''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'intrusion de l'Ombre [PV Lïsa Guatile]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Cayn Howl



________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon Commun
Classe : Lame Noire
Métier : Ombre - ancien Contrebandier
Croyances : Aucune
Groupe : Alliance des Ombres-Confrérie des Ombres

Âge : 29 ans

Messages : 85


MessageSujet: L'intrusion de l'Ombre [PV Lïsa Guatile]   Mer 17 Aoû 2011 - 1:30

Les grandes plaines de Feleth, destination fertile où le poignard de l’ombre sévirait. C’est du moins ce qui était prévu, répandre le sang d’un ancien. Ce vétéran ninja, membre d’un clan secret surnommer Expänt, goûterait au courroux d’une guilde sans scrupule. Le pauvre vieil homme, vivait en exil de sa patrie, patientant la dernière et douce note finale de son existence. Bien évidemment, il ignorait qu’elle prendrait terme dans une aversion sanglante, car il était la clé pour parvenir à un objectif bien plus ambitieux…

Hélas, Cayn était chargé de s’en prendre à la sagesse du troisième âge et bien qu’il ne portait pas les gens dans son cœur, s’en prendre à une victime du temps ne l’enthousiasmait pas le moins du monde… Mais les ordres étant les ordres, il accepta sans broncher et se mit en route. Quittant l’antre de la confrérie des ombres, il soupira longuement. Une fois qu’il aurait quitté les artères de Venill, fini le rhum entre confrères sur la digue et terminé les festivités locales qui promettaient pourtant un véritable divertissement. Mais passer le plus clair de son temps libre à festoyer risquait de ternir sa réputation au sein de la guilde, chose qu’il ne pouvait en aucun cas tolérer. C’est donc les pieds lourd qu’il avait accepté son nouveau contrat, sortant étrangement de ses missions coutumières. Cayn se rappelait encore de sa réaction face au membre du conseil.

*

-Tu te fou de moi Jasper ? Je dois m’en prendre à une vieille peau qui n’a même plus toute ses dents ? En plus d’après ton croquis, il à besoin d’une canne pour soutenir ses jambes !

Jasper se grattait l’arrière du crâne, difficile de faire face à Cayn qui malgré son poste inférieur hiérarchique, parvenait à intimider ses supérieurs.

-Ecoute Lame… (Oui, il s’agit là de son surnom d’assassin). Le Conseil à certifié que cette mission était de ton ressort, tu sais très bien qu’on te confie toujours des missions périlleuses, il en va de même pour celle là !

-Pourquoi ? explosa le mercenaire, t'as peur que son dentier vienne à bout de mon épée ?

-Ce n’est pas ça… Mais disons que tu comprendras une fois sur place. Irham t’attend dans les plaines de Feleth, quand t’auras rempli ton devoir, pars à sa rencontre, il se trouvera dans la même bourgade que le vieux, dans une auberge qu’on appel « La bière sur le gâteau ». Qui soit-dit en passant, fait des merveilles en pâtisseries !

Cayn lui jeta un regard sombre, il se foutait de lui c’était impossible autrement ! Faut dire que Jasper était le membre du Conseil le plus simple, appréciant les bonnes choses, donc pour le coup de là pâtisserie, il irait quand même vérifier… surtout parce qu’on y trouvait de l’alcool dedans !

-Bon et ensuite quoi ?

-Ensuite rien du tout, tu rapportes la tête à Irham et il te fera un briefing pour la suite des évènements.

-Et pourquoi on ne me met pas au parfum directement, plutôt que jouer toute cette mise en scène ?

-Parce que Lame, si on te disait tout de suite l’objectif de ta mission, tu ne voudrais même pas l’accomplir et ça fait déjà un mois que tu es resté inactif ! Il est temps que tu reprennes du service… que la quête te plaise ou non.

-Hum… je dois bien avouer que je n’ai pas forcément envie de l’accomplir quand vous jouez au cachotiers avec moi, surtout que je dois m’en prendre à une personne âgé. Mais bon, je vais me mettre en route, comme ça plus vite parti, plus vite fini…

-Voilà, ça c’est un bon état d’esprit ! et si tu peux ramener un de leur superbe gâteau à la liqueur je te serais infiniment reconnaissant !

