''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mais qui est ce type ? [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Lloyd Vilehearth



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Lame noire
Métier : Mercenaire
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 22 ans

Messages : 11


MessageSujet: Mais qui est ce type ? [Libre]   Mar 15 Juin 2010 - 3:00

Le ciel était agiter et rageur par cette nuit d’été, la pluie s’abattais sur le sol comme des lame tranchent la chaire. La lune rouge brillait dans le ciel entre les nuages noir menacent. Personne ne voulait quitter le confort de l’auberge et les festivités qui commençaient. Il s’agissait des célébrations d’un mariage entre deux jeunes marchant. Les ménestrels faisaient de leur mieux pour couvrir le son de l’eau s’abattent sur la toiture et des éclaire qui devais déferler sa et la. L’alcool coulaient à flot et tous riaient et s’amusaient.

Mais un homme marchait en direction des lieux. Il était tremper jusqu’au os, la froideur de la mort commençais à mordre sa chaire. Sa vue était brouiller par l’eau et le vent, sa tête martelais au même rythme des éclaires. Il semblait exténuer et même blesser, mais personne ne le remarqua encore. Il portait un habit typique d’aventurier, brun souillé par la boue et quelque tache de sang sécher qui s’humidifiait par la pluie. Il se rapprochait lentement de l’auberge, semblent déterminer de franchir les éléments déferlent a tous pris. Il leva lentement le bras pour atteindre la porte, tourner la poigner semblait une tache impossible a accomplir dans son état. Il avait tellement vain et soif, qu’il en perdait ces forces. Il fini par réussir a entré.

Le silence se fit soudainement dans la pièce. Les serveuses se précipitaient pour aider l’étranger à refermer la porte a cause des battements du vent. Il était tellement tremper que le plancher était déjà glissent. Il ne porta pas attention au gens qui le dévisageait. Il n’était pas très grand mais assez rond. Il portait une barbichette rude malgré l’eau qui y était déposé. Son crane, chauffe, caché sous un chapeau arborait quelque cicatrice horrible. Il ne dit aucun mot pendant un instant, s’approchant du barman. Il retira son horrible chapeau et son visage était plus hideux que se que certain pensaient. Il lui manquait un œil, probablement a cause d’une blessure en combat puisqu’il semblait armer.


-…Boire… donne moi de quoi boire… et vite, je ne veux pas attendre…

La présence de l’homme glaçais un peut l’atmosphère festive, il semblait si rude et violent. Il ne portait pas attention a au regard des autres. Il sentait que sa froideur revenait de plus en plus vite, heureusement qu’il ne faisait plus jours. Il avait atteint son pion de rendez-vous saint et sauf sans avoir été suivie. Il ne suffisait que de prendre une chambre, attendre l’arriver de son client, et de parler de ce pourquoi il est la. Lloyd agit donc le plus normalement possible avent de redevenir lui-même et devoir régurgiter l’âme de se pauvre brigand qu’il avait croiser et consumer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage : ♣️

Histoire de Personnage : ♠️

MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Mar 15 Juin 2010 - 16:31

*Ô toi, tempête qui déchire les cieux et rapproche les âmes,
Pourquoi t'acharner ainsi sur cette frêle battisse ?*


Oui... Le Violoniste était d'humeur poétique ce soir là. Au milieu d'un petit groupe de musicien, il se fondait parfaitement dans la masse, muni de son violon. La mélodie était simple, et, comme toujours, il feignait d'être concentré sur ses notes alors qu'il observait les gens. Là, une femme simple qui se faisait courtiser par un ivrogne stupide, banal. Ici, un homme seul qui semblait boire pour oublier, oublier quelque chose de banal. Hélas, rien d'intéressant, que du déjà vu et revu. Le soliste s'avança sur le devant de la scène, le démon le regarda faire d'un œil perplexe. Il se demandait si, pour une fois, ce soi-disant musicien saurait être à la hauteur.
Sans que cela l'étonne, ça ne fut pas vraiment le cas. Le soliste fit une suite de notes, tout ce qu'il y a de plus simple et de moins original, sans même changer de tonalité ni essayer des rythmes anormaux, et finit par chanter, joyeusement. Tous les autres musiciens reprirent en chœur, et le Violoniste mit quelques secondes à s'en apercevoir, se mettant lui aussi à chanter, pas très fort et avec un peu de retard, sans enthousiasme.

*Pfff... On s'ennuie à mourir. Pourvu que quelque chose se passe.*

Soudainement, comme pour répondre a l'appel du démon, la porte s'ouvrit avec fracas, montrant à toute l'auberge le déluge gris qui représentait l'en dehors. Le Violoniste, souriant, fut le premier à s'arrêter de jouer. Les autres troubadours suivirent quelques secondes après. Une autre personne venait de faire irruption dans la pièce, et il n'était pas vraiment banal, bien qu'un peu. Il était laid, et tout le monde le regardait, mais cela ne semblait pas le déranger le moins du monde. Une fois qu'il fut assis et que les gens s'étaient habitués à sa présence, un contrebassiste inquiet, juste à côté du démon, se mit à chuchoter :

- On fait quoi ? Pourquoi on s'est arrêtés ?


