''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La fuite [PV Melley] TERMINÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyDim 30 Sep 2012 - 18:52

Madorass se trouvait bien loin derrière maintenant. Oui, suffisamment loin pour que la cadence de ses pas ralentisse. 5 jours et 5 nuits à ne se reposer que brièvement pour s'enfuir et à chasser le lièvre pour se nourrir à la hâte... Jamais il n'avait autant maudit la voie dans laquelle il s'était engagé. Se cacher comme une souris pour éviter d'être attrapé par les serres de la chouette; voilà comment il se sentait. Était-ce réellement une vie ? Allait-il continuer ainsi jusqu'à ses vieux jours ? À ce train, il ne vivrait pas vieux, ça, il en était plus que certain. On l'attraperait ou on l'abattrait bien avant cela, malheureusement ou heureusement ...

Le souffle court, notre homme s'arrêta enfin. Ses jambes ne l'écoutaient plus, trop épuisées pour continuer leur chemin et puis, ses limites avaient été atteintes. Il ne pouvait plus continuer, le repos était de mise. Au moins pour cette nuit. De plus, son épaule gauche l'élançait affreusement et il se devait de jeter un coup d'oeil au risque de voir la plaie infectée. La cause de tout ça ? Pendant sa fuite de la grande Madorass, le tueur à gages avait évité à sa complice de se manger cette flèche qui l'avait blessé en la couvrant, tirée par un archer d'élite posté en haut des remparts de la ville. Ceux-ci n'avaient pas arrêté leur course effrénée suite à l'ordre d'immobilisation que leur avait lancé un soldat en surveillance aux portes extérieures de la cité. Voilà ce qu'avait été le résultat ! En bonus, ils avaient eu des soldats aux talons, les forçant donc à se séparer pour faciliter leur fuite.

Sa tête lui dictait de continuer à avancer, mais son corps n'écoutait plus. Ce fut dans un long et profond soupir qu'Heïan scruta les lieux
pour ensuite quitter le sentier et rejoindre la forêt. L'air était plus froid dans ces environs, ce qui lui disait qu'une étendue d'eau ne devait pas être bien loin et la mousse qui se trouvait sur les arbres ne tarda pas à confirmer ses doutes. Serpentant d'un pas lent entre les arbres et marchant sur des branches mortes qui craquaient sous son poids, il parvint à rejoindre un lieu un peu plus à découvert, mais assez loin du chemin pour être tranquille. Du moins, c'est ce qu'il croyait sur le moment.

~ Ici, ce devrait être bon ... ~

Restant planté là une bonne minute, ses yeux admiraient la vue qui s'offrait à lui sans réel intérêt. D'autres auraient trouvé ce paysage nocturne d'une beauté magnifique, mais lui, il se contenta de s'en approcher. Enlevant sa tunique souillée de sang, ses yeux se posèrent sur le bandage improvisé de l'entaille pour la deuxième fois. Celui-ci était d'un rougeâtre sombre, mais ne resta pas bien longtemps en place. Le tueur à gages avait pris un poignard qu'il cachait dans sa botte droite, au niveau de la cheville, et coupa le tissu d'un mouvement brusque. Penchant le haut du corps au dessus de l'eau, sa main droite se noya dans l'eau froide du lac pour former une cuillère qui servit à laver la peau et la plaie. Au moins, la blessure semblait se cicatriser. C'était au moins ça !

~ On se les gèle ici ! ~

Un frisson lui avait parcouru la nuque lorsqu'une brise fraîche s'éleva de la surface du lac. Se redressant sur ses jambes pour s'éloigner un peu du lac, Heïan parvint à trouver quelques branches sèches pour se faire un feu de camp. Il mourrait de faim, mais il ne mourrait certainement pas de froid. À genoux devant un amas de branches, l'homme cogna deux pierres ensemble à quelques reprises, pour ne faire ne serait-ce, qu'une petite étincelle. La patience n'étant pas au rendez-vous ce soir-là, il mit plus de temps avant de pouvoir se réchauffer. Les flammes se mirent enfin à danser devant ses yeux. S'adossant contre la souche d'un arbre juste derrière lui, Heïan s'abrilla de sa cape et son regard violacé se mélangeait à l’orangé du feu.

Le calme n'était pas inquiétant pour la première fois depuis quelques jours. Son esprit pouvait enfin respirer. Le hululement des hiboux, les
petits couinements de rongeurs nocturnes dans les environs ne faisaient que l'apaiser, à son étonnement. Rendant le moment propice à la somnolence. D'ailleurs, ses paupières se faisaient lourdes, ses muscles s'étaient détendus et il commençait à sombrer vers les bras de Morphée, mais ... il ne fallait pas. Il ne fallait pas s'endormir. Pas maintenant ... non ... pas maintenant ...

La tête de l'homme s'était doucement penchée vers l'avant, alors qu'il s'en allait doucement vers le néant du rêve.


Dernière édition par Heïan Kreiss le Lun 31 Déc 2012 - 1:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyDim 30 Sep 2012 - 19:27

Melley avançait dans la pénombre, doucement. En fait, elle était légèrement perdue. Légèrement beaucoup même… Son cheval marchait au pas, faisant lui aussi attention au terrain accidenté. Le clair de lune était caché par les arbres, dansant entre leurs branches, formant des ombres terrifiantes pour qui était peureux. Melley avait connu la peur. Elle la connaissait toujours, mais avait appris à faire face et surtout, à utiliser cette peur pour en faire un point fort. Ce n'était pas au point, certes, mais même Lyme avait dit qu'elle s'améliorait. Et, venant de lui, elle pouvait en tirer un rien de vantardise.

Elle voyait aussi, au loin, s'étirer les ruines. D'anciennes ruines dont elle ignorait tout. En même temps, son voyage avait pour but de lui apprendre le monde. Lyme l'avait envoyée vagabonder pour qu'elle visite, créée des liens, découvre les secrets du monde, pendant que lui prenait pas aux missions rebelles et mettait des bâtons dans les roues aux dirigeants et donc de Kaull.

Et après être restée un long moment en ville, elle avait décidé de découvrir les contrées sauvages. Armée de son fidèle Arc qui entourait ses épaules, de sa dague à la ceinture, de quelques couteaux de lancer au cas où, d'une sacoche contenant remèdes, nourriture, boisson et tout le nécessaire de survie, de son cheval, elle était partie un matin et chevauchait depuis bientôt quatre jours. Seule. Elle avait rabattue sa capuche qui dissimulait son visage hormis le menton. Ses yeux étaient trop reconnaissables et rester discrète était préférable.

Soupirant, elle plissa les yeux. Il y avait…de la fumée…plus loin. Elle stoppa son cheval, descendit de selle, prit sa dague et continua à pieds, le tirant par la bride.

Elle faisait le moins de bruits possible. Qu'est-ce que cela pouvait être ? Une bande ? Un aventurier ? Sa raison lui disait de fuir pour éviter les ennuis, mais sa curiosité lui intimait de continuer, qu'on avait besoin d'elle, là-bas. En fait elle n'aurait su expliquer pourquoi elle avait cette drôle de sensation. Quelqu'un qui avait besoin d'elle. Mais dans quel sens ?

Elle avança donc, la curiosité l'emportant comme à chaque fois, s'avançant du petit feu mais également du lac. Lac qui apportait la fraîcheur nocturne et elle ne put retenir un frisson. Sa cape n'était pas très épaisse, il fallait l'avouer…Attachant son cheval à un arbre proche du feu, ni trop près ni trop loin à vrai dire, elle s'immobilisa et observa. Le feu, et, plus loin, adossé à un arbre, un homme. Un homme emmitouflé dans sa cape, dont la capuche avait glissé et dévoilait son visage.

Il avait les yeux fermés, détendu. Comme quelqu'un qui se reposerait enfin après un très long effort. S'avançant avec prudence et méfiance, de peur qu'il ne fasse semblant de dormir, elle approcha de l'homme. Son visage était harmonieux, doux, mais les traits durs et marqués par la vie. Elle pencha la tête de côté, laissant son bras armé retomber le long de son corps. Il n'était pas dangereux. Pas dans l'immédiat et…quelque chose lui disait qu'il ne l'était pas. C'est tout. Puis elle vit la blessure sur son épaule gauche. S'avançant jusqu'à être trop proche de lui, s'il se réveillait il n'aurait aucun mal à la poignarder ou l'étrangler, elle reconnut la marque d'une flèche.

Étant Archère, et douée qui plus est, elle savait reconnaître ce genre de chose. Heureusement, la plaie n'était pas profonde et cicatrisait déjà de moitié. Elle soupira. Partir, ne pas chercher à savoir comment il avait reçu le coup ? Rester, le soigner, se faire un nouvel ami ? Elle ne savait que faire. Mais elle était quelqu'un de gentil, ses parents avaient veillés à son éducation, et cette dernière lui disait de ne pas l'abandonner. Alors elle s'agenouilla, sortit une pommade de sa sacoche, y trempa deux de ses doigts et l'appliqua généreusement sur la plaie. Elle frissonna au contact, et l'homme remua faiblement dans son sommeil.

La lune éclairait correctement la scène, aussi pouvait-elle agir correctement. Elle déchira un bout de sa propre cape et noua le tissu autour de son épaule doucement, ne serrant ni de trop, ni pas assez. Contente de son œuvre, elle s'éloigna et le laissa se reposer. Elle avait encore de la viande dans son sac, elle la sortit et l'embrocha sur une branche qu'elle trouva au sol. Là, elle la plaça au-dessus du feu, ou elle rajouta également quelques bouts de bois. Lorsqu'il se réveillerait, il serait affreusement surpris. Melley espérait juste qu'il ne panique pas immédiatement, au risque de faire un faux mouvement qui endommagerait son épaule en voie de guérison.

Dague à portée de main, elle resta agenouillée près du feu, surveillant la cuisson de la viande, regardant du coin de l'œil l'homme, pour vérifier.

Comme dit, elle avait peur, mais cette voix en elle la taisait et lui ordonnait de continuer. Que le destin se jouait là, maintenant. Fallait juste attendre le réveil de
l'
inconnu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyDim 30 Sep 2012 - 20:15

Le néant ... le silence ... ce même lieu où il se retrouvait lorsque son corps était meurtri par la fatigue. Et ce rêve, ou plutôt cauchemar, qui revenait à chaque fois. L'évènement de sa vie qui l'avait à tout jamais changé. Des bruits de pas, des craquements ... il y avait des bruits qui n'en faisaient pas parti habituellement. Qu'est-ce que cela voulait dire ? Pourtant, il revoyait toute la scène de son passé et qui incluait des choses étranges. Les murs du couloir de son ancienne maison prenaient des allures de forêt alors que l'air ambiant n'était plus chaud et rassurant, mais bien froid et humide. Dans cet autre monde, il s'était vivement retourné pour ne rien apercevoir. Quelque chose lui disait de se réveiller, qu'il y avait un truc d'anormal, mais quoi ? Son esprit était tellement épuisé, qu'il n'arrivait même plus à réfléchir clairement, son jugement était lui aussi altéré.

'' RÉVEILLE-TOI! ''

Son instinct de survie avait crié tellement fort que ses paupières furent forcées de s'ouvrirent, mais d'un mouvement lent ... très lent. Le monde du rêve s'éloignait peu à peu alors qu'il reprenait conscience.

Sa vue eut de la difficulté à rétablir un focus sur ce qui se trouvait devant lui. Les flammes étaient flounes et cette odeur, de la viande ? À côté du feu, il y avait une silhouette. Féminine ou masculine, il ne parvenait pas à bien discerner pour le moment. Une chose était sure, la personne présente ne devait pas avoir de mauvaise intention sinon il ne sera probablement plus en vie. À moins qu'il s'agît d'un ou d'une psychopathe qui ne voulait que s'amuser. Là, il en aurait vraiment de la chance ! Sa vue commença enfin à se stabiliser et en se redressant, il sentit que quelque chose se trouvait autour de son épaule. Un bandage ? Fixant celui-ci un moment, Heïan resta quelque peu étonné; on avait pris le temps de lui administrer des soins pendant qu'il dormait.

~ Qui a ... ? ~

Dans un mouvement brusque, mais inoffensif, le tueur à gages avait tourné son regard vers ce qui semblait être une femme. Sa silhouette était fine sous cette cape qui camouflait son visage. À moins qu'il s'agît là d'un homme maigrichon, mais ça, il en doutait fortement. D'un coup d'oeil rapide, par précaution, il s'assura que ses armes était bien à portée de main au cas où il aurait à se défendre malgré ses muscles endoloris et l'envie de dormir qui le tenaillait. Dans le pire des cas, une dague se trouvait toujours dans sa botte en cas d'urgence.

