''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 3) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Eräzelith Siriel



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Neo Succube
Métier : Assassin
Groupe : Démons

Âge : 20

Messages : 19

Fiche de Personnage : Le résumé d'une succube



MessageSujet: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 3) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Dim 22 Juil 2012 - 17:04

Ce qui s'était déroulé hier soir était incontestablement magnifique. Une boule de feu, de l'air ainsi que de la concentration et le résultat était stupéfiant. C'était sur ce principe-là dont la démone était partie aujourd'hui ... Sauf qu'elle en voulait plus ! Faire dépasser les limites de sa compagne, voilà l'objectif, voir jusque où elle était capable d'aller. Mais c'était peut-être un peu trop cette fois-ci, car effectivement au moment où Larynda, déjà très éprouvée par l'effort de la première sphère, tenta de rajouter la pièce manquante au chef d'oeuvre, quelque chose d'anormal se produisit. Eräzelith ne s'y attendait pas à cela, l'archère fût violemment repoussée la faisant tomber sur le sol. La mage montra son étonnement face à cela en regardant le feu avec de grands yeux. Elle ne savait pas la raison de ce qu'il venait d'arriver mais c'était assez troublant. L'elfe tentant de rassurer la jeune fille se remit debout puis semblait 'apeurée' de toute cette magie qui se prônait en face d'elle. Demandant des explications sur ce qu'il venait de se passer, elle rajouta qu'elle n'avait jamais ressenti cela depuis un triste moment de sa vie. C'était quelque chose dont la démone ignorait tout, en même temps elles ne se connaissaient pas tant que cela après tout ... Voir pratiquement pas. Voyant que l'exercice était un échec, la mage de feu fit taire le brasier d'un long et rapide mouvement de bras à l'horizontal. Le feu 'éclata' dans une explosion sans vacarme et partit en panaché d'étincelles qui disparurent d'elles-mêmes.

Elle avait remarqué que l'elfe regardait la magie de façon plutôt hostile après ce qu'il venait de se passer mais la jeune mage non plus ne comprenait pas. C'est alors qu'un 'éclair' lui passa dans l'esprit et lui apporta une probable réponse. Et si le problème ne venait pas de Larynda mais d'Eräzelith elle-même ? Commençant à s'inquiéter là-dessus, elle fournit à sa compagne une réponse qui laisserait perplexe :

-"Je crois que tu n'es pas habituée à pratiquer autant la magie et à 'travailler' avec … Je suis désolée, c'est moi qui ai dû trop forcer la dose ce coup-ci … Mais je propose qu'on arrête les exercices pour le moment, ça ne sera que mieux pour nous."-

La réalité était différente. Une démone au sens propre du terme, un être totalement maléfique jusqu'aux plus profondes entrailles ... Ça ne pouvait tout simplement pas oeuvrer avec un être qui était presque le contraire. C'était son âme qui avait repoussé l'élément de l'elfe d'une façon à la hauteur de sa nature, agressive. Ennuyeux comme situation, si elles ne pouvaient correctement faire synchroniser leurs capacités élémentaires, comment allait se dérouler l'affrontement face à Arthos ? Elle ne le savait guère. La jeune fille était un peu déçue en fin de compte, pas de l'elfe bien évidemment mais de la situation qui commençait à se retourner contre elles. Proposant à l'archère de sortir dehors, elle la précéda avant même d'attendre sa réponse. Il ne s'était pas déroulé beaucoup de temps entre le début et la fin de leur exercice, mais les rues étaient tout de même un peu plus remplies. Dommage, cela n'allait pas ravir sa compagne ... Il ne restait plus qu'à attendre le moment tant attendu par Eräzelith, celui où une lame traversera la gorge du vieux mage pour séparer sa tête de son corps.

La journée passa donc et le soir était déjà tombé depuis quelques temps. C'était le signe que la fin approchait pour une personne à Beolan ce qui réjouie la démone. Mais il ne fallait pas car tout n'était pas encore gagné. L'affrontement qui se profilait à l'horizon s'annonçait rude et dangereux, surtout que maintenant que la mage savait que sa magie et celle de l'elfe ne s'entendaient pas si bien, cela allait compliquer les choses. La jeune fille avait déjà quelques minutes auparavant emmené l'elfe à l'entrée de la Tour des Mages car c'était là que tout se déroulait à présent. Arthos n'était pas encore arrivé et il fallait faire vite : La bibliothèque privée se situait tout en haut de l'édifice et passer par l'entrée principale était impossible vu qu'elle était fermée. L'ex étudiante en ces lieux se souvint que plusieurs entrées secondaires, de secours, donnaient sur l'extérieur. Il fallait donc emprunter l'une de ces entrées et pénétrer dans la tour. Eräzelith alla avec l'elfe plus au sud de l'imposant bâtiment et y retrouva l'une de ces fameuses entrées secondaires. Après quelques minutes à chercher comment ouvrir la porte, elle finit par la forcer en la faisant brûler intégralement vu qu'elle était en bois. Le duo s'engouffra alors dans une infinité de couloirs et d'escaliers pour monter jusqu'à la bibliothèque désirée. Il était encore un peu 'tôt' pour s'infiltrer dans le lieu privée, et à cause des nombreux escaliers la jeune mage demanda à faire une pause.

