''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une affaire louche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


MessageSujet: Une affaire louche   Mar 22 Mai 2012 - 13:07

« Syyynëal! »

Le démon roux, les yeux plongés dans la mousse effervescente d'une bière de piètre qualité, grommela, et se mit à fureter dans la poche de sa veste à la recherche de quelque chose d'imaginaire, feintant de n'avoir pas entendu son prénom. Cette voix nasillarde et passablement agaçante qui l'avait joyeusement apostrophé ne lui donnait même pas envie de tourner la tête et de l'écouter, pas même plus de regarder le propriétaire de la voix.

« Hé, commence pas à me snober, vieux pote! »

Le bois de la chaise se mit à grincer sur les dalles de pierre de l'auberge et un personnage habillé d'une veste presque aussi miteuse que celle de Synëal, surmonté d'une épaisse touffe de cheveux bruns ébourriffés, où dépassait deux petites cornes, s'installa devant lui avec un large sourire.
Un sourire d'ahuri.
Il se frotta les mains d'un air réjoui, fixant le démon-plante de ses yeux noirs emplis de malice.


« Tu me reconnais pas, ou quoi?

-C'est pas le plus important, on s'en carre l'oignon de ça, qu'est-ce que tu viens faire ici? » , répliqua froidement le démon en daignant enfin lever les yeux, écartant sa main de sa poche interne.

La voix de Synëal contrastait en tous points avec celle de son interlocuteur. Grave, profonde, haute et distincte. Alors que l'autre était plutôt aigüe, chevrotante, hachée par un rire improbable. L'importun haussa d'abord les sourcils d'un air étonné, les yeux ouverts comme des soucoupes, puis reprit un air enjoué et excité.


« Ben je venais saluer mon vieux pote! Ca faisait longtemps qu'on t'avait pas vu ici, tu sais? Tes poisons...c'est pas de la camelote! On m'a demandé qui est-ce qui m'en avait fourni et...

-J'espère que tu n'as pas dit que c'était moi. », enchaîna le démon roux.

« Beeen, si, de qui est-ce que ça pouvait venir d'autre, bougre d'imbécile? », s'esclaffa son soi-disant pote, Mais bon, j'suis un peu déçu...Ton nom ne leur disait rien...Franchement, ils ont tort, t'es vraiment un chouette démon, botaniste en plus de ça! Tu serais presque un alchimiste si tu te lançais dans les affaires!

-Je resterais un botaniste, point. Je ne vous filerai que les recettes...Ensuite, je ne verrais pas pourquoi ce serait moi qui préparerait tout ça...j'ai déjà beaucoup à faire...Aigus»

Le dénommé Aigus gesticula sur sa chaise, un peu désappointé désormais, jetant des coups d'oeil autour de lui, comme si quelqu'un allait arriver pour soudainement, par pur hasard, pour ramener Synëal à la raison. Son visage s'éclaira lorsque le Syrinx reprit un sourire satisfait mais songeur. Ce dernier ajouta.

« En tous cas, s'ils veulent que je prépare eux-même les potions...Dis-leur qu'ils peuvent aller se le mettre bien profond »

Les yeux de Synëal semblaient briller et rouler dans leurs orbites avec une lueur malsaine. Aigus plissa les yeux, un peu perplexe, reculant un peu sur le siège. La première fois qu'il avait rencontré Synëal, c'est-à-dire aux abords du Vein, alors qu'il l'apercevait en train d'observer intensément des champignons d'une couleur douteuse. Il ne savait pas trop qui il était, mais il savait, oh oui, il savait que c'était l'homme de la situation. Et son flair ne l'avait pas trompé. Il avait émis la proposition de créer une recette d'un poison assez puissant pour tuer un troll, et le démon roux avait accepté mais sans réelle conviction. Il lui avait cependant prié de garder son anonymat, ne voulant pas s'embrigader dans quoique ce soit qui l'ennuierait, et Aigus lui avait assuré de ne pas s'inquièter. Il n'avait pas tenu cette promesse. Et le Syrinx espèrait désormais que ce larbin allait le mener auprès de ses chefs, où enfin, il pourrait leur apprendre qu'il n'appartenait, ni ne travaillait avec personne.

« Bon, bon, bon...mon pote...Ecoute...T'as l'air tendu, je sais pas pourquoi, maiiiis, c'est pas grave, en fait. Je comprends tout à fait. T'as du te creuser les méninges pour trouver une telle recette, je sais pas ce que ça t'a coûté, mais ça t'ennuie visiblement, mais écoute-moi...

-Je ne fais que ça.

-...Tu pourrais gagner gros avec ça. Très gros. »

Le Syrinx gloussa doucement, secouant la tête en détournant son regard de ce petit démon à cornes exaspérant.

« Mais si! Si tu ne me crois pas, viens avec moi au cimetière d'Ahlbrand! C'est là-bas que mon chef se promène pour..., » Il fit un geste de tête un peu gêné, les mots ne lui sortaient pas de la bouche, c'était même assez honteux pour l'avouer. « ...Pour faire ses trucs. Bref. » Synëal levait un sourcil insistant, très curieux à présent de savoir de quels trucs il s'agissait. «Suis-moi, tu verras. »

Ainsi, Synëal n'eut pas le choix. Il quitta l'auberge sans même avoir payé son addition.
Après tout ce n'était qu'une petite pinte.
La nuit était fraîche dehors. La lune s'élevait comme le verre tout rond d'un phare. Le Syrinx se demanda avec amusement s'ils n'allaient pas rencontrer un lycan. Ou même si le chef en question en était un.
C'est peut-être pour cela qu'il se promenait dans les cimetières. En réalité, il faisait un régime et ne mangeait plus rien de vivant. Il était devenu végétatif.
Le mot le faisait sourire. Les morts n'étant plus finalement que des légumes pourrissants enfouis sous terre, il convenait parfaitement. Aigus ne l'entendait ni le voyait même pas glousser tout seul. Il pressait le pas vers le haut de la colline, loin du village. La pointe d'une crypte apparut derrière une motte de terre, puis les tombes et la grille sinistre qui séparait le monde des vivants de celui des morts. Une silhouette se découpait péniblement dans la pénombre ambiante. Elle était simplement assise sur une tombe, et il y avait quelque chose posé sur ses genoux...Le Syrinx voulut s'approcher, mais Aigus le pria d'attendre ici. Il ne l'écouta même pas, continuant sa route vers l'inconnu, ce qui lui fallut un soupir de la part de l'autre.


"Ca pue le chien, ici, vous trouvez pas? »lança-t-il à l'adresse de l'ombre." En fait, c'est même très rigolo parce que je songeais au fait que je pourrais rencontrer un loup-garou ici, et... » Il rit doucement en se grattant le front, feignant la surprise et la joie. «...en voilà un »

Le grognement qu'il entendit alors devait l'inquièter ou l'amuser encore plus? Il opta pour le ricanement sardonique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hazar Erunak

Noires ailes, noires nouvelles...

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guérisseur
Métier : Médecin et escroc, détrousseur de cadavre, pilleur de tombes et tueur psychopathe
Croyances : Dieu du Sang
Groupe : Clans (les Psychistes)

Âge : 31 ans

Messages : 53

Fiche de Personnage : Âmes sensibles, s'abstenir...


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Mar 22 Mai 2012 - 19:33

Spoiler:
 

En ce moment précis, en écrivant cette phrase, je mens. Donc, cette phrase est vraie, et donc, je mens, ce qui implique que je ne mens pas. Par ailleurs, puisque je ne mens pas, cette phrase est totalement exacte, et par conséquent, je suis le plus fieffé des menteurs. Dans ce cas de figure, cette phrase ne peut être justifiée, et je ne puis qu’en conclure que je dis l’exact contraire de la réalité. Vous me suivez? J’imagine que non. Moi non plus, rassurez-vous. Vous êtes en présence d’un paradoxe. Un paradoxe est un phrase d’apparence innocente, mais qui se révèle être un labyrinthe moral pour quiconque souhaite y réfléchir. C’est pourquoi il est conseillé de ne pas lire un paradoxe, ou de ne pas y penser. Il est, et nul n’a le besoin de chercher ce qu’il est.

En ce moment précis, en écrivant cette phrase, je mens. Donc, cette phrase est vraie, et donc, je mens, ce qui implique que je ne mens pas. Par ailleurs, puisque je ne mens pas, cette phrase est totalement exacte, et par conséquent, je suis le plus fieffé des menteurs. Si vous avez une impression de déjà vécu relative au mal de tête que cette phrase vient de provoquer chez vous, c’est que vous n’avez pas suivis mon conseil. Ce texte est victime de failles temporelles, attention à ne pas vous y perdre. Car ceux qui s’y sont perdus…ne sont jamais revenus.
Le paysage est monotone. Vaux et monts sont infinis, comme si le paysage lui-même était atteint de la faille temporelle, et se répétait sans cesse. Toutes ces collines, couvertes d’herbe, d’arbres, et d’habitations isolées ou regroupées donnent le vertige à qui cherche à les compter. Non! Une de ces collines, la plus grosse, est couverte d’un tapis de pierre, d’un dallage de marbre incrusté de noms et de dates. C’est là que se trouvait Hazar, au milieu de ce tertre percé d’autant de trous qu’il est gros. Mais ces trous le rendent moins gros, et donc, il en comporte moins… Tirez-en vos conclusions! Dans tous les cas, Hazar s’y tenait, pour des raisons plus ou moins avouables. Accroupi devant un cadavre, qu’il dépouillait consciencieusement de ses bijoux mortuaires. Incroyable, les richesses dont recèle le sol, de nos jours! La nuit tombait, et le sommeil gagnait Hazar en même temps. Quoi d’incroyable, donc, au fait qu’il s’écroule dans la tombe fraichement ouverte? Pas grand-chose, me direz-vous… Sinon ce qu’il vit en se réveillant.

