''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Partagez | 
 

 Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Drogo Saro



________________

Drogo Saro
________________


Race : Homme des Steppes
Classe : Barbare
Métier : Émissaire de l'Est
Croyances : Les anciens
Groupe : Rébellion

Âge : 102 cycles d’existence.

Messages : 25

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] _
MessageSujet: Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]   Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] EmptyMar 16 Aoû 2011 - 2:35

Le Khal chevauchait, a la tête de la cinquantaine, voire quarantaine, des survivants de la bataille d’Havrias. Une longue colonne d’esclaves les suivant, et parmi les cavaliers au cheveux noirs, aux côtés des Dothraquoyis se démarquait l’image d’une Albinos. Qui malgré le fait qu’elle soit bien gardée. Semblait être traitée comme une des guerrières qui l’entouraient. Le Khal avais choisi d’en faire une potentielle Dothraki, et de la gratifier du nom du peuple des nomades du sud. Le chemin étais ensoleillé, les longues herbes vertes des plaines soufflaient et se pliaient au gré du vent. Qui secoua la chevelure du Khal, en tête. L’air fier, comme a son habituel.

Les Dothrakis venaient, il y’a quelques jours a peine, de rencontrer leurs premiers véritables adversaires depuis des saisons, des lunes. Durant le voyage. Le Khal avais tenu a s’entretenir avec la Chiori Lajak aux cheveux a la couleur argentée, discuter. Lui parler des cultures de son pays. De leurs façon de penser, ainsi que de lui enseigner les rudiments de son langage dans un échange linguistique. Drogo étais fier de sa capture, fier de savoir que cette puissante Lajak serait membre de son Khalassar, sa fierté ne ferait que grandir en rejoignant et embrassant le Khalassar, l’acceptant comme famille et comme patrie. Elle n’en serait que plus forte et plus fière qu’elle ne semblait l’être, comment cela pourrais-il en être différent ?

Cinq jours passèrent, plus que quatre de voyage, la plus grande partie étais passée. Ce jour sacré, le sixième de voyage, vu décrété comme étant la journée de chasse a la courre, Le Khal insista ce jour là, pour que la Chiori aux cheveux argentés face partie de son groupe de chasse, constitué de lui et des Dothraquoyis. Et la plaine, a l’entrée des collines du terrain considéré par le peuple de Drogo comme leurs royaume. Un arc fut confié a la Chiori, et chevauchants avec grande habilité, le Khal, les Kash Ko et la Chiori abattirent un grand nombre, l’honneur de dépecer ces nobles créatures, fut partagés par les plus grands chasseurs présents, a la surprise générale, la Chiori en fut, tout comme le Khal, ce qui ne surpris aucun des Dothrakis, qui commencèrent a faire preuve de respect pour l’étrangère qui s’acquittais de leurs traditions.

Les prévisions faites, la force réduite continua son long chemin a travers les collines. Les collines n’étaient pas le domaine préféré des Dothrakis, pour eux c’étais soit la montagne, soit la plaine. Mais pas l’entre-deux. Restant néanmoins calmes. Le bruit d’une bataille leurs parvint. A ces bruits, le Khal leva le poing, et se mit a galoper, suivit par tout les Lajaks et ces Ko. Après de longues minutes de galop éffrené. Ils arrivèrent dans une vallée. Qui donnait sur un village, des peaux vertes, des bannières. Un raid orques, les cris fusaient, le sang, coulait a flot, la peur empestait le village, les créatures se battaient avec toute la rage de leurs races, et dressaient déjà un autel a l‘effigie d‘un dieu corrompu, les Dothrakis firent une ligne de cavalerie forte de cinquante bêtes et cavaliers d‘exception.

Chez les hommes du sud, les Orques étaient respectés pour leurs intrépidité au combat. Mais encore, le port du fer les déshonorait. Une montagne s’éleva, et regarda vers les cavaliers, en rang. La plaine s’étendant devant eux, une armée d’orques s’approcha, ils étaient quatre voir cinq fois plus nombreux que les Dothrakis. Le chef du clan, la fameuse montagne s’approcha d’un pas décidé. Le Khal, en réponse descendit de sa monture Bai sombre, dégainant son Arakh, s’approchant d’un pas sur. Et le pointant de son Arkah dans un geste de Duel. Et hurla dans la langue commune qu’il venait d’apprendre.

- Je tuer toi et faux dieu a toi ! Moi Khal Drogo ! Khal Ahas Arakh Séo Tolorro Vaes Dothrak Dash !

A ces mots, le Khal se rua au combat, dans un duel que les deux parties acceptèrent. Les coups commencèrent déjà a fuser, alors que l’agitation grondait aux alentours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Daisho WindTotem



________________

Daisho WindTotem
________________


Race : Orc
Classe : Guerrier
Métier : Guerrier et Mercenaire
Croyances : Vénére le dieu Zilfallon (qui est en fait un démon mineur qui se fait passer pour un dieu devant son clan pour faire la guerre avec ces orc et s'amuser à faire des massacres)
Groupe : Clans

Âge : la Trentaine

Messages : 20


Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] _
MessageSujet: Re: Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]   Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] EmptyMar 16 Aoû 2011 - 3:53