Ces lieux, que de bons souvenirs décidément. Plus elles traversaient la tour dans sa hauteur, plus la jeune fille se remémora ses années qu'elle avait passé en ces enceintes. À cette époque elle n'était pas comme maintenant, ce n'était pas complètement une personne diabolique … C'était quelqu'un de normal. Les couloirs n'en finissaient pas, tous aussi bien éclairés par les nombreuses torches et décorés avec soin, ce lieu était un petit havre de paix pour les amoureux de magie. La mage et l'elfe étaient donc trois étages avant celui qui portait la bibliothèque, et ce fût à ce moment qu'elle demanda quelque chose d'assez 'surprenant' à sa compagne vu que cela n'avait aucun rapport avec la situation actuelle.

-"Tu sais … J'ai vécue une partie de mon enfance ainsi que toute mon adolescence ici. J'ai beaucoup étudié et appris pleins de choses sur la magie, mais aussi sur les différentes créatures qui peuplent notre monde."-

On pouvait lire dans ses yeux qu'elle disait cela avec entrain et connaissance, cela faisait parti de sa vie après tout.

-"Juste pour savoir … Tu ferai quoi si tu voyais un démon ?"-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 3) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Lun 23 Juil 2012 - 5:53

"Ah te revoilà."

Des frissons parcouraient tout son corps et ses bras tremblaient de froid. Elle tenait quelques branches et brindilles. Ces bottes étaient mouillées à cause de la neige et elle ne sentait plus ses pieds ni ses mains. Mais son sourire s'élargit brièvement quand elle approcha de son frère, elle donnait le change, comme à son habitude. Larynda détestait qu'on lui demande si elle allait bien, elle ne savait jamais s'il fallait répondre franchement ou mentir. La deuxième solution est sans aucun doute la plus simple, du moins pour ne pas avoir à s'expliquer. Kivan se leva pour débarrasser les bras de sa soeur, déposant tout ce bois au sol, il commença à se concentrer pour apporter un peu de chaleur. Une dizaine de minute passa et enfin quelques flammes commencèrent à apparaître jusqu'à atteindre une taille suffisante pour mieux les réchauffer. Reprenant place à côté de leur mère, ils profitèrent ensemble de cette chaleur.

"Le monde m'a vraiment offert deux enfants incroyable."

"Le monde nous a vraiment offert une mère incroyable."

Ils avaient parlé d'une même voix, comme s'ils s'attendaient à ce genre de phrase. Larynda sourit brièvement et leva les yeux au ciel, tandis que Kivan et sa mère riait de bon coeur

**
Les mots de son frère ne voulait pas la quitter et à ceci vinrent se rajouter les paroles de la magicienne. Selon elle, c'était la faute de l'elfe si la fusion s'était très mal passé et l'avait même repoussée. Balivernes ! La veille tout s'était déroulée à merveille, là le feu avait littéralement avalé l'air et avait même refusé qu'elle en rajoute. Larynda n'était peut-être pas une étudiante en magie, mais elle n'était pas stupide. Jamais la magie de Kivan ne l'avait traitée comme ça, même quand il semblait énervé contre elle. Non, ce n'était décidément pas sa faute.

*Tu parles d'une amie ! Elle me ment comme à une gamine idiote.*

Les paroles de son frère avaient quittée ses pensées, enfin, mais les mots avaient eu leur effet. Dorénavant, elle se méfierait de chaque parole et action de sa compagne. Quelle idiote, comment avait-il pu penser une seule seconde qu'elle était heureuse, elle ne le serait surement jamais. Pas tant que son père vivait et même dans le cas contraire, ça ne ramènerait pas son frère et sa mère. Cette fois, c'est les paroles de son père qui lui revinrent en tête, heureusement les mots d'Eräzelith la fit revenir à la réalité, attrapant son arc, elle la suivi. Quitter cet endroit, quelle bonne idée, cela n'empêcherait pas Larynda de continuer à se poser des questions, mais au moins son sentiment d'effroi la quitta. C'est le bruit de la ville qui lui permit de ne plus penser à ce qui venait de se passait, mettant en pause ses interrogations, elle put enfin se reposer en attendant la nuit. Moment où sa compagne l'emmena à la tour des mages. Incroyable et haute structure, l'architecture des lieux était tout simplement magnifique, mais hélas pour ses yeux, elle n'avait pas le temps de s'attarder sur les détails. Elles s'arrêtèrent devant une petite porte en bois, traînant un peu devant la porte, la magicienne la brûla et elles purent enfin entrés

*Commence déjà à t'épuiser comme ça tu seras complètement fatiguée quand il faudra se battre.*

