''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 2) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Eräzelith Siriel



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Neo Succube
Métier : Assassin
Groupe : Démons

Âge : 20

Messages : 19

Fiche de Personnage : Le résumé d'une succube



MessageSujet: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 2) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Jeu 19 Juil 2012 - 13:44

Certes la démone avait beaucoup parlé mais c'était bien nécessaire pour ce qui allait se dérouler. Il fallait bien qu'elle explique d'une façon ou d'une autre ce qu'elle comptait faire et comment après tout. Mais c'est alors qu'à peine quelques instants après, sa compagne lui fit partager son point de vue sur ce qu'elle venait de lui dire. Elle mit en avant le fait qu'étant donné que la cérémonie dure trois jours et qu'Arthos ne portait pas le sommeil elles devraient attendre plus pour avoir de meilleures chances et surtout de mieux se préparer. Sur le coup Eräzelith resta silencieuse un moment afin de faire tourner ceci dans sa tête jusqu'à ce que l'archère ajouta que ne connaissant pas les capacités de la mage et que justement cette dernière ne connaissait pas les siennes non plus, il serait plus judicieux d'attendre. À ces suggestions la démone resta un moment sans parler, elle réfléchissait en fait. Si agir le premier jour n'était pas une bonne idée comment être sûre alors que les autres jours Arthos serait encore là ? C'était risqué d'attendre le lendemain voir même plus, connaissant le mage elle savait qu'il n'était pas du genre à rester longtemps en voyage, il se pouvait très bien qu'il n'assisterait qu'au premier jour de la cérémonie qui se tenait le soir même de leur arrivée à Beolan. La prudence ou l'audace, c'était deux choix qui se présentèrent à eux.

La cité était en vue ce n'était plus qu'une question d'heures pour arriver à ses portes à présent. La jeune mage pensa alors à comment faudrait-il s'y prendre si elles devaient attendre le lendemain, car même si elle brûlait de rage envers Arthos, elle savait rester assez calme et posée pour écouter des conseils censés, surtout venant de celle qui a accepté de l'aider. Mais elle doutait quand même, il y avait toujours la possibilité que le vieux mage ne soit plus à la cérémonie voir pire qu'elle perd sa trace. Non, ça ne devait pas arriver ... Mais en pensant au dernier point abordé par l'elfe concernant les capacités de la mage elle n'avait pas tort. C'était un peu prématuré pour directement affirmer que leurs compétences arriveront à bout du mage. Une journée ... Ça passait vite et pourtant il pouvait s'y passer beaucoup de choses en cet espace. La démone vient alors à penser que l'elfe n'avait pas tort, attendre un peu serait plus judicieux. Mais dans ce cas en attendant la nuit prochaine il faudra profiter du jour pour se préparer, pour s'organiser et peut-être mieux réfléchir à comment piéger Arthos. Enfin, si Larynda souhaitait attendre la nuit suivante, même si la succube n'aimait pas tarder sa soif de sang envers son ex mentor elle se persuada que c'était en fin de compte une bonne solution. Le ciel commençait à s'assombrir et le devenait de seconde en seconde. La journée passée à dos de cheval causa des légères douleurs à la jeune fille au niveau de son dos mais elle ne tint pas compte de ce 'détail'.

Les constructions claires et hautes de Beolan leur faisaient face alors que la route était sur le point de s'achever. Jusqu'à ce qu'une secousse tira les deux compagnes de leur 'pensées' et c'est alors qu'Eräzelith sentit les bras de l'elfe entourer sa taille sans pour autant que cela la gêne. La secousse avait dû la déstabiliser. C'était assez agréable de les ressentir se 'serrer' contre elle, même si l'archère n'avait cela que par mesure de sécurité. Mais peu avant qu'elles entrèrent dans l'enceinte de la ville, l'elfe commença alors à 'décrire' ce dont elle était capable de faire. Cela prit un certain temps, mais à la fin elle clôtura le tout en lui affirmant qu'elle connaissait à présent ses capacités. La démone sourit à cette phrase puis lui répondit.

-"Intéressant, très même … Je ne me doutais pas un seul instant de tes capacités et tu n'as fais que me conforter dans cette idée. Donc tu maitrises la magie de l'air … Eh bien moi j'y vois un très grand avantage pour nous ! Tu sais que cet élément couplé avec le feu peut être très ravageur ?"-

Elle l'informa par la même occasion que c'était une mage de feu et que cet élément était sa principale arme. La jeune fille s'était spécialisée là-dedans et comme elle le disait, si elles venaient à pouvoir faire œuvrer de pair leurs éléments ça pourrait devenir une redoutable arme. Mais il ne fallait pas s'emballer pour autant, bien qu'Eräzelith était confiante elle savait que faire travailler deux éléments ensemble était chose difficile. Elle profita donc pour lui faire part de ses intentions pour ce qui est de la nuit qui venait de tomber alors qu'elles étaient à présent au bord des portes de la ville.

-"Je pense que tu as raison, il vaudrait mieux laisser passer une journée … Ça nous permettra de mieux appréhender tout ceci."-

La ville s'offrait grande à eux. La ville même dans l'obscurité brillait de mille feux grâce aux nombreuses torches allumées. Le cheval de la démone passait dans la grande avenue et néanmoins quelques regards se posèrent sur le duo, comme l'avait pensé la jeune fille quelques heures plus tôt. Tout ceci étant dit il fallait à présent attendre le jour, mais étant donné qu'il ne fallait pas plus se faire remarquer, l'auberge est donc un très mauvais plan. Eräzelith dirigea donc le cheval vers un lieu un peu moins affluent de gens pour être plus en sécurité. Le chemin de ronde se traçait devant eux offrant une splendide vue sur l'horizon de la mer, Beolan était une ville côtière. Elle s'arrêta dans un endroit plutôt calme et descendit du cheval en admirant la vue.

-"Nous sommes arriver, enfin ! Bien … Il ne nous reste plus qu'à attendre le jour maintenant. Si tu as une quelconque idée sur comment patienter fais en part surtout."-

C'était sur ces paroles qu'elle se tût et plongea son regard dans l'immensité de la mer qui s'étalait devant elle. La démone semblait être apaisée en voyant cette étendue sombre à cause de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 2) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Jeu 19 Juil 2012 - 19:01

"Tu vas devoir m'aider petite soeur."

