''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tuer pour préserver les Secrets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Stayn Karhien



________________

Stayn Karhien
________________


Race : Seïrdan
Classe : Maître Lame
Métier : Légionnaire
Croyances : Aucunes
Groupe : Démon

Âge : 467

Messages : 33

Fiche de Personnage :


Tuer pour préserver les Secrets _
MessageSujet: Tuer pour préserver les Secrets   Tuer pour préserver les Secrets EmptySam 17 Déc 2011 - 10:40

Stayn était assis sur le lit de son auberge, dans les Terres du Milieu. A vrai dire le sommeil l'avait quitté depuis un très longtemps et ne s'attendait pas vraiment à refermer les yeux. Cette routine était juste une sorte de tentative infinie pour quelque chose qu'il savait impossible. Son humeur n'était pas au beau fixe tout simplement parce que l'épaisseur des murs laissait passer toute les ondes sonores voisines. Tant et si bien qu'il entendait la pute et le Porc d'à côté forniquer comme des chiens. Sans compter un fêlé qui n'arrêtait pas de faire ses compter en s’exclamant de joie ou de colère à chaque fin de compte. De plus le total de la somme de celui-ci différait à chaque fin de compte. Cette cacophonie n'en finissant plus il se retînt de tout casser et préféra partir de cette auberge les points serrés. Son coeur lui demandait de faire une ou deux victime pour apaiser sa colère et sa soif de sang mais forniquer n'était pas interdit, ni compter.

Soupirant calmement il déposa quelque pièces à l'aubergiste qui baissa le regard à sa vue. Surement était-il content que le Démon au regard d'argent s'en aille, bien qu'il ne sache rien de la vérité. Oui surement. Quoiqu'il en soit il avait espéré trouver le repos tout en sachant qu'il ne l'aurait pas. A présent il devrait ce qu'il avait à faire. Ses pas foulèrent le sable du village jusqu'à en sortir au point de ne plus avoir le village en vue. Une fois à une assez bonne distance il regarda face à lui et une distorsion de matière ce fit. Un cercle noir apparut alors et sa porte pour le Veïn était enfin ouverte. Sans hésitation il passa de l'autre côté. Pour réouvrir un portail du Veïn et retourner sur Feleth mais dans un lieu différent.

Stayn atterrit dans un droit similaire où il se trouvait dans le Veïn à peu de chose près. En effet l'endroit où il était à présent était beau et sous ses pieds il avait de l'herbe. Le Seïrdan en eut même une expression de surprise sur son visage tant cela lui faisait étrange. Il rajuste sa capuche à son visage et avança en direction du village humain. D'ici il voyait la mer, c'était donc un village marin. Il cracha par terre pour évacuer un peu de colère, cela compliquait les choses. Stayn devait retrouver un Démon, le Seigneur lui même avait fait passer le message à Stayn par le biais de ses soldats. Sa mission était de retrouver le Démon Yreno parce qu'il avait pour dessein de mettre au courant a race humaine de l’existence du ciel et des bas fonds. L'ignorance des Humains étant un avantage il comprenait ce choix du Seigneur et mettre un terme à la vie d'un autre Seïrdan était une chose jouissive. Cependant il aurait pu partir par la mer... Peut-être Yreno était-il devenu un illuminé cherchant à créer son propre partit d'Humains ?

" - Foutu enculé... "

Ou peut-être avait-il tout simplement perdu la tête et qu'il voulait tenir le monde au courant de l'existance du Veïn pour massacrer et revendiquer ses massacres. C'est vrai après tout...L'idée de voir tant d'humains effrayés par la simple idée qu'un Seïrdan puisse se trouver parmi eux était une chose bandante. Il se racla la gorge s'arrêtant une seconde puis passa une main sur son visage. Lorsqu'elle celle-ci finit son passage, ses yeux n'étaient plus d'argents mais verts. Il partit dans parmi la puanteur humaine et se mit à récolter des informations sur Yreno espérant que quelqu'un ait vu cet " Homme aux cheveux long et aux pupilles Grises" . Dire yeux d'argent le dérangeait, Yreno n'était plus Seïrdan s'il avait vraiment ces desseins là en tête.


Dernière édition par Stayn Karhien le Sam 17 Déc 2011 - 23:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tyrion Nephal'm



________________

Tyrion Nephal'm
________________


Race : Humain
Classe : Druide
Métier : Grand Maitre Spirituel Nephal'm
Croyances : Culte Nephal'm
Groupe : Clan Nephal'm

Âge : 104 ans

Messages : 14

Fiche de Personnage : Le dernier Nephal'm


Tuer pour préserver les Secrets _
MessageSujet: Re: Tuer pour préserver les Secrets   Tuer pour préserver les Secrets EmptySam 17 Déc 2011 - 20:43

L'éveil de Tyrion

Quatre ans … quatre longues années d’errance depuis la triste fin de son clan. Tyrion en avait presque oublié le goût de vivre. Il ne voyait autour de lui que des ombres de violence et de vanité. En effet, comment ne pas haïr ceux qui sont à la cause de votre extinction ? N’importe quel homme aurait sombré dans la folie et la vengeance, mais le Grand Maitre n’était pas de ceux là. Sa vengeance sera le pardon. L’homme, par son titre et son rang, avait juré de répandre la voie de Nephal’m, quel qu’en soit le prix à payer ; son peuple était devenu martyre, le fardeau de Tyrion, en tant que dernier Nephal’m, lui pesait désormais sur les épaules. L’humanité avait atteint un stade de décadence, au point de se blesser elle-même, au point de la conduire à son autodestruction. Il était de son devoir de partager la voie des Anciens Penseur, de soigner les peuples et de leur faire prendre conscience que leur existence même ne devrait pas être destinée à un si misérable destin. L’obscurité et la haine imprègnaient ces terres. Les sens druidiques du vieil homme lui faisaient sentir la souffrance et la corruption au sein même des sous-sols de Feleth, qui semblait priver la faune de ses poumons et de sa pureté.
« - Haine et souffrance … Quand est-ce que le monde a-t-il cesser de respirer ? » L’éveil de Tyrion … Ainsi, après quatre ans de recueillement, de prières et de souffrance, Tyrion se mit en marche vers l’intérieur des Terres de Feleth, dans le seul but d’apporter la rédemption et la paix de l’âme chez les felethiens.


« Ô créateur, je me présente humblement. Je suis ton dévoué, ton porte-parole. Eclaire mon chemin et éblouie ceux qui se garde suivre tes commandements »





« - Vieillard ?! Dégage du chemin ! Allons, dois-je laisser mon roublard te passer dessus ? Ce bougre s’en donnera à cœur joie ! »
hurla une voix aigue
Tyrion ouvrit les yeux. Il était assis, en tailleur au milieu d’une route pavée. Il s’est installé ici la vieille, à la nuit tombante … Plongé dans sa méditation, il s'était remémoré ces quatre dernières années d'exil. Le vieil homme leva les yeux vers la source de ces paroles. Devant lui se tenait, un petit homme gras, vêtu d’une longue tunique azur qui lui donnait un air grotesque. Derrière ce dernier se tenait un géant, crasseux et dont la peau grasse était immaculé de cicatrice et de marque de fouet. Tyrion vacilla ; ce fut le premier contact avec un homme depuis ces quatre dernières années, et l’expérience s’avéra plutôt traumatisante.
« - Par tous les dieux ! Va tu obéir aux ordres de Rocksha ou dois je laisser ce misérable ogre te piétiner comme un vulgaire débris ? hurla de plus belle le dénommé Rocksha
- Seigneur Rocksha , s’excusa humblement Tyrion, en se relevant, ne tenez pas rigueur de ma position . Vous venez de briser mon sommeil car en effet, cela fait deux lunes que je voyage sur ce sentier, et ne sentant aucune présence humaine, votre présence ici me libère de ce vide de chaleur humaine. Puis je vous demandez où vous contiez vous rendre ? »
La voix de Tyrion était rempli de calme et de bonté.Le masque de colère que portait le petit homme fut vite remplacé par un visage de stupeur. Ce vieil homme dégageait une aura étrange . Qui donc peut répondre par de telles paroles après de si violentes menaces. En vérité, son souhait aurait été de lâcher son larbin pour briser le vieillard en deux, par pur sadisme. Mais il fut pris de curiosité pour l’homme étrange aux paroles bienveillantes.
« Nous... Nous nous rendons à un village, près de la côté. Il se situe à a peine deux heures de marche, répondit Rocksha. J’y ai de nombreuses affaires à traiter. Il me serait agréable d’avoir une compagnie descente pour une fois, Cet abruti ne comprend pas un traitre de mot de ce que je lui dis. »
Rocksha pointait du doigt l’ogre, qui ricanait d’un air ahuri.
Tyrion s’inclina devant Rocksha , puis ils reprirent rapidement leur route.
Au bout de quelques heures, ils arrivèrent à un petit village, au bord de mer. De humbles maisons entouraient un phare massif, visible depuis la côte. Celui-ci semblait s'incliner vers une digue, qui avait été construite au bord de la plage afin d'accueillir de nombreux bateaux de pêcheurs. Une dizaine de chalutiers étaient à quai, où s'attroupaient de nombreux pêcheurs rassemblant fièrement leur butin tel des trophées de guerre. L’air marin remplissait les poumons de Tyrion d’une fraîcheur qu’il avait depuis longtemps oublié. Pourtant, il sentait en ces lieux une présence lourde et violente. Il fut pris d’inquiétude, qu’il partagea avec ses compagnons. Ils étaient aussitôt prit d'un rire dément.
« Vieillard, ici, je suis celui qui fais la loi. Je fais ce que bon me semble, je punie celui que ne s'incline pas devant la grandeur de mon clan. He oui ! J’appartiens à un clan assez puissant pour faire frissonner le roi. Ce village nous appartiens. Vois comme tu as de la chance d'avoir rencontrer un Haut Placé. »
Tyrion pensait qu’il serait plus sage de ne pas philosopher avec ce bougre ; exposer les préceptes de Nephal’m à ce Rocksha pouvaient faire passer le grand maitre pour un renégat. Les voies de Nephal’m devaient être traités avec des personnes neuves et éduquées. Il éprouvait pourtant une sympathie creusée pour ce petit homme si violent et vaniteux. En réalité, Tyrion éprouvait de la sympathie pour quelque être que se soit. Il estimait qu’il devait sortir Rocksha de sa cécité et de sa vie bien trop malsaine et aigre.
Les trois voyageurs s’installèrent dans une taverne ; tous trois s’assirent à une table de bois illuminé par un braséro ardent, et bientôt on leur servis de grandes coupes d'hydromel. Rocksha parlait haut et fort, captant l’attention de tous ceux présents dans la taverne, essentiellement des pêcheurs et des roturiers. Cependant, un homme étrange capta l’attention de Tyrion. Il était vêtu d’une longue tunique masquant les traits de son visage, mais le grand maître spirituel distinguait très nettement deux yeux verts sous son capuchon, luisants comme deux brasiers ardents.

« …. on dit même que le grand chef à les yeux argentés ! » hurla Rocksha. Tyrion n’avait même pas remarquer que le petit homme et son garde du corps étaient ivres, tant son attention était capter sur cette homme étrange, et qu'ils ne cessaient de brailler des insanités sans la moindre gène.

Tout à coup, l'homme aux yeux émeraude se leva et se dirigea vers la table. Tyrion fut parcouru d’un léger frisson, qui traversa sa nuque. Il était impressionné par la démarche sûre et imposante de l’homme aux yeux étincelants ; le druide n'en restait pas moins de marbre.


Dernière édition par Tyrion Nephal'm le Sam 24 Déc 2011 - 1:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mio Raeth



________________

Mio Raeth
________________


Race : Faux Parleur-Élu
Classe : Roublard
Métier : Serviteur
Croyances : Athée
Groupe : Dépendamment de son Maître

Âge : 16 ans

Messages : 70

Fiche de Personnage : La fiche du Serviteur~


Tuer pour préserver les Secrets _
MessageSujet: Re: Tuer pour préserver les Secrets   Tuer pour préserver les Secrets EmptyLun 19 Déc 2011 - 9:54

Spoiler:
 


Mio vagabondait depuis plusieurs mois déjà. On pouvait dire que depuis qu'il avait quitté la demeure de son dernier Maître, les événements ne jouaient pas en sa faveur. Que dire alors dudit Maître, qui avait subit le même sort que trois autres avant lui! On l'avait retrouvé au sol de la salle de dîner de son manoir, chaise renversée à côté de lui. Sur son cou, des marques d'étranglement. C'était l'œuvre de Mio, bien sûr; les gens de la maison l'avaient soupçonné. Pourtant, comment croire bien longtemps au bien-fondé de ses accusations, quand le principal suspect n'est qu'un enfant?

*Les apparences sont bien trompeuses, en fin de compte... Et dans d'autres circonstances, je serais bien indigne de profiter ainsi de l'innocence que je laisse transparaître! Mais dans ce cas, alors, je signerais mon propre arrêt de mort. Il y a tout de même un long chemin à faire qui séparent le fait de n'avoir aucun endroit et but précis du désir de se faire tuer.*

Mio suivait un itinéraire assez peu précis; tout ce qui lui importait au final, c'était de s'essayer dans chaque villes. La mort de son cinquième Maître, cette histoire était loin derrière lui à présent. Le jeune serviteur se disait de plus que si l'homme qui l'avait recueillit une année avait finit ainsi, c'était parce qu'il le méritait. Allons, le jeune androgyne ne révélait son côté démoniaque que lorsqu'il était confronté à une situation provoquée par un être nuisible, il en était presque certain maintenant. Pour l'heure, c'était sa propre situation qui le préoccupait. Sa bourse de cuir était trop légère à son goût; il n'aurait bientôt plus la possibilité de se payer gîte et repas chaud. Il avait séjourné plusieurs jours sur la côte venillienne, et si le souvenir de sa halte dans la ville portuaire lui laissait un goût amer, plus désagréable encore que l'eau saline, aucuns de ses deux problèmes n'était résolu.

C'est ainsi à la croisée d'une route qu'il avait décidé d'emprunter un petit chemin qui descendait vers le littoral et un petit village de pêcheurs, plutôt que de suivre la grand-route vers les plaines herbeuses. Il espérait, là-bas, tomber sur un homme riche, un marchand de préférence, qui le recueillerait un moment et l'emmènerait avec lui vers d'autres villes plus denses. Ensuite, dans une de ces belles cités, il chercherait à entrer en service auprès d'un noble. Quelqu'un qui se révèlerait au monde par ses exploits si possible. Mio pensait qu'ainsi lui-même aurait le sentiment de vivre pour de bon, à se tenir aux côtés d'un être si exceptionnel.

Certes, Mio aurait put tenter de convaincre un marchand à Venill, si la situation n'avait pas empirée là-bas. Il avait dût quitter assez rapidement la ville et ses docks, suite à une embrouille avec des truands. Disons simplement que certaines de ces crapules auraient bien aimées venger leur camarade décédé sous les frêles mains du serviteur. Il n'était pas faux, à bien y réfléchir, de considérer que Mio semait une tempête, un chaos partout où il passait. La faute en incombait seulement au fait que beaucoup de gens malsains voulaient profiter de sa faiblesse physique, mais le résultat était le même. Les obtus d'esprits lui causaient du trouble, il leur rendait la pareille involontairement. Ensuite, la fuite. Mais pour aller où?

Et puis, il y songeait depuis un moment, une autre raison l'avait fait bifurquer de sa trajectoire initiale.


·~..~· .~·°·~. ·~..~·

Sur une des îles de l'Archipel se trouvait son village natal. Enfin, celui de ses parents adoptifs, lui-même ne sachant pas son origine exacte.

La famille Raeth...

Les nobles étaient rares dans ces petits villages de pêcheurs. D'où venait leur richesse? Mio ne le savait même pas. Son enfance lui semblait si loin, si floue... Sa mémoire, sans doute, effaçait délibérément cet épisode de sa vie.

Cela faisait douze ans qu'il avait quitté sa famille. Après le meurtre de tous ceux qu'il aimait, qu'était devenue la demeure? Peut-être le serviteur n'était-il pas le seul survivant de sa malédiction de faux parleur; c'est ce qu'il voulait connaître, au risque de faire face à la nostalgie et au chagrin qui l'attendait sur les lieux de son crime. Mais le village qui l'avait vu grandir se trouvait plus loin que celui dont il s'apprêtait à franchir les portes. Les lieux étaient d'une banalité qu'il anticipait depuis l'instant où il avait décidé de s'engager sur le chemin de terre qui y menaient. Les maisons, rustiques, laissaient transparaître la principale source de revenus de ses résidents: des filets accrochés aux murs, des bateaux en constructions, des barques, des cannes à pêches, et bien plus encore. Parfois, alors qu'il marchait le long des quelques rues du village, il surprenait les regards surpris et méfiants de gens qui étaient troublés par l'apparence de Mio. Ses cheveux roses flottaient au vent, suivis dans leurs ondulations par ses habits en lin d'une même couleur mais d'un ton plus clair. Il en fit rapidement le tour avant de se diriger vers la taverne.

·~..~· .~·°·~. ·~..~·

Certains hommes étaient des habitués d'une taverne en particulier. On les retrouvaient, chaque jours, fidèles à leur poste.
Mio était un habitué de toutes les tavernes. Ce qu'il y buvait, c'était les paroles, les rumeurs du peuple. Les nouvelles circulaient à une rapidité insensée grâce aux ragots, il suffisait de les décrasser de leurs belles parures, des extravagances et tournures de phrases pour comprendre la vérité des événements dont ils relataient les faits. C'était la façon du jeune androgyne d'être au courant de ce qui se passait sur Feleth. Le noble aux exploits incroyables qu'il souhaitait un jour servir, peut-être en entendrait-il parler parmi le peuple.

Il se tenait devant la porte de la taverne. Il s'apprêtait à entrer, se préparant mentalement à la réaction générale à laquelle il n'échapperait pas à cause de son apparence, et quand bien même durerait-elle quelques secondes ou plusieurs minutes, il ne pouvait pas l'ignorer.


*Bon, puisqu'il le faut...*

Il poussa de sa petite main d'enfant la porte et pénétra dans la bâtisse, observant de ses yeux hétérochromes l'intérieur de celle-ci et ce qui l'attendait.


Dernière édition par Mio Raeth le Jeu 22 Déc 2011 - 4:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stayn Karhien



________________

Stayn Karhien
________________


Race : Seïrdan
Classe : Maître Lame
Métier : Légionnaire
Croyances : Aucunes
Groupe : Démon

Âge : 467

Messages : 33

Fiche de Personnage :


Tuer pour préserver les Secrets _
MessageSujet: Re: Tuer pour préserver les Secrets   Tuer pour préserver les Secrets EmptyMar 20 Déc 2011 - 18:56

Stayn arpentait les rues de ce petit village portuaire cherchant dans les magasins se faisant passer pour un humain. Pour tenter de cacher sa nature au plus profond de lui même il essayait de ne pas regarder les êtres du milieu qu'il croisait. Mais leur aura était présente, il marchait dans la foule et il pouvait les sentir. Faux parleur, humain, humain, humain, vampire, faux parleur, humain, humain... Difficile donc de faire abstraction de leur présence, alors il décida d'oublier ce qu'ils étaient et se ferma au fait qu'il était un Démon. C'était aussi plus agréable pour lui, il entrait donc dans les magasins et parlait avec sérénité. Certains se sentaient mal d'être tutoyé par quelqu'un demandant des informations. Heureusement pour leur vie, personne ne l'insulte ou ne lui demanda de dégager sans répondre à ses questions. Chaque fois la réponse fut la même, " J'en sais trop rien". Lassé de tout cela, il se résolu donc à se rendre dans l'endroit le plus répandu par les ragots. La taverne. Stayn parcouru donc le chemin en sens inverse pour se rendre à la dite taverne, de dehors il pouvait sentir l'odeur des hommes et de l'alcool. Cependant, cela n'était rien comparé au Veïn, l'atmosphère lui paraissait quand même plus légère. Même si le fait qu'il soit un Démon et des humains lui revenait de plus en plus en tête, si bien qu'il cessa se petit jeu d’auto-persuasion et passa les portes avec stature. Le Seïrdan n'ôta pas sa capuche, geste qui accentuait l'idée que ce soit un étranger. Quelques regards se posèrent sur lui mais le brouhaha ne s'interrompit pas pour autant. Satisfait de sa petite discrétion il se posa à une table et attendit qu'une serveuse arrive. La boisson fut choisie au Hasard, de toute les manières, il n'y toucherait en aucun cas. Son oreille se baladait donc pour écouter les ragots et chance. Oui chance, car impossible de nommer cela autrement. Les paroles de la table d'à côté rejoignirent ses oreilles, il se leva calmement puis s'approcha de la table en regardant fixement l'humain qui avait parlé:

" - Il est difficile de ne pas vous entendre parler tout les deux et... Peux tu m'en dire plus sur ton Grand Chef ? "

Ses yeux verts se posèrent dans ceux du vieillard, un humain. Tout trois des humains, le fait que celui-ci soit plus vieux le dégoûtait moins. Cela caractérisait peut-être une sagesse supérieure à la moyenne du pécore humain. Surement même des deux pécores assis avec lui. Calme il se tourna, prit la boisson sur sa table et la pose sur la table du vieillard. Surement qu'aucun de ces trois hommes n'avaient idée que Stayn état l'un de leur pire cauchemar et il préféra ne même pas leur laisser imaginer que peut-être...Stayn offrit donc sa boisson comme gage de "bonté". Oui ou plutôt hypocrisie, cependant il n'avait pas mentit ni fait quoique ce soit de lâche et de déshonorant. Sa main avait juste posé cette boisson pour un vieillard qui ne semblait pas tout jeune et pourtant...Ses yeux verts observèrent deux mains rigoureuses bien que flétrie par le temps. Stayn reprit la parole de suite avant même qu'ils ne puissent répondre:

" - Prends cela, un gage léger en échange d'une réponse des plus importante pour moi. Je dois revoir une personne qui fut autrefois l'un de mes frères. Ces retrouvailles sont importante pour moi et je m'applique donc à le retrouver. Cette description que vous venez de faire correspond à celui-ci. "

Il prit une chaise et se posa à côté d'eux d'un air assuré. Aucune faille de ses gestes, sa main ne trembla pas, la chaise ne se heurta nulle part et il s'était assit sans bruits. Remarque difficile de bien entendre avec un tel brouhaha. Ses yeux se mirent à inspecter la pièce avant de se poser sur un être étrange. Un humain, un gamin en fait. S'il avait bon souvenir, cet endroit n'était pas un lien pour des enfants, en tout cas dans la société humaine. Cela n'était pas ses oignons, ses yeux se détachèrent du rose de ses vêtement avant de mourir carbonisé par une couleur si vive. Le Démon revînt donc à ces trois humains, il avait besoin de leurs informations pour faire son job. Même s'il devait torturer ce gars là pour vérifier. Peut-être n'était-ce pas sa cible mais surement était-ce elle. Ce bâtard s'était surement servit de son charisme de Démon du Veïn pour devenir le " Grand Chef ". Pourriture, comment pouvait-il se rabaisser à cela ? Quitter le Grand Seigneur pour devenir un foutu chef de faiblards inconscients. Voyant que son poux allait presque s'accélérer il ôta sa capuche pour montrer son visage et il attendait à présent sa réponse. Le mieux était qu'il réponde, sinon il serait torturé jusqu'à ce qu'il sache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tyrion Nephal'm



________________

Tyrion Nephal'm
________________


Race : Humain
Classe : Druide
Métier : Grand Maitre Spirituel Nephal'm
Croyances : Culte Nephal'm
Groupe : Clan Nephal'm

Âge : 104 ans

Messages : 14

Fiche de Personnage : Le dernier Nephal'm


Tuer pour préserver les Secrets _
MessageSujet: Re: Tuer pour préserver les Secrets   Tuer pour préserver les Secrets EmptySam 24 Déc 2011 - 1:18

Nephal’m dit : « La témérité est une chose dangereuse ; elle ne fait pas de nous des chefs, des conquérants. L’homme sage sait quand il convient de garde son sang-froid car le courage réside aussi dans la prudence. »
Ce sont dans les moments difficiles que la voie de la sagesse peut résoudre les conflits, mais la nature de l’homme veut que celui-ci suive les voies de la haine et de la violence qui sont beaucoup plus faciles à contenter.
Comment puis-je leur faire comprendre , ô créateur ?




Ainsi, se retrouvèrent-ils avec un roturier de plus à leur table. Deux ivrognes qui ne prêtaient guère d’attention à ce qui les entouraient, et un vieillard et un vagabond au regard des plus troublant. La quiétude qui résidait à l’instant où celui-ci s’attabla à leur côté semblait nourrir de stupeur et d’inquiétude les taverniers. Car en effet, on attribuait à ce Rocksha un goût pour le sadisme e pour la manipulation. Que cherchait l’homme étrange, au juste, à part provoquer l'influent contre-bandier et son énorme sous-fifre ?
Le calme apparent de l’homme aux yeux émeraude semblait cacher un feu beaucoup plus ardent en lui. Tyrion avait parfaitement cerner Rocksha, mais il ne pouvait prédire quelles intentions avaient amener le rôdeur.

" - Il est difficile de ne pas vous entendre parler tout les deux et... Peux tu m'en dire plus sur ton Grand Chef ? "
dit-il en fixant Rocksha.

Le maître spirituel ne quittait pas des yeux l'étranger. Leurs regards se croisèrent. Le voile impassible qui cachait les intentions du rôdeur ne tomba pas pour autant. Et ce n’est pas une coupe d’hydromel qui définit le cœur d’un homme. Au même moment ou le roturier aux yeux émeraude laissa glisser sa chope sur le bois de la table, Rocksha la saisi avec toute l’habilité qu’un homme saoul peut avoir, et la bût d’un trait.

" - Prends cela, un gage léger en échange d'une réponse des plus importante pour moi. reprit alors le rôdeur. Je dois revoir une personne qui fut autrefois l'un de mes frères. Ces retrouvailles sont importantes pour moi et je m'applique donc à le retrouver. Cette description que vous venez de faire correspond à celui-ci. "

Rocksha se stoppa net, comme si son cœur avait cessé de battre. Il dévisagea le rôdeur, et fut pris d’effroi lorsqu’il croisa les yeux émeraude qui le transperçaient. Tyrion n’était que simple spectateur, mais il sentait que la tension qui reignait au-dessus de la table était sur le point d’exploser. Le grand maître remarqua alors un personnage des plus étranges. Son regard se posa alors sur un enfant aux cheveux roses, et dont les yeux semblaient être issus du monde des rêves lui-même.
Rocksha profita de la décontenance commune et bondit alors sauvagement de la table, se rua à travers la foule tout en hurlant à bout de souffle des mots indiscernables :

« … *KALEL* … TUE … YEUX … VIEILLARD… »




L’ogre se leva alors et dégaina une immense hache, mais avant qu’aucun des deux voyageurs, ni Tyrion ni le rôdeur, ne puissent réagir, Rocksha avait attrapé l’enfant étrange et menaçait de l’égorger de sa dague :

« Rendez-vous, ou je tue votre ami ! hurla de démence Rocksha. Le chef Yreno savait qu’on le cherchait ! QUI ETES VOUS ?! »

Un silence pesant s’installa dans la taverne ; suivit d’un cri, et d’une foule hurlante se bousculant, se piétinant. En à peine quelque secondes, la taverne animé se transforma en un endroit désert où se tenaient Tyrion et le mystérieux rôdeur, faisant face à l’ogre, et le malchanceux enfant tenu en menace par le vil Rocksha.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Tuer pour préserver les Secrets _
MessageSujet: Re: Tuer pour préserver les Secrets   Tuer pour préserver les Secrets Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Tuer pour préserver les Secrets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Montagnes :: Mer de l'Archipel des îles basses-