''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un rat dans le nid [PV Rakell Aily'ss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] _
MessageSujet: Un rat dans le nid [PV Rakell Aily'ss]   Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] EmptyLun 6 Aoû 2012 - 5:33

L'aube s'était levée depuis plusieurs heures, mais le soleil était couvert par des nuages grisâtres. Près de la capitale s'élevait les sentiers boisés qui débouchaient sur une vaste forêt où personne n'osait s'y enfoncer. Mais personne n'avait peur de s'aventurer sur les bords du bois pour s'y balader. Une ombre au mains jointes s'avançait lentement dans la capitale, avant de passer les grandes portes de la capitale, le siège du roi Kaull Hendenmark, celui qu'elle servait depuis maintenant plusieurs années, en tant que tortionnaire. Les gens connaissaient bien maintenant ce sinistre personnage, ou du moins ils connaissaient bien ce qu'on disait d'elle. On la surnommait « Le Corbeau ». Personne ne savait si c'était une femme ou bien un homme, sa cape recouvrant tout le reste de son corps et cachant ses formes. Elle avait capturé de nombreux rebelles, et torturé de nombreuses personnes. Elle avait aussi participé à des carnages, des massacres sanglants et atroces avec les Capes Blanches. Tous ses souvenirs, Haocia s'en rappelaient très bien. De ces visages criblés de souffrance, de déchirement et de haine, elle en gardait encore une image très nette. Elle semblait combler ses désirs sordides, ou peut-être celui de son masque de Corbeau.

Plusieurs fois par mois, Haocia aimait se retirer de la capitale, qui était devenue un vrai champ de bataille entre les royalistes et les rats...ces rebelles à qui elle leur accordaient une haine farouche, déployant les forces de sa magie noire. Elle rejoignait alors les sentiers boisés, où l'air était frais et où elle pouvait se ressourcer. Même si sa magie prenait racine dans une noirceur qu'aucun humain normal ne pourrait supporter, il fallait qu'elle prenne ses forces dans les origines de la vie, celle qui était là depuis bien plus longtemps que n'importe quelle race, qui avait donné la vie, et qui l'avait faite perdurer par ses ressources : la Nature. C'était aussi une occasion d'aller cueillir des œillets pour les mettre sur la tombe de son père. Une facette de bonté se cachait sans doute, mais pour Haocia ce n'était qu'une sorte de principe, de tradition qu'elle devait faire pour honorer son père, et cela n'avait rien avoir avec l'affection qu'elle lui portait. Pour elle tout était fini, il était mort, et elle n'avait à avoir d'affection pour les morts. Peu importe les souvenirs qu'elle avait eu avec lui.

Elle arriva enfin, et marcha un peu pour être en plein milieu des arbres, dont les mille feuilles cachaient le peu de lumière. Offrant une sorte d'obscurité bienveillante et régénératrice. Elle gardait ses mains jointes, et derrière son masque de porcelaine, elle restait là, toute droite, sans bouger. Elle avait l'impression de disparaître, et de faire complètement partie du paysage, de fusionner avec la Nature qui lui donnait tant. Elle savait très bien quels risques elle prenait en se baladant seule dans la forêt. Il y avait les bandits, et aussi les rebelles. Depuis qu'elle avait fait subir une humiliation publique à un de ces rats, elle était devenue une priorité pour les rebelles. Elle avait semé la discorde, et elle récoltait leur colère, rien de plus normal. Elle restait ainsi dans le silence, un moment de paix, mais Haocia était encore sur ses gardes, et ses sens étaient plus que jamais en éveil malgré la tranquillité qu'elle semblait montrer. Elle se régénérait dans les sources de ses pouvoirs. Elle sentait qu'elle reprenait des forces. Sa poitrine se gonflait et se dégonflait. De colère. C'était son moteur, ce qui lui permettait de vivre, elle devait se rappeler. Pourquoi était-elle là, pourquoi elle devait être puissante, de plus en plus de jour en jour. Il ne fallait jamais qu'elle oublie, c'était primordial. Comme un enfant ne doit jamais oublier de respirer pour vivre, le Corbeau ne devait jamais oublier de raviver sa haine, ses désirs de violence, de sentir la souffrance des autres, de s'en abreuver.

