''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Contes et légendes (Alie et ledha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Contes et légendes (Alie et ledha)   Mar 23 Aoû 2011 - 12:45

" Voulez-vous une boisson monseigneur ? "

La douce voix qu'entendit un Ledha affalé sur son siège, le regard vide et fatigué, était celle d'une des serveuses de l’auberge, dont la tenue avait atteint un équilibre parfait entre provocation et pudeur. Dévoilant un peu ce que les hommes voulaient voir, attirant le regard sur ce qu'ils devinaient. Ledha la regarda rapidement du regard.

" Non merci. " répondit-il avant de fermer les yeux. Il avait énormément cavalé ces derniers jours, et n'avait même plus la motivation de réserver une chambre. Il était très bien sur cette chaise. La serveuse se baissa légèrement, portant ses lèvres à son oreille, laissant voir "malencontreusement" sa poitrine grâce au décolleté.

" De la compagnie peut-être ? "

Au ton de sa voix, il s'agissait plus d'une invitation venant d'un désir privé que d'une proposition professionnelle. Il esquiva admirablement la question. " Plus tard, peut-être. Mes excuses, jeune fille, je suis fatigué. "


Elle lui lança un regard déçu, puis repartie en roulant ostensiblement des hanches. Ledha ferma les yeux. La musique venant d'un mini concert sur une estrade troublait sa recherche de calme. Après une vingtaine de minutes de "repos", il se sentait mieux, le malaise étant passé. L'ambiance en cette fin d'après-midi était joyeuse et teintée de mystère. Près du feu, une jeune femme dynamique et jolie racontait des histoires de morts qui se lèvent et de vieilles malédictions près des cimetières alentours de la ville, tranchant avec l’image du conteur forcément vieillard, ou forcément un séduisant barde.




Elle était la raison de sa venue. Enfin, l’histoire plutôt. Ledha n’avait pas eu le temps d’enquêter, étant en ville depuis quelques heures. Si cela était une réelle preuve de manipulation nécromantique dans le coin, il devait s’en charger. Eliminer un autre confrère du mage de sang lui serait très profitable. Qu’il ait échappé à ses attentions était déjà un bon indice sur son intelligence…



Il s’approcha et s’assit à côté des auditeurs de cette jeune femme. Avec ses mimiques faciales, ses gestes et ses intonations, elle semblait être une bonne conteuse. Il n’avait plus qu’a écouter, et réfléchir sur ce qu’il ferait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alie Colamenel



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Ensorceleur
Métier : Biblithéquaire
Messages : 36


MessageSujet: :)   Mar 23 Aoû 2011 - 21:07

Alie a envie de changement ce soir. La solitude qu’elle sollicite tant d’habitude commence à la lasser. Elle veut trouver de la compagnie et elle la trouvera. Ce soir elle laissera tomber le masque de la timidité et elle s’amuseras. Promis. Elle a entendu parler d’une taverne, l’Auberge des gobelins musiciens pour être plus précise. Rien que le nom lui donne envie. Elle imaginait déjà l’ambiance qu’il y régnerait. Pour cette occasion Alie, qui d’habitude s’habille quelque peu négligée avec un brin de provocation a revêtit une robe classe qui tout en restant un zeste naturelle la met en valeur discrètement. Sa belle crinière brune resterait libre comme à chaque fois. Et comme à chaque fois elle attirerait les regards. Son air rebelle et sexy faisait ce qu’était Alie mais rajoutez à cela une femme de caractère. Parfois un peu distraite et rêveuse mais… de caractère. Pourtant ce soir rester seule ne la tente vraiment pas.

Quand elle pousse la porte de l’Auberge pourtant elle n’a qu’une envie c’est de rebrousser chemin. Elle n’est pas comme ça à faire semblant d’être une fille qui se sappe bien et qui est sage. Elle n’est pas du genre à rester enfermer dans une pièce à boire de l’alcool. Son lieu favori c’est la foret et à la place d’être ici elle devrait certainement écrire un sonnet assise près d’un arbre en regardant le soleil se coucher. Mais qu’est ce qui lui prend ? Pourquoi elle ne s’en va pas et qu’elle continue d’avancer parmi la foule de gens qui boit à la vie ?

« Je veux de la poésie dans ma vie, oui de la poésie et de l’amour, l’amour bien plus que tout… »


Soudain une voix plus que les autres attira l’œil observateur d’Alie. Selon elle une femme était en train de narrer quelque chose à un certain nombre d’auditeurs qui semblaient emballés par ce qu’elle pouvait bien leur apporter.
Alie fronça les sourcils.

