''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} _
MessageSujet: [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}   [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} EmptyMar 17 Juil 2012 - 15:10

Spoiler:
 




Je soupirais et baillais longuement avant de me recoucher aussi vite que je m’étais redressé. J’avais envie de faire la grasse matinée et je l’avais bien mérité ! Une semaine de travaux sans queue ni tête chez cet .. d’elfe ! J’avais mal partout… Et pourtant, il fallait se lever. Oui, parce que Kaai’to avait décidé d’aller sur le marché pour vendre ses affaires et il avait déjà revêtis sa tenue d’arnaqueur couvert de tissus. Méconnaissable. Bref, je devais rester prêt de lui si jamais il avait besoin d’aide. Et vu comment il me secoua comme un poirier pour me réveiller, c’est qu’il était temps d’y aller.

Nous sortîmes alors du petit entrepôt que nous louions et je fus bon pour tirer la petite charrette qui servait de stand à cet escroc aux cheveux bleus. « Après je te paierais un bon dîner » qu’il a dit… tu parles, c’est un séjour dans une source aux effets revivifiant qu’il devrait me payer ! Quelle idée saugrenue d’interdire les animaux dans l’enceinte de la ville, vraiment ! On a pas tous des carrures de charpentiers sachant traîner un chariot sur trois kilomètres ! M’enfin, la place du petit marché n’était pas loin, et nous y arrivâmes avant que je ne m’écroule. Il s’agissait là d’une petite place au milieu de plusieurs commerces où bons nombres de marchands itinérants installaient leur charrette pour pouvoir vendre leurs breloques et autres bizarreries exotiques.

L’avant-midi eut tôt fait de passer et les gens commencèrent à s’agglutiner sur la petite place afin d’acheter de quoi manger pour le repas du midi. Et Kaai’ leur vendait ses meilleures épices pour que ce repas ait un air royal. Festif. Qu’il soit goutu. Au passage, il leur proposait moult bijoux, casseroles d’étain et vases décoratifs.

La journée passa très vite et je me contentais de m’occuper de la caisse, y rangeant les piécettes que Kaai’to me passait. La petite dague à ma ceinture n’était jamais très loin. Mais ma peau mate attirait les gens. Car oui, j’avais mis l’amulette magique qui modifiait mon apparence. Elle n’était pas très foncée mais cela suffisait à intrigué les passants qui venaient voir ce que l’ont vendait. Et les épices, ça collait parfaitement à mon personnage.

L’après-midi fut beaucoup plus calme. Enfin plus calme… Ca reste à voir. Il y avait du remue-ménage. Beaucoup de remue-ménage. Les gens avaient commencé à avoir un drôle de comportement. Ils cachaient tous leurs bijoux dans leurs poches ou dans leurs vêtements. Enfin, ceux qui avaient de la valeur, pas ceux en toc. Ils murmuraient aussi. Et de grands bruits de pas se faisaient entendre dans la rue voisine. Qu’est-ce que c’était que ce cirque encore ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ika Ano



________________

Ika Ano
________________


Race : Humain
Classe : Chevalière
Métier : Pilleuse Née
Messages : 49


[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} _
MessageSujet: Re: [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}   [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} EmptySam 21 Juil 2012 - 15:34

J'arrivais enfin dans ces lieux putrides et puants qu'étaient les diverses allées et ruelles de villes sales et désagréables, habitées par des gens qui le sont tout autant. Derrière moi, ma compagnie de cent hommes s'amusait déjà à pousser et insulter les gueuses, ainsi qu'à coller leurs mains de fer aux culs des demoiselle dont le métier force à sourire, même à ces hommes là. Les blasons couvrant nos haillons tâché du sang des infidèles indiquaient à chacun crainte ou respect, et parfois même les deux. ils reculaient donc tous face à mon cheval blanc qui menait la horde guerrière avançant sous mon commandement d'acier.
Mais voilà, les gens sont désagréables. Je n'aime pas leur visages réprobateurs. Je n'aime pas les sourires hypocrites et les révérences maladroites que les marchands me font. Car ici, ces charognards grouillaient de partout. Nous sommes sur une places aux dalles salies par les arnaques, et écrasées par les putes qu'il me tarde de décapiter car elle font don à n'importe qui de leur corps qui appartient à mon empereur adoré.

Je descend de cette selle, libérant donc une intense douleur au séant. Vivement que cette douleur due à mes longs voyages trépasse lorsque je pourrai démolir quelques gens sans défense.

Mon écuyer saisit les rennes de mon destrier, et recule à quelques mètres de moi. je vérifie que mes soldats prennent place et forme des barrières à chacune des sorties de la place, tandis que mes archers prennent position en hauteur et dans les bâtisses, après avoir enfoncé portes et frappé pauvres femmes. Sourire aux lèvres apparait finalement, je peux donc me lancer, effaçant d'un geste de la main le sang coagulé qui s'est collé sur mon visage lors d'un combat aussi inégal que mémorable, tant les yeux de ma victime imploraient mon pardon.

"Hommes et femmes de l'Empire et de l'Empereur ! Voici un parchemin qui, déjà, se promet d'être tâché du sang de certains d'entre vous !"

J'annonce la couleur, d'une voix forte et bourrée de mépris. Mon désir d'en laisser en vie n'est pas encore détectable. En fait ; Il n'est pas du tout.

"En effet, comme vous les savez, de façon mensuelle la couronne exige de vous donation ! Et vous êtes contraints à la donner, car c'est de ces deniers que vôtre protection se voit assurée ! Il en va de deux couronnes par familles et de cinq pièces d'or par personnes ! Mes hommes, dont la poigne est ferme mais aimable, vont conduiront tour à tour à moi, pour que je puisse enregistrer votre payement !"

