''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mo Le-Venin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mo Le-Venin



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Anaconda
Métier : Apothicaire
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 30 ans

Messages : 29

Fiche de Personnage : Anaconda

Histoire de Personnage : Demandez à Mo ?

MessageSujet: Mo Le-Venin   Lun 6 Aoû 2012 - 20:16

* * *


Mo Le-Venin


Nom : Le-Venin
Prénom : Mo
Rang : L'Anaconda

Âge : Environ 30 ans
Sexe : Masculin

Race : Humain
Classe : Anaconda. Cette classe veut laisser à son utilisateur une totale liberté de mouvement. Elle n'est pas vraiment un style de combat, puisqu'il s'agit seulement de laisser libre-cours aux instincts primals de Mo. Elle l'expose souvent au danger et aux coups mortels, car ses assauts, même très rapides, ne sont pas calculés. Elle ne nécessite aucun entraînement mis à part une chasse quotidienne pour de la nourriture. Elle est utilisable que lorsque que son utilisateur est à l'aise avec ses facultés reptiliennes.
Métier : Apothicaire illégal
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Équipement : Son inventaire contient une panoplie de potions aux propriétés aléatoires allant du simple antidote au puissant poison:

- 20 fioles en verres
- 3 pots en verre avec couvercles
- Pylon et mortier
- Sacoche d'herboristerie
- Herbes diverses
- Échantillons de venin
- 2 litres de liquide au total (potions et poisons)

Talents de combat physique : Il sait se débattre.

Talents de magie : Il ne maîtrise pas la magie en tant que tel. Il ne connaît pas son existence et encore moins ses différentes pratiques. Il a déjà été témoin de phénomènes magiques, mais n'en comprend pas la signification ou le fonctionnement.

Talents divers : Sa mère lui a transmis ses connaissances en matière d’herboristerie et d'alchimie. Il sait comment récolter les multiples ingrédients, connaît les températures idéales et est parfaitement conscient des effets des mixtures.

Pouvoirs particuliers : C'est ici que les termes ''pouvoirs particuliers'' prennent tout leur sens.

Bien que Mo ne soit pas un démon ou une quelconque créature fantastique, il est atteint d'une violente et impitoyable malédiction qui le rend parfaitement infonctionnel en société. À cause d'elle, il ne connaît ni repos, ni vie sociale quelle qu'elle soit. Clarifications: Elle a probablement été provoquée par une interruption anormale dans le flux magique énergétique organique. Cette irrégularité aurait entraîné une modification génétique importante et permanente en plus d'atteindre les régions de son cerveau sensibles au jugement et aux hallucinations. Le mystère deviendra plus clair lors du Rp.
Sur le plan psychologique, elle le rend totalement inapte à l'interaction autre que celle de base. Il ne reconnaît pas tous les êtres humains et on pourrait comparer ses réflexions à celles d'un déficient intellectuel. Il éprouve, à cause de cette malédiction mystérieuse, des symptômes psychiatriques de l'ordre de la paranoïa psychotique et de la schizophrénie. Ceci sera expliqué plus en détail plus bas dans la fiche.
Le pouvoir de Mo lui confère la possibilité de se transformer totalement ou partiellement en serpent. Sa transformation correspond à l'espèce de l'ananconda, mais partage aussi des propriétés de certains plus petits reptiles, comme les glandes venimeuses et le camouflage adapté.

- Attributs reptiliens: La physiologie de Mo est en permanence anormale. Tout son corps paratge des attributs reptiliens. Il peut donc user d'un odorat hors du commun et d'une peau écailleuse resistante aux coupures et contusions. Ses articulations ne sont pas toujours apparantes et ses os semblent pafois même disparaître. Il possède aussi une régénération cutanée épidermale hors du commun. Mo peut également respirer sous l'eau pour une durée illimitée comme le fameux serpent aquatique et se déplacer rapidement lorsqu'il est submerger. Mo doit également muer, c'est-à-dire changer d'épiderme au moins une fois par jour, sinon celle-ci se dégrade et devient hyper sensible (risque de blessures sévères).

