''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Gognard le grand méchant vert !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Gognard Destrock



________________

avatar
________________


Race : Ogre-Orc, c'est grand, c'est vert... mais ça ne vend pas de mais !
Classe : BARBARE ! (c'est pas loin de Barba-papa... mais bon, va pas dire ça a Conan)
Métier : Soldat... Engagez vous qu'y disait ! Engagez vous !
Croyances : Le Dieu de la Guerre et le Dieu de la Faim !
Groupe : Royaume !

Âge : 26 printemps dans mon sillage

Messages : 9


MessageSujet: Gognard le grand méchant vert !   Mer 16 Nov 2011 - 4:53

* * *

Personnage


Nom : Destrock
Prénom : Gognard
Rang : «Il est vert de rage !»
Âge : 26 ans -ce qui est assez jeune pour un ogre
Sexe : Masculin
Race : Ogre-Orc
Classe : Barbare
Métier : Soldat – mercenaire occasionnel
Croyances : Dieu de la Guerre - Dieu Ogre de la Faim.
Groupe : Royaume

-Équipement-

Le corps massif de Gognard limite fortement les styles d’armure qu’il peut porter, et sa maigre solde ne lui permettra jamais, même en travaillant toute une vie, de se faire forger un harnois sur mesure. Ce colosse est donc protégé par un ensemble hétéroclite de métal, de cuir, d’os et de peaux de bêtes, le tout assemblé à l’aide de sangles et d’épaisses cordes de chanvre. La seule partie réellement faite pour lui de son armure est son casque, une pièce de fer sombre, massive et ornée de pointes qui lui va parfaitement.
Cette armure, plus que les points vitaux, protèges les articulation de ce monstre, son torse et son ventre étant totalement découvert, la plus grande partie de ces hétéroclites protections se trouve sur ses épaules, ses avant-bras, ses hanches et ses tibias. Le tout s’orne aussi de nombreux crânes humanoïdes, trophées qui font toute sa fierté.

La force d’un ogre est un arme en soit et peu de créatures voudraient y être confronté, toutefois, pour les autres, Gog préfère être armé. Si le massif soldat est loin d’être une armurerie, il a tout de même sur lui de quoi faire face à toute les situations : son arme favorite est une masse, toute faite de bois - et de l’a taille d’un adolescent humain - elle est hérissé de pointe au placement et à la longueur assez aléatoire. Si cette arme est loin d’être un modèle de sophistication, son efficacité est indéniable, la solidité du bois durcit au feu de bois, son poids et ses pointes, alliées à la force de son porteur, fait que peu de créatures recevraient sans dommage un coup de ce gourdin. Toutefois, un tel poids entraine une certaine lenteur dans le mouvement.
Pour cela, l’Ogre possède une « dague » -la taille de la lame étant plutôt celle d’une épée large – qui lui permet d’envoyer des coups rapides et de se battre au besoin dans des lieux exigus.
Sa dernière arme tiens presque de l’outil, c’est une fronde. Constituée d’une longue et épaisse lanière de cuir, il l’arme généralement de cailloux mais, au besoin, il peut y déposer de lourdes sphères de métal, infiniment plus dangereuse. Très utile pour la chasse, ou pour arrêter un fuyards, la force de Gog en fait une arme redoutable même contre un chevalier en armure – surtout s’il utilise des munitions métalliques…