Je fais un geste de la main aussi droit et net qu'une flèche perçant un lapin courant a des lieux face au tireur. Les hommes derrière moi s'avancent et saisissent brutalement les premières personnes venant à leur rencontre, pour me les amener, en les forçant à poser genoux à terre face à mon rang. La première est donc une femme, tâchée de je ne sais quoi, en plus d'être sous la crasse de sa propre existence. Elle pleure à chaude larme qu'elle n'a rien. La salope, menteuse, mérite presque d'être aussi laide après un tel affront.
Je prends donc son nom en compte et vérifie ses antécédents dans le livre que me tend le comptable impérial qui m'accompagne depuis bien longtemps.
Ses enfants ont été vendus pour payer ses dernières dettes, le reste de l'héritage de son mari ayant été dépensé plus tôt. N'importe qui, autre que moi, en aurait conclu qu'elle n'a rien.

"Otez vos misérables vêtements, richesse symbolique déjà de trop pour une dame sans honneur."

Évidence eut été qu'elle ne le voulut pas. Mes mes hommes, d'un sourire pervers et de gestes qui le furent cent fois plus, firent exécution de mon ordre contre son bon vouloir. "A la suivante !" Criais-je donc. Et ce fut exécuté. car la moindre de mes paroles et parole de l'Empereur, et la moindre de ses paroles est ordre, et chaque ordre se doit, d'être exécuté sur le champ.

Après avoir dépouillé les uns et tués les autres, tandis que mes hommes continuaient de barrer le passage aux personnes tentant de sortir de la place, mais tirant ceux qui voulurent rebrousser chemin après s'être trop approchés, après m'être amusée de clouer certains mauvais payeurs à des murs pour les voir percés de flèches en exemple, je me vois face à se misérable marchand à la langue bien aiguisée, et accompagné d'esclaves au teint foncé qui me rappelle le mien.

"J'ai bien compris, vieil homme, que tu prétends ne rien avoir. Mais je te prendrai malgré tout tes babioles pour les revendre en l'honneur de l'Empereur. Et je saisirai également tes esclaves, ainsi porteront-ils ce qui dépasse du coffre qui me suit."

Ainsi, j'eus récoltés treize esclaves aux divers marchands, et j'eus répertorié les plus riches d'entre eux pour venir plus tard chercher ce qu'ils devaient réellement au trône. Nous repartions donc vers le lieu suivant, toujours d'ans la frénésie imposée par notre métier. Mes hommes chantaient déjà au sang et jupes tirées, aux viols permis par leurs rangs, payés aux catins par la couronne impériale.
Et là, réalisant que je n'étais plus à cheval, je cherchais le fameux animal. Il était tiré par ses rennes de la min à la teinte bien trop brune de cet esclave que j'eus remarqué plus tôt.

C'est donc presque sympathique que j'allas marcher à sa hauteur, et lui demander ; d'un ton beaucoup trop léger.

"Qui es-tu, et qu'est ce qui t'as mené à être esclave."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} _
MessageSujet: Re: [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}   [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} EmptySam 21 Juil 2012 - 18:06

La dame à la peau sombre semblait mener tous les soldats qui la suivaient. Je hais les soldats. Ils ne se gênent pas pour vous ridiculiser ou vous humilier en public quand vous osiez ne pas faire quelque chose qui leur aurait plu. Kaai’ semblait aussi tendu que moi. Enfin, peut-être plus tendu même. J’avais la chance de ne pas être sous mon apparence normale. Mais les soldats ne semblèrent pas être de passage, non. Ils semblaient plutôt nous encercler. Et ce, de manière à ne pas laisser passer un seul fou. Oui, fou, parce qu’il faudrait être fou pour tenter de riposter de cette manière aux soldats de l’Empereur. La femme-soldat descendit de son cheval et confia les rennes à son écuyer. Ecuyer qui m’accosta et me fourra les rennes dans les mains, en me menaçant bien sûr de m’égorger si il arrivait quoi que ce soit à l’animal. Il s’occupa ensuite d’aller se servir dans les fruits d’un pauvre épicier, un peu plus loin. Pourquoi toujours mooooi… ?

La chef de groupe sortit un parchemin. Parchemin qui montra fièrement à tout le monde. Une pointe de sadisme brillait dans son regard. Avec un peu de rage, très certainement.


- Hommes et femmes de l'Empire et de l'Empereur ! Voici un parchemin qui, déjà, se promet d'être tâché du sang de certains d'entre vous !


Ouh… Tout ça s’annonçait mal, très mal. Je tentais d’écouter le discours qui se promettait intéressant, ignorant le canasson qui se faisait un malin plaisir de mâchouiller ma chemise.


- En effet, comme vous les savez, de façon mensuelle la couronne exige de vous donation ! Et vous êtes contraints à la donner, car c'est de ces deniers que vôtre protection se voit assurée ! Il en va de deux couronnes par familles et de cinq pièces d'or par personnes ! Mes hommes, dont la poigne est ferme mais aimable, vont conduiront tour à tour à moi, pour que je puisse enregistrer votre payement !


Je grommelais. Dire que je gagnais enfin cet or à la sueur de mon front (et vraiment à la sueur de mon front, je revenais crasseux du manoir tellement cet kdfgnig d’elfe me faisait travailler !). Elle sortit une longue liste et fit appeler plusieurs personnes, les unes après les autres. Elle les fit fouiller et saisit tous leurs biens de valeur : bijoux, montres de poche, tissus précieux, or, … Et quand ils ne pouvaient payer ? J’eus bien vite ma réponse en voyant plusieurs pauvres personnes se faire massacrer sous nos yeux. Un moyen de nous faire passer l’envie de se défiler. Plusieurs soldats passèrent dans les étalages et saisirent tantôt des biens, tantôt de l’or et tantôt des esclaves, qu’ils soient à vendre ou bien qu’ils appartiennent au marchand lui-même.

