''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

William Dax

Héros de guerre.

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Seigneur noir
Métier : Régicide
Croyances : Polythéiste
Groupe : Solitaire

Âge : 34 ans

Messages : 14

Fiche de Personnage : Briseur de mêlée


MessageSujet: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   Lun 16 Avr 2012 - 18:10

Un beau soir de printemps, le crépuscule plongeant dans les limbes d'un autre monde,
une mystérieuse et épaisse brume prit place, masquant la surface des champs
et planant au dessus des eaux.

La célérité de cette brume semblait magique, artificielle ou agissant tel un être à part entière.
Subitement, dans ce brouillard, un énigmatique et effroyable bruit de cliquetis au rythme des pas d'un homme.
La majorité des villageois crurent alors entendre la mort venir au pied de leurs portes closes
et s'en est-aller sans broncher, annonçant ainsi un très mauvais présage.
À l'entrée de la ville, la silhouette d'un homme fit apparition
et à ce moment précis, le brouillard se dissipa aussitôt,
laissant à découvert un vétéran au visage balafré et inexpressif.

Il eut marché ainsi pendant des jours entiers, son épée ensanglanté tenue d'une poigne de fer,
ses jambières lourdes, forgées de manière inconnue, rythmait ses pas constant d'un bruyant cliquetis distinctif.

Une innocente gamine, seule, vint jusqu'à lui, d'un regard curieux et admiratif.
L'homme d'un pas sûr semblait avoir combattu sans relâche et avec courage,
s'arrêtant net devant elle, contemplant de ses yeux obscure et profond,
il plaça délicatement le plat de sa lame glacial contre la joue de la fillette
et sans un mot, elle s'écarta de son chemin.

Posant la main à sa joue couverte de sang qui n'était pas le sien,
la jeune fille stupéfiée redirigea son regard vers cet étrange individu disparaissant,
une fois de plus, dans l'ombre de cette route rectiligne.

Après avoir transpercé la frontière des mondes et traversé la ville jusqu'à l'auberge,
l’épéiste s'arrêta en face de la bâtisse, levant les yeux au ciel un court moment.

Une fois les pieds redescendus sur Feleth, il soupira et fit tournoyer sa lame avant de la contraindre au revers.
L'épée ainsi prise, passive et la pointe en retrait,
il ouvrit ensuite la porte de l'auberge à coup de poing sans craindre la classique bagarre d'auberge.

Les cliquetis reprirent leur rythme intimidant, d'un pas droit et discipliné jusqu'au bar.
Il prit place devant l'aubergiste, posa son épée longue tachée de sang sur le comptoir,
une main mise à plat sur la manche et l'autre devant la pointe.
L'effrayant client se pencha vers l'aubergiste et lui adressa la parole d'une voix rauque:


"J'aurais besoin d'une étoffe humide pour nettoyer cette lame et d'une chope cela va sans dire..."


Son regard se détourna en direction de ce veille escalier en bois, surement les chambres clientèles.
Après un court moment de silence, il ajouta.



"... Vous n'auriez pas louez une chambre au nom d'une certaine, Findley ?"

Il se retourna, posa ses coudes au comptoir et prit le cigare dépassant de sa bourse,
face à la porte d'entrée, il le mit en bouche et attendit le retour de dame Findley.


Dernière édition par William Dax le Ven 20 Avr 2012 - 4:08, édité 1 fois (Raison : saut de ligne.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gwennaall Elfias

Le Carreau D’Argent

________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Archer
Métier : Tueur à gages / Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 221 printemps

Messages : 20

Fiche de Personnage : Un assassin silencieux.


MessageSujet: Re: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   Mar 17 Avr 2012 - 9:52

Un beau soir de printemps, ça oui. Une saleté de purée de pois, si vous voulez mon avis. La brume bougeait comme si elle était animée par un être, ou même qu'elle était cet être. Une brume vivante, vous vous imaginez... Enfin, de cela, Gwennaall n'en avait rien -mais alors rien du tout- à carrer. C'est comme si sa jambe de bois avait une varice de plus, vous voyez... L'importance que ça a est grande, si vous voulez mon avis...

Car imaginez-vous vous réveiller un matin, et puis... PAF ! Une varice de plus ! Sur une jambe de bois, en plus... C'est d'une importance CAPITALE, si ce n'est minuscule.

En tous les cas, l'Elfe, lui, était plongé dans une chope de bière. Une belle chope, si vous voulez mon avis. Toute ronde, avec une belle poignée sur la droite. Mais avez-vous remarqué que les chopes, elles n'ont pas de particularité pour droitier ou gaucher ? Si vous retournez une chope pour droitier, un gaucher s'en sert, et inversement. Vous savez, ça c'est vraiment un mystère de la nature...

Mais l'Elfe, lui, c'était un droitier. Et il n'avait pas envie de retourner sa chope. Ah ça non. Sinon ça aurait été une chope pour gaucher et il aurait été obligé d'en demander une autre. Bah oui, il était droitier ! Enfin, sachant qu'il n'avait pas compris le principe de tourner la chope. Mais cela est une autre histoire, et j'ai quand même l'impression d'avoir pas mal tourné autour du pot. Ou plutôt... de la chope, en fait.

Accoudé à une table, assis sur un tabouret miteux, ayant une bonne vue sur l'entrée, Oreilles Pointues observa la porte. Une bien belle porte, mais ne nous éloignons pas du sujet : elle est inintéressante. C'est vrai, qui aurait envie d'entendre parler d'une simple porte... C'est un panneau de bois, en fait, rien de plus... Un panneau qui, à ce moment précis, tourna sur lui-même pour découvrir un homme en armure.

Quel ridicule il pouvait avoir ! Tout bardé de métal, on aurait dit une boîte de conserve. Et puis, ces cliquetis, quand il marchait, on aurait dit le bruit des griffes d'un chat sur un sol en bois. Clic, tic, clic, tic... Un bruit très désagréable, en plus. Un bruit à vriller les tympans si l'on y prêtait vraiment attention. Heureusement, la répétition de ce bruit ne fut pas très longue, étant donné que l'homme se plaça au comptoir et, rien que pour avoir l'air méchant, posa son épée à plat dessus. Ah oui, indéniablement ça impressionnait, tout de suite... Et ne parlons pas de ses paroles, à lui. Aussi dégoulinantes d'intelligence que son épée de sang? Ah ça oui. Il lui fallait un chiffon pour nettoyer son épée. Ah ça, si vous voulez mon avis, c'est pour qu'il l'astique, son épée.

