''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyMer 8 Aoû 2012 - 1:14

Non, mais quelle sale semaine ... il fallait bien qu'il tente de trouver des nouveaux employeurs pour ce retrouver dans cette pagaille ! À cause d'un vieux sénile qui ne savait pas ce qu'il voulait, le voilà qui se retrouvait dans le pétrin.

* Je savais que j'aurais dû me méfier ... pourtant, je me doutais qu'il n'était pas net ce tas d'os. * pensait-il. * Ça m'apprendra à vouloir élargir ma liste d'employeurs. *

Grommelant pendant son trajet vers la cité royale, Heïan enfourchait les racines d'arbres jonchant le sol de la forêt qui bordait les environs. Pourquoi ne pas marcher sur les routes connues ? Simplement que c'était trop risqué pour lui avec son métier. Qu'il ne le veuille ou non, il était recherché pour avoir assassiné des gens d'influences par le passé alors que ses employeurs avaient sauvé leur peau. L'avantage dans tout ça ? Ils payaient très bien et malgré les affiches de tête mise à prix qui jonchaient les tableaux de chasse à l'homme dans les villes et villages, le tueur à gages parvenait à vivre aisément.

Heïan avait marché une bonne partie de la journée afin de rencontrer un homme l'ayant convoqué en Madorass pour un travail qui, semblerait-il, l'intéresserait à coup sûr. Piqué au vif, le hors-la-loi ne manqua pas de répondre à l'appel et se déplaça sur le champ. Que ne ferait-il pas pour se désennuyer et voir du pays, en paix avec lui même ? De plus, il se tenait en santé ... il ne fallait pas se le cacher. Autant de marche donnait des jambes en aciers !

Sa robe se teintant de rose et d'orangé, le ciel chassait le soleil pour laisser place à la lune et ses petites soeurs les étoiles. Les oiseaux qui volaient dans le ciel commençaient à regagner leur nid pour la nuit, tout comme les cervidés. Les bêtes nocturnes, elles, s'éveillaient, se préparant pour leur chasse quotidienne.

Sortant enfin de la forêt, Heïan ne manqua pas d'apercevoir les magnifiques lumières de la cité. N'étant venu que rarement en ces lieux, ce spectacle fabuleux ne sembla pas pour autant l'émouvoir. L'homme se contenta plutôt de se faufiler parmi des caravanes de marchands itinérants qui se rendaient en ville pour vendre leurs breloques sans valeurs. La nuit tombait et mieux valait ne pas rester en dehors des murs de Madorass, bien que l'intérieur n'était pas bien sûr non plus par endroits. Le poste de garde se faisait de plus en plus près et bientôt les caravanes durent stopper leur avancée pour l'inspection de la marchandise. Les sentinelles ne portèrent pas vraiment attention à lui, car il restait, immobile, à côté d'un cheval, attendant qu'on les laisse passé. Personne n'en fit de cas ou ne le soupçonna. Une bonne chose.

Le poste de garde franchi et les premiers soldats déjoués, Heïan emprunta les ruelles et s'arrêta lorsqu'il fut hors de vue de tous. Portant sa main gauche à sa ceinture, il tira un rouleau de papier où se trouvait un plan dessiné à la main. C'était le chemin, qui son employeur lui avait fait pour leur rencontre. D'un geste lent, il mit le papier en boule et le laissa se noyer dans un vieux baril rempli d'eau à 2 pas de lui. Se hissant sur quelques vieilles boites de bois, le tueur à gages se hissa sur un toit et de là, se repéra dans la ville.

* J'éviterai les foules de cette manière ... *

Il ne savait pas si la nouvelle de sa capture s'était rendue jusqu'ici, mais mieux valait ne pas prendre de chance. Sautant de toit en toit, Heïan arriva sur les lieux du rendez-vous en quelques minutes. Un homme tout de noir vêtu sortit de l'ombre d'une ruelle et salua son interlocuteur. Ne répondant que d'un simple hochement de tête, Heïan garda le silence, tous ses sens en alerte. L'employeur étira le bras droit devant lui, montrant ce que le tueur à gages redoutait un peu plus tôt.

'' Tu n'as pas eu de chance à ce qu'il parait ... une erreur de débutant pour quelqu'un de ton calibre. C'est bien dommage. Les chasseurs de prime abondent les rues ces derniers temps ''

'' Ce n'est rien. Un peu de piquant ne fait jamais de tort, au contraire. Que me voulais-tu ? ''


L'homme souriait, visiblement amusé par les paroles du tueur. Il laissa tomber le papier au sol et croisa les bras.

'' Un duc tente de prendre le monopole de mon marché de vente de tissus et je veux que tu m'en débarrasses le plus tôt possible ... n'épargne pas sa famille s'il te voit. Tu seras grassement récompensé en pièce d'or. Si tout se déroule comme dans mes plans, j'ai autre chose pour toi. ''

'' Très bien. Où puis-je le trouver ? ''


'' Il a une villa dans les environs du Centurio, de couleur assez spéciale je dois te l'avouer. C'est la seule qui est d'un rouge écarlate. Un vieux saule se trouve à sa droite. Tu ne devrais pas avoir de problème à la trouver. File vers le nord. ''

'' Très bien ''

'' Dans 2 jours, rendez-vous ici même et tâche de ne pas être suivi... ''

L'homme quitta les lieux et Heïan l'imita, se dirigeant vers la taverne qu'il avait vue en cours de route, mais cette fois-ci, en empruntant les rues pour se familiariser avec la cité. Une fois sur les lieux, et poussant la porte, un courant d'air chaud ainsi que la senteur de l'alcool lui fouetta le visage. Grimaçant derrière l'ombre que projetait son capuchon sur son visage, il jeta un coup d'oeil sur la place et alla s'assoir à une table se trouvant complètement au fond et où il serait tranquille. Une jeune femme, travaillant ici vu son accoutrement, lui offrit de prendre de la bière de houblon, spécialité de la maison, qu'il acceptait volontiers.

Enfin, il pouvait se détendre ... enfin presque. Son regard d'améthyste se posa sur un groupe de soldats qui trinquaient à l'opposé de la pièce puis il détourna les yeux vers sa boisson qu'on venait de poser devant lui. Heïan lui donna quelques pièces, plus que nécessaire même.

'' Merci de votre générosité monsieur ! ''

L'ignorant, le tueur à gages bu une gorgée, soupirant profondément. Le vide se faisait autour de lui et les sons baissaient en intensité.


Dernière édition par Heïan Kreiss le Sam 19 Jan 2013 - 4:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyMer 8 Aoû 2012 - 5:44

En pleine journée, alors que le soleil était à son zénith, Rakell était cachée dans une grange en train de regarder la blessure qu'elle avait à l'avant-bras gauche. Elle avait essuyé un combat il y a deux jours dans la forêt dont elle n'oublierait pas. Mais elle ne devait pas s'attarder sur ce qui c'était passé et plutôt voir ce qu'elle devait faire maintenant: accomplir la requête qu'on lui avait donner !

Un homme de stature carré qui voulait garder l'anonymat, apparemment un cultivateur de patate, avait demandé ses services pour tuer son cousin. Celui-ci avait également une ferme et y élevait des cochons. Selon la description du demandeur, il se nomme Jon. Un homme corpulent également, avec une barbe très peu entretenue dégageant toujours une odeur de porc et de rhum. Un homme plus amoureux de la bouteille que de sa femme. Il traînerait tous les soirs dans la taverne du coin appelé "La p'tite Broue".

Rakell avait passé la journée précédente à espionner ses habitudes. Il se lève pas très tôt le matin comme le fait la plupart des fermiers. Il viens nourrir les cochons quand le soleil est bien haut. S'il y a pas de commande de la boucherie du coin, il ne fait rien d'autre. En ce moment même, Rakell était justement dans la porcherie de ce monsieur. Puisqu'elle n'avait pu s'exécuter encore, elle avait décidé de roupiller tout près. Il valait mieux être patient et bien voir les habitudes de sa cible avant de faire quoi que ce soit.

La chasseuse de prime grimaçait tout en rattachant son bandage à son bras. Non elle ne grimaçait pas à cause de sa blessure, mais bien à cause de l'odeur nauséabonde qui émanait partout dans la porcherie. Évidemment Jon ne ramassait que très peu les excrément de ses bêtes. Soudain, elle entendit des pas se rapprocher de la porcherie et vite elle se baissa à travers la montagne de foin où elle avait dormi. C'était justement Jon qui arrivait avec quelqu'un d'autre.

"Alors, dis-moi lequel tu veux. Je t'apporte ça ensuite à la boucherie"

"Eh bien, eh bien, regardons ça"

Un homme, grand et maigre, assez poilu et aux dents à moitié pourri entra et examina les bêtes. Avec son grand tablier taché de sang, il était sans doute le boucher du marché. Un petit commerçant sans doute avec son allure et celui de Jon, ce ne devait pas être de la viande de la meilleure qualité ! Voir presque à variée ! Des produits de viandes pas cher pour les gens pauvres comme eux sans doute.

Les cochons c'était mit à s'énervé et à geindre doucement. Rakell savait qu'ils sentaient la mort venir. Les animaux n'étaient pas bien différents des humains. Une action répété reste marqué dans la mémoire de tout être vivant. Les femmes qu'elles avaient vu torturer par Sloan sentait la mort venir comme ces porcs tranquillement paniqué.

"Lui ! Il est gros. Je veux lui"

"Très bien, je m'en occupe et te l'apporte dès qu'il est prêt !"

"Merci Jon, à tout à l'heure" dit-il en s'éloignant et lui envoyant la main vitement en regardant vers le fermier.

Une fois que le boucher fut parti, Jon se mit au travail. Il alla chercher le cochon élu pour l'attacher avec une chaîne autour de son cou qui était relié à un pilier de fer enfoncer dans le sol de la porcherie, en plein centre. Ensuite, il prit une machette accrochée au mur près de la porte d'entrée. Aussitôt, c'était la cohue ! Les cochons se mirent à courir un peu partout, cherchant une place à se cacher. L'un d'eux avait même rejoint Rakell derrière la butte de foin.

Celui attacher, tirait en vain sur sa chaîne pour se sauver aussi. À force de tirer, il se blessait autour du cou. La torture commença alors. Jon se mit à frapper sans relâche avec la machette, laissant aller des cris horrible venant du cochon. Rakell avait des flash dans sa tête; une jeune femme, une femme enceinte, une femme âgée...torturée, saignée, crier ! Les cris....elle détestait entendre les cris de détresse. Elle devait se contenir pour ne pas exploser.

*FINIS-EN AU PLUS VITE ESPÈCE D'ORDURE !!* se disait-elle dans sa tête, les mains sur les oreilles pour tenter d'étouffer la souffrance de la pauvre bête.

Au bout de quelques minutes encore, plus un son. Le cochon avait finalement succombé. Enfin ! Rakell enleva doucement les mains de ses oreilles et s'étira doucement pour voir la scène. Du sang avait giclé partout et Jon traînait la bête par la patte arrière en sortant de la porcherie pour aller le mener au boucher qui en ferait des quartiers de viandes. C'est seulement à ce moment qu'elle pensa bêtement qu'elle aurait pu l'assassiner juste là, dans la porcherie. Non, il aurait été armé d'une machette. Ça aurait été risqué ! Non elle devait attendre la nuit tombée, quand il serait saoul et qu'il sortirait de la taverne. Cette fois, elle ne le manquerait pas.

En attendant l'heure où il se rendrait à la taverne, Rakell sortit de la grange en se secouant la paille sur elle et chercha un endroit pour se laver. Elle ne devait pas sentir la porcherie de Jon en allant à la taverne. Elle n'alla d'ailleurs pas très loin, la femme de Jon était parti au marché. Elle entra donc dans leur maison pour se laver. En attendant le soir, elle c'était occupée à vagabonder dans la cité comme un autre citoyen.

Le soleil avait laisser place à une noirceur profonde enfin. Rakell était déjà dans la taverne quand Jon y entra. Il alla rejoindre des amis probablement. Tous des saoulons puant tout autant que lui. Se faisant passé pour une voyageuse, elle était assise au comptoir et échangeait quelques mots avec la serveuse qui circulait entre les clients et le comptoir où le tavernier, probablement le propriétaire de l'endroit, lui donnait les boissons qu'elle devait apporter.

Rakell s'ennuyait à mourir. La soirée s'avérait longue et pénible à juste surveiller une bande de saoulons qui n'ont rien de bien à se raconter entre eux. Mais à un certain moment, un homme vêtu de noir et couvert d'un grand capuchon était entré. Elle le scruta subtilement de la tête aux pieds. Vu son allure, cet homme n'était certainement pas un simple citoyen. Surtout dans ce coin dépravé des petits paysan mal habillé et mal odorant ! Un voyageur ? Un rôdeur ? Un marchand illégale ou même assassin et chasseur de prime également ?

Elle ne pouvait en tirer de conclusion tout de suite. Mais s'il était un tueur à gage, serait-il là pour le même homme qu'elle ? Elle n'avait jamais dû être en compétition contre un autre chasseur de prime. Si les choses allaient tourné mal, devait-elle céder son contrat ? Non, pas question. Elle avait trop d'orgueil pour ça ! Se pourrait-il qu'elle ait commit une erreur et qu'on ait démasqué son identité et que cet homme serait pour la tuer elle ?

Quoi qu'il en soit, elle ne pouvait pas s'arrêté sur une seule option, tout était à calculer. La présence de cet intrus l'agaçait au plus haut point et risquait de faire échoué sa manoeuvre. Elle devrait alors encore flâner dans le coin un autre jour. Plus elle flânait, plus c'était mauvais pour les affaires. Ça la rendait malade de penser à ça !

"Excusez-moi.." dit-elle en chuchotant au tavernier qui était devant elle à essuyer des choppes. "L'homme qui viens d'entrer, il est du coin ? Vous le connaissez ?"

"Mm, non. Jamais vu dans le coin"

Rakell ne réagit pas à la réponse et prit une gorgée du grog au miel qu'elle tenait dans ses mains. Elle devenait impatiente dans sa tête, elle ne devait pas montrer de signe de nervosité. Ce serait preuve de faiblesse ! La faiblesse n'avait jamais fait parti de son éducation. Elle devait tout de même faire quelque chose et elle avait bien mijoter son affaire.

Elle se leva du comptoir pour aller aux toilettes qui se trouvait assez proche de la table de l'homme au capuchon. Fermant la porte, elle soupira pour décompresser, vida une bonne partie de sa choppe et ressorti. En avançant près de l'homme, elle tituba par exprès, pour faire semblant qu'elle avait beaucoup bu. Et en titubant, elle accrocha l'épaule de celui-ci, laissant tomber sa choppe sur sa table et qui renversa le peu de grog qu'il restait.

"Oh....merde ! Chwoui dsolé m'sieur ! Merde..."

Elle avait l'air sincèrement désolé de la gaffe, voulant ramasser son dégât tout en étant chambranlante. Rakell savait maîtriser ses émotions et donc de bien jouer la comédie. Le tavernier l'avait vu faire. Il savait fort bien que la demoiselle n'était pas saoule. Elle avait à peine toucher son grog depuis qu'elle était entrer. Mais il eut un sourire en coin, croyant qu'elle jouait la comédie simplement pour séduire le jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 1:05

Heïan avait du mal à faire le vide intérieur pour se concentrer sur le procédé qu'il emprunterait pour l'assassinat du dit Duc. Pour cela, il devait envisager tous les scénarios possibles pour mener à bien son contrat. Un seul problème ... Ce que ça pouvait être bruyant une taverne par moment ! La table de soldats hurlaient et frappaient leurs chopes sur la table alors que 2 hommes derrière lui riaient à tût tête. La chaise de celui qui se trouvait derrière martelait même contre le dossier de la chaise sur laquelle il siégeait depuis quelques instants. De la patience et du calme ... facile à dire ! Rageant intérieurement, le hors-la-loi prit d'une main la poignée de sa chope et l'apporta à ses lèvres sans se soucier des allées et venues qu'il y avait dans la pièce.

Le liquide coulait doucement dans sa gorge alors qu'il mijotait quelque chose par rapport à son boulot ... Cependant, le mieux était de rester en ville quelques jours, d'espionner sa cible puis ensuite passer à l'acte. Rien ne pressait et agir à la hâte pouvait le trahir aussitôt. S'il se faisait repérer à Madorass, le tueur à gages aurait de la difficulté à s'enfuir une fois les barricades fermées et les soldats affluant les rues de la grande cité. La discrétion était sa priorité avant tout. Le reste en découlerait selon les habitudes de vie de sa future victime.

Sauf que ....

Quelque peu perdu dans ses pensées, Heïan ne remarqua pas la jeune femme qui titubait. Ce fut la bousculade contre
son épaule qui le fit sursauter. Par réflexe, il avait faillit porter une main à sa ceinture pour prendre sa dague et lui mettre au cou.

* Bon sang ... du calme, ce n'est qu'une ivrogne. *

Se calmant, l'homme se leva de sa chaise. Le regard camouflé de l'homme se posa sur la table sur laquelle s'était répandu le contenu de la chope de l'inconnue, puis sur le visage de la femme ivre. Ses cheveux étaient couleurs neige, chose qu'il n'avait pas eu l'occasion de voir très souvent alors que ses yeux étaient d'un vert vif et assez intrigant. Sa peau était pâle, faisant penser aux poupées de porcelaine ... comme celle qui se trouvait dans la chambre de sa mère lors de son jeune âge.

Chassant cet élan soudain de nostalgie, Heïan resta muet comme une taupe, ne faisant qu'un simple signe de main à la serveuse pour qu'on lui apporte quelque chose afin d'essuyer tout ça, avant que l'ivrogne ne fasse plus de dégâts.

'' T'as de la chance que je ne sois pas de mauvaise humeur ... '' Lâcha t-il tout simplement avant de soupirer.

* Je dois absolument sortir de ce trou à rat avant de devenir dingue ! *


La serveuse essuya la table en vitesse puis se tourna vers Heïan et l'inconnue, s'excusant. Elle fila à toute vitesse, comme si elle n'était pas venue. La table avait été lavée à une telle vitesse qu'il ne l'avait même pas remarqué.

Se rasseyant sur sa chaise, le tueur à gages cala le reste de bière se trouvant dans sa chope, ignorant pratiquement l'étrangère. Heïan n'avait pas envie de s'attarder sur la vie d'une femme ivrogne qui devait boire pour soulager les maux de sa vie ....
il avait d'autres chats à fouetter à vrai dire.

Un soldat avait vu la scène de là où il était assis et avait vu l'individu portant la capine. Fronçant les sourcils, bien qu'il n'était pas très ...sobre, l'homme vêtu d'une armure se leva et marcha à s'agrippant aux chaises sur sa route.

'' Heeeeeeey ... twa ! ''

Heïan tourna la tête vers la voix qui s'adressait à lui. Seules sa bouche et la partie inférieure de son nez étaient visibles de l'ombre de son capuchon.

* Ce n’est pas vrai ... ! Merde *

Réprimandant une prière de jurons, le hors-la-loi fit un faux sourire à l'homme de justice.

'' Oui, qui a-t-il ? ''

'' Tuw ... me semble, légèrrrrrrrr'ment suspect. Tu ne s'rais pas celui sur la panffiche par hazzzzarh ? ''

* Quelle stupidité... comme si j'allais lui répondre '' Oui c'est moi monsieur ! Arrêtez-moi je fais mal aux gens ! ''. Franchement. * Pensa t-il, un rictus amusé au coin des lèvres.

'' Vous devez me confondre avec quelqu'un d'autre, soldat. ''

'' .... Ah ... ah, ça se peut ... eh bien. Vous lui ressemblew. Hic ! ...pardon hehe ''

* Tous les hommes à capuchon se ressemblent, sombre crétin. *

Le soldat s'éloigna pour rejoindre ses confrères et tituba, tombant assit sur les genoux de Jon qui ne sembla pas apprécier ce petit élan d'amour.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 2:05

Rakell, imitant toujours une ivrogne, faisait aller son corps d'avant-arrière pour simuler sa perte d'équilibre. Elle trouva que l'inconnu avait tout de même bien réagis avec cet incident, mais elle avait vu sa main qui avait passer de sa ceinture. Il était armé et ce réflexe ne pouvait venir que d'une personne ayant une vocation qui amène des combats. Et ce n'était pas un soldat !

' T'as de la chance que je ne sois pas de mauvaise humeur ... ''

À cette affirmation, Rakell resta impassible extérieurement, mais dans sa tête...

*Si tu as avais été de mauvaise humeur tu aurais fait quoi ? Essayé de me tuer, laisse-moi rire*

Il pensait peut-être pas ne faire face à une femme qui maniait aussi très bien les armes et qu'elle n'était pas bourrée du tout en réalité. Jamais, elle se serait mit dans un tel état en plein boulot, ni même jamais dans cet cité rempli de soldat du Roi ! La serveuse vint essuyer le dégât qu'elle avait volontairement fait.

"Messi !" dit-elle avec un sourire innocent à la serveuse avant qu'elle ne retourne à son travail.

La serveuse partit, l'encapuchonné s'était rassit à sa chaise en ignorant complètement sa présence. Ça ne s'arrêterait pas là. Elle prit place sur la chaise à côté de lui.

"J'm'appelle Nol..hic ! Nola ! J'vous..." Elle se fit interrompre par un soldat qui parlait tellement fort.

