''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Partage injuste [PV Lyme]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyJeu 29 Mar 2012 - 12:43

Haocia lâcha la baguette de sa violoncelle, et se releva de son tabouret. Le silence avait regagné sa petite chambre luxueuse et confortable, c'était l'un des avantages d'avoir son appartement directement dans le palais royal. Elle venait de finir de jouer un petit morceau improvisé, lorsque soudain on vint frapper à sa porte. Elle vérifia que son masque était bien mis sur son visage, et ouvrit la porte. Un homme plutôt grand et jeune, habillé comme tous les valets de la cour, se redressa et afficha un sourire plutôt crispé face à la silhouette qui se dressait devant lui. Il lui tendit un courrier plutôt épais, disant que c'était un message de la part du propriétaire du Centurio. Ah le Centurio, il y avait tant de rumeur sur cet endroit, certains disaient qu'ils étaient glauques, et d'autres chaleureux. Cela dépendait ce que l'on y faisait là-dedans. Quoiqu'il en soit, elle s'empressa d'ouvrir la boite pour voir de quoi il s'agissait. C'était une invitation à un concert. Tout était expliqué en détail, le jour, le lieu, le nombre de spectateurs qu'il y aurait, et même les partitions qu'elle devrait interpréter. Les partitions étaient plutôt faciles, pour la sorcière, le défi était de jouer face à une centaine de spectateurs. Mais elle accepta de relever le défi. Il fallait juste qu'elle surveille ses arrières, car en ces temps troubles, cela pouvait très bien être un piège. Les rats étaient partout. Elle s'assura alors qu'une dizaine de capes blanches habillés en civil, soient de la fête.

Et le soir venu, la tortionnaire descendit de sa tour d'ivoire, et emprunta un carrosse qui l'emmena jusqu'au Centurio, avec ses hommes et son instrument. Elle descendit, et entra directement dans le hall. Tout était déjà en place. Une centaine de chaise avec deux allées, et une petite scène pour les deux musiciens. Elle traversa le hall, et rejoignit sa loge qu'on avait installé provisoirement pour la soirée. Elle se regarda dans le miroir, ou plutôt, elle regarda son masque de porcelaine de corbeau, avec un long bec imposant et menaçant. Son identité de tortionnaire. Elle s'échauffa un peu les bras et les doigts. Une sensation étrange l'envahissait. Haocia avait mal au ventre, comme si toutes ses entrailles lui disait qu'elle avait fait le mauvais choix. Mais son cœur bondissait d'excitation, et l'incitait à monter sur la scène. Elle était tiraillée par l'impatience. C'est une joie modeste qu'elle savourait, là , face à son miroir. Elle ne savait pas si elle devait garder sa longue cape noire, ou bien laisser voir sa robe de mage qui lui dénudait les épaules et le haut de la poitrine. Elle s'était mise sur son trente-et-un, comme la tradition le voulait. Pourtant, d'un autre côté, la sorcière savait que sa réputation était en jeu. Elle avait construit quasiment tout un mythe sur la tortionnaire. C'est pourquoi elle décida de garder sa longue cape noire, et de rester comme elle était. Tant pis pour ceux qui seraient déçus.

Elle se joignit les mains, et s'assit sur la chaise qui faisait face au miroir. Elle était nerveuse. Elle allait jouer de la violoncelle, mais beaucoup de soucis l'envahissaient. Elle n'avait pas pour habitude de jouer des partitions, en général elle traduisait simplement ses émotions du monde sur les cordes de son instrument, mais là , c'était toute une musique construite et organisée qu'il fallait suivre. Elle commençait, puis il suivait, ensuite ils jouaient ensemble, et les notes s'enchaînaient ainsi dans un ordre très précis. Et puis, il y avait toujours la menace de ces rats, qui pourraient tout venir gâcher. Elle espérait vraiment que cela n'arrive pas. Car si cela devait arriver, la sorcière se mettrait dans une rage destructrice et inébranlable. Elle serait même capable d'utiliser son sort de dépeçage s'il le fallait. Mais non, il ne fallait plus y penser. Elle engouffra sa tête entre ses bras, le dos courbé, et tenta d'apaiser sa conscience et ses pensées sordides. Elle essayait de remettre en ordre les images d'elle, étant petite, lorsqu'elle jouait de la contrebasse avec sa mère. Une noble musicienne, riche et fière, qui lui avait appris tous les accords et les notes inimaginables sur l'instrument. Haocia ne s'était jamais vraiment sentie proche de sa mère, mais quand elles jouaient ensemble de la violoncelle, c'était tout l'amour entre une mère et une fille qui s'harmonisait et jouait gaiement. L'eau a eu le temps de couler sous les ponts. Elle ne jouait plus qu'à leur mémoire et à ses réflexions les plus sombres. Si sombres que parfois elle n'arrive même pas à distinguer que peuvent être ces sentiments.

Elle sursauta légèrement quand on frappa à la porte. Ça y était, le moment tant attendu, autant pour les musiciens que pour les spectateurs. Elle se redressa, comme une ombre grandissante, et ouvrit la porte. Puis elle suivit d'un pas lent et humble, un valet qui la conduisit jusqu'à la scène. Elle écarquilla les yeux un instant en voyant tout le monde réuni pour l'événement. Elle n'avait pas l'habitude des mondanités, elle les fuyait même souvent au palais royal. Les ballets et les banquets n'étaient vraiment pas fait pour elle. Quoiqu'il en soit, elle était maintenant sur la scène, debout face à un public qui l'applaudissait, et elle ne pouvait plus reculer. Elle tourna le long bec de son masque , qui attisait dans la curiosité des spectateurs, vers la contrebasse qui était face au public. Elle s'assit face à son pupitre, et attrapa délicatement la baguette de son instrument.

Elle cala fermement l'instrument entre ses cuisses, et se pencha légèrement dessus, enroulant sa main autour du manche pour poser ses doigts sur les cordes. Tandis que son autre bras tenait la baguette de la violoncelle. Elle retroussa ses manches d'un geste bref, et posa sa baguette sur la corde, les doigts du manche étant déjà sur les cordes qu'il fallait pincer. Puis elle commença à frotter très légèrement sa baguette. C'était des sons graves, détachés mais longs qui sortaient. Puis les notes commencèrent à se rattacher pour émettre un son plus fluide, mais toujours lent et grave. Elle immergeait d'abord les spectateurs dans la mélopée. Il fallait qu'il soit accroché à elle, prêt à attendre l'explosion. Il fallait qu'ils soient tous hypnotisés par la baguette de la sorcière qui oscillait et faisait de lent va-et-vient sur les cordes. Sa tête balançait en même temps que les notes fluides et longues changeaient. Et soudainement, le rythme s'accéléra, emprisonnant les auditeurs dans l'envoûtement qu'elle avait entamé. Toujours grave, le rythme était devenu rapide. C'était comme une sorte de ton sarcastique, morbide et pourtant captivant. Bientôt, elle quitta des yeux la partition et commença à jouer sa propre mélodie. Elle avait pris cette mauvaise habitude, de ne jouer que ce que ses émotions lui dictaient. On sentait que la musicienne se crispait en jouant, comme si une fureur l'avait envahie, une euphorie sordide de rage se déversait le long des cordes. Son poignet semblait inhumain, tant il était gracieux et habile et rapide dans ses mouvements. Haocia sentait son cœur qui battait la chamade, au même rythme endiablé que son archet qui déferlait sur l'instrument, dans une mélopée devenue quasiment effrayante mais toujours aussi ensorcelante. Du moins, elle l'était pour la musicienne. Si elle avait enlevé son masque, on aurait découvert un visage déchiré, douloureux, à fleur de peau, et en même temps, plein d'amertume et de haine, en somme : horrifiant. Mais heureusement, son masque impassiblement la protégeait. Elle frotta deux longues notes graves sur la contrebasse, qui clôturèrent violemment ce concert. Le public fut arraché de la mélodie, et applaudirent, comme l'avait méritée Haocia. Elle se releva, les yeux vers le sol, ne voulant pas croiser le regard de ces centaines d'yeux. Elle s'inclina humblement, et s'éloigna sans rien dire dans sa loge. Cette sortie ne faisait que renforcer la crainte que les gens avaient pour elle. Les spectateurs se remettaient de leurs émotions, et certains échangeaient quelques mots sur cette personnalité qui intriguaient quasiment tout le monde. L'une d'elle disait à son amie, derrière son éventail :


Oui, vous savez, c'est Le Corbeau. Tout le monde l'appelle comme ça. Vous vous souvenez, c'est elle qui a su capturer un rebelle, et il a été mis au pilori ! Elle est vraiment sur tous les fronts, quelle femme remarquable. Enfin, si c'est une femme...

Elles finirent par échanger d'autres rumeurs et médisances, pour se faire plaisir mutuellement et se créer des liens forts, comme unies dans l'adversité. Quant à Haocia, elle était retournée dans sa loge, loin de tous ces bruits, ce tintamarre qu'elle ne supportait pas. Elle esquissait tout de même un sourire sous son masque, heureuse d'avoir pu faire partager sa passion, même si ce n'était qu'un infime partage. Mais cette musique l'avait perturbée, et son cœur battait toujours à vive allure. Ses poings étaient fermés, et sa respiration forte et longue. Elle avait l'impression de rentrer dans une crise de nerfs. Sa poitrine se gonflait et se dégonflait avec violence, et sa mâchoire serrée ne faisait que lui donner un peu plus de colère. Mais elle tentait de se battre contre cette colère, elle ne savait pas d'où elle venait, et il ne fallait pas qu'elle surgisse à ce moment. Elle ne pouvait pas se permettre de briser tous les objets autour d'elle, alors que des gens étaient encore en train d'animer Le Centurio. Sa lutte fut coupée court, quand elle entendit la porte s'ouvrir. Elle releva soudainement la tête, ses yeux bleux s'écarquillant de surprise. Qui avait eu l'audace de pénétrer sa loge ?


Dernière édition par Haocia Nerini le Jeu 29 Mar 2012 - 18:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lyme Sher'Illistyn



________________

Lyme Sher'Illistyn
________________


Race : Seïrdan.
Classe : Lame noire.
Métier : Assassin.
Croyances : Aucune.
Groupe : Démons.

Âge : 737 années.

Messages : 31

Fiche de Personnage : Lien vers la fiche


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyJeu 29 Mar 2012 - 18:02

Depuis peu de temps, Lyme s'intéressait de plus en plus au monde du milieu. Si bien qu'il commençait à y passer plus de temps que dans ses terres natales. Pourtant, les chances pour attirer aussi longtemps un Seïrdan sont infimes. Il était alors nécessaire d'entrer dans sa tête et de le comprendre pour saisir la portée de son geste qui serait sûrement hué par ses rares congénères. En vérité, il comprenait très peu de choses au sujet du monde de Feleth. Par exemple, il s'interrogeait bêtement sur le fait que le ciel était teinté de bleu. Les choses étaient entièrement différentes dans le Vein. Et si une chose insupportait bien Lyme, c'était de ne pas comprendre quelque chose auquel il apportait une importance quelconque.

