''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Ven 12 Oct 2012 - 19:59

Un soleil d’or brûlait sur la ville de Madorass ce jour-là, éclairant d’une lumière éclatante et d’halos dorés les ruelles sillonnant la capitale du royaume du milieu. Une chaleur étouffante obligeait quiconque souhaitait sortir de son trou à rat qui lui servait de maison, à se vêtir de tissus léger et flottant. Une sorte de métaphore ratée d’un bonheur absent, trop occupé à comater sous un soleil de plomb. Un temps comme le détestait le Prince de la Nature.

Mais il n’y avait pas que l’astre du jour qui l’insupportait. Profitant de la chaleur, les tavernes en profitaient pour ouvrir grand leurs portes, laissant s’échapper des effluves d’alcools et des rires assourdissant. Les étales proliféraient à tous les coins de rues, empestant les marchandises qui pourrissaient au soleil et leur vendeur, capable de léguer père et mère pour écouler leur stock avant qu’il ne soit définitivement trop sec pour qu’on ne puisse même plus s’en servir comme pierre ponce. Des gamins gesticulant et courant partout, bousculant, volant, se vautrant dans la poussière d’où il avait vu le jour, un retour aux racines pour ceux qui aiment les jeux de mots. Les hurlements lointains de la foule venu voir les combats d’arène. Des abrutis masochistes au point, non seulement de se taper dessus pour quelques pièces, mais de le faire sous les rayons ardents d’une saloperie d’étoile afin de mieux disperser leurs sécrétions sudorales emplies de virilité stupide partout autour d’eux.

Aikanaro marchait d’un pas lourd de toute son humeur, pervertie par le climat, à travers les étales aux esclaves. Il arpentait les rues du marché aux esclaves comme la mort arpenterait un champ de bataille quelques heures avant l’assaut. Il était les nuages noirs qui allaient couvrir le ciel des Hommes et qui les fera s’agenouiller devant la Nature. Les sourcils froncés, les yeux fixant inlassablement l’horizon de leurs éclats rubis, les muscles de la mâchoire se resserrant à chaque agacement qui venait s’ajouter aux autres. Sa peau brillait des reflets solaires sur la pâleur presque irréelle de son teint. Mais il ne suait pas. Rien d’étonnant pour un Syrinx. Cependant, cette caractéristique morphologique ne lui dispensait pas de souffrir de l’infernale fournaise. Il avait même défait le haut de son armure, qu’il avait laissé dans la forêt en prévision du climat et du fait que ça l’aurait gêné plus qu’autres choses. Il ne portait en soit qu’une chemise blanche s’accordant avec son albinisme, son pantalon de plaque noir de geai prolongé des bottes allant avec, et évidemment, ses lames runiques qu’il ne quittait qu’en de rares occasions.
Ses longs cheveux aussi blanchâtres que le reste de son corps svelte flottaient à chacun de ses pas comme des tsunamis à la suite de violents tremblements de terre. Le bruit métallique de ses bottes leur donnant la cadence.

Soudain, il s’arrêta de marcher. Il se tenait poster au milieu de la rue, gênant le passage et restant aussi stoïque qu’une statue d’ivoire. Il tourna la tête sur sa droite et aperçut une fleur. C’était une mauve sylvestre à n’en pas douter, et fraichement éclose. Chose pour le moins curieux par une chaleur aussi accablante. Il se tourna entièrement vers la fleur, manquant de bousculer quelques humains au passage. Il se concentra pour rechercher en elle la cause de son existence. Les assauts ardents et incessant du soleil ne lui rendait pas la tâche aisée, d’autant plus qu’il avait assez vécu pour savoir qu’il ne valait mieux rester discret dans ce genre d’entreprises. Les humains voient tellement le mal partout qu’ils seraient capable de mettre leurs parents au bucher comme sacrifice pour que l’hiver soit moins rude, alors un « fou » qui vénère les fleurs au milieu d’une rue très fréquentée…


*Chaud…*

C’est ce mot qui le fit réagir. Il tourna rapidement la tête autour de lui pour savoir d’où provenait cette voix à travers la fleur. Ses yeux écarlates s’arrêtèrent sur une petite place, aménagée dans un renfoncement de la ruelle. Des cages étaient installées un peu partout, certaines au sol, d’autres entassées avec, néanmoins, des escaliers et estrades de fortune pour accéder à leur contenu. A l’intérieur, des hommes et des femmes, de toutes couleurs de peau, de toutes tailles et de tous âges. Seuls l’abattement visible sur leur visage et leur mine accablée par la chaleur les rapprocher au travers de leur situation sociale. Ils étaient tous esclaves en attente d’acheteurs. Au milieu de la place, entouré par une dizaine de bourgeois se protégeant des agressions de l’astre du jour sous leurs ombrelles minuscules, se tenait un petit homme, trapu, le teint rougeâtre par le soleil et offrant un magnifique sourire étincelant de dents d’or. Il rigolait à gorge déployée, plaisantant sûrement avec ses clients potentiels, mais sa comédie sonnait faux. Il n’était là que pour l’argent. Derrière lui, un très grand homme au teint sombre comme certains des esclaves enfermés. Lui, était torse nu et arborait, en plus de ses muscles saillant, luisant de transpiration, une hache d’arme assez imposante pour dissuader le plus brave des guerriers dans ses idées les plus héroïques.

Les yeux d’une Prince albinos se baladaient sur les prisons de fer. Ses sourcils se froncèrent un peu plus lorsqu’il repéra une cage en particulier où se tenaient deux jeunes femmes. Des jumelles selon la similarité de leur apparence. Des cheveux blonds, descendant jusqu’au milieu du dos, abimés par le manque d’entretiens ; des yeux bleus plantés au milieu d’un visage doux aux traits fins malgré la crasse et la poussière. Des haillons de tissus bruni par le temps conservaient le peu de décence qu’il leur était permis d’avoir, exposées au grand publique telles des animaux de cirques.

La crispation était largement visible sur le visage du Syrinx. Il ne faisait aucun doute qu’elles faisaient toutes deux parties de sa race, de son sang. Les Syrinx sont rares, des jumelles encore plus. Il n’allait pas laisser des humains se sentir supérieur au point d’avoir le droit de vie ou de mort sur son propre peuple. Il avança donc d’un pas rapide en direction du petit attroupement. Il bouscula les nobles s’offusquant de son impolitesse et se dressa devant le trafiquant d’esclaves. Il planta ses iris cramoisis dans celles, brunes, de l’homme, comme pour transpercer son âme d’un simple regard.

Ce dernier resta à le regarder quelques instants avant de sortir, d’un ton mielleux :


- Que puis-je pour vous mon bon monsieur ?

Le garde du corps avait fait un pas en avant à l’approche du démon, écartant toute possibilité de se faire oublier.
Aikanaro releva les yeux et pointa du doigt la cave où étaient avachies les jumelles.


- Je veux celles-là !

Son ton était aussi froid que ses lames et sec comme les steppes de la toundra.
Le commerçant eu un léger rictus et retint un ridicule pouffement de rire. Une main vint tapoter l’épaule du Prince Syrinx. Ce dernier se retourna immédiatement et transperça de ses yeux, à son tour, l’homme qui avait osé l’affront de le toucher. C’était un des nobles présents avant son arrivée. Il toussota briévement et annonça d’une voix hautaine :


- Excusez-moi mais, je les ai réservés. Elles sont à moi.

Des voiles sombres de colère et de haine mélangées envahirent les yeux du démon. Le gentilhomme s’en aperçut et fit un pas en arrière, toussotant dans son mouchoir pour montrer sa gêne.
Aikanaro se retint de lui ouvrir le ventre et se détourna pour faire face, de nouveau, au vendeur.


- Je vous en donne le double de ce qu’il a payé.

Il essayait de prendre un air assuré. Avec les humains, l’argent et l’assurance marchait plutôt bien pour les rouler dans la farine. Mais le petit homme ne se démonta pas pour autant.

- J’en suis vraiment navré mais je n’ai qu’une parole. Je les ai promises à la personne derrière vous depuis quelques heures déjà et ses domestiques doivent revenir avec l’argent d’un instant à l’autre…

Les phénomènes de contradictions se bousculaient dans sa tête. Ca n’était véritablement pas de le jour pour le mettre à l’épreuve et il était parfaitement capable de faire couler le sang pour sauver les siens, même si ça jouerait sur ses plans futurs.

- Je vous en donne le double, et je vous ramène l’argent immédiatement. Je suis certain que notre ami commun saura faire preuve de sang-froid et se choisira un autre esclave.

Il lança un regard mauvais au noble qui avait défendu son investissement avant de commencer à chercher du regard un endroit où trouver une grande quantité de choses de valeur lui permettant de se tirer du pétrin dans lequel il venait de se mettre.
Le marchand pouffa quelques instants et, voyant ça plus comme un moyen efficace de se débarrasser de cette énergumène, accepta le marché. Après tout, il était gagnant dans tous les cas.
L’albinos ne fit pas attention aux manières de l’humain avide et se précipita vers une échoppe de pierres précieuses. Sans même se soucier des conséquences éventuelles, il brisa l’une des vitrines en verre et en extirpa le plus de marchandises possibles tenant dans sa main. Puis il s’en retourna vers le détenteur des jumelles Syrinx sous les protestations et les appels au secours des propriétaires de l’échoppe.
Les passants semblaient outrés par cet acte dénué de toute logique, et le petit homme éclatait de rire en observant le Prince Syrinx faire.
Aikanaro retourna auprès de lui, tendant une pleine poignée de joyaux finement sculptés, son regard sévère attendant une réponse derrière le rictus de son interlocuteur. Le trafiquant d’esclave fit barrière avec ses mains graciles, secouant la tête tout en s’esclaffant. Il avait également reculé d’un pas pour bien montrer aux gens qui observaient la scène qu’il n’était pas de mèche avec l’individu à la peau d’albâtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Sam 13 Oct 2012 - 11:30

Précédemment

Awena avait reçu un message d’un de ses adeptes. Il avait entendu parler un individu dans une taverne. Il était quasi sûr que c’était un marchand et celui-ci apparemment commençait à avoir la réputation de vendre des produits hors du commun… des monstres.
Awena avait longuement réfléchi avant de se décider à y aller. Le plus gros problème était que ce marchand d’esclaves exerçait dans la cité royale : à Madorass.
Et ça c’était un sérieux problème. Non pas à cause du fait qu’elle détestait cette ville et toute la populace qui y vivait… Non, non, non ça ce n’était rien comparé au fait qu’elle pourrait perdre le contrôle sur l’autre gourdasse d’Awi. Cette autre partie d’elle qui n’avait rien trouvé de mieux que de rejoindre le mouvement des Rebelles. Il ne manquait plus que cette crétine soit recherchée par les capes blanches et les gens du Royaume…

Mais quel foutoir !

Awena décida de faire venir dans son bureau un de ses adeptes qui par chance, exerçait le métier de créateur vestimentaire et couturier. Elle lui demanda de lui concevoir le plus rapidement un vêtement lui permettant de se faufiler dans la masse, sans attirer les regards ou les suspicions.

Et c’est ainsi que quelques jours plus tard, elle partit en direction de Madorass. Au fur à mesure que la charrette quittait les plateaux de la lune, la chaleur provoquée par les rayons du soleil devenait de plus en plus présente. Awena retira son épaisse cape en velours. C’était bien sa veine manquait plus que ça…
Elle prit un long châle de couleur crème dans son sac, et le déposa sur sa tête afin de masquer la couleur inhabituelle de ses cheveux puis elle fit un tour au niveau de sa gorge. Cela éviterait d’attirer l’attention des gardes et la protégerait légèrement des rayons du soleil.
Pendant tout le voyage, elle essayait de se détendre et jouait avec les bracelets que composait son semainier.

Spoiler:
 

Son angoisse était grande, elle allait là où l’injustice régnait… et Awi serait tellement choquée que l’on puisse vendre des êtres vivants, qu’elle serait capable de refaire surface pour libérer tous « ses moins que rien » au risque d’y laisser sa peau.
Awena devait se remémorer sans cesse un événement traumatique pour garder le contrôle… son arrestation, son pseudo procès et son internement pour le meurtre de sa famille dans la prison de Madorass. Avec un peu de chance cela suffirait à garder le pouvoir.

Alors qu’on apercevait enfin les portes de la cité, la charrette fut stoppée. Mais qu’est ce qu’il se passait encore ???
Apparemment aucune bête n’avait le droit de rentrer dans la cité. Awena fit signe au cocher qu’elle descendait là et qu’elle continuerait à pied.
C’est donc sous une chaleur de plomb et suffocante qu’elle allait parcourir les rues de la cité, jusqu’au marchés aux esclaves. Décidément, ce n’était pas son jour.

