''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [PV] A l'intérieur des choses {Khara}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Leevo

Invité

________________


________________



[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptySam 26 Mai 2012 - 13:47

Leevo Shellhorn

« Je suis particulièrement fier – SATISFAIT – de moi, aujourd'hui. »


Ervin Shellhorn à propos des sentiments.


***

- Encore.

Le verre vide glissa sur le comptoir sans bruit, disparut, glissa de nouveau, plein.
Leevo prit grand soin d'en vider le contenu d'un trait avant de renvoyer l'objet au barmaid.


- Encore.

Nouvelle valse transversale pour le verre condamné à finir aussi vide que sec sitôt rempli.

Ça faisait déjà un long moment que le tavernier tenait ce rythme de remplissage ; un rythme industriel qui lui rappelait bizarrement celui du concours annuel de buveur de bière. Sauf que là, il n'y avait pas de super titre honorifique à la clé ni non plus un semblant de reconnaissance. Il n'y avait qu'un elfe qui, a priori, avait développé des glandes mutantes, lesquelles lui octroyaient une endurance éternelle à la boisson. C'était la corne d'abondance des taverniers ; il n'était pas le genre de client qu'on pouvait foutre à la porte au bout du troisième verre histoire de protéger un semblant de dignité humaine ou d'éviter d'avoir à nettoyer les régurgitations sur le vieux planché.
C'était d'autant plus une corne d'abondance – ou plutôt un puits sans fond qui jetait de l'or chaque fois qu'on y versait une goutte – qu'il était ce soir-là déprimé.

Leevo posa sa tête sur le bois du bar et laissa ses bras baller. Il apprécia la fraicheur du matériau et soupira bruyamment.

Il avait l'impression d'être malade. Pas malade à cause de la quinzaine de verre qu'il venait de boire, non. Certainement pas. Il avait l'impression d'être malade parce que depuis quelques temps il sentait ses émotions dérailler complètement et, avec elles, comme de bien convenu, la magie sur sa peau déraillait aussi. Ses tatouages se mettaient à briller tout seul puis à s'éteindre. Puis à se rallumer. Puis à s'éteindre de nouveau. Tout ça au rythme de ses pensées qui passaient de la tristesse à la haine sans prendre la peine de trouver des intermédiaires. Et avec tout ça, sa voix tombait tantôt dans les gammes de la basse-fosse tantôt remontaient dans celles du commun des mortels.


- Encore, fit-il de sa grosse voix profonde en poussant le verre du doigt.
Revenir en haut Aller en bas

Khara Parker



________________

Khara Parker
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage : ♥️


[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptySam 26 Mai 2012 - 15:25

Cette ville était de toute beauté, j'étais subjuguée par toutes ces lumières, ces décors, je n'en croyais pas mes yeux. Les gens ici n'affichaient pas d'air menaçant, vous savez, cet air qui vous dit implicitement regarde moi encore une fois de travers et tu finis en tas de chair puant bon pour nourrir les corbeaux". C'était agréable. Pour une fois dans ma vie, je captais plus de sérénité que de peur et d'agressivité. Une larme roula sur ma joue, j'esquissai un léger sourire, je semblais oublier tous mes chagrins, tous mes malheurs, toutes mes douleurs...

Je continuais alors à errer dans les rues sinueuses de cette ville aux dimensions démesurées, je croisais toutes sortes de gens ici, des elfes, des vampires, des magiciens, et je ne savais quoi d'autre. Puis, je me retrouvai ici, dans cette petite ruelle, elle n'était pas comme les autres, quelque chose n'était pas normal, pourtant, j'étais au milieu de la foule, j'étais face à une sorte de taverne, d'une boutique de matériel ésotérique et autre gadgets fantaisistes et relativement inutiles. Alors, ce fut une évidence. J'entrai sans un mot dans la taverne, capuche sur le visage afin qu'on ne puisse pas me reconnaître, et j'allai calmement m’asseoir sur un tabouret en bois miteux au comptoir. Je ne savais trop que boire, à vrai dire, je ne savais même pas pourquoi j'étais ici, je savais juste que j'y avais été attirée, comme si... Comme si j'avais été appelée par les cris stridents d'une pauvre âme torturée, et rongée par la douleur et le chagrin. Mais où? Il y avait tellement de gens ici, tellement d'esprits à sonder, tellement de cœurs à ouvrir, tant d'émotions à analyser... C'est alors que je fut éjectée de ma transe par le tavernier:
- Bon, et elle prend quoi la demoiselle? Je n'ai pas toute la nuit moi! Ce à quoi je ne sus trop quoi répondre, je n'étais jamais venue dans un tel endroit, j'en avais juste très vaguement entendu parler, de grandes maisons où les hommes et les femmes venaient boire à se rendre ivre, et ainsi s'exhiber tel de vulgaire troll après un bain de boue... Rien de très glorieux je dois l'avouer. Bon, Khara, il serait temps de dire quelque chose, si tu ne veux pas te faire expulser avec pour étiquette regardez-moi, je vien du Vein, mais je n'ai aucune idée de l'alcool que je dois boire, vous parlez d'une réputation, après ça, les démons ne seraient plus du tout crédibles aux yeux du monde...
- Je veux ce que vous avez de plus fort. Oui, je dois l'avouer, j'en avais peut-être fais un peu trop, mais je ne pouvais plus faire demi tour maintenant, au pire, j'essayerai de refourguer mon verre à un habitué, tiens, cet elfe là à coté de moi fera l'affaire. C'est alors que le tavernier revint avec son verre, tout fier de lui:
- Offert par la maison, bonne chance ma p'tite dame! Dit-il avec un sourire amusé, les yeux vitreux et les fossettes couleur rosée. Je trempais alors mes lèvres dans le verre, et l'alcool me brûla les lèvres, Mon Dieu mais c'est imbuvable! pensais-je alors... Je m'empressai donc de descendre de mon tabouret, et de me diriger vers l'elfe qui semblait endormit sur le comptoir. Je posai ensuite mon verre a coté de lui, et entrepris de poser ma main sur son épaule afin de le réveiller en douceur, mais c'est alors que l'impensable arriva.

Aussi tôt que ma main était entrée en contacte avec sa peau, je sentis que la pierre de mon diadème s'illumina et me fit entrer en transe. Je vis alors toutes sortes de choses, des choses horrible, la douleur, la mort, l'abandon et le chagrin, une existence démunie et solitaire. Je voyais des visages, des pleurs et des rires, j'étais embrouillée. C'est la premières fois que mes visions étaient aussi floues que ça, je ne perçus que des bribes de sentiments, rien de très concret. Et lorsque je sortis de ma transe, il était là, à me regarder d'un air interrogateur. Moi, j'étais chamboulée et le visage en sueur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Leevo

Invité

________________


________________



[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyDim 27 Mai 2012 - 17:24

Personne n'abordait jamais l'elfe dans la taverne. Plus depuis qu'on l'avait vu boire deux pichets du fameux « le jus de pieds de Boubou » sans se démonter la tête. Si même « le jus de pieds de Boubou » ne le démontait pas littéralement, aucune chance que quelqu'un qui avait tous ses doigts de pieds le puisse.

C'est donc avec une drôle de surprise qu'il sursauta en sentant la main délicate se poser sur son épaule. Il s'interdit de retourner le poignet du propriétaire malheureux quand il s'aperçut, non sans un haussement de sourcils, que ledit propriétaire dudit poignet était mortifié.

En réalité, ce qui l'empêcha de lui démembrer la main d'une pression du pouce bien placé, c'est le fait que la personne à côté de lui porte une longue cape noire surmontée d'une capuche tout aussi noire. Automatiquement ses yeux étaient descendus sur le col afin de vérifier qu'il ne s'y trouvât aucune broche révélatrice de l'appartenance à son ordre religieux et de l'identité du quidam caché en-dessous. Il n'en vit aucune, ce qui le rassura et lui fit prendre un air implacable.

Il rangea automatiquement ses ruminations émotionnelles intempestives là où elles devaient se trouver pour s'intéresser à l'instant présent ; un instant qu'il jugea très bizarre, à l'image de son vis-à-vis.

Il tourna des yeux sceptiques vers le tavernier, spectateur discret de toutes les scènes qui se jouaient dans son établissement, qui astiquait tranquillement un verre avec un vieux torchon. Il haussa les épaules avant de désigner du menton le verre plein.


- Le jus d'pieds, sur'ment. Ça fait toujours ça quand on sait pas boire.

Leevo reposa ses yeux sur l'ombre à l'intérieur de la capuche et hésita à dégager son épaule de sa prise. Il le fit avec délicatesse et accrocha la main inconnue au comptoir. Le tavernier tira un bol de cacahuète devant son nouveau client histoire de rattraper le coup.