En silence, Heïan dévisagea l'étrangère qui s'occupait de faire cuire de la viande au dessus du feu qu'il avait allumé un peu plus tôt. D'ailleurs, il semblait assez vigoureux, car les flammes n'avaient pas faibli. Son esprit était rongé par les questions à cet instant même et sa surprise était visible sur son visage découvert.

Bien que ses lames eurent été justes à ses côtés, l'homme ne chercha pas à les prendre. Il n'en ressentait pas le besoin. Pourquoi ? Il n'en avait pas la moindre idée ...

'' ... merci, pour le bandage. '' Dit-il simplement sur un ton neutre, mais contenant une touche de méfiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyDim 30 Sep 2012 - 20:52

Elle contemplait le feu, admirant les reflets orangés, admirant les mouvements des flammes qui dansaient au gré du petit vent qui s'était levé. Vent qui s'infiltrait sous la capuche de Melley et qui fouettait ses longs cheveux noirs retenus tant bien que mal à l'intérieur.

Cela faisait quelques temps qu'elle était assise là sans rien faire d'autre que de vérifier la cuisson de la viande et réalimenter le feu. Elle avait pris soin juste avant d'étriller sa monture et de l'attacher plus près du feu, pour que l'animal profite lui aussi de la source de chaleur.

L'homme ne s'était pas encore réveillé, et, intérieurement, elle souhaitait qu'il revienne du monde des rêves avant que la viande ne soit trop cuite, voir brûlée. Parce que la viande était pour lui, pour qu'il reprenne des forces et aide la pommade à nettoyer de fond en comble sa blessure.

Alors lorsqu'elle entendit une feuille crisser au loin, elle sourit légèrement. Il était réveillé. Mais elle ne bougea pas, attendant de voir sa réaction. Il devait être affreusement surpris. Un feu haut et clair, de la viande, un bandage…Elle l'entendit approcher et releva la tête. Il ne voyait rien ou presque rien de son visage, par contre elle, elle voyait tout. Et son visage avait changé. Enfin…de par rapport à quand il était endormi.

De détendu il était passé à méfiant et surpris. Ce qui était normal. Mais ce qui la frappa le plus furent ses yeux. D'un violet pur, ses iris contenaient une âme tourmentée. Elle plongea dans ses yeux et cligna des paupières avant de sombrer pour de bon. C'était la première fois qu'elle rencontrait quelqu'un avec une particularité presque similaire à la sienne. Elle, elle avait les yeux vairons, un jaune, un rouge. Mais pour l'heure, il ne risquait pas de le voir.

Il restait debout près du feu et lorsqu'il parla, sa voix était normale, une touche de méfiance en plus. Méfiance que Melley comprenait. Qui lui assurait qu'elle ne préparait pas un sale coup ? Qu'elle ne faisait que s'amuser avec lui pour le tuer par la suite ? Personne ne le lui assurait, mais Melley ne ferait rien de tel. Elle ne tuait que par pure nécessité. Et là, elle voulait faire sa connaissance…


- ... merci, pour le bandage.

Elle lui sourit et lui fît signe de s'asseoir. Lentement, il s'exécuta pendant qu'elle détachait la viande du feu et la lui tendait.

-Tiens. Il faut que tu reprennes des forces. Et…pour le bandage…c'est normal.

Il prit la branche tout aussi lentement, suspicieux. Mais elle l'encouragea du regard, lui assurant qu'il n'avait rien à craindre. Jusqu'à ce qu'elle se souvienne qu'il ne voyait pas son regard. Donc, elle retira sa capuche, libérant enfin ses longs cheveux, jugeant que de toute manière, lui aussi était dévoilé. Elle continua à l'encourager jusqu'à ce qu'il consente enfin à manger un morceau, la détaillant à son tour des yeux.

Elle, elle regardait surtout ses yeux, ses miroirs de l'âme qui révélaient tant de choses…il y avait une lueur au fond de ses iris violettes, une lueur étrange qu'elle ne parvenait pas à définir. Elle continua à sourire légèrement, le regardant manger et alimentant le feu.


Elle hésitait à se présenter. C'était toujours risqué que de dévoiler son nom, mais elle ne voulait pas que la méfiance ou la suspicion règne. Elle était restée très honnête, malgré son appartenance aux Rebelles, malgré le meurtre de ses parents…

-Je me nomme Melley. J'espère que la viande est assez cuite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyLun 1 Oct 2012 - 1:25

À son remerciement très peu enthousiaste, voire amical, la jeune femme lui répondit d'un simple sourire. La partie du bas du visage de celle-ci était la seule qui était visible, car un capuchon lui recouvrait la tête. Le reste en était donc camouflé, un peu comme il avait lui-même l'habitude de faire au quotidien, mis à part ce soir.

L'étrangère l'invita donc à s'assoir près du feu, ce qu'il ne tarda pas à faire et tout ça, tranquillement. Muet comme une taupe, son regard s'était posé sur les mains de celle-ci, scrutant ses moindres faits et gestes. C'était une habitude qu'il avait prise; observer les gens et les détails de leur mouvement pour les cerner. Cependant, il se passa une main sur le visage pour s'arrêter alors qu'on lui tendait la branche sur laquelle se trouvait la viande.

'' Tiens. Il faut que tu reprennes des forces. Et…pour le bandage…, c'est normal. ''

N'ouvrant toujours pas la bouche, Heïan regarda la branche puis l'inconnue. Visiblement, il n'y comprenait plus rien ou ce n'était parce qu'il n'arrivait pas à réfléchir clairement. Pourquoi s'occupait-elle d'un pur inconnu ? Surtout ici, aux abords des ruines d'Ascelnoth et en pleine nuit ? Elle ne bougea pas, attendant tout simplement qu'il prenne ce qu'elle lui tendait afin qu'il mange un peu. Afin de faire baisser sa méfiance, l'étrangère avait dévoilé son visage; de longs cheveux noir de jais et un regard bicolore. Il était rare de voir un tel contraste de couleur, surtout de rouge et de doré. Pour une fois, il rencontrait quelqu'un qui partageait une caractéristique qui le différenciait des autres, d'une certaine façon. Ce fut ensuite avec une faible hésitation qu'il accepta finalement, après qu'un gargouillis sonore ne perturbe le silence. Se frottant le ventre d'une main, mal à l'aise, Heïan porta enfin un bout de cette nourriture cuite jusqu'à sa bouche suite aux encouragements muets de la jeune femme.

Détournant enfin le regard, le tueur à gages fixa les flammes qui dansaient alors que des tisons volaient dans les airs suite à l'alimentation par de nouveaux morceaux de bois de celles-ci. Il lui semblait que sa tête s'emplissait de plus en plus de questions inutiles, mais importantes, et que sa tête exploserait certainement très bientôt à force d'accumuler. Inconsciemment, l'homme s'était détendu et les traits de son visage se furent moins durs que depuis son réveil ... Il réfléchissait. Il réfléchissait trop ...

-Je me nomme Melley. J'espère que la viande est assez cuite…

La voix douce de cette jeune femme l'avait sorti de la bulle invisible qu'il était en train de se former. Il avait même ralenti la vitesse avec laquelle il mangeait pendant ce moment d'égarement. Levant de nouveau son regard couleur lavande vers la prénommée Melley, Heïan acquiesça d'un simple signe de tête en ce qui concernait la viande.

Les présentations ... le moment qui pouvait être fatidique dans la vie d'une personne. Elles déterminait souvent bien des choses, parfois futiles, autrefois mortelles. Devait-il lui donner son nom de couverture, ou son nom réel ? Et puis, il ne savait pas ses réelles intentions. Melley était peut-être seulement de passage, amicale, ou elle travaillait pour quelqu'un et elle représentait une réelle menace. Après tout, au point où il en était, il s'en fichait. Son esprit était tourmenté, comme jamais il ne l'avait été.

Les évènements de Madorass, l'aide qu'il avait porté à la chasseuse de prime qui lui avait mis des bâtons dans les roues et la conversation qu'il avait eue avec la domestique d'Abel, un employeur, le rendait perplexe sur ses réels intérêts. Il n'aimait pas sa profession. Elle n'avait rien d'honorable et il ne faisait que suivre les traces d'un père qu'il maudissait aujourd'hui. Le problème était qu'il ne parvenait pas à s'éloigner de ce chemin, il ne savait pas comment faire. Qu'il ne le veuille ou non, l'inconnu le terrifiait, mais ça, jamais il ne voudrait se l'avouer.

Finalement, il se jeta dans le vide en avoua son nom réel. Qu'est-ce qu'il en avait à foutre de toute manière. À ce qu'il se souvenait, il n'y avait qu'à Madorass qu'il était recherché et sa tête n'était pas placardé ailleurs, ni même son nom. Jamais il n'aurait pris un tel risque ... sauf avec Abel, qui était comme un second père pour lui.

'' Et moi Heïan ''

La branche se retrouva bien rapidement dénudée de ses morceaux de viande et l'estomac du jeune homme était plus qu'heureux. Enfin rassasié, il cesserait enfin de geindre et c'était une bonne chose.

'' La viande était juste à point ... encore merci. ''

Bien que c'était peut-être dû au fruit du hasard, il en devait une à cette femme. Elle avait pris soin de sa blessure et de lui faire quelque chose à manger afin qu'il reprenne un peu de force alors qu'elle aurait très bien put passer son chemin. D'ailleurs ...

'' Pourquoi t'être occupé de moi ? Et ta présence ici... je n'ai vu personne de la journée dans les environs, mais tu es ici, en pleine nuit. ''

Demanda t-il en fronçant légèrement les sourcils, un certain questionnement dans le regard.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyLun 1 Oct 2012 - 18:15

L’homme resta un long moment pensif avant d’ouvrir la bouche :

-Et moi Heïan.

Heïan…un joli prénom. Melley acquiesça simplement, replongeant son regard dans les flammes, le laissant manger jusqu’à être repu. Lorsqu’elle releva le visage une nouvelle fois, elle constata que celui d’Heïan s’était détendu, lui donnant un air plus que charmant, qui lui allait bien mieux que les traits durs de tout à l’heure. D’ailleurs, il continua une fois la branche dépouillée de tout morceau de viande :

-La viande était juste à point ... encore merci.

Elle sourit une nouvelle fois, ravie que son geste ait été apprécié. Puis, et elle s’en doutait, la méfiance reprit ses droits et il l’interrogea, fronçant les sourcils :

-Pourquoi t'être occupé de moi ? Et ta présence ici... je n'ai vu personne de la journée dans les environs, mais tu es ici, en pleine nuit.

La lueur dans ses yeux violets s’était accentuée, les flammes les frappant de toute leur splendeur. Melley était fascinée. Les yeux des gens étaient pour elle comme un livre, et elle s’y plongeait souvent, tentant de déchiffrer rapidement le caractère d’une personne. Mais là, c’était encore différent. Elle n’y plongeait pas, elle s’y noierait si elle ne prenait pas garde. Elle y lisait tant de choses étranges…de la tourmente principalement.
Elle prit tout de même quelques instants pour réfléchir, instants ou elle tira une gourde d’eau de sa sacoche qu’elle tendit à Heïan.
Et, alors qu’il buvait, elle répondit à ses questions, s’emmêlant elle-même dans toutes ses paroles :


-Et bien…pour tout te dire, je ne sais ni ou je vais ni ou je suis. Je voyage, pour découvrir le monde qui est inconnu pour moi, pour faire de nouvelles rencontres…Et puis, j’ai préféré avancer de nuit, je ne sais pas ce qu’est cet endroit et donc je ne connais pas les dangers qu’il recèle…

Elle se tut, le laissant assimiler les informations. Il pouvait la croire ou non, mais elle ne lui avait pas menti. A quoi cela servirait-il ?

-Je suis de nature curieuse, et j'ai senti que l'on avait besoin de moi au moment ou j'ai aperçu la fumée de ton feu. Je me suis approchée et t'ai vu, là, endormi et blessé…je n'ai pas pu partir. J'aurais pu après t'avoir dépouillé mais je ne suis pas ce genre de personne. Alors…voilà.

Ayant beaucoup parlé, elle se sentit rougir. Maudite timidité…
Elle baissa un peu la tête, voulant cacher le rouge de ses joues, alors que lui restait immobile, silencieux et perdu dans ses réflexions. Elle espérait vraiment qu'il la croie. Elle ne demandait pas qu'il aille jusqu'à lui faire confiance, mais juste qu'il n'y ait plus de méfiance. Elle en avait assez de cette méfiance qui régissait tout et tout le monde. Même elle, quoiqu'elle fasse, elle se méfiait. Mais là, dès l'instant ou elle avait vu Heïan, la méfiance s'était affaiblie pour disparaître totalement.


