''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 20 Déc 2012 - 10:10



-Chhhht ... nous sommes là, Liam. Je suis là ...

Vaë avait parlé à son tour, glissant une main sur sa joue et essuyant les larmes qui coulaient toujours, sans qu’il ne réussisse à les stopper. Il était si heureux de tous les revoir ! Même la chose semblait refluer en lui ! Sauf qu’il ne comprenait toujours pas qui était cet enfant dans les bras de sa rose…Oh il savait ! Il avait passé tellement de temps chez les fous qu’Elayne et Eph’ avaient eu le temps de se marier et en fait c’était le bébé de sa sœur ! Non, Liam ne pensait plus du tout à Keira à l’instant présent.
Il ne regardait que sa rose, sentant tout le monde les entourant. Soudain elle se pencha en avant, approchant le bébé de lui. Il ne comprit toujours pas et il approcha ses doigts, hésitant, qu’elle prit avec entrain, le serrant en criant joyeusement. Dans la pièce tous rirent devant ce spectacle. Tous avaient le cœur léger et gravait la scène dans leur mémoire…

-C’est ta petite fille, mon loup. Toute fraîche d’aujourd’hui ... Mme Orson est venue nous la porter il n’y a pas si longtemps. Elle tenait à ce qu’elle grandisse ici.

Sa…fille ?! Il se mit à réfléchir et soudain il comprit. Il se souvint de la grossesse de Keira, de l’enfant…mais il n’avait plus sa garde…enfin apparemment si, puisque Mme Orson était venue en personne. Il se prit à sourire et tendit les bras vers la petite. Il voulait…la sentir contre lui…
Heïan l’aida à s’asseoir sur le canapé et Vaë s’installa à ses côtés, lui tendant le bébé, lui montrant comment bien la tenir.

Elle gazouillait, tentant d’agripper son nez, et Liam sentit quelque chose se former au fond de lui. Il admirait le poupon, ayant encore du mal à croire qu’elle était sa fille…un fin duvet noir recouvrait le haut de son crâne et elle essayait d’ouvrir les yeux, en vain. Est-ce que sa mère l’avait portée ainsi ? Ou l’avait-elle immédiatement reniée ? Liam était encore un peu chamboulé par tout ça, sa détention, les souvenirs, et puis maintenant il était de retour et père. Père…maintenant il savait ce qu’Heïan ressentait. En voyant sa fille, là, curieuse de tout, il se dit que jamais il ne lui arriverait de mal. Qu’il serait toujours là pour elle, comme il serait toujours là pour sa rose et l’enfant qu’elle portait. Qu’il était prêt à donner sa vie pour eux tous. Et il se rendit alors compte qu’il ne luttait plus aussi farouchement. La chose était là mais calme, rentrant dans sa tanière lentement. Il devait juste prévenir tout le monde d’éviter les claquements de doigts…

Après quelques minutes ainsi, tout le monde observant le nouveau père, Vaë lui reprit la petite des bras, la confiant à Melley qui elle, se sentait d’un coup vieille, étant devenue grand-mère…elle berça sa petite-fille, souriante, si heureuse qu’ils soient tous réunis et que leurs soucis s’achevaient…

Vaë voulut nourrir Liam, mais celui-ci refusait. Certes il devait manger pour reprendre du poil de la bête, mais là tout de suite il s’en sentait juste incapable. Il avait encore le goût infect des potions de test dans la bouche, le goût du sang lorsqu’il se mordait la langue lors d’une crise particulièrement violente. Il regardait Vaë qui tendait une fourchette pleine devant son visage, gardant bouche close. Heïan souriait, ses yeux passant de sa femme au poupon et du poupon à son fils. Finalement, Vaë lui fît les gros yeux auxquels il ne sut résister et il se résigna, ouvrant la bouche, ingurgitant ce qu’elle lui donnait, mâchant lentement, sous l’encouragement d’Ephraïm :

-L’appétit vient en mangeant mon vieux !

Liam sourit de moitié, continuant à manger lentement. Il avait l’impression que la nourriture tombait avec fracas dans son estomac vide. Il ne faisait qu’à moitié attention à ce qu’il se passait autour de lui, jusqu’à ce qu’Ephraïm soulève Vaë dans ses bras pour prouver qu’il savait comment tenir un enfant. Cela fît rire tout le monde, l’allégresse revenant dans la maison. Liam se sentait fatigué, vidé, mais heureux et soulagé.
Il se laissa faire lorsque son père et son ami le prirent aux épaules pour le redresser et l’emmener à l’étage, l’asseyant sur le tabouret près de la baignoire. Il avait horreur d’être ainsi dépendant des autres…mais il n’avait guère le choix, ses forces l’ayant momentanément abandonné. Il entendit la voix de son père et celle de Vaë puis celle-ci apparut devant lui. Ils étaient seuls…pour la première fois en près de trois longues semaines ils étaient seuls. En fait, c’était la première fois depuis qu’il avait voulu la gifler. Mais là encore il n’eut pas le courage de s’excuser, et elle ne lui en laissa pas le temps, commençant à lui retirer ses vêtements qui étaient justes bons pour la poubelle, vu leur état.

Avec l’aide de sa rose, il entra dans la baignoire, l’eau chaude faisant un bien monstre sur sa peau, malgré les pics lorsqu’elle croisait des plaies encore ouvertes. Toujours en silence, elle commença à le laver, massant ses cheveux, ses épaules et sa nuque, Liam ne faisant que profiter de tout ça. Un poids s’était enlevé de ses épaules et il commençait à se détendre. Tant qu’il ne se retrouvait pas seul, cela serait plus simple. Et l’odeur et le toucher de Vaë étaient si doux…
Elle l’aida à ressortir de la baignoire et il faisait attention. Elle était enceinte et il ne voulait guère lui faire mal. Assis sur le tabouret, il la laissa faire, la laissa ébouriffer ses cheveux comme elle aimait tant le faire, puis le rhabiller. Il du cependant se relever de moitié pour qu’elle puisse remonter le pantalon jusqu’en haut, et elle serra la ceinture de bien deux crans supplémentaire à la normale. Il avait trop maigri…même ses tablettes avaient fondues…et alors qu’elle lui volait un baiser dans le but de se relever, il l’attira sur ses jambes, prolongeant ledit baiser. Ca il pouvait le faire, porter sa rose sur ses genoux. Sa main glissa sur se ventre qui grossissait joliment et qui renfermait leur bébé, Liam poursuivant le baiser. Mais elle se détacha et l’entraîna doucement vers le lit, patiente alors qu’il marchait extrêmement lentement. Il devait se tenir aussi bien à l’épaule de Vaë qu’au mur pour avancer, mais il y arriverait. Il avait tenu chez les fous sans sombrer, il reprendrait vite des forces. Enfin, si le Général n’était venu que le lendemain ou le surlendemain, Liam n’aurait plus été très lucide, il avait été sur le point de lâcher prise, cherchant à se raccrocher désespérément à quelque chose.

Il soupira d’aise lorsque son corps rencontra le contact moelleux du matelas. Vaë était revenue au-dessus de lui et appliqua de la pommade partout sur ses bras et le haut de son corps, mettant des bandages là ou il fallait. Il était vraiment aux petits soins…il la remercierait comme il se devait lorsqu’il le pourrait. D’ailleurs, ils avaient été interrompus la dernière fois par…lui et sa folie. Quoique, Liam se demanda si c’était encore possible de le faire au vu de son ventre qui était bien rond. Elle en était à son combientième mois ?
Il voulut demander mais sa mère entra avec sa fille après avoir toqué. Elle s’installa à côté de sa rose, lui confiant le bébé en disant doucement :

-Elle a faim. La pauvre n’a certainement pas mangé depuis sa venue au monde.

Liam regarda sa fille hurler famine, rougie par les larmes, les bras gigotant en tout sens. Rien depuis sa naissance ?! Keira l’avait-elle au moins regardée ?! Vaë semblait appeler Melley au secours, ne sachant pas quoi faire. Liam ne savait pas plus. Qu’est-ce que sa mangeait un bébé de cet âge ? Certainement pas de la viande et des légumes, elle n’avait même pas de dents. Melley se rapprocha de sa rose, un sourire aux lèvres en commençant :

-Liam se couchera plus intelligent ce soir !

Puis elle ouvrit sans prévenir la chemise de Vaë, dévoilant sa poitrine et une partie de son ventre. La nordique rougit aussitôt, ne semblant pas vraiment comprendre.

-Regarde ... Ça se fera naturellement.

Liam observa avec stupeur le poupon s’approcher du sein de sa rose et commencer à téter. Le calme était subitement revenu et Vaë était surprise. Melley se souvenait parfaitement de Naëlyah qui avait agit de la même manière pour elle à l’époque, et elle se souvenait de cette sensation lorsqu’un bébé tète goulument. Sauf qu’elle en avait deux pendus à sa poitrine d’un coup. Elle se retint de lancer l’anecdote de Liam qui était vraiment un vorace en étant jeune, ne voulant pas le mettre mal à l’aise, et puis, il n’était pas dans un état pour répliquer, ça aurait été déloyal. A la place elle conseilla Vaë :

-C’est ce qu’il faudra faire pour la nourrir. Il viendra un âge où tu n’auras plus besoin d’allaiter. Maintenant, je vous laisse. Je reviendrai la chercher dans une heure puisqu’il faut que tu t’occupes aussi de ton homme.

Liam regarda sa mère s’en aller, refermant la porte en souriant. Oui, Vaë allait être surchargée et en plus elle était enceinte…il s’en voulut déjà mais il ferait tout pour reprendre vite ses forces et l’aider. Il tourna la tête vers elle, regardant sa fille qui mangeait, calme et il glissa sa main sur la cuisse de sa rose qui s’était adossée à ses côtés, remontant jusqu’à la tête de sa fille, la caressant lentement sur la joue. Il souriait, souriait, comme jamais il n’avait sourit.

Son regard croisa celui de Vaë qui retira des mèches de son front en disant :

-Il faudrait peut-être lui trouver un nom. Qu’est-ce que tu en dis ?

Un nom…oui il lui en fallait un. Ils s’observèrent un long moment en réfléchissant puis sa rose s’allongea sur le côté, reposant la petite entre eux délicatement. Vaë était faite pour être mère…il le sentait, le savait. D’ailleurs ils rirent de bon cœur lorsque le poupon fît son rot après avoir fermé ses yeux. C’est là que le prénom s’imposa dans son esprit. Il était venu d’un coup, et il le proposa à Vaë :

-Arya.

-Notre petite Arya ... Arya Kreiss. Ça sonne plutôt bien. Dors, mon loup. Tu dois reprendre des forces. Je reste avec toi ...

Elle souriait et s’était rapprochée de son visage en parlant. Ses yeux se fermaient tous seuls, quoiqu’il fasse. Il aurait voulut rester avec elle encore et profiter de tout ça, de ses retrouvailles, de sa paternité, mais…trop tard, le sommeil l’avait gagné et emporté, l’esprit calme et détendu avec sa rose à ses côtés et la chose qui s’était tue. Il ne sentit plus la présence de Melley qui le borda une heure plus tard, reprenant Arya et souhaitant la bonne nuit à Vaë qui tentait encore de rester éveillée. Il ne sentit pas plus les bras de sa rose se coller à lui pour s’endormir…

Le lendemain, Melley était debout de bonne heure avec Heïan. Les jeunes dormaient tous, sauf la petite. Vaë lui avait dit en nourrissant le poupon qu’elle se nommait Arya, selon le choix de Liam. Prénom adopté par tous et qui allait bien au bébé. Heïan l’avait ensuite prise contre lui, s’installant dans le fauteuil et la faisant rire. Melley observait son mari avec un doux sourire aux lèvres. Il était si beau, si plein d’affection pour les siens…comment avait-il pu croire qu’il ne serait pas un bon père ? Mais soudain il tourna brusquement l’épaule gauche, grimaçant, ce qui inquiéta tout de suite Melley :

-Heïan, ça va ?

Il reprit son souffle et répondit :

-Oui. J’ai ... seulement le bras gauche engourdi.

Et il recommença à chatouiller Arya qui poussait de petits cris qui semblaient être des rires. Mais Melley n’était tout de même pas rassurée. Le bras gauche engourdi, comme ça d’un coup ? Il y avait quelque chose de louche là-dedans, mais elle ne s’y connaissait pas assez. Il était vrai qu’il ne s’était pas reposé de beaucoup au fil des mois écoulés, pas avec tout ce qui s’était passé. Elle ne voulait surtout pas le perdre…
Il fût appelé par une domestique qui l’informa que le Général était là pour le voir. Il lui tendit la petite et s’y rendit en toute hâte, fort et vif comme dans son jeune âge. Assise sur le fauteuil, Melley berça la petite, admirant ses traits doux. Elle se revoyait avec les jumeaux à l’époque. Cela lui faisait tellement drôle ! Elle avait les yeux ouverts, des yeux gris qui semblaient s’éclaircir. Peut-être avait-elle les yeux de sa véritable mère ? Cela ferait un rendu magnifique si elle conservait les cheveux noirs. Des yeux bleus vifs et des cheveux noirs. Oui cela lui irait à merveille…

Quelques minutes plus tard, Heïan fut de retour, lui kidnappant Arya et lui volant par la même occasion un baiser pour ce faire pardonner. Il était redevenu papa gâteau…Elayne et Eph’ arrivèrent au même moment, le chef de tribu complètement endormi, ce qui tira un regard taquin de la part d’Heïan. Apparemment, Eph’ était tombé du lit durant son sommeil…mais à qui cela n’était-il pas arrivé ?

Et pour se venger, Melley reprit Arya des bras de son époux, le confiant à Elayne qui adorait la tenir dans ses bras. Elle embrassa à son tour Heïan qui faisait la moue avant de le laisser finir son thé qui devait être froid…

A l’étage, Liam sortait enfin de son sommeil. Un long et profond sommeil bien réparateur. Il ouvrit lentement les yeux, tombant directement sur sa rose qui l’observait, caressant tendrement son visage. Elle passa sur ses lèvres avec son pouce, l’embrassant tout de suite après. Mon dieu qu’est-ce qu’il pouvait aimer ça !

-Bon matin, eïl farhkas ...

Sa voix de miel s’était échappée en un murmure souriant, ses doigts continuant de tracer le contour de sa mâchoire. Il se sentit sourire, fermant les yeux pour encore mieux profiter de ses doux doigts sur sa peau.

-Comment te sens-tu ?

Il avait rouvert les yeux alors qu’elle faufilait à présent ses doigts dans ses cheveux en bataille. Il ne répondit pas, la collant plutôt contre lui, l’emprisonnant dans ses bras, sa main caressant son dos. Ses bras fins vinrent entourer son cou et elle l’embrassa tendrement. Liam savourait. Le baiser, le contact du corps de Vaë contre le sien, son ventre contre lui…comment se sentait-il ? Mieux que quelques jours auparavant. Cette nuit de sommeil complète avait été plus que bénéfique et il sentait ses forces revenir, même s’il devait manger encore pour aider et reprendre du poids. Il se sentait…plus calme, n’ayant plus trop peur de refaire de crise…la chose était là, il la sentait, mais refluait toujours. Les remords ne marchaient plus sur lui. Peut-être qu’il en serait débarrassé à vie ? Pas sûr et il resterait sur ses gardes.

Libérant Vaë légèrement, il caressa sa joue et lui dit en murmurant :

-Je vais bien. Maintenant je vais bien.

Ils devaient se lever, se laver et descendre pour manger et s’occuper d’Arya, mais Liam voulait rester encore un peu avec elle.

-Je…il faudrait éviter de claquer des doigts…parce que là-bas, là-bas ils déclenchaient les crises de cette manière…et…excuse-moi encore pour la gifle que j’ai voulu te donner….

Il ne rentra pas dans les détails, chassant tout de suite ses souvenirs. Cela lui faisait mal d’en parler, parce que l’asile avait vraiment été un enfer pour lui et il ne voulait pas choquer sa rose. Il ne voulait pas en parler, mais au moins il avait tout de suite fait ses excuses, en espérant qu’elle les accepte. Logiquement, vu son air…Son ventre hurla alors famine, tirant un sourire aux jeunes gens et ils se levèrent. Liam fît signe à Vaë d’attendre, il voulait voir s’il réussissait à marcher seul. Peine perdue même agrippé aux barres du lit il ne tenait pas convenablement et manqua s’écrouler si sa rose ne l’avait pas retenu. Il lui sourit faiblement, se maudissant de lui faire endurer ça dans son état. S’installant sur le canapé, il la laissa le laver sommairement et il fît de même avec elle, s’amusant à passer sur les courbes de son corps lentement, la faisant frissonner. S’habillant, il lui vola pleins de baisers qui la déconcentrèrent et se fût en riant qu’ils descendirent, retrouvant la famille au salon.

En voyant Liam, ils sourirent, encourageant Vaë du regard. Liam fût assis dans un fauteuil et sa mère vint avec Arya, la lui posant dans les bras. Mais…était-ce un air faussement jaloux qui venait de passer sur le visage fatigué de son père ? Liam espérait avoir rêvé…

Il caressait la joue de sa fille qui gazouillait, serrant son doigt dans sa petite main, observant tout et tout le monde, aussi curieuse que l’avait été Vaë en arrivant en bas des montagnes. Un domestique arriva alors avec un plateau plein à ras bord de diverses victuailles qu’il posa sur la table devant Liam qui le remercia. Vaë s’occupa de le nourrir alors qu’il ne parvenait pas à détacher ses yeux de sa fille. Tant est si bien que Vaë dut lui relever la tête pour le forcer à se concentrer un tantinet pour ne pas tout salir, sous les rires d’Heïan, Melley, Elayne et Ephraïm. Liam devint rouge tomate et fît un air désolé à sa rose.

Ephraïm et Elayne s’éclipsèrent dans le jardin, profitant de cette dernière journée ensoleillée, malgré le sol légèrement blanc. Liam se doutait qu’ils avaient franchis le pas. Il avait l’impression de renaître, comme si toute sa période de crise de folie et d’internement n’avait été qu’un long rêve et qu’il venait de se réveiller.

Il se rendit compte que midi était passé depuis un certain temps, alors qu’il croyait être juste le matin. Il apprit donc que son père reprenait ses fonctions le lendemain et que dès qu’il serait en meilleure forme il prendrait à son tour son poste, ce qui lui permettrait de reprendre du muscle plus vite avec les entraînements.

La petite s’endormit dans ses bras et Liam sentit qu’il pouvait aussi s’endormir s’il s’écoutait. Ses parents étaient l’un contre l’autre, Heïan embrassant le cou de sa mère, masquant les rares grimaces que lui tiraient les pics dans sa poitrine. Mais il ne s’en souciait pas et ne voulait inquiéter personne…


Spoiler:
 


Dernière édition par Liam Kreiss le Jeu 20 Déc 2012 - 18:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 20 Déc 2012 - 16:07

Quand c’est trop, c’est trop. Part.1

La jeune femme avait fermé les yeux, profitant comme lui de ce contact qui leur avait manqué à tous les deux. Ils se retrouvaient enfin après toutes ces épreuves difficiles. Ses paupières ne s’ouvrirent que sur son regard brillant que lorsqu’elle sentit son homme la libérer légèrement de son étreinte. Front contre front, Vaënadiel était plongé dans ce regard fauve qui reprenait de sa vivacité et laissa les doigts de Liam effleurer la peau de sa joue doucement. Celui-ci lui murmura alors :

‘‘ Je vais bien. Maintenant je vais bien. ‘‘

Sa voix était plus présente que la veille ainsi que moins cassée. Elle avait quelque chose d’apaisant et l’entendre de nouveau lui faisait tellement de bien qu’elle en soupira d’aise, un large sourire dessiné sur ses lèvres rosées.

‘‘ Je…il faudrait éviter de claquer des doigts…parce que là-bas, là-bas ils déclenchaient les crises de cette manière…et…excuse-moi encore pour la gifle que j’ai voulu te donner… ‘‘

‘‘ Je n’arrive même pas à claquer des doigts, alors tu n’as pas à avoir peur, mon loup. ‘‘

Pour ce qui concernait la gifle, sûr elle n’avait pas oublié ce soir où tout avait soudainement basculé, mais jamais elle ne lui en avait voulu. Quand même bien il l’aurait frappé, s’aurait été la même chose. Vaënadiel n’arrivait jamais à ressentir de rancune envers une personne, même pas Keira bien qu’elle la détestait pour ce qu’elle avait fait endurer à la famille. Ce fut par un simple sourire qu’elle lui fit comprendre que tout était déjà oublié et qu’il n’avait pas à culpabiliser pour ça. Il n’avait pas toute sa tête lors de cet évènement ... et son gros ventre hurlait famine. Amusé, le couple se sourit puis Vaënadiel se tira hors du lit la première, le contournant pour se poster devant Liam qui s’asseyait de son côté du matelas. Patiente, elle le laissa tenter de se lever sur ses jambes, mais ses genoux flanchèrent aussitôt et la druidesse dut le retenir pour ne pas qu’il s’écroule au sol.

‘‘ Ne t’inquiète pas, Liam. Tu retrouveras la forme bientôt, crois moi ! ‘‘

Oh que oui ... pas seulement pour lui, mais aussi pour elle parce que... bref. Ses hormones étaient travail constant , même pendant son absence et ce n’était certainement pas ce ventre de six mois qui l’empêcheraient de martyriser son homme, ou pas, bientôt.

L’aidant à se déplace jusqu’au petit canapé situé près de la grande fenêtre, Vaënadiel veilla à ce qu’il soit confortablement assit et se dirigea vers la salle de bain pour remplir la bassine d’eau tiède et ramena des petites serviettes ainsi que le tabouret. S’installant devant lui, la jeune femme commença à le laver en frottant doucement sa peau, veillant surtout à ne pas lui faire mal. Son tour ne tarda pas à arriver, Liam s’amusant à jouer avec elle et d’un geste tellement lent qu’elle ne put que frissonner. C’était une très mauvaise idée de faire ça, mais si plaisant et il remit la partie lorsque Vaë s’approchait de lui pour lui enfiler ses vêtements. Les lèvres de son homme se promenaient sur son visage, son cou, le haut de sa poitrine et ses épaules. Comment pouvait-elle rester concentré dans un moment pareil ! Elle avait même attaché les boutons aux mauvais endroits. Soupirant, elle dut recommencer et Liam la laissa en paix, ricanant et elle de même.

Enfin, ils purent descendre en bas, Vaë faisant promesse de se venger de cette attaque bisou dès qu’elle le pourrait et lui aussi, car il devait tenir le coup. Elle alla l’assoir dans le fauteuil avec l’aide de son frère et Melley lui donna Arya qui poussait une série de petits cris stridents et souriait. Venant de sauter son tour, Heïan fit une fausse moue à sa femme qui vint le rejoindre en lui arrachant un baiser. Ayant vu la scène, la druidesse ne put s’empêcher de sourire et baissa les yeux sur la petite qui tenait le doigt de son fiancé, curieuse comme tout. On apporta alors le repas de Liam la jeune nordique approcha de nouveau la table avec l’aide d’Elayne. Mais bon, Liam ne levait même pas la table et la nourriture manquait sans cesse tomber tellement il était concentré sur sa fille. Prenant son menton entre son pouce et son index, Vaë le força à la regarder et attendit qu’il ouvre la bouche sous les rires de sa famille.

‘‘ Nous avons deux enfants dans le salon ce matin on dirait. ‘‘ Lança Eph, voulant taquiner Liam qui avait déjà meilleure mine que la veille.

D’ailleurs, celui-ci entraîna sa nouvelle flamme dans le jardin afin de profiter de cette belle journée, car d’ici quelques heures, ils auraient droit à une belle tempête de neige. Déjà l’horizon se faisait grisonnant et menaçant. Arya finit par s’endormir dans les bras de son père et Vaë les observait en silence. Elle souriait, flattant machinalement son propre ventre d’une main alors que Melley et Heïan faisaient de même de l’autre côté, le maître de maison camouflant de temps à autre le cou de sa femme, lorsqu’il sentait une faible douleur dans sa poitrine. Sans se soucier plus que ça de cette douleur qu’il qualifiait de superficielle, il profita de ces moments avec sa famille.

L’après-midi fila trop rapidement, Ephraïm et Elayne revenant aux pas de course et recouverts de neige juste avant le repas du soir. Ils s’étaient réchauffés un peu devant le feu, se serrant l’un contre l’autre et s’essuyant mutuellement les cheveux à l’aide d’une serviette.. Vaënadiel s’était absentée un instant avec Melley afin de nourrir la petite et ensuite la coucher dans le salon où on avait installé un berceau nettoyé de sa poussière. Lorsqu’elle revint à table, ce ne fut pas long qu’elle s’empiffrait, ses joues toujours rondes. À croire qu’elle voulait faire des réserves de nourriture pour l’hiver et être certaine de ne pas en manquer pour son enfant ! En soirée, Heïan s’était absenté un moment pour aller se doucher pendant que Melley s’occupait de montrer à Vaë et Liam comment laver la petite et aussi la changer. Eph et Elayne étaient montés se coucher, bayant aux corneilles devant tout ce beau monde. La nuit fut tranquille et la petite Arya resta avec son père, dormant jusqu’à tard dans la nuit.

Le lendemain matin, ce fut à contre-coeur qu’Heïan se tira du lit, vite rejoint par sa femme sous l’eau chaude qui le réveilla. L’engourdissement avait repris, mais avait rapidement disparu; certainement la fatigue encore ou bien il s’était coincé un nerf. Ignorant ces signes étranges, le soldat descendit pour le repas du matin et enfila son armure avec l’aide de sa femme.

‘‘ À tout à l’heure. Je vous aime ... belle dame. ‘‘ Dit-il en volant un baiser à sa femme.

Il s’engouffra alors à l’extérieur, sous la tempête qui faisait toujours rage, le capuchon de sa cape sur la tête et filant aux pas de course en direction du quartier général. Devant la fenêtre, Vaënadiel observait la neige qui recouvrait la ville et souriait. Ce climat lui était si familier d’un coup et si réconfortant d’une autre part. Retournant aux côtés de son amoureux, celui-ci lui confia la petite qu’elle prit volontiers dans ses bras, caressant du bout du doigt ce joli petit visage tout en fredonnant doucement. Arya se calma d’un coup et bailla, fermant les yeux au son de la voix si apaisante de la druidesse lorsqu’Ephraïm éclata de rire.

‘‘ Il n’y a pas que la petite qui s’endort ! Liam avec ! ‘‘ Dit-il lorsque le concerné redressa vivement la tête en rougissant.

Quelques heures s’étaient écoulées et en ville, les hommes de loi faisaient leur ronde habituelle sous le vent glacial et la neige qui obstruait leur champ de vision. Ils marchaient, gueulant pour s’entendre parler lorsqu’Heïan s’arrêta brusquement, se tournant dos au vent. Omar s’arrêta et se posta en face de lui se penchant légèrement.

‘‘ Heïan, ça va ? ‘‘ Demanda t-il en voyant son supérieur qui grimaçait, les yeux fermés avant de s’effondrer au sol.

Les soldats ne se firent pas attendre et le trainèrent à l’abri du vent et le géant posa aussitôt ses doigts à son cou pour constater qu’il n’y avait plus de pouls. Il blêmit et lui retira son plastron en vitesse un poing se leva dans les airs et s’abattit lourdement sur le torse de son compagnon à trois reprises avant que le coeur ne se remette à battre.

‘‘ Aidez-moi... on doit l’apporter chez le guérisseur au plus vite ! ‘‘

Ses confrères s’exécutant, ils, l’aidèrent à grimper leur chef sur le dos d’Omar qui fila aux pas de course sous la tempête, mort d’inquiétude; Heïan venait d’avoir un malaise au coeur. Ce ne fut qu’une heure plus tard qu’Omar débarqua chez les Kreiss, blême. Il ne prit même pas le temps de cogner et déboula dans le salon, essoufflé.

‘‘ Melley ... ! Heïan ne rentrera pas ce soir. Il est chez le guérisseur ... son coeur à lâché cet après-midi. ‘‘

Il n’eut pas le temps d’en dire plus que tout le monde se jetait déjà sur leur manteau et sortait de la villa pour courir vers le centre de Beolan où se trouvait le soigneur, Omar à leur suite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 20 Déc 2012 - 19:20


L’après-midi s’écoula vite, les deux nouveaux amoureux rentrant recouverts de neige. La tempête c’était installée et le vent balayait le sol, le recouvrant de neige. Ils s’étaient vite installés devant le feu, se séchant mutuellement avec des serviettes.
Un peu plus tard, Vaë et Melley s’absentèrent pour nourrir la petite puis la coucher dans le vieux berceau des jumeaux, nettoyé de toute poussière. Lorsqu’elles revinrent, ils s’installèrent tous à table et Vaë se remit à manger pour deux, voire plus ! Elle avait les joues rondes de nourriture, et Liam se prit à rire en voyant se spectacle.

Plus tard, Heïan était monté se laver, devant être frais et pimpant pour le lendemain au boulot, et Melley s’occupait de montrer au couple comment laver et changer Arya. Liam observait le tout et se sentait maladroit lorsqu’il faisait les gestes, alors que sa rose semblait tellement à l’aise ! En plus il avait du mal à tenir debout longtemps seul, mais cela venait. Il se sentait déjà mieux que la veille. Sa sœur et le nordique avaient disparus depuis longtemps et Liam berça sa fille jusqu’à ce qu’elle s’endorme, la regardant tendrement.

Le lendemain, il s’éveilla un peu plus tard que d’habitude, reprenant encore des forces. Vaë l’aida pour la toilette et l’habillage et ils descendirent au moment ou son père quittait la demeure après un dernier baiser volé à sa femme. Le pauvre…dehors la tempête battait son plein et les rues se recouvraient de leur manteau blanc.

Il mangea avec le reste des jeunes et s’assit dans le fauteuil, ses jambes peu sûres d’elles. Vaë était à la fenêtre, regardant le paysage en fredonnant, Arya dans les bras. Elle fredonnait, tant et si bien qu’il se sentit somnoler jusqu’à ce qu’Ephraïm s’exclame :

-Il n’y a pas que la petite qui s’endort ! Liam avec !

Sursautant, il se redressa, rougissant atrocement.

Ils rirent tous de bons cœur, les heures défilant lentement. Liam mangeait et se forçait à bouger. La chose se tassait et il en était bien content. Sa mère cousait, Vaë dorlotait Arya et Elayne et Ephraïm ne décollaient pas l’un de l’autre, offrant un joli spectacle…

C’est alors que la porte d’entrée s’ouvrit à la volée et qu’un géant pénétra au salon. Tous le reconnurent. C’était Omar, le second d’Heïan. Il était essoufflé, blême, paniqué.

-Melley ... ! Heïan ne rentrera pas ce soir. Il est chez le guérisseur ... son coeur à lâché cet après-midi.

Le cœur de Melley ne fît qu’un bond et elle se redressa, agrippant son manteau et l’enfilant tout en sortant, suivie de sa fille et du nordique. Vaë hésita mais Liam lui fît signe et elle lui tendit sa fille qu’il prit avant de lui faire comprendre de les suivre et vite. Elle leur courut après avec Omar. Liam serra sa fille contre lui, resté seul au salon. Il ne pouvait pas marcher assez vite et Arya devait être surveillée. Son père… non…Liam était mort d’inquiétude…

Et Melley aussi. Elle avait senti qu’il y avait un problème avec Heïan, sans pour autant comprendre la cause. Son cœur avait lâché…non ! Il ne partirait pas ! Pas maintenant !
Omar les conduisit droit chez le guérisseur ou ils entrèrent rapidement, demandant à voir Heïan. On les y amena bien vite. Melley mit ses mains devant sa bouche, se précipitant aux côtés de son époux, les larmes aux yeux.

Il était là, couché sur le lit, pâle, inconscient. Elle lui prit la main, sentit sa froideur affreuse et la serra dans la sienne. Elayne avait lâché Ephraïm et s'était posté de l'autre côté du lit, pendant que les deux nordiques restaient soudés l'un à l'autre.
Melley pleurait et lui disait en caressant ses cheveux :

-Heïan, Heïan… ne pars pas…je t'en prie…pas maintenant…tu n'as…pas le droit de faire ça…

Elle regardait son époux, si serein là couché et continua :

-Tu m'as fait une promesse il y a longtemps. Tu m'as…tu m'as promis que nous mourions dans les bras l'un de l'autre…alors je t'interdis de briser cette promesse maintenant !

Elayne aurait aimé avoir son frère à ses côtés, mais malheureusement Liam se torturait tout seul à la maison avec Arya, s'inquiétant, ne sachant pas comment allait son père.

Melley embrassait son époux, lui parlait, serrait sa main. Le guérisseur entra alors et se posta devant le lit. Tous les regards convergèrent vers lui, dans l'attente d'une réponse, d'un verdict, de quelque chose, n'importe quoi !

Il ouvrit enfin la bouche :

-Mme Kreiss, votre mari a fait un malaise cardiaque. Il a été sauvé in extremis par son collègue. Sans lui il serait mort actuellement. Sachez que ce n'est pas bénin et qu'il devra surveiller ça de près. Il devra surtout beaucoup se reposer. Je pense que le déclencheur est tous les événements que vous avez traversés ces derniers temps avec votre famille. Nous sommes tous au courant des faits.

Il se rapprocha, et continua :

-Il est pour l'heure hors de danger, mais nous le garderons pour la nuit en observation. Il devra être ménagé dès son retour. Plus de stress, plus de chocs. Et tous les mois il devra revenir faire des tests pour vérifier que tout va bien. Il arrive à un âge ou il faut faire attention. Ses organes vieillissent en même temps que lui, madame. Il peut rester jeune dans sa tête, son corps ne suivra pas le mouvement. Il est de votre devoir de le surveiller.

Melley regarda son mari, vit d'un coup ses traits tirés, ses rides au coin des lèvres, des yeux, sur son front, ses mains pleines de taches de vieillesse…elle ne l'avait jamais vu auparavant. Ni lui ni elle n'acceptait la réalité de leur vieillesse et pourtant elle était bien là. Pleurante, elle remercia le guérisseur qui s'en alla après avoir vérifié le pouls d'Heïan, leur disant que quelqu'un pouvait rester avec lui cette nuit pour pouvoir l'accompagner à la maison le lendemain. Melley acquiesça et renvoya les jeunes à la maison après qu'ils eurent dit bonne nuit à Heïan, leur disant de rassurer Liam. Le pauvre devait se sentir coupable d'avoir causé le malaise de son père…

S'installant sur le lit à côté de son mari, Melley caressa son torse, sa mâchoire, sa joue, ses cheveux, ses lèvres…elle ne voulait pas le quitter. Pas maintenant. Pas maintenant qu'il allait voir ses petits-enfants. Pas maintenant que leurs problèmes se réglaient. Il devait rester pour voir ses enfants se marier, pour conduire Elayne à l'autel, pour rire avec les bébés, pour elle aussi…

Seule dans le noir avec lui elle murmura :

-Ne pars pas…je t'aime…

A la maison, Liam se releva de moitié en entendant la porte s'ouvrir. Ephraïm et Elayne apparurent les premiers, vite suivis de Vaë. Ils avaient tous la mine grave et se fût sa sœur qui répondit :

-Papa a faillit mourir. Mais le guérisseur dit qu'il est hors de danger à présent. Il faudra juste qu'il se repose et qu'il ne se surmène plus.