- Transformation reptilienne: Mo peut prendre la forme du serpent. Il n'a pas conscience de sa transformation et elle n'est pas douloureuse. Il ne peut pas parler lorsqu'il est transformé et oublie tout sens de la raison. Il peut changer de forme à volonté à condition d'avoir subi une mue récente. Ses écailles sont sensibles au changement d'environnement ce qui lui donne l'impression de se camoufler.

- Glandes vénimeuses: Des glandes à venin sont dissimulées dans son mandibule inférieur et sont en mesure de produire un venin toxique pour la personne mordue. Mo peut mordre même lorsqu'il est sous forme humaine. Il est immunisé à son propre venin et en produit une dose d'environ une dizaine de ml par jour. Celui s'écoule lors de son sommeil, soit dans ses voies digestives ou à l'extérieur de sa bouche, sous forme de salive ordinaire. Une morsure de venin provoque de puissantes convulsions suivies d'une paralyzie du système respiratoire et nerveux. Si la victime n'est pas traitée, la mort peut s'en suivre. C'est une neuro-toxine qui peut cependant être guérie par un guérisseur ou à l'aide d'un antidote qu'il fabrique lui-même. Le venin est noirâtre.

Apparence physique : Tout ce qui est visible sur Mo semble aussi dérangé que ce qui se trame entre ses deux oreilles. Aucune partie de son corps ne semble être conventionnelle lorsqu'il est question d'un être humain. Tant de l'intérieur que de l'extérieur, sa physiologie est altérée par sa ''malédiction'' ou encore sa maladie, si vous préférez.

Le corps de Mo est complètement recouvert d'une matière visqueuse qui semble devenir un peu moins épaisse lorsqu'il est induit d'eau douce. Sa peau devient alors plus lisse et à l'aspect moins gras. Les différents membres de sa peau sont parsemés d'écailles qui prennent des teintes de vert olive, de noir charbon et de brun noisette. Au toucher, elle semble froide la plupart du temps, mais se tend à se réchauffer lorsque la température augmente. Elle est immunisée aux maladies cutanées et aux infections mineures.

Ses membres extérieurs, ses jambes et ses bras, sont de taille normale et ne présentent pas d'articulations étrangères ou animales. Ils correspondent aux membres humains, mis à part pour leurs courtes griffes au bout des doigts et des orteils. Ils sont particulièrement résistants au chocs et présentent une flexibilité excellente.

Le visage de Mo est hypnotique et androgyne. Il est difficile de se détacher de ce regard de feu, divisé par deux iris reptiliens. De la même couleur que le reste de son corps, ses traits ont une allure sombre et primitive. Tout près de ses yeux et de sa lève inférieure, des parcelles d'écailles bronzes divisent et cartographient son visage. Un bijou en os est inséré dans son nez, suite à un de ses nombreux excès de folie. Pour envelopper le tout, des cheveux tressés et noirs comme la suie tombent sur ses omoplates.

Au niveau du métabolisme, les choses sont un peu différentes. Mo n'a pas besoin de s'alimenter d'un menu varié et seules les protéines lui suffisent et ce, même en très petite quantité. S'il se nourri d'un festin équivalent sensiblement sa masse, il pourra survivre pendant une demi-année voir plus. Il évacue les éxcréments à des étapes précises de sa digestion, au fur et à mesure que celle-ci avance et non d'un seul coup. Son estomac possède des enszymes hyper-puissantes lui permettant de décomposer presque toute substance, mis à part la moelle osseuse qu'il recrache périodiquement. Son système reproducteur est infonctionnel à cause de ses caractères hybrides. Son système respiratoire lui permet de respirer sous l'eau.

Finalement, on ne peut pas parler de son corps sans éviter le sujet de ses glandes vénimeuses attachées à son mandibule inférieur. Elles sont visibles si l'on regarde sous la langue visqueuse, mais, la bouche fermée, elles ne sont pas apparentes. Elles se gonflent lorsque Mo chasse.

