''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 À travers les collines ... (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tyrion Nephal'm



________________

Tyrion Nephal'm
________________


Race : Humain
Classe : Druide
Métier : Grand Maitre Spirituel Nephal'm
Croyances : Culte Nephal'm
Groupe : Clan Nephal'm

Âge : 104 ans

Messages : 14

Fiche de Personnage : Le dernier Nephal'm


À travers les collines ... (libre) _
MessageSujet: À travers les collines ... (libre)   À travers les collines ... (libre) EmptyLun 30 Jan 2012 - 22:34

À travers les collines ...


Tyrion avait décidé de poursuivre son voyage, espérant trouver sur son chemin quelques petits havres de tranquillité où il aurait la possibilité de reposer ses vieilles jambes. Après sa halte à Venill, il avait entrepris de traverser les Grandes Plaines afin de se rendre à la cité royale. Certes il était risqué pour un homme avec une telle histoire de se rentre dans la ville la plus somptueuse du Royaume, mais il souhaitait avant tout faire briller la divine lumière de ses enseignements aux malheureux habitants, devenus les martyres de la folie du roi Hendenmark. Le maître spirituel ne perdait pas la foi ; il se sentait animé d’une vigueur inexplicable et sa détermination au fil de ses épreuves en ressortait toujours plus grande.

C’était une journée splendide, le soleil brillait de milles feux, répandant lumière et chaleur sur les collines et les créatures. L’horizon des collines semblait fusionner avec les rayons de l’astre, donnant l’impression que l’on se trouvait dans les jardins de pureté. Alors que les fleurs semblaient s’étirer vers le soleil, des oiseaux s’envolaient hors de grands chênes aux feuilles pourpres vers les étendues vastes de Feleth. Le sol était jonché de grands rocs, où de petits rongeurs avaient l’habitude de s’y reposer. Tyrion marchait d’un pas souple et avisé à travers ce magnifique refuge de tranquillité. L’endroit semblait être animé d’une présence divine, qui ne laissait pas le grand maitre spirituel indifférent. Il décida de s’arrèter près d’un petit ruisseau, qui traversait le bosquet, afin de méditer quelques instants, et de ressentir la présence de chaque créature, chaque brin d’herbe, et de faciliter sa réflexion sur les épreuves qu’il avait récemment surmontées. Chacun des sens de Tyrion étaient en éveil.Le ruissellement de l’eau s’accordait avec les murmures du vent, qui semblait transporter avec lui les effluves des arbres fruitiers. Au sommet de ceux-ci, les oiseaux portaient leur attention sur le maitre spirituel ; assis en tailleur, son souffle s’accordait au rythme du vent, son dos le tenait aussi solidement que le tronc des chênes et il dégageait un aura aussi accueillant que n’importe quel nid d’hirondelles. Sa méditation le plongeait dans une sorte léthargie spirituelle, où seul son esprit restait éveillé.

Tyrion fut sortit de sa torpeur par un craquement sourd. Il crut entendre des respirations rauques mêlées à des martèlements sourds. Avant qu’il ne puisse faire le moindre geste, le vieillard fut projeter violement au sol. Le maitre spirituel leva les yeux et vit qu’un énorme loup mettait tout son poids pour l’empêcher de faire le moindre mouvement. Son pelage argenté reflétait les rayons du soleil, et ses lourdes pâtes étaient surmontées de grandes griffes aussi aiguisées que des lames de rasoir. De sa gueule enragée sortait des crocs capables de transpercer l’armure la plus lourde et de déchiqueter les membres d’un ogre.

« Doucement, stupide bête, hurla une voix grave. Ne le dévore pas tout de suite ! Laisse nous le temps de dépouiller cette vieille carcasse. »

Tyrion tourna la tête et se rendit compte qu’il était la victime d’un groupe de brigands. Ces vauriens sillonnaient les plaines en quête de pauvres victimes. Le vieillard était dans une bien mauvaise posture ; même s’il se débarrassait de l’énorme bestiole, il ne pouvait faire face à trois brigands armés jusqu’aux dents. L’homme à la voix d’ogre s’approcha du maitre spirituel, et poussa le loup d’un coup de pied. Sa figure balafrée montrait que le bandit n’était en rien un novice, alors que les deux maigrelets qui l’accompagnaient semblaient être plus arrogants qu’expérimentés. Il sortit son épée de son fourreau, et s’approcha de Tyrion.

