''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La lassitude des souvenirs [Stilgarl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Cendre Ombrage



________________

avatar
________________


Race : Haut Elfe
Classe : Incantatrice
Métier : chanteuse des forets
Croyances : je n'est de croyance pour les seules choses que mes yeux ont le bonheur ou le malheur de voir...
Groupe : Solitaire

Âge : 512 ans

Messages : 26

Fiche de Personnage : La personification de la Mélancolie...

http://feleth.superforum.fr/t2002-l-histoire-d-une-femme-dechue-par-la-melancolie#12425


MessageSujet: La lassitude des souvenirs [Stilgarl]   Sam 8 Sep 2012 - 17:30

* Il etait une fois,l'histoire d'un été ensolleillé,un bref été qui,en un moi, c'est vue effondré,cette été joyeux où le monde n'etait que pureté...Un été où l'enfant jouait avec l'adulte,un été où l'humain riait avec l'animal,mais moi seule,encore une fois,assis sous l'ombre d'un olivier,je songeait au gens que j'ai aimés....Ce fut en un jours de ce si bel été,que mon monde a changé,parcourant un champs de rose parfumés,me laissant bercé par le chant des cerisiers,j'appercut au loin cette noiratre fumée...Et comme un torrent,les flammes ont jaillis percant,brulant,carbonisant la paisible vallée...Fuyant vers le village embrassé je vis avec horreur ma peur réincarné...Je ne put réagir terrifié,jusque mes jambes qui ne daignaient bougées..Adieu village ensolleilé,adieu belle été parfumé...Le cauchemar est arivé...Face a moi se trouvait le demon des origines,le démon responsable de la mort de celle qui fut porteuse de ma vie...Face a moi sse dévoilait l'envol du démon assassin de mon frere bien aimé...face a moi se trouvais ce que j'eus toujours détesté...Ainsi les monstres de mes pires pensées,face a moi impatient d'en finir...Approchant lentement,sans que je ne puisse me protogé...Dans l'obscurité je finis par sombré...*

*halletement*

Cendre se reveilla dans un sursaut soudain,elle avait le front couvert de sueur,elle tourna vivement son regard autour d'elle comprenant dans un soupire de soulagement qu'elle se trouvait dans sa chambre.L'Haute Elfe realisait que ce n'etait qu'un simple cauchemar mais son visage etait encore marqué d'une sorte de traumatisme,a la simple vue de ses iris azur,il etait aisé de comprendre qu'elle etait angoissée...Elle se rallongea sur son lit mais dorénavant,il lui etait impossible de s'offrir a nouveau au bras de Morphée...Elle attendit quelque instant scrutant le plafond d'un regard envouté...Mais un plafond n'est pas très interessant et la pauvre demoiselle etait totalement perdu dans ses propres pensées...Elle se leva subitement s'approchant de la seul fenetre de la piece donnant une vue sur un magnifique levé de soleil auquel elle ne pretait etrangement nul attention elle qui d'ordinaire se plait a admiré les merveilles du monde...Elle etait preocupée par une chose,elle venait de réalisé que ce n'etait pas la premiere fois qu'elle avait se cauchemar...oui elle se souvient,les souvenirs son flou mais elle a souvenir d'un cauchemar similaire,peut etre meme identique...Elle posa sa main sur la vitre laissant échappé ses pensées a travers ses lèvres...

" Je me reveille quasiment toute les heures,toujours ces memes images...j'ai peur...Plus ne rien ne me fait sourire,ce monde me dégoute...Voila bien longtemps que je ne suis retourné dans ma véritable demeure...Mais si je me suis enfuis c'est que j'éprouvais un véritable malaise,je ne m'attache a rien,j'ai créé mes valeurs,je ne sais plus ce qu'est etre bien,j'avance tout en douleurs,je ne veux que l'on parle ni d'amour ni de sentiment j'ai perdu toutes émotions durant mon enfance...Je veux que l'on me rende mon insouciance celle que j'eu possédé lorsque je n'etait qu'une enfant...J'ai toujours voulut effacé de ma memoire,une bonne partie de mon histoire...Je ne supporte plus qu'une personne ne me touche,je ne parviens plus a respiré ce mal m’étouffe...J'ai si souvent révé que l'on pouvait oublié toute son enfance,la vie serait faite d'amour sans la haine et loin de la souffrance...."