« C’est qui elle ? »

Son regard fut de suite attiré par les notes de musiques émises par le mini concert qui trônait dans la salle. Je vous l’ai dis, Alie est une fille un peu distraite. De suite, elle eut envie de faire quelque pas, mais seule elle aurait sans doute l’air étrange, surtout habillée de cette convenance. Elle recentra alors son esprit sur la femme et décida d’aller écouter ce qu’elle pouvait bien raconter de si intéressant.

Une ronde s’était naturellement construite autour d’elle et Alie se sentit comme de trop. Sans s’en apercevoir vraiment, une couleur se dessina plus forte que les autres. Le Rouge. Oui ce rouge là bas. Ce visage. Cet homme. Et cette pâleur… Serais ce un vampire ? Non il parait trop humain. D’habitude Alie n’a de yeux que pour les elfes mais ce soir on dirait bien que ses habitudes sont aux oubliettes. Que cherche-t-elle à fuir à ce point chez elle ?

Alie remarque au passage que l’homme est marqué au visage. Que peut bien être ces deux taches sous ces yeux ? Surement pas de simples cernes. Sa beauté la laisse de glace. Son air est dur voir mauvais mais cela ne l’arrête pas au contraire.

Sans écouter une seule fois sa conscience qui pourrait lui dicter de ne pas faire ce qu’elle est sur le point de faire, elle s’approche doucement mais surement de l’homme mystérieux tout en n’arrêtant pas de le toiser. Elle prit une chaise qui était à côté et s’assoit sans demander son reste, sans même une quelconque expression sur son visage.

- Vous croyez vraiment tout ce à quoi radote cette femme ? demanda-elle soudainement tout en oubliant de le fixer cette fois.


Dernière édition par Alie Colamenel le Mar 23 Aoû 2011 - 21:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Contes et légendes (Alie et ledha)   Jeu 25 Aoû 2011 - 20:21

Ledha buvait aux paroles de la conteuse. Ses histoires étaient sombres, dérangeantes, mais fascinantes. En général, il ne prêtait guère à ce genre d'affabulations. Mais ses récits n'avaient pas la précision ridicule des mensonges. Tout en étant plus "fins" que des rumeurs. De plus, la plupart des gens ici semblaient approuver. Il se retint de les interroger. Alors qu'il allait ouvrir la bouche, une femme l'interrompit.

- Vous croyez vraiment tout ce à quoi radote cette femme ?

Il se retourna vers elle. Ledha était toujours un gentleman, regardant le visage de ses interlocutrices, mais ses yeux firent un dangereux visage lorsqu'il engloba la robe de couleur crème et la poitrine legèrement révélée de son interlocutrice. Heureusement, il parvint à être à peu près discret. D'autant qu'elle regardait la femme, et ne semblait pas porter d'attention particulière. Il s'approcha très legèrement d'elle pour sentir son odeur. La lavande. Elle sentait bon la lavande. Son visage pivota de manière vive vers lui et il se recula legèrement. Elle fixa ses yeux bleus, et ils restèrent silencieux quelques instants, avant que Ledha rompe le contact pour regarder une seconde fois sa robe. Puis, son regard revint à la hauteur de celui de l'elfe, si on en jugeait ses oreilles. Il se mit à sourire de manière charmeuse avant de prendre la parole, répondant totalement à côté de la question.

" Ce genre de robe est particulièrement dangereuse ici vous savez. "

Il s'écarta legèrement d'elle, reportant son attention sur la conteuse. Les morts se relevaient des cimetières et attaquaient les passants. Un mausolée et un tombeau avait été violés et pillés. Déja une demi-douzaine de gardes avaient disparus.

" Je lui accorde le bénéfice du doute. Disons que ce genre d'histoires m'intrigue. "

Il reporta son attention sur l'elfe qui le regardait de manière... mystèrieuse, se demandant comment il devait se comporter en sa présence. Il jugea bon de se présenter. Il fit une révérence discrète, en restant assis, une main sur sa poitrine.

