''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 14 Jan 2013 - 13:39


La remontrance que son père venait de lui faire résonnait encore dans la tête de Liam, tout comme la claque qu’il lui avait donné. Mais en même temps, cela avait ouvert les yeux au jeune homme, qui s’était rendu compte qu’il se trompait. Les siens ne le renieraient pas. Et lui il se morfondait au lieu d’être là pour sa femme. Quel idiot oui, Heïan avait raison. Liam ne comprit cependant pas la réaction de Vaë.

Elle prit les bijoux sans ménagement, poussa son beau-père et sortit à toute vitesse de la cellule, suivie d’Heïan. Liam se mit à réfléchir, priant pour que son père la rattrape. Qu’avait-il dit ? Il lui avait donné les bijoux… « En souvenir » Était-ce ça ? Mais alors elle avait mal compris…Il devait faire attention à ce qu’il disait…

Ils revinrent vite cependant, Vaë se démenant comme un diable pour échapper à l’étreinte d’Heïan qui la fît s’asseoir dans un coin de la cellule, lui enjoignant de respirer profondément. Liam la regardait, lui donnait du courage par le regard. Il aurait voulut aller vers elle et la bercer, la consoler, retirer toute cette douleur qui l’étreignait…mais il ne pouvait pas, lié comme il l’était et parce qu’elle ne voulait pas qu’il s’approche. Alors fût-il surpris quand elle marcha à quatre pattes jusqu’à lui et posa sa tête contre son épaule. Il posa la sienne contre à son tour, l’entendant ce calmer au fur et à mesure. Cela lui faisait du bien de la sentir là, contre lui, de savoir qu’elle était toujours là. Et Liam devait prendre soin d’elle pour qu’une horreur pareille ne lui arrive plus et surtout pour qu’elle puisse se relever et réapprendre à vivre.

Des bruits de pas se firent entendre et bientôt les deux Capitaines furent visibles. Heïan s’était redressé et Liam écoutait sans pour autant lâcher sa rose des yeux, qui se calmait encore contre son épaule.

-Demain à l’aube, je le jette dehors et je m’attends à ce que vous tous soyez partis aussi.

Et sans plus de cérémonie, il s’en alla, les laissant avec ses hommes pour les raccompagner. Donc Liam sortirait le lendemain…ils allaient pouvoir rentrer et retrouver le reste de la famille, aider Vaë à temps plein…d’ailleurs celle-ci se releva et s’éloigna de lui, sans une parole, et rejoignit Omar à l’extérieur. Liam regarda l’endroit ou elle était quelques instants plus tôt, ce disant que depuis ses « excuses », elle ne lui avait plus parlé et surtout, il ne lui avait pas dit qu’elle se trompait en croyant qu’il ne la voulait plus. Et rien qu’en pensant à ce qu’Eziel avait fait, Liam ressentait de nouveau sa chose rugir.

-Le seul qui devra prendre soin d’elle et la remettre sur le droit chemin, c’est toi. Ta mère t’aidera comme elle pourra, Liam. Ne baisse surtout pas les bras. Pour le meilleur et pour le pire ...

Il reporta son attention sur son père qui le serra dans ses bras, une main derrière la tête, celle-là même qu’il venait de frapper. Se détachant, il ressortit, lui disant qu’ils se reverraient le lendemain. A nouveau seul, Liam replongea dans ses pensées. Pour le meilleur et pour le pire en effet et il serait là pour la sortir de ce cauchemar dans lequel elle vivait. Le lendemain il sortirait et même s’il était banni de la ville, il s’en fichait, il était libre et pourrait s’occuper de sa femme. Coûte que coûte il serait là, même si elle le repoussait, même si elle lui criait dessus. Il espérait juste qu’elle ne repousse pas ses enfants…
Une pensée horrifiante prit forme en lui. Et si elle tombait enceinte à cause de l’ordure ? Que feraient-ils ? Elle ne voudrait sûrement pas le garder, ne pourrait pas le garder. Liam ne savait pas et pria donc pour que cela n’arrive pas.

A Beolan, tous s’inquiétaient. Ils n’avaient guère eu de nouvelles depuis la première lettre leur disant qu’ils étaient près de Madorass. Les renforts étaient partis depuis longtemps et devraient eux aussi y être. Heureusement, les enfants avaient pris le pli d’être séparés de leurs parents et hormis quelques crises de larmes ou demandes pressante les concernant, ils étaient à nouveau les anges d’auparavant. Arya jouait le plus souvent avec Ephraïm, parce qu’il la faisait voler dans toute la maison, tandis que Keilan marchait dans le salon, touchant à tout et voulant appuyer partout. Il parlait mieux, et réclamait à son tour des histoires. Melley ce faisait un plaisir de lui en lire, ou même Elayne. Les nuits, ils dormaient aussi paisiblement, et Melley ne dormait que d’un œil. Elle avait réussit à contrer les cauchemars tant bien que mal, mais c’était une protection trop faible, lui conférant un sommeil bien trop léger. Les battements de cœur d’Heïan étaient infaillibles, mais pour l’heure il n’était pas là. Et elle espérait qu’il revienne vite avec son fils et sa belle-fille. Sains et saufs.

Le lendemain, un garde débarqua dans la cellule de Liam et lui détacha les jambes, le relevant d’un coup. Après trois jours assis, elles étaient ankylosées. Le conduisant à l’air libre, le garde continua sa route jusqu’à l’écurie ou ils avaient laissés leurs montures en arrivant. Le soleil brillait et éblouissait Liam qui eut du mal à distinguer les siens, là-bas, près des chevaux.

Le garde le lâcha alors et dénoua ses mains, s’en allant en disant :

-Et si on vous revoie à Madorass on vous abattra sur le champ.

Ils attendirent qu’il soit mangé par la foule pour ce mettre en mouvement. Mais il y avait d’autres soldats avec Omar. Les renforts ! Dommage ils étaient arrivés après la bataille…S’approchant de Nocturne ou se trouvait Vaë et Farkhas, il s’arrêta néanmoins à bonne distance et lui dit :

-Monte sur Nocturne, je prendrais les rênes et marcherait, comme lorsqu’on est rentrés avec ton frère.

Il tint le cheval le temps qu’elle grimpe, sous l’œil vigilant des soldats et de son père. Puis il les laissa se mettre en route, leur laissant prendre de la distance et seulement là il fît avancer Nocturne, tenant ses rênes tendues pour que lui aussi conserve une distance entre Vaë et lui. Il était encore sale de ses meurtres et se disait qu’il se laverait dans le premier ruisseau qu’il trouverait. Ou alors à Beolan, chez lui, avant de choquer les bébés. Pendant près d’une heure, ils avancèrent sans qu’un traitre mot ne soit échangé. Les soldats bavardaient entre eux, Omar et Heïan pour eux, et Liam n’osait pas parler. Il voulait, pour qu’elle sache qu’il était là, pour qu’elle parle aussi, qu’elle n’y pense plus… Mais comment commencer ? Tant pis, il se jeta à l’eau, se tournant à moitié pour la regarder :

-Tu sais hier…quand j’ai dit en souvenir, c’était…parce que je croyais que je ne ressortirais pas de la prison…je croyais que j’allais payer pour mes crimes et ne plus jamais te revoir…je ne l’ai pas dit parce que je ne voulais plus de toi. Parce que c’est faux, Vaë. Tu es ma femme, et je t’aime. Je serais toujours là à tes côtés pour te soutenir. Et…comme le prêtre l’a dit à la cérémonie, c’est pour le meilleur et le pire…je ne t’abandonnerais pas Vaë.

Il la regarda avec insistance pour qu’elle voie bien qu’il était sincère. Jamais il ne la jetterait à la rue parce qu’un autre homme l’avait prise. Enfin, si on pouvait appeler ça un homme et puis…c’était un viol ! Comme si Vaë en avait voulut ! La chose brûla à nouveau en imaginant ce porc….la douleur dans les yeux de Vaë était telle qu’il en avait mal pour elle aussi.

Il lui sourit un peu et lui dit :

-Je suis là si tu veux me parler, Vaë. Je sais écouter. Tu as le droit de t’épancher. D’accord ?

Devant, les gardes avaient ralentis pour les attendre, mais Liam ralentit tout autant. Il devait respecter la distance aussi bien entre les gardes et eux qu’entre lui et elle. Farkhas vagabondait à leurs côtés, s’éloignait de temps en temps, mais revenait toujours auprès de sa maîtresse.

-Bientôt tu seras à la maison en sécurité, ma rose. Tu y retrouveras tes enfants…aux dernières nouvelles ils faisaient la misère à ma sœur et ton frère, sans parler de ma mère…

Il racontait ce qui lui traversait l’esprit, pour qu’elle ce focalise sur sa voix et ne pense plus à ce qui la rongeait, mais il se dit qu’il devrait se taire si elle voulait parler. Alors il se tut et continua d’avancer.

A Beolan, l’oiseau arriva dans l’après-midi. Il avait volé sans s’arrêter et maintenant il était à bout. Ce fût Ephraïm qui s’en occupa avec l’aide d’Arya, tandis que Melley lisait le parchemin sur lequel se voyait la fine écriture de son mari. A chaque phrase ses yeux s’agrandissaient et au final elle mit une main devant la bouche pour ne pas hurler. Ses peurs revinrent en bloc et elle dût fermer les yeux et respirer profondément pour ce calmer et ne pas refaire de crise de panique. Heïan l’informait de tout ce qui s’était produit. Vaë qui avait été vendue en esclave, Liam qui avait sauvagement tué Eziel, Eziel qui avait avoué avoir violé Vaë…
Cette dernière partie chamboulait Melley qui espérait que la jeune nordique tenait le coup. Elle se souvenait de la tentative sur sa personne et Melley se rappelait avoir repoussé Heïan, qu’elle avait eu peur des hommes pendant quelques temps. Et là Vaë était entourée d’hommes…Mais elle était prête à aider sa belle-fille, comme le stipulait son époux dans sa missive. Elle l’écouterait et la soutiendrait. Il ne fallait pas que Vaë se renferme.

Vaë n’était pas seule, et ne le serait jamais.


Spoiler:
 



Dernière édition par Liam Kreiss le Lun 14 Jan 2013 - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 14 Jan 2013 - 16:07

Je suis désolée... part.3

Les soldats d’Omar papotèrent une partie de la soirée alors qu’Heïan montait le repas de leur protégée à la chambre de celle-ci. Assise par terre au centre de la pièce, Vaë serrait Farkhas dans ses bras et caressait machinalement son dos. Celui-ci avait le museau collé contre son épaule, mais releva la tête bien vite vers la porte avant même qu’on toque. La druidesse se leva donc lentement et attendit que la personne de l’autre côté s’annonce avant d’ouvrir la porte. Elle refit la même chose que la veille et son beau-père ne manqua pas de remarquer le lit de fortune fait de couvertures qui formait un rond à même le plancher de la pièce. Heïan le regarda un instant, mais ne passa aucun commentaire. Si elle était plus confortable et à l’aise ainsi, soite. Il respectait son choix. Sur ce, l’homme lui souhaita la bonne nuit et referma la porte-derrière pour la laisser manger. De toute manière, si la jeune femme avait besoin de quoi que ce soit, elle savait qu’ils se trouvaient dans la chambre voisine. Ce soir-là, Vaënadiel cependant pas très faim, son estomac étant noué. Elle se força cependant à manger sa soupe et laissa le reste de son repas à son compagnon avant de se coucher pour ne pas savoir s’endormir, craignant le lendemain ...

Elle repensait aux dernières paroles de Liam, n’ayant pas pensée qu’il n’était pas au courant avant de parler, qu’il allait être libre. Dans sa tête, il ne voulait plus d’elle et cela l’attristait au plus haut point bien que d’un côté, elle savait. Et ses enfants ... elle ne voudrait même plus les toucher au risque de les salir. Elle ne voudrait même plus les regarder en face. Mais le sommeil la prit de court quelques heures avant le levé du soleil, lorsque l’auberge était ensevelie sous le silence. En sursaut, elle se réveilla lorsqu’Omar toqua à la porte pour lui apporter son petit-déjeuner. Encore une fois, Vaë ouvrit, mais elle secoua négativement la tête en voyant son repas.

‘‘ Tu es certaine ? La route sera longue et ce sera long avant que tu aies un repas complet. ‘‘

Vaënadiel acquiesça par la positive et le géant soupira silencieusement, mal lui aussi de la voir dans cet état. Elle qui avait toujours le sourire aux lèvres, voilà qu’il avait disparu pour un temps indéterminé. Ne forçant pas les choses, Omar se risqua à lui sourire lorsqu’elle daigna lever les yeux.

‘‘ Nous partirons dans quelques minutes. Tu as le temps de te laver. ‘‘

La druidesse referma alors la porte derrière elle et s’y adossa, tentant de reprendre une respiration normale. À chaque fois que quelqu’un se trouvait trop près d’elle, la panique s’installait comme si on allait lui sauter dessus et lui faire mal. Pourtant, ces hommes, elle le connaissait bien et jamais ils ne lèveraient la main sur elle ou sa famille. Alors pourquoi son corps réagissait-il comme ça ? Comme si tout le monde était des agresseurs ? Était-ce sa manière de contrer sa naïveté inconsciemment ? Elle était trop facilement approchable et ça, Liam le lui avait déjà dit un jour et il n’avait pas tort au final. Le danger, elle ne le sentait que lorsqu’elle touchait la flore et pas d’une autre manière. Y avait-il un moyen pour elle de développer cette capacité ? Bref, la jeune femme alla se débarbouiller, regardant les traces rouges qu’elle s’était faites sur son avant-bras en grimaçant. Elle termina, renfila ses vêtements et sortit d’elle-même suivie de Farkhas pour rejoindre Heîan qui attendait devant la descente d’escalier. Les autres étaient déjà en bas à payer leur note. Ils retournèrent aux chevaux et Vaë se posta près de Nocturne, se grattant de nervosité sur sa peau qui commençait à lui faire mal à force de répéter le même mouvement sans cesse. C’est là que Liam apparut au travers de la foule qui se faisait de plus en plus nombreuse. Celui-ci s’arrêtant à un bon mètre de distance vis-à-vis d’elle.

‘‘ Monte sur Nocturne, je prendrais les rênes et marcherais, comme lorsqu’on est rentrés avec ton frère. ‘‘

Après une longue minute d’hésitation, Vaënadiel s’approcha de la bête et dut s’y prendre par trois fois avant de réussir à se hisser au sommet de cette immense bête. À tous les coups, c’était la même chose une fois qu’elle devant se mettre en selle, mais il fallait dire qu’elle avait rapidement perdu la main sur ce genre de choses. Sans attendre plus longtemps, les hommes se mirent en route et Liam tenait les rennes bien tendus devant Nocturne qui marchait calmement, et ce, pendant une heure où seulement les soldats se parlaient entre eux. Les deux jeunes étaient un peu plus en retrais derrière avec Farkhas qui sautillait ici et là comme un jeune chiot à la chasse aux papillons. Vaënadiel l’observait, perdu dans ses pensées sans être capable de s’en sortir puis ses yeux aqua se posèrent sur les hommes au loin jusqu’à ce qu’elle voit du mouvement devant l’étalon. Elle croisa brièvement le regard de Liam et ce fut plus fort qu’elle; elle baissa la tête pour trouver refuge dans sa crinière.

‘‘ Tu sais hier…quand j’ai dit en souvenir, c’était…parce que je croyais que je ne ressortirais pas de la prison…je croyais que j’allais payer pour mes crimes et ne plus jamais te revoir…je ne l’ai pas dit parce que je ne voulais plus de toi. Parce que c’est faux, Vaë. Tu es ma femme, et je t’aime. Je serais toujours là à tes côtés pour te soutenir. Et…comme le prêtre l’a dit à la cérémonie, c’est pour le meilleur et le pire…je ne t’abandonnerais pas Vaë. ‘‘

Et s’il mentait ? Sa gorge se serra même si lorsqu’elle leva les yeux, vit dans les siens cette sincérité. Ses paroles ne l’atteignaient pas comme elles se devaient de l’atteindre parce qu’elle était déjà en train de se refermer sur elle-même les deux soirs où elle avait été seule dans sa chambre de l’auberge. C’était assez pour qu’elle se convainque d’elle-même avec les paroles qu’Eziel lui avait dites. Et quand bien même Liam dirait la vérité, elle ne serait pas capable de le regarder en face et de lui redonner le plaisir de leur intimité par peur d’avoir encore mal et de revoir ces images dégoutantes dans son esprit. Le regard dans le vague, rongé par la douleur, ce fut la voix de Liam qui la sortit de ses pensées.

Il lui souriait faiblement ... mais ne fut pas en mesure de le lui rendre.

‘‘ Je suis là si tu veux me parler, Vaë. Je sais écouter. Tu as le droit de t’épancher. D’accord ? ‘‘

Oui, elle aurait aimé lui parler, se vider le coeur ... mais sa gorge se serrait automatiquement, la rendant complètement muette. Vaënadiel regarda alors au loin, voyant les soldats ralentir leur cadence et sentit celle de Nocturne par la même occasion. Il gardait minutieusement cette distance entre et ce paquet d’hommes en armure, ou presque. Mais sa tête se baissa légèrement pour croiser le regard fauve de son époux.

‘‘ Bientôt tu seras à la maison en sécurité, ma rose. Tu y retrouveras tes enfants…aux dernières nouvelles, ils faisaient la misère à ma sœur et ton frère, sans parler de ma mère… ‘‘

Les enfants ... elle redoutait maintenant le moment où elle les reverrait, une fois de retour à Beolan. Voilà, elle recommençait à se gratter le bras, mais avec un peu plus de force et colla son front contre la crinière de Nocturne, son membre égratigné contre elle pour s’arrêter. Que dirait Melley, Elayne et Ephraïm ? La prendraient-ils en pitié ? Elle ne voulait pas de leur pitié, ne voulait pas entendre leurs mots d’encouragements ou voir leurs sourires tristes. Tout ce qu’elle voulait était de s’enfermer dans sa chambre pour ne plus en ressortir, ne pas voir ces visages qu’elle aimait tant la juger pour ce qu’elle avait subit. Elle voulait rester seule, ne se sentant plus capable de garder la tête haute et de combattre cette chose qui la hantait, qui la salissait elle et son âme. C’est à ce moment qu’elle se referma complètement.

Seule dans son monde...

Ses paupières se fermèrent et ses cheveux blancs glissèrent sur son visage pour le camoufler.Ainsi, elle n’avait aucunement répondu aux paroles de Liam et n’avait nullement envie de parler, désirant s’effacer tout simplement.

En après-midi, ils s’arrêtèrent près d’une rivière afin de prendre une courte pause et firent boire les cheveux et cela permit à Liam de se débarrasser du sang séché dont il était recouvert. Vaë s’était exilée dès qu’elle avait pu descendre du cheval, se mettant à l’abri sous un vieux chêne, bien loin des hommes. Elle refusa la nourriture, ne prenant que la gourde d’eau que Farkhas lui apporta dans la gueule et se recroquevilla en accotant son front contre ses genoux pour se dérober à la vue de tous. Le loup ne parvenait même plus à se faire caresser de sa maîtresse qui finit par le repousser. Le pauvre se coucha à un mètre d’elle, couinant légèrement, les oreilles basses. Cela avait surpris Heïan et Omar qui s’échangèrent un regard inquiet, gardant cependant le silence. Après leur pause, le groupe se remit en marche et la jeune nordique se refusa de grimper sur le dos de Nocturne et marcha bien loin derrière en se replongeant dans ses ténèbres, la tête basse. Au soir, ce fut sensiblement le même scénario et Vaënadiel finit par les rejoindre alors que des soldats amassaient du bois pour faire un feu. Cependant, elle ne voulut pas profiter de sa chaleur et alla se coucher près d’une pierre. Encore une fois, elle refusa la présence de Farkhas qui aurait pu lui donner un peu de sa chaleur et elle tourna dos à tout le monde. Les jambes contre son corps, retenu par ses bras, elle ferma les yeux en retenant la peine qui voulant s’en échapper.

La semaine serait longue.

Et insupportable...

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 14 Jan 2013 - 18:30


Liam continuait de marcher tout en tenant Nocturne par la bride, gardant la distance qu'il fallait pour que Vaë ne se sente pas menacée. Il la regardait toujours du coin de l'œil, pour voir si elle voulait répondre à ses paroles, mais il la vit couchée sur la crinière de l'étalon. Tout de suite, il paniqua et voulut se rapprocher, croyant qu'elle avait fait un malaise ou autre, mais il la vit remuer faiblement et se résigna donc à garder sa place.

Il regarda à nouveau devant lui, la laissant tranquille et ne parlant plus. Comment allait-il faire pour l'aider ? Il lui tendait une main, mais elle ne la saisissait pas et s'éloignait. Il le sentait, au fond de lui, qu'un fossé ce creusait petit à petit…à cause d'Eziel…si seulement Liam pouvait le faire revenir pour le massacrer à nouveau il l'aurait fait. Il le referait autant de fois qu'il le faudrait pour qu'elle sourie à nouveau. Même si le mal était fait, même si elle était détruite…ce porc l'avait anéantie…

Ils poursuivirent leur route et dans l'après-midi ils firent une halte près d'une rivière pour abreuver les montures. Liam voulut aider sa rose à descendre, mais elle se débrouilla seule, tombant de moitié de selle si Liam n'avait pas demandé à Nocturne de plier un peu les jambes pour lui faciliter la tâche. C'était vraiment peu, cette aide qu'il lui apportait, mais au moins il faisait quelque chose, aussi insignifiant soit cette chose.

Confiant le cheval à un garde, il vit Vaë s'éloigner pour se camoufler dans les buissons et ensuite il alla lui-même se laver, retirant enfin cette couche de sang de sa peau et changeant de vêtements. Heureusement que son père lui en avait mis plusieurs de rechange dans le sac.

Ils cassèrent la croûte aussi, mais la jeune femme refusa toute nourriture, et prit seulement la gourde que le loup lui apporta. Liam s'était dit qu'au moins elle serait défendue par son loup, mais même lui n'eut plus le droit de l'approcher, allant couiner plus loin les oreilles basses. Liam la voyait là-bas, genoux contre sa poitrine, sa crinière blanche cachant son visage, le cœur lourd. Il regarda sa part de nourriture et la repoussa, ne pouvant rien avaler. La voir comme ça, et ne rien faire….rester en simple spectateur de cette souffrance intérieure…ça l'énervait et l'attristait. Il avait envie de hurler à la terre entière, mais ce retenait, cherchait désespérément un moyen de l'aider. Son père avait su le faire avec sa mère…il pouvait le faire aussi non ? Il ne savait pas…

Lorsqu'il fût temps de repartir, Liam attendit, lui indiquant Nocturne pour qu'elle regrimpe, mais elle refusa et il eut beau insister, elle resta sur ses positions. Alors il fît avancer le cheval et grimpa dessus sous ordre express d'Omar qui préférait ne pas voir de selle vide et se tourna toutes les dix secondes pour la surveiller de loin. Farkhas marchait entre les chevaux, n'ayant plus le droit d'approcher sa maîtresse et celle-ci était bien loin en arrière. Liam voulait ralentir, l'attendre, marcher avec elle, mais il devait se forcer à n'en rien faire…

Le soir, elle avait pris tellement de distance entre elle et eux qu'ils avaient déjà attachés et chouchoutés les chevaux et étaient en train de préparer le feu lorsqu'elle arriva. Les flammes se créèrent vite mais elle refusa de s'installer à côté et de profiter de la chaleur. Elle alla s'adosser à une pierre, plus loin. Farkhas retenta sa chance, mais rien, elle le repoussait. Alors Liam prit le loup dans ses bras et lui donna du réconfort. De là ou il se trouvait, le jeune homme voyait le dos de sa rose, repliée sur le sol comme dans un bouclier dont elle seule avait la clé.

Ayant mangé un peu, Liam se posta un peu plus loin, au calme, parce que les gardes s'en fichaient pas mal et discutaient bruyamment. Son père et Omar étaient entre eux aussi et Liam ne voulait pas les déranger. Aucune idée ne lui venait et cela l'énervait. Il avait peur du retour à Beolan. Comment réagirait-elle avec ses enfants ? Seraient-ils le déclic ou au contraire les rejetterait-elle à leur tour ? Et lui que leur dirait-il ?

En plus il avait peur. Peur de ne pas savoir l'aider, peur qu'elle ne s'enferme encore plus et ne lui revienne jamais, peur qu'elle ne le quitte, le laissant avec ses enfants et un cœur vide, peur qu'elle veuille se tuer, peur…peur de l'avenir. Peur d'échouer dans sa tâche de mari. Encore une fois, s'il ne l'avait pas laissée cinq minutes, ce jour-là, rien de tout ça ne serait arrivé…

Un à un, les hommes se couchèrent à même le sol, sauf un qui monta la garde. Liam lui, était resté de côté et regardait fixement sa rose, veillant sur elle à distance, comme un bon ange gardien. Farkhas était couché à ses pieds et il le caressait machinalement. Elle était là, à côté, et pourtant si loin…Mais elle avait les bijoux. Elle saurait qu'il était là pour elle, qu'il ne l'abandonnerait pas. Quelque part dans sa douleur, elle le savait.