Celui-ci était réellement bourré. Cependant cette interruption devint des plus intéressante. Le soldat demandait si l'étranger n'était pas celui qui s'affichait sur les panneaux. Rakell n'avait pas vraiment fait le tour de la cité depuis qu'elle était sorti de la forêt, elle n'avait pas vu ces panneaux. Elle se mit à fixer le soldat ainsi que l'étranger à tour de rôle en gardant un air naïve, mais en réalité elle écoutait très attentivement le court échange qu'il y avait entre les deux hommes.

L'homme au capuchon disait ne pas être l'homme que le soldat avait vu sur les affiches et le soldat s'en alla. Il était vrai que le soldat avait pu confondre avec quelqu'un d'autre. Surtout qu'il était complètement saoul et pouvait très bien se tromper. Pourtant, cette information la titillait et elle devrait vérifier par elle-même un peu plus tard. Si cet homme se retrouvait sur des affiches, c'était peut-être la raison de son capuchon. Cela voudrait dire soit dire qu'il est un rebel qu'elle n'aurait pas rencontrer, soit il était un vrai dangereux criminel rechercher par le Royaume, ou un chasseur de prime, rechercher également.

Le soldat était reparti titubant et allant s'asseoir sur Jon. Jon....il ne fallait pas qu'elle le perde de vu ! Elle se mit à rire en voyant la réaction de Jon qui somma au soldat de dégager de sur lui. Non pas qu'elle trouvait ça réellement drôle, juste pour avoir l'air encore plus naïve et...bourrée ! Elle retenta une conversation avec l'homme en noir.

"Y zont droit de boire comme ça les soldats..? Pfffffff c'pas correk ! Si jamé yavais un criiminel..ici même !! Et si c'tais toi le criminel !?" Elle riait.

"Avec ta tête sur des panf....le mot là ! Même si on voit méme pas ta tronche !" Rit.

"Et là tum tuerais là, par terre. juss là !" Pointe le sol et manqua tomber de sa chaise. Elle se remit à rire.

"Bin la y s'rais même po capabe de t'attraper ! S'rais pas correk, non ! Y s'rais pas dé bons soldats pis l'Roi se facher. P'tête qui les tuerais ! Ça s'rais bin faite pou lui passe y a pas faite son boulot !"

Pendant elle parlait et essayait de voir quel réaction aurait l'intrus et qu'elle essayait de le voir dans son capuchon, elle avait un peu oublier Jon. Quand elle y repensa, elle tourna la tête pour voir à la table où il étais assis et l n'y était plus. Ses yeux ronds, le coeur serré, un moment de panique. D'où elle était assise, elle étais dos à la porte de sortie. Il avait dû partir pendant qu'elle faisait l'ivrogne devant le capuchon.

"Merde !" Dit-elle soudainement et d'un ton frustrée. D'un bon, elle se leva, la chaise renversant par derrière en un bruit assourdissant. Elle fonça vers la porte pour sortir, étant soudainement plus ivrogne du tout, mais bien alerte dans tout ses sens. Elle avait laisser en plan l'inconnu sans donner la moindre explication. Et puis, elle ne lui en aurait pas donner de toute manière. Elle voulait en finir rapidement avec ce tueur de porc sans scrupule ! L'encapuchonné, elle le retrouverait bien un peu plus tard !

Dehors, elle scruta dans la noirceur seulement faiblement éclairé par des torches planté dans le sol pour indiquer les chemins. Elle avança vers le chemin que Jon empruntait pour retourner chez lui normalement et elle fini par l'apercevoir plus loin. Il était seul, personne dans les environs. C'était le moment d'agir et vite ! S'accroupissant pour marcher doucement, elle sortit sa dague droite pour arriver derrière lui et lui tranchée la gorge. Elle approchait rapidement et l'homme ne se doutait point qu'elle était là.

Mais avant de passé à l'acte, une chose lui vint en tête. Si elle le tue ici, il faudra qu'elle traîne le corps plus loin. L'accusée sera facile avec tout les gens qui avait vu Jon et elle dans la même taverne. De plus, elle était tellement parti en furie après avoir laisser croire qu'elle était ivre, non elle ne pouvait pas l'exécuter ici même. On la retracerait sans problème. Elle ne pouvait se permettre d'être accusée de meurtre dans la cité. Surtout sans preuve qu'il était un criminel.

Elle avait déjà une petite idée de comment elle s'y prendrait. Alors elle se remit à marcher normalement et ranger sa dague dans sa ceinture.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 3:13

Se disant qu'il aurait enfin un peu de tranquillité, voilà que l'ivrogne s'asseyait sur la chaise vacante se trouvant à sa gauche. Qu'est-ce qu'elle voulait cette greluche ivrogne ? N'était-elle pas capable d'aller harceler quelqu'un d'autre ... de lui laisser SA bulle ? Ah non, c'était certainement trop difficile pour une ivrogne, c'était un fait.

"J'm'appelle Nol..hic ! Nola ! J'vous..."

'' Enchanté Nol ... hic '' Lança t-il sur un ton complètement indifférent qui voulait signifier fou moi la paix MERDE !

À son plus grand malheur, il ne lui restait plus de bière dans sa chope. Non, mais quelle galère quand même. Puis, du coin de son oeil gauche, Heïan regarda la dénommée Nola.

" Y zont droit de boire comme ça les soldats..? Pfffffff c'pas correk ! Si jamé yavais un criiminel..Ici même !! Et si c'tais toi le criminel !? "

Décidément, elle se trouvait bien drôle avec sa réponse extrêmement songé. Lui, un criminel ? Oui et non, si l'ont pouvait dire ça comme ça. Il tuait des gens, en effet, mais pas des personnes innocentes. Ses employeurs n'étaient peut-être pas nets, mais ils étaient tout de même respectables. Et puis, Heïan n'acceptait pas les contrats d'assassinat sans de bonnes justifications. Tuer pour rien ne faisait pas partie de sa philosophie de toute manière et il ne fallait pas penser qu'il prenait un malin plaisir à enlever la vie. Au contraire.

'' Qui sait ... ce peut-être n'importe qui, non ? ''

"Avec ta tête sur des panf....le mot là ! Même si on voit même pas ta tronche !"

Encore une fois, elle riait. Décidément, cette fille était pénible ...

'' Il a dit panffiche '' soufflant d'un ton neutre.

"Et là tum tuerais là, par terre. juss là !" Pointe le sol et manqua tomber de sa chaise. Elle se remit à rire.

'' ... c'est surtout ta chaise qui va te tuer par terre ... juss là '' rétorquant à sa suite, roulant les yeux dans l'ombre.

" Bin la y s'rais même po capabe de t'attraper ! S'rais pas correk, non ! Y s'rais pas dé bons soldats pis l'Roi se facher. P'tête qui les tuerais ! Ça s'rais bin faite pou lui passe y a pas faite son boulot !"

'' Juste leur présence ici ce soir nous fait voir qu'ils ne font pas leur boulot et m'attraper n'est pas très compliqué. Je suis complètement immobile ''

Il ne savait pas ce qu'elle voulait, mais quelque chose lui disait que quelque chose clochait en ce moment et habituellement, son intuition ne le trompait jamais. Heïan fronça légèrement les sourcils, ne perdant pas l'étrangère de vue. De plus, ses agissements vinrent confirmer ses soupçons.

L'homme sur lequel le soldat ivre s'était assis accidentellement avait disparu. Le fait qu'il soit absent des lieux semblait inquiéter la jeune femme aux cheveux de neige, mais pour quelle raison ? Ces doutes furent rapidement dissipés lorsque celle-ci quitta la chaise comme une flèche. La suivit du regard après la chute de la chaise au sol, Heïan ne perdit pas de temps à comprendre ... on venait de se jouer de lui. Cette femme qui était ivre ne l'avait jamais été en réalité. Une chose était certaine, elle jouait bien le jeu !

Le tueur à gages se leva donc de sa chaise et sortit à la suite de l'inconnue, mais empruntant le chemin des toits pour une meilleure vision. Du haut des maisons, Heïan suivait sa cible d'un pas silencieux. Au loin, un homme, certainement sa cible à elle, marchait tranquillement, seul. Heïan stoppa son avancée et s'accroupit voyant que la jeune femme semblait tenter quelque chose.

* Intéressant *

Ses déplacements, sa posture démontrait qu'elle n'était pas une débutante. Mais qui était-ce ... ? Les paroles de son employeur lui revinssent alors en tête :

* ... Les chasseurs de prime abondent les rues ces derniers temps *

Peut-être était-ce le cas. Si oui, il devrait maintenant redoubler de prudence, car elle pourrait très bien entravé son travail et c'était hors de question.

* hm? *

La jeune femme avait cessé toute manoeuvres pour continuer d'une démarche un peu plus calme.

* Eh bien, pas de spectacle sanglant ce soir *

Elle devait certainement avoir réalisé que sa fuite de la taverne après le départ de cet homme paraîtrait suspecte si l'on découvrait le corps dans les rues de la cité, ou du sang. M'enfin, c'était une hypothèse comme une autre après tout. Il pouvait très facilement se tromper, mais étant lui même un assassin, il comprenait certaines réactions corporelles et le mode de pensée de ce type de personne.

Pour le moment, il se contenta de suivre de loin, restant dans l'ombre et dans un silence absolu. Ses mains se restaient jamais bien loin de ses dagues et ses sens eux, étaient en alerte. C'était bien de jouer au chat et à la souris, mais il n'aimait pas les surprises ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 4:12

Décidément, ce ne serait pas cette nuit encore qu'elle pourrait tuer ce Jon. Cependant, cela ne lui faisait pas plus de peine que ça. Elle avait bien l'intention d'aller vérifier l'affiche dont le soldat avait parlé plus tôt. Il s'agissait peut-être de l'étranger à capuchon avec qui elle avait eu une drôle de discussion. Ou quelqu'un d'autre. Peu importe ! La prime était peut-être plus volumineuse que celle faite par un fermier pour assassiner son cousin qui avait plus l'air d'un porc que ses propres cochons !

Oui, elle s'occuperait de Jon plus tard. Non seulement pour la prime qu'elle aurait, mais tout simplement parce qu'il était porc et qu'il torturait ses cochons. Elle avait dû subir le supplice de l'écouter, elle jouerait probablement à l'abattoir avec lui également le moment venu. En attendant, elle avait mieux à faire.

D'ailleurs, elle se senti épier à ce moment. Si l'étranger à capuchon était bel et bien un assassin, un chasseur de prime ou quelque chose du genre, il avait surement trouver curieux la façon dont elle était partit. Surtout qu'elle avait dévoilée qu'elle avait jouée la comédie jusque là en quittant la taverne de la sorte. Il l'avait peut-être suivi. Si c'était le cas, sois il la voit comme une menace et veut la tuer, ce qui prouverais peut-être que l'homme sur l'affiche de recherche est probablement lui, soit il avait le même contrat qu'elle et il sait maintenant qu'elle est chasseuse de prime également. Ce qui pourrait laisser un doute que ce n'est pas lui sur l'affiche de recherche.

Elle avait arrêté de marcher un moment, droite et immobile pour laisser Jon prendre de l'avance. Les yeux tournés dans le coin gauche de ses orbites pour voir si elle ne verrait pas dans son angle périphérique, une silhouette qui pouvait la suivre. Elle ne vit rien. Pour faire voir de rien, elle se remit à marcher en prenant un autre chemin que celui que Jon avait emprunter pour rentrer chez luii.

Elle marchait normalement, fredonnant même un air sans parole pour avoir l'air décontractée. Elle faisait mine de savoir où elle allait. De toute façon, elle connaissait bien la cité. Alors elle faisait exprès pour tourner dans un chemin ou l'autre, à gauche une fois, l'autre à droite. De cette façon, cela lui permettait de voir du coin de l'oeil derrière elle, à gauche et à droite. Ses soupçons s'avéraient vrai.

*Sur les toits....petit malin ! La capuche aussi. Je sais que c'est toi monsieur de bonne humeur*

Maintenant qu'elle se savait suivit, elle devait tenter d'échapper à son regard un instant pour pouvoir renverser la situation.

*Que veux-tu, l'étranger ? Je t'ai séduit ? Ou t'es devenu de mauvaise humeur ?* Elle esquissa un faible sourire du coin de la lèvre.

La jeune femme continua de marcher légèrement en se dirigeant vers un endroit où il y avait tout plein de passage entre des bâtiments qui étaient des boutiques. C'était pas large, plus petit encore que des ruelles régulières. Dans ce coin de la cité moins nantis, il y avait très peu de lumière qui éclairait ces petites ruelles. Ces ruelles, vu du ciel par exemple, formaient des chemins qui n'était pas vraiment parallèle, ni en quadrilatère. C'était un n'importe quoi, certaines étaient en courbe, ascendante ou descendante. Rakell choisi l'une d'elle au hasard pour faire un 90 degré rapidement. Une fois dans la ruelle, elle se fondait dans l'obscurité et accéléra le pas en faisant gaffe où elle mettait les pieds pour ne pas qu'il ne l'entende marcher.

Un peu plus loin, un groupe de jeunes adultes, saouls et excités, parlaient fort. Cela aiderait à camoufler les faibles sons qu'elle aurait pu faire en se déplaçant. Elle zig-zaguait à travers les mini ruelles pour rapidement monter elle aussi sur un toit et lui faire face. Elle ne jouerait pas au chat et à la souris bien longtemps ! Elle rampait presque en montant pour ne pas être repérée la première. D'un balayage du regard, elle cherchait à le trouver. Lorsqu'elle vit une silhouette à capuchon, accroupi et cherchant sans doute l'ivrogne de la taverne, elle s'approcha doucement, toujours en rampant.

Rakell se redressa derrière un immense cheminée qui était probablement celle de la boulangerie.

"Je savais bien que tu n'étais pas un simple paysan comme tout ces imbéciles ivrognes du coin." Dit-elle en se dévoilant pour lui faire face et pointant l'une de ses lames vers lui, l'autre était tendue le long de sa cuisse.

"Oh ! Suis-je l'une de ces imbéciles ivrognes ?" Elle souria en faisaint mine de "rire" également. "Tu y a cru..hin !"

"Tu cherches les ennuis ?" lui demanda-t-elle sur un ton sévère, toujours dans la même position. Ferme et sans peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 5:14

Du haut de sa cachette, perché sur le toit de la bâtisse la plus haute du pâté de maisons, Heïan se trouvait dans l'ombre d'une cheminée et attendait patiemment de voir ce qui se passerait avec ce fameux Jon. Mais contrairement à ce qu'il crut, l'inconnue s'arrêta et le laissa Jon, sans le suivre plus loin.

* Et bien ... revirement de situation l'on dirait bien. *

À ce moment, il savait qu'elle savait ... Elle se sentait suivie, il n'y avait aucun doute là dessus. Il le sentait. Sauf qu'il se mit à douter sur le moment, car elle rebroussait chemin en marchant normalement. Ses oreilles percevaient même un léger fredonnement.

* Elle joue la carte de la fille qui fait semblant ... *


À cette pensée, un faible sourire en coin amusé se dessina sur ses lèvres alors qu'il sauta pour rejoindre le toit de la maison voisine. Sauf que, contrairement à l'étrangère, il ne connaissait pas très bien Madorass, ce qui lui était assez défavorable vu la situation. Heïan tentait de mieux qu'il le pouvait de garder un oeil sur elle de ses perchoirs, mais celle-ci zigzaguait.

* Bien joué. Tu m'as bien piégé petite maline ! *


Et hop ! Elle l'avait bien eu ... Dans ce labyrinthe de chemins, le hors-la-loi avait perdu les traces de sa cible. Mais où pouvait-elle bien être allé celle-là. Les rues et ruelles étaient désertes, ou presque, à cette heure tardive, et il fallait s'avouer que des toits, la vision du bas n'était pas très claire. Tout était sombre, à peine éclairé, ce qui n'arrangea pas le cas d'Heïan.

* Où es-tu allé petite souris ? *

Écoutant tout simplement les bruits, puisqu'il n'arrivait pas à voir clairement, le jeune homme put s'orienter et suivre ce qui semblait être les pas de sa cible. Mais bientôt, d'autres bruits se mêlèrent à eux. Un groupuscule probablement venant de sortir d'une taverne se trouvait dehors et brouillait les pistes par leur voix portante. Désorienté, Heïan avait perdu les traces de la femme à la chevelure blanche. Se déplaçant de quelques pas sur le toit où il était niché, le tuer à gage posa un genoux afin de s'accroupir et jeta un coup d'oeil dans la ruelle. Rien.

Ce fut un faible son provenant de l'arrière qui l'alerta. Elle était rapide certes, mais il savait qu'elle se trouvait non loin, derrière lui.

"Je savais bien que tu n'étais pas un simple paysan comme tous ces imbéciles ivrognes du coin."

Enfin, elle se montra et Heïan se redressa, pivotant ensuite sur ses pieds pour lui faire face. Il haussa les épaules paresseusement et ajouta :

'' n'importe qui d'assez lucide aurait pu le soupçonner, mais il n'y avait que des ivrognes dans cette taverne. Enfin devrais-je dire ... presque ''

"Oh ! Suis-je l'une de ces imbéciles ivrognes ?"

Décidément, elle était fière de son coup. Et avec raison, mais contrairement à elle, jouer la comédie n'était pas son fort. Il préférait observer de loin et terminer le tout vite fait, bien fait.

"Tu y as cru..hin !"

'' Pour tout avouer, tu m'as bien eue. Mais tu t'es trahi avec ton départ précipité tout à l'heure '' dit-il avec un sourire en coin visible par la faible lueur que projetait la lune.

"Tu cherches les ennuis ?"

Le ton de la voix de son interlocutrice était ferme et elle se tenait sur la défensive. Sa posture laissait clairement voir qu'elle était du genre à ne pas se laisser marcher sur les pieds et qu'elle n'avait pas froid aux yeux. L'inconnue avait dégainé ses armes, dont l'une le menaçait. Quant à lui, elles étaient à leur endroit respectif ; à sa ceinture, au niveau des reins.

'' hm... ''

Heïan croisa les bras sur son torse, faisant mine de réfléchir alors qu'il n'en fit rien. C'était seulement pour énerver la femme qui se trouvait devant lui. Il haussa de nouveau les épaules.

'' Pas réellement non. Je voulais seulement voir à quel genre de personne j'avais à faire, comme t'es bien amusé à la taverne. ''

L'homme garda le silence une longue minute, les bras toujours croisés au même endroit. Il n'avait aucunement bougé et n'avait l'intention de sortir les armes que si l'opposante décidait d'attaquer. Comme il sentait la fatigue monter, l'envie de se bagarrer n'était pas trop présente.

'' Alors, tu es chasseuse de prime si j'ai bien compris. Mais je peux me tromper. ''

Tout d'abord s'il s'avérait que oui, savait-elle que sa tête était mise à prix, et pour combien de pièces d'or ? S'il avait deviné, il était dans de sales draps et le seul moyen pour lui de la faire taire était de la suivre à son insu alors qu'elle tenterait de mettre fin aux jours de Jon, soit de la tuer. Mais pourquoi tuer un si joli minois ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 5:54

Cet homme restait calme devant elle, un contrôle absolue également. Peut-être étais-ce une façon de camouflé qu'il était aux aguets, prêt à lui sauter dessus si jamais ça tournait mal ou qu'elle aurait le dos tourné. Une sorte de...comédie ? Tiens tiens, elle n'étais peut-être pas la seule à jouer ces cartes ! Même avec l'arrogance qu'elle utilisait, il restait de marbre, comme dans la taverne. Bien qu'elle jouait la fille stupide et bourrée, elle avait été arrogante de dire qu'il était peut-être le tueur. C'était pour bien voir comment il réagirait, tenter de trouver une faille chez lui. Mais en vain, il était en contrôle de lui-même à 100%. Du moins, en apparence !

Les jeunes gens plus loin commençaient à s'éloigner en sens opposés. Leurs voix se faisaient de moins en moins forte et le toit de plus en plus silencieux. Le ciel c'était ennuagé, les étoiles et la lune recouvert ne laissant pratiquement aucune lueur éclairer cette nuit si sombre. Les deux chasseurs de prime, debout sur un toit, étaient pratiquement invisible avec leurs vêtements sombre, sauf peut-être quelque reflet de lumière sur leur peau. Du moins, celle de Rakell. Elle présentait plus de peau que son opposant évidemment.

Il y avait eu des moments de silence que Rakell gardait. C'est souvent dans un moment de silence qu'un personne nerveuse craque. Elle ne supporte pas le malaise et se trahi ou alors provoque un geste impulsif. par exemple; attaquer. Mais pas l'étranger. Il restait encore et toujours impassible. Une douce brise c'était levé et caressait le visage de Rakell, laissant les pointes de ses cheveux ondulés virevolter tranquillement.

Après un moment, il osa l'interpellé comme une chasseuse de prime. S'il avait bien compris ? Bien sure qu'il avait compris ! Elle ne pouvait pas mentir cette fois. Il l'avait suivi dehors de la taverne. Elle avait fait une erreur à ce moment là et elle devait essayer de rattraper le coup.

"Ah oui tu crois ?" Elle fit un léger sourire. "Ne sois pas si sure. Peut-être ne suis-je qu'une simple criminelle qui tue pour son bon plaisir ?" En disant cela, elle baissa doucement son arme, puisque celui-ci n'avait pas sorti les siennes.