Inspirant, elle acheva :

-Tu n'as rien à craindre de moi Heïan. Je te le jure. Et de toute manière tu es bien plus fort que moi, même dans ton état de fatigue. Cela se voit au premier coup d'œil.

Elle avait sourit légèrement sur la fin, son regard descendant brièvement sur son torse couvert de la cape. En nettoyant la blessure, non couverte au moment dit, elle avait du retirer un peu plus le tissu et avait vu les muscles qui saillaient. Le regardant de nouveau dans les yeux, elle attendit une quelconque réaction de sa part. Qui sait, il pouvait lui aussi lui vouloir du mal. Certains hommes étaient ainsi. Ils acceptaient l'aide poliment et poignardaient dans le dos par la suite.

Mais elle savait qu'il ne le ferait pas. Elle ne savait pourquoi, mais le sav
ait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyLun 1 Oct 2012 - 20:02

'' Et bien…pour tout te dire, je ne sais ni où je vais ni où je suis. Je voyage, pour découvrir le monde qui est inconnu pour moi, pour faire de nouvelles rencontres…Et puis, j’ai préféré avancer de nuit, je ne sais pas ce qu’est cet endroit et donc je ne connais pas les dangers qu’il recèle… ''

Il était vrai que le voyage de nuit pouvait être plus rapide et moins épuisant pour certaines personnes. Les oiseaux de nuit par exemple. Mais les dangers étaient un ne peu plus grand puisque l'oeil humain ne parvenait pas à voir clairement dans toute cette obscurité. C'était aussi dans les ténèbres que les créatures les plus dangereuses sortaient pour rassasier leur appétit. Légende ou réalité, personne ne pouvait réellement en être certain, mais beaucoup s'étaient aventurés en forêt pour ne jamais en ressortir. Il n'y avait que des rumeurs pour approuver ces faits alors il était difficile de savoir la vérité derrière tout ça.

Heïan étira tranquillement son bras gauche, le même où se trouvait la blessure de flèche faite quelques jours auparavant, pour prendre la gourde d'eau que celle qui avait pris soin de lui montrait. C'était bien généreux de sa part. Personne n'avait pris autant soin de lui pendant toutes ces années où il avait voyagé seul, car justement, il voyageait seul. Heïan avait l'habitude de s'occuper de lui, une fois en sécurité et ne laissait personne s'approcher de lui. Cette fois-ci faisait exception, car on ne lui avait pas laissé le choix. Ayant été un peu plus lucide et sauvage, il serait certainement parti en la laissant là, sans la remercier pour l'aider qu'elle lui eût apporté, même si son état était en loin d'être critique. Des blessures de ce genre, il en avait des traces un peu partout sur le corps aujourd'hui, et il n'en était pas mort pour autant. Cependant, cette présence le calmait. L'énergie que dégageait cette étrangère était apaisante et sereine, dénuée de toute suspicion.

'' Je suis de nature curieuse, et j'ai senti que l'on avait besoin de moi au moment ou j'ai aperçu la fumée de ton feu. Je me suis approchée et t'ai vu, là, endormi et blessé…je n'ai pas pu partir. J'aurais pu après t'avoir dépouillé, mais je ne suis pas ce genre de personne. Alors…, voilà ''

Melley avait raison et Heïan approuva d'un faible hochement de tête. Le dépouiller et s'enfuir était une chose qu'elle aurait pu faire, de toute évidence, mais qui n'était pas arrivée. Elle avait même affirmé avec toute honnêteté, ne pas être ce type de personne et il n'avait pas de mal à le croire sans vraiment chercher à savoir le pourquoi de la chose. Son regard ne semblait pas non plus mentir. Malgré la noirceur de la nuit, les flammes éclaircissaient suffisamment le visage de la jeune femme pour que ses pupilles soient visibles. Celles-ci ne s'étaient aucunement dilatées; elle ne mentait pas.

Jusque-là, cette inconnue avait beaucoup parlé et il la sentait étrangement en confiance. Peut-être ne devrait-elle pas ... Il n'en restait pas moins un tueur à gages, bien que la jeune femme n'était nullement au courant. Ses mains étaient souillées par le sang de ses victimes, rien de bien prestigieux, il valait s'en dire ! Bien qu'il ne faisait pas de mal à ceux qui ne le méritaient pas. À quoi bon enlever la vie des gens innocents pour son bon plaisir alors que d'autres s'amusaient à les massacrer, les voler et il en passait.

Son interlocutrice finit par baisser légèrement la tête, comme si elle se rendait compte de quelque chose qui lui échappa. Il la regarda un instant en silence du coin de l'oeil pour ensuite reporter son attention sur le feu qui crépitait devant eux. Après tout, peut-être que les bonnes personnes existaient encore dans ce monde cruel, mais qu'elles se cachaient pour tout simplement se protéger et survivre. Sinon, c'était parce qu'il ne s'en était jamais vraiment approché au risque de s'attacher.

Par la suite, elle continua :

'' Tu n'as rien à craindre de moi Heïan. Je te le jure. Et de toute manière, tu es bien plus fort que moi, même dans ton état de fatigue. Cela se voit au premier coup d'œil ''

Melley sourirait légèrement, sans qu'il n'en comprenne la cause. Ce n'était pourtant pas le moment pour ce genre de chose, enfin ... pour lui, ce n'était jamais le moment et ne le serait peut-être jamais. Ce simple mouvement des muscles du visage et de la bouche, Heïan les avait oubliés le soir où il avait tué son père et que celui-ci avait assassiné sa mère. Relevant légèrement les yeux vers son interlocutrice qui attendait calmement un signe quelconque de sa part, le tueur à gages soupira profondément.

'' Je doute fortement d'être en état pour tenter quoi que ce soit. J'arrive à peine à mettre un pied devant l'autre en ce moment. ''


Puis il marmonna pour lui-même, bien que Melley pouvait parvenir à discerner ses dires sans problèmes.

'' ... même un lapin pourrait m'abattre. Quelle honte ... ''

Quel sarcasme quand même. Pour dire de pareilles conneries, il n'était pas en très bonne forme mentale et il avait vraiment besoin de dormir. L'homme se massa les tempes. Il parlait trop ... enfin, plus qu'à son habitude, bien qu'il n'était pas bien bavard depuis l'intrusion de la jeune femme dans son campement improvisé.

'' De toute manière, je n'ai pas non plus l'intention de te faire du mal. ''

Ces paroles furent dites sur un ton plus détendu et moins monotone. Il n'y avait plus de méfiance puisqu'elle s'était envolée avec cette mise en confiance entre les deux individus.

Heïan était loin d'être un sadique qui prenait plaisir à la violence. Rien ne l'écoeurait plus que la vue du sang. Les contrats qu'il exécutait étaient pour subvenir à ses besoins essentiels, rien de plus. Non, il ne vivait pas aisément et les temps étaient difficiles. Espionner, traquer, tuer, courir et survivre étaient les seuls mots qu'il connaissaient vraiment, car ils faisaient partit de son quotidien depuis de nombreuses années. Mais cette nuit, il avait le cafard ... il en avait marre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyLun 1 Oct 2012 - 21:19

Cette fois, il soupira avant de répondre :

-Je doute fortement d'être en état pour tenter quoi que ce soit. J'arrive à peine à mettre un pied devant l'autre en ce moment ... même un lapin pourrait m'abattre. Quelle honte ...

La dernière partie avait été murmurée, mais elle avait entendu. Elle se sentit d'un coup triste pour lui. Que lui arrivait-il donc ? Elle était triste qu'il soit dans cet état, et pourtant elle ne le connaissait que depuis une heure tout au plus ! Elle ne connaissait que son prénom ! Il pouvait être tout et n'importe quoi, un tueur, un manipulateur, un violeur…ou alors justement, il était l'homme qu'elle voyait au fond de ses yeux violets. Un homme bouleversé par elle ne savait quoi, sans doute un passé affreux, comme la plupart des gens de ce monde, un homme qui tentait de revenir à la surface. Et elle voulait lui apporter son aide.

Une épaule sur qui s'épancher. Même si elle doutait qu'il le fasse. Il n'y avait pas assez de confiance entre eux. Elle s'installait, mais était bien trop fragile pour qu'il s'épanche déjà.


-De toute manière, je n'ai pas non plus l'intention de te faire du mal.

Elle avait donc raison. Il n'était pas dangereux. Pas dans l'immédiat du moins. Tout le monde pouvait se révéler dangereux. Elle aussi. Avec son Arc et pour défendre des amis, elle était dangereuse. Mais n'aimait pas tuer. Tuer pour le plaisir…cela la répugnait. Et pourtant, à l'époque, devant le meurtre de ses parents, elle avait voulu tuer toutes les Capes Blanches qu'elle croisait, voulait voir leur tripes sortir, voir leurs têtes voler comme ils ont fait voler celle de sa mère…Lyme l'en avait empêché et était devenu cette sorte de grand frère et de mentor. Maintenant, elle tuait lorsque la nécessité se faisait ressentir.

Les yeux dans le vague, elle remit machinalement du bois dans le feu. La nuit n'était pas encore achevée, loin de là, et il fallait qu'il perdure jusqu'au matin. Puis elle regarda à nouveau Heïan, plongea dans ses yeux. De si beaux yeux qui avaient perdus cet éclat de vie. Pourquoi ?
Elle se maudit encore. Sa curiosité allait finir par la tuer. Quoique, elle pouvait assouvir une partie. Pourquoi était-il là, lui ? Comment s'était-il blessé ? Et ou allait-il ?


Elle se releva lentement, et contourna le feu qui les séparait, sa sacoche en main. Ses armes étaient toutes restées à leur place, devant le feu. Maintenant, elle était désarmée, il pouvait lui faire n'importe quoi. Mais elle avait confiance. Elle s'installa à ses côtés, et du lever un peu la tête pour le regarder. Il était plus grand qu'elle…Ouvrant sa sacoche, elle sortit la pommade et, avant de faire un geste qui pourrait le faire reculer elle s'expliqua :

-Je vais changer ton pansement. Pour qu'il tienne toute la nuit, ainsi je pourrais te le rechanger demain matin.

Elle le vit simplement hocher la tête et entreprit d'enlever le bout de sa cape qu'elle avait noué. Et en voyant le résultat des soins elle fût satisfaite. La blessure ne saignait plus, ou alors très très peu, et les bords se cicatrisaient déjà. Alors qu'elle étalait de nouveau la pommade tout le long, frissonnant au contact alors qu'il n'y avait pas de vent, elle décida de lui poser à son tour des questions :

-Et toi ? Pourquoi es-tu ici dans un état aussi faible ? Tu as des ennuis ?

Là, il baissa les yeux. Oh non…qu'avait-elle dit ? Ou fait ? Elle n'aimait pas voir les autres souffrir. N'aimait pas être la cause de leur souffrance. Ou alors il débattait pour choisir les informations à dévoiler de celles confidentielles. En tout cas, elle se mordit la lèvre, rougissant une nouvelle fois, alors qu'elle arrachait un autre bout de sa cape pour le nouer autour du bras d'Heïan. Lorsqu'elle eut terminé, elle reposa ses mains sur ses jambes sans pour autant retourner à sa place. Elle se sentait bien, là.

Elle eut une envie soudaine de lui prendre la main et de la serrer, pour l'aider à vaincre ses peurs et ses souffrances. Mais elle ne voulait pas le brusquer, ne voulait pas détruire cette confiance qui s'installait. Alors elle attendit une nouvelle fois, patiente. Il pouvait répondre comme l'envoyer balader. Et s'il répondait, elle écouterait, verrait si elle peut l'aider.

Et ensuite, il devra dormir, reprendre le maximum de forces. Elle, elle veillerait sur lui et sur le feu. Ne pas dormir lui était déjà arrivé. Cela n'allait pas la tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyMar 2 Oct 2012 - 0:26

Le silence s'installa de nouveau sur le petit campement, perdu au milieu des ruines d'Ascelnoth. Il n'y avait que le crépitement du feu et le chant des chouettes qui rendaient les environs vivants. Après qu'Heïan eut parlé, quelques secondes s'étaient écoulées avant que Melley ne se dresse sur ses jambes, contourne les flammes et prenne place à ses côtés. Les armes de celles-ci étaient restées à leur place initiale sans qu'elle ne leur porte attention avant son déplacement. Son regard violacé avait changé de cible pour suivre les mouvements de la jeune femme. Décidément, elle n'avait pas peur de s'approcher d'un inconnu ainsi désarmé et vulnérable.

Examinant ce qu'elle faisait dans un calme total, il ne tarda pas à remarquer un petit contenant dans lequel il se trouvait, il ne savait quoi. Puis elle stoppa tout mouvement, ouvrant la bouche.