Soudain elle entendit un bruit. Elle ouvrit grand les yeux, les images dissipèrent en fumée, et l'ombre qui semblait détendue se raidit brutalement. Elle se tourna, et observa les alentours. Ce ne pouvait pas être un animal, car ici, les animaux étaient trop sauvages pour vouloir s'approcher d'un humain de si près, et dans le cas contraire, ils connaissaient trop bien la forêt pour marcher sur une bête branche. Elle glissa sa main dans sa cape, et revint finalement les mains jointes, comme reprenant un air détendu. Elle voulait tromper celui qui l'observait, et le prendre par surprise. La personne n'avait surtout pas intérêt à bondir sur Haocia pour l'attaquer, car la sorcière avait en réalité une fiole de vitriol dans ses mains jointes. Et si la personne s'avérait hostile, elle n'aurait aucune hésitation à la lui jeter au visage. Si cette personne s'avérait hostile, elle ne serait en réalité qu'une proie, entre les griffes...du Corbeau. Imaginez qu'un corbeau soit sur sa branche, sans bouger, comme en état passif, et qu'en réalité, il vous fixe et vous dévisage, de ses petits yeux noirs et perçants. Imaginez-vous Haocia Nerini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] _
MessageSujet: Re: Un rat dans le nid [PV Rakell Aily'ss]   Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] EmptyLun 6 Aoû 2012 - 20:08

Dans la forêt depuis plusieurs heures, Rakell commençaient à avoir hâte de retrouver la cité. Non pas parce qu'elle n'aimait pas la solitude et le calme serein de la forêt, au contraire. Cependant, rares étaient les contrats qui pouvaient se dérouler dans une forêt ! Il lui arrivait de devoir fouiller dans la forêt, certains criminels s'y terraient aussi. Surtout ceux qui commence à avoir peur d'être attraper. Mais de façon général, les criminels se trouvaient dans des vieilles maisons abandonnées dans la cité, dans une taverne, cacher dans la ferme de quelqu'un ou encore....dans les égouts. Elle détestait pour mourir entrer de nouveaux dans les égouts. Bien souvent, elle attendait plutôt qu'ils en sortent avant de les assassiner. Elle sortait sa dague, s'approchait par derrière et d'un coup sec, tranchait la gorge. Les victimes ne survivaient pas longtemps, sans cri, sans pleure et rapidement terminé. Parfois bien sure, la tête mise à prix l'entendait ou arriver par derrière lui était impossible. Elle devait donc combattre, mais jamais elle prenait le risque que ça tourne mal. Il valait mieux attendre un meilleur moment dans ce cas.

Rakell avait effectuer et effectuait encore certains contrats venant du Roi. Sauf quand elle savait qu'il s'agissait de rebelles et elle s'en informait toujours. Le Roi ne savait pas encore que celle-ci avait décider de faire parti de ce groupe qu'il haïssait. Si elle faisait certains de ces contrats, c'est qu'ils étaient payant ! Elle avait rencontrer le Roi en face une seule fois. Quand elle avait assassiné son père adoptif. Depuis lors, quand elle venait voir le capitaine de la garde pour prendre un contrat, on acceptait, se disant qu'elle était une servante du Royaume à sa manière, bien qu'omniprésente. Étant nouvellement une rebelle, elle voyait cette "confiance" du Roi envers elle comme un avantage.

Dans la forêt, elle arrivait tout juste de rencontrer un client qui demandait la mort de son cousin. Une histoire de paysan assez banal. Elle avait décidé d'accepter quand même, c'était tranquille de ce temps-ci. Elle devait donc tuer le cousin de cet homme qui l'accusait d'inceste sur sa petite fille. Il le décrivait comme un personnage alcoolique et avec tendance à "tapocher" les enfants. Rakell ne faisait pas vraiment enquête pour savoir si la tête mise à prix était vraiment coupable ou non. Se compliquer la vie n'était pas dans sa philosophie de vie. Même que, parfois, après avoir faire un contrat, elle en recevait un autre pour assassiner son ex client. Elle le faisait. De toute façon, elle demandait une assez bonne sommes d'argent pour effectuer le travail. Et elle la demandait avant évidemment. Donc, qu'il soit réellement coupable ou non, ça lui importait peu.

Le boisé était tranquille. Elle ne faisait pas trop gaffe où elle mettait les pieds, pensant qu'elle risquait seulement d'effrayer certains petits animaux sauvage. Pourtant, à un certain moment, alors qu'elle venait marcher sur une branche, elle eut l'étrange sensation soudaine qu'on l'épiait. Elle ne savait qui ce pouvait être, ou quel animal mort de faim ou défensif de son territoire était en train d'épier l'intruse. Dans touts les cas, il ne fallait pas prendre de chance. Elle s'arrêta un moment pour regarder aux alentours, mais ne vit rien. Elle continua alors d'avancer en restant alerte, gardant les mains près de ses deux courtes lames en cas de combat imminent.