Caractère, personnalité : Que dire de cet être tourmenté qui ne sait ni qui il est, ni pourquoi il est ainsi ? Son cerveau est une ligne du temps discontinuée, qui se répète même parfois. Sa vie est un déjà-vu. Les brisures dans le temps et l'espace sont fréquentes pour lui et les événements semblent souvent se répéter. Bien que son corps soit bien dans l'année actuelle, son esprit est resté quelque part entre sa naissance et la mort de sa mère, ou peut-être qu'il s'est noyé dans les douves...

Mo aime les serpents et tout ce qui a des écailles. C'est simple, il n'aime donc pas les créatures à poils, les êtres humains en général donc. Il est persuadé que s'il sort de sa cachette, on tentera de l'emprisonner. Il se cache donc, avec l'idée ferme que le jour viendra pour réaliser son rêve le plus profond, une ambition qu'il chéri depuis qu'il est tout petit, alors qu'il n'allait même pas encore dans les rues: devenir un preux chevalier.

Devenir membre d'une armée en tant que preux chevalier. C'est ce qu'il veut le plus au monde depuis sa tendre enfance. Alors qu'il commençait tout juste à comprendre comment écrire son nom, il rêvassait en se voyant sur un cheval géant dans une armure brillante. C'était un fantasme intense qui régissait tous les aspects de sa vie. D'ailleurs, il préparait même des potions aphrodisiaques pour les offrir en cadeaux à ses futurs frères d'arme. Quand il regardait à travers les craques dans le plafond des souterrains et voyait la lumière, il espérait en voir un ou deux qui passerait sur leur fidels destriers. Parfois même, il entendait son nom.

Mo ne sait pas qu'il est anormal et dérangé. Il croit sincèrement qu'il vit avec un serpent nommé lui aussi Mo depuis son adolescence. En vérité, il s'agit seulement d'un dédoublement de personnalité provoqué par l'éveil de sa maladie. Tous les actes accomplis par l'anaconda sont en fait accomplis par lui-même, souvent transformé complètement. Le jeune adulte croit que son compagnon, par conséquent, est tout le temps avec lui, où qu'il soit.


Histoire :

On ne sait pas grand chose de ces enfants humains qui naîssent pour ressembler aux démons abyssaux, mais qui mèneront une vie aussi innocente et modeste que celle des anges. Il n'a jamais été facile de comprendre pourquoi deux antipodes si éloignés semblaient se ''rapprocher'' autant pour finalement se fusionner à l'intérieur du coeur d'un nouveau-né aussi ignorant de cela que de son nom. Certes, les savants de ce monde ont prouvé que dans ces berceaux ne gisaient pas des créatures démoniaques ni angéliques, mais bel et bien des êtres humains probablement victimes de l'inattention d'une quelconque divinité. On comprit que ni les plus beaux Séraphins, ni les plus odieuses Succubes ne les aimeraient jamais comme leurs enfants. En vérité, je vous le dis, mes amis, Dieu, qui soit-il, s'est lâssé de nous.

Je me rappellerai toujours de cette odeur de jasmin dont les effluves venaient titiller mes petites narines humides, à l'aube de mes 12 ans. Il est difficile pour moi de me rappeller la vie enfant ces avant-midis où la maison s'emplissait des parfums de ma mère, encore si jolie. Ma mère ressemblait à une fleur que l'on ne veut pas cueillir. C'était pour cette raison qu'elle n'était pas encore mariée à 30 ans. On ne voulait pas la cueillir. Cependant, je savais très bien que c'était à cause de moi et de mes foutus yeux tout globuleux. À cause de moi et de lui. Lui. Maman ne voulait pas l'avoueur lorsque je lui posais la question, mais je sais aujourd'hui que c'est ce qu'elle pensait depuis le tout début. Et donc, j'en reviens à ces parfums estivaux qui avaient le pouvoir, semble-t-il, de rendre la vie si facile et le bonheur si aisément abordable.