'' Je vais changer ton pansement. Pour qu'il tienne toute la nuit, ainsi je pourrais te le rechanger demain matin ''

Il devait donc s'agir d'un onguent ou d'une pommade. Rien qui ne pouvait lui nuire à vrai dire. N'acquiesçant de nouveau que d'un simple signe de tête, il lui donna la permission de changer le pansement. Celle-ci prit soin d'enlever délicatement le bout de tissu qu'elle avait noué à son épaule lorsqu'il dormait. La plaie semblait en bien meilleur état que ce qu'il avait pu voir il y a une heure ou deux. À vrai dire, il avait littéralement perdu la notion du temps. Ses doigts fins et pâles glissèrent dans la pommade qu'elle appliqua avec soin sur l'entaille de flèche. Melley prenait garde de bien l'étaler afin de permettre une bonne cicatrisation.

'' Et toi ? Pourquoi es-tu ici dans un état aussi faible ? Tu as des ennuis ? ''

Soudainement, elle lui renvoya la question qu'il lui avait lui-même posée un peu plus tôt; sa présence en ces lieux. Bien qu'il aurait voulu éviter d'en parler, il n'avait guère le choix. Et puis à quoi bon lui mentir ? Un homme blessé en plein milieu de nulle part, dans un état aussi lamentable ne pouvait qu'attirer des doutes. Soit il était poursuivi, soit il s'était lui-même blessé.

Heïan détourna alors le regard et baissa légèrement la tête. Pouvait-il se permettre de répondre brièvement à ses questions, de se jeter dans la gueule du loup en avouant tout à une étrangère pour tenter de bien se sentir ou de lui dire de simplement se mêler de ses affaires ? Sa conscience lui criait de parler, enfin, une bonne fois pour toutes, alors que son instinct lui disait tout le contraire: la repousser et se cacher derrière la carapace qu'il s'était bâti au fil des années. L'archère semblait mal à l'aise d'avoir demandé à avoir des réponses. Du coin de l'oeil, il l'avait bien vu qu'elle s'était mordu la lèvre, se maudissant peut-être d'avoir laissé sa curiosité aller de l'avant. Oui, il hésitait et avec raison, mais qu'avait-il à perdre en parlant avec une inconnue qu'il ne reverrait peut-être pas.

Le temps qu'il réfléchisse à ce qu'il allait lui dire, Melley avait terminé les soins et était resté assise à ses côtés, les mains sur ses jambes. Elle était restée silencieuse jusqu'à maintenant, ne l'ayant aucunement brusqué à parler ou à réagir. La darda finalement du regard, il vit dans ses yeux étrangement différents une lueur de curiosité et de compassion. Pourquoi l'avait-on placé sur son chemin ?

'' Cela fait 5 jours que je suis en cavale. J'ai fuit Madorass pour la simple raison que j'ai assassiné un riche homme, un duc... ''

Il s'était tu après cette courte partie, mais n'avait pas porté attention à la réaction de celle qui se trouvait à côté de lui.

'' Un ami m'a offert un contrat, en échange d'une certaine somme d'argent et je l'ai accepté. Je n'exécute pas n'importe qui cependant ... ''

Ayant ajouté ces derniers mots pour ne pas lui faire plus peur.

'' Cet homme, était un rat ... il s'en prenait à ses concurrents en les faisant exécuter afin de prendre possession du marché de tissu de la cité. Il avait une liste noire où figurait le nom de mon employeur. Je lui ai donné ce coup de main, mais on m'a mis des bâtons dans les roues et je me suis retrouvé dans une situation précaire. ''

Heïan se risqua enfin à poser les yeux sur Melley qui avait été muette alors qu'il résumait dans les grandes lignes ce qui s'était passé quelques jours auparavant. Le nécessaire avait été dit, mais il restait toujours la cause de la blessure.

'' Je me suis allié avec une chasseuse de prime, celle qui m'a mise dans ce pétrin, pour sortir de là vivant. Nous avons dû
traverser des égouts ... ''


Juste à repenser aux horreurs qui s'y trouvaient, Heïan eut un frisson qui lui parcourut la nuque et il grimaça inconsciemment.

'' En passant par là, nous avons pu rejoindre la surface, en dehors des murs de fortifications de la ville. Il y avait des gardes postés à l'entrée extérieure et sur le haut des remparts. Ni l'un, ni l'autre nous sommes arrêtés lorsqu'on nous a ordonné d'arrêter notre course. Un archer a donc décoché une flèche ... ''

Ce n'était qu'un court instant de sa misérable vie qu'il lui défilait là. Oui, il était un sale type, mais il avait été bien pire que ça par le passé, surtout au départ alors qu'il commençait tout juste dans ce métier.

'' Je n'ai pas arrêté, ou presque, depuis ma fuite de Madorass. J'y ai été obligé ce soir parce que je n'étais plus capable d'avancer suffisamment rapidement pour rejoindre Beolan. ''

Si Melley voulait fuir, c'était maintenant ou jamais, mais à son plus grand étonnement, elle restait là. N'ayant aucunement bougé, la jeune femme souriait faiblement, attentive à son semblant de récit. Son regard ne reflétait aucun jugement. N'importe qui aurait déjà pris ses jambes à son cou, mais elle non... elle restait là.


Dernière édition par Heïan Kreiss le Lun 31 Déc 2012 - 1:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyMar 2 Oct 2012 - 12:16



[fait en cours....^^]


Il lutta longtemps en lui-même avant de se lancer dans son récit. Il avait donc fui Madorass voilà cinq jours parce qu’il avait…tué un homme. Melley ne bougea pas, conserva un visage neutre alors qu’il ajoutait qu’il ne tuait pas n’importe qui. Il avait tué sur contrat, contre de l’argent. Il était donc un assassin, un tueur, ou un tueur à gage, elle ne savait pas l’appellation exacte.

-Cet homme, était un rat ... il s'en prenait à ses concurrents en les faisant exécuter afin de prendre possession du marché de tissu de la cité. Il avait une liste noire où figurait le nom de mon employeur. Je lui ai donné ce coup de main, mais on m'a mis des bâtons dans les roues et je me suis retrouvé dans une situation précaire.

Elle continuait à le regarder, à écouter attentivement tout ce qu’il disait. Il la regarda à son tour, brièvement avant de reprendre. Il s’était donc allié à une collègue, qui l’avait mis dans cette situation. Ils avaient dû passer par les égouts, passage qui le fit grimacer, s’étaient retrouvés piégés à la sortie. Il parlait, comme si c’était la première fois qu’il racontait tant de choses à quelqu’un, et surtout à une inconnue. Elle, elle ne le quittait pas des yeux, regardait les muscles de sa mâchoire se contracter, cette veine à la tempe qui battait furieusement, cette lueur dans ses yeux…

Et, il conclut :

-Je n'ai pas arrêté, ou presque, depuis ma fuite de Madorass. J'y ai été obligé ce soir parce que je n'étais plus capable d'avancer suffisamment rapidement pour rejoindre Beolan.

Le silence s’installa à nouveau, perturbé par les chouettes et le crépitement des flammes. Heïan s’attendait sans doute à ce qu’elle fuit, qu’elle prenne ses jambes à son cou et s’éloigne vite de lui. Que pensait-il ? Croyait-il qu’elle le jugeait ? Ce n’était pas à elle de le faire. Et elle avait vu des gens faire bien pire pour gagner quelques sous. Elle restait immobile, continuant à l’observer. Son cœur battait vite, étonnamment.

Elle réfléchit légèrement avant de parler :

-L’on fait tout pour vivre un peu plus longtemps Heïan. J’ai aussi tué déjà et…pour être franche, je n’en suis pas fière. Je ne tue que par nécessité.

Soudain, elle eut envie de lui prendre la main, de la serrer et d’éloigner cette nappe de brouillard qu’il hébergeait en lui. Mais elle se retint, ne voulant pas briser la confiance qui s’installait entre eux petit à petit.

-Et…ton alliée ? Elle s’est fait… ?

Elle n’acheva pas sa question. Avait-elle été tuée ? Capturée ? Ou se cachait-elle, attendant le bon moment pour se jeter sur l’Archère ? Non…sinon elle aurait soigné Heïan. Elle chassa ses pensées néfastes et se concentra à nouveau sur son interlocuteur qui la regardait lui aussi. Et lorsqu’elle croisa son regard violet, un frisson lui parcourut l’échine, semblable à celui ressentit lorsqu’elle l’avait touché pour mettre la pommade. Elle déglutit et continua, n’attendant pas de réponse :

-Je ne te juge pas, sois en sur. Et je ne partirais pas non plus. Tu vas dormir, maintenant, pour reprendre toutes tes forces. Moi je veillerais sur toi, t’en fais pas, et demain je te donne mon cheval pour que tu continues ta route. A moins que tu acceptes ma présence jusqu’à Beolan ? Je ne sais tout de même pas où aller donc…si l’envie te dit…

Sa voix avait faiblit au fur et à mesure. Elle était gênée. Elle venait de prendre les décisions sans le laisser de choix, et surtout elle venait de pratiquement s’imposer. Elle n’aimait pas le faire, mais cette sensation de besoin était plus forte que jamais, cette sensation qui lui disait de ne pas le quitter. Il avait besoin d’elle, et pas seulement au niveau physique. Elle voulait l’aider du mieux qu’elle pouvait, l’aider à sourire. Parce qu’elle avait bien vu qu’il n’avait pas sourit depuis qu’ils avaient entamé la conversation. Elle voulait l’épauler pour qu’il remonte la pente. Elle ne connaissait rien de son passé, se doutait qu’il était affreux.

Elle redressa encore une fois la tête pour voir sa réaction. Il la regardait toujours. Que pensait-il maintenant ? Avait-elle commis une faute involontaire ? Elle était si bien, là, à ses côtés…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyMar 2 Oct 2012 - 17:29

Revenant au galop, le silence s'installa pour un court moment. Melley semblait réfléchir ou peser ses mots avant de dire quoi que ce soit. D'apparence extérieure, elle semblait étonnamment calme, mais était-ce le cas intérieurement ?

'' L’on fait tout pour vivre un peu plus longtemps Heïan. J’ai aussi tué déjà et…pour être franche, je n’en suis pas fière. Je ne tue que par nécessité ''

À cette réponse, Heïan cacha sa surprise. En ces mots régnait une certaine compréhension ... le sang avait donc souillé les mains de cette femme aussi ? Bien qu'il eut du mal à y croire, il ne fallait pas se fier aux apparences et ça, il l'avait appris à ses dépens. La plus chétive des personnes pouvait être la plus dangereuse. Et à vrai dire, il n'était pas non plus fier de ce qu'il accomplissait. Voilà pourquoi il s'assurait de ne pas commettre d'erreurs lorsqu'il acceptait un contrat ... détruire des familles innocentes n'était pas son but, loin de là.

'' Et…ton alliée ? Elle s’est faite… ? ''

Même si l'archère n'avait pas terminé sa question, Heïan fut en mesure de deviner ce qu'elle voulait dire et il hocha négativement la tête. Rakell n'avait été qu'une complice de fuite, rien de plus. Cette chasseuse de prime était rusée et très talentueuse. Ce n'était certainement pas une horde de soldats mal entrainés qui l'aurait stoppé dans sa course effrénée vers la liberté. Non, elle se trouvait certainement bien loin de Madorass et en meilleure condition que lui et il était prêt à parier là-dessus.

'' Nous nous sommes séparés lors de notre fuite pour déjouer nos poursuivants. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé, mais je doute qu'elle se soit fait attraper. ''

Celle-ci semblait soudainement perdue dans ses pensées, ne s'attardant pas trop sur ses paroles. Au moins, elle avait la certitude qu'il n'y avait personne que l'eux deux, si ça pouvait la rassurer. Melley poursuivit par la suite :

'' Je ne te juge pas, sois-en sûr. Et je ne partirais pas non plus. Tu vas dormir, maintenant, pour reprendre toutes tes forces. Moi je veillerais sur toi, t’en fais pas, et demain je te donne mon cheval pour que tu continues ta route. À moins que tu acceptes ma présence jusqu’à Beolan ? Je ne sais tout de même pas où aller donc…si l’envie te dit… ''

Dormir, oui, c'était une assez bonne idée, mais lui donner son cheval pour continuer la route ? Hors de question. Cette bête ne lui appartenait pas et même si elle le forçait à le prendre, il ne le ferait pas. Il marcherait, comme il l'avait toujours fait et sans quérir de l'aide. Oui ... il était têtu comme ça quand il s'y mettait ! Ce serait d'un pur égoïsme de la démunir de sa monture en plein milieu de nulle part, alors qu'elle ne savait pas où elle se trouvait.

