''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyVen 25 Mai 2012 - 1:49

Le soleil brillait très fort, chauffant ainsi tout ce qu'il couvrait. Or, dans ces grandes plaines, il n'y avait que très peu d'ombre. Gigantus brûlerait donc le doigt qui oserait le toucher, mais ça... ça n'était ni important, ni bien grave. Car, premièrement, personne ne le toucherait. Ensuite, l'animal ne ressentait que très peu la chaleur. Il était chanceux. On pouvait s'en apercevoir lorsque l'on voyait ces êtres verts courants, transpirants comme des gourdes d'eau pleines de trous.

Ces êtres verts, c'étaient des orques. Certes, ils étaient bien loin de chez eux. Mais ils avaient maintes bonnes raisons pour visiter les terres plates de feleth. Beaucoup d'or, de villages à piller. La plupart des humains étaient, en effet, effrayés en apercevant ces créatures. La plus part des vivants de ce monde auraient associé Gigantus à ces peaux vertes, mais ils auraient fait erreur. Car le rhinocéros ne se reconnaissait pas le moins du monde en eux.

Ils étaient petits, chétifs, ou du moins ceux-ci l'étaient. Sauf leur chef. Il était grand et peu courageux, il n'avait probablement de respect pour personne et en avait encore moins pour ses congénères et ses proches. Il était, psychologiquement, tout le contraire du rhinocéros. Celui-ci secoua la tête lorsque toute cette bande s'arrêta. Ils avaient enfin réalisé qu'ils ne sèmeraient pas leur poursuivant. Ils n'avaient pas peur mais ne se sentaient pas en confiance non plus. Ces choses étaient très étranges, surtout pour Gigantus qui avait énormément de mal à les comprendre. Le mercenaire se releva tout de même, face à eux. Ils étaient quinze, mais Gigantus apprit à maintes reprises que le nombre n'avait guère d'importance.

" Le village duquel je vous ai expulsé m'a promis tout l'or du monde si j'en finissais avec chacun d'entre vous ! Alors faites vos prières ! " leur cria-t-il sans même savoir s'ils le comprenaient. C'est ensuite son marteau qu'il lança, car ils ne répondirent rien et n'attaquèrent pas non plus.

Stratégiquement, il parait que de laisser l'ennemi attaquer le premier est défendable. Cette logique n'en avait aucune pour le rhinocéros, c'était une simple preuve d'infériorité, de peur, ou d'autre chose. Peu importe ce dont quoi c'était la preuve, ça n'avait pas réussit à l'orque qui s'était prit le marteau dans la poitrine. Celui-ci était désormais allongé sur le ventre, s'étant retourné dans sa chute. Autour de son cadavre s'étendit, très rapidement aspirée par la terre asséchée, une flaque de sang à la couleur assez douteuse. Le guerrier cornu avait toutefois d'autres choses auxquelles penser. Quatorze autres choses pour être précis.

Se battre dans un tel lieu était une chance. Rien ni personne ne pouvait arrêter le combat, car cet endroit était particulièrement calme. Le climat y était à peu près constant, les chances d'y rencontrer un inconnu étaient proches de zéro. Il n'y avait que peu d'élément perturbateur, la nature n'y était pas en rage et les bruits se faisaient oublier en cette aire gigantesque. Rien à y redire, il n'y avait pas plus calme et sain comme lieu de vie.

Le combat ne faisait cela-dit que commencer.


Dernière édition par Gigantus Corne le Mar 16 Oct 2012 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyVen 25 Mai 2012 - 14:49

[tu me dis si c'est bon !]


Melley avançait paresseusement derrière Lyme. Elle en avait marre, elle avait chaud et elle voulait savoir ou il l'emmenait et pourquoi. Cela l'énervait, mais l'excitait également. Sa curiosité était à vif. Une autre personne n'aurait pas suivit le Rebelle. Elle si. Il l'avait réveillée tôt le matin, la faisant sursauter. A chaque fois elle croyait que le Roi les avait trouvés et qu'à présent, il envoyait ses hommes.

Hommes qu'elle revoyait la nuit, dans ses cauchemars. Depuis la mort de ses parents elle vivait avec et ne l'avait jamais dit à Lyme. Elle lui devait bien assez pour ne pas en rajouter. Ils étaient donc dans les Grandes Plaines de Feleth, dans les Collines, plus précisément. Endroit méconnu pour elle. Elle pensait donc que Lyme avait fait exprès de le choisir, disant qu'il voulait qu'elle "voit du pays". Et dans les Plaines, il y avait très peu de chose à voir. Des bandes de sable qui se perdaient à l'horizon, quelques petits arbustes chétifs et rabougris, des rochers qui devaient être brûlants, de rares animaux qui survivaient tant bien que mal…

Et le soleil tapait fort, la faisant plisser des yeux. La selle brûlait ses cuisses et elle gigotait sans cesse pour changer légèrement de position. Elle essuyait la sueur sur son front d'un revers de main toutes les cinq minutes. Ses cheveux, retenus en une longue tresse, collaient un peu à sa tête. Et lui, devant, restait droit sur sa selle, comme si le soleil ne l'incommodait pas plus que cela.

Tout ce qu'il avait dit, c'est qu'ils partaient en expédition, pour parfaire l'entraînement, pour la confronter à de vraies situations. Son arc était donc attaché autour de ses épaules, son carquois plein de flèches à sa ceinture, pendouillant dans le vide, son couteau dans sa botte et sa dague de l'autre côté de la ceinture. Plus faible au corps à corps, elle savait tout de même garder un ennemi à distance. Même si elle se demandait quels ennemis pourraient venir dans ses plaines ou tout n'était que chaleur et désolation.

Perdue dans ses pensées, elle ne vit pas que Lyme s'était stoppé et le dépassa de deux bons mètres. Attendant qu'il arrive à sa hauteur, elle lui sourit, gênée, mais il semblait concentré sur autre chose. Et elle aimait bien le voir ainsi. Ses cheveux poivre-et-sel brillaient et les rides qui se formaient sur son front alors qu'il réfléchissait lui donnaient un air, important.


-Observe. Dit-il.

Il faisait toujours comme cela lorsqu'il fallait qu'elle comprenne quelque chose seule. Un mot et allez débrouillez-vous avec.
Elle se concentra donc sur l'environnement, cherchant un indice plus sonore que visuel. Le soleil brillait trop pour qu'elle distingue quoique ce soit. Elle plissa les yeux. Oui…un bruit de…de combat ?

-Un combat ? Tenta-t-elle.

-Oui. Viens.

Il éperonna sa monture pour lui faire prendre un trot soutenu, qu'elle suivit sans peine. Le bruit augmentait au fur et à mesure. Des grognements gutturaux, du métal qui se rencontrait, des soupirs d'agonie…D'un coup, elle ralentit la cadence.
Elle voyait encore la tête de sa mère voler à travers la pièce. Et elle ne voulait pas revoir quelque chose de semblable. Lyme l'avait toujours tenue loin des missions, la jugeant trop instable et trop débutante pour. Il ne lui avait jamais rien raconté sur ses propres faits au sein du groupe et elle n'imaginait que trop bien les combats qu'il avait déjà dû livrer, le sang qu'il avait fait couler, les vies s'écouler entre ses doigts…
Et là…elle était paralysée sur son cheval. Lyme revint subitement, mis sa main derrière sa nuque et la posa contre son épaule, comme à chaque fois.


-Tu n'as rien à craindre. Je suis là. Ce n'est pas la même situation.

Elle inspira avant de répondre.

-Je sais…mais je…je ne sais pas…

Il lui coupa la parole.

-Si tu sais. Tu vas me suivre et l'on va voir ce qu'il se passe. Prend ton Arc et encoche une flèche au cas où. Tu vas y arriver.

Il la relâcha et elle acquiesça, plongeant son regard bicolore dans celui, noir, de son mentor. Il y avait tant d'assurance, de force et de soutient, qu'elle se mordit la joue. Elle ne devait pas le décevoir.
Elle dégagea son arme, prit une flèche qu'elle encocha, sans pour autant tendre la corde. Et rien que le fait de sentir l'empennage de la flèche, le bois de l'arc, de sentir leur murmure au creux de ses doigts, lui redonna la force de continuer. Elle y arriverait.

Ils se remirent en route. Le combat continuait toujours. Et lorsqu'il fût en vue, Melley se retint de hoqueter. Elle avait sous les yeux une scène qui sortait de l'entendement. Une dizaine d'êtres, petits, chétifs, à la peau verte s'agglutinaient autour de leur adversaire, bien plus grand qu'eux.
Quelques corps étaient au sol, démembrés pour certains, juste étalés pour d'autres.
Elle reporta son attention sur le combattant…au moins deux mètres, il avait deux cornes sur sa…gueule, des mains d'hommes et des jambes d'animal. De rhinocéros plus précisément. Il était énorme ! Et ses muscles…gigantesques ! Il aurait du les mettre en pièces en un rien de temps alors ! Elle était d'avis de continuer sa route. Il n'avait pas besoin d'eux et, qui sait comment il réagirait ? Mais Lyme la fît déchanter :


-Tire. Vise bien.

Ses mains, impulsivement, bandèrent l'arc. Elle fît le vide en elle, comme à chaque fois, se mettant dans une bulle ou n'existait plus qu'elle, sa flèche et sa cible. Elle visa une bestiole qui tentait de sauter sur le dos du rhinocéros. Ses doigts se déplièrent, libérant le trait mortel. La bête s'écroula, la flèche dans la poitrine.
Et Melley en tua une autre avant même qu'elle soit au sol.

Le rhinocéros les avait vus à présent, mais ne s'était pas laissé déstabiliser. Il continuait à hacher menu les créatures. Les questions seraient donc pour après. Lyme ne bougeait pas, regardant Melley comme le combat. Mais elle savait que tous ses muscles étaient tendus, qu'il était prêt à agir si le besoin se faisait ressentir.

Bientôt, il ne resta plus qu'un être vivant, qu'elle abattit d'une flèche entre les yeux. Le silence qui s'installa après le vacarme de l'affrontement était assourdissant. Elle n'avait pas l'habitude. Et elle venait de tuer des êtres vivants. Certes, ils étaient sans doute vils et dénués d'humanité, mais elle avait tué. Que ressentirait-elle, le jour ou elle devrait tuer un homme, une femme ou pire…un enfant ?

Rangeant son arc, elle suivit Lyme qui descendit de cheval. Elle était tentée de récupérer ses flèches, mais n'osait pas esquisser le moindre geste qui aurait pu paraître suspect au rhinocéros. Lyme se mit devant lui, comme si de rien n'était, le regarda en penchant la tête en arrière, et lui dit :


-Beau combat, monsieur. Désolé si nous sommes intervenus contre votre volonté, mais mon élève ici présente avait besoin d'un petit échauffement.

Elle le regarda, bouche bée. Elle était devenue son élève maintenant ? Oui, bon en y réfléchissant, elle l'avait toujours été. Il n'avait jamais prononcé le mot, tout simplement. Mais qu'entendait-il par "échauffement" ?

Elle sourit au rhinocéros et resta silencieuse et immobile. Avec son marteau, leurs têtes se décolleraient encore plus vite de leur colonne vertébrale, s'il le décidait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyDim 27 Mai 2012 - 23:47

Plus de la moitié des ennemis avaient été tués par les deux inconnus. Enfin, c'est ce que pensait le rhinocéros avant que ceux-ci s'approchèrent et lui adressèrent la parole.

Ainsi donc, elle était la seule avoir combattu à ses cotés. Cette jeune femme était surement très habile avec son arc. Cela dit, les deux étrangers avaient l'air de considérer la bête qu'il était. Malgré tout, ils n'avaient pas eu beaucoup de considération pour ces êtres verts, aussi avides et viles étaient-ils. Gigantus se mit donc au travail sans leur répondre, attachant les pieds de chaque mort les uns aux autres pour en faciliter le transport. La scène était silencieuse, elle rappelait le déplacement des cadavres des criminels des pendus dans les grandes villes de feleth. Une scène glauque, puant la mort et sensée être emplie de symboles et de sentiments. Mais il n'en était rien.

L'animal prit finalement la parole, d'un ton assez dur et réprobateur des derniers mot du garçon.

" Pardonnez-moi, mais il me semble que les plaines soient un endroit bien mal choisi pour ce genre d'échauffement. "

Cette manière de parler, un peu accusatrice, était due au fait qu'ils aient tué ces peaux-vertes par simple désir de tuer. Contrairement à lui, à qui l'on avait mandé de le faire. Il rendait service, il les tuait pour le bien d'autrui. Alors... si la véritable raison des meurtres multiple de cette femme était la simple envie d'un entraînement... Gigantus n'avait pas les mêmes valeurs que celle-ci.

Il se mit donc à traîner les cadavres, dont certains avaient eu une plus mauvaise mort que les autres, pour les présenter comme preuve aux habitant du village attaqué. Ne pouvant cela-dit se retirer si lentement sans dire au revoir aux seules autres êtres-vivants dans les alentours, il posa une question comme pour apaiser l'ambiance lourde qu'il avait lui-même imposé à tous et chacun.

" Et qu'allez-vous faire maintenant ? Tirer dans le vide ? "

Il lança cette question de rhétorique avec un soupçon d'ironie mêlée à un peu de moquerie dans la voix. Ces mots s'interrompirent sur un hoquet du à un rire étouffé trop tôt. Tout en se retirant tout de même, laissant le choix à ces deux nouvelles rencontres de le suivre ou non. Le destin était son propre chef, et le rhinocéros n'était pas du genre à le bousculer. Du moins, il ne s'en sentait pas d'humeur en ce jour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyLun 28 Mai 2012 - 13:22

Le rhinocéros ne prêta aucune attention ni à Lyme ni à elle. Cela la stupéfia. Il commença, au contraire, à prendre les cadavres et à attacher leurs pieds. C'était une tâche morbide, qui la dégoûtait. Comment pouvait-on faire quelque chose de semblable ? Ce n'était que des animaux, certes, vils et cruels, oui, mais ils méritaient tout de même une mort paisible.
Alors que c'était elle-même qui leur avait fauché la vie.
Elle regarda vers Lyme, pour le sonder, voir ce qu'il convenait de faire. Mais il restait impassible, observant l'animal. Alors elle attendit patiemment, jusqu'à ce que l'autre prenne enfin la parole :


-Pardonnez-moi, mais il me semble que les plaines soient un endroit bien mal choisi pour ce genre d'échauffement.

