''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyMer 1 Aoû 2012 - 1:23

Six jours. Ce n'était pas beaucoup six jours mais c'était un jour de plus que ce qu'il avait prévu. Le voyage en forêt fut la partie la plus agréable mais elle fut retardée d'un jour supplémentaire. Quant au reste du voyage, il ne fut pas plus mal mais il était tout de même monotone. Quoi que, la bonne compagnie de l'Elfe l'avait beaucoup égayé. D'ailleurs, cette dernière avait remplis son rôle à la perfection et elle les avait guidé jusqu'à l'entrée du village. Le plus remarquable était qu'elle ne s'était pas trompée de chemin et qu'elle n'avait pas non plus dévié de sa trajectoire, Fearghas était ravis de son efficacité.

Comme elle le lui avait indiqué, Forrester prit la tête de file et pénétra le premier dans le village. Il était déjà venu une fois ici par le passé et l'endroit était très semblable à ses souvenirs, bien que plus vieux. L'atmosphère était assez glacial, en même temps, ils étaient arrivés au village à l'aube et il n'y avait personne dehors. Il faisait frais et le vent marin d'arrangeait rien. Cette place près des côtes de l'est n'était pas bien grande ni très fréquentée. Presque personne ne venait ici et les habitants ne sortaient jamais, du moins, d'après sa mémoire. Ils n'étaient pas contre recevoir de la visite mais ils avaient quand même une mentalité assez hermétique.

Ils longèrent le port de pêche, empruntèrent une ruelle et finalement, ils arrivèrent sur la place centrale. Il n'y avait personne et les volets des maisons étaient fermés. Cela dit, il y avait une auberge en face et une pâle lumière brillait au travers des carreaux. Fearghas s'approcha du bâtiment et descendit de sa monture. Il y avait un abreuvoir et de quoi attacher des chevaux, chose qu'il fit d'ailleurs. Il incita l'Elfe à en faire autant.

- Nous allons prendre une ... Deux chambres ici. Nous avons besoin de prendre le temps de nous préparer correctement et aussi, il nous sera plus facile de trouver quelqu'un ici qu'en errant dans le village, si vous n'y voyez pas d'inconvénient bien sûr.

Mais quel inconvénient pourrait-il y avoir ? Il poussa donc la porte et rentra à l'intérieur de l'auberge. En salle, il n'y avait presque personne si ce n'étaient l'aubergiste et deux ou trois âmes matinales. Les autres clients présents n'avaient pas prêtés attention aux deux étrangers mais le maître des lieux les avait tout de suite remarqué.

- Bien le bonjour étrangers !
- Bonjour Messire.
- Ce n'est pas tous les jours que je reçoit du sang neuf, surtout à cette heure là ! Que puis-je faire pour vous ?
- Nous avons besoin de deux chambres. Nous comptons rester ici un moment.
- J'ai ça. Le tarif c'est cinquante pièces d'Or par jour.
- Service inclue ?
- Ah non, avec le service, c'est soixante-quinze pièces par jour.
- Entendu, pouvons nous prendre nos quartiers dès maintenant ?
- Evidemment !


Forrester se rapprocha du comptoir.

- Ce sont les chambres quatre et sept.
- Je vous remercie.

Dit le vieil homme en prenant les clés avant de monter à l'étage pour voir à quoi ressembler ces deux cases. Elles étaient toutes les deux pareilles et assez rudimentaires. Il y avait un lit, des draperies et une armoire, ni plus ni moins bien qu'il y avait aussi un miroir dans l'une mais, pas dans l'autre.

- C'est le minimum mais on s'en contentera. Je vous laisse les clé des la numéro sept, je n'ai pas besoin de miroir. Je vais chercher nos bagages, en attendant, prenez vos aises et reposez-vous ! Nous commencerons les recherches cet après-midi.

Après avoir fais ce qu'il avait dit, il se rendit dans sa case où il y passa quelques heures. Il avait cherché à trouver le sommeil mais il n'y était pas parvenu. Son esprit était bien trop en ébullition. Il y était presque ! Comment se reposer dans ces conditions d'excitation ? Finalement, il se décida à descendre dans le village. Il était à peu près onze heures et les rues semblaient s'animer, un peu, mais elles s'animaient quand même. Après réflexion, il leur faudrait du matériel approprié pour explorer le glacier et il devait forcément avoir une échoppe spécialisée dans ce village, le tout était encore de la trouver. Au moins, ce rapide tour lui permettrait de reprendre connaissance des lieux. Quant à l'Elfe, elle ne risquait pas grand chose ici, il n'y avait pas donc pas de soucis à la laisser seule quelques instants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyMer 1 Aoû 2012 - 14:40

Posant les herbes ramassés précédemment sur les blessures de Kivan, celui-ci se réveilla à cause de la douleur, il hurlait si fort que n'importe qui dans la forêt aurait pu l'entendre. C'était les bonnes plantes, elle le savait, il l'avait prévenu qu'elles mettaient du temps à faire effet, en attendant rien ne pouvait l'empêcher de souffrir.

*Courage Kivan*

**
Long et lent sommeil, cette fois-ci la démone l'avait laissé dormir, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Même si les lits de cette auberge n'avaient rien à voir avec celui que le professeur lui avait offert il y a un peu moins d'une semaine. Cette auberge se trouvait dans un petit village côtier, un minuscule port aménagé, ils avaient croisé moins d'une dizaine de personnes. Surement à cause de la matinée qui venait d'arriver, ce n'était pas pour déplaire à l'archère, le bruit d'un village comme celui-là ne la dérangeait pas. C'était peut-être même mieux que la forêt, la solitude la quitterait peut-être, mais elle se sentirait plus en sécurité. Qui pourrait attaquer un endroit comme celui-là ? Elle commençait même à s'habituer au froid, les habitants devaient mener une vie simple et c'est en cela qu'elle les enviait. Après tout, ce n'était pas si loin de son ancienne vie, la simplicité même. Cueillir un fruit, chasser un animal et chercher un peu d'eau dans une rivière non loin, le fait de vivre en forêt ne permettait pas d'avoir le sommeil lourd. Dans un village, c'était autre chose, l'appel de la campagne. Désormais réveillée, elle tourna la tête vers la fenêtre, le soleil était encore haut dans le ciel, il devait être onze heures, peut-être midi. Son sommeil n'avait pas duré longtemps mais c'était suffisant pour repartir à l'aventure, son ventre commençait à réclamer de la nourriture. Laissant son arc et son carquois dans sa chambre, elle quitta sa chambre seulement armée de sa dague. Il y avait plus de monde qu'au début de la matinée, mais ce n'était rien, tous parlaient normalement. Aucun ne criait, aucun ne porta un regard à l'elfe, sauf un, c'est l'aubergiste qui l'approcha avec une corbeille de fruit.

"Le vieil homme m'a prévenu que vous auriez faim et que vous adoriez les fruits, vous pouvez en prendre un. Les autres, vous devrait les payer."

Lâchant un sourire à cause de l'attention du professeur, elle prit délicatement une pomme sans toucher les autres aliments. Lançant plusieurs fois son fruit en l'air, elle commença à croquer dedans, c'était moins bon que celle cueillit dans la forêt, mais quelle importance ? Pour peu que vous possédiez un peu d'argent, vivre ici devait être un paradis, c'était une chose à méditer une fois que le professeur la libérerait de son devoir. Larynda repartit dans sa chambre avec sa pomme déjà à moitié dévorer. Il faudrait qu'elle remercie son compagnon pour cette délicate attention, ou peut-être pas, il devait être fatigué de sa politesse. Non, c'était Kivan qui lui avait dit qu'il fallait rester aimable avec toutes les personnes, ce monde est dangereux disait-il. Dommage que c'est lui qui avait dû en faire les frais, elle laissa couler une larme, seule dans sa chambre, personne ne pouvait la juger pour ça. Cette fois, ce n'était qu'une larme, peut-être avait-elle tout pleuré au début de son voyage. Aucune importance, se laissant tomber sur son lit, les yeux rivés sur le plafond, elle ferma les yeux et se rendormit. Pour quelques minutes seulement, encore une fois, cette même forme était revenue. Attrapant ses affaires, elle décida de sortir de l'auberge, ouvrant la porte, elle laissa passer une personne avant de quitter l'auberge en refermant la porte dans un grincement. Quelques pas plus tard, un homme la bouscula, il s'excusa vivement et repartit en direction de la mer. Une raison de plus d'adorait ce village, les habitants étaient en plus très poli, décidant de le suivre, elle arriva près d'un ponton et décida de s'asseoir au bord. C'est la première fois que l'archère voyait autant d'eau, elle aurait bien voulu plongeait dedans, mais la température ne devait pas être à ses goûts. Plongeant son regard au loin, elle semblait absorbée par ce qu'elle ne pouvait atteindre : l'horizon.

*Encore une raison de plus pour vivre ici.*
Revenir en haut Aller en bas

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyMer 1 Aoû 2012 - 23:37

Fearghas avait finalement trouvé son bonheur et ce dernier résidait en la seule quincaillerie du village. Malgré l'étroitesse des lieux, il avait mis du temps avant de la trouver puisque cette dernière était cachée au fond d'une ruelle et que rien n'indiquait sa présence. D'ailleurs, elle était tout aussi petite que le village mais, elle vendait tout de même le nécessaire. La boutique venait tout juste d'ouvrir et le magicien devait surement être le premier client de la journée. Le vendeur était un homme plutôt âgé mais, bien moins que Forrester. Il était surpris de voir un " étranger " dans son magasin et à vrai dire, il n'aimait pas beaucoup ça. Cela dit, il s'était efforcé de conserver un ton plutôt cordial.

- Que puis-je faire pour vous ?
- J'ai besoin de crampons, de cordes, de arnets et de piolets.


Le vendeur fut très étonné de sa demande. Pourquoi un vieil homme comme lui aurait besoin d'un tel matériel ?

- J'ai ce qu'il vous faut mais, sans indiscrétions, à quoi cela va-t-il vous servir ?
- C'est à dire que j'ai l'intention de m'aventurer en ... Hautes montagnes.
- Vous parlez de la chaîne des grands sommets ?
- Exactement.
- ... Oui, je conçois mais pourquoi venir vous équiper ici ? On est quand même assez loin des montagnes.
- Et bien ... Parce que ... Votre village était sur ma route et comme je fais une escale ici, je me suis dis que je pourrais gagner du temps en achetant le matériel sur place.
- ... Ah.
- C'est plus rapide.
- Certes. Pour en revenir à votre commande, combien de paires vous faudra-t-il ?
- Alors, il nous faudra deux ... Trois paires de crampons, de arnets et de piolets. Pour la corde, j'en voudrais une de très souple et d'assez résistante.
- Vous comptez faire de l'escalade ?
- Je ne suis pas sûr mais je préfère envisager toutes les possibilités.
- Je comprend. Je vais vous chercher tout ça.


Dit l'homme en se rendant à l'arrière-boutique. S'il fallait explorer des galeries glacières, rien ne disait qu'elles seraient rectilignes ou facilement praticables. Ils n'étaient pas les premiers alors il valait mieux ne rien dénigrer. Fearghas entendait du raffut en provenance de l'arrière-boutique ainsi que quelques jurons, apparemment, l'organisation ne devait pas être le mot d'ordre de cet homme mais, il revint bien vite, les bras chargés de ce que lui avait demandé le magicien. Il déposa le tout sur le comptoir.

- Je ne vous cache pas que c'est du matériel d'occasion mais, ce n'est pas important puisque c'est toujours aussi solide.
- D'occasion ?
- Oui. Ça datait du temps où des explorateurs étaient venus visiter le glacier. On croyait que c'était le début de l'âge d'Or mais, quand les premiers hommes sont morts, les autres ont désertés aussitôt. Du coup, j'ai récupéré leur matériel.
- D'accord. Quel est votre prix ?
- Soixante pièces d'Or pour les crampons, trois-cent-quatre-vingt-dix pièces d'Or pour les piolets et cent-cinquante pièces d'Or pour les arnets. La corde, c'est gratuit.
- Tiens donc ?
- Oui parce que bon, entre nous, ça ne vaut pas grand chose et alors tant qu'à faire, autant vous rendre service, c'est pas deux pièces qui vont faire la différence.
- C'est très gentil de votre part. Je vous en remercie.


Dit le vieux mage avant de déposer le total dû sur le comptoir. Fearghas n'était pas idiot, le marchand venait de lui vendre ces outils au prix du neuf et le coup de la corde n'était qu'un leurre pour faire passer la pilule. Cela dit, le vieux magicien n'avait pas envie de perdre son temps à marchander et il n'avait pas non plus envie de prendre le risque de se faire des ennuis des fois que ce vieux ripoux aurait le bras long dans ce village, bien qu'il ne les craindrait aucunement.

Il ramassa son matériel, le glissa dans un sac et s'en alla aussitôt. Il revint ensuite à l'auberge et pour cela, il longea pour le port une seconde fois mais, Il remarqua une embarcation qui n'était pas là ce matin, lorsqu'ils furent arrivés. Actuellement il était quatorze heures, c'était possible quelqu'un accoste au quai entre temps mais, cela l'étonnait quand même un peu. S'agirait-il d'un pêcheur nocturne ? En même temps ce bateau ne ressemblait pas aux autres ... Il serait intéressant d'en apprendre plus sur le sujet.

De retour à l'établissement, il alla déposer, ou plutôt cacher le matériel dans sa case puis il redescendit juste après en salle commune pour interroger l'aubergiste.

- Pardonnez-moi mon brave mais, sauriez-vous à qui appartient le voilier du port ?
- Le voilier ?
- Oui un voilier, pas très grand d'ailleurs mais tout de même plus imposant que les bateaux de pêche.
- Euh ... Vous voulez parler de celui qui est avec une coque blanche et des voiles marrons ?
- Oui ! ... Comment vous savez ça ?
- Vous savez, je n'ai pas besoin de sortir d'ici pour voir ce qu'il se passe dehors.
- Je vois ... Vous pouvez me dire à qui il appartient alors ?
- Bien sûr mais, pourquoi vous voulez savoir ça ?


Fearghas le regarda un instant sans vraiment savoir quoi répondre. Cependant, l'aubergiste le prit de court.

- C'est une question un peu embarrassante j'ai l'impression.
- C'est une façon de voir les choses.
- Je vois, je vois. Si vous voulez, on peut oublier les indiscrétions.
- Ça serait mieux, oui. Combien voulez-vous ?
- Disons vingt-cinq pièces d'Or ...
- Vingt-cinq seulement ?
- Et peut-être un moment ou deux avec votre ... Copine si je puis dire.
- ... On va dire cinquante pièces d'Or et on oublie la respectable Elfe qui m'accompagne, pervers.
- Aussi oui, pourquoi pas, ça ne serait pas plus mal ...


Dit l'aubergiste d'un air pensif sans prêter plus d'attention à la remarque du professeur. Le vieux magicien, bien qu'outré, lui donna son argent. La tavernier les empocha aussitôt. Il fit ensuite signe à Fearghas de se rapprocher.

- Donc, l'embarcation appartient à l'homme assis au fond à droite de la salle, dernière rangée, première table.

Forrester se retourna discrètement pour l'observer.

- Il n'a pas la tête d'un gens du village.
- Parce que ça n'en est pas un. Il est arrivé ici il y a quelques heures, par la mer.
- D'accord, je vous remercie !
- Mais il n'y a pas de quoi ! Si vous avez besoin d'autres renseignements, n'hésitez pas !


Rajouta-t-il en faisant briller une des pièces que Forrester venait de lui donner.

- J'y penserai.

Répliqua-t-il avant de se rendre à la table que lui avait indiqué l'aubergiste. Un Homme disposant d'une embarcation et non originaire de ce village ? C'était une occasion bien trop parfaite pour être manquée !

- Bien le bonjour jeune homme, puis-je m'asseoir à votre table ? Je payerai votre consommation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyJeu 2 Aoû 2012 - 16:06

"J'ai dormi combien de temps ?"

Kivan se réveillait enfin, il avait passé trois jours à dormir, les blessures de son dos commençait à se refermer, entendre sa voix ravit sa soeur. Elle était restée à son chevet tout ce temps, sauf quand la chasse l'appelait, mais même dans ces moments, ses pensées se tournaient vers son frère.

**
La journée avançait lentement et elle restait là sans bouger. Le vent s'était levé, jouant avec ses cheveux lâchés, un homme s'était assis juste à côté de Larynda, la vue de l'horizon devait aussi lui plaire, il ne disait rien. Seul le bruit de la mer leur venait aux oreilles, ce bruit si agréable qui avait complètement hypnotisé l'archère. Par moment, l'homme tournait la tête pour regarder l'elfe, mais jamais très longtemps. La naïveté de Larynda faisait plaisir à voir, elle était belle, mais c'était un détail pour elle. Penser que ça pouvait être un atout ou que ça pouvait attirer des hommes vers elle ne lui viendrait même pas à l'esprit. Ce n'est qu'en ce levant qu'elle commença à avoir quelques doutes sur l'homme, qui s'était levé presque en même temps, il la fixait comme un prédateur sur le point d'attaquer sa proie. Elle remarqua également qu'il tenait son arc, elle l'avait posé près d'elle pour observer la mer.

"Ah j'ai votre attention maintenant, écoutez-moi bien où vous le regretterez."

Elle éclata de rire devant cette pitoyable menace, elle dépassait l'homme d'au moins deux têtes et pourtant elle n'était pas bien grande. L'elfe n'avait pas de temps à perdre avec une personne aussi futile, elle lui demanda gentiment de lui rendre son arme. Chose qu'il refusa bien entendu, elle soupira, elle n'avait pas du tout envie de se battre pour récupérer ce qui lui appartenait.

"Je n'ai pas de temps à perdre avec ses futilités, que désires-tu ?"

"Vos cheveux, je veux les toucher et en emmenait plusieurs avec moi."

Toute cette scène pour ça ? Larynda gonfla les joues et soupira lentement, perdre du temps à cause d'une demande stupide, elle détestait ça. Se penchant un peu en avant, elle fit glisser ses cheveux près de l'homme qui leva la main pour les caresser. Il en profita pendant plusieurs minutes et pendant ce temps l'elfe commençait vraiment à s'impatienter. Se relevant, elle dégaina sa dague et l'approcha de ses cheveux, elle en coupa plusieurs et les donna à l'homme qui lui rendit son arc. Au moins, il avait été franc sur ce coup-là. Il repartit en fixant les fils dans sa main, le sourire aux lèvres. Enfin débarrassé de ce gêneur, elle lança un dernier regard vers la mer avant de prendre la direction de l'auberge, la journée avait avancé et le professeur devait l'attendre pour lui expliquer le programme des prochains jours. Poussant lentement la porte, elle fut surprise quand elle vit la salle entièrement vide mis à part le professeur et autre homme assit à la même table. L'aubergiste la fixait intensément, bien plus que l'homme de tout à l'heure, si il continuait à la fixer comme ça, rien ne dit qu'elle ne passerait pas ses nerfs dessus. Larynda prit place à une table, en laissant plusieurs entre elle et le professeur, elle essaya d'écouter la conversation. Mais c'était impossible avec l'aubergiste qui avait continué à la fixer et qui maintenant s'approchait d'elle avec une corbeille de fruit. Il posa la corbeille de fruit sur la table et s'assit en face de l'elfe. Elle le regarda incrédule, si il pensait l'acheter avec un fruit, il se trompait. La faim l'avait quitté depuis un moment, il resta là un moment à la regarder, impossible de l'ignorer.