Il avait longuement entendu parler de Madorass, la cité royale. Il avait compris à sa façon qu'ils venaient d'obtenir il y a peu de temps (en années) leur propre Roi des Démons. Il avait également ouïe d'une forme de noblesse et plein d'autres choses qui ressemblaient étrangement aux principes de sa noble famille démoniaque. Chevalerie, code de l'honneur, prestance... Peut-être ce monde avait-il finalement un sens et méritait-il qu'un Seïrdan de sang pur s'y intéresse vraiment ?

Il avait choisi ce soir-là pour s'y rendre en toute discrétion. Sa race lui donnait l'avantage et les proportions de se faire passer pour un simple humanoïde. Seulement, il devait être bien plus beau et gracieux que la majorité. De plus, son tatouage sur le visage n'arrangeait rien. Il se ferait remarquer par la gente féminine mais tant pis. Au fond, il n'accorderait même pas un regard à ces êtres qu'il considérait au fond du gouffre. S'il se rendait ici, c'était seulement pour étudier le comportement et la façon de vivre des potentiels chefs. En réalité, il tentait d'effacer tant bien que mal la peur au fond de lui de découvrir qu'un être inférieur à lui puisse posséder une qualité, une connaissance qu'il n'avait pas. Cela ne lui était encore jamais arrivé, pour le moment.

Il se rendit donc jusqu'à Madorass. Le premier détail qui l’intrigua et qui le fit se renfrogner furent toutes ses affiches collées sur des grosses planches de bois. Des illustrations, du texte dont il ne comprenait pas les caractères. Ni son père, ni sa mère ne lui avaient enseigné l'art de la lecture du langage commun. Mais il n'en demeurait pas moins rusé. Il alla s'adosser contre le muret le plus proche et attendit patiemment qu'un groupe de personnes passent devant sa convoitise. L'attente ne fut pas longue et il apprit dans la foulée qu'une représentation de contrebasse était prévue d'ici une heure dans un lieu qu'on appelait le Centurio.

L'heure d'après, Lyme franchit le pas de la porte du grand bâtiment et fut surpris d'y voir autant de monde. C'était la première fois qu'il entrait dans un tel endroit. Cela n'existait pas chez lui. Mais s'il devait retenir une leçon afin de ne jamais faillir, c'était de ne pas montrer ses sentiments. Oui, pendant un très court instant, il se demanda s'il avait eu raison de franchir cette porte. Il se demandait s'il allait parvenir à se contenir s'il croisait le regard d'un quelconque être angélique présent. Convaincu que ce n'était pas le cas, il n'alla tout de même pas s'assoir avec la centaine de bâtards réunis. Il dénicha un coin peu éclairé et alla s'y adosser.

Cinq minutes plus tard, la représentation débuta. C'est alors qu'Haocia s'avança sur scène vêtue de sa longue cape noire et de son masque en forme de corbeau. Était-ce une belle personne en dessous ? Il s'en fichait bel et bien. A ce moment-là, elle ne représentait encore aucun intérêt. Il dériva d'ailleurs rapidement sur l'intérêt de sa convoitise, l'instrument musical. Haocia s'installa et débuta son concert. Il se rendit rapidement compte qu'il était face à une forme d'art du monde du milieu. Il commença tout d'abord à le comparer avec la fierté de posséder une force physique rarement inégalée. Il ne pouvait voir clairement à travers le masque mais il ressentait la fierté de la femme sur la scène à partager son talent avec ses spectateurs. Il secoua brièvement la tête, se rappelant qu'elle n'était pour lui qu'une simple humaine.

Une simple humaine qui possédait à cet instant précis un don qu'il n'avait pas acquis.

Plus le spectacle se prolongeait, plus la fureur l'envahissait. Il ne s'en rendit pas compte mais son épée commençait à rougeoyer un peu plus que d'habitude. Et personne ne l'avait remarqué. Il subissait là une véritable humiliation. La centaine de faible qui peuplait la salle devraient en ce moment avoir les yeux rivés sur lui, sur le charisme qu'il dégageait en sa simple présence. Mais non, l'intérêt général allait en direction des douces notes jouées par l'humaine.

Le spectacle venait désormais de se terminer et les applaudissements et les sifflements fusèrent en direction d'Haocia jusqu'à atteindre leur paroxysme. Oui, le spectacle pour eux venait de se terminer mais Lyme jura entre ses dents que tout ne faisait que commencer. Il s'étonna presque que la personne pour qui il ressentait un brin de jalousie et une profonde colère s'en aille aussi rapidement. Ce dernier pressa le pas afin de ne pas la perdre de vue et atteignit enfin la prison dans laquelle Haocia s'était enfermée. La courtoisie aurait voulu qu'il frappe à la portée avant d'entrer.

Il déposa son regard colérique sur le centre de son nouvel intérêt. L'atmosphère parut tout de suite plus lourd. Il constata que son entrée avait été remarquée si bien qu'elle tournait la tête vers lui. Un long silence s'ensuivit pour lui. Il aurait pu jurer, cracher, l'insulter. Il aurait du avoir l'envie d'en finir, de tenter de mettre fin à ses jours par pure jalousie, par pure fierté. Mais il n'en fit rien. Il ne l'admettrait d'ailleurs peut-être jamais. En ce moment précis, il ressentit pour elle une petite once de respect. Incapable de prononcer le moindre mot, Lyme observait Haocia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyJeu 29 Mar 2012 - 18:27

Après la surprise, elle fronça les sourcils. Où étaient donc les Capes Blanches ? Ils avaient déserté pour se rendre au petit buffet qui avait été dressé juste après le concert. Une mondanité en bonne et due forme, comme elle le détestait. En baissant leurs gardes, ils venaient de mettre la vie de Haocia en danger, et ils le paieraient. Elle pensa d'abord que l'homme qui venait d'entrer était un rebelle, et elle serra sa fiole de vitriol dans le fond de la poche de sa cape. Mais le regard et l'expression de l'homme changèrent subitement, et par mimétisme, la sorcière en fut provisoirement apaisée. Une main posée sur la table, elle le fixait calmement, mais avec hostilité. En fait, elle ne savait vraiment pas comment réagir, il devait être un de ses admirateurs, mais cette notion d'admiration la dégoûtait.
Quelque chose de mystérieux venait de s'installer dans leurs regards. Une situation des plus envoûtantes, ils semblaient ne plus se quitter des yeux. Puis après une minute, elle prit rapidement conscience de ce qui était en train de se produire : et cela ne devait plus se produire.

Elle se redressa alors, le dos droit, le bec de son masque créant une distance de sécurité entre eux, et les poings serrés. Que serait-elle ? Son humanité. Elle l'étouffait avec sa haine et sa colère. Mais devant cet étranger, elle n'était qu'une figure silhouette noire, impassible, avec un calme à toute épreuve. Étant maintenant debout, elle en profita pour jauger lentement l'inconnu. Sans parler, car elle voulait encore savourer pour un peu de temps ce silence. Il était plus grand qu'elle, et mince, sa carrure laissait penser que cet homme était un guerrier : un adversaire redoutable potentiel, surtout qu'ils étaient dans une pièce confinée, il n'aurait aucun mal à la terrasser. Mais heureusement, elle pensait à tout : elle avait toujours sur elle une fiole de vitriol. Il était armé, c'était une chose aussi importante à souligner. Haocia ne prenait en compte que ce qui pouvait la nuire, elle ne se rendit pas compte du charme de l'homme, ni de son goût pour s'habiller : ces choses, elle les laissait aux femmes belles et gracieuses, qui aurait certainement plus de chance.

Et puis, ses deux yeux bleus revinrent croiser ses yeux gris. Ils avaient tous les deux les yeux clairs et perçants. Cette idée la dérangea un instant, alors elle détourna les yeux. Elle regarda la pièce, puis elle finit par dire :

Que me voulez-vous ?

Elle allait directement au but. Elle ne demandait pas son identité, elle ne demandait rien, elle allait seulement à l'essentiel, car elle voulait faire court. Elle n'était pas une très bonne oratrice, et parfois parler l'ennuyait profondément. Pour elle, les mots n'étaient qu'une pâle copie de tout ce qu'elle pouvait penser, de tout ce qui grouillait en elle. Parfois, même les mots de ses pensées n'arrivaient pas à décrire ce qu'elle ressentait. Parfois, elle ne voulait pas connaître ces mots, et dans ces cas-là, elle serrait les poings. Pour la sorcière, tout était noir, ou blanc. Soit elle arrivait à s'exprimer clairement sur ce qu'elle pensait, soit elle ne disait rien. Au moins, quand elle engagea la discussion, les mots étaient neutres, ce qui ne la dérangeait donc pas de parler.

Elle revint poser ses yeux sur lui, cette fois-ci pour observer son visage. Les signes rouges sur sa face l'intriguaient beaucoup, mais elle savait déjà qu'elle ne lui demanderait jamais, car il pourrait s'en servir comme chantage, afin qu'elle lève son masque. Littéralement. Si elle ne pouvait déjà pas le faire avec elle-même, elle ne pourrait jamais le faire avec les autres. Cette réflexion la rendit nerveuse, et elle vérifia machinalement que son masque était bien mis, d'une main lente et délicate qui ne trahissait pas ce qu'elle éprouvait. Rien qu'un statue glaciale, et noire. Enfin, elle redonna son attention à l'étranger, et observait maintenant ses cheveux blancs. Une couleur de cheveux atypique, surtout vu la jeunesse de ses traits. Elle en déduit rapidement qu'il n'était pas humain, car elle n'avait jamais vu un cas pareil dans la race des Hommes. Enfin évidemment, en tant que scientifique, elle n'écartait pas l'hypothèse que celui-là fut l'exception à la règle.

Et voilà que ses pensées se mettaient à diverger, et à se perdre loin du sujet initial. Pourtant, elle n'était pas rêveuse. Elle effaça ses pensées pour regarder les expressions de l'homme. Il semblait humble, et c'est ce qui lui plu . L'humilité était pour elle une vertu, peut-être la seule qu'elle avait d'ailleurs. Puis il s'apprêta à lui répondre, alors elle le fixa et ses deux yeux bleus semblaient le dévisager, avec une grande curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lyme Sher'Illistyn



________________

Lyme Sher'Illistyn
________________


Race : Seïrdan.
Classe : Lame noire.
Métier : Assassin.
Croyances : Aucune.
Groupe : Démons.