Melley fronça les sourcils. Le terme d'échauffement était purement ironique ! Lyme lui avait dit d'aider le rhinocéros c'est tout ! Si les créatures étaient passées à côté d'elle, sans animosité, elle les aurait laissées en paix. Elle serra le manche de son Arc pour se calmer. Et l'autre qui restait immobile à observer la bête !
Elle voulait hurler, dire les quatre vérités à cet animal, lui dire qu'elle l'avait juste aidé, rien de plus, mais elle se retint. Cela ne ferait qu'attiser sa colère et propulser son marteau sur leur crâne.
Il commença à marcher, traînant les cadavres derrière, lorsqu'il dit :


-Et qu'allez-vous faire maintenant ? Tirer dans le vide ?

Il étouffa un rire, ce qui énerva un peu plus Melley. Puis il continua sa route. Elle imita Lyme qui se remettait en selle. Mais, contrairement à ses attentes, il se dirigea vers le rhinocéros. Ils le rattrapèrent aisément. Assise sur le cheval, Melley avait la même taille que lui et pouvait l'observer.
Il avait une peau de rhinocéros, et de longues cornes sur le nez. Elles étaient belles tout de même. Et personne ne disait rien. Alors Melley prit l'initiative de s'excuser.


-Je me nomme Melley. Et je suis navrée si nous vous avons dérangé. Mais je n'ai fait cela que pour vous aider. Je n'aime pas tuer.

Elle avait rajouté les derniers mots sans savoir pourquoi. Parce qu'elle n'avait jamais tué auparavant, elle ne pouvait pas savoir si elle aimait ou non. Mais la vision de ses parents lui donnait tout de même une quasi-certitude. Elle n'aimait pas et ne le faisait que contrainte.

-Et voici Lyme. Rajouta-t-elle en présentant son mentor.

Celui-ci regardait droit devant lui. Mais il écoutait tout de même. Et, curieuse comme elle l'était, elle ne put s'empêcher de poser l'une ou l'autre question :

-Puis-je savoir ou vous vous rendez avec les…enfin…les cadavres ?

Peut-être les ramenaient-ils pour les cuirs ? Non…elle en doutait. Pour recevoir de l'argent ? Lyme lui avait parlé de Mercenaires. Des gens qui tuent pour de l'argent. Qui aident des gens aussi. Peut-être était-il l'un d'eux. Cela expliquerait ses paroles.
Elle reporta son attention sur l'horizon. Le rhinocéros n'était pas bavard, ou alors il le faisait exprès, ou encore ils l'ennuyaient et il cherchait un moyen de les renvoyer…
Le paysage ne changeait pas. Tantôt des herbes, tantôt du sable, parsemé de rochers et d'arbres. Rien d'extraordinaire. Et Lyme qui n'ouvrait plus la bouche…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMer 30 Mai 2012 - 0:54

Elle n'aime pas tuer, c'est ce qu'elle disait. Personne n'aimait tuer, personne n'aimait donner la mort. La seule chose que l'on pouvait apprécier, c'était les conséquences de la mort de l'ennemi. Parfois plus valeureuses, comme un ami défendu, un citadelle tenue. Parfois de moins belles choses telle qu'une famille triste, une vengeance accomplie ou encore le chaos imposé. Bref, Gigantus savait bien que cette simple humain n'aimait pas la mort. Elle n'y connaissait probablement rien. Là était, à coup sur, la raison pour laquelle elle n'avait eu aucun sentiment à tuer ces êtres, aussi peu humains soient-ils. La différence entre cette femme et le rhinocéros était qu'il ne mettait pas une race ou une autre sur un pied d'estale. L'humain n'était rien de plus q'un être, un animal parmi les autres. Ne sachant se défendre de lui-même, l'on lui donnait une sorte de génie pour pouvoir se débrouiller. Voilà l'opinion que Gigantus avait de l'humain, ni plus ni moins.

Melley et Lyme étaient leurs noms. Rien d'extraordinaire, à priori. Sauf peut-être le fait qu'ils les dévoilent dès leur rencontre avec la bête pourtant si différente, si "louche". Ils ne se souciaient pas de garder leur identité secrètes. Savaient-ils seulement ce qui se passait à peu près partout dans ce monde ? Ne comprenait donc-t-ils pas pourquoi la plupart des hommes savaient se servir d'arme aujourd'hui ? La violence est partout, et la plupart des combats ne sont menés par des militaires. La violence la plus récurrente n'est pas celle des grandes guerres, elle n'est pas appliquée au nom d'idéaux. Dans les terres de Feleth, la violence était nécessaire pour une grande partie des citoyens, quel que soit leur rang. Tuer pour vivre, tabasser pour manger, semer le chaos pour persister. Il fallait jouer son rôle dans cette perpétuelle rébellion sans sens.

Oui, tout le monde était en rébellion, contre tout et tout le monde. Il n'y avait de mouvement qui convenait aux oreilles de Gigantus, car chacun des grands mouvements, des groupes connus avaient leurs arguments pour se défaire des autres. Pourquoi donc ne pas tenter de faire en sorte que tout aille pour le mieux ? Pourquoi toujours procéder par le mal ? Parce c'est là le plus facile pour l'humain, toujours dans l'optique de la survie. Non, il n'avait rien de différent d'un animal, du moins pas aujourd'hui, pas dans ce monde-ci.

Melley posa une question sur la destination qu'ils avaient, lui et ses cadavres. Il leva la tête légèrement comme réfléchissant à la manière de formuler sa petite histoire.

" Ces orques viennent des hautes terres, comme la plupart des orques aujourd'hui. Ils sont descendus pour piller et profiter de villages et de villageois. Je me rends au village qui a eu la chance de me rencontrer. " Fit-il finalement pour s'expliquer. Il n'avait rien à cacher. Les villages faisaient souvent recours au service de mercenaires pour se défendre. Non pas qu'ils en étaient eux-même incapables, mais surtout parce qu'ils ne voulaient pas passer leur vie à se battre pour celles-ci. Encore moins passer leur vie à se salir les mains, ils préféraient donc -bien évidemment- que d'autres le fassent pour eux.

Mais, aussi fréquentes soient ce genre de missions, beaucoup de mercenaires n'en revenaient pas. Soit parce que la date de leur contrat s'allongeait sans jamais prendre fin, soit parce que les ennemis de ces villages n'étaient pas de simples pillards. Le plus souvent, les envahisseurs n'étaient pas de simples pauvres cherchant à se faire de quoi manger en procédant à tout acte de violence rémunéré. Il s'agissait souvent de véritables bandes cherchant soit à se faire un nom, soit à asservir les communautés. Le royaume se faisait silencieux, lui qui se considérait comme suprême à toutes ces terres qui s'étendaient sous le même soleil. Ils étaient puissants et connus, reconnus, mais Gigantus n'en avait croisé les forces qu'une fois et... à lui seul, il n'en a fait qu'une bouchée. Un souvenir marquant et pas forcément très joyeux malgré la fin heureuse.

Il continua à trainer la dizaine de cadavres sur la terre sèches des plaines, propices à un repos bien mérité... Le mercenaire pensait à y retourner une fois sa quête terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMer 30 Mai 2012 - 18:49

[j'espère que cela te va ! sinon dis le et je change ^^ je fais légèrement bouger les choses aussi tu me dis...Et mon PNJ si jamais tu peux le faire bouger....]



-Ces orques viennent des hautes terres, comme la plupart des orques aujourd'hui. Ils sont descendus pour piller et profiter de villages et de villageois. Je me rends au village qui a eu la chance de me rencontrer.

Cela confirmait donc sa théorie du Mercenaire. En revanche, elle le sentait distant. Trop distant. Et elle se sentait petit à petit mal à l'aise. Ils le gênaient, elle en aurait mis sa main à couper. Le rhinocéros restait à côté des montures sans peine, et Melley se prit à regarder à nouveau Lyme. Lui étudiait le paysage. Elle aurait voulu lui parler, lui demander pourquoi ils restaient avec le rhinocéros alors qu'il voulait rester seul, mais elle ne pouvait pas.

Alors elle se résigna une nouvelle fois. Le lieu était paisible, comme hors du temps. Oui, hors du temps. Du temps actuel. Parce que Lyme lui avait dépeint un tableau bien sombre du Royaume depuis qu'il l'avait prise sous son aile. Avant, elle vivait comme dans un cocon, ayant à peu près tout ce qu'il lui fallait, allant du simple vêtement, en passant pas la nourriture pour s'arrêter à l'amour que lui donnait ses parents. Ils ne l'avaient jamais jugée à cause de ses yeux vairons, surtout jaune et rouge, couleurs encore moins habituelles, et l'avait même défendue lorsque les jeunes l'embêtaient à cause de cela. Et puis…tout avait basculé. Ils étaient morts sous ses yeux. Une seconde ils étaient souriants, et celle d'après…plus que deux cadavres se vidant de leur sang sur le parquet de la maison.

En fait, elle se souvenait encore des bras de Lyme la réconfortant, la berçant pour qu'elle se calme et finalement la soulever de terre pour l'emmener avant que d'autres Capes Blanches ne rappliquent. Lyme était le seul ami qu'elle avait. Et il était bien plus qu'un ami. Elle ne savait pas s'il s'en rendait compte. Mais s'il devait lui arriver malheur…elle ne s'en remettrait pas.

Et Le Royaume qui plongeait dans le chaos par tous ses pores…toutes les excuses étaient bonnes pour tuer, du simple fait de défendre quelqu'un ou une propriété en allant jusqu'à tuer pour le pouvoir, voire même pour le simple plaisir de tenir une vie entre vos doigts, de la voir s'écouler lentement, de voir les yeux de votre victime devenir vitreux, de sentir son dernier spasme de vie, de retenir son dernier souffle…

Elle frissonna à cette pensée. Comment pouvait-on ? A l'époque, elle était tellement en colère qu'elle avait voulu retrouver les Capes Blanches et tous les tuer pour les voir morts et venger ses parents. Mais Lyme l'avait rendue à la raison. De un, elle n'était pas assez forte et ne le serait jamais pour tous les tuer, de deux, la mort ne devait pas être un plaisir et de trois, cela n'aurait pas fait revenir ses parents. Aussi s'était-elle entraînée, pour pouvoir aider ceux qu'elle pourrait. Les rebelles déjà. Elle n'en avait vu aucun à ce jour. Chacun œuvrait de son côté, anonymement. Alors dès qu'un Cape Blanche ou un fervent partisan du Royaume était retrouvé mort étrangement, elle souriait faiblement en pensant aux rebelles et les remerciaient des dangers qu'ils prenaient pour sauver les innocents de ce Roi fou.

Perdue dans ses pensées, elle sursauta lorsque Lyme dit :

-Nous arrivons dans le village. Tu restes près de moi d'accord ?

Le rhinocéros était un peu plus devant, aussi ne l'avait-il sans doute pas entendu.

-Mais pourquoi restons-nous ?

-Pour que tu apprennes quelque chose. Vois, écoute et sens. Maintenant viens.

Elle haussa les sourcils mais suivit la cadence et ils rattrapèrent l'animal qui entrait avec les cadavres traînant derrière lui. Les villageois le félicitèrent et le remercièrent chaleureusement. Puis il reçu de l'argent. Melley regardait le tout du haut de sa selle, ses yeux englobant tous les citoyens, du plus pauvre paysan en haillons aux riches commerçants en brocart doré. Et, lorsqu'elle descendit, tous l'observèrent et hurlèrent presque en la montrant. Elle entendit une vieille dire :

-Un démon ressuscité. Méfiez-vous et ne le mettez pas en colère. Surtout pas. La fureur d'un démon est atroce.

Melley fronça les sourcils et regarda Lyme qui lui fît signe de ne pas s'en préoccuper. Mais elle ne pouvait pas laisser passer ! Il fallait qu'elle leur dise qu'elle était tout ce qu'il y a de plus humain ! Comme eux ! LE rhinocéros la regardait aussi, et c'est comme s'il la découvrait pour la première fois. Elle, elle se sentait oppressée sous tous ses regards, comprimées par leurs jugements intérieurs. Jamais les gens n'avaient réagis ainsi. Même les voyous qui l'embêtaient à l'époque.
Elle tremblait et serrait les rênes de son cheval à s'en blanchir les phalanges.

Elle voulut fuir, se cacher, s'arracher ses maudits yeux, mais les villageois étaient partout. Et tous la fixaient. Lyme se mit à ses côtés, ce qui la rassura un peu. Mais juste un peu. Parce que c'était à cause de lui ! Ils auraient pu continuer leur chemin ! Non, il avait voulu continuer avec l'animal, qui était à côté de la vieille. Les enfants pleuraient, pour les plus jeunes, croyant leur mort imminente.

Son cœur s'affola et, sans qu'elle se contrôle, elle prit les rênes, tira un coup sec et fendit la foule, se frayant un passage. Enfin…ils la laissaient passer, mettant le plus de distance entre elle et eux. Elle chercha une cachette et la trouva, derrière un arbre massif, près des murailles. Elle se cala contre son tronc, mit ses jambes contre sa poitrine et attendit. Attendit que tous oublient et retournent à leurs occupations. Attendit que Lyme les apaise ou du même le tente. Son cheval se mit à brouter l'herbe qui poussait, tranquillement. Elle sortit sa dague et se regarda dans la lame. L'image était déformée, certes, mais elle voyait nettement ses yeux se refléter dedans. Un jaune, un rouge…Elle les avait toujours aimés et trouvés superbes. Ils étaient sa fierté secrète, parce que grâce à eux elle était encore plus unique que tous les autres. Et sa mère lui avait une fois dit : "le jaune représente le soleil du matin, le nouveau jour qui se lève, une nouvelle histoire de ta vie. Le rouge représente le coucher du soleil, la fin du chapitre. Si l'on va plus loin, il peut représenter le sang qui coule tous les jours partout dans le Royaume."

Maintenant, elle pensait surtout que le rouge était le sang versé et le jaune la lumière de la mort. Elle était tout de même sous le choc. Jamais personne n'avait réagi aussi violemment. Jamais…
Et là tout le village s'était automatiquement rebiffé contre elle. Ils l'avaient jugée, sans rien savoir. Elle n'aimait pas ce genre de comportement.

