''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Elric de Melniboné



________________

Elric de Melniboné
________________


Race : Elfe
Classe : Necromancien
Métier : aucun
Croyances : aucune
Âge : 28

Messages : 6

Fiche de Personnage : ICI !


Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] _
MessageSujet: Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn]   Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] EmptyJeu 8 Déc 2011 - 22:53

Le voile d’une nuit Lunaire dominait les cieux infinis. Cela faisait déjà quelques heures que le noir manteau de la nuit avait habillé le monde de Feleth par ses ténèbres, laissant ainsi place aux cris et aux frottements innombrables des créatures de la nuit qui se disputaient cette immense résidence abandonnée depuis d’innombrables Lunes.
Une sorte d’ombre presque fantomatique sortit de la résidence, elle était d’une blancheur laiteuse c’était celle d’un Elfe, ses cheveux blancs brillaient presque intégralement ainsi que sa peau pâle, se soumettant a la mince lumière d’une Lune froide. Le chant d’un spectre semblait gronder : le vent imposait la puissance de son souffle aux arbres qui remuaient sans cesse leurs branches peu accueillantes dans une sorte de festival funèbre de leurs ombres visibles sur le sol qui se blêmissaient par la lumière lunaire.

L’elfe venait tout juste de sortir de la résidence abandonnée. Elric Marchait lentement dans la nuit à la recherche d’une âme à absorber. Il venait tout juste de fouiller la résidence de font en comble mais l’albinos aveugle n’avait rien remarqué. Aucune odeur d’aucun être ni aucun son de respiration d’aucune race existante n’avaient éveillés ses sens.
Un squelette humanoïde nu le suivait derrière lui dans d’un pat identique, ses os craquaient lentement lors de chaque pat touchant le sol. Après quelque secondes celui-ci s’arrêta derrière son maitre qui s’était agenouillé : Elric mit son nez sur le sol afin de pouvoir aisément savoir ou il allait puis il mit ses sens auditif au travail pour trier les bruis qu’il entendait, le vent étant assez peu amicale.

Il soupira et parcourut longuement le sentier qui s’offrait à lui durant de longues minutes et toucha d’une main une pierre appartenant à ce qu’il avait hâtivement conclu comme étant une grande et ancienne bâtisse. La porte n’était plus là depuis longtemps et il ne percevait aucun son mais se décida à entrer accompagné par son squelette.
Il n’avait nullement besoin de toucher les choses car ses sens auditif captaient jusqu’au son des termites qui pullulaient dans les bois des vieux meubles en lambeau. De plus, le vent qui soufflait en dehors indiquait sommairement la position des murs.
Il se trouvait apparemment dans la grande salle principale, de là et dans un silence de mort, il se mit à l’endroit le plus au centre de la pièce et attendit un peu que le vent se calme, puis il se concentra, isolant les bruis facultatif pour essayer de trouver un bruis d’être vivant.

« …Parfait ! »

L’albinos aveugle eu un sourire triomphant, il avait entendu un cœur battre difficilement et sentit l’odeur de la chair humaine en ces lieux. Un homme était en train de mourir et, avec de la chance ce serait un mage, mage qui viendrait s’ajouter à sa collection d’âmes. Il courut rapidement vers le font de la bâtisse, montant les marche de se qui semblait être une tourelle puis ouvrit se qu’il restait d’une porte envahis par les mites, le squelette lui emboitait le pat.

« …Qu…Qui es…là ? »

Cette voix faible comme celle d’un animal blessé lui était insupportable au possible, cet alors qu’il rétorqua :

« C’est la mort qui es là homme, tu te meurs doucement dans la souffrance et tu es condamné je l’ai sentit. Je ne te demande aucun mot ni aucun cadeau d’aucune sorte, j’entends dans le son de ta voix que tu ne prône pas le mal. Aussi ton âme ne sera pas mienne car je ne prends que les âmes habitées par le mal. »

Elric avait des dons pour les potions de soins c’était vrai mais un miracle n’aurait pu guérir cet homme, Elric sortit sa lame en demi-cercle et transperça le cœur du pauvre mourant avec une rapidité plus que suffisante pour éviter toute souffrance additive.