Elle prolongea encore son monologue pendant peut etre une bonne heure....Et lorsqu'elle retrouva enfin la réalité elle remarqua que le soleil illuminait le paysage....Elle regarda par la fenetre avec un sourire malaisé avant de quitté cette ouverture vers l'exterieur pour se préparé a sortir...Elle alla faire sa toilette avant de s'emparé d'une robe aux couleurs de ses iris,azur sa couleur favorite...Elle voulait sortir pour oublié,oublié ses pensées,oublié son passée,respiré l'air frais et parfumée du monde presque parfait,elle voulait tout cela,bien qu'elle savait que ses actions étaient vaines...Elle désirait au moins chassé ce cauchemar qui hantait son esprit ...Elle descendit pour trouvé la porte d'entrée,toute la demeure etait plongé dans une froide obscurité,un endroit qui semble peu acceuillant,il est difficile de croire qu'une personne telle que la demoiselle puisse vivre ici,les pieces sont vide pour seule decoration elle possede des trohpée de chasse peux ordinaire...L'atmosphère y est gloque....enfin Cendre vie dans une simple demeure qui peut donner des frissons aux plus courageux...Mais elle supportait...Elle avait appris a tout cotioner,a prendre sur elle peur et angoisse...D'ordinaire seulement...C'est pourquoi elle voulait chassé ses pensées,car ces dernieres l'angoissait énormément...

Elle ouvrit la porte se tournant une derniere fois avant de quitté ce lieu étrange...Elle soupira,songeant qu'elle devait encore supporté une journée en vivant avec ce triste fardeau...Elle en avait assez de songé,assez de pensées aux choses qui retournait le coeur,elle en avait assez de se lamenté sur la mort de sa mort,assez de croire que par sa faute son frere est mort,elle voulait retrouvé son innocence,elle vous revoir son insouciance,elle voulait que ses reve soit illuminé de rayon rouge,jaune et vert,elle voulait que ces songes soient parcourut d'immense champs de rose...Elle ne voulait plus voir la violence dans ses cauchemars...Elle savait qu'un jours elle reussirait a vengé sa mere,elle savait qu'un jour elle soulagerait son coeur du fardeau qu'elle s'impose elle savait tout sa,elle esoérait tout...Mais pour le moment, dans la fraicheur du matin, elle decida de se rendre a l'etang de pureté,la où les ames venaient méditées...Elle avanceait calmement en direction de cet endroit merveilleux,ses pas délicats brisant delicatement la forme monotone de la neige éternel qui existe ici depuis la création de ce monde...Ce n'est qu'en ces lieux qu'elle parvient a retrouvé son sourire enfantin,qu'en ces lieux où les larmes ne parviennent a irrité la beauté de ses iris azur...Elle ferma sa marche dans la clairière,au bord de l'etang,abaissant son regard vers ses eaux clairvoyantes,elle avait remarqué un sourire et lentement elle se adonna ses levres a un agréable murmure...Elle savait qu'ici,elle pourrait retrouvé un bref repos,aussi long que l'eternité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stilgar le Déchu

Assombri | L’Exécuteur de l’Ombre

________________

avatar
________________


Race : Démon Majeur
Classe : Déchu des tempêtes
Métier : [Aucun]
Croyances : [Aucunes]
Groupe : Solitaire

Âge : 754 Années

Messages : 76

Fiche de Personnage : La fureur du Déchu - Toujours en cours de ré-écriture, serait temps


MessageSujet: Re: La lassitude des souvenirs [Stilgarl]   Lun 17 Sep 2012 - 16:51

La respiration contrôlée, Stilgar était assis au bord de l’étang à son tour. Sur la rive, les jambes croisées, les mains jointes sur le ventre et les yeux clos, le visage penché en avant. Inspiration longue, l’air presque emplis d’une tranquillité magique, venait purger son système d’idées sombres. Expiration lente, Stilgar, même en plus de sept siècles d’existences, n’avait jamais saisi le sens profond de ces terres de paix. Malgré les myriades d’instants de méditation qu’il a accomplis dans ce havre de paix, la pureté de l’air, le calme de cet endroit, n’avaient jamais révélés leurs natures au vieux Séraphin.

