''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'enfer, c'est le froid. [Alban]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Dana O'Hara



________________

avatar
________________


Race : ◊ Demi-Vampire ◊
Classe : ◊ Maître lame ◊
Métier : ◊ Chasseur de prime ◊
Groupe : ◊ Alliance ◊

Messages : 58

Fiche de Personnage : ◊ La Sainte Vampirique ◊


MessageSujet: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   Mar 13 Sep 2011 - 17:13


    « L'enfer, c'est le froid. »


    Il était allongé sur le sol.. Les bottes noires baignant dans un liquide carmin.. Elle se retourna, laissant ses cheveux volées au rythme du vent... Le vent frais du port, où l'odeur de l'eau iodé et du sang mélangé.. La femme se retourna, dirigeant ses yeux rouges vers l'homme étant posté en hauteur.. Elle lui sourit, mission accomplit ! Aller, cinq-cent pièces d'or dans la poche des deux chasseurs... Pas besoin de prononcer le moindre mot qu'il avait compris. Cela faisait combien de temps qu'ils parcouraient les pleines de Feleth ensemble ?.. Elle n'avait pas compté.. Finalement le temps était devenu si futile..

    Elle fit un pas deux pas, sortant de la marre de sang qui coagulait à l'air frais.. Dana avait toujours était solitaire mais étrangement elle n'avait pas réussi quitter cet homme qui avait fini par la recruter dans la Lame d'Argent, ce qui était un de ses buts principales pour le retrouver.. Enfin bon.. Elle sourit à son collègues et ils partirent tous les deux, direction le point de rendez-vous pour récupérer l'or.. Traînant le mort sur le sol en le tirant par la main.. Laissant une large trace de sang sur le sol..

    Dana lâcha le corps sans vie devant l'homme qui avait mis la somme de cinq-cent pièces d'or sur sa tête.. Pas un seul mot, il donna une bourse à la jeune femme qui la confia au demi-elfe.. Puis, ils tournèrent les talons, sans un mot..

    Plusieurs heures avaient passé.. Ils s'étaient arrêtés à une petite auberge.. C'est Dana qui l'avait voulu.. Le combat qu'ils avaient fait, bien que cours, l'avait laissé sale.. En tout cas elle se sentait sale et elle avait besoin d'une bonne douche. Elle s'était assise sur le lit dans la chambre de l'auberge, elle se coucha sur celui-ci.

    - Je suis épuisé...

    Elle tourna les yeux vers Alban... Une seconde, deux secondes.. Encore.. Sans même sourciller. Puis, elle ferma les yeux en se redressant.

    - Je vais prendre une douche.. Après ont fait ce que tu veux. Soit on reste pour la nuit, soit on repart directement..

    Elle lui sourit.. Il était sûrement encore en train de penser à des trucs louches... Ou pas.. Elle se leva, marchant d'un pas léger, presque silencieux.. Quelques planches de bois grinçaient timidement sous le poids de la sainte vampirique. Elle posa la main sur la poignet, la tourna puis disparut dans la salle de bain prenant soin de refermer la porte.. La jeune femme fit tomber ses vêtements, entra dans la douche.. Tourna le pommeau.. l'eau était froide, puis tiède.. Avant de devenir chaude.. Elle coulait sur la peau pâle de la femme qui avait fermé les yeux.. Tranquille, paisible.. Que feraient-ils après ?.. Aucune idée, c'était un peu toujours comme ça, ils avançaient sans vraiment savoir quel chemin prendre. Ils marchaient un peu là où leurs pieds et le gain d'argent les portaient , haha.

    Elle sortie laissant l'eau coulée sur son corps nu avant de s'envelopper dans une serviette bon marché.. Elle s'essuya le corps, ses cheveux courts.. Elle resta un instant sans bouger dans la pièce.. regardant le sol de vieilles planches de bois.... Après une bonne vingtaine de minutes passé dans la salle d'eau, elle sortie habillée pour se coucher sur le lit.. Elle n'avait même pas fait attention, si Alban était encore là.. Peut-être était-il descendu pour boire un coup.. Enfin bon, elle se laissa tombé sur le lit, fermant les yeux.. La tête posée sur le coussin de plume.. Elle finie simplement par s'endormir... Bercé par le son du vent qui frappait contre les volets de l'auberge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alban Chaos



________________

avatar
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


MessageSujet: Re: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   Mer 14 Sep 2011 - 15:09

Je baille à m’en décrocher la mâchoire. Je commence à fatiguer maintenant que nous avons finit. Dana et moi venons d’arrêter un bandit de la pire espèce. Il était le chef d’un petit groupe de magiciens, comme lui, qui intimidait et escroquait de l’argent à des petits marchands d’un quartier pas loin. On a dû passer près d’un mois à le chercher sans dormir ni manger correctement. En fait, nous savions qu’il était dans ce quartier, mais grâce à leur magie, ils ont réussi à le dissimuler. Nous avons utilisé toute notre habileté à le traquer pendant qu’il continuait ses sombres affaires. C’est à cause de cette stupidité qu’on a pu le retrouver, en suivant les miettes de pains. Nos sens aiguisés et notre instinct de chasseur ont fait le reste. Je dois avouer que c’était la plus belle traque de ma carrière qui ressemblait plus à une enquête qu’à une véritable chasse à l’homme.
Du haut de mon perchoir, je baisse mes yeux sur ma compagne et sourit à sa vue. Depuis quelques temps, je me sens de plus en plus proche d’elle. J’ai l’impression de ne plus pouvoir me séparer de Dana. Elle est magnifique recouverte du sang de notre victime, sa force n’a pas d’égale. Depuis le temps, j’ai appris à la connaître et j’ai vite compris qu’elle n’a rien à envier question force de combat. Je n’ai ni à la protéger ni à la surveiller, elle se débrouille très bien. Ce qui fait qu’elle est agréable à vivre. Je n’ai jamais rencontré une personne comme elle et je crois qu’elle est la seule au monde à pouvoir me suivre comme elle le fait.
Je fais un bond vers l’avant en m’appuyant sur mes mains puis me retrouve près d’elle en un rien de temps. Elle me sourit comme à son habitude, une habitude que j’aime beaucoup chez elle. Elle se saisit d’une main du criminel alors que je prends l’autre. Nous tirons le macchabé jusqu’au point de rendez- vous où nous empochons la prime.
Une fois rentré à l’auberge, je me jette dans mon lit et enfuit mon visage dans mon oreiller.

« Je suis épuisé... »

Je lève la tête et la regarde avec des yeux cernés et une expression des plus taciturnes.