Le soleil illuminait les cieux, plongeant son éclat sur cette terre, la noyant sous sa lumière divine. Un vent frai balayait les collines, entrainant avec elle la poussière du temps, les arbres se courbant sous la puissance de celui-ci, leurs feuilles créant une musique à l'acoustique unique, une mélodie apaisante, plongeant qui compte l'écoute, dans une profonde réflexion. Le Ciel d'un bleu unique, parce-met de quelque nuages rendait la scène presque magique. Dans ces grandes plaines, le village d'Alturde vivait en paix, un petit village qu'une centaine d'habitants, la plupart fermier ou cultivateur, vivant de la terre ou de la chasse, ils ne se soucier pas des problèmes du royaume, vivant au grès du vent, pensant que leur mur d'enceinte les protégé de tout les bandits et autres menaces, les quelques gardes de la ville se tenant à leur poste sans vraiment voir se qui les entourait, trop intéressait par la beauté des lieux ou la vu d'une jolie jeune femme. Les paysans étant tous sortit de la ville, travaillent sur les champs, le sourire en lèvre et profitant du soleil et du vent. Les enfants s'amusant comme à leur habitude, se courant après ou jouant à imiter les grands, leurs esprits plein de rêves et d'innocence. La vie souriait à ce petit village tranquille à qui il n'arrivait jamais rien. Pourtant, non loin de là, une ombre les regardait, se tenait assez loin des sentinelles, il les regardait, de ses impressionnant yeux jaune. Arthur courait, il essayer de fuir ses petit camarades qui lui courait après en rigolant, âgée d'à peine six ans, il courait depuis déjà un moment quand il vit une personne se tenant sous l'ombre d'un arbre, stoppant sa course, celui-ci regarda l'individu avec étonnement, il n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi grand et d'aussi impressionnant. A leurs tours, les autres enfants du groupe stoppèrent leurs course à son niveau pour voir se qu'il regardait. C'est à se moment là que l'étrange personne s'avança à la lumière du jour et les enfants poussèrent un crie de terreur en reconnaissant la couleur de sa peau et la forme de son visage.

L'orc brandit son immense hachoir et se mit à hurlait, l'écho qui en suivit arriva jusqu'au oreilles des villageois qui se mirent à regardait dans sa direction, ils leurs fallure un petit moment avant de comprendre pourquoi les enfants revenaient en pleurent. Mais c'était trop tard, sur la hauteur de la colline, ils pouvaient voir des formes apparaitre, bientot tout une façade de colline était remplis de peau-vertes, poussant des puissant rugissement, la vague verte déferla vers le village qui se préparait déjà à la bataille, mais la puissance ork ne pouvait pas être stopper, leurs charge faisait trembler le sol et les fondations des murs. Les Soldats du village eurent juste le temps de faire rentré les derniers villageois que les ork étaient déjà à quelques foules de la grande porte. Celle-ci se referma dans un frac de terreur, mais s'était déjà trop tard, malgré l'impressionnante porte et ses renforts en métal, les créatures étaient déjà dessus, tapant de toutes leurs forces dessus, elle ne tarda pas à se faire enfoncer, il ne fallu qu'une heure aux Orks pour prendre le village, les survivant horrifiaient fuyer se qui rester de leur petit havre de paix avec le peu de possession qui leur rester.

-Mes Braves Orks! Le village et tout se qui y est nous appartient!

Cria un impressionnant ork, surement le chef de par sa stature et son costume, c'est sous les acclamations que le reste du Raid se mirent à tout saccager, prenant tout se qui leur passer par la tête, poulet, morceau d'armure, bras, dent d'humain ou ork mort au combat, matériaux en tout genre, les chargeant dans les chariots prévu à cette effet, pendant qu'une autres partit construiser un autel à leur dieu pour sacrifier les humains prissonier à son honneur qui hurlait au desepoire. Pas de survivant avait dit le chef shaman en regardant se que ces soldats avaient attraper. Daisho lui regardait les cadavres humains et vérifier qu'ils étaient bien tous mort, il avait un bandage sur son pied, dù à l'attaque d'un des gardes, qui avait profité qu'il sois occupé à tuer un civile pour lui porter un coup d'épée sur sa cuisse, il n'avait pas vraiment mal mais cela le gener dans ses déplacement rapide. C'est à se moment là qu'un des tametame se fit entendre, tous levère la tête et firent une cinquantaine de cavaliers sur la colline.

"Des renforts? Impossible ! Pas aussi vite"

Pensa notre Soldat ork, Mais à sa grande supprise ils ne chargèrent pas, le chef shaman ordonna alors à ses orks de se regroupé et d'aller à la rencontre de cette troupe qui oser se dresser devant lui ainsi. La Horde stoppa sa marche à une dizaine de mètre des cavaliers, et leur puissant chef fit quelque pas en avant pour se démarquet des autres peau-vertes. C'est à se moment là qu'un homme le rejoignie surement le chef, Daisho se demandait se qu'il voulait bien faire ici, face à autant d'orks, mais l'homme ne fit rien, il se présenta en hurlant qu'il aller tuer son chef ainsi que leur faux dieu, impossible, le chef était invincible, personne ne peut le vaincre. Mais avant que notre soldat n'est eu le temps de faire quoi que se sois, l'humain brandit son épée et se rua sur Shakti-lar qui l'attandait déjà arme en main en hurlant une insulte ork.

-Par mes ancètres je découperai ta tête et m'on servirait comme repose pied lorsque ce combat sera terminer pendant que mes orks écraserant tes misérables humains!!!!

Il enchaina les coups, mélant puissance brute et magie, jouant avec les forces de mère nature. Sous l'acclamation de son clan qui était très exciter par la vu du combat, cela faisait un moment que personne n'avait vu le chef se battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melpomène d'Ambre

Déesse d'Ambre

________________

Melpomène d'Ambre
________________


Race : Seïrdan
Classe : Déesse d'Ambre
Métier : Mercenaire
Croyances : Aucune
Groupe : Démons

Âge : Autour de deux siècles

Messages : 207


Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] _
MessageSujet: Re: Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]   Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] EmptyMer 17 Aoû 2011 - 0:30

Cinq jours de chevauchée. Mon fessier accuse sévèrement le coup de tant d’heures passées sur ma monture, mais personne n’a eu l’occasion de le remarquer. Enfin, je crois que tous les cavaliers n’ont pas manqué d’assister à ma première descente et à la démarche raide que j’ai bien été obligée d’adopter pour tenter de détendre un peu tous les muscles de mes cuisses. En vain.