En continuant de marcher tranquillement et scrutant entre chaque branche autour d'elle, elle fini par y voir une silhouette ombragée devant elle. Rakell n'était pas certaine de voir quelqu'un ou un fantôme..? Une esprit quelconque ? Elle dégaina ses dagues et s'arrêta en position de défense. Une lame en bas et l'autre plus au niveau des visages, elle tentait de reconnaître ce qu'elle voyait devant elle.

"Qui est-ce ? Montrez-vous comme il faut !"

Le ton de sa voix n'était pas provocateur, mais plutôt d'une manière surprise, ne s'attendant pas vraiment à voir une silhouette comme celle qui était devant elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] _
MessageSujet: Re: Un rat dans le nid [PV Rakell Aily'ss]   Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] EmptyMer 8 Aoû 2012 - 3:15

En se concentrant sur les bruits, elle entendait désormais un raffut qui troublait le calme de la forêt. Des bruits de pas dans les feuilles sèches et mortes. Puis enfin, une voix de femme l'interpella. Elle semblait apeurée. Était-ce le fait qu'elle connaissait Le Corbeau, ou bien qu'elle ne s'attendait pas avoir une ombre dans le tableau ? Elle tourna seulement sa tête sur le côté, pour faire apparaître le long mec de son masque blanc, puis se tourna lentement, en tenant un pan de sa cape. C'était un peu théâtrale, et Haocia se plaisait dans son petit jeu. Elle sentait qu'elle maîtrisait la situation. Elle esquissa un sourire en voyant son interlocutrice, déjà en position de combat. Les armes ne pouvaient rien contre elle. Il suffisait qu'elle fasse un geste pour envoyer valser ses petites dagues légères. En plus de cela, elle avait passé assez de temps pour se régénérer, et elle se sentait en pleine forme. Tenant toujours sa fiole de vitriol dans sa main gantée, elle observait maintenant celle qui lui faisait face.

Elle semblait jeune, et elle avait la beauté de ces poupées de porcelaine. Ses yeux étaient grand ouverts, elle était attentive et méfiante vis-à-vis d'Haocia, elle pouvait le ressentir. On aurait dit une petite fille qui faisait mine de savoir se battre, et qui bombait le torse pour prouver sa force. La sorcière souriait sous son masque, et restait sans rien dire à la fixer, à la dévisager. C'était en quelque sorte pour la gêner, ou bien pour l'apeurer, si elle avait qu'elle était en face du Corbeau, la tortionnaire en titre du Roi. Elle se plaisait à ne rien dire, pour observer sa réaction face à ce silence de mort. Puis finalement, elle se décida à lui répondre, sur un ton plutôt sarcastique :


Je me montre comme il le faut, petit oiseau ? Ou bien dois-je encore me tourner de trois quarts ?

La chance semblait sourire à Rakell, puisque la sorcière semblait de bonne humeur ce jour-là. Malgré qu'elle l'ait perturbée dans ses méditations et sa régénération, Haocia n'avait pas envie de lui arracher les yeux, ce qui était une bonne chose pour elle, sans aucune hésitation. Mais il suffirait qu'elle annonce qu'elle était une rebelle, et tout cet entrain serait voué à la haine et à l'acharnement sur cette jeune fille. Cette jovialité ne ressemblait pas au comportement habituel de ce personnage sombre. C'était l'un des effets de la magie noire, de rendre une personne lunatique, et très ambivalente. Pourtant, si elle semblait avoir baissé sa garde et qu'elle était conviviale avec la jeune fille, ce n'était qu'une illusion.

Jamais Haocia ne quittait ses doutes. Elle gardait sa fiole d'acide dissimulée dans sa main. Les doutes, c'est ce qui entretenait sa méfiance, et sa méfiance était entretenue par sa colère. Au final, tous les chemins menaient à cette colère, qui était presque devenue une entité pour Le Corbeau. Chaque pensée malveillante était une offrande à sa haine et à sa colère. Et ses actes, des odes à sa vengeance, à jamais inassouvie. Pourquoi ? Haocia ne le saurait jamais, car elle ne regardait pas au bon endroit. Elle se butait sur ce mot, colère, colère, colère, sans jamais chercher ce qu'il y avait derrière ce mot. Voilà pourquoi sa vengeance ne serait jamais inassouvie, voilà pourquoi elle traquerait jusqu'à sa mort le moindre rebelle, ou la moindre personne qui aiderait, ou tenterait d'aider un rebelle. Tout ce qui se rapprochait du mot « rebelle », elle s'était jurée de le détruire.