"Si tu as raison, peut-être que je suis à ta recherche. Les affiches, elles sont partout ! C'est toi avoue-le. Tout ce cirque n'était peut-être encore qu'une comédie pour t'amener jusqu'ici non ? Pourrais-tu croire en tous ce que je dis et fais ? Ou alors c'est peut-être là maintenant que je joue encore la comédie ? Saurais-tu démystifier ?"

Elle souriait de nouveau, gardant toujours son regard droit sur lui pour surveiller tous mouvements menaçants.

"En te retrouvant sur les affiches, c'est que tu as commis aussi une erreur chasseur de prime, si on présume que c'était une erreur que j'ai faites ! Et si je présume que tu es également chasseur de prime. Ou alors, c'est toi l'assassin, un agresseur ? Un dangereux criminel recherché ? Et si on était tout les deux des criminels, qui tuerait qui selon toi ?"

Elle était prête à un combat et il y en aurait peut-être un vu les circonstance. Cet homme la gênait. Il avait vu ce qu'elle s'apprêtait à faire dans la rue, il ne devait pas tout gâché ! Néanmoins elle se tût pour le moment, attendant de voir sa réaction avant de faire quoi que ce soit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 18:12

Le silence perdurait entre les deux individus, mais pour sa part, Heïan y prenait même plaisir. Il pouvait rester ainsi des heures durant, à seulement écouter le vent souffler dans la chevelure des arbres, apportant par la même occasion, d'autres sons.

Durant son adolescence, après l'incident de son père au manoir de ses parents, il avait du fuir et se retrouver seul pendant dans longues journées, voire une semaine, sans rencontrer ne serait-ce qu'un marchand itinérant passant tout simplement sur son chemin. Au départ, le silence était une chose qu'il détestait, mais il finit par l'apprivoiser avec le temps. Il n'avait pas eu le choix ... il ne le lui avait pas demandé non plus. Le jeune adulte qu'il commençait à devenir à ce moment-là trouva même primordial ce silence lors de ce moment de sa vie. De toute manière, toute once de lumière avait disparu de sa vie. Il n'y avait que l'ombre des ténèbres qui l'enlaçait, tout comme son cousin muet. Lorsqu'il passait dans les villages pour tenter de remplir son ventre qui criait famine, le bruit qui régnait autour des marchands faisait souffrir ses tympans devenus sensibles à ces assauts sonores agressant. Il volait quelques fruits et du pain puis fuyait comme un lâche dans la forêt, grimpant dans un haut arbre pour manger sans qu'on ne le dérange. C'était aussi lui qui lui permettait d'avoir une concentration à toute épreuve, ou presque, lorsque venait le temps de s'entrainer à manier la dague. Bref, il ne pouvait avoir que le silence comme ami fidèle, un ami qui ne laisserait jamais tomber a moins, qu'un jour, il ne réussisse à le chasser.

Revenons à nos moutons ...

Au loin, les jeunes adultes semblaient clairement quitter les lieux. Leur cri et leur rire se faisaient de plus en plus lointain, plongeant les deux criminels dans un silence des plus absolu. N'ayant toujours pas bronché, ne serait-ce que d'un poil, le tueur à gages patientait, fixant son interlocutrice qui semblait attendre quelque chose. Oh, mais il n'était pas très pressé non plus. La nuit n'était très avancée encore. Il avait jusqu'à l'aube. Sinon, il pouvait toujours s'assoir pour être plus confortable.

Bon ... mais enfin, il n'allait quand même pas faire attendre une demoiselle ainsi. Volontairement, il brisa le silence de sa seule constatation et se réjouit intérieurement qu'elle réponde. Cependant, la tournure que prenait son discours s'avérait prendre une tournure des plus intéressante.

"Ah oui tu crois ?"

Heïan restait muet. Elle continuerait à parler, son petit doigt le lui disait. La jeune femme ne pourrait s'arrêter là et quitter les lieux les mains vides. Elle aussi était curieuse de savoir à qui elle avait à faire, il en était persuadé. Sinon c'est qu'il divaguait à cause de la route d'aujourd'hui et que le soleil lui avait tellement tapé sur le capuchon que son jugement en était altéré.

"Ne sois pas si sure. Peut-être ne suis-je qu'une simple criminelle qui tue pour son bon plaisir ?"

La jeune femme baissa son arme, qui se positionna d'une façon semblable à sa jumelle tenue dans l'autre main de celle-ci. Au moins, elle n'attaquerait pas tout de suite. Il était donc temps d'aller fouiller un peu plus loin ...

"Si tu as raison, peut-être que je suis à ta recherche. Les affiches, elles sont partout ! C'est toi avoue-le. Tout ce cirque n'était peut-être encore qu'une comédie pour t'amener jusqu'ici non ? Pourrais-tu croire en tout ce que je dis et fais ? Ou alors c'est peut-être là maintenant que je joue encore la comédie ? Saurais-tu démystifier ?"

'' Oh oui ... c'était certainement une ruse de ta part de m'apporter jusqu'ici. Si oui, je me suis avoir comme un débutant. Non, mais, quelle honte quand même. Il vaudrait mieux que je me cache... Ah, mais je suis déjà caché. ''

Lâcha t-il d'un ton quelque peu cynique.

'' Il est pratique ce capuchon. Surtout pour observer, sans qu'une personne ne soit réellement certaine qu'on la regarde vraiment. Mais, si c'était réellement une ruse, je ne crois pas que tu aurais passé ta soirée à surveiller cet homme, non ? Pas aussi longtemps du moins. ''

La jeune femme ne baissait pas sa garde et était alerte, tout comme en contrôle d'elle-même. Tout comme lui, elle attendait de voir comment la situation tournerait, c'était évident.

'' Des erreurs j'en ai commises, oui. Comme tout être humain. Personne n'est parfait malheureusement. Mais si tu aurais vu les affiches et lut la description, car moi je l'ai fait, comme tout chasseur de prime, criminel ou agresseur dont la tête aurait pu être mise à prix n'importe quand, pourrais-tu me dire quelle somme j'aurais peut-être sur la tête? Admettons que c'est moi, ce fameux meurtrier sanguinaire qui attaque de bons plaisirs, je ne crois pas que tu serais encore là, à discuter tranquillement pour percer à jour le jeu d'un inconnu. ''

Une fois de plus Heïan se tut, n'attendant pas de réaction précise de sa part. Elle pouvait rester parfaitement calme, comme jouer le jeu ou se ruer vers lui. Tout pouvait être imprévisible désormais.

'' Cependant, je te propose quelque chose ... ''

Le tueur à gages savait qui était la cible de la chasseuse de prime, bien qu'elle tentait de lui emmêler les méninges. Donc, il n'avait pas à avoir peur de se faire déranger dans son travail et de devoir partager sa récompense. Chose qu'il n'aurait pas faite de toute manière. Quoi ? Oui il était égoïste quand cela concernait sa survie. Qui ne l'était pas ?

'' Comme je déduis que nous avons une cible différente, si cela peut te rassurer, et que je n'ai nullement envie de me faire déranger dans mon travail, je te propose une trêve de 3 jours. Si tu juges qu'il est bon pour toi de m'achever d'ici là, libre à toi. Je te laisse tranquille, si tu en fais de même. ''

Évidemment, il lui donnait un gros indice, sur qui il devait être. Il ne fallait pas être imbécile pour le deviner et puis il aimait laisser les gens dans le doute. Jouer un peu ne le dérangeait pas, mais ce soir, il n'en avait pas envie et les muscles de ses jambes commençaient à lui élancer à force de rester debout dans cette position.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 20:54

Bien vu ! Il ne se laissait pas berner par son jeu. Même s'il devait pas en être totalement certain, il laissait voir encore une fois que rien de ce qu'elle disait ne l'atteignait. Il ne semblait pas trop se poser de question non plus. Il était chasseur de prime tout comme elle et il avait bien vu qu'ils n'avaient pas la même cible. Donc, il la voyait un peu moins menaçante. Rakell devait-elle en faire autant ? Peut-être... En même temps, la cité regorge de contrat, d'affiche pour des têtes mise à prix. On ne manquait pas souvent de travail ici quand on était chasseur de prime. Surtout si on savait où aller chercher les contrats. Car les têtes, elles n'étaient pas toutes afficher à la vue de tout le monde, non. Ça c'était des gens recherché par le Royaume. Des gens qui avaient enfreint les règles du Roi ou de simple rebelles qui s'opposait à son règne !

Hors donc, quoi qu'il en soit, ils finiraient probablement un jour par avoir la même cible. C'est là que ça deviendrait compliqué ! Il n'était pas rare que des chasseurs de primes soient allait ailleurs, soient se battaient pour l'exclusivité des contrats. Du moins, ceux qui n'étaient pas recherché du Roi. Ceux qui étaient recherché essayait le moins possible de venir travailler dans la cité même.

'' Cependant, je te propose quelque chose ... ''

Quelque chose à lui proposer ? Ah oui ? Elle fut déjà étonnée qu'il lui dise qu'il avait quelque chose à lui proposer. Elle avait déjà croisé d'autres chasseur de prime. Jamais l'un d'entre eux avaient "proposer" quelque chose. Il y avait un combat ou bien elle ne le revoyait plus ensuite c'est tout. Il était bizarre celui-là...

'' Comme je déduis que nous avons une cible différente, si cela peut te rassurer, et que je n'ai nullement envie de me faire déranger dans mon travail, je te propose une trêve de 3 jours. Si tu juges qu'il est bon pour toi de m'achever d'ici là, libre à toi. Je te laisse tranquille, si tu en fais de même. ''

Une trêve de 3 jours ??! Décidément cet homme avait des idées pleins la tête. D'abord et avant tout, Rakell avait seulement arqué son sourcil droit vers le haut. Aucune autre réaction. Pensait-il que ça serait juste ça ? Et si sa cible à lui était peut-être un travail intéressant. Peut-être plus intéressant que Jon. En faite, surement. À moins que lui aussi ait prit un contrat à l'improviste sur le chemin alors qu'elle revenait de Venill. Dans la cité même, dans les hauts quartiers. On trouvait d'avantage de contrats plus intéressant et qui rapportait plus. L'étranger venait probablement de rentrer dans la cité aussi, s'il était dans cette taverne à ne pas surveiller sa cible.

Et rien ne lui disait que sa cible, ce n'était pas elle ! On sait quand est-ce que quelqu'un peu mettre un prix sur la tête d'un chasseur de prime. Il aurait alors raison, ils n'avaient pas la même cible. Puisqu'il savait qui était sa cible à elle, il aurait qu'à attendre qu'elle soit occupé sur le cas de Jon pour lui arriver dans le dos. Il ne fallait pas prendre cette proposition à la légère ! Dans un cas certain, elle le surveillerait, elle découvrirait qui était sa cible et ne le perdrait pas de vu !

"D'accord" Dit-elle en remettant ses lames dans leurs fourreau. "Une trêve...pourquoi pas ?" Les lames ranger dans sa ceinture, elle avança d'un pas sure vers l'étranger en lui tendant une main, pour conclure l'entente.

Lorsqu'il tendit la main lui aussi, elle tira sur celle-ci, forçant alors le corps de l'homme à basculer un peu vers l'avant. Rakell se jetta sur le dos en tenant toujours la main de l'homme. Avec ses jambes, poussa contre l'abdomen de celui-ci, le faisant ainsi pirouetter vers l'avant, retombant lourdement sur son dos. En se tournant, car elle était aussi sur le dos, elle tenait toujours sa main et la tordit dans un sens très peu confortable et elle accota son autre bras contre le cou de l'homme pour l'immobiliser.

Elle n'avait pas sorti ses dagues et se retrouvait le visage au-dessus du sien en sens contraire. Cette proximité avait permis aux deux personnes, de vraiment voir le visage de l'autre.

"Faut pas trop me faire confiance, si tu vois ce que je veux dire. Je t'ai à l'oeil, chasseur"

Ces mots dits, elle le lâcha et en deux mili-secondes étaient descendu du toit et disparu dans l'ombre des ruelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 23:00

"D'accord"

Et elle acceptait sans poser de questions ? Cette fille-là n'était pas nette et il se devait de redoubler de méfiance. Ils ne se faisaient pas confiance et c'était plus que naturel. Entre personnes ayant un travail similaire sur certains points, mieux valait se tenir loin les uns des autres au risque de se faire voler ce qui nous revenait de droit. Dans ce domaine, c'était le plus rusé et le plus rapide qui gagnait.

"Une trêve...pourquoi pas ?"

Celle-ci rangeait ses armes, signe que la discussion ne se terminerait pas en affrontement ce soir. Tant mieux ! Les entailles et les blessures seraient pour une autre fois.

La chasseuse de prime s'approchait alors d'un pas confiant qui mit Heïan sur ses gardes. Elle était trop confiante. Une main pâle se tenait devant lui, dans le vide, n'attendant que de conclure l'entente qu'il avait proposée quelques secondes plus tôt.

* Je ne la sens pas cette fille ... *

Et il n'eut pas tort. Bien qu'intérieurement il hésitait, extérieurement il garda son sang-froid et imita le geste de son interlocutrice. Mais, surprise ... d'un geste brusque, elle lui fit perdre l'équilibre en tirant sur son bras puis en quelques secondes se retrouva sur le dos après une magnifique volée dans les airs. Une chance que la boulangerie était fermée à cette heure, sinon l'on se serait demandé ce qui se passait là-haut.

Ne pouvant guère bouger, car on l'avait bien immobilisé et que son bras était dans une posture assez peu confortable, Heïan ne chercha pas à faire le moindre geste. Pas qu'il n'aurait pas pu, il s’était souvent retrouvé dans cette situation au fil des années, tout simplement parce qu'il n'en avait pas envie. Le visage de la jeune femme fut bientôt visible juste au-dessus du sien, mais à l'envers. Elle était trop près encore une fois ... sa bulle était sacrée.

"Faut pas trop me faire confiance, si tu vois ce que je veux dire. Je t'ai à l'oeil, chasseur"

'' Ce n'était pas le cas, de toute manière ''

Se retrouvant de nouveau libre et la chasseuse de prime enfui, Heïan s'asseya et passa une main sur son dos en grimaçant. Pendant la roulée dans les airs, il s'était raidi, chose qu'il aurait pu évité, mais on l'avait pris par surprise.

* Sale garce *

L'homme se redressa sur ses jambes puis s'approcha du bord du toit, sauta habilement au sol tout en fléchissant les genoux puis se mit en marche vers l'auberge qu'il avait repérée un peu plus tôt, non loin de la Panse repue. Un bon bain chaud pour détendre les muscles ferait du bien, mais pas plus qu'un bon lit moelleux. Au moins, il avait suffisamment de pièces pour séjourner une bonne semaine à Madorass, repas inclus. Et comme son employeur lui promettait une coquette somme, rien de mieux pour mettre de bonne humeur. Tant que ne se mêlait pas de ses affaires, bien entendu.

Une fois sur place, le hors-la-loi poussa la porte de l'établissement et demanda à avoir une chambre pour la nuit, mais la dame d'âge mûr se trouvant là semblait hésiter.

'' Puis-je avoir votre nom, monsieur ? ''

Le doute et la méfiante étaient visibles sur le visage de la dame. Jugeant qu'il était préférable de gagner sa confiance, au cas où, Heïan repoussa son capuchon d'un geste de main, laissant ainsi son visage et sa chevelure à découvert. Déjà, la femme se calma et la tension dans les épaules se relâcha.

'' Dayll Vandïel, madame. Si cela ne vous embête pas, je paierai la somme totale ce soir. J'ai tendance à oublier rapidement ''

* Quel nom hideux quand même. À ce stade, l'imagination ne joue pas en ma faveur il faut croire *

'' Ah oui ? Mais c'est parfait. '' dit-elle avec un large sourire. '' Vous êtes un voyageur n'est-ce pas ? Je ne vous ai jamais vu dans le coin ''

'' Vous avez misé juste. Voilà '' posant les pièces juste devant celle qui devait être la patronne de la place.

'' Je vous remercie grandement, monsieur. Votre chambre est à l'étage, 3e porte à votre gauche. Passez un bon séjour et il y a quoi que ce soit, n'hésitez surtout pas. '' dit-elle en lui donnant la clé en main propre.

D'un simple signe de tête et d'un faux sourire chaleureux, Heïan monta l’escalier éclairé seulement de 2 torches. Celles-ci grinçaient affreusement sous son poids les marches restèrent intactes une fois en haut. L'homme prit donc la clé de la chambre de la main droite, entra l'extrémité dans le verrou et posa la porte qui eut un bruit similaire à celui des escaliers. Une fois à l'intérieur, il verrouilla puis soupira.

* Enfin, un peu de tranquillité et... mon dos est en purée ...*

Se défaisant de sa cape, celle-ci vola jusqu'à atterrir au pied du lit puis ce fut au tour des bottes qui allaient dormir par terre à côté de la porte. Se dirigeant vers la petite commode, Heïan prit le bout de tissu et le trempa dans l'eau tiède pour ensuite se laver le visage. Levant les yeux vers la glace poussiéreuse du meuble de fortune, l'homme se regarda sans rien dire. Le vide qui régnait dans son regard lui faisait peur parfois ... à croire qu'il avait complètement perdu son âme. Baissant et détournant les yeux tout en pivotant, l'homme laissa échapper un long et profond soupire avant de se laisser tomber sur le lit. Restant dans cette posture, le sommeil l'apporta dans un gouffre sombre et lointain. Les souvenirs de cette journée jouaient en boucle à chaque fois qu'il fermait les yeux et entrait dans un profond sommeil. Il réentendait le cri de sa mère, le regard fou de son père qui tenta de l'assassiner, les paroles qu'il lui dit sur sa naissance non désirée... ces mêmes paroles qui l'avaient brisée par le passé.

Se réveillant enfin à cause de ce foutu coq qui hurlait depuis près de cinq bonnes minutes, Heïan se glissa en dehors du lit et se chaussa. Il remit sa cape sur son dos et tira son capuchon. Enfin, il sortit de sa chambre, descendit les escaliers et salua la patronne qui s'apprêtait à quitter l'auberge pour se reposer, laissant le relais à une jeune femme qui lui ressemblait trait pour traits, mais en plus jeune.

* Au boulot maintenant *

Maintenant, il devait se diriger vers le Centurio afin de trouver cette villa d'un rouge sang. Il espérait que son employeur ne s'était pas trompé en lui disant qu'il la trouverait aisément. Mettant le cap vers le nord, prenait le chemin des rues cette fois-ci, Heïan marchait d'un pas moyennement rapide. Il se fondait plutôt bien à la masse, car beaucoup de voyageurs se trouvaient à avoir un accoutrement similaire au sien,
dont un visage camouflé.

Le Centurio ne fut pas difficile à trouver. Toutes ces villas étaient magnifiques et le quartier respirait la richesse. Cependant, pour ne pas se faire remarquer inutilement de par son accoutrement de pauvre parmi les gens de haut statut, l'homme rasait les rangées de bosquets. Repérant enfin la fameuse demeure, Heïan attendit un instant, car il y avait du mouvement là bas. Il tenta de se rapprocher, mais n'y parvint pas. Les lieux étaient trop à découvert et rejoindre le grand saule était trop risqué en plein jour.

Le duc en question parlait avec ce qui semblait être un groupe de commerçant. Ceux-ci semblaient inquiets et tentaient de parler avec l'homme vêtu d'un costume que seuls ceux de son genre pouvaient se payer.

'' Mais monsieur le duc ... puisque nous tentons de vous faire comprendre que nous ne pouvons pas laisser ainsi tomber notre patron ! ''

'' Je m'en fiche ! Bientôt, votre patron tombera et vous finirez par travailler pour moi ! Est-ce bien clair ? Sinon j'emploierai les grands moyens et vous regretterez amèrement que votre mère ait pu un jour vous mettre au monde ! Fichez-moi le camp avant que je n'enfonce votre sale face de pauvre dans la poussière de ma superbe villa ! ''

'' Mais ... ! ''

'' PARTEZ ! ''

Le cri fut si brusque et violent que les trois commerçants tressaillirent avant de fuir tels des chiens, la queue entre les jambes.

* Quel sale type ... maintenant, vaut mieux attendre que la nuit tombe avant de débuter le boulot. Il me reste encore un jour avant la rencontre avec l'employeur. Ça me laisse suffisamment de temps pour agir. *


Prenant bien soin qu'on ne l'avait pas vu en train d'épier sa cible, Heïan quitta les environs de la ville pour se trouver un coin à l'ombre, où il pourrait surveiller sans se faire déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 4:10

En quittant le toit où elle avait renverser le chasseur de prime, elle avait emprunter un autre chemin, mais pour se rendre tout de même à la ferme de Jon. Elle se disait qu'elle devait en terminer au plus vite avec ce fermier. Non pas pour l'argent, juste parce qu'elle avait envie de le massacrer et qu'elle avait un cas plus important ensuite: l'autre chasseur de prime !

De retour dans la porcherie, même si l'odeur lui était insupportable, elle n'avait pas le choix. Elle voulait être là quand Jon arrivera pour nourrir les cochons. Quand il venait, sa femme partait en ville. Puisque le jour suivant le boucher était déjà venu, Jon devrait être seul cette fois. Il était rare qu'elle exécutait ses contrats en plein jour, mais c'était le meilleur moment. Pas question de retourner encore à la taverne. Personne n'entendrait quoi que ce soit. Les fermes sont loin l'une de l'autre, Jon sera donc isolé. Et sa femme absente, c'était le meilleur moment.