Âge : 737 années.

Messages : 31

Fiche de Personnage : Lien vers la fiche


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyJeu 29 Mar 2012 - 21:57

Il suivit chaque regard de sa part puis chacun de ses gestes. Le premier fut de plonger sa main dans sa cape. Un premier signe de méfiance qu'il comprenait et acceptait. Il tenta un court instant de se mettre à sa place. Il se plongea dans le passé et pensa à ses entraînements isolés. Pour rien au monde, il aurait admis un quelconque spectateur sans son approbation. Pendant un long moment, ils ne firent que s'observer dans les yeux. Le regard de Lyme était stoïque du début à la fin. Aucun sourire. Aucun trait de méchanceté ni de sympathie. S'il avait pu à ce moment là dégager une aura, seule une neutralité totale aurait été ressentie.

L'apparence de Haocia, sa longue cape, son masque étrange, rien de tout ça ne l'intriguait. Il s'était rendu compte avant de se rendre au Centurio que les femmes du monde du milieu possédaient de multiples façons de se vêtir. Il en déduisit d'ailleurs que cela devait avoir un rapport avec leur rang social dont il ignorait encore bien des choses.

Puis elle se redressa pour s'approcher tout en laissant une modeste distance de sécurité. Elle était prudente. Un bon point pour elle. Cependant, à aucun moment il ne tenta le moindre geste pour saisir son épée ou le poignard caché sous sa ceinture. Son corps ne bougeait pas. Il ne cillait pas. Il semblait si sûr de lui. L'atmosphère tendu qui s'était imposé ne le dérangeait aucunement. Il ne comptait pas la questionner sur sa tenue d'apparat actuelle ni quoi que ce soit d'autre.

Il se maudit un court instant d'avoir été dérangé par son geste défensif consistant à plonger sa main dans sa cape. Il était là pour une seule et unique raison. Cependant, le problème majeur consistait à amener ce sujet. Lyme ne savait pas vraiment comment faire sans l'offusquer. Il avait beau être arrogant, il considérait en cet instant précis Haocia comme un être talentueux dans son domaine. Une certaine forme de respect était en train de naître pour elle.

Il soupira enfin très légèrement, discrètement. La dame en noir venait de briser le silence. Il avait craint qu'elle commence à s'affoler, alerter quelconque défenseur ou bien lui poser tout un tas de question sur son identité. Il déduisit également par son geste défensif que ce n'était probablement pas la première fois que cela lui arrivait. Mais en réalité, la franchise de la question d'Haocia le rassura quelque peu.

J'ai assisté à votre concert, mademoiselle. Je crois que c'est ainsi que l'on nomme ceci chez les vôtres.

Il n'était pas dupe. Si Lyme était capable d'être perfide et sournois, la franchise demeurait pour lui une valeur primordiale. Il ne chercherait pas à se cacher. Certes, il ne donnerait pas son identité, d'informations sur sa provenance mais elle était peut-être suffisamment intelligente pour s'en douter. Passer par trente six chemins pour créer une relation basée sur le mensonge était donc futile.

... Du violoncelle. Je veux apprendre, ni plus ni moins. Oui, je veux apprendre cet art.

Sa franchise à lui allait sûrement être fracassante. Il énonçait son désir tel un enfant aurait pu le prononcer dans toute son innocence. Mais une chose ne changea pas. La sincérité, la neutralité de son regard. Cela donnait une sincérité flagrante à ses propos. De plus, il lui faisait l'honneur de répondre à sa question précise par une réponse précise. Lui non plus ne comptait pas tourner autour du pot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyVen 30 Mar 2012 - 1:39

Il ne perdit pas de temps à répondre. Hocia remarqua qu'il se distinguait bien des humains. Elle en déduisit immédiatement qu'il était un démon. Elle s'en était doutée. Un ange d'Adiryl n'aurait jamais eu l'audace, ou plutôt il aurait eu la politesse, de frapper avant d'entrer. Et puis cette lame, la forme et la force que ressentait la sorcière, elle la connaissait. Elle la côtoyait tous les jours, cette noirceur qui pénétrait sa chaire et son âme, qui la constituait. C'était son amie. Une amie qui lui faisait signe dans le corps de cet homme. En tout cas, sa demande fut brève mais limpide. Mais la façon dont il fit sa demande déconcerta la jeune femme, et engageait en elle une nouvelle colère : une nouvelle source pour continuer d'avancer. Elle le fixa un instant, et haussa les épaules :

Si vous en avez la volonté, tant mieux pour vous.

Son ton était froid, et sec, ce qui accentuait encore plus sa phrase lourde de sens. Elle n'avait aucune intention d'enseigner sa musique. La musique ne s'enseignait pas, elle se vivait, elle se ressentait, elle était comme héréditaire, et c'est comme si elle se liait à tous ses ancêtres qui avaient joué avant elle du violoncelle. De plus, si elle devait l'enseigner, ce qui serait compliqué, elle ne le ferait pas à un étranger. Il fallait que la personne soit extrêmement proche d'elle, et là, on en revenait au même point : cela ne se produirait jamais. L'homme s'était dé-crédibilisé en le lui demandant ainsi, comme un enfant qui voulait obtenir quelque chose, et qui pensait l'avoir sans encombres. Mais manque de chance pour lui, Haocia détestait les enfants.

Même s'il semblait déterminé, la sorcière s'en fichait. Elle voulait juste rester seule, car la musique qu'elle avait joué la confrontait, au moment où il était dans la loge, à une lutte contre elle-même. Elle sentait que tout se remuait en elle-même, et elle était très dérangée par ce ressenti. Ces poings ne faisaient que se serrer un peu plus. Pour bien montrer son dédain pour lui, elle se releva, comme s'il ne valait plus la peine de se mettre à sa hauteur pour lui parler en face. Elle fixait le sol, et fit :

Je vous souhaite bon courage pour votre prochaine carrière. Maintenant partez.

Elle gardait toujours son ton froid. Evidemment, elle n'avait aucun espoir quant à sa réussite, mais en ces temps il était bon d'avoir quelque chose pour avancer, même si le dessein était trop ambitieux, parfois. On sentait aussi comme une pointe de sarcasme, et d'agacement. Sa voix, bien que déformée par le masque, commençait très subtilement à trahir ce qu'il se passait au plus profond d'elle-même. Elle ne voulait pas être mise à nue ainsi. Elle leva ses yeux sur lui, et ses yeux le fixèrent. La lueur de ses yeux exprimait une urgence, elle insistait sur lui, et regardait de temps à autre la porte derrière lui. Et pourtant il restait là. Elle n'aimait pas ce qui se tramait. Elle se sentait tout à coup en danger. Peut-être était-ce sa paranoïa qui refaisait surface, mais d'un coup elle se releva. Elle venait de prendre conscience qu'en s'asseyant, elle pouvait baisser sa garde, et il pouvait facilement se ruer sur elle.

Elle fronça à nouveau les sourcils, et reprit le duel du regard. Ses yeux bleus clairs étaient le seul lien qu'il pouvait avoir avec elle, concrètement. Les regards n'étaient plus envoûtants, captivants, ils venaient de devenir hostiles. Du moins, pour Haocia. Elle était de nature intransigeante, et elle ne voulait pas qu'il étale ses quelconques arguments. Jamais elle n'acceptait de compromis, surtout pas avec des inconnus. Si les plus optimistes disaient que l'étranger pouvait devenir notre prochain, la sorcière n'étaient pas de cet avis. Ils étaient des étrangers, et cela à jamais. Étrangère à jamais, comme pour elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lyme Sher'Illistyn



________________

Lyme Sher'Illistyn
________________


Race : Seïrdan.
Classe : Lame noire.
Métier : Assassin.
Croyances : Aucune.
Groupe : Démons.

Âge : 737 années.

Messages : 31

Fiche de Personnage : Lien vers la fiche


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyVen 30 Mar 2012 - 12:53

Si vous en avez la volonté, tant mieux pour vous.

Quelle subtile façon de détourner le sujet. Il n'aurait lui-même pas mieux fait. A vrai dire, il s'était douté d'une telle réponse. Il ne devait pas oublier qu'il s'agissait d'une humaine. La plupart d'entre eux sont prévisibles. Des êtres capables d'immondices ou bien d'apporter la paix et la sérénité partout autour d'eux. Il sentait derrière son masque de corbeau une infime partie de la noirceur de son âme. A force de s'enfoncer dans les illusions et folies en tout genre du Vein, Lyme était persuadé de voir le monde autrement. Il décelait plus facilement le doute, le courage, la bonté ou encore le sang qui pouvait flotter autour d'une âme. Et Haocia semblait vraiment intéressante, malgré sa condition d'humaine.

Je vous souhaite bon courage pour votre prochaine carrière. Maintenant partez.

Lyme ferma les yeux et sourit simplement. Des paroles ironiques mais par dessus tout dénudé de peur. Il ne pouvait savoir avec exactitude ce qu'elle ressentait vraiment devant lui et respectait sa capacité à forger ce masque pour se protéger. Le démon se retourna et Haocia pu croire qu'il allait obéir lorsqu'il passa la pointe de son visage au travers de l'encadrement de la porte de sa loge.

Je devrais fermer cette porte, maintenant que la glace est brisée d'une certaine façon.

Il jeta un coup d’œil curieux à l'extérieur. Pas de gardes. Pas le moindre chat. Tout était calme. Sereinement, il ferma donc la porte ce qui les isolait alors du reste du monde. Il se retourna machinalement vers Haocia et fit quelques pas, réduisant la distance entre eux. Il ne restait peut-être que deux mètres, un peu plus ou un peu moins. Mais toujours pas le moindre signe d'hostilité de la part de Lyme. Son regard demeurait neutre malgré le fait qu'elle avait osé lui ordonner. On peut dire qu'il ferma les yeux sur ce qui aurait pu le mettre en colère.

Je ne m'en irais pas comme ça, j'en suis désolé. Vous l'aurez constaté, je suis capricieux. Mais je tiens avant tout à dire une chose. Jamais auparavant un Sher'Illistyn ne leva la main sur une femme des terres du milieu. Votre méfiance est légitime mais en cet instant précis, la violence est la dernière chose dont j'ai envie.