-C’est ça… siffla Cayn avant de quitter le couloir.

*

Après une semaine de voyage, filant à dos de montures, il était enfin parvenu à ce village isolé au milieu de ce désert verdoyant. Pinäs, patrie dont la plupart des touristes ne représentaient que des nomades ou des mercenaires, tout comme lui. Peuplade occupant un seuil de trois cents habitants et poursuivant sa longévité grâce au cours d’eau qui bordait son flan. Le commerce étant des plus simples, Cayn ne s’y attarda pas davantage, près à remplir cette quête tournant presque au ridicule.
Parvenant à une auberge modeste, nommée « la brasse cuivrée», il traversa son battant pour en inspecter les occupants et surtout pour étancher sa soif. Le comptoir lui permettrait d’écouler les heures restantes avant d’attaquer son objectif qui se ferait au cœur même de la nuit. Le crépuscule pointait ses derniers rayons à travers un semblant de fenêtre, l’attente risquait d’être longue…

Quand la plupart des clients avaient quitté l’établissement, ne laissant que quelques ivrognes affalés dans leur soupe, Cayn abandonna son tabouret pour rejoindre le froid mordant de la nuit. Son premier souffle à l’extérieur de l’auberge, lui parvint comme une nuée de vapeur. Il ne s’en formalisait pas et emboitait la direction du vieil ermite…

Atteignant une masure déplorable, dont les volets pourrissaient par le manque d’entretien, il en fit le tour pour finalement y discerner un angle mort. En effet, par une cascade de fougères, la fenêtre d’un premier étage lui faisait de l’œil. Elle était parfaitement située en dehors du champ d’action des regards indiscrets. Sans perdre une miette de plus, il entreprit d’escalader ces plantes pour finalement forcer l’entrée qui n’opposa aucune résistance. Après tout, le châssis occupait certainement quelques champignons qui en facilitaient largement l’ouverture.
Une fois à l’intérieur, il se trouvait sur un palier, l’escalier menant au rez-de-chaussée sur sa droite et une porte en bois juste face à lui, à côté d’un meuble dépourvu de charme.
Cayn avançait à pas de loup, prestation remarquable en vue de ce parquet qui grincerait même sous la foulée d’un insecte ! Ne se retrouvant plus qu’à un coude de la porte, il pouvait percevoir le souffle rauque du vieil homme, un souffle lent et tranquille, patientant l’arrivé d’une matinée qui ne viendrait jamais…
Poussant la clenche, il utilisa son épaule en douceur pour ouvrir le battant. Il put entrevoir le ninja sur sa couche, complètement évaporé dans son sommeil. Cayn fit quelques pas dans la chambre, dégainant une dague en toute discrétion. Il vint jusqu’au chevet du vieillard mais lorsqu’il balança sa dague, visant la poitrine, le vétéran ouvrit les yeux et esquiva le coup au dernier moment !
C’était incroyable ! Impossible de simuler son état de sommeil, ce vieil homme n’était pas un ancien ninja pour rien ! Parvenir à se réveiller dans un puissant élan de survie, c’était simplement mirobolant mais aussi affolant car la tournure des évènements virait au rouge…

Le vieillard tenta d’apercevoir l’assassin mais l’obscurité dissimulait ses traits… Qui êtes vous ? Sortez immédiatement d’ici ! Je ne suis plus une menace pour qui que ce soit alors laissez moi tranquille !

Bien sûr, Cayn s’abstint d’émettre un commentaire, mieux valait en finir au plus vite. Peut-être était-il un ninja par le passé, mais ce vieil homme souffrait autant de la vue que de l’ouïe, il se ferait facilement abusé par une feinte !
Projetant sa dague, volontairement à côté de sa cible, il obtint une esquive du vieillard qu’il anticipait depuis le début. L’épée de l’assassin fut dégainée dans un éclair de secondes et l’instant suivant, elle traversait le poitrail de l’ancien.
Cayn murmura alors ses derniers mots à ce pauvre homme, sans doute rongé par la culpabilité.