Finalement ils arrivèrent face à Kaai’to. Ils se servirent sur son étalage et réclama le coffre de la recette du jour. Coffre qu’il leur céda sans faire d’histoires, bien entendu. Puis, ils réclamèrent son esclave. Ce ne fut qu’après quelques secondes que je compris que c’était de moi qu’on parlait. Ah bah ça c’est la meilleure. Je suis enfin bien habillé et on me traite d’esclave ! Bon, peut-être que le teint mat n’était pas une si bonne idée en temps que déguisement, tout compte fait. Mon cher amant voulut s’interposer mais la lame placée judicieusement sous sa gorge par un des gardes l’en dissuada. Ils m’emmenèrent donc prêt des autres esclaves. Bien moins habillés que moi. En guennilles ou nus. Je m’évertuais à dire au soldat que je n’étais pas un esclave, que j’étais un citoyen libre qui paierait pour ses impôts ! Ce à quoi il me répondit qu’il était inutile de mentir et que les anciennes marques de fers autour de mon cou témoignaient bien de mon statut de moins que rien et de faire attention au cheval de leur chef. Bon… Il s’intéressa aux nombreux bijoux que je portais. Il afficha un regard ridicule et goguenard, sous-entendant parfaitement quel « genre » d’esclave j’étais. Je lui fis savoir que c’était des bijoux en toc. Il vérifia l’information en mordant dans un pendentif, pour ensuite confirmer.

Enfin, les soldats regroupèrent toutes les richesses et nous poussèrent en avant, pour qu’on les suive. Ils nous faisaient aller ailleurs, sûrement pour y trouver plus d’or pour l’Empire. Kaai’ me lançait des regards paniqués et je ne pus lui rendre qu’un regard plutôt apeuré. Qu’est-ce qu’ils comptaient faire de nous ?

Après un moment, la chef du groupe vint vers moi. Je ne sus vraiment que penser. Est-ce qu’elle comptait me tuer ? Ou juste me parler ? Sa démarche ne se faisait pas aussi furieuse qu’elle aurait pu l’être plus tôt. J’en conclus donc qu’il s’agissait de la deuxième option. Je m’inclinais face à elle, respectueusement. Elle n’avait pas non plus un visage aussi meurtrier que tout à l’heure et me demande sur un ton de conversation :


- Qui es-tu, et qu'est ce qui t'as mené à être esclave ?


J’hésitais à répondre. Enfin, en tout les cas, à dire la vérité.

- Je ne suis pas réellement … Enfin… j’étais un esclave. J’ai fait faux bond à mon maître il y a fort longtemps maintenant.


L’un des gardes riposta que je mentais, qu’il m’avait vu avec mon maître.

- … Le marchand chez qui vous m’avez trouvé n’est autre qu’un de mes très proches amis. Je l’aide pour son travail, pour que les ventes se fassent plus rapidement. Ce n’est donc pas mon maître. Mon maître officiel est monsieur Gunar.


Un des soldats qui tenait toutes les listes feuilleta et me fit savoir que je mentais. Qu’il n’était que le propriétaire d'un petit manoir et d’une salle louée à un vendeur d’esclave et qu’il ne retirait qu’un pourcentage des ventes de son rentier. J’eus un large sourire en entendant pareilles foutaises.


- Il a dit ça ? Quel homme intelligent… Je peux vous certifier que ce n’est pas le cas. Cet homme possède plusieurs manoirs et plusieurs succursales. C’est lui le vendeur, il empoche tout. C'est donc qu'il a fraudé?

Je pris un instant de réflexion.

- Dame, laissez moi donc quelques jours afin de réunir les papiers officiels des magouilles de cet homme. Je vous les apporterai et vous n’aurez qu’à saisir tout ce qu’il possède pour le dédommagement de ces nombreuses années d’impayés. Nous faisons d’une pierre deux coups. Je me venge et vous empocher une belle somme pour l’Empereur. Qu’en dites-vous ?


Je me grattai l’arrière de la nuque.


- J’ai des connaissances qui pourraient se débrouiller pour avoir tout ce dont vous avez besoin. Mais… il va de soi que je ne ferais pas partie des objets à saisir… d’accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ika Ano



________________

Ika Ano
________________


Race : Humain
Classe : Chevalière
Métier : Pilleuse Née
Messages : 49


[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} _
MessageSujet: Re: [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}   [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} EmptySam 21 Juil 2012 - 23:52

Nous avancions tous au même rythme lourd, en quittant la place désormais ensanglantée. De vieux marchands criaient qu'ils allaient porter plainte, qu'ils feraient en sorte que je sois punie pour mes méfaits. Mais moi, je n'ai commis aucun méfaits ! Je suis la parole de l'empereur et de l'empire à la lettre, c'est tout. Je garde donc le sourire, en entendant ces insultes. Mais je m'égare. Je suis une femme discrète ! Après tout, j'ai posé une question à cet esclave, et il semble m'y répondre. Je suis passée à coté de tout ce qu'il me disait, enfin non, pas tout.

J'ai cessé de regarder le sang qui ruisselait depuis la place entre les pavés de la ruelle que nous descendions bruyamment, lorsque j'ai entendu le nom de Gunar. Non pas que je connaissait cet homme, mais j'avait lu son nom dans les paperasses de mon précepteur. Lui qui m'avait inculqué comment me battre, lui qui faisait le même métier que moi pour l'empereur. La différence entre lui et moi, c'est que lui aimait la paperasse, alors que moi j'ai chargé un comptable de s'en charger quand je tue tout le monde autour de moi. En gros, lui se faisait ses propres opinions, lui enquêtait, lui savait.

Mon comptable se base sur ce qu'on lui donne. Il ne va rien chercher lui-même. Et lorsque cet esclave expliqua que Gunar avait des propriétés qui m'étaient inconnues, je comprit que si ce nom figurait dans les papiers du vieux, c'est que lui l'avait compris. Il était à deux doigt de lui foutre sur la gueule.. Malheureusement, il n'eut pas le temps de le faire. C'est donc à moi que revient ce privilège, que je me ferai un plaisir d'exécuter.

"Ne t'inquiète pas va, pas besoins de papiers. On enfoncera sa porte ce soir, si tu me dis où est sa résidence. Je chargerai la moitié de mes hommes inspecter les lieux qui lui appartiennent mais où il ne vit pas. Nous serons donc une cinquantaine pour lui régler son compte, en échange de ta liberté."

Me voilà qui faisait un marché avec un esclave.. Quoique. Il prétendait ne plus en être un ? Il me fallait arranger ça. Car bien que trempant jour et nuit dans le sang, je reste une dame de haut rang. Il me faut faire en sorte que ma compagnie ne soit pas faite d'esclaves et de pouilleux, du moins en ce qui concerne les gens avec lesquels je discute...
Je fis donc ordre à l'un de mes hommes de lui offrir des bracelets que j'avais prélevé à un marchand. Ils étaient en argent, et larges. Ils permettraient de cacher les marques que l'esclave avait au poignets.