« Je vais prendre une douche.. Après ont fait ce que tu veux. Soit on reste pour la nuit, soit on repart directement.. »


*Ce que je veux ?... Prendre une douche… Mais pas tout seul…* Cette pensée me fait sourire intérieurement en m’imaginant la suivre sans bruit, mais je n’en fais rien : la fatigue est vraiment trop forte. Ou je n’ai juste pas envie de mourir tout de suite ou tout simplement, je suis un gentleman. * Je raye la dernière option, je vais finir en lopette à me dire ça. – Cherche pas, plus lopette que toi, tu meurs. – Ta gueule je dors BMW.* Toujours aussi là, BMW, mon épée démoniaque, ne cesse d’être de plus en plus présent dans ma tête. Alors qu’il n’y a pas quelques mois il me parlait à peine, il est devenu de plus en plus bavard à mesure que notre lien se renforce. Je ne sais pas si je m’inquiète pour rien, mais je me demande si à terme, la possession de ma personne ne fera pas parti de ses pouvoirs.
Je me lève et sors de la chambre. En ouvrant la porte, j’ai un pressentiment étrange. Je ferme pourtant la porte dans le but de sortir prendre l’air. Soudain, une explosion a lieu dans la chambre juste à côté de la nôtre. Des débris se dirigent vers moi et m’entaillent légèrement. L’onde de choc me projette à quelques mètres. Je me lève en secouant la tête comme pour chasser une pensée indésirable puis me dirige vers la chambre où a eu lieu l’explosion. La porte a volé en éclat et laisse paraître une chambre en ruine. Tout est détruit. On peut voir un peu partout du sang et des membres calcinés et détachées de leurs corps. D’après mes observations, il devait y avoir deux personnes dans la pièce. Quel magicien serait assez puissant pour faire ça ?
Quelques secondes plus tard, une foule de curieux se forme autour des dégâts. Une pensée désastreuse me vient. Je pousse tout le monde et sort de la foule. Quand je repère Dana, je saisis son bras et la tire hors de là.

« Viens avec moi, il faut qu’on vérifie un truc très important. »

Sur ces quelques mots, on se dirige vers le rez-de-chaussée, là où l’aubergiste devrait être. Alors qu’il allait monter les escaliers, je l’arrête et le prie de nous montrer les registres.

« C’est ce que je pensais, marmonnai- je, nous sommes dans une grosse merde. »

Je remonte dans la chambre en me pressant puis prépare nos affaires : nous devons partir, et vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dana O'Hara



________________

avatar
________________


Race : ◊ Demi-Vampire ◊
Classe : ◊ Maître lame ◊
Métier : ◊ Chasseur de prime ◊
Groupe : ◊ Alliance ◊

Messages : 58

Fiche de Personnage : ◊ La Sainte Vampirique ◊


MessageSujet: Re: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   Mer 14 Sep 2011 - 16:28


    « Suis-je froide comme l'enfer, quand tu pose ta main sur ma joue ?.. »


    Le sommeil ne dura pas longtemps.. Un grand bruit réveilla en sursaut la belle endormie.. Elle sent un souffle.. C'était étrange, rien de naturel.. Tous magiques.. Cela se sentait... Dana sortis en trombe de la chambre, encore mal réveillé mais.. Ce qu'elle vit.. Lui fait comme une bonne claque dans la gueule à en faire partir le sommeil.. Des corps calciné.. Démembré avec le souffle de l'explosion... Qui avait-pu faire cela ?.. Et surtout pourquoi.. Dana était seule dans cette chambre.. Elle eux l'impression de voir une silhouette au loin.. Le responsable surement.. Une silhouette qui lui rappelait étrangement celui qu'elle cherche à détruire par tous les moyens..

    Elle s'agenouilla près du premier corps.. qui ne possédait plus de jambe.. Les yeux bleues de la victime regardait Dana, la terreur pouvait se voir.. C'était comme si.. Ils avaient vu un truc des plus horrible avant de se faire exploser en morceau... Elle baissa la tête.. Pour faire une prière.. Pour que leurs âmes rejoigne Adiryl en paix.... Une personne.. Deux.. Puis trois.. Puis une foule se forma à l'endroit ou avait eu lui l'explosion.. Des cris de terreur des murmures.. Pour qu'après.. Des doigts se pointe sur la sainte vampirique dans le silence.. Des regards silencieux, mais accusateur..

    Une pression sur son bras.. Elle se retourna.. Alban... La seule personne qui ne l'accuserait pas de ce qui s'était passé.. Il la tira en dehors de la chambre.. Rapidement.. Cela donnait surement l'impression aux personnes présentent qu'ils fuyaient... Ils descendirent les escaliers en trombe..

    « Viens avec moi, il faut qu'on vérifie un truc très important. »

    Alban arrêta le gérant qui montait les escaliers, l'obligea à lui montrer le registre des personnes séjournant dans l'auberge..

    « C'est ce que je pensais, marmonnai- je, nous sommes dans une grosse merde. »

    Il remonta vers les chambres tirant toujours la vampire par le bras.. Elle n'avait strictement rien compris.. Pourquoi la faisait-il courir comme ça ?.. Pourquoi avait-il regarder le registre ? A quoi pensait-il ?.. Il commença a remballé leurs affaires, elle était complètement perdue.. Alors que doucement des murmures s'élevait, accusant la vampire de l'acte qui s'était déroulé..

    - Arrête.. Attend ! Alban ! ... Tu fais quoi ?.. On fait quoi ?.. Je n'y comprends absolument rien..

    Elle fronça les sourcils.. Non, mais il lui devait une explication non.. Elle s'était arrêtée, se tenant droite face au demi-elfe... Alors que des bruits de pas, des cris, des injures se faisait entendre..

    Elle croisa les bras sous sa poitrine.. Et le regarda avec ce regard qui veut dire 'Alban.. Dis-moi ce qui se passe.'... Mais aucune réponse.. Rien, pas le temps.. La porte s'ouvrit à la voler.

    - C'est elle.. Le monstre, je l'ai vu, elle était sur les lieux du crime quand cela est arrivé !

    Et voilà.. C'était sûr, tellement prévisible.. Puisqu'elle avait était la première sur les lieux, ils leurs faillaient un coupable.. Et elle était la plus belle qui pouvait leur être offert.. Une vampire.. C'était tellement beau non ?.. Le coupable idéal.. Elle fit quelques pas en arrière se cachant légèrement derrière Alban.. Oui, elle n'avait aucun besoin d'être protégée, elle savait très bien se défendre mais.. Elle se sentait étrangement faible.. Elle avait peur.. C'était comme si, tout était différent.. Un peu comme si un sort vous avez était jeté et que vous vous retrouvez sans plus rien comprendre, même la chose la plus logique, c'était comme si vous sentez votre force, votre confiance en vous s'envoler au gré du vent..

    C'était fini.. Soit.. Il fallait partir et tant pis pour leurs affaires.. Sauté par la fenêtre et fuir au loin.. Soit.. Faire face à ces gens innocents.. Et peut-être leur faire du mal.. Et cela n'était pas possible.. Où.. Il fallait qu'elle se laisse attraper.. Mais, qu'adviendrait-il d'elle. ?.. Serait-elle juger, ou directement condamné à mourir pour un meurtre qu'elle n'aurait pas commis.. Et surtout.. Comment prouver un meurtre alors que tous les témoignages sont contre vous..