Ne nous attardons pas sur le sujet. Vous non plus vous n'aimez pas ça... Très bien on va être amis. Ou peut-être pas d'ailleurs, ça va aussi dépendre de votre humeur. Oui ? Ça n'a rien à voir ? Entièrement d'accord. J'y retourne alors ? Oui ? D'accord je continue.

L'Elfe observa cet homme d'une façon particulière. Il transpirait l'animosité, et voulait sans doute embrocher tout ce petit monde. L'auberge était peut-être en sécurité, peut-être ne l'était-elle pas. En tous les cas, cet homme-là inspirait la peur, d'une certaine manière. Mais Gwennaall, lui, n'avait pas peur de lui. Ce n'était pas ce pourquoi il avait été créé. Et, dans sa longue vie, il en avait vu d'autres, des gens impressionnants...

L'Elfe décida d'attendre pour agir, mais semblait sûr qu'il parlerait à cet-homme-là. Ou qu'il communiquerait par grognements, si jamais ce type à la mine patibulaire ne comprenait pas le langage articulé. Celui-ci était devenu compliqué pour les soldats, ces derniers temps ! Eh oui ! C'est un langage, tout de même... Et pour parler, il faut apprendre... Et apprendre, à part pour les arts du combat, les soldats... ça n'y fait pas grand chose. Mais ne nous éloignons pas du sujet, voulez-vous.

Cet homme lui rappelait une bataille. Une grande, une immense bataille. Il ne se rappelait plus où, il ne se rappelait plus quand, sans doute avait-elle moins de quatre ans. Mais une bataille rangée, avec deux armées qui se faisaient face. Et lui au milieu. Il ne savait pas quoi faire. Il était perdu... Puis il se réveillait en sueur dans son lit, à chaque fois qu'il y pensait. Et c'est au moment où ses songes prenaient le dessus que l'homme parla une seconde fois, demandant si une chambre avait déjà été réservée, à un nom qui finissait par "lait". Une histoire de vache ? Sans doute pas.

Toujours est-il que l'Elfe changea de position, le buste tourné vers le comptoir. Un seul bras sur la table, derrière la chope. Il n'avait à craindre que de cet homme en armure et à l'épée sanglante. Il avait la main sur sa dague, sur son flanc gauche. Il attendit la réponse de l'aubergiste, comme celui qu'il observait. C'était décidé, l'Elfe, à la prochaine action que l'armure faisait, irait lui demander son nom. Au moins, il serait fixé sur la personnalité du bonhomme. Soyons fous, se disait-il. Soyons fous...

Et voila qu'il se leva discrètement, longeant certaines tables pour rejoindre le comptoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

William Dax

Héros de guerre.

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Seigneur noir
Métier : Régicide
Croyances : Polythéiste
Groupe : Solitaire

Âge : 34 ans

Messages : 14

Fiche de Personnage : Briseur de mêlée


MessageSujet: Re: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   Mar 17 Avr 2012 - 19:30

Dans cette modeste bâtisse, l'aubergiste avait pour habitude de rencontrer des aventuriers.
Du plus sage au plus naïf, en passant par ceux au comportement s'avérant très instable,
il savait donc jouer la carte du respect, mais aussi celle du "j'ai rien vu, j'ai rien entendu".
Le serveur essuyant l'une de ses chopes acquiesça d'un bref hochement de tête.
Après avoir posé sa serviette à son épaule, il plaça la chope sous le robinet d'un fût,
ouvrit la valve et le referma ensuite.
Bien mousseuse, cette bière reposa quelque instant avant d'être servit.
Pendant ce temps, l'aubergiste prit une étoffe et tout en marchant jusqu'au méchant client, il empoigna l'anse de la chope pleine.
Après l'exquis claquement d'une pose de choppe et le bruit d'une étoffe plaqué d'une main sur le comptoir, le serveur rétorqua:

"Ah ! Certes, mais vous venez de la manquez de peu, je le crains."

William Dax choppa le pied d'un tabouret pour le remettre sur pied en face de sa lame, puis s'assied calmement.
Devant son interlocuteur, il fit craquer les phalanges de ses doigts d'un air sarcastique et d'un regard pas très commode.
L'aubergiste sorti un lambeau de papier, plié en quatre dans sa poche, il le déplia.
Celui-ci ajouta avec ardeur avant de le lire à voix baisse:

"Cependant ! Elle m'a donner un message pour vous: "Aux grandes plaines de feleth, cherche le dragon dans le ciel".
J'ignore ce que cela signifie, mais tout ce que je sais c'est qu'elle m'a dit
qu'un homme aux jambières d'aciers payerait sa note. D'ailleurs vous me devez..."

William Dax soupira du nez devant le moulin à paroles, puis il l'interrompis d'un ferme coup poing sur la table.
Relâchant ses doigts, il arracha ensuite une bourse de sa ceinture
et la posa, aussi délicatement que ce-dernier coup de poing au comptoir.

Le don d'une bourse entière changea rapidement les préjugés sur ce méchant client.
Tout à coup, il était l'une de ces personnes instables mais, restant malgré tout réglo.
Un autre individu semblait ce rapprocher, discrètement, tel un voleur de bas étage.
Le seigneur Dax le voyais venir de loin, il prit alors calmement son épée en main et l'essuya délicatement d'une étoffe humide.
Soudain, en une fraction de seconde, l'étoffe fut trancher en deux avant de s'étaler au sol tel un vieux cracha.
D'un bond, son épée brandit en diagonale au plafond, il se retrouva en face de Gwennaall,
la lame parallèlement placée à son regard, prêt à trancher dans le vif.


"Que me vaut ce plaisir de découper du truand en toute légitime défense ?"

Dit-il d'un ton récréé, le cigare toujours en bouche.


