''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Partagez | 
 

 [POST CLOS]La besace vide [ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

Synëal Muspell
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyMar 30 Aoû 2011 - 14:28

Le croassement tonitruant des crapauds berçait la nuit pesante qui s'étalait au-dessus des marécages. Une brise discrète provoquait le frottement des feuilles mourantes d'un arbre dont la vie s'éteignait petit à petit chaque jour. Ici, la mort ne se pressait guère pour mettre fin au long et éternel cycle de douleur de la flore en ces terres dépravées. Il y avait cependant quelques individus de passage qui y trouvaient un certain charme glauque et lugubre et d'autre part, des êtres ayant corrompu leur vie pour s'éloigner de tout ce qui aurait pu leur donner chaleur et hospitalité, et s'adonner à des pratiques plus sombres, leur offrant sang et pouvoir.

Une seule silhouette faisait partie de la première catégorie. Elle se mouvait avec une grâce silencieuse, entre les arbres, esquivant soigneusement les flaques purulentes, d'où s'élevaient des vapeurs à la teinte inquiétante, inspectant rapidement quelques fourrés, se glissant vers un autre arbre, arrachant une pousse avant de la jeter au loin. Les cris muets des arbres agaçait Synëal qui n'arrivait pas à trouver les ingrédients qu'il lui fallait pour sa nouvelle mixture contre les courbatures dues à la fatigue. Après ses deux centenaires de vie, il commençait à penser que si les plantes arrivaient à un point de rupture, alors il devait en être de même pour les êtres humanoïdes. Lui-même sentait qu'après une longue journée de marche ou de méditation, ses muscles commençaient à éprouver des étirements pénibles et indépendants de sa volonté. Manque de concentration oblige, il finit par se laisser aller contre un tronc tordu, et lever son chapeau de sa tête pour laisser tomber sa chevelure de feu sur ses épaules. Il soupira, et se mit et jouer avec son couvre-chef, passant en revue dans sa tête toutes les plantes qui contiendraient les propriétés nécessaires à sa création.


Dernière édition par Synëal Muspell le Dim 11 Sep 2011 - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyDim 4 Sep 2011 - 15:25

Les hommes bipèdes, Gigantus les détestait ! Un tout particulier, le chasseur commun. Il l'a suivit, il l'a tué, comme tout les autres auparavant. Mais ce jour là, ce fut différent. Ce chasseur n'était pas commun malgré les apparences. Et Gigantus ne l'eut compris que trop tard. Il s'agissait d'une bête difforme, pour laquelle le don de la parole avait l'air d'être inconnu.

Il avait suivit sa trace ce qu'il considérait comme étant trois jours sans véritablement en être sûr. Il ne s'était pas arrêté une seule fois, mais malgré tout, il eut vite fait de perdre la trace de l'immondice chasseuse. Trois jours dans un monde étrange, qu'il ne saurait désormais décrire que trop bien. Il avait tant envie de rentrer chez lui, qu'il ne suivait plus ces traces que d'un oeil. Ils avaient tout deux, Gigantus et sa proie, traversé une sorte de champ lumineux, entre deux arbres de l'épaisse forêt dans laquelle aimaient tant aller les chasseurs.

Aujourd'hui, le guerrier cornu sentait qu'il ne retrouverait jamais l'ignoble assassin. Désormais, son but serait donc de trouver la sortie de cet étrange monde. Un monde auquel il avait pourtant le sentiment d'être lié d'une quelconque manière.

Un marais, désormais. Cela faisait trois jours qu'il marchait rapidement et sans pause, et le rhinocéros bipède savait que deux de plus commenceraient à le fatiguer. Quoi qu'un marais le fatiguerait en quelques heures. Un rhinocéros ne saurait jamais éviter toutes les eaux, les choses étranges et ce qu'il décrirait comme les pièges trop intelligents de la nature. Il redoutait le chemin, pourtant inconnu, qu'il se voyait prendre mais il ne pensait pas avoir le choix, étrangement. Il fit donc sa première pause, tranquille. Fièrement debout, croquant dans un pain croquant quoi qu'un peu vieux.

Mais il la laissa tomber, et releva rapidement marteau et bouclier. Une odeur le gênait plus que les autres. Le regard de Gigantus était fuyant, cherchant le détail qui éveillait en sa personne la surprise. Il reniflait, son regard tomba sur de légères empreinte, le terrain était dangereux pour un fuyard, les marques s'y faisaient facilement. L'immondice ne serait passé par ici. Il suivit les pas visibles jusqu'à relever la tête. Sa corne n'obstruait en aucun cas sa vue, même si ce qu'il voyait était difficile à voir.

Il s'agissait d'un étrange personnage, presque couché, adossé contre un arbre. Et jouant de son chapeau. Le guerrier cornu l'approcha, serrant avec force la poigne de sa hache et son second poing. Il avancait avec précaution, un grand silence malgré son poid. Et une fois à une distance raisonnablement restreinte de ce que l'on pouvait décrire comme sa proie...


"Relève-toi, homme, si je peux t'appeler ainsi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

Synëal Muspell
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyDim 4 Sep 2011 - 23:43

Un inconnu? Un inconnu qui approchait? Synëal flaira rapidement l'air ambiant, et perçut une odeur étrangère en ces lieux, une odeur puissante et pénible pour son odorat. Un autre démon? Cela était peu probable, ils ne dégageaient pas de réminiscence si...féroce. Il se décolla du tronc de l'arbre, et sortit la dague de sa manche pendante. De légers bruits de pas mesurés se firent entendre dans la boue du marécage. Même si la personne avait voulu se cacher, il aurait fallu qu'elle sache passer au travers des différents relents de moisi du marécage sans s'en imprégner.

Il s'approcha de la silhouette qui avançait vers lui, ne prêtant qu'un léger coup d’œil aux armes dont disposait l'étranger. Derrière lui, s'élevaient déjà des feuilles de chardon au cas où l'entrevue ne se passerait pas pacifiquement. Il ôta son couvre-chef, et lui accorda une courte révérence, un sourire énigmatique peint sur son visage. Lui qui n'avait jamais réellement reçu de visite, il ne savait pas trop comment s'y prendre. La première chose qui lui passait par la tête était de la mettre en garde.


"Vous devriez faire attention où vous marchez seigneur, votre poids ne rend déjà pas votre progression très facile."

Il avança stoïquement devant lui, et observa son marteau.

"C'est un bon marteau que vous avez là. Vous l'avez forgé vous-même? Ou l'avez-vous volé à un quelconque innocent?"

La franchise, et le manque de tact, étaient deux choses difficiles à discerner chez le Syrinx, peu importe à qui il avait affaire. Mais il avait appris que les individus ne se comportaient pas forcément de façon amicale entre eux, dès qu'ils se rencontraient. Il y avait quelque chose qui s'appelait la confiance, qui devait d'abord s'établir entre eux, mais Synëal trouvait ce comportement superflu, d'autant que la plupart des mortels finissait pas se taper dessus. Alors autant en venir au but, et énoncer spontanément ce que l'on pense. Pas de fioritures, pas de perte de temps.