Il se détourna et alla s'adosser contre le mur juste à côté de la porte. Elle pouvait tenter de s'en aller. Il était seulement certain qu'il tenterait de l'en empêcher. Il se demandait ce qu'elle aurait à répondre face à cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyVen 30 Mar 2012 - 18:12

Elle allait se rasseoir, lorsque l'étranger sortit une phrase plutôt inquiétante. Elle se redressa, et le fixa d'un air haineux et colérique. Les colériques étaient des personnes dangereuses, car elles mettaient leur intelligence au service de leurs émotions. Il ferma la porte, et l'intonation légère du claquement de la porte était comme un coup porté, un affront faite à la sorcière. Plus que jamais, l'atmosphère hostile venait de s'installer. Elle continuait de serrer ses poings, ses yeux bleus reflétant la colère. Nulle stupéfaction, nulle peur, simplement de la rage. Elle avait l'habitude, depuis qu'elle était née, qu'on lui obéisse, et qu'on lui accorde tout. Elle n'avait aucune limite, mais en imposait aux autres. Le fait qu'il osa franchir cette limite fit montée au nez une frustration, et donc une douce colère. Enfin quelque chose qui pouvait remuer sa vie.

En même temps, elle sentait l'excitation monter en elle. Elle se projetait déjà en train de le torturer, d'assouvir ses plaisirs sordides. Ouvrir sa chaire pour le toucher au plus près, le meurtrir dans sa chaire, et ainsi dans son esprit, son âme. Plonger ses mains dans ses boyaux, mettre ses doigts sous sa peau et l'arracher, pour voir ses muscles à vif. A vif comme elle. Lui administrer toutes sortes de poisons et de virus, comme la lèpre par exemple. Et elle verrait tomber ses cheveux, son visage qui séduisait dans les autres femmes. Toutes ses idées vinrent arracher un sourire des plus mauvais, aux lèvres de la jeune femme. Destruction, destruction de ce qui pouvait la détruire. Détruire, détruire ce visage neutre, qui semblait vouloir la provoquer. Mais elle ne pliait pas, elle ne laissait rien transparaître.

Il s'avançait, et Haocia savait qu'il tentait de l'intimider. C'est là qu'il faisait une erreur. Il ne savait pas qui elle était. Une simple musicienne ? Bien plus que ça. Une tortionnaire qui prenait plaisir à son métier, une sorcière dont l'énergie agressive pouvait tout dévaster, en commençant par le premier insecte, peut importe sa race, qui voulait se mettre face à sa volonté et à ses choix. Il reprit enfin la parole. Des mots qu'il n'aurait jamais dû prononcer, car la fureur commençait à s'emparer d'elle. Si la mer était calme sur la plage, il y avait des tempêtes et des déluges monstrueux dans les profondeurs inexplorées.

Il était hautain, condescendant. Il faisait son diplomate, en considérant la jeune femme comme son inférieure. Il parla de sa fausse galanterie sur les femmes, ce qui l'exaspéra au plus haut point. Frapper une femme ou un homme, quelle différence ? Là encore, il encra la sorcière dans sa faiblesse. Mais qui croira prendre sera pris, qui croira prendre sera pris...Il prit ensuite une posture décontractée, face à Haocia, qui elle, restait toute droite, impassible, inébranlable face à ses menaces. Elle en avait reçu tellement des rats, qu'aujourd'hui elle se fichait bien des intimidations. Mais tant mieux s'il la considérait comme faible, il fallait qu'elle le lui fasse croire. Elle aurait l'avantage sur lui. Puis sur un ton encore plus glacial, elle fit :


Et moi, la dernière chose dont j'ai envie, c'est de parler pour ne rien dire.

Elle parlait peu, mais parlait bien. Toutes ses phrases étaient pleines d'allusion. Elle n'aimait pas parler, donc elle faisait toujours court, essayant d'utiliser le moins possible sa voix neutre mais grave, car déformée par son masque de corbeau. Le bec de celui-ci, la protégeait toujours de lui, créant un espace vital pour la sorcière. Elle sous-entendait aussi qu'il ne signifiait rien pour elle, et que jamais il ne signifierait quelque chose. Mais s'il continuait, elle le considérerait comme mort. Enfin, elle faisait subtilement allusion à ses discours inutiles sur les femmes, ou sur ses traits de caractère. Même si elle fut contrainte d'écouter et d'enregistrer ce qu'il lui avait dit, elle se fichait de savoir de quelle famille il était, et de ce qu'elle faisait.

Elle se mit à chuchoter dans son masque, si bas que la coquille de son visage protégeait la sorcière des oreilles indiscrètes de l'inconnu. Elle se préparait déjà à une quelconque attaque, car elle préférait anticiper n'importe quelle situation. Car elle, ne sous-estimait pas cet adversaire, qui semblait toujours autant déterminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lyme Sher'Illistyn



________________

Lyme Sher'Illistyn
________________


Race : Seïrdan.
Classe : Lame noire.
Métier : Assassin.
Croyances : Aucune.
Groupe : Démons.

Âge : 737 années.

Messages : 31

Fiche de Personnage : Lien vers la fiche


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyVen 30 Mar 2012 - 18:31

Il soupira. Soupira très profondément. Il sembla un court instant lassé. Il ne comprendrait décidément jamais les humains. Cela le faisait presque regretter d'être courtois par devoir. Il avait beau être impassible, formaté, tout ce qu'on peut imaginer. Au fond de lui, comme chez n'importe qui, étaient enfermés des envies sordides. Il n'y avait qu'une seule chose qui l'empêchait de faire éclater son pouvoir ici. Ses principes moraux et sa redevance envers les enseignements de sa mère. Mais oui, en cet instant précis, il maudit tout cela. Au point que son regard se noircit légèrement, reprenant un air hostile.

Dans leur domaine commun, Haocia était très forte. Peut-être bien plus renfermée sur elle-même que lui. Lui semblait s'ouvrir plus facilement lorsqu'il considérait quelqu'un comme digne d'intérêt. Il se rendit alors compte qu'en ce moment-même, il ne représentait peut-être rien d'autre pour elle qu'un gêneur. Cette idée fit bouillir son sang. Intérieurement, sans qu'il s'en rende vraiment compte, il était dérangé. Il connaissait très peu les races des terres du milieu. Si bien qu'il s'intéressait au fait de les étudier pour mieux les comprendre.

Et moi, la dernière chose dont j'ai envie, c'est de parler pour ne rien dire. Il prit à cet instant conscience qu'il ne l'intimidait vraiment pas. Il se demanda d'où lui venait cette force. Du courage, de l'espoir, de la colère, de l'arrogance ? Lyme la trouvait de plus en plus intéressante pour une humaine. Il était incapable de savoir si elle avait considéré intérieurement ses paroles. Il remarqua ensuite ses chuchotements et ne semblait pas s'adresser à lui. Il n'en entendit rien. Lyme se retrouva lentement mais sûrement agacé par la situation. Il devenait tout doucement le perdant de cette rencontre, de cette aventure et en prenait conscience.

Je vois.

Ses deux mots résonnèrent très rapidement dans toute la pièce. Aussi tranchant que la petite phrase qu'elle lui avait adressé auparavant. Il était maintenant sûr d'une chose, il lui restait deux plans d'attaques. Le premier venait d'être engagé. L'agacer mais pas trop. Ne rien dire de plus. Après tout, il était le démon et elle l'humaine. L'un possédait beaucoup de temps d'espérance de vie, l'autre avait probablement plus important à faire. Le second lui était beaucoup plus franc. Il ignorait la raison mais Haocia portait ce masque et s'en servait pour se protéger en cet instant précis. Tenter de le briser et y parvenir n'aurait-il pas constitué une première victoire ? Il s'en savait capable mais enfonça cette idée dans un coin de sa tête. Pour l'heure, agir ainsi n'était pas nécessaire.

Il resta donc silencieux, le plus silencieux possible. Sa respiration était à peine audible. En contre-partie, même si la colère le quittait peu à peu, l'atmosphère dans la pièce devint encore un peu plus lourde. Il voulait se servir du silence comme une arme pour la faire s'exprimer. Peut-être que l'impatience la forcerait à faire le pas suivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyVen 30 Mar 2012 - 20:09

Ce fut une victoire. Comme toujours d'ailleurs, c'était bien sa réputation. Du moins c'est ce qu'elle pensait. Son soupir semblait signer sa résignation, et elle pensait enfin qu'il allait la laisser en paix. Enfin, façon de parler. Il semblait en colère, et peut-être l'avait-elle convaincue qu'elle serait intransigeante. Sans concessions, sans faiblesses. Contrairement à de qu'il pouvait croire. Elle attendait qu'il se décolle enfin du mur, et ne fasse qu'un pas pour se glisser derrière la porte et disparaître à jamais. Qu'il retourne de là où il venait, c'était mieux pour tout le monde, ou du moins pour elle.

Mais ce fut toute autre chose qui se produisit. Il ne bougea plus, et la fixa. Il voulait la provoquer, la faire céder. Il réagissait vraiment comme un enfant. Il s'apparentait à leur vexation, leurs visages tristes qui tentaient de vous attendrir : quelque chose qui donnait la nausée à la femme sans cœur, et qui ne lui donnait envie que de leur arracher les paupières. Il croisait les bras, une attitude fermée qui montrait bien son hostilité, bien que son visage soit redevenu neutre. D'ailleurs, cette observation lui amena une réflexion intéressante : quelque soit la race, il y avait toujours des émotions, des gestes et des expressions communes aux humanoïdes. Elles étaient universelles.

Soit, il voulait jouer, elle jouerait. Mais elle ne céderait pas, elle n'irait jamais dans son sens. Une lueur de colère et de sadisme se reflétait toujours dans son regard bleuté. Le silence n'avait plus du tout la même connotation. Il était pesant, tendu, glauque. Tout ce qu'aimait Haocia. L'ambiance était d'autant plus sordide, sachant que la pièce était complètement sombre, seulement illuminée par quelques bougies, d'une lumière frêle et inquiétante, comme si l'obscurité tentait d'oppresser la moindre lumière qui voulait jaillir. Cette pièce pouvait un peu représenter la jeune femme.

Le jeu de l'intimidation commença donc. Brusquement, comme pour attirer volontairement son attention, elle glissa sa main dans sa cape. Puis elle en sortit un dague. Elle baissa les yeux sur la lame, et la fixa longuement. Elle faisait preuve d'une grande patience, et toutes ses menaces passaient dans ses gestes. Elle ne voulait pas parler, alors elle ne le ferait pas. Puis elle tendit brusquement la dague vers lui, feintant une attaque, et la reposa délicatement sur la table, sans même le regarder.

Elle fixait le couteau longuement, et redressa son regard sur le démon. Un petit sourire insolent se formait sous son masque. Il se croyait plus malin, mais c'est qu'il n'avait jamais vu la malignité. La violoncelle n'était plus tellement devenue le sujet de l'hostilité. C'était plutôt le fait de savoir qui d'eux deux céderait le premier. Et alors leurs regards étaient totalement connectés, dans l'hostilité, dans une épreuve de main de fer. Soyez en sûr, elle ne céderait pas. Jamais. A présent, la salle était totalement dans le silence, avec pour seul trouble, le bruit régulier du crépitement des chandelles. Le feu qui naissait entre eux, qui allait les brûler, les consumer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lyme Sher'Illistyn



________________

Lyme Sher'Illistyn
________________


Race : Seïrdan.
Classe : Lame noire.
Métier : Assassin.
Croyances : Aucune.
Groupe : Démons.