Dernière édition par William Dax le Ven 20 Avr 2012 - 4:09, édité 1 fois (Raison : saut de ligne.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gwennaall Elfias

Le Carreau D’Argent

________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Archer
Métier : Tueur à gages / Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 221 printemps

Messages : 20

Fiche de Personnage : Un assassin silencieux.


MessageSujet: Re: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   Mer 18 Avr 2012 - 22:36

Métal. Froid. Tranchant. C'est vrai que c'est froid le métal. Surtout celui-ci, pressé et pointé sur une gorge nue, et surtout une gorge surprise qui ne cherche qu'à déglutir. Mais dans ces moments là, ne jamais déglutir. Jamais. Plutôt mourir ! Enfin, plutôt mourir que mourir, tout est relatif, mais... Ne pas avaler de salive. Pas en ce moment. On ne dira pas "jamais" non plus, puisqu'il faut bien le faire à un moment ou à un autre, sinon la bouche se remplit de ce liquide visqueux et pas très agréable au goût... qu'est la salive, oui. Mais évitons ce sujet aussi, tout liquide visqueux ou coloré de façon étrange sera de toute façon peu ragoûtant, du fait qu'il sort d'un corps vivant.

Gwennaall avait été surpris par ce vif retournement, et il s'était pris à regretter le moment où il s'était levé pour aller lui parler, à ce garçon étrange. Il était même plus qu'étrange. Il était antipathique. Mais il n'avait pas non plus l'air méchant. Il avait juste l'air stupide et arrogant, avec son tube de feuilles séchées dans la bouche et sa lame presque propre. Anciennement complètement entachée de sang, et peut-être n'y avait-il pas le sang d'un seul et unique ennemi, mais bien de plusieurs. Et ça, c'était un affront. Pointer une arme comme ça, qui avait déjà servi, sur un pauvre Elfe qui n'avait rien demandé à part parler... Enfin, il n'en pensait pas moins, cela est évident. Mais tout-de-même, arriver pour parler et se faire menacer, rien de plus malpoli. Une attitude très... malvenue.

Ne pas déglutir. Toujours pas. Pas le droit. Et puis, il parlait, le saligaud. Un arrogant pur. Il se croyait déjà vainqueur d'un combat qui n'aurait sûrement pas lieu. Car ce n'était pas l'endroit pour les effusions de sang. Non, pas de tué. Seulement des amochés, des piliers de bars à l’œil au beurre noir, mais pas d'égorgé, de planté au carreau, de coiffé au poteau... ou si, mais seulement à mains nues. Ou avec des objets contondants qui n'entraînent pas la mort, par exemple une chope -vide, c'est mieux- ou une bouteille, ou une assiette, ou le miroir... Ou pire, même mais là je ne vois pas. Vous qui avez de l'imagination, eh bien imaginez. Au moins personne ne pourra se plaindre que je ne vous laisse pas penser ce que vous voulez.

Il était temps d'agir. Il le fallait, ou bien cet homme bizarre saurait prendre l'avantage de sa position, qui en était une, de position avantageuse. En général les gens avec un couteau sous la gorge angoissaient et commençaient à trembler. Mais pas Gwennaall. Il avait l'habitude de négocier avec tous genres de chefs douteux ou de parlementaires véreux. Il les avait tous tués, sans exception. Sauf peut-être un ou deux contrats qui l'avaient tellement exténué qu'il avait été fait prisonnier. Mais sa parfaite maîtrise des arts du combat à distance avaient quasiment toujours eu raison de ses ennemis. Il fallait agir, et c'est ce qu'il fit, sans le moindre ménagement.

Brusquement, l'Elfe esquissa un pas en arrière, alors que sa main gauche frappait le plat de l'épée avec une force quasi-surhumaine, juste après que l'Elfe avait reculé sa tête pour dégager son menton de l'emprise de la pointe de la lame. Sa main droite partit à sa ceinture pour dégainer son arme, son arbalète d'ébène. Un seul carreau était chargé, il n'avait pas pris le temps de l'amorcer. Mais il restait toujours un carreau pour faire peur. Un carreau pour les gouverner tous. Ah, non, tiens ça c'est pour les anneaux. Mais peu importe. Un carreau pouvait très bien faire l'affaire, s'il savait viser.

La position des deux hommes était pour le moins égalitaire. L'un des deux avait une arme puissante braquée sur le front de l'autre, alors que l'autre en question portait une arme qu'il pouvait rendre puissante d'un coup de bras. Un bon coup de bras et c'en était fini de l'Elfe. Un doigt un peu crispé sur la détente de l'arbalète et c'en était fini du vétéran de guerre. Mais, comme déjà dit, la position n'était pas moins balancée. Ce qui permit donc à l'Elfe de rétorquer :


"Je ne cherche pas à pourfendre, mon jeune ami. Et vous feriez donc bien de baisser votre garde. Autrement dit, si vous ne le faites pas, j'aurai le grand plaisir de moi-même vous ficher un carreau dans le crâne. Ai-je été clair ? Peut-être pas. Aussi voudrai-je bien connaître le nom de celui qui va peut-être périr par ma main, une de mes nombreuses récompenses de chasse."

Oreilles pointues décida de planter son regard bien profondément dans le regard de son ennemi. Ou plutôt, adversaire, car il ne s'agissait pas ici de déclencher l'alarme pour un vulgaire humain tué. Ou un Elfe d'ailleurs, rien n'était écrit, mais peut-être que le plus petit des deux aurait l'avantage. Le plus petit étant celui avec les plus longues oreilles, évidemment... Il s'était habitué au combat à la régulière, un être contre un seul autre. Et en cela, il était plutôt efficace.

Dans tous les cas, cet homme là avait la mine patibulaire, et il ne serait pas forcément très bon de le provoquer de cette manière. Il fallait sans doute mieux attendre qu'il fasse une erreur ou une autre. Soutenir son regard, ne pas broncher, et surtout faire attention à son épée. Au moindre geste suspect, le carreau partirait, et sa main se rapprocherait de sa dague pour essayer de lui trancher la carotide.

Alors, combat ou pas combat ? Une seule chose était certaine : les deux hommes ne resteraient pas là, sans rien faire, tous les deux, alors que certains des yeux des clients de l'auberge étaient fixés sur eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

William Dax

Héros de guerre.