"Mais dis donc, monseigneur, qu'avez-vous fait à vos pieds? On dirait que vous avez traîné toute la vase des marais jusqu'ici, et cette odeur...Que diriez-vous d'un petit onguent pour faire disparaître tout ça?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyLun 5 Sep 2011 - 0:36

Le bipède s'était levé. Bien, il avait obéit. Il s'était levé et venait à lui avec des pas légers. Comme décontracté. Et si il était aussi serein, c'est qu'il y avait une raison, pensa Gigantus. Il ne devait pas être seul pour oser affronter du regard une bête telle que lui. En effet, Gigantus ne pouvait réaliser qu'il y avait des gens plus puissant que lui. Car il était si grand, si fort. Et pensait tout comprendre à un monde qu'il connaissait pourtant à peine. Se croyant affublé d'une mission presque divine, il s'en croyait divin. C'était là sa première erreur à laquelle il se verra rapidement confronté. Mais ca n'était pas aujourd'hui, même si il se sentait proche de le réaliser, il était face à ce qu'il connaissait pour l'instant de moins subtil et des plus insultants.

"Vous devriez faire attention où vous marchez seigneur, votre poids ne rend déjà pas votre progression très facile." Lui disait-il donc, comme un conseil mais prononcé de manière presque hautaine, l'inconnu avait confiance en lui.

"C'est un bon marteau que vous avez là. Vous l'avez forgé vous-même? Ou l'avez-vous volé à un quelconque innocent?" recommenca-t-il, après quelques pas. Il marchait de manière étrange, comme une facon de se présenter. Il montrait qui il était et ce, sans mensonges aucuns.

Le rhinocéros n'avait aucunement confiance en celui qui lui faisait face. Cet homme était plus que vile, se prenait pour plus grand qu'il n'était mais restait dangereux. Il n'avait pas l'air de parler de cette manière, de se présenter tel qu'il semblait être sans raisons. "Mais dis donc, monseigneur, qu'avez-vous fait à vos pieds? On dirait que vous avez traîné toute la vase des marais jusqu'ici, et cette odeur...Que diriez-vous d'un petit onguent pour faire disparaître tout ça?" fit-il encore. C'est qu'il ne s'arrêtait jamais ! Alors que Gigantus allait prendre sa question au sérieux, il secoua la tête. Crispant tout ses muscles comme il avait l'habitude de le faire sous forme animale. Sa seule réaction fut tout aussi sauvage. En effet, il meugla à se faire entendre par tous et toutes dans ce monde étrange. Un bruit horrible et des filets de baves sortirent de la gueule de l'animal humain.

Un silence se fit ensuite entendre. Il pouvait continuer, cette fois à l'aide de la parole. Il se racla la gorge et s'essuya la gueule avec son bras, faisant remarquer par la même occasion qu'il levait son lourd marteau sans peine, aucune.

"Je ne sais pas qui tu es, je l'admets sans peine. Tu ne sais pas qui je suis, et tu me prends pour une bête... Si je le voulais, je serais plus léger et moins bruyant que tu ne l'as jamais été. Ou bien, si je le voulais, je pourrais te rendre plus silencieux que jamais tu ne l'as été..." lui tint-il à peu près comme langage, penché sur lui.

"Car, maigre et frêle que tu es face à moi, tu rendras compte de ceci : Il y a deux types de gens sur ces terres. Les gens du bon coté de la corne, et ceux qui se trouvent du mauvais coté de celle-ci..." lui fit-il, déjà énervé. Suite à ca il fit un clein d'oeil avant de demander, comme un ordre "Je veux savoir comment m'en aller d'ici, tu n'as plus qu'à m'aider."

Il dit tout ceci espérant qu'il accepterait. Mais il n'en savait rien, c'était clair. Il lancait son regard sur ce morceau de pain qu'il avait jeté, regrettant son geste. Il avait été dérangé par l'odeur de ce qu'il considérait déjà comme un enfant perdu, une sorte de voyou. Un provocateur sans rien dans le ventre. Un bipède qui deviendrait chasseur, comme tout les bipèdes sans valeurs aucunes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

Synëal Muspell
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyLun 5 Sep 2011 - 12:03

La provocation gratuite n'était pas l'intention de Synëal. Bien qu'il ne sache pas trop comment aborder un être de sa carrure, il hésitait sur la marche à suivre. Désagréable d'apparence, il ne pouvait pas forcément l'être intérieurement...A moins que...Le Syrinx dévisagea le monstre chimérique sous toutes les coutures, admirant la dureté du cuir, glissant son regard sur la protubérance osseuse de son visage sale d'animal. Il ne pensait pas qu'un tel mortel pouvait fouler cette terre. Alors qu'il projetait déjà de lui proposer un échantillon de son corps, le Semi-Rhinocéros poussa un beuglement retentissant, et le démon roux recula pour éviter les projections de salive. Mais le cri fut tellement puissant qu'il lui fit vrombir les oreilles. Il vit même les bottes de l'autre s'enfoncer un peu plus dans le sol marécageux.

Puis, enfin son interlocuteur trouva la parole, après un raclement de gorge dégoûtant. Ce qu'il sortit de sa bouche ensuite ne fut pas non plus très guilleret. Il avait une voix rauque, et une haleine tout aussi odorante que les fruits pourris explosés par terre après leur chute d'un arbre. Synëal essaya de contenir une moue de régurgitation. Il écouta la bête, sans vraiment l'écouter. Il se contentait pour l'instant de détourner légèrement le nez et la bouche, afin que son repas reste bien au fond de son estomac.

Il toussota, et s'apercevant qu'il y avait encore un filet de bave sur sa veste, le fit partir d'un revers de main.


"Hum, hum, fort bien, fort bien que tout ceci. Me réduire au silence pourrait être une solution, mais n'en serait pas une en même temps. Mes paroles sont hélas déjà gravées dans votre esprit."

Il gloussa à la citation du rhinocéros bipède, puis à l'ordre qu'il venait de lui jeter.

"Une remarque bien obtuse, mais je n'en attendais pas moins de vous...Vous apprendrez mon cher, qu'il ne faut pas se fier aux apparences. J'ai beau être maigre et frêle devant votre stature imposante, je n'en reste pas moins un sorcier très doué. Le moindre des arbres ici peut surgir sur vous et vous assommer, peu importe de quelle matière est fait votre crâne."

Synëal reposa son feutre sur sa tête, le vissa dessus, et recula d'un pas.

"En ce qui concerne le renseignement que vous me demandez, je ne suis pas certain d'être en mesure de pouvoir vous le donner. Voire même de vouloir. Tout dépend de vous maintenant."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyLun 5 Sep 2011 - 12:22

GIgantus était assez perturbé par la menace qu'annonçait cet être étrange. Ainsi pouvait-il faire en sorte que les arbres se retournent contre Gigantus, leur fidèle protecteur ? Le rhinocéros était pourtant certain qu'aucune feuille ni aucun animal ne pourrait un jour lui faire du mal. Il n'était pas maître de la nature mais bel et bien à son service. Et jusqu'à aujourd'hui, jamais quelconque feuille n'eut à le regretter. Si la loi de "l'oeil pour oeil, dent pour dent" était bien suivie, alors le gigantesque guerrier n'avait rien à craindre. Et il préférait bien entendu suivre cette première loriguqe. Ainsi pourrait-il rester sûr de lui, malgré que l'homme qui lui faisait face ressemblait de moins en moins à un homme et se présentait de plus en plus comme un ennemi. D'un coup de marteau, il en finirait avec lui, c'était certain. Homme ou chose, rien ne survivait à un coup de son arme bien placé.

Le guerrier cornu ne ravala donc pas ses paroles et ne s'excusa de r
ien. "Je suis arrivé en ces terres malgré mes premiers désirs." commença-t-il par dire. "Si tu ne peux me guider à la sortie, informe moi donc uniquement sur sa nature." fit-il pour reformuler sa demande.