Les autres ménestrels ne semblaient rien vouloir dire. Comme s'ils avaient peur du nouvel arrivant. Hésitants, eux aussi inquiets, ils ne savaient pas trop quoi faire, démunis face au lourd silence. Le sourire toujours aussi haut sur ses lèvres, Le Violoniste fit à voix basse :

- Ça n'est rien, reprenons au début du troisième thème. Tout le monde aime la musique si elle n'est là que pour rendre joyeux. Vous êtes avec moi ?

Les musiciens mirent quelques temps, mais finirent par approuver d'un signe de tête. Ainsi, le Violoniste prépara son archet, accompagné de tous les autres, jeta un coup d'œil à l'étranger de son air malin, et fini par dire :

- Trois, quatre...

Et ça y est, la musique était repartie, bien que l'ambiance, elle, ne soit pas encore revenue. Le démon espérait que ce nouvel arrivant allait faire bouger les choses, mettre un peu de piment dans cette soirée. Simple spectateur, comme toujours... Lassé de n'avoir que trop été un acteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lloyd Vilehearth



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Lame noire
Métier : Mercenaire
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 22 ans

Messages : 11


MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Mar 15 Juin 2010 - 23:31

Lloyd pris se que lui servie l’aubergiste de façon violente, lui lançant presque la monnaie a la figure. Il n’était pas d’humeur après avoir marcher des heures sous cette pluie et dans la crasse de la boue. Il devrait trouver une façon de se divertir avent de tourner l’auberge en vraie boucherie. Sa lame semblai d’accord avec son esprit, elle vibrait presque dans le fourreau, signe de désire de sang. Il porta al chop à ses lèvres et gouta à l’alcool qu’on lui servait. La bière avait un gout horrible qui s’accumula sur ces épaules déjà chargé de problème. Il devait trouver un nouveau contrat, il devait trouver des hommes digne de combattre avec lui, les derniers avaient périe par manque de coordination.

Il entendait la musique reprendre, mais il n’y porta pas attention, une chose atteignais ses oreilles avent. Des commérages à voix basse, les gens parlait de lui, se demandant que pouvait faire un type aussi étrange dans un endroit pareil. Les villageois semblai le craindre un peut et cette idée le fit sourire. Il se leva en frappent sur la table pour continuer son rôle qu’il jouait, Il chercha dans la salle du regard quelqu’un qui semblerais parfais. Il se leva lentement et se dirigea vers une table ou était assis un homme qui avait parlé de lui a son arriver. En une fraction de seconde il sortie il lame du kukri qu’il avait pris sur le brigand qu’il incarnait maintenant et le planta dans la table, juste entre 2 doigt de l’homme pour l’effrayer plus. Il se pencha pour s’assoir lentement en retenant de force l’homme qui était terrorisé.


‘’ Et bien… vous semblez bien nerveux mes braves… restez et amusons nous un peut… allez… Je vous offre à boire’’

Lloyd fixa dans les yeux les hommes et troubla leurs esprits, les fessent fauciller et tomber sous son emprise faible, les rendent simplement plus sympathique et manipulable. Il sortie sa bource bien garnie et en retira quelque pièce qu’il donna au serveur et puis après avoir écouté les bavardages impertinent des hommes, il retira sa lame de la table et sans prévenir ou sans raison la planta dans la main d’un autres assis a la table. Il aurait préféré que d’autre personne intéressent ce pointe avent l’arriver de son messager, mais rien.Il se releva comme si de rien n’était sans même se préoccuper de se que pourrais penser les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gruzgot

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Mer 16 Juin 2010 - 22:59

Gruzgot Branchtordue
La porte s'ouvrit violemment laissant entrer coups de vent et rafale de pluie dans le hall de l'auberge. Un vieil homme rabougri, très longue barbe pendante jusqu'à ses pieds se dépêcha d'avancer dans la taverne fort bien peuplé à cette heure. La porte se referma immédiatement derrière lui, surement dû à un appel d'air, faisant sursauter l'homme âgé. Il remonta un peu sa robe détrempée afin de l'essorer, ce qui ne servait dans l'absolue à rien puisque la partie essorée restait humide et le reste, encore dégoulinant, finirait par mouiller la partie fraichement égouttée. Il fit de même avec sa barbe.

- "Hu, hu, hu, c'est pas un temps à mettre un druide dehors ça, hu. Ah, bonjour mes petits !"

