''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Adam P. Moriharty



________________

Adam P. Moriharty
________________


Race : Démon commun
Classe : Lame noire
Métier : Faiseur de tours
Croyances : Aucunes
Groupe : Démons

Âge : 35

Messages : 60


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptyJeu 25 Aoû 2011 - 1:57

Une fête, un bal. C'est un bon moyen de s'amuser. Tout le monde y va. Tout le monde qui a l'air assez riche peut entrer dans le Palais Royal. Une fête y est organisée, un bal masqué. C'est l'idéal pour trouver de quoi s'amuser. Les gens se déguisent et ne se méfient de rien. Je suis un danger dont il faut se méfier, mais ils n'en feront rien.

J'attendais sagement d'entrer. Une sorte de file d'attente avait prit place devant le Palais. Les gens qui ne donnaient pas assez l'air d'être friqués se faisaient renvoyer comme de vulgaires chiens. Exceptionnellement, ce soir là, j'avais mis des chaussures. Et je suis entré sans problème. Je portais un costume noir et gris, aux rayures très fines, c'était une sorte de soie. J'avais mis une cravate, rouge très foncé, ce qui me faisait un peu penser à la couleur du sang. Mes chaussures étaient simples et noires. Mon masque ne faisait que cacher mes yeux. Il étais gris métallique. Il commençait au milieu de mon front et se terminait sur le bout de mon nez. Je m'étais attaché les cheveux en arrière, peut-être pour qu'on ne me reconnaisse pas. Mais personne, du-moins pas un bon nombre de personnes ne me connaissaient, le problème étais alors résolu d'avance.

Quand je fus entré, je pus constater que du monde avait déjà prit place dans la grande salle. Tous déguisés, bien entendu, sauf les majordomes et les serveurs. Il y avait du monde en train de discuter, et du monde en train de danser. D'autres encore, avaient pris place au buffet. La musique n'étais pas assez forte pour couvrir le bavardage de beaucoup d'entre eux. Je me devais de rester calme. Je n'étais pas en mission. Je n'étais là que pour mon simple plaisir. Un seul but : conquérir certaines Dames, et les assassiner certainement par la suite. M'amuser un peu, comme je le fais par habitude. Je constatais aussi qu'il y avais beaucoup de femmes. Il y a toujours des femmes dans ce genre de soirée, et je m'en réjoui d'avance.

J'étais si excité à l'idée de m'amuser avec une de ces femmes, voire quelques unes, ou pourquoi pas toutes ? que je me mis à sautiller légèrement sur place, près du buffet. Je pris un hors-d’œuvre en main, le renifla un peu et le mis dans ma bouche. C'était réellement dégoûtant. Je l'avala sans trop le mastiquer et avala par la suite un verre d'alcool pour faire passer le goût. Je me contenterais donc d'une Dame, pour le dîner. La salle était bondée tout d'un coup. D'autres couples avaient pris place. Des hommes invitaient des femmes. Et je restais là, près du buffet, à observer les moindres faits et gestes de tous. Pourquoi restais-je ainsi, à rien faire ? Il fallait que j'invite une de ces dames à danser pour trouver du divertissement, et peut-être que ce divertissement se transformerait en nourriture. Elle sont toutes des proies, et je suis le prédateur. Le prédateur. Celui qui annoncera leur mort. Une mort lente, horrible et douloureuse.

Je me laissait divaguer dans mes pensées merveilleusement sanglantes, puis décidais tout d'un coup de bouger, de faire des rencontres, de conquérir le cœur, et surtout le corps, d'une de ces dames. L'une d'elle étais seule dans un certain coin. Je m'approcha d'elle avec une lenteur mesurée, puis lui pris la main et commença à l'emporter dans une danse. Nous parlâmes un certain temps, mais elle ne me plaisait pas. Elle étais une simple blonde, aux formes très peu généreuses et à la conversation limitée. Elle était stupide, en réalité, je ne peux pas le cacher. Son masque ne cachait aussi que ses yeux et le reste de son visage, ainsi que ces dents, n'étais pas séduisant. Je la quittait lentement, gentiment, pour ne pas jouer au type froid, salaud et superficiel. Je m'assied sur une chaise posée là, près d'une grande table où était dressé le buffet.

J'observais une fois de plus la foule.


Dernière édition par Adam Moriharty le Sam 27 Aoû 2011 - 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kyle Wate



________________

Kyle Wate
________________


Race : Humain (ou démon ?)
Classe : Roublard
Métier : Au service du Royaume
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : HAHA! ça se dit pas

Messages : 20


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptyJeu 25 Aoû 2011 - 13:17

Perdu quelques part,
marche vers nulle part.


Madorass, cité royale. L'Isensible est à l'entrée de la ville. Elle a rendez-vous au palais. Elle doit nettoyer. Quelques personnes indésirables trainent dans les rues. Il y a beaucoup de monde. Trop. Elle se sent mal, pas à sa place. Sa respiration est légère. Peu visible. Elle passe un capuchon sur sa tête. Seul le bas de son visage est visible. Son épée courte tape sur sa hanche gauche. Les autres lames cachés, caressent sa peau de leur acier froid. Si elle avait été nue, tout le monde aurait pu voir les nombreuses scarifications sur son petit corps. Elle s'en fou. Se faire mal lui procure un bien intense, elle atteint le nirvana du plaisir. Elle aime presque autant recevoir des coups qu'en donner.Oh oui... Le mal n'existe pas pour elle. De toute façon, Kyle ne ressent rien. Pas de peur, pas de douleur... Encore moins de la compassion ou de la pitié. Aussi froide que la pierre. Impassible, elle s'élance dans la ville. Cette ville ou elle avait trainé pendant longtemps. Elle connait bien les petites ruelles sombres la nuit venus. Semble-t-il qu'elle les a toutes visités. Elle vend son corps comme un objet car au fond, c'est ce qu'il représente. Un objet. On la place comme on veux, elle est plutôt docile, pas soumise mais docile.

Elle rase les murs sales, se faisant plus discrète qu'une ombre. Madorass, la ville de la dépravation. Sur sa droite, un homme vomis ses tripes. Une soirée bien trop arrosée. A sa gauche, une femme avance rapidement, deux hommes derrière elle. La pauvre ne ferait pas long feu. Madorass, la ville de l'indifférence. Kyle est bien à sa place. Les yeux vide, un pas cadencé. Elle bifurque presque soudainement, disparaissant de la foule. Une petite maison délabrée dans une ruelle mal nettoyée. Un sourire sur son visage de porcelaine. Elle ouvre la porte en bois à moitié moisi par l'humidité. Dedans, c'est presque aussi sale que dehors. Une forte odeur règne de partout dans la demeure. Elle retire sa capuche, laissant ses cheveux court jouer avec l'air qui passe dedans. Elle dépose toute ses lames. Huit en tout. Non, Elizabeth est juste prévoyante. Elle marche vers une seconde porte, dans un couloir sombre, presque sans lumière. Derrière celle-ci, des escaliers grinçant en bois. L'odeur nauséabonde s'en échappe. Une effluve âpre, insupportable. Insupportable, sauf pour l'Insensible. Elle descend, les marches grinçant à chacun de ses pas.

Elle arrive finalement dans une salle. Froide et humide. Sombre. On ne distingue rien. Son sourire toujours accroché à ses lèvres. Elle est impatiente. Elle s'empresse d'allumer une torche. Là, devant, voilà son paradis. Les murs gris sont repeint de tâches rougeoyante. Le sol était rougit. Au centre de cette pièce, une table. Dessus, couteaux, pince, tison, chaines... Juste de quoi amusé la Belle. Que c'est bon d'être chez soi. L'Androgyne saisit chacun des instruments de torture, nettoie les dernières gouttes de sang de sa victime. Le pauvre avait tenu deux jours sous les entailles, les brûlures. Elle avait pris son pied. Elle espère intérieurement que le suivant sera aussi divertissant. Elle s'applique à tout mettre en ordre, il serait dommage de mal accueillir son prochain hôte.

Crie mon nom,
Crie le,
HURLE A EN FAIRE TREMBLER LES MURS!


La journée est bien avancée. Elle enfile de nouveau sa cape et range ses armes. La missive est clair. 'Trouve et tue'. Elle exulte, pas patiente pour deux sous. D'humeur joyeuse, elle se rend au palais. Discrète, invisible. Elle arrive enfin. Une file d'attente assez longue. Et pourtant, le soleil n'est pas encore totalement couché. Tous ces gens, tous plus beaux, plus riches, plus fort. Cela dégoute la pauvre Kyle. Dans ses habits simple. On ne lui avait pas prévenu que c'est un bal masqué. Tant pis, de toute manière, elle fait partit de la garde, donc... Ses yeux cachés, elle double tout le monde. Ils râlent. Elle ne se retourne même pas. Elle se fiche de tout ces petits coeurs battants comme d'une gigne. Ce ne sont pas sa cible. Ou si, peut-être. Elle ne le savait pas encore. Arrivant aux 'videurs' qui la dévisagent, elle lève la tête. Plantant ses yeux vairons dans ceux des hommes. Elle glisse sa main dans une poche en sortant une lettre cachetée venant du Roi ou du meneur des capes blanches. Elle ne sait pas. Presque immédiatement, on la laisse passer. Que la fête commence.