Elle redressa la tête lorsqu'elle entendit des bruits de pas. Elle vit Lyme approcher et s'asseoir en face d'elle.

-Je veux partir d'ici. Je veux visiter les plaines. Avec toi. Murmura-t-elle.

Il caressa sa joue, tendrement.

-Non. Il faut affronter le regard des autres. Ils devront te prendre comme tu es. Je sais que c'est dur pour toi. Tu n'as jamais connu ce jugement. Mais ce n'est ni le premier ni le dernier. Il faut que tu t'y habitue. Tes yeux ne sont pas communs, même si dans ce monde trop de chose ne le sont plus non plus. Les citoyens ont peur chaque jour. Mets-toi à leur place. Réfléchis.

Il la regarda, lui transmettant sa force, une nouvelle fois. Elle aimait se fondre dans les méandres de son regard et y puiser le courage qui lui manquait tant. Et elle réfléchit. Elle était sûre qu'elle aurait peur, si un jour elle croisait un homme ou une femme avec des yeux comme les siens. Mais elle ne ferait pas ce que la vieille avait fait. Elle ne hurlerait pas à qui veut l'entendre que c'est un démon. Non, d'abord elle enquêterait, assouvirait sa curiosité naturelle, et ensuite se forgerait une opinion. Et il avait raison. Il fallait qu'elle s'y habitue. Elle n'avait jamais pensé avoir un rendu pareil sur les gens. Maintenant, il fallait faire face.

Elle entendit les pas lourds du rhinocéros approcher. Qu'allait-il dire ? Ou faire ? Les villageois lui avaient-ils ordonné de la tuer ? De les débarrasser du démon, pour éloigner les mauvais présages ?
Elle eut peur. Mais Lyme était avec elle. Il regardait lui aussi l'animal, mais ne semblait pas inquiet. Mais lui aussi pouvait se tromper. Elle se releva lentement. Si combat y avait, combat elle perdrait. Autant que le rhinocéros la tue debout. Au moins elle aurait gardé sa dignité jusqu'au bout. Elle regardait le marteau qui pendait dans la main de l'animal, remontait aux cornes et le regardait dans les yeux. Elle inspira un grand coup. Il était Mercenaire. L'appât de l'argent était bien plus important que la vie d'une minable jeune femme. Alors elle attendit, Lyme à ses côtés. Elle espérait juste que le rhinocéros ne lui fasse rien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMer 30 Mai 2012 - 23:49

Les villageois lui avaient donné son argent et leur respect. Il n'était qu'une bête unique en son genre. Dans ce monde, il n'y avait pas deux animaux doués de parole. Il était bel et bien le seul à pouvoir s'en vanter ouvertement. Mais se "vanter" n'était pas le mot juste. Ces vieux paysans n'avaient pas voulu de ses services avant de se rendre compte qu'il n'y avait que lui de réellement assez fort dans les environs, le seul mercenaire vraiment capable, en tout cas. Ce jour ci était donc bon pour le monstre qu'il était, ayant gagné le respect d'une communauté entière, se faisant ainsi une source de clients fidèles de plus.

Ceux-ci virent cela dit en la fille un autre démon, comme quoi ils en voyaient partout. La moindre différence chez autrui éveillaient en eux une peur déraisonnée. C'était là la différence entre les gens de la ville et ceux des villages fermés, ces endroits où les étrangers n'étaient guère les bienvenus. Ces endroits où les gens n'allaient de toute manière jamais. Il n'y avait rien à y voir, rien d'intéressant à y trouver. Sauf exception. Ce village-ci n'avait rien d'une exception à cette règle. Tout ces gens, vieux ou jeunes, étaient doté d'un esprit obtus, n'acceptant rien de nouveau ou d'inconnu. La jeune fille qu'était Melley s'enfuit, en larme, à la vue de leur regard. Leurs mots étaient probablement blessants aussi. Mais pleurer pour si peu... Non, le rhinocéros n'accordait pas de pitié pour l'archer. Non, elle ne dirait pas aux villageois de se taire, car qui sait ? Peut-être était-elle vraiment un démon ?!

Quoi qu'il en soit, lorsqu'il en eu fini avec la tractation des cadavres, sont paiement, et la remise de diverses coordonnées pour qu'ils puissent le recontacter, Gigantus se dirigea vers l'arbre abritant ses deux nouvelles connaissances. Il laissa tomber son marteau au sol, celui-ci ne produit aucun bruit, trop lourd pour produire une quelconque vibration sur ce sol moelleux fait d'herbe et de terre. Il plia ses fortes pattes et posa ses mains sur ses genoux en dévisageant la femme blessée. Il ne faisait guère attention à Lyme, celui-ci était inoffensif. Il se taisait et se contentait d'observer. Il n'agirait pas, même si la vie de sa protégée était en jeu, Gigantus les connaissait, les hommes de cette trempe là.

Mais ce personnage lui importait peu, l'important était de dire, d'expliquer les choses à cette dame en pleures.

" Melley. " fit-il d'une voix rauque, produisant comme un silence tout autour de lui. " Tu es différente. Mais tu n'es pas la seule à être dans ce cas là. " ajouta-t-il.

Elle était probablement au courant de tout ceci, le monde de Feleth n'avait plus de queue, ni de tête depuis bien longtemps maintenant. Beaucoup de choses s'étant produites. Beaucoup de maléfices y ayant été jetés. " Je suis un homme à moitié bête. Crois-tu que les hommes effrayés me rendent aussi triste, aussi coléreux que tu l'es en ce moment ? "

Elle s'était enfuie à cause de son sentiment de honte, elle se cachait maintenant pour se remettre les idées en place. Melley savait pourtant pertinemment qu'elle n'avait pas à avoir honte. Il était une chance d'être différent, d'être unique. Personne d'autre ne pouvait être ce qu'elle était. Alors... À la place de s'effondrer lorsque les gens, des simples inconnus soit-dit en passant, s'en rendent compte, elle devait en tirer avantage. Elle le savait, surement, mais il fallait que l'on le lui répète. Il fallait que l'on lui donne l'occasion de s'imposer, histoire que sa mémoire soit marquée par toute cette morale... histoire qu'elle n'aie plus ce mal en elle, ce mal en ses yeux.

Là, elle baissait la tête, elle l'écoutait peut-être, mais c'était tout comme le contraire. Il lui posa sa grande main sur le front pour le lui pousser, la forcer à relever le visage. Elle avait les joues de couleurs plus chaudes que son teint. L'archer était pas mal secoué par tout ce qui venait de se passer. Mais, chance, elle n'avait pas mal réagit au fait qu'il la force à le regarder. Au fait que, désormais, il lui perçait le regard avec le sien, ses yeux noirs, uniquement noirs. Des yeux d'animaux en colère. Même si la colère était un sentiment qui ne lui faisait que très rarement défaut. Seule une personne l'avait vu en colère, et il commençait à admettre qu'il ne la reverrait plus jamais.

" Tu es unique et c'est un cadeau. Quiconque te diras le contraire aura perdu son droit à ton estime. " dit Gigantus pour reprendre la parole. " Nombreux sont les hommes qui l'accepteront et décèleront tes qualités plutôt que de s'arrêter à tes différences commas les ermites des villages des plaines. " fit-il, comme pour la consoler. Mais ça allait plus loin. Il tentait de lui donner une leçon de vie, même si il n'était pas très bon pour les discours. " Tu es différente mais tu n'as rien d'un monstre. Alors ne sois pas si touchée par de tels propos... ce serait leur donner raison. "

C'était là la fin de son discours. Il se redressa comme pour le définir et reprit son marteau sans vraiment attendre de réponse. Il devait retourner à Madorass, désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyJeu 31 Mai 2012 - 19:14

Le marteau tomba lourdement au sol et ce sans bruit, étouffé par l'herbe. Melley sentait les larmes sur ses joues. Et pourtant, elle n'avait pas voulu pleurer. Pas pour cela. Il y avait bien plus grave sur terre. Mais elle n'avait pu les retenir. Le rhinocéros parla, grave, mais si sage :

-Melley. Tu es différente. Mais tu n'es pas la seule à être dans ce cas là. Je suis un homme à moitié bête. Crois-tu que les hommes effrayés me rendent aussi triste, aussi coléreux que tu l'es en ce moment ?

Il avait raison en plus. Il avait du souffrir de bien plus d'insultes, de regards, de moquerie durant toute sa vie qu'elle. Et était misérable, dans ce cas, de se laisser aller à cause de parfaits inconnus, alors qu'il y avait plus grave. Lyme ne disait rien non plus. Il n'y avait plus qu'eux trois dans le village. Eux trois, avec la sagesse du grand rhinocéros.
Elle baissa la tête, honteuse d'elle-même. Elle aurait dû affronter les regards, leur dire quelque chose, tirer profit d'une quelconque manière, mais non. A la place, elle s'était lâchement enfuie, laissant même des larmes perler sur ses joues.

Elle sentit une main ce poser sur son front et pousser, l'obligeant à redresser la tête. Une grande main, chaude. Lorsque la main arrête de pousser sa tête, elle voyait le regard de l'animal. Un regard noir, propre aux animaux, qui semblait toujours coléreux, alors que toute sa personne clamait un calme imperturbable. Il la perçait de ses yeux, entrait dans son esprit. A cet instant, elle fût sûre qu'il connaissait tout d'elle. Ses plus infimes peurs, jusqu'à ces goûts ou ses désirs. Alors elle plongea dans le regard comme elle le faisait avec Lyme. Mais celui-ci était encore plus profond. Elle s'y serait noyée s'il n'avait pas repris la parole :

- Tu es unique et c'est un cadeau. Quiconque te diras le contraire aura perdu son droit à ton estime Nombreux sont les hommes qui l'accepteront et décèleront tes qualités plutôt que de s'arrêter à tes différences commas les ermites des villages des plaines. Tu es différente mais tu n'as rien d'un monstre. Alors ne sois pas si touchée par de tels propos... ce serait leur donner raison.

Elle continua à l'observer, jusqu'à ce qu'il se redresse, signe qu'il avait fini de lui parler. Elle voulut le remercier, dire quelque chose, s'excuser de son attitude…mais rien ne vint. Les mots étaient coincés dans sa gorge, comme lorsque Lyme l'avait recueillie.
Elle inspira alors, chassant les idées noires et inutiles de sa tête, chassant d'un coup de vent la honte d'elle, se forçant à accepter la vie comme elle venait. Elle était différente, en avait toujours été fière et le resterait. Ce ne serait pas de simples villageois qui allaient tout ruiner.
Elle sourit au rhinocéros et s'avança. Elle hésita un instant. Serrer la main ? Ou…

Trop vive, elle serra l'animal dans ses bras, si petits qu'elle ne put les relier derrière son dos. Geste enfantin, certes, il allait penser qu'elle n'était qu'une gamine qu'il fallait ramener au lit au plus vite, mais ce geste signifiait tant de choses à ses yeux qu'elle s'en fichait éperdument. Il méritait cependant quelques mots tout de même. Toujours contre son immense torse, sa tête parvenant à peine au nombril et encore, elle dit, juste pour qu'il entende :

-Je ne vous remercierais jamais assez. Je sais que je n'ai pas agi comme il se devait. Et vos paroles sont bien plus sages et profondes que tout ce que l'on a pu me dire durant ma courte vie. Je dois vous paraître minable, je n'en doute pas.

Elle se décolla de lui et le regarda à nouveau en ajoutant :

-Notre compagnie vous déplairait-elle si nous vous accompagnerions jusqu'à votre prochaine destination ?

Le rhinocéros était bouche bée. Enfin si elle pouvait dire cela. Il ne s'était pas attendu à cela. Elle non plus. Jamais elle n'aurait pensé agir de la sorte quelques mois auparavant, méfiante comme elle était. Mais seuls les êtres différents pouvaient se comprendre entre eux…

En fait, l'animal avait fait de sa différence une force. Une force pure. Il faudra qu'elle fasse de même. Et les mots étaient devenus inutiles à présent. Elle était certaine que le rhinocéros, dont elle ne connaissait toujours pas le nom, lisait en elle comme dans un livre ouvert. Elle n'avait jamais réussi à mentir, même pas à ses parents. Sa mère lisait dans ces yeux. Elle disait : "Ah, le jaune me dit la vérité, le rouge est de ton côté. Mais je pense que le jaune à raison." Et elles riaient ensemble, la jeune fille de six ans se regardant dans le miroir pour essayer elle aussi de lire dans ses yeux. Mais apparemment seule sa mère savait le faire. Et maintenant le rhinocéros. Elle en était sûre.
Peut-être revoyait-il son jugement sur elle. Peut-être voulait-il devenir moins distant. Elle ne savait pas, et attendait sa réponse. Elle se tourna vers Lyme qui attendait avec les chevaux. Apparemment, il s'était éclipsé. Elle lui sourit et il y répondit. Encore une fois, il avait eu raison. De ne pas s'inquiéter. Le rhinocéros n'allait rien leur faire. Au contraire.

Ils étaient tous deux différents. Mais elle n'avait jamais eu de pensées moqueuses ni rien envers lui. Juste l'étonnement, la première fois. Mais sinon rien. Pourquoi le traiter différemment ? Il pensait comme elle et était bien plus intelligent d'ailleurs. C'était à elle de se moquer d'elle-même.

En tout cas, les villageois étaient tous entrés chez eux ou vaquaient à leurs occupations. Les rares qui passaient près d'eux la dévisageait et tournait vivement la tête lorsqu'elle les regardait. Mais cette fois elle ne cilla pas. La différence est une force…a elle de l'apprivoiser…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyJeu 31 Mai 2012 - 20:40

Le rhinocéros afficha un sourire imperceptible lorsqu'il entendit ses paroles. Elle était réconfortée, et peut-être ne pleurerait-elle plus à partir d'aujourd'hui. Du moins pas à cause de ses pupilles colorées. Lorsqu'elle s'écarta et lui proposa sa compagnie pour le reste du voyage, la bête savait bien qu'elle n'avait aucune raison de refuser. Ils n'étaient ni agressifs, ni oppressants. Il hocha la tête et leur indiqua rapidement que son objectif était désormais de se reposer à l'auberge de Madorass. Il mit sa paie dans sa bourse alors vide et se mit à marcher vite, presque trottiner. Car la nuit allait tomber, et aussi paisibles avaient l'air ces plaines, la nuit de Feleth était bien traître. Il les laissa le suivre un moment jusqu'à ce qu'ils le rattrapent. Quelque secondes leur suffirent largement.