Âge : 737 années.

Messages : 31

Fiche de Personnage : Lien vers la fiche


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyVen 30 Mar 2012 - 20:40

Il ne la quitta pas un seul instant son regard bleuté. Il plissa légèrement les yeux lorsqu'il remarqua ce qu'il n'avait pas vu depuis tout à l'heure. C'était un signe qu'elle commençait réellement à l'intéresser. Ce n'était plus pour jouer du violoncelle. Cette idée avait quitté son esprit depuis une bonne minute déjà. Cette femme était mystérieuse et une envie de percer ses secrets était en train de naître en lui.

Le détail qu'il remarquait n'était autre que le sadisme dans son regard. Haocia s'amusait de la situation. C'était définitivement la raison pour ne pas s'en aller. Elle souhaitait jouer avec une créature venue du Vein ? Elle allait être servie. Il la considérait désormais assez forte pour l'occuper pendant encore un moment. Mais il la sous estimait encore. A aucun moment, il ne pensa qu'elle pouvait sortir victorieuse. L'envahisseur ferait plier la défense, il s'en fit la promesse. Désormais, il faisait entrer son honneur en jeu. Et elle n'aurait jamais la moindre idée de ce que cela représentait pour lui.

Ses yeux dérivèrent vers le bas de la cape lorsqu'elle enfonça brusquement sa main dans sa poche. Allait-il enfin découvrir ce qu'elle y cachait ? Qu'allait-il en faire ? Comment allait-il réagir ? Au fond de lui, il était trop sûr de lui pour qu'elle ne tente pas de le tuer maintenant. Si bien qu'il ne bougea pas lorsqu'elle feint de projeter la dague dans sa direction. Il fut tout de même intérieurement soulagé qu'elle ne le fit pas. Elle l'aurait avec certitude touché de plein fouet. Mais le démon commençait à avoir confiance en cette relation présente, en ce défi étrange.

Lyme ne dit donc rien. Il ne réagit pas. Il se contentait de la fixer, la défiant du regard. La situation était vraiment beaucoup plus instructive qu'un cours de violoncelle. Son envie première venait de totalement passer à la trappe. Il l'avait simplement oublié. Il ressentait désormais la noirceur en Haocia et ce n'était pas pour lui déplaire. Si elle était comme ça, cela voulait donc dire qu'il pouvait y en avoir d'autres. Cruel mais réaliste, Haocia devenait pour lui son sujet d'étude comportemental le plus intéressant actuellement.

Puis enfin, il quitta son regard. Elle se l'était permise lorsqu'elle ne s'intéressa pas à la réaction qu'il aurait eu en feintant de jeter sa dague. Il avait donc pris la décision d'observer plus amplement la pièce. Elle ne connaissait rien de lui, ni de son affinité avec les flammes. Tout comme elle, il se rendit compte que le seul bruit provenait du crépitement des flammes induit par les cinq bougies.

Sais-tu qu'elles ne brillent pas toutes ainsi ?

Il venait de la tutoyer pour la première fois. Signe en réalité qu'il la considérait différemment désormais. Un franc respect s'imposait.

Lyme balaya rapidement l'air horizontalement avec sa main droite. Il ne projeta rien du tout en direction d'Haocia. La blesser, l'atteindre physiquement n'était pas l'idée. Elle avait eu l'occasion de le blesser, de prendre l'avantage. Oui, il n'aurait pas bougé. Il était venu le moment de la contre-attaque. Un geste simple dont il espérait en revanche une grande ampleur sur elle.

Simultanément, les bougies s'éteignirent. La loge d'Haocia plongea dans la nuit noir. Le sourire aux lèvres, Lyme se déplaça dans un vacarme voulu dans une direction aléatoire. La noirceur des lieux ne le dérangeait pas. Il attendait sa première réaction et toutes les autres qui allaient suivre, ne faisant plus le moindre bruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyVen 30 Mar 2012 - 21:21

La relation entre les deux inconnus venaient d'évoluer. Elle ne savait plus à quoi rimait cette situation. Au moins, elle ne se laissait plus amadoué, et se contrôlait parfaitement. Son regard connecté au sien ne voulait pas dire pour autant qu'elle était totalement envoûtée, comme la première fois.

Quand il reprit la parole, une victoire pour Haocia, il la tutoya. Elle ne dédaigna même pas lui répondre. Elle bouillait, quelque chose de destructeur était en train de s'installer progressivement en elle. Elle sentait la magie noire bouillir dans ses veines, si bien que certaines ressortaient de son front, vertes ou violettes. Mais il ne pouvait pas le voir, car elle portait toujours son masque.

Elle ne réagit pas quand il leva sa main, mais elle était aux aguets. Et d'un coup, les flammes s’éteignirent. Et alors sa vision fut complètement aveuglée. Ses yeux mirent un temps à s'adapter au noir, puis elle tourna la tête dans tous les sens, et il ne fut pas difficile de remarquer sa chevelure toute blanche dans l'obscurité. Elle courra vers lui et en retroussant ses manches, posa brutalement ses deux mains froides et fines sur ses joues blanches. Elle cria un mot d'une langue inconnue, le mot qui enclenchait le sort qu'elle préparait depuis le départ.

Pendant un court instant, ses yeux bleus se teintèrent d'une fumée noire, sordide : sa puissance. Elle était totalement concentrée, et ses mains semblaient ne faire plus qu'un avec son visage, agrippée. Elle sentait l'énergie du démon qui se faisait sienne. Une puissance absolument démoniaque, et noire commençait à animer son corps.

Son cœur se mit à s'emballer, elle le sentait sauter dans sa poitrine, comme s'il faisait des ricochets sur toutes les parois de sa cage thoracique. Elle recula d'un bond, complètement sous le choc de cette énergie qu'elle venait d'absorber. Elle se bouscula contre la table. Tout semblait flou et clair à la fois, sa vision se déformait, et se reformait. Elle haletait, complètement en transe par cette nouvelle expérience. Puis elle se mit à rire. Un rire sinistre, un rire puissant, un rire laid qui détruisait toute once d'humanité.

Elle se redressa et leva ses mains, commençant à incanter. En seulement quelques secondes, grâce à cette énergie miraculeuse, les flammes des bougies se rallumèrent, dans des flammes longues et brûlantes. Voilà que Haocia n'était plus. C'était la magie noire qui vivait. On sentait une mauvaise force qui émanait d'elle. Une puissance effrayante, déferlante de rage et de destruction.

Au départ, elle n'avait fait cela que pour affaiblir le démon, et sûrement que cela avait marché. Mais maintenant, elle ne se souciait plus de lui, ou du moins, elle voulait se confronter à lui, avec sa propre force. Cette situation ironique ne faisait que monter l'adrénaline, et l'énergie agressive ne la rendait que plus incontrôlable. Il n'y avait plus de calme, la furie était révélée. Il venait de s'aventurer sur un terrain dangereux. Un terrain dont il ne ressortirait pas. C'est ce que pensait la sorcière.

Elle tendit la main vers la dague, qui se leva dans l'air, puis elle pointa l'inconnu, et la dague vint rapidement sur son adversaire. Elle se mit à rire. Elle riait, mais ne parlait pas, car la magie noire ne parlait pas. Sa folie tant cachée se révélait horriblement au démon, quoique cette horreur n'était sûrement pas rare chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lyme Sher'Illistyn



________________

Lyme Sher'Illistyn
________________


Race : Seïrdan.
Classe : Lame noire.
Métier : Assassin.
Croyances : Aucune.
Groupe : Démons.

Âge : 737 années.

Messages : 31

Fiche de Personnage : Lien vers la fiche


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyVen 30 Mar 2012 - 21:50

Il aurait du comprendre. Il aurait du comprendre pourquoi le silence s'était prolongé. Pas de cri, même pas le moindre mouvement. Lyme était persuadé que n'importe quelle humaine aurait pris peur. Il fallait se rendre à l'évidence, il les connaissait bien mal.

Les êtres des terres du milieu sont faibles. Tu es en droit d'occire le mâle mais que le déshonneur te foudroie si tu t'en prends à une femelle ou un rejeton.

Quel était donc l'imbécile d'ancêtre qui avait proclamé cela ? Il le maudit. Il ne put rien faire. Persuadé que la peur envahirait son cœur, il ne s'attendit pas à ce qu'elle fondit si rapidement sur lui. Même en voyant parfaitement bien dans la nuit noir, il ne comprit pas ce qu'il lui arriva. Il sentit seulement un cœur entièrement noir. Haocia était dénudée d'humanité. Il se demanda même si au fond elle n'était pas une démone qu'il avait été incapable de déceler. Non, ce n'était que de la magie noire.

Que de la magie noire qui lui drainait son énergie. Il ne pouvait pas bouger, impuissant, tandis qu'elle se délectait de son pouvoir. Un vol à la tire aurait été beaucoup moins humiliant. Les yeux de Lyme se gorgèrent petit à petit de sang, d'une fureur intense qu'il était incapable de faire éclater, soumis au sortilège de la sorcière. Il l'avait trop sous estimée.

Cette créature était tout sauf une femelle pour lui désormais.

Elle était devenue une créature faite de magie noire. Au cœur débordant de rage dans un corps fébrile mais au potentiel magique redoutable. Et il jurait qu'elle allait le payer très chèrement.

Elle finit par mettre un terme à son sortilège et eut raison de reculer. Sa fureur n'allait pas tarder à éclater. En vérité, il était trop vexé pour lui accorder le moindre mot. Elle lui avait volé une partie de ses ressources et il était judicieux de se demander lequel des deux l'emporterait. La ruse semblait être le crédo de chacun des deux êtres en ce moment crucial.

Après avoir rallumé les bougies qui flambaient avec une intensité complètement anormale, elle entreprit de lancer sa dague dans sa direction. Lyme tira sèchement son épée qui rougeoya pour s'enflammer dans la seconde et para avec une aisance déconcertante la dague qui brisa la glace de sa loge après s'être enfoncée dedans.

Lyme tendit sa main et ferma son poing en appliquant une grande force. Pendant un court instant, les flammes des bougies semblèrent devenir instable pour finalement prendre l'apparence de cinq traits de feu fusant en direction d'Haocia. Il se doutait que ce serait futile et qu'elle saurait se protéger avec sa magie noire. Cependant, il vit en ce geste un gain de temps précieux si bien qu'il fondit dans sa direction pour donner un puissant coup de lame de haut en bas, libérant par la même occasion une petite vague de feu condensée et concentrée pour atteindre son corps. La lame noire contrôlait presque parfaitement ses flammes violacées venues du Vein.