De nuit, le cimetière semblait être plus animé que de jour: une sombre silhouette se tenait assise sur la tombe de granit qui faisait face au lit improvisé d’Hazar. Elle semblait attendre quelque chose, sans impatience, contrairement à tous les stéréotypes connus du méchant. Cela signifiait soit qu la silhouette était celle d’un gentil, soit que vous ne lisez pas un conte. Et vu l’heure et le lieu, la seconde option me semble être la plus probable. Puis un petit homme brun arriva, accompagné d’un second personnage. C’est celui-ci qui attira le regard endormi d’Hazar. Il mouvait sa silhouette fine avec une grâce assez peu commune, et était habillé avec une élégance qui contrastait avec le lieu dans lequel il se trouvait. C’est lui qui brisa le silence.


-«Ça pue le chien, ici, vous trouvez pas? En fait, c'est même très rigolo parce que je songeais au fait que je pourrais rencontrer un loup-garou ici, et en voilà un…»


Hazar s’étouffa de surprise. Un loup-garou? Il se leva, car les sons ne lui parvenaient pas distinctement, et la conversation prenait un tour intéressant… Il se leva, et posa son pied à terre. Un branche craqua. Il s’immobilisa. L’avaient-ils entendu?

Le paysage est monotone. Vaux et monts sont infinis, comme si le paysage lui-même était atteint de la faille temporelle, et se répétait sans cesse. Toutes ces collines, couvertes d’herbe, d’arbres, et d’habitations isolées ou regroupées donnent le vertige à qui cherche à les compter. Non! Une de ces collines, la plus grosse, est couverte d’un tapis de pierre, d’un dallage de marbre incrusté de noms et de dates.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Mar 22 Mai 2012 - 21:17

Précédemment

Awena marchait le long d’immenses couloirs de pierre, elle semblait savoir où elle allait, car elle n’avait aucune hésitation… portes, croisements, escaliers. Elle avançait régulièrement, rapidement mais cependant sans précipitation. Seul le bruit de ses pas et le bruissement de sa cape contre le sol rompait le silence de ses lieux. Elle descendit quelques marches et arriva devant l’entrée d’un tunnel.
Ce tunnel contrairement aux différents couloirs n’avait pas été muré, on pouvait apercevoir encore les marques de pics et de pioches sur les parois ainsi que sur le sol. Peut être avait-il été fini récemment ? Ce qui expliquait peut être aussi le manque d’éclairage. Mais Awena ne semblait guère s’en soucier et poursuivaient son chemin.

Le tunnel débouchait sur une salle voutée, des peintures et inscriptions aux couleurs douteuses décorait le plafond. Au fond de la salle, dans un renfoncement se trouvait un autel. Awena s’avança vers celui-ci et s’apprêtait à sortir de son sac l’objet manquant pour un tel culte, quand tout d’un coup, quelqu’un toussota derrière elle.


"- Qui ose me déranger en ces lieux ?

- Je suis vraiment désolé maître mais…"


Awena s’approcha de lui et lui colla un coup de poing monumental.

"- Je ne te veux pas désolé, je te veux obéissant ! Et que fais-tu ici ? Tu avais une mission à accomplir pour nous… où en est-on ?

- Je n’ai pas encore eu le temps de …

- Sache, que je ne te ferais nullement gâcher tes talents en de veines et futiles tâches. Ce que nous entreprenons trouveras sa finalité très bientôt, j’en suis certain, je le sens. Alors je ne te laisserai pas de troisième chance, va faire ce que je t’ai ordonné !

- Mais maître, j’ai un message de la part de…"


Sans perdre de temps l’homme tendit le message, avec un peu de chance il passerait au travers de la colère du Maître et s’en sortirait sans trop de séquelles. Il ne pu s’empêcher de frémir alors que cette voix qu’il connaissait maintenant depuis quelques temps l’enserrait de ses propos. Il sentit les mots venir jusqu’à lui et se glisser sous ses vêtements pour atteindre sa peau frissonnante et lui remonter le long de l’échine, pareils à une langue glaciale. Pourtant le pire n’était pas ses mots, mais ses yeux. Ses yeux dont l’éclat de folie promettait les pires tourments à qui le défierait.

Awena attrapa d’un seul geste le mot et du revers de la main colla une baffe sans aucune hésitation. Lorsque ses yeux parcourus le parchemin, elle comprit l’urgence de la situation mais elle n’allait sûrement pas l’admettre devant ce pantin
.

"- Pars immédiatement, et ne revient pas en ces lieux avant d’avoir fini ta mission !"

Elle prit le parchemin le brûla à la flamme d’une torche et referma bien son sac. Il était temps de remonter à la surface et vite.

[…]

Awi avait les yeux fermés, le contact avec l’humidité du sol et la fraîcheur de la nuit finirent par la réveiller. Elle ouvrit soudainement les yeux et remarqua qu’il faisait nuit noire, que la lune était bien haut dans le ciel et que sa peau était gelée… voir humide.
Elle secoua la tête (un léger tintement se fit entendre rompant le silence de ces lieux) et se pinça. Non elle ne rêvait pas. Comment diable avait-elle pu atterrir ici ? D’ailleurs où était-elle ? Elle prit appuie sur ses mains et releva, son sac été légèrement plus lourd que d’habitude mais elle n’y prêta pas attention. Elle se frictionna les bras et les jambes avant de s’emmitoufler dans sa cape. Elle enfonça bien sa capuche sur sa tête et observa les alentours.

« - Mon dieu, je suis dans un cimetière ! Mais qu’est ce que je fais dans un cimetière moi ! Et un soir de pleine lune en plus ! »

Awi ne se souvenait de rien, elle ne savait même plus de ce qu’elle avait fait ces derniers jours… Elle ne se souvenait de rien après son départ de cette fameuse réunion. Pourtant, elle n’avait pas bu, elle en était quasi certaine … Alors que c’était-il passé ? Combien de jours et nuits s’étaient-ils écoulé ?
Awi devait d’abord trouver la sortie du cimetière, ce n’était guère difficile, elle quitta la rangée de pierres tombales et rejoignit le chemin. Mais elle se sentait mal à l’aise, elle ressentait une présence… elle tendit l’oreille, entendit un craquement sec, qui provenait sûrement d'une brindille sur laquelle on avait marché puis perçut des voix.

Et mince, c’est bien ma veine, pourquoi faut-il toujours que je fasse de mauvaises rencontres …

Elle ne se faisait guère de doutes sur la nature des personnes présentes … Car qui pouvaient bien se promener de nuit à la pleine lune dans un cimetière ? … Personne de bien censée en tout cas. Elle se faufila derrière un arbre, ça devait être un if, et observa la scène. Il y avait trois personnes … peut être même plus et celle-ci semblait s’être donné rendez-vous afin de faire un échange. Humm

Awi décida de rester silencieuse et d’observer la scène, avec un peu de chance, ces différents protagonistes partiraient rapidement et elle pourrait ensuite s’en aller sans encombre. C’était sans compter sur l’humidité ambiante de l’herbe sur laquelle elle était restée allongée bien trop longtemps. Son nez commençait à la chatouiller et avant qu’elle est eu le temps d’y penser…


"- Atchouuuuuuummmmmmmmmmmm"

Oh oh je crois que j’ai fait une connerie là. Quelle solution devait-elle mettre en œuvre ? S’enfuir ? Faire style faîtes ce que vous avez à faire j’étais juste de passage comme ça… ou bien attendre et combattre s’il le fallait.

Elle recula doucement, pas en pas, sans pour autant se retourner, histoire de s'éloigner en restant face à la scène...


Dernière édition par Awena Davallon le Lun 31 Déc 2012 - 19:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Mar 22 Mai 2012 - 23:41

L'ambiance commençait à devenir électrique avant même que le lycan répondit. Car oui, selon toute attente, c'en était bien un, en chair et en os, affalé sur une tombe qui ne sera sans doute jamais la sienne. La légende voulait que les lycans ont une durée de vie plus élevée que la normale, ainsi ils ne mourraient pas aussi tôt qu'on le voulait. De plus, on songeait plutôt à les brûler qu'à leur offrir une sépulture décente. Alors non, cette tombe ne sera jamais la sienne. Le démon, sans même connaître son interlocuteur, savait qu'il fréquentait ce cimetière car c'était bien l'un des seuls lieux sur Terre où il pouvait se transformer sans déranger quique ce soit. Ce ne sont pas les morts qui allaient s'en plaindre. Surtout que les suspicions du Syrinx commençaient à s'avérer fondées. L'inconnu tenait sur ses genoux un morceau de jambe de quelqu'un...quelque chose. Et ce n'était pas très frais à première vue. Suivait-il une sorte de régime pseudo-diététique? En brave homme-bête qu'il était, s'était-il restreint ou puni à ne manger que de la viande morte car il était dévoré par la culpabilité? Quoiqu'il en soit, Synëal l'avait vexé, et la discussion commençait très mal.