« C’est un bien beau grimoire que tu as la, observa t-il après l’avoir dépouillé de sa bourse. Et l’ornement de ce bâton doit valoir, ma foi, une petite fortune. »

Les deux autres poussèrent un ricanement mauvais. Alors que le balafré s’éloignait, le plus jeune des trois s’approcha du vieillard, dague en main, s’agenouilla et lui dit :

« Une dernière chose à dire, avant que je ne t’égorge et que je te laisse en pâture à mon loup ? »

Etait-ce ainsi que se terminait le périple de Tyrion ? Le maitre spirituel ne pouvait s’y résoudre ; le poids de son fardeau n’était pas allégé et il sentait encore dans son cœur la force de vivre. Comment pouvait-il s’en sortir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alhone Aargarëth



________________

Alhone Aargarëth
________________


Race : Demi-Elfe
Métier : chevalier de lumière
Âge : 19

Messages : 25


À travers les collines ... (libre) _
MessageSujet: Re: À travers les collines ... (libre)   À travers les collines ... (libre) EmptyLun 30 Jan 2012 - 23:49

    L'herbe tendre absorbait les bruits de pas réalisés par la bête géante, tant et si bien qu'il passait inaperçu devant certains petits rongeur de cette faune et cette flore exceptionnelle. L'herbe verte emplissait ses naseaux tout comme l'air pure qui vagabondait librement dans cette plaine d'émeraude.
    Remettant une mèche de cheveux à sa place, la paladine accompagnait de ses mouvements de hanche son Destrier et continuaient de scrutter l'horizon sans perdre une seule miette du tableau qui se dressait devant elle. Remettant son poing d'acier droit sur ses hanches, elle se mit en équilibre sur ses étriers car au loin un détaille la chiffonnait...

    Ce n'était rien d'autre qu'un petit étang au finale, ou s'assemblaient une caravane avec quelques passant.
    Se remettant correctement sur sa selle en caressant sa lame, elle talonna son cheval qui poussa une allure rapide vers le nord.
    Le soleil et le temps l'avaient poussés à sortir du domaine riche d'Athfalt, un vieux duché ou des ennuies avaient surgis depuis peu: elle avait été envoyée vers l'est pour repousser les éventuels semeurs de troubles et dissoudre certaines rumeurs. Pour cela elle portait toujours sur elle son armure de chevalier de lumière, son épée, son bouclier et quelques sacs de provisions en plus de son destrier de combat et d'une gourde de soin.

    Rapidement elle avançait, allongeant la distance qui la séparait de l'étang pour rejoindre au plus vite la solitude, lieu de prédilection ou chevaliers et paladins se réfugient afin de purifier leur âme de tous leurs maux.
    Bien vite elle du arrêter son allure d'une main sèche, au loin elle aurait entendu un loup grogner puis quelques ricanements sadique, tous cela n'avait rien de bon pour la paladine qui tentait de canaliser son animal rendu légèrement excité par cet arrêt soudain.
    Repérant enfin la provenance du bruit, la jeune brune porta son bras à l'horizontale, face au vent pour bien signaler son premier avertissement. Les jambes lourdes de son armure pressèrent les flans de la bête qui s'élança tel un tank vers la source de toute cette cacophonie.

    Trois hommes faiblement vêtus accompagnés d'un loup gris au pelage sacrément gris avaient décidés de s'attaquer à un pauvre homme semblait-il, le destrier de guerre avait déjà ouvert sa bouche tant son écume commençait à paraître sur son poitrail, il battait l'air avec une telle vitesse que le choc qu'il allait produire n'allait certainement pas laisser de vie sauve...
    A l'aise dans ses étrier, Alhone conservait son sang froid en se répétant sans cesse qu'un homme de sauvé, entraînait dix autre de tués: elle n'aurait sans doute pas du se lancer dans ce genre de bataille dont les parts étaient inégalement réparties dès le début...

    " - CASSEZ VOUS BORDEL DE MERDDDDEEEUUUUH "

    Ne laissant pas le choix ni le temps de fuite aux individus, le destrier plongea littéralement sur deux hommes, l'on avait esquivé par chance, un bras cependant avait craqué, l'autre n'avait pas eu la même chance, d'abord percuté de plein fouet, il fut écrasé par la petite tonne du tank-Shire qui avait passé à une allure folle.
    Plusieurs mètres plus loin, Alhone fit pivoter sa bête en portant sa main droite à sa hanche gauche: le crissement de la lame d'argent contre son fourreau était un son qui ne trompait pas généralement en temps de guerre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tyrion Nephal'm



________________

Tyrion Nephal'm
________________


Race : Humain
Classe : Druide
Métier : Grand Maitre Spirituel Nephal'm
Croyances : Culte Nephal'm
Groupe : Clan Nephal'm