C'était des pensées acerbes et elle préféra ne rien dire à sa compagne. C'était inutile de lui parler de cette manière, elle s'agacerait et Larynda n'avait pas envie de se disputer avec Eräzelith. Elles entrèrent dans la tour, une multitude de couloirs et d'escaliers se présenta devant eux, cet endroit était un véritable labyrinthe. Heureusement que la magicienne le connaissait, la suivant aveuglément, elle passa devant beaucoup de belles choses. Mais le pas était bien trop rapide pour que l'elfe puisse s'attarder sur les détails, visiblement sa compagne voulait en finir le plus vite possible, au point d'utiliser beaucoup d'énergie pour seulement atteindre leur destination. Passant dans un couloir puis empruntant un escalier, Larynda soupira, il fallait être fou ou très patient pour vivre ici. Arrivant en haut d'un escalier, elle fut surprise quand sa compagne lui demanda une pause, mais elle n'était pas contre. Elle s'assit sur la dernière marche et commença à réfléchir à la situation étrange dans laquelle elles se trouvaient. Depuis leur entrée dans la tour, le duo n'avaient pas croisés une seule âme vivante, ni aucun autre bruit que leur pas. Les paroles de sa compagne perturba ses pensées, elle avait vécu toute son adolescence ici à étudier la magie et les créatures qui peuplaient ce monde. Seul le regard de sa compagne l'empêcha d'éclater de rire devant ses affirmations, elle savait ce qu'elle disait et se moquer était très impolie.

-"Juste pour savoir … Tu ferai quoi si tu voyais un démon ?"-

"Je ne sais pas ce qu'est un démon."

Sa réponse ne se fit pas attendre, elle n'avait aucune raison de cacher son ignorance, mais pourquoi cette question ? Elle n'en avait aucune idée et elle n'avait pas non plus l'envie de lancer une discussion à ce sujet. Souriant brièvement à sa compagne, elle se mit en tête de lui faire part des doutes qui l'avaient pris juste avant.

"Tu ne trouves pas curieux que nous n'ayons ni rencontré ni entendu personne depuis que nous sommes entrés ici ? Je commence sérieusement à croire qu'un piège nous attend."

Sa compagne n'eut pas le temps de répondre qu'une silhouette se dessina devant ses yeux, lentement, elle montait les escaliers. Arrivant à sa hauteur, Larynda se rendit compte qu'elle ne pouvait plus bouger son corps, l'étrange homme lui posa une main sur la tête. Le noir commença à entourer ses yeux jusqu'à la rendre aveugle. Elle avait à peine eu le temps de voir une grande main ridée, peu importe qui était cette personne, elle avait vécu. Sentant toujours la main sur sa tête, elle entendit une discussion entre Eräzelith et cette personne.

*Je suis aveugle mais pas sourde, idiot.*

A en croire ce qu'elle entendait, le vieux était l'ancien mentor de sa compagne, il expliquait qu'il n'était pas dupe et qu'il les suivait depuis leur arrivée en ville. L'elfe commença intérieurement à bouillir de rage, si elle n'avait pas conseillé à la magicienne d'attendre une journée, elles ne seraient pas dans une situation aussi critique. Les souvenirs de la veille lui revint en mémoire, si le vieux avait tout vu, il savait tout de ses capacités.

"C'est dommage de devoir éliminer une telle manipulatrice de la magie de l'air, tu aurais pu faire des miracles avec elle à tes côtés, d'autant que tes manipulations semblent fonctionnait sur elle, tu aurais même pu réussir à en faire ton esclave."

Ces paroles eut le même effet qu'un coup en plein coeur, pourquoi sa prétendue amie lui aurait menti comme ça ? Que lui avait-elle fait ? Rien, à part proposer son aide, qui était cette étrange fille ? Trouverait-elle un jour une réponse aux questions qu'elle se posait ? Non, le vieux comptait se débarrasser de l'archère et elle ne pouvait absolument rien faire pour se défendre.
Revenir en haut Aller en bas

Eräzelith Siriel



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Neo Succube
Métier : Assassin
Groupe : Démons

Âge : 20

Messages : 19

Fiche de Personnage : Le résumé d'une succube



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 3) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Lun 23 Juil 2012 - 17:34

Quelque chose semblait ne pas tourner rond depuis un certain temps. En effet depuis que le duo était sorti du bâtiment jusqu'aux escaliers de la tour aucun mots n'avaient été placés. La démone ne préféra pas gratter sur ce terrain-là car après tout il fallait bien se concentrer sur le but principal : Arthos. La Tour des Mages était un grand et imposant édifice, son intérieur était vaste et si on est pas habitué aux lieux on s'y perdait vite. Heureusement Eräzelith connaissait par coeur le chemin de la bibliothèque. Cette dernière se situant au dernier étage une infinité d'escalier était donc nécessaire pour pouvoir y accéder. Peu avant d'arriver au lieu désiré la jeune mage voulue faire une petite pause ce que l'elfe n'y vît pas d'inconvénient. Repensant à ce qui c'était produit plus tôt dans la journée et surtout la cause de ceci, la mage avait demandé à l'archère sa réaction face à un démon. Eräzelith n'eut pour réponse qu'une bref négation, sans plus ni moins. Certes ce n'était pas tout le monde qui était au courant de leur existence, cela rappela à la jeune mage la chance qu'elle avait eut à l'époque ... C'était l'esprit de sa propre mère qui lui avait appris ce qu'elle savait actuellement sur les créatures du Vein. Mais à peine quelques minutes après, Larynda semblait douter de la situation et surtout sur le fait qu'elles n'aient croisé personne dans la tour depuis leur entrée. Un piège donc ? Cela était malheureusement possible. Il était vrai que c'était étrange qu'il n'y avait personne dans les parages ... Mais la démone n'eût même pas le temps de lui répondre qu'un intrus fit son apparition. Une ombre se profila dans les escaliers en les montant lentement. Quand cette silhouette parvenue au niveau de l'elfe, Eräzelith fût pris au dépourvu et ne put s'empêcher de faire de grand yeux stupéfiait lorsqu'elle reconnût de qui il s'agissait.

