''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 28 Nov 2012 - 4:00

Beolan

Le voyage jusqu’à Venill fut long, mais enrichissant pour l’un et l’autre, mais la vue de la ville fut la bienvenue malgré le fait qu’elle détestait quitter la nature pour entrer dans ce monde étrange où il y avait des gens à chaque centimètre. S’arrêtant à l’auberge - où ils n’avaient pu séjourner la première fois à cause de l’arrestation de Liam - les jeunes gens prirent de nouveau une chambre et montèrent leur effet personnel à l’étage une fois la note payée. Vaë le suivait silencieusement et Liam la laissa entrer la première, se laissant tomber sur le lit à plat ventre. Le jeune homme en profita pour monopoliser la salle d’eau et y alla à son tour une fois qu’il eut terminé. Se glissant dans la baignoire, avec Meeko son fidèle compagnon de bain, elle commença à se laver alors qu’elle sentait les griffes de la bête dans ses cheveux.

‘‘ Non, mais ... qu’est-ce que tu fais Meeko ? Aïe ! C’était un noeud ça. ‘‘

Mais le raton-laveur ronronnait et continuait avec acharnement. La jeune femme fut donc obligée de le prendre dans ses bras et nettoya sa fourrure ... tant qu’à y être. Une fois qu’ils furent séchés, Vaë enfila une chemise trop grande pour elle et sortit de la chambre pour venir rejoindre Liam sur le lit. À quatre pattes, elle parcourut la longueur du matelas, se tourna dos au mur et s’y adossa. Au même moment on toquait à la porte; l’aubergiste qui amenait le repas du soir. Ils mangèrent alors silencieusement, Vaënadiel savourant sa nourriture et essayant toute seule de manger avec ses ustensiles en observant son homme faire. Une fois bien rassasiée et le plateau-repas en dehors de la pièce, Liam s’installa à ses côtés et glissa sa main droite dans l’une des siennes, caressant le dessus de son pouce. Son bras droit entoura ses épaules et il la rapprocha alors de lui sans qu’elle ne cherche à résister. Jusque-là, Vaë souriait doucement, mais Liam brisa le silence.

‘‘ Tu sais…tu peux me parler… ‘‘

Levant les yeux pour se fondre dans son regard, Vaënadiel fronça un sourcil. Pourquoi disait-il ça alors qu’elle lui parlait régulièrement, voire trop par moment ? Décidément, quelque chose lui échappait, mais Liam devint tendu soudainement, ce qui la fit douter.

‘‘ Au sujet de ta famille…si cela devient trop lourd, ou si tu ressens le besoin de les pleurer, je suis là tu sais…n’hésite pas. Ne garde pas tout en toi. ‘‘

Tous les mauvais souvenirs firent surface en même temps, lui faisant l’effet d’une gifle. Son coeur commençait à tambouriner dans sa poitrine alors qu’elle baissa la tête. Son sourire avait disparu d’un coup et la tristesse était peinte sur son visage. Tout ce qu’elle voulait était de penser à autre chose, de sourire pour ne pas inquiéter son entourage et elle tentait de se convaincre elle-même que tout allait bien maintenant alors que son deuil n’était pas fait. Elle fera les yeux, se cachant derrière cette crinière blanche un long moment, ne sachant pas non plus quoi lui dire. Parler d’elle, de ses problèmes, de ses craintes et ses peurs étaient quelque chose qu’elle n’aimait pas. Les autres passaient constamment avant elle, kit à se laisser marcher sur les pieds ou se laisser manger la laine sur le dos. Sa main serra inconsciemment celle de Liam, fortement, comme s’il était sur le point de s’évaporer. Sa gorge était serrée, mais elle ne dit rien dans l’immédiat. De longues minutes s’écoulèrent avant qu’elle n’ouvre la bouche pour dire d’un timbre de voix bas :

‘‘ Ils ne voudraient pas que je les pleurs ... ‘‘ Dit-elle simplement avant de se taire.

Encore une fois, elle laissa le silence planer alors qu’elle levait les yeux vers Meeko qui se coucha en boule sur ses cuisses, son dos collé contre son bas ventre. Les doigts de sa main libre vinrent alors caresser sa fourrure, lentement ... délicatement.

‘‘ Je vais bien, Liam ... ne t’inquiète pas pour moi. Je dois seulement me dire qu’ils sont bien là où ils sont et qu’ils ne souffrent plus ... ‘‘

Sauf que sa voix se cassait et elle se faisait très peu convaincante. Au fond, elle s’en voulait pour ce qui s’était passé, même si d’une manière ou d’une autre, ce serait arrivé.

Délaissant la fourrure de Meeko, elle essuya sa joue du revers de la main alors que son visage était toujours caché par ses cheveux. Sa poitrine se souleva alors que Vaë inspirait profondément afin de retrouver son calme et dans un soupir, se retourna vers Liam. Ses yeux étaient humides et elle parvenait à peine à contenir les larmes qui ne voulaient que sortirent. D’un murmure, elle dit :

‘‘ J’aurais seulement voulu leur dire au revoir ... une dernière fois. Leur dire que je les aimais. Les serrer dans mes bras et les sentir contre moi. Voir ... leur sourire illuminer ... leur visage ... une dernière fois. ‘‘

Les larmes coulèrent d’elles-mêmes sur ses joues qui commençaient à rougir. Elle avait mal à son âme comme jamais auparavant et juste d’en parler lui avait fait du bien. Ephraïm était encore vivant et Liam aussi était là ... ils seraient là pour elle et elle le savait. Se risquant à lui sourire faiblement, Vaënadiel se fit de nouveau silencieuse alors que le jeune homme essuyait ses larmes et collait sa tête contre son épaule. Il déposa un baiser sur son front et se contentait de la consoler par sa seule présence, car les plaies intérieures de la druidesse ne se guériraient qu’avec le temps. Épuisée, elle finit par s’endormir contre son amoureux qui dut l’installer pour dormir en replaçant ses jambes sous la couverture.

Au petit matin, les rayons du soleil fusaient au travers des rideaux de la fenêtre et Vaë fut la première à se réveiller. Ses yeux étaient bouffis de la veille, mais au moins elle avait bien dormi. Se retournant, elle fit face au torse du jeune homme dont la chemise entrouverte laissait voir quelques cicatrices. Du bout du doigt, elle les caressa effleurant à peine sa peau pendant qu’il dormait encore. Le temps s’écoula jusqu’à ce qu’il ouvre les yeux. Ne s’en rendant pas compte immédiatement, la druidesse continuait, longeant une longue cicatrice qui partait de son pectoral gauche jusqu’à son épaule. Ce qui l’alerta ce furent ses lèvres sur les siennes en guise de bonjour et ses joues tournèrent aussitôt au rouge, gêné de s’être fait prendre la main dans le sac. Se tirant hors du lit après un moment, les jeunes gens descendirent en bas pour casser la croute après s’être débarbouillés et changés puis allèrent rejoindre Nocturne qui attendait avec impatience. Vaë monta sur la selle avec l’aide de Liam, ne comprenant toujours pas comment il faisait pour être aussi rapide à grimper ... mouais ... ses jambes étaient certainement plus longues que les siennes vu sa grandeur !

Ils se remirent alors en route.

À partir de Venill, le chemin était un peu plus court d’après ce que lui avait dit Liam et d’ici une semaine, elle pourrait voir la fameuse cité de Beolan. Lieux de naissance de son homme. L’idée de voir une aussi grande ville la rendait nerveuse et encore là, elle lui demandait s’il y avait de la végétation là bas. Se voulant rassurant, il lui avoua même qu’il y avait un jardin extérieur et un petit boisé derrière la demeure de ses parents. Là, elle était aux anges. Quand elle voudrait, elle pourrait aller s’y recueillir.

Sur le chemin, ils croisaient de temps à autre des chariots de marchands, des voyageurs solitaires et même des brigands très peu convaincants. Ils avaient voulu le bijou que portait Vaë autour du coup, mais Liam n’eut besoin que de poser la main sur la garde de son épée pour les faire fuir les uns après les autres. La nuit, ils s’arrêtaient pour se reposer et prendre un bon repas chaud jusqu’à ce qu’il attire une bête sauvage plutôt ... énorme. Liam avait pris son arme, tentant d’éloigner l’ours qui avait senti l’odeur de la viande. Vaë était derrière lui, mais rapidement elle l’avait contourné pour s’approcher de la bête qui se dressa sur ses pattes arrière. L’homme pris de panique, tentait de la ramener vers lui de sa voix, mais elle était occupé à fredonner pour apaiser l’ours qui s’asseya par terre en se laissant caresser le museau. Vaënadiel s’était retourné vers Liam avec un large sourire en disant :

‘‘ Regarde comme il est mignon ! ‘‘

Mais elle se heurta à un air ébahi et sans voix. Liam était pétrifié et blême en voyant que l’énorme animal suivait sa protégée comme un petit chiot et contrairement à Meeko, il se laissa approcher par l’homme au premier essai. Pelotonné sur la tête de l’ours, Meeko bâilla et s’endormit alors que Vaë callait son dos contre son gros ventre bien chaud, invitant Liam à la rejoindre. Celui-ci se faisait hésitant, n’arrivant toujours pas à y croire ... Ils eurent cependant une très bonne nuit de sommeil. Le lendemain matin, ils s’étaient remis en route, l’ours suivant Nocturne aux pas. Il ne manqua pas faire hurler des gens sur la route qui s’étonnaient que la bête ne réagisse pas et Vaënadiel leur offrait toujours un large sourire, comme si tout était parfaitement normal. Les jours suivants furent sensiblement pareils, hormis le détail de l’apprivoisement de bête sauvage. Ils ne croisèrent pas de village non plus jusqu’à ce que de hautes rocheuses soient en vue au loin. Ébahi par la beauté de ce paysage, Liam l’informa qu’ils seraient bientôt arrivés à destination, mais ... qu’ils devaient se départir de Boris, l’ours [xD]. Triste, Vaë redescendit de selle alors qu’ils se trouvaient en bordure de Beolan et elle serra tant bien que mal l’énorme cou de la bête tout en caressant sa fourrure.

‘‘ Sois sage ... je reviendrai te voir si tu restes dans les environs. Ne fais pas peur aux citoyens et reste bien dans la forêt, compris ? ‘‘

Boris pencha la tête de côté, la regardant de ses grands yeux noirs puis pleura avant de marcher lentement vers la forêt. Les épaules de Vaë s’affaissèrent alors qu’elle ressentait la peine de la bête qui allait se sentir bien seule maintenant. Se tournant vers Liam, elle lui demanda avec innocence :

‘‘ Tu es certain qu’on ne peut pas l’amener avec nous ? ‘‘

Mais il hocha négativement la tête, lui expliquant que les soldats se feraient une joie de le chasser et d’exposer sa fourrure au quartier général. De plus, il sèmerait la panique en ville et s’était une chose à éviter même s’il était docile comme un agneau. Se résignant, Vaë leva les bras vers Liam qui l’embarqua sur la selle et ils reprirent leur route, sillonnant le sentier qui grimpait sur le flanc de la montagne où était construite la ville. En traversant l’immense fortification qui menait à l’intérieur de la ville, Vaë en eut le souffle coupé. Comment des hommes avaient-ils pu construire quelque chose d’aussi ... imposant et intimidant ?! Et encore, elle n’était pas au bout de ses surprises. Ça ne faisait que commencer.



Dernière édition par Vaënadiel Eira le Mer 30 Jan 2013 - 2:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 28 Nov 2012 - 17:42


Vaë resta silencieuse un long moment, tête basse, camouflée par sa chevelure neigeuse. Liam lui laissait le temps de rassembler son sang-froid, lui laissant le temps, tout simplement. Sa main se fît plus forte dans la sienne et il l’étreignit, lui montrant qu’il ne partira pas. Jamais il ne l’abandonnerait.

-Ils ne voudraient pas que je les pleurs ...

Eux peut-être, mais elle en avait envie, et même besoin. Elle voulait les pleurer et c’était tout ce qu’il y avait de plus naturel dans les circonstances. D’autant plus qu’elle devait toujours encore ce sentir responsable de ce qui était arrivé, alors qu’elle n’y était pour rien. Elle avait juste servit de pion dans un plan plus vaste, avec pour objectif d’anéantir sa tribu.
Elle leva les yeux vers Meeko, qui s’était pelotonné contre son bas-ventre, et d’une main elle le caressa lentement, doucement. Liam regardait le tout, patient.

-Je vais bien, Liam ... ne t’inquiète pas pour moi. Je dois seulement me dire qu’ils sont bien là où ils sont et qu’ils ne souffrent plus ...

Il soupira en silence. Elle se cherchait des excuses…elle tentait de lui faire croire qu’elle allait bien, mais sa voix se brisait à chaque mot qu’elle prononçait, prouvant le contraire. Elle laissa Meeko, sa main se portant à son visage, toujours dissimulé par ses cheveux. Liam l’entendit soupirer avant qu’elle ne tourne le regard vers lui, les yeux humides.

-J’aurais seulement voulu leur dire au revoir ... une dernière fois. Leur dire que je les aimais. Les serrer dans mes bras et les sentir contre moi. Voir ... leur sourire illuminer ... leur visage ... une dernière fois.

Et aussitôt les larmes coulèrent en abondance, ses joues prenant une teinte rougeâtre. Liam ne pouvait que partager ce qu’elle ressentait en silence, les mots ne serviraient à rien. Seul le temps pourrait panser ses plaies béantes qu’elle avait tant au cœur que dans son âme. Elle lui fît un faible sourire et il essuya les larmes du bout du doigt, déposant un baiser sur son front et la collant contre son épaule pour qu’elle se sente en sécurité. Il fallait qu’elle parle lorsqu’elle en ressentait le besoin. Liam était doué pour écouter, combien de fois avait-il écouté sa sœur crier à l’injustice lorsque leurs parents l’avait une fois de plus enguirlandée parce qu’elle n’en faisait qu’à sa tête, lors de cette magnifique période de crise d’adolescence ?

Et là il écouterait d’autant plus qu’il s’agissait de sa rose. Rose qui s’était endormie contre lui d’ailleurs. Délicatement, il la bougea pour la coucher confortablement, mettant les couvertures sur elle. Meeko pesta lorsque Liam le dérangea, mais il retourna bien vite se pelotonner contre Vaë pour se rendormir. Se coucher ainsi sur son bas-ventre fît penser à une barrière aux yeux de Liam. Meeko était là et ne laisserait pas Liam faire quoique ce soit à sa maîtresse sans son accord. Mais cela, Vaë le savait, qu’il ne ferait rien.

Pourquoi tout le monde croyait-il que Liam allait lui sauter dessus à la première occasion ?! Il n’était pas ce genre d’homme et son père lui avait longuement parlé, lui disant qu’il ne fallait pas brusquer les choses et que c’était à la femme de dire quand elle voulait franchir le cap, surtout parce que c’était elle qui souffrait le plus lors de la Première Fois. Et Liam avait toujours écouté son père, pour qui il vouait une grande admiration, tout comme pour sa mère d’ailleurs.

Resté éveillé, les pensées tournaient dans sa tête. Il avait hâte de présenter Vaë à ses parents. Avait hâte de les revoir aussi, de charrier son père sur les cheveux blancs qui apparaissaient sur son crâne, de revoir sa p’tite sœur avec qui il avait fait ses quatre cent coups et qui était devenue sa seule amie lors de leur période à l’école des petits, ou personne ne les acceptaient à cause de leurs yeux. D’ailleurs, que dirait Vaë en les voyant ? Violets pour son père et sa sœur et bicolore pour sa mère. Spontanée comme elle l’était Vaë ferait sans doute un joli commentaire qui ferait rire tout le monde.

Et, de l’autre côté, il avait un peu peur. Peur de ce qu’ils pourraient dire. Qui sait…peur de ce qui pourrait se raconter en ville. Les vieilles mégères étaient toujours très actives, malgré le décès d’Eldah.

Finalement, il s’endormit, se disant que seul l’avenir lui apporterait des réponses.

Le lendemain, Liam fût tiré de son sommeil par un doux frisson, provoqué par…le doigt de sa rose sur son torse. Il entrouvrit les yeux en silence, l’observant à son insu. Elle longeait l’une de ses cicatrices, qui partait de son pectoral gauche pour remonter jusqu’à son épaule. Une cicatrice due aux coups de fouet reçus lors de son passage en prison.

Souriant, il pencha la tête et l’embrassa en guise de bonjour, la faisant rougir. Pourtant elle n’avait pas à avoir honte…son corps lui appartenait, tout comme son cœur et son âme. Il était à elle complètement et elle faisait ce qu’elle voulait de lui.

Se souriant, ils se levèrent, Meeko faisant la fête à sa maîtresse. Ils se débarbouillèrent, se chargèrent de leurs effets et descendirent manger avant de ressortir chercher Nocturne qui était déjà impatient à l’idée de reprendre la route.

Vaë ne tenta plus de se hisser seule et laissa Liam la porter sur la selle. Ils se remirent en route, Liam informant sa compagne qu’ils en auraient pour environ une bonne semaine de route jusqu’à sa ville natale. Elle craignit de ne plus avoir accès à la nature, mais il la rassura, lui disant qu’il y avait un espace boisé juste derrière sa maison, ce qui lui rendit son sourire.

En route, ils croisèrent des voyageurs en chariot, des marchands qui tentèrent de leur fourguer leurs produits, et même des bandits qui voulurent prendre le cœur de l’océan, mais ils avaient détalés lorsque Liam avait posé ses doigts sur la garde de son épée qui dépassait de son dos.
Le soir, ils bivouaquaient tranquillement, mangeant chaudement et parlant longuement de tout et n’importe quoi. Liam se disait qu’il devrait lui dire ce qu’elle avait à savoir sur ses parents, pour qu’elle ne soit pas prise au dépourvu en arrivant, mais il avait peur de la faire paniquer en avance, alors il attendait d’être arrivé en ville.

Leur repas était si succulent qu’un soir, il attira une bête que Liam avait déjà croisée quelques mois plus tôt, accompagné d’un autre homme et ensemble ils avaient pu la terrasser. Mais là il était seul. Enfin, le seul combattant. L’ours leur faisait face, mis en appétit par l’odeur de la nourriture. Liam dégaina son épée, gardant Vaë derrière lui pour la protéger, se demandant comment faire. L’ours restait immobile mais retroussait les babines, et soudain la jeune femme contourna Liam et s’avança vers la bête qui se positionna sur ses pattes arrières, doublant de taille, dépassant largement Liam qui était déjà grand. Nocturne hennissait au loin et Liam tentait de faire revenir Vaë en parlant, lui ordonnant presque de faire demi-tour, paniquant à l’idée que d’un seul coup de patte, l’ours pouvait la décapiter nettement et proprement.

Mais il s’aperçut qu’elle fredonnait doucement et l’ours s’assit brusquement, se laissant caresser le museau. Liam écarquilla les yeux, laissant ses bras retomber, la pointe de son arme heurtant le sol. Il se sentit défaillir lorsqu’elle se retourna vers lui, tous sourires, en disant :

-Regarde comme il est mignon !

Il regardait la scène, bouche bée, rangeant son arme lentement. Ses jambes tremblaient et lorsqu’il s’avança sous la demande de Vaë pour le caresser, il hésita, avant de s’exécuter. Et l’ours se laissa faire immédiatement, pas comme Meeko. D’ailleurs celui-ci vint se coucher sur la tête de l’ours qui lui-même s’était couché près du feu après avoir eu les restes de viande. Vaë se pelotonna contre son ventre poilu et chaud, invitant le chevalier à faire de même. Il hésita encore plus. Qui lui assurait que l’ours resterait bien sage toute la nuit et qu’au matin il rouvrirait les yeux ? Qui lui promettait que l’ours ne ferait rien, ni à Vaë, ni à lui ou encore à Nocturne et Meeko ?

Tout simplement le regard de sa rose, confiant. Il se coucha à ses côtés, ne parvenant tout de même pas à se détendre entièrement. Par contre, il ne dormit jamais aussi bien à la belle étoile que contre l’ours.

Le lendemain, ils reprirent leur route, l’ours suivant l’étalon lentement, ses pas lourds heurtant le sol. Les quelques voyageurs qu’ils croisaient prenaient la fuite, livides, alors que Vaë leur offrait un grand sourire pour leur montrer que tout était normal. Liam n’osait pas lui dire qu’ici bas, c’était loin d’être normal de se promener en compagnie d’un ours sauvage…elle rayonnait tellement qu’il lui accordait tout sans jamais la contredire.

Mais ils arrivaient en vue des pics rocheux qui entouraient Beolan, et juste avant d’y accéder, Liam demanda à Vaë de renvoyer Boris dans la nature. C’était elle qui avait choisis le prénom et l’animal n’avait pas rouspété.

Elle descendit de selle, s’approchant de l’animal et le serrant dans ses bras, lui parlant. Liam attendit, un sourire aux lèvres. L’ours se détourna en poussant un faible rugissement de tristesse, marchant vers les bois lentement.

Vaë se retourna vers lui et lui demanda, avec toute l’innocence qu’elle pouvait avoir :

-Tu es certain qu’on ne peut pas l’amener avec nous ?

Il secoua la tête en signe de dénégation, lui expliquant gentiment que si Boris arrivait à Beolan, ce serait la panique et les gardes se feraient une joie de le chasser pour ensuite accrocher sa peau au mur de la caserne. Sans compter la panique qu’il causerait dans la ville. Boris était bien mieux bien en vie dans la nature. Il omit juste de dire que ce serait son père qui donnerait l’ordre de l’abattre, en sa qualité de Capitaine, remplaçant son collègue Dart, parti en retraite.

Vaë fît la moue, se résignant, et leva les bras pour remonter en selle. L’agrippant doucement, il la souleva de terre et la posa devant lui, attendant qu’elle soit bien installée pour reprendre la route.

Nocturne montait le long du sentier qui sillonnait vers la ville, dont les imposantes fortifications grandissaient au fur et à mesure de leur approche. Alors qu’ils pénétraient dans la ville même, Vaë ouvrit la bouche en grand, ébahie du spectacle. Liam se sentit sourire et son cœur fût encore plus léger, se sentant chez lui. La ville n’avait pas changée. Les grandes artères étaient toujours bondées de charrettes, de marchands, d’étals et de citoyens, les enfants jouaient toujours partout, les bruits se mélangeant et se confondant. Liam passa devant son ancienne école, la montrant à Vaë, lui disant que c’était dans ce grand bâtiment rouge qu’il avait appris à lire, écrire, compter, et tout ce qu’il savait aujourd’hui. Il lui montra les palais des dirigeants, lui expliquant brièvement leur rôle. Lui-même ne s’était jamais intéressé plus que ça à la politique, il ne pouvait pas l’aider de beaucoup.

Ils passèrent devant le quartier général de la garde et Liam devint nerveux. Ils approchaient. Il stoppa Nocturne à quelques mètres de la maison. Elle était là-bas, grande, avec son allée bordée de fleurs et son portique en fer bien huilé. Derrière, on voyait nettement l’espace de verdure que Vaë chérissait tant. Les rideaux étaient aux fenêtres et tout semblait calme. En somme, c’était comme s’il était parti deux jours avant, alors que deux ans c’étaient écoulés. Tournant la tête, il observa la maison de son parrain et de sa marraine. Elle était en moins bon état, du fait de leur âge avancé qui ne leur permettait plus de faire tous les travaux nécessaires, et Berthan s’évertuait à refuser l’aide d’artisans, prétextant que bientôt il n’y aurait plus personne pour vivre dans cette demeure et que son argent, il ne voulait pas le gaspiller mais le confier à leurs jumeaux adorés. Liam et Elayne donc.
Il fît pivoter la tête de Vaë pour la regarder, et il lui sourit pour tenter de la rassurer, l’embrassant légèrement. Lui-même était nerveux mais le dissimulait le mieux possible.

-Ma mère se nomme Melley et mon père Heïan. Ma sœur c’est Elayne. Ils ne sont pas exigeants quant à la politesse, mais attendront de toi les bases. Les « bonjours, merci, s’il vous plaît » entre autre. Pour être sûre tu peux les appeler madame et monsieur, ils te diront bien vite de les nommer par leurs prénoms. Ils vont peut-être te poser des questions, ils seront curieux, mais je suis là d’accord ? Si jamais tu ne comprends pas quelque chose, ne dis rien je serais là.

Il se tut, la laissant intégrer le tout. Il avait parlé vite, de plus en plus nerveux. Il avait un mauvais pressentiment. Pas pour ses parents. Pour sa sœur. Il avait peur de sa réaction à elle. Vu son caractère…
Il s’était dit qu’il pouvait entrer en premier et préparer le terrain puis emmener Vaë. Mais il avait chassé l’idée. Vaë venait avec lui, tout de suite.

Soupirant et tentant de calmer son cœur, il mit Nocturne au pas, avançant. Devant le portail, il descendit, aida Vaë à faire de même, et il n’eut même pas le temps d’ouvrir le portique que la porte d’entrée s’ouvrit, dévoilant…

Ses parents.

Il les regarda, tenant fermement la main de sa rose dans la sienne pour l’encourager, et s’avança, laissant Nocturne aux bons soins des domestiques. Heïan comme Melley souriaient à s’en décrocher la mâchoire.
Leur fils, leur monstre, était enfin de retour. Melley était restée la même, quelques mèches grisonnantes mais allant très bien avec le noir d’origine, quelques rides aux coins des yeux, mais un corps toujours aussi fin qui ne cessait de faire palpiter le cœur de son époux. Ses yeux pétillaient, ses yeux bicolores, rouge et doré. Elle était dans les bras d’Heïan, qui lui avait aussi mais bien plus rares, des cheveux blancs dans le brun d’origine. Son corps avait conservé aussi les muscles que Liam lui avait toujours connus et ses yeux violets étaient tout aussi brillants que ceux de sa femme.
Ils observaient leur fils venir à eux, ayant parfaitement vue la ravissante jeune femme qu’il ramenait avec lui, mais le laissant faire les présentations. Mais avant…

-Oohh mon bébé ! S’exclama Melley, ne tenant plus, serrant Liam dans ses bras jusqu’à manquer l’étouffer.

Il entendit nettement le ricanement de son père qui le serra à son tour une fois qu’il fût libéré et Liam dit, nerveux :

-Maman, papa…je suis content de vous revoir.

Il leur sourit, ne demandant pas tout de suite ou était sa sœur, puis il tira sur la main de Vaë pour la mettre à ses côtés. Elle était restée légèrement en retrait lors des effusions des retrouvailles, et il espérait qu’elle n’ait pas de boule à l’estomac au souvenir de sa famille défunte.

-Maman, papa, je vous présente Vaënadiel. Vaënadiel, je te présente mes parents.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 28 Nov 2012 - 20:02

Melley, Heïan et ... Elayne

Émerveillée par tant de choses et aussi bien nerveuse, Vaënadiel regardait dans tous les sens possibles. La ville semblait s’étendre jusqu’au bout du monde tellement elle était gigantesque et il y avait tellement de personne de taille et de grandeur différente. Aucuns n’étaient pareil et leurs vêtements était tout similaire les uns des autres. Continuant leur avancé, ils passèrent devant le quartier général où la jeune femme pointait les hommes de métal appelés ‘‘soldats’’ et pointait aussitôt un autre endroit. Un peu plus loin, Liam fit stopper Nocturne devant une immense demeure et la regarda un moment. Vaë elle, se questionnait et regardait à gauche puis à droite afin de voir pour quelle raison le jeune homme s’était stoppé aussi soudainement. C’est alors que l’une des mains du chevalier prit son menton afin qu’elle porte son attention sur lui. Liam lui souriait doucement et posa ses lèvres sur les siennes avant d’annoncer:

‘‘ Ma mère se nomme Melley et mon père Heïan. Ma sœur c’est Elayne. Ils ne sont pas exigeants quant à la politesse, mais attendront de toi les bases. Les « bonjours, merci, s’il vous plaît » entre autres. Pour être sûre, tu peux les appeler madame et monsieur, ils te diront bien vite de les nommer par leurs prénoms. Ils vont peut-être te poser des questions, ils seront curieux, mais je suis là d’accord ? Si jamais tu ne comprends pas quelque chose, ne dis rien je serais là. ‘‘

Voilà ... maintenant elle était extrêmement angoissé et avait peur de faire honte à Liam avec ses manières pour le moins, primaires. Elle connaissait les politesses, mais était tellement maladroite qu’elle pourrait choquer sa famille sans le vouloir. Elle en était bien capable... Nocturne avança à ce moment, elle, reportant son regard vers l’avant et regardait l’immense hutte de pierre carrée qui était la maison de son homme et jouait avec une mèche de ses cheveux, nervosité. Son pouls s’était accéléré et elle ne voulait que ... détaler comme un lièvre. Une fois devant le portail fait d’une matière solide et froide, la druidesse toucha la terre ferme avec l’aide de Liam. C’est alors qu’elle entendit un son provenir de la maison. Une porte s’était ouverte et laissèrent voir deux personnes; un homme plutôt grand aux cheveux bruns et en bataille qui commençait à grisonner. Ses yeux étaient d’un violet perçant et vif alors que dans ses bras, se trouvait une femme à la longue chevelure noir et au regard étrange. Deux couleurs ? Peu confiante, Vaënadiel se cacha légèrement derrière Liam qui prit sa main et l’entraina avec lui jusqu’à eux.

Ceux-ci sourirent en silence alors qu’ils laissèrent Liam briser la distance qui les séparait. La femme, qui était probablement sa mère, Melley, fut la première à réagir et quitta les bras de son homme pour venir serrer sa progéniture dans ses bras.

‘‘ Oohh mon bébé ! ‘‘

Melley faillit bien l’étouffer et Heïan ne put se retenir de rire doucement alors que sa femme lui laissa le champ libre afin qu’il puisse en faire de même, une bonne claque dans le dos en prime. Vaënadiel était resté en retrait alors que la petite famille faisait leurs retrouvailles. Timide, elle se contenta de sourire légèrement alors qu’une de ses mains continuait de caresser une mèche de ses cheveux.

‘‘ Je me demandais si tu ne nous avais pas oubliés! Il faut dire que tu ne donnais pas de tes nouvelles très régulièrement depuis quelque temps. ‘‘

Il vit le sourire embêté sur les lèvres de son fils et lui taponna l’épaule en lui souriant.

‘‘ Maman, papa…je suis content de vous revoir. ‘‘
‘‘ Nous aussi fiston ... nous aussi. Il nous tardait de te retrouver après tout ce temps. ‘‘

La druidesse se sentit tirée vers l’avant et laissa échappé un petit cri de surprise lorsqu’elle se retrouva près des parents de Liam et elle sentit le rouge lui monter aux joues en un éclair. Ses parents étaient de belles personnes malgré leur âge. Intimidée, Vaë baissa la tête et la pointe de son pied se mit à tracer des cercles au sol alors que Liam la présentait à Melley et Heïan qui souriaient doucement dans l’entrée.

‘‘ Maman, papa, je vous présente Vaënadiel. Vaënadiel, je te présente mes parents. ‘‘

Elle leva les yeux vers eux, incertaine de comment les saluer et ce fut impulsif ... elle s’emmêla dans ses mots et déblatéra le tout dans sa langue maternelle.

‘‘ Ir...Irshkiël (Bon...Bonjour) ‘‘

Heïan perdit son sourire pour prendre un air plutôt surpris et regarda la jeune femme qui rougit davantage et se cacha derrière ses cheveux en se cognant le front contre le bras de Liam à trois reprises. Lorsqu’elle leva les yeux vers les soleils de son homme, son visage était aussi piteux que celui d’un chiot qu’on abandonnait. Vaë soupira et tentit de se rassaisir avant de regarder Heïan puis Melley. Elle sourit timidement et murmura :

‘‘ Pardon ... je ... je suis très nerveuse ... je ... enchanté de vous rencontrer, monsieur Heïan et madame Melley. ‘‘

Aussitôt elle se tut, les yeux ronds. Elle venait de combiner les deux ensemble et avait affreusement peur d’avoir tout fait foirer, mais l’homme de la maison ne put se retenir de rire à la plus grande surprise de la druidesse. Heïan lui offrit un sourire rassurant et demanda à son fils :

‘‘ Alors, tu nous as ramené une petite copine ? ‘‘

Mais il se fut rapidement donné un coup de coude dans les côtes par sa femme qui le réprimanda du regard. Heïan, mal à l’aise, se racla la gorge et les invita plutôt à entrer à l’intérieur. La bouche de Vaë ne resta pas fermée bien longtemps lorsqu’elle vit tout ce qu’il y avait dans cette demeure. L’envie d’aller voir était grande, mais elle devait rester tranquille et auprès de Liam. D’ailleurs, où était sa soeur ? Ils ne l’avaient pas encore vu. Les seules autres personnes étaient des gens vêtus étrangement qui se promenaient avec des bâtons de plume et qui donnaient des coups sur des meubles. Fronçant les sourcils en les dévisageant, Vaë se laissa entrainer dans une vaste pièce où se trouvaient une drôle de table et un gros truc où ses parents prirent place. Une domestique apporta alors un plateau où se trouvait une théière en porcelaine et quelques tasses en plus de quelques biscuits. Les yeux aqua de Vaë regardait ces choses avec curiosité, mais elle garda ses mains sur ses cuisses pour éviter de faire quelque chose de mal. Bref, elle semblait coincée et raide comme une planche.

‘‘ Tu peux te détendre, Vaënadiel. Nous ne te mangerons pas ... ici, tu es chez toi. ‘‘
‘‘ M-merci, monsieur ... ‘‘

Le soldat lui souria et porta son attention sur son fils qui avait quelque peu changé depuis le jour de son départ, il y avait deux ans de cela. Liam semblait beaucoup plus mature, calme et posé alors que sa compagne semblait éblouie par ce qu’elle voyait, une lueur de curiosité brillant dans son regard. Heïan demanda alors :

‘‘ Eh puis, mon grand voyageur ! Raconte-nous ce qui s’est passé depuis ton départ . ‘‘

Vaë tourna les yeux vers Liam, curieuse d’entendre son récit alors qu’une masse se formait derrière eux. Un frisson parcourut la nuque de la jeune femme comme si elle sentait un regard mauvais sur elle et elle se risqua à tourner les yeux pour apercevoir une jeune femme. Elle devait avoir son âge et avait de longs cheveux bruns comme ceux de son père, ainsi que son regard. Ce devait être Elayne ... Cette femme était d’une grande beauté, tellement qu’à côté d’elle, Vaë se sentait toute petite. Elle dégageait une forte prestance et une grâce sans pareil. S’approchant de son frère après avoir poignardé la druidesse du regard, elle enlaça le cou de son frère par derrière avec un large sourire aux lèvres.

‘‘ LIAM ! ‘‘ S’écria t’elle sans porter la moindre attention à leur invitée. ‘‘ Comment vas-tu !? J’avais si hâte de te revoir ... c’était insupportable de te savoir si loin ! ‘‘

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 28 Nov 2012 - 22:27



Liam sentait sa rose nerveuse. Extrêmement nerveuse. Tant est si bien qu'elle s'emmêla les pinceaux et parla dans sa langue maternelle :

-Ir...Irshkiël

Heïan perdit son sourire, haussant les sourcils en regardant Liam. Vaë se cachait avec ses cheveux, se tapant le front contre son bras avant de le regarder, demandant pardon comme si elle avait fait la plus grosse boulette de la terre. Elle prit le temps de se ressaisir avant de regarder Heïan et Melley pour ajouter :

-Pardon ... je ... je suis très nerveuse ... je ... enchanté de vous rencontrer, monsieur Heïan et madame Melley.

Liam sourit. Elle avait mélangé les deux formules, et semblait s'en vouloir, mais son père rit de bon cœur, la rassurant par la même occasion. Regardant son fils, il ne put s'empêcher de demander :

-Alors, tu nous as ramené une petite copine ?

Liam se sentit rougir et ne put, heureusement, pas répondre. Sa mère avait flanqué un coup de coude dans les côtes de son mari, le dardant du regard. Liam n'avait pas honte de dire que Vaë était sa petite amie, mais la question était…trop soudaine.
Il préféra les inviter à entrer, et Liam pénétra dans l'immense hall main dans la main avec Vaë. Rien n'avait changé. L'escalier était toujours bien au centre, les tapis, décorations toujours en place. Les domestiques vaquaient à leurs occupations et sa rose regardait le tout avec admiration et curiosité. Liam l'emmènerait visiter, c'était certain. Une fois les retrouvailles achevées.
Elayne n'était pas là. Était-elle partie aussi ? Ou était-elle encore en train d'étudier ?

Ses parents les conduisirent au salon, les installant devant la grande cheminée, sur les fauteuils et canapé. Que de souvenirs…les jeux, les repas, Akira…tout lui revenait en tête et il se rendit compte qu'il était doublement heureux. Heureux d'avoir rencontré Vaë. Heureux d'être de retour chez lui avec elle.
Une domestique apporta un plateau avec du thé et des tasses, et il vit le regard de la jeune femme s'y attarder, tout comme il s'était attardé sur tout ce qui l'entourait, et elle garda ses mains sur ses cuisses, raide comme un piquet. Elle ne savait pas comment utiliser ça ! Liam se maudit. Mais il était trop tard. Heïan lui déclara gentiment qu'elle n'avait pas à avoir peur et qu'ils ne la mangeraient pas. Ah non, sûr ils n'étaient pas cannibales. Pas aux dernières nouvelles !

Melley s'était assise près de son mari, une main dans la sienne, regardant son fils avec un grand sourire. Qu'est-ce qu'il avait grandi…elle le voyait encore à sa naissance, la surprise totale puisqu'il n'était pas prévu qu'il y en ait deux d'un coup, elle le revoyait tout petit dans ses bras, le revoyait réclamant son père durant cette affreuse période…et maintenant c'était un homme, amoureux. Elle se revoyait nettement à la place de Va…Vaënadiel, voilà, intimidée. Les circonstances étaient toutes autres, puisqu'elle et Heïan ne savaient pas encore qu'ils s'aimaient à ce moment, mais c'était tout comme. Elle avait été tout aussi paniquée. Alors elle ne pouvait que comprendre ce que ressentait la jeune femme, surtout qu'elle semblait originaire d'un autre peuple, au vu de son regard émerveillé sur tout ce qui l'entourait.

-Eh puis, mon grand voyageur ! Raconte-nous ce qui s’est passé depuis ton départ .

Liam sourit, soupirant. Tant de choses…par quoi commencer ? Que dire et que dissimuler ? Il ouvrit la bouche pour commencer, mais il sentit…quelqu'un, derrière lui. Vaë s'était aussi retournée et il sentit des bras enserrer son cou alors que sa sœur s'exclamait :

- LIAM ! Comment vas-tu !? J’avais si hâte de te revoir ... c’était insupportable de te savoir si loin !