Aigus le sentait, et il commençait à trembloter sur place, regardant tour à tour le rouquin et l'étrange personnage caché dans l'ombre de la stèle. Le temps s'écoulait lentement. Comme une sève épaisse sur un tronc rugueux. Le pauvre petit démon à cornes sentait son coeur palpiter à ses oreilles comme le gong d'une horloge. Tonc...tonc...tonc...tonc... Les personnes présentes gardaient le silence, cherchant sans doute à l'avance les répliques qu'elles doivent anticiper. Comme un jeu d'échecs. Il s'agissait d'une lutte intérieure entre la vivacité bestiale et l'intelligence macabre.

Puis les répliques plurent.


« Et donc? Ca te fait quoi d'en voir un, petit résidu de fausse couche?

-Je dois avouer que je m'attendais à mieux. Qu'est-ce que vous tenez à la main? La jambe de votre mère? Ca vous manque de ne plus vous cacher dans sa jupe?

-Ce n'est pas sa jambe...C'est plutôt celle de la vôtre, après le lui avoir arraché et l'avoir battu à mort avec.

-Ah! Je comprends mieux, je pensais que c'était un bambin qui avait fait ça! Mais je suis navré de vous apprendre que même un paysan aurait pu faire mieux que ça. »

L'homme en face de lui se leva. Ses yeux d'un blanc brillant perçaient les ténèbres de son visage.

« Et je suis au regret de vous apprendre que vous-même n'arriverait jamais à tuer quelqu'un.

-Et moi, d'être désolé à mon tour de vous apprendre que je n'ai jamais eu de mère. Divine Providence! », lança le Syrinx en levant les mains, haussant les épaules en même temps.

L'ambiance s'était alourdie, et la nervosité d'Aigus avait monté d'un cran, les deux curieux personnages s'étant à peine rencontrés qu'ils s'imaginaient déjà ouvrir la gorge de l'autre et boire de l'hydromel dans le crâne ouvert.

« Euh, Sigborn?» , commença Aigus.

Une tentative médiocre d'apaiser le conflit.
Bien essayé l'ami, mais recommence.
Mais heureusement, il y eut un bruissement quelque part non loin d'eux, par-delà les fourrés qui envahissaient le côté ouest du cimetière, puis un craquement de branche. Aigus s'immobilisa, son chef grogna et Synëal arbora un rictus amusé. Il adorait les rebondissements dans ce genre de situations. L'imprévu était son mode de vie, son crédo. Sans cela, il ne trouverait plus la peine de vivre.

« On a un visiteur», s'enquit Synëal sur un ton détaché, comme s'il était déjà leur collaborateur.

Il décelait deux présences, dont l'une d'elles avait une odeur spéciale...Un peu comme la sienne mais pas tout à fait. Il n'en tint pas un mot aux autres, se doutant bien que le lycan les avait détectait avant lui, et bien plus efficacement. Il jeta un coup d'oeil rapide aux fourrés, espèrant voir un pan de tissu, ou un bout de visage mal caché, puis se tourna vers l'homme-loup.


« Que fait-on alors? S'acharnerait-on à s'arracher l'échine vainement avec notre verbe, ou dégagerait-on ces parasites?

L'homme-loup s'avança alors. Synëal émit un sifflement de surprise. Une large cicatrice fendait le visage de celui-ci, à croire que la tranche d'une épée était tombée dessus au point de lui ouvrir la tête. C'eut peut-être été le cas, mais sa peau et son lobe occipital avaient réussi à le faire garder en place. Ses yeux, auparavant aussi blancs que ceux d'un humain, avaient viré au jaune, presque doré. La transformation approchait, mais il semblait réussir à la contenir. Il humait l'air profondément. Le Syrinx l'entendait entrer dans les bronches irrités de la bête. Elle était malade. Curieux tout de même pour un monstre censé être l'incarnation de la bestialité à l'état brut. Un éternument peu discret retentit.


« On a deux visiteurs », corrigea alors Sigborn.

Perspicace le bougre.
Il poussa alors un grognement étouffé, puis son corps fut pris d'un violent spasme qui l'envoya à terre. Aigus, qui assistait sans doute pour la première fois à ce genre de spectacle, eut un mouvement de recul, ses traits habituellement enjoués déconfits par la surprise et la peur. Synëal, lui resta impassible. La chair du lycan s'hérissa de petites pointes, desquelles poussèrent de longs poils bruns, dont la lueur nocturne les faisaient passer pour des pointes très fines et recourbées. Le visage de Sigborn émit un craquement et son nez se déforma jusqu'à former une protubérance hirsute et humide recouverte de poils un peu moins drus que ceux du dos. Il poussa un autre hululement animal, son dos subissant les mêmes changements radicaux. L'homme laissa place au loup. Le loup prit sa place volontiers, labourant le sol de ses griffes puissantes. La longue rangée de crocs que Synëal apercevait entre ses babines n'étaient pas les plus rassurantes qu'il avait vu chez un loup-garou. Il ne savait quel âge avait celui-là, mais il était beaucoup plus redoutable qu'il en avait l'air...D'autant que la métamorphose s'était passée aussi simplement que s'il était entré dans une baignoire.


« Je...déteste...quand...on dérange...mes rendez-vous...

-Ah, en fait, vous m'attendiez depuis tout à l'heure! », s'écria le Syrinx comme s'il venait d'avoir une illumination, tapant son poing contre sa main ouverte.« Bon sang, j'aurais du m'en douter... »

Le tout distillé dans une ironie qui fit grogner de colère le loup-garou. Les piaillements du démon roux l'agaçaient. Mais il voulait d'abord chasser les intrus à sa manière...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hazar Erunak

Noires ailes, noires nouvelles...

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guérisseur
Métier : Médecin et escroc, détrousseur de cadavre, pilleur de tombes et tueur psychopathe
Croyances : Dieu du Sang
Groupe : Clans (les Psychistes)

Âge : 31 ans

Messages : 53

Fiche de Personnage : Âmes sensibles, s'abstenir...


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Mer 23 Mai 2012 - 16:57

Tous les jours, le cerveau humain traite des centaines de milliers d’informations. Images, sons, odeurs… Il combine ces informations en une retranscription la plus fidèle possible de l’univers. Tout cela avec cinq sens, ou six, d’après certains. Pas plus. Et tous sont persuadés de percevoir la réalité telle qu’elle est, puisque rien ne semble nous échapper. Personne ne se demande pourquoi seuls les mages perçoivent la magie, pourquoi les démons sont plus rapides et plus puissants que les hommes avec des carrures comparables. C’est dans la nature de l’être humain de ne pas se poser des questions. On les élude. On invente des dieux pour justifier des faits incompris, qu’on ne veut pas comprendre. Et ceux qui posent des questions, les philosophes, se posent toujours les mauvaises. Serait-ce lié à un simple mauvais choix, où gravé au plus profond de la nature humaine? Qui cela intéresse-t-il de savoir pourquoi l’humain est? Pourquoi, d’ailleurs, cette existence devrait-elle avoir un but? Ce fait seul devrait nous suffire: nous vivons. Mais personne ne se demande: qu’est-ce que l’infini? Pourquoi? Essayez d’imaginer l’infini. Visualisez l’infini. Vous n’y arrivez pas, n’est-ce pas? Cela aussi fait partie de la nature humaine, et personne ne se demande pourquoi. Quelqu’un s’est fatigué à créer des formes de vie complexes, et elles se posent des questions stupides, sur le sens de la vie.

Hazar prit conscience de cela en quelques instants. Qu’est-ce que la vie, après tout? Rien qu’on don, que la nature peut à tout moment reprendre. Quelle importance, donc, que ça soit maintenant ou plus tard?

-«On a un visiteur?», demanda poliment l’élégant homme. Homme? Hazar percevait quelque chose de plus chez lui, mais n’arrivait pas à déterminer quoi. «Que fait-on alors? S'acharnerait-on à s'arracher l'échine vainement avec notre verbe, ou dégagerait-on ces parasites?»

Parasites? Hazar n’était pas un combattant. Mais le scalpel en main, il pouvait causer de redoutables dommages. Il s’avança, prêt à combattre, quand un second visiteur éternua.

-«On a deux visiteurs»
, compléta le loup-garou.

Puis, il tomba à terre, le reste, Hazar ne le distingua pas, car il courrait en avant. Il devinait aisément ce qui se passait. L’homme devenait bête. Et c’était son seul moment de faiblesse, à la bête. Cet instant vacillant entre férocité humaine et animale, lune intéressée et l’autre gratuite.

D’autres phrases étouffées lui parvinrent, mais il n’y prêta pas attention. Il fendit l’air de son corps, sauta une tombe, et atterrit devant le loup. Cette fois, sa main fendit l’air. Vers le cou, vers la trachée. C’est là qu’intervint le second personnage.