Les gens dansent, ils transpirent, boivent, mangent, parlent créant un brouhaha horrible. Une cacophonie. Nul ne la voit, elle regarde toute les personnes. Sa tâche s'annonce compliqué. Trouver quelqu'un qui porte un masque, c'est pas facile. Camouflée par l'agitation, elle scrute chaque recoins, espérant ne pas repartir bredouille. Non. Elle s'est trop préparée pour ne pas avoir de victime. Un sourire malsain se dessine sur ses traits de poupée de cire. Elle allait bien s'amuser, elle le sait, elle trépigne.



Ce que l'Insensible attend n'est pas compliqué, un peu de chair pour se délesté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cayn Howl



________________

Cayn Howl
________________


Race : Demi-Démon Commun
Classe : Lame Noire
Métier : Ombre - ancien Contrebandier
Croyances : Aucune
Groupe : Alliance des Ombres-Confrérie des Ombres

Âge : 29 ans

Messages : 85


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptyJeu 25 Aoû 2011 - 18:05

Le jour s’inclinait, révélant ses lueurs zébrées d’une teinte safranée. La monture haletait, éprouvée par son long voyage à travers les plaines. Les sabots martelèrent les pavés altérés de la grande citée, bandant les muscles jusqu’à la première écurie. Un palefrenier salua le voyageur, lui réclamant la durée de sa location animalière. Celui-ci répondu d’un ton neutre, presque crispé par la conversation.

-Gardez-le autant que vous le voulez, je n’en ai plus besoin.

Abasourdi, le palefrenier remercia sans cesse son sauveur, qui lui ramenait un sacré étalon sans même exiger le moindre sou. Pour cet homme, la vie prenait une tournure affriolante, le voyageur se voyait donc contraint de pencher la balance, de ternir l’existence d’un autre individu. Bien sûr, cette personne, il la tenait fermement dans son collimateur, un contrat d’assassinat pesait sur la tête du malheureux. Il ne fallait pas jouer au plus malin ! Il se pensait assez discret pour éviter les foudres de la confrérie des ombres, mais quand on trahissait la guilde on en payait le prix fort ! Il s’en rendrait bientôt compte… Premier objectif, s’occuper de sa femme, qui étant complice, trempait dans ses affaires. Elle avait donc assumé le choix de son époux et elle en souffrirait la première, afin d’obtenir les faveurs du bonhomme qui paniquerait pour sa muse. Evidemment, l’assassin s’en chargerait d’avance, mais blufferait sa capture et mise en sécurité, histoire de sous tirer ce qu’il aurait besoin avant de massacrer le scélérat.

Une tactique quelque-peu grossière mais qui fonctionnait à merveille quand elle était entreprise par la main d’un expert et l’esprit d’un génie. Il fallait anticiper chaque faille et provoquer la peur chez sa victime, afin de la rendre docile et surtout de la convaincre d’une source d’espoir inexistante.

Sa prochaine halte se ferait au palais royal, une cérémonie masquée s’y déroulait depuis peu et l’assemblée n’y verrait que du feu, quant à la disparition d’une noble marchande. Car parmi les importuns témoins, on ne reconnaitrait pas le visage de l’assassin et on ne remarquerait peut-être même pas que la femme du vendeur de vase impérial se ferait kidnapper.
Empruntant une chambre d’auberge avant d’enfiler une tunique de belles factures mais pas trop tape à l’œil, d’un noir céruléen, il se dépêcha de nouer ses bottes elle-même très sombres pourvue d’un laçage vermeil.
Son masque représentait un faucon ténébreux, pourvues d’une volée de plumes nuancées de grenat et de lazurite. Tout ce qui en dépassait étant les iris olivâtres et miroitants du meurtrier. Les flans de sont visage arborait une barbe de quelques jours, d’un minimum soigné, tandis que ses fines lèvres décrochait un sourire énigmatique. Quelle classe ! Il ne s’était plus fait aussi beau en vue d’une occasion, à croire qu’il négligeait une partie de sa parure. Petit détail qu’il règlerait en certaines circonstances…

Quittant la chambre par un battant de volet, il se fonda à travers les ombres, les semelles glissantes sur la surface lisse de tuiles carnassières de chute. Il volait comme un oiseau de nuit à travers les bâtisses pour finalement descendre le long d’une corniche, se réceptionnant prestement. Remontant son col, il se faufilait à travers la foule, recueillant le grondement des invités qui se taisaient en croisant son regard intensément comminatoire. Parvenant aux videurs, il décapsula la base en acier d’une canne en bois ébène sertie d’une figure d’argent, pour en extraire une lettre composée en derme de vélin. Dépliant l’ouvrage d’un blanc immaculé, le videur fit des yeux ronds en distinguant la qualité de l’encrage, du rouleau et du tannage d’une facture accomplie. Laissant passer ce nouveau venu, l’assassin repéra aussitôt les lieux, commençant par attaquer un siège en cuir où il profitait d’un angle de vue adéquat à son analyse. Bientôt, il discernerait le costume de cette dinde, qui arborait les mêmes coutures à chaque soirée, un manque total de créativité, il en allait de soit. Savourant le nectar à la résine de bois sauvage, il patientait tranquillement, une patience qui le pousserait à souiller ce superbe costume...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adam P. Moriharty



________________

Adam P. Moriharty
________________


Race : Démon commun
Classe : Lame noire
Métier : Faiseur de tours
Croyances : Aucunes
Groupe : Démons

Âge : 35

Messages : 60


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptySam 27 Aoû 2011 - 16:49

Des belles filles, aussi cruches les unes que les autres. Et jamais libres. Quoi de plus étonnant ? Elles étaient les plus faciles à berner. Je m'étais levé et avait marché jusqu'au balcon qui était au fond de la salle. J'avais une bonne vue d'ici. Je regardais toujours et encore tous ces minables de riches danser entre eux, s'amuser. Le problème c'est que moi je ne m'amusais pas. Je voulais de l'amusement, du divertissement. Je voulais me défouler. Je voulais détruire physiquement une de ces beautés qui dansaient dans toute la salle. Je voulais simplement m'occuper de l'une d'elle, et m'en aller en suite, pourquoi pas ? ou bien revenir après m'être correctement nettoyé la façade en séduire quelques unes. Je n'ai jamais torturé plusieurs victimes en même temps. Cela doit être jouissif.

Soudain, une révélation. Une femme plutôt jeune, un corps superbe. Une brune. Elle portait une robe d'assez mauvais goût mais cela ne voulait pas dire qu'elle ne se laisserait pas prendre par mes charmes. Personne n'a jamais résisté. Aucune femme assez stupide, en tous cas. Elles le sont toutes, dans ces cas-là. Je m'approchais lentement de la jeune femme, toujours le masque sur le visage. Il ne fallait pas prendre le risque que quelqu'un me reconnaisse... même une seule personne que j'ai rencontré un de ce jours. Elle dansait avec un autre homme, mais je lui demanda gentiment si je pouvais la lui "emprunter". Si les choses se passeraient comme je l'avais prévu, je ne la lui rendrais pas. Pas en mains propres, en tous cas. Il hocha la tête en souriant. Je lui souriais faussement, puis commençait à danser avec la jeune femme.

Quelle naïveté a la race humaine. Je n'étais pas très différent d'eux, mais j'étais vraiment plus perspicace ! Cette jeune femme avait une apparence plutôt convenable, en fait. Ses cheveux bruns tombaient joliment sur ses épaules. Sa poitrine étais joliment bombée, et ses hanches offraient de parfaites courbes. Je trouvais par contre ses lèvres un peu trop fines. Mais peu importait, je n'allais pas y toucher. Nous parlâmes aussi, un long moment. Elle avait assez de conversation pour me combler du manque de divertissement dont je souffrais il y a quelques minutes. Elle était femme d'un vendeur. Vendeur de quoi, je m'en fichais royalement, maintenant ce que je voulais c'était la découper en morceaux. Ouvrir son ventre à partir de son nombril et lever lentement ma lame jusqu'au dessus de ses seins...

... Peut-être découper ses orteils et en manger un ou deux par la suite. Peut-être lui trancher les poignets, la gorge, les chevilles. Peut-être lui griffer les jambes. Peut-être lui arracher la langue. Peut-être aussi lui couper une oreille comme ce fameux artiste.
Elle continuait de jacasser, mais je n'y prêtais aucune attention. Je souriais et acquiesçais à chacune de ses paroles. Mais il ne fallait pas trop que je me perde dans les pensées. Si j'entendais par la suite "Alors vous êtes un meurtrier ?" je ne pourrais pas me retenir de l'étrangler sur place, impulsivement, pour ne laisser aucune trace, aucun témoin. Stupidité bestiale. Quand j’eus jugé que nous avions assez dansé, je l'entrainais sur le balcon, pour ensuite partir avec elle ailleurs, et commencer ma partie de plaisir. Mon jeu.