J'aimais bien ma maman, avant. Je l'aimais quand elle me demandait de l'aider pour fabriquer les potions qu'elle vendaient à la boutique. Je me sentais important. De toute façon, je n'allais pas à l'école, parce que nous n'avions pas assez de pièces pour nous le permettre. J'avais alors beaucoup de temps pour aider Mme Ysilda ( c'était comme ça que les gens appellaient ma mère, mais moi je l'appellais maman) à la maison. Je pouvais même, à l'occasion, sortir du foyer pour aller faire des courses et livrer des produits chez des clients. Maman disait que j'étais suffisamment brillant pour le faire, mais que je devais prendre garde de ne pas m'égarer sur la route du retour. J'avais la fâcheuse habitude de me rendre à une destination en un éclair, mais d'être totalement pris au dépourvu lorsqu'il était temps de retourner. Souvent je m'étais égaré et maman envoyait M. Basile me chercher. Alors, il me ramenait jusque dans ma chambre et allait dans celle de ma mère. Moi, je m'endormais.

Tout allait toujours bien jusqu'au jour et je me lassai de cette vie monotone. J'aimais beaucoup ma maman, mais quand je voyais les grands chevaliers avec leur armure et leur étendard du ''sénat'', je ne pouvais m'empêcher de rêver et de vouloir m'enfuir. Souvent, j'avais essayé de m'enfuir, mais je me rendais compte, en chemin, que j'avais oublié quelque chose et je passait la nuit à essayer de retrouver mon chemin pour retourner à la chaumière. Maman était toujours furieuse. Parfois, je crois qu'elle était furieuse parce que j'essayais de partir, mais, surtout, elle était furieuse parce qu'elle aurait aimé que son fils, à 17 ans, soit en mesure de se repérer au-delà du premier coin de rue, comme les autres adolescents de cet âge. Quand je retournais dans ma chambre après mes escapades nocturnes, je voyais bien dans ses yeux qu'elle en avait marre de toujours se demander si j'allais grandir un jour. Elle était confuse et en colère contre moi, parce qu'elle ne comprenait rien. Moi non plus, mais j'ai sû cette année-là, que je ne serais jamais un preux chevalier en regardant dans les yeux de maman.

Un jour, maman adopta un nouveau copain. Un copain pour moi. J'étais très joyeux parce que je n'avais jamais eu d'ami juste pour moi, avant mes 18 ans. Je me suis dit que Ysilda ne devait plus être en colère après tout ce temps comme elle avait décidé de me faire une surprise. C'était loin d'être un ami ordinaire. Je me souviens de la première où je l'ai vu. Il était vêtu de cette longue robe verdâtre, me rappellant le vert de l'olive ou du venin fraîchement recueilli de la glande. C'était une robe d'écailles parce que mon nouvel ami était un serpent. Jamais je n'avais vu un si beau reptile d'aussi prêt et cela me surprit beaucoup. Toutefois, ce qui me surprit encore plus c'était de constater qu'il n'était pas aggressif et que maman, elle, l'ignorait la plupart du temps tellement il était calme. Ça devait être la raison pourquoi elle me l'avait donné. Très vite, il devint très important pour moi et je ne voulus plus jamais m'en séparer.

Je ne connaissais pas beaucoup de noms et encore moins des noms d'animaux. Par conséquent, je décidai de l'appeller Mo, comme moi. Comme mon nom à moi. En plus, nous partagions beaucoups de points en commun. Nous étions silencieux et peu de gens se souciaient de notre présence. Nous savions comme nous faufiler ici et là sans jamais provoquer de réaction. Nous étions invisibles dans la foule. Surtout, nous avions chacun une fascination étonnante l'un pour l'autre, même en si peu de temps. Nous ne pouvions pas nous séparer l'un de l'autre, tellement que, parfois, je me surpris à caresser ses écailles pensant que c'était mon propre épiderme. Je ne reconnaissais plus vraiment les gens que je connaissais parce que je voyais la vie différemment, de la manière dont lui la voyait. Parfois, même, lorsque je me regardais dans la glace, je voyais ses yeux globuleux fendus d'un iris reptilien. Je ne sursautais jamais.