Dernière édition par Elric de Melniboné le Sam 10 Déc 2011 - 12:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valt Horn



________________

Valt Horn
________________


Race : Faux-parleur
Classe : Sorcier
Croyances : Non
Groupe : Royaume

Âge : Une vingtaine de décennies

Messages : 24

Fiche de Personnage : La fiche du mendiant


Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] _
MessageSujet: Re: Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn]   Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] EmptyVen 9 Déc 2011 - 19:24

La nuit. Il fait calme malgré le vent. Valt Horn, le mendiant, ménestrel en manque d'airs nouveaux se laisse compter fleurette par le souffle des morts. Le vent. Cimetière, royaume des morts qui hurlent leur soif de vivre. Silencieux. Une plainte de femme battue qui ne trouve plus ses mots. Ce personnage de la fable à qui l'on coupe la langue. Pour qu'elle ne dénonce pas l'auteur du viol. Ainsi sont les morts. Des vivants muets dont le chair s'efface devant un temps qui joue les grands rapaces. Cet hyppogriffe charognard plus ou moins éternel dont les lentes ailes anoircissent le ciel. La nuit.

Valt marche. De la terre l'accompagne, tournoyante, se hissant jusqu'aux clochettes du ménestrel et se résolvant en poussière moléculaire en voulant s'afaisser sur lui. La terre d'un cimetière, le goût que tous les morts ont dans la bouche dégage ses effluves devant lui. La télékinésie a ceci d'amusant qu'en quelques siècles il devient très simple de rendre compte de la poésie des choses. La poésie des cimetières est sans doute la plus poignante de toutes pour qui craint la mort. La plus insupportable aussi. Probablement pour les mêmes raisons. Valt enregistre la mort comme un fait. A trop vouloir jouer avec les éléments, ils finissent par se jouer de nous. Voilà tout. Valt marche.

Sans volonté. Il erre, tout simplement, les cimetières l'attirent, comme tous les lieux sans vie, comme tous les amoncellements de cadavres tombés dans l'oubli comme toute terre fertile. Tu cultives ton blé sur un ancien champs de bataille et tu te réjouis qu'il soit plein de vie. Il absorbe celle qui reste dans les héros d'un temps ancien et les fait renaître. Qui a tué nourrira. Loi rédemptatrice à laquelle personne n'échappe. Qui voudrait y échapper ? Nous cherchons tous la rédemption, nous regrettons tous quelque chose, quelque chose que nous avons fait ou que nous n'avons pas faits. Parce que nous sommes des êtres doués d'intelligence, trop sans doute. Sans volonté.

Il erre. Petit à petit comme un asticot qui séjourne dans la chair, Valt s'éloigne du cimetière, loin, sur un sentier, comme une âme errante qui rentrerait chez elle pour se rendre compte qu'on ne l'attendait pas. Il est étonné de passer devant ces bâtisses abandonnées. Il n'y a pas si longtemps, il était à la capitale. Avait-il voyagé si longtemps ? Il ne se souvient plus. Son dernier souvenir réel date de plusieurs jours, peut-être de plusieurs semaines avant cet instant. Comme s'il avait déconnecté sa conscience des choses pour ne se concentrer que sur la conscience de son être. Il marche sur un sentier. La terre qui l'accompagnait tombe, il a pris conscience qu'elle était là. Il erre.

Le récit commence. Un bruit. Des pas. Des voix. Loin. Valt se rend compte qu'il était silencieux jusque là, qu'il retenait presque son souffle. Prescience d'un évènement malsain imminent. Peut-être pas malsain mais un évènement. Quelque chose se passe. Par là. Valt s'approche, rentre dans une vieille bâtisse, sans grande hâte, théâtre d'une tragédie qui lui échappe sans doute. Un bruit, des pas, une voix. Qui dit des choses sur l'âme et le mal. Un bruit, celui d'une lame qu'on dégaine. Celui d'une lame qu'on plante dans la chair. Celui d'un dernier soupir. Les cliquetis interminables d'un squelette animé qui regarde par ses orbites creuses une scène étrange. On vient de tuer. Le récit commence.

Que faire ? Valt ne sait pas parler avec les gens, il n'est pas coutumier du fait. Mais il sait qu'il n'est pas plus embarrassé que n'importe quel autre témoin muet de cette scène aurait pu l'être ou l'est peut-être, il n'a pas fait attention. Peut-être qu'on l'a suivi, peut-être qu'il a suivi quelqu'un, peut-être. Il regarde le squelette. Le squelette ne le regarde pas. Cette chose est-elle en vie ? Ou n'est-elle qu'un pantin dont l'autre personnage tire les fils invisibles, le détenteur de l'épée, le meurtrier. L'Homme qui vient de s'effacer n'avait pas l'air bien. Pâle. Déjà mourant sans doute pour le peut que Valt peut déduire de sa figure. Peut-être n'a-t-on fait que l'achever. Tout le porte à croire. Probablement. Que faire ?

Valt tousse. Il sait bien que ce n'était pas la meilleure entrée en matière possible mais ce n'était pas non plus la pire. Soudain, il prend conscience qu'il doit avoir une sale gueule. La terre qui a gravité autour de lui a du s'imprimer sur sa peau. Il ne sait pas mais il soupçonne son teint d'avoir été altéré par cette proximité prolongé. Sans doute est-il sale. Il ne se souvient pas d'avoir changé d'habits depuis un certain temps. Un temps certain. Peu importe sans doute dans une telle situation que ses habits colorés aient été ternies et souillés par ses voyages, que son maquillage à demi effacé en recouvre un autre, qui en recouvre un autre, qui en recouvre un autre qu'on ne distingue plus. Qu'importe, Valt vient d'assister à un meurtre. Un autre sans doute. Valt tousse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elric de Melniboné



________________

Elric de Melniboné
________________


Race : Elfe
Classe : Necromancien
Métier : aucun
Croyances : aucune
Âge : 28

Messages : 6

Fiche de Personnage : ICI !


Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] _
MessageSujet: Re: Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn]   Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] EmptySam 10 Déc 2011 - 14:25

Trunadebringer semblait hurler d’effroi et de jalousie envers la lame qui acheva le pauvre homme.

Plusieurs sons lui vinrent à ses oreilles. Quelqu’un était présent, lui semblait-il. Quelques secondes : des pats, celui d’un être qui viens et un toussotement qui semble être une sorte de bonjour de politesse. Elric de Melniboné posa sa main sur Trunadebringer elle-même grondant jusqu'à ses oreilles dans une sonorité uniquement perceptible aux oreilles de l’elfe.
Ces narines avaient décrites cet être comme étant humain, peu être trop ou pas assez d’ailleurs. Effectivement il n’émanait de c’est humain aucun semblant d’odeur qui n’indiquait une quelconque peur ou une quelconque confiance et que l’elfe détectait presque naturellement à un certain degré de manifestation de l’une ou de l’autre chez l’humain. Etait-ce un fou ou étais-ce une quelconque création à l’image de l’homme ? Il failli arquer un sourire de dément, son épée sombre Trunadebringer prête à l’emploi mais se retint malgré ses sens qui le rendait dangereusement nerveux. Peut-être après tout n’a-t-il affaire qu’à un humain de passage dont la solitude indiquait celui-ci comme étant à la recherche d’une aide bienfaitrice. Un questionnement était de mise :

« Que faites vous ici, seul à cette heure tardive ? »


Le squelette prit le corps du cadavre sur ses épaules, Elric aurait volontiers épargné ce triste spectacle à quelqu’un et enterré décemment cet homme comme il convenait de le faire. Aussi se soucia-t-il de la présence de son invocation qui renforçait l’idée d’avoir un homme que rien n’étonne en face de lui. Peut-être dument le résultat d’une intelligence supérieure aux petits gens. Trunadebringer grondait toujours dans son fourreau.

On dit qu’un meurtrier reviens toujours sur ses pats il est vrai mais seul la maladie et le handicap physique était responsable de la mort de cet homme. Son corps avait été rongé par des vautours au préalable et le courage de cet homme l’avait conduis jusqu’ici, attendant sa fin dans la crasse de cet endroit glauque.

Un long silence se passa ou tout le monde, même le vent semblaient s’être arrêtés. Elric de Melnibonné était patient mais le temps lui paraissait trop long, et puis le temps pouvait à tout moment jouer en sa défaveur si le mourant avait été le survivant d’une exécution.

L’elfe, pensant alors après cette silencieuse manifestation qu’il avait affaire à un pillard continua :

« Je ne vais pas reformuler. Si vous êtes ici pour chercher de quelconques objets de valeur, à votre guise, mais je crois que tout a déjà été prit ici depuis des lustres. »


Un long silence passa de nouveau, il n’entendait plus vraiment que la respiration de son vis-à-vis qui semblait dénuée de nervosité et d’excitation.

« Je suis aveugle, mais sache que mes sens son plus que décuplés, tel un animal je peux savoir exactement ou tu es et ce que tu fais comme si mes yeux étaient toujours présents. »

Trunadebringer grondait encore dans son fourreau, sa soif de sang exigeant d’être sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valt Horn



________________

Valt Horn
________________


Race : Faux-parleur
Classe : Sorcier
Croyances : Non
Groupe : Royaume

Âge : Une vingtaine de décennies

Messages : 24

Fiche de Personnage : La fiche du mendiant


Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] _
MessageSujet: Re: Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn]   Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] EmptySam 10 Déc 2011 - 16:03

Un étrange être vraiment que cet albinos apparemment aveugle. Valt l'aurait volontiers décrit comme un spectre hantant ces lieux s'il avait du conter cette histoire à un public quelconque. Pour le moment ce n'était pas le cas aussi se contenta-t-il de l'étudier un peu mieux que précédemment. Il avait l'air extrêmement maigre, malingre, faible. Pourtant les épées qu'il portait semblaient prouver l'inverse. Un homme ayant son physique n'aurait jamais pu s'en servir efficacement en combat et Valt était intimement convaincu que cet être aurait pu être un dangereux adversaire pour n'importe quel maître d'armes humain. Humain, il ne le semblait pas mais il n'y avait pas besoin d'être très perspicace pour arriver à une telle conclusion.

L'elfe semblait penser que Valt était ici pour piller la demeure. Il devait effectivement être aveugle. Pas grand chose à piller ici. Valt n'était pas un fanatique de poutres pourries et de pierres qui furent sans doute blanches un jour. Le squelette prit le cadavre sur ses épaules. Vision amusante. Un mort que les vers avaient eu le temps de nettoyer portant un mort que les vers dévoreraient un jour. La dernière déclaration de l'être amusa Valt. Sans doute l'elfe pouvait sentir le mendiant comme s'il le voyait mais pouvait-il comprendre une démonstration de télékinésie sans le témoignage de ses yeux ? Une expérience tentante. Valt pensa que rassurer l'elfe ne devait pas être de trop avant de la mettre en oeuvre. Il parla calmement. Posément. Avec une petite intonation théâtrale qui lui semblait convenir dans cet endroit.


"Je suis le marcheur que l'absence de volonté mène d'un lieu à un autre jusqu'à ce que la conscience lui revienne. Je suis seul parce que personne n'aime m'accompagner, peut-être aussi parce que personne ne le peut, qui sait ? Je ne suis pas venu ici pour chercher quoi que ce soit, je n'ai pas besoin de biens terrestres. Je vis, cela me suffit. Vouloir m'enlever cela serait une erreur grossière, je pense que vous pouvez le comprendre. Maintenant, si vous permettez, j'aimerais vous délester de ce fardeau."

Protocole expérimental : Imposer sa volonté à l'objet inanimé qui fut en vie peu de temps auparavant. Le faire léviter en l'ôtant des épaules squelettiques qui le porte. Le conserver dans une station au-dessus de la hauteur d'un Homme. Ensuite, imposer sa volonté à certaines pierres plates qui forment le sol de la demeure et les faire léviter une par une. Si besoin est et si ce n'est pas trop éprouvant, effriter le mortier qui les lie. Faire léviter un parrallélépipède rectangle de terre à taille humaine au-dessus à une dizaine de centimètres du sol. Revenir au cadavre stagnant et le déposer dans la tombe dégagée par la terre. Remettre la terre. Réduire en poussière celle qui est de trop pour obtenir un sol plat. Remettre en place les pierres que l'on a ôté.

Durée approximative de l'expérience : une dizaine de secondes. Résultat satisfaisant. Seul bémol, le mortier a disparu et les pierres ne sont plus liées entre elles. Détail négligeable : compte de tenu du poids de ces pierres, elles ne risquent pas de bouger à moins qu'on ne les y aident. Peu importe.

Valt soupira légèrement et ouvrit les yeux. Cela lui permit de se rendre compte qu'il les avait fermés. Probablement après avoir terminé mais il n'en était pas certain. Peut-être imposer sa volonté aux objets suffit-il à déterminer quelle place leur assigner sans bouleverser l'ordre en place de ce qui n'est pas soumis aux désirs du sorcier. Peut-être, peut-être pas, qui s'en soucie ? L'expérience fut un succès. Valt se permit un petit sourire de satisfaction puis tourna les yeux vers l'elfe.


"Bien maintenant, à moi de poser les questions et elles seront sensiblement les mêmes que les vôtres. Pourquoi êtes-vous ici ? Ce à quoi j'ajouterai : Qui êtes-vous ? Et enfin, plus important, pourquoi m'avoir tour à tour vouvoyer et tutoyer ? Je crois savoir que ce n'est pas une exigence protocolaire commune."

Valt marqua une pause sans pour autant laisser à l'elfe le temps de répondre.

"Et pour le plaisir, avez-vous compris ce que je venais de faire ? Ou est-ce que vos yeux vous manquent pour compléter les vagues impressions de vos autres sens ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elric de Melniboné



________________

Elric de Melniboné
________________


Race : Elfe
Classe : Necromancien
Métier : aucun
Croyances : aucune
Âge : 28

Messages : 6

Fiche de Personnage : ICI !


Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] _
MessageSujet: Re: Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn]   Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] EmptyLun 12 Déc 2011 - 0:28

Son vis-à-vis lui répondit enfin après un silence peu équivoque :

"Je suis le marcheur que l'absence de volonté mène d'un lieu à un autre jusqu'à ce que la conscience lui revienne. Je suis seul parce que personne n'aime m'accompagner, peut-être aussi parce que personne ne le peut, qui sait ? Je ne suis pas venu ici pour chercher quoi que ce soit, je n'ai pas besoin de biens terrestres. Je vis, cela me suffit. Vouloir m'enlever cela serait une erreur grossière, je pense que vous pouvez le comprendre. Maintenant, si vous permettez, j'aimerais vous délester de ce fardeau."

Il semblait avoir à faire à un drôle d’homme et peut-être aussi fou que lui. Etais-ce possible ?

Puis le vent se calma et Elric entendit quelque chose d’inhabituel et d’indescriptible. En effet, le corps du mort en chair semblait bouger ou plutôt léviter, et avec une rapidité déconcertante. Le squelette ne bougea pas bien qu’il avait totalement remarqué qu’on lui enlevait un poids de ses épaules. Il se serait bien agrippé un peu plus mais ne sentit pas dans son maître une volonté de cet ordre là.
Effectivement le nécromancien laissa la chose se faire car il sut que c’était de la télékinésie et que face à cette magie l’unique squelette n’aurait fait le poids et aurait certainement lévité avec le cadavre. Elric détesta qu’on lui emporte le mort avec autant de rapidité, il y avait en cela une sorte de sans gène poussé un peu comique en lequel l’elfe se senti un peu perdre pied. D’autant qu’il se questionna rapidement sur ce que son homologue ferai du cadavre.

Il laissa léviter le corps de cet homme qui sorti de la pièce, entendant le sang couler goutte a goutte sur le sol jusqu’à l’extérieur de la bâtisse avec une rapidité qu’il trouvait un peu trop parfaite. Il sortit Trunadebringer de son fourreau.
Une dizaines de secondes…Elric eu une sorte de transe. Il manqua de tomber mais se rattrapa avec son épée en s’appuyant sur le manche de la longue lame de l’épée maudite.
Une illusion ? Il cru perdre momentanément le control de son corps voir même ne plus avoir de corps. Croyant alors mourir il ne sentit ses organes et eu par une magie qui sembla n’émaner que de lui, une sorte de fausseté d’être dans un cimetière à la place d’un mort qui était artificiellement en vie.

Il était dans le cimetière qui se trouvai à deux pats de la bâtisse :
Ce nouveau corps squelettique lui étant donné précipitamment il sembla ressentir des mouvements dans la tombe voisine, on enterrait quelqu’un, surement l’homme malade.
Ce dernier événement ne dura pas plus de trois secondes, Elric retrouva ses esprits et se redressa, sentant son propre sang couler à nouveau dans ses veines et ses organes intacts. Il prit une grande respiration et marmonna un « encore une vision… » avec une voix pleine de désespoir puis il entendit une seconde phrase.

"Bien maintenant, à moi de poser les questions et elles seront sensiblement les mêmes que les vôtres. Pourquoi êtes-vous ici ? Ce à quoi j'ajouterai : Qui êtes-vous ? Et enfin, plus important, pourquoi m'avoir tour à tour vouvoyé et tutoyer ? Je crois savoir que ce n'est pas une exigence protocolaire commune."

Une troisième phrase fut enchainée rapidement après quelques secondes :

"Et pour le plaisir, avez-vous compris ce que je venais de faire ? Ou est-ce que vos yeux vous manquent pour compléter les vagues impressions de vos autres sens ?"

Pour le plaisir? Elric ne sentit à nouveau aucune excitation démontrant un plaisir pour son homologue mais visiblement le nouvel arrivant avait réellement enterré le mort décemment, sa vision avait tout indiqué dans ce sens. L’albinos aveugle se questionnait. Rester anonyme ici ne servait pas à grand-chose étant donné que le seul peuple ici se formait d’insectes et d’invertébrés minuscules.

« Je suis ici pour me trouver de la nourriture »

Mentit-il pour cette première question en se grattant son vente a demi squelettique. Dire que l’on viens pour se nourrir d’une âme n’était pas tres commun et puis il voulait pour le moment garder ce seul secret puisqu’il était déjà évident qu’il était un nécromancien, squelette vivant le prouvant.

« Mon nom n’a pas d’importance, d’ailleurs il ne m’est coutume de le donner qu’a ceux qui meurent dans ma malédiction ou a ceux avec qui j’ai une totale confiance. En cela loin de moi l’idée de vous offenser mais un simple service ne vous donne pas le droit de le connaitre.»

Elric rengaina son épée.

« Mon tutoiement ? Excusez-moi de se fait, j’ai eu un moment d’égarement sans doute. Je vouvoie toujours les gens que je rencontre car je suis issu d’une famille noble mais mon nom original semble n’avoir jamais existé. »

Il sembla qu’Elric avait mis un ton mélancolique dans la fin de sa phrase.

« Mais vous-même, pourquoi m'avez-vous donné se coup de main ? Et vous semblez aussi seul que moi, n’avez-vous pas de but ? »


Plus le temps passait et plus Elric changeait un peu plus d’avis au sujet de cet homme, il ne lui semblait pas que ce dernier était inoffensif, de plus sa soif d’âme avait disparu et il n’avait pas l’intention de tuer cet homme. Apres tout il ne lui avait rien fait et même lui avait rendu un service pour le moins qualifié d’amicale.

