''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cherunash Aslyor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Cherunash Aslyor



________________

avatar
________________


Race : Orc
Classe : Sorcière
Métier : Relations avec l'Au-Delà
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Solitaire

Âge : Vingtaine d'années

Messages : 12


MessageSujet: Cherunash Aslyor   Mer 30 Nov 2011 - 22:14





* * *

Personnage


Nom : Aslyor
Prénom : Cherunash
Rang : La rose des Songes

Âge : Vingtaine d’années
Sexe : Féminin
Race : Initialement orque
Classe : Sorcière
Métier : Relations avec l’Au delà…
Croyances : Dieu des songes
Groupe : Solitaire

Équipement : Deux lames courtes qui complètent une armure sombre n’invitant guère à la plaisanterie. Diverses pièces de métal s’y croisent, piques ou figurines, pour recouvrir une partie de la peau grisâtre de la demoiselle.

Talents de combat : Une technique impeccable mais une force physique déclinante. Elle sait où trancher pour tuer, connait les gardes et les assauts, mais est bien en peine de les utiliser, à peine capable de tenir debout sans s’effondrer, tant son armure puise dans son énergie en la tourmentant physiquement continuellement, tout en l’obligeant à garder une certaine force, une certaine santé.

Talents de magie : Spécialiste des arcanes sombres, de la destruction, de l’épouvante et de l’horreur, touche un peu à la nécromancie sans grande spécialisation toutefois, reste d’un passé où les morts furent chéris…

Talents divers : Erudition certaine pour une orque qui peut laisser perplexe.

Pouvoirs particuliers : Une vision démultipliée du fait de sa fusion avec son armure. Les multiples globes oculaires la parcourant, reliquats arrachés avec précision à quelques unes de ses victimes puis longuement protégés magiquement sont autant d’angles de vision par lesquels elle peut apercevoir le monde. Ne croyez donc pas la surprendre en arrivant dans son dos… Il se peut qu’elle vous ait repéré avant même que vous n’ayez imaginé sa présence.

Quand bien même ce ne serait pas le cas, l’armure est animée d’un instinct propre, se déplaçant et se remodelant aux besoins de sa compagne, couvrant alternativement ou concurremment n’importe quelle partie du corps.

Apparence physique : Inquiétante… Ses origines orques sont visibles bien que floutées terriblement par la prédominance de sa magie noire qui s’est développée, assombrissant sa peau, rendant ses traits plus aquilins, colorant son regard d’un pourpre profond. Son sourire sans cesse narquois ne quitte son visage que lorsqu’elle s’effondre, épuisée d’avoir tout donné, seul moment où ses traits expriment un peu de l’innocence perdue… Suite à la remise de son armure, divers ornements ont pris place sur sa peau, dans sa peau, multitude d’anneaux passés dans sa chair percée, comme témoignage de sa nouvelle philosophie… De longues nattes brunes se perdent sur sa cape, nécessitant un entretien minimal qu’elle oublie parfois même de leur donner.

Caractère, personnalité : Honorable, vaillante et droite, telles auraient été les qualifications les plus adaptées il y a encore quelques années. Aujourd’hui, il ne reste de cela qu’un peu de compassion, une étincelle de compréhension au fond des yeux au moment où la lame tranche la gorge, où la vie quitte le corps de l’être qui s’effondre, l’instant d’avant animé, la seconde suivante à jamais éteint… A jamais malgré les pérégrinations magiques qui pourraient amener un peu de simulacre…

La compassion citée pourtant n’est que latente, et la douleur permanente dans laquelle elle vit oblitère toute capacité à prendre l’autre en compte. Elle demeure perdue dans sa sphère de souffrance, cherchant un moyen d’extérioriser ce qui la ronge, en vain. Echec. Sans espoir. Elle en vient à haïr ce corps qui l’affaiblit, qui s’affaiblit, prétendant donner le pouvoir à son esprit de se libérer, de s’affranchir de ces barrières matérielles… Le dieu des Songes habite son armure, elle en est convaincue, et pour une raison qu’elle ignore, il l’a choisie comme héraut. Pour son efficacité, nul ne lui est besoin de se concentrer elle-même sur sa propre tourmente, chaque centimètre carré de peau en contact avec le métal semble se consumer et se congeler continuellement, lui ayant donné une résistance à la douleur peu commune. Elle peut se dévouer par suite toute entière à sa mission de libération, à sa quête… Sauver le plus d’esprits en terrassant le plus de corps…

