''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En reconaissance [PV Awena Davallon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Maverdave Mc'Olan

Luthier/Mercenaire

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Luthier mercenaire
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Rebelles

Âge : 27 printemps

Messages : 84

Fiche de Personnage : Un doux dingue


MessageSujet: En reconaissance [PV Awena Davallon]   Lun 16 Juil 2012 - 11:05

Le problème des réunions secrètes c'est que bien souvent elles attirent les soupçons. Et le problème de soupçons, c'est qu'ils attisent la rancœur générale. Rancœur déjà bien alimentée par la folie du roi Klauss, et par celle, plus meurtrière, des capes blanches. Enfin, le problème des réunions secrètes, c'est qu'elles impliquent toujours un lieu isolé. Et qui dit lieu isolé dit forcément : Bandits. Le bandit mériterait une analyse psychologique à lui tout seul. Il possède une façon de penser tellement tordue (si tant est qu'il en ait une) qu'elle se perd souvent dans les méandres douteux de la déraison psychotique. Faisons une petite expérience pour bien expliquer. Prenons un bandit type que nous appellerons Jean-Gérôme. Jean-Gérôme vit une vie heureuse dans le ventre de sa mère (certainement une prostitué) jusqu'au jour où celle-ci accouche, et le revend à un orphelinat ou plus couramment l'abandonne à une troupe de gamins des rues. Ensuite ça vie va prendre la routine classique des début de vie merdique, à savoir, bastonnades, humiliations, viols etc ... Jusqu'au jour où il assassinera le chef et qu'il se fera dès lors nommé "Crotale", ou alors plus couramment, qu'il continue à se faire opprimer jusqu'à se faire appeler "La Grattouille", ce qui résumera assez bien son rôle dans le groupe de bandits qu'il rejoindra plus tard. Ensuite, eh bien, notre Jean-Gérôme va bien gentiment se faire poutrer, baffer, claquer, couper, trucider, écarteler, trucider, et ceux pour à peux près 432 pièces d'or.
Mais là où leur logique tombe dans les remous sombres de l'anti-lucidité, c'est lorsqu'ils décident d'attaquer un voyageurs seul, en pensant qu'il sera plus vulnérable.
Parce que, entendons nous bien : qui oserait s'attarder seul sur les chemins en sachant le nombre de brigands qui les parcourent ?
Réponse : Un aventurier chevronné, ou un doux dingue ... ou les deux ... ce qui n'est pas forcément le mieux d'ailleurs ...

Si le sujet de la conversation nous a fait approcher les bandits c'est pour une bonne raison, mais nous y reviendrons plus tard.

Lorsque la donzelle aux cheveux azurés avait tendu un pot à Maverdave en guise de salut, il en avait conçu un profond désarroi. Il avait était tenté de lui demander si c'était une coutume en Austurgie, quand la personne sur l'estrade le désigna pour accompagner son interlocutrice dehors. Apparemment la perspective de deux ou trois bandits, contre une armée de trente rebelles, faisait trembler de peur les supérieurs. Mais bon. On discute pas un ordre. On peste, c'est tout. Dehors, la dénommée Awena fit preuve d'une incroyable compétence pour le pistage. Malheureusement, son acuité visuelle laissait à désirer. En voyant la lame de l'épée bâtarde qui filait vers le cou de la jeune humaine, la réaction de Maverdave fut instantanée, stupide et presque inutile. Il lança la jambe vers la poignée de l'épée, et dans le même temps il essaya de parer la lame avec Machiavel. Le résultat fut saisissant, Maverdave se cassa littéralement la gueule sur l'assaillant, ce dernier rata d'un bon mètre le coup de sa cible et se retrouva avec Maverdave, accroupit sur lui. ce dernier lui décocha une formidable volé de coup de poing dans le nez, avant de se faire éjecter par un coup de botte nerveux. Se relevant prestement, le luthier mercenaire dégaina son épée courte, et avec un cri de douleur, arracha Machiavel qui s'était planté dans sa cuisse gauche.
-Je me suis bien dit en me levant ce matin que ça aller être une journée pourrie !
Face aux deux rebelles, quatre bandits sortirent des fourrés et rejoignirent les deux autres qui avaient attaqué Awena et Mave. Six Bandits, mince, ce n’était pas ce qui était prévu à l’origine. Et le pire, c’est qu’au vu de l’assurance des tire-laine, ils devaient être beaucoup plus encore, cachés dans les fourrés, et ce n’était pas pour réjouir le musicien. Ce dernier recula en boitant et s’arrêta au niveau de sa coéquipière. Sa jambe lui faisait un mal de chien, le bleu sur son visage avait tendance à lui faire fermer l’œil gauche de temps à autre. Si l’on ajoutait à ça le mal de crâne dû au coup qu’on lui avait porté à la tempe pour l’assommer plus tôt, et la douleur que le coup de pied avait déclenché dans son dos, il aurait été tenté de dire à la chevelure bleue quelque chose du genre : *Écoute, a priori ils sont six, mais je pense qu’on peut hypothéquer à juste titre qu’ils sont beaucoup plus ... Voilà, voilà, bon courage je te laisse en bonne compagnie, si t’as besoin d’aide n’hésite pas : crie ! Je vais chercher du renfort je reviens !* Mais c’était impensable ... En fait non c’était pensable, mais c’était irréalisable, sa jambe lui faisait décidément un mal de chien.
Le bandit qui avait donné un coup de pied à Mave aida la grosse brute à l’épée bâtarde, à se relever. Se dernier se dégagea en criant sur son collègue :
-Dégage La Gratouille !
Et l’autre de fuir en couinant :
- Excuse-moi Crotale !
Le dénommé Crotale se releva donc tant bien que mal (enfin plus mal que bien, après s’être rétamé encore deux fois il s’aida de son épée comme d’une canne, mais ne réussit qu’à faire voleter des mottes de terre un peu partout. Maverdave en conçu un profond désarroi.) Et s’approchant des deux rebelles, il leur teint à peu près ce langage :
-Ecoutez-moi bande d’amateurs !
Maverdave pouffa :
-Il nous traite d’amateurs et c’est lui qui se casse la gueule Ah ah ! Mort de rire !