- 'paraît que c'est des arachides. Dame, j'suis sûr que ça arrache aussi l'acide du jus de Boubou de vos tripes.
Revenir en haut Aller en bas

Khara Parker



________________

Khara Parker
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage : ♥️


[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyMar 29 Mai 2012 - 12:00

Je ne savais maintenant plus du tout quoi dire. A vrai dire, j'avais maintenant l'air d'une parfaite idiote. Oui bonsoir, je m'appelle Khara, je suis une sorcière et j'ai cru voir en vous que vous étiez dérangé. Je préférerais encore boire d'une traite le verre de cet alcool infâme. Puis, il me vint une idée! Il fallait que j'amène ledit elfe à discuter de lui-même, pour ça, j'étais relativement douée, enfin, c'est ce que je pensais...
J’ôtai alors ma capuche de mon visage, afin qu'il puisse voir qui j'étais, et pour qu'il soit moins méfiant. Après tout c'est vrai, il est plus facile de parler à quelqu'un qui nous montre son visage, plutôt qu'à quelqu'un qui nous le cache... M'enfin, je m'égare. C'est alors que je me mis à lire dans l'elfe, à trier ses souvenirs. Heureusement, à ses yeux, la manœuvre ne dura pas plus d'une petite seconde.
- Excusez-moi, je ne voudrais pas vous importuner mais, ai-je bien à faire à Mr Shellhorn? Dis-je calmement, tout en créant quelques petites entraves éphémères sur sa colère et sa rage. Après tout, je ne voulais pas mourir ce soir, savait-on jamais.
C'est alors que le tavernier me regarda l'air interdit.
- Ma p'tite dame, je n'veux pas d'problème ici moi. Allez donc jouer vos tours dehors et n'importunez pas mes clients. Evidemment, si j'en jugeais par l'odeur d'alcool qui émanait de l'elfe, je pouvais comprendre que le tavernier ne voulait pas qu'il s'en aille... Ce que je trouvais par ailleurs, très hypocrite. Il ne fallait pas qu'il me dérange, je voulais savoir pourquoi j'avais été attirée dans cette taverne, et vers cet elfe là. Je fis donc un petit tour comme il l'avait si bien dit, le forçant à aller enquiquiner d'autres clients.
J'étais maintenant disposée à tout savoir sur cet étranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Leevo

Invité

________________


________________



[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyMar 29 Mai 2012 - 19:14

La magnifique jeune femme douée d'empathie n'allait pas tarder à savoir ce qui l'avait exactement attirée dans ce bouge répugnant.
Elle allait peut-être même finir par se rendre compte que la piste des sentiments qu'elle avait instinctivement suivie était en fait un sentier.
Voire une route.
Mais alors une de ces routes larges d'au moins quatre voies de passage, recouvertes d'asphalte, de panneaux directionnels et tout le toutim qui laisse entendre que cette route-là, eh bein, ça n'est pas une espèce de petite route de campagne miséreuse qu'on emprunte une fois par an pour aller chez de la famille éloignée. Ça n'était pas le genre de route qui se laissait traverser avec de bonnes bottes. Non.
C'était le genre de route sur laquelle on passait la journée. A cause des bouchons.

Leevo découvrit le visage de l'encapuchonnée avec de grands yeux qu'il s'empressa de reposer sur le comptoir. S'il avait cru deux secondes qu'elle appartenait à l'Inquisition, à cause de la cape, il était maintenant persuadé que non. Il en était même convaincu.
Les membres de l'Inquisition portaient tous des houppelandes obligatoirement noires, d'une parce que le noir était toujours à la mode dans ce genre d'association et de deux parce que cette non-couleur cachait admirablement bien les formes inhumaines de ceux qui les portaient. Et le Dieu des Songes savait ô combien les Inquisiteurs prenaient soin de leurs formes inhumaines.

La jeune femme qu'il s'interdit d'admirer était loin, bien loin, très loin d'avoir des formes inhumaines. A moins qu'on puisse qualifier d'inhumaines des formes qui semblaient tout droit sorties des fantasmes masculins ou qui représentaient assez bien l'idée qu'on pouvait se faire de la perfection physique optimale.

L'elfe n'attachait pas beaucoup d'importance au physique. Il ne connaissait rien de ce que les gens normaux qualifiaient de « beau » ou de « moche » et ne s'était jamais intéressé aux critères qui permettaient de placer telle personne dans telle catégorie. Il savait néanmoins que l'hygiène jouait un rôle très sérieux dans cette histoire. Il ne doutât pas une seule seconde que celle de la jeune femme soit impeccable.
S'il détourna les yeux en la découvrant, donc, ce n'est pas tellement parce qu'il fût subjugué par sa vénusté ou parce qu'il lui venaient des pensées blâmables rien que parce qu'elles avaient été pensées, mais plutôt parce qu'il se sentit curieusement bien à son approche. Trop bien même. Trop à l'aise. Chose assez étrange pour quelqu'un d'ordinaire froid, distant ; quelqu'un qui tenait plus que quiconque à son espace vital, lequel rayonnait, environ, à cinq mètres autour de lui.

Il sentit son corps nerveux se détendre un peu, tout seul, pour la première fois depuis... Pff ! depuis trop longtemps déjà. Même s'il était habitué à vivre sous une tension égale à celle de la branche d'un arc, il avait découvert qu'on pouvait aussi être calme et serein ; qu'on n'était pas obligé de passer ses journées à tout détester, à tout décortiquer, à tout haïr physiquement.
Une rencontre due au hasard qui s'était changée en amitié inconditionnelle, voire plutôt en admiration totale, lui avait permis d'apprendre ces choses-là.
C'était justement à cause de ça qu'il se sentait malade et que ses émotions déraillaient.
Ledit ami avait mis les voiles, le laissant seul avec des morceaux de nouvelles choses et de nouveaux sentiments desquels il ne comprenait même pas un centième du quart de l'origine.

Leevo ne connaissait rien à la vie normale. On avait pris soin de le garder loin des choses communes. On lui avait rabâché que les gens normaux étaient d'incurables malades inconscients et que lui, eh bien lui, il était bien chanceux de pouvoir avoir une éducation aussi judicieusement détournée du sens commun. Une éducation affreusement conditionnée et réglée selon les chapitres du livre de foi de son ordre religieux, à savoir, celui voué au Dieu des songes.
Bref.
Pour résumer, en gros, Leevo confondait le bien et le mal et n'était pas fichu de percevoir toutes sortes d'allusions au-dessus du premier degré.
Mais depuis qu'il vivait sa vie pour lui-même et non plus pour satisfaire les délires décérébrés de son maître, il lui prenait souvent l'envie de découvrir tout ce qu'il avait raté de la vie normale. Son ami – ex-ami, plutôt – l'avait bien aidé à se retourner le cerveau.
Aujourd'hui il bataillait pour le remettre à l'endroit.


- Leevo, rectifia Leevo d'une voix normale. Monsieur Shellhorn est mort depuis un bon moment. Il se tourna pour faire face à la demoiselle et entreprit de la décrypter mentalement. Il était possible que quelques amateurs de bêtes de foires le connaissent, lui et son maître. Après tout, Ervin Shellhorn l'avait toujours présenté comme tel dans des soirées histoire d'exhiber au monde entier ce de quoi un magicien-alchimiste était capable de faire. C'est moi qui m'occupe de ses affaires, maintenant. Des affaires sans intérêt. Vous aviez des choses à voir avec lui ?

Un petit air perdu passa sur son visage, lui faisant froncer les sourcils et baisser les yeux. Sa bouche semblait parler toute seule.
Revenir en haut Aller en bas

Khara Parker



________________

Khara Parker
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage : ♥️


[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyMar 29 Mai 2012 - 23:42

Il était torturé, s'en était presque affolant. Ses lèvres tremblaient et son regard semblait vide, tellement vide. C'est alors qu'il me répondit sur un ton neutre:
- Leevo. Monsieur Shellhorn est mort depuis un bon moment. C'est moi qui m'occupe de ses affaires, maintenant. Des affaires sans intérêt. Vous aviez des choses à voir avec lui ? Dit-il tout en tremblotant. Il était si fragile, si perdu. Si pendant un instant je m'étais laissée envahir par toutes ces émotions, j'aurais fondu en larme, et l'aurais pris dans mes bras afin de lui dire à quel point je suis désolée et à quel point il a besoin d'aide. M'enfin, il fallait que je garde mon sang froid, malgré la peine que j'avais envers lui. Avait-il déjà connu de parfaits moments de bonheur? Avait-il déjà été heureux au point de ne pas se soucier du reste? Pour dire vrai, j'en doutais, j'étais même persuadée du contraire. Il fallait que j'y remédie. Je voulais que pour une fois, il se sente bien dans ce monde dominé par le désir de richesse, de force et de pouvoir. Pourtant, je ne savais toujours pas pourquoi j'avais été attirée vers lui, et je ne manquerai pas de consulter les esprits pour savoir le pourquoi du comment.
C'est alors que j'eus une idée, bon, ce n'était à vrai dire pas l'idée la plus brillante que j'eus eu dans toute ma vie, m'enfin, elle valait la peine d'être exploitée. Je me rappelais des paroles qu'avait prononcé mon père lorsqu'il jura devants tous les démons qu'il aimerait ma mère pour toute l'éternité:

Lorsque nous nous sommes rencontré, j'étais perdu, j'étais mauvais et seul au monde.
J'ai certes toujours eus de grands désirs de pouvoir et de richesse, mais lorsque je t'ai rencontré, j'ai pris conscience que le vrai bonheur ne résidait qu'en de simples choses.
Alors à présent, profitons de cet instant, et dansons.