Âge : 104 ans

Messages : 14

Fiche de Personnage : Le dernier Nephal'm


À travers les collines ... (libre) _
MessageSujet: Re: À travers les collines ... (libre)   À travers les collines ... (libre) EmptyMar 31 Jan 2012 - 1:04

Alors que tout semblait perdu pour le vieux druide, la silhouette vigoureuse d’un cavalier transperça l’horizon ensoleillé. L’étalon fonça, tel un bélier, sur les deux brigands, ne leur laissant que la surprise en guise de bouclier. Le choc fut terrible, le plus jeune des bandits n’y survécut d’ailleurs pas, piétiné par l’énorme animal. Le balafré, sonné, vacilla pour finalement s’étendre violement sur le sol dans un craquement sourd. Le jeune bandit qui s’apprêtait à égorger Tyrion se mit à hurler des paroles incompréhensibles. Il se précipita vers le balafré et bientôt, tous deux se tournèrent vers le cavalier … qui s’avéraient être une jeune cavalière. Le maitre spirituel fut ébloui par la présence qu’elle dégageait. Du haut de son destrier, il semblait que le soleil la soutenait.

« On va te faire la peau, ma jolie grogna le balafré. Tu sais pas qui je suis ! Moi et ma bande on est recherché dans toute la région… » finit il en pointa son épée en direction de la jeune femme. Le jeune bandit arrêta le mouvement de son chef et lui murmura quelques mots à l’oreille. Le balafré se stoppa, pétrifié, et tourna la tête vers le cadavre du troisième bandit. A la vue du corps inerte, il se mit à hurler sauvagement tout en bougeant ses énormes bras dans le vide, ce qui ajoutait un côté grotesque à la scène.

« Toi ...! Tu va me le payer … Je vais t’étriper » vociféra t il, ponctuant ses phrases d’insultes.

Tyrion était, quand à lui, toujours incapable de bouger ; le loup n’avait pas relâché son étreinte, et l’action qui l’entourait le rendait encore plus fou. Il plantait inconsciemment ses griffes dans la poitrine du vieillard, qui poussa un faible gémissement. Le vieux druide ne réfléchit pas ; il n’utilisait que rarement ses talents arcaniques, mais la situation ne lui donnait aucune autre issu. Ses paupières se fermèrent.

« Ô Créateur, reste près de moi quand m’assaillissent les tribulations. Ô Dieu, mon dieu, ne me laisse pas seul quand me frappe l’adversité. Abreuve moi de ta force quand me consume la faiblesse. De ta miséricordieuse bonté, abrite moi de mes adversaires. »

Lorsque le druide rouvrit les paupières, ses yeux azurs étaient animés d’un feu émeraude si étincelant qu’il pouvait éclairer milles routes dans les nuits les plus sombres. Il plongea son regard dans celui du loup, qui tout a coup, se mis a japper craintivement tout en libérant son étreinte. Le grand maître spirituel se releva si facilement que le vent semblait le porter. Le loup se tenait maintenant derrière Tyrion, et menaçait de ses crocs les deux brigands, qui furent abasourdi par la prestation du vieillard.

« Ma vengeance sera le pardon » déclara solennellement le druide, adoptant une garde de combat. Ces muscles étaient relâchés, prêts toutefois à assener un coup sans appel à quiconque s’approcherait de lui.

« Mistwölv, tue le ! » ordonna le jeune brigand à son loup, celui-ci ne lui répondit que par un grognement menaçant. Il s'avérait que le druide avait pénétré l'esprit sauvage de la bête pour la rendre docile.
« Très bien, Je vais t’étriper moi même ! » hurla le jeune

Il fonça comme un buffle sur Tyrion, dague en avant, dans l’espoir de lui transpercer le cœur. Le maitre ne vacilla pas ; il bloqua le bras du jeune bandit et le désarma en un éclair, puis le projeta aux pieds du balafré. Le souffle du vent se faisait de plus en plus fort, les feuilles voltigeaient et semblaient former une arène autour de la scène. Chacun jetait des coups d’œil furtifs, n’osant pas effectuant la charge qui marquerait le début du pugilat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alhone Aargarëth



________________

Alhone Aargarëth
________________


Race : Demi-Elfe
Métier : chevalier de lumière
Âge : 19

Messages : 25


À travers les collines ... (libre) _
MessageSujet: Re: À travers les collines ... (libre)   À travers les collines ... (libre) EmptyLun 6 Fév 2012 - 19:44

    S'arrêtant en faisant pivoter son destrier de combat, Alhone gardait un œil sur les brigands et le personnage centenaire se tenant à quelques mètres d'elle.