Il mouvait sa silhouette fine avec une grâce assez peu commune, et était habillé avec une élégance qui contrastait avec le lieu dans lequel il se trouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Jeu 24 Mai 2012 - 15:52

Awi reculait silencieusement et prudemment mais son éternuement n’était sans doute pas passé inaperçu. Les hommes semblaient discuter … mais la discussion semblait prendre une drôle de tournure. Awi était prise au doute. Quelque chose l’empêchait de reculer plus… Etait-ce simplement par curiosité ? Non, non, non, ce n’était pas ça, quelqu’un l’empêchait de partir.

Toi ?
Oui moi crétine des montagnes va ! Je peux savoir à quoi ont servi ces années d’apprentissage auprès de notre père ? Et les heures d’entraînement avec Dilwen hein ? Si tu fuis comme une pauvre gourdasse à la moindre occasion !
Je ne fuyais pas je..
Tu te fous de moi en plus ! Arrête de fuir, fuir ne mène à rien, affrontons ces démons.
Mais ce ne sont peut être pas des démons
Comment se fait-il que tu sois aussi bête ??? Avance ! Et grimpe dans cet arbre et vite ! Sinon on va louper toute la scène !


Bien qu’Awi ne fût pas décidée à aller voir de plus près, elle n’avait pas trop le choix. Elle était bien plus forte qu'elle.

La peur… Ce sentiment qui vous glaçait le sang, qui vous empêchait de bouger comme si chacun de vos muscles s’étaient pétrifiés, qui pouvait vous donner la chair de poule, qui vous donnait parfois l’impression qu’on vous tordait l’estomac avec une énorme pince, et finissait parfois par vous donner la nausée.

La peur, l’envie irrésistible de fuir un danger, l’instinct de survie, Awi l’avait ressentie de nombreuses fois et pourtant à chaque fois elle avait fini par l’affronter : les douleurs, la mort de ses parents, le feu, sa vie en prison, la peur des autres, la mort …
Et maintenant grâce à Elle, et quand Elle se dressait à ses côtés, elle n’avait plus peur, elle éprouvait même une certaine fascination pour tout ce qui à la base l’aurait traumatisée.

Awena ne reculait plus, elle avançait, elle prit appui sur une pierre tombale et se hissa sur la première branche de l'arbre. Ce qu'elle vit lui glaça le sang.


Oh non non non, ne me dit pas que c'est …
Si, ce que tu vois là, est bel et bien un loup garou ou lycan, tout dépend de … enfin sans intérêt
Mais … et ces autres hom…

Awi se reprit, elle savait qu'Elle n'apprécierait pas qu'elle associe des démons au mot homme

Ce sont tous des démons ?
Bien sûr tu crois quoi ? Qu'il organise un dîner des hommes les plus laids ?
Je savais pas… je


Alors qu'Awi essayait de se justifier, son regard se posa sur les trois protagonistes et ce qui se déroula alors sous ses yeux retint toute son attention.


Oh mon dieu qui est cet homme ! il est fou ! Attaquer un lycan de face !?!
Lors de sa transformation, il est légèrement plus vulnérable mais j'avoue que c'est surprenant de la part d'un hmm
Il faut l'aider ! Comment tuer un loup garou déjà ?
Il y a tellement de mythes à ce sujet … un objet en argent, un coup en plein cœur et surtout

Awi enleva son arc de son dos et sortit une flèche de son sac.

Tu crois vraiment que tu vas l'avoir d'ici ? Tu te prends pour Guillaume Tell ? C'est nouveau ça !
Tais-toi ! Faut viser les points faibles : Yeux, tête et cou…


Bizarrement lorsqu'Awi tendit son arc, Elle se tut. Awi ne le savait sûrement pas mais elle ne s'était pas retrouvée ici par erreur. Elle voulait la mort de ce démon qui lui barrait l'accès à certains privilèges. Même si Elle savait bien au vu de la distance que c'était quasi improbable qu'elle réussisse ses tirs. Elle la laissa faire, ça pourrait peut-être le blesser, et permettre alors à l'autre pilleur de corps de tuer la bête sans qu'Elle ait besoin de se salir les mains.

Awi tira trois flèches, une vers chaque œil et la dernière vers la tête. Avant qu'elle n'ait le temps de voir si celles-ci avaient atteint la cible. Elle sauta en bas de l'arbre, alors qu'elle atterrissait aussi silencieusement qu'un chat sur le sol, elle sortit sa dague.


Et les vieilles traditions alors ? L'objet en argent ?
J'ai repéré une croix un peu plus loin, il y a de fortes chances qu'elle soit en argent…
Bien sûr…
De toute façon, les monstres il faut les décapiter
Et tu compte décapiter un loup avec ton pique brochette là ?


Awi secoua la tête et se faufila à travers les pierres tombales, et s'avança vers les protagonistes, elle espérait que l'homme qui s'était précipité sur le loup allait être de son côté… sinon elle était mal barré.

Alors qu'elle arrivait presque sur le lieu du combat les paroles d'une chanson s'imposaient à elle.


Cette nuit ... Intenable insomnie ... La folie me guette ... Je suis ce que je fuis

Je subis cette cacophonie qui me scie la tête, assommante harmonie

Elle me dit : "Tu paieras tes délits quoi qu’il advienne" On traîne ses chaînes, ses peines

L’ennemi, tapi dans mon esprit fête mes défaites sans répit me défie

Je renie la fatale hérésie qui ronge mon être je veux renaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Ven 13 Juil 2012 - 11:02

Alors que le loup-garou avançait vers Synëal pour lui donner un petit cours de moralité sur la façon de se tenir face à un ennemi plus fort que soi, les évènements se mirent à prendre une ampleur conséquente. Les visiteurs en question s'avéraient être deux et tout à fait téméraires. Le démon roux dut reculer d'un seul pas pour esquiver trois flèches qui filaient vers la gueule menaçante de la bestiole. Il soupira, bien fier de ne pas s'être pris un bout de fer dans le crâne. Le lycan, par contre, tourna la tête à temps, et les projectiles se plantèrent dans son pelage dru au niveau de son encolure. Il poussa un bref glapissement de douleur, et cassa les hampes d'un simple coup de griffe. Les pointes ne le dérangeaient pas...Elles n'étaient pas en argent, rien à craindre. Il se désintéressa du Syrinx à son plus grand bonheur, et se rua en bondissant vers l'inconnue. Cependant, l'autre intervint et lança un mouvement de tranchant vers la gorge du monstre. Celui-ci bondit de l'autre côté, pour éviter la lame néfaste, et adressa un hurlement de rage vers l'étranger gracile, crachant de la bave par la même occasion.

Synëal choisit plutôt de battre en retraite. Pour le moment, ce n'était pas à lui qu'on s'en prenait, il ne se sentait pas vraiment concerné. Qu'ils s'entretuent donc, il les dépouillerait gentiment après. Il croisa simplement les bras en regardant le début du combat, d'un air concentré. Cependant, il fut interloqué de voir Aigus s'interposer devant l'individu à la lame, et lui écraser un coup de pied dans le buste. Et tout ceci, avec une rapidité et une précision impressionnante. Malgré ses airs de démon nonchalant et fainéant, il était tout aussi capable d'être féroce et hardi. Tout blanc ou tout noir. Voilà comment était Aigus, la preuve vivante qu'il fallait ne jamais se fier aux apparences.

Le démon regardait la scène avec amusement désormais. Une femme aux allures d'elfe, ou d'humaine - il ne savait trop quel qualificatif lui donner – était apparue dans le champ de vision du Syrinx mais il ne s'interposa pas comme son compagnon. L'autre inconnu était vêtu d'un curieux vêtement qu'il n'avait jamais vu auparavant. C'était sur lui que se porta la curiosité du rouquin. De loin, il ressemblait à un corbeau, dont les ailes couleur d'ardoise étaient les lames qu'il maniait avec une aisance surnaturelle - et létale, sans aucun doute.

Cela devenait un tantinet plus intéressant. Il avait eu peur de s'ennuyer pendant cette entrevue avec le fameux trafiquant de poisons. Ce n'était qu'un loup-garou, et les échanges avec eux étaient parfois triviaux. Pas qu'ils dégageaient une odeur bestiale, lourde et désagréable, mais il n'aimait pas trop traiter avec ce genre d'individus. Trop impulsifs, trop susceptibles...Non décidément, ce n'étaient pas ses interlocuteurs favoris. D'ailleurs il s'étonnait encore qu'Aigus soit encore en vie.

Le loup-garou trottait maintenant en cercle, jaugeant ses cibles, laissant l'autre démon assurer l'intermédiaire du combat. Finalement, Aigus ne serait qu'un outil, destiné à se sacrifier pour la bête, même s'il ne s'en rendait pas compte. Synëal regardait chacun des protagonistes présents ici, tous prêts à s'entretuer pour une raison qui lui échappait totalement, puis tapa dans ses mains, laconiquement.


« Votre attention, s'il-vous-plait. Si vous pouviez seulement vous calmer et tous vous embrasser, ça m'arrangerait. Merci. »

Il allait se détourner quand, avec un mouvement fluide et agile, le loup-garou bondit devant lui, et dévoila toute sa rangée de crocs proéminents, dégoulinant d'une bave brûlante.

« Tu restes, là, Démon. » , grogna-t-il dans un hululement animal.

« Sans façon, merci, je crois avoir d'autres chats à fouetter ailleurs, si vous voyez ce que je veux dire. »

Le lycan poussa un aboiement retentissant à l'adresse du Syrinx, le dissuadant d'avancer plus et de s'en aller. Synëal roula des yeux en soupirant. Il se pinça les yeux et désigna de la main les trois autres individus d'un geste las.