'' Oublie l'idée de me donner ton cheval ... il est à toi, tu le gardes. ''

Sur ces mots secs, le tueur à gages la regarda tout en restant muet comme une taupe. Melley attendait une réponse... mais lui, il s'installa pour dormir. Une moitié de sa cape couvrait le sol alors que l'autre lui servirait de couverture pour la nuit. Au moins, sa peau ne toucherait pas directement le sol. De toute manière, il avait l'habitude de dormir dans des endroits beaucoup moins confortables. C'était une habitude à prendre. Son dos faisait maintenant face à Melley, car il s'était couché du côté droit, pour éviter d'écraser sa blessure à l'épaule gauche; tout pour éviter d'empirer sa situation. La jeune femme devait sans doute l'avoir trouvé froid sur le coup, mais il avait une dette envers elle et lui avait été gratifiant pour cette aide apportée. Heïan n'avait pas manqué non plus la tonalité faiblissante de la voix de Melley qui semblait de toute évidence gênée par ses propres paroles. Elle devait se sentir bien seule, loin de toute trace de civilisation.

Fermant les yeux, car ses paupières étaient devenues excessivement lourdes depuis, il ne tarda pas à sentir que le sommeil allait bientôt l'envelopper et l'amener ailleurs. Ce fut donc sur un ton beaucoup plus calme qu'il répondit à sa dernière question.

'' Tu peux m'accompagner, si tu veux. Ça ne me dérange pas et puis ... tu seras un peu moins perdue. ''

S'il avait été en mesure de ricaner pour la taquiner, il l'aurait fait, mais ce n'était nullement le cas. Il n'en avait pas envie. Cependant, il ne pouvait se cacher qu'un peu de présence humaine ne lui ferait pas de tort. Après tout, il n'y avait que lorsqu'il était seul qu'il se torturait l'esprit et cette femme l'aidait à se calmer, elle l'écoutait.

~ Tu parles trop ... ~ pensa-t-il de lui-même avant de sentir les bras du sommeil l'enlacer pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyMar 2 Oct 2012 - 20:00

Oui, elle avait commis une faute. Le ton sec qu'il employa le lui fît bien comprendre :

-Oublie l'idée de me donner ton cheval ... il est à toi, tu le gardes.

Et, sur ces entrefaites, il se coucha, s'enroulant dans sa cape, lui tournant le dos. Surtout pour ne pas se coucher sur sa blessure, elle l'avait bien vu, mais s'en voulait tout de même. A moins qu'il ne dise ça pour qu'elle ne tente pas de le forcer. Elle ne savait pas et inspira un grand coup. En plus il ne lui avait pas répondu…ça réplique voulait-elle, en sous-entendu, dire qu'il voulait qu'elle s'en aille ?

Ce fût une voix a moitié emportée par le sommeil qui lui répondit finalement, calme, cette fois :


-Tu peux m'accompagner, si tu veux. Ça ne me dérange pas et puis ... tu seras un peu moins perdue.

Elle baissa la tête en souriant. Perdue…oui en gros elle était perdue. Elle allait au gré de ses envies dans un monde inconnu d'elle. Ses parents n'avaient jamais pu partir en voyage avec elle, et pas seulement à cause de l'argent. Leur statut de Rebelles les en empêchaient, mais cela, elle l'ignorait, à l'époque. Lyme l'avait emmenée avec elle au début, mais son excuse du "pars faire tes propres expériences" voulait clairement dire qu'il n'avait plus le temps à consacrer pour elle. Elle était donc livrée à elle-même. Au départ, elle avait été terrifiée, elle s'en rappelait. Seule, la nuit, avec tous ses dangers…Et puis elle avait l'impression que le mot "rebelle" était inscrit en lettres de feu sur son front, alors que personne ne le savait à moins qu'elle ne le crie haut et fort. Puis l'habitude avait pris le relais. Cela devait faire un mois qu'elle voyageait. Elle était restée un long moment à Madorass et pourtant n'avait pas entendu parler de Heïan. Elle n'avait vu aucune affiche le recherchant. Ou alors elle n'avait pas fait attention. Et puis même ? Même si elle en avait vu une, elle ne le livrerait pas. Il avait besoin d'elle. Cela aussi elle ne comprenait pas. Lui-même ne le savait pas et en acceptant qu'elle l'accompagne, l'aidait à satisfaire cette sensation, inconsciemment.

Elle contempla ainsi un long moment le dos du jeune homme, les yeux dans le vague. Elle aimait bien être avec lui, même si elle ne le connaissait que depuis deux heures. Il avait un quelque chose en lui qui faisait qu'elle était à l'aise, malgré son statut de tueur ou autre.

Finalement, elle se releva et retourna à sa place initiale. Elle allait veiller toute la nuit, et celle-ci était loin d'être achevée. Alors elle fît ce qu'elle faisait à chaque fois dans ces cas-là, elle nettoya toutes ses armes. Sa dague devint plus brillante et plus tranchante que jamais, son Arc fût poli, la corde lissée, ses pointes de flèches taillées, l'empennage remplacé, tout y passa. Elle prit bien une heure voire plus à le faire avant de soupirer d'aise. Le ciel était noir pailleté d'étoiles miroitantes, la lune était haute et claire, un léger vent soufflait, des oiseaux nocturnes volaient tranquillement…tout était paisible. Elle entendait même la respiration détendue de son compagnon. Il devait dormir complètement. Et, au moins il lui faisait suffisamment confiance pour la laisser le veiller. Rien que pour cela elle était ravie.

Le temps passait, lentement. Melley commençait à avoir mal dans les jambes à force d'être assise, ses yeux se fermaient, mais elle se forçait et réalimentait le feu pour s'occuper. Soudain, un crissement se fît entendre dans les buissons proches. Elle se tendit automatiquement, alerte, attentive. Elle agrippa son Arc lentement, encocha une flèche sans pour autant bander la corde. Elle écouta, son ouïe était développée et elle en jouait. Plissant les yeux, elle sourit. Un lapin. Un lapin qui leur servirait de déjeuner et de dîner vu sa grosseur. Elle s'accroupit et banda la corde. Dès lors le vide s'empara d'elle. Il n'y avait plus que le lapin, la flèche et elle-même, seuls au monde. Heïan n'existait plus, pas plus que le feu, le lac ou les ruines. Elle visa, ralentit la course folle de son cœur jusqu'à n'entendre qu'un faible battement. Le lapin ne bougeait pas, cherchant à humer le danger. Elle arrêta de respirer et lâcha la corde. La flèche s'envola sans bruit percuter la gorge de l'animal qui émit un couinement d'agonie. Reposant son Arc, revenant à la réalité, Melley se releva et alla chercher son gibier. Un bon gros lapin, en effet…

Elle avait de quoi s'occuper deux bonnes heures à présent. Toujours attentive à l'environnement pour parer aux attaques, son cheval broutant paisiblement, elle prit sa dague et entreprit de dépecer l'animal, le vidant de ses organes. Elle n'aimait vraiment pas faire ça. Cela la répugnait. Tuer un animal était pour elle comme tuer un homme. Mais pour se nourrir, il fallait le faire…Ses mains furent très vite emplies de sang poisseux, coagulant sur ses paumes, mais elle se nettoierait plus tard. Là, elle jeta loin dans la forêt les organes, en pâtures aux loups ou autre carnivore de passage, découpa le reste en lamelles de viande et nettoya la peau. Elle était épaisse et pourrait toujours servir. Elle chercha un bout de bois fin, et piqua quelques lamelles dessus. Les faire cuire juste un peu, et le lendemain il leur faudrait juste réchauffer et savourer. Elle prit la position du vent et fît attention à mettre la viande vers l'opposé d'Heïan. L'odeur le réveillerait, et il lui fallait toutes les heures de sommeil qu'il pouvait avaler. Elle fît lentement cuire les lamelles qu'elle déposait sur un bout de tissu par la suite. Une fois cela fait, elle noua le sac improvisé qu'elle mit dans la peau de lapin. Cela camouflerait l'odeur et n'attirerait pas les animaux.

Elle était fière d'elle. Ils auraient à manger pour le lendemain, voire même le surlendemain si elle mangeait moins. Rien qu'en pensant à manger, son ventre protesta. Ah oui…elle n'avait rien avalé depuis pratiquement vingt-quatre heures…fouillant dans sa sacoche, elle trouva une pomme qu'elle croqua avec avidité. Un coupe-faim naturel non ?

Ce fût là qu'elle remarqua que l'aube naissait. Les premiers rayons du soleil frappaient les eaux limpides du lac, se reflétant en une myriade de diamants scintillants. Un spectacle à couper le souffle que Melley savoura comme la pomme. Les rayons mirent aussi en évidence ses mains tâchées de sang. Elle se dirigea donc vers le lac et plongea les mains dans ses eaux qui étaient gelées. Elle frissonna et les ressortit vivement. Mais dût les remettre pour frotter. Le sang avait séché.

Soupirant, elle retourna vers le feu ou elle les fît sécher, se délectant de la chaleur. Heïan dormait encore. Elle rangea son sac, remit ses armes sur elle, attacha le sac au cheval puis, décidée à le réveiller même s'il était bien là, endormi et serein, elle constata qu'il l'était déjà, réveillé. Souriant, elle se rapprocha et sans un mot lui changa le pansement. Il se laissa faire calmement, se réveillant encore. Elle remit de la crème, juste pour être sûre. La plaie était presque refermée, maintenant, le temps ferait son travail, s'il ne se reblessait pas une seconde fois ou ne faisait pas de mouvements trop brusques dans l'immédiat. Et, encore une fois, elle frissonna au contact. Renouant un fin bout de tissu, toujours arrachée à sa cape, elle prit son cheval par la bride pendant qu'il se levait, se débarbouillait et se préparait.


-Je te suis…

Elle attendit qu'il se mette à marcher pour lui emboîter le pas, tenant le cheval par la bride. Elle n'allait pas monter alors que lui marchait non !? Elle attendait qu'il dise quelque chose ou fasse quelque chose…peut-être l'avait-elle froissé avec ses paroles, sans le vouloir, malgré le ton calme qu'il avait employé pour lui dire qu'elle pouvait venir avec lui. Peut-être cherchait-il un moyen, finalement, de se débarrasser d'elle…elle l'ignorait et ne savait pas trop quoi faire. Et, le silence devenant un peu lourd pour elle, elle se décida à parler un peu, de choses banales.

-Tu as bien dormi ? En tout cas, ta blessure est en bonne voie de guérison. Le pansement est juste pour faire joli, tu pourras le retirer à midi si tu veux…

Elle se tut, observant les ruines qui apparaissaient pour eux au travers des arbres. Le soleil les cognaient et leur donnait une allure de magnificence…la question sortit de sa bouche avant qu'elle ne la retienne :

-Peux-tu me dire qu'elles sont ses ruines ?

Elle se mordit la lèvre, se maudissant. Sûr, il allait regretter son choix. Et pourtant, la sensation était toujours présente en son for intérieur. Il avait besoin d'elle…serait-ce le destin qui les avait fait se rencontrer ? Mais pourquoi ? Dans quel but ? Tant de questions, mais une chose sûre, elle était bien avec lui.

De ça, elle en avait la certitude et comme le reste, ne saurait l'expliquer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyMar 2 Oct 2012 - 23:40

L'autre monde se reformait autour de lui, comme à toutes les nuits, tous les moments où il osait s'assoupir pour se laisser emporter totalement. Rare était les fois où il avait droit à un repos complet de la sorte. Comme s'il n'avait jamais vraiment réussi à passer une bonne nuit de sommeil. À vrai dire, il avait bien longtemps que ce n'était pas arrivé.

Autour de lui, le noir était omniprésent, jusqu'à ce que les murs du manoir où il avait jadis grandi se dessinent tel un liquide qui se rependait, mais en sens inverse. Les peintures, les tapisseries, le tapis rouge qui parcourait l'entièreté des couloirs se matérialisaient devant lui. La lumière crée par les torches prirent forme soudainement, les flammes apparaissant brusquement. Le cri ... la dernière fois qu'il avait entendu la voix de sa mère. L'ombre ... l'ombre projetée sur le plancher du hall du second étage par le corps de son père. La dague ... celle qu'il tenait fermement, souillée d'un liquide pourpre. Et ces yeux ... un regard de psychopathe qui ne désirait que tuer. Cela tournait, encore et encore dans sa tête. Les paroles qui avaient été, dites, par son géniteur, celles qui l'avaient profondément blessée. Cette voix cassée empreinte de sadisme de cet homme et de celui qui avait brisé leur famille à tout jamais.

Qu'il aille en enfer !
Qu'il aille en enfer ...