Il faisait nuit noire, ils étaient partis chercher un peu de viande, mais une meute de loup les avait pris en chasse. C'était la première fois que Larynda voyait son frère aussi épuisé, c'était tellement différent d'un entraînement, heureusement qu'ils étaient ensemble. Adossé à un arbre, reprenant souffle Larynda vit son frère se concentrait pour faire apparaître une petite boule de feu. Comprenant ce que son frère voulait, elle se releva et commença à assembler autant de bois et de feuilles que possible. Une fois fait, Kivan mit sa main au-dessus du petit tas et posa délicatement sa boule de feu. Les flammes étaient bien trop petites pour survivre trop longtemps, c'est sur le regard que son frère lui porta qu'elle commença à utiliser sa magie pour aider les flammes. Elles commencèrent à grandir pour enfin se stabiliser, l'archère avait déjà utilisé la magie pendant la chasse, elle commençait à être à bout de force. Dans un élan de bonté, elle s'adressa à son frère.

"Va te reposer, je vais prendre le premier tour de garde."

Il accepta l'offre de sa soeur en soupirant, s'approchant de l'arbre, il s'adossa à celui-ci et s'endormit aussitôt. Larynda repensa à ce qui s'était passé quelques heures avant, elle était impressionnée par la façon de se battre qu'avait son frère. Un véritable exemple.

**
Une mage de feu ? Larynda ne fut pas surprise en entendant ça, cela correspondait au troisième brigand qu'elle avait vu... C'était une bonne nouvelle finalement, elle avait déjà travaillé un peu avec le feu. Mais c'était avec son frère avec qui elle avait vécu une centaine d'année. Visiblement la symbiose de leur magie semblait obligatoire pour accomplir le plan de la jeune fille. Elle réfléchit quelques instants à cet obstacle qui semblait majeur, mais non, il lui suffirait de dire les mêmes mots que Kivan lui avait déjà dit. L'archère fut soulagée quand Eräzelith lui dit qu'elles attendraient une journée avant d'exécuter son plan. Leur arrivée en ville l'empêcha de lui répondre, même dans la nuit, le bruit de la ville était comme une torture pour Larynda. Les regards qu'on leur portait n'arrangeaient pas la situation, son frère avait raison, la ville n'était pas faite pour elle. Suppliant intérieurement la jeune fille de s'éloigner, elle sourit quand le bruit de la ville s'éloigna de ses oreilles. Elles s'arrêtèrent au chemin de ronde, juste devant l'horizon de la mer, splendide vue surtout en pleine nuit. Quel soulagement quand l'archère descendit du cheval, jetant ses affaires au sol, elle s'étira jusqu'à faire craquer les os de son dos. Mais même s'il y avait moins du monde, le bruit constant de la ville la rendait mal à l'aise. Les paroles de sa compagne la fit revenir à la réalité, pour patienter, disait-elle, c'est tout ce qu'elle voulait, attendre ?

"Et bien", dit-elle brisant le silence dont elle avait fait preuve depuis leur arrivé. "J'aimerais sentir ta magie s'il te plaît." Devant le regard incrédule d'Eräzelith, elle lui sourit, ce n'était pas bien compliqué après tout...

"Quand mon frère m'a appris à utiliser la magie, il m'a dit qu'une parfaite symbiose était nécessaire pour que la magie se matérialise. En ce qui concerne ma magie, je ne peux l'utiliser que si mon arc le veut bien. Quand je t'ai sauvé, il ne voulait pas que j'utilise la magie, pensant que c'était inutile et il avait raison..."

Reprenant son souffle, elle vit de la surprise dans les yeux de sa compagne, sans doute la croyait-elle folle, mais ce n'était pas important. Elle attrapa son arc et fit signe à sa compagne de toucher la corde de l'arme. Insufflant un peu de magie dans l'arc, il se mit à trembler, ce qui n'avait pas l'air de surprendre la jeune fille. Posant son arc, elle prit une inspiration et reprit ses vagues explications.

"Lorsque je ne contrôlais pas la magie, mon frère m'aidait en la stabilisant, la rendant moins anarchique. Quand je contrôlais suffisamment la magie je pouvais l'aider à utiliser d'autres formes de magie."

Laissant le silence tombait, elle lui raconta l'épisode qu'elle avait vécu quand ils s'étaient retrouvés pourchasser par la meute de loup. Narrant les exploits de son frère par la même occasion. Bien évidemment, son discours concernant les talents de Kivan étaient très subjectifs, mais ce n'était pas ça le plus important. Elle avait déjà aidé la magie du feu et c'est ce qu'elle voulait dire à sa compagne.

"Comme je connaissais sa magie de l'air, j'ai su comment réagir face à cette boule de feu et ce que je souhaite faire avec ta magie."

Larynda rougit, elle était ridicule à vouloir expliquer comment fonctionnait la magie à une étudiante de cette même matière. Faisant signe à Eräzelith qu'elle avait terminée, elle éclata de rire en repensant à ce qu'elle venait de dire. Elle espérait, sans grands espoirs qu'elle s'était fait comprendre. Changeant soudainement de sujet, elle lui demanda quelque chose de singulier.