Liam sourit, serrant les bras de sa sœur contre lui, retrouvant une partie de lui. Vaë prenait le reste de son corps, mais il gardait une partie pour sa p'tite sœur jumelle.
Elle contourna le canapé, sans un regard pour Vaë et s'assit à ses côtés. Elle n'avait pas changé non plus. Ses longs cheveux bruns ondulaient le long de ses épaules et son regard violet brillait toujours, malgré une petite lueur au fond…

La famille réunie, Vaë à côté, son odeur emplissant ses poumons. Liam était bien là, entouré de tous ceux qu'il aimait !
Il décida de répondre à ses parents :

-Il s'est passé tant de choses, si vous saviez…j'ai visité des contrées magnifiques, dangereuses aussi, j'ai rencontré des gens, appris…j'ai livré des combats, amélioré mes talents…que dire…il y a tant…

Il se tut, agrippant la main de Vaë en continuant :

-Mais la meilleure partie a été celle qui a commencé le jour ou je l'ai rencontrée. En oubliant…les côtés négatifs.

Il regarda Vaë, rougissante, la rassurant du regard. Il ne dirait rien. Ses parents le regardait, curieux, mais connaissait l'air de leur fils. Il ne parlerait pas. Liam n'avait pas remarqué la mine que tirait Elayne depuis qu'il avait parlé de sa rose. Elle était piquée au vif que son frère ait pu la remplacer par…une femme qui avait l'air inculte et surtout, petite !

Melley elle, avait vu le regard de sa fille en revanche, et se disait qu'il fallait faire attention. Même si elle était devenue une femme et avait passé la crise d'adolescence, son caractère était bien trempé, surtout qu'elle avait hérité du côté hyper têtu de son père !

Liam but une gorgée de thé, donnant une tasse à Vaë en lui indiquant de l'imiter. Elle y réussit…presque. Quelques gouttes s'échappèrent et Elayne ricana en silence avant de se relever, remontant étudier. Elle n'avait même pas cherché à savoir qui était cette femme. Elle serait très vite partie. Et son frère serait très vite à elle. Parce qu'elle ne voulait pas le perdre. Ils avaient partagés trop de choses pour qu'elle en laisse une autre devenir sa confidente.

Melley se redressa et dit aux deux invités :

-Vous souhaiteriez peut-être aller vous laver et vous reposer après votre longue route ? Je vais vous montrer la chambre. Heïan peux-tu informer les domestiques qu'ils doivent cuisiner plus ? Même s'ils s'en doutent. Vaënadiel, avez-vous un vœu pour le repas ? Une spécialité ?

Melley se faisait tout ce qu'il y a de plus gentille et tendre envers leur invitée, mais Liam, en regardant Vaë, la vit tendue, jouant avec ses cheveux. Tant est si bien qu'elle ne répondit pas à Melley. Liam prit la parole, serrant sa main :

-Ne vous en faites pas, elle sera ravie de découvrir les spécialités d'ici.

Il se releva, entraînant Vaë avec lui à l'étage, dirigé par Melley. Elle leur donna la grande chambre d'amis, celle de Liam contenant qu'un seul lit. Hors, ici il y en avait un double. Melley leur sourit et les laissa seuls, disant qu'elle les appellerait pour le dîner.

La porte refermée, Liam se tourna vers sa rose, complètement paniquée. Il s'avança, prit son visage entre ses mains et lui murmura :

-Tu t'en es très bien sortie, Vaë. T'es une championne !

Il l'embrassa longuement, passionnément, pour la rassurer au maximum. Se détachant légèrement il poursuivit :

-Je t'apprendrais tout ce qu'il faut. N'aie pas peur…

Il lui sourit et l'embrassa encore plus longuement, heureux qu'elle soit là, heureux et fier d'elle comme jamais. A ce moment là, la porte s'ouvrit sur Elayne, qui eut un frisson d'horreur en voyant la scène.
Elle toussota, les faisant sursauter.

Liam se retourna et dit :

-Elayne ! Tu aurais pu toquer…

-Je suis encore chez moi ici non ? Je suis pas une étrangère…

Elle avait accentué le mot et Liam fronça les sourcils. Il serra Vaë contre lui et dit :

-Elayne, je t'interdis…

-Quoi ? Je n'ai plus le droit de voir mon frère ? Je dois prendre rendez-vous ?

Il soupira, ne comprenant pas son accès de fureur. Il dit à Vaë d'aller se laver, attendant qu'elle s'enferme dans la salle de bain pour s'avancer vers sa sœur.

-Qu'est-ce qui te prends ?

-Rien. Mais je suis contente de te revoir et…

Elle ne mentait pas mieux que lui.

-Elayne. Je te connais. Je ne suis pas ton jumeau pour rien. Tu ne la connais même pas. Apprends à la connaître ! Elle a énormément à t'apprendre.

-Mais regarde-la !

Il se recula, visage fermé.

-Ce n'est pas à toi de me donner ta bénédiction. C'est à papa et maman.

-Que crois-tu qu'ils vont penser d'elle ?! Elle ne sait même pas boire du thé ! Alors que c'est la base de l'éducation des dames !

Là, il serra les poings.

-Tu t'arrêtes sur des broutilles ! Je te préviens, je te connais ! Elle a assez souffert pour que tu en rajoutes !

Le regard qu'elle lui lança le déstabilisa. Il n'avait pas l'habitude de se disputer avec sa sœur, mais…Vaë prenait plus de place qu'elle dans son corps.

Elle commença à tourner les talons et juste avant de ressortir, elle lui dit :

-J'avais hâte de te revoir, vraiment. Mais tu n'es plus le frère que j'ai toujours connu.

Et elle ferma la porte violemment, le laissant planté au milieu de la pièce. Qu'avait-elle d'un coup ? Pourquoi se rebellait-elle contre Vaë sans même la connaître ? Il se tourna vers la porte de la salle de bains et vit Vaë qui se tenait devant, la tête basse. Il lui sourit et s'approcha, la serrant contre lui fortement.

Il avait besoin de sa chaleur. Et elle avait besoin d'être rassurée. Il enfoui sa tête dans son cou et murmura à son oreille :

-Tu n'as pas à t'inquiéter…désolé si tu as entendu…elle ne pense pas ce qu'elle dit. D'accord ? Ne t'en fais pas. Je suis là.

Il caressa sa joue, replaçant ses cheveux, geste devenu machinal maintenant. Il tremblait un peu, mais le cacha.

-Viens. On va se laver. Tu vas être encore plus resplendissante ce soir au repas.

Il l'entraîna dans la salle de bains, surpris lui aussi par son audace. Il avait dit "on". Il faisait chuter une barrière. Elle était une part de lui, et…il voulait…il voulait la débarrasser de sa gêne. Lui aussi d'ailleurs. Fermant la porte de la salle d'eau, serrant sa main dans la sienne, il se sentit tout aussi rouge qu'elle. Si elle ne voulait pas, elle n'avait qu'à le dire, il la laisserait en privé.

Elle n'avait qu'un mot à dire…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 29 Nov 2012 - 3:39

Mal aise ...

Elayne prit place de l’autre côté de Liam alors que Vaënadiel attendait qu’elle jette un regard dans sa direction pour la saluer et tenter de se présenter, mais elle n’en fit rien. Mal à l’aise, elle se résigna et détourna le regard ailleurs pendant que Liam répondait à la question de son paternel assis sur un autre sofa devant eux, de l’autre côté de la petite table de salon.

‘‘ Il s’est passé tant de choses, si vous saviez…j’ai visité des contrées magnifiques, dangereuses aussi, j’ai rencontré des gens, appris…j’ai livré des combats, amélioré mes talents…que dire…il y a tant… ‘‘

La main droite du jeune homme se glissa dans la sienne qu’il avait détachée volontairement de sa cuisse. Ses yeux aqua la regarda un long moment avant de se plonger dans le doré de ceux de Liam qui lui souriait.

‘‘ Mais la meilleure partie a été celle qui a commencé le jour ou je l’ai rencontrée. En oubliant…les côtés négatifs.’’

Évidemment, Vaë se mit à rougir sous cet aveu qui lui fit un velours, mais il garderait ce qui en était des côtés négatifs pour lui. Cette promesse fut scellée d’un seul regard qu’elle capta aussitôt. La seule qui pourrait en parler ouvertement était la druidesse, et ce, seulement si elle le désirait bien entendu. Mais pour le moment, Vaë préférait se remettre de ces évènements avant d’en parler ouvertement, hormis à Liam. Heïan les regarda avec un petit sourire en coin alors que Melley lui fit signe des yeux en direction de leur fille qui tirait une drôle de tête. Cette lueur dans ses yeux ne présageait rien de bon et il faudrait la garder à l’oeil, car il se pourrait qu’il y ait des flammèches très bientôt. Les parents se regardèrent un moment puis Heïan offrit du thé à son fils puis à Vaë qui ne sut pas comment ça fonctionnait et ce que c’était. Portant son nez subtilement au dessus de la tasse pour renifler, la jeune femme regardait Liam qui lui montrait comment faire. La tasse fut portée à ses lèvres, mais, maladroite comme elle était, en versa quelques gouttes sur ses jambes. Elle n’avait pas vut Elyane rire d’elle silencieusement, mais remarqua bien qu’elle les quittait sans rien dire de plus. Gênée, Vaë s’excusant du regard envers Liam qui lui souriait doucement ... elle finirait par s’habituer ... peut-être.

Après le thé, Melley se leva du canapé et Heïan ne tarda pas à l’imiter, ramassant le plateau et se dirigeant vers l’entrée des cuisines où un domestique prit le relais et en profita pour avertir les domestiques de l’ajout de deux couverts sous la demande de sa femme. Cependant, la question de la mère de Liam la prit au dépourvu et elle ne sut quoi répondre. Une ... spécialité ? Mais ... elle mangerait ce qu’on lui donnerait tout simplement. Jamais elle n’avait eut de nourriture favorite, se contentant de ce qu’elle avait à se mettre sous la dent. Vaë avait été élevé ainsi. Mais Melley était si gentille ... Embarrassée, la druidesse joua avec ses cheveux et Liam prit le relais pour la secourir.

‘‘ Ne vous en faites pas, elle sera ravie de découvrir les spécialités d’ici. ‘‘

Liam se releva et prit sa main, l’invitant à le suivre à l’étage alors que Melley prenait les devants. L’escalier était ... magnifique. Cette chose rouge qui le couvrait semblait si douce qu’elle ne put résister et se pencha pour le toucher, constatant qu’au final, il était rude. Grimaçant, Vaë enjamba la marche qui la gardait derrière Liam et une fois en haut, elle le tirait dans tous les sens pour s’approcher des tableaux et des statues où se trouvaient des images magnifiques. Une chance que la mère de Liam ne voyait rien de son manège, car elle serait bien là en train de rire de ses agissements. Une fois devant une porte, la maîtresse de maison l’ouvrit et leur dévoila la vaste pièce où se trouvait le lit le plus énorme qu’elle n’avait jamais vu. Mais elle allait se perdre là dedans ! Melley les laissa ensuite seuls et le jeune homme la guida à l’intérieur, car Vaë était émerveillé par les boiseries sculptées qui entouraient la porte de la chambre. Une fois à l’intérieur et la porte close, Liam se retourna vivement vers elle, prit son visage entre ses mains sous son étonnement et murmura :

‘‘ Tu t’en es très bien sortie, Vaë. T’es une championne ! ‘‘
‘‘ Tu trouves ... ? ‘‘

Pourtant, elle se trouvait complètement idiote. Début leur arrivé qu’elle n’arrêtait pas de faire sa maladroite ! Mais le jeune homme lui fit rapidement oublier ses craintes en l’embrassant. Vaë ferma les yeux et profita de ce moment savoureux jusqu’à ce qu’il éloigne ses lèvres des siennes pour dire:

‘‘ Je t’apprendrais tout ce qu’il faut. N’aie pas peur…’’

Liam lui souriait tendrement, reposant ses lèvres sur les siennes afin de lui offrit un baiser plus long que son prédécesseur. Sur la pointe des pieds, Vaë tentait de gagner en grandeur afin de se pendre au cou du jeune homme en souriait timidement. Oui, elle ne pouvait s’en empêcher même s’ils étaient habitués à la présence l’un de l’autre. La porte s’ouvrit à ce moment sans même qu’on les prévienne. Elayne se trouvait dans l’embrasure de la porte et tressaillit en voyant le spectacle qui s’offrait à elle. Voulant qu’on lui porte attention, elle toussota et la druidesse sursauta, lâchant tout de suite Liam et se recula d’un pas afin de se camoufler derrière lui, plus gênée que jamais. Le chevalier lui fit face afin de la réprimander.

‘‘ Elayne ! Tu aurais pu toquer… ‘‘

La brunette fronça aussitôt les sourcils, mécontente de la réponse de son jumeau. Ses yeux violets se posèrent à peine sur Vaë qui observait en silence, à moitié caché derrière son homme. Cette femme était ... intimidante pour son âge. Elle rétorqua brusquement, mettant l’accent sur le dernier mot qui rendit la druidesse très mal à l’aise.

‘‘ Je suis encore chez moi ici non ? Je ne suis pas une étrangère… ‘‘

Liam la regardait de la même manière, se tournant légèrement pour serrer la nordique dans ses bras alors qu’elle évitait le regard d’Elayne.

‘‘ Elayne, je t’interdis… ‘‘
‘‘ Quoi ? Je n’ai plus le droit de voir mon frère ? Je dois prendre rendez-vous ? ‘‘

Le jeune ne savait visiblement pas pourquoi sa jumelle réagissait de la sorte, tout comme Vaë. Pourtant, elle ne lui avait pas encore adressé la parole depuis son arrivée et elles n’avaient aucunement fait connaissance. Liam soupira puis tourna les yeux vers elle qui acquiesça en silence avant de se rendre jusqu’à la pièce qu’il lui avait désignée du regard. La jeune femme ferma la porte, mais s’adossa contre celle-ci et baissa les yeux au sol. Elle se sentait mal de provoquer cette tension entre eux, sans en savoir la raison. Au travers de la porte, la conversation était dite sur un ton suffisamment élevé pour qu’elle entende tout.

‘‘ Mais regarde-la ! ‘‘

Ce fut les paroles qui la marquèrent et qui lui serrèrent la gorge. Qu’est-ce qu’elle avait ? Était-elle trop différente des autres femmes de son entourage ? Trop petite ? Pas assez jolie ? Trop sauvage et mal vêtu en plus d’être inculte et maladroite ? Les paroles que Liam lui dites lui échappa, mais pas celle de sa soeur ...

‘‘ Que crois-tu qu’ils vont penser d’elle ?! Elle ne sait même pas boire du thé ! Alors que c’est la base de l’éducation des dames ! ‘‘
‘‘ Tu t’arrêtes sur des broutilles ! Je te préviens, je te connais ! Elle a assez souffert pour que tu en rajoutes ! ‘‘

Sa tête se baissa et elle ferma les yeux, dépitée par les paroles crachées par Elayne. Sur certains points, elle n’avait pas trop. La famille de Liam venait d’une haute classe de la sphère sociale et elle, du fin fond d’un village reclus dans les montagnes. Son éducation n’avait donc rien à voir avec celle des jumeaux. Les dernières bribes lui passèrent par dessus la tête, n’y portant plus attention, car elle réfléchissait, pensait. C’est alors que la porte se claqua, faisant sursauter Vaë qui se risqua à ouvrir la porte alors que Liam se retournait pour l’apercevoir, la mine basse. Tout ce qu’elle eut le temps de voir avant que son visage ne s’enfonce contre le torse de Liam fut les pieds de celui-ci. Ses bras l’encerclèrent fortement, comme si elle était sa prisonnière et elle entoura sa taille de ses bras. Vaë fut soulevé de terre alors que le jeune homme faufila son visage jusqu’à son cou, murmurant doucement à son oreille.

‘‘ Tu n’as pas à t’inquiéter…désolé si tu as entendu…elle ne pense pas ce qu’elle dit. D’accord ? Ne t’en fais pas. Je suis là. ‘‘
‘‘ Mais ... ‘‘

Vaë ne continua pas, ne sachant pas quoi dire pendant que Liam la reposait par terre et caressait sa joue. De l’autre main, il replaça une mèche folle et lui souriait tendrement. Bien que peu convaincue que sa soeur ne pensait pas ce qu’elle venait de dire, la druidesse se tut et garda ça pour elle.

‘‘ Viens. On va se laver. Tu vas être encore plus resplendissante ce soir au repas. ‘‘

... « On »? Vaënadiel croyait avoir mal compris, mais il s’avérait que non, car Liam l’entrainait dans la salle de bain et referma la porte derrière elle. La jeune femme se fit hésitante, commençant à sentir ses jambes se ramollir sous son poids alors que son pouls augmentait et que des bouffées de chaleur l’envahissaient. Se laver ensemble ... ça voulait dire, sans habits sur le dos ? Comme un nouveau-né? La nervosité la prit de court alors qu’elle se sentait rougir, marquant un fort contraste avec sa chevelure. Ce qu’elle pouvait être gênée en ce moment ... ! Mais elle voulait qu’il reste là, avec elle. Sauf que ... se dévêtir devant lui c’était une tout autre histoire. En plus, il allait voir l’intégralité de sa marque de naissance; l’affreux dessin qui marquait sa peau depuis qu’elle avait vu le jour.

Encore une fois ... ça allait sortir ...

‘‘ C’est l’histoire de deux flocons dans une montagne enneigée et il y en a un qui dit à l’autre «Te retourne pas! Je crois qu’on est suivi » ‘‘

Elle avait parlé rapidement, laissant Liam surpris. S’en suivit d’un long silence puis Vaë finit par pousser un long et profond soupir avant de lui tourner le dos et de se dévêtir en quatrième vitesse. Sa chemise lui arriva même en pleine figure. Ses cheveux retombèrent sur sa poitrine alors que sa marque de naissance était maintenant clairement exposée. Toujours dos à lui, elle n’osait pas lui faire face, trop timide, et ce fut lui qui posa une main sur son épaule pour l’inviter à se retourner. Son index se posa sous son menton et il lui redressa la tête afin de croiser son regard aqua. Il l’embrassa doucement puis mit un peu de distance entre leur visage en lui souriant tendrement, se voulant rassurant. Les mains de la jeune femme se glissèrent maladroitement dans le dos de Liam, sous sa chemise, afin de toucher sa peau parsemée de cicatrices récentes, en caressant une du bout du doigt au passage.

‘‘ Je ... suis désolée pour ça, Liam. ‘‘

Mais il ne lui répondit pas de vive voix. Oui, elle devait arrêter de s’en vouloir pour ce qui lui était arrivé, mais c’était plus fort qu’elle ! L’homme posa ses mains chaudes dans son dos, la faisant frissonner alors qu’elles descendaient tranquillement jusqu’à ce qu’elles s’arrêtent et remontent vers sa taille. Il pouvait continuer ! Vaë avait seulement de la difficulté à le dire à cause de sa timidité ... Le débarrassant de sa chemise, elle posa un baiser sur son torse et y colla son front, tremblant légèrement à cause de sa nervosité qui commençait à peine à diminuer. Encore une fois, la druidesse soupira, prit la main gauche de Liam qu’elle posa sur sa fesse droite alors qu’elle sentait la chair de poule se former au bas de son dos. Juste ce petit geste lui avait pris tout son courage et elle espérait qu’il comprenne qu’il avait le droit de la toucher.

Il en avait le droit puisque c’était lui l’homme duquel elle était tombée amoureuse.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 29 Nov 2012 - 17:39


Debout face à elle, il attendait qu’elle réponde. Qu’elle lui dise qu’elle voulait être seule, ou qu’elle lui montre de n’importe qu’elle façon qu’elle était prête à passer ce cap. Elle se mit à rougir, de plus en plus nerveuse. Liam l’était aussi, il ne fallait pas se fier à son visage apparemment détendu et calme. Il était très nerveux à l’idée de se dévoiler, même si elle avait vu une bonne partie de son corps pour le soigner, dans la clairière. Et puis, l’attitude de sa sœur l’énervait aussi. Il ne comprenait pas pourquoi elle réagissait de la sorte. Elle ne connaissait même pas le prénom de Vaë ! Elle n’avait même pas prit le temps de lui parler deux minutes avant de la classer dans le rang des personnes inférieures à elle. Il avait toujours eu conscience que sa sœur avait un ego surdimensionné et qu’un bout de caractère d’Eldah coulait dans ses veines, mais à ce point, il ne s’y était pas préparé. Et Vaë en faisait les frais, ce qui lui déplaisait fortement.
Il reporta son attention sur sa rose, encore plus nerveuse, voulant profiter de ce moment à eux, lorsqu’elle dit :

-C’est l’histoire de deux flocons dans une montagne enneigée et il y en a un qui dit à l’autre «Te retourne pas! Je crois qu’on est suivi » !

Le débit avait été si rapide qu’il eut du mal à tout comprendre et il sourit. Même si c’était lui, qu’elle le connaissait, elle ne parvenait pas à calmer sa nervosité. Et lui, connaissant cela aussi, il ne pouvait que sourire pour la rassurer.

Il ne savait pas quoi faire alors que le silence s’installait. La blague ne voulait pas dire qu’il devait partir…Devait-il montrer l’exemple et se déshabiller pour tenter de la mettre à l’aise ? Ou devait-il lui laisser le temps nécessaire ?

Il n’eut pas à réfléchir longtemps, Vaë avait soupiré et venait de lui tourner le dos, se déshabillant rapidement en tremblant, jetant sa chemise qu’il attrapa pour la reposer de côté. Il voyait à présent son dos, ses fesses, son tatouage. Il partait du bras, s’étendait dans le dos en serpentant et s’entremêlant, s’arrêtant sur l’une de ses fesses. Il avait des reflets bleutés, de la même couleur que ses yeux. Pourquoi en avait-elle honte ? Liam le trouvait…magnifique. Tout comme elle. Il voyait la forme de son corps, les courbes féminines, et déjà de dos elle était sublime. Et justement, elle n’osait pas lui faire face.

Il s’avança, le cœur battant la chamade devant tant de beauté, et mit sa main sur son épaule pour l’encourager à se tourner. Lentement, elle pivota, tête basse, et il mit un doigt sous son menton pour la lui relever et croiser son merveilleux regard. Il n’avait pas descendu le regard une seule fois sur son corps.
Il l’embrassa tendrement, si fier d’elle, et éloigna son visage de quelques millimètres pour lui sourire et surtout la rassurer. Elle ne devait pas avoir peur. Jamais. Il était là et il chasserait toutes ses craintes de la même manière qu’elle avait tué les Kawas avec sa tornade.

Il sentit des frissons le parcourir lorsque les douces mains de sa rose se faufilèrent dans son dos, sous sa chemise, parcourant sa peau couturée de cicatrices bien fraîches. Elle glissa son doigt sur l’une d’elle, le faisant frissonner, en disant :

-Je ... suis désolée pour ça, Liam.

Il la regarda sans lui répondre. Elle n’avait pas à s’en faire ! Il y avait plus grave, ce qu’elle avait vécut le prouvait, et il était prêt à revivre toutes ses tortures s’il le fallait pour la protéger. Pour qu’elle garde son sourire et sa curiosité au fond de son regard. Ses lumières ne s’étaient éteintes qu’une petite période, lors de la mort de son père et sa course-poursuite pour la rattraper, mais il ne voulait plus jamais revoir son regard vide et sans vie. Il n’avait pas réussi à respecter complètement toutes ses promesses, mais ça, il le ferait.
Pour la calmer encore plus, il posa ses mains sur son dos, la faisant frissonner au contact de leur chaleur. Il descendit lentement, mais remonta vers sa taille, ne voulant pas aller trop loin. Ne voulant pas la brusquer. Elle décidait, c’était tout. Il avait franchit une ligne en lui proposant de se laver à deux, elle avait eu le choix d’accepter ou non.

Et elle avait fait un effort, se dévoilant dans toute sa splendeur devant lui. Ils prenaient leur temps, tant pis s’ils venaient en retard au repas. C’étaient la première fois qu’ils se découvraient de cette manière et il ne fallait pas se presser. Les mains de sa rose se glissèrent sur son torse, ouvrant sa chemise, la lui ôtant tranquillement. Elle déposa un doux baiser sur son torse, le faisant frissonner à son tour, et colla son front contre sa peau.

Là, rien qu’eux, il en oublia même Elayne…

Et, soudain, elle prit sa main et la déposa sur sa fesse. Il écarquilla les yeux, surpris. Elle avait toujours sa tête contre son torse et ne le regardait pas.
Sa main serra sa fesse inconsciemment, l’enfermant dans sa paume chaude. Sa seconde main se glissa sur la hanche de Vaë, délicatement. Elle venait de lui donner l’autorisation de la toucher…mais il n’irait de toute façon pas trop loin. Il ne toucherait pas sa poitrine, ni plus bas. Le dos, les hanches, suffisaient pour l’heure…

Elle commença à lui ouvrir le pantalon, tremblante, et il l’aida à la tâche, se dévêtant complètement. Il était tout aussi nerveux à présent, nu en face d’elle, mais il le masquait. Si lui était nerveux, elle ne parviendrait pas à prendre confiance.

Il lui releva le visage, l’embrassant encore une fois avant de l’entraîner sous la douche. Il ne souhaitait pas qu’elle tombe malade non plus.
Elle parut surprise par la douche et recula d’un pas lorsqu’il alluma le jet. Sûr, l’eau qui coulait comme ça de la pomme, ce devait être quelque chose de bizarre pour elle.

-C’est le même principe que la baignoire, sauf que l’on est debout. Expliqua-t-il.

Il la tira sous l’eau à ses côtés, posant ses mains sur les hanches de sa rose. L’eau les mouillait, collant les cheveux de neige de Vaë sur sa peau. Du doigt, il dégagea son visage, plongeant dans son regard. Il n’avait toujours pas porté le regard sur son corps, sa poitrine, ni rien d’autre que son visage et son dos.

L’eau dégoulinait entre eux et il ne pouvait s’empêcher de l’embrasser, de la serrer contre lui. Il était parcouru de frissons, mais fier. Fier d’elle.
Avant de se savonner, il lui dit :

-Ne fais surtout pas attention à ce que ma sœur pourra dire ou faire. Ne te sens ni blessée, ni coupable. Je sais que c’est facile à dire, mais je sais que tu peux le faire, je suis si fier de toi…

Il lui sourit, caressant son visage pour poursuivre :

-Je lui parlerais et je découvrirais ce qu’il y a. C’est ma sœur oui, mais elle doit accepter de me partager avec toi. Tu fais partie de moi et elle doit s’y faire. Sinon, tant pis pour elle.

Il voyait Vaë se mordre la lèvre, complètement nerveuse. Elle voulut sans doute lui dire qu’il ne devait pas se mettre Elayne à dos, mais il mit un doigt sur sa bouche, comme l’autre fois. Pour l’heure, ils étaient ensemble et se lavaient. Elle ne devait pas y penser. Ensuite ils mangeraient avec ses parents, et ils verraient à quel point elle était formidable. Il prit le savon, en mit sur ses mains et commença à savonner les cheveux et le dos de sa rose. Il n’irait pas plus loin. Il massa son cuir chevelu, remontant ses cheveux. La mousse qui se forma lui donna une idée.
Il en prit une grosse poignée dans ses mains et fît pivoter Vaë. Elle le regarda étrangement mais il souriait de malice et commença à lui étaler la mousse sur le visage, lui créant une sorte de barbe blanche qui allait avec ses cheveux et qui la faisait ressembler au père noël. Elle rit à son tour alors qu’il se lavait aussi, la laissant terminer de son côté.

Pour se rincer, il prit son doigt et effleura ses joues pour retirer la mousse, à la manière d’un rasoir, la faisant rire de plus belle. Plus grand, il tenait le jet au-dessus de sa tête pour la débarrasser de tout le savon des cheveux. Tout propres, ils sortirent, Liam emmitouflant Vaë dans une serviette si grande qu’elle disparaissait presque ! Riant ensemble, ils se séchèrent et se changèrent, Vaë revêtant l’un des vêtements achetés à Venill, chez le tailleur. Liam replaça son haut convenablement pour qu’il lui aille bien, fermant la ceinture de son pantalon alors qu’elle allait se coiffer.

Il l’attendit dans la chambre, souriant. Pourtant, quelque chose lui disait que le repas ne serait pas de tout repos.

Vaë apparue, plus belle que jamais. Si belle qu’il resta bouche bée deux minutes avant de revenir à la réalité. Il lui prit la main, la serrant dans la sienne pour la rassurer. Ils sortirent, Liam ralentissant la marche pour qu’elle puisse tout voir et tout admirer. Il lui dit :

-Je te ferais visiter demain. Tu pourras tout voir, tout toucher et me poser toutes les questions que tu veux.

Elle acquiesça, avec dans son regard cette curiosité à nourrir et qui se léchait déjà les babines.

Ils se dirigeaient vers l’escalier lorsqu’il entendit une porte claquer et des bruits de pas. Il n’eut pas le temps de se tourner qu’Elayne déboulait, bousculant de l’épaule Vaë et descendant l’escalier quatre à quatre sans un regard ni même un pardon.

Vaë avait aussitôt perdu son sourire et était redevenue nerveuse. Il s’arrêta, la prit par les épaules et la regarda intensément, s’assurant dans un premier temps qu’elle n’avait pas mal, l’embrassant dans un second temps en murmurant :

-Ne fais pas attention. Tu vas t’en sortir comme une chef je le sais. Tu sais utiliser les couverts maintenant. Et même, ne fais pas attention, je te le répète.

Il reprit sa marche et alors qu’ils descendaient les escaliers, Liam sentait la culpabilité venir. Il se sentait mal de voir le traitement que sa sœur infligeait à Vaë sans même la connaître. Si encore la jeune nordique avait manqué de respect ou avait commis une boulette à l’encontre d’Elayne, il pourrait envisager de comprendre, mais les deux femmes ne s’étaient même pas encore parlées !

Arrivant dans la salle à manger, l’odeur du repas les prit tout de suite au nez. Le ventre de Liam se mit à grogner. Ils étaient déjà tous trois à table, les domestiques posant les plats et remplissant les assiettes. Liam s’installa avec Vaë à ses côtés. Ses parents leur faisaient face et Elayne était au bout de la table, du côté de Liam.

Melley et Heïan sourirent à leur arrivée, Liam le leur renvoyant. De la viande, des pommes de terre, des légumes…un festin et les assiettes étaient généreusement remplies !

Ils commencèrent à manger dans le calme, Liam regardant sa rose du coin de l’œil. Elle s’en sortait. C’était hésitant, mais elle se servait des couverts. Elayne ricanait mais Liam lui lança un regard noir qui la fît simplement hausser les sourcils, l’air de dire : « qu’est-ce que j’ai fait ? »

En face, Melley et Heïan s’entreregardèrent, voyant clairement le jeu de leur fille. Ils allaient devoir être prudents et surtout, faire en sorte que leur invitée se sente à l’aise dans la maison. Melley prit donc l’initiative de la faire parler :

-Alors, Vaënadiel, d’où venez-vous ?

C’était de la simple curiosité. Elle sourit à la jeune femme, se voulant rassurante et gentille. Elle serrait la main d’Heïan, se revoyant à l’époque de leur rencontre…même pas ensemble et sa belle-mère lui avait demandé si elle était la femme de son fils. Et l’interrogatoire avait empiré avec Eldah. Alors non, elle ne voulait pas faire vivre à Vaënadiel cette gêne atroce qu’elle avait elle-même ressentie, même si pour l’heure c’était trop tard, au vu du rouge de ses joues.
Donc pour l’heure, elle voulait la mettre à l’aise. Rien de méchant. Bien au contraire…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 29 Nov 2012 - 21:27

Sauvage ?

Sur le coup, Liam ne semblait pas savoir comment réagir jusqu’à ce qu’elle ne sente la main de celui-ci serrer ce coin de corps faiblement. L’autre redescendit doucement sur sa peau jusqu’à rejoindre sa hanche gauche où elle s’arrêta. Ayant fermé les yeux quelques secondes, la jeune femme se mordit l’intérieur de la joue après s’être rendu compte à quel point s’était agréable. Malgré ça, elle tremblait encore et lorsqu’elle dénoua la ceinture pour le débarrasser de son pantalon, Vaë n’en fut pas capable seule et se fit hésitante. Liam l’aida donc. Maintenant dans leur plus simple appareil, la druidesse n’osait toujours pas lever les yeux et caressait le ventre musclé de son homme du bout du doigt. Cependant, ceux-ci ne restèrent pas longtemps sur cet endroit, car son visage venait d’être relevé afin que son regard croise celui doré de son amoureux. Vaë lui souriait timidement, le rouge toujours peint sur ses joues alors qu’il l’embrassa, lui faisant reprendre confiance un tant soit peu.

Entrainée dans cette grosse chose séparée par un mur de pierre du restant de la pièce, Vaë fronça les sourcils et se mit à regarder l’étrange trompe qui pendouillait du mur. Ça ressemblait drôlement à ce qu’il y avait sur la baignoire. Liam étira le bras, toucha deux manivelles et ... on lui cracha dessus ! La jeune femme se recula et se camoufla derrière Liam en dardant du regard ce machin. Liam lui expliqua alors ce que c’était.

‘‘ C’est le même principe que la baignoire, sauf que l’on est debout. ’’

Ah bon ? Quelle étrange invention ... il n’y avait que dans les lacs et les rivières, voire les sources chaudes où l’on pouvait habituellement se laver debout. Eh bien. Décidément, elle apprenait à tous les jours.

Son homme la poussa alors sous le jet d’eau, posant ses mains sur ses hanches et la plaça devant lui afin qu’elle puisse profiter du liquide sur sa peau. Ses cheveux se retrouvèrent rapidement bien plats sur sa tête et s’écrasaient contre son visage ainsi que sa poitrine. D’un doigt, Liam dégagea son regard, après l’avoir fait tourné, et Vaë se risqua à lui faire un sourire en coin enfantin. Celui-ci le lui renvoya puis l’approcha de lui afin de pouvoir l’embrasser. Des papillons se promenaient dans son ventre alors que son corps était parcouru de frissons au contact du ventre de Liam contre le sien. Toutes ces sensations étaient nouvelles et l’effrayaient en même temps que de l’attirer sauvagement.

Il la tira sous l’eau à ses côtés, posant ses mains sur les hanches de sa rose. L’eau les mouillait, collant les cheveux de neige de Vaë sur sa peau. Du doigt, il dégagea son visage, plongeant dans son regard. Il n’avait toujours pas porté le regard sur son corps, sa poitrine, ni rien d’autre que son visage et son dos. Brisant le silence, Liam murmura alors à son oreille, d’une voix douce et rassurante :

‘‘ Ne fais surtout pas attention à ce que ma sœur pourra dire ou faire. Ne te sens ni blessée, ni coupable. Je sais que c’est facile à dire, mais je sais que tu peux le faire, je suis si fier de toi… ‘‘

Vaënadiel releva les yeux vers lui alors qu’il caressait son visage comme s’il s’agissait de la chose la plus précieuse sur la Terre. Un sourire se dessina sur ses lèvres et elle le laissa poursuivre, ses bras autour de sa taille.

‘‘ Je lui parlerais et je découvrirais ce qu’il y a. C’est ma sœur oui, mais elle doit accepter de me partager avec toi. Tu fais partie de moi et elle doit s’y faire. Sinon, tant pis pour elle. ‘‘

Mais son visage se transforma bien rapidement puisqu’elle semblait inquiète. Se mordant la lèvre inférieure, la jeune femme se retint de parole, de lui déblatérer un long discours sur le fait de ne pas se mettre sa famille à dos seulement pour elle. Elayne était quand même sa soeur, sa jumelle ! Mais, elle ne put se retenir et allait ouvrir la bouche lorsque Liam posa un doigt sur ses lèvres, les caressant doucement de long en large. Ce simple geste l’hypnotisa et elle se tut de suite, oubliant même les paroles qu’elle était sur le point de libérer. C’est alors, que de ses deux mains, Liam entreprit de lui savonner les cheveux. Il massant doucement, mais avec vigueur, son cuir chevelu. Ce fut assez pour la mettre dans un état végétatif. Ce qu’elle pouvait adorer se faire jouer dans les cheveux... c’était le pire des aphrodisiaques dans son cas. Il savonna aussi son dos après qu’elle le lui ait montré et elle lui refit de nouveau face jusqu’à ce qu’elle voit la tête que piquait Liam. Cette lueur de malice dans ses yeux dorés ne lui inspirait pas du tout confiance... qu’avait-il en tête ? Volant une quantité importante de mousse de ses cheveux, Liam l’étala sur son visage et elle fronça les sourcils jusqu’à ce qu’elle y voit une ... barbe ?

‘‘ Hey ! ‘‘ S’écria-t-elle en riant.

Liam s’esclaffait et chacun de leur côté, s’occupa de nettoyer leur corps. Vaë avait gardé sa barbe en mousse au plus grand damne du jeune homme qui dut le lui enlever en rasant sa peau de son doigt. Maintenant qu’ils avaient terminé, il fallait sortir et le chevalier l’enroula dans une énorme serviette dans laquelle on ne la voyait presque plus, du moins pas ses pieds. Voyant son allure, les jeunes gens ne purent s’empêcher de rire.

Elle était de nouveau calme. Toute trace de nervosité envolée après s’être dévoilée ainsi devant son homme.

Une fois sa chevelure et son corps essuyés par la grande serviette, la druidesse alla fouiller dans ses sacs pour chercher quel vêtement se mettre sur le dos. Chacun des morceaux y passait, volant dans les airs pour atterrir un peu partout dans la pièce jusqu’à ce qu’elle trouva une robe campagnarde assez mignonne qui jouait dans des teintes qui s’harmonisaient bien avec son teint et sa longue crinière. Filant dans la salle de bain à nouveau, Vaë laissa la porte entrouverte et l’enfila puis se brossèrent les cheveux jusqu’à ce qu’ils deviennent aussi doux que la fourrure de Meeko. D’ailleurs, celui-ci faisait la moue, car on l’avait caché depuis leur arrivée et il ne devait pas sortir de la chambre au risque de créer la panique chez les parents de Liam. Qui sait ... quelqu’un pourrait le frapper et le jeter dehors. Sa coiffure fut bien simple: deux petites tresses qui partaient de ses tempes pour se nouer au derrière de son crâne, laissant le reste onduler dans son dos et ses épaules. Fière de son allure pour un temps indéterminé, Vaënadiel sortit de la pièce pour aller rejoindre Liam qui resta sans voix jusqu’à ce qu’elle soit en face de lui. Ce fut son sourire et sa tête penchée légèrement sur le côté qui le ramena sur terre alors qu’il prit sa main pour l’entrainer à l’extérieur de la chambre. Encore une fois, la jeune femme était tout simplement étonnée par tout ce qui se trouvait dans cette demeure. Liam lui dit alors :

‘‘ Je te ferais visiter demain. Tu pourras tout voir, tout toucher et me poser toutes les questions que tu veux. ‘‘

Me répondant que par un signe de tête, Vaë était déjà impatiente de cette visite. Une porte claqua alors derrière eux alors qu’ils approchaient de l’escalier. La druidesse n’eut même pas le temps de se retourner la tête pour voir la source de ce bruit qu’elle se fit violemment bousculer. La jeune nordique manqua perdre pied vers l’avant à cause de ce coup d’épaule et leva les yeux pour voir Elayne et sa longue chevelure disparaitre en bas de l’escalier. Mal à l’aise, Vaë perdit aussitôt son sourire pour un air piteux. Liam la prit alors par les épaules pour s’assurer qu’elle était en un morceau et il l’embrassa ensuite.