« - Souhaiterez-vous la renaissance de la légion jeune séraphin ? »

Cette phrase, prononcée il y’avait a peine quelques mois résonna dans la tête de Stilgar. Plongé dans une intense réflexion en laissant passer le bout de ces doigts sur l’eau, l’ange se perdit rapidement dans les vaguelettes qui s’étendaient, se chevauchaient comme une myriade de possibilités, de chemins a emprunter. Face a cette démonstration de beauté complexe, Stilgar s’accorda un sourire qui vint dérider le visage de l’ange. Voilà bien des années qu’il n’avait pas eu un sourire sur les lèvres. Cependant, un bruissement presque imperceptible vint perturber la parfaite harmonie de ce havre. Se redressant, sa toge blanche forma d’élégants plis alors que la lumière du soleil d’Adiryl venait luire sur son armure. Depuis la mort de son mentor, Stilgar avais pris le pareil fou de se déplacer constamment armé, même si l’entrainement qu’il reçut aux mains du vieil oracle était largement suffisant pour survivre désarmé a une attaque, même a une attaque de Seïrdans. Marchant d’un pas lent et silencieux, les ailes gracieusement repliées sur son dos et mains croisées sur le ventre et yeux clos. Il suivait d’un pas imperceptible le bruissement, l’étang de tranquillité ressentait la présence d’un intrus, peut-être un être du milieu. C’était surement ça.

Au détour d’un léger bosquet, arrivant sur l’autre rive. Stilgar vu une forme féminine et a en juger les oreilles, une elfe. Ces yeux étaient plongés dans l’étang. A en voir l’air de béatitude que seuls ceux retrouvant la paix arborent, elle connaissait déjà cet endroit et y avait déjà pénétré. S’approchant d’un pas lent, il se mit à parler d’un ton grave mais étonnement doux, par respect pour le calme de ce havre de paix.

« - Les étangs de pureté, en sept cent ans, je n’ai jamais su expliquer, malgré les myriades d’heures de méditation, le calme de cet endroit. C’est comme si toutes les énergies positives qui nous entourent se concentraient sous une forme physique. »

Avançant, il vint se mettre a côté d’elle. Sans réellement perturber sa « méditation » un sentiment vint parcourir tout le système nerveux du séraphin, sa place, n’était pas dans ce monde. Mais ce n’était pas un démon ou un être du milieu.

« - Vous faites preuve du respect envers cet endroit que seuls les anges peuvent comprendre. Vous êtes d’Adiryl, j’en ai la certitude. Il est difficile pour ceux du monde du dessus de cacher leurs nature, c’est ce que nous sommes, nous en tirons tous une grande fierté et un sens du devoir, mais votre présence, ainsi que la réaction de cet havre, ont attisé ma curiosité. D’où venez-vous, mon enfant ? »

Le séraphin, toujours drapé de sa toge d’un blanc immaculé sous laquelle se dessinait son armure, tourna légerement la tête, pour voir l’interlocutrice, attendant une réaction. Inspirant longuement et expirant lentement. Profitant de cet air purificateur, de l’air de l’étang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cendre Ombrage



________________

avatar
________________


Race : Haut Elfe
Classe : Incantatrice
Métier : chanteuse des forets
Croyances : je n'est de croyance pour les seules choses que mes yeux ont le bonheur ou le malheur de voir...
Groupe : Solitaire

Âge : 512 ans

Messages : 26

Fiche de Personnage : La personification de la Mélancolie...

http://feleth.superforum.fr/t2002-l-histoire-d-une-femme-dechue-par-la-melancolie#12425