    Elle saisit le bras d'Alban.. Comme si elle voulait qu'ils s'en aillent vite et loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alban Chaos



________________

avatar
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


MessageSujet: Re: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   Mer 21 Sep 2011 - 16:16

Alors que je suis encore dans mon excitation du moment, bougeant en tout sens et m’affairant comme je le peux, j'entends des bruits de pas bien trop précipités et des gens entrent dans notre chambre sans la moindre hésitation, pointant leurs index vers ma protégée. J'entends distinctement le doigt fendre l'air et imagine leurs index accusateurs alors que je ne les vois pas encore.

" C'est elle.. Le monstre, je l'ai vu, elle était sur les lieux du crime quand cela est arrivé !"

J'arrête toute activité et me tourne lentement vers eux. Une rage profonde, presque démoniaque, émane de mes yeux elfiques. Comme pris de démence, mon regard les transperce de part en part, brillant dans le noir de la pièce. Les accusateurs ont un tel mouvement de recule qu'ils touchent le mur en face de la porte, juste derrière eux. Je devrais fuir avec elle, surtout après avoir entendu de telles accusations qui veullent certainement dire que Dana sera pourchassée et probablement tuée, mais je n'ai jamais été raisonnable à ce point.
Je me prépare à avancer vers eux, la main sur la garde de mon épée, quand je sens une chaleur familière près de moi, une personne m'étreignant le bras avec une douceur extrême. Je me sens comme pris de vertige et me rappelle qu'elle est ma priorité. Je me tourne vers elle et entoure ses épaules de mes bras sous les yeux des accusateurs pétrifiés. Je la sens tremblante, prise d'une peur panique. Une peur irraisonnée car elle est forte et intelligente, elle n'a rien à craindre de ces ploucs inutiles. Mais ça n'a rien à voir avec la faiblesse, mais cela ressemble plus à une sorte de traumatisme lointain. Je lui demanderais plus tard ce qu'il en retourne mais en attendant, il faut qu'elle se calme. Une fois fait, je desserre mon étreinte, attrape nos affaires d'une main, de l'autre je prends la sienne, puis sort de la chambre à grands pas, en la traînant derrière moi comme je le ferai d'une petite fille effrayée par des inconnus. En passant devant les gens, je me sens soudainement pris de pitié, me rendant compte à quel point ils ont autant peur d'elle, qu'elle a peur d'eux.

"T'en fais pas va! Ils oublieront très vite notre passage, ce genre de chose arrive tous les jours dans cette ville!"

Nous venons de traverser les portes de la cité et marchons paisiblement. J'essaie de la rassurée avec ces quelques paroles, mais je la sens toujours tendue. Le soleil se couche et nous lance ces derniers traits de lumière en pleine face. Pourtant, j'aime ce contact et lève la tête pour mieux observer l'astre disparaître en imaginant qu'il aspirait une partie de ma chaleur pour lui- même. Alors que je continue d'observer le paysage, je remarque une silhouette au loin sans vraiment la distinguer. Je ne me soucis guère de cette apparition, sachant pertinemment que l'on est pas les seuls voyageurs sur les routes à cette heure-ci de la soirée.
Je propose à Dana de passer la nuit sur un petit plateau entouré de rochers protecteurs. Une fois le souper pris, je m'allonge et repense à la silouhette vue récemment. *Pourquoi je repense à elle?... Vaut mieux que j’arrête de me tarauder l'esprit pour rien, j'aurai les idées clairs une fois reposé - Alors monsieur le baraqué, on a peur des fantômes?*. Je m'endors, sans même répondre à BMW, d'un sommeil plutôt profond. Je ne m'attends pas à ce qu'il nous faudra affronter ce soir, rêvant du lendemain comme des autres sans m'inquièter le moins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dana O'Hara



________________

avatar
________________


Race : ◊ Demi-Vampire ◊
Classe : ◊ Maître lame ◊
Métier : ◊ Chasseur de prime ◊
Groupe : ◊ Alliance ◊

Messages : 58

Fiche de Personnage : ◊ La Sainte Vampirique ◊


MessageSujet: Re: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   Ven 23 Sep 2011 - 23:10


    « La tendresse dépasse la douleur... »

    C'était tellement.. Sur-réaliste..Dana qui semblait être un enfant sans défense alors que généralement, elle était plus forte que la plupart des hommes.. Elle c'était retrouvait changé en un rien de temps.. Sans pour autant perdre sa foi et sa confiance en Alban..Pour elle, c'était le plus fort, le plus grand.. Bien qu'il pouvait paraître étrange, elle aimais bien être avec lui, elle était rassuré, en sécurité..

    Elle ferma les yeux comme transporter dans un autre monde.. Plus rien ne semblait exister, le bien, le mal, le blanc, le noir.. Le rouge.. Plus rien, juste.. Lui et elle.. Il avait ses bras autour de ses épaules, la serrant dans une douce étreinte.. C'était comme si le temps et l'espace avait disparut le temps qu'il passe doucement ses bras autour d'elle.. C'était irréelle, mais tellement... Tellement bon.. Son coeur ne fit qu'un tour, battant la chamade.. Combien de temps l'étreignit-elle ?.. Aucune idée, mais en quelques secondes elle se sentit tellement bien, sereine.. Plus rien ne pouvait l'atteindre alors que doucement ses tremblement mourraient, son coeur reprenait un rythme normal..

    Le décors se replanta en une fraction de seconde, alors que l’étreinte d'Alban disparut elle aussi.. C'était déjà fini ?... Elle aurait aimé que cela dure... Il saisisse les affaire qu'il avait vite fait d'emballer, saisit la main de la jeune femme.. Elle serra la sienne doucement, mais fermement.. Il la traîna, la tirant, l'obligeant à la suivre en courant.. Elle ferma les yeux pour ne pas voir tous ses yeux sur elle.. Les même regard que quand elle était enfant... Flora... Ce qu'il c'était passé.. C'est reproche qu'on lui avait fait alors, qu'elle ne savait pas et qu'elle était trop jeune pour sauver la jeune fille..
    Cette épisode noire de sa vie, celui qui ls avaient obligé, elle et ça mère a se retirer dans un taudis à Madorass.. Elle ne le lâchait pas.. Quand elle rouvrit les yeux.. Il lui dit

    "T'en fais pas va! Ils oublieront très vite notre passage, ce genre de chose arrive tous les jours dans cette ville!"

    Ils étaient déjà loin, au porte de la cité... Ils marchaient tranquillement a présent.. Dana avait les yeux fixer sur le sol.. C'était comme si, elle avait perdu son sourire, ça bonne humeur.. elle n'avait pas l'habitude d'être traité de monstre, d'être pointé du doigt.. Même malgré ce qu'elle faisait.. Les paroles qu'Alban lui soufflait avait beau être rassurante.. Elle se sentait si mal... Aussi bien ses bras l'avait réconfortait, aussi bien ses paroles semblaient sonné faux..