‘‘ Ne fais pas attention. Tu vas t’en sortir comme une chef, je le sais. Tu sais utiliser les couverts maintenant. Et même, ne fais pas attention, je te le répète. ‘‘

‘‘ Je ... vais essayer ‘‘

Contrairement à Liam, Vaë était peu convaincue de l’image qu’elle pourrait projeter envers la famille de celui-ci. Elle avait peur qu’ils ne la trouvent pas assez bien pour leur fils. Enfin bref ... Elle était craintive face au déroulement de la soirée. Continuant leur chemin, ils débouchèrent dans une immense pièce où se trouvaient une table haute et de très beaux bancs rembourrés d’une matière moelleuse. Se retenant de sautiller avec son fessier dessus, Vaë prit place aux côtés de son homme et tentait de se tenir le plus droitement possible bien qu’elle ne se sentait pas très confortable. Heïan et Melley étaient déjà à table, leur offrant un sourire. Les couverts leur furent servis et par chance, il s’agissait là d’un plat qu’elle avait déjà mangé en présence de Liam, mais en plus grande quantité. Son ventre hurlait déjà à tout rompre et elle attendit que le jeune homme commence avant de l’imiter. Vaë prenait les mêmes ustensiles que lui et faisait très attention même si chacun de ses gestes était hésitant. Elle tentait aussi d’ignorer les rires discrets d’Elayne qui se trouvait de l’autre côté de Liam, essayant de se concentrer au maximum.

De leur côté, les parents observaient le tout avec attention. Heïan regarda alors sa femme pendant que les trois jeunes mangeaient calmement. Elayne commençait à faire de siennes, mais il ne pouvait pas la réprimander tant qu’elle ne faisait rien qui attaquait directement Vaënadiel. Ils devaient se contenter d’être alertes à toute éventualité et faire sentir à leur invitée qu’elle était la bienvenue, peu importe de quelle classe sociale elle venait.

‘‘ Alors, Vaënadiel, d’où venez-vous ? ‘‘

Concentrée sur ses tâches, Vaë sursauta un peu malgré le ton doux qu’avait emprunté Melley en s’adressant à elle. Encore une fois, la jumelle se mit à rire en silence puis leva les yeux lorsque Liam lui lançait un regard noir. Hésitante, la druidesse chercha quoi dire, mais devait faire vite pour ne pas la faire attendre et passer pour une impolie.

‘‘ Je viens des ... hum ... des montagnes à deux semaines d’ici, mais je ne connais pas le nom par lequel vous les appelez. ‘‘

‘‘ Les pics neigeux ... ‘‘ Siffla t-elle, riant encore en se rendant compte qu’en plus, elle était inculte.

‘‘ Elayne. Un peu de tenu quand même, s’il te plaît ! ‘‘

Elayne fit la moue et se tut, écoutant à peine les paroles de l’étrangère qu’elle n’aimait pas particulièrement.

‘‘ Tu peux continuer, Vaënadiel. Pardonne-nous le comportement de notre fille. ‘‘

‘‘ Il n’y a pas grand-chose à dire, je dois avouer. ‘‘

‘‘ Tu dis venir des montagnes ... peut-être peux-tu nous parler un peu plus de ton village ? D’où tu viens ainsi que tes coutumes, car il me semble que tu es bien curieuse. ‘‘

Vaë se mit à rougir aussitôt et Heïan ricana, la druidesse l’imitant et parvenant à se détendre enfin.

‘‘ Mon village se trouve dans les montagnes, aux abords d’une grande crête. Là bas, il y a toujours de la neige et des froids mordants. Nous vivons de la pêche - qui est plutôt rare - et de la chasse. Nos habits ne sont pas ... comme les vôtres, car ils sont principalement fabriqués par la fourrure des bêtes que nous traquons. ‘‘

‘‘ Des sauvages, a proprement dit. ‘‘ Cracha t-elle.

‘‘ ELAYNE ! ‘‘

‘‘ QUOI !? ‘‘

‘‘ Va dans ta chambre tout de suite jeune fille ! ‘‘

Insultée, la brunette se leva brusquement de sa chaise et dardait son père du regard qui commençait à se fâcher. N’importe qui savait qu’il ne fallait pas le frustrer, surtout pas sa fille. Elayne quitta donc la salle à manger pour monter à l’étage où ils entendirent une porte claquée fortement. Heïan grogna et et Melley dut prendre sa main et la caresser du pouce pour le calmer. L’homme de la maison soupira et secoua la tête de découragement avant de lever ses yeux violets vers Vaë qui était restée bouche bée et dépitée. Était-elle donc qu’une sauvage ?

‘‘ Vaënadiel ... ne t’occupe pas des dires d’Elayne. Je ne sais pas quelle mouche l’a piqué, mais ça ira. D’accord ? ‘‘

‘‘ O-Oui ... ‘‘

Mais son estomac s’était crispé et elle n’avait plus envie de rien avaler pour l’heure. Liam prit sa main sous la table et croisa ses doigts entre les siens et Vaë lui fit un faible sourire en coin. Elle allait bien, seulement sous le choc à l’écoute de telles paroles.

Après le repas, les parents allèrent relaxer devant un bon feu de foyer alors que Vaë tenait absolument à sortir prendre l’air et voir le quartier. Liam l’y apporta volontiers et elle serra sa main dans la sienne. Cette fois, Meeko était camouflé dans son cou, sous sa chevelure et était à peine visible une fois la noirceur tombée. Le quartier bourgeois de Beolan était magnifique de nuit avec toutes ces lumières !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 29 Nov 2012 - 22:28


Quelques secondes s'écoulèrent avant que Vaë ne réponde, timidement.

-Je viens des ... hum ... des montagnes à deux semaines d’ici, mais je ne connais pas le nom par lequel vous les appelez.

Aussitôt, Elayne crut bon de glousser la réponse des Pics Neigeux, se moquant ouvertement de Vaë. Liam la regardait méchamment, mais son père remit sa sœur à sa place, encore heureux. Il encouragea leur invitée à poursuivre, mais celle-ci semblait s'être bloquée, n'osant plus ouvrir la bouche. Alors le père de Liam poussa la question, touchant du doigt son mode de vie à proprement parlé.
Et là, elle répondit et Liam sentait nettement transparaître l'amour qu'elle portait à sa tribu au travers des mots :

-Mon village se trouve dans les montagnes, aux abords d’une grande crête. Là bas, il y a toujours de la neige et des froids mordants. Nous vivons de la pêche - qui est plutôt rare - et de la chasse. Nos habits ne sont pas ... comme les vôtres, car ils sont principalement fabriqués par la fourrure des bêtes que nous traquons.

Elle n'avait pas balbutié et semblait enfin à l'aise, détendue. Liam souriait, ravi. Il regarda ses parents et ils hochèrent de la tête imperceptiblement. Pour eux, Vaë était acceptée. Mais tout fût réduit à néant par une simple phrase de sa sœur :

-Des sauvages, a proprement dit.

Heïan éleva la voix, Elayne aussi, comme lorsqu'elle était plus jeune. Sauf que là, ce n'était pas pareil. Le ton monta, Liam fusillant sa jumelle du regard jusqu'à ce que son père lui dise de monter se coucher. Ils entendirent la porte claquer violemment. Regardant ses parents, Liam vit sa mère calmer son père d'une main. Oui Heïan avait le même caractère que sa fille, enfin presque, et lorsque ses deux là en venait à se disputer, ce n'était pas joli.

Reprenant contenance, il dit en regardant sa rose, qui était à nouveau nerveuse et rouge :

-Vaënadiel ... ne t’occupe pas des dires d’Elayne. Je ne sais pas quelle mouche l’a piqué, mais ça ira. D’accord ?

- O-Oui ...

Sous la table, Liam glissa sa main dans celle de sa rose. Elle faisait tant d'efforts pour s'intégrer, pour se sentir à l'aise, et cette sale peste réduisait tout en quelques mots ! Il ne le tolèrerait pas ! Dès qu'il pourrait, il irait lui parler. Mais pour l'heure, c'était zone risquée. Et Vaë était sa priorité. Tant qu'elle ne souriait pas, il ne la quitterait pas.
Elle lui fît un faible sourire mais il voyait qu'elle était chamboulée.

Se relevant de table, Heïan et Melley allèrent au coin du feu pour se détendre, laissant les deux jeunes s'occuper comme ils le souhaitaient après s'être encore excusés auprès de Vaë pour Elayne.

Vaë voulait sortir, et il la couvrit d'un manteau avant de l'emmener à l'arrière de la maison, dans la végétation. Sur le banc, ils avaient vue sur le quartier illuminé, le ciel constellé d'étoiles comme seules témoins. Meeko, jusque là planqué dans la chambre, avait eu l'autorisation de les accompagner, dissimulé dans le cou de sa maîtresse, à peine visible dans cette obscurité.
Regardant sa rose, Liam vit son regard pétiller devant les illuminations du quartier. Qu'est-ce qu'il aimait voir cela sur son visage…

Il serrait toujours sa main dans la sienne, respirant l'air frais de la nuit. Il n'arrêtait pas de penser à Elayne. A son attitude. Il ne la comprenait pas. Elle avait toujours été une sœur joviale, gentille, ouverte, malgré son caractère têtu. Jamais ils ne s'étaient disputés comme ils l'avaient fait dans la chambre, quelques heures auparavant. Au contraire, c'était lui qui venait la calmer sous "ordre" express de ses parents lorsqu'elle dépassait les bornes. Et là…elle avait trop changé en deux ans.
Ou alors c'était Vaë…mais pourquoi ? Elayne n'avait même pas parlé à la jeune femme. Elle ne savait rien d'elle et la jugeait sur les apparences.
Il serrait la main de Vaë de plus en plus fort sous le coup de sa colère qui montait. Mais ce n'était pas volontaire et se fût son regard inquiet posé sur lui qui le tira de ses méditations. Il la regarda, vit la petite grimace et fronça les sourcils jusqu'à ce qu'il comprenne.
Il relâcha sa main vivement en disant à toute vitesse :

-Désolé ! Pardon…je…désolé ! Excuse-moi Vaë !

Elle le regardait, Meeko feulant dans sa direction. Il se maudit. Il lui avait fait mal. Encore. Il vit que sa main était un tantinet rouge au clair de lune mais n'osa pas la prendre pour y déposer un doux baiser réparateur. Il s'en voulait. Et voilà encore un pas en arrière. Elle avait pris confiance en lui, jusqu'à se déshabiller et se laver avec lui et maintenant il lui faisait mal. Son cœur battait la chamade et il ne savait pas quoi dire ni quoi faire pour dissiper la gêne ambiante.

-Désolé…murmura-t-il, tête basse.

Il avait voulu que la rencontre entre sa rose et sa famille soit parfaite. Qu'elle se sente chez elle et qu'elle retrouve les sensations qu'elle avait perdues avec la mort des siens. Qu'elle soit à l'aise et découvre son monde avec envie et amour. Au lieu de ça, elle était plus nerveuse que jamais, se sentait plus à l'écart que jamais. Elayne pointait toutes ses différences, les utilisaient et s'en moquaient. Et pour lui comme pour sa rose, chaque réplique était un pieu enfoncé dans la poitrine avec force.
Le vent se mit à souffler, apportant une fraîcheur supplémentaire. Il se leva, invitant Vaë à le suivre. Il n'osait toujours pas prendre sa main dans la sienne.

-Il commence à faire frais et tu as eu une longue journée alors…pour que tu sois en forme demain pour la visite il faut dormir…

Il lui fît un petit sourire et l'entraîna, sans la toucher. Ce fût elle qui glissa sa main dans la sienne alors qu'ils entraient dans le hall de la maison. Il la regarda, haussant les sourcils, et vit son regard doux, tendre. Elle ne lui en voulait pas. Ou plus. Qu'importe, elle lui faisait toujours confiance. Lui souriant, il l'entraîna en haut, fermant la porte de leur chambre derrière eux. Il défît le lit pendant qu'elle se préparait pour la nuit et lorsqu'elle revint en simple nuisette, achetée chez le tailleur aussi, il se retint presque de baver ! Non non je vous assure, il aurait très bien pu baver littéralement tant elle était splendide et belle.
Il se changea en vitesse, gardant son caleçon et sa chemise, la rejoignant bien vite dans le lit.
Il la couvrit avec les couvertures jusqu'aux épaules alors qu'elle se collait à lui et il entoura ses épaules d'un bras, lui donnant un baiser sur le front.

Il caressa la main qu'il avait trop serrée, doucement, soufflant dessus pour éloigner la douleur.

-Pardon…

Elle le regarda, l'air de dire que ce n'était rien et il poursuivit :

-Dors mon amour. Dors sur tes deux oreilles. Rien ne peut t'arriver, je suis là, et surtout, surtout, ne pense plus à Elayne. Repose-toi…

Il lui sourit et la laissa s'endormir, caressant son épaule du bout du doigt. Meeko ronflait quelque part sur le lit, et Liam espéra qu'il ne l'écrase pas durant la nuit. En effet, il avait tendance à beaucoup bouger…
Mais il savait quoi faire, le lendemain matin. Il allait, pour la première fois de sa vie, se mettre réellement en colère contre sa jumelle.

Le soleil se leva en même temps que lui. Il sortit du lit, se décollant de Vaë qui dormait comme une bûche, remonta les draps sur elle en laissant Meeko se pelotonner contre sa poitrine, et lui embrassa le front avant d'aller s'habiller. Dans sa tête, il cherchait quoi dire. Mais la colère était là. Il se mettait très rarement en colère. Il sortit de la chambre, priant pour que Vaë ne se réveille pas encore pour qu'il ait le temps de revenir et qu'elle ne s'inquiète pas, il marcha d'un pas vif jusqu'à la chambre de sa sœur.

Devant la porte, il toqua et attendit qu'elle lui ouvre. Elle le fît, les yeux bouffis de sommeil, vêtue de sa robe de chambre.

-Bonjour…que veux-tu ? Demanda-t-elle d'une voix endormie.

-Te parler.

D'un coup elle se réveilla. Le ton de la réponse était déjà clair et net. Elle se poussa et il entra, attendant qu'elle ferme la porte. Sa chambre était vraiment celle d'une femme. Bien rangée, nettoyée, ordonnée…
Il se tourna vers elle et la darda du regard méchamment.

-Elayne. Explique-moi pourquoi tu agis de la sorte avec Vaë. Maintenant.

-Je…je ne l'aime pas c'est tout.

Il fronça les sourcils et elle s'assit à son bureau, son visage prenant les traits rudes qu'elle avait depuis qu'il était rentré et qu'elle avait vu sa rose.

-Tu ne l'aimes pas ?! Tu ne lui as même jamais parlé ! Tu n'as même pas tenté d'aller vers elle !

-Qu'est-ce que tu veux que je fasse avec une…femme comme ça ?! Liam bon sang ! Tu es un bourgeois ! Tu viens de la classe sociale aisée de Beolan et tu rentres avec…une…une sauvage ?!

Liam se rapprocha de sa sœur, plus énervé que jamais. Il pointa un doigt vers elle et il la vit tressaillir. Non, jamais il n'avait été ainsi envers elle.

-Bourgeois ?! Bourgeois !? Depuis quand papa et maman respectent les règles des bourgeois ?! Dis-moi juste qui t'as élevée dans cette optique ? Personne ! Et si tu t'avises de traiter une fois de plus Vaë de sauvage, tu auras affaire à moi.

Elle avait pâlit, mais sa verve ne baissa pas :

-Liam ! Tu es mon frère! Qu'a-t-elle fait pour que tu te ligues ainsi contre moi ? Je n'ai rien fait.

Elle prit un air de chien battu. Elle savait comment l'avoir. Sa colère commença à diminuer mais il ferma et rouvrit les yeux, la faisant revenir.

-Je suis ton frère oui ! Et justement tu devrais être contente pour moi ! Je ne me ligue pas contre toi, c'est toi qui agis en idiote ! Est-ce que les études t'ont ravagé la cervelle ?! Avant mon départ tu ne parlais pas ainsi. Tu respectais tout le monde et tu allais même offrir à manger aux plus pauvres de la ville ! Et maintenant tu juges Vaë sur des apparences ! Tu n'apprends même pas à la connaître et juste parce qu'elle a une autre culture que toi, tu la rejettes ! Je te signalerais au passage que notre marraine vient aussi des montagnes ! Elle aussi est une nordique ! Pourtant tu ne craches pas sur toutes les robes qu'elle te cout !

Liam était tout proche de sa sœur et voyait chaque reflet de son regard. Là, il l'avait atteinte. Du moins le croyait-il. Elayne avait appris à jouer la comédie. Elle allait apaiser son idiot de frère, jouer l'humble fille qui s'excuse devant la sauvage et…par derrière, ferait tout ce qu'elle pourrait pour l'anéantir et la forcer à quitter Liam. Elle avait promis à sa meilleure amie de lui présenter son frère à son retour. Elle avait toujours craqué pour lui et voulait l'avoir à elle. Et Elayne n'avait pas prévu ce désagrément nommé "Vaënadiel".

Elle ne répondit rien, le laissant croire qu'il avait gagné.
Il se redressa et sa voix se fît plus légère alors qu'il allait vers la porte :

-Parle avec elle Elayne. Tu verras c'est une personne fantastique, pleine de vie. Elle t'apprendra pleins de choses j'en suis persuadé. Fais-le pour moi p'tite sœur.

Elayne lui sourit et il s'en alla. Dans le couloir, Liam souffla un grand coup. Il avait osé. Il l'avait fait. Il retourna dans la chambre, priant pour que Vaë dorme encore. Mais non, elle était assise dans le lit, caressant le raton-laveur d'une main.
Elle le regarda et lui sourit. Il le lui rendit en s'approchant d'elle, s'agenouillant sur le lit pour l'embrasser. Meeko feula entre eux, mais Liam n'y prêta aucune attention. Pas plus qu'il ne répondit à la question muette de sa rose, à savoir : ou était-il allé ?

Il lui caressa la joue, souriant. Elayne allait voir comme elle était merveilleuse. Elayne le verrait et l'accepterait à son tour. Vaë fera partie de la famille Kreiss à part entière.
Si seulement il pouvait imaginer les plans machiavéliques de sa sœur…il ne sourirait plus à ce point…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 30 Nov 2012 - 4:26

Oh ho ...

Le jardin arrière était splendide et tellement reposant. Avec seulement ce petit bout de nature, la jeune femme se sentait comme chez elle et beaucoup mieux. Elle sentait la pression et toutes ses peurs s’envoler aussitôt et avec Liam à ses côtés, c’était beaucoup mieux. Ses poumons humaient l’air nocturne tout en écoutant les bruits environnants. Seuls des cris brisaient la mélodie du vent et des poissons qui venaient à la surface de l’eau de la fontaine. La main de Liam se mit alors à serrer la sienne, toujours de plus en plus fort. Tournant la tête et levant les yeux vers lui, elle remarqua la dureté de son regard et la rage qui brillait dans ces yeux si vifs. Qu’avait-il ? L’inquiétude peint sur son visage, Vaë se pencha légèrement vers l’avant pour voir l’entièreté du sien. Voyant ce mouvement, Liam porta son attention sur elle, sortant brusquement de ses pensées. La main serrait toujours un peu plus fort et la druidesse ne put se retenir de mixer son sourire à une petite grimace jusqu’à ce qu’il comprenne pourquoi. Il lâcha sa main vivement, s’excusant aussitôt :

‘‘ Désolé ! Pardon…je…désolé ! Excuse-moi Vaë ! ‘‘

Il n’avait pas à s’excuser puisqu’il l’avait fait involontairement. Ses pensées l’avaient tellement absorbée que Liam ne s’était pas aperçu de ce qu’il faisait et Vaë ne lui en voulait pas. Ça arrivait à n’importe qui et puis sa main était bien loin d’être cassée.

‘‘ Désolé…’’ Souffla t-il dans un soupir alors qu’elle sourait sans qu’il ne la regarde dans les yeux.

‘‘ Ce n’est rien, Liam. Je t’assure.‘‘

Mais elle n’eut pas le temps de glisser de nouveau sa main rougeâtre dans la sienne que le chevalier se redressa et l’invitait à faire de même en disant:

‘‘ Il commence à faire frais et tu as eu une longue journée alors…pour que tu sois en forme demain pour la visite il faut dormir… ‘‘

Liam lui fit un sourire, mais elle savait qu’il était encore très mal à l’aise à cause de ce qu’il venait de faire. Vaë se leva donc du banc, bien qu’elle serait restée là encore un moment, et le suivit. C’est elle qui dut reprendre les liens, serrant ses doigts entre ceux du jeune homme qui baissa les yeux en haussant les sourcils de surpris. La druidesse le regarda et lui souriait tendrement pour lui dire d’arrêter de s’en faire inutilement pour cette petite chose. Elle avait vécu pire et ce n’est certainement pas des doigts engourdis qui la feraient mourir. De toute manière, la jeune femme savait pertinemment que jamais Liam ne lui ferait de mal intentionnellement. Elle le sentait tout au fond d’elle. Tranquillement, ils retournèrent donc à l’intérieur et passèrent devant le salon où ils virent Heïan et Melley qui riaient de bon coeur ensemble. Vaënadiel s’arrêta pour les observer et sourit, tournant ensuite les yeux vers Liam qui en faisait de même. Même dans la vieillesse, ses parents s’aimaient et elle trouvait ça affreusement mignon. Délaissant son admiration pour le vieux couple pas si vieux que ça, Vaë suivit Liam à l’étage, fouillant ensuite dans sa panoplie de vêtements au sol -pour ensuite les rangé à leur place- la jeune femme trouva son vêtement de nuit et fila se changer pendant que son homme tirait les couvertures. Avant de sortir, une fois ses cheveux détachés et ses vêtements pliés, Vaë ressortit pour ranger le tout lorsqu’elle se sentit regardée. Acroupit devant son sac, la druidesse tourna son regard aquatique pour voir le jeune qui semblait en extase alors qu’elle lui faisait une face de : ‘‘ Qu’est-ce qu’il y a ? ‘‘. Et enfin, elle se retrouva sous les couvertures, Liam ne tardant pas à venir la rejoindre et l’abrillant jusqu’aux épaules. Inévitablement, elle se pelotonna contre lui, le bras de l’homme l’enfermant d’un bras et posant ses lèvres sur son front.

‘‘ Pardon… ‘‘ Souffla t-il en caressant la main qui avait faillit être réduite en bouillie.

Du regard, Vaë lui assura de ne pas s’en faire puisqu’elle n’avait pas mal et elle leva une main pour la poser sur sa joue et la caressant doucement.

‘‘ Dort mon amour. Dors sur tes deux oreilles. Rien ne peut t’arriver, je suis là, et surtout, surtout, ne pense plus à Elayne. Repose-toi…’’

‘‘ Bonne nuit, Liam. Je t'aime ... ‘‘ Murmura t-elle en lui donnant un baiser sur le bout du nez avant de faufiler son visage dans son cou pour y fermer les yeux.

Le mouvement du doigt de Liam sur la peau nue de son épaule l’aida à s’endormir, aidé par sa chaleur et son doux parfum. Bien rapidement, Vaë quitta le monde des vivants pour un autre qui était beaucoup plus lointain. Meeko lui, dormait dans le creux de ses genoux, sur les couvertures. Au petit matin, ce fut les rayons du soleil qui avaient réveillé la druidesse. S’étirant, en étoile dans l’entièreté du lit, la jeune femme remarqua l’absence de Liam. La place était plutôt froide. Il devait s’être tiré hors du lit il y avait un moment et n’avait pas osé la réveiller. Tant pis, elle attendrait tout simplement son retour bien sagement. Les cheveux en bataille, Vaë s’asseya sur le lit avec les couvertures sur ses jambes croisées. Meeko ne tarda pas à se lever sur ses pattes arrière et réclamait son calin.

‘‘ Bon matin, Meeko. Je suis désolée de ne pas pouvoir te faire sortir plus souvent ... je ferai mon possible. ‘‘

D’une main, elle caressa sa fourrure et de l’autre, le serrait contre elle comme une peluche. La porte s’ouvrit enfin sur Liam et elle lui souriait doucement, lui faisant de même alors qu’il s’approchait d’elle. Même à genoux sur le lit, Liam la dépassait d’une bonne tête et elle dut lever la sienne pour pouvoir profiter de ce baiser alors que Meeko montrait son mécontentement ou ... sa jalousie. Il ne devait pas supporter qu’un autre mal approche sa maîtresse, même si jamais il n’attaquera Liam. Vaë lui cloua le bec en flattant sa tête et il se remit à ronronner en voyant qu’on lui portait attention.

‘‘ Bon matin, eïl farkhas (bon matin, mon loup) ‘‘

Bien entendu, Liam ne comprit pas ce que cela voulait dire et Vaënadiel ricana doucement, entourant le cou du jeune homme de ses bras avant de l’entrainer avec elle dans sa chute vers l’arrière. Bien entendu, Meeko du bondir pour ne pas se faire écraser par Liam qui se stoppa en mettant ses mains de chaque côté de la tête de la jeune femme qui posa ses lèvres sur les siennes rapidement avant de le regarder dans les yeux.

‘‘ Eïl farkhas. Ça veut dire mon loup. Tes yeux me font penser à ça ... leur couleur, leur vivacité et leur profondeur. ‘‘

Flatté Liam souriait doucement puis réduisit la distance qui séparait leur visage de nouveau, collant son corps sur le sien alors qu’elle caressait sa nuque d’une main et sa chevelure douce de l’autre. Leur moment se faisait un peu plus ...passionné lorsqu’une domestique vint toquer à la porte pour les prévenir que le déjeuner serait bientôt servi. Vaë ricanait timidement avant que Liam ne la délivre et elle fila se changer à toute vitesse pour en ressortir deux minutes après. Le problème était qu’elle avait mal boutonné sa chemise et elle ne s’en était pas rendu compte. Son homme la stoppa et lui montra, mais elle regarda et ne vit rien d’anormal. Ce fut lui qui dut remettre de l’ordre dans tout ça, alors que, sans gêne, elle se laissa faire. Liam cependant se faisait un peu plus nerveux et détourna le regard vers la porte, rouge comme une tomate.

‘‘ Tout va bien ? ‘‘

Le jeune homme avait seulement hoché vivement la tête alors qu’elle agrippa son bras pour s’y pendre et ensuite sortir de la pièce. Cette fois-ci, ils ne croisèrent pas Elyane car elle était déjà descendue en bas et assise à table avec ses parents. Ils prirent place aux mêmes places que la veille et Heïan leur souhaita le bonjour, tout comme sa femme. Vaënadiel en fit de même, un sourire radieux aux lèvres alors que le cri de son ventre se fit entendre. Le rouge lui monta aussitôt aux joues alors que le soldat s’esclaffait. Malheureusement, celui-ci ne put rester plus longtemps, car il se devait d’aller travailler. Melley s’excusa elle aussi et alla aider son mari à revêtir son armure sous le regard ébahi de Vaë qui observait le tout de loin. Comme Liam lui avait, Heïan était un homme de métal de haut rang maintenant ... enfin... un soldat ou un ... ca-capitaine ? Bref, c’était ça ! À ses côtés, le jeune homme souriait à voir cette lueur d’admiration dans ses yeux alors que les parents de celui-ci s’embrassèrent avant que l’homme de la maison ne les quitte après leur avoir envoyé la main. La mère vint reprendre place, s’excusant et les domestiques posèrent les couverts.

‘‘ Oh ... ‘‘

Vaë regarda aussitôt Liam, commençant à prendre panique. Jamais elle n’avait vu ce qui se trouvait dans son assiette (oeufs, patate coupée en cube, tranche mince de viande séchée et fruits). Pour la rassurer, il montra comment manger le tout. La druidesse s’empressa de lever le regard vers Melley, s’excusant silencieusement, mais celle-ci lui souriait tendrement et laissa son fils prendre les choses en main. De l’autre côté, Elayne observait la scène avec découragement, la bouche croche et un sourcil froncé. Cette fois-ci, elle ne passa pas de commentaire afin de ne pas s’attirer une fois de plus les foudres de son frère et surtout pour ne pas qu’il ait de doutes face à ses intentions futures. La pauvre Vaënadiel ne savait pas dans quoi elle venait de s’embarquer.

Après le repas, cinq copines d’Elyane se présentèrent à la villa et une domestique vint les annoncer. La brunette se leva avec empressement et alla les saluer et elles papotèrent sans que les autres se trouvant dans la cuisine ne les comprennent. Après quelques minutes, Elayne se montra sous l’arche et regarda pour la première fois en direction de Vaë qui terminait tout juste de manger, son déjeuner froid parce qu’elle prenait trop de temps. Elle fit un faux sourire, cachant bien son jeu et demanda :

‘‘ Vaënadiel, voudrais-tu nous accompagner ? Nous allons faire le tour des boutiques moi et mes amies. Ce serait peut-être le temps de faire connaissance non ? ‘‘

‘‘ Euh ... ‘‘

Pas trop certaine si elle devait accepter ou non l’invitation, Vaë tourna la tête vers Liam qui semblait calme. Lui avait-il parlé pour que sa jumelle se décide d’être aussi gentille envers elle ? Celui-ci lui fit signe d’y aller puis la druidesse se leva de sa chaise et se dirigea vers les jeunes femmes qui ricanaient jovialement dans l’entrée. Elles sortirent tout en même temps et les bourgeoises ne tardèrent pas à déambuler dans les rues en parlant fortement. Certaines parlaient de garçons alors que deux autres étaient littéralement en admiration devant sa longue chevelure et la couleur de ses yeux. Mal à l’aise, Vaënadiel se forçait à sourire et ne savait pas quoi dire mise à par les bases. Elle se perdait complètement dans leurs conversations et ne comprenait pas toujours ce qu’elles se disaient vu les mots étranges qu’elles employaient de temps à autre. Elayne ne lui portait que très peu d’attention et était concentré à parler avec une blondinette un peu plus devant. Du coup, elles se retrouvèrent en ville au travers de la foule ainsi que des boutiques. La nordique tentait de garder son calme et respirait profondément en suivant les jeunes femmes jusqu’à ce qu’elle voit un petit chat errant sur le coin de l’établissement. Elle perdit donc de vue les bourgeoises qui étaient entrées chez la marchande de robes en vue d’en choisir une pour la fête qui se préparait vers la fin de la semaine. Organisé par leur école. Lorsque Vaë se redressa et tourna les yeux pour montrer sa découverte, Elayne et les autres avaient disparu. Gardant son calme, elle tenta de les chercher des yeux puis avança au travers de la foule. Une vingtaine de minutes s’écoula et elle ne savait plus où elle se trouvait alors que les jeunes femmes sortaient de la boutique.

‘‘ Où est-elle passée? ‘‘

‘‘ Je n’en sais rien ... partons. Je n’ai plus envie de rester ici et elle doit bien connaître le chemin pour revenir ‘‘ Lança Elayne en haussa les épaules.

‘‘ Au fond, tu t’en fiches pas mal. ‘‘

‘‘ Si on peut dire ... ‘‘

Mais elle ne savait pas à quoi elle aurait droit une fois de retour chez elle, sans Vaënadiel avec elles. D’ailleurs, une fois de retour à la villa des Kreiss, la brunette allait monter les marches lorsqu’Elayne croisa le regard de son frère qui fut surpris de ne pas la savoir avec eux. Les 6 jeunes femmes montèrent en haut, l’une d’elles saluant Liam.

En ville, Vaë tomba sur une troupe de soldats et bien entendu, elle ne regardait pas où elle allait. Elle frappa donc durement le métal et allait tomber vers l’arrière lorsqu’on l’agrippa par les bras. Lorsqu’elle leva la tête, elle vit l’air surpris d’Heïan qui regarda à droite puis à gauche pour ne pas voir son fils. Fronçant les sourcils, il la regarda et l’aida à se remettre sur pied.

‘‘ Tu n’es pas venue ici seule ... ? ‘‘

‘‘ Non. J’étais avec Elayne et ses amies, mais je les ai perdus de vue. ‘‘

‘‘ Elayne ... ‘‘

Aussitôt le regard du père de Liam se fit sévère et il se retourna vers ses hommes, dont un géant et leur fit signe de continuer alors qu’il restait avec la nordique.

‘‘ Vous ne les suivez pas ? ‘‘

‘‘ Je te ramène à la maison puisque ma fille ne l’a pas fait. J’espère seulement qu’elle n’est pas rentrée tout de suite parce que Liam va faire une crise de panique. J’en suis certain ... ‘‘

Vaënadiel ne comprenait pas ce qui se passait et il croyait qu’il était préférable qu’elle ne le sache pas non plus. Au fond d’elle, la druidesse savait qu’Elayne ne l’appréciait pas malgré ce qu’elle essayait de faire croire à son frère. Sans rouspéter, la jeune femme suivit donc le soldat qui la guida au travers de la foule qui se tassait au passage de celui-ci. Ils marchèrent un moment avant de croiser Liam qui semblait à bout de souffle. Vaë n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit qu’il l’embrassa et vérifia qu’elle n’avait rien. Il tourna ensuite les yeux vers son père.

‘‘ Ne la laisse plus partir avec ta soeur et tes copines. Elles n’ont même pas pris la peine de la chercher avant de partir de la place du marché. Est-elle rentrée? ‘‘

Le fils ne fit que hocher la tête et fronça les sourcils.

‘‘ Je vais avoir deux mots à lui dire ce soir ... tu ferais mieux de quitter la maison et aller te promener avec Vaënadiel un moment. Ça ne risque pas d’être joli à entendre. ‘‘

Soudainement inquiète à voir l’air des deux hommes, la druidesse se fit silencieuse et se laissa apporté jusqu’à la villa. Liam tenait fermement sa main et semblait en colère. Même si elle tentait de lui parler pour l’apaiser, c’était sans succès et elle déglutit. La bisbille, elle détestait. Se risquant à ouvrir la bouche de nouveau, la jeune femme dit :

‘‘ Si tu veux parler toi aussi à ta soeur, je peux aller dans le jardin avec Meeko. Je suis capable de rester seule quand même ... ‘‘

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 30 Nov 2012 - 13:26


-Bon matin, eïl farkhas.

Il la regarda, haussant les sourcils. Il avait certes appris quelques mots avec Ephraïm, celui-ci n’en faisait pas partie. Il ne put lui demander une traduction qu’elle entourait son cou avec ses bras. D’un coup, elle l’attira en arrière et ils chutèrent sur le lit, Meeko se faufilant vite à l’abri pour ne pas être réduit en crêpe par Liam. Celui-ci stoppa sa chute avec ses mains qu’il posa de chaque côté de la tête de sa rose qui l’embrassa brièvement avant de lui donner une explication :

-Eïl farkhas. Ça veut dire mon loup. Tes yeux me font penser à ça ... leur couleur, leur vivacité et leur profondeur.

Liam en fût touché. Son loup…la rose et le loup…il réduisit la distance et posa à nouveau ses lèvres sur celles si douces de Vaë. Son corps se fît plus proche de celui de la jeune femme, le collant alors que leur baiser s’intensifiait. Il sentait la poitrine de sa rose contre son torse, et dans son corps la passion comme le désir s’éveillait. Il…il l’aimait à la folie. Ses mains caressant sa nuque et ses cheveux lui envoyait des frissons dans chaque parcelle de son corps. Il ne voulait même plus la lâcher, sauf qu’une domestique toqua, les prévenant que le petit-déjeuner était servi. Liam libéra Vaë en souriant, la laissant aller s’habiller en quatrième vitesse.

Lorsqu’elle revint elle était prête, mais elle avait mal refermé sa chemise et sa poitrine était…trop dehors. Il le lui montra, mais elle ne sembla pas comprendre, voulant aller manger. Il la stoppa et rouvrit la chemise pour la remettre correctement. Il commença à être nerveux, ses mains tremblantes sur le tissu alors qu’il montait, effleurant sa poitrine. Elle se laissait faire, n’ayant plus aucune gêne qu’il la touche. Mais lui, refusant d’aller trop loin pour respecter son intimité, était gêné rien que de l’effleurer et rien que cela faisait grimper dans son ventre une drôle de sensation mêlée de désir.

Il tentait de ne pas regarder et se tourna vers la porte, rougissant.

-Tout va bien ?

Il ne fît qu’hocher la tête, alors qu’elle agrippait son bras. Ils sortirent et rejoignirent sa famille, déjà installée. D’un sourire, ses parents leur souhaitèrent le bonjour tandis qu’ils s’asseyaient aux mêmes places que la veille. Vaë était détendue et souriait aussi, au plus grand bonheur de Liam. Maintenant, il priait juste pour Elayne encore. Son ventre grogna violemment, la faisant rougir et rire le reste des convives. Sa mère s’excusa alors et rejoignit son père, captivant Vaë lorsqu’elle l’aida à enfiler son armure. Elle lui allait à merveille et malgré les ans, elle avait conservé sa brillance du premier jour. Lorsque son père fût partit sur un dernier signe de la main, les domestiques remplissaient leurs assiettes. Et là, Liam réalisa qu’il ne lui avait jamais parlé du petit-déjeuner, ne lui avait jamais fait goûté les œufs et autres produits tels que les fruits. Vaë observa avec attention le contenu de son assiette, les yeux ronds.

Elle le regarda, un peu anxieuse, et il lui montra comment faire en la rassurant. Melley souriait et laissait son fils gérer la situation. De toute manière, Melley ne jugeait pas Vaë et lui laissait le temps d’adaptation nécessaire. Elle regardait en revanche sa fille, qui n’avait pas desserré les dents depuis son arrivée. Le repas se termina lentement, Liam aidant Vaë et lui expliquant tout, Melley les regardant tendrement. Elle discutait avec son fils lorsque cinq amies d’Elayne survinrent. Toutes issues des bourgeois, elles étaient plongées dans les coutumes et traditions et surtout, avaient la langue pendue. Dès qu’elles pouvaient enfoncer quelqu’un d’un rang plus bas que le leur, elles le faisaient.