Au lendemain, ils reprirent leur route comme la veille, Vaë marchant loin derrière eux. Liam gardait la tête basse lorsqu'il ne la regardait pas pour vérifier qu'elle suivait toujours. Et il sentait son père à ses côtés mais il ne parlait pas. Son père ne saurait pas plus que lui comment faire. Liam était le seul à pouvoir la ramener, il le lui avait dit. Mais ou était-elle partie ? Là était la question…lorsqu'il la voyait et les rares fois ou il croisait son regard, elle était ailleurs, dans une sorte de bulle. Sûrement une bulle de protection…mais pourquoi ne pouvait-il pas y entrer et lui offrir une double protection ? Ah oui, deux raisons. Double protection alors qu'il avait sauvagement assassiné deux hommes ? Laissez-le rire. Et ensuite, elle s'était faite violer. C'était logique qu'elle ne veuille plus s'approcher d'un homme.

Soupirant, Liam suivit le mouvement, réfléchissant sans s'arrêter, mais ne trouvant rien. Les jours se ressemblèrent tous jusqu'à Beolan. Vaë gardait la distance et ne mangeait que rarement. Liam ne parlait pas plus, cherchant toujours, et les gardes semblaient être les seuls à trouver de quoi rire encore. Sauf Heïan et Omar, bien sûr, qui s'échangeaient des tonnes de regards inquiets, sans pour autant ouvrir la bouche.

Mais enfin Beolan fût visible et Liam paniqua un peu. A l'entrée, ils se séparèrent du contingent de garde et Omar les suivit pour faire son rapport au Général, souhaitant du courage à Liam et Vaë. Ils commencèrent à marcher vers les rues bourgeoises, tirant les chevaux par la bride, lorsqu'elle se mit à courir comme une furie. Liam et Heïan n'hésitèrent pas et la suivirent, le bruit des sabots claquant derrière eux sur les pavés. Liam crut un instant qu'elle courait pour retrouver ses enfants, qu'elle s'était rendue compte qu'elle avait besoin d'eux et qu'il fallait qu'elle se batte, mais il se trompait. Elle ne se dirigea pas vers la maison parentale. Mais la leur. Celle qui était vide depuis deux semaines, vide et heureusement pas trop froide puisqu'on était en été. Liam lui courut après, mais trop tard, la porte se referma sur lui et il entendit le verrou, puis les pas dans les escaliers et ensuite, plus rien. Reprenant son souffle, devant la porte, Liam leva un poing pour toquer, mais se ravisa. Elle n'ouvrirait pas. Il voulut la défoncer mais ce dit que cela ne ferait qu'empirer les choses et il se retourna alors lorsque son père posa une main sur son épaule. Laissant la maison et Vaë derrière eux, ils se hâtèrent d'aller chez les Kreiss pour se montrer et dire bonjour, avec les mauvaises nouvelles.

Ce fût Melley qui ouvrit et tout de suite elle sauta sur son fils, l'embrassant sur les joues et le front, heureuse de le revoir en vie et surtout, ne le jugeant pas pour ce qu'il avait fait. Ensuite elle le libéra et se jeta sur son époux, l'embrassant passionnément.

Liam dit bonjour à sa sœur et à Ephraïm, ne répondant pas tout de suite aux questions muettes qui planaient dans l'air. Ou était Vaë ? Allait-elle bien ? Surmontait-elle le coup ?

Les petits venaient d'apparaître, hurlant des "papaaaaaaa" dans tout le couloir. Il les prit un à un, les embrassant tendrement, heureux de les revoir, se retenant de pleurer.

Et la question ne manqua pas, Arya la posa :

-Ou est maman ?

-Maman est…maman est…elle est malade ma puce elle est allée en sécurité pour que vous n'attrapiez pas ses microbes.

-Mais je veux lui faire un bisou !

Et Keilan d'ajouter en pleurant déjà :

-Maman ! Je veux maman ! Je veux câlin et bisou maman !

Liam eut la gorge qui se serra en les voyant si tristes d'un coup, ne pouvant pas voir leur mère. Sa sœur vint lui prendre la main et il la serra, balbutiant :

-Vous…vous reverrez…bientôt maman…je …vous le promets…

Mais au fond de lui, il se demandait s'il était sincère. Vu comme elle était, Vaë ne risquait pas de vouloir les voir. Mais il voulait y croire. Elle se relèverait !

Melley s'approcha alors et le prit dans ses bras, laissant sa fille et Eph' consoler les bébés. Liam laissa aller sa peine pour la première fois depuis les meurtres, pleurant sur l'épaule de sa mère, son père les encerclant du bras.

-Maman il a…il a osé la…elle est anéantie…elle…

-Ou est-elle ?

-Chez nous…elle s'est enfermée à double-tour…elle n'a plus parlé depuis qu'elle est venue en prison la première fois…Elle a même repoussé Farkhas…

-Chut…

Melley réconfortait son petit, son petit bébé, regardant Heïan en même temps. Elle avait faillit être violée aussi à l'époque…personne ne le savait. A part lui et elle. Ce n'était pas pareil, puisqu'Eziel était passé à l'acte, mais Lyme avait été sur le point d'entrer lorsqu'Heïan était venu la sauver. Le traumatisme avait été présent, moins fortement, mais bien là. Elle n'avait plus osé approcher Heïan non plus à ce moment-là. Il fallait qu'elle aille chez Vaë. En aucun cas elle ne devait rester seule dans la maison. Qui sait ce qu'elle pourrait faire ? Et puis…peut-être que la présence d'une femme lui ferait du bien ? Déjà il fallait qu'elle parle, qu'elle se vide le cœur de cette souffrance, même si ça fait mal d'en parler. Elle aussi avait raconté à Heïan ce qu'Eziel avait fait pendant les deux mois de captivité. Peut-être qu'avec elle Vaë y arriverait mieux, puisque Melley avait elle aussi souffert sous les coups d'Eziel, même s'il ne l'avait pas violée ? Et elle lui raconterait pour Lyme aussi…que Vaë sache qu'elle n'était pas seule.

Se détachant un peu de son fils, elle lui prit le visage entre les mains et lui dit :

-Tu vas prendre un bain ou une douche, te vider la tête l'espace de cinq minutes d'accord ? Ensuite tu t'occuperas de tes enfants. Soutiens Vaë d'ici, pour le moment tu n'as pas le choix mon bébé. Je vais tout faire pour l'aider. D'accord ?

Liam hocha de la tête et elle le laissa monter les escaliers, le dos voûté sous l'inquiétude. Puis Melley serra Heïan dans ses bras, et lui dit :

-Je vais aller chez Vaë…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 15 Jan 2013 - 2:24

Je suis désolée... part.4

La vue de Beolan était comme si un monstre était sorti de son antre; c’était terrorisant. Dans sa poitrine, le coeur de Vaënadiel battait la chamade et ses membres commençaient à trembler. Sa cadence avait considérablement ralenti, mais elle avançait tout de même. Son estomac était lourd et elle se sentait nauséeuse. L’anxiété peut-être ? Enfin bref, n’empêche qu’ils se retrouvèrent entourés par les fortifications de la cité de mages. Les soldats se détachèrent bien rapidement pour retourner au quartier général puisqu’Omar devine prévenir le Général Darrow de son retour ainsi que s’occuper de la rédaction de son rapport concernant Eziel. Heïan et Liam poursuivirent donc leur route en direction des quartiers bourgeois, gardant un oeil sur la jeune nordique qui suivait plusieurs mètres plus loin. Derrière, Vaënadiel était de plus en plus paniqué. Elle voulait voir ses enfants et sa famille, mais avait si peur de leur faire face en même temps ... Leur visage ... elle ne voulait pas voir la compassion dans leurs yeux, ni même la pitié pour son drame. Comme une furie, elle fila aux pas de course vers sa maison, les deux hommes sur les talons. Son refuge se dessina à l’horizon alors qu’une envie de dégobiller la prit de court, la forçant à accélérer le pas. Rapidement, elle déverrouilla avec la clé cachée et entra pour la refermer brusquement derrière elle. Ses mains tremblaient tellement que le verrou ne se verrouilla, laissant un accès à la maison sans qu’elle n’en ait conscience. Même Liam avait cru ne pas pouvoir entrer. Ainsi, la jeune femme monta les marches de l’escalier quatre à quatre pour courir jusqu’à la chambre des maîtres où la porte se claqua à son tour. Direction la salle de bain où elle libéra son estomac alors qu’elle n’avait rien avalé depuis un certain temps.

Dehors, Heïan posa une main sur l’épaule de son fils afin de lui faire comprendre qu’il valait mieux la laisser seule pour l’heure. Les deux hommes se dépêchèrent alors de se rendre à la villa des Kreiss où la maîtresse de maison, sa fille et le frère de Vaë les attendaient avec impatience; mais pas de Vaë. Où était-elle donc ? Ephraïm serra fortement la main de sa bien-aimée, devenant de plus en plus inquiet. Lui était-il arrivé quelque chose en chemin ? Melley se précipita dans le hall d’entrée et sauta au cou de son fils puis elle termina avec son époux qui la serra fortement dans ses bras, lui renvoyant son baiser. Ce qu’elle pouvait lui avoir manqué pendant ces deux longues semaines où tout n’avait été que calvaire. Liam n’eut le temps que de saluer sa soeur et son ami avant que les petits ne sortent du salon, traversant le couloir, pour se lancer sur leur père de leur démarche bien maladroite. Arya ne manqua pas de voir que sa mère manquait à l’appel et la chercha des yeux un moment avant de lever ses yeux bleus vers lui et demander :

‘‘ Où est maman ? ‘‘

‘‘ Maman est…maman est…elle est malade ma puce elle est allée en sécurité pour que vous n’attrapiez pas ses microbes. ‘‘

Ephraïm baissa les yeux et serra les poings, s’en voulant de n’avoir pu les accompagner pour foutre une raclée à ce porc qui avait osé faire du mal à sa petite soeur, la souillant et la détruisant. Il voulant tant la voir, mais si elle n’était pas présente, c’était parce qu’elle ne voulait voir personne et il le savait plus que quiconque. Liam répondit avec une voix cassée à ses enfants et ses pleurs ne purent qu’accentuer ses craintes. Le nordique s’agenouilla alors au sol, prenant Keilan dans ses bras alors qu’Elayne s’occupait d’Arya comme elle le pouvait, la berçant et lui murmurant que ça irait.

‘‘ Maman il a…il a osé la…elle est anéantie…elle… ‘‘

‘‘ Où est-elle ? ‘‘ Demanda sa mère, jetant un coup d’oeil à Heïan qui vint les enlacer, posté derrière son fils qui laissait aller sa peine.

‘‘ Chez nous…, elle s’est enfermée à double tour…elle n’a plus parlé depuis qu’elle est venue en prison la première fois…Elle a même repoussé Farkhas… ‘‘

‘‘ Chut… ‘‘ Murmura t-elle doucement.

Heïan posa son regard sur sa femme, triste de voir leur fils dans un tel état de désespoir. Il lut dans le regard de Melley qu’elle allait se charger de la femme de Liam comme elle pourrait, et ce, dans les plus brefs délais avant qu’elle ne tente de faire une bêtise. Celle-ci prit alors le visage de son fils entre ses mains pour l’observer et lui dit d’aller se vider l’esprit et il répondit par un simple hochement de tête. Les parents le regardèrent monter l’escalier et la maîtresse de maison vint enlacer son époux qui ne baissa les yeux vers elle que lorsque Liam eut disparu à l’étage.

‘‘ Je vais aller chez Vaë… ’’


‘‘ Je compte sur toi, ma chérie ... j’espère seulement qu’elle n’a pas fait de bêtise ... Je viendrai te voir ce soir ‘‘ Dit-il, inquiet.

Il embrassa alors sa femme et la laissa partir de la villa, invitant sa fille et Eph’ à venir au salon pour qu’il leur raconte ce qui s’était passé à Madorass et en cours de route. Pendant ce temps, à la demeure des jeunes mariés, Vaënadiel prenait à peine conscience de ce qui se passait dans le fond de ses entrailles. Elle se sentait nauséeuse et bien qu’elle ait faim, elle avait envie d’étrange combinaison de nourriture. Ses yeux se rondirent d’un seul coup et elle sortit de la salle de bain pour se regarder dans la glace, relevant sa tunique pour regarder son ventre. Non ... elle ... en plus, son cycle avait été chamboulé. Normalement, c’était la semaine dernière et maintenant, rien. Les tremblements reprirent de plus belle et elle hurla à tout rompre, lançant un vase dans la glace de la coiffeuse qui vola en éclat d’un seul coup. Sa silhouette était devenue complètement difforme. La nordique se tut brusquement, regardant son oeuvre alors qu’elle entendait des bruits de pas se rapprocher de plus en plus de la pièce où elle se trouvait. Prise de panique, Vaë se figea littéralement sur place et tourna ses yeux aqua vers la porte. La vue obstruée par ses larmes, elle vit à peine la silhouette qui se glissa avec rapidité jusqu’à elle et qui la touchait, l’entourait de deux bras. Le geste était cependant délicat et c’est là qu’elle entendit une voix résonner dans ses oreilles. Une voix féminine et familière; Melley.

‘‘ Vaë calme-toi ! C’est moi c’est Melley, chut...calme-toi ! ‘‘

Mais inconsciemment, Vaënadiel chercha à la repousser et parvint ainsi à se libérer de son emprise pour s’éloigner en se frappant le ventre à coup de poing, empreinte d’une crise de panique. Elle chuta au sol sur les genoux et pencha le haut de son corps pour se recroqueviller sur elle-même, les mains sur l’arrière de son crâne. Ses doigts étaient crispés sur ses cheveux, comme si elle était sur le point des arrachés. De son cocon, elle hurla:

‘‘ LAISSE-MOI ! ‘‘

Mais Melley n’écouta pas, ne voulait pas la laisser seule et surtout pas dans un tel état. Pourquoi ne partait-elle pas ?! Elle voulait justement être seule, revenir au calme, ne pas qu’on la prenne en pitié. Qu’on la laisse pleurer en paix !

‘‘ Vaë je ne te laisserai pas. Parle-moi. Tu n’es pas seule calme-toi...et parle, c’est important. Je peux tout écouter et sans juger...tu le sais. Je sais que tu le peux ... ‘‘

Qu’elle pouvait quoi ? Lui parler ? Tout lui dire sur ce soir qui l’avait détruite à tout jamais ? Lui parler de cette nuit où elle avait vécu l’enfer et où elle avait eu si mal qu’elle avait envie de vomir ? Bien qu’elle aurait voulu se confier à quelqu’un, Vaënadiel n’en était tout simplement pas capable. Sa gorge se serrait, lui faisait mal. Les mots retournaient quelque part pour se cacher et ne plus ressortir. Liam ne voudrait plus d’elle malgré ce qu’il avait dit et tentait de le croire alors qu’au fond d’elle, quelque part, il y avait cette petite voix qui lui criait le contraire. Mais comment savoir si c’était celle qu’elle devait écouter maintenant ? Les seules paroles qui sortirent de sa bouche furent les suivantes:

‘‘ Je ne peux pas ! Tout le monde le sait maintenant ! Je suis dégoutante ... et ... et ... je ... il m’a ... ‘‘

Il l’avait souillé, détruite et avait planté la graine de vie dans ses entrailles et cette chose commençait tout juste à prendre force. Ce n’était pas l’anxiété, pas le stress ni la tension des derniers jours qui avait un tel effet sur elle et qui provoquait ces nausées. C’était autre chose de bien plus grave. Aussi commença-t-elle à griffer son ventre, tantôt plus lentement, tantôt avec beaucoup plus de force pour s’ouvrir la peau.

‘‘ Il faut qu’il sorte ... ‘‘ Murmura t-elle d’une voix faible, l’air absent.

Melley la prit de nouveau contre elle, la forçant à se redresser et l’arrêta dans ses mutilations avant que sa peau de porcelaine ne devienne encore plus rouge qu’elle ne l’était là. Vaënadiel serra les dents, évitant de croiser le regard de Melley alors qu’elle sanglotait, secouée de soubresauts.

‘‘ Tu n’es pas dégoutante... ne dis pas sa. C’est horrible ce qu’il t’a fait et... ‘‘

Vaënadiel leva ses yeux aqua brouillé et rougit par les larmes pour enfin croiser le regard vairon de cette femme dont le visage reflétait une profonde tristesse. Il y eut un long silence avant qu’elle ne plonge elle aussi son regard dans le sien, compatissante et elle lui avoua un secret que même ses propres enfants ne savaient pas.

‘‘ Je vais te dire que...moi aussi j’ai failli être violée. Seulement, faillit, mais Heïan serait arrivé deux minutes plus tard et l’homme l’aurait fait. Un homme que j’avais pris comme un mentor parce qu’il m’avait recueillit après la mort de mes parents... ‘‘ Dit-elle, mais ses sourcils se froncèrent aussitôt ensuite, venant de comprendre quelque chose et continua. ‘‘ Qu’il sorte ? Vaë...? Tu es...? ‘‘

Muette... la druidesse était restée muette et ne détourna pas les yeux de Melley. Vaë hoquetait, tentant de recouvrer un rythme de respiration normal, mais sans succès. Ses épaules s’affaissèrent et elle hocha faiblement la tête, fermant ensuite les yeux pour laisser d’autres larmes couler. Ses mains serraient fortement les vêtements de cette femme qui était sa boué de sauvetage et qui l’empêchait de couleur pour l’heure.

‘‘ J’ai ... la ... nausée ... ‘‘

Ses yeux s’ouvrirent de nouveau et la mère resserra son étreinte autour de ses épaules, portant une main derrière sa tête qu’elle accota contre sa poitrine. Elle caressait doucement ses cheveux, un geste qui lui permit de se calmer un tant soit peu, mais qui fit remonter les larmes en flèche. Elles devaient sortir, car elles avaient été contenues bien trop longtemps.

‘‘ Cela ne veut peut-être pas dire ça... C’est peut-être le contre coup de toutes ces émotions et tensions que tu as encaissé en peu de temps... ‘‘

Mais non, ce n’était pas ça, elle le savait. Il y avait quelque chose et cette chose, c’était Eziel qui l’avait planté là deux semaines plus tôt. Il n’y avait que là qu’elle avait été envahie de nausée, pas avant alors qu’elle était en plein dans le stress. Il n’y avait que là qu’elle avait envie de dégobiller n’importe quand alors qu’elle avait le ventre vide. Vaënadiel se cala davantage contre sa belle-mère, profitant d’un peu de chaleur humaine. Ses paupières se fermèrent de nouveau alors qu’elle respirait profondément, recouvrant un rythme plus régulier.

‘‘ Non ... Il faut qu’il sorte ... ‘‘ Dit-elle, marquant une longue pause avant de poursuivre. ‘‘ Je veux disparaître ... Je m’en veux. Je veux partir ... ‘‘

Pourtant, ces paroles lui faisaient profondément mal. Intérieurement, il y avait une lutte violente, remplie de contradictions. Que devait-elle faire pour se sortir de ces tourments ? Melley la garda contre elle encore un moment et l’aida à se remettre sur pied pour aller s’assoir sur le lit. Elle murmurait à son oreille pour la calmer et dit d’une voix douce :

‘‘ Je peux demander à un guérisseur de venir si tu veux vraiment qu’il sorte...mais il faut que tu en parles à Liam, il est ton époux. ‘‘ Commença t’elle, tout en la berçant tendrement.‘‘ Et tu n’as pas à t’en vouloir Vaë, crois-moi. Ce n’est pas de ta faute...rien n’est de ta faute. D’accord ? Sors-moi ses idées de ta tête et n’hésite pas à me parler. Je vais rester avec toi...tu n’es pas seule... ‘‘

‘‘ Non ... non ! Il ne faut pas qu’il sache. ‘‘ S’empressa à dire Vaënadiel, ses membres recommençant à trembler de plus belle. ‘‘ Il va me détester, me mettre dehors, me faire mal comme à Eziel ... ! ‘‘

Elle eut d’affreux pincements au coeur en disant ces paroles, car celles-ci n’étaient pas ce qu’elle pensait vraiment. C’était la peur qui la faisait parler avec impulsivité. Le Liam qu’elle connaissait et dont elle était tombée amoureuse était toujours là et l’avait accompagnée une semaine durant, lui parlant calmement, tentant de lui sourire malgré la situation. Dans ses yeux dorés, Vaë avait vu la souffrance qu’il ressentait en la voyant dans un tel état. Elle savait qu’il se sentait impuissant, qu’il avait mal pour elle et qu’il ne savait pas comment l’aider à remonter la pente puisqu’elle ne voulait pas qu’il s’approche d’elle. Jamais il ne lui avait fait de mal, jamais ..., et même lorsque la folie était en train de le consumer et qu’il avait voulu levé la main sur elle, il ne l’avait pas fait, ladite main s’étant stoppée à quelques millimètres de l’une de ses joues. La jeune nordique baissa la tête, essuyant ses yeux du revers de la main en reniflant et recolla sa tête contre Melley, se calmant grâce aux battements de son coeur.

‘‘ Jamais il ne te détestera. Pas plus qu’il ne te mettra dehors ou ne te fera du mal. Tu le sais au fond de toi qu’il est le Liam que tu as épousé et que tu aimes. Tu le sais que ce qui la fait devenir violent avec cette ordure a été sa folie. Tu le sais que sa folie a été nourrie par Eziel parce qu’il t’a fait souffrir et que Liam n’accepte pas ça. Il n’a fait que te défendre Vaë. Mais si tu ne veux pas le lui dire pour le moment, je ne dirais rien. Je garderais cela entre nous. Mais promets-moi que tu lui diras à un moment ou à un autre. ‘‘


Relevant la tête, Vaënadiel regarda Melley dans les yeux. Elle avait raison et se sentit honteuse d’avoir pensé que Liam aurait pu lui faire du mal physiquement et mentalement parlant. S’il avait été ce genre d’homme, elle ne serait probablement plus ici aujourd’hui. Il fallait qu’elle se mette en tête qu’il l’avait défendu, ce qu’il avait fait. Et puis, si elle avait si peu de valeur, il ne serait pas non plus venu la chercher à Madorass au risque de passer sa vie en prison ou de passer à la guillotine pour elle. La jeune nordique hocha alors la tête pour lui faire une promesse muette; celle de prévenir Liam sur le fait qu’elle était ... enceinte. Mais ce dont elle avait peur était sa réaction. Elle ne voulait pas de cette enfant, car elle ne serait jamais capable de l’aimer comme elle se devrait, ni même Liam, s’il acceptait de la reprendre une fois qu’elle se serait rétablie, si elle y arrivait. Et quand il serait en âge de comprendre et se demanderait pourquoi il ne ressemblait pas à son époux, que lui dirait-elle ? Qu’il était le fruit d’un viol suite à un enlèvement? C’était trop souffrant ... pour un enfant, alors non. Sans dire quoi que ce soit, Melley dégagea son visage de ses cheveux blancs et lui souriant tendrement, l’invita à se coucher dans son lit, ce que la jeune femme fit. Elle se glissa sous les couvertures et suivit des yeux la belle-mère qui alla chercher le plateau-repas.

‘‘ Il faut que tu manges un peu et ensuite que tu dormes. Je resterai avec toi à la maison. Tu n’as pas à avoir peur d’accord ? ‘‘

‘‘ O-oui ... ‘‘ Murmura t-elle.

S’asseyant, les couvertures recouvrant ses jambes, la druidesse prit le bol de bouillon que lui tendait Melley et le but, trempant le petit pain dans le liquide, puis se recoucha.

‘‘ Melley ... il m’a bousculé tout au long de la route, me forçant à marcher sans vraiment me laisser le temps de prendre de pause. Je le provoquais en tentant de fuir, en laissant le maximum d’indice, en lui faisant perdre du temps et ce soir là, il a tiré sur la corde qu’il avait mise à ma cheville gauche. Je voulais m’éloigner de lui parce qu’il était trop près et il a ... il m’a t-toucher là et là, m’a mordu, m’a fait mal, m’a forcé ... j’ai eu mal ... je ... j’aurais préféré qu’il m’achève au lieu de subir cette torture. J’essayais de penser à Liam pour faire diminuer la douleur, aux enfants. Il disait des choses horribles ... des trucs qu’il voulait me faire, comment il tuerait Heïan et le reste de la famille une fois qu’il l’aurait envoyé en enfer. Il avait parlé des petits et ... ‘‘

Vaënadiel hoqueta et cessa ses dires, étouffant un sanglot tout fermant les yeux, laissant les larmes coulées pour la dernière fois. La mère de famille caressa ses cheveux délicatement jusqu’à ce qu’elle soit complètement calme et ferme les yeux pour s’endormir. Vaënadiel serrait sa main dans la sienne et ne la relâcha que plusieurs minutes plus tard, serrant son oreiller contre elle, dormant d’un sommeil profond et sans cauchemar. C’est à ce moment qu’Heïan arriva, entrouvrant lentement la porte, souriant à sa femme en voyant que leur belle-fille dormait paisiblement. Melley le lui renvoya et vint le rejoindre pour descendre en bas en refermant la porte derrière eux. Farkhas l’accompagnait, mais resta couché devant la porte de sa maîtresse pour surveiller comme tout bon loup de garde. Ils allèrent à la cuisine où Heïan mit de l’eau à bouillir et laissa sa femme se blottir contre lui, embrassant son front, son nez puis ses lèvres.