-"Arthos ..."-

Voilà le seul mot qu'elle prononça lorsque le vieux mage tourna sa tête en sa direction. Son ancien mentor était là, devant elle à avoir une main sur la tête de l'elfe. Vu qu'elle ne bougeait pas et qu'elle ne parlait non plus la démone en déduis qu'il avait dû utiliser sa magie sur elle pour la 'paralyser' d'une certaine façon. Commençant alors un dialogue très tendu avec son ex-disciple, il lui révéla qu'il les avait suivis toute les deux depuis le début, depuis qu'elles étaient arrivées à Beolan. Un vieux crouton défraichi comme lui avait eut l'audace d'anticiper la venue de la mage. C'était tout bonnement impossible à croire, non. Eräzelith refusait de laisser échapper les choses ainsi, pas si près du but !

-"Cela ne changera en rien ton sort ! Tu sais de quoi on est capable puisque tu as tout vu … Mais tu sera bien vite horrifié de voir la suite."-
-"Horrifié ? Tu cherches sans doute à te faire passer pour ce que tu n'es pas … Tu n'es qu'une pleurnicharde sans cervelle, sans une moindre intelligence … Tu l'as toujours été, toujours à te faire passer pour ce que tu n'es pas. En vérité, tu as peur … Et que vas-tu y faire ?"-
-"Je te tuerai de mes propres mains Arthos ! Tu finira la nuit entre quatre planches … Peu importe ce qui m'en coûte !"-

Le mage âgé ne fit qu'esquisser un sourire narquois sur le côté et commença alors à insinuer une possible manipulation qu'elle aurait fait sur sa compagne. Si Arthos avait en tête de l'éliminer la première il faisait une énorme erreur, la démone ne le laissera pas faire aussi facilement. Maintenant qu'elle avait embarqué l'elfe dans ses histoires elle n'allait pas la laisser se faire tuer. Les dernières paroles du mage firent grincer les dents de la jeune fille et fit sa rage en elle. C'en était assez ! D'un mouvement brusque et en concentrant sa magie dans ses mains elle voulut l'attaquer directement. Ayant senti le coup venir il avança sa main 'libre' créa une barrière sur laquelle la boule de feu s'écrasa. Le combat s'annonçait dur ... La démone insurgea le mage de venir l'affronter de face. Un défi de sang ne se refuse pas et c'est ce que fit le vieux. Toujours autant sûr de lui, il s'avança vers la mage. Larynda était encore 'sous' la main du mage mais ce dernier avant de l'enlever projeta l'elfe de toute sa maigre force. La disciple et le mentor se retrouvèrent donc de nouveau en face. Le couloir était très large mais peu long. Des portes en bois s'incrustaient sur tout le long du mur et sur le fond donnant accès à diverses salles. Cela faisait de lui un terrain parfait pour un combat de magie. La démone le savait, ses pouvoirs en l'état actuel ne suffiraient pas à venir à bout de lui ... Elle avait besoin de l'archère plus que tout.

Arthos n'attendit pas des lustres, balançant sa main en avant il invoqua des arcs électriques qui fusèrent vers la jeune fille. C'était un mage de l'air, et l'électricité faisait parti de cet élément indirectement. Eräzelith se rua sur le côté pour échapper aux foudres infernales et créa aussi rapidement que l'avait fait le mage deux boules de feu dans chacun de ses mains, les envoyant dessus. Elles n'arrivèrent jamais car il les avaient éteintes avant l'impact.