Ses valeurs martiales ont disparu en même temps que ses compétences en la matière, et elle ne sait plus être que vicieuse et retorse, n’hésitant pas à jouer de tous les atouts en sa faveur. Elle n’aime pourtant guère le contact, préférant la folie de sa solitude, et réprouve tout contact, ayant perdu le goût pour la chair en même temps que tout intérêt pour l’affection, s’enfonçant continuellement dans son égocentrisme exacerbé. Atteindre la libération…

Là bas, tout n’est que vice, sang et volonté.


Histoire : Le vent souffle sur les plaines orques, agitant les herbes hautes d’une plainte audible à l’oreille qui saurait l’écouter. Il y a encore peu, vivait ici une famille, fière et farouche, fratrie guerrière à l’honneur réputé. Des orques intelligents à la hiérarchie matriarcale, enclins plus à la réflexion qu’à la rébellion, mais non pas en reste lorsqu’il s’agissait de prendre les armes. Des orques affutés dès l’enfance au combat, à l’affrontement sous toutes ses formes, rompus à toutes les possibilités dans le but ultime de prendre la vie sans donner la souffrance, chaque être ayant un droit inextinguible à sa dignité. Des orques différents, atypiques que leurs congénères ne comprenaient pas mais qu’ils avaient pourtant laissés tranquille à force de se voir malmener par leur supériorité évidente en matière martiale.

Les femelles étaient rares en ces lieux. Peut être plus faibles, peut être moins protégées, leur mortalité à la naissance ou en bas âge dépassait tous les records envisagés, de telle sorte qu’une seule enfant avait survécu ces vingt dernières années. D’autres bien sûr avaient été récupérées chez les orques sauvages environnant afin de contenter le plus de mâles possible au moment d’envisager la perpétuation du clan, mais aucune ne pourrait prétendre au contrôle du groupe, à son administration, n’étant pas du sang même de cette terre. Seule la petite Arkal remplirait ce rôle, et on l’y avait préparée avec tous les égards dus à une future Cherunash, une matriarche, lui enseignant les plantes et les dangers de la plaine, lui enseignant les rigueurs du climat et la folie des peuples, lui enseignant la géographie du monde et les valeurs, et les savoirs, et les politiques à mener dans cet îlot de culture aux périphéries de la bestialité.

Arkal présentait des prédispositions excellentes qui ravirent ses précepteurs. Les plaines se souviennent de son pas sûr, de sa voix riante lorsqu’elle égrenait les connaissances d’une leçon apprise le jour même sous le regard bienveillant d’un guerrier chargé de sa protection. Les plaines se rappellent ses folles acrobaties dans les herbes, rivalisant d’agilité et d’adresse pour montrer aux mâles qu’elle n’avait rien à leur envier, qu’elle méritait le rang qui lui serait du, qu’ils pourraient la respecter avec toute l’affection dont ils étaient capable. Les plaines peuvent encore se remémorer ses pensées solitaires, sous le couvert des étoiles, admirant le firmament en quête d’un sens profond à chaque chose, remettant en cause les acquis pour tenter toujours de comprendre mieux.