Il baissa son arme en guise de paix, les muscles toujours aussi serré et son poids toujours aussi relâché. Il serait se battre sur quoi que ce soit qui l'attaquerait, il était toujours en garde, son corps pouvait faire office aussi bien d'arme que de bouclier.
"Si vous avez quelque chose à demander en échange, faites-le simplement. Quoi que je n'ai pas grand chose à offrir à un chien errant." fit-il, tentant de paraître le plus respectueux possible face à ce morpion. Il s'approcha de lui,respirant fort, et faisant trembler ce qu'il y avait de terre, de boue dans le mètre environnant. Il avançait tel un mur solide au milieu du dérisoire. Il était énervé et avait perdu patience, ou du moins presque.

Il était désormais tellement proche de l'inconnu que celui-ci pouvait ressentir sa respiration lourde et fatiguée. Si Gigantus ne pouvait s'en aller de cet endroit via cette unique rencontre, alors il vivrait ici, pensait-il. Car il ne connaissait rien de tout ceci, et n'en connaissait pas du tout l'échappatoire. Il avait le regard fuyant, observant tour à tour quelconque parcelle du décors et des morceau du visage de l'étrange bipède roux. Le rhinocéros était, énervé, amplis de doute et d'inquiétude. Il n'y avait que peu de choses représentant un danger aussi direct que grand lorsque l'on se trouvait aussi proche du guerrier rhino.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

Synëal Muspell
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyLun 5 Sep 2011 - 18:05

Il lui semblait qu'il avait vraiment touché un point sensible chez le fauve, et cela commençait à amuser le Syrinx, qui avait vu d'abord l'arrivée de Gigantus comme une gêne. Maintenant, il voyait cela comme une partie de jeu, où celui qui perdrait patience, perdrait tout court. Quoique, cela restait à voir... Le Semi-Rhinocéros avançait à pas lourds vers le démon qui reculait aussi. Puis il s'arrêta et planta ses yeux de serpent dans ceux de l'étranger. La stratégie de ce genre de personnes était toujours la même : bomber le torse, se dresser presque sur la pointe des pieds, montrer à l'autre que la taille est ce qui compte le plus...

Synëal creusa son visage d'un large sourire empli de confiance, puis tourna le dos à la monstruosité pour aller chercher sa besace près de l'arbre. Il fit passer la bretelle par-dessus son épaule et se frotta les mains.


"Je peux vous aider, car ce n'est pas une question de connaissance des lieux. Mais je ne vois pas beaucoup de personnes par ici, alors il faut que je me trouve une occupation. Les plantes demandent du temps, et une totale consécration. Cependant, la magie est une toute autre chose. Savez-vous pratiqué la magie?"

Il reluqua son interlocuteur de bas en haut en revenant vers lui.

"Quelle question...j'en doute...Bref, je ne poserai qu'une seule condition. Montrez-moi ce que vous savez faire en terme de combats, et je vous ouvrirai une voie directe vers l'un des portails de ces landes.

La bête tremblait de tout son corps, on dirait qu'il bouillait d'impatience. Et d'inquiètude. Il n'était pas à l'aise dans cet environnement putride, et pourtant si hospitalier pour Synëal. La perspective qu'il tenait la destinée de cet être perdu et désorienté entre ses mains lui procurait une sorte d'excitation malsaine. Il étouffait un ricanement en vrillant ses yeux dans ceux de Gigantus, attendant une réaction prompte de sa part. En plus de pouvoir s'entraîner à nouveau avec sa magie, il allait enfin démontrer que la supériorité ne tient pas que par la force...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyLun 5 Sep 2011 - 19:13

Voilà donc un défi, enfin. Quelque chose de concret entre ces deux personnage qui semblaient tant différents des autres. Il avait envie de ce battre, le freluquet? Bien! Gigantus allait lui servir un repas digne de ce nom! Il laissa tomber ce qu'il considérait comme sa sacoche au sol et releva son marteau ainsi que son bouclier, en signe d'aptitude à commencer. Là était tout l'enjeu finalement, il fallait être prêt, déjà... Juste comme ca. Le rhinocéros voulait le battre et se battre avec ardeur mais il ne désirait pas le tuer, non. Or, un seul coup de marteau et il décédait. Il y avait là un fort handicap qui jouerait en faveur du chapeauté.

Le guerrier cornu se concentra un moment, car se déplacer dans cette vase ne serait pas de tout repos avec son poids, ainsi s'allégea-t-il. Vous savez! Il y a ces moments où vous forcez votre poids, en exerçant une plus forte pression sur le sol! Et bien là il s'agissait du contraire, un exercice bien plus difficile et contraignant que l'original, mais Gigantus y était habitué. Il fit un bond en arrière et tapa avec force la vase, de son marteau. Comme pour sonner la cloche du duel.

Il se rappelait de ce chasseur qu'il avait un jour massacré, de ces chasseurs. Ils étaient six, dans les bois, ils avaient une espèce de carriole avec deux chevaux au teint étrangement brun pour cette région. Gigantus avait bondit de nulle part, il avait d'un seul coup massacré la carriole. Il était tombé dessus après son saut maladroit. Ainsi, il fit fuir les deux chevaux et découvrit les corps ensanglantés, gisants, des bêtes assassinées par ces six chasseurs. Il ne leur laissa aucune chance. Sa carrure de monstre lui avait permit d'en envoyer un, d'un coup, vers son ami et d'ensuite les écraser tout deux d'un coup de patte. Il avait casser le crâne d'un autre à l'aide de sa corne mais s'était prit une flêche par l'un des trois autres, déjà en fuite. La flêche avait manqué de peu de se casser contre l'omoplate de la bête, et avait pénétré juste à coté... Il ne les rattrapa que trop vite et en finit avec chacun d'entre eux.

Aujourd'hui, tout était différent. Il voulait laisser une chance au plus petit que lui, il se devait de rendre ce combat équitable, mais il ne voulait blesser son adversaire. Ainsi, ayant reprit toute sa confiance, il se jeta sur son ennemi. Mais il ne le fit pas comme il l'aurait fait à l'accoutumée. En effet, il aurait du porter son marteau de sorte à taper de haut en bas, c'était sans doute prévisible, mais efficace contre toute protection. Il avait cela-dit choisit d'amener le marteau vers le ventre, d'un mouvement horizontale. Et que son adversaire se protège avec ses bras ou non ne changerait pas grand chose : Soit il se cassait les bras, soit il recrachait tout ce qu'il a un jour mangé depuis sa naissance! Bien, le gargantuesque animal ne pouvait pas vraiment perdre.

Mais l'image du sourire de l'ennemi, alors qu'il lui sautait dessus, foutu un doute énorme en l'esprit de Gigantus, déjà lancé. Il n'avait rien d'un bipède commun, il avait maintes cartes dans ses poches, dans ses sacs, surement même dans ses bottes. Gigantus serait-il un idiot? La suite le lui révèlera!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

Synëal Muspell
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyLun 5 Sep 2011 - 20:03

Ainsi son adversaire accepta le duel. Synëal le regarda partir en arrière, sans broncher. un sourire inextinguible sur ses lèvres. Il lisait une sorte d'hésitation dans les gestes du rhinocéros géant. De quoi cela pouvait-il venir? Ah oui, la peur de tuer son guide. Il retiendrait forcément ses coups de peur de le broyer, mais sous-estimer le Syrinx, surtout dans son élément, était déconseillé. Il fallait admettre que contempler un colosse se mettre en position de combat était aussi impressionnant que d'observer une tornade au loin. Le concentré de force et de brutalité faisait trembler les auras des plantes alentour. Elles-mêmes, plus que le démon roux, craignaient de disparaître dans le champ de bataille. Elles frissonnaient, et se frictionnaient entre elles pour se rassurer mutuellement, la brise légère leur chuchotant un chant réconfortant, plein de compassion pour ces petites choses fragiles. Le vent leur promettait de les ramasser et de les porter loin de là, mais seulement une fois qu'elles auraient perdu leurs attaches terrestres...