Liam respira profondément, agrippant la main de sa rose dans la sienne. Sans ses crises de folie et tous ses soucis, son père n'aurait pas été surmené. Il n'aurait pas mené son cœur à bout. Il n'aurait pas fait de malaise. Il regarda tristement Arya qui dormait dans ses bras, puis remercia sa sœur qui monta se coucher avec le nordique. Liam devina aisément que sa mère était restée auprès de son père…

Il réussit à faire un faible sourire à sa rose et lui dit :

-Il…il ne peut pas partir hein ?

Il ne voulait pas non plus qu'il s'en aille. C'était son père, son idole, son mentor. Sans lui Liam ne serait pas ce qu'il était à ce jour. Sans lui il n'aurait pas su se défaire des liens de Keira. Sans lui…il ne voulait pas qu'il disparaisse, pas plus que ne le voulait Elayne ou Melley. Et même les nordiques, qui s'étaient attachés à lui.

Heïan était le pilier central de la famille. Sans lui, ils n'étaient plus rien. Rien de rien…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 21 Déc 2012 - 5:51

Quand c’est trop, c’est trop. Part.2

Bravant la tempête qui était de plus en plus violente, la famille fut reconduite chez le guérisseur et Omar annonça aussitôt qu’ils étaient venus pour le récent patient. Sans perdre de temps avec les formalités, on les amena dans une pièce où on avait allongé Heïan, au chaud sous quelques couvertures. Melley et Elayne se précipitèrent vers lui dès qu’elles l’eurent vu et les nordiques restèrent près de l’entrée, Vaë prenant le bras de son frère. Le père de Liam était inconscient et drôlement pâle, lui qui avait un teint assez basané à l’habitude. On l’entendait à peine respirer, comme s’il était déjà mort. Son épouse pleurait à chaudes larmes et caressait ses cheveux en pétard.

‘‘ Heïan, Heïan… ne pars pas…je t’en prie…pas maintenant…tu n’as…pas le droit de faire ça… Tu m’as fait une promesse il y a longtemps. Tu m’as…tu m’as promis que nous mourions dans les bras l’un de l’autre…alors, je t’interdis de briser cette promesse maintenant ! ‘‘

Le coeur gros, Vaënadiel baissa la tête et ferma les yeux, espérant de tout coeur que ce n’était rien de grave. D’un certain côté, elle pouvait comprendre comment Melley se sentait. La pauvre ... mais tout s’arrangerait. Elle y croyait. La porte s’ouvrit alors derrière eux et les nordiques durent se pousser pour laisser le guérisseur entrer. Les regards se posèrent aussitôt sur l’homme, attendant qu’il dise quelque chose dans les secondes qui allaient suivre.

‘‘ Mme Kreiss, votre mari a fait un malaise cardiaque. Il a été sauvé in extremis par son collègue. Sans lui il serait mort actuellement. Sachez que ce n’est pas bénin et qu’il devra surveiller ça de près. Il devra surtout beaucoup se reposer. Je pense que le déclencheur est tous les événements que vous avez traversés ces derniers temps avec votre famille. Nous sommes tous au courant des faits. ‘‘ Dit-il en s’approchant davantage d’elle. ‘‘ Il est pour l’heure hors de danger, mais nous le garderons pour la nuit en observation. Il devra être ménagé dès son retour. Plus de stress, plus de chocs. Et tous les mois il devra revenir faire des tests pour vérifier que tout va bien. Il arrive à un âge ou il faut faire attention. Ses organes vieillissent en même temps que lui, madame. Il peut rester jeune dans sa tête, son corps ne suivra pas le mouvement. Il est de votre devoir de le surveiller. ‘‘

Après ces dernières paroles, Melley observait son époux dans les tréfonds de l’inconscience. Elle n’avait nullement cessé de pleurer et remercia brièvement le guérisseur qui s’assura que tout allait bien au niveau du Capitaine. Décidant de rester au chevet de son époux, Melley laissa partir les jeunes.

‘‘ Ne pars pas…je t’aime… ‘‘

Ces paroles lui semblaient si lointaines, mais il les avait entendus malgré tout. Il avait aussi senti le corps de sa femme s’allonger doucement à ses côtés, entourant son torse d’un bras alors que son souffle caressait la peau de son cou. Ce ne fut que plusieurs minutes après le départ de Vaë, Ephraïm et Elayne qu’il réussit à ouvrir les yeux en grimaçant sous la douleur qu’il avait au thorax; il avait une sacrée équimose à cause d’Omar. Bougeant légèrement, Heïan se tourna sur le côté et regarda la pièce, tombant ensuite sur le visage de sa femme. Ses yeux étaient humides sans qu’il ne comprenne encore la cause et elle le regardait en silence un long moment durent, et ce, sans réagir. Un faible sourire se dessina alors sur ses lèvres qui se mirent à remuer.

‘‘ Tu es là ... ‘‘ Murmura t-elle.

Bien sûr qu’il était là ! Où voulait-elle qu’il soit ? Ah, mais ... il n’était pas à la maison. Que s’était-il passé au juste ? Il s’était souvenu d’avoir ressenti une douleur poignante au coeur et d’avoir vu noir, puis plus rien. Ensuite, c’était comme s’il remontait à la surface, cherchant son air dans le néant total. Confus, Heïan fronça les sourcils et essuya du pouce les joues de sa femme.

‘‘ Chhhht ... que s’est-il passé ? ‘‘ Demanda t-il d’une voix plutôt faible.

Melley ferma les yeux, savourant le contact de son toucher et posa sa main à elle sur la sienne en croisant ses doigts entre les siens. Murmurant toujours, elle répondit à sa question en disant :

‘‘ Tu as fait un malaise cardiaque mon coeur...sans Omar tu...tu... ‘‘

Il serait mort ... Cela expliquait cette douleur au poitrail qui le tenaillait. Alors, l’engourdissement était un premier signe de ce malaise. Il aurait dû se rendre compte que ce n’était pas normal, tout comme les petits pics de douleur qu’il avait eue dans la poitrine la veille. Maintenant, Heïan avait une double dette envers Omar et se promit de le remercier comme il se le devait dès qu’il le reverrait. Soupirant, l’homme ferma les yeux un long moment puis les rouvrit, plongeant dans le regard de sa femme. Serrant sa main, il lui sourit d’un air désolé.

‘‘ Pardonne-moi, Melley ... cesse de pleurer. Ça va ... ‘‘

Ses yeux étaient déjà rougis par les larmes alors que son sourire disparaissait lentement de ses lèvres. Elle la serra aussi sa main dans la sienne et lui dit :

‘‘ J’ai eu tellement peur...peur de te perdre...pour de bon... comme quand tu as disparu, mais en pire...Heïan...je t’aime... ‘‘

Son coeur fit un bond dans sa poitrine en voyant la douleur s’abattre sur le doux visage de son épouse. C’était cette même douleur qu’elle avait décrite dans son journal lorsqu’il avait disparu pendant trois longues années, mais maintenant, il la voyait ... là, bien réelle. La mine triste, Heïan voulut dire quelque chose sauf que sa gorge était trop serrée et il n’arrivait pas à dire quoi que ce soit hormis :

‘‘ Moi aussi je t’aime, Melley ‘‘

Et il l’entoura de ses bras, voulant la sentir tout entière contre lui. Ses lèvres touchèrent les siennes et il l’embrassa tendrement un long moment, glissant une main dans cette longueur chevelure pour coller sa tête contre son torse. Fermant les yeux, il se calma en inspirant l’odeur de sa bien-aimée. Il venait de prendre conscience qu’il revenait de loin ...

Marchant d’un pas rapide pour rentrer au plus vite à la maison, ce fut Ephraïm qui guida les jeunes femmes dans la tempête alors qu’elles tenaient fermement leur capuchon sur leur tête, n’y voyant plus rien. Ils entrèrent dans la villa, la porte se claquant sous la violence du vent laissa leur manteau aux bons soins des domestiques. La mine grave, ils firent apparition dans le salon, Vaënadiel la dernière et venant s’installer aux côtés de Liam. Elayne annonça à son frère, d’une voix cassée :

‘‘ Papa a failli mourir. Mais le guérisseur dit qu’il est hors de danger à présent. Il faudra juste qu’il se repose et qu’il ne se surmène plus. ‘‘

Les fiancés se retrouvèrent rapidement seuls, Eph’ et Elayne montant à l’étage pour se coucher ou plutôt se consoler. Baissant les yeux vers le chevalier, Vaënadiel plongea son regard dans le sien et répondit à son faible sourire, se voulant le plus rassurante possible. Elle serra doucement sa main dans la sienne et déposa un baiser dans son front.

‘‘ Il…il ne peut pas partir hein ? ‘‘

‘‘ Il ne vous laissera pas, Liam. Demain il reviendra à la maison avec ta mère et tu pourras jouer au gardien avec lui si tu veux. Le guérisseur à bien spécifier qu’il devait être au repos un long moment et donc, ne faire aucun effort physique pendant un certain temps. ‘‘

Se glissant sur ses genoux pendant qu’il tenait toujours la petite contre lui, Vaënadiel lui prit le visage de ses mains et approcha son visage du sien de manière à ce qu’il n’y soit seulement que leur nez qui se touche. Elle lui sourit et continua en murmurant.

‘‘ Ton père est têtu, comme toi, alors il ne partira pas. ‘‘

L’embrassant tendrement, la jeune femme en profita pour lui voler Arya de bras et se détacha, lui faisant signe de tête de la suivre. Bien évidemment, Vaënadiel marchait tranquillement aux côtés de Liam qui était encore peu confiant dans ses pas. Ils montèrent l’escalier et se rendirent jusqu’à leur chambre. L’homme alla prendre place sur le lit et la druidesse ferma la porte d’un pied avant de venir le rejoindre. S’asseyant en croisant les jambes, ses yeux se posèrent sur Arya qui se réveillait et qui commençait à pleurer à cause de la faim. Faisant comme Melley lui avait montré, la jeune femme à la chevelure de neige dévoila une partie de sa poitrine et la petite fit son chemin d’elle-même, redevenant silencieuse alors que sa nouvelle mère fredonnait doucement.

Ce soir-là, le repas fut apporté aux chambres vu la nouvelle concernant le maître de la maison et son incident. Il fallait dire que c’était redevenu drôlement silencieux d’un coup et les seuls rares bruits venaient de la petite fille de Liam qui commençait d’ailleurs à sommeiller.

Allongée aux côtés de son homme, Arya confortablement installée entre eux, Vaë souriait doucement. Elle était si calme et si à l’aise avec l’enfant qu’elle se surprise elle-même. Dire qu’elle était nerveuse et avait si peur d’être mauvaise dans ce rôle. C’était venu tout seul ... et c’était comme si l’enfant ne venait pas d’un autre ventre que le sien, qu’elle caressait d’une main, croisant celle de Liam qui s’apposa dessus au même moment.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 21 Déc 2012 - 9:20


-Il ne vous laissera pas, Liam. Demain il reviendra à la maison avec ta mère et tu pourras jouer au gardien avec lui si tu veux. Le guérisseur à bien spécifier qu’il devait être au repos un long moment et donc, ne faire aucun effort physique pendant un certain temps.

Liam fût légèrement plus rassuré. Son père était toujours là et ne partirait pas et…il se promit de veiller sur lui comme lui l’avait fait durant ces mois difficiles. D’ailleurs, il manquerait un homme à la Garde…il était donc plus que temps que Liam y aille. Il se promit donc d’y aller dès le lendemain alors que Vaë grimpait sur ses genoux et prenait son visage entre ses mains, l’approchant pour que seuls leurs nez se touchent. Dans ses bras, Arya dormait toujours paisiblement. Vaë murmura :

-Ton père est têtu, comme toi, alors il ne partira pas.

Oui, Heïan était aussi têtu que lui, à se demander qui avait hérité de qui. Liam sourit légèrement et elle l’embrassa lentement, lui transmettant une force soudaine qu’il ne croyait plus posséder…et en se détachant, elle lui vola la petite des bras et se releva, lui faisant signe de suivre le mouvement. Il se leva à son tour, se tenant au dossier du meuble, avançant lentement mais prudemment. Il pouvait marcher seul, à condition de se tenir d’une main quelque part et de faire attention. Mais ça revenait. Quelques jours et il remarcherait normalement. De toute façon, il n’avait pas le choix, il devait aller travailler pour combler l’absence de son père et ramener de l’argent pour tout le monde. Pas que pour Vaë et la petite, mais pour ses parents, Elayne et Ephraïm aussi. Son père ne pourrait sans doute plus travailler, devant éviter les chocs, et Capitaine de la garde, c’était trop stressant. En montant les escaliers, il se dit que le lendemain il prendrait son poste et ferait les démarches pour qu’Omar prenne la place de son père. Personne d’autre n’était assez qualifié pour et puis…il lui avait tout de même sauvé la vie. Mais Liam se doutait aussi que son père ne serait pas vraiment d’accord. Comme lui, il n’aimait pas rester couché à rien faire…mais là c’était bien trop grave pour qu’il n’en fasse qu’à sa tête. La prochaine attaque de son cœur pouvait lui être fatale.

Entrant dans la chambre, il alla se coucher sur le lit, déjà essoufflé. Vaë le rejoint bien vite après avoir fermé la porte. Elle s’installa sur le lit au moment ou Arya s’éveillait et commençait à pleurer. Liam n’aimait déjà pas voir les larmes rouler sur ses petites joues roses, mais c’était son seul moyen de les prévenir qu’elle vait faim. En bonne mère, Vaë se dénuda de moitié et le bébé fît son chemin tout seul, commençant à téter goulûment. Elles étaient si mignonnes toutes les deux ! Vaë l’acceptait réellement comme sa propre fille…

Les domestiques apportèrent des plateaux repas dans les chambres, leur faisant part de leur soutien pour Heïan. La maison était horriblement silencieuse tout d’un coup, mis à part les petits hoquets d’Arya qui s’endormait lentement après avoir mangé. Vaë s’était allongée, la petite entre eux et avait posé une main sur son ventre, le caressant doucement. Liam leva sa main et croisa ses doigts à ceux de sa rose, lui souriant. Il serait là pour elle dans cette épreuve qu’était l’accouchement. Ils seraient tous là et ils l’aideraient. Elle n’avait pas à avoir peur…

Chez le guérisseur, Melley pleurait en silence, allongée à côté d’Heïan, un bras autour de son torse qui se soulevait lentement. Les enfants étaient partis depuis quelques temps et elle priait de toutes ses forces pour qu’il se réveille, qu’il lui fasse un signe quelconque.

Les yeux perdus dans le vide, rongée par cette peur affreuse de le perdre quand même, elle ne réagit pas tout de suite lorsqu’elle le sentit bouger et se tourner de côté. Elle croisa son regard et l’information mis quelques instants à frapper son cerveau. Il semblait confus, ne comprenant pas et elle se sentit sourire faiblement. Il était revenu...elle ne réussit qu’à murmurer :

-Tu es là ...

Il ne semblait réellement pas comprendre ce qu’il faisait là, n’avait pas l’air de se souvenir de ce qu’il avait eu. Il fronçait les sourcils et sa main se posa sur sa joue, essuyant les larmes qui poursuivaient inlassablement leur route sur ses joues. Elle ferma les yeux à ce contact, savourant cette chaleur qui s’en dégageait et écouta sa merveilleuse voix s’échapper de sa bouche, faible, mais bien là.

-Chhhht ... que s’est-il passé ?

Elle posa sa main sur celle déjà présente sur sa joue, ayant besoin de le sentir contre elle et elle lui répondit, toujours en un murmure :

-Tu as fait un malaise cardiaque mon coeur...sans Omar tu...tu...

Elle ne put terminer, les larmes reprenant de plus belle. Elle ne pouvait pas prononcer ce mot, ne le pouvait pas, ne voulait même pas imaginer qu’une telle réalité pouvait se produire ou aurait pu se produire…Heïan semblait comprendre à présent et avait fermé les yeux, réfléchissant. Mais il les garda clos si longtemps que Melley eut à nouveau peur, jusqu’à ce qu’il les rouvre et la regarde, serrant sa main.

-Pardonne-moi, Melley ... cesse de pleurer. Ça va ...

Elle perdit son sourire graduellement, ne s’arrêtant pas de pleurer. Il n’avait pas à s’excuser, il devait juste ne plus lui refaire un coup pareil…elle ne lui survivrait pas s’il disparaissait…elle serra à son tour sa main pour lui dire :

-J’ai eu tellement peur...peur de te perdre...pour de bon... comme quand tu as disparu, mais en pire...Heïan...je t’aime...

C’avait été bien pire que lorsqu’il avait disparu. Parce qu’à se moment-là, il n’avait pas retrouvé son corps sans vie donc tous les espoirs étaient permis mais là ils l’avaient vu s’écrouler, et son cœur avait cessé de battre jusqu’à ce qu’Omar parvienne à le faire repartir. D’ailleurs, Melley se jura de remercier cet homme pour tout ce qu’il avait fait. Rien qu’en l’invitant lui et les siens à dîner à la maison un jour, après le travail. Il réussit à dire :

-Moi aussi je t’aime, Melley

Et tout de suite après, il l’entoura de ses bras forts et protecteurs, approchant son visage du sien et l’embrassant tendrement, longtemps. Melley profita comme jamais, le retrouvant, se retrouvant, elle. Ils formaient un tout et si l’un d’eux partait, l’autre se retrouvait amputé d’un membre, coupé en deux. Lorsqu’il se détacha, le visage proche, le souffle court, il glissa une main derrière sa tête, caressant ses cheveux, la posant contre son torse. Son cœur battait vite dans sa poitrine et Melley l’entendait distinctement. Le merveilleux son d’un cœur qui bat…de toute manière, s’il partait elle irait le récupérer en enfer pour l’y renvoyer avec un coup de pied aux fesses pour lui avoir fait ça et seulement ensuite elle reviendrait le chercher pour qu’il reste avec elle ! (XD)

La nuit s’écoula lentement, Melley ne parvenant pas à dormir, ayant trop peur qu’il la quitte subitement. Elle caressait son torse, l’aidant à se calmer. Elle devait être là pour lui, le surveiller et le ménager. Elle le connaissait et savait qu’il serait contrarié de devoir rester au lit à rien faire, mais elle ne plaisantait pas avec ça. C’était pour son bien, comme à l’époque et elle était prête à le rattacher au lit et pour bien qu’il rougisse, devant toute la maisonnée. Ses enfants, leurs compagnons, les domestiques. Même ses hommes de la garde s’il le fallait. Mais cette fois, il fallait qu’il comprenne que c’était son cœur, que ce n’était pas rien. Elle ne le laisserait pas partir avant le moment venu ! Lorsqu’ils seraient tous deux plus que ridés, le dos voûté, chieurs, vautrés dans les fauteuils toute la journée ! Lorsque sa magnifique chevelure serait devenue grise voire blanche, lorsqu’il n’aura plus assez de force pour soulever un simple carton ! Seulement là, ils partiraient, ensemble. Sereinement.

Mais ça, ce n’était que pour dans quelques looooonnnnngues années.

Au matin, elle bougea dans ses bras en entendant la porte de la chambre s’ouvrir sur le guérisseur.

-Il s’est réveillé ? Demanda-t-il

Melley ne fît qu’acquiescer, se redressant pour voir qu’Heïan dormait, le visage calme, comme rassuré qu’elle soit là, la respiration tout à fait normale. Elle se détacha, se relevant pour laisser le guérisseur vérifier l’état de son mari. Elle défroissa ses habits et se recoiffa tant bien que mal avec ses doigts en attendant le verdict et les consignes :

-Tout est normal. Dès qu’il se réveillera, vous pourrez sortir et rentrer chez vous. Logiquement il devrait réussir à marcher, mais sinon quelqu’un viendra vous aider. A la maison, couchez-le dans son lit de préférence et veillez à ce qu’il y reste. Il doit à présent rester deux à trois jours sans rien faire, le temps que son organisme s’en remette complètement. Ensuite il pourra à nouveau marcher, faire de petites choses. Malheureusement, son emploi se trouve compromis…il peut continuer, mais en restant au bureau. La garde est trop stressante pour son cœur pour le moment. Il doit manger beaucoup de légumes, plus que d’habitude aussi. Et revenez me voir le mois prochain pour un contrôle de routine.

-Merci monsieur. Dit-elle en lui serrant la main.

-C’est tout naturel, madame.

Il sourit et s’en alla, lui donnant un formulaire à signer pour prendre la responsabilité et pouvoir sortir Heïan de là. Lorsqu’il se réveilla un bon quart d’heure après, elle lui sourit, les yeux secs. Elle n’avait plus de larmes en stock de toute façon, ayant trop pleuré la veille et la nuit passée. Elle lui prit la main, se penchant pour l’embrasser et retira des mèches de son front en disant :

-On va pouvoir rentrer mon cœur…mais il va falloir que tu restes couché…je sais que tu n’aimes pas mais…c’est pour ton bien. Le guérisseur à dit que les deux prochains jours tu ne devais rien faire sauf être au lit et te reposer.

Elle vit déjà le mécontentement sur son visage et lui sourit, désolée :

-Heïan…je…je ne rigole pas cette fois. Je t’ai attaché une fois au lit, je suis capable de recommencer. Je ne veux pas te perdre ! Ensuite tu pourras de nouveau marcher normalement, mais tu ne pourras plus faire trop de choses stressantes. Il faudra trouver une solution pour ton emploi…mais ça, nous verrons plus tard. Tu es prêt ?

Elle lui avait tout lancé d’un bloc, mais elle avait envie de parler, pour faire quelque chose, et elle ne lui avait même pas laissé le temps de répondre… Il hocha de la tête et elle l’aida à se redresser, le rhabillant mieux, l’aidant à enfiler son manteau. Il avait un peu de mal à marcher, et elle mit un de ses bras sur ses épaules pour le soutenir. Ils n’avaient pas besoin d’aide, elle était là pour lui. Remerciant le personnel, ils sortirent sous un vent frais, la neige crissant sous leurs pieds.

Elle le soutenait, même s’il parvenait à marcher convenablement. Mais le sentir contre elle, sa chaleur, son odeur, ça n’avait pas de prix…

Ils arrivèrent vite à la maison et furent accueillis joyeusement.

Assis dans le fauteuil avec Arya et Vaë, Liam priait et se demandait comment faire pour aller au poste de garde sans inquiéter les autres. Elayne et Ephraïm étaient en face, sa sœur contre le torse du nordique, et tout n’était que silence. Alors lorsqu’ils virent les deux adultes entrer, ils se levèrent rapidement, enfin sauf Liam qui mit plus de temps après avoir confié Arya à sa rose, et ils enlacèrent Heïan, heureux de le retrouver. Liam prit le relais de sa mère pour transporter son père à l’étage, malgré les réticences. Il pouvait faire ça. Lentement, ils gravirent les marches et Liam aida son père à se coucher sur son lit, lui souriant. Il allait payer sa dette. Il allait aider son paternel de la même manière que lui l’avait fait. Ca il se l’était juré.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 21 Déc 2012 - 18:09

Back to home, go to bed... part.1

Lentement, mais sûrement, Heïan sombrait dans le sommeil tout en sentant la chaleur de sa douce qui l’enveloppait. Elle, cependant, n’eut pas le même loisir à cause du choque qu’avait provoqué la nouvelle d’Omar quand il avait débarqué dans le salon pour annoncer la nouvelle à la famille. La main qui caressait doucement son torse fut en partie responsable du fait qu’il s’endorme, tout comme les yeux protecteurs qui ne le lâchaient nullement. Ainsi, Melley dut se taper une nuit blanche dans le seul but d’être certaine que le coeur de son époux ne lâcherait pas une seconde fois et aussi pour de bon. Le lendemain matin, Heïan fut réveillé par une conversation qui se faisait de plus en plus présente à ses oreilles, mais s’endormit l’espace de quelques minutes lorsqu’elle disparut. C’était l’absence de chaleur à ses côtés qui le força à ouvrir les yeux. S’asseyant sur le bord du lit, dévêtu seulement du haut de corps, l’homme s’étira puis vit sa femme s’approcher de lui. Les yeux de celles-ci étaient bouffis, cernés d’une nuit sans sommeil et les traits de son visage étaient fatigués. Prenant alors sa main, Melley se pencha pour l’embrasser, dégageant par la même occasion son front d’une mèche de cheveux qui cachait une partie de son oeil gauche. Sa main dans la sienne et la serrant, elle dit :

‘‘ On va pouvoir rentrer mon cœur…mais il va falloir que tu restes couché…je sais que tu n’aimes pas, mais…c’est pour ton bien. Le guérisseur a dit que les deux prochains jours tu ne devais rien faire sauf être au lit et te reposer. ‘‘

Ah non ! Pas encore une fois ? Rien faire pour le guérisseur voulait-il dire rien du tout ? Parce que là, il allait fatiguer. Oui il était calme, mais rester cloué dans un lit à regarder le plafond au risque que son coeur explose, oh ça non. Enfin ..., il ferait le strict minimum ou ... en profiterait pour dormir après la semaine de fou que lui et sa famille avaient eu. Mécontent de cet aveu, Heïan n’eut droit qu’à un sourire désolé de la part de sa chère épouse puis elle poursuivit:

‘‘ Heïan…je…je ne rigole pas cette fois. Je t’ai attaché une fois au lit, je suis capable de recommencer. Je ne veux pas te perdre ! Ensuite tu pourras de nouveau marcher normalement, mais tu ne pourras plus faire trop de choses stressantes. Il faudra trouver une solution pour ton emploi…mais ça, nous verrons plus tard. Tu es prêt ? ‘‘

Melley avait tout défilé d’un seul coup, ne lui laissant même pas le temps d’argumenter sur quoi que ce soit. Pour le moment, il fallait déjà que les parents s’en retournent à la maison pour ne pas inquiéter davantage les jeunes qui devaient se faire un sang d’encre à la villa. Pauvre Liam ... comme si avait pas eu suffisamment d’émotions depuis les dernières semaines, tout comme Vaënadiel. Alors, Heïan ne fit que hocher la tête et se redressa avec l’aide de Melley qui fit de même pour ses vêtements. Bien qu’il avait encore un bon équilibre, Melley prit tout de même l’un de ses bras pour le poser sur ses épaules. D’un simple sourire, il la remercia puis ils purent sortir de la petite chambre, remerciant les gens de la place au passage pour se retrouver à l’extérieur. La tempête était morte au courant de la nuit et leurs pas s’enfonçaient légèrement dans ce grand manteau blanc. Le soleil amorçait toujours son ascension dans un ciel dénué de nuages. Humant l’air frais du matin, Heïan colla davantage sa femme contre lui, non pas pour le soutien, mais pour le seul fait qu’il la voulait un peu plus près de lui.

La villa se faisait près et bientôt ils furent dans le hall d’entrée où quelques domestiques les acceuillièrent avec le sourire. On leur enleva leur manteau. Les bruits de pas rapide ne tardèrent pas à se faire entendre et Elayne fut la première à lui pendre au cou en pleurant à chaudes larmes. Liam fut le suivant alors que les nordiques étaient restés dans le salon pour leur laisser ce moment préviligié en famille. Le jeune homme prit alors le relais de sa mère, mais son père voulut s’interposer:

‘‘ Liam, ça va. Je suis capable de monter l’escalier seul ... tu dois te reposer toi aussi. ‘‘

Mais rien à faire. Liam avait passé son bras sous son épaule droite et posait sa main dans son dos pour l’aider à gravir l’escalier qui menait au second étage. Ce fut le souffle court que le maître de famille se laissa allongé sur le lit. Soupirant de découragement alors que son fils lui souriait, ses yeux violets se posèrent sur lui.

‘‘ Merci, Liam et ... désolé de t’avoir aussi inquiété. Je me suis surmené il faut croire ... ‘‘

Le chevalier secoua la tête, comme si ce n’était rien et qu’il n’avait pas à s’excuser, mais les situations dans lesquelles s’était retrouvé son fils l’inquiétaient à un point tel que son esprit n’arrivait plus à décrocher. De ce fait, il ne dormait presque pas dans ses nuits et se levait le matin pour retourner au travail afin de se casser trois fois plus la tête. Ses enfants, sa femme et leur bonheur étaient sa priorité alors il se fichait bien de son état de santé. Mais maintenant, l’histoire était tout autre et s’il ne faisait pas attention, il briserait une importante promesse qu’il se devait à tout prix de respecter. Et puis, il ne pouvait pas partir avant d’avoir pu connaître le deuxième enfant de son cher fils, d’avoir vu le mariage de ses deux enfants et d’avoir vu grandir ses petits-enfants.

‘‘ Je me sens d’un coup affreusement vieux ... ‘‘

Il avait déjà 51ans et bientôt, il aurait une année de plus. Une main sous la tête et l’autre sur son ventre, Heïan inspira profondément et ferma les yeux un long moment. Lorsqu’il les rouvrit, c’était pour voir que sa femme et sa fille s’étaient glissées sur le lit en souriant. Tout ce beau monde était bien silencieux et Heïan comprit.

‘‘ Je serai sage. C’est promis. ‘‘

Dans le couloir, on entendit des bruits de pas; quelqu’un qui courait. Une voix s’élevait d’en bas, mais personne n’avait compris ce que la domestique hurlait. Une masse noire s’arrête brusquement devant la porte de la chambre et le géant entra essoufflé et s’excusant du regard à toute la famille. Heïan s’asseya au bord du lit puis se hissa sur ses jambes en voyant son collègue de travail. Celui-ci vint le prendre fermement dans ses bras, l’étouffant presque. Pour Omar, Heïan était le frère qu’il n’avait jamais eu et son plus grand ami. Se détachant enfin de lui, les mains sur les épaules, le grand homme le regarda avec un sérieux sans pareil.

‘‘ Ne me refais plus jamais le coup ! Je ne garantis pas que je ne défoncerai pas le poitrail la prochaine fois ! ‘‘

Heïan parut surpris sur le coup et un sourire amusé se dessina enfin sur ses lèvres en même temps que celui d’Omar. Les deux hommes s’esclaffèrent, les poings sur les hanches et le visage dans les airs avant de reprendre tout deux un regard sérieux. Ils avaient l'air de deux cinglés en plein délire.

‘‘ Je suis intuable ! Tu devrais le savoir depuis le temps. ‘‘

‘‘ Oh que non, tu as plusieurs vies. Nuance ! ‘‘

‘‘ Alors là, je ne sais plus quoi dire ... ‘‘ Visiblement bouche bée.

Mais ils se remirent à rire et ils se firent un câlin de mâle en se tapant fortement le dos avant de se détacher pour une seconde fois. Omar reprit un peu plus de sérieux, soulagé et souriant de revoir son frère d’armes parmi les vivants.

‘‘ Comment te sens-tu, vieux ? ‘‘

‘‘ Je vais bien ... grâce à toi. J’ai encore une dette envers toi, Omar. J’en suis à combien là ? ‘‘

‘‘ Deux ‘‘ Dit-il. ‘‘ Mais je m’en fiche, tu ne me dois rien. Des frères ne se doivent rien, Heïan. ‘‘ Bien qu’il voyait Heïan la tête de mule revenir de par cette lueur dans ses yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 21 Déc 2012 - 19:00


Liam regarda son père, allongé sur le lit, reprendre son souffle. C'était la première fois que le jeune homme voyait son père comme…un vieil homme. Oui, un vieil homme et non plus le père fougueux avec qui il se battait constamment. Ses yeux vifs se posèrent néanmoins sur lui pour dire :

-Merci, Liam et ... désolé de t’avoir aussi inquiété. Je me suis surmené il faut croire ...

Le chevalier ne fît que bouger la tête pour signifier que ce n'était rien. C'était…par sa faute principalement si son père s'était surmené. S'il n'avait pas plongé dans le piège de Keira, s'il n'avait pas sombré de moitié dans la folie…son père n'aurait pas fait de malaise. Il n'aurait pas inquiété sa mère ni ses enfants et leurs invités. En parlant de folie, la chose était toujours bien là, ne pensez pas le contraire. Elle était juste…en veille apparemment.

-Je me sens d’un coup affreusement vieux ...

Liam ne put que sourire légèrement en regardant son père fermer les yeux. D'ailleurs ce fût si soudain que Liam eut peur et se rapprocha, vérifiant que son cœur battait toujours. Ca y est, ils allaient tous devenir parano et Heïan ne pourrait même plus dormir en paix sans que l'on prenne son pouls toutes les dix secondes. Souriant seul il alla regarder par la fenêtre en attendant et entendit bien vite des bruits de pas. Se tournant, il vit sa mère et sa sœur entrer dans la pièce, lui souriant puis allant voir leur père et mari, s'asseyant sur le lit. Il vint les rejoindre et admira le tableau de la famille réunie. Les parents et les enfants…Vaë et Ephraïm étaient restés en bas avec Arya.

Lorsque son père ouvrit les yeux et les aperçut, il dit :

-Je serai sage. C’est promis.

Il avait un peu…disons…intérêt ? Mais Liam ne put lui lancer de boutade que des bruits de pas se firent entendre dans le couloir et tous s'interrogèrent, jusqu'à ce qu'un géant fasse irruption dans la pièce. Le géant en question était l'ange gardien d'Heïan : Omar.
Le Capitaine se releva lentement et son collègue le serra dans ses bras, si fort que Liam crut un moment que son père allait se casser comme une brindille. Et lorsqu'il le libéra, se fût pour le prendre par les épaules et lui dire, très très très sérieux :

-Ne me refais plus jamais le coup ! Je ne garantis pas que je ne défoncerai pas le poitrail la prochaine fois !

Ils partirent dans un fou rire, faisant sourire le reste des spectateurs. Revoir Heïan en forme était…un cadeau pour eux tous. Les deux amis commencèrent à se lancer des piques en riant, se claquant le dos comme de vrais hommes. Cependant, lorsque le géant déclara qu'Heïan ne lui devait rien, Melley s'interposa :

-Monsieur Omar…vous avez contribué à la résolution de nos problèmes, réussi à faire sortir notre fils de l'asile, sauvé la vie de mon mari et bien plus encore…je ne peux me permettre de simplement vous dire merci. Non je souhaiterais vous inviter, vous et votre petite famille, à venir manger un de ces soirs à notre table.