Elle avançait lentement parmi les gens du peuple. Habillée d’une simple chemise blanche aux manches légèrement bouffantes, laissant apparaître ses épaules et sur laquelle reposait un corset noir, sa tenue ressemblait bien à la plupart des femmes vivant à Madorass. Le grain de folie de son adepte résidait seulement dans le choix de la couleur de sa jupe, rare était celles qui portaient une jupe au couleur rouge sang.
Awena s’en fichait, au fond, ses bijoux corporels et ses tatouages, était déjà une marque de différence. Heureusement que les personnes qui s’écartaient déjà de son chemin (en la prenant sûrement pour une sorcière) ne voyait pas la couleur de ses cheveux ni les quelques clochettes qu’elle y avait attaché.

Après de longues et interminables minutes de marche sur les pavés, elle arriva enfin à sa destination. Elle prit une fiole dans son sac en bandoulière et but quelques gorgées histoire de se rafraichir.
Elle s’avança vers le marché aux esclaves et observa les personnes présentes, pas de trace de son adepte apparemment. Elle se dirigea vers les cages et regarda en détails chaque produit, un monsieur muscle mais dénué de cerveau, une femme aux rondeurs plutôt avantageuse, une femme plutôt âgée dont les mains abimées par des années de travaux semblaient avoir perdu un peu de leur agilité… Mais rien de bien anormal… si son adepte lui avait menti et l’avait fait venir pour rien, ggrrrr ! Elle lui ferait payer cher et même très cher. C’est alors que son regard fut attiré par une cage un peu plus loin. Des jumelles à la peau claire, sur le coup, elle avait cru qu’elles étaient siamoises et que le marchand souhaitait les vendre à un de ses montreurs de monstre. Mais elles avaient quelque chose de particuliers… Awena les fixa un moment, elle s’éloigna et s’appuya sur le mur d’en face. Elle avait besoin de réfléchir, elle ferma les yeux et fouilla très loin dans ses souvenirs… à l’époque de l’apprentissage. Elle se voyait à nouveau feuilleter le grimoire familial. Générations après générations ce manuscrit s’était étoffé, et était devenu une véritable encyclopédie, bientôt Awena aussi pourrait y ajouter des informations, notamment par le biais de son Éclaireur. Mais contrairement à ses descendants, ce livre lui était utile pour repérer et trouver les démons et non pour les exterminer.
Une image correspondant peut être lui revint enfin en mémoire.


Elle ouvrit soudainement les yeux, des syrinx ??? Oh par la barbe du vieil oncle Barnabé, si c’était le cas, c’est la première fois qu’elle en rencontrait, elle devait les acheter, les libérer et les faire rejoindre sa cause. Les faire devenir adeptes de l’Arcane XIII.

Awena allait se diriger vers le marchand quant un homme la bouscula et lui passa devant. Décidément, elle commençait à maudire cette journée ! Bien que le destin semblait s’acharner sur elle, elle aurait ses syrinx coûte que coûte.
Elle s’était attendue à une sorte d’enchère mais sûrement pas à la scène qui était en train de se dérouler devant ses yeux.
L’ « homme » qui l’avait bousculé, enfin si c’était bel et bien un homme, car là-dessus, Awena avait un doute, voulait lui aussi les deux « jeunes filles ». Le marchand avait répondu qu’elles étaient déjà réservées, ainsi ils seraient trois à vouloir les acquérir ???
Ca serait corsé mais jouable, le marchand semblait apte à rediscuter le prix, évidemment, s’il pouvait s’en mettre trois fois plus dans les poches qu’au départ, il ne dirait pas non.

Homme cupide …

A la grande surprise d’Awena l’étranger alla se servir directement sur une étale voisine pour payer les esclaves. Le marchand se mit à lui rire au nez. Mais cet « homme » avait-il donc perdu la tête ? En plus, il allait ameuter gardes et capes blanches… Mince, c’était décidément pas son jour, Awena savait que dorénavant le temps lui était compté pour acquérir les jumelles avant l’arrivée des … A moins qu’elle arrive à la jouer fine et à retourner la situation.

Elle s’avança donc vers les deux hommes et regarda le marchand d’esclave.


« - Veuillez excusez mon ami, il n’a plu toute sa tête.»

Awena regarda l’imposant personnage au regard étrange et à la chevelure blanche et lui adressa un clin d’œil

«- Très cher, vous feriez bien d’aller rendre ses joyaux à son propriétaire, vous savez bien que ce n’est pas une façon de procéder. On ne vole pas les riches pour donner aux mécréants et aux arnaqueurs !»

Awena regarda le marchand d’esclave et mit la main dans son sac.

«- Je souhaite acquérir ses deux demoiselles et je suis prête à en payer le double de prix et en pièce d’or bien entendu »

Awena sortit sa main du sac et tourna sa paume pleine de pièces d’or vers le marchand.

«- Marché conclu ?»


Dernière édition par Awena Davallon le Lun 31 Déc 2012 - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Lun 15 Oct 2012 - 19:56

- Marché conclu ?

Le marchand vit ses yeux briller devant la monnaie sonnante et trébuchante que lui tendait le femme. Il semblait réfléchir s'il fallait monter les enchères ou céder à l'offre, s'assurant de gagner sa journée et de pouvoir profiter de son argent franchement gagné aussi vite que possible.

Le Prince Syrinx ne le voyait pas de cet œil. Certes la jeune femme semblait vouloir le sortir d'affaire mais à quel prix ? Il se méfiait des humains et de leur capacité à réclamer compensation pour des choses dont on aurait pu se passer.
Il se taisait malgré tout, dévisageant la nouvelle arrivée avec nonchalance, ne se souciant même plus du trafiquant d'esclaves. Elle ressemblait vraiment aux autres humains d'apparence mais quelque chose la rapprochait de lui et ça n'était certainement pas l'amour pour la Nature.

Le marchand, quant à lui, retenait sa bave devant les pièces luisantes au soleil et finit par lâcher:


- Elles sont à vous mais j'en veux trois fois le prix du noble, soit trente milles pièces chacune ! Et ne tardez pas avant que je ne change d'avis !

Le dit-noble fit une mine aussi surprise qu'outrée. Il grogna à l'injustice et au scandale de la cupidité du marchand, qu'il ne l'emporterait pas en Adiryl et qu'il ne s'arrêterait pas là. Jusqu'à ce que le démon albinos posa les yeux sur lui. Des terribles yeux rouges sombres prêts à s'embraser à l'instant. L'homme déglutit. Il se retourna et partit d'un pas rapide empli de colère en marmonnant des paroles de vengeance comme un gamin trop gâté venant de se faire gronder pour la première fois par ses parents.

Le Syrinx prit la main d'un autre bourgeois qui assistait a la scène et lui déposa dans la paume l'intégralité des joyaux qu'il avait dans la sienne.


- Vous, prenez ça et rapportez le où je l'ai trouvé. Je n'en ai plus besoin !

L'homme rattrapa de justesse quelques pierres précieuses qui menaçaient de tomber de sa main trop petite et, d'un de dégoût comme s'il tenait un morceau de chair putréfiée, alla restituer le butin volé sous les regards intrigués des passants et autres commerçants du coin.
Aikanaro finit par se retourner vers les cages aux esclaves, observa quelques instants les jumelles Syrinx et reposa son regard cramoisi sur le commerçant, perdant quelque peu patience.


- Qu'est-ce que vous attendez ?!

Le petit homme sourit tel un carnassier avide:


- L'argent, pardi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Mar 16 Oct 2012 - 11:25

Awena savait que tout bon marchand était avare et qu'il serait forcément intéressé par un appât de gain encore plus grand. Ah que c'était bien plus simple de convaincre les humains que les démons. Il suffisait juste de leur faire toucher de l'or pour qu'ils vendent leur propre famille… Pitoyable.

Que la vie était aisée pour elle, unique héritière d'une famille riche, elle pouvait dépenser de l'argent sans compter. Puis maintenant, il y avait les revenus que lui assuraient ses adeptes, une fois les travaux du manoir finis, elle pourrait vivre dans l'opulence.

Le marchand avait fini par se décider, il en avait mis du temps, il ne devait pas avoir la lumière à tous les étages … Awena posa ses yeux verts émeraudes sur lui, elle essayait de ne pas faire transparaître ses émotions mais son regard la trahissait encore parfois.


- Elles sont à vous mais j'en veux trois fois le prix du noble, soit trente milles pièces chacune ! Et ne tardez pas avant que je ne change d'avis !

Ben voyons… et il ne voulait pas non plus qu'elle lui lèche les pieds ? Ce marchand n'allait pas s'en sortir comme ça. Mais Awena était bien plus maline que lui, elle allait rentrer dans son jeu du moins pour le moment. Elle lui sourit et hocha la tête. De toute façon, elle voulait ses syrinx à tout prix, rien que leur parler était un privilège.

Avant qu'elle ait eu le temps de répondre, un sifflement particulier se fit entendre. Awena tourna la tête et chercha du regard le ou la responsable de ce bruit. Tiens donc, elle tombait à pic, c'était une adepte de l'Arcane XIII, une démone rapide, discrète et efficace. Awena posa l'index au niveau de son cou et vit l'adepte hocher la tête. Parfait, elle avait compris, ce marchand trouverait la mort ce soir, et l'argent reviendrait au bercail.

Quelle journée ! Tout se déroulait tellement bien que ça semblait irréel. Peut être même trop bien…


– Alors elles sont à moi. Tenez !

Pendant qu'Awena fouillait dans son sac pour mettre la main sur l'argent. L'étranger voleur avait rendu les joyaux à une tierce personne qui les ramena à son propriétaire. Heureusement que tout ceci c'était réglé à l'amiable, sinon, elle aurait du fuir sans obtenir ce qu'elle désirait. De quoi la rendre irritable pendant une bonne semaine.

Awena se demandait bien qui pouvait être cet homme aux cheveux blancs … Vu le regard qu'il lançait au marchand, il ne semblait pas tout à fait humain, rien que par sa stature en fait. Elle devait se méfier, il ne faudrait pas que celui-ci lui brise la nuque dès qu'elle aurait libéré ses deux petites protégées. Pourquoi était-elle venue seule ? Surtout à Madorass, elle prenait vraiment des risques inconsidérés par moment.

Elle prit une poche et remplit celle-ci de toutes les pièces d'or qui se trouvaient dans son sac. Elle s'était attendue à payer gros, mais à ce point, il lui resterait à peine 20 pièces d'or après la transaction.
L'homme semblait impatient et piaffait pour libérer les jumelles. Mais le marchand attendait sa rondelette somme avant de faire quoi que ce soit. Awena lui tendit la bourse et lui donna aussi une vieille carte de jeu. Sur la face, on pouvait y voir un squelette parmi des corps. Peu de personnes connaissaient sa véritable signification et de toute façon, pour Awena, cette carte avait un double sens. Cette carte … l'arcane sans nom… l'arcane XIII. Par ce simple geste, elle venait de valider la mort de cet individu.


- Et voilà pour vous brave homme ! La carte c'est cadeau et ça vous fera de nouveaux clients croyez moi !

Awena allait lui sourire, quand elle sentit sa gorge se serrer. La garce, elle était en train de revenir en force, comme si la vie d'un stupide marchand d'esclaves en valait la peine !

« - Fuyez pauvre fou ! Elle aura votre peau …»

Les mots étaient sortis malgré toute sa détermination pour la faire taire cette crétine. Heureusement, elle avait réussi à les affaiblir et étaient sortis sous la forme d'un chuchotement à peine inaudible.

*- Tu vas te taire oui !
– Non, je refuse d'avoir sa mort sur ma conscience
- Un marchand d'esclaves ??? Une fois qu'il sera mort, toutes ces personnes retrouveront leur liberté, me dis pas que tu es contre ça !
– Je… je ne sais pas, je ne sais plus, je… *

Awena avait gagné, du moins, pour l'instant. Elle regarda le marchand et sourit.

- Ah ah ah, j'aime bien faire des blagues bizarres, veuillez m'excuser. C'est bon ? Nous pouvons récupérer notre bien ?

Après avoir récupéré les jumelles, Awena devrait se débarrasser de l'autre, mais comment ? Hmm, chaque chose en son temps, elle devait déjà récupérer les deux syrinx.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Mer 17 Oct 2012 - 1:43

L’albinos observait la jeune femme faire, se taisant et dissimulant la moindre de ses émotions. De temps à autre il jetait un œil mauvais en direction du garde du corps, qui était monté sur les estrades jusqu’à la hauteur des deux Syrinx tant convoitées.

Le soleil tapait toujours aussi fort et ça n’était pas la faible brise qui parvenait à contrer cette fournaise.