Crotale commença à s’énerver :
-Eh ! On se calme ! C’est moi qui cause là ! Donc écoutez bande d’ama ...
Maverdave éclata franchement de rire.
- Euh ... écoutez-moi ! Eh ! Woh oh !
Maverdave se tordait de rire littéralement, plié en deux, la main sur le ventre.
-Arrêtez ! Arrêtez ! J’en peux plus.
Le bandit, complètement déboussolé baissa sa garde et regarda ses troupes, complètement perdu. Cette erreur lui fut fatale. Lançant Machiavel avec adresse, Maverdave atteignit l’œil du bandit, ce qui le terrassa sur place. Bondissant pour récupérer sa dague à tête de canard, mais se réceptionnant sur sa jambe blessée, il tomba à genoux en poussant un cri des plus ... pitoyable.
Se relevant prestement (enfin aussi prestement que lui permettait sa jambe) Il fut vite rejoint par Awena qui se plaça dos à lui. Pendant qu’ils se faisaient gentiment encercler par plus une demi-douzaine de bandits, Maverdave songea :



*Si je m’en sort ... Ah bah non je vais pas m’en sortir ça règle le problème !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: En reconaissance [PV Awena Davallon]   Sam 21 Juil 2012 - 11:32

Précédemment

Awi était concentrée sur son pistage, il y avait quelqu’un, elle en était sûre et certaine. Elle tourna la tête à nouveau histoire de voir vers où les pas menaient quand elle entendit du bruit. Des bruits dans les fourrés … Il semblait y avoir plusieurs personnes tandis qu’elle se redressait pour aller voir le luthier. Elle comprit que bien trop tard ce qui était en train de se passer. Maverdave venait de lui sauver la vie ?!? Un homme avait voulu lui planter une lame dans le cou et le mercenaire s’était jeté dessus.

*- Sûrement un pur réflexe, les mercenaires s’entrainent pendant des heures et des heures aux différentes techniques de combats après tout c’est leur façon de gagner de l’argent… lui devait-elle de l’argent pour lui avoir sauvé la vie ?? lui était-elle redevable ?*
*- On s’en moque ! Et voilà, à se diversifier et s’éparpiller en tout sens, on se plante ! Allez va l’aider idiote !*

Awi ne perdit plus une minute de plus et s’avança vers le dénommé Maverdave. Elle allait lui tendre la main pour l’aider à se relever quand elle aperçut quatre nouveaux bandits les rejoindre. Six contre deux ? Ce combat allait être serré … ah moins que…

*- Oui, tu penses la même chose que moi, éliminons le roi des abrutis et les autres prendront peur
*- Reste à déterminer lequel sait…*
*- et à bien le faire souffrir … le torturer… avant de l’achever. Que ça soit tellement sale que les autres prendront leur jambe à leur cou*
*- Humm…*
*- Ah quelle belle journée ! Plus ça va, plus je la trouve fort agréable !*

Awi entendit derrière elle, des mots provenant de la bouche de Maverdave.


- Je me suis bien dit en me levant ce matin que ça aller être une journée pourrie !

Il semblait plutôt mal en point. Elle l’entendit trainer la jambe derrière elle, il devait boîter. Peut être ferait-il mieux d’aller chercher des renforts, pendant qu’elle s’occupait de ses abrutis de bandit. Au fond, elle n’était pas seule et elle savait … que ce qu’elle avait en elle, si elle lui laissait le contrôle était capable de tous les massacrer. Mais si Mav’ restait là, elle avait trop peur de déconner à nouveau et de tuer plus que des ennemis.
Elle aurait aimé lui dire de partir de retourner dans la maison abandonnée, de taper le sol pour attirer l’attention mais était-il capable d’enjamber la fenêtre ou tout simplement de marcher ? Awi sera sa dague dans la paume de sa main et observa les bandits. Qui était le chef ?
*- Tu parles de surnoms mouahaha*

Maverdave le mercenaire les provoqua un peu. C’était bien joué, la colère, l’énervement, peut importe le nom, affaiblissait un adversaire, et brouillait sa faculté de discernement. Et surtout cela permit à Awi de déterminer qui était le chef, le dénommé Crotale. Mais elle ne pipait pas mot, elle laissait Mav’ faire et suivait attentivement le déroulement des choses. Les troupes semblaient déboussolées par ce genre d’attitude… Mav’ en profita mais cet avantage fut de très courte durée. Il avait néanmoins mortellement blessé un des bandits. Awi se déplaça rapidement et se cala contre son dos, et murmura :


« - Ca va ? Tu tiens le coup ? Je crois avoir une idée… mais c’est risqué, si ça ne marche pas, on est mort »

Elle fixa les bandits qui lui faisaient face, elle se mit à parler d’une voix calme avec un léger sourire aux lèvres

« - A votre place, je ne ferais pas un pas de plus »

Elle continua de les fixer puis murmura d’une voix plus que faible en espérant que le mercenaire entende

« - Il faut tuer leur chef ! Massacrons le crotale ou prenons le en otage, c’est notre seule chance»

Puis elle parla à nouveau aux bandits qui hésitait à nouveau à faire un pas de plus vers eux. Elle repéra le Crotale qui était légèrement dans son dos sur sa gauche. Pile poil du bon côté, quelle joie d’être gauchère !

« - Ne soyez pas plus bêtes que vous ne le paraissez déjà, vous croyez que j’ai rejoins mon compagnon à cet endroit précis, juste pour le plaisir ?



Enfin allez y, faîtes un pas de plus, qu’on rigole à nouveau. Qui sait, au lieu de mourir de vos mains on mourra peut-être de rire ! »


Ah le bluff ! Toute une histoire, elle avait appris à mentir en prison et ça lui avait sauvé la vie plus d’une fois. Elle semblait même douée pour ça … raconter des bobards… malheureusement, on en faisait pas réellement son métier.
Les hommes regardaient le Crotale dans l’attente d’un signe. Awi glissa sa main de libre dans son sac pour y saisir une toute petite fiole. Le marchand lui avait dit que c’était très efficace en cas de danger, comme si un feu était prisonnier à l’intérieur des parois en verre et se libérait brusquement d’un coup.
Le Crotale, toujours appuyé sur son épée, désigna un de ses hommes pour continuer à avancer. Celui-ci pointa son arme en avant et avança prudemment. Au même moment, Awi lança la fiole violemment vers l’homme et celle-ci explosa sur le sol. Une fumée épaisse, noire et assez nauséabonde se propagea.


« - Maintenant ! »

Elle bondit vers l’homme qui avait fait un pas en se fiant à son ouïe et lui trancha le cou à l’aide de sa dague puis se précipita vers le Crotale. Avec un peu de chance, ses hommes de main n’auraient pas le temps de le protéger !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maverdave Mc'Olan

Luthier/Mercenaire

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Luthier mercenaire
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Rebelles

Âge : 27 printemps

Messages : 84

Fiche de Personnage : Un doux dingue


MessageSujet: Re: En reconaissance [PV Awena Davallon]   Sam 21 Juil 2012 - 20:28

-Quand ça veut pas, ça veut pas !

C'était l'expression favorite de son père lorsqu'il se blessait plusieurs fois d'affiler sur un travail. Ce jour là, Maverdave comprit bien le sens de l'expression. Après s'être retrouvé dos à dos avec sa coéquipière, Maverdave avait eu le temps d'analyser un tant soit peu les choses. Six grands gaillards aux visages durs et prêts à en découdre. Cela n'était pas pour lui plaire. A vrai dire rien ne lui plaisait dans cette journée. Il s'était perdu en chemin, s'était battu contre des moustiques et des bandits, il avait enfin trouvé la réunion rebelle, où on l'avait assommé avant de lui enjoindre de retournez taper du vilain garnement, tout ça pour quoi ?

*
Rien ! Nibe ! Nada ! C'est mare ! j'en ais ras le cul de l'aventure ! La rébellion peut bien allez se faire mettre et le roi avec !*

Mais malheureusement pour lui, il n'eut pas le temps d'explorer plus avant les différentes formes de tortures qu'il pourrait faire subir au chef des rebelles, en effet sa coéquipière lui glissait déjà quelques mots en toute discrétion.

- Ca va ? Tu tiens le coup ? Je crois avoir une idée… mais c’est risqué, si ça ne marche pas, on est mort.

Elle venait de lui demander comment il allait ? Décidément cette petite était une bonne fille. Il changea radicalement de point de vue concernant son futur, et décida de collaborer encore un peu avec la dénommé Awi, pour, disons, les deux prochaines années à venir (si elle était d'accord s'entend. Maverdave répugnait au kidnapping). Quoi qu'il en soit, une fois encore ses pensées s'égarait, et il se re concentra sur les dires de sa partenaire. Eh bien elle ne manquait pas de culot, elle arriva même à lui décrocher un sourire.
Certes son plan était suicidaire, mais en même temsp seul l'intervention d'un troupeau de vaches enflammé leur aurait permit de s'en tirer à bon compte. Et le musicien avait beau cherché, il ne voyait aucun bovidés, soumis au triste sort de la crémation, paître dans les parages. D'ailleurs comment aurait-il bien put attirer un troupeau de bovins en combustion, vers la troupe de bandits qui l'entouraient lui et Awena Davallon.
Peut être un mélange blés charbon ? Ah moins que la perspective d'un bain d'eau/huile pouvait attirer tous animaux ... Ou alors une cape rouge ! Oui il se souvenait d'avoir vu un spectacle où un guerrier attiré un taureau avec un drap rouge.

*
Mais le feu c'est rouge aussi ... mince ça coince ... ou alors une cape bleu peut être ? Si je prend en otage des bébés vaches avec des braises sur le dos ? L'instinct maternelle oblige j'attire le feu ET la vache ! Ou alors si je ...*

- Maintenant !
-
Hein ? Que quoi ? Fût la réponse du musicien.

La sulfureuse guerrière aux cheveux azurés était d'une rapidité et d'une efficacité incroyable. Après avoir fait diversion grâce à des fioles au contenu douteux, elle avait bondit avec agilité. S’élançant dans la fumée, sa lame avait tranchée avec précision le coup d'un premier adversaire. Stable sur ses appuies, silencieuse, mortelle. Une parfaite machine à tuer. Son arme virevoltait, elle suivait un dessin dont le sang des bandits était l'encre, et dont leur peur était la feuille. Repérant du coin de l'oeil le dénommé Crotale, complétement abasourdi par la tournure que prenait les événements, elle se jeta sur lui, pour tenter de le prendre en otage. Elle aperçut, trop tard, deux bras massifs qui vinrent la ceinturer et l'empêcher d'atteindre son but. Mauvaise pioche.

Maverdave lui se débrouilla avec nettement moins de classe. Le départ brusqué de sa coéquipière, le privant de point d’appuis, le fit chuter vers l’arrière, il essaya néanmoins de se rattraper avec sa jambe gauche, oubliant qu'il était blessé. Pestant contre l'abruti qui avait inventé la chute, il rampa tant bien que mal dans la fumée, tranchant de si de la des pieds et des chevilles. Entre deux toussotements et quelques coups de pieds distribués au petit bonheur (pas celui du musicien évidemment), il vit le saut magistral de sa coéquipière, et son interception tout aussi magistral. Maverdave l'aurait presque applaudis tant la vitesse d'Awena rendait la performance difficile.

*
C’est un sacré rapide lui dit donc ! J’aimerais pas me battre contre lui en combat singulier !*

Heureusement, telle n’était pas son intention. Attrapant son épée courte il trancha proprement les jarrets du gaillard qui ne l’avait pas vu. Evitant la masse qui lui tombait droit dessus, Le musicien réussit à suivre la réaction fulgurante d’Awena, qui ne se fit pas attendre.
Remarquant que la pression c’était relâchée sur ses bras, la rodeuse s’était glissé sous l’étreinte de son agresseur et avait filé à toute vitesse vers Crotale qui était décidément trop crétin pour réagir avec efficacité ... voir pour réagir tout court en fin de compte. La jeune femme lui décocha un coup de poing dans le nez, avant de lui subtiliser son épée, et de le prendre en otage avec. Maverdave se releva (presque) rapidement, puis tituba avant de s’écrouler au pied de sa coéquipière. Récupérant sa dague aux pieds de crotale et se relevant sur son coude, il cria dans une tentative de bluff :

-
Faisez pas les malins je suis redoutable en combat singulier ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: En reconaissance [PV Awena Davallon]   Dim 22 Juil 2012 - 11:42

Awi était partie le plus rapidement possible. L’effet de surprise était leur seule chance. Malheureusement, son coéquipier du jour n’avait pas réagit aussi promptement, elle entendit un bruit de chute… *Et flûte ! * pensa-t-elle. Mais elle ne pouvait se permettre de se retourner ou même d’aller voir si ça allait, c’était leur unique chance. Elle pria pour qu’il s’en sorte et continua son avancée à travers la fumée. Elle ignora aussi la petite voix qui lui disait *- Ah ah ah joli jeu de mot vu le métier de ton partenaire* , Awi était focalisée sur son objectif, fondre sur le Crotale.

Alors qu’elle prenait son appui pour bondir sur le chef des abrutis qui n’avait toujours pas réagit… *Comment a-t-il pu devenir chef cet idiot ?* , elle aperçut une paire de mains la saisir au vol, malheureusement beaucoup trop tard pour avoir la moindre chance d’échapper à cette emprise. Sous le choc, elle en lâcha sa dague.
*Mince, mince, mince, réfléchis vite*
Elle essaya de se débattre, puis attaqua à pleine dent, le bras de son kidnappeur. Elle n’y arriverait pas… soudain, elle sentit la pression se relâcher, Maverdave avait du agir, comment, elle ne le savait pas et elle n’avait guère le temps d’y réfléchir. Elle se laissa tomber silencieusement au sol et reprit sa course. Ils avaient à nouveau l’avantage. Elle fonça sur le Crotale, lui vola son épée et le prit en otage.
Le mercenaire l’avait suivi et s’écroula à ses côtés. Ils avaient réussi, elle n’osait même pas y croire, ils étaient tous les deux en vie. Elle était quasiment indemne, malheureusement, on ne pouvait pas dire la même chose de son partenaire.
La fumée se dissipait, laissant la scène se dévoiler aux yeux des bandits.
*Juste à temps*

Awi resserra sa prise et lui murmura à l’oreille :


« - Tu ferais mieux de te tenir tranquille vipère »

Mav’ qui avait bien du mal à se relever, n’en ratait quand même pas une et osa dire :

« - Faisez pas les malins je suis redoutable en combat singulier ! »

Awi sourit et regarda les bandits. Certains étaient morts, d’autres blessés et d’autres encore en parfaite santé mais on pouvait lire la peur dans leurs yeux. Dommage qu’elle ne puisse pas voir le regard du Crotale à cet instant précis. Elle était quasi sûre qu’elle en aurait éprouvé du plaisir et de la satisfaction.

« - Écoutez moi bien, c’est fini, soit vous partez maintenant pour ne plus jamais revenir, soit vous subirez le même sort que votre chef. »

Elle avait parlé lentement, afin que leurs cerveaux (qui semblaient si long à la détente) puissent enregistrer le moindre mot. Elle allait commencer doucement la torture sur cet abruti de chef. Elle augmenterait en intensité au fur à mesure… jusqu’à temps que ses actes les écœurent et qu’ils partent d’eux même

« - Vous vous demandez sûrement ce qu’une jeune femme comme moi peut bien faire… Alors que la leçon commence. »

Elle jeta un coup d’œil à Maverdave, il avait du en voir d’autre en tant que mercenaire, et s’il avait rejoint les rebelles, il y avait forcément une raison. Elle lui sourit rapidement, une façon de lui dire, fais moi confiance.
D’ailleurs une partie d’elle se réjouissait, voir les autres souffrir le martyr, lui procurait du plaisir…

De sa main libre, elle attrapa l’auriculaire du bandit et tira violemment dessus. Un bruit d’os cassé suivi d’un hurlement remplissèrent l’espace. Mais elle n’allait sûrement pas se stopper là. Elle prit les doigts un à un, et s’amusa à les casser.


« - Vous avez voulu notre mort ? Vous allez le payer en quintuple si vous restez… A moins qu’il faut que je continue ?

… oui ? alors deux petites questions …

Avez-vous déjà vu l’intérieur d’un être vivant ? Avez-vous assisté à l'autopsie d'un vivant ? Un corps ouvert au point de voir le cœur battre à l’air libre ? »


Bluffait-elle ou pas ? Là n’était pas la question, ces hommes n’avaient que ce qu’ils méritaient. Ils avaient souvent profité de leur nombre ou de leur force face aux plus faibles et aux plus démunis. Maintenant, ils allaient payer de leur sang pour ça. Elle n’aurait ni remord, ni regret.

L’homme qui se faisait appeler le Crotale avait arrêté de se débattre et gémissait de façon pitoyable. Était-il en train de la supplier ? Il pouvait bien dire tout ce qu’il voulait, il ne sortirait pas vivant d’ici. A moins que le mercenaire en décide autrement.

Elle fixa les bandits et prononça encore quelques mots avant de passer à l’acte :


« - Alors ? Une réponse ? »

Rien… les bandits semblaient hésiter entre sauver leur chef et prendre leurs jambes à leur cou.
Peut être qu’eux aussi avaient déjà connu bien pire… voir même fait pire. Ils se lançaient des petits regards, celui qui avait été appelé la Gratouille, semblait vouloir partir et avait même fait un pas en arrière. Il ne semblait avoir aucun remord à laisser son chef entre les mains d’une folle aux cheveux bleus.

Awi soupira.


« - Ainsi soit-il … »

Elle savait qu’elle venait de perdre le contrôle. Qu’elle n’était plus seule à agir, que cette personne qui dormait en elle, venait de prendre le dessus. Elle murmura à l’oreille du dénommé Crotale, et ce n’était pas vraiment sa voix qu’elle entendit, oh non… c’était cette voix, ce ton, avec laquelle elle avait parlé avant le massacre…

« - Ton avenir est scellé, et comme tout serpent vicieux et perfide, ton heure a sonné … Ravie d’avoir croisé ta route. »

A peine après avoir murmuré à son oreille, elle fit glisser l’épée et fit un croche patte au Crotale pour le faire tomber. Son dos cogna violemment le sol, mais celui-ci reprit vite ses esprits et essaya de se reculer. Awena lui attrapa une de ses chevilles et planta violemment l’épée dans le ventre du chef, tout en s’appuyant dessus pour l’enfoncer dans le sol. L’homme se mit à hurler, et essaya de se défaire de cette emprise, mais plus il bougeait plus la douleur était forte. Son sang, tel un ruisseau à travers des rochers, commençait à s’écouler lentement de la plaie. Et avec lui, s’en allait petit à petit, l’énergie du Crotale.

« - Tu n’iras nulle part et j’ai horreur des cris… »

Awi eut un coup d’œil pour le mercenaire qui ne semblait pas marquer sa désapprobation par rapport à ses actes. Mais il semblait blessé, il avait besoin de soin et ça assez rapidement. Elle devait faire partir les bandits et vite. Lorsqu’elle les fixa, un à un, l’un d’entre eux décida que c’était trop et parti derrière les bosquets. Le Crotale continuait d’hurler. Elle devait rester consciente, Mav’ n’avait rien à voir avec tout ça, il ne devait pas devenir la victime de ses hallucinations. Sa vision se troubla nettement, le paysage changeait au fur à mesure, les bosquets prenaient des teintes orangées comme s’ils subissaient une combustion spontanée, les hurlements ressemblaient à un sifflement si strident que cela en devenait insupportable. Elle devait le faire taire.

« - Je t’avais bien dit de la fermer non ? Dans une autre vie, tu apprendra et obéira peut être un jour aux ordres… »

Awena saisit sa dague et s’avança vers l’homme, enfin ce qu’il en restait. Son visage s’était transformé à moitié en serpent, sa peau était devenu écailleuse ainsi c’était un démon ??? Et cet affreux sifflement provenait de sa langue fourchue ! Elle s’accroupit à ses côtés. Elle bloqua sa tête à l’aide de ses jambes et sourit. *T’inquiète, ça ne sera pas si douloureux que ça, comparé à ce qui t’attend bien sûr…* pensa-t-elle. Le Crotale avait du comprendre son intention et ferma sa bouche en maintenant la mâchoire serrée autant que possible.

« - Taratata, voilà qu’on fait le difficile maintenant ? »

Awena planta violemment sa dague dans son épaule et la retira aussitôt pour glisser un doigt à l’endroit même qu’elle venait d’ouvrir. Le Crotale se mit à siffler de nouveau en montrant bien sa langue fourchue. Awena ne perdit pas de temps et relâcha la pression sur la blessure, pour attraper la langue et la couper d’un geste précis à l’aide de sa dague. Elle la jeta au sol, celle-ci continuait de bouger. Foutu démon !
Au moins le sifflement avait diminué d’intensité. Elle regarda le corps qui continuait de se tortiller… Il fallait mettre un terme à cette vie. Mais pas de suite, elle leva les yeux vers les autres menaces, qui avaient pris une toute nouvelle apparence. On aurait dit … des satyres… comme ceux dessinés dans les livres. Certains fuyaient, le plus grassouillet semblait tétanisé par la peur…

Awena baissa à nouveau les yeux vers le Crotale. On ne pouvait tuer cette sorte de démons aussi facilement que les êtres humains, il fallait leur arracher le cœur.
Elle se mit donc à parcourir ce corps mi homme mi serpent, avec sa dague, ouvrant à nouveau sa chair, déchirant ses vêtements, laissant le liquide sacré s’échapper de ce corps, cela permettrait ainsi de purifier le sol qui avait été pollué par cette présence démoniaque. Elle dessinait, le corps du Crotale était sa toile et sa dague le pinceau. Elle savait ce qu’elle devait faire, elle savait comment ce chef d’œuvre se terminerait.
Elle continuait à surveiller les autres menaces qui se trouvaient aux alentours, mais celles-ci disparaissaient au fur à mesure dans la nature tel un volupte de fumée. *Fuyez démons mais je vous retrouverais d’ici peu.*

Elle allait terminer le travail… La vie du Crotale semblait s’envoler, sa respiration se faisait plus lente. Elle était rauque et sourde. Les mouvements de son torse étaient de plus en plus irréguliers. Il était temps d’en finir. Elle dessina sur le torse, en contournant bien l’emplacement du cœur, puis enfonça lentement sa dague. Elle enlevait un à un les morceaux de peau qui la gênait, ignorant le flot sanguin. Elle venait enfin d’apercevoir le précieux organe. Elle enfonça sa main dans le corps qui tressautait puis tira violemment dessus. Elle sentait le cœur rendre ses derniers battements dans sa main. *Quelle douce et étrange sensation*

Awena se redressa, il n’y avait plus personne à part le luthier, elle s’avança vers lui, elle avait toujours le cœur dans une main et sa dague dans l’autre. Elle s’assit à ses côtés. Elle le détailla, sa vue commençait à revenir, le monde retrouvait ses couleurs normales. Awi secoua la tête et jeta le cœur avec dégoût. Elle avait limite la nausée. Elle n’osait pas regarder Maverdave dans les yeux. Elle fouilla dans son sac, lui tendit une fiole et des bandages.


« - Tu ferais mieux de te soigner. Prends ça et retourne à la réunion. Dis leur que le danger a été éliminé. »

Elle savait que ce ne n’était pas tout à fait exact, sa vision se troublait à nouveau, le temps que les autres vivraient, elle ne serait pas tranquille. Elle devait les retrouver le plus vite possible.
Elle sentait que la situation allait déraper, elle regarda le mercenaire et retourna sa propre dague contre elle. Elle venait de se planter la lame dans la main droite, afin de s’immobiliser quelques instants au sol. Un éclair lui parcouru le bras, la douleur s’immisça et s’amplifia jusqu’à raisonner dans sa tête.


« - Pars maintenant, vite, je t’en supplie. »

Elle ferma les yeux et se concentra. Elle ne savait pas combien de temps elle pourrait lutter ainsi.
*- Sale petite garce !* mais elle tiendrait bon, jusqu’au départ du luthier.


Spoiler:
 


Dernière édition par Awena Davallon le Dim 5 Aoû 2012 - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maverdave Mc'Olan

Luthier/Mercenaire

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Luthier mercenaire
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Rebelles

Âge : 27 printemps

Messages : 84

Fiche de Personnage : Un doux dingue


MessageSujet: Re: En reconaissance [PV Awena Davallon]   Lun 30 Juil 2012 - 17:03

Feleth est un monde étrange. L’immoralité et la décadence y sont monnaie courante. Et le Mal, qui dénature tant l’Homme, devient courant. Ce qui ne devrait jamais être banal le devient. Moralité, courage, loyauté sont autant de noms de rois qui ont sombré dans l’oublie des mémoires.

Les quelques rares défenseurs de la vertu, ultime bastion de la bonté, se battent sans relâche contre la facilité qu’apporte le mal. Les ombres du passé ont refait surface. Beaucoup trop de démons parcourent librement la terre des hommes. Et peu sont les anges soucieux de les chasser. Le Mal se repend, distillant son poison, il s’écoule tranquillement, sur de sa victoire. Car le monde est bâti sur Sa logique.

Discorde est son arme, colère son allié. Il est aussi immatériel que le vent, et pourtant sa force est semblable. Felteh subit l’incontrôlable ouragan qu’Il a engendré. Les dieux ne nous sauverons pas. Les rois ne nous sauverons pas. Seule la déchéance peut nous apporter quelques mortelles années supplémentaires. Les morts seront toujours supérieurs aux vivants, et qui sait ce qui se passerais s’ils décidaient de Lui obéir ?

De telles morbides pensées ne sont même pas originaire des méninges usés et détériorés des habitants de ce monde brisé. Il en ait responsable. Il ne doute même plus de sa victoire total sur ce monde. Les démons se complaisent dans le Mal en pensant devenir maître en l’épousant, mais ils ne font que Lui obéir, ils s’enchainent eux même. Les Anges se réfugient derrière leurs barrières millénaires, espérant pouvoir passer la nuit qui s’étend inexorablement sur les trois mondes.

La gangrène de Feleth se fait sentir chez ses habitants, hommes femmes, enfants. Et Awena n’échappait apparemment pas à la règle. La lueur de folie qu’abritait ses yeux ne pouvait signifiait qu’une chose, elle aussi se battait contre le Mal ... Son Mal. La terreur qu’elle devait éprouver au fond d’elle pour la chose qui l’habitait, s’écoulait de ses yeux comme une brume noirâtre qui flottait, suspendue, au dessus du sol.

Allongé sur le flanc, Maverdave regardait, hébété la puissance de la malignité qui avait pris possession d’Awena. Pourtant, il en était certain, il y avait du bon en elle. Jetant un œil aux bandits, il aperçu que la terreur avait pris possession de leur membres. Certes il avait déjà tué, certains avait même trouvé cela jouisif.

Mais confronté à l’horreur qu’il avait subir, en tant que simple spectateur, il prenait comprenait enfin, a quel point ils étaient mauvais, et ce n’était pas pour le plaire. Dites à quelqu’un ce qu’il est, il s’en fichera, montrez lui qui il est ... et vous le briserez.

Oui, brisé, c’était le mot. Les bandits était abasourdit par tant d’horreur, seul le craquement des os, et les cris du crotale troublait le silence du lieu. Awena faisait preuve d’une terrible initiative meurtrière et destructrice. Elle s’acharnait à transformer Crotale en une boule de haine et de douleurs. Elle le transformait. Le faisait renaitre. Elle était la mère de ses souffrances, la génitrice de cet être sanguinolent.

L’homme ne pouvait plus respirer tant son calvaire était menait avec brio. La rodeuse devenait une artiste du mal. Un pinceau dans la main du malin. Un instrument. Une chose, un outil facile à briser. Et bien qu’elle s’évertuait à combattre inlassablement cette force supérieure, il semblait évident qu’un jour elle en mourrait.

Le spectacle était à la fois atroce, et intéressant de psychologie. Les bandits aurait put, sans aucune hésitations, massacrer les deux rebelles, mais pourtant, hypnotisé par le spectacle qui se jouait devant eux, il fuyait déjà imperceptiblement. Hébété à l’idée de penser qu’il avait un jour put faire souffrir ainsi un homme de chair et de sang. Un homme qui comme eux, possédait des espoirs, des envie, des fêlures ... un être humain.

Un ultime cri de souffrance, et c’en fût trop.

Les plus lâches fuirent, et les plus courageux les suivirent de près. Un effort surhumain sembla provenir de la jeune femme aux yeux bleus. Elle semblait s’exorciser elle-même, refoulant avec violence la chose en elle qui semblait fulminer. Ses yeux reprirent leur couleur habituelle.

La soif de sang dont elle avait preuve quelques secondes plus tôt, semblait se muer en un profond dégout pour elle-même. Elle se rapprocha de Maverdave, sa dague à la main.

- Tu ferais mieux de te soigner. Prends ça et retourne à la réunion. Dis leur que le danger a été neutralisé. »

Elle lui tendit une fiole et des bandages avant d’ajouter :

- Pars maintenant, vite, je t’en supplie. »

Puis elle se planta la dague dans la main, se clouant d’elle-même au sol. Maverdave plongea son regard dans les yeux de sa coéquipière

-Ne croit pas que tu va t’en tirer comme ça, si tu comptes me faire faux-bonds et m’esquiver avec un prétexte aussi sordide que « je suis possédé par un démon », tu te fous le doigt dans l’œil jusqu’au coude ! »

Il se releva le plus rapidement possible et l’embrassa furtivement sur la joue avant de clopiner du mieux qu’il pu vers la bâtisse en ruine qui surplombait le champ de batailles où avait eu lieu l’escarmouche. L’endroit serait assurément un lieu de légendes plus tard, bien après que la bâtisse se soit écroulé, que les montagnes aient migré, et que l’eau et le vent est retaillé le paysage jusqu’à le rendre méconnaissable.

Les chansons parleraient encore de la grange en ruine derrière la colline, lieu où la rébellion avait enfin pris forme. Pour le meilleur ou pour le pire ?


Seul le temps le dirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: En reconaissance [PV Awena Davallon]   Dim 5 Aoû 2012 - 15:29



Awi restait accroupie sur le sol, regardant son sang couler le long de sa peau. Le liquide s’écoulait lentement emportant sa chaleur sur son passage. Elle ne retirerait pas la dague avant que Mav’ soit parti. Elle sentait son regard sur elle et se décida à lever la tête, tout en la regardant, il se mit à lui parler.

« -Ne croit pas que tu va t’en tirer comme ça, si tu comptes me faire faux-bonds et m’esquiver avec un prétexte aussi sordide que « je suis possédé par un démon », tu te fous le doigt dans l’œil jusqu’au coude ! »

Il ne manquait pas de culot ce gars-là, après l’étonnement, elle ne put s’empêcher de sourire. Si seulement, il savait. Elle baissa à nouveau les yeux vers le sol, elle ne voulait pas lui répondre de peur de le retenir trop longtemps. L’autre monde se dévoilait à elle petit à petit… la luminosité avait diminuée et les couleurs prenaient une teinte gris orangé. Elle sentit le contact des lèvres de Mav’ sur sa joue, ce simple contact venait de la faire sursauter. Il y avait bien longtemps maintenant que personne ne l’avait touché ainsi… avec douceur et gentillesse … Elle ressentit les vibrations des pas sur le sol, ainsi il s’était levé, elle leva à nouveau la tête et regarda un instant la silhouette du mercenaire luthier disparaître au loin à travers des rochers…

« - Tu as tort sur un point très cher Maverdave, je ne suis pas possédée par un démon, j’en suis un…»

Awi regarda la dague et la saisit brutalement de sa main gauche, le sang se mit à couler bien plus intensément mais avec cette nonchalance qui lui était propre. Elle se releva, sans prêter plus attention à sa main blessée. Elle avait un travail à finir.

« - Prenez garde, bande de bon à rien, j’arrive… mais ne courrez pas trop vite, et ne stressez pas, j’ai besoin de cœurs sains. »


*************

Awi ouvrit les yeux, elle avait les muscles endoloris et sa main droite lui faisait extrêmement mal. Où était-elle encore ? Elle avait à nouveau perdu connaissance ? Elle se frotta les yeux de sa main encore valide et mer…credi. Elle était près de la rivière traversant Venill, elle reconnaissait le pont qui l’enjambait un peu plus loin. Le même pont qu’elle avait traversé la veille.
Un frisson parcouru sa peau, elle était trempée jusqu’à l’os et l’air commençait à se rafraichir, le soleil déclinait.

Elle était assise près de la rivière, en face, sur l’autre rive, il y avait un feu d’où émanait une épaisse fumée noire. Quelqu’un avait mis le feu à un amas de … Awi eut une vision, ou plutôt, des brides de sa mémoire s’imposaient à elle sous forme d’images. Elle avait retrouvé un à un tous les bandits et mit le feu à ce qui restait de leur carcasse. Tout simplement dégoutant.

Elle ne voulait pas rester ici plus longtemps. La vue de ce spectacle la rendait malade, et elle avait peur de voir surgir d’autres images encore plus horribles que les précédentes. En plus, cette fumée allait attirer les badauds et quand ils découvriraient l’origine de la combustion, les autorités seraient appelées.
Elle devait partir au plus vite d’ici. Dès que la nuit serait tombée, les gardes et les capes blanches sillonneraient la ville et les alentours afin de faire respecter le couvre feu imposé par le roi. En chemin, elle aurait tout le loisir de réfléchir aux explications qu’elle fournirait aux rebelles en espérant que cela corresponde avec ce que Mav’ leur avait raconté.


Suite

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: En reconaissance [PV Awena Davallon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

En reconaissance [PV Awena Davallon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Venill :: Fermes-