"Si tu peux aussi me décrire la ville, je ne suis jamais venue ici et j'aimerais bien connaître la géographie de la ville, au cas où il faudrait s'enfuir..."
Revenir en haut Aller en bas

Eräzelith Siriel



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Neo Succube
Métier : Assassin
Groupe : Démons

Âge : 20

Messages : 19

Fiche de Personnage : Le résumé d'une succube



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 2) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Ven 20 Juil 2012 - 1:40

La duo était à peine installé que la démone pensait déjà au lendemain. Bien qu'elle n'en avait pas l'air elle réfléchissait beaucoup sur cette journée qui allait sans doute être capitale pour les deux compagnes. Tout d'abord il fallait profiter du jour pour mieux comprendre comment se déroulerait la deuxième partie de la cérémonie. Car en admettant qu'Arthos vient ce soir-là aussi il faudrait s'assurer qu'il aille à la Tour des Mages, et si cela était le cas alors ça serait plus facile de l'appréhender, la fatigue l'aura déjà considérablement affaibli. Ce moment qu'elle attendait tant, celui où lorsqu'elle aura l'immense joie de trancher la tête de ce vieillard sénile et de voir son sang s'écouler sur lui. Mais il ne fallait pas se réjouir trop vite car ce n'était même pas encore sûr de le trouver le soir à la cérémonie. Donc c'est en restant sur ces pensées qu'Eräzelith resta silencieuse un moment avant de se faire 'réveiller' par la voix de l'elfe lui disant qu'elle aimerait 'sentir' la magie de la jeune fille. Elle avait sans doute une idée sur comment mettre en travail leur magie respective ce qui naturellement intéressa la jeune mage. Mais elle fût néanmoins un peu surprise de cette proposition, elle ne s'y attendait pas tout de suite et en plus, elle se demandait comment une archère pouvait avoir de telles connaissances en magie, surtout que faire 'fusionner' plusieurs éléments était fort bien compliqué. Elle écouta donc attentivement ce que l'elfe allait lui dire.

Larynda lui expliqua alors comment elle avait appris la magie de l'air, c'était grâce à son frère en fait. Elle n'avait pas tort une parfaite symbiose était nécessaire pour permettre à la magie de s'effectuer correctement mais elle fût surprise quand elle lui dit qu'elle ne pouvait se servir de ses capacités d'air uniquement quand son arc le voulait. C'était surprenant d'entendre cela et Eräzelith le montra en affichant un regard 'curieux' sur ce qu'elle venait d'affirmer. Un arc décidant à sa place si elle use ou non de la magie ? C'était intriguant et d'ailleurs l'elfe invita a jeune fille à toucher la corde de l'arme. Elle mit sa main sur l'endroit désiré et senti que l'arc était en train de trembler quelques instants après. Curieux, vraiment curieux ... Cela poussa d'ailleurs la démone à écouter l'elfe de nouveau avec un grand intérêt comme le montraient ses yeux. Son frère semblait avoir une bonne place dans son enseignement sur la magie, elle lui décrit même un souvenir d'elle lorsqu'elle a utilisé son propre élément magique pour aider un autre élément, du feu. Si Larynda avait été capable de cela auparavant il n'y avait aucune raison que cela ne fonctionnait pas pour eux, sauf le fait qu'elles ne se connaissent pas vraiment niveau capacités et combat, cela représentait un handicap majeur mine de rien. Raviver une boule de feu avec de l'air, c'était un exercice qu'elle avait donc déjà réussie par le passé et cela réjouit la mage. C'est ce qu'elle souhaitait reproduire avec Eräzelith, une symbiose entre leur deux éléments.

Lorsqu'elle eut terminé, l'elfe fût prise d'un rire qui fit instantanément sourire sa compagne. Elle s'était assez bien démêlé pour s'expliquer sur la fusion d'éléments et même si la démone était une étudiante en magie, ce que venait de dire Larynda était logique voir même plus qu'exact. C'est alors qu'au moment où la mage s'apprêtait à répondre à l'elfe lui posa une autre question cette fois-ci un peu plus anodine. Demandant de lui en dire un peu plus sur la ville, c'est ce qu'elle fit en tout premier.

-"Hmm … Alors que dire sur Beolan … La ville est construite autour d'une avenue principale qui accueille principalement toute la population la journée. Il n'y a pas beaucoup d'endroit où on ne peut se faire voir au sens propre … Mais si on cherche à fuir le meilleur serai de passer par le port qui est le moins peuplé en journée et s'étend très largement. La Tour des Mages se trouve en recul par rapport au reste de la ville, elle est située pratiquement en dehors de la ville. On peut y accéder facilement depuis là où est actuellement d'ailleurs."-


Ne voulant trop s'attarder sur les détails, décrire la ville entière risquait de prendre un certain bout de temps. Elle lui expliquera en profondeur quand cela sera nécessaire car après tout en cas de fuite il faudrait surtout qu'elle la suive. Bref, c'était assez compliqué ... Mais elle voulue tout de même revenir sur le point de la magie dont parlait l'elfe il y a quelques instants. Ressentir la magie de quelqu'un, par quel moyen ? Le plus logique était alors d'utiliser et de faire 'interagir' les deux éléments ensemble. Donc pour commencer, la démone se concentra et fixant la paume de sa main droite qu'elle leva devant elle. Faire apparaître du feu demandait quand même un certain niveau de concentration, elle ferma donc ses yeux et 'visualisa' la flamme dans son esprit. Ressentir, imaginer, se 'personnifier' en feu était nécessaire, il fallait respirait de tout son être l'élément pour le faire apparaître. Et au bout de quelques secondes d'efforts, une faible lumière émanait de sa paume puis une fraction de seconde plus tard une petite boule de feu jaillit en créant des étincelles. Elle lévitait au-dessus de sa main, c'était comme du feu 'en apesanteur'. Elle la regarda attentivement et semblait captivée par cette entité de magie. Elle détourna ses yeux vers l'elfe puis lui expliqua son idée :

-"L'air et le feu peuvent devenir une redoutable arme s'ils sont combinés de manière parfaite. Mais il ne suffit pas d'envoyer de l'air dans un brasier pour en faire une tornade enflammée … Il faut créer cette tornade, cette nouvelle entité composé de deux éléments."-


Elle marqua une pause pour mieux observer sa boule de feu puis repris son discours.

-"Tu m'as dis que tu as déjà réussie à raviver un feu avec ta maitrise de l'air … Tu te sens capable de reproduire ceci maintenant ? Tu sembles avoir de bonne connaissance en magie pour une archère. Donc si nous devrons combiner nos maitrises, autant s'exercer un peu avant, à moindre échelle bien sûr ..."-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 2) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Ven 20 Juil 2012 - 5:44

"Baisse-toi !"

Surprise par le ton de son frère, Larynda s'exécuta immédiatement, il avait déjà tiré une flèche tuant l'animal sur-le-champ. La main sur la garde de sa dague, le regard de l'elfe se tourna vers Kivan, elle le remercia d'un signe de tête.