-Talents de combat-


Avant tout doué d’une force totalement surhumaine – et pour cause, il n’est pas humain – Gog écraserait sans aucun problème la plupart de ses adversaire dans un duel de puissance pure. Si, à côté de cela, sa vitesse de déplacement et la cadence de ses frappe est limitée, l’ogre compense avec une endurance impressionnante, capable de continuer à se battre après que bien d’autres se soient écroulé de fatigue.
On a tendance à penser que, comme beaucoup le pense des membres de sa race, ce soldat n’est qu’une grosse brute mais, ses année au service de l’armée et en tant que mercenaire en ont fait un combattant plus rusé qu’il n’y parait, capable de mettre en place d’autre stratégie que celle du premier barbare venu - à savoir, taper jusqu’à ce que la cible cesse de bouger… qui s’avère pourtant assez efficace quand on est un ogre.
Loin d’être un maitre d’arme, il s’est spécialisé, connaissant les armes qu’il a à sa disposition il les préfère à toutes les autres - bien qu’entre ses mains tout objet lourd et solide puisse devenir une arme. Il a des base de combat a mains nue, bien que rien de très académique, son éducation ogre lui offre de solide connaissances en « bagarre » il ne fait preuve d’aucun style et ne respecte aucune règle si ce n’est celle de vaincre avant d’être vaincu.
Il est doué au maniement de la fronde, assez du moins pour abattre un cerf à 50 mètre, malgré sa force, la portée de cette arme n’excède pas les 200m et au-delà de 100m il perd grandement en précision. Mais en deçà, pour une personne non protégée, une pierre lancé par ce monstre peut tout à fait être mortelle si elle touche la tête et extrêmement dangereuse partout ailleurs.

-Talents divers

Pouvoirs particuliers :
Il possède une peau particulièrement épaisse,
un cuir naturel et résistant qui le protège des plus faibles attaques contondantes.
Résiste particulièrement bien a l'alcool - dut à sa corpulence - et autres drogues.


-Apparence physique-

Se tenir face à Gog est rarement rassurant.
Peu de personnes peuvent regarder ce colosse dans les yeux, du haut de ses douze pieds (environ 3m65) il observe tout me monde de haut sans faire d’effort. Si ce n’était que sa hauteur, ce ne serait pas si impressionnant, mais, haut comme deux hommes, il est large comme quatre et si une couche de plusieurs centimètres de graisse recouvre sa musculature, cela ne fait que la renforcer, lui créant une véritable armure en place et lieu du corps.
Les muscle de Gognard ne sont pas ceux d’un culturiste amoureux de son corps, ni ceux d’un soldat trop bien nourrit, non, c’est la musculature cordée, noueuse de ceux qui ont passés une vie à la forger et ce par bien plus de combats que d’entrainement.
Même de loin, il est impossible de se tromper sur la nature de cet être, disproportionné, son torse massif repose sur de courtes jambes, lui offrant une capacité de mouvement réduit – que compense la puissance impressionnant de la partie haute de son corps – ses bras trop longs pour le reste de son corps descendent jusqu’aux mollets de ses jambes fléchies en permanence, comme celles d’un prédateur sur le point de bondir. Epais comme un homme, chacun, ses bras musculeux se termine sur la masse d’os, de tendons et de griffes que sont ses mains à quatre doigts.
Une personne qui ne connaîtrait pas la race des ogres aurait tendance à trouver bedonnant ce colosse, mais ce ventre protubérant – en plus d’être protégé par une ceinture abdominale à toute épreuve – est en réalité une preuve évidente de bonne santé pour son peuple.

Cela aurait pu être la description d’un ogre comme les autres, mais Gognard est loin d’être de ceux-là et si je n’en ai pas parlé jusqu’à maintenant, ses origines sont pourtant parfaitement visibles. En effet, tous ceux le croisant reconnaîtront ses origines orcs dans la couleur verte de sa peau. Un vert, qui, s’il est clair sur la partie intérieur de son corps – ventre, torse, faces intérieures des bras et des jambes – est bien sombre sur l’autre face passant d’un vert pâle a un vert émeraude qui se répand en tache épaisse sur ses membres et ses flancs pour ne formé qu’un large aplat sur le dos de la bête.
Et son visage aussi est loin de ressembler à ceux des ogres communs : un nez plat, doté de fentes reptiliennes dont l’arête épaisse se fond dans des arcades réduites, surplombant deux yeux minuscules, enfoncé dans le crâne épais de la créature. Il possède une gueule bestiale qui s’ouvre par l’absence de lèvres sur une fosse garnie de crocs disproportionnés et dans laquelle s’agitent une langue rouge sang.

Vous vous demandez encore pourquoi les ogres font peur aux enfants ?