‘‘ Je t’ai apporté des vêtements et tes effets personnels puisque je doute que tu reviennes à la maison pour quelques jours. ‘‘

Et il avait misé juste parce que sa chère et tendre épouse ne lui offrit qu’un sourire, entourant son cou de ses bras pour s’approcher davantage et l’embrasser à nouveau. Melley lui avait manqué et lui manquerait encore pour quelques jours puisqu’elle devait prendre soin de Vaënadiel et l’aider à remonter la pente jusqu’à ce qu’elle soit en mesure de faire le reste du chemin seule. Ils restèrent ainsi enlacés jusqu’à ce que le thé soit prêt et l’homme s’occupa d’ouvrir un feu sous la cheminée pour réchauffer un peu plus l’endroit qui était quand même assez frisquet.

‘‘ Elle a parlé ? ‘‘


‘‘ Oui, elle a parlé ... je crois qu’elle se sentait menacée puisqu’elle était entourée d’hommes. Ce qu’elle a vécu est troublant pour une jeune femme de son âge, mais elle y arrivera avec le temps. Notre fils est patient, mais tu devras le soutenir, comme toujours. ‘‘

‘‘ Ne t’en fais pas pour lui. Une bonne claque derrière la tête lui remet toujours les idées en place. ‘‘

‘‘ Heïan ! ‘‘

‘‘ Mais je rigole ! Malgré que ... m’enfin ... Je veille sur notre fils comme sur la prunelle de mes yeux. Tu n’as pas à avoir peur. S’il se morfond, une trempette dans l’eau glacée devrait le remettre sur le droit chemin et le réveiller un peu ! ‘‘

Melley soupira de découragement, mais ne put s’empêcher de sourire à son mari qui ricanait. Bah quoi ? C’était idéal pour faire baisser la tension dans ces moments là. Rire ne pouvait que faire du bien et détendre l’atmosphère. Heïan s’asseya derrière sa femme, l’enfermant dans ses bras et déposa un doux baiser dans son cou, remontant jusqu’à son oreille pour murmurer:

‘‘ Je t’aime ... ‘‘

Puis il lui fit une sucette dans le cou et se dégagea en ricanant pour ramasser les tasses vides et les déposer sur le comptoir de la cuisine. Sa femme vint se venger en lui volant un tendre baiser puis l’accompagna jusqu’à la sortit où il lui souhaita la bonne nuit à regret, lui disant qu’elle lui manquait déjà, mais qu’il repasserait le lendemain au soir, une fois que Vaë serait au lit pour être certain de ne pas l’apeure par sa présence. Ainsi, il pourrait ramener des nouvelles à son fils tous les jours afin qu’il ne perde pas espoir. Lorsqu’il revint à la maison, tout le monde était dans leur chambre respective et ce soir là, les enfants dormaient avec leur père dans son lit puisqu’ils ne pouvaient toujours pas voir leur mère qui se refusait à sortir de la maison. Il alla donc se laver puis se glissa sous les couvertures, s’endormant rapidement.

Le lendemain matin, Vaënadiel se réveilla en même temps que le soleil et observa la pièce de long en large. Melley venait tout juste d’entrer avec un bon repas et lui souriait doucement. Elles mangèrent donc en silence et Farkhas grimpa sur le lit, regardant sa maîtresse qui leva une main vers son museau. Fouettant l’air de sa queue, le loup s’approcha et coucha sa tête sur ses cuisses, heureux comme jamais. Le pauvre, il avait quand même été rejeté une semaine durant alors qu’il n’avait rien demandé. Tout ce qu’il avait voulu était de lui tenir compagnie et la garder au chaud la nuit. Elle murmura alors à son compagnon à fourrure.

‘‘ Je suis navrée mon grand ... ‘‘

Elle se pencha légèrement pour déposer un baiser entre ses oreilles et caressa son épaisse fourrure noire d’une main et celui-ci releva le museau pour lécher son cou à quelques reprises. Ses yeux aqua se portèrent alors sur Melley qui venait tout juste de remarqué la longueur de ses cheveux et aussi le fait qu’ils étaient bien mal taillés. Après leur repas matinal, elle alla chercher le nécessaire pour arranger sa crinière et lui redonner la forme qu’ils avaient auparavant, mais sans la longueur. Au carré comme ça, ça ne lui allait pas du tout. Plus tard en matinée, les deux femmes descendirent et Vaë commença à faire du ménage pour se changer les idées et penser à autre chose, sauf que c’était difficile. Elle réussit cependant puis, avec l’aide de Melley, elles se mirent à la cuisine et elle lui montra comme faire un des plats qu’elle avait l’habitude de manger comme une goinfre lorsqu’elle mangeait chez les Kreiss. Le repas de midi prêt, elles s’installèrent dans le jardin arrière de la maison, à l’abri des regards indiscrets et mangèrent en silence, la druidesse profitant de cet air frais qui caressait son visage. Au moins, pendant ce temps, elle cessait de gratter ses avant-bras. Le soir venu, Melley préparait un potage de légume et Vaënadiel en profita pour aller se laver sauf que ... son ventre l’obsédait à un tel point qu’elle devait faire quelque chose. Là. Tout de suite. Le miroir de la chambre était encore cassé et il fallait qu’elle ramasse les débris, mais au lieu de ça, elle alla en chercher un bout, bien décidé à ouvrir tout ça pour extirper la chose. Elle s’enferma donc dans la salle de bain, se débarrassa de ses vêtements, le bout de verre en main entouré dans une serviette, et elle colla la pointe acérée de son instrument sur son bas ventre où commençait à s’écouler un liquide pourpre.

Jamais elle n’avait entendu les bruits de pas de l’autre côté de la porte, dans la chambre ...

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 15 Jan 2013 - 21:26


-Je compte sur toi, ma chérie ... j’espère seulement qu’elle n’a pas fait de bêtise ... Je viendrai te voir ce soir.

Melley acquiesça et embrassa Heïan, le rassurant par le regard. Elle sortit ensuite de la maison et se dirigea droit vers celle de son fils et Vaë. Elle allait aider Vaë, ne pas la laisser seule. Arrivant devant la maison, elle testa la porte et fût surprise de voir qu’elle était ouverte. Entrant lentement, elle se dirigea vers la cuisine pour lui faire un plateau-repas. Et soudain, alors qu’elle préparait, un cri retentit dans la maison. Aussitôt, Melley se précipita à l’étage, se rapprochant en vitesse de la chambre d’où provenait le hurlement qui s’était d’ailleurs éteint. Elle entra et vit Vaë, postée au milieu de la pièce, les débris du miroir et du vase à ses pieds. Melley alla vers elle et la prit dans ses bras en disant :

-Vaë calme-toi ! C’est moi c’est Melley, chut...calme-toi !

Mais tout de suite la jeune femme se démena jusqu'à se libérer de son emprise, s'éloignant en se frappant le ventre, complètement paniquée. Elle s'écroula au sol, recroquevillée sur elle-même, pleurant à chaudes larmes.

-LAISSE-MOI !

Non, Melley ne laisserait pas Vaë toute seule à cet instant présent. Elle avait besoin d'aide, quoiqu'elle en dise. La voir dans cet état lui nouait le cœur, et elle lui dit calmement :

-Vaë je ne te laisserai pas. Parle-moi. Tu n’es pas seule calme-toi...et parle, c’est important. Je peux tout écouter et sans juger...tu le sais. Je sais que tu le peux ...

La jeune femme hoquetait et Melley s'approchait doucement, ne voulant pas l'effrayer.

-Je ne peux pas ! Tout le monde le sait maintenant ! Je suis dégoutante ... et ... et ... je ... il m’a ...

Puis elle commença à se griffer le ventre, de plus en plus férocement, murmurant :

- Il faut qu’il sorte ...

Ne tiltant pas tout de suite, Melley s'approcha et s'accroupit, prenant sa belle-fille contre elle et la forçant à éloigner ses bras de son ventre. La collant contre elle, la mère lui dit :

-Tu n’es pas dégoutante... ne dis pas sa. C’est horrible ce qu’il t’a fait et...

Melley comprenait de moitié ce que Vaë ressentait. Celle-ci releva les yeux vers elle, rougis de larmes et Melley mit quelques secondes à reprendre la parole. Elle allait lui dire pour Lyme…malgré les ans, c'était toujours présent en elle et bien qu'il ne soit pas passé à l'acte, il avait été sur le point. Il l'avait déshabillée dans la rue…

-Je vais te dire que...moi aussi j’ai failli être violée. Seulement, faillit, mais Heïan serait arrivé deux minutes plus tard et l’homme l’aurait fait. Un homme que j’avais pris comme un mentor parce qu’il m’avait recueillit après la mort de mes parents...

Elle se coupa, ayant dit le gros de l'histoire et soudain, le déclic se fît. "Qu'il sorte" ? Melley ne voulait pas croire ce qu'elle croyait…ce serait trop lourd à accepter, trop dur…

- Qu’il sorte ? Vaë...? Tu es...?

Elle n'eut aucune réponse et Vaë conserva son regard dans le sien. Melley y lut cette souffrance, là, au fond de son si beau regard…tout ce qu'elle fît fût d'hocher de la tête et se laisser aller contre elle, pleurant toujours.

- J’ai ... la ... nausée ...

Melley la serra contre sa poitrine, glissant une main contre ses cheveux et les caressant doucement pour tenter de la calmer. Cela fonctionna niveau respiration, mais niveau pleurs, cela les fît redoubler. Mais Melley ne disait rien, au contraire Vaë devait laisser aller ses larmes. Elles étaient le début de la guérison…
La jeune femme tenta de la rassurer un tant soit peu, en même temps qu'elle, ne voulant pas croire que cette ordure avait réussit à l'engrossée :

-Cela ne veut peut-être pas dire ça... C’est peut-être le contre coup de toutes ces émotions et tensions que tu as encaissé en peu de temps...

Mais Vaë ne semblait pas la croire :

-Non ... Il faut qu’il sorte ... Je veux disparaître ... Je m’en veux. Je veux partir ...

Mais non…Melley la fît relever, l'emmenant sur le lit ou elle l'assit à ses côtés, la gardant contre elle tout le temps et lui murmurant des paroles douces, puis lui déclara en la berçant tendrement :

-Je peux demander à un guérisseur de venir si tu veux vraiment qu’il sorte...mais il faut que tu en parles à Liam, il est ton époux. Et tu n’as pas à t’en vouloir Vaë, crois-moi. Ce n’est pas de ta faute...rien n’est de ta faute. D’accord ? Sors-moi ses idées de ta tête et n’hésite pas à me parler. Je vais rester avec toi...tu n’es pas seule...

Oui, il fallait qu'elle parle à Liam. Le connaissant, il devait être en train de pleurer quelque part dans la maison, impuissant face à la situation et se sentant inutile de ne pas pouvoir aider plus que ça sa femme…

-Non ... non ! Il ne faut pas qu’il sache. Il va me détester, me mettre dehors, me faire mal comme à Eziel ... !

Melley ressentit un petit pincement au cœur alors que la jeune femme tremblait à nouveau. Elle faisait référence à la violence de Liam sur le criminel…elle en avait peur comme elle avait eu peur d'Heïan en revenant de cet enfer que Vaë venait de vivre en cent fois pire…il fallait que Melley lui sorte ses idées de la tête :

-Jamais il ne te détestera. Pas plus qu’il ne te mettra dehors ou ne te fera du mal. Tu le sais au fond de toi qu’il est le Liam que tu as épousé et que tu aimes. Tu le sais que ce qui la fait devenir violent avec cette ordure a été sa folie. Tu le sais que sa folie a été nourrie par Eziel parce qu’il t’a fait souffrir et que Liam n’accepte pas ça. Il n’a fait que te défendre Vaë. Mais si tu ne veux pas le lui dire pour le moment, je ne dirais rien. Je garderais cela entre nous. Mais promets-moi que tu lui diras à un moment ou à un autre.

Melley attendit patiemment que la jeune femme lui promette la chose. Elle le fît en acquiesçant simplement, ce qui suffit à l'Archère. Liam devait être au courant, un jour ou l'autre, qu'elle soit encore enceinte ou non. Melley comprenait parfaitement que Vaë veuille enlever cet enfant qui grandissait en elle. Jamais elle ne pourrait l'élever avec l'amour qu'elle donnait à Arya ou Keilan. Jamais elle ne pourrait le regarder sans frissonner en repensant à ce qui lui avait valut la vie…et Liam reverrait cet épisode à chaque fois également, et qui sait si sa folie ne reprendrait pas le dessus pour l'envoyer rejoindre son père…? Ce serait bien trop douloureux pour un enfant, et Vaë avait raison de vouloir l'enlever. Entièrement raison. Melley redressa la jeune femme, dégageant son visage emplit de douleur, et l'invita à se coucher sur son lit gentiment. Elle la coucha convenablement et la rassura d'un geste. Elle ne partait pas, elle descendait juste récupérer le plateau-repas qui trônait toujours en cuisine. En revenant elle lui dit :

-Il faut que tu manges un peu et ensuite que tu dormes. Je resterai avec toi à la maison. Tu n’as pas à avoir peur d’accord ?

Vaë fût d'accord et s'assit sur le lit, commençant à manger tranquillement. Cela rassurait Melley, au moins elle mangeait. Une fois fait, elle se recoucha, et l'Archère éloigna le plateau désormais vide, ne partant cependant pas tout de suite. Vaë semblait sur le point de parler…

-Melley ... il m’a bousculé tout au long de la route, me forçant à marcher sans vraiment me laisser le temps de prendre de pause. Je le provoquais en tentant de fuir, en laissant le maximum d’indice, en lui faisant perdre du temps et ce soir là, il a tiré sur la corde qu’il avait mise à ma cheville gauche. Je voulais m’éloigner de lui parce qu’il était trop près et il a ... il m’a t-toucher là et là, m’a mordu, m’a fait mal, m’a forcé ... j’ai eu mal ... je ... j’aurais préféré qu’il m’achève au lieu de subir cette torture. J’essayais de penser à Liam pour faire diminuer la douleur, aux enfants. Il disait des choses horribles ... des trucs qu’il voulait me faire, comment il tuerait Heïan et le reste de la famille une fois qu’il l’aurait envoyé en enfer. Il avait parlé des petits et ...

Melley avait pris sa main dans la sienne et au fur et à mesure que les phrases sortaient, Vaë l'avait de plus en plus serrée. Elle sanglotait, les yeux fermés, et Melley ne sut quoi dire, ne faisant que lui caresser les cheveux doucement pour qu'elle sache qu'elle n'était plus seule. Elle n'imaginait que trop bien ce qu'elle avait pu ressentir, en fait, elle voyait la scène devant ses yeux…elle voyait nettement Eziel sur elle…la forçant, la détruisant entièrement et en tirant du plaisir…

Vaë mit plusieurs minutes à relâcher la pression sur sa main, signe qu'elle s'était endormie. Et profondément en plus. Alors Melley se releva au moment ou la porte de la chambre s'entrouvrait sur Heïan. Il lui souriait et elle le lui rendit, prenant le plateau repas et sortant avec lui. Elle referma la porte en silence et Farkhas se coucha devant, en bon garde du corps.

A la cuisine, Heïan s'occupa de mettre de l'eau à bouillir et Melley déposa le plateau avant de se blottir contre lui. Il lui avait tout de même manqué durant ses affreuses semaines ! Comme toujours, elle eut droit à leur petit code, un baiser sur le front, le nez puis les lèvres, avant qu'il ne dise :

-Je t’ai apporté des vêtements et tes effets personnels puisque je doute que tu reviennes à la maison pour quelques jours.

Il était vraiment formidable…en effet elle allait rester auprès de Vaë le temps qu'il faudrait. Elle savait qu'il avait envie qu'elle soit avec lui et qu'elle lui manquerait, tout comme lui pour elle, mais elle ne pouvait pas la laisser seule. Et puis, Heïan devait rester avec Liam. Melley doutait qu'Elayne ou Ephraïm soient capables de l'apaiser et le rassurer comme son père le faisait. Elle se colla à lui et un nouveau baiser fût échangé et ils attendirent que le thé soit prêt avant de se détacher, allant au salon ou l'homme fît un bon feu dans cette maison devenue un peu fraîche tout de même. Il lui demanda ensuite si Vaë avait parlé et elle répondit :

-Oui, elle a parlé ... je crois qu’elle se sentait menacée puisqu’elle était entourée d’hommes. Ce qu’elle a vécu est troublant pour une jeune femme de son âge, mais elle y arrivera avec le temps. Notre fils est patient, mais tu devras le soutenir, comme toujours.

Et là il lui dit qu'une bonne claque serait suffisante pour le réveiller ! Elle ne put s'empêcher de s'exclamer, n'imaginant tout de même pas son époux taper l'un de ses enfants de la sorte, même pour rire :

-Heïan !

- Mais je rigole ! Malgré que ... m’enfin ... Je veille sur notre fils comme sur la prunelle de mes yeux. Tu n’as pas à avoir peur. S’il se morfond, une trempette dans l’eau glacée devrait le remettre sur le droit chemin et le réveiller un peu !

Elle le regarda, soupirant. Formidable, mais aussi décourageant cet homme ! Mais bon, il avait raison de détendre un peu l'atmosphère et elle ne pouvait guère résister à son sourire de beau gosse…
Se postant derrière elle, il l'enlaça de ses bras, l'embrassant dans le cou et la faisant frissonner, lui murmurant par la suite :

-Je t’aime ...

-Moi aussi Heïan…moi aussi…

Et elle eut droit à une belle marque rouge sur la peau de son cou, lui faisant écarquiller les yeux et faire la moue alors qu'il ricanait simplement ! Non mais attends ! Il se releva ensuite pour ranger les tasses vides et elle le suivit, se vengeant en lui volant un baiser sans le laisser répliquer, puis l'accompagna à la sortie, ou il lui dit bonne nuit, qu'elle lui manquait déjà et qu'il repasserait le lendemain soir une fois Vaë endormie pour ne pas l'effrayer et pour prendre des nouvelles pour les autres. Melley lui répondit à tout ça par l'affirmative, et alla à son tour se coucher, laissant sa porte à moitié ouverte au cas où il y aurait un souci avec Vaë.

Pour Liam, c'était autre chose. Il était dans son lit, ses deux enfants chacun contre un bras. Ceux-ci dormaient convenablement, mais lui ne trouvait pas le sommeil. Il n'avait aucune nouvelle, ne savait rien, et cela l'agaçait. Sa femme était une rue plus loin et…il ne pouvait pas la voir. Elle souffrait, là-bas, et il était là, couché, inutile. Certes il s'occupait des enfants, mais c'était Ephraïm ou Elayne qui jouaient avec eux. Lui n'avait fait que les nourrir, les laver, et les bercer pour qu'ils dorment. Et ce serait pareil pour les jours à venir…il entendit son père revenir et entrer dans sa chambre, voulut aller le voir pour savoir ce qu'il se passait, mais avec les petits, c'était risqué. Si un des deux chutaient, ça pourrait mal finir…Et Liam ne souhaitait pas les perdre. Les perdre comme il était en train de perdre sa femme…elle sombrait dans sa douleur et il ne pouvait même pas lui servir de bouée de sauvetage, de corde de secours. Il se sentait impuissant et ne trouvait aucun autre moyen de l'aider. Il se disait qu'il pouvait lui imposer sa présence, mais cela empirerait sans doute le tout et il ne le voulait pas non plus. Aller voir quelqu'un ? Un mage à qui elle pourrait parler en secret ? Non, Vaë parlerait sans doute à sa mère…donc au final il devait croire en sa mère et attendre, là, inutile et impuissant…

Le lendemain matin, Melley s'était levée bien tôt pour préparer le petit-déjeuner et entrait dans la chambre en douceur, Farkhas sautant de joie à l'idée de revoir sa maîtresse. Celle-ci venait de s'éveiller, cela se voyait à ses petits yeux. Mais elle avait dormit la nuit complète et s'était reposée. C'était une bonne chose. Lui souriant, Melley lui donna le plateau et alla ouvrir les rideaux, laissant le soleil entrer dans la pièce alors que Farkhas grimpait sur le lit ou Vaë l'accepta à nouveau avec elle.

Mangeant tranquillement, aucune parole ne fût échangée. Mais pour l'heure, elles n'étaient pas nécessaires. Melley regardait Vaë, détaillant ses cheveux coupés sauvagement, devenant du n'importe quoi sur la tête de la jeune nordique. Après avoir mangé, Melley alla donc chercher tout ce qu'il lui fallait et entreprit de coiffer et couper les cheveux de sa belle-fille pour leur redonner une bonne allure et marquer le pas vers le changement, vers la guérison. A la fin, cela avait déjà une meilleure allure, bien que les cheveux longs lui allaient mieux, Melley ne dirait pas le contraire. Mais ils repousseraient, et ce très vite.

Faisant le lit, n'ayant même plus l'habitude à cause des domestiques, Melley vit aussi les débris du miroir, mais n'avait pas le temps de les ramasser tout de suite. Vaë voulait descendre faire du ménage. Elle la suivit donc, et vit les efforts qu'elle fournissait pour le faire le plus naturellement possible. Comme si Liam était au travail et les enfants en train de jouer dans la maison…d'ailleurs Arya aurait bientôt un an. Est-ce que Vaë assistera à cela ? Ou ne pourra-t-elle pas encore ? Arya ne comprendrait pas si sa mère n'était pas présente à son premier anniversaire…

Mais bon, elles avaient encore un peu le temps et Melley était sûre que Vaë s'en remettrait, elle était forte, malgré cette épreuve douloureuse. Elle décida même de lui apprendre à cuisiner le plat qu'elle mangeait le plus lorsqu'elle mangeait chez eux, ainsi elle pourrait le refaire pour eux ici. Vaë se prit au jeu et s'amusa à cuisiner, oubliant pour un moment toute cette histoire et surtout, cet enfant qui grandissait en elle…et elles purent le manger dehors, en privé, profitant du vent et du soleil…

Au même moment, Liam patrouillait dans la ville. Il avait insisté pour continuer à travailler, rien que pour éviter de se morfondre. Il savait que les enfants étaient avec sa sœur et qu'ils savaient que leur père reviendrait au soir. Même s'ils demandaient déjà si maman reviendrait aujourd'hui…

Il patrouillait, faisant à peine attention à ce qu'il se passait. Dès qu'ils approchaient de la rue, il tournait la tête, se déhanchait pour voir la maison, voir un quelconque signe de vie. Ceux qui n'était pas au courant le taquiner en lui demandant s'il avait peur de devenir cocu. Mais Liam ne les entendaient que d'une oreille. Comme si Vaë allait le rendre cocu et puis, en ce moment, il doutait qu'elle ait envie de relation physique avec un homme…il voulait juste la revoir sourire, la revoir en paix, l'aider à y arriver et il était prêt à ne plus faire l'amour du tout si elle n'y arrivait plus. C'était normal et il respecterait ça aussi. Bien sûr que cela signifierait plus d'enfant, mais ils en avaient deux, pas comme s'ils en avaient pas du tout…et au fond de lui, Liam priait pour que l'ordure ne l'ait pas mise enceinte…parce qu'il ne pourrait pas la voir porter l'enfant neuf mois durant, revivant ce calvaire, puis lui donner naissance et devoir l'élever dans l'amour alors qu'il résultait d'un viol. Ce n'était pas gentil à dire, mais Liam lui demanderait de ne pas le garder. Même lui ne pourrait pas regarder l'enfant en face, encore moins s'il prenait les traits de son père…à ce moment, Liam serait capable de le tuer dans sa folie et ce ne serait pas mieux…c'était horrible à penser, mais…ce serait tout aussi horrible pour l'enfant. Enfin, Liam secoua la tête. Elle n'était pas enceinte, le problème ne se poserait donc pas. Son père lui avait dit avant qu'il s'en aille, tout en tentant de le forcer à rester, que Vaë avait parlé à sa mère et qu'il irait chaque soir pour avoir des nouvelles.

Il se sentait si impuissant…

Le soir, Melley préparait un petit potage de légumes bien frais et Vaë monta se laver tranquillement. Le bouillon fût vite prêt et elle le mit sous serviettes pour conserver un maximum de chaleur, l'emmenant avec elle dans la chambre de la jeune femme ou elle le posa sur la commode. Et là elle fronça les sourcils ; l'eau ne coulait pas dans la salle de bains. S'inquiétant tout de suite, Melley alla vers la porte et l'ouvrit doucement. Mais bien vite elle comprit en voyant Vaë avec un bout de verre contre son ventre et elle entra brusquement, se jetant sur elle et retirant le verre de sa main. D'un coup, elle se revit elle-même, dans la bibliothèque, avec sa dague, voulant s'enlever son enfant parce que la grand-mère d'Heïan ne l'acceptait pas elle et n'acceptait pas un enfant hors mariage…

Elle jeta le bout de verre et prit Vaë par les épaules en lui disant :

-Non ! Non Vaë ! Pas ça !

Elle l'entraîna ensuite sous la douche, ou elle lui fît couler de l'eau plus que froide que chaude et la poussa dedans. L'eau froide lui ferait un peu de bien. La laissant tout de même se laver elle lui dit :

-Ce serait une bêtise que de faire ça ma puce. Cet enfant sortira, mais tu n'as pas à te tuer en même temps. Si tu le faisais, Eziel serait drôlement content tu ne crois pas ? Je vais faire en sorte que ta grossesse devienne un souvenir. Et le plus rapidement possible, n'aie crainte. Je ne voudrais pas avoir à te surveiller vingt quatre heures sur vingt quatre.