"Des loups", grommela-t-il. "Relève toi petite soeur, il n'est pas seul et les autres arrivent."

Plusieurs hurlement se firent entendre, confirmant les dires de son frère, désormais sur ses pieds, elle prit son arc et une flèche.

"Combien sont-ils ?"

"Six, peut-être sept."

Quand elle entendit le nombre, Larynda commença à trembler de peur, jamais elle n'avait affronté autant de bêtes. Même la présence de son frère n'arrangeait pas ses tremblements. Kivan avait déjà préparé un piège, ce n'était pas grand-chose, mais il n'avait guère le temps de faire mieux. Cela pourrait au moins ralentir un loup. Relevant la tête il vit sa soeur tremblait comme une feuille, il s'approcha d'elle et lui parla d'un ton calme.

"Calme-toi, ils sont nombreux et j'aurais besoin de toi, je ne peux pas y arriver seul, ne me laisse pas tomber."

Se calmant un peu elle fit signe à son frère qu'elle allait bien, mensonge, ses yeux paniqués trahissaient ses mots. Secouant un peu sa soeur il la fit revenir sur terre. Lui crier dessus était inutile et ne ferait qu'aggraver l'état dans lequel elle se trouvait. Tendant l'oreille il entendit les loups approchaient, ne perdant pas de temps, il fit apparaître une brève flamme dans sa main. La plaçant sur la pointe de sa flèche il tira sur une branche, la faisant tomber et brûler, effrayant un peu les loups. Sans attendre il tira une autre flèche, emplit de la magie d'air, qui traversa sa cible, la tuant sur place. Il allait tirer une autre fois quand il entendit un cri, sa soeur, se tournant rapidement il tira une autre fois et tua le loup qui avait commencé à bondir sur elle. Se dirigeant vers Larynda, il laissa son piège pour le couvrir, il lui demanda rapidement de réagir sinon c'est la mort qui les attendait. Rien n'y fait, il allait se débrouiller seul. Il restait cinq loups et il était déjà fatigué à cause de son utilisation de la magie. Se mettant dos à dos avec sa soeur, il sentit ses tremblements.

"Pense à mère, penses-tu vraiment qu'elle serait fier de toi en ce moment ?"

C'était les bons mots. La terreur disparut de ses yeux et elle commença à lever son arc, ne perdant pas de temps Kivan repartit de son côté, désormais il pouvait ignorer sa soeur, il lui faisait confiance. Il restait trois loups du côté de Larynda et elle n'avait aucun piège ou de branche gênant le passage pour l'aider. Les cinq bêtes restantes les avaient encerclés, elles étaient loin d'être idiotes et ce n'était pas à l'avantage des deux elfes. Sans aucune hésitation, ni d'elle ni de son arme, elle utilisa la magie. Décochant une flèche, celle-ci semblait entourée d'une aura grise, partant à une grande vitesse elle traversa l'oeil d'un premier loup avant de complètement le déchirer en deux. Ce n'était pas le même résultat que Kivan, la force de sa magie était bien supérieure à celle de son frère. Plus que quelques mètres séparaient les deux autres loups de Larynda, attrapant rapidement une autre flèche, elle tira aussitôt et tua un autre loup. Le troisième loup lui sauta dessus et la fit tomber, désarmant l'archère par la même occasion. Elle dégaina sa dague aussi vite qu'elle put, mais une attaque rapide l'atteignit et la blessa au bras. Toujours au sol, elle dessinait de grands arcs de cercle pour éloigner le loup. Sans son arc elle ne pouvait rien faire, quand une voix lointaine lui arriva aux oreilles.

"Tu peux encore utiliser la magie, imprègnes-en ta dague et utilise là comme ton arc."

Comment pouvait-il encore s'occuper de sa soeur dans ce moment-là, lui-même occuper au corps à corps avec une autre bête. Écoutant les paroles de son frère, elle essaya de se concentrait autant qu'on le pouvait face à un loup, celui-ci continuait à l'attaquer avec ses grippes, essayant parfois de la mordre, mais elle lui avait crevé un oeil la dernière fois qu'il avait essayé. Sentant de nouveau la magie s'agitait autour d'elle, elle essaya de la placer dans la dague, l'archère réussit, mais seule une petite partie de la magie s'était déplacée dans l'arme. Pointant l'arme vers la bête, elle tira une petite boule d'air qui le heurta de plein fouet. Cela n'aurait jamais suffit mais une flèche vint le transpercer, son frère s'était débarrassé de ses ennemis et l'avait sauvée.

**
Une très brève description de la ville, c'était la seule réponse de sa compagne, ce n'était guère réconfortant. Mais là n'était pas la question, elle voulait voir la magie d'Eräzelith et la sentir. Voyant sa compagne se concentrait, elle recula de quelques pas pour lui laisser autant d'espace qu'elle voulait. La jeune fille semblait ailleurs, c'était comme observé un volcan, calme à l'extérieur, mais très agité à l'intérieur. Une première lueur apparut puis quelques secondes après la boule de feu prit vraiment forme. Incroyable spectacle, le feu était décidément un élément sublime, la boule semblait parfaite, calme et suivant complètement les mouvements qu'on lui donnait à faire. C'était un niveau très loin au-dessus de celui que Kivan possédait, approchant son visage de la boule de feu, elle releva les yeux quand la jeune fille lui parla. Ses paroles étaient pleines de bons sens, son frère lui avait expliqué cela, faire interagir deux éléments n'est pas une chose facile. L'élément s'ajoutant au premier devait être de même puissance et de même envergure. Les dernières paroles d'Eräzelith faillit la faire sauter de joie, elle n'attendait que ça. Larynda ramassa son arc et regarda la boule de feu avec un grand intérêt, cette chose semblait tellement parfaite, hors du temps. Approchant sa main libre de la boule, elle rassura la jeune fille avec un bref sourire, elle semblait dessiné autour du feu. La magie de Larynda commença à s'imprégner dans le feu, le faisant un peu bougé. Un courant d'air commençait à apparaître près de la main d'Eräzelith, entourant le feu qui semblait grandir.