Ce soir là, j’aurais donné à peu près n’importe quoi pour un massage, mais admettre ma faiblesse était bien au-dessus de mes moyens. J’ai dégusté dès le lendemain au moment de me remettre en selle, implorant Ambre d’apaiser un peu le feu qui brûlait mes jambes. En vain…

Mon cheval n’a pas été tendre non plus avec moi… Sentant mon manque d’expérience, il a tenté plusieurs fois de prendre l’ascendant sur ma domination… Sévèrement réprimé à chaque fois au prix de quelques nouvelles douleurs. Par tous les sangs, cette position n’est pas naturelle ! Si on nous a fourni deux jambes, il y avait bien une raison logique ! J’ai tenté de m’en convaincre. En vain…

Non réellement, ils ont une certaine utilité. Oui d’une part, ils couvrent les distances avec bien plus de rapidité que je ne pourrai jamais le faire même dans mes rêves les plus fous. Par ailleurs, j’ai découvert leur réel avantage à la chasse. J’ai toujours apprécié ces moments où l’adresse rivalise avec la précision afin de trouver pitance.

L’arc dont on m’a dotée ce jour là était étrange. Plus puissant que tous ceux que j’ai pu avoir entre les mains. Si je ne suis jamais spécialisée dans ce domaine, je dois reconnaître que mes bases ne sont toutefois pas mauvaises. Suffisamment pour venir à bout du gibier en tout cas. Je craignais que devoir ne contrôler ma monture soit une véritable catastrophe. Nous avions des relations plutôt conflictuelles à cette période je dois bien l’avouer. Je crois que l’hongre n’acceptait ma présence que parce qu’il n’avait pas le choix… ce qui était réciproque, je dois bien en convenir.

Pourtant, une fois les rênes lâchées, j’ai serré les genoux comme je ne l’avais jamais fait. Immédiatement, les mouvements de l’animal se sont précisés entre mes cuisses. Ce n’était plus une entité distincte, mais un tas de muscle que je pouvais comprendre. En quelques essais de pressions savamment appliquées, j’ai découvert pouvoir diriger la bête de telle manière. Les choses immédiatement se sont facilitées pour moi, et en quelques heures de chasse, je crois que j’ai finalement compris l’alchimie entre cavalier et monture.

Maintenant que j’avais arrêté de lui détruire la bouche, il pouvait donner son plein potentiel, et bien des fois, emportée par ma proie, je me suis éloignée du groupe, mon cheval étant bien moins lesté que ses camarades. Le plaisir n’en a été qu’accru, et mes traits se sont précisés au fur et à mesure que j’abandonnais le contrôle de l’animal à mon corps. Concentrée pleinement sur mes flèches, j’ai pu montrer aux barbares le plein potentiel qui est mien.

Ils ont été impressionnés bien entendu. Mon camarade de combat avait déjà fait circuler l’histoire qui fut la nôtre sur la hauteur, ce nouvel exploit leur a rabattu le caquet pour un temps. Ajouté aux diverses fois où j’ai remballé des hommes un peu trop entreprenants d’un coup de poing qui les a immanquablement envoyés au sol. Rien de bien grave à chaque fois, juste de quoi faire entrer dans leur caboche l’idée de respect dû à ma personne.

Je me suis par la suite pliée avec plaisir à la tâche de dépecer nos proies. Le Khal m’a expliqué l’importance rituelle accordée à cet honneur récompensant les meilleurs chasseurs. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre. Oh oui, vanité et orgueil sont assurément mes plus vilains défauts… Comment pourrait-il en être autrement lorsqu’on fait partie de l’élite guerrière de plusieurs mondes ?

Durant le séjour, j’ai en outre progressé dans l’apprentissage de la langue Dothrakie ainsi que dans la découverte du peuple. Le Khal, le chef, a pris à cœur de m’enseigner lui-même les rudiments nécessaires à ma compréhension de mes compagnons et de ma future patrie. Au fond, je ne regrette pas le serment fait le premier jour. Aux côtés de ces guerriers fiers et ardents, j’ai trouvé en quelque sorte des semblables. Leurs capacités bien sûr sont loin des miennes, mais leur vision du monde intéressante. Et si je me moque éperdument de leurs ambitions « politiques » ou plutôt devrais-je dire de conquête, elles m’intéressent en ce sens qu’elles me promettent du sang et des combats.

Aujourd’hui, j’ai réussi à trouver ma place au sein du groupe. Débarrassée des derniers relents de pitié ou de velléités protectrices des hommes, je chevauche plus sereine en outre suite à mes découvertes équines. L’horizon est calme, les montures nerveuses d’un exercice dont on les brime un peu trop afin de les ménager. Perdue dans mes pensées, je parcours des yeux les collines environnantes, ignorante de ces lieux.

Pourtant, arrivés en haut d’un nouveau promontoire, le bruit jusqu’alors étouffé par la terre nous parvient de cris. La soif de sang immédiatement m’étreint. Pupilles dilatées d’expectative, je presse ma monture avec fougue, ce dont elle n’a pas besoin pour laisser libre cours à son envie furieuse de galoper. Une main enlacée dans la crinière de mon hongre, l’autre posée sur ma cuisse en tenant les rênes, je savoure la course du vent sur mon visage qui emmêle mes cheveux en de folles mèches. Le bruit de la cavalcade résonne presque douloureusement à mes oreilles, me donnant malgré moi un sentiment d’appartenance au groupe que j’ai rarement eu l’occasion d’éprouver.

Jusqu’à ce que nous fassions halte. Une légère traction sur la bride, l’animal s’arrête dans un élégant geste. Sous nos yeux, le massacre d’une ville par des orcs. Fichues créatures que celles là… J’apprécie tout particulièrement me battre contre leur force colossale et leurs armes non moins effrayantes.

En voyant la ligne de cavaliers leur faire face, les verts de peau se décident à s’approcher. Dans une syntaxe tout à fait particulière, le Khal Drogo Saro lance un défi qui me fait sourire. J’ignore de quel faux dieu il parle, m’en moque un peu, mais admire toujours son… ardeur. Ainsi que le reste de sa personne, je dois bien l’avouer.

L’orc qui semble être chef répond une insulte intéressante à base de crâne et de bouillie humaine. Une main nonchalamment occupée à caresser l’encolure nerveuse de ma monture, je les regarde faire sans mot dire. Le Khal se jette sur l’orc de toute sa puissance. Les fers se croisent, les forces se mêlent. Je suis déjà ailleurs, luttant contre mes propres pulsions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Drogo Saro



________________

Drogo Saro
________________


Race : Homme des Steppes
Classe : Barbare
Métier : Émissaire de l'Est
Croyances : Les anciens
Groupe : Rébellion

Âge : 102 cycles d’existence.