-Grand-père… Reposez en paix et retrouver les vôtres…


*

Le lendemain, Cayn atteignait l’auberge de « La bière sur le gâteau », apportant la tête d’un vieillard, pressé d’en finir avec la monstruosité de son acte… D’ici quelques heures, tout le monde remarquerait un silence troublant et se permettront d’aller vérifier la maison du vieil homme, où ne restait plus qu’un corps imprégné de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lïsa Guatile



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Ninja
Métier : Maître d'arme
Croyances : Animiste
Groupe : Expänt

Âge : 20 ans

Messages : 22


MessageSujet: Re: L'intrusion de l'Ombre [PV Lïsa Guatile]   Jeu 18 Aoû 2011 - 9:14

" Ce... Ce n'est pas possible..."

Telle était la réaction de Lïsa Guatile, jeune ninja, à l'aube d'une journée ensoleillée. Après un long sommeil réparateur, elle s'était lentement réveillée pour se prélasser dans son lit quelques longues minutes. Son sourire étaient resté intact, jusqu'à ce moment. Elle se passa de l'eau froide sur le visage, puis s'habilla de son cuir habituel avant de descendre déjeuner. Elle était assise sur une chaise rustique, d'une solidité sans précédent. Son visage se raidit quand un volatile décida de s'introduire chez elle. Celui-ci était d'une éclatante beauté, mais il semblait maladroit et renversait tout sur son passage.

" Et oh le piaf, tu nous fais quoi ! "

Elle sauta de sa chaise pour assurer ses derrières, telle une ninja, puis sortit sa dague avant de la planter en une fraction de seconde dans le coeur de la volaille. Un fier sourire se dissimula derrière une sensation de culpabilité quand elle remarqua un bout de papier enroulé autour de la patte de l'animal.

" Tant pis.. "

Elle sourit, coupable, puis retira l'écrit de sa patte. La sensation du touché était incroyable.

" Expänt.. "

Elle se pressa de dérouler le papier. Il n'était pas bien grand, et semblait clandestin. Les mots défilaient... son visage s'assombrissait. Une fois le dernier mot lut, la jeune femme s'écroula nettement au sol, les jambes recroquevillées sur elle même, les cheveux raides, touchant le sol, cachant son visage. Elle poussa un cri de rage qui ne devait pas laissé indifférent ses voisins.. Lïsa se releva, les yeux humides, puis posa la feuille sur la table, où était écrit :

Il était grand, il était fort, il était humble, il était le meilleure... Il était ton maître, il l'était pour tous... Il était ton formateur, ton grand-père... Il n'est plus.
Les mots n'étaient pas suffisant selon son avis. Les yeux encore rouge de colère et de tristesse, Lïsa serra les poings, puis la mâchoire, avant de s'armer de ses dagues, puis de ses shurikens, et de quitter la tour.

" Je ne dois pas perdre une seconde... "

Et ce qu'elle fit. Il s'était passé à peine 6 minutes depuis l'arrivée de l'oiseau que la ninja, sure d'elle, s'était élancée dans un voyage d'une journée. Elle en avait même oublié sa nourriture..



~



Une journée s'était écoulée depuis l'arrivée de l'oiseau.
Lïsa n'avait pas fermé l'oeil une seule seconde, sans cesser de marcher. La soif se faisait maintenant ressentir, mais qu'importait.. Elle devait savoir.
Elle arriva enfin en haut d'une colline, ou on apercevait, en contre bas, les portes de l'entrée de son territoire. La jeune femme sentit son coeur se serrer, avant qu'elle décide de rejoindre ces frontières.
Arrivée au seuil, elle toqua... Une plaque de bois se décala, et un homme, vêtu d'un cuir, également, s'approcha d'elle, les mains croisées derrière son dos
.


" Qui etes-vous ? "

Lïsa se détacha les cheveux qui tombèrent en cascade le long de son dos, alors qu'elle souriait.

" Lïsa Guatile. "

Le visage de l'homme se décomposa.