Coucher dans la paille encore une fois, Rakell se mit à penser à l'étranger et à tout ce qui venait de se passer dans la soirée. Fallait le faire, faire l'ivrogne et se retrouver dans cette impasse. L'engrenage était enclenchée, elle ne pouvait plus reculer. Elle devait garder sa promesse, et garder un oeil sur lui. Du moins tant que lui ou elle sont dans les même parages ! Quelle soirée...!!! Après quelques heures, elle fnit par s'assoupir, même si elle ne dormait jamais vraiment profondément ! La crainte depuis sa jeunesse de se faire faire donner un coup de poignard dans le dos était encore très présente.

Le lendemain, Rakell était éveiller depuis un moment. Son ventre gargouillait et elle commençait vraiment à avoir hâte que Jon arrive pour qu'elle en finisse et puisse aller manger ensuite et surtout, aller se laver encore une fois pour enlever cette odeur de porc. Jon arriva enfin après quelques minutes encore. Rakell le surveillait et attendait le moment propice. Il alla vers le fond pour aller chercher la purée répugnante qu'il donnait au porc pour les nourrir et surtout les engrosser.

Elle en profita pour sortir doucement et sans faire de bruit du tas de foin. Elle prit la pelle de métal non loin de là et s'avança par derrière. Et hop ! Un bon coup derrière la tête et il était parti dans les pommes. Facile, il devait encore avoir des vapes de son alcool d'hier juste à voir la façon qu'il se trimbalait. Pendant qu'il était inconscient, elle se dépêcha de le traîner jusqu'à l'endroit où il abattait les porcs. Le sol, parsemé ici et là de brin de foin, était aussi rester sale de sang sécher des porcs tués précédemment. Elle l'attacha avec la chaîne et chercha la machette qu'il avait utiliser et attendait plus maintenant qu'il se réveil.

Après deux longues minutes, il commençait enfin à ouvrir ses yeux.

"Bon, enfin ! J'avais pas frappé si fort pourtant !"

"Mais qui est-t..."

"Ton pire cauchemar ! On va enfin en finir, j'en avait marre de te suivre. Je fais rarement ça, mais là je vais extrapoler un peu ma façon de tuer. Si tout ce serais bien déroulé, tu serais mort hier soir en revenant chez toi en t'en rendant à peine compte ! Ma lame aurait glisser doucement, silencieusement sur ton cou et ça aurait été terminé en quelques secondes. Sans cris"

"Merde....t'es qui ?? HEY !!! AU SECOURS !!!!"

"Mais malheureusement, y'a un imbécile qui m'avais suivit ! Là tout de suite, tu es seul. Ta femme se rend tout les jours au marché pour acheter plein de bonne chose. D'ailleurs, elle fait des tartes absolument succulente ! Bon aller. Je vais quand même t'empêcher de crier. Ça m'agresse entendre quelqu'un crier"

"Non non non, j'vous en prie !! J'vais arrêté de boire !! Pitié, je vous donne tout mon argent !! S'il vous plait !!"

Pendant qu'il suppliait, elle était en train de lui enlever un de ses bas et le mettre en boule pour lui mettre dans la bouche.

"Que tu boive je m'en fiche et ton argent je l'ai déjà prise hier, caché sous ton matelas" Dit-elle en mettant le bas dans la bouche de Jon en poussant assez creux pour pas qu'il le recrache tout de suite. Avec de la corde, elle le mit autour de sa tête, passant dans la bouche. Pour être certaine qu'il ne cri pas.

"Bon voilà, mon petit jeu. Moi je suis toi, toi tu es un porc qui ne veut pas mourir. Ça te va ?"

Sans prendre le temps qu'il répondre et puis, il n'était pas tellement en position de pouvoir répondre, elle commença son massacre en imitant ce qu'il faisait quand il tuait un porc. À grand coup de machette ici et là, un peu n'importe comment. Quand elle eut terminé parce qu'il ne bougeait plus du tout. Elle inscrit quelques mots sur une partie de son corps qui était le moins atrophié, le torse. Elle avait écrit: "Je suis un porc".

Maintenant qu'il n'y avait plus de vie en Jon, Rakell lâcha la machette et regarda son oeuvre. Elle se trouvait toujours dégoûtante quand elle faisait des choses comme ça. La raison pour laquelle elle en faisait rarement. Ça lui arrivait de temps à autre, quand elle avait les nerfs en boules. Et là, elle avait les nerfs en boules ! Elle sorti de là, avec des éclaboussures de sang un peu partout. Elle se dirigea vers la maison pour aller se laver correctement dans la baignoire et vider l'eau devenu rapidement rouge.

Lavée, rhabillée et recoiffée, elle descendit à l'étage et prit une part de tarte pour se consoler de son horrible geste. Puis, elle sorti dehors, prendre le chemin vers la place du marché et se rendre vers la plus haute ville et tenter de repérer le chasseur à capuchon. En plein jour, il devait bien être en mode "espion" de sa cible. Elle devait vérifier que ce n'était pas elle la cible évidemment ! Accoutrée comme elle était, les gens devinait qu'elle était une voyageuse, mais pas plus.

Sur la place du marché, elle essayait d'évité les foules en essayant de longer les bâtiments. Se sentir coincée parmis plein de gens qui avaient toute sorte d'odeurs et qui suaient la dégoûtait. Elle avait volé une pomme en chemin dans un panier en osier et croquant dedans immédiatement. Lorsqu'elle déboucha sur le quartier bien nanti, elle fut témoin d'une dispute dirait-on.

'' Je m'en fiche ! Bientôt, votre patron tombera et vous finirez par travailler pour moi ! Est-ce bien clair ? Sinon j'emploierai les grands moyens et vous regretterez amèrement que votre mère ait pu un jour vous mettre au monde ! Fichez-moi le camp avant que je n'enfonce votre sale face de pauvre dans la poussière de ma superbe villa ! ''

'' Mais ... ! ''

'' PARTEZ ! ''

Rakell n'avait pas cesser sa marche et surtout, elle ne savait surtout pas que l'homme qu'elle cherchait était cacher dans l'ombre non loin de là. Tenant sa pomme d'une main, elle regarda les commerçants fuir à côté d'elle, puis regarda l'homme surement rempli d'argent, qui semblait en colère. Elle agrandi ses yeux en faisant un sourire, non point moqueur.

"Ils ont sans doute eu la peur de leur vie !" Rit. "Il faut savoir être ferme pour obtenir satisfaction parfois n'est-ce pas ?! Oh ! Pardonnez mon insolence, je suis Nola Swan" Dit-elle en tendant la main qui ne tenait pas sa pomme. "Je viens d'arriver à Madorass, les petits villages commençaient à me dégoûter. Je me cherche du travail à vrai dire !"

Bien sure, elle jouait encore parfaitement la comédie. Elle ne savait pas du tout qu'il était la cible de l'autre chasseur de prime et puis, elle n'avais pas de contrat pour lui non plus ! Cependant, puisqu'elle flânait dans le coin, elle pouvait bien essayer de se faire un peu d'argent. Non pas avec un travail, mais bien pour voler cet homme bien sure.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 5:47

De sa cachette, qui s'avérait être l'écurie de ce gros dégoutant de duc, Heïan observait la scène. Mais quelle ne fut pas sa surprise de voir la chasseuse de prime lui faire la conversation. Fronçant les sourcils, il se demandait ce qu'elle pouvait bien foutre ici. L'avait-elle suivi? Non. Il ne croyait pas, car elle ne montrait aucun signe qui aurait pu affirmer la chose. Quand bien même il aurait voulu s'en mêler, il ne le pouvait pas.

* Si tu oses mettre tes pieds dans ma plate-bande, je te zigouille, joli minois *


Le duc avait les joues rouges de rage et bouillait intérieurement. On pouvait le lire dans ses yeux. Tout ce qu'il avait envie de faire était d'attacher cette bande de crétins sur des chaises et leur arracher les dents, une à une. C'est là qu'une jeune femme fit son apparition. Elle était fort jolie cette petite femme. Oh que oui ! D'ailleurs, le sourire qu'elle fit le remit aussitôt de bonne humeur. Sa garde était complètement baissée et il ne se doutait pas du genre de personne qui se tenait là, devant lui.

"Ils ont sans doute eu la peur de leur vie !"

Celle-ci riait, ce qui fit rire le duc aussi. Il haussa les épaules en secouant la tête de gauche à droite, une mine faussement découragée au visage.

'' J'ai peut-être poussé mes cordes vocales un peu loin. Je dois l'avouer, jeune demoiselle. ''

"Il faut savoir être ferme pour obtenir satisfaction parfois n'est-ce pas ?! Oh ! Pardonnez mon insolence, je suis Nola Swan"

'' Enchanté de faire votre connaissance, Mlle Swan. Je suis le Duc Courchesnes. Propriétaire de cette somptueuse villa et commerçant dans les tissus de haute qualité! ''

Le riche homme prit la main de la jeune femme et fit une brève révérence pour atteindre le dessus de celle-ci et lui déposer un baveux bai -... euh ... baiser quelque peu ... humide. Se redressant, il essuya sa bouche du revers de la main. Cette femme était à faire baver. Un vrai délice pour ses yeux.

"Je viens d'arriver à Madorass, les petits villages commençaient à me dégoûter. Je me cherche du travail à vrai dire !"

'' Du travail ? Il y en a tant que vous le voulez à Madorass ! Cependant, si vous n'avez pas envie de travailler en ville et rester plutôt dans le Centurio, où la vie est beaucoup plus calme et belle, je peux vous offrir quelque chose. ''

Dit-il, se frottant le menton de l'index et de son pouce gauche, réfléchissant.

'' Ma chère femme, cherche une personne digne de confiance qui pourrait effectuer les tâches domestiques dans notre villa. Pour faire bref, les corvées ménagères ''

Au même instant, une femme vêtue d'une robe couleur azur sortit du somptueux manoir. Ses cheveux étaient d'un brun roux brillant et descendaient en cascade jusqu'au creux de ses reins, camouflant en presque totalité ses épaules dénudées. Sa silhouette était svelte et les courbes là où il le fallait. Une beauté naturelle. Tout le contraire du duc qui était petit, bedonnant et qui, lorsqu'il souriait, dévoilait une dentition mal aligné et distancé. Son crâne était dépourvu de cheveux, complètement lisse sur le dessus et qui aveuglerait n'importe qui si un seul rayon de soleil venait qu'à le frapper. La seule trace de poil était la couronne passant au-dessus de ses oreilles et la petite touffe juste au-dessus de son front qui formait un boudin. Bref, il n'avait rien pour plaire !

'' Je vous présente ma magnifique femme, Elsa. ''

'' Enchantée de faire votre connaissance. Mais, pardonnez-moi mon impolitesse. Je dois filer au marché. Je serai rentrée pour le dîner mon chéri. ''

'' À tout à l'heure, ma belle déesse. ''

Elsa lui donna un petit baiser sur la joue et marcha d'un pas gracieux jusqu'à disparaître dans les rues un peu plus bas. Courchesnes la regardait partir avec admiration.

'' Aaaaah ... elle me manque déjà. M'enfin bref ! '' Lança t-il en reposant brusquement ses yeux sur Nola. '' Que disais-je donc ... ah oui ! Alors, l'emploi vous tente ? ''

Un peu plus loin, Heïan regardait la scène et devint soudainement pensif. La femme du duc sortait ainsi, sans escorte ? Il voulait en avoir le coeur net. En toute discrétion, il se faufila entre deux planches mal clouées, les replaça et emprunta un chemin différent de celle de la femme du duc sans avoir à passer sous les yeux de quiconque. Son détour l'obligea à faire face à sa cible, accidentellement, au tournant d'une ruelle assez sombre pour l'heure de la journée.

'' Oh, pardon. J'ai bien cru que nous allions nous bousculer ... ''

'' C'est moi qui marchais plus ou moins rapidement. Je ne regarde pas toujours devant moi non plus. C'est à moi de vous faire mes excuses, madame. ''

Elsa eut un sourire mesquin et se rapprocha davantage d'Heïan qui fut pris quelque peu ... au dépourvu. Ça, ce n'était pas prévu dans son plan. Lui faire face non plus d'ailleurs.

'' Vous avez une belle voix, monsieur l'étranger dont je ne vois pas le visage. Et si vous me montriez à quoi vous ressemblez ? Je pourrais ensuite vous pardonner vous ne croyez pas ? ''

Le corps de la femme se colla contre le sien alors que le tueur à gages faisait quelque pas à reculons. Acculé maintenant contre le mur, la bousculer serait mal aisé. Il devait trouver un moyen de déguerpir avant que cette chaudasse ne l'agresse en plein jour, dans une ruelle.

'' Vous allez vomir si oser enlever ce capuchon. Je vous le déconseille fortement. ''

'' Ah oui ? Et comment un homme avec une aussi belle voix, un corps ainsi sculpté, peut être hideux ? '' murmura-t-elle d'une voix sensuelle, accompagnée d'un sourire charmeur aux lèvres.

* Merde ... réfléchie Heïan! *

Tentant de réfléchir aussi rapidement que possible, Heïan ne lâchait pas des yeux les doigts qui marchaient de son torse jusqu'à son épaule, passant sur le côté de son cou et terminant sur sa joue droite. L'autre main de la jeune femme se posa sur le rebord et tira le bout de tissu vers l'arrière.

'' Oh ! ''

'' ... Quoi ? ''

'' Vous m'avez menti ... ''

'' Et puis ... ? ''

'' Tenteriez-vous de fuir une jeune demoiselle, jeune homme ? ''

'' Peut-être ? ''

Elsa eut un doux ricanement et planta son regard argenté dans le celui de sa nouvelle proie. Une proie qui voulait se sortir de ce guêpier.

'' Petit coquin... j'avais un rendez-vous avec quelqu'un, mais... '' elle se mordilla la lèvre inférieure. '' Tu pourrais le remplacer. J'aime bien jouer ... Je crois que j'ai aussi un petit faible pour toi, beau mâle sans nom. ''

'' Je n'aime pas les femmes ... '' Lâcha t-il spontanément. '' Enfin ..., je préfère celles qui vont dans la forêt et reste assise devant un champignon pendant des heures, retournant à la maison avec la goutte au nez. ''

Ce qu'il disait n'avait aucun sens et ça, Elsa l'avait très bien vu.

'' Si tu cherches une excuse pour te débarrasser de moi, c'est raté mon loup. ''

Faisant mine de regarder au dessus de la tête de la brunette, il fit semblant d'être surpris en rondissant les yeux.

'' Votre époux est ... juste là '' dit-il en chuchotant et lui faisant signe de tête pour qu'elle regarde.

Effectivement, Elsa tourna les yeux tout en pivotant son corps, la forçant donc à s'éloigner de son Don Juan, qui n'en était vraiment un en ces circonstances.

* Bingo *

Heïan profita de cette opportunité pour raser le mur et prendre ses jambes à son cou, remettant son capuchon sur sa tête. Il emprunta la ruelle de gauche puis trouva une pile de 2 tonneaux empilés l'un sur l'autre pour se hisser en haut du toit de la boucherie.

'' Beau mâle ?! Où es-tu ? ''

* Disparu et je ne redescendrai certainement pas ... *


En bas, Elsa était déçue. Elle devrait se contenter de son rendez-vous. D'ailleurs, elle reprit sa marche jusqu'à une maison de fortune où un homme lui ouvrit la porte. Celui-ci la prit par la taille et l'entraina à l'intérieur en l'embrassant vigoureusement.

* Eh bien. Monsieur le duc, vous êtes victime d'adultère. Ce n'est pas de chance *

Une partie de son travail venait d'être faite, il ne restait plus qu'à attendre qu'elle sorte pour voir où elle irait, ce qui se produisit après une bonne heure pour reprendre sa route vers le Centurio, se recoiffant en chemin.

Entre temps, le duc Courchesnes avait invité Nola à entrer dans sa villa afin qu'elle puisse visiter, au cas où son offre d'emploi l'intéresserait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 6:56

Un jeu d'enfant ! L'homme riche avait littéralement tombé dans le panneau. Quand on ne connaissait pas son vrai emploi, il était certain qu'on ne pouvait pas se méfier d'une fille de son genre. Elle était jolie et elle le savait. Du moins, du point de vue de la gente masculine. Si elle se trouvait belle ? Elle se complimentait rarement à vrai dire, sauf s'il était question de son travail, non pour son estime. Elle était en parti un monstre et ça aussi elle le savait.

*Qu-quoi ?! Il va embrasser ma main ?*

Super génial qu'il ait mordu à l'hameçon, mais ces manières trop distinguées la dégoûtait ! En plus, il entrait dans sa bulle en faisant cela ! Et en plus....

*Baveux... *

Tout à fait horripilant !! Au moins, il l'écoutait et semblait même intéressé par elle. Il se présenta: Le Duc Courchesne.

*Un nom horrible et une tête horrible....*

Le Duc continuait de lui parler et ça devenait intéressant ! Il avait apparament du travail pour elle. Ménagère. Le pire métier au monde, celui qu'elle n'aurait JAMAIS voulut faire dans sa vie ! Cependant, cela pourrait peut-être lui rapporter pas mal d'argent. Et faut dire qu'elle n'avait pas eut beaucoup de contrat depuis quelques jours et elle avait beaucoup voyagé. À force de payer des auberges, l'argent s'envolait rapidement. Elle n'avait pas non plus envie de retourner dormir dans la porcherie de Jon... Donc, elle accepterait ce travail. Ça lui ferait une couverture pour le temps qu'elle traînerait ici.

Avant de pouvoir s'avancer à propos du travail qu'il lui proposait, la porte de la maison s'était ouverte pour présenté une assez jolie femme. Le Duc Courchesne c'était tourné vers elle et Rakell en avait profiter pour s'essuyer la main baveuse sur son fessier. Il lui présenta aussi cette dame un peu trop l'air enjôleuse à son goût.

'' Je vous présente ma magnifique femme, Elsa. ''

*Sa femme ?! Il se moque de moi celui-là !*

'' Enchantée de faire votre connaissance. Mais, pardonnez-moi mon impolitesse. Je dois filer au marché. Je serai rentrée pour le dîner mon chéri. ''

"Enchantée de même" Dit-elle en souriant à la femme qui semblait pressée de partir.

*Au moins, elle m'embrassera pas la main celle-là !*

Cette femme avait quelque chose à cacher certainement. Rakell pouvait le sentir tout de suite. Elle ne devinait ce qu'elle pouvait bien cacher, mais elle avait quelque chose de pas très net. Les femmes, elle en avait vu passé dans sa vie des femmes. Elle connaissait leur manière d'être, d'agir, de penser. Sloan en kidnappait parfois quelques unes avant de commencer à les torturer. Certaine pouvait rester sous les égouts dans une petite cage et c'est elle qui était en devoir de les surveiller. Elle les connaissait peut-être mieux qu'elles-même dans leurs fonctions les plus primaires, de survie, l'humain à l'état presque animal. Elle les connaissait mieux que Rakell. D'ailleurs, elle ne se considérait pas comme une femme. Pour elle, elle n'était qu'un vulgaire être vivant, tout simplement.

Tout ce qui fait d'une femme, une femme, est probablement sa capacité à reproduire la vie. Mettre bas à un enfant, sa progéniture, sa descendance, la vie qui continue. Tout ça, Rakell ne l'avait pas, ou plutôt, elle ne l'a plus. Elle ne se souviens plus, mais elle soupçonne Sloan de le lui avoir enlevé ses ovaires lorsqu'elle devait être assez jeune. C'est la première chose qu'il faisait aux femmes quand il commençait à jouer avec elles. Car, il disait qu'il ne répéterait pas la même erreur que le père de Rakell, si l'une d'elle s'échappait après avoir été sauvagement violée, elle ne devait absolument pas tombée enceinte. Par égoïsme peut-être, il refusait de se reproduire.

Rakell avait conclut que très jeune, il avait dû pratiquer la même intervention sur elle et qu'elle était sans doute tomber dans les vapes lors de l'opération. Ça expliquerait aussi les deux cicatrices de chaque côté de son bassin. Pour faire ces opération aussi minutieuse, elle se doutait que Sloan devait être médecin, ou boucher quand il partait travailler là-haut. Rakell n'avait pas pu sortir des égouts avant l'âge de 16 ans, elle n'avait jamais vraiment su où il travaillait quand il ne démembrait pas une femme.

'' Que disais-je donc ... ah oui ! Alors, l'emploi vous tente ? ''

"Oui...Oui oui !" Dit-elle comme en sortant d'une songe. "Avec plaisir, vous me rendez heureuse. Je commence dès maintenant si vous le voulez !"

Le Duc l'invita alors dans la maison, histoire de lui montrer l'intérieur et sans doute lui expliquer un ce qu'elle aurait à faire. Rakell l'écoutait que d'une oreille, son attention était plutôt porter à inspecter en même temps les objets de valeur et les possible cachettes d'argent un peu partout dans la maison. Elle prenait un air sérieuse et hochait la tête, comme si elle était très concentrée sur ce que lui disait le Duc.

Pendant ce temps à la boucherie "Dolonaar & Fils", une boucherie de qualité supérieur pour le quartier évidemment, le propriétaire, Monsieur Dolonaar, était en train d'accrocher sa nouvelle enseigne dehors. Il montait une échelle et un peu plus il repérait le chasseur de prime cacher sur son toit !.