"Quel est ton nom ?"

Nous continuons à marcher, alors que nous discutons. Je ne suis pas habituée à parler en portant ma cote de maille. C'est épuisant. Mes phrases sont donc courtes et efficaces. Et puis, il me faut bien savoir le nom de celui qui m'aide là à résoudre une affaire du vieux.

"Et surtout, parles moi du gars... Est ce qu'il est puissant ..? Il sait se défendre ..?"

J'annonçais la couleur. Personne ne berce l'Empereur d'illusions sans subir mon courroux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} _
MessageSujet: Re: [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}   [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} EmptyDim 29 Juil 2012 - 14:16

- Ne t'inquiète pas va, pas besoins de papiers. On enfoncera sa porte ce soir, si tu me dis où est sa résidence. Je chargerai la moitié de mes hommes inspecter les lieux qui lui appartiennent mais où il ne vit pas. Nous serons donc une cinquantaine pour lui régler son compte, en échange de ta liberté.

Glups, pas bonne idée. Gunar était un poltron. Ses manoirs sont, d’après les ragots, bourrés de passages secrets qu’il aime montrer à ses conquêtes pour se donner de l’importance à leur yeux. Comme quoi si il y avait un souci alors qu’ils batifolaient, la dame pourrait se sauver par là. Hors si une cinquantaine de soldats arrivent d’un coup sur l’une de ses propriétés, un de ses sbires ne tarderait pas à lui envoyer un message et il ne lui faudra que quelques secondes pour changer d’identité et partir avec suffisamment d’argent pour qu’on n’entende plus parler de lui pendant des décennies. Et ça, c’était hors de question !

Avant que je n’aie le temps de répliquer que ce n’était pas une bonne idée, la dame me passa deux grands bracelets d’argent. Je les regardais sans trop vraiment comprendre avant de les passer à mes poignets, sous son regard apparemment satisfait. Elle me demanda alors quel était mon nom. Je répondais le plus franchement du monde, sans me cacher. Après tout, c’était tout ou rien, avec les soldats.

- Et surtout, parles moi du gars... Est ce qu'il est puissant ..? Il sait se défendre ..?


Je manquais de pouffer de rire. Lui ? Se défendre ? Avec une vingtaine de garde devant lui, peut-être ! Je lui répondit alors avec un rictus moqueur au lève qu’il n’était qu’un poltron qui prendrait la fuit dès qu’il aurait eu vent d’une quelconque attaque. Il a des messager magicien et prendra la poudre d’escampette aussi vite qu’il le peut, avec tout l’or qu’il peut emmener. La dame sembla assez contrariée de cette nouvelle. Je me proposais donc pour lui servir d’appât. Mais si je devais être un appât, tout ça devait être crédible. Je lui fis également savoir que Gunar ne me connaissait pas sous cette apparence, que je me cachais grâce à la magie.

Elle voulut donc savoir à quoi je pouvais bien ressembler. L’un des soldats fit vider une maison et nous y entrâmes afin que je puisse dévoiler ma vraie forme à l’abri des regards indiscrets. Une fois le collier enlever et ma véritable apparence retrouvée, les quelques soldats qui nous avaient suivis se mirent à rire de mes plumes. Je leur envoyais un regard irrité mais ça ne les calma pas pour autant. Je fis donc abstraction des rires gutturaux des hommes de mains de la femme-soldat et lui exposa mon idée de plan :

Une rançon est placée sur ma capture. Une forte somme d’argent. Il suffirait que quelques-uns de ses hommes et moi faisions diversion. Le bonhomme me déteste bien assez que pour me récupérer et payer la rançon de ses propres mains. Une fois qu’il est assez occupé à rire de ma petite personne, les soldats auront le champ libre pour dépouiller la demeure et capturer cet homme. Je me fis pourtant bien clair sur la sentence.

- … La mort, c’est beaucoup trop gentil comme punition pour cet esclavagiste. Je veux qu’il vive ce qu’il m’a forcé à vivre. Une vie de paria, de rebus de la société. Je veux qu’il aille moisir dans une cellule et qu’il comprenne à quel point c’est amusant d’avoir un compagnon plus fort que vous dans une salle aussi exiguë. Et quand il sortira de là, alors qu’il a dans l’espoir de renouer contact avec ses anciens « amis », ils le renieront tous. Et je le tuerais de mes propres mains.

Je me grattais la nuque.

- Je m’entraînerais évidemment pour ce jour… mais je veux qu’il vive un vrai calvère. Pas qu’il meurt aussi vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ika Ano



________________

Ika Ano
________________


Race : Humain
Classe : Chevalière
Métier : Pilleuse Née
Messages : 49


[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} _
MessageSujet: Re: [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}   [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} EmptyMar 14 Aoû 2012 - 12:47

Enfin, je voyais cette créature. Un immondice comme tant d'autre qui dévoilait ses ailes dont la réputation en faisait une beauté sans pareilles. Il n'avait pas encore vu ma poitrine, le pauvre. Il découvrirait alors que ses plumes sont fades et sans goûts aux yeux de ceux qui sont de bonnes familles. Mais soit, je ne peux lui en vouloir d'être fier... Il peut voler, du moins, il semble avoir ce qu'il faut pour. Dans tous les cas, je ne le peux et ne le pourrait jamais. Et bien que je n'ai jamais désiré un tel don, c'est là que ce trouve la beauté de ses ailes.

