''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Larynda Silentium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Larynda Silentium   Mar 10 Juil 2012 - 16:39

* * *

Personnage

Nom : Silentium
Prénom : Larynda
Rang : Souffrance muette

Âge : 154
Sexe : Femme

Race : Elfe
Classe : Archère
Métier : Aucun

Croyances : Déesse de l'Équinoxe
Croire en quelque chose qui mène "la barque" est idiot. Mais comment peut-on penser que rien n'est à l'origine de toute cette vie ? Chaque être, animal, plante à reçut un souffle de vie différent, long ou pas. Toute chose doit disparaître pour laisser place à son remplaçant. Même les choses dites "éternelles" peuvent s'éteindre à chaque instant. Il ne faut pas pleurer quand ce moment arrive, la mort n'est qu'un autre chemin, qui vous ouvre les bras pour un repos éternel.

Groupe : Solitaires

Équipement : Larynda possède un arc long accompagné d'un petit carquois d'une dizaine de flèches, ainsi qu'une dague. Son arc fait d'if, qui l'accompagne depuis son plus jeune âge, semble doté d'une conscience propre.
Elle arbore en tant qu'armure de simples bottes lui arrivant au mollet, des gantelets lui couvrant les avant-bras et un léger pantalon de cuir se mariant parfaitement avec une petite tunique à manche courte.

Talents de combat physique : Agile comme un chat, très habile en ce qui concerne toute utilisation de son arc ou de ses mains. On la voit d'ailleurs beaucoup s'amuser à tendre et détendre la corde de son arc comme pour s'assurer que rien ne la gênerait à l'utilisation. Ce qui fait d'elle une redoutable combattante à distance, quand au corps à corps, elle ne l'utilise que si elle n'a pas d'autres choix.

Talents de magie : En tant qu'archère Larynda contrôle assez bien la magie de l'air, négligeant les autres formes élémentaires de magie, elle ne les contrôle que très peu.

Talents divers : Ambidextre

Pouvoirs particuliers : //

Apparence physique :

"Un autoportrait !?", dit-elle en sursautant, "bien madame." Prenant une feuille et un crayon, elle partit s'installer sur les bords d'une rivière. Se penchant afin de se regarder dans l'eau, elle se releva aussitôt, commençant son dessin. Le visage fut la première chose à apparaître clairement, un contour oval auquel elle ajouta un petit nez, de fines lèvres. De grands yeux ronds d'un vert-gris, montrant une certaine tristesse, s'ajoutèrent naturellement au visage. ses longues oreilles pointus de dessinèrent naturellement. Lâchant son crayon, elle passa une main sur sa joue gauche. Une cicatrice, parcourant son visage, partait du menton et s'envolait près de l'oeil. Reprenant son crayon elle l'a dessina. Ses longs cheveux, d'un noir abyssale, terminèrent le portrait.

"Je vais me dessiner complètement tant que j'y suis."

Quelques instants plus tard, le dessin fut terminé. Posant son crayon à terre, elle prit la feuille à deux mains et la recula pour mieux voir. Une magnifique chose était désormais mise sur papier. Un corps svelte, presque maigre apparut. Elle mesurait 1m72, ni trop petite, ni trop grande et elle adorait ça. On voyait ses cheveux, lisse comme une étendue d'eau calme, tombaient en bas de son dos, sa peau blanche reflétant leur noirceur.

"Un véritable physique d'une humaine de 23 ans."

Caractère, personnalité :

"Madame, comment décrirez-vous mon caractère et ma personnalité ?" Le regard empli de tendresse, elle lui posa une main sur l'épaule.

"Tu es trop méfiante vis-à-vis des autres, même envers tes parents tu restes distante. Nous comprenons ce sentiment, mais il te faut savoir différencier ceux qui te veulent du mal et ceux qui pensent à ton bien-être. Tu as peur de faire confiance, pourquoi, je ne sais pas, as-tu peur d'être déçue de quelque chose ? Tu n'as jamais été vraiment amoureuse de quelqu'un et c'est une chose qu'il te faudra vivre un jour. Tu n'exposes jamais tes sentiments, c'est l'une des raisons de la solitude qui t'entoure. Pourtant, on sait que tu n'es pas quelqu'un d'impassible. Cependant, bien que tu n'aimes pas vivre entouré de trop de monde, lorsqu'on te demande de venir quand des invités sont présents, tu es là, souriante et faisant semblant d'être heureuse."

Faisant une pause, elle s'assit juste à côté de Larynda.