"Lili... Viens là "

Lïsa alla se blottir dans ses bras, une larme roulant le long de sa joue.

" Quel plaisir de te revoir grand gaillard. "

" Et moi donc ! On ne t'avais pas vu depuis un moment ! Que deviens-tu ? "

Alors que les deux êtres échangeaient quelques mots, une femme surgit de derrière les portes. Elle semblait vieillit, et était ridée. Les yeux étaient rouges, et humides. Ses cheveux reflétait sa vieillesse par sa couleur grise.
La seconde d'après, Lïsa se retrouva dans ses bras, le visage enfouit dans son cou
.


" Mamka.. "

Les deux femmes échangèrent quelques mots expänt, avant que Lïsa se souvienne de son but.

" Mamka.. Monsieur Päul n'est pas... "

La mamka hocha de la tête.
Après cela, le temps passa rapidement. Un conseil eut lieu pour autoriser Lïsa à pouvoir entrer dans les terres Expänt, et lui permettre d'assister à l'enterrement du vieillard
.



~


Lïsa entra dans la demeure. C'était là où le vieillard avait été assassiné, hors de son clan, hors de ses terres.. La première chose qu'elle remarqua était l'odeur... Celle d'un vieillard qui avait fait son temps, sans l'avoir finit. Elle posa ses doigts sur la longue commode ou était disposés toutes ses dagues, shurikens, et autres armes. Le pouce de la ninja heurta la clés d'un tiroir, disposé sur la serrure. Elle l'ouvrit et y vit un croquis, représentant le sous sol d'une demeure. Elle plia le papier, et le glissa dans sa poche arrière avant d'atteindre l'étage.
La porte s'ouvrit. Elle vit dans son lit un homme, vêtu de son équipement de combat, les bras croisés, une dague entre les mains, les yeux fermés, la peau lisse et reposée. Lïsa courut à son chevet avant de tomber, à genoux, les sanglots plus lourds les uns que les autres...


Dernière édition par Lïsa Guatile le Ven 19 Aoû 2011 - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cayn Howl



________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon Commun
Classe : Lame Noire
Métier : Ombre - ancien Contrebandier
Croyances : Aucune
Groupe : Alliance des Ombres-Confrérie des Ombres

Âge : 29 ans

Messages : 85


MessageSujet: Re: L'intrusion de l'Ombre [PV Lïsa Guatile]   Jeu 18 Aoû 2011 - 17:46

L’auberge de la bière sur le gâteau accueillait un nombre important de visiteurs venus d’autres coins. Apparemment, les spécialités locales faisaient vibrés leur mérite dans tout le pays, de quoi tenter quelques saveurs… Cayn se pencha sur un morceau de tarte, mais il ignorait qu’on y glisserait une si harmonieuse quantité d’alcool. De quoi en reprendre sans percevoir la traîtrise du produit.

Mais l’assassin n’était pas là pour apprécier quelques douceurs, il devait rencontrer Irham, attablé contre une banquette et adossé à une extrémité de l’auberge. Cayn esquissa un large sourire, il connaissait par cœur les habitudes de ce membre du Conseil. Méfiant et autrefois assassin, il ne faisait à présent, que transmettre les ordres. Ce qui ne l’empêchait pas de surveiller ses arrières, d’ou le fait qu’il s’installait toujours contre un mur.

Irham encra ses yeux d’une teinte singulièrement violacée dans le regard de Cayn. Ce conseillé portait des accoutrements de cuirs grisâtres, recouverts eux-mêmes d’une cape noir au épaulettes d’acier. Ses cheveux mi- longs d’un châtain profond étaient bouclés tandis qu’une barbiche cascadait sous son menton. Son haleine évoquait la pâtisserie pleine d’eau-de-vie qu’il avait engloutie plus tôt.

-Alors Cayn, ce ne fut pas trop difficile ? Il paraît que l’allée était crottée par endroit ?

-Ne t’inquiète pas Irham, mes semelles n’ont heurtés aucune boue.