Messages : 25

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] _
MessageSujet: Re: Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]   Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] EmptyMer 17 Aoû 2011 - 19:09

Le Khal, ne réagis pas réellement à l’insulte. Les ancêtres des orques ? Tssah ! Des peaux vertes qui usent de leurs esclaves comme des tournantes ou comme repas ! Rien d’honorable jusqu’ici dans leurs lignée. A part tuer et détruire, ces créatures ne savaient rien faire d‘autres, Zhey Vichomer en soit témoin. Les orques visiblement semblaient ravis a la perspective de voir leurs chef réduire un humain arrogant en poussière. Bien que le Khal n’étais pas un humain ordinaire, c’étais un Dothraki, et juste pour cela. A ces yeux, l’honneur de la victoire sur ce chef et de s’approprier les guerriers de son clan comme bâtisseurs ou esclaves lui revenait ! Et il l’aurais. La dizaine de mètres les séparant commença a former un arc de cercle dans le dos du « prestigieux » chef orque. Sa coiffe le fit sourire, un crâne d’élan du nord surement. Une proie faible, a l’image des hommes peuplant ces contrées. S’étant élancer tel un boulet de canon sur le chef orque. Ces coups furent parés sans trop de peine, le Khal se détacha de l’assaut pour tourner autour de l’orque comme un prédateur guetterais sa proie. Ce jour ci, étais le sien. Cet orque, quel que soient ces capacités, mourrait, et son peuple serait le sien.

Se frappant le torse, le cœur ardent et les yeux fauves. Le Khal commençait a peine a s’amuser. Au grand désespoir de l’orque surement. Il se jeta a nouveau sur lui. Maniant habilement et agilement son Arakh. L’utilisant a la fois comme arme d’estoc et de taille. La peau verte s’ouvrit, et un flot rouge coula. Après cette passe d’arme d’une qualité indéniable. Le chef des Dothrakis recula. Et fléchi la jambe avant jusqu’à toucher son mollet avec sa cuisse, la jambe arrière Tendue. L’épée portée au niveau de sa tête, côté concave vers le ciel. Le forçant a l’attaquer en un cri de provocation et de défi typique des hommes du sud.

Les deux chefs de guerres s’attaquèrent en même temps. Bloquant la tête de la hache dans la partie en faux de son Arakh, il manqua de désarmer l’orque quand un gros poing vint vers son visage pour le faire lâcher prise. Reculant sous ce coup. Il se mit rire. La violence de ces ancêtres commençait a l’insuffler et la fierté, tant que la gloire, que lui apportais ce combat le motivait d’encore plus a abattre cet orque présomptueux. Le combat s’enchaina a un rythme rarement atteint. Les deux guerriers avaient beaucoup d’expérience, mais la grande force de l’orque força le Khal a éviter les coups plutôt que de les parer. Il enchaîna les provocations quand l’orque en face de lui le pointa de la paume. Et que son bras se mit a rougir.. Jusqu’à ce qu’une véritable boulle de feu coure vers le Khal. Qui l’évite en se penchant en arrière. Le projectile éclatant contre un arbre qui s’embrasa sur le coup.

- Khal Jaha-Quar Zhey Vichomer séo Ouruk séo Vaes Dothrak Dothrakis !

Hurla le Khal en levant le poing, la phrase, pour ceux comprenant de manière basique son parlé, comprirent qu’il disais qu’il honorerais la Montagne Mère en envoyant l’orque en enfer, a Vaes Dothrak. Se retournant il le provoqua en frappant son torse du poing.

- Toi faible ! Toi peur de te battre dash ! Ouruks ! Chef a vous faible !

Dit-il éclatant de rire, se penchant in extremis en petit pont pour éviter une autre boule de feu. Le chef commençait a s’énerver. Sur ce. Le Khal commença a entreprendre un sprint jusqu’au chef. Roulades, échappades et sauts agiles pour éviter les projectiles magiques. Il entailla a nouveau la joue. De l’orque. Quand celui-ci arma une autre boule de feu pour tuer le faible humain qui l’attaquais. Le Khal se détacha. Et détourna comme il peut la boule de feu de son Arakh, in extremis. Mais la lame devint rougeâtre sous le coup. Fumante presque. Cela ne l’empêcheras pas de se battre, il hurla a nouveau de défi a l’orque, lui demandant de se battre comme un vrais guerrier et pas comme un esclave. Car sinon, c’est tout ce qu’il deviendrais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Daisho WindTotem



________________

Daisho WindTotem
________________


Race : Orc
Classe : Guerrier
Métier : Guerrier et Mercenaire
Croyances : Vénére le dieu Zilfallon (qui est en fait un démon mineur qui se fait passer pour un dieu devant son clan pour faire la guerre avec ces orc et s'amuser à faire des massacres)
Groupe : Clans

Âge : la Trentaine

Messages : 20


Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] _
MessageSujet: Re: Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]   Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] EmptyJeu 18 Aoû 2011 - 0:58

Le combat était impressionnant, le chef ork donner tout se qu'il avait, mêlant attaque au corps à corps et utilisation de magie. Bien sur pour les autres peau-verte s'était différant, la joie de voir un duel incluant leur chef était tout aussi excitant que d'aller massacré un pauvre village perdu dans les collines, le fait aussi que l'adrénaline du à leurs bataille dans le village humain n'était pas encore complétement dissipé. Pendant le combat de Shakti-lar, le reste de sa horde se placa autour de lui en possant d'impressionant cri de rage et d'encouragement, martelant le sol avec leurs armes ou sur les torse, l'atmosphère devenait de plus en plus lourd et stressante. Daisho aussi avait du mal à retenir ses pulsions animal, il était le bras droit du chef et devait donc se tenir près à agire au moindre danger des autres humains. Car voir leurs grand shaman mourir peut faire éclater la rage des orks et les faire agirent en conséquance, la vu du sang peut les plonger dans une folie meutrière, mais ils étaient des orks ! Du clan Blackrock ! Et ils devaient obéir à des lois! Si leur chef tombe, ils deviendraient les soldats du vainqueur....même si s'était un homme....Sauf si Daisho arrivait à changer cela. Alors qu'il était en pleine réfléxion, le ciel qui était pourtant d'un bleu très claire se met soudainement à se remplir de nuage et une petite tempète était en train de se formet. Pour les humains cela semblait étrange, mais pour les okrs cela voulait dire qu'il venait de se déplacer pour venir voir le combat lui même! Tout les orks stoppèrent leurs crie de fureur pour se mettre à genoux en hurlant un nom de toute leur force.