« Vous avez des invités. Allez-vous en occuper. Sinon ils en viendraient à vous reprochez votre hospitalité...

-Tu te moques de MOI! » , rugit Sigborn dans un aboiement menaçant.

« Mais non, j'essaye seulement de vous ridiculiser devant ces deux visiteurs... »

Il souriait. Comme d'habitude. La bête était une bête, emplie de pulsions meurtrières. Et l'énerver était ce qu'il y a de plus simple. L'énerver était comme la rendre vulnérable. Car la frustration génère systématiquement un conflit intérieur entre sa raison et ses émotions. Un simple déclic, une simple étincelle et il devenait aussi violent que possible, entraînant le démon dans sa fureur, mais ne pouvant plus rien tirer de lui au final. Cependant, Sigborn se calma, claquant sa mâchoire devant le démon roux, avant de jeter un coup d'oeil aux autres qui n'avaient pas réussi à l'empêcher de s'éloigner du champ de bataille.

« Tue-les », intima-t-il simplement.

Le démon lui adressa un regard sincèrement interloqué. Comment, tout à coup, pouvait-il lui ordonner une telle chose?
Il veut ta peauu, il veut ta peauuu. ♪
Il planta ses yeux noirs et dorés dans ceux du lycan. Ils étaient semblables aux siens, à défaut que la teinte était inversée. Noirs pour la pupille du lycan, et dorés pour le contour. Il crut même percevoir un rictus malsain sous son museau. Synëal leva les yeux pour embrasser du regard la petite assemblée, puis regarda à nouveau Sigborn. Il devait avoir un plan, immédiatement. Il ne savait pas ce que lui réserverait son interlocuteur, mais à un ordre si spontané, il ne sut que faire à part obéir...Il avait toujours tendance à sauver sa peau en premier, et cette fois-ci, il ne ferait pas exception à ses principes.


« Tous?

-Tous. »

Il pourrait sans doute faire quelque chose pour affronter Sigborn, mais Aigus l'avait toujours prévenu en lui affirmant que le lycan avait des pré-requis en combat. Du genre de ceux qui permettent de transformer quelqu'un en composte pour rosier en moins de deux. Le Syrinx joignit les doigts de ses deux mains, et une pointe de bois jaillit alors du sol derrière Aigus et perça son dos de part en part. La bouche du démon s'ouvrit en grand mais aucun cri n'en sortit. Il tourna la tête vers Synëal, les yeux exorbités par la souffrance et la surprise. Mais celui-ci était en train d'adresser un clin d'oeil à la femme archère, un clin d'oeil qui aurait pu être interprété comme «  Ça va être ton tour après », mais qui tendait plutôt vers : « Tout est sous contrôle, laissez-moi faire ».

Aigus, empalé sur le perchoir de mort, poussa ses derniers borborygmes d'agonie, avant que son corps entier ne se relâche, inerte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hazar Erunak

Noires ailes, noires nouvelles...

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guérisseur
Métier : Médecin et escroc, détrousseur de cadavre, pilleur de tombes et tueur psychopathe
Croyances : Dieu du Sang
Groupe : Clans (les Psychistes)

Âge : 31 ans

Messages : 53

Fiche de Personnage : Âmes sensibles, s'abstenir...


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Mar 28 Aoû 2012 - 18:00

La lame siffla, ne tranchant que le filet d’écume baveuse qui jaillit de la gueule mouvante du monstre. Puis les évènements s’enchaînèrent avec une rapidité assez stupéfiante. Le petit homme, qui jusque-là était resté en retrait, s’interposa soudainement entre le loup et l’homme, puis lança souplement son pied sur le ventre d’Hazar. A la vérité, le coup était douloureux, mais il l’arrangeait bien: puisqu’il n’avait pas su profiter de l’instant décisif, il n’allait pas combattre contre un lycan sanguinaire. Il tomba à terre et gémit de la manière la plus significative possible, puis s’écarta en rampant du champ de combat. Finalement, le coup était plus douloureux que prévu, la pointe du pied devait être renforcée avec du fer. Ou alors un organe quelconque était touché. Tout se troubla, ne laissant dans le champ de perception d’Hazar que la douleur, qui semblait presque matérielle en cet instant. Des volutes brumeuses obscurcissaient sa vue, puis tout sombra dans un noir insondable.

Quand il se réveilla, des oiseaux de feu labouraient le ciel de longs sillons écarlates. Le soleil était noir et la lumière qu’il envoyait était froide et douloureuse. Devant Hazar se dressaient Pestilence et Guerre, ravageant la terre du milieu de leurs épées de mort. Les sombres cavaliers parcouraient des landes désertes qui s’étalaient au-delà des confins du monde. La douleur du démon qui avait propulsé Hazar dans cet enfer paradisiaque (car il ne pouvait s’agir que d’un démon, en se basant sur la force du coup et en la comparant au métabolisme apparent du personnage) inonda l’air putride d’ondes délicieuses, et l’on pouvait presque voir la merde se répandre sur le pal, le sang abreuver la terre, les chairs s’écarter pour laisser place à l’engin meurtrier. Devant l’exultation d’Hazar, les noirs seigneurs se retournèrent et le considérèrent de leurs yeux flamboyants de ténèbres. En eux, tout n’était que folie. Des piles de cadavres se disloquant sous l’action combinée du temps et des insectes, qui se rependaient en myriades dans leurs orbites, leurs orifices, et les dévoraient de l’intérieur. Puis tout se voilà à nouveau. Le néant se perça de veines bleutées.

Quand il ouvrit les yeux, Hazar se trouvait à nouveau dans le cimetière. Une humaine aux allures quasi-elfiques se précipitait sur l’élégant personnage et le loup, brandissant une épée manifestement magique. Il détailla le corps de la femelle, songeant combien il serait agréable de la disséquer vive pour étudier sa musculature. Il ne ressentit aucune gratitude pour celle qui venait manifestement de le sauver. Il se leva, et se dirigea vers la sortie du royaume des morts sans prêter attention aux belligérants. A la main, il tenait son scalpel, maculé de boue. Hagard, Hazar se hasardait à quitter la bagarre sans se soucier d’haranguer les hardis batards qui le menaçaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Ven 31 Aoû 2012 - 12:39

Awi secoua la tête comme si cela allait lui enlever ces foutues paroles de chanson qui tournaient en boucle. Mais la suite des évènements, lui coupa la rengaine. Elle s’était stoppée à quelques mètres de tous les protagonistes, c’était une distance de pseudo-sécurité. Elle avait pu voir l’homme au … scalpel ? se prendre un sacré coup par le petit cornu. L’individu se mit à gémir et disparut de son champ de vision… Génial, soit cet abruti fuyait le combat, soit il venait de perdre connaissance ! Dans tous les cas, cela signifiait qu’elle se retrouvait seule face à trois ennemis potentiels. Awi serra sa dague dans sa main gauche et réfléchissait à une stratégie de combat. Mais ce n’était sans compter sur l’intervention du démon roux. Celui-ci semblait ne pas manquer d’humour. Elle suivait la conversation avec un grand intérêt. Le cornu ne s’occupant pas d’elle mais de l’étranger qui semblait s’être « replié » vers les sépultures. A certaines remarques, elle en aurait presque sourit, ce démon roux, avait un certain sens de la dérision et un sacré culot de tenir tête à un lycan sous sa forme la plus bestiale. Mais son sang ne fit qu’un tour, quand elle entendit le lycan ordonné au démon de les tuer… De tous les tuer.

Awi ne savait pas ce qu’il était. Du moins, elle n’arrivait pas à déterminer le type de démon qu’il était et par conséquent, elle ne pouvait savoir si oui ou non, il avait des pouvoirs. Elle ne pouvait préméditer ses actes, elle ne pouvait qu’attendre, en espérant qu’elle ne soit pas la destinataire du premier coup. Elle ne savait pas du tout à quoi s’attendre de la part de ce protagoniste. Un lycan misait sur sa force, sa rage, et déchiquetait les corps… Mais l’autre ? Il ne semblait pas du genre à aimer le combat en corps à corps, d’ailleurs, il ne semblait pas porter d’armes. Il avait l’air intelligent et elle avait le pressentiment que cette enveloppe charnelle renfermait une essence magique voir plus.

Le démon roux semblait avoir choisi son camp, il allait obéir à la demande de la Bête. Et quelle ne fut pas la surprise de voir le démon roux, joindre ses mains et s’attaquer en premier au cornu. Et de cette façon en plus. Un énorme morceau de bois, venant du sol, traversa le corps du démon qui pourchassait le fugueur. « Tous » signifiait donc même ceux de son propre camp ? Awi restait perplexe. Ne sachant pas comment agir. Ce démon était bien un cérébrale, elle ne devait rester en place, statique, cela lui faciliterai la tâche. Mais maintenant, elle savait à quoi s’attendre.