Nous restâmes sur le balcon pendant un temps interminable...


Dernière édition par Adam Moriharty le Lun 29 Aoû 2011 - 21:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kyle Wate



________________

Kyle Wate
________________


Race : Humain (ou démon ?)
Classe : Roublard
Métier : Au service du Royaume
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : HAHA! ça se dit pas

Messages : 20


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptySam 27 Aoû 2011 - 18:09

L'insensible s'ennuie. Elle est comme une ombre, un simple objet. Personne ne lui prête réellement attention. C'est bien dommage d'ailleurs. Deux vaut toujours mieux qu'un. Toujours aussi pressée d'en finir, elle veux s'amuser. Elle se voit déjà parcourir le corps de sa victime avec sa lame froide, un petit sourire de satisfaction. Ce qui lui plait dans la torture? Elle ne sait pas exactement. L'extase, l'adrénaline. La peur d'être vue, l'envie d'un liquide chaud sur ses mains. Les cris. Son rire. En fait, c'est exactement le seul moment où elle sent quelque chose dans son coeur de pierre. Pas de compassion ni de pitié. Juste...De la joie. Ses yeux valsent au rythme de la musique sur chaque personne. Les femmes sont belles. Bien plus désirable que les hommes. Ils rient, parlant à voix basse, se disant des mots inavouables. Une cape blanche s'approche. Elle lève les yeux au ciel. C'est surement pour ça qu'Elizabeth n'aime pas venir ici. Il n'est pas grand. Il n'est pas petit. Plutôt bien battit, il porte une barbe. Kyle, dans son coin un peu moins éclairée ne bouge pas. Surement le malheureux à vu qu'elle porte une arme. Une mine peu accueillante, il s'arrête devant elle. S'appuyant sur le mur et croisant les bras, elle plonge son regard perçant dans le sien.

-Je...Vous ne pouvez pas être ici sans déguisement. Je ne comprend pas que vous soyez entré.

Elle ne bouge pas, laissant un silence nu entre eux. Elle le scrute cherchant ses faiblesses de corps, ses instabilités d'esprits. Personne n'est invincible. A moins d'être l'Insensible, les Hommes écoutent leur coeur plus que de raison. Ils sont si manipulable. Si jamais quelqu'un de mal intentionné arrivait, il ferait ce qu'il veux de ces être soumis. Or dans le cas présent, c'est bien Kyle le méchant. Elle n'ouvre même pas la bouge, immobile. Elle chasse et cet cape blanche pourrait très bien être sa deuxième proie. Stérile de tout sentiment, elle ne ressent pas la gêne, la honte ou même la peur. Les gens ne sont pour elle que de misérable pion. Valets de sentiments. L'homme s'impatiente. Kyle est sûr que ce n'est pas dans son habitude d'attendre. Le dominer dominé. Chaque personne trouve son maitre un jour ou l'autre. Il serre la mâchoire. Elle sait. Elle connait le picotement au bout des doigts, celui qui fait que la seule chose qui nous préoccupe c'est de tirer sa lame, de l'enfoncer si profondément dans la chair... Un sourire nait sur son visage.

-Tire là, vas-y. Tue moi, blesse moi.

Elle soutient toujours son regard, le sourire flottant sur son visage d'albâtre. L'Insensible aime souffrir. Oh oui... Elle n'attend de l'homme qu'une micro, minuscule coupure. Si ce n'est pas lui, elle se le fera tranquillement une fois son prisonnier chez elle. Si certains la compare à une bête froide, complètement folle, savent-ils qu'il ne sont pas mieux? La nature est fait comme ça. On aime ou on n'aime pas. L'homme tire une petite moue d'incompréhension comprise. Non, elle ne lit pas dans l'esprit mais oui elle sait ce qu'il veut. Un peu perturbé, il ne sait plus quoi faire. La tuer? La jeter dehors? Kyle a réussit son coup d'une main de maitre. Le monde est si facile lorsqu'on tire sur les bonnes cordes. Elle se croit toute puissante, seule dirigeante de sa vie. Est-ce vrai? Non... Elle ne l'ai pas. C'est son manque de subjectivité qui la perd. Elle n'est qu'un pion parmi tant d'autre. Un bon chien qui remue la queue quand on le caresse. Fidèle serviteur. Voyant le doute de la cape blanche elle reprend son sérieux.

-Je ne suis pas là pour la fête, aussi nous avons le même employeur donc je te prierais de retourner avec tes copains faire mumuse.


Elle accompagne la parole avec un geste des mains. Tout de même suspicieux, il jette une dernier regard dans sa direction. Si tout le monde se mêle de ses affaires, ça ne va pas aller. Même si elle est assez réputé pour du nettoyage efficace quelque peu sanglant, personne n'imagine dans quel état son les cadavres une fois qu'ils sont passés dans ses mains. Elle se reconcentre sur sa tache, tapis dans son coin. Elle ne trouve personne. Et s'il n'est pas là ? Comme pour la faire mentir, un bel homme vêtu d'une noble tunique noir fait son entrée. C'est lui. Elle le sait, elle le sent. Il porte un masque, semblable à un oiseau. L'Androgyne sourit, se redressant, entamant sa marche à travers la foule pour le rejoindre évitant soigneusement les regards des personnes. Certains auraient pu être flatteurs, d'autre de dégouts mais ceux qui l'intéressait sont ceux qui trahissent la peur sur les jolis minois. Sa proie part vers le balcon. La chasse est ouverte.

Même dans le désarroi le plus profond, personne ne veux voir ce que ses mains font.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cayn Howl



________________

Cayn Howl
________________


Race : Demi-Démon Commun
Classe : Lame Noire
Métier : Ombre - ancien Contrebandier
Croyances : Aucune
Groupe : Alliance des Ombres-Confrérie des Ombres

Âge : 29 ans

Messages : 85


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptySam 27 Aoû 2011 - 19:43

Sirotant une dernière lampée de son cru, le faucon arborant une fourrure noire de jais glissa un regard captivé à la vue d’une femme. Un sourire plissa le flan de sa joue, c’était la fameuse épouse du marchand.
Malencontreusement, un homme vint à sa rencontre, déguisé d’une cravate rouge et d’un masque gris quelque-peu interpellant. Après avoir longuement discuté avec la dame et échangé quelques pas de danses, il l’emporta dans sa foulée, obligeant l’assassin à entreprendre une filature. Bien sûr, cela se ferait aisément, car après tout, l’ambiance locale lui garantissait un camouflage des plus pertinents.
Conservant une attitude sereine, il se redressa, prenant appui de sa canne. Un acte de pure fainéantise, car derrière ce déguisement d’oiseau nocturne, se dissimulait un homme encore jeune, pourvu d’une santé d’aplomb. Une comédie qui renforçait la tromperie des apparences, une véritable mystification !

Filant à travers les discussions, les danses et les éclats de rires, il parvint aux escaliers menant à l’étage. Apparemment ce trublion emportait sa cible au balcon, débutant abruptement les ennuie de cette plaisante soirée. Comme ce jeune séducteur entamait une conversation de longue haleine, l’assassin soupira avant d’interpeller un serveur, lui prélevant deux coupes qu’il disposa sur la surface de la balustrade en marbre, rien que ça… Comme ce nectar ne suffirait pas à taire son impatience, il récupéra deux bouteilles, récoltant l’œil furieux du serveur. Pour neutraliser un débat envenimé, il glissa sur le plateau quelques pièces d’or, obtenant aussitôt le sourire hypocrite du domestique. Ainsi, il resterait dans l’ombre, évitant de se faire remarquer inutilement. Sifflant le contenu d’une coupe, il remplit le récipient de nouveau, guettant d’un œil curieux les deux tourtereaux. Par ailleurs, il avait entrevue une femme… homme ? qui le pistait… Si elle ou il essayait d’exercer son métier, elle ou il n’en disposait guère des compétences car poursuivre un gibier sans même être en mesure de se fondre dans le décor, tenait de la simple faiblesse d’esprit. Il s’agissait donc là d’un meurtrier de bas étage ou bien d’une ou un intéressé par le charisme intempestif qu’émettait l’assassin par sa seule présence. Autant semer le doute dés la première impression ! Mais malheureusement pour cette espèce d’androgyne, le faucon noir s’occupait d’une cible fondamentale, il n’avait pas beaucoup de temps à consacrer à quelques frivolités. Bien que… l’homme prenait encore son temps et en vue des circonstances, il ne comptait guère arrêter de sitôt, un expert de la drague sachant conquérir une femme en faisant preuve de patience. Un talent rare ! Peut-être que l’assassin pouvait alors se permettre un bonus et éclaircir la situation qui prenait une forme complètement paradoxale. Interceptant du regard l’individu qui le traquait, il lui fit signe d’approcher, présentant la coupe pleine qui attendait un soupçon de compagnie…
Un petit clin d’œil, suivit d’un sourire aguicheur et le tour était joué, le prédateur ou la proie vint à sa rencontre…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adam P. Moriharty



________________

Adam P. Moriharty
________________


Race : Démon commun
Classe : Lame noire
Métier : Faiseur de tours
Croyances : Aucunes
Groupe : Démons

Âge : 35

Messages : 60


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptyLun 29 Aoû 2011 - 23:09

Cette jeune femme me rendais la tâche trop facile. J'étais, entre quelques phrases, allé me chercher un verre, un petit, pour me donner un certain courage. La patience, en fait. Elle parlait trop, cette marchande. Et pourtant elle étais assez charmante. Je tenais mon verre en main et l'écoutais jacasser. Sa voix était comme une berceuse: si douce, cristalline, presque enfantine et pourtant envoûtante. Je regardais s'agiter légèrement ses formes, ses bras, ses jambes. Elle était vraiment agréable à regarder.