    Ils s'étaient arrêté pour passé la nuit.. Dana avait cuisiner un petit repas, rien à voir avec un repas de riche..Mais, cela avait le mérite d'être bon, elle était bonne cuisinière c'était un bon point.. Elle ne savait pas si Alban savait faire à manger.. Cette question ne lui avait même pas traversé l'esprit en faite.. Ayant un peu endossé seule le rôle de 'cuisinière' pendant leurs périples... Une fois ce repas pris... Ils se couchèrent... Dana le regardait.. Alban.. Il était de l'autre coter du feu de camp, face à elle... Couché dans sa fine couverture, elle avait ses yeux littéralement planté sur elle.. Beaucoup de choses lui passait par la tête, tous ce temps qu'ils avaient passé ensemble.. Leurs rencontres, alors qu'elle le cherchait elle était tombé dessus par le plus grand des hasard.. Ne fait-il pas bien les choses des fois ?.. Elle le voyais.. Comme quelqu'un d’exceptionnel... Et elle.. Elle s'en voulais.. S'en voulais d'être encore avec lui, de tous ce qu'elle pouvait penser, ressentir pour lui.. C'était pas bon et.. Elle s'était juré.. Juré à elle même de ne jamais, plus jamais s'attacher a quelqu'un...

    Elle n'arrivait pas a fermer les yeux.. Le feu devenait de plus en plus faible.. Elle se leva.. La demi-lune était haute dans le ciel.. Il était surement très tard... Elle était trop perturbé pour dormir.. Elle marcha doucement, sans faire le moindre bruit, regardant un instant Alban dormir quand elle passa a coter de lui.. Il était si paisible.. Si.. be... Elle chassa cette idée de son esprit.. Elle se l'était interdit... Elle s'assit sur un des petit rocher entourant leurs domaine pour la nuit.. Les yeux perdue dans diverse pensée.. Elle entendu un bruit.. Elle se retourna brusquement..

    - Alban ?.. Alban..?..

    Elle se dirigea vers le feu de camp.. Mais personne... Il était partit ?.. L'avait laissé seule ?.. Non, tout bonnement impensable.. Peut-être avait-il besoin d'être seul.. Elle avança encore quand elle le vit... L'homme tous de noir vêtue.. Cette silhouette qu'elle avait aperçut lors de l'explosion plus tôt... Et Alban était avec lui.. Ils flottaient dans les airs, le vampire le tenait à la gorge.. Pris par surprise, il n'avait surement pas pu réagir... Le vampire sourit, laissant apparaître ses crocs.. Il fixa la femme de ses yeux émeraude avant de resserrer son étreinte sur la gorge d'Alban..Il s'apprêtait le mordre mais, avant il adressa une phrase à Dana

    - De la part de Marius.. Observe ton impuissant O'Hara.

    Il rapprocha dangereusement ses crocs perle de la gorge d'Alban.. Dana serra ses poings, si fort qu'elle en saignait... En colère.. Folle de rage elle était.. Cette épisode de sa vie.. Si dur à supportait aller se reproduire ?.. Non ! Elle ne pouvait l'accepter.

    Elle Se déplaça rapidement grâce a ses faculté vampirique, elle grimpa sur l'arbre sur sa droite, de sa branche la plus haute, elle s'élança, sautant sur le vampire, le faisant lâcher prise sur Alban.. Ils chutèrent.. Tous les trois.. Dana avec le vampire.. Un grand vacarme.. Alors que les corps tombèrent sur le sol.. Dana s'était retrouvé sur le vampire, se mettant à califourchon sur lui, folle de rage, elle sortit une machette de sa botte droite et elle frappa.. Encore et encore et encore.. Tellement de fois.. Elle levait l'arme, l’abattait sur le corps du vampire qui hurlait... Son sang recouvrait à présent la sainte vampirique alors qu'elle était essoufflé... Le vampire était mort... Elle laissa tombé sont arme sur le sol avant de se retourner..

    - ..Alban...

    Il était pas très loin d'elle.. Allongé sur le sol.. Il ne bougeait pas.. D'un coup, elle devient pâle sous le sang qui recouvrait un peu son visage, son corps.. Elle s'enleva du vampire, marchant a quatre pattes vers Alban, elle prononcé son nom.. Encore et encore espèrent une réponse... Elle s'agenouilla devant lui.. Puis elle s'assit.. Prenant doucement la tête du garçon pour la poser sur ses genoux... Elle avait les larmes aux yeux, terrifié.. Elle croyait qu'il était... Ce n'était pas possible... Un sanglot s'échappa de sa gorge, les larmes coulaient a présent sur ses joues, se mélangeant au liquide carmin.. Dans un geste machinal elle se mis a caresser les cheveux d'Alban... Elle avait du mal à parler, chaque phrasé étouffé par un sanglot...

    - Pardon.. Pardonne-moi.. Je.. J'en étais sur que... J'ai laisser faire.. Pardonne-moi.. C'est ma faute.. Je n'aurais.. Je n'aurais jamais du.. Rester a tes coter.. Je savais qu'il allait... Pardonne-moi Alban... Je savais qu'il s'en prendrais a toi.. Parce que... Parce que je suis une idiote... Je croyais que je pouvais tromper.. Me mentir à moi-même.. quand je ment aux autres.. Il .. Il savait.. Que finalement.. Je tient a toi plus... Plus que je ne veux l'admettre.. Je me ment.. Te ment.. Je ment perpétuellement a tout le monde.. Espèrent protéger leurs vie.. Je me cache.. J'évite pour ... Pour qu'il n'ai aucune arme contre moi... Sauf.. Qu'il a réussit à me détruire... En t'attaquant...

    Elle arrêta de parler, essuyant du revers de sa main ses joues.. Étalant un peu plus le sang sur son visage... Elle pleurait encore.. Etant sûr qu'il n'ouvrirait plus les yeux.. Elle continuait doucement, tendrement à lui caresser les cheveux, le front, sa joue si douce... Elle s'en voulait terriblement.. Elle se sentait détruite de l’interieur.. Marius avait-il donc gagné ?..


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alban Chaos



________________

avatar
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


MessageSujet: Re: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   Mer 19 Oct 2011 - 14:29

Quel étrange lieu! Je suis allongé par terre, contemplant les étoiles en plein jour. Autour de moi, mes amis de toujours: les membres de ma guilde. Tout à coup, ce monde paisible et calme se transforme en manège tournant à l'infini. Je n'essaie pas de me lever, je n'en ai même pas l'idée. Mais je regarde sur les côtés et remarque que la terre s'effrite sous le corps de mes soldats endormis. A la place, il n'y a que le vide, un immense vide. Et puis il n'y a que moi, au beau milieu de l'espace, toujours allongé, regardant les étoiles de plus près. Alors que je suis juste en face de l'une d'elle, brillante et brûlante, une forme se dessine à l'horizon. Plus elle se rapproche, plus je me rends compte qu'elle est monstrueusement ailée. Je ne vois pas son visage, même quand il est à trois pas de moi et qu'il tend sa main ouverte pour se saisir de ma gorge vulnérable.
J'ouvre les yeux au sentir du contact glacial d'un individu étranger, sortant d'un sommeil pour le moins déstabilisant, et attrape l'avant bras tendu vers moi. Ses griffes me rentrent dans la peau et se resserrent de plus en plus. Je serre moi aussi ma prise mais sans succès. Il bondit en l'air avec moi entre ses griffes, puis reste immobile. J'ai l'impression qu'il attend quelque chose car sa force de pression reste constante. Il ne cherche pas à me tuer, pas pour l'instant en tout cas. Pourtant, je suffoque de plus en plus, perdant connaissance. Je lâche finalement son bras et laisse pendre ma main le long de mon corps. Je tremble quelque peu.