Le géant parut affreusement gêné, ce qui fît rire Heïan qui le claqua encore une fois dans le dos avant de se rasseoir sur le lit. Ils discutèrent de tout et de rien une fois que le géant eut balbutié un "c'est…trop gentil…" et au bout de quelques minutes il s'en alla, devant reprendre son poste.

Liam l'accompagna en bas et en descendant il lui dit :

-Monsieur euh…déjà je voulais vous remercier et puis…mon père ne pourra plus exercer ses fonctions comme il en avait l'habitude…

Omar le regarda, attendant une suite. Il observait le jeune homme et se demandait ou était passé la folie. Surtout que lui, il l'avait vu en pleine crise…

-Je voulais savoir si je pouvais prendre mon poste pour combler son absence…

-Sûr que des hommes en plus ça fait pas de mal. Ton père reviendra de toute manière au poste il est trop têtu pour resté enfermé ici. Je me chargerais de tout ce qui est patrouille et formation, et je lui donnerais plus tout ce qui est paperasse dans un premier temps. Donc oui tu peux venir. Mais…as-tu suffisamment récupéré ?

Liam le regarda tandis qu'il ouvrait la porte. Récupéré…il tenait sur ses jambes, parvenait à marcher presque sans se tenir. Il était encore trop maigre mais ça…à la rigueur on s'en fichait. Quoique…Avec le froid hivernal, la graisse n'était pas en trop. Rien qu'à l'entrée de la porte il grelottait. Mais il répondit :

-Suffisamment pour atteindre vos objectifs.

-Bien. Alors viens me voir demain si tu peux.

Liam le remercia et le salua, le regardant partir. Il retourna ensuite au salon ou l'attendait sa rose et son frère. Tous deux riaient en voyant Arya tenter de prendre une mèche de cheveux dans ses petites mains. Embrassant Vaë, Liam lui vola la petite, tous sourires. Il chatouilla son petit ventre et elle gigotait en tous sens, comme une folle. Elle n'avait qu'une semaine pratiquement, mais ses yeux s'éclaircissaient déjà. Ses cheveux quant à eux restaient aussi noirs que ceux de son père…

A midi, Elayne descendit juste pour apporter un plateau repas à ses parents, restés en haut. Les jeunes mangèrent donc ensemble et croyez-moi…les conversations volèrent très, mais alors très bas…certaines faisaient même rougir les jeunes femmes ! Mais après les semaines d'enfer vécues, ils s'en fichaient et riaient de bon cœur…

En haut, Melley nourrissait son mari comme un nouveau-né. Elle voyait bien qu'il avait envie de râler parce qu'il était assez grand pour le faire mais bon…elle s'amusait tout de même à l'embêter, aimant voir cette lueur de fausse bouderie dans ses yeux. Et…la nostalgie…ça lui faisait penser au passé, lorsqu'elle nourrissait les jumeaux de la même manière…peut-être pourrait-elle recommencer avec Arya ou le futur bébé de Vaë, dans quelques temps…
En fait, elle avait surtout envie de le taquiner et de rire après cette peur bleue qu'elle avait eue. Et puis…la nuit blanche n'aidait pas son cerveau qui était à plat.

Lorsqu'il eut finit, elle se rapprocha et l'embrassa, pour ensuite murmurer :

-Alors mon papy que j'aime à bien mangé ?

Elle souriait et vit très bien qu'il faisait semblant de se vexer. Mais elle avait trop envie de rire et tous sourires elle poursuivit :

-Il faut manger pour que papy reprenne des forces…sinon ce ne sera plus son fiston la chochotte…

Elle souriait et comme prévu il se vengea en l'enfermant dans ses bras et la faisant basculer sur le lit. Ah oui, papy avait conservé toutes ses forces…elle le traitait de papy mais elle n'était guère mieux…

-Tu sais papy a besoin de sa mamie…et mamie a besoin de papy…alors encore un coup comme ça et…je te tue !

Il parut surpris et elle se rapprocha, l'embrassant tendrement et longuement, collant le corps d'Heïan au sien. Il était rare qu'elle le taquine de la sorte, mais…elle n'en pouvait plus des tensions et du stress…elle voulait profiter de sa présence…les jeunes sauraient s'occuper durant l'après-midi tranquillement, veillant les uns sur les autres, veillant sur Arya et sur Vaë qui était enceinte de six mois et demi. Elle pouvait donc rester avec son papy adoré sans se sentir coupable…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 22 Déc 2012 - 4:50

Back to home, go to bed... part.2

Heïan n’eut le temps que de commencer à ouvrir la bouche pour rétorquer, mais sa femme le devança une seconde plus tôt. Les deux hommes tournèrent alors leur regard vers Melley qui s’était légèrement approché d’eux, croisant ses doigts entre ceux de son époux qui eut un léger sourire sur le coin des lèvres.

‘‘ Monsieur Omar…vous avez contribué à la résolution de nos problèmes, réussi à faire sortir notre fils de l’asile, sauvé la vie de mon mari et bien plus encore…je ne peux me permettre de simplement vous dire merci. Non je souhaiterais vous inviter, vous et votre petite famille, à venir manger un de ces soirs à notre table. ‘‘

L’air que piquait Omar valait de l’or, car jamais son supérieur ne l’avait vu dans un tel état. Il était gêné, certes, mais de l’autre côté il était plus qu’honoré de recevoir cette invitation. Lui donnant une nouvelle claque dans le dos en s’esclaffant, Heïan alla s’assoir sur le bord du lit. Ses jambes avaient besoin d’un peu de repos après le choc de la veille. Elayne s’était hissé sur ses genoux et serrait le cou de son père entre ses bras. Leurs deux regards violets regardaient le géant qui cherchait toujours quoi dire, muet depuis l’invitation de Melley. Il soupira et finit par esquisser un sourire.

‘‘ C’est ... trop gentil ... ‘‘

‘‘ Omar, c’est le moins que nous puissions faire. Ton aide a été plus que précieuse au courant des derniers mois et les mots ne peuvent pas exprimer ma gratitude à ton égard. Merci ... mon ami. ‘‘

‘‘ Arrête, tu vas me faire brailler par tous les dieux ! ‘‘ Lâcha t-il en reniflant.

Discutant un court instant d’un peu n’importe quoi, Omar dut s’excuser afin de retourner en poste, car oui, il avait faussé compagnie à ses frères d’armes après que le guérisseur l’eut averti que son chef était retourné à la maison. Ce fut Liam qui le raccompagna jusqu’à l’entrée. D’ailleurs, il lui semblait que le fils d’Heïan avait perdu beaucoup de poids depuis la dernière fois qu’il l’avait vu. Était-ce à cause de la maltraitance qu’il avait reçu durant son séjour chez les aliénés ? Certainement. Il fallait dire qu’il n’y avait pas vraiment d’autres options hormis celle-ci. Une fois prêt à sortir, le jeune homme ouvrit la bouche. Omar tourna donc ses yeux argentés vers lui et l’écouta.

‘‘ Monsieur euh…déjà je voulais vous remercier et puis…mon père ne pourra plus exercer ses fonctions comme il en avait l’habitude… ‘‘

Croisant les bras sur son torse, le géant attendit qu’il poursuive, car il savait qu’il avait quelque chose à demander. D’ailleurs, Liam semblait être redevenu le même homme qu’il était autrefois; calme et posé. Il fallait dire que la dernière fois qu’il l’avait vu, le jeune avait fait une crise que jamais il n’aurait pensé voir chez un être humain et encore là, il ne s’agissait certainement pas de la pire que Liam avait faite. Celui-ci poursuivit alors:

‘‘ Je voulais savoir si je pouvais prendre mon poste pour combler son absence… ‘‘

‘‘ Sûr que des hommes en plus ça ne fait pas de mal. Ton père reviendra de toute manière au poste il est trop têtu pour resté enfermé ici. Je me chargerai de tout ce qui est patrouille et formation, et je lui donnerai plus tout ce qui est paperasse dans un premier temps. Donc oui tu peux venir. Mais…as-tu suffisamment récupéré ? ‘‘

En même temps qu’il posa sa question, Omar tourna la poignée pour ouvrir légèrement la porte d’entrée. L’air frais de l’hiver pénétrait dans la demeure. Tirant alors le capuchon de sa cape, Omar écouta sa réponse.

‘‘ Suffisamment pour atteindre vos objectifs. ‘‘

‘‘ Bien. Alors, viens me voir demain si tu peux. ‘‘ Dit-il, sourire en coin.

La porte s’ouvrit toute grande et une bourrasque de vent entra alors que le géant sortait, ses bottes s’enfonçant dans la neige et de minces filets de fumée s’échappant de l’ombre de son capuchon dû à sa respiration. De la fenêtre du salon, les nordiques purent voir Omar partir et leur regard dans les teintes de bleu se posa ensuite sur Liam qui était venu les rejoindre au lieu de monter à l’étage. Arya tentait de prendre une mèche de la longue chevelure blanche de la druidesse qui riait doucement en voyant qu’elle n’y arrivait pas. Se penchant vers elle, Liam lui donna un baiser et profita de ce moment pour lui prendre la petite des bras délicatement. Son sourire était radieux, tout comme ses yeux dorés qui brillaient de mille feux depuis son retour des enfers. S’installant à côté d’elle, Vaënadiel observa son homme s’occuper de sa petite fille. C’était si mignon de le voir dans cet état, de voir qu’il prenait plaisir à jouer avec son enfant alors qu’il avait si peur de ne pas être capable de lui donner l’affection dont un enfant avait besoin. Certes il n’aimait pas la mère naturelle de l’enfant, mais Arya n’était pas et ne deviendrait pas comme Keira. Deux heures filèrent et les domestiques commençaient à préparer la table. Elayne venait de descendre pour rejoindre elle aussi son homme, entourant son cou de ses bras. Eph’ avait penché la tête vers l’arrière afin de la voir et elle lui avait donné un baiser, lui souriant tendrement. Elle était tellement heureuse ... qui aurait cru qu’elle serait tombée sous le charme du frère de sa belle-soeur ? C’était étrange, mais on ne choisit pas de qui on tombe amoureux apparemment.

Lorsque midi sonna, Elayne disparue encore un moment avant de porter un plateau-repas à ses parents puis était redescendu prendre place aux côtés d’Ephraïm qui se débrouillaient de mieux en mieux avec les couverts et comme les vieux n’étaient pas présents, ils ne se gênèrent pas d’aborder certains sujets. Au final, ça faisait du bien, car ils riaient de nouveau, se retrouvant comme auparavant; dans la bonne humeur.

Dans la chambre des maîtres, l’atmosphère était quelque peu différente en partie à cause du silence. Heïan s’était fait enlever sa cuillère des mains, tout comme la fourchette et le couteau par son épouse qui tenait absolument à le nourrir par elle-même. Il était capable de se tenir debout et donc de manger ! Se retenant pour ne pas râler, le soldat au repos se laissa faire avec une moue qui la faisait bien rire apparemment. Au fil des minutes, elle voyait son sourire s’étirer de plus en plus; Melley allait finir par dire quelque chose, il le sentait alors il attendit jusqu’à se ce qu’elle pose les couverts sur le plateau et qu’elle le change de place. Chose faite, la femme s’approcha et vint l’embrasser, murmurant ensuite:

‘‘ Alors mon papy que j’aime à bien mangé ? ‘‘

Attendez ... qu’est-ce qu’elle venait de dire là ? Avait-il vraiment entendu le mot papy ? Il fronça les sourcils d’un seul coup et pinça les lèvres bien qu’il n’était pas vexé. Comment pouvait-il être en colère ou quoi que ce soit d’autre de ce genre envers sa femme ? Le sourire de Melley s’étira davantage et elle poursuivit, connaissant très bien la réaction prochaine qu’il aurait.

‘‘ Il faut manger pour que papy reprenne des forces…sinon ce ne sera plus son fiston la chochotte… ‘‘

Alors là ! Elle venait de dire LE mot tabou de la famille Kreiss; chochotte. Lui ?! Une chochotte ?! Pas avant d’avoir 70 ans et plus aucune dent. Alors non, il n’était pas une chochotte. Heïan l’emprisonna alors dans ses bras et la fit basculer sur les draps à ses côtés après s’être laissé tomber sur le dos. Tourné sur le côté, l’homme ne lâcha aucunement son épouse et la regarda dans le blanc des yeux. Il était peut-être un papy, mais il n’était certainement pas ce qu’elle disait ce qu’il risquait d’être et puis il allait très bien. Il devait seulement faire attention pour ne pas faire trop d’efforts physiques demandant beaucoup au coeur ainsi que rester loin des sources de grand stress. Souriant tendrement, Melley murmura ensuite :

‘‘ Tu sais papy a besoin de sa mamie…et mamie a besoin de papy…alors encore un coup comme ça et…je te tue ! ‘‘

Les yeux d’Heïan se rondirent quelque peu à l’écoute de ses dernières paroles et il n’eut nullement le temps de répondre que Melley posait ses lèvres sur les siennes, l’embrassant tendrement et faisant durer le tout. Elle se fit alors d’un coup plus proche et il resserra son étreinte autour de sa taille qui n’avait pas perdu de sa finesse. Détachant légèrement sa bouche de la sienne, leurs lèvres s’effleurant toujours, Heïan lui murmura alors, d’un sourire en coin :

‘‘ Je doute que mamie fasse une telle chose à papy, car elle a justement besoin de lui. ‘‘

Il l’embrassa de nouveau, caressant ses cheveux doucement, puis accota sa tête contre l’oreiller et l’admira. Sa main caressait sa joue délicatement et ses doigts tracèrent le contour de sa fine mâchoire pour terminer sur ses lèvres.

‘‘ Papy chochotte aime sa mamie poule comme jamais et ce, jusqu’à ce qu’à sa mort. ‘‘

Heïan lui sourit et déposa un baiser sur ses lèvres avant d’enfouir son visage au creux du cou de sa femme, l’entourant toujours de ses bras. Finalement, ces jours de congé ne feraient certainement pas de tort puisqu’il y avait longtemps qu’il n’avait pas pris le temps de se calmer l’esprit et de profiter de la seule présence de sa femme, sans se soucier du reste. Il n’avait qu’à fermer les yeux et se laisser porter par les caresses dans ses cheveux en bataille ainsi que la douce odeur de la femme de sa vie.

En ce qui concernait les jeunes, ils allèrent faire un tour à l’extérieur afin de se dégourdir les jambes et aussi parce qu’Elayne avait envie d’acheter des vêtements pour Arya et pour l’enfant à venir de Vaënadiel. Son ventre était déjà bien rond après ces six de grossesse, plus quelques semaines. Elle marchait un peu plus lentement, car elle s’épuisait plus rapidement qu’auparavant, mais bon. Ce n’était pas ce qui la dérangeait. Tenant la main de son amoureux qui marchait tout aussi longtemps, ils se rendirent à la foire où certains les approchèrent pour leur demander pardon. La druidesse leur souriait, n’étant nullement rancunière. Le passé était derrière maintenant et il fallait avancer. Ils passèrent donc l’après-midi à chercher des effets et s’en retournèrent à la maison quand ils remarquèrent que Vaënadiel ne regardait plus partout; signe de fatigue. Ils mangèrent donc tranquillement, des domestiques allant porter le repas aux parents et les jeunes profitèrent du feu. Les nordiques apprenaient enseignait quelques mots dans leur langue natale. Ils ne manquèrent pas de s’amuser puis ensuite Vaënadiel leur faussa compagnie, plus qu’exténuée, et puis elle devait nourrir la fille de son amoureux, avant de se mettre elle-même au lit. Souhaitant donc la bonne nuit à ce petit monde, la druidesse monta à l’étage avec Arya dans les bras qui commençaient à pleurer.

Le lendemain matin, Vaënadiel était blotti dans les bras de Liam. Melley était passé chercher la petite en pleine nuit alors que la druidesse était sortie pour se rendre dans la bibliothèque, ne voulant pas réveiller son homme. La mère avait donc pris le relais et puis les parents étaient plus qu’heureux de la garder avec eux; leur petite fille. Mais le chevalier se leva à son plus grand malheur et se dirigea vers la salle de bain pour filer sous la douche. N’ayant pas demandé son avis, Vaë l’avait rejoint et l’avait enlacé par-derrière.

‘‘ Tu es bien matinal, mon loup ‘‘ Dit-elle en posant ses lèvres dans son dos puis collant sa joue sur sa peau humide.

Mais elle ne posa pas plus de questions, l’aidant à se laver, se sécher puis s’habiller. Ils descendirent au rez-de-chaussée puis retrouva Melley qui attendait patiemment sur le fauteuil. La jeune femme à la chevelure de neige s’approcha alors et la prit, se cachant sous une couverture pour allaiter tranquillement sans en dévoiler trop aux résidents et aux domestiques. Liam la prit par la suite et lui fit son rot puis dit qu’il devait quitter pour une heure ou deux. Sauf que Vaë n’était pas dupe, elle l’avait entendu parler à Omar. Elayne était venu les rejoindre au salon avec Ephraïm et la druidesse leur laissa la petite, suivant Liam jusqu’à l’entrée. L’air piteux, la jeune femme le regarda de ses yeux aqua et hésita un instant avant de lui bloquer l’accès à la porte.

‘‘ Liam ... tu ne serais pas mieux d’attendre que ton père soit rétabli avant d’y aller ? Ainsi, tu aurais le temps de récupérer. ‘‘

Mais il ne semblait pas du même avis qu’elle. Alors, restant sur place, elle attendit tout simplement qu’il dise quelque chose qui la ferait changer d’avis.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 22 Déc 2012 - 11:00


Toujours blottie contre son papy adoré, Melley profitait comme convenu. Lorsqu'il se détacha légèrement, leurs lèvres restant infiniment proches l'une de l'autre, avides de recommencer, il murmura :

-Je doute que mamie fasse une telle chose à papy, car elle a justement besoin de lui.

Ce n'était…pas faux. Jamais Melley ne pourrait faire une telle chose de toute manière…leurs lèvres se retrouvèrent une nouvelle fois et il reposa sa tête sur l'oreiller, la regardant en souriant. Sa main se leva, se posant sur sa joue et la caressant, se dirigeant sur ses lèvres qu'il caressa également. Melley aimait lorsqu'il faisait cela, elle aimait voir son regard pétiller comme au premier jour…jamais elle n'avait cru possible qu'un amour dure éternellement. Pas avec tout ce qui se passait dans le monde, pas avec tous ses problèmes. Mais eux, ils semblaient être dans leur bulle et leur amour ne déclinait pas, bien au contraire. Et cela faisait leur force.

- Papy chochotte aime sa mamie poule comme jamais et ce, jusqu’à ce qu’à sa mort.

Elle sourit en réponse au sien tandis qu'il l'embrassait encore une fois. Mamie poule…ils étaient un beau poulailler c'était pas faux…et lui ? Il était papy chochotte le coq de la basse-cour ? Elle ne put poursuivre sur sa lancée, qu'il avait plongé sa tête dans son cou, la serrant un peu plus dans ses bras forts. Elle le laissa se détendre et se reposer, caressant ses cheveux en bataille qu'elle aimait tant. C'était comme s'ils étaient revenus des années en arrière, lorsqu'ils n'étaient qu'eux et ne se quittaient pas d'une semelle…

En bas, les jeunes avaient décidé d'aller se promener en ville. Elayne voulait acheter des habits pour Arya et le futur nouveau-né, et puis ainsi ils pourraient tous se dégourdir les jambes. Liam aurait voulu emmener sa fille avec eux, mais ils n'avaient pas de poussette et la porter dans leur bras n'était pas pratique, surtout par ce temps. Et il…avait peur de ce que les gens diraient…alors ils confièrent Arya à une domestique qui fût ravie de pouvoir s'en occuper. Ils n'allaient pas déranger leurs parents, restés à l'étage. Liam voulait tout faire pour qu'ils puissent rester entre eux et ne penser à rien d'autre qu'à eux. Et le lendemain, il irait travailler, pour pallier l'absence de son père, lui montrer qu'il était là pour lui et puis…pour ramener de l'argent pour tout le monde…

Main dans la main avec sa rose, ils déambulèrent dans les rues enneigées de Beolan, se faufilant dans la foire. Liam marchait lentement, tout comme Vaë. Elle avait ce ventre proéminent des femmes enceintes de six mois et demi et cela commençait à se faire ressentir. Mais il était là et ne la laisserait pas. Devant, Elayne et Ephraïm marchaient aussi main dans la main, regardant tout, s'émerveillant sur tout. Ils se faisaient aborder par les passants qui voulaient se faire pardonner leur attitude et leur souhaiter tout le bonheur possible après ses moments difficiles. Liam les remerciaient poliment, mais au fond de lui, la chose cognait pour qu'il leur en tienne rigueur, parce que…c'était facile de tourner sa veste au moindre changement de vent. Mais Vaë, non rancunière, leur souriait et reprenait la route. Les deux femmes trouvèrent bien vite leur bonheur, les hommes riant entre eux parce que…les vêtements n'étaient pas leur centre d'intérêt premier…
Mais au bout de quelques heures, la fatigue se faisait ressentir. Les hommes étaient chargés de tous les sacs de vêtements et Vaë ne regardait plus partout. Elle était épuisée la pauvre. Ils se hâtèrent donc de rentrer. Liam avait aussi mal dans les jambes, mais ne disait rien, parce qu'il devait se forcer pour être en forme pour le lendemain.

Arrivés au manoir, ils s'installèrent près du feu et parlèrent tranquillement, les nordiques apprenant leur langue aux jumeaux dans de beaux éclats de rire. Il fallait dire que leur accent n'arrangeait pas les choses… Ils mangèrent aussi lentement, les domestiques emportant un plateau pour les maîtres de maison restés en haut. Mais Vaë était réellement éreintée et les quitta vite, après un dernier baiser à Liam. Elle prit Arya dans ses bras et l'emmena à l'étage, pour la nourrir parce que celle-ci commençait à pleurer.

Liam resta un certain temps encore avec sa sœur et son amoureux, mais les laissa également en privé. Il voyait bien qu'ils avaient envie de se bécoter en privé…il rejoignit donc sa douce moitié, qui dormait comme un loir dans le lit, Arya à ses côtés. Il resta un instant immobile à les contempler. Elles étaient si belles, si paisibles…et Vaë s'en occupait si bien…et lui aussi, contre toute attente, parvenait à donner de l'affection à la petite. Il ressentait ce que son père lui avait décrit, quelques mois auparavant. Ce lien qui l'unissait à sa fille…et il se disait que plus tard, lorsqu'elle serait prête, il lui dirait la vérité. Sur sa vraie mère…

Mais pour l'heure il alla se changer et il se glissa dans le lit, un bras protecteur passé au-dessus des deux femmes de sa vie, plus le petit qui allait bientôt arriver.
Il dormit profondément, n'entendant pas Vaë se lever en pleine nuit avec la petite.

Melley et Heïan gardèrent ainsi Arya, ravis de s'en occuper et puis…papy et mamie devait jouer leur rôle ! Et oui le coup de vieux c'était maintenant et encore pire lorsque Vaë accoucherait. Et ENCORE pire lorsqu'ils se marieraient à l'église…

Enfin bref, Liam s'éveilla en douceur, l'odeur de sa rose dans les narines. Il ouvrit les yeux et se décolla d'elle lentement, faisant attention à ne pas la réveiller. Il devait être prêt pour prendre son poste.
Il se déshabilla et entra sous la douche, commençant à se mouiller lorsqu'il sentit des bras l'enlacer par derrière. Il sourit alors qu'elle disait :

-Tu es bien matinal, mon loup.

Il ne répondit rien, désolé de l'avoir réveillée. Mais il frissonna lorsqu'elle déposa un baiser sur son dos, posant sa joue contre lui tendrement. Heureusement elle ne posa pas plus de question et ils se lavèrent, se séchèrent et s'habillèrent ensemble, Liam ne pouvant s'empêcher de poser sa main sur ce ventre et de sentir les coups que l'enfant donnait à sa mère, déjà pressé de sortir.

En descendant, ils découvrirent Melley assise dans le fauteuil, Arya dans les bras. Heïan devait sans doute dormir encore…la nordique s'approcha et prit doucement le bébé dans ses bras, s'installant à côté de la mère et se couvrant d'une couverture pour allaiter sans risque de se dévoiler à toute la maisonnée. Arya tétait goulûment et Liam, en parfait novice, se demandait si Vaë pourrait encore nourrir son bébé. Si non, il s'en voudrait encore plus…

Lorsqu'elle eut finit de manger, Liam prit sa fille dans ses bras, la posant contre son épaule pour qu'elle fasse son petit rot. Qu'est-ce qu'il aimait sentir ce petit corps contre lui ! Sentir cette vie toute nouvelle, ce cœur battre !

Il la redonna cependant à sa mère adoptive, lui disant :

-Je vais devoir m'absenter aujourd'hui. Quelques heures, peut-être la journée. Ne vous inquiétez pas.

Melley était retournée à l'étage et Elayne descendait en compagnie de son amoureux, prêts à manger. Liam les salua et se rendit dans le hall, commençant à enfiler son manteau. Ses jambes tremblaient encore un peu lorsqu'il ne se retenait pas à quelque chose pendant un certain temps, mais il s'en fichait. Il devait le faire pour les siens.

Mais Vaë apparue alors, se mettant entre la porte et lui avec un air piteux sur la figure.

-Liam ... tu ne serais pas mieux d’attendre que ton père soit rétabli avant d’y aller ? Ainsi, tu aurais le temps de récupérer.

Liam soupira en silence. Il avait cru qu'elle n'avait pas entendu sa conversation avec Omar…mais il n'était pas d'accord avec elle cependant.

-Vaë, je dois y aller…justement je ne peux pas attendre que mon père soit rétabli. Il manque un homme à la garde et pas n'importe lequel. C'est de ma faute principalement s'il a fait son malaise et je ne peux pas rester là à ne rien faire ! Tu comprends ?

Non, justement elle ne semblait pas réellement comprendre et ne bougeait pas d'un pouce.

-Je dois y aller, mes jambes me supportent mieux, je peux marcher plus longtemps. Omar va prendre la place de papa et moi je pourrais prendre la sienne dans les patrouilles. Je dois aussi ramener l'argent à la maison pour tout le monde. J'ai récupéré…ne t'en fais pas…

Il avança, tentant de la contourner pour sortir. Ah ben oui hein, têtu c'est têtu ça changera pas. Mais elle l'empêchait de partir. Il voyait qu'elle allait répliquer, contre attaquer pour le forcer à rester. Mais il ne voulait pas ! Enfin…il ne pouvait pas plutôt. Il lui avait dit pourquoi. Il devait prendre ses responsabilités. Et être là pour les siens après tout ce qu'il leur avait fait subir…maudite chose qui cognait…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 22 Déc 2012 - 18:27

Le retour des hormones, part.1

‘‘ Vaë, je dois y aller…justement, je ne peux pas attendre que mon père soit rétabli. Il manque un homme à la garde et pas n’importe lequel. C’est de ma faute principalement s’il a fait son malaise et je ne peux pas rester là à ne rien faire ! Tu comprends ? ‘‘

Le malaise de son père, ce n’était de sa faute ! Celui-ci était à un âge où les organes étaient plus faibles et où les maladies apparaissaient. Peut-être aurait-il fini par en faire un et que les derniers évènements n’avaient fait qu’accélérer son cas. Et puis, Omar ne semblait pas être submergé avec l’absence de son chef. Il lui semblait que le grand homme était drôlement calme, sauf peut-être lors de son arrivée dans la villa puisqu’il avait gravi les marches de l’escalier quatre à quatre. Ne bougeant pas, elle fronça légèrement les sourcils. Si Liam en faisait trop, c’est lui qui se retrouverait sur le dos !

‘‘ Je dois y aller, mes jambes me supportent mieux, je peux marcher plus longtemps. Omar va prendre la place de papa et moi je pourrais prendre la sienne dans les patrouilles. Je dois aussi ramener l’argent à la maison pour tout le monde. J’ai récupéré…ne t’en fais pas… ‘‘

Liam allait la contourner, mais la jeune femme à la chevelure de neige s’interposa de nouveau en se collant contre la porte et lui camouflant ainsi la poignée. Le pas de son homme était trop peu assuré pour qu’il envisage de retourner au travail. Était-ce trop demandé de rester à la maison encore 2 ou 3 jours, le temps que son corps ait repris suffisamment de force ? Il fallait croire que oui, parce que le chevalier semblait vouloir s’entêter à se rendre au quartier général et porter son aide malgré son état.

‘‘ Liam. S’il te plaît... je ne te demande pas de rester une semaine, mais quelques jours et d’y retourner avec ton père. Deux jours de plus ne te feraient que du bien ! Tes jambes tremblent encore un peu ... une journée entière de patrouille, sans compter les problèmes qu’il pourrait y avoir, c’est trop pour toi en ce moment. ‘‘

Mais il ne broncha guère. Elle voyait dans ses yeux qu’il ne serait pas aisé de le faire changer d’avis. De ce fait, le jeune homme continua à s’approcher et se posta devant elle, attendant qu’elle libère la poignée de son dos en disant:

‘‘ Je ne peux pas attendre mon père, il leur manque un homme. Je dois y aller. Et justement, plus je marcherais et plus mes jambes seront solides. Laisse-moi passer Vaë je t’en prie ‘‘

Vaënadiel aussi savait être têtue dans ce genre de situation et c’était son amoureux qui le lui avait enseigné ça. Un homme de moins en patrouille n’allait pas faire mourir la ville selon elle et ce n’était seulement à son état physique qu’elle pensait, mais à son état mental. Il était encore épuisé de son séjour chez les aliénés et ses traits étaient toujours un peu fatigués.

‘‘ Non, Liam. Tu as besoin de repos, sinon tu finiras toi aussi sur le dos. ‘‘

Le jeune homme garda le silence, ses sourcils se fronçant. Il ne disait rien ? Non, car il lui tourna le dos pour faire quelques pas en direction de l’escalier qu’il commença à monter. La druidesse resta sur place un moment et l’observa jusqu’à ce qu’elle se décide à le suivre. Liam qui récapitulait aussi rapidement ? Non ... impossible. Elle le vit entrer dans leur chambre une fois seulement qu’elle fut en haut de l’escalier et son pas se fit plus rapide. L’horreur quand elle le vit devant la fenêtre, s’apprêtant à l’ouvrir ! D’un pas décidé et commençant à être un petit peu en colère, Vaënadiel se rendit jusqu’à lui et prit fermement son poignet pour le tirer à elle, refermant ainsi la fenêtre.

‘‘ Tu me prends pour une cruche ou quoi ? ‘‘ Lança t-elle, offusquée par un tel geste.

Mais elle n’eut pas la réponse escomptée à son plus grand étonnement. Pourquoi ... le faisait-il ce regard de séducteur là ? Surprise, elle se laissa approcher en oubliant littéralement la colère qui commençait à s’installer en elle et fondit sous ce regard doré. De plus en plus proche d’elle, Liam lui dit d’une voix craquante :

‘‘ Tu n’es pas une cruche...mais une rose... ’’

Touchée, la future mère esquissa un sourire timide et son homme l’embrassa tendrement avant de se détacher brusquement d’elle pour quitter la chambre. Qu’est-ce que ... il s’était joué d’elle ?! Alors là, ça ne se passerait pas comme ça ! Fronçant les sourcils, la fureur dans les yeux, Vaënadiel s’élança à sa poursuite. Elle était peut-être petite, maladroite et enceinte, mais elle avait toujours eu un talent caché pour la course. Respirant rapidement, elle réussit à dépasser Liam dans les escaliers. Une fois en bas, elle lui fit un croc-jambe et il s’affala sur le tapis. Frustrée, la druidesse s’approcha de manière à former une ombre devant la fenêtre et s’assena brusquement sur son ventre en y mettant tout son poids. Ses yeux dardaient alors Liam en silence, les lèvres pincées. Elle laissa écoulé une bonne trentaine de secondes avant de dire :

‘‘ Les roses ... ont aussi des épines, mon bel homme. ‘‘

Mais n’ayant pas encore décidé d’abandonner, Liam leva les yeux vers elle, le souffle légèrement coupé par le poids de la druidesse et de l’enfant qu’elle portait. Il lui fit une fois de plus le coup du sourire charmeur.

‘‘ Mais tes épines sont toutes douces...ma rose épineuse ‘‘

Arquant légèrement un sourcil vers le haut, Vaënadiel ne le lâcha pas une seule seconde des yeux, ne craquant pas non plus à ce sourire qui la faisait fondre, car il s’agissait là d’une nouvelle tentative de ruse. Et comme ça ne fonctionna pas, il pointa même quelque chose dans une direction, disant qu’elle n’avait encore jamais vu ça. Il gigotait comme une truite sous elle et la jeune femme n’avait jamais bronché. Il tentait de se tirer, de se relever, mais elle s’agrippa à lui comme une sangsue et ne le lâcha plus.

‘‘ Tu restes ! ‘‘

‘‘ Vaë....arrête...c’est pas bon dans ton état... ‘‘

‘‘ Dans mon état ?! C’est toi qui m’as mis dans cet état ! ‘‘ Cracha t-elle, serrant ses vêtements entre ses doigts.

Et Liam s’arrêta, du moins, pour un bon cinq minutes. Alors, il était en plein milieu du hall d’entrée, Liam sur le dos et Vaë sur son ventre, solidement cramponnée. Les domestiques furent troublés sur le coin, mais un sourire amusé se forma bien rapidement sur leurs lèvres. Ephraïm passa à ce moment-là, pour s’installer dans le salon le temps qu’Elayne se préparait à l’étage et il s’esclaffa en les voyant. N’ajoutant rien, il passa son chemin. Le chevalier fuyard avoua donc vouloir aller aux p’tits coins et Vaënadiel le suivit aussitôt. Il lui ferma la porte au nez et elle se mit à réfléchir; la fenêtre ! Rapidement, elle alla chercher son manteau et sortit à l’extérieur pour commencer à contourner la villa. Le jeune homme semblait fier de lui et regardait derrière jusqu’à ce qu’il entendu un raclement de gorge.

‘’ Je serai ton pire cauchemar, Liam Kreiss ! ‘’ S’écria-t-elle. ‘‘ Tu dois rester ! Je ne te laisserai pas partir dans cet état là ! ‘‘

Brusquement, la colère s’évapora et la tristesse se peint sur son visage. Les lèvres se mirent à trembloter et Vaë se laissa tomber sur les genoux dans la neige alors que Liam s’approchait d’elle. Des larmes coulaient sur ses joues comme un flot continue et elle était secouée de soubresauts.

‘‘ Je suis désolée ! Je ... je ne sais même pas ce qui m’a pris de te faire tomber ... je ne comprends pas pourquoi j’ai fait ça ! Et encore moins pourquoi je pleure à ce point ! ‘‘ Dit-elle en hoquetant à plusieurs reprises.