Gigantus avait donc choisi une attaque directe, frontale, et non pas verticale comme il l'aurait supposé. Il voulait sans doute briser sa défense, quelle qu'elle soit. Foncer dans le tas, c'était une façon comme une autre d'analyser l'adversaire quand on ne connait pas son don...Synëal plaqua ses paumes de main ensemble, puis, avant que le colosse n'arrive à sa hauteur, les écrasa par terre. Un tronc à proximité s'effondra alors de tout son long sur la trajectoire de la course du pachyderme. Le Syrinx profita de cet obstacle improvisé, et de la vitesse de Gigantus qui n'arriverait sans doute pas à s'arrêter à temps, pour invoquer deux immenses tentacules végétales qui jaillirent de terre, parées de pointes acérées, de chaque côté de son adversaire. Elles flagellèrent son cuir, chacune leur tour, une seule fois. Les marques seraient cuisantes, mais le Semi-Rhinocéros saura désormais à quoi s'attendre.

Le Botaniste laissa les ronces flotter doucement, comme si elles épiaient les mouvements de son compagnon de combat, prêtes à récidiver sous la volonté de leur créateur. Il escalada le tronc d'un simple bond.


"Vous voyez, ce n'est pas si compliqué, c'est juste un défi à la hauteur pour un monstre aussi fort que vous!"

Il avait désormais hâte de voir la riposte de Gigantus, hâte de voir jusqu'où pouvait-on pousser la combattivité d'un guerrier. De ce genre d'informations, il était friand. Et analyser cela, était tout aussi passionnant que d'essayer trouver les vertus thérapeutiques d'une plante vénéneuse. Il voulait voir le fauve se battre, et se déchaîner, faire saillir sa fureur comme une plaie dans la raison et la conscience. Il voulait aussi déterminer si sa propre témérité pouvait le conduire sur les chemins de la gloire et de l'auto-satisfaction. Depuis tout ce temps, il était convaincu de ne pas être qu'un simple botaniste, de ne pas être que le Botaniste Ardent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyLun 5 Sep 2011 - 21:15

Gigantus était là, stoïque. À nouveau en plein doute, non : il n'était pas d'office perdant, non : son destin n'était pas tout tracé et même encore loin de là. Mais la difficulté venait de changer, ou du moins de se répéter. Il fallait être prêt, à nouveau. S'apprêter pour un nouveau combat, qui se déroulerait d'une manière totalement différente de ce qu'avait prévu le gigantesque guerrier. Rien ici ne prêtait à la rigolade ou encore la précipitation. Mais à rester là, pouces posés contre le tronc d'arbre allongé et ce, les yeux écarquillés, il perdrait toute crédibilité. Il se redressa donc, et comme si il était sur un pivot, se retourna en direction de son adversaire. Comme si celui-ci était plus fort qu'il y a à peine un instant. Il posa la patte contre le tronc et poussa. Ce fut un gros effort, mais il réussit à le faire bouger assez que pour déséquilibrer un moment le chapeauté aux cheveux roux. Là commençait le deuxième round, le premier ayant eu un résultat nul.

Il aurait été stupide de faire la même erreur deux fois, pensa Gigantus. Car il aurait bien voulu charger à nouveau, mais il y avait ces satanés plantes qui marquaient le cuir dont il était couvert naturellement. Pour seule réaction quand à elles, il en écrasa un, la patte à sa base, comme pour la replier sur le sol. Mais avant que cette satanée plante n'agisse à nouveau, il fit tourner cette patte, ce qui eu pour effet de la déchirer sans mal. Une fois ce-fait, l'autre plante corrompue revenant à la charge, il se couvrit à l'aide de son bouclier pour parer le coup et, d'un mouvement habile, força la plante à étrangler rapidement son marteau. Il tira ensuite son arme vers le haut pour déraciner la mauvaise.

Il soupira et jeta la ronce inanimé au sol avec l'autre. Il savait que, des comme celles-là, il pourrait y en avoir d'autre. Il lui fallait garder les yeux bien ouverts désormais, pour bloquer les éventuels ennemis. Mais il ne fallait pas trop avoir l'esprit ouvert, il lui fallait l'unique cible qu'était celle de cet étrange personnage, si confiant. Il choisit donc de faire aller son marteau, avec violence mais de manière réfléchie, dans l'air. Sans forcément vouloir toucher sa cible. Il le faisait en avançant, bouclier devant lui lorsque ses mouvements le lui permettaient. Puis lorsqu'il était assez près, il fit son premier geste véritablement offensif.

À observer, ca n'avait rien d'impressionnant. Mais son but était de taper violemment la jambe et de plaquer avec force son adversaire tombé -du tronc- au sol à l'aide de son marteau. Le coup et le plaquage ensuite, rapidement et sans pause. Un petit enchaînement sympathique, pour ne pas prendre de risques inutiles. Il regrettait amèrement d'avoir reçu ces premiers coups qui l'avaient comme marqué au fer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

Synëal Muspell
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyLun 5 Sep 2011 - 22:56

Le pachyderme sentit évidemment la première douleur du combat, et la première blessure dans son orgueil. Il eut cependant la pertinence de frapper le tronc sur lequel était perché le Syrinx. Celui-ci vacilla, mais manquant d'appui, il chuta. Il eut le temps de donner l'ordre à ses ronces d'attaquer mais Gigantus s'en tira à bon compte, les arrachant tous les deux du sol, sans se faire étrangler. Synëal arbora un sourire satisfait, ravi de voir son adversaire se défendre, puis roula sur le côté, prêt à se relever. Mais son adversaire marcha vers lui, la respiration lourde de reproche et d'amertume. Il se protégeait de son bouclier, s'attendant à une autre attaque de ronces, ou autres. Il se méfiait désormais de toutes offensives que pourrait lancer le Syrinx et c'était tant mieux, cela pimenterait le combat.

Le Semi-Rhinocéros leva alors son marteau avec l'intention de l'immobiliser d'un coup puissant dans la jambe, le Syrinx rampa alors sur le séant, aussi loin que possible, puis planta sa main dans la boue. A sa droite, un craquement sinistre retentit. Le plus grand arbre de la clairière frémit sur ses racines, se plia soudain en avant et décrivit un grand arc de cercle avant d'aller cueillir violemment Gigantus de plein fouet, l'envoyant valdinguer un peu plus loin.

Le Syrinx en profita pour se relever d'un bond et l'arbre reprit sa position initiale.

Synëal approcha du corps du bestial, frottant sa main contre sa besace pour la nettoyer de la boue.


"Eh bien, eh bien, j'ai bien cru que j'allais y passer. Il vous manque juste de la vitesse!" , il leva un doigt en insistant sur ses mots, "juste ça!"

L'appel à l'arbre animé avait déjà entamé son endurance. Cela arrivait bien trop tôt. En jouant le guignol, il ne faisait que causer sa perte. Enfin si on pouvait bien parler d'une perte...il ne ferait que manger la poussière, et serait forcé de mettre fin à son jeu. Cela serait fort dommage. Il alla récupérer son chapeau non loin, et le posa sur sa poitrine, en regardant Gigantus. Il n'avait pas peur qu'il ne réplique à terre. Synëal n'avait jamais peur, il ne savait pas pourquoi. De toutes les émotions que les êtres vivants pouvaient ressentir, celle-ci lui était occultée. Le sang-froid était ce qui le caractérisait dans bien des circonstances.

