''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Frère de pouvoir, je sais que tu n'es pas loin [PV Aoi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Celywien Isydë



________________


________________


Race : Humaine
Classe : Guérisseuse
Métier : Guérisseuse bénévole
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 18 ans

Messages : 85


MessageSujet: Frère de pouvoir, je sais que tu n'es pas loin [PV Aoi]   Ven 10 Fév 2012 - 19:44

La jeune fille était toujours en quête de savoirs et de vérités, de vengeance et d'accomplissement. Elle marchait désormais dans les grandes étendues des grandes plaines de Feleth, en route pour quelques villages qu'elle pouvait rencontrer sur son chemin. Quelque soit l'endroit, et suite au règne du terrible roi, il y avait toujours des informations un peu partout. Elle se devait d'explorer chaque piste, chaque indice, pour former une réelle réalité. Le témoignage d'une personne ne valant pas la synthèse d'une dizaine de témoignages. Elle tenait un carnet d'idées, de pistes à suivre.

Elle marchait alors dans les champs, faisant plutôt beau. De plus, cela lui évitait de croiser les bandits des chemins, souvent hargneux et bêtes, donc inintéressants pour les recherches de la jeune fille. Elle était bien mieux dans les champs, qui n'étaient pas très haut, parfait pour marcher et se dissimuler. Elle essayait au mieux d'éviter les bagarres, le combat n'étant pas son domaine de prédilection. Elle était guérisseuse, et avait des bases de combats, pour se défendre. Ces bases, elle les avait apprise à force de se défendre contre quelques imbéciles. Elle s'en sortait toujours, mais avec quelques blessures, qui se remettait vite, grâce à son don qui l'a guérissait également, contre de l'énergie, comme à chaque soin.

Cette facette de guérison était pratique mais pas illimité. Elle avait de grands pouvoirs mais se devait de les utiliser pour les autres, et non que pour elle même. De toute manière, de grandes blessures n'étaient jamais présentes. Elle se défendait quand même bien pour une jeune fille.
Elle continuait alors son chemin en espérant que sa quête avancerait.

Elle aperçut, au bout de quelques heures de marche, un petit village non loin d'elle. Il était charmant de loin, et se demandait qu'elle en était son nom. De plus, quelque chose l'intrigua.

Elle sentit en elle une sorte d'appel, dur à décrire. Elle devait voir quelqu'un, comme si une petite voix lui disait qu'une présence familière était non loin de là. Elle n'avait jamais sentit cela auparavant.
Néanmoins, elle se rappela d'un même symptôme chez son père.

5 ans auparavant


Elle rentrait chez elle, après avoir eut la classe dans leur village proche de Madorass. Son père préparait ses affaires, et elle ne comprenait pas pourquoi.

" Papa, tu vas où là? "

Demanda-t-elle, curieuse mais inquiète. Son père lui sourit de manière très douce, et se mit à sa hauteur.

" Chérie, tu sais, quand notre don est bien développé, on sent que d'autres on besoin de l'être. Je sens que quelqu'un a du mal à développer ses pouvoirs, mais j'ignore qui. "

Lui décrit-il.

" Mais papa, si tu sais pas qui s'est, comment vas-tu le reconnaître. "

Il lui sourit, sincère.

" Je le saurais dès que je le verrai. Un jour, tu posséderas ce don ma chérie, et j'espère que tu iras aider cette personne à développer son don de guérison. Notre don doit survivre et prospérer, je compte sur toi. "

Il lui caressa la tête, et partit à la recherche de cette personne.

Retour au réel.


Ce souvenir l'aida à comprendre son ressentit.

* Il y a un frère de pouvoir non loin, je dois le retrouver et l'aider, comme tu me l'as si bien enseigné, Père. *

Elle pressa alors le pas vers cette ville, prête à chercher cet individu, n'importe où. Elle devait accomplir son devoir, laissant sa quête temporairement de côté, même si ce n'était pas incompatible.
Elle entra alors dans le village, et se promena à la quête d'un frère de pouvoir, un guérisseur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________


________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


MessageSujet: Re: Frère de pouvoir, je sais que tu n'es pas loin [PV Aoi]   Sam 18 Fév 2012 - 19:15