Quand l’étrange demoiselle eut fini de donner le payement au trafiquant d’esclave, celui-ci sembla obnubilé par le butin. Ne faisant, pour tout ordre de libération, qu’un bref signe de main à son protecteur. Il devait sûrement se laissait aller à l’imagination de tout ce qu’il allait pouvoir faire comme infamies ou autre dépravations avec ce nouveau pécule.

Le serviteur abandonna sa hache pour un trousseau de clés cachées derrière quelques peaux qui lui servaient de pagne. Il réfléchit un temps pour se remémorer la bonne clef mais finit par les essayer au hasard, perdant patience. Il était certain que la réflexion n’était pas son fort. Il trouva enfin la bonne et, dans un grincement de métal rouillé, ouvrit la grille qui séparait les prisonnières de la liberté.

Les jeunes femmes ne bougèrent pas d’un pouce, leur regard se perdant inlassablement dans le vide de leur prison de fer. Le géant au teint mat entreprit d’en attraper une par la chevelure pour les forcer à sortir, grognant d’une patience déjà persécutée par l’intense réflexion pour trouver la clé correspondant à la serrure. Cependant, le Prince Syrinx ne permettrait jamais qu’une race aussi abjecte qu’un humain lève la main sur son peuple, encore moins en sa présence. Il lui cria de s’arrêter immédiatement, d’un ton qui rendait compte de toute la haine que pouvait accumuler un véritable démon poussé à bout. Ses lames commencèrent à luire sous cet excès de colère non maitrisé. La moindre occasion était bonne pour influencer le Syrinx et lui commander de faire un massacre invraisemblable.

Sa respiration était devenue haletante et ses yeux écarlates luisaient d’une lueur malsaine. Mais il comprit qu’il devait se reprendre en voyant tourner lentement vers lui les têtes des jumelles. Elles s’étaient tournées dans sa direction d’une manière parfaitement synchrone, presque comme deux tournesols attirés par les rayons du soleil. Leurs grands yeux bleus se plantèrent sur lui, sans un clignement de cils.
Le Prince d’albâtre reprit son calme et un certain malaise apparut sur son visage. Il n’avait jamais été préparé à diriger son peuple et malgré avoir accompagné la naissance de maints Syrinx et sauvé un nombre tout aussi important, il restait particulièrement maladroit socialement. Il inspira donc et s’avança lentement vers le bas des cages. Il se posta devant celle des jumelles et les invita à descendre en leur tendant la main sous l’œil perplexe du garde du corps.

Les jeunes filles se regardèrent et se murent lentement jusqu’au bord de leur cage. Elles se tenaient par la main comme deux fillettes sortant pour la première fois d’une maison où elles n’avaient jamais vu le jour. L’une d’elle, la plus proche, toucha du bout des doigts ceux de l’albinos et, en une fraction de seconde, les pupilles des deux jeunes Syrinx s’écarquillèrent. Celles du Prince restèrent comme elles étaient, il était habitué à ce genre de choses. Elle rompit le contact et toutes deux regardèrent le démon avec un regard aussi intrigué qu’intense. Aikanaro sourit. Son visage reflétait une profonde satisfaction et, presque, une joie de vivre. Les énormes pavés qui jalonnaient le sol sous ses pieds se craquelèrent à quelques endroits et plusieurs timides tiges se frayèrent un chemin à travers la roche. Des bourgeons apparurent et éclorent lentement.
Le temps se suspendait autour d’eux. Il n’y avait plus qu’elles et lui. La Nature et ses enfants. Puis, elles descendirent, un peu plus assurément, aidées par leur congénère albinos.

Puis Aikanaro les laissa s’accroupir pour s’émerveiller des fleurs qui avaient profité du contact Syrinxial pour pousser. Rien d’autres ne semblait les intéresser parmi ce nouveau monde qui les entourait.
Il avança vers l’étrange jeune femme, plongea son regard dans le sien. Il tendit la main droit devant lui, aussi machinalement que peu naturel et ouvrit la bouche :


- Merci…

Il avait déjà vu de nombreux humains utiliser cette façon de communiquer après un service rendu. Parfois même il s’accompagnait d’un don, le plus souvent une bourse remplie des mêmes bouts de métal que tenait le marchand avare.
Il n’osait pas demander ce qu’elle attendait en retour, ni même pourquoi elle était venue le sortir du pétrin. Sûrement parce qu’il espérait, naïvement, qu’elle ne lui demanderait rien et aussi parce qu’il attendait une quelconque réponse pour savoir s’il ne passait pas pour un être étrange avec sa poignée de main. Ne sachant pas vraiment dans quelles circonstances cela s’appliquaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Jeu 18 Oct 2012 - 17:02

Awena observa le marchand d'esclaves qui finit par faire signe de libérer les deux jumelles. Il n'avait peut être jamais eu autant d'or entre ses mains, et n'en n'aurait plus jamais de sa vie. Awena sentait son sac bien plus léger, ça faisait une étrange sensation sur l'épaule.

Bref, elle ignora ses sentiments et regarda le serviteur ouvrir la cage non sans difficulté. Les ex-détenues refusaient de sortir de leur cage et le gros balourd n'était pas très délicat en matière d'extraction … un stupide humain qui allait défigurer ses précieuses syrinx ! Awena allait réagir quand elle se rendit compte que l'étranger n'avait guère apprécié l'attitude du garde. Il s'était avancé, semblait énervé et avait des armes à porter de mains. Il avait donc une attitude risquée. Bien que l'idée d'égorger comme un cochon, un vaurien de ce genre, qui ne respectait pas ces êtres supérieures, ne la chagrinait pas le moins du monde, elle ne pouvait laisser du sang couler… même si elle en aurait sûrement éprouvé du plaisir.
Elle s'avança donc vers l'estrade et s'apprêtait à retenir l'autre géant. Décidément, il avait des réactions étranges, on aurait dit qu'il était seulement guidé par l'instinct et ne pensait jamais aux conséquences de ses actes.

Mais ce qui se passa juste après cette pensée, la tétanisa sur place. Les deux jumelles s'étaient mises à regarder au même instant l'individu avec une sorte de respect ? D'obéissance ? Awena n'en revenait pas, elle remarqua qu'elle avait la bouche grande ouverte et la referma aussitôt.
Elle essayait de comprendre la signification de tout ceci … de cet espèce de lien, de télépathie entre les jumelles et l'étranger qui semblait pourtant mal à l'aise.
Il alla néanmoins chercher les Syrinx et les aida à sortir de leur cage avec une facilité accablante.
Lors de l'effleurement de leur peau, le regard des jeunes jumelles changea du tout au tout. Finalement, c'était peut être une aubaine d'avoir rencontré cet étranger ? Après tout, il semblait en partie hypnotiser voir dominer ses deux syrinx, ça devait forcément signifier quelque chose. C'est en voyant le sol se craquer que ses soupçons se confirmèrent. Ainsi, cet étranger était donc lui aussi un Syrinx ? A moins que les jumelles faisaient pousser des fleurs au pied de leur sauveur ? Comment ça leur sauveur, c'était grâce à elle qu'elles étaient dehors et en vie !

Vu la joie et l'émerveillement qui se lisait sur le visage des jumelles, ce n'était pas elle qui avait fait poussé ses fleurs… mais était-ce pour autant l'étranger ? Que se passait-il quand deux syrinx se rencontraient ?

Awena n'en savait fichtrement rien, il faudrait qu'elle aille acheter ou retrouver des livres anciens afin d'en savoir plus sur ce phénomène.
Awena observait la scène dans un silence religieux, et elle remarqua que l'individu se dirigea vers elle. Elle croisa son regard et ne le lâcha pas une seule seconde. Elle se sentait bizarre, ni mal à l'aise, ni bien, mais légèrement stressée ? Non même pas … C'était bien la première fois de sa vie, où elle ne savait pas réellement à qui elle avait à faire, et les battements de son cœur accélérèrent légèrement et son estomac se contracta. Cette rencontre était peut être plus importante qu'elle ne se l'était imaginé au départ.

L'étranger lui tendit la main et prononça un "merci" d'un ton neutre et pas vraiment chaleureux… alors qu'elle lui avait quand même sauvé la mise. Et la véritable reconnaissance sincère, ça existe plus ou quoi de nos jours ?

Foutu monde !

Awena hocha la tête négativement et lui fit baisser sa main du bout des doigts. Elle n'aimait pas les contacts physiques, et encore moins avec des races dont elle ignorait quasi tout. Elle continua à le fixer et une fois qu'elle se sentit à nouveau capable de parler d'un ton neutre, elle lui répondit :


"- Ne me remerciez pas, je n'ai pas fait ça par charité, ni par compassion. Ses sentiments n'existent pas chez moi et n'existeront jamais. Maintenant, si vous voulez bien me suivre tous les trois."

Awena se mit de profil et lui fit signe d'avancer.

"- Vous n'avez rien à craindre de moi. D'une part, car je ne vous veux aucun mal et d'autre part, parce que je ne fais pas le poids face à deux, enfin trois peut être ? syrinx.

Je souhaite juste m'entretenir avec vous un petit moment. Et je vous promets, que je vous laisserai partir avec ses deux jeunes jumelles si vous le désirez toujours suite à notre conversation."


Awena prenait des risques considérés de perdre ses trois démons. Mais la vie, c'était ça après tout, jouer à pile ou face. Un coup on gagnait et l'instant d'après on perdait tout.

Elle regarda l'étranger puis les jumelles et se dirigea vers une porte à quelques pas du marché aux esclaves. Cette porte aurait pu passer inaperçue et devait passer inaperçue à la plupart des personnes se baladant dans les environs. C'était une simple porte en bois, un peu mangée par les mites et par le temps. C'était à se demander comment elle tenait encore debout.

Awena prit une minuscule clé en argent et l'inséra dans un trou pas plus gros qu'une mouche. Il y eu une sorte de déclic puis la porte grinça comme ci c'était sa dernière heure lorsqu'Awena l'ouvrit. On aurait pu croire que celle-ci allait mener à une cave mais pas du tout. C'était une toute petite maison coquette et assez bien entretenue, à part le silence et l'obscurité qui y régnait ainsi que le dépôt de poussière sur certains meubles, il n'y avait rien d'extraordinaire.


"- Si vous voulez bien vous donner la peine de rentrer…"

Awena referma la porte à clé derrière eux, non pas qu'elle avait peur de les voir fuir mais par simple question de sécurité. Elle traversa le hall puis le salon en passant devant eux et se dirigea vers la cuisine. On aurait dit que le temps s'était arrêté ici, il y avait encore des vêtements sur le porte manteau, une couverture sur le canapé, du bois à peine consommé dans la cheminée…
Awena se dirigeait vers l'arrière cuisine, il y avait encore une porte, qu'elle ouvrit à nouveau avec la clé. Lorsqu'elle ouvrit la porte, le soleil inonda l'intérieur de la maison.
Elle leur fit signe de la rejoindre. Elle voulait leur parler dans un endroit où ils se sentiraient bien. Et quoi de mieux que l'ancien jardin d'un amoureux de la nature : d'un botaniste !?!
Des plantes, des arbres, des arbustes, des fleurs de toute sorte, dévoilant leur beauté et leur parfum à ses nouveaux arrivés.

Awena venait rarement ici et pourtant, à chaque fois qu'elle pénétrait dans cet espace, elle se sentait apaisée, comme lors de la toute première fois où elle avait rendu visite à son ancien propriétaire. Une clématite s'était développée et formait un toit artificiel filtrant une partie des rayons du soleil. Awena montra la table et les chaises et leur fit signe de s'assoir.

Elle resta debout, ce silence… le seul son qui venait à ses oreilles était le clapotis légers de l'eau … encore une question sans réponse. Comment avait-il donc fait pour atténuer à ce point le bruit provoqué par la population de Madorass ?
Awena regarda ses invités et enleva son châle, laissant apparaître sa chevelure bleue et ses nombreux piercings. Ce n'était sûrement pas son physique qui allait affoler des démons…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Sam 20 Oct 2012 - 21:36

L’étrange femme lui fit baisser la main. Décidément, il avait encore manqué une occasion de s’afficher comme étant tout, sauf humain. Quoi qu’il en fût, il s’en fichait à présent. Les jumelles étaient libres et ce qu’il voulait par-dessus tout.
La jeune femme les invita alors à la suivre. Le Prince Syrinx haussa un sourcil en signe d’interrogation mais qui ne dura qu’un instant. Il se doutait qu’elle ne dévoilerait pas ses desseins en ces lieux. Il finit donc par la suivre, les deux Syrinx les rattrapant en trottinant après s’être rendues compte qu’ils s’éloignaient.