Awi croisa le regard du rouquin, elle ne savait pas comment l’interpréter… Devait-elle lui faire confiance ? Le pouvait-elle ? Encore une fois, les mots de sa mère défunte lui résonnèrent dans la tête. « Awi cesse tes sottises, les démons sont des êtres maléfiques, ils font le mal partout où ils passent : ils volent, ils tuent … Même sous des aspects les plus chétifs possibles, on ne peut le faire confiance, tu m’entends Awi ? Tous les démons doivent mourir, il n’y a pas d’exceptions. Un démon inoffensif est un démon mort. »

Mais cet individu était-il vraiment un démon ? Il contrôlait les forces de la Terre, la nature... Elle savait qu’elle avait appris quelque chose là-dessus… C’était un… un… rha elle l’avait sur le bout de la langue.

*Mais tu vas arrêter un peu de ressasser le passé !*
*Arrête, j’étais sur le point de retrouver*
*On s’en contrefiche de savoir si c’est un poulet ou une dinde ! Il faut tuer le lycan*
*Oui bon ça va !*
*Va chercher cette croix en argent, arrache la et fonce sur le lycan*
*Mais...*
*Pas de mais ! Maintenant ! Avec un peu de chance le rouquin ne fera rien contre nous.*

Awi rangea sa dague à sa ceinture et sauta, puis roula, vers la fameuse tombe qu’elle avait repérée du haut de son arbre. Elle regarda les deux protagonistes qui devaient bien se demander pourquoi, elle s’était amusée à traverser la zone de combat pour aller vers une tombe… qui était d’ailleurs l’une des plus éloignées de sa position initiale. Elle gardait un œil vers le sol, si le lycan bougeait, elle l’entendrait ses pas fracasser le sol et son souffle se rapprocher. Celui qui lui faisait le plus peur, à l’heure actuelle, était l’étranger et son étrange pouvoir.

Elle se mit face aux deux démons et vit du coin de l’œil un mouvement, monsieur scalpel était toujours là, et semblait prendre la direction de la sortie du cimetière. L’enfoiré ! Elle était venue à sa rescousse et il se barrait. Awi se souviendrait à jamais de cette silhouette et le jour où leurs chemins se croiseraient à nouveau, elle lui rafraichirait la mémoire.

Elle laissa de côté ses idées de vengeance et prit à pleine main l’espèce de croix en argent. Les contours étaient abîmés mais coupants.

*Parfait !*

Alors qu’elle essayait de toutes ses forces de l’arracher hors du sol, elle ressentait au fur à mesure de ses efforts, les bords de la croix lui lacéraient la peau. Un filet de sang commençait à s’échapper de ses mains et coulait le long du métal qui resplendissait à la lumière de la lune.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Lun 22 Oct 2012 - 20:27

Avant d'être un loup, Sigborn était un homme en tous points, mais avec plus de défauts que de qualités. Il n'avait jamais connu de bonheur dans sa vie. Et ce n'est pas non plus comme s'il le cherchait. Très tôt, il s'habitua à son existence de misère, et cela en devint son crédo. Plutôt vivre dans la misère que de se rassembler avec les nobliaux et en oublier ce qu'il est réellement. Il ne voyait pas d'autre alternative dans son avenir que celui d'infliger son supplice permanent à tous ceux qu'il rencontrait. Il se fit haïr, méprisé, rejeté et jamais cela n'ébranla ses convictions. Il continuait de rendre la vie difficile au plus de monde possible pour sa seule satisfaction. Il était de même très cupide. Outre sa vie, l'argent était une deuxième priorité. Par tous les moyens, il essayait de s'en procurer : vol, extorsion, meurtre, gage, mercenariat...Il se renferma encore dans l'idée que le monde était contre lui, mais c'est dans cette position de martyr qu'il était le plus fort. Cette étiquette qu'il se donnait lui-même élevait son égo à un tel rang qu'il se prenait alors pour un grand guerrier au cœur de pierre. On ne lui accorda malheureusement pas cette réputation. Il ne restait qu'un grand forban, faquin, et profiteur. Le jour où un loup le mordit fut à la fois le plus beau jour de sa vie, et sans conteste, la pire chose qu'il put lui arriver. De guerrier baratineur, vil, fourbe, vicieux, il passa à créature sanguinaire, maléfique, impitoyable. Il pouvait désormais revendiquer son titre de guerrier implacable.

Mais aujourd'hui, sa vie approchait d'un tournant décisif. Il en était arrivé à un point où on réclamait une fois de plus sa mort. Mais cette fois-ci, il faisait face à un adversaire redoutable. Il était à la force ce que Synëal était à l'intelligence. Il n'avait jamais fait confiance à ce démon de pacotilles, même lorsqu'Aigus avait vanté ses mérites. Et regardez maintenant ce que ce bougre était devenu...Un perchoir à corbeaux...

Une bave épaisse coulait de sa gueule, prémisse de son appétit de sang lorsqu'il arracherait tous les pans de chair du Syrinx qui l'attachaient encore à ses os. Il adorait la chair de traître. Il paraissait que cela avait un goût très relevé. Il haussa les babines, prêt à en découdre avec le démon maigrelet.

Synëal, lui, ne pouvait que constater la traitrise d'un de ses compagnons, qui, ni une ni deux, leur faussa tout bonnement compagnie, alors qu'il disposait d'une arme plus adéquate pour blesser sérieusement le lycan. Le rouquin n'imaginait pas tuer leur adversaire avec l'un de ses pieux en bois...Au moment où il entr'aperçut l'humaine qui filait le plus loin possible de l'entrevue du démon et du loup-garou, ce dernier se rua sur le Syrinx, qui eut la bonne idée de ne pas dresser le bras. Il se laissa simplement tombé sur le dos, relevant les genoux, sur lesquels atterrit Sigborn. Les mâchoires puissantes se mirent à claquer bruyamment devant lui, alors que le démon s'efforçait tant bien que mal de repousser les pattes qui essayaient de labourer son torse. Dans cette position, il devait contracter les muscles de son ventre pour éviter que la bête ne réussisse à décrocher son crâne.

Enfin, Sigborn fit une courte pause, enfonçant son regard pénétrant dans les yeux ambrés de Synëal.


« J'arracherais ce mauvais visage de ta tête, et je sucerai lentement ta cervelle...

-Je ne pense pas que ce sera de cette façon que tu en auras une... » , souffla l'autre, en levant les genoux plus haut, les traits tirés par un effort considérable, puis fit jaillir de ses mains deux pointes de bois qu'il enfonça avec un cri de rage et d'épuisement dans son thorax.

Le monstre poussa un hullulement de frustration et de douleur et repoussa le Syrinx à plusieurs mètres de là d'un revers de patte. Après quelques roulades sur lui-même, Synëal reprit péniblement ses esprits, ses bras flageollants, sa joue gonflée par l'impact du coup. D'un coup d’œil, il voyait Sigborn se rouler par terre, essayant de saisir les pointes avec ses crocs, essayant de les retirer de ses pattes maladroites mais il ne réussit qu'à casser l'une d'elles, ce qui lui arracha un grognement déchirant de fureur. D'un autre coup d’œil en oblique, il voyait Awena tenter de départir une stèle particulière du sol. Il n'était pas sûr que ça en soit une, mais...Sa vue se brouilla. Sa joue lui lançait des messages prompts de douleur dans tout son crâne. Il s'en était fallu de peu pour que Sigborn ne lui décroche entièrement la mâchoire. Il tendit le bras, enfonça ses doigts dans la terre et se hissa en avant. Les diverses idées de fuite qui se présentaient à lui étaient toutes confuses et toujours empreintes du nuage rouge et vacillant de la douleur. Il s'efforça de les chasser avec les derniers efforts dont il était capable. En prenant la poudre d'escampette, il ne ferait que livrer sa vie au hasard. Ou plutôt à une mort certaine mais très lente.

Il se tira une nouvelle fois en avant, la peur de la mort rendant une vigueur provisoire à son corps qui lui permit de ramper sur une dizaine de mètres. Les grognements et râles frustrés de Sigborn éclataient encore tout près. Il ne se remettrait à attaquer que lorsqu'il se sera débarrassé de sa gêne...Et ce qui le perturbait est qu'il aurait pu lui sauter dessus après un tel choc, mais il supposait sans doute que le démon serait une cible facile désormais...Avec un désespoir grandissant, encore méconnu chez lui, il pensait que le lycan aurait une très bonne raison de raisonner ainsi.

Tous les arbres autour d'eux, muets, et pourtant observateurs de la scène, ne bougeaient pas, stoïquement immobiles malgré le déferlement de violence qui se déroulaient sous leurs feuillages clairsemés. L'un des protagonistes tentait vainement d'extirper du sol une arme qui aurait pu leur être utile, un autre rampait tant bien que mal loin d'un fauve qui se roulait par terre, ou chancelait en zigzag, deux piques fatals traversant son corps de part en part...Il se mit à rager intérieurement, donnant un coup de poing sur la terre meuble...Une impasse...Ils étaient dans une impasse.

Un bruit de succion et un claquement sec retentirent. Sigborn émit un long hululement enragé, puis finit par se calmer. Sa respiration était désormais si lourde que Synëal croyait sentir son poids dans sa nuque...Avait-il réussi? Sigborn s'était effondré.