MessageSujet: Re: La lassitude des souvenirs [Stilgarl]   Jeu 20 Sep 2012 - 21:14

Un soubresaut etait venu perturber la demoiselle lorsqu'elle entendit une voix...cette voix d'homme...elle n'avait jusqu'a présent remarquer sa présence...Etait il la depuis longtemps ? ou alors venait il juste d'arriver ? Quoi qu'il en soit,l'Haute Elfe etait surpris de ses paroles qu'elle ne pourrait réfuter... Elle etait si...Véridict !....Elle sentit le contact proche de l'homme qui etait venue s'assoir a ces cotés...Etrangement elle restait impassible,calme...froide comme le mistral...Il ne l'avait en rien perturber en effet mais la présence la fit frissonner lui remémorant d'anciens souvenirs de son frère aîné...il avait approximativement le meme ages...oui sept cents ans de vie...Cela semble beaucoup...Mais mis a part les massifs des cieux,il n'eu l'occasion de connaitre grand chose de la vie...Mort...Tuer par un de ses démons sur Adyril meme ! Etrange...La demoiselle se croit responsable de ce double assassina...Et aujourd'hui avec cet homme,elle pouvait sentir de nouveau le contact de ce liquide pourpre sur son visage....une vision d'horreur...Oui il n'y a nulle autre définition...Une horreur...Cette vision la detacha de sa pseudo-méditation...Elle tourna son visage vers l'homme...Elle voulait oublier le passée un bref instant mais voila qu'il ressurgissait malgré elle...On ne peux oublier son passée,aussi douloureux soit il...! Elle le laissa terminer sa phrase avant de soupirer...

"Vos paroles sont perspicace et vous semblez doté d'un grand sens d'observation...Et bien vous avez vue juste...Je suis bien d'Adyril bien je ne me considère comme tel ! Pour moi je ne suis plus de ce monde...Ni d'un aucun autre d'ailleurs ! Je ne sais meme plus qui je suis...Voyez vous je traverse une étape difficile de mon existence...Je grandit,je murit...Quand a cet endroit...oui je le connais,je m'y rend souvent pour essayer de trouver qui je suis...Car pour moi je ne suis que Cendre Ombrage demoiselle du massif des Cieux descendante direct des Haut Elfe de la communauté solitaire de ce monde si parfait soit il...Mais j'aimerais etre quelqu'un d'autre...Mon clan s'est retiré des ordres de l'Empereur d'Adyril...je me demande si je ne devrais pas essayer de réintégrer les ordres...peut etre que je parviendrais a me retrouver moi meme...

Sa méditation l'avait perdu...et elle exprima tout le fond de ses pensées...elle parlait inconsciament,comme si elle ne pouvait controler ce qu'elle disait...elle soupira,remontant la bretelle de sa robe qui laissait son dos nue,elle ferma les yeux adoucit par un vent frais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stilgar le Déchu

Assombri | L’Exécuteur de l’Ombre

________________

avatar
________________


Race : Démon Majeur
Classe : Déchu des tempêtes
Métier : [Aucun]
Croyances : [Aucunes]
Groupe : Solitaire

Âge : 754 Années

Messages : 76

Fiche de Personnage : La fureur du Déchu - Toujours en cours de ré-écriture, serait temps


MessageSujet: Re: La lassitude des souvenirs [Stilgarl]   Jeu 4 Oct 2012 - 0:49

« - La quiétude du foyer. La paix qu’apporte l’appartenance à une structure cent fois plus compliquées que les limites de notre imagination et qu’importe la nature de cette structure. Les ordres de l’empereur, désormais, je vais vous confesser mon idéal et les raisons de ma présence depuis sous l’aile protectrice d’Adiryl. Vous savez, j’en suis persuadé, quelles sont les prétentions de nos armées. Protecteurs de la justice, porteurs de la flamme purificatrice, légionnaires… Séraphins, élus, haut-elfes et oracles sous la guidance de Sa Majesté l’Empereur. Ne vous méprenez pas sur mes paroles, jeune enfant, mais a mes yeux, Adiryl, ces montagnes sacrées, ces longues étendues paisibles et ce havre de paix dans lequel nous nous trouvons ont su apporter, malgré les longues guerres que j’ai menées, une paix intérieure que je chéris plus que tout. »

Stilgar finit par se mettre sur ses genoux comme pour entamer une prière, mais aucun chant ne sorti d’entre ces lèvres et aucun son hormis la respiration calme et continue de l’ange ne quittèrent sa gorge. Il regarda l’étang et se redressa le temps de venir se mettre au bord de la rive. Les jambes entrecroisées devant lui et les mains jointes entre ces dernières.

