''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une nouvelle alliée [PV: Idryss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Dolven Melrak



________________

Dolven Melrak
________________


Race : Seïrdan
Classe : Lame noir
Métier : Conseiller du roi officiellement, agent à la solde des rebelles officieusement
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 138 ans

Messages : 15

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Une nouvelle alliée [PV: Idryss] _
MessageSujet: Une nouvelle alliée [PV: Idryss]   Une nouvelle alliée [PV: Idryss] EmptyVen 27 Aoû 2010 - 18:26

Un pas, deux pas… Tel un maître régnant sur le Tout et le Rien, Dolven entra dans sa demeure, le manoir Melrak, à l’image de son propriétaire, grand, splendide, surplombant la place alentour. C’était la nuit, une nuit obscure, la lumière craignait ce lieu même, le fuyant lâchement Et lui, Dolven, prit place dans son bureau, les jambes détendues, toujours l’air narquois, lisant un livre d’Ebencauer, un philosophe venus des terres du Sud. L’auteur expliquait sur l’existence même, affirmant que la vie n’était qu’une conséquence de la déformation de l’espace, laissant ainsi à l’âme s’approprier la matière.

Grand érudit aussi, Dolven aimait lire ce genre de choses, mais soudain, l’un de ses serviteurs vint frapper à la porte, lui annonçant la venue d’Assiph, l’ingénieur magicien qu’avait engagé Dolven. Assiph entra, fièrement comme à son habitude, et s’approcha de son maître, avec un parchemin à la main. Le seïrdan, assit, déclara :

- Alors, mon cher Assiph, que viens-tu m’annoncer qui vaille de me déranger ?

- Et bien, mon maître, je viens de trouver non pas un moyen de créer un portail entre les mondes, quoique l’objectif soit à portée de main, mais je viens de trouver un moyen de vous hisser sur le trône plus rapidement que prévu !, dit l’alchimiste.

- Je t’écoute, tu m’intéresses…

Assiph sortit un flacon de son manteau noir, dans lequel était contenu un étrange liquide noir. Dolven inclina la tête vers la droite, en signe de curiosité, et Assiph, fier de lui, dit tout bas :

- Je l’ai appelé « baiser de l’éclipse », en votre honneur. Cela ressemble à du liquide, mais au contact de l’air, celui-ci s’évapore en moins de cinq secondes, et ce gaz très volatile à la particularité de pouvoir brouiller l’esprit de ceux qui le respire, et ce de manière presque définitive.

- Intéressant…

- N’est ce pas ? Vous n’auriez qu’à lâcher le flacon dans la salle du trône, ainsi le roi et sa cour seraient vulnérables, mais avant cela vous devrez prendre un antidote que j’ai laissé à mon laboratoire. Cela me fait rappeler que j’ai laissé une lotion chauffer, je dois rentrer, dejà maître, je vous laisse donc mon bébé.

- Beau travail Assiph, au plaisir de vous revoir.

- De même maître !

Assiph sortit, et Dolven prit le flacon, le regardant attentivement.

*Belle couleur*, pensa-t-il, car il aimait le noir, il aimait cette couleur qui dominait les autres.

Le conseiller partit ensuite à sa salle d’arme, où il s’entraîna un peu, et prit juste après un bain. Il demanda à se qu’on lui prépare sa table, et partit manger. Mais alors qu’il dégustait un bon vin, on vint lui prévenir qu’une jeune femme demandait à le rencontrer, et qu’elle possédait une pièce avec ses initiales. Dolven sourit, il savait que c’était elle, Idryss, il demanda à ce qu’on la fasse rentrer pour qu’elle vienne dîner avec lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Idryss Leeverwen



________________

Idryss Leeverwen
________________


Race : Vampire
Classe : Necromancienne
Métier : Prêtresse du Dieu du Sang
Croyances : Dieu du Sang et de la Guerre
Groupe : Demon

Âge : 327 ans

Messages : 23

Histoire de Personnage : 1. Un soir dans les ruelles de madorass
2. Souvenirs tortueux
3. Le silence
__________________________________