Personne ne fit attention à lui, et même le claquement brusque de la porte fit tourner plus de tête que ses exclamations. Il avança cependant d'un pas ferme et décidé vers le bar. Il s'assit sur un des tabourets, se issant difficilement dessus et s'aidant de son bâton. Seul une touffe de cheveux et de barbe dépassait du comptoir du fait de sa petite taille provoquée par son âge avancé. Il tenta d'interpeler le patron lors de ses allées et venues d'un bout à l'autre du bar pour servir ses clients assoiffés:

- "Oh, mon petit, oui ! Ici, hu, hu. Alors j'ai faim, quelles genres de tartes maisons proposeriez-vous à un vieux druide comme moi ? Hu, hu, hu, et attention, je suis moi même maître tartier alors préparez moi ce qu'il y a de mieux je vous prie."

Le vieil homme était souriant et un peu naïf en apparence, mais son œil vif et prompt comme l'éclair avait déjà repéré les jolies serveuses qui répartissaient les commandes aux différents clients.
Revenir en haut Aller en bas

Lloyd Vilehearth



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Lame noire
Métier : Mercenaire
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 22 ans

Messages : 11


MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Jeu 17 Juin 2010 - 0:27

L’étranger se rassie en rient de sa voir roque tendis que les 6 hommes était pris de panique. Le blesser perdait déjà beaucoup de son sang et la lame se refusait de sortir aisément de la plaie, déchirent encore sa chaires lors de l’extraction. Il en vomissait tellement la douleur était amplifier par la simple présence de Lloyd. Les 5 autres furent pris de rage en voyant leur camarade dans un telle état et le charme que Lloyd avait fais opéré sur euh était dissiper. Ils se levèrent et tentaient d’encerclé le gros barbue chauffe et crasseux qui avait presque tué un des hommes. Lloyd sourie en voyant qu’il avait obtenue se qu’il voulait, un peut de mouvement.

Il se leva et se lança sur les types sans dégainer son épée, voulant se battre à égalité pour une fois. Il asséna un crochet sur la mâchoire du malheureux sur qui il avait sauté, lui broyant les os de sa mandibule droite sous l’impacte. Sa main était ensanglanter, le corps qu’il portait n’était pas aussi rigide que le sien. Il lécha ses plait avent de se faire sauté dessus par les 4 autres hommes.

Le jeune vampire euh envie de se déchiré la peau pour émerger de l’enveloppe qui lui servait de costume. Mais il continua de se débattre un moment avent de prendre le dessus sur ses adversaires. Il projeta l’on d’eux dans les aires pour qu’il s’écrase près du vieux druide que Lloyd avait remarqué. Il continua de se défendre comme une furie et a massacré les pauvre hommes sans aucun remord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage : ♣️

Histoire de Personnage : ♠️

MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Jeu 17 Juin 2010 - 16:02

Une mélodie toujours aussi plate, des musiciens toujours aussi médiocre, mais... Les choses devenaient de plus en plus intéressantes. Le mystérieux étranger semait la panique dans l'auberge, à chaque seconde qui passait, il faisait un acte de violence supplémentaire, et cela s'accroissait jusqu'à arriver à une vraie bagarre, la prochaine étape serait le carnage. De plus, un autre individus assez curieux était rentré, quelqu'un que le violoniste connaissait assez bien car il aimait à l'observer, parfois. Gruzgot Branchtordue, un vieux druide fort peu commun, toujours à faire des actions inattendues, chose que le démon appréciait.

Un homme fit un vol plané à travers la salle, cela signa une définitive panique. Les gens criaient, se cachaient sous les tables, d'autres, près de la porte, préférèrent sortir dans la pluie que rester dans le sang. Au bout de quelques secondes, il ne restait plus que cinq musiciens sur scène. Le gros contrebassiste à côté du Violoniste, une flûtiste de caractère, un percussionniste avec un tambourin, et un fier altiste. Les autres s'étaient réfugiés un peu partout.

- Mince ! C'est au tour du soliste de jouer ! Où il est ?


Fit le contrebassiste, toujours plus préoccupé par son travail que par sa survie. Le démon chercha ce fameux soliste des yeux, et fini par le voir, barricadé derrière un buffet. Et ce fut le percussionniste qui répondit d'un air blasé :

- Me fais pas marrer ! De toute façon on est pas assez nombreux pour jouer le quatrième mouvement ! Il manque presque toutes les parties les plus importantes. Moi je pense que ça sert a rien de rester sur scène !

- On est payés pour jouer.


Intima fermement la flûtiste. Le Violoniste sourit, c'était fort peu banal, il ne restait que les personnes intéressantes sur scène, et les choses bougeaient. D'habitude, dans une violente bagarre de taverne, la musique ne rythmait pas les coups. Mais, c'est justement ce que cherchait le Violoniste, à faire de l'inhabituel. Ce dernier prit la parole :

- Faites moi un accompagnement en ternaire, deux temps par mesures. La mineur pendant quatre mesure, puis La bémol mineur pendant cinq, et reprenez ça jusqu'à ce que je m'arrête.


- Quoi ? Passer de La mineur à La bémol mineur ? C'est absolument n'importe quoi ! Ça s'est jamais vu dans toute l'histoire de la musique ! Normalement on passe en Ut majeur ou en Fa...