"Monsieur Dolanaar !"

L'homme regarda en bas de son échelle et y aperçu le petit boucher de la basse ville.

"Ah ! Wilfrid ! Que me vaut ta visite ?"

"Un soucis de marchandise. T'aurais pas du porc de trop ? Quelques morceaux. Je te les achète. Je suis un peu prit au dépourvu, mon fournisseur a eu un....grave soucis..."

"Quoi ?" Monsieur Dolanaar laissa faire l'enseigne et redescendit de son échelle. "Comment ça un grave soucis ?? Ses cochons ont attrapés la peste ?"

"Non monsieur ! Il a été assassiné. Ce matin même. Sa femme affirme l'avoir bien vu rentrer hier soir en revenant de la taverne, on sais tous qu'il prend un coup chaque soir ! Quand elle serait revenu du marché, elle l,a retrouvé mort dans la porcherie. Sauvagement abattu comme un porc ! D'ailleurs il y avait un message sur lui"

"Un message ?"

" 'Je suis un porc'. C'est ce qui est écrit apparament ! Là je suis mal, je sais plus où aller chercher mon cochon !"

"Une histoire d'horreur tout ça ! Un nouveau tueur est dans le coin. Faudra se méfier. Viens ! J'ai sans doute quelque chose pour toi"

Les deux hommes entrèrent dans la boucherie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 8:45

Sur le point de quitter les lieux, le hors-la-loi entendit des bruits juste en bas de ce qui était l'entrée de la boucherie. Le bout d'une échelle se posa sur le rebord du toit et on entendit de faibles grincements. Quelqu'un montait et aucune cachette n'était à portée de vue. Il devait prendre la poudre d'escampette au plus vite sauf que ...

"Monsieur Dolanaar !"

"Ah ! Wilfrid ! Que me vaut ta visite ?"

"Un soucis de marchandise. T'aurais pas du porc de trop ? Quelques morceaux. Je te les achète. Je suis un peu prit au dépourvu, mon fournisseur a eu un....grave soucis..."

"Quoi ?"

L'homme, de toute évidence le patron de la boucherie, redescendait pour mettre pied au sol. Piqué au vif, Heïan s'approcha de nouveau et resta accroupi un moment, le temps d'écouter ce que ces deux-là avaient de bon à dire.

"Comment ça un grave soucis ?? Ses cochons ont attrapés la peste ?"

"Nonmonsieur ! Il a été assassiné. Ce matin même. Sa femme affirme l'avoir bien vu rentrer hier soir en revenant de la taverne, on sais tous qu'il prend un coup chaque soir ! Quand elle serait revenu du marché, elle l'a retrouvé mort dans la porcherie. Sauvagement abattu comme un porc ! D'ailleurs il y avait un message sur lui"

Assassiné ? Ce devait être l'homme que la chasseuse de prime traquait la veille. Elle avait agi bien rapidement et en plein jour. Décidément, elle avait de cran pour agir de la sorte. N'importe qui aurait pu la voir, mais si personne ne savait l'identité du meurtrier, ce que le travail avait été bien fait et surtout, discret.

"Un message ?"

* Allé, parle ! Je n'ai pas toute la journée quand même ... *

" 'Je suis un porc'. C'est ce qui est écrit apparament ! Là je suis mal, je sais plus où aller chercher mon cochon !"

Heïan eut un sourire amusé au coin des lèvres à ces paroles. Un porc, c'était original comme comparaison.

"Une histoire d'horreur tout ça ! Un nouveau tueur est dans le coin. Faudra se méfier. Viens ! J'ai sans doute quelque chose pour toi"

Puis les deux individus se retirèrent dans l'établissement. Ne perdant pas plus de temps, le tueur à gages fuit les lieux pour retourner vers le Centurio à son tour. Depuis, Elsa devait avoir presque rejoint sa demeure. La seule chose qui le titillait était de savoir si Nola était présente dans cette même villa en ce moment, et pour combien de temps. Si elle restait dans les parages, sa tâche serait des plus ardues ...

* Comme si j'avais besoin de ça maintenant *

Retournant enfin vers les écuries, Heïan sépara les deux planches qui ouvrirent comme un battant, mais dans le mauvais sens. Se faufilant enfin, il put percevoir la villa. Sauf qu'il n'y avait plus aucune activité à l'extérieur.

* Ils doivent être à l'intérieur *

Déduction qui ne s'avéra pas fausse, car la femme du Duc alla prendre l'air sur le balcon de l'étage supérieur arrière. Elle brossait son épaisse tignasse tout en regardant les environs avant de retournerà l'intérieur. Une autre chose de fait : L'entrée menant probablement à la chambre des maîtres se trouvait là. Un bon point d'ailleurs. Étant dans l'arrière cours, il évitait ainsi les regards.

* C'est parfait. *

À l'intérieur, le Duc Courchesnes avait enfin terminé la visite de sa nouvelle hôte et domestique pour un temps indéterminé.

'' Voilà, je ne crois pas que vous vous ennuierez ici. Si vous cherchez de la compagnie, il y a Arietta, Donalda et Roberta qui sont aussi à ma servie. Elles ont toutes des tâches distinctes dans la villa. ''

'' Chéri, je suis rentrée ! ''

Bien que rentrée depuis un moment, Elsa s'était presque précipitée à sa chambre pour se rafraîchir et se changer de vêtements.

'' Viens là, Bella ! ''

Sa femme s'approcha, marchant comme si elle flottait dans les airs. Le Duc se leva sur la pointe des pieds pour poser un baiser baveux sur les lèvres de son épouse, qui réprimanda une grimace de dégout.

'' Le repas doit être prêt maintenant, et si nous allions nous assoir à la table, autour d'une bonne bouteille de vin ? ''

Et les voilà assis autour d'une grande table de bois massif où se trouvaient plus de chaises que de résidents. Les gens riches ne savaient décidément pas où mettre leur argent, préférant l'exposer en faisant l'achat de biens matériels. Roberta leur apporta les coupes faîtes d'or et versa le liquide dans celles-ci, prenant soin de rester muette et calculant le moindre de ses mouvements. Le Duc regardait d'ailleurs tous ses gestes, ne désirant que la réprimander si elle faisait tomber la moindre goutte ou si elle
versait trop rapidement l'alcool.

'' Alors, d'où venez-vous et que faites-vous dans la vie ... hum ... Nola, c'est bien ça ? ''

Elsa porta ses lèvres pâles et rosées jusqu'à sa coupe et n'en but qu'une petite gorgée avant de la poser sur la table d'un geste délicat. Courchesnes lui, buvait à même la bouteille, tel un homme qui n'aurait pas bu pendant plusieurs jours.

'' Chéri ! '' lança-t-elle sur un ton de réprimande.

'' Oh ... pardon, j'ai quelque peu perdu mes bonnes manières. hehehe ''

Se trouvant bien rigolo, le duc demanda à Roberta de lui apporter 3 autres bouteilles de vin, dont l'une pour lui seulement. Le bouchon enlevé, il but comme s'il s'agissait d'eau. Elsa elle, soupira en le regardant agir puis tourna ses yeux argentés vers l'invitée.

'' Pardonnez-le. Il a de la difficulté à bien se tenir en présence d'autre personne que moi-même. ''

Un faible sourire, un faux sourire, se dessina sur le visage de la Duchesse. En réalité, elle en avait marre de ce bon à rien, ça se lisait dans ses yeux. D'où la raison de ses galipettes avec d'autres hommes. Ce qui l'empêchait de partir était bien entendu sa richesse. Elle aimait le luxe, se sentir belle avec toutes ces robes sophistiquées et par-dessus tout, le regard des hommes sur elle. Elsa était belle et elle le savait, mais en abusait.

Le repas fut bientôt servi et le Duc mangea comme un goinfre, déjà ivre. Elsa elle, mangeait calmement et ne portant aucunement son regard vers son époux. Rien ne l'écoeurait plus qu'un homme qui mangeait comme un porc.

'' Ah vwouis ! Hic ... Nowla. Je me disah que tuw p'rais séjourrrrrné à la willa, si tu le désiwe... hic ! Si non, il y a l'ôberje en bas, où ya les pauvwes types. ''

À ce moment, Elsa quitta la table, s'excusant. Courchesnes la regarda partir puis haussa les épaules en hoquetant.

Le reste de la journée fut plutôt calme ... et longue pour une certaine personne qui n'attendait qu'après le coucher du soleil. Un poulain avait même décidé de se faire copain copain avec lui durant la fin de la journée, couché à côté de lui, la tête sur les jambes de l'homme. Heïan lui caressait le front, assis sur une meule de foin, à chiquer une brindille fraîche. Lorsque ce fut enfin l'heure, il se leva et sortit de la demeure des chevaux pour grimper avec l'agilité d'un félin sur le corps du vieux saule. De là haut, le champ de vision plus que parfait. Il donnait vu sur le balcon, une partie de la chambre des maîtres.

Quelques longues minutes s'écoulèrent alors qu'il ne faisait qu'observer les mouvements dans la villa. Bientôt, ce fut l'heure du coucher pour le Duc. Il entra dans sa chambre, sa chaudasse de femme à sa suite, et ferma la porte. Celui-ci se dévêtit, restant en sous-vêtements. Ce qu'il pouvait être poilu du dos cet homme !

* Quelle horreur ! On dirait un ours *

Sa femme elle, un peu plus pudique, allait échanger sa robe pour une tenue plus légère. Le couple se mit enfin au lit et ils éteignirent les chandelles qui leur faisaient office de lumière en cette nuit claire.

Bien adossé contre le tronc de l'arbre, debout sur une épaisse branche, le criminel attendait patiemment jusqu'à ce qu'enfin, il juge qu'il pouvait passer à l'acte.

* Non, pas tout de suite. Il y a du moment... *

Elsa se levait en douce du lit, et quittait la chambre. Bien que sa vision n'égalait aucunement celle des elfes, il parvenait tout de même à discerner la silhouette fine de la duchesse. Il l'aperçut même passé devant l'une des ouvertures servant de fenêtre de la villa alors qu'elle mettait sur ses épaules une cape de velours pourpre. Aucun son de claquement de porte ne se fit entendre, mais cependant, une silhouette courait dans les rues du Centurio; Elsa avait quitté la maison pour une partie de la nuit. C'était maintenant ou jamais.

Avançant tranquillement jusqu'à la partie la plus sensible du saule, Heïan sauta sur le rebord du balcon en s'agrippant de ses mains. Il se hissa puis s'approcha de l'embrasure de la porte-fenêtre qui menait vers la chambre des maîtres. Marchant d'un pas silencieux jusqu'au lit où dormait, d'un sommeil agité, le duc, Heïan sortit l'une de ses dagues. La lueur de la lune fit briller celle-ci en une fraction de seconde.

'' No...la ? ''

Dit-il en gigotant comme un poisson dans son lit.

'' Viens voir papa, ma poulette ... il te donnera... un gros ... câlin... si tu es ... saaaaaaage ''

* Comme c'est mignon, il parle en dormant *

Cela ne l'affectant point, mieux valait l'achever tout de suite. Heïan posa donc doucement une main sur la bouche du duc et lui enfonça la tête sur son oreiller. Courchesnes se réveilla à peine, tellement il avait été ivre à cause du vin.

* Au moins, il sentira un peu moins la douleur ... *

Respirant et expirant une fois, profondément, le tueur à gages posa la pointe de sa dague contre le torse du riche homme, juste au dessus du coeur, qui avait les yeux mi-clos.

'' Mon employeur te présente ses salutations et ses plus sincères condoléances '' souffla-t-il en un murmure qui annonçait évitablemment la mort du duc.

Heïan enfonçant enfin la dague dans la poitrine de l'homme qui eut un soubresaut, les yeux ronds et exorbités. Ses paupières ne tardèrent pas à avoir des spasmes, se refermant toujours graduellement. Bientôt, son souffle n'était plus. Le duc Courchesnes avait rejoint les siens.

'' Puisses-tu, tout de même, reposer en paix '' murmura-t-il en sortant son arme, pour ensuite l'essuyer sur les couvertures du lit.

Dans cette même pièce se trouvait un bureau de travail empli de papier. Une chandelle brillait d'une faible lueur, car sa vie s'achevait. Curieux, le tueur à gages s'y rendit dans un silence absolu et regarda. Il y avait là des papiers de finances, de fournisseurs étrangers et ... une liste plus sombre que les autres. Sur celle-ci se trouvaient des noms d'hommes, ainsi que leur profession. Les premiers étaient rayés d'un trait fait à la plume. Fronçant les sourcils, il regarda qui était le prochain : son employeur, Abel Naïlo.

'' Parfait ''

Son travail fait, Heïan prit ce papier, le plia et le rangea précieusement dans sa tunique afin de ne pas le perdre. Il ressortit de la villa par le même chemin, sauta sur le saule puis sur la terre ferme et
poursuivit sa course en passant derrière l'écurie. Il pouvait maintenant rejoindre les taudis, direction l'auberge où il prendrait un bon bain chaud avant de se reposer. Demain, il devait rencontrer Abel au soleil couchant et il se devait d'être en forme.

Comble de malheur, en se rendant vers l'auberge où il résidait, il croisa Elsa qui sortait d'il ne-savait-où.

'' Hmmmm ... te revoilà. ''

'' Vous ne pouvez pas me foutre la paix ? ''

'' Je n'en ai pas envie '' dit-elle en le dévorant du regard, bien qu'elle ne voyait qu'une masse noire au niveau de la tête.

Heïan l'ignora et tenta de passe à côté d'elle, sans succès. Elle lui agrippa brusquement le bras avec un regard suppliant. Elle allait craquer sous ses yeux.

'' Par pitié, vous êtes un voyageur non ? Faites-moi sortir d'ici ! Je ne peux plus endurer une seule seconde de plus ce gros porc qui me sert de mari ! Je souhaite qu'il s'étouffe avec sa propre langue tous les jours depuis 3 ans ... je vous en supplie ! ''

'' Je ne crois pas qu’avez à le supporter très longtemps encore. Les gens de sont espèces ne sont guère apprécié de bien des gens. Et si vous regardiez avec plus d'attention les hommes autour de vous ? Il y en a certainement un qui vous intéresserait. Modarass et bien vaste, tout comme les choix ''

Elsa restait silencieuse. Au final, ses paroles n'avaient que glissé dans ses oreilles. Il soupira en roulant les yeux.

'' Hors de question. Débrouillez-vous. ''

Il était hors de question qu'il aide cette femme en s'encombrant d'un fardeau inutile, car elle était un fardeau. Un énorme boulet qui nuirait à sa tranquillité.

'' Mais ... ! ''

'' Vous avez de pièces d'or sur vous ? ''

'' Oui ''


'' Alors attendez le levé du soleil, embarquez sur le chariot d'un marchand itinérant et partez vers Venill. Vous vous y plairez. ''

Sur ce, il reprit possession de son bras et continua sa route sans qu'on ne le suive. Une fois dans l'auberge, la patronne le salua d'un charmant sourire.

'' Bonsoir M. Vandïel. Avez-vous besoin de quelque chose ? ''

'' Est-il possible qu'on me prépare un bain chaud ? J'ai le dos en compote. Je crois avoir fait un faux mouvement en me penchant trop rapidement cet après-midi. ''
Faisant mine de ricaner de honte.

'' Oh, sans problème. Je m'en occupe. Asseyez-vous au comptoir, je vous sers un lait chaud au miel. Ça aide à détendre d'après ma grand-mère. ''


La patronne lui coula le liquide dans une tasse de bois puis elle le laissa avec un homme qui ramassait la poussière dans un silence de mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 16:21

La visite de l'immense Villa était enfin terminer. Il y avait beaucoup de pièce. Elle pensait même avoir du mal à se retrouver, tel un labyrinthe ! Des objets de valeurs, il y en avait un peu partout; des vases joliment décorés, des statuettes, sûrement certains bouquins dans la bibliothèque, la coutellerie, des tableaux accrochés aux murs, même des tapis de valeur ! Cependant, c'était tout plein d'objets qui seraient assez difficile à transporter hors de la maison, surtout à l'abri des regards de tous. Même si elle tentait de cacher ceux-ci sous son....non elle n'avait pas de jupons non plus !

Non, il lui fallait trouver l'argent que le couple cachait sans doute quelque part dans la villa, dans un coffre. Et peut-être même que la duchesse possédait des bijoux assez coûteux. Ça, c'étaient des choses qu'elle devait absolument dénicher et elle pensait bien trouver tout cela dans la chambre des maîtres. Une pièce qui avait été visité. Il faudrait seulement qu'elle a retrouve quand elle le pourrait pour la fouiller.

'' Voilà, je ne crois pas que vous vous ennuierez ici. Si vous cherchez de la compagnie, il y a Arietta, Donalda et Roberta qui sont aussi à ma servie. Elles ont toutes des tâches distinctes dans la villa. ''

'' Chéri, je suis rentrée ! ''

*Bon, je ne suis pas la seule employée. Je ne pourrai pas agir de jour. La greluche ...*

'' Viens là, Bella ! ''

Un baiser fut échangé et de son point de vue, elle avait bien remarqué le dégoût d'Elsa. Rakell avait dû se retenir pour ne pas se mettre à rire ! Le Duc Courchesne les invita donc à manger. Le soleil devait être à son zénith, c'était l'heure du repas de la mi-journée. Le temps passait trop vite. Rakell fut étonnée tout de même d'être invitée à la table des maîtres et que. Arietta, Donalda et Roberta ne l'était pas. Peut-être parce qu'elle était nouvellement engagée et que ce serait probablement son unique repas autour de la table. De toute façon, elle ne serait pas ici bien longtemps encore. Dès qu'elle trouvait ce qu'elle voulait, elle déguerpissait ! Alors, autant mieux profiter du riche repas auquel elle aurait droit !

'' Alors, d'où venez-vous et que faites-vous dans la vie ... hum ... Nola, c'est bien ça ? ''

*Je tue des gens..!*

"Oh j'ai travailler un peu partout. Je voyage, trouver un peu mon chez moi"

Le Duc agissait un peu...comme un porc à la table. assez surprenant pour quelqu'un de son rang ! En même temps, peu étonnant étant donner son allure..! La chasseuse de prime ne faisait que répondre par des sourire inoffensif lorsqu'Elsa excusait son horrible mari.

'' Ah vwouis ! Hic ... Nowla. Je me disah que tuw p'rais séjourrrrrné à la willa, si tu le désiwe... hic ! Si non, il y a l'ôberje en bas, où ya les pauvwes types. ''

*Répugnant....pas mieux que ce stupide fermier que j'ai tué ce matin !*

"Si vous me le permettez, je resterais ici. Votre villa est sublime !"

Elsa avait quitter la table, sans doute écoeurée des comportements de son mari. Dans sa tête, elle dessinait un sourire amusé. Elle termina le repas et laissa le Duc à ses occupations. Elle devait tout de même se mettre à travailler, c'était bien pour ça qu'elle avait été accueilli ici. Elle commença donc par laver la vaisselle en compagnie de Roberta. Rakell lavait les coupes d'or avec intérêt ! Non, elle ne transporterait pas de coupes... Enfin peut-être !

Pour le reste de la journée, c'est les autres femmes de service qui la dirigeait dans les tâches qu'elle devrait faire. Alors qu'elle se trouvait à dépoussiérer dans la bibliothèque, elle se remit à penser à l'homme au capuchon. Pendant qu'elle était ici, il courrait surement les rues ! Et surtout, elle n'était pas en train de l'avoir à l'oeil ! D'un autre côté, ce n'était pas en l'espionnant qu'elle ferait de l'argent.

Le soleil tombé, laissant place à une lune des plus brillante, les ménagères étaient dans leurs "appartements" se trouvait au sous-sol de la villa. Les quatre femmes dormaient toutes dans la même chambre. Il y avait là des lits superposés en bois qui craquait quand elles bougeaient. Rakell se coucha et fit mine de s'endormir pour le nuit. En réalité, elle avait une oreille attentive et attendait le temps qu'il fallait pour la maisonnée soit toute endormie.

Une fois les autres ménagères endormie, elle sortit de leur petit nid pour monter à l'étage. Elle devait traverser le salon et rejoindre le second escaliers qui mènerait en haut, là où se trouvait la chambre du Duc. Alors qu'elle s'approchait, elle entendit un faible grincement là-haut. Vite, elle se cacha derrière un long rideau de soie du salon, jetant un oeil discret. Pendant une fraction de seconde, avec la cape et le capuchon, elle crut qu'il s'agissait de l'homme rencontrer la nuit dernière.

*Mais qu'est-ce qu'il...*

Non non, la silhouette était trop fine. C'était la silhouette d'une femme. C'était bel et bien la duchesse ! Elle filait, encapuchonnée et à pas de renard ? L'intuition de Rakell avait bien raison, celle-ci cachait quelque chose ! Curieuse de voir où elle allait, Rakell attendit qu'elle sorte par la porte de devant et se dirigea vers la grande fenêtre. De là, la vue était belle. La rue où la villa se trouvait était en hauteur comparer à la basse ville. De là, elle pouvait voir assez loin, toute la rue qui descendait et plus bas, les torches qui éclairaient faiblement les quartiers plus pauvre en bas. C'est là que se dirigeait cette chère Elsa.