Je me concentrai alors et fis tout mon possible pour que ledit Leevo Shellhorn soit complètement apaisé et en confiance le temps que je mette mon plan génialissime à exécution. Je commandai un autre verre d'alcool, payai, et l'offris à l'elfe, le gratifiant de mon sourire le plus compatissant. Je le priai ensuite de ne pas partir, et me rendis rapidement aux côtés du pianiste de la taverne afin de lui demander de jouer un air joyeux et entraînant sur lequel les gens présents iraient danser jusqu'à ce que leur pieds les fasse souffrir. Plutôt l'air emballé par l'idée, le pianiste me lança un sourire chaleureux et se mit à jouer. Je revins alors vers mon protégé et lui tendis la main en lui adressant ces quelques paroles:
- Je vous promets de faire mon possible pour que vous trouviez des réponses à vos questions, mais à présent, faites moi danser. Je le gratifiai à nouveau d'un sourire plein de bonté et n'attendais maintenant plus qu'une quelconque réaction de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Leevo

Invité

________________


________________



[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyJeu 31 Mai 2012 - 14:31

L'ambiance de la Panse Repue changea totalement. Elle devint plus chaleureuse. Plus chaude aussi, à en juger par la couleur qu'avaient pris tous les visages à la vue de la jeune femme.
Un sentiment général d'envie, de désir, voire peut-être même de jalousie envahit le lieu. Pourquoi voulait-elle danser avec ce misérable, là-bas, et pas avec eux ?

Leevo considéra la main qu'on lui tendait. Il se sentit curieusement flatté. Et ce même s'il n'avait aucune idée de ce que le mot « flatté » pouvait bien vouloir dire.

Dans sa tête, Sa Conscience battait la charge de ses doigts métaphoriques. Quelque chose clochait. Elle se sentait trop bien.
Elle avait passé toute l'année à réorganiser Ses Souvenirs depuis le départ d'Aoi, le fameux ami qui lui avait retourné la tête.
Sa Conscience avait tenté de se préserver de cette chose horrible qu'on appelait la dépression en balançant aux oubliettes la grande majorité des images du passé.
Ça n'avait servi à rien.

Elle passait quand même ses journées à décortiquer chacun des évènements passés en la compagnie du jeune homme, à chercher des explications, à essayer de comprendre pourquoi elle se sentait si mal, pourquoi il était parti, pourquoi elle n'avait rien fait pour le retenir, pourquoi elle avait envie de tout détruire et, surtout, pourquoi elle lui en voulait tellement de l'avoir laissé seule.
Sans parler de tous les autres « pourquoi » qui venaient chevaucher les premiers, qui s'accouplaient avec eux et qui donnaient naissance à d'autres « pourquoi » en rapport direct avec des questions existentielles telles que : « pourquoi je vis ? ».

Leevo était donc dans une période noire, d'un noir nébuleux, lourd, un de ces noirs écrasant de noir. Sa Conscience ne s'attendait pas à ce qu'une inconnue totale lui propose de l'aider à résoudre ses questionnements sans fin. Ni non plus à ce qu'elle lui propose une danse.

Même si elle trouva les mots de la jeune femme très bizarres – entendre par-là qu'ils étaient soupçonnés de fricoter avec l'Odieuse Magie –, elle ne parvint pas à demander qui elle était, ce qu'elle lui voulait exactement et, bon sang, quel genre de sorcellerie horrible elle utilisait.
Au lieu ça, elle se vit prendre sa main.

L'elfe referma donc ses doigts sur la paume de la belle et la conduisit au plus près de l'instrument, non sans une petite surprise à l'attention de ce qui se passait dans sa propre tête. Il aurait juré s'entendre refuser l'offre et pourtant...
L'impression de voir son corps agir instinctivement se fit plus grande. Plus agréable aussi au fur et à mesure des pas.
Il fit cependant attention à ne pas attirer la demoiselle trop contre-lui, cherchant sans le savoir à la préserver du grand drame qu'un simple effleurement de ses tatouages aurait pu causer. Il avait la drôle de peur de lui faire du mal, tout en ressentant le cruel besoin de lui offrir la meilleure danse de tout Feleth.

Tout ça, bien entendu, en se redécouvrant des talents de danseur, en se rappelant une certaine soirée en compagnie d'une certaine personne. Une soirée qui avait fini à deux dans un lit.

Ce sont les yeux de la belle qui chassèrent ses souvenirs. Il la regardait intensément, comme il avait pris la mauvaise habitude de le faire lorsqu'il cherchait à comprendre les gens. Il se figurait qu'en fixant quelqu'un sans ciller il parviendrait à percevoir ce qu'il pensait réellement.
Il s'y entendait bien pour fixer les gens sans ciller.
Pour ce qui était de les comprendre, c'était une autre paire de manche.

Au bout d'un certain nombre de rythmes enjoués sur lesquels ils virevoltèrent, se déhanchèrent et trottinèrent, Leevo s'arrêta et déplaça sa main au bout des doigts de sa cavalière dans un geste doux. D'ordinaire, il lui aurait lâché la main.
Réflexion faite, d'ordinaire, il ne la lui aurait jamais prise.
Mais ce n'était pas une situation ordinaire. Il le sentait au fin fond de lui-même sans parvenir à s'en faire la réflexion concrète.
Du coup, il n'arrivait pas à la lâcher. Sa propre main n'en avait pas envie.


- Vous êtes qui ?
Revenir en haut Aller en bas

Khara Parker



________________

Khara Parker
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage : ♥️


[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyJeu 31 Mai 2012 - 17:15

A ma grande surprise, il accepta de danser. Enfin je vais être honnête, je n'avais pas non plus envisagé qu'il refuse, mais soit! Nous dansions. Et je fut agréablement surprise du jeu de jambe de l'elfe, il dansait si bien, où avait-il appris? Il me fixait, essayait-il de lire en moi? Cette simple pensée me fit sourire car, à ma connaissance, j'étais la seule à pouvoir le faire, et je n'allais d'ailleurs pas me gêner. C'est alors que la magie opéra. Nous étions la, dans un bal, ici à Madorass, un bal mondain, avec plein de gens extrêmement riche. Je tenai Leevo par le bras, il était étonnamment bien habillé. Quant à moi, je portais une longue robe blanche et or, avec toute sorte de parures fantaisiste, mais qui semblaient très appropriées là où nous étions. Eh bien, je ne savais pas que Leevo fréquentait ce milieu, je n'en revenais pas. C'est alors que je fus projetée plus loin dans ma vision. J'étais dans une chambre d'auberge, allongée sur un lit en soutient gorge et en porte jarretelles. Leevo était là, le regard rivé sur ma poitrine l'air interdit et désolé. Il fallait que cette vision cesse, j'en savais bien assez! C'est alors que je sortis de ma transe en ayant un mouvement de recul et en coupant tout contacte physique avec mon cavalier. Ne voulant pas le brusquer ou lui faire attraper le sentiment qu'il avait fait quelque chose de déplacé, je décidai de trouver une excuse:
- Wouh, excusez-moi, j'ai le tête qui tourne. Il faut dire, je suis impressionnée par vos talents de danseur. Venez donc, la prochaine tournée est pour moi! C'est alors que nous nous asseyions à une table à l'abris de tous les regards. Je commandai deux verres d'alcool fort, même si cela ne semblait pas avoir grand effet sur l'elfe. Je décidai alors que la magie devait s'en mêler. Je sortis une petite fiole de ma besace dans laquelle se trouvait une plante aux allures de pâquerette mais qui en réalité, avait le pouvoir d'embrumer l'esprit de celui qui la goûtait. Oui, autrement dit, cette plante agissait comme un alcool cent fois plus puissant que l'alcool que nous avions en face de nous.

Pendant que je mettais la plante dans le verre de Leevo, celui continuait de me fixer, comme s'il essayait de voir quelque chose. Mais quoi? Bref! Je m'étais prise d'amitié pour ce pauvre petit être torturé, je m'étais donc promis de lui faire oublier ses malheurs, ne serait-ce que le temps d'une soirée.

- Allez, cul-sec Leevo! Ce soir, est le soir où vous ne vous tracassez plus, j'en fais le serment! C'est alors que nous bûmes notre verre et je crus bien voir que la plante avait réussis à lui arracher une grimace. Je me mis alors à rire, peut-être sous l'effet de l'alcool aussi, et je crus bien voir également que le petit elfe semblait se dérider. Il était tout à fait charmant. Je me demandai qui pouvait bien être la femme de ma vision, celle qui portait la très longue robe blanche et dorée. M'enfin, nous en parlerions plus tard. Pour le moment, j'étais affairée à faire oublier les chagrins de mon petit protégé. Et pour cela, je mis mes dons à contribution, en créant dans son coeur toute sorte de sensation de bien être, de sérénité, de chaleur et de confiance.

Soudain, je me rappelai que l'elfe m'avait posé une question lorsque nous dansions, question à laquelle je n'avais toujours pas répondu:
- Ah oui au fait, je m'appelle Khara. M'étais-je contenté de lui répondre en lui adressant un sourire plein de joie. Il fallait qu'il me fasse confiance. Comment pourrais-je m'en prendre à un être qui semblait aussi démuni que lui? Il ne fallait pas qu'il me craigne. Qui peut craindre quelqu'un qui vous demande de danser, et vous offre un verre?