Je posais mon verre lentement et m'en allait la serrer tendrement dans mes bras. Doucement. Je sentais son cœur s'accélérer. Elle respirait de plus en plus vite, je le voyais à sa poitrine qui bougeait aussi de plus en plus rapidement. Elle était de dos, mes bras entouraient son ventre presque plat, et assez maigre. Elle leva le regard vers moi, qui étais plus grand qu'elle. "Je suis une femme mariée..." me dit-elle. *Et alors ? Pour moi cela ne change rien* Je soupirais, et laissais ma main se faufiler lentement sur sa poitrine pour poser une griffe sur son menton. Mon regard, lui, parcourait son visage aux lèvres trop fines. Un désir soudain s'installait en elle. Puis, sentant la pointe de ma griffe sur son menton, elle commença à paniquer. Légèrement. Mon cœur à moi commençait alors une folle course. Excitation. Nous fîmes trois pas en avant, afin de ne plus être devant la fenêtre, d'éviter les regards trop intrigués. Je pris mon verre par la même occasion et le posa près de nous après que nous nous soyons arrêtés. J'enfonçais lentement la griffe dans sa chair. Un petit filet de sang commençait à couler en dessous de son visage. Bonheur. Elle ne le remarqua pas.

Les cinq doigts de ma main droite vinrent alors planter les griffes dans ses joues, en entourant son visage. Elle s'était retournée. Mes yeux se plongeaient dans son regard soudain apeuré. Je ne pu m'empêcher de sourire. Un léger sourire, mais qui en disait long. J'adorais cela. La peur que je lisais sur son visage me procurais un certain plaisir, et je ne le cachais pas. Ce n'était pas en mon pouvoir, et certainement pas dans mes habitudes. Mentir n'est pas une bonne habitude. Ma main gauche se glissait sur le bas de son dos, déchirant quelques coutures de sa robe. Ca y était, elle paniquait enfin. Elle essayait de ne pas trop bouger, la peur s'affichant pleinement sur son visage. J'approchais alors mon visage de son oreille et murmurais dans un souffle :

"Courez."

Elle ne me fit pas attendre et se précipita hors du balcon, mais dehors. Elle manqua de tomber, mais ce n'étais pas grave, car ce n'étais pas haut. Pendant ce temps, je lui laissais de l'avance. Mais un peu. Je m'adossais tranquillement sur le petit mur où étais posé mon verre, porta celui-ci à mes lèvres et le vida rapidement. Je cru soudain apercevoir une silhouette qui s'avançait vers moi. J'ouvrais alors les yeux ronds, et me précipita aussi en dehors du balcon, prêt à poursuivre la jeune femme, et en faire ce que je voulais, laissant tomber mon verre à terre et se briser légèrement sous le choc. Je courrais, courrais, et courrais encore, dans la nuit noire. Jusqu'à rattraper la jeune femme et lui agripper le poignet, pour la jeter à terre et sortir de ma poche mon fidèle poignard, ma lame, mon seul ami à jamais.

Je me mis au dessus d'elle, posant un pied sur sa gorge, et enlevais son masque pour observer les traits de son visage se déformer sous la peur. Bientôt elle souffrirait, et je me réjouissait déjà à cette seule pensée. Je posait alors une griffe entre ses seins et commençait à déchirer lentement son décolleté, griffant au passage sa peau bronzée. Elle pleurait, cette jeune femme. Elle était terrifiée. Et j'affichais un sourire cruel, presque comblé. Je commençais alors à la déshabiller. Mais quelque chose me stoppa dans mon élan. Un bruit. J'avais été suivi.


Dernière édition par Adam Moriharty le Lun 5 Sep 2011 - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kyle Wate



________________

Kyle Wate
________________


Race : Humain (ou démon ?)
Classe : Roublard
Métier : Au service du Royaume
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : HAHA! ça se dit pas

Messages : 20


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptyMer 31 Aoû 2011 - 12:09

Kyle ne le quitte pas du regard. La foule en ébullition ne facilite pas la tâche. Elle valse entre les ombres et les recoins tachant de ne laisser qu'une faible avance. Elle n'est pas douer pour la filature certes. De toute manière, elle préfère que sa proie la voit, c'est plus excitant de voir son visage se déformer dans une peur froide, de la voir prête à sortir les armes. L'Insensible a reçu une éducation militaire très dure, autant dire qu'elle maitrise ses lames. Oh oui, elle les maitrise bien. Les gens la bouscule, ne s'excuse même pas. De tout façon, qui veux parler à une femme comme elle ? Mi homme, mi femme. Froide. Glaciale même. Et la musique berce ses pas, un à un. Dans un temps binaire approprié. Son épée courte tape sa hanche droite à rythme régulier. Elle va lui offrir du sang, elle va s'offrir du plaisir. Un petit sourire aux lèvres, elle avance.

Elizabeth se souvient parfaitement de son entrainement. Comment elle y est parvenu. Elle se souvient de cette nuit froide et sans lune. De cet homme trop gras, trop grand, trop de trop. Lui qui la veux. Elle qui se donne. La nuit est plus ou moins longue, tout dépend du point de vue. Mais elle en a marre. Elle saisit un petit couteau. Elle veut encore faire mal. Elle veux le détruire. Puis il rit. Il lui propose quelque chose de nouveau, quelque chose de plus...gratifiant. Ensuite vient les insultes, les cris de douleur, entrainement intensif jour et nuit, nuit et jour. Elle apprend vite, elle se défend bien. Elle devient meilleure. Plus habile, plus fine et rapide. Des qualités de femme dans cet univers d'homme. Le grand jour arrive. Ces paroles qui scellent son avenir. Qui fait d'elle ce qu'elle est devenue.

Tue les.
Tue les tous.
N'AI PAS DE PITIÉ POUR LES FAIBLES.

Elle arrive maintenant au balcon. La nuit est douce. Cette nuit sera sanglante. Sa proie s'est arrêté. Il regarde une femme attentivement. Elle discute avec un bel homme beaucoup moins bavard. Alors c'est donc ça. Le prédateur prédaté. C'est marrant le monde. Il prend deux bouteilles. Il a une bonne descente, à ce rythme là, il s'endormira avant qu'elle n'ai pu l'emmener jusqu'à chez elle. L'homme scruta la foule. Ses yeux masqués viennent se déposer dans ceux de l'Androgyne. Il lui sourit, il la séduit. Elle ne marche pas. Elle ne ressent rien mais lui l'ignore. Alors son plan marche à merveille. Elle répond au sourire, il semble presque vrai. Elle s'approche, essayant de paraitre naturelle. Mais quand une femme se cache derrière une façade d'homme et qu'elle porte une épée, il va être dure de lui accorder de la confiance. Il lui tend une coupe d'alcool. Trop aimable. Elle la saisit, trempant ses lèvres dedans. Elle ne parle pas, ça ne sert à rien. Lui non plus ne l'ouvre pas, trop pensif certainement. Moi je regarde sa victime. Elle se fait entrainer dans un coin plus sombre. Or, à force de rester dans l'ombre, l'obscurité ne change rien. La proie d'Elizabeth ne voit rien, tout se passe dans son dos, c'est bien dommage. La belle dame semble subjugué puis...affolé? Une odeur infime de sang vient chatouiller ses narines trop encline à cette fragrance. Elle se met à courir fendant la foule.

-Il me semble que le personne que vous suiviez vient de partir en courant poursuivit.

Le silence est rompu par cette phrase absurde. Le charmeur qui accompagne la grosse a disparut lui aussi. Le jeune homme qui vie ses dernières heures se précipite à leur poursuite. Cinq minute vient de s'écouler. Le laissant avancer, Kyle le suivit, courant derrière, les lames dispersées sur son corps l'effleurant à chaque pas. La foule est de moins en moins bruyante à mesure qu'il quitte le palais. Maintenant, c'est calme. Seul les bruits de la course sur le pavé. Tac Tac. L'homme qu'elle suit continua tout droit. Mais l'Insensible entend bien. Des pleurs. Semblable à ceux de ses victimes. La peur se sent, une douce odeur. Elle bifurque s'enfonçant dans une allée sombre. Elle ne s'est pas trompé. Au sol, la jeune femme, transit, l'angoisse suintant par tout ses pores. Au dessus, le bel homme de tout à l'heure. Il prend son pied. Non! Il ne peut pas! Il n'a pas le droit! Pourquoi c'est si facile pour les autres... La rue est embaumé par le sang qui s'écoule doucement de la pauvrette. Serrant le mâchoire, trop énervé pour bouger, Kyle reste là, figée attendant la réaction de l'homme qui ne serait pas content d'être dérangé.