"Malgré tous ces défauts qui s'avèrent être, pour la plupart, des qualités dans le monde qui t'attends. Tu aimes la nature et la vie, c'est le plus important. Quand je te regarde en ce moment, en train de verser une larme à cause de mes mots, je vois que tu es d'accord avec tout ce que j'ai dit. Regarde-moi, il ne faut pas être triste, tu n'as pas choisi ton destin. Personne ne le choisit."

Histoire :

Un ciel étoilé, celui de Fereth, c'est la première chose qui apparut devant les yeux de Larynda. Donnant son premier souffle de vie en pleine nature, entourés des arbres et de sa famille. La présence de ses parents et de son frère, rendait l'événement particulier, comme si le temps s'était arrêté le moment d'une naissance.

On peut dire que Larynda à eut une enfance plutôt heureuse, c'est son frère qu'elle aurait pu appeler "papa", celui-ci étant absent depuis sa naissance. Elle appris vite à ne pas s'en soucier, sa mère était très proche d'elle, même si n'étant encore qu'une enfant, la jeune elfe avait déjà commencée à se cacher dans sa bulle. Très vite les dialogues entre Larynda et sa mère devinrent des monologues, désormais c'est le silence qui répondait pour l'enfant, c'était impossible d'expliquer le pourquoi de ce comportement. La famille vivait dans la forêt des amanites, seule, loin de tout. Environnement propice pour apprendre des valeurs telles que la solidarité, la confiance et aussi l'importance de parler aux autres personnes, tout garder pour soi n'est pas une solution. Ce n'est qu'avec son frère qu'elle parlait un peu, lui qui lui avait tout appris, même des choses en rapport avec sa féminité. C'était plus que de simples échange de parole, une véritable harmonie s'installa entre eux. Son frère lui avait taillé un grand arc en if pour qu'elle apprenne dès son plus jeune âge à utiliser ses mains, il lui appris comment s'en servir, il essaya aussi de lui apprendre comment utiliser l'air à son avantage avec la magie, chose qu'il abandonna très vite, sa soeur était bien trop jeune pour quelque chose d'aussi complexe.
Ils vivaient de peu, les fruits constituaient presque toute leur nourriture. Parfois Larynda ramenait de petits animaux pour avoir un peu de viande au menu, elle détestait faire ça, mais avoir pour seule nourriture des fruits, ce n'est guère recommandé. Son frère rapportait parfois de plus gros animaux, ce qui provoquait quelques disputes entre lui et sa soeur. Les repas étaient le seul moment où la famille était réunie, mais l'ambiance était pour le moins... étrange. On aurait dit deux mondes différents et pourtant si proche. Seule dans ses pensées, elle n'entendait pas ce que pouvait dire sa famille. Sans doute cela ne l'intéressait pas.


Ils vécurent une centaine d'années dans ce contexte. L'âge de Larynda approchait les 130 ans, elle était devenue une très belle femme, bien qu'elle ne se doute pas que cela pouvait être un atout dans d'autres modes de vie. Son frère, plus vieux d'une vingtaine d'année s'occupait encore beaucoup d'elle, il lui avait enfin appris ce qu'il savait de la magie. Cela n'avait pas été simple pour eux, ils passaient plus de temps à se battre de façon amicale qu'à apprendre. Leur lien s'était renforcé à tel point que l'harmonie qui régnait entre eux se fit encore plus profonde. Ils s'aimaient profondément et ça se voyait, ce qui remplissait d'espoir leur mère à chaque moment où elle les voyait ensemble, entendant même par moment le rire de sa fille. Mais toute routine possède une fin, plus ou moins brutale, on pouvait prévoir ce changement de vie, tout comme ce changement peut parfois vous tomber dessus sans prévenir.
C'est l'apparition d'un être qu'ils connaissaient qui changea leur vie à tous. Larynda était partie chasser pour le repas du soir, le reste de la famille était resté pour préparer les fruits et le feu pour la cuisson. C'est à ce moment qu'apparut au loin cet être, un homme ou bien un elfe, impossible de dire ce qu'il était tant la distance qui les séparait était grande. Kivan, le frère de Larynda, n'apercevait qu'une silhouette sombre, habillée de façon trop discrète pour pouvoir en dire plus. Après plusieurs minutes, l'être était désormais plus proche et il put enfin voir de qui il s'agissait.



"Imp...", commença-t-il à dire.