Et Melley avait remarqué que ses filles-là n’étaient pas d’une bonne influence sur Elayne. Celle-ci revendiquait son droit à la bourgeoisie et ne comprenait pas pourquoi ses parents avaient décidé de renier toutes ses coutumes et règles qui permettaient d’être distingués des basses gens. Melley lui avait expliqué longuement que ni elle ni Heïan n’avait voulu s’enfermer dans ses règles, qu’ils étaient tous deux habitués à la vie simple. Elle venait de la rue pratiquement et lui avait vécu près de dix ans dehors. Rien que son origine avait choqué Eldah, et ensuite lorsqu’ils avaient osés coucher ensemble sans être mariés. Mais cela, sa fille n’avait pas à le savoir, surtout qu’elle ne se laissait rien dire et qu’elle avait osé dire à sa mère les quatre vérités, lui balançant en pleine face qu’elle venait de la rue. Heïan s’était interposé, mais Melley lui avait dit de laisser tomber. Elayne se calmerait, du moins elle l’espérait.

Sauf qu’avec ses amies, cela ne serait pas de sitôt.

Elles disparurent quelques instants, laissant les trois autres personnes seules, puis Elayne revint, s’adossant à la porte en disant, regardant Vaë pour la première fois :

- Vaënadiel, voudrais-tu nous accompagner ? Nous allons faire le tour des boutiques moi et mes amies. Ce serait peut-être le temps de faire connaissance non ?

Vaë hésita, surprise, et regarda Liam. Il lui sourit, calme. Sa sœur faisait ce qu’il lui avait demandé. Bien qu’inquiet, il fît signe à sa rose qu’elle pouvait y aller et la regarda sortir de table, suivant le groupe de femmes qui riaient dans le hall. Le seul hic, c’est qu’il aurait préféré qu’elle soit seule avec Elayne pour faire connaissance. Avec les autres, Vaë ne parlerait pas et serait complètement paniquée. Mais il faisait confiance à sa p’tite sœur pour la mettre à l’aise. Elle le lui avait dit.

-Elle est ravissante, Liam.

L’interpellé sursauta, ramené à la réalité par la voix de sa mère qui n’avait pas bougé. Les mains jointes sous son menton, elle souriait et dans son regard brillait une lueur qui ne trompa pas Liam. Elle allait lui tirer les vers du nez maintenant qu’ils étaient en tête-à-tête.

-Depuis combien de temps êtes-vous ensemble ? Si je peux savoir bien sûr.

-Et bien…cela va faire…un mois. Plus ou moins.

Il l’avait embrassée la première fois dans la clairière. Elle était revenue vers lui trois jours plus tard puis tout avait basculé. Elle l’avait embrassé à son tour. La mort de son père était survenue et l’effet domino avait suivit avec sa fuite, sa famille et les Kawas.

-Je suis fière de toi mon grand. Et ne t’en fais pas, Vaënadiel est parfaitement acceptée ici. Je vois très bien qu’elle ne connaît pas ce mode de vie, je le vois dans son regard. Mais dis-lui bien de prendre son temps et de ne pas hésiter à nous poser des questions si jamais. D’accord ?

-Merci maman, je n’y manquerais pas. Mais…pourquoi Elayne réagit-elle ainsi ? Enfin, avant que je me fâche ce matin…

Melley sourit. Elle avait entendu les voix de ses enfants en se levant mais avait continué son chemin, blessée de les voir se disputer. Cela ne leur arrivait jamais et il venait de rentrer que sa sœur faisait tout pour lui pourrir la vie, sans raison. Enfin, apparemment c’était à cause de la jeune nordique, mais Melley ne comprenait pas. Vaënadiel était tout ce qu’il y a de plus gentil.

-Je ne sais pas mon grand. Elayne t’est très attachée, tu es son jumeau. Je ne saurais dire ce qui la pousse à faire cela. Et j’espère qu’elle va comprendre après votre altercation et donner sa chance à Vaënadiel. Je ne veux pas que ta copine se sente mal à l’aise ici.

Liam baissa la tête. Oui il était attaché à sa jumelle et elle à lui, mais ce n’était pas une raison. En plus, il s’inquiétait réellement. Ou étaient-elles ? Traitaient-elles Vaë correctement ? Lui expliquaient-elles ce qu’il fallait ? Faisaient-elles attention à ne pas la perdre ? Parce que Vaë ne connaissait pas la ville et si elle se perdait…

Il soupira et se leva en compagnie de sa mère qui le laissa, ayant de la couture à faire. Il attendit dans le couloir, jusqu’à ce qu’ils voient Elayne et ses amies monter l’escalier. Mais pas de Vaë. Il s’avança et fronça les sourcils, demandant du regard à sa sœur ou était Vaë. Celle-ci ne répondit rien et entraîna ses amies en haut, la dernière le saluant de la main. Il ne fît même pas attention et sentit son cœur se serrer.

Ou était-elle ?! Il fût à nouveau en colère. Sa sœur n’avait pas agit comme il fallait ! Et maintenant, sa rose était quelque part en ville, paniquée et perdue ! Si elle s’aventurait dans les bas-quartiers, elle risquait de tomber sur des voyous qui n’étaient pas mieux qu’Arled.

Il se précipita dehors, sous le regard surpris de Melley qui arrivait avec sa couture, et courut dans l’allée, sautant par-dessus le portail pour se retrouver dans la rue. Il courut, se faufilant dans la foule, la cherchant du regard.

Quelques minutes passèrent jusqu’à ce qu’il l’aperçoive avec…son père ! La chance ! Il se précipita sur elle et l’embrassa, sous le regard d’Heïan, vérifiant par la suite qu’elle n’avait rien avant de regarder le soldat qui dit :

-Ne la laisse plus partir avec ta soeur et tes copines. Elles n’ont même pas pris la peine de la chercher avant de partir de la place du marché. Est-elle rentrée?

Liam hocha la tête en fronçant les sourcils. Elle allait le lui payer. Sœur ou pas. Il allait lui remettre la cervelle en place de force !

-Je vais avoir deux mots à lui dire ce soir ... tu ferais mieux de quitter la maison et aller te promener avec Vaënadiel un moment. Ça ne risque pas d’être joli à entendre.

Liam acquiesça et prit la main de Vaë, la serrant dans la sienne et l’entraînant jusqu’à la maison, laissant son père retourner au travail. Elle parlait, tentait de le calmer, mais rien à faire. Il était en colère et celle-ci ne partirait pas de sitôt. Ils arrivaient près de la bâtisse lorsqu’elle dit :

-Si tu veux parler toi aussi à ta soeur, je peux aller dans le jardin avec Meeko. Je suis capable de rester seule quand même ...

Il la regarda, lui souriant pour la rassurer. Elle était mal à l’aise et devait se sentir coupable à cause de la dispute entre les jumeaux et celle qui suivrait entre Heïan et sa fille. Il repensa à ce qu'elle venait de dire. Voulait-elle être seule ? Peut-être qu'il était trop présent, et qu'il l'étouffait. Elle n'osait peut-être pas le lui dire aussi. Il entra dans l’allée et se dirigea dans le jardin. Meeko était déjà là, caché sous un buisson. Comment avait-il fait pour sortir sans être vu, Liam ne le savait pas mais cela l’arrangeait. Au moins il n’aurait pas à passer devant la chambre de sa sœur au risque de la défoncer et de cracher sa colère devant ses amies. D’ailleurs, il devrait le faire, mais ses pimbêches le dégoûtaient. Elles étaient creuses par rapport à Vaë. Et il ne comprenait pas ce que sa sœur leur trouvait de si sympathique. Il s’assit sur le banc, Vaë à côté, caressant Meeko et il lui dit, maîtrisant sa voix qui vibrait de colère :

-Je reste avec toi Vaë, à moins que tu préfères rester seule, tu en as le droit dis le moi juste...Mais si je parle à ma sœur maintenant, je risque de la gifler. Je ne l’aie jamais vue ainsi et je ne comprends pas. Elle m’avait dit qu’elle…qu’elle apprendrait à te connaître. Au lieu de cela, elle t’a délibérément laissée en plan dans une ville que tu ne connais pas !! Je ne le lui pardonne pas et tu n’as pas à te sentir coupable. Au contraire, tu tentes de te rapprocher et c’est elle qui agit en idiote.

Il la prit par les épaules et la colla à lui, caressant sa joue.

-Je vais laisser mon père lui parler et ce soir je t’emmène en ville. La nuit il y a moins de monde et tu verras, les lumières sont magnifiques, encore plus que vues d’ici. Et cet après-midi, je te fais visiter la maison. Mais pour l’heure, j’ai envie de rester avec toi pour que mon inquiétude s’en aille et que tu te sentes bien…

Il ne rajouta pas qu'elle pouvait lui dire de partir. Elle le savait qu'elle pouvait. Elle n'avait pas à avoir peur pour ça.

Il lui sourit et l’embrassa longuement, ne se doutant pas une seconde qu’ils étaient observés. A la fenêtre de la chambre d’Elayne, sa meilleure amie regardait la scène, les lèvres crispées. Il était à elle. Elle attendait depuis trop longtemps. Elle le voulait. Elle voulait l’embrasser et lui faire l’amour comme jamais il ne connaîtrait ça avec…la sauvage. Ce n’était que pour cela qu’elle s’était rapprochée d’Elayne, la pauvre sotte. Se servir d’elle pour atteindre et emmener le frère. Elle y arriverait. Et la fête qui aurait lieu fin de semaine serait une occasion en or d’enfoncer la sauvage et de lui porter le coup fatal qui la ferait déguerpir vers ses montagnes adorées. Liam serait à elle.

Elle sourit cruellement, observant toujours les deux jeunes qui s’embrassaient. Heureusement, elle n’avait pas vu Meeko…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 30 Nov 2012 - 16:42

Mauvais présage...

Liam resta muet sur ses paroles et l’entraîna avec lui dans l’allée où se trouvait une dizaine d’espèces de fleurs différentes et de toutes les couleurs. Tenant toujours sa main, il l’entraina jusqu’à l’arrière de la villa en contournant celle-ci par le petit chemin de pierre pavé jusqu’à ce qu’ils arrivent près de la fontaine où se trouvait un banc et Vaënadiel s’asseya. De ses doigts fins, celle-ci caressa la surface de l’eau et admira les poissons qui y nageaient paisiblement. Ses yeux aqua se levèrent donc vers le jeune homme qui fulminait intérieurement. Meeko, sorti au même moment de sa cachette et venu se coucher sur les cuisses de sa maîtresse en ronronnant. Liam prit enfin place aux côtés de Vaë qui alla chercher sa main délicatement. Elle était si chaude et si apaisante ...

‘‘ Je reste avec toi Vaë, à moins que tu préfères rester seule, tu en as le droit dis le moi juste...Mais si je parle à ma sœur maintenant, je risque de la gifler. Je ne l’aie jamais vue ainsi et je ne comprends pas. Elle m’avait dit qu’elle…qu’elle apprendrait à te connaître. Au lieu de cela, elle t’a délibérément laissée en plan dans une ville que tu ne connais pas !! Je ne le lui pardonne pas et tu n’as pas à te sentir coupable. Au contraire, tu tentes de te rapprocher et c’est elle qui agit en idiote. ‘‘

Sa voix tremblait légèrement à cause de cette colère qui s’amplifiait au fil des secondes. Pourtant, ce n’était pas bien grave selon elle. Seulement, Vaë était déçu de ne pas avoir eu une simple conversation avec Elayne sans que cela tourne au calvaire. Il y aurait encore de la chicane due à sa présence sans qu’elle n’en sache la cause. Tout était si flou. Si seulement elle le savait, peut-être pourrait-elle remédier au problème ou faire quelque chose pour aider ? Liam la prit alors par les épaules afin de l’approcher de lui. Vaë se laissa faire et enlaça son homme avant de coller un côté de son visage contre son torse pendant qu’il caressait doucement sa joue visible.

‘‘ Je vais laisser mon père lui parler et ce soir je t’emmène en ville. La nuit il y a moins de monde et tu verras, les lumières sont magnifiques, encore plus que vues d’ici. Et cet après-midi, je te fais visiter la maison. Mais pour l’heure, j’ai envie de rester avec toi pour que mon inquiétude s’en aille et que tu te sentes bien… ‘‘

Levant la tête afin de voir son magnifique visage, la druidesse lui sourit tendrement et déposa un baiser sous son menton avant qu’il ne l’embrasse pendant un long moment. Ses yeux se fermèrent alors et se laissèrent tout simplement aller, laissant tous les problèmes actuels de côté. Ce moment, elle voulait en profiter au maximum comme tous ceux qu’elle était capable de passer avec lui. Libéra la taille d’une main, celle-ci vint se poser sur l’abdomen du jeune homme et remontait doucement pour caresser son torse contre lequel elle se sentait si bien. Jamais elle ne supporterait de le laisser s’en aller loin d’elle. Plus maintenant. Ses sentiments étaient devenus trop forts au cours des semaines qu’il lui serait insupportable de le voir partir. La druidesse prendrait soin de lui comme il prenait soin d’elle et veillerait à ce qu’il soit un homme comblé tous les jours jusqu’à ce que ça leur devienne impossible.

‘‘ Je t’aime, Liam ... ‘‘ Murmura t-elle entre deux baisers alors qu’il lui souriait avant d’embrasser son cou, la faisant frémir.

Vu de la chambre d’Elayne, la dénommée Keira se mordait la lèvre de rage devant ce spectacle dégoutant. Voir l’homme qu’elle désirait tant aux côtés d’une sauvage sans intérêt l’horripilait au plus haut point. Mais qu’est-ce qu’il pouvait trouver à cette ignorance d’une classe pire que celle des pauvres ?! Brusquement, elle se retourna et s’éloigna de la fenêtre en faisant voler ses longs cheveux blond et fins dans les airs. Elle gronda à voix haute et s’asseya sur le lit avec ses autres amies. Elayne, désolée pour elle resta debout et réfléchissait à une solution.

‘‘ Keira, je respecterai ma parole. Ne t’inquiète surtout pas. Cette sauvage déguerpira avant le début de la semaine prochaine. ‘‘

‘‘ J’ai déjà ma petite idée, ma chère Elayne. Et puis, notre petite Vaënadiel se mangera la raclée de sa vie. ‘‘

‘‘ Qu’as-tu en tête, Keira ? ‘‘

‘‘ La fête que nos enseignants organisent pour clôturer la saison, notre bal. Tout se passera là et inévitablement, Liam sera accompagné de cette nordique puisqu’ils ne sont pas séparables. Ce sera le moment de les séparer quelques secondes et je me pendrai à son cou. Vaënadiel n’aura d’autre choix que de partir en courant. ‘‘

‘‘ Oh, je vois. Je crois que ce sera possible vu qu’elle est tellement curieuse que la montagne de coupes de verre l’attirera comme un moustique. ‘‘

‘‘ Parfait! Sinon, les garçons pourront toujours tenter d’attirer son attention ailleurs et lorsqu’elle se retournera les lèvres de son cher Liam seront sur les miennes. ‘‘

‘‘ Tu es si intelligente Keira ! Je t’envie ... ‘‘

‘‘ Oui, je sais. ‘‘ Dit-elle en repoussant sa chevelure de soie par dessus son épaule.

Les jeunes femmes continuèrent à échafauder leur plan et vint l’heure de leur départ. Au même moment, Heïan entrait chez lui et ne manqua pas de récolter des regards pervers de certaines d’entre elles. Découragé, l’homme de la maison ne fit que les saluer brièvement et ferma la porte derrière ces pestes mal élevées. Melley vint l’acceuillir et il l’embrassa tendrement avant de planter son regard violacé dans celui de sa femme.

‘‘ Où sont-ils ? ‘‘

Melley lui désigna la direction du jardin d’un seul regard et Heïan acquiesça d’un simplement hochement de tête avant de se débarrasser de ce tas de ferraille qui lui enlevait sa liberté de mouvement comme à tous les jours. Il déposa un nouveau baiser sur le front de sa femme et prit sa main lorsqu’il vit Liam et Vaë rentré du jardin, celui-ci commençant sa visite de la demeure. Ils se saluèrent d’un sourire puis le chevalier commença par le rez-de-chaussée. Vaënadiel touchait à tout avec une grande précaution au risque de briser quelque chose. Liam lui disait au fur et à mesure l’utilité de l’objet et sa représentation. Ils firent ensuite le tour de l’étage supérieur en passant devant les chambres. Une fois dans la bibliothèque, Vaënadiel quitta Liam pour courir à droite et à gauche afin de tout regarder. Il y avait tellement de choses que ses yeux étaient fous. Inévitablement, la druidesse le bombarda de questions et ce fut la pièce dans laquelle ils passèrent le plus de temps. La dernière fut le bureau où se trouvait la fresque qu’on avait donnée en cadeau à Heïan quelques années plus tôt. Vaë s’en approcha, l’effleurant des doigts et tourna les yeux vers Liam avec un sourire lumineux.

‘‘ C’est ... tellement joli. Ça raconte une histoire non ? Les personnages ressemblent à tes parents et ceux-ci, à toi et ta soeur. À moins que je ne me trompe. ‘‘

Elle continua à l’observer en détail et à caresser les personnages de ses mains, s’arrêtant plus particulièrement sur celui qui ressemblait et elle ricana avant de poser de nouveau ses yeux vers Liam.

‘‘ La ressemblance est frappante sauf que lui ... est beaucoup plus plat que toi. ‘‘ Dit-elle d’un sourire rieur alors qu’elle s’approchait de lui pour embrasser le cou, sur la pointe des pieds, et caresser son ventre à deux mains tout en remontant jusqu'à ses pectoraux.

Elle le sentit frissonner puis fut soulevée de terre pour se retrouver assise sur le bureau alors que Liam posait ses lèvres sur les siennes. Les mains chaudes du jeune homme se posèrent alors sur ses hanches et remontaient doucement le long de sa taille jusqu’à ce qu’elle sente celles-ci s’arrêter sous sa poitrine, l’effleurant à peine. La chair de poule se forma à la surface de sa peau alors que leur souffle se faisait court. Ses yeux aqua étaient plongés dans le doré des siens pour ne plus se détacher. Quelle était cette drôle d’envie ? Mais tous deux tournèrent la tête vers la porte du bureau qui était fermé alors qu’ils entendaient Heïan hurler dans le couloir.

‘‘ Aller les monstres ! C’est l’heure de manger ! ‘‘

Quittant sa chambre, Elayne faisait la moue et approcha de son père pour le contourner. Sans un regard, elle dit entre ses dents.

‘‘ Cesse de m’appeler ainsi papa ! C’est gênant ! ‘‘

‘ Seulement pour cette raison, je vais t’appeler ainsi plus régulièrement ! ‘‘ Lança t-il en riant de bon coeur, emboitant le pas de sa fille.

Dans le bureau, Vaë déposa un baiser furtif sur les lèvres des Liam qui la fit descendre. Elle lui sourit tendrement et prit sa main pour l’entraîner hors de la pièce et descendre l’escalier pour se rendre à la salle à manger. Comme les deux derniers jours, la druidesse prit place sur le même siège que la veille et attendait avec impatience la surprise qui se retrouverait sous le couvert. Voyant le poisson et humant son odeur, la jeune femme en eut l’eau à la bouche et prit les ustensiles avec un peu plus de confiance pour commencer à manger toute seule. De temps à autre, comme avec la sauce, Vaë hésitait et regardait Liam faire en silence puis l’imitait. Elle commençait à prendre de l’assurance et se sentait fière d’elle-même. En soirée, Elayne monta à sa chambre d’un pas rapide. Elle n’avait pratiquement rien dit du souper, alors Heïan se leva de table, chuchota au creux de l’oreille de sa femme puis déposa un baiser sur son front avant de monter à l’étage. Liam avait compris ce signal et il en fit de même, entrainant Vaënadiel avec lui à l’extérieur, apportant un manteau au cas où sa protégée aurait froid. Main dans la main, le chevalier la conduisit jusqu’au centre de la ville où elle fut ébahie par toutes ces lumières de formes et de couleurs différentes. Ses yeux pétillaient de curiosité et elle admirait le paysage en silence sous le sourire satisfait de la jeune femme qui croisait ses doigts entre les siens.

‘‘ C’est magnifique ... ‘‘ Souffla t-elle dans un murmure.

À la maison, Heïan s’était rendu à la chambre de sa fille et avait refermé la porte derrière lui. Celle-ci brossait soigneusement sa longue crinière brune, tentant de replacer désespérément ses mèches rebelles et indomptables. Elle soupira alors que son père s’asseyait sur le bord de son lit. S’il était là, c’est qu’il y avait une raison et déjà, sa présence l’énervait.

‘‘ Quoi ... ?! On ne peut pas parler plus tard ? Je suis occupée ! ‘‘

‘‘ Occupée à te brosser les cheveux. Oui, je vois, mais non ... ‘‘

Soupirant fortement, Elayne posa sa brosse sur sa table et se retourna pour faire face à son père qui avait l’air sévère des jours de réprimandes. Elle croisa les bras sur sa poitrine et attendit, fermée à tous commentaires.

‘‘ Peux-tu me dire pourquoi tu as laissé Vaënadiel à son compte en pleine ville ? Elle ne connait rien de Beolan et sur ses habitants. Il aurait pu y arriver quelque chose si je ne l’avais pas ramené jusqu’à ton frère. ‘‘

‘‘ Et puis ? ‘‘

Heïan fronça les sourcils sur la réponse de sa fille. Par tous les dieux, qu’est-ce qui lui prenait ? Jamais elle n’était comme ça, si peu soucieuse des autres. Maintenant, la voilà qui était égoïste et qui ne pensait qu’à elle et son bien-être. Décidément, ses fréquentations l’influençaient grandement.

‘‘ Tu me déçois Elyane. Ton frère est heureux comme jamais et a trouvé une femme qui lui convient parfaitement. Serais-tu jalouse de lui au point d’en vouloir à sa copine ? ‘‘

‘‘ NON ! ‘‘ Dit-elle en grimpant dans les rideaux aussitôt. ‘‘ Et puis, ce n’est pas sa copine ! Il n’a rien dit encore ! ‘‘

Heïan baissa la tête. Voilà, il venait de trouver le bobo; la jalousie. Mais y avait-il quelque chose d’autre derrière tout ça ?

‘‘ Et puis c’est une sauvage ! Je ne sais pas ce qu’il trouve à cette petite écervelée qui ne connait rien et qui s’émerveille devant le tapis de l’escalier ! ‘‘

‘‘ Tu vas trop loin jeune fille ! Quand elle rentrera, tu iras lui demander pardon. ‘‘

‘‘ JAMAIS ! je préfère être privé de sortie pendant une année que de parler à cette chose qui vient des montagnes ! QU’ELLE Y RETOURNE ! Elle ne mérite pas mon frère ! ‘‘

L’homme de la maison se leva et regarda sa fille avec une colère grandissante. Elayne le défiait du regard et elle savait comment le faire enrager au point où il finissait par sortir de sa chambre. Mais Heïan la pointa du doigt pour ajouter :

‘‘ Tu oses faire quelque chose de travers envers elle et ça ira mal. Tu m’entends, jeune fille ?! ‘‘

Et il sortit avant de se mettre à hurler dans le couloir pour libérer sa fureur. La porte se claqua fortement cependant et il s’éloigna en vitesse pour aller rejoindre sa femme qui trouvait toujours le moyen de le calmer par sa voix douce et relaxante. Ce ne fut que plus tard en soirée que les tourtereaux arrivèrent au manoir. Vaënadiel était à moitié endormie et tenait à peine sur ses pieds, bayant aux corneilles. Toute cette curiosité lui avait mangé son énergie.

‘‘ Bonsoir et bonne nuit monsieur Heïan et madame Melley ‘‘ Dit-elle d’une voix endormie.

Liam la souleva alors de terre afin de l’amener à leur chambre où elle mit du temps à se changer avant de se glisser sous les couvertures. Lorsque Liam vint la rejoindre, couchée sur le dos, la jeune femme colla sa tête contre son poitrail et sera celui-ci d’un bras avant de s’endormir rapidement. Meeko lui, avait prit sa place puis Vaë était à moitié sur le corps de son homme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 30 Nov 2012 - 20:52


Ils étaient toujours assis, Liam serrant Vaë contre lui. Ils s'embrassaient sans se relâcher, les mains de la jeune femme montant sur son torse, ses lèvres libérant des mots qui le rendait fou. "Je t'aime". Trois mots qui faisaient de lui l'homme le plus heureux de tous les temps.
Il gardait quant à lui ses mains sur les hanches délicates de sa rose, sentant au travers de sa chemise sa peau si douce. Ils étaient si bien là, qu'ils oublièrent bien vite le souci "Elayne et compagnie".

Lorsqu'il se détacha, essoufflé mais souriant, conservant la proximité entre leurs visages, Liam sourit à Vaë, se noyant dans son regard merveilleux. Sans une seule parole, il se leva, la prenant par la main. Il était temps de lui faire découvrir la maison. Heureusement, ils n'avaient pas vu les copines d'Elayne sortir.
Entrant dans le couloir, ils saluèrent Heïan qui venait de rentrer et qui se débarrassait de son armure avec l'aide de Melley.

Liam décida de montrer d'abord le rez-de-chaussée. Elle regardait tout, touchait à tout, s'extasiant sur les objets qui pour lui faisaient partie du décor. Mais pour elle, c'était nouveau, et il lui expliquait tout, lui donnant le nom des objets comme le lustre, la commode, les statuettes…tout. Ils grimpèrent à l'étage, qui recelait bien plus de trésors qu'en bas. Il passa rapidement à côté des chambres, et entra dans la bibliothèque. Cette pièce lui avait toujours apporté le réconfort nécessaire et l'odeur des livres mélangée à celle de Vaë était un pur délice. Tout était en ordre, les fauteuils bien alignés, les ouvrages correctement disposés. Vaë courut dans les allées, regardant à droite et à gauche, touchant les tranches des livres, posant son regard aqua sur les statues.
Elle lui posa d'innombrables questions auxquelles il se fît une joie de répondre, tentant d'être clair et d'être écouté plus de deux minutes parce qu'elle n'arrêtait pas de découvrir une nouvelle chose alors qu'il n'avait pas terminé l'explication de la précédente. Mais qu'importe, il adorait la voir ainsi. Ils restèrent longtemps dans la bibliothèque et lorsqu'ils sortirent, il n'y avait plus qu'une pièce à voir, le bureau. Le bureau ou Liam s'enfermait des fois en étant plus jeune pour étudier au calme.

Ses yeux se posèrent immédiatement sur l'immense fresque accrochée au mur. Offerte à son père pour un anniversaire et décorée par sa mère, la fresque était magnifique. Elle relatait la vie d'Heïan, et les personnages étaient forts ressemblants. Surtout lorsque l'on connaissait l'histoire vécue pour une partie du tissu, lorsqu'il n'était qu'un bambin. Il inspira un grand coup pour chasser cela de sa tête et regarda Vaë qui s'était approchée, effleurant les broderies de son doigt.

-C’est ... tellement joli. Ça raconte une histoire non ? Les personnages ressemblent à tes parents et ceux-ci, à toi et ta soeur. À moins que je ne me trompe.

Liam acquiesça et répondit :

-Non tu as misé juste. C'est ma mère qui l'a faite pour la plus grosse partie. Pour raconter notre passé.

Mais il n'était pas sûr qu'elle l'ait entendu car elle observait attentivement les personnages en les touchant du doigt. Elle se retourna ensuite vers en ricanant faiblement pour dire :

- La ressemblance est frappante sauf que lui ... est beaucoup plus plat que toi.

Il sourit et la laissa venir à lui lentement. Elle se dressa sur la pointe des pieds pour déposer un doux baiser dans son cou, tout en caressant son ventre de ses mains, les remontant jusqu'aux pectoraux. Liam frissonna et l'étrange sensation revint fourmiller dans son ventre. Il ne résista pas et pour lui éviter de rester sur le bout de ses pieds, il l'agrippa et la souleva du sol pour l'asseoir sur le bureau. Maintenant, elle était à sa hauteur.

Et sans plus attendre il posa ses lèvres sur les siennes, ses mains se posant sur ses hanches et remontant lentement sa taille. Qu'est-ce qu'elle était fine ! Il s'arrêta sous la poitrine, effleurant sa peau doucement tout en l'embrassant. Ils se regardaient droit dans les yeux, plongeant chacun au plus profond de l'âme de l'autre. Liam avait des frissons et avait mal au ventre. Ce n'était pas un réel mal, mais des piqures, des fourmillements, une envie, un désir. Il entrevoyait ce que son corps lui envoyait comme signal, mais le refusait. De toute manière, c'était Vaë qui décidait. Son corps devrait attendre pour assouvir son envie et montrer son amour pour elle. Il l'embrassa plus passionnément encore, comme pour palier, et leur souffle devint rapidement court. Il conservait ses mains sur la taille de la jeune femme, juste sous sa poitrine.

Mais leur moment de passion fût écourté par Heïan qui beuglait dans le couloir :

-Aller les monstres ! C’est l’heure de manger !

Liam sourit à Vaë. Oui, les monstres. Son père les avaient toujours surnommés ainsi, Elayne et lui, et Liam n'avait rien contre, au contraire il trouvait cela amusant. Monstres, les terreurs…tout allait pour les qualifier.
Recevant un dernier baiser furtif sur les lèvres, il fît descendre Vaë de son trône de reine et l'emmena à sa suite jusque dans la salle à manger. Reprenant les mêmes places, le repas fût servi et Vaë ouvrit de grands yeux devant le poisson fumant. Ils commencèrent à manger et Liam l'observait du coin de l'œil tout en parlant à ses parents. Elle y arrivait. C'était plus confiant, on aurait presque dit qu'elle s'était toujours servie des couverts. Et il était fier d'elle. Fier comme jamais. Par contre Elayne ne parlait pas et Liam ne la regardait pas. Sinon sa colère reviendrait et il ne voulait pas gâcher ce moment. Vaë était souriante, à l'aise avec ses parents, mangeait et il ne voulait pas de dispute à table. De toute manière, il savait que son père s'en chargerait après.

Ils finirent de manger et Elayne quitta rapidement la table, remontant dans sa chambre. Heïan l'imita, disant quelque chose à Melley en chuchotant et lui donnant un baiser sur le front. Liam avait nettement compris. Son père cherchait toujours du courage pour affronter sa fille auprès de sa mère. Alors il s'excusa et entraîna Vaë, prenant un manteau pour sa rose au cas où elle aurait froid. Il laissait sa mère seule, mais elle lui sourit et l'encouragea du regard. Il ne demanda pas à ce qu'elle les accompagne, elle aurait refusé, disant sans doute que c'était un moment privé entre lui et Vaë et qu'elle se devait d'être là pour calmer Heïan ou pour éviter les massacres à l'étage.

Liam sortit donc, serrant la main de sa rose dans la sienne, et l'emmena jusqu'au centre ville. Là ou elle s'était égarée le matin même. Il y avait encore quelques passants, les étals et boutiques étaient fermées sauf les tavernes, et les rues étaient illuminées.

-C’est magnifique ...

Il sourit, voyant son regard pétiller à la lumière lunaire. Il l'entraîna, lui montrant les merveilles de Beolan. Elle était en extase et devenait fébrile, tant et si bien qu'elle s'épuisa toute seule. Ils reprirent donc le chemin de la maison, la nuit déjà bien avancée…

Justement, à la maison, Melley serrait Heïan contre elle pour le calmer. Il était redescendu furibond de sa discussion d'avec sa fille. Melley avait entendu des bribes de leurs paroles, sans plus. Il était revenu rouge de colère et s'était installé à ses côtés sur le canapé.

-Chut…calme-toi. Tu te fais du mal et cela ne résoudra rien.

Elle lui parlait, sachant très bien que sa voix comme ses mains l'aidaient toujours. Elle l'embrassait aussi, son amour, son cœur, sa seconde moitié. Elle caressait ses cheveux, sa nuque, démêlant tous ses nœuds dus à la nervosité et la colère.

Dehors, Liam poussait le portique et avançait avec sa rose, la soutenant de moitié. Elle était éreintée et tenait à peine sur ses pieds. Ils entrèrent et virent Melley et Heïan, au salon. Liam leur sourit et Vaë réussi à leur dire :

- Bonsoir et bonne nuit monsieur Heïan et madame Melley.

Ses parents acquiescèrent en souriant, Liam voyant bien que son père était encore un peu en colère. Donc, heureusement qu'ils étaient partis lui et sa rose.
La soulevant de terre, Liam la cala dans ses bras et monta les escaliers, la reposant dans la chambre. Elle mit du temps à se changer et il la laissa se coucher pendant qu'il allait aussi se préparer pour la nuit. Lorsqu'il arriva elle était couchée sur le dos, Meeko à sa place habituelle sur ses jambes. Ce fût la que Liam décida que, le lendemain, ils présenteraient l'animal à ses parents. Ceux-ci avaient toujours aimé les animaux et depuis Akira, ils n'avaient plus eus de compagnons. Certes, ce n'était pas un chien, mais il était tout aussi affectueux malgré sa méfiance envers Liam, voulant protéger sa maîtresse.
Il se coucha, Vaë se collant à lui, la tête sur son torse, un bras l'entourant. Il soupira d'aise, frissonnant, les fourmillements revenant dans son ventre. Elle était à moitié allongée sur lui, plongeant déjà dans le monde des rêves. Liam caressait sa tête lentement et finit par s'endormir, son ventre lui envoyant des décharges incroyables qu'il réprima.

Le lendemain, ils s'éveillèrent presque en même temps et Liam décida de faire son paresseux. Il coinça Vaë dans ses bras, l'empêchant de se lever. La jeune femme le regarda d'abord surprise avant de rire, Meeko râlant déjà pour manque d'attention.
Il la serra contre lui et pivota, tant et si bien qu'elle se retrouva entièrement allongée sur lui. Leurs ventres se collaient, leurs souffles se mélangeaient, et Liam la regarda longuement, voyant le rouge l'empourprer, avant de l'embrasser. C'était aussi pour qu'elle ne voie pas le rouge qui montait aussi sur ses joues. Son ventre recommença à bourdonner, se réveillant brusquement. Mais il ne fît rien de plus que poser ses mains sur les douces hanches de sa rose et de continuer à l'embrasser, lui murmurant au creux de l'oreille :

-Je t'aime Vaë. Je t'aime plus que tout au monde…jamais je ne t'abandonnerais…

Il lui mordillait l'oreille, la faisant rire et il poursuivit ses embrassades jusqu'à ce que la faim ne réclame leur attention. Ils se levèrent donc, déjà de bonne humeur, et une fois changés ils descendirent pour le petit-déjeuner. Vaë avait pris beaucoup d'assurance et mangeait sans peine, seule. Elayne n'était pas visible, sans doute dormait-elle encore ou alors elle boudait. A la fin du repas, Liam regarda ses parents et dit :

-Maman, papa…euh…

Quand il commençait comme ça, Melley comme Heïan se doutaient que c'était important ou alors qu'il avait fait une bêtise ou même caché quelque chose. Vaë ne comprenait pas non plus et il sourit pour les rassurer. Il n'y avait rien de grave.

-En fait on ne vous a pas tout dit. Vaë et moi avons…apprivoisé un animal. Il est en haut dans la chambre et on n'a pas osé le montrer avant…

Melley sourit, un peu plus rassurée et curieuse. Quel animal ? Elle se leva donc avec son mari et suivit Liam et Vaë jusque dans leur chambre. Là, Liam ouvrit la porte et s'avança, ses parents sur les talons. Meeko était sagement sur le lit, se léchant le pelage pour se laver. Il redressa la tête, et se mit en défense en voyant les inconnus. Vaë s'assit près de lui pour le calmer.

-Il se nomme Meeko. Vaë à…un talent pas croyable pour les animaux ! Elle a même dressé un ours ! Il nous a suivit jusqu'à l'entrée de la ville !

Heïan et Melley étaient bouche bée et regardaient Vaë avec une certaine admiration. Certes ils ne s'étaient pas attendus à un raton-laveur, mais Meeko était mignon à croquer. Petite boule de poil pelotonnée dans les bras de sa maîtresse. Melley s'avança et demanda gentiment :

-On peut le caresser ?

Vaë hocha de la tête et Melley leva une main hésitante, la posant délicatement sur la tête de l'animal. Elle sourit, constatant qu'il était doux ! Mais un cri retentit derrière eux :

-MAMAN !!! UNE BETE SAUVAGE DANS LA MAISON !

Tous se retournèrent, voyant Elayne dans l'encadrement de la porte. Elle avait du être réveillée par les bruits de pas et était venue voir. Meeko commença à feuler, se sentant menacé, et Melley se recula. Liam regardait sa sœur, se demandant si par "bête sauvage" elle ne parlait que de l'animal ou si elle incluait Vaë avec. Ce serait un subtil jeu de mot d'ailleurs.
Elle se précipita, agrippant au passage une pantoufle qu'elle leva au-dessus de sa tête dans le but de chasser Meeko qui grogna. Vaë avait beau tenter de le calmer, c'était trop tard. Il sauta de ses bras et voulut s'attaquer à Elayne, mais Liam fût plus rapide et l'intercepta. L'animal était fou et griffait, mordait, sans se rendre compte qu'il s'agissait de Liam. Paniquée, Elayne s'enfuit en courant alors que les trois autres séparèrent tant bien que mal Liam et son agresseur à quatre pattes.
Meeko se réfugia dans les bras de Vaë qui chantonna, et il retrouva sa placidité d'avant en un clin d'œil. Au sol, Liam tentait de se relever, essoufflé. Ses mains étaient couvertes de griffures et morsures, et son visage devait avoir quelques marques discrètes, puisqu'il s'était protégé. Il ne voulait pas être défiguré non plus. Sa chemise était déchirée, il le sentait. Heïan se pencha et le prit sous les bras pour l'aider à se relever et l'asseoir sur le lit. Liam était un peu étourdi, il fallait dire. C'avait été si soudain…
Melley s'agenouilla devant lui alors que Vaë se rapprochait, inquiète et se sentant coupable.

-Mon bébé, ça va ?

-Oui maman c'est bon…allez voir si Elayne s'est remise de l'émotion…

Melley serra sa jambe, faisant confiance à Vaë pour soigner les quelques petites blessures de son fils et disant qu'elle reviendrait vite. Liam regarda son père avant qu'il ne s'en aille et lui dit :

-Meeko restera tout de même ici. Je ne le chasserais pas. C'est Elayne qui lui a fait peur c'est tout.