" Ledha, pour me présenter. Je suis archiviste. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alie Colamenel



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Ensorceleur
Métier : Biblithéquaire
Messages : 36


MessageSujet: Re: Contes et légendes (Alie et ledha)   Jeu 25 Aoû 2011 - 21:24

Je savais à cet instant qu’il me constatait mais il m’était impossible de le regarder dans les yeux. J’étais sur qu’il finirait par s’apercevoir que je faiblirais à la seconde ou ses yeux croiserais les miens, et ça, il en était hors de question. Je crois qu’il était en train de regarder ma robe et j’avoue avoir aimé cela. Oui j’aime qu’un homme me regarde. Malheureusement trop peu ont réussit à me regarder complètement, c'est-à-dire moi sans mon enveloppe charnelle. Trop peu ont réussit à me cerner à me comprendre. Au fond peut être que c’est mieux comme cela. Je sentis qu’il se rapprochait dangereusement mais doucement de moi et je m’en sentis mal à l’aise, après tout je ne le connaissais pas, qu’est ce qui me prenait de m’être aventuré dans ses parages ?

Je n’eus d’autre choix que de le constater afin de pouvoir me défendre si le besoin s’en ferait ressentir. On ne sait jamais. Pourtant c’est moi qui suis venu à lui, décidemment je dois être une fille étrange vu des regards extérieurs. Ses yeux bleus me percutèrent de plein fouet et je m’y perdis pendant quelques secondes. J’aime penser que le regard n’est que le reflet de l’âme. J’ai toujours cru à cette théorie et ce que celle-ci m’indiquait à ce moment là me plu beaucoup. Un ange passa et quelqu’un du se résoudre à parler pour briser le silence.

Ce fut lui finalement. Son sourire charmeur m’indiqua qu’il allait dire quelque chose d’agréable. Cette façon qu’il avait de me reluquer me désarmait, mais me plaisait plus que tout. C’était d’une virilité déconcertante mais en même temps d’une infime douceur comme il en manque que trop aujourd’hui.

" Ce genre de robe est particulièrement dangereuse ici vous savez. "

Je baissai les yeux tout en souriant, c’est fou comme je me sentais dans mon élément. J’écartais une mèche de cheveux qui me gênais la vue et répondit tout en le fixant d’un air sérieux mais charmeur :

-Je ne suis pas aussi fragile que je le parais. J’aime cette robe et je suppose que vous aussi, pour rien au monde je ne m’interdirais quelque chose que j’ai envie de faire. Je suis une passionnée mon cher et très peu de choses me font peur. Ici, par exemple ça pourrait être vous, mais comme vous le voyez je viens vers vous. Au fond ce qui est dangereux pour moi m’attire…

Il s’écarta de moi et recommença à écouter la conteuse.
Finalement il m’avoua que ce genre d’histoire l’intriguait.

-Je ne peux vous cacher que moi aussi, mais je n’aime pas les mensonges, ni les histoires racontées uniquement pour effrayer les habitants inutilement.

Sa main alla vers sa poitrine et pendant que j’admirais ce geste symbolique, les mots sortirent de sa bouche naturellement :

" Ledha, pour me présenter. Je suis archiviste. "


Mon sourcil droit se leva, je devais avoir l’air conquise de part cette annonce.

-Je suis Alie.

Ma main alla vers la sienne attendant qu’il la baise. Il semblait avoir des manières courtoises que je tenais à explorer.

-Et je partage avec vous le gout du papier puisque je suis…Bibliothécaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Contes et légendes (Alie et ledha)   Jeu 25 Aoû 2011 - 22:24

Ledha prit doucement la main de la jeune elfe prénommée Alie, et lui fit un chaste baisemain. Avec ces manières et l'habillement de l'elfe, ils détonnaient quelque peu dans l'auberge, sans compter l'apparence peu flatteuse de Ledha, avec ses vêtements loin d'être de première mains ou très élégants. Il se mit à chercher son regard, sans le trouver, Alie se révélant fuyante. Jeune ? Elle le semblait. Mais avec les elfes, on ne pouvait jamais être sûr de rien. Elle pouvait tout à fait dépasser les 250 ans si ca se trouvait. En tout cas, le mage de sang eut quelque plaisir à pouvoir utiliser les gestes aristocratiques dans lesquels il avait baigné durant son enfance. A côté des relations et des orgies incestueuses.

" Bibliothécaire ? Intéréssant... "

A vrai dire, il ne s'attendait pas à en trouver une dans ce genre d'auberge. Il aurait surtout pensé à une noble en manque de compagnie, au mieux. Il était trop curieux.

" Et dites moi, que fait une bibliothécaire elfe habillée aussi élégamment dans une modeste taverne de cette ville ? "

Il se leva et l'invita à le suivre vers une table isolée dans un coin (celle sur laquelle il était avant de rejoindre le public de la conteuse), avec deux clients attablés, ou plutot, affalés, sur cette dernière. Il fit signe à une serveuse d'apporter du vin, et vira les deux malpropres avec une forte odeur d'alcool, prenant ainsi possession de la table. Il tira la chaise pour l'elfe, et put se rendre compte qu'elle était bien plus petite que lui, l'archiviste dépassant la bibliothécaire d'une vingtaine de centimètres. Fine comme elle l'était, la robe soulignant ses courbes, elle avait le gabarit d'une petite soeur. Il prit ses aises.