C'était la première fois de son existence qu'il dégainait son épée et se ruait sur un être du monde du milieu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyVen 30 Mar 2012 - 22:22

Le spectacle commençait. Enfin les deux acteurs étaient rentrés dans le vif de l'action. Pour Haocia, ce n'était qu'un adversaire de plus, qui lui octroierait encore plus de puissance après ce combat qui s'annonçait épique. Il n'y avait plus de musicienne gracieuse, de femme en proie à la douleur, il n'y avait plus qu'une coquille remplie de haine et de soif de pouvoir. Elle tourna la tête par réflexe vers la glace qui se brisa, puis remarqua rapidement les flammes qui fusèrent sur elle.

Tout s'enchaînait rapidement, mais avec l'énergie qu'elle venait de drainer, elle avait l'impression que tout était lent, clair et simple. Elle cria un simple mot, et les flammes se dissipèrent en fumée. Mais le fourbe en profita pour foncer sur elle, alors Haocia eut juste assez de temps pour sauter sur le côté et éviter les flammes. La sorcière s'aperçut que cet inconnu savait bien se battre, contrairement à elle, et qu'il savait manier le feu. Son seul avantage était ses potions et ses pouvoirs.

Elle ne perdit pas de temps et profita de l'élan qu'il avait pris pour se ruer sur elle, pour se glisser derrière lui et s'éloigner au plus vite. Elle poussa un cri en tendant les mains en avant, et la porte de la loge s'ouvrit dans un grand fracas. Ce n'était qu'une diversion, du raffut pour faire venir les gens, et aussi attirer l'attention de son adversaire autre part. Elle incantait à haute voix et rapidement, et se concentra pour former une boule de souffre entre ses mains. Une sphère de taille moyenne se formait rapidement, avec les entrailles de la magie noire. Elle la lança ensuite en direction du démon.

Des Capes Blanches accouraient enfin, avec quelques autres nobles qui voulaient savoir ce qui se passait. Elle cria, la rage au ventre, voire même au coeur, la voix déformée et monstrueuse, qui glaça même le sang des cruelles et téméraires Capes Blanches, ses plus fidèles alliés. Elle fit :

Partez, partez ! Ou je ferai en sorte que vos boyaux voient enfin le jour !

Cette phrase dissuada efficacement les autres d'intervenir. Elle les en dissuada d'ailleurs si bien, que le Centurio fut évacuer d'urgence, dans un tintamarre de cris d’offuscation et de panique. Haocia semblait s'être calmée pendant ce temps. Elle attendait que le Centurio soit vide, et ils pourraient enfin commencer.

Peu à peu, on entendait des claquements de portes, et les odeurs de parfum, les rires lointains et les discussions disparurent en fumée. Ils n'étaient plus que deux. Seuls, confrontés à leurs noirceurs mutuellement. Confrontés à leurs colères mutuellement. Et ils pourraient s'en donner à cœur joie. Oui, le spectacle pouvait, enfin, vraiment commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lyme Sher'Illistyn



________________

Lyme Sher'Illistyn
________________


Race : Seïrdan.
Classe : Lame noire.
Métier : Assassin.
Croyances : Aucune.
Groupe : Démons.

Âge : 737 années.

Messages : 31

Fiche de Personnage : Lien vers la fiche


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyVen 30 Mar 2012 - 22:56

Elle éteignit les flammes naturelles des bougies et esquiva gracieusement son attaque enflammée par son propre pouvoir. Cela ne le surpris pas. Il ne pouvait en finir si facilement avec un tel adversaire. Une motivation pour poursuivre le duel engagé. Il espérait être contraint de repousser ses limites pour ajouter un nouveau trophée à son tableau de chasse.

Haocia profita de l'élan de Lyme pour passer dans son dos. La seconde plus tard, la porte de la loge était ouverte. Espérait-elle des renforts ? Il aurait été bien déçu. Il ne s'en soucia pas. Qu'ils viennent, aussi forts qu'ils soient. Au fond, Lyme n'envisageait qu'une seule mort : celle sur le front. Mais il ne pouvait pas perdre, alors il concentra à nouveau son attention sur son adversaire tandis qu'elle créait sa sphère de souffre. Il l'esquiva en esquissant un rapide pas chassé sur le côté.

Partez, partez ! Où je ferai en sorte que vos boyaux voient enfin le jour !

Quelle manque de grâce, pensa-t-il un court instant. Mais après tout, la noirceur était la seule chose qui habitait la femme en ce moment-même. Il pu également constater qu'Haocia n'espérait pas l'arrivée des renforts. Le résultat le surprit d'ailleurs. Le Centurio s'était vidé bien plus rapidement qu'il s'était rempli en début de soirée. Il était devenu leur terrain de jeu, telle une arène.

La loge n'était plus qu'un piètre souvenir. Ensemble, sans se quitter du regard, ils purent rejoindre la scène. Il n'y avait aucun public. Elle lui offrit une véritable grâce sans le savoir. Même dans son état actuel, jamais Lyme ne se serait battu devant tant de témoins qui ne méritaient pour la plupart pas son attention démoniaque.

Il sourit en coin, amusé par la situation. Il s'était à son tour calmé. Mais il était trop tard pour revenir en arrière. Voilà comment un concert de violoncelle était en train de virer. Une pièce immense comme champ de bataille. En cet instant, Lyme ne se souciait pas de l'après guerre.

Il posa la pointe de son épée contre le plancher de l'estrade de la scène. Des flammes violacées émanaient en abondance et pourtant, rien ne prenait feu. Elle pouvait en déduire qu'il contrôlait son pouvoir à la quasi perfection. Alors qu'ils se fixaient encore, alors que le silence reprenait sa domination sur le Centurio, Lyme ne savait plus très bien ce qu'il était venu chercher. Elle voulait en faire son trophée pour le torturer. Lui... Il allait se battre et chercher la victoire coute que coute. Mais la victoire ne signifiait pas la mort. Il savait seulement que devant lui se tenait une âme fière, capable d'effrayer ses propres alliés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptySam 31 Mar 2012 - 1:07

Même si la sorcière ne se l'admettait pas, il y avait un certain respect qui s'était instaurer entre les deux adversaires. Ils eurent le fair-play de ne pas commencer le combat avant d'arriver sur la scène. La pièce confinée n'était pas un bon lieu pour agir à sa guise. Là, les sorts et les coups pourraient être grandioses, un combat dans les règles de l'art. Il semblait que les deux colères respectives des ennemis soient retombées, mais il n'en était rien, du moins pour Haocia.

Des flammes violettes, comparables à de la fumée, flottaient au dessus du plancher, entourant les pieds et les chevilles des deux partenaires. Ils se fixaient, lui l'épée pointée vers le bas, elle les poings serrés et prête à déferler ses pouvoirs. Le calme était revenu, le calme avant la tempête. Si seulement Haocia avait su qu'elle serait totalement possédée par la magie noire en absorbant une énergie totalement démoniaque, jamais elle n'aurait voulu absorbé.

Elle n'était plus du tout elle-même. Elle avait l'impression d'être hors d'elle, qu'elle était simplement spectatrice de la magie noire qui la possédait entièrement. Bien qu'elle n'ait pas de dédoublement de personnalité, elle avait vraiment l'impression qu'une autre personne s'était emparée d'elle, et elle ne savait plus reprendre le contrôle. Elle était pleine de provocation, d'arrogance et d'orgueil. Toute son humilité et sa discrétion était partie en fumée, et elle aimait se mettre en scène.

Et c'est d'ailleurs ce qu'elle fit. Elle qui n'aimait pas parler, la voilà qui se lançait dans des blagues sarcastiques. Elle tendit sa main vers la violoncelle, qui était toujours disposée entre eux d'eux. Elle serra le poing et fit à Lyme :


Tu veux apprendre du violoncelle ? Très bien. Tu vas être servi.

Elle leva le bras, et l'instrument se leva. Puis elle brandit le poing vers son adversaire, et lança le sujet de controverse sur Lyme. Évidemment, l'objet étant lourd, il mit du temps à venir s'écraser, et le démon n'eut aucune peine à esquiver cette attaque. En fait c'était juste pour le plaisir de détruire. Son plaisir éphémère fut assouvi. Dans un bruit assourdissant de notes désaccordées et de bois, l'instrument éclata en morceaux sur le plancher, faisant même un trou dans la scène par la même occasion. Elle éclata de rire, et sa voix semblait vraiment déformée, mais cela allait au-delà la déformation de son masque, vraiment comme si une autre voix parlait à la place de Haocia. C'était la première fois qu'elle vivait ça.

Elle se mit à incanter, à haute voix, et alors des murs sortirent soudainement du plancher, pour enfermer le démon entre ces quatre murs. Mais en réalité, ce n'était qu'une illusion pour le perturber, et en profiter pour faire une incantation encore plus destructrice. Une fois le sort préparé, elle courut vers lui, et sortit sa fiole de vitriol pour la lui lancer au visage. L'illusion se dissipa alors, ou bien le démon put certainement découvrir le tour de passe-passe, en voyant la fiole traverser ce faux mur.

Elle se mit ensuite à courir pour éviter une quelconque attaque. Elle s'amusait vraiment. Elle riait, ou plutôt ricanait. Sûre d'elle, supérieure à lui. Elle gagnerait. Elle s'en faisait la promesse. Ou plutôt, la magie noire s'en faisait la promesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lyme Sher'Illistyn



________________

Lyme Sher'Illistyn
________________


Race : Seïrdan.
Classe : Lame noire.
Métier : Assassin.
Croyances : Aucune.
Groupe : Démons.

Âge : 737 années.

Messages : 31

Fiche de Personnage : Lien vers la fiche


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptySam 31 Mar 2012 - 9:18

Elle avait totalement changé. Lyme avait l'impression d'être face à une tout autre personne. Son rire cinglant ressemblait à ceux qu'il avait le loisir d'entendre lors de ses promenades dans le Vein. Des créatures bien plus imposantes qu'elle paraissaient moins effrayantes. Haocia se servait même de l'humour pour égayer le combat. C'était sûrement le véritable visage de cette femme hors du commun. Il ne ressentait plus la moindre once d'humanité venant d'elle.

En effet, Lyme esquiva avec une grande aisance le violoncelle qui s'écrasa juste derrière lui pour creuser un trou dans la scène.

Le violoncelle n'a plus aucune importance. Mon dessein est de briser ton masque de corbeau.