- Vous êtes prêts ?

Et, sans attendre la réponse, le Violoniste s'avança sur le devant de l'estrade, son sourire malin aux lèvres, porta son violon sous son cou, et commença, doucement, à faire vibrer les cordes de son souple archet. Ses doigts glissaient le long du manche, fluides, et les notes s'accéléraient, d'un rythme inégal et presque impossible à danser, mais extrêmement entrainant. Les quatre autres musiciens, impressionnés, hésitèrent au début, mais finirent par l'accompagner, sans broncher. Les notes, elles sonnaient presque toutes justes, mais parfois non, c'était voulu. Les sons se mêlaient à la violence, faisant tout pour la provoquer d'avantage. Et alors que sur le Violoniste se posait le regard absolument stupéfait du pauvre soliste, comprenant son propre niveau désastreux, les yeux du démons, eux fixaient cet homme qui avait remué le banal, le remerciant du fond de ses pupilles.

[Dorénavant, pour obéir au règlement sur les RP à plus de 2 personnes, nous suivront cet ordre de réponse : Violoniste, Gruzgot, Lloyd. C'est donc a Gruzgot de répondre. Merci.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gruzgot

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Jeu 17 Juin 2010 - 16:32

Une bagarre venait de commencer dans l'auberge, des hommes et des femmes se hâtaient de sortir de la taverne tandis que d'autres se cachaient comme il pouvait s'il n'était pas pris pour cible par les fauteurs de troubles. Le vieux druide s'impatientait tellement de gouter à la tarte maison proposé par le chef qu'il ne s'apercevait même pas du grabuge qu'il y avait autour de lui. Il restait impassible sur son petit tabouret, attendant patiemment comme un enfant qui attend après sa sucette. Soudain, un homme se fit projeter contre le bar à quelques centimètres à peine de Gruzgot qui n'y trouva là rien d'inhabituel:

- "Hu, hu, doucement mon petit, j'entends bien que la musique est entrainante et c'est très agréable d'ailleurs, hu. Mais il faut aussi savoir l'apprécier calmement et s'arrêter de danser comme des diables, hu, hu, hu."

Le pauvre homme, rendu inconscient par le choc de sa tête contre le bois usé mais encore dur du comptoir, glissa et se retrouva étalé, inerte, sur le carrelage froid de l'auberge.

- "Hé voilà, hu, hu, vous voyez que c'est agréable aussi d'écouter calmement. Il est sage d'écouter les conseils des anciens avec la même attention que l'on écoute la musique, hu, hu, hu."

Pendant ce temps, le carnage battait de son plein, le patron réfugié derrière son bar comptait désormais le coût des dégâts à chaque fracas de chaises sur un dos, à chaque table renversée avec couverts et plats, à chaque clients qui ne reviendraient plus et à la terne réputation que son établissement est en train de se faire. Il pleurnichait ainsi, impuissant face au désastre.
Quant à Gruzgot, il balançait sa tête de droit à gauche, rythmant en contre-temps la musique (pour ne pas dire qu'il n'avait aucun sens du rythme), jusqu'à ce qu'un silence survienne, suivi d'un solo de violon, aussi énergétique qu'original. Gruzgot arrêta de se dandiner et tendit l'oreille.


- "Hu ? Ce ne serait pas le tour du soliste ? Hu, hu, suis-je bête, c'est encore bien trop tôt et le rythme est bien trop strict et trop doux pour que s'en soit un. Heureusement que je suis un connaisseur, hu, hu."

Il recommença à se dandiner inutilement et de façon grotesque, accompagnant la musique et les coups du capharnaüm qui pleuvaient derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas

Lloyd Vilehearth



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Lame noire
Métier : Mercenaire
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 22 ans

Messages : 11


MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Ven 18 Juin 2010 - 3:18

Lloyd se figea en entendant le violon crier la fureur sous le nom de music. Cette aire était rageuse et sonnait à son oreille comme teinté par le sang, elle lui rappela chaque mort qu’il avait causé, chaque combat qu’il avait ressenti, chaque victoire et chaque défaite. La mélodie l’entravait, il ne sentait plus rien, comme trop distant pour se rendre compte qu’on le frappait, trop distant pour se rendre compte des dents de son pantin briser. De toute façons, la douleur était réel mais pas les blessures qu’il recevait.

Le vampire se retourna pour observer le violoniste qui pouvait bien jouer une telle mélodie. Son regard croisa le sien, il sentait ses yeux le transpercer tellement son regard était intense, se violoniste ne faisait que l’observer. Lloyd redescendit sur terre et repris la valse sanglante qu’il avait commencée, un sourire sadique sur le visage de son pantin. Il dégaina sa véritable lame, une épée batarde avec une lame brune couverte de rouille et de tache de sang, la garde était plutôt étrange, comme si elle était conçue avec de la peau humaine et de la chaire. Sur la fin du manche, un joyau écarlate dans lequel seul Lloyd pouvait voir un œil rouge gorgé de haine. Il fit tournoyer sa lame qui se gorgea du sang qui était déjà au sol telle un siphon, se réveillent lentement avec chaque gorger.

-Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.
Lloyd parlait à son arme qu’il avait dégainée. Il semblait encore plus dément que se que son numéraux originel devait mais il était en train de planer sous l’effet de cette music de combat. Il reporta son attention sur les hommes qui tentaient de le maintenir et abattit sa lame sur l’un deux, le tranchent comme si la lame qui semblait inutile les traversait comme une bouffer d’aire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage : ♣️

Histoire de Personnage : ♠️

MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Ven 18 Juin 2010 - 19:00

*Massacre, Ô toi, le maître du changement et des extrêmes,
Écoute l'appel de mon mi, laisse toi emporter par ces syncopes,
Ma musique est là pour toi.*


Oui, son humeur n'avait pas changée, décidément. Il était juste un peu plus joyeux qu'au paravent, au lieu d'être un poète tragique, il était devenu un poète d'amour. Car il était amoureux de quelqu'un que l'on nommait carnage, ou plutôt boucherie pour les intimes. Et il désirait la séduire. Oui, parce que boucherie était une personne fort sympathique, jamais ennuyeuse, toujours pleine d'humour et de charme. Ce qui plaisait beaucoup au Violoniste, toujours au devant de la scène, violon en main et folie en œil. Les sons continuaient de raisonner dans l'air lourd et violent, masquant l'envie de raison. Les musiciens continuaient d'accompagner le Violoniste dans son faux solo, le contrebassiste ajoutait des notes graves qui raisonnaient dans les entrailles, la flûtiste piquaient quelques sons aigus, accélérant le cœur. Le percussionniste faisait frémir les lamelles de son tambourin, agaçant les oreilles, et l'altiste, comme pour faire remarquer le son inexacte et déchirant du violon, jouait extrêmement juste.

Et ça y était. Encore une fois, il avait appelé, on avait répondu. Le démon commençait à croire qu'il lançait des sorts sans le vouloir. Le massacre débuta. Une giclée de sang, un hurlement, un mouvement, des tremblements, des lèvres bleues, des regards impuissants. Un cadavre qui tombe à terre. Un sourire.

*Hahaha ! Ah bah voilà ! Il veut quand il peut !.. Ou alors serais-ce "il peut quand il veut" ? Même chose. En tout cas, ça commence à vraiment devenir amusant.*

Se disait le Violoniste. Et il continua, sans se lasser, de jouer de son instrument. Assez vite, il se rendit compte que, derrière lui, ça ne suivait plus vraiment, certains musiciens commençaient à vraiment douter. Le meurtre avait changé quelque chose, il y avait une folie de plus dans l'équation, et pas des moindres. L'homme au tambourin se retira, suivit de l'altiste. Ils n'étaient plus que trois. Mais le démon s'en fichait, en réalité, il n'avait pas besoin d'accompagnement, mais cela l'amusait beaucoup de tester les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gruzgot

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Ven 18 Juin 2010 - 19:19

L'oreille experte de Gruzgot, toujours aux aguets, intercepta un changement dans la musique.

- "Tiens, hu, hu, le soliste est parti ?"

Il se retourna promptement pour constater de lui-même. La scène était catastrophique, des tables reversées de partout, des morceaux de bois étalés au quatre coins de la grande salle, du sang, beaucoup de sang sur le sol, et des hommes qui continuait de sa battre au milieu du massacre. Une scène particulièrement insupportable pour tout druide, ami des arts pacifiques et de la sérénité de l'esprit !

- "Ah, non le soliste est toujours là, hu, hu. Ouh, ouh, je crois savoir ce qu'il se passe ! Mais ca ne se passera pas comme cela, ah non ! Hu, hu, une pauvre serveuse a dû renverser quelques assiètes et ils ont donc tout écarté pour pouvoir essuyer, hu, hu, c'est très bien. En tous cas la fête continue, c'est très bien aussi, hu, hu. Par contre, ce sang... elle a dû se couper légèrement, la pauvrette, hu, hu. C'est pour ca que ma tarte a du retard, tout s'explique ! HU, HU, HU !"

A ces mots, il contempla avec admiration, comme un enfant devant une vitrine de jouets, les doigts agiles du violoniste se balader avec la plus apparente facilité sur le manche de son instrument à cordes. Gruzgot, entrainé par l'émotion de la fête, imita chacun des musiciens avec son bâton comme instrument fictif. heureusement pour lui, personne n'était occupé par ses mimiques puériles, son honneur était sauf... du moins, pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas

Lloyd Vilehearth



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Lame noire
Métier : Mercenaire
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 22 ans

Messages : 11


MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Ven 18 Juin 2010 - 23:15

Lloyd était pris d’une frénésie comme il lui arrivait souvent, en temps normal sa lui arrivait que lorsque la soiffe de sang était trop grande. Bien que cella faisait un moment qu’il n’avait pas gouté a la douce saveur du sang, il n’avait pas encore les signe intensif de manque. S’était plutôt de morts qu’il s’ennuyait et avait soiffe, et surloue sa l’âme qui était avide d’âme. Il n’avait pas prit le temps de se battre ou de tuer depuis un moment déjà. Et la mélodie qu’il avait commencée au début du combat l’entrainait de plus en plus. Lloyd se surpris même a continue de mutilé le cadavre de la première victime qu’il avait faite sur place. Puis se retournent vers un autre villageois et un autre, visent d’abord les jambes pour les empêcher de fuir. Puis leur brisait les bras a main nue avent de leur rendre grâce et de leur voler le peut de vie qu’ils leur restaient.