Lorsque le vin arriva, il se mit à sourire, et crut bon d'expliquer.

" Dans les grandes villes, les rivières et cours d'eau sont souvent pollués par les lavandières, ceux qui pissent ou vident leurs ordures ou autres horreurs. Croyez moi, mieux vaut prendre du vin. C'est plus sûr que l'eau, qui vous apportera immanquablement d'horribles maladies. "

Pendant quelques instants, il se rememmora une crise de constipation aigüe durant deux semaines. La pire expérience de sa vie. Après quelques gorgées, il reprit des couleurs. Après mûre reflexion, il reprit la parole.

" Je suis moi-même à la recherche de certains livres dans cette région, pour tout vous avouer. Par contre, je ne suis jamais passé par ici, je ne connais guère le coin..."

Il resta pensif quelques instants, concentré, les sourcils froncés. Avant de se reprendre.

" Mais je m'égare... bibliothécaire, certes. Mais concrètement ? Vous occupez vous d'un domaine littéraire particulier ? "


Dernière édition par Ledha Borolev le Sam 27 Aoû 2011 - 20:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alie Colamenel



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Ensorceleur
Métier : Biblithéquaire
Messages : 36


MessageSujet: :)   Ven 26 Aoû 2011 - 9:41

Le premier contact physique que nous avons eu me laissa quelques frissons incontrôlables. Je l’ai regardé d’un œil fier quand il a posé ses lèvres sur ma main. Peu d’hommes le font encore. C’était déjà une joie de partager cette soirée avec lui. Il était loin d’être élégant pourtant, Alie ne s’en apercevait guère, trop occuper à cerner son esprit. Quand parfois à son tour il plongeait son regard dans le sien elle ne pouvait s’empêcher de redevenir fuyante. Par timidité certainement. Il devait avoir la trentaine, voir même moins. C’est un bon âge. On n’est pas vieux mais on n’est guère plus jeune et surtout on a de l’expérience, c’est sur celle-ci que l’on construit notre vie. Qu’elle avait été la vie de cet homme ? Ce n’était point un petit bourgeois prétentieux mais un homme d’une grande pudeur et d’un charme sans faille.
Les deux mêlés étaient un bon point du moins du point de vue de Alie. Elle n’avait pas tardé à le suivre vers une table plus intime et c’est d’une drôle de façon qu’elle regarda Ledha repousser les deux malpropres qui semblaient avoir trop bu eux aussi.

" Bibliothécaire ? Intéréssant... "


-Evidemment que cela est intéressant ! fit-elle spontanément.
J’ai toujours pensé que les livres renfermaient les secrets de la vie. Ce que vous souhaitez ils vous les donnent. C’est un peu mes portes bonheurs. Sans eux, je serais certainement encore plus seule que je ne le suis déjà…


Alie baissa les yeux.

-Je suis une solitaire qui aime parfois fermer la porte de sa bibliothèque et arpenter les routes de ce monde. Une aventurière ? Je ne sais pas mais en tout cas c’est une bonne chose pour inspirer mes écrits. En autre je n’est jamais été dans cette ville avant, tout comme vous, peut être pourrions nous la visiter ensemble ?

L’œil d’Alie brillait.

-J’ai entendu parler de cet endroit et j’ai cru qu’il était beaucoup soft que cela, dit Alie en rougissant et regardant sa robe.
Vous devez me trouvez ridicule non ? Une bibliothécaire qui se prend pour une aventurière et une princesse !


A cette phrase elle but une gorgée de vin que Ledha avait commandé.

-Croyez moi, mieux vaut prendre du vin. C'est plus sûr que l'eau, qui vous apportera immanquablement d'horribles maladies


Alie éclata de rire naturellement.

-Comme vous êtes drôle ! J’ai aussi entendu dire que l’eau faisait rouiller !

Son langage pouvait parfois être familier mais tout aussi soutenu. Cela plu beaucoup à Alie qui pouvait alors être vraiment elle sans se soucier de jouer une autre personne.

Elle lui fit un clin d’œil.

-Fort bon ce vin d’ailleurs…bien que je préfère le blanc…
Alors comme cela vous êtes à la recherche de certains livres… qui abordent quel thème si je puis me permettre ? Je pourrais vous aider qui sait
.