-"Si c'est tout ce dont tu es capable tu ne fera pas long fe …"-

-"LA FERME !"-

La colère envahie la démone, elle se concentra et d'un autre mouvement de ses deux mains, elles les joignirent et lança un puissant jet de feu concentré directement vers Arthos. Elle s'était correctement mise en situation, le combat prenait de plus en plus d'ampleur. Partout dans ses bras elle ressentait son élément, elle était en permanence concentrée sur le combat. Mais elle ne pouvait faire de longue incantation car la rapidité du vieux mage était trop importante, elle devait donc se contenter de sortilèges rapides. Le puissant 'torrent' de feu horizontal fusa vers l'homme âgé qui en guise de défense fit le même sortilège mais composé d'air. Les deux effusions se rencontrèrent dans un bruit et une très légère détonation. Heureusement que l'école était vide ... Un flash avait même été produit suite à l'entre-choc de ces deux éléments. Le feu et l'air, décidément ces derniers temps ces deux éléments aimaient être en contact ... Eräzelith poussant de ses fins bras le souffle de feu ardent et Arthos, brandissant sa main et soutenant la 'tornade' qui bloquait le brasier. Les deux magiciens tentèrent de tenir l'un face à l'autre le plus longtemps que possible, mais la jeune fille était malgré tout moins aguerrie que le vieux. Au bout d'une minute d'affrontement d'endurance la jeune fille ne pouvait pas tenir plus longtemps son brasier et dans une énième 'détonation' sans feu, les deux traits élémentaires se disloquèrent. Une onde fût créée par le choc et poussa la jeune fille en arrière, se rattrapant au dernier instant pour éviter de tomber. Elle s'essoufflait déjà, des gouttelettes de sueur tombaient déjà de son front. Un échange de regard se fit entre les deux assaillants.

-"Je vois que tu n'as pas perdu la main … Mais ça ne sera pas suffisant, loin de là."-

La démone ne répondit et se contenta de reprendre son souffle durant l'infime temps de quelques secondes de répit qui s'offrait à elle. Elle demandait en son intérieur que l'elfe rapplique vite, car elle ne tiendrait pas longtemps si Larynda venait à ne plus vouloir l'aider ... Ça serait la pire chose qui pouvait lui arriver. Mais à peine le temps de se ressaisir que le vieil homme ré-attaqua la mage et non sans une résistance, qui ne dura, la plaqua d'un geste de la main contre le mur lui causant alors une atroce douleur dans le dos. Elle ne manqua pas de laisser échapper un 'éclat' de voix laissant transparaitre ce qu'elle ressentait sur sa colonne vertébrale. Arthos leva ses deux mains puis semblait se concentrer alors que la jeune fille était toujours bloquée. C'est alors qu'elle ressentie que sa gorge se serait, que l'air venait à en manquer. Le monstre qu'était cet aéromancien était en train de la faire suffoquer pour la faire mourir aussi durement que cela. Se tenant le cou, sans aucun effet, elle était au bord de tomber dans l'inconscience par manque d'oxygène qu'elle tenta en dernier recours de repousser le mage. Elle tenta de se concentrer du mieux qu'elle pouvait tout en résistant de moins en moins à l'étouffement. De la fumée émanait de sa main et sans que le mage put s'y attendre le bas de sa robe prit feu. Il lâcha instantanément la jeune fille qui retomba violemment à terre en reprenant à grande vague bruyant son souffle.

Arthos ne mit pas longtemps à éteindre le feu qui s'était déclaré sur son habit grâce à un grand tourbillon d'air qu'il invoqua autour du feu.

-"Bien joué … Tu vas regretter ce geste ma petite !"-

Il se prépara alors une sphère d'air entre ses mains, comme celle qu'avait fait Larynda. Sauf que celle-ci était à vu d’œil plus dense et plus dévastatrice. Si ce sortilège arrivait sur la démone, elle ne lui resterait pas longtemps à vivre … Elle supplia intérieur l'elfe de venir l'aider même si elle ne pouvait pas l'écouter ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 3) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Lun 23 Juil 2012 - 19:42

Kivan soupira, il était dépité par le comportement de sa soeur et il ne la comprenait pas. Cela faisait bientôt des heures qu'elle s'était absentée et qu'il parlait avec sa mère, tous les deux se demandaient pourquoi elle agissait comme ça, elle prenait souvent son temps quand elle était seule, à croire que la solitude était sa seule amie. Sa mère, elle non plus ne comprenait pas, mais elle n'essayait pas d'en savoir plus pour autant. Le moment venu, notre brave Larynda se confiera à nous, ce n'est qu'une question de patience. Son fils avait haussé les épaules en guise de réponse, ce n'était surement pas ça, il se mit en tête de lui parler franchement quand sa soeur serait de retour. Toute la nuit passa et enfin Larynda revint, les traits tirés et les yeux fatigués, visiblement elle n'avait pas pris du bon temps. Mais ce n'était pas le plus important, leur mère dormait déjà et Kivan se précipita vers elle pour l'aider, aide qu'elle refusa d'un geste presque trop agressif.

"Je suis assez grande pour m'occuper de moi, va donc dormir."

Sa voix était aussi agressive que son geste quelques secondes auparavant. Kivan baissa la tête, il préféra ignorer cette agressivité et il lui posa la question qui le rongeait depuis longtemps.

"Pourquoi agis-tu comme ça ? Que t'avons nous fait ?"

Aucune réponse. Elle décrocha sa dague et son carquois et les posa au sol. Gardant son arc à portée de main, elle s'assit près de sa mère et leva les yeux au ciel. Son frère n'abandonnerait pas aussi facilement et elle cherchait quoi lui dire, car il n'y avait rien à lui dire, elle était comme ça, c'est tout. Kivan vint se placer devant ses yeux, lui coupant la vue vers les étoiles, il affichait une mine sérieuse. Détournant les yeux, Larynda essaya de fuir comme elle le pouvait le regard de son frère, mais ça ne suffirait jamais.