    Étonnée de voir que les deux survenants étaient encore en vie, elle porta ses doigts fins à son épée, marmonnant quelques "bordel de merde" sans ciller de son regard la moindres chose qu'il se passait au loin: une seconde charge était sans doute nécessaire.
    Écumant de rage de n'avoir pu foncé sur l'animal lupin, l'énorme Shire piétinait tant et si bien sur l'herbe émeraude que la terre commençait à se former un quelques butes. La jeune femme du bien admettre qu'elle avait un peu de mal à gérer cette situation tant l'angoisse l'assaillait: pourtant son sang ne fit qu'un tour dans sa tête.

    C'est en dégainant son épée en la gardant à l'horizontale vers le soleil qu'elle crue avoir été victime d'une illusion saugrenue. Le vieil homme qui avait été quelque peu bousculé il y a quelques secondes avait retourné la situation à son avantage, se servant maintenant du loup comme moyen de parvenir à ses fins.

    La Paladine n'en revenait pas, même de loin, la lueur d'émeraude scintillait intelligiblement au creux du regard de cet homme, lui donnant un air plus que terrifiant: Alhone aurait du laisser les choses se passer comme elles auraient du et ne pas se mêler de ces affaires.
    Cependant il était trop tard maintenant pour reculer et son animal continuait de piaffer, prêt à répondre à cette seconde charge tant souhaitée!
    Alors elle serra une seconde fois ses mollets et entreprit de lancer une seconde charge vers le plus grand assaillant, laissant ainsi le plus jeune et faible des deux -à la vue du bras déboité du premier- au loup et au vieillard.

    Toujours avec une même allure désinvolte et puissante, l'animal fit basculer l'homme qui lui avait été attribué, seulement cette fois il continua seul son galop foudroyant vers la plaine, Alhone avait arraché son épée de sa selle en sautant sur le sol avec une dextérité qui lui était propre.
    Profitant que le mastodonte soit rendu étourdit, elle étira sa lame depuis sa hanche jusqu'au cou de l'individu.

    La tête tomba avec un bruit assourdissant, révélant une langue étendue et un regard ouvert, étonné.
    S'avançant doucement à pas de félin, la jeune femme se rapprocha du cadavre, quelque chose avait attiré son regard... quelque chose de brillant et d'original se trouvait à la base du cou du non-vivant.
    Doucement, à la façon d'un spectre, une vapeur noire et âcre sortait du cou du cadavre, monopolisant toute l'attention de la paladine horrifiée.

    " - Mais... Mais... !!! "

    Mettant sa manche à sa bouche et son nez en reculant, elle entreprit de regarder ailleurs, vers l'homme au loup.
    Etait-il dresseur ou bien... ?
    Reculant vivement de la vapeur qui maintenant retombait sur l'herbe devenue sèche, elle écarquilla ses yeux en toussotant, essuyant la lame de son épée de lumière contre l'herbe verte...

    " - C'était quoi cette chose ? "

    Se décida-t-elle de demander à l'homme se tenant derrière elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tyrion Nephal'm



________________

Tyrion Nephal'm
________________


Race : Humain
Classe : Druide
Métier : Grand Maitre Spirituel Nephal'm
Croyances : Culte Nephal'm
Groupe : Clan Nephal'm

Âge : 104 ans

Messages : 14

Fiche de Personnage : Le dernier Nephal'm


À travers les collines ... (libre) _
MessageSujet: Re: À travers les collines ... (libre)   À travers les collines ... (libre) EmptySam 11 Fév 2012 - 12:19

« Obscurité, sombres désirs dans mon cœur. Moi qui pensais guider la lumière, ma vanité m’a détourné de celle-ci. Qui d’autre que le ciel peut déverser les flots des rayons ? Qui d’autre que lui peut nous abreuver de paroles, dont le foyer est le cœur du Soleil. J’ai tourné le dos à tes enseignements, pour me morfondre dans la peur, la souffrance et la violence. Peur, souffrance, violence … entrainé dans les abysses des vices et du silence, silence, dont le son fait écho dans la sombre cave d’une âme égarée de sa vie spirituelle.
J’ai vu mille personnes, peut-être plus, parlant sans rien dire. Ecoutant sans entendre. Regardant sans voir. Le Soleil de vérité est couvert par un épais brouillard; l’Obscurité, dont l’ombre tend à l’horizon, a réussi à planter la graine du doute dans mon esprit si tourmenté, si affaibli. Sur cette route noire, j’ai beau regardé au loin, j’ai beau croire apercevoir une lueur, seul les ténèbres m’entourent. A chaque pas, je m’enfonce un peu plus dans l’inconnu si terne et si taciturne.
J’ai fait un rêve. Des gens parlant sans ne rien dire. N’écoutant sans entendre. Regardant sans voir. Malgré l’opaque voile devant mes yeux, j’avançais les bras tendus. Les ombres autour de moi flottaient comme de tragiques fantômes.
Puis une chute, une chute interminable, qui semblait duré une éternité.
La douleur me traversa les poumons, comme si ils éclataient d’eux-mêmes, et cette souffrance m’arracha un hurlement incontrôlable, celui qui vient des tripes et qui vous marque à jamais. J’ouvris les yeux ; d’abord ébloui par la lumière éblouissante et étourdi par les sons des arbres. Puis porté vers un battement de cœur si réconfortant et si commun, mon regard se porta vers le ciel. Les bruits des feuilles et du vent, le parfum des fleurs, le refuge de bras si familiers. Ma mère me tenait près de son cœur, je ne distinguais pas très bien son visage tant le soleil brillait dans le ciel. Les lèvres frôlant mon front, était pareil aux caresses du délice même.»
« Les mots du prophète sont inscrit en chaque âme. Tyrion … mon instinct me dit que cet enfant sera destiné à de grandes choses …»