*Qu'est-ce qu'ils ont tous aujourd'hui...*
Revenir en haut Aller en bas

Alban Chaos



________________

Alban Chaos
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptySam 4 Aoû 2012 - 16:53

Mort... Je devais être mort et enterré. Pourtant, ma peau semblait humide... non, mouillée. Je n'arrivais pas à respirer, la douleur supprimait même les réflexes les plus élémentaires de mon métabolisme. De toute façon, mes poumons n'étaient pas faits pour accueillir l'eau de mer ni la consommer. Mon nez était collé à l'écume et mon corps dérivait sans cesse. J'essayais de me rappeler comment je m'étais retrouvé dans une situation si désatreuse. Non pas que ce soit la première fois, toute ma vie était un enchaînement de désatres en continue. Mais là, je n'avais même plus les plans foireux habituels *C'est pas trop tôt!* Je soufflais l'eau de mer sous ma bouche en sentant monter en moi l'agacement habituel que provoquait la voix de Melchior dans ma tête. *T'as enfin compris que ton cerveau pourri ne pouvait en rien te venir en aide, que t'étais bel et bien foutu* Cette voix loin d'être petite, savait me redonner du poils de la bête. Je saisissais donc ce petit poils ridicule qu'elle me tendait et nageais jusqu'en avoir des crampes. Quand je levais le visage pour respirer fort, un rocher se dressa devant mes yeux, ce qui éveilla en mon esprit un souvenir: celui d'un orc puant et puissant abattant son énorme marteau sur mon corps étalé sur le sol. Cet événement s'était passé juste avant que je me sois retrouvé sur l'eau. Contrairement à l'arme lourde, le rocher me toucha, ou je cognai de toute la force d'une vague le front contre ce rocher et tombai dans l'inconscience. *Tant pis gamin, on va devoir se quitter... Pour toujours, toujours toujouuuuuuurs ♪♫ ♥*
Ma tête me faisait un mal de chien. Avant même d'ouvrir les yeux, elle était très lourde et très froide. Je m'attendais à me réveiller fiévreux et brûlant, mais j'étais seulement migraineux et lourd. Les yeux ouverts n'y changea rien: tout était noir.
"Blanche-neige est réveillée!"
Une bouche se colla à la mienne, sa douceur laissait à désirer. Je voulus me relever brusquement, mais quelque chose empêchait mon crâne de se relever.
"Attends, je vais t'aider ma princesse."
Tout me parut plus léger tout d'un coup... oh oui, bien léger car je n'avais plus un énorme bloque de métal posé sur le front. C'est du moins ce que souleva mon sauveur en souriant. Quand je me rendis compte de l'arnaque, j'étranglais la personne en l'insultant.
"Putain! T'es un mec, t'as pas le droit de m'embrasser! Et... Pourquoi j'avais ce truc sur la tête?
- Mais... Ma princesse...
-TA GUEULE"
Je l'envoyais loin de moi puis m'habillais rapidement. Mon instint de chasseur m'apprit qu'il n'y avait aucun ennemi dans les parages, ce qui me permit de relâcher mon corps tendu à l'extrême. L'homme qui a prit soin de moi durant mon évanouissement revint habillé comme un pêcheur, un plateau sur les bras. Il partait en mer faire son travail et me proposait de faire le ménage ou d'autres trucs de princesse sauvée pendant ce temps. Je voulus lui arracher la tête à l'instant, mais me retint fort heureusement. Il s'en alla aussi sec et me laissa seul dans la maison. *Où est ce que tu t'es encore fourré espèce de crétin?* Je ne dis rien, partant dehors repérer les alentours. *Tu vas continuer longtemps à m'ignorer orc-sans-cervelle? Tu m'en veux encore de ne pas t'avoir tout dit sur notre destin n'est ce pas?... Oh il est grincheux l'orc-sans-cervelle-vexé-à-mort*. C'est vrai que je lui en voulais, mais j'avais surtout trop mal à la tête pour lui répondre, nos débats m'épuisaient assez comme ça. Une épée aussi mal élevée méritait qu'on lui en veuille de temps en temps.

Dehors c'était la plage, une grande étendue de sable avec beaucoup de rocher. Je repérais rapidement celui qui m'avait atteint. Il y avait un voilier de taille modeste pas loin de moi, je décidais de m'en aller avec le plus loin possible du cinglé qui me sert d'hôte. Des voiles marrons et une coque blanche *Quelle délicieuse association.* Je pensais pareil, mais n'osais pas relever son sarcasme sinon Melchior risquait de revenir à la charge avec plus de fougue. J'allais donc m'emparer de l'embarcation et me diriger vers le port le plus proche, mais assez loin de ce lieu maudit.
"Bien le bonjour jeune homme, puis-je m'asseoir à votre table ? Je payerai votre consommation"
Un petit bonhomme à chapeau m'interpella avec une mine qui me plut. Il avait l'air d'être quelqu'un de bonne compagnie, ses paroles m'aidèrent à le croire. Je lui désignais donc une chaise en face de moi, tout en lui souriant de toutes mes dents.
"Prenez place vieux débris, j'aime les inconnus barbus qui me prennent pour cible. Garçon! Donnez-nous vos deux meilleurs liqueurs, c'est mon "vieil" ami qui paie!"
*Toujours aussi délicat et prévenant...- J'ai de qui prendre ordure* Ah oui, je me suis remis à parler à Melchior à quelques kilomètres de la plage. Il n'arrêtait pas de me donner des leçons sur la manière de se servir d'un bateau, je n'avais aps pu me retenir de lui répliquer mes plus vives boutades, ceux que je n'avais pas placé durant mon mutisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptySam 4 Aoû 2012 - 23:00

- ... Vieux débris ?

S'exclama le professeur alors qu'il était en train de s'asseoir. Soit l'alcool avait déjà éméché ce jeune homme, soit il était fort malpoli mais, dans les deux cas, il ne pouvait pas se permettre de lui parler de cette façon. Fearghas le regarda, l'air plus surpris qu'indigné.

- Je peux savoir quelle jouissance il vous procure de me rappeler mon âge avec autant de péjoration ? Vous ne croyez pas que je suis déjà au courant que la vieillesse a frappé mon être depuis longtemps ? Ou alors c'est parce que vous vous sentez trop jeune pour parler avec moi ?

Le serveur apporta les liqueurs et servit les deux hommes. Il repartit ensuite en laissant les bouteilles sur la table. Forrester hésitait à toucher à son verre car à son âge, l'alcool n'était pas la meilleure des boissons ...

- Je vais mettre ça sur le compte de l'inconscience mais ne recommencez pas où il me plairait de vous faire blanchir les cheveux.
- Euh, maître ? Il y a l'aubergiste qui papillonne juste à coté.
- Tu ne vois pas que je suis occupé ?
- Oui mais il se trouve que c'est notre Elfe qu'il importune.
- Hein ?


En effet, le professeur n'avait pas compris puisqu'il n'était pas au courant que Larynda était à la table d'à coté, il ne s'en était tout simplement pas rendu compte. Tournant la tête d'abord vers sa fée puis vers la table d'à côté, il l'aperçu et il vit aussi l'aubergiste assis en face d'elle, le regard assez parlant.

- Je me demande comment un porcelet gros et gras comme lui peut se mettre en tête de séduire une si jolie dame.
- On ne peut pas avoir la paix ici décidément !


Dit le magicien avant de sortir sa baguette. Il la pointa vers le banc sur lequel ce dernier était assis et, après quelque secondes de concentration, il fit casser les attaches qui le maintenaient en place. Il s’effondra alors sur lui-même et fit tomber à revers l'aubergiste. Fearghas la rangea aussitôt.

- Je crois que ce vieux meuble n'a guère supporté votre poids de cheval, vous devriez songer perdre quelques livres mon cher !

Le tavernier était un peu sonné mais, il se releva bien vite.

- C'est impossible ! Il est tout neuf ce banc ! Ça doit être l'ébéniste qui me l'a vendu qui est de peu de foi !
- Peut-être. Larynda, ne restez pas seule voyons ! Venez vous joindre à nous.


Dit-il avant de retourner à ses affaires. L'Elfe s'assit et il lui donna sa liqueur, cela valait mieux que d'attraper des maux d'estomac.

- Je vous présente Larynda. C'est notre accompagnatrice et c'est une Elfe remarquablement efficace, croyez-moi. Mais pour reprendre maintenant, j'ai appris que le voilier accosté au port vous appartient. J'aimerai en faire usage.

Forrester se rapprocha de l'homme et prit une voix basse.

- Ne le répétez surtout pas mais nous aimerions nous rendre au glacier. Vous le connaissez forcément si vous venez de la mer. Il est assez loin d'ici, à deux jours de bateau je crois mais, qu'importe, l'important est de pouvoir s'y rendre. Votre embarcation est assez petite, elle pourra s'en approcher sans problème. Il nous faudra partir de nuit et bien évidemment, vous viendrez avec nous dessus puisque nous aurons aussi besoin de vous pour le retour. Par ailleurs, je ne vous cache pas que cela à un rapport avec le mythe de la dame des glaces mais, je pense que vous n'avez pas besoin d'en savoir plus. Bien sur, je tiens à à votre entière discrétion donc même si vous n'êtes pas d'accord, je serais prêt à acheter votre silence mais, si vous êtes partant, je rajouterai un supplément pour le voyage à la hauteur de votre gourmandise, si je puis dire. Qu'en dîtes-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyLun 6 Aoû 2012 - 16:18

"Je me demande si..."

"Si quoi ?"

Se levant d'un bond, elle partit s'engouffrer dans la forêt, cette fois elle partait pour plusieurs semaines. Elle voulait marcher sans aucun but que d'être seule, la compagnie de sa famille et en particulier de Kivan qui n'arrêtait pas de la suivre et de la harceler de question, commençaient à l'agacer. Elle voulait retrouver la solitude et le silence qui va avec, vivre de cette manière ne la satisfaisait plus, peut-être vivre seule quelques temps l'aiderait à vivre, mais dans tous les cas, Larynda sera seule pour quelques semaines. Son frère n'oserait jamais abandonnait leur mère pour seulement la suivre.

**
*Bien joué professeur.*

Voir l'aubergiste s'écroulait de cette manière avait failli lui arracher un sourire. Il méritait peut-être pas ce qu'il venait de se passer, mais c'était la deuxième personne qui était venus la voir pour elle ne sait quelle raison et rien ne l'aurait empêché de lui donner une correction à part que c'est lui qui les hébergeait, il ne fallait donc pas faire trop de vagues. N'empêche que l'envie était là, heureusement le vieil homme avait agi plus intelligemment que ce qu'elle aurait fait. Qu'importe, les faits étaient là, elle se leva et aida l'aubergiste à se relever avant de rejoindre le professeur.

"Votre bonté vous perdra, n'avez-vous donc pas compris ce qu'il voulait ?"

L'elfe jouait avec le verre qu'on lui avait donné, levant un peu les yeux, elle répondit sans vraiment se soucier de ses paroles, ni de la présence d'une troisième personne.

"Aucune idée, ce que j'ai compris c'est qu'il est inutile de faire du mal à la personne qui nous héberge et ça vous ne semblait pas l'avoir compris."

Elle baissa tout de suite les yeux, ceux du professeur la toisait, elle le sentait et c'était impossible de soutenir son regard. Cela faisait peut-être une semaine qu'ils voyageaient ensemble, rien ne permettait que l'elfe lui parle de cette manière, était-ce vraiment important de se morfondre sur ça, peut-être pas, mais elle se sentait un peu coupable de lui avoir mal répondu. Larynda leva les yeux vers la personne avec qui le professeur parlait un peu plus tôt, il la regardait avec des yeux froids, elle essaya de supporter son regard sans grand succès. Le vieil homme avait reprit la parole, exposant la suite du voyage à un inconnu et lui demandant ce qu'il en pensait. Était-ce vraiment utile de lui donner tant de détail, pouvait-on faire confiance à une personne seulement parce qu'elle possède un bateau. Non, assurément, mais elle s'en fichait. De nombreuses questions commençaient à apparaître dans son esprit, elle décida de se lever et de partir à la rencontre de l'aubergiste. Il était déjà derrière son comptoir à nettoyer quelques choppes sale. Approchant du comptoir, elle posa ses coudes dessus et prit sa tête entre ses mains comme une petite fille demandant quelque chose à sa mère.

"Pardon de vous déranger, mais j'aimerais savoir ce que vous me vouliez tout à l'heure."

L'aubergiste commence à rougir et à la fixait étrangement, il était visiblement surpris par la question de Larynda, mais pourquoi ça ? Était-ce son physique ? Non dans cette tenue d'hiver, il était impossible pour l'homme de savoir à quoi elle ressemblait et se fier uniquement à son visage balafré était une chose stupide, pourquoi l'avait-elle accosté à sa table. C'est ce qu'elle voulait savoir, mais elle entendit la porte s'ouvrir, l'homme qu'elle avait rencontré plus tôt entra sans refermer la porte, laissant passé un courant d'air froid dans la salle. Alors que le nouveau venu aller à la rencontre de l'aubergiste elle partit refermait la porte en soupirant. En se retournant, ses yeux se posèrent sur les mains des deux hommes qui se touchaient presque. L'un d'eux tenait quelque chose qui ressemblait à des fils noirs alors que l'autre lui donnait quelques pièces en prenant les fils dans sa main. L'elfe reconnu le premier homme quand il vint vers elle, il s'excusa rapidement avant de quitter l'auberge. C'était la même personne que tout à l'heure, celui qui lui avait demandé plusieurs mèches, c'était un rêve où elle venait vraiment d'assister à la vente de plusieurs de ses cheveux ? Serrant le poing, elle s'avança vers l'aubergiste avec pour seul objectif de lui faire mal.
Revenir en haut Aller en bas

Alban Chaos



________________

Alban Chaos
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 16:14

J'étais de plus en plus amusé par la répartie du vieil homme, son agacement témoignait à mes yeux une intelligence encore active, et un amour-propre intact. Il n'était donc pas un vieillard sénile qui cherchait de la compagnie à qui raconter ses vieilles anecdotes remplies de vieilles romances qui finissent toujours dans les vieilles entrailles d'un abyme appelé esprit de vieillard détraqué, mais un être vivant à part entière. Je crois.
En outre, mon âme d'elfe bienveillant se prenait d'affection pour mon nouveau compagnon de beuverie. Ou c'est l'orc qui voulait s'amuser. Parfois, j'oubliais à quel point je n'étais pas aussi facile à cerner que je voulais le croire.*Tu oses te comparer à lui alors qu'il y a bien
plus d'intelligence intact dans mon manche vide que de matière grise
dans ta cage à oiseau que tu prétends pouvoir appeler cerveau.
-C'est
bizarre, mais le moins-que-du-vide est le seul à pouvoir communiquer
avec toi... N'est ce pas la preuve que t'es qu'un foutu crétin? crétin!?
-Pff est ce qu'un dresseur de singe "communique" avec son singe? -Je ne suis pas un singe.
-Non, t'es qu'une cacahouète, par là que tu n'as qu'une coquille avec à l'intérieur à peine de quoi béqueter.*

Malgré le combat intérieur que je livrais avec Melchior, je ne ratais pas la scène qui se déroula devant moi. Quand j'entendis le mot "elfe", mes oreilles pointues se dressèrent et je balayais la voix de mon arme vivante de mon esprit. Je cherchais des yeux la personne citée et ne trouvait nulle part d'être pouvant être identifié dans la presque clarté de l'auberge. De plus, Ils étaient tous soient dans un coin sombre, soient encapuchonnés dans je ne savais quel tissus. Ce fut quand le vieil homme pointa son bout de bois vers une table que je repérais enfin où l'action se déroulait. Et alors que des psalmodies résonnèrent à mes oreilles, un homme, pas très gros pourtant, s'écrasa sur le sol. Son siège ne supporta visiblement pas son poids. Je me levais et inspectais le mien en maudissant intérieurement ce taudis qui devait être un nid à rat géant.

- Je vous
présente Larynda. C'est notre accompagnatrice et c'est une Elfe
remarquablement efficace, croyez-moi. Mais pour reprendre maintenant,
j'ai appris que le voilier accosté au port vous appartient. J'aimerai en
faire usage.


Je relevais la tête de sous la table et me rassis rapidement. Je dévisageais celle qui m'étais présenté. Elle n'avait rien de particulier, les mêmes yeux en amandes et oreilles pointues que ses congénères. *Ouhhh belle cicatrice, tu veux bien la lécher pour moi vieux frère? -...* Melchior avait le don de trouver les plus salaces remarques. J'arrivais même à visualiser un visage satanique faisant une moue de petite fille devant ma mine renfrognée. Ce que j'ignorais en revanche, c'était qu'il les trouvait dans mon propre esprit. Il vivait à travers moi après tout.
Avant même que je ne puisse placer un mot, mon nouvel "ami" rapprocha sa barbe et son être pour une discussion en privée. Ce qu'il me révéla me laissa bouche-bée. J'avais l'impression que je devais une fois de plus me mettre à chercher les ennuis, ce qui n'était pas pour me déplaire au fond. Mais à la surface, mon moi lucide, je trouvais son entreprise complètement stupide, à la limite du ridicule si ce n'était plus. Pourtant, un mercenaire digne de ce nom ne refusait jamais un contrat. *Moitié mon grand, moitié. -Moitié de quoi?... - T'es un mercenaire qui s'est vendu à lui-même, c'est pas pareil. -Me les casse pas, j'essaie de réfléchir -Bah... -tsss tss tss ne dit rien, je sais ce que tu vas me dire.*

"Le mythe de la Dame des glaces tu dis vieil homme? *déjà au tutoiement, c'est pas ton père disparu "tu" sais* Donc tu vas faire une exploration des glaces en profondeur j'imagine. Mais, est ce que tu sais où tu vas exactement? T'as une carte, des indications ou quelque chose de concret sur quoi se raccrocher sur la destination?"

Il fallait que je sache où j'allais peut- être mettre les pieds. Je voulais bien qu'il omette tout ce qu'il voulait sur la Dame des glaces ou tout autre chose de mystique, mais en ce qui concerne mon peut- être futur boulot, je demandais des éclaircissements.

"Je n'ai pas dit que j’acceptais. Seulement, personne ne va mettre sa vie en jeu les yeux bandés. J'ai entendu pas mal de rumeur sur le glacier, notamment les marins qui disparaissent..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 23:41

Il n'avait pas compris qu'il était inutile de faire de mal à la personne qui les hébergeait ? Tiens donc ? Et par quelle science cette jeune Elfe pouvait-elle porter ce jugement ? Avait-elle oublié que Fearghas avait payé l'aubergiste et qu'il ne lui rendait donc pas un service en l'hébergeant ? Et puis même, c'était avant tout une question de morale et même si cela ne regardait pas directement le professeur, il s'agissait d'une atteinte et il ne pouvait pas laisser passer cela. Mais bon ... Peut-être que l'Elfe n'avait pas compris la même chose, en même temps, elle était encore très inexpérimentée, on ne pouvait pas lui en vouloir. D'ailleurs, savait-elle au moins ce à quoi un homme tel que cet aubergiste pouvait penser en la voyant ? Le vieux magicien en doutait.