-Caractère, personnalité-

On dit que les ogres sont simple d’esprit, certains les disent à la limite des bêtes. Mais il ne faut pas penser cela, car s’il est vrai que, souvent, les ogres ne sont notablement moins « intelligents » que les humains, ne comprenant pas les idées les plus complexes, cela tiens plus d’un mode de vie différente que de capacités mentales inferieures. Ils vivent au jour le jour, ne se souciant parfois du lendemain mais rarement du jour suivant. Mais cela tiens-il vraiment de la pure stupidité ? Pas sûr mais, après tout, c’est à vous d’en décider.
Toutefois, Gognard n’est pas exactement, ainsi : peut-être est-ce dû à ses origines, ou bien est-ce tout simplement les longues années vécut parmi les humains, mais il possède une vision plus humaine que la plupart de ses confrères.
Notre ogre est un soldat, dans tout ce que cela implique : il sait obéir aux ordres sans rechigner – et en rechignant même moins que la plupart des membres d’autres espèces – et sais respecter les gradés et ceux qui savent se battre. Comme tout ogre, il mesure les autres à leurs forces, même s’il a dégagé ce concept de la puissance physique pure pour comprendre que la Force tenait juste de la capacité à gagner, quelle que soit la manière dont on n’y parvenait. Cette prise de conscience face au prévaloir de la victoire sur la véritable force lui a aussi fait changer de façon de penser et de combattre. Ce qui a fait de lui le dangereux combattant qu’il est aujourd’hui n’est pas seulement sa force, mais aussi sa capacité à ruser et à choisir son terrain ou – quand il n’as pas le choix – l’arme et la technique qui conviendrait le mieux.

Il n’y a pas grand-chose à dire, car, malheureusement, à côté de son métier, Gog n’a pas vraiment d’occupation, pour un Ogre, se battre étant le must de l’amusement il n’est pas intéressé par grand-chose d’autre. Certes c’est finalement quelqu’un de plutôt « sympathique » il lui arrive de trainer, de discuter, de blaguer et de s’enivrer de temps à autres avec les camarades de la caserne, se battant rarement dans cet état – il lui est assez difficile d’être assez ivre pour en arriver là, un corps comme le sien nécessitant une dose d’alcool que sa maigre paye ne peux pas toujours lui fournir.
Il passe par contre un temps considérable à chasser et à manger – c’est dans ces deux occupations que passe la plus grande part de son temps libre (ou de sa solde quand il n’as pas le temps d’aller chercher lui-même sa nourriture). Il aime donc beaucoup se balader en forêt mais, plus qu’un amour bucolique, cela tiens plus de l’anticipation… celle de se trouver un repas gambadant joyeusement dans les bois, prêt à se prendre une pierre sur le coin du crâne.

Oui, vous l’aurez compris, Gognard n’est pas la délicatesse incarnée, loin de là. Mais ce n’est pas un être fondamentalement mauvais – bien que fondamentalement violent – et, s’il méprise les faibles (faute impardonnable aux yeux d’un ogre) il ne les maitrisera pourtant pas gratuitement. Mais bon, il ne les défendra pas non plus et si on lui demande de le faire, il tuera sans scrupule femmes, enfants et vieillards et autres. Certains voient ça comme une absence de morale ou de conscience, lui dit qu’il à conscience des ordres et qu’il ne faut pas lui faire la morale. Il n’obéit pas aveuglement et ne se jettera pas d’une falaise si un général le lui demande, par contre, il pourra jeter n’importe qui d’autre – et avec le sourire s’il vous plait !


-Histoire-

Les ogres n’ont pas ce besoin d’amour filiale et familiale qu’ont les humains et certaines autres races. La famille d’un ogre, c’est sa tribu, son clan, à ses yeux, tous les ainés seront des frères et des pères, toutes les ainées des mères et toutes les femelles de son âge des compagnes potentielles. Evidemment, aux yeux des autres peuples soi-disant évolués, cela est barbare, immonde, incestueux et que sais-je encore. Mais bon, ils ne sont pas des ogres et ces derniers ne demandent pas l’avis des autres pour vivre comme ils l’entendent ! Aux yeux de Gog, ce système a toujours été un grand bien, né d’une solide matrone Ogre, il n’a jamais connus son orc de père et, si pour un humain l’absence d’une figure paternelle aurais pu provoquer des traumatismes qui l’auraient suivit toute sa vie, pour lui, cela ne posa aucun problème – après tout, des ogres plus vieux plus expérimentés et plus forts que lui, il en restait des dizaines.