Le rêve semblait avoir été de courte durée, mais s'était avéré être très long.

Revenant enfin sur la terre des vivants, Heïan reprenait tranquillement conscience de la réalité. Autour de lui, il y avait de l'activité et la clarté avait fait son apparition. Les oiseaux gazouillaient, d'autres se chamaillaient, cachés dans la fourrure des arbres, au dessus de leur tête. Toute cette bousculade d'espèce animale volante le força à s'assoir tranquillement, alors que ses yeux tentaient de s'ouvrir sans souffrir. Un petit frottage des yeux fut la bienvenue et il se souvint qu'il n'était pas seul à cet instant. Melley l'avait rejoint bien assez tôt afin de s'occuper du bandage et d'une nouvelle application de la pommade. Elle répéta les mêmes actions que la veille dans le plus grand des silences et retourna vers son cheval. Heïan en profita pour se lever et aller noyer son visage dans l'eau froide du lac puisque c'était le seul et unique moyen qu'il avait pour se réveiller vite fait, bien fait, en forêt. De ses mains, il essuyait l'eau qui perlait sur sa peau puis enfila sa tunique ainsi que son équipement. La touche finale fut bien entendu la cape, mais cette fois-ci, il ne se cacha pas le visage derrière son capuchon.

'' Je te suis… ''

Avant d'entamer leur voyage, Heïan prit soin de bien éteindre le feu de camp. Une catastrophe arrivait toujours assez rapidement ... et voir cette forêt brûlée serait bien dommage.

Les deux jeunes gens quittèrent donc le campement improvisé pour rejoindre le sentier de terre battue qui était devenu aussi solide que le roc avec les années et les pas qui l'avait piétiné. Le tueur à gages marchait d'un pas régulier, qui différenciait de la cadence des jours précédents, et restait aux côtés de Melley et sa monture. Jusque-là, il n'avait nullement ouvert la bouche. Le silence ne le dérangeait pas, mais la jeune femme qui l'accompagnait elle, semblait légèrement inconfortable. Elle ne le disait pas, mais il était capable de le sentir. Peut-être était-elle inquiète ?

'' Tu as bien dormi ? En tout cas, ta blessure est en bonne voie de guérison. Le pansement est juste pour faire joli, tu pourras le retirer à midi si tu veux… ''

Il avait misé juste, le silence la rendait inconfortable; 'intonation de sa voix, le moment où elle avait lancé ces paroles. Tout coïncidait parfaitement.

'' Je crois, oui. M'enfin ..., j'ai dormi comme une buche. Il faut croire que j'étais mort de fatigue, plus que je ne le pensais du moins. ''

Melley n'avait rien ajouté à leur première, courte et brève conversation de la journée. Elle demeurait silencieuse tout en observant les ruines qui se dressaient au dessus de la cime des arbres. Les ruines d'Ascelnoth étaient de toute évidence fascinantes à regarder à l'aube. Tous ces mélanges de couleurs matinales lui donnaient des allures mystérieuses et sinistres à la fois.

'' Peux-tu me dire qu'elles sont ses ruines ? ''

Heïan tourna les yeux vers elle puis vers les débris de cette ancienne ville. Il n'avait eu vent que de rumeurs les concernant et de ce qu'elle était autrefois, sans plus. Il répondit donc à l'archère du mieux qu'il le pouvait.

'' Ce sont les restes des vestiges d'une ville antique humaine, autrefois la fierté de notre race. Je ne sais cependant pas ce qui a causé sa perte, l'Histoire n'étant pas mon point fort ... je dois l'avouer. Cependant, j'ai un jour entendu des rumeurs provenant de mercenaires que j'avais croisé lors d'un voyage. À ce qu'il parait, dans le ventre de ces ruines se trouverait une crypte. Même les pilleurs les plus téméraires n'osent pas s'y aventurer, car elle serait trop effrayante, voire dangereuse. Certains disent que la mort y vit et que toute personne s'y engouffrant n'en ressort jamais ... ''

Mythe ou réalité ? Il n'en savait rien, mais une chose était certaine, le mystère planait au dessus de cet endroit et l'atmosphère y était suffisamment étrange pour pousser les plus curieux à aller y jeter un coup d'oeil.

Enfant, entendre cette histoire l'aurait littéralement empêché de dormir, ou il se serait faufilé dans le lit de ses parents pour se rassurer que les morts ne viennent pas le chercher. Ses yeux se posèrent de nouveau sur l'archère, car un truc lui était revenu en tête; la manière dont il lui avait parlé cette nuit. Cependant, il hésita avant de parler. Ce ne fut qu'une bonne heure plus tard qu'il brisa la glace pour la première fois depuis leur rencontre.

'' Je ... suis navré d'avoir été ... brusque, cette nuit. ''

Sa main droite frottant sa nuque, Heïan avait détourné le regard vers l'horizon, là où le sentier disparaissait avec les arbres. Jusque-là, Melley avait été douce et gentille. Prendre soin de lui n'était pas une nécessité, loin de là et elle l'avait tout de même fait. Elle avait été chaleureuse alors qu'il tentait de ... rester loin, pour ne pas s'attacher inutilement à quelqu'un. Un moyen de se protéger ? Oui, très certainement. Il avait appris à se débrouiller seul de cette manière.

'' Tu t'es occupé de moi, alors que tu n'en étais pas obligé. ''

L'homme marqua une pause, plutôt longue avant de poursuivre.

'' J'ai... une dette envers toi et merci encore, Melley. ''

Il se sentait de plus en plus gêné de parler aussi ouvertement à quelqu'un de ses états d'âme. Le fallait-il ? Ça, il l'ignorait. Il ne savait pas si c'était une bonne ou une mauvaise chose. Cette femme n'était pas mauvaise, il le savait, et ressentait l'aide qu'elle voulait y porter sauf qu'il ne savait pas pourquoi.

Portant une main vers la petite sacoche accrochée à sa ceinture, située dans son dos et cachée par sa cape, Heïan tira le bout de papier sur lequel était écrit le message de son oncle et le tendit vers Melley.


Spoiler:
 


Elle détenait entre les mains la raison de sa présence dans cette région du pays. Beolan, sa ville natale ... il y avait si longtemps qu'il n'avait pas mis les pieds là bas. Sa gorge sera juste à cette pensée et sa nervosité ne put être cachée. Sa compagne de route ne tarderait pas à s'en rendre compte, et ce, bien assez tôt.

'' Je ne suis pas revenu à Beolan depuis environ 10 ans. ''

Et il avait peur de voir ce qui l'attendait une fois là bas... bien qu'il n'était plus seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyMer 3 Oct 2012 - 14:52

Melley fût ravie d'entendre qu'il avait bien dormit. Au moins son corps avait récupéré l'énergie nécessaire à la guérison et à la route. Et, après avoir observé les ruines, il lui répondit :

-Ce sont les restes des vestiges d'une ville antique humaine, autrefois la fierté de notre race. Je ne sais cependant pas ce qui a causé sa perte, l'Histoire n'étant pas mon point fort ... je dois l'avouer. Cependant, j'ai un jour entendu des rumeurs provenant de mercenaires que j'avais croisé lors d'un voyage. À ce qu'il parait, dans le ventre de ces ruines se trouverait une crypte. Même les pilleurs les plus téméraires n'osent pas s'y aventurer, car elle serait trop effrayante, voire dangereuse. Certains disent que la mort y vit et que toute personne s'y engouffrant n'en ressort jamais ...

Elle hocha la tête tout en observant les ruines qui défilaient à travers les arbres. Une ville humaine…que lui était-il arrivé ? Pourquoi ? Elle était curieuse et ne connaissait rien de son propre monde…elle en avait même honte des fois. Mais ses parents n'avaient pas pu l'envoyer à l'école, elle devait les aider, et ils n'avaient pas le temps lorsqu'elle leur demandait de lui décrire le monde qui l'entourait. Et maintenant c'était trop tard. Bien trop tard. Cinq ans c'était déjà écoulés depuis leur assassinat. Cinq. Qu'est-ce que cela passait vite. L'image était toujours gravée sur sa rétine. Celle de la tête de sa mère qui volait à travers la pièce. Le rire des Capes Blanches résonnait encore à ses oreilles lorsqu'elle se concentrait suffisamment. Elle se souvenait du moindre détail de cette journée. Ce souvenait de ses actions. Si Lyme n'était pas arrivé pour la sortir de la maison, elle serait restée agenouillée près des corps à pleurer et vomir, se laissant mourir à petits feux. C'était lui qui avait forgé son mental de combattante. Qui avait amélioré ses talents d'Archère. Elle lui devait énormément et avait si peur de le perdre à son tour…

Elle resta plongée dans ses pensées un long moment, se disant que d'autres avaient connus pire dans la vie. Heïan sans doute. Cette lueur dans le regard montrait qu'il avait un lourd passé. Alors elle n'avait pour ainsi dire, pas à se plaindre du sien. Parce qu'avant leur meurtre, elle vivait on ne peut plus normalement. Certes ses yeux avaient toujours suscité la curiosité et parfois la haine lorsque l'on pensait qu'elle était un genre de sorcière ou démon réincarné, mais elle avait su se tirer de ce genre de situation et son père lui venait souvent en aide.

Ce fût Heïan qui la ramena à la réalité en parlant de son propre chef pour la première fois depuis leur rencontre :


-Je ... suis navré d'avoir été ... brusque, cette nuit.

Elle tourna la tête vers lui, souriant légèrement pour lui montrer qu'il n'avait pas à s'en faire. Mais il regardait droit devant lui en se frottant la nuque. Ce geste la laissa pantoise. Elle n'aurait su dire pourquoi, mais ce simple geste l'avait comme captivée, hypnotisée. Elle cligna des yeux et regarda ses pieds le temps que ses joues perdent leur couleur rougissante. Il continua :

-Tu t'es occupé de moi, alors que tu n'en étais pas obligé.

Il fît une pause, et elle ne dit rien, attendant qu'il finisse.

- J'ai... une dette envers toi et merci encore, Melley.

Cette fois, elle le regarda fixement. Là, c'était elle qui n'était pas d'accord, comme lui pour le cheval. Il n'avait pas de dette. Elle ne fonctionnait pas sur le principe du donnant-donnant. D'une voix tout ce qu'il y a de plus calme, elle lui répondit :

-Je me suis occupée de toi parce que c'est ce que tout le monde devrait faire en voyant quelqu'un blessé et faible. Pour moi, c'était une obligation. Et tu n'as pas de dette envers moi Heïan. Je ne l'ai pas fait dans ce but.

C'était vrai. Mais après, s'il se sentait obligé de lui rendre la pareille ou autre, elle ne dirait rien. Comme elle le lui avait dit, elle s'était sentie obligée de l'aider, et encore maintenant, cette sensation était présente.

Puis, d'un coup, elle le vit fouiller dans un sac jusqu'alors camouflé par sa cape et en sortir un bout de parchemin qu'il lui tendit. Surprise, elle le prit lentement, ouvrit le papier et commença à lire :

Spoiler:
 

Elle lut et relut. Elle connaissait donc la raison de son déplacement jusqu'à Beolan. Il venait de se livrer à elle. De lui dévoiler une partie de sa vie, à travers la lettre. Il devait aller rencontrer son oncle, qui avait quelque chose d'important à lui dire. Elle lui redonna la lettre et vit nettement ses mains trembler et son regard paniqué. Sa poitrine se soulevait plus rapidement aussi. Il était paniqué à l'idée d'y aller, mais devait s'y rendre tout de même.

-Je ne suis pas revenu à Beolan depuis environ 10 ans.

Melley comprenait ce qu'il avait. Cette peur de l'inconnu…à nouveau, elle voulut lui prendre la main pour lui signifier qu'elle était là et que s'il le souhaitait elle l'accompagnerait jusque chez son oncle ou même plus, mais se retint encore. A la place, elle posa sa main sur son épaule. Elle devait lever le bras, le jeune homme étant plus grand qu'elle, mais elle pouvait serrer son épaule sans gêne, c'était la droite et non la blessée. Elle serra légèrement et il la regarda d'un coup. S'arrêtant de marcher, elle braqua son regard bicolore dans le violet du sien et lui dit posément :

-Je peux comprendre la peur que tu ressens. Tu ne sais pas ce qu'il t'attend. Tu ne sais pas de quoi il veut te parler. Tu ne sais pas ce que ton retour te réserve. Je ne connais pas ton histoire Heïan mais…sache que si tu le souhaites je t'accompagnerais. Je suis là et si je peux me rendre utile tu peux compter sur moi, je t'aiderais à affronter ton oncle et ce qu'il a à te dire. Sois-en sûr.