"Retire ta main s'il te plaît."

Elle chuchotait, sa concentration était tellement intense que rien ne devait la déranger. S'exécutant la jeune fille s'éloigna, comme l'archère auparavant. La boule de feu flottait, entouré d'un vent qui tournait de plus en plus vite. Soudain la boule de feu explosa, les braises vinrent à la rencontre du courant d'air, l'embrasant par la même occasion. Agitant un peu plus sa main, les cheveux de Larynda s'envolèrent en arrière, la fusion des deux éléments commença à grandir, jusqu'à atteindre la taille de la jeune fille. Reculant comme Eräzelith auparavant, elle laissa la magie libre, on aurait dit une tornade aussi orange qu'un pâle coucher de soleil, mais tout aussi docile. L'archère regarda sa compagne qui semblait heureuse, elle souriait, ses cheveux volaient aussi. Un long silence s'installa, admirant le spectacle devant leurs yeux. Même les personnes qui passaient par là s'étaient arrêtés pour admirer cette fusion des éléments. Ils retournaient bien vite à leurs occupations, mais au moins leur journée s'était un peu illuminé.

"C'est impressionnant, ton feu est si agréable, bien plus que celui de mon frère."

Elle ne savait pas si sa compagne l'avait entendu, mais qu'importe, elle continua de regarder leur oeuvre. Car oui, même si l'air avait grandi le feu, cette première matière venait de la jeune fille et quelle magie de qualité ! Avec ce feu si malléable, on voyait qu'Eräzelith avait étudié la magie et elle était visiblement très douée dans son domaine. Bien plus que Larynda dans le sien, approchant de la tornade, elle leva la main et le vent commença à ralentir avant de complètement s'éteindre. Quelques braises volèrent et plus rien. Comme si rien ne s'était passé, approchant de la jeune fille elle la regarda avec de grands yeux.

"Je suis admirative devant une magie d'aussi belle qualité, je ne sais pas pourquoi ce mage t'a fait du mal, mais c'est visiblement un idiot."

Elle n'arrivait pas à cacher son enthousiasme, elle n'avait jamais vécu ça, même quand Kivan et elle fusionnait leur magie de l'air. Après quelques minutes de silence, l'archère proposa à sa compagne de s'asseoir, la nuit ne faisait que commencer et restait debout n'était pas une bonne chose. Désormais assise près d'Eräzelith, elle posa sa tête sur l'une des épaules de la jeune fille. L'utilisation de la magie l'avait un peu fatigué, la sensation de la magie de feu ne la quittait pas, c'était aussi douillet et chaud qu'une nuit dans une maison de luxe. Elle n'expliquait pas ce qui se passait et elle ne voulait surement pas savoir pourquoi elle ressentait tout ça. C'est de la magie après tout.

"Notre rencontre fut une vraie bénédiction, j'aimerais rester près de toi à chaque moment mon amie."

Elle souriait, elle était heureuse, pour la première fois de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas

Eräzelith Siriel



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Neo Succube
Métier : Assassin
Groupe : Démons

Âge : 20

Messages : 19

Fiche de Personnage : Le résumé d'une succube



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 2) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Ven 20 Juil 2012 - 15:50

La boule de feu lévitant dans les airs, ce fût un véritable petit spectacle d'artificier qui s'offrait devant elles. Certes la magie du feu pouvait être impressionnante, mais elle pouvait l'être bien plus en étant attisée par le vent. C'était ce qu'Eräzelith voulait voir, le spectacle d'une fusion magique. L'elfe avança sa tête pour mieux observer la sphère enflammée pendant que la démone 'expliquait' la difficulté de faire assembler deux éléments. Le feu, destructeur et ravageur et l'air, doux et puissant à la fois. Que pouvait bien donner une telle combinaison ? C'était ce qu'elles allaient sans doute découvrir dans les instants à suivre. Alors que la jeune mage invita l'elfe à refaire ce qu'elle avait effectué avec son frère, Larynda ramassa son arme et approcha sa main autour de la boule de feu. Avec des gestes pratiquement 'artistique', elle avait implanté sa magie tout autour de la sphère et cela entoura la main de la démone. D'ailleurs en voyant que le feu commençait à grandir, l'archère chuchota à la mage de retirer sa main et de reculer par la même occasion. Elle avait besoin de concentration et c'était bien normal, donc la jeune file s’exécuta instantanément elle comprenait. À présent la boule de feu flottait par elle-même entourée de l'élément de l'air qu'avait insufflé l'elfe.

À peine le temps de contempler qu'une soudaine détonation surgit de la boule et de l'air, c'était le signe que les deux éléments avaient commencés à fusionner ensemble, faisait 'brûler' le vent tout autour. Eräzelith était subjuguée par la maitrise de l'elfe en l'élément de l'air et elle raviva ses yeux du spectacle technique devant elle. Plus le feu était alimenté par l'air, plus il grandissait et 'soufflait' dans tous les sens en suivant les gestes de main de l'archère. Jusqu'à ce que le brasier atteignit la taille de la démone, l'elfe recula à son tour laissant les deux éléments 'jouer' ensemble. Une véritable bourrasque de feu animé par un vent ravivateur, voilà ce qu'elles avaient réussie à faire cette nuit-là. Elle sourit, elle jubilait de tout son être en voyant le résultat de leurs efforts. C'était tout simplement magnifique ! Quelques passants s'étaient arrêtés pour voir le spectacle, bien qu'il ne s'agissait pas non plus d'une tornade de feu à grande échelle, c'était impressionnant. Alors que les deux compagnes admirèrent le fruit de leur magie, Larynda complimenta le feu de la mage, disant qu'il était plus agréable que celui de son frère. Elle sourit à cette phrase, jamais personne sauf son parrain reconnaissait ses capacités en la matière.