Le second problème qu’aurait pu poser cette étrange paternité, s’il avait été humain, ne se posa même pas. Oui, contrairement aux autres races versatiles et soupe au lait, les ogres ne s’occupent gère de la couleur du cuir de leur voisin, après tout, qu’est-ce que ça change qu’il soit vert, bleu, gris ou rouge ? Tant que sous cette peau roule des muscles suffisamment puissants, c’est un ogre et la question ne se pose pas. Oui, car s’il n’y a pas de racisme ou de rejet des hybride dans ce système de clan, c’est un autre genre qui est repoussé : Les faibles – enfin, en général, ils sont tué puis dévoré a la naissance – Pour un membre de cette race, la faiblesses est un défaut inexcusable, certes, il ne demanderons jamais à un humain de battre un ogre au bras de fer, mais, pour eux, rester parmi les faibles est inacceptable ! Car après tout, si on ne choisis pas ses parents ni l’espèce qui nous engendre, c’est à nous de décider si oui ou non on se donne les moyen de devenir fort.
C’est ainsi que marchent les ogres, aucun ne vous blâmera pour les cartes que vous a distribué la vie, mais si vous n’en faites rien, vous ne méritez, au mieux, que le mépris.

C’est dans cette étrange pensée que baigna le « petit » Gog. Et, comme tous ses frères et sœurs – du moins les autres enfants de son clan – il était bien décidé à posséder la meilleure main, même si ses cartes étaient un peu plus vertes que celles des autres.
L’enfance d’un ogre est dure, violente, sanglante et parfois mortelle. Autant dire que c’est une bonne tranche de rigolade dont les adultes se souvienne avec nostalgie. Tous les jours, les enfants formaient de grandes mêlées sur la place du « village ». Imaginez la scène, une cinquantaine de bambins – tout plus ou moins de la taille d’un homme adulte – se jetant les uns sur les autres en une rixe générale sous le regard attendri des mères et celui amusé des pères. Il n’était pas rare qu’un ou deux os soient brisés et quand il y avait un mort, personne ne se plaignait : Après tout, si on est trop faible pour survivre à une bagarre, c’est qu’on ne mérite pas de vivre. L’autre moitié de la journée était réservée à la nourriture, en plein croissance, il n’est pas rare qu’un jeune ogre engloutisse les deux tiers de son poids en viande, chaque jours. Et après cela, une bonne nuit de sommeil attendait toute la portée, indispensable pour faire une croissance correcte.

L’enfance chez les ogres est relativement courte et, à 11 ans, on considère qu’il doit commencer a chasser par lui-même et être considéré comme n’étant plus un enfant, mais pas encore un adulte – un enfulte ? – C’est donc à cette période que notre cher Gognard commença à vivre par lui-même, si, au début, il suivait les autres chasseurs du clan pour apprendre sur le tas et récupérer une partie de la chasse en échange de son aide, bien vite, il apprit à chasser seul.
Les ogres sont une société organisée et si chacun chasse de temps en temps, en général, le gros de l’approvisionnement de la tribu est effectué par quelques chasseurs plus doués que les autres. C’est une microsociété autonome dont chacun des membres doit – au besoin – pouvoir se débrouiller par lui-même. Gognard n’était pas un excellent chasseur et, s’il se débrouillait pour subvenir à sa faim, en ramener assez pour nourrir d’autre personne outrepassait ses capacités. Non, ce jeune ogre était un guerrier.