Une nouvelle alliée [PV: Idryss] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle alliée [PV: Idryss]   Une nouvelle alliée [PV: Idryss] EmptyVen 27 Aoû 2010 - 22:24


    Il était temps de quitter la pièce. A la lueur pâle des immenses cierges, Idryss avait prêché quelques minces paroles en l'honneur du Dieu du Sang. Quelques fidèles s'étaient entassés au fond d'une cave pour entendre le sermon de la jeune femme. Puis elle effectua une fine entaille à son poignet droit pour offrir un peu de son sang à l'autel. Un long filet de sang troubla la blancheur immaculée de sa peau. Un fidèle se pressa de soigner la blessure, il pansa délicatement la blessure.

    Cela fut court, certes, mais les adeptes furent tout à fait satisfait de cette messe et remercièrent la prêtresse pour sa présence. En effet, il était rare qu'elle se déplace pour des particuliers mais ce soir-là, elle avait une "visite" à faire. Elle avait donc profité de l'occasion. Idryss se pencha pour éteindre les bougies à sa portée. D'un maigre souffle, l'obscurité s'installa dans les lieux et elle put remonter à la surface.

    Après avoir traverser la porte, la rue s'offrait à elle. Sur ces talons, un jeune scribe attendait d'un air nerveux les ordres. Mais Idryss ne dit rien. Elle se contenta de regarder à droite et à gauche, dévisageant les rares passants pendant un grand moment. Puis elle saisit la plume et rédigea un message sur le support que tenait le jeune garçon. D'un geste furtif et gracieux, elle signa, plia soigneusement le papier et le glissa dans la poche de celui-ci.


    "Je ne vais pas pouvoir être là ce soir... Donnes cela à un des moines... Ne traînes pas..."


    Sans plus attendre, elle congédia le scribe et s'engagea dans une des rues perpendiculaires. Après avoir enchainait des ruelles et des ruelles, Idryss s'approcha d'un garde qu'elle croisa et demanda à rencontrer le conseiller du roi, tout en montrant le médaillon que celui-ci avait donné auparavant. Sans demander davantage d'informations sur cette requête, le garde ouvrit la marche pour l'amener auprès de celui-ci...

    La demeure du démon respirait prestance, raffinement, luxe. Bref, une façade superficielle qui embaumait puissances et dominations sur les autres mortels, un reflet de la personnalité de celui-ci. Mais son regard se lassa vite de cette façade et elle s'attarda sur un corbeau, oiseau charognard, annonciateur de malheurs, posait à un des rebords.

    On lui ouvrit la porte pour la faire patienter dans le vestibule. Un serviteur prit le relais. Il se retira donc pour informer son maître. Il ne tarda pas à revenir pour la conduire à celui-ci. Idryss ne tarda pas à se retrouver face au démon, qui d'ailleurs était à table. Mais Idryss n'avait pas faim. Elle n'aimait pas d'humeur. Elle se contenta donc d'un
    "Bonsoir" assez glacial pour l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dolven Melrak



________________

Dolven Melrak
________________


Race : Seïrdan
Classe : Lame noir
Métier : Conseiller du roi officiellement, agent à la solde des rebelles officieusement
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 138 ans

Messages : 15

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Une nouvelle alliée [PV: Idryss] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle alliée [PV: Idryss]   Une nouvelle alliée [PV: Idryss] EmptyVen 3 Sep 2010 - 17:22

Assis à sa table, Dolven dégustait son dîner langoureusement, savourant avec passion la sauce qui accompagnait le repas. Ses lèvres sensuelles semblaient refroidir froidement tout ce qu’elles touchaient, comme possédait par un souffle mortuaire. Les gestes toujours aussi gracieux, les cheveux bien coiffé, Dolven restait quelqu’un de très charmeur, de très beau et surtout, de très raffiné.

Idryss entra alors, avec froideur, confiante. Dolven regarda la belle d’un air amusé, non surpris, il aimait le caractère de la femme. Pour seule mot, Idryss prononça un « bonsoir » glacial, imposant de ce fait sa présence, et surtout laissant prétendre qu’elle n’était en rien impressionnée par le démon, et qu’elle pouvait bien se ficher de sa richesse. Mais le seïrdan s’en plut, et accueilli son invité avec les manières de la cour.