Sa mère qui s'était levée d'un bond et était passé devant lui ne lui permit pas de terminer sa phrase. Elle courait vers la silhouette aussi vite que lui permettait ses jambes, elle avait reconnu son mari, le père de ses enfants. Enfin il était venu les voir, enfin il pourrait faire connaissance avec sa fille qui souffrait sans doute de n'avoir jamais vu son père. Larynda connaissait sa description, grâce à sa mère, qui quelques années plus tôt, lui en avait fait un portrait des plus élogieux, narrant leur rencontre et la puissance de leur amour.

*Très subjectif*, avait pensée la jeune elfe à ce moment.

Ce qui suit fut très rapide, une lame transperçant un corps, l'arrêtant dans sa course et lui ôtant la vie immédiatement. Quelques secondes après c'était un projectile, en plein coeur, qui ôta la vie à Kivan.
Tel fut l'horrible vision que trouva Larynda en revenant de la chasse, deux corps, l'un appartenant à son frère, l'autre à sa mère gisaient, face contre terre, au sol. Tombant à genou, le vent plaça ses cheveux longs devant son visage, c'était comme une protection qui lui permit de fondre en larmes. Elle n'aimait pas qu'on tue les animaux, même pour leur survie, mais tuer des êtres humains, était une chose qu'elle pensait impossible et interdite.
Pourquoi ? Fut la première interrogation qui lui vint en tête, ils vivaient dans une forêt immense et ils n'avaient rencontré personne depuis plus d'un siècle. Qui ? Était la deuxième et la dernière interrogation qu'elle se posa à elle-même, qui aurais-pu vouloir la mort entière de sa famille ?


"Relève-toi frêle chose, je ne peux pas croire qu'un être de mon sang fonde en larme au moindre cadavre qui se dresse devant lui."

C'était une voix rauque et emplit d'agressivité, comme s'il crachait un venin trop longtemps retenu.

*De mon s...*

Larynda ne put finir sa pensée, une douleur violente au ventre s'empara d'elle, il l'avait frappé d'un coup de pied rapide et précis. Ce n'est pas par hasard qu'aucun os n'avait craqué sous cette puissante attaque. Incapable de se relever, elle ne pouvait que supporter les remarques désobligeante de son père. Kivan ne l'avait pas préparée à ça, la méchanceté gratuite, comment pouvait-elle réagir après le plus horrible moment qu'on lui avait donné de vivre. Désormais c'était un flot d'insulte qui lui arriva aux oreilles. S'en était trop, elle hurla si fort que le bruit s'envola au-dessus des arbres, faisant fuir les oiseaux. C'était sa première réaction "humaine" depuis qu'elle avait découvert les cadavres. S'interrogé sur le pourquoi du comment n'est pas une réaction de dueil, mais le cri amusa son tortionnaire. Agrippant Larynda par les cheveux, il lui releva violemment la tête. Les larmes ne coulaient plus et son regard était désormais vide. Elle était réellement anéantie devant tant de cruauté. Seule son visage montrait à quel point la souffrance physique était intense.

"Je vais arranger ce si jolie visage que tu voulais cacher derrière la serpillière qui te sert de coiffure."

Arrachant sa dague à sa ceinture dans un bruit métallique, il approcha la lame près du visage de sa fille et enfonça le bout de l'arme dans la chair de sa chair. D'abord, des gouttes de sang perlèrent de son menton, mais son père ne s'arrêta pas là, il fit glisser la lame vers le haut, arrachant toute la peau au passage de la dague. Une colonne de sang se dessina sur le visage, s'arrêtant près de l'oeil, il repoussa sa fille qui tomba sur le flanc. Portant sa main vers la plaie, elle se tenait la tête aussi fortement qu'elle le pouvait, la douleur était insupportable et jamais son visage ne guérira de cette journée.

"Avec ceci tu ne m'oublieras pas, te tuer maintenant est une chose inutile, tu peux me détester tout comme tu peux m'aimer, mais mon souvenir persistera dans cette cicatrice, à jamais."

Se désintéressant de sa fille il se retourna et commença à partir. Se relevant difficilement, la main pleine de sang sur le visage, elle hurla à son père de s'arrêter. Quelle idiote ! Il fit volte-face et se retrouva rapidement devant elle, le regard hautain il la dévisagea de toute sa hauteur. La douleur au ventre ne permettait pas à Larynda de se tenir droite face à son père, mais il vit les lèvres de sa fille en train de bouger.