Bien évidemment, ce dialogue de sourd n’avait un sens que pour eux. Les assassins, entouré d’un public envahissant, se voyaient contraint de parler dans un dialecte codé. Irham lui avait en fait demandé si son adversaire ne lui avait pas donné du file à retorde. Tandis que Cayn lui répondit qu’il n’avait rencontré aucun ennuie.

-Je vois… reprit le conseillé. « Eh bien j’ai commandé une chambre où nous pourrons parler plus tranquillement…

Irham se leva, embarquant dans sa foulée quelques petits gâteaux. Cayn le suivit en prenant la peine de quérir une pinte auprès du tavernier. Atteignant l’étage après une brève attente, ils rentrèrent tout deux dans la chambre. Irham s’installa sur une chaise pendant que Cayn s’adossait en retrait d’une fenêtre à battant.

-Bon… Cayn maintenant que tu t’es chargé du vieillard… Je dois te dire ce qui t’attend et tu risques de ne pas apprécier, c’est pour ça que je suis chargé de te le communiquer en personne, sur les lieux…


Lame soupira, enfin il allait savoir ce qu’on refusait de lui dire depuis près d’une semaine et demi. Il sentait que ça risquait de le contraindre au plus au point, pour que ses supérieurs insistent autant sur l’aspect désagréable de son objectif…

-La victime va être vengé, puisqu’il s’agit d’un très vieux membre respecté d’un clan appelé les Expänt… Ce sont des ninjas ayant une formation offensive proche de nos affiliés mais en quelques peu plus… pacifistes.

-C’est tout ? Je dois juste m’attendre à des représailles ? S’informait Cayn, un peu soulagé, car il imaginait quelque-chose de bien plu dérangeant que cela. Irham le foudroya de son regard particulièrement menaçant.

-Non… La personne qui va te poursuivre sera une jeune femme, car c’est la seule qui sera en mesure de t’atteindre. Le vieil homme comptait beaucoup pour elle et comme elle ne peut retourner officiellement au sein de son clan, elle sera parfaitement libre de rechercher le meurtrier de son mentor.

Cayn souriait, une femme viendrait à sa rencontre pour clamer vengeance, ce n’était pas encore alarmant jusque-là, pourquoi le Conseil prenait-il des gants avec cette mission ?

Entre deux bouchées de gâteau à la crème, Irham reprit.

-Mais c’est là que tu vas protester ! Tu vas devoir aller à sa rencontre et te faire passer pour un membre de son clan…

-QUOI ?!!! gronda Cayn, frappant du coude la fenêtre à côté de lui qui se brisa sous le choc. « Je n’aime déjà pas les infiltrations et tu le sais très bien… mais en plus, jouer la comédie devant une proche du grand-père que j’ai massacré, c’est juste hors de question ! »

Irham se frotta les yeux, s’attendant à débattre longuement sur les obligations de son assassin attitré.

-Ecoute Cayn, même si tu n’aimes pas ça, tu n’es pas mauvais pour jouer la comédie… En plus, laisse moi te donner un détail qui risque de te sauver la mise… Le Conseil est courant pour ton manque d’activité, ce n’est pas un problème en sois, tu as déjà tellement fait pour nous mais… ils prétendent que si tu refuses cette mission, ils proposeront les contrats pour les démons aux autres mercenaires de la confrérie, ce qui t’empêchera de vaincre le mal qui est en toi. Sanction à la hauteur de ton devoir à accomplir car on sait tous que ça compte beaucoup à tes yeux…

-Bande de salauds, depuis quand on me tient par le chantage ? Si je ne retrouve pas ce foutu Mammon, jamais je serai libéré de ma malédiction, tu m’entends ? JAMAIS !!

Cayn secouait Irham par le col, il brandissait même un poing en signe offensif. Irham conserva son calme mais détacha la poigne qu’exerçait l’assassin sur son col.