Il voulait lui répondre mais il ne le fit pas, du moins, pas tout de suite, il avait une affaire plus importante à régler. D'ailleurs, et après refléxion, le jeune homme lui demanda plus de détails à propos du glacier et de sa localisation. Il semblait intéréssé par la proposition mais aussi hésitant car, comme il l'avait mentionné, des hommes avaient pérris en tentant d'explorer cet endroit. Maintenant, il était aussi vrai que Forrester ne savait que très peu de choses sur sa localisation.

- Pour répondre à votre première question, je sais qu'il se trouve à deux jours de bâteau des côtes. En soit, c'est bien peu d'informations mais nous n'avons pas besoin de plus parce qu'il s'agit d'une immense étendue gelée et elle ne sera pas bien difficile à repérer. Il faudrait avancer en ligne droite, je suis sûr que nous la trouverons facilement. Dans le pire des cas, si malédiction il y a, il devrait forcément y avoir une émanation quelconque que je serais en mesure de ressentir, surtout vu la taille de la glace, je pourrais alors vous orienter. Quant aux disparitions, il y a plusieurs éléments à prendre compte. Tout d'abord, l'intérieur du glacier est perforé de nombreuses galeries très irrégulières et sinueuses, c'est un vrai labyrinthe à l'intérieur et il est dangereux de les explorer à cause du manque du lumière mais aussi de la fragilité de la glace par endroit mais rassurez-vous, c'est à peu près pareils sur tout les glaciers existants. Là où les choses diffèrent de la normale, c'est dans sa formation qui empêche les navires d'approcher de trop près mais je vous l'ai déjà dis, votre embarcation est assez petite et donc suffisamment manœuvrable pour passer entre les mailles du filet. Je ne vous cache qu'un autre mythe à propos de ce glacier parle d'une créature marine qui vivrait en dessus et qui le protégerait des intrus mais personne n'y croit, pas même les villageois d'ici donc je ne pense pas qu'il faudrait s'inquiéter à ce sujet. En conclusion, les morts dont vous parlez sont pour la plupart accidentelles et pour vous résumer la chose, votre boulot consiste à nous accompagner et à nous assister. Nous allons avoir besoin de vous et de votre aide en toute situation donc si vous vous sentez capable d'accomplir ce travail, vous n'avez plus qu'à me donner votre prix.

Forrester attendait sa réponse. Il remarqua cependant que Larynda était partie de table, la discussion ne l’intéressait-elle pas ? Dommage, elle avait habitué le professeur à plus de politesse. D'ailleurs, il se demandait où est-ce qu'elle pouvait être. Il observa discrètement la salle mais il ne la vit pas. Peut-être était-elle partie dormir ? Ou alors était-elle partie prendre l'air ? Il remarqua que Lola avait aussi disparue, probablement avait-elle suivis l'archère. Cela l'étonnait quand même qu'il n'ait rien remarqué, sa discussion l'avait absorbé autant que ça ? Il fallait reconnaître que c'était très important pour lui en même temps et il espérait franchement que ce jeune marin soit convaincu. Si c'était le cas, ils partiraient cette nuit même, cela serait plus discret qu'en plein jour, ou alors au petit matin, quand le village serait encore endormis, à la limite. Mais s'il refusait, il allait quand même devoir passer à la caisse ... Fearghas espérait ne pas s'être trompé de personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyVen 10 Aoû 2012 - 3:09

Cela faisait deux jours que Larynda était seule dans la forêt, elle s'était suffisamment éloigné de l'endroit où vivait sa famille. Complètement seule, elle se contentait de quelques fruits pour seule nourriture, heureusement que l'hiver était déjà loin derrière elle. Son visage était toujours fermé et ses yeux regardaient toujours au loin. On aurait dit quelqu'un qui voyageait en terre inconnue, se fixant pour seul objectif d'atteindre l'horizon, pourtant on ne peut l'atteindre. Un petit écureuil la suivait depuis plusieurs heures, quand elle se retourna pour mieux le voir, il ne bougea pas, s'approchant même d'elle. Curieuse action, ces petites bêtes étaient très peureuses habituellement, l'elfe penchant son bras en avant et l'écureuil grimpa dessus et s'arrête sur son épaule.

"Bonjour toi, me feras-tu le plaisir de marcher en ton illustre compagnie ?"

Elle esquissa un très bref sourire, il ne pouvait pas lui répondre et elle le savait, mais étais-ce important après tout ?

**

L'elfe avait rejoint le comptoir alors que le courant d'air de la porte qui se fermait n'avait pas encore fini de souffler. Faisant vite le tour du comptoir, elle se trouvait désormais en face de l'aubergiste. Levant les yeux pour affronter son regard, elle attrapa son poignet qui tenait les cheveux de l'elfe. D'un coup sec, elle lui brisa, un craquement se fit entendre et l'homme hurla de douleur. La colère peut vous faire n'importe quoi, tenant toujours le poignet de l'homme, elle le balança contre le comptoir, faisant une nouvelle fois hurler l'homme.

"Tu vas me rendre ce que tu tiens, je te le garantis."

Comme pour répondre, l'homme serra les doigts pour essayer de garder ce qu'il tenait. On pouvait prendre ça pour une menace, mais ce n'était pas le but de ses paroles, elle était hors d'elle et elle voulait que l'homme soit au courant de ce fait. L'aubergiste essaya de se défendre avec son autre main en voulant agripper son cou, surement pour l'étouffer. Ce fut bien inutile, elle serra sa prise faisant hurler à nouveau l'homme et arrêtant son action. Dégainant sa dague, elle posa la main de l'aubergiste sur le comptoir, menaçant de la transpercer si il ne l'ouvrait pas de son plein gré.

"Dernière chance, je vous jure que j'hésiterai pas."

On ne pouvait pas faire plus clair et concis. Levant rapidement son genou, il essaya de frapper l'elfe au ventre pour la faire lâcher prise. Visiblement, il n'avait pas conscience de ce qu'une dague pouvait faire, d'un geste rapide, elle transperça la cuisse de l'homme avant de retirer son arme aussi vite. Arrachant un grand cri à l'homme.

"Tiens toi tranquille tu veux. Maintenant que tu as vu que je ne plaisantais pas, tu vas me rendre ce qui m'appartient."

Lentement, sa main commence à s'ouvrir, laissant apparaître les quelques cheveux de l'archère, elle les attrapa et fusilla l'aubergiste du regard avant de se retourner. Tout le monde la regardait, même le professeur et l'étrange homme avec lui, l'aubergiste serrait les dents derrières elle. Il aurait bien aimé se venger, mais pas avec le sang qui coulait de sa cuisse. Peut-être en mourrait-il, mais ce n'était pas son problème. Rangeant sa dague dans un léger bruit métallique, elle partit en direction de sa chambre pour récupérer son arc et ses flèches. Quand elle réapparu dans la salle, tout le monde arrêta de parler pour la dévisageait. Lançant un bref regard au professeur, elle quitta l'auberge sans un mot ni même un regard vers l'aubergiste. Peut-être le vieil homme la croyait folle, mais ce n'était pas ce qui l'inquiétait, elle aurait bien le temps pour lui expliquer ce qui lui a pris.

"Et bien, tu l'as bien amoché le pauvre homme."

C'était Lola qui l'avait suivi au moment de sortir, elle avait assisté à toute la scène apparemment. Posé sur la tête de l'elfe, elle jouait avec des mèches rebelles. Se recoiffer ne faisait pas partie des priorités de Larynda. Se contentant de baisser les yeux, elle partit en direction du même ponton sur lequel elle avait passé du temps quelques heures avant. La fée tira ses cheveux assez forts pour en arracher un, faisant grincer les dents de l'archère.

"Aïe ! Pourquoi tu as fais ça ?"
"Tu ne me réponds pas, alors j'attire ton attention comme je peux."
"Je ne vais pas le pleurer, il mérite son sort."
"Tout de même, tu es consciente de la brutalité de ton geste, je peux comprendre qu'il t'énerve, mais il risque de mourir..."
"C'est pas mon problème, tu veux bien descendre de la maintenant ?"

Sa voix n'était pas agressive, mais sentir la fée jouait avec ses cheveux l'angoissait, descendant sur l'épaule de l'elfe, Lola plongea son regard vers l'océan, Larynda fit de même. Étrange journée, l'eau calme de la mer calma un peu l'elfe
Revenir en haut Aller en bas

Alban Chaos



________________

Alban Chaos
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyVen 10 Aoû 2012 - 16:40

Quelque chose devait clocher avec l'elfe qui assistait le vieil homme car elle s'en prenait à un homme derrière le comptoir de l'auberge. Bizarrement, c'était le même homme qui s'était étalé par terre, son siège croulant sous son poids. Je souriais en pensant avoir affaire à la femme la plus active de toute ma vie, prête à se battre à tout moment comme... comme *Comme un ivrogne ouais* Je cherchais le mot.

- Pour répondre à
votre première question, je sais qu'il se trouve à deux jours de bâteau
des côtes. En soit, c'est bien peu d'informations mais nous n'avons pas
besoin de plus parce qu'il s'agit d'une immense étendue gelée et elle
ne sera pas bien difficile à repérer. Il faudrait avancer en ligne
droite, je suis sûr que nous la trouverons facilement. Dans le pire des
cas, si malédiction il y a, il devrait forcément y avoir une émanation
quelconque que je serais en mesure de ressentir, surtout vu la taille de
la glace, je pourrais alors vous orienter. Quant aux disparitions, il y
a plusieurs éléments à prendre compte. Tout d'abord, l'intérieur du
glacier est perforé de nombreuses galeries très irrégulières et
sinueuses, c'est un vrai labyrinthe à l'intérieur et il est dangereux de
les explorer à cause du manque du lumière mais aussi de la fragilité de
la glace par endroit mais rassurez-vous, c'est à peu près pareils sur
tout les glaciers existants. Là où les choses diffèrent de la normale,
c'est dans sa formation qui empêche les navires d'approcher de trop près
mais je vous l'ai déjà dis, votre embarcation est assez petite et donc
suffisamment manœuvrable pour passer entre les mailles du filet. Je ne
vous cache qu'un autre mythe à propos de ce glacier parle d'une créature
marine qui vivrait en dessus et qui le protégerait des intrus mais
personne n'y croit, pas même les villageois d'ici donc je ne pense pas
qu'il faudrait s'inquiéter à ce sujet. En conclusion, les morts dont
vous parlez sont pour la plupart accidentelles et pour vous résumer la
chose, votre boulot consiste à nous accompagner et à nous assister. Nous
allons avoir besoin de vous et de votre aide en toute situation donc si
vous vous sentez capable d'accomplir ce travail, vous n'avez plus qu'à
me donner votre prix.


J'étais très intrigué par ce qu'il venait de me raconter. Comme si mon esprit trouvait écho dans sa proposition. Il n'y aurait sûrement pas beaucoup de tuerie dans ce genre de mission, mais cela pourrait se révéler intéressant si cette histoire de monstre et de femme des glaces se confirmaient... Je me trouvais doux rêveur tout d'un coup. Je tendis la main à mon interlocuteur, un sourire jovial sur le visage. Il était pour moi de me remettre au travail.

"Je m'appelle Alban Chaos. Je serais très honoré de mettre à votre disposition mon fabuleux bateau des glaces et d'être par la même occasion votre compagnon de route quelques temps. Je tiens à ce qu'on reparle de la récompense une fois notre achevée, une habitude de chasseur de prime"

Et mon sourire se fit encore plus chaleureux à la femme elfe qui s'en allait sans dire un mot. J'étais prêt à les suivre jusqu'au bout du glacier, même sur une planche de bois rongée par les mites. *Je sens qu'on va bien se marrer avec cette folle des bois profonds, tu crois qu'elle fait dans le soda-masochisme consentis? -Je ne sais pas, mais travailler avec elle ne va sans doute pas être de tout repos. -Ne t'en fais pas, je vais tout faire pour te faciliter la tâche. -Tiens donc...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptySam 11 Aoû 2012 - 0:43

À l'attente de la réponse d'Alban, le professeur ne put s'empêcher de sourire. Il était tout simplement ravis parce que, d'une part, sa quête allait réellement pouvoir démarrer et d'autre part, il n'avait pas fais l'erreur de se tromper de personne. Par ailleurs, ce jeune homme était lui aussi ravis de se joindre à lui et cerise sur le gâteau, la prime ne serait réglée qu'au retour. Décidément, les choses se présentaient bien ! Enfin, presque bien car Larynda ne semblait pas si loin que le magicien semblait le croire, elle était même juste derrière-lui en train de régler un compte, apparemment, avec l'aubergiste et à entendre les cris de ce dernier, ce n'était pas diplomatique.

Fearghas s'était retourné et avait vu l'Elfe se servir de sa dague. L'homme semblait plutôt mal en point, avec une cuisse perforée et un poignet dont l'inclinaison ne semblait pas naturellement possible. D'ailleurs, elle avait récupéré quelque chose de lui, une mèche de cheveux on aurait dit mais le professeur n'était pas sûr de ça. Son altercation terminée, elle était montée en flèche récupérer ses affaires puis elle était sortie aussi rapidement de l'auberge, sans prendre ne serait-ce que le temps de dire où elle allait bien que Lola l'avait suivis.

Forrester ne savait pas quoi dire si ce n'était que ce qu'elle venait de faire était tout à fait inacceptable, tant d'un point de vue de ses recommandations que de l'agressivité gratuite dont elle venait de faire preuve. Et la discrétion bon sang ?! Il lui avait bien dit qu'il ne voulait en aucun cas s'attirer des ennuis ici ! D'ailleurs, ces derniers ne tardèrent pas à arriver car, bien que personne n'ait osé dire que ce soit, l'aubergiste n'avait pas sa langue dans sa poche, malgré la douleur et aussi insurgea-t-il au magicien, avec menace, de quitter son établissement et surtout, de ne plus y remettre les pieds.

Ce n'était pas un problème vu qu'il allait prendre la mer mais, que faire des chevaux ? Le magicien se leva et alla chercher ses affaires dans sa case. Il en profita pour revêtir ses habits chauds puis il revint au comptoir et déposa la somme dû ainsi que les clés, Larynda ayant laissé la sienne dans sa chambre. L'homme avait bandé sa cuisse entre temps mais il souffrait toujours. Quand il voulut s'en aller, l'aubergiste lui attrapa le bras.

- Et dîtes à votre garce d'amie qu'elle ne perd rien à attendre.

Forrester se dégagea avec une certaine brutalité. S'il croyait l’impressionner avec ses menaces, c'était raté. Il ne lui répondit pas et, ses sacs en main, il se dirigea vers la porte de l'auberge et indiqua à Alban de le suivre. Cependant, il s'arrêta au moment où il allait ouvrir la porte. Il frappa trois fois dans ses mains, lentement, puis s'en alla juste après. Le tavernier n'avait pas compris pourquoi il avait fais ça mais, ce n'était qu'une question de minutes avant qu'une vive démangeaison au niveau de son bas ventre ne le force à calmer ses instincts bestiaux pour un bon moment.

Une fois dehors Forrester détacha les deux chevaux. Il fallait en priorité trouver un endroit où les héberger vu qu'ils ne lui appartenaient pas. Peut-être un paysan accepterait-il de s'en occuper le temps de son voyage ? Il en avait remarqué un installé un retrait du village.

- Très bien Monsieur Alban, je vais confier les chevaux et cela risque d'être long mais, ça vous laissera le temps de préparer notre embarcation. Voilà nos affaires et le matériel nécessaire, vous n'aurez qu'à les charger dans votre voilier, je vous retrouverai sur place. Merci d'avance.

Dit-il en lui confiant les sacs et en s'en allant aussitôt. Il n'était que quinze heures, ils n'étaient de toutes les façons pas pressés. Le professeur se rendit donc chez ce paysan. Il y était allé à pieds car il avait deux chevaux à conduire et non plus un seul. Heureusement pour lui, ils étaient plutôt coopératifs et ils ne lui firent donc aucune misère. Il dût cependant traverser un chemin de terre bien peu praticable pour atteindre la demeure du campagnard. Il frappa à sa porte et ce dernier ne l'ouvrit qu'après un long moment, apparemment, il était occupé.

- Euh ... Vous êtes ?

Il s'agissait d'un homme blond d'une quarantaine d'années environs. Il avait une barbe assez grande bien qu'emmêlée ainsi que de longs cheveux, pas très propres cependant.

- Bonjour mon brave, je suis un voyageur et je fais halte dans ce village. Le problème, c'est que je n'ai pas où laisser mes chevaux. Peut-être accepteriez-vous de vous en occuper quelques temps ?
- ... Mais pourquoi vous n'allez pas à l'auberge ? Ils s'en occuperont là-bas.
- Elle est un peu trop chère.
- Chère ? Vous vous moquez de moi ?
- À soixante-quinze pièces d'Or la nuit, n'allez pas me dire que c'est un prix donné.
- Hein ? D'où vous me sortez ce prix là ? C'est douze pièces la nuit service compris !
- Ah non, on m'a dit soixante-quinze.
- ... Ce vieux fumier ne changera jamais décidément !
- Je vois ... Vous pouvez me dépanner ?
- Bien sûr que je peux. Vos étalons me rendront des fiers services en votre absence, surtout pour labourer la terre. Et puis si ça peut vous rendre service ...
- Labourer la terre ? Voyons ce sont des chevaux de voyage !
- Et alors ? Il est où le problème ? Vous avez vu les tiges qu'ils sont ? Un peu d'exercice ne leur fera pas de mal !
- ... Euh ...
- J'ai un cheval et croyez-moi, c'est une vraie bête !
- ... D'accord mais, ne les abîmez pas trop non plus, ils ne m'appartiennent pas.
- N'ayez crainte, je ne suis pas un de ces pourris moi ! J'en prendrais grand soin.
- Un de ces pourris ? C'est à dire ?
- À votre avis, pourquoi je vis en retrait ? C'est des pendards les gens du village, à commencer par l'aubergiste qui est leur " chef suprême ".


Dit-il en crachant par terre.

- Si vous aviez passé la nuit chez lui, il vous aurait plumé pendant votre sommeil, il a un double de toutes les clés.
- C'est bon à savoir. Quoi qu'il en soit, je vous remercie de votre bonté et je vous récompenserai à mon retour.
- Mais je vous prie Sieur et prenez votre temps, je vous qu'ils m'aideront bien.


Fearghas lui confia donc les deux montures et s'en alla aussitôt. Les dires de l'homme concernant la malhonnêteté de l'aubergiste ne le surprenaient pas tellement mais cette histoire de chef suprême, si. En tous cas, ce vieux paysan ne lui faisait pas une mauvaise impression, ses montures seraient entre de bonnes mains. Il avait mit plus d'une heure à venir ici et il lui faudrait certainement la même durée pour retourner au village en toute discrétion. C'était l'hivers et le soleil se coucherait bien vite, alors la nuit ne tarderait pas à faire son apparition, il lui fallait retrouver l'Elfe au plus vite mais, où était-elle ? Il savait que Lola l'avait suivis et il tenta donc de la questionner au moyen de ses pensées, il lui suffirait juste de se concentrer un peu pour ça.