Et c'est bien ce qui pouvait perturber n'importe lequel de ses adversaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyMar 6 Sep 2011 - 15:32

Gigantus était à nouveau repoussé. À nouveau son adversaire avait eu la bonne réaction au bon moment, réaction violent qui-plus-est. Pour le guerrier, c'était la première fois qu'il se battait contre quelqu'un qui avait la chance d'être doué. Doté de magie comme d'intelligence. Il avait l'impression d'être complètement à la masse, même si souvent la taille avait fait la différence.

De plus, le botaniste roux avait l'air d'avoir pleinement confiance en lui et son stratagème, si l'on pouvait appeler ça ainsi. Pour le rhinocéros, il s'agissait là d'une sorte de piège. Il s'élançait toujours avec violence vers son ennemi, tentait de le faire le plus intelligemment possible, sans succès. Et à chacun de ses assauts, il se prenait un contre direct et violent. S'il désirait rester stoïque en attendant que son adversaire se lance sur lui, il pourrait attendre longtemps. Car il ne se battait pas, le bougre, mais
laissait bel et bien ses progénitures le faire pour lui.


Récapitulons, Gigantus commençait à avoir ce que l'on pouvait décrire comme des bleus sur plusieurs partie du corps, à peu près trois. Il était endolori, face à un adversaire qu'il ne pouvait toucher sous aucun prétexte. Et si il essayait, il se reprendrait un coup de fouet, parfois muni de pointes, sans pouvoir véritablement riposter. La nature n'était plus du coté de Gigantus Corne, il ne pouvait qu'abdiquer, il le savait. Mais ca n'avait aucune importance, s'il perdait alors cet individu ne l'aiderait pas. Si Gigantus arrivait à gagner -à priori-, ca ne serait qu'en mettant un terme à sa vie. Et dans ce cas il ne l'aiderait pas non plus. De plus, l'ennemi n'avait pas l'air enclin à la fatigue, ce qui n'allait pas aider. Car si il pensait être plus fort (désillusion), plus grand (désillusion), et plus endurant... Il commençait déjà à en douter.

Soit, le terme de ce duel se dessinait avec plus de précision chaque secondes. Or, finalement, le combat ne faisait que commencer. Le gargantuesque guerrier se redressa à nouveau, non pas sans peine de part son propre poids et la vase de laquelle il était entouré. Gigantus ne pensait qu'à se relever et déchirer le ventre de son adversaire, lui broyer l'estomac et en finir via un bon poing dans le visage, pour ensuite lui séparer le corps en deux grâce à son fidèle marteau et son lourds poids dessus à répétition. Mais il n'avait rien d'autre à y gagner que son contentement et -même si c'était déjà pas mal- il ne gâcherait pas tout ce qu'il peut avoir d'autre de ce personnage pour si peu. Là était le dilemme, il fallait l'affaiblir assez que pour qu'il abandonne et ce, sans le tuer. Peut-être devrait-il lui briser un membre, ce qui ne serait déjà pas trop mal! Dans tout les cas, il ne fallait pas qu'il tombe pour du bon. Alors que l'ennemi s'approcha, le narguant de son index, il se relevait. Il approchait toujours, quoi que de plus en plus lentement : c'était la le terme de sa petite marche. Le guerrier cornu se releva d'un bon et jeta son marteau dans sa direction, sans vouloir le toucher.

Le marteau tournoya joyeusement dans l'air, manquant de peu la tête de l'artiste botanique, avant de tomber dans la boue. Alors que celui-ci se pencha d'étonnement et tourna probablement légèrement la tête, Gigantus était déjà là. À à peine un pas d'homme de lui. Il fit donc un pas supplémentaire, plaquant son bouclier la poitrine du bipède freluquet.
"Merci, pour la remarque !" fit-il, ce que l'on pouvait décrire comme un sourire sur la gueule. Il poussa légèrement le botaniste vers l'arrière, en espérant qu'il trébuche. Sa main libre, pour sa part, serrait fermement ses pouces (car on ne pouvait appeler ça des doigts !) au cas où le botaniste se battrait encore. D'ailleurs, il avait vu son poing. Gigantus pensait que ce serait une assez grand menace que pour faire arrêter ce jeu. Mais il restait inquiet de par le fait qu'il était désarmé. Et sa pensée de tout à l'heure, quand à l'idée de lui briser un membre, lui revint vivement en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

Synëal Muspell
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyMar 6 Sep 2011 - 17:10

Le tronc d'arbre en pleine face avait envoyé le pachyderme dans la boue comme prévu. Il avait désormais de belles contusions sur son torse et ses membres. Le Syrinx se dressait devant lui, ses propres poings se recouvrant de gants faits d'une matière similaire à du bois, robuste et acérée de pointes, paré à frapper au menton du colosse si la possibilité lui était offerte. Comme cela devait être frustrant de ne pas pouvoir réussir à toucher un être moitié moins grand que soi, et même d'en étant réduit à minimiser les dégâts sur lui, alors qu'une envie dévorante de broyer ses os un par un grandissait au fil de secondes. Alors que la victoire semblait acquise au démon, lui-même se demandait ce qu'il se passerait s'il la cédait à l'Unicorne. Que ferait-il du Botaniste une fois qu'il lui aurait monté le portail? Ils étaient un peu comme des ennemis désormais. A moins que le Semi-Rhinocéros ne soit pacifique, et ne demande plus rien d'autre désormais que de la tranquillité.

Mais plongé dans ses réflexions, il faillit subir un coup qui lui aurait brisé le crâne. Le marteau voltigeant vers lui frôla de peu sa tempe. Il avait eu le meilleur réflexe de sa vie à ce moment-là, courbant légèrement ses épaules vers la gauche, et se penchant encore plus pour éviter le retour du manche. Il jeta rapidement un coup d'oeil vers l'endroit où retomba l'arme lourde, mais Gigantus réussit à le prendre par surprise, et à le pousser de son bouclier. Le démon trébucha et s'affala de tout son long, les bras cherchant un appui. Il tomba sur son flanc, et vit le pachyderme préparer un coup de poing. Synëal tourna la tête de tous les côtés, cherchant désespérément un échappatoire. Il observa l'imposante masse de muscles et d'acier devant lui, puis la lueur de panique dans ses yeux se mua en une lueur étincelante de malice. Il se jeta en arrière en poussant sur ses talons, puis frappa dans ses mains. Deux autres tentacules roncières jaillirent à nouveau de chaque côté du Syrinx et claquèrent juste devant le visage du colosse, le harcelant de claquements secs sans pour autant le toucher...

Il ne s'agissait en fait que d'une diversion...Le démon roux se jeta vers le marteau, le saisit d'une main et fit volte-face en tirant de toutes ses forces...Mais le poids de l'arme donna l'inverse de l'effet escompté. Le Syrinx retomba honteusement sur le dos dans un bruit flasque. Il se redressa aussitôt et tenta d'arracher le marteau du sol...en vain. Il adressa un regard mi-déçu, mi désolé vers son adversaire.


"Ah...Raté."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyMar 6 Sep 2011 - 19:40

Encore des plantes, toujours des plantes! Une fois rentré chez lui, le rhinocéros ne défendra probablement plus jamais cette nature qui lui fait tant de mal aujourd'hui. Car il allait enfin rentré chez lui, se mettait-il à penser sur le coup de l'énervement. Il se débarrassa sans trop de mal des diverses ronces qui s'étaient à nouveau dressées contre lui, à peu près de la même manière que la fois précédente.