Alie reprit une gorgée. Il ne fallait pas lui mettre ce genre de boisson sous le nez car elle avait du mal chaque fois à s’arrêter. Dans une trois quart d’heure elle ne serait certainement plus vraiment elle. Ou bien elle, mais plus relâchée. A voir.
Alie aimait quand Ledha prenait son air pensif et réfléchi. Elle s’amusait à le dévorer des yeux.

-Dans mon métier je touche à chaque style de littérature. C’est un choix et je dois avouer que j’aime beaucoup cela. Et vous mon cher… oui vous, parlez moi de votre métier et surtout de…

Alie se rapprocha envoûtante, plus près de lui.

-La raison de votre venue ici, si vous en avez une bien sur ! conclut-elle en un large sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Contes et légendes (Alie et ledha)   Lun 29 Aoû 2011 - 4:53

Alors que Alie s'avancait tel un serpent, Ledha reculait en conséquence, presque gêné, mais les pieds de sa chaise furent impitoyablement stoppés par le mur du fond. Il n'avait pas l'attitude d'une proie, plutôt celle d'un homme voulant éviter un désagrément. Les yeux de l'elfe étaient tout et trop proches. Le parfum de cette dernière s'était fait plus présent. Si jamais Alie avait désirée s'approcher encore plus, elle devrait se coller à lui.

Danger ! Voici le premier mot qui résonnait à l'esprit de Ledha. Il se connaissait, et se savait capable de céder à une jolie femme. Ce qu'il avait devant lui dépassait d'ailleurs l'appellation "jolie". Que pouvait-il répondre à sa question ?

* Je suis un mage du sang qui est venu ici car les rumeurs semblent désigner l'existence d'un nécromancien dont la mort me rendra plus puissant. *

Hum... ca ne passerait sûrement pas. ll devait réfléchir, et vite. Ne jamais trop s'exposer, ne jamais réveler son identité ni ses objectifs réels. Moins les gens en savaient, et mieux il s'en sortait. Que faire...
En tout cas, il était sûr et certains qu'il avait affaire à une passionnée, pas uniquement dans son travail vu l'ardeur avec laquelle elle s'exprimait. Et s'il décidait, au moins pour quelque temps, de suivre son exemple ? Après tout, peut-être qu'il aurait réellement besoin de son aide... Et si jamais elle se montre trop gênante, l'éloigner un peu, et, au pire, si besoin est, s'en débarasser discrètement. Même si, vu la sympathie de la bibliothécaire, cet acte lui fendrait le coeur. Mieux valait ne pas aller jusqu'a cette ultime extremité.

Il prit une décision.

" J'avais déja entendu parler de ces rumeurs, mais je tenait à les voir de plus près. "

Il la regarda dans les yeux, espérant qu'elle se détournerait et s'éloignerait quelque peu.

" A vrai dire, j'espèrais trouver des ouvrages de valeurs dans les tombeaux et mausolées venant d'être sois-disant ouverts. Même si cette opération est risqué pour un homme seul, trouver les traces du passé lointain de cette région est trop important pour reculer devant quelques risques. Vous ne pensez pas ? "

Il attendit son assentimment, se reservant de vin.


Dernière édition par Ledha Borolev le Ven 2 Sep 2011 - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alie Colamenel



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Ensorceleur
Métier : Biblithéquaire
Messages : 36


MessageSujet: :)   Jeu 1 Sep 2011 - 20:21

Il reculait. Plus il faisait cela plus j’avais envie de l’approcher. Instinctivement je cessai cet acte qu’il pourrait juger malsain et puisque les pieds de sa chaise arrivait au mur je n’avais d’autre choix que d’abandonner ce petit jeu. Mais qu’est ce qui me prenait à la fin ? Elle avait beau le regarder elle n’arrivait pas à trouver une réponce. Certainement que l’ambiance de la salle, le vin y jouait et voulait la rendre ivre de se laisser enfin aller. Il y avait bien longtemps qu’elle ne s’était pas sentit aussi bien. Les bras d’un homme tel que lui, ne pourrait la rendre que plus heureuse.
Il tarde à répondre alors je bois une gorgée et je le constate encore et encore.