Vaë ne prononçait aucun mot, mais elle sortit bien vite et Melley l'enroula dans une serviette, la séchant correctement et doucement. Elle remarqua les marques rouges sur ses bras et lui dit :

-Arrête de te griffer…cela ne sert à rien…et cela te donne de vilaines marques…

Elle serra la jeune femme contre elle, l'aidant à se calmer une nouvelle fois. C'était beaucoup trop pour elle et elle ne devait pas aller trop vite sur le plan de la guérison. La laissant se vêtir, Melley alla ramasser les débris de verre qu'elle jeta avant de chercher le plateau repas. Vaë se réinstalla sur le lit et mangea, tout comme Melley qui venait de prendre une sacrée décision.

Comme la veille, elle la borda, serrant sa main jusqu'à ce que Vaë la relâche d'elle-même, et redescendit, Heïan l'attendant.

-Elle dort. Dit-elle simplement en l'embrassant.

Ils refirent du thé et Melley lui dit :

-Il faudrait que tu fasses venir une guérisseuse demain à la première heure, Heïan. Pour un examen de routine. Vérifier qu'elle n'ait pas attrapé de maladie ou autre…

Il sembla perplexe mais elle ne montra rien. Elle mentait un peu mieux que son époux ou son fils…mais elle avait promis à Vaë de ne rien dire, alors elle ne dirait rien, même si elle n'aimait pas faire des secrets à son mari…

Elle se colla à lui, l'embrassant, profitant de sa présence, espérant qu'il ne fouine pas ou ne se pose pas de questions. Elle le libéra comme la veille et il lui promit de faire de gros bisous aux petits et de serrer Liam pour elle, tout comme Elayne et Ephraïm.

Liam écouta son père qui omit volontairement de lui dire pour la guérisseuse du lendemain. Il lui dit que Vaë allait "bien" si on peut dire, qu'elle mangeait, se lavait, et s'occupait en journée avec le ménage et la cuisine. Cela rassura Liam qui se dit qu'au moins sa mère parvenait à la calmer. Contrairement à lui…il dormit à nouveau avec ses enfants, envoyant toutes ses pensées à sa femme, seule chose qu'il pouvait faire…

Au lendemain, Melley était une nouvelle fois réveillée en premier et fît les mêmes gestes que la veille. Elle apporta le déjeuner à Vaë en lui souhaitant le bonjour, puis redescendit lorsqu'on toqua à la porte. C'était Heïan, avec la guérisseuse. Elle remercia son époux qui lui assura que Liam ne savait rien et n'avait rien vu, étant partit au travail envers et contre tout.

Le laissant repartir, elle fît entrer la femme et monta les escaliers en lui expliquant en gros la situation. Le viol, la grossesse…la guérisseuse comprenait parfaitement et une fois en haut, Melley ouvrit lentement la porte. Vaë était sur le lit, recroquevillée, et encore plus en voyant l'inconnue.

-Vaë…c'est une guérisseuse…une femme pas un homme. Elle va…elle va t'aider à enlever l'enfant. Et elle ne dira rien, elle est tenue au secret par sa profession. N'aie pas peur.

-Bonjour Vaënadiel.

La femme souriait, d'un sourire rassurant et Melley se mit à côté de Vaë, lui prenant la main qu'elle serra tout de suite.

-Je vais vous examiner, et ensuite je vous donnerais une potion qui fera évacuer votre fœtus. Ce sera alors comme des règles, mais en plus longues, plus abondantes et légèrement plus douloureuses. D'accord ?

Melley lui avait aussi parlé des marques de griffures et la guérisseuse s'en occuperait par la suite, elle donnerait une crème à la jeune femme. Melley sourit à Vaë pour l'encourager à déplier les jambes et permettre à la femme de voir son intimité. C'était certes gênant, mais obligatoire. Et Vaë serait enfin débarrassée de son enfant, sans avoir à s'ouvrir le ventre…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 16 Jan 2013 - 2:39

Je suis désolée... part.5


La porte de la salle de bain s’ouvrit tranquillement , mais Vaënadiel était si absorbée par son geste et à grimacer qu’elle n’entendait rien d’autre hormis le bruit des battements de son coeur contre ses tympans. Ce ne fut que lorsqu’on se jeta sur elle brusquement pour lui retirer le morceau de verre des mains que la jeune femme à la chevelure de neige sursauta, échappant un cri de surprise. Celle-ci n’opposa pas de résistance, prenant à peine conscience de ses actes lorsque Melley la regarda directement dans les yeux. Elle prit ses épaules par les mains et la fit pivoter de manière à ce qu’elles soient l’une face à l’autre.

‘‘ Non ! Non Vaë ! Pas ça ! ‘‘

Culpabilisant pour son geste, la druidesse baissa la tête vers son bas-ventre ou se trouvait une petite entaille. Elle devait bien faire deux centimètres de longueur, mais n’était pas bien profonde. Il fallait dire que Melley était apparu juste au bon moment, car la pointe de l’objet était sur le point de s’enfoncer dans sa chair. L’eau s’échappa ensuite de la trompe de métal situé en hauteur sur le mur du fond et on la poussa juste en dessous. Quelle horreur ! Elle était froide ! Vaënadiel grimaça et serra ses bras contre sa poitrine pour se réchauffer puis tourna les yeux vers Melley qui la regardait avec de gros yeux même si elle ne lui en voulait pas. En silence, elle l’invita à se laver et c’est ce qu’elle fit sans rouspéter. Commençant par sa chevelure, Vaë avait du mal avec sa nouvelle longueur et soupira; une chance que ça repoussait rapidement ce truc.

‘‘ Ce serait une bêtise que de faire ça ma puce. Cet enfant sortira, mais tu n’as pas à te tuer en même temps. Si tu le faisais, Eziel serait drôlement content tu ne crois pas ? Je vais faire en sorte que ta grossesse devienne un souvenir. Et le plus rapidement possible, n’aie crainte. Je ne voudrais pas avoir à te surveiller vingt-quatre heures sur vingt-quatre. ’’

Dos à Melley qui lui laissait son intimité, assise plus loin et ne regardant pas dans sa direction, la jeune maman baissa les yeux et sombra dans ses pensées. Eziel serait content ... Raison de plus pour ne pas tenter de s’enlever la vie d’une quelconque manière, car oui, elle y avait pensé lorsqu’elle commençait l’entaille sur sa peau de porcelaine. Et puis, elle ne voulait pas être un fardeau pour sa belle-mère qui en faisait déjà beaucoup pour elle en ce moment. Melley avait tout de même délaissé sa famille, son époux qui venaient tout juste de rentrer, pour se consacrer entièrement à elle. Silencieuse, la druidesse sortit en grelottant et elle se fit accueillir par une serviette. Elle avait l’impression d’être retombée plusieurs années derrière alors que sa propre mère lui séchait les cheveux lorsqu’elle se tirait hors des sources chaudes de leur caverne.

‘‘ Arrête de te griffer…cela ne sert à rien…et cela te donne de vilaines marques… ‘‘

Ses yeux aqua passèrent de Melley à ses avant-bras, remarquant nettement la différence de tête avec beaucoup plus de conscience que pendant les jours précédents. Ils étaient si rouges qu’elle fronça les sourcils, honteuse qu’on les ait vus. Vaë ne fit qu’acquiescer d’un faible signe de tête et regarda Melley d’un air désolé pour ensuite profiter de l’étreinte qu’elle lui fit pour la réconforter. Une fois seule dans la petite pièce, la jeune femme se vêtit lentement alors que son regard était rivé vers son reflet dans la glace. Ses cheveux étaient beaucoup mieux depuis qu’ils avaient été arrangés, mais ça lui faisait une étrange sensation que de les savoir aussi courts. Du bout du doigt, elle caressa les marques de ses avants-bras puis l’entaille qu’elle s’était faite, fermant ensuite les yeux. Il fallait qu’elle remonte la pente. Il le fallait ... mais c’était si difficile. C’était ça ou continuer de s’éloigner de sa famille pour risquer de les perdre et Liam lui manquait tellement. Son absence était une toute nouvelle torture, mais par la même occasion, elle avait peur d’affronter son regard après ce qui s’était produit depuis qu’il l’avait retrouvé et sut pour le viol. Seul le temps arrangerait les choses, jumelé à la motivation et à la détermination. Mais pour l’heure, elle devait rejoindre Melley et manger afin de recouvrer des forces supplémentaires et reprendre les quelques kilos qu’elle avait perdus durant les deux dernières semaines.

Assises sur le lit, les deux femmes mangèrent en silence puis Vaënadiel caressa Farkhas alors que Melley prenait le plateau-repas pour le mettre sur la table de chevet. Cette fois, elle voulut garder son compagnon à fourrure contre elle sous les couvertures et il se lova contre son ventre, son museau camouflé dans son cou. En souriant, la mère de famille la borda puis caressa sa crinière comme la veille, serrant sa main jusqu’à ce que la force l’abandonne, rongée par le sommeil. Heïan attendait en bas, remettant une buche dans le feu qui crépitait doucement sous la cheminée. Il vint à sa rencontre et la serra contre lui, profitant de sa chaleur, car c’était frisquet à l’extérieur en ce soir de pleine lune.

‘‘ Elle dort. ‘‘

Ils s’embrassèrent tendrement et lui sourit, sans pour autant répondre à ces deux mors. Tant que Vaënadiel dormait comme une souche et ne faisait pas de mauvais rêve comme sa femme après sa captivité, c’était déjà ça. Allant donc dans la cuisine, ils refirent bouillir de l’eau puis s’installèrent à la petite table qui se trouvait à même la pièce. L’homme glissa sa main sur la surface du mobilier, prenant la main droite de son épouse dans la sienne pour caresser sa peau du pouce. Melley lui demanda alors:

‘‘ Il faudrait que tu fasses venir une guérisseuse demain à la première heure, Heïan. Pour un examen de routine. Vérifier qu’elle n’ait pas attrapé de maladie ou autre… ‘‘

De maladie ? C’était un risque possible avec ce salaud de première qu’avait été Eziel, mais il y avait quelque chose en dessous de tout ça. Heïan le voyait dans les yeux de sa femme, mais ne tentait pas d’en comprendre davantage puisque ce devait être quelque chose entre sa femme et sa bru après tout. Si Vaë avait voulu que ça se sache, Melley ne lui aurait pas caché la vérité derrière ce mensonge. Oui elle mentait mieux que son époux et son fils, mais elle n’était pas une très bonne cachottière.

‘‘ J’irai demain matin dès que je serai debout et puis ... Omar est passé à la maison ce soir pour prendre des nouvelles et Liam a insisté pour reprendre le travail malgré mon opposition. Il se morfond dès qu’il ne trouve rien à s’occuper ou que je ne suis pas là pour lui changer les idées. ‘‘

Ils burent alors leur thé puis s’installèrent dans le salon pour se serrer l’un contre l’autre sous la mélodie du feu. Un peu plus tard, alors que Melley bâilla, Heïan la libéra et l’embrassa tendrement, posant la main sur la poignée.

‘‘ J’embrasserai les monstres et les jeunes pour toi. Prends soin d’elle et bonne nuit, ma chérie. ‘‘

Heïan lui vola un dernier baiser puis s’enfonçant dans la nuit afin de rejoindre la villa où Liam patientait dans le salon malgré l’heure tardive. Se déchaussant alors, le père alla rejoindre son fils sur le canapé et lui ébouriffa les cheveux en lui faisant un sourire qu’il réussit à lui renvoyer. Bon, il n’était pas très naturel, mais au moins, il ne lui faisait pas une tête de dépressif au fond du tonneau. Le maître de la maison se leva et jeta une buche dans le feu puis retourna à sa place initiale, Liam le suivant des yeux et attendant impatiemment des nouvelles de sa douce. Heïan posa alors son regard violet sur son fils et commença.

‘‘ Ta mère m’a dit que Vaënadiel allait bien. Son appétit revient au compte goutte, mais il revient. Elle dort comme un loir la nuit aussi, si ça peu te rassurer et aucune trace de cauchemars. De jour, elles s’occupent toute les deux avec les tâches ménagères et elles font la cuisine afin de lui faire penser à autre chose. Ce soir, Farkhas dormait avec elle alors tu n’as pas à t’en faire pour sa sécurité. Elle te reviendra ... tu verras. Il faut seulement que tu sois patient. ‘‘

C’était si facile à dire, oui, mais si difficile à exécuter dans de telles circonstances. Cependant, forcer les choses ne feraient qu’envenimer les choses et rendre la convalescence de la jeune nordique encore plus longue qu’elle ne l’était là. S’il lui fallait plusieurs mois pour s’en remettre, Liam devait s’y plier et attendre. Sinon ce serait certainement la fin et ni l’un ni l’autre ne le souhaitant, il en était certain.

‘‘ File dormir, fiston. Tu travailles demain matin. ‘‘

Mais celui-ci ne semblait pas vouloir se rendre à sa chambre alors Heïan l’y accompagna en entourant ses épaules d’un bras. Une fois devant la pièce, il serra fortement son fils dans ses bras et prit son visage entre ses mains pour lui sourire faiblement. Il lui murmura que ça s’arrangerait très bientôt et le poussa dans sa chambre en le menaçant d’aller le border s’il ne bougeait pas son fessier dans les secondes qui suivraient. Puis à son tour, il alla se mettre au lit. Le lendemain matin, Heïan attendit que Liam ne soit parti de la maison familiale avant de descendre et de voler un croissant dans la cuisine, sous le nez d’une domestique qui parut surprise, et fila à toute vitesse vers la ville pour se rendre chez le guérisseur. Une fois sur les lieux, il ne manqua pas de spécifier qu’il désirait que ce soit une femme, car il s’agissait là d’un service vis-à-vis de sa bru. Ce ne fut pas bien long qu’une femme, âge dans la trentaine, se pointât le bout du nez. Heïan la conduisit alors vers la maison de son fils et sa femme où il toqua. Melley ouvrit alors. Le colis avait été livré et maintenant, il se sauva pour ne pas attirer de soupçons. Il s’en retourna alors à la maison en vue de s’occuper de ses petits-enfants qui avaient de l’énergie à revendre ces derniers temps.

Pendant ce temps, en haut, Vaënadiel avait terminé de manger son repas, donnant les restes à Farkhas qui se fit un plaisir de tout avaler et même de lécher l’assiette. C’était comme si elle était propre maintenant. Mais quelque chose n’allait pas. Il y avait des bruits de pas dans le couloir, mais pourquoi Melley parlait-elle seule ? Non ... il y avait quelqu’un d’autre avec elle. Aussitôt, la jeune femme ramena ses jambes contre sa poitrine et les garda contre elle une fois entourées par ses bras. Ses yeux aqua fixèrent la porte d’entrée de sa chambre et ce, jusqu’à ce qu’elle s’ouvre. Là, elle se recourba davantage, tremblant légèrement.

‘‘ Vaë…c’est une guérisseuse…une femme pas un homme. Elle va…elle va t’aider à enlever l’enfant. Et elle ne dira rien, elle est tenue au secret par sa profession. N’aie pas peur. ‘‘

‘‘ Bonjour Vaënadiel. ‘‘

‘‘ Bon ... bonjour. ‘‘ Répondit-elle d’une voix à peine perceptible.

La druidesse suivit la guérisseuse des yeux jusqu’à ce qu’elle prenne place à ses côtés. Elle avait un sourire rassurant et ses traits angéliques avaient aussitôt un effet apaisant sur sa personne. Ce qui fut le plus surprenant était qu’elle n’avait aucunement sursauté lorsque Melley lui prit la main pour la serrer dans la sienne.

‘‘ Je vais vous examiner, et ensuite je vous donnerais une potion qui fera évacuer votre fœtus. Ce sera alors comme des règles, mais en plus long, plus abondantes et légèrement plus douloureuses. D’accord ? ‘‘

Vaë ne fit qu’acquiescer d’un signe de tête et l’inconnue l’invita à se coucher. Gênée, elle hésita un long moment tout en consultant Melley du regard. Elle ne comprenait pas ce qu’elle allait faire, mais n’aimait pas ça et avait peur qu’on ne lui fasse mal une fois de plus. La mère la rassura du regard puis un long et profond soupir s’échappa de ses poumons avant qu’elle ne s’exécute après avoir enlevé son sous-vêtement. C’était trop gênant de savoir que quelqu’un qu’on ne connaissait pas regardait là ...

‘‘ Il y a des contusions et des rougeurs. Particulièrement au niveau de l’intérieur des cuisses ... il faudra arrêter de frotter ces endroits avec force à l’avenir sinon vous resterez avec des marques. En dehors de ça, tout me semble correct. Je ne vois pas de blessures ou autre chose qui pourrait porter à s’inquiéter. ‘‘

Une fois libre, la jeune femme s’empressa de s’assoir et de couvrir ses jambes alors que la guérisseuse cherchait des fioles. Elle dut faire un mélange qui prit quelques longues minutes, mais lorsque ce fut prêt, elle salua les femmes et souhaitant bon courage à la nordique qui lui envoya la main, les joues rougies par la gêne. Voilà ... une chose de faite et elle aurait pas à extirper la chose de son ventre volontairement. Ainsi, le traitement commença dans l’après-midi et Vaënadiel voulut sortir se dégourdir les jambes dans le boisé derrière la maison. Melley l’y accompagna avec Farkhas. C’est là que la jeune druidesse fut prise d’une soudaine curiosité.

‘‘ Comment avez-vous fait connaissance, toi et Heïan ? J’ai cru comprendre qu’il n’avait pas toujours été soldat, qu’il a eu un passé tout aussi trouble qu’Eziel puisqu’il semblait si bien le connaître. ‘‘

Melley lui fit un sourire en coin et alors qu’elles marchaient, elle lui raconta les circonstances de leur rencontre; le feu en plein milieu de la nuit et de nulle part, sa blessure, son regard froid et tourmenté. Vaënadiel n’en revenait toujours pas. Pourtant, l’homme qu’elle lui décrivait n’était pas celui qu’elle voyait aujourd’hui. Elles parlèrent ainsi toute l’après-midi, se lançant dans les confidences. Vaë parlait de sa famille, de sa vie dans les montagnes, du soir où elle avait fui sa tribu et où elle avait été pourchassé par son père qui avait cru à un kidnapping de la part de Liam. De la baignoire ... ce monstre blanc qui lui avait fait si peur auparavant. Elle se surprit même à sourire légèrement en repensant au fait qu’elle avait peur que la cuve ne l’avale. C’était aussi la première fois qu’elle se confiait de cette manière à quelqu’un ... il y avait Elayne, mais elle ne lui avait pas dit tout aussi ouvertement qu’avec Melley. Peut-être parce qu’elle lui faisait penser à sa mère... Son visage lui revint même en temps.

‘‘ J’ai peur d’oublier leur visage avec le temps ... Il ne me reste que des souvenirs ... Ils me manquent terriblement. ‘‘ Murmura t-elle d’une voix cassée.

Des larmes perlèrent sur ses joues et elle s’approcha de Melley pour chercher refuge dans ses bras. Celle-ci lui caressait tendrement les cheveux, sa tête contre la sienne.

‘‘ Je ne sais pas ce que je serais devenu sans lui ... et toute votre famille. ‘‘

Elle aurait probablement servi de catin à Dryell ou Arled car de toute évidence, ils en avaient toujours voulu après le clan Eira. Vaënadiel releva alors la tête et essuya ses larmes, croisant le regard bicolore de Melley qui lui offrait un sourire maternel si réconfortant. Déposant un baiser sur son front, la femme à la chevelure noire la fit entrer dans la demeure et elles préparèrent le repas du soir. Cette fois-ci, elles s’installèrent dans le salon pour manger leur repas et s’emmitouflèrent dans d’épaisses couvertures avant de se lancer de nouveau dans de longues conversations. Le silence vint lorsque Vaë s’endormit, adossée contre le canapé. Heïan était arrivé peu de temps après et hésita en voyant la petite là. Mais comme Melley n’était pas en mesure de la monter en haut, il s’en chargea avec le plus grand soin et fit son possible pour ne pas la réveiller une fois qu’il l’eut déposé dans son lit. Melley la borda puis ils sortirent.

Les jours suivants furent tous similaires sauf à quelques exceptions près. La potion avait commencé à faire effet le 2e jour au soir et le lendemain, Vaë dut se précipiter à la salle de bain pour s’y enfermer sous les yeux ronds de Melley qui toquait à la porte, lui demandant si tout allait bien. Tout ce qu’elle trouva à dire c’est :

‘‘ Il y a du sang partout ... désolé! Je vais tout nettoyer après ... ‘‘

C’était tout elle ça. De l’autre côté de la porte, elle sentait que Melley souriait et elle ne put s’empêcher de faire de même, seule à s’autonettoyer malgré les crampes qui la tenaillaient. Au moins, ça sortait. Et puis, le sourire revenait tranquillement, mais surement. Ce qui était bon signe. Les soirs, Heïan apportait toujours les nouvelles à son fils, retrouvant cette lueur d’espoir au fond de ses yeux et ce sourire sincère sur ses lèvres. Le pauvre commençait à devenir impatient de la revoir et c’était tout normal, mais il devrait patienter encore un moment. Les symptômes de la potion eurent des répercussions sur son métabolisme une longue semaine. La jeune nordique mangeait convenablement et recommençait à prendre ses habitudes de goinfre, terminant souvent son assiette avant même que Melley eût été à la moitié. L’après-midi, lorsqu’elles faisaient le ménage ou allaient se promener dans la cour arrière, Vaë fredonnait de temps à autre, se prenant à sourire béatement en voyant un écureuil sauter sur le dos de Farkhas qui courrait comme un chiot dans l’herbe.

Mais dans quelques jours, c’était l’anniversaire d’Arya et cela faisait près de trois longues semaines qu’elle n’avait pas vu ses enfants. Ce qu’il pouvait lui manquer, tout comme Liam ... ses bras, sa chaleur, son regard, son sourire ... Vaënadiel soupira et ne sut quoi faire. L’idée de se présenter la terrorisait, mais si elle attendait, cela ne ferait qu’agrandir le fossé qui les séparait déjà. Ils devaient tous être si inquiets pour elle à l’heure actuelle. Il fallait qu’elle réfléchisse et vite à une manière d’agir sans risquer de détaler comme un lapin à la vue de son époux, son frère et Heïan. Juste cette pensée la faisait trembler, mais il fallait qu’elle franchisse le pas et le plus tôt serait le mieux. Seule elle pouvait prendre la chèvre des montagnes par les cornes et foncer. Ce fut donc la veille de l’anniversaire de la petite de Liam qu’elle décida de retourner à la villa des Kreiss accompagnée de Melley. Il était bien tard dans la nuit et même Heïan n’était pas au courant. Cela s’était fait sur un coup de tête, quand Vaënadiel avait débarqué dans la chambre de sa belle-mère pour lui dire qu’elle voulait voir Liam et que ça ne pouvait attendre. De plus, elle voulait faire une surprise à Arya. À Keilan aussi, mais surtout la petite, car elle allait avoir un an. Vêtues de leur cape, elles s’empressèrent de traverser la nuit fraîche pour rejoindre la villa et Melley la laissa se rendre jusqu’à la chambre qu’elle avait l’habitude d’emprunter avec son époux lorsqu’ils séjournaient ici. Se figeant devant la porte, la jeune femme regarda ses mains qui tremblaient alors que Melley avait déjà disparu dans sa chambre pour rejoindre son époux qui dormait comme un loir.

‘‘ Respire ... Respire ... ‘‘ Murmura t-elle faiblement.

Prenant son courage à deux mains, Vaë tourna délicatement la poignée de la porte et se glissa subtilement à l’intérieur de la pièce. Les petits n’étaient alors il dormait soit avec Elayne et Eph’ soit avec Heïan et Melley nouvellement de retour chez elle. Dans sa poitrine, son coeur battait la chamade à la seule vue de la silhouette allongée dans le lit. Liam était couché sur le côté, dos à l’entrée de la pièce. Elle déglutit et posa sa cape sur la commode, se faufilant avec rapidité jusqu’au lit et se glissa sous les draps une fois ses peurs ravalées. Ce qu’elle pouvait avoir froid ! Il y eut alors du mouvement, mais trop tard. Vaënadiel était déjà collé contre son dos et avait entouré sa taille de ses bras, réchauffant ses mains sur son ventre qui était toujours aussi chaud. C’était ... étrange comme sensation, mais son sourire s’élargissait lorsqu’elle sentit l’une des mains de son homme se poser sur les siennes pour les réchauffer.

‘‘ Je suis désolée ... d’avoir été si longue ... ‘‘

Elle dut se détacher légèrement, car Liam se retourna pour pouvoir la voir malgré cette pénombre. Délicatement et avec une certaine hésitation, la jeune femme posa une main sur la joue de son amoureux et caressa celle-ci tout comme son visage, traçant le contour de sa mâchoire. Ses yeux se plantèrent dans les siens pour ne pas s’en détacher. Il ... y avait si longtemps. Des doigts se glissèrent alors dans sa chevelure et elle le vit fermer les yeux d’aise pour simplement profiter de ce simple geste qui apportait tant au final.

‘‘ Ne dis rien à Arya. Je veux lui faire la surprise. ‘‘ Murmura t’elle. ‘‘ Rendors-toi ... je reste. ‘‘

Prenant sa tête entre ses mains, elle le força à enfouir son visage dans son cou alors qu’elle caressait sa chevelure doucement. Elle ferma les yeux à son tour, si heureuse, si fière d’avoir enfin brisé ce mur qui l’empêchait d’approcher l’homme qui avait su la charmer.