Le vampire continua les morts un temps ou deux, arrêtent de compter après plus de 10 carcasses mutiler au sol. Il ralentie un moment sa cadence de combat pour souffler un petit peut et sentie une douleur bien distingue, sa chaire se fadait, le pantin ne tiendrais plus lui. Tentent de se contenir du mieux qu’il pouvait, Lloyd se précipita proche des escaliers pour allez a l’étage, continuent de se battre, puis il fonça a l’étage a une vitesse folle, perturbent des jeunes couple qui si était réfugier pour leur ébat amoureux plus tôt avent son arriver. Leur asseyent des coups de sa lame, jusqu'à rentré dans une pièce vide, il déchira son pantin et s’expulsa de l’enveloppe de chaire. Il reprit sa lame et la força a se rendormir, l’épée redeviens banale, argenter, sans aucune égratignure, et il se hâta de masquer la scène pour passer pour un héro qui aurai réussie à mettre terme au vile acte de la bête.

Lloyd usa même de sa magie, et recréa une ambiance de combat, mimique les son des épées s’entrechoquant, les crie de douleur, et il mutila le pantin pour faire plus réaliste. Il sortie ensuite de la pièce chancellent, épuiser, mais il ne faisait qu’encore jouer son rôle à la perfection. Lloyd redescendit dans la taverne, ces cheveux argentés blanchâtre cachent son visage et la sueur les collent à son front. Lancent avec une gestuelle de dégout la tête de l’étranger qu’il incarnait voila quelque temps, sur le sol comme une tête décapiter. Il s’appuya sur un mur et regarda la scène, la foule qui l’observaient à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage : ♣️

Histoire de Personnage : ♠️

MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Sam 19 Juin 2010 - 13:18

Le massacre continuait. Les cadavres de plus en plus nombreux. La peur de plus en plus forte.
Le Violoniste battait le temps de son pied contre le bois de la scène. Ses longs doigts d'aigles agressaient les cordes comme des serpents, et pourtant, comme toujours, il n'appréciait pas vraiment de jouer sa musique. Il n'a jamais eu le tallent ni l'obstination de son frère dans les arts, cela l'ennuyait car il manquait d'imaginaire. Et cela, le démon en était conscient.
Le massacre continuait, certes, mais le Violoniste sentit une soudaine gène, quelque chose d'anormal. Et l'étranger disparut soudainement dans les escaliers. Les gens, dans la salle, se regardaient, les uns les autres, se demandant ce qu'il fallait faire, comme s'ils s'étaient soudainement souvenu qu'ils n'étaient pas seuls. La tension ne lâchait pas, et la musique non plus. Jusqu'à ce qu'un jeune homme au teint pâle et à l'air exténué revienne par là où était allé le bagarreur, la tête de ce dernier en main. Le Violoniste se pressa de ralentir le temps, et en quelques secondes, la musique s'arrêta sur un "La" final. L'auberge était plongée dans le silence. Les gens sortaient de sous les tables, abasourdis, ils regardaient tous ce jeune homme comme un sauveur. Le soliste, voyant que tout était revenu à la normale, se releva lui aussi, bomba le torse, et s'approcha d'un pas fier du Violoniste. Celui-ci le sentis arriver sans même lui adresser un regard. Et ainsi, le soliste, confiant, commença d'une voix forte afin que beaucoup de monde puisse entendre, sans doute :

- Eh toi ! Petit ! Pour qui te prends-tu ? Qui t'as permis de prendre ma place sur scène, je te rappelle que tu n'est qu'un musicien de bas étage ! Tu ne m'arrives pas à la cheville ! Tes notes sont laides et manquent d'harmoniques !

Toujours sans le regarder, les yeux tournés sur le jeune homme qui avait maintenant lancer la tête du brigand par terre, le démon se mit à froncer les sourcils. Mais qu'est-ce qui lui racontait ? C'est la question qu'il se posait, le soliste disait n'importe quoi.

- Votre rythmique manque d'exactitude ! N'oubliez pas ! Un conseil de maitre ! Lorsque la pulsation est battue, pensez tout de suite les croches.. DEux CRoches, DEux CROches...