"Pourquoi ?", dit-il en riant. "Pour ton bien, ça fait longtemps que je vous observe et jamais je ne t'ai vu heureuse, toujours à faire semblant. Le rapprochement entre toi et Kivan m'écoeurait, tu ressentais de l'amour pour lui n'est-ce pas ?"

L'absence de réponse, comme à chaque fois, répondit pour elle.

"Bien sûr, le silence, tu te caches toujours derrière lui. Je vais te dire une dernière chose avant de partir et laisser ton ami, le silence, s'occuper de toi." Il rapprocha sa bouche de l'oreille de Larynda et il lui chuchota. "Leur mort est uniquement ta faute, c'est ton désir qui a agi ce soir, pas le mien."



Vingt-quatre années de solitude, à vivre comme elle avait eu l'habitude avec sa famille. La tristesse et la culpabilité ne l'avaient pas quittée, mais un autre sentiment, petit à petit, s'emparait d'elle. À chaque moment, le souvenir de cette journée lui revenait en mémoire, les paroles acerbes et surtout cette phrase "Leur mort est uniquement ta faute, c'est ton désir qui a agi ce soir, pas le mien." lui revenait sans cesse en tête. Touchant sa joue, elle sentit la peau durcit sous ses doigts, physiquement elle ne souffrait plus. C'est une tout autre douleur qui la rongeait petit à petit.
Larynda devait partir, plus rien ne la retenait ici, le souvenir de sa famille était trop ancré dans son esprit, dans cet espace. Et pour cause, les tombes de Kivan et de sa mère se trouvait à quelques centaines de mètres d'ici. Aussi sommaire soit-il, c'est eux qui avait construit cet endroit. Le regard tourné vers l'ouest, un bref sourire se dessina sur son visage
.

"Ce n'est pas comme ça que tu dois t'y prendre ! Tu dois être en symbiose avec ton arme et avec ta magie, ne les domine pas et laisse les t'aider, réessaye !"

Tirant doucement une flèche de son carquois, elle arma son arc qui se mit à vibrer violemment, signe que la magie pénétrait dans l'arme. Le visage de Larynda, sous l'oeil attentif de son Kivan, se crispa de douleur. Son frère s'approcha et posa sa main sur l'épaule de sa sœur, lui faisant signe d'arrêter son effort. Baissant l'arme elle tourna son visage pour affronter, les yeux dans les yeux, les critiques de son frère.

"Tu te fatigues considérablement, en utilisant la magie, tu ne dois pas forcer pour t'en servir sous peine de ne jamais t'en remettre. Recommence, cette fois, je vais t'aider en stabilisant ta magie."

Sentant encore la main de son frère sur son corps, elle releva son arc, la magie s'empara de l'arme qui, grâce à l'aide de Kivan ne vibrait plus. Silence absolu, le visage calme et le regard déterminé, elle tira sur la corde et décocha sa flèche. Quelques secondes après le projectile n'était déjà plus à portée de vue, Larynda se tourna vers son frère, le regard surpris et le sourire aux lèvres.

"J'ai réussi ! C'était incroyable ce sentiment de symbiose entre nos magies !"

Le regard incrédule de Kivan la surpris, plusieurs minutes passèrent et enfin elle comprit. Son sourire s'élargit, après un bref hochement de tête de la part de son frère, elle éclata de rire. Il n'avait rien fait pour l'aider et enfin elle se sentait capable d'utiliser la magie à son gré.

"Je t'ai simplement donné la confiance que tu n'avais pas", finit-il par dire. "Il te faudra encore durement t'entraîner pendant de longues années pour améliorer ta maîtrise de la magie et ne pas souffrir lorsque tu l'utiliseras. Je ne t'aiderai plus, sache-le."

C'est sur le sourire de Kivan qu'elle revint à la réalité. Son sourire s'effaça et son regard se tourna en direction de sa tombe.




En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Plusieurs fois par jour.

Comment avez-vous découvert le forum ? En cherchant une fantasy libre.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? Un peu sombre, à part ça, je ne vois rien à redire.




Test-RP


Madorass la cité Royale se dessina devant Larynda. Elle avait parcouru une longue route et il lui tardait de pouvoir s'asseoir dans un endroit gardé. Au lieu de se reposer dans des endroits sauvages et souvent dangereux. Pensant qu'être d'une autre race allait lui compliquer la vie, elle fut agréablement surprise de voir qu'une elfe pouvait passer inaperçu malgré sa tenue vestimentaire et ses armes. Elle n'avait rien d'une personne venue découvrir le monde, mais ça devait être la routine ici de voir ce genre de choses.