La créancière semblait avoir compris qui ils étaient, ce qui ne laissa pas l’albinos indifférent. Désormais, il allait garder un œil sur elle, par méfiance mais surtout par expérience. Fronçant les sourcils et ne disant mot, Aikanaro arriva à l’orée d’une vieille porte prête à s’écrouler au moindre choc.
La femme bidouilla la serrure à l’aide d’une minuscule clé d’argent. Elle entra la première sous les plaintes d’agonie de la porte de bois mité, et les invita à entrer à leur tour. L’intérieur était insoupçonnable. La demeure semblait plus que bien entretenue malgré la déchéance qu’affichait la façade. Une façon d’éviter d’éveiller les soupçons certainement. Leur hôte traversa la mansarde, éclaira la pièce où ils se tenaient et leur fit signe de la rejoindre dans ce qui était un magnifique jardin hors du temps et de l’espace. Le brouhaha madorassien ne perçait pas la coupole de clématite et les halos du soleil tombaient en un rideau doré rendant le décor plus somptueux que sur les plus belles toiles de maitres, figeant la scène dans une sorte de nostalgie ambiante.

Les jumelles regardaient partout, chaque détail, avec intensité mais n’osaient bouger par timidité ou par crainte. Rien n’était perceptible sur leurs visages à part l’émerveillement. Le démon d’albâtre était également surpris de trouver un tel endroit au milieu d’une ville comme Madorass, mais il était habitué à la splendeur de la Nature sauvage ce qui lui permettait de ne pas se laisser distraite outre mesure.
Le Syrinx s’assit à la table désignée par l’étrange femme. Ses congénères, quant à elles, étaient plus absorbées par l’herbe sous leurs pieds nus que par n’importe quelle sorte de discussions.

La femme retira ensuite son châle, dévoilant des cheveux d’un bleu peu commun, des piercings et autres tatouages dissimulés par le tissu. Les sourcils d’Aikanaro se froncèrent d’avantage. Elle ne dégageait pas l’aura malsaine, caractéristique des démons mais cette couleur de cheveux et ces transformations physiologiques ne comptaient pas parmi les coutumes des humains ordinaires, ni des anges dont elle n’avait pas non plus l’aura d’ailleurs.

Sans montrer aucun signe vindicatif, il restait sur ses gardes. Il se doutait cependant qu’elle n’allait rien tenté contre eux. Elle semblait connaitre quelques détails sur sa race particulièrement méconnue, même des érudits et pourtant, elle les avait amené dans un jardin, sur leur terrain. Si ça n’était pas une preuve de conciliation, c’était de la stupidité que de leur offrir un tel moyen de défense et elle ne semblait pas stupide à ce point. Il ne se laisserait pas pour autant avoir par un tel geste de confiance. Il n’avait pas plus de comptes à rendre aux humains que la Nature elle-même. Elle allait devoir choisir ses mots avec soin et éviter les fourberies humaines habituelles si elle ne voulait pas que la discussion tourne court.

L’albinos finit par s’accouder à la table, sourcils toujours froncés sur son visage au teint cadavérique. Il croisa les mains devant sa bouche et, tout en fixant de ses yeux rubis son hôte, demanda d’une voix proche de la défiance :


- Alors… Que voulez-vous ?


Il conservait à l’esprit les informations que lui fournissait la flore environnante quant aux faits et gestes des jumelles. Il n’avait pas fait tout ça, qui en réalité n’était pas grand-chose, pour les perdre une nouvelle fois. Quel pathétique meneur ferait-il s’il n’était pas capable de protéger correctement seulement deux de ses congénères ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Dim 21 Oct 2012 - 15:32

Awena était restée debout et observait ses invités. Les deux jumelles semblaient émerveillées par le jardin, elle se demandait bien, quel âge elles pouvaient avoir… On aurait dit deux enfants… Apparemment ça ne servirait à rien de discuter avec elles, elles ne faisaient que suivre le mouvement. Mais l’homme semblait plus méfiant, beaucoup plus méfiant, il avait les sourcils froncés mais s’assit quand même à table.

Comment pouvait-il encore douter après tout ce qu’elle avait fait pour eux ? Dépenser une fortune, risquer sa vie dans cette cité maudite et les amener dans un endroit où ils trouveraient force et repos. Elle aurait très bien pu le laisser se faire embarquer en tant que voleur et s’enfuir avec les jumelles, au lieu de ça, elle l’avait aidé ! Elle ! Elle qui ne faisait jamais quelque chose gratuitement. Elle l’observa longuement en silence, comment allait-elle le convaincre ? Comment allait-elle obtenir des informations de la part de cette personne qui semblait se méfier de tout et de tout le monde ?

Awena réfléchissait, imaginant, essayant, analysant ses possibles réactions, rien n’y faisait, elle était quasi sûre qu’il ne rejoindrait jamais sa cause et si lui ne le faisait pas, alors, les jumelles disparaitraient aussi. Mais si elle ne pouvait obtenir de lui une adhésion à l’Arcane XIII, peut-être, pourrait-elle, au moins glaner de précieuses informations ?


- Alors… Que voulez-vous ?

Awena sourit, puis posa son étoffe sur une chaise.

« - Boire… j’ai affreusement soif… foutu temps, vous ne trouvez pas ?

Souhaitez-vous quelque chose ? »


Awena avait soif en effet, mais pas que de boisson fraîche, non, elle avait aussi soif de connaissances. Sans attendre une réponse de sa part, elle partie dans la cuisine, ramena quatre verres et deux bouteilles. Puis elle s’assit en face de lui, et se servit un verre d’une boisson de couleur brunâtre. Elle joua un instant avec le contenu de son verre avant de boire une gorgée.

« - Vous savez ce que m’a dit l’ancien propriétaire de cette bâtisse un jour ? »

Awena n’attendit même pas un signe d’approbation, cet homme au regard de braise, devait se demander de plus en plus à qu’il avait à faire, mais elle n’en avait que cure. Elle enchaîna sans prêter attention à ses réactions.

« - Il m’a dit : ‘L'alcool, il y a deux versions. Soit c'est un ennemi qui te veut du bien mais qui te fait du mal, soit c'est un ami qui te veut du mal, mais qui te fait du bien’. »

Awena leva à nouveau ses yeux vers son invité d’honneur, lui sourit et leva son verre. *Santé vieil arbre ! Reste à savoir à quel alcool tu veux goûter*.
Elle le regarda en silence, glissant par moment un coup d’œil vers les jumelles puis vida le reste de son verre cul sec avant de reprendre la parole.


« - Ce que je veux, je vous l’ai déjà dit, je souhaite juste parler. Disons que j’aime apprendre et comprendre les mondes qui nous entoure... Mais apprendre de vive voix est toujours plus enrichissant que de tourner les pages d’un vieux bouquin abimé par le temps. »

Cependant, Awena voulait être sûre d’une chose avant de lui poser des questions et d’essayer d’obtenir des réponses sur cette race hors du commun. Elle prit un air sérieux, baissa d'un ton, tout en avançant un maximum vers lui. Après tout, on disait que les murs avaient des oreilles, alors autant prendre des précautions. Elle posa son regard dans le sien et murmura :

« - Avez-vous déjà entendu parler des Adorateurs de l’Arcane XIII ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Lun 22 Oct 2012 - 17:13

Cette situation était de plus en plus singulière. Aucun des participants ne se présentaient, laissant à l'autre le mystère le plus total sur son être. Cependant, la femme semblait vouloir en apprendre d'avantages. Elle posait des questions et, quand elle n'était pas en train d'y répondre immédiatement après par elle-même, elle n'attendait pas de réponses de la part de son interlocuteur. Elle avait apporté des verres et une boisson qui parut plus que douteuse au Syrinx. Il la regarda boire sans l'interrompre, lui laissant le temps de dévoiler tout ce dont elle s'autorisait.

Elle finit par lui poser une question pour laquelle c'était à son tour de répondre:


- Avez-vous déjà entendu parler des Adorateurs de l’Arcane XIII ?

Le démon continuait à la fixer en réfléchissant.
Certes, il avait vécu plus d’existences humaines que la majorité des êtres peuplant les trois mondes mais son intérêt pour les choses s'éloignant un peu trop de la Nature était très limité. Parfois, une curiosité soudaine l'animait assez pour qu'il lui permettre de découvrir des choses et d'autres mais cela n'allait jamais au-delà de ça.
Chaque minute passait à étudier ou à s'occuper d'évènements extérieurs à la Nature ou à son but était une minute de moins à parcourir les royaumes pour trouver un moyen de donner à son peuple une véritable place dans ce monde.
Il avait beau sonder les tréfonds de sa mémoire, rien ne lui revenait quant à cet "arcane XIII" et ses adorateurs.

Après de longues minutes, il sortit de son stoïcisme en se remuant un peu sur sa chaise:


- Je ne m'intéresse que peu aux affaires des autres races, encore moins de celles des Hommes... sauf lorsque cela rentre dans les prérogatives de la Nature. J'ignore ce qu'est ce dont vous me parlez. Que cela a-t-il à voir avec nous ?

Il ne prit aucune précaution pour parler contrairement à l'étrange femme. Ça n'était pas qu'il cherchait la provocation mais pour un démon, issu des plantes qui plus est, certaines notions étaient difficiles à assimiler, notamment le fait de parler à voix basse alors qu'il n'y avait personne aussi bien visuellement parlant qu'à travers les plantes.

A ces mots, les jumelles se regardèrent, se levèrent avec une grâce peu commune pour des ex-esclaves et vinrent s'asseoir aux cotés du Prince Syrinx, mais dans l'herbe et non sur une chaise.
Elles avaient dû sentir que le sujet de la conversation les concernait elles-aussi et, même si elles ne comprenaient pas tout, Aikanaro tenait à ce qu'elles fassent leur propre choix. Il n'était là que pour leur apporter des opportunités, leur faciliter les choix et les protéger. Pas pour avoir la main mise sur leur avenir déjà bien compliqué en ce monde comme l'aurait fait l'un de ces trafiquants d'esclaves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Ven 26 Oct 2012 - 11:58

Awena soutenait son regard, il semblait réfléchir, elle attendait sa réponse avec impatience. Mais elle ne troubla pas pour autant le silence qui s’était installé dans le jardin.

- Je ne m'intéresse que peu aux affaires des autres races, encore moins de celles des Hommes... sauf lorsque cela rentre dans les prérogatives de la Nature. J'ignore ce qu'est ce dont vous me parlez. Que cela a-t-il à voir avec nous ?

Ainsi il ne connaissait rien sur son groupuscule… Etrange… car elle pensait que les Syrinx étaient des êtres très anciens, et vu le respect que les jumelles avaient pour lui, elle s’était dit qu’il tenait une place importante. Peut être s’était-elle trompée ?
Après tout, l’Arcane XIII, était une société secrète et peut être les anciens n’avaient-ils jamais essayé de recruter des Syrinx ? Va savoir.

Les jumelles vinrent s’assoir au pied du Syrinx, avaient-elles ressenties que cette conversation les concernait ?
Awena réfléchit puis se resservit un autre verre.


« - Ce que ça avoir avec vous ? Mais tout, cher ami… tout.»

Awena but une gorgée et reposa son verre. Elle regarda les jumelles puis se leva en repoussant sa chaise et se mit à marcher dans le jardin.

« - Vous vous méprenez sur nous vous savez… Je fais partie du groupuscule de l’Arcane XIII… Là bas, on me connait sous le nom de l’Œil Noir. Je suis celle qui choisit, celle qui décide, celle qui écrit le futur.»

Awena marqua une pause puis se remit à marcher, elle se dirigea vers une fleur de clématite, la caressant doucement.

« - Contrairement à ce que vous pensez, l’Arcane XIII, ne concerne pas exclusivement les humains, ni même ce monde : Feleth. Cette organisation est bien plus grande et plus forte pour se cantonner à l’espèce humaine. Nous avons une faction dans le Vein et j’espère bientôt en avoir une en Adiryl. »

Elle tourna son regard vers les trois invités. On aurait dit un roi accompagné de ses deux filles. Awena se demandait vraiment ce qu’il pouvait être pour elles pour son peuple. Peut être avait-elle encore une chance de les convaincre ? Ou au moins d’obtenir des véritables informations, comment était né le premier Syrinx ? Comment survivaient-ils ? De quoi avaient-ils besoin ? Quel était leur monde de prédilection ? Comment voyaient-ils le jour ? Et quel était leur but ? Tant de questions…

« - Mon but n’est pas de détruire une race, de dominer le monde ou les mondes. Non. Mon but est de libérer ces terres des préjugés et que chacun trouve sa place. Que chaque peuple puissent vivre là où bon lui semble. Que le noir et le blanc se mélange enfin…»

Awena essayait d’analyser les pensées de ses invités mais rien à faire, ce n’était pas des êtres très expressifs sauf pour montrer le masque de la méfiance … Elle savait que cette espèce, était plutôt « bonne » dans le sens où ils protégeaient la Nature, mais ne sombraient que très rarement dans la perversion. Elle devait donc enjoliver la vérité et faire en sorte de montrer patte blanche … et rien de mieux pour ça que de faire mine de se confier. Bien entendu en déformant un tant soit peu la vérité.