"Si ce roux vous a promis la gloire mes amies, il vous a menti." fit-il, s'adressant aux morts laissés pour compte dans la boue.

Il redoutait désormais tout ce qui était feuille, arbre, ou terre. Car les ennemis se trouvaient partout en présence de ce néfaste individu. Mais il revint cela-dit sur son ennemi le plus rapidement possible, et l'attrapa sans mal. Pour le soulever plus haut que terre en le tirant par le col. Il soupira, par les narines, le courant d'air se ressentit sur le visage du désormais vaincu botaniste. Il n'avait pas de main libre pour reprendre son marteau. Pour résoudre ce problème, il posa le freluquet sur la sol de la manière la plus douce que sa patience lui permettait. Il prit ensuite son marteau et le posa fièrement sur son épaule, avec une facilité déroutante par rapport au bipède, car en le voyant tenter de le soulever, le guerrier cornu aurait cru que son arme eut été bien plus lourde.


"Maintenant, sortons d'ici." lui ordonna-t-il, le regard sombre. Il avait enfin mit la main sur ce personnage qui avait tout de ce que l'homme décrivait comme "l'esprit malin". En effet, il avait le don de corrompre le naturel et de le dénaturer. Il pouvait rendre agressif le paisible et tourmenter des terres qui ne lui appartenaient pas. Il pouvait, s'il en avait la force, transformer tout Feleth en un enfer pour les bipède ainsi que pour tout les autres. Un véritable démon.

Gigantus réfléchit alors sur la question. Il avait été mené en ces lieux par un être difforme et plus qu'agressif, fuyard et opportuniste au possible. Il ne pouvait désormais en sortir, il s'agissait d'un piège fait de terres désolées et où poursuivre un but a tout l'air d'être impossible. Ca avait tout de la description de l'enfer qu'il avait put entendre dans des bars ou des auberges. Jusqu'à présent, tout ceci n'avait été que des théories mais désormais, cela lui semblait vrai. Il était tout simplement en enfer et venait de croiser le fer d'un démon.

Il fallait à Gigantus garder son sang froid car, à priori, il pourra enfin sortir. Mais un nouvel objectif lui était désormais attribué, en plus de défendre la nature face à l'homme : Il lui faudrait la défendre face aux démons. Or, l'image qu'il avait des démons était celle du chapeauté qu'il redoutait toujours. Aujourd'hui n'était qu'un combat sans nom, sans importance. Mais ils se reverraient pour en découdre à nouveau et la prochaine fois, il s'agira probablement d'autre chose... Lorsque le rhinocéros en saura un peu plus encore sur lui et ses compères.


"Donnes moi ton nom."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

Synëal Muspell
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyMer 7 Sep 2011 - 11:29

La volonté de Synëal de tenter de retourner la force, voire les armes de Gigantus contre lui, fut réduite à néant dès qu'il s'aperçut du poids impossible à soulever du marteau. S'il avait été même d'une consistance plus robuste, il l'aurait tout juste levé du sol...Il poussa un long soupir d'exaspération lorsque le colosse le saisit par le col pour l'approcher de son visage cornu. Il s'avouait vaincu, mais bien parce que tout cela se révélait dangereux pour lui, et que ce petit jeu aurait fini par le lasser. Quant aux intentions finales de son adversaire, il le verra en temps voulu. Il n'a pas peur de cela. Et il n'aurait jamais peur. C'était même grâce à lui-même qu'il pourrait traverser vivant le fameux portail alors que pouvail-il craindre?

Il fut même surpris de voir que le Semi-Rhinocéros se mettait à parler aux plantes. Etait-il fou? Synäel étouffa un petit gloussement en l'écoutant parler, puis se tut alors que le colosse lui adressait de nouveau la parole. Le marteau lancé simplement sur son épaule était une marque tout aussi dissuasive que son regard noir et menaçant. Il lui adressa un sourire moqueur, lui témoignant bien son indifférence devant ses gestes intimidants, et emboîta la marche.

Il prit donc le chemin vers le lac qu'il avait emprunté la dernière fois.


"Pourquoi me le demandez-vous? Ce n'est pas si important que cela, non?", répondit le Syrinx à la question du pachyderme, "Nous ne nous reverrons sans doute plus une fois que vous serez parti d'ici. Et les mondes du-dessus sont vastes."

Il gloussa de son ricanement si singulier, puis ajouta simplement.

"Je m'appelle Synëal Muspell. Ne me demandez pas d'où est venu ce nom, il est tiré de mon imagination. Et vous, donc?"

Après ceci, il garda le silence, emmenant le colosse à quelques lieues de leur champ de bataille. Ils arrivèrent à un endroit plus dégagé, clairsemé d'arbres tombants, et de buissons empoisonnés à l'air du Vein. Sur leur gauche, derrière le gigantesque squelette d'une bête énorme, tuée par on ne sait quelle magie, débutait la berge d'un lac aux reflets opales. Il s'en approcha et s'arrêta devant. De curieuses fumerolles fantomatiques s'élevaient de la surface, et dansaient sous la brise calme des marais. Un chant funèbre, presque inaudible, montait du sol, comme si des milliers de morts lançaient une lullabie à l'approche du Syrinx. Pour l'Unicorne qui le suivait, cela devait être le fruit d'un abominable cauchemar, mais malgré l'aspect surnaturel de la mélodie, les âmes invisibles étaient bien là, rôdant nerveusement autour des deux êtres vivants comme des mouches en quête de chair en putréfaction.

Synëal embrassa l'ensemble du décor de son regard de chat, un sourire sardonique pendu à ses lèvres.


" Nous sommes arrivés mon cher, le portail doit se trouver quelque part au bord de l'eau. Mais je ne sais plus où exactement."

Evidemment, les remous effrayants de la région ne perturbaient pas le démon, pour qui ce lieu était comme son foyer. Et finalement, ne connaissant que trop bien les comportements des étrangers en ces terres, il se dit qu'il pouvait encore s'amuser avec l'angoisse de son compagnon cornu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyMer 7 Sep 2011 - 12:10

Gigantus avait bien entendu le nom du démon, mais comme pour ne rien dévoiler à un être qu'il considérait comme dangereux, il ne dévoila pas le sien. Un démon qui connaitrait son nom, il ne manquait plus que ça! Déjà le connaitre en tant que tel. Il n'en était pas sur, mais il était probablement le seul rhinocéros sur deux pattes connu en ce monde. Il devait donc se faire bien comprendre de cet homme, qui pensait ne jamais avoir à le revoir. Mais l'homme bête, pour sa part, considérait cette menace trop importante que pour la laisser filer aussi simplement. Il s'arrêta de penser lorsque le dit Synëal lui passa devant, ils étaient face à une étendue d'eau (si l'on pouvait vraiment la décrire ainsi).

C'était un lieu apocalyptique. Encore pire que le précédent qui n'était pourtant pas si loin. Ici gisaient des arbres morts, et dans l'air flottait une fumée lourde, on pourrait presque l'attraper. Quoi qu'elle aurait peut-être fuit, car elle semblait être plus que du simple air chaud. Elles erraient entre les deux individus et les encerclaient. Gigantus ne put s'empêcher de serrer tout ce qu'il pouvait serrer plus fort. Rien ne pourrait plus le séparer de son bouclier ou de son marteau à présent, il ne le lâcherait pour rien au monde en ces lieux désolés. Si le chapeauté fou désirait l'emmener dans un nouveau piège, le guerrier cornu ne saurait trop comment réagir, il ne pouvait concrètement imaginer le danger qu'il ressentait à l'heure actuelle.