Elle fit un pas vers la jeune fille, la tête haute, le bec en avant, comme menaçant et imposant. Chacun de ses gestes était fait pour l'intimider. Elle voulait voir sa réaction quant à cet « affront » qu'elle lui faisait. Elle était de bonne humeur, certes, mais elle ne trouvait son bonheur que dans la peur et la souffrance d'autrui. C'était un simple jeu qui l'amusait fortement. Tout comme elle s'amusait à faire crier de plus en plus fort ses prisonniers, par les plus immondes et les plus cruelles pratiques de la torture. A chaque fois elle trouvait un nouveau moyen de torturer. A ce jeu, elle avait une imagination débordante. L'intelligence bienveillante est une bénédiction, l'intelligence malveillante est une malédiction, et même pire : c'est un fléau, car les gens s'en vantent d'autant plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] _
MessageSujet: Re: Un rat dans le nid [PV Rakell Aily'ss]   Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] EmptyMer 8 Aoû 2012 - 6:36

L'ombre devant elle c'était tournée doucement, laissant voir un masque de corbeau. Ce masque, elle l'avait déjà vu quelque part ? Mais où ? Elle essayait de se souvenir, mais les évènements l'empêchaient de se concentrer normalement, ou en tout cas rapidement. Un silence restait, la personne, si c'était réellement une personne, restait muette et bougeait à la manière des grands monarques, des gens biens nantis. Ce genre d'attitude l'exaspérait, mais elle devait évaluer la situation avant de démontré ce qui la démangeait.

Le corbeau tourna ensuite tout son corps face à elle. Rakell ne bougeait pas de sa place et ne baissa pas la armes pour autant. L'ombre la fixait sans détourner le regard. Mécanisme animal présent aussi chez les humains. Maintenir le regard de l'autre pour ne point montrer de faiblesse, démontrer du contrôle, de l'assurance et de la vigilance. Rakell maintenait donc son regard également, même si, cela pouvait peut-être la provoqué à contre-sens.

Le corbeau lui demanda si elle se montrait bien ou si elle devait se tourner encore. La chasseuse se demanda si c'était une provocation, pourtant, le ton qu'elle avait prit ne semblait pas l'être. Elle resta immobile quand même, sait-on jamais. Elle sentait une intuition de prendre garde devant cette ombre féminine assurément avec sa voix.


"Même si le masque que vous portez ne dévoile pas votre visage, je vous vois mieux" osa-t-elle répondre sur un ton plutôt neutre.

Dans sa tête, Rakell cherchait toujours où elle avait pu voir le masque de corbeau qu'elle portait. Avait-elle été l'une de ses clientes à laquelle elle avait effectuer un sale travail ? Non, sûrement pas. L'ombre l'aurait reconnue également dans ce cas. C'est seulement lorsque celle-ci fit un pas vers elle et qu'un rayon de soleil éclaira le masque qui'elle alluma.

*La tortionnaire du Roi....*

Bien sure ! Cela faisait quatre ans de cela. La nuit où elle avait ramener le corps inerte de son défunt éducateur. Elle avait pu rencontrer le Roi en personne cette fois et elle avait aperçu cette mystérieuse femme qui cache son visage pour une raison qui lui était inconnu. Rakell savait qu'elle torturait les prisonniers du Roi, ceux qui avait probablement été accusé de quelque chose d'assez grave pour en subir ses châtiments.

Il y a quatre ans, ça ne lui faisait pas un plie que cette femme fasse ceci. Si elle avait eu sa tête dans ses contrats, elle aurait tenté de la tuer, mais ce n'aurais pas été chose facile. Cette femme avait quelque chose d'un peu....inhumain ! Les fois suivantes lorsqu'elle prenait une tête mise à prix venant de la garde royale, elle ne l'avait jamais recroisée. Il était facile d'imaginer qu'une femme de son rang ne fréquentait pas les vulgaire soldats royales.