L'ambiance dans la taverne ne retombait pas. Et pour sur, j'étais persuadée que jamais les gens ici ne s'amusaient autant. C'est alors qu'après de nombreux verres, et nombre de rigolade, je voulais encore m'amuser!
- Allez Leevo, faites-moi danser à nouveau, cette musique est tellement entraînante! Lui demandais-je en ricanant joyeusement. Allait-il se prendre au jeu? Allait-il vraiment profiter au maximum de la soirée que nous passions? En tout cas, de mon coté, je n'avais pas envie que cela ce termine.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Leevo

Invité

________________


________________



[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyVen 1 Juin 2012 - 0:06

On aurait pu trouver bizarre le fait qu'une femme comme Khara s'intéresse à un elfe comme Leevo. Mais que voulez-vous, la vie n'est plus ce qu'elle avait été, comme le disent si bien les vieillards de ce monde.

Leevo ne faisait pas que boire. Enfin, si. Mais en plus de boire les verres qu'on lui offrait si généreusement – trop généreusement, peut-être –, il buvait les paroles de la magnifique jeune femme. Il les buvait comme il avait l'habitude de boire du vin, c'est-à-dire, sans modération et sans prendre le temps d'apprécier le contenu.
Elle aurait pu lui parler de n'importe quoi, il aurait été en extase totale.
Remarquez, elle aurait tout aussi bien pu lui parler de rien, voire ne pas lui parler du tout, il aurait quand même été en extase.

Chaque minute passée en sa compagnie le rendait plus à l'aise, plus en confiance, plus heureux. Il avait déjà été heureux, évidemment. Mais c'était un autre type de joie qui s'immisçait maintenant chez lui. Le genre de joie qui a toujours été là et qui n'attend qu'une chose : qu'on dégage la poussière pour qu'elle puisse briller de nouveau.
C'était bizarre.
Une de ces bizarreries insoupçonnables, qu'on ne comprend qu'après que la supercherie ait été révélée.

Leevo ne faisait donc pas que boire, même s'il venait tout juste de vider d'un trait le cinquième verre offert par la belle.
Il se sentit un peu vaciller sur ses appuis.
Il eut soudainement chaud.
Il eut envie de rire en entendant les autres rires.

Il acquiesça à la nouvelle invitation de Khara, délogeant d'un coup de balai métaphorique les petites questions importunes qui osaient encore venir foutre en l'air sa soirée et sous-entendre qu'il était peut-être bien possible qu'il se fasse manipuler.
Il ne se demanda pas pourquoi elle tenait tant à danser.
Il ne se demanda pas pourquoi son contact le rassurait.
Il ne se demanda pas pourquoi la magie se remettait à lui jouer des tours.
Il le savait.

Sa magie était intimement liée à ses émotions et dès lors qu'il se mettait à en avoir des grosses, des bien précises, des bien puissantes, sa magie s'éveillait d'elle-même. Elle avait été conçue pour répondre en adéquation avec ses états d'âmes.
De fait, comme il se sentait affreusement bien et heureux, les sillons imprégnés de magie sur sa peau se mirent à briller d'une chaleureuse lueur bleuté avant de se mettre à crépiter, à augmenter la température de son corps, à redonner quelques flammes aux bougies des alentours, à faire trembler les meubles, peut-être...

Leevo resserra sa prise sur la main de la jeune femme, non sans adopter une posture plus virile, ou, à défaut de trouver un elfe viril, plus impériale.
A la fin du morceau jovial sur lequel tous les couples s'étaient rangés en rangs d'oignons, avaient tendu les bras en l'air pour faire un semblant d'arche sous laquelle courraient les couples les uns après les autres vers l'avant de la rangée, l'elfe attira Khara contre lui et planta en elle des yeux profonds.
Des yeux, en vérité, profondément dilatés qui laissaient voir – et presque entendre – que les herbes avaient fait leur petit effet. Multiplié par deux.

Il lui sourit chaleureusement et la décrypta du regard. Il lui sembla alors n'avoir jamais rien vu d'aussi intéressant sur Feleth. Ni rien d'aussi séduisant.

Le pianiste, comme s'il était directement relié à la tête de l'elfe, se mit à jouer un air plus doux, plus émouvant.
Instinctivement, Leevo passa une main sur la hanche de Khara, approcha sa tête de son oreille, hésita avant d'apprécier la nouvelle sensation de bien-être grandissant et puis lâcha la main de la belle pour remonter la sienne dans son cou.
Il s'empêcha de rire comme il put à la drôle d'impression de flottaison qui lui venait.


- J'ai pas l'habitude d'être aussi... aussi... comment ils disent... aussi proche d'une inconnue. Haha. C'est totalement idiot. Je me sens idiot. Complètement idiot. J'ai l'impression de vous connaître depuis toujours, lui dit-il avec une voix qui se baladait comme bon lui semblait entre les timbres très graves et les sonorités normales. Alors que ça ne fait que... que... Hahahaa. Je crois... Je crois... Je... j'ai du boire de l'eau de vie... quelque-chose comme ça... Hahahahaaa. Je m'étais juré de ne plus en boire !

Pour la première fois de sa vie, Leevo découvrait les effets de l'alcool. Même si ce n'était pas vraiment l'alcool qui les avaient provoqué.
Il découvrait aussi, par la même occasion, que lorsque ces effets faisaient, par principe, effet, on ne s'en rendait pas compte et on perdait toute notion de logique.


- Au fait, vous êtes très...

Il se détacha d'elle, sembla réaliser quelque-chose et la regarda d'un air interdit.

- Rassurez-moi, vous n'êtes pas une catin ?
Revenir en haut Aller en bas

Khara Parker



________________

Khara Parker
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage : ♥️


[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyVen 1 Juin 2012 - 1:09

Il semblait profiter de sa soirée après tout, et moi aussi d'ailleurs. Nous dansâmes des heures durant, sans se fatiguer, passant d'un morceau gai à un plus... comment dit-on, romantique? Il était amusant de voir comment Leevo se prêtait au jeu de la séduction, lorsque vint le dernier morceau, il me prit par les hanche et bomba le torse, il était vraiment touchant celui-la. Puis, au bout d'un moment, il commença à prononcer des paroles totalement grotesques et incohérentes. C'était vraiment très amusant, et je riais à chaque phrase qu'il tentait de faire sortir de sa bouche.

Puis il se détacha de moi, comme ça, d'un coup, le regard on ne peut plus sérieux. Je me demandai alors ce qu'il pouvait bien ce passer, qu'avais-je fais?

- Rassurez-moi, vous n'êtes pas une catin? Dit-il l'air très grave. C'est alors que je fus prise d'un fou rire! Vous savez, ce rire qui ne vous lâche pas, ce rire qui vous donne mal au ventre et qui pour autant ne vous quitte pas. Mon dieu, jamais je n'avais entendu cela, le fait qu'il eut l'air très sérieux rendait la chose encore plus amusante. Puis alors je me raclai la gorge et essuyai mes larmes afin qu'il ne se sente pas non plus trop mal, après tout, pour lui, c'était une possibilité, je l'avais abordé au bar en lui offrant un verre, et maintenant je lui avais demandé de danser. M'enfin! Je continuai de rire intérieurement au ridicule de la situation.

- Non non Leevo, ne vous en faites pas, je ne suis pas de ces filles qui se vendent pour quelques pièces d'or! Allons, continuons de profiter de cette fête! Demain je devrai partir. L'idée de partir en le laissant ici me brisait le coeur. Mais après tout, il ne fallait pas que je crée de lien trop profond avec lui, je ne le connaissais pas assez, et si j'étais dans cette taverne, c'était uniquement pour que dans son petit coeur gangrené, se loge maintenant un peu de chaleur et de joie, ce qui je pense était la maintenant. Mais la nuit n'était pas finie, et personne n'avait encore quitté la taverne, ce qui voulait dire que nous allions encore nous amuser, rire et boire!

Après être retourné à notre table, avoir bu et avoir rigolé à nouveau, je sentais que je n'avais plus les esprits très clairs. Je pris alors un instant où je mis ma tête entre mes mains et où je ne pensais à rien. Ça n'allait pas, je sentais mes pouvoirs me jouer des tours, je passai de l'amusement à la colère, de l'envie à la frustration, et tout ça se répétait sans relâche pendant de longues minutes. C'est alors que je compris pourquoi. Cet homme assis au bar, je l'avais déjà vu. Mais où?! J'essayai malgré moi de me souvenir, mais avec la chaleur qu'il faisait plus l'alcool que j'avais bu, c'était pour le moment impossible...
- Excusez-moi Leevo, je dois aller prendre l'air, je ne me sens pas très bien. C'est alors que je me levai et me dirigeai vers la sortir, en oubliant ma besace ainsi que ma cape.