"Pardon.. Pardonne-moi.. Je.. J'en étais sur que... J'ai laisser faire..
Pardonne-moi.. C'est ma faute.. Je n'aurais.. Je n'aurais jamais du..
Rester a tes coter.. Je savais qu'il allait... Pardonne-moi Alban... Je
savais qu'il s'en prendrais a toi.. Parce que... Parce que je suis une
idiote... Je croyais que je pouvais tromper.. Me mentir à moi-même..
quand je ment aux autres.. Il .. Il savait.. Que finalement.. Je tient a
toi plus... Plus que je ne veux l'admettre.. Je me ment.. Te ment.. Je
ment perpétuellement a tout le monde.. Espèrent protéger leurs vie.. Je
me cache.. J'évite pour ... Pour qu'il n'ai aucune arme contre moi...
Sauf.. Qu'il a réussit à me détruire... En t'attaquant..."


J'ouvre lentement les yeux, émerveillé par ces paroles. Encore plus quand je me rends compte qu'elle vienne de Dana et que je suis dans ses bras.

"Bordel Dana! Je viens de croiser un de tes ex et je crois qu'il a pas aimé me voir avec toi."

Je me lève lentement et m'assois en face de Dana. Il faut qu'on ait une petite discussion.

"Il faut qu'on ait une grande discussion vampirette: Qui est ce Marius et pourquoi il te fait chier comme ça? C'est le gars qui nous a attaqué?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dana O'Hara



________________

avatar
________________


Race : ◊ Demi-Vampire ◊
Classe : ◊ Maître lame ◊
Métier : ◊ Chasseur de prime ◊
Groupe : ◊ Alliance ◊

Messages : 58

Fiche de Personnage : ◊ La Sainte Vampirique ◊


MessageSujet: Re: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   Dim 23 Oct 2011 - 14:03


    « Parce que les mots sont aussi douleur »

    C'était comme si son coeur c'était arrêté de battre, elle était persuadée d'une chose et avait dit, des mots qu'elle regretterait surement par la suite.. Elle secoua la tête de gauche à droite, étouffant comme elle pouvait ses sanglots, elle avait fermé les yeux si fort, espérant que quand elle laisserait ses pupilles rouges voir le jour, tous cela n'aurait était qu'un mauvais rêve, un maudit rêve qu'elle oublierait rapidement... Elle tenta d'ouvrir ses paupières.. Elle resta figé un instant, regardant face à elle.. Elle n'osait même plus poser les yeux sur Alban.. La peur était trop grande, trop forte.. Elle tremblait... Le souffle court... Tous semblait.. Sur-réaliste. Le truc qui était certain, était que ce vampire était bien envoyé par Marius, il avait bel et bien décider de la mettre en colère comme jamais.. Tout ce qu'il voulait c'est qu'elle tourne le dos à tout le monde, dans sa grande bonté pour qu'il épargne des vies innocentes.. Mais forcement quand on voyage on rencontre des gens.. On se fait des connaissances. Marius c'était mis dans la tête de tuer tous ceux que Dana avait pu côtoyer, pour qu'à la fin, il ne lui reste que la rage et la colère qu'elle pouvait éprouver contre lui... Elle se perdait dans les méandres de ses penser.. Semblable a une poupée sans vie, pâle qui fixe un point invisible.. Elle sortie de cet étrange état après qu'elle est entendue quelques mots..

    "Bordel Dana! Je viens de croiser un de tes ex et je crois qu'il a pas aimé me voir avec toi."

    Elle crue.. Avoir mal entendu.. Ou que son esprit était devenu fou au point de lui faire entendre la voix d'Alban... Elle tourna ses pupilles de sang vers le corps du garçon... Il.. Il était bel et bien vivant... Elle aurait dû avoir se soupire de grands soulagements.. Elle aurait dû être tellement heureuse qu'elle l'aurait serré contre elle, pour être sûr qu'il était encore en vie, que son contact était encore chaud.. Mais non.. Rien de tout cela, elle continua de le regarder, les yeux écarquillé.. Elle qui avait était persuadé qu'il n'avait pas survécus... Elle était en totale panique intérieure.. Ses idées et ses pensées se bousculaient.. Elle ne savait pas si c'était la réalité ou non..

    Il se leva sans qu'elle est le temps de faire quoi que ce soit, elle était surement trop, perturbé à ce moment pour réaliser tout ce qu'il se passait sous ses yeux.. Elle fixait Alban qui venait de s'asseoir face à elle. Ses yeux le regardaient mais, elle semblait ailleurs.. Comme si c'est yeux fixaient le vide....

    "Il faut qu'on ait une grande discussion vampirette"

    Elle tourna ses yeux, sortant de son état étrange de choc.. Elle plongea ses pupilles dans les yeux de sont vis-à-vis.

    Qui est ce Marius et pourquoi il te fait chier comme ça ? C'est le gars qui nous a attaqué ?"

    Marius.. Rien que ce nom suffisait à la rendre folle, à la mettre en colère... Elle baisa les yeux.. Elle savait qu'elle n'aurait jamais dû lui mentir, jamais du lui cacher quoi que ce soit.. Elle n'aurait jamais dû voyager avec lui tous court.. Elle frissonna.. Elle soupira... Puis..

    - Marius c'est... Disons que je dois le tuer. C'est mon devoir, mon but... Je me vengerais.. C'est lui qui a fait de moi ce monstre que je suis aujourd'hui...

    Elle regarda ses mains.. Perdue.. Déboussolée...

    - Il y a de cela de nombreuse années.. Alors que j'étais enfant.. Je ne connaissais rien de mes pouvoirs.. Mais, un soir j'eus une drôle de sensation.. Je me rendit à la maison d'une amie... Portant le nom de Flora.. Ce jour-là, j'avais senti la présence d'un vampire.. C'était Marius... J'étais qu'une enfant, je ne savais pas ce qu'il se passait, ce que je faisais , je n'en avais aucune idée, instinctivement j'ai prononcé des paroles saintes.. Elles ont touchés le vampire.. Mais j'étais si.. Impuissante... 'Jeune O'Hara... Tu vas connaître ton impuissance !'... Ces mots qu'il avait prononcés.. Avant de planter ses crocs dans le cou fragile de cette fille qui m'était cher.. La seule à qui n'avait pas de dégoût quand elle posait les yeux sur moi... Il a fait d'elle un monstre, alors qu'elle était si pure... Après ce qu'il s'était passé cette nuit là ma mère me révéla le secret de la famille O'Hara.. 'Notre famille sont des élus de dieu, il nous offre le pouvoir des mots, en faisant de nous des saints... Nous utilisons notre pouvoir pour détruire le mal qui réside en les vampires, ce sont les pires ennemies de notre seigneur.' M'avait-elle dit.. Puis, elle m'avoua que mon père était partie pour une sorte de pèlerinage qui vise justement à détruire les ennemies de notre dieu... Peu à peu, les habitants du village apprirent la nature de mon pouvoir.. Ils me reprochèrent de n'avoir pu sauver Flora.. Nous sommes donc partie avec ma mère... Depuis ce jour, je me suis juré de le tuer.. De lui faire payer...