" Lola ? Tu m'entends ?
" Non. "
" Es-tu avec l'Elfe ? "
" Oui. "
" Et où es-tu ? "
" Au port, en train de regarder l'horizon. "
" Au port, d'accord j'arrive. Surveille-là bien surtout ! "
" Oui ... Elle fait la gueule d'ailleurs. "
" J'imagine ... "


Au port ? Bien, il lui suffirait de le longer et il les retrouverait facilement. Maintenant, à pied c'était fatiguant et Forrester était un vieil homme, il ne lui faudrait pas se presser. Le temps passa et à mesure qu'il revenait au village, le soleil se couchait à tel point que lorsqu'il retrouva enfin sa fée, la nuit était tombée alors qu'il n'était que dix-huit heures. Mais en hivers, ce n'était pas bien étonnant. Larynda était effectivement assise à regarder l'horizon bien qu'il faisait noir. Peut-être observait-elle les étoiles ? C'est vrai que ces astres étaient d'une toute beauté et ils fascinaient également Fearghas. Il se rapprocha discrètement de l'Elfe. Depuis le temps l'altercation, sa colère s'était estompée et aussi avait-il abandonné l'idée de lui remonter les bretelles.

- Ah, vous voilà !

Dit-il alors qu'il se trouvait dans son dos. Elle sursauta.

- Il est vrai que la voûte céleste offre un spectacle des plus fantastiques mais, nous avons plus important à faire que d'observer les étoiles.

Dit-il en observant le ciel à son tour. Il baissa ensuite son regard vers l'Elfe et lui tendit la main.

- Allez, levez-vous, Messire Alban nous attend.

Elle se releva sans discuter.

- Et apprenez à vous contrôler, jeune Elfe !

Rajouta-t-il avant de prendre la direction du voilier en silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptySam 11 Aoû 2012 - 16:55

Son nouveau compagnon s'amusait à gambader dans les arbres, parfois il la perdait de vue, mais ils se retrouvaient toujours lorsque la nuit tombée. Larynda ne comptait plus les jours depuis qu'elle avait quittés sa famille et cela l'importait peu. La compagnie d'un écureuil lui suffisait amplement, d'autant qu'elle s'amusait bien avec lui. Peut-être pas autant que l'elfe pouvait l'espérer, elle aurait aimé le suivre haut dans les arbres, elle avait d'ailleurs tenté l'expérience, mais l'endurance de l'écureuil pour ce genre de choses était bien supérieure. Elle boudait amicalement son ami, refusant parfois qu'il lui grimpe dessus pour marcher avec elle, mais ça ne durait jamais plus de quelques minutes. La nuit, le petit animal lui servait de garde du corps, quel incroyable défenseur pensait-elle. Parfois c'était son tour de veiller sur son ami de fortune, c'était assez marrant à voir, heureusement que personne ne l'observait.

*La compagnie d'un écureuil, c'est si ridicule...*

**
Voilà des heures que l'elfe regardait la mer avec Lola, le soleil descendait lentement derrière cette immense étendue d'eau, jusqu'à complètement disparaître. Visiblement tout le monde prenait son temps, elle n'était pas au courant de ce qui s'était dit entre le professeur et son interlocuteur et à vrai dire, elle s'en fichait. Était-ce si important de se préoccuper de ce genre de choses, la fée était en sa compagnie alors le vieil homme viendrait la cherche tôt ou tard. Ce fut tard, mais c'était un mal pour un bien, au moins la colère avait disparu pour laisser place à l'indifférence. Désormais plus calme, elle se demandait si parler de tout cela à Lola ne serait pas une mauvaise chose, mais la fée ne comprendrait surement pas, préférant le silence. Voilà cinq heures qu'elle était assise avec une chose violette sur ses épaules, regardant la mer, il faisait maintenant nuit quand elle entendit la voix du professeur derrière elle. Surprise, l'elfe se retourna vivement pour affronter le regard du vieil homme et comme prévu, elle baissa rapidement les yeux. Il narrait la beauté de la voûte céleste, mais ce n'était pas ça qui l'intéressait, c'était l'étendue d'eau. Comme si l'archère était hypnotisée par ce qu'elle ne pouvait pas voir, au fond de la mer, le silence devait être très intense. Le rêve. Son compagnon lui tendit une main, l'incitant à se relever, ce à quoi elle ne fit pas d'histoire. Larynda se contenta d'une brève réponse quand il la réprimanda.

"Désolée pour le manque de discrétion, mais..."

Elle ne voulait pas finir sa phrase, les raisons de son acte ne devaient pas l'intéresser et par-dessus tout, elle n'avait pas envie d'en parler. Ils n'avaient pas beaucoup de voyage à faire avant d'arriver au bateau de l'homme, après tout ils étaient déjà dans le port et bien qu'il faisait nuit, l'elfe voyait bien l'embarcation, un tout petit bateau. Qu'importe, ils n'étaient pas si nombreux... Arrivant près du voilier, l'elfe aida le vieil homme à monter dessus avant de jeter un regard à l'homme qui leur avait prêté le bateau. Elle n'avait pas eu l'occasion de le voir de près, l'archère devait lui avoir fait une mauvaise impression tout à l'heure dans l'auberge.

"Je vous prie de m'excuser pour cet écart de conduite envers l'aubergiste. Je ne suis pas comme ça habituellement, il m'a seulement bien énervé. Oh ne me regardez pas comme ça, je sais bien que ce n'est pas une excuse, mais je n'ai rien d'autre à ajouter. J'espère simplement que tout ira bien entre nous dans ce voyage."

Il la regardait étrangement, mais elle n'en tenait pas vraiment rigueur avec ce qui s'était passé dans l'après-midi, détournant les yeux, elle s'installa sur la bateau juste à côté du professeur. Posant ses affaires dans un coin disponible, elle tendit le bras à l'homme pour l'aider à monter sur l'embarcation. Un premier geste amicale pour faire oublier son comportement de l'après-midi, il lui en faudrait surement des dizaines si ce n'est plus.
Revenir en haut Aller en bas

Alban Chaos



________________

Alban Chaos
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyMer 15 Aoû 2012 - 16:54

*Formidable! T'es le larbin!*

Je soulevais les affaires de mes clients tout en évacuant de mon esprit la remarque de Melchior. J'étais à leur service, il n'était pas question que je me dérobe sous prétexte de faire le sale boulot. Je suivais un moment des yeux mon nouveau client pour vérifier que tout allait bien, et quelque chose me frappa soudainement. Il ne m'avait pas donné son nom. Sûrement que l'altercation entre l'aubergiste et sa compagne, ainsi que la sortie fracassante de celle-ci lui a pas mal retourné le cerveau. Je ne sais pas comment il avait fait pour rester calme, mais à sa place, je lui aurais sans doute appris à vivre comme une dévergondée, à ma manière. *Tu parles! J'te vois plutôt en train de te prendre son talon aiguille dans le derche.-Han! Et tu ne m'aurais pas défendu? -Non, je crois même que je lui aurais donné de ma force.*
Je traversais la distance qui me séparait du bord de l'eau quand j'entendis des pas pesants. Ces mêmes pas qui me firent fuir l'île d'il y avait quelques jours. Au hurlement qui retentit, je plongeai au sol en évitant d'écraser les affaires qui ne m'appartenaient pas. Et juste derrière moi, une massue s'abattit sur le sol dans un grondement sourd. Le sol trembla et ma tête le heurta faiblement. Vif comme l'éclair, je me remis sur mes jambes, Melchior à la main.

"Merde! T'es encore là toi? T'as pas d'amis ou quoi?"

C'était un orc sans cervelle, lui parler en plein combat reviendrait à discuter avec un rocher qui me tomberait dessus. Non pas que la conversation serait ennuyeuse, les rochers sont bien plus passionnant qu'on pourrait bien le croire, mais je pense que les conséquences seraient désastreuses. *Bon, tu vas devenir raisonnable et me laisser t'aider cette fois-ci. -Il n'en est pas question!* Il n'était pas possible de bloquer son arme, sa rage décuplait des forces qu'il avait déjà en grande quantité. Je décidai donc de faire un repli stratégique vers les habitations les plus proches. Bien que lourd et malodorant, l'orc me poursuivait; et à quelle vitesse! On aurait dit un sanglier géant des bois, sans les poils. Il m'avait rattrapé à plusieurs reprises et des poutres tombèrent sous son coup. Ma vivacité m'étonna moi-même, je n'aurais sans doute pas survécu s'il m'avait touché une fois. J'entrai dans une grange en espérant trouver une cachette et le prendre par surprise. Cependant, il n'y avait absolument rien. *Cesse de faire le gamin et accepte ma force! Dépêche orc-sans-cervelle! - Il n'en est pas question! Tu sais très bien ce qu'un combat entre orcs représente pour moi. -Oui oui oui quand t'étais jeune, ils t'ont maltraité et patati et patata... OSEF*

Ses narines dégageaient de la fumée et une quantité phénoménale de bave s'échappait des commissures des lèvres. Je me mis en garde et attendis. Lui se précipita vers moi hurlant un cri de guerre des hordes nordiques. Je courus alors vers lui, silencieux et concentré au possible. Lorsque le guerrier abattit sa hache, je glissais rapidement sous lui, passant entre ses jambes, puis me relevais dans son dos. Je voulus lui planter ma lame en travers le corps par le dos, quand je vis le rond métallique de son arme et me baissais avant de bondir en arrière. L'orc détruisit la grande porte dans son élan, l'envoyant au loin dans un éclatement de bois. *Malgré la maniabilité presque nulle de cette arme de brute épaisse, et j'en ai connu des brutes épaisses, ce monstre sanguinaire à l'air très à l'aise. -Et donc? -En trois mots: t'es foutu.* Il n'était pas question que je lui demande de l'aide. Melchior cherchait à me démoraliser, mais à tête cramée, tête cramée et demi. L'orc abattit de nouveau son arme avant que je n'ai eus le temps de m'en rendre compte. Elle tombait et je ne voyais que le corps luisant de mon ennemi, transpirant par tous les pores. Je levai machinalement mon épée et bloquai la massue avec la pointe. Je crois avoir tenu trois secondes avant de tomber sur le dos. J'ouvris les yeux que j'avais fermé au moment de la chute et vis l’inconcevable: Melchior avait le manche planté dans le sol alors que la point de la lame soutenait la masse d'arme. Cette épée était décidément magique. *Enfoiré! tu sais pas t'servir correctement d'une épée ou quoi? On doit revenir aux bases!!?? -Merci de m'avoir sauvé mon frère! -C'est ça, va chier!*

Prenant appuie sur les paumes de mes mains, je me propulsais en arrière, bondis sur mes jambes, sautai sur la masse d'arme sur lequel je posai un pied, puis m'élevai vers la tête de mon adversaire qui semblait en plein émoi. Sortant ma dague de son fourreau, je le plantai en plein milieu de son crâne énorme, m'y accrochant comme une branche. L'orc lâcha le manche de son arme et se balança dans tous les côtés, hurlant à la mort jusqu'à la trouver. Mes mains fatiguèrent avant lui, se qui m'envoya dans la grange, par une ouverture que je fis avec mon propre corps. Je me relevai tant bien que mal en espérant retrouver mes membres à leur place une fois reposé.
Les étoiles étaient déjà bien hautes quand je me dirigeais vers le port, les sacs dans les bras. J'avais des douleur partout dans le corps, et surtout au niveau de l'estomac. Mais le travail était le travail, rien ne pourrait me faire dérober à la règle des mercenaire: tout a un prix, surtout moi. *Aucun rapport. -Bien sûr qu'il y en a un! Mais tu le vois pas.* J'apprêtais "mon" bateau en espérant partir le plus vite possible. Fort heureusement, Larynda arriva rapidement, puis ce fut le tour de mon vieil homme. Les retrouvailles semblèrent plus tendues que je ne m'attendais. C'était sûrement dû aux évènements de la journée. Pourtant, cette elfe semblait triste, très triste. Bien qu'elle soit accompagnée, elle me paraissait bien seule. Mon coeur s’attendrit immédiatement car elle me rappelait mon moi d'avant.

"Je vous prie de m'excuser pour cet écart de conduite envers l'aubergiste. Je ne suis pas comme ça habituellement, il m'a seulement bien énervé. Oh ne me regardez pas comme ça, je sais bien que ce n'est pas une excuse, mais je n'ai rien d'autre à ajouter. J'espère simplement que tout ira bien entre nous dans ce voyage."

Je saisis franchement sa main et me hissais sur le voilier en lui souriant. J'étais certain qu'il y avait un être aimable et sincère sous cette couche d'impassibilité. Il fallait seulement le découvrir.

"Ne vous en fait pas, je vais faire tout ce que je peux pour vous le rendre agréable, hissons les voiles!"

Et alors que je me dirigeai vers l'amarre, je donnai une petite tape amicale sur l'épaule de vieil homme et lui chuchotai à l'oreille qu'il était fort malpoli de ne pas donner son nom à ceux qui proposaient leur service. Après un clin d'oeil vers l'elfe, je m'en allai prendre la barre pour partir à l'aventure. *Et quelle aventure! On dirait une bande de joyeux lurons, sans les lurons ni les joyeux. - Où tu veux en venir Melchior? -Rien de plus que ce que j'ai dit... Au fait, je t'ai déjà dit que t'étais une tête de con? - Oui, tu l'as dit - Tu me rassures alors, je ne veux avoir aucun regret si je devais quitter ce monde.*








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyVen 17 Aoû 2012 - 0:47

Larynda s'était excusée auprès du jeune homme et ce dernier semblait enclin à passer l'éponge. En fin de compte, tout allait pour le mieux. Alban lui avait demandé son nom. C'était vrai que Forrester avait oublié de le lui donner mais il fallait reconnaître qu'il n'en avait pas vraiment eu le temps maintenant, son compagnon lui offrait une bonne opportunité.

- Je m'appelle Fearghas, Fearghas Forrester mais vous pouvez très bien m’appeler Professeur, c'est un peu mon surnom même si ce n'est pas forcément celui que je préfère.

Dans tout ceci, l'Elfe s'était assise à coté du professeur. Peut-être n'aimait-elle pas leur nouveau accompagnateur ? En même temps, si c'était le cas, elle ne se serait même pas excusée et l'aurait encore moins aidé à monter à bord. Peut-être était-ce de la timidité alors ? Non, quand même pas. Et puis qu'importe après tout ? C'était à croire que Fearghas voulait trop réfléchir mais, tout excès est mauvais même s'il s'agit réflexion. Finalement, la meilleure chose à faire pour le moment était encore de se reposer. Alban manoeuvrait l'embarcation correctement et ils s'éloignèrent bien vite du village et de ses ennuis.

Il s'écoula seulement une petite demie-heure avant que le silence ne devienne omniprésent. Il faisait nuit et froid, mais quel jouissance de ne plus rien entendre enfin, de ne presque plus rien entendre puisque les vagues se heurtant et se brisant sur la coque du voilier produisaient une étrange mélodie. Quelque part, ce n'était pas incommodant mais, le silence n'était pas total. Par contre, le manque de lumière obscurcissait le paysage et si ce n'était la lampe à huile qu'avait allumé Alban pour éclairer le navire, il ne pourrait même plus voir sa propre main. C'était ennuyeux car la mer était quand même belle à voir mais, dans le fond, ce n'était pas une perte puisqu'il lui suffisait de lever le regard vers le ciel pour se délecter d'un spectacle d'une toute autre magnificence.

Il y avait du vent aussi. Ce dernier gonflait les voiles et permettait à l'embarcation d'avancer à une allure correcte mais, il frigorifiait aussi les quelques personnes à bord et à commencer par Fearghas qui, malgré ses vêtements chauds, tremblait et claquait des dents. Il avait replié ses genoux et il frottait ses mains et ses bras pour se réchauffer mais, rien n'y fait, il était en train de geler sur place. Il n'osait même pas imaginer ce qu'il aurait à endurer une fois dans le glacier. Vivement que le jour se lève, au moins, la température augmenterait.

- Vous allez bien ?
- Oui oui, ne t'inquiètes pas Lola. J'ai juste un peu froid.
- Un peu ? Carrément vous voulez dire !
- ... Ça se voit tant que ça ?
- Je ne sais pas ce qu'il vous faut de plus.
- Ça me passera.
- À votre âge ? Vous rigolez !
- Quoi ? Qu'est-ce qu'il a mon âge ? Tu ne vas pas t'y mettre toi aussi !
- Vous savez très bien ce que je veux dire.
- ... Je savais pertinemment que le voyage n'allait pas être facile et que forcément, j'aurais à affronter ce genres de conditions alors pourquoi me le reprocher ?
- Parce que n'est pas raisonnable !
- La fin justifie les moyens Lola.
- Encore faudrait-il parvenir à cette fin. Il n'est pas trop tard pour faire marche arrière vous savez.
- Je ne changerai pas d'avis.


Elle marqua un silence, observant la vieux magicien avec un oeil accusateur mais, elle le savait pertinemment, rien ni personne ne le ferait rebrousser chemin. De ce fait, elle était quelque peu obligée de marcher dans son sens, après tout, elle tenait beaucoup à lui.

- ... Dans ce cas, laissez-moi vous aider un peu.
- M'aider ?


Lola ne lui répondit pas. Elle alla se loger dans le creux de ses deux mains, qu'il avait auparavant croisé et posé sur ses genoux.

- Qu'est-ce que tu fais ?
- Laissez-moi me concentrer !


Fearghas la regrdait d'un oeil interrogateur. Il savait Lola dotée de pouvoirs magiques mais il était vrai qu'elle n'en faisait que très rarement usage et que de ce fait, il ne savait presque rien à ce sujet. Une fois bien installée, le corps luisant de cette fée se mit à rayonner timidement. Une sorte de lumière jaune s'échappait d'elle mais elle était encore très faible. Il s'écoula peut-être une minute ou deux et, d'un seul coup, ce rayonnement s'intensifia brutalement. Il devint si fort qu'il aurait facilement put éclairer la totalité du voilier et même ses alentours mais, cachée dans ses mains, seul le visage de Fearghas éblouit par cette lumière pouvait témoigner de sa puissance.

Forrester était surpris mais il ne voyait toujours pas en quoi cela pourrait l'aider, il n'avait pas besoin de lumière mais de chaleur ! Sa réponse lui vint assez rapidement lorsque le rayonnement retomba après une quinzaine de secondes. À la place, le corps de la fée semblait s'être embrasé. Il y avait comme une flamme qui parcourait tout son être et qui s'agitait, produisant alors lumière et chaleur ! Fearghas la rapprocha de lui de manière à profiter davantage de cette nouvelle source. Il ne s'agissait surement pas de feu puisque ses gants ne s'enflammaient pas, mais cela y ressemblait fortement tant par son aspect que par son effet. Petit à petit, le vieil homme s'arrêta de trembler et ses dents cessèrent de s'entrechoquer. Il sentait son corps se réchauffer lentement et intégralement mais, il ne savait pas sa fée capable de telles prouesses.