La maitrise de l'air de l'elfe n'était plus à démontrée. Si le feu avait pu grandir autant c'était bien grâce à cela, selon Eräzelith elle avait une très bonne dextérité magique. Même si c'était une archère et non une mage, ses capacités étaient impressionnantes. C'est alors que l'elfe mit fin à la tornade en soustrayant le vent du feu. Le petit brasier se tût petit à petit puis disparut en quelques braises volantes. Larynda se rapprocha de la jeune fille et lui dit qu'elle était admirative devant sa magie, affirmant qu'elle ne comprenait pas pourquoi Arthos l'avait jeté dans ce cas ... Si elle savait la vérité ... Enfin, elle semblait très ravie d'avoir exercé avec succès une fusion d'élément, la démone l'était aussi d'ailleurs. Lorsqu'elle était encore étudiante, Eräzelith n'avait pas beaucoup pratiqué la fusion d'éléments. Elle avait surtout lu des ouvrages parlant de cette pratique et vu d'autres mages à l'oeuvre. Lorsque l'archère la complimenta sur sa magie elle la remercia du mieux qu'elle pouvait le dire, en faisant un geste de la tête accompagnée d'un large sourire.

-"Merci beaucoup ! Pas beaucoup de gens m'ont dit ce que tu viens de me dire tu sais … Ça me touche énormément ! Mais je suis tout aussi admirative envers toi, tu as une pratique de l'air vraiment poussée et j'en suis encore stupéfaite …"-

Larynda invita la démone à s'asseoir puis fit la même chose en se plaçant tout juste à côté d'elle. Cet exercice avait un peu épuisé les deux jeunes filles mais c'était une bonne expérience, cela présageait que du bon pour le lendemain. Il y avait encore du travail à faire certes mais elles étaient déjà sur une excellente voie. C'est alors qu'Eräzelith sentit quelque chose sur son épaule. L'elfe venait de poser sa tête dessus, sans doute pour mieux se reposer. La jeune mage ressentit alors comme une chaleur ... Un résidu de la magie surement. Toujours autant souriante, elle écouta la dernière phrase qui la percuta un moment, dans le bon sens. Elle pensait exactement la même chose, c'était une véritable chance que leurs chemins s'étaient croisés, mais surtout la dernière partie de sa phrase. Oui, la mage aussi souhaitait rester à chaques instants avec Larynda ... D'ordinaire elle ne fait que vivre pour le sang et les meurtres, vivre pour avoir une vie démoniaque ... Mais avec cette elfe c'était différent, elle se sentait 'bien' en sa présence et cela la calmait, la rassurait. Hésitante, elle passa son bras autour de l'elfe comme pour mieux la sentir prêt d'elle. Eräzelith était aussi fatiguée et se laissa peu à peu prendre par le sommeil.

La lumière du jour commençait à se lever en même temps que la démone émergeait. Elle avait passé la nuit aux côtés de l'elfe au sens propre … Mieux valait cela que de dormir toute seule après tout. Elle observa l'elfe et semblait la contempler. Enfin, pour l'heure il fallait se lever la journée allait être longue. Cette fois-ci il n'y avait pas de temps à perdre, il fallait profiter du moindre instant de la journée ! La jeune fille fit comme la première fois pour réveiller l'elfe et d'une voix calme elle lui chuchota de se réveiller. Après que l'elfe émergea, la mage se mit debout et s'étira tout en annonçant les couleurs de la journée.

-"Bien bien … On a une longue journée qui nous attend ! Va falloir que t'es la forme."-

Elle laissa passer quelques secondes en regardant autour d'elle puis rappliqua.

-"Donc il ne faut pas perdre un seul instant … Je propose qu'on aille directement s'exercer un peu. Hier soir c'était une assez belle performance mais cela ne sera pas suffisant … Sauf si tu préfères attendre un peu."-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 2) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Ven 20 Juil 2012 - 20:19

Doux rêve, Larynda se trouvait en plein milieu d'un cercle de feu. Les flammes se rapprochaient d'elle, ouvrant grand les bras, elle accueillit le feu en elle. L'archère ne souffrait pas, au contraire c'est un immense sentiment de bien-être qui s'empara d'elle, oubliant tout ce qu'elle avait vécu jusqu'ici. Son corps s'envola, un minuscule point rouge soulevait par une quelconque force invisible, tournant sur lui-même, le point grossit jusqu'à devenir une immense colonne de feu. Le corps de l'elfe avait disparue, complètement engloutie par les flammes, elle ne sentait rien à part le désir ardent de complètement faire partie de cette colonne. Son voeux fut exaucé, son corps se désintégra complètement, désormais partie intégrante des flammes. Larynda se laissa guider, abandonnant sa vie. Pour rien au monde, elle n'aurait voulu que ça s'arrête. Appartenir, dépendre de quelque chose d'aussi pure. Si on lui proposait, elle ne pourrait refuser. Même si cela devait lui coûter la vie...

Ouvrant soudainement les yeux, l'elfe vit le visage de la jeune tout près du sien, elle lui sourit avant de se relever. Être réveillé de cette façon, elle ne s'en passerait jamais, ça lui rappelait la voix calme de sa mère. Une longue journée les attendait et la nuit qui suivait n'allez pas être de tout repos non plus. Elles vivaient peut-être leur dernière journée, ramassant ses effets, elle invita la magicienne à la guider à travers la ville.

"Je te suis Eräzelith."

C'est la première fois qu'elle utilisait son prénom, elle voulait vraiment devenir proche de la jeune fille, après tout elle était heureuse à ses côtés, était-ce un crime de vouloir le rester ? Sa compagne était déjà partie et l'elfe courut un peu pour la rattrapait, visiblement elle ne voulait pas perdre de temps. Elles s'enfoncèrent plus avant dans la ville, il était encore tôt et peu de personnes étaient dans les rues, tant mieux pour Larynda. Ce qu'elle pouvait détester le bruit. La magicienne força le pas, elle courait presque, ce qui l'obligea à accélérait pour la suivre. Se rappelant la brève description qui lui avait faite son amie, elle sourit, il était inutile qu'elle connaisse la ville, elle avait son propre guide. Après quelques minutes de marche précipitée, elles arrivèrent devant un bâtiment assez grand, la magicienne l'informa que c'était ici qu'elle s'entraînait quand elle étudiait la magie. Elles entrèrent et ne virent personne, il faisait bien trop tôt, les mages étaient surement encore en train de dormir. Profitant de ce calme, Eräzelith la guida à travers de multiples couloirs, elle s'arrêta soudainement et entra dans une pièce assez grande au plafond élevé. Ici, elles seraient tranquille, l'endroit semblait vide. Un grand espace blanc, aucun meuble, sa compagne l'informa qu'ici toutes les salles se ressemblaient et qu'elle venait s'entraîner ici avant.