Une fois dehors, je pris une grande inspiration et fermai les yeux en essayant de me rappeler où j'avais déjà pu voir cet homme. C'est alors que derrière moi dans l'obscurité, une voix se fit entendre.
- Bonsoir Khara, ça fait un moment et tu n'as pas changé, tu es toujours aussi jolie à ce que je vois. Je me retournai précipitamment et reconnu alors la voix de mon interlocuteur. Il s'avançait vers moi, je reculais, et ainsi de suite jusqu'à ce que malgré moi, je fus dos à un mur en pierre.
- Qu'est ce que tu fous ici? Je t'avais pourtant mis en garde, si jamais je te revoyais, je te tuerai. Dis-je d'une voix tremblotante. Cependant, il fallait que je donne l'impression d'être toujours aussi sure de moi.
- Oooh, je t'en pris Khara, tu ne crois quand même pas que je suis venu te voir sans avoir pris mes précautions? C'est alors qu'il déboutonna le col de sa chemise et en sortit un curieux objet qui ressemblait à... à une amulette. Je fus alors prise de panique, je ne pourrai rien contre lui.

C'est alors qu'il s'approcha en souriant d'un air vicieux et malsain. Il m'attrapa alors à la gorge et me souleva sans peine à plusieurs centimètres au dessus du sol. - Alors comme ça toutes ces années de travail auront portées leurs fruits. HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAA!!

Ce soir, j'étais morte.

Leevo, aide moi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyVen 1 Juin 2012 - 2:50

Avec Khara disparurent les beaux sentiments, comme s'ils exhalaient d'elle, comme si leur existence n'était possible que par elle.
C'était en effet le cas.
Mais personne n'était censé le savoir.

Leevo se renfrogna bien vite, alors. Il oublia presque tout ce qui venait de se passer, comme si ça n'avait été qu'une éclaircie passagère dans un ciel bien gris. Un ciel rempli de nuages orageux qui ne manquèrent pas de revenir se loger dans sa tête, apportant avec eux leur lot de questions, de haine, de chagrin et d'incompréhension amère.

L'elfe en revint à se demander ce qu'il fichait ici, à cette table plus précisément et, cherchant une horloge qui pourrait lui indiquer depuis combien de temps exactement il avait tenté en vain de noyer ses homélies, puis constatant finalement que ses yeux lui jouaient des tours affreux, il finit par se lever et décider de rentrer. C'est alors qu'il vit que les affaires de son ancienne cavalière étaient toujours là.

***


L'air nocturne avait ceci d'agréable qu'il était naturellement frais. Il suffit presque d'une bouffée de cet air pour que Leevo retrouve tous ses esprits.

Il réajusta l'échancrure de sa tenue de cuir d'un haussement d'épaule agile, frissonna à peine sous la brise légère et jugea l'obscurité qui s'offrait à lui comme un gouffre vers un autre monde.
C'était d'ailleurs un autre monde, aux yeux de l'elfe.
La Madorass de nuit n'avait rien à voir avec la Madorass de jour, bien trop bruyante, bien trop agitée, bien trop soulante de vie. La cité, dans son rythme de nuit, était aussi soulante, mais pour des raisons auxquelles on pouvait remédier sans avoir à tuer des vies coupables de... eh bien, coupables de vivre, tout bêtement.

Leevo préférait de loin ce rythme là. Il n'était pas de nature sombre, ceci parce que, vous vous en doutez, il ne savait pas ce que « nature » pouvait bien vouloir dire et que pour lui le mot « sombre » ne pouvait qualifier qu'une chose : « quelque chose dans quoi on voit pas très bien ». C'était hors-de-portée de son esprit que d'imaginer une « nature sombre », donc, parce que dans ses mots à lui ça équivalait à parler d'un paysage bucolique dans lequel on ne voyait rien. Rien à voir avec de quelconques passions pour le meurtre, le sang, les tenues noires, les chaussures silencieuses, les escalades de toit et la discrétion.

Il ne pouvait d'autant plus pas l'imaginer qu'il n'avait aucune imagination. C'est aussi pour cette raison-là qu'il n'eut d'ailleurs pas peur lorsqu'il entendit des bruits contre un mur voisin.
La peur, c'était pour ceux qui étaient capables de se plonger dans le futur ; un futur assez proche, qui avait un curieux rapport avec la possibilité d'avoir une durée de vie soudainement raccourcie à cause des mouvements d'ombres assez proches et très suspects.
Leevo n'avait peur de rien parce qu'il ne pensait pas au futur proche. Il ne pensait pas non plus que sa vie pouvait vite tourner court si jamais il s'approchait des coins d'ombres.
Il ne pensait qu'à l'instant présent et ne s'encombrait pas des tonnes d'hypothèses délirantes sur les diverses possibilités abracadabrantes qui pourraient lui tomber dessus dans les minutes prochaines et lui provoquer la mort.

Leevo était béni par l'insouciance et c'est donc avec elle qu'il s'approcha du mur où s'agitaient des ombres, qui petit à petit devinrent des silhouettes, qui devinrent un dos, qui devint un homme, qui devint – il fronça les sourcils pour mieux voir – Khara en train de se faire étrangler.

Leevo n'avait pas d'imagination. Il ne se préoccupait pas du futur. Il était béni par l'insouciance. Certes.
Il avait quand même un coutelas.

***


La Madorass de nuit était bien plus calme que la Madorass de jour. Elle se noyait dans le silence, chose que des oreilles très sensibles appréciaient grandement.
Les victimes des assassins et les promeneurs malchanceux, quant à eux, l'aimaient moins.
Ainsi que, sûrement, le pauvre gars qui avait cru pouvoir agresser tranquillement une pauvre femme a priori sans défense au sortir de la Panse Repue.

Tout était allé assez vite. Leevo s'était glissé dans le silence comme un chat dans un panier, avait balancé un coup de pied nu dans l'arrière du genou de l'agresseur, lui avait attrapé le bras au vol et lui avait, non sans un plaisir masqué, retourné le coude dans un très net « Crac ! » qui, les insomniaques en furent témoins, résonna lourdement dans le silence de la cité.

L'elfe lui avait ensuite empoigné la tête et lui avait très clairement fait comprendre, sans aucun mot, que ceci n'était qu'un avertissement et qu'il était bien possible, même sans imagination, que si d'aventures il s'en reprenait à quelqu'un dans les environs, il puisse se retrouver avec plus qu'un bras cassé ou qu'un genou de travers.

L'homme repartit en claudiquant, louant peut-être bien quelques Dieux auxquels il ne croyait pas au passage d'avoir bien voulu jeter un œil sur sa vie et la lui épargner.

Leevo le suivit des yeux même après qu'il ait disparu au détour d'une lanterne de rue. Puis il consentit à se détendre un peu. Ses tatouages ne brillaient plus depuis la disparition des bons sentiments qu'avait fait fleurir Khara.
Il se tourna vers elle et la regarda d'un air qui lui ressemblait bien, c'est-à-dire, avec hauteur et désinvolture.

Et puis lorsqu'il fût sûr qu'elle n'avait rien de grave, il tourna les talons, bien décidé à aller ruminer sa vie dans un coin où il ne se mettrait pas à danser avec la première inconnue venue.


Dernière édition par Leevo Shellhorn le Ven 1 Juin 2012 - 13:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Khara Parker



________________

Khara Parker
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage : ♥️


[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyVen 1 Juin 2012 - 3:37

Je m'étais résignée à mourir maintenant. Mes pouvoirs m'étaient ici inutiles, et je sentais que le simple fait de tenter de respirer était douloureux. Il devenait impossible de luter. C'est alors qu'un gros Craack se fit entendre, j'ouvrai alors subitement les yeux, je tombai à terre et je vis Leevo tordre le bras de l’homme. Je portai alors ma main à ma gorge et toussai un bon coup. Il était partit, je ne le voyais plus, Leevo l'avait fait fuir. Il m'avait sauvé, je lui en serai éternellement reconnaissante. Seulement, sa réaction ne fut pas celle que j'aurais imaginé. Il resta la, debout, froid et distant, tant dans son regard que dans son attitude, puis tourna les talons et s'en alla comme il était venu. Pour le coup, je restai là, choquée par l'attitude qu'il venait d'avoir en vers moi. Finalement, peut-être n'avais-je pas réussis à lui faire oublier ses malheurs comme je l'avais espéré plutôt dans la soirée. Je décidai alors de me lever, et de courir après l'elfe afin de lui dire au revoir à ma façon. Après tout, s'il m'avait laissé ici, c'est qu'il ne comptait pas me revoir non plus, j'en étais profondément attristée. C'est alors que je courrai, je courrai encore et encore, et lorsque je l’aperçu enfin je me demandai si au fond de moi, j'avais vraiment envie de lui dire au revoir, si je n'aurais pas mieux fais de retourner brider ses sentiments et le faire revenir à la taverne avec moi. Nous nous serions pris une chambre, nous aurions discuté jusqu'au levé du jour, nous nous serions racontés nos brèves et misérables vies en buvant du thé... Non mais Khara, et puis quoi encore?! Je suis un démon, pas une humaine ou je ne sais quelle créature fantaisiste sortie tout droit d'un compte de fée. Oui, il fallait que je lui dise au revoir à ma façon, mais au revoir tout de même.
- Leevo! Leevo attends. Dis-je au fur et à mesure que je me rapprochai de lui. Au moment où je fus à sa hauteur, je me postai en face de lui, l'attrapai par la mâchoire et déposai un baiser sur ses lèvres fines et glacée par la froideur de l'air. Seulement, ce n'était pas qu'un baiser ordinaire. Je m'étais assurée, par un sortilège très puissant, que lorsque ses lèvres toucheraient les miennes, un bref souvenir de bonheur et de gaîté hanterait à jamais son esprit torturé. C'est alors que je mis fin à ce moment, et que comme par magie, je disparus dans la nuit sombre et glacée.