Parfois je lève un sourcil et je souris. Il doit faire attention à ne pas dire de bêtises ce qui ne fait qu’accroitre ma curiosité débordante. Je n’avais aucunement envie de le rendre mal à l’aise ni même qu’il se méfie de moi. Ce soir j’ai juste envie de sincérité et de simplicité. La vie peut l’être j’en suis certaine il suffit simplement de le vouloir. Rajouter à cela un peu de fantaisie et j’ai l’impression que tout est possible. Lui, l’archiviste, galant et mystérieux et moi, la bibliothécaire complètement à l’ouest avec sa robe de soirée et sa solitude.

" J'avais déjà entendu parler de ces rumeurs, mais je tenait à les voir de plus près. "

« Et bien voilà, tu vois quand tu veux…. » Pensa Alie.

-Les rumeurs m’agacent. Je préfère la vérité. Mais aujourd’hui je crois que l’on privilégie le mensonge.

Quelques minutes plus tard il m’avoua être à la recherche d’ouvrages de valeurs qui dormiraient dans des tombeaux à ses dires ouverts. Jouer l’aventurière pourrait me plaire fortement et à ses dires j’eus envie de me joindre à son éventuelle exploration.

« Même si cette opération est risqué pour un homme seul, trouver les traces du passé lointain de cette région est trop important pour reculer devant quelques risques. Vous ne pensez pas ? "

-Si vous saviez mon jeune ami comme je rejoins votre pensée ! Comme on dit la peur n’évite pas le danger. Le passé me passionne et fouiller la terre également. Avant de penser à faire mon métier j’ai souhaité faire archéologue mais bon ma passion m’a très vite rattrapé comme vous pouvez le constater.

Je constatais Ledha qui buvait son verre de vin tout en m’écoutant soigneusement. Ma main gauche sur ma cuisse, l’autre m’appuyant légèrement sur ma joue je m’enquit de ce spectacle.

-Vous êtes charmant, susurrais je simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Contes et légendes (Alie et ledha)   Ven 2 Sep 2011 - 20:01

Bon, il fallait réellement désamorcer cette situation ô combien dangereuse et risquée pour Ledha. Alie semblait de plus en plus insistante, et il avait une petite idée de ce qu'une femme avec ce genre de comportement désirait. Se faire inviter pour manger gratuitement. Elles faisaient toutes ca. Il appella une serveuse et invita gallament Alie à dîner. Une fois repue, peut-être qu'elle le laisserait tranquille. La serveuse vint avec un grand sourire pour Ledha, un léger regard d'hostilité caractéristique des rivalités féminines, que Ledha ne vit pas. Il demanda de la viande. Alie demanda des pâtes, mais la serveuse répondit d'un ton glacial que les pâtes seront, au mieux, tièdes. Alie sembla faire une moue peu satisfaite.



Le repas se passe mieux que ne le craignait Ledha, la bibliothécaire restant cette fois un peu plus... mesurée tandis qu'il éludait avec brio les questions sur sa vie (où il avait vécu, ce qu'il avait fait de son enfance). Econduire poliment une femme, il savait faire. Heureusement, iln était certain au fond de lui -même qu'elle partirait sitôt qu'elle serait nourrie. Mais bien accrochée, elle finit par lui demander ce qu'elle ferait demain.



" Je pense que ferais une bonn grasse matinée surtout, enfin, si la chambre que j'ai loué dans cette auberge me protegera assez des perturbations extérieures. Ensuite... j'irais de moi-même vérifier ces rumeurs. "



Voilà, sûr et certain que cela la ferait fuir. Même si elle était magnifiques et que ses manières étaient aussi flatteuses que nobles, il ne voulait pas... qu'elle s'attache à lui. Ou qu'elle voit ses cicatrices du moins. Pire, qu'elle ait un enfant de lui. Fréquenter les femmes, de loin, était la meilleur chose à faire pour Ledha. Même s'il n'avait pas touché une d'entre elle depuis un certain temps, il savait se maitrîser.



* Au pire, j'irais voir une prostituée. * pensa t-il



Le repas terminé. Il lui dit clairement qu'il payerait pour elle. Enfin, il se leva, et lui fit un autre baisemain, lui disant qu'il prenait congé et qu'il allait remonter dans sa chambre. Autant rester poli jusqu'au bout. D'autant qu'il avait, il faut l'avouer, passé une excellente soirée avec cette femme, dont la conversation lui avait fait le plus grand bien.



