). Je te valide et je te souhaite de survivre, mon cher petit DC! P.s : on remercie tous bien fort Ken et Loric pour cette nouvelle recrue hip hip hip, champagne!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Querel Sentencia

Fondateur | L’engendreur

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Tourmenteur
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 63 ans

Messages : 474

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage :

MessageSujet: Re: L'âme à double tranchants, Raezrock   Mar 16 Aoû 2011 - 14:40

Bienveue sur Feleth, Louwen !

Encore une fiche excellente, décidément Shade Brotherhood abrite des gens de talent !
Tout colle avec le contexte, c'est nickel. Mes félicitations et...

MA VALIDATION !


Voici. Bon jeu parmi nous !
Et n'oublie pas de remplir ton profil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: L'âme à double tranchants, Raezrock   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'âme à double tranchants, Raezrock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-