"Ne perdons pas de temps si tu le veux bien, hier soir, c'est moi qui a travaillé autour de ta magie, je te propose l'inverse maintenant."

Larynda essayait de reproduire le même schéma que lorsque son frère lui apprenait à se servir de la magie. D'abord connaître par coeur les magies, ensuite les utiliser au calme et enfin s'en servir en situation de stress. Il fallait utiliser de toutes petites doses de magie, s'épuisait pendant l'entraînement était idiot, compte tenu de la nuit qui les attendait. Faire apparaître de l'air sans ses flèches n'est pas une chose aisée, elle s'était entraînée pendant de longues années sans jamais vraiment y arriver comme elle le voulait. Sous le regard de sa compagne, elle joignit les mains et les écarta un peu pour laisser une minuscule ouverture. Les yeux fermés, respirant lentement, Larynda essaya de sentir la magie autour d'elle. Comme quand elle avait remplit sa dague de magie, une minuscule boule grise commença à apparaître. Elle transpirait déjà, quel effort surhumain de fabriquer de l'air sans aucun objet pour l'aider. Écartant soudainement les mains, la boule grise commença un peu à grandir, faisant bouger les cheveux de l'elfe, elle ouvrit les yeux et regarda la jeune fille.

"Montre-moi ce que ton magnifique feu peut faire."

Larynda lui sourit de toutes ses dents, elle avait été complètement hypnotisée par le feu de son amie, elle espérait voir le même spectacle. Même si sa boule d'air n'était pas aussi parfaite, les connaissances d'Eräzelith suffiraient à combler ce défaut, du moins c'est ce qu'elle espérait.
Revenir en haut Aller en bas

Eräzelith Siriel



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Neo Succube
Métier : Assassin
Groupe : Démons

Âge : 20

Messages : 19

Fiche de Personnage : Le résumé d'une succube



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 2) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Sam 21 Juil 2012 - 16:34

Le réveil de l'elfe fût comme la première fois dans le sourire, la mage appréciait énormément quand elle l'affichait. Quelques minutes le temps de se préparer, Larynda lorsqu'elle finit demanda alors à la jeune fille de la guider en l'appelant pour la première fois par son prénom, ce qui lui fit plaisir. C'est ce qu'elle allait bien évidemment faire, la guider, elle voulait l'emmener dans un lieu où du temps où elle était encore étudiante et où elles seraient bien mieux pour s'exercer. Pressant le pas elle s'engouffra suivit de l'archère dans les rues de la ville qui heureusement n'étaient pas très chargé de gens vu l'heure. C'était aussi une excitation pour Eräzelith, plus elle parcourait la ville plus ses souvenirs d'étudiantes lui remontèrent à la tête. Ces années-là étaient le seul passage 'heureux' dans sa vie jusqu'à ses 18 ans. Oui, Beolan l'avait accueillie dès son enfance et avait fait d'elle une magicienne ... Si tu s'était bien passé par la suite, si Arthos n'avait pas agît comme tel la mage n'en sera pas là actuellement. Bref, le temps jouait contre elles et même s'il se faisait encore tôt il ne fallait pas perdre un seul instant. Ce ne fût donc qu'après plusieurs longues minutes de marche forcée la jeune mage arriva enfin devant le lieu désiré avec l'elfe.

-"C'est ici que je me m'entrainais quand j'étais étudiante, c'était le meilleur endroit que j'avais trouvé du moins. Suis-moi !"-

L'endroit était vide et cela ne pouvait être que bien. Guidant sa compagne au travers du dédale de couloirs, elles finirent leur longue marche dans une grande salle blanche démunie de tout meuble et autres objets lourd. La jeune mage regarda à droite et à gauche de la salle comme pour reprendre ses vieux repères et se plaça un peu plus loin de l'elfe pour lui laisser de l'espace. Car cette dernière voulue instantanément commencer l'entrainement, proposant à la démone que ce soit elle qui fait travailler sa magie autour de la sienne, inversement de la veille. Acquiesçant d'un geste de la tête elle ne plaça mot et regarda attentivement Larynda utiliser sa magie. Cela se voyait sur tout son être l'effort qu'elle était en train de fournir pour faire 'matérialiser' son élément. L'air faisait partie d'ailleurs des magies les plus durs à manipuler n'ayant pas de corps physiques au sens propre. Ce fût entre ses mains qu'une boule d'air grisée se formait et grandissant à longueur où elle les écartaient. C'était tout de même impressionnant de voir comment l'elfe avait réussie cela du premier coup, elle était douée pour cet élément c'était sans aucune ombre d'un doute.

Eräzelith sourit lorsque l'archère lui demanda de faire voir ses capacités de pyromancie, elle allait être servie du mieux qu'elle pouvait l'espérer. La jeune mage ne se doutait pas de l'efficacité de la sphère d'air et leva donc sa main devant elle. Fermant les yeux un instant elle invoqua un sort plutôt rapide pour pouvoir produire un aussi bon résultat que la nuit dernière. Des picotements se firent ressentir dans la paume de sa main ainsi que de la fumée en émanait. Quelques fractions de secondes après c'était toute sa main qui était en feu, on aurait dit qu'une boule de feu était à même sa peau, mais en fait ce n'était pas cela. Elle avait concentré une base dans sa paume, elle se mit donc à viser rapidement de l'oeil la boule d'air de l'elfe.