Le jeune brigand, désemparé, se releva. Ramassant son arme au sol, il fulminait des propos injurieux et se braqua tel un loup galeux. Le dos courbé, les jambes pliées, la peur ne se ressentait pas seulement dans son attitude mais aussi dans ses yeux écarquillés. Là où des pupilles avides de violence défiaient d’ordinaire les hommes, se trouvaient maintenant une ombre noire reflétant doute et crainte.
Le regard de Tyrion plongea dans celui du jeune, qui, terrifié, recula de tout son poids. Perdant le contrôle de ses gestes, il trébucha sur un roc. Le maître spirituel profita de la faille ; il fonça sur le jeune bandit avec une agilité époustouflante, comme si le vent portait ses gestes, sans se soucier du poids de l’âge du vieillard. Bondissant entre les rocs et les arbres, le druide serra son étreinte autour de son bâton, et arrivé en face du jeune homme, lui assena un coup violent au genou. Laissant échapper un cri de douleur, la cible s’effondra au sol, sa jambe n’ayant plus la force de le soutenir. Dans sa chute, sa tête heurta violemment le sol, et il perdit instantanément connaissance. Tyrion se précipita vers le jeune, et attrapa sa tête inerte, d’où coulait un flot de sang. Il respirait encore. Le druide pressa ses mains contre les tempes de sa victime, qui dégageaient un étrange halo vert qui se reflétait sur la peau transparente du brigand.

‘ Dieu est présent en chacun de nous. Dieu est amour, il est le miséricordieux, l’omnipotent.’

Fouillant dans son long manteau, Tyrion sortit un rouleau de tissu puis l’enroula autour de la tête du brigand. Les dons druidiques du maitre spirituel avaient permis d’éviter les contusions,qui après un tel choc étaient inévitables, mais le sang coulait toujours à flot. Le bandage de fortune et les soins que le vieillard lui avait prodigué ferraient suffisamment l’affaire pour éviter au miséreux de trépasser. Le brigand était hors d’état de nuire, mais le vieux druide préférait assurer ses arrières. Il croisa les mains, ferma les yeux et murmura une longue incantation : de la terre surgirent d’épaisses racines, qui s’enroulèrent autour des membres de leur jeune victime, rendant impossible tous mouvement et toute fuite éventuelle. Tyrion rouvrit les yeux. La lueur inquiétante dans ses yeux avait disparue, pour faire place à un regard triste et désespéré, qui se porta au loin. Loin vers la cavalière qui n’était pas aussi clémente que le druide, et qui trancha la tête du brigand balafré. Le loup poussa un hurlement désespéré, qui faisait écho dans les collines. Le Grand Maître spirituel s’approchait doucement de son sauveur. S’appuyant à l’aide de son bâton il traversa difficilement le champ de rocs, traversa laborieusement le petit ruisseau. Sa performance l’avait autant épuisé que la vision d’hommes piétinés et tués. Arrivant au niveau de la jeune fille à la chevelure rayonnante, il n’eut pas le temps de la remercier pour son acte héroïque.

" - Mais... Mais... C'était quoi cette chose ? "

La jeune femme s’adressait, horrifié, au druide, qui eut à peine le temps d’apercevoir la vapeur noire s’échapper du cadavre. Tyrion ne put contenir son effroi face à une si étrange apparition. Il se précipita vers le corps inerte, et observa attentivement la base du coup, tranché net. Le grand maitre spirituel avait déjà vu une telle chose dans ces précédents voyages. Une corruption. Une souffrance, si tenace, si poignante qu’elle s’était matérialisée dans la résine des pins et dans l’instinct des animaux. Mais dans un homme ? Un être animé de sa propre conscience, capable d’éprouver sentiments et de ressentir les sensations qui l’entourent ?