- Ahhh ... Merci Lola !
- Mais de rien.
- J'espère que cela ne te nuis pas ?
- Non rassurez-vous.
- Mais je ne savais pas que tu disposais d'un tel don !
- Ce n'est pas un don.
- Qu'est-ce donc alors ?
- Une de mes nombreuses formes.
- Formes ? Depuis quand tu as plusieurs formes ?
- Depuis toujours ! Seulement, vous ne connaissez que mon aspect liquide parce c'est celui que je préfère.
- Ah ... Et pour les autres formes ?
- Vous les énumérer serait beaucoup trop long mais disons qu'elle peuvent parfois me rendre de fiers services, comme maintenant.
- Quel cadeau inestimable m'a-t-il était fais de te rencontrer Lola !
- C'est réciproque.


Par là suite, Forrester s'endormis lentement, bercé par cette douce chaleur. Il eut une pensée pour ses deux compagnons mais, ils étaient jeunes et forts, ce n'était pas quelques écarts de températures qui allaient leur causer du tord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyVen 17 Aoû 2012 - 15:16

Un nom, il fallait qu'elle trouve un nom pour ce petit animal qui continuait de la suivre sans qu'elle sache pourquoi. Mais quel genre de nom donne-t-on à un écureuil ? L'elfe souriait bêtement à la simple allusion de nommer son compagnon de fortune. Quel intérêt avait-elle à faire ça, aucun, à part celui de se donner de la peine, même si elle l'aimait bien, il finirait bien par mourir. Le petit animal, accroché à sa tête, jouait avec ses cheveux, les mêlant et les démêlant, au moins lui s'amusait pendant que l'elfe réfléchissait à d'inutiles détails.

**

N'est-ce pas une agréable sensation que de naviguait dans une si jolie étendue d'eau, enfin, c'était presque impossible de la voir maintenant. La nuit était présente depuis des heures et leur seule source de lumière était une petite lampe à huile, qui ne tiendrait pas longtemps. Levant les yeux au ciel, Larynda aperçut de pâles étoiles et un minuscule croissant de lune, elle soupira, ce n'est pas ça qui les aiderait dans ces ténèbres. Elle avait bien observé la mer avant de se retrouver sur un voilier pour se diriger vers un glacier, maudit selon les dires du professeur. Ses yeux ne lui rien avait rien montré de pareil depuis le ponton du port, si on pouvait appeler cela un port... C'était plus des bouts de bois collés l'un à l'autre et un homme un peu sage est arrivé et a dû dire que ça pouvait servir de port. Dans tous les cas, il devait être loin de leur destination, après un bref regard vers le professeur qui tremblait de tout son corps, elle se dirigea vers l'homme qui les aidait. Ce n'était surement pas par charité, s'aventurer dans une étendue d'eau glacée, ce n'était pas un plaisir de simples voyageurs. Elle n'en serait pas forcément plus, mais au moins elle briserait ce lourd silence, si seulement elle pouvait retrouver le même silence qui l'avait accompagnée pendant vingt-quatre années de sa vie. Les seuls bruits que l'elfe pouvait entendre était ceux des vagues heurtant la coque du bateau, parfois quelques gouttes arrivaient à passer par-dessus et à atterrir sur le bois du bateau. Gardant tant bien que mal son équilibre, elle posa ses yeux sur l'étrange homme qui les aidait, il semblait bien trop occupé pour être dérangé.

Se ravisant de lui parler, elle s'assit et commença à jouer avec la corde de son arc, un horrible sentiment l'envahissait, comme si en dessous de cette étendue d'eau régnait une chose qui pouvait surgir à tout moment. C'était l'inconvénient de ne rien voir, on pouvait imaginer toutes sortes de choses. Un froid mordant venait s'ajouter à cette sensation de danger, était-ce si difficile de simplement profiter d'un voyage sans se préoccuper du reste ? Non, ce n'était pas une croisière ou un voyage ayant pour seul but de passer le temps, on l'avait prévenu que ce ne serait pas une partie de plaisir. Une puissante bourrasque fit voler ses cheveux et manqua presque de lui arracher son arc des mains, elle aurait été le chercher dans l'eau s'il le fallait, mais ce n'était pas recommandé surtout que son sentiment ne la quittait pas, plus elle regardait au loin, plus il devenait fort, occupant presque toutes ses pensées.

Ils approchaient du glacier, une gigantesque ombre se dessinait devant eux, on ne pouvait pas voir grand-chose, mais à cet endroit l'obscurité était nettement plus sombre, il y avait quelque chose et ça ne pouvait pas être autre chose que leur objectif. Larynda tourna les yeux vers l'homme qui se contenta d'un bref sourire pour lui confirmer que c'était bien ce pourquoi ils étaient venus. Le professeur semblait inquiet, peut-être était il accaparait par le même sentiment qu'elle, il ne tremblait plus de froid, il s'était au moins habitué à ce climat difficile. Alors qu'elle allait lui demander ce qui le travaillait, leur embarcation heurta quelque chose dans l'eau. L'elfe faillit tomber dans l'eau quand la main d'Alban la retint, il avait anticipé ce genre de choses, ils échangèrent un bref sourire avant qu'il prenne la parole.


"Elle est déjà ici..."

De quoi parlait-il ? Était-ce cette chose qui lui donnait un étrange sentiment, la peur pouvait commencé à se lire dans les yeux de l'archère. Lui souriait tristement, comme si une fatalité venait de lui tomber dessus et pour cause un monstre sortit de l'eau. Il laissa tomber de multiples gouttes d'eau sur le bateau et sur les trois personnes à bord, l'eau était extrêmement froide, mais ils n'avaient pas le temps de faire attention. Ce qu'ils avaient en face d'eux était une chose des plus horrible, on ne voyait que la moitié de la bête. Trois longs cou auxquels s'accrochaient une tête de serpent, une hydre aquatique. On fait quoi contre ce genre de créature, on la regarde sous le charme d'une chose aussi impressionnante. Elle secoua la tête comme pour se réveiller et commença à exécuter une continuité de mouvement, mais c'est le bras tremblants qu'elle tira sa première flèche. L'eau froide imbibait maintenant ses vêtements, cumulé à la température et à ce qu'il se passait sous ses yeux, c'était impossible de profiter pleinement de sa force. D'autant que le bateau chavirait de plus en plus, sous l'eau, le corps de l'hydre semblait vouloir les renverser et il y arriverait surement, ils avaient très peu de temps pour se débarrasser d'un ennemi comme ça.

*On commence donc par ça ?*

Sur ces pensées, elle tira une deuxième flèche en direction de la tête de droite, elle se heurta à la peau de l'hydre avant de tomber à l'eau dans un bruit caché par les rugissements du monstre. L'utilisation de la magie était donc obligatoire pour espérer la toucher.
Revenir en haut Aller en bas

Alban Chaos



________________

Alban Chaos
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptySam 18 Aoû 2012 - 19:02

Larynda avait peur, le professeur me semblait calme, et Melchior s'agita dans son fourreau pour la première fois de ma vie. Je le dégainais donc sans lâcher la barre de ma main gauche libre. *T'as peur mon p'tit cure-dent?- Oh non! Bien au contraire, j'aime quand ça se corse*

"Professeur! Nous devons avoir confiance l'un dans l'autre! C'est impératif! Alors je vous confie la barre pour que j'aille m'occuper du monstre! A vous!"


Je m’époumonais à un tel point que je crue voir le monstre tendre l'oreille pour m'écouter. Ce genre de créature n'a pas d'oreille, mais l'excitation libère l'imagination et encourage la déraison. Cependant, il n'en était rien, la tête du milieu piqua vers eux. *Melchior, donne moi ta force! - Allélouiah mon frère!* Je jetais un dernier regard vers Larynda, l'elfe archère, puis bondis vers la tête, la pointe de la lame en avant. L'hydre m'évita facilement, me laissant tomber à l'eau dans un grand splash. *Ridicule - Ta gueule* Et je m'enfonçais dans les eaux profondes, transit par l'incompréhension. Puis, reprenant de l'aplomb parce que la mort était proche, me sussurant gentiment de venir dans son monde, mes jambes battirent l'eau de toute la force que Melchior leur avait donnée plus tôt, remontant comme une flèche elfique. Ma vitesse de nage fut telle que mon corps s'éleva dans les airs en atteignant la surface. Et passant par là, par un fabuleux hasard, le cou relié à la tête de droite de l'hydre m'emporta dans son balayage. Mes doigts s'y accrochèrent de bon gré.

C'était des écailles, comme ceux des dragons des légendes. Pourtant, elles n'étaient pas aussi invulnérables que celles de ces grands reptiles. En effet, au lieu de recouvrir platement la peau nue du monstre tout le long de son corps, elles étaient comme plantées à la surface par une des deux largeurs, aplatit sur trente centimètres de surface en longueur, puis relevé au bout comme un col. En fait, on aurait dit que l'hydre avait la peau pellée et que les écailles étaient les peaux mortes qui ne voulurent pas quitter la chaire. Il y avait des endroits où on pouvait faufiler ses mains et la toucher. Je décidai donc d'y enfoncer mon épée à la première occasion.
Mais voilà, les combats faisaient rage autour de moi et le gigantesque adversaire ne cessait de bouger dans tous les sens, avec toute la violence des tempêtes les plus dévastateurs. *Je peux te dire un truc Orc-sans-cervelle? Juste entre nous. - J'ai l'impression que tu vas me faire un compliment, alors vaut mieux pas. - Ok, mais ne dit pas que je ne t'avais pas prévenu... -pfff vas-y, dis toujours. -Ta prose poétique me dégoute.*

J'évitais une flèche perdue dans un mouvement de tête éclair, puis essayai de m'accrocher au mieux pour porter mon coup. Je lâchai donc mes jambes qui se balancèrent dans les airs, mais un mouvement brusque détachèrent les doigts appartenant à ma main gauche de leur prise. *Si tu tombes encore une fois dans l'eau mon ami, je ne serai pas capable de te remonter. Cette eau est frigorifiant, c'est moi qui te le dit, remercie moi de l'avoir déjà fait une fois.* Ravi et rassuré -ironie- de pouvoir compter sur son soutient, je reprends ma prise puis tirai Melchior que j'avais rangé dans son fourreau quand j'étais tombé à l'eau. Il était temps d'en finir. *Amen* et j'enfonçais la lame dans un interstice entre deux écailles bien trouvées dans la zone du milieu de cou, laissant la force de Melchior se déverser dans la plaie comme un poison mortel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptySam 25 Aoû 2012 - 15:11

Le professeur dormait paisiblement. Il dormait même si bien qu'il n'avait rien vu ni rien entendu de suspect lorsque ses deux compagnons, eux, eurent les intestins noués. En fait, il ne se réveilla que lorsque une masse d'eau glacée projetée par l'emersion de l'hydre vint s'écraser sur lui, rompant brutalement son sommeil en plus de geler son être. Réveillé en sursaut, son regard se balançait à droite et à gauche et il ne comprit pas tout de suite ce qu'il se passait. Il voyait que le visage de Larynda était devenu plus blanc que nature, il voyait aussi qu'Alban semblait avoir peur mais, peut-être pas autant que l'Elfe et enfin, il vit l'hydre et ses nombreuses têtes. À en juger par ses cris et son agitation, elle n'était pas très contente ...

Mais voilà que son nouvel accompagnateur lui demanda de prendre la barre aussi soudainement que cela. Fearghas ne savait pas comment manoeuvrer un bateau mais, tenir une barre ne devait pas être très compliqué. Sans discuter, il accepta donc et se rua aussi vite qu'il le put vers cette dernière alors qu'Alban sortit son épée et sauta vers le monstre ... Avant de faire un spectaculaire plongeon dans l'eau. Mais, visiblement, notre homme avait de la réserve puisqu'il se sortit bien vite de là et parvint même à s'accrocher à l'un des cous de la bête.

L'Elfe, quant à elle, essayait de percer cet animal peu commode de quelques flèches bien placées mais pourtant inefficaces. D'ailleurs, elle manqua de peu Alban, un manque de précision passager surement mais, probablement dû à sa peur. Honnêtement, pourquoi avoir peur ? Ce n'était pas le cas de Forrester. La peur était une réaction immunitaire du corps humain qui servait principalement à le prévenir d'un dangers et donc, à le préparer à l'affronter mais, si la peur n'était pas contrôlée, elle pouvait rapidement se retourner contre nous !

Le vieux magicien tenait donc la barre aussi fermement qu'il le pouvait mais, le monstre des mers n'avait de cesse de percuter et de remuer l'embarcation et tenir le cap devenait une tâche assez difficile. Cette bête était d'ailleurs assez fascinante aux yeux de Fearghas parce qu'il n'en avait jamais vu de telle. Mais, au delà de l'inconnu, il y avait un problème de taille. Qu'est-ce que cet animal faisait ici et pourquoi s'en prenait-il à eux ? Si l'on croyait le mythe du gardien, il se pourrait que cette créature le soit et que la légende soit vraie mais, ils étaient quand même assez loin du glacier. Ou alors, il était aussi possible qu'il s'agisse d'un concours de circonstances vu que cette mer était aussi connue pour les étranges créatures qui y vivaient.

Mais, bien qu'elle était fascinante, elle représentait un danger trop grand pour être contourné. Il fallait faire vite et aussi, Forrester se saisit de sa baguette. Seulement, il n'eut même pas le temps de la pointer vers l'hydre que cette dernière frappa brusquement l'embarcation et fit virer la barre à gauche avec une grande force. La barre heurta violemment le bras du vieil homme, qui l'avait alors lâché, et ce dernier, sous la douleur, lâcha son vieux bout de bois qu'il alla faire trempette non loin de là. Le magicien laissa échapper un gémissement et, voyant la forme peu conventionnelle de son bras, il comprit que l'os était tout simplement cassé, voilà donc pour cela faisait si mal.

Pas le temps de se plaindre, la situation semblait s'aggraver de minutes en minutes ! Le professeur observa rapidement la surface de l'eau et il put distinguer sa baguette. Elle flottait non loin de la coque et aussi tendit-il son autre bras pour l'attraper. Mais l'hydre ne l'entendait pas de cette oreille et ce fut d'une nouvelle secousse qu'il fut éjecté dans l'eau, à son tour. Pour lui, le choque était encore plus violent que le coup de barre puisque l'eau était très froide et qu'il avait plongé dedans assez brutalement. De plus, sa carcasse décrépie ne lui permettrait pas longtemps de relever ce genre de défis et aussi, lui faudrait-il remonter dans le bateau aussi vite qu'il le pouvait.

Cela dit, têtu comme il l'était, il n'envisageait pas cette solution. N'ayant pas cédé à l’inconscience, il plongea encore plus pour récupérer sa baguette qui semblait vouloir faire la course avec lui. Il finit par s'en saisir, au bout d'un long et pénible effort, mais, au lieu de remonter à la surface, il se retourna sur lui-même et il aperçu le ventre de la créature de toute sa taille. Elle était gigantesque mais totalement inoffensive sous cet angle, c'était une occasion à ne pas manquer ! Seulement, la magie de la lumière, de part sa nature, ne permettait pas de faire du mal ne serait-ce qu'à une mouche. Tuer quelqu'un ou quelque chose en employant cet élément était quelque chose de fortement déconseillé pour la simple et bonne raison qu'user de la lumière pour un but malsain agissait un peu comme une drogue maline à laquelle les faibles d'esprits, c'est à dire l'écrasante majorité des Hommes, cédaient facilement. Et s'ils cédaient, alors la vie devenait mort et la lumière devenait ténèbres pour eux.

Maintenant, Forrester n'avait que très rarement usé de ce côté destructeur et il y avait échappé de peu. Certes, aujourd'hui, il était bien plus sage qu'avant mais, cela n'était pas une garantie suffisante. Le manque d'air commençait à se faire ressentir et aussi se décida-t-il à utiliser un autre sortilège, bien moins malfaisant mais tout aussi efficace, le sommeil. Il pointa donc sa baguette vers le ventre de la créature et incanta sous l'eau. Ce sort, comme la majorité des sorts qu'il connaissait, était extrait des " mémoires " de son défunt maître. Un livre qu'avait écris ce dernier et dans lequel se trouvaient rédigées, sous la forme d'une interrogation sur le sens de l'univers, les différentes formules et incantions qu'il avait mis au point. Le seul problème étant que ce livre n'était pas rédigé en langage humain ...

In nostra sin somna,
In noslos sin quiost,
Vorus vel sperus,
Adamor nosdolor.

Pas de lumière grandiose ni d'effets spéciaux hallucinants, juste un court rayonnement, à peine plus grand qu'une étincelle. Il s'agissait d'un sortilège très passif et de ce fait, il devait être le plus discret possible. Mais, le résultat était quand même là. Alors que Fearghas remontait à la surface, le monstre commençait à se ramollir. Dans un premier temps, ses gestes se firent plus maladroits et plus mous, puis, il s'immobilisa un moment et enfin, il se relâcha de tout son être. Par chance, les têtes du monstre ne heurtèrent pas l'embarcation mais, elles frappèrent l'eau si fort qu'elles manquèrent de la faire chavirer. Enfin, le principal était qu'il n'y avait aucun mort à déplorer. L'Elfe, complètement trempée par l'eau expulsée lors du choque entre les têtes de l'hydre et la surface, aida le vieux mage à se hisser par dessus. Il était tellement frigorifié qu'il n'arrivait même plus à articuler. Il la remercia d'un geste de main assez maladroit. Il rangea sa baguette dans sa poche intérieure puis, alla se blottir dans un coin en espérant se réchauffer naturellement.

Elle aida aussi Alban à remonter. Ce dernier était accroché à une des têtes et apparemment, son accroche fut assez solide pour éviter qu'il ne s'envole lors du relâchement de l'hydre. D'ailleurs, cette dernière se mit à couler lentement. Par la suite, le calme revint peu à peu et alors que les esprits s'apaisaient, Fearghas s'inquiétait de son bras cassé. Avec ça, il n'allait pas pouvoir aller bien loin mais, il n'avait pas non plus envie de se servir de la magie pour se guérir, en faire usage quand cela semblait apparent n'était pas une excellente chose contrairement à ce que l'on pouvait croire.

Attrapant et ouvrant son sac, il en ressortit des bandages et deux fioles. Lola, qui était restée sur l'embarcation, l'aida à se soigner. Tout d'abord, il lui fallait remettre l'os dans la bonne position. En général, lorsque celle-ci était atteinte, on pouvait clairement ressentir la cassure. Chose faite, la fée passa les bandages tout autour de son bras sans trop les serrer. Il ouvrit ensuite la première fiole qui contenait une sorte de liquide visqueux et blanchâtre et il déversa son contenu sur le textile. Il l'essuya ensuite de manière à le répartir sur tout le bandage. Il attendit une dizaine de minutes durant lesquelles il ne bougea pas d'un poil, bien que la sueur dégoulinant de son front laissait comprendre que la douleur était tout simplement insoutenable. Après ce court instant, le liquide s'était rigidifié et désormais, les bandelettes étaient aussi dures d'un plâtre. Il prit ensuite la deuxième fiole et en avala le contenu. C'était amer mais cela accélérerait la guérison de son os. Heureusement qu'il avait la présence d'esprit de penser à ce genre de blessure lors de son départ et donc, de prévoir le remède. Soigné, il se reposa et prit ensuite la parole.