La pièce que nous avions empruntée pour cette réunion se trouvait être aussi basse de plafond que petite en elle-même ; nous étions donc si nombreux qu'obliger d'effleurer l'aura et les plumes de la créature qui nous faisais face. Sans doute était-ce cela qui ravivait mes sens... Allez savoir ! Dans tous les cas, nous ne pourrions nous promener avec discrétion s'il restait plus longtemps ainsi.
Je souriais donc à l'idée de le voir s'envoler pour nous fuir, moi et mes abrutis en armures qui s'amusaient déjà de l'insulter a tout va, parfois même dague à la main. Bande d'imbéciles, insultez encore une fois l'un de mes protégés et votre peau lui servira de manteau pour ses prochaines nuits d'hiver. Je frappe le casque d'un de ces idiots pour le faire taire et fait un geste à l'esclave pour qu'il se transforme en ce qu'il était à notre rencontre. Tous mes hommes sont donc silencieux comme des pierres tombales pour mieux me laisser parler ;

"Tu servira d'appât. Si l'infidèle est tant amateur de la fuite, cela est indispensable. Nous feront croire à une remise de ta personne en attente d'une rançon. Une fois qu'il se montrera, nous le mettrons aux fers en abattant ses hommes et en brûlant ses terres."

De ma voix à la voix calme et forte, pleine d'ambitions je mit au clair ma pensée.
Mon plan sonnait bien. Du feu, des meurtres. Et bien que je n'eus précisé que nous récupérerions tous ses objets de valeur, il fut évident que nous irions le faire, pour faire rembourser les dettes de ce salaud à mon adoré l'empereur. J'enlevais le blason impérial de l'accroche de ma cape et fit ordre à mes hommes d'en faire de même. L'un d'entre eux sortit de la pièce pour faire passer le message aux autres qui allaient dehors. Je saisis ensuite une carte et la déroula sur la table la plus proche, histoire de demander à notre allié où se trouvaient ses propriétés et laquelle nous devrions investir en premier. Mes pulsations augmentaient. Je voyais déjà ma lame trancher la jugulaire de gueux mal dégrossis, et celle de mes hommes poutrer les corps inertes d'autres menteurs. La joie me monte aux lèvres, a tel point que je chantonnait presque.

La bataille, le feu et le sang s'afficheraient bientôt. Mes hommes souriaient déjà. Ils espéraient presque que l'on ait des pertes, pour démontrer que l'on ne se bat pas uniquement contre les plus faibles. Car bien qu'hilarant, les massacres des petites gens étaient redondant. pas de suspens, et pas de gloire une fois achevés. C'était une routine qui déplaisait à mes vaillants et rustres hommes ; toujours plus avides d'action.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} _
MessageSujet: Re: [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}   [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} EmptyDim 26 Aoû 2012 - 14:04

Les soldats étaient aussi rustres que forts ; ils s’amusaient à glousser, à caqueter. Certaines m’enlevaient même une ou deux plumes pour ensuite les cacher dans leur uniforme. D’autres s’amusaient à caresser la lame de leurs dagues avec un sourire amusé. Une bande de chiens galeux bons à rien. Enfin si, à tuer. Comme tous les monstres assoiffés de sang, évidemment. Mais cette bande de rustres bonhommes allait m’aider à enfin coincer Gunar. Je pris donc sur moi afin d’éviter d’aller en envoyer quelques-uns de ces ours bouler dans un mur d’un coup d’aile.

La dame me demanda de remettre mon collier, ce que je fis. Elle fis taire ses hommes, également, afin qu’elle puisse parler.

- Tu servira d'appât. Si l'infidèle est tant amateur de la fuite, cela est indispensable. Nous feront croire à une remise de ta personne en attente d'une rançon. Une fois qu'il se montrera, nous le mettrons aux fers en abattant ses hommes et en brûlant ses terres.


Bien tout cela devenait plus qu’intéressant… Tout le travail d’une vie qui s’envole sous les yeux de son propriétaire. Je sentais déjà comme une sorte d’excitation sadique naitre en moi, alors que l’idée de LE voir à terre me procurait quelques frissons délectables. Les mêmes qui se baladaient le long de mon dos quand je voyais un Traitre partir pour un autre monde. Un autre monde où je l’avais évidemment poussé.

La femme soldat saisit alors une carte, qu’elle déroula pour établir le plan de notre attaque. Je lui signalais que sa demeure dans le quartier des nobles était assurément celle où il se trouvait en ce moment. La saison des mondanités avait commencée et les bals se succédaient. Friant de ce genre de frivolités, il serait étonnant qu’il ne s’y trouve pas.
Afin que l’attaque se fasse dans la surprise la plus totale, j’invitais la Dame à m’accompagner avec un maximum de six hommes. Avec lesquels elle prétendrait venir chercher la rançon. Ca paraîtra normal aux yeux de ce charlatan, il ne se doutera de rien. En attendant, les autres hommes se cacheront derrière les bâtiments de la rue d’à côté, et l’un de ceux qui nous accompagne restera en extérieur. Il attendra un signal pour appeler les autres à l’attaque. Gunar ne s’y attendra pas et, dans la panique de l’attaque, ses gardes ne pourront rien faire et lui ne pourra pas fuir.
Si il avait vu tant de monde arriver chez lui d’un coup, il aurait paniqué.


Je fus donc traîné dans les rues de Madorass par tout ce monde, me débattant pour que ça paraisse d’avantage plus vrai. Arrivés aux quartiers nobles, les hommes suivirent le plan et se cachèrent dans la rue d’à côté pour attendre le signal de l’un de leurs collègues. En tête de notre petit convoi, la Dame, suivie et moi, trainé par deux hommes et derrière nous trois autres soldats qui faisaient mine de vérifier que je ne m’enfuyais pas. Ou alors ils le faisaient vraiment… aucune idée. Bref, le sixième soldat resta dehors, dans l’attente du signal de leur chef pour lancer l’attaque.

La demeure de ce scélérat était majestueuse, magnifique et bien entretenue. Payées avec ses petites magouilles et ses ventes de vies humaines. Ou, en tout cas, dotées de consciences. Les gardes firent entrer la femme soldat et le reste du petit groupe sans aucun souci. Et surtout quand elle fit savoir qu’elle ramenait un esclave à son propriétaire.
Ils nous conduisirent à SON bureau. L’idée de me retrouver en face de lui me tiraillait le ventre, comme une angoisse de trahison. Et si elle en profitait pour négocier l’argent de ma prime ? … j’aurais à fuir de nouveau.
IL était assis tranquillement sur une magnifique chaise rembourée, en train de remplir des papiers. IL nous dévisagea, comme dégoûté de voir des gens de « basse classe » dans ses propres bâtiments. IL parla finalement :

- … Cet esclave n’est pas à moi.