Mais Arkal a disparu. Les orques s’inquiètent, les orques s’agitent, et les plaines cherchent la mère qui aurait du les gouverner. Pourtant Arkal est introuvable. Elle ne repose ni dans les bras accueillants de cet arbre qu’elle chérissait tant à l’ouest du camp, ni près de la rivière chantante où elle aimait à admirer les poissons rapides et les gemmes opalescentes. Elle ne se cache pas au sommet du promontoire d’où elle observait les astres. Elle ne se terre pas au creux de la grotte où elle appréciait parfois se retirer pour être seule, ses semblables ayant peur des lieux reclus. Non Arkal n’est plus ici, et les orques veulent la trouver. Sans Arkal, le clan est fini. Sans Arkal, plus nulle raison de croire en un avenir.

Les orques se séparent, et les plaines pleurent. Le monde n’est plus le même, les lieux sont désertés. La terre retourne à sa nudité primaire, sans plus de peuple clément à nourrir, à chérir, à protéger en échange d’un soin constant.

Le clan n’a plus lieu d’être, Arkal a disparu.



En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ?
Tous les jours, réponses probablement d’une semaine environ.

Comment avez-vous découvert le forum ?
Melpo’/ Calli

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ?
Toujours aussi fan…


Test-RP

Il est des rencontres hasardeuses que le destin joueur s’amuse à fomenter. Il est des rencontres simulées où l’un attendait l’autre, que son dessein soit maléfique ou bienveillant n’importe guère. Il est des rencontres fortuites éloignées de toute engeance supérieure. Il est enfin des quêtes, des conspirations dépassant toutes les entités imaginables, des recherches qui ne peuvent se concrétiser que par la découverte de la personne voulue.

Ainsi en est-il de l’errance du démon en quête de sa proie. Des années passées à arpenter les terres à la recherche de l’être satisfaisant, de l’élu assez droit pour n’en être que bien mieux perverti. Et justement voilà que s’avance au loin une nouvelle silhouette dans le champ de vision de l’impur. Il relève le regard, intéressé, pour ne découvrir qu’une de ces sous-races à la peau couleur de mousse. Bien trop rustre pour être d’une quelconque utilité pratique… Il se détourne dans un grognement déçu lorsqu’un éclat de voix lui parvient.

« Messire, veuillez vous présenter à la plaine qui vous accueille afin qu’elle connaisse son nouvel enfant ou bien quitter les lieux avec la plus grande diligence. »

Il se fige, ébahi, retournant lentement la tête vers l’arrière pour s’assurer que ses yeux ne l’ont pas trompé. Et pourtant, fière devant lui se tient une orque d’allure noble sans pourtant qu’elle ne présente le moindre apparat. Elle n’est pas belle assurément, pas dans les standards classiques, mais la courbe de sa mâchoire relevée d’un trait d’impertinence lui confère l’allure du commandement… Elle sait se faire obéir, elle n’hésitera pas à s’en servir. Il jubile. Enfin ? Enfin l’aurait-il trouvé ?

« Approche mon enfant, viens me voir, montre moi ton visage… »

Elle se raidit, mais il n’en a que faire. Oui cette étincelle dans le regard, cette fierté farouche… Il effectue un pas, elle ne bouge pas. Tout son corps est aux abois, il le sent, il la sent prête à s’enfuir comme une merveilleuse biche, il sait pourtant qu’il a suffisamment captivé son attention. Elle est en son pouvoir, sous sa domination pleine et entière. La magie l’a déjà séduite alors même qu’elle en ignore l’existence, et les perspectives de pouvoir qui s’ouvrent devant elle la font déjà pécher par orgueil. L’orgueil qu’elle croit cacher à tous, tentant d’être irréprochable, il le sent tapi, prêt à surgir. Il n’a qu’à l’attiser.

Il est tout contre elle désormais, elle n’a toujours pas bougé. Ses doigts se sont refermés sur la garde de sa longue lame mais elle ne fera plus rien. Il laisse ses doigts parcourir sa joue, elle l’observe, figée dans sa gangue d’immobilité.

« Dis-moi ton nom mon enfant. »

Elle se mord la lèvre, elle tente de résister à l’emprise qui pourtant la fascine, mais il est bien trop tard.