Lyme esquissa un sourire en coin. Il n'était toujours pas assez enragé pour avoir envie de la tuer. Il voulait seulement profiter de ce duel. Il espérait qu'elle le contraigne à repousser ses limites. Après chaque combat, le Seïrdan devenait un peu plus fort. Il la considérait digne de l'affronter, mais encore indigne de le tuer. Il n'oubliait pas qu'elle restait un être du monde du milieu. Son arrogance revenait encore et toujours à son paroxysme.

Puis quatre murs sortirent du sol pour former une prison autour de lui. C'était un gain de temps pour une prochaine attaque. Il ne se posa pas de question sur la réalité ou non de la cellule qui le retenait désormais. Il savait, par son expérience, que briser ce mur était dans ses compétences. Mais tel sur un échiquier, il aurait joué son tour. Le Roi serait alors en position d'échec devant la Reine. Il savait qu'il n'aurait rien d'autre, qu'il n'aurait pas le temps de se protéger.

Il lui fallait alors être imprévisible. Agir de façon à la surprendre. Il se souvint alors du violoncelle qui creusa un tour dans le plancher. Ils n'étaient plus dans la loge, cet endroit confiné qui restreignaient leurs mouvements. Le Centurio tout entier était devenu l'arène et le plus rusé d'entre eux gagnerait.

Ainsi, Lyme décida de concentrer sa puissance magique dans son poing droit. Ce dernier s'enflamma tout comme son épée runique auparavant. Avec violence, il vint frappa le sol et tout comme le violoncelle, il créa une brèche dans laquelle il s'enfonça. Quelques secondes plus tard, il vit un liquide couler. Lorsque le sol sous l'estrade fut rongé sous ses yeux, il ne regretta pas sa nouvelle stratégie.

Mais la contre-attaque devait être rapide. S'il avait fait ça, c'était pour lui montrer à son tour dans quel domaine il se battait. En face à face, il avait très peu de chance de l'atteindre. A nouveau, Lyme concentra son pouvoir. Sa lame s'embrasa avec la même lueur violacée qu'auparavant. Au bout d'une vingtaine de secondes, il engendra la naissance d'une grosse boule de feu qu'il saisit avec aisance d'une seule main. Il n'allait pas l'envoyer vers Haocia. Il ne pouvait savoir avec exactitude où elle se trouvait. Son plan était tout autre.

Lyme enfonça la grosse boule de feu dans le sol et soudain, toute la bâtisse se mit à trembler. Les fondations tiendraient bon mais seraient mises à rude épreuve. La seconde d'après, un trait de feu jaillit du sol et perça la scène juste au dessus d'eux pour se diriger vers le plafond et se dissiper. Le même phénomène se produisit la seconde d'après, émanant d'un autre point dans le sol. Puis encore et encore. C'était bientôt des dizaines de traits de feu qui jaillissaient aléatoirement du sol sous l'estrade pour remonter au dessus de la scène et disparaître avant de se fracasser contre le plafond du Centurio.

Cette technique était imprécise mais son côté hasardeux ne pardonnait pas. Si Lyme était incapable de la viser directement, probablement qu'elle ne pouvait pas prévoir la provenance du sortilège. Il pensa même qu'elle saurait s'en protéger. Mais peut-être aurait-il la chance de briser son masque dont il parlait tout à l'heure.

Un temps plus tard, Lyme brandit son épée avec ses deux mains. Son tour n'était pas terminé. Les petits trous infligés à la scène lui donnaient une vision sur le monde au dessus de lui. Si bien qu'il finit enfin par apercevoir la position de son adversaire. Chargeant de nouveau sa lame, il bondit et creusa un nouveau tour dans la scène, plus béant qu'auparavant et se retrouva propulsé un peu plus haut dans les airs, derrière elle.

Il abattit, telle une punition, une sentence, il était au dessus et elle en dessous, sa lame de façon circulaire. Horizontalement, le rayon de portée de son attaque aurait été ridicule. C'est l'erreur qu'il fit dans la loge tout à l'heure. En circulaire, la portée de son attaque prenait toute sa considération. Il ne savait pas encore si les flammes venant du sol l'avaient blessée. Il misait la réussite de son attaque dans cette dernière technique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptySam 31 Mar 2012 - 22:34

Elle entendit un gros fracas sur l'estrade, et elle put voir à travers son illusion que son adversaire était bien plus rusé qu'elle ne l'avait imaginé. La magie noire s'amoindrissait, mais restait tout de même toujours dominante sur Haocia. Elle ne savait pas si c'était bon ou mauvais pour elle, que cette énergie commençait à la quitter. Mais pour l'instant, il restait encore beaucoup de noirceur en elle. Une noirceur qui persistait à la contrôler. Ce bruit énorme avait laissé place à un silence troublant et sinistre.

Et alors soudain, le sol et les murs se mirent à trembler. Les secousses n'étaient que légères, et Haocia en déduisit rapidement qu'il cherchait juste à l'intimider. Mais par précaution, elle sauta de la scène pour ne pas que celle-ci s'effondre et l'engloutisse. Le claquement de ses bottes contre le beau plancher d'ébène fit une intonation sèche, mais qui ne s'entendit pas avec le bruit assourdissant des tremblements. Elle fit volte face, et s'aperçut alors des flammes qui jaillissaient de toute part sur la scène. Elle se mit à incanter longuement, pendant que l'univers chaotique battait son plein.

Une fumée noire émanait d'elle, et l'encerclait comme une enveloppe. Continuant d'incanter pendant que son adversaire s'était caché, elle s'impliquait à elle-même un sort pour décupler sa force physique. Sa morphologie ne changeait pas, mais elle sentait qu'elle était plus forte. Par contre, l'énergie s'était beaucoup épuisée pour ce sort. Elle ne fit plus rien d'autres, et attendit son adversaire, plus prête que jamais.

Puis dans un fracas qui ne pouvait que le trahir, le plancher s'ouvrit, se déchira même, pour laisser place à la puissance phénoménale du Seïrdan. Mais Haocia ne flanchait pas. Rien ne pouvait l'arrêter, surtout pas ses émotions qui, à ce moment, étaient totalement au fond du gouffre, étouffées, noyées, oubliées. Il fit un saut assez haut, ce qui put permettre à la sorcière de se retourner et de lever sa main d'un geste ample et rapide vers son arme pour dévier le coup qu'il avait l'intention d'abattre sur elle. Cela ne s'était fait qu'en l'espace de quelques secondes. Tout était rapide, et pourtant Le Corbeau avait l'impression que chaque mouvement était ralenti. Le temps était ralenti, mais progressivement, et cela était dangereux, elle sentait que les secondes reprenaient leur durée d'autrefois.

Comme l'attaque avait été dévié, et qu'il venait d’atterrir, elle en profita pour envoyer son poing au visage tandis qu'il se remettait en position de défense. Grâce à cette courte faille installée, elle en profita pour agripper ses mains comme une sangsue, et alors ses yeux redevinrent noirs, et elle se remit à incanter à haute voix, tandis que l'énergie était lentement absorbée. Ce sort la rendait vulnérable, car elle rentrait dans une sorte de concentration intense. Mais en même temps qu'elle reprenait de la puissance, elle ressentirait moins les coups, et réciproquement, les coups de l'adversaire seraient moins faibles car il aurait moins d'énergie. Évidemment, elle ne doutait pas qu'un démon de sa trempe est encore beaucoup d'énergie en réserve, mais il en avait moins qu'à la normale. Alors que leurs yeux se fixaient, qu'ils étaient tous près l'un de l'autre et que chacun pouvait entendre la respiration de l'autre, elle fit d'une voix haineuse et déterminée :


Aucun masque. Je suis Le Corbeau.

Comme elle avait déjà utilisé ce sort sur lui, son corps ne subit plus les même symptômes qu'à la première absorption. L'énergie s'était adaptée au corps de l'humaine. C'était peut-être le début d'une dépendance. Quoiqu'il en soit, elle se décrocha enfin de lui, qui s'était momentanément paralysé pendant son incantation, et leva les bras en riant. Tandis qu'elle riait aux éclats, ses bras levés faisaient voler les débris de la violoncelle, derrière sur la scène. Les piques de bois menaçants se mettaient à voler en petit cercle sur la scène. Puis elle fit un mouvement circulaire avec ses mains, vers elle, pour les diriger jusqu'à elle. Mais comme Lyme était juste face à lui, ce serait lui qui se prendrait ses épines grosses comme des ronces.

Elle se jeta à terre au cas où il esquiverait, mais se releva très rapidement sur le côté. L'un comme l'autre, ils avaient leurs forces, et vraiment rien ne pouvait laisser deviner qui des deux gagneraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lyme Sher'Illistyn



________________

Lyme Sher'Illistyn
________________


Race : Seïrdan.
Classe : Lame noire.
Métier : Assassin.
Croyances : Aucune.
Groupe : Démons.

Âge : 737 années.

Messages : 31

Fiche de Personnage : Lien vers la fiche


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyJeu 5 Avr 2012 - 21:10

Il la maudissait. Elle l'avait à nouveau saisi par la gorge après avoir rejeté les flammes de son épée en se servant de sa magie noire. Elle le drainait à nouveau, le volait et violait son esprit de part cet artifice. Lyme la fixait pendant ce court moment qui lui parut cependant être une éternité. S'il avait essayé de se débattre la première fois, dans la loge, il savait cette fois-ci que c'était vain. Il jeta ensuite un regard en biais vers son épée, se désintéressant totalement d'Haocia.

' Tu es trop têtu... ' pensa-t-il.

Haocia ne put s'en apercevoir, concentrée à cet instant précis pour drainer les forces du Seïrdan, mais la lame rougeoya comme si elle était en colère. En fait, c'était Lyme et seulement Lyme qui le ressentait. Il imaginait la suite du duel. Il retomberait sur le sol et Haocia lancerait sa prochaine attaque. Il lui faudrait alors innover et parer autrement. Mais un doute subsistait dans son esprit.

' L'échange est imminent, soyez prêts. '

Haocia prononça quelques mots pour lui répondre, se présenter brièvement. Elle était le Corbeau ? Aucune importance dans l'instant présent. Lyme devait gagner. Il en avait la possibilité, le savoir, la supériorité, l'expérience, la connaissance. Mais... Lorsque Lyme engage un duel, il n'est pas le seul à décider.

Ce dernier retomba lourdement sur le sol, vidé un peu plus de sa puissance. Elle lui laissait indirectement le temps de se redresser, de se réagir. Si bien qu'elle éclata de rire aux éclats en levant les mains vers le ciel. Il devina avec aisance qu'elle préparait quelque chose et il comprit lorsqu'elle ramena subitement ses mains vers elle. Lyme ne se retourna pas, il ne s'agissait pas d'un luxe dont il pouvait se permettre.