« - Je … Je ne suis pas sûr. » bégaya le druide.

Plongé dans sa réflexion, il en oublia les bonnes manières. Il se releva et s’inclina dans une solennelle référence.

« - Je vous dois la vie. Puisse Dieu en être témoin »

Les yeux maintenant azur du druide plongèrent dans les yeux opalins de la jeune femme. Peut être était-ce parce qu’elle l’avait sauvé d’une fin effroyable, mais Tyrion ressentait de la bonté dans le corps gracieusement taillé de la cavalière.

« - Je suis Tyrion, dernier des Nephal’m. Que mes ancètres en soient témoins, ma dette envers vous est éternelle. »


Dernière édition par Tyrion Nephal'm le Sam 18 Fév 2012 - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alhone Aargarëth



________________

Alhone Aargarëth
________________


Race : Demi-Elfe
Métier : chevalier de lumière
Âge : 19

Messages : 25


À travers les collines ... (libre) _
MessageSujet: Re: À travers les collines ... (libre)   À travers les collines ... (libre) EmptyDim 12 Fév 2012 - 17:45

    La décoction de l'Ombre empestait l'air et la flore de son aura maléfique, il ne fallut que très peu de temps avant qu'elle ne nourrisse le cadavre corpulent d'auréoles blafardes et de spasmes maléfiques.
    Le corps s'affaissait doucement au rythme d'un rayon solaire chaleureux étirant l'un de ses bras dorée. La caresse de l'astre diurne estompait instantanément toute marque aussi sordide que maléfique, rendant au corps purulent toute sa blancheur et sa raideur naturelle.

    La paladine n'ayant jamais sentit un aura d'une noirceur aussi considérable, du balayer la sueur de son front à revers de sa main, une sueur aussi glacée que néfaste qui la pressait à reculer et de prendre de grandes précautions au sujet de ses adversaires dorénavant.
    Ses yeux reflétaient l'incompréhension du moment, elle avait toujours été préparée à combattre le vile et le chaos mais son entraînement n'avait pas été suffisant. La preuve de son mal être réagissant au devant de cette forme spectrale l'avait comme hypnotisée, laissé sans voix.

    Laissant retomber sa fatigue sur ses talons, elle détourna de son regard de lune l'assassiné en plongeant dans les iris du dresseur se tenant à ses cotés, sans véritablement savoir comment, elle réussit tout de même à offrir un sourire de compassion à cet homme de grand âge: il avait autant fait preuve de courage qu'aucun magicien de son âge n'aurait pu le faire.
    En cela, elle croyait avoir bien fait d'avoir offert ses services: portant sa main droite pour saluer dans un geste chaleureux le sage devant elle, Alhone ajouta en un souffle légèrement nuancé par l'admiration:

    " - Alhone Aargarett Paladin et chevalier de lumière du duché d'Athfalt. Je ne sais ou vous puisez votre force messire, mais c'est à elle que revient votre salut! "

    Inclinant légèrement sa tête, l'être de lumière s'autorisa une expiration bref en repensant à l'évènement marquant: elle ne put retenir ses yeux de se diriger une nouvelle fois vers le cadavre, comme si elle était aspiré par la force mortuaire qui s'en exaltait...

    " - Je ne sais pas ce que cet... homme vous voulait précisément, mais s'il avait été pardonné il n'aurait eu aucun scrupule à rejoindre la caravane de voyageurs innocents qui traversaient le fleuve de ce coté."

    Laissant son énergie lui redistribuer un peu de sa vivacité naturelle, la jeune femme attrapa habilement son fourreau de sa main gauche, se retournant pour y laisser glisser Sunset shine dans son lit d'acier.

    *Alhone: - ... Garde la foi et ne cède jamais au désespoir.
    Douze... N'utilise ta force que pour servir le bien, jamais dans un but de gratification personnelle.
    Treize... Fais régner la justice où que tu sois, mais demeure humain et miséricordieux ...

    Morlay: La prochaîne fois ça te fera cent pompes! Et plus vite que çaaaaaaaa!!! *

    L'attention de la Rousse fut reporté par un bruissement de page tournées, non loin de nos deux protagonistes un livre de cuivre d'une belle taille s'adonnait à une curieuse mélopée accompagnée d'un léger vent qui cette fois, s'annonçait bienfaiteur...
    Curieuse de vie et d'information, Alhone tourna les talons en ceuillant l'oeuvre d'une main douce en le refermant de ses doigts délicats: certains secrets ne doivent pas être laissés ouverts.
    S'approchant du dernier des Nephal’m, elle lui remit le livre accompagné d'un sourire plaisant...