    Elle posa ses yeux sur Alban... Elle soupira continuant son récit.

    - Plusieurs années après.. Je retrouvais Flora.. Toujours aussi belle, aussi jeune.. Nous avons discuté si j'ose dire... Elle m'avoua que ce soir-là, elle avait choisi Marius.. Je n'en croyais pas mes oreilles.. Elle était tombée amoureuse de ce monstre et c'est pour cela qu'elle l'avait laissé faire.. Puis.. Elle savait que les O'Hara était la plus grande menace qui pèse sur les vampires.. Je dû donc... Utiliser mon pouvoir.. Et faire, ce pourquoi j'ai été choisi... Ce jour est surement le plus terrible de ma vie.. Peu de temps après.. Alors que le corps de Flora était devenu poussière.. Marius apparut non loin de moi.. M'accusant de sa mort.. Je l'avais tué oui.. Mais, c'était à cause de lui... Je lui ai jurer.. De le poursuivre toute l'éternité s'il le faillait.. Là était mon erreur.. Je me souviens de son ombre.. De ses yeux... De ma paralysé, j'étais terrifié... '-Lorsque tu t'effondreras, ta haine envers moi te relèvera ! Poursuis-moi jusqu'au bout du monde ! Pour l'éternité...'... Il a fait de moi ce que je suis... Je veux, je vais le tuer.. Quoi qu'il en coûte...

    Elle soupira une nouvelle fois.. Elle avait raconté une petite partie de son histoire, c'était amplement suffisant... Elle regarda le corps de l'autre vampire

    - Lui.. Je suppose que c'est un envoyé de Marius.. Venu.. Surement pour te tuer... C'est pour ça... Que.. Je crois que .. Nous routes doivent se séparer.

    Vrai ou pas... Elle l'avait dit... Surement pour sa sécurité lui... Elle baisa les yeux.. Ne pensant pas un mot de ce qu'elle avait dit, elle ne voulait pas que leurs routes se séparent si vite.. Mais avait-elle le choix ? Elle m'était la vie du garçon en perpétuel danger et si jamais il venait à lui arriver quelque chose, tous serait de sa faute et a personne d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alban Chaos



________________

avatar
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


MessageSujet: Re: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   Mer 7 Déc 2011 - 15:26

Je n'ai jamais entendu ce genre de récit et je me sens comme prit d'un tremblement soudain. La jolie jeune femme devant moi, toute frêle, innocente, et tellement rayonnante à la lueur des ombres qui dansent, vient de me raconter sa vie d'un trait. Je devrais la réconforter, lui dire que tout va bien, qu'il n'y a plus rien à craindre, mais mon esprit n'est plus à la tendresse. Je comprends soudainement que depuis notre rencontre, je suis aveugle et inutile. Je suis tellement égoïste que je n'ai pas remarqué sa souffrance quotidienne, je me demande combien de combat intérieurs doivent la secoués tous les soirs. Elle est la protagoniste d'un véritable drame mais elle a toujours gardé ses sentiments pour elle. Combien de ces événements tragiques garde -t- elle en elle?
Je pose une main sur son avant bras, puis relève son menton baissé de l'autre pour fixer son regard vampirique:

"Tu ne seras plus jamais seule, je suis là. Je ne peux absolument pas comprendre ce que t'as vécu, mais je peux t'aider à affronter ce qui va suivre. Je te connais depuis assez longtemps pour savoir que notre duo t'es indispensable si tu veux combattre ce Marius, ma guilde entière sera mis à disposition pour toi. Je crois qu'il est temps que ce gars prenne la peine capitale"

En effet, je vais mettre une belle mise à prix sur lui, ma première. Pour une fois, cette guilde va véritablement servir. Depuis longtemps en réalité, j'ai rêvé de faire une guilde dans le but de nettoyer ce monde de sa racaille efficacement. Les criminelles affluent et le mal domine, mais j'ai pensé pouvoir faire rempart à plusieurs, car seuls on est rien de plus qu'un appât sans but. Chasseur de prime n'est pas un simple métier d'argent mais une véritable vocation. Depuis que je l'ai créé, j'ai l'impression que la lame d'argent, tout nouvellement l'Alliance, s'est légèrement désaxé de mon objectif première, mais cette nouvelle mission devrait me redonner l'occasion de redresser la barre. Je lâche son menton, pose mes mains sur ses épaules puis mon front contre le sien, les yeux fermés.

"Ensemble, on a une chance de vaincre un salaud pareil, c'est pour ça qu'il ne veut pas te voir accompagné d'un gars aussi cool que moi."

Je souris à cette plaisanterie puis relève Dana. Regardant autour de moi, je remarque qu'il fait npoir total: il ne doit pas être plus de minuit. Je m'étire de tout mon long en faisant craquer mes articulations puis jette un coup d’œil au cadavre.*Laisse tomber, on peut rien en retirer, je l'est jamais vu nul part* Je soulève mon sac.

"Retournons en ville, on va dans un autre établissement que l'autre, j'ai pas envie de revoir les autres têtes de con. De préférence, un lieu pas trop fréquenté."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dana O'Hara



________________

avatar
________________


Race : ◊ Demi-Vampire ◊
Classe : ◊ Maître lame ◊
Métier : ◊ Chasseur de prime ◊
Groupe : ◊ Alliance ◊

Messages : 58

Fiche de Personnage : ◊ La Sainte Vampirique ◊


MessageSujet: Re: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   Lun 30 Juil 2012 - 20:11


« Parce que les mots sont aussi douleur »

« Tu ne seras plus jamais seule »… Pouvait-elle seulement le croire ? En avait-elle seulement le courage ? Elle n’en était pas sûre, peut-être devait-elle continuer sa route toute seule, pour éviter qu’on s’en prenne encore à lui ? Elle n’aurait jamais dû, jamais dû rester avec lui, s’attacher autant à lui, elle savait le danger qu’ils encouraient, elle avait bêtement crus qu’ils seraient ensemble en sécurité, se protégeant mutuellement… Elle avait cru le perdre, le voir mourir, lui comme tellement d’autre avant, d’un coup, elle réaliser encore une fois que la vie était trop courte surtout dans ce monde, elle regardait Alban un faible sourire sur les lèvres, essayant d’être rassurante après avoir eu l’air surement si faible. Elle s’était sentit mieux après avoir enfin dévoilée cette partie de sa vie qu’elle lui cacher depuis si longtemps, ce qu’elle cachait a tout le monde et la vampire était loin de savoir toute la vérité sur elle-même, mais c’est une autre histoire.