**
Larynda ne pouvait toujours pas bouger, sa vue commença à revenir quand le mage l'avait bousculé pour se débarrasser brièvement d'elle. Ce n'est qu'après plusieurs longues minutes, qui lui parut une torture, qu'elle put enfin commencer à bouger. Sa vue était entièrement revenue et le spectacle qui se déroulait devant ses yeux ne la réjouissaient pas. Même si la jeune fille lui avait menti, elle ne souhaitait pas sa mort, elle se maudissait de ne pouvoir agir tout de suite. Elle préféra fermer les yeux quand les deux magies des deux antagonistes se rencontraient, bien que la réaction était magnifique, le résultat pouvait être catastrophique et elle refusait de voir ça. Bien que la magicienne se défendait bien, elle ne tiendrait jamais le coup à ce rythme et les actions suivantes ne firent que renforcer cette idée. Voir le corps d'Eräzelith projetait contre le mur de cette manière la fit bouillir de rage, cette rage se fit de plus en plus grande, quand elle vit la jeune fille en train de manquer d'air.

*Bouge !*

Rien n'y faisait, même si la paralysie commençait à s'estomper, il serait trop tard pour qu'elle puisse aider la jeune fille. Elle fut brièvement soulagée quand enfin elle vit la magicienne respirait, elle avait réussi à lancer un dernier sort pour brûler l'habit du vieux mentor. Mais ceci n'était qu'un gain de temps très court. Ce que le mage préparait lui fit écarquiller les yeux et lui glaça le sang, une boule d'air tellement dense qu'elle ne voyait même pas ce qui se trouvait derrière. On aurait dit une orbe d'énergie pure et d'une taille énorme, personne ne pouvait ne survivre à une telle chose. Chose plus surprenante, le vieux ne semblait pas du tout épuisé, même après une telle invocation et un combat aussi long. Eräzelith l'avait décidément bien trop sous-estimé, ce n'est pas une personne fatiguée qu'elles avaient en face, mais un mage en pleine apogée de son art. C'était la mort assurée ! Détournant les yeux pour ne pas voir un tel massacre, elle bougea sa tête en même temps. La paralysie l'avait quittée, un vrai miracle, son premier réflexe fut de dégainer sa dague et de la lancer en direction du mage de toutes ses forces. Cela déconcentra brièvement Arthos, mais ça ne serait jamais suffisant, au moins la jeune fille avait gagné un peu de temps. Elle cherchait toujours son souffle, elle ne pourrait rien faire pendant encore quelques minutes. C'était à l'archère d'occuper le mage, mais comment en tant que tel pouvait-elle tenir tête à un utilisateur de la même magie qu'elle, mais avec un bien meilleur contrôle.

"On veut jouer aussi ? Sache que tu commets une grave erreur qui te coûtera la vie !"

"Je préfère mourir plutôt que de laisser disparaître une personne, qui a confiance en moi, sous mes yeux."

Même si Eräzelith l'avait manipulé pour qu'elle l'accompagne, il lui était impossible d'imaginer l'abandonnée entre les mains de ce magicien. Cela se réglerait plus tard, quand la vie aura quitté le corps d'Arthos, par exemple. La réponse du vieux fut immédiate, abandonnant la jeune fille, il lança la boule d'air vers l'archère. C'était très rapide, grâce à un vif pas de côté, la boule lui effleura un bras, lui déchirant la peau au passage. Poussant un cri, elle plaça sa main sur son bras pour atténuer la douleur. C'était donc cela un vrai aéromancien, le rire narquois du magicien la fit bouillir de rage, elle était maintenant complètement impuissante, sans ses deux mains, l'utilisation de son arc et par conséquent d'une quelconque magie était impossible. Le temps de se concentrer pour fabriquer de l'air lui coûterait la vie, il ne restait qu'une solution pour que la jeune fille puisse espérer survivre, même si cela devait lui coûter la vie, l'archère commença une course rapide vers le mage. Fonçant tête la première, sautant par-dessus un fil d'air que le mage venait de créer, elle s'écroula sur lui, le faisant tomber au sol. Voyant Arthos essayait de se relever, elle attrapa la cheville du mage entre ses deux jambes et d'un coup sec lui tordit.

"Tu vas bientôt mourir, alors reste tranquille veux-tu ?"

Larynda ne croyait même pas en ses mots, étant donné l'état dans lequel se trouvait les deux filles.