-"Tu ne vas pas être déçue ma belle !"-

Et c'est alors que d'un mouvement vif et précis un fin jet sortant de la boule de feu se rua à une vitesse fulgurante vers la sphère d'air et la 'frappa' de plein fouet. La collision des deux éléments entraina une légère détonation mais avant qu'elle se produisit la démone dit à l'elfe de reculer et de laisser le feu porter sa boule d'air en suspens. C'était donc une seconde fusion d'éléments qui s'offrait à elles mais c'était différent cette fois-ci. La mage se concentra de nouveau et toujours en ayant le bras tendu elle faisait bouger les doigts de sa main dans tous les sens. Le feu semblait tourner comme une roue à piques autour de la sphère en augmentant sa vitesse à chaque instant.

-"Fais travailler ta magie, attises-la, fais-la prendre de l'allure !"-

Tout en continuant de faire tourner la boule de feu autour de l'air, l'ensemble commença à grandir de manière importante tout en tournoyant autour d'eux-mêmes. Si l'elfe arrivait à fournir un énième effort le résultat sera tout simplement magnifique ! Une véritable spirale de feu et d'air à mi-chemin entre une tornade et un brasier ardent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 2) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Sam 21 Juil 2012 - 21:37

Il faisait extrêmement froid, l'air qui les entourait les mordaient. Une nappe blanche commençait à apparaître devant les yeux de Larynda, elle s'était déjà posé la question quand des petites boules blanches commencèrent à tomber des nuages. C'était un beau phénomène, mais elle ne l'expliquait pas, levant une main, elle essaya d'attraper une de ces choses, sans succès. Surprise, elle pensa à haute voix..

"Qu'est-ce que c'est ?"

"De la neige ma fille."

Sa mère, enveloppait dans un lourd tissu, lui fit un bref sourire. Elle tremblait à cause du froid, quand l'archère se tourna vers elle, elle l'aperçut tremblant de tout son corps. S'approchant, elle retira son propre tissu et le posa sur les épaules de sa mère. Kivan sourit en voyant cela, imitant sa soeur, il donna aussi sa couverture. Les deux enfants prirent place à côté de leur mère et se serrèrent contre elle, magnifique preuve d'amour, ils préféraient avoir froid plutôt que de voir leur génitrice tremblait de tout son être.

"Larynda, part chercher un peu de bois, je voudrais essayer de faire un feu."

Embrassant brièvement la joue de sa mère, elle partit exécuter la demande de son frère. Des flammes leur ferait le plus grand bien, à tous.

**
Quelques pas en arrière, c'était ce que la jeune lui demanda et elle obéit. Observant attentivement la magicienne, elle vit un trait de feu percutait sa magie, c'était un spectacle tout aussi magnifique que la veille, mais en même temps très différent. La boule d'air continuait de flotter et Larynda se sentait complètement vide, c'était vraiment un trop grand effort. Elle s'était sentie un peu mieux quand cet amas d'air avait quitté ses mains, mais c'était trop tard, elle transpirait et respirait difficilement. Ce qui se déroulait devant ses yeux la raviva un peu, un magnifique anneau de feu entourait sa création. Le cercle commença à tourner, lentement puis il prit de la vitesse jusqu'à ressembler à une ligne parfaite. Au milieu la boule d'air commença presque à se dématérialisait, le feu prenait le dessus, le niveau de contrôle qui les séparait était bien trop grand. Les flammes se rapprochèrent jusqu'à anéantir l'air au milieu, la fusion des éléments semblaient être un échec cuisant, mais non. La roue de feu commença à s'agiter, laissant échapper des braises qui retombèrent tel des confettis. Il était difficile de décrire ce qui passa sous les yeux des deux amies, le feu ressemblait à un bateau naviguant dans les airs. Il manquait quelque chose pour parfaire leur fusion. Approchant de cet amas de magie, Larynda approcha la main de la coque de ce bateau de feu, se concentrant et puisant dans ses ressources, une minuscule colonne d'air commença à prendre forme, s'élevant, elle traversa les flammes. La réaction fut immédiate, l'elfe fut violemment repoussée et tomba au sol. Tournant les yeux vers Eräzelith elle la rassura.

"Je vais bien, ne t'en fais pas."

Mensonge, l'archère tremblait, elle était apeurée par cette magie en face d'elle, quelque chose avait fait réagir cette chose. L'infime magie d'air qu'elle avait insufflé n'aurait jamais fait ça ! Cette sensation d'effroi, jamais elle ne l'oublierait, comme si le feu possédait une vie propre. Phénomène très étrange, elle avait travaillé autour de ce même feu hier, sans le moindre problème. Incompréhensible, elle se releva difficilement et se tourna vers la jeune fille, oubliant totalement cette fusion de magie.

"Tu peux m'expliquer ce qu'il s'est passait à l'instant ? La seule fois où j'ai ressentie autant d'effroi c'est quand ma famille est morte."

Elle ne réfléchissait même plus à ce qu'elle disait, elle avait donné des détails sur sa vie. Mais là n'était pas le plus important, cette chose qui flottait lui faisait très peur et elle cherchait une explication à ce qui se passait. Larynda n'attendit même pas la réponse à sa question, elle s'éloigna un maximum de la jeune fille et de cette chose qui flottait toujours. C'était l'anarchie dans sa tête, dans ses pensées, comment expliquer tout ceci ? De brèves paroles de son frère lui revint en tête...

**
"Les apparences sont parfois trompeuse ma soeur, attend que cette apparence tombe avant de faire confiance, il est question de ta vie."

**
Elle secoua la tête pour chasser cette phrase de sa tête. Non, ce n'était pas possible ! Eräzelith l'avait suppliée de l'aider, qui peut demander une assistance pour ensuite la supprimer ? Les dernières paroles de son frère lui revinrent en tête, jusqu'à la rendre folle. Prenant sa tête à deux mains, elle supplia son frère de partir de sa tête. L'elfe refusait l'évidence, elle s'était attachée beaucoup trop vite à cette personne qu'elle ne connaissait même pas. Leur seul point commun c'était la vengeance dont elles faisaient preuve envers leur bourreau. Absolument rien d'autre ne les reliait, comment pouvait-elle pensée qu'elles étaient amies ? Cela faisait beaucoup de questions et c'était impossible d'y répondre, à moins de parler franchement à la magicienne. Lâchant sa tête, elle ignora la magicienne et lança un regard noir à cet amas de magie.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 2) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 2) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Chemin de ronde-