Posant à son tour les genoux dans la neige, son homme la prit dans ses bras et la serra contre elle doucement, caressant ses cheveux. La druidesse entoura la taille de Liam et lui donna un baiser dans le cou, tentant de se calmer alors qu’il l’aidait à se relever sur ses jambes pour rentrer. Comme Ephraïm était debout, il la conduisit jusqu’au salon où il les regarda avec surprise.

‘‘ Eh bien ... qu’est-ce qui ne va pas, soeurette ? ‘‘

Vaënadiel prit alors place à ses côtés et se colla contre son frère qui l’entoura de ses bras, cela permettant à Liam de ... fuir de nouveau. Cette fois-ci, la jeune femme ne put se lancer à sa poursuite et regarda le vide où se trouvait le jeune homme quelques secondes plus tôt.

Il ... avait osé le faire ...

Frustrée, tristesse, ne se pouvant plus, la jeune femme monta les marches de l’escalier lourdement et alla s’enfermer dans leur chambre pour le restant de la journée. Les seules fois où elle acceptait que quelques entre étaient pour le dîner et pour nourrir Arya. C’était tout ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 22 Déc 2012 - 19:24


Tentant de la contourner pour sortir, Liam fût coupé dans son élan lorsque Vaë se colla à la porte, lui camouflant la poignée.

- Liam. S’il te plaît... je ne te demande pas de rester une semaine, mais quelques jours et d’y retourner avec ton père. Deux jours de plus ne te feraient que du bien ! Tes jambes tremblent encore un peu ... une journée entière de patrouille, sans compter les problèmes qu’il pourrait y avoir, c’est trop pour toi en ce moment.

Il soupira en silence. Il pouvait comprendre qu'elle s'inquiétait mais…il se sentirait…utile en le faisant. Utile pour le bien et non pas pour tout détruire autour de lui avec ses crises. Il se rapprocha et lui dit :

-Je ne peux pas attendre mon père, il leur manque un homme. Je dois y aller. Et justement, plus je marcherais et plus mes jambes seront solides. Laisse-moi passer Vaë je t’en prie...

Il le pensait. Plus il les ferait bouger et plus elles reprendraient de la force. Et rien de tel que la marche dans la neige. Mais Vaë avait appris à être têtue :

-Non, Liam. Tu as besoin de repos, sinon tu finiras toi aussi sur le dos.

Hein ? Il ne comprit pas ce qu'elle voulait dire et fronça les sourcils. Il n'y arriverait pas comme ça…alors il eut une idée. Il lui tourna le dos d'un coup, la laissant croire qu'il capitulait, et monta les escaliers quatre à quatre. S'engouffrant dans leur chambre, il s'avança vers la fenêtre qu'il commença à ouvrir lorsqu'une main agrippa son poignet et le tira à l'opposé de la fenêtre qui fût refermée.

-Tu me prends pour une cruche ou quoi ?

Vaë était là, un semblant de colère dans les yeux. Liam ne voulait pas l'énerver…alors il l'amadoua. Il lui fît un regard auquel elle ne pouvait pas résister et s'approcha lentement d'elle, la voyant nettement fondre.

-Tu n’es pas une cruche...mais une rose...

Il avait murmuré et l'embrassa par la suite, sentant très bien la colère s'évaporer chez elle. Ah les hormones je vous jure…
Mais il se détacha sans crier gare et quitta la pièce. Il avait peut-être une chance de sortir de la maison, elle était enceinte et ne …

Une flèche le dépassa dans les escaliers sans qu'il ne réagisse et au moment où il voulait poser le pied au sol après la dernière marche, il buta sur quelque chose et perdit l'équilibre, tombant lourdement sur le tapis, à plat ventre. Redressant la tête en clignant des yeux, il vit une ombre se dessiner près de la fenêtre et se tourna, pivotant sur le dos. Il n'aurait peut-être pas du…Vaë s'installa sur son ventre, y mettant exprès tout son poids, profitant qu'elle soit enceinte. Ben oui, si elle ne l'était pas, la soulever aurait été un jeu d'enfant pour lui. Elle le regardait sévèrement et lui dit :

-Les roses ... ont aussi des épines, mon bel homme.

Il avait le souffle coupé et elle ne faisait rien pour bouger, aussi retenta-t-il sa chance en lui lançant un beau sourire enjôleur comme il savait les faire. Elle ne fît qu'hausser les sourcils lorsqu'il dit :

-Mais tes épines sont toutes douces...ma rose épineuse…

Dépité, Liam réfléchissait à une autre ruse, regardant partout. Et la seule chose qui vint fût de lui montrer un objet et de lui dire d'aller voir parce qu'elle ne l'avait encore jamais vu. Mais…ça ne marcha pas non plus. Il tentait de se faufiler, de s'échapper, gigotait mais rien à faire. Elle le tenait et ne semblait plus vouloir le lâcher.

-Tu restes !

Inspirant tout en poursuivant sa quête de liberté il dit :

-Vaë....arrête...c’est pas bon dans ton état...

La prise de Vaë sur ses vêtements ce fît alors plus forte et elle cracha :

-Dans mon état ?! C’est toi qui m’as mis dans cet état !

Sur le coup, Liam stoppa tout mouvement quelques minutes. Elle le lui reprochait ?! Elle lui reprochait d'être enceinte ?! Il le savait qu'un jour ou l'autre elle lui en voudrait…la chose s'agita alors furieusement en lui et il prétexta devoir aller aux petits coins, alors que les domestiques regardaient le tout, curieux et qu'Ephraïm riait de bon cœur en passant. Elle le laissa y aller et il s'y enferma d'un coup, calmant sa folie. Ce n'était pas le moment et puis elle disait ça pour qu'il reste. Ce qu'il ne ferait pas.
Se dirigeant vers la fenêtre, il l'ouvrit et se faufila à l'extérieur, en silence.

Dans la neige, il resta un peu immobile pour écouter les alentours. Rien. Avait-il…réussi ?
Il y crut, se sentant d'un coup fier, mais un raclement de gorge le fît sursauter et se retourner. Vaë était là, manteau revêtu, le dardant du regard en s'exclamant :

-Je serai ton pire cauchemar, Liam Kreiss ! Tu dois rester ! Je ne te laisserai pas partir dans cet état là !

Liam cherchait quelque chose à lui dire lorsqu'il la vit se métamorphoser. La colère s'effaça d'un coup et les larmes se créèrent sur le bord de ces yeux, coulant bien vite sur ses joues. Elle s'affala à genoux alors qu'il s'approchait, ne comprenant pas cette soudaine réaction. Était-ce une ruse pour qu'il reste ? Non…les hormones ?

-Je suis désolée ! Je ... je ne sais même pas ce qui m’a pris de te faire tomber ... je ne comprends pas pourquoi j’ai fait ça ! Et encore moins pourquoi je pleure à ce point !

Mais elle n'avait pas à être désolée ! Elle le savait qu'elle pouvait tout lui faire. Les gifles, les chutes…il s'en fichait. Il avait conscience qu'elle ne pensait qu'à son bien en le forçant à rester mais, comme son père, il n'aimait pas rester à rien faire. Rien faire de bien. Parce que niveau douleur il avait assez fait déjà non ? Il se mit à genoux devant elle et la serra contre lui alors qu'elle sanglotait. Il n'avait pas voulu la faire pleurer non plus…

Il caressait ses cheveux et elle l'entoura de ses bras, déposant un doux baiser dans son cou. Lentement, il l'aida à se relever, faisant attention à cause du bébé, et la raccompagna à l'intérieur, au chaud. Ce n'était guère le moment pour tomber malade.

Ephraïm la prit sous son aile, l'installant sur le canapé. Liam hésita un court instant. C'était le moment où jamais de se rendre au quartier général. Vaë pleurait sous le coup des hormones. Il recula lentement, espérant qu'elle ne lui en veuille pas trop, et sortit en silence.

A Beolan tout était calme et il se hâta jusqu'au quartier général, grelottant. Bah oui il n'avait que la peau sur les os…Toquant, il entra lorsqu'Omar ouvrit la porte. S'installant au bureau, le géant lui dit :

-Bien alors…il faut que je voie tes aptitudes physiques avant de t'envoyer en patrouille. Tu es sûr que tu peux le faire ? Tu as assez récupéré ?

Liam acquiesça, essoufflé, reprenant son souffle. Ce fût d'un air sceptique que le soldat le conduisit dans l'arrière-cour et lui fît choisir des armes. Liam prit une épée et commença la série d'épreuves dictées par le géant. L'épée était lourde dans sa main ! Plus d'une fois il manqua la laisser tomber et ses gestes n'étaient pas aussi sûrs qu'avant. Le combat à mains nues fût juste une bonne déconfiture pour lui qui se retrouva au sol, dans la neige, à grelotter.

Honteux, Liam n'osa même pas regarder son supérieur qui dit :

-M'est avis que tu n'es pas en forme pour l'heure. Il te faut reprendre des forces sinon tu tiendras pas en patrouille. T'en fais pas, la place t'est réservée d'accord ?

-Non ! Je dois…je dois rester pour pallier l'absence de mon père…je ne peux pas rester bras croisés à la maison, il faut que je ramène de l'argent, Omar, je viens d'avoir une fille, dans deux mois j'aurais un second enfant. Je ne peux pas vivre sur le dos de mes parents, je le refuse…ils ont déjà fait tant de choses pour moi…

Et puis, il ne voulait pas que Vaë soit satisfaite en voyant qu'elle avait eu raison. C'était tout de même sa fierté de mâle qui parlait et qui était en jeu là.

Omar lui mit une main sur l'épaule et lui dit :

-Pour l'heure tout est calme en ville. Je m'occuper des paperasses en attendant de pouvoir confier, et avec joie, cette tâche un peu chieuse à ton père. La patrouille s'en sort aussi. Alors rentre et reprend des forces et surtout du poids. Tu ne supporterais même pas le poids de l'armure dans ton état actuel.

Souriant pour le rassuré, Omar l'entraîna vers la sortie et lui dit de revenir avec son père, lorsqu'ils seraient tous deux prêts à reprendre du service. Devant la porte, Liam ragea. Il était tombé si bas ? La chose cognait de nouveau et il fît tout pour l'ignorer. Que faire ? Il n'allait pas rentrer…cela ferait plaisir à sa rose…déambuler en ville ? Les magasins étaient clos à cause de la neige, les étals barricadés. Non, apparemment il n'avait pas le choix, il devait rentrer. Mais bon, quelques heures s'étaient tout de même écoulées. L'entraînement avait été long malgré la honte qu'il s'était prise. Il avait mangé sur le pouce à midi. Et ce n'est que là qu'il se rendit compte que ses bras lui faisaient mal, que ses jambes ne tenaient plus sans trembler. Le froid s'était accentué, et il commença à marcher, mais si lentement que cela lui prit encore plus de temps.

Le soleil déclinait donc à l'horizon lorsqu'enfin il parvint à la villa, les joues rougies par le vent et la neige qui s'était remise à tomber. Il entra, retirant son manteau et alla au salon. Ephraïm était avec Elayne, s'embrassant, et aucun ne remarqua sa présence. Vaë n'était pas là. Il monta alors et entendit la petite Arya gazouiller dans la chambre de ses parents ainsi que des éclats de rire. Donc elle était dans leur chambre. Il s'approcha et ouvrit la porte. Elle était sur le lit, à moitié allongée.

Il entra et lorsqu'elle le reconnut, le regard qu'elle lui lança fût assez pour qu'il déglutisse. Elle…lui en voulait.

-Vaë je…excuse-moi…

Il lui fît un regard désolé, espérant que cela marche. Mais…non. Elle pointa la porte du doigt et regarda ailleurs, visage fermé.

-Très bien…

Il se recula et ressortit de la chambre, se dirigeant vers la salle de bains du rez-de-chaussée. Il se lava rapidement, réchauffant sa peau gelée, puis alla se chercher un plateau repas en cuisine qu'il remonta. S'enfermant dans ce qui était son ancienne chambre, il s'assit près de la fenêtre et commença à manger, ses jambes lui faisant nettement moins mal maintenant qu'il était assis et qu'elles étaient au repos. Il ne mangerait pas avec le reste de la maisonnée. De toute façon sa mère nourrissait son père dans la chambre. Si Vaë ne descendait pas non plus, Eph' et sa sœur n'avaient qu'à manger entre eux dans la chambre d'Elayne…

Il aimait regarder le paysage de sa fenêtre et pria pour que Vaë cesse de lui en vouloir rapidement. Il n'aimait pas cela. En plus, si elle apprenait qu'elle avait eu raison, elle se moquerait bien de lui. Pourtant il avait réellement cru être en assez bonne forme pour y aller. Orgueil à la noix…soupirant, il alla s'allonger sur son lit après avoir mangé, comme à l'époque. Cette nuit, ils faisaient chambre à part…


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 22 Déc 2012 - 22:40

Le retour des hormones, part.2

Les heures passaient affreusement lentement et tout ce que ses yeux aqua voyait était les rideaux à la fenêtre. Son regard ne déviait que très rarement, perdu dans ses pensées, tentant de se raisonner en se disant que ce n’était rien, mais aussi de comprendre pourquoi elle agissait ainsi si soudainement. Sa grossesse peut-être ? Elle arrivait à peine à se supporter en cette journée, encore moins les autres... tout lui tapait sur les nerfs alors que jamais elle n’avait été comme ça. C’était comme si tout était déréglé en elle et ça la frustrait. Quand Melley venait la voir pour lui apporter Arya, Vaë restait silencieuse et souriait à peine. Elle se contentait de la prendre, de la cajoler, de la nourrir et de caresser ses petites mains du pouce. Il n’y avait que cette petite chose innocente qui l’apaisait en ce moment. Les laissant seules une petite heure, la mère était retournée s’occuper de son époux qui se forçait à rester au lit.

De nouveau seule, la druidesse ruminait tout seule décidant d’aller faire trempette dans la baignoire pour tenter de se calmer, mais rien à faire. Elle regardait son gros ventre bien rond et le flattait machinalement d’une main. Pourquoi avait-elle lâché que c’était à cause de Liam qu’elle était dans cet état ? Ce qu’elle pouvait être idiote ... il devait se sentir mal à l’aise maintenant! Soupirant, la druidesse ferma les yeux et baissa légèrement la tête, affreusement mal dans sa peau. Le front collé contre la baignoire, Vaë ne réalisa que plus tard que l’eau commençait à être froide. Se tirant hors de la baignoire, elle se sécha et s’habilla avant d’aller s’assoir sur le lit en allongeant les jambes. Avec tout ça, elle avait perdu la notion du temps ...

Il lui semblait qu’une autre heure s’écoula avant qu’elle n’entende des bruits de pas dans le couloir, s’approchant de plus en plus de la chambre. La porte s’ouvrit alors, laissant entrer la lumière du couloir dans la pièce qui était sombre depuis un bon moment déjà. Une silhouette familière se dessina alors dans l’embrasure de la porte, mais sans réellement le vouloir, Vaënadiel lança un regard noir à son homme qui venait d’apparaître.

‘‘ Vaë je…excuse-moi… ‘‘

Son regard désolé lui serra la gorge, mais ce fut sa colère qui prit le dessus. Levant un bras dans les airs, Vaënadiel lui pointa la porte à contrecœur et détourna les yeux aussitôt.

‘‘ Très bien… ‘‘

Elle entendit ses pas puis entendit la porte se refermer derrière lui. Liam s’éloignait de la chambre et la jeune femme se laissa tomber sur le lit, serrant l’oreiller de son amoureux contre elle d’un air dépité. Fermant les yeux, elle se recroquevilla au centre du lit et manqua même l’heure du repas. De ce fait, personne ne se trouvait dans la salle à manger et ce fut Elayne qui vint lui apporter de quoi manger, ne s’attardant pas en voyant qu’elle semblait dormir. Meeko s’était faufilé dans ses cheveux, accota sa truffe contre sa joue et la léchait doucement.

‘‘ Meeko ... arrête ... ‘‘

Mais la bête n’arrêta pas et Vaënadiel dut se redresser pour l’éloigner d’elle. Le raton laveur revint aussitôt vers elle, qui soupira et se tira hors du lit; il voulait aller dehors. Sortant alors de la chambre, la druidesse descendit en suivant Meeko qui marchait rapidement devant elle et prit son manteau avant de s’en aller dans le jardin arrière. Marchant dans la neige en inspirant, elle vit le reflet de la lumière sur le manteau blanc qui recouvrait la cour arrière. Meeko sautait comme un poisson hors de l’eau, mais dans la neige et poussait une série de petits couinements jusqu’à ce qu’il se cacher derrière la fontaine pour faire ses besoins. Vaë avait levé les yeux voir d’où venait la lumière et crut apercevoir Liam qui admirait la vue de là-haut. Liam ... Baissant la tête vers Meeko qui grattait sur sa jambe gauche, Vaë se pencha lentement et le prit pour rentrer. Avant de remonter à l’étage, la jeune femme fit un détour vers les cuisines et une domestique lui prépara un petit quelque chose qu’elle mangea après s’être attablée, seule dans la salle à manger. Cela faisait tout de même étrange de voir cette villa aussi calme. Mais bon ...

Remontant à l’étage, ses pas s’arrêtèrent un moment devant la chambre où se trouvait Liam et elle regarda la porte un long moment avant de poursuivre sa route, faisant toujours la moue. Une fois dans sa chambre, la porte fermée, ses yeux aqua se posèrent sur le lit ... le trouvant bien grand d’un coup. Elle ressortit, marchant rapidement et entra dans la petite chambre où son frère avait séjourné pendant quelques jours. Le jeune homme semblait surpris de la voir s’approcher de lui et de prendre place à ses côtés, sans pour autant chercher à se blottir dans ses bras. Mais vu la grosseur du lit en plus du ventre de la druidesse, la place commençait à manquer. Il voulut se coucher dans son dos, mais Vaënadiel n’avait pas voulu. Décidément, elle ne savait vraiment pas ce qu’elle voulait ! Elle le boudait, mais voulait être avec lui ...

Au final, elle se retrouva avec la petite chambre en plus, s’endormant. À peine quelques minutes plus tard, ses yeux s’ouvrirent lorsqu’elle entendit des bruits de pas s’éloigner dans le couloir; Liam avait quitté la chambre. Sortant à son tour, elle descendit l’escalier et remarqua que le feu brûlait dans le foyer et crut voir une tête noire pendant une fraction de seconde. Encore une fois, elle alla le voir ... il termina sur un grand coussin juste devant le foyer alors qu’elle avait le canapé. Sauf qu’elle se leva et cessa de faire la moue, se couchant derrière lui et le collant comme elle le pouvait avec son ventre qui faisait obstacle. Un long et profond soupir s’échappa de sa bouche avant qu’elle ne s’étire le cou pour déposer un baiser sur sa nuque.

‘‘ Je ... suis désolée ... je crois que je suis de mauvais poil aujourd’hui ... ‘‘ Commença t-elle faiblement. ‘‘ Je me sens grosse et laide, tout le monde m’énerve, même Meeko. Mon humeur change aux minutes près ... ‘‘

Et elle se tut pour un long moment, collant son front contre la base du cou de son homme, serrant l’une de ses mains dans la sienne.

‘‘ Liam ... je ne voulais pas te faire de mal. Pardonne-moi... ‘‘

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 22 Déc 2012 - 23:19


Toujours couché sur son lit, Liam ne parvenait pas à dormir. Savoir que sa rose était dans la pièce de l'autre côté du couloir, seule, lui faisait étrange en même temps que mal. Il se disait qu'il devait peut-être réfréner ses manières de têtes de mule, mais c'était dans sa nature. Oui, et la folie ? C'était aussi dans sa nature ? S'il rejetait la folie, il pouvait aussi rejeter cette facette de tête de mule non ?
Il soupira. La villa était étrangement calme. Elle qui bouillonnait de vie en règle générale, elle était devenue d'un coup bien plus silencieuse. Tous étaient dans leurs chambres à dormir sans doute…et il se faisait tard.

C'est alors qu'il entendit des bruits de pas dans le couloir. Il fronça légèrement les sourcils, et fût surpris lorsque la porte s'ouvrit sur Vaë. Il le fût encore plus lorsqu'elle s'approcha et se coucha à ses côtés, sans un mot. Voulait-elle s'excuser ou…autre ? Mais il ne savait pas comment réagir…elle ne le collait pas comme à l'accoutumée et le lit était étroit, encore plus avec son ventre. Il voulut se coller, se coucher dans son dos pour qu'elle ait le maximum de place, mais elle le repoussa. Une boule au ventre, Liam se mordit la lèvre. Il avait horreur de ce genre de situation !

Il se poussa donc, se mettant tout à fait au bord du lit, se faisant le plus petit possible malgré sa taille, laissant Vaë respirer. Il attendit qu'elle s'endorme pour se tirer hors du lit. Il ne…voulait pas lui imposer sa présence et…même si c'était elle qui était venue, elle ne parvenait pas à être naturelle envers lui. Et il ne voulait pas qu'elle se force. Alors, après un regard de bonne nuit à sa douce, il se faufila dans le couloir et descendit, se préparant à passer la nuit sur le canapé. Vaë réquisitionnait les deux chambres. Il faudra juste qu'il trouve une excuse le lendemain, lorsque toute la famille verrait qu'il avait dormit en bas. Croiraient-ils à une séparation ? Non…ils l'auraient fait depuis longtemps avec ce qu'ils avaient traversé déjà. C'était juste…qu'il avait fait son buté et avait joué avec les nerfs de Vaë, tirant sur la corde rouge sans le sentir. Les hormones de femme enceinte n'arrangeait pas les choses et il imaginait bien que sa rose s'entortillait dans les émotions…son père lui avait dit que sa mère changeait d'humeur à tout bout de champ et lui en faisait voir de toutes les couleurs…alors, patient, Liam était prêt à dormir même dehors par ce temps pour respecter sa rose et ses volontés.

Assis sur le canapé, regardant le feu qui brûlait toujours, Liam se décida à se coucher lorsque la jeune nordique fît son apparition, à moitié endormie. Ce fût le même scénario qu'en-haut et il se résigna, posant un coussin au sol en guise de lit, lui laissant le canapé. Elle lui en voulait…mais comment s'excuser ? En plus elle avait eu raison ! Justement, peut-être que s'il le lui disait, elle ne lui en voudrait plus et son sourire reviendrait ?

Il ne savait pas, mais sentit sa rose s'allonger tant bien que mal derrière lui, le collant autant que son ventre le lui permettait. Quelques secondes s'écoulèrent avant qu'il n'entende un soupir et ne sente le doux contact de ses lèvres sur sa nuque.

-Je ... suis désolée ... je crois que je suis de mauvais poil aujourd’hui ... Je me sens grosse et laide, tout le monde m’énerve, même Meeko. Mon humeur change aux minutes près ...

Il l'avait donc deviné. Elle lui en voulait, certes, mais en même temps ses hormones lui pourrissaient la vie…
Un long moment s'écoula en silence, rompu par le crépitement des flammes. Vaë avait serré l'une de ses mains dans la sienne et avait posé sa tête contre son cou pour enfin achever :

-Liam ... je ne voulais pas te faire de mal. Pardonne-moi...

Lui faire de mal ? Pour la chute ? Ou pour…sa phrase qui résonnait encore en lui ?

~Dans mon état ?! C’est toi qui m’as mis dans cet état !~

Toute la journée elle l'avait hantée celle-là. Mais maintenant ils ne pouvaient plus faire marche arrière. Elle était enceinte de six mois et demi, presque sept. L'enfant était formé, il naîtrait, quoiqu'il se passe.
Il inspira un grand coup et resserra encore un peu la main de Vaë dans la sienne, regardant le plafond mais sentant son visage au creux de son cou.

-Et moi je suis désolé de m'être entêté de la sorte. Je…n'aurais pas dû. Au contraire, j'aurais du t'écouter parce que…j'ai été lamentable aux tests qu'Omar m'a fait passer. Je…je croyais sincèrement avoir suffisamment récupéré.

Puis il pivota pour la regarder. Posant sa seconde main sur son ventre, il lui dit :

-Et désolé pour ça aussi. Et maintenant c'est trop tard pour faire marche arrière…je ne voulais pas te le faire regretter non plus…

La chose pulsait à nouveau dans ses entrailles pour se libérer. Mais heureusement la partie lucide, amoureuse, lui disait que cette phrase avait été dite sous le coup des hormones et de la colère, qu'elle ne le pensait pas. Mais même, il voulait…s'excuser de l'avoir mise enceinte quand même…mais il voulait de l'enfant, ne pensez pas l'inverse. Venant de Vaë, c'était merveilleux, en plus d'Arya. Mais peut-être que maintenant, elle se rendait compte que c'était trop tôt pour qu'elle soit réellement mère et regrettait tout de même vraiment. Elle n'avait aucun lien avec Arya et elle aurait pu très bien ne pas vouloir d'elle, sans éprouver le moindre remord. Alors que là, l'enfant sortirait de ses entrailles…

Mais non, c'était les hormones voyons ! Oui mais…ah tout se mélangeait dans son esprit. Remontant sa main posée sur son ventre, il la plaça sur sa joue et la caressa du pouce lentement. Le feu donnait de jolis reflets à son visage, se reflétant dans ses cheveux et les faisant encore plus briller. Elle était si belle…

-Tu n'as pas à être désolée pour…ton comportement. Je me doute que ça ne doit pas être simple pour toi tous les jours et…je ne t'ai pas vraiment facilité la tâche aujourd'hui. Alors ne t'excuse pas. Le gros nigaud dans l'affaire, c'est une nouvelle fois moi. Et tu peux me faire chuter quand tu veux, tu le sais…et puis...tu n'es ni grosse ni laide. Tu es merveilleusement belle et ce ventre que tu trouves gros est en réalité le plus beau de tous les ventres ronds de femmes enceintes que je n'ai jamais vu...

Il avait légèrement sourit, voulant la faire sourire aussi. Il ne savait pas comment elle allait réagir là tout de suite. Il tâtonnait. Peut-être se mettrait-elle à pleurer, ou au contraire se fâcherait-elle et le giflerait avant de remonter à l'étage. Ou encore elle pouvait rester telle quel et sourire simplement…Oui il s'attendait à la gifle…elle en était capable il en avait déjà eu deux et puis…il avait compris son mode de fonctionnement. Tout ce passait par stade de colère. Si elle en venait à le gifler, c'était qu'il était allé un petit peu trop loin dans sa patience.

Alors il attendit en l'observant, ne voulant plus voir cette mine renfrognée qu'elle arborait. Le feu leur conférait une douce chaleur et Liam se blottit un peu plus contre elle pour être sûr qu'elle soit bien bien bien au chaud. La chose, elle, s'était à nouveau éloignée…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 23 Déc 2012 - 5:14

Le retour des hormones, part.3

Vaënadiel avait fermé les yeux, se maudissant d’avoir été aussi gamine et de ne pas simplement lui avoir parlé dans le blanc des yeux lorsqu’il était entré dans la chambre à son arrivée. Et ce qu’elle lui avait lancé cet après-midi la fit déglutir, car elle s’en était rendu compte alors qu’elle prenait son bain. Et si la chose ressurgissait à cause d’elle ? À cause de ce qu’elle avait dit à propos de sa grossesse ? Bon sang ... elle s’en voudrait tellement. Ce qui la ramena sur terre fut le resserrement de l’étreinte de la main de Liam sur la sienne ainsi que sa voix qui s’élevait doucement au-dessus des crépitements du feu.

‘‘ Et moi je suis désolé de m’être entêté de la sorte. Je…n’aurais pas dû. Au contraire, j’aurais dû t’écouter parce que…j’ai été lamentable aux tests qu’Omar m’a fait passer. Je…je croyais sincèrement avoir suffisamment récupéré. ‘‘

Elle ne le l’avait pas empêché de partir parce qu’il allait échoué aux tests, mais parce qu’elle se souciait de sa santé à lui. Liam avait perdu beaucoup de poids et leur seule marche de la veille avait été assez pour l’épuiser. Si elle lui avait demandé de se reposer, c’était seulement pour l’aider à reprendre des forces physiques et mentales, de reprendre un peu d’énergie en mangeant et de refaire de l’exercice graduellement pour réhabituer ses membres aux mouvements qu’ils effectuaient avant tout ça. Elle faisait ça parce qu’elle voulait veiller sur lui, comme lui le faisait pour elle ... c’était aussi simple que ça, mais avec son humeur en montagne russe, rien ne se passait comme elle le voulait. Soupirant légèrement, Vaënadiel se détacha légèrement de Liam qui se tourna de manière à se retrouver face à elle.

‘‘ Et désolé pour ça aussi. Et maintenant c’est trop tard pour faire marche arrière…je ne voulais pas te le faire regretter non plus… ‘‘

La main sur son ventre était si chaude et réconfortante, mais ... non ! C’était tout autant de sa faute, car elle ne faisait nullement attention lorsqu’ils se lançaient dans leur passion. Sauf que cette enfant qui prenait naissance en elle, Vaënadiel le voulait. Elle avait hâte de le voir, de savoir si c’était une fille ou un garçon, à qui il ressemblerait. C’était un lien qui l’unissait aussi définitivement à son homme qu’elle aimait tant. Sa main quitta son ventre puis se posa sur son ventre alors qu’elle semblait réellement désolée pour tout ça. Capturant cette même main dans la sienne, la seconde encore libre, la jeune femme l’amena à ses lèvres et l’y accota. Ses yeux étaient plantés dans les siens et ne déviaient aucunement.

‘‘ Tu n’as pas à être désolée pour…ton comportement. Je me doute que ça ne doit pas être simple pour toi tous les jours et…je ne t’ai pas vraiment facilité la tâche aujourd’hui. Alors, ne t’excuse pas. Le gros nigaud dans l’affaire, c’est une nouvelle fois moi. Et tu peux me faire chuter quand tu veux, tu le sais…et puis...tu n’es ni grosse ni laide. Tu es merveilleusement belle et ce ventre que tu trouves gros est en réalité le plus beau de tous les ventres ronds de femmes enceintes que je n’ai jamais vues... ‘‘

Fermant les yeux un long moment, ne sachant quoi répondre à son homme, ou plutôt incapable de dire quoi que ce soit à cause de cette boule qu’elle avait dans l’estomac, Vaë garda le silence. Lorsque ses paupières s’ouvrirent de nouveau, Liam souriait légèrement et ne tarda pas à recevoir le sien en guise de réponse. Le voir ainsi l’apaisant totalement à chaque fois. Délaissant la main de son homme qu’elle avait collé à ses lèvres, la druidesse entoura la taille de celui-ci de son bras et le laissa s’approcher d’elle pour lui donner sa chaleur.

‘‘ Tu n’es pas un nigaud, mon loup. Tu es seulement un peu tête de mule et moi instable dans mes humeurs en ce moment ... Je ne veux que ton bien, veillé sur toi comme tu le fais pour moi. Je veux aussi voir ce sourire à faire fondre et ces yeux pétillé comme en ce moment. Je ne te ferai plus trébucher, car je ne veux pas te faire de mal. Et ... ‘‘ Commença t-elle avant de marquer une longue pause, caressant sa nuque. ‘‘ Ce que je t’ai dit pour mon état ... je ne le pensais pas. Je suis comblée de bonheur et cet enfant, le nôtre, est un trésor que je ne regrette pas de garder jalousement dans mon ventre. Je n’ai pas voulu que tu le prennes mal ou que tu culpabilises, car je m’en suis affreusement voulu cet après-midi ... Je ... ferai attention. ‘‘

Oui elle ferait attention, car elle n’avait nullement envie de le blesser par des mots lâchés impulsivement dans le vent. Souvent ceux-ci faisaient plus mal qu’une blessure physique et ça, ils le savaient tous les deux maintenant. Lui tournant alors le dos, Vaënadiel colla son dos contre son torse et le laissa l’entourer de ses bras. Il dégagea sa nuque de cette tonne de cheveux et posa un baiser sur celle-ci qui la fit frémir. Cette position était la seule où elle pouvait le sentir contre elle. Avec ce ventre, c’était assez difficile de se coller à son homme.

‘‘ J’ai hâte au 9e mois ... pour voir l’enfant et pouvoir sentir ton ventre contre le mien. ‘‘ Murmura t-elle, ricanant doucement.

Et elle ferma les yeux pour s’endormir tranquillement, bercée par le souffle de son homme contre sa peau. Bah oui ! Ils dormaient sur le coussin du salon au lieu de remonter se coucher dans leur chambre. Mais bref. Le lendemain ce fut les domestiques qui les découvrirent et l’un d’eux posa une couverture sur eux, avertissant les arrivants de se tenir silencieux. Ephraïm et Elayne les regardaient en silence et souriait à la découverte cette scène, ayant vu ce qui s’était passé la veille. En silence, ils s’étaient attablés et Melley vint les rejoindre avec Heïan qui était déjà pimpant d’énergie. Lorsque les jeunes fiancés se réveillèrent, ils furent gênés de voir la famille qui les regardait en souriant. Ne tardant pas à les rejoindre, Vaënadiel s’empiffra puis prit Arya qui était dans le berceau et monta à l’étage en compagnie de Liam. Ils changèrent alors la petite, la nettoyèrent puis ce fut l’heure de la nourrir. Assise sur le lit, adossé contre son homme, Vaë fredonnait tranquillement pendant que la petite tétait les yeux fermés.

‘‘ Tu crois que ça fait mal quand le bébé sort par ... euh ... là ? ‘‘ Demanda t-elle, comme s’il pouvait répondre à sa question.

Penchant la tête dernière et l’accotant sur son épaule droite, la druidesse le regardait avec cette même lueur de curiosité qu’elle avait toujours eue. Mais Liam lui fit un sourire en coin rassurant, lui signifiant que oui. Vaënadiel déglutit aussitôt, mais eut droit à un baiser à l’envers qui fit envolé ses craintes aussitôt.

Trois journées s’écoulèrent lorsque le père et le fils quittèrent la maison pour se rendre au travail. Vaënadiel, contrairement à Melley, était confiante par rapport à l’état de son homme et l’embrassa tendrement tout en lui enfilant son manteau. La mère de famille ne cessait de dire à son époux de faire à attention à lui et surtout de ne pas faire d’efforts physiques trop fort. Heïan dut lui donner un baiser pour qu’elle s’arrête, car la pauvre commençait à manquer de souffle et à se faire paniquer elle-même. Leur souhaitant la bonne journée, elles les regardèrent partir puis fermèrent la porte. Vaënadiel devait s’occuper maintenant et elle alla bercer Arya dans le salon lorsqu’Elayne vint la voir pour papoter de choses de filles, le temps que son nouvel amoureux se lave. Au quartier général, Heïan fut surpris par l’accueil et s’en alla dans son bureau avec Omar et Liam afin qu’ils discutent.