C'était étrange, mais pourtant, Rakell ne pouvait pas croire que cette femme pouvait être une criminelle, une chasseuse de prime ! Ah moins de jouer trop bien la comédie. Non...elle ne pouvait pas s'être tromper sur son impression. Cette femme cachait quelque chose, mais rien de criminelle.

*Bon, la chambre !*

La jeune femme se ressaisi et quitta la grande fenêtre pour retourner vers les escaliers. Elle ferait attention de ne pas faire grincer le plancher au même endroit que la duchesse, si possible. Accroupie et aux aguets, elle monta les escaliers. Là-haut, en pleine nuit, tout était beaucoup plus sombre. Trouver la bonne direction serait plus ardue qu'en pleine journée. Surtout qu'elle était aller à l'étage qu'une seule fois et c'était lors de la visite !

Rakell trouva enfin la chambre. Doucement et sans un bruit, elle tourna la poignée et poussa la porte doucement. Une fois entrer, elle referma derrière elle, pour éveiller aucun soupçon si jamais le Duc entre-ouvrait un oeil. Toujours les genoux plier, marchant presque à la façon d'un crabe, elle jeta un oeil sur le Duc qui semblait bien dormir et puis elle commença ses recherches. Bijoux, argent, pierres précieuses. Toutes ces petites choses qui valaient assez cher.

Le temps passait, une minute.....deux minutes.... Rakell ne trouvait rien encore. Soudain, elle releva la tête, venant de remarquer que le Duc ne faisait aucun bruit de respiration. Elle se tourna pour regarder vers le lit et avec la lueur de la lune arrivant du balcon, elle put voir un reflet écrlate sur son torse.

"C'est pas vrai..." Dit-elle en chuchotant et se dirigeant aussitôt vers le corps.

Oui, il avait bel et bien été tué. Une courte lame lui avait percer la poitrine. Aucun cri n'avait été entendu et aucun signe de bataille non plus. Le Duc avait été assassiné alors qu'il dormait. Sa femme ? Sa femme l'aurait-elle tué pendant son sommeil ? Un assassinat peut-être sur un coup de tête, ne faisant pas d'elle une criminelle, mais bien une femme complètement désespérée d'un mari si difficile à vivre. Elle aurait ensuite prit la fuite... C'était une hypothèse très plausible.

Dans un élan d'impulsivité, elle voulut rattraper cette femme et en avoir le coeur net. Car, une autre mini hypothèse circulait dans sa tête... Sans prendre le temps de fouiller pour les bijoux, elle sortit de la chambre et de la maison en courant. Elle ne devait pas être trop vu dans la rue par des gens qui pourraient ne pas dormir encore malgré la nuit entamée. Elle courait donc sur les bas côté de la rue au lieu d'en plein milieu pour descendre jusqu'à la basse ville. Là, les maisons et les bâtiments étaient plus rapproché qu'en haute ville. Elle pourrait donc se déplacer sur les toits sans problème et tenter de repérer plus facilement la femme du Duc !

Le regard vif, des déplacements rapide et silencieux, elle scrutait partout à la recherche d'Elsa du haut des toits. Elle avait de la chance, le ciel était dégagé. La lune et les étoiles procurait donc assez de lumière pour assez bien voir dans les rues contrairement à la nuit dernière. Un léger son de voix atteignit ses oreilles. En suivant le son, elle était tombée pile sur la personne qu'elle voulait. Et même....LES personnes qu'elle cherchaient !


'' Hors de question. Débrouillez-vous. ''

*Lui....*

Sa mini hypothèse venait de prendre un peu plus d'importance. C'était lui qui avait assassiner le Duc. La duchesse était peut-être son employeur... De ce fait, Courchesne était la cible et non elle. C'est tout de même étrange que ce soit arriver pile dans la villa où elle avait tentée de faire un vol. Étais-ce une provocation ? Un message ? Peut-être.... Elle devrait en avoir le coeur nette.

'' Mais ... ! ''

'' Vous avez de pièces d'or sur vous ? ''

'' Oui ''

'' Alors attendez le levé du soleil, embarquez sur le chariot d'un marchand itinérant et partez vers Venill. Vous vous y plairez."

Elsa lui tenait le bras, mais il l,avait reprit sans remord et il était entrer dans l'auberge. Quant à la duchesse, elle n'eut pas le choix de partir de son côté. Rakell allait faire une petite visite à son "ami" le capuchon ! Elle descendit du toit qui n'était pas très haut. l'auberge comportait qu'une seule étage, elle n'était pas bien grande. Par l'une des fenêtres, elle avait repéré l'homme en noir et attendait qu'il termine ce qu'il buvait et suivre par les fenêtres, dans quel chambre il allait.

En s'accrochant aux tout petits balcons des chambres de l'étage, elle avait fini par trouver la chambre où était installer l'homme en question. Elle l'avait vu commencer à se déshabillé pour prendre un bain sans doute.

*Dure journée mon mignon ?* Elle fit un sourire en coin avant de se rendre à un balcon plus loin dont la chambre était vide pour grimper et attendre que l'encapuchonné disparaisse derrière le paravent qui gardait une certaine intimité pendant le bain.

Après quelques secondes, elle changea de balcon pour aller sur celui de l'homme et elle entendit bien les flaquements de l'eau. Il faisait trempette ! Silencieuse comme la mort, elle entra par la porte du balcon pour entrer dans la chambre. Elle se glissa vers le lit, s'assoyant au bord, en prenant soin de prendre dans ses mains son chandail et ses pantalons et attendit. Lorsqu'elle l'entendit sortir enfin du bain, elle ne put retenir un large sourire de le voir apparaître au bout du paravent.

"La trempette est bonne ?" Dit-elle d'un air amusé. "C'est relaxant après un dur boulot n'est-ce pas !?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 17:36

Du coin de l'oeil droit, Heïan regardait l'homme qui vaquait à sa tâche ménagère. Le liquide chaud coulait dans sa gorge, lui apportant un certain apaisement. Il était juste assez brûlant et pas trop sucré. Parfait même. Cela lui remémora quelques bribes de son enfance qui paraissaient si floues aujourd'hui. C'était à peine s'il se souvenait du visage souriant de sa mère qui venait le border après lui avoir apporté un lait au miel, avant l'heure du coucher.

Chassant ses pensées de sa mémoire comme l'on chassait les moustiques du revers de la main, Heïan but la dernière goutte et laissa la tasse de bois sur le comptoir. Alors qu'il entamait son ascension dans les escaliers, il croisa la patronne.

'' Vous allez pouvoir vous reposer pleinement. Passez une bonne nuit. ''

'' Merci bien ... ? ''

'' Morganne, je me nomme Morganne. ''

'' Encore merci pour votre hospitalité, Morganne. ''

La patronne lui offrit un large sourire, laissant apparaître les rides qui s’étaient formées autour de ses yeux au fil du temps. La dame descendit dans une série de grincement alors que le criminel s'en allait vers sa chambre en se massant la nuque d'une main. Bâillant légèrement, il prit la clé de sa main libre et déverrouilla la serrure de la porte pour entrer dans la pièce et ensuite refermer le tout derrière lui.

Ne se souciant plus de rien, la fatigue ayant pris le dessus et la petite recette de Morganne faisant effet doucement, l'homme se dévêtît, lança ses vêtements sur son lit et se glissa dans l'eau chaude en laissant échapper un soupir de satisfaction. Il y avait longtemps qu'il n'avait pu se relaxer ainsi. D'ailleurs, ses muscles se détendirent, rendant tout élancements perceptibles. Après ce contrat, il était bien décidé à faire une pause de quelques jours, histoire de changer d'air, comme à son habitude. Après chaque assassinat, l'homme se gardait un moment de répit afin de décompresser et de faire le vide dans son esprit. Le regard de chaque personne qu'il tuait le hantait ... arrêterait-il un jour de commettre de tels actes, pour son propre bien ? Il n'avait pas la réponse à la question, enfin, peut-être que si. Sauf qu'il n'avait jamais suffisamment pris le temps d'y réfléchir. Et puis, s'il abandonnait sa profession, que pourrait-il faire d'autre ? S'enrôler en tant que soldat et nier sa vie passée, cachant la moindre parcelle de ce qu'il avait été et était devenu ?

Toutes ces questions l'assommaient et ... lui plissait la peau. Depuis combien de temps était-il dans l'eau maintenant ? Depuis longtemps, car la vapeur ne s'échappait plus de la surface de l'eau. S'agrippant aux rebords du bain pour se hisser debout à l'aide se ses bras, Heïan leva enfin une jambe, puis l'autre pour en sortir. Il empoigna le linge de bain pour s'essuyer et allait sortir de l'arrière du paravent quand...

"La trempette est bonne ?"

La chasseuse de prime ?! Non, mais qu'est-ce qu'elle foutait ici celle-là?! Il ne pouvait cacher sa surprise face une telle accueil, dans sa chambre, sur son lit, alors qu'il prenait son bain. Quel culot ... et son petit sourire. Il avait envie de la massacrer, mais se résorba, car de toute façon, ses dagues se trouvaient sur la commode avec sa ceinture, derrière la jeune femme.

"C'est relaxant après un dur boulot n'est-ce pas !?"

'' Mouais ... ''

Cracha-t-il en enroulant le linge de bain autour de sa taille, entra le coin supérieur gauche derrière son dos pour tenir le tout attaché, avant qu'elle ne le voie complètement à poil. Non, mais quelle honte quand même de se faire avoir ainsi. Et puis, comment était-elle entrée au juste ? Avant de partir, il avait pris soin de verrouiller porte et fenêtre. Peut-être une employée l'avait-elle ouverte pour laisser entrer l'air ? Non ... ou était-ce un stupide oubli.

Sortant de l'arrière du paravent, il n'en resta cependant pas bien loin. Ses yeux violacés regardaient impassiblement la chasseuse de prime qui ... tenait ses vêtements sur elle.

* Combien gage-t-on qu'elle quitte les lieux avec mes vêtements ? * se parlant à lui même mentalement.

En ce moment même, il maudissait Abel de l'avoir convoqué à Madorass. Il n'aurait jamais dû venir, jamais. Cette greluche lui tapait sur les nerfs.

'' Que me vaut ... l'honneur de ta visite, chasseuse de prime ? ''

La sensation de se sentir nu comme un vers n'était pas très agréable à vrai dire. Pour seul vêtement, il avait un bout de tissu assez long qui ne cachait que ses parties intimes. Devant une inconnue en plus, c'était pour le moins une situation assez gênante et il ne pouvait le cacher. Mais d'abord, il voulait savoir ce qu'elle fichait ici. Soit elle l'avait suivi en cours de route, soit elle se doutait de quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 21:26

"Mouais..."

C'est tout ce qu'il avait pu répondre ! Décidément il restera toujours neutre. Cependant il avait été totalement surpris de la voir là, et ça, ça c'était vu dans ses yeux ! Rakell était donc plus que satisfaite de son coup ! Il était mal à l'aise ainsi vêtu, et Rakell le savait que trop. Elle faisait donc exprès de fixer souvent...la serviette qui lui servait maintenant de pagne. Un sourire accroché à ses lèvres ne pouvait plus disparaître. Un sourire sincère comme il était rare qu'elle le sente ainsi. La plupart de ses sourire n'était que pour berner les autres, ou qu'elle était satisfaite de son boulot et de l'argent accumulé. Non cette fois elle souriait face à la situation cocasse du moment. Elle en était presque mal de sourire aussi spontanément !

Pendant ce temps, ni l'un, ni l'autre ne savait qu'un voisin dans le Centurio avait vu deux personne quitter la maison du Duc Courchesne, habillé de capuchon. La situation était louche et ne pouvait pas être le fruit du hasard. Pourquoi deux personnes aux airs de criminels s'enfuiraient du même endroit. L'homme qui avait vu cela n'avait pas perdu de temps et c'était rendu au baraquement des soldats pour les en avertir. À ce moment là, personne ne savait encore qu'il y avait eut un autre meurtre.

CAPITAINE- "Des voleurs vous dites ?"

TÉMOIN- "Oui, ou des tueurs ! Il y a déjà eu un meurtre à la ferme de monsieur Jon, ça pourrait pas être impossible ! J'ai vu d'abord une femme, avec une cape et un capuchon sortir par devant. Et quelques minutes après, un homme à capuchon aussi, par l'arrière de la Villa de Courchesne !"

CAPITAINE- "Probablement des complices. Merci monsieur, on s'en occupe. Rentrez chez vous !"

Le soldat fit signe à quelques hommes de le suivre pour se rendre à la villa.

CAPITAINE- "Toi, toi et toi vous allez aller fouiller la villa et vérifier que rien n'a été volé et que Monsieur Courchesne et sa femme vont bien. Il est rare de voir des criminels ainsi travailler en complicité. Cependant leur organisation peut devenir plus redoutable et nous échapper deux fois plus. Soyez vigilant. Moi et vous, on va inspecter le quartier de l'extérieur, voir si on ne trouverait pas un indice !"

Ils étaient six soldats. Ils se séparaient en deux groupes pour inspecter le coin. Si ces criminels étaient attraper, ils risquaient fortement les tortures en prison jusqu'à la mort. Rendu devant la villa, déjà la porte avait été mal fermée. À l'intérieur, deux soldats restaient aux rez-de-chaussée et un montait à l'étage.

SOLDAT 2- "Il y a quelqu'un ?? Réveillez-vous c'est la milice royale qui est là !"

Au sous-sol, les ménagères avaient entendu parler au rez-de-chaussée. Un peu affolée, elles mirent leurs pantoufles et montèrent.

DONALDA- "Messieurs ? Que se passe-t-il ? Quelque chose de grave ?"

SOLDAT 3- "Apparament vous n'avez rien entendu"

ARRIETA- "Non, aucunement... Expliquez-nous bon sang !"

SOLDAT 3- "Un témoin dans le voisinage auraient probablement vu des voleurs sortir de la villa. Rien de bizarre n'est arriver ?"

DONALDA- "Non.."

ARRIETA- "Oui !" Les deux autres la regardèrent, interrogées. "Monsieur Courchesne venait d'engager une nouvelle ménagère la journée. Il l'avait rencontrer tout bonnement dehors, devant la villa et.."

ROBERTA- "..Et elle n'es pas là. On viens de se levée et elle n'est pas là !"

SOLDAT 2- "Intéressant, sa description ?"

SOLDAT 1- "LES GARS !!"

Les trois femmes sursautèrent à ce cri, ne sachant absolument pas qu'un troisième soldat était monté.

SOLDAT 1- "Le Duc est mort, Il a été assassiné dans son sommeil. Il n'y a aucune trace de sa femme. Je pense à un enlèvement !"

DONALDA, ARRIETA, ROBERTA - "Oh Dieu du ciel !"

SOLDAT 2 - "Bien, file voir le capitaine, on s'occupera du corps plus tard !"

Le soldat qui était monté, descendit comme si sa vie en dépendait. Il sorti de la villa pour rejoindre leur Capitaine qui devait rôder dans le quartier avec les deux autres soldats. Pendant ce temps les deux autres resteraient avec les ménagères de Monsieur Courchesne pour les calmer et surtout, prendre la description physique de la femme qui avait été engagée dans la journée même. Le soldat fit un rapport détailler à son capitaine. Ils avaient donc comme suspecte, la nouvelle engagée. Un assassinat et un possible enlèvement. La chambre avait été fouiller, comme pour y voler des bijoux par exemple. Mais ils ne savaient pas si des choses avaient été volé et les propriétaires de la maison absent ne pouvaient confrmer avec certitude s'il manquait quelque chose.

Il n'y avait encore aucun suspect masculin. Pourtant, le témoin dans le voisinage disait avoir bel et bien vu un homme à capuchon. Le capitaine et le reste des soldats, sauf les deux dans la villa, descendirent alors vers la basse ville pour fouiller dans ce coin. Il y avait quelques auberges dans le coin car il y avait beaucoup de voyageur qui venait à Madorass. Ils devraient aller voir dans chacune de ces auberges pour voir qui était entrer et qui était sorti.

La première auberge rencontré était "L'auberge du voyageur". C'est un auberge qui accueillait beaucoup les voyageurs vu sa position dans la cité. Elle était près du marché de la basse-ville et près du commencement des quartiers de la haute-ville. Les quatre soldats entrèrent dans l'auberge. Il n'y avait plus personne qui traînait et seulement la propriétaire se pointa.

MORGANNE- "Oui ? Je ne vend pas de boisson alcoolisé ici messieurs. Il faut aller à la taverne de 'La Panse Repue' plus bas."

CAPITAINE- "Nous ne sommes pas ici pour boire. Auriez-vous un homme grand comme ça, bonne carrure. Habillé avec des couleurs plutôt sombre et avec un capuchon ? Il était peut-être accompagné d'une femme à capuchon également"

MORGANNE- "Il y a bel et bien un homme à capuchon qui séjourne ici depuis deux jours. Cependant, il est seul. Je ne l'ai pas vu avec une femme. Il y a un problème ?"

CAPITAINE- "Oui peut-être. Pouvez-vous nous indiquer la chambre de cet homme, on fais seulement notre travail"

MORGANNE- "Oui" Dit-elle évidemment un peu inquiète de la suite des évènements. "C'est la troisième porte à votre gauche, à l'étage"

Sans dire un mot. Le capitaine un des soldats montèrent. Les deux autres attendraient en bas.

Dans la chambre...

'' Que me vaut ... l'honneur de ta visite, chasseuse de prime ? ''

Rakell devint un peu plus sérieuse et se leva debout, toujours en tenant les vêtements du chasseur de prime.

"T'as encore joué sur mon terrain ! C'est quand même bizarre que ce soit la deuxième fois que je manque un coup parce que tu es dans les parages ! La trêve n'aura pas duré bien longtemps à ce que je vois ! Tu vas finir par vraiment me rendre à bout de nerfs ! Et c'est pas bien ça, ce sera surtout cruelle pour toi si on en viens là ! Je commence sérieusement à me demander si ta cible, ce n'est pas m..."

La jeune femme cessa soudainement de parler. Il y avait des pas lourd dans le corridor, sonnant comme le cliquetis d'une armure bien forgée; celle des soldats royales. Du coup, on cogna fortement à la porte de la chambre.

CAPITAINE- "Monsieur, êtes-vous seul ? Ouvrez-nous tout de suite, sinon on défonce la porte !"

Rakell détourna son regard de la porte pour regarder l'étranger d'un regard qui tue. Il y avait un sérieux problème si les soldats étaient rendu ici ! À sa chambre ! Muette comme une taupe, elle se dirigea immédiatement par la porte du balcon, de là où elle était entrer. Il y avait personne en bas, c'était le moment de prendre la poudre d'escampette ! Sans dire quoi que ce soit, elle se hissa sur le toit, toujours en gardant les vêtement de l'homme en noir...euh l'homme tout nu ! Il n'y avait pas d'autre échappatoire que cette fenêtre et elle avait ses vêtements, elle savait qu'il la suivrait.

Bien que fuir avec lui signifiait presque une "complicité". Elle voulait pas prendre le risque que s'il se faisait prendre, qu'il la dénonce aussi ! Comme prévu, celui-ci s'était hissé sur le toi aussi, avec un peu plus de difficulté, il ne voulais pas perdre le seul linge qui l'empêchait d'être complètement nu !. Sans attendre, Rakell circulait sur les toits, genoux pliés, pour s'éloigner le plus possible de l'auberge. Une fois assez loin et dans un coin plus sombre, elle sauta d'un bon en bas du toit pour se retrouver dans une petite ruelle.

De là, elle fit quelques mètres entre les ruelles pour se rendre à un endroit qu'elle connaissait. Elle avait traquée plus d'une fois ici, elle connaissait plusieurs cachettes. Il s'agissait de deux panneaux de bois assez petits qui s'ouvrait pour mener à une cave à vin utiliser autrefois. Mais le marchand avait fait faillite et personne n'avait reprit cet endroit en train de moisir. Avant d'entré, elle attendait que monsieur capuchon arrive pour qu'il la suive. Quand elle le vit enfin, elle ouvrit un panneaux et tira les vêtements en bas.

"Vite !"

"HEY !"

Un homme criait non loin de là et par sursaut et peur de s'être faite voir, elle entra subitement dans le trou, bousculant ainsi monsieur capuchon et ils déboulèrent tout deux en bas de l'escalier apique en un tapon.

"Comment ça va Willie...." La voix se faisait plus faible, maintenant à l'intérieur. Mais au moins ils savaient que ce n'était pas un soldat, mais quelqu'un dans la rue qui parlait à quelqu'un d'autre simplement.

De la manière dont ils étaient tomber, un bras de l'inconnu c'était ramassé sur Rakell qui était sur le dos. Le calme revenu, elle poussa le bras de celui-ci.

"T'es dégoûtant, habille-toi ça deviens gênant !!"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 22:26

Heïan attendait une réponse fronçant graduellement les sourcils, visiblement irrité par la situation. Le visage de la chasseuse de prime effaça le sourire, qu'il y avait sur ses lèvres depuis sa découverte, pour afficher des traits plus durs, plus sévères.

"T'as encore joué sur mon terrain ! C'est quand même bizarre que ce soit la deuxième fois que je manque un coup parce que tu es dans les parages ! La trêve n'aura pas duré bien longtemps à ce que je vois ! Tu vas finir par vraiment me rendre à bout de nerfs ! Et c'est pas bien ça, ce sera surtout cruel pour toi si on en vient là ! Je commence sérieusement à me demander si ta cible, ce n'est pas m..."