Je repris forme quelques rues plus loin, dans une petite impasse sans lumière. Je sentis alors mon coeur se briser. J'avais perdu un ami cher, à vrai dire, je n'en avais jamais eu, Leevo était le premier homme à me donner autant de plaisir rien que par sa compagnie. Sans doute m'étais-je laissée abuser, ce n'était pas pour lui que j'avais été amenée ici, mais peut-être pour moi. Je secouai ma tête comme pour faire disparaître les images que j'avais de lui, froid et distant, me laissant seule à terre et sans défense. Je décidai donc que puisque le bonheur ne voulait pas de moi, j'allais me remettre à ce que je savais faire de mieux, tuer.

Je me mis à marcher dans les ruelles sombres de la cité de Madorass. Si en fin d'après-midi j'avais croisé toute sorte de gens qui pour la plupart étaient bons, cette nuit, je ne sentais que de la méchanceté, de la haine et de l'irrespect. Je me retrouvai alors face à une bande de trois ou quatre mâles de je-ne-savais quelle race, tentant d'abuser d'une jeune démone aux charmes plus qu'enviables. J'ôtai alors ma cape et fis sentir ma présence grâce à l'aura que je dégageais. C'est alors que les quatre créature se tournèrent et se mirent à rigoler en coeur, d'un rire sadique et malsain. Je mis alors mes pouvoirs en oeuvre. J'avais pu percevoir plus tôt en eux d'horribles douleurs liées à leur enfances tragiques. Cas typique, je savourais déjà ma victoire. C'était bien trop facile.

Je les fis souffrir ainsi pendant de très longues minutes. Je prenais un malin plaisir à les voir ses tordre de douleur à mes pieds, sans pouvoir faire quoi que ce soit. Je riais d'eux, me moquais ouvertement leur disant qu'ils n'étaient que des déchets dans cette vie, qu'ils ne valaient rien, qu'ils n'étaient rien. C'est alors que le premier mourra sous la douleur, je sentis son coeur cesser de battre. Puis, il fut suivis par le deuxième et le troisième. Seul le dernier semblait ne pas être résigné à vouloir partir. Je m'accroupis alors devant lui, le sourire aux lèvres. J'avais maintenant pitié de lui, et décidai d'abréger ses souffrances, je le dis alors rouler sur le dos, et d'un geste net et précis, lui arrachai le coeur de sa poitrine. Il cessa alors de boucher, et son coeur de battre. Puis dans un élan de satisfaction, je changeai le coeur inanimé en verre et le brisai en milles morceaux. Je me relevai, renfilai ma cape, remis ma capuche afin qu'elle masque mon visage tordu par le chagrin et le plaisir et marchai vers l'auberge la plus proche.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyVen 1 Juin 2012 - 16:47

Leevo n'aimait pas s'occuper des affaires des autres. Ceci parce que, comme le terme l'indique, elles appartenaient aux autres.
Ce n'était pas l'unique raison.
S'il s'interdisait à présent de se mêler d'une quelconque façon aux histoires personnelles qui incombent à tout un chacun, c'est aussi parce qu'il avait compris qu'on n'y gagnait rien. On y perdait, plutôt.
S'il y a bien une chose qu'Aoi lui avait très vite fait apprendre sans grands efforts, c'était bien ça : s'immiscer dans les histoires qui ne nous regardent pas n'apporte qu'un manque de reconnaissance total, un déni complet. Et surtout, aucune raison assez bonne pour empêcher quelqu'un de partir.
Leevo s'était offert corps et âme – littéralement – à son ami et lui avait apporté ce qu'il jugeait être tout le soutient dont il était capable. Il avait manqué de vendre sa liberté pour lui, il avait renié toute son éducation, il avait fait des efforts incommensurables pour s'adapter et, bien entendu, il avait tué plus que de raison.
Et tout ce qu'il avait obtenu en échange, c'était la haine de son Dieu, des aventures en veux-tu en voilà, l'ignorance complète de tous ses efforts, la perte d'un ami et une pseudo-promesse lâchée dans le vent pour se donner bon genre.

Il avait cru qu'Aoi pourrait lui permettre de donner un sens véritable aux mots « vivre » et « liberté » ; il y avait vraiment cru puisqu'il avait commis pour lui plus de péchés que l'arbre lui-même n'offre de pêche en pleine saison, ceci dans le soucis de découvrir un maximum de choses concernant la vie normale ainsi que pour, secrètement, lui plaire et le satisfaire. Et puis le jeune homme était parti, emmenant avec lui la délicieuse évolution qui s'était mise en branle.

Leevo avait fait un retour à la case départ incroyable, avait tout oublié des bons moments passés, n'avait pas touché deux milles pièces d'ors.
Enfin, si. Il en avait touché deux milles trois cent, exactement.
Mais ça, c'est une autre histoire.

C'est sommes toutes pour toutes ces raisons là qu'il n'aida pas Khara et qu'il ne prit pas soin d'elle. Il ne lui demanda pas pourquoi cet affreux jojo s'en était pris à elle parce qu'il croyait dur comme fer que c'était le genre de questions qui faisaient entrer ceux qui les posent dans les affaires des autres, lesquelles finissaient, donc, assez généralement mal pour le bon samaritain pleines de bonnes volontés.

Et pourtant. Et pourtant, lorsqu'elle le rattrapa et qu'elle lui fit ce qui avait tout l'air de ressembler à un baiser, Leevo se rappela de tout le reste. Sa Mémoire joua carte-sur-table et ressortit des tréfonds de sa tête tous les bons moments que pouvaient aussi procurer les élans de bonne volonté.

Il se rappela aussi que la belle devait partir le lendemain.
Il s'essuya délicatement les lèvres d'un revers de la main, alors, effaçant la trop agréable sensation et se mit furieusement à regretter l'époque où il était incapable de penser par lui-même. L'époque où il n'avait pour nom de famille que : « Bouge-toi l'train, bon sang ! Ça fait deux minutes que j'attends mon verre, moi ! ».

Et puis il se remit en marche dans les vapeurs sombres de la petite brume nocturne qui s'installait, sans faire gaffe aux particules résiduelles de magie qui s'y étaient mélangées.

***

Leevo déambula sans réel but. Il avait envie de rentrer chez lui mais, n'importe comment, ses pieds le guidaient à l'opposé de son quartier.
Il croisa de nombreuses ombres sur son chemin et leur offrit tout un lot d'images en rapport avec le futur proche et la possibilité de peut-être se retrouver avec une vie raccourcie. Les saltimbanques et autres écumeurs de Madorass n'eurent jamais autant d'imagination.

Sans le savoir, Leevo suivit l'aura que laissait Khara derrière elle. La magie avait ceci de vraiment magique qu'elle pouvait se suivre elle-même dans les méandres de l'obscurité sans en informer le cerveau de la pauvre personne qui lui servait de transport.

C'est donc par un malheureux concours de circonstances hasardeusement magiques qu'il tomba sur ce qu'il jugea être un campement de pochards réunis pour dormir dans la rue à la belle étoile et qu'il se dirigea vers l'unique établissement encore ouvert du coin.

La porte de la taverne s'ouvrit toute seule à son arrivée.
Revenir en haut Aller en bas

Khara Parker



________________

Khara Parker
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage : ♥️


[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyDim 10 Juin 2012 - 15:52

Je ne savais plus quoi faire ni penser. Après mon crime de ce soir, j'avais retrouvé ma vraie nature. D'un coté, je me sentais bien, d'un autre, j'étais mal. Je commandais une petite chambre pour la nuit, et demain, je retournerai chez moi, je n'avais rien à faire ici.
Je rentrai dans la chambre en traînant les pieds, avais-je envie de dormir? Le trop plein d'émotion que je venais d’inhaler me faisait mal, et je ne connaissais pas de sortilège assez puissant pour me défaire de tous mes maux. Il fallait que je prenne un bain, j'étais sale. Sale de tout ce que je venais de faire ce soir, à savoir l'alcool, oui, j'empestais l'alcool à plein nez, de mes crimes, j'avais les mains pleines de sang. J'entrepris donc de mettre un peu d'eau dans ce qui servait de baignoire, et pendant ce temps, je mis de l'eau à chauffer afin de me préparer une infusion à base de plantes.