‘‘ Je t’aime, eïl farkhas ... ‘‘
Spoiler:
 



Dernière édition par Vaënadiel Eira le Jeu 17 Jan 2013 - 0:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 16 Jan 2013 - 19:32


Serrant la main de Vaë, Melley la rassurait du regard alors que la guérisseuse l'invitait à s'allonger. Melley sentait bien que la jeune femme était angoissée à l'idée que quelqu'un regarde là en bas, mais c'était pour son bien. Vaë s'exécuta donc, et la guérisseuse analysa le tout en bonne experte pour dire finalement :

- Il y a des contusions et des rougeurs. Particulièrement au niveau de l’intérieur des cuisses ... il faudra arrêter de frotter ces endroits avec force à l’avenir sinon vous resterez avec des marques. En dehors de ça, tout me semble correct. Je ne vois pas de blessures ou autre chose qui pourrait porter à s’inquiéter.

Vaë se remit tout de suite sous les draps, laissant la femme lui préparer son traitement, celui qui expulserait l'enfant qui grandissait à peine en elle. Pour Melley, cela faisait étrange de ce dire que Vaë allait le faire volontairement, et c'était tout à fait normal, parce qu'elle se revoyait lors de sa fausse couche, et chez elle cela n'avait pas été volontaire du tout. La guérisseuse donna la potion à Vaë puis prit congé d'elles, souhaitant bon courage à la nordique qui était encore rouge de gêne. A midi, elles mangèrent convenablement, et Vaë prit sa potion tout de suite après, l'avalant d'une traite.
Ensuite, elle voulut sortir prendre l'air et Melley l'accompagne à l'arrière de la demeure, Farkhas courant gaiement devant elles. Liam avait vraiment bien choisit l'endroit en plus…

-Comment avez-vous fait connaissance, toi et Heïan ? J’ai cru comprendre qu’il n’avait pas toujours été soldat, qu’il a eu un passé tout aussi trouble qu’Eziel puisqu’il semblait si bien le connaître.

Souriant légèrement, Melley mit quelques secondes avant de commencer à raconter. Les souvenirs vinrent en même temps, et elle revoyait tout comme si c'était hier…Melley lui raconta donc tout du début, lui expliquant qu'une fois de plus elle s'était perdue en cours de route et cherchait désespérément un endroit civilisé, lorsqu'elle avait vu un feu de camp au loin. Elle s'était approchée et avait vu Heïan contre l'arbre, endormit et blessé.
Melley lui dit tout de suite que jamais elle n'avait eu peur. Certes on lui avait appris à ce méfier de tout le monde, mais elle n'y parvenait pas tout simplement. Pour elle chaque personne était normale, c'était juste la vie qui les forçait à revêtir un masque de méfiance, de violence ou d'agressivité. Elle avait donc soigné Heïan sans craindre une seconde qu'il puisse se réveiller et l'étrangler sur le champ, puis avait préparé à manger, ce qui a d'ailleurs été la cause de son réveil. Puis elle passa à cette barrière qu'il y avait entre eux, le jeune homme ne parlant pas, ou très peu. Il avait accepté qu'elle parcoure le chemin avec lui et elle s'était attendue à ce qu'il lui demande de le laisser seul une fois arrivés…mais en cours de route il s'était légèrement ouvert, lui donnant la lettre de son oncle, la raison de son retour, en fait. Elle expliqua à Vaë que c'était à ce moment là qu'elle avait ressenti ce besoin en elle. Elle avait sentit qu'Heïan avait besoin d'elle et ce bien plus que pour soigner sa blessure. Mais elle ne savait pas quoi, elle savait juste qu'il ne fallait pas qu'elle le laisse seul pour l'heure.
Bifurquant sur les retrouvailles entre Heïan et Naëlyah, elle lui dit qu'elle-même avait tout de suite été acceptée dans la famille, malgré son origine très basse dans la société. Parce qu'ils étaient tout de même des bourgeois…et elle en avait fait les frais avec Eldah. Elle raconta tout à Vaë, les altercations, sa fausse couche, tout. Lorsqu'elle s'arrêta, elle avait l'impression d'avoir parlé des heures tant sa gorge était sèche. Mais Vaë avait l'air satisfaite et elle se mit à parler aussi, lui dévoilant sa vie dans les montagnes, avec ses parents et ses frères maintenant disparus. Elle lui raconta comment elle et Liam avaient fait connaissance, le fameux soir ou elle avait fuit, sa peur de la baignoire, énorme monstre blanc cracheur d'eau, ce qui fît sourire Melley. Elle imaginait très bien son fils prendre la défense d'une inconnue sans en mesurer les conséquences par la suite…

-J’ai peur d’oublier leur visage avec le temps ... Il ne me reste que des souvenirs ... Ils me manquent terriblement.

Melley se tourna vers sa belle-fille qui avait les larmes aux yeux, et elle la serra contre elle lorsqu'elle vint chercher confort et sécurité dans ses bras. Elle lui caressa les cheveux tendrement, voulant qu'elle se calme.

-Tu ne les oublieras jamais ma puce. Ils sont toujours en toi, ils vivent en toi. Tu as hérité d'un trait d'eux tous. Le physique, le caractère…tu es un mélange de toute ta famille réunie, tout comme ton frère. Ils ne vous ont jamais quitté, crois-moi.

- Je ne sais pas ce que je serais devenu sans lui ... et toute votre famille.

Melley sourit doucement, croisant son regard alors qu'elle essuyait ses larmes. Vaë avait eu beaucoup de chance en tombant sur Liam. Elle aurait pu rencontrer bien pire, comme par exemple Eziel. Et à l'époque, elle n'aurait pas su qu'il lui voulait du mal et ça aurait été encore plus l'enfer pour elle…mais maintenant, elle faisait partie de la famille et ce, à part entière. Elle comme Ephraïm, parce que celui-ci ne quitterait plus la ville et Melley savait qu'il resterait avec Elayne, l'épouserait un jour…

Elle déposa un baiser sur le front de sa belle-fille qui se relevait après cette terrible épreuve, et l'entraîna dans la maison, l'air se rafraîchissant avec le soir venant. Elels préparèrent à manger et le dégustèrent dans les canapés du salon, chose qu'elles ne faisaient que très rarement. Ensuite, elles reprirent leurs discussions, et Melley se revoyait avec sa propre fille, il y a quelques années. Ah la fameuse conversation du "papa et toi vous le faites encore ?" était toujours dans sa mémoire, c'avait été vraiment magistral…la tête de sa fille en apprenant que oui, sa mère et son père se montrait toujours leur amour de façon charnelle !

Vaë finit par s'endormir dans le canapé, et Melley réfléchissait déjà à un moyen de la porter à l'étage lorsqu'Heïan arriva. Il hésita en voyant Vaë, mais sa femme le rassura, elle dormait profondément. Ce fût lui qui la porta en haut, faisant attention à ne pas la réveiller, et Melley la borda, mettant les couvertures convenablement, laissant Farkhas se coucher aux côtés de sa maîtresse avant de redescendre avec Heïan. Elle lui donna comme tous les soirs les nouvelles, et lui fît de même à l'inverse. Liam s'inquiétait de plus en plus et voulait venir voir Vaë. Il voulait la voir de ses propres yeux…mais ne pouvait pas au risque qu'elle fasse une rechute maintenant qu'elle se relevait doucement. Il se demandait apparemment si Vaë serait là pour l'anniversaire d'Arya, d'ici quelques semaines, pour ses un an. Parce qu'il ne saurait pas quoi répondre à la petite…enfin il avait déjà acheté son cadeau apparemment, le tenant bien caché. Melley rassura donc son mari en affirmant que Vaë remontait la pente doucement mais sûrement. Elle ne lui parla pas de la grossesse qu'elles avaient stoppée et lui ne posa pas de questions. Vaë le dirait déjà d'elle-même.

Au lendemain, tout fût pareil. Ménage, cuisine, discussions…tout pour éviter de laisser les pensées redescendre vers cette affreuse nuit. Et au soir, Vaë courut dans la salle de bains, s'y enfermant. Melley paniqua, se demandant ce qu'il y avait et alla toquer en vérifiant qu'elle allait bien, et la réponse fût :

-Il y a du sang partout ... désolé! Je vais tout nettoyer après ...

Melley sourit, la laissant se débrouiller seule. Si elle avait besoin d'aide, elle savait que sa belle-mère était là. La potion fonctionnait donc, et bientôt, Eziel et ses descendants seraient réellement plus qu'un mauvais souvenir…

Du côté de Liam, les journées passaient trop lentement. Il allait travailler certes, mais pas avec le même engouement qu'auparavant. Et ses collègues le voyaient, lui disaient de rester à la maison mais il ne voulait pas. Sinon ce serait pire. Les enfants réclamaient leur mère…et ce de plus en plus. Parfois cela se terminait en crise, en larmes, chacun d'eux voulant son câlin et son bisou de maman. Mais Liam leur disait que maman reviendrait, qu'elle ne voulait pas les contaminer…ils ne croyaient plus l'excuse de la maladie. Si jeunes et si intelligents déjà…Même pas un an en fait et Arya réfléchissait comme une tarée. Un soir, Liam était assis sur le canapé avec la petite sur les genoux, Keilan avec Elayne, et il dit :

-Qui a bientôt anniversaire ma puce ?

Arya le regarda et se montra en disant :

-Moi !

-Oui ! Et quel âge tu vas avoir ?

-Euh…

Elle bougea les doigts, cherchant à lui montrer sur la main. Alors il lui en prit une et baissa tous les doigts sauf le pouce.

-Un an.

-Oui, un an ! Je suis grande hein papa ?

-Oui ! Très !

-Plus grande que Kei…Keilan ?

Elle butait toujours sur le prénom de son frère, sans doute trop compliqué pour son âge.

-Oui plus grande que ton frère. Tu es la grande sœur ma puce. C'est à toi de veiller sur lui.

Lui aussi était le cadet et pourtant il surveillait et protégeait sa grande sœur…

Mais le reste du temps, il pensait à Vaë. Elle lui manquait tellement…et malgré les nouvelles rassurantes de son père, ses encouragements à ne pas baisser les bras, la présence des petits, de sa sœur et du nordique, Liam ne pouvait s'empêcher de ce sentir complètement inutile et impuissant. Jamais il ne remercierait assez sa mère…et son père bien sûr…ils faisaient tant pour eux…

La veille de l'anniversaire, tout était prêt. Arya avait pu commander son gâteau au chocolat auprès des domestiques, gentiment, et elle avait aidé à tout décorer dans le salon, pleurant une fois lorsqu'un ballon éclata et la fît sursauter, tout comme son frère, qui se joignit à elle pour un concert de pleurs et de cris.

Liam était allé au lit, mais les petits étaient chez Elayne et Ephraïm. Ils en avaient envie et cela ne dérangeait pas le couple. Son père aussi était au lit, se couchant après avoir donné les nouvelles à son fils.
Comme chaque soir, Liam mettait du temps à s'endormir. Il ne se tournait pas vers cette place vide et froide, préférant regarder par la vitre. La lune donnait des reflets blancs à la fenêtre et aux feuilles, lui rappelant les cheveux de sa rose et sa peau de porcelaine…

Il ne se doutait pas de la surprise qui arrivait…

Melley accompagna sa belle-fille jusque devant la porte, la laissant ensuite seule pour retrouver son époux qui dormait. Elle se glissa dans le lit, le collant et le réveillant de moitié par la même occasion. Il mit quelques secondes à réaliser qui était là et elle l'embrassa pour lui dire :

-Vaë est chez Liam…

Puis elle se blottit contre lui, sentant ses bras l'entourer, et retrouvant enfin ce cœur qui avait tant manqué à ses tympans…

Liam n'entendit pas la porte s'ouvrir, pas plus qu'il n'entendit les pas. Il sursauta à peine lorsque le matelas bougea, ce disant que c'était Arya qui venait râler parce qu'Ephraïm prenait trop de place et l'étouffait. Il voulut donc ce tourner, mais il sentit des bras lui enserrer la taille et une poitrine ce coller à son dos. L'odeur qui s'infiltra alors dans ses narines réveilla son cœur et il crut rêver. Il posa alors la main sur celle, gelée, de Vaë, lui transférant un peu de chaleur, ne parvenant pas à croire qu'elle était là, bien en chaire, bien en vie, et non une hallucination de sa part.

- Je suis désolée ... d’avoir été si longue ...

Quel son mélodieux à ses oreilles ! Il bougea, et elle se décolla juste pour qu'il puisse se tourner vers elle. Il la regarda malgré la pénombre, voyant ses traits dans sa tête. La dernière fois qu'il l'avait vue, elle était en souffrance, mais là, elle semblait calme et détendue. Une main se leva, se posant sur sa joue avec hésitation, et elle fît le contour de sa mâchoire lentement, ne le quittant pas du regard. Liam était aux anges…il la retrouvait…elle était là, à ses côtés, elle avait réussit à se redresser pour pouvoir l'approcher…Alors, doucement, il mit une main sur sa tête, caressant ses cheveux qui s'étaient raccourcis à cause de ce salaud, et ferma les yeux pour juste profiter de ce contact si doux et qui lui avait tant manqué.

-Ne dis rien à Arya. Je veux lui faire la surprise. Rendors-toi ... je reste.

Elle ne l'avait pas réveillé, elle n'avait pas à avoir peur…Elle prit alors son visage entre ses fines mains et le colla contre elle. Il se serra de lui-même, enfouissant sa tête dans le cou de sa rose, profitant de ses caresses sur ses cheveux. Tant est si bien qu'il s'endormit, manquant le doux "je t'aime, eil farkhas…"

Le lendemain, Liam se réveilla bien avant elle. Il se souvenait de cette visite dans la nuit, et ce demandait s'il n'avait pas rêvé. S'il n'avait pas vu un ange en fait…Mais lorsqu'il ouvrit les yeux sur la poitrine de Vaë, il sut que c'était bel et bien la réalité. Elle dormait là, paisiblement, sans avoir peur d'être si proche d'un homme. Il remarqua qu'elle n'avait pas encore remis les bijoux, et espéra qu'elle ne les ait pas jetés sur un coup de colère ou de douleur…

C'est là qu'il entendit la porte s'ouvrir et il referma les yeux, faisant semblant. Les petits venaient toujours le réveiller comme ça lorsqu'ils dormaient avec quelqu'un d'autre…

Ils avancèrent et ils s'arrêtèrent au pied du lit. Ensemble, ils avaient élaboré une bonne technique pour grimper seuls. Arya se mettait à quatre pattes au sol et se baissait suffisamment pour permettre à son frère de lui grimper dessus et ensuite de grimper sur le lit. Une fois fait, la petite se hissait à son tour, tant bien que mal. Il les sentit atterrir sur le matelas et s'approcher, mais au lieu de lui sauter dessus, ils se stoppèrent net. Mais qui était donc la seconde personne couchée avec papa ?

Ils mirent du temps à reconnaître leur mère, puisqu'avant elle avait les cheveux longs déjà, et une fois fait le cri fusa, à l'unisson :

-MAMANNNNNN !!!!!! (cette couleur pour dire que ce sont les deux en même temps XD)

Et ils se jetèrent sur elle, alors qu'elle se réveillait tout juste. Ce fût l'effusion de câlins, de bisous, de "je t'aime maman" et de joyeux anniversaire de Vaë à Arya. Celle-ci vint la première dire bonjour à son père, qui la serra contre lui en disant :

-Joyeux anniversaire ma grande…

-Maman est là, maman est là tu as vu tu as vu ? Hein dis tu as vu ?

-Oui j'ai vu !

Puis elle retourna chez Vaë et ce fût Keilan qui vint lui dire bonjour. Liam était si heureux de la revoir là, souriante…et les petits étaient si contents de la revoir aussi…leur mère leur avait manqué…

-J'ai toujours eu confiance en toi Vaë…je savais que tu y arriverais…je t'aime…

Il la regarda en parlant, mais ne fît pas ce qu'il voulait faire d'autre. La serrer contre lui et l'embrasser. Parce qu'il n'osait pas. La dernière fois qu'il l'avait fait, près de trois semaines auparavant, elle l'avait repoussée et c'était tendu comme un piquet. Et maintenant qu'elle reprenait du poil de la bête, il ne voulait pas la brusquer, ne voulait pas l'effrayer encore plus. Ou pire, la faire rechuter.

Ils se levèrent tous ensemble et ils changèrent les petits, Liam s'habillant en même temps puis ils laissèrent l'intimité à Vaë. Elle ne voulait sans doute pas montrer son corps à un homme pour l'heure…Même si l'homme en question était son mari.

Ensuite, ils descendirent tous et ce fût une nouvelle fois l'explosion de bonjour et de retrouvailles en voyant Vaë. Elayne fondit même en larmes, lui sautant dans les bras. Ephraïm approcha aussi précautionneusement sa sœur, vérifiant qu'elle n'avait rien. Liam, entre ses parents, les regarda et les remercia du regard. Il eut droit à un câlin de chacun d'eux.

Les cadeaux étaient posés sur la table, et Arya trépignait d'impatience. Mais elle devrait attendre le midi, après le repas, avec le gâteau. Celui de Liam était en plein milieu, une énorme peluche de loup, pour qu'elle ait toujours Farkhas avec elle et puisse le serrer contre elle aussi fort qu'elle le voulait sans avoir peur qu'il ne la morde. Il n'avait pas eu d'autres idées malheureusement et était sûr que Vaë aurait su. Mais Arya le prenait peut-être pour un cadeau, le retour de sa mère. Peut-être qu'elle croyait que Liam avait fait exprès de mentir pour leur cacher ce fait. Alors que même lui avait eu cette formidable surprise…

Oui, c'était une journée qui s'annonçait merveilleusement bien. Week-end donc pas de travail en perspective, retour de Vaë, anniversaire de sa fille…rien, absolument rien ne pourrait la gâcher, même s'il ne pouvait pas serrer sa femme contre lui ou l'embrassait. Pas tant qu'elle ne le ferait pas d'elle-même en tout cas. Lui qui avait pris en horreur les week-ends depuis que sa femme s'était enfermée, parce que justement il se morfondait deux jours durant, maintenant ils reprenaient les couleurs de la vie.

En fait l'arc-en-ciel de son âme et de son cœur brillaient à nouveau depuis la nuit passée. Depuis que Vaë c'était glissée tout contre lui. Ils battaient à nouveau, à l'unisson, le laissant avec un sourire continu sur les lèvres…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 17 Jan 2013 - 2:55

Révélations

Liam avait cessé tout mouvement et sa respiration était d’un coup plus lente et silencieuse; il s’était endormi. Sans se détacher, la jeune femme rouvrit les yeux et les posa sur cette tonne de cheveux noirs que la lune éclairait faiblement. Délicatement, ses doigts quittèrent la tête du jeune homme pour se glisser sur sa nuque alors que son corps se réchauffait grâce à la chaleur que Liam dégageait naturellement. Ça tombait bien, car elle gelait même si ça ne changeait pas d’à l’habitude, mais bon. À ce stade ça devenait un simple détail bien insignifiant. Une heure plus tard, une fois la nuit bien avancée, Vaënadiel réussit à trouver le sommeil ayant réussi à calmer son coeur qui s’affolait à la présence de son époux.

Le lendemain, le soleil brillait dans le ciel et amorçait son ascension; la journée serait belle, mais fraiche. La porte de la chambre s’ouvrit alors et se referma d’elle seule, lentement sans se verrouiller. Les petits monstres matinaux s’étaient faufilés jusqu’au lit et grimpaient sur le matelas tout en tirant les couvertures. La jeune nordique fronçait légèrement les sourcils à cause du mouvement, se collant davantage à son époux pour trouver sa chaleur. Ses paupières n’eurent cependant pas d’autre choix que de s’ouvrirent tranquillement, car Keilan avait posé ses mains sur son bras et s’était légèrement penché pour voir qui était la personne collée à son papa. Même chose pour Arya qui touchait ses cheveux qu’elle connaissait beaucoup plus longs. Leur regard se posa sur leur père en premier puis de nouveau sur leur mère qui se tourna sur le dos en baissant les yeux dans leur direction. La surprise qu’elle eut lorsqu’ils hurlèrent de concert :

‘‘ MAMANNNNNN !!!!!! ‘‘

Elle n’eut même pas le temps de s’assoir qu’ils se jetaient déjà sur elle enroulant doublement son cou de leurs petits bras en lui faisait des bisous sur les joues, sur le front. Keilan frotta même son nez contre celui de sa mère, comme ils avaient l’habitude de faire et Vaë en eut les larmes aux yeux. Les prenant tous les deux contre elle, la jeune femme les serra fortement et embrassa leur front doucement, tremblante. Elle avait eu si peur de les rejeter, même si elle avait fait un bon bout de chemin au niveau de son estime d’elle et de sa confiance envers les autres. Ses mauvaises expériences resteraient gravées à jamais dans sa mémoire, mais elles l’avaient rendue d’autant plus forte. Sa naïveté serait certainement elle aussi de l’histoire ancienne avec ce qu’elle avait vécu, surtout vis-à-vis des étrangers. Les petits la regardèrent en lui disant qu’ils l’aimaient et elle leur répondit à son tour, caressant leur tête de ses mains.

‘‘ Je vous aime aussi, mes anges. Maman s’ennuyait de vous ... ‘‘ Murmura t-elle, collant son front contre le leur en souriant tristement, mais sincèrement. ‘‘ Joyeux anniversaire ma belle. ‘‘

La petite Arya rougit de timidité et alla chercher un câlin de son père, laissa son petit frère dans les bras de sa mère qui le berçait, car le pauvre sanglotait contre elle, ses mains solidement agrippées à son chemisier. La druidesse fredonna doucement à son oreille, essuyant délicatement chacune de ses larmes puis leva les yeux vers Liam qui ne délaissait aucunement son beau sourire depuis son réveil.

‘‘ Joyeux anniversaire ma grande… ‘‘ Dit-il à son tour.

‘‘ Maman est là, maman est là, tu as vu tu as vu ? Hein dis tu as vu ? ‘‘ Demanda Arya, porta son regard vers sa mère à plusieurs reprises, un large sourire aux lèvres.

‘‘ Oui j’ai vu ! ‘‘

Arya souriait d’autant plus et quitta les bras de sa mère qui venait tout juste de libérer Keilan qui avait retrouvé le sourire après son petit élan de tristesse. Vaënadiel serra alors sa fille contre elle, collant sa tête contre la sienne tout en fermant les yeux. Ses doigts se faufilèrent dans la chevelure noire de la fillette et lui murmura à l’oreille :

‘‘ Maman n’a pas eu le temps d’aller chercher ton cadeau ... nous irons avec papa demain. D’accord ? ‘‘

La concernée se détacha de sa mère et hocha positivement la tête, lui donnant un bisou sur le nez tout en jouant avec une mèche de ses cheveux comme elle aimait tant faire, même s’ils avaient considérablement raccourcis pour une raison qu’elle ignorait. Vaë tourna alors les yeux vers Liam, plantant son regard dans le sien pour la première fois depuis qu’il l’avait retrouvé à Madorass. Ils brillaient comme le soleil et voyaient cet énorme soulagement de là savoir enfin là, à ses côtés. Il dit alors, de sa voix mielleuse et qu’elle aimait tant :

‘‘ J’ai toujours eu confiance en toi Vaë…je savais que tu y arriverais…je t’aime… ‘‘

‘‘ Maman et papa bisou ? ‘‘ Demanda innocemment Keilan, blotti contre son père.

Le petit se mit à rougir lorsque les yeux de ses parents se posèrent sur lui et il cacha son visage contre le torse de son père, faisant ricaner sa mère pour la première fois depuis quelques semaines. Arya alla le serrer dans ses bras, Liam l’entourant à son tour pour ne pas qu’elle tombe. Les adultes ne se lâchèrent pas des yeux ensuite et la jeune femme porta une main à la joue de son époux; bientôt le bisou ... bientôt. Il fallait d’abord que son coeur et son esprit se réhabituent à sa présence, car si elle allait trop rapidement dans son processus, elle risquait de déraper et de paniquer.

‘‘ Moi aussi, Liam ‘‘ Commença t’elle. ‘‘ Ainsi que mes petites terreurs ici présentes. ‘‘

Les petits ne purent s’empêcher de crier de joie puis ils se tirèrent tous hors du lit en vue d’aller changer les enfants ainsi que de les laver dans la baignoire où se trouvait un fond d’eau. Liam en profita pour s’habiller et ils la laissèrent seule dans la salle de bain avec des vêtements propres appartenant à Melley, car plus aucun de ses effets personnels ne se trouvait à la villa des Kreiss. Pendant qu’elle se retrouvait seule avec ses pensées, ses yeux aqua fixaient longuement l’entaille qui se trouvait sur son bas ventre. Comment allait-elle annoncer la nouvelle à son époux en ce qui concernait la grossesse qu’elle avait eue et qui avait été stoppée? Sa crainte était qu’il le prenne mal et perde le sourire qui illuminait son visage en ce moment. Elle avait aussi peur que sa folie le consume involontairement. Ce soir, lorsque les petits seraient couchés dans leur chambre à la maison et dormiraient. Un long et profond soupir s’échappa alors de sa bouche et elle se regarda dans la glace avant de terminer sa toilette et de se vêtir. Vaë ne tarda donc pas à rejoindre sa petite famille, Keilan tendant les bras vers elle qui le souleva pour le caler contre elle.