« Espèce de sale chien! », exulta alors Synëal dans un gloussement rauque. « Espèce de sale corniaud. Sale bâtard indigne de ta mère la catin! », enchaîna-t-il dans une tentative pour se redresser. « Viens là, mon toutou...Viens là...J'ai un gros nonos... »

Il put enfin se tenir relativement droit. Ses poumons s'étaient calmés mais pas l'élancement fulurant de son visage. Il se le frotta précautionneusement, en marchant vers le loup, qui avait presque abandonné, épuisé, étalé sur son flanc, une flaque de sang sous son buste hirsute et meurtri. Si son regard avait été une hallebarde, Synëal serait sans doute déjà mort. Sigborn tenta de cracher quelques mots, mais cela finit dans un borborygme inaudible. Il ressemblait de plus en plus à un chien malade...Le démon aurait pu avoir pitié de lui...S'il savait qu'il n'allait pas mourir de ça.

« Je te jure...Démon...Tu vas le payer...Que tes ancêtres soient maudits, que ta progéniture s'étouffe dans le sang de leur mère...Tu vas regretter de nous avoir tourné le dos...RAAAAH! »

Il pestait contre la pétrification de ses membres transis d'épuisement. Brusquement, tout s'était inversé. A force d'avoir lutté sans avoir cherché à mettre un terme à la vie du démon, il avait perdu toute force, toute volonté. Synëal secoua lentement la tête, un petit rictus exsangue sur les lèvres.

« Pourquoi me maudis-tu? Ce n'est pas moi qu'il faut parjurer... »

Et il s'écarta pour laisser le champ libre à l'humaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hazar Erunak

Noires ailes, noires nouvelles...

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guérisseur
Métier : Médecin et escroc, détrousseur de cadavre, pilleur de tombes et tueur psychopathe
Croyances : Dieu du Sang
Groupe : Clans (les Psychistes)

Âge : 31 ans

Messages : 53

Fiche de Personnage : Âmes sensibles, s'abstenir...


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Jeu 15 Nov 2012 - 0:27

Le monde tournait, dans un fol éparpillement de couleurs et de traits. Rien n'était net et tout était par conséquent flou. Les tombes, derrière lui, renvoyaient le moindre bruit du combat qui se déroulait dans le cimetière. Les amochés brocardaient la chair purulente de leurs longues et filandreuses mains. Autrefois fusaient les écarlates meubles des enfers, tapissés de piques et de feu. Les corbeaux becquetaient un festin de viande à même l'arbre sur lequel ils reposaient, et du sang coulait à flot des branches tordues et sèches… Au sol, une moquette de feuilles mortes s'éleva de quelques pouces et migra dans les arides terres du sieur courroux. Partout, les burgraves tapaient des pieds au sol, imitant de manière suggestive le galop d'un équidé… Entraîné dans cette étrange et envoutante mélodie, Hazar se mit à les imiter. Il éclata de rire, et du sang vert de mit à suinter de ses gencives. Il se retourna, juste à temps pour voir le lycan s'écrouler, vaincu par l'étonnant démon, lequel tourna le dos au médecin pour laisser l'humaine aux traits elfiques planter dans le sternum de la bête une croix d'argent, qu'elle avait arraché à une tombe… Il rit à nouveau, se rapprocha du démon, puis se mit à danser, mouvant son arrière train à la manière du cheval, comme le lui avaient enseigné ses amis quelques instants auparavant à peine… Le mouvement était simple: les jambes semi-écartées, les mains en croupe de l'imaginaire coursier, on secouait d'un unique coup de reins l'ensemble de son corps et l'on concluait l'élégante courbe par un mouvement ascendant du fessier… Pris d'une impulsion subite, Hazar cria dans une langue inconnue de lui-même:

"Opagangnamstayl! Opagangnamstayl! Seksiledi…"

Autour de lui, le monde se remit à tourner, et lui tournait plus vite encore, entraîné par l'étrange musique aux accords mous et trainants, qui provoquaient d'étranges remous en son corps. En une orgie de mouvements, de vitesse, de notes étouffées et, pour la plupart, totalement imaginaires, il parcourut la distance qui le séparait des chevilles du démon, puis se prit le pied dans sa robe et s'affala lourdement sur le sol boueux et ensanglanté. L'humaine courait encore… Les tendons qui contemplaient son visage d'une manière aussi insolente, ceux du démon, ne demandaient manifestement qu'à être tranchés, et Hazar sortit une courte lame recourbée. Au même instant, il perçut un grincement de mauvais augure: le démon, pas celui qui le surplombait, mais celui qui l'avait tantôt frappé, le petit, glissait lancement mais sûrement vers le bas du pieu: la cervelle tapissait déjà le bois sombre. Appâté, il se précipita en galopant vers le macchabée et passa sa langue sur le visage de l'abominable être, puis dégusta en connaisseur le sang dont il était constellé. Le ciel, lui, était constellé d'étoiles mourantes, qui s'éteignaient comme les vieux brasiers divins qu'elles étaient. Derrière lui, l'humaine approchait du loup, un air mauvais sur le visage, son étrange épée au côté. Hazar jugea qu'il n'était pas nécessaire d'affronter un démon aussi puissant que celui qui se dressait à quelques pas de lui, mais que l'humaine brillerait d'une céleste beauté le ventre ouvert, et les tripes étalées, telles des pétales, sur le sobre socle d'une tombe. Le visage nettoyé de l'écarlate ligueur, il se retourna vers ses deux compagnons d'infortune, et observa le déroulement de la mise à mort avec avidité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Mer 21 Nov 2012 - 18:04

Awi s’évertuait toujours à essayer d’arracher la stèle. Grâce à de rapides coups d’œil, elle suivait l’évolution de la situation et la position des autres protagonistes. Une bagarre faisait rage entre le loup et le démon roux. Elle se demandait bien quelle force de la nature aurait le dessus. La croix aux reflets argentés commençait vaguement à se détacher du sol, encore un petit effort et elle serait à elle.
C’est à ce moment là que le lycan prit le dessus sur l’autre démon, Awi accentua ses efforts, s’il se débarrassait du démon, elle serait forcément la prochaine cible. Awi fléchit les genoux, s’appuya fortement sur le sol et se leva pour tirer l’objet hors du sol. Elle avait mis tellement d’énergie dans cette action qu’elle tomba en arrière, la croix volant un peu plus loin et retombant violemment sur le sol. Le contact violent et inattendu avec le sol la sonna légèrement mais elle se releva très rapidement. Elle observa la situation et vit que le démon avait repris le dessus sur le loup et qu’il était même sur le point de gagner ??? Awi n’en revenait pas, elle avait intérêt à se méfier de ce démon, il semblait bien plus fort qu’il ne le laissait paraître.
Elle eut un bref regard vers le fugueur qui finalement n’était pas parti mais qui semblait plonger dans un profond délire … Il riait aux éclats et dansait comme un de ses ivrognes illuminés. Avait-il bu ? Avait-il pris une substance plus que douteuse ? Awi n’en savait rien mais cet homme (si c’en était un) était de plus en plus étrange.

Elle se concentra à nouveau sur le combat, le rouquin semblait blessé plus ou moins sérieusement, difficile de dire à cette distance, mais il avait repoussé le loup et l’avait fait tomber au sol. C’était le moment ou jamais. Awi se précipita sur l’objet qu’elle avait arraché du sol. Elle le prit à nouveau entre ses mains ensanglantées et courut vers le loup. Elle savait que le démon roux l’avait remarqué, et elle pensait même qu’il attendait un coup de main pour achever son adversaire. Les deux autres protagonistes ne semblaient pas vouloir mettre fin aux jours du loup, était-ce par peur d’une quelconque malédiction ?

Elle regarda un instant le démon avant de fixer son arme improvisée vers le loup. Elle avait même entendu les derniers mots du démon qui signifiait bien qu’il ne comptait pas tuer le lycan mais qu’il lui laissait « cet honneur ».


« Pourquoi me maudis-tu? Ce n'est pas moi qu'il faut parjurer... »

Mais Awi s’en moquait, elle n’allait pas craindre les paroles d’un être déjà maudit ou même leur accorder une quelconque importance. Et puis, les fées ne l’avaient déjà pas vraiment gâtée, alors un peu plus ou un peu moins, au final qu’est ce que ça changerait ?
Awi prit une profonde respiration et fonça tête baissée sur le lycan qui n’avait rien vu venir de cette pseudo alliance. Elle avait visé le cœur, et « l’arme » le transperça de part et d’autre. Souvent, elle préférait décapiter ses ennemis démoniaques car elle était quasi sûre comme ça de les tuer… mais le loup avait été déjà tellement affaibli par le combat au corps à corps.

Awi regarda et écouta attentivement la respiration du loup. Petit à petit, la vie s’en allait hors de son enveloppe charnelle. Qu’allait-il devenir maintenant. Awi lâcha « l’arme » et se recula d’un pas. Elle poussa un léger soupir de soulagement, un ennemi en moins…
Elle se retourna rapidement, afin d’être à nouveau sur ses gardes et regarda les deux autres protagonistes. Le fou au scalpel semblait en transe perdu dans sa danse endiablé, quant au second, elle ne savait pas du tout à quoi s’attendre de sa part …

Elle recula à nouveau de quelques pas en arrière, sans le quitter du regard, et hésita sur la démarche à suivre. Devait-elle l’aider en le soignant ? Devait-elle le combattre lui aussi ? Ou devait-elle tout simplement quitter ce cimetière qui lui avait attiré que des ennuis. Elle osa néanmoins poser une question histoire de voir dans quelle direction elle devait aller.