Plus souple que la plupart des ogres – surement due au sang paternel – tout en gardant la force de ses compatriotes, Gog était l’un de ceux qui faisaient le plus mal lors des rixes enfantines et, désormais, il était de ceux que tout le monde défiait. Les duels armés étaient passionnants, contrairement aux rixes, ou une bonne droite et un peu de culot suffisaient pour se faire un nom, ici, une certaine forme de technique entrait en jeux. Certain pensent que les ogres ne sont que des brutes qui frappe au hasard en misant sur leur force. Que ceux-là aillent voir un duel d’ogre et il comprendra que, s’ils ne sont pas des maitre d’arme ou des artiste martiaux, ils sont loin d’être de vulgaires idiots n’ayant que leurs muscles.
Gog n’était pas le plus fort, mais il était parmi ceux qui se faisaient remarquer et, quand il entra dans la taille adulte – lors de son seizième anniversaire, c’est là qu’il dépassa le rocher rituel de trois mètres de haut – il fut décrété guerrier ! Chaque enfant étant nommé selon le domaine dans lequel il excelle le plus, aucun de ces « métier » n’étant plus prestigieux qu’un autre. Dans les tribus, il faut de tout et, aux yeux des ogres, aucune voie n’est plus importante qu’une autre car chacune a son utilité.

Fier de son titre, et comme beaucoup d’autre, Gog quitta la tribu.
Il est rare que plus d’un tiers des jeune adultes reste dans la tribu, en général, ils partent fonder leur propre clan ou – et cela arrive souvent – ils partent à l’aventure quelques années pour découvrir le monde. En général, après quelques dizaines d’année, les ogres murissent et finissent par rejoindre les leurs dans un autres clan, d’autres trouvent leur place parmi les autres races et vivent parmi elles.

Gog, lui, était partit pour voir les guerriers des autres peuples. Il avait entendu les anciens du village parler des guerres : ces combats immenses regroupant des centaines d’adversaires qui se battaient parfois des années entières.
Pour un ogre venu des clans, entrer dans une armée régulière est quasiment impossible, surtout à cette époque ou les seuls ennemis du royaume étaient justement les clans. Il comprit vite que s’il restait près des terres où vivaient les siens, il ne serait jamais accepté, son peuple étant en ces lieux perçut comme une menace. Il quitta donc les montagnes, remontant vers le nord. Il traversa les plaines de Felleth, dérouté par leur planéité incongrue pour ses yeux de montagnard. En suivant la cour d’un des nombreux cours d’eau qui traversait la plaine, Gognard finit par arriver dans une ville.
Se première rencontre avec l’architecture lui fit un sacré effet – déjà parce qu’aucun bâtiment, ou presque, n’accueillait les personne de son format mais, surtout, parce que pour quelqu’un qui avait passez sa vie dans des huttes, des maisons de pierre lui semblait une nouveauté totalement improbable.
Il apprit plus tard que cette ville se nommait Venill, mais il la connaîtrait surtout comme le premier lieu où il trouva du travail.

A cette époque, un clan d’humains venus du nord – que les citadins traitaient de « Barbares » - sévissait dans les plaines, attaquant les caravanes, détroussant les voyageurs et volant le bétail. Inutile de dire que ces attaques saignaient la ville commerciale à blanc. Ils semblaient être deux centaines et les gardes de la ville étaient en trop petit effectif pour tenter une contre-attaque tout en réglant les affaires courantes. Le maire s’était donc résolut à engager une troupe de mercenaires – il préférait, disait-il, voir l’or de la ville dans la poche de soldats inféodés que dans celle de barbares écervelés. La troupe en question avait donc lancé une grande campagne de recrutement dans la ville, poussant la population en prendre les armes pour se venger des barbares – réduisant ainsi grandement les chances d’une défaite.
Inutile de dire que la silhouette de Gognard fit scintiller l’œil du recruteur qui l’engagea sans poser de questions. Après tout, avoir un guerrier ogre dans sa troupe ne pourrais faire de mal à personne… mis à part à leurs adversaires.

C’est ainsi que l’ogre récoltât ses premiers crânes d’humains et fit sa première expérience de la guerre. Ayant prouvé sa mortelle efficacité, il fut invité à rester dans la bande de mercenaires, ce qu’il accepta avec empressement – après tout, si pratiquer son activité favorite pouvait lui remplir les poches…

Gog passa six années parmi les mercenaires, changeant parfois de bandes, il en dirigea même une pendant une courte période – qui lui apprit que s’il savait obéir aux ordres, les donner était une autre paire de manches – et combattit toutes sortes d’ennemis dans toutes sortes de situations. Il parcourut tout l’est et le sud du royaume ainsi, les combats restant, en général, assez éloignés de la capitale. Il ne s’y rendit jamais – ayant un gout assez modéré pour la vie citadine et une soif immodérée pour l’hémoglobine.
Durant cette période, Gognard changea, il devint plus mature, plus réfléchis et plus rusé. Il traina avec des orcs quelques temps, ces dernies le considérant comme un des leurs pour sa couleur de peau, il apprit donc les techniques de son autre clan. Il apprit les vertus de la fourberie et quelques-unes des bottes les plus vicieuses qu’il connaisse.
Encore de nos jours, ils conservent certaines relations avec des groupes de mercenaires et il lui arrive d’arrondir ses fins de mois avec eux quand se présente un boulot intéressant.