"Ensemble, on à une chance de vaincre un salaud pareil, c'est pour ça qu'il ne veut pas te voir accompagné d'un gars aussi cool que moi."

Il avait toujours ce même don de la faire sourire, bêtement avec ces propos un peu hors sujet. C’était sa personnalité différente et décalée qu’elle aimait. Une chance de le vaincre, elle n’en était pas si sûre, elle était si faible, pitoyablement faible, Alban était une force mais aussi une faiblesse, elle ne voulait pas prendre le risque qu’on se serve de lui contre elle… Que devait-elle faire ? Elle ne pouvait pas s’enfuir sans même se retourner, il serait assez fou pour lui courir après, pour la rattraper par le poignet et la tirer vers lui en lui disant qu’elle pouvait rêver si elle comptait se débarrasser de lui et que ce ne serait pas une chose facile. Elle sourit a cette pensée… Lui aussi il souriait, de quoi embaumé un peu plus son petit cœur si fragile. Alban s’étira sous les yeux carmins de la jeune femme, elle se gratta la joue, tout en soupira, elle posa les yeux sur le corps inerte du vampire quand le jeune homme saisit son sac… Elle hésita un moment, le suivre ou non ? Elle ne voulait plus rester avec lui que pour une seule raison, sa sécurité…

"Retournons en ville, on va dans un autre établissement que l'autre, je n’ai pas envie de revoir les autres têtes de con. De préférence, un lieu pas trop fréquenté."

Elle soupira en se levant, elle avait envie de s’enfuir de l’autre côté mais, d’un autre côté elle ne voulait pas le quitter, elle secoua la tête en signe d’affirmation, ramassa rapidement ses affaires et de mise à emboiter le pas de L’efo-orc sans le moindre bruit, sans le moindre mot…. Il faisait nuit, il faisait froid, Dana regardait ses pieds marchait, chacun de ses pas dans l’herbe humide... Au loin, à quelques heures de marchent on pouvait apercevoir les éclairages de la ville dans lequel ils avaient posé le pied un peu plus tôt… Dana était retissante pour retourner en ses lieux, elle avait été accusé à tort d’une chose qu’elle n’avait pas fait parce qu’elle était différentes ?... Enfin, peu importe, elle prenait un peu de recul vis-à-vis d’Alban, elle soupira longuement en s’arrêtant de marcher, elle regardait la silhouette de celui qui l’accompagner depuis si longtemps, puis elle se retourna regardant la noirceur de la forêt... Et le cruel dilemme qui se posait à elle c’était, soit la solitude, soi Alban… Elle n’arrivait pas à se décidait, soit elle s’éclipser sans que le garçon s’en rende compte, soit elle continuait à le suivre sans rien dire, prenant le risque de nuire à sa vie à n’importe quel instant…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alban Chaos



________________

avatar
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


MessageSujet: Re: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   Sam 11 Aoû 2012 - 16:35

Nous trouvâmes rapidement une auberge dans un endroit assez mal fréquenté, il n'était pas question de retourner nous jeter dans la gueule du loup. J'avais peur de refaire une erreur, alors je préférais prendre mes distances avec le beau monde malgré la richesse qui m'accompagnait sans cesse. *Sale pingre, tu préfères ramener ta copine dans un bordel plutôt que de lui donner ce qu'elle mérite. -Un, ce n'est pas copine. Et deux, TA GUEULE! T'as déjà vu un bordel sans femme toi!? -Moi ce que j'en dis...* Melchior avait le genre de don qui rend possible les plus improbables phénomènes comme faire sortir un pont de ses gongs.
Secouant la tête pour chasser mon vieux démon, j'ouvris la porte avec prudence, puis entrai dans la chambre sans allumer une seule chandelle. Je doutais même qu'il y en ait une sachant à quel point j'ai dû me battre pour avoir deux lits séparés. Avant que Dana n'entre, je lui barrai doucement le chemin avec mon bras.

"Reste- là Dana, je vais inspecter les lieux."

Je tâtonnais avec l'espoir de ne rien trouver de louche. Mes oreilles hyper développées ne m'étaient d'aucune utilité: le silence était total. Je me tournai vers Dana pour mesurer la distance qui nous séparait et vérifier qu'elle allait bien, puis repris mon entreprise. Je dois l'avouer: j'étais très inquiet.
Je me cognai, tombai, me relevai, retombai et me cognai de nouveau avant de me rendre compte que le maudit aubergiste ne m'avait pas écouté une seule seconde: il n'y avait qu'un lit et il n'était pas très large. Je retournai chercher Dana dans le même style que l'entrée. Arrivant à son niveau presque en sueur, des bosses plein la tête, j'attrapai doucement son bras et l'entraînai à l'intérieur en évitant tous les dangers que je n'ai pas pu avant.

"Désolé ma vampirette, on a qu'un lit. Il va falloir que je dorme par terre, alors ne t'en fait pas si tu sens un truc moue sous tes pieds lorsque tu bondiras hors du lit: ce sera mon ventre ou ma tête... Je t'en prie Dana: ne vise pas la tête"


Et je lui faisais ma mine la plus pathétique en oubliant complètement qu'on était dans le noir et donc, qu'elle ne pouvait pas me voir. Un sourire jovial se redessina sur mon visage lorsque j'allais me faire une couche de fortune à côté du lit de Dana. *J'espère pour toi que les rats ne mangent pas les erreurs de la nature, mais j'en doute... Il paraît que c'est un plat national chez cette race -Ne t'en fait pas mon ami, je les embrocherais avec ta formidable lame qui peut aussi servir de brochette à viande de rat. -Beurk!* Il était déjà temps de se coucher, le lendemain n'allait pas être de tout repos sachant la traque qui nous attendait. En effet, ceux qui menacèrent la vie de ma compagne et moi n'allaient pas s'en sortir aussi facilement, les chasseurs de primes étaient sur le coup!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dana O'Hara



________________

avatar
________________


Race : ◊ Demi-Vampire ◊
Classe : ◊ Maître lame ◊
Métier : ◊ Chasseur de prime ◊
Groupe : ◊ Alliance ◊

Messages : 58

Fiche de Personnage : ◊ La Sainte Vampirique ◊


MessageSujet: Re: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   Dim 26 Aoû 2012 - 17:32


« Parce que les mots sont aussi douleur »

Elle finit par le suivre, elle aurait bien pu prendre les jambes a son cou et partir dans le sens inverse bien vite, tellement vite qu'il n'aurait pu la suivre, mais était-ce seulement bien ?... Elle ne voulait vraiment pas lui faire d'adieux, partir sans même regarder par-dessus son épaule, elle marchait doucement ses yeux fixant sans sourciller le dos du garçon. Elle soupira... Réfléchissant quoi faire, quelle décision prendre. Elle le suivait toujours, sans rien dire, même quand elle se rendit compte d'où il avait bien pu la traîner... Elle soupira une nouvelle fois, fermant pendant quelques secondes les yeux, peu importe où ils étaient au final, ce n'était pas cela le plus important.