« - Et maintenant ? »

Awi aurait aimé être encore plus directe et balancer une phrase du genre : « vous faîtes quoi maintenant tous les deux ? Vous me laissez tranquille et on repart chacun gentiment de notre côté ? » mais elle n’avait pas osé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Ven 4 Jan 2013 - 13:02

Le couperet final s'abattit et la bête canine perdit aussitôt la vie, après m'avoir bien mis dans l'embarras. Awena ne semblait pas en revenir, elle était presque abasourdie. Ou alors n'avait-elle jamais vu le sang d'un lycan, tout simplement...Je m'approchai d'un pas du cadavre, et plantai mes mains dans les poches de mon pantalon rapiécé. Mon sang chaud coulait sur ma tempe tout aussi brûlante. Malgré la pâleur insistante de mon visage, mes yeux ambrés étaient toujours aussi résolus et brillaient encore d'une lueur dangereuse. J'accordai un simple regard à la femme, qui me posa une question aussi courte que futile, et je lui répondis d'un simple haussement d'épaules. Et maintenant quoi? Une petite pause thé? On peut aussi se refaire un petit massacre en s'acharnant sur notre copain de route, mais il ne risquerait pas d'apprécier. Personnellement, un bain dans le sang de mille vierges me conviendrait aussi. Mes yeux se dardèrent sur le déchet qui n'avait rien su faire à part entrer dans une transe étrange. Elle aurait seulement pu être utile si elle avait distrait Sigborn...Je le jaugeai du regard sans mot dire, me contentant de le dévisager avec une expression indéchiffrable. Si je laissais mes pensées dépasser mes paroles, la situation, déjà bien incongrue, prendrait un tournant irréversible. La rage bouillonnait en moi comme un torrent violent, brûlant le fond de mon estomac, et répandant son acide dans les muscles de mes bras affaiblis. Si je n'avais pas été si fort, je serai déjà pris de convulsions en repensant aux attaques du loup-garou. Je levai une main devant moi, cette main sillonnée de lignes toutes rompues précocement, et m'aperçus avec dégoût qu'en réalité, je n'arrivais pas à contrôler mes tremblements.

Je crispai le poing, la bouche pincée, et envoyai alors un lourd coup de pied dans le flanc du macchabée, puis un deuxième, et un troisième, violemment. Sale lycan de merde, crevure de loup manqué, rejeton de sorcière...Plus jamais, tu ne pourras venir interférer dans ma vie, et plus jamais, tu ne m'enverras tes sbires à la noix ! Je fulminai intérieurement et mon pied martelait ses os jusqu'à ce qu'ils finissent par se rompre et que mes orteils se mirent à protester. Enfin, lorsque mon pied fut engourdi, je me stoppai et remis mes cheveux en ordre, allai récupérer mon feutre et le vissai sur ma tête, cachant par la même occasion mes yeux flamboyants. Je m'éloignai de l'immondice poilu et passai près d'Awena, qui me fixait encore d'un air perplexe.Je croisai son regard et m'arrêtai avant de m'approcher tout près de son visage. Du fond de mes prunelles, brûlait encore la haine que m'inspirait tous ceux qui avaient l'impunité de me sous-estimer. Je n'étais sans doute qu'un empoisonneur. Mais il y a tellement de façons d'empoisonner quelqu'un...


« Maintenant, vous êtes libre de faire ce que vous voulez. Vous êtes libre de le dépecer, de mettre sa tête en trophée au-dessus de votre jolie petite cheminée. Ce que vous voulez. »

Derrière moi, se recomposait le corps autrefois humain de Sigborn. Avec maints craquements viciés, il reprit une forme recroquevillée, tel un fœtus, le visage encore crispé par la douleur. La croix d'argent se délogea de ses vertèbres et tomba en cliquetant. Mais la plaie était encore béante et exsangue. Aigus, planté sur ma pointe de bois, avait encore glissé dessus de quelques centimètres. Figé comme une marionnette désarticulée, il constituait une excellente sculpture naturelle, et j'en étais très fier. Ce n'était pas la mort auquel il s'était attendu, mais en soi, c'était ironique. Toujours bercé d'illusions, il avait fini percé de lésions. Il n'avait été rien d'autre qu'un gredin qui se cachait toujours derrière les plus forts, et sa naïveté l'amenait souvent devant de gros ennuis. Et il ne ratait jamais une occasion de m'y mêler. Mais c'en était fini d'eux deux.

Cependant, il ne me restait pas que des amis. J'avais encore des ennemis qui voulaient ma peau. Il y avait encore fort à faire ici bas.

Je tournai le dos à mes compagnons d'infortune et gagnai la sortie du cimetière. S'ils eussent quelque chose à ajouter, qu'ils fassent. Mais je ne comptais pas me justifier sur un départ sans adieux respectueux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Une affaire louche   Sam 19 Jan 2013 - 16:19

Awi regardait le rouquin, il se trouvait plus proche d’elle, l’autre se situait un peu plus loin dans l’ombre. Le démon roux était pâle, très pâle, après tout, il avait perdu beaucoup de sang. Elle se tenait, là, debout, les mains ensanglantées vers le sol, attendant une réponse qui ne viendrait peut-être jamais. Elle croisa le regard de l’individu qui s’était si vaillamment battu contre ceux qu’elle avait pensé, aux premiers regards, être ses compagnons. Ses yeux étaient animés d’une drôle de lueur… un soupçon de vengeance ? de colère ? de haine peut être ? Il haussa les épaules puis son regard se dirigea vers l’autre protagoniste, que pensait-il à ce moment précis ? Elle n’en avait aucune idée.

Il semblait vraiment être mal en point, en voyant sa main trembler, Awi avança d’un pas et voulu lui porter secours, au moins, l’aider à panser ses blessures.

*- Depuis quand tu aides les démons ?

- Il m’a aidé et sans lui je ne serais peut-être pas en vie

- Rappelle moi pourquoi tu as été entrainée ?

- Pour éliminer les démons et aider la Rébellion.

- Bien, tu crois réellement que ce lycan méritait d’être sauvé ?

- Non non bien sûr que non.

- Parfait !

- Il faut donc que j’achève celui là aussi ?

- NON !

- Mais tu disais que les démons devaient être tués ?

- Oui et non ! Celui là pourrait nous être utile… un jour ou l’autre.*

Awi regarda le démon déverser sa colère sur le cadavre. Elle ne savait pas quoi faire, devait-elle l’arrêter ? Elle jeta un regard à l’autre homme. Elle tendit la main vers le rouquin mais celui-ci venait de se stopper et était allé récupérer son couvre-chef. Il passa devant elle avant de se stopper et commença à la regarder. Awi avala sa salive, elle n’avait pas forcément envie de l’avoir trop près d’elle.


« Maintenant, vous êtes libre de faire ce que vous voulez. Vous êtes libre de le dépecer, de mettre sa tête en trophée au-dessus de votre jolie petite cheminée. Ce que vous voulez. »

Awi hocha la tête et le regarda prendre la sortie du cimetière. Elle murmura un léger

« - Merci »

que le vent porterait peut être (ou pas) aux oreilles de cet étrange démon. Awi regarda le corps reprendre sa forme humaine. Elle ne pouvait pas le laisser là, comme ça, cela attirerait les soldats du Roi… et les villageois se poseraient bien des questions.

*- Il faut lui arracher son coeur

- Quoiiiiiiiiiii ? Mais c’est dégueu !

- Ne fais pas ta chochotte et si tu ne le fais pas, il pourra reprendre vie, ne te souviens tu donc de rien ? *

Awi déglutit et reprit sa dague dans sa main gauche pour ouvrir le corps et en retirer le cœur. C’était juste répugnant.

*- Et maintenant ?

- Tu as une urne dans ton sac, pauvre idiote, met le dedans *

Awi ouvrit son sac en bandoulière et remarqua l’urne qu’elle n’avait jamais vue auparavant. Par la barbe de l’oncle borgne comment avait-elle atterri dans son sac ? Elle y déposa le cœur et referma le tout. Beurk !

Elle trouva une pelle, sûrement oubliée par le fossoyeur, et commença à creuser un trou. Elle y traina le cadavre puis le fit tomber dedans. Elle recouvrit le corps de terre et alla chercher la croix qui lui avait servit d’arme afin de la planter devant la tombe.

Elle soupira profondément.

*- Ca s’est fait ! *

Elle regarda l’autre macchabé et se demandait comment elle allait faire. Il ne voyait qu’une unique solution. Elle sortit une bouteille de son sac et versa le contenu sur le corps et sur l’espèce de pieu végétal. Après plusieurs essais et de longues et interminables minutes, elle finit par réussir à produire une étincelle.

Elle s’éloigna et s’assit sur une pierre tombale afin de regarder le spectacle. Le feu l'attirait autant qu'il lui faisait peur mais une chose est sûre, il purifiait les êtres et les terres pour leur offrir une deuxième vie. Elle sortit une petite fiole de son sac et but une gorgée. Elle se demandait où était passé la troisième personne… Était-il parti ? Avait-il suivi dans l’ombre le moindre de ses mouvements ? Peu importe, elle attendait juste que le jour se lève et elle aussi quitterait ce lieu pour le laisser dans le silence et le repos éternel qui le caractérisait tant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Une affaire louche   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une affaire louche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Collines-