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Seigneur noir
Métier : Régicide
Croyances : Polythéiste
Groupe : Solitaire

Âge : 34 ans

Messages : 14

Fiche de Personnage : Briseur de mêlée


MessageSujet: Re: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   Jeu 19 Avr 2012 - 3:14

Loin du monde de Feleth, un donjon fut forgée à la façon d'une forteresse d'acier noir, inébranlable, tel l'âme de son seigneur.
Cette structure démesurée, sur le plan verticale, semblait venir d'un autre temps.
En ces lieu, une loi corrompu condamnait le classique traître des terres de Vein en un duel à mort contre son seigneur.
Les duellistes se plaçait face-à-face, aucun salut n'était accordé, car le seigneur noir s'avéra invincible en cette situation de combat.
Les plus rusés et agiles de ses adversaires tentèrent de le contourner,
malgré leurs talents, ces idiots furent découpés en dès par l'enceinte même de l’arène.
En effet, d'incalculable pièges furent dissimulés au bordure intérieur de celle-ci.
Que ce soit des haches d'une vitesse ahurissante, tournoyantes, sortantes et rentrantes de façon aléatoire du mûr,
ou alors des briques s’expulsant, tel des boulets de canon, le résultat était toujours le même;
Beaucoup de pièces de viande éparpiller un peu partout.
Le plus sournois avec ces pièges, c'est qu'ils se déclenchaient seulement quand un condamné était à proximité.

L'homme en face de cet elfe connaissait très bien ce genre d'arène, puis-qu'en réalité, il en était le seigneur.
Dans un lieu aussi restreint que cette auberge, l'esquive n'était point aisé pour son adversaire
et sa lame, quand à elle, n'aura aucun mal à trancher à travers une table.
Suivant les paroles de cet être elfique, l'homme eut un sourire mesquin
et baissa son arme lentement tout en commençant à pouffer de rire.

Visiblement, le pauvre elfe ne savait pas sur quel genre d'humain il était tombé.
Ce n'était pas très étonnant, cet obscure individu venait tout juste d'arriver en ce monde.
Son poing se crispa alors au manche de son épée.
Soudain, une menaçante lueur orangé fit son apparition auprès de sa lame noir, devenu brûlante comme la braise.

Finalement, ce vétéran n'avait plus envie de rire semble-t-il.
Il donna l'impression, un court instant, d'avoir perdu l'avantage, mais il en était rien, car ce seigneur était...

"William... Dax !"

Dit-il d'une voix grave et très prononcé.
Son cigare s'alluma comme par magie, ou plutôt,
par un enchantement d'auto-combustion se déclenchant lors d'une simple bouffer.

Soufflant tranquillement sa fumée au visage de son adversaire, il rejeta aussitôt le cigare au sol.
Quel gâchis peut-on dire, mais ce n'était sans importance pour un homme de sa carrure.
De plus, cette épaisse fumée brouilla la vision de son adversaire un court instant,
amplement suffisant pour changer de posture.

Brusquement, son pied gauche fit un demi-pas
et dans un cliquetis de jambière, sa main gauche ce retrouva subitement en première ligne, en face du carreaux Gwennaall.
Son épée, prise de sa main droite, fit brièvement un demi-tour pour être prise en revers.
Maintenant en position défensive, mais également de riposte, il ajouta quelques mots.


"Me menacer était une très mauvaise idée..."

Il est vrai quand y réfléchissant un instant,
menacer une tête brûlé pareil sans avoir prit la peine de négocier au préalables,
est en somme, quelque chose de particulièrement stupide.

Le carreaux serait facilement dévié d'une seul main, engendrant une blessure certes,
mais un tantinet mineur comparer à une riposte en bonne et due forme.


"Va poser ton jouet au comptoir, ou ta tête va rouler sous une table."

Dit-il d'un ton calme et confiant à l'extrême.
Il semblait connaître par-cœur ce genre de situation, qui, cela-dit,
ce fini souvent en un coup d'épée bien placer.


Dernière édition par William Dax le Ven 20 Avr 2012 - 4:10, édité 1 fois (Raison : saut de ligne.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gwennaall Elfias

Le Carreau D’Argent

________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Archer
Métier : Tueur à gages / Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 221 printemps

Messages : 20

Fiche de Personnage : Un assassin silencieux.


MessageSujet: Re: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   Jeu 19 Avr 2012 - 9:54

"Enchanté, William Dax."

Ces paroles furent prononcées, d'un ton froid et sec, claquant sur son palais telles une insulte. Il s'attendait à tenir sa posture, pensant qu'il le tenait en haleine, ce bougre bardé de métal, et l'Elfe pensait aussi que ses propres actions étaient limitées. Et en effet elles l'étaient. Limitées. Cet homme avait en effet aussi l'air plus puissant et dangereux qu'au premier abord. Il maîtrisait la magie. Mauvais point. Très mauvais point, pour un adversaire qui se débrouillait en fait assez mal avec ça.

Gwennaall n'eut d'autre choix que de subir un changement brusque de posture, alors qu'il était encore troublé de ce qui était arrivé au cigare. Il ne le laissait jamais montrer, en revanche. Un visage brut comme l'acier. Un visage qui ne bougeait jamais. Un air stoïque, et un air crispé. Le regard en avant soutenant une arrogance visible en face. Il masquait son trouble, mais il était en proie à une bataille intérieure, et ne cessait de penser :

*Et si ce n'était que pour m'impressionner, et que je n'avais rien à envier à ce fanfaron ? Il faudrait vérifier...*

Ah. En fait il semblait que ce monsieur William soit connu en ce bas monde. Puisque, apparemment, il n'avait pas apprécié la provocation. Qu'à cela ne tienne, Gwennaall avait plus d'un tour dans son sac. Il y avait des coins sombres ici ? Ce serait parfait. Il n'avait pas besoin de beaucoup plus.