Heïan ne fît qu'acquiescer avant de partir. Ils en reparleraient plus tard sans doute, bien que Liam sache très bien que ses parents n'étaient pas contre Meeko. Il fallait juste faire attention.
Les mains pleines de sang, Liam attendit un peu que sa tête cesse de tourner pour tenter de se lever. La chute l'avait sonné, tout comme l'attaque du raton-laveur qui se faisait petit dans les bras de sa maîtresse, comme s'il sentait qu'il avait fait une bêtise. Vaë, à côté, paniquait.

-Ce n'est rien mon cœur. Je…je vais aller laver mes mains et on pourra continuer la journée…

Il ferma les yeux, le tournis devenant trop lourd à supporter. Meeko était-il vecteur d'une maladie ? Si oui laquelle ? Grave ? Ou était-ce juste le contrecoup de la chute violente au sol ? Il ne savait pas mais avait une confiance aveugle en Vaë pour le lui dire…

Dans sa chambre, Elayne calmait son coeur. Une sauvage, qui avait ramené un animal sauvage...quand elle dirait ça à Keira !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 30 Nov 2012 - 22:42

Meeko VS Elayne et Liam VS Heïan

Le soleil brillait pour une autre journée, apportant de par le fait même sa chaleur. Quelques rayons parvenaient à se faufiler entre les rideaux, se collant sur le visage des jeunes gens qui commençaient à bouger faiblement. Pendant la nuit, Liam s’était retourné sur le côté et Vaënadiel avait caché son visage dans son cou. Ses paupières s’ouvrirent lentement puis elle s’étira de toute sa longueur en bâillant. Comme elle allait se hisser en dehors du lit pour aller dans la pièce d’eau, Liam la coinça contre lui à l’aide de ses bras. Haussant les sourcils de surprise, la druidesse regardait son homme qui lui souriait. Elle émit alors un petit rire pendant que Meeko boudait et criait son mécontentement derrière son dos. La jeune femme ne toucha plus le matelas bien longtemps et se retrouva allongée sur Liam après avoir libéré un petit cri de stupeur. Ses jambes s’étaient pliées en angle de 90 degrés instantanément, ses pieds se retrouvant aussitôt dans les airs. Mais celles-ci se penchèrent tranquillement alors que son regard fondait à la vue de celui de Liam. Elle sentait son corps chaud sous le sien et ses jambes s’allongèrent sur les siennes. Le rouge la prit de court, teintant ses joues sous la timidité. Il était si près d’elle ... elle sentait son ventre se soulever sous le sien et la peau de son torse contre ses mains. Des papillons se formaient dans son ventre alors qu’il l’embrassait tendrement et caressait ses hanches puis sa taille à la faire frémir davantage. Ses caresses étaient si douces qu’elle ne pouvait s’empêcher de les réclamer silencieusement. Ses lèvres délaissaient les siennes pour se frayer un chemin sur sa mâchoire et son oreille, lui murmurant.

‘‘ Je t’aime Vaë. Je t’aime plus que tout au monde…jamais je ne t’abandonnerais… ‘‘

Un frisson violent la parcourut toute entière lorsqu’il se mit à mordiller son oreille et provoquant aussi un chatouillis qui la fit rire doucement.

‘‘ Moi aussi je t’aime. ‘‘ Lui dit-elle en caressant son visage, dégageant son visage de ces cheveux noirs.

Vaënadiel l’embrassa à son tour, mais leur ventre se mit à gronder et ils durent se tirer hors du lit pour descendre à la salle à manger. Pendant qu’elle allait se changer, Liam en faisait de même de son côté et une domestique toqua à la porte au même moment pour les prévenir. Ensemble ils allèrent retrouver Heïan et Melley; Elayne n’était pas présente. Ils mangèrent donc tranquillement, prenant tous les temps de bien se réveiller. Liam prit alors la parole et Vaë tourna les yeux vers lui.

‘‘ Maman, papa…euh… ‘‘

Je suis enceinte ... Nan ! C’est une blague ! Un homme enceinte haha ... elle n’est pas bonne ? Bref ... Vaënadiel ne comprenait pas ce qu’il y avait, mais eut droit à un sourire rassurant. Cela l’empêcha de s’inquiéter ou de se demander ce qu’il avait à annoncer à ses parents.

‘‘ En fait, on ne vous a pas tout dit. Vaë et moi avons…apprivoisé un animal. Il est en haut dans la chambre et on n’a pas osé le montrer avant… ‘‘

Meeko ? La druidesse ne se doutait pas une seconde que Liam aurait voulu parler de la présence du raton-laveur dans la maison. Cela lui fit chaud au coeur et la rendit plus qu’heureuse parce que l’animal était devenu très important pour elle depuis les évènements du passé. Elle souriait tout comme Melley alors qu’Heïan haussa un sourcil en se questionnant sur les origines de l’animal en question. Ils se levèrent tous et montèrent au second pour se rendre jusqu’à la chambre qu’occupait Liam et Vaënadiel. La porte s’ouvrit et Meeko redressa la tête et les oreilles, cessant son toilettage. La druidesse entra la première, parlant à voix basse à sa boule de poil et vint s’assoir sur le bord du lit en le prenant comme une peluche dans ses bras. Elle caressa sa tête alors que l’animal la frôlait contre son menton en roucoulant.

‘‘ Il se nomme Meeko. Vaë à…un talent pas croyable pour les animaux ! Elle a même dressé un ours ! Il nous a suivis jusqu’à l’entrée de la ville ! ‘‘

‘‘ Un ... un ours !? ‘‘

‘‘ Oui, mais Liam m’a dit qu’il ne pouvait pas entrer dans la ville. Alors, j’ai dû le laisser là bas, en bas de la longue pente. Il doit certainement être bien loin maintenant. ‘‘

Les parents de Liam semblaient ... étonnés, abasourdis, alors que pour elle tout était plus que normal. Elle avait déjà approché une meute de loups par le passé ainsi qu’un grand cerf. Ceux-ci, elles ne les avaient pas ramenés avec elle au village par contre ! Ils se seraient fait abattre sur-le-champ et une fois les animaux apprivoisés, son lien avec eux devenait fort. Melley s’avança alors de l’animal et de la druidesse qui était assise sur le bord du lit.

‘‘ On peut le caresser ? ‘‘ Demanda t-elle.

En guise de réponse, la druidesse acquiesça d’un signe de tête et Meeko tourna ses grands yeux globuleux vers la main hésitante qui s’approchait de sa fourrure. Il se laissa faire, reniflant la main de la mère et alla même lui donner un petit coup de langue sur sa peau. Lorsque ...

‘‘ MAMAN !!! UNE BÊTE SAUVAGE DANS LA MAISON ! ‘‘

Elayne se tenait derrière tout ce beau monde et hurlait comme une hystérique dans la chambre. Le raton-laveur sursauta aussitôt et se mit à feuler en direction de la jumelle de Liam. Il sentait de la menace et il devait se protéger. La brunette fut rapide et empoigna une pantoufle qu’elle allait lancer dans sa direction. Pas question qu’elle la lance sur sa maîtresse ! L’animal bondit alors des bras de sa maîtresse qui ne fut pas assez rapide pour le garder solidement contre elle et il se précipita vers Elayne qui hurlait. Liam l’intercepta juste à temps, l’empoignant par la queue à bout de bras et Meeko se mit à se débattre comme un diable, griffant et mordant le jeune homme qui était par terre. Lorsque sa soeur eut déguerpi en hurlant dans toute la maisonnée, le raton-laveur fut relâché et retourna dans les bras de sa maîtresse où il trouva refuge. La druidesse se mit à chantonner doucement, caressant sa fourrure et il se calma aussitôt. Heïan aida donc son fils à se remettre sur pied et l’asseya aux côtés de sa compagne qui le regardait d’un air piteux, désolé. Melley elle, s’agenouilla devant lui et demanda :

‘‘ Mon bébé, ça va ? ‘‘

‘‘ Oui maman c’est bon…allez voir si Elayne s’est remise de l’émotion… ‘‘

La mère fit l’accolade à sa jambe puis laissa son fils aux soins de Vaë qui lui fit un sourire mal à l’aise, s’excusant silencieusement. Heïan les regarda et allait emboiter le pas de sa femme lorsque Liam dit :

‘‘ Meeko restera tout de même ici. Je ne le chasserais pas. C’est Elayne qui lui a fait peur c’est tout. ‘‘

D’ailleurs, le raton-laveur était couché en boule dans les bras de sa maîtresse et cachait sa tête dans le creux de son coude, les oreilles basses. Il savait qu’il avait fait quelque chose et avait peur qu’on ne le gronde ou le frappe. D’une main, Vaë caressait sa fourrure et de l’autre, elle regardait dans quel état étaient ses pauvres mains.

‘‘ Ce n’est rien mon cœur. Je…je vais aller laver mes mains et on pourra continuer la journée… ‘‘

Le jeune homme ferma les yeux, tentant de stopper ses étourdissements alors que sa protégée posait doucement Meeko sur son oreiller. Se levant, elle se dirigea vers la commode sur laquelle elle avait laissé sa sacoche, la prit et revint à sa place. Vaë commença par nettoyer les griffures de ses mains qu’elle touchait avec une grande douceur.

‘‘ Je suis désolée pour ce qui est arrivé. Meeko a eu peur tout simplement ... il n’est pas méchant. ‘‘

Mais ça, Liam le savait et il finit par lui faire un sourire qu’elle lui renvoya. Ensuite, Vaë entreprit de lui retirer sa chemise qui était déchirée de toute manière et aussi couverte de quelques traces de sang. Il se retrouva donc torse nu et ses plaies se firent nettoyer. Sur son visage, il n’y avait que des éraflures; rien de bien grave. Une fois qu’elle eut terminé, Vaënadiel posa le tout sur la petite table de chevet et vola un baiser à Liam.

‘‘ Tu seras comme neuf très bientôt. Es-tu encore étourdis, eïl farkhas ? ‘‘

Le jeune homme fit signe de tête que non, qu’il se sentait mieux et encore une fois, la druidesse lui offrit un sourire, alla lui chercher une chemise et l’habilla, tentant de boutonner elle-même sa chemise tout en effleurant des mains ses abdos et son torse musclé.

‘‘ Voilà ! Ni vu, ni connu. ‘‘

Encore une fois, elle lui vola un baiser et ils descendirent. Vaë prit Meeko dans ses bras, car il faudrait qu’il s’habitue à l’endroit et ils descendirent au salon où se trouvaient les parents de Liam. Melley leur souriait et la druidesse posa le raton-laveur au sol.

‘‘ Pardonnez-moi pour ce qui est arrivé. C’était si soudain qu’il a pris peur, mais il n’est pas méchant et ne ferait pas de mal à une mouche. ‘‘

‘‘ Ne t’inquiète pas, ma grande. Nous comprenons. Alors ... Don Juan est-il encore étourdi par sa chute ? Ces jeunes ... tous des chochottes ! ‘‘

Oh ! Il venait de provoquer son fils qui s’approchait de son père et le prit de revers par-dessus le canapé. Le soldat réussit à se libérer et se mit à courir autour de la table de la salle à manger en riant et en traitant son fils de chochotte. Vaënadiel riait à les voir faire et s’installa aux côtés de Melley qui lui souriait doucement.

‘‘ Ne t’en fais pas. Ils sont toujours comme ça ‘‘

‘‘ Ah bon ? ‘‘ Demanda t-elle alors en tournant la tête vers la mère.

Soudainement, elle fut absorbée par la vue de ces yeux de couleurs différentes et s’approcha même inconsciemment pour les voir de plus près. Melley ne put s’empêcher de ricaner en voyant la lueur de curiosité et d’interrogation dans les yeux de son invitée. Vaë se recula vivement, le rouge aux joues et baissa les yeux avec un sourire timide aux lèvres.

‘‘ P-pardon ‘‘

‘‘ Ne t’en fait pas. J’en ai l’habitude ... on m’a déjà traité de sorcière alors qu’on m’observe ne me dérange pas. Surtout venant de toi. ‘‘

Rassurée de ne pas avoir malencontreusement offusqué la mère de son homme, Vaënadiel continua de papoter avec Melley de tout et de rien. Curieuse, elle demandait depuis combien de temps elle était avec Heïan et demanda ce qu’était le mariage. De son côté, Vaë expliqua que ce genre de cérémonie n’existait pas chez eux et qu’il s’agissait surtout de rite d’union. Ces rites étaient simples; prouver d’une quelconque façon son amour envers son ou sa partenaire, jurant par les liens du sang qu’ils seraient liés à vie. Melley buvait ses paroles comme Vaë buvait les siennes. Les hommes eux, avaient finit par filer dans le jardin jusqu’au souper. Le repas se déroulait dans le plus grand des calmes. Meeko restait aux côtés de Vaë, mais ne put s’empêcher de se poster au moins une fois à un mètre d’Elayne en l’observant méchamment. La druidesse dut le ramener en lui donnant de la nourriture. Après le repas, le duo monta à l’étage alors qu’Elayne allait s’enfermer dans sa chambre pour fuir la sale bête de la sauvage de copine de son frère. Une fois dans la chambre, la nordique se retourna vers Liam.

‘‘ Tu peux aller voir ta soeur. Je crois qu’elle apprécierait passer un peu de temps avec toi. Je resterai ici et irai faire trempette avec Meeko. Ne t’inquiète pas pour moi surtout. ‘‘

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 30 Nov 2012 - 23:53


Sa tête se stabilisait, ça allait déjà nettement mieux ! Durant un instant il avait eu réellement peur ! Vaë se leva et se dirigea vers la commode, sur laquelle reposait sa sacoche d'herbes en tout genre.

- Je suis désolée pour ce qui est arrivé. Meeko a eu peur tout simplement ... il n’est pas méchant.

Il le savait ça…mais il n'allait pas le laisser attaquer sa sœur non plus. Liam lui sourit pour la rassurer. Ce n'était rien de grave ! En comparaison à la prison, ce n'était vraiment rien. Elle lui retira sa chemise, déchirée, pauvre d'elle ! La posant sur le lit, Vaë se retourna et commença à nettoyer le sang. Il était torse nu et frissonnait au moindre contact de ses doux doigts sur lui. A la fin, elle déposa le tout sur la table de nuit et lui vola un baiser avant de demander :

-Tu seras comme neuf très bientôt. Es-tu encore étourdis, eïl farkhas ?

Il lui fît signe que non, qu'il allait bien. Le contre coup était passé. Elle alla ensuite chercher une chemise qu'elle lui enfila tendrement, boutonnant les deux côtés en effleurant sa peau. Il n'arrêtait pas de frissonner et de réprimer des envies fortes.

-Voilà ! Ni vu, ni connu.

Elle lui vola un autre baiser et ils décidèrent de descendre, pour que ses parents ne s'inquiètent pas trop. Vaë prit Meeko dans ses bras, pour qu'il s'habitue à son nouvel environnement.
Au salon, Melley et Heïan étaient installés, souriant à leur venue. Posant l'animal au sol, Vaë s'excusa encore :

-Pardonnez-moi pour ce qui est arrivé. C’était si soudain qu’il a pris peur, mais il n’est pas méchant et ne ferait pas de mal à une mouche.

Heïan, taquin, parla pour la rassurer :

-Ne t’inquiète pas, ma grande. Nous comprenons. Alors ... Don Juan est-il encore étourdi par sa chute ? Ces jeunes ... tous des chochottes !

Liam fît la moue. Il le cherchait là non ?! Il s'approcha, le prenant autour du cou, une prise qu'il lui avait apprise d'ailleurs, et justement le soldat se libéra rapidement pour ensuite courir autour de la table en criant que son fils était une chochotte. Liam le poursuivit, riant et le traitant gentiment de vieillard ! Liam riait aux éclats et il suivit son père dans le jardin, laissant sa rose en compagnie de Meeko et de sa mère. Dehors, Liam se jeta sur son père tout comme il s'était jeté sur le raton-laveur, sauf que son père lui, ne mordait ni ne griffait.
Ils tombèrent dans l'herbe, le fils sur le père, le plaquant au sol. Ils étaient essoufflés, mais ces moments de complicités leur avait manqué à tous les deux.

Mais Heïan prit sa revanche et fît tomber son fils, le plaquant à son tour et répétant qu'il était une chochotte.
Toute l'après-midi y passa, le père et le fils se battant, riant et s'épuisant ensemble, la mère et Vaë discutant de tout et de rien, apprenant à se connaître.

Le soir, au repas, tous mangeaient goulûment, Meeko posté à côté de sa maîtresse et regardant avec méfiance Elayne, qui faisait de même. Liam était ravi. Sa rose s'était intégrée, ses parents l'acceptaient pleinement ! Il manquait plus qu'Elayne…
A la fin, ils remontèrent dans leur chambre en même temps que sa sœur qui s'enferma dans la sienne sans une parole. Fermant la porte, il alluma la lumière lorsque Vaë se retourna vers lui :

-Tu peux aller voir ta soeur. Je crois qu’elle apprécierait passer un peu de temps avec toi. Je resterai ici et irai faire trempette avec Meeko. Ne t’inquiète pas pour moi surtout.

Il la regarda, souriant en coin. Oui, il devait aller la voir…Il s'approcha et l'embrassa avant de sortir, lui assurant qu'il ne serait pas long.
Posté devant la chambre de sa sœur, Liam cherchait quoi dire. Finalement, il inspira et toqua. Elle lui ouvrit, en chemise de nuit .Sa sœur aussi avait un corps de rêve et il ne comprenait pas pourquoi elle était encore seule. Mais bref, ce n'était pas sa préoccupation. Entrant, il la regarda alors qu'elle s'asseyait sur son lit.

-Elayne…je ne veux pas me fâcher avec toi. Mais explique-moi pourquoi tu ne l'aimes pas ?

Elle soupira et baissa la tête. Il s'assit à ses côtés, la regardant gentiment. Comme à l'époque. Il reprit, voyant qu'elle ne répondait pas :

-Pourquoi l'avez-vous laissée seule en ville aussi ? Tu savais très bien qu'elle se perdrait.

-Je m'en veux Liam…je ne voulais pas…mais elle ne te mérite pas…

Il fronça les sourcils. Ca y est, elle recommençait.

-Comment ça ? Ne reviens plus avec ses histoires de classes sociales. Avant mon départ tu t'en fichais bien de ça !

Elle se releva et lui dit, changeant de sujet :

-En fin de semaine il y a un bal organisé par l'école. Ce serait bien si…tu venais aussi.

Il haussa un sourcil cette fois. Tout ça pour ça ? Non…il y avait sans doute autre chose. Elle n'avait pas agit de la sorte juste à cause d'un bal, il le savait. Mais il décida de ne plus revenir sur les sujets fâcheux, préférant répondre :

-D'accord je viendrais si cela peut te faire plaisir. J'emmènerais Vaë avec moi, elle découvrira les danses. Mais toi promet moi maintenant d'arrêter d'agir ainsi et d'apprendre à la connaître.

Elayne sourit en réponse à celui de son frère, mais elle c'était hypocrite. Oui, qu'il vienne. Elle ne découvrirait pas les danses. Juste une trahison. Une horrible trahison qui la ferait détaler comme un lapin dans son terrier neigeux.

-D'accord Liam. Je ferais de mon mieux.

Ainsi elle ne donnait pas entièrement sa parole et il ne pourrait rien dire. Elle espérait qu'ils n'aient encore rien fait au lit aussi. Elle avait assuré à Keira que la sauvage ne devait même pas savoir comment on faisait et lui avait dit que Liam lui serait offert sur un plateau, entier et tout ce qu'il y a de plus pur à ce niveau-là.

Liam se releva, peu convaincu de la promesse de sa sœur et sortit après lui avoir souhaité une bonne nuit. Retournant dans la chambre, il trouva Vaë dans le lit, caressant Meeko en somnolant. Elle le remarqua qu'une fois qu'il eut fermé la porte. A la petite lumière, il lui fît signe qu'il arrivait vite et alla se changer, ayant hâte de se retrouver avec sa rose.

Se glissant dans le lit, il se colla à elle et elle à lui. Il l'embrassa et lui murmura :

-En fin de semaine nous irons au bal organisé par l'école de ma sœur, là ou j'étais aussi. Enfin...si tu le souhaites évidemment.

Il la sentit devenir nerveuse et il la serra un peu plus contre lui pour la rassurer.

-Tout ira bien…tu mettras la jolie robe blanche tu sais ? Tu seras la reine de la soirée. Pour t'expliquer, c'est une fête. On danse, boit, rit…je t'avoue que c'est aussi la première fois pour moi parce qu'avec ma timidité j'ai jamais osé inviter une fille pour y aller avec moi…

Il lui sourit, plongeant dans son regard.

-Mais avec toi…tout est différent…parce que tu n'es pas comme les autres…tu es…unique. Tu es ma rose…

La serrant contre lui, il profita de sa chaleur. De son odeur. Il était à elle. Entièrement. Son chevalier servant, son Lancelot protecteur…il resta éveillé, attendant comme chaque soir qu'elle s'endorme ou alors qu'elle fasse des commentaires…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 1 Déc 2012 - 1:47

Le grand soir

Se retrouvant seule, Vaënadiel regarda la porte un moment. Cela lui faisait étrange de ne pas avoir Liam à ses côtés lorsqu’elle était éveillée. Il fallait dire qu’ils étaient pratiquement toujours ensemble - hormis sauf quelques jours - depuis leur rencontre. Rare avait été les moments où l’un ou l’autre s’absentait volontairement. Prenant Meeko dans ses bras, la jeune femme tourna dos à la pièce et alla dans la salle de bain. Liam allait en avoir pour un moment de toute manière alors elle en profita pour prendre un bain et nettoyer la fourrure du raton-laveur par la même occasion. Une fois qu’elle fut propre et ses cheveux bien lavés, Vaë se hissa hors de la baignoire et s’enroula dans une grande serviette; elle avait oublié de prendre sa robe de nuit ... ce qu’elle pouvait être tête en l’air ! Ses vêtements avaient été déplacés dans les tiroirs de la commode avec ceux de son homme et elle dut chercher avant de la trouver. Laissant tomber la serviette, elle se vêtit en vitesse et plia la serviette en deux avant de l’étendre sur le dossier de la chaise se trouvant à côté de la fenêtre. D’un bond, la druidesse se retrouva sur le lit et marcha à quatre pattes afin de rejoindre sa place, s’asseyant. Meeko fit de même, sautillant jusqu’à elle en couinant et se lova contre son ventre alors qu’elle tirait les couvertures sur ses jambes. D’une main, Vaë caressait la fourrure de Meeko. Un geste qui commençait d’ailleurs à la faire somnoler. Entre temps, la porte s’était ouverte, mais son regard océanique ne se releva que lorsqu’elle entendit la porte se refermer. D’un sourire, elle le regardait et hocha la tête lorsqu’il fit signe qu’il allait se changer. Ce ne fut pas trop long avant qu’il ne vienne la rejoindre et qu’il approche son corps chaud du sien. Collant son épaule contre la sienne, Vaë étira le cou pour recevoir son baiser et il baissa sa bouche au niveau de son oreille.

‘‘ En fin de semaine, nous irons au bal organisé par l’école de ma sœur, là où j’étais aussi. Enfin...si tu le souhaites évidemment. ‘‘

Un bal ? Mais qu’est-ce que c’était ? Une école elle savait parce que Liam le lui avait expliqué pendant leur voyage de retour et ... savait aussi qu’il y avait plein de personnes. Était-ce un rassemblement de personnes? Comme Elayne et ses copines ? Soudainement, Vaë devint nerveuse, mais le bras de Liam se fit plus présent autour de sa taille.

‘‘ Tout ira bien…tu mettras la jolie robe blanche, tu sais ? Tu seras la reine de la soirée. Pour t’expliquer, c’est une fête. On danse, boit, rit…je t’avoue que c’est aussi la première fois pour moi parce qu’avec ma timidité je n’ai jamais osé inviter une fille pour y aller avec moi… ‘‘

La ... robe blanche ? Il la lui avait achetée aussi ? C’était ce genre de vêtement qu’on mettait dans ce type de soirée ? Et dansée, elle connaissait oui, mais seulement celles que son peuple pratiquait lors de la fête de leur dieu et lors de certains rituels. Mais Vaë trouva le moyen de sourire même si elle ne comprenait pas tout à fait ce qu’il lui disait. Liam continua alors, un ton de voix encore plus bas qui la força à fermer les yeux tellement elle était hypnotisée.

‘‘ Mais avec toi…tout est différent…parce que tu n’es pas comme les autres…tu es…unique. Tu es ma rose… ‘‘

Sa rose ... l’une des plus belles fleurs que la terre faisait pousser et particulièrement celles qui étaient d’un blanc immaculé. C’était si beau comme surnom qu’elle ne put s’empêcher de lui voler un baiser et de caresser sa joue avant de se coucher. Ses yeux étaient si beaux, si enveloppants. À demi réveillée, Vaë voulut d’abord savoir ce qu’était ce bal.

‘‘ Liam ... qu’est-ce que c’est un bal ? Et boire ... qu’entends-tu par là ? ‘‘

Ces questions ne semblaient pas le surprendre, malgré qu’elle en posait tellement et qu’elle connaissait encore moins de choses sur tout ce qui l’entourait que c’était pratiquement devenu normal pour lui. Liam lui expliqua alors ce que c’était en détail tout comme ce qui consistait à l’alcool et les boissons du genre. Ça, elle n’y avait jamais gouté et ça l’avait rendue curieuse. Mais elle finit par s’endormir, se laissant porter par sa chaleur et son parfum qui titillait ses narines.

Le lendemain matin, Vaënadiel dormait encore comme un loir, mais sur le dos en étoile sur le lit. La couverture était à moitié sur elle. L’une de ses jambes était par dessus celle de Liam alors qu’un bras se trouvait sur le ventre de celui-ci. Les cheveux en éventail sur l’oreiller, Meeko y avait fait son nid et dormait encore paisiblement. Ce qui la réveilla fut un doux baiser sur ses lèvres et des cheveux qui chatouillaient son visage. Ouvrant les yeux, la jeune femme offrit un sourire endormi à son protecteur et caressa doucement son cou.

‘‘ Bon matin, Liam ... ‘‘

Ce qu’il était beau cet homme. Elle n’arrivait toujours pas à croire qu’il l’avait choisi elle alors qu’il y avait tant de femmes plus belles qu’elle dans cette ville. Peut-être que, comme il disait, pour lui elle était unique. Mais elle ne savait pas vraiment en quoi elle était différente des autres, hormis pour ce qui concernait ses connaissances générales et sa culture. Mais bref, Vaë ne se plaindrait pas et en profiterait tant qu’elle en aurait l’occasion. Sans le prévenir, elle se hissa sur lui en califourchon, poussant ses cheveux d’un côté, et lui rendit son baiser, ses mains sur ses joues alors que les mains de l’homme se posaient sur ses cuisses. Elles remontèrent sur le tissu pour caresser ses hanches puis sa taille et son dos alors que leurs baisers s’intensifiaient d’un coup. Sans comprendre, elle avait envie de toucher sa peau, sentir son souffle contre la sienne et être plus près de lui qu’en ce moment alors que c’était techniquement impossible. Ce qui les dérangea fut une domestique qui leur apportait leurs vêtements fraîchement lavés, les avertissant qu’elles les laisseraient dans le panier devant la porte. Vaë avait sursauté et c’était arrêté d’un seul coup, libérant Liam de son emprise avant de se tirer hors du lit pour aller se changer. Ils descendirent en bas et après le déjeuner, décidèrent d’aller en ville pendant qu’Heïan travaillait. Melley les accompagnait alors avec Elayne qui parlait de son bal. Elle devait aller se chercher une robe et des souliers pour ce grand jour et cela fit penser à Vaë qu’elle n’avait rien à se mettre dans les pieds mis à part ses bottes en fourrure. Dans le pire des cas, elle n’aurait qu’à y aller nue pied ! Sauf que Liam s’y refusa et les femmes regardaient, tout en même temps. La brunette se surprit même à rire avec Vaë, mais se morigéna bien rapidement avant de lever le nez dans les airs et l’ignorer. Vaënadiel avait haussé un sourcil, se demandant pourquoi elle avait ce soudain changement d’attitude, mais resta silencieuse. Le tailleur se trouvait à côté et Elayne essayait une splendide robe rouge vif qui lui allait à merveille. La druidesse la complimenta, mais encore une fois, la jumelle de Liam l’ignora et remercia plutôt sa mère et son frère qui faisait pareil juste après elle. Ce fut ensuite le moment de se rendre chez le fabricant de chaussures où ce fut un spectacle. Vaë arrivait à peine à marche avec ces étranges chaussures surélevées qu’elle dut prendre quelque chose de simple, blanc aussi et à talon compensé. Ils croisèrent Heïan en court de route qui ne put s’empêcher de donner un baiser à sa femme sous les ‘‘ OOOOOOOUUUUH ! ‘‘ de ses collègues de travail. Le trio cassa ensuite la croute puis ils retournèrent à la villa.

Le restant de la semaine fut des plus tranquille. Vaë sortait avec Liam dans le jardin et l’invitait à marcher avec elle dans le petit boisé derrière la demeure, là où elle se sentait tout entière. Et Liam à ses côtés, rien ne pouvait mal aller. Boris était là ! À son plus grand étonnement. Comment avait-il fait pour se rendre jusqu’ici sans se faire voir ? Bref, elle voulut faire une surprise à Melley et le fit entrer par la porte arrière. Les domestiques ne tardèrent pas à hurler et Heïan débarqua rapidement pour voir ce qui se passait. Vaë avait les mains dans les airs et l’ours regardait à gauche puis à droite sans réagir. Melley arriva derrière son mari et tous les deux avaient les yeux ronds. Tout sourire, la druidesse leur présenta le fameux Boris et les adultes hésitèrent un long moment avant de l’approcher. Mais ce qu’il était énorme ! Comment une aussi petite jeune femme arrivait-elle à apprivoiser les pires prédateurs de la nature ?! Elayne en fit une crise et, évidemment, allait tout raconter à ses copines qui étaient subjuguées et mortes de rire à la fois. Non, mais cette sauvage était réellement une vraie cruche ou quoi ?

Lorsque vint la journée du bal, Elayne s’était enfermée dans sa chambre pour se faire belle et le couple était dans la leur. Vaë était assise sur le lit, nerveuse alors que Liam lui sortit la robe blanche que la couturière de Venill lui avait faite essayée quelques semaines plus tôt. La druidesse fila dans la salle de bain et laissa la porte entrouverte alors qu’elle lançait les vêtements qu’elle portait dans les airs. Le tissu léger de la robe glissait sur sa peau de porcelaine et elle se regarda dans le miroir un long moment avant de secouer un peu ses cheveux qui avaient ondulé un peu plus à cause de la natte qu’elles avaient porté toute la nuit. Hésitante, Vaë sortit de la chambre sous le regard de Liam qui s’était tu et qui avait perdu son sourire.

‘‘ Tu es certain que ça ira ? J’ai ... je ... ‘‘

Elle se regardait en avant et en arrière comme si elle cherchait quelque chose qui n’allait pas puis releva son regard aqua vers Liam qui n’avait toujours pas bronché.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 1 Déc 2012 - 11:39


Vaë réfléchissait, lui donnant un baiser avant de lui demander :

-Liam ... qu’est-ce que c’est un bal ? Et boire ... qu’entends-tu par là ?

Il sourit, cherchant les mots qui conviendraient pour qu'elle comprenne aisément. Il lui expliqua donc en quoi consistait la fête, avec la piste de danse, les buffets, l'alcool. Ce dernier point la rendit extrêmement curieuse d'y goûter et Liam se jura de faire attention. Ni elle ni lui ne savait comment elle supportait l'alcool.
Il la sentit devenir plus…détendue, signe qu'elle s'était endormie. Il déposa un baiser sur son front et s'endormit à son tour, un peu inquiet quant à cette fameuse soirée.

Au matin, Liam entrouvrit les yeux et s'aperçut qu'il avait trois jambes ! Il cligna des paupières, tentant de comprendre parce que c'était impossible qu'il ait trois jambes d'un coup ! Ouvrant les yeux et dressant la tête, il vit que ladite jambe était bien plus fine que les siennes, moins poilues et bien plus belle. Il tourna la tête de côté, voyant Vaë couchée en étoile sur le lit, Meeko dans les cheveux. Il sourit. Il aurait pu aussi s'affoler au sujet du troisième bras sur son ventre !

Il la voyait commencer à émerger du sommeil et se redressa légèrement, la réveillant d'un baiser sur les lèvres, comme les princes charmant pour réveiller leur princesse. Sauf que Vaë n'était pas une princesse. Non. C'était une reine...

Elle ouvrit les paupières, libérant son magnifique regard et lui sourit en caressant son cou et disant :

-Bon matin, Liam ...

-Bonjour à toi ma rose…

Ils se regardèrent un instant puis, sans crier gare, Vaë se posta à califourchon sur lui. Il la regarda, surpris, écarquillant les yeux, sentant tout de suite son corps réagir et ses envies revenir titiller son ventre. Elle souriait, se penchant vers lui en écartant ses cheveux. Les mains sur ses joues, elle lui rendit son baiser, savoureux, et il posa ses mains sur ses cuisses, les remontant lentement le long de ses hanches pour aller jusqu'à la taille et le dos, caressant sa peau à travers le tissu qu'elle portait. Leur baiser s'intensifiait et le corps de Vaë était collé au sien, leur souffle mélangé et leurs langues enlacées. Liam avait beaucoup de mal à contenir tout cet amour qui débordait, avait du mal à contenir ses envies d'elle. De ne faire qu'un. Un être unique relié par la passion et l'amour.
Il sentait les frissons parcourir son corps comme celui de sa rose et se demanda si elle ne ressentait pas les mêmes envies. Si oui, peut-être ne savait-elle pas ce que c'était et ne comprenait pas…

Mais leur instant d'amour fût dérangé par une domestique qui toqua, prévenant qu'elle déposait leurs affaires dans un panier devant la porte. Vaë se dégagea de lui, atterrissant sur le lit après avoir sursauté. Liam soupira en silence. Chaque fois ils étaient interrompus. Chaque fois ! Mais qu'importe, ses moments resteraient gravés dans sa tête. Chacun d'eux était aussi unique que Vaë.

Elle se tira du lit et lui a sa suite, allant se changer. Il prit une douche rapide aussi et une fois prêts ils descendirent manger leur petit-déjeuner. Une fois rassasiés, ils décidèrent d'aller se promener en ville, pour profiter du soleil et du beau temps et Melley les accompagna avec Elayne pour choisir la tenue adéquate à la soirée qui s'approchait. Melley était heureuse de se retrouver avec ses petits monstres. Ils étaient tous deux en bonne santé, et malgré l'attitude de sa fille pour le moins affreuse, Melley se sentait de nouveau complète. Ben oui, une mère séparée de ses enfants ou même de l'un d'eux n'est plus entière, malgré la présence de son époux.

En ville, Elayne déclara qu'il lui fallait la robe et les chaussures qui allaient avec. Liam haussa les sourcils. Les chaussures ! Vaë n'en avait pas ! A part les chaussures en fourrure, mais cela n'allait pas avec la robe. Vaë argua qu'elle pouvait y aller pieds nus mais Liam refusa en souriant. Valait mieux pas ! Il vit sa sœur rire du coin de l'œil, et se sentit plus léger en voyant qu'elle s'ouvrait à sa rose, mais immédiatement après, elle reprit son air renfermé et boudeur, imbue d'elle-même.

Chez le tailleur, Elayne opta pour une belle robe rouge vif qui mettait ses yeux et ses formes gracieusement féminines en valeur. Tous la félicitèrent et elle ignora royalement Vaë qui pourtant faisait tout pour être gentille avec elle. Liam serra les dents mais ne dit rien. Tant que sa rose souriait et ne se sentait pas coupable…Au retour, ils croisèrent son père qui ne put s'empêcher d'embrasser sa mère, sous les vivats de ses collègues. En excuse, Heïan dit qu'il devait reprendre des forces pour justement supporter ses collègues, faisant rire sa famille et bouder les soldats, mais gentiment. Ils mangèrent en ville, dégustant un plat nouveau pour Vaë mais qu'elle adora, puis rentrèrent, fatigués de leur matinée de marche et d'achats.

La semaine défila ainsi, paisiblement. Liam et Vaë marchaient souvent dans le jardin ou dans le coin boisé de la villa, au plus grand plaisir de sa rose qui se sentait tellement bien entourée de verdure ! Mais une surprise de taille les attendit un jour : Boris était arrivé.
Vaë comme Liam furent surpris de voir l'ours les attendre dans le bois, assis et penchant la tête de côté. Vaë s'était précipitée sur lui et le serra tant bien que mal dans ses bras, disparaissant presque dans sa fourrure ! Comment était-il parvenu jusqu'à eux sans se faire voir ni se faire attraper par les gardes de son père, il n'en avait aucune idée, mais s'en fichait. Vaë était attachée à la nature et aux animaux. Il la laissa faire sa surprise, emmenant Boris à l'intérieur de la maison. Les domestiques hurlèrent automatiquement, alertant ses parents qui se figèrent net en voyant l'ours. Vaë avait les mains en l'air pour calmer le jeu, leur expliquant que c'était l'ours qui les avaient suivis et qu'il ne ferait rien. Ses parents avaient les yeux ronds et hésitèrent longuement avant de l'approcher, jusqu'à ce que son père montre la voie à sa mère et plonge sa main dans la chaude fourrure de la bête. Bien sûr, Elayne déboula et hurla à nouveau, mais heureusement l'ours n'eut pas la réaction de Meeko. Liam se serait mal vu intercepter l'ours et la plaquer au sol comme il avait fait pour le raton-laveur. Enfin…il aurait pu mais la bête l'aurait décapité en un temps record.

Puis arriva la fameuse journée du bal. Ils ne virent plus sa sœur de la journée, enfermée dans sa chambre pour se faire belle et surtout à se préparer à l'extase qu'elle éprouverait lorsque la sauvage verrait son cher et tendre dans les bras de Keira et déguerpirait.
Dans leur chambre, Liam et Vaë étaient nerveux. La jeune femme était assise sur le lit et il avait sortit la magnifique robe blanche achetée à Venill, la lui présentant. Elle alla dans la salle de bains se changer, laissant la porte entre ouverte. Liam s'installa à sa place sur le lit, anxieux. En fait, il avait un mauvais pressentiment au sujet de ce bal. Il avait peur que Vaë ne se sente pas à l'aise ou qu'on lui fasse des remarques désobligeantes. Parce que là ou ils se rendaient, c'était vraiment la bourgeoisie profonde. Il aurait très bien pu dire à Vaë de ne pas parler de son peuple ni rien, de rester avec lui sans bouger, mais il ne voulait pas lui faire porter de masque et l'enfermer dans les carcans de la bourgeoisie. Lui, il la voulait naturelle, comme il l'aimait. Vive, curieuse, souriante. Elle, quoi.