Une chose était certaine, elle ne devait en aucun cas divulguer son appartenance aux rebelles. Le Roi les pourchassaient, donc elle, elle les torturaient ! Et puis, elle divulguait son identité de rebelle à personne sous aucune condition. De plus, elle n'avait pas envie d'affronter cette femme, sauf si c'était vraiment nécessaire. Elle devait garder son visage neutre, sans émotion. Et ça, elle pouvait le faire assez bien.

"Je ne sais pas ce que vous faisiez ici et je ne veux pas le savoir non plus. Je ne vous avait pas vu. j'aimerais continuer ma route maintenant"

Elle avait parler encore d'un ton neutre, peut-être plus décontracté. Cependant, elle ne baissa pas pour autant sa garde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] _
MessageSujet: Re: Un rat dans le nid [PV Rakell Aily'ss]   Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 5:15

Haocia aimait voir l'incompréhension sur le visage de la jeune femme. Elle devait se demander pourquoi elle portait un masque, aussi étrange qui plus est. Elle tenait fermement ses deux dagues, comme pour se donner du courage face à la sorcière. Elle semblait aussi insouciante, face au danger que pouvait représenter Haocia pour elle. Puis elle fit un pas, et alors le sourire du Corbeau s'élargit. Elle avait compris que la jeune femme savait qui elle était, en voyant son si joli minois de poupée se décomposer. Heureusement pour la rebelle, la tortionnaire ne se rappelait pas de son visage. Elle était parfois trop lasse des gens qui passaient dans le palais pour différentes requêtes stupides, qu'elle avait fini par se désintéresser d'eux. Ils n'étaient que des êtres faibles pour elle.

Mais la chance tourne parfois très vite. La tortionnaire avait envie de jouer de son pouvoir sur elle. Pas de ses pouvoirs magiques, non, son influence sur cette humaine. Elle savait pertinemment qu'elle effrayait les habitants du Royaume, alors parfois elle s'amusait à les intimider. Oui, les inhumains avaient des jeux que seuls eux pouvaient comprendre. Elle se rapprocha alors calmement, sans aucune animosité apparente, puis s'arrêta à quelques mètres d'elle. Elle croisa ses doigts, et fit sur un ton grave :


Vous aimeriez continuer votre route. Ce n'est pas très poli. Vous dégainez vos armes contre moi, et vous pensez que je vais vous laisser partir comme ça ? J'en ai torturé pour moins que ça. Il y a deux jours, j'ai torturé un enfant de huit ans. Je lui ai cousu les paupières car il avait lancé un regard noir aux Capes Blanches. Ce qui revient à lancer un regard noir au Roi en personne. Que pensez-vous que je ferai si vous ne rangez pas vos armes, et que vous continuez à me manquer de respect ?

En réalité, elle n'avait jamais fait ça. L'intimidation reposait avant tout sur un mensonge. On disait d'elle qu'elle était cruelle et impitoyable, sournoise et sadique au possible. Elle aimait alimenter ses rumeurs, en en répandant elle-même à des pauvres égarés qui croisaient son chemin. Torturer un enfant de cette sorte était quelque chose d'immonde et d'insupportable. Elle voulait voir le dégoût, ou bien l'effroi sur ce visage de poupée. Elle avait le pouvoir de changer à sa guise cette expression sur son visage. Elle voulait voir jusqu'où elle pourrait aller, à quel moment serait-elle à bout de ce petit jeu psychologique. Rien ne disait qu'elle disait la vérité, mais rien n'indiquait non plus qu'elle mentait. Car son masque de porcelaine restait impassible, tout comme son regard bleu et sa voix.

Il fallait savoir que si Rakell ne cherchait pas à se battre, Haocia non plus. Elle voulait juste s'amuser. Mais si son interlocutrice s'engageait dans un combat, Le Corbeau se réveillerait et sa jovialité se transformerait en fureur, et en acharnement à la destruction. Quand on parlait à cette sorcière lunatique, il fallait avoir les talents d'un funambule sur son fil. Il fallait garder l'équilibre, ne jamais faire de faux pas et ne jamais perdre de vue son chemin. Sinon, gare aux dégâts pendant la chute, qui sera soit violente et désagréable, soit violente et mortelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] _
MessageSujet: Re: Un rat dans le nid [PV Rakell Aily'ss]   Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 6:44

La femme-corbeau c'était rapproché un peu plus d'elle. Rakell restait immobile et sans émotions toujours et sans relâche. Même si, pour la première fois de sa vie, elle avait une certaine "crainte" face à un adversaire qu'elle savait plus forte, elle ne se résignerait pas à montrer la moindre nervosité, a moindre peur. Toujours rester droite, forte, jusqu'au prix de sa vie s'il le fallait. Il y avait bien des choses qu'elle reprochait à l'homme qui l'avait élevé. Cependant, cette leçon elle lui avait, jusque là, toujours servit dans son travail et contre ses ennemis.