‘‘ Alors vieux ? ‘‘

‘‘ Ça va, mais on m’a enlevé des tâches à ce qu’il paraîtrait... ‘‘

‘‘ En effet. Je serai sur le terrain avec ton fiston, une fois son entrainement fait. Tu fais la paperasse et la supervision d’entraînement. ‘‘

‘‘ Je sens que je vais m’ennuyer ... ‘‘ Dit-il pour ensuite soupirer. ‘‘ Je dois, bouger un peu sinon mon vieux coeur ne reprendra pas le dessus. ‘‘

‘‘ Hum ... une patrouille par semaine et l’entraînement de ton fils, tant que ça ne devient pas trop épuisant. Ça te va ? ‘‘

‘‘ Ouais. Ce n’est certainement pas en restant assis sur cette chaise que je vais garder la forme. ‘‘

‘‘ Bien ! Alors, marché conclu. Mais tu as des dossiers à classer et tu dois vérifier les rapports d’enquête que je t’ai apportée. Je crois que tu auras besoin de le mettre au propre avec ton écriture de femme. ‘‘

‘‘ Je t’emmerde, Omar. ‘‘

‘‘ Moi aussi vous adore, Capitaine. Allez le jeune ! Suis-moi dans la cour. On va faire travailler ces muscles au repos. ‘‘

Découragé d’avance, Heïan les laissa partir et posa les poings sur ses hanches en voyant ces montagnes de papier sur son bureau. Il en aurait pour un mois entier de classement avec tout ça ! Par tous les dieux ... c’était un vrai supplice de rester cloître comme ça.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 23 Déc 2012 - 11:24


Vaë était collée à lui et lui dit d'une traite :

-Tu n’es pas un nigaud, mon loup. Tu es seulement un peu tête de mule et moi instable dans mes humeurs en ce moment ... Je ne veux que ton bien, veillé sur toi comme tu le fais pour moi. Je veux aussi voir ce sourire à faire fondre et ces yeux pétillé comme en ce moment. Je ne te ferai plus trébucher, car je ne veux pas te faire de mal. Et ...

Elle fît une pause, caressant sa nuque, lui envoyant de doux frissons le long de sa colonne vertébrale. Veiller sur lui…il comprenait parfaitement, lui-même pouvant être assez chiant avec elle lorsqu'il paniquait pour son état, et vérifiait à tout bout de champ si elle ne manquait de rien. Et ce n'était pas en le faisant trébucher qu'elle lui ferait mal…loin de là…

-Ce que je t’ai dit pour mon état ... je ne le pensais pas. Je suis comblée de bonheur et cet enfant, le nôtre, est un trésor que je ne regrette pas de garder jalousement dans mon ventre. Je n’ai pas voulu que tu le prennes mal ou que tu culpabilises, car je m’en suis affreusement voulu cet après-midi ... Je ... ferai attention.

C'est bien ce qu'il se disait, que ce n'était pas pensé. Mais il avait tout de même eu peur…et la chose en avait profité, même s'il était parvenu à la renfoncer loin dans ses entrailles.
Elle lui tourna alors le dos, se collant dos contre son torse. Il l'enserra de son bras et de l'autre, il dégagea sa nuque de ses cheveux pour déposer un doux baiser sur sa peau. Elle devait arrêter de s'en vouloir…elle ne pouvait pas commander ses hormones. Et lui devait faire un effort, s'pèce de gros nigaud qu'il était !

-J’ai hâte au 9e mois ... pour voir l’enfant et pouvoir sentir ton ventre contre le mien.

Liam sourit. Lui aussi avait hâte de voir cet enfant, d'assister à sa naissance surtout, de donner de la force à Vaë dans cette épreuve. Il l'entendit s'endormir paisiblement et se laissa à son tour sombrer, le feu les réchauffant doucement.
Au lendemain, ils se réveillèrent doucement, et Liam ne comprit pas pourquoi ils étaient à terre, au salon, une couverture sur eux, jusqu'à ce qu'il se souvienne de l'étrange soirée vécue ou ils se couraient après d'une pièce à l'autre.
C'est là qu'ils aperçurent toute la famille attablée qui les regardaient en souriant. Même son père était descendu est semblait en pleine forme. Liam rougit automatiquement, mais ils se levèrent et les rejoignirent, Vaë mangeant à nouveau pour trois. Ensuite, les deux fiancés montèrent pour changer et nourrir Arya. La petite était de plus en plus curieuse et Liam parvenait (enfin) à la changer sans mettre le tout à l'envers.

Assis sur le lit, il se mit presque en étoile pour que Vaë puisse s'asseoir dos contre lui, la petite dans les bras. Elle commença à la nourrir et demanda soudain :

-Tu crois que ça fait mal quand le bébé sort par ... euh ... là ?

Euh…Liam ne savait pas. Sans doute tout de même…un bébé ce n'est pas rien…il avait déjà mal pour elle comme ça…elle pencha la tête en arrière pour le regarder, curieuse comme d'habitude et il lui sourit pour la rassurer en disant :

-Je pense que oui…mais ne t'inquiète pas je suis là…

Puis il l'embrassa tendrement pour effacer ses craintes.

Les journées suivantes furent calmes, Liam recommençant à habituer ses membres à l'effort continu. Son père l'accompagnait parfois, mais bien vite Melley venait et lui disait d'arrêter à cause de son cœur. Oui elle était redevenue mère poule ou mamie poule comme on le souhaite et veillait sur son mari au grain. Et Heïan ne s'en offusquait pas plus que ça. Vaë aussi veillait sur Liam et lui disait quand elle jugeait que cela suffisait et il obéissait docilement, mettant sa tête de mule au placard…pour l'heure.

Bref, trois jours plus tard, il fût temps pour ces messieurs de partir au quartier général. Vaë n'avait fait que l'embrasser et lui souhaiter une bonne journée, Liam lui disant la même chose, alors que Melley n'arrêtait pas de donner des consignes à son mari :

-Et pas trop d'exercices physiques d'accord ? Pas de patrouille. Omar le sait. Veille à être toujours bien couvert et pas de mouvement brusques hein ? Pas de stress non plus compris ?

Tant est si bien qu'Heïan l'embrassa pour lui clouer le bec et lui permettre de reprendre son souffle.
Les deux hommes s'en allèrent donc rejoindre Omar, qui prit des nouvelles de son Capitaine et ami avant de lui dire qu'effectivement Heïan aurait droit à la paperasse pendant que lui entraînerait Liam et partirait en patrouille. En soupirant, le Capitaine rétorqua :

-Je sens que je vais m’ennuyer ... Je dois, bouger un peu sinon mon vieux coeur ne reprendra pas le dessus.

Liam voulait s'interposer pour demander s'il n'était pas possible que ce soit son père qui l'entraîne, mais Omar parla avant :

-Hum ... une patrouille par semaine et l’entraînement de ton fils, tant que ça ne devient pas trop épuisant. Ça te va ?

Cela fût approuvé par tous et Omar entraîna Liam après quelques piques, laissant le Capitaine s'occuper des dossiers, du classement, et du reste. Liam se dit qu'il pouvait peut-être l'aider aussi…après.

Dehors, de la fumée blanche s'échappait de leur bouche à chaque respiration. Ce fût les mêmes exercices que la dernière fois, et Liam y parvint légèrement mieux. Il réussit à tenir son épée à une main, à atteindre les objectifs fixés. Mais le combat à mains nues n'était pas encore au point. Omar le plaqua dans la neige en un temps record. Épuisé, ils rentrèrent avant midi et Omar partit en patrouille, disant qu'il emmènerait Liam dans l'après-midi.

Resté avec son père, Liam l'aida à ranger les dossiers et les classer. Par contre il laissait le soin à son père d'écrire, puisque tout le monde aimait son écriture féminine. Liam n'avait pas la même, mais presque. Alors il lisait les rapports d'enquête, curieux, et posait des questions au Capitaine. C'était captivant tout de même. Liam sentait qu'il n'allait pas s'ennuyer ici.

A midi, ils mangèrent tous ensemble, les hommes ravis et de revoir leur Capitaine en pleine forme et d'accueillir un bleu dans les rangs. Tous connaissaient l'histoire et aucun ne fît de commentaires sur son séjour chez les fous ou sur sa folie. Omar n'avait rien dit à propos de sa crise faite en prison et Liam l'en remerciait. L'après-midi, ils délaissèrent une nouvelle fois Heïan le temps que Liam enfile l'armure pour patrouiller. Se regardant dans le miroir, Liam écarquilla les yeux. Cette armure, il l'avait toujours vue sur le dos de son père. Mais la porter…c'était étrange. Elle était lourde, il sentait chaque partie métallique comme si elles voulaient l'entraîner au sol, mais il savait que c'était parce qu'il n'y était pas habitué et parce qu'il n'avait pas encore repris l'entièreté de ses forces et de son poids.

Son père fût ému de voir son fils ainsi accoutré et le serra contre lui en lui promettant de faire attention.

-Capitaine…je suis là…votre fils craint avec moi ! S'exclama Omar.

Heïan lui sourit et lui donna une claque sur l'épaule avant de les virer du bureau ou quelques dossiers l'attendaient encore.
Les rues enneigées de Beolan étaient quasi désertes. Les enfants couraient, glissaient sur les plaques de verglas et faisaient des batailles de boule de neige, les jeunes filles construisant des bonhommes.

-Aujourd'hui je t'emmène pas dans les quartiers sensibles. Même s'ils ne le sont plus tellement depuis que ton père est là je dois dire.

Liam ne fît qu'acquiescer, grelottant. Ses jambes le supportaient, mais avec le poids de l'armure en plus, il avait peur de ne pas tenir toute l'après-midi. Mais il suivit le mouvement, observant les soldats les rares fois ou ils devaient intervenir, conseillant les gens perdus, réprimandant les enfants qui faisaient des siennes…

Ils rentrèrent frigorifiés au quartier général et Liam s'installa près de son père pour l'aider dans les derniers dossiers, malgré ses doigts gelés. Ensuite, ils rentreraient et retrouveraient leurs femmes…elles pourraient alors les réchauffer convenablement…


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 24 Déc 2012 - 6:40

Un drôle de repas

Assit dans sur sa chaise derrière son bureau, Heïan commença abord par mettre un peu d’ordre dans ses papiers qui étaient empilés sur le coin droit de celui-ci. Bon sang ... il suffisait qu’il s’absente quelques jours pour se retrouver avec une montagne de papier ! D’un autre côté, ça faisait partit de son travail oui, sauf qu’il n’y avait personne pour le remplacer dans ce genre de situation. Soupirant de découragement, le Capitaine se lança tout simplement au travail pendant que le géant entraînait son fils à l’extérieur. Plusieurs heures s’écoulèrent avant que Liam ne se pointe dans son bureau, Omar prévenant qu’il partait en patrouille avec quelques hommes. Heïan acquiesça d’un simple signe de tête et termina de classer ses dossiers en quelques piles. Son fils se proposa alors pour les ranger et il accepta avec joie son aide qui n’était pas du tout de refus. Pendant ce temps, il continuait de transcrire le rapport d’Omar de façon lisible sur un nouveau parchemin et les posait sur le coin gauche de son bureau, suscitant la curiosité de Liam qui les prenait et les lisait avec une soif de savoir qu’il ne lui avait pas connu envers le métier. De temps à autre, il posait des questions à son père qui lui répondait comme il le pouvait, un sourire en coin aux lèvres; le jeune homme apprendrait très rapidement et pourrirait éventuellement prendre sa place si Omar refusait le poste lorsque l’heure serait venu.

Midi sonna alors et les soldats en pause se retrouvèrent dans une sorte de petite cantine pour le repas. On leur servit une soupe chaude avec du pain et du thé vu le temps frisquet qu’il faisait dehors. Les hommes ne manquèrent par de remarqué le retour de leur supérieur comme de son fils, la nouvelle recrue. Après que leur estomac fut rassasié, tous retournèrent en poste et Heïan le premier puisqu’il avait un rapport entier à retranscrire après avoir lu son contenu; celui du bâtiment où on enfermait les aliénés. On toqua alors à la porte de son bureau , Omar et Liam y pénétrant. L’armure sur le dos de son fils lui donnait une toute autre allure, mais le rendait tellement fière de lui. Se levant de sa chaise, il s’approcha et le serra contre lui, se heurtant au métal. Le fils promit alors à son paternel de faire attention, mais le géant répondit avant même qu’il put dire quelque chose.

‘‘ Capitaine…je suis là…votre fils ne craint rien avec moi ! ‘‘

‘‘ Je n’en doute pas une seconde ... et cesse de me vouvoyer par tous les dieux ! ‘‘

Le Capitaine lui sourit et lui donna une claque derrière l’épaule droite puis les vira tous les deux de son bureau en les poussant légèrement. Heïan s’écria alors, en rigolant bien entendu:

‘‘ Déguerpissez ! Vous me dérangez et j’ai du travail pour trois mois sur ce satané bureau ! Dîtes à ma femme que je serai ici toute l’hiver ! ‘‘

Omar esclaffa et entraîna Liam avec lui dans les rues. Heïan resta dans le couloir et les regarda s’éloigner, les bras croisés sur son torse et un sourire en coin. Liam avait réussit à garder la tête haute malgré les dures épreuves qu’il venait de traverser et avait reprit le dessus sur la chose qui le rongeait de l’intérieur bien qu’il se doutait qu’elle était toujours présente. Au moins, ses crises semblaient avoir disparue pour l’heure et c’était une bonne chose. Retournant dans son bureau et sa paperasse, le père de famille continua alors la retranscription du rapport d’Omar sur ses parchemins. Quelques heures s’écoulèrent lorsqu’ils rentrèrent enfin, gelés. Liam fut le premier entré et s’installa à ses côtés pour l’aider à classer les feuilles du dossier retranscrites, Omar entrant à son tour.

‘‘ Rien de suspect en ville, chef. ‘‘

‘‘ Bien ... alors va chercher ta femme et rendez-vous à la maison, le temps que je termine ce dossier. J’en ai pour quelques minutes encore. ‘‘

Mais il y eut un long silence qui força Heïan à lever ses yeux violets sur son frère d’arme qui le regarda d’un air confus. Fronçant les sourcils, le Capitaine déposa sa plume à côté de son encrier et fixa son ami qui piqua la même tronche avant de demander :

‘‘ Attends, Heïan ... Mon cerveau est lent ce soir. ‘‘

‘‘ Melley vous a invité à manger non ? ‘‘ Demanda t-il, Omar acquiesçant avec hésitation. ‘‘ Bien voilà ! ‘‘

‘‘ À ... tout à l’heure dans ce cas. ‘‘

Heïan ne fit qu’acquiescer d’un signe de tête et salua le géant qui leur sourit avant de quitter le bureau direction sa demeure. Encore vingt minutes et le classer des dossiers fut terminé. L’aide de Liam avait grandement aidé et demain il pourrait se charger de son entraînement personnellement avant de le laisser partir pour sa seconde patrouille. Aussi, il pourrait se dégourdir lui-même. Resté inactif était la pire chose à faire subir à son coeur. Il fallait seulement qu’il fasse attention pour une longue période, veillant à ne pas trop forcer la dose. Faisant leur salutations aux hommes qui travaillaient de nuit, Le père et le fils se dirigèrent vers la villa où les attendait le reste de la famille ainsi que leur deux invités.

Vaënadiel ne tarda pas à aller acceuillir son homme avec un sourire radieux. Ses mains prirent les siennes qui étaient complètement gelées et les réchauffa alors qu’elle alla chercher son baiser. Cette armure lui faisait à merveille et il dégageait une certaine fierté en l’arborant, tout comme son père. Melley acceuillit elle aussi son époux comme il se le devait et lui posait déjà une tone de question, espérant qu’il n’ait pas trop forcé pendant la journée et blabla. Derrière, la druidesse ricanait et aida Liam à se départir des plaques de métal qui le recouvrait avant de l’entraîner dans la salle à manger où on servait déjà le repas ainsi qu’un peu de vin. Vaë resta à l’eau sous l’oeil avisé de Melley qui était sa conseillère numéro un en ce qui concernait les bébés. Lorsqu’Heïan leva son couvert, Omar se mit à rire aussitôt.

‘‘ Tu fait une cure de viande, Heïan ?! ‘‘

‘‘ Hum ... non ... je ... on me force à manger plein de légumes et un peu de viande. Je ne dirai pas à cause de qui, mais elle se trouve au bout opposé de la table et me regarde étrangement en ce moment même avec un regard remplit de promesses de vengeance à mon égard. ‘‘

‘‘ Oui, en effet. Je vois maintenant de qui tu parles. ‘‘ Dit-il d’un air amusé en voyant Melley qui dardait son cher époux des yeux. ‘‘ Mais ... ne le ménage pas Melley. ‘‘

Omar se mangea aussitôt un pain derrière la tête et s’écria alors qu’Heïan le réprimandait. Les deux hommes élèvèrent la voix et se mirent à rire après qu’ils s’eurent levé de leur chaise pour se faire face. Heïan avait l’air bien moins crédible en face d’Omar qui faisait facilement une tête de plus que lui. Vaënadiel, les joues rondes, se dépêcha d’avaler sa bouchée et dit :

‘‘ J’ai l’air d’une naine à côté de lui ! ‘‘ Mais ses paroles sortirent plus fort qu’elle ne l’avait espéré et Omar s’esclafa.

De toute manière, Vaë était la personne la plus petite de la villa même en incluant les domestiques. Il n’y en avait qu’une seule qui avait sa grandeur. Gênée, la druidesse se mit à rougir et baissa légèrement les yeux, continuant à manger son repas, serrant la main de son amoureux dans la sienne. Après le repas, Elle monta à l’étage pour s’occuper d’Arya, laissant Liam avec les invités. La petite fut donc lavée soigneusement, changé et nourrit au sein avant d’être bercé par son doux chant. Une fois qu’Arya fut endormie, la druidesse descendit pour laisser la domestique surveiller la petite, se proposant le temps que les invités partent. Elle accepta, mais n’avait pas l’intention de rester debout bien longtemps. Sa grossesse devenait de plus en plus difficile et elle s’épuisait rapidement. Elle ne reste qu’une demi-heure parmis eux, les adultes riant de bons coeur ensemble.

‘‘ Je vais vous fausser compagnie ... la fatigue. Bonne nuit à tous et toutes. ‘‘

‘‘ Bonne nuit, Vaë ! ‘‘

Ephraïm se leva et vint l’enlacer dans ses bras, lui donnant un baiser sur le front et lui souhaitant la bonne nuit dans leur langue maternelle, Vaë en faisant de même. Elayne fut aussi capable de le dire et la druidesse ne put qu’être fière de son effort. Alors qu’elle s’approchait de Liam, celui-ci se leva du canapé et le contourna pour la suivre, saluant tout ce beau monde pour suivre sa douce à l’étage. Croisant leurs, les uns entre les autres, les fiancés montèrent au second et entrèrent dans leur chambre. La domestique sortit et leur souhaita la bonne nuit, Vaë la remerciant. Arya dormait à poings fermée alors les parents avaient le temps de filer rapidement se laver. Bien qu’elle essayait de se coller contre son amoureux, il y avait toujours ce ventre qui faisait obstacle. La seule solution était de se coller dos contre lui, mais bon ... c’était mieux que rien du tout ! Il l’aida alors à se laver, ses mouvements étant réduit à cause de ce même ventre et elle le remercia en le bécotant.

Tout semblait être revenu à la normale et bientôt, il y aurait un nouveau membre dans la famille ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 24 Déc 2012 - 11:48


Lorsqu'Heïan eut finit de retranscrire son dossier, ils se levèrent pour rentrer chez eux ou tout le monde les attendait, en plus d'Omar et sa femme, invités à manger chez eux le soir même. Liam avait vu sur quel dossier son père travaillait. L'enquête sur l'asile ou il avait été captif. Allait-on lui demander de raconter ce qu'il avait subit ? Allait-il devoir replonger dans ses souvenirs qu'il s'efforçait de rejeter loin dans sa tête pour regarder l'avenir brillant qui s'offrait à lui ? Bien sûr, il le ferait pour qu'aucune autre personne ne serve de cobaye aux mages, folles ou non. Mais pour l'heure, ce n'était pas le sujet principal.

En arrivant chez eux, ils furent accueillis par leurs femmes respectives, chacun recevant le baiser tant attendu. Vaë arborait un immense sourire et prit ses mains entre les siennes pour les réchauffer tout en l'embrassant et admirant sa tenue. Liam l'avouait, il était fier de porter l'armure. Melley, elle, inondait son époux de questions en tout genre, voulant être tout à faire sûre qu'il n'ait rien fait de trop physique. Liam et Vaë ricanèrent en silence en voyant l'air de son père qui fît une nouvelle fois taire sa femme par un baiser passionné et…long. Très long. Si long qu'elle n'eut plus de souffle pour reprendre ses questions par la suite.

Liam alla retirer son armure avec l'aide de sa rose pendant que les invités et le restant de la famille s'installait. Lorsqu'ils revinrent, ils s'assirent et commencèrent à manger avec entrain. Une journée à l'extérieur fatiguait votre homme et la grossesse votre femme ! Le vin était succulent, et Vaë ne pouvait pas en profiter, restant à l'eau toute la soirée. En même temps, Melley lui avait déconseillé de boire de l'alcool à cause du bébé. Et ils savaient tous ce que l'alcool faisait à la jeune nordique !
Au milieu du repas cependant, Omar demanda à son Capitaine s'il faisait une cure de viande. Il était vrai que Melley avait demandé aux domestiques de mettre plus de légumes que de viande dans l'assiette d'Heïan, pour son cœur principalement, selon les recommandations du guérisseur. Et vu le regard de son mari, la réponse allait être…amusante.

-Hum ... non ... je ... on me force à manger plein de légumes et un peu de viande. Je ne dirai pas à cause de qui, mais elle se trouve au bout opposé de la table et me regarde étrangement en ce moment même avec un regard remplit de promesses de vengeance à mon égard.

Oh oui, la vengeance elle savait le lui donner. Que ce soit la vengeance douce en privé, au lit, ensemble, ou la vengeance plus…méchante en l'attachant au lit et le forçant à ingurgiter les légumes. Il le savait qu'elle était capable de tout. Et elle ne se priverait pas ! Elle souriait tout de même légèrement après la phrase d'Heïan et Omar la regarda à son tour en disant :

-Oui, en effet. Je vois maintenant de qui tu parles. Mais ... ne le ménage pas Melley.

Melley sourit et lui assura d'un signe de tête que non elle ne le ménagerait pas et le pauvre soldat se mangea un coup sur l'arrière du crâne. Heïan commença à le réprimander et tous deux se prêtèrent au jeu, haussant le ton tout en riant. Ils finirent debout, mais tout le monde riait parce que…Omar avait une tête de plus que son Capitaine, ce qui le rendait tout de suite moins intimidant…

Liam observait le tout, le cœur léger, si heureux de les retrouver tous ainsi. La chose sommeillait en lui. C'est là que Vaë, avalant sa bouchée, s'exclama :

-J’ai l’air d’une naine à côté de lui !

Tous la regardèrent et rirent de plus belle, alors que la jeune nordique rougissait et baissait la tête, serrant la main de Liam dans la sienne. Voilà, c'était ce naturel qu'il aimait chez elle. Lorsqu'elle eut terminé, elle se leva pour s'occuper d'Arya et lorsque Liam voulut l'accompagner elle lui dit qu'il pouvait rester avec les invités et qu'elle reviendrait vite.

La regardant monter, le ventre bien rond et ralentissant ses pas, Liam se dit qu'il était peut-être grand temps qu'il trouve un toit pour sa famille. Il ne voulait pas abuser de l'hospitalité de ses parents. Et puis, lorsqu'ils auraient une maison, ils pourraient alors voir pour organiser le mariage et le célébrer là-bas. Et…il avait envie de fabriquer lui-même la maison et d'en faire la surprise.

Vaë redescendit quelques temps après, s'installant à côté de lui et lui prenant la main. Liam sentait bien qu'elle était épuisée. Les adultes riaient tous entre eux, les deux soldats se lançant des piques, les femmes se moquant gentiment d'eux. Au bout d'une demi-heure, la jeune nordique se releva, disant :

-Je vais vous fausser compagnie ... la fatigue. Bonne nuit à tous et toutes.

Aussitôt son frère vint la serrer dans ses bras alors qu'Elayne lui souhaitait la bonne nuit et lorsqu'Eph' le lui souhaita dans leur langue maternelle, Elayne le lui redit également dans la langue nordique, à la plus grande joie de son amoureux et de sa sœur d'adoption. Même Liam était stupéfait parce que…il n'arrivait réellement pas à intégrer le langage. Malgré ses efforts. Mais Elayne avait toujours était plus vive que lui à apprendre. Lui réfléchissait toujours, tentait de comprendre avant tout et donc il se ralentissait tout seul.

Quand Vaë s'approcha de lui pour lui souhaiter également une bonne nuit, il se leva et contourna le canapé, saluant tout le monde et suivit sa rose à l'étage. Il avait envie de passer un peu de temps avec elle, surtout qu'ils ne s'étaient pas vus de la journée et puis…il s'en voudrait de rester en bas alors qu'elle était toute seule en haut dans le noir à dormir. Elle avait besoin de ses bras et lui avait besoin de son contact, c'était tout. Montant les escaliers main dans la main, doigts croisés, ils entrèrent dans leur chambre, ou la domestique leur souhaita une bonne nuit en s'en allant. Arya dormait à poings fermés dans son berceau, si tranquille, là. Si paisible.

Ils allèrent donc se laver et malgré tous ses efforts, Vaë ne parvenait pas à se coller à lui ventre contre ventre, à cause de sa grossesse. Alors elle se tourna et se colla dos à son torse et Liam l'enlaça de ses bras, l'eau ruisselant entre eux. Liam la lava alors, caressant son corps comme jamais, la relaxant. Elle l'embrassait et le caressait aussi, comme une récompense. Lorsqu'ils sortirent, Liam la sécha aussi, l'habilla, et l'aida à se coucher. Il vérifia juste que sa fille dormait toujours paisiblement, qu'elle avait toujours ses doudous à portée, lui caressant brièvement la joue avant de retourner auprès de sa nouvelle mère. Couchée sur le dos parce qu'elle ne pouvait pas faire autrement, Liam resta à genoux à côtés.

Elle ne comprenait pas pourquoi il restait immobile et soudain il releva son haut, dévoilant son ventre. Il posa une main dessus, effleurant à peine sa peau, comme s'il avait peur de faire mal à l'enfant. Il sentait les petits coups qu'il donnait à sa mère, avait mal pour elle et il pencha sa tête, collant son oreille sur son ventre. Maintenant, il entendait les coups. Vaë le regardait de ses yeux brillants et il se redressa juste assez pour donner une multitude de petits baisers tout le long de son ventre, partout. Puis il se glissa le long de son corps, se couchant à ses côtés et l'entourant d'un bras. Il nicha sa tête au creux de son cou, s'enivrant de son doux parfum. Avant de s'endormir il murmura :

-Si jamais Arya se réveille…j'irais. Il faut que tu restes couchée…

Il espérait juste qu'il l'entendrait, le cas échéant…

Le lendemain, Liam se réveilla rapidement pour aller au travail. Arya l'avait réveillé une fois et il l'avait bercée, consolée, pendant une demi-heure, près de la fenêtre, lui montrant la lune et les étoiles. Ses yeux s'étaient éclaircis et ils étaient d'un bleu stupéfiant. Ses cheveux étaient restés noirs et le tout donnait un contraste merveilleux. Ses traits pour l'heure étaient plus un mélange de lui et de Keira. Il ne saurait dire avec certitude.

Maintenant elle dormait à nouveau, tout comme Vaë et il descendit après lui avoir donné un baiser furtif sur le front, en silence. Son père et sa mère étaient déjà là et ils revêtirent leurs armures après avoir mangé, sortant dans le froid hivernal. Il espérait que Vaë ne panique pas en s'éveillant, mais il ne l'aurait jamais réveillée exprès. Il fallait qu'elle dorme le maximum possible.

Cette fois, ce fût son père qui l'entraîna et Liam s'en sortit légèrement mieux. Avec les armes, cela allait de mieux en mieux, bientôt il aurait retrouvé ses aptitudes d'avant, mais à mains nues il bloquait encore pour les coups les plus simples. Son père le mit au tapis comme Omar.
Ils allèrent ensuite en patrouille ensemble, son père lui montrant les ficelles du métier, lui donnant des astuces. Il ne faisait aucun favoritisme parce qu'il était son fils et Liam en était bien content, parce qu'il essayait de s'intégrer dans les rangs. Au soir, il ne put attendre que son père finisse et s'excusa, lui disant qu'ils se retrouveraient à la maison. Parce que Liam finissait sa journée un peu avant son père mais il l'attendait pour rentrer avec lui. Sauf que là, il voulait chercher un terrain pour la maison. Ou trouver une maison à rénover qu'importe. Près d'un boisé.

Il marcha longtemps, félicitant ses jambes de réussir à le supporter à nouveau. Il longea les quartiers bourgeois, s'en éloignant un peu. Il ne voulait pas aller dans les bas fonds non plus. Un quartier entre les deux, avec une bonne école, pas trop loin de ses parents non plus au cas où. Et là il trouva.

C'était une grande demeure en ruine, sur deux étages, entourée d'arbres. Cela faisait vraiment longtemps qu'elle était abandonnée au vu de la poussière et des toiles d'araignée, de la mousse et de l'herbe qui poussait. Il s'avança, entrant à l'intérieur. La porte s'écroula dès qu'il posa les doigts dessus, rejetant un amas de poussière qui le fît tousser. Dégageant la fumée d'une main, Liam s'avança prudemment, ne souhaitant pas particulièrement que la maison s'effondre sur lui. Elle avait l'air grande et spacieuse. Il y avait des meubles, poussiéreux, sales, en mauvais état. Mais bon, pour les meubles, il pouvait en fabriquer, ou aller chez un brocanteur, ou même demander à son parrain s'il n'avait pas de vieux meubles qui ne lui servaient plus. Parce que Liam ne voulait pas demander d'argent, il voulait se débrouiller avec ce qu'il avait et surtout, il ne parlerait de ce projet à personne. Ce devait être une surprise. Mais il devait reprendre la maison. Il chercha donc le propriétaire du terrain, et on l'informa qu'il était mort. Super…il demanda à qui le terrain appartenait depuis et on lui dit que personne ne l'avait réclamé. Alors Liam se dirigea vers la bâtisse des dirigeants et des affaires publiques, demandant à acquérir le terrain. Cela fût étonnamment vite réglé et ce pour une modique somme comparé à ce qu'il avait craint.

Liam était donc le nouveau propriétaire et du terrain et de la maison. Il pouvait en faire ce qu'il voulait sans avoir peur d'être dans l'illégalité. Fier de lui, il rentra à la maison, cachant l'acte de propriété dans sa poche intérieure. Ils lui demandèrent bien sûr ou il était passé mais il resta évasif, ne répondant pas convenablement. A la place, il embrassa Vaë comme pour rattraper cette journée.

Oui, il lui ferait la surprise. Il avait deux mois pour rénover la maison et en faire un nid douillet pour lui, Vaë, Arya, et le futur bébé.

Les jours s'écoulèrent donc, l'hiver se renforçant, le froid mordant, les hommes travaillant. Liam avait repris ses forces et ses aptitudes et avait même réussi à battre Omar à mains nues ! Le soir, il allait à la maison et y travaillait longtemps, oubliant presque qu'il devait rentrer. Il priait pour que son père n'ait pas la bonne idée de le suivre. Sauf que…ça n'avançait pas aussi vite qu'il l'aurait souhaité. Il était seul et n'y travaillait que les soirs, voir de temps en temps le week-end. Il ne pouvait pas passer ses samedis et dimanches là-bas sinon Vaë se poserait des questions. Mais il avait déjà solidifié le tout, avait rendu la maison sécuritaire sur ses fondations. Il s'attaquait donc aux fenêtres, portes, ravalement de façade. Il lui restait tout l'intérieur et le jardin à refaire malgré la neige et la glace, et les mois partaient trop vite. Il désespérait d'y arriver à temps mais ne baissait pas les bras.

Vaë en était à son neuvième et dernier mois de grossesse. Elle restait le plus souvent à moitié allongée dans son lit ou sur le canapé lorsqu'elle parvenait à descendre. Elle s'épuisait vite et donc limitait les mouvements. Liam, Elayne et Eph' lui tenaient compagnie, la faisant rire, jouant avec Arya qui grandissait à une allure folle du haut de ses presque cinq mois.
Heïan allait comme convenu chez le guérisseur pour les tests et pour l'heure tout était normal, ce qui rassurait le Capitaine autant que sa femme.

Lorsque Vaë s'endormait, Liam se faufilait et retournait sur son chantier. Et soupirait en voyant tout ce qu'il avait encore à faire. Mais il ne pouvait engager d'ouvriers, il n'en avait pas les moyens et il ne voulait pas. Il voulait que la maison vienne de lui. Il était l'homme, il devait fournir un toit pour les siens.

Mais aujourd'hui il ne pouvait pas y aller. C'était l'anniversaire d'Heïan et tous étaient réunis, son parrain, sa marraine, sa grand-mère, Eph', Elayne, Omar et sa femme…ils étaient tous là pour fêter les cinquante-deux ans d'Heïan. Waouh…cinquante-deux…lui et Melley se sentaient vieux d'un coup. Melley en avait quarante-huit, mais même…un gros gâteau était prévu et de beaux cadeaux.

Sauf que personne ne se doutait de la surprise qui les attendaient en ce même jour…


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 25 Déc 2012 - 1:39

Un beau cadeau

Sentir le dos de ventre de son homme contre son dos lui apportait une certaine sérénité. Les yeux fermés, ses mains sur les bras protecteurs de Liam, Vaë profita de sa chaleur pendant que l’eau ruisselait sur leur peau. Lorsque leur tête fut suffisamment mouillée, la jeune femme se laissa laver, frissonnant sous le contact des mains de son fiancé et partenaire de vie. La tension des derniers mois s’évaporait toujours d’un seul coup pendant ces instants d’intimité qu’ils avaient et pour que les effets soient les même que les siens, la jeune femme rendirent le tout à son homme, sentant la chair de poule à la surface de sa peau. Ils se séchèrent ensuite et Liam l’aida à se vêtir pour ensuite la conduire jusqu’au lit où il l’aida à se coucher. Arya dormait toujours profondément et Liam s’assurait que tout allait bien avant de revenir vers le lit.