J’avais passer une semaine à batailler dans la boue. Mes bottes étaient dans un sale état, et je cherchais un village où je pourrais me reposer et, plus important encore, me laver. Je trouvais enfin un village, perdu au milieu des plaines (comme souvent dans ces terres emplies de verdures) et m’y précipitait. Les prix étaient convenables et je louais une chambre pour la semaine, dans l’espoir que le mauvais temps passe vite. A mon grand étonnement, la pluie cessa les deux jours suivant. Mais j’avais payé la chambre, et je n’aimais pas gaspiller mon or. J’en profitais alors pour explorer les environs et chercher quelques plantes ou minéraux susceptibles d’être plus qu’utiles à ma quête. J’avançais bien jusque là. J’avais enfin appris à reconstituer un membre disparu depuis plusieurs heures. Je m’étais quand même évanoui au premier essai, dû à une carence en énergie. Mais c’était un début ! Et j’allais m’améliorer ! Je passais les quelques autres jours à aider les villageois à sauver leurs bêtes de certaines maladies. Ou leurs enfants. J’avais également aidé à une naissance. Et j’en étais fier. Ce n’était pas la première fois que je le faisais mais bon… J’ai bien cru que le père allait m’envoyer une droite rien qu’à entendre sa femme pleurer. Il pense quoi lui ? Sortir un enfant de son ventre, c’est douloureux ! Enfin, vu ce que j’en ai vu. Bref, tout c’était bien passé. Si bien que je repris une autre semaine, gentiment offerte en échange de mes services en cuisines, à l’auberge.

J’avais également aidé les villageois lors de leurs récoltes de pommes de terre. Et une fête à l’honneur des dieux de la pluie et de la terre avaient été organisées le soir même. Les danses plus énergiques les unes après les autres égayèrent le petit village, amorphe depuis quelques temps. Je traînais mon verre d’alcool toute la soirée, haïssant les effets secondaires de cette boisson. Mais je ne pouvais refuser ça. Bref, ils me demandèrent un spectacle aquatique. Sauf que je n’avais jamais fait ça. Au bout de quelques demandes, j’acceptais. J’improvisais avec deux tonneaux remplis à ras bord et je les faisais bouillir avant de produire des geysers, les geler, les refaire fondre, lancer de l’eau pour les geler en l’air, etc. Basique. Mais ça fis son effet. Une nuit de détente en somme.

Le lendemain, on m’apporta un homme qui s’était fait trancher un bras par une charrue. Il voulait ramasser quelque chose mais son ami n’avait pas vu et avait continué à faire avancer la bête et la lame. D’abord sous le choc en voyant le bras, je pris mon courage à deux mains et entamais la réparation de son membre perdu. Je fouillais dans mon sac pour récupérer mon matériel. D’abord désinfecter avec de l’eau chaude et de l’essence de différents anesthésiants et anti-bactériens. Récitant mes formules et incantations aussi vite que possible, je commençais par reconstituer l’os sous le regard effrayé des villageois. J’attrapais une poignée de plantes que j’avalais sans même les mâcher. Elles devaient me rendre un peu d’énergie. Puis j’entamais la partie la plus difficile. Je reconstruisais les muscles, tendons et divers ligaments. La chair, en somme. Je sentais ma vision me troubler peu à peu. Je me fatiguais… Je mangeais une nouvelle poignée d’herbes. Enfin, j’arrivais à la peau, aux poils et aux ongles. Quant enfin, c’eut fini, je ne trouvais qu’une seule chose à faire : m’évanouir de fatigue.

Je m’éveillais trois jours plus tard, une faim d’ogre me tenaillant l’estomac. Une dame cria à la fenêtre que je m’étais réveillé et on m’apporta tout de suite un tas de bonnes choses. Je me jetais sur la nourriture si gentiment offerte, complètement affamé. Ce n’était pas très élégant mais je n’y prêtais pas trop attention. Les villageois me firent part de leurs inquiétudes. Ils pensaient que je ne me réveillerais jamais. Je les rassurais, expliquant que la guérison m’avait épuisé. Puis, je me reposais encore quelque peu le reste de la journée. Au soir, je fus convié par la famille de l’homme que j’avais soigné. Ils m’avaient préparé un festin de roi. Je n’avais plus aussi bien manger (en tout cas, aussi souvent) il y a des lustres ! Ils me remercièrent maintes et maintes fois, si bien que j’en fus plus que gêné à la fin. Le lendemain, une nouvelle arrivante débarqua dans le village. Une femme. Je fronçais les sourcils. Elle semblait dégager une certaine aura… semblable à la mienne. C’était qui celle-là … ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celywien Isydë