La Dame attrapa mon collier et l’enleva. Mes ailes apparurent et je repris mon apparence normale. IL fit un bon en dehors de sa chaise avant d’éclater de rire. Je me débattis, alors que les hommes de cette perceptrice d’impôts, pour que cela paraisse plus naturel. IL riait, riait encore, de cette voix rauque et gutturale. Je le détestais, je le haïssais, je voulais qu’il meure ! Mais… je voulais qu’il souffre avant tout…

- Te voilà donc ! – AH- Te voilà donc ! Tu vois bien qu’on ne peut pas m’échapper éternellement HEIN ? Avorton… TE REVOILA !

Je me débattais d’avantage, alors qu’il caressait mes plumes. Il me dégoutait…

- Et avec tes ailes en plus… Quel idiot tu fais ! Je vais pouvoir doubler ton prix de vente ! AH AH ! Quel idiot tu es !


Alors qu’il repartait dans une crise de fou rire jubilatoire, je lançais un regard au soldat prêt de la fenêtre. Soldat qui, ayant compris le message, agita sa main au dehors. Et s’en suivit un tonnerre de ferraille, au dehors.
Quatres des hommes de la Dame l’immobilisèrent, le plaquant à terre.
Je jubilais à mon tour.

- C’est toi qui est un idiot… Tu as ouvert tes portes à ta Perte.


Un grand bruit de bois brisé nous indiqua que la porte d’entrée avait cédé.

- Tes demeures… tes succursales… tes trésors… ton or… Tu viens de tout perdre en quelques secondes. Et par-dessus le marché, tu vas finir quelques temps en prison. Tu en sortirais peut-être, en espérant que tu y survives. Et là, je t’attendrais, pour te porter le coup fatal…


Je sentais ma rage exploser… J’étais parti un moment dans un demi rire, étouffé par ma haine.

- GUNAR ! JE T’AVAIS DIT QUE TOUT SE PAYAIT TÔT OU TARD !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ika Ano



________________

Ika Ano
________________


Race : Humain
Classe : Chevalière
Métier : Pilleuse Née
Messages : 49


[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} _
MessageSujet: Re: [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}   [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} EmptyJeu 27 Sep 2012 - 12:19

Comme prévu, avec mes six hommes, nous entrions. L'homme qui nous intéressait vint à venir à mes yeux, et ne semblait pas fort étonné par ma couleur de peau. Chose qui m'étonna sans m'étonner ; il est certainement possesseurs d'un grand nombre d'esclaves du même teint. L'enflure.
Je me retenais de le détruire alors qu'il insultait mon protégé de l'instant d'idiot. Je devais rester sobre et calme, vérifiant le nombre de personnes nous entourant.

Rien de bien méchant ! quelques servants dans cette salle et sans doute un beau nombre ailleurs ; mais pas le moindre soldat en dehors de la poignée de gardes ridicules qui étaient dehors.

Je pu donc frauler l'épaule de mon écuyer, et lui dire d'une voix solennelle ;

"Prépare mon destrier, cette affaire..."

Je glissais un regard intéressé à l'hideux personnage qui caressait - ou du moins tentait de le faire - l'ange que nous sommes alors censé de lui apporter. Ensuite ; je terminais ma phrase, laissant mon homme s'en aller.

"... Cette affaire sera vite réglée."

Un sourire carnassier se dessina sous mon nez. Je saisit de pleine poigne la garde de ma fidèle épée, ordonnant en un geste de la tête aux cinq autres hommes d'empêcher quiconque de sortir ou d'entrer dans ce bureau.
Il ne fallut pas longtemps pour que mes désirs deviennent réalité. Pour que l'ange se mette à hurler.
Pour que l'effroi se grave sur la cible, au ralenti.
Pour que je vois le temps décélérer. Pour que je vois chaque mouvement dans ses moindres détails.
L'un des servants obéit à son maître qui lui ordonne de saigner l'esclave. L'un de mes hommes lâche l'emplumé pour mieux dégainer sa lame.
La musique des têtes coupées démarre dans le couloir de l'autre coté de la porte.
Le dernier à tenir l'oiseau parlant le lâche pour courir après le maître des lieux. Mes lèvres s'éloignent l'une de l'autre pour esquisser le sourire que j'avais à chacune de mes batailles.
Mes hommes à la porte l'ouvrent, par envie sadique, laissant passer l'homme qui ne s'attend pas à une telle vision d'horreur.
Au rythme lent où j'aperçois les choses, marchant calmement derrière lui, j'aperçois un magnifique tableau peint à l'huile.

Mes soldats percent tout ce qui bougent de tout le long de leurs lances. Les gorges sont envahies par le sang, craché et coulant le long des mentons des personnes désormais inanimées. Un bras coupé vole au dessus des têtes, qu'il trempe de rouge ; ma couleur préférée.
Une femme fait tomber son plateau avant d'être poussée à terre par l'un de mes plus viles compagnon, qui s'empresse déjà de défaire la boucle de sa ceinture tandis que deux de ses camarades tiennent la gueuse. Une autre catin aperçoit le carnage et tente de courir... Malheureuse qui tombera sur un autre contingent, entré par une autre porte.
Ces hommes là rient de plus belle, dans leurs armures déjà tachées. L'un d'entre eux porte une femme sur son épaule, qui se débat en chialant.

Le maître de maison, le voleur, est attrapé et mis à genoux devant moi, pendant que ses liens de fers sont cloutés. Il supplie, propose de me payer. Moi, la plus noble des filles de l'empereur. Moi son adoratrice, sa plus fidèle servante. Il tente de me salir. Le gredin aura mérité que je le baffe, pendant que sa fiancée du jour se fait violer dans sa propre chambre par un soldat dont la langue parcours son visage. Les yeux du propriétaire sont envahis par les larmes. je pose le pouce de ma main droite sur sa joue, et l'index de cette même main sur l'autre joue. Je serre son visage entre ses deux doigts, pour lui susurrer à l'oreille ;

"Je ne te tuerai pas. Je ne te jetterai pas en prison..."