Après de longues minutes, le bain était près, et ma tasse aussi. Je me dévêtis et me dirigeai vers le salle de bain quand tout à coup, la porte derrière moi s'ouvrit et à ma grande surprise, Leevo se tenait là, l'air interdit. Prise au dépourvu, je levai violemment ma main vers lui récitant une brève formule qui eut pour effet de créer un brouillard éphémère devant ses yeux.
- Mon dieu mais, qu'est-ce que tu fais ici?! Dis-je, furieuse et tentant désespérément de me rhabiller. Il ne dit rien. Une fois que je fus vêtue à nouveau, je dissipai le sort et mis une deuxième tasse à chauffer, l'invitant poliment à venir s’asseoir sur le lit, il s'exécuta sans broncher. Décidément, je ne le comprenais vraiment pas.

C'est alors que j'eus l'ultime idée pour comprendre le pourquoi du comment de sa douleur.
- Ecoute Leevo, je ne sais pas ce que tu veux, mais j'ai à peu près fais tout ce qui était en mon pouvoir pour t'aider et te comprendre. Si tu le désir, il reste une solution, mais elle est risquée. Dis-je alors d'une voix solennelle afin qu'il comprenne bien l'étendu du danger que nous allions courir. En effet, lorsque je ne fus encore qu'une enfant, ma mère avait pratiqué un rituel sur sa propre soeur afin de la délivrer du mal qui l'habitait. Seulement, à la fin de ce rituel, sa soeur mourra et ma mère resta dans le coma de longues semaines durant. Malgré le fait que je ne sois pas au top niveau question magie, je ressentais maintenant beaucoup de tendresse et d'égard envers Leevo. Il fallait que je me lance. Mais avant, il fallait que je me purifie, et Leevo aussi.
- Bon, avant tout, je vais retourner prendre mon bain, essaie de ne pas partir à nouveau. Dis-je en déposant un baiser sur front. Je pris alors ma tasse, fermai la porte de la salle de bain, me déshabillai de nouveau et me plongeai dans l'eau bouillante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptyMar 12 Juin 2012 - 1:31

Les portes n'avaient pas de réelle importance dans la vie de Leevo. Elles étaient simplement là, faisant leur boulot de porte. L'idée d'y frapper avant de les ouvrir n'avait pas encore fait le bout de chemin nécessaire dans son cerveau et, de fait, il lui arrivait assez souvent de tourner des poignées à des moments inopportuns, comme ce fut le cas lorsqu'il retrouva Khara.

Mais avant cela, il avait passé la porte de la taverne et s'était dirigé comme un fantôme en direction du couloir des chambres. Ou plutôt comme une ombre. Ou, pour s'approcher plus encore de la réalité, comme un elfe étrange qu'on s'interdit de remarquer et qui est irrésistiblement attiré par le couloir des chambres.

Et donc il avait atterri devant la chambre de Khara, sans s'en rendre compte, tout en sachant pourtant que c'était elle qui s'y trouvait. Qui d'autre, franchement ? Personne dans cette ville n'avait été capable d'attirer autant son attention. A moins qu'elle ne l'ait attiré délibérément avec attention. Mais ce n'est définitivement pas la question.
Le fait est qu'il tourna bien la poignée à un moment inopportun et que d'un coup il n'y vit plus rien.

La magie opéra. Autant pour censurer ses yeux que pour essayer d'écarter ce voile flou dans lequel il se noyait. Sa propre magie, attachée, ancrée, jalouse, vivace, brute et vile à l'idée qu'une autre magie puisse venir se loger sur ce corps qu'on lui avait offert, réagit en opposition et se mit à briller dans les stries scarifiées çà et là pour montrer qu'elle ne se laisserait pas envahir.
Elle intima donc à Leevo le geste instinctif de circonstance, celui qui était censé rompre net de tels charmes, c'est-à-dire, se frotter les yeux vivement jusqu'à en pleurer.

Il n'en pleura pas lorsqu'il redescendit ses mains, mais on sentit bien que s'il ne le fit pas, c'est simplement parce qu'il n'avait jamais pleuré de sa vie et que ses yeux ne savaient pas le faire. Et qu'ils ne comptaient certainement pas apprendre aujourd'hui.

Du reste, lorsqu'il recouvra la vue, et malgré le fait que ses yeux étaient maintenant irrités, il fit montre d'une obéissance digne, quoique certainement un peu forcée, et s'assit à la demande de son hôte obligée.
Il ne nota pas sa fureur quant à sa présence et ne releva pas non plus le menu incident provoqué par son impolitesse totale. Ça n'en était d'ailleurs pas un, n'importe comment. S'il y avait des portes, c'était pour qu'elles soient ouvertes. Si des gens avaient envie de se tenir nus de l'autre côté, il n'y pouvait rien.

Il se contenta donc d'écouter ce que Khara lui dit, certainement pas à bon entendeur puisqu'il ne comprit rien et qu'il fallut attendre que la jeune femme retourne s'enfermer dans sa salle d'eau pour qu'il réalise tout ce qui venait de se passer, tout ce qui venait de se dire.

Il scruta le plancher un court instant alors, se décida à se relever, fit des yeux le tour de la chambre réduite, se rappela que Khara lui avait embrassé le front, se rappela qu'elle avait parlé de choses le concernant, se rappela qu'elle avait usé de magie, se rappela qu'elle l'avait attiré d'une quelconque manière jusqu'à elle, se rappela qu'elle l'avait embrassé et se rappela tout un tas d'autres choses qui lui firent se rappeler pourquoi il était là.

Il se rappela alors qu'il ne le savait pas.

Il jeta un coup d'œil à la casserole sur le feu d'un air perplexe, sous-entendant mentalement que ce qui y bloblottait était une boisson pandémoniaque et qu'il ne comptait pas y toucher même pour tout l'or du monde, et puis il alla se coller à la porte qui le séparait de Khara.

Il laissa glisser sa main gantée de griffes en fer sur le bois dans un raclement pitoyable avant de s'interdire de tourner la poignée. Non pas par politesse, cette fois, mais parce qu'il avait entendu le verrou se fermer et qu'il savait inutile d'essayer d'ouvrir.

Son regard et sa tête se tournèrent machinalement vers ses pieds, vieille habitude d'esclave - quoique ces habitudes-là avaient eu tôt fait de disparaître de sa vie sans laisser trop de traces sur son égo. Réellement, donc, s'il baissa la tête, ce fut plus dans un soucis de parvenir à se faire mieux entendre, ceci parce qu'il s'imaginait certainement, comme les trois quarts des habitants de ce monde, que regarder le bas de porte quand on parle à quelqu'un de l'autre côté est nécessaire. Une histoire de propagation des sons dans l'air, quelque-chose comme ça.


- Khara ? Fit-il d'une voix assez forte, l'oreille à quelques centimètres du bois afin d'écouter le moindre de ses faits et gestes. Je... suis revenu parce que... je... je me demandais comment vous saviez... Comment vous... Bon sang ! Il n'avait jamais eu autant de mal à formuler une phrase. M'aider à quoi, au juste ? Je ne vous connais pas et pourtant... Pourtant... pourtant j'ai l'impression de vous connaître depuis toujours, acheva-t-il dans sa tête, soudainement conscient que ses idées n'avaient aucun sens et se contredisaient entre elles.

Leevo avait fait de la contradiction un art à part entière. Un art qu'il mettait à profit contre les autres. Jamais de sa vie il ne lui était arrivé de se contre-dire lui même.
Une seule explication s'offrit à lui, alors : c'était de la magie.
Tout ce qu'il n'arrivait pas à expliquer, tout ce qui paraissait bizarre, sombre et un poil dérangeant était forcément de la magie et ça ne pouvait être que ça. Le fait qu'il soit trop bête pour trouver la logique profonde de ses ressentis n'était pas une explication valable.

Soudainement conscient, il serra le poing sur la porte et frappa le bois nerveusement. Quelques calculs de mémoire se firent en rythme dans Son Inconscient.
Il ne pouvait sortir de sa tête le fait qu'elle l'ait embrassé. Ça ne paraissait rien, comme ça, mais on lui avait appris que ça voulait dire beaucoup. Ça voulait entre autre dire qu'on était quelqu'un de spécial. Quelqu'un d'assez spécial, disons, pour ne pas se mettre à lui faire regretter d'avoir utilisé de la magie.

Jusque là, la seule personne qui l'avait embrassé, c'était Aoi.

Sa Mémoire tricota dur pour faire les associations douteuses entre les divers éléments et pour arriver à la conclusion que Khara était elle aussi quelqu'un de spécial. Peut-être pas aussi spéciale qu'Aoi, mais elle se débrouillait bien dans son genre.

Il abandonna ses coups de poings légers et se détendit un peu. Du moins, autant que le lui permettait la corde d'arc qui lui servait de colonne vertébrale.


- Non, rien. Le regard inexistant de la porte lui fit sentir qu'il fallait ajouter quelque-chose : Euh... Prenez vôtre bain. Je vais attendre.
Revenir en haut Aller en bas

Khara Parker



________________

Khara Parker
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage : ♥️


[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} EmptySam 15 Déc 2012 - 19:51

Une fois dans ce qui servait de baignoire, je fis mon possible pour me détendre le plus possible. Je plongeait mon corps entier dans l'eau en le naissant que mon visage hors de l'eau de façon à pouvoir respirer et à la fois, être dans le silence. D'une certaine manière, j'en avais besoin, le silence m'aidait à me ressourcer, à mieux réfléchir, ce genre de choses... Puis alors je m'endormis.