Il fallait être prêt à toute éventualité. Et, malgré lui, il avait tout à l'heure prouvé que ça n'était pas forcément son fort. Il tentait d'avancer avec le plus de précaution, le regard allant de son compagnon au décors douteux, faisant sans cesse des allez-retours.

Le portail, ainsi était-il nommé, se trouvait apparemment non-loin d'ici, autour de cette piscine effrayante. L'herboriste était tellement à l'aise dans ces décors, décombres de la nature qu'il pourrait aisément semer Gigantus. Malgré le fait qu'il n'y aie pas énormément de cachettes ici et qu'il n'oserait probablement pas non plus plonger dans cette eau sombre et étrangement colorée.

Ils étaient là, à se promener dans ces funestes pleines, marécages, bois, indescriptibles. De plus, Gigantus ne connaissant rien de la logique de ce monde, il ne savait pas si le passage pour sortir et celui pour rentrer seraient pareil. Mais une lueur traversait toute brume et fumée, au loin. Pour le rhinocéros, il s'agissait là de la sortie, mais elle semblait être plus loin que ce qu'avait avancé son compagnon de route. Et donc, après s'être arrêté et s'être fait remarqué de sa rencontre en lui tapant l'épaule de son marteau froid, il lui posa la question suivante de la manière la plus claire possible :
"Le rond plein de lumière serait pas ce petit truc au loin ? La chose qui brille ?" En pointant de son gros pouce la dite apparition.

Mais plus il fixait la chose, plus il en doutait. Et il avait peur de donner à son guide l'occasion de le rouler, de le défier une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

Synëal Muspell
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyMer 7 Sep 2011 - 14:36

Quelle délicieuse entrave dans les poumons que cet air vicié par la magie ensorcelante et sombre du Vein. Gigantus avait sans doute du mal à comprendre ce que pouvait être la vraie nature du monde d'En-Dessous. Outre la corruption de ces lieux, il y régnait un calme mystique et secret, qu'on ne retrouvait dans les autres mondes. Il était certain que la familiarisation était difficile, mais une fois que l'on s'imprégnait des lieux, cela devenait un véritable foyer qui acceptait facilement les pires de nos facettes...

Synëal fit quelques pas vers le lac, et tendit les bras en avant, fermant les yeux, cherchant le flux de magie particulier grâce à la sienne. Le portail s'était amoindri depuis la dernière fois qu'il l'avait utilisé et sa présence sera difficile à remarquer. Son camouflage subtil n'arrangerait pas les choses pour le pachyderme. Il ferma les yeux, et se concentra. Les portails étaient des brèches invisibles entre deux mondes, résultant d'un choc entre les deux plans dimensionnels. Ils apparaissaient et se reformaient aléatoirement, ne laissant plus aucune trace de leur ouverture. Il lui semblait que seuls les magiciens les plus talentueux pouvaient les rouvrir à leur guise.

Alors qu'il était sur le point de retrouver sa localisation, le Semi-Rhinocéros tapota son épaule du plat de son marteau, ruinant toute sa concentration. Il lui désigna alors un point lumineux non loin. Le Syrinx le scruta quelques instants, plissant les yeux, puis soupira en glissant sa main sur son visage d'un geste agacé. Il reprit alors son travail, fermant les yeux.


"Ce sont des Aegemonis Lugis, des plantes aquatiques qui vous rendent aveugles si leurs pistils se tournent vers vous. Si vous voulez les cueillir, qu'à cela ne tienne."

Ravi d'avoir pu faire cesser les mots du colosse, il put continuer tranquillement ses recherches, et trouver le filon magique. Il le situa enfin et souffla au pachyderme bipède.

"Suivez-moi, et surtout faîtes attention où vous posez les pieds."

Il avança alors dans l'eau croupie, y enfonçant ses bottes sans dégoût, les bras tendus de chaque côté de lui pour maintenir son équilibre. Il progressa de quelques mètres, là où le fond du lac commençait à se dérober et désigna un point du doigt.

"C'est ici."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyMer 7 Sep 2011 - 14:51

Gigantus s'était donc trompé, et vu ce que faisaient ces fameuses plantes -même si il n'avait pas tout à fait compris leurs propriétés- il en détourna le regard et les oublia. Il avait pour ainsi dire dérangé, troublé Synëal pendant sa méditation. Il ne manqua pas de s'inquiéter à nouveau de son départ, car une fois de plus on lui prouvait que ces lieux étaient en tout cas hostiles. Il soupira et se retourna sur son compagnon qui était concentré. Voilà une chose de positive, le rhinocéros interpréta ce silence comme un geste pour lui. Car en effet, il semblait être à la recherche du dit portail, d'où la méditation. L'herboriste fou faisait alliance avec la nature, ou du moins quelque chose que l'ont pouvait décrire comme telle. Si Gigantus avait essayé pendant quelques secondes de comprendre ce qu'il faisait concrètement et surtout comment il le faisait, et bien il avait échoué.

Les pouvoirs, les dons autres que physiques, le dépassaient largement. Et il se disait qu'il devrait apprendre et prendre des notes car il lui semblait que ça n'était pas finit, pas du tout. Il marqua sa rencontre avec le chapeauté d'une pierre blanche dans sa tête. C'était un pas de plus derrière une ligne déjà franchie depuis longtemps. Depuis qu'il était devenu ce qu'il était. Un pas de plus dans l'extraordinaire. Il en était heureux, car il était toujours en vie pour pouvoir en profiter. Un paysan serait dans les mêmes lieux avec le même personnage, il serait mort, probablement. Le guerrier sourit, aveuglé par ses pensé mais revint à lui lorsque son attention fut attirée par Synëal.

Lorsqu'il l'eut trouvé et qu'il fit signe à Gigantus de le suivre, celui-ci s'attendait à devoir marcher longtemps encore. Mais ce ne fut pas le cas. Le plus long fût de s'armer mentalement avant de pénétrer cette vase maléfique, ou du moins en avait-elle tout l'air. Il marcha sur les pas du chapeauté qui le précédait avec le plus d'habileté que son poids et son corps peu proportionné le lui permettait. Ainsi arrivèrent-ils juste un peu plus loin, le décors n'avait pas tellement
changé sauf que l'on avait plus vraiment pied.

Il y avait un pied, en effet, Gigantus en était un. Il était un pied à la nage, et un très gros. Il laissa la première place à son guide, car si il n'avait pas le luxe de pouvoir l'y suivre, il se perdrait et se noierait dans les eaux sombres. C'était évident et ça n'avait rien pour donner envie à la victime.

Intimidé, donc, il mit un peu de pression sur le dos de l'herboriste à l'aide de son marteau. Car non, le rhinocéros ne le laisserait pas s'en tirer à si bon compte! Le guerrier cornu voulait s'en aller d'ici, effectivement, mais bien vivant !
"Vas-y d'abord, je te suivrai aussi bien que je le puis." lui fit-il, la voix dure mais tremblante. Il n'était pas du tout rassuré par le chemin qu'ils étaient en train de prendre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

Synëal Muspell
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyVen 9 Sep 2011 - 20:00

Alors qu'il approchait du portail, il sentit une curieuse sensation. Il ne savait pas de quoi cela pouvait-il venir, mais la magie des lieux se voyait perturbée par un phénomène inhabituel. Le Syrinx jeta un coup d'oeil inquiet autour de lui. C'était comme si quelque chose était en désaccord avec le départ de Gigantus. Synëal resta sur ses gardes le plus longtemps possible, restant immobile un instant, le temps que les perturbations se calment. Le Semi-Rhinocéros, pas rassuré pour un sou, le poussait doucement dans le dos. Il n'avait toujours pas confiance au démon, malgré qu'il l'ait emmené de bonne foi ici. Le Botaniste le fusilla du regard en le déconseillant d'avancer en secouant la tête.