Lorsqu'elle revint, il avait perdu son sourire, nerveux, et leva son regard vers elle.

-Tu es certain que ça ira ? J’ai ... je ...

Elle était superbe. La robe lui allait à la perfection, ses cheveux cascadaient le long de ses épaules en ondulant légèrement, son regard pétillait. Il resta quelques instants sans bouger alors qu'elle se regardait pour voir s'il y avait un défaut. Il se leva alors et la prit par la taille, l'approchant de lui et l'embrassant pour dissiper sa nervosité. Il replaça le cœur de l'océan bien droit sur sa poitrine, pour que tous le voient bien.

-Tu es parfaite, mon cœur. Tu es vraiment magnifique…la seule tâche dans cette pièce c'est moi !

Bah oui, il ne s'était pas encore préparé et portait toujours ses vêtements quotidiens. Il avait volontairement mis la touche d'humour pour la faire sourire et rire, ce qui fonctionna. En vitesse, il alla se changer, revêtant un beau costume trois pièces, mettant en valeur ses yeux. Il tenta de coiffer ses cheveux qui pourtant n'étaient pas comme ceux de sa sœur ou son père, au contraire, mais ils avaient tellement l'habitude d'être en bataille qu'ils n'obéissaient plus. Ben tant pis ! Il irait ainsi et c'était tout !
Ressortant, il se sentit rougir sous le regard de sa rose. Elle avait enfilé ses petites chaussures blanches et elle était réellement parfaite. Lors du départ, ils dirent au revoir à Meeko, lui ordonnant d'être sage, et sortirent, longeant l'allée et sortant. Elayne était partie avant, avec ses amies.
Saluant ses parents de la main, Liam ouvrit le portique et s'engagea dans la rue, prenant Vaë par la main.

Il la sentait nerveuse mais la rassurait tant bien que mal, dissimulant sa propre nervosité. Si lui l'était, elle n'y arriverait pas. Il était son pilier et elle pouvait se poser sur lui. Au bout de cinq minutes, ils arrivèrent devant l'école. Les portes étaient ouvertes et ils entendaient déjà la musique filtrer de l'intérieur. Des dizaines et des dizaines de personnes s'y rendaient et Liam déglutit. Il n'avait pas imaginé qu'il y aurait tant de monde. Et il n'aimait pas la foule. Pas de cette manière-ci en tout cas.
Inspirant, il entraîna Vaë à sa suite. Dedans, tout était magnifiquement décoré. Les murs étaient couverts de tapisseries, le sol rutilait, des tapis étaient disposés ça et là, les buffets étaient énormes ! Et bien garnis! La boisson circulait déjà et il y avait une cascade de verres disposés, ce qui capta tout de suite l'attention de Vaë. Mais il fût abordé par un ancien camarade avec qui il avait fait pas mal de bêtise aussi, et Liam dû discuter quelques instants avec lui, prendre de ses nouvelles et vice-versa, tout en tenant Vaë par la main.

La musique n'était ni trop forte, ni trop basse, et bien choisie. Rythmée mais pas répétitive. Quelques couples dansaient déjà ensemble et Liam aperçut sa sœur et son groupe d'amies du coin de l'œil. Avisant une table, il s'approcha et prit une coupe d'alcool, la tendit à Vaë et en prit une pour lui.

-Goûte et dis-moi ce que tu en penses. Dit-il alors qu'elle regardait le liquide, nerveuse.

Elle trempa les lèvres et sourit alors qu'il buvait aussi une gorgée, l'alcool réchauffant sa gorge. Lui savait qu'il ne devait pas boire de trop, parce que l'alcool l'endormait, comme son père. Sa sœur au contraire tenait bien l'alcool.
Ils burent et mangèrent tranquillement, écoutant la musique, discutant avec les gens qui les abordaient. Tous étaient sympathiques envers Vaë, lui faisant le baise main, la saluant, la complimentant sur sa tenue. Elle était rouge et souriante et Liam heureux de voir que tous les bourgeois n'étaient pas comme les pestes qui servaient d'amies à sa sœur ou sa sœur elle-même, influencée.

A un moment, il se retourna pour prendre un autre pain à manger, et Vaë en profita pour aller voir de plus près la montagne de verres empilés, d'où le liquide surgissait du haut pour tous les remplir d'un coup. Ce fût là que Keira en profita. Elle envoya Elayne auprès de la sauvage, lui remémorant le signal et s'approcha de Liam. Elle se posta face à lui et fît en sorte qu'il soit forcé de pivoter, pour qu'il tourne à moitié le dos à sa sauvage. Ainsi elle verrait tout sans perdre une miette mais lui ne la verrait pas.

-Alors Liam, tu ne te souviens pas de moi ? Pourtant tu m'as déjà vue chez toi, quand je viens pour ta sœur.

Il regarda la femme, blonde, maquillée, sans défauts. En un mot, creuse. Pathétique.

-Pourquoi devrais-je me souvenir de toi ? Tu es une "amie" de ma sœur et alors ?

Keira se sentit offusquée. Il ne se souvenait même pas d'elle ! Et l'accentuation du mot "amie" ne lui plaisait pas non plus.

-Mais si voyons…je suis Keira…nous étions en cours côte à côte pendant une année entière.

-Oui…peut-être…mais c'est du passé. Les cours, j'ai arrêté depuis un certain temps.

-Et c'est bien dommage…

Elle glissa ses mains sur son torse, remontant et les posant sur ses épaules. Liam fronça les sourcils et voulut se dégager, mais les serres étaient solidement plantées dans ses vêtements.

-Lâche-moi.

Il voulait retourner auprès de Vaë et sortir. Il commençait à étouffer.

-Non. Je ne te lâcherais pas. Je t'ai enfin retrouvé. Tu es à moi.

Il ne comprit pas. Elle fît un clin d'œil, regardant derrière lui et lorsqu'il voulut voir à qui elle le faisait, elle s'avança et plaqua sa bouche contre la sienne. Il fût révulsé et tenta de se dégager, de se libérer de son emprise mais elle poursuivait, forçant le passage, l'embrassant avec force. Il fronçait les sourcils, dégoûté. Lorsqu'il parvint enfin à mettre ses mains sur les épaules de Keira et la pousser, alors qu'elle croyait qu'il voulait enfin continuer, elle le regarda, un étrange sourire aux lèvres, se les mordant, satisfaite.

-Mais t'es cinglée ! C'est quoi ton problème !

Il était énervé et soudain, il eut peur. Vaë ! Et si elle l'avait vu ?! Il se tourna rapidement et vit Elayne, à côté de la montagne de verres. Seule. Il s'approcha et lui dit :

-Tu étais dans le coup ! Tu as tout manigancé ! Ou est-elle ?!

Elayne souriait cruellement.

-Je l'ai fait pour ton bien frérot. Elle ne te mérite pas. Keira, elle, est une dame distinguée. Elle ne te fera pas honte comme la sauvage que tu as ramenée.

-Keira est une sale peste ! Une pouffiasse ! Je ne comprends pas ce que tu lui trouves ! Ou est Vaë ?!

Elayne parue choquée par les insultes envers sa copine, mais son sourire s'agrandit et elle tourna la tête vers la porte de sortie.
Liam la regarda, lui promettant les représailles de sa vie une fois à la maison, et ce précipita à l'extérieur.

Elayne, elle, s'approcha de Keira.

-Hmm…il est encore meilleur que dans mes rêves…maintenant, on va voir ce qu'il se passe et on va faire en sorte qu'elle s'en aille. Il sera à moi.

-Oui…elle a vite compris ça, heureusement. Si j'avais du lui expliquer encore pauvre de moi !

Les deux amies rirent et reprirent un verre, trinquant à ce qu'elles venaient de faire. Briser le cœur d'une jeune femme innocente.

Dehors, Liam courait, la cherchait du regard. Ou était-elle ?!

-VAË !

Il appelait, mais rien. Il ne voyait pas sa crinière de neige. Son cœur se serrait et son ventre se tordait. Elle devait croire qu'il ne l'aimait pas et qu'il lui avait mentit sur toute la ligne…alors que c'était faux.
Il marcha jusqu'à la villa, espérant la croiser, parce qu'elle avait retenu le chemin de retour à présent. A l'intérieur, il déboula dans le salon ou ses parents se trouvaient et demanda :

-Vaë est ici ? Rassurez-moi elle est rentrée ?

Melley se releva et dit :

-Dans le bois.

Liam la remercia du regard et courut à l'arrière de la bâtisse. Melley avait très bien vu l'air de Vaë en rentrant. Quelque chose s'était passé. Quelque chose de grave.

Débarquant dans le bois, Liam la vit, assise contre un arbre, jambes repliées contre sa poitrine, Meeko contre elle. Boris était couché à côté et lorsqu'ils le virent, les animaux se redressèrent en grondant, montrant crocs et griffes. Liam ne s'approcha pas, le cœur serré. Elle avait un air dur sur le visage.

-Vaë…écoute-moi. Je t'en prie. Je ne voulais pas. C'est elle qui m'a embrassé de force ! Je n'arrivais pas à me détacher. Je t'en prie crois-moi. Vaë…

Boris s'approchait dangereusement sans que la jeune femme fasse quoique ce soit pour le rappeler à elle. Elle ne l'écouterait pas. Alors il fît demi-tour et s'éloigna, déposant son manteau au sol pour qu'elle le prenne et n'ait pas froid. Il remonta et s'enferma dans la chambre, s'asseyant sur son lit. Elayne avait tout manigancé. Tout était prévu. Tout pour que Vaë le quitte et soit blessée. Il ferma les yeux, serrant les poings. Comment réparer ça ?! Elle n'allait jamais le croire. Elle l'avait vu embrasser Keira, pour elle s'était clair. Pour elle, c'était une trahison. Une déchirure.

Il se prit le visage entre les mains. Il allait la laisser réfléchir, calmement. Et il retenterait sa chance le lendemain. Mais si elle lui demandait de la ramener dans les montagnes ? Serait-il capable de le faire et de revenir seul ? De mettre de côté ce qu'ils avaient vécus et ce qu'ils auraient pu vivre ? Il ne savait pas, mais il était fautif. Il n'avait pas su se dégager de Keira assez vite. Il devait tenter de réparer et…si jamais, respecter la décision de sa rose…


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 1 Déc 2012 - 17:30

Le grand soir, part.2

Vaënadiel poussa un long et profond soupir. Elle avait l’impression qu’elle n’y arriverait pas et qu’on se moquerait d’elle une fête au lieu de rassemblement du bal. Encore une fois, ses yeux inspectèrent ses vêtements jusqu’à ce que des mains se posent sur sa taille, la forçant à lever la tête. Doucement, Liam approcha son corps du sien et posa ses lèvres sur les siennes dans un tendre baiser. Il lui souriait tendrement tout en replaçant le bijou qu’il lui avait offert quelques semaines plutôt. Comme prévu, sa nervosité se dissipa et Vaë lui sourit à son tour.

‘‘ Tu es parfaite, mon cœur. Tu es vraiment magnifique…la seule tâche dans cette pièce c’est moi ! ‘‘

‘‘ Tu n’es pas une tache, Liam ! ‘‘

Bien entendu, la jeune femme ne put se retenir de rire et ils se laissèrent afin que le chevalier puisse à son tour aller se changer. Pendant ce temps, Vaë s’était assise sur le bord du lit et mit ses chaussures dans ses pieds puis se releva pour faire un petit tour dans la pièce. Liam ressortit et ses yeux se posèrent immédiatement sur lui, curieuse de voir comment il était vêtu. Un trois-pièces foncé qui fusionnait à la couleur de ses cheveux et qui faisait davantage ressortir la couleur fauve de ses magnifiques yeux. Sa chemise blanche était légèrement entrouverte et il semblait bien à l’aise ainsi. Sa chevelure, elle, était légèrement en pétard ... mais par l’équinoxe ... ce qu’il pouvait être craquant. Ne pouvant s’en empêcher, Vaë s’approcha de lui en dut se mettre une fois de plus sur la pointe des pieds pour lui voler un baiser, ses mains sur son ventre. Avant de partir, elle ouvrit un peu la fenêtre afin de permettre à Meeko de sortir s’il en avait envie. Elle lui caressa la tête, lui semant d’être sage d’un ton peu autoritaire. Une fois dans la rue, Liam glissa sa main dans la sienne et la guida jusqu’au lieu de la cérémonie. Son coeur ne fit qu’un bon en voyant tous ces gens bien vêtus. La nervosité la prit d’un coup et la druidesse leva puis tourna la tête en direction de son cavalier qui lui sourit tout simplement, lui montrant qu’il serait à ses côtés. Il semblait si calme contrairement à elle. Prenant une profonde inspiration pour se reprendre en main, Liam l’entraina à l’intérieur où elle fut émerveillée. Même s’il y avait foule, la salle était magnifique de par ses couleurs et une délicieuse odeur se dégageait du festin déposé sur une longue table de bois massif, camouflée sous un tissu doré. À peine furent-ils arrivé qu’un jeune homme s’approchait, saluant Liam. Les présentations ne tardèrent pas et avant de prendre des nouvelles, le dénommé Ayden dit :

‘‘ Eh bien ! Tu as déniché une splendide créature lors de ton périple. Félicitation, mon vieux. ‘‘

Vaënadiel se sentit rougir et ne fut pas capable de dire merci à celui-ci pour le compliment, trop timide. Celui-ci avait ricané et avait reporté son attention sur son ancien collègue de classe. Ils papotèrent un moment alors que la jeune femme regardait un peu partout, toujours aussi curieuse. Cependant, elle ne lâchait aucunement, ni ne s’éloignait de Liam. Du moins, pas pour l’instant. Par la suite, il l’entraina jusqu’à une table où se trouvait un immense bol de verre dans lequel se trouvait un liquide transculide et légèrement doré. Une personne désignée à cette table leur donna du vin blanc et Vaë, bien qu’incertaine, y trempa les lèvres pour en prendre une petite gorgée. Y goutant, elle sentit le liquide descendre le long de sa gorge et elle sourit sauf qu’elle but le reste d’un seul coup à la grande surprise de Liam. Il verrait si elle tenait l’alcool ou non bien assez tôt. Des gens vinrent ensuite les accoster pour les saluer et d’autres, curieux voulaient savoir qui était la cavalière de Liam, car jamais ils ne l’avaient vu dans les parages. La bise de main de certains la surprenait , tout comme les commentaires sur sa robe et sa chevelure. Tout ça la faisait rougir, mais aussi sourire. Au final, elle s’était peut-être inquiétée pour un rien. Ce n’était pas tous les bourgeois qui étaient hautains.

Ayant un petit creux, Liam s’était retourné pour prendre un encas et Vaë c’était éclipsé, mais toujours bien en vue, vers la table où se trouvait la pyramide de coupes de verre. Il y avait un étrange mécanisme, contrôlé par la magie, qui les remplissait du même liquide qu’elle avait bu un peu plus tôt. D’ailleurs, celui-ci lui donnait une étrange impression et ses joues restaient légèrement rosâtres. Sans qu’elle ne s’y attende, Elayne se posta à ses côtés et prit une coupe pour ensuite la porter à ses lèvres. Sans la regarder, la brunette dit:

‘‘ Étrange n’est-ce pas ? Il s’agit de les mettre parfaitement en équilibre les unes sur les autres pour qu’elles forment cette pyramide. ‘‘

Vaënadiel la regarda un moment puis sourit. C’était la première fois que la soeur de Liam daignait lui parler ainsi et elle en était heureuse. Cela voulait-il dire qu’elle était prête à faire un effort et baisser les armes ? Sauf qu’Elayne reçut le signal de son amie; un clin d’oeil. Le plan était donc en marche. En bonne comédienne, la brunette porta une main sur sa bouche et s’exclama:

‘‘ Par tous les dieux ... comment a-t-il pu?! ‘‘

Fronçant un sourcil d’interrogation, la nordique regarda un moment Elayne puis regarda dans la même direction qu’elle. Qu’est-ce que ... ? La grande blonde, Keira, était pendue à Liam et ils ... Elle eut l’impression que son coeur arrêtait de battre à ce moment et que le temps venait brusquement de s’arrêter. Elayne regardait la sauvage du coin de l’oeil avec un sourire complice. Celle-ci avait les yeux ronds, son teint avait pâli d’un seul coup et elle avait même remarqué que les yeux de la druidesse brillaient à cause de ses larmes. D’un coup, Vaë lui tourna le dos et poussa quelques personnes avant de détaler comme un lièvre dans la rue en direction de la maison des parents de son homme. Enfin ..., elle ne savait plus...

Les yeux brouillés par les larmes, elle suivit le chemin qu’elle avait emprunté avec lui deux heures plus tôt et entra dans la villa brusquement, s’arrêtant devant le salon où se trouvaient les parents de Liam. Heïan s’était légèrement redressé et fronça les sourcils.

‘‘ Vaënadiel, tu vas bien ? ‘‘

‘‘ O-Oui je ... serai dans le boisé ‘‘ Avait-elle dit pour ne pas les inquiéter et retenir les tremblements de sa voix.

D’un pas rapide, elle se dirigea vers le jardin puis se fraya un chemin entre les arbres. Meeko l’avait entendu et était sorti par la fenêtre, descendant sur les corniches puis dans un arbre pour rejoindre sa maîtresse. Boris était là et attendait patiemment. Sentant la tristesse de la druidesse qui s’était laissé glisser dos contre un arbre, les bêtes vinrent la réchauffer. L’ours se coucha à ses côtés et Meeko se faufila autour de son cou. Ramenant ses jambes vers elle, Vaë essuya ses larmes du revers de la main et accota son menton sur ses genoux entourés par ses bras dénudés. La brise était fraîche et elle commençait à avoir, mais elle s’en fichait. Ses pensées étaient chamboulées et le vin ne faisait qu’altérer son bon jugement. Que devait-elle faire maintenant ? La copine d’Elayne avait embrassé Liam devant ses yeux et il semblait s’être laissé faire ... Elle avait envie de vomir, dégoutée... dégoutée d’elle qui avait cru en quelque chose. Qui avait cru en lui. Et maintenant on la poignardait encore dans le dos.

‘‘ Meeko ... je ... ne sais pas quoi faire... et je suis étourdie ... ‘‘

Le raton laveur étira son museau et vint lécher les larmes qui roulaient de nouveau sur ses joues, aimant bien leur goût salé. Mais celui-ci ne répondait pas ... elle se retrouvait seule, sans piler sur lequel s’appuyer et son frère était trop loin. Peut-être pouvait-elle parler avec Melley ? Non ... elle était tout de même à mère de Liam et elle ne pourrait rien y faire. Son coeur souffrait, tout comme son âme entière et personne ne pourrait l’aider. Le seul qui arrivait à l’apaiser était celui qui l’avait trahi en ce soir ... Mais des bruits de pas rapide l’alertèrent et elle leva la tête tout comme Boris et le raton-laveur.

Liam se trouvait là, essoufflé, et à quelques mètre d’elle. Les bêtes ne purent s’empêcher de créer une barrière entre lui et sa maîtresse, sachant que c’était lui la cause de sa peine. Vaë avait les yeux rivés sur lui, mais l’air dur. Que faisait-il ici après ce qu’il avait osé faire ?

‘‘ Vaë…écoute-moi. Je t’en prie. Je ne voulais pas. C’est elle qui m’a embrassé de force ! Je n’arrivais pas à me détacher. Je t’en prie crois-moi. Vaë… ‘‘

Mais elle baissa la tête et cacha son visage dans l’ombre, accotant son front contre ses genoux. Elle ne voulait rien entendre, voulait qu’il la laisse seule, en paix. Ses pensées se bousculaient sans cesse dans sa tête et elle n’arrivait pas à penser, à s’enlever ces images de la tête alors que l’ours s’approchait de Liam en grondant. La bête ne s’arrêta que lorsque le jeune homme décida de s’éloigner, prenant soin de laisser son manteau au sol. De nouveau seule, Vaë éclata en sanglots et se cala contre le ventre de son ours qui lui léchait les cheveux, en profitant pour les mâchouiller. La jeune femme passa la nuit là et ne s’était aucunement relevée pour aller chercher le manteau avec lequel Meeko s’amusait un peu plus loin.

~ Je t’aime Vaë. Je t’aime plus que tout au monde…jamais je ne t’abandonnerais… ~

Ces paroles résonnaient dans sa tête comme l’écho dans les montagnes ... Si Liam l’aimait, pourquoi lui avait-il fait ça ? Pourquoi n’avait-il rien dit ? Jamais ses doutes n’incriminaient Elayne et ses amies alors que c’étaient elles les fautives ...

Le lendemain matin, Vaënadiel était couché en boule au sol entre les pattes de l’ours qui veillait sur elle comme sur son ourson. Ses cheveux étaient salis par la terre et quelques feuilles et brindilles y avaient élu domicile. Sa robe blanche n’était plus si blanche que ça et ses souliers se trouvaient bien loin d’elle. La nuit avait été longue et le sommeil ne l’avait pas enveloppé cette fois-ci. Liam était revenu et avait essayé de l’approcher, mais Boris avait rugi tellement fort que la druidesse n’avait rien entendu et l’ours se leva pour lui courir après jusqu’à l’orée du boisé afin qu’il laisse sa maîtresse tranquille. Elle ne mangea rien du restant de la journée, réfléchissant à une solution, cherchant de trouver si elle s’en retournait chez les siens. Le soir tomba et le ciel s’était engrisé depuis quelques heures déjà. La pluie commençait à tomber et, chanceux comme elle était, un orage éclata; sa peur. Se redressant brusquement, elle courut, prit le manteau de Liam et entra à l’intérieur en claquant la porte. Secouée de tremblements et frigorifiée, elle s’adossa contre la porte vitrée qui menait au jardin. Meeko était resté avec Boris ... sans avoir eu le choix de la suivre ou non. Sortant du salon, Heïan fit son apparition avec Melley dans le couloir. La mère eut pitié et s’approcha, faisant signe à son mari qu’elle s’occupait d’elle. Liam se trouvait en haut, n’étant pas descendu pour le souper et elle décida qu’il était temps qu’ils se parlent. Vaë se faisait silencieuse et suivait Melley dans l’escalier, et ce, jusqu’à la chambre qu’elle occupait habituellement avec Liam. La femme toqua, ouvrit la porte et poussa doucement la nordique à l’intérieur qui ne savait plus où se mettre. Le jeune homme était assis près de la fenêtre et regardait dehors. Un éclair vint serpenté le ciel et le tonnerre ne tarda pas à rugir, faisant hurler la jeune femme qui se précipita dans ses bras une fois qu’il l’eut remarqué. Vaë se cramponna à sa chemise, tremblant de peur et de froid, mais il ne parla pas et l’entraina dans la salle de bain où il lui prépara un bain chaud. Encore une fois, elle sursauta à cause du tonnerre et on lui enleva le manteau des épaules, l’incitant à se départir de sa robe pour se glisser dans l’eau. Ses yeux aqua regardait le liquide et la mousse un moment avant de dégrafer les bretelles de sa robe qui glissa aussitôt le long de son corps pour former un cercle imparfait autour de ses pieds. Ses sous-vêtements la rejoignirent et elle enjamba le bord de la baignoire pour s’y glisser alors que Liam faisait le ménage dans sa chevelure.

Elle se sentait tellement mal à l’aise ... mais elle voulait savoir pourquoi il avait fait ça. La druidesse se retourna alors pour lui faire face, un air dur et déchiré à la fois, peint sur son visage. Sa voix se cassa alors qu’elle laissa échapper :

‘‘ Pourquoi ... ? J’ai fait quelque chose qu’il ne fallait pas ? ‘‘

Son visage redevenait doux graduellement, alors qu’une main se porta à la joue du jeune homme, se fichant bien de l’eau et de la mousse qui glissait de son bras nu pour s’écraser contre le sol.

‘‘ Liam ... Je ne veux pas partir ! ‘‘ cracha t-elle, une larme roulant sur sa joue, ‘‘ Je t’aime tellement ... ‘‘

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 1 Déc 2012 - 18:30


La nuit continuait son cours, lentement. Liam était toujours assis sur le lit, le cœur lourd. Il en voulait à sa sœur. Il lui en voulait comme jamais. Elle n'avait agit ainsi que pour son amie ! Tout avait été prévu et il s'était fait avoir. Maintenant, Vaë croyait qu'il ne l'aimait pas et souffrait par sa faute. Se relevant, il commença à faire les cent pas dans la pièce. Il s'en voulait, et ne savait pas comment réparer. Si elle ne l'écoutait pas, il ne pourrait rien faire. Allant dans la salle de bains, il remplit la cuve d'eau et plongea sa tête à l'intérieur, fermant les yeux. L'eau entrait dans ses oreilles et le coupait du monde. Il entendait son cœur, battre à un rythme incroyable, il entendait toutes les pensées qui se cognaient à son esprit embrumé. Mais au moins il avait nettoyé ses lèvres du goût infect de Keira.

Ressortant la tête par manque d'air, il inspira, les cheveux dégoulinants, et il s'observa dans le miroir.

-SOMBRE CRÉTIN ! Semblait-il hurler.

Liam baissa la tête, serrant les mains sur le rebord de la commode. Oui, crétin. Il en était un. Un sacré d'ailleurs. Pourquoi ne s'était-il pas méfié ? Parce que c'était sa sœur…sa sœur jumelle avec qui il avait partagé bon nombre de choses, bonnes ou mauvaises…s'il devait se méfier d'elle, ou allait le monde ? Mais après ce qu'elle venait de faire, jamais il ne pourrait la regarder en face. Par sa faute, Vaë allait repartir chez les siens, allait retourner auprès d'Ephraïm qui voudrait le tuer lorsqu'elle lui aurait dit ce qu'il avait fait. Parce que lui aussi faisait confiance à Liam pour prendre soin de sa sœur. Et depuis qu'elle était en ville, tout allait de travers. Il faisait tout pour qu'elle s'intègre, pour qu'elle soit à l'aise et se sente comme chez elle, mais il y avait toujours autre chose qui venait mettre des bâtons dans les roues. Elayne et ses amies manipulatrices…Si Keira n'était pas une femme, il serait allé la gifler. Mais comme son père il ne frappait pas les femmes. Même les plus horribles et cruelles.

Les cheveux à peu près secs, il retourna dans la chambre et s'assit à la fenêtre. Il n'avait pas sommeil. Regardant le ciel étoilé, il sentit les larmes arriver. Oui il était un homme et puis ? Il n'avait pas honte de pleurer. Soudain, on toqua à la porte. Il sursauta, essuyant ses larmes d'un revers de manche alors que sa mère entrait dans la pièce.

-Liam…qu'est-ce qui s'est passé ?

Melley ne voulait pas faire sa curieuse, elle voulait juste être là pour les aider. Parce qu'en ce moment, elle se revoyait elle, enfermée dans sa bulle après sa fausse-couche. Sans Naëlyah, Heïan et elle ne seraient peut-être pas restés ensemble. A cause d'elle. Alors elle ne voulait pas que son fils et Vaënadiel se quittent. Elle voulait les aider. Elle s'approcha de son fils et le prit par les épaules, le serrant contre elle.

-Rien maman…rien…

Melley soupira en silence. Bien sûr que si il y avait quelque chose. Liam regarda sa mère, tentant de la rassurer. Il n'allait tout de même pas dénoncer sa sœur et dire que c'était sa faute. Parce que c'était lui qui avait trahi Vaë. Elle avait manigancé le tout, mais c'était lui qui avait commis la faute irréparable.

-Va te coucher maman, il est tard…ne t'en fais pas ça va…

Melley le relâcha et ressortit, observant son fils d'un air triste. Elle se sentait impuissante et n'aimait pas. Peut-être qu'Heïan pourrait le faire parler ?
Serrant les poings, Liam regarda dehors. Sa fenêtre comme celle de sa sœur donnait sur le bois. Il voyait le banc ou ils s'étaient assis et embrassés début de semaine et…contre l'arbre…Vaë, contre Boris, tentant de dormir. Son cœur se serra. Il voulut aller la chercher, la mettre au chaud, mais il était sûr que l'ours le tuerait, alors il ne bougea pas, se mordant la lèvre au sang, se traitant de tous les noms.

Les heures s'écoulèrent et, au petit matin, il n'avait pas bougé d'un pouce. En revanche ses joues étaient sillonnées de larmes. Se rafraîchissant le visage, il décida de retenter sa chance. De lui parler. Il descendit, profitant que personne ne soit debout, même pas sa sœur, puisqu'elle était rentré dix minutes avant, il l'avait entendue et s'était à grand peine retenu d'aller lui hurler dessus, et sortit. Vaë était couchée entre les pattes de l'ours et Meeko avait élu domicile dans son manteau. Il déglutit et s'avança, mais l'ours le vit et gronda. Liam approcha encore et Boris rugit violemment avant de se dresser sur ses pattes et de lui courir après. Apeuré, Liam prit les jambes à son cou et courut le plus vite possible. L'ours ne s'arrêta qu'une fois qu'il fût sortit du bois.
Essoufflé, il remonta dans la chambre et reprit son poste à la fenêtre, réfléchissant toujours à une solution. Devait-il y aller et lui dire qu'il la ramenait chez les siens et qu'ainsi elle pourrait vivre en paix ? Parce que depuis qu'ils se connaissaient, il ne lui avait apporté que des ennuis. Bien sûr les Kawas, ce n'était pas que lui, ils l'auraient tout de même fait, mais le reste…
Avec lui elle n'était pas à l'aise. Elle n'était pas comblée. Il ne lui apportait pas tout ce qu'elle méritait d'avoir. Il était misérable…il aurait dû le flairer le piège de Keira ! Il aurait du voir clair dans son jeu dès le moment ou elle l'avait approché ! Mais non, l'idiot qu'il était avait plongé tête la première dans le guet-apens.

Une domestique le prévint que le repas allait être servi, mais il ne bougea pas. Ses parents ne le virent pas de la journée, s'inquiétant. Elayne dormait toujours, la conscience bien en paix avec ses actes. Il se demanda s'il ne devait pas dire justement qu'il avait voulu l'embrasser, pour que Vaë le haïsse et reparte le cœur tranquille ou presque chez les siens. Elle l'oublierait plus facilement. Mais non…il ne pouvait pas lui faire ça. Il l'aimait…il l'aimait et il le lui avait dit. Il lui avait dit que jamais il ne l'abandonnerait. Il avait une fois de plus échoué.

Dehors, le ciel devenait menaçant, et il s'inquiéta pour Vaë qui était à l'extérieur. Il voulut se lever, se leva même, mais au moment de franchir la porte, il se résigna et retourna s'asseoir. Cela ne servait à rien. Elle s'était renfermée et Boris lui courrait de nouveau après. L'après-midi défila, le ciel devenant encore plus dangereux et, après le repas du soir qu'il n'avait pas pris non plus, l'orage éclata. La pluie diluvienne s'écrasa au sol, comme ses larmes la nuit passée, et les éclairs zébraient le ciel comme une déchirure. La déchirure de son cœur et celui de Vaë. Et elle était dehors…là aussi il s'en voulait. Mais il espérait qu'elle soit au chaud contre Boris au moins.

Les yeux dans le vide, il sursauta lorsque l'on toqua. Il ne tourna pas la tête mais entendit la porte s'ouvrir et se refermer. Rien ne se passa, et il tourna lentement la tête alors qu'un éclair serpentait dans le ciel et quelque chose se jeta contre lui, serrant sa chemise. Il baissa les yeux et vit Vaë, tremblante, terrorisée. Elle avait peur de l'orage…l'odeur et la chaleur de la jeune femme lui avaient manqué. Mais il ne dit rien malgré les pleurs de son âme. Il l'entraîna dans la salle de bains, pour qu'elle se réchauffe dans un bon bain. Les coups de tonnerre continuaient et elle sursautait alors qu'il retirait le manteau de ses épaules et l'incitait du regard à enlever sa robe qui n'était plus aussi blanche que la veille. L'eau était prête, chaude et mousseuse. Lentement, elle dégrafa les bretelles du vêtement et le laissa tomber le long de son corps en tas informe à ses pieds. Elle s'occupa des sous-vêtements et enjamba la baignoire pour s'enfoncer dans l'eau. Liam n'avait pas regardé Vaë au moment du déshabillage, respectant son intimité.

S'approchant, il retira les feuilles et les bouts de bois coincés dans ses cheveux, doucement, veillant à ne pas lui faire plus de mal encore.
Elle se tourna d'un coup vers lui, le regard et les traits durs mais montrant aussi sa souffrance, sa voix se brisant alors qu'elle disait :

-Pourquoi ... ? J’ai fait quelque chose qu’il ne fallait pas ?

Il l'observa, inspirant. Son cœur lui faisait mal. Ce n'était pas elle, la responsable, loin de là. La seule faute commise par sa rose était de l'aimer…Son visage redevenait doux et une main se porta à sa joue, une main mouillée, pleine de mousse, mais chaude et douce.
Une larme roula sur sa joue alors qu'elle s'exclamait :

-Liam ... Je ne veux pas partir ! Je t’aime tellement ...

Il continua à l'observer, se noyant dans son regard. Il aurait voulu lui dire que lui aussi l'aimait énormément, qu'il ne voulait pas non plus qu'elle parte. Il aurait voulu lui dire qu'elle n'était en rien responsable de l'idiotie dont il faisait preuve. Que tout était sa faute à lui. Mais aucun son ne voulut s'échapper de sa bouche.

L'une de ses mains, tremblante, essuya la larme qui coulait sur la peau douce et pâle de sa rose, tandis que l'autre serrait la main qui se trouvait déjà sur sa joue. Il mêla ses doigts à ceux de Vaë et ferma les yeux, les larmes revenant.

Lorsqu'il les rouvrit, il ne voyait plus correctement, le liquide salé lui brouillant la vue. Il tomba à genoux à côté de la baignoire et dit, brisé :

-Tu n'as rien fait de mal Vaë. Ton seul "crime" est de m'aimer. Mais…je n'arrive pas à faire en sorte que tu sois heureuse. Je n'arrive pas à te faire conserver ton sourire. Je suis misérable et tu ne me mérite pas….je…

Elle le regardait, sans comprendre, mais il baissa la tête.

-Je n'ai pas voulu l'embrasser. C'est elle qui…qui a tout manigancé…

Il était secoué de sanglots et ne put se résoudre à dénoncer sa sœur. Pourtant il devrait, Vaë étant plus important que sa sœur à ses yeux.

-Je te fais souffrir Vaë. Toujours. Il y a toujours autre chose qui te fait souffrir et…je ne peux continuer ainsi. Je ne veux pas que tu souffres…et ici…je t'aime mais ton bonheur est ma priorité…le bonheur que tu ne trouveras qu'avec les tiens…

Il relâcha sa main. Et même si elle lui avait dit qu'elle souhaitait rester, il déclara, toujours en pleurs, ne parvenant même pas à arrêter :

-Excuse-moi Vaë, excuse-moi…je te ramènerais chez les tiens, là-bas tu seras heureuse…là-bas tu n'auras plus mal comme ici. J'ai échoué…encore…

Il se releva et plongea dans son regard, son regard brillant et interrogateur, son magnifique regard triste…
Il la laissa se laver, lui préparant sur une chaise des vêtements chauds et ressortit, s'asseyant sur le lit, tremblant. Tout ce qu'il avait dit, il s'était forcé à le dire, surtout la fin. Il ne voulait pas la quitter, il l'aimait, mais il ne pouvait pas continuer à la voir souffrir de la sorte. Que ce soit à cause d'Elayne ou même lui. Il ne voulait pas. Lui il s'en fichait. Il savait qu'une fois seul, il serait vide de l'intérieur et se renfermerait comme à l'époque, ne parlant à personne et restant dans son coin, mais au moins à ce moment-là il saurait que la femme de sa vie était en sécurité et en paix avec les siens. Et pour lui, c'était tout ce qui comptait.

Il entendit des bruits d'eau et de pas et se prépara mentalement. Comment réagissait-elle ? Lui en voulait-elle encore plus maintenant ? Ou l'avait-il complètement décidée à s'en aller ? Même si elle avait dit vouloir rester…elle ne devait pas se forcer à rester si elle souffrait. Lui…qu'importe. Elle trouverait un homme digne d'elle, qui la comblerait et la rendrait heureuse. Qui lui ferait de beaux enfants au regard aquatique. Lui n'était qu'une tâche à effacer rapidement du sol…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 1 Déc 2012 - 20:01

Vaë s’énerve ... ?

Pourquoi ne disait-il rien ? Son coeur commençait à s’affoler, redoutant qu’il lui dise qu’il ne l’aimait plus ou que ses sentiments étaient autres maintenant. Tout ce que Liam fit: essuyer sa joue d’une main et serrer la sienne, sur sa joue, dans l’autre. Ses doigts s’emmêlèrent aux siens qui étaient encore froids. L’homme avait fermé les yeux et lui cachait son regard. À leur réouverture, elle déglutit en voyant qu’ils étaient en pleurs. À genoux à côté de la baignoire, sa voix brisée, Vaë voulut disparaître maintenant ... sa gorge était nouée ...

‘‘ Tu n’as rien fait de mal Vaë. Ton seul «crime» est de m’aimer. Mais…je n’arrive pas à faire en sorte que tu sois heureuse. Je n’arrive pas à te faire conserver ton sourire. Je suis misérable et tu ne me mérites pas….je… ‘‘

L’aimer était un crime ? Mais non ! Elle était parfaitement heureuse avec lui, tant qu’il était là et souriant. Tout allait mal depuis le début de leur rencontre, mais peut-être que c’était le fruit du destin si tout se passait ainsi. Peut-être que cela arrivait seulement pour solidifier leur lien. La druidesse osait y croire, le voulait du plus profond de son âme. Sa fugue des montagnes, la mort de sa famille, la découverte du monde d’en bas, la découverte de ses sentiments, Beolan et la famille de Liam ... tout ça l’avait rendue plus forte et sans lui pendant la plus rude épreuve de sa vie, elle ne serait plus rien aujourd’hui. Si Liam n’avait pas été et son dernier frère mort, elle se serait enlevé la vie volontairement. Mais le jeune homme baissa la tête, cachant de nouveau le reflet de son âme.

‘‘ Je n’ai pas voulu l’embrasser. C’est elle qui…qui a tout manigancé… ‘‘

Keira ? C’était elle qui voulait la briser à ce point, la ridiculisant devant tout le monde ? Étonnement, Vaë ressentit une profonde rage se créer au plus profond d’elle, une rancune naissante vis-à-vis de la blondinette. Si elle osait la voir, il serait peut-être possible que la druidesse lui saute dans le dos et lui arrache toute sa jolie chevelure. Chassant ces images de sa tête, Vaë regardait Liam qui sanglotait et se sentit soudainement impuissante devant ce spectacle. Il fallait qu’elle trouve un moyen de le calmer et alors qu’elle sortait son autre main de l’eau, Liam poursuivit.