La salle à manger, spacieuse, arborait une très grande richesse, le tapis rouge tressé sur les côtés avec des fils d’or était en harmonie parfaite avec les rideaux rougeâtres, tels du sang gelé dans un rubis. La cheminée était enflammé d’un feu qui à lui seul éclairait toute la salle, mais il y avait quelques lampes à huiles autour. Et enfin, des tableaux en tout genre trônaient dans la salle. Mais juste derrière Dolven, au-dessus du feu, il y avait ce tableau, celui que se transmettait tout les Melrak, un tableau au milieu duquel se trouvait incrusté un étrange joyau, héritage de la famille de Dolven. Ce tableau, cette toile, représentait une éclipse, qui effaçait la lumière, laissant traîner les ténèbres sur un monde de chaos. L’éclipse était à la fois peinte, mais ce joyau au milieu représentait son cœur, c’était ce que Dolven appelait le « cœur de l’éclipse », et possédait un autre de ces joyaux très rare.

Le démon annonça à son hôte :

- Mais prenez place ma chère, nous avons beaucoup de choses à nous dire.

Une fois assis, Dolven observa un moment Idryss, avant d’ajouter froidement :

- Idryss, si je vous ai convié à venir, c’est parce que j’ai besoin de vous. Par miracle, vous possédez des dons de nécromancienne, et je me trouve dans une position plus qu’avantageuse. En effet, j’ai les moyens d’approcher le roi sans attirer les soupçons, et les rebelles me croient de leurs côtés…

Le démon déposa un magnifique fémur nettoyé sur la table, et rajouta, sur le même ton :

- Vous savez aussi bien que moi que les morts peuvent toujours être utiles. Je sais que vous n’êtes pas dupe, et que vous ne respectez en rien ce que les humains appellent « code d’honneur ». Vous n’auriez aucun scrupule à tuer des innocents si cela pouvait vous octroyer un bienfait, tel un investissement qui germerait après des années d’entretien. Je vous ai donc invité ici pour vous proposer un marché, considérez cela comme un marché avec le diable, peut m’importe, ce qui compte, c’est que vous écoutiez la proposition alléchante que j’ai à vous faire.

Dolven demanda à l’un de ses servants d’apporter un sac. Le servant sortit aussitôt de la salle, et Dolven ouvrit le sac, laissant des cadavres de petits rongeurs s’étendre sur la table, ainsi qu’un tas de pièce d’or se déversait dans un fracas métallique sur le bois précieux. Au milieu de tout cela, une couronne, une couronne de reine, le conseiller, sourire aux lèvres, dit :

- Comme tout être qui se respecte en ce bas monde, vous rêvez sans doute de richesses, de pouvoir. Je me trompe ? Si vous acceptez mon offre, vous ferez alors partie intégrante de l’histoire, vous serez reine, vous gouvernerez en maîtresse, certains vous respecteront, d’autres vous détesteront, mais tous vous craindront… Mais avant tout, je dois me débarrasser du roi, ce sera mon rôle, je déclencherai l’outil indispensable à notre prise de pouvoir. Kaull doit être renversé, c’est un être stupide qui ne sait pas du tout gérer ce qu’il s’est octroyé. Il ne vise pas assez loin, ne possède aucune ambition !

Sortant sa lame, qu’il fixait, il poursuivit :

- Les rebelles m’aideront, car ils me croient de leur côté, et je tuerai cet imbécile qui se croit roi. Après cela, vous vous doutez bien qu’une rébellion me tombera sur les bras, certains se douteront bien que le roi n’est pas morts innocemment, de plus, les rebelles aspirent à une démocratie, je ne puis accepter cela. C’est d’ailleurs à ce moment que vous intervenez, ce sera votre rôle. Les gens m’apprécient pour ce que j’ai fait, j’ai construit des orphelinats, et surtout, des cimetières, et les morts pulluleront à cause de la rébellion, je mettrai la ville à feu et à sang. Profitant de cette occasion, vous aurez pour tâche de réveiller les morts, de les élever contre nos ennemis, contre ceux qui souhaiterez nous voir morts, et vous ferez régner la terreur sur tout le Royaume, en plus de cette armée implacable, j’aurai l’armée à mes ordres.