L'Insensible blessé, l'auteur mutilé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cayn Howl



________________

Cayn Howl
________________


Race : Demi-Démon Commun
Classe : Lame Noire
Métier : Ombre - ancien Contrebandier
Croyances : Aucune
Groupe : Alliance des Ombres-Confrérie des Ombres

Âge : 29 ans

Messages : 85


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptyVen 2 Sep 2011 - 14:56

Il n’y a rien de plus dangereux qu’une proie endossant le rôle du prédateur. C’est ce à quoi jouait cette personne, dépourvue de masque au physique mitigé entre l’homme et la femme. Etait-il ou elle insouciant(e) à ce point pour ignorer que son interlocuteur était redoutable ? Si cet individu apprenait que le faucon noir recelait l’identité d’une ombre, un rang social d’assassins réputés pour la qualité de ses services de criminels en toute subtilités. Enfin, subtilité, disons qu’avec le jeune homme qui embarquait sa cible en dehors du balcon, ça risquait de manqué de tact. Mais rien n’était encore joué, il pouvait encore le rattraper et l’empêcher d’établir une certaine distance. Sans même adresser un mot à son « chasseur », il emboita le pas des tourtereaux. Les pistant, comme il fut poursuivit à nouveau par l’androgyne, de quoi se sentir dans une situation totalement grotesque ! Il parvint cependant à hauteur du couple qui en fin de compte, ne lui évoquait pas le grand amour.

*je rêve où lui aussi veux la massacrer, je commence à ne plus rien comprendre à cette histoire… La guilde se fou de ma tronche ou quoi ? * songea-t-il alors qu’il inspectait sa cible, allongé sur de la pierre froide, le décolleté déchiré et la peau entaillé de manière superficiel. Dans son dos, le faucon pouvait clairement ressentir son soi-disant prédateur qui regretterait sa mise en scène. Car s’il s’agissait là d’un piège, l’assassin possédait lui aussi une dague sous ses accoutrements et vu comment il savait jouer de la lame, ces deux là risquaient fortement de le regretter, ou plutôt c’est trois là sachant qu’il s’occuperait également de sa cible pour remplir son objectif au plus vite !

Voyant que le prétendu amant, n’avait pas prévu cette filature, à son regard désemparé. Le faucon comprit alors que les évènements se succédaient par un hasard des plus contraignant et non par complot, ce qui en un sens, lui facilitait un peu la tâche. Les deux criminels autour de lui, n’avait pas son expérience ni le talent nécessaire pour exécuter un meurtre en toute propreté, ce n’était là que des assoifés de sang presque dépourvu de cervelle..

-Bon ça suffit les conneries… siffla-t-il dans un soupir. « Toi mon grand, tu vas laisser la dame tranquille et te trouver un autre morceau ! Si t'acceptes, tu auras la garantie que ça ne s'ébruitera pas… » il ne révélait pas ses réelles intentions, permettant a sa victime de se sentir en confiance, ce qui lui permettrait de la massacrer dans un endroit un rien plus discret. En revanche, il pivota en direction de la femme dépourvue de costume avant de la menacer.

-Toi par contre, tu t’attaques à des choses qui te dépasse, alors rengaine tes pulsions où tu ne verras pas les lueurs de l’aube, que tu sois un homme ou une femme, ça m’est égal…

Il s’adossa contre un mur, glissa une main dans une poche avant d’en extirper une pipe, il alluma son contenu avant de griller une bouffarde. L’autre main dans la poche, il titillait du bout des doigts le contact froid de son poignard. Si sa dégénérait, il ferait de ces cloportes un véritable bain de sang !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adam P. Moriharty



________________

Adam P. Moriharty
________________


Race : Démon commun
Classe : Lame noire
Métier : Faiseur de tours
Croyances : Aucunes
Groupe : Démons

Âge : 35

Messages : 60


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptyDim 4 Sep 2011 - 21:13

Un homme, tout de noir vêtu m'avait suivi. Je m'arrêtais brusquement de torturer la jeune femme que j'avais mise à terre. *Sans gêne, l'enfoiré.* Qu'allais-je pouvoir faire ? Faire comme à mon habitude ? Faire comme si de rien n'était, comme si je ne faisais rien de mal ? Il avança vers nous, je me relevais rapidement et dépoussiérais d'une main mes vêtements et ne faisais pas attention à la demoiselle à terre, sanglotante, tremblante. Je m'apprêtais à dire quelque chose, mais il parla avant moi.

"Bon ça suffit les conneries… Toi mon grand, tu vas laisser la dame tranquille et te trouver un autre morceau ! Si t'acceptes, tu auras la garantie que ça ne s'ébruitera pas…"

J'ouvrais les yeux grands à cette seule réflexion. Du chantage ? A moi ? ... C'est que ça pourrait même fonctionner. Je ne voulais pas que cela s'ébruite, ou ma réputation en était finie. C'en serais fini de moi. Il se retourna vers une autre personne qui l'avais suivi. A vue d'oeil, cette personne avait des traits fins, et était maigre. On aurait dit... un jeune garçon... ou une jeune fille... Mon esprit s'embrouillait légèrement. Un homme ? Une femme ? Je ne m'attarderais pas longtemps sur la question, j'en étais sûr. J'allais certainement le découvrir, un jour ou l'autre. Ou au bout de quelques minutes. Cette personne semblait jalouse de mon activité précédente, et cela m'amusais. Mon regard se reposais sur l'homme qui avait soudain pris place contre le mur.

Je me baissais alors, et ramassais la fille en pleurs. Ma main droite lui agrippa le haut de la gorge, elle m'était de dos. Mon autre main était contre son ventre, histoire de ne pas la laisser échapper trop facilement. "Chht" lui fais-je. Elle faisais deux têtes de moins que moi. J'observais quelques secondes son visage aux lèvres trop fines, qui implorait la pitié. Elle avait tellement pleuré que sa gorge lui faisait mal, alors elle ne criait pas, elle ne disait rien. Même pas un "sauvez-moi" destiné aux deux nouveaux arrivants. Sans lâcher la fille, je m'adressais à l'homme en noir, d'un ton agressif.

"Et qu'est-ce que tu lui veux, à cette femme ? Elle n'est pas ta propriété."

Ni la mienne, exact. Mais je la considérais comme telle, depuis l'instant où nous avons dansé ensemble. Ma proie. Ma victime. Mon petit plaisir. Je regardais l'autre personnage, à présent. L'androgyne. Assoiffé de sang ? Je me ferais un plaisir de lui apporter ce qu'elle veut. Si c'est une Dame, bien entendu. J'observais les traits de son visage. Je restais indécis. Une femme ? Un homme ? ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kyle Wate



________________

Kyle Wate
________________


Race : Humain (ou démon ?)
Classe : Roublard
Métier : Au service du Royaume
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : HAHA! ça se dit pas

Messages : 20


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptyLun 5 Sep 2011 - 18:29

Le chasseur chassé. C’était une scène comique. Le travail de Kyle est simple. Faire le ménage. Nettoyer ce monde des immondices. Peut être que sa dernière missive serait de se tuer. Seul le temps nous le dira. La rue est sombre. Froide. Les murs assez proche, cachant les faibles rayons lunaires. Elle observe autour d’elle. Difficilement il faut bien l’avouer. La pénombre n’aide pas. Au fond de la petite ruelle se dresse un mur. On le devine. Ce serait trop simple sinon. Pas d’issu possible. L’Insensible décide de qui peut partir. Et pour l’instant pas grand monde. Peut être même que seul le chat qui longe le mur gauche, incognito de peur de se faire manger passera. La scène tirée d’une histoire farfelue. Une femme, un homme trop aventureux, son sauveur et le tueur du sauveur. Qui vivra mourra. Euh non, qui mourra, ne vivra pas. Elle aime ça. Penser au sang sur sa lame, penser à la mort qui vient. Elle est déjà là. Là au dessus de leur tête. Patiente de prendre l’âme d’un malheureux.

Kyle a encore du mal à digérer. Cet homme n’est pas normal. Elle le regarde attentivement. Pas très costaud, plutôt fin. Beaucoup moins chétif qu’elle mais moins qu’un homme athlétique. Ses cheveux mi long encadre son visage fin. Deux émeraudes lui servent d’yeux. Il n’a rien d’humain. Immorale. Comment peut-on faire ça à une jeune dame, recherchée en plus ? Excitant. Particulièrement dangereux… Il joue avec le mal comme l’Androgyne. Elle n’est pas seule. Elle n’est donc pas folle. Contente de sa découverte, une petit sourire de vainqueur nait sur son visage de poupée de cire. Ses yeux se pose alors sur la proie. Une jeune femme pas déplaisante. Il a bon goût. Très bon même. Les moues de peur qui traversent sont visage la rende désirable. Kyle se fou du sexe. Homme, femme, enfants, chien, chat, chevaux…Enfin peut-être pas les équidés. Elle n’a pas de sentiments donc la honte ne lui procure rien. Elle est le seul maitre de ses actes. Ou presque.