J'ai aussi appris que, dans la vie, tout ce qui commence a nécéssairement une fin. Tout ce qui commence a une faim, aussi. Maman est tombée très malade quand je fêtais à peine mes 20 ans à moi et nos 8 ans de vie commune. C'était lors d'une chaude nuitée d'été et maman faisait beaucoup de fiève, elle toussait et criait. Elle portait aussi ce bébé dans son ventre depuis presqu'un an je pense. Elle était seule, mais elle a-cc-ou-chait. Je savais que c'était ça qu'elle faisait parce que j'avais entendu le médecin parler l'autre jour. Je connaissais le mot. A-cc-ou-chait. Elle criait, mais elle ne nous avait pas interdit, à moi et à Mo, d'entrer dans sa chambre pendant qu'elle accouchait. Alors, Mo m'a incité à entrer et je me rappellerai toujours de ce moment parce qu'il est très important pour moi. Je voyais Ysilda qui était allongée sur le dos et son front ressemblait à son front lorsqu'elle travaillait beaucoup dehors, quand il faisait chaud. Elle avait chaud. Je m'approchai doucement et je faisais très peu de bruit. Quand j'étais suffisamment proche et que mes pas avaient été minutieux, j'étais capable de voir le petit bébé qui sortait de son corps. Dans une fraction de seconde, Mo l'Anaconda se jeta sur maman qui criait ou qui riait, je ne sais plus. Des fois, avec maman, je ne savais pas si elle riait ou si elle pleurait. Je crois qu'elle pleurait cette fois. Comme pour la serrer très très fort, Mo, mon ami, s'enroula autour d'elle jusqu'à temps que son visage devienne de la même couleur que les lys de l'armoir. Il y avait une peinture de lys bleus sur l'armoire, je l'avais remarqué. Je croyais que des pots se cassaient, mais je comprenais rapidement, quand j'étais dans la chambre de maman, que c'étaient les petits os de sa hanche qui faisaient des bruits. Je regardais Mo et je ne comprenais pas pourquoi il ne bougeait plus, lui non plus. Ni maman, ni lui, ni moi ne bougeaient. Tout était immobile. Je n'avais plus faim.

M. Basile rentra dans la maison, j'avais reconnu ses pas dans l'escalier. Je voyais bien qu'il paniquait devant moi, Mo et aussi ma mère. Je savais qu'elle était morte parce que Basile le criait sans arrêt. Rapidement, il me saisit par le bras et m'emmena jusqu'à l'extérieur de la maison pour me jeter par terre dans la rue. Il continuait de crier, comme quand il venait me chercher quand j'étais tout petit pour me punir. Il n'était pas joli du tout. Comme j'étais couché dans la rue, il pouvait me frapper avec un bâton et ses pieds. Les voisins aussi étaient très en colère. M. Basile les avait tous réveillé. Ils me frappaient et me disaient que j'étais inhumain et que je devais brûler dans le Vein. Je ne savais pas ce que c'était in-hu-main. Je ne savais pas ce que c'était le Vein. Quand j'étais en train de me protéger le visage, Mo surgit de par derrière M. Basile et alla le mordre au cou. Il tomba sur le sol, juste à côté de moi et arrêta ensuite de crier. Les autres voisins aussi avaient arrêtés, parce qu'ils avaient très peur de mon ami Mo, qui me protégeait.