« - Si je suis venue ici, au marché aux esclaves de Madorass, c’est parce que l’un de mes disciples m’a prévenu que ce marchand avait de la marchandise bien particulière. J’avais du mal à y croire… et je me demande bien comment a-t-il mis la main sur ses deux demoiselles. J’étais donc venue, pour les libérer. Et c’est pourquoi, j’avais l’argent nécessaire pour acheter leur liberté. Mais sachez une chose, ce marchand ne fera plus aucun mal aux personnes de votre race… plus jamais.»

Awena leur sourit. Elle se leva à nouveau, prit son verre dans ses mains et but une nouvelle gorgée.

« - Je vous propose de rejoindre notre groupe et ainsi d’avoir la protection de tous mes confrères et de rester à jamais libre… et d’être ce que vous êtes.»

Awena finit tranquillement son verre. Elle avait joué le tout pour le tout au risque de s’y brûler les doigts. Mais peu importe, à quoi ça servait de vivre, si ce n’était que pour vivre avec des regrets ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Ven 26 Oct 2012 - 15:45

Le Prince Syrinx l’écoutait parler, s’expliquer, tout en l’observant dans ces moindres faits et gestes. Elle allait çà et là en lui précisant les caractéristiques éthiques de sa fondation.
Il ne laissait rien transparaitre mais son esprit s’activait avec vivacité dans sa tête. Elle marchait sur son terrain et il allait lui montrer que mes les plus nobles des sentiments sont difficilement applicable en ce monde.


- Je vous propose de rejoindre notre groupe et ainsi d’avoir la protection de tous mes confrères et de rester à jamais libre… et d’être ce que vous êtes.


Il attendit quelques instants pour être sûr qu’elle avait fini. Puis il se leva et se tint droit, dévisageant leur hôte comme quelqu’un qui s’apprête à annoncer une très mauvaise nouvelle. Il s’avança lentement vers l’étrange femme, qui se faisait appeler « l’Œil noir » au sein de sa confrérie et, tout en marchant, parla d’une voix calme mais solennel :

- Vous avez l’air d’être un érudit, assez renseignée sur ce genre de sujet. Je vais donc vous révélez ce que peu de gens soupçonnent. De ce que je me souviens, je suis né quelques années après la naissance du royaume des cieux, un… accident. Et depuis ce jour, j’ai cherché des réponses, parcourant le monde en quête d’une raison de mon existence. Jusqu’à ce que je rencontre une autre personne, comme moi et qui me considéra comme son « père » car j’étais le premier, le plus vieux de tous. Mon destin me parut clair à ce moment précis. J’allais guider mon peuple comme un chêne apporterait protection aux jeunes pousses autour de lui pour que la forêt puisse un jour grandir sainement.


Il marqua une pause en arrivant à la hauteur de la femme aux cheveux bleutés, puis reprit :

- Mais la corruption est partout et ma quête de grandeur c’est transformé en guerre quotidienne contre les ennemis de la Nature. J’ai vu mon propre sang se rebeller contre ce qui l’avait mis au monde et vous voulez savoir pourquoi ce genre de choses arrive ?


Il se baissa sans attendre de réponse. Accroupi dans l’herbe, il entoura ses mains autour d’un pissenlit. L’herbe autour de lui commença à s’épaissir, les plantes à frémir et les arbres à grincer de leur écorce massive. Les jumelles se prirent la main et se collèrent l’une à l’autre. Pas de frayeur, au contraire, mais comme si quelque chose bien au-dessus d’elles se préparait.
Le pissenlit remua entre les mains gantées de l’albinos, se tordant, grossissant lentement. Il prit la forme d’une sorte de boule étrange au niveau de la tige puis quelques excroissances apparurent de cette boule. La transformation était lente, mais ça n’était pas la chose la plus anodine qui était.

Les minutes passaient et la fleur continuait à changer. Doucement la silhouette de la plante devint reconnaissable. Une sorte de petit oiseau, couché dans l’herbe, inanimé, dont le corps était constitué de la même enveloppe végétale que la tige du pissenlit. Cette enveloppe changea ensuite, de la même lenteur, pour donner des plumes véritables, un bec d’os, de la peau comme n’importe quel animal de naissance naturelle. Après une bonne heure de transformation, l’oiseau était toujours au sol, comme mort mais dont la ressemblance avec n’importe quel autre oiseau semblait parfaite.
Autour du Syrinx, les plantes avaient décuplé, les herbes sauvages sillonnaient le jardin et était si dense qu’on aurait cru qu’il s’était passé des années sans le moindre entretien. Les arbres et autres plantes arrêtaient peu à peu de grincer et donner presque l’impression de se pencher sur la scène comme des spectateurs curieux d’un phénomène rare.

L’oiseau finit par piailler et se dandiner sur lui-même. Aikanaro le prit entre ses mains, délicatement, et le souleva jusqu’à mi-hauteur de corps avant de se redresser. Il fixa l’étrange femme dans les yeux, fronçant les sourcils.


- Regardez…

Sur ces mots il jeta l’oiseau en l’air, assez fort pour le faire s’élever convenablement mais pas assez pour éviter qu’il ne heurte le toit artificiel de clématite.
Contre toute attente, l’oiseau battit des ailes maladroitement et commença à retomber comme une pierre. Le démon albinos avait pris soin de faire se développer quelques feuilles afin de rattraper le volatil dans sa chute pour l’empêcher d’être blessé.
Il retourna alors les yeux vers la partisane de l’Arcane XIII :

- Croyez-vous qu’un pissenlit sait voler instinctivement au même titre qu’un moineau ? Non… il lui faudra plusieurs jours pour maitriser ses nouvelles capacités de déplacement. Quand un Syrinx vient au monde, il est comme cet oiseau, ignorant de tout. Faites-lui croire que les humains sont bons, il les suivra aveuglement car il n’a personne d’autre ; faites-lui croire que les humains sont mauvais, il les haïra. Cela fait des centaines de vies humaines que je parcours le monde pour guider mon peuple et lui trouver une place dans cet univers de corruption et je suis encore loin du compte... Alors expliquez-moi ! Expliquez-moi comment vous pourriez réussir à créer cette harmonie dont vous me vantiez l’approche entre toutes les choses alors que moi-même n’arrive déjà pas à maintenir la Nature en harmonie et encore moins apaiser ma race.

Aikanaro était visiblement énervé. C’était un sujet qui lui tenait à cœur depuis maintes années et il n’aimait pas que les gens se bercent d’illusions quant à l’harmonie de ce monde. Les intentions, aussi nobles soient-elles, ne suffisaient pas à obtenir un résultat. La seule chose qui avait marché jusqu’à présent était la guerre. La guerre ouverte avec les races qui prenaient leurs aises au dépend d’autres et cette guerre-là, il ne comptait pas la perdre.

Les jumelles devaient sentir la frustration du Prince Syrinx car, cette fois, c’était véritablement une frayeur qu’on pouvait lire sur leurs visages. Après tout, c’était un démon, et malgré sa sagesse sa colère ne pouvait être maintenue indéfiniment. Elle était même accrue par l’effet néfaste des lames qui n’en perdaient pas une miette.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Ven 26 Oct 2012 - 17:28

Awena avait eu le temps de finir son verre, elle le tenait dans sa main quand l’homme se dirigea vers elle. Il ne semblait pas être heureux, on aurait presque dit qu’il y avait une sorte de tristesse ou de dégoût ? Difficile à dire, il n’était pas non plus très expressif, sa voix, quant à elle, était loin d’être menaçante.

- Vous avez l’air d’être un érudit, assez renseignée sur ce genre de sujet.

Erudit ? Non pas vraiment, elle aimait apprendre, elle aimait lire, elle aimait découvrir les choses, mais si elle connaissait les mondes, et leurs différents peuples, ce n’était pas parce qu’elle avait voulu connaître la vérité, c’était simplement parce qu’on lui avait transmis le savoir familial. C’était quelque chose qui lui était tombé dessus, comme ça, elle n’en retirait aucun mérite, elle avait même au final fini par détester ce savoir facile et bradé.

- Je vais donc vous révélez ce que peu de gens soupçonnent.

Était-ce une marque de confiance que de lui dévoiler un secret ? Où était-ce seulement une façon de lui révéler la vérité avant de la tuer dans d’atroces souffrances ? Awena l’écoutait et ne ressentait aucune peur, du moins, pour l’instant.

De ce que je me souviens, je suis né quelques années après la naissance du royaume des cieux, un… accident. Et depuis ce jour, j’ai cherché des réponses, parcourant le monde en quête d’une raison de mon existence. Jusqu’à ce que je rencontre une autre personne, comme moi et qui me considéra comme son « père » car j’étais le premier, le plus vieux de tous. Mon destin me parut clair à ce moment précis. J’allais guider mon peuple comme un chêne apporterait protection aux jeunes pousses autour de lui pour que la forêt puisse un jour grandir sainement.

Ainsi elle se trouvait face au tout premier Syrinx ? Elle le regarda plus intensément, sans aucune gêne. Par la pointe du chapeau de père piquant, comment avait-il vu le jour ? Par accident ? Il était aussi vieux que la création même des mondes ? Cette personne était un savoir ambulant, dommage, qu’il s’intéresse si peu aux mondes qui l’entourent… Quel gâchis !
Et puis cette vocation, ce but unique, à vouloir guider son espèce, les siens, mouais, Awena ne savait pas si les Syrinx fonctionnaient comme les humains mais un peu partout, les anciens étaient tués ou détrônés par un nouveau prétendant. Son souhait le plus cher était louable mais certes inatteignable… Au fond, elle poussait ses disciples à croire à leur rêve afin d’en tirer profit, mais elle, de son côté, n’en avait jamais eu aucun… à part peut être provoquer un changement fondamental qui marquerait à jamais l’équilibre entre les mondes.

Il se tenait maintenant en face d’elle à portée de main.


- Mais la corruption est partout et ma quête de grandeur s’est transformée en guerre quotidienne contre les ennemis de la Nature. J’ai vu mon propre sang se rebeller contre ce qui l’avait mis au monde et vous voulez savoir pourquoi ce genre de choses arrive ?

La corruption ? Oui le monde était corrompu mais en avait-il déjà été autrement ? L’argent, le pouvoir, la possession de terres, voilà pourquoi les êtres vivants s’entredéchiraient … et même ceux qui possédaient ces avantages, en voulait toujours plus, au point d’écraser tout ceux qui se trouvaient sur son chemin.
Savoir pourquoi ? Awena ne comprenait guère la question mais hocha néanmoins positivement la tête.
L’homme se baissa et s’accroupit dans l’herbe, entourant une fleur de pissenlit de ses mains. Awena le regarda faire, intriguée par la suite des évènements. Elle allait voir enfin de quoi était capable cet homme et son pouvoir semblait infiniment grand.
Le jardin semblait vibrer à chaque battement de cœur de l’individu voir à chaque respiration. Une légère tempête semblait s’abattre dans ce petit coin paradisiaque. Mais pas n’importe laquelle, une tempête créative… Le jardin était sa toile et la nature son encre, il était sur le point de modifier les formes de la nature ?
Awena avait le regard fixé sur les mains de l’étranger ainsi que sur le pissenlit qui changeait de forme lentement très lentement. Elle avait du mal à comprendre ce qui se passait, un frisson parcourut sa peau, elle fit le tour et déposa son verre sur la table. Avait-elle trop bu ? Elle s’assit sur une chaise et appuya un coude sur la table. Et elle attendit, en silence, observant cette transformation. C’était un moment unique, ce serait sans doute la première et dernière fois qu’un tel spectacle s’offrirait à ses yeux.

De seconde en seconde, de minute en minute, le pissenlit se transformait lentement et avec grâce. Petit à petit, il perdait toute ressemblance avec sa forme première. Awena était surprise même plus, mais il n’y avait pas de mot assez fort pour décrire ce qu’elle ressentait à cet instant précis. Les différents bruits qui avaient suivi la transformation s’atténuaient, le jardin, retrouvait son silence habituel mais pas son aspect. Awena regardait rapidement autour d’eux, et voilà, elle aurait plus qu’à demander à un ou deux disciples de venir faire l’entretien du jardin…
Elle reposa son regard sur l’invité. L’oiseau, ex pissenlit, venait de prendre vie. L’homme se redressa. Dans le creux de ses mains, l’oiseau faisait minuscule mais il devait se sentir comme protégé. Awena enviait presque ce pissenlit, lui au moins, avait été aidé pour changer de vie, devenir quelqu’un d’autre. Il avait eu de la chance de rencontrer un ange gardien. Awena capta le regard du premier Syrinx, et quelque chose dans ce regard la mit mal à l’aise.