« - Toutes nos existences sont, je le crois, régies par la main impartiale de la destinée, c’est ce que les humains appellent « Dieux », mais je pense qu’il ne s’agit que d’un mécanisme liant les trois mondes, une loi de la physique telle que la pomme tombant vers le sol. Le clan des elfes des montagnes sacrées, ces villages sont, si mes souvenirs ne me trompent pas, toujours présents et aucun liens ne vous empêche de les rejoindre si vous le désirez. La désobéissance envers l’Empereur est un délit, mais la tyrannie en est un aussi, les anges, quels qu’ils soient sont, sous la condition de n’avoir léser notre monde, libres de tout choix. Dit-il en un long souffle, le ton se voulant, au fond, réconfortant. Vous pourriez trouver la place qui vous reviens et que vous cherchez sous l’allégeance a l’Empereur, mais cela impliquerais aussi des responsabilités. Du simple scribe au guerrier sont tous unis dans le but de garder notre monde aussi pur que possible et d’avancer toujours dans les domaines, qu’ils soient de la magie, de l’art, de la musique ou de la guerre. »

Finissant son monologue, il posa son index dans l’eau, créant des vaguelettes puis les désigna de la paume de la main.

« - Voyez ces vagues s’en allant dans un cercle. Ce sont tous les chemins que vous pouvez entreprendre dans votre existence, Cendre. Il y’a une infinité de chemins possibles et la fin des vagues annonce la fin de votre présence sur les trois mondes et qu’importe la taille de la source des vagues, toutes doivent un jour s’estomper. Cependant, je ne sais si la solitude vous a pris comme sa proie mais rassurez-vous, jeune enfant. »

Prenant une poignée de sable de la main droite, continuant son monologue d’un ton incroyablement paisible alors qu’il terminait sa dernière phrase, il fit un mouvement, lançant la poignée de sable en un arc de cercle, chaque grain venant créer a son tour des vaguelettes qui se chevauchaient, se rencontraient, se fusionnaient.

« - La solitude et la perdition n’existent pas, il n’existe que des moments de calmes entre de nouvelles amitiés, haines et expériences, états d’esprits. Voyez comme certaines vagues se rencontrent et se chevauchent sans altérer ou en altérant leurs chemins respectifs. Voyez comment certains sont absorbées par d’autres, plus vigoureuses alors que d’autres fusionnent ensemble, créant une vaguelette encore plus grand. Et tout cela à l’échelle d’un étang, maintenant, imaginez ceci a l’échelle d’une mer calme. Voilà ma représentation de l’esprit, des milliers de grains de sable jetés dans une mer calme, créant des vagues, modifiant lentement mais surement la perception des choses avec l’âge, l’expérience et les rencontres faites entre les vaguelettes, qu’en pensez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cendre Ombrage



________________

avatar
________________


Race : Haut Elfe
Classe : Incantatrice
Métier : chanteuse des forets
Croyances : je n'est de croyance pour les seules choses que mes yeux ont le bonheur ou le malheur de voir...
Groupe : Solitaire

Âge : 512 ans

Messages : 26

Fiche de Personnage : La personification de la Mélancolie...

http://feleth.superforum.fr/t2002-l-histoire-d-une-femme-dechue-par-la-melancolie#12425