________________


________________


Race : Humaine
Classe : Guérisseuse
Métier : Guérisseuse bénévole
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 18 ans

Messages : 85


MessageSujet: Re: Frère de pouvoir, je sais que tu n'es pas loin [PV Aoi]   Sam 18 Fév 2012 - 21:42

Elle entra dans le village, et comme il faisait encore jour, décida d'en faire le tour avant de se trouver une taverne pour manger et passer la nuit. Si elle ne trouvait pas de village en route, la jeune fille dormait à la belle étoile et se nourrissait de ce qu'elle trouvait sur son chemin. Son don de guérisseuse l'aidait beaucoup car elle pouvait identifier plus facilement ce qui était comestible ou non. Elle connaissait beaucoup de plantes et de fruits comestibles, mais aussi riches en magie et en guérison.

Dans le village qu'elle traversait, il y avait un petit marché. Elle avait laissé sa cape de voyage et relevé un peu sa capuche, qui tenait alors encore sur le haut de son front mais qui laissait apparaître son doux visage. Sa vision était bien plus dégagée et exploitée de cette manière. Elle regardait les différents étales, et remarqua que ce village était plutôt prospère et riche de bonnes choses. Les capes blanches n'étaient alors pas encore venus piétinés ces villageois. Ils avaient beaucoup de chance, car rares étaient les villages épargnés. Etant fort éloigner de la capitale, les capes blanches avaient peut-être une grande flemme à venir jusqu'ici. Elle espéra alors que ce fut toujours le cas pour eux, car ce village était vraiment magnifique? Riche en vie, en couleur, et l'ordre semblait reigner.

Elle remarqua au loin un petit attroupement de personne, ce qui lui fit songer à un petit spectacle de rue. Elle approcha donc tranquillement, pas pressée. Cependant, elle s’aperçut qu'elle s'était trompée. Elle avança et se glissa dans le cercle qui entourait un homme, racontant un exploit. Il montrait son bras à tout le monde, en comptant qu'il l'avait perdu il y a une semaine, et qu'un incroyable guérisseur lui avait remit en place.

* Un guérisseur, il me semblait bien que je l'avais ressentit. Il est peut-être encore ici. *

Pensa-t-elle, contente que son intuition fut la bonne concernant son pouvoir. Elle regarda le bras de l'homme, et rompit le cercle pour s'avancer vers lui. L'homme eut un mouvement de recul et les villageois regardaient la jeune femme d'un air inquiet.

" Ne vous inquiétez pas, je suis guérisseuse. "

Dit-elle, faisant tomber sa capuche pour que les gens la voient. Ils ne disent rien et elle put approcher de l'homme.

" Vous permettez? "

Dit-elle, inspectant son bras de plus prêt.

" Hum, du bon travail, cependant il manque quelque chose au soin. "

Elle finit alors le soin devant la foule ébahit et curieuse. Elle finissait alors le soin d'un autre, qui semblait être correct mais pas assez profond. Ainsi, elle fit disparaître les marques de la coupure, qui étaient encore un peu visible, mais également rendit un peu de couleur, étant resté un peu dans la couleur d'un membre mort. L'homme était ravie et la remercia.

" Que puis-je faire pour vous remerciez mademoiselle? Votre complément de soin est parfait et je n'osais pas demander au jeune soigneur de me finir. "

Dit-il, visiblement soulagé. Elle sourit, douce, et répondit à sa requète.

" Conduisez moi au soigneur, ceci sera ma seule compensation. "

Dit-elle. Quand elle aidait le peuple, elle ne demandait rien en échange. Sauf pour les nuits à la taverne et de la nourriture, mais ça c'était pour les tenanciers. L'homme dispersa alors le cercle et la conduit au guérisseur.

" Voilà, il est là bas. "

Dit-il, indiquant une petite place du village.

" Merci mon brave. "

Dit-elle, sincère. L'homme partit et elle avança vers celui qui avait soigné le précédent homme.

" Un travail remarquable. Mais incomplet cela dit. Je suis curieuse de savoir quelle méthode vous avez utilisé. "

Dit-elle, atteignant enfin sa hauteur. Elle le salua alors poliment.