* Demain, les choses sérieuses commenceronts. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alie Colamenel



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Ensorceleur
Métier : Biblithéquaire
Messages : 36


MessageSujet: :)   Sam 3 Sep 2011 - 21:13

Je me suis sentie tellement ridicule après lui avoir dis cette phrase que je ne savais même plus où me mettre. « Vous êtes charmant. » Non mais franchement qu’est ce qui me prends ? Qu’est ce que cet homme a bien pu faire sur moi pour que j’agisse de manière si… bref. Stop, ça suffit, je vais trop loin. Un homme tel que lui ne peux s’intéresser à une elfe encore moins une elfe comme moi et il a l’air plutôt dépendant dans le genre…

Quand il me proposa galamment de dîner en sa compagnie je me suis pourtant sentie incapable de refuser. Je sais c’est plutôt paradoxal par rapport à ce que j’ai dis plus haut mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis non ? J’espérais simplement qu’il ne fasse pas ça par politesse mais plutôt parce qu’il avait envie de rester avec moi. Après avoir réfléchie sur la question je n’avais toujours pas trouvé de réponse. Cet homme sait très bien jouer la carte de la pudeur. Connaitre ce qu’il pense réellement de vous à l’air assez difficile. Il devait faire un tabac auprès des dames. Pour mon cas je ne savais plus si j’étais avec lui parce qu’il m’attirait beaucoup trop ou parce que nos conversations me plaisent tout autant. Se pourrait t-il que ce soit les deux ?

Ensemble, attablés, je mis ma sacoche entre mes pieds pour qu’elle tienne et surtout pour qu’on ne me la vole pas. C’est fou comme j’ai confiance aux gens. Pas très élégant je sais, mais je suis trop absorbée par lui pour y faire attention. Vous savez il a un regard remarquable. J’aimerais bien essayer de vous le décrire mais je ne sais si j’y arriverais. Il y a d’abord un bleu qui vous transperce dans ses yeux, un bleu profond très différent de ceux que j’ai pu voir avant. Un bleu qui me rappelle l’image que je me fais du paradis, ou bien d’une toile de peinture qui dessinerait la mer, puis un air calme et posé, mais au fond vous pourrez y décelez une lueur de caractère et d’humour mélangé. J’aimais cela et en peu de temps je m’y étais très vite attaché. Je n’étais sûrement pas la première, encore moins la dernière. Sur cette pensée j’ai regardé la carte que m’avais donné une serveuse et je me suis aperçu soudainement que je n’avais pas si faim que ça. Hors de question de le dire. Je commandai un plat de pates et lui de la viande pendant que cette satanée serveuse me regardait remplie d’hostilité et de rivalité féminine quand elle vit avec quel genre d’homme j’étais assise.

« Pathétique… » Pensais je.

Pendant le repas j’essayais d’être moins « proche » dans tout les sens du terme avec lui. Je me faisais polie et agréable, parfois je donnais mon avis, même tout le temps à vrai dire et je l’écoutais me poser des questions banales mais intéressantes tout de même, ce que je fis en retour, sans avoir à me forcée ni même à être quelqu’un d’autre. Ce qui relève du miracle, en général avec les gens je dois me donner un air sur de moi pour qu’on ne m’écrase pas les pieds. Mais avec lui je crois que ce n’étais pas pareil, nous savions nous écouter et ne pas nous juger. Du moins je l’espérais et malheureusement je m’étais trompé.

" Je pense que je ferais une bonne grasse matinée surtout, enfin, si la chambre que j'ai loué dans cette auberge me protégera assez des perturbations extérieures. Ensuite... j'irais de moi-même vérifier ces rumeurs. "

« Récapitulons : Je, grasse matinée, me protégera et pour finir un occupe toi de tes affaires ma vieille je n’est pas besoin de toi. »

Je ne sais quelle expression faisait mon visage mais en tout cas j’étais déçu… un tout petit peu. J’aurais espéré encore mieux connaitre cet homme, partager même une nuit et partir à l’aventure comme dans mes livres préférés. Mais je ne pouvais pas lui en vouloir. Cet homme a sa vie, et moi la mienne. Comment ai-je pu croire une seconde que je pourrais m’incruster dans sa quête de livres anciens ? Je pourrais blablater en disant qu’en tant que bibliothécaire je pourrais l’aider mais je me rendrais que plus pathétique encore.

Peut être a-t-il lui aussi peur de s’attacher à quelqu’un. J’aurais pourtant juré que je lui plaisais. Mais peut être que tout ça encore une fois c’était dans ma tête.
Le repas touchait à sa faim et j’empruntais discrètement le chemin de ma sacoche pour payer ma part. Encore une fois il me surprit en m’arrêtant de suite. C’est lui qui réglerait l’addition. J’allais dire qu’il n’était pas obliger quand j’eus bien compris que cet homme là, quand il avait une idée dans la tête, impossible de lui en défaire. Une autre partie de moi, la pessimiste, se disait qu’il ne faisait cela que par pur politesse. J’ai haie cette partie de moi un bon moment en lui réclamant gentiment de s’en aller mais rien n’y a fait.