Gigantus n'avait cela-dit pas plus de discussion qu'à leur rencontre, pendant les quelques heures du trajets, vu que Melley ne connaissait pas ces plaines, ils en discutèrent. L'animal décrit à peu près tout ce qu'il en savait, sans pour autant raconter tout ce qu'il avait de personnel à en dire...

La vérité était que ces lieux étaient ceux de sa "naissance". Certains lui donneraient donc l'âge d'un peu plus de trois ans, tandis que d'autres décrire son apparition comme la transformation d'un rhinocéros normal en un guerrier cornu. En effet, personne ne saurait dire sans aucun doute l'espèce, la nature du mercenaire. Certains avaient même été pris en train de raconter qu'il était le chaînon manquant. Ainsi donc l'homme descendrait-il du rhinocéros ? En voyant un telle bête, pile entre l'homme et la nature, il était vrai que ce genre de théories semblait fondée. D'autres croyaient en un déguisement, Gigantus a donc du mainte fois se défaire de malades mentaux tentant de lui arracher son visage.

Oui, comme l'archer, il était différent. Et si l'on ne devenait pas fou en voyant son propre monde s'écrouler face à une apparition tant irréelle... alors l'on se voyait tomber dans une réflexion sans fin. Aucune réponse ne pourrait être prouvée, rien n'y ferait. L'animal étant le seul spécimen de son espèce. Il avait fait de sa différence une arme, il avait des capacités autres que celles des humains. Ainsi pouvait-il aisément vivre de son métier sans avoir à être payé des sommes morbides. Cela dit, il n'était que rarement payé. "Le rhinocéros n'est pas aussi avide qu'un humain." Là était une phrase que l'on pouvait souvent entendre chez les conseillers des clients cherchant un mercenaire capable et peu cher... voire gratuit.

Mais aujourd'hui était son jour de chance. Sa bourse était remplie, il s'était fait de nouveaux compagnons. Il avait un peu plus d'emprise sur les gens de la ville chaque jour. Car malgré toutes les appréhensions, les hommes réalisaient le plus souvent que le guerrier mi-homme, mi-bête, avait tout d'un possible bon ami. Et Gigantus en était bien content. Il ne s'était pour l'instant pas encore attiré de problèmes qu'il n'avait su régler seul. Mais il se disait que si, un jour, il se retrouverait face à un problème ne pouvant être résolu par lui seul... alors il aurait quelqu'un sur qui compter.

Dans leur course, il se retournera sur Melley histoire de l'observer. À priori, elle ne l'eu pas remarqué. Elle observait l'horizon et leur destination qui s'y dessinait peu à peu. Les murailles de la ville. Il l'avait observer comme pour lui dire qu'elle pouvait compter sur lui, à l'avenir. Elle saurait où le trouver, une fois qu'ils auraient atteint l'auberge. Et elle viendrait peut-être, elle et ses problèmes, pour le bonheur du mercenaire.

Le soleil se couchait petit à petit, et ils étaient maintenant bien proches de la porte. Le rhinocéros détacha une sorte de sac à patate gigantesque enroulé autour de son ceinturon pour le mettre sur lui. Ainsi vêtu, il ne ressemblait à rien de particulier. Seuls ceux qui le connaissaient savaient ce qu'il était et sauraient le reconnaître. Les autres n'auraient pas peur en le voyant, peut-être un petit sentiment d'inquiétude, mais rien qui puisse secouer la foule.

" Il nous faut assumer nos différences, certes. Mais tâchons de rester intelligents. " fit-il sans prévenir. Comme pour se justifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyJeu 31 Mai 2012 - 21:43

Il accepta leur compagnie et Melley en fut ravie. Lyme sourit à son tour, inclinant la tête à l'adresse de la bête. Lyme était discret. Mais il remarquait tant de choses…Il précisa même que la direction était l'auberge de Madorass. Encore un lieu à découvrir.
Et, d'un coup, il partit d'un pas vif, presque en trottinent. Lyme sauta rapidement en selle et le suivit. Melley mit deux secondes supplémentaires à enfourcher sa monture et les suivre. Ils rattrapèrent le rhinocéros qui marchait tranquillement aux côtés des chevaux qui trottaient. Sa force et sa stature n'avaient de cessent de la stupéfier.
Elle l'imaginait sans peine en train de briser une pierre dans sa main.
Lyme n'avait plus ouvert la bouche depuis qu'il l'avait rejointe à l'arbre. Mais les regards qu'ils se lançaient suffisaient amplement. Apparemment elle avait bien réagi.

A nouveau dans les plaines, le silence perdura, jusqu'à ce que l'animal commence à décrire les lieux, à raconter quelques anecdotes, au plus grand bonheur de Melley, curieuse comme toujours.

Il décrivait les dangers qui les habitaient, surtout de nuit, ce qui expliquait son empressement à atteindre l'auberge rapidement.

Puis, les heures s'égrenèrent, le rhinocéros marchant devant, Lyme et elle côte à côte.

-J'aime cet endroit, Lyme. Dit-elle.

Avec le bruit des sabots et la distance, elle ne savait pas si l'animal avait entendu ou non. Mais elle n'avait pas réellement de secrets…

-Je m'en doute.

-Et pourquoi ?

Il sembla réfléchir, ou fît semblant. Parce que sa réponse était bien trop fluide pour.

-Parce que c'est un endroit de liberté. Un endroit pour toi, malgré les dangers. Un endroit ou tu peux t'épanouir. A mon avis, il t'apporte un peu de paix.

Elle sourit, et le regarda, au même moment ou le rhinocéros se retournait pour l'observer. Elle ne le vit pas, contemplant Lyme et, à travers lui, le paysage. Il avait tout à fait raison. Là, elle était bien. Loin des ennuis qui parcouraient le Royaume, en compagnie de deux superbes compagnons, dans le silence et la tranquillité si longtemps cherchés depuis la mort de ses parents.

-A l'auberge, nous verrons ce que nous ferons dans les prochains temps. Fais attention, les ennemis se dissimulent très bien.

Lyme avait repris son air grave. Alors elle acquiesça simplement la tête. Soudain, le rhinocéros se recouvrit d'une sorte de sac. Avec cela, il ne ressemblait plus à un rhinocéros. Mais à quelqu'un de presque normal…Elle fronça les sourcils, ne comprenant pas. Elle croyait qu'il n'avait pas honte de la différence ???

Comme s'il sentait le regard, il se justifia :

- Il nous faut assumer nos différences, certes. Mais tâchons de rester intelligents.

Elle sourit légèrement. Lyme l'avait aussi mise en garde. Ils entrèrent, les rayons du soleil couchant heurtant leurs dos. Ils donnèrent leurs montures au palefrenier de service et suivirent le rhinocéros à l'intérieur de la bâtisse. Elle n'avait même pas fait attention à la ville, maintenant qu'elle y songeait. Tant pis. A l'intérieur, il y avait beaucoup de monde. La plupart des tables étaient occupées, et tous se retournèrent en voyant l'animal. Parce qu'il attirait l'attention, vu sa taille.
Melley restait près de Lyme, elle avait peur de se faire emporter loin d'eux tant les gens étaient serrés. Mais l'animal trouva néanmoins une table au fond et ils s'y installèrent tant bien que mal. Ils commandèrent des boissons, profitant de pouvoir se reposer. Celles-ci arrivèrent étonnamment vite d'ailleurs. Elle but une gorgée, mais le liquide était trop fort à son goût. Lyme semblait aimer.

Les conversations allaient bon train, des bagarres éclataient de temps à autres, mais vite stoppées par l'aubergiste, qui renvoyaient les combattants dehors pour continuer la lutte. Lyme avait réservé les chambres avec le rhinocéros. Et elle fût étonnée d'apprendre qu'il avait pris une chambre pour eux deux. Puis, d'un coup, elle demanda :

-Au fait, vous ne nous avez toujours pas fait l'honneur de nous offrir votre prénom !

Elle sourit au rhinocéros qui était surpris. Elle regarda ensuite Lyme qui souriait en coin. Quoi ?! Qu'avait-elle fait encore ?!

En fait, elle espérait que les ennuis ne viennent pas. Les Capes Blanches traînaient partout et suspectaient de plus en plus aisément. S'ils venaient dans l'auberge, ils sauteraient sur eux tout de suite. Encore à cause de la différence…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMer 6 Juin 2012 - 22:04

Il lui fallait maintenant donner son nom. Ca n'avait, cela dit, rien d'une obligation. Il était fier de pouvoir le leur indiquer.

" Mon prénom est Gigantus, j'ai du oublié de vous le dire... Je n'y ai simplement pas songé." fit-il comme pour s'en faire pardonner.

Quoi qu'il en soit, les chambres étaient réservées, ses dettes épongées pour l'instant et sa panse un tant soit peu rassasiée par le liquide qu'ils avaient tous à portée de main. Il rendit son sourire à Melley qui ne pouvait pas le voir de part son masque bien peu transparent. Mais ça n'était pas important, non. Il bu une gorgée de plus en tendant l'oreille pour toute information utile. Certes, il avait déjà quelques contrats plein les bras, mais une affaire ou deux de plus ne ferait pas de mal.

Sa recherche perpétuelle n'était pas due à la ruée vers l'or dont les mercenaires étaient les plus grands acteurs mais simplement par l'envie d'occuper son temps autrement qu'en se battant ici ou ailleurs sans véritable raison. Du moins n'avait-il pas meilleure raison que de se défendre d'insulte, de moquerie, ou de simple voleurs à la tire qui tentaient de lui dérober ornements et marteau. Il n'est pas bien utile de préciser la fin de ces derniers, que l'on retrouve fréquemment dans les coins sombres de la ville, inanimé.

La fille que l'animal avait en face de lui sembler stressée. Pas énormément, mais assez pour la faire tourner la tête à chaque entrée. Elle n'attendait personne, c'était certain. Par contre, peut-être, désirait-elle éviter quelqu'un de particulier. À cette pensée, Gigantus se contenta d'avaler sa gorgée mise en bouche quelques secondes plus tôt et de continuer à l'observer. Histoire de savoir ce qui lui arrivait. Le guerrier cornu s'espérait assez perspicace que pour le déceler sans indice ni question. Ca avait tout d'un jeu pour lui, ne se doutant pas que la peur de Melley était attisée par les capes blanches, êtres en effet effrayants car plutôt dangereux.

Quelques heures plus tard, les bouteilles étaient vides plus nombreuses qu'au par-avant. Gigantus avait un petit coup dans la corne et souriait, riait aussi pour bien peu de choses. Le bar était bien plus remplit qu'à leur arrivée et quelques esprits s'échauffaient en ce qui était déjà une nuit noire. Lyme et sa protégée étaient tout deux d'assez bonne humeur, la soirée allait bon train. Pas de secrets divulgués ni de débat lourds de sens. On parlait de tout et de rien, d'histoires sans importance. Voilà ce qui lui plaisait en cette occasion à priori commune de tous.

C'était dans ce genre de moment où rien de spécial n'arrivait que l'on se rendait compte qu'une véritable amitié était possible entre ces trois personnages. Il n'y avait plus qu'à le prouver, et c'était le bon moment, semble-t-il.

Car les portes grincèrent et claquèrent derrière les nouveaux arrivants. Plusieurs des lascars du bar se levèrent et plusieurs purent atteindre la sortir avant que certains autres fuyard furent repoussés à l'intérieur. Il s'agissait là de capes blanches, et nombreux dans l'auberge étaient ceux qui désiraient les éviter. Gigantus n'en était pas, il n'avait pas de compte à leur rendre. Mais Melley était complètement tordue sur sa chaise à observer la scène. Tout comme Lyme, toutefois plus serein.

Le rhinocéros ne réagit pas, peut-être plus tard, au moment opportun...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyJeu 7 Juin 2012 - 19:15


-Mon prénom est Gigantus, j'ai du oublié de vous le dire... Je n'y ai simplement pas songé

Melley sourit et but une petite gorgée. Gigantus…le nom lui allait comme un gant ! L'ambiance de l'auberge était à la bonne humeur. Les gens entraient par groupes, et elle ne pouvait s'empêcher de regarder à chaque fois. Les Capes Blanches pouvaient débarquer. Toujours. Partout. Elle tentait de ne rien montrer, d'être calme et sûre d'elle, mais doutait d'y arriver parfaitement.

Les conversations allaient bon train, et elle était plus que ravie de discuter d'autre chose que du Roi fou, des guerres du Royaume, et surtout, de redevenir une fille…normale. Insouciante. Ou presque. La tête de sa mère volait toutes les nuits dans ses rêves. Les Capes Blanches venaient la visiter tout le temps, le soir. Sans qu'elle ne le dise à Lyme. Celui-ci était souriant et rigolait avec Gigantus, de tout et de rien. En même temps, vu le nombre de verres vides devant eux, ils devaient avoir un coup de trop dans le nez.

Les bagarres pleuvaient toujours, mais vite éteintes. Elle était si bien là…et il a fallu que tout parte en vrille…

La porte s'ouvrit dans un fracas énorme et elle se retourna, prise de stupeur et la peur se distillant dans ses veines. Sous la table, elle sentit la main de Lyme se poser sur sa cuisse, la serrant pour la rassurer.
Quelques clients réussirent à glisser dehors, les autres furent poussés à l'intérieur par les cinq Capes Blanches. Cinq !

Elle s'astreignait au calme. Ne pas bouger. Ne rien faire. Ils ne sont peut-être pas là pour moi. Des pensées futiles. Les Capes Blanches regardaient l'auberge ou un silence de mort s'était établi. Ils parcouraient l'assistance, à la recherche de quelque chose. Ou quelqu'un. Elle n'osa pas détourner les yeux. Un geste de travers et tout pourrait se finir…Ils commencèrent à s'aventurer plus avant dans la bâtisse, main sur la poignée de l'épée, zigzaguant entre les tables, poussant les serveurs et autres clients qui tardaient à déguerpir. Ils s'approchaient de plus en plus d'eux…

La pression de Lyme sur sa cuisse s'accentua. Elle détourna alors les yeux. Il arborait toujours un petit air serein, mais ses yeux trahissaient son inquiétude. Il cherchait déjà un plan pour se tirer d'affaire. Gigantus, lui, était réellement calme. En même temps, qu'avait-il à craindre des Capes Blanches ? Il n'était pas un rebelle et n'était pas recherché. Ils ne lui feraient rien. Ce qu'elle espérait.