‘‘ Je te fais souffrir Vaë. Toujours. Il y a toujours autre chose qui te fait souffrir et…je ne peux continuer ainsi. Je ne veux pas que tu souffres…et ici…je t’aime, mais ton bonheur est ma priorité…le bonheur que tu ne trouveras qu’avec les tiens… ‘‘

‘‘ Qu-quoi ... ? ‘‘ Murmura-t-elle.

La main si chaude de Liam quitta la sienne qu’elle laissa tomber mollement. Ses yeux étaient devenus ronds par la surprise et elle ne pouvait détacher ses yeux de ses lèvres tremblotantes. Elle le sentait s’éloigner d’elle, d’un seul coup.

‘‘ Excuse-moi Vaë, excuse-moi…je te ramènerais chez les tiens, là-bas tu seras heureuse…là-bas tu n’auras plus mal comme ici. J’ai échoué…encore… ‘‘

Le voilà qui partit après avoir laissé des vêtements sur la chaise à côté de la baignoire. La jeune femme était restée pétrifiée à cause des dernières paroles qu’il lui avait dites. Ses deux mains serraient le bord de la baignoire alors que son souffle se faisait plus court. Non ... non ! NON ! Elle ne partirait pas et il n’allait pas l’obliger à retourner dans les montagnes à mourir d’ennuis alors que lui serait à l’autre bout du monde ! C’était hors de question ! Elle ne termina même pas sa baignade qu’elle se redressa maladroitement sur ses jambes. Elle prit en vitesse une serviette pour éponger rapidement son corps et la pointe de ses cheveux et enfila une chemise encore trop grande pour elle, la boutonnant à moitié tellement elle était pressée de sortir de la salle de bain. D’un pied ferme, elle marcha jusqu’à Liam qui s’était assis sur le bord du lit. Voulant bondir dessus, elle manqua son élan et glissa par terre pour se redresser rapidement. Mais quelle empotée! À la place, elle le contourna et se posta en avant de Liam, les mains sur les hanches alors que sa silhouette cachait à peine la fenêtre où le ciel était déchiré par les éclairs. Elle en avait même oublié les bruits du tonnerre qui lui faisaient si peur habituellement. Inspirant puis expirant profondément, Vaë se lança :

‘‘ NON ! ‘‘ Hurla t-elle en fronçant les sourcils. C’était bien la première fois qu’elle s’énervait!

Puis elle s’avança, agrippa le visage du chevalier qu’elle serra entre ses doigts pour lui donner une bouche de poisson.

‘‘ Je reste ! Que tu le veuilles ou non, je resterai ici, planté là ! Juste ... ici ! ‘‘ Dit-elle en cognant le plancher de ses pieds nus et humides à cause de sa baignade. ‘‘ Je ne m’en irai pas ! Je resterai avec toi même si pour ça il fallait que je m’attache avec une chaine à ton pied. Tu m’entends ?! Je m’en fiche de Keira ! Je m’en fiche que ta soeur ne m’aime pas et me pourrisse la vie ! Je m’en fiche des pestes qui essayeront de me pourrir la vie en jugeant que je ne te mérite pas ! Je me fiche de ne pas te mériter, Liam ! ‘‘

Vaënadiel reprit son souffle et continua :

‘‘ J’irai parler à ta soeur, à tous les jours s’il le faut. Je veux seulement qu’elle m’écoute, qu’elle entende ce que j’ai à dire et si c’est ce que tu veux réellement, je partirai avec Meeko et Boris seule. Je connais le chemin maintenant. Mais tant que tu ne diras rien, je resterai ici à prendre racine dans ce plancher qui est maintenant mouillé à cause de moi ! ‘‘

Encore une fois, la petite femme énervée dut reprendre une grande respiration et elle lâcha le visage de Liam qui prendrait bientôt cette affreuse forme. Il ne fallait quand même pas difformer ce si beau visage ! Cependant, elle approcha son visage du sien, à quelques centimètres prêts et le regarda directement dans les yeux. De ses mains, elle essuya délicatement ses larmes et posa un doux baiser sur le bout de son nez. Enfin, Vaë lui offrit un sourire désolé pour cet emportement dont elle venait de faire preuve. Elle venait tout de même de l’engueuler alors que ce n’était pas son genre. Elle avait explosé apparemment... peut-être les nerfs ?

‘‘ Je vais rester avec toi, tant et aussi longtemps que tu ne me chasseras pas volontairement. Tant que je ne verrai pas dans tes yeux la haine que tu pourrais éprouver à mon égard. Or, je ne vois rien de tout ça dans ces yeux ... si beaux ... ‘‘

Le ton de sa voix avait grandement diminué, tout comme le ton qu’elle avait emprunté. Maintenant elle se faisait beaucoup plus calme et douce. Ses mains se glissèrent sur sa nuque alors qu’elle grimpait ses genoux sur le lit, entre les jambes du jeune homme qui était abasourdi par tout ça.

‘‘ Tu es mon loup, le mien ... celui qui ne quitte jamais mes côtés, qui me réchauffe lors des tempêtes. Celui qui m’a permis de grandir et de m’épanouir. Je ne veux pas un autre homme, Liam ... mon coeur est tien et c’est toi ... que je veux. ‘‘

Elle se risqua à sourire et déposa un baiser sur les lèvres du jeune homme qui avait un goût légèrement salé puis le regarda, effleurant ses lèvres des siennes.

‘‘ Je suis ... égoïste, mais je ne veux pas te partager. ‘‘

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 1 Déc 2012 - 20:54


Il entendit le bruit de la porte qui s'ouvrait puis les bruits de pas, celui de l'eau s'y ajoutant. Il déglutit et attendit qu'elle arrive. Il perçut le son d'une glissade, eut peur qu'elle se soit fait mal, mais avant qu'il ait pu réagir elle était là, devant lui, les mains sur les hanches et camouflant à peine la fenêtre et les éclairs qui le zébraient. Elle avait l'air…en colère.

-NON !

Sa voix avait claqué, pétrifiant Liam sur le lit. Jamais il ne l'avait vue ainsi. Et elle était…belle. Même en colère. Elle s'avança jusqu'à lui, et il crut qu'elle allait le gifler pour lui remettre les idées en places,- même s'il en doutait, elle n'était pas ainsi- mais elle prit son visage entre ses mains, serrant de telle sorte que sa bouche eut une drôle de forme.
Elle montrait le sol de ses pieds, un sol qui se mouillait, et continua :

- Je reste ! Que tu le veuilles ou non, je resterai ici, planté là ! Juste ... ici ! Je ne m’en irai pas ! Je resterai avec toi même si pour ça il fallait que je m’attache avec une chaine à ton pied. Tu m’entends ?! Je m’en fiche de Keira ! Je m’en fiche que ta soeur ne m’aime pas et me pourrisse la vie ! Je m’en fiche des pestes qui essayeront de me pourrir la vie en jugeant que je ne te mérite pas ! Je me fiche de ne pas te mériter, Liam !

Il la regardait, ayant légèrement mal à la bouche à force d'être ainsi tordue, mais il était scié. Elle…s'en fichait…il avait fait fausse route…
Elle reprit son souffle pour poursuivre :

-J’irai parler à ta soeur, à tous les jours s’il le faut. Je veux seulement qu’elle m’écoute, qu’elle entende ce que j’ai à dire et si c’est ce que tu veux réellement, je partirai avec Meeko et Boris seule. Je connais le chemin maintenant. Mais tant que tu ne diras rien, je resterai ici à prendre racine dans ce plancher qui est maintenant mouillé à cause de moi !

Non…il ne voulait pas qu'elle parte…justement. Elle reprit une inspiration, relâchant son visage, approchant le sien jusqu'à ce qu'elle soit à quelques millimètres. Son cœur accéléra, son ventre le tirailla à nouveaux d'envies qui n'avaient pas lieues d'être pour l'heure et elle essuya les larmes qui coulaient encore du bout du doigt, l'embrassant sur le nez.
Un sourire désolé naquit sur ses lèvres et il se sentit sourire à son tour, voulant la rassurer. Ce n'était pas son genre de s'énerver, mais cette fois, il avait fallut qu'elle le fasse, parce qu'il se trompait lourdement. Il avait été aveuglé et avait cru qu'elle souffrait. Or elle était heureuse. Comme lui, tant qu'il était là pour elle s'était bon. Et tant qu'elle était là tout allait bien pour lui.

- Je vais rester avec toi, tant et aussi longtemps que tu ne me chasseras pas volontairement. Tant que je ne verrai pas dans tes yeux la haine que tu pourrais éprouver à mon égard. Or, je ne vois rien de tout ça dans ces yeux ... si beaux ...

Il écarquilla les yeux alors qu'elle posait ses mains autour de sa nuque et grimpait à genoux entre ses jambes, sur le lit. Comment pourrait-il la haïr ? Jamais il ne le pourrait.

-Tu es mon loup, le mien ... celui qui ne quitte jamais mes côtés, qui me réchauffe lors des tempêtes. Celui qui m’a permis de grandir et de m’épanouir. Je ne veux pas un autre homme, Liam ... mon coeur est tien et c’est toi ... que je veux.

Il sourit en même temps qu'elle, touché par ses propos. Comblé. Rassuré. Elle l'embrassa tendrement et lorsqu'elle se détacha, elle l'observa et termina, effleurant ses lèvres avec les siennes :

- Je suis ... égoïste, mais je ne veux pas te partager.

Ses mains se postèrent sur ses hanches, titillant son ventre et son bas-ventre et il se faufila dans son cou, lui donnant de légers baisers, touchant à peine sa peau délicate. Il entreprit de répondre à tout ce qu'elle venait de dire :

-Tu ne partiras pas Vaë. Je ne veux pas que tu partes non plus. Mais je ne pensais qu'à ton bonheur…je veux que tu sois heureuse. Pleinement heureuse. Jamais je ne pourrais te haïr. Et…je suis aussi à toi. Mon cœur, mon âme, mon corps. Tout t'appartient.

Remontant lentement le long de ses hanches, il termina :

-Tu n'es pas égoïste ma rose…ma rose qui s'épanouit au soleil…parce que moi non plus je ne veux pas te partager…

Sa voix était basse, un murmure sensuel. Il n'y parvenait plus. Son ventre hurlait de désir pour elle. Son cœur voulait le lui montrer. Entourant le haut de son dos de ses bras, Liam la souleva, la fît pivoter et l'allongea sur le lit, se plaçant sur elle. Il paniquait, ne savait pas comment faire, mais elle semblait…prête. Et elle lui avait dit qu'elle le voulait non ?

Il l'embrassa, passionnément, fortement, laissant ses mains se bâtir leur propre chemin sur le corps de Vaë. Il les glissa sur ses hanches, passant sous la chemise mal boutonnée, la remontant en même temps que ses mains. La jeune femme parut surprise, mais reprit ses embrassades, jusqu'à ce que Liam arrive au cou et doive se détacher pour lui retirer le vêtement. Certes il aurait pu déboutonner, mais cela aurait pris trop de temps.

Il admirait sa poitrine et cette fois, il posa ses mains dessus, ses mains chaudes, et entreprit de la caresser, lentement, délicatement, la faisant frissonner. Il ne quittait pas ses lèvres tout en la touchant. Elle aussi caressait son torse et il la libéra à nouveau pour enlever son haut.
Le souffle déjà court, il se baissa et embrassa son ventre, remontant, embrassant sa poitrine, son cou, sa joue, ses lèvres, ses oreilles.
S'y arrêtant, il murmura :

-Je t'aime…je t'aime…et aujourd'hui je vais te montrer à quel point mon amour pour toi déborde…

Il n'était pas très assuré, ne l'avait jamais fait et elle non plus. Mais il laissait son instinct le guider et savait qu'il devait faire attention, parce que justement la première fois était douloureuse pour les femmes. Lentement, il admira son corps, déjà nu puisqu'elle n'avait enfilé qu'une chemise pour venir l'engueuler. Elle ouvrit alors son pantalon, le surprenant. Il avait un moment craint qu'elle ne veuille pas…

La laissant faire, caressant ses cheveux, il attendit et l'aida à retirer le vêtement, le mettant en caleçon. Il voyait bien qu'elle était nerveuse, mais il la rassura du regard, l'embrassant tendrement. Il ferait attention.
Il se remit sur elle, caressant son corps, son désir grimpant en flèche dans son corps. Il avait des frissons, partout, chaque parcelle de sa peau était cloquée par la chaire de poule et il sentait la jeune femme en avoir aussi. Elle caressait son torse, ses cheveux, se laissant aller et lui faisant confiance.

Alors il retira le dernier vêtement qui le couvrait et la regarda, caressant ses cuisses. Si douces…elle frémissait, devenait fébrile au fur et à mesure que grimpait l'envie chez elle. Il se rallongea tout en embrassant ses cuisses et remontant, effleurant sa peau, lui tirant déjà quelques gémissements faibles. La tête enfouie dans le cou de la jeune femme, ses mains caressant son corps lentement, il murmura encore :

-Ma rose à moi…

Tout craquait en lui, les sentiments devenaient ingérables. Il se redressa et plongea son regard dans le sien, collant son front à celui de la jeune femme. La question muette était gravée dans ses yeux. Et lorsqu'elle prit sa main pour la guider jusqu'à sa partie intime, il sut qu'elle était prête et qu'il pouvait y aller. Souriant, il retira sa main et s'approcha, lentement.

Elle écarta ses jambes et il vint à elle, délicatement, ne voulant pas faire trop mal. Elle posa ses mains sur son dos et alors qu'il entrait doucement et lentement, elle se crispa, griffant son dos et grimaça. Liam faisait extrêmement attention et la serrait contre lui pour la rassurer. Il était là et ne la laisserait pas. Elle rouvrit les yeux et il vit qu'elle voulait poursuivre, et ses coups se firent plus sûrs, toujours délicats. Il l'embrassait en même temps, les mains de chaque côté de la tête de la jeune femme. Ils étaient en sueur, le souffle court, mais ce fût la meilleure nuit de tout les temps et plus que jamais ils savaient que leur amour était éternel et non passager. Plus que jamais Liam voulait unir sa vie à celle de Vaë et pas seulement en passant à l'acte.

L'homme continuait, les coups de reins restant tout ce qu'il y a de plus doux et lorsqu'ils se détachèrent, le matin approchant déjà, ils étaient essoufflés, en sueur, mais heureux et souriant. Liam serrait Vaë dans ses bras, lui embrassant le front. Sous les couvertures, ils étaient nus, une jambe de la jeune femme sur la sienne, le bras de Vaë entourant son torse.

Jamais il ne s'était sentit aussi bien, aussi en paix avec lui-même. Elayne et Keira, leurs plans cruels, étaient loin dans sa tête. Tout ce qui comptait était Vaë. Il espérait avoir été à la hauteur et ne pas lui avoir fait trop mal. Il tourna la tête vers elle, plongeant dans son regard épanouit. Elle était si belle…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 1 Déc 2012 - 22:52

Pardon...

Au départ, Vaënadiel se disait qu’il y avait des possibilités que Liam la repoussât doucement afin qu’elle s’éloigne de lui, mais elle sentit ses mains chaudes sur ses hanches. Des frissons se formèrent au bas de son dos et partout lorsqu’il posa ses lèvres dans son cou pour y laisser quelques doux baisers qui frôlaient sa peau si pâle. Fermant les yeux, la druidesse profita de ce moment de tendresse au maximum. Le corps de la jeune femme se fit plus près du sien, son ventre se collant alors au sien.

‘‘ Tu ne partiras pas Vaë. Je ne veux pas que tu partes non plus. Mais je ne pensais qu’à ton bonheur…je veux que tu sois heureuse. Pleinement heureuse. Jamais je ne pourrais te haïr. Et…je suis aussi à toi. Mon cœur, mon âme, mon corps. Tout t’appartient. ‘‘

Ses mains commençaient leur ascension sur ses hanches, remontant quelque peu le tissu de la chemise sur ses cuisses qui se retrouvaient à moitié dénudées. Sa bouche toujours contre son oreille, Liam poursuivit dans un murmure :

‘‘ Tu n’es pas égoïste ma rose…ma rose qui s’épanouit au soleil…parce que moi non plus je ne veux pas te partager… ‘‘

Sa voix avait une intonation un peu plus différente, mais tellement attirante qu’elle sentit de nouveau cette étrange sensation parcourir son corps. Vaë avait envie de sentir son corps contre le sien, sa peau réchauffer la sienne. Elle avait envie de sentir ses mains la parcourir de part en part ... avait envie de lui appartenir à part entière. Le jeune homme fut cependant plus rapide et elle se retrouvait déjà allongée sur le lit, le corps de son homme contre le sien qui hurlait au désir plus que jamais. Ses lèvres se posèrent sur les siennes avec une passion si délicieuse qu’elle ne put la refuser et glissa une main sur sa joue. Liam entreprit de caresser de nouveau ses hanches de ses mains tout en soulevant le vêtement alors qu’elles préparaient leur ascension le long de sa taille. Parcourut de violents frissons Vaë fermant les yeux laissant tomber sa surprise. Il arriva au point où la chemise ne put se faire enlever autrement qu’en se détachant et la jeune femme dut lever les bras au dessus de sa tête afin que Liam la lui enlève, se retrouvant dans son plus simple appareil devant lui. Ses yeux dorés parcouraient son corps et ses mains montèrent délicatement sur sa poitrine pour la caresser avec tendresse. La nordique ferma de nouveau les yeux, mordillant la lèvre inférieure de son amoureux par inadvertance sans pour autant lui faire mal. Ses mains quittèrent les draps pour se plaquer sur le bassin du jeune homme en dessinant du doigt le V de son bas ventre tout en remontant sur son ventre qui se contractait à son toucher. Elles montèrent le long de son dos, remontant sa chemise et ils libérèrent leur bouche pour qu’elle puisse mettre son torse à nu avant de se remettre à l’attaque. Ses lèvres parcoururent son ventre et suivaient le chemin qui montait jusqu’à ses atouts féminins pour les embrasser avec extrême douceur puis montant vers son cou. Sa tête se pencha vers l’arrière alors qu’elle caressait sa nuque. Sa bouche s’arrêta à son oreille droite et il murmura :

‘‘ Je t’aime…je t’aime…et aujourd’hui je vais te montrer à quel point mon amour pour toi déborde… ‘‘

Liam s’était redressé au-dessus d’elle, admirant son corps qu’elle lui offrait en ce soir d’orage, et entreprit de glisser ses mains jusqu’à son bas ventre pour détacher son pantalon. Mais il dut l’aider à un moment, tous deux se souriant. Il caressait ses cheveux doucement alors que leur ventre se touchait à nouveau. Le corps du jeune homme était si chaud sur celui de la druidesse qu’elle en eut la chair de poule. Le dernier vêtement, la dernière frontière, qui les séparait du moment qui les unirait avait rejoint le reste au sol. Liam caressait ses cuisses, lentement, et les embrassa doucement remontant vers ses genoux. Gémissant légèrement, les mains de Vaë caressaient les cheveux de son homme jusqu’à ce qu’il remonte à son cou, ses mains glissant sur ses cuisses jusqu’à sa poitrine.

‘‘ Ma rose à moi… ‘‘

Enfin, il se redressa au-dessus d’elle, plongeant son regard brillant dans le sien alors que son front se collait contre le sien. Son souffle contre sa peau la faisait frissonner et elle était plus fébrile que jamais. Le regardant, elle vit qu’il attendait un quelconque signe avant de passer à l’acte, mais en s’offrant ainsi à lui, Vaë lui avait déjà montré qu’elle était prête à s’unir à lui.

‘‘ Mon loup ... ‘‘ Susura t-elle, caressant son visage et repoussant ses cheveux en bataille vers l’arrière.

D’une main, la jeune femme prit celle de l’homme et la fit descendre doucement le long de son corps jusqu’à son bas ventre, même un peu plus bas. Inévitablement, Vaë se sentit rougir, mais elle souriait, rayonnait; il avait le droit d’aller de l’avant quand il le voulait. Liam s’approcha alors, lentement, et elle entoura son bassin de ses jambes alors qu’ils étaient plus unit que jamais. Mais ses doigts se crispèrent et ses ongles se plantèrent dans le peu de son amoureux sous la douleur. Elle sentait le bas de son corps brûler de l’intérieur l’espace de quelques secondes et ferma les yeux en grimaçant. Ayant cessé tout mouvement pour l’instant, elle se colla contre Liam qui lui démontrait par ses gestes qu’il était là et patient, qu’il pouvait se retirer n’importe quand pour lui laisser le temps de s’en remettre. Elle rouvrit les yeux, prenant son visage entrent ses mains et lui demanda silencieusement de poursuivre qu’elle allait bien. Comprenant, Liam plaqua de nouveau sa bouche sur la sienne et ils se laissèrent aller le souffle court, Vaë ne pouvant retenir quelques gémissements malgré ses efforts ... jamais elle n’avait été aussi heureuse, aussi ... complète.

Lorsqu’ils se séparèrent, le ciel était en train de s’éclaircir et Vaë avait entouré la jambe de Liam avec l’une des siennes, son torse sous l’emprise d’un de ses bras bien qu’elle avait l’air bien minuscule à côté de lui. Elle embrasait son torse, remontant jusqu’à son cou, passant sur son menton pour terminer sur ses lèvres, se retrouvant de nouveau sur lui après qu’il l’eut regardé.

‘‘ Je t’aime tellement ... mon loup. ‘‘

Elle murmurait, caressant son visage. Le pauvre Liam, elle avait encore de l’énergie et ne put s’empêcher de le titiller de nouveau en caressant son corps. Elle le sentit frissonner de nouveau sous le contact de ses mains et elle posa ses lèvres sur son poitrail tout en descendant sur son ventre avant de remonter, même s’ils étaient fatigués, la druidesse ne voulait pas dormir avant d’avoir donné une petite friandise à son amoureux. Il le méritait après tout et ce ne fut pas long avant qu’il réagisse à ses avances et ... à sa main qui s’était dangereusement arrêtée après de sa virilité. D’un sourire coquin, Vaë l’embrassa et prit les rênes pendant un long moment avant de le laisser enfin respirer. Elle aussi d’ailleurs et puis maintenant, elle voulait dormir ... Le jour était levé, mais la journée serait réservée pour un beau dodo dans les bras de son amoureux. D’ailleurs, ils dormirent comme des loirs toute la journée et lorsqu’ils se levèrent pour le repas du soir, le couple s’en alla sous la douche. Vaë se fit malicieuse encore une fois ... jamais deux sans trois comme on disait. Après elle le laisserait tranquille, ou non ...

Une fois séchés et habillés, ils descendirent rejoindre les parents de Liam qui se trouvaient à table avec leur fille. Liam et la druidesse leur firent un sourire gêné et ne parlèrent pas, préférant se sourire comme des complices sous le regard ébahi d’Elayne qui ne comprenait pas pourquoi la sauvage se trouvait encore là après les évènements du bal. Vaënadiel ne put s’empêcher de sourire à la brunette qui détourna le regard aussitôt, se rendant compte que le plan de Keira n’avait fait que souder ces deux-là au lieu de les séparer. Ils mangèrent alors et après le repas, la druidesse embrassa son amoureux avant de rejoindre Elayne qui était monté dans sa chambre aussitôt après avoir vidé son assiette. C’était l’heure de la discussion avec la soeur ...

Une fois devant la porte, Vaënadiel se surprise à hésiter longuement avant de lever son poing pour toquer à la porte. Son coeur battait fortement dans sa poitrine et elle inspira profondément lorsqu’elle entendit la voix d’Elayne s’élever derrière la porte. La nordique entra alors et ferma la porte derrière elle. Gênée, elle croisa ses mains derrière son dos et s’approcha du coffre qui se tenait au pied du lit de la jumelle de Liam pour y prendre place.

‘‘ Que veux-tu ... ? ‘‘ Surprise de voir que c’était Vaë et non un membre de sa famille.

‘‘ Je veux seulement discuter un peu avec toi, Elayne. Je ne serai pas longue ... je t’en pris ‘‘

‘‘ Bien ... mais dépêche-toi, Keira est sensée venir me rejoindre ce soir. ‘‘ Dit-elle d’un ton tranchant.

Vaënadiel sourit doucement et Elayne déglutit en voyant qu’aucune rancune ne brillait à son égard dans ce regard rempli d’une innocence pure. Elle ne comprenait pas ... mais alors pas du tout.

‘‘ Elayne ... Je suis désolée d’être entrée si soudainement dans ta vie, de m’être imposée à toi de cette manière. Je ... ne veux pas t’enlever ta place auprès de ton frère et ça n’a jamais été mon but. J’aimerais seulement te connaître. Liam m’a beaucoup parlé de toi, et je me disais que nous pourrions devenir des ... amies... un jour. Je ... n’en ai jamais vraiment eu, les femmes de mon âge, chez moi, mon toujours rejetées alors j’étais seule la pluspart du temps ... ‘‘

La brunette était en train de s’adoucir en voyant le visage de la druidesse qui devenait de plus en plus triste malgré son sourire ne quittant aucunement son visage. Avec attention, Elayne déposa sa brosse et se tourna vers elle au lieu de la regarder par delà la glace de sa commode.

‘‘ Tu ... as dû trouver ça difficile ... ? ‘‘

Vaë leva les yeux vers elle et acquiesçant d’un simple signe de tête.

‘‘ Je ne veux de mal à personne ... j’ai ... eu mal trop souvent et je ne veux que voir les gens sourire autour de moi. Ton frère est un ange gardien pour moi. Ma famille ... est morte il y a à peine un mois devant mes yeux; mes 6 frères et mes parents. Mon père à poussé son dernier soupir dans mes bras. Il ne m’en reste qu’un, le deuxième aîné, Ephraïm. Ton frère a été mon pilier tout ce temps, la seule raison pour moi de continuer à vivre, de sourire. Il m’a rendit plus forte, m’a aidé à garder confiance, m’a fait découvrir votre monde ... et votre famille. ‘‘

Elayne fut rongée par le remords et ses yeux se brouillèrent sous les larmes alors que la femme qu’elle avait tenté de chasser souriait malgré les larmes qui roulaient sur ses joues. Si elle avait su ... Liam avait eu tellement raison. Pourquoi n’avait-elle pas appris à la connaître au lieu de la juger et d’être jalouse de cette femme qui était si douce et attentionnée envers son jumeau ? Elle se leva de sa chaise et s’approcha de la nordique pour prendre place à ses côtés et la serra dans ses bras.

‘‘ Vaë ... pardonne moi je ... me suis trompée sur ton compte. Je ... ‘‘

‘‘ Chhhht ... je savais que tu n’étais pas méchante et que tu voulais seulement protéger ton frère. Moi aussi je le ferais si j’étais aux côtés du mien, le dernier membre de ma famille. Mais j’aime Liam... profondément. Il est ... ‘‘

‘‘ Ton âme soeur ... je le vois, ça crève les yeux. Au fond ... je t’apprécie Vaë. Comment pourrais-je t’haïr ? Au fond de moi, je ne voulais pas te faire de mal ... ‘‘

La druidesse lui souria et essuya ses larmes tout comme la brunette qui le lui renvoya. Elle se leva et elles se firent un autre calin avant que Vaë ouvre la bouche. Keira venait d’ouvrir la porte, choquée par ce qu’elle voyait ... la nordique sortit alors de la pièce, souriant radieusement à la blonde qui s’empressa de fermer la porte derrière elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 2 Déc 2012 - 0:17


Vaë l'embrassa un peu partout, le torse, le cou, et il sentit qu'elle basculait à nouveau sur lui. Il souriait, tellement heureux. Elle était souriante aussi, heureuse et épanouie comme jamais.

- Je t’aime tellement ... mon loup.

Son doigt caressait son visage tendrement et il voyait une flamme de malice au fond de ses yeux. Elle avait encore de l'énergie à revendre…et en effet, elle caressa son corps, lentement, le faisant frissonner de plus belle.
Ses lèvres se posèrent sur son torse, descendant et remontant inlassablement. Il sentit son envie revenir au galop et ce fût encore plus violent lorsqu'il sentit la main de sa rose se glisser jusque près de son intimité.
Il mit ses mains sur ses hanches, retrouvant une nouvelle énergie alors qu'elle prenait le contrôle de leurs deux corps et qu'il se laissait aller, fermant les yeux, l'embrassant, la caressant…profitant, tout simplement.

La matinée était bien avancée lorsqu'ils se recouchèrent pour réellement dormir, et Liam espérait que ses parents ne s'inquiètent pas de trop. Ils s'endormirent l'un contre l'autre, Liam entourant Vaë de ses bras protecteurs.
Ce fût le coucher du soleil qui les réveilla et ils se rendirent compte qu'ils avaient dormis toute la journée ! Ils se levèrent, voulant d'abord aller doucher pour se rafraîchir et…

Elle le titilla une troisième fois. Dans la douche, c'était encore différent. Mais toujours aussi merveilleux. Il voyait à son regard qu'elle était plus que comblée, plus qu'heureuse, et il l'était à son tour.
Une fois propres et secs, ils descendirent main dans la main pour manger, ne parlant pas, se souriant entre eux. Sauf que Liam vit nettement les haussements de sourcils intempestifs de son père, un sourire pervers sur les lèvres. Il était pas bête…il avait parfaitement deviné ce qui s'était passé pour son fils, sauf qu'il n'allait pas le charrier comme son oncle l'avait fait pour lui et Melley à l'époque.
Elayne quant à elle semblait plus que surprise de voir Vaë encore là et surtout, plus soudée à son frère que jamais. Keira ne serait pas contente…
Après le repas, elle remonta dans sa chambre, se préparant à recevoir Keira qui devait passer pour voir ou en était l'opération "libération du frère".
Liam et Vaë montèrent également et Vaë l'embrassa avant de se diriger vers la chambre d'Elayne, prenant son courage à deux mois. Liam referma la porte de leur propre chambre, aérée et le lit fait, priant pour que tout ce passe bien pour les deux femmes.

Vaë ne revint que cinq minutes après, le sourire aux lèvres malgré les traces de larmes. Aussitôt il s'inquiéta, ayant peur que cela se soit mal passé, prenant son visage entre ses mains et le caressant tendrement, mais elle le rassura d'un sourire. Elayne avait ouvert les yeux. Tout s'arrangeait. La lumière revenait pour Vaë. Comme si c'avait été un test après la mort des siens. Et comme toujours, elle l'avait réussi haut la main.

Dans la chambre, Keira était debout, contre l'armoire de son amie, bras croisés sur la poitrine. Elle dardait Elayne du regard, attendant des explications. Elle était tout de même entrée sur une scène dépassant l'entendement ! Elayne et la sauvage qui pleuraient et se serraient dans leurs bras !

-Pourquoi est-elle encore là ? Et pourquoi l'as-tu serrée dans tes bras ? As-tu un plan secret ?

Elayne, assise à son bureau, se tourna lentement vers elle pour répondre, calme, malgré sa nervosité :

-Keira…cette fille est…je ne peux pas continuer. Elle est gentille. Et elle a vécu des choses horribles il n'y a pas longtemps. Je m'en veux Keira.

La bonde haussa les sourcils, se redressant méchamment.

-Comment ça tu ne peux pas continuer ? Tu m'as fait une promesse ! Et les promesses se doivent d'être respectées ! Je me contre fiche de ce qu'elle a vécu ou non ! C'est une sauvage un point c'est tout !

-Elle aime mon frère et j'aime mon frère. Je t'interdis de l'insulter encore une fois.

Elayne s'était relevée pour faire face à son amie.

-Elayne ! Mes parents sont haut placés ! Contrairement aux tiens qui préfèrent renier leurs origines bourgeoises. Enfin, ton père du moins parce qu'à ce que tu m'as dit, ta mère est une traînée des rues.

Là, ce fût trop. La brunette s'avança, pointant un doigt droit entre les yeux de Keira qui déglutit.

-Je t'interdis de parler ainsi de mes parents ! Ils font ce qu'ils veulent ! Et ma mère n'est pas une traînée ! Maintenant laisse-nous tranquille ! J'ai marché dans ta combine et heureusement que Vaë m'a ouvert les yeux. Elle et mon frère sont faits l'un pour l'autre ! Toi tu n'es rien pour lui et tu ne seras jamais rien. Le forcer à être avec toi, ce serait le détruire. Et je ne peux lui faire ça.

Keira était devenue pâle.

-Très bien. Je te laisse tranquille. Mais mes parents en entendront parler. De l'ours que vous hébergez. Du raton-laveur qui est agressif. Que ton père, capitaine de la garde, ne fais rien, prenant le risque de créer la panique en ville. Tu verras, la disgrâce tombera sur vous. Sur vous tous. Ton père comme ta mère perdront ce qu'ils ont en bien. Il perdra son emploi. Les animaux seront tués. Et la sauvage réexpédiée chez elle pour trafic illégal d'animal.

Elayne fronça les sourcils à son tour, dépassée.

-Trafic ? Il n'y a pas eut de trafic ! Tu vas mentir à tes parents ?

-Je le fais sans cesse ma chère. Tout comme je t'ai menti. Croyais-tu sincèrement avoir une chance d'entrer dans notre groupe de bourgeoises alors que tu n'as pas les bases de la bienséance ? Tes parents ne te les ont pas appris, dommage. Cette fille partira, de gré ou de force, morte ou vive. J'aurais Liam que tu le veuilles ou non. Je n'ai pas besoin de toi.

La blonde s'éloigna alors, ouvrant la porte et la claquant derrière elle, satisfaite. Elayne, quant à elle, se mordit la lèvre et se précipita dans la chambre de son frère. Elle ne toqua pas, n'y pensa même pas tellement elle paniquait. Liam et Vaë étaient à la fenêtre, Liam expliquant certaines choses à sa compagne, et tous deux redressèrent la tête en la voyant. Elayne se jeta sur son frère, pleurant à moitié.

-Liam ! Liam ! Excuse-moi pour mon attitude ! Mais c'est grave !

Liam la prit par les épaules et la fît s'asseoir sur le lit lentement, la regardant, anxieux. Sa sœur était rarement dans cet état. Que c'était-il passé ? Vaë s'assit à ses côtés, prenant la main de la brunette qui la serra dans la sienne.

-Explique-nous Elayne.

-Keira…Keira va revenir à l'assaut…mais…mais elle va s'en prendre à papa et maman…je m'en veux Liam…je n'avais pas vu qu'elle était si méchante ! Je voulais juste être acceptée parmi elles, malgré notre non respect des codes bourgeois ! Je…je voulais juste être dans un groupe…

Son frère sentait la peine de sa sœur et il la prit dans ses bras, la réconfortant.

-Chut…calme-toi, inspire profondément et explique nous tout. Vaë, tu n'aurais pas une plante ou autre pour l'aider ? Parce qu'elle nous fait une crise d'angoisse.

Il le sentait, elle faisait une crise. Elle en faisait à l'époque, avant des examens, ou pour tout autre événement ou imprévu. Elle tremblait dans ses bras, avait du mal à respirer et hoquetait, cherchant l'air nécessaire pour parler.

-Non n'essaie pas de parler, tu sais que ça va empirer les choses…D'abord tu te calmes et ensuite tu nous explique d'accord ? Je doute qu'elle revienne dans les minutes qui suivent.

Il lui sourit pour la rassurer, attendant que Vaë revienne avec de quoi l'apaiser. En général, ils attendaient que ça passe, sa mère et son père lui parlant ou même lui. Plus souvent lui parce que le lien de jumeaux était fort et le courant passait tellement qu'il ressentait une partie de son angoisse. Et là, c'était pire que tout ce qu'elle avait déjà eu. Était-ce si grave ce que mijotait son amie ? Pour l'heure, elle devait ce calmer. Si la situation était à ce point critique, ils n'auraient d'autre choix que d'en parler à leurs parents, surtout que d'après ces dires, Keira voulait s'en prendre à eux aussi. Mais avant de le leur dire, ils devaient tenter de l'arrêter.

Dehors, Keira fulminait. Elayne la lâchait, grand bien lui fasse. Ses parents étaient hauts placés. Toute la famille allait le lui faire payer à présent. Elayne s'en voudrait à mort. La sauvage serait vite réexpédiée avec en prime la peau de ses chers bestioles à poils, leurs parents seraient rabaissés à leur niveau, parce qu'ils avaient usurpés la place de bourgeois, son père n'ayant jamais revendiqué ce fait et sa mère venant de la rue, et Liam serait enfin à elle. Elle l'aurait, et elle ferait tout pour.

Elle s'éloigna, riant à gorge déployée, effrayant les oiseaux perchés sur les toits.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 2 Déc 2012 - 8:33

Complot, part 1

La druidesse s’était arrêtée dans le couloir, regardant en direction de la porte de la chambre d’Elayne un long moment. Elle espérait fortement que rien de grave ne se produirait après ce que Keira avait vu, mais savait que maintenant, la guerre ne faisait que commencer. Continuant sa route vers la chambre d’ami qui était devenue la sienne et celle de son amoureux, elle posa la main sur la poignée pour pouvoir entrer dans la pièce. Liam avait relevé la tête et s’était précipité vers lui, posant ses mains sur ses joues afin de vérifier si tout allait bien. Un sourire se dessina sur les lèvres de Vaë et le frère jumeau soupira de soulagement pour ensuite l’entraîner vers la fenêtre. Ils s’assirent sur son rebord. Curieuse, la jeune femme voulue savoir quels étaient les fameux principes de la bourgeoisie dont Elayne et Keira avaient déjà fait mention et Liam s’embarqua dans de longues explications. Une dizaine de minutes plus tard, la porte s’ouvrit et cogna violemment le mur. Elayne était entrée en panique, ses yeux humides et serrait la chemise de son frère fortement en s’écriant :

‘‘ Liam! Liam! Excuse-moi pour mon attitude! Mais c’est grave! ‘‘

Vaënadiel fut soudainement inquiète; que s’était-il passé avec Keira pendant ces quelques minutes? La brunette cherchait son souffle alors que son frère l’amena vers le lit, la forçant à s’y assoir. Liam semblait inquiet de voir sa soeur dans cet état... il fallait dire aussi que sa respiration était beaucoup plus rapide que la normal, ce qui n’allait pas. La druidesse prit donc place à ses côtés et prit la main d’Elayne dans la sienne et elle sentit les doigts de celle-ci se refermer aussitôt. La pauvre tremblait...