Celle-ci cessa son discours de mécontentement et ce fut le silence dans la pièce. Le tueur à gages ne manqua pas d'entendre à son tour, des bruits qui n'étaient pas normaux pour cette auberge tranquille. Les marches grinçaient et le tintement de métal était pleinement perceptible. Se pouvait-il qu'il s'agisse là de soldat de l'armée du Roi ? Si c'était le cas, c'est que quelqu'un avait vu quelque chose. Pourtant, il lui semblait avoir filé discrètement. À moins que ... Elsa ! Lorsqu'elle avait quitté la villa par la porte avant, portait une cape et courait dans les rues. Rien de très habituel lorsque la nuit était ainsi avancée.

C'est alors qu'on toqua brusquement à la porte. Son coeur fit un seul bon dans sa poitrine : il fallait déguerpir au plus vite avant que quelqu'un ne le voie.

"Monsieur, êtes-vous seul ? Ouvrez-nous tout de suite, sinon on défonce la porte !"

Heïan avait les yeux rivés sur la porte, dans un mutisme total. Brusquement ceux-ci se posèrent sur la table de chevet où se trouvaient sa ceinture, ses armes ainsi que la liste qu'il se devait de remettre à Abel dès le lendemain. Cependant, il ne manqua pas les gros yeux que posait sur la jeune femme. Non, mais de quoi elle se mêlait celle-là?! Lui dans ses plates-bandes à elle ?! C'était plutôt l'inverse oui ! Si elle n'avait pas joué à la maligne, rien de tout ça ne serait arrivé!

Au lieu de râler, Heïan se mouvait vers la table, empoigna ses armes d'un geste brusque et emboita le pas à la chasseuse de prime qui se sauvait avec ses vêtements. Il se retrouvait maintenant dehors, au frais, ne portant qu'un pagne improvisé. La joie absolue quoi !

C'était décidément une sale journée ... oui, des pires qu'il avait pu avoir dans son existence. Depuis qu'il avait rencontré cette fille, il ne lui arrivait que des malheurs. Toujours là où il ne fallait pas ! La rage le brûlant de l'intérieur, Heïan ne passait son temps qu'à jurer en silence.

Ne la lâchant pas des yeux, bien qu'il se trouvait à une certaine distance d'elle. Il sauta agilement au sol, prenant soin de tenir son linge de bain d'une main, alors que l'autre tenait sa ceinture se trouvant maintenant en bandoulière sur son poitrail. Suivant toujours la silhouette de la chasseuse de prime qui déambulait comme une furie dans les ruelles pour finalement stopper sa course devant les portes d'une ancienne cave à vin.

"Vite !"

" Laisse-moi le temps d'arriver bon sang ! "

"HEY !"

Le tueur à gages sursauta tout comme sa complice et détourna la tête en direction du bruit. Sauf qu'il n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit d'autre. On le bouscula et ils tombèrent dans le néant total, parmi des toiles d'araignées et de la poussière qui se soulevait suite à leur chute.

"Comment ça va Willie...."

Ils avaient eu peur pour rien finalement. La voix n'était pas celle d'un homme qui avait repéré les deux fugitifs, mais bien quelqu'un qui conversait dans les environs.

Heïan avait terminé sa descente à plat ventre, une main solidement cramponnée à son pagne de fortune et l'autre sur la jeune femme. Son dos en compote venait de subir un nouvel assaut, plus violent que le précédent d'après les douleurs qu'il ressentait. Il le reprit avant de se le faire arracher par cette enragée et se redressa, reprenant enfin ses vêtements.

"T'es dégoûtant, habille-toi ça deviens gênant !!"

" Parle pour toi ! Je te signale que c'est toi qui cours avec mes vêtements comme une damnée. À croire que t'aimes ça voir un homme courir presque nu dans les rues d'une ville, des soldats aux fesses. C'est répugnant ce manque de classe. Oh ... à moins que tu ne sois une perverse. C'est bien ce que je croyais. ''

Il ricana jaune et s'éloigna pour se cacher derrière de vieux barils, qu'il trouva à tâtons, pour remettre son pantalon.

Quant aux panneaux de la cave, eux, ils s'étaient refermés après leur bousculade, mais les trous de ceux-ci permettaient à la lumière de pénétrer en ces lieux. Au moins, ils n'étaient pas complètement aveugle.

" TROUVEZ-LES-MOI! Ils ne doivent pas être bien loin, ces scélérats ! "

Le cliquetis de l'armure des soldats qui couraient dans les rues tintait de l'autre côté des panneaux. Se taisant pour garder un silence absolu, Heïan s'accroupit alors qu'il avait cessé tout mouvement. Il tenait une dague en main, mais rien de plus. Quand les bruits s'éloignèrent enfin, le tueur à gages enfila sa tunique puis attacha sa ceinture à sa taille.

" Puisque nous sommes enfin au calme ... " Laissa t-il remarqué. " C'est TOI qui étais dans mes plates-bandes ma chère. Ne te demande pas pourquoi les soldats du roi sont à nos trousses. Mon contrat, ce n'était pas toi, ce n'était pas ta tête, mais ce gros porc qui tentait de prendre le monopole du commerce de tissus à Madorass, voire plus loin encore. Pourquoi ? Parce qu'il assassinait ensuite quiconque osait s'opposer à ses convictions. Toi, tu t'es retrouvé là pour je ne sais quelle raison. Voilà pourquoi tout tourne au vinaigre! "

Son ton était assez brusque dût à un manque de patience. Il avait les nerfs à vif lui aussi, en plus d'être épuisé et d'avoir mal partout.

" Si on a un peu de chance, la duchesse aura quitté la ville avant de découvrir ce qui est arrivé. "

Devenant soudainement impassible et plus calme, bien que toujours à cran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 23:19

Après lui avoir dit qu'il était dégoûtant de se promener à moitié nu, celui-ci rétorqua en lui disant qu'elle n'avait qu'à pas courir avec ses vêtements et ça ne serait pas arriver. Il avait pas tord, mais dans sa tête elle revoyait l'homme qui courait en tenant désespérément son pagne de bain pour ne pas le perdre en chemin et elle avait envie d'éclater de rire. Il avait rit jaune, et elle, elle avait le sourire encore bien fendue et se retenait pour ne pas pouffer de rire.

Puis, ils entendirent la voix d'un soldat criant qu'il fallait absolument les trouver. Elle perdit le sourire un instant tout de même et alla se coincé dans un coin de la cave, derrière un tonneau également. De là où elle était, elle pouvait voir la tête de l'inconnu, mais pas le reste. Il s'était cacher pour se rhabiller. On entendait les pas des soldats avec leur bottes capées de fer forgé tout comme le reste de leur armure. Rakell tenait ses mains tout près de ses dagues également, au cas où les soldats penseraient de regarder dans la cave à vin.

Il y avait tellement de mousse verte qui avait poussé sur les panneaux de l'entrée qu'il fallait savoir qu'il y avait ces panneaux là. Évidemment, quelqu'un qui connaissait bien l'endroit, savait qu'il y avait une cave à vin ici auparavant. Cependant en pleine noirceur, on ne la voyait pas très bien. Cette entrée extérieur servait à l'époque à faire entrer les tonneaux de vin quand ils les commandaient. Car ces tonneaux n'entraient pas par l'entrée principale de cette ancienne boutique de vin importés. Les vins arrivaient souvent par bateau.

Dans la cave semi éclairée, il y avait plusieurs tonneaux encore là. Sûrement tous vide. C'était poussièreux et il y avait des toiles d'araignée partout. Il ne devait donc pas y avoir seulement des araignées dans les parages. Dans le coin opposé à celui où c'était replié Rakell, il y avait un escalier qui menait en haut. Là où le propriétaire exposait son vin dans des bouteilles et les vendaient à son comptoir. Il ne devait pas rester grand chose là haut non plus.

Après quelques instants qui lui avait paru assez long, les soldats semblaient s'être éloignés. On ne les entendait plus et le calme était revenu. Rakell ne bougeait toujours pas et se tourna seulement la tête quand elle entendit l'autre en train de continuer à s'habiller.

" Puisque nous sommes enfin au calme ... "

" C'est TOI qui étais dans mes plates-bandes ma chère. Ne te demande pas pourquoi les soldats du roi sont à nos trousses. Mon contrat, ce n'était pas toi, ce n'était pas ta tête, mais ce gros porc qui tentait de prendre le monopole du commerce de tissus à Madorass, voire plus loin encore. Pourquoi ? Parce qu'il assassinait ensuite quiconque osait s'opposer à ses convictions. Toi, tu t'es retrouvé là pour je ne sais quelle raison. Voilà pourquoi tout tourne au vinaigre! "

" Si on a un peu de chance, la duchesse aura quitté la ville avant de découvrir ce qui est arrivé. "


Rakell avait écouté l'homme sans dire un mot. Même qu'elle laissa quelques secondes avant de dire quoi que ce soit. Celui-ci venait de lui parler franchement et elle pouvait le sentir. Ce qu'il disait était très vraisemblable, ce Duc elle ne pouvait pas le blairer ! Mais elle savait qu'elle avait fait très attention aussi pour ne pas se faire voir. Cependant il y avait la femme du Duc qui était sorti de la maison avec un capuchon. Avec lui qui porte un capuchon et cette femme qui s'était sauver sans la moindre expérience dans le camouflage, elle avait éveillé les soupçons du voisinage sans doute.

Tout se mit alors à tourner dans tête. Elle qui était nouvellement dans la maison, et la nuit même il y a un meurtre et tout le monde a disparu. C'était évident qu'on la prendrait pour la femme qui était sorti avec un capuchon. Les ménagères étaient vivante. On apprendrait assez tôt la mort du Duc et la disparition d'Elsa. Les ménagères ayant travailler avec elle durant toute la journée, pourraient fournir une description de son physique assez juste. Elle s'était mise dans le pétrin, et lui avec. D'autant plus qu'il ressemblait à celui sur les affiches, si c'était pas lui aussi !

Les secondes c'étaient allongée en une minute ou deux avant qu'elle n'ouvre la bouche.

"T'as raison. Cependant je savais pas qu'il était ta cible et de ce fait je n'ai pas voulut t'encombrer. Le destin a décidé de nous mettre dans la merde tous les deux on dirais !"

Elle tourna la tête vers lui, cette fois avec un sourire qui s'élargissait encore une fois.

"Mais ça valait la peine juste pour voir ta tête en sortant du bain et te voir courir nu comme un vers sur les toits !"

Cette fois, elle ne se gêna pas et se mit à rire aux éclats. En faisant attention bien sure de ne pas trop en faire pour pas les faire repérer. Mais elle riait vraiment ! Pour l'instant la seule chose qui la rendait nerveuse étaient les soldats, et non d'être en compagnie de l'étranger. Elle était fatiguée elle aussi et elle ne voulait pas trop se casser la tête avec lui, pour le moment du moins. Et puis elle avait bien l'intention de rester ici au moins le reste de la nuit ! Ah moins que des complications ne surviennent entre-temps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptySam 11 Aoû 2012 - 0:20

"T'as raison. Cependant je savais pas qu'il était ta cible et de ce fait je n'ai pas voulut t'encombrer. Le destin adécidé de nous mettre dans la merde tous les deux on dirais !"

" Apparemment oui, dans la même merde. Tu parles d'une histoire quand même "

Heïan s'asseya sur un tonneau qu'il jugea assez solide pour supporter son pied et tourna les yeux vers la femme dont il ne connaissait toujours pas le vrai nom, cette Nola. Celle-ci esquissait un large sourire à sa vue. Devinant à quoi elle pensait, le tueur à gages soupira de découragement.

"Mais ça valait la peine juste pour voir ta tête en sortant du bain et te voir courir nu comme un ver sur les toits !"

" Correction, je n'étais pas nu comme un ver, mais bien à moitié nu. "

L'inconnue éclata alors de rire ce qui offusqua l'homme sur le coup, mais plus il repensait à la situation, plus il se rendait compte que c'était complètement ridicule comme truc. Un homme de sa tempe, courir avec un pagne improvisé sur les toits de la cité de Madorass, ça ne devait pas être courant. Et dans la vie de chasseur de prime ou métiers qui s'en rapprochait, c'était aussi plutôt rare d'avoir recours ou de subir ce genre de pratique.

Heïan se surprit à esquisser un réel sourire amusé, prenant la serviette qu'il mit en boule pour la lancer en direction de la jeune femme aux cheveux couleur neige pour qu'elle se taise.

" C'est ça, rigole ! Tu ne verras pas ça une deuxième fois. C'est une promesse. "

Il valait mieux en rire qu'en pleurer après tout. De toute manière, se frustrer n'arrangerait rien et ne faire qu'empirer leur situation qui était déjà assez merdique comme ça. Ils étaient tous les deux dans le même bateau maintenant, pour des raisons qui étaient explicables et non à la fois. Comme l'étrangère semblait penser qu'il s'agissait là du destin, Heïan resta perplexe. Il fallait dire qu'il ne croyait plus au destin depuis longtemps et qu'il avait abandonné toute croyance envers une quelconque religion. Les dieux et déesses, peu importe qui, l'avaient laissé tomber bien des années auparavant. Était-ce réellement le destin qui les avait placés sur le chemin l'un de l'autre? Il n'y croyait aucunement.

Pour l'heure, il valait mieux se reposer et réfléchir à un moyen de se sortir de ce guêpier. Or, il se doutait que le visage de Nola devait être connu du grand public et que le sien ne tarderait certainement pas à l'être. Les soldats iraient certainement questionner Morganne à l'auberge, car celle-ci avait vu son visage une seule fois. De plus, s'ils mettaient la main sur Elsa, sa description serait complète et tous pourraient mettre enfin un visage sur l'ombre de l'homme en noir, un supposé dangereux assassin.

À l'auberge en question, le capitaine de la garde de nuit interrogeait la patronne de l'établissement. Celle-ci était nerveuse et quelque peu sous le choc. Son visiteur était-il réellement un criminel dangereux ?

" Puisque vous avez dit qu'il avait séjourné ici deux jours, avez-vous vu son visage ? Cela faciliterait grandement nos recherches ma bonne dame. De plus, vous pourriez être grassement récompensé, vous savez. "

'' Comme je vous l'ai dit, je me souviens vaguement de son visage. Je ne l'ai vu que quelques secondes! ''

" Dîtes quelque chose dans ce cas ! " la brusqua-t-il en élevant le ton de sa voix.

'' Un peu de calme, soldat ! Je ne suis pas une chienne, mais une honnête commerçante. Parlez-moi encore ne serait-ce qu'une seule fois sur ce ton et je vous fais sortir de mon auberge avec un bon coup de pied dans votre joli derrière ! '' cracha la femme.

Le capitaine resta surpris de cette réaction et il se raclait la gorge.

" Pardon, ma bonne dame. Je ne voulais point agir de la sorte. Comprenez qu'il y a eu deux meurtres et ces criminels courent dans la cité à l'heure qu'il est. Nous devons à tout prix les arrêter et les exécuter ''

Morganne regardait le soldat de haut rang avec des yeux frustrés. Cependant, elle n'avait point envie de dénoncer qui que ce soit. Ça ne la regardait pas après tout et puis si ce jeune homme était vraiment un tueur émérite, il lui inspirait étrangement confiance. Le fond intérieur de celui-ci était bon, elle le savait.

'' Ces deux crapules méritaient leur sort plus que personne d'autres à Madorass ! Tout le monde le sait ça, mais personne d'autre que moi n'aura assez de cran pour le dire de vive voix ! ''

Fronçant les sourcils, le capitaine resta muet et patientait, dégainant sa lame d'un geste lent pour ensuite coller sa pointe effilée contre la peau du cou de la patronne de l'auberge.

" Parlez ou je vous tranche la gorge. Ainsi que celle de votre fille et de votre mari ... ''

Morganne était dans une impasse, mais une idée germa dans ses pensées. Et si elle fournissait une fausse description ? Personne ne pouvait savoir si elle avait tort ou raison après tout. Ces hommes du roi recherchaient un homme qui n'avait actuellement pas de visage connu de la population. Elle prit son courage à deux mains et tenta le saut dans le vide.

'' Il avait les cheveux brun, assez court et des yeux d'un vert vif. Magnifique à vrai dire. Apparence soignée en général et une voix plutôt grave. Dans la quarantaine je dirais, début quarantaine oui ... '' dit-elle, feignant le rôle de la femme acculée au bord du précipice.

La lame s'enleva de son cou puis les soldats se reculèrent et pivotèrent en direction de la porte.

" Merci pour votre coopération, madame. Sur ce, bonne nuit à vous. ''

La saluant à la manière des hommes de l'armée, le capitaine et ses deux confrères quittèrent les lieux. De nouveau tranquille, Morganne soupira et s'asseya sur sa chaise. C'était trop d'émotion pour une femme de son âge !

Dans la cave à vin, Heïan s'était assis au sol, adossé contre une étagère, à environ 1 mètre 30 de la chasseuse de prime et avait fermé les yeux, sans pour autant dormir. Au contraire, il était parfaitement éveillé, il ne faisait que réfléchir. Comme allait-il rejoindre le point de rendez-vous ce soir, sans se faire remarqué. À moins de remonter à la surface et de faire un test, il ne le savait pas. Sinon, se faufiler par la voie de toits en plein jour était le chemin le plus sécuritaire, mais qui n'éviterait peut-être pas qu'on le voit.

Le seul son qu'il y avait dans la cave était le couinement des quelques rats qui se terraient ici bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptySam 11 Aoû 2012 - 1:57

" Correction, je n'étais pas nu comme un ver, mais bien à moitié nu. "

Rakell, ou bien la dites "Nola", s'esclaffa encore une fois.

"C'est à peu près pareil à mon avis !"

Elle riait, riait comme elle n'avait jamais rit. C'est vrai. Jamais elle n'avait rit. Une rire de sincérité, un vrai, parce qu'elle trouve ça vraiment drôle ! Normalement, c'était soit pour jouer la comédie, soit un rire sarcastique pour se moquer et provoquer un adversaire. Rien de plus ! Était-ce l'effet du stress et de la fatigue des derniers jours qui l'avait rendu un peu maboule en ce moment ? Avant d'arriver à Madorass elle avait essuyer un combat assez ardu contre la tortionnaire du Roi ! Un long voyage depuis Venill, un combat épique contre femme-corbeau et ensuite la suite des évènements avec cet homme dont elle ne connaissait toujours pas le nom. Ça commençait à en faire beaucoup.

Oui peut-être que cette fatigue l'avait rendu maboule au point de s'esclaffer de rire à en avoir du mal à s'arrêter. Cependant, ce rire tout à fait naturelle lui avait fait du bien malgré la situation délicate dans laquelle elle se trouvait. En ce moment elle ne craignait rien de l'homme-capuche. Et elle n'avait pas l'intention de lui faire du mal non plus. Mais cela ne voulait rien dire une fois qu'ils allaient être sorti de cette embrouille, ils pouvaient aussi bien continuer à se faire la guerre.

Le monde des humains pour Rakell n'était jamais rien d'autre qu'une jungle où la loi du plus fort règne. Enfin c'est ce qu'elle croyait, elle n'avait jamais vécu autrement que par la survie purement animal. S'il fallait tuer pour vivre, elle le faisait. S'il y avait une autre façon de vivre, elle ne la connaissait pas.

La nuit déjà pas mal avancé et aucune trace des deux fugitifs toujours en liberté, on laissa des soldats posté un peu partout dans la cité, le capitaine de la garde lui était retourner au baraquement pour voir toute les indices qu'ils avaient et les dicter à celui qui dessinait les portraits pour mettre sur des affiches de recherche.

"Alors un homme, cheveux court bruns et yeux vert. À capuchon. Il porte un capuchon selon les témoins"

"Il est pointu le capuchon ?" L'homme frêle, parlait un peu sur le bout de la langue.

"Mais qu'est-ce que j'en sait !!!?"

"Oui...hum. Voilà. Ensuite, l'autre suspect ?"

"Une femme, pas trop grande. Des petites couettes"

"Haute les petites couettes ou basse ?"

"Mais merde j'en ai rien à foutre !!"

"Ensuite...."

"Cheveux blancs, yeux verts aussi. Avec un capuchon...Je sais pas s'il est pointu !!!"

"Bien, je fais ça immédiatement capitaine"

La femme aux cheveux fins avaient rit pendant pas loin de six minutes au moins. Elle se calmait doucement, épuisée. Elle devait commencer à réfléchir malgré tout.

*Faut trouver un moyen de nous en sortir... Nous ?... Moi..?*

À cette pensée, elle leva son regard sur l'homme assis par terre, dos contre une étagère. Il semblait lui aussi dans ses pensées et probablement épuisé. Elle le fixa un bon moment avant de finalement se lever debout.

"Je vais aller voir à l'étage s'il n'y aurait pas des choses abandonnés qui pourraient être utile. Tu m'accompagnes ou tu reste ici monsieur-capuchon ?"

Peut-être la fatigue était trop intense pour réfléchir à un plan maintenant et qu'il valait mieux voir pour bien s'installer là maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptySam 11 Aoû 2012 - 4:06

Ouvrant les yeux et redressant tranquillement la tête, Heïan observa le rat qui venait tout juste d'élire domicile sur son genou gauche. Le rongeur était assis et le regardait fixement, ne remuant que le bout de son nez, signe qu'il reniflait. Contrairement à ses frères et soeurs, ce petit animal était le seul qui osait s'approcher des deux êtres humains. Le tueur à gages le regardait et esquissa finalement un faible sourire en coin.