- Zilfallon ! Zilfallon ! Zilfallon ! Zilfallon !

C'est à se moment là que l'autel qu'avait construit les orks se mire à éclater, laissant place à un homme chauve-sourit, il se dégagea agilement des débrits de son apparition et se mit à voler tranquillement pour se place devant Daisho qui était a genoux arme à terre en regardant le sol. Le dieu regarda les hommes d'un air amusé et dit en faisant apparaitre un trone de crane.

-Et bien, voilà longtemps que je n'ai pas vu notre chère shaman combattre. De toute façon qu'il gagne ou perd cela ne chance rien, vous serez sous mes ordres humains, comme c'est petit orks docile, huhuhu.

S'assayant sur son siège, Zilfallon fit apparaitre une coupe de vin et la bu tranquillement en regardant le chef ork tailler en pièce le pauvre humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melpomène d'Ambre

Déesse d'Ambre

________________

Melpomène d'Ambre
________________


Race : Seïrdan
Classe : Déesse d'Ambre
Métier : Mercenaire
Croyances : Aucune
Groupe : Démons

Âge : Autour de deux siècles

Messages : 207


Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] _
MessageSujet: Re: Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]   Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] EmptyVen 19 Aoû 2011 - 9:33

Le combat devient intéressant. Conscient que sa force brute ne suffira pas à atteindre ce guerrier insaisissable, l’orc se résout à utiliser sa magie. Les projectiles enflammés nous surprennent tout autant que le Khal, et les chevaux s’écartent immédiatement prudemment en piaffant, tentant d’échapper à cette menace terrible. Restée dans un coin, je flatte l’encolure de ma monture d’un geste apaisant. L’hongre tremble mais la pression ferme sur son mors ainsi que sur ses flancs le convainc qu’il est en sécurité.

J’admire toujours le combat, louant l’agilité du Khal, prête toutefois à sauver ses hommes s’il devait tomber. La vie d’un guerrier peut être courte, elle l’est même en général. Je suis une exception du fait de ma naissance supérieure en ce domaine… Si cela finissait par sentir le roussi, j’encouragerais les hommes à se replier. Ils ne m’écouteraient probablement pas, mais même à cheval, nous sommes trop peu pour réduire ces orcs à l’état de simple bouillie.

Tandis que je m’abandonne un instant à ses réflexions, une main caressant distraitement la garde de l’Ebène à mon flanc, des cris se mettent à retentir chez les orcs. Un nom, hurlé en boucle, résonne dans l’air, s’élève dans la chaleur de la journée. Zilfallon semblerait-il… L’intérêt soudain ravivé, je braque mon regard de glace sur l’autel étrange qui semble s’agiter. Il se déchire soudain sous l’impact d’une force intérieure, se craquelle, laissant apparaître une créature humanoïde parée pourtant de deux ailes. En grand seigneur, il s’envola de son point de départ pour s’asseoir sur un trône qu’il a fait apparaître du néant.

Ce n’est pas un simple mage humain. Loin de là. Je pencherais plutôt pour la marque de Vein sur ses traits cupides. Son rire fend l’air. Sa déclaration me donne des nausées. Croit-il réellement un seul instant que les Dothrakis se plieront à sa volonté ? Croit-il que ce peuple fier s’en laissera conter ? Je ne le permettrai pas !

D’une légère impulsion en arrière, d’un léger tiraillement sur le mors, je donne l’ordre à ma monture. Avec conviction, l’hongre se hausse sur les postérieurs, battant l’air de ses membres tandis que je dégaine l’Ebène et la pointe vers le ciel dans un geste de défi. Très convenue comme image, mais toujours si efficace pour capter l’attention. Ma voix porte sur la plaine.

« Démon ! Croyais-tu pouvoir continuer à abuser ces êtres comme tu le fais ? Ton temps est fini, la sentence a sonné, et j’en suis l’instigatrice. Démon ! Rends toi à ma raison et meurt en mâle libre ! »

Mon cheval a reposé ses quatre pieds. D’une légère pression, je l’invite à avancer. Il tombe dans un pas léger qui me convient à la perfection, me permettant de savourer chaque seconde des émotions que je vois se succéder sur le visage désormais diaphane du démon. Il a reconnu une de ses semblables. Il a reconnu une de ses supérieures dans les terres du Vein. Il sait qu’il va mourir, il sait qu’il ne peut fuir sans se décrédibiliser totalement aux yeux de ses hommes.

Mon Ebène pointée sur les orcs à côté desquels je passe en invitation à ne pas bouger, je me rapproche immanquablement de lui, un éclat fauve au fond des pupilles. C’est un jour aussi bon qu’un autre pour mourir, n’est-il pas ? Je serai rapide, je me le promets. Après tout, cela fait des siècles que les démons jouent de leurs atouts pour s’approprier des armées ou des peuples… Il n’est pas plus coupable qu’un autre. Il est juste regrettable pour lui qu’il ait croisé ma route… En d’autres circonstances, il aurait probablement pu s’en sortir je le crois.

Mais aujourd’hui, la sentence doit être rendue. Je veux son sang sur ma lame. Je veux sa mort contre ma peau. Je veux son dernier rauque glissant sur ma gorge. Le sentir défaillir. Le sentir s’abandonner. Le sentir mourir.

Son temps est achevé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Drogo Saro



________________

Drogo Saro
________________


Race : Homme des Steppes
Classe : Barbare
Métier : Émissaire de l'Est
Croyances : Les anciens
Groupe : Rébellion

Âge : 102 cycles d’existence.