Très vite, je m'étais relevé parce que j'avais entendu les gardes arriver. Ils me faisaient peur parce qu'ils étaient beaucoup plus forts que Mo, ça c'était certain. Je couru à l'intérieur de la maison pour prendre toute la trousse de potions à maman et je demandai à Mo de prendre le reste des affaires importantes qui étaient cachées dans un coffre. Après ça, je m'enfuis très rapidement vers la grande porte de la ville et je plongeai même dans les grandes douves, pour me cacher de mes poursuivants. J'avais réussi à faire comme Mo, j'étais devenu invisible une fois de plus. Puis, pendant un moment, le noir total. Je ne me réveillai que quelque jour plus tard dans cet immense endroit humide. Dans les livres que je lisais ( je regardais seulement les images et j'inventais les histoires), ils appellaient cette place une ''grotte''. Maman me l'avais appris avant. J'étais seul avec Mo, encore une fois. J'étais rassuré et je n'avais plus mal. Ma peau brillait parce que je l'avais changé, comme Mo me l'avait appris à le faire. C'était facile de se sentir bien, comme dans le temps des parfums de maman. Maintenant, c'étaient les parfums des cavernes.

Pour devenir une grande personne, il faut faire une boutique. Ça, je l'avais appris aussi. Heureusement, j'avais emporté toutes les potions et les ingrédients il y a cela 10 ans et j'en ai même trouvé d'autres, vous savez. Cet endroit est devenu ma maison et elle l'était déjà lorsqu'ils l'ont nommée '' attention danger''. Je ne saisissais pas pourquoi il l'avait appellée comme ça. C'était notre maison, à moi et à Mo. Nous l'avions trouvé en premier. En plus, ils s'amusaient à balancer toutes sortes de babioles à l'intérieur des passages lumineux qui me piquaient les yeux. Même qu'un jour, j'étais tombé sur un grand papier encore sec qui parlait d'une panoplie de trucs étranges. Il y avait ce type qui racontait l'histoire de ce jeune homme qui s'était apparamment transformé en serpent géant pour étrangler à mort sa mère et éviscérer un voisin, proche de la famille. Ma mémoire était très courte, ça je le savais, mais cette histoire, je la connaissais bien. Pourtant, les idiots, ils n'avaient pas compris que c'était la faute de Mo si maman était morte ce soir là. Mo avait tout fait, je me rappelle. Je n'y étais pour rien si le petit malin m'avait forçé à regarder. Ce que je trouve parfois étrange, c'est que l'écho de sa voix semble se perdre dans l'écho de la mienne, ici...



En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Souvent. À tous les jours, avec minimum un Rp chaque semaine !

Comment avez-vous découvert le forum ? Un ami me l'a référé. Mici :)

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? Très clean.



Test-RP



Oh petit petit. Si tu savais depuis combien de temps j'entendais tes petites griffes gratter le sol de ma maison. Je savais déjà que tu viendrais à moi, alors que toi, tu ne te doutais même pas de notre présence. Il y a de cela quelques temps déjà. Tu portes cette odeur dans toute ma maison, je la sens. Et puis il y a cette petite queue que tu traînes partout avec toi. Elle est bruyante et comme elle doit être encombrante ! Dis-moi, elle est encombrante ?

Mo a très faim, il me le dit souvent. Cela fait déjà un bon moment que mon ami n'a pas mangé et j'aimerais bien lui offrir un repas. Ici, souvent, on entend les personnes se promener, grimper les échelles et nager dans l'eau. Elles ne savent pas que nous sommes là. Elles ne savent pas que je les regarde, que je deviendrai un preux chevalier, moi aussi. Elles ne savent pas que maman est morte et que Mo est mon ami. Que nous avons le même nom. Elles ne savent rien.

Des fois, je dois t'avouer, je vous mélange toi et elles. D'ailleurs, vous ne me rendez pas la tâche facile, vous êtes tellement timides. Vous vous baladez dans l'obscurité et jamais votre identité n'est révélée. Je dois souvent faire des devinettes. Dans ces moments là, je viens parfois vers vous. J'aimerais me présenter, mais Mo a toujours très faim. Alors, quand je viens pour vous rencontrer, Mo gâche toujours tout. Il vous mange, c'est normal, je vous ai dit qu'il avait faim, ce serpent. Aussi, j'ai remarqué que vous faisiez le même bruit quand il vous étouffe. Je me demande pourquoi vous essayez de vous débattre. J'ai remarqué aussi que vous me regardiez.