*Au moins, je vais mourir la conscience tranquille.*

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Eräzelith Siriel



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Neo Succube
Métier : Assassin
Groupe : Démons

Âge : 20

Messages : 19

Fiche de Personnage : Le résumé d'une succube



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 3) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   Mar 24 Juil 2012 - 15:52

Reprendre le souffle était un véritable effort que faisait la démone. En réalité il avait essayé de lui vider l'air de ses poumons grâce à sa magie, donc par extension arrêter toute respirations et rythme cardiaque. Retrouver une respiration normale s'apparentait à 'engloutir' à grande pompe l'oxygène ambiant pour ne pas tomber dans la suffocation. Elle s'était écroulée au sol lorsque le mage avait sentit sa cape en train de brûler. Et au moment où il s'apprêtait à invoquer un inquiétant et puissant sortilège d'air, quelque chose le retint au dernier moment. Relevant légèrement sa tête elle vît alors son elfe, peut-être par manque d'oxygène elle pensa instantanément que c'était son ange gardien, mais cela s’effaça vite lorsqu'elle reprendrait ses esprits. Comme Eräzelith lui avait dit, elle lui avait bien sauvé la deux fois dans cette même aventure. Mais Arthos n'arrêta pas sa sphère d'air pour autant, il la redirigea vers l'archère. Cela laissait assez de temps de distraction pour que la jeune mage puisse reprendre son souffle. Esquivant le sort du vieux mage elle en fût malheureusement blessée au bras. En entendant le cri poussée par Larynda la haine et le dégout envers Arthos ne fit qu'augmenter à ce moment-là. Que fallait-il faire maintenant … Elles étaient toutes les deux pratiquement hors d'état de se battre. Le vieux fou profita de l'instant pour préparer un autre sortilège pour achever l'elfe. Il n'en était pas question que cela se produise … Mais Eräzelith était encore bien trop dans les vapes pour faire quoique ce soit. C'est alors que l'archère eut l'idée de foncer sur le vieux et la réaction ne fut pas tardive, les deux tombèrent à terre.

-(Mais quelle excellente initiative Larynda, tu viens de nous offrir une belle chance de nous en sortir …)- Pensa la jeune mage.

Lorsque la démone disait à l'elfe que Arthos était vieux et sénile elle ne mentait pas. Elle lui avait dit qu'il était un puissant mage et qu'il serait difficile de tuer. Sa magie dépasse de loin celles des deux compagnes mais il y a un point sur lequel il peut être largement défaillant … Son physique. En effet, lorsque le vieux mage frappa le sol de tout son corps, il poussa un énorme cri de douleur laissant clairement transparaitre ce qu'il venait de ressentir. Son corps était dans un sale état à cause de son âge, pas pour rien qu'Eräzelith le surnommait 'Vieux pourris'. Ses os étaient comme de la gomme le moindre choc le fait souffrir. Mais il était tenace et tenta même de se relever, et l'elfe eut encore le bon réflexe de lui tordre la cheville avec ses jambes. Elle était très agile tout de même, cela ne pouvait être que bien. Au moment où on entendit le petit craquement d'os émanant de la cheville d'Arthos, celui-ci poussa une énième fois un cri. Contre toute attentes il insurgea l'elfe d'arrêter cela tout de suite, prétextant que violenter un vieil homme est bas et lâche.

-"Vous n'avez pas honte de me violenter ?! Je … *AAAAH* ! Arrêtez !!!"-

Son vieux corps moisi lui jouait des tours, quelle chance inouïe ! Sur ce coup-ci sa magie ne pouvait strictement rien faire pour lui, et tant qu'il souffrait de telle manière ça lui serait difficile d'utiliser un sort aussi conséquent que ses précédant. Néanmoins il tenta le tout pour le tout et essaya de se concentrer de nouveau. Il parvint à créer un souffle assez puissant pour faire 'reculer' violemment l'elfe en arrière, lui lâchant la cheville au passage. Non, cela n'allait pas recommencer ! Après quelques instants à observer la scène, Eräzelith était presque en état et son souffle s'était nettement amélioré. Elle n'attendait maintenant que le bon moment pour donner le coup de grâce … Après tout, elle pensa que l'elfe devait la détester après ce qui venait de se produire. Qu'est-ce qui peut arriver de pire ? … La démone voulait infliger une mort sanglante à son ancien mentor et il n'y avait qu'un seul moyen pour y parvenir. Profitant alors que le mage était concentré sur l'elfe et que cette dernière l'était aussi pour Arthos, la jeune succube prit l'audace de commencer une 'transformation'. Des flammes apparurent de part et d'autre de la jeune fille et l'enveloppèrent dans une vitesse fulgurante mais sans provoquer le seul bruit qui aurait pu alerter le vieux mage. Eräzelith secoua sa tête et absorba les flammes qui la faisait 'fondre' son apparence humaine laissant afficher sa vraie forme, son vrai visage : Celui d'une succube. Des cornes et des ailes ainsi que des griffes avaient poussé, ainsi que tout son habillement avait changé d'un seul coup.