Elle relâcha son épaule et se remit à avancer lentement sur le chemin durci par les ans. Il pouvait peut-être trouver cela étrange qu'une inconnue se propose comme ça pour l'accompagner, il pensait peut-être qu'elle le laisserait seul une fois en ville, mais…toujours cette sensation en elle. Il avait besoin d'elle. Elle ne savait pas pourquoi, ne savait pas comment tout allait se passer, mais elle devait rester avec lui. Et elle ne lui dirait rien pour cette sensation. Pas maintenant en tout cas. Il la trouverait encore plus louche.

Ils ne parlèrent plus pendant le reste de la matinée, chacun plonger dans ses pensées. Elle ne savait pas ce qu'il pensait d'elle justement…

Ils arrivèrent dans une petite clairière à l'écart de la route vers midi et Melley, après avoir étrillé son cheval et l'avoir attaché, s'approcha de Heïan qui s'était occupé du feu. Elle s'agenouilla et posa son Arc à côté d'elle avant d'ouvrir son propre sac. Elle en sortit la peau de lapin et sourit au regard étonné du jeune homme.


-Je l'ai chassé cette nuit…

Elle lui tendit des lamelles de viande et ils entreprirent de les faire cuire au-dessus des flammes. Ils savourèrent la viande comme jamais. Et, une fois mangé, assise près du feu, Melley sentit ses yeux se fermer tous seuls. Elle les rouvrit et cligna des yeux. Elle était fatiguée, d'un coup…

Normal en même temps…lorsqu'elle avait rencontré Heïan, la veille, elle n'avait déjà pas dormi la nuit suivante, ne connaissant pas le terrain. Donc deux nuits consécutives à rester éveillée. Mais elle tiendrait, c'était juste le coup de la digestion. Son esprit était toujours alerte. Elle espérait juste qu'il n'ait rien remarqué…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyMer 3 Oct 2012 - 17:38

10 ans déjà ... il lui semblait qu'une éternité s'était écoulée depuis cet évènement tragique, mais pourtant, ces souvenirs étaient encore et toujours si clairs dans sa mémoire. Comme si tout s'était produit la veille même et à chaque fois, le sang bouillait dans ses veines. Cette rage qui brûlait en lui ne s'était nullement évanouie, au contraire, elle avait grandi. Qui disait qu'avec le temps, l'on oubliait ? C'était faux, l'on entretenait ces souvenirs, bons ou mauvais et bien trop souvent ceux-ci pouvaient nous pourrir la vie. Une main chaleureuse se déposa cependant sur son épaule, un toucher qui le força à stopper sa marche. Baissant la tête et la tournant vers Melley, ses yeux nappés d'incompréhension ne tardèrent pas à croiser les siens. Jusqu'à maintenant, il n'avait que brièvement remarqué le rouge et le doré qui coloraient chacun de ces iris, n'ayant pas été suffisamment près d'elle pour le voir. Il fallait s'en dire que c'était hors du commun, mais ... magnifique et cette lueur qui brillait; de la détermination ?

'' Je peux comprendre la peur que tu ressens. Tu ne sais pas ce qu'il t'attend. Tu ne sais pas de quoi il veut te parler. Tu ne sais pas ce que ton retour te réserve. Je ne connais pas ton histoire Heïan mais…sache que si tu le souhaites je t'accompagnerais. Je suis là et si je peux me rendre utile tu peux compter sur moi, je t'aiderais à affronter ton oncle et ce qu'il a à te dire. Sois-en sûr. ''

Doucement, sa main s'éloigna pour retourner le long du corps de la jeune femme. Ses pas, d'un rythme lent avec recommencés leur avancée alors que lui, resta sur place un court instant, voire à peine quelques secondes. C'était bien la première fois qu'il se laissait ainsi toucher et approcher par une étrangère. Par réflexe, il aurait envoyé valser son bras depuis longtemps et l'aurait plaqué au sol pour la maîtriser, mais n'avait nullement agi. C'était étrange ... sa garde était baissée, ses sens n'étaient pas sans cesse en alerte et il ne se voilait pas le visage depuis cette nuit. Commençait-il à lui faire confiance ?

Non, il ne fallait pas ... il pourrait souffrir inutilement, encore une fois. Une fois, mais pas deux. C’en était trop.

~ Tu es trop faible d'esprit ... ~ lui disait sa conscience.

Cette éternelle lutte entre ce qu'il était et ce qu'il tentait d'être pour se protéger ne cesserait-elle donc jamais ?! Pourquoi y avait-il sans cesse des gens pour le remettre en cause ces derniers temps ? Salaté ... s’il n'avait pas décidé d'accepter l'invitation d'Abel à les héberger, lui et Rakell, il n'en serait peut-être pas là aujourd'hui. Mais dans un sens, c'était peut-être une bonne chose, car ce chemin qu'il empruntait était celui de son père. Son père ... l'homme qu'il détestait tant, mais duquel il aurait voulu se rapprocher lors de sa jeunesse. Un homme absent et froid, détaché des gens. Heïan était devenu comme lui finalement.

Leur meilleur ami, Silence, prit de nouveau place parmi eux, les observant. C'était fou, tous les signes que l'on pouvait voir lorsque des gens se perdaient dans leurs pensées. Ils étaient totalement vulnérables et prévisibles ... Ce spectacle dura même quelques heures. Heures dans lesquelles seuls leurs pas faisaient office de mélodie.

Une petite clairière se dessina alors dans ce paysage et le soleil était maintenant à son zénith. La lumière frappait partout, dévoilant là la beauté de la nature sauvage. Écartés de la route, les jeunes gens prirent une petite pause. Le cheval avait besoin d'être abreuvé et nourrit alors qu'eux devaient reposer leur jambe pour trouver ensuite quelque chose à se mettre sous la dent. Heïan avait passé les environs au peigne fin et avait ramener un tas de branches et de brindille qu'il avait laissées tombé au sol avant de placer quelques pierres en rond, sur le sol. Les branches furent à leur tour placé puis vint l'heure de la création des flammes via étincelles. Soufflant à quelques reprises sur la flamme qui naissait, celle-ci prit en maturité et brûla tout sur son passage ; un bon feu de camp les attendait. Entre-temps, Melley s'était approché du tueur à gages pour s'agenouiller au sol. Regardant dans son sac pour en sortit une peau de lapin, dans lequel se trouvaient des lanières de viande. Quand avait-elle eu le temps de faire ça ?

-Je l'ai chassé cette nuit…

Voilà qui répondait à sa question silencieuse. Au moins, elle ne s'était pas ennuyée pendant que monsieur dormait comme une buche la nuit dernière, ce qui le rassura. Heïan lui tendit une branche pour qu'elle puisse y piquer sa viande, alors qu'il prit la viande qu'elle lui tendait. Il entreprit de piquer celle-ci sur le bout du morceau d'arbre mort et mis à cuire. Le repas fit du bien à l'estomac et ils auraient ainsi plus de forces pour continuer leur route.

Cependant, sa compagne de route semblait un peu moins, fringante. Elle n'avait placé mots depuis plusieurs heures, lui non plus d'ailleurs, mais bref. Du coin de l'oeil, Heïan l'observa. Les paupières de la jeune femme se refermaient tranquillement sur ses yeux. Les traits de son visage étaient fatigués. De toute évidence, elle avait besoin de repos. Il connaissait ça ... s'abstenir de dormir, pendant quelques jours et il savait reconnaître les gens qui faisaient de même sans problèmes.

'' Tu devrais dormir un peu ''

Heïan alimenta le feu et brassa doucement les branches brûlées qui formaient des bulles brillantes dans l'air.

'' Et si tu ne veux pas t'arrêter jusqu'à la nuit tombée, tu peux toujours faire une sieste sur ton cheval. Je veillerai à ce que tu ne tombes pas. Sinon je peux te trimbaler sur mon dos, le temps que tu te reposes. ''

C'était une solution comme une autre, mais sur son dos, elle ne pouvait pas faire de mauvaise chute, car ile la tiendrait en permanence. M'enfin, c'était à elle de décider après tout.

'' Ma mère me disait : la fatigue est le pire ennemi du combattant ''

Et elle avait raison. Naëlyah était une femme sage et posée. Toujours souriante, s'en était contagieux et elle lui manquait terriblement. Chassant aussitôt ces pensées, Heïan s'asseya en indien, n'attendant pas réellement réponse, ses yeux regardant le feu qui dansait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyMer 3 Oct 2012 - 18:22

Melley observait les flammes sans les voir. Les flammes l'endormaient plus qu'autre chose et elle ne devait pas s'endormir. Ils avaient encore de la route, et elle devait être alerte au cas où un danger survenait. Ce fût la voix d'Heïan qui la ramena sur Terre :

-Tu devrais dormir un peu.

Elle le regarda, voulut lui dire que tout allait bien et qu'elle ne voulait surtout pas le retarder, alors qu'il alimentait le feu et ajoutait :

-Et si tu ne veux pas t'arrêter jusqu'à la nuit tombée, tu peux toujours faire une sieste sur ton cheval. Je veillerai à ce que tu ne tombes pas. Sinon je peux te trimbaler sur mon dos, le temps que tu te reposes.

Elle écarquilla les yeux. Sur…sur son dos ?! Mais…elle se sentirait bien trop gênée ! Et avec son épaule blessée cela risquait de rouvrir la blessure et de tout compliquer. Mais d'un autre côté, son cœur se mit à pulser comme un diable dans sa poitrine rien qu'en s'imaginant portée par le jeune homme…elle ne comprenait pas. A la rigueur elle acceptait bien de faire une sieste d'une heure sur sa selle…au moins ils pourraient continuer à marcher.

-Ma mère me disait : la fatigue est le pire ennemi du combattant.

Heïan la regardait toujours de son beau regard violet. Sa mère avait raison. Un corps fatigué équivaut à un esprit plus lent à réagir et donc des erreurs commises qui entraînaient la mort de la personne. Et elle ne voulait surtout pas qu'un incident leur arrive. Le soleil tapait dans son dos, la réchauffant en plus du feu que le jeune homme alimentait continuellement. Il s'était assis en tailleur et observait les flammes qui crépitaient. Il avait de nouveau le regard lointain. Elle était sûre qu'il replongeait à chaque fois dans ses souvenirs. Souvenirs peu joyeux, elle le pariait.

Ses pensées devenaient confuses, ses yeux se fermaient à nouveau. Mais non, non, non ! Elle ne devait pas s'endormir, pas là, pas maintenant ! Elle n'aurait pas dû manger la viande…la digestion facilitait le sommeil…

Elle s'allongea, les mains derrière la tête. Mais juste deux minutes pour contempler le ciel ! Elle avait toujours aimé regarder les nuages défiler, les oiseaux voler, le soleil changé de position lentement…

Ils n'avaient plus parlé depuis qu'elle avait dit avoir chassé le lapin. Et elle sentait que lorsqu'elle parlait, elle tirait Heïan de ses souvenirs sûrement douloureux. Et si cela pouvait un peu aider, elle le ferait. Mais que dire ?
Lui parler de ses parents ? Mais de quoi ? Il avait parlé de ce que disait sa mère…la sienne…ah oui ! Un sujet marrant…enfin pour elle, parce qu'il signifiait moments de complicité avec sa défunte mère.


-Et ta mère avait raison...Moi, ma mère comparait toujours mes yeux. Quand je mentais, elle me disait "ah, le doré me dit que c'est faux, alors que le rouge soutient ton mensonge…" Elle n'arrêtait pas de les confronter et de me dire que le doré était le soleil qui m'avait vue naître et le rouge le sang versé dans le monde. Elle les comparait parfois sur des sujets douloureux aussi…une fois un homme est venu, il était curieux…tout le monde lui avait parlé de mes yeux étranges…tu avoueras que ça l'est, étrange…il voulait me poser des questions, et pleins de choses…il avait avec lui des outils et des appareils. J'étais jeune j'ai pris peur. Mon père la mit à la porte. J'ai appris plus tard que c'était un chercheur. Ou une sorte de chasseur de sorcière. Tout le monde me prenait pour une sorcière. Alors que non…je suis tout ce qu'il y a de plus normale.

Elle regardait le ciel, mais ses yeux se fermaient. Elle ne put retenir un léger bâillement. Elle ne savait pas pourquoi elle avait raconté tout cela à Heïan. Il s'en fichait peut-être. Ou avait peur d'elle maintenant…

-Excuse-moi si je t'ai ennuyé avec ça…

Elle bâilla de nouveau et ferma les yeux. Elle ne parvint plus à les ouvrir. Le sommeil avait gagné la bataille et elle s'en alla vers le monde des rêves, les yeux violets d'Heïan gravés sur sa rétine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyMer 3 Oct 2012 - 19:14

Melley s'était allongée dans l'herbe plus ou moins haute de la clairière et avait croisé les mains derrière sa tête afin de se mettre à ses aises et le plus confortable possible. N'ayant pas répondu à ses paroles, celle-ci semblait plutôt contempler le ciel et profiter du beau temps que leur avait offert dame nature cette journée-là.