Ainsi, quand Mo a terminé, je peux regarder ce que vous laissez derrière. J'aime les os et tissus, mais je préfère les armures froides et brillantes. J'aimerais être un chevalier, moi aussi. Je ne trouve jamais d'armure et je deviens alors très en colère contre Mo parce que je suis certain qu'il les dévore tout le temps, les armures. Mo est très gros et je suis sûr qu'il aime aime bien. Pourtant, il sait que j'en ai toujours rêvé. Mo, par contre, a toujours su comment me rassurer et il m'explique que c'est impossible qu'il ait mangé une armure parce que c'est du métal. Ensuite, je me calme car je sais que mon ami dit la vérité, que ces choses ne traînent pas ici.

Quand il a terminé, Mo vous force à regarder. Il vous rassemble, toi et tes amis et vous demande de rester bien immobile. Il dit que les rats n'apprennent que s'ils sont des témoins directs. Je ne comprends pas toujours ce qu'il veut dire, mais je sais comment muer, donc je le fais. Ainsi, je me débarasse de cette longue robe verdâtre qui traîne sur moi et la laisse tomber sur le sol, devant mes spectacteurs. Très vite, vous petits animaux bondissez sur mon ancien aparât et vous vous le disputez, le déchiquetant en de multiples petites pièces. Vous repartez rapidement et revenez pour le prochain spectacle, quand Mo vous appellera de nouveau.

Oh petits petits, revenez vite.


* * *


Dernière édition par Mo Le-Venin le Mar 7 Aoû 2012 - 22:08, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Querel Sentencia

Fondateur | L’engendreur

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Tourmenteur
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 63 ans

Messages : 474

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage :

MessageSujet: Re: Mo Le-Venin   Mar 7 Aoû 2012 - 18:18

Salut Mo, bienvenue parmi nous à vous deux ! Cool

J'ai vraiment apprécié cette présentation, je me suis laissé porter par l'histoire et l'ai dévorée en 5 minutes !
Tu nous as pondu un personnage très original, et ça c'est vraiment génial. De plus, le réalisme de tes descriptions dénotent d'une bonne maitrise de ton sujet, et c'est très plaisant. Sans parler de l'immersion, qui est tout aussi excellente (la première personne et les réactions simplettes de Mo face aux évènements plutôt glauques, c'est vraiment malsain, et vraiment réussi x))

Bref ! Merci d'avoir choisi Feleth pour tes aventures =D

J'ai néanmoins quelques petites choses à te demander pour que ta fiche se conforme parfaitement à nos attentes !

Premièrement, ton pseudo doit être le nom de ton personnage normalement, donc ici "Mo Marbas" plutôt que "Mo Le-Venin" en principe. Comme je n'ai vu aucun élément dans l'histoire qui donne une justification particulière à ton pseudo actuel, je te laisse le changer (dans le profil ^^) ou alors, si tu y tiens, développer pourquoi c'est ce nom et non son vrai nom qu'il porte !

Deuxièmement, ton personnage doit avoir une classe ! Ce n'est pas un diplôme ou je ne sais quoi, mais juste un qualificatif qui décrit la manière dont se bat ton personnage. Par le biais de tes nombreuses descriptions, on a un apperçu de ce à quoi ça ressemble, mais il te faudrait néanmoins une classe pour unifier ces différents éléments ! (je te propose d'en inventer une et de la décrire, aucune des classes prédéfinies ne correspond à l'originalité de (des ? x)) Mo !)