-Fais attention à toi, tu parles à ton supérieur je te rappel. Maintenant tu la fermes et tu m’écoutes ! Si tu veux trouver le démon qui pourra supprimer ta malédiction tu n’as qu’à remplir cette mission et on fera tout ce qui est en notre pouvoir pour te rendre service… Tu vas donc te faire passé pour un collègue de la jeune femme qu’on nomme Lisa, si je ne m’abuse. Avec elle tu vas faire en sorte de trouver le meurtrier, écarte là de sa piste pour passer suffisamment de temps avec elle et découvrir où se trouve les Expänt.

Cayn sentait une migraine lui marteler les tempes. Il n’y avait pas beaucoup de chance de réussir cette mascarade.

-Elle va s’en rendre compte au bout d’un moment c’est une certitude, je peux pas faire semblant d’être l’un des siens pendant une éternité ! S’enflamma l’assassin.

-C’est pour cela que l’on t’as prévu un plan de secours… On détient sa sœur en captivité. Si elle découvre ton secret, menace là par le chantage et vient à bout de ton objectif ! J’espère juste que tu parviendras à sympathiser avec elle avant que les choses ne se compliquent…

-Oui bon… maintenant parle-moi de son clan, sinon ma crédibilité ne va pas faire long feu…

Quelques jours se succédèrent, pendant lesquels Irham lui parlait de la culture des Expänt, de leurs coutumes ainsi que de leurs devoirs. Il évoquait l’importance qu’avait eu le vieux autrefois et la situation actuelle de la jeune Lisa qui ne pouvait pas faire partie intégrante du clan à cause qu’elle ne trouvait pas son animal Totem. Irham lui apprit quelques langages de signes car une rumeur courait comme quoi l’enlèvement de la sœur de Lisa, avait causé un choc émotionnel lui ôtant l’usage de la parole. Cayn en avait profité pour râler une nouvelle fois en prétextant que ça devenait vraiment impossible, mais Irham n’avait aucune certitude de ses dires. Peut-être pouvait elle reparler à présent, le temps lui ayant permis de calmer son traumatisme.

Qu’importait, Cayn passait chaque soir dans les rues à proximité de la maison du vieillard, la jeune femme finirait bien par enquêter par là. La vengeance étant une émotion incontrôlable qui serait assouvie d’un moment à l’autre. Ce n’était plus qu’une question de temps et jusque-là, l’assassin ferait preuve de patience ; attendant l’heure pour débuter son intrusion…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lïsa Guatile



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Ninja
Métier : Maître d'arme
Croyances : Animiste
Groupe : Expänt

Âge : 20 ans

Messages : 22


MessageSujet: Re: L'intrusion de l'Ombre [PV Lïsa Guatile]   Ven 19 Aoû 2011 - 12:50

Le son d'une trompette retentissait au loin. Quelques personnes, en petit comité, vêtit entièrement de noir, les bras croisés, le regard vide, plongé dans le trou creusé à la main, où le cercueil allait demeurer. Une femme sanglotait, un tissus à la main.. Il semblait déjà avoir servit. Les coeurs étaient lourds..
Le son de la trompette retentis une nouvelles fois, alors que le cercueil prenait place. Lïsa prit une rose disposé sur une petite table à côté d'elle. Elle s'approche près de l'orifice, embrassa la rose, et la jeta sur la tombe. Mentalement, elle espérait qu'il l'entendrait.


" Repose en paix, comme il se doit, Monsieur Päul. "






Quelques jours s'étaient écoulés depuis la mort du ninja. Lïsa avait accepté de monter la garde nuits et jours dans la demeure où s'état déroulé le drame. Elle ne sortait que peu, et examinait chaque coin et recoin de la maison.
Assise sur une chaise, elle déplia le papier où un croquis avait été dessiné.


" Que cela peut-il bien vouloir dire .. "

Alors qu'elle réfléchissait, elle entendit le sol en bois grincer sous des pas lents et attentifs. La ninja, fière de ses réflexes, se leva tout en s'armant de ses dagues. Quelques secondes de tentions s'installèrent avant qu'elle aperçoive Nïna . Lïsa rangea ses dagues et vint se blottir dans les bras de son amie. Le silence se brisa quand les deux jeunes femmes s'installèrent autour de la table.

" Comment vas-tu ? "

Lïsa haussa les épaules sans répondre. Elle avait perdu pour la seconde fois de sa vie un être chère.