Deux des cinq hommes allèrent au bar et commandèrent des boissons. Les trois autres continuèrent leur marche vers eux. Le temps sembla s'allonger à chacun de leur pas, le silence devenir de plus en plus oppressant. Elle serra le verre qu'elle tenait à la main à s'en blanchir les phalanges.

Le regard de l'un d'eux tomba sur Gigantus. Il fronça les sourcils. Il devait s'en doute se demander se qui se cachait sous ce masque. Il continua à s'approcher. Melley ne le quittait plus du regard, gravant sa démarche dans sa tête. Les deux autres le suivirent aussi. Et s'ils avaient eu un signalement d'elle et Lyme ? Si quelqu'un les avaient dénoncés ? Elle n'était pas forte au corps à corps. Lyme ne pourrait jamais se débarrasser des cinq en restant en vie. Et Gigantus n'avait pas à se mêler de la bataille si jamais. Sinon il serait également privé de liberté.

La main qui se posa sur son épaule la fît sursauter et elle se retourna. Le Cape Blanche la regardait et écarquilla les yeux. Elle voulait qu'il enlève sa main. Celle de Lyme s'était retirée. Elle le savait tendu comme un Arc maintenant, prêt à tout.

-Nous avons entendu parler de quelqu'un répondant à votre description, jeune fille.

La voix de l'inconnu était mélodieuse et tranchait avec son affreux métier. Tous les clients la regardaient maintenant, bouche bée.

Rendant sa voix moins tremblante elle répondit :

-Quelqu'un. Pas forcément moi.

La main resserra sa prise. Le regard se fît plus froid.

-Si. Toi. Il n'y a qu'une personne Archère, aux yeux comme les tiens, qui se fait accompagner d'un homme et qui fait partie des Rebelles.

Elle déglutit. Quelqu'un les avaient donc dénoncés. Ou alors ils avaient remonté la piste.

-Tu vas nous suivre et il n'arrivera rien de fâcheux à tout ce beau monde. Continua-t-il, faisant un geste circulaire de la main pour montrer tous les clients.

Chantage. Elle suivait et tout continuerait comme avant, ou elle résistait et ils tuaient tout le monde. Le choix était simple. Elle ne voulait pas que des innocents meurent pour elle. Sauf que Lyme en avait décidé autrement.

-Et sur quel motif et justificatif vous targuez-vous de lui ordonner de vous suivre ?

Une voix calme, assurée, le verre de vin en main. Discutant d'un sujet des plus banals…

Les Capes Blanches autour de la table dégainèrent leurs armes. Celui qui tenait Melley sourit sournoisement.

-Nous sommes des Capes Blanches. Elle est une rebelle. D'ailleurs, je crois que vous aussi. Donc suivez-nous tous les deux.

-C'est là que vous vous trompez. Il n'y a pas marqué "rebelle" sur notre front. Donc, je réitère, quelle preuve avez-vous à nous fournir ?

Il était allé trop loin. Le Cape Blanche se leva en l'agrippant, la forçant à se lever aussi. Lyme se redressa tout aussi vite et dégaina son épée. Les cinq soldats s'approchèrent et, pour la joie de Melley, tous les clients sortirent, l'aubergiste avec. Au moins, il n'y aurait pas de morts inutiles…Regardant, elle vit Gigantus, toujours installé. Il semblait…attendre quelque chose.

-Pars, Gigantus. Reste libre.

Elle avait murmuré et ne sut pas s'il avait entendu. En tout cas, celui qui la tenait sortit aussi son arme. Il fît des signes et ses hommes s'approchèrent de Lyme pour le maîtriser. Sauf que Lyme était un fin bretteur. Il para, attaqua, feinta. Il dansa. Un Cape Blanche s'écroula vite, les yeux vitreux.
Ce qui fût le déclencheur. Les quatre restants se ruèrent sur lui. Même celui qui la tenait. Enfin libre, elle sortit elle aussi son épée. Peu douée au corps à corps, elle n'allait tout de même pas voir sa seule "famille" se faire tuer sous ses yeux. Mais voilà. Elle était à nouveau paralysée. Comme lorsqu'elle avait vu le combat de Gigantus avec les orques. Mais là…encore pire.

Elle devait tuer des hommes. Des êtres vivants, comme elle. Et elle qui voulait tous les massacrer, à l'époque, elle avait l'air fin. L'épée tremblante dans sa main, elle prit son courage à deux mains et se rua sur un homme à l'écart. Elle évita son premier coup, roula sur une table pour en éviter un second. Ses gestes étaient maladroits. Trop hésitants. Elle n'osait pas porter de coups. Elle avait tellement peur…Alors elle continuait à éviter et se défendre. Mais les attaques devenaient si vives et rapides qu'elle avait du mal. Idiote ! Elle se maudit. Vouloir sauver Lyme et se faire tuer elle. Qu'elle perte de temps. Il aurait mieux valut suivre les soldats dans ce cas. Elle s'éloignait de Gigantus et de l'autre combat, roulant sur les tables, les jetant sur son adversaire. Celui-ci commençait d'ailleurs à en avoir assez de la suivre et l'attrapa alors qu'elle croyait qu'il voulait attaquer avec l'épée. La plaquant contre le mur, il passa sa lame sur sa gorge, juste assez pour qu'elle sente le métal, qu'elle déglutisse, qu'elle voie la mort arriver, qu'elle ait peur…
Il avait un sourire goguenard peint sur les lèvres. Lâchant son bras, il porta sa main à son cou. Elle sentit l'étau, sa gorge se serrer. Elle se débattit, voulu porter une attaque…son bras agit de lui-même. L'air ne pénétrant plus dans ses poumons, elle commençait à suffoquer lorsque son bras se leva et enfonça l'épée dans le ventre de son étrangleur. Hoquetant, ce dernier la lâcha, porta sa main au ventre et s'écroula. Mort.

Reprenant sa respiration, elle vit le cadavre, sa lame ensanglantée. Sa main tremblante. Elle avait tué un homme…son cœur battait la chamade, et, misérablement, elle lâcha son arme, en proie à une terreur indescriptible. Elle avait tué. Oté la vie de quelqu'un. Comme il l'avait fait pour ses parents. Tournant la tête pour ne plus voir le mort, elle vit Lyme qui se battait toujours. Des quatre Capes Blanches vivantes, deux étaient encore en vie. Une aux prises avec Lyme, l'autre avec Gigantus.

A cette vue, son cœur se réchauffa. Il les avait aidés, alors qu'il n'y était pas forcé. Il aurait pu partir avec les clients et continuer sa route. Au lieu de cela, il les avait aidés. Elle lui en était infiniment reconnaissante. Elle s'assit par terre, terrassée. Ils arriveraient à en finir tous seuls et, de toute manière, elle n'aurait pas réussit à aider.
Remontant les genoux sous son menton, elle continuait de regarder son mort. Mort de sa main. Oui, il l'aurait fait lui aussi, sans remords, mais elle en avait. Il avait peut-être une famille, des enfants, une femme. Et à cause d'elle, ils ne le reverraient plus…

Elle était mal…Fermant les yeux, elle pria tous les Dieux pour que Lyme et Gigantus y arrivent. Qu'ils ne soient pas blessés. Elle n'avait que quelques entailles, des marques à la gorge et une blessure intérieure non guérissable. Elle avait tué…

Elle ne remarqua pas le silence qui s'abattit lorsque les deux combats furent terminés. Mais elle sentit les pas lourds de Gigantus s'approcher, comme elle sentit le parfum de Lyme à ses côtés. Mais elle ne bougea pas. Pas tout de suite…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMar 12 Juin 2012 - 1:15

Il n'était pas rare pour le rhinocéros de se battre en ces lieux. Il n'était cela dit pas connu des visiteurs fréquents pour autant. Sa taille avait peut-être fait impression mais jamais rien de plus. Il fallait préciser qu'il faisait bien des efforts pour cacher, masquer sa vraie nature. Mais aujourd'hui, c'était différent. En effet, plusieurs cadavres jonchaient le décors silencieux et chaotique du bar de l'auberge de Madorass. Les buveurs innocents et n'ayant donc, de fait, aucun compte à rendre aux capes blanches étaient complètement effarés. Ils avaient même assez peur des trois individus. D'autres regards étaient plein de "merci". Car la mort de ces capes blanches signifiait l'ajout d'un peu de temps à leur survie.

Le problème n'était pas ces gens, ça n'était pas ces témoins. Non, du moins... pas ceux là. Car d'autres semblaient plus dangereux, plus impliqués dans l'affaire. Ils souriaient, ou étouffaient leur rictus de satisfaction en voyant les cadavres et leur meurtriers. Le rhinocéros, dans un moment de paranoïa extrême, pensa à la possibilité que l'on veuille les enlever en attendant que la prime monte. Une prime en échange de laquelle on les libérerait. Direction : la potence. C'était là une partie des maintes inventions, ragots affluant des ouï-dires des passant du bar. Des voyageurs et des gens peu louches, qui ont peu d'expérience.

Il était logique que ce soit ces jeunes espions, assassins qui parlaient les premiers. Ceux qui ne savaient pas garder leurs lèvres scellées finissaient bien vite dans les ruelles froides de la ville, leurs corps tout aussi froids. Du coup, ceux qui avaient de l'expérience faisaient partie des bons, et ne divulguaient pas de telles informations sous forme de rumeurs (ou non). Bref, il était possible de croire à tout ce qui se disait si l'on savait prendre ces histoires de la bonne manière.

Bref, le guerrier cornu ne se sentait d'avantage en sécurité en ces lieux. Il marcha donc vers Melley et l'attrapa d'un mouvement vif par le col pour la redresser jusqu'à ce qu'elle soit parfaitement debout. Sans un mot de plus, il se dirigea vers la sortie. Une fois dehors, s'assurant préalablement que ses deux compagnons emboitaient ses pas, il accéléra la cadence. Le trio avançait désormais assez rapidement que pour semer leurs poursuivants et assez lentement que pour ne pas attirer l'attention.

Ils atteignirent rapidement leur montures et les montèrent, logiquement, pour s'en aller plus vite encore de la ville. Dans leur courses, Gigantus ne su étouffer ses pensées.

" Et bien ! Il m'est bien rare de faire de tels allés-retours ! " leur lança-t-il donc, ses mots accompagnés des lourds sons de ses pas sur la terre dure. Une certaine ironie était perceptible dans son discours. Il était en effet assez déçu de ces quelques heures dans ce qui ressemblait le plus à son "chez lui". Tout en sachant pertinemment que c'était la faute de ses deux nouveaux comparses. Mais il n'auraient pas de véritable problèmes une fois que leur route se séparera.

À cette pensée, il réfléchit au meilleur endroit pour les laisser. Le plus sécuritaire. Et l'idée lui vint d'une logique foudroyante. Venill était le village des rebelles, il ne l'était pas pour rien. Les capes blanches n'y faisaient guère de balades. " Nous allons à Venill. Vous verrez ! Vous y serez mieux, bien mieux ! " Annonça-t-il donc, comme pour conclure sa propre réflexion.

Il ne considérerait pas son amitié avec Lyme et Melley comme terminée une fois qu'il se séparera de ceux-ci. Il ne leur en voulait pas. Et il savait bien que les connaître lui servira à quelque chose, plus tard. Ainsi que l'aide qu'il leur a apporté. Bref, il serait gagnant sur toute la liste, tôt ou tard. Et ce, envers et contre tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMar 12 Juin 2012 - 19:40

Melley voulait se redresser, en ayant marre de se montrer si pleutre et pleurnicharde, lorsqu'une grosse main l'agrippa au col et la força à se redresser. Elle eut un léger instant peut que ce soit un nouvel ennemi, mais non, c'était Gigantus, qui l'avait mise debout et qui sortait à grands pas de l'auberge.
Lyme passa son bras autour de ses épaules et l'entraîna à la suite du rhinocéros, qui se retourna pour voir s'ils suivaient.

Dehors, les villageois regardaient du coin de l'œil se trio étrange qu'ils formaient. Même si leur regard exprimait du respect pour Gigantus, une fois sur eux, il repassait en mode méfiance. Ils avaient tous vu les Capes Blanches entrer. Peut-être allaient-ils penser que le rhinocéros allait les livrer après les avoir maîtrisés, eux-mêmes ayant abattus les Capes Blanches au préalable ?

Melley s'en fichait. Mais alors complètement. En fait, elle sentait encore cette étrange sensation qu'avait produite l'épée en s'enfonçant délicatement entre vêtements, armure, peau, muscles, os. Une sensation de…puissance, presque. Elle ne saurait mettre un terme exact sur celle-ci.

Ils arrivèrent près de leurs montures et les enfourchèrent souplement, puis se mirent à suivre le rhinocéros qui déclara :

-Et bien ! Il m'est bien rare de faire de tels allés-retours !

Melley se mordilla la lèvre. L'ironie qui teintait ses paroles lui nouait l'estomac. C'était de sa faute, de leur faute plutôt, s'il devait s'en aller. S'il n'avait pas pu profiter de la halte qu'il s'était octroyée. Tout ceci par leur faute…
Elle serra les rênes fermement, se jurant qu'un jour, elle lui rendrait la pareille. Et se jurant qu'elle s'excuserait dès qu'elle le pourrait, même si de simples mots ne signifiaient pas grand-chose…
Ils sortirent du village, et une question frappa la jeune femme. Ou allaient-ils aller ?

Elle regarda Lyme, prête à lui poser la question, lorsque l'animal la devança :

-Nous allons à Venill. Vous verrez ! Vous y serez mieux, bien mieux !

A Venill ? Elle en avait entendu parler, sans plus.
Le rhinocéros prit à nouveau les devants, les guidant, les chevaux trottant paisiblement sans pour autant le rattraper. Elle se tourna vers Lyme. Lui il souriait.

-Pourquoi souris-tu ?

-Venill est le meilleur choix. Je n'y avais pas pensé jusque-là et pourtant c'est l'évidence même !

-Et pourquoi ?

-C'est la ville des rebelles. Les Capes Blanches n'y vont pas souvent.