Troisièmement, c'est un problème de contexte qui revient dans le caractère et l'histoire de Mo : le Royaume de Kaull n'est en place que depuis 4 ans, et ses Capes-Blanches seulement depuis 8 ans. Il est donc impossible que Mo ait eu de telles ambitions, au moment de son enfance. Tu parles de 'Garde royale' ou de 'Capes blanches', mais à cette époque, c'est encore la démocratie qui est au pouvoir ! Il faudrait donc adapter tout ça en parlant plutôt de 'gardes du parlement/sénat/ de l'assemblée...' ou je ne sais trop quoi, je te laisse imaginer cela ^^

Et enfin pour terminer, la malédiction qui affecte Mo, sait-on d'où elle vient ? Son origine est totalement passée sous silence dans l'histoire. Est-ce voulu, pour te laisser encore une marge d'imagination ?

Voilà !
Je te dis à bientôt pour ta validation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mo Le-Venin



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Anaconda
Métier : Apothicaire
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 30 ans

Messages : 29

Fiche de Personnage : Anaconda

Histoire de Personnage : Demandez à Mo ?

MessageSujet: Re: Mo Le-Venin   Mar 7 Aoû 2012 - 18:35

Bonjour et merci !

Merci d'avoir pris le temps de lire toute l'histoire, c'est très apprécié. Merci aussi pour ces commentaires, ça fait plaisir à lire ! Je vais de ce pas modifier les petites d'erreurs liés aux chevaliers, inventer une classe et élaborer sur sa malédiction dans la section pouvoir ! J'ai aussi changé son nom, c'était une petite erreur d'inattention :)

Merci et à tout de suite !



Edit: J'ai apporté les changements. Cependant, j'ai laissé le terme ''chevalier'' à quelques endroits lorsque Mo parle de ses rêves. Dans la description de ceux-ci, notamment dans le début de l'histoire, j'ai modifié. Pour la malédiction, elle est expliquée dans la section Pouvoir. Je trouvais que ce détail technique n'avait pas sa place au sein du vocabulaire trop simplet de l'histoire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Querel Sentencia

Fondateur | L’engendreur

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Tourmenteur
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 63 ans

Messages : 474

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage :

MessageSujet: Re: Mo Le-Venin   Mar 7 Aoû 2012 - 21:41

Mo et Mo,

Je vois qu'à présent tout est en ordre vis-à-vis de mes remarques !
Enfin, tout mis à part le 3e paragraphe du "Caractère, personnalité" de Mo ! Tu n'as pas changé cette histoire de garde royale ^^

Peu importe, je te laisse le modifier en attendant la deuxième validation, tu as déjà la première Cool



N'oublie pas de mettre à jour ton profil (pour la classe) !
Et je te souhaite un bon RP parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mo Le-Venin



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Anaconda
Métier : Apothicaire
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 30 ans

Messages : 29

Fiche de Personnage : Anaconda

Histoire de Personnage : Demandez à Mo ?

MessageSujet: Re: Mo Le-Venin   Mar 7 Aoû 2012 - 21:46

Yaay ! Mici ! Voilà, j'ai modifié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melpomène d'Ambre

Déesse d'Ambre

________________

avatar
________________


Race : Seïrdan
Classe : Déesse d'Ambre
Métier : Mercenaire
Croyances : Aucune
Groupe : Démons

Âge : Autour de deux siècles

Messages : 207


MessageSujet: Re: Mo Le-Venin   Mar 7 Aoû 2012 - 22:24

Bonsoir bonsoir !

Voilà un personnage complètement halluciné de la cervelle, c'est magnifique *.* Je te remercie de nous avoir fait partager cette partie de ton imaginaire, honnêtement, ça valait le coup...

Suite aux modifications demandées par Querel, il n'y a plus aucun problème de contexte. Félicitations !

Et chapeau pour l'histoire et le test, on sent que tu maitrises le personnage, c'est vraiment très bien écrit. On s'y croirait !

Tu peux donc commencer à RP avec nous. Ne mange pas trop de gens quand même... Feleth a besoin de ses enfants...

Que Feleth te garde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Mo Le-Venin   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mo Le-Venin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-