"Vous aimeriez continuer votre route. Ce n'est pas très poli. Vous dégainez vos armes contre moi, et vous pensez que je vais vous laisser partir comme ça ? J'en ai torturé pour moins que ça. Il y a deux jours, j'ai torturé un enfant de huit ans. Je lui ai cousu les paupières car il avait lancé un regard noir aux Capes Blanches. Ce qui revient à lancer un regard noir au Roi en personne. Que pensez-vous que je ferai si vous ne rangez pas vos armes, et que vous continuez à me manquer de respect ?"

Les armes, il ne fallait pas trop la provoquer celle-là. Elle était pointilleuse sur les moindre détails. Une bonne attitude selon elle.

"Pardonnez mon geste, on ne sais jamais sur qui on peux tomber dans la forêt"

Ceci dit, Rakell baissa les armes, sans pour autant les remettre dans leur fourreau et en ne quittant toujours pas la femme-corbeau des yeux. Elle ne faisait pas confiance à cette femme. Peu importe ce qu'elle lui dirait.

*Torturer un enfant... Certes possible. j'ai vu maintes tortures physique au court de ma vie, je n'ai pas peur. Je n'ai pas peur non plus de subir de tels tortures*

Bien qu'elle n'avait pas vraiment vu des enfants se faire torturer puisque son faux-père avait une préférence accentuer sur les jeunes femmes. Elle avait longtemps garder en tête qu'il aurait pu se retourner contre elle et la torturer de la même manière qu'il le faisait devant elle pour ces autres femmes. Peur ? Non, c'était une émotion. Elle ne vivait pas la peur. Du moins, elle la bloquait avec sa volonté de fer. Un caractère bien forgé. Cependant, si elle lui disait mot pour mot ce qu'elle venait de penser dans sa tête, elle provoquait un combat imminent. Il fallait y aller avec tacte.

"Je n'ai aucunement l'intention de vous manquer de respect, madame, ou je ne sais comment vous appeler. Je suis un peu pressée simplement. Je me nomme Nola. Je me rend à Madorass. Je ne voudrais pas vous importuner plus longtemps. Donc, si vous me le permettez, je vous souhaiterai la bonne journée et continuerai ma route"

Elle espérait que ça passe. Même si elle commençait à croire de plus en plus qu'elle cherchait à assouvir un besoin de cruauté, ou bien la faire payer de l'avoir déranger à...elle ne savais quoi dans la forêt. Elle devait rester alerte tout en restant polie tant que rien ne se passera. En attendant, elle c'était mise à évaluer les mouvements à adopter en cas d'attaque, car la masquée était assez près d'elle maintenant. Des mouvements rapides auxquelles elle ne s'attendraient pas. Rakell était assez flexible et agile pour effectuer quelques acrobaties et se déprendre de certaines situations.

Cette femme usait de magie, alors même si elle ne savait pas trop en quoi consistait ses pouvoirs, elle ne devait pas lui laisser le temps de se concentrer. Peu importe la nature, c'était sans doute son point le plus fort, donc le plus à considérer. Si elle sentait trop qu'elle se ferait attaquer, valait mieux agir tout de suite et rapidement pour l'empêcher de faire quoi que ce soit. Ou du moins le moins possible ! Le masque avait une utilité pour garder son anonymat physique, cependant il était un point faible quant à son angle mort. Des mouvements rapide autour d'elle pourrait lui compliquer la tâche. De plus, une longue cape était toujours dérangeant pour des mouvements plus acrobatique. Elle se doutait fort bien que ces mouvements ne seraient sûrement pas dans la spécialité de la femme-corbeau. Sur ce point, elle avait cet avantage.