" Je suis Celywien. Et vous, qui êtes vous, jeune soigneur? "

Demanda-t-elle, très polie. Elle était plus jeune que lui, mais avait plus de maîtrise de guérison, vu son prestigieux enseignement qu'elle détenait de son père, le maître guérisseur de Feleth. Pour le moment, elle ne déclina que son prénom. Son nom ne devait pas être prononcé avant d'être sûr que ce n'était pas un traître. Etant recherchée, elle n'avait pas le droit à l'erreur.
Elle se tenait devant lui, attendant sagement une réponse concernant son identité et sa technique de reconstitution d'un membre coupé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________


________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


MessageSujet: Re: Frère de pouvoir, je sais que tu n'es pas loin [PV Aoi]   Ven 24 Fév 2012 - 15:07

Alors que je terminais de ranger quelques-unes de mes affaires après avoir aider quelques paysans à ranger leur commerce, je vis une femme se diriger vers moi. Je haussais un sourcil. Elle n'était pas du village. Elle venait de l'extérieur. Un danger potentiel donc. Autant rester sur mes gardes. Mes dagues étaient toujours à portée de main...? Bien. Elle s'arrêta face à moi. Je lui lançais un regard perplexe. Que me voulait-elle donc?

- Un travail remarquable. Mais incomplet cela dit. Je suis curieuse de savoir quelle méthode vous avez utilisé. "


Je haussais un sourcil. Ah? Elle parlait du bras de l'homme? Elle sourit et me salua bien bas. Je hochais la tête en retour. Vraiment, que me voulait-elle? C'était une chasseuse de prime peut-être?

- Je suis Celywien. Et vous, qui êtes vous, jeune soigneur?

Je tendis la main, poliment. Elle ne disait pas son nom. C'était louche. Que me voulait-elle. Je fis comme elle. pas envie qu'elle sache qui je suis.

- Appellez moi tout simplement Aoi.


Je soupire et me gratte l'arrière de la tête.

- Je suis complètement autodidacte. J'étudie dans les livres.

Elle sembla satisfaite de ma réponse. Je soupirais, tendu.


- Excusez moi de vous poser cette question mais... Que me voulez vous au juste? On va dire que je n'ai pas que des amis à l'extérieur... Quelqu'un vous envoie?



HRP: Réponse fort courte mais comme il s'agit d'un dialogue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celywien Isydë



________________


________________


Race : Humaine
Classe : Guérisseuse
Métier : Guérisseuse bénévole
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 18 ans

Messages : 85


MessageSujet: Re: Frère de pouvoir, je sais que tu n'es pas loin [PV Aoi]   Ven 24 Fév 2012 - 19:55

Elle serra la main de son confrère, et voyait qu'il était inquiet sur son sujet. Elle entendit alors son prénom. Il adopta la même technique qu'elle mais surement pas pour la même raison. Amis ou ennemis, elle devait taire qu'elle était encore en vie pour avoir la paix. La réponse à sa question tomba alors.

- Je suis complètement autodidacte. J'étudie dans les livres.

Elle fut alors agréablement surprise. Il devait avoir trouvé de très bons livres car rares étaient les bons guérisseurs autodidactes. Cet art était un de plus difficiles, car il ne faut pas se tromper. S'il y a une erreur, le patient risque dans mourir. Elle ne put souligner la performance, car il enchaîna son dialogue.

- Excusez moi de vous poser cette question mais... Que me voulez vous au juste? On va dire que je n'ai pas que des amis à l'extérieur... Quelqu'un vous envoie?

Elle sourit. Il était tendu et inquiétait, ça se voyait. Elle savait que la question allait tomber d'une manière ou d'une autre. Elle le regarda, douce, et répondit doucement.

" J'ai juste ressentit votre magie. Je suis une guérisseuse également, et j'ai le don de repérer mes confrères qui auraient éventuellement besoin de mes conseils et de quelques cours sur notre art. "

Elle dit cela avec beaucoup d'humilité et de sagesse. Elle ne se ventait pas, elle expliquait sa présence en face de lui.

" Je suis une voyageuse également. J'allais dans ce village de toute manière, mais votre don m'a appelée également à vos côtés. Personne ne m'envoie, et rassurer vous je ne vous veux aucun mal. "

Dit-elle, douce et prouvant sa sincérité en lui soignant une blessure récente, quand il avait aider les villageois à rentrer surement.