Car oui, finalement, alors qu’il avait vingt-deux ans, Gogo quitta les mercenaires.
Ce ne fut ni par lassitude, ni à cause d’une quelconque blessure mais, en réalité, une opportunité intéressante s’offrait à lui et il décida de la saisir.
Après le coup d’état, l’armée étant désorganisée par ce brusque changement de souverain, elle se lança dans une grande campagne de recrutement, recherchant principalement des soldats qui n’auraient de liens avec les anciens dirigeants et qui n’aurait donc aucun scrupule à servir l’auteur du coup d’état. Pour cela, ils vinrent recruter parmi les mercenaires. Idée assez logique, loyaux à l’argent, ces hommes se moquaient pas mal de qui donnait les ordres tant qu’il avait assez d’or pour remplir leur bourse.
Et Hendenmark avait de quoi payer.

Cela fait désormais quatre années que l’ogre fait partie de l’armée régulière du Royaume et, s’il n’a pas pu entrer dans l’ordre « prestigieux » des capes blanches, il n’en est pas moins très fier de son nouveau travail. Certes, cela est moins palpitant que la vie de mercenaire, c’est une existence plus posée. Mais cela convient à l’ogre.
Et, après tout, si un jour il est vraiment en manque d’action, il pourra toujours revenir vers les mercenaire mais, quelque chose l’incite à rester, comme un lointain parfum de bataille un fumet de mêlée, comme le dieu de la guerre aiguisant son épée, comme une corde de violon jouée du bout de l’archet…

En ce qui vous concerne


A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Je serais là tous les soirs, pour faire un tour, mais je ne pense pas poster plus de deux rps par semaines, trois au maximum.

Comment avez-vous découvert le forum ? En flânant de ci de là sur les tops sites

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? La Skin est très belle, le rouge et le noir ne vont pas avec tous les avatars mais le changement de bannière est agréable et le tout reste très beau à voir !



Test-RP


L’air fut expulsé des narines dilatées de l’animal en une buée épaisse, sa chaleur corporelle transformant brume l’air glacial du matin. Une longue rasade d’oxygène vint ensuite remplir ses poumons. La forêt était étrangement silencieuse mais, après tout l’hiver n’épargnaient pas même l’abri de ses arbres centenaires, les oiseaux avait depuis longtemps quitté cette demeure hivernale et les neiges avait repris possessions de ses lieux, un doux manteau blanc avait recouvert les arbres dénudé, qui, malgré que les feuilles les aient quitté, couvraient encore assez le sol de leur branché décharné pour que l’humus sombre de la forêt ne soit recouvert que de plaques éparses de neiges. Certaines de celles-ci s’étaient creusées sous le poids imposant du quadrupède, ses pattes massives y laissant de large trace sur son chemin.

Un sifflement brisa brusquement le silence de ces bois. Si le vent faisait parfois ce genre de bruit dans ces montages, sa tonalité était bien plus sourde et ce son qui agressait les tympans de la bête n’était pas venu d’un quelconque zéphyr. Non, prédateurs sans égal en ces lieux, les Rostarck avaient pourtant apprit à craindre ce sifflement aigus. Soudain, les pattes avant se décolèrent du sol, projetant le monstre en arrière.
Dans un craquement sinistre, une pierre de la taille d’un crâne d’enfant vint exploser l’écorce de l’arbre devant lequel se trouvait le monstre un instant plus tôt. Le bois blanc brusquement découvert jaillit en multiples aiguillons tandis qu’une sève collante giclait sur la neige immaculée. L’arbre ébranlé laissa tombe une pluie de neige poudreuse qui teint le sol et le dos de l’animal.