Couchée sur le dos, Vaënadiel observait le plafond tout en caressant machinalement son ventre jusqu’à ce qu’elle voit la silhouette de son homme se tenir à ses côtés sur les genoux. Fronçant les sourcils, la jeune femme à la chevelure de neige le fixa. Pourquoi restait-il là, immobile et muet ? Soudainement, Liam releva le tissu qui la recouvrait afin de mettre son ventre rond à vue, forçant la druidesse à se redresser légèrement sur ses coudes pour y voir quelque chose. La main du chevalier effleurait la peau tendue de son ventre avec délicatesse, comme si une simple caresse pouvait faire du mal au petit être qui grandissait en elle depuis plusieurs mois maintenant. De temps à autre, elle sentait que le bébé donnait des coups et Liam eut le loisir de sentir ça à son tour. Son oreille se posa alors sur son ventre, tentant d’entendre quelque chose. Vaë le voyait sourire légèrement et cela la rendait tout aussi heureuse. Une armée de baiser fut déposée sur l’entièreté de son ventre, et ce , jusqu’à ce qu’il s’allongea à ses côtés, l’entourant d’un bras. Son visage se fraya aussi un chemin jusqu’à son cou et laissa son souffle réchauffer sa peau doucement.

‘‘ Si jamais Arya se réveille…j’irais. Il faut que tu restes couchée… ‘‘ Murmura Liam, commençant déjà à somnoler.

‘‘ Comme tu veux, eïl frakhas. ‘‘

Fredonnant une douce mélodie, Vaënadiel caressa la chevelure de son amoureux d’une main et son ventre de l’autre alors qu’elle aussi fermait les yeux. Le sommeil l’enveloppa de ses bras et l’amena avec lui dans ses tréfonds pour quelques heures. Jamais elle n’avait senti Liam quitter son chevet et encore moins les pleurs d’Arya en pleine nuit. Le lendemain matin, la druidesse ne s’était pas plus réveillée. Meeko lui brossait les cheveux avec ses pattes, mais rien. Elle dormait comme une souche. Ainsi, elle manqua le départ de Liam et le déjeuner. Ce ne fut que lorsque le soleil fut à son zénith que Vaë se rendit compte qu’elle était seule dans le lit et que la lumière était trop forte pour être tôt en matinée. Bayant aux corneilles, elle se leva et alla chercher la petite qui était dans son berceau, lui souriant de sa bouche sans dents. Elles s’installèrent dans le fauteuil près de la fenêtre et la mère par substitution allaita jusqu’à ce qu’Arya soit rassasié puis vint l’heure du rot. Lavée, changée et présentable, Vaë descendit lentement l’escalier pour se rendre jusqu’au salon où se trouvait Melley, Elayne et Ephraïm.

‘‘ Alors, soeurette. Bien dormi ? ‘‘

‘‘ Bien et longtemps d’après ce que j’ai cru voir. ‘‘

‘‘ Normal avec ta grossesse et l’arrivée de la petite Arya parmi nous. C’est beaucoup de travail et à ce stade, tu t’épuises déjà plus rapidement qu’au départ. ‘‘

‘‘ Je suppose que tu as raison ... ‘‘

Vaënadiel prit alors le fauteuil que Melley lui laissa et une domestique lui apporta de quoi manger puisqu’elle avait manqué le repas du matin. La remerciant, Elayne prit le bébé et jouait avec, mais dès qu’elle essayait de le donné au frangin de la nordique, Arya se mettait à pleureur puisqu’elle sentait sa nervosité. La druidesse ne pouvait s’empêcher de sourire, regardant son frère en se voulant rassurante. Ils sortirent ensuite dans le jardin arrière, Vaë désirant prendre un peu d’air et on s’assura qu’elle était bien au chaud. Il avait fallu qu’elle leur dise qu’elle allait bien pour qu’ils la lâchent enfin. À croire qu’ils devenaient tous mères poules ou papas poule. Ce fut toute la journée ainsi et il lui semblait que ça devenait de pire en pire à la file des jours ...

L’hiver se faisait présent à part entière depuis un bon deux mois maintenant et le froid avait atteint ses limites. Heïan et Liam avaient pris leur routine du matin; manger et partir toute la journée durant. D’ailleurs, le jeune homme avait repris ses forces et son poids, lui permettant de tenir lors des patrouilles et des entraînements qui se voulaient de plus en plus rigoureux. Heïan lui, tentait de garder la forme pour que son coeur ne s’affaiblisse pas malgré ce que lui disait Melley. Les Kreiss étaient tous têtus, oui. Mais bref ... il arrivait aussi que Liam rentre tard le soir pour des raisons inconnues, mais qui n’inquiétait personne. Quant au ventre de Vaënadiel, il était arrivé au maximum de sa grosseur et on attendait à ce qu’elle accouche dans les jours à venir. Elle avait des crampes de temps à autre et souvent on paniquait pour rien, car elles disparaissaient comme elles venaient. De rares fois, la druidesse parvenait à se rendre jusqu’au salon pour se dégourdir les jambes, car on lui interdisait de mettre le nez dehors seule depuis quelques jours.

Cette journée-là, Liam et Heïan étaient allés au travail comme à l’accoutumée et encore une fois, le Capitaine avait oublié qu’il vieillissait encore d’un an. Ainsi, toute la journée on lui cacha des choses. Ce ne fut qu’au retour à la maison qu’il vit que les femmes avaient tout préparé. Cela expliquait pourquoi Omar les suivait loin derrière ! D’ailleurs, quand on parlait du loup ... Heïan se mangea une solide claque dans le dos qui lui coupa le souffle.

‘‘ Alors, mon pote ! Comment se sent-on à 52 ans ?! ‘‘

‘‘ Vieux ? ‘‘ Rétorqua Heïan en reprenant sa respiration après avoir toussoté.

‘‘ Voyons papa. Tu es encore tout jeune et pimpant ! ‘‘

Les femmes s’échangèrent un regard et éclatèrent de rire lorsque Vaënadiel leur faussa compagnie pour monter à l’étage comme elle pouvait; il fallait qu’elle aille au petit coin et en vitesse. Elle laissa donc tout ce beau monde s’occuper du père de famille et ce fut en entrant dans la chambre qu’elle sentit que quelque chose n’allait pas. Elle venait de crever ses os dans la salle de bain.

‘‘ LIAM ! IL VA SORTIR ! ‘‘ Hurla t-elle aussi fort qu’elle le pouvait, une domestique se rua à l’étage principale pour prévenir le concerné.

La famille se leva aussitôt et Eph’ aida sa soeur à se redresser sur ses jambes pour s’allonger sur le lit puisqu’elle était à genoux au sol, ravagée par d’affreuses crampes qui la faisaient grimacer. Melley se précipita à ses côtés, invitant Liam à en faire de même et Heïan fit sortir ceux qui n’avaient pas à assister à ça, lui inclus.

‘‘ Heïan, va vite chercher le guérisseur et sa femme ! ‘‘

‘‘ Je vais y aller. Je cours plus vite. ‘‘ Et sans que le père de famille ne puisse rétorquer, Omar était parti en laissant sa femme sur place.

‘‘ Eh bien! Papa. Tu auras une petite fille ou un petit fils comme cadeau d’anniversaire de la part de ta bru. ‘‘

‘‘ Par tous les dieux ... ‘‘ Souffla t-il, sous le choc.

Dans la chambre, Vaënadiel était rouge et fiévreuse, gémissant sous la douleur qui la frappait. Melley tenait sa main gauche fermement, lui montrant comment respirer comme il le fallait pendant que la druidesse serrait avec force la main de son homme qui épongeait déjà son front. Celle-ci tourna ses yeux aqua vers lui, trouvant une ouverture entre deux crampes pour lui sourire et dire :

‘‘ Finalement, ça va ... faire plus mal que je ... l’avait imaginé ! ‘‘

Puis elle hurla tellement fort que son frère se fit à blêmir dans le couloir, croyant qu’elle était en train de se faire torturer de l’autre côté de la porte close. Quelques longues minutes s’écoulèrent avant qu’Omar ne revienne, accompagné du guérisseur et de sa femme qui s’occupait des accouchements de temps à autre. Le travail était déjà commencé et on apporta une bassine d’eau, des serviettes et un tabouret pour que la femme du guérisseur puisse s’installer. Vaë poussait comme elle pouvait, hurlait au meurtre sous la douleur jusqu’à ce qu’on s’écrie :

‘‘ Ne pousse plus ! Arrête ! Le bébé va s’étouffer ! ‘‘

Ce fut la panique chez la jeune femme qui ferma les yeux en versant des larmes. Non ! Elle ne voulait pas perdre son enfant ... la chair de sa chair. La petite chose qui avait pris vie 9 mois durant au fond de ses entrailles ! L’absence de pleurs lui faisait affreusement peur, mais soudainement, sa tête se mise à tourner et les draps s’imbibaient de plus en plus de sang. Le guérisseur se détacha de sa femme pour s’approcher de Vaë qui avait brusquement cessé de hurler. Il posa ses doigts à son cou et remarqua que son visage blêmissait, ses yeux se révulsant.

‘‘ Elle perd beaucoup trop de sang ! ‘‘

La prise sur la main de Liam était diminué elle aussi, mais restée tout de même solide. La tête de Vaë se tourna dans sa direction et elle marmonna avec difficulté :

‘‘ Liam ... j’ai ... la tête qui tourne. ‘‘

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 25 Déc 2012 - 10:51


Apparemment, Heïan avait encore oublié son anniversaire. Oui encore. Parce qu'il avait vraiment l'air surpris lorsqu'il vit que tout était prêt à son attention à la maison ! Il reçut une belle claque dans le dos de la part d'Omar qui lui demanda comment il se sentait du haut de ses cinquante-deux ans et Heïan répondit :

-Vieux ?

Cela fît sourire Liam qui ne voyait pas son père comme un vieil homme, malgré le malaise qu'il avait eu et les risques qui planaient sur son pauvre cœur. En plus, en voyant Berthan à côté, Liam ne pouvait pas imaginer son père dans le même état, voûté, s'aidant d'une canne pour marcher, oubliant trop de choses…quoique, oublier chaque année son anniversaire n'était déjà pas mal non ?

Ils discutaient et invitaient les gens à entrer au salon pour s'installer autour de la table et Vaë leur faussa alors compagnie, disant devoir aller aux petits coins. Elle marchait vraiment lentement et Liam aurait aimé pouvoir prendre un peu de ce poids sur lui, mais c'était impossible. Il resta donc en bas, à parler avec Eph' et Berthan lorsqu'un cri les pétrifia :

-LIAM ! IL VA SORTIR !

Cela venait d'en haut et ils se dirigèrent tout de suite vers l'escalier au moment ou une domestique le dévalait en disant :

-Monsieur…madame…le bébé….

Liam lui fît comprendre que c'était bon et il se précipita à l'étage, suivit des autres. Vaë était à genoux dans la salle de bains qui jouxtait leur chambre, le sol imbibé d'un liquide transparent. Elle avait perdu les eaux…Eph' s'avança rapidement et la souleva, la recouchant convenablement sur le lit alors que Melley disait à Heïan de chercher le guérisseur et sa femme en vitesse. Ce fût Omar qui s'en chargea alors que son Capitaine faisait sortir ceux qui n'avaient rien à voir là pour le moment.

Liam avait suivit sa mère qui serrait la main de sa rose dans la sienne, lui montrant comment respirer. Elle était en sueur, rouge de fièvre, et grimaçait à cause de la douleur. Il s'assit à ses côtés et tout de suite elle lui prit la main, la serrant de toutes ses forces. Il ne la sentit rapidement plus, mais il s'en fichait et épongeait son front, voulant la rassurer. Entre deux grimaces elle réussit cependant à le regarder et sourire pour lui dire :

- Finalement, ça va ... faire plus mal que je ... l’avait imaginé !

Il sourit et lui fît un petit "chut…ça va aller" pour qu'elle soit rassurée. Ce fût le seul répit que l'enfant lui donna, car tout de suite après elle ferma les yeux et hurla, hurla comme jamais Liam ne l'avait entendu hurler. Elle broyait sa main et il continuait d'éponger son front en sueur, retirant les mèches de cheveux qui s'y collait. Et enfin le guérisseur arriva avec sa femme, qui prit place sur un tabouret devant la jeune femme. Apparemment, elle s'occupait régulièrement des accouchements. Tout leur fût apporté par Elayne qui avait tenu à rester pour aider sa mère et son frère à soutenir Vaë. Bassine d'eau fraîche, serviettes…

Vaë hurlait, poussait, se démenait comme une furie. Elle était rouge, d'un rouge qui surprit Liam qui la connaissait plus avec une peau blanche. Il avait mal pour elle, voulait qu'elle arrête de souffrir de la sorte, que le bébé sorte vite pour qu'ils puissent voir sa bouille d'ange…Sauf qu'au bout d'un moment, la femme du guérisseur s'écria :

-Ne pousse plus ! Arrête ! Le bébé va s’étouffer !

Le sang de Liam ne fît qu'un tour alors qu'il regardait tour à tour les guérisseurs et Vaë. Non…il ne pouvait pas mourir…pas ça, pas maintenant…Il vit des larmes perler aux coins des yeux de Vaë, les essuya d'un doigt. La pièce était affreusement silencieuse. Il n'y avait aucun pleur qui signifiait la vie, et plus aucun hurlement de la part de sa rose. Liam ne comprenait pas et paniquait, regardant le guérisseur s'approcher de Vaë qui était devenue subitement pâle comme un cadavre. Il posa ses doigts sur son cou, à la recherche d'un pouls.

-Elle perd beaucoup trop de sang !

Non…Liam ne pouvait même pas imaginer que sa fiancée et son enfant meurent d'un coup. Pas après tout ce qu'ils avaient surmontés…pas après ces mois de souffrances…La main de Vaë serrait de moins en moins la sienne, mais s'y agrippait tout de même. Il ne bougeait pas, littéralement paniqué, et soudain elle tourna la tête vers lui pour dire en un effort surhumain pour elle :

-Liam ... j’ai ... la tête qui tourne.

-Ne t'en fais pas…ça va aller…

Il se voulait rassurant, mais intérieurement, c'était loin d'être le cas. Le guérisseur avait repris place auprès de sa femme qui s'affairait avec le bébé.

-Vite, sors l'enfant sinon elle va se vider de son sang !

-Je fais ce que je peux ! Le cordon est accroché autour de son cou !

Liam regarda sa mère, sa sœur, puis reporta son attention sur Vaë qui…ne bougeait plus. Ses yeux étaient clos et sa main se desserrait sur la sienne.

-Vaë ? VAË !

Il se releva subitement et mit lui même un doigt sur son cou. Il sentit son cœur battre, mais faiblement, trop faiblement. Melley épongeait le front de Vaë d'une serviette froide, tentant de réguler sa fièvre et Elayne restait près des guérisseurs pour leur apporter ce qu'ils avaient besoin.
La femme était concentrée, s'occupait du nouveau-né le plus rapidement possible. Liam la contourna pour regarder et vit avec horreur le bébé, le cordon autour du cou, bleu. Il était bleu.

Pour lui, les quelques minutes qui s'égrenèrent parurent être l'éternité. Vaë était inconsciente, son sang, si vital, se répandant en une cascade sur les draps, et le bébé était bleu, comme déjà mort. Et soudain, la femme parvint à le libérer, se dégageant en vitesse pour laisser la place à son mari.

-Il a causé une déchirure en sortant. Dit-il. Je vais tout faire pour soigner ça. Mais il y a trop de sang perdu déjà…

Liam ne savait pas quoi faire, il était là, au milieu de la pièce, attendant de pouvoir se rendre utile. Elayne serrait la main de Vaë dans la sienne, vérifiant que son cœur battait toujours.

Puis la femme du guérisseur s'approcha de lui avec le bébé, emmitouflé dans une grosse serviette.

-C'est vous le père ?

Il acquiesça simplement et elle lui tendit le bébé.

-Prenez-le et réchauffez-le. Frottez lentement et délicatement son petit torse sans trop appuyer. Serrez-le dans vos bras. La chaleur humaine, et encore plus celle d'un parent, il n'y a que ça qui peut le ramener à la vie. Si…si au bout d'une heure il ne réagit pas…

Liam crispa les mâchoires et la regarda, lui signifiant qu'il avait compris. Il avait une heure pour le ramener à la vie, sinon il serait officiellement mort. Il s'éloigna et se posta près de la cheminée, le frottant sur le torse comme la femme le lui avait dit. Il…ne voulait pas regarder tout ce sang qui s'échappait du corps de sa rose. Il ne voulait pas voir sa vie s'écouler sur les draps…

-Allez mon bonhomme…montre que tu es un têtu !

Il le serrait contre lui, le frottait, lui murmurait de douces paroles, priant comme jamais.

A l'extérieur, Eph', Heïan, Omar, sa femme, Naëlyah, Berthan et Serra se rongeaient les sangs. Ils avaient entendus les cris et d'un coup plus rien, mais personne n'était venus leur annoncer la naissance du bébé. C'est qu'il y avait un problème, cela ne pouvait pas aller autrement. Heïan tenait Arya dans ses bras et la faisait rire pour rompre le silence affreux qui s'était établit dans la demeure. Eph' faisait les cent pas dans la maison, ne tenant pas en place. L'attente était atroce.

Liam continuait de réchauffer son fils. Il l'avait vu que c'était un garçon. Et il se souvenait du prénom que Vaë voulait donner à un garçon. Keilan…

-Allez Keilan…tu peux le faire…

Il perdait de sa couleur bleue, mais les minutes s'égrenaient sans changement niveau respiration. Et Liam paniquait de plus en plus, surtout que les commentaires du guérisseur n'étaient pas encourageants concernant l'état de la mère.

-Je n'arrive pas à arrêter l'hémorragie ! Plus de serviettes vite !

Liam crut que son cœur allait exploser dans sa poitrine. Il était en train de perdre et sa fiancée et son fils, d'un seul coup, subitement. Mais il n'abandonnait pas et continuait de frotter le petit torse de son fils, de le serrer contre lui, emmitouflé dans sa couverture. Une heure n'était pas passée. Il pouvait toujours…

Il hurla. Le bébé se mit d'un coup à hurler dans ses bras, bougeant ses petites mains, criant à pleins poumons alors que sa première respiration se faisait enfin.

Liam se mit à sourire en voyant cela, et la femme du guérisseur se rapprocha, le reprit pour le laver et vérifier que tout était normal, permettant au père d'aller chez la mère.

Liam se rapprocha de Vaë et Elayne lui laissa la place, posant une main d'encouragement sur son épaule. Il prit la main de Vaë dans la sienne et se rapprocha d'elle, de son visage si pâle, pour dire :

-Tu as un fils, ma rose. Un petit Keilan. Ne nous abandonne pas…je t'en prie…

Il le lui avait murmuré, comme si cela allait lui permettre de revenir d'un coup.

-J'ai….régulé le sang…mais il faut surveiller et elle va être faible pendant un certain temps. Peut-être restera-t-elle inconsciente jusqu'à ce que ses forces soient revenues, d'ailleurs.

Liam sourit de moitié. Elle était à moitié tirée d'affaire. Son pouls était plus régulier qu'avant, mais ce n'était pas encore sa.
Melley s'approcha alors et lui dit :

-Va rassurer les autres. Montre leur le petit. Félicitations mon grand.

Elle le serra contre elle et Liam laissa une petite larme couler. Il était père…pour la seconde fois, mais cela prenait une autre dimension, parce qu'il avait assisté à l'accouchement, avait même réanimé son fils, et il avait la mère qu'il voulait.

La femme du guérisseur lui tendit le petit, propre et hoquetant, et il le prit, le calant entre ses bras. Il ouvrit la porte d'une main et sortit, le bébé dans les bras, la couverture le recouvrant. Il se rendit en bas, au salon, et en le voyant tous se levèrent et l'entourèrent pour voir le nouveau-né. Heïan tendit Arya à Serra qui la prit avec affection, pour qu'il puisse s'approcher de son premier petit-fils.

-Il y a eu…des complications mais…tout va mieux maintenant. Dit simplement Liam.

Il n'avait pas trop envie pour l'heure de dire qu'il avait faillit perdre la mère et le fils d'un coup. Il n'en revenait pas encore de ce qu'il avait réussi à faire, à réanimer le bébé.

Il tendit le bébé à son père en disant :

-Joyeux anniversaire, papa.

Heïan prit son petit-fils et Liam vit nettement les larmes qui apparaissaient dans ses yeux.

-Il se nomme Keilan.

Il l'avait dit en regardant Eph' qui se mit lui aussi à être ému, regardant le bébé par-dessus les épaules d'Heïan, comprenant l'origine du prénom. Le bébé circula entre toutes les mains, chacun l'admirant. Heïan serra son fils dans ses bras, plus qu'ému et ne cachant pas ses larmes. Même Omar ne répliqua pas pour une fois, même s'il le lui dirait un jour ou l'autre…

Liam était heureux. Mais il manquait tout de même Vaë et il remonta avec son fils, laissant les autres fêter ça comme il se devait, rejoints par Elayne qui eut droit à un énorme baiser de son chéri.

En haut, les guérisseurs avaient terminés et vérifiaient une dernière fois l'état de Vaë. Melley prit elle aussi le petit dans ses bras, se rendant compte qu'elle était grand mère pour la seconde fois à présent. Ensuite, elle laissa son fils seul et ce dernier s'installa sur le lit, montrant Vaë du doigt en disant :

-Regarde, c'est maman…

Le bébé ne comprenait pas, normal, mais tendait les mains vers Vaë qui était toujours inconsciente.

-Vaë, je te présente Keilan, ton fils. Ce serait bien que tu nous reviennes pour lui dire bonjour…

Il souriait, si heureux. Il voulait qu'elle rouvre ses yeux, qu'elle voie le fruit de ses entrailles, qu'elle ait aussi ce lien qui se crée avec son fils…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 25 Déc 2012 - 18:40

Un beau cadeau, part.2

‘‘ Ne t’en fais pas…ça va aller… ‘‘

Le timbre de voix de Liam était si rassurant, mais devenait de plus en plus flou au creux de ses oreilles. Vaënadiel se risqua tout de même à sourire, espérant de tout coeur qu’au moins leur enfant s’en sorte, car elle se sentait de plus en plus faiblir. Elle ne voulait pas partir ... pas tout de suite sauf que ses forces la quittaient au fil des secondes qui s’écoulaient. Les paroles devinrent rapidement des sons inaudibles et lointains jusqu’à ce que tout disparaisse d’un seul coup. Ses paupières s’étaient fermées graduellement elles aussi pour délaisser la lumière pour les ténèbres. Est-ce qu’elle était en train de partir rejoindre sa famille là haut ? Vaë se sentait si légère d’un coup, mais ne comprit pas tout de suite ce qui se passait. Tout ce qu’elle parvint à entendre, de ce monde noir fut une voix faible, mais si familière qui lui disait de ne pas les abandonner.

En bas, les festivités n’étaient pas à leur comble puisque tous étaient aussi silencieux que des morts. Ephraïm marchait dans le salon, dans la salle à manger et sortait pour revenir quelques minutes plus tard. Il se faisait un sang d’encre pour sa soeur et espérait plus que tout qu’elle allait bien et qu’elle se battrait comme elle l’avait si bien fait durant les derniers mois; pour son amoureux, pour son enfant. Heïan lui était assit sur le canapé, entre Berthan et Serra qui regardait la petite Arya. Elle était la seule à rire à cause des chatouillis de son grand-père qui tentait de sourire comme il le pouvait. Des pas se fit alors entendre et Liam apparut dans le salon, tenant quelque chose dans ses bras. Le premier à s’approcher, Heïan avait laissé Arya à Serra et s’arrêta devant son fils, mort d’inquiétude. Celui-ci était drôlement pâle malgré les pleurs étouffés du poupon.

‘‘ Il y a eu…des complications, mais…tout va mieux maintenant. ‘‘

N’insistant pas pour qu’il parle, Heïan baissa ses yeux violets sur l’enfant que Liam dévoilait. Déjà son crâne était recouvert d’un mince duvet blanc qui contrastait avec les cheveux noirs d’Arya. Un peu comme Liam et Vaë qui était deux contraires sur certains aspects au niveau physique. Son fils bougea alors les bras et lui tendit le nouveau-né, un faible sourire au coin des lèvres. Le Capitaine regarda l’enfant, son fils puis de nouveau l’enfant avant de prendre cette petite créature dans ses bras. Déjà il avait de grands yeux curieux.

‘‘ Joyeux anniversaire, papa. ‘‘ Dit-Liam. ‘‘ Il se nomme Keilan. ‘‘

Un petit garçon ! Déjà sa vue se brouillait lorsque ses yeux violets se posaient sur l’enfant qui essayait de lui prendre le nez, lâchant un petit cri strident qui fit rire tous les invités. Ephraïm s’était approché en entendant le nom, remerciant Liam d’un simple regard. L’enfant de sa soeur portait le nom de leur frère aîné ... D’ailleurs, Eph’ fut le prochain à prendre l’enfant et n’eut pas peur cette fois, admirant cette petite chose qui bougeait dans ses bras. Il en briserait des coeurs cet enfant ! Heïan en profita alors pour serrer son fils fortement dans ses bras, ne tentant pas de cacher ses larmes pour une fois, Omar souriant en coin aux côtés de sa femme. Keïlan fit ensuite le tour des bras pour revenir vers son père qui remonta à l’étage. On avait nettoyé la chambre comme on l’avait pu une fois que l’état de Vaënadiel fut stabilisé.

Une présence se fit alors à ses côtés, lui prodiguant une certaine chaleur; elle n’était pas seule, mais il fallait qu’elle revienne vers cette source qui lui parlait doucement.

‘‘ Vaë, je te présente Keilan, ton fils. Ce serait bien que tu nous reviennes pour lui dire bonjour… ‘‘

Son... fils ? Raison de plus pour se battre comme une furie. Alors, dans un énorme effort, Vaënadiel tenta d’ouvrir les yeux et ce fut un échec. Pourquoi n’y arrivait-elle pas alors qu’ils étaient si proches d’elle, si près qu’elle pouvait les serrer dans ses bras. Encore une fois, elle essaya et réussit. Ses paupières s’ouvrirent lentement jusqu’à ce que le bleu aqua de ses yeux soit visible. Sa tête se tourna lentement en direction des cris du bébé qu’elle put enfin apercevoir. Un doux sourire se dessina alors sur ses lèvres encore pâles; son petit garçon ! Des larmes se mirent à rouler sur ses joues et elle se tourna avec difficulté sur le côté, Liam posa Keilan contre elle. La mère embrassa le front de son fils qui tapotait son menton, la forçant ainsi à ricaner faiblement. Vaë leva alors les yeux vers Liam et leva une main tremblante vers lui et qu’il prit dans la sienne pour la poser sur sa joue.

‘‘ Tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement ... ‘‘ Murmura t-elle doucement, lui souriant. ‘‘ Je t’ai dit que je serais ton pire cauchemar. ‘‘

Mais son amoureux ne lui répondit que par un tendre baiser qu’elle prit sans hésitation, le savourant jusqu’à la dernière goutte. Le petit se mit à pleurnicher, levant ses petits bras dans les airs pour signifier à ses parents qu’il avait faim. Eh voilà, c’était reparti pour un tour. Vaë approcha Keilan davantage de sa poitrine, Liam l’aidant avec les boutons de son chemisier puisqu’elle avait de la difficulté à ne pas trembloter. Ce ne fut pas très long que le poupon cessât ses pleurs, surtout que la jeune mère commençait à fredonner, fermant les yeux et profitant de la main de son fiancé dans sa chevelure. Melley passa quelques minutes plus tard avec Heïan afin de voir comment se portait la mère. Les grands-parents prirent alors l’enfant et sortirent. La mère avait besoin de repos, mais surtout d’un bon bain et c’est son amoureux qui l’y aida, la glissant dans la baignoire une fois la porte fermée puisque les domestiques nettoyaient le lit pendant ce temps. Sa respiration redevenue régulière, Vaënadiel se laissa cajoler et profita surtout de la chaleur de l’eau sur sa peau. Il fallait dire qu’elle ... se sentait sale, mais maintenant c’était déjà beaucoup mieux. Surtout qu’elle sentait les lèvres de son homme dans son cou et sur ses épaules, ne pouvant retenir quelques frissons. Sa toilette terminée et ses cheveux propres, Liam l’aida à se remettre sur ses pieds et la souleva pour que ses pieds touchent le tapis de bain étendu sur le sol. Il fallait dire qu’avec ce ventre en moins, elle avait repris de sa légèreté sauf qu’elle frissonnait de froid. La serviette ne tarda pas à l’entourer et la jeune femme se blottit contre le soldat pour se réchauffer davantage.

Revêtue, le jeune couple descendit au salon malgré les protestations de Liam et aussitôt on félicita la jeune nordique pour son enfant. Heïan alla la serrer aussitôt dans ses bras, ses yeux rougissent par l’émotion.

‘‘ C’est le plus beau cadeau d’anniversaire qu’un grand-père peut avoir ... bon sang que je me sens vieux d’un coup ! ‘‘

‘‘ Ce n’était pas prévu, mais je suis heureuse. Monsieur Heïan ... ? Pourquoi vous pleurez ? ‘‘ Demanda t-elle innocemment alors que le Capitaine était repartit pour une seconde vague.

‘‘ J’en sais rien ... l’émotion je crois. ‘‘ Dit-il en tentant de rire comme il le pouvait.

Melley fut obligé de venir le chercher pour le rassoir à ses côtés et laissa Arya et Keilan aux parents qui s’installaient dans le salon. Vaë ne mit pas de temps à plonger dans le plateau de pâtisserie, son ventre grondant provoquant ainsi le rire d’Elayne et d’Ephraïm qui se tenait l’un contre l’autre.

‘‘ Mon estomac n’en prend plus autant qu’avant ! ‘‘ S’exclama-t-elle, les joues rondes.

‘‘ Tu parles ! Tu n’as plus d’enfant dans ton ventre aussi. ‘‘

Vaënadiel alla même frotter son ventre de ses mains et baissa son regard aquatique sur celui-ci pour l’observer un long moment durant. Cela lui faisait drôlement étrange de voir son ventre comme il l’était avant la grossesse, mais au moins, elle pourrait se coller contre son homme qui lui vola d’ailleurs l’une de ses mains pour la serrer dans la sienne. La jeune femme leva alors les yeux vers elle, lui souriant tendrement et s’approchant pour lui voler un baiser. Quelques minutes plus tard, alors qu’ils conversaient tous ensemble, Heïan eut le loisir de recevoir Keilan dans ses bras, mais il fallait s’attabler et il était le seul à ne pas avoir quitté le salon.

‘‘ Papa, viens manger ! ‘‘

‘‘ Oui ... attendez j’arrive ! ‘‘ Dit-il d’un ton évasif.

Mais les couverts étaient posés sur la table depuis une bonne minute maintenant et le père de famille ne s’était toujours pas levé du canapé, faisant rire le petit.

‘‘ PAPA ! ‘‘

‘‘ Oui, j’arrive ! ‘‘

Et ce fut la troisième fois qu’il dut lâcher l’enfant, car Melley était venu le lui arracher des bras pour le poser dans le berceau avec sa petite soeur. Faisant la moue, le Capitaine suivit sa femme de force pour s’assoir à la table sous le regard amusé de ses invités.

‘‘ Liam, je crois que tu devras faire attention ... Heïan risque de te voler ton rôle de père ! ‘‘ S’esclaffa le géant.

Vaënadiel tourna les yeux vers Liam qui jetait un coup d’oeil à son père, et son père qui jetait un coup d’oeil au géant, souriant bêtement à cette réplique ... car au final, il n’aurait pas tort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 25 Déc 2012 - 23:38


Keilan dans les bras, assis à côté de Vaë, Liam continuait de murmurer toutes sortes de paroles. Le petit était calme, et s'amusait à fermer et ouvrir les ses petits poings le plus vite possible. Son fils…un fin duvet de cheveux blancs ornait déjà son crâne, ce qu'il n'avait pas remarqué dans le feu de l'action tout à l'heure. Les yeux il ne savait pas, le petit ne parvenait pas à les garder ouverts en permanence. Il prit alors un doigt de Liam et le serra de ses maigres forces de bébé, au moment ou Vaë ouvrait lentement ses paupières, dévoilant son magnifique regard. Liam se mit à sourire, heureux de la retrouver. Elle se tourna tant bien que mal et il s'approcha, lui tendant son petit garçon.

Keilan devait sentir qu'il se trouvait contre sa mère, car il se mit à frapper son menton, la faisant ricaner tandis qu'elle lui embrassait le front. Puis elle leva les yeux vers lui et leva une main tremblante que Liam s'empressa de prendre dans la sienne et de la coller contre sa joue. C'est là qu'elle libéra sa voix en souriant :

-Tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement ... Je t’ai dit que je serais ton pire cauchemar.

Liam lui répondit en un doux baiser, savourant comme jamais. Le pire cauchemar ou le meilleur des songes....Parents…ils étaient réellement parents à présent ! Et de deux enfants ! Même si Arya n'était pas de Vaë…Liam avait tout de même encore peur qu'avec la naissance de son frère elle soit défavorisée, mais il était le père des deux bébés et se jura de les aimer de la même manière…

La détachant, Keilan commença à pleurnicher, levant les bras, réclamant de la nourriture. Vaë se redressa un peu, approchant son fils de sa poitrine, et Liam lui déboutonna sa chemise pour qu'elle libère sa poitrine et puisse apporter le lait maternel au bébé qui s'empressa de boire, le silence revenant d'un coup dans la pièce. Vaë fredonnait doucement, ce qui apaisait le nourrisson qui revenait, tout comme sa mère, de loin, et Liam caressait sa longue chevelure encore collée de sueur…

Lorsqu'il eut terminé et fait son petit rot, Melley et Heïan arrivèrent, souriants et contemplant leur petit-fils avant de le prendre dans leurs bras, permettant à Vaë d'aller se laver. Liam vit très bien son père agripper Keilan pour ne plus le lâcher, retombant dans la version papa gâteau du grand Capitaine…

Aidant Vaë, ils s'enfermèrent dans la pièce d'eau et entendirent les domestiques envahir la chambre pour la remettre à propre. Il la dévêtit lentement et la porta de moitié pour la faire entrer dans le bain remplit d'eau chaude. Lentement, il la lava, partout, massant son cuir chevelu, embrassant son cou et ses épaules lentement. Qu'il était heureux! Il avait eu tellement peur de les perdre tous les deux ! Il aurait eu l'air fin, avec la maison en chantier, l'énorme maison pour lui et Arya…non il n'aurait pas supporté. Il serait allé au paradis les récupérer, quitte à y rester lui. Mais ils étaient tous deux en vie et malgré la grande fatigue de Vaë, en bonne santé.

Il la fît sortir de la baignoire de la même façon, l'emmitouflant dans une serviette car il voyait qu'elle grelottait. Le manque de sang…Il la serra contre lui pour lui apporter une chaleur en plus. Cette même chaleur qui avait réanimé Keilan…Lui aussi serait têtu plus tard. Liam pariait déjà sur les combats père/fils à qui serait le plus obstiné.

Retournant dans la chambre, ils virent qu'elle était propre et fraîche. Liam voulut l'entraîner sur le lit pour qu'elle se repose convenablement, mais elle insista pour descendre et il la suivit donc.