Passant par des rues plus ou moins sombres, elle arriva très vite à la taverne de Madorass, "À la panse repue" pouvait-elle lire sur l'écriteau à l'entrée. S'apprêtant à entrer, elle poussa la porte qui s'ouvrit, dans un grincement, laissant un vacarme assourdissant attaqué ses oreilles. Larynda passa rapidement le pas de la porte avant de la refermer, les quelques personnes qui l'avaient regardé à son arrivée avait déjà repris leurs conversations. Approchant du comptoir où le propriétaire se trouvait elle se rendit qu'il la dévisageait, rien de bien surprenant après tout, sa dague accrochée à sa ceinture n'était pas très discrète et ne parlons pas de son arc long accompagné du carquois.


"Navrée de vous déranger en vous apportant une personne supplémentaire à surveiller, mais je suis ici afin de prendre un remontant, pouvez-vous me servir à boire ?"

"Prenez ma chope, on vient de me la servir et en vous voyant arriver, j'ai perdu l'envie de boire davantage."

Tournant le regard en direction de la personne qui lui avait parlé, un homme assez beau se découvrit devant ses yeux. Il n'avait même pas attendu que le propriétaire réponde à Larynda, celui-ci était déjà partit vaquer à ses occupations. Il souriait de toutes ses dents, un beau sourire qu'elle lui rendit timidement.

"Merci à vous", finit-elle par dire à voix basse.



* * *


Dernière édition par Larynda Silentium le Lun 6 Aoû 2012 - 3:40, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas

Kara Bawen



________________

avatar
________________


Race : Demi-Élu
Classe : Guerrière
Métier : Aucun de stable
Messages : 310


MessageSujet: Re: Larynda Silentium   Mar 10 Juil 2012 - 23:18

[Bouarf un imprévu, plutôt que de bâcler je valide demain soir , sans faute :) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kara Bawen



________________

avatar
________________


Race : Demi-Élu
Classe : Guerrière
Métier : Aucun de stable
Messages : 310


MessageSujet: Re: Larynda Silentium   Mer 11 Juil 2012 - 22:00

Me voilàààààààà ! Si si, mieux vaux tard que jamais . Bon déjà, mes excuses pour l'attente (quoique un jour y a pas encore de quoi aller se pendre ) mais j'étais OB-LI-GEE de me charger de ta fiche pour la bonne et simple raison que tu utilises la même couleur que moi pour les dialogues de ton personnage [sifl]

Félicitation pour tes descriptions contées, une recherche d'originalité qui devrait aussi ressortir dans tes futurs rps :)

J’apprécie ton style que je trouve très vivant, fluide avec des textes pourtant enrichis de détails.

Pas d'écart au contexte dans lequel tu t'es inscrite par contre deux trois petits détails m'ont fait tiquer : L'utilisation d'un argot très moderne "chambrer" m'a gêné, un simple mot m'a entaché tout un paragraphe. Un petit problème de timing ou d’ubiquité également lorsque Larynda jauge le physique de son père alors qu'on découvre dans la phrase suivante qu'elle est censée être à la chasse à ce moment là (bé oui soit elle voit toute la scène comme on a tendance à le croire au début, soit elle les découvre morts gisants face contre terre , mais les deux me paraissent difficilement conciliables :p ).

Les mauvais traitements infligés par le paternel ont eu le mérite de me faire frissonner , on a effectivement connu plus gentillet comme retrouvailles... mais me laissent frustrée quant au pourquoi du comment de se déchainement de violence, pas la moindre petite piste sur les raisons de ce retour sanglant, ses motivations, une potentielle continuité ?

Un détail technique encore j'ai remarqué quelques petites fautes, rien de dramatique mais je me permet de souligner ta confusion entre l'imparfait et le participe passé qui me semble un peu récurrente et facile à corriger( "S'interrogeait sur le", "laissant un vacarme assourdissant attaquait" ) Rien de grave en soit, mais étant une bille en conjugaison jme sens trop une winneuse de l'avoir remarqué :p

Enfin, et c'est en fait là le plus important j’apprécierai que tu donnes un peu plus de renseignements sur sa maîtrise de la magie de l'air, d'autant plus qu' elle s'est entraînée de longues années ...


Je te laisse préciser/ corriger si le cœur t'en dis, mais comme ce n'est rien d'important pour ma part tu es d'ores et déjà validée , re BIENVENUE PARMI NOUS
Razz

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Larynda Silentium   Jeu 12 Juil 2012 - 4:10

Merci pour tes félicitations, ça fait plaisir à lire !