Le monstre retomba sur ses pattes avant telles un marteau sur le fer blanc, faisant trembler toute la forêt. Ses yeux aux pupilles dilatées braqué droit vers l’endroit d’où ce mortel projectile était venu. Comme si l’invisible présence avait senti son regard, elle jaillit des buissons. Enfin, plutôt, elle écrasa les buissons en passant.
Gigantesque, cette forme humanoïde devait se baisser pour éviter les branches basses de ce qui devaient être des chênes centenaires. Sa peau d’un vert vif peinte de tatouage d’un rouge sombre, ressemblant au sang coagulé. Son poing s’ouvrit, relâchant la longue lanière de cuir qui lui avait servi de fronde. Ses mains étaient vides et seuls les motifs tribaux recouvrant son corps semblaient assurer sa protection. N’importe quel homme aurais tremblé devant une telle apparition, pourtant le Rostarck se assénera. A côté de lui, cet étrange géant à la peau verte ressemblait à un jouet.
Masse pure de muscles d’os et de cuir, le prédateur faisait facilement la taille de son vis-à-vis à hauteur de croupe mais il était bien plus long et chacune de ses pattes était couverte de griffes autrement plus impressionnante que les mains dénudée de son adversaire.

Pourtant un sourire bestial se dessinait sur la gueule hérissée de dent de l’ogre. Tous ses muscles tendus, il semblait être un énorme ressort d’acier prêt à se relâcher d’un seul coup. Ses mains ouverte comme des serre, son regard braqué dans celui de sa proie, ses pied solidement Ancré dans le sol. Un guerrier ne ressent pas la peur disait-on, et c’était ce que faisait le jeune ogre à ce moment-là, l’esprit embrumé par les décoctions offertes par les ainés, il se tenait face à ce monstre sans que la moindre once de peur n’emplisse son esprit. Non, sous l’épaisseur osseuse de son crâne ne se cachait qu’une seule pensée. « TUE LE ! »

Avec un hurlement bestial qui n’avait rien à envier aux plus grands prédateurs de la forêt, Gognard se jetât sur sa proie. Je ne sais pas qui parmi vous s’est déjà fait chargé par un ogre hurlant, le corps couvert de peinture de guerre, mais, croyez-le ou non, c’est une vision qui n’a rien pour vous rassurez. Cette charge sans peur fit hésité une seconde le massif Rostarck, ses yeux, un instant, cherchèrent un moyen de fuir, ses pattes, le temps d’un battement de cil, reculèrent. Mais très vite sa nature repris-le dessus. Il était ici dans son territoire, et il n’était pas question que qui que ce soit ose l’y défier.
Avec un beuglement de rage, les deux prédateurs se lancèrent l’un vers l’autre.

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camelle Elwhang

♘ | Elh

________________

avatar
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Archère.
Métier : Intendante de l'Alliance- Assassin perdue.
Croyances : Déesse de l'Equinoxe.
Groupe : Alliance- Alliance des Ombres.

Âge : 23 ans.

Messages : 542

Fiche de Personnage : Ne clique pas

Histoire de Personnage : "L'Ambition est née de rêves brisés":
- Diffusion
-Proposition



MessageSujet: Re: Gognard le grand méchant vert !   Sam 19 Nov 2011 - 15:44

BONJOUR ET BIENVENU Ô VAN GOG /Sbaff

Et bien que dire...
Nul
Franchement, c'est décevant
On veux pas de ça chez nous !
NAMEHO! QU'EST CE QUE TU FAIS ICI !
On aime pas les types comme toi
Tu as le droit de rentrer chez toi!
Trouve-toi un autre forum !


T'y as cru ? xDDDD
Non, juste pour dire que j'ai adoré, la chronologie est bien respecté, c'est bien développé, NICKEL !

PAR LE POUVOIR DU GRAND GNUF ET DE SA FEMME!
PAR LES POUVOIRS QU'ILS M'ONT CONFÉRÉS !
JE
TE
VALIIIIIIIIIIIIIIIDE!



N'oublie pas de remplir ton profil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Gognard le grand méchant vert !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-