Elle sourit aussi. En effet, Gigantus avait fait un bon choix. Elle sentit le cheval de Lyme se rapprocher du sien.

-Est-ce que ça va ?

Elle détourna le regard. Elle ne voulait pas croiser le sien. Pas cette fois. Regardant le dos de leur guide, et, à travers lui, les Plaines, elle répondit :

-Oui, oui.

Il soupira et elle devina qu'il reviendrait à l'assaut. Devant un gros feu sans doute, lorsqu'elle s'y attendrait le moins. Le silence s'installa dès lors, ponctué par les cris des animaux environnants.
Le paysage défila, le soleil termina sa course dans le ciel et, à la nuit venue, Gigantus leur trouva un bel abri, les protégeant du vent comme des animaux. Lyme s'occupa d'allumer un feu pendant que Melley étrillait les chevaux.
Une fois fait, elle voulut rejoindre le feu, mais vit Gigantus, un peu à l'écart. Il fallait qu'elle s'excuse. Sa conscience ne lui permettrait pas de vivre avec ce poids. Le mort suffisait, même si elle se doutait qu'il n'était pas le dernier.

Elle se mit à ses côtés. Il observait le ciel. Levant le regard, elle contempla les myriades d'étoiles qui la constellaient. Sa mère s'amusait aussi à dire que ses yeux étaient deux étoiles tombées du ciel. Des étoiles colorées. Elle disait pleins de choses sur ses yeux en fait, maintenant qu'elle y pensait. Mais elle n'avait jamais fait attention plus que cela, convaincue que sa mère vivrait à jamais près d'elle. Le destin en avait décidé autrement, et maintenant, Melley se convainquait seule que, les étoiles qu'elle contemplait étaient en réalité ses parents, veillant sur elle comme sur Lyme, et bien sûr sur Gigantus, qui lui était venu en aide, alors qu'il n'y était pas obligé.

Alors, se tournant vers lui, elle inspira un grand coup et lui dit :

-Je tenais à m'excuser, Gigantus. Par notre faute, vous avez dû fuir alors que vous aviez plus que mérité votre repos. Et par notre faute vous vous êtes attiré des ennuis avec les Capes Blanches. Alors voilà, je m'excuse. Je sais que les mots sont comme le vent, éphémère et jamais ancrés quelque part, mais je vous le dis, et vous promet que je vous rendrais la pareille dès que l'occasion se présentera.

Voilà, c'était dit. Elle était quelqu'un de loyal et de fidèle. Depuis toujours, et encore plus depuis que Lyme l'avait recueillie.

Maintenant, à lui de juger. Elle doutait qu'il soit quelqu'un de retord au point de les sauver pour ensuite les livrer. Non, sinon ils n'iraient pas à Venill.
A ses côtés, elle se sentait minuscule. Mais en même temps, il donnait une sensation de sécurité. Encore plus que lorsqu'elle était avec Lyme.

Franchement, elle aimait bien Gigantus. Le premier ami qu'elle se faisait depuis Lyme, et ce dernier était un cran loin au-dessus du rang de simple ami.

Une nouvelle fois, elle se mit à attendre qu'il sorte de ses réflexions, alors que Lyme les attendaient auprès du feu, sans même être sûre qu'il l'ait entendue. Ensuite, ils mangeraient, dormiraient, et le lendemain reprendraient la route.

Et, d'un coup, Melley redouta les au revoir qu'il faudra, à cent pour cent sûre, faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyLun 18 Juin 2012 - 22:03

Le rhinocéros ne put s'empêcher de sourire aux mots de la jeune aventurière qu'était Melley. Ca n'était pas un véritable sourire, les humains l'apercevant plus comme un rictus horrible sur une tête horrible d'animal qui l'est tout autant. Mais ca n'avait pas d'importance, tout ca. L'important était que les excuses de Melley faisait énormément plaisir à l'homme-bête. Il réagit de manière spontanée et l'entoura de son bras qui avait tout d'un énorme tronc d'arbre par rapport à la frêle humaine. Il l'entoura chaleureusement et la serra légèrement contre lui.

" Je ne mérite pas ton pardon " lui fit-il simplement. " Tu ne m'as pas forcé la main pour que je me joigne à votre combat dans la taverne. "

Il le savait, elle n'avait pas à se justifier. Il ne trouvait même plus dommage d'avoir du quitter l'auberge une fois qu'il entendit les paroles de sa nouvelle amie. Elle était attentionnée, même si un peu frêle et émotive. Elle avait tout de quelqu'un de bien. Pour le rhinocéros, il n'y avait pas de meilleur enseignement que la vie elle-même. Ainsi donc, le temps ferait son office. Et Melley se forgerait son caractère au fil des années, en espérant qu'elle ne devienne pas l'une de ces barbares sans âmes qu'il a fréquemment croisé au milieu de bande de mercenaire. Il ne voulait pas la voir changer, mais il savait qu'il le lui fallait pour sa sécurité dans un avenir proche. Elle s'était en effet attiré des ennuis desquels Lyme ne saurait toujours la défendre à lui seul. Elle devra probablement porter l'index à la corde de son arc de plus en plus souvent au fur et à mesure que le temps passera. Mais elle y arrivera.

En seulement quelque jours, Melley avait convaincu Gigantus qu'elle était quelqu'un de forte. Une archère redoutable, rapide et précise. L'efficacité sur deux jambes. Il n'avait pas la prétention de se décrire comme aussi bon combattant qu'elle, malgré le fait que peu lui aient résisté jusqu'à présent.

Les étoiles étincelantes se démarquaient les unes des autres dans la nuit noire. Tel un plafond les séparant d'un paradis tant imaginé par les hommes, auxquels l'on aurait fait quelques trous pour les laisser apercevoir ce qu'ils ont toujours guetté. Des pores de lumières, les étoiles... Un phénomène inexplicable pour le rhinocéros qui faisait pourtant travailler ses méninges au possible. Rien n'y faisait. Ainsi donc pouvait-il se laisser aller à ses élucubrations proches de la poésie enfantine, due à sa curiosité qu'il était aussi, finalement. Il lâcha Melley pour éviter de la gêner plus qu'il ne l'avait déjà fait et lui indiqua qu'elle pouvait rejoindre son fidèle ami près du feux.

Elle compris très probablement qu'elle n'avait pas à s'en faire quand à la nourriture, le rhinocéros avait de larges provisions végétariennes dans sa sacoche. Cela-dit, il se levait pour partir chasser quelque chose, quoi que ce soit de vivant et, plus tard, de nourrissant. Il s'écarta d'eux sans au revoir, ni d'à bientôt. Il espérait que l'on ne lui en tienne pas rigueur, car, un peu plus d'une heure plus tard, il était déjà revenu. Ses pas sonnaient son retour, on ne pouvait le manquer, on ne pouvait le confondre avec qui que ce soit d'autre. Sur son dos était attaché deux oiseaux bien maigres mais qui feraient l'affaire. Ceux-ci finirent donc embrochés au dessus du feu histoire de griller et d'être plus sûrement mangeables.

( Pardonne moi, c'est un peu court Sad )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMar 19 Juin 2012 - 19:06

Au bout de quelques instants, Melley sentit le bras de Gigantus se poser autour de ses épaules. Qui s'affaissèrent légèrement sous le poids. Elle fût tout d'abord surprise, mais ensuite heureuse. Il ne lui en voulait pas…

- Je ne mérite pas ton pardon. Tu ne m'as pas forcé la main pour que je me joigne à votre combat dans la taverne.

Elle sourit, gênée. Pour elle, il le méritait. Elle aimait bien ce contact chaud du bras du rhinocéros autour de ses épaules. Elle se sentait frêle, comme une brindille qu'un simple coup de vent pouvait briser. Or elle doutait l'être. Pas toujours en tout cas. Là, elle se sentit en paix. Le ciel étoilé en guise de toit, un bras fort et musclé pour assurer sa protection en plus de Lyme…quoique elle ne voulait pas qu'il soit une sorte de garde du corps, elle ne l'aurait jamais accepté, mais c'est comme si tous les malheurs du monde ne pouvaient plus l'approcher, tant que le bras était autour d'elle. Comme si le temps s'était mis en pause, arrêtant sa course, les laissant souffler, respirer, se remettre de la journée, profiter, tout simplement.
Elle savait que son avenir serait ponctué de cadavres. Cadavres qu'elle devrait elle-même créer. Lyme avait fait d'elle une Archère précise et efficace.
Parfois, il lui disait qu'elle était la meilleure qu'il n'eut jamais vue. Elle le croyait de moitié. Il y avait toujours meilleur que soit.

Derrière, elle entendait le crépitement des flammes qui léchaient la roche qui faisait office d'abri. Elle entendait, en plus faible, la respiration de Lyme. Son ouïe était extrêmement fine. Elle entendait beaucoup de choses. Et souvent loupait des choses…

Lorsque Gigantus retira son bras, délicatement, la bulle creva avec. La paix s'éloigna, et l'anxiété revint. Pas la même anxiété qu'elle avait ressentie dans la taverne, mais une légère peur, de l'avenir, de ce qui pouvait arriver. Venill n'était pas encore proche, et tout pouvait arriver. Tout. Même trop en fait.
Elle sourit au rhinocéros et s'éloigna lorsqu'il lui dit qu'elle pouvait rejoindre Lyme. Et, en le faisant, elle se demanda s'ils auraient de quoi manger.
Et en voyant les provisions de Gigantus, elle ne s'en inquiéta plus outre mesure. Ils mangèrent un peu, mais, d'un coup, le rhinocéros se leva et s'en alla, sans un mot.
Elle fronça les sourcils. Que lui arrivait-il ?

Elle interrogea Lyme du regard. Celui-ci avait le sien braqué sur la silhouette de Gigantus qui s'éloignait dans la nuit.


-Ne t'en fais pas. Il reviendra.

-En es-tu sûr ? J'ai peur de l'avoir vexé…

Il la regarda, surpris. Les flammes se réverbéraient sur ses iris sombres, et elle se noya une nouvelle fois dedans, alors qu'il reprenait la parole :

-Je doute qu'il le soit. A mon avis, il lui en faut plus. Non, je pense qu'il a quelques emplettes à faire.

-Emplettes ?

-Je pense qu'il est partit chasser, jeune fille ! Réfléchis !

Elle sourit en retour au sien et rétorqua :

-Réfléchir, cela donne mal à la tête.

Il rit à gorge déployée. La première fois qu'elle le voyait rire ainsi…

-Tu en as de bonnes toi dis donc…

Il lui prit la main tendrement.

-Je serais toujours là pour toi tu le sais ? Je l'ai promis à tes parents. Et je tiens mes promesses.

Il était redevenu sérieux si vite qu'elle en fût abasourdie et secoua la tête avant de balbutier :

-Je…oui. Et je suis heureuse que tu sois là. Que tu m'ais accueillie aussi. Je ne sais pas ce que j'aurais fait.

Il réfléchit avant de dire :

-Je pense que tu serais restée à pleurer longtemps, jusqu'à ce que les Capes Blanches reviennent et achèvent leur travail.

Elle baissa la tête. Oui, s'il n'était pas venu pour l'emmener, elle serait morte. Tout aussi morte que ses pauvres parents…

Le silence s'installa petit à petit, revigorant, bienfaiteur, jusqu'à ce que les bruits de pas de Gigantus ne se fassent entendre. En les entendant, elle sourit et scruta les ténèbres, dans le vain espoir de l'apercevoir. Lorsqu'enfin elle le vit, il posa deux petits oiseaux, maigres mais appétissants, s'installa, et s'occupa de ses proies. Elles furent bien vite sur une broche.
Et encore plus vite dans leurs estomacs.

Melley n'avait plus aussi bien mangé depuis un certain temps. Et Lyme n'ont plus apparemment. Ce dernier se coucha, main derrière la tête, fermant les yeux. Elle regarda Gigantus et lui dit en prenant son Arc sur ses genoux, flèches à portée :


-Je vais monter la garde cette nuit. Repose-toi, tu en as besoin.

Il n'aimait peut-être pas qu'on lui dise quoi faire. Mais elle ne le disait pas méchamment. Et, étonnamment, il se coucha aussi et elle fut seule.

Dans les plaines, aucun son ne se faisait entendre. Pas ou peu de cris d'animaux, un vent très faible voire inexistant. Elle failli s'endormir par mégarde une à deux fois, mais sursauta et reprit sa veille. Elle alimenta le feu, et observa son Arc à travers les flammes. Il miroitait. Le bois luisait, brillait. Il était une partie d'elle. Même si c'était une arme, arme à tuer, elle s'en fichait. Lyme lui avait appris à être en phase avec son Arc. Comme lui l'était avec ses épées, et autres couteaux. Il tirait aussi à l'Arc, mais ne l'égalait pas. En réalité, c'était plus elle qui lui apprenait que l'inverse. Tout ce qu'il faisait, c'était lui donner quelques astuces.

Et, lorsque le feu fût braises et que le soleil pointa le bout de ses rayons dorés, elle se leva, s'étira, bailla, et réveilla ses compagnons. Lyme, comme à son habitude, bougonna mais fût vite sur pied, prêt à partir. Gigantus aussi d'ailleurs. Ils montèrent en selle, et suivirent le rhinocéros tranquillement, profitant du paysage. Elle était fatiguée, mais ne le laissait pas paraître. Elle devait pouvoir tenir des jours sans dormir. Au cas où…valait mieux s'entraîner…

Au bout d'une heure de marche et de bâillements discrets, elle demanda à Gigantus :


-Dis-moi, Venill, c'est à combien de temps de route environ ?

Elle se mordit la lèvre lorsqu'il se tourna vers elle. Elle l'avait tutoyé. Peut-être n'était-il pas d'accord…

-Je…excusez-moi.

Pathétique. Elle était pathétique. Vu le sourire qu'il affichait, il ne lui en tenait pas rigueur…

-Nous dirons-nous au revoir dès notre arrivée ? Ou resterez-vous manger un morceau avec nous ?