Messages : 25

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] _
MessageSujet: Re: Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]   Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] EmptySam 20 Aoû 2011 - 20:19

Utilisant a la fois de magie et d’attaques physiques pour mettre a terre le guerrier qui se dressais devant lui. Le Shaman commença a s’enrager. Malgré tout le self-control dont pouvais faire preuve cet orque hors-normes. Il ne résisterait plus très longtemps a la rage qui coule dans ces veines. Jusqu’au moment ou le ciel se craqua. Et que les orques, tous, s’agenouillèrent avant de hurler quelque chose dans leurs langue, un prénom, qui martelais les collines tel un marteau. Zilfallon, Zilfallon. Les montures commençaient déjà a trembler sous le changement brusque d’atmosphère, quand apparu le démon en question. Cette.. Chose, riait d’avance en regardant le futur massacre des cavaliers. Le Khal n’allait pas laisser un Dash détruire ces hommes. Son apparition, quand a la surprise du Shaman, décupla la rage du Khal, qui commença a attaquer avec une puissance que le Shaman n’imaginait pas chez un homme.

Soudainement, il entendit un cri féminin. Se retournant, le Khal vit la Lajak Chiori se jeter au combat, défiant le démon. Un sourire victorieux s’éleva et se mit orner le visage du guerrier. Il leva son poing en un cri de défi. Que les Dothrakis prirent en cœur, en guise d’encouragement pour la femme guerrière.

Un coup de poing dans l’estomac le ramena a son combat, après quelques passes d’armes d’une force brute. Le Khal commença a prendre le dessus. Un coup de genou dans les côtes par ici, puis un coup de tête dans l’estomac et un coup du tranchant de l’Arakh en plein torse. Ainsi continua le combat durant de longues minutes. Après une passe d’arme trop rapide pour le chaman. Le Khal plaqua la partie de sa faux contre la taille de l’orque et hurla.


« Tu es mort. »

Tirant d’un coup sec, ouvrant tout l’estomac de l’orque a partir duquel tombèrent ces tripes. Qui furent retenues par les veinures. Profitant de l’instant. Le Khal le força a mettre genou a terre. Puis lui trancha la gorge d’un petit coup d’Arkah plongeant sa main dedans. Il arracha la trachée. Et la brandit au ciel, victorieux. En attendant une réaction de la part des orques. Qui semblèrent absolument abasourdis par la victoire de l’homme.

« Khal Ahhas Arakh ! »

Il se tourna vers les orques. Son trophée encore en mains. Et regarda la Chiori se jeter sur le démon dans un corps a corps effréné, le Khal avais un sourire au lèvre voyant cette peau d’albâtre se battre avec une fougue qu’il ne croyais pas chez les Chioris, il l’admira même le temps du combat. Détaillant chacun de ces mouvements. Patientant, attendant le verdict
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Daisho WindTotem



________________

Daisho WindTotem
________________


Race : Orc
Classe : Guerrier
Métier : Guerrier et Mercenaire
Croyances : Vénére le dieu Zilfallon (qui est en fait un démon mineur qui se fait passer pour un dieu devant son clan pour faire la guerre avec ces orc et s'amuser à faire des massacres)
Groupe : Clans

Âge : la Trentaine

Messages : 20


Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] _
MessageSujet: Re: Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]   Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] EmptyDim 21 Aoû 2011 - 0:45

Le duel entre son chef et l'humain, l'arrivait du dieu Zilfallon,la provocation de cette étrange femme blanche contre son dieu. Tout cela était complétement au dessus de la plupart des orks,trop concentré à hurler de rage en tapant sur les armes et à encourager leur chef qu'ils ne voyaient pas se tournant dans l'histoire de leur clan.Daisho lui voyait que quelque chose était sur le point de changer, qu'une page de son histoire aller être complètement chambouler, Shakti-lar combattait rarement, son lieutenant se demander encore pourquoi cette ork si fière et qui évitait tout conflit par le passer, avait put laisser ses instinct animal reprendre le dessus. La venu de leur dieu aussi le déranger, même si pour Daisho cette étrange créature n'avait pas vraiment l'allure d'un dieu, il ressemblait plutôt à un mage humain. Mais ce qui était étrange pour lui s'était cette expression sur son visage, lorsqu'il avait vu la jeune femme le défier, l'on aurai dit de la peur ou quelque chose comme ça.

Notre ork devait surement se trompé car un dieu n'a pas peur...N'est pas? Alors qu'il était en pleine réflexion sur cela, notre lieutenant revint sur le combat, il écarquillé les yeux, il n'arrivait pas à y croire, il voyait une lourde masse à terre, le ventre ouvert, mais ce n'était pas un humain, c'était le shaman! Leur chef avait perdu !! Un moment de silence s’installa dans les rangs orks, ils n'arrivaient pas à comprendre comment ce géant de la nature pouvait avoir était vaincu! Un grognement sourd commença a sortir de la gorge des peau-vertes, qui n'allaient pas laisser cela ce passer ainsi, ils réclamaient vengeance! Des voix commençaient déjà a sortir des rangs, mais un grognement impressionnant ce fit entendre, les stoppant dans leur élan. Daisho venait de puissant un hurlement pour les calmer avant que cela n'empire, il se retourna vers ses frère d'arme et parla d'une voix forte.

-Mes frères! Aujourd'hui notre chef est mort, mais ce n'est pas la fin ! Un nouveau chef est née et bien qu'il sois humain nous ne pouvons nous y défère, tant qu'il sera en vie, nous devons lui juré fidélité! Souvenait vous pourquoi vous etez des Blackrock! Nous nous somme juré de ne plus être traité comme le sont la plupart de nos semblable! Nous avons juré que cela changerai et que nous aurions un jour cette terre que nous avait promit notre défin chef! Mais à cause de ce faux dieu !

L'ancien bras droit pointa le démon qui était en plein combat avec l'humaine, Daisho profité du fait qu'il sois en difficulté pour enfin enlever le voila de mensonge qu'il avait jetter sur son clan.