‘‘ Soit tu es plus lourd, soit c’est moi qui ai perdu en force ! ‘‘

‘‘ Je suis fow ! Comme papa ! ‘‘

Vaënadiel ne put s’empêcher de sourire et tourna les yeux vers Liam qui haussa les surpris, lui assurant que ce n’était pas lui qui lui avait mis ça en tête. Elle le savait, qui était la fautive, et d’ailleurs, celle-ci voulut grimper sur les épaules de son père. Ils descendirent alors en bas et ce ne fut pas sans crainte de la part de la nordique. Revoir tout le monde, excepté Melley, lui faisait tout de même peur. Les regards, les mots de compassion ... la pitié. Mais ce ne fut pas le cas. Les parents de Liam s’étaient levés et les avaient salués alors qu’Elayne se jeta sur Vaë qui avait laissé Keilan rejoindre son grand-père. La brunette serait sa soeur par substitution dans ses bras, sanglottant, et Ephraïm s’approcha doucement derrière en lui souriant. La jeune mère ne put s’empêcher de pleurer à son tour, rongée par l’émotion de ces retrouvailles et tous ces sourires. Dès qu’Elayne se détacha d’elle après lui avoir pris le visage entre ses mains, elle la laissa avancer lentement vers son frère. Vaë le regarda un long moment, tremblant légèrement, mais vu les larmes se former dans les yeux du grand homme.

‘‘ Eph ... ne pleure pas s’il te plait! J’ai déjà de la difficulté à me retenir ! ‘‘

‘‘ Tu m’as tant manqué, p’tite soeur ! ‘‘

Malgré sa peur, elle se jeta dans les bras de son frère en laissant aller ses armes et se cramponna à son cou alors qu’il la serrait fortement, la soulevant même de terre. Elayne vint les enlacer à son tour et ils sanglotèrent collectivement alors que les nordiques se parlaient dans leur langue natale. Enfin, surtout Ephraïm à sa soeur qui acquiesçait doucement, souriant tant bien que mal. Plus loin de quelques pas, Heïan entourait les épaules de son fils d’un bras, le serrant contre lui alors qu’ils regardaient ce moment poignant. Le chanceux eut droit à un calin de ses parents. Derrière, Arya s’impatientait en voyant ses cadeaux, mais la pauvre devait patienter, car le repas du midi n’était pas encore arrivé. D’abord, Vaënadiel devait faire cesser ses larmes de couleur malgré le sourire qui était affiché sur ses lèvres, tout comme Elayne qui était dans le même état qu’elle. Les deux jeunes femmes se regardaient et ça repartait, Eph’ riant derrière elle. Alors en attendant, les domestiques leur apportèrent une tasse de thé et des grignotines le temps que tout soit préparé. Ils parlèrent un moment et lorsque les cloches de midi sonnèrent, on s’installa à table pour le repas, Arya déjà surexcitée. Elle mangea rapidement, demandant aux cinq minutes quand elle pourrait avoir ses cadeaux et Liam devait sans cesse lui dire d’attendre. Alors, elle regardait sa mère et faisait de même.

‘‘ Il faudra attendre, comme ton père vient de dire Arya. ‘‘

‘‘ Mais euuuuuh ! ‘‘ Dit-elle en faisant la moue.

‘‘ Pas de mais. Mange tes légumes, sinon tu resteras petite. ‘‘

Ne voulant absolument pas rester petite, Arya s’empressa de vider son assiette et dut attendre que tout le monde ait terminé. Liam fut le premier à se lever et fit signe de tête à sa femme pour qu’elle le suive dans la cuisine où se trouvait le gâteau d’anniversaire de leur petite. Une seule chandelle se trouvait sur celui-ci et ce fut la mère qui eut le loisir de le porter jusqu’à la table, chantant le classique des anniversaires.

‘‘ Tu dois faire un voeu et ensuite souffler la bougie, mon coeur. ‘‘

Arya ferma les yeux, son nez se retroussant légèrement à cause de sa grimace, puis elle les rouvrit et soufflant la flamme qui s’éteignit en tapant dans ses mains. Elle avait réussi! Liam s’occupa ensuite de couper les parts et on mangea le gâteau avant d’offrir les cadeaux qui étaient soi-disant magnifiques. Elayne et Ephraïm avaient donné le leur en premier et Vaë fut surprise, mais aussi émue en voyant ce qu’ils lui avaient offert. Il s’agissait d’un pendentif, presque identique au sien, mais plus pétrit. La seule différence était la couleur et la forme du flocon.

‘‘ Ta maman sera toujours près de toi de cette façon. ‘‘

‘‘ Mais ... il est où ton collier maman ? ‘‘

La druidesse se raidit et réalisa qu’il se trouvait toujours dans la poche de son pantalon alors sans prévenir, la jeune mère se précipita à l’étage et alla chercher ses bijoux. Revenant les rejoindre, Vaë posa le pendentif dans les mains de son amoureux et mit elle-même son alliance autour de son annulaire gauche puis leva sa crinière blanche pour que Liam lui remette le bijou autour du cou. Ses joues rougissaient légèrement et Keilan ne manqua pas de le lui faire savoir, la faisant rougir davantage. Une fois fait, Arya vint se réfugier dans les bras de la nordique qui lui embrassa le front et ce fut ensuite le tour des autres. Le reste de l’après-midi, les enfants s’amusèrent dans le salon avec la nouvelle peluche de la fêtée et Farkhas lui donnait des coups de museau, aboyait légèrement et s’enfuyant ensuite autour du canapé, croyant que le faux loup lui courrait après. Le pauvre allait être bien déçu.

Alors que la famille se retrouvait dans le jardin arrière, Ephraïm en profita pour devancer Elayne et la forcer à s’arrêter, porta un genou au sol. Aussitôt elle mit ses mains devant sa bouche et se mit à trembler alors que son amoureux lui montrait une bague de fiançailles.

‘‘ OUI ! ‘‘ Hurla t’elle.

Le nordique en perdit son sourire tellement il était surpris et se mit à rire sans pour autant bouger se cette position.

‘‘ Tu ne m’as même pas laissé le temps de parler ! ‘‘ Rétorqua aussitôt Eph’.

‘‘ On s’en fiche ! Allez ! Autour du doigt ! ‘‘

L’homme s’exécuta aussitôt et dès qu’il fut debout, Elayne lui sauta au cou et le bombarda de baisers. Vaënadiel était si heureuse pour eux qu’elle avait porté ses mains sur ses joues. Mais elle ne put s’empêcher de lâcher ce commentaire:

‘‘ C’est si mignioooooooooon ! ‘‘

Et voilà ! Elle rougissait et baissa la tête dès qu’elle sentit tous les regards se poser sur elle. Sauf qu’elle hésitait à faire cette chose qu’elle voulait tant faire; trouver refuge dans les bras de Liam. Ces bras qui la rassuraient toujours peu importe la situation. Son coeur battait la chamade juste à cette pensée, mais ses pieds s’avançaient d’eux même vers le jeune homme. Vaë s’était arrêté à quelques centimètres de lui puis brusquement, se colla contre son torse, son visage enfouit contre celui-ci alors que ses mains se cramponnaient à sa chemise. Le rouge était de plus en plus présent sur son visage, comme si c’était la première fois qu’elle approchait cet homme alors que c’était loin d’être le cas. Pourtant, ça y ressemblait quasiment. Ses mains tremblotaient et ses jambes étaient soudainement bien molles sous son poids plume.

‘‘ Allons ! Pourquoi tu fais ta timide, soeurette ? ‘‘

Ephraïm vint se plaquer contre elle, la prenant en sandwich en prenant Liam par la même occasion et la nordique se mit à rire, relevant les yeux pour croiser le regard de Liam, puis de son frère qui déposa un baiser sur son front. Elle se retourna vers lui et l’enlaça.

‘‘ Arshiëlah (Félicitation) ‘‘

‘‘ Ishkah (Merci) ‘‘

Ils se sourirent tous les deux puis Eph’ les laissa brusquement pour soulever sa dulcinée de terre et s’élancer vers la fontaine alors qu’elle hurlait au meurtre. Restant près de son homme, Vaënadiel reprit la même position qu’elle avait la sandwich, mais entoura la taille de son époux de ses bras, accotant son front contre son torse. Elle sentit ses bras autour de sa taille, mais son corps se raidit inconsciemment pendant une fraction de seconde. C’était Liam ... il ne lui ferait rien et elle le savait. Aussi se parla t’-elle intérieurement, réussissant à se détendre bien rapidement, se collant davantage à lui. Heïan et Melley, les avaient donc laissés seul et était allé près de la fontaine avec les petits.

‘‘ Est-ce que tu voudrais ... revenir à la maison avec moi ce soir ? ‘‘ Demanda t’elle timidiment, levant finalement les yeux vers lui. ‘‘ Le ... miroir de la coiffeuse est en miette, alors ne soit pas surpris. ‘‘

Elle avait l’air bien bête maintenant tien, mais il accepta et lui souria tendrement. Heureuse, Vaë lui rendit son sourire et ils allèrent rejoindre le reste de la famille, les invitant à manger à la maison par la même occasion. Ils en profitèrent donc pour ramasser les effets des petits comme ceux de Liam et amorcèrent le transfert de maison. Les terreurs ne tardèrent pas à courir dans la maison sous la supervision de leur grand-père et de leurs compagnons à fourrure; Farkhas et Meeko (j’oublie toujours le raton U.U). Vaë et Melley s’occupèrent de préparer le repas, chassant les hommes dès qu’ils venaient proposer leur aide. Elle n’en voulait pas de leur aide ! C’était si compliqué à comprendre ? Le repas fut servi et la nordique s’installa la dernière, commençant à s’empiffrer sous le regard ébahi de son frère qui se mit à rire. Ça faisait du bien de la revoir parmi eux avec ses joues rondes remplies de nourriture. Tant bien que mal, la jeune mère souria et continua. Après le repas, Heïan et Ephraïm se charrièrent et lançaient des blagues idiotes à tout bout de champ, faisant rire Vaënadiel qui en avait bien besoin. En soirée, tout le monde quitta et les petits furent montés à leur chambre. Ça faisait étrange, car maintenant, Liam et elle se retrouvaient seuls tous les deux et elle ne savait pas trop comment aborder le sujet. Il alla alors se laver, la laissant se changer dans la chambre, mais ... ses yeux aqua se posèrent sur la porte de la pièce et elle écouta l’eau tomber de l’autre côté alors que son coeur tambourinait dans sa poitrine. Rapidement, elle s’y rendit, jeta ses vêtements au sol et se faufila derrière son homme, entourant sa taille de ses bras et se collant contre son dos. Elle tremblait, certes, mais c’était le seul moyen de contrer son hésitation et de franchir le pas à sa manière.

‘‘ Liam ... je ... dois te dire quelque chose. J’ai fait la promesse de t’en parler, mais ... ‘‘

Vaënadiel se tut et ferma les yeux, collant son front contre le dos trempé de son homme, caressant doucement son ventre des mains; elle tremblait de plus en plus. Sa nervosité prenait le dessus, tout comme la peur de sa réaction. Inspirant et expirant profondément, elle se lança alors.

‘‘ J’étais ... enceinte ... ‘‘

Elle le sentit se tendre sous son contact, mais elle plissa le nez, gardant ses yeux fermés.

‘‘ J’ai voulu faire sortir, mais Melley a fait demander une guérisseuse 2 jours après notre retour en ville. Il est ... parti... ‘‘

À chacun de ses mots, son timbre de voix diminuait, et ce, jusqu’à ce que le silence ne s’installe. Seul le bruit de l’eau sur eau le brisait. Maintenant, il ne manquait plus que le verdict final; la réaction de Liam face à cette affreuse nouvelle.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 17 Jan 2013 - 23:28



Liam était au paradis. Réellement. Vaë était là, souriante, et n'avait plus trop peur de lui ou des autres hommes dans la pièce, ou du moins elle ne le montrait pas et luttait. Arya trépignait d'impatience à l'idée d'ouvrir ses cadeaux mais malheureusement, midi n'était pas encore là. Alors pour patienter, ils s'installèrent dans les canapés avec une tasse de thé et de quoi grignoter, laissant aux cuisiniers le temps de tout préparer correctement. Liam n'osait toujours pas serrer sa femme contre lui ou l'embrasser. Tout viendrait en temps voulut et ce serait elle qui déciderait de quand et quoi. Pas lui.

A midi, Arya fût la première à table, de plus en plus nerveuse, et les adultes suivirent avec Keilan et les deux animaux. En mangeant, la petite demandait toutes les cinq minutes si c'était bon, et à chaque fois Liam devait lui dire que non, qu'il fallait qu'elle attende encore un peu. Et, têtue, elle tentait sa chance auprès de sa mère qui répondait :

-Il faudra attendre, comme ton père vient de dire Arya.

Et la petite râlait en faisant la moue (tiens, une copie conforme de grand-père Heïan XD), faisant sourire les parents.

-Pas de mais. Mange tes légumes, sinon tu resteras petite.

Cela avait pour effet de la faire avaler toute son assiette, si bien qu'elle manquait s'étouffer. Et non, Arya ne voulait pas rester petite au contraire. Elle voulait devenir la plus grande de toutes les plus grandes filles sur terre. Ensuite, ayant mangé trop vite, elle dût attendre que les autres aient finis, se tordant les doigts en lorgnant les cadeaux qui la narguaient. Ce fût Liam qui se leva le premier, faisant signe à Vaë de venir avec. Ce serait elle qui amènerait le gâteau. Pour bien marquer son retour parmi eux et sa lutte contre cette affreuse épreuve.

Elle le prit donc des cuisines et revint au salon ou la petite sautait presque sur sa chaise, chantant des chansons classiques. Keilan tentait de suivre avec Melley qui tapait dans ses mains doucement. Sur le gâteau, il n'y avait qu'une seule bougie, et Vaë dit en le posant :

-Tu dois faire un voeu et ensuite souffler la bougie, mon coeur.

Arya s'exécuta, fermant les yeux et son nez se plissant sous la concentration et lorsqu'elle les rouvrit, elle souffla, la bougie s'éteignant sur le coup et faisant applaudir tout le monde. Liam coupa les parts et servit tout le monde, faisant encore patienter sa fille. Lorsqu'enfin elle put déballer, ce fût le cadeau d'Elayne et Ephraïm qui fût dévoilé. Liam se sentit touché par leur cadeau. Il s'agissait d'un pendentif ressemblant beaucoup à ce lui de Vaë, mais en plus petit et avec une forme différente pour le flocon. Elayne lui dit que comme ça, elle aurait toujours sa maman près d'elle, et la petite, justement, voulut comparer et demanda ou étaient les bijoux de sa maman.

Vaë se tendit et d'un coup elle fila en flèche à l'étage, d'où elle redescendit avec les bijoux. Elle donna le collier à Liam et remit son alliance, retirant ses cheveux de sa nuque pour qu'il puisse lui remettre le pendentif. Il tremblait un peu, essayant de ne pas la toucher pour ne pas la brusquer, et son fils remarqua que sa maman avait du rouge aux joues, ne sachant pas ce que c'était. Et pour dissimuler ça, Vaë prit Arya contre elle, lui embrassant le front avant de la laisser ouvrir le reste des paquets.

L'après-midi passa gentiment, Arya et Keilan jouant avec la peluche de loup, Farkhas voulant que ladite peluche lui courre après, mais il attendrait longtemps…

Et lorsqu'ils se dirigèrent dans le jardin pour profiter du soleil et de la chaleur qui allait à nouveau hiberner pour laisser place au froid, Eph' dépassa tout le monde et, devant tout le monde, parents compris, il s'agenouilla devant Elayne avec une boîte contenant une bague. Il n'eut même pas le temps de poser de questions que la jeune femme hurlait un oui tonitruant, le stupéfiant. Liam le plaignit un peu. Le pauvre il avait dû préparer une belle phrase, devait s'être entraîné pour ne pas paraître idiot, et Elayne ne lui laissait même pas le temps de parler ! Mais au final il lui enfila la bague au doigt et elle lui sauta dessus dès qu'il fût sur pieds, l'embrassant partout. Liam se sentit tout drôle en voyant sa sœur ainsi. Elle avait grandit…oui bon d'accord elle était l'aînée mais même !

Ils auraient bientôt droit à un second mariage. Et Liam se demandait si Ephraïm allait conduire sa sœur dans les montagnes pour la cérémonie traditionnelle de la tribu.

Heïan et Melley étaient tout aussi émus, voyant leur second enfant prendre son envol…les laissant seuls…

-C’est si mignioooooooooon !

Le commentaire de Vaë fît hausser plus d'un sourcil. Spontané, naturel, comme Liam les aimait. Vaë était vraiment de retour !

Liam la regarda rougir et baisser la tête, et d'un coup elle se mit à avancer vers lui. Elle se stoppa à quelques millimètres, n'osant pas aller plus loin. Liam ne bougea pas, lui laissant le temps, jusqu'à ce qu'elle se colle contre lui, serrant sa chemise en tremblant.

-Allons ! Pourquoi tu fais ta timide, soeurette ?

Ephraïm était apparut derrière eux et soudain il se colla à sa sœur, ses mains atteignant les hanches de Liam, serrant les deux d'un coup. Un sandwich en quelque sorte et le chevalier eut peur que Vaë ne panique, mais elle n'en fît rien, riant et relevant les yeux pour le regarder et ensuite reporter son attention sur son frère qui lui donna un baiser sur le front. Ils se parlèrent dans leur langue natale mais…Liam avait oublié le peu qu'il avait retenu. A part Farkhas…il ne savait plus grand chose…

Ensuite Eph' les quitta pour taquiner Elayne dans la fontaine.

Vaë ne se détacha pas de lui, au contraire, et elle entoura sa taille de ses bras, sa tête se collant contre lui. Et lui, il savourait juste ce doux contact qui lui avait manqué. Mais pouvait-il la serrer aussi ? Pour le savoir il fallait essayer. Il approcha donc ses bras et encercla Vaë. Automatiquement, il la sentit se tendre et hésita à retirer ses mains, mais elle ne bougea pas et les tremblements diminuèrent petit à petit et elle se colla encore plus à lui. Elle luttait donc farouchement…Tous les autres étaient à la fontaine en train de jouer avec les animaux ou les enfants.

Quelques instants plus tard, elle releva la tête vers lui et le regarda, semblant chercher ses mots pour finalement dire, timidement :

-Est-ce que tu voudrais ... revenir à la maison avec moi ce soir ? Le ... miroir de la coiffeuse est en miette, alors ne soit pas surpris.

Il l'observa, et n'hésita pas, acceptant tout de suite et répondit à son sourire. Il se demandait bien pourquoi le miroir était cassé, mais il devinait que sous le coup de la douleur, elle avait pu le jeter à terre…et si elle voulait qu'il revienne à la maison, c'était qu'elle l'acceptait à nouveau, ou suffisamment pour ne pas le repousser. Il se demandait juste si elle parviendrait comme la nuit précédente à dormir dans le même lit. Parce que la nuit d'avant ils avaient été dans une maison pleine, avec ses parents et leurs frères et sœurs, mais là, ils seraient juste eux et les enfants. Avec les animaux mais même, ce n'était pas pareil…

Retournant alors avec les autres, ils les invitèrent à manger chez eux et décidèrent de ramener les jouets et vêtements de Liam et des enfants à la maison. Là-bas, les monstres en firent voir de toutes les couleurs à leur pauvre grand-père, qui ne manqua pas de se faire charrier par Liam. Mais ce dernier ce retint de le traiter de chochotte. Parce que…sans lui, il ne serait pas là aujourd'hui.

Pour le repas du soir, Vaë et Melley décidèrent de cuisiner, et dès qu'un homme osait poser un millimètre d'orteil dans la cuisine, il se faisait enguirlandé et jeté dans le couloir sans ménagement. Alors ils se résignèrent à attendre ce plat qui sentait si bon…

Lorsqu'enfin ils le dégustèrent, ils purent à nouveau admirer Vaë version hamster, les joues remplies de nourriture et souriant malgré tout. A la fin, Eph' et Heïan lancèrent des blagues idiotes, vraiment idiotes, mais cela faisait rire tout le monde et surtout Vaë. Et c'était le but.

Ensuite, ils raccompagnèrent tout le monde, leur souhaitant la bonne nuit. Liam vit sa mère le soutenir du regard, tout comme son père, lui disant en silence que tout ce passerait bien. Parce que oui, Liam craignait que Vaë n'y parvienne pas et fasse une rechute dont elle ne se relèverait pas. Ils débarrassèrent la table, rangèrent et nettoyèrent puis les petits furent mis au lit. Ils étaient tous deux épuisés par cette folle journée et s'endormir avant même qu'ils aient finis de les border.

Respectant toujours encore son intimité, Liam alla se laver et la laissa se changer seule dans la chambre. Il fît couler de l'eau, priant pour qu'elle soit toujours là lorsqu'il sortirait. Qui sait si elle ne paniquerait pas et retournerait chez Melley…

Aussi sursauta-t-il lorsqu'il sentit des bras l'encercler et une poitrine se coller à son dos. Elle…elle était derrière lui, nue, et l'approchait de la sorte sans peur apparente…à part les tremblements, bien sûr.

-Liam ... je ... dois te dire quelque chose. J’ai fait la promesse de t’en parler, mais ...

Il sentait que c'était grave. Elle avait ce ton trop sérieux, et il sentait sa nervosité s'accroître. Ses mains caressaient son ventre lentement, et il la sentit respirer profondément avant de lui avouer :

-J’étais ... enceinte ...

Dès que la nouvelle le toucha, il se tendit, la chose cognant en lui. La pire de ses craintes s'était donc réalisée…ce salaud l'avait mise enceinte…il ferma les yeux, revoyant la scène du meurtre, se la repassant, comme s'il le tuait une seconde fois. Cette ordure…Liam aurait juste voulut l'avoir entre les mains pour lui arracher ses parties intimes et les lui faire manger. Attends…"étais" ? Cela voulait dire que…

-J’ai voulu faire sortir, mais Melley a fait demander une guérisseuse 2 jours après notre retour en ville. Il est ... parti...

Sa voix était si basse qu'il eut du mal à comprendre la fin. Elle avait voulut…lentement, il se tourna, laissant une distance entre eux pour que son bas ventre ne touche pas ni même ne frôle Vaë. Il baissa les yeux, sa main venant lentement se poser sur cette entaille qui barrait son ventre, signe de ce qu'elle avait voulut se faire. Il tremblait un peu, mais elle ne le repoussa pas.

Elle ne lui avait rien dit non plus. Ne lui avait pas demandé son avis. Mais même, cela n'aurait rien changé, il n'aurait pas voulut qu'elle le garde. C'était méchant à dire, en sachant qu'ils avaient tué un enfant même pas formé et qui n'avait pas demandé à être conçu de la sorte, mais il était soulagé qu'elle l'ait fait. Parce que…

-Tu as bien fait de…le faire partir.

Il la regarda et vit qu'elle était pétrifiée de peur en vue de sa réaction. Sûr il ne souriait plus. Ca lui faisait un choc tout de même et puis…l'image de cette ordure…

-Pour être franc, je n'aurais pas accepté que tu le gardes. Je…n'aurais pas voulut que tu le portes neuf mois durant et souffre pour le mettre au monde alors que nous ne l'aurions pas aimé comme il se doit. Je…je n'aurais pas pu lui donner de l'amour en sachant…ce que son "père" t'as fait…j'aurais pu me montrer violent en revoyant cette ordure à travers lui…et je sais bien qu'il n'avait rien demandé mais…il est mieux là ou il est maintenant…

Il la regarda intensément. Ils avaient tant de choses à se dire à présent…

-Je suis fier de toi, ma rose. Plus que tu ne peux l'imaginer. Et…je suis désolé de t'avoir infligé cette souffrance supplémentaire…je n'aurais pas du te laisser seule cette fois-là…je m'en veux tellement tu sais…de…de te voir là...à Madorass, avec tant de douleur sur ton si beau visage…de te sentir te tendre lorsque je t'aie touchée…

Il leva la main, retirant lentement et en hésitant une mèche de cheveux collée à sa joue. Il ne voulait pas l'effrayer.

-Tu as subit plus qu'il n'est supportable….tu as vécu et vu plus d'horreurs qu'il n'est possible d'encaisser…en si peu de temps...et à chaque fois tu t'es relevée en souriant à la vie. Tu es si courageuse, ma rose…si forte…

Il l'admirait, détaillait chacun de ses traits, chaque zébrure de ses yeux aqua…Ses cheveux qui avaient été coupés de force…mais qui repousseraient.