Les secondes paroles de Dax à cet instant n'étaient pas pour plaire à Longues Oreilles. Sa tête roulerait sur une table, disait-il, s'il ne posait pas son jouet. Ehbien, mon coco, il en faudrait plus que ça pour faire peur à un assassin entraîné, et ce depuis plus d'une centaine d'années... Ce n'est pas au vieux singe qu'on apprend à faire la grimace, n'est-ce pas ? Eh bien alors... Les menaces ne prennent pas, et elles insistent sur le fait qu'il faut agir autrement ! Pardi ! Toi aussi, le vétéran, tu as du souci à te faire...

Tout à coup, l'Elfe se déroba à la lame de son ennemi -car maintenant, plus d'adversaire, mais bien ennemi- et fit un grand pas en arrière. Quand on sait qu'à la force brute, on ne gagne pas, on essaye la ruse, évidemment. La ruse, qu'est-ce ? Un moyen de gagner en étant fourbe, en étant plus intelligent qu'un sombre idiot qui fonce dans le tas et discute après.

Ce long pas en arrière lui permit d'atteindre un point hors de la portée de la lame de Dax. Il ne cherchait pas à surprendre, du moins pas pour l'instant, mais en tout cas c'était une manœuvre très inhabituelle. Ensuite, il sauta allègrement sur une table où ne résidait rien, puis une roulade lui fit atteindre le fond de la salle, où quelques habitués le lorgnaient d'un œil torve. Un ivrogne osa même tenter un "qu'estquinouveucuilà ?" mais malheureusement ses paroles étaient inaudibles. Ou plutôt, heureusement pour lui, car il aurait pu recevoir de mauvais coups. En revanche aucun risque de périr, tant que le seul carreau d'Argent était destiné à ce cher Dax. Il en résulta un brouhaha, alors que plusieurs des ivrognes ici attablés commençaient à se lever. Ils n'étaient pas trop sûrs de leur coup, étant donné qu'ils étaient habitués aux bagarres d'auberge, mais à mains nues uniquement...

L'Elfe n'en attendait pas mieux. Il se précipita dans le coin de la salle, là où personne ne pourrait le voir si l'on ne l'avait pas suivi des yeux. Il avait au moins trois ou quatre secondes avant d'être repéré du type accoudé au bar, et en profita pour armer un second carreau, et prendre sa dague dans l'autre main. Il était prêt, cette fois. Il s'accroupit, puis se déplaça discrètement sous une table à proximité. De cette position, il devait avoir une bonne vue de là où était positionné Dax. Mais pas de sombre guerrier. Inquiétant, ça l'était, en effet.

La peur put se lire sur son visage, et Gwennaall décida de ne pas tenter l'impossible. Il ne savait pas où était son ennemi, et peut-être que celui-ci le cherchait, en fin de compte. Mais il était impossible pour lui de prévoir l'avenir, aussi préféra-t-il rester dans l'ombre et avancer vers la porte de sortie. C'était le salut assuré s'il y arrivait avant William, sachant qu'il courrait sûrement plus vite car sans armure de métal pour le ralentir. Il jeta un dernier coup d’œil à la salle, et saisit la poignée de la porte pour l'ouvrir.


*Allez, ouvre-toi, ouvre-toi ! Il me faut sortir d'ici, allez !*


Peu importaient les prières, il fallait qu'il sorte d'ici, ça commençait à être chaud, par ici !
Peut-être qu'un coup de pouce du destin serait le bienvenu... Un allié, serait le bienvenu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


MessageSujet: Re: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   Jeu 19 Avr 2012 - 20:00

Son nez gigota, à l’affut de la moindre odeur la jeune tieffeline prenait son bol d’air quotidien. Elle était déjà depuis quelques jours sur les routes, et ses ressources se faisaient de plus en rares, peu encline à braconner pour se sustenter elle se mit en chasse. Elle se trémoussait, ses longs cheveux noir de jais sautillaient en cadence sur ses épaules, le sourire aux lèvres, elle paraissait baigner dans le bonheur avant de commettre des méfaits. Qui aurait pu deviner que derrière son visage si pâle se cachait un démon, bien cachée derrière ses étoffes, elle se mêlait parfaitement à la population. Un regard un peu trop insistant la tira de ses rêveries, un humain osait porter son regard sur ses frêles chevilles. Quelle injure ! Elle tolérait cette race pour mieux s’intégrer mais faire couler du sang humain la ravissait toujours. Dans cette ruelle commerciale, elle ne pouvait rien intenter sans passer inaperçu. Bouillonnant intérieurement et voulant absolument fuir le regard de cet homme, Chïra se dirigea vers l’auberge. Pressée de ne plus être la cible de ce voyeur, elle attrapa la poignée de la porte, mais rien ne se passa. Cette dernière opposait une résistance assez rare chez une porte. Alors que le regard se faisait toujours plus insistant, elle tira de toute ses forces sur la chevillette, mais là encore ce chut un échec cuisant. Employant les grands moyens, elle posa son pied gauche contre le mur afin de prendre appui sur celui -ci, retroussa ses manches et fit une dernière tentative.

-Sacre bleu

Renonçant finalement à trouver refuge dans la taverne, elle fit volte face pour affronter cet homme qui la suivait depuis son entrée dans la ville.

*PLOC*

Surprise, elle vit la porte s’ouvrir manquant de peu de déstabiliser un elfe, oui rien qu’à l’odeur elle pu l’identifier comme un elfe. Sans perdre une minute de plus, elle se faufila à l’intérieur et referma la lourde porte tout aussi vite, enfin soulagée de ne plus supporter ce regard. Dos à la porte, elle essuya une goutte de sueur qui perlait sur son front, sa capuche n’arrangeait pas les choses, cela faisait comme un effet de serre la dessous. Enfin au calme, elle rouvrit les yeux quand elle découvrit qu’une bagarre prenait vie.

-Encore ???-

Elle avait vraiment le chic pour se retrouver toujours dans les endroits les plus agités, une chose semblait ne pas vouloir participer à cette petite fête : l’elfe. Toujours poster devant la porte, elle semblait gêner celui-ci, peu décidée à se bouger pour le laisser passer, la tieffeline le toisa, un sourcil levé, elle le questionnait du regard sur ses intentions. Pourquoi fuyait il ce qui s’annonçait comme une gentille fête populaire, avait-il des choses à se reprocher ? sa tête était peu être mise à prix.