Se mit-il a faire en claquant des doigts. Les sourcils du Violoniste se rapprochaient encore plus, il riait intérieurement. La définition de ternaire c'est qu'il y a trois croches par temps, pas deux. Ce pauvre soliste était vraiment complètement ridicule pour qui s'y connaissait un peu.

- Et vos glissades sont absolument désa...

- Glissando...

- Pardon ?

- Non rien...

- Oui ! Vous n'avez rien a dire ! Mauvais musicien ! Retournez à votre place maintenant ! Et taisez vous !

Ainsi, obéissant, le Violoniste fit volte face et prit place au fond de l'estrade, l'oeil amusé et le sourire en coin. Ce pauvre soliste essayait de regagner le peu d'honneur et de crédit qu'il lui restait, c'était suffisamment pitoyable pour ne pas s'opposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gruzgot

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Sam 19 Juin 2010 - 17:35

La musique s'arrêta enfin... Gruzgot semblait déçu. Cependant, il se trouvait bien trop loin de la scène pour entendre les mécontentements du véritables solistes ainsi que ses rembarement vis-à-vis du soliste improvisé qui avait l'audace de faire ce que la lâcheté de l'autre ne put. De plus, il se demandait où pouvait bien en être sa tarte, cela faisait tellement de temps qu'il attendait. Tant pis, il se leva et s'approcha de la scène où le soliste officiel avait repris sa place. Il faucha les jambes du soliste, le faisant ainsi tomber pour qu'il soit à la hauteur du vieux druide (l'estrade où était la scène atteignait les 1 mètre 50 de hauteur environ).

- "Hu, hu, mon petit ? Tu es bien le chef de l'orchestre n'est-ce pas ? hu, hu.

- Oui, c'est bien moi., dit-il en se frottant la tête à cause de sa chute mais souriant bêtement comme si il était le clou du spectacle.

- Hu, hu ! C'est très bien mon petit. Je te félicite pour ta musique, elle est très bien. Mais pourrais-tu rendre un service à un pauvre vieillard qui a des difficultés à marcher ? (On ne dira pas que pour arriver à la scène il traversa entièrement la salle principale de l'auberge)

- Oui, bien sur je vous écoute, que puis-je pour vous ? Un autographe ? Des conseils en musique ?

- Hu, hu, non. Je voudrai que tu ailles chercher ma tarte, je l'ai commandé voilà le début de la soirée et elle n'est toujours pas arrivée. C'est très fâcheux car je meurs de faim, vois-tu mon petit, hu, hu, hu.

- Ah... Très bien, alors... je vais aller en toucher mots au patron, attendez moi ici., soupira-t-il légèrement déçu de la demande à laquelle il ne s'attendait pas du tout.

- Merci mon petit, tu es un bon garçon, hu, hu."

Gruzgot attendit que le musicien disparaisse dans les coulisses afin d'entamer sa recherche du patron qui était encore caché sous le bar. Puis, il appela le soliste improvisé d'un petit signe, et lui chuchota, une fois qu'il eut son attention:

- "Oh hé, mon petit, oui, hu, hu, hu. J'ai dégagé l'autre péquenot de musicien ! A croire qu'il est vieux avant l'heure tellement ce qu'il joue manque de rythme, hu, hu. Allez, fais moi péter un autre solo, ça me rappelle l'époque où j'étais encore jeune et où j'avais toutes mes dents, hu, hu, hu !"

Il s'éloigna aussitôt pour retourner vers le comptoir, ne laissant aucune opportunité ni de réponse, ni de choix au violoniste. Le vieux druide, tout en s'éloignant, commençait déjà à se dandiner à chaque pas, préparant son corps à la musique endiablée de tout à l'heure. Sa démarche rappelait aussi celle d'un vieil ours malade, rabougrit, dont la patte gauche le fait souffrir lorsqu'il la lève, mais ce n'est qu'un détail.
Revenir en haut Aller en bas

Lloyd Vilehearth



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Lame noire
Métier : Mercenaire
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 22 ans

Messages : 11


MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Lun 28 Juin 2010 - 18:12

Lloyd se ne savais plus quoi faire, il n’avais passé la soirée qu’a s’amuser un peut et personne ne semblait intéressent a ses yeux. Aucun ne semblait digne de former un groupe de mercenaire pour travailler avec lui, aucun ne semblais assez riche pour avoir des problèmes qu’il pourrait régler avec le prix qu’il demande. Et puis a quoi bon rester dans un endroit pareille si se n’était que pour attendre quelque chose qui n’arriverais pas, pour tuer le temps il y avait meilleur moyen, a la limite trouver une fille de joie quelque par ou charmer une dame seul, mais ses choses n’amusais plus Lloyd, il ne trouvait la plus rien de passionnent. Il s’assit un moment au bar, pris un vers qu’il but avec dégout, rajoutent un flaquons de sang a l’alcool pour amélioré le gout. Il but le tout l’entement, sortie de sa bourse pleine de l’or pour payer pour la bière, quelque une de plus ^pour les dégâts qu’il aurait fais en se ‘’bâtent’’ contre le rustre qui avait massacré la clientèle de l’auberge. Il se leva l’aire abattue et se dirigea vers la sortie, bousculent par inadvertance une serveuse qui apportait une tarte pour un client, marchent dedans sans toujours sen rendre compte, perdue dans ces penser et passent le seille de la porte, il irait encore ou ses pas le guide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage : ♣️