- Regardez…

A sa grande surprise, l’homme lança le pauvre oiseau qui venait de naître. Awena avait eu envie de le rattraper, mais ne bougea pas d’un pouce. Comment se faisait-il qu’elle ressente des sentiments pour cet oiseau ? Quelque chose n’allait pas, quelque chose était sur le point de changer, et elle n’aimait pas ça. Était-elle en train de perdre le contrôle ?
Elle suivit du regard la trajectoire de l’oiseau et son échec complet d’essai de vol, celui-ci finit sa chute sur une feuille. Le Syrinx la fixa à nouveau.


- Croyez-vous qu’un pissenlit sait voler instinctivement au même titre qu’un moineau ? Non… il lui faudra plusieurs jours pour maitriser ses nouvelles capacités de déplacement. Quand un Syrinx vient au monde, il est comme cet oiseau, ignorant de tout. Faites-lui croire que les humains sont bons, il les suivra aveuglement car il n’a personne d’autre ; faites-lui croire que les humains sont mauvais, il les haïra. Cela fait des centaines de vies humaines que je parcours le monde pour guider mon peuple et lui trouver une place dans cet univers de corruption et je suis encore loin du compte... Alors expliquez-moi ! Expliquez-moi comment vous pourriez réussir à créer cette harmonie dont vous me vantiez l’approche entre toutes les choses alors que moi-même n’arrive déjà pas à maintenir la Nature en harmonie et encore moins apaiser ma race.

Il semblait un tantinet en colère. Awena en aurait eu la confirmation si elle avait vu le visage des jumelles et la peur dans leur regard. Mais elle le fixait, lui, le premier Syrinx, un créateur de la Nature. Elle était subjuguée par tant de force et de pouvoir, si seulement, elle possédait un tiers de ses talents. Le monde en aurait été profondément bouleversé mais sa colère et sa haine l’aurait sûrement consumée.
Que pouvait-elle bien lui répondre ? Que la seule solution pour qu’il ait la paix avec son peuple était de détruire tous les autres êtres vivants ? Elle se servit un autre verre et trempa ses lèvres dans le précieux liquide, ça l’aidait à se détendre et à réfléchir. Ça effaçait momentanément du moins, toute autre pensée qui gênait son cheminement logique. Devait-elle répondre ce qu’elle pensait réellement ou entrer dans son jeu et essayer de lui faire plaisir ? S’il se mettait à lui en vouloir, jamais elle ne ferait le poids.

Elle ne le regardait plus, elle était perdue, le regard dans le vague et récita comme une simple litanie quelques mots.


« - Plus claire est la lumière, plus sombre est l'obscurité... Il est impossible d'apprécier correctement la lumière sans connaître les ténèbres... »

Awena but une nouvelle gorgée. Elle ne se sentait pas très bien. L’alcool l’avait peut être trop détendue au point de créer une ouverture, une porte de faiblesse. Elle se leva de sa chaise et appuya ses mains sur la table afin de tenir debout. Elle le fixa et essaya de lui répondre calmement d’un ton qui se voulait neutre, ni enjoué, ni énervé.

« - Peut être que j’arriverai là où vous avez échouez car contrairement à vous, je ne suis attachée à aucune race ni à aucun monde. Que contrairement à vous, je n’ai aucun pouvoir, je n’entends pas les appels de la nature et je n’ai pas la responsabilité de guider un peuple.
Et en plus de tout ça, je ne tiens pas non plus à ma propre vie. Pour changer les mondes dans lesquels nous vivons, je suis prête à tout…

Très cher Roi des Syrinx, si tel est votre titre, on n’a jamais fait de succulente omelette sans casser des œufs. »


Awena se sentait de plus en plus mal, elle regarda la table et serra ses poings. Elle prit appuie dessus pour se diriger vers la cuisine, il fallait qu’elle boive de l’eau, qu’elle se mouille le visage, qu’elle retrouve ses esprits. Elle s’avança vers l’encadrement de la porte et s’appuya les deux mains dessus, et lorsqu’elle voulut se retourner pour s’excuser auprès de ses invités, le noir complet brouilla sa vision et ses jambes ne la portaient plus. Une violente douleur lui déchira le dos puis … plus rien. Elle venait de perdre connaissance.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Dim 28 Oct 2012 - 17:39

L’étrange femme semblait quelque peu perdue après les dernières paroles de l’albinos. Elle s’était arrêtée de le fixer pour laisser vagabonder son regard çà et là. Elle se resservit un verre de ce liquide dont elle semblait apprécier au plus haut point le gout. Peut-être un peu trop car elle se laissait aller à des marronnages que le démon ne comprenait pas. Il n’était pas non plus très fort pour les métaphores. Après tout, il n’avait jamais étudié que la lecture et les fondamentaux de rhétoriques afin d’éviter au possible de se faire berner.
Elle finit pas se lever d’un coup, se retenant de vaciller en prenant appui sur la table et le regarda de nouveau droit dans les yeux.


- Peut être que j’arriverai là où vous avez échouez car contrairement à vous, je ne suis attachée à aucune race ni à aucun monde. Que contrairement à vous, je n’ai aucun pouvoir, je n’entends pas les appels de la nature et je n’ai pas la responsabilité de guider un peuple.
Et en plus de tout ça, je ne tiens pas non plus à ma propre vie. Pour changer les mondes dans lesquels nous vivons, je suis prête à tout…

Très cher Roi des Syrinx, si tel est votre titre, on n’a jamais fait de succulente omelette sans casser des œufs.


Le Syrinx senti la colère montée. Il n’aimait pas se faire comparer par une race aussi faible que les humains et, encore moins, pour entendre que c’était lui le plus faible. Elle sous-entendait même qu’il ne mettait pas toute en œuvre dans son but. Sa vie entière n’était qu’un instrument pour tenter de sauver son peuple et de rendre l’autorité qui était due à la Nature. Et sa vie était autrement plus remplie de faits, de preuves d’action qu’un humain rendu prétentieux par l’abus d’une boisson ridicule. C’était là un des nombreux traits qu’il haïssait chez cette race : la faculté à s’autodétruire par divers moyens futiles.
L’herbe frémissait sous ses pieds comme si elle subissait un léger cisaillement venteux. Il s’apprêtait alors à répondre à son interlocutrice, les yeux pétillant de rage mais celle-ci se détourna presqu’aussitôt pour se diriger vers la demeure, laissant le Prince dans sa propre frustration. Ce genre de débat était peu conventionnel mais cela lui rappela aussi qu’elle ne méritait pas sa colère. Du moins, pas encore.
Il soupira donc et retourna s’asseoir à côté des jumelles dans l’herbe qui le regardaient avec de grands yeux plein d’interrogation. Elles étaient, à ce moment, comme deux gamines essayant de réconforter leur père après qu’il ait levé la voix contre quelqu’un ou quelque chose et qu’il n’en était pas fier. Mais en s’asseyant, il vit la femme aux cheveux bleus perdre l’équilibre et s’effondrer sur le pas de la porte.

Aikanaro fronça de nouveau les sourcils. Qu’est-ce qu’il allait se passer encore ? Il se releva donc et alla voir ce qui clochait. En se penchant vers elle, il constata qu’elle était belle et bien évanouie. Il se retourna vers ses protégées qui haussèrent les épaules en secouant la tête. Cette réaction était, en effet, un peu idiote. Elles ne pouvaient pas faire grand-chose de plus que lui n’aurait pu faire…
Le Syrinx la prit dans ses bras, la souleva et la plaça au milieu du jardin. Une fois qu’elle fut allongée correctement sur le dos, il fit pousser quelques plantes bien spécifiques de Feleth et d’Adiryl, connues par les meilleurs botanistes pour leurs vertus influençant le métabolisme des êtres vivants, leur permettant de se remettre plus vite. Elles commencèrent à recouvrir le corps de la femme, ondulant de leurs tiges le long de sa peau, sous ses vêtements et évitant la tête.
Il ne savait pas quoi faire de plus, ne sachant pas d’où venait le mal qui l’avait mise dans cet état. Il allait attendre là avec les jumelles qui étaient désormais assises autour de leur hôte. Si son état ne s’améliorerait pas, il tenterait de nouvelles choses dont il avait déjà quelques idées : lui faire ingérer une mixture florale afin d’atténuer l’effet nocif de la boisson et, mélangée à d’autres plantes, assainiraient son organisme avec plus d’efficacité que les plantes actuelles.

Pendant qu’ils attendaient, Aikanaro décida de familiariser les deux Syrinx avec la nouvelle vie qui les attendait. Leur enseignant comment écouter la flore qui les entourait, comment reconnaitre les autres Syrinx et connaitre leurs intentions sans ouvrir la bouche comme il le faisait avec elle. Et, par la même occasion, il récupéra l’oiseau-syrinx afin de l’aider également à comprendre le pourquoi de son existence nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Jeu 1 Nov 2012 - 22:40

Awena était entourée de noir… Une faible lumière apparaissait au loin. Un point lumineux légèrement en hauteur, elle avait besoin de lever la tête pour le voir. Qu’est ce qu’il avait bien pu se passer ? Et qui était ou quelle était la cause de cette perte de conscience ? Car une chose est sûre, elle ne se trouvait pas dans le monde réel… De légères fumées grisâtres se baladaient autour d’elle, elle se releva et se mit à marcher vers la lumière. Des escaliers se formèrent devant elle, au fur à mesure qu’elle avançait, des marches apparaissaient constituées de cet étrange brouillard.

A chaque pas, à chaque marche, elle ressentait une douleur s’intensifier dans son cerveau, comme-ci quelqu’un s’amusait délibérément à essayer de lui enfoncer une aiguille à tricoter dans le crâne. C’est en se tenant la tête avec sa main, et en plissant les yeux qu’elle continua à avancer.

Une fois au sommet, elle se retrouva devant une porte entrouverte d’où s’échappait la lumière.


« - Mais qu’est ce que c’est que ce bordel ?»

Awena posa sa main libre sur la poignée et tira sur la porte. Elle se trouvait face à un miroir. Ou quelque chose qui ressemblait à un miroir. Elle fit un signe de la main, puis se tourna légèrement. En effet, le reflet imitait bien ses gestes mais quelque chose la gênait. Elle s’approcha et voulu toucher la surface réfléchissante. Elle s’attendait à ce que sa main soit stoppée par une quelconque surface, quand elle remarqua que celle-ci traversa une espèce de vapeur et que son reflet bougea différemment.

Surprise, elle fit un mouvement de recul mais son double venait de lui saisir son poignet tandis que l’autre main venait de se poser sur son cou. Awena regardait les yeux de la personne qui se trouvait en face d’elle, ainsi, elle s’autodétruisait ?


« - Mais qu’est ce que c’est que tu fais ? »
« - Je reprends juste le contrôle de ma vie.»
« - Mais tu ne survivras pas une minute sans moi. Feleth est un monde plus que dangereux ! Et comment aurais-tu fais sans moi en prison hein ?»
« - Ah ouais ? Et bien c’est ce qu’on verra ! J’en ai marre d’être manipulée, et si ça se trouve j’aurais très bien pu survivre en prison sans ton aide! Adieu !

Le doublon poussa Awena en arrière et celle-ci tomba dans le néant.

[…]

Awi sentait à nouveau son corps, elle pouvait contrôler ses muscles, son corps. Elle avait mal au dos et à la tête mais elle avait l’impression de flotter sur un nuage. Elle cligna des yeux plusieurs fois avant de les ouvrir complètement. Heureusement la luminosité était tamisée par des plantes… des fleurs. Tout était silencieux. Elle aurait voulu se relever mais elle n’en avait pas la force, elle avait même des difficultés à bouger ses doigts. Elle entendait des bruits et tourna la tête afin de regarder d’où ça pouvait venir.
Où était-elle ? C’était quoi cet endroit ? C’était qui tous ses gens ? Elle commençait à retrouver des sensations. Elle sentait un contact étrange au niveau de sa peau. Comme si elle était dans un cocon fait de mousse ou d’herbes fraîches. Elle voulut appeler mais aucun son ne sortit. Elle avala sa salive et respira profondément avant de retenter sa chance.


« - Excusez moi ?! ... Suis-je morte ?»

Awi avait retrouvé sa voix… moins rauque, plus douce et légèrement plus enfantine. Elle avait l’impression que ça faisait une éternité qu’elle n’avait pas parlée ainsi. Avait-elle perdue connaissance depuis des mois et des mois ? Était-elle morte ? Était-ce une antichambre d’un pseudo monde éternel ?
Elle avait les yeux fixés sur les trois personnes, elle ne savait pas s’ils l’avaient entendue. Elle avait une étrange impression, on aurait dit qu’ils n’étaient pas tout à fait humains.