- Nous devrions nous dépêcher de partir d'ici. L'Hydre n'est qu'endormie et elle finira par se réveiller. Elle ne sera pas contente du tout alors mieux vaudrait-il pour nous d'être déjà loin.

Il ferma ensuite les yeux et marqua un court silence.

- Belle performance Messire Alban.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptySam 25 Aoû 2012 - 19:25

*Peut-être serait-il temps de rentrer.*

De petits bruits se firent entendre, l'écureuil était en train de manger et ses moustaches lui chatouillèrent le visage. Il se fichait de savoir si elle allait retourner chez elle ou non, il avait trouvé quelqu'un avec qui il n'avait plus peur. Enfin il s'enfuirait surement dès qu'il verrait la famille de l'elfe. Elle sourit à cette allusion, tant pis, ce n'était qu'un compagnon de passage. Elle espérait qu'il reste, c'était un animal peut-être peureux, mais très discret et parfois un peu joueur, un peu comme elle. Se retournant, elle commença à marcher dans le sens inverse. Même si cela faisait un moment qu'ils marchaient, cette solution pour retrouver son chemin était encore la plus simple.

**

Tremblante, de peur et de froid, Larynda vit l'hydre se calmer et ne plus bouger. Aussi immobile qu'une statue, à part quelques lentes respirations, cette créature avait quelque chose d'intriguant. Elle était immobile, mais elle semblait toujours capable de tout détruire d'un seul geste. Pendant plusieurs minutes, l'archère était comme hypnotisé par cette chose qui descendait lentement dans la mer. Les bruits du professeur en train de nager péniblement et en même temps de hurler son nom la sortit de sa stupeur. Se penchant, elle attrapa le bras du professeur et le remonta tant bien que mal. C'était plus difficile pour Alban, qui bien qu'accrocher à l'hydre, avait tout simplement coulé avec. Abandonnant toute chose qui pouvait l'alourdir, elle plongea dans l'eau glacée à la recherche de leur compagnon. Elle respira un grand coup avant de complètement se retrouver dans l'eau, le corps de l'homme était là, il essayait tant bien que mal de remonter à la surface, mais ce qu'il venait de se produire semblait l'avoir épuisé. Nageant dans sa direction, elle le vit tendre son épée vers elle, ça la couperait surement, mais ce n'était pas le moment de penser à sa petite personne. Attrapant l'épée par la lame, elle la tira vers elle. Il restait peu d'air dans ses poumons, il fallait faire vite. Lâchant la lame, une traînait de sang s'échappa dans l'eau, elle agrippa le bras d'Alban et commença à nager vers la surface. Enfin, elle sortit la tête de l'eau et pris une grande bouffée d'air, le bateau était à quelques mètres de leur position. Lançant un bref regard à la personne qu'elle venait de sortir de l'eau, il lui fit un bref signe voulant dire qu'il pouvait encore nager. Dans un dernier effort, elle nagea vers le bateau et monta dedans, elle se retourna et aida Alban qui l'avait suivi de près. Après quelques secondes à retrouver une respiration normale, elle regarda sa main, sur laquelle une grande entaille s'était dessinée. Fixant le jeune homme, un large sourire se dessina sur son visage.

"Voilà qui excuse ma maladresse de tout à l'heure non ?"

C'était stupide de faire de l'ironie devant une personne qu'elle ne connaissait pas, l'archère espérait un peu faire oublier qu'ils étaient tous les trois passer très près de la mort. Tous les trois... Elle se retourna vers le professeur, il semblait bien se porter, malgré qu'il tremblait comme une feuille et qu'il y avait sur son bras quelque chose qui ressemblait à un bandage. Alors qu'elle partait récupérer son arc pour l'avoir à portée de main, elle entendit la voix du professeur, il disait de ne pas rester ici parce que l'hydre était seulement endormie. Larynda aurait peut-être une deuxième chance de prouver qu'elle n'était pas inutile dans un combat comme ça, si le monstre revenait et ce n'était pas très enviable surtout dans leur état de fatigue. Sa main la faisait souffrir en plus de l'entaille, le sel de la mer s'était incrusté dans la plaie et pour couronner le tout, elle saignait abondamment, des gouttes de sang tombaient sur ses jambes. L'elfe commença à chercher un bout de tissu des yeux, si elle n'était pas une guérisseuse, au moins elle savait que ça l'aiderait un peu, mais elle ne trouva rien. Fermant la main, elle espérait que ça l'aiderait un peu, sans résultat.

Les heures passèrent et la douleur se fit de moins en moins vive, les traits de son visage de détendirent un peu, signe qu'elle commençait à aller mieux. Un pâle soleil commençait même à se montrer dans le ciel, la lumière qu'il dégageait était extrêmement faible, mais c'était bien mieux que pendant la nuit. L'hydre n'était pas réapparu, tant mieux, il n'y avait plus qu'à espérer qu'ils ne la reverraient jamais. Quoi qu'il en soit, le glacier se tenait là, droit devant, les toisant de toute sa hauteur. Ils étaient encore à quelques heures de cet énorme bloc de glace et sa taille était déjà immense. C'est à ce moment que Larynda pensa qu'elle ne savait rien de ce qu'ils allaient faire là-bas, c'était quand même important. Elle risquait sa vie tout de même. Oh bien entendu, elle serait dédommagée pour ça, mais savoir ce qui pourrait lui arriver une fois sur la glace n'était pas superflue. Lançant un bref regard vers Alban, elle brisa un long silence.


"Dites-moi, vous savez pourquoi on est là messire ?"

Messire, elle avait simplement répété les paroles que le professeur lui avait adressées pendant la nuit. Il haussa les épaules l'air de rien, comme si il s'en fichait de ce qui pouvait lui arriver. C'était pas son cas, se retournant vers le professeur, elle demanda pour la première fois ce qu'ils les attendaient sur ce soit-disant "maudit" glacier et surtout ce qu'ils y feraient.

"Professeur, nous arrivons dans quelques heures, peut-être serait-il bon d'enfin nous dire ce que nous allons découvrir là-bas."

Elle avait l'air d'une gamine posant trop de questions, mais elle s'en fichait, être dans l'ignorance était insupportable. Voyant qu'il était toujours dans ses pensées, Larynda insista un peu.

"Nous avons déjà failli mourir cette nuit. Ne pensez-vous pas qu'il est temps de tout nous dire ? Nous voyageons depuis suffisamment longtemps ensemble non ?"
Revenir en haut Aller en bas

Alban Chaos



________________

Alban Chaos
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyLun 27 Aoû 2012 - 20:08

Larynda avait raison, même-si je me fichais royalement de notre mission. En fait, tant que j'avais l’assurance d'être bien payé, payé pour la qualité de mes services, tout allait bien. Je n'avais alors plus de limite de temps ni de lieu. Je suivrai le professeur jusqu'aux confins des enfers, je détruirai des dieux pour tenir ma parole ou mourir. J'avais grandi avec cette philosophie des mercenaires du nord. Lorsque j'avais quitté les orcs nomades, misérable et seul afin de vivre en paix, je tombai sur une équipe de mercenaires des plus impressionnantes. Ils venaient tous d'une même tribu nomade au nom imprononçable. Leur chevelure était une fierté chez eux, c'était tout ce que je savais. Ils m'ont inculqué des valeurs peu conventionnelles et certainement, la plus importante de toutes est de toujours se donner corps et âme à sa mission. Il n'y a jamais de petite ni de grande mission, le prix seul compte.

Cependant, ce n'était pas l'état d'esprit de l'elfe, les elfes avaient toujours été différent des autres de toute façon. Bien qu'elle semblait au service du vieil homme, je doutais qu'elle fut prête à donner sa vie pour n'importe quoi, même pour l'or que je vénère. Je croyais qu'elle appréciait la compagnie du professeur et avait décidé de le suivre. Elle n'était pas obligé de vivre aveuglement à ses côtés. Bien qu'une retenue soit visible entre eux, on pouvait sentir une affection certaine qui se muait en amitié. Et des amis ont besoin de se rassurer tout au long de leur chemin, c'était l'une des raisons qui faisait que je ne voulait jamais m'attacher. *Et ta jolie suceuse de sang alors? - ça compte pas, elle m'est utile... - Mais oui mais oui, je te signale que je suis dans ta tête et que donc, tu ne peux rien me cacher!*

Je me détachais de la conversation pour me concentrer sur la route. Il y avait de quoi, ces mers étaient assez dangereuses pour être inexplorées, alors autant tenir la barre avec intelligence. *Chut! - Quoi "chut"? - Je sais très bien ce que t'allais dire. - Mais je n’allais rien dire, pourquoi autant de suspicion pour ce qui n'est jamais arrivé? - Tss tiens- toi tranquille et c'est tout* Je heurtais un très petit iceberg qui me réveilla d'un coup. Il ressemblait à un rocher au-dessus des eaux, le même genre de rocher que celui que j'avais percuté quelques jours plus tôt avant de perdre connaissance. Malheureusement, il y en avait pas mal le long du chemin. je voyais la rive au loin, mais il fallait passer quelques épreuves de plus.

Sans vouloir me vanter, je dirigeai notre voilier d'une main de maître. La coque ne fit qu'érafler les pics de glace sans jamais être percée ni heurtée. C'était exaltant de me trouver un talent autre que la chasse à l'homme. J'avais passé ma vie à chercher une activité où je serais au moins aussi doué pour terminer ma fin de vie, sans jamais être satisfait. On aurait dit que le monde se dérobait à moi à chaque fois que je cherchais à le saisir des doigts. *Tes gros doigts d'orc pourris jusqu'à la moelle - Ces doigts- là oui.* Et rien ne me faisait plus plaisir que de trouver chaussure à mon pied. *Poilu aussi avec des gros doigts d'orc pourris. - Je n'ai rien dit je te signale orc-sans-cervelle, mais content qu tu te rende enfin compte de ta laideur.* Ses pics ne me touchaient plus depuis un bon bout de siècle, mais cela ne l'empêchait pas de revenir sans cesse à la charge afin d'avoir une domination totale de ma personne. J'étais beaucoup trop serin pour lui.

Je priais le dieu des athées de ne pas oublier ma soudaine promesse quand je me rendis compte de ma distraction. Melchior et ma bêtise eurent le dessus sur ma concentration: nous allions droit sur un iceberg aussi grand qu'une maison. J'avais pris l'habitude d'en voir de taille assez modeste pour que mes yeux baissés puissent les voir arriver. Mais lorsque mon ciel s'assombrit, je compris ma méprise et décidai tant bien que mal de virer de bord avant de s'écraser. J'y mettais toutes mes forces mais... *Vous êtes foutus* réplique en deuxième place dans le top ten des répliques qui tuent by Melchior Darkness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyMar 28 Aoû 2012 - 0:00

Apparemment, l'Elfe s'inquiétait plus de savoir ce qu'ils allaient faire là-bas que du risque de voir resurgir le monstre qui les avait attaqué récemment. Elle était partie questionner Alban à propos de la raison de leur venue sur ce glacier mais, ce dernier ne semblait pas être en mesure de lui répondre. Où alors, ne voulait-il tout simplement pas lui répondre ? Après tout, ça ne serait pas étonnant s'il s'en moquait éperdument. Mais, Larynda était quand même tenace et puisque leur accompagnateur ne lui avait pas répondu, elle avait prit l'initiative d'aller questionner directement le vieux magicien, chose que Fearghas n'appréciait pas beaucoup. D'un autre coté, l'Elfe n'avait pas tord, cela faisait un bon bout de temps qu'ils voyageaient ensemble. D'ailleurs, elle n'avait pas montré le moindre signe de faiblesse, tant physique que morale, durant tout le trajet. En fin de compte, peut-être était-elle assez digne de confiance pour lui confier cette vérité ? Forrester y réfléchissait mais, il ne répondait pas, du moins, pas tout de suite.

Admettons qu'il lui révèle la vérité, encore faudrait-il qu'elle soit en mesure de la supporter. La plupart des gens considéraient l'élixir de longue vie comme une légende et, surtout vu son âge, Larynda pourrait le prendre pour un fou ou un vieil homme qui s'ennuierai. Pire même, elle pourrait renoncer à continuer le voyage ! Et Alban dans tout ça ? Certes, il n'y avait que l'argent qui semblait l’intéresser mais si par malheur il laissait traîner ses oreilles ou qu'il venait à apprendre son projet, peut-être adopterait-il une attitude radicalement différente. Question houleuse ... Il fallait faire attention à ne pas tomber dans la paranoïa non plus. Forrester observa Larynda, il lui fallait lui donner une réponse et vite mais, laquelle ?

- Je ... Je vous ai déjà dit ce que nous sommes venus faire ici.

Il marqua un silence durant lequel l'Elfe ne semblait pas vraiment ravis de sa réponse.

- Ecoutez Larynda, c'est compliqué. Ce n'est pas que je n'ai pas confiance en vous mais j'ai peur que vous ne compreniez pas totalement et que vous portiez, à ce moment, un jugement erroné ... Ce ... Bon, voyez-vous, je vous ai parlé du mythe de la dame des glaces et du fait que j'aimerai aller voir de quoi il en retourne. La réalité, ce n'est pas que je veux me renseigner sur le mythe mais que j'ai besoin d'informations, des informations qui me seront utiles pour la conception d'un élixir d'éternité. Dans les faits, cette " dame " pourrait potentiellement être ce que l'on appelle un " élémental " ou si vous préférer une sorte d'être constitué de fluide élémentaire qui seraient apparus au même moment que les quatre éléments et qui aurait pour tâche des les protéger. Alors, pourquoi ais-je besoin d'elle ... Parce que je ne sais pas où se trouvent les trois autres élémentaux et qu'elle doit forcément le savoir. Quant à l'élixir d'éternité, sa conception me permettrait de " sauvegarder " ma science, à défaut de pouvoir la transmettre, et ainsi d'éviter qu'elle ne se disperse à ma mort. Récupérer les fluides élémentaires ne font bien sûr partis que de la première étape mais, il est important de les obtenir au plus vite car vous comprenez, il ne me reste plus beaucoup de temps ...

Le professeur s'arrêta, il en avait déjà trop dit. Il regarda l'Elfe un instant de plus puis se détourna finalement. C'était maintenant à Larynda de prouver qui elle était maintenant. Le reste de la nuit se passa sans trop d'encombre et bientôt, ils atteignirent le glacier. Alban naviguait au travers des morceaux de glace d'une main experte, chose qui ravissait le vieux magicien. L'atmosphère était assez angoissante bien que le soleil commençait à se lever. Effectivement, le glacier avait une drôle de formation puisque beaucoup de stalagmites de glace aux alentours. Elles étaient tout simplement énormes et on pouvait aisément comprendre pourquoi les grands bateaux ne pouvaient pas approcher.

Mais, au delà des apparences froides et mortes, Fearghas pouvait ressentir une émanation d'origine magique et, à son grand étonnement, elle n'avait rien de malsaine. En fait, ce n'était pas un sentiment de peur ou de haine qui l'envahissait mais plus un sentiment de ... Tristesse. Quelque chose de douloureux et de regrettable mais pas quelque chose de dangereux, du moins, pas complètement. Forrester était absorbé par ce sentiment étrange et il n'avait pas remarqué la dérive d'Alban qui fonçait alors droit sur un iceberg. Heureusement, ce dernier était parvenu à se rattraper à temps et l'embarcation n'avait fait que frôler le géant de glace. Continuant de manoeuvrer au travers chemin peu praticable, leur accompagnateur les fit s'enfoncer dans le glacier et bientôt, ils atteignirent une galerie. Le voilier accosta doucement et, enfin, ils pouvaient débarquer.

Le professeur n'avait pas remarqué d'épaves dans les environs mais il y avait quand même quelques indices qui laissaient comprendre que beaucoup de marins s'étaient échoués par ici, notamment quelques morceaux de bois, seuls restes des coques éventrées. Forrester fut le premier à poser le pied au sol. La glace était dure mais, la prudence était mer de sûreté. Aussi, il ouvrit l'un de ses sacs et il en ressortit le matériel qu'il avait précédemment acheté. Il chaussa donc les crampons et s’équipa en harnet et en corde. Il demanda au reste de l'équipe de faire pareil. Il était important qu'ils soient tous les trois solidement reliés entre eux car en cas de chute dangereuse, il serait possible d'éviter le pire ...

Maintenant avec un bras cassé et soixante-quinze années derrière lui, Fearghas se demandait si son corps ne pourrait pas lui jouer un mauvais tour. Lola l'avait avertis et maintenant, il était trop tard pour revenir en arrière. Il arriverait ce qu'il arriverait. Le soleil n'était même pas encore levé et l'épaisseur de la glace obstruait complètement sa lumière du coup, l'endroit était plongé dans le presque noir. Le vieux magicien sortit sa baguette et en fit rayonner le bout, provoquant ainsi un halo lumineux qui éclaira les alentours. Pour la lumière, c'était donc réglé, mais pour le froid ... Une fois de plus, Forrester devrait remercier sa fée. Cette dernière se loga à l'intérieur de ses vêtements et, sous sa précédente forme, elle réchauffa le vieil homme.

L'objectif maintenant était d'avancer et de remonter à la surface. Une seule entrée se présentait à eux, il fallait donc l'emprunter. C'était une galerie assez large mais pourtant, il n'était possible d'avancer qu'en file. Elle montait en pente douce et les crampons permettaient de ne pas glisser. Le vieil homme avait pris la tête de file. Peut-être n'était-ce pas raisonnable à son âge mais, il tenait à au moins faire quelque chose. Ses deux compagnons n'allaient pas tout faire pour lui.

Après peut-être un quart d'heure de marche, la galerie se rétrécit. D'abord, il fallait se pencher, ensuite s'accroupir et maintenant, il fallait ramper à même la glace, ce qui n'était pas bon pour la respiration. Cependant, on pouvait clairement apercevoir une large ouverture de l'autre coté, il s'agissait d'une rampe d'une dizaine de mètres tout au plus. Cela dit, le rétrécissement était tel qu'il lui fallait par moment vider complètement l'air de ses poumons pour s'aplatir et donc, pouvoir avancer. Exercice difficile pour une vieil homme comme lui mais, il n'était pas au bout de ses peines.

Arrivé au bout, il constata que ce tunnel débouchait effectivement sur une grande " ouverture " mais, la lumière de sa baguette, aussi forte soit-elle, n'était pas assez puissante pour éclairer les parois, ce qui signifiait que la pièce devait être très grande. Se relevant, il récita une rapide formule et fabriqua une orbe lumineuse qu'il envoya au milieu de cette " cavité ". Le rayonnement était beaucoup plus intense et, il constata avec stupeur qu'une large entaille séparait l'endroit en deux parties. Le problème, c'est que la galerie reprenait de l'autre coté et qu'il n'y avait pas de point pour traverser. Pour le magicien, ce n'était pas un problème du tout mais, pour ses deux camarades, c'était diffèrent. Il réfléchit un moment. Ils avaient de la corde à disposition, beaucoup de corde, mais aussi des piolets et une Elfe ... La solution semblait évidente. Il se retourna vers Larynda et Alban.