MessageSujet: Re: La lassitude des souvenirs [Stilgarl]   Ven 7 Déc 2012 - 23:08

Elle soupira et devait se l'avoué,elle etait emerveillé par les paroles de l'homme qui portait l'experience de l'age que Cendre n'avait pas encore obtenu.Elle se sentait si naive,si innofensive face a cette soif de "savoir",le point de vue de cette homme est si pertinent qu'elle pourrait se laisser berner par de si beau discours mais Cendre possède elle aussi une répartit et un point de vue sur ce monde,elle sait que là d'ou elle,la perfection n'est qu'une image,un miroir que les gens refletent avant de se dissimuler derriere leur véritable personnalité,Cendre est d'ailleurs identique,chasser les démons et chanter sa mélancolie,elle aime sa mais au fond d'elle,elle a conscience qu'il ne s'agit pas de sa véritable personnalité et voila pourquoi elle ne désire plus vivre dans se monde qui n'est a ses yeux qu'une illusion...Elle soupira

J'avous que votre discours est d'une pertinence à ne pas négligé,votre oration est parfaitement structuré,l'on pourrait presque croire que vous avez appris un texte a la perfection,et vous illustrer vos propos avec des exemples concrès,oui votre thèse est difficile a réfuté...Cependant il est pour moi un honneur de me preter a ce jeu et je vais a mon tours vous donner mon point de vue sur ce monde et cette vie que vous défendez avec tant de vigueur...Vous faites une éloges des ordres de l'Empereur,d'Adyril et de la paix qui y regne...pour moi ce n'est qu'une illusion,une image que l'Empereur que je respecte et j'admire du plus profond de mon coeur laisse entrevoir afin d'eviter les conflits..C'est un acte honorable je le concois cependant je ne pense pas que se soit la meilleur chose pour ce monde...Faire transparaître la paix n'est pas le meilleur moyen de la garder..

Elle s'installa au coté de l'homme le regard sur les eaux où se reffletait son visage troublé par les vaguelettes provoqué par l'homme et elle poursuivis

Laisser moi vous raconter l'histoire de ma famille et celle donc de ma naissance...Mes ancètres ont quitté l'Empereur pour des raison que je ne pourrais vous expliquer etant donné que vous faites partis des ordres,cependant la suite risque de vous interesser...Dans ce monde de paix que vous dites savez vous qu'il y a envrions 2000ans un violent massacre eu lieux dans les montagnes des cieux ? Sans doute non...Je suis issue d'une famille de meurtrier qui ont assassiné tout un village afin de batir leur propre habitations,femmes enfants,veillards,soldats...Aucun prisonniers tous devaient périr,et tous ont périt...Est-ce une forme de paix ? Est-ce l'ordre des choses ? Est-ce le destin ? Je n'en suis pas sure et pour poursuivre je possède aussi l'argument de ma naissance...Ma mère ma mise au monde par une belle nuit,vouée a un avenir radieux je fut enlever par ma tante qui prit la fuite,son seul but me protéger de la bestialité de mes pères...Quel sort lui fit reserver ? Elle fut dévorer par les loups de mon père,son propre frère l'a tué sans éprouvé aucun regret...Non il n'existe pour moi aucun monde où la paix existe...

Elle plongea ses doigts dans l'eau cristalline,brouillant a son tour la surface de ses eaux pures...

Je suis jeune et inexpérimenté...Je ne serais vous en dire plus a se sujet...Quand a la solitude...Je suis d'accord avec vous,elle n'existe pas,personne n'est jamais réélement seul..Mais la solitude de l'esprit est quand a elle bien présente...Les vaguelettes que vous dites representes le cours de l''existence toutes se croise au moins une fois...Mais ce n'est que l'aspect externe...Regarder attentivement..En brouillant la surface de l'eau vous en brouiller aussi le reflet le rendant diforme et incertains...immaginer une seconde que le reflet represente votre esprit,pour qu'il soit net et visible il faut que la surface elle sois intacte et pure...Et pour cela il n'y a d'autre choix que la solitude...Enfin ceci n'est qu'un point de vue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: La lassitude des souvenirs [Stilgarl]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La lassitude des souvenirs [Stilgarl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Adiryl, le monde du dessus :: Etang de pureté :: Clairières des sages-