Keilan était avec tous les autres membres de la famille qui étaient plus qu'heureux de cet "imprévu". Heïan se précipita sur sa rose en la voyant apparaître et ils se parlèrent, mais Liam ne comprit pas tout et puis…c'était entre Vaë et Heïan…
La jeune mère eut droit à toutes les félicitations pour son bébé qui dormait de moitié. Heïan ne semblait pas vouloir lâcher sa belle-fille et Melley dut le tirer au bras pour qu'il retourne s'asseoir avec elle et laisse les petits à leurs parents. Liam amena donc Arya au canapé et Vaë Keilan, s'installant confortablement. Vaë, dès que les pâtisseries furent posées sur la table, se précipita pour en manger. Elle avait faim ! Donc, elle était en forme ! Le ventre redevenu presque plat grondait, faisant rire son frère et Elayne, blottis l'un contre l'autre en face d'eux.

-Mon estomac n’en prend plus autant qu’avant !

Elle avait les joues rondes comme un hamster et Eph' fît remarquer qu'elle n'avait plus d'enfant à nourrir dans ses entrailles…
Liam la regarda alors qu'elle caressait ledit ventre, et il lui prit une main pour la serrer dans la sienne. Elle le regarda et il ne résista pas, se rapprochant pour l'embrasser passionnément.

Gardant Arya dans ses bras, il vit le nouveau-né atterrir dans les bras de son grand-père qui devenait nostalgique. Quoique…il n'avait pas connu les trois premières années de ses enfants. Il n'avait pu faire cela qu'un mois durant avant de s'en aller pour sa mission. Liam imaginait très bien qu'il souhaitait rattraper cela avec ses premiers petits-enfants. Mais il n'imaginait pas qu'ils allaient se faire une "guerre " de garde d'enfants !

Il fallait passer à table, la soirée déjà bien avancée, et Elayne l'appela :

-Papa, viens manger !

Il était resté sur le canapé à chatouiller Keilan qui poussait de petits sons en guise de rire. Il répondit distraitement qu'il arrivait mais…il ne vint pas. Elayne le rappela encore une fois, la même scène se poursuivit, jusqu'à ce que Melley aille le chercher elle-même.

Elle prit Keilan des bras de son époux et le coucha aux côtés de sa grande sœur dans le berceau, revenant avec un Heïan faisant la moue comme il savait si bien le faire ! S'installant à table sous les rires des convives, Omar ne put s'empêcher d'avertir le jeune père :

-Liam, je crois que tu devras faire attention ... Heïan risque de te voler ton rôle de père !

Le concerné observa son père, un sourire en coin, ce dernier regardant Omar et Vaë regardant Liam. Oui, Liam ferait attention, mais bon…Heïan était le grand-père des deux bébés. Il n'allait pas l'empêcher de les voir non plus…

Ils commencèrent à manger, les enfants bien calmes. Keilan devait s'être endormi et une fois Vaë dut se lever parce qu'Arya pleurait, réclamant un peu à manger et surtout la chaleur que seule les mères savent prodiguer à leur progéniture. Qu'elle provienne de leurs entrailles ou non. Vaë semblait avoir accepté Arya comme sa fille et lui donnait tout l'amour attendu par la petite, tout comme Liam.

Les conversations allaient bon train et Omar ne pouvait s'empêcher de charrier son Capitaine qui le menaçait de lui redonner tous les dossiers et autres paperasses à faire s'il n'arrêtait pas. Mais…Melley mit son grain de sel pour dire que cela ne faisait pas de mal à son Heïanouchet de faire un peu d'administratif…ce qui lui valut un regard boudeur dudit Capitaine.

Liam était si heureux que son sourire ne disparaissait pas de ses lèvres. Il serrait la main de Vaë dans la sienne, la chose bien loin en lui, et au fur et à mesure les invités s'en allèrent. Naëlyah et Serra durent presque porter Berthan qui dormait debout…

Lorsque la porte se referma sur Omar et sa femme, après les dernières félicitations et les derniers compliments, Liam entraîna sa rose à l'étage, chacun un enfant dans les bras. Il fallait qu'elle se repose car il voyait bien qu'elle ne tenait pratiquement plus sur ses jambes. Il lui dit d'aller se coucher et qu'il changeait vite les petits avant de venir. Maintenant, il avait pris la main et se débrouillait mieux. Sauf qu'Heïan apparut soudainement, le poussant gentiment et prenant le relais. Liam se mit à rire et le chatouilla, sachant très bien qu'il l'était, et l'empêchant de mettre convenablement le vêtement au bébé. Lorsqu'enfin ils parvinrent à les rendre corrects pour la nuit, Liam alla coucher Arya, lui donnant une bise sur le front, lui donnant son doudou, remontant sa couverture, et attendit que son père vienne avec Keilan mais…il ne venait pas.

Retournant dans la salle de bains, il le vit en train de faire de gros bisous sur le ventre du bébé, le faisant gazouiller.

-Papa…il doit dormir maintenant…

Heïan ne fît que sourire et poursuivit. Liam s'approcha et cela sembla fonctionner, son père prenant le petit dans les bras et retournant dans la chambre. Il le coucha lui-même et lui dit bonne nuit, restant cinq minutes au-dessus du berceau à regarder les deux poupons dormir paisiblement.

-Papa…toi aussi tu dois aller au lit. Demain on travaille…

Le Capitaine lui fît une grimace et Liam dut le pousser de force et le mettre à la porte ! Une fois fait, il se coucha tout contre Vaë qui peinait à garder les yeux ouverts. Il l'embrassa en disant :

- Ah les grands-pères de nos jours…

Il ferma les yeux, avec pour seuls bruits les respirations de Vaë et des bébés, comme odeur celle de sa rose, comme sensation la peau de Vaë contre la sienne. Le lendemain, il irait travailler, et le soir continuerait la maison. Maintenant que le petit était né, il devait encore plus se hâter…et mon dieu qu'est-ce qu'il stressait en sachant tout ce qui lui restait à faire ! Mais malgré tout, il ne se résoudrait pas à demander de l'aide. Et non…fierté de mâle sans doute me direz-vous…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 26 Déc 2012 - 4:03

Du pain sur la planche, part.1

Au final, Heïan tourna les yeux vers son fils qui esquissait un sourire en coin, ayant gardé le silence à la réplique de leur frère d’armes. Il n’allait pas lui voler son rôle de père quand même ... juste monopoliser un des enfants une fois de temps à autre pour rattraper le temps qu’il avait perdu dans le temps avec les siens. Ou en kidnapper un à l’inssu des parents même s’ils habitaient sous le même toit pour le moment. Ne revenant pas sur les paroles d’Omar, la famille et les invités commencèrent à remplir leur estomac affamé tout en papotant et encore une fois, Vaënadiel se retint pour ne pas prendre de vin vu son état d’extrême fatigue. Ses yeux cernés la trahissaient tout comme son silence, mais elle souriait et gardait jalousement la main de Liam dans la sienne. À un moment, la druidesse dut leur fausser compagnie pour se rendre jusqu’au berceau et prendre Arya dans ses bras. La petite pleurait à chaude larme. S’installant dans le canapé, elle s’occupa de la nourrir et de la serrer contre elle en fredonnant comme elle le faisait toujours. Le bébé se calmait déjà, fermant les yeux et serrant un doigt de sa mère dans ses petites mains.

Quelques longues minutes s’étaient écoulées et Vaënadiel revint d’un pas lent après avoir remis Arya dans le berceau aux côtés de Keilan qui dormait comme un loir, collé contre sa soeur aînée. Heïan et Omar ne cessaient de se charrier et même malgré ses menaces, le Capitaine ne parvenait pas à prendre le dessus sur son collègue. Même sa propre femme était contre lui, attirant aussitôt les rires et la moue légendaire d’Heïan. Melley chercha même à se faire pardonner par un baiser, mais le soldat se poussa et dit:

‘‘ Laissez-moi manger ma tonne de légumes en paix ! ‘‘

Bien entendu, son sourire en coin le trahissait et il ne put se passer des lèvres de sa femme plus longtemps. Une chance qu’elle était là, comme toutes les personnes présentent à la table en ce moment. En tout cas, cet anniversaire il s’en souviendrait très longtemps ... et puis pas le choix, car ce serait aussi l’anniversaire de son petit-fils le même jour maintenant.

Bientôt, Serra et Naëlyah durent quitter, soulevant Berthan qui dormait quasiment sur sa chaise à cause du surplus de vin qu’il avait bu ce soir-là. Il fallait dire qu’il ne tenait plus autant l’alcool que dans son jeune temps ! Après les remerciements et les bonnes nuits, les vieux quittèrent la villa alors que le reste de la marmaille s’installait pour une petite heure. Ce fut ensuite le tour d’Omar et sa femme qui s’enfonçaient dans la nuit noire et fraîche. Se frottant les yeux de fatigue, Vaënadiel retourna au salon pour prendre son fils dans ses bras et le coller contre elle, imité de Liam avec sa fille. Ils gravirent l’escalier qui menait à leur chambre, la druidesse commençant à avoir du mal à rester solide sur ses jambes. Comme elle s’enlignait vers la salle de bain pour nettoyer les petits, son amoureux lui conseilla d’aller au lit, ce qu’elle ne refusa pas. Elle était littéralement morte de fatigue et d’épuisement. Alors qu’elle se glissait paresseusement dans son lit douillet, Heïan entra dans la chambre après avoir toqué pour apporter la doudou d’Arya qu’ils avaient laissé en bas. Il apparut alors dans l’embrasure de la porte de la salle de bain pour voir son fils qui commençait à changer sa fille alors que Keilan devait attendre son tour. Lui donnant un petit coup de hanche, Heïan poussa doucement son fils pour l’aider et celui-ci se mit à le chatouiller, le déconcentrant totalement dans ses tâches. Non, mais ! Le Capitaine gigotait comme une truite, riant à cause des chatouillis et put enfin reprendre sa respiration lorsque Liam le lâcha, terminant d’enfiler les vêtements de nuit de Keilan. Arya quitta alors la pièce dans les bras du jeune père, lui restant dans la salle de bain à faire des pets de bouche sur le ventre du poupon qui gazouillait en guise de rire.

‘‘ Papa…il doit dormir maintenant… ‘‘

Non, pas tout de suite ! Et il ne répondit rien, se contentant de sourire et de recommencer jusqu’à ce que son fils s’approche de lui. C’est bon ! Au risque de se le faire enlever, le Capitaine prit Keilan dans ses bras et le porta jusqu’au berceau où il le déposa aux côtés d’Arya qui commençaient à somnoler un pouce dans la bouche et tenant sa doudou contre elle. Voilà ... il était perdu dans sa contemplation et Liam dut le ramener sur terre en lui disant.

‘‘ Papa…toi aussi tu dois aller au lit. Demain on travaille… ‘‘

‘‘ Ce que tu peux être rabajoie ! ‘‘ Dit-il en faisant une grimace à Liam.

Mais comme il ne voulait pas partir, le jeune homme dut pousser son père en dehors de la chambre pour ensuite fermer la porte derrière lui. Cela voulait dire qu’il était temps pour lui d’aller rejoindre Melley dans sa chambre et de dormir, car oui, une grosse journée les attendait encore demain. Dans le lit, Vaënadiel se battait avec ses paupières, mais ne put s’empêcher de ricaner doucement, attendant avec impatience que son homme vienne la réchauffer sous les couvertures. Il ne tarda pas trop, heureusement, et l’embrassa avant de dire:

‘‘ Ah les grands-pères de nos jours… ‘‘

‘‘ Je trouve ça mignon. ‘‘ Murmura t-elle, lui retournant son baiser.

Puis sa tête vint s’appuyer sur le torse de son homme, sa taille entourée d’un de ses bras frêle et pâle. Ses paupières ne tardèrent pas à fermer et le sommeil la gagna dans les secondes qui venaient, bercé par la chaleur corporelle de Liam et son doux parfum. Pendant la nuit, jamais elle n’avait entendu les pleurs des enfants, ni même Liam se lever pour s’en occuper. Cependant, il avait dû la réveiller une fois, car Keilan ne cessait de pleurer, son ventre grondant. À moitié endormie, Vaë dut allaiter, assise sur le lit et Liam derrière elle en guise de support, car sa tête était trop lourde. Le petit s’était aussitôt calmé et la druidesse s’était rendormi une fois Keilan couché et Liam allongé contre son corps. Le lendemain maint, elle se réveilla pour les petits et le baiser de son amoureux qui devaient se rendre au boulot, lui conseillant de se reposer comme elle le pouvait pendant la journée. C’est à ce moment que Melley entra et demanda si elle pouvait partir avec les petits. Vaënadiel lui sourit et acquiesça d’un signe de tête pour laisser la jeune mère se reposer des évènements de la veille.

Les soldats se rendirent alors au boulot et Heïan s’occupa de l’entraînement de son fils dès leur arrivée afin qu’il puisse partir en patrouille avec Omar avant l’heure du dîner. Liam avait repris rapidement sa masse musculaire grâce aux exercices et avait amélioré son agilité au maniement des épées. S’arrêtant en sentant les efforts suffisants, Heïan laissa le relais au géant alors qu’il retournait dans son bureau, se départissant de son armure qui rangea sur le mannequin de bois dans un coin de la pièce. De toute façon, il en avait pour une bonne partie de la journée et ce fut la raison du pourquoi il mangea dans son bureau lorsque midi sonna. Le soir venu, Liam quitta comme à son habitude et Heïan réussit à terminer son dossier quelques secondes après son départ. Sortant dehors pour le rattraper, il vit son fils au loin, prenant un autre chemin que celui qui menait vers les quartiers bourgeois.

‘‘ Où est-ce que tu vas comme ça fiston ... ‘‘ Marmona t-il pour lui-même, décidant de le suivre.

Restant discret, sa spécialité, le Capitaine suivirent Liam dans l’ombre vers un quartier assez tranquille de la ville de Beolan; entre la foire et le quartier riche. Ici, la verdure était bien plus présente qu’en haut. Liam poussa alors un vieux portique en piteux état et avança dans une allée jusqu’à une maison qui était abandonnée depuis un long moment déjà. Il pénétra alors à l’intérieur et le père resta dans la rue à observer le tout en fronçant les sourcils. Mais que venait-il faire ici ? Tout d’un coup, la lumière fut dans une des pièces du rez-de-chaussée et des bruits de martèlement commencèrent à se faire entendre. Heïan, trop curieux, se décidant d’entrée à l’intérieur pour interroger son fils.

‘‘ Hey ! ‘‘ S’écria-t-il.

Liam sursauta et se retourna vivement vers son père en le regardant de ses yeux dorés et bien ronds. Celui-ci semblait se demande ce qu’il fichait là, mais Heïan haussa les épaules et sourit bêtement.

‘‘ Désolé. Je n’ai pas pu m’empêcher de te suivre ... ‘‘

Le Capitaine avança alors de quelques pas, regardant à droite et à gauche. La maison était délabrée, mais commençait à être remise en état ... cela voulait dire que Liam était en train de refaire une beauté à cette demeure dans le dos de sa fiancée qui ne semblait rien savoir de tout ça. Sauf que les réparations se faisaient tranquillement. Seul, Liam en aurait pour une éternité et la maison n’était tout de même pas petite et lorsque la neige aurait disparu, il lui faudrait s’occuper du terrain.

‘‘ Aurais-tu besoin d’aide, fiston ? Ce n’est pas pour te casser les couilles, mais je crois que tu en auras pour deux été avant que la maison soit prête si tu fais tout seul. Mais si tu veux continuer seul, je ne m’imposerai pas ... seulement, je peux fournir des alibis pour les absences afin d’éviter les doutes. ‘‘

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 26 Déc 2012 - 12:20


Ils s'endormirent bien vite, même si le bébé les réveilla dans la nuit. Enfin lui surtout. Ce fût d'abord Arya, qui avait laissé tomber son doudou et s'était mise à pleurer. Il s'était donc levé pour le lui redonner et la consoler, attendant qu'elle se rendorme. Quelques minutes plus tard ce fût au tour de Keilan de pleurer et Liam se releva pour le bercer sauf que….il ne s'arrêtait pas. Il hurlait en levant les bras et Liam paniquait, ne sachant pas quoi faire jusqu'à ce qu'il comprenne…qu'il avait faim. Mais il ne pouvait pas l'aider à ce niveau, puisqu'il ne prenait pas encore le biberon. Il fût forcé de réveiller Vaë…

Elle allaita, à moitié endormie, Liam derrière elle pour la maintenir assise. Il ne pouvait pas la remplacer à ce stade là donc…une fois fait, il l'embrassa et la laissa se rendormir, allant lui-même coucher le petit. Ensuite, il put bénéficier à son tour de quelques heures d'un sommeil bien mérité…

Le lendemain, ils se réveillèrent difficilement, au son des pleurs de bébés. Vaë et Liam s'en occupèrent puis le jeune homme dut la laisser, l'embrassant une dernière fois avant le soir, lui disant de surtout bien se reposer. Il dit au revoir aux petits et descendit enfiler son armure avec son père, sortant tous deux dans le froid de Beolan.

Arrivés au quartier général, Heïan commença par l'entraînement de son fils avant de lui permettre de patrouiller. Liam aimait que ce soit son père qui l'entraîne, bien qu'Omar ne le dérangeait pas non plus. Et oui, Omar parlait beaucoup et aimait bien raconter au fils quelques anecdotes du début de son père dans les rangs…

Lorsque cela fût suffisant pour le cœur du Capitaine, il laissa la place à son collègue, encore un peu fatigué de la soirée passée. Liam poursuivit donc et à midi, ils étaient frigorifiés, mais bien entraînés. Heïan ne vint pas dans la petite cantine, restant manger dans son bureau pour continuer ses rangements. Liam voulut le rejoindre mais Omar le retint, lui disant que le Capitaine avait du travail et n'aimait pas être dérangé, surtout lorsqu'il s'enfermait pour midi. Alors Liam se résigna et mangea avec les autres, partant en patrouille toute l'après-midi.

Les rues étaient quasiment désertes et mis à part quelques réprimandes sur les jeunes qui lançaient des boules de neige sur les vitres des gens, il n'y eut pas de faits marquant. Liam se revoyait lancer lui aussi des boules comme ça, mais il était plus discret et ne s'était jamais fait prendre. Surtout qu'il protégeait sa sœur qui se joignait souvent à lui pour ce genre de petites bêtises. Leurs parents n'étaient même pas au courant !

Bref, en revenant, il prit une tasse de chocolat chaud pour se réchauffer avant de pouvoir rentrer. Rentrer…pas tout de suite non plus. Il devait continuer les travaux. Il avait commencé à refaire le sol du couloir, mais c'était immense ! En fait il se disait qu'il n'y arriverait jamais, mais n'osait tout de même pas demander de l'aide…

Ayant finit sa journée, Liam laissa son père au milieu de ses dossiers et quitta le quartier général rapidement. Il s'enfonça dans les rues, s'éloignant du quartier bourgeois et pas un seul instant il se sentit suivit pas son père. Il ouvrit le portique, remonta l'allée et s'engouffra dans la maison même, qui était vraiment gelée. Il alluma les lumières dans le couloir et reprit ses outils, se remettant au travail, martelant le sol pour enfoncer les clous et le rendre convenable.
Il n'entendit pas les bruits de pas s'approcher de lui.

- Hey !

Sursautant et se tournant vivement, Liam était prêt à répondre de sa présence en ces lieux devant les autorités, l'acte de propriété dans la poche, mais c'était son père qui se trouvait face à lui. Liam le regarda les yeux ronds, se demandant bien ce qu'il faisait là. Il n'eut tout d'abord droit qu'à un sourire et un haussement d'épaules.

-Désolé. Je n’ai pas pu m’empêcher de te suivre ...

Il n'était pas Capitaine pour rien non plus. Heïan était d'un naturel curieux, comme Liam. Et ce dernier aurait dû s'attendre à ce qu'il le suive un jour ou l'autre…Le père avança de quelques pas, regardant autour de lui, semblant comprendre ce que tramait son fils.

Liam s'était redressé et écouta la suite :

-Aurais-tu besoin d’aide, fiston ? Ce n’est pas pour te casser les couilles, mais je crois que tu en auras pour deux été avant que la maison soit prête si tu fais tout seul. Mais si tu veux continuer seul, je ne m’imposerai pas ... seulement, je peux fournir des alibis pour les absences afin d’éviter les doutes.

Liam soupira et sourit à son père, gêné. Il ne refusait pas un peu d'aide c'était vrai…il n'avait même pas fait un quart des travaux. Il mettrait bien plus que deux été à tout refaire seul, surtout avec l'argent qu'il mettait de côté.

-Je…n'osais pas trop demander en fait…avec tes problèmes de cœur et puis les enfants…je pensais réussir à tout faire seul mais…

Il soupira et montra la maison d'un geste de la main pour continuer :

-Je n'avais pas vu qu'il y avait autant à faire…si tu veux m'aider tu peux…mais ne dis rien aux autres…ce doit être une surprise…

Heïan ne fît que sourire et Liam savait très bien qu'il ne dirait rien. Surtout que, comme il l'avait dit, il pourrait fournir les excuses pour justifier les absences. Mais Liam n'allait pas lui donner de trop lourdes tâches. Il devait faire attention à son cœur.

Alors il lui demanda de l'aider à remettre le sol en état, lui demandant de tenir les parties qu'il fallait. Rien de trop difficile.
Liam aimait ce genre de moments avec son père. Surtout qu'il était à nouveau lucide. Il n'avait plus fait de crise depuis son incarcération chez les fous. Mais la chose était toujours là il le sentait bien. Et il avait peur qu'elle ressurgisse un jour ou l'autre…

Ils arrêtèrent avant l'heure du repas, pour ne pas éveiller les inquiétudes, et ils rentrèrent ensemble, souriant et plaisantant sur les travaux à faire. Melley accueillit son homme d'un baiser et son fils d'une étreinte, les aidant à retirer leurs armures. Vaë était assise sur le canapé et voulut se lever, mais il lui fît signe de rester assise et prit place à côté d'elle, l'embrassant. Elle tenait Keilan dans ses bras et il lui dit bonjour, le faisant gazouiller. Arya était dans les bras d'Elayne et il alla lui dire également un petit bonjour. Ses yeux bleus vifs n'avaient de cesse de l'éblouir…il se demandait de quelle couleur seraient ceux de Keilan. Il avait déjà les cheveux de sa mère, assurément.

Il remonta se doucher vite fait, pour surtout se réchauffer, et en redescendant il eut droit de porter son fils dans ses bras. Elayne avait confié Arya à Heïan pour qu'elle puisse aller aux petits coins. Liam admirait son fils, comme sa fille. Ses œuvres tout de même. Du haut de ses six mois, Arya mettait tout en bouche, surtout le doigt de son grand-père, et s'amusait à le mordiller. Elle commençait à faire les dents et…cela se ressentait sur son humeur. Mais Heïan continuait de rire malgré tout. Le repas fût alors servit et Vaë allaita son fils, Liam donnant le biberon à Arya, assez grande pour le prendre. Les autres étaient déjà attablés et les attendaient patiemment.

Les petits couchés, Liam et Vaë retournèrent auprès des autres pour manger. Le contact de la main de sa rose dans la sienne lui envoyait des frissons et…des envies…trop fortes à son goût.

Mais il fît comme si tout allait bien et mangea, rit et discuta joyeusement. A la fin, Heïan chaparda son petit-fils en un temps record et l'emmena près de la cheminée pour recommencer ses pets de bouche sur son ventre. Le petit gigotait et semblait rire et Liam ne put s'empêcher de rire à son tour. Il prit donc Arya et monta avec Vaë, disant à son père qu'il reviendrait chercher le petit un peu plus tard.

En haut, ils changèrent la petite et la couchèrent, puis Liam attendit que sa rose aille se doucher, couché sur le lit. Lorsqu'elle revint, il l'entoura d'un bras et lui dit :

-Tu sais…Keilan était bleu, lorsque la sage femme est parvenue à le libérer du cordon. Elle…me l'a confié pour que je le réanime. Et j'avoue qu'à un moment donné, j'ai vraiment eu peur de le perdre. Il ne réagissait pas malgré la chaleur du feu, de la couverture et de mon corps, ni même grâce à mes frottements sur son torse. Et toi tu…tu étais inconsciente et tu perdais trop de sang…j'ai eu peur de vous perdre tous les deux d'un coup…

Il la regarda, les yeux brillants, lui souriant et lui caressant la joue. Elle avait tout de même le droit de savoir ce qu'il s'était passé. Mais…il avait envie…en plus la dernière fois qu'ils l'avaient fait…ou du moins tenté, c'était le fameux soir ou il avait refait une crise et voulu la gifler.

Lentement, il se mit à caresser son corps, sentant bien les frissons qui la parcouraient, et embrassa son ventre, ses jambes, ses bras, tout. Elle semblait avoir suffisamment récupéré pour cela et de toute façon elle n'avait rien à faire…si ce n'est prendre du plaisir.

-Je t'aime…murmura-t-il en embrassant son cou, allongé sur elle, la déshabillant lentement.

Il avait légèrement peur que l'acte fasse ressurgir les phrases ou les remords et que la chose se réveille, mais il le ferait tout de même. Au moins il serait fixé. Si c'était la seule chose qu'il ne pouvait plus faire au risque de redevenir fou et bien…il se contiendrait, tant bien que mal.

Il continuait de l'embrasser et de la caresser, rapidement nus sous les couvertures. Arya gazouillait dans son berceau et il sentit les jambes de Vaë entourer son bassin, ce qu'elle faisait à chaque fois qu'elle était prête à l'accueillir.

Il vint donc doucement, délicatement, et débuta ses mouvements, tranquillement. Elle se mordait la lèvre et retenait ses gémissements, et aucune phrase ne vint.
La chose cogna, tentant de l'atteindre d'une autre façon, mais en vain. Et cela le comblait de joie. Ah non mais attendez, priver un homme de ça…vous vous rendez compte ? Surtout avec une femme aussi belle et qu'il aimait tellement ? Impossible ! (XD)

Sauf que…il n'avait pas prévu…son père…

La porte s'ouvrit soudainement sur Heïan qui tenait Keilan, prêt à le changer car monsieur bébé avoir fait grosse commission dans sa petite couche. Automatiquement, Liam se dégagea, sautant sur le côté, horriblement gêné. Son père, comprenant ce qu'il se passait, baissa la tête, mais souriait toujours. Vaë était rouge tomate et sous les draps, Liam remit son caleçon en place, pour ensuite se relever.

-Papa ! Toque la prochaine fois !

Heïan, gêné mais souriant, ne fît que s'excuser et conduisît son petit-fils dans la salle de bains pour le changer. Et lorsqu'il revint, il voulut le ramener en bas mais Liam se saisit du petit au passage en disant :

-Il est temps de faire dodo ! Pour toi aussi papa !

Le Capitaine s'avança et lui dit en murmurant :

-Et vous aussi, jeune homme ! Il faut être en forme ! Pas de galipettes ! Sinon je demande à Omar de corser ton entraînement et tu ne seras plus aussi énergique !

Puis, riant, il s'en alla, leur souhaitant la bonne nuit. Liam coucha le petit près de sa sœur et revint dans le lit, ou Vaë reprenait ses couleurs naturelles.

-T'en fais pas, il ne dira rien. Il va juste nous regarder étrangement…désolé…

Il l'embrassa encore, la caressant distraitement. Elle semblait fatiguée malgré son petit sourire et son mordillage de lèvre. Mon dieu, se faire surprendre par son père…Liam se demandait s'il y avait pire…


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 26 Déc 2012 - 20:05

Du pain sur la planche, part.2

Un coup remis en état, cette maison serait splendide et assez spacieuse pour une petite famille. Ses yeux violets continuèrent à inspecter les alentours avant de se poser sur son fils qui soupirait, un sourire gêné aux lèvres. Liam avait peut-être cru qu’il y arriverait seul, mais à première vue, il y avait encore beaucoup à faire puisque la demeure avait été longtemps abandonnée, donc délabrée autant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

‘‘ Je…n’osais pas trop demander en fait…avec tes problèmes de cœur et puis les enfants…je pensais réussir à tout faire seul, mais… ‘‘ Dit-il en soupirant et désignant ce qui les entourait. ‘‘ Je n’avais pas vu qu’il y avait autant à faire…si tu veux m’aider tu peux…mais ne dis rien aux autres…ce doit être une surprise… ‘‘

En guise de promesse muette, Heïan ne fit que lui sourire et se débarrassa de son armure qu’il appuya contre le mur afin d’avoir une plus grande liberté de mouvement. Il s’approcha alors de son fils et dit :

‘‘ Ne t’inquiète pas pour ma patate, Liam. Il bat normalement et tout va bien. J’aurais seulement dû faire plus attention et me reposer lorsque mon corps me le disait et puis ... si je ne fais rien, je ne reprendrai jamais le dessus parce que mon coeur deviendra trop paresseux. Je connais mes limites maintenant. ‘‘

Heïan donna une tape sur l’épaule de son fiston et lui fit un sourire en coin avant de se mettre au travail. À deux, ça avançait déjà beaucoup plus rapidement. Liam martelait le sol et son père tenait quelques parties, l’aidant aussi à positionner convenablement les planches sur le plancher à moitié en ruine. Ils restèrent là un bon moment, deux ou 3 heures, ils ne savaient plus, mais lorsqu’ils sortirent dehors, le vent avait commencé à souffler un peu plus fort. Les Kreiss retournèrent alors vers leur villa et arrivèrent justes un peu avant l’heure du repas. Les femmes se trouvaient au salon lorsque les hommes rentrèrent et Melley fut la première à se lever pour aller accueillir son homme. Vaënadiel voulut en faire de même, mais Liam fut plus rapide et s’approchait déjà pour s’assoir à sa gauche alors qu’elle tenait leur fils dans ses bras. Elle embrassa son homme en souriant puis il fila à l’étage pour se laver. Lorsqu’il redescendit, la jeune nordique lui laissa le loisir de prendre Keilan alors qu’Heïan hérita d’Arya, assis dans le fauteuil. La petite ne cessait de lui prendre le doigt pour le mâchouiller et cela chatouillait, faisant rire le grand-père de bon coeur.

Le repas fut alors servi à table, mais les nouveaux parents restèrent un moment dans le salon, car Vaë devait allaiter Keilan sous une couverture alors que Liam s’occupait d’Arya en lui donnant le biberon. Par politesse, la famille les attendit avant de se mettre à table. Heïan, d’humeur taquine, regarda Elayne et s’arrêta sur Ephraïm qui était à ses côtés, mangeant toujours avec une certaine maladresse qui faisait sourire la jumelle de Liam.

‘‘ Et vous deux, quand est-ce que vous allez nous donner des petits enfants ? Deux ce n’est pas assez ! ‘‘

Ephraïm faillit s’étouffer avec sa viande et Elayne dut lui donner quelques claques dans le dos. Les yeux violets de celle-ci se posèrent alors sur son père qui avait l’air amusé par la situation, continuant de manger sa montagne de légume sous le regard de sa femme qui lui donnait un coup de coude dans les côtes. Ce ne fut pas assez pour l’arrêter cependant.

‘‘ Vous savez au moins comment en faire ? ‘‘ Demanda t-il, un large sourire aux lèvres.

Le nordique leva les yeux vers Heïan, rouge comme une tomate et ce, pas seulement à cause de sa bouchée qui avait passé par le mauvais conduit. Affreusement gêné, Ephraïm n’osait même pas répondre et encore moins Elayne qui était elle aussi dans un état de timidité extrême, camouflée par sa longue chevelure. Bien sûr qu’ils savaient comment ça marchait, mais seulement, ils ne s’étaient pas encore embarqués là dedans pour l’heure. De toute façon, Elayne avait une certaine crainte et voulait d’abord bombarder Vaënadiel de questions pour être un peu moins ignorante sur le sujet, bien qu’il y avait Melley. Mais la druidesse était un peu plus dans ses âges et sa première fois devait être beaucoup plus fraîche que celle de sa mère. Quand même !

‘‘ Bon ... ça va j’arrête de vous taquiner sinon je vais me faire estropier avant d’avoir terminé mon assiette. ‘‘

‘‘ Eph’ ... Iël arkhas fyëlystah irh’ darnkho sysh! (Eph’ ... ta tronche vaut tout l’or du monde !) ‘‘

‘‘ Irf arlïs kardys ar’sh yrïeladas ! (Je vais te faire assoir dans la neige !) ‘‘

Aussitôt Vaënadiel se tut et ricana en silence alors que son frère lui lançait un regard noir. Cette fois, Elayne ne comprit absolument rien parce que le frère et la soeur s’étaient parlé trop rapidement pour qu’elle tente de trouver les mots qu’elle connaissait. Glissant sa main dans celle de Liam, Vaë ne put s’empêcher de lui sourire tout en croisant ses doigts entre les siens. Son pouce caressait machinalement le dessus de sa main si chaude. Le reste du repas se déroula dans la même ambiance puis les domestiques débarrassèrent la table lorsque la famille la quitta. Heïan enleva en vitesse Keilan de son berceau et s’installa sur le large coussin devant le feu, levant le tissu pour dévoiler le ventre du poupon pour y faire des pets de bouche. Le petit gazouillait à tous les coups, poussant de petits cris aigus en guise de rire. Regardant son père s’amuser comme un enfant, Liam riait et Vaënadiel ne pouvait que sourire à ce spectacle suivant son homme à l’étage avec Arya. Même si le fils avait averti son père qu’il repasserait chercher l’enfant plus tard, Heïan ne fit que répondre distraitement:

‘‘ Ouais ... ça va. Je m’en occupe ! ‘‘

Une fois dans leur chambre, les nouveaux parents se dirigèrent automatiquement vers la salle de bain pour changer la culotte de la petite et la nettoyer convenablement avant de lui faire ses habits de nuit. Liam prit donc Arya dans ses bras et laissa la pièce à Vaë qui en profita pour aller prendre soin de sa longue chevelure sous l’eau. Ça lui faisait étrange de se frotter le ventre et de ne pas sentir cette grosse rondeur qu’elle avait eue pendant des mois durant et surtout ... de voir ses pieds en penchant la tête. D’une main, elle caressa son ventre qui avait repris sa forme initiale, l’enflement disparut et termina de se laver pour se sécher, enfiler une des chemises de son homme et de s’élancer vers le lit ou elle se laissa tomber à plat ventre. Liam l’emprisonna alors d’un bras, la collant contre lui qui semblait si pensif d’un coup.