Je regarde lors mon protégé.

"Je te garderai sur ma noble propriété. Jusqu'à ce que ton... esclave... décide enfin de mettre fin à tes jours."

Je souris. J'ai accompli ce doux mélange de bonne action de malédiction. J'ai accepté d'aider, pour mieux détruire quelqu'un. Mes hommes m'amènent un homme bien portant. Le cuisinier, apparemment. Ils sont triste de ne pas m'avoir vu tuer qui que ce soit.
Ils ont raison. Je suis triste aussi. Je caresse le badge qui prouve mon service à mon roi. Je souris.
Ma lame, dans ma main depuis bien longtemps, attend.
Je la lève. Jamais elle n'eut parut aussi légère. Je souris, je suis heureuse. Quand je brise l'épaule de se pauvre homme qui se savait déjà mort.

Je lui tranche la tête, lui ouvre le ventre, histoire de nourrir les chiens de la maison. Seuls êtres vivants laissés tranquilles ici.

Le clou final. Je désire le voir. Ce regard. Cette satisfaction que je ressent. Je regarde l'ange et l'approche, presque maternelle. Me baissant de tout mon long, a son niveau, le regardant droit dans les yeux.

"Ta vengeance est écrite, maintenant. Qu'est ce que tu ressens.. ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} _
MessageSujet: Re: [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}   [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} EmptyJeu 6 Déc 2012 - 10:12

J’avais repris ma respiration, doucement. J’étais en pleine hésitation. En effet mon cœur vacillait entre la joie, la tristesse, l’horreur, la satisfaction et le soulagement. Je soupirais, cherchant à trouver un certain apaisement au milieu de toutes les émotions qui se bousculaient dans ma tête. Je relevais la tête vers cette femme qui m’avait aidé à obtenir vengeance. Elle me fixe droit dans les yeux, avenante.

- Ta vengeance est écrite, maintenant. Qu'est ce que tu ressens.. ?


Je soufflais une nouvelle fois et plantai un regard déterminé dans le sien.

- Je suis bien. Etrangement bien. Je me sens libre, léger… libre.


Elle sembla satisfaite de ma réponse. Je regardais alors les soldats traîner le Salaud au sol, enchaîné, l’emmenant loin de moi. Il me supplia d’arrêter tout ça, de le relâcher, de le laisser vivre, il m’implora. Je lui demandais alors si il avait retiré le fer chauffé à blanc quand je le lui avais demandé, quand je l’avais supplié d’ôter ça de ma peau ? Il ne sut que répondre et abandonna, visiblement il s’était aperçu que rien ne le sauverait cette fois-ci.

J’avais gagné. Je l’avais fait quitter son pied d’estale et l’avait traîné dans la boue, comme il m’y avait traîné moi précédemment.

Et ça me fit le plus grand bien.
Je me tournais alors vers la femme soldat.

- Je ne vous remercierais jamais assez… merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ika Ano



________________

Ika Ano
________________


Race : Humain
Classe : Chevalière
Métier : Pilleuse Née
Messages : 49


[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} _
MessageSujet: Re: [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}   [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} EmptyMer 12 Déc 2012 - 0:32

A l'écoute de l'ange, je ne pouvais que comprendre à quel point il jouissait. Non pas d'une jouissance de plaisir, de celle que comprennent tout ceux qui sont nés en ce bas monde... Non. Seuls ceux qui tiennent la vie de l'incarnation de leur dégout peuvent comprendre à quel point la vengeance mène au plaisir. Au Nirvana..
L'ange, cependant, me paraissait quelque peu choqué..; Non. Ce n'est pas le bon terme... Disons plutôt qu'il paraissait secoué, et dépassé par la jouissance précédemment énoncée. Il m'accorda un remerciement des plus banals, un mot de plus à la longue liste de ceux que j'écoutais à peine. Je ne savais que faire pour le transformer en jeune homme qui pourrait prendre sa vie en main dans un avenir proche jusqu'à réaliser doucement, que la solution n'était réellement pas loin.

En effet, des soldats faisaient d'ores et déjà ripaille dans les réserves personnelles de notre prisonnier. Ils gueulaient et riaient en ce remémorant de bons souvenirs ou en faisant simplement connaissance car, il fallait bien le dit, dans une armée de cent têtes, tous ne se connaissent pas si bien. Il y a parfois même des rixes entres camarades, des assassinats d'un de mes hommes par un autres, ce qui oblige à remplacement, ce qui refait des batailles ou non selon l'attitude du nouveau. Encore heureux, dans ce cas-ci, il était question de festoyer grassement la victoire facile et violente qu'avait occasionnée la prise de ce château. Deux hommes encore sous leurs heaumes tâchés de sang d'on ne sait qui riaient comme des ivrognes à l'idée de s'enfiler l'une des servantes sur le long de leur sexe tout entier. Dans leurs discussion, bien entendu, vint rapidement la comparaison de leurs atours.

Heureusement que j'étais là pour les remettre en place, à l'aide de quelques vannes de ma conception, aussi efficaces que douloureuses pour les personnes auxquelles elles sont adressées. Je tiens mon protégé par les épaules en le menant vers une salle un peu plus loin, d'où viennent les rires principaux. Nous rejoignions donc un plus grand groupe, assis sur des tonneaux et entourés de bouteilles apparemment vidées de leur contenus. L'attitude de certains de ces crétins envers ma personne me confirme la disparition du précieux liquide, à tel point que je du en pousser un dans un geste mollasson de la main droite, qui tomba à la renverse et fit rire toute la compagnie à grands éclats. Je proposais à l'ange de prendre place avant de lui susurrer à l'oreille d'un ton protecteur qu'il ferait mieux d'aller s'asseoir sur un tonneau à coté de l'un d'entre eux, et de tenter de mieux connaître mes hommes, qui, tout en étant les pires atrocités que le monde ait porté, se révélaient généralement sympathiques une fois noyés dans l'hydromel.

Là je le regardais, loin d'être certaine qu'il comprenne réellement ce que j'étais occupée à faire de lui.

"Veux tu rester en notre compagnie le temps d'apprendre à manier les armes, et d'atteindre une certaine maturité ..?"

C'est alors que je me permis de sourire, passant ma main dans ses cheveux, comme on le fait aux gosses (ce qu'il était à mes yeux).

"Si c'est ce que tu souhaites, va t'asseoir près de mon écuyer et saisis une bouteille au passage !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} _
MessageSujet: Re: [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}   [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} EmptyJeu 20 Déc 2012 - 14:57

Suivant la femme soldat, je découvris ses hommes déjà occupés à festoyer dans les réserves personnelles du scélérat. Ils buvaient tous les fûts possible, riaient, hurlaient,… il y avait une sorte de bonne ambiance ici égale à celle que l’on pourrait trouver dans les tavernes. Une bonne ambiance dont je me suis toujours méfié, jusque là. Les brutes, quand elles sont éméchées, ont pour habitude de taper sur les plus faibles. Si ma sauveuse n’avait pas été là, je serais parti depuis bien longtemps, déjà.

Elle me poussa un peu afin que j’entre dans la pièce, hésitant que j’étais. J’avais raison, de l’être ; le niveau des conversations ne volait pas haut. Ca parlait de manger, de boire, de taper et de s’enfiler des demoiselles jusqu’à pas d’heure. Qu’elles soient consentantes ou pas. Des hommes comparaient la masse de leur musculature impressionnante alors que d’autres comparaient un tout autre endroit de leur anatomie qu’ils iraient fourrer dans un certain endroit de l’anatomie d’une des servantes faites prisonnières. Je m’en voulus un peu de les avoir mêlées à tout cela, ces servantes innocentes. Un peu seulement. Car innocentes elles ne l’étaient pas. On n’ est pas innocent quand on couvre un aussi gros Salaud qu’était leur maître.

Elle m’invita à m’asseoir à ses côtés et me proposa d’aller quelque peu parler avec ses hommes. Parler de mon plein grès avec le même genre de brute que ceux qui me frappaient il y a de cela quelques années ? Je n’étais que peu enclin à ce genre d’idée. Ce n’était pas mon monde, pas celui que je voulais. C’était celui qui j’espérais quitter en lançant Gunar dans un trou à rats pour qu’il y crève. J’avais replié mes ailes au plus proche de mon dos afin que les soldats n’y touchent pas. Je n’étais pas fait pour un monde aussi chaotique. J’étais fait pour la tranquillité et je pense qu’après ces longues années de chaos, je l’avais bien mérité, ce calme tant attendu.

Elle me fit alors une nouvelle proposition :

- Veux tu rester en notre compagnie le temps d'apprendre à manier les armes, et d'atteindre une certaine maturité ..?


Je déglutis, mal à l’aise. Je ne me voyais pas rester au milieu de ce groupe, vraiment pas. De plus… j’avais des attachements dans cette ville. Je m’étais construit une toute nouvelle vie, une vie paisible où tout me souriait. Maintenant que Gunar n’était plus là, je pourrais recouvrir ma véritable identité. Pourquoi me lancerais-je dans ce genre de guêpier… ? Pourtant, apprendre à me battre n’était pas une mauvaise idée. Je saurais me défendre si il m’arrivait malheur à nouveau… elle passa doucement sa main dans mes cheveux.

- Si c'est ce que tu souhaites, va t'asseoir près de mon écuyer et saisis une bouteille au passage !


Je lui souris, un peu triste et acquiesça :

- Je ne peux malheureusement accepter votre offre… j’ai commencé une toute nouvelle vie, j’ai des amis qui m’attendent et beaucoup de projets en cours… Gunar était le seul obstacle qui me restait à abbatre. Je souhaite ouvrir un cabinet de guérisseur, aider et sauver des gens. Je ne me vois pas… rejoindre votre groupe…

Je pris une profonde inspiration.

- Cela dit, cette proposition sera-t-elle toujours valable, si, dans quelques années, je venais à vous demander de m’apprendre le maniement des armes ?


Un sourire se dessina sur ses lèvres. Je pris cela pour un oui et je lui souris à mon tour avant d’aller voir un de ses hommes qui me hélait depuis tout à l’heure. Il me dit qu’il avait entendu que j’étais guérisseur et montra une de ses blessures qui s’était visiblement infectée et me demanda si c’était grave. Je lui dis qu’il lui fallait acheter un pot de baume aux champignons noirs de Venill et de guame des Plateaux de lune. Avec ça, si il l’appliquait deux fois par jour pendant une semaine, il n’y aurait plus rien. Je précisais aussi que si il ne faisait rien, il allait perdre son bras. Je précisais aussi qu’un pot de ce genre ne coûtait que dix pièces d’or pour un litre de contenance. Ce n’était pas donné, mais aucun remède ne l’est. Pourtant, si on le trouvait plus cher, c’est que le vendeur était un arnaqueur de première catégorie.

Le soldat me remercia et me prit par l’épaule avant de me fourrer une bouteille de vin dans les mains et de décréter que, même si j’avais l’air d’une fille, je savais me rendre utile. Je suppose que c’était un compliment… ? Un autre n’avait pas compris que j’étais un homme… Et avait prévu de me demander de sortir avec lui pour la soirée, dans une auberge à la réputation douteuse. Bien, je pense qu’à l’avenir je vais me faire quelques cicatrices au visage, j’aurais peut-être l’air d’un homme. L’un des soldats releva que ça ne marcherait pas, j’aurais plutôt l’air d’une femme battue, qu’il fallait que je m’entraîne à la dure, comme eux ! Puis le sujet de conversation différa sur les femmes et je restais étrangement silencieux, me forçant à rire de quelques de leurs blagues salaces. Après tout, me doute fort que ce genre d’énergumène apprécie mes goûts en matières d’amour… Puis finalement ça bifurqua sur la réputation de quelques marchands de Madorass et je pus enfin papoter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} _
MessageSujet: Re: [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}   [PV] Plus dure sera la chute.. {Ika} Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV] Plus dure sera la chute.. {Ika}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Boutiques-