" Maintenant que je suis là, et si vous le désirez, je peux vous aider dans votre apprentissage. "

Dit-elle, le fixant, étant très sérieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________


________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


MessageSujet: Re: Frère de pouvoir, je sais que tu n'es pas loin [PV Aoi]   Dim 11 Mar 2012 - 19:51

- J'ai juste ressentit votre magie. Je
suis une guérisseuse également, et j'ai le don de repérer mes confrères
qui auraient éventuellement besoin de mes conseils et de quelques cours
sur notre art. "


Je grimaçais. Qui était donc cette femme? Le fait d'avoir vécu en reclu pendant un moment n'avait pas améliorer ma manière de voir les étrangers... Je ne me laissais pourtant pas démonter et haussais un sourcil, intrigué par ce qu'elle racontait.

- Je suis une voyageuse également. J'allais dans ce village de toute
manière, mais votre don m'a appelée également à vos côtés. Personne ne
m'envoie, et rassurer vous je ne vous veux aucun mal.


Elle sourit et soigna une petit coupure que j'avais au bras. Je grommelais un simple merci. Je n'avais pas besoin de me détendre. Et j'avais une drôle d'impression par rapport à elle. Elle était louche. Et elle avait sur elle une odeur récurrente qui je sentais souvent; l'odeur en question correspondait à celle de beaucoup de chasseurs de prime et de mercenaires. Sûrement qu'elle avait fréquenter leur quartier général...

- Maintenant que je suis là, et si vous le désirez, je peux vous aider dans votre apprentissage.

Je déposais mes affaires et rangeais quelque peu le bazar qui se trouvait ici. Certaines épices ne pouvaient rester dehors, dans l'humidité, mais les villageois, ignares, les laissaient sur l'étal. Je soupirais. Elle pensait réellement m'aider? Je me tournais vers elle.

- En réalité je recherche un Maitre Guérisseur. De ceux qui arrivent à reconstituer des membres sans ciller, sans perdre toute leurs forces. Il y en a très peu. Par chance, une vieille connaissance en est. Mais j'ignore où elle est.


Elle semblait attendre la suite.

- ... Si vous voulez vraiment m'aider, apprenez moi à consommer moins d'énergie en soignant les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celywien Isydë



________________


________________


Race : Humaine
Classe : Guérisseuse
Métier : Guérisseuse bénévole
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 18 ans

Messages : 85


MessageSujet: Re: Frère de pouvoir, je sais que tu n'es pas loin [PV Aoi]   Sam 24 Mar 2012 - 14:44

Elle sentait qu'il était méfiant mais pourtant elle faisait tous pour le mettre en confiance. Elle n'était nullement une mercenaire ni une chasseuse de prime... Juste une guérisseuse voulant aider un confrère de pouvoirs. Elle ne savait pas comment le mettre en confiance. Elle le regarda ranger ses affaires. Il songeait surement à quoi dire ou répondre. Elle lui laissa ce temps de réflexion. Après un petit temps, il se retourna vers elle et prit la parole.

- En réalité je recherche un Maitre Guérisseur. De ceux qui arrivent à reconstituer des membres sans ciller, sans perdre toute leurs forces. Il y en a très peu. Par chance, une vieille connaissance en est. Mais j'ignore où elle est.

Cette description correspondait parfaitement à son défunt père. Malheureusement, les maîtres guérisseurs étaient rares car ils vouaient beaucoup de temps à cet apprentissage. Elle était très douée pour sa part mais n'était pas encore maître. Elle était néanmoins très en avance pour son âge.

Il dit chercher une vieille connaissance. Elle ignorait de qui il s'agissait comme il ne dit aucun nom. Elle attendit alors la suite de son discours qui suivit rapidement ses dires précédents.

- ... Si vous voulez vraiment m'aider, apprenez moi à consommer moins d'énergie en soignant les autres.

Elle sourit, visiblement il acceptait un peu son aide. Mais elle voulait savoir quel guérisseur en particulier il cherchait avant de se lancer dans un entrainement.

" Puis-je savoir quel est le Maître guérisseur que vous cherchez? "

Demanda-t-elle, souriante doucement, regardant son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Frère de pouvoir, je sais que tu n'es pas loin [PV Aoi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Frère de pouvoir, je sais que tu n'es pas loin [PV Aoi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Grandes étendues-