Mais le plus important, était de ne pas la tuer. Même si elle espérait peur réussir si tel avait été son ambition. Plutôt la fatiguée et prendre la fuite. Car si elle tuait la tortionnaire du Roi lui-même, cela comportait de fort risque qu'on la retrouve. Sauf que, en cas de légitime défense, elle ne ménagerais pas celle-ci et si elle en mourrait, advienne ce qui adviendra. Elle ne se laisserait certainement pas marcher sur la tête sans avoir combattu avec corps et âmes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haocia Nerini

Le Corbeau

________________

Haocia Nerini
________________


Race : Humaine
Classe : Sorcière
Métier : Tortionnaire au service du Roi
Messages : 73


Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] _
MessageSujet: Re: Un rat dans le nid [PV Rakell Aily'ss]   Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] EmptyVen 17 Aoû 2012 - 22:23

Le Corbeau la scrutait toujours de ses billes bleus qui semblaient percer jusque dans l'âme. Elle avait deviné que cette « Nola » n'avait pas envie de rester en sa compagnie. Elle la comprenait entièrement, elle savait qu'il était toujours mauvais de croiser la route d'une tortionnaire, de la perturber pendant une petite séance de méditation. Pour faire un tel métier, il fallait être pourvu d'un sadisme et d'une cruauté sans limites, c'est pourquoi Haocia était toujours classée dans les infréquentables. D'autant plus qu'elle maniait des pouvoirs sombres et dont la plupart des humains craignait les sources de cette magie, et même les effets de celle-ci. Haocia était-elle devenue comme ça à cause de la magie noire, ou bien est-ce parce qu'elle était comme ça qu'elle avait choisi la magie noire ? C'était un peu comme se demander si la poule était arrivée avant l'oeuf, ou bien le contraire. C'était un cycle qui semblait ne pas avoir eu de commencement.

Haocia était comme une sorte de tableau. Le peintre se soignait à dessiner chaque détail, en variant sa palette du noir au blanc. Et au final, tous ces petits détails donnaient une vue d'ensemble, sur une magnifique peinture qu'on admirerait.Chaque détail de sa vie, en passant de son éducation, à ses relations à autrui, ainsi qu'à sa personnalité, donnait le personnage complexe et ambivalent qu'était cette femme. Et le tableau, placé dans un coin de la pièce, changeait totalement l'environnement où il était.

En effet, il semblait que l'atmosphère plutôt chaleureux venait de changer quand on s'approchait d'elle. Tout semblait sombre et maussade. Pourtant, rien n'avait changé, c'était juste une ombre qui gâchait tout le paysage. Une ombre qui avait le pouvoir de rendre laid quelque chose de beau. Une ombre, qui faisait de l'ombre. Les animaux n'étaient plus là, les oiseaux ne chantaient plus, l'herbe semblait moins verdoyante. Tout ça à cause de cette longue cape noire qui se tenait devant Rakell. Elle continua de s'avancer lentement, ses bottes faisant de la poussière quand elle levait le pied, brisant la terre desséchée et infertile. Mais elle ne faisait aucun bruit.

La tortionnaire se mit à rôder autour d'elle. Comme le Corbeau qui survole pendant des heures un animal qui vit ses dernières heures, et qui attend le moment fatidique où il se rassasiera de sa charogne encore fraîche. Elle tournait lentement autour d'elle, sans la quitter les yeux. Elle la dévisageait, la jaugeait avec méfiance, mais aussi avec malice. C'était une sorte de parade d'intimidation. Elle voulait voir si la jeune femme était nerveuse, déjà qu'elle était sur la défensive, si elle était aussi inoffensive qu'elle le laissait paraître. La sorcière sentait qu'elle cachait son jeu. Les femmes, les humaines en tout cas, étaient en général étroites d'esprit, ignorantes, dociles envers leurs maris, et jamais au grand jamais elle ne se baladerait armée dans les sentiers boisés. Encore moins seule, sans son mari qui lui serait armé. Le fait seul, qu'une femme aussi jeune se déplace sans être accompagnée, la rendait louche.

Plus elle observait Rakell qui restait dans les parages, plus les doutes de la sorcière augmentaient. Au plaisir, s'ajouta la suspicion. C'est pourquoi elle revint devant elle, et s'avança brusquement vers la jeune femme pour lui saisir le bras en disant :


Vous allez à la capitale royale en étant armée et seule...qu'allez vous faire à Madorass ? Quel est votre métier, mon petit agneau ?