‘‘ Explique-nous Elayne. ‘‘

‘‘ Keira… Keira va revenir à l’assaut… mais… mais elle va s’en prendre à papa et maman… je m’en veux Liam…je n’avais pas vu qu’elle était si méchante! Je voulais juste être acceptée parmi elles, malgré notre non-respect des codes bourgeois! Je…je voulais juste être dans un groupe… ‘‘

Le sentiment d’appartenance... Vaë le comprenait et ne pouvait que compatir avec la jeune femme. Bien que leur situation n’était pas tout à fait similaire, elle savait qu’intégrer un groupe de gens fermé était difficile et que l’on était souvent porté à devoir être testé pour y être accepté. Elayne le voulait tellement qu’elle avait tenté de changer sa réelle personne pour devenir quelqu’un qu’elle n’était pas. Triste pour elle, Vaë se sentit impuissante alors que Liam la serrait contre lui pour tenter de la calmer. Sauf que la respiration de la jumelle se faisait de plus en plus rapide et elle poussait d’étranges sons.

‘‘ Chut… calme-toi, inspire profondément et explique-nous tout. Vaë, tu n’aurais pas une plante ou autre pour l’aider? Parce qu’elle nous fait une crise d’angoisse. ‘‘

‘‘ Je ne sais pas... je vais aller voir ce que je peux faire. ‘‘

Mais elle se leva et alla voir dans sa sacoche s’il n’y avait pas quelque chose qui pourrait calmer Elayne, mais rien. Elle n’avait que des plantes qui devaient être mélangées pour former un fort tranquillisant et tout ce qu’il lui fallait était quelque chose pour qu’elle reprenne une respiration normale. Cherchant une solution, elle regarda en direction des jumeaux, le frère tentant de calmer la soeur qui tentait de parler. Cependant, Vaë revint les mains vides, un regard désolé lorsqu’elle eut une idée. Posant une main sur l’épaule du jeune homme, celui-ci comprit le message de sa douce et libéra Elayne de son étreinte. La druidesse prit donc place aux côtés de la brunette en s’agenouillant à ses côtés pour être un peu plus haut que son niveau et elle prit la tête de celle-ci délicatement pour l’accoter sur le haut de sa poitrine. Doucement, la Nordique caressa les longs cheveux de la jumelle de Liam et se mit à chantonner doucement, fermant les yeux et collant sa joue contre sa tête tout en la berçant tranquillement. Elle sentit les bras d’Elayne l’entourer, agrippant ses vêtements de ses mains tremblantes alors qu’elle parvenait tout juste à se calmer. La voix de Vaënadiel était douce et mélodieuse et si elle apaisait les animaux, elle apaiserait aussi les êtres humains et effectivement, cela fonctionna à merveille. Elayne avait fermé les yeux et se laissait porter doucement. Ce ne fut que lorsque sa respiration s’avérait normale que Vaë s’arrêta et caressa le dessus de la tête de la brunette, se reculant. Elle croisa son regard violacé et lui souriait doucement, comme si elle avait été sa grande soeur. D’une voix tendre, la jeune femme aux cheveux de neige lui demanda :

‘‘ Ça va mieux maintenant? ‘‘

‘‘ Oui ... merci ‘‘

Vaënadiel lui souriait toujours et la garda contre elle, tournant son regard aqua en direction de Liam qui était toujours étonné par la manière dont elle s’y était prise pour calmer la crise de panique de sa soeur.

‘‘ Il serait peut-être préférable de faire venir tes parents avant qu’Elayne ne dise tout ce que Keira compte faire non? ‘‘

Celui-ci acquiesça, sachant très bien qu’elle n’avait pas tort et il laissa sa soeur aux bons soins de sa protégée. Heïan et Melley ne tardèrent pas à monter, ayant remarqué que l’amie de leur fille n’était pas restée bien longtemps ce soir-là. D’ailleurs, elle leur avait fait un étrange sourire avant de traverser l’allée pour se rendre dans la rue. Cela n’avait guère rassuré le père de famille qui n’en avait pas fait de plat. Cependant, ce qu’il s’apprêtait à entendre n’était qu’un commencement... Les parents de Liam entrèrent dans la chambre et la porte fut refermée doucement. Ils ne manquèrent pas de voir Elayne dans les bras de Vaënadiel qui la réconfortait en fredonnant. Voyant la scène, Heïan fronça les sourcils, mais s’approcha en silence alors que leur fille se redressait pour les regarder, perturbée.

‘‘ Que se passe-t-il ? ‘‘

Hésitante, Elayne regarda son frère, puis Vaë qui lui souriait et l’encourageait d’un seul regard à parler. Inspirant profondément, la jeune femme ferma les yeux un long moment avant de se lancer. Elle leur dit mot pour mot ce que Keira avait lancé. La druidesse fut horrifiée d’entendre ces menaces, tout comme les autres membres de la famille. Tout le monde était menacé dans cette histoire et tout ça parce qu’elle voulait Liam pour elle seule. Or, il était hors de question qu’une telle chose arrive. Heïan fulminait en silence, bien qu’il sentait la main de sa femme bien aimée se glisser dans la sienne. Il fallait qu’il trouve une solution pour tirer sa famille hors de ce foutoir. Le père regarda alors sa fille et demanda :

‘‘ Que sait-elle de nous ? ‘‘

‘‘ Pourquoi me demandes-tu ça, papa ? ‘‘

‘‘ Je veux savoir ce que tu lui as dit de personnel à notre sujet... ce qui pourrait être retourné contre nous ... ‘‘

Elayne déglutit. Keira avait été sa confidente et elle lui avait pratiquement tout dit sur Liam, sa mère et aussi son père. De plus, elle en savait déjà pas mal sur Vaënadiel ainsi que sur ses compagnons sauvages qui habitaient dans le boisé derrière la maison. Si on venait à apprendre qu’il y avait un ours dans la ville, ce serait la panique et on le tuerait sur-le-champ. Si Heïan refusait, sa position dans la garde pourrait être comprise par manque au devoir et atteinte à la sécurité des citoyens.

‘‘ Est-elle au courant pour ma profession passée... Elayne? ‘‘

‘‘ Non, elle ne sait pas pour ça.''

Soudainement, Heïan parut soulagé, car c’était le point le plus néfaste et il aurait pu être condamné à mort malgré son grade. On ne s’en sortait jamais lorsqu’il s’agissait de meurtre. Si l’on osait tuer, on était aussi tué. C’était une loi claire. Il y avait au moins ça.

‘‘Je vais faire partir Boris cette nuit... je ne veux pas qu’il lui arrive malheur et qu’on vous accuse de trafic animal par ma faute. ‘‘

‘‘ Il vaudrait mieux le faire tout de suite. Keira n’est pas partie depuis bien longtemps et n’est certainement pas encore arrivée chez elle. C’est maintenant ou jamais si tu ne veux pas le revoir en carpette. ‘‘

‘‘ Je vais y aller avec elle... je crois savoir par où il est entré. ‘‘

Vaënadiel hocha la tête et posa les pieds par terre avant de suivre Heïan qui sortait de la chambre. Elayne regarda sa mère puis son frère, véritablement navrée de la tournure des évènements et elle baissa honteusement la tête. Dire que tout ça était à cause d’un simple excès de jalousie de sa part et de la manipulation d’une fille qu’elle croyait être son amie depuis plusieurs années déjà. Tout ça pour faire partie des bourgeoises les plus prisées de la classe masculine. En bas, Vaë sortit la première et se dirigea aussitôt vers le boisé. Boris ne tarda pas à se montrer alors que Meeko grimpait le long de sa jambe pour se faufiler dans son cou après s’être faufilé dans sa crinière. À la vue de ce spectacle tout de même assez impressionnant, le père de Liam se mit à sourire et fit signe à Vaë de le suivre.

‘‘ Alors, vous savez par où il serait passé pour parvenir jusqu’ici? J’ai cru qu’il avait traversé la ville depuis le portail... ‘‘

‘‘ Plus loin, il y a des fortifications un peu plus âgées que le reste de la ville. Des pierres ont très bien pu tomber depuis le temps et comme Beolan n’est pas en danger, les réparations de notre forteresse ne sont pas prioritaires encore pour l’heure. Ton copain poilu a très bien pu entrer par là, car mes hommes l’auraient intercepté à l’entrée. La garde y est constante. Je doute fortement qu’ils aient laissé une si grande bête entrer tranquillement en ville. ‘‘

Il regarda Vaë du coin de l’oeil alors qu’il eut un sourire en coin. La jeune femme ricanait et s’assurait que Boris les suivait docilement. Ils sortirent du boisé, se retrouvant derrière les ruines d’une vieille forge mangée par les intempéries. Le paysage y était magnifique et donnait sur les montagnes qui entouraient la ville.

‘‘ Voilà... c’est bien ici. ‘‘

Heïan s’approcha de la muraille et posa une main sur la pierre fendue pour y voir d’énorme débris de pierre jonché sur le sol. Comme le paternel de Liam avait dit, l’ours avait dû entrer par là et comme le chemin était peu fréquenté, hormis pour les tours de garde, il avait très bien pu se faufiler jusqu’au boisé qui était assez vaste et qui bordait le quartier bourgeois de Beolan. Il avait eu de la chance de ne pas s’être fait voir lent comme il était. La druidesse alla derrière son compagnon et posa les mains sur son fessier en le dirigeant vers la fente.

‘‘ File mon grand... on te veut du mal. Cours-le plus loin que tu le pourras et ne reviens que lorsque je t’appellerai. ‘‘

L’ours gronda faiblement, s’étant retourné pour regarder sa maîtresse de ses grands yeux noirs. Vaënadiel enlaça son museau et Heïan sourit en voyant cette scène touchante, mais aussi étrange à la fois. Cette femme avait un réel don envers la nature et elle en faisait très bon usage. Dans une dernière caresse, la bête quitta les lieux en longeant le mur de la forteresse, suivant le sentier étroit situé aux abords d’une falaise et fourcha dans l’épaisse forêt. Boris disparut dans l’ombre... Il ne restait plus que Meeko, mais celui-ci ne voudrait pas la quitter d’une semelle. Elle devait donc le cacher ou trouvait une solution; le camoufler. Heïan et Vaënadiel reprirent donc le chemin du retour, l’homme curieux d’en savoir un peu plus sur le dos de la copine de son fils. Alors, dans les grandes lignes, elle lui expliqua ce dont elle était capable et aussi le fait qu’elle pouvait manier l’air à sa guise, mais sans exagération... il fallait dire qu’elle était encore instable et ne maîtrisait pas son dos à la perfection. Une fois de retour à la maison, Elayne vint à leur rencontre, accompagnée par son frère et Melley.

‘‘ Il est loin j’espère? ‘‘

‘‘ Oui, il n’a plus rien à craindre. ‘‘

‘‘ Mais... Meeko? Si quelqu’un le voit, c’en est fait de lui. À moins que... ‘‘

‘‘ Qu’as-tu en tête? ‘‘

‘‘ Eh bien... il ressemble à un matou alors, si on le roulait dans la suie du foyer pour que sa fourrure devienne noire, je crois que ça pourrait fonctionner. Cependant, il faudra être prudent, car il risque de laisser des traces... ‘‘

‘‘ J’ai une idée! Mais j’aurai besoin de quelques herbes de blaviâtre noire ainsi que d’huile de crasseux des marais. ‘‘

‘‘ À quoi cela pourrait-il servir? ‘‘

‘‘ Habituellement, chacune des plantes sert à fabriquer un puissant paralysant lorsqu’elles sont mélangées avec de la krimelle blanche... Sans ça, elles sont inoffensives. Mélangées avec un peu d’eau, elles créent un colorant naturel noir tachant la peau. Meeko en aurait pour une bonne semaine avant de voir son pelage revenir au naturel. ‘‘

‘‘ Voilà qui est intéressant! ‘‘

La druidesse leur sourit alors, mais comme elle n’avait pas ce qu’il fallait et qu’il était tard le soir, il n’y aurait que le lendemain que Vaë pourrait se rendre chez l’herboriste sur la place du marché pour se procurer ces plantes. D’ici là, ils devaient réfléchir et aussi se préparer mentalement à ce qui risquait de survenir dans les jours à venir.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 2 Déc 2012 - 11:51


Liam serrait toujours Elayne contre lui, tentant de la calmer, mais à chaque fois elle repartait en crise plus violente, ce qui lui faisait mal à lui aussi. Elle s'en voulait réellement, venait de prendre conscience de ce qu'elle avait fait ou aurait fait si elle avait continué à suivre Keira.
Vaë revint près d'eux et Liam espérait qu'elle ait une plante ou quoique ce soit d'utile pour calmer sa sœur, mais sa rose lui fît un regard désolé, les mains vides. Alors il fallait attendre. Mais cela pouvait prendre des heures. Il sentit une main se poser sur son épaule et regarda Vaë. Il comprit ce qu'elle voulait de lui et il se dégagea lentement de l'étreinte de sa sœur, laissant sa place à sa rose qui s'assit, se mettant à genoux pour être plus haute, prenant la tête de sa jumelle et la posant sur le haut de sa poitrine.

Liam regardait le tout, silencieux. Vaë avait fermé les yeux et commençait à fredonner, doucement, d'une voix tendre et mélodieuse. Elle caressait les cheveux bruns de sa sœur en chantant, sa sœur l'enserrant dans ses bras fortement. Mais cela fonctionna. Liam vit le visage d'Elayne s'apaiser lentement, il vit ses épaules devenir plus calmes avec l'absence des sanglots, il la vit respirer normalement à nouveau.
Vaë se détacha légèrement, lui demandant si elle allait mieux, et Elayne sourit faiblement en acquiesçant et la remerciant.
Il était subjugué par la façon dont elle avait procédé pour calmer sa sœur. Subjugué et admiratif. Elle le regarda alors et dit :

- Il serait peut-être préférable de faire venir tes parents avant qu’Elayne ne dise tout ce que Keira compte faire non?

Liam la regarda et acquiesça. Ils n'avaient pas le choix. Il aurait préféré régler l'histoire entre eux, pour ne pas les inquiéter, mais si Elayne disait vrai et que son amie s'en prendrait à ses parents, ils risquaient d'avoir de mauvaises surprises et s'ils n'étaient pas au courant ils se feraient piéger. Il sortit donc et descendit en courant, appelant ses parents qui étaient assis au salon, sa mère cousant et son père lisant.
Il leur demanda de venir, vite, et ils lâchèrent leurs travaux, inquiets, pour monter avec lui. Dans la chambre, Elayne était toujours dans les bras de Vaë, ce qui ne manqua pas de surprendre Melley et Heïan qui s'inquiétèrent d'autant plus.

Ils s'approchèrent en silence et ce fût Heïan qui le rompit :

-Que se passe-t-il ?

Elayne, qui s'était redressée, les regarda tour à tour, Vaë, Liam et ses parents, ne sachant pas comment continuer, se tordant les mains, terrifiée. Liam la regarda, l'encouragea, ainsi que Vaë. Elle devait dire ce que Keira avait proféré comme menaces sans avoir peur que ses parents ne la juge. Jamais ils ne l'avaient fait et ne le ferait pas maintenant. Elle inspira en fermant les yeux, prenant son courage pour se lancer.

Les mots sortaient de sa bouche, telles des piques, de grandes piques bien tranchantes. Les menaces pétrifièrent toute la famille. Keira était odieuse…elle était prête à tuer des animaux, à renvoyer Vaë, à faire perdre l'emploi de son père, à traîner sa mère dans la boue à cause de son origine sociale, tout ça pour…pour lui. Parce que le voulait.

Liam baissa la tête, se tournant vers la fenêtre alors que son père interrogeait sa sœur sur ce que Keira savait d'eux. Malheureusement, elle savait à peu près tout, ayant été la confidente d'Elayne des années durant.
Seul point positif, elle ne connaissait pas la profession passée de son père. Vaë ne devait peut-être pas comprendre non plus, mais Liam ne savait pas s'il lui dirait qu'Heïan avait été tueur à gages une bonne partie de sa vie. En fait, toute sa vie jusqu'au jour où il avait rencontré sa mère.

Justement, Melley elle, serrait la main de son époux pour le calmer. Il était furibond à cause des menaces de cette fille qu'ils n'avaient jamais pu encadrer, ni lui ni elle. Il était soulagé qu'elle ne sache rien de son passé et elle aussi. Parce que si ça avait été le cas, il aurait été condamné à mort. Même pas la prison ou le bagne, direction la potence. Et Melley ne l'aurait pas supporté. Eux, c'était ensemble à jamais et ils s'étaient promis de mourir dans les bras l'un de l'autre…
Vaë déclara libérer l'ours la nuit même, ne voulant pas causer de soucis supplémentaire, mais sa fille expliqua qu'il serait mieux de le faire dans l'heure, de profiter que Keira ne soit pas encore arrivée chez elle. Heïan se porta volontaire pour l'accompagner, ayant une idée de l'endroit par où il était venu et Melley lâcha sa main, le laissant aller vers la porte, suivit de la jeune nordique. Restés seuls, la mère et ses enfants ne parlèrent pas de suite. Elayne les regardaient puis baissa la tête, honteuse, et Liam restait près de la fenêtre, pensif. Melley s'assit près de sa fille, laissant son fils dans ses pensées, sachant très bien qu'il devait retourner la situation dans tous les sens pour trouver une solution, et dit gentiment :

-N'aie pas honte Elayne…Nous sommes là et ton père trouvera la solution.

-Mais maman…si je n'avais pas voulu être avec elles, rien de tout cela n'arriverait !

-Oui, mais tu t'en ais rendu compte. Tu as affronté ton amie. Et ça, c'est du courage. Parce qu'il faut beaucoup de courage pour affronter ses ennemis, mais il en faut encore plus pour affronter ses amis.

Elayne sourit et répondit :

-Ce n'est plus mon amie et je crois qu'elle ne l'a jamais été réellement. Je suis désolée…j'ai été odieuse avec vous tous…si Vaë n'était pas venue avant…qu'est-ce que j'aurais encore été capable de faire pour faire plaisir à Keira ?

Melley soupira et regarda sa fille, si intelligente, mais si fragile, avant de répondre :

-Nous l'avons vu, que tu étais devenu une autre fille. Nous nous doutions que c'était à cause de leur influence. Mais que voulais-tu que l'on fasse ? Si on avait tenté de vous éloigner tu te serais encore plus renfermée. Heureusement que Vaë a été là alors.

Liam choisit ce moment pour se retourner, une lueur de détermination dans son regard. Elayne et sa mère le regardèrent et sa sœur ajouta, pour que lui seul comprenne :

-Elle m'a…elle m'a dit ce qui lui était arrivé…là-bas. Chez elle.

Liam baissa les yeux. Vaë avait livré son histoire à Elayne pour qu'elle ouvre les yeux. Vaë avait dit ce qu'il s'était passé avec sa famille. Les meurtres. Melley regardait ses enfants, ne comprenant pas, mais c'était leur secret et elle respectait.

-Je ne veux pas que vous perdiez ce que vous avez, maman. Dit-il soudain, rompant le léger silence.

-Nous n'allons rien perdre mon bébé. Crois-tu que ton père la laissera faire à sa guise ?

-Non, mais c'est moi qu'elle veut.

Elayne fronça les sourcils puis émit un "oh" d'indignation.

-Liam ! Non !

Il braqua son regard d'or sur sa sœur et déclara :

-Si rien ne fonctionne. Si nous ne parvenons pas à nous en sortir, je ferais ce qu'elle veut. Je la prendrais à son propre jeu.

Melley se releva et prit le visage de son fils entre ses mains. Elle était plus petite que lui mais elle arrivait toujours à destination.

-Liam, écoute-moi bien. Tu vas chasser ses idées de ta tête. Elle n'a pas compris qu'un homme ne s'achète pas. Elle n'a pas comprit que forcer un homme à l'aimer ne servirait à rien.

-Maman…si elle fait trop de mal à ma famille, alors que ce n'est que moi qu'elle veut, je le ferais. Je ferais comme si je lâchais Vaë pour aller avec elle. Et je la cuisinerais. Pour qu'elle parle. Qu'elle avoue que c'est elle qui a menti et agit de la sorte. Qu'elle parle devant des gens importants, qu'elle se fasse attraper à son propre jeu. Tu comprends ?

-Oui…mais c'est risqué. Laisse-nous agir et ne fais rien de la sorte pour le moment. Venez, j'ai entendu la porte claquer en bas.

Elle lâcha son fils et sortit, attendant les jumeaux dans le couloir. En bas, Heïan et Vaë venaient de rentrer. Boris était loin à présent, mais Meeko était toujours autour du cou de sa maîtresse. Le raton-laveur ne voudra jamais la quitter.
Elayne, remise de ses émotions et voulant réparer ses erreurs, eut une idée :

-Eh bien... il ressemble à un matou alors, si on le roulait dans la suie du foyer pour que sa fourrure devienne noire, je crois que ça pourrait fonctionner. Cependant, il faudra être prudent, car il risque de laisser des traces...

Les traces, ce n'était pas vraiment pratique, mais déguiser Meeko en chat était correct comme idée parce qu'effectivement, il avait une ressemblance. Vaë eut l'idée d'utiliser des plantes qu'elle connaissait. Elle donna des noms, mais Liam ne les connaissait pas. Elle expliqua leur utilité :

-Habituellement, chacune des plantes sert à fabriquer un puissant paralysant lorsqu’elles sont mélangées avec de la krimelle blanche... Sans ça, elles sont inoffensives. Mélangées avec un peu d’eau, elles créent un colorant naturel noir tachant la peau. Meeko en aurait pour une bonne semaine avant de voir son pelage revenir au naturel.

Tout le monde approuva l'idée, faisant sourire la jeune femme. Seulement, elle n'avait pas les plantes et il faisait nuit, l'obligeant à attendre le lendemain pour aller chez l'herboriste. Ils allèrent au salon, s'installant sur les canapés. Liam prit Vaë contre lui, la serrant dans ses bras, le dos de la jeune femme contre son torse. Melley et Heïan s'installèrent main dans la main et Elayne s'assit à côté de son frère, seule. Elle devait se sentir isolée, de ne pas avoir d'homme, mais Liam savait qu'elle trouverait. Elle était ravissante et gentille. Enfin elle l'était à nouveau.
Ils réfléchissaient à ce que Keira pouvait faire, comment et quand elle allait le faire. Qui serait touché le premier ? Vaë parce qu'elle ne venait pas de Beolan ? Heïan à cause de son poste de capitaine ? Melley parce qu'elle venait de la rue ? Liam ne savait pas et, en sachant que c'était juste parce qu'elle le voulait lui, il se sentait coupable. Avec tout ce que ses parents avaient traversé étant plus jeunes, il fallait que cela leur tombe dessus. Liam connaissait tout de l'histoire de ses parents. Son père la lui avait dite. Il l'avait fait pour que son fils comprenne les bases de la vie de couple, ne parvenant pas à l'expliquer autrement. Liam était donc au courant pour la fausse-couche, pour sa grand-mère qui s'était montrée odieuse avec sa mère dans les premiers temps et même ensuite à la disparition de son père. Il savait que sa mère avait été kidnappée alors qu'elle était à peine enceinte des jumeaux. Il savait tout. Et maintenant, ça encore.

Finalement, ils décidèrent d'aller se coucher pour avoir l'esprit clair le lendemain. Mais Liam ne dormit pas. Déjà parce qu'il avait dormi toute la journée avec sa rose, mais aussi parce qu'il était affreusement inquiet. A ses côtés, Vaë était collée à lui mais il ne savait pas si elle dormait ou non et n'osait de ce fait pas parler.

Keira pouvait très bien fouiner. Ses parents étaient haut placés apparemment. S'ils décidaient d'enquêter, ils trouveraient bien quelque part le passé de son père. Rien que cela lui tordait l'estomac. Son père risquait la mort, à cause de lui. Parce que Keira le voulait lui. Et ce fait menaçait toute sa famille. Sans exception. Rien qu'en cours, Elayne allait être insultée et ce serait l'enfer pour elle.

Le matin arriva et Liam avait toujours les yeux ouverts, fixant le plafond. Il caressait les cheveux de Vaë d'un geste lent et machinal, attendant qu'elle donne signe de vie. Lorsque ce fût le cas, il l'embrassa, ne pouvant masquer totalement son inquiétude.

Ils se levèrent et s'habillèrent, se douchant avant en se bécotant pour se rassurer mutuellement. En bas, les autres étaient attablés, mangeant en silence. Ils s'installèrent et mangèrent aussi, accompagnant par la suite Elayne et son père. De toute manière, Vaë devait aller acheter les plantes. Heïan partit en avant, rejoignant ses collègues, mais Elayne n'osait pas y aller seule. Alors son frère et sa mère l'accompagnèrent, ainsi que Vaë. En ville, rien n'avait changé. Liam avait craint que les gens ne les dévisagent ou ne parlent sur leur passage, mais pas encore. Ils arrivèrent près de l'école et Elayne dût s'y rendre seule, crispée. Liam espérait que les filles ne soient pas trop dures avec sa sœur.
Melley, Vaë et lui allèrent donc chez l'herboriste, ou Vaë trouva son bonheur.

En revenant à la maison, ils virent Heïan, attendant devant le portique. Il arborait une mine grave. Que se passait-il ? Ne devait-il pas patrouiller avec ses hommes ? Melley se précipita vers lui, lui prenant la main. Liam et Vaë s'approchèrent, et ils entendirent du bruit dans la maison et à l'arrière. Ils fouillaient. Ils fouillaient tout. Et Meeko n'était pas déguisé ! Liam paniqua, voulut entrer, mais son père l'en empêcha fortement. Les ordres étaient les ordres et même lui avait était sommé de rester dehors.

Prenant Vaë par la main, Liam la regarda, inquiet. C'était trop tôt…trop vite…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 2 Déc 2012 - 20:36

Complot, part 2

La soirée était bien avancée maintenant et les parents n’arrivaient plus à réfléchir clairement à cause de la fatigue qui les tenaillait et puis Heïan devait tout de même se rendre au travail le lendemain matin. Celui-ci avait donc entraîné sa douce moitié avec lui à l’étage et ils filèrent se nettoyer avant de se glisser sous les couvertures. Le soldat regardait le plafond en réfléchissant lorsqu’il sentit une main douce caresser son ventre pour le sortir de sa torpeur. Heïan tourna la tête de côté afin de croiser le regard de sa femme qui lui souriait tendrement et qui restait silencieuse. Il voyait cependant qu’elle désirait qu’il cesse de se casser la tête et qu’il se repose. La nuit porte conseil comme sa mère lui disait si souvent... Glissant une main sous la nuque de Melley, Heïan la rapprocha doucement de lui et déposa un baiser sur son front, sur son nez puis termina sur ses lèvres.

‘‘ Ça s’arrangera, ne t’en fait pas... ‘‘ Dit-il en se voulant le plus rassurant possible.

Malgré tout, l’homme espérait fortement que les dires de Keira n’étaient que des paroles en l’air, de simples menaces pour faire plier leur fille. Mais il avait un mauvais pressentiment... Au fond de lui, il se doutait que le calvaire ne faisait que commencer et que la famille allait en pâtir très bientôt et que peut-être leur invitée serait réduite en bouillie par une petite bourgeoise prétentieuse, égoïste et odieuse. Et voilà, il était encore parti dans ses songes, mais cette fois l’archère dut l’embrasser pour l’avoir complètement à ses côtés. Heïan lui sourit bêtement en s’excusant du regard et se tourna sur le côté pour la coller contre elle.

‘‘ Bonne nuit, ma belle ‘‘

Il attendit simplement que Melley ferme les yeux, caressant sa joue et la base de son coup d’un doigt et à son tour le soldat sombra dans le sommeil, tenait la femme de sa vie dans ses bras. À trois portes de là, dans la chambre d’ami qui n’en était plus vraiment une, le jeune couple s’était allongé sur le lit. Liam regardait le plafond tout comme son père l’avait fait quelques minutes plutôt, Vaënadiel entourant son torse d’un bras et sa tête collée contre son épaule gauche. Elle non plus ne parlait pas, mais sentait la main de son amoureux caresser sa longue chevelure doucement. Ce geste répétitif finit par l’endormir une fois la nuit bien avancée malgré le fait qu’ils avaient fait la grâce matinée pendant une journée entière. Au petit matin, la druidesse s’était réveillée à cause des bruits de pas dans le couloir; certainement les parents de Liam qui descendaient pour le déjeuner. S’étirant les jambes, elle sentit Liam bougé et son regard croisa le sien qui semblait si inquiet alors qu’il l’embrassait en guise de bonjour. Se tirant hors du lit, les jeunes gens allèrent se nettoyer et Vaënadiel fit du mieux qu’elle pouvait pour tenter de rassurer son loup. Une fois prête, toute la famille se rassembla autour de la table où le silence régnait en maître. Pour conséquent, le repas fut court et ils accompagnèrent Heïan et Elayne jusqu’au portail. De l’autre côté, cinq collègues de travail attendaient leur chef, dont un géant; Omar. Celui-ci envoyait la main à Melley qui lui répondit et il fut tout aussi heureux de revoir Liam ainsi que la belle-dame qui tenait sa main. Ne pouvant se retenir de le taquiner, Omar fit une série de clins d’oeil bien peu subtile à son égard qui eut pour effet de ramener un peu le sourire. Heïan quitta donc les siens alors que son fils, sa femme et Vaë accompagnaient Elayne jusqu’à son école. D’ailleurs, la pauvre semblait nerveuse et crispée. De son autre main, car l’une était prise par Liam, la druidesse prit celle d’Elayne qui parut surprise sur le moment, mais Vaë lui souriait et cela lui redonna un peu de courage. Ils la laissèrent seule et continuèrent leur chemin jusqu’à ce qu’ils arrivent sur la place du marché, devant la boutique de l’herboriste.

Poussant la porte de bois, celle-ci grinça légèrement et une petite clochette tinta pour annoncer leur présence. Une vieille femme courbée s’approcha avec sa canne alors que Vaënadiel s’approchait d’elle. La dame les regardait tous à tour de rôle, voyant bien qu’il s’agissait là de gens du quartier des bourgeois. Cependant, elle fut surprise de constater avec quelle douceur la nordique s’adressait à elle, s’attendant plutôt à se faire traiter comme une moins que rien.

‘‘ Bonjour, madame. Je ... voulais savoir si vous n’auriez pas des herbes de blaviâtre noire ainsi que d’huile de crasseux des marais. J’en aurais besoin d’une certaine quantité. S’il vous plaît. ‘‘

‘‘ Mais bien sûr, c’est si gentiment demandé. Venez, suivez-moi jeune demoiselle. Je vais avoir besoin de vos bras, car je n’ai plus votre âge en mon dos risque de se bloquer si je fais un mouvement brusque ! ‘‘

‘‘ O-Oui ! ‘‘

Vaënadiel emboita donc le pas de la vieille dame qui était affreusement lente et dont le bout de la canne tapait régulièrement le plancher. Elles s’arrêtèrent tout au fond de la boutique aux multiples odeurs et la dame pointa une boite, puis sa voisine, que la nordique prit. Elle les déposa sur un vieux comptoir de bois quelque peu poussiéreux et la vieille en sortit quelques feuilles de chacune. La druidesse les rangea dans son sac et une fois la note payés, ajoutant à la dette de Vaë envers son amoureux, ils sortirent à l’extérieur.

Pendant que les siens faisaient les boutiques, Heïan s’était rendu au quartier général où un supérieur l’attendait de pied ferme. Le père de Keira se trouvait là, avec la jeune femme en question et ils discutaient avec sérieux. Fronçant les sourcils, le capitaine s’approcha et salua avec respect le commandant qui en fit de même.

‘‘ Que se passe-t-il? ‘‘ Demanda t-il en ignorant les regard qui se posaient sur lui à cet instant.

‘‘ C’est ce que j’allais justement vous demander, Kreiss. Cette jeune dame me dit qu’il y aurait ... trafic d’animaux sauvages dans votre villa, depuis l’arrivée d’une personne chez vous. Est-ce vrai ? ‘‘

‘‘ J’ai le regret de vous dire que rien de tout cela n’est vrai, Commandant. ‘‘

Le silence se fut alors que Keira et son père toisaient Heïan du regard qui les ignorait totalement. D’ailleurs, il était d’un calme déstabilisant qui fit déglutir la blondinette. Cet homme était tellement intimidant et dégageait une forte énergie... elle comprenait maintenant pourquoi le calme était revenu à Beolan depuis les dernières années. Il fallait dire que les citoyens moyens n’avaient que des bons commentaires à dire à son égard, mais bref. Son but était de le faire couler avec sa famille, pas de le louanger silencieusement.

‘‘ Je ne remets pas en doute votre parole, Capitaine, mais je me dois tout de même de faire inspecter votre demeure immédiatement. Vos hommes ainsi que les miens s’y rendront. Veuillez nous montrer le chemin je vous pris et monsieur Orson. ‘‘ Dit-il en tournant ses yeux gris vers lui. ‘‘ Retournez chez vous. Si nous trouvons quelque chose de suspect, nous vous aviserons au courant de la soirée. Si aucun de mes hommes ne se présente, j’ai le regret de dire que c’est parce que nous n’avons rien trouvé de suspect chez monsieur Kreiss, ni dans sa demeure, ni dans les alentours. ‘‘

‘‘ Bien... mais je vous assure qu’il y avait bel et bien un ours dans le boisé se trouvant dans le jardin arrière, ainsi qu’un raton laveur bien agressif. Qui sait... peut-être y en a-t-il d’autre de cacher ailleurs! ‘‘

‘‘ Ne vous inquiétez pas, mademoiselle. Capitaine... ‘‘

Heïan acquiesça d’un signe de tête, salua les Orson sans démontrer la moindre émotion et prit les devants. Ses hommes lui emboitèrent le pas ainsi que le commandant et les siens. Marchant d’un pas régulier, les hommes de loi arrivèrent sur les lieux après quelques longues minutes. Le propriétaire des lieux leur ouvrit la porte qui menait vers l’allée et le commandant s’arrêta à ses côtés.

‘‘ Attendez-nous, ici. ‘‘

‘‘ Oui, Commandant. ‘‘

D’un air grave, il le regarda entrer à l’intérieur sous le regard interrogateur d’Omar qui lui demandait en silence ce qui se passait. Heïan le chassa d’une main pour qu’il se retrouve avec les autres et il accota son fessier contre le muret de pierre, les bras croisés sur son plastron. Il baissa légèrement la tête et regardait au sol, espérant que Meeko n’ait pas la brillante idée de se montrer devant les soldats. Melley, Liam et Vaënadiel apparaissaient au bout du chemin et sa femme s’empressa de le rejoindre, prenant sa main d’un air inquiet. Tout comme Liam, Vaë commençait à paniquer et voulut entrer à la hâte avec son homme pour aller chercher son compagnon, mais Heïan leur en empêcha aussitôt en lui barrant la route. Soudainement anxieuse, Vaë leva les yeux vers Liam qui était inquiet lui aussi, si ce n’était pas plus qu’elle.

‘‘ Keira et son père étaient au quartier général ce matin, avec le Commandant. J’ai dû obéir aux ordres ... personne ne doit entrer tant que l’inspection n’aurait pas été complétée et je doute que ce soit court. Il serait préférable pour vous de retourner en ville. Je viendrai vous prévenir lorsque tout sera rentré dans l’ordre. Au fait, Vaënadiel ... ‘‘

‘‘ Oui ... ? ‘‘

‘‘ Ta boule de poil est dans le grand chêne juste derrière. Je l’ai vu courir sur le toit et y sauter pendant que les soldats entraient dans la maison. ‘‘ Dit-il en chuchotant.

La druidesse soupira de soulagement et souriait à Heïan qui le lui renvoya. La tension venait de baisser d’un seul cran maintenant. Meeko était en sécurité, il avait senti que quelque chose n’allait pas et ... une chance qu’elle avait laissé la fenêtre entrouverte avant de partir! Sinon le pauvre serait resté coincé dans la chambre et il n’aurait pas été en mesure de s’enfuir. Donc inévitablement, le blâme serait retombé sur la famille de son loup.

‘‘ Aller filez! Ouste! Y’à rien à voir ! ‘‘

Mais avant qu’ils ne s’en retournent sur leur pas, Heïan prit la main de sa femme qu’il ramena vers lui pour la plaquer contre lui, ses mains sur sa taille, il déposa un baiser sur ses lèvres pour effacer l’inquiétude qui régnait encore sur le visage de celle-ci et lui souria.

‘‘ Je vous aime, madame... veillez bien sur les jeunes pendant que je compte les grains de sable se trouvant devant notre demeure. ‘‘

Vaënadiel ne put retenir un sourire et croisa ses doigts entre ceux de Liam alors qu’ils avançaient un peu, attendant quand même que le père ne libère la mère de son emprise.

‘‘ Ils sont tellement mignons tes parents. Je les adore ‘‘

Son regarda aqua croise celui de son homme qui souriait tendrement avant de déposer lui aussi un baiser sur ses lèvres. Melley ne tarda pas à venir les rejoindre, les joues rouges et ils s’en retournèrent en ville. Pendant ce temps, les soldats inspectaient le rez-de-chaussée au peigne fin sous le regard surpris des domestiques qui s’étaient réunis dans la salle à manger. Le commandant leur avait dit de stopper toute activité pendant l’investigation et ils avaient aussitôt cessé leurs tâches quotidiennes. Jusqu’à maintenant, il n’y avait rien d’anormal et les soldats fouillèrent aussi l’étage supérieur. Toutes les chambres y passèrent ainsi que la bibliothèque et le bureau; rien d’étrange et aucune trace d’animaux sauvages. Quelques-uns sortir dans le boisé, arme en main. Ils avaient entendu dire par leur supérieur qu’il y avait un ours dans les parages, or, ils devaient être armés si cette bête osait les attaquer. Mais aucune trace!

‘‘ Commandant, nous n’avons rien trouvé et rien ne laisse croire qu’il y aurait eu des bêtes sauvages ici. Tout ce que nous avons trouvé son des poissons dans la fontaine. Rien de plus... ‘‘

‘‘ Je vois ... continuez tout de même vos recherches et élargissez le périmètre d’inspection. Je ne veux pas prendre de risques. C’est par précaution. ‘‘

‘‘ Oui, Commandant. ‘‘

Le soldat s’activa aussitôt, criant l’ordre à ses frères d’armes qui allèrent plus loin sur la propriété. Cela faisait déjà deux heures qu’ils cherchaient quelque chose et qu’Heïan attendait, de plus en plus nerveux. Il espérait seulement ne pas avoir oublié de camoufler une trace la veille, lorsqu’il avait escorté l’ours avec l’aide de la petite nordique en dehors des murs de Beolan. En ville, la mère et son fils avaient pris place sur la terrasse extérieure d’une auberge en attendant d’avoir des nouvelles du paternel. Il fallait dire qu’ils étaient nerveux, mais tout de même un peu moins maintenant qu’ils savaient que Meeko était caché dans l’immense arbre près de la villa. Une jeune femme vint les voir afin de leur offrir quelque chose à boire et Vaë refusa poliment quoi que ce soit, même si Liam ou Melley insistait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 11Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Chemin de ronde-