-keskilveutlui, il va pas sbouger ?-

D’un air accusateur, elle pointa son index droit sur le front de l’elfe, elle n’avait toujours pas prononcée un mot qu’elle voulait déjà des réponses..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

William Dax

Héros de guerre.

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Seigneur noir
Métier : Régicide
Croyances : Polythéiste
Groupe : Solitaire

Âge : 34 ans

Messages : 14

Fiche de Personnage : Briseur de mêlée


MessageSujet: Re: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   Ven 20 Avr 2012 - 4:03

Cet elfe, se dérobant d'une lame surnaturel brandit de la main d'un vétéran, fit preuve d'agilité.
Mais celui-ci ignorait totalement la méthode de combat, implacable et discipliné, de cet homme au jambière lourde et bruyante.
En effet, se retirer ainsi du combat rapproché augmentait sa haine se canalisant en son épée.
Et il s’avérait que beaucoup de chose tapait sur les nerfs de ce seigneur obscur.
Les lâches et les traitres. Ceux-là méritèrent amplement le déshonneur.
Lorsque l’arbalétrier lui tourna le dos pour ce mettre à brièvement dans l'ombre,
William eut instantanément le réflexe dans faire tout autant.
Sa main maintenant poser au comptoir, il prit appuie à celui-ci,
et se mit à couvert d'un saut d'une étonnante souplesse pour ces lourdes jambières.

À l'abri d'un éventuel tir de carreaux derrière cette palissade improvisé, accroupi, il ne broncha pas d'un poil de barbe.
Le sang-froid comme la glace et l'épée ardente tel une coulée de lave,
il plongea sa main gauche dans sa jambière et y extirpa une dague.

Celle-ci, d'une rareté sans égale, était en réalité une agressive serre de dragon noir.
Pourvu d'un manche à l'acier obscure comparable à celui son épée longue, elle s'avérait être une arme de choix.
Son souffle restant silencieux, au moindre son en approche,
il rentrerait dans le lard tout en empalant à coup d'épée et en tranchant à coup de serre.

Soudain, un bruit, celui d'une clenche de porte que l'on n'arrive point à ouvrir.
Pour lui, c'était une évidence, son adversaire avait l'intention de fuir.
Ressautant au dessus du comptoir, il retomba bruyamment sur ses panards.
Le seigneur Dax se redressa avec lenteur et ses lames se figèrent en direction du sol, se croisant quasiment.
Le menton relevé et fière, il prit la parole d'un ton blaser:

"Chercher à fuir quand on a le choix de poser les armes... Stupide."

-Avec une espérance de vie pareil, les elfes sont même pas foutu d'apprendre à ce battre. Pouah !- Pensa-t-il.
Ce-dernier n'avait même pas l'envie de prendre la peine de déblatérer entièrement ses phrases tellement il fut blasé par les évènements.
Une belle demoiselle était entrée et, à coup de porte, avait légèrement bousculée l'elfe, mais ça, il en avait rien à carrer.
Tout du moins... Pour l'instant présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gwennaall Elfias

Le Carreau D’Argent

________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Archer
Métier : Tueur à gages / Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 221 printemps

Messages : 20

Fiche de Personnage : Un assassin silencieux.


MessageSujet: Re: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   Ven 20 Avr 2012 - 10:50

Il était là. Il était fort. Il était presque beau. De là à dire qu'il sentait le sable chaud... Non. De toute façon il n'était pas assez près de lui pour qu'il repère son odeur parmi les autres. Il s'était caché derrière le comptoir un moment, et l'Elfe l'avait vu sauter. Sauter pour, d'une façon assez gracieuse, se retrouver devant le comptoir et être à l'affut de l'endroit où pouvait bien se cacher l'Elfe.

En plus de cela, la situation n'avait pas l'air de s'améliorer. Quelqu'un de pas très clair, même si elle avait l'air d'une innocente jeune fille aux premiers abords, venait de rentrer dans l'auberge. Le seul ennui, c'est qu'elle avait l'air d'une innocente jeune fille, et que donc, elle n'avait rien à faire dans endroit de dépravation tel que celui-ci. Peut-être que cet établissement proposait des chambres à coucher, mais pointer un doigt accusateur sur l'un des participants -ou presque- à la bagarre, prouvait qu'elle n'était pas là juste pour commander une chambre.

Sous la pression psychologique insistante et presque insoutenable de ce doigt tendu en l'air, il n'eut que de choix de faire un sourire et de se dérober à celui-ci. Il tourna sur lui-même et, avec une vitesse assez rapide, fonça sur William sans ménagement, et avec un petit regard désespéré pour la jeune fille. C'était peut-être le résultat de ses prières ? Une alliée ?


*Voila un beau coup du destin... Je ne pense pas qu'elle puisse vraiment m'aider... Et à part me bloquer la porte, elle ne m'a rien fait pour le moment... Peut-être même que c'est le contraire, elle est là pour me tuer !... Mais là je deviens paranoïaque. C'est peut-être tout simplement une coïncidence... Enfin, c'est parti...*

L'Elfe avait pris un bon élan, ce qui lui permit de sauter par dessus le bar, et de s'y retrouver debout, sans que le sombre guerrier n'ait pu tourner la tête. Il ne le voyait plus. Malheureusement, son mouvement plaçant sa dague sous la gorge de William fut raté, et elle glissa par terre, n'occasionnant au vétéran qu'une simple égratignure au niveau de la pomme d'Adam. Minime, voire même insignifiante. Rien, quoi. Un mouvement inutile, prompt à gaspiller de l'énergie. Énergie dont il aurait bien eu besoin par la suite.

Après ce coup raté, il ne lui restait plus que sa faible magie, et son arbalète. Il se cramponna d'autant plus à la crosse, tellement il devait faire fort pour gagner ce combat. Un autre regard insistant vers la nouvelle venue. Il fallait qu'il ait de l'aide. Et c'est elle qui devait lui en fournir.

Continuant à courir sur le bar, il arriva bientôt à la fin, en ayant renversé pas moins de cinq chopes. Un plutôt joli score. Un saut le fit voltiger, ainsi que l'arrière de sa houppelande, lui permettant d'atterrir avec un bruit sourd. Sur ses deux pieds. Pas mal. On réessaie. Volte-face brusque, et on repart.