- Bien. Si vous, Larynda, attachiez de la corde à une de vos flèches et que vous vous débrouilliez pour que cette dernière aille se planter solidement dans la paroi opposée, peut-être qu'Alban pourrait alors planter un de ses piolets dans la glace et attacher l'autre extrémité de la corde. De cette façon, vous pourriez traverser la faille en vous hissant sur la corde ainsi tendue. Quant à moi, je vous attendrais de l'autre coté.

Dit-il non sans afficher un sourire au coin des lèvres. Avec la magie de la lumière, les choses devenaient tellement plus faciles ... Le magicien se concentra. Il lui fallait visualiser l'endroit d'où il allait partir mais aussi, l'endroit où il allait arriver. C'était important de ne pas se tromper, cette méthode demandait beaucoup de précision et le moindre écart pouvait avoir des conséquences catastrophique pour le lanceur. Une fois prêt, il réalisa son tour de magie et disparu tout simplement ... Pour réapparaître de l'autre coté, la barbe prise dans la glace.

- Erreur de calcul ...

Se dit-il en voyant sa masse pileuse prise au piège. Il n'avait plus qu'à la couper maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyMar 28 Aoû 2012 - 5:41

Trois mois, trois longs mois, voilà tout le temps qu'elle avait mis pour rentrer à la maison. L'écureuil la suivait toujours, mais de loin, il devait avoir senti que d'autre personne vivait par ici et il n'avait pas tort. Larynda l'avait même prévenu, sa réaction l'avait un peu surpris, même si elle s'était un peu habituée à ses manières. Elle se retourna pour l'apercevoir, marchant à reculons, elle faillit heurter un arbre.

"On arrive cher ami."

Lâchant un magnifique sourire, elle se retourna subitement pour croiser le regard de son frère. On pouvait de l'inquiétude dans son regard, même si ses lèvres dessinaient le même sourire qu'elle. Sans avertissement il l'a pris dans ses bras, la serrant comme une mère ayant égaré son enfant.

**
*Est-il fou ?*

C'est la première remarque qui lui vint en tête alors que le professeur prononçait son dernier mot. Fou, non, elle avait appris en vivant avec lui pendant près d'une semaine que ce n'était pas possible. Il devait avoir beaucoup réfléchit à la situation, surtout pour engager d'autres vies dans son aventure. Cependant, l'archère se demande si elle ne suivait pas les délires d'un vieux sénile ayant peur de tout perdre lors de sa mort. La mort, cette tragédie, elle l'avait vécu, ou au moins ses ravages. C'est pourquoi elle comprenait un peu le professeur, bien que partir aussi peu nombreux pour ce genre d'expédition était en soi une erreur, du moins c'est ce que Larynda pensait.

"Me voilà informée maintenant."

Ça pour l'être, elle l'était. Le silence était revenu sur l'embarcation, à part bien entendu, les bruits de la mer et le vent mordant. Le froid n'était plus un problème, du moins pour elle, oh bien entendu elle tremblait, mais ce n'était rien de grave. Le souvenir d'un hiver particulièrement frais lui revint en mémoire. Même si l'elfe avait vécu cet hiver avec une légère tunique, le froid était plus ou moins le même que maintenant, sauf qu'elle était habillée avec des vêtements différents. C'est pour cela que ce froid ne la dérangeait aucunement, elle serait même prête à supporter plus de fraîcheur pour permettre au vieil homme de moins tremblait.

Il ne me reste plus beaucoup de temps...

Cette phrase revenait en boucle dans sa tête, pas question de voir quelqu'un de bien mourir sous ses yeux. Elle n'avait rien pu faire pour sauver sa famille, alors elle se rattraperait maintenant. Désormais, elle surveillerait toujours le professeur du coin de l'oeil, pensant plus à sa vie qu'à la sienne. C'est d'ailleurs une curieuse chose, l'elfe était plus vieille que le magicien, mais c'est lui qui partirai avant elle si ils ne faisaient rien. Alors qu'Alban faisait faire une drôle de manoeuvre au bateau, lui permettant d'éviter un bloc de glace qui les aurait menés au fond de l'eau, elle se plaça devant le vieil homme et plongea son regard dans le sien.

"Je ne sais pas si ce que vous m'avez dit est vrai et je n'irai pas vérifier maintenant. Par contre, je souhaiterai vous promettre une chose, ici et maintenant. Vous permettez ?"

Un bref hochement de tête lui permit de continuer.

"Peu importe où cette quête nous mènera, je vous promets de tout faire pour vous ramener en vie à Beolan. J'ai toute confiance en vous, alors au bout de cette aventure ensemble."

C'était peut-être un peu trop solennelle, mais elle s'en fichait royalement, l'essentiel était dit et tout était désormais très clair dans son esprit. Comme Larynda l'avait dit, elle lui faisait confiance, à partir de là tout était possible. Ils arrivèrent enfin à destination, après avoir échappé à un autre violent choc qui les aurait surement tué. Elle aurait bien voulu féliciter Alban, mais il n'avait pas l'air intéressé par des mots aussi futiles, préférant ne rien dire, elle se contenta de l'aider à monter sur la glace avant de faire de même avec le professeur. C'est une étrange sensation que de marcher à même la glace, elle faillit glisser plusieurs fois avant que le vieil homme leur donne de quoi affronter les dangers du glacier. Si ils n'étaient pas aussi pressés par le temps, elle se serait amusée des heures à essayer de pas ne pas tomber sur la glace, mais ce n'était pas un luxe à prendre, pas maintenant en tout cas. Une fois équipée, elle vit le professeur prendre la tête file, alors qu'elle allait protester, Lola vint l'interrompre.

"Laissez le faire, il tient à se rendre utile et ce n'est une tâche bien compliqué."
"J'imagine, oui..."

Elle se tourna vers Alban et lui demanda de suivre le professeur alors que de son côté, elle fermerait la marche. Ce n'était peut-être pas la meilleure chose à faire, mais elle tenait à donner le moins de travail possible à cet étrange homme. Il en avait bien assez fait en maniant le bateau comme il l'avait fait, parfaitement donc. Il accepta en haussant les épaules et ils se mirent enfin en marche, leur progression était affreusement lente, surement à cause de l'état de fatigue du vieil homme. Ça ne la dérangeait pas, elle savait se montrer patiente, mais qu'en était-il d'Alban ? Sera-t-il supportait d'avancer aussi vite qu'un escargot, elle le serait bien assez tôt. Le moment où ils durent ramper sur la glace fut une véritable torture, cette impression de ne pas progresser commençait un peu à l'agacer. Heureusement, ils arrivèrent enfin à la fin de la galerie, du moins, c'est ce que l'archère croyait. Alban venait à peine de se lever, qu'elle put enfin voir une orbe de lumière flottait au milieu d'un abîme de glace. Se relevant tant bien que mal, elle profita un peu de cette magnifique vue avant d'entendre la voix du professeur.

"Mais bien entendu rien de plus facile n'est-ce pas messire Alban."

Larynda avait prononcé cette petite phrase au même moment où le professeur disparaissait pour réapparaître quelques instants plus tard et de l'autre côté de l'abîme.

"Inutile de tergiverser."

L'archère enroulait déjà la corde autour de sa flèche, une fois le noeud fait, elle leva son arc et plaça la flèche dessus. Elle hésitait à utiliser la magie, était-ce vraiment le moment d'utiliser de l'énergie ? Oui, après tout, si elle échouait, ils perdraient toute chance de rejoindre le vieil homme et il devrait finir sa quête seul. Une aura grise commença à entourer l'elfe avant de se placer autour de l'arc et de finalement fusionner avec la flèche, tirant la corde au maximum, elle tira droit devant. Il était difficile de voir le résultat d'aussi loin, mais elle voyait que le projectile était complètement enfoncé dans la glace, laissant échappé l'encoche de la flèche et donc la corde. Larynda faillit lâcher son arc sous le coup de l'épuisement, c'était toujours comme ça après l'utilisation de sa magie, pendant quelques secondes c'est comme si elle allait s'évanouir avant de très vite se reprendre. Se tournant vers Alban, elle vit qu'il avait fait son travail. La corde était tendue et suffisamment solide pour qu'une personne traverse à la fois.

"Bien, à qui l'honneur ?"

L'elfe esquissa un bref sourire, ce n'était pas vraiment le moment de se faire des politesses. Mais que voulez-vous ? Elle était comme ça...
Revenir en haut Aller en bas

Alban Chaos



________________

Alban Chaos
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyMer 29 Aoû 2012 - 12:40

Je descendis en deuxième de l'embarcation. Ce fut Larynda qui s'occupa de m'assurer en descendant, cela faisait deux fois que je me sentais redevable envers elle, ce qui n'était pas pour me déplaire. En posant pied à glace, je faillis glisser mais me tins fermement à la jeune femme. Puis, la lâchant, je tombai franchement plus loin en battant des bras comme deux grandes hélices. J’espérai que personne ne m'ait vu, ce qui semblait être le cas. Le seul problème à présent, était de me relever sans qu'ils ne se doutent de ma mauvaise posture. Alors que mes mains glissaient sans cesse lorsque j’essayai de pousser le sol, le professeur passa près de moi avec son sac qu'il alla ouvrir plus loin. Je lui souris comme si de rien n'était à son passage, semblant prendre une pause bien méritée après une navigation aussi dynamique.

Quand je voulus pousser directement sur mes pieds, les semelles glissèrent et je tombai brutalement sur le ventre et glissai le menton sur la glace. Je devais avoir l'air le plus sinistre de toute la bande, mais je l'effaçai rapidement en passant devant Larynda qui s'amusait avec l'insouciance d'un enfant. Je lui fis un sourire complice de celui pris en flagrant délit de flânerie douteuse, elle ne devait pas apprendre ma totale défaite sur la glace en aucune manière. Je préférais qu'elle me prenne pour un insouciant ou un gamin qu'un incompétent. *Laisse- moi faire Banban, j'ai déjà été dans ces glaces, j'ai l'habitude de ce genre de situation. - Et d'où te vient une âme si généreuse tout d'un coup? - N'est ce pas évident? C'est parce que je t'aime, tout simplement!* Je pouffai de rire malgré moi, Melchior pouvait s'humilier autant pour réaliser ses plus vils dessein? Première nouvelle, à méditer.

"Oh professeur, par le dieu des athées, vos souliers adaptées sont vraiment confortable et sûr, je me sens comme un orc des montagnes sur une plaine verdoyante."

J'exhibais à mes yeux le cadeau du professeur en agitant maladroitement le pied, émerveillé par l'efficacité d'une telle invention. Je pouvais marcher normalement alors qu'il n'y a pas quelques secondes, j'avais dû planter Melchior au sol, me hisser en m'appuyant uniquement sur la garde et marcher vers mes compagnons à petits pas, les pieds les plus proches possibles l'un de l'autre. Si j'étais tombé à nouveau, ma fierté de chasseur de prime ne s'en serait pas remis. Et dire que c'était la première fois que j'allais sur un bloc de glace, quel genre de plouc m'aurait- on pris?
Finalement, Je m'équipai comme le professeur une fois lassé par les chaussures à crampons. Nous étions solidement attaché tout le long du trajet, le vieil homme à notre tête. Je voulus fermer la marche afin de pouvoir les protéger en cas d'attaque, mais l'elfe m'en dissuada. Elle n'était pas obligé de me faire confiance tout de suite, je comprenais sa méfiance à mon égard sachant à quel point je devais être une énigme pour eux. Ils ne me connaissaient ni d'Adam ni d'Eve, me tourner le dos devait être une erreur à ne pas commettre à leurs yeux. Mais très bientôt, je leur prouverai ma valeur et ils me paieront de bon gré.*Moi non plus j'ai du mal à te faire confiance, un gars qui ne tient même pas debout sur la glace ne me mérite pas. Prouve- moi ta valeur, là, tout de suite. Laisse- moi prendre possession de ton corps "pour de faux", ensuite t'essaie de t'en sortir tant bien que mal. - Melchior ou comment berner sans se salir hein? Si tu veux mon corps et mon âme, va falloir le faire à l'ancienne ou rien du tout.*

"Mais bien entendu rien de plus facile n'est-ce pas messire Alban.
- S'il n'y a que ça à faire... Rien de bien compliqué comparé à notre petite randonnée sur la glace."

Je ne compris pas ce que voulais dire le professeur par "attendre de l'autre côté" jusqu'à ce qu'il disparut sous nos yeux. *Héhéhé, il se la joue le papy. - C'est... C'est de la magie? Mais oui bien sûr! - T'es pas long à la détente messire sans-cervelle.* Sans attendre plus longtemps, Larynda tira sa flèche qui se planta de l'autre côté, dans le mur. Juste après, j'eus une absence et des images passèrent devant mes yeux: Larynda tirait de nouveau sa flèche, mais au ralentis. Cette dernière se rapprocha jusqu'à ce que je ne vis qu'elle en mouvement, entouré par un halo. *La aussi, il y a de la magie. - Pff je le savais déjà, t'avais pas besoin de pirater mon esprit. - Je voulais m'en assurer, t'avais l'air de t'extasier sur la force de cette frêle femme. - Frêle?... Tu n'y connais rien aux femmes de toute façon. - Parce que toi si? - Bien sûr! J'en ai rencontré pas mal dans ma vie et aucune ne m'a fait un seul reproche. - Je ne te parle pas de prostituées à l'ouverture facile, mais de véritables femme!*
Je plantais le piolets dans la glace avec la corde puis me tournai vers Larynda.

"Bien, à qui l'honneur ?
- A vous mademoiselle, je prendrai le prochain"

Et je répondis à son sourire par un bien plus éclatant, signe de ma bonne humeur retrouvée. *Le prochain quoi? - Je ne sais pas, l'expression me paraissait bienvenue sur le moment. -... Sans cervelle...*
Je m'accrochais à la corde à sa suite, essayant d'avancer en gardant une certaine stabilité. La corde bougeait pas mal alors qu'elle était tendue à l'extrême, j'avais soudainement peur que nos efforts furent vaines et que les deux seuls points de prises ne tinrent pas. Qui connaissait réellement les caractéristiques de la glace à part les yétis?

Je posai pied à glace en soufflant, ma peur fut des plus grandes au-dessus du vide. Melchior tenta à plusieurs reprises d'en profiter pour prendre possession de moi, mais c'était mal connaître mon âme. La bonne étoile qui veillait sur ma sécurité renforça ma force intérieur tout du long. A bout de souffle, je posai une main tremblante sur l'épaule de l'elfe, le visage baissé sur sa nuque. Elle était tournée vers le professeur:

"Je suis à la limite de la crise cardiaque, je crois qu'on devr... Oh dieu des athées!"

Une surprise de taille nous attendait: le professeur était coincé dans la glace. Tout d'abord, la surprise de sa présence me parut énorme, comment avait- il fait pour être aussi rapide? *La magie crétin* Mais c'était avant de voir dans quelle posture il était. En me rapprochant, je compris immédiatement que la barbe était coincée, paraissant avoir fait une avec les molécules de glaces. *La magie idiot* Je n'avais aucune idée de la façon dont on allait bien pouvoir le sortir de là, lui couper la barbe ne me vint jamais à l’esprit.

"Que fait- on Larynda? Tu crois qu'on pourrait transporter le bloc qui le retient prisonnier en même temps que sa personne?"

Mon ironie était mordant, mais en réalité, j'avais mal pour lui. Je tournai autour du bloc en essayant de trouver une faille, une solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptyJeu 30 Aoû 2012 - 16:22

Transporter un bloc de glace pour quelques poils coincés dedans ? Inutile ! Fearghas aimait bien sa barbe mais de là à prendre de telles mesures ... Il fallait rester raisonnable et aussi demanda-t-il, poliment, à Larynda de lui prêter sa dague. Elle accepta bien entendu et il put alors se libérer. Rendant la lame à sa propriétaire, qu'il remercia correctement, il observa avec un peu d'amertume sa masse pileuse diminuée de moitié.

" Bah, ce n'est pas si grave, elle repoussera. "

Pensait-il en essayant de se consoler. En même temps, ils n'avaient pas le temps de s'attarder sur de pareils détails. Il fallait continuer d'avancer et aussi, reprirent-ils la marche. La nouvelle galerie était encore moins praticable que la précédente pour la simple et bonne raison qu'elle ne cessait de se diviser. Par ailleurs, la glace qui la constituait était de plus en plus solide et forcément, de moins en moins adhérente pour les crampons qui peinaient à la transpercer. S'orienter dans ce labyrinthe était difficile car tout se ressemblait et rien n'indiquait par où aller. Enfin, presque rien puisque le magicien s'orienter en se servant de l'émanation qu'il avait ressentis lors de son arrivée au glacier. Plus il s'en rapprochait, plus elle était forte.

Ils peinèrent longtemps avant de se retrouver nez à nez avec un problème de taille, une nouvelle faille. Cependant, elle était différente de la première dans la mesure où elle saillait tout le glacier mais aussi que la galerie ne se prolongeait pas de l'autre coté. On ne le voyait pas à cause du manque de lumière mais on pouvait clairement l'entendre, un puissant flot d'eau s'écoulait tout au fond. Sur sa façade, on pouvait distinguer comme des impacts des piolets. Des gens étaient déjà venus ici avant, cela n'avait rien d'étonnant, mais, ce qui étonnait le professeur, c'est d’apercevoir un piolet planté dans la glace ... Seul. Visiblement, il était arrivé malheur à son propriétaire. Fearghas se penchait un peu avant pour voir jusque où allait cette faille et il se rendait compte qu'elle les mènerait à la surface s'ils parvenaient à la gravir.

Maintenant, la distance qui les séparaient de la façade était assez grande et la seule solution était de sauter et de s'accrocher à la glace, une tâche qui ne devrait pas être bien difficile pour Alban et Larynda, bien que quand même dangereuse, mais qui serait impossible pour le vieil homme. Malheureusement, il fallait rebrousser chemin. C'était tentant mais bien trop risqué en plus de ne pas être accessible au vieux mage. Ils revinrent donc sur leurs pas et empruntèrent d'autres divisions. Là aussi, Forrester s'orienta grâce à la puissance de l'émanation. Le nouveau chemin emprunté avait une formation peu régulière qui obligeait l'équipe à faire preuve de beaucoup de souplesse. Elle montait haut et alors que le magicien pensait arriver à la surface, la galerie s'arrêtait brusquement. Elle était éclairée par la lumière du jour, certes, mais, l'épaisseur et la solidité de la glace étaient telles qu'il serait impossible de la transpercer ... Demi-tour une fois de plus. Fearghas prit cependant le temps d'avaler un remède. Ses os étaient vieux et le froid conjugué à l'effort les faisaient horriblement souffrir.

Le troisième chemin emprunté les mena au fond du glacier, c'est à dire, à l'eau qui le supportait. Ils s'étaient considérablement éloignés de la surface mais, c'était le seul chemin qu'il restait, les autres ne menant que dans des culs de sacs où étant tout simplement impossible à pratiquer. Le professeur réfléchissait, pas question de faire demi-tour cette fois-ci. Puisqu'il ne pouvait y aller lui-même, il demanda à sa fée de plonger dans l'eau et de vérifier s'il y avait une autre entrée. Elle rechigna un moment parce qu'elle n'aimait pas beaucoup l'eau mais, elle s’exécuta. Elle revint quelques minutes plus tard avec une bonne et une mauvaise nouvelle.