-Toi par contre, tu t’attaques à des choses qui te dépasse, alors rengaine tes pulsions où tu ne verras pas les lueurs de l’aube, que tu sois un homme ou une femme, ça m’est égal…


L’Homme-oiseau ne sait pas à qui il parle. Les menaces ne sont rien pour elle. Elle le fixe, le cœur paisible battant à temps régulier. Le sourire précédant se transforme en rictus sadique. Que croyait-il ? Les pulsions… Il est peut-être devin. Et si c’est le cas, il lit à ce moment précis qu’elle va en faire de la bouillit, le faire crier, lui faire hurler son nom jusqu’à ce rompre les cordes vocales. Elle veux le voir pleurer sa mère, elle souhaite qu’il la supplie du regard. Un chien battu qui cherche asile près d’un soulard. Il s’appuie contre le mur de pierre froid. Il est confiant… Tout ça conduira à sa perte. Mourir noyé ou pendu est bien plus doux que de laisser sa vie sous la lame de Kyle. Sa lame ou autre chose. Elle est assez inventive en ce qui concerne les fins. Elle peux être conteuse. Ce serait même assez drôle de la voir raconter chacun de ses meurtres à des enfants vomissant de dégout. Le Non-homme répondit d’abord. Réactif le petit. L’Insensible en profite pour s’approcher de sa proie. Si près que son corps se colle au sien. Il se tend quelque peu. Il serait facile pour lui de la tuer mais la surprise joue en sa faveur.

Crie mon nom
Crie le.
HURLE A EN FAIRE TREMBLER LES MURS.

Effleurant son cou de ses lèvres, elle lui murmure :
-La nuit est toujours plus délectable que le jour. Crains moi car ta fin approche.

Dans un souffle chaud, elle lui lèche l’arête de la mâchoire avant de se retirer. Le sourire figé, l’ambiance tendu. Le premier qui bouge fera sortir les lames des autres. Kyle exulte. Elle est dans son élément. La peur, l’ignorance, la mort. Toute ces choses dont elle ignore tout. C’est un moment excitant. Tellement…beau qu’il en inspire les pulsions sadique de l’Androgyne. Ce soir, tout le Monde aurait mal. Tout le Monde serait son terrain de jeu.


Elle aime la mort et méprise la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cayn Howl



________________

Cayn Howl
________________


Race : Demi-Démon Commun
Classe : Lame Noire
Métier : Ombre - ancien Contrebandier
Croyances : Aucune
Groupe : Alliance des Ombres-Confrérie des Ombres

Âge : 29 ans

Messages : 85


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptyMar 6 Sep 2011 - 15:56

Les trois prédateurs se muraient dans un silence accablant, effleurant un néant d’énergie positive. La tension maîtrisait leurs pulsions qui se déchaineraient sans crier gare. L’assassin adossé contre un pan de mur fumait tranquillement, dissimulant le danger qu’il représentait. Sa victime restait entre les mains de son criminel, un imprévu qui ne risquait pas de lui causer trop d’ennui, pour le moment…


"Et qu'est-ce que tu lui veux, à cette femme ? Elle n'est pas ta propriété."

Et justement, elle l’était… Sa mission étant de la massacrer proprement, ce fou furieux n’hésiterait pas à lui déchirer les entrailles et de labourer ses tripes comme un porc. De plus, une lueur étrange brillait dans son regard, était-il vraiment humain ?
Le faucon noir ignorait la réponse mais ce facteur n’avait guère beaucoup d’importance. Ce qui devait demeurer étant le meurtre personnel de la jeune femme qui se ferait sous la marque de la confrérie des ombres, sans bavure, dépourvue de passion et surtout en parfaite discrétion.

Mais le Faucon reprit la parole, serein et confiant, autant par son attitude que par ses dires.

-Si j’ai décidé qu’elle serait ma prochaine proie, inutile d’insister. Déguerpi ou gît…

Sa menace pesé, il tira une nouvelle bouffarde, laissant un brin de répit à l’homme qui se retrouverait avec une dague sous la gorge d’ici un très bref délai. Au préalable, il n’aurait guère la satisfaction de faire sa besogne, mais il n’aurait alors plus qu’à récupérer ce qui reste de la femme pour faire son rapport à la guilde d’assassin. De quoi se permettre une tranquillité parfaitement calculée. Patientant l’instant décisif qui rayerait l’étincelle de vie de ce criminel audacieux.

Au même moment, l’individu qui le poursuivait précédemment, s’aventurait en territoire mortel, allant même jusqu’à défié la mort, se postant si proche de lui qu’il pouvait inhaler son parfum. Le poignard affermit par sa poigne ne lui laisserait aucune chance. Il glissa la pièce métallique près des flans de son futur adversaire.

*tente seulement quelque-chose et je t’enfonce ma lame entre deux côtes… * songea-t-il alors que la curiosité l’empêchait de mettre en œuvre cette préjudiciable pensée.


Son apocryphe prédateur l’effleure de ses lèvres, le contact tiède de sa peau marquant une griffe sur son cou. Suivit d’un murmure froid qui aurait pu lui causer de l’effroi, s’il n’était pas aussi confiant.

-La nuit est toujours plus délectable que le jour. Crains moi car ta fin approche.


Il esquissa un large sourire. C’était une femme, sans l’ombre d’un soupçon possible. L’arôme de sa peau, l’écho de sa voix, la délicatesse de ses lèvres et surtout… la langue qui vient d’effleurer l’arête de sa mâchoire, pourvu d’une certaine sensualité… sensualité froide, car elle soutenait davantage un danger qu’un plaisir convoité.
Assurée qu’elle dominait la situation, le faucon noir n’hésita pas à lui enfoncer la lame, déjà très proche de son flan. En insuffisance pour la tuer, il lui causa une blessure superficielle en guise d’avertissement tandis que le bout de la lame se regorgeait d’un fluide vital. Pénétrant son corps, il maintenait la lame dans la plaie, dévoilant dans un sourire carnassier qu’il dominait déjà d’avance l’affront.

-Alors petite devinette, qui est la proie maintenant ? Il viola son regard du sien, imprégné d’un gris émeraude et froid. Ses prunelles presque longiligne lui donnait davantage l’allure d’un prédateur. Elle n’arborait cependant aucune crainte, elle ignorait donc la peur de mourir ? Quand bien même, le faucon venait d’asseoir sa domination et c’était déjà un début, pourquoi la tuer tout de suite alors qu’il pouvait finalement s’amuser ? Une femme osait le défier, elle allait en prendre pour son grade… Mais il ne devait pas non plus ignorer l’autre bourreau qui scrutait la scène avidement, ne sachant sans doute comment réagir face à une situation aussi précaire.

Le sang commençait à dégouliner le long de ses doigts, alors que sa poigne devint glissante, pendant qu’il enfonçait encore sa lame à la frontière d’un organe. Encore un peu et elle agoniserait, gisantes dans une marre de sang, mais cela serait tellement trop facile…

-Puisque je viens de découvrir ton appartenance à la gente féminine, je te laisse le répit de vivre, juste un peu.

Il prit ses distances, ôtant la lame qui bouillonnait d’une pulsion meurtrière. Serait-il en train de succomber au plaisir de la souffrance ? Une voix l’appelait au plus profond de lui même, un démon réclamait boucherie et dépravation…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adam P. Moriharty



________________

Adam P. Moriharty
________________


Race : Démon commun
Classe : Lame noire
Métier : Faiseur de tours
Croyances : Aucunes
Groupe : Démons

Âge : 35

Messages : 60


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptyJeu 8 Sep 2011 - 21:49

Finalement, l'androgyne était une femme. Je tenais fermement la gorge de ma victime de ma main droite, je ne faisais pas encore vraiment attention si mes griffes étaient plantées dans sa jolie peau bronzée et lisse. L'androgyne s'était approchée de l'homme en noir, qui était finalement un assassin. *Que je la tue moi-même, ou lui... il n'y a aucune différence. Si ce n'est que moi, je prendrais mon pied. Moi, je serais le maître de son corps. Et moi seul décidera de ce que je lui ferais.* Elle lui dit quelque chose. Quelque chose qui n'a pas dût lui plaire, à cet assassin. Il enfonça soudainement sa dague entre les côtes de la (jeune) femme qui s'était permis de lui lécher cou. J'entendis une sorte de gémissement de douleur. Ma main se resserra sur la gorge de ma victime, entre mes bras maigres mais forts. Je voyais le sang couler du ventre de la blondinette à capuche, cela m'excitait proprement. Ce sang... ce liquide rouge sombre... C'était ce que je cherchais depuis la première heure ce matin. De la souffrance, j'en voulais aussi.