Il en avait presque les larmes aux yeux. Elle lui avait tant manqué, durant ses interminables semaines, il avait tant tergiversé en se demandant si elle allait bien ou non lorsqu'elle était avec sa mère…il avait fait les cent pas dans sa chambre chez lui en priant, priant comme jamais. Et une nouvelle fois elle remontait la pente…d'autres femmes se seraient laissées abattre. Oui mais d'autres femmes n'auraient peut-être pas été sauvées de l'esclavage ou n'aurait peut-être pas eu de famille comme la sienne, soudée et solidaire…

-Je t'aime Vaënadiel Eira Kreiss. Pour le meilleur et le pire. Dans la richesse et la pauvreté. Dans la santé ou la maladie. Jusqu'à ce que la mort nous sépare. Ne doute jamais de mon amour pour toi. Tu m'as enchaîné à toi et jamais plus je ne pourrais briser cette chaîne. Et je ne veux pas la briser. N'aie pas peur de hausser le ton lorsque c'est justifié, n'aie pas peur de m'annoncer de terribles nouvelles. Jamais. Parce que nous sommes mari et femme et que nous tissons notre vie ensemble…

Il lui sourit un peu. Là, il l'aurait embrassée pour bien prouver ses paroles, mais il se retint. Ne pas la brusquer. Elle semblait émue et il lui tendit le savon pour qu'elle se lave. Il l'aurait fait, mais ce n'était pas parce qu'elle l'enlaçait qu'il pouvait pour autant la toucher à sa guise. Ils se lavèrent, Liam n'arrivant toujours pas à imaginer qu'un enfant c'était trouvé dans le ventre de Vaë et qu'à présent, il était mort…c'était comme un meurtre, mais nécessaire. L'enfant aurait plus que souffert une fois grand, manquant d'amour véritable, ne comprenant pas ou était son père et si on lui disait qu'il avait été le fruit d'un viol, il s'en serait voulut et qui sait qu'elle bêtise il aurait faite…ou sur qu'elle voie il aurait bifurqué…

Il valait mieux qu'il soit mort ainsi. Même si c'était dur et que Liam se voyait soudainement comme un mauvais père. A bien y réfléchir, Arya pouvait être considérée comme le fruit d'un viol. Moins brutal que pour Vaë bien sûr. Parce que Keira l'avait violé en quelques sortes…sans le philtre jamais il n'aurait consentit à tromper sa rose de la sorte…et encore moins avec Keira…il avait eu peur de ne pas réussir à donner de l'amour à Arya. Mais finalement…Vaë l'acceptait aussi. Et heureusement, Arya avait plus de lui que de sa mère niveau physique. Sauf les yeux, mais bon…le caractère elle tenait beaucoup d'Heïan, mais quelque chose lui disait qu'elle serait peut-être peste comme sa mère s'ils ne la contrôlaient pas convenablement. Mais Vaë était une très bonne mère qui lui inculquerait les valeurs de la vie, la droiture, l'honneur, l'honnêteté…

Enfin, sortant de ses pensées, Liam tendit une serviette à Vaë et se sécha en même temps qu'elle. Là encore il l'aurait fait, s'amusant à ébouriffer ses cheveux, mais il n'osait toujours pas s'approcher de lui-même. Elle déciderait.

Ils se couchèrent et cela faisait vraiment étrange. Il sentit bien que Vaë tremblait un peu, et il resta au bord du lit, lui disant :

-Ne te force pas d'accord ? Doucement. Si tu préfères que je dorme dans l'autre chambre, dis-le-moi et n'aie pas peur. Je comprendrais parfaitement.

Il lui montra du regard qu'il était sérieux. Elle ne devait surtout pas se forcer au risque de tout faire chuter et de devoir recommencer en bien plus dur et plus long.

Il attendit donc, qu'elle réponde, qu'elle lui dise s'il devait oui ou non sortir de la pièce…




Dernière édition par Liam Kreiss le Ven 18 Jan 2013 - 11:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 18 Jan 2013 - 3:02

Soulagement

Le moment que Vaënadiel redoutait arrivait. Sous ses bras, elle sentit les mouvements de Liam qui se retournait lentement de manière à lui faire face. Qu’allait-il dire ? Qu’allait-il faire ? Comment le prendrait-il ? Elle avait soudainement affreusement peur qui ne la rejette ou quelque chose du genre même si elle se doutait, au fond d’elle, que rien de tout ça n’arriverait. La petite voix, plus forte qu’auparavant, criait dans son esprit en lui disant que tout se passerait bien. Elle n’avait pas à avoir peur. Bien que le jeune homme s’était tendu, celui-ci gardait son calme et il baissa les yeux vers alors, croisant son regard aqua. Jamais elle n’avait remarqué qu’il avait porté sa main à la fine entaille se trouvant sur la peau pâle de son ventre avant qu’il ne la touche du bout du doigt, l’effleurant à peine. Vaë baissa la tête de manière à observer son geste, en silence, combattant contre ses démons intérieurs pour ne pas reculer et s’éloigner. Déjà que le fait qu’elle soit là avec lui dans la salle de bain et dans son plus simple appareil n’avait été qu’une décision impulsive, mais nécessaire selon elle. C’était le seul moyen de faire la guerre à ses craintes et d’enfin les anéantir. Sur sa peau, la jeune femme sentait les tremblements de Liam qui n’avait toujours rien dit jusque-là, alors son regard azur remontant lentement jusqu’à son visage dénué de tout sourire, l’air sévère. Son coeur se mit à battre soudainement la chamade; l’attente devenait insupportable.

‘‘ Tu as bien fait de…le faire partir. ‘‘

Son regard fauve se noya alors dans le sien et elle vit que la nouvelle l’avait choquée. C’était compréhensible aussi, car elle avait été la première à l’être... au point où elle avait lancé un vase dans le miroir de la coiffeuse, de se frapper et de griffer sa peau. Ah et il ne fallait pas oublier le hurlement de meurtre qu’elle avait lancé le soir de son retour à Beolan avec ses nausées. Pauvre Melley.

‘‘ Pour être franc, je n’aurais pas accepté que tu le gardes. Je…n’aurais pas voulu que tu le portes neuf mois durant et souffre pour le mettre au monde alors que nous ne l’aurions pas aimé comme il se doit. Je…je n’aurais pas pu lui donner de l’amour en sachant…ce que son «père» t’as fait…j’aurais pu me montrer violent en revoyant cette ordure à travers lui…et je sais bien qu’il n’avait rien demandé, mais…il est mieux là ou il est maintenant… ‘‘ Dit-il, ne dérivant aucunement son regard du sien. ‘‘ Je suis fier de toi, ma rose. Plus que tu ne peux l’imaginer. Et…je suis désolé de t’avoir infligé cette souffrance supplémentaire…je n’aurais pas du te laisser seule cette fois-là…je m’en veux tellement tu sais…de…de te voir là...à Madorass, avec tant de douleur sur ton si beau visage…de te sentir te tendre lorsque je t’ai touchée… ‘‘

La gorge de Vaënadiel ce sera, ses tremblements reprirent avec ce flo de mauvais souvenirs qui refaisaient surface dans son esprit. Elle revivait tout en une fraction de seconde, des frissons d’horreur parcourant sa peau, son corps en entier; jamais elle n’oublierait. Mais qu’il lui dise qu’il était fier de ce qu’elle avait accompli depuis son retour lui faisait un bien monstre. Délicatement, il retira une mèche humide de ses cheveux collée à sa joue et la glissa derrière son oreille, continuant en disant:

‘‘ Tu as subit plus qu’il n’est supportable….Tu as vécu et vu plus d’horreurs qu’il n’est possible d’encaisser…en si peu de temps...et à chaque fois tu t’es relevée en souriant à la vie. Tu es si courageuse, ma rose…si forte… ‘‘

‘‘ Liam ... ‘‘

Elle n’arrivait pas à dire quelque chose de sensé, car si elle était si forte, c’était grâce à lui seul. Si son époux n’avait pas été à ses côtés lors des épreuves difficiles qui avaient traversé sa vie, elle ne serait certainement pas en vie aujourd’hui. Jamais elle ne le remercierait jamais assez de l’avoir pris sous son aile lorsqu’il l’avait recueillit dans sa chambre le fameux soir de sa fuite des montagnes. Grâce à lui, elle avait découvert un autre monde, connu des sentiments différents et était heureuse, comme jamais elle ne l’avait été. Elle était elle grâce à lui tout simplement. Jamais Liam ne l’avait jugé, même lorsque Vaë faisait sa goinfre devant sa famille ou disait tout haut ce que certains pensaient tout bas. Si elle souriait à la vie, c’était de sa faute aussi et jamais elle ne lui en voudrait. Ses mains se détachèrent alors de la taille du chevalier et se posèrent doucement sur ses joues en voyant ses yeux devinrent brillants. La druidesse lui souria alors tendrement.

‘‘ Je t’aime Vaënadiel Eira Kreiss. Pour le meilleur et le pire. Dans la richesse et la pauvreté. Dans la santé ou la maladie. Jusqu’à ce que la mort nous sépare. Ne doute jamais de mon amour pour toi. Tu m’as enchaîné à toi et jamais plus je ne pourrais briser cette chaîne. Et je ne veux pas la briser. N’aie pas peur de hausser le ton lorsque c’est justifié, n’aie pas peur de m’annoncer de terribles nouvelles. Jamais. Parce que nous sommes mari et femmes et que nous tissons notre vie ensemble… ‘‘

Enfin, son sourire revenait, celui qu’elle aimait tant regarder. Celui qui chassait toutes ses craintes comme un moustique. Ses paroles l’avaient touché droit au coeur et ne purent qu’être émues par de tels mots. Elle qui craignait que cette nouvelle ait put avoir une répercussion sur leur sentiment, elle l’avait au contraire solidifié davantage et ce n’était pas pour lui déplaire. Ne sachant pas quoi lui répondre, car les mots lui manquaient toujours, Vaënadiel se contenta de garder le silence et de lui sourire sincèrement. C’est alors qu’elle baissa les yeux sur le savon que Liam lui tendit et elle entreprit de se laver toute seule de son côté, l’homme en faisant de même. Une fois leur toilette terminée, les jeunes gens sortirent et Vaë prit la serviette que lui tendait Liam, timide. Bien entendu, elle balbutia un merci puis se sécha, enfilant sa chemise de nuit qui était en fait l’une de celle de son amoureux qu’elle avait volée. Bah ... elle en volait toujours, mais comme ça ne semblait pas lui déranger et comme c’était d’autant plus confortable que les vêtements de nuits féminins, elle ne s’en privait pas. Au diable les trucs trop serrés pour dormir ! Lorsque vint le moment de se mettre au lit, la jeune femme aux cheveux de neige fut soudainement nerveuse et se mit à trembler légèrement une fois assise, les couvertures sur ses jambes. Tête tournée en direction de Liam, elle se demandait pourquoi il ne se couchait pas au lieu resté sur le bord du lit.

‘‘ Ne te force pas d’accord ? Doucement. Si tu préfères que je dorme dans l’autre chambre, dis-le-moi et n’aie pas peur. Je comprendrais parfaitement. ‘‘

Vaënadiel fronça alors les sourcils, prenant un air sévère qui ne lui allait pas du tout et tapota férocement la place à côté d’elle afin qu’il se bouge les fesses et prenant sa place. Liam hésita et sa femme soupira avant de se mettre à genoux, de s’avancer et de lui prendre le bras droit, le tirant vers elle.

‘‘ Cesse de me faire hésiter ! Je n’ai pas envie de prendre l’habitude de dormir seule sinon je n’y arriverai jamais. Je dois me réhabituer à ta présence même si je tremble comme une feuille et que j’ai les jambes molles. ‘‘

Bon ... voilà ... elle rougissait encore de gêne, mais aussi de timidité.

‘‘ C’est comme si c’était la première fois que je dormais avec un homme, alors que c’est tout le contraire. C’est ridicule de rougir comme ça ... ‘‘

La jeune femme soupira de découragement puis fit un sourire en coin à son homme qui était couché sur le côté, lui faisant face. Elle, était resté assis en tailleur, serrant son oreiller contre elle et regardant Liam bêtement, son sourire ne s’effaçant nullement. Elle venait de retomber dans ses vieux souvenirs et plus particulièrement ceux du premier soir où elle avait croisé son regard doré puis admiré ses traits. À ce moment, ils n’étaient que de purs inconnus l’un pour l’autre. Le hasard arrangeait bien les choses non ?

‘‘ Tu te souviens le soir où j’ai dit que tu étais beaucoup plus grand que moi ? La première fois où nous avons fait connaissance.‘‘

Vaënadiel ne tarda pas à voir le questionnement sur le regard de Liam qui attendait qu’elle poursuive, voulant savoir pourquoi elle retombait dans les souvenirs du passé. La jeune femme se surpris à rougir davantage, un large sourire aux lèvres. Ella cacha alors son visage jusqu’au nez derrière l’oreiller, observant toujours le jeune homme qui n’attendait qu’après ses paroles.

‘‘ J’ai pensé tout haut ... je me disais que ... tu étais très beau à ce moment là. ‘‘

Et là elle cacha son visage dans le moelleux de son appui-tête pour se dérober temporairement à la vue de son amoureux. Bien entendu, elle ne put rester ainsi indéfiniment et lorsque ses yeux aqua croisèrent ceux de son amant et époux, la jeune femme eut droit à un magnifique sourire. Vaë figea, le regardant fixement et s’arrêtant plus particulière sur ses lèvres. Elle secoua la tête puis trouva refuge sous les couvertures, recouvrant sa tête des draps pour se rendre invisible. Mais quelle idiote ! Elle agissait réellement comme une gamine et maintenant Liam ricanait. Oh ... oh non ! Vivement, elle tira les couvertures pour tomber nez à nez avec lui et s’empressa de dire :

‘‘ Tu l’es toujours ! Pas que tu l’étais plus avant ... Arh ... Arrête de parler Vaë, tu t’enfonces ... ! ‘‘

Mais lui semblait trouver ça bien rigolo et bien mignon alors qu’elle avait honte de s’emmêler ainsi dans ses pinceaux. En plus d’être rouge comme un vieux fermier chauve qui avait brûlé sous les rayons du soleil d’été, elle ne savait même plus comment dire à son époux qu’il était vraiment beau gosse, qu’il avait une belle gueule et ...

‘‘ Je dis n’importe quoi ‘‘ Murmura t’elle, portant une main sur la joue gauche du jeune homme. ‘‘ Mais tu es bel homme ... même quand tu baves dans ton sommeil. ‘‘

HA ! C’était seulement pour le taquiner, car il ne bavait pas dans son sommeil non. Il ne faisait que tourner et tourner encore plusieurs fois dans la nuit, mais il finissait toujours par revenir contre elle habituellement. Sinon, c’était elle qui se frayait un chemin jusqu’à lui. Mais bref, épargnons ces détails. Doucement, Vaënadiel ricana et caressa du pouce les lèvres de son homme. Elle aurait tant voulu l’embrasser, mais elle ne s’en sentait pas encore prête, du moins, pas ce soir, car elle voulait encore lui parler avant de trouver le sommeil. Tant qu’à être dans les révélations et les états d’âme, autant tout déballer tout de suite et puis, pourquoi remettre à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui ? Ainsi, ils pourraient profiter de leur journée du lendemain pleinement.

‘‘ Liam ... j’ai encore beaucoup de travail à faire, mais je veux que tu saches que si mes membres tremblent, ce n’est pas à cause de toi. Quelques gestes me font penser à de mauvais souvenirs et je lutte comme je peux. Si j’agis impulsivement, c’est parce que si j’hésite, je risque de reculer et de trop réfléchir ... trop réfléchir tue ... ‘‘ Disant ces dernières paroles avec un faible sourire en coin. ‘‘ Et si je fais tout à l’envers, ne sois pas surpris. ‘‘

Du genre faire passer l’étape du baiser après tout le reste ... malgré que ce ne serait pas vraiment étonnant venant d’elle. Déjà qu’elle s’était glissée sous l’eau avec lui avant tout autre chose.

‘‘ Et pour l’enfant, même si je me rends compte qu’agir ainsi n’est pas sain, je n’aurais pu me résoudre à faire comme si de rien n’était. Seulement savoir qu’il n’était pas de toi me mettait dans un état d’hystérie ... je me suis frappé le ventre à plusieurs reprises, j’ai voulu m’ouvrir le ventre pour que cette chose sorte de mes entrailles. Comment aurais-je pu le regarder en face, lui donner le même amour qu’à Keilan et Arya, sachant comment il avait été conçu ? Le voir aurait éveillé tous ces souvenirs qui ne se seraient jamais interrompus... je voulais guérir. Pour toi, Arya et Keilan ... Cet enfant aurait fini par souffrir lorsqu’il aurait eu atteint l’âge de comprendre, or, je ne le souhaite pas même à mon pire ennemi. C’est affreux, mais je pense aussi que c’est mieux ainsi. ‘‘ Dit-elle, marquant une courte pause pour enfin sourire à Liam. ‘‘ Mes vingt prochains enfants seront tous du même père. ‘‘

La jeune femme eut un sourire amusé en voyant la mine déconfite de Liam et elle ne manqua pas de remettre le coup de ses symptômes sur le lit.

‘‘ Quoi ? Tu ne veux pas ? Tu serais un nouveau papa jusqu’à tes 40 ans ! ‘‘

S’approchant légèrement, elle déposa un baiser sur son front puis replaça son oreiller pour s’installer confortablement. D’une main, elle alla chercher celle de Liam et la porta contre elle. Ses paupières se fermèrent lentement, prises d’une soudaine fatigue. Il fallait dire que la journée avait été riche en émotions aussi alors il ne fallait pas s’étonner qu’elle soit aussi épuisée.

‘‘ Bonne nuit, M.Kreiss et faîtes de beaux rêves. Votre femme vous faire dire qu’elle vous aime, mais qu’elle sera temporairement absente jusqu’au lendemain matin .... ‘‘

Elle eut un faible sourire puis finit par s’endormir, ses membres ayant cessé tout tremblement depuis un bon moment déjà.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 18 Jan 2013 - 11:18


Vaë prit soudainement un air sévère, qui lui donnait toujours un visage étrange, et Liam ne comprit pas. Qu’avait-il fait ou dit ? Elle tapota la place à côté de la où elle était assise, mais il hésita, ne sachant pas vraiment ce que cela signifiait.
Elle se mit alors à quatre pattes et s’avança, lui prenant la main droite et tirant vers elle.

-Cesse de me faire hésiter ! Je n’ai pas envie de prendre l’habitude de dormir seule sinon je n’y arriverai jamais. Je dois me réhabituer à ta présence même si je tremble comme une feuille et que j’ai les jambes molles.

Et elle rougit de plus belle, lui donnant un magnifique teint. Elle s’expliqua alors qu’il se couchait sur le côté pour la voir :

-C’est comme si c’était la première fois que je dormais avec un homme, alors que c’est tout le contraire. C’est ridicule de rougir comme ça ...

Elle soupira et lui fît un petit sourire, toujours assise à côté de lui. Ce n’était pas ridicule au contraire…Elle serrait son oreiller et le regardait sans se départir de son sourire, son regard se perdant alors dans le passé pour ensuite déclarer :

-Tu te souviens le soir où j’ai dit que tu étais beaucoup plus grand que moi ? La première fois où nous avons fait connaissance.

Euh…oui il s’en souvenait, mais pourquoi revenait-elle là-dessus maintenant ? Elle se mit à rougir encore, souriante, et se camoufla le visage derrière son oreiller avant de répondre à ses questions silencieuses :

-J’ai pensé tout haut ... je me disais que ... tu étais très beau à ce moment là.

Et elle se cacha entièrement, alors que lui souriait. Il se souvenait qu’elle s’était rattrapée à cette époque. Et maintenant il comprenait ! Mais… « à ce moment là », cela voulait dire qu’il ne l’était plus ? Elle dut le sentir parce qu’elle ressortir de sous les couvertures ou elle avait trouvé refuge, le faisant ricaner, pour dire vivement :

-Tu l’es toujours ! Pas que tu l’étais plus avant ... Arh ... Arrête de parler Vaë, tu t’enfonces ... !

Mais Liam riait doucement, trouvant ça si mignon et surtout si Vaënadielien. Oui oui vous avez bien lu. J’aurais pu dire naturel et spontané à la Vaë mais j’ai préféré dire Vaënadielien, parce que cela résume assez bien ce que Liam pensait. Sa femme était bel et bien de retour.

C’est là qu’une main se porta à sa joue pour la caresser et qu’un murmure s’éleva :

-Je dis n’importe quoi …Mais tu es bel homme ... même quand tu baves dans ton sommeil.

Hein ?! Il bavait ? Mais non ! Il l’aurait su ! Enfin elle riait et il suivait le mouvement, profitant de cette caresse qu’elle lui offrait et qui passa sur ses lèvres. Elle reprit un air sérieux et il redevint attentif, parce qu’il sentait qu’elle avait encore énormément à lui dire :

-Liam ... j’ai encore beaucoup de travail à faire, mais je veux que tu saches que si mes membres tremblent, ce n’est pas à cause de toi. Quelques gestes me font penser à de mauvais souvenirs et je lutte comme je peux. Si j’agis impulsivement, c’est parce que si j’hésite, je risque de reculer et de trop réfléchir ... trop réfléchir tue ... Et si je fais tout à l’envers, ne sois pas surpris.

Elle avait un peu sourit à ses dernières paroles. Il comprenait parfaitement ce qu’elle voulait et respectait son avancée, la laissant faire comme elle le souhaitait et à son rythme. Elle poursuivit alors :

-Et pour l’enfant, même si je me rends compte qu’agir ainsi n’est pas sain, je n’aurais pu me résoudre à faire comme si de rien n’était. Seulement savoir qu’il n’était pas de toi me mettait dans un état d’hystérie ... je me suis frappé le ventre à plusieurs reprises, j’ai voulu m’ouvrir le ventre pour que cette chose sorte de mes entrailles. Comment aurais-je pu le regarder en face, lui donner le même amour qu’à Keilan et Arya, sachant comment il avait été conçu ? Le voir aurait éveillé tous ces souvenirs qui ne se seraient jamais interrompus... je voulais guérir. Pour toi, Arya et Keilan ... Cet enfant aurait fini par souffrir lorsqu’il aurait eu atteint l’âge de comprendre, or, je ne le souhaite pas même à mon pire ennemi. C’est affreux, mais je pense aussi que c’est mieux ainsi. Mes vingt prochains enfants seront tous du même père.

Sur le coup, il écarquilla les yeux. V-v-vingt enfants ?! Elle était sérieuse ?! Il espérait que non tout de même…surtout si à chaque fois elle avait les mêmes symptômes, il mourrait avant d’avoir vu le dixième naître ! Elle rit alors et reprit :

-Quoi ? Tu ne veux pas ? Tu serais un nouveau papa jusqu’à tes 40 ans !

Bon Heïan serait content avec tous les petits-enfants mais bon…la maison n’était pas énorme non plus. Liam s’était dit qu’ils en auraient encore un troisième, lorsque les deux autres seraient plus grands. Il voulait avoir au moins deux enfants dont la mère était Vaë.
Elle s’approcha alors et déposa un doux baiser sur son front. Cela lui fît tant de bien ! Ce n’était pas un baiser sur les lèvres, mais c’était déjà merveilleux. Il souriait en la regardant ce réinstaller confortablement puis serra sa main qu’elle venait de chercher et la mettre tout contre elle.

Fermant les yeux, elle déclara :

-Bonne nuit, M.Kreiss et faîtes de beaux rêves. Votre femme vous faire dire qu’elle vous aime, mais qu’elle sera temporairement absente jusqu’au lendemain matin ....

Il la regarda s’endormir avec ce petit sourire aux lèvres. Elle avait arrêté de trembler et il resta un certain temps à la regarder aussi paisible. Finalement, il s’endormit, la main serrée dans celle de sa femme, à nouveau complet.

Le lendemain, il se leva avant tout le monde. Non il ne travaillait pas, c’était le dernier jour du week-end, mais il voulait faire une surprise. Il descendit en silence après s’être lavé et habillé, et prépara un plateau repas. Un grand plateau pour tout le monde. Aujourd’hui, ils mangeraient sur le lit de papa et maman. Attendant que tout soit fin prêt, il remonta vite pour chercher les terreurs qui jouaient déjà en silence dans leurs lits. Ce fût les bonjours et bisous matinaux et Liam prit Keilan contre lui, prenant la main de sa fille dans la sienne pour les emmener en bas. Chacun porterait un petit quelque chose comme les serviettes ou les cuillères…

Remontant lentement avec eux et le plateau, il entra dans la chambre ou sa femme commençait tout juste à émerger. Le soleil entrait faiblement dans la pièce et il posa le plateau sur le lit, la laissant découvrir. Il avait même mis une rose dessus…pendant qu’elle faisait grimper les petits, il alla ouvrir les rideaux et revint, voulant l’embrasser, s’approchant même, mais se reculant à la dernière seconde, se rappelant qu’elle n’était pas encore passée à cette étape.

-Pardon…bonjour ma rose …

Il se sentit gêné, mais les petits réclamèrent bien vite leur nourriture. Farkhas et Meeko mangeaient au sol, couchés devant le lit. Ce fût agréable, assis sur le lit et mangeant paisiblement leur petit déjeuner…

Ensuite, ils habillèrent leurs monstres et Vaë fît de même, décidant par la suite d’aller faire coucou aux autres. En fait, tout ce qu’ils voulaient faire, c’était profiter de la journée.

Après les salutations, Liam et Ephraïm se retrouvèrent un peu seuls, à part.

-Félicitations encore, pour toi et ma sœur…

Eph’ se mit à rougir.

-Merci…elle ne m’a même pas laissé parler ! J’avais répété, préparé !

-Je m’en doute mais c’est ma sœur ! Et puis elle t’a évité cela…tu aurais pu te rater même en ayant préparé !

-J’avoue oui…je te promets que je prendrais soin d’elle, Liam.

Liam lui sourit et lui claqua le dos gentiment.

-Je n’en doute pas. Moi j’ai échoué avec Vaë…

-Comment ça ? Elle est tout ce qu’il y a de plus heureuse !

-Elle s’est faite violer, Eph’. Et ce ne serait pas arrivé si je ne l’avais pas laissée seule.