' Tu n'es pas adapté contre un adversaire comme elle. Laisse faire qui tu sais. '

Lyme sourit d'un air malicieux à Haocia. Instantanément, la lame de l'épée diminua jusqu'à prendre la forme d'un poignard. Ce dernier brillait d'une lueur rouge écarlate. Le pointant vers le ciel, des flammes violacées commencèrent à tourbillonner autour du Seïrdan et réduisirent en cendres les projectiles pointus du violoncelle.

Aucun remord. Je suis un Seïrdan.

Soudain, Lyme commença à se déplacer et à se mouvoir très rapidement. Son corps tout entier semblait papillonner et se trouver à trois endroits à la fois. Il était désormais presser d'en finir. Il passa une fois à côté d'elle à une vitesse qu'elle pouvait difficilement suivre du regard. Il entailla de ce fait profondément son épaule gauche. La seconde d'après, il revenait sur sa droite et entaillait l'autre épaule pour finalement se retrouver face à elle. Il profita de sa probable désorientation pour frapper violemment son masque avec le manche de son poignard pour le briser en mille morceau et la faire tituber en arrière par la même occasion. Et enfin, il leva son poignard dans le but d'asséner le dernier coup qui mettrait un terme à ce duel.

C'est terminé, Corbeau !

Et soudainement, le poignard s'allongea pour redevenir l'épée. Elle aurait pu croire à un enchainement, à sa dernière heure. Mais les yeux de Lyme qui s'écarquillèrent trahissaient la situation. Il posa sa deuxième main sur la garde de l'épée.

' Tu ne peux pas me faire ça, pas maintenant ! '

Et la lame se changea en pierre sous ses yeux impuissants. Il la lâcha, incapable de supporter son poids.

' Azgaloth ! Laisse Alizabal conclure ce duel que tu n'as pas su mener ! '

Aucune réponse. L'épée s'écrasa contre le sol et semblait s'être littéralement éteinte. Il releva les yeux, sensiblement perdu, le regard dans le vide. Où était passée Haocia ? Il se rendit compte qu'il reconsidéra sa présence un instant trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] EmptyDim 8 Avr 2012 - 21:56

Elle n'entendit aucun bruit de fracassement de bois. La sorcière se redressa rapidement ,surprise qu'il ait eu le temps d'esquiver cette attaque imminente. En levant la tête, elle remarqua ses cendres sur le sol, et prit conscience de son ingéniosité. Elle ne pouvait pas nier sa créativité, c'était quelque chose qui lui plut un instant. Puis, elle le vit avec un poignard à un endroit, et il disparut en à peine une seconde. Elle sursauta, et se demanda si lui aussi n'avait pas un sort d'illusions. A l'aide d'un banc, elle se leva lentement et avec prudence, regardant autour d'elle. Elle s'avança vers la scène, et le vit réapparaître et disparaître. Il commença cette manœuvre plusieurs fois, et Haocia devenait de plus en plus nerveuse. Elle n'avait pas le temps de se concentrer, d'incanter et de viser sa cible. Alors elle glissa sa main dans sa cape pour s'équiper d'une vulgaire dague. Il fallait au moins qu'elle ait une défense, aussi précaire soit-elle.

Elle ne comprenait pas comment il avait pu s'être remis aussi vite de son sort. Elle ressentait bien l'énergie du démon en elle, alors pourquoi n'était-il pas affaibli ? Comment ce pouvait-il qu'il se mouve aussi vite ? Ses yeux recherchaient dans le vide désespérément et avec inquiétude. Elle ne se sentait plus du tout à son avantage. C'était une chose rare. Peut-être avait-elle fait le mauvais de choix de s'attaquer à un démon de sa trempe. Peut-être avait-elle fait cette erreur si banale, de sous-estimer son adversaire. Sa magie noire était néfaste. Elle allait peut-être causer sa perte. C'était la fin du mythe. Elle sentait son cœur qui battait plus que jamais. Oui, elle avait peur.

Mais Le Corbeau était toujours là pour lui rappeler sa force. Il la galvanisait, la motivait. Ses peurs se transformèrent en colère. La colère d'un animal en cage, qui était prêt à bondir et à déchiqueter la peau de ceux qui l'avaient séquestré. La justice allait être faite. Et dire que ce combat n'était à l'origine que pour un simple cours de violoncelle. Voilà ce qui se passait quand deux capricieux se rencontraient. Quand deux personnes qui n'avaient jamais connu de limites se confrontaient. C'était un bras de fer incessant, malgré la certaine estime qu'ils éprouvaient tous deux l'un pour l'autre.

Elle sentit soudain une déchirure dans son épaule, et elle serra les dents pour rester impassible devant son adversaire. Elle s'était préparée à ce genre d'attaque, alors elle appuya sa blessure de son autre main, Elle gardait son sang-froid coûte que coûte. La magie noire ne la dominait plus, et elle reprenait le contrôle, tout en contrôlant l'énergie qu'elle possédait. Elle commença à incanter pour soigner sa plaie, lorsqu'un deuxième coup lui fut asséner sur l'autre épaule. Et cette fois-ci elle poussa un gémissement. Sa main qui tenait son autre plaie tremblait. De douleur ou de peur, elle n'aurait su le dire. Elle n'aimait pas la situation. C'était rare que tout lui échappe. Elle se reprit en quelques instants, en respirant profondément pour se calmer.

Tout à coup, le coup fatal fut abattu. Son visage se brisa. Tout s'arrêta. Toute la machine infernale de l'immondice fut freinée. Son masque se brisa en morceaux sur le sol. La dague entre ses mains, elle baissa les yeux sur sa chaire du Corbeau qui venait d'être meurtrie. Ses yeux bleus se confondaient dans la pâleur de son visage qui venait d'être dévoilé. Elle avait encore sa cagoule, qui lui cachait ses cheveux. Elle fermait les yeux et les rouvrait en les écarquillant. Elle eût quelques vertiges. Puis sa vision se stabilisa sur Lyme, dont la lame se transformait en pierre. Elle n'attendit pas plus longtemps, et se rua sur lui avec sa dague. Elle enroula son bras autour de son cou, et enfonça sa dague dans son ventre de son autre main. Un cri de rage accompagnait les six coups qu'elle lui mettait dans le ventre rapidement.

---------------
Passage aux propos violents. Âmes sensibles s'abstenir.
---------------

Le sang vint éclabousser ses vêtements, et aussi le bas de son visage. Les giclées de sang s'écrasaient et dégoulinaient dans le coup de la sorcière maintenant mise à nue. Au dernier coup, c'est-à-dire au sixième. Son regard bleu croisa celui du démon. Ses sourcils se haussèrent, montrant le désespoir, le désœuvrement de la jeune femme. Ses yeux bleus n'étaient plus aussi impassibles. Frêle et pleine d'effroi, voilà à quoi ressemblait Haocia à ce moment là. Elle entrouvrit la bouche, comme estomaquée de ce qu'elle était en train de faire. Ce n'était plus Le Corbeau, ce n'était plus son personnage qui massacrait. C'était elle. Cette petite fille élevée par sa mère et son père, dans l'amour et les rires. Aujourd'hui, il n'y avait plus que cri et sang. Elle ne sentait plus que les frottements de ses tripes contre son poignet enfoncé dans son ventre.

Elle se recula d'un bond dans cette mare de sang, comme tétanisée par ces gestes. Elle regardait autour d'elle, semblant totalement perdue. Le Corbeau avait disparu, il n'était plus avec elle. Sa colère arrachée, il n'y avait plus qu'humanité, tristesse et désespoir. Elle tomba à genoux, dans les débris de son masque, sa main ensanglantée de sa victime. Elle passe cette même main sur son visage, se barbouillant du sang frais de son adversaire. Elle sentit une sensation étrange. Sa gorge se serrait et lui faisait atrocement mal. Elle avait l'impression qu'une flamme naissait dans sa trachée, et lui brûlait tout l'intérieur.

C'était le feu de l'humanité qui remontait et s'emparait d'elle. Elle cracha des sanglots. Une souffrance atroce venait s'ajouter à ses blessures. Elle attrapa les débris dans ses mains, et les serra de toutes ses forces pour tenter de faire revenir le Corbeau. Haine, colère, elle les appelait en vain. Le Corbeau ne pouvait pas entendre ces appels dans ces lamentations affreuses, cette eau d'humanité qui se déferlait sur ses joues. Oui, elle était humaine. La malédiction de la fragilité et de la tristesse. Ce que fuyait tous les Hommes, elle le fuyait aussi. Mais personne n'y échappait. Elle était faible, et fragile, elle était humaine.

Le Corbeau blessait ses paumes, la porcelaine brisée lui coupaient la peau. Comme si son amie la méprisait d'être aussi faible. Immondice d'humanité. Elle lâcha les débris, pour tenter d'essuyer ses larmes qui se mélangeaient alors au sang. Il n'y avait plus de mythe ou de réputations qui tiennent, elle ne cherchait plus à jouer ses ombres. Haocia était là, plus que jamais, elle était présente dans cette salle qui fût le théâtre d'un combat brutal et sanglant. Elle ne voulait plus rester ici. Elle leva la tête, et se redressa alors de tout son long. Elle s'avança vers le démon qui s'était alors écroulé sur le sol. Elle s'accroupit au dessus de lui. Elle leva sa main lentement pour retirer sa cagoule noire, pour laisser voir des cheveux noirs et bouclés, qui tombèrent en désordre sur ses épaules. Elle fouilla dans sa poche pour lui donner une fiole de soin, et la glissa dans la main du seïrdan, en disant lentement :


J'aurai aimé que cela n'arrive pas. Je vous demande pardon.

Ses lèvres roses et fines vinrent s'écraser sur le front de l'homme. Elle se redressa de tout son long, puis elle tourna le dos au démon en faisant quelques pas. Elle retira lentement sa cape. Ensuite, elle fit glisser sa belle robe somptueuse sur sa peau blanche et froide. Elle était alors complètement nue. Extrêmement pudique, elle ne tarda pas à se transformer en corbeau dans une volée de plumes noires. Le Corbeau s'envola jusqu'à une petite ouverture d'aération du hall, et vint se poser sur le rebord. Il se tourna vers le démon, et poussa un croassement sinistre. Enfin, il se glissa dans l'aération et disparut en quelques battements d'ailes. Il ne fallait jamais qu'ils se revoient. Jamais plus.



Mais il ne faut jamais dire jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Partage injuste [PV Lyme] _
MessageSujet: Re: Partage injuste [PV Lyme]   Partage injuste [PV Lyme] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Partage injuste [PV Lyme]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Le Centurio :: Hall-