Sa voix était froide et autoritaire. Paradoxalement, elle lui avait trouvé un petit surnom affectif. En réalité, il n'y avait rien d'affectif là-dedans. C'était toujours dans son petit jeu menaçant. Elle disait "mon", comme pour signaler qu'elle lui appartenait, ou du moins qu'elle était entre ses griffes pour l'instant. Et s'il y avait un agneau, c'était qu'il y avait un loup...Ou plutôt, un Corbeau. Et là, le Corbeau avait hâte de savoir quels mensonges allait sortir cette demoiselle plus qu’intrigante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] _
MessageSujet: Re: Un rat dans le nid [PV Rakell Aily'ss]   Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] EmptyMer 22 Aoû 2012 - 16:23

L'atmosphère était froide et sombre... On aurait dit que la présence de la femme-corbeau rendait la vie autour plus au ralenti, plus morte ! Était-ce son imagination ? La sensation inconfortable d'avoir la tortionnaire du Roi près d'elle ? Ou alors était-ce une sinistre illusion de quelconques magie noir ! Peu importe, Rakell ne se sentait pas en harmonie avec cette femme bizarre autour d'elle.

Autour d'elle oui, elle c'était mise à rôdé comme le ferait un loup autour de sa proie alerte et sur la défensive. Car c'est bien comme ça qu'elle était, alerte et sur la défensive ! Elle savait maintenant que peu importe ce qu'elle dirait ou ferait, cette ombre de la lâcherait pas une seconde. Est-ce qu'elle pouvait se douter qu'elle était une rebelle ? Non, il n'y avait pas vraiment de raison. Elle était armée oui, toute personne sensé qui voyageait dans ce pays en souffrance se doit d'être armé. On ne sait jamais qui on peut rencontrer, à qui on peut avoir à faire et quand est-ce qu'on aura besoin des armes pour la survie !

Cependant, elle avait irrité la femme dans ce qu'elle faisait, peu importe ce qu'elle faisait ici, et elle lui ferait payer le dérangement sans aucun doute. Par vengeance ou par pur plaisir. Un peu des deux pensait-elle. La chasseuse de prime ne pouvait pas continuer ce petit jeu encore des heures. Elle avait un travail à accomplir à Madorass. Quelque chose d'anodin, mais elle avait besoin de tout l'argent qu'elle pouvait récolter. Sa nutrition en dépendait !

Assassiner un fermier de cochon, rien de bien honorable. Ce serait sûrement une tâche bien facile et rapidement terminé. Sauf que... elle devait se rendre d'abord et la femme-corbeau avait déjà prit assez de son temps. D'ailleurs, celle-ci lui avait saisi le bras pour lui parler. Rakell ne fit ni un, ni deux et tourna sur elle-même, faisait tourner son bras par la même occasion, pour se déprendre de l'emprise de la sorcière. Elle se plia ensuite en deux pour foncer dans les jambes de la femme-corbeau alors qu'elle se trouvait dos à elle. De cette façon, elle la ferait basculer ou du moins perdre un peu l'équilibre. Rakell continua sa roulade plus loin et une fois debout, elle se trouvait face à la tortionnaire. Ses deux lames étaient sorti de leur fourreaux par la même occasion.

"Trève de plaisanterie, je n'ai ni le temps, ni l'envie de discuter plus longtemps avec une vipère !"

Rakell savait très bien qu'elle la provoquerait en disant une telle chose. Elle risquait même, de le regretter d'ailleurs. Mais de toute façon, peu importe la manière, cela aurais probablement terminer de la même manière ! Se mesurer à la tortionnaire était dangereux, mais pas impossible. Et puis, elle n'avait pas peur de la mort. Si son heure était venu, qu'il soit en honorable combat ! Mais, elle n'avait pas l'intention de mourir ici. Dans sa tête, elle se répéta une phrase qu'elle se disait toujours avant chacun de ses combats.

*Une dernière fois dans l'arène, le dernier combat de ma vie... Vivre et mourir en ce jour, vivre et mourir en ce jour...*

Dans un élan de folie ou bien conscience aveugle, Rakell se rua sur la tortionnaire et envoya une dague pour la frapper. Le tintement de la lame contre son sceptre fut entendu en écho dans la forêt silencieuse. Elle riposta avec l'autre lame qui frôla la hanche de la femme, transperçant du coup sa cape à l'arrière et d'un bond Rakell se recula un peu pour se reprendre. Pas trop, le combat rapproché, c'est évident que c'était la faiblesse de la femme-corbeau la voyant avec son sceptre. Et elle ne devait pas oublier, elle usait de magie. Il ne fallait pas douter des personne qui use de magie. C'est quand tu crois trop avoir le contrôle que tu le perd !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] _
MessageSujet: Re: Un rat dans le nid [PV Rakell Aily'ss]   Un rat dans le nid [PV  Rakell Aily'ss] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un rat dans le nid [PV Rakell Aily'ss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Forêt des amanites :: Sentiers boisés-