" J'ai l'impression d'avoir déjà assez pleurer dans ma vie.. Monsieur Päul laisse derrière lui des êtres tristes certes, mais fières d'avoir put connaitre un homme aussi brave qu'il l'était. "

Le manque de parole de la jeune femme lui donnait une crédibilité et une sensibilité plus importe que d'autre personnes. Le silence s'installa de nouveau alors que Nïna grimaçait. C'était chez elle un signe de compassion.

" Lïsa.. Je ne suis pas venue ici simplement pour te voir. Tu me diras par la suite que je suis parano, mais j'ai des doutes , des angoisses.. "

L'Expänt haussa les sourcils, et lui fit signe de continuer sa phrase.

".. Monsieur Päul, aussi merveilleux qu'il l'était n'était pas un saint , loin de là.. et... "

La jeune femme se leva, rageuse. Ses joues devinrent rouge, ses yeux plus sombre, et ses dents grincèrent.

" Comment ose-tu dire une chose pareille de ton formateur ? "

" Calme toi Lili. Je te fais part de mes informations. Tu serais priée de t'asseoir et de m'écouter maintenant. "

La jeune Guatile fit la moue, mais resta debout, les bras croisés, adossée au mur, le pied prenant appuie sur celui-ci.

" Je ne pourrais pas te dire que cela est vrai, et donc ne te le confirme pas.. Mais d'après Leo, et moi même, Monsieur Päul avait des antécédents plutôt en contradictions avec ce qu'il nous a inculqué.. Il était une sorte d'assassin chasseur de prime, et aimait le sang. "

Sa réaction ne se fit pas attendre. Lïsa plia le croquis pour le placer dans sa poche arrière, et d'un pas décidé s'approcha de la porte.

" C'en est trop. Si tu ne veux pas quitter les lieux, c'est moi qui le ferais. "

Ses yeux devinrent d'un noir sombre et profond. Elle disparut derrière la porte, en prenant soin de la claquer. Lïsa resta au seuil, dehors, quelques instants, les larmes menaçant de couler. Elle n'avait qu'une idée en tête, oublier.

Un quart d'heure plus tard, la ninja se retrouvait dans l’auberge de la bière sur le gâteau, assise au comptoir, une pinte à la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cayn Howl



________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon Commun
Classe : Lame Noire
Métier : Ombre - ancien Contrebandier
Croyances : Aucune
Groupe : Alliance des Ombres-Confrérie des Ombres

Âge : 29 ans

Messages : 85


MessageSujet: Re: L'intrusion de l'Ombre [PV Lïsa Guatile]   Lun 22 Aoû 2011 - 4:49

Citation :
Hommage à mon grand-père qui est décédé en ce dimanche, à 2 heures du matin.
Tu me manques et j’espère que tu ne souffres plus, là où tu te trouves…

Quand tu es parti, quelque-chose s’est brisé en moi
Pour faire simple, je ne pensais pas si proche de toi
J’aurais tant voulu profiter un peu plus de ta présence
Je n’ai pas fais les bons choix et en voici les conséquences

Je t’observe dans ton silence et tu sembles endormi
Mais je sais que tu ne l’es pas, j’en suis anéanti
C’est insoutenable, je n’ose plus te regarder
Rongé par l’amertume, ruminant les souvenirs du passé

Je me rappel d’une photo de toi,
Où tu me prenais dans tes bras
D’une époque où tu rayonnais
Pendant que tes enfants riaient

Mais comme tu n’es plus là,
C’est un grand vide que tu nous laisses en bas
Tu représentais tellement à nos yeux
Tu étais quelqu’un de merveilleux

Où que tu sois, jamais on ne pourra t’oublier
Car tu es dans nos cœurs, dans nos pensées…