Finalement il se leva, me fit un dernier baise main que je savourais et s’en alla vers sa chambre sans demander son reste.
Me voilà de nouveau seule avec moi-même. Si je restais encore assise à cette table avec mon verre de vin comme compagnie on me prendrait certainement pour une idiote. Hors de question, je m’en vais avec la bonne résolution de ne plus m’attacher à un seul homme dans ma vie. Car l’attachement est propice de douleur, et je crois que j’ai assez souffert.

Au gré de mes pas je sentais les regards des hommes ivres sur moi et j’eus comme une envie de vomir. Ils me répugnaient. Ledha n’avais pas trop forcé sur la boisson lui au moins… par contre moi, j’avais du mal à rester debout sans que ma tête tourne un petit peu.
Au bout d’un moment je revis justement Ledha qui avait l’air de prendre le chemin de sa chambre et ou il devait emprunter un escalier. Certainement parce que je n’avais pas encore BIEN compris la leçon je décidai quelque chose de stupide. Le suivre.

Avec un air naturel je me cachais derrière les couples qui arpentaient les marches, pour que surtout, il ne puisse pas me voir. Mon instinct me disait qu’il ne serait surement pas très content de me voir et qu’il me prendrait pour une fille très insistante, voir collante. Surtout que d’habitude, c’est plutôt l’homme qui fait ce genre de choses avec moi.

Je le vis regarder les numéros des chambres et finalement trouver la sienne. Il rentra la clé et s’enferma de suite. Moi, j’étais là au milieu du couloir désormais, cette fois vraiment, je représentais la parfaite idiote en pleine action. Je décidais d’aller vers sa porte qui portait le numéro sept et écoutais à celle-ci tel une petite fille en train de surprendre ces parents en train de se disputer. Combien de temps suis-je resté ainsi ? Je ne sais pas une, deux minutes peut être et ce qui m’a finalement poussé à agir c’est les regards soupçonneux, voir moqueur des passants. Je ne supporte pas qu’on se moque de moi.

Toc Toc. Deux coups qui sonnèrent timide.

Bien sur qu’il ouvrit. J’ai même pensé partir en courant quand j’en avais encore le temps mais mes jambes m’ont trahie, ou bien est ce le vin.
Il était beau décidemment, même quand il faisait une grimace d’étonnement ou de mécontentement.

-Un problème ? Vous avez oublié quelque chose peut être ?
-Oui en effet… je crois.

Sur ces mots je me rapprochai de lui et sur la pointe des pieds je lui offris ce que je n’avais pas offert depuis longtemps à un homme : un baiser sincère que je déposai sur sa joue comme une caresse.

-Je voulais vous remercier pour cette soirée.

Sur ces paroles je m’en allai en prenant soin de refermer la porte doucement. Je descendis les escaliers, les jambes vacillant quelque peu.
Je n’allais pas vite, n’ayant plus aucune idée ou j’allais aller maintenant. J’inspectai la salle et soupira. Je n’avais vraiment pas envie de partir et encore moins de rester seule.

Tranquillement je rejoignis le bar et m’assit sur un tabouret. Je commandai de l’alcool. Ensuite je crois que plusieurs hommes sont venus à moi pour faire la cosette. Certains m’ont payés des verres et j’ai même dansé avec l’un deux. Il me semble avoir imaginé le visage de Ledha pendant un moment peut être pour me rassurer. Finalement le barman est venu me réveiller vers cinq heures du matin en me disant qu’il serait peut être tant que je termine ma nuit ailleurs plutôt que allongée sur une banquette, ivre.
Ayant du mal à comprendre ces mots, je me fis violence et me levai tout de même en me dirigeant vers ce que pointait l’homme : la sortie.

En voyant la rosée du matin s’émerveiller devant moi je ne pu que réprimer un sourire. Un maigre sourire mais un sourire quand même. Je fis quelque pas et vit un saule pleureur non loin de l’auberge.

-J’a…dore ces arbres… marmonnai-je.

Et sans une once de retenue (elle n’en n’avait plus la force) notre chère Alie s’endormit à même le sol, près de cet arbre qu’elle jugeait très accueillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Contes et légendes (Alie et ledha)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Contes et légendes (Alie et ledha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Venill :: Auberge des gobelins musiciens-