C'était venu tout seul. En fait, elle tentait de retarder l'inévitable. Gigantus avait sans doute d'autres choses à faire, et eux étaient pourchassés. Ou allait l'être. Mais même…la compagnie du rhinocéros était trop plaisante pour faire des au revoir vite fait bien fait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMar 19 Juin 2012 - 21:49

Il était à nouveau jour et l'animal était reposé. La petite bande avait repris sa route et la journée semblait belle et ensoleillée. D'ailleurs, elle était pleine de promesses. Gigantus préférait prendre un chemin sinueux, d'après lui plus judicieux car, grâce à lui, ils ne croiseraient probablement personne. Mais comme tout dans ce monde n'était que piège et apparences mensongères, il ne serait trop étonné de tomber sur une bande de squatteurs doublés de pillards sur le chemin. Ce genre de pratiques évoluaient sans pour autant prendre plus d'ampleurs. En effet, depuis la répression du tyran sur son royaume, les grands groupe de brigands se faisaient plus rares. Tandis que les petites amicales de pillards et autres voleurs, elles, se faisaient de moins en moins rare et ce en tout les endroits.

Bref, il n'y avait pas de chemin parfaitement sécuritaire. Mais le fait était qu'ils étaient trois combattants plus ou moins expérimentés, plus forts que la moyenne... et les assaillants seraient plus étonnés que les victimes s'il venait à y avoir une embuscade. Le rhinocéros avait aussi prit des chemins par simple envie de montrer du paysage visuellement plaisant. Ainsi, une longue route de terre étranglée de gros arbres. Ils étaient ainsi à moitié caché du soleil, le soleil dont les rayons se montraient telles des flèches, nombreuses et fortes, tombant sur le sol. Il n'avait pas grand chose à expliquer ou à dire, il n'était pas guide ou quoi que ce soit de la sorte. En temps normal, il n'accordait que très peu d'importance à l'esthétique du paysage. Mais cette journée n'aurait rien de banale, c'était bientôt la fin de cette si courte aventure aux cotés de Melley. Ainsi, les trois prochains jours de marches seront tous calmes et paisibles, pensa le mercenaire. Il était vrai qu'il était accoutumé aux fins de quêtes calmes et silencieuse. La fin était, dans tout les cas, quelque chose de lent et simple. La fin avait de bons comme de mauvais cotés. Dans la vie comme ailleurs.

Lorsque Gigantus se rendit compte que Melley le tutoyait, il sourit très large. Il n'était pas encore assez grand pour lui ébouriffer la tignasse alors qu'elle était sur son cheval, mais si elle avait ses pieds au sol, il l'aurait très probablement fait. Aucun mot ne pouvant remplacer ce geste de compassion, il se retint de répondre. Cela-dit, il s'agissait bien de questions importante. De ce fait, il se vit obligé de prendre la parole. Mieux valait tard que jamais.

" Oh ! Moins de trois jours à priori, mais ces nos pieds, la terre qui en décideront. " fit-il d'un ton enjoué.

Il n'attendait pas de réponses et n'avait encore évoqué leur séparations malgré la question de l'archère. Cela lui plomberait le moral et il n'en avait guère besoin pour le moment. Ils continuèrent simplement de marcher, parlant de choses et d'autres lorsque ces sujets se présentèrent d'eux même. Ils avaient tout trois dépassé la route de terre ensoleillée depuis longtemps maintenant. Et la faim du midi se faisait sentir. Pour faire patienter les estomacs des deux humains, Gigantus leur présentait de nouveaux légumes comme ceux de la nuit passée. Ceci tout en leur indiquant qu'ils devaient signaler tout endroit où il serait bon de s'arrêter. Dès maintenant, les journées se feraient courtes. Non pas à cause de la nuit mais de l'heure, tout simplement. Il n'y avait tellement rien dans ces plaines qu'il était préférable de s'arrêter tôt plutôt que d'attendre et de se retrouver tard à se promener dans ce qui restait un endroit non protégé et assez sauvage.

C'était la plus grande raison pour laquelle il leur faudrait presque trois jours pour trouver Venill. Ces arrêts étaient assez dérangeant mais ils permettraient à tout le monde de dormir à sa guise lors de leur arrivée là bas. Car une entrée en matière ne pouvait mieux se faire que l'esprit en éveil. Tout serait donc parfait. Gigantus, de son coté, s'assurerait d'avoir de quoi bien nourrir ses deux compagnons lors de leur dernière soirée. Que ce soit au village rebelle ou ailleurs. Cela n'ayant pas d'importance...

Ils avaient trouvé leur campement, ca n'était plus une grotte mais une sorte de terrier de grande taille. Il n'était cela-dit pas profond. Le rhinocéros n'était pas enchanté d'entrer dans une antre si grande probablement creusée par un animal. Mais un ancien feu éteint le réconforta à cette idée. Le passage de quelqu'un d'autre auparavant indiquait bien souvent les conditions de son départ. La personne qui avait prit place ici même à, à priori, quitté les lieux sans aucun évènement spécial. Ca n'était donc pas un terrier habité, dieu soit loué vu sa taille !

L'histoire de la veille recommença donc, Gigantus s'en alla histoire de chercher de quoi se nourrir, mais cette fois (il était encore jour), il laissa Melley l'accompagner. Lyme, pour sa part, travaillait à allumer un feu et à organiser le reste du campement de fortune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMer 20 Juin 2012 - 19:09

[désolée c'est super court...je te laisse continuer à ta guise ^^ ]


-Oh ! Moins de trois jours à priori, mais ces nos pieds, la terre qui en décideront.

Trois jours. Encore trois jours avec lui. Si peu de temps…Il avait aussi éludé la question du repas et des au revoir. Cela le mettait-il mal à l'aise ? Ou préférait-il ne pas en parler maintenant ?
Il était vrai que le paysage ne donnait pas à se morfondre. Il donnait envie de le regarder. Lyme était nonchalamment installé sur le dos de son cheval, visage serein, yeux pétillants. Elle aimait le voir ainsi. Cela le rajeunissait, même s'il n'était pas de beaucoup son aîné. Cinq ans tout au plus.

La journée se déroula paisiblement. Les conversations portaient sur des sujets banals, surtout sur la végétation ou les animaux qui peuplaient les plaines. Gigantus semblait tout connaître de fond en comble, et Melley se montra curieuse, comme à son habitude.
Il leur avait fait emprunter une route sinueuse, et Melley s'était tout d'abord interrogée. Puis elle s'était dit qu'il savait ce qu'il faisait. Elle avait confiance en lui.

Il leur fît goûter les légumes qu'il avait sur lui leur expliquant ce que c'était. Et le déjeuner fût délicieux. Peu fourni, mais délicieux. Et, le soir, après une après-midi de chevauchée relaxante, ils dégotèrent un endroit pour passer la nuit. Une grotte, ou un immense terrier. Melley se demanda si Gigantus réussirait à y entrer, il était tout de même deux fois plus grand que Lyme, qui lui-même était déjà bien grand. Et surtout, l'animal y habitait-il encore? Elle eut sa réponse en voyant le squelette d'un feu. S'il y était, c'est qu'il n'y avait "aucun" danger.

Et, comme la veille, Gigantus se leva pour aller chercher à manger et il la laissa l'accompagner, pour son plus grand bonheur. Lyme lui sourit lorsqu'elle l'interrogea du regard. Elle culpabilisait déjà de le laisser tout seul pour s'occuper du campement en entier. Mais la curiosité reprit le dessus et elle suivit le rhinocéros, sous le soleil qui ne tarderait guère à se coucher.
Elle avait en main son Arc et ses flèches étaient prêtes à l'emploi. Elle voulait montrer son seul talent à Gigantus.

Ils marchèrent un certain temps puis, entendant un bruit, Melley stoppa la marche et le rhinocéros l'imita. Sans doute l'avait-il entendu aussi. Encochant une flèche, se concentrant, s'enfermant dans sa bulle, elle observa et écouta. Celui-là, elle l'aurait. Les autres, elle les laisserait au rhinocéros. Qui l'observait, même si elle ne le voyait pas. Devant eux, une dizaine de mètres au jugé, se dressait une sorte de petit cochon. Une sorte de phacochère. Pas très gros, mais qui apporterait un bon dîner tout de même pour les trois compagnons. Mettant son Arc en place, tenant l'empennage de la flèche entre ses doigts, elle se laissa bercer par le murmure du bois contre sa paume, par le frétillement de la corde qui se tendait, tendait, tendait…

Il n'y avait plus qu'elle, l'Arc, la flèche et le cochon. Ses doigts se détendirent et l'arme fila se ficher dans le ventre de l'animal qui émit un son aigu avant de s'affaler sur le flanc, se débattant, agonisant. Elle n'aimait pas tuer ainsi…mais il le fallait pour se nourrir. Rangeant son Arc elle regarda Gigantus qui souriait légèrement. Que voyait-il en elle, elle l'ignorait. Il semblait lire les moindres secrets qu'elle pouvait garder comme si elle le lui disait clairement.

Se relevant tous deux, ils se rapprochèrent de l'animal. Elle laissa Gigantus s'en charger, étant plus habitué à se genre d'exercice qu'elle.
Il le chargea sur son épaule, alors qu'elle voulait faire de même. Elle voulut protester mais il s'éloignait déjà. A lui de lui montrer sa façon de chasser à présent…

Elle était si bien. Et bientôt tout s'arrêterait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyJeu 21 Juin 2012 - 12:27

Melley avait montré une infime partie de ses talents, l'animal était tombé et lorgnait le vide une fois sur le dos du mercenaire. Il était donc venu le tour de Gigantus. Ainsi marchèrent-ils tout deux dans un silence de mort pendant plus de vingt minutes, en tachant de ne pas trop s'éloigner du campement. Ils avaient de quoi manger, maintenant, il s'agissait de s'amuser.

Malgré le fait qu'il n'y ait aucune pression sur les deux chasseurs, ils n'en était pas moins sérieux. Parcourant les feuilles mortes et contournant les arbres muets à pas de loups. Il pouvait être étonnant d'écouter la bête qu'était le rhinocéros lorsqu'il marchait tant il était silencieux. Ils se promenèrent un certain temps de cette manière. Mais ils s'arrêtèrent net lorsqu'il aperçurent un phacochère comme celui rencontré plus tôt. Il semblait y en avoir pas mal dans cette forêt. Celui-ci était un peu plus gros que le précédent sans que ce soit étonnant. Ainsi Gigantus fit signe à Melley, sans la regarder, signe qu'elle pouvait s'arrêter là et observer.

Gigantus se faufila entre les arbres, choisissant exprès un chemin tortueux. Dans l'ombre, le rhinocéros disparaissait littéralement, et le phacochère, broutant une petite touffe d'herbe, ne se rendit pas compte de sa présence. Le mercenaire pouvait même l'entendre respirer, il était juste là... À coté de lui. C'était l'un des grands plaisirs de la chasse, surpasser la nature. Même si le rhinocéros la chérissait, il aimait pouvoir la défier comme à cet instant. La proie ne le détectant pas, alors qu'entre les deux individus, il n'y avait qu'une histoire de centimètres. Alors bientôt les pattes de l'animal cornu s'emparèrent du cou du bestiaux. Celui-ci se débattait, maintenant. Le chasseur, victorieux, se retourna en silence vers Melley. De cette manière, elle pouvait voir à quel point l'animal était maintenant impuissant. Un mort en sursis.

Mais il ne fit rien de plus, Gigantus posa l'animal à terre et celui-ci prit ses pattes à son coup. Rien de plus, rien de moins. Le guerrier retourna près de l'archère et il lui apprit d'un ton très sérieux qu'ils n'avaient pas besoin de plus de nourriture pour subsister. Il ajouta qu'aujourd'hui, c'était elle qui les aurait nourrit à l'aide de sa prise qui avait tout d'appétissante. Gigantus ne mangeait pas de viande, mais il savait que les omnivores appréciaient beaucoup ce genre de bête.

Les deux compagnons retournèrent au camp et firent comme la veille. La bête sur le feu, prêt à la dévorer sans sommation supplémentaire. Lyme ne cacha pas son sourire de contentement lorsqu'ils les vit revenir. Gigantus s'excusa d'un regard d'avoir prit dans temps. En effet, ils était partis il y a plus d'une heure. Et il n'y a que peu de choses plus pesantes que la solitude pour l'animal cornu.

Melley avait fait la garde la nuit précédente, ainsi Gigantus prit la relève pour celle-ci. Demain serait une toute aussi longue journée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyJeu 21 Juin 2012 - 20:16

[j'espère que cela te va ! sinon dis le que je change !]


Ils continuèrent à marcher un certain temps, aussi silencieux que le paysage. Puis, d'un coup, Gigantus lui fît signe de s'arrêter. Elle obéit et comprit vite. Un second phacochère était devant eux, en train de manger paisiblement. Elle regarda le rhinocéros se faufiler à travers les arbres, disparaissant par instant. Comment faisait-il pour que personne ne l'entende, avec son poids et son armure, elle ne savait pas, mais admirait. L'animal ne le capta même pas, jusqu'à ce que les mains de Gigantus l'agrippent à la gorge et le soulève de terre. Un instant, elle fût choquée. Tuer ainsi…enfin, il y avait pire et de toute manière, le rhinocéros le relâcha une fois sûr qu'elle l'ait vu.

Et il lui expliqua en revenant que le premier phacochère suffisait amplement et qu'il ne servait à rien d'en prendre un second.

Elle sourit et le suivit. Bien sûr elle comprenait et approuvait. Ils rentrèrent donc au camp. Lyme ne retint pas un soupir de soulagement en les voyant. Il était vrai qu'ils s'étaient absentés bien plus qu'une heure…
Elle le rassura d'un regard et ils commencèrent à cuisiner, préparant le cochon qui fût rapidement cuit et encore plus vite mangé.

Melley était éreintée. En même temps, elle n'avait pas dormi la veille et la journée avait été longue. Gigantus prit la garde, les laissant se coucher. Elle se blottit contre Lyme qui l'entoura de ses bras, comme à chaque fois qu'ils dormaient en dehors d'une auberge et donc d'un lit. Elle n'avait jamais compris pourquoi il prenait des lits séparés. Avait-il peur ou…autre chose ?

Elle n'eut plus le temps d'y réfléchir qu'elle s'endormit, pour passer une merveilleuse nuit sans rêves…

Lyme la secouait légèrement lorsqu'elle ouvrit les yeux. Elle cligna des paupières, et se redressa, se réveillant lentement. Gigantus était presque prêt, et Lyme aussi, attendant plus qu'elle.
Elle se releva, s'épousseta et se dépêcha de selle son cheval, que Lyme n'avait pas eu le temps de faire.