    " Mais dites moi messire, qu'est-ce qu'un Nephal’m ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tyrion Nephal'm



________________

Tyrion Nephal'm
________________


Race : Humain
Classe : Druide
Métier : Grand Maitre Spirituel Nephal'm
Croyances : Culte Nephal'm
Groupe : Clan Nephal'm

Âge : 104 ans

Messages : 14

Fiche de Personnage : Le dernier Nephal'm


À travers les collines ... (libre) _
MessageSujet: Re: À travers les collines ... (libre)   À travers les collines ... (libre) EmptyVen 24 Fév 2012 - 0:57

Qu'est ce qu'un Nephal'm ?

Il saisit le grimoire. Visage hilare contrastant les souvenirs oubliés. Le vieux cuir du grimoire plein de terre, vieux symbole d’une époque stérile, témoignage des rêves et symboles révolus. Soupirant, il caressait la reliure de l’ouvrage, leva le regard vers le paladin.

« Je suis venu parler du cuir usé de ce vieux livre. Autrefois plein d’espoir, aujourd’hui plein de poussière. Ses gerçures profondes résument sa triste histoire. Ce cuir, qui clame qu’il n’est pas né en vain. Les échecs morcellent les moindres parcelles de ce grimoire. Une page déchirée, qui a gagné le droit d’éviter les souffrances du ciselage d’une longue plume … Si vous saviez ce qu’elle pouvait dire. Il se pourrait qu’elle vous parle d’un vent glaçant qui tourbillonne au-dessus de vestiges d’utopies mortes. Il se pourrait qu’elle vous parle des espoirs de mon ainée … déjà plusieurs siècles. »

Il s’arrêta. Le vent apaisant fouettait ses joues creusées par le temps. Les oiseaux, qui s’étaient enfui après le bruyant tumulte du combat, étaient revenus chanter leurs louanges. Le soleil transperçait le feuillage des chênes pourpres, qui hésitaient encore à s’élancer timidement vers l’astre lumineux ou à s’enraciner vers les profondeurs terrestres. Quand à lui. Lui, qui se rapprochait de plus en plus vers le sol, il se tenait là, entre les rochers et le clapotis de l'eau ruisselante. Il faisait glisser ses doigts longs et fins le long des pages froissées du lourd grimoire.

« Je suis venu parle du cuir usé d’un vieux livre. Ecoutez, les plaintes silencieuses des âmes qui masquent leurs douleurs, entre ses longues lignes de souvenirs ternes et délaissés. Ces mémoires qui hurlent qu’elles ne sont pas nées en vain. Les pales figures des lettres n’ont plus de mélodie, emportée par le vent et la pluie. Seul reste l’hymne que les gens ne peuvent entendre. L’hymne d'amour dont les mesures sont ombragées par le requiem du vice et de la misère. La vieille reliure poussiéreuse est le seul lien qui unit les feuillets de mon histoire. Oui, ces vieilles balafres de cuir sont les seuls mots qui racontent la tragédie humaine. Le funeste récit, des effusions sanguines et de crimes trop communs où l’éloge de la loi de la lame, est si souvent citée. Ses silhouettes blanches qui tentent le diable, pour satisfaire l’homme à la couronne, qui au détour de sa cour, a le visage du vice et des pensées immondes. J’ai fais mes soixante prières par terre, genoux dans la poudrière ... Mais la mort est bien trop imprévisible. »

Une larme tomba sur le livre ouvert. Après des années de recueillement, de méditation, il s’effondrait. Ce sentiment de désespoir, mêlé d’amertume qu’il redoutait tant, envahissait son cœur. En plus de la solitude que son âme éprouvait. Il détourna le regard, pour libérer un flot de pleurs, qui coulait le long de ses maigres joues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alhone Aargarëth



________________

Alhone Aargarëth
________________


Race : Demi-Elfe
Métier : chevalier de lumière
Âge : 19

Messages : 25


À travers les collines ... (libre) _
MessageSujet: Re: À travers les collines ... (libre)   À travers les collines ... (libre) EmptyVen 24 Fév 2012 - 22:17

    Remettant une de ses fines mèches de cheveux roux derrière son oreille légèrement pointue, alhone se concentra sur les dire se l’honorable personne qui se tenait devant elle, riant légèrement comme si elle avait lancé une pieuse blague.
    Ce qui n’était pas vraiment le cas et la mit mal à l’aise dans un premier temps. Elle aurait bien ajouté un ou deux mots mais il semblait que cet homme avait quelque chose à dire, à déclarer. Elle fit place à un silence presque religieux, saluant le dialecte du druide en lui apportant toute son attention.