Je suis ici, quelqu'un peut-il me voir ?
Quelqu'un peut-il m'aider ?
Je suis ici, une prisonnière de l'histoire
Quelqu'un peut-il m'aider ?
Spoiler:
 


Awi espérait de tout son cœur et de toute son âme qu’une de ces personnes l’aide à se relever et lui explique où ils étaient et pourquoi.
Rien qu’à sa façon de regarder et à la couleur de ses yeux légèrement plus clairs et plus brillants, toute personne un peu observatrice aurait compris qu’il s’était passé quelque chose.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Ven 2 Nov 2012 - 4:57

La femme à la chevelure bleutée restait vraiment calme, le souffle presque imperceptible. Tout portait à croire qu’elle était dans une sorte de coma. Mais les plantes sont patientes et après plusieurs heures, Aikanaro était encore assis, dans la même position à observer le développement des végétaux sur le corps de son hôte. Rien ne semblait clocher pourtant. Ce n’était ni dû à l’environnement, ni dû à la magie car les plantes rampantes qui recouvraient bientôt intégralement cette femme étaient particulièrement sensibles aux flux magiques et cela ralentissait considérablement leur croissance. Ce qui n’était pas le cas présent. De plus, cette plante agissait comme un bouclier contre toutes les autres « défenses » que la Nature pouvait fournir lorsqu’elle recouvrait quelques choses. Une plante aussi précieuse que rare dont il faisait souvent appel pour ses propres maux.

Rien ne se passant, il s’apprêta à se lever pour préparer plusieurs mixtures afin d'annihiler les effets indésirables de la boisson et de toutes autres choses qu’elle aurait pu ingérer de néfastes pour son organisme. Mais c’est à ce moment que ses paupières se contractèrent fébrilement et s’écartèrent pour dévoiler des yeux bleus. Chose étrange est qu’ils semblaient différents de précédemment, plus limpides ou moins troublés. Il savait d’expérience que la couleur des yeux de nombres de races pouvait changer légèrement de couleur en fonction des circonstances, il n’y prêta donc pas plus d’attention que cela. Ce qui le surprit avant tout était le timbre de voix de la jeune femme. Son ton semblait avoir perdu plusieurs années de vieillesse.

Devant tous ces changements inattendus le Syrinx resta de marbre. Regardant, impassible, son hôte émerger de son sommeil douteux.


- Excusez-moi ?! ... Suis-je morte ?

Cette phrase lui fit esquisser un sourire. Encore une fois, il ne s’attendait pas à ce genre d’humour de la part de la personne avec qui il avait à faire quelques heures plus tôt. Mais son sourire s’effaça bien vite en comprenant que cela n’avait rien à voir avec un humour décalé.

- Si vous êtes morte, c’est un bien piètre lieu de repos que vous avez choisi pour passer l’éternité.

Cependant, il ne trouvait pas son raisonnement si absurde. Si elle ne se souvenait plus d’où elle était, ni avec qui, il devait être normal pour un humain d’associer l’apparence peu commune de l’albinos avec celui d’une entité d’un au-delà bien incertain.
Remarquant que son trait d'esprit avait eu autant d’impact sur l’humaine que sur les jumelles qui le regardaient à présent d’un air interrogateur, il décida de l’aider à se relever, juste de quoi se tenir assise dans l’herbe sans risquer une potentielle rechute.

Il s’ennuyait. Il n’aimait déjà pas se sentir obligé de suivre un individu sous prétexte qu’il lui a facilité la tâche et lui être ainsi redevable ; il n’aimait pas non plus devoir défendre ses idées qui, pour lui, dépassaient largement la capacité d’analyse d’un simple humain ; il n’aimait pas perdre du temps à s’occuper de soigner des gens alors qu’il aurait pu consacrer ce temps à éduquer les jumelles sur les rudiments de la nouvelle vie qui les attendait ; et il commençait véritablement à être las de cette histoire. Il n’avait qu’une envie, c’était de retourner dans la forêt qui bordait Madorass et de s’y reposer. Mais quel exemple allait-il donner à ses protégées s’il abandonnait cette humaine à son sort ? Comment, après ça, leur inculquer l’entraide et l’altruisme envers ceux qui le méritent ? Il se devait donc de rester, pour le moment.

Il inspira donc profondément et se déplaça pour être sûr d’être dans le champ de vision de son interlocutrice :


- Vous êtes ici chez vous. Vous étiez en train de vous entretenir avec nous au sujet des idéaux de votre organisation, l’arcane XIII, puis vous avez fait un malaise. Je vous prierai de vous souvenir le plus vite possible afin que nous puissions prendre congés. J’ai encore beaucoup de choses à faire.

A peine eut-il fini qu’il sentit le poids de deux jumelles s’appuyer sur ses épaules. Elles étaient accroupies et profitaient de leur Prince pour observer avec intérêt ce qui se passait, tout en restant « cachées » derrière lui. Elles faisaient preuve de plus en plus de curiosité ce qui était une excellente chose. En effet, ce trait de caractère plutôt courant chez les Syrinx était aussi un signe d’adaptation à leur nouvelle vie. Même si elles ne venaient pas de naître depuis peu, elles découvraient enfin le monde comme elles le souhaitaient et, dans de très rares cas, certains Syrinx n’arrivent pas à assimiler leur nouvelle condition et se laissent dépérir, espérant retourner à leur état d’origine. Il en était donc satisfait.
Il n’attendait plus que la réponse de la jeune femme qui semblait pour le moins perdue malgré les précisions brèves que venait de lui apporter Aikanaro.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Ven 2 Nov 2012 - 15:27

Awi comprit que les personnes présentes l’avaient entendue et « l’homme » aux cheveux blancs s’avança et prit la parole.

- Si vous êtes morte, c’est un bien piètre lieu de repos que vous avez choisi pour passer l’éternité.

Awi hocha la tête et regarda autour d’elle, ce n’était pas si affreux que ça ici. C’était même bien plus agréable que la prison dans laquelle elle avait séjourné. Après tout, l’idée de finir sa vie dans un semblant de nature ne la dérangeait pas plus que ça.
L’homme l’aida à se redresser, elle resta assise dans l’herbe et essaya de tester à nouveau la réaction de ses membres, mains, pieds, jambes. Tout semblait se réveiller après un long sommeil, elle avait même quelques courbatures mais rien de bien méchant.

L’homme se déplaça, ce qui attira l’attention d’Awi. Elle leva donc la tête vers lui et le regarda.


- Vous êtes ici chez vous. Vous étiez en train de vous entretenir avec nous au sujet des idéaux de votre organisation, l’arcane XIII, puis vous avez fait un malaise. Je vous prierai de vous souvenir le plus vite possible afin que nous puissions prendre congés. J’ai encore beaucoup de choses à faire.

Awi secoua négativement la tête. Elle ne pouvait pas être chez elle. Elle était sans domicile fixe, elle dormait dans des auberges, à la belle étoile ou parfois chez son parrain Dilwenn qui l’avait recueillie à sa sortie de prison. Elle avait beau avoir des soucis de mémoire, elle était sûre que cet endroit ne lui appartenait pas. Le seul lieu qu’elle aurait pu appeler « sa maison » était le manoir familial situé sur les plateaux de la lune mais elle n’y avait jamais remis les pieds depuis son incarcération.
Autre chose l’avait fait tilter… Ses idéaux ? Arcane XIII ? Quèsaco ? Awi avait des croyances certes, mais n’était pas religieuse ni fanatique pour autant. La seule chose pour laquelle elle se battait actuellement était la fin de cette royauté. Elle ne supportait plus l’oppression, l’inégalité et la pauvreté, c’est pourquoi elle avait rejoint le mouvement rebelle.
Awi secoua la tête, elle ne comprenait rien à ce qu’il disait mais une chose est sûre, ces êtres étranges attendaient son autorisation pour partir.
Elle se leva lentement et fit quelques mouvements pour s’étirer. Elle remarqua les verres sur la table ainsi que des effets personnels … sûrement les siens.
Elle regarda à nouveau l’étranger et haussa les épaules.


« - Veuillez m’excusez mais je n’ai aucune idée de ce dont vous me parlez … Mais ça n’a guère d’importance. Vous semblez pressés et je n’ai aucune raison de vous retenir ici. Veuillez accepter mes remerciements pour les soins que vous m’avez apportés. Malheureusement, je n’ai pas d’argent sur moi pour appuyer ma reconnaissance.»

Awi avança lentement afin de les raccompagner vers la porte conduisant à l’intérieur de la maison. Elle se souviendrait des paroles de cet homme et une fois seule, elle irait rechercher des informations sur ce fameux arcane. Bibliothèque, librairie, conversation de taverne, elle finirait bien par découvrir un indice ou un début d’explication. Mais quelque chose la chagrinait, elle avait le besoin de poser deux questions avant de les laisser partir.

« - Cela va sûrement vous paraître étrange, mais j’ai encore deux petites questions. Pouvez-vous me dire dans quelle ville nous nous trouvons actuellement ? Et …»

Awi leva ses yeux vers l’homme qui lui paraissait immense maintenant avant de baisser à nouveau la tête et de regarder ses mains qu’elle tortillait sous l'effet du stress.

« - Je ne sais vraiment pas pourquoi ni comment elle me hante l’esprit mais… J’ai besoin de vous la poser.



Pensez-vous vraiment pouvoir réaliser votre souhait, désir, le plus profond, seul et sans aucune aide extérieure ?»


Awi n’avait pas résisté à lui poser cette question qui lui martelait le crâne, elle savait que c’était osé de sa part et même irrespectueux. Mais elle n’avait pas pu s’en empêcher. Elle garda le regard baissé et se demanda si l’étrange personnage allait lui répondre avant de quitter les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Jeu 8 Nov 2012 - 13:17

La jeune femme semblait vraiment avoir changé du tout au tout après son coma partiel. Même les souvenirs récents que lui avait rappelés le Prince Syrinx ne semblaient pas l’aider outre mesure. Il avait beau plonger son regard dans le sien, il n’y voyait que de l’ignorance et de la surprise.
Peu lui importait de toutes évidences. Lui aussi avait déjà subi ce genre de phénomènes à cause de ses lames. Il ne comptait plus les fois où il s’était réveillé au milieu de villes ou villages dévastés où le sang ruisselait dans les caniveaux, où même la terre avait perdu l’envie de vivre, où les cadavres s’amassaient dans les rues avec tous la même terrifiante expression sur leur visage pétrifiés dans la mort. Il savait à ce moment précis que c’était de sa faute car cette expression bien particulière sur le visage de ses victimes, ou plutôt des victimes de ses lames, étaient la même. Il se demandait quels genres d’horreurs pouvaient leur offrir les épées runiques pour provoquer une telle expression d’épouvante.
Au final, il préférait perdre la mémoire que de vivre avec sa propre image de monstres sanglants, tuant sans but, tentant d’étancher une soif insatiable. Et c’était peut-être grâce à cette ignorance qu’il bénéficiait encore de la bénédiction de la Nature.

Elle les invita à partir s’ils le souhaitaient, ce qui arrangeait le démon. Il avait encore du travail avec les jumelles et plus tôt il s’y mettrait, mieux cela serait. Elle les guida par le même chemin qu’ils avaient emprunté lors de leur venue. Se rendait-elle compte qu’instinctivement elle avait conscience des choses ? Mais Aikanaro s’abstint de lui faire remarquer, si c’était pour encore passer des heures en bavardage ennuyeux…
Leur hôte s’arrêta devant la porte principale, se retourna vers eux et sembla hésiter, alternant son regard sur les jumelles et sur l’albinos, triturant ses mains comme une gamine peu sûre d’elle. Elle ouvrit finalement la bouche pour demander d’une voix manquant d’assurance :


- Cela va sûrement vous paraître étrange, mais j’ai encore deux petites questions. Pouvez-vous me dire dans quelle ville nous nous trouvons actuellement ? Et… Je ne sais vraiment pas pourquoi ni comment elle me hante l’esprit mais… J’ai besoin de vous la poser.

Elle resta hésitante encore un instant, n’osant garder son regard vers le visage du démon d’albâtre.

- Pensez-vous vraiment pouvoir réaliser votre souhait, désir, le plus profond, seul et sans aucune aide extérieure ?

Il la fixa, s’étonnant malgré tout de son comportement qui était littéralement l’opposé de celui qu’elle avait avant. Il se pencha légèrement sur elle tout en conservant une certaine distance. Elle avait quelque chose de touchant en elle.

- Nous nous trouvons à Madorass, sur Feleth.

Il prenait son temps pour répondre. Réfléchissant au meilleur moyen pour faire comprendre à un humain la condition qui lie les Syrinx entre eux et eux à la Nature.