'' Et ta mère avait raison...Moi, ma mère comparait toujours mes yeux. Quand je mentais, elle me disait "ah, le doré me dit que c'est faux, alors que le rouge soutient ton mensonge…" Elle n'arrêtait pas de les confronter et de me dire que le doré était le soleil qui m'avait vue naître et le rouge le sang versé dans le monde. Elle les comparait parfois sur des sujets douloureux aussi…une fois un homme est venu, il était curieux…tout le monde lui avait parlé de mes yeux étranges…tu avoueras que ça l'est, étrange…il voulait me poser des questions, et pleins de choses…il avait avec lui des outils et des appareils. J'étais jeune j'aipris peur. Mon père la mit à la porte. J'ai appris plus tard que c'était un chercheur. Ou une sorte de chasseur de sorcière. Tout le monde me prenait pour une sorcière. Alors que non…je suis tout ce qu'il y a de plus normale. ''

L'écoutant, Heïan avait posé un coude sur son genou droit et avait accoté son menton dans le creux de sa main. Le bâillement qu'elle laissa échapper de sa bouche attira son regard qui se tourna inévitablement vers l'archère.

-Excuse-moi si je t'ai ennuyé avec ça…

L'ennuyer? Elle se trompait. En rien ce qu'elle disait ne l'ennuyait, bien au contraire. Oui, il n'était pas très bavard et extérieurement il pouvait sembler se foutre de tout, mais ce n'était pas le cas. Il apprenait qu'il n'y avait pas que lui qui avait un passé trouble, que Melley non plus n'avait pas eu la vie facile. Ormi leurs yeux de couleurs inhabituelles, ils avaient ce point en commun. Parler avec elle, bien qu'ils ne commençaient qu'à faire connaissance, ne lui faisait que du bien. C'était à ce moment qu'il s'était rendu compte qu'il pouvait encore avoir le contrôle de son avenir, qu'Agathe avait raison. Il était encore jeune et il n'était pas trop tard pour rejoindre la lumière, quitter le chemin du sang. Fallait-il seulement qu'il fasse une rencontre de ce genre pour le réaliser ? Peut-être bien ... mais il veillerait à tout ça une fois qu'il se serait entretenu avec son oncle, Berthan, au sujet du contenu de la lettre. Quelque chose le rendait excessivement anxieux et faisait battre son coeur dans sa poitrine. Un pressentiment. Bon ou mauvais ... il n'en savait rien, mais le saurait bien assez tôt.

Entre-temps, Melley poussa un second bâillement, mais cette fois-ci, ses paupières se refermèrent d'elles-mêmes et la jeune femme s'endormit. Heïan allait lui dire de ne pas s'excuser et comme il ouvrit la bouche, il remarqua qu'elle était ailleurs.

'' Eh bien ... ''

Décidément, c'était le festival des nuits blanches pour plusieurs personnes ces jours-ci, mais son repos, elle l'avait bien mérité après tout. Ça ne lui ferait que du bien, de toute manière.

Heïan attendit un moment avant d'éteindre le feu et se redressa sur ses jambes en regardant Melley qui dormait profondément. Son visage était serein et doux. L'envie de devoir la bouger pour qu'ils puissent reprendre la route le dégoutait, mais s'ils voulaient rejoindre Beolan rapidement, ils devaient s'arrêter la nuit et l'inquiétude le rongeait à petits feux chaque jour. S'approchant de la jeune femme, le tueur à gages se mit à réfléchir. Il tourna alors la tête vers le cheval. Ah oui, bien sûr! Cette bestiole à sabot pouvait bien se rendre utile pour une fois et il aurait l'occasion de se reposer un peu les jambes. Ça lui éviterait d'avoir un poids sur le dos bien qu'il doutait que Melley pèse des tonnes. Donc, tout d'abord, Heïan détacha le cheval et l'approcha du feu mort. La bête n'était pas sauvage à son plus grand soulagement et se laissait faire sans résistance, ce qui lui éviterait de se battre avec lui pour faire grimper la jeune femme sur la selle. Délicatement, il agrippa les rennes au niveau du museau pour qu'il ne penche que l'avant de son corps. S'approchant ensuite de la jeune endormie, l'homme passa une main sous sa tête, au niveau du cou et l'autre dans le creux des genoux pour finalement la soulever et se mettre en selle. Le cheval se redressa alors, attendant un signal avant de se mettre en marche. Heïan en profita pour installer Melley confortablement sur le côté, juste devant lui et la tenait contre lui à l'aide d'un bras, alors que l'autre se chargeait de secouer les lanières de cuir.

Les sabots du cheval martelaient le sol pour rejoindre le chemin qui était dénué de toute présence humaine jusqu'à maintenant. Le voyage avait été plus tranquille qu'il ne l'aurait pensé. Pas de brigands, pas de marchands, ni même de voyageurs. Cependant, il y en aurait à coup sûr une fois aux abords de la cité des mages. Aucun doute là-dessus!

Cela faisait quelques longues heures qu'ils chevauchaient, Melley dormant toujours profondément contre Heïan. Le soleil commençait tranquillement sa descente pour faire place à sa soeur, la lune. L'air s'était à peine refroidi et il n'y avait qu'une douce brise qui caressait leur visage. Au loin, bien loin encore, Beolan était visible par ses lumières dans les montagnes. Ils pourraient y être dans la nuit ou tout simplement le lendemain. Sauf que ... non, demain. Il avait besoin de s'arrêter un peu et de se préparer mentalement. La vue seule de la ville l'avait fait déglutir. Puis il sentit bouger légèrement, elle se réveillait.


Dernière édition par Heïan Kreiss le Lun 31 Déc 2012 - 1:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyMer 3 Oct 2012 - 19:46


"La vie n'est qu'un long obstacle à franchir." Lyme était à ses côtés et lui parlait. Elle, dix-sept ans, s'en fichait comme du port-salut. Ses parents venaient de se faire tuer, elle avait autre chose à faire que d'écouter cet homme avec ses phrases philosophiques. Elle cassait les branches qui lui tombaient sous la main, tremblante. Elle voulait leur faire la peau à tous ses Capes Blanches, leur faire payer pour le meurtre de ses parents ! Elle était énervée et frustrée qu'il l'en empêche. Il était aussi Rebelle, comme ses parents. Et il ne faisait rien. "Tout seul je n'arriverais à rien et toi encore moins". Mais oui bien sûr…

Elle s'entendit hurler et le rêve changea. Cette fois, elle était encore plus en arrière, avec ses parents. Sa mère et elle cuisinaient tranquillement pour le soir. Aujourd'hui, elle s'était encore fait remarqué. Elle avait tiré sur une pomme à cent mètres, en plein dans le mille. Tout le monde disait que c'était sorcellerie, à cause de ses yeux. Sa mère lui parlait. "N'écoutes pas ce qu'ils disent ma chérie. Tes yeux sont tes joyaux. Ta fierté. Le doré est l'espoir de la vie, le rouge est le sang qui est versé pour garder cet espoir vivant." Melley baissa la tête en continuant à préparer le dîner. "Mais maman…je suis une sorcière ?" Sa mère rit et lui étala un peu de pâte sur le nez avant de dire : "Si tu étais une sorcière crois-moi je le saurais. Tu es normale ma puce. Ne les écoute pas."

Elle se vit sourire puis la porte s'ouvrit. La porte s'ouvrit certes, mais son père n'était pas dans l'encadrement. A la place, il y avait deux yeux violets. Les yeux la fixaient étrangement et elle savait qu'elle connaissait la personne à qui ils appartenaient. L'image se flouta et elle se revit en train de soigner un jeune homme, lui parler, marcher avec lui.

Tout se mélangeait dans sa tête, mais elle était bien. Détendue. Elle sentait vaguement, de très loin, quelque chose serrer sa taille. Sans doute pour qu'elle ne tombe pas. En effet, elle sentait les cahots du trajet. Un cheval sans doute…

Mais elle était si bien qu'elle se laissa partir encore, se sentant en sécurité….

Cette fois, son esprit revint et ne voulut plus s'en aller. Elle entendit les sifflements des oiseaux, le mugissement du vent dans les cimes des arbres. Elle sentit les mouvements des muscles du cheval sous elle et sentit un bras passé autour d'elle. Elle bougea vaguement, sortant son corps de la torpeur et ouvrit lentement les yeux. Pour immédiatement tomber sur le regard violet d'Heïan qui l'observait, une lueur anxieuse dans ses iris. Tout de suite, elle se sentit gênée. Son cœur s'affola imperceptiblement et elle frissonna légèrement. Elle lui sourit en murmurant :


-Je…désolée de m'être endormie et…merci…

Elle remarqua que le soleil descendait lentement. Donc, elle avait dormi toute l'après-midi. Et il l'avait tenue ainsi tout ce temps ?! Il devait avoir des crampes dans le bras ! Elle culpabilisa encore plus… Mais elle ne pouvait rien faire pour le moment, alors elle attendit simplement qu'il leur trouve un endroit pour passer la nuit. Il n'avait pas été obligé de l'emmener. Il aurait très bien pu l'abandonner dans la clairière après lui avoir voler ses armes et cheval, ou même la tuer et cacher son corps... Tournant lentement la tête, elle vit les lumières d'une ville, loin dans les montagnes. Beolan ? Elle ne pensait pas en être si proche.

Pendant que Heïan contrôlait le cheval pour les guider en lieu sûr, elle observa toutes ses lumières. Elle ne connaissait pas Beolan. Ne connaissait pas les coutumes, les traditions…rien. Mais bon…elle était là pour apprendre et surtout pour épauler son compagnon.

Lorsqu'enfin il trouva un abri, elle descendit lentement, étirant son corps. Il l'imita et elle s'excusa une nouvelle fois :


-Excuse-moi encore je ne voulais pas m'endormir comme ça…tu as du avoir des crampes toute l'après-midi…

Il se contenta de la regarder pour ensuite emmener le cheval pour l'attacher et l'abreuver.
Alors les rôles s'inversèrent et elle s'occupa du feu. Il mit plus de temps à s'allumer, ce qui l'agaça, mais elle ne se démonta pas et continua jusqu'à ce que les flammes s'élèvent dans le ciel. Ils avaient encore un peu de viande, elle avait quelques fruits, de l'eau…ils pourraient tenir jusqu'à ce qu'ils soient en ville et puissent racheter des provisions. Et si cette nuit un lapin venait de nouveau, elle referait comme la nuit précédente…

Lorsqu'ils s'installèrent, prêts à manger, Melley remarqua que le jeune homme était plus que nerveux. Il redoutait ce qui allait se passer. Elle ne pouvait pas dire grand chose, ne connaissant pas son passé ou son histoire. Mais il savait qu'elle était là.

Elle lui tendit le plus gros bout de viande qu'elle avait en disant :


-Tiens. Et n'aie pas peur. Tu n'es pas seul.

"Ah moins que tu veuilles que je parte une fois arrivés en ville". Pensa-t-elle aparté. Cela, lui seul allait le décider. Elle ne voulait pas s'imposer. Mais la sensation grandissait au fur et à mesure que la confiance s'installait, au fur et à mesure qu'ils approchaient de Beolan. C'était là-bas que tout se jouerait. Tout quoi, elle l'ignorait, mais elle sentait qu'elle devait être avec lui pour affronter son oncle. Pour affronter ce qu'il avait de si urgent à lui dire. Le destin les avait réunis dans un but précis et Melley croyait fermement au destin.

Mangeant lentement, elle plongea dans le regard violet d'Heïan. Son regard l'envoutait. Il était mystérieux…doux et calme par moment, angoissé et en colère à d'autres instants. La lueur qui l'animait était celle d'une lutte intérieure, d'une décision à prendre. Pour elle, les yeux étaient les miroirs de l'âme, elle l'avait déjà dit. Elle espérait qu'il lise aussi bien dans son regard qu'elle le faisait. Qu'ils deviennent transparents l'un pour l'autre…pour que la confiance s'ancre entre eux.

Il pouvait compter sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ EmptyMer 3 Oct 2012 - 21:20

Suite du rp ~> L'inattendu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



La fuite [PV Melley] TERMINÉ _
MessageSujet: Re: La fuite [PV Melley] TERMINÉ   La fuite [PV Melley] TERMINÉ Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

La fuite [PV Melley] TERMINÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Ruines d'Ascelnoth :: Lac-