Dana continua de la suivre sans rien dire jusqu'à l'entrée de "leur chambre"...

"Reste- là Dana, je vais inspecter les lieux."

Elle ne dit rien, ne fit même pas un seul signe de tête, elle se contenta de regarder l'elfo-orque passer la porte... Il faisait assez sombre, allumer une bougie n'aurait pas été du luxe plutôt que de se prendre les meubles mal placés hein. Bêtement cela la fit sourire, pourquoi se jeter dans les ténèbres alors qu'il suffit d'une simple lueur pour les disperser ?... Enfin soit, le silence était toujours là, enfin elle pouvait discerner son propre souffle et celui d'Alban qui était très proche d'elle, si bien qu'il lui attrapa doucement le bras, le tirant à l’intérieur de la pièce.

"Désolé ma vampirette, on a qu'un lit. Il va falloir que je dorme par terre, alors ne t'en fait pas si tu sens un truc moue sous tes pieds lorsque tu bondiras hors du lit: ce sera mon ventre ou ma tête... Je t'en prie Dana: ne vise pas la tête"

Hum... Elle ne dit rien, finissant par s'asseoir sur le dit lit... Alors qu'elle attendait Alban s'agiter dans le noir, elle chercha à tâtons quelque chose sur la petite commode contre le lit... Un sourire apparut sur ses lèvres quand elle l'avait trouvé et en deux fois moins de temps qu'il faut pour le dire elle avait allumé une bougie, il n'y en avait qu'une, elle n'éclairait pas toute la pièce mais, pour elle c'était suffisant, elle regardait Alban un instant sans rien dire avant de se coucher sur le lit, sans même prendre le soin de se mettre dans les draps de ce dernier. Puis, elle ouvrit enfin la bouche après un si long silence.

- Tu es sur que... Tu veux dormir a même le sol ?

Bon... Bah quoi ?... Oui, c'est vrai, en fait, elle ne voulait pas dormir toute seule, elle devait quand même se sentir rassurer parce qu'Alban était près d'elle, mais visiblement cela ne suffisait pas, elle fixait le plafond irrégulier alors que le vent faisait claquer les volets de bois en dehors du bâtiment. Il faut dire que le vent se levait, mais pas que, accompagné tout d'abord d'une fine pluie, au son des goûtes qui se voyait projeter contre la vitre de verre, mais la pluie se faisait de plus en plus forte, jusqu'à ce qu'un éclair traverse le ciel sombre, illuminant pour quelques secondes la chambre avant de laisser retentir le grondement du tonnerre... Plus que très peu rassurer Dana jeta un rapide coup d'œil a Alba, au pied de son lit, à la faible lueur de la bougie, il semblait dormir a point fermer, alors qu'elle n'arrivait pas à trouver le sommeil, elle n'était pas rassurer du tout, commençait-elle à avoir peur de quelque chose ? Elle ne savait pas trop mais ce qui était sûr c'est qu'elle ne passerait pas la nuit seule dans ce lit, non et non, elle ne la passerait même pas dans se lit ! Hors de question !! Non, non elle avait trop peur surement !

Alors elle roula un peu sur le lit pour se rapprocher du bord puis, elle finit doucement, délicatement par se glisser sur le sol, au près d'Alban... Oui, oui elle allait dormir avec lui ! Sur le sol ! Au moins, elle se sentait déjà un peu plus en sécurité. Elle s'approcha encore un peu de lui faisant attention de ne pas le réveiller, manquerait plus qu'il l'as prenne pour un indésirable et qu'il l'embroche sur son épée comme un vulgaire poulet à faire rôtir... Puis, d'une main, Dana tira le drap qui était sur le lit, d'un geste elle le mit sur elle et aussi sur Alban au moins, pour que ça leur tienne un peu plus chaud...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alban Chaos



________________

avatar
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


MessageSujet: Re: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   Lun 27 Aoû 2012 - 20:36

Juste après le premier éclair, je sentis une présence dans mon dos. J'avais beau croire rêver, tout me prouvait la présence de Dana: sa chaleur, son souffle, son cœur battant... J'entendais et ressentais tout la concernant en ma qualité de moitié elfe. Bien plus que tout cela, son angoisse s'insinua en moi et je n'eus pas le cœur de lui demander de réintégrer son lit. Au contraire, je me tournai vers elle le cœur battant la chamade et la pris dans mes bras en posant mon nez dans ses cheveux roux. Sans savoir si c'était mes sentiments ou les siennes, j'étais vraiment très rassuré et ne voulait en aucun cas bouger. Son odeur me rappelait étrangement celle de ma mère, ma délicieuse mère elfe, qui avait l'odeur des crêpes tout droit sorties du four. Je me laissais aller à rêver à mon ancienne vie avec mes parents. Je me rappelais la douceur et la bonté de ma mère en sentant celle du corps de Dana. Et la rigueur de notre vie était identique à celle que mon père m'a toujours parlé en tant qu'orc digne de ce nom malgré sa soit-disante trahison.

Mes yeux s'ouvrirent dès l'aube, on ne change pas les habitudes de toute une vie. Des bestioles minuscules devaient ronger l'intérieur de mon bras et ma jambe plaquées au sol par le poids de ma minuscule Dana. Je ne voulais cependant pas la déranger en me levant brutalement, alors je pris tout mon temps, me dégageant avec la plus grande douceur du monde. Alors qu'il ne restait plus que les bouts des doigts à enlever, Dana roula de l'autre côté sans crier gare, ce qui me fit bondir en arrière en poussant un petit cri surpris. J'étais soulagé qu'elle ne m'eut pas entendu et surtout, qu'elle ne fut pas réveillée. Je sortais rapidement dans le couloir et avançait avec la nette impression de m'être fait avoir. Normalement, le petit déjeuner était apporté directement devant ou dans la chambre aux aurores, ce lieu ne plaisait décidément pas du tout.
Un homme marchait dans le sens inverse et s'arrêta devant moi. Je me poussai, mais il me suivit dans un petit bond maladroit, comme s'il s'attendait à ce que je ne bouge pas. On finit par se rentrer dedans en se décidant mutuellement à agir en même temps. Je m'excusais avant de continuer mon chemin en ayant l'impression d'avoir rêvé.

Nous étions devant l'auberge que je décidais soudainement de ne plus y revenir de peur que nos ennemis ne nous retrouvent. Sans mentir, j'étais soulagé d'avoir une raison valable d'éviter un tel endroit.

"Bon, une belle journée se profile Dana, n'est ce pas?"

Je lui souriais avec tendresse, franchement heureux d'être à ses côtés une nouvelle fois.

"Nous avons une enquête à faire, alors je compte sur toi pour mener ta mission à bien. Moi, je vais voir quelques informateurs dans cette ville pendant que tu iras glaner quelques informations chez les marchands du coin à propos d'un magicien qui tue par explosion au cours d'attentats. Fais de ton mieux, même quelques rumeurs suffiront. On se sépare."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: L'enfer, c'est le froid. [Alban]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'enfer, c'est le froid. [Alban]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Auberge des trois lieues-