Sans même vraiment y faire attention, mes griffes s'enfoncèrent dans la chair du ventre de ma victime, et dans sa gorge. Profondément. Plus profondément encore. Elle gémissait de douleur, elle essayait de crier. Je concevais très bien que cela faisait mauvais genre. C'était un peu de l'exhibition. Mais qu'importait ? Je l'avais, ma souffrance. J'avais aussi ma peur, et... et j'avais le sang. Que me fallait-il de plus maintenant ? Un meurtre. Un meurtre en toute intimité. Ma victime, et moi. Tous les deux, dans un endroit sombre, isolé. Sale, pourquoi pas ? Cela n'avait aucune importance, car de toute façon j'allais souiller le sol de mes propres mains, de ma propre lame, par le propre sang rouge sombre de ma victime présente : la bonne marchande.

Le sang commençait à couler abondamment. Je me mis à sourire. Et voilà, je serais à présent le centre d'intérêt de ces pauvres fous.
*A qui est-elle, maintenant ?* Mon sourire était large, ma bouche entrouverte. On apercevait certainement mes dents bien rangées et bien taillées. J'avais envie de mordre quelque chose. Il me fallait mordre quelque chose. Avec une certaine hésitation, craignant de m'emporter trop vite et de ne plus pouvoir m'arrêter, je mordis dans le cou de ma victime, qui réussit à crier finalement, peut-être par la surprise, ou la douleur trop soudaine. Une voix stridente et aigüe. Je m'efforçais de garder mon calme, soudain haletant. Mon coeur battait beaucoup trop vite. Tout en ne lâchant pas l'emprise de mes dents dans la chair de son cou, je levais la tête, le plus rapidement possible, forçant mes dents à quitter leur place. Ma tête se releva, après un petit moment d'hésitation et d'efforts. Mais je gardais dans ma bouche quelque chose... un morceau de chair que je n'avais pas réussi à laisser s'enfuir. La jeune femme s'écroula à terre, un trou dans sa gorge lisse, tandis que je recrachais le bout que j'avais arraché à celle-ci. Ma bouche étant en sang, je l'essuyais avec le dos de ma main droite, puis regardais le liquide sur ma peau. J'avalais ensuite les résidus qui me restaient et le sang sur ma langue et mes dents. Mon cœur battait moins vite, mais toujours encore rapidement. Ma respiration était forte. Je ne me rendais même pas comte de ce que pouvaient penser les deux bougres devant moi. Je n'avais peut-être pas pris mon pied, mais c'était un début. J'allais certainement avoir l'occasion de me rattraper avec d'autres femmes. Et sans ces gens-là.

Je les regardais soudain, confus mais d'un ton sûr, je déclarais :

"
Je... Je suis désolé pour ce... spectacle navrant.

Mon regard se posa subitement sur la bonne femme, puis revint sur mes mains ensanglantées, et de nouveau sur ma victime. Morte ? Certainement...

-
Ce fut plus fort que moi."

... Je la voyais finalement encore bouger un peu. Des spasmes, rien de plus. Quelques tics nerveux, causés par la douleur et surtout la surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kyle Wate



________________

Kyle Wate
________________


Race : Humain (ou démon ?)
Classe : Roublard
Métier : Au service du Royaume
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : HAHA! ça se dit pas

Messages : 20


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptyJeu 8 Sep 2011 - 22:45

Souffrance puis délivrance. L’insensible recule doucement sa tête. Il faut toujours bien s’occuper de sa victime. Elles en deviennent bien plus résistante et désirable. Peu importe les coups de pieds, les bleus et les injures, elle se trouve au paradis, bien plus haut que les cieux, bien plus grand qu’une simple joie. Une joie teinté de rouge, une joie macabre. Une folie si excitante et délectable. Le plaisir du corps vient bien après celui là. Celui n’a jamais essayé ne peut prétendre au bonheur. A être simplement heureux. Impossible. C’est bien trop beau, c’est bien trop doux, le gout de rouille et les oreilles flattées sous les supplices. Kyle en avait eu des moments d’extase où même la plus puissante des drogues ne peut reproduire le sentiment qui se passe à se moment là. Le seul sentiment dont elle peut faire preuve en réalité. Stérile. Platonique et pourtant si…piquante, tellement imprévisible. Chez elle, il n’y a pas de place au hasard, tout les gestes sont calculés, elle n’agit pas aveuglement. A part peut être pour jouer. Trop de précipitation. L’Homme au chapeau enfonce la lame froide entre deux côtes. Un léger cri de douleur. Ou de stupeur. Car si elle aime infliger, elle aime autant recevoir.

Il lui sourit légèrement. Impassible, elle ne disait rien. Même si en elle, elle jubile presque. D’un léger geste de tête, elle enlève la mèche de cheveux pour bien dégager ses deux yeux. Deux prunelles aux couleurs distinctes. Symbole de son hérésie, de sa folie. Deux extrême qui ne s’allieront jamais pour ne former qu’une seule couleur. Jamais. Il a dans son regard cette lueur malsaine. Ce sera d’autant plus intéressant. Puis voyant qu’elle ne bouge pas, il enfonce un peu plus profondément. Elizabeth sent le liquide chaud commencer à couler paisiblement (comme souvent d’ailleurs) sur son corps de porcelaine. Une cicatrice de plus. La femme aux blessures. Toute ces années de mutilations lui ont valut les plus beaux des trophées. Ceux que personne ne peut comprendre. Oh non… Nul ne comprend Kyle car elle-même ne se comprend pas. Elle ne s’entend plus. Toujours impassible. Tant d’ignorance profonde peut agacer. L’odeur si subtile pour être aimé vient chatouiller ses narines. Elle saigne donc autant ?

-Alors petite devinette, qui est la proie maintenant ? Puisque je viens de découvrir ton appartenance à la gente féminine, je te laisse le répit de vivre, juste un peu.


Alors qu’il la dévisage, la lame s’enfonce encore plus, presque entièrement dans le corps de l’Androgyne. Ce qui eut pour effet de lui faire sortir un petit gémissement, vague démonstration de plaisir puis d’un petit glapissement car même en étant l’Insensible, ne ressentant rien, le mal est appris, acquis. Une lame fait mal, ça coupe. C’est psychologique avant tout. Le sang coule encore et encore. Flux chaud sur un destin froid. Il veux vraiment jouer ? Sait-il au moins à qui il s’attaque ? Au fond, tant pis pour lui. Un léger sourire flottant sur ses lèvres, Kyle articule une phrase, sans un bruit, sans une parole, juste en mimant ‘Va te faire foutre’. Il serre la mâchoire, il allait continuer encore (ce qu’elle cherche évidement) quand un crie strident se fait entendre. La femme.

Il y a des pulsions qu’on ne peut pas contrôler. L’autre, l’homme qui semble heureux dans la souffrance, tiens dans sa bouche un bout de chaire. Elle n’a qu’une envie. Lui sauter à la gorge, lui dire qu’il n’a pas le droit. Pourquoi lui aurait le droit au plaisir ? Elle ne peut que tourner la tête, son corps toujours collé à l’homme-oiseau par le biais de l’acier. Elle l’observe une nouvelle fois. Il semble gêné… Vague émotion dont elle ignore tout. Ses yeux trahissent l’innocence voilé de ses actes. Impuissant. Seul spectateur de ses gestes, ces pulsions violentes qu’on ne peut maitriser. Il bafouille, hésite. Dans un instinct un peu maternelle, quoi que froid et toujours aussi monotone, ces caractéristiques qui lui sont propres, elle prend la parole intelligiblement, malgré le mal, malgré le bien.

-N’ai pas honte de ce que tu fais. Tu le fais, tu l’assumes.

Puis, elle se retourne vers l’homme, le fixant droit dans les yeux.


-Ce jeu risque de courir à ta perte bien avant moi…

Puis d’un geste discret, elle attrape deux lames, deux dagues qu’elle place aussi vite que possible sous la gorge de son assaillant et frôlant son ventre.


Les jeux dangereux, elle aime ça, surtout lorsque c’est le sien, surtout quand ça lui fait du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cayn Howl



________________

Cayn Howl
________________


Race : Demi-Démon Commun
Classe : Lame Noire
Métier : Ombre - ancien Contrebandier
Croyances : Aucune
Groupe : Alliance des Ombres-Confrérie des Ombres

Âge : 29 ans

Messages : 85


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptyJeu 8 Sep 2011 - 23:35

Il a beau tuer de sang froid, faire preuve de cruauté et d’intolérance envers ses victimes, éprouvé parfois presque du soulagement à la voir crever à petit feu, ça n’empêchait qu’il ne comprenait pas les deux individus qui foulaient son chemin. Des fous, des hérétiques qui ne méritaient qu’une sentence, la mort. Ils se pensaient en mesure de défier la morale et l’éthique, des carnassiers complètement perturbés par une enfance certainement tragique. Mais ça n’excusait pas leurs actes, bien que Cayn se moquait de la vie d’autrui, les voir jouir de la douleur, ça le dépassait et seul un être pouvait lui donner de tel pensées meutrières, le démon dormant en lui, pour le moment maintenu par de solides chaînes. Il était parvenu à extraire une partie de son essence, lorsque la dague s’était enfoncée dans les flans de la jeune femme, mais… il n’aurait pas le dessus, c’était impossible. L’assassin le tenait bien en laisse et il en irait de même pour ces deux vauriens !