La bonne étant qu'effectivement, il y avait une autre entrée sous l'eau, la mauvaise étant qu'elle était assez éloignée et que le risque de noyade était à prendre en compte. Encore pour Alban et Larynda, une fois de plus, il ne devrait pas y avoir de soucis mais le problème, c'était le professeur.6 Un sentiment de culpabilité commençait même à l'envahir peu à peu ...

La magie de la lumière ne pourrait pas l'aider sur ce coup-ci mais, il avait une petite idée. Il faudrait d'abord que ses deux compagnons y aillent. Guidés par Lola, ils devraient arriver l'ouverture. Ensuite, ils pourraient aider le vieil homme à progresser sous l'eau au moyen d'une corde. C'était un peu trop leur demander mais, il n'avait pas d'autres solutions. Et puis, s'il les avait choisis, c'était bien pour qu'ils l'aident. Il leur expliqua rapidement le plan et leur souhaitant bonne chance, ils partirent sous la glace. La fée les amena jusqu'au l'entrée et, là-bas, ils purent reprendre leur souffle. Peut-être cette nage avait-elle était difficile pour eux, ou alors, avait-elle été une partie de plaisir ? Qui sait après tout. La corde ainsi tendue sous l'eau, Lola revint près de son maître et, tout en se motivant mentalement, il plongea enfin sous l'eau.

Tirant à deux reprises sur la corde, ses deux compagnons le hissèrent vers eux, de cette manière, il avançait bien plus vite qu'en nageant. Cela dit, le contact avec l'eau gelée ne lui fut pas bénéfique et il ressentit à cet instant une vive douleur au niveau de sa cassure, chose qui lui fit perdre rapidement son air. Heureusement, il atteint l'ouverture avant de se noyer et c'est en sortant brusquement de l'eau qu'il inspira grandement. Il se dépêcha aussi de revenir sur la terre ferme, enfin, sur l'eau ferme.

- Merci beaucoup braves gens. Je rajouterai ça à la note.

Mais, il fallait déjà se remettre en route ! Certes, tout ceci était très fatiguant mais, prendre le risque de se reposer ici, et donc de s'endormir, était une chose à ne pas faire ! L’hypothermie serait au rendez-vous et il était impossible d'allumer un feu sous peine d'asphyxie. La seule solution pour se réchauffer était de marcher, encore et encore. Le nouveau tunnel remontait en pente douce mais, rapidement, la glace se fit de plus en plus glissante. Par ailleurs, l'endroit se couvrait peu à peu de stalagmites mais aussi de stalactites. La moindre glissade serait fatale. D'un autre coté, ces formations pouvaient fournir une superbe accroche à condition qu'elles soient assez solides. Ils avancèrent donc prudemment et découvrir avec horreur, à mesure qu'ils avançaient, plusieurs cadavres congelés tantôt empalé et tantôt accoudés sur les formations. Il était aussi vrai que le moindre geste brusque pouvait avoir de grave répercussion. Imaginez un instant que quelqu'un relève trop vite sa tête et qu'il heurte une stalactite ...

Après beaucoup d'effort et de quelques chutes rattrapées à temps, ils arrivèrent à la fin de ce parcourt, sains et saufs. La chance ? Peut-être. En tous cas, il fallait en profiter avant qu'elle ne tourne. Le reste du parcourt fut très semblable au premier, toujours aussi sinueux, identique et impraticable. Finalement, la fin arriva. La galerie, après les avoir bien torturé, les ramena dans un cul de sac mais, la glace qui les séparait de la surface était cette fois-ci bien moins épaisse. Alban s'occupa de la briser et, ils sortirent tous de là.

La première vision de cette surface était une gigantesque étendue blanche. Le vent était si fort qu'il transformait la neige tombante en une véritable tempête. D'ailleurs, il était difficile d’apercevoir l'horizon. Cela dit, Forrester sentait que la source de cette magie n'était pas loin. Elle était même toute proche ! Mais, il était fatigué et cela devait probablement être aussi le cas de Larynda et d'Alban. Continuer ou s'arrêter ? C'était la grande question. D'un autre coté, ils ne pourraient pas se reposer à même la neige, il faudrait qu'ils trouvent un abris qui les épargnerait du vent. Le meilleur moyen était encore de creuser un trou dans la neige mais, cela ne serait que d'autant plus fatiguant. Et puis la tentation était trop forte, s'arrêter si près du but n'était pas envisageable ... Pour le moment.

S'orientant toujours de la même manière, il faisait avancer la troupe dans le sens contraire du vent. C'était pétrifiant mais il fallait résister. Même si Lola le réchauffait, il avait froid et il sentait son organisme se faire lourd. Il le savait, il jouait un jeu dangereux et les premiers signes étaient apparus. Une douleur au coeur, une sensation de faiblesse générale et une difficulté à respirer ... Il fallait qu'il s'arrête. Même s'il voulait encore continuer, il ne le pourrait plus au risque de mourir ici. Fort heureusement, cette courte marche leur avait permis de trouver une sorte de grotte à même la glace. Une entrée qui descendait dans le glacier mais qui ne devait surement pas rejoindre les autres galeries.

Ils la pénétrèrent et s'enfoncèrent dedans, afin que le vent ne puisse plus les atteindre. À son tout début, ils trouvèrent là aussi d'autres corps congelés. Ces pauvres hommes s'étaient installés trop près de l'entrée et visiblement, le vent glacial avait eu raison d'eux. Ils s'arrêtèrent enfin et Forrester déballa le matériel de campement. De quoi faire un feu, de quoi avoir une couche chaude mais aussi de quoi manger, même s'il ne s'agissait que de nourriture sèche. Il mit la main à la patte bien évidemment mais ses deux compagnons l'aidèrent une fois de plus. La nuit tomba peu à peu et il était temps pour eux de dormir.

- Il fait assez chaud pour le moment, nous pouvons dormir sans risques. Dès demain matin, nous nous remettrons en route. Je pense que cette " statue " de glace n'est plus très loin. Si le climat est plus clément avec nous, nous pourrons même l'apercevoir. Sur ce, je vous remercie encore de votre aide et je vous souhaite de bien vous reposer.

Puis, il se coucha. Cela devait bien être la journée la plus difficile qu'il avait eu à endurer. Était-ce le cas pour eux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   EmptySam 1 Sep 2012 - 4:41

"Lâche-moi Kivan, tu m'étrangles."

Il recula aussitôt, mais il garda son sourire, ses yeux verts ne la quittaient pas. Comme si sa soeur pouvait encore s'éclipser alors qu'elle était toujours devant lui. Après de brèves excuses, il lui indiqua qu'ils étaient à quelques kilomètres de là où ils habitaient.

"C'est étrange, j'aurais juré qu'on était arrivé."
"On ?"
"Oui, n'as-tu pas remarqué à qui je parlai à l'instant ?"
"Tu parles de l'écureuil, celui qui est parti se cacher dès que je l'ai vu ?"

Elle hocha brièvement la tête, avant de se retourner pour appeler l'animal, il sortit timidement des buissons avant de grimper sur l'elfe avec agilité. Il s'arrêta sur son épaule, fixant Kivan de ses petits yeux, il tenait une petite noisette dans ses griffes qu'il avait habilement placé dans sa bouche au moment de sa grimpette. Ces petits-être n'étaient peut-être pas doté de la parole, mais ils savaient se montrer ingénieux.

**
Était-ce si difficile après tout ? Ce n'était qu'un pont de corde et elle n'était pas bien lourde. Cependant si Alban était passé en premier, elle aurait été un peu plus rassuré. S'approchant un peu du bord, elle déchaussa temporairement ses crampons, ce n'était pas du tout le matériel adéquat pour traverser un pont comme ça, elle risquait simplement de couper la corde à son passage. Maintenant le problème était de ne rien oublier de ce côté, Larynda n'était peut-être pas lourde, mais avec son équipement cela commençait à peser. Surtout qu'avec ces vêtements amples, elle ne pouvait pas bouger comme à son habitude dans la forêt. Touchant rapidement la corde avec sa main, elle se releva difficilement, heureusement Alban était là, inutile de se retrouver de façon aussi bête au fond de l'abîme. Les premiers pas furent un vrai calvaire, un escargot irait plus vite, pourtant ce n'était pas bien différent par rapport à une branche d'arbre. C'était d'ailleurs la même chose, là où elle mettait son pied, la corde descendait un peu, comme une branche fragile. Il suffisait seulement de se dire qu'elle n'était pas au-dessus d'un immense fossé, mais chez elle, dans la forêt. La suite fut très simple, arrivant vite au bout, elle s'agrippa à l'encoche de sa flèche pour éviter de tomber, celle-ci ne bougea pas d'un pouce. Décidément la magie lui était d'une grande aide, sans quitter Alban des yeux, elle rechaussa ses crampons. C'était étrange, il la fixait, surement pour s'aider dans sa traversée, préférant garder le silence, elle esquissa un bref sourire, qui avait pour objectif de rassurer son compagnon. Ce n'était pas si terrible après tout, pour une personne en forme, ce qui n'était pas le cas du professeur. Se tournant un peu vers le vieil homme, elle faillit éclater de rire, c'est la main d'Alban qui s'accrochait à elle. Si ça pouvait l'aider à ne pas tomber, elle ne lui en tiendrait pas rigueur.

"Je suis à la limite de la crise cardiaque, je crois qu'on devr... Oh dieu des athées!"

L'elfe aurait bien voulu vérifier par elle-même si ces dires étaient vrais, mais finalement à quoi bon, elle se contenta d'un bref rire avant d'entendre la suite.

"Que fait- on Larynda? Tu crois qu'on pourrait transporter le bloc qui le retient prisonnier en même temps que sa personne?"

C'était trop, elle éclata soudainement de rire, malgré qu'il venait de la tutoyer, son ironie était bien au-dessus de tout ça. Après quelques minutes, elle fini par essuyer une larme de joie avant de regarder le professeur.

"Je propose d'attendre que la glace fonde. Ça ne prendrait pas longtemps ! Attendez Alban, je vais utiliser la magie du feu, on gagnera du temps assurément ! À votre avis, combien de temps on va rester ici ?"
" Vous pouvez me prêter votre dague Larynda ? C'est triste, mais je me vois dans l'obligation de couper ma barbe. "
"Ah voilà Alban ! La voix de la sagesse a parlé ! C'était pourtant simple comme solution, pourquoi on y a pas pensé ?"

Un léger de bruit se fit entendre quand elle tira la dague de son fourreau. La lançant brièvement en l'air, elle la rattrapa du côté de la lame afin de présenter la poignée au professeur. C'était incroyablement stupide de faire ça, cette dague tranchait très bien, elle aurait bien pu se couper, mais avec l'entaille dans sa main, cette coupure aurait le même effet qu'une goutte d'eau sur un immense feu. Quelques secondes après, son arme revenait tranquillement dans son fourreau, même si avant ça, elle avait rapidement soufflé dessus pour éviter qu'il reste des poils dessus. Quoi qu'il en soit, il était temps de reprendre la marche. Se tournant vers Alban, l'archère lui demande de fermer la marche.

"Acceptez s'il vous plaît, échangez nos rôles, c'est une façon de nous amuser, vous ne pensez pas ?"

Elle attendit quelques secondes, voyant qu'il ne bougeait et que son sourire s'élargissait, elle décida de suivre le professeur. Décidément cet homme était aussi intéressant qu'amusant. Dès son premier pas Alban fit de même, il s'amusait avec elle, comme un chasseur devant une proie innocente. Alors que le vieil homme les menait, elle se contentait de le suivre aveuglément, réfléchissant au moyen d'embêter l'homme qui la suivait. Larynda rit soudainement, une idée venait de germer dans son esprit, ce n'était rien de bien méchant, mais elle trouvait ça marrant. Passant une main dans ses cheveux, elle retira l'objet qui permettait de les attacher, les laissant tomber dans le bas de son dos, ça le dérangerait surement si le vent jugeait bon de les placer dans ses yeux, mais ce serait la même chose pour Alban et c'est ça qui la rendait joyeuse. Ce n'était que le début d'une guerre enfantine entre eux, si bien entendu il était d'accord pour la suivre dans ce jeu.

Ils firent une première fois demi-tour et ce devant un obstacle idiot, ce n'était qu'une façade de glace après tout. Mais c'était l'un des désavantages de voyager avec quelqu'un possédant une mauvaise condition physique. On ne pouvait pas en lui vouloir ce n'était pas sa faute après tout, tout le monde souffrait des affres du temps. C'était dommage, faire une course avec Alban aurait été amusant, après un dernier regard aux parois, elle reprit la route avec un soupçon de regret. Attacher une corde autour de la taille du prof et tiré une flèche là-haut pour le hisser n'aurait pas été un exercice difficile. Il suffisait simplement que leur compagnon grimpe en premier pour récupérer le projectile et le reste était aussi simple que dire bonjour. Levant son bras en l'air au moment de repartir, elle chanta presque.

"On est reparti vers d'autres horizons !"

Cela apportait un peu de bonne humeur dans cet amas de glace, elle se fichait bien de savoir si on pouvait l'entendre ou pas. Ils reprirent donc leur escapade et cette fois le chemin emprunté était extrêmement pénible. C'était comme escaladé un mur, mais sans pouvoir se servir de ses mains, la pente n'étant pas assez forte pour ça.

"Ça va votre coeur Alban ? Tout à l'heure vous disiez qu'il allait mal à cause de la traversée, peut-être gère-t-il mieux ce petit problème."

On pouvait clairement sentir l'ironie dans sa voix et son sourire en coin n'arrangeait en rien, lorsqu'ils se retournèrent pour faire à nouveau demi-tour à cause de cette glace qui s'amusait à leur jouer des tours, elle croisa le regard d'Alban, il semblait aussi amusé qu'elle, tant mieux, ça voulait dire que leur petite guerre n'était pas finie ! Elle avait hâte de voir ce qu'il lui avait préparé ou peut-être se contentait-il de ne pas répondre, ce qui serait nettement moins amusant. Il ne restait plus qu'un chemin, il fallait que ce soit le bon, il était hors de question de traverser à nouveau l'abîme de tout à l'heure. Cette fois le chemin était à peu près normal, enfin ! Ce glacier n'était donc pas si méchant, enfin, c'est une fois arrivé au bout que cette sensation quitta sa tête. De l'eau dans un glacier, elle devait être horriblement froide, d'ailleurs on voyait quelques petits blocs de glace flottaient sur l'eau. Quelques minutes plus tard, pendant lesquels le professeur discutait avec Lola, l'elfe avait vu Alban un peu à l'écart, il s'était assis sur la glace, quel courage, il devait avoir froid aux fesses comme ça, s'approchant de lui, elle commença déjà à rire.

"Surtout ne bougez pas !"

À ces mots, elle releva un peu le menton de l'homme et s'écarta avant de s'écrier.

"Vous êtes parfait, on dirait un vrai penseur face à l'océan ! Si j'avais le moindre talent pour la peinture j'immortaliserai ce moment !"

Fearghas s'approcha d'eux et leur expliqua ce qu'ils devraient faire pour l'aider, selon les dires de Lola, en qui Larynda avait toute confiance, il leur faudrait nager pendant un certain moment avant d'atteindre l'autre côté et une fois arrivé, ils vont devoir tirer sur la corde pour l'aider dans sa traversée.

"C'est ce que j'aime avec vous professeur ! La simplicité de vos plans, on y va Alban !"

Elle lui tendit une main pour l'aider à se relever, c'est inexplicable, mais plus l'elfe passait de temps avec cet homme, plus elle était de bonne humeur. Ils arrivèrent vite près de l'eau, Lola était déjà prête à plonger, c'est à ce moment que Larynda proposa un défi à Alban.

"On fait la course messire ? Que direz-vous de deux cents pièce d'or pour le gagnant ?"

Son sourire s'élargit, tout comme celui de son concurrent, ils se tapèrent dans la main comme pour se souhaiter bonne chance. Ce n'était pas une excellente nageuse, mais elle voulait voir de quoi il était capable quand de l'or était en jeu. La fée plongea soudainement, signe que le départ était lancé. Ils plongèrent ensemble, bien, au moins personne n'avait triché pour le départ. Mais un écart se fit rapidement, Alban était décidément un meilleur nageur qu'elle, la magie semblait être la solution, mais c'était inutile de s'épuiser pour une course comme ça. Larynda lui avait proposé ça pour s'amuser, grave erreur qui lui coûterait deux cents pièce d'or. Sortant enfin la tête de l'eau pour respirer, elle sentit une main sur sa tête qui la replongea dans l'eau glacée, en plus d'avoir gagné sa course, il s'amusa à la noyer. Prenant la main qui l'empêchait de remonter entre les siennes, elle tira dessus d'un coup sec, faisant tomber son compagnon dans l'eau. L'archère fini par sortir en respirant difficilement, elle avait une furieuse envie de rire, mais elle n'en avait pas la force, Alban se trouvait à ses côtés.

"Eh bien, on dirait que j'ai une dette envers vous cher ami, mes félicitations, je ne pensais pas être distancé de cette manière."

Ils purent se reposer un peu avant de voir leur corde respective se tendre, deux fois, signe que le professeur était prêt à partir. Ils n'avaient plus qu'à tirer sur la corde toute leur force pour l'aider. Rien de plus simple après cette course, ils auraient pu être plus efficaces s'ils n'étaient pas aussi fatigués par leur journée. C'est maintenant que les ennuis commençaient, leur nouvel itinéraire semblait vouloir les tuer, le moindre faux pas était synonyme de mort, c'était plus le moment de jouer avec Alban. Passant sa main dans ses cheveux, elle les rattacha. Tour à tour ils se sauvèrent la vie, une fois le professeur avait eu le réflexe d'attraper la main de l'elfe, elle lui rendit très vite la pareille l'empêchant de tomber sur un pic de glace. Larynda ne pouvait s'empêcher de regarder derrière si leur compagnon se portait bien, elle ne manqua pas de le sauver aussi et il en profita pour faire la même chose peu de temps après. Il était venu le moment de se reposer, elle ne tenait presque plus sur ses jambes. Ils sortirent de cet endroit où la mort semblait vivante pour tomber sur une immense étendue blanche. On aurait dit la même étendue qu'il y a une semaine, quand elle avait commencé son voyage avec le professeur. Heureusement ils trouvèrent très vite un endroit à peu près calme pour enfin prendre un peu de repos. Ils pénétrèrent enfin dans cet endroit qui ressemblait à une grotte, mais que pouvait-il y avoir dans cet endroit, elle n'était pas du tout rassurer. Fearghas prépara un campement, exactement comme il y a une semaine, une fois la cuisine faite, elle mangea tout ce qu'on lui avait proposé, cette journée avait été très dure et nul doute que la suite serait pire.

"Je vais prendre le premier tour de garde messieurs. Cet endroit ne me rassure pas alors je préfère être prudente."

L'elfe espérait de tout coeur que son sentiment n'était que de la paranoïa. Ce glacier leur avait déjà montré qu'ils n'étaient pas les bienvenus ici.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   _
MessageSujet: Re: Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]    Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]   Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Chapitre un - Partie trois - Le chemin de l'éternité. [PRIVE Larynda Silentium / Fearghas Forrester / Alban Chaos ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Côtes de l'est :: Baie-