- Vous savez, quand votre but est personnel, vous serez toujours seul dans votre quête car elle n’importera que vous ; mais lorsque votre but concerne tout un peuple, toute une race alors vous n’êtes jamais seul. Aucun de mes enfants ne peut se considérer isoler de sa famille. Ceux sont les liens indestructibles de notre race, les liens de la Nature.

Il s’arrêta un moment, perdant son regard dans le vide puis commença à sourire. Le sourire d’un triomphe à venir.

- Ne trainez pas trop dans Madorass dans les temps futurs… Ces lieux ont été abandonnés par la Nature depuis bien trop longtemps.

Tout en disant ces mots, sa posture se faisait beaucoup plus droit, son torse se soulevait vers l’avant à chacune de ses respirations, ses mains reposaient sur le pommeau de ses lames, son regard défiait l’horizon et son sourire le rendait aussi confiant qu’un chef de guerre devant son armée, quelques heures à peine avant la bataille décisive.
Il finit par descendre son regard écarlate vers la femme aux cheveux bleus, sans rompre sa posture.


- Ai-je correctement répondu à votre question, humaine ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Ven 9 Nov 2012 - 15:56

Awi ne bougea pas, elle était attentive à la gestuelle de l’individu, au cas où il ait un geste brusque si ses questions ne lui plaisaient pas. Mais il semblait calme et se contenta de se pencher légèrement afin de lui répondre.

- Nous nous trouvons à Madorass, sur Feleth.

Madorass ??? Mais que faisait-elle à Madorass ? La cité royale… le pire endroit où elle pouvait se trouver en ce moment. Son portrait devait être affiché dans la tour des gardes, elle était recherchée comme la plupart des rebelles depuis leur grande réunion… Il devait y avoir une taupe parmi eux ce jour là. Mais pourquoi diable était-elle à Madorass ? Avait-elle rendez-vous avec d’autres rebelles ? Un des plans avait-il au final été choisi ?
Elle n’eut pas le temps de réfléchir plus, le pâle étranger se remit à parler.


- Vous savez, quand votre but est personnel, vous serez toujours seul dans votre quête car elle n’importera que vous ; mais lorsque votre but concerne tout un peuple, toute une race alors vous n’êtes jamais seul. Aucun de mes enfants ne peut se considérer isoler de sa famille. Ceux sont les liens indestructibles de notre race, les liens de la Nature.

Un but personnel ? A quoi faisait-il allusion ? Un peuple, une race, ses enfants ? Mais de quoi parlait-il ? Les liens de la Nature hein ? Ahumm. Awi leva ses yeux vers l’homme, elle pouvait voir un sourire se dessiner sur son visage.

- Ne trainez pas trop dans Madorass dans les temps futurs… Ces lieux ont été abandonnés par la Nature depuis bien trop longtemps.

Awi hocha la tête. Une chose est sûre, elle n’allait sûrement pas traîner dans cette cité, elle la détestait. Dans un passé pas si lointain, elle y était restée enfermée bien trop longtemps. Dans cette prison, si noire, si sale, si … Non, c’était fini tout ça, et elle ne souhaitait plus jamais revivre ça.

Awi devait trouver de quoi cacher son identité, lorsque l’invité serait parti, elle fouillerait cette maison et récupérerait ce qui pourrait lui être utile. Ensuite, elle partirait et essaierait de retrouver son chemin parmi le dédale des rues de Madorass puis rejoindrait des terres inhabitées ou du moins plus rurales.

L’homme semblait fier et plus serein, apparemment, il avait un plan en tête… On aurait dit une de ses esquisses, représentant un roi dans les contes pour enfants, prêt à livrer combat avec son armée et quasi certain de la victoire écrasante. Il venait à nouveau de poser son regard dans le sien, oh oui, ce regard, cette lueur, il avait tout d’un homme prêt à aller au combat. Awi hocha à nouveau la tête, elle aussi, avait un rôle à jouer, peut-être même que le destin avait choisi de précipiter l’échéance, peut-être que ce n’était pas le hasard qui l’avait fait rencontrer cet homme dans cette cité. Peut-être que c’était un message, peut-être avait-elle oublié sa motivation, le but auquel elle avait décidé de vouer son existence… Mettre fin au règne de Kaull Hendenmark et la terreur que faisait régner les Capes Blanches, libérer le peuple de Feleth de son emprise, et lui montrer une voie…


- Ai-je correctement répondu à votre question, humaine ?

Awi le regarda et lui sourit, tout naturellement, un sourire honnête et spontané. Rien que d’employer le terme « humaine» au final avait fini par la faire sourire.

« - Oui, je vous remercie. J’espère que vous atteindrez prochainement votre but. Contrairement à moi, vous avez la chance d’être entouré par les vôtres. Les miens sont partis, il y a fort longtemps, et pour m’aider dans ma quête, il ne me reste plus que de sombres étrangers qui bien que possédant le même objectif, n’ont pas les même motivations, ni les mêmes attentes…»

Awi rêvait d’une victoire de la Rébellion mais en même temps, elle savait bien qu’elle n’aurait pas plus sa place après. Elle avait peur que les Rebelles perdent pieds, et fassent subir à nouveau une dictature. Elle n’avait guère confiance en ce chef de la Rébellion toujours caché derrière une longue cape. Si c’était le cas, si une nouvelle dictature voyait le jour, alors elle partirait, elle s’éloignerait de tout ça, et quitterait ses pensées idéologiques pour vivre recluse. Elle n’aurait pas la force de se battre une troisième fois.

« - Juste une précision, tous les humains ont un nom vous savez ? On ne s’appelle pas « humain » et « humaine » ! »

Awi se mit à rire et haussa les épaules, cet homme ne pouvait pas être une Cape Blanche, elle en était quasi sûre. Elle fixa et tendit sa main.

« - Je m’appelle Awena, Awena Davallon mais la plupart des fervents de la Rébellion, m’appelle par mon surnom : Awi. Si un jour, vous avez des soucis avec les gens du Royaume, sachez que où que vous soyez, dans n’importe quelle contrée, un Rebelle sera là pour vous aider, suffit de savoir bien appeler. Bonne route à vous trois, prenez soin de votre famille.»

Awi regarda la porte et remarqua une minuscule serrure, soit lui, soit elle, devait posséder la clé. Une fois qu’il aurait accepté sa poignée de main, elle fouillerait dans ses poches… et leur ouvriraient la porte. Car elle était quasi sûre qu’elle possédait la clé, c’était comme ci, elle était déjà venue ici par le passé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Lun 12 Nov 2012 - 12:24

Sa dernière question semblait amuser son hôte:

- Oui, je vous remercie. J’espère que vous atteindrez prochainement votre but. Contrairement à moi, vous avez la chance d’être entouré par les vôtres. Les miens sont partis, il y a fort longtemps, et pour m’aider dans ma quête, il ne me reste plus que de sombres étrangers qui bien que possédant le même objectif, n’ont pas les même motivations, ni les mêmes attentes…

Puis elle enchaina en se présentant, elle et les partisants d'un nouveau pouvoir chez les humains. Il en avait entendu parler en de rares occasions et c'était intéressé rapidement à leurs activités en espérant pouvoir l'aider dans sa cause. Cependant, il s'était ravisé, jugeant meilleur de garder les affaires de la Nature entre les mains des personnes qui en connaissent les véritables enjeux.
Si effectivement ils avaient un rôle à jouer, ils le joueraient selon leur propre perspective, sans même connaitre l'influence totale que leurs actions auraient sur le cours des choses. Il ne faisait définitivement pas confiance à cette race, même si parfois on pouvait y trouver des exceptions.

Il regarda la main de la jeune femme, tendue vers lui. Il réfléchit un petit instant sur ce qu'il avait à faire car il était encore loin de maitriser les coutumes humaines, aussi courantes soient-elles.
Il finit par empoigner fermement cette main et reposa son regard son elle:


- Les humains se ressemblent tous pour moi comme les arbres pour vous. Vous ne donnez pas de noms propres à chaque plante il me semble, alors pourquoi aurais-je à le faire faire pour vous ?

Son ton ne montrait aucune animosité, juste de la constation comme l'aurait fait n'importe qui extérieur à cette discussion.
Il relacha ensuite sa poigne et attendit que la femme se décide à leur ouvrire. Ce qu'elle fit après quelques longues minutes à chercher parmi ses poches la fine clé les séparant du reste de la ville.
Encore une chose étrange que l'albinos ne comprendrait jamais que le fait de s'enfermer de la sorte, se piégeant parfois eux-même dans la tentative.
La porte sembla rendre l'âme une nouvelle fois lors de son ouverture, grinçant et couinant comme jamais, manquant de s'ébranler à chaque instant.
Le démon mit le pied dehors et leva le nez vers le soleil tapant toujours aussi ardemment malgré son changement important de position sur la voute célèste.
Il se retourna et remarqua les jumelles qui le rejoignaient lentement, main dans la main, ne pouvant détacher leur regard de l'humaine. Le Syrinx les laissa prendre leur temps, ne voulant pas les brusquer et étant particulièrement incompétent pour ce genre de choses.
Il inspira un instant et, avant de reprendre sa marche pour quitter définitivement les lieux, lacha:


- Merci pour ce que vous avez fait pour elles. Je ferai en sorte qu'elles se souviennent de vous, Awena.

Les jumelles le suivirent en trottinant, jettant un dernier regard par dessus leur épaule avant que les trois Syrinx disparaissent à l'angle d'une rue adjacente afin de rejoindre leur lieu de prédilection, loin de l'agitation de cette cité bien trop bruyante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   Sam 17 Nov 2012 - 10:45

Awi l’écouta parler. Elle n’était pas tout à fait d’accord avec ses dires. Après tout, chaque plante, chaque arbre, chaque espèce vivante avait son propre nom. Mais elle ne revint pas dessus, il semblait vouloir partir et elle ne souhaitait pas le retarder plus.
Mais elle pensait qu’au final tout dépendait de la culture de « l’humain » en question. Après tout, les botanistes, les apothicaires et bien d’autres, connaissaient bel et bien le nom de chaque plante et leur vertu.

L’étranger lui lâcha la main et elle se mit à fouiller dans ses poches afin de trouver la clé, après de longues minutes d’attente, elle finit par la trouver. Elle sursauta quand elle entendit la porte grincer. Les trois personnes à la peau blanche sortirent de la maison. Awi les regarda en silence, dans quels instants, elle se retrouverait à nouveau seule. Les deux demoiselles semblaient avoir plus de mal à quitter les lieux, mais Awi ne comprenait pas trop pourquoi. L’homme se retourna à nouveau et regarda les deux jeunes filles, Awi haussa les épaules et allait faire un signe de la main quand il se mit à parler.


- Merci pour ce que vous avez fait pour elles. Je ferai en sorte qu'elles se souviennent de vous, Awena.

Puis il repartit d’un pas plus rapide, Awi hocha la tête, elle ne savait pas du tout de quoi il parlait mais si pour une fois, elle avait réellement fait « le bien », elle était ravie que cet homme garde ce souvenir intact dans la mémoire des jumelles. Awi leur fit un signe de la main en guise d’adieu et une fois les silhouettes fondues dans la masse, elle referma la porte.
Elle était fatiguée, elle allait dormir… On disait souvent que la nuit portait conseil. Alors elle s’allongea sur le canapé et tomba dans un profond sommeil animé de rêves plus qu’étranges.

[…]

Awi se réveilla en sursaut, elle ne savait pas combien de temps elle avait dormi mais il faisait nuit noire dehors. Elle se frotta les yeux, se leva puis s’étira, elle prit un verre d’eau et fit une rapide toilette à l’eau bien froide afin de se réveiller complètement.

Suite à cette rencontre avec ses êtres étranges se battant pour leur cause et aux rêves insolites qu’elle avait fait, Awi était animée d’une flamme vengeresse. Et coup de chance (ou pas), elle se trouvait à Madorass, la cité royale, le peuple qui vivait ici devait comprendre ce qu’il se passait…
Elle en avait marre d’attendre bêtement un ordre du grand chef qui sans doute ne viendrait jamais. Après tout, c’était l’occasion ou jamais de faire une action. Elle fouilla chaque pièce à la recherche de matériel et finit par trouver des choses plus qu’intéressantes.
Elle prépara soigneusement tout son attirail, enfourna le tout dans son sac en bandoulière qui se trouvait dans le jardin et mit le châle pour masquer sa couleur de cheveux ainsi qu’une partie de son visage. Elle respira profondément avant de pousser à nouveau la porte et de la fermer à clé.
Dehors tout était calme, la lune éclairait de son rayon si pâle, et la chaleur suffocante avait disparu. Une légère brise fraîche soufflait dans les rues, et cette brise bientôt serait associée à un vent de rébellion.

La suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Arène et marché aux esclaves-