Eph’ sourit, lui disant :

-N’aie crainte. Ma sœur est forte et ce grâce à toi. Ne t’en veux pas. Et aide-là à remonter la pente. Tu verras elle y arrivera.

-Je sais, Eph’. Ca je sais…Est-ce que…tu pourrais rester avec elle quand je travaille ? Enfin, ne pas la laisser seule…

-Bien sûr. Elayne sera ravie de passer du temps avec ma sœur et les petits. Compte sur moi.

-Merci…

Ils rirent encore ensemble, papotant de tout et de rien, puis rejoignirent les autres pour manger et passer une douce après-midi en famille. Pour eux, rien ne pourrait plus leur arriver. Ils avaient déjà tout connu. Mais pour Liam, ce n’était pas finit…

Le lendemain, il se leva, s’habilla, dit le bonjour à sa femme et les enfants pour ensuite grignoter sur le pouce et retourner au travail. Omar l’attendait dans son bureau, un air grave sur le visage et un document dans les mains. Liam fronça tout de suite les sourcils.

-Que se passe-t-il Omar ?

Liam pensait à une escarmouche en ville ou un dossier particulièrement corsé, mais pas à ce qu’Omar lui annonça :

-Je dois te renvoyer, Liam.

-Me…me quoi ?

Omar soupira et lui fît signe de s’asseoir, attendant qu’il le soit pour expliquer :

-J’ai eu une lettre du Général. Ce n’est pas lui qui a pris la décision, mais les dirigeants, tout en haut de la sphère. Ils ont appris pour ce que tu as fait à Madorass et ne peuvent pas se permettre de garder un meurtrier banni de la plus puissante ville du Royaume au sein de la Garde de Beolan. Cela entacherait l’image.

Liam était sous le choc. Il…perdait donc son emploi ? Sa rémunération ?

-Omar…j’ai une famille, une maison, je ne peux pas perdre mon emploi.

-Je sais…le Général Darrow a essayé d’intercéder en ta faveur, leur expliquant que tu n’as fait que défendre ta famille, mais ils n’ont rien voulut entendre. La seule chose « positive », c’est que tu n’auras pas de peine à endurer. Mais je dois te virer. Désolé.

Il semblait vraiment sincère et Liam se tordit les mains.

-Mais je fais comment pour nourrir ma femme et mes enfants, pour m’occuper de la maison, sans argent ?

-Ton père t’aidera.

-Je ne veux pas de son argent durement gagné tout au long de sa vie ! Il a déjà trop fait pour moi. Non je ne lui dirais rien. Et toi non plus. S’il te plaît.

Omar le regarda, puis soupira et acquiesça.

-Merci. Bon, donc dans ce cas je vais…partir. Merci encore pour ma formation Omar. Et continue comme ça tu es un bon Capitaine.

-Désolé, Liam. Mais si jamais un miracle se fait tu seras toujours le bienvenu.

-Les hauts dirigeants reviennent rarement sur une décision. Bonne journée.

-A toi aussi…

Liam ressortit, ne parvenant toujours pas à y croire. Il avait un peu d’économie, mais pas assez pour subvenir aux besoins plus de deux mois. Mais il ne dirait rien à ses parents. Sinon ils voudraient lui donner de l’argent et il ne voulait pas faire l’aumône. Il devait se débrouiller seul. Mais…allait-il le dire à Vaë ? Logiquement il devrait, mais elle se remettait à peine de toute cette histoire, il ne voulait pas lui mettre ça en plus. Il ne voulait pas lui mettre ce poids sur les épaules. Donc il ne dirait rien. Et retrouverait un emploi le plus vite possible…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 19 Jan 2013 - 1:51

Retour à la normale ?


    Il faisait drôlement froid ce matin-là et sa main ne se heurtait à rien de dur et chaud. Son nez se plissa et la jeune femme se mit à frissonner, cherchant à s’emmitoufler davantage sous les couvertures alors que ses paupières s’ouvraient tranquillement, mais surement. Liam n’était pas dans le lit et ni même dans la pièce lorsqu’elle s’asseya en se frottant les yeux. C’est là que la porte de la chambre s’ouvrit et que les enfants entrèrent suivit de leur père. Un doux sourire illumina le visage de la mère et elle se redressa sur ses genoux pour s’approcher du bord du lit. À bout de bras, légèrement penché vers l’avant, Vaënadiel fit monter les petits monstres qui apportaient les ustensiles pour le déjeuner qui aurait lieu au lit ce matin-là. Les rideaux furent ouverts et cela eut pour effet de rendre la pièce assez éblouissante merci, mais au moins, il y avait la silhouette de Liam qui coupait un peu la lumière alors qu’il s’approchait du lit. Celui-ci grimpa, le matelas s’enfonçant sous son poids et son visage se fit d’un coup bien près du sien. D’un coup, le coeur de la jeune nordique se mit à battre la chamade, mais elle ne recula que faiblement sous l’effet de surprise. Comprenant, Liam s’éloigna de lui même et semblait gêné. Le pauvre ... Il n’aurait pas à attendre bien longtemps avant d’avoir le droit un son bisou.

    ‘‘ Pardon…bonjour ma rose … ‘‘


    ‘‘ Bonjour mon loup ‘‘ Lui répondit-elle dans un murmure. ‘‘ Merci pour la fleur. ‘‘

    C’était si mignon ce petit geste d’attention de sa part et en plus, la rose était blanche. Son sourire s’élargissait tranquillement alors que ses doigts délicats prenaient ce magnifique spécimen végétal et elle ne put se retenir de déposer un baiser sur la joue de son homme, bien que tremblante vu cette proximité. Les petits, impatients comme à tous les matins, réclamaient leur repas et leurs parents s’en chargèrent, vite fait, bien fait. Les bêtes elles, mangeaient tranquillement près du lit. Meeko en réclamait même davantage et se hissa sur le lit en faisant des beaux yeux à sa maîtresse. Non, mais qu’est-ce qu’il était vorace ! Il avait tout avalé d’un coup. Oh, à moins qu’il n’ait tout caché sous le lit. Bingo ! Farkhas venait tout juste de trouver la cachette du raton-laveur qui s’empressa de lui sauter sur le dos. Cela se termina bien entendu par un drôle de rodéo dans la chambre, sous les rirent d’Arya et de Keilan. Le petit déjeuner terminé, la famille se prépara et sortit sous ce soleil radieux qui réchauffait leur peau. Vaënadiel inspira puis expira profondément, glissant sa main dans celle de son époux puis la dernière fois qu’elle était sortie dans la rue c’était en plein nuit avec Melley. Et en pleine nuit, il n’y a pas autant de citadins dans les rues qu’en matinée. Une fois à la villa des Kreiss, les deux jeunes hommes s’exilèrent du reste de la famille pour parler. En fait, Heïan s’était retrouvé avec les gamins et les femmes étaient ensemble un peu plus loin. D’ailleurs, Elayne était aussi énervé qu’un enfant la journée de son anniversaire. Elle n’avait pas dormi de la nuit tellement elle était en admiration devant sa bague de fiançailles et ce que cela signifiait. Sans arrêt, elle posait des questions à sa mère et sa belle-soeur et se dit que dès le lendemain, il faudrait qu’elle aille voir sa marraine pour qu’elle puisse prendre ses mesures et lui confectionner une belle robe pour le fameux jour.

    En après-midi, ils allèrent marcher dans le quartier, se rendant même jusqu’au lac parce que Vaënadiel insistait et que les enfants souhaitent faire trempette. L’étendu d’eau en vue, seuls Heïan et Ephraïm eurent assez de courage pour filer à toute allure dans le lac, les petits à bout de bras dans les airs et hurlant à pleins poumons. Liam était resté avec sa femme qui avait réussi à coller son dos contre son torse et qui n’avait surtout pas elle peur lorsqu’il eut entouré ses épaules de ses bras. Au contraire, elle adorait quand il l’enlaçait de la sorte. Vaë colla sa tête contre son épaule et posa délicatement ses mains sur ses avant-bras tout en fermant les yeux pour ne profiter que de sa présence. Elle n’écoutait même plus Elayne qui lui posait des questions, mais qui se tut en souriant tout simplement à son frère qui avait enfin recouvré le sourire. En fin de journée, la famille se dirigea vers la villa et décida de profiter de ce coucher de soleil en mangeant de petites casses-croute dans le jardin arrière. Les bêtes à fourrure purent donc se dégourdir les pattes. Il fallait avouer que Meeko ne laissait pas vraiment le choix à Farkhas, car le raton-laveur le pourchassait sans arrêt et sans se fatiguer. C’était à se demander qui était le chien de garde parmi ces deux là. Aucuns vous me direz, car ni l’un ni l’autre n’était un chien ... oui, je sais. Mais Meeko avait l’esprit de chef de meute à coup sûr! Enfin bref, une fois le soleil couché et les enfants épuisés de cette grosse journée, le jeune couple s’en retourna à la maison après leur souhait de bonne nuit. Arya et Keilan passèrent par la case baignoire puis la case vêtement de nuit avant de terminer par celle du lit. Ils s’endormirent en quelques secondes, à la plus grande surprise de leur mère qui prit ensuite la main de son mari pour l’entraîner avec elle vers leur chambre. Liam travaillait le lendemain alors ils ne purent pas profiter d’une belle soirée devant un feu de foyer dans le salon. Alors, ils en firent une courte devant la cheminée de leur chambre une fois leur toilette faite. Ce soir-là, ce fut Vaënadiel qui s’endormit la dernière. Ses yeux aqua regardaient Liam alors que son pouce gauche caressait le dessus de l’une des mains du jeune homme. Elle détaillait chacun de ses traits avec attention, les mémorisant de nouveau afin de les enfermer à tout jamais au fin fond de son esprit. Ses paupières furent lourdes plusieurs heures plus tard, trouvant enfin le sommeil. Au petit matin, la jeune mère se réveilla en même temps que son époux qui lui dit bonjour, les enfants étant venus se faufiler dans leur lit.

    ‘‘ Bonne journée, mon loup. ‘‘

    ‘‘ Bonne journée papa ! ‘‘
    ‘‘ Bonne journée papa ! ‘‘ Répéta Keilan.

    Se faufilant sous les couvertures, les deux terreurs se collèrent à leur mère qui les sera contre elle pour dormir encore quelques petites heures. Cependant, elle ne put faire la grâce machinée au-delà de midi, car son frère et Elayne débarquaient dans la maison en hurlant comme des idiots. Ceux-ci ne manquèrent pas de venir sauter sur le lit, Ephraïm chatouillant sa soeur pour qu’elle se bouge les fesses et aille se préparer; cet après-midi, ils allaient prendre l’air pendant qu’ils faisaient beau et de plus ils allaient rendre visite à Naëlyah, Serra et Berthan qu’ils n’avaient pas vus depuis un bon moment déjà vu les dernières péripéties. D’ailleurs, ceux-ci prenaient du vieux, mais parvenaient toujours à prendre soin les uns des autres. On les invita à prendre une tasse de thé et ils s’échangèrent les dernières nouvelles; les bonnes nouvelles. Une heure plus tard, Heïan débarqua avec Melley puisqu’ils étaient au courant qu’Elayne s’y trouvait et comme Liam ne voulait pas savoir sa douce seule à la maison avec les enfants, s’était évident qu’ils seraient tous ensemble. C’était aussi le meilleur moment pour annoncer la nouvelle à tout le monde ou presque ...

    ‘‘ Nous partons dans deux jours, Melley et moi. Les vieux partent en voyage pour quelque temps histoire de pouvoir fuir le mariage de notre file chérie. ‘‘

    ‘‘ PAPA ! ‘‘

    Heïan ne manqua pas de s’esclaffer et vint serrer Elayne dans ses bras qui faisaient aussi bien la moue que lui. Pas pour rien qu’ils se ressemblaient tous les deux. De toute manière, les dates de mariage n’étaient pas encore à l’horaire et rien ne pressait. Enfin ... d’après Ephraïm. Mais Elayne semblait si impatiente d’un coup et Serra n’aidait en rien son cas, car elle avait déjà affreusement hâte de se mettre au travail. Vaënadiel ne put que sourire et serra la main de son frère dans la sienne pour lui remonter un peu le moral. Il savait tout ce qu’il y avait à faire, l’ayant vu par les préparations de la cérémonie de sa soeur, mais bonne. Ils allaient attendre que les parents reviennent avant de faire quoi que ce soit. En soirée, Vaënadiel retourna à la maison avec les enfants et son frère, Elayne étant resté avec ses parents chez sa marraine. En chemin, la jeune femme à la chevelure de neige leva son regard aqua vers son frère qui semblait pensif.

    ‘‘ Tu comptes l’amener dans les montagnes? ‘‘ Demanda Vaë.

    ‘‘ J’étais justement en train de me poser la question ... Il faudrait que je lui en parle. Peut-être cela l’intéresserait-elle, mais c’est la cérémonie qui me pose problème. ‘‘

    ‘‘ Pourquoi donc ? ‘‘

    ‘‘ Je préfère voir les autres la subir. Quelle question, soeurette ! Un Eira qui échoue dès le premier essai a quelque chose d’humiliant, tu sais ! Et puis, je n’y vais pas si tu n’es pas là ... Avec les enfants, ça risque d’être plutôt compliqué. ‘‘

    ‘‘ Bien vêtu et ça ne devraient pas poser problème. Eldah sera heureuse de nous revoir et de voir les enfants ! J’en parlerai avec Liam en temps et lieu. Pour l’heure, tu vas m’aider à faire le repas et à nourrir ces terreurs qui meurent de faim. ‘‘

    Ephraïm ricana et une fois à la maison, ils laissèrent les enfants s’amuser avec leurs jouets dans le salon, sous la supervision de Farkhas et Meeko. De temps à autre, le nordique quittait sa soeur pour courir autour du canapé avec les gamins sous les bras, et revenait une fois bien essoufflé, terminant de couper des légumes. Une bonne demi-heure plus tard, Liam revint à la maison. Les deux nordiques vinrent l’accueillir et Eph’ leur souhaita une bonne soirée avant de les laisser, tapant amicalement le dos de son ami avant de traverser l’allée. Vaënadiel s’approcha timidement de son homme et se posta devant lui, portant une main sur une de ses joues.

    ‘‘ Tu vas bien ? ‘‘

    Il n’avait pas l’air aussi enjoué et souriant qu’à son habitude, mais d’un signe de tête, il lui assura qu’il n’y avait rien à dire alors la druidesse souria tout simplement. Se levant sur la pointe des pieds, ses joues se mettant aussitôt à rougirent, Vaë déposa un doux baiser sur les lèvres de son époux. C’est alors que les monstres débarquèrent en trombe, Farkhas sur les talons et Meeko en équilibre sur la tête de Keilan qui hurlait de terreur en voyant cette grosse queue touffue cacher son oeil violacé.

    Spoiler:
     



Dernière édition par Vaënadiel Eira le Sam 19 Jan 2013 - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 19 Jan 2013 - 11:07


Errant dans la rue, Liam ne parvenait toujours pas à croire qu'il était sans emploi. Il se disait que c'était une mauvaise blague, qu'Omar allait bientôt lui courir après en riant et lui tapant le dos pour l'entraîner à sa suite reprendre son poste. Alors il se retournait tout le temps, mais rien. C'était donc vrai. Il s'enfonça dans les ruelles, pour être camouflé et pour pouvoir réfléchir correctement.

S'adossant à une baraque abandonnée, il se prit la tête entre les mains. Il fallait qu'il retrouve un emploi et ce le plus vite possible. Pourquoi ? Pour ramener de l'argent pardi ! Il était le chef de famille et c'était à lui de subvenir aux besoins des siens. De sa femme et de ses enfants, sans compter la maison et les animaux. Cependant il ne dirait rien. Avec un peu de chance il trouverait quelque chose dans les jours à venir et personne ne s'en douterait jamais. Vaë remontait à peine la pente après son viol et cette affreuse épreuve, il ne voulait pas qu'elle prenne sa sur les épaules aussi. Surtout que, la connaissant, elle allait vouloir travailler. Et ça, il ne le voulait pas non plus. Pas qu'il croyait qu'elle en était incapable, mais il ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose…et puis les enfants étaient habitués maintenant à voir leur mère tous les jours avec eux. Il ne dirait rien non plus à ses parents, parce qu'il ne voulait pas faire l'aumône et réclamer leur argent. Heïan comme Melley avaient travaillés pratiquement toute leur vie pour avoir suffisamment pour leurs vieux jours. Liam n'allait pas le leur prendre comme un voleur. Non, il devait se débrouiller de lui-même.

Heureusement Omar lui avait laissé l'armure. Il pourrait donc jouer la comédie et partir chaque matin comme si de rien n'était. Il fallait juste qu'il fasse attention à ne pas croiser de patrouilles ou quelqu'un de sa famille qui se poserait des questions. Surtout son père en fait. Se redressant, il recommença à marcher, se mettant en quête d'un travail. Il alla d'abord chez les gens qui avaient mis une affiche spécifiant qu'ils recherchaient quelqu'un. La plupart étaient pour des missions de serveurs dans les tavernes. Et Liam était prêt à accepter n'importe quel emploi, tant qu'il y avait de l'argent tous les mois. Mais…personne n'acceptait de le prendre. Ils disaient qu'ils avaient déjà pris quelqu'un mais avaient oublié de retirer l'annonce, ou alors qu'il ne correspondait pas aux critères. Mais Liam voyait leurs airs apeurés. Les nouvelles courraient vite. Tous étaient au courant pour ce qu'il avait fait. Maintenant une étiquette de meurtrier en liberté était collée à son front. Et en plus avec cette histoire de folie, ça n'arrangeait rien. Tout lui retombait dessus d'un coup et ses espoirs de retrouver vite un emploi s'éteignirent eux aussi.

En fin de journée, à l'heure ou habituellement il terminait au quartier général, il repartit vers chez lui, dépité de tous ses refus. Et puis, il espérait pouvoir le cacher. Il n'était pas très bon menteur…

Tout au long du chemin, il inspira et expira, tentant d'être aussi naturel que possible. Mais ses inquiétudes sur l'avenir étaient telles qu'il n'arrivait pas à sourire comme à l'accoutumée.

Il entra donc, accueillis par Ephraïm et Vaë. Le chef de tribu lui tapa le dos gentiment avant de s'en aller, leur souhaitant une bonne soirée. Liam le remercia d'un signe de tête puis referma la porte, Vaë se postant devant lui et portant une main à sa joue.

- Tu vas bien ?

Il hocha de la tête pour lui signifier que oui, il allait bien, qu'elle ne devait pas s'inquiéter. S'il parlait, elle sentirait tout de suite que c'était faux, alors que là, elle se contenta de sourire, lui réchauffant le cœur.

C'est là qu'elle se hissa sur la pointe des pieds, rougissante, et que ses lèvres se déposèrent sur les siennes l'espace d'un instant. Liam savoura, la laissant prendre les commandes, profitant tout simplement de ce nouveau pas qu'elle franchissait lentement. Il ne lui dirait jamais assez à quel point il était fier d'elle.

Elle fût cependant coupée par l'arrivée brutale des enfants et des animaux, Meeko en équilibre sur la tête de Keilan qui paniquait doucement. Farkhas arriva avec Arya, jappant joyeusement. Liam réussit à sourire à sa femme et lui dit :

-Je t'aime ma rose…

Puis, après une dernière caresse à sa joue, il agrippa Meeko pour libérer la vue de son fils qui retrouva tout de suite le sourire et réclama le câlin et le bisou de papa, tout comme Arya. Liam s'exécuta, les serrant contre lui, puis monta se laver avant le repas du soir. En fait, il prit les monstres avec lui, comme ça cela ferait du trois en un et ils pourraient jouer encore un peu avant d'aller au lit. Et comme ça Vaë pouvait respirer un peu après une journée à les surveiller.

A trois dans la baignoire, Liam jouait avec les enfants comme un vrai gamin. Il se couchait dans l'eau et les enfants grimpaient sur son torse, riant lorsqu'ils voyaient les bulles de respiration remonter à la surface. Il les lava convenablement, les barbouillant de plus de mousse que nécessaire, faisant comme s'ils étaient devenus invisibles. Cela les faisaient rire et hurler de plus belle. Il les laissa le laver, Arya s'occupant de ses cheveux et Keilan de son dos et torse. Le reste il le ferait lui-même…

Les félicitant, il sortit puis les souleva, les posant sur le tapis. Maintenant hors de l'eau, ils grelottaient, et il les emmitoufla dans une serviette avant de s'en enrouler une lui-même autour de la taille. Il les sécha, les ébouriffant, et les habilla déjà pour la nuit. Là, il leur dit d'attendre bien sagement que papa finisse à son tour. La salle de bains était…trempée ! Alors Liam leur fît peur :

-Maman va nous gronder ! Regardez l'état de la salle de bains ! Vite il faut tout sécher avant qu'elle le voie ! Vite vite !

Aussitôt ils prirent des serviettes et épongèrent le peu d'eau qui avait débordé de la cuve lorsqu'ils faisaient les fous dans l'eau. Il les félicita et redescendit avec un enfant à chaque main, descendant lentement les escaliers, à leur rythme. Ils avaient mis tellement de temps que le repas était prêt !

S'installant à table une fois les petits assis, il aida Arya à manger pendant que Vaë faisait de même pour Keilan. Et les parents mangeaient en même temps bien sûr…

Vaë lui annonça que ses parents partaient en voyage deux jours plus tard. Liam ne fît qu'acquiescer. Cela leur ferait du bien de partir un peu après toutes ses épreuves…ils se retrouveraient à deux, à ne penser qu'à eux. Et puis…au moins Liam serait sûr de ne pas croiser son père ou sa mère en ville…

-Ils doivent surtout bien profiter, ils l'ont plus que mérité. Dit-il finalement.

Ils continuèrent à discuter, et Liam ne parla pas une seule fois de sa journée. Il évita le sujet, préférant parler de celle de sa femme et du mariage d'Elayne et Ephraïm. Ils débarrassèrent tous ensemble, les enfants insistant pour porter leur assiette et couvert en plastique jusqu'à la cuisine ou ils eurent droit à un bisou de maman en récompense. Farkhas et Meeko étaient déjà endormis devant la cheminée.

La petite famille monta tranquillement et pendant que Vaë se lavait, Liam coucha les monstres. Il les borda, les installa correctement avec leur doudou pour être sûr qu'ils passent une excellente nuit. Mais ils attendirent que maman soit là pour leur câlin, bisou et chansonnette traditionnels.

Ils ne la lâchèrent pas avant d'avoir tout eu et Liam réfléchissait dans leur lit en l'attendant. Il la sentit se glisser à ses côtés, mais n'osa toujours pas se coller à elle, même si elle le serrait plus facilement et parvenait à le toucher. Comme au lac, quand il avait pu la serrer contre lui, dans son bouclier protecteur, ou plus rien ne lui arriverait…
Ce fût elle qui vint à lui et ce ne fût que là qu'il s'autorisa à la blottir contre son torse avec douceur. Il caressait ses cheveux qui repoussaient lentement mais sûrement, lui donnant un baiser sur le front. Un léger baiser alors qu'elle s'en allait déjà vers le pays des rêves…

-Dors bien mon amour…

Elle lui répondit sans doute, mais coincée contre son torse, il ne comprit pas. Il finit par s'endormir, priant pour retrouver un emploi vite fait.

Mais le lendemain, ses prières ne furent pas exaucées. Il se leva comme toujours, fît exactement les mêmes gestes que s'il allait réellement au travail. Le bonjour, les câlins et bisous aux petits, tout était semblable. Il partit en sachant qu'Ephraïm allait venir pour ne pas la laisser seule. Mais une fois en ville, Liam ralentit sa marche. Ou chercher ? Il avait fait pas mal la veille. Il décida de faire du porte à porte auprès des boutiquiers, peut-être que par hasard ils cherchaient quelqu'un.
Rien.

Le même son de cloche partout.

"Je n'ai besoin de personne merci quand même." Ou encore : "vous ne correspondez pas au poste." Ou enfin, pour les plus courageux on va dire : "je n'ai pas besoin d'un meurtrier doublé d'un fou merci."

Liam les remerciait poliment, même les derniers, et s'en allait, plus en rage qu'autre chose. Alors il s'installa dans une taverne, dans un coin, contre un mur, faisant attention à ne pas être vu. Il commanda une bière et la but longuement, réfléchissant toujours. Qu'allait-il faire ? Il allait continuer à chercher il n'avait pas le choix.

-Le travail peut venir à toi tu sais.

Liam sursauta et leva la tête vers l'homme. Perdu dans ses songes il ne l'avait pas entendu. L'autre était camouflé d'une cape dont sa capuche couvrait son visage hormis sa bouche. Il sortit une feuille en s'asseyant et la lui tendit.
Fronçant les sourcils, Liam la prit avec méfiance et lut. C'était une sorte de…contrat.

-Je veux que tu liquides ce type. C'est grassement payé. Et il y en aura d'autre si tu le fais bien.

Liam regarda l'homme et la feuille. Qu'est-ce que ça voulait dire ?

-Tu sais tuer. Et tu n'as pas peur de le faire. C'est un contrat tout ce qu'il y a de plus honnête.

-Je ne suis pas un tueur à gage.

-Mais tu peux le devenir. J'ai entendu parler des exploits de Liam Kreiss senior…

Non non et non ! Liam ne suivrait pas les traces de son grand-père ! Il l'avait dit à son père et il le respecterait. