''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Karl V.M

Invité

________________


________________



Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyVen 6 Aoû 2010 - 22:21

Venill. Voilà plus de dix ans que je n'y ai pas mis les pieds. Quel sentiment étrange ! J'y ai de bons souvenirs. Je me revois avec mon Cor d'Argent, traverser les rues en tête de mon régiment d'Épéiste. Le douzième si mes souvenirs sont exacts ! L'odeur du poisson qui émane du port, le vomi des marins qui recouvrent les docks... (rires) et l'Auberge des Gobelins Musiciens, et ses serveuses... Vraiment, que de bons souvenirs !

Je déambulais, feintant ne pas savoir où aller. Svyltraen errerait dehors toute la nuit, Althandin était à l'écurie. Et je me dirigeais nonchalamment vers l'Auberge des Gobelins Musiciens. Après avoir dégusté une côtelette, et pris un bain, je me suis offert une nuit avec une courtisane. J'avais oublié le goût des femmes, leur parfum, et la douceur de leur peau... Comment pouvait on oublier ça ?

Vu la position de l'astre nocturne... dans deux heures l'aube offrira les premiers rayons de soleils. Je suis assis sur le rebord du lit, nu. Emmêlée dans les draps, Éléonore, ma courtisane du soir, rousse, vingt trois ans, peut être vingt quatre, se repose, les yeux mi-clos.


"J'en ai connu des soldats, des comme toi, jamais... D'habitude, je n'atteint pas l'orgasme... Et là, j'en ai eu trois... Et toi aucun !" me lance-t-elle incrédule, avant de me demander : "Je ne te plais pas ?"

Je me retourne lui présentant un sourire triste. Sur ce point, je suis aussi septique qu'elle. Je sais plu à quand remonte ma dernière nuit avec une courtisane. Et si je ne savais plus faire l'amour ? Si j'étais mort... en dedans ? Je ne me reconnaissais pas !

"Je ne peux éclairer ta lanterne, ma douce damoiselle. Les horreurs de la guerre ont sans doute eut raison de moi..." soufflé-je hasardeux.

*Et il me tarde de retourner au combat pour finir empaler sur une pique... d'ailleurs...*

"Et je crois que je vais te laisser. Je ne voudrais pas te faire perdre ton temps. Je te dois cinquante pièce d'or. Je t'en donne cent... Je n'en est cure. Et tu sauras en faire meilleur usage que moi, non pas que je n'ai pas aimé être dans tes bras... Enfin tu me comprendras !" débité-je rapidement, afin qu'elle ne me retienne pas.

"Non, je ne comprends pas !" dit-elle affolée en se redressant sur le lit, laissant apparaître les courbes envoûtantes de son corps.

Moi non plus je ne comprends rien à ce qui m'arrive. Ni pourquoi je te tiens en si grande estime tout à coup alors que tu n'es qu'une catin. Jolie, mais catin quand même... Mais ma place est ailleurs, mes prouesses de cette nuit ont fait douté Éléonore sur ses qualités bien existantes, et m'ont fait douté sur la part d'humanité qu'il me restait. Je dois partir. Alors je pars. Je me préparais tout en réfléchissant. Du coup, j'étais fin près. J'avais laissé les cent pièces d'or sur la table de nuit, déposé un baisé sur ses lèves, et me dirigeais vers la porte. J'avance, et pose la main sur le manche de Malandir, ma...

"AAAAAAAAAAH ! Ma dague !" hurlé-je. "Où es ma dague ?"

Je revoies la scène. J'avais laissé mes habits sur la chaise, la dague sur le dessus. La chaise, dans le coin de la chambre, près de la fenêtre. La fenêtre, d'où s'engouffrait la douceur de la nuit...


"AAAAAAAAAAAAAH ! La fenêtre !"

Je cours vers la fenêtre, me penche pour observer la rue, et aperçois une ombre dans la ruelle. Sans davantage de réflexion, je franchis le cadre d'un bond et atterri un étage plus bas, sans heurt, abandonnant Éléonore, mais me promettant de lui rendre visite... quand j'irai mieux ! L'ombre se met à courir. Et je m'élance à sa poursuite. Une demie heure de course plus tard, j'échoue dans le cimetière. elle est là, derrière une tombe. Je sens sa présence. Ses yeux qui m'observent...


"Tu es là, je le sais ! Montre toi ! Trouvons une issue pacifique à cet incident !" lancé-je d'une voix forte qui brise le silence macabre si caractéristique des cimetières.
Revenir en haut Aller en bas

Elwing Eol



________________

Elwing Eol
________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Roublard
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : Clans

Âge : 2O ans

Messages : 10

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyDim 22 Aoû 2010 - 0:23

J’arpentais les ruelles sombres de Venill, regardant à droite à gauche voyant les diverses tavernes emplit de gens du peuple soul à crier pour formuler leur avis, des débats, quelques bagarres et surtout abondamment de gestes déplacés en vers les serveuses qui se pliaient à tous leur désire pour seulement quelques pièces d’or. En continuant d’avancer dans la rue, je pus distinguer l’écriteau « Les Gobelins musiciens », les alentours me semblait calme alors je me posai sur le côté de l’établissement, près d’une fenêtre close et je pus constater que j’avais perdus l’une de mes dagues, celle se trouvant habituellement dans ma manche droite, je ne savais pas si je l’avais égaré ou si on me l’avait dérobé dans une foule, mais cette possibilité me semblait…simplement impossible. Je mourrai de fatigue, je fermis donc les yeux et me laissa porter dans les bras de Morphée.

Je dirai que 5 heures après je me réveillai, un petit creux à l’estomac, mais la faim ne me dérangeait point, je vivais souvent avec, quand je levai les yeux au ciel, je remarquai la fenêtre ouverte, je ne pus m’empêcher de jeter un œil à l’intérieur, mais je ne vis que 2 silhouette sous les draps, et une dague sur une chaise, elle était magnifique. Aussi je me fis aussi discrète qu’une souris et rentra avec prudence dans la chambre. Le sol en bois grinça mais les silhouette restèrent immobiles. Je pris rapidement la dague et ressortis par où j’étais rentrée. Je m’assis de nouveau et mis cette sublime dague dans ma manche, quand j’entendis des paroles dans la chambre, prudente je préférai m’immobiliser que de tenter la fuite. Après quelques murmures incompréhensibles, j’entendis une voix d’homme hurler.


"AAAAAAAAAAH ! Ma dague !"

Je serrai les dents espérant qu’il croirait qu’il l’avait égaré, mais tous cela était trop gros. Il hurla de nouveau.

"AAAAAAAAAAAAAH ! La fenêtre !"

Cette fois-ci j’étais forcée de prendre la fuite, je partis à toute jambes à travers Venill, bousculant le peu de personnes se trouvant sur mon passage, il me suivait. Dès que je pris un peu d’avance sur lui, 30 minutes de course poursuite donc, je tournai vers le cimetière et me rendit vite compte que c’était un cul de sac.

« Mince ! »


Me murmurais-je. Je trouvai cachette derrière une tombe, quand j’entendis des pas se rapprocher, suivit de cette voix puissante.


« "Tu es là, je le sais ! Montre-toi ! Trouvons une issue pacifique à cet incident !" »

Me montrer. Cela semblait le seul choix envisageable, alors je sortis prudemment, la tête regardant le sol si terne des cimetières, m’approchant de lui, et à sa hauteur je relevai la tête, fixant d’un regard magnétique ses yeux.

« Ah oui ? Qu’elle est-elle cette issue ? »


Je me méfiais de l’inconnu et sortit ma dague de manche gauche très discrètement au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Karl V.M

Invité

________________


________________



Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyDim 22 Aoû 2010 - 19:23

Les secondes qui défilent me paraissent être une éternité. Enfin, alerté par des craquements de feuilles mortes, je déporte mon regard légèrement sur ma droite. J'observe des ombres, puis une silhouette se dessine. Ses traits se précisent pour me dévoiler une femme. Elle s'avance vers moi, prudente, inquiète. Tête baissée. Sans doute réfléchit-elle à ses chances d'évasion. Elle arrive à ma hauteur. Elle relève la tête, me laissant découvrir son visage.

* Une elfe ? Non... Une demi-elfe. *

Fut un temps où j'aurais remarqué au premier coup d'œil ses deux origines. Suis-je sur le déclin ou bien n'est ce que la nuit qui faussât mon jugement ? Pourquoi douté-je de mes compétences ? Pourquoi maintenant ?

* Mes réponses attendront ! *


Je sens son regard magnétique sur moi. Puis-je me laisser emporter dans son regard ? Me laisser bercer dans ces deux océans dorés ? Ses magnifiques yeux, encadrés par une crinière d'argent qui reflète les lueurs des astres nocturnes ; et tombe en une fontaine de cristal sur ses épaules. Non, je ne dois pas me laisser envoûter par quelque sorcellerie.

Et sa voix résonne dans ma tête telle une douce mélopée... Non, je dois résister...

Un tintement métallique...

Comme au sortir d'un rêve, je me sens lourd sur la terre ferme, prenant conscience de la scène, de ma position, de celle de mon interlocutrice, et de tout ce qui m'entoure. Les pierres tombales, les mausolées, les bancs, les fleurs, les arbres, chaque cailloux qui forment les allées du cimetière, puis l'église, l'entrée du cimetière, et la ville qui dort encore...

Oui, je suis à nouveau moi. je sens les battements de mon cœur, le sang qui coule dans mes veines, mon poumons qui se gonflent puis relâchent des bouffées d'air. Mes sens sont en éveil. Je suis à nouveau Karl Von Morlag, Général de la IIème armée de Madorass !

"Écoute moi bien petite ! Si tu veux t'en sortir en vie, range ta dague ; là tu n'auras plus à te méfier de moi. (lancé-je en guise de prélude, avant de poursuivre : ) Puis discutons... là... sur un banc. Cette alternative te convient-elle ou préfères-tu le bain de sang ? De ton sang, cela va de soi !"

Mon regard plongé dans le sien, je sens mon visage se déformer sous un sourire malicieusement carnassier.
Revenir en haut Aller en bas

Elwing Eol



________________

Elwing Eol
________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Roublard
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : Clans

Âge : 2O ans

Messages : 10

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyLun 23 Aoû 2010 - 19:18

Plus le temps défilait, plus le ciel s’éclaircissait, je dois bien admettre que la lumière m’apaiserait, je ne me suis jamais sentie à l’aise dans l’ambiance pesante qui se trouvait dans les cimetières la nuit. Le simple fait de ne pas pouvoir distinguer correctement mon interlocuteur me déstabilisait, et ça voix aurait eut tendance à me paralysée, mais malgré tout, je restais de marbre écoutant d’une oreille seulement ce qu’il me disait.

"Écoute moi bien petite ! Si tu veux t'en sortir en vie, range ta dague ; là tu n'auras plus à te méfier de moi. »

Petite… Quel surnom ridicule. Il est véridique qu’il était plus grand et davantage imposant par rapport a moi, mais je devait être discrète pour mes devoirs, tandis que lui, face à son équipement et son armure, il devait faire partis d’un corps militaire ou quelque chose comme ça, et pour déstabiliser ennemis, il fallait un physique herculéen, comme le sien. Je rangeai ma dague mais non ma méfiance, il restait un inconnus, je mis alors tous mes sens en éveil afin de guetter ne serait-ce qu’un simple mouvement d’agressivité.

« Puis discutons... là... sur un banc. Cette alternative te convient-elle ou préfères-tu le bain de sang ? De ton sang, cela va de soi !"

Négocier ? Il voulait négocier avec moi, je n’étais pas pour les négociations, je trouvais cela une perte de temps, mais j’avais une douleur à l’épaule qui me dérangeais depuis la nuit dernière, et de toute façon je n’étais pas d’humeur à me crée de nouveaux ennemis, j’en avais bien assez qui s’était crée avec mon métier qui pouvait en déranger certains. Mais le simple fait d’être assise à ses côtés me donnait l’impression d’être inférieur, en position de faiblesse. Il fallait que j’y réfléchisse, mais je n’avais pas vraiment le temps. Je marchais d’un pas lent et feutré, dans les parterres de feuilles, en direction du banc. Devant celui-ci, j’appelai mon « compagnon » à me rejoindre.


« Je ne t’attendrais pas une éternité. Viens. »

Je n’étais pas dans un bon jour et je n’avais aucune envie de montré de la sympathie en son égard, je ne le connaissais pas, ne connaissais pas sa vie, mais il ne m’inspirait pas particulièrement confiance. Je ne voulais pas m’assoir, mais une douleur dans la cheville se fit sentir, alors je m’assis, contre mon gré. Cette souffrance passa assez rapidement, mais je ne me relevai pas, laissant apparaître un mauvais rictus sur mon visage.

« Tu veux ta dague n'est-ce pas ? Et bien que veux tu en échange ? Je te préviens, je n’ai pas énormément d’argent, mais si cela te gêne que quelqu’un respire, dis le moi, et il ne respirera pas encore bien longtemps. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Karl V.M

Invité

________________


________________



Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyMar 24 Aoû 2010 - 11:11

« Je ne t’attendrais pas une éternité. Viens. »

Elle s'assied sur le banc le plus proche, laissant apparaître un léger rictus sur son doux visage. Je doute qu'il soit dû à la tournure des événements. Mon esprit penche plutôt vers une blessure ressente. Point positif, elle cherchera à éviter l'affrontement, et elle ne pourra pas s'échapper bien vite, ni bien loin, en courant. Je la rejoins sur le banc, cherchant à paraître le plus détendu possible, sans toute fois relâcher mon attention. Un coup de dague était si vite arrivé...

« Tu veux ta dague n'est-ce pas ? Et bien que veux tu en échange ? Je te préviens, je n’ai pas énormément d’argent, mais si cela te gêne que quelqu’un respire, dis le moi, et il ne respirera pas encore bien longtemps. »

Droit au but ! Elle ne veux pas que la scène s'éternise. Les meilleurs négociants savent qu'il faut toujours tourner autour du pot. Les négociations se gagnent à l'usure. Je pars avec un avantage.

* N'endors pas ta vigilance Karl ! *

Elle attend ma réponse. Et j'ai celle qu'elle attend. Cependant, il me reste quelques zones d'ombres à éclaircir. Des réponses qui illuminerait ma nuit, comme les rayons du soleil inondaient l'horizon. Sans davantage chercher mes mots, je lance :

- Le sang a assez coulé sous mes ordres pour un long moment. Je vais refuser ta proposition. Toutefois, je pense pouvoir trouver une solution qui sera bien plus avantageuse pour nous deux. (Je plonge mon regard dans le sien, afin d'attirer toute son attention et poursuis :) Mais avant d'en arriver là, j'aimerais te poser une question. Pourquoi as-tu volé ma dague, ou qui te l'a ordonné ?
Revenir en haut Aller en bas

Elwing Eol



________________

Elwing Eol
________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Roublard
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : Clans

Âge : 2O ans

Messages : 10

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyMer 25 Aoû 2010 - 0:08

Il vint se poser à mes côtés sur le banc, je le fixai le temps d’un fragment de seconde, il était lourdement armé et recouvert d’une armure en écailles de dragon blanc, je reconnaissais cette matière que j’avais eut la chance d’apercevoir sur l’un des porteurs naturels de ces peaux.

- Le sang a assez coulé sous mes ordres pour un long moment. Je vais refuser ta proposition. Toutefois, je pense pouvoir trouver une solution qui sera bien plus avantageuse pour nous deux. Mais avant d'en arriver là, j'aimerais te poser une question. Pourquoi as-tu volé ma dague, ou qui te l'a ordonné ?

J’écoutai attentivement sa lourde voix de guerrier, il proposait encore et toujours une issue que j’ignorais totalement mais je m’étais trouvé, je pense, bien assez brusque avec lui pour le moment. Cependant il fallait qu’il soit fixé sur mes attentions et sur le personnage que j’étais, je me contentai donc de répondre d’un ton sec à ses question, aussi futiles soit-elle. Pourquoi l’avais-je volé ? … L’instant ou mon regard avait croisé ce magnifique objet retraversa mon esprit, je ressentis de nouveau cette envie de le posséder, mais comment expliquer cela.

« Premièrement, on ne m’ordonne pas un vol. Ce n’est pas mon métier. Je ne vois aucune utilité à voler pour quelqu’un d’autre, mais cela n’est que mon humble avis. Ensuite j’ai simplement vus ta dague par la fenêtre, elle était belle et je venais d’égarer l’une des miennes, il fallait bien que je la remplace, cela m’étais essentiel pour exercer mes obligations professionnel. »

Je me levai précipitamment du banc, je ne supportais pas, ou très peu, le fais de ne rien faire en dehors de mon sommeil, j’avais tant de chose à faire dans cette journée qui commençait
.
*Il faut que j’écourte cette petite rencontre rapidement.*

Je me retournai face à cet homme et le fixa intensément.

« Je n’ai pas toute la nuit, malheureusement. Je me dois donc dans l’obligation de te presser légèrement. »

Je détournai quelque peu mon regard et le posa sur l’allée. Je vis l’une de mes cibles passer devant le virage qui dérivait vers le cimetière, elle marchait les cheveux au vent, tenant par la main un jeune garçon. Elle disparut bien vite de mon angle de vision.

*Fuis tant que tu peux ma petite, fuis, ma course ne sera que plus amusante. *

Je me penchai et pris une feuille morte de mes fins et longs doigts, et regarda de nouveau mon interlocuteur, laissant la feuille m’échapper dans une brise de vent qui me caressait la peau, me faisant esquisser un léger sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Karl V.M

Invité

________________


________________



Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyMer 25 Aoû 2010 - 19:25

« Premièrement, on ne m’ordonne pas un vol. Ce n’est pas mon métier. Je ne vois aucune utilité à voler pour quelqu’un d’autre, mais cela n’est que mon humble avis. Ensuite j’ai simplement vus ta dague par la fenêtre, elle était belle et je venais d’égarer l’une des miennes, il fallait bien que je la remplace, cela m’étais essentiel pour exercer mes obligations professionnel. »

Comme la demi-elfe se leva précipitamment, je restais immobile, assis sur le banc. Mon regard accroché sur sa silhouette qui s'enfonçait dans l'ombre, je scrutais ses moindres faits et gestes. Et je soupçonnais la naissance de l'impatience dans son être. Je ne m'en inquiétai pas pour autant. Elle se retourna, me fis face ; elle me fixait intensément.

« Je n’ai pas toute la nuit, malheureusement. Je me dois donc dans l’obligation de te presser légèrement. »

Elle abattait ses cartes. Trop vite. Elle dévoilait son jeu. L'impatience. Elle lui ferai perdre les négociations, et la face. La seule vraie question était : jusqu'où irait ma rancune avec elle ? Karl Le Rancunier. Ainsi m'appelait-on. Les soldats. Mes supérieurs. Et les troubadours qui chantaient mes victoires. Mais cette demie elfe mériterait-elle ma rancune ?

Son regard se porta maintenant sur l'allée, puis quelque part vers le virage. Avait-elle vu quelque chose, quelqu'un ? Ou bien réfléchissait-elle à sa fuite. Elle était coincée ; au pied du mur. Mais elle ne le savait pas encore. Ma rancune serait inutile. Je ne souris pas, mon visage devait rester serein, je ne devait pas me trahir.

Elle se pencha, attrapa une feuille morte. elle me regarda une nouvelle fois. Qu'avait-elle en tête ? La feuille s'envola dans une légère brise. L'avait-elle échapper ? Non, elle observait le sens du vent. Le vent accélèrerait sa course. Elle voulait fuir. Elle esquissa un sourire. Elle était prête. Mais je ne bougeais pas. Je souris. Enfin ! Enfin elle était au pied du mur, et la réalité lui apparaîtrait.


* Tout doux, mon beau, ne démolis pas tout le cimetière... *

La lumière lunaire se voila, comme dissimulée derrière un nuage. Mais ce n'était pas un nuage. Svyltraen. Mon griffon ! Il était là... Il suivait la scène de son royaume le ciel. Et il savait quand il aurait à intervenir. Et le moment était... arrivé !

Ses lourdes pattes de lion se posèrent avec une étonnante douceur - étonnante pour ceux qui n'avaient jamais côtoyé ces magnifiques créatures - entre les dalles mortuaires. Les pierres ne se brisèrent pas sous son poids. Ses ailes géantes largement ouverte lui conférait une impression de puissance. Ses victimes y ont d'ailleurs vu plus qu'une impression. Sa queue fouettait l'air.

Svyltraen se tenait droit dorénavant ; les ailes repliées et son regard perçant sur la demie elfe qui découvrait la créature dans son dos. Je me fendis d'un plus large sourire et me leva enfin. Je contournai la donzelle pour m'approcher de ma monture. Je lui caressa l'encolure et celui-ci me répondit par ce sifflement guttural qui m'était devenu si familier.

Je regardai enfin la demi-elfe. Je ne cherchais plus à savoir ce qu'elle pensait, ni ne ressentait. Au moindre mouvement, je savais comment cela finirait. L'attente lui avait sans doute parut longue - et je n'en avait que faire -, mais je lui rétorquai enfin :


- Je te présente Svyltraen. Tu l'auras compris, ce griffon est ma monture. Il est doux comme un agneau. Avec moi. Avec mes ennemis, c'est autre chose. Jusque là, je ne considérais que tu n'en faisais pas partie. Pour moi c'est toujours le cas; Pour Svyltraen... J'ai bien peur que ce ne soit différent.

Le griffon ouvrit son large bec d'aigle et poussa un cri rauque qui résonna dans la cité, faisant vibrer l'air lui même. Je poursuivis :

- Je traduis : il confirme. Pisse pas dans ta culotte, jeune fille, une solution pacifique est encore envisageable. Retournons tranquillement sur le banc... et reprenons notre discussion. Remarque le dilemme : le banc avec moi, ou Svyltraen...

Je plongeai mon regard dans celui de la donzelle, secondé par ma monture, bien plus perçant et intimidant que moi, je le reconnais bien volontiers. Tous deux attendions sa réponse. Dans les deux cas je finirais gagnant. Mais Svyltraen préférait sans doute la deuxième solution. Mon instinct me soufflait à l'oreille que mon griffon n'avait pas trouver de quoi se repaître durant la nuit. Le voyage avait été long, et son appétit avait grandi en conséquence. Il était affamé !
Revenir en haut Aller en bas

Elwing Eol



________________

Elwing Eol
________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Roublard
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : Clans

Âge : 2O ans

Messages : 10

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptySam 28 Aoû 2010 - 20:15

Il restait insensible à mes paroles, immobile sur le banc laissant à peine percevoir les mouvements de son diaphragme, ensevelit sous une peau qui n’était pas la sienne. Ses yeux fixaient attentivement ma silhouette, sa tête était droite, on l’aurait facilement dit mort. Quand un sourire étonnant se dessina sur ses lèvres, puis la nuit qui aurait dut doucement s’éclaircir laissant place par la suite au soleil s’assombrit, je ne me posai pas de question, certainement un nuage, le ciel était, dans mes souvenirs, particulièrement couvert en cette fin de nuit.

Je sentis du bout de mes pieds un léger tremblement dans le sol qui dura un fragment de seconde, je sentais une présence derrière moi, mais je ne me retournais point, ce n’était pas le moment. L’imposant guerrier se leva et s’approcha de moi pour finir par me contourné, je suivis ses pas du regard, puis tournai mon corps quand il passa derrière moi. Je découvrais une bête majestueuse que j’étudiai le temps d’une secondes, elle avait un corps et une tête d’aigle, des pattes et une queue de lion, et laissant apercevoir parmi les plumes dressées sur sa tête, des oreilles de cheval. Un griffon. J’avais depuis aussi longtemps que je me rappelle, fait naître en moi une passion de ces animaux si étranges et fascinant, mais je n’avais jamais eut l’occasion d’en voir un. Ses ailes fendaient l’air, et son regard était exclusivement concentré sur moi. Mes yeux se remplirent de joie d’enfin pouvoir approcher et voir l’une de ces créatures autre que dans les livres que j’avais bouquiné pour me cultiver, en revanche, je ne souriais pas, ma joie était intérieur, aucun besoin de la faire partager au guerrier.

« Je te présente Svyltraen. Tu l'auras compris, ce griffon est ma monture. Il est doux comme un agneau. Avec moi. Avec mes ennemis, c'est autre chose. Jusque là, je ne considérais que tu n'en faisais pas partie. Pour moi c'est toujours le cas; Pour Svyltraen... J'ai bien peur que ce ne soit différent. »


Alors il avait apprivoisé cette créature, ce guerrier n’était peut-être pas si pitoyable finalement, un léger se sourire se forma sur mes lèvres, non un sourire de joie, ni un sourire moqueur, simplement un sourire. Svyltraen ouvra son bec et émit un cri perçant dans la nuit, il brisait le silence si pesant des cimetières, mais aussi celui reposant de la nuit.

«- Je traduis : il confirme. Pisse pas dans ta culotte, jeune fille, une solution pacifique est encore envisageable. Retournons tranquillement sur le banc... et reprenons notre discussion. Remarque le dilemme : le banc avec moi, ou Svyltraen... »

Pisser dans ma culotte ? Et puis quoi encore. Il est vrai que son griffon était impressionnant, mais étonnement il ne m’effrayait pas… Alors je me contentai simplement de lui expliquer les faits, tentant de rester calme après qu’il m’est mépris à ce point.

« Pourquoi nous assoir, je ne supporte pas le fait d’être assise et que cela traîne en longueur, la patience n’est pas mon fort je l’admets, et l’inactivité non plus. Je ne suis pas contre l’issue pacifique, seulement, je ne veux pas m’assoir. Je ne tenterai rien à ton égard, je peux poser mes armes si c’est cela que tu crains si je ne suis pas à tes côtés sur le banc »


Je n’évoquai pas sa remarque puérile, à quoi cela servirait-il de remettre de l’huile sur le feu. Je m’avançai vers une tombe et enleva la poussière qui s’y était déposé après plusieurs années d’abandon, quand un nom se dessina sur la pierre tombale « Niniel Eöl », le nom de ma mère. Je me contentai de regarder ce bout de pierre d’un regard vide, et partit en direction du banc, et partit en direction du banc et m’adressai sans le regarder a l’homme.

« Si l’on commençait par des présentations. Je me nomme Elwing Eöl, Demi-elfe. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Karl V.M

Invité

________________


________________



Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyLun 30 Aoû 2010 - 10:33

* Quel retournement de situation ! *

Elle faisait face à un griffon et à son cavalier sans en être pour autant effrayée. Le caractère de la donzelle était plus bouillant qu'il n'y paraissait. Elle tentait une percée pour prendre en main la conversation. Cela devenait enfin intéressant. Je remerciai silencieusement Svyltraen pour être intervenu en électrochoc.

Elle proposait de déposer les armes, Mais ce n'était pas ses armes que je craignais. Elle dépoussiéra une pierre tombale. Je ne parvenais pas à lire l'inscription abîmée par le temps. Puis sans me regarder, elle lança :


« Si l’on commençait par des présentations. Je me nomme Elwing Eöl, Demi-elfe. »

Demi-elfe. Elle m'annonçait ça comme une référence, comme un titre. Un titre de noblesse ou un titre de Maître artisan. Je me voyais mal lui répondre Karl Von Morlag, humain. Comme si le fait d'être humain résumait mon parcours, et ce que je suis. Comme si humain résumait ma vie. Non, j'étais humain, mais ce n'est pas ce qui caractérisait me vie. Je m'approchais d'Elwing Eöl et choisis de répondre, avec un ton plus solennel que je ne l'aurais souhaité :

- Karl Von Morlag, Général de la IIème Armée de Madorass.


Et afin que précision soit faite, j'ajoutai :

- Pour ce qui est des armes, tu peux les garder. Mais ne t'avise pas de partir en courant...

Comme une suite à mes... conditions, je jetai un regard à Svyltraen. Il savait que dès lors, il entrerait en jeu ; et je savais qu'il prenait son rôle très à cœur.
Revenir en haut Aller en bas

Elwing Eol



________________

Elwing Eol
________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Roublard
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : Clans

Âge : 2O ans

Messages : 10

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyJeu 9 Sep 2010 - 13:09

Il se présenta à son tour sous le nom de Karl Von Morlag, un général de l’armée de Madorass. Sa lourde et puissante voix résonnait dans le cimetière, il m’annonça que je pouvais garder mes arme, une bonne nouvelle, je pourrais toujours m’en servir si la conversation se terminait en une bataille sanglante à épée contre dague. Un combat qui serait quelques peu déséquilibré, certes. Mais ce n’est pas pour autant qu’il serait le gagnant. Je pris une grande inspiration et repris la conversation.

« Je ne suis pas bonne en marchandage, mais un échange me semble la solution adéquate étant donnée que je désir cette magnifique dague, elle a un équilibre parfait. La rendre ne me semble pas envisageable, et je n’ai aucune envie de me battre, alors, qu’est-ce qui pourrait t’intéresser contre elle ? »

Je jetai un rapide coup d’œil à la bourse contenant mon argent qui était solidement attaché a ma ceinture en cuir et la prit dans mes mains glacées. Il ne me restait qu’une dizaine de pièce d’or. Je la présentai au général, mon regard porté sur celle-ci et lui dit d’un ton très posé.

« Je manque d’argent, mais si c’est cela que tu désires contre ta dague, je trouverais bien à en gagner. »


[HRP : Assez court et peut-être des fautes, écrire en perm c'est pas simple >.< ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Karl V.M

Invité

________________


________________



Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyJeu 9 Sep 2010 - 15:24

« Je ne suis pas bonne en marchandage, mais un échange me semble la solution adéquate étant donnée que je désir cette magnifique dague, elle a un équilibre parfait. La rendre ne me semble pas envisageable, et je n’ai aucune envie de me battre, alors, qu’est-ce qui pourrait t’intéresser contre elle ? (elle regarda sa bourse et la porta à mon regard avant de poursuivre : ) Je manque d’argent, mais si c’est cela que tu désires contre ta dague, je trouverais bien à en gagner. »

J'étais irrité. Bas les masques, je ne feins pas de sentiments étrangers ; mon irritation déforma mon visage et tendit mes muscles. Pourtant je ne resserrai pas mon poing sur le manche de mon marteau. Il m'était encore possible d'éviter de broyer son crâne et de répandre son liquide céphalique dans le cimetière.

Je n'avais que faire de son argent, et les moyens qu'elle avait à sa disposition pour remplir sa bourse ne m'intéressait pas le moins du monde. Cette petite peste ne comprenait rien. J'avais en horreur ces gens qui croyaient savoir écouter mais étaient en réalité sourds comme des pots. J'attendis que ma tension retombe avant de lui répondre, mais il n'y avait rien à faire. C'était donc tendu que j'éclairai sa lanterne :


- Je crois que nous nous sommes mal compris... L'issue pacifique nécessite que tu me rendes ma dague. Il ne pourra en être autrement. Reste à savoir si tu veux vivre, ou mourir. Quand tu auras choisis entre la vie et la mort - en l'occurrence, que tu auras choisis de vivre -, nous pourrons peut-être enfin nous intéresser à ce que tu veux en échange. Ai-je été clair cette fois-ci ?

Perdu dans les méandres de mon discours, je ne m'étais pas rendu compte que je me tenais devant elle en adoptant une posture militaire, et la toisais d'un regard mauvais. Bien rares étaient ces occasions qui se présentaient à moi ; en règle générale, je réprimandais un soldat ayant fait le choix de faire fis de mes ordres. Et il sortait de mes quartiers, penaud, honteux, mais toujours plus loyal ! Or, là, il ne s'agissait pas d'un de mes soldats ; Elwing Eol n'avait pas de compte à me rendre. Simplement ma dague, qu'elle avait osé me voler. Et mon courroux ne se limiterait pas à des menaces, si elle ne me la restituait pas. Elle mourrait, les os broyés par mon marteau Ghal-Zaruuk. Et là encore, ce serait un bien piètre châtiment, sans doute la haine m'inspirerait davantage de violence et de douleur. Pour l'heure, Elwing n'était pas condamnée, et au fond de moi, j'espérais ne pas faire couler le sang...

* Mais si elle s'obstine, je n'hésiterai pas une seconde ! *
Revenir en haut Aller en bas

Elwing Eol



________________

Elwing Eol
________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Roublard
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : Clans

Âge : 2O ans

Messages : 10

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyDim 26 Sep 2010 - 18:25

- Je crois que nous nous sommes mal compris... L'issue pacifique nécessite que tu me rendes ma dague. Il ne pourra en être autrement. Reste à savoir si tu veux vivre, ou mourir. Quand tu auras choisis entre la vie et la mort - en l'occurrence, que tu auras choisis de vivre -, nous pourrons peut-être enfin nous intéresser à ce que tu veux en échange. Ai-je été clair cette fois-ci ?

Mal compris je ne sais pas, c’est surtout que nous n’étions pas vraiment sur le même terrain d’entente. Je désirai sa dague et lui souhaitait la récupérer, comment s’entendre dans une situation pareille ? Il y a maintes lunes la solution du duel me serait apparut comme une évidence, mais j’avais mûris depuis cette période, et je voulais, pour me le prouver à moi-même, apprendre à marchander. Le voyant indisposé à mon argent et a tous mes services quelques qu’il soit, je devais la lui restituer même si je le faisais contre mon gré. Je fis rentrer ma main gauche dans ma manche droite, le fixant intensément du regard, et récupéra sa dague. Je la regardai une dernière fois, ses ornements tous plus brillants les uns que les autres, et lui tendit ma main la contenant.

- Je te la rends.


*Que lui demander en échange ?*

Je fixai le ciel et réfléchis quelques instants, si j’avais pus marchander n’importe quoi, j’aurai demandé une nouvelle vie, mais il ne pouvait m’en donné une. Alors je me contentai de lui demandez d’une petite voix quelques pièces.

- En échange, j’aurai pensé a quelques pièces afin de pouvoir m’acheter une nouvelle dague, ça m’éviterai de devoir en voler une autre.

Je fis un léger sourire discret et posa mon regard sur le sol de ce lieu sinistre.


[ HRP : Désolée d'avoir été si longue (: ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Karl V.M

Invité

________________


________________



Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyLun 27 Sep 2010 - 15:20

Le silence régna durant quelques instants. L'atmosphère était déjà tendu,et j'étais pourtant parvenu à jeter un froid. Difficile de croire qu'on pouvait aller plus bas. Mais un affrontement dans le cimetière pourrait il être considéré comme étant chaud ? Non... Le froid n'était qu'une étape de plus vers le bain de sang. La tension, le froid, la mort. C'était toujours ainsi que cela se passait. La descente aux enfers. Un enfer sans flamme ni brasier. Un enfer sombre et froid. Cette conversation semblait me mener tout droit. Mourir ici ou vivre avec une mort de plus sur la conscience. La récompense serait la même. La même solitude. Le même vide. Seule la forme de la mort changerait...

Malgré mes sombres pensées, je restais sur mes gardes. Paré à tout éventualité. Peu importe la fin. Je ne mourrais pas sans combattre. La dague de Mère valait tous les sacrifices. Peu importait que je devienne une ombre ; peu importait que je meurs. Je devais le faire, pour Mère. La demie elfe déplaça sa main et la plongea dans sa manche. Elle me fixait. Je lus une forte intensité dans son regard. Elle sortit ma dague. Je me tins près à bondir. Elle mourrait au moindre geste. Elle regarda la dague. Elle tendit le bras. J'empoignai mon marteau, près à la réduire en bouillie lorsqu'elle prononça ces mots :


- Je te la rends.

Le temps s'arrêta. Mon cœur aussi. Les palpitations reprirent un rythme régulier au bout de quelques secondes. Je sentais à nouveau ma dague dans la paume de ma main. Je sentais ses moindres orfèvreries. J'appréciai à nouveau le contact de la tête d'aigle sous mes doigts. Puis ce fut une image de Mère qui s'inscrivit dans mon esprit. Mais qui s'évanouit presque aussitôt, laissant place à la dague, posée sur ma table de chevet, accompagnée d'un mot de Mère. Ce jour où j'avais compris que j'étais seul au monde. Mais la vie m'avait souri par la suite. j'avais su rebondir. j'étais devenu Général à Madorass. Je servais mon Roi. Je n'avais pas le droit de flancher. Pas devant une enfant. Pas devant une voleuse. Pas même une voleuse honnête. Je rangeait ma dague à mon ceinturon quand Elwing Eol poursuivit les négociations :

- En échange, j’aurais pensé a quelques pièces afin de pouvoir m’acheter une nouvelle dague, ça m’éviterai de devoir en voler une autre.

Elle sourit discrètement et baissa son regard, comme fuyant mes yeux. Mais ce n'était pas tant son attitude qui me préoccupait. Un nouveau problème était à résoudre. Combien débourserais-je ? J'avais prévu cette éventualité, et je comptais m'y résoudre. Ma solde de Général n'était pas ingrate, et l'or ne m'intéressait que bien peu. Je n'avais personne à entretenir ni à gâter. Non, l'or ne m'intéressait pas. Mais était-ce une raison pour débourser une fortune pour satisfaire une inconnue. Une voleuse de surcroît. Le doute me hantait. Conscient qu'il était inutile de tergiverser dans mon esprit, je finis par demander :

- Et de combien de pièces d'or aurais tu besoin ? (avant qu'elle ne réponde je m'empressai d'ajouter : ) Il va de soi que j'aimerais avant toute chose avoir des garanties concernant la bonne conduite que tu adopteras dans le futur...
Revenir en haut Aller en bas

Elwing Eol



________________

Elwing Eol
________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Roublard
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : Clans

Âge : 2O ans

Messages : 10

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptySam 2 Oct 2010 - 23:33

- Et de combien de pièces d'or aurais tu besoin ? Il va de soi que j'aimerais avant toute chose avoir des garanties concernant la bonne conduite que tu adopteras dans le futur...

Des garanties ? Il me faisait rire, comment voulait-il que je lui garantisse une telle chose ? Je pouvais bien lui dire que je ne recommencerais plus, chose qui était vrai, mais j’aurais pus le lui dire et en faire tout autrement, et là, il n’avait aucune certitude que si je lui promettais cela, ce n’était pas des paroles en l’air. Ce n’étais pas tellement mon genre, je n’avais qu’une seule parole, mais il fallait qu’il me fasse confiance, et vu comment notre rencontre s’était déroulé, je doute qu’il en ait une quelle quelle soit en vers moi, ce qui était, après tout, normal. Pour ce qui est de la somme que j’avais besoin, je fis un simple calcul dans ma tête, pour avoir une dague de qualité correcte il fallait compter dans les 200 pièces d’ors, mais je ne voulais pas lui en demander autant.

- 150 pièce d’ors devraient être suffisant pour trouver une dague correcte dans le commerce.

Je lui mentais, certes, mais je me débrouillerai à trouver les 50 restantes, ou alors je négocierais avec un marchand.

- Pour ce qui est de ma bonne conduite, je n’ai aucune preuve formelle a t’offrir. Je peux simplement te donné ma parole que je ne te volerais plus, a toi de trouver la confiance suffisante pour que cette garantie te suffise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Karl V.M

Invité

________________


________________



Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] EmptyDim 3 Oct 2010 - 12:37

- Cent cinquante pièce d’ors devraient être suffisant pour trouver une dague correcte dans le commerce.

J'étais perplexe, ne sachant si elle m'épargner ou si elle essayait de me rouler. J'avais exercé la profession de forgeron, jadis -que ce temps me parut lointain tout à coup-, et je me tenais au courant des prix des armes. On trouvais des dagues à cent cinquante pièces d'or, même moins... Mais une dague de la facture de Malandir valait bien plus et je doutais qu'Elwing Eol puisse être intéressée par une camelote, même à cent cinquante pièces d'or...

- Pour ce qui est de ma bonne conduite, je n’ai aucune preuve formelle a t’offrir. Je peux simplement te donné ma parole que je ne te volerais plus, a toi de trouver la confiance suffisante pour que cette garantie te suffise.

Tout cela était bien évident. Je ne repartirait d'ici avec aucune certitude. Sauf peut être celle qui consiste à lui couper la tête si elle me vole une nouvelle fois. Voila bien une chose dont j'étais certain. Ce n'était pas tant ma sécurité ni ma sûreté qui me préoccupaient, mais celles des autres ressortissants du Royaume. Et il me fallait encore au nombre de pièces d'or je lui donnerais. Je décidai donc de relier les deux problèmes :

- Je te donne deux cents pièces d'or. Ça te paiera une dague de qualité. J'ai envie de te conseiller le forgeron de Beolan. Tant à Venill qu'à Madorass, les meilleurs forgerons travaillent exclusivement pour l'armée. Tu trouveras ton bonheur dans les montagnes.


Je tendis une bourse de deux cents pièces d'or à la demi elfe, puis me ravisa et apporta quelques précisions :

- Retrouves moi dans trois Lunes à Madorass, dans mes quartiers. Demande le Général Von Morlag. Donne ton nom aux gardes, ils sauront qui tu es. Là je te donnerai la même somme, pour un travail. J'aurai besoin de toi. Si tu es d'accord, bien entendu...


Je plongeai mon regard dans le sien, attendant sa réponse. Elwing choisirait-elle d'aider un serviteur du Roi ou bien préfèrerait-elle mener sa vie de solitaire ? La réponse se faisait attendre, mais je restais patient.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] _
MessageSujet: Re: Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]   Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Pour Malandir ! [pv : Elwing Eol]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Venill :: Église en ruines-