    Les premiers sonnaient un peu faux, puis au bout de quelques seconde de recueillement, elle comprit. Offrant une mine étonnée, les yeux écarquillés elle écoutait ce qui ressemblait à une définition de l’homme respectable qui se tenait encore debout devant elle.
    Ecoutant et buvant une a une les paroles de l’humain, elle comprit qu’il s’agissait d’un ancêtre qui ne comptait plus le nombre de ses années, limite un peu dépressif et peut être suicidaire, l’homme allait sans doute s’écrouler sur le sol d’un moment à un autre.
    La comparaison entre l’érudit et son œuvre était remarquable, seulement il n’étais pas question pour la paladine que l’histoire s’arrête là, dans un champs de verdure aux roches arrachants le ciel avec menace, non, il devait y avoir certainement une autre solution à toute cette tirade légèrement dépressive.

    Clignotant rapidement ses yeux, émue, Elle lâcha son regard de son allié, tentant d’échapper à quelques flots de larmes qui ne la concernaient pas.
    Cela faisait du bien d’évacuer, par une quelconque façon, le surplus de stress et de dépression en pleurant, c’était une manière plus saine d’esprit que de ce lancer à corps perdue dans une bataille ou de mettre fin à sa vie. Le regard d’argent de la paladine observa l’horizon et avec celui-ci vint son destrier, trottant d’un pas lourd vers les deux protagonistes.
    Souriante, elle s’approcha de son ami en le soutenant, d’une main imprégnée de douceur elle lui effleura l’épaule afin de partager son moment miséricordieux avec toute la compassion humaine dont elle était doté.

    « - Vous savez, la mort est certes imprévisible, mais sa sœur l’est toute autant. Nous ne savons jamais quelle surprise, que dis-je, quel événement traversera notre destin.
    La vie nous offre des bonnes comme des mauvaises surprises, des hauts et des bas, souvent nous tombons… mais la vie ne s’arrête pas à là. Et heureusement qu’il existe des hommes et des être éphémères tel que vous et moi pour vivre dans cet univers, cela permet de ne point se sentir seul, de donner plus ou moins d’importances aux autres être vivants qui ont moins de chance que nous. Les papillons n’ont pas décidés de vivre une journée… un elfe n’a pas demandé à vivre éternellement.

    Et je préfère mille fois être dans ma position ou dans la votre que d’être dans celle d’un elfe qui laisse couler les sables du temps avec lenteur, comptant chacun des grains de sable comme un papillon, un humain ou un orque.
    Certes vous avez l’âge et c’est avec mépris et plaisir qu’il vous faut continuer à vivre votre histoire, rédiger chacune de vos pages avec l’ardeur d’un lion en chasse ! Profitez de votre vie et de votre âge pour prendre votre temps et attaquer les plans que vous n’aviez jamais osé planifier à cause de votre misérable jeunesse !
    »

    Se redressant en observant son destrier arriver avec un air amusé, elle se retourna vers son ami, un sourire plein d’espoir et de promesse sur ses lèvres.
    Peut être ne tirerait-il rien de l’enseignement de la paladine, peut être avait-elle répondue tout à fait à coté de la tirade de l’homme, néanmoins s’anéantir sur la mort des trois hommes qu’ils venaient d’affronter était inutile. Si le papi n’avait pas eu la chance de survire, les trois monstres auraient continués de ravager les alentours pour leur propre bien et tôt ou tard ils auraient trépassés… que ce soit de sa main ou de la main d’un officier.
    Alhone ne comprenait pas comment l’homme centenaire été arrivé à une telle déprime… s’il souhaitait réellement trépasser, qu’il ne gaspille pas inutilement sa vie à marcher le long de rocs et des herbages !

    Son regard d’argent se posa sur le loup qui commençait à faire sa toilette, son poil gris luisant sous les feux du soleil.

    « - Et pourquoi ne pas prendre la route ensemble pour nous diriger vers Etredont ? Peut être trouverez-vous une foule qui réussirait à vendre vos prouesses d’antan au prix de leur jeunesse ! Ou simplement qu’une feeme et une bonne boisson vous redonneront le sourire ! Allez, souriez un peu, vous n’êtes pas un monstre… ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



À travers les collines ... (libre) _
MessageSujet: Re: À travers les collines ... (libre)   À travers les collines ... (libre) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

À travers les collines ... (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Collines-