Il sortit une carte, et pointa à l’aide de son épée les territoires alentours :

- Nous agrandiront notre royaume, chère Idryss, avec notre armée, personne ou presque ne pourra nous arrêter. Mais ceci n’est que la première étape de mon plan. Une fois que nous serons bien installé sur le trône, nous passeront un traité avec Arphoss, le chef des démons, nous ferons une alliance avec lui. Les démons rejoindront notre armée, nous les ligueront contre les anges ! Mon scientifique, chercheur et alchimiste Assiph travaille actuellement sur des portails pouvant relier les trois mondes entre eux. Une fois qu’il réussira, nous pourrons envahir le monde du dessus, et nous soumettrons les anges. Et enfin, dernière étape du plan, nous trahirons Arphoss, tous les deux, nous prendrons sa place, et nous deviendront les maîtres des trois mondes.

Dolven prit son joyau familiale, et le tendit à Idryss, comme objet de contrat, si elle prenait le joyau, alors elle acceptait d’aider Dolven :

- Cela ne tient qu’à vous, désormais, Idryss…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Idryss Leeverwen



________________

Idryss Leeverwen
________________


Race : Vampire
Classe : Necromancienne
Métier : Prêtresse du Dieu du Sang
Croyances : Dieu du Sang et de la Guerre
Groupe : Demon

Âge : 327 ans

Messages : 23

Histoire de Personnage : 1. Un soir dans les ruelles de madorass
2. Souvenirs tortueux
3. Le silence
__________________________________



Une nouvelle alliée [PV: Idryss] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle alliée [PV: Idryss]   Une nouvelle alliée [PV: Idryss] EmptyDim 19 Sep 2010 - 11:08

-----------------------
Un miroir en éclat
-----------------------





    Idryss portait si bien le parfum de la Mort. Oui, ces ingrédients indolents, insaisissables qui empoisonnaient les poumons. Qui brûlaient le cœur. Qui détruisaient l'âme. Cette pointe d'étrangeté qui nourrissait nos chagrins et alimentait les larmes. Un parfum subtile qui faisait la fierté et l'orgueil de la jeune vampire, Faucheuse de vie à ses heures égarées. C'est alors qu'elle sortit un éventail de dentelle noire. Elle le déploya brusquement et bruyamment. Et d'un geste monotone, elle commença à l'agiter avec la grâce naturelle qu'elle possédait. Ceci n'était pas un geste de coquetterie. Lorsqu'elle ne semait pas la mort, elle ressentait un besoin d'occuper ses mains. Elle avait des mains aussi blanches que la porcelaine, des mains de cueilleuse qui se plaisaient à saisir l'âme d'un être perdu. Elle s'installa sans un mot.
    Chaque mots qu'elle avait saisie était une note dans son esprit. Une mélodieuse note qui faisait vibrer ses envies les plus noires, les plus oubliées. Répandre la mort avait maintenant un sens. Un but réel qui semblait possible. Cela avait attisé une partie d'elle qui fut longtemps éteinte dans son âme. Ce projet lui plaisait. Idryss était quelqu'un qui procédait seule. Du moins qui s'arrangeait pour être libre de tout poids. Elle n'avait pas hésité à couper le fil pour certaines personnes. Sans remord et sans pitié, elle semait les actes de décès en tout genre avec un sourire satisfait aux coins de ses lèvres. Elle écouta jusqu'au bout cette agréable mélodie qui guidait son esprit chaotique. Le mot "péché" avait longtemps souillait sa chair et s'attaquer maintenant à sa délicate ossature.
    C'est alors que le silence fit place au recueillement. Plongée dans ses éternelles réflexions, tel un philosophe s'exaltant silencieusement d'un sujet sans fin. Le silence s'installa. Pesant, il collait si souvent à la jeune femme. Tandis qu'elle battait le vide de son éventail, elle se remémorait les paroles de celui-ci, qui lui semblait bien loin de son esprit. Face au maître de la maison, Idryss avait l'impression de s'aventurait sur un vaste plateau d'échec. Ils y avaient des cases noires, pouvoir et obscurité et des cases blanches, lumière et espoir. La contraste de deux mondes qui allaient s'affronter sous des dures vérité. Elle serait un des ses pions, d'ébène et d'ivoire, une pièce maîtresse dans une stratégie vicieuse.
    Elle s'égara dans ses pensées. Si bien qu'elle se noya dans ses propres idées et qu'elle submergea agitée de cette vague. Une lueur trouble naquit dans ses pupilles d'ambre. Une étincelle qui disparut aussitôt. Son regard avait repris cette froideur inébranlable. Un mur de glace qui voilait ses sentiments. Qu'avait-elle aperçue ? Des brides d'un passé éloigné, un futur proche, une vision de son Dieu adoré ? Elle ne le diras point. Son esprit est une forteresse où s'acharne les revenants, êtres voués à une inexistence macabre, s'inscrivant dans un registre sans fin dont la sentence à éclater trop tôt. Tant de choses se révoltaient dans son esprit. Tant de choses insensées subsistaient à travers sa conscience. Cette aliénée qui cache si bien sa folie à travers ses envies meurtrières, ses allures vides de sentiment. Cette soif de vengeance et de haine qui rongeait son corps. Une flamme s'était réveillée en elle. Loin d'être éteinte par un maigre souffle, elle a un déclenché un des mécanismes des plus sanglants.
    Mais trêve de rêvasseries, le démon attendait une réponse. Elle scruta tour à tour les objets posés sur la table. Un fémur, objet adoré de son art grandiose et une couronne de reine, qui s'accompagnerait d'un titre une fois les projets réalisés. Un autre objet attira son attention, le joyaux que tenait Dolven dans ses propres mains. Elle leva les yeux vers celui-ci. Elle ne prêta pas attention aux décors se trouvant autour d'elle.