Histoire de Personnage : ♠️

MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Mar 29 Juin 2010 - 9:35

Ce soir, le Violoniste s'était bien amusé. Surtout qu'il avait réussit à être intrigué par un homme. C'était très rare. Hélas, rien, personne ne remplacerait jamais Sill, c'est à sa mort que tout s'est terminé. L'être le plus intéressant que le monde n'ai jamais eu avait rempli de joie le Violoniste, il n'avait jamais été autant euphorique que pendant la courte période où Sill avait vécu. Mais la fin de l'euphorie signe le début d'un dégoût encore plus profond.

Un vieux druide le sortit de ses pensées. Gruzgot, il était en train de lui dire qu'il voulait un autre solo, le Violoniste sourit. Ce dernier ne pensait pas se faire remarquer d'avantage, mais il hésita quelques instants. Il était curieux de savoir si les musiciens allaient l'accompagner, et si les gens accepteraient de le voir à nouveau à l'avant de la scène alors qu'il venait d'essayer de provoquer leur mort par sa musique. Après tout, ils ne s'en étaient peut-être pas rendu compte, dans ce cas là, ça risquait d'être bien moins intéressant, beaucoup plus banal. Mais son côté malin reprit le dessus, il avait envie de tester les gens. Cette flutiste qui semblait se prendre pour quelqu'un de fort, le démon savait qu'elle se cachait derrière un masque.

Son mari, son mari était mort depuis un moment déjà, elle était pourtant jeune.
Souvent, les artistes s'unissent entre eux, pensant qu'ils se comprennent.
Lui, était un compositeur, et un violoniste de génie.
Mort sur scène d'un infarctus en jouant un morceau qu'il venait de créer.

- Accompagne moi, ne t'inquiète pas, je te ferais signe quand ça sera à toi, je suis là.

Fit le Violoniste en se tournant vers la flutiste, exactement comme ce qu'avait dit son mari ce jour là. Elle haussa les sourcils, sans vraiment comprendre, et le démon s'avança sur le devant de l'estrade et se mit à jouer le morceau. Les gens appréciaient plutôt bien la musique de ce triste musicien mort. Mais la veuve, elle, le Violoniste l'observait du coin de l'œil, elle se décomposait peu à peu, passant de la femme forte à l'âme fragile et sans défenses. Qu'est ce que les humains pouvaient être prévisibles. Cela le décevait presque.

Ainsi, il continua son solo, les notes venaient, pour lui c'était assez simple de jouer ça. Mais le moment approchait, il était là, juste là, bientôt.

Ça y est, cette note, c'était celle où le cœur s'était arrêté de battre. Le Violoniste resta dessus, la faisant vibrer, souriant à l'excès, la femme fondit en larmes et s'effondra par terre. Le démon continua de faire vibrer la corde, comme si la note ne pouvait s'arrêter, se retourna vers la flutiste et avança vers elle, la fixant de son regard malin. Il murmura en sa direction, sans que personne ne l'entende.

- Je ne veux plus te voir te mentir. Tu n'es pas forte, petite humaine, tu es tout sauf forte.

Et ainsi s'acheva son deuxième solo. Juste avant que le vrai soliste ne revienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gruzgot

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   Jeu 22 Juil 2010 - 14:56

Un silence de mort assourdit la salle. Seuls les sanglots inextinguibles de la flutiste résonnait. Seuls, ou presque. Gruzgot applaudissait de toutes ses forces (soit un léger clap-clap de personnes âgées). Il ne pouvait plus retenir l'émotion:

- "Hu, hu, snif, c'est magnifique ! Ça c'est du solo mesdames et mesdames ! Regardez, la musicienne est une experte comme moi, elle le trouve tellement magnifique qu'elle en pleure ! Je crois que je vais pleurer aussi si elle continue, hu ,hu, snif."
, criait le vieux druide au dessus du silence et continuant d'applaudir à s'en rompre les mains (ici, ce n'est qu'une expression).

Encouragée par les acclamations du vieillard, la salle entière applaudit le soliste improvisé. Gruzgot, emporté par sa fierté, se mit debout sur le tabouret du bar afin de se mettre en hauteur (en effet, il dépassait ainsi la moyenne des convives d'une tête tout au plus), et s'exclama:


- "C'est ma tournée les enfants ! Patron, des tartes maisons pour tout le monde ! Hu, hu, hu. Et double ration pour la dame avec sa flûte, faut qu'elle se remette, hu, hu."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Mais qui est ce type ? [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mais qui est ce type ? [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Venill :: Auberge des gobelins musiciens-