L'elfe avait certainement dû voir la scène vu qu'elle était en face du mage. La démone était étrangement en train de sourire, de façon très provocateur, et d'un geste de la main invoqua des flammes qui laissèrent apparaître une épée aux motifs qui suggéraient clairement que cette lame était démoniaque. Approchant d'une démarche très féline dans le dos d'Arthos, ce dernier sentit un danger et ne se retourna qu'au dernier moment. Il était arrivé au niveau de Larynda un peu avant et avait commencé à réciter une incantation destinée à mettre fin aux jours de l'elfe. Mais c'est alors au moment où il se retourna qu'Eräzelith n'attendit pas de réactions de sa part ... Sous sa forme de démone elle n'avait aucun sentiment de pitié ou de compassion, seul le sang et la douleur étaient ses préoccupations. Le vieux aurait presque eu une attaque en voyant une telle créature devant lui, car il ne savait pas d'où elle venait. Tout se jouait sur l'effet de surprise qu'avait fait la démone ... Arthos projeta alors en dernier recours un souffle d'air qui ne fit que faire trembler les cheveux de la succube ou si on regarde bien la faisant légèrement basculer en arrière. Les pouvoirs du mage étaient affaibli car lui-même l'était.

-"Non mais qu'est-ce qu … Vous ?! C-C'est impossible !"-
-"Quoi ? On est choqué ? Mais ça c'est l'âge tu sais … Quand on est un vieux moisi comme toi on perd souvent la tête."-
-"DEMON !"-

C'est alors que soudainement elle leva furtivement sa lame et d'un mouvement aussi sauvage et violent que possible elle passa l'épée dans la chair du cou du mage. La situation était incompréhensible, mais une fois devenue "elle-même" les pouvoirs du vieux devenait inefficace face à la succube. Sous sa vraie forme ses capacités dépassaient celle d'Arthos, tout simplement. Elle n'était pas une démone pour rien, elle décapita aussi violemment que possible le vieux mage. Du sang éclaboussa le sol mais Eräzelith recula au bon moment pour ne pas en être asperger. Elle souriait fièrement, elle venait de donner la mort à son ennemi juré … Quel plaisir ! Quelle joie ! Enfin son premier meurtre venait de s'accomplir … Jolie acte pour une démone qui avait passé tant d'années en sommeil. Mais elle ne s'arrêta pas là, regardant la tête rouler indépendamment du corps, elle saisie son épée par la lame et donna un violent coup dans le crâne pour le faire gicler ailleurs. Elle aurait aimé qu'il transperce la fenêtre mais elle avait mal visé ce coup-ci. Elle rit, pas à pleine dents mais son rire était tout sauf rassurant. Quelques instants passèrent avant qu'elle ne tourne sa tête vers l'elfe, se rapprochant d'elle en adoptant une démarche provocatrice.

-"Eh bien je te dois la vie ma chère, sans toi je n'y serai jamais parvenue ! … Ah mais je sais, je t'ai un peu mentis je l'avoue. Mais sinon tu aurai refusé de m'aider … Quoique j'ai été sincère avec toi, c'était bien lui qui m'avais fais souffrir !"-
Dit-elle d'un ton 'humoristique'.

Eräzelith se regarda et allait presque oublier de parler de ce détail à l'elfe.

-"Ah oui, tu te demandes certainement qu'est-ce que tu as en face de toi … Eh bien c'est toujours moi, toujours ta petite mage … Mais je n'ai fais que prendre ma vraie forme, je suis une démone ! Mais comme tu m'as dis que tu ne savais ce que c'était, je voudrais bien t'expliquer mais … Je crains que le temps ne joue contre nous."-

Elle aida l'elfe à se relever puis lui dit que vu le raffut qu'avait causé le vieux il y aura certainement des surveillants qui rappliqueront sous peu.

-"C'est ici que nos chemins se séparent ma belle … Oh mais ne t'en fais pas, sortir d'ici c'est un jeu d'enfant ! … Il te suffit de réemprunter le chemin d'aller. Ou plus simplement d'utiliser la sortie secondaire qui est fond du couloir de l'étage inférieur."-

Elle regarda l'elfe puis décida de la remercier à sa façon, tant qu'elle était sous sa vraie forme. Sans qu'elle puisse s'y attendre elle donna un baiser à Larynda en la tenant par les côtés de ses épaules. Cela ne dura pas longtemps non plus, elle retira ses lèvres et donna un clin d’œil à l'elfe. L'archère devrait s'en souvenir même dans ses rêves, ou cauchemars.

-"Merci pour tout ! J'espère que nos chemins se recroiseront un autre jour … Qui sait."-

La façon dont Eräzelith clôtura tout ce que le duo venait de vivre était certes un peu abrupte, mais une démone ne s'attarde malheureusement pas sur les détails. Elle lui avait dit comment sortir d'ici, l'avait remercié … Que faire de plus ? Peu après cela, une fois que la succube était de nouveau seule, son moment préféré de la journée l'attendait. La nuit était le moment propice, elle rejoignit le toit de la tour par différents escaliers. Quelques minutes après, la voilà qui se prônait au dessus de tout, la ville brillait de mille feux le spectacle était éblouissant. Mais elle avait déjà d'autres plans en tête … Pour le moment, elle se contenta d'admirer la vue et de repenser à la mort d'Arthos qui la faisait ravir au plus haut point.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 3) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La vengeance est un plat qui se mange brûlant (Partie 3) [PV - Larynda Silentium / Eräzelith Siriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Tour des mages-