"Quelque chose vous a laissé cordialement entrer ici. Mais elle ne vous laissera pas sortir de la même manière."

Il avança d'un pas, et sentit déjà l'attraction inexorable du portail sur le bout de sa botte.

" Si ça ne vous dérange pas, et si vous voulez sérieusement sortir d'ici vivant, prenez donc les devants, il vaudrait mieux que je nous protège d'une embuscade...On ne sait jamais avec le Vein."

Le ton du Syrinx était devenu plus grave et plus sérieux depuis qu'il était entré dans l'eau. Le Veina gissait parfois comme un être vivant, palpitant comme un coeur, maudissant tous ceux dont la chair l'intéressait qui osaient quitter ce monde démoniaque. Et, même si Synëal lui-même était un démon, il serait malvenu de tenter d'aller à l'encontre de la volonté veinerienne.

Il s'écarta pour laisser passer le Semi-Rhinocéros, quand tout à coup, une immense gerbe d'eau explosa devant eux dans un bruit sourd. L'entité était là, prête à les engloutir. Synëal attrapa le poignet épais de son compagnon et la tira avec une force surprenante à travers le portail qui les attira en son sein comme un aimant surpuissant...

Il y eut un instant de flottement dans les ténèbres, puis dans la lumière, et ils se retrouvèrent tous les deux étalés dans une herbe verte et fraîche, si différente de celle flétrie et agrie du monde d'En-Dessous. La lumière agressive du soleil de Feleth finit par obliger Synëal à ouvrir les yeux. Il plissa les paupières et porta ses mains à son visage, en le frottant vigoureusement. Il se redressa sur les séant, et jeta une motte de terre sur le colosse.


" Allez, relevez-vous incapable. Vous voilà arrivé à bon port, comme promis."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptySam 10 Sep 2011 - 20:18

Le rhinocéros avait lui aussi sentit cette forte attraction l'attirer en un point unique. Il n'était pas accoutumé à un semblant même de magie autre que ses propres particularités avant de rencontrer l'individu roux. Il tenta de rester fier mais concevait avec raison que l'on pouvait probablement lire une sorte de gêne sur son visage. Le guerrier n'était rien dans ce monde où tout lui était inconnu. Sûrement parce que bien des choses lui semblaient tout autant familières. En effet, ce mélange de deux sentiments ne mettaient pas bien à l'aise la bête baraquée. Cette impression d'insécurité fut renforcée lorsque son guide lui même devint sur ses gardes, le prévint d'une menace imminente et le couvrit de tout son long. Le cornu n'avait rien vu, rien compris par la même occasion. Ils avaient été transporté, autre part. L'animal et son marteau étaient tout deux étalés de tout leurs corps sur le sol. Le soleil tapait sur eux comme taperaient un gourdin sur la tête d'un poisson pour l'assommer.

Gigantus se releva avec peine. Il regarda autour de lui et ce que l'on pouvait décrire comme un sourire sur son visage d'animal endolori s'afficha. Il était à nouveau reparti, au gré ou non du Vein, ils étaient ici. Le guerrier rhinocéros se sentait à nouveau libre de ses mouvements, pleinement heureux et content de vivre. Il lui fallait profiter de tout ceci, de cette liberté retrouvée, de cette victoire... Mais non, pas encore. Il réalisa que tout ceci n'était pas encore terminé une fois qu'il se retourna sur son compagnon lors de son court périple. Celui-ci n'était pas dans son élément, même si ca s'avèrerait moins grave pour lui d'être ici que pour Gigantus d'être dans les terres d'en dessous. Pourquoi ce monde glauque avait-il eu tant désiré de garder en son sein l'animal bipède ?

Il secoua la gueule et ses cornes avec, tentant de se résoudre à son ignorance et de se consacrer à celui qui l'avait pour ainsi dire "aidé".
"Bon. Merci d'avoir tenu ta parole." fit-il d'abord simplement, c'était ce que tout deux attendaient probablement : de se séparer et d'en finir là. Mais l'herboriste n'était et ne resterait pas à sa place tant qu'il serait en ses lieux ... normaux. Le portail avait disparu, et Gigantus était trop bon que pour le laisser seul ici, même s'il considérait Synëal comme bien trop dangereux que pour rester à ses cotés. Il devait le faire, il s'en convaincu à l'aide de l'unique argument véritable et concret qui définissait l'herboriste comme un danger pour la nature de ce monde.

Il se pencha très (très) légèrement en direction de Synëal pour ensuite se présenter.
"Mon nom est Gigantus, je vais te raccompagner au portail le plus proche." Il lui indiqua son intention sans trop lui laisser le choix. Car il savait que ce fourbe de chapeauté pourrait encore refuser et trouver une quelconque raison, un quelconque avantage à rester en ces lieux qui avaient tout l'air d'être sains et épargnés de la violence que pouvait y imposer ce freluquet. Freluquet d'apparence seulement, Gigantus se promit de ne plus jamais se faire avoir. Il proposait donc son aide à ce désormais connu ennemi, en espérant que ce soit la fin de ce chapitre de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

Synëal Muspell
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] EmptyDim 11 Sep 2011 - 18:32

Le Semi-Rhinocéros lui était reconnaissant, mais il n'y avait vraiment pas de quoi. Synëal n'avait qu'une parole, et le colosse l'avait bien distrait pendant quelques minutes. Il était ravi de voir surtout que la pratique de sa magie était toujours parfaite. Il épousseta sa veste et jeta un vague regard sur Gigantus, et soupira.

« Ce n'était pas grand-chose, j'ai juste tenu ma promesse. Les démons ont aussi leur honneur, vous savez. »

Il se dressa de toute sa hauteur et contempla la plaine verdoyante de Feleth, si pure et luxurante. Il passa sa main sur sa besace, l'ouvrit d'un doigt, et en sortit son grimoire. Il le feuilleta rapidement aux pages concernant ce pays, et essuya un sourire de satisfaction. Puis Gigantus lui donna son nom et lui proposa de le raccompagner dans le Vein. Synëal eut un léger gloussement. Mais que craignait ce colosse? Il avait cru voir une lueur d'inquiètude dans ses yeux. Il planta son regard félin dans celui de la bête.

« Qui vous dit que je souhaite y retourner? J'ai encore des tas de choses à découvrir ici. M'en aller maintenant serait une entrave à ma curiosité... »

Il se détourna du géant, avec un sourire aux lèvres.

« Je suppose même qu'il y a tant de choses qui n'attendent que moi ici. »

Il emboîta le pas, laissant le Semi-Rhinocéros derrière lui, ne lui adressant même pas un signe d'adieu. S'il tentait de lui rattraper pour le persuader de revenir dans les Enfers, il l'assommerait ou le tuerait tout simplement. Après tout, rien n'y personne ne le priverait de sa liberté de fouler les sols, qu'ils soient purs ou non. S'étant séparé d'une bonne distance de son compagnon, avec qui la relation ne fut finalement que très brève, il lâcha un soupir lourd de regrets.

Finalement, il n'aura sans doute jamais la poudre de corne de rhinocéros qu'il lui fallait...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



[POST CLOS]La besace vide [ouvert] _
MessageSujet: Re: [POST CLOS]La besace vide [ouvert]   [POST CLOS]La besace vide [ouvert] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[POST CLOS]La besace vide [ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Le Vein, le monde du dessous :: Sols empoisonnés :: Marais nauséabonds-