« Je suis Arkal la Cherunash. »

Sa voix vibre avec force. Elle tente de conjurer sa peur, de cacher son effroi. Elle est parfaite, tout simplement parfaite. Il ne peut s’empêcher d’éclater d’un rire satisfait, un rire dément qui vibre longuement dans la plaine.

« Cherunash, ma belle Cherunash, laisse moi te présenter quelqu’un qui meurt d’envie de te rencontrer… »

Il sortit des tréfonds de sa tenue une petite rose noire en métal qu’il posa sur la main qu’elle avait bien malgré elle tendue. La fleur tremblota un instant, s’agita sous les regards ravis du démon et effarés de l’orque. L’excitation croissait dans les flancs du maudit en découvrant un spectacle qu’il espérait depuis si longtemps.

« Cherunash, tu es parfaite ! Aslyor t’a cherché pendant si longtemps. »

Il récupère le bijou entre ses longs doigts, contourne la demoiselle pour se retrouver dans son dos. D’un coup de lame sortie d’on ne sait où, il déchire ses vêtements. Le tissu tombe au sol dans un froissement feutré, et l’impur se surprend à admirer un instant les courbes révélées avant d’apposer le métal glacé sur la nuque de la demoiselle.

Un cri broie le silence, arraché aux lèvres désormais brunes tandis que la fleur entreprend sa mission. Parasite. Ses crocs se plantent dans l’os directeur tandis que ses pétales s’agrandissent, formant des plaques, des motifs qui s’ajustent peu à peu à tout le corps de l’élue. En quelques poussières d’instant, l’orque est revêtue. En quelques poussières d’instant, l’orque comprend que sa vie est devenue une torture. Sa voix se brise tandis qu’elle s’effondre, le corps entièrement en feu, l’envie de se faire éclater la tête.

« Je suis le dieu des Songes mon enfant. Ne m’oublie jamais et sers moi fidèlement, je saurai te récompenser. »

Il disparait dans un froissement d’étoffes, abandonnant le petit tas informe qu’est devenue la vaillante guerrière. Brisée.

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage :

MessageSujet: Re: Cherunash Aslyor   Jeu 1 Déc 2011 - 9:24

Bonjour Cherunash, re-re-bienvenue sur Feleth !

A première vue ta fiche peut paraitre un peu floue, imprécise, mais lorsque l'on a tout lu sans oublier de mots alors on se rend compte qu'elle est parfaitement en norme, tout y est dit.
J'ai notamment eu des doutes par rapport aux "plaines orques" que tu cites, mais plus tard on comprend que ça n'est que le petit territoire d'un clan d'orques, ce qui rend l'appellation parfaitement crédible. J'ai aussi eu peur, à la fin de ton histoire, que tu ne nous dises rien quant à l'obtention de son armure, mais c'est précisément le sujet du Test-RP.
Même chose pour la race ainsi que le métier, que je trouvais un peu flou en lisant le début de la fiche, tout ceci est précisé.

Donc c'est parfait ! D'autant que le style d'écriture très fluide, ainsi que le mystère qui flotte tout le long de ce beau texte que tu nous proposes, se marient vraiment bien. Et j'aime beaucoup l'originalité et l'inventivité dont tu as fait preuve pour créer ce personnage.
Bref ! J'aime beaucoup ! Bravo !

PAS BESOIN D'EN DIRE PLUS ! ENFIN SI EN FAIT J'EN DIS UN PEU PLUS PARCE QUE JE SUIS ENTRAIN DE PARLER EN CE MOMENT MÊME ! ET EN CE MOMENT LA AUSSI ! ET AUSSI EN CELUI-CI ! TOUT COMME... EN CELUI-LA ! MAIS AUSSI EN CELUI..*continue de hurler, en marchant comme un militaire, et s'en va au loin dans les collines, accueillit par le soleil levant*ET LA JE PARLE TOUJOURS...*jusqu'à ce que l'on ne l'entende plus, la voix portée par les vents*
(ça veut dire que je te valide !! Félicitations tu peux remplir ton profil et aller RP !)




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Cherunash Aslyor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-