Il y avait du feu partout, les maisons brûlaient, les gens criaient et pleuraient au dessus des cadavres de leur proches. Les chevaliers noirs, sur leur grands chevaux aux yeux rouges semaient la terreur dans ce village, déchirant des familles entières, détruisant des baraques... J'étais là au milieu de tout ce vacarme, j'aidais un enfant à sortir de sa maison qui brûlait et non loin de moi, il y avait Leevo qui se battait férocement contre un chevalier. Il réussit à le mettre en pièce, mais un autre arriva puis un autre, et encore un autre! Il se défendit comme il put, mais les claquement des fouets sur sa peau allaient bientôt venir à bout de lui. Il fallait que j'agisse, que je fasse quelque chose, je ne pouvais pas le laisser comme ça! Alors au moment où un des chevalier dégaina son épée et la pointa en direction de Leevo, je courus dans sa direction et me jetai devant l'épée qui vint transpercer mon abdomen...

- Khara? Je... suis revenu parce que... je... je me demandais comment vous saviez... Comment vous... M'aider à quoi, au juste ? Je ne vous connais pas et pourtant... Pourtant... Entendis-je de l'autre côté de la porte, c'était Leevo. Mon dieu, quel cauchemar!
- Hmm attends Leevo, je ne t'entends pas très bien, laisse moi quelques secondes, j'arrive. Dis-je alors que ma voix tremblait encore. Ce rêve avait forcément une signification, on ne rêve pas qu'on se fait tuer par hasard, il fallait que j'en sache plus. Je me séchai puis me rhabillai, et comme si je n'avais pas eu assez peur comme ça, au moment où je m'apprêtai à sortir de la pièce, j'entendis un petit bruit, un petit bruit comme si des petites goûtes tombaient du plafond derrière moi. Décidément, leurs sols et plafonds n'étaient pas très étanche! Je me retournai alors pour voir d'où venait la fuite. C'est alors que je vis que ce n'était pas vraiment de l'eau qui tombait car sur le sol se dressait devant moi une petite flaque de sang, de sang bien noir, comme celui qui gicle de la jugulaire, ce sang que les sorcières utilisent généralement lors de grands rituels de magie noire. Alors, doucement je levai les yeux au plafond, et je fus prise de panique lorsque je vis que quelqu'un ou quelque chose avait écrit La mort t'attend dans l'autre monde. Je fus alors prise de panique et je sortis de la pièce en deux temps trois mouvements et lorsque j'ouvris la porte je tombai face à face à une grande silhouette. Je poussai un petit cri de surprise, puis je me rendis compte que c'était Leevo.

- Aaah c'est toi, tu m'as fais peur! Qu'est-ce que tu faisais contre la porte? Il me regardait d'un air interrogateur, et je compris alors que ma question n'avait strictement aucun sens. Après tout, s'il voulait être contre la porte, il n'y avait rien qui l'en empêchait. Je décidai alors d'ouvrir la porte de la salle de bain, et à ma grande surprise, le sang avait disparut, il n'y avait plus rien, les murs et le sol étaient redevenus gris de saleté, aucun signe d'une quelconque fuite de sang. C'était curieux. Il fallait absolument que j'en sache plus.

Je décidai alors de ne rien dire à Leevo, je ne voulais pas l'affoler et prendre le risque qu'il s'en aille à nouveau, sa présence me rassurait. Je pense que le fait qu'il soit là avec moi, me donnait le sentiment qu'il ne pouvait rien m'arriver, comme s'il était prêt à me défendre à n'importe quel moment, comme tout à l'heure. Bref! Je mis mes plantes à infuser dans l'eau que j'avais fais bouillir avant mon fameux bain sanglant et servis deux tasses.

- Oui au fait, par rapport à ce que tu m'as dis tout à l'heure, oui hmmm, comment te dire. Je m'assis alors sur le lit et invitai Leevo à s'assoir à coté de moi, ce qu'il fit sans broncher. Je décidai donc de tout lui expliquer.
- Tu sais, depuis que je suis toute petite, j'ai la faculté de voir des choses en certaines personnes, des choses qu'elles-même n'arrivent pas à voir. Et c'est ce qu'il s'est passé avec toi, lorsque je suis passée près de cette taverne, j'ai sentis que tu n'étais pas... comment dire, pas serein, tu n'étais pas heureux, enfin non, je veux dire... Bon sang, comme c'était difficile de dire à quelqu'un qu'il n'était pas heureux en son fort intérieur, j'aurais simplement eu envie de lui dire : Bon écoute Leevo j'ai vu que tu étais un peu perturbé par le passé et je voudrais savoir quand est-ce que tu t'es rendu a un bal avec une jeune femme portant une robe blanche et or. Mais ce n'était pas si facile que ça.
- Non, oublie ça, tu es tout à fait normal, et j'ai juste eu la chance de te rencontrer, tu es quelqu'un de très charmant Leevo et je me demandais si... Et là, j'eus l'idée du siècle. Si tu accepterais de faire un petit voyage avec moi, je suis à la recherche d'objets qui appartenaient à ma famille, malheureusement, ils ont été volés et je ne sais pas où ils se trouvent exactement. Il me regardait d'un air enfantin, comme s'il n'avait pas vraiment saisit ma requête. Il était si mignon lorsqu'il semblait ne pas comprendre, je me surpris même à rougir lorsqu'il me fixait comme cela. M'enfin, ce n'est pas la dessus que je vais discuter. Alors je décidai de me lancer, il accepterait, ou non.
- Voila, j'ai simplement besoin de toi dans une sorte de petite... Mission, rien de plus je promet qu'il ne t'arrivera rien, et qu'au bout du compte, tu seras autant satisfait que je le serai! J'ai juste besoin d'un oui ou d'un non. Alors, je fus très surprise, tout en continuant de me fixer, il me sourit puis hocha de la tête certainement en guise d'approbation. Prise d'un élan de joie, je me jetai à son coup et me mis à le remercier, encore et encore. Puis je me rendis compte que peut-être il ne fallait pas que j'en fasse de trop, certes j'étais très heureuse qu'il accepte, mais si j'étais là à m'extasier toute seule sur un simple hochement de tête, il aurait toujours pus refuser par la suite.
- Très bien ne bouge pas, pour ce voyage il va falloir que tu sois au top de ta forme, compris? Je ne voudrais pas qu'il t'arrive quoi que ce soit une fois sur place. Puis je me rappelai que les elfes supportaient très mal de se retrouver dans le Vein et que Leevo aurait par conséquent un petit problème de lucidité une fois sur place. Hmm qu'allais-je faire? Au même moment, une idée me vint à l'esprit, il fallait que je le protège contre le mal qu'allais lui imposer un tel endroit. Nous allions alors commencer.

Je fis alors de la place dans la petite chambre où nous nous trouvions, pris une craie noire, dessinai un pentacle sur le sol assez grand pour que Leevo et moi tenions assis à deux dedans et allumai des bougies noires que je plaçai à chaque extrémité du pentacle. J'invitai ensuite Leevo à s'asseoir à l'intérieur et à essayer de faire le vide dans son esprit. Je sortis ensuite une petite breloque que je m'étais procurée dans une boutique un peu plus tôt dans la journée et entrepris de lui jeter un sort qui viserait à immuniser Leevo de l'atmosphère pesante et distordue qui régnait dans le Vein. Je pris ensuite mon grimoire et l'ouvris à la page de création d'amulettes et le paragraphe qui parlait d'une amulette qui protégeait les non-démons du Vein retint alors toute mon attention. Je n'avais jamais jeté un tel sort sur un objet et j'espérais alors qu'il ne me demanderait pas trop d'énergie.
- Tout d'abord, je vais faire en sorte que ce collier te protège Leevo, une fois que nous serons partis d'ici, tu ne devras l'enlever sous aucun prétexte, tu m'as bien comprise? Il se contenta de hocher la tête à nouveau. Bon, il avait compris donc, le rituel pouvait commencer.
- Desmatos quid magia facit dominus hoc phylacterium invulnerabilis ad tenebras Venam
Desmatos quid magia facit dominus hoc phylacterium invulnerabilis ad tenebras Venam
Desmatos quid magia facit dominus hoc phylacterium invulnerabilis ad tenebras Venam
C'est alors que la magie opéra; les flammes qui brûlaient les bougies grandirent d'un seul coup, mes veines ressortirent et mes yeux devinrent noirs comme le jais et après avoir répété plusieurs fois l'incantation, tout redevint normal, tout redevint silencieux.
Je pris alors l'amulette et la passai au cou de Leevo et lui demandai s'il se sentait différent, il hocha la tête négativement. Bon et bien, la moitié du travail était fait et malheureusement, je pense que nous ne pourrions constater l'efficacité de l'amulette qu'une fois sur place. J'ouvris alors mon grimoire à la page de création de brèche permettant au lanceur du sortilège de passer d'un monde à l'autre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



[PV] A l'intérieur des choses {Khara} _
MessageSujet: Re: [PV] A l'intérieur des choses {Khara}   [PV] A l'intérieur des choses {Khara} Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV] A l'intérieur des choses {Khara}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: À la panse repue-