    " Savez-vous combien d'heures y a t-il dans une année ? ... Il y en a 8760 heures. J'ai voué des dizaines d'année à la recherche des morts. Des centaines d'heures se sont écoulées. Mais qu'importe ma vie n'était pas aussi éphémère que celle des mortels. J'aurai donné corps et âme pour connaître le secret de l'âme. Les morts sont des êtres utiles, mais sont dénués d'âmes. Il ne sont que des pantins dont les ficelles doivent être tirées sans cesse pour qu'ils effectuent les tâches, tels des enfants sans autonomie. Hélas, lever une armée de mort n'est pas à la portée de tous. Les nécromanciens qui le peuvent ont accumulé une énorme quantité d'énergie pendant des dizaines d'années. Mais cela ne suffit pas. Il en faudrait bien plus... J'ai à ma porté assez d'énergie pour alimenter pendant sept jours et sept nuit une armée d'une envergure importante. Mais une fois le délais écoulé, une grande partie de l'armée que j'aurai constitué va disparaître. Sinon j'aurai depuis longtemps détruit ces terres. Mon corps et mon âme ne peut supporter un tel poids sans énergie. Je suis prête à mettre plus d'une centaine d'années de recherche en jeu. Cela représente les trois-quart de l'énergie que je possède. Maintenant vous connaissez les lacunes... Une tel défi possède bien des faiblesses, non ? Êtes-vous toujours partant ? Mais sachez que sur ces terres désolées, les Nécromanciens sont rares... "

    Soudain, elle coupa nette ces paroles. Car le nom d'Aphross lui était revenu à l'esprit. Ce démon n'était pas né de la dernière pluie. Elle le savait. Il était le seigneur des démons. Ce n'était pas seulement grâce à son charisme, mais aussi grâce à sa force et son écrasante présence. Le défi qu'on lui présentait avait de quoi signer plusieurs fois le même contrat avec la Mort. Mais Idryss était loin d'avoir peur d'un vieil ami. Elle savait que celle-ci attendait avec impatience le jour où elle se présentera devant Elle. Un moment qui pouvait arriver à tous instants.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Une nouvelle alliée [PV: Idryss] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle alliée [PV: Idryss]   Une nouvelle alliée [PV: Idryss] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une nouvelle alliée [PV: Idryss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Ruelles-