Courir, encore. Courir, car c'est le seul moyen d'éviter de se faire toucher. Et dans un capharnaüm incessant, il vaut mieux bouger. Car rester immobile est signer son arrêt de mort. Donc bouger. Aller partout où une lame ne peut pas se planter dans son mollet. Ou pire, dans un organe vital. Mais là n'est pas la question. Il faut courir. Coûte que coûte. Et en plus, le sombre soldat serait furieux d'avoir été à sa merci une seconde, une seconde de trop, si vous voulez mon humble avis.

En plus, une autre chose montrait qu'il était furieux : il avait proposé de baisser les armes.


*Mouais. Baisser les armes, hein ? Et tu en aurais profité pour me trancher la gorge. Pas de ça. On n'a jamais la possibilité de poser les armes. Surtout pas face à quelqu'un comme ça... William Dax, j'espère pour toi que tu ne crois pas me tuer...*


Non. Car il n'espérait pas se faire tuer. Regard furtif vers la jeune fille, pour voir si elle avait bougé. Un regard plein d'amertume. Elle avait pointé un doigt sur lui, avec un air interrogateur, il s'en souvenait. Et il aurait peut-être pu lui dire de quoi il en retournait. Mais... économie des mots. Parler moins, et garder de l'énergie pour se battre. C'était maintenant une nécessité, de pouvoir se battre. Gwennaall était désormais au fond de la salle, et avait une vue imprenable sur deux ivrognes tapant chacun la tête de l'autre avec une bouteille pour l'un et une chope pour l'autre. Des coups secs et peu rapides, des coups peu violents, en fin de compte, si tant est qu'ils pouvaient occasionner une quelconque douleur. Rassurant : pas de commotion cérébrale pour l'un, ni pour l'autre. Mais c'était peut-être ce qui allait arriver à l'Elfe s'il ne se bougeait pas un peu plus. Il esquissa une roulade pour se dégager de cette vue affligeante, se rapprochant en même temps de son ennemi, et en même temps de la jeune-fille-à-l'air-innocent.

Il jeta un regard à chacun d'eux, pour connaître leurs véritables intentions. De manière méthodique, il se plaça à égale distance de ces deux personnages, qu'il jugeait plus importants que les ivrognes derrière lui. Il se stoppa net, attendant la moindre réaction. Au moindre geste belliqueux du vétéran, il se prépara à sauter en arrière, faire un grand bond de deux mètres. Du coin de l’œil il surveillait aussi la jeune fille, et lui indiqua d'un geste discret que William Dax était un homme à abattre. De la main gauche, il l'avait montré et avait tenté de passer son pouce sous son menton, en tremblotant. Il ne fallait pas qu'il tremble. Jamais. Cela pouvait lui coûter la vie. D'un autre geste de la main gauche, il signifia à la jeune encapuchonnée de s'approcher de lui.


*Viens, s'il te plait. Viens. Aide-moi, j'en ai besoin. Je ne veux pas le tuer, mais il ne faut pas qu'il fasse le contraire. Je n'avais pas envie de le combattre...*


Est-ce que des pensées pouvaient faire l'affaire ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


MessageSujet: Re: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   Ven 20 Avr 2012 - 18:48

Hautaine elle regardait toujours l’elfe de haut attendant une quelconque réponse qui se faisait attendre, la bouche ouverte il la regardait avec des yeux de merlan frit. La veine de sa tempe gonflait à vu d’œil sous le coup de l’énervement, mais au lieu de lui délivrer un message, il préféra prendre la fuite. L’étonnement laissa place à l’orgueil, décidemment ses méthodes d’intimidation étaient sacrément au point. Sans se soucier, de tout ce raffut elle se dirigea vers le comptoir où elle prit place. Son royal séant bien collé sur son haut tabouret, elle commanda un vers de lait d’ânesse que lui apporta le maitre des lieux. Face au spectacle elle lapait son lait à grosse lampée, dans tout ce bordel elle ne voyait pas où était passé l’elfe, mais de son point d’observation elle voyait un humain à deux pas d’elle, ce dernier semblait fort occupé. Soudainement elle entrevit une tête où se juchait deux longues oreilles, l’elfe gesticulait afin d’attirer son attention. Chïra jeta un coup d’œil par-dessus son épaule et ne vit personne, le message lui était donc bien destiné

-t’as vu la vierge toi… !-

Relevant le menton elle lui fit comprendre qu’il n’était pas question qu’elle vienne en aide à un elfe, mais celui ci continuait à la supplier du regard. La démone ne connaissait pas spécialement l’empathie, tout se qu’elle faisait devait lui profiter. Discrètement, elle attrapa une ardoise au bar puis sortit d’une de ses poches un bout de fusain

[Combien ?]

La question était courte est explicite, elle ne l’aiderait qu’en retour d’une somme d’argent ou quelque chose qui pouvait se monnayer, sinon elle resterait campée sur son tabouret à siroter son bon verre de lait.. Les coups pleuvaient, et les hommes semblaient trop occupés à se battre pour remarquer cette présence féminine qui épiait la salle. Brusquement, elle fut bousculée par un lourdaud, et ce qu’elle craignait le plus se produisit. Impuissante elle assista à cette tragique scène, le lait venait de sortir de son contenant.

-Boordeeellll

Le précieux breuvage tant chéri par la jeune femme venait d’atterrir sur l’humain qu’elle avait vu quelques instants plus tôt. Elle doutait que ce geste lui convienne, naturellement elle lui lança son plus beau sourire afin d’arrondir les angles. Néanmoins, parfois elle oubliait ses appartenances démoniaques et son sourire ressemblait plus à un piège, ses lèvres surmontaient d’une moustache de lait, laissaient apparaitre une rangée de crocs peu commune à la race humaine…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

William Dax

Héros de guerre.