Désolée de t'avoir gâcher un paragraphe, j'ai retiré ce vilain mot ! Le bougre ne fera plus jamais surface !

Quand au moment où elle pense "très subjectif" il s'agit d'un mini flashback. J'ai modifié la phrase juste avant cette pensée.

Les erreurs de conjugaison *grand cri* ! C'est corrigé !

Je trouvais l'histoire déjà longue, c'est pourquoi je m'étais arrêté ici, voilà la suite avec une explication pour la magie de l'air.
Revenir en haut Aller en bas

Kara Bawen



________________

avatar
________________


Race : Demi-Élu
Classe : Guerrière
Métier : Aucun de stable
Messages : 310


MessageSujet: Re: Larynda Silentium   Jeu 12 Juil 2012 - 8:39

Bonjour Larynda , je vois que tu as travaillé cette nuit :p
Je n'ai malheureusement pas le temps de tout lire maintenant, le devoir m'appelle, mais je me permet d'ores et déjà deux remarques :
- J'ai beau lire et relire je ne vois pas où le fameux passage de l'apparition du paternel a été modifié ? Et par ailleurs un flash back est une réménicence d'un évènement vécu or là elle est censée être à la chasse (dumoins d'après ce que j'ai compris) comment pourrait elle se souvenir d'une pensée et d'une scène à laquelle elle n'a pas assisté ?
Pour conserver ce petit apparté que je trouve très sympa par ailleurs, il serait plus juste de dire quelque chose comme : " * Très subjectif * avait songé Larynda lorsqu'il se présenta à elle pour la première fois, superposant l'image qu'on lui avait dépeinte au faciès qu'elle découvrait alors.
ou
"* Très subjectif* Songeait desormais Larynda lorsqu'il lui arrivait de repenser à ce dernier et confronter ses propres impressions à l'image dont on l'avait abreuvée.

J'ai tout juste commencé à lire la suite de l'histoire (chouette ma curiosité va être satisfaite Razz ) , mais j'ai déjà relevé une nouveau "ait " au lieu de " er " :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Larynda Silentium   Jeu 12 Juil 2012 - 12:08

Spoiler:
 

Ici, je dis qu'elle sait juste à quoi il ressemble, selon les dires de sa mère des années avant, mais elle ne l'a jamais vu.

Spoiler:
 

Elle ne le voit pas quand il les tue. Elle arrive bien après et elle n'a guère le temps de s'attarder sur sa description...

Spoiler:
 

Pour moi, le fait est que cette pensée ne fait pas partie du contexte de l'apparition, c'est juste une information sur la relation (inexistante) entre Larynda et son père.
Revenir en haut Aller en bas

Kara Bawen



________________

avatar
________________


Race : Demi-Élu
Classe : Guerrière
Métier : Aucun de stable
Messages : 310


MessageSujet: Re: Larynda Silentium   Jeu 12 Juil 2012 - 12:58

J'ai bien compris Wink mais c'est ta tournure de phrase qui prête à confusion... "Avait pensé la jeune elfe à ce moment" , comment peut elle penser dans un moment qu'elle n'a pas vecu ? Y a une faille spatio temporelle là XD , enfin c'pas grave oublie, ça n'a rien de dramatique

Merci pour les rajouts à l'histoire :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melpomène d'Ambre

Déesse d'Ambre

________________

avatar
________________


Race : Seïrdan
Classe : Déesse d'Ambre
Métier : Mercenaire
Croyances : Aucune
Groupe : Démons

Âge : Autour de deux siècles

Messages : 207


MessageSujet: Re: Larynda Silentium   Jeu 12 Juil 2012 - 17:52

C'toi la faille spatio temporelle Very Happy

"A ce moment" correspond à celui où sa mère lui a raconté, pas à celui où elle est à la chasse :o

[ Edit Kara : Naaaaan , j'proteste le "a ce moment" ne peux pas être le moment où sa mère lui raconte, puisqu'à ce moment là elle n'avait pas son père sous les yeux pour comparer et se faire la reflexion :p (Ou alors j'suis vraiment Teubé]

Sinon, voici une fiche sympathique, rien à redire au niveau du contexte, ni du personnage.

Je te souhaite la bienvenue parmi nous, espère que tu trouveras ici l'évasion et la poésie que tu recherches.



Que Feleth te garde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Larynda Silentium   

Revenir en haut Aller en bas
 

Larynda Silentium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-