Malgré cela L’Elfe aveugle restait vigilant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valt Horn



________________

Valt Horn
________________


Race : Faux-parleur
Classe : Sorcier
Croyances : Non
Groupe : Royaume

Âge : Une vingtaine de décennies

Messages : 24

Fiche de Personnage : La fiche du mendiant


Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] _
MessageSujet: Re: Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn]   Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] EmptyLun 12 Déc 2011 - 17:28

"Trouver de la nourriture ? Eh bien vous avez bon espoir. Et si l'espoir fait vivre, vous pourriez même vous passer de manger."

Il était assez évident que l'être mentait mais Valt ne le comprit pas. En fait, il ne chercha pas à le comprendre. Si c'était ce que l'elfe voulait qu'il croie, ça lui suffisait. Le fait qu'il mentait pouvait être intéressant mais comme Valt ne comprit pas le mensonge, il ne le releva pas. Il est des usages de ce monde que les non-initiés ont du mal à cerner sans un maître pour les guider.

"Votre nom est important pour moi parce qu'il me permet de vous nommer. Toutefois, comme je comprends très bien que vous ne vouliez pas me le dire, eh bien mettons que je vous appelle Blanc, si ça ne vous dérange pas, évidemment. Sinon, je vous appellerai Vous, ça ne facilitera pas la compréhension mais c'est déjà ça."

Valt décida de ne pas commenter le propos de l'elfe à propos de son nom car celui-ci paraissait quelque peu dénué de rationalité pour le moment. Il grapillerait bien quelques indices permettant de comprendre ce qu'il avait voulu dire. Par contre, Valt répondit à la dernière phrase de l'être.

"Oh ce n'était pas à proprement parler un coup de main. Enfin si mais pas totalement. Ma volonté première était de tester vos aptitudes sensorielles. J'étais curieux. Et comme je pouvais enterrer ce corps sans trop dépenser d'énergie, je me suis dit que j'allais le faire. Et puis ça évitera aux charognards de venir en grapiller des morceaux. Enfin... Je ne sais pas quelle nourriture vous cherchez, j'espère que vous ne comptiez pas consommer de la chair de cet Homme. Auquel cas, je vous le déterre. Mais sans doute pas. Enfin à vrai dire, je n'en sais rien, c'est bien vous qui choisissez ce que vous mangez après tout mais il semblait malade et comme vous êtes un aristocrate, vous ne devez manger que de la chair d'Hommes en bonne santé. Si vous en mangez évidemment. Personnellement, je n'ai jamais essayé et je n'en ai aucune envie mais comme je crois qu'il se dit de-ci, de-là, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas, n'est-ce pas ? Bien sûr nous ne faisons que ça. Qui ajoutait ça ? Le philosophe Nietzsaeh je crois. Un sacré personnage. Vous l'avez connu ? Sans doute pas. Il est mort il y a longtemps. Enfin, vous avez l'air d'un elfe, c'est ma foi possible. Mais je parle trop, je m'en excuse, j'ai peu l'habitude de m'exprimer et j'oublie parfois d'imprimer ma volonté à mes actes aussi ce flot de paroles n'était pas plus que cela mon oeuvre. Ou une oeuvre inconsciente, ou subconsciente, enfin c'est pareil. Oui, je suis seul et non, dans l'immédiat, je n'ai pas de but. Enfin si, je me fixe comme but de finir d'accaparer la parole et je vais l'atteindre. Maintenant."

Valt tourna le dos à l'elfe et commença à marcher vers la sortie de la bâtisse.

"Oh pardon, je ne vous ai pas demandé. Si vous cherchez de la nourriture, vous préférez sans doute sortir non ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] _
MessageSujet: Re: Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn]   Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Etre ou ne pas être...mort? [Pv: Elric - Valt Horn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Ruines d'Ascelnoth :: Ruines et crypte-