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Seigneur noir
Métier : Régicide
Croyances : Polythéiste
Groupe : Solitaire

Âge : 34 ans

Messages : 14

Fiche de Personnage : Briseur de mêlée


MessageSujet: Re: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   Mer 9 Mai 2012 - 5:21

Non loin du comptoir, un grand homme vit son adversaire ce mouvoir.
Ce truand, s'écartant brièvement de l'entrée, s'élança face au vétéran suréquipé.
Le guerrier venu d'un autre monde eut un sourire en coin quand soudain, l'agresseur changea de tactique.
Modifiant légèrement sa trajectoire, celui-ci bondit au comptoir une dague en main.
Tout aussi subitement, le seigneur vit une dague tomber à ses pieds.
Cette chose ayant effleurée sa carotide, il prit consciences que la traverser d'un monde l'avait physiquement épuisé.
Ce combat devait alors prendre fin, et cela rapidement.
Son premier réflexe fut, en se retournant, de porter un large coup d'épée au dessus du comptoir.
La lame siffla et la pointe fit aussitôt une entaille à l'houppelande noire de Gwennaall.
Parfaitement maîtrisé, ce coup de lame avait évité bien des chope avant de s'arrêter net.
Le bras tendu et le regard longeant le fil de son épée, il vit un elfe en pleine acrobatie.
Atterrissant sans aucun bruit, ce bandit fit une roulade et fut masqué par la clientèle agitée de l'auberge.
La lame chatoyante du seigneur Dax se mit à palpiter d'une façon inquiétante, réagissant positivement à la colère de son porteur.

Il ne fallut que peu de temps à William pour remarquer les agissements de sa voisine Chïra.
Le refus de déposer les armes, tenter de fuir pour ensuite engager le combat avec fourberie, puis tenter d'enrôler autrui, s'en était trop.
En suivant brièvement le regard de la tieffeline, il su précisément où frapper.
Soudain, le vétéran leva le genoux droit et frappa le sol d'une violence inouïe, brisant les planches constituant un vaste parquet.
Ce coup agressif et intimidant fit apparaître une large tâche de sang à son abdomen.
Grimaçant de douleur, il relâcha sa dague et posa son poing au large bandage dissimulé sous son vêtement imbibé de sang.
Genoux gauche à terre et pied droit encré dans le plancher, son regard ne faiblissait pas, son épée se redressa lentement.

"Je ne serais point vaincu, Gorgotha..."Souffla-t-il.

La lame vacillante orientée vers Gwennaall se stabilisa brièvement.
Brusquement, celle-ci se mit à briller d'une façon menaçante quand soudain, dans un coup de tonnerre,
un puissant rayon ardent frappa instantanément son adversaire afin de le mettre hors d'état de combattre.
La vitesse fulgurante de ce rayon énergétique fit vibrer chaleureusement l'air avant de se dissipé aussi rapidement qu'il fut apparût.
Les chances d'esquive étaient infimes, de plus cette puissance de frappe avait de quoi troubler la vue
et réprimer les esgourdes de quiconque se trouvant dans l'angle de tir.

L'énigmatique guerrier mage reprit ensuite sa dague et s'aida de son épée, devenu inerte, pour se relever avec difficulté.
Arrachant sa jambière du plancher, il se tourna vers le comptoir et s'y appuya.
Bruyamment il suffoqua, puis toussa pour enfin cracher une gerbe de sang au parquet.
Le seigneur Dax n'étais pas du genre à se montrer faible
et encore moins à s'avouer vaincu, mais Gorgotha n'était pas là pour le guérir cette fois là.

L'homme frappa du poing sur le bar et resta immobile, surveillant son ancien adversaire du coin de l'œil.
-Lui aussi aurait surement besoin d'une guérisseuse.- Songea-t-il.
William Dax semblait finalement ne plus avoir l'envie de se battre contre l'inconnu.

Sa dague avait reprit place à l'intérieur de sa jambière
et son épée, devenu glacial, fut quand à elle relogée dans son fourreau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gwennaall Elfias

Le Carreau D’Argent

________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Archer
Métier : Tueur à gages / Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 221 printemps

Messages : 20

Fiche de Personnage : Un assassin silencieux.


MessageSujet: Re: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   Lun 11 Juin 2012 - 15:03

*Aïe. Fait mal ce con. Vraiment mal. C'est chaud. Et puis c'est froid là. Et puis c'est chaud juste à côté... Je n'ai jamais ressenti ça avant... Il est plus fort que moi, c'est sûr.*

Combien. La petite démone avait demandé combien. Il était prêt à y mettre le prix. Allongé, seul, dans un coin, frappé par un pouvoir magique de son ennemi. Un rayon ardent qui l'avait paralysé, et fait tomber du comptoir qu'il avait littéralement survolé, de plusieurs enjambées très longues, de coups de jambe puissants.

Des verres renversés, deux ennemis affaiblis, et une troisième dont le verre n'était plus rempli. Voici à peu près la situation, qui n'était enviable pour aucun des trois protagonistes. Des yeux il chercha quelque chose pour écrire. Rien. Il faudrait qu'il lui parle. Le chevalier avait rangé ses armes, chacune dans son fourreau.

Son bras droit fit de même, alors que du coin de l’œil l'Elfe observait son ennemi. Dax était une menace de moins en moins évidente. D'un mouvement des plus lents, Gwennaall se hissa sur son avant-bras, pour relever son torse meurtri. Il était clair qu'il ne pouvait plus combattre, et marcher serait toujours une épreuve, mais au moins il était vivant, et fier de l'être. Un autre effort le ramena sur ses deux jambes. Un rictus s'affirma sur son visage émacié, tandis que ses jambes reprirent le contrôle. Il était debout : un exploit. Et son adversaire, lui, était encore en pleine forme, à ce qu'il voyait.

Pas de danger du côté du chevalier. Un regard rapide sur le comptoir et une ardoise se retrouva dans sa main. L'ardoise du tenancier qui était parti se cacher, après avoir vu le rayon traverser l'un de ses nouveaux clients. Une craie était posée à côté, il s'en servit. Il s'exclama, à l'attention de Dax :


"Alors, on baisse les armes, si j'ai bien compris ? Hmm ? Ça me va."


Et sur l'ardoise, mise bien en évidence pour la démone :


"Tout ce que vous voulez."

[RP express bonjour ? Oui, si c'est pour une réclamation demandez à ma secrétaire...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un homme sorti de l'ombre [Public - 3 joueurs max]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Venill :: Auberge des gobelins musiciens-