Le silence fit place à l’ennui, et l’ennui fit place à la migraine. Patienter, attendre, des choses que Cayn n’avait plus l’habitude de faire. Pourtant, au bout d’un après-midi, il aperçut une femme atteignant la résidence… était-ce Lïsa, cette fille qu’il devait absolument duper pour triompher de sa nouvelle mission ? Fort probable, mais mieux valait attendre, la précipitation menait régulièrement à l’échec. C’est donc installé sur une terrasse, à portée de vue, que l’assassin demeurait. Mais étrangement, il attendait inlassablement, comme si la jeune femme ne parvenait pas à quitter la demeure de son ancien mentor. Une autre femme fit même son entrée, quittant vite l’observation curieuse de Cayn, pour se faufiler à l’intérieur. C’est quelques minutes après cela, que la première fille, correspondant aux critères de sa future proie, quitta la bâtisse. Elle prit un chemin qui n’était pas méconnu du mercenaire. Elle filait tout droit à l’auberge de la bière sur le gâteau. Un choix des plus judicieux, parfaitement adapté à une rencontre !

Cayn s’élança habilement dans cette direction, élisant la démarche d’un touriste fraîchement débarqué. Traversant le seuil de la buvette, il jeta un coup d’œil en direction des clients. Bien, elle était au comptoir, ce qui lui facilitait la tâche. Car si elle se serait attablé parmi ce foutoir, l’abordé aurait pu passer pour une intention inconvenante où pour une drague de bas étage. Même s’il pouvait encore jouer la carte des séducteurs, Cayn aimait bien surprendre les femmes et les saluer sans même qu’elles ne l’aient vu arriver. Un avantage qui étayait un certain grammage sur la balance.
Se glissant jusqu’au tabouret d’à côté, il fit semblant de rien et commanda raisonnablement un litre de bière. Obtenant un coup d’œil de la ninja, il réalisa à quel point elle avait… du charme ! Pourvue d’un physique plaisant, elle manifestait déjà l’attirance de Cayn mais en plus, les traits de son visage, assez fins et bien dessinés, lui donnait un fascié plutôt saisissant…


-Incroyable, elle est vraiment à tomber ! C’est dommage que je dois la duper… Oh et puis si je dois abuser d’elle, autant le faire dans les deux sens, si l’occasion se présente… * songea-t-il.

Pour l’occasion, Cayn portait malheureusement des accoutrements de voyageurs, donc quelque-peu usés mais en dépit de cela, ses vêtements étaient propres et son charisme n’en demeurait en rien ébranlé. Son plus grand atout étant son regard, d’une forme assez masculine et pénétrante, il pouvait faire fondre plusieurs femmes en jouant aux hypnotiseur ou même intimider des rustres, s’il devait en arriver là. De plus, ses iris d’un vert imprégné de gris, lui donnait un visage singulier. Pour le reste, Cayn avait le physique d’un homme bien bâtit, comme tout mercenaire, mais il n’était pas très grand. Frôlant tout juste le mètre quatre-vingt. Il portait souvent une barbe de deux-trois jours, renforçant son style de rebelle et embellissant son visage hâlé. Ce qui ne se voyait pas au premier coup d’œil, c’est que Cayn avait attaché ses cheveux à la sauce des samouraïs, car s’il les détachait, il porterait une toison d’un noir de jais qui descendrait un peu plus bas que ses épaules. Sa capuche recouvrant le tout, il donnait presque l’impression de porter des cheveux courts.

Après avoir bu quelques gorgés, il entama la conversation, réalisant que la ninja parvenait tout doucement à la fin de sa pinte.

-Si vous le désirez, gente dame, je peux vous offrir un verre… ou même deux qui sait… fit-il avant de l’égayer d’un sourire aguicheur. En attendant, je me présente... Cayn Howl.

Il lui présentait une main mais, avant même que son interlocutrice puisse répondre, il ajouta.


-C’est terrible ce qui est arrivé à ce brave Paul… Un si bon mentor qui meurt par la main d'un lâche... Vous devriez en avoir entendu parler, il s'agit du vieille homme qui a été assassiné il y a peu... non ? Il abandonna ses iris émeraude dans le regard si sombre et intense de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: L'intrusion de l'Ombre [PV Lïsa Guatile]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'intrusion de l'Ombre [PV Lïsa Guatile]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Grandes étendues-