‘‘ Tu sais…Keilan était bleu, lorsque la sage femme est parvenue à le libérer du cordon. Elle…me l’a confié pour que je le réanime. Et j’avoue qu’à un moment donné, j’ai vraiment eu peur de le perdre. Il ne réagissait pas malgré la chaleur du feu, de la couverture et de mon corps, ni même grâce à mes frottements sur son torse. Et toi tu…tu étais inconsciente et tu perdais trop de sang…j’ai eu peur de vous perdre tous les deux d’un coup… ‘‘

Vaënadiel eut un sourire triste se souvenant d’avoir entendu que le Keilan était en train de s’étouffer à cause du cordon, tout comme elle se souvenait de perdre ses forces au fil des secondes. Une chose était certaine cependant, elle ne pouvait et ne voulait pas partir une fois qu’elle venait de trouver son bonheur. Son regard aqua plongea dans celui de Liam et elle caressait ses lèvres du pouce gauche pendant que lui en faisait de même de sa main sur sa joue.

‘‘ Keilan sera aussi têtu que toi, j’en suis certaine ... et ... je ne pouvais tout de même pas laisser le soleil de mes jours s’éteindre. ‘‘

Ses yeux dorés étaient si brillants d’un coup et son sourire se fit un peu plus charmeur. La jeune femme n’eut pas à se questionne lorsqu’elle sentit ses mains se balader sur son corps, relevant lentement le tissu qui la recouvrait. Fermant les yeux, elle profita de ces caresses alors que son corps frissonnait, en demandant davantage.

‘‘ Je t’aime… ‘‘

Il avait murmuré avec son habituel ton enjôleur qui la faisait littéralement craquer, embrassant son cou alors que sa main déboutonnait lentement la chemise, effleurant sa peau. Il y avait longtemps qu’ils n’avaient pas été aussi prêts l’un de l’autre, enfin, pas de cette manière du moins. Un ventre bien rond et lourd n’avait pas aidé non plus. L’envie montait en flèche chez elle et elle ne se priva pas de le débarrasser des vêtements qui le recouvraient pour enfin sentir son ventre contre le sien. Même les gazouillements d’Arya dans le berceau plus loin ne la dérangeaient pas et ses jambes fines ne tardèrent pas à s’enrouler autour du bassin de son fiancé, désirant qu’il se fasse encore plus près pour ne former qu’un. Ses mains se cramponnaient sur la taille du jeune homme qui commençait à lui donner du plaisir alors qu’elle se retenait pour rester silencieuse jusqu’à ce qu’un éclair de lumière surgisse dans la chambre.

Heïan était monté à l’étage parce que Keilan avait largué une grosse bombe puante dans sa culotte de coton et tout le nécessaire pour le nettoyer se trouvait dans la chambre de son fils. Comme il était encore assez tôt, les parents devaient s’amuser avec Arya avant l’heure du coucher sauf que non ... les parents s’amusaient entre eux, la petite dans le berceau. Gêné d’arriver sur l’entrefaite, le grand-père baissa les yeux en se retenant de ne pas rire. Vaënadiel elle, était rouge comme une tomate et avait le visage à moitié caché derrière les couvertures, voulant disparaître. Bon sang ! C’était tellement gênant comme situation ! Pourquoi n’avaient-ils pas pensé à verrouiller la porte ? Peut-être q’ils avaient oublié, ne pensant pas que ça allait prendre cette tournure.

‘‘ Papa ! Toque la prochaine fois ! ‘‘ S’écria Liam en se tirant hors du lit.

‘‘ Hum ... pardon du dérangement. ‘‘

Puis Heïan fila dans la salle de bain en se faisant discret malgré tout, Keilan qui gazouillais dans ses bras. Il le changea, le lava et lui enfila des vêtements propres, mais comme il allait ressortir de la chambre, Liam prit le petit dans ses bras et dit :

‘‘ Il est temps de faire dodo ! Pour toi aussi papa ! ‘‘

Le voilà qui jouait au père, même avec son propre père. Non, mais ça va pas ?! Le Capitaine s’approcha alors de son fils et avança un peu la tête vers l’oreille de son fils et lui murmura :

‘‘ Et vous aussi, jeune homme ! Il faut être en forme ! Pas de galipettes ! Sinon je demande à Omar de corser ton entraînement et tu ne seras plus aussi énergique ! ‘‘

Le soldat de haut rang tourna alors le dos à son fils et se dirigea vers la porte en riant puis leur souhaita la bonne nuit en verrouillant puis refermant la porte derrière lui pour ne plus que les jeunes soient dérangés. Liam, toujours gêné, alla coucher le petit Keilan aux côtés d’Arya qui suçait son pouce les yeux grands ouverts. Dans le lit, assise, Vaënadiel avait repris sa pâleur naturelle et suivit son homme des yeux alors qu’il reprenait place à ses côtés.

‘‘ T’en fais pas, il ne dira rien. Il va juste nous regarder étrangement…désolé… ‘‘

Vaënadiel se mit à ricaner doucement, ne faisant aucunement disparaître son sourire. Elle se mordillait encore la lèvre de l’intérieur, son envie encore très ... très présente. Pauvre Liam, sûr que c’était gênant de se faire surprendre de la sorte, mais elle se doutait qu’il se ferait charrier par Heïan dès le lendemain, et ce, pour quelques jours encore.

‘‘ Ça va, mon loup ... ce sont des choses qui arrivent, bien qu’elles sont affreusement gênantes. Comme ce soir. ‘‘

N’empêche qu’elle se plaqua contre lui même si elle était morte de fatigue. Pas question qu’elle dorme avec ces papillons dans son ventre et ces décharges de frissons qui l’envahissaient de part en part. Ses lèvres ne tardèrent à rejoindre les siennes, ses mains se baladant sur ses nuques et dans ses cheveux. Liam semblait être quelque peu surpris, mais se prêta rapidement au jeu et la bouscula de nouveau sur le lit afin qu’ils puissent reprendre là où ils s’étaient arrêtés une fois qu’elle lui eut enlevé son sous-vêtement. Et c’était reparti pour un tour... en conclusion, Liam n’eut pas beaucoup d’heures de sommeil encore une fois.

Le lendemain matin, les parents eurent encore de la difficulté à se réveiller et Liam dut apporter Keilan à Vaënadiel qui parvenait à peine à s’assoir sur le lit, les cheveux dans le visage. Le petit trouva aussitôt le chemin vers la poitrine de sa mère qui caressait sa joue du bout des doigts, levant les yeux vers son homme pour lui offrir un sourire radieux. Celui-ci ne tarda pas à venir prendre place devant elle, lui volant un baiser.

‘‘ Je t’aime, mon loup. Tu devrais filer avant d’être en retard, je vais m’occuper des petits. ‘‘

Elle lui vola cependant un second baiser avant qu’il ne file se débarbouiller et se changer avant de descendre, lui souhaitant une bonne journée. La porte se referma derrière lui et la druidesse soupira doucement, un large sourire aux lèvres. Ses yeux aqua se posèrent alors sur les deux enfants qu’elle tenait contre elle et qui gazouillaient. Elle ne pouvait être plus comblée qu’à l’heure actuelle et ce qu’elle pouvait les aimé ces bébés, tout comme sa nouvelle famille et son amoureux. Finalement, elle avait bien fait de descendre de la montagne, malgré les pertes qu’elle avait causées par cette seule décision. Mais comme Liam le lui avait dit, ce serait arrivé d’une manière ou d’une autre et elle aussi y aurait laissé sa peau. Vaënadiel ferma donc les yeux, versant une seule et unique larme en regarda Arya, puis Keilan dont les yeux curieux la regardait, touchant le liquide qui perlait sur sa joue. Déposant un baiser sur leur front, elle murmura :

‘‘ Maman, papa ... mes frères ... j’aurais tellement aimé vous voir, là, en ce moment. J’aurais aimé que mes enfants vous connaissent... vous me manquez tellement. ‘‘

Puis un doux sourire se dessina sur ses lèvres, s’allongeant avec ses bébés couchés à côté d’elle. Arya mâchouillait son index, faisant rire la jeune femme de bon coeur alors que Keilan bâillait et faisait des bulles avec sa salive, celle-ci s’écoulant du côté de sa bouche. L’essuyant, elle le tourna vers elle et le colla contre son corps, celui-ci ne tarda pas à se cramponner à sa chemise. Vaënadiel restant là une bonne heure, le père et le fils partirent depuis un moment déjà, et elle y serait restée encore un long moment à sourire béatement dans le vide. Ce fut Melley, Elayne, Serra et Naëlyah qui la sortit de sa torpeur.

‘‘ Allez, debout la jeunesse ! ‘‘ S’écria Serra, toujours aussi animée pour son vieil âge.

Vaënadiel s’asseya dans son lit, Keilan dans ses bras et tourna son regard aqua vers l’attroupement de femmes qui se tenaient devant la porte de la chambre. Elayne contourna le lit pour venir prendre Arya et Melley s’approcha pour prendre son petit fils des bras de la mère qui semblait confuse tout d’un coup. Melley s’asseya alors sur le fauteuil près de la fenêtre, Elayne sur la banquette de la baie vitrée alors que Serra sortait son artillerie de son sac.

‘‘ Debout, ma belle. J’ai besoin de prendre tes mesures ‘‘

‘‘ Mes mesures ? Mais pourquoi ? ‘‘ Demanda Vaë qui fut tiré hors du lit par Naëlyah,

‘‘ Grimpe sur le tabouret pour te donner un peu plus de hauteur et ... enlève-moi cette chemise pour me faciliter la vie. ‘‘

‘‘ Qu-quoi ?! Non ! ‘‘ Rétorqua t’elle en tenant sa chemise fermement.

Serra la regarda en fronçant les sourcils et soupira avant de s’approcher de la druidesse. Ce ne fut pas bien long qu’elle se retrouvât presque dénudée devant toutes ces femmes. Le rouge lui monta aux joues aussitôt et elle ne fut pas rassurée en entendant Melley qui riait, se rappelant ces mêmes évènements lorsque c’était elle qui était à la place de Vaënadiel. La jeune femme ne put s’empêcher de jeter un coup d’oeil à Melley qui lui fit un sourire radieux et Serra s’exclama aussitôt.

‘‘ WOUAH ! Où t’as eu ce truc, Vaë ? ‘‘

‘‘ Quel ...tr-truc ? ‘‘ Demanda t-elle, timidement.

Serra dégagea le dos de la jeune femme de sa longue tignasse pour pouvoir apercevoir sa marque de naissance qui s’enroulait autour de son bras, marquant son dos et descendant vers l’une de ses fesses.

‘‘ On dirait des rayures animales ! ‘‘

‘‘ Cette affreuse tache ? J’ai ... ça depuis la naissance. ‘‘

‘‘ Bonté divine, avoir un corps comme le tien en plus de cette marque, je crois que je promènerais nue dans la maison à longueur de journée au risque de faire tournée mon époux en bourrique. Il est clair que je passerais des heures devant la glace ! Si j’étais toi, je le ferais volontiers... en plus, tu viens d’accoucher et tu as encore ton corps de jeune femme indemne. ‘‘

Vaënadiel ne comprenait plus du tout ce qui se passait. Pourquoi tout le monde trouvait sa marque de naissance sublime alors que chez elle, on la reniait comme si elle était sale et dégoutante ? Confuse, la druidesse regarda Serra et se mit à rougir. Il était hors de question qu’elle fasse ce que Serra disait ! Le seul qui avait droit de la voir tout entière était Liam ... bien qu’elle était presque dans son plus simple appareil devant ces quatre femmes.

‘‘ Serra, il faudrait peut-être que tu prennes ses mesures non ? ‘‘

‘‘ Ah oui ! Bonne idée ! ‘‘ S’exclama Serra en se retrouvant derrière Vaë, prenant toutes les mesures possibles.

Devant la druidesse, Naëlyah tenait ses mains pour ne pas qu’elle se sente trop mal à l’aise, voyant bien qu’elle rougissait en se sentant taponnée par la vieille nordique. Elle lui fit le coup de la poitrine et Melley fut prise d’un fou rire lorsqu’elle vit Vaënadiel se raidir et ses yeux devenir bien ronds.

‘‘ Voilà ! J’ai terminé. ‘‘

Naëlyah tendit alors la chemise de nuit à la jeune femme aux cheveux de neige qui l’enfila rapidement, encore sous le choc. Ses joues encore rouges, elle regarda Serra de ses yeux aqua et toujours confus.

‘‘ Serra, vous ... tu ... vous ... ne m’avez pas dit pourquoi vous faisiez ça. ‘‘

‘‘ Pour te confectionner ta robe de mariage, bïella ‘‘

Ah oui ! C’était la cérémonie d’union de vie faite ici, en bas des montagnes. Vaënadiel se mit alors à sourire timidement puis descendit de son tabouret pour remettre le pied au sol. Les femmes s’installèrent alors sur le lit et elles se mirent à parler d’un mariage, proposant tout ça pour le printemps ou l’été qui arriverait d’ici quelques mois. Ainsi, ils n’auraient pas à se geler et Vaënadiel pourrait admirer la splendeur des paysages avec un oeil plus ouvert. Mais il manquait tout de même l’avis du principal concerné sur la chose ; Liam. Pour l’heure, elles papotèrent tranquillement et les vieilles femmes rentrèrent chez Berthan en fin d’après-midi lorsque Vaë s’occupait d’allaiter Keilan. De toute manière, les hommes avaient supposément beaucoup de travail et rentreraient plus tard à la maison.

D’ailleurs, les deux hommes purent quitter les quartiers généraux en direction de la maison abandonnée. Ils se débarrassèrent de leur armure qu’ils posèrent dans un coin et attaquaient le hall avec beaucoup plus de vigueur, terminant même le plancher avant de s’en retourner à la villa. Les murs aussi avaient été solidifiés, comme l’escalier qui reprenait un peu plus de charisme. Dès le lendemain, ce serait au tour du salon. Heïan ne manqua pas de charrier son fils sur les évènements de la veille d’ailleurs, le faisant rougir comme jamais. Liam avait beau lui lancer des regards noirs, le père ne s’arrêtait aucunement jusqu’à ce qu’ils décident de s’en retourner à la villa. La neige les prit de cours et ils durent accélérer le pas, entrant avec les cheveux recouverts de neige. Elayne et Melley s’occupaient des petits et Vaënadiel put venir accueillir. Elle embrassa tendrement son homme alors qu’Heïan ricanait, s’éloignant pour rejoindre sa femme. La druidesse ne manqua pas l’étrange sourire qu’il leur fit et ses rougeurs revinrent d’un seul coup, cachant son visage au creux du cou de Liam et entourant sa taille de ses bras.

Les hommes se mirent alors à jouer avec les enfants, Liam tenant Keilan et Heïan s’occupant d’Arya qui souriait en mâchouillant sa doudou. Avant de se mettre à table, Vaë prit son fils et s’installa dans le salon, car il commençait à pleurer puis ensuite elle le coucha dans le berceau où sa soeur s’amusait à lui flatter la tête de petits gestes hésitants.

‘‘ Grosse journée ? ‘‘ Demanda Eph’ à Liam et Heïan.

‘‘ Ce sera ... chargée dans les prochaines semaines, j’ai des piles et des piles de dossiers dans mon bureau. ‘‘

Ce qui était vrai, mais le Capitaine ne s’enfonça pas dans le sujet au risque de mentir et que Melley ne se doute de quelque chose. Mais un sourire taquin se forma aux coins de ses lèvres et il but une gorgée de son vin avant de poursuivre en disant :

‘‘ J’en connais qui ont eu une grosse nuit surtout... ‘‘

Vaënadiel baissa aussitôt sa tête et continua de manger en silence, Liam l’imitant à ses côtés. Ephraïm jeta un coup d’oeil à Elayne puis à Heïan qui ricanait en silence, Melley lui donnant un coup de coude dans les côtes en lui murmurant de cesser d’intimider les jeunes avec ses moqueries.

‘‘ À cause des petits je voulais dire ... pas à cause d’autre chose hen ! ‘‘ Ajouta t-il pour se justifier.

À la fin du repas, le jeune couple laissa les enfants aux grands-parents, à Elayne et Ephraïm qui commençait à les prendre sans avoir peur de les casser. Ils montèrent donc à l’étage pour se faire couler un bain et la druidesse débarrassa son partenaire de ses vêtements lentement, faisant glisser ses mains derrière son dos nu. Ses lèvres se posèrent sur son torse et elle se colla alors contre lui, relevant les yeux pour pouvoir l’admirer dans toute sa grandeur. Elle l’attira ensuite dans la baignoire et se glissa derrière lui pour le nettoyer. Avoir un petit moment d’intimité, sans enfants dans la pièce à côté accordait un peu de répits, mais ils lui manquaient déjà.

‘‘ Ta marraine et ta grand-mère sont passées ce matin pour prendre mes mesures ... ‘‘ Dit-elle en lui massant délicatement les épaules qui étaient tendues afin qu’il se détende. ‘‘ Nous avons parlé du mariage, enfin ... plutôt elles ont parlé du mariage. Ta mère avait proposé d’attendre que les bourgeons se dévoilent pour la cérémonie, disant que l’hiver, ce n’était pas l’idéal, mais je voulais savoir ton opinion d’abord et comme je ne connais rien à vos coutumes ... ‘‘

Dans le plus grand des silences, la jeune femme se leva et changea de place afin de s'assoir devant son homme qui la suivait des yeux. Elle lui offrit un sourire et caressa sa joue de sa main mouillée par l'eau du bain et ne put s'empêcher de ricaner en voyant qu'elle lui avait fait une fausse barbe en mousse qu'elle s'empressa de la lui enlever, attendant tout simplement une réponse quelconque de sa part.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 26 Déc 2012 - 22:25


Liam ne parvenait toujours pas à croire qu'ils venaient de se faire surprendre par son père dans un moment aussi…intime. Bien sûr, s'il avait verrouillé la porte au départ cela ne se serait pas produit mais…depuis cet incident ou il avait fait sa crise, il ne voulait plus fermer de porte à double-tour. Il fallait que Vaë puisse s'échapper n'importe quand. Liam ne savait pas si la chose reviendrait à la charge un jour ou l'autre et préférait pouvoir éviter les coups à ceux qu'il aimait par-dessus tout.

-Ça va, mon loup ... ce sont des choses qui arrivent, bien qu’elles sont affreusement gênantes. Comme ce soir.

Oui mais bon…Liam aurait aimé lui éviter cette gêne tout de même ! Elle se colla subitement à lui, l'embrassant et lui caressant la nuque tendrement. Liam écarquilla les yeux, surpris qu'elle en ait encore envie…mais elle fît disparaître la gêne en un temps record et il bascula à nouveau, l'allongeant convenablement et se positionnant sur elle, l'embrassant partout. Elle lui retira le sous-vêtement qu'il avait enfilé à la venue d'Heïan, et il reprit là ou il s'était stoppé, se faisant doux, mais fougueux. Le plaisir revint en flèche, grimpa, grimpa, si haut que Liam était essoufflé et trempé, que Vaë se mordait la lèvre au sang à force de contenir ses gémissements. Bref, ce fût une merveilleuse nuit et ils n'eurent que quelques petites heures de sommeil complètes.

Le lendemain donc, Liam eut toutes les peines du monde à se réveiller. Ses yeux ne voulaient pas et puis…il était trop bien couché contre Vaë pour avoir envie de se lever et affronter le froid hivernal. Il remercia donc Keilan qui le força à le faire pour le chercher et l'amener auprès de sa mère, à moitié endormie elle aussi. Le petit trouva de lui-même le chemin jusqu'à la nourriture et Liam prit Arya dans ses bras, lui disant bonjour à elle aussi. Elle mangeait ses doigts, réclamant maintenant la nourriture en silence. Sauf que Liam n'avait plus le temps d'aller lui préparer et lui donner un biberon, sinon il allait être en retard et il ne souhaitait pas donner de raisons supplémentaires à son père de le charrier. Il revint devant Vaë qui lui offrit un grand sourire en le regardant, Keilan buvant toujours le lait maternel. Il lui vola un baiser et lui confia Arya alors qu'elle disait :

-Je t’aime, mon loup. Tu devrais filer avant d’être en retard, je vais m’occuper des petits.

Il lui sourit et eut droit à un second baiser, se relevant ensuite pour aller se laver et se changer pour la journée. Lorsqu'il fût prêt, il souhaita à sa rose une bonne journée, disant au revoir aux petits, et descendit, retrouvant ses parents, sa sœur et le nordique. Il s'installa et mangea lentement, sentant nettement les regards de son père, très significatifs. Liam retint une dizaine de bâillement, ne voulant pas lui montrer qu'il était fatigué et il se hâta de manger pour se lever et lui tourner le dos, sortant dans le hall et libérant lesdits bâillements d'un coup.

Enfilant son armure avec son père, ils dirent au revoir à ceux présents et sortirent dans la neige fraîche. Leurs pas étaient assourdis par cette couche blanche, et ils arrivèrent au quartier général en silence. Mais Liam n'était pas dupe. Heïan reviendrait à la charge. Quand, il ne savait pas, mais il le ferait.

Ce fût Omar qui l'entraîna cette fois, et il ne lésina pas sur la vitesse et la vivacité. Liam était fatigué et avait de moins bons réflexes. Heïan lui avait dit quelque chose, assurément ! Sinon le géant ne se défoulerait pas comme ça ! Bien sûr…le Capitaine lui avait murmuré quelque chose à l'oreille…Liam se concentra au maximum pour ne pas faire d'erreurs stupides, mais il fût vite à bout de forces. Toute la matinée il s'entraîna, courant autour du terrain lorsqu'Omar devait s'absenter, s'entraînant au combat avec le géant lorsqu'il était là. Il était passé des épées aux dagues, et avait un peu plus de mal, les lames étant bien plus courtes. Mais plus légères donc plus de mouvements. Et le seul spécialiste du combat à deux dagues était son père. Apparemment il les maniait aussi bien qu'un couteau et une fourchette.

A midi, ils mangèrent paisiblement, au chaud, avec Heïan cette fois, n'ayant pas envie de rester cloîtré dans son bureau avec pour seule compagnie ses dossiers. Ensuite, avant la patrouille, Heïan convoqua Omar et Liam dans son bureau. Il les fît s'asseoir et les imita, posant un dossier devant lui, au milieu du bureau. Il l'ouvrit et commença :

-Je suis en plein dans l'enquête sur l'asile de fous. Tout est un peu bizarre selon moi…alors…Liam…pourrais-tu nous dire ce qu'ils t'ont fait, là-bas ?

Heïan était tout ce qu'il y a de plus sérieux, mettant à plus tard ses taquineries. Omar, à côté, avait pris le dossier et avait commencé à lire. Liam baissa légèrement les yeux, ne sachant pas quoi dire, par ou commencer, revoyant chaque scène dans sa tête comme s'il y était toujours. Omar dit alors :

-Aie pas peur petit. Vu ton état à ta sortie ils méritent d'être jugés.

Liam hocha de la tête et dit :

-Ils…faisaient des tests. Ils m'ont donné des potions à boire ou m'ont injecté des produits dans les veines. Ils voulaient tester leurs effets avant de les donner aux patients sains d'esprits et ils voulaient voir leurs effets sur la folie.

Il se tut, ressassant ses souvenirs. Puis il continua :

-Là-bas ils ne m'ont pas dit que je n'étais pas fou au contraire. Ils voulaient à tout prix que je me considère comme tel. Et pour eux ma folie était un cas exceptionnel. Ils…ils…

Il serra les poings, regardant son père dans les yeux, y puisant de la force pour poursuivre. Omar était lui aussi scotché par les révélations, tout en prenant des notes.

-Ils me faisaient faire des crises par dizaines. Ils avaient contrôlé ma "folie" et en un simple claquement de doigts ils la faisaient ressurgir. Des heures durant parfois. Ils me laissaient vidé de toute énergie.

Il déglutit, son cœur ayant soudainement accéléré sa course. Heïan acquiesça et dit simplement :

-Merci, Liam. Ils vont payer pour ce qu'ils t'ont fait, crois-moi. A toi et aux autres, fous ou non. Maintenant, allez patrouiller tous les deux. L'air frais vous fera du bien. Je retranscrirais les propos dans le dossier.

Liam se leva et sourit à son père, suivant Omar à l'extérieur. Marchant dans les rues, un nuage blanc se formant à chaque respiration, le géant dit alors :

-Ca a dû être l'enfer là-bas non ?

Liam le regarda et lui répondit :

-Franchement ? Oui. Au départ je pensais qu'ils m'aideraient. Au final ils ne faisaient que m'enfoncer plus encore. Pour…pour tout vous dire, Omar…

-Tu. Tutoies moi je suis pas si vieux que ça ! Le coupa Omar.

Liam lui sourit et reprit :

-Pour tout te dire Omar, lorsque le Général est venu me chercher, j'étais sur le point de lâcher prise et de me laisser engloutir par cette soi-disant folie.

Omar ne répondit pas tout de suite mais lui mit une main sur l'épaule en lui disant, si sérieux par rapport à d'habitude :

-Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Tu as hérité de ton père Liam. Crois-moi. Ta fiancée à de la chance de t'avoir et tes gosses aussi. D'ailleurs, comment vont-ils les petits bouts ?

Liam sourit, méditant un instant ses paroles puis répondit :

-Bien. Ils vont tous très bien.

Omar lui donna une claque dans le dos puis ils reprirent leur route, évitant quelques chutes d'enfants, aidant les vieilles personnes à marcher sur le verglas, sans plus. A la foire, Liam vit du coin de l'œil une famille qu'il n'avait guère envie de voir. Les Orsons se promenaient. Ils n'arboraient plus leurs sourires hautains, du moins pas les parents. La mère semblait avoir pris un énorme coup de vieux et le père cherchait à garder sa dignité en souriant faussement. Seule Keira était restée telle qu'elle. Souriante, aguicheuse, hautaine, prétentieuse…et plus aucune trace de sa grossesse. Comme si elle n'avait jamais existé, comme si Arya n'avait pas grandie dans son ventre.
Liam se détourna, ne souhaitant pas être reconnu. Omar dut le comprendre car il ne s'attarda pas non plus, ramenant sa patrouille en direction du quartier général. De toute manière, c'était la fin d'après-midi.

Heïan finissait justement et ils purent tout de suite s'en aller, direction la maison à rénover. A deux, cela allait nettement plus vite et puis…c'était plus amusant. Enfin…si son père voulait bien arrêter de le taquiner ! Il n'arrêtait pas et Liam rougissait tout en lui lançant des regards noirs qui ne firent que l'encourager à poursuivre. Liam lui lança même le marteau dans la figure mais il savait pertinemment qu'Heïan le rattraperait, ce qu'il fît en continuait ses moqueries. Liam les supporta donc, bien rouge, et lorsqu'ils décidèrent de retourner à la villa, le sol du couloir était fait, les murs solidifiés, l'escalier déjà un peu plus esthétique. Ils allaient s'attaquer au salon dès le lendemain.

Mais dehors, la neige s'était mise à tomber et ils durent presser le pas avant d'être congelés. Seule chose positive : Heïan avait cessé ses taquineries !

Ce fût Vaë qui les accueillit, Elayne et Melley occupées par les petits et Liam eut droit à un doux baiser, sentant ses cheveux dégouliner d'eau à cause de la neige qui fondait. Évidemment, Heïan ricana et leur fît un drôle de sourire, faisant rougir Vaë qui le serra à la taille, se cachant à la vue de tous.

Entrant au salon, Liam eut droit de porter son fils, lui disant coucou après cette journée ou il lui avait manqué, lui comme sa sœur, qui se trouvait dans les bras de son grand-père. Ils jouèrent avec les bébés jusqu'à ce qu'il soit temps de se mettre à table, Vaë reprenant Keilan pour le consoler et le coucher avec sa sœur qui tapotait le crâne de son frère. Commençant à manger, Ephraïm demanda aux soldats s'ils avaient eu une grosse journée et Heïan répondit pour eux :

-Ce sera ... chargée dans les prochaines semaines, j’ai des piles et des piles de dossiers dans mon bureau.

Ce n'était pas entièrement faux, mais bon, cela évitait de mentir. Surtout que Melley voyait quand son mari mentait et Liam ne savait tout bonnement pas le faire alors…cependant il craint le pire lorsqu'un sourire taquin naquit sur les lèvres du Capitaine…

- J’en connais qui ont eu une grosse nuit surtout...

Aussitôt, Vaë et Liam baissèrent la tête de concert et continuèrent de manger comme si de rien n'était, manquant le tour de coups d'œil d'Eph'. Heïan crut bon de se justifier :

-À cause des petits je voulais dire ... pas à cause d’autre chose hen !

Liam poursuivit le masticage de sa bouchée, sans répondre. A la fin, il emmena Vaë à l'étage, laissant les deux nourrissons aux petits soins de leurs grands-parents, d'Elayne et d'Eph' qui n'avait plus peur de les porter et au contraire aimait ça.
Dans la salle de bains, à l'étage, Vaë avait entreprit de déshabiller lentement, caressant son dos nu, embrassant son torse et se collant à lui, relevant le visage pour le regarder dans les yeux.

Elle l'entraîna ensuite dans la baignoire, s'asseyant derrière lui et commençant à le laver tendrement, Liam savourant le contact de ses mains douces sur sa peau. Elle lui massait délicatement les épaules lorsqu'elle dit :

-Ta marraine et ta grand-mère sont passées ce matin pour prendre mes mesures ... Nous avons parlé du mariage, enfin ... plutôt elles ont parlé du mariage. Ta mère avait proposé d’attendre que les bourgeons se dévoilent pour la cérémonie, disant que l’hiver, ce n’était pas l’idéal, mais je voulais savoir ton opinion d’abord et comme je ne connais rien à vos coutumes ...

Le mariage…avec tout ça, ils n'étaient pas encore mariés à la façon d'en bas. Uniquement à la façon nordique. Il la regarda se relever et reprendre place devant lui, caressant sa joue au passage, le barbouillant de mousse qu'elle s'empressa de retirer. Elle attendait sa réaction et lui réfléchissait à comment commencer. Il lui prit la main et dit :

-Serra et ma mère te feront la plus belle robe de tous les temps. Apparemment, celle de ma mère avait fait des jalouses…Attendre le printemps ? Oui c'est une bonne idée. Beolan est belle au printemps tu verras. Et tu l'as rendras encore plus belle…

Il l'embrassa en souriant avant de poursuivre :

-Pour les coutumes…ce n'est pas très compliqué. Le jour du mariage, l'homme et la femme n'ont pas le droit de se voir avant la cérémonie. La mariée est conduite par son père…

Il s'arrêta, vérifiant qu'elle n'en souffrait pas, et la rassura du regard pour continuer :

-Mais Eph' sera là pour toi. Ma mère non plus n'avait plus ses parents, elle les a perdu très jeune aussi, assassinés sous ses yeux, et c'est mon parrain qui l'a conduite. Enfin…

Il inspira et reprit :

-Et le marié est conduit par sa mère. L'église se remplit d'abord d'invités, puis le marié arrive et se met devant l'autel avec sa mère qui attend jusqu'à l'arrivée de la mariée. Puis celle-ci arrive et se met devant l'autel avec son futur époux. Tous deux se font face et le prêtre entame son discours, qui est parfois long et barbant je te l'accorde. Mais ensuite, il nous pose une seule question. Il nous demande à chacun si l'on veut de l'autre comme mari ou femme. Là tu diras oui je le veux ou…non je ne le veux pas.

Il sourit, se doutant bien que jamais elle ne dirait la seconde réponse, et poursuivit :

-A ce moment, nous échangeons les alliances. Je passe ton alliance à ton doigt et tu fais de même pour moi. Et ensuite, un gros baiser devant tout le monde. Là, on sort, et souvent on est accueillit par une plus de riz ou de pétales de roses. Vu qu'il neigeait chez mes parents, ils reçurent une pluie de neige sur eux. Là, une calèche nous ramène au lieu de réception et l'on commence à manger et à faire la fête. On aura droit à des jeux idiots tous les deux, à la danse et pleins d'autres surprises. Rien de compliqué, mais stressant quand même.

Elle avait tout absorbé et écarquillait les yeux, déjà terrifiée. Il la serra contre lui, lui embrassant la tempe et lui disant :

-T'en fais pas…tu t'en sortiras comme une chef, je n'ai pas peur.

Le seul truc qu'il craignait, c'était de voir Keira parmi les invités de l'église…

Elle semblait un peu…sous le choc ? Et ne répondit pas dans l'immédiat. Il la lava alors pour la détendre, lui souriant pour la rassurer. Ils sortirent du bain et se séchèrent, pour ensuite redescendre dans le but de récupérer leurs nouvelles terreurs et les mettre au lit.

Heïan s'amusait avec Keilan et Eph' avec Arya. Melley et Elayne discutaient entre elles et lorsqu'ils entrèrent, Eph' se leva tout de suite pour donner Arya qui sommeillait un peu à sa mère qui la berça en fredonnant comme elle savait si bien le faire.

Liam, lui, s'approcha de son père pour lui prendre Keilan, mais le Capitaine se leva au même instant et se mit à courir autour des fauteuils, évitant son fils.

-Papa ! Arrête !

Mais Heïan continuait, faisant rire le bébé, voulant le garder pour lui.

-Encore cinq minutes fiston !

-Il va être surexcité par ta faute et ne dormiras pas de la nuit !

Et là Melley crut bon d'intervenir :

-Comme un certain jeune homme que je ne nommerais pas…

Le tout en le regardant fixement. Liam soupira en levant les yeux au ciel et se mit à pourchasser son père dans toute la maison, lui hurlant presque de donner le bébé qui lui…s'était endormi dans les bras musclés de son grand-père.

Vaë elle-même riait devant cette scène.

-Papa, je te les laisserais tous les deux lorsqu'ils feront leur crise d'adolescence. Et leurs dents. Enfin pour Arya c'est déjà presque fait mais bon. Quand ils seront chiants je te les laisserais d'accord ?

Heïan le regarda en faisant la moue et retourna s'asseoir sur le canapé, essoufflé. Mais il n'avait toujours pas lâché son petit-fils. En parlant de crise d'adolescence, Melley avait regardé sa fille d'un air entendu. Tous ce souvenait de la merveilleuse période d'Elayne…Et Ephraïm semblait l'avoir calmée…

Liam soupira pour la énième fois et se rapprocha encore de son père pour tenter de lui voler son fils.

-Papa ! Mais euh ! Tu le reverras demain !

-Je vous l'apporte après ! Enfin…si vous n'êtes pas trop occupés…

Ca y est…Liam se remit à rougir et il vit Vaë s'éclipser discrètement pour que personne ne la voie rougir. Alors, profitant, Liam agrippa son fils, l'arrachant des bras de son grand-père qui refit la moue. Melley remarqua alors :

-Heïan mon cœur…si tu continues à faire la moue comme ça ton visage restera bloqué et…je le préfère au naturel…

Pour se venger, le Capitaine alla embrasser sa femme fougueusement, la surprenant même. Liam s'éclipsa alors, retrouvant sa rose dans le couloir et ensemble ils se mirent au lit après avoir changé, nourrit, et couché leurs enfants. Quelle journée !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Chemin de ronde-