Il dût quitter ses réflexions pour se pencher sur le cas de l’humain qui venait de…. De tuer sa cible…. Eh merde, il lui privait de sa main d’œuvre. Bon ok, ça ne changeait pas grand chose au principe qu’il devait la buter, mais là c’était fait sans propreté, dans un bain de sang, il ne pourrait pas imposé sa signature, c’était foutu. Un détail presque sans importance, mais un détail qui le symbolisait en tant que maître du crime, et non comme un boucher trouant un porc à l’abattoir. Déconcentré et un rien affligé par la scène, il ne put percevoir que brièvement le mouvement de la jeune femme qui s’empara discrètement de ses armes. Elle allait lui mettre les lames sous la gorge, non mais elle était complètement insouciante la pauvre ? Juste une misérable pression du bras, et il mettait fin à son existence, aussi simplement que cela. Cayn acheva son geste qui mettrait fin à l’existence de cette malheureuse, complètement pervertie par la folie, aliéné jusqu’à l’os et totalement inexpérimenté pour espérer entreprendre une manœuvre aussi suicidaire. Mais des hurlements parvinrent au loin, stoppant net son mouvement … Un sentiment de danger, l’oppression de la cage thoracique et le cœur qui martèlent sa poitrine à tout rompre…. Des témoins criaient après les gardes, son contrat était fichu, le premier qu’il échouait depuis autant d’années au service de la confrérie des Ombre ! Il perdrait de sa réputation, de sa prestance et surtout de sa crédibilité. Non ! Hors de question, son nom ne s’entacherait pas d’un échec ! Sans crier gare, il repoussa la femme, en dépit des armes qu’elle avait bien fini de lui mettre sous la gorge, mais sous l’effet de surprise, elle n’eut guère le temps de réagir.
L’instant suivant, le faucon ôtait sa dague et approcha le jeune fou anthropophage. Sans perdre une miette de temps, il le repoussa d’un violent coup de pied. L’étrange énergumène fut repoussé à un mètre de là. Ne réagissant pas réellement non plus….

-Mais qu’est ce qui ne tourne pas rond avec vous ? Bande de tarés ! Vociféra-t-il alors qu’il déchirait le cuir de la jeune femme. Frottant le fer contre sa peau tiède, extirpant son épiderme par lambeau et obtenant une abondance de fluide vital. Ses mains s’engluaient par la présence du sang, le liquide écarlate ruisselait sur ses avant-bras et son odorat repéra l’indice d’un parfum qui lui véhiculait une horde de souvenirs odieux.
La peau ne résistait pas sous les assauts de la lame, qui grattait la chair pour la découper comme du beure, obtenant encore plus d’essence vitale mais brisant aussi les os et toute forme de résistance. Quand la lame s’arrêta sur la pierre froide, ayant traversé la gorge, puis finalement la nuque, le silence reprit ses droits, en cette nuit sombre et macabre.
La vue de ce sang, de cette chair en lambeau et de cette tête dérobé de son corps, c’était trop d’aliénation. S’attrapant le crâne à deux mains, il inonda son masque et ses tempes d’une coulée vermeille. Non pas ça, putain pas ça !!! Il ne peut pas avoir le contrôle, si si il le peu… Non, jamais.. Si te dis-je, laisse moi faire, l’appel du sang crie mon nom, l’hurle, il reste des âmes à punir et des corps à meurtrir ! Goute au pêché, le Vein est un délice, il est à l’origine de la connaissance, laisse la sagesse te guider… laisse là et tues les tous !!

Des sons métalliques retentissaient au loin, une patrouille parviendrait sur les lieux sous peu. Les trois individus étaient présents sur une scène de crime épouvantable et comme si cela ne suffisait pas, le Faucon planta sa dague dans le corps de la marchande, trouant la peau à plusieurs parties du corps, provoquant une inondation d’hémoglobines. Une fois le corps endommagé, il rangea son arme, complètement ensanglantée avant d’ouvrir à pleine main l’abdomen de la jeune femme, la peau caoutchouteuse résista au début, mais à force de poussé, il déchira son ventre, révélant des tripes et d’autres organes. Cayn n’avait plus le contrôle de son corps, jamais il n’aurait fais ça, jamais…. Le démon avait le dessus, tout ça à cause de deux vermines qui avaient osés titiller le réveil du monstre…

Méphisto se tourna en direction des deux autres criminels tandis que des gardes criaient leur état d’arrestation. Dans un sifflement complètement dépourvu d’émotion, ils souffla : « Allez mes petits, la fête ne fait que commencer, vous m’avez réveillé de cette enveloppe, maintenant je vais vous remercier à ma façon. Que ce bal deviennent le territoire des bourreaux et que la souffrance s’éveil… »

A première vue, le Faucon arborait la même apparence mais ses iris autrefois d’un vert pâle, présentaient à présent, une teinte rougeoyante et malsaine. De plus, son attitude et son sourire évoquait davantage le malin qu’un assassin pourvu d’une conscience. Cayn sommeillait tandis que le démon en lui, profiterait de son répit afin de déchaîner ses pulsions chaotiques… La soirée ne faisait malheureusement, que commencer…

[HJ] Bon là je suis parti en sucette, mais réveillé le démon en Cayn c'est la seule solution que j'ai trouvé pour éviter qu'il vous étripe, parce que son code morale peut pas accepter de tels aversions. En plus ça permet d'enchainer sur une suite d'actions ensanglantés, ça va être un carnage xD [/hj]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adam P. Moriharty



________________

Adam P. Moriharty
________________


Race : Démon commun
Classe : Lame noire
Métier : Faiseur de tours
Croyances : Aucunes
Groupe : Démons

Âge : 35

Messages : 60


Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] EmptySam 8 Oct 2011 - 16:21

L'homme me repoussa violemment en arrière. Qu'aurai-je pu faire, si ce n'est rien ? Je n’eus pas le temps de m'opposer à son acte, et voilà que j'étais à un mètre projeté en arrière, et tombai sur les genoux, puis basculai à ma droite, déposant brusquement mon épaule sur le sol terreux et sale du dehors. J'étais tombé trop minablement, je valais mieux que cela. Il commença à dépecer la jeune marchande. Attiré par cette vision d'horreur, je les fixai. Lui, et ce corps ensanglanté qui bientôt ne ressemblerait plus à grand chose. Pourquoi ne pouvais-je pas m'amuser ? Je voulais juste jouer, et prendre mon pied. Pour une soirée...

Tout d'un coup, il était devenu une autre personne. Ce simple humain, ou presque, était devenu un véritable démon, changeant ses iris de couleur simple, en un rouge écarlate et éblouissant.

« Allez mes petits, dit-il, la fête ne fait que commencer, vous m’avez réveillé de cette enveloppe, maintenant je vais vous remercier à ma façon. Que ce bal devienne le territoire des bourreaux et que la souffrance s’éveille… »

Arytio pensa certainement que vu qu'il y avait un petit nouveau qui s'était permit de s'installer, de prendre place dans la bande, il allait pouvoir, lui aussi, faire une apparition. Je me sentais un peu dépassé par les évènements, déconcerté, peut-être même trop excité. Je ne pouvais plus avoir le contrôle de moi, je laissai alors Arytio prendre les commandes, et me laissai lentement glisser dans les méandres de mon pauvre cerveau mutilé. A partir de maintenant, je ne contrôlai plus mes gestes, je ne contrôlai plus mes mots. C'était LUI qui parlait, c'était LUI qui bougeait.

L'agitation se faisait plus forte, autour de nous. Des gardes étaient sortis du Palais royal, avaient quittés leur poste. Ils avaient dû entendre les cris insupportables de la marchande meurtrie et morte à présent. Arytio me guidait. Nous nous levâmes et approchâmes de l'humain apparemment devenu démon. Nous posâmes une main sur son bras, pour le serrer légèrement.

« Qu'est-ce que t'es en train de déconner ?! dit Arytio. Tu veux NOUS faire tuer ?! On est que trois, connard ! On va pas les crever tous seuls ! Ils vont être plus que des dixaines !

Nous serrions maintenant puissamment son bras plutôt musclé et bien en chair. Nous le regardions dans les yeux, insistants, mais amusés par les évènements. Nous plantions mes griffes pointues dans sa chair ferme. Un sourire en coin de mes lèvres apparut soudain, lentement.

- Si tu veux crever, continua Arytio, tu le fais seul. »

Notre expression trahissait nos mots. C'était étrange, à vrai dire. Les sourcils froncés, notre sourire en coin, ne montraient pas une réelle résistance, une réelle envie de nous enfuir. Mais nous devions rester lucides, nous n'allions pas gagner cette misérable bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] _
MessageSujet: Re: Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]   Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le corps se cache et l'âme ne désire que se montrer [Cayn Howl et Kyle Wate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Palais royal-