Ils partirent ainsi, sous un soleil naissant et une douce brise secouant les rares arbres des plaines. Elle but une gorgée d'eau de la gourde que lui tendait son compagnon et mangea un petit bout de légume.

La matinée s'écoula ainsi paisiblement, Gigantus continuant de leur donner des anecdotes sur les lieux.

Ils mangèrent tranquillement, des fruits et des légumes et repartirent. Melley se disait que c'était trop rapide. Ils arriveraient beaucoup trop vite à Venill et donc au revoir. Elle ne le voulait pas. Pas encore.

Mais bon…elle ne voulait pas retarder l'événement de cette façon non plus…

En effet, alors qu'ils longeaient un ruisseau, une dizaine d'hommes surgirent d'une planque, armés et apparemment dangereux. Lyme se tendit et agrippa son épée, Melley son Arc.

Les brigands les encerclèrent et leur chef leur dit de donner tout leurs biens et les chevaux pour pouvoir passer en vie. Personne ne bougea.

Alors Melley encocha une flèche, au moment ou Lyme se ruait sur les ennemis. Action peut-être trop rapide au goût de la jeune femme. Gigantus se joint lui aussi à la mêlée et elle tira sa flèche sur le premier brigand qu'elle aperçu.

Elle continua ainsi et tua donc trois brigands, avant que l'un d'eux lui agrippe la jambe et la bascule au bas de sa selle. Elle tomba lourdement sur le dos, souffle à moitié coupé. Des étoiles apparaissaient devant ses yeux. Elle cligna des paupières et vit des brigands sauter sur elle.

Elle se débattit, reçut une gifle puis deux, et réussit à percuter la tempe d'un homme avec le coin de son Arc. L'autre tomba, remplacé par un collègue, armé d'un couteau lui. Elle leva la jambe pour le désarmer, mais au lieu de cela, il enfonça le couteau dans la jambe de la femme. Elle cria de douleur, et donna un coup au brigand avec son autre jambe, sortant sa dague tout en retenant des gémissements. Elle tua l'homme, pâle comme la mort et tenta de se relever. Lorsqu'elle y arriva, Arc en main, elle vit un voleur lever son bras pour tuer Gigantus par derrière. Aussi vite que l'éclair, elle encocha une flèche, banda la corde, visa et tira. L'homme s'effondra à deux centimètres du rhinocéros.

Elle se tourna vers Lyme, mais vit qu'il n'avait pas de soucis. Un nouvel ennemi se rua sur elle, pensant l'emporter facilement en la voyant blessée. Mais elle évita, faisant jaillir la douleur, pivota et le tua, toujours avec cette culpabilité dans la gorge.

Puis, d'un coup, le combat fût terminé. Des cadavres partout. Elle était essoufflée. Lyme arriva près d'elle, vit le couteau. La força à s'asseoir et examina la plaie.

Elle tentait de calmer son cœur. La douleur pulsait en elle évidemment, mais elle tentait de l'ignorer. La garde du couteau était visible, et le sang allait croissant en-dehors de sa jambe, emmenant sa force comme sa vie.

Elle voulait juste qu'il se dépêche et le lui retire. Elle ne voulait pas être un fardeau pour eux. Elle voulait qu'il lui enlève, mette un bandage pour qu'ils puissent repartir.

Lyme analysait toujours la plaie et fronçait les sourcils. Que se passait-il ? Vite ! Elle en avait marre d'attendre. Elle voulait savoir.

Puis Gigantus apparut dans son champ de vision. Peut-être pourra-t-il le lui retirer, lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMar 24 Juil 2012 - 19:20

Tout c'était bien passé, pensa le rhinocéros qui se retourna sur ses alliés. Ils sont vivants, ils vont bien. Enfin, c'est ce qui aurait dut être. Mais l'animal n'avait su remplir le rôle qu'il s'était donné. Il fit une moue de tristesse peu exagérée à la vue de la blessure de Melley. Elle comptait beaucoup pour lui désormais, et voir Lyme ne sachant l'aider lui déchirait le coeur. Ainsi donc s'approcha-t-il d'eux d'avantage et se prosterna près d'eux. Genoux à terre, tête relativement basse, il était quasiment à leur niveau.

La plaie était voyante et faisait peur à voir. Il n'y avait rien de rassurant à voir le sang couler de cette façon. Il n'y avait rien de rassurant tout court, en fin de compte. Quoiqu'il en soit, le rhinocéros se frotta les mains après avoir enlevé ce qui ressemblait à des gants. Il fixa la jeune femme, les yeux dans les yeux. Ainsi ne verrait-elle rien d'autre et lui souffla quelques mots de sa voix grave.

" Serre les dents, c'est bientôt fini. "

Avant même d'avoir fini de parler, la plaie était à découvert et le couteau au sol. Car Gigantus l'y avait jeté. Il entoura la jambe de Melley de ses grandes mains, avec forces, pour empêcher le sang de couler d'avantage. Ensuite, le regard porté vers Lyme, il attendant que celui-ci bande la plaie de leur amie commune. Il ne se fit pas presser, comprenant ce que l'homme bête faisait depuis le début de tout ceci.

Après que le bandage fut mit, Gigantus tira un peu encore, pour s'assurer que c'était bien serré mais pas trop. Il fallait qu'elle puisse marcher jusqu'au village rebelle. Il n'était pas très loin, mais avec la jambe presque paralysée, ce serait tout de même difficile. C'est ce que pensa le mercenaire jusqu'à ce qu'il se frappa presque le visage lui-même. Ca n'aurait rien de difficile que de marcher jusqu'à ce village, ils avaient encore leur montures pour les porter. Soit, rien de malheureux, juste une vilaine blessure.

" Plus de peur que de mal. " dit-il simplement, tout sourire, la laissant ensuite aux soins de son ami pour fouiller les différents cadavres. Il remplit la bourse de maintes pièces de cette manière, et empocha même quelques babioles, quelques fioles, quelques petites choses à priori sans intérêt. Et malgré le fait que nombreuses de celles-ci n'étaient même pas vendables, certaines étaient bonnes à ramasser comme à utiliser. Mais rien ne les aideraient à arrêter la douleur de l'archer prodige.

Une fois le ramassage terminé, il partagea les gains de manière équitable et les redistribua. Il fit en sorte qu'ils ne refusent pas, tâchant d'éviter quelconques négociations à ce sujet. Ils étaient maintenant à nouveau partis, laissant les cadavres voyants. Ces brigands les importaient peu.

Il fallut seulement quelques heures pour arriver au village et ses portes, et malgré le fait que Gigantus y avait souvent pénétré, il n'avait guère l'envie d'y rester. Mais ils passèrent tout de même les portes ensembles. Gigantus à nouveau déguisé en géant homme grâce à toutes ses enveloppes, personne ne crieraient lors de son passage. Melley n'attisait pas les curiosité avec ses yeux pourtant étrange, enfin un endroit où les questions d'apparences n'éteint posées !

Ils étaient sur une place plus ou moins grand, l'heure de la séparation approchait. C'était une petite victoire que d'être arrivé ici en leur compagnie, petite peut-être, mais elle les grandissait tous et chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMar 24 Juil 2012 - 19:39

[assez court désolée..]

Gigantus retira une sorte de gants et s'accroupit pour être à peu près à leur niveau. Melley ne sentait presque plus sa jambe. Puis il la fixa et elle plongea dans ses yeux sombres alors qu'il disait :

-Serre les dents, c'est bientôt fini.

Elle obéit mais déjà le couteau était jeté au loin. Et l'éclair de douleur qui zébra son corps ne se fît pas attendre, malgré les mains du rhinocéros qui appuyaient sur la plaie pour que le sang ne coule pas trop.
Puis Melley vit qu'il attendait que Lyme agisse. Ce dernier comprit vite et apporta du bandage que l'animal posa délicatement, serrant juste pour qu'elle puisse bouger mais pour que le sang ne coule plus.

Heureusement qu'ils avaient encore les montures. Sinon, elle aurait été un fardeau pour eux. Et, d'un coup, Gigantus se frappa la tête de sa main en disant :


-Plus de peur que de mal.

Peut-être avait-il oublié justement et avait cru à son tour qu'ils devraient marcher…Quoiqu'il en soit, il se releva et entreprit de fouiller les corps, emportant l'argent et des babioles. Il partagea le butin et leur donna à chacun une part, sans qu'ils puissent répliquer ou refuser poliment. Melley eut donc un peu d'argent, une fiole contenant un liquide rougeâtre et une fiole avec de l'herbe. Sans doute destinée à un but précis. Elle sourit en remerciements.

Lyme l'aida à se relever, à boitiller jusqu'à sa monture et à s'y hisser avant de faire de même. Et, une fois fait, ils étaient repartis, vers Venill, vers les au revoir…

Et, effectivement, quelques heures après ils passaient les grandes portes de la ville, Gigantus dissimulé comme à l'auberge. Et, étonnement, personne ne les regarda. Personne ne cria en voyant ses yeux ou même la taille du rhinocéros. La différence n'attisait pas la curiosité des gens et Melley se sentit enfin un peu tranquille, malgré la douleur qui la tiraillait encore à travers le bandage.

Arrivés sur une place, ils mirent pied à terre, Melley se tenant à la bride de son cheval pour rester droite. Ca y était. L'heure de la séparation.


-Merci pour tout Gigantus. J'espère que nous nous reverrons, de tout mon cœur. J'ai appris beaucoup en votre compagnie.

Elle regarda Lyme puis termina, souriant légèrement :

-Serait-ce abuser de votre temps de vous demander de manger un bout avec nous ?

S'il ne pouvait pas, elle comprendrait. S'il préférait les grands espaces, il en avait le droit. C'était le premier ami qu'elle avait depuis Lyme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMar 16 Oct 2012 - 0:41

Cela avait finalement été long, assez difficile. Si cette jeune femme pensait avoir appris beaucoup en sa compagnie, Gigantus savait qu'il en avait appris beaucoup plus. Il n'avait jamais eu une telle amie et n'en aurait peut-être plus. De toute les manières possibles, il lui en était redevable. Il se voyait lui-même sous un nouveau jour et observait ce monde d'un nouvel oeil. Il ressortirait probablement bien meilleur de cette expérience. Melley et Lyme étaient des gens bien, et il lui en fallait. Le rhinocéros était sûr et certain qu'au milieu de toutes ces gens, elle trouverait sa place...

Elle s'imposerait finalement et prendrait de l'importance. Elle aurait les deux pieds sur terres et mettrait de coté sa tristesse quand à sa différence et la difficulté qu'ont les gens pour l'accepter. Car cette archère avait un grand avenir devant elle, très certainement bien plus grandiose que l'humble futur du mercenaire que Gigantus était. Elle était chanceuse d'être tombée sur lui, chanceuse d'avoir été conduite ici. Mais désormais, la chance ne suffirait plus. Le rhinocéros se savait lié à cette jeune femme et son ami à jamais. Il savait qu'il aurait à les revoir, il savait qu'il partagerait de nouveau combats, de nouvelles routes.

Mais les périples, lorsqu'il était bien accompagné, ne lui faisaient que très rarement peur. La peur était un sentiment qu'il n'avait que rarement ressentis. Les hommes n'avait rien d'effrayants... Reste à faire don de cette aptitude à rester calme à son nouveau compagnon. Il avait le sentiment intime qu'ils se reverraient en une triste occasion. Des problèmes bien plus graves que ceux arrivés aujourd'hui étaient à venir. Et l'aventure frapperait à la porte de chacun d'entre eux pour les réunir.

Le rhinocéros se voyait comme un héraut de ce monde et voyait ces deux nouveaux amis de la même manière. À trois, voire plus, ils montreront au monde son propre changement. Ils montreront leurs différences telles des valeurs sures pour le futur. Ces terres allaient changer et leurs habitants plus encore.

Mais malgré toutes ces bonnes pensées, le rhinocéros prit silencieusement Lyme dans ses bras et fit de même avec Melley. Il hocha la tête, fit un geste vague de la main et leur dit platement ;

" Notre voyage commun s'arrête ici. Nous n'allons pas manger autours de la même table pour le moment. Mais ca ne saurait tarder. "

Sans lui laisser le temps de répliquer, d'insister, ou quoi que ce soit... il continua.

" Toi, comme moi, avons des choses importantes à faire. Sans savoir quoi, j'ai pourtant à me hâter d'y aller. " Finit-il par admettre, tournant déjà les talons. Il avait eu une manière de tourner ses phrases étrange. C'était probablement dû au fait qu'il n'aie pas les mots pour décrire ce départ... pour décrire ce qu'il ressentait à cette heure. C'était une déchirure. Un mal amplis de bons sentiments. Il était pour l'instant serein, en paix, mais triste de quitter de si bonne heure ses deux compagnons.

Là vint la fin de cette quête, petite aventure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] EmptyMar 16 Oct 2012 - 12:20

Gigantus ne put accepter leur offre. Il devait partir, vagabonder dans la nature, au calme. Melley respectait son choix, et était persuadée qu'un jour, elle croiserait une nouvelle fois la route du Rhinocéros.

Car il acceptait la différence et en faisait une force, il pouvait vivre sereinement dans ce monde cruel et infâme qui les entouraient.

Elle lui dit au revoir d'une accolade, qu'il offrit aussi à Lyme, souriant et le regarda s'en aller, priant pour qu'il ne lui arrive jamais rien et que les Dieux le préservent des dangers qui rôdaient sur les routes. Elle n'avait pas spécialement peur pour lui, mais plutôt pour ceux qui lui chercheraient des noises. Le Rhinocéros était certe inoffensif, s'il était menacé il pouvait se montrer aussi violent que n'importe qui, et encore plus en considérant sa force.

Les deux compagnons regardèrent leur ami d'aventure s'éloigner, observant sa silhouette diminuer jusqu'à disparaître complètement. Puis ils furent seuls et Melley sourit à son mentor, le suivant pour aller déjeuner, boîtant légèrement, pour ensuite se reposer et continuer sa route avec lui.



[voilà ! Fin du rp je pense ! Merci beaucoup pour le rp ! excuse aussi pour cette réponse rikiki mais bon ... je n'avais plus rien à dire...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] _
MessageSujet: Re: Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]   Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley !  [CLOS] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un rhinocéros, des orques et des humains. (Pv Melley ! [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Collines-