" Booh "

Le rat ouvrit grand la gueule et laissa échapper un long cri strident. Sa durée moyenne fut d'environ 8 secondes. Assez étonnant pour ce petit animal. Mais le rongeur resta là et ne bougea pas.

" Je me suis fait un compagnon rongeur je crois, ou une compagne. "

"Je vais aller voir à l'étage s'il n'y aurait pas des choses abandonnées qui pourraient être utiles. Tu m'accompagnes ou tu restes ici monsieur-capuchon ?"

Le regard du jeune homme se leva vers son interlocutrice qui s'était redressée sur ses fines jambes.

" Je vais t'accompagner. Ça pue l'humidité ici alors autant mieux voir à quoi ça ressemble au rez-de-chaussée. Ça va m'empêcher de converser avec les rats pour passer le temps. "

Heïan posa une main au sol et fléchit les genoux pour se remettre en position debout, mais dès qu'il remit son dos droit, celui-ci craqua.

" Ouff ! On dirait un vieux qui craque de partout. "

Au fond, dans l'ombre de la cave, se trouvait un escalier presque imperceptible avec cette noirceur. Avec un meilleur coup d'oeil et de concentration, sa silhouette devenait visible. Celle-ci semblait cependant condamnée par de vieilles planches de bois mal clouées dans l'embrasure de la porte. Certainement l'ancien propriétaire des lieux qui avait fait ça, pour empêcher les curieux d'entrer dans la bâtisse principale.

" Tu peux m'appeler Heïan, c'est mieux et surtout, plus court. "

Dit-il en prenant les devants. Il posa les pieds sur la première, puis la deuxième marche et ensuite de suite jusqu'à ce retrouver devant la porte. Avec pour seule lueur les reflets de la lune entre les panneaux de la cave à vin, Heïan put voir les planches, y mettre les mains et tirer en bon coup pour ensuite les laisser tomber dans un nuage de poussière au sol. La dernière planche enlevée, il tenta de tourner la poignée, mais celle-ci s'avéra verrouillée de l'autre côté. Sans se faire prier, le tueur à gages s'agrippa à la bordure de la porte, fléchit le genou droit et le porta au niveau de son abdomen pour finalement forcer la porte qui tomba en sens inverse, leur ouvrant ainsi la voix. Entrant le premier, il constata que les lieux n'avaient pas été habités depuis un sacré bon moment déjà. Toutes les fenêtres étaient barricadées de planches, tout comme la porte de l'entrée principale. L'air frais circulait entre les fentes des bouts de bois qui les séparaient de la vie civile.

Regardant le moindre coin d'un oeil observateur, sa tête ne faisait qu'un beau rond, alors qu'il pivotait tranquillement en marchant. La pièce principale était pratiquement vide, il n'y avait qu'une chaise cassée en plein centre et un comptoir muni d'étagère remplie de poussière. Tirant les poignées pour ouvrir les tiroirs du meuble, ceux-ci s'avéraient être vides ou servaient d'office de nid pour les rats. Au fond se trouvait une autre pièce qui devait sans doute être l'arrière-boutique.

'' Dans cette pièce, il n'y a rien de spécial hormis des débris et des rats. Tu as trouvé quelque chose d'intéressant dans l'arrière-boutique ? '' demanda-t-il à voix basse, tout en regardant sur les étagères s'il n'y avait pas un truc ou deux, mais rien.

Dehors, des cliquetis d'armure s'activaient et des hommes parlaient assez fortement. Le temps s'écoulait rapidement ... trop rapidement à son goût.

" Je voulais savoir ... sais-tu si quelqu'un aurait pu donner ta description physique à un soldat après notre altercation ? "

En réalité, lors de l'assassinat du duc, Heïan ne savait pas où se trouvait la jeune femme. Du coup, il ne savait pas avec qui elle était entrée en contact ou si quelqu'un avait put la soupçonner de quoi que ce soit. Quant à lui, Morganne ou Elsa auraient pu très facilement le dénoncer aux autorités. S'approchant d'une des fenêtres, l'homme posa son oreille sur l'une des fentes pour entendre ne serait-ce qu'une bribe de ce qui se passait à l'extérieur.

'' Restez sur vos gardes, ces deux fugitifs courent toujours. Si vous lez voyez, sonnez l'alarme. Nous les voulons en vie. S'ils opposent trop de résistance, tuez-les et ramenez leur corps au baraquement des soldats. Est-ce bien clair ? ''

'' Oui, Chef ! ''

'' Hum ... Chef ? J'ai du mal à lire ce qui est écrit sur les descriptions. Pouvez-vous le dire à voix haute. ''

* Coup de chance, enfin. *

'' L'homme est de taille moyenne, cheveux bruns, yeux verts et porte des vêtements sombres dont une cape surmontée d'un capuchon assez profond. Environ dans la quarantaine. La fille elle, est assez petite, mais dans la moyenne des femmes. Cheveux blancs attachés en deux couettes au niveau de la nuque. Porterait une cape noire ou pourpre. Récompense promise de 1000 pièces d'or. Mort ou vif. ''

'' Une belle petite somme ! ''

* Tu l'as dit ... c'est une sacrée somme d'argent ça. Qu'est-ce que ce serait si on assassinait le Roi ? *

La seule chose qui l'avantageait était que sa description avait été faussée ou qu'on l'avait mélangé avec quelqu'un d'autre. Cela lui donnait une chance de se rendre à l'est de la ville pour rencontrer son employeur. Ensuite, il lui serait aisé de déguerpir, mais ... elle ?

'' Je crois avoir un plan pour sortir d'ici sauf qu'il nous faudra attendre que le soleil ne commence à se cacher. Sauf si ... ''

La pluie commençait à tomber dehors. Depuis quelques heures déjà, le temps se rafraîchissait et les nuages avaient commencé à se masser au dessus de Madorass, sans pour autant se vider de leur contenu à ce moment.

* Encore mieux *

En ces temps de pluie, la plupart des citoyens empoignaient leur cape pour faire leur emplette. C'était le seul moyen de se protéger leur corps de l'eau pendant un temps défini. Quoi de mieux pour se faufiler dans la masse.

'' Problème réglé, la pluie va grandement nous aider aujourd'hui. Les fugitifs encapuchonnés pourront fuir incognito. Mais d'abord, je dois aller voir mon employeur. Il saura comment nous aider à sortir de Madorass sans avoir à passer sous les postes de garde. Et puis, tu connais mieux la ville que moi en ce qui concerne le camouflage. '' lança-t-il d'un ton assez neutre, attendant de voir si elle avait une meilleure proposition ou un plan moins suicidaire à suggérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptySam 11 Aoû 2012 - 5:23

L'homme décida de l'accompagner. Il se leva et son dos craqua si fort qu'il en avait presque résonner dans la cave à vin !.

" Ouff ! On dirait un vieux qui craque de partout. "

"Attention tu vas tomber en morceau !" Dit-elle en ricanant doucement.

Le chasseur de prime prit les devant naturellement. Elle le laissa passer pour qu'il enlève les planches qui bloquaient la porte qui donnait accès à l'étage.

"Tu peux m'appeler Heïan, c'est mieux et surtout, plus court. "

Elle avait apprit une chose, il s'appelait Heïan. C'était peut-être inventé, mais au moins elle pouvait mettre un nom au lieu de l'appeler "monsieur-capuchon". Pourtant, il avait l'air sincère. Devrait-elle lui divulguer son vrai nom ? Il était concentré avec les planches de la porte, une autre fois peut-être !

Malheureusement, la porte était barrée et il dû la défoncer. La porte tombée, un nuage de poussière se mit à voler sous l'impact de celle-ci sur le plancher en bois. Heïan avança et Rakell le suivit derrière. En plein dans le nuage de poussière, elle secouait la main devant son visage tout en plissant des yeux. Décidément, cet endroit n'avait pas été fréquenté depuis un bon bout de temps. Elle était peu certaine de trouver quelque chose d'intéressant ici.

Pendant qu'Heïan faisait son inspection dans la pièce principale, Rakell avait la pièce au fond qui devait servir d'arrière-boutique. Tout commerce en possédait. Il y avait là quelques étagères pratiquement vide sauf quelques babioles; marteau, tire-bouchon, un bouquin sur les vins qui s'effritait et surtout, beaucoup de toiles d'araignée ! Sur le bureau il y avait un vieux livret qui servait à faire l'inventaire du vin, rien de bien intéressant. En fouinant, elle aperçu une bouteille de vin laisser sur l'étagère du fond. Celle-ci n'avait pas été ouverte.

'' Dans cette pièce, il n'y a rien de spécial hormis des débris et des rats. Tu as trouvé quelque chose d'intéressant dans l'arrière-boutique ? ''

"Non, des babioles. Et de quoi nous faire oublié nos problèmes pendant quelques heures !"

Rakell entendit les cliquetis des soldats et faisait attention de ne pas parler trop fort. Elle sorti de l'arrière-boutique, la bouteille de vin en main, et s'approcha d'Heïan. À ce moment il lui demandait si quelqu'un aurait pu donner sa description après l'incident. Avant qu'elle ne réponde, Heïan s'était coller sur une planche pour écouter ce qui se disait dehors. Elle tendit alors l'oreille elle aussi. La description d'Heïan semblait être faussé, bien qu'elle n'avait pas vraiment vu la couleurs de ses prunelles. Par contre, la sienne s'avérait très juste. Évidemment elle avait passé la journée avec les autres ménagères et prit un repas avec Elsa également.

"Oui, je me suis glisser dans la maison du Duc seulement pour lui voler de l'or. J'ai été engagée comme ménagère et, malheureusement, je n'étais pas la seule employée. Ou bien c'est la femme de celui-ci qui m'aurait décrite. Mais je pense qu'elle avait eut peu d'intérêt pour moi, elle en avait plus pour toi on dirait !"

Rakell envoya un sourire un peu moqueur. Tout de suite, celui-ci lui annonça qu'il avait un plan.

'' Je crois avoir un plan pour sortir d'ici sauf qu'il nous faudra attendre que le soleil ne commence à se cacher. Sauf si ... ''

La première personne du pluriel nous avait résonner dans sa tête. Cela voulait bien dire qu'il voulait collaborer avec elle. Il était la première personne probablement de toute sa vie à avoir instantanément proposer une collaboration. Mise à part peut-être Athaanar ? Non c'était pas pareil. Il collaborait s'il avait une âme en retour seulement. Son désir de collaborer n'était que pour avoir ce qu'il voulait. Mais c'était très bien pour elle ainsi. Elle avait toujours fonctionner de cette manière aussi avec lui. Une sorte d'échange de service et de compétence. À part Athaanar et son adhésion récente parmis les "rebelles", dont elle n'avait pas eu l'occasion encore de collaborer avec eux, elle n'avait jamais collaborer sur une base volontaire avec qui que ce soit . Elle se sentait toute drôle à cette idée de partenariat, voir même mal à l'aise !

Pendant un court moment elle était dans sa bulle à penser à tout ça et avait le regard vide. Mais Heïan continua son élan, la sortant du coup de sa bulle.

"Problème réglé, la pluie va grandement nous aider aujourd'hui. Les fugitifs encapuchonnés pourront fuir incognito. Mais d'abord, je dois aller voir mon employeur. Il saura comment nous aider à sortir de Madorass sans avoir à passer sous les postes de garde. Et puis, tu connais mieux la ville que moi en ce qui concerne le camouflage. ''

*Les fugitifs encapuchonnés* Elle sourit. *Quelle drôle d'idée ! Son employeur ? Il avait confiance en son employeur ?*

Ça c'était encore plus bizarre pour elle d'imaginer ça. Il était un spécimen de chasseur de prime à part ou alors c'est elle qui était trop....froide ?

"Je... Oui ! D'accord. Y'a juste un soucis. Je n'ai pas de manteau à capuchon" Dit-elle avec un sourire niaiseux et haussant les épaules. "Et je ne pense pas que ton pagne puisse cacher grand chose, bien franchement il te cachait pas vraiment je dois te le dire !"

Rakell avait garder un air sérieux en disant cela, comme si elle ne s'était pas vraiment rendu compte de ce qu'elle venait de dire. Sinon, l'idée lui plaisait. Ils devaient partir. À tout moment les soldats pouvaient décidés de venir fouiller la vieille boutique abandonnée. Ils y avaient juste pas encore pensé encore, les coups sur la tête ça altère les pensées intelligentes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] EmptySam 11 Aoû 2012 - 16:55

La pluie tombait plus violemment au fil des secondes qui s'écoulaient à une vitesse folle alors que la clarté commençait à être visible. Bientôt, le jour serait levé et l'activité au sein de Madorass commencerait à reprendre son cours habituel. Les fermiers sortiraient s'occuper de leur champ et de leur bête, les marchands de leur petite boutique de fortune et les saoulons à boire dès le matin pour ne terminer qu'au soir.

"Je... Oui ! D'accord. Y'a juste un soucis. Je n'ai pas de manteau à capuchon"

Ça, ce n'était pas un problème. Lui avait toujours la sienne et la confirmation des descriptions sur les affiches d'avis de recherche allait grandement les aider là dedans. Contrairement à cette Nola, dont le nom n'était peut-être qu'une couverture d'ailleurs, son visage n'était que très peu connu pour le moment et c'était une assez bonne chose. Ainsi, il espérait qu'ils pourraient gagner suffisamment de temps pour déjouer les soldats, se faisant aider involontairement par la population.

"Et je ne pense pas que ton pagne puisse cacher grand-chose, bien franchement il te cachait pas vraiment je dois te le dire!"

Suite aux dernières paroles de la chasseuse de prime, Heïan détourna le regard du mur qu'il regardait lors de l'écoute de la conversation des soldats à l'extérieur et le posa sur la jeune femme. Elle était tellement sérieuse et son ton de voix pesé qu'il en vint à se demander si elle ne riait pas de lui encore une fois, chose qui aurait pu être probable une fois de plus. Une chose était certaine, cette nuit là, il s'en souviendrait longtemps et ne répèterait pas cette erreur, une deuxième fois.

" Tu n'as pas tort là dessus, c'est vrai. Ce n'est pas un vêtement que je conseillais de porter tous les jours. À moins de vouloir faire de soi un exhibitionniste dans l'âme. "

Ces paroles furent tout aussi sérieuses que celles de sa complice, mais un tout petit sourire moqueur s'était dessiné au coin droit de sa bouche.

" Et puis pour la cape, le problème est déjà arrangé "

Disant ça, il détacha la sienne qu'il avait remise sur ses épaules lors de sa période de remise de vêtements souterraine après une fuite dans les rues et la fit passé juste au dessus de la tête de la jeune femme qui était plus petite que lui d'une bonne tête. Le geste avait provoqué un petit coup de vent qui ne manqua pas de faire lever la poussière. Il agrippa ensuite le capuchon et le tira au sommet de la tête de celle-ci.

" Voilà. Tu en as une maintenant. C'est temporaire hein ! Si tu t'enfuis avec, je te traque jusqu'à ce qu'elle me revienne."

Bien sûr, il n'en ferait rien, car à vrai dire, il s'en fichait un peu. N'importe quel couturier était capable d'en confectionner et même d'en vendre à prix modique dans n'importe quelles villes, voir même quelques villages d'assez grande taille.

" Il ne reste plus qu'à patienter et être attentif. "




Trois heures plus tard ...

Les voix devenaient tout doucement plus fortes dans les rues. Les pas étaient plus présents et les chariots commençaient leur roulade dans les rues parsemées de flaques d'eau plus ou moins profonde et larges. Les marchands s'installaient ici et là sur la place publique, la plus propice au commerce de toute sorte.

Il était maintenant l'heure pour les deux criminels de sortir de ce lieu abandonné. Pour cela, ils devaient retourner à la cave à vin et revenir vers la porte à panneau qui menait directement à la ruelle. Heïan prit garde où il mettait les pieds et chassa d'une main une toile d'araignée qui lui faisait face. Il gravit les quelques escaliers abrupts et croches qui menaient vers l'extérieur et écouta d'une oreille attentive les bruits pouvant paraitre suspects venant de la ruelle. Rien. Posant une main sur chacun des deux panneaux, l'homme allait pousser lorsqu'il entendit des pas lourds, suivi du tintement d'une épée contre les jambières d'une armure. Cessant brusquement tout mouvement, le tueur à gages descendit en silence, mais rapidement, les escaliers et agrippa le bras de sa complice au vol pour se cacher derrière des tonneaux et une vieille étagère un peu plus loin.

C'était de justesse, les soldats ouvrirent les panneaux et ne firent que regarder à l'intérieur. Ils firent danser leur main devant leur face, chassant la poussière et l'odeur d'humidité qui leur fouetta le visage.

'' Beurk ! oh ... ? AAAAAAAH ! Des rats ! ''

'' Non, mais cesse de crier comme une femme bon sang ! ''

'' Je déteste ces sales bestioles. Elles font sans cesse leurs selles sur mes couvertures, dans ma chambre du baraquement. C'est dégoutant ! ''

Son confrère d'arme riait aux éclats et ils laissèrent tomber les panneaux dans un mouvement lourd et sonore. De leur cachette, Heïan était le cou pour tendre une oreille. Il n'y avait plus de son. Il se leva puis recommença du début ce qu'il s'apprêtait à faire 2 bonnes minutes plus tôt.

Les panneaux s'ouvrirent pour laisser place à un torrent de gouttelettes d'eau, se fracassant directement sur son visage. L'homme s'agrippant au bord et se donna un élan pour sortir de la cave à vin. Se retournant, il tendit une main à la jeune femme pour l'aider à sortir à son tour. Maintenant, il comprenait pourquoi son dos avait souffert lors de sa chute dans l'escalier ; il manquait une marche en haut. Pour quelqu'un qui ne le savait pas, c'était une mâchoire en bouillie qui l'attendait.

Avançant d'un pas tout à fait normal et sûr de lui jusqu'à la rue achalandée, prenant soin que Nola le suive. C'était le meilleur pour eux de se sortir de cette merde après tout. Si elle partait seule de son côté, les doutes envers elle seraient multipliés alors que s'ils étaient deux et que sa description physique à lui ne correspondait pas à ce qu'on avait dit aux autorités, ça les avantageait d'une part.

Les soldats du Roi étaient partout, souvent en groupuscule de 3 ou 4 individus. Ils étaient postés un peu partout, d'autres marchant d'un pas méfiant et surveillant partout autour d'eux. Heïan vit même la confusion dans les yeux de certains d'entre eux alors que les citoyens et citoyennes avaient, pour la plupart oui, une cape à capuchon sur la tête pour se protéger de la pluie. Quelques-uns d'entre eux juraient à haute voix, d'autres serraient les dents et le poing sur la garde de leur arme à longue lame.

Intérieurement, Heïan se riait d'eux, mais il se devait à tout prix d'être vigilant. Si la jeune femme se faisait prendre, ils étaient faits comme des rats à coup sûr. Cependant, tout se passa plutôt bien. Les dieux et déesses étaient-ils de leur côté après tout, ou bien était-ce un coup du ... destin ? Mouarf, impossible. Leur chemin se déroula plutôt bien jusqu'à ce qu'au loin, dans l'est de la ville, un amas de soldats descende la rue. Parmi eux se trouvait un capitaine frustré qui hurlait dans les oreilles de ses hommes.

'' ARH ! Si je les trouve, je les étrangle jusqu'à ce que leur nuque se casse dans ma main ! ''

'' Mais monsieur, ils seront introuvables en un tel temps ! ''

'' FERMEZ L'ACCÈS À LA VILLE TEMPORAIREMENT. QUE PERSONNE NE SORTE D'ICI ! FOUILLEZ LA VILLE ET ENLEVEZ-MOI TOUS SES CAPUCHONS DE LA TÊTE DE NOS CITOYENS ILLICO ! ''

Le capitaine hurlait de toute sa rage, sa voix portante résonante entre les parois des maisons environnantes. Maintenant, le duo de criminel devait emprunter un chemin un peu moins fréquenté pour laisser le bataillon d'homme en armure de s'éclipser. Passant par la première ruelle sur leur droite, ils purent les éviter sans avoir été vus ou soupçonnés et ainsi continuer leur avancée.

'' Plus loin, il y a un vieux moulin. Nous allons pouvoir nous y terrer le temps d'attendre la fin de la journée et de pouvoir fuir d'ici en un morceau. '' dit-il à voix basse, sans ralentir pour le moins sa cadence.

Se rendre dans l'est, là où Heïan était sensé rencontrer son employeur, dut prendre une bonne petite heure. Il leur avait tout de même fallu les contourner ou passer directement sous leur nez en les saluant. Bientôt, le vieux moulin fut en vu, à son côté se dressait une demeure abandonnée dont le toit s'était effondré. Des briques cassées jonchaient le sol ici et là. Les hélices du moulin elles, étaient cassées en leur centre et les toiles étaient déchirées de toute part par les intempéries que déferlait dame nature sur le monde.

Entrant dans le moulin, le tueur à gages alla s'assoir dans un tas de paille sec situé au fond à gauche, en dessous de premier palier de son escalier en colimaçon menant au sommet. Il s'adossa et croisa les bras contre son torse. Qu'il ne le veuille ou non, le temps était frisquet et ses vêtements trempés. Vivement qu'il trouve un endroit pour se sécher après tout cette galère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: À la panse repue-