-A cause de cette larve mes frères orks, ce minable à envouté notre chef et la utiliser comme le fesait nos anciens maitres! Mais maintenant cela prend fin avec la venu de ce nouveau chef ! Alors mes frères? Etez-vous avec moi ou préférer vous continuer de suivre cette imposteur?!

Un nouveau silence s'installa, seulement briser par le combat entre le faux dieu et l'humaine à peau blanche. Puis doucement une voix s'éleva, d'abord faible, elle devint très vite une acclamation en puissance de la part des peau-vertes.

-Khal!Khal! Khal! Khal!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melpomène d'Ambre

Déesse d'Ambre

________________

Melpomène d'Ambre
________________


Race : Seïrdan
Classe : Déesse d'Ambre
Métier : Mercenaire
Croyances : Aucune
Groupe : Démons

Âge : Autour de deux siècles

Messages : 207


Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] _
MessageSujet: Re: Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]   Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] EmptyLun 22 Aoû 2011 - 16:00

Instant hors du temps de la Mort qui se rapproche. Nous le savons, tous les deux. Nous connaissons immanquablement l’issue de ce duel. Il pourrait fuir. Il pourrait encore sauver sa peau. Ce serait bien plus logique d’ailleurs. Pourtant, tétanisé sous mon regard de glace, il ne bouge pas. Il attend, apeuré, effaré, immobile, en sursis.

Arrivée à quelques pas de lui, ma monture s’arrête sous un léger ordre. Nous nous comprenons mieux chaque heure qui passe. Peut être bien au fond que nous pourrons faire de grandes choses ensemble un jour… Pour le moment, contentons-nous de cette entente… A défaut de mieux.

Je saute élégamment à terre. Fin nuage de poussière annonciateur d’une fin certaine. Un pas. Le rictus se fige. Un second. Le cœur s’accélère. Un troisième. Il manque défaillir. Une moue amusée à mes lèvres.

« Implore ma pitié, démon. Jette-toi à mes pieds, et peut être alors te ferai-je l’honneur d’être brève. »

« Chienne Seïrdan, crève ! »

Moue amusée devient rictus mauvais. Il a pris sa décision. En toute connaissance de cause. Il a voulu demeurer provocateur… Il le paiera, très cher. Plus qu’il ne peut l’imaginer.

Avec rage, il se jette sur moi. Il a dégainé une lame courte et vicieuse, mais sa taille supérieure à la mienne lui donne un avantage. Inutile. Premier échange de coup. Il est rapidement renvoyé à ses pénates d’une puissance farouche. Il gémit, prenant conscience de sa fin proche. Ces démons mineurs sont si risibles…

Je le vois se concentrer. Ses yeux s’étrécissent, sa bouche accuse un tic nerveux. De la magie maintenant… Une tentative de manipulation si j’en crois ma nuque qui se hérisse. Un instant de flottement… L’Ebène fait barrière bien entendu, comme à l’accoutumée. Toutefois, ma mine se fait hagarde, effarée. En voyant son air victorieux, je sais que j’ai touché juste. Avant qu’il ne puisse s’en congratuler à haute voix, mon rire m’échappe. Démoniaque… Son sourire disparaît, ses traits se convulsent. J’ai attaqué. Une longue ligne rouge en travers de son ventre. A ne pas porter d’armure… Il tente de riposter, mais je l’esquive, l’affublant d’une nouvelle plaie, toute aussi élégante. Le début d’une longue série. Nulle pitié.

J’en ai assez. Lardé de mes coups, il ne m’importe plus. Pénétrant le périmètre défensif du démon, j’écarte sa lame d’un revers de la mienne, bloque son poignet plongeant en protection d’une prise de fer, et lui assène un genou magistral dans le ventre. Sa douleur le plie en deux, me donnant l’occasion dans la même foulée de réduire son nez en charpie.

Le cri qu’il laisse échapper réveille mes pulsions meurtrières de telle manière que je le rattrape par le col. Il a voulu me défier ? Qu’il comprenne sa douleur. Sans aucune douceur, sans tenir compte de ses pleurs intermittents, je le traine jusqu’à un arbre proche. Le plaquant contre le tronc en le soutenant de mon corps, je pratique une fouille méthodique. Plusieurs lames. Excellent.

Les armes trouvent rapidement leur place dans ma main tandis que je le regarde avec morgue.

« Tu as voulu jouer. Tu as perdu. Si tu avais su rester à ta place… tu ne serais pas ici. Comme ce ne fut pas le cas… »

Trop ébranlé encore pour rétorquer, il demeure amorphe. Je tire une de ses mains jusqu’au tronc. Une dague effilée est choisie. Sa pointe est posée un instant contre la paume. Un éclair de lucidité dans son regard me souligne qu’il a compris au moment où j’appuie doucement contre la peau. Son hurlement déchirant ne me tire que plus de satisfaction tandis que je poursuis ma sombre besogne. Le sang goutte, puis coule. La chair est traversée, m’obligeant à donner un grand coup sur le pommeau pour que la lame morde le bois. Le démon me supplie désormais. Ses grandes ailes déchiquetées s’agitent, mais je n’en ai cure. Je recommence l’opération sur son autre main, satisfaite en le voyant clouée contre l’arbre.

« Bien, passons à la suite désormais. »

Entrainée dans le sang, je n’ai plus la moindre conscience de ce qui se passe autour de moi. Seule je compte, ainsi que ma victime. Délicieuse victime. Ses pleurnichements sont autant de nouveaux plaisirs qui glissent en moi. Et son sang… Merveilleux sang avive mes sens, délecte mon Ebène.

Dans un craquement, je déchire sa magnifique tenue d’apparat, dévoilant son corps glabre. Le rire qui m’échappe perce un peu plus son amour propre. Toutes les tortures. Tous les sévices… Mon épée noire retrouve ma paume. Elle sait ce qui va suivre. Elle savoure par avance ce moment. Effectivement, de sa pointe, avec habileté, je trace sur la hanche de ma proie quelques traits stylisés représentant le Château. Il hurle de plus belle, mais je n’en ai cure. Le dessin est toujours aussi fidèle, aussi beau. Le dessin est désormais gravé dans sa chair.

« Tu veux connaître la fin maintenant ? Je vais te laisse croupir là. Oh, tu vas réussir à t’échapper, j’en suis certaine, et je ne ferai rien pour t’en empêcher. Toutefois, chaque jour, tu te souviendras de moi. Tes plaies ne cicatriseront pas. Jamais. Elles vont s’infecter. Terriblement s’infecter. Jusqu’à ce que la douleur soit insupportable… Et pourtant, aucun démon ne t’achèvera. Ils reconnaitront la marque sur ta hanche. Ils reconnaitront le symbole d’Ambre, et ne voudront pas s’exposer au courroux familial. Alors, ta seule solution, la seule qui te restera, sera de mettre fin à tes jours. De toi-même. Etre assez courageux pour ôter ton dernier souffle. »

Une voix de plus en plus lugubre. Tout n’est pas vrai bien entendu. Les autres démons n’en auront absolument rien à cirer du signe d’Ambre… Qu’il le croit pourtant pourrait l’encourager plus vite que prévu à débarrasser le Vein de son existence. Et j’y ai pris beaucoup de plaisir. Comme toujours…

Je caresse sa joue avec une délicatesse étrange suite à ce qu’il s’est passé, puis le relâche. Me retournant. L’atmosphère a changé du tout au tout. Le Khal est debout, victorieux. Les regards sont tournés vers moi. Je souris élégamment, avant de m’approcher du chef barbare de ma démarche féline. Les étoiles dans ses yeux m’annoncent sa joie d’avoir vaincu, mais j’y lis aussi autre chose. Qui m’inquiète. Avec rapidité, dans sa langue, il m’explique quelque chose. Je sens son exaltation. Je sens sa joie. Toutefois, je ne comprends pas grand-chose, l’esprit encore un peu trop accaparé ailleurs.

Seuls le mot esclave ressort à mes oreilles. Ce que je craignais. Dans mon dothraki primitif, j’essaie de m’expliquer. A grands renforts des mots de la langue commune de ces terres de temps en temps, je lui souligne que l’esclavage nous aliénerait les orcs. Qu’il nous les faut libres. S’ils font serment de nous suivre, ils le feront. Ils aiment trop le sang pour ça. L’esclavage ne mènerait à rien…. C’est ce que je tente d’expliquer… Avec difficulté, mais néanmoins sans faillir. Oui, je crois avoir pris à cœur les intérêts de ces barbares…

Si je veux avoir ma chance de combattre à leurs côtés, il me faut leur enseigner les pratiques du Nord. Mettre à leur service mes connaissances multiples. Nos routes sont liées désormais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Drogo Saro



________________

Drogo Saro
________________


Race : Homme des Steppes
Classe : Barbare
Métier : Émissaire de l'Est
Croyances : Les anciens
Groupe : Rébellion

Âge : 102 cycles d’existence.

Messages : 25

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] _
MessageSujet: Re: Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]   Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] EmptyMar 23 Aoû 2011 - 23:59

Enfin, le duel étais terminé. Le Khal, victorieux sentait sa poitrine battre avec puissance. Il se dressa et hurla le cri de guerre du Khalassar, que les orques reprirent en boucle. Insolents qu’ils étaient, avaient-ils la moindre petite idée de ce que leurs réservait la honte de la défaite ? Une vie de servitude.. Voilà tout. Tout ce qu’ils pourraient recevoir et tout ce qu’ils aurons. Bien que leurs capacités guerrières seraient misent en valeur. Ils ne seraient que des esclaves.

Des esclaves, parmi tant d’autres. Entamant un discours rageur. Le Khal levais le poing, martelant ces mots dans toute la puissance du timbre qui résonnait dans la vallée.

Le massacre du démon par la femme a peau albâtre, vint emplir son cœur d’une fierté, a nouveau. Il inclina la tête devant la Chiori honorablement quand celle si vint lui exposer un plan. Après un grognement de mépris, il fini par la féliciter. Et s’inclina légèrement devant elle. Levant une main, il désigna celui qui semblait être le plus apte a être un sous commandant. Un qui avais mis un peu de temps a ployer le genoux. Sans le savoir, il venait de choisir Daisho. Et se mit a parler d’une manière simple.

«  Toi, Ouruk, toi devenir.. Chef Ouruk.. Toi lié a Khalassar, toi auxiliaire, toi répondre a ordres de moi, toi accepter ? »

Après quelques tentatives infructueuses, le Khal commença a parler avec un peu plus d’assurances, lui proposant de devenir un chef, un chef des auxiliaires liés a la volonté de Drogo. Ils seraient une force de frappe brutale, le sang coulerait a flots pour eux aussi, et la gloire des batailles sera partagées avec eux comme des frères. Insistant évidemment dans son parler avec l’orque, qu’il comptait de leurs part une fidélité aussi forte que celle de leurs anciens chefs.

Attendant la réponse de Daisho. Le Khal jaugea l’orque immense devant lui. Il ne sentais aucune peur, et même une légère noblesse en lui. Un léger sourire se dessina sur ces lèvres quand a sa réponse. Suite a quoi, il retourna vers sa monture, grimpant dessus avec agilité. Tendant une main vers Mel’, souriant a cette dernière, l’air particulièrement fier de la compter des siens, l’aidant a monter avec sa grande force sur son cheval, pas qu’il considérais qu’elle n’étais pas assez forte pour. Mais il voulait lui faire l’honneur de l’aider a monter sur son cheval. Encore une autre des coutumes Dothrakies. Donnant les instructions de l’appel du Khalassar, il lui intima l’ordre de ramener les orques a leurs forteresse, et lui, de venir le rejoindre au siège du Khalassar dans un jour prochain.

Sur ce, le Khal repris sa route avec Melpomène et sa garde. Le prochain obstacle serait les grands canyons bordant les plaines des Dothrakis.


[Post fini pour moi, désolé mais j'ai vraiment eu du mal a trouver une fin convenable, ma boite a MP est ouverte si l'un de vous deux a une remarque a faire :/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] _
MessageSujet: Re: Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]   Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Orques du nord, la chute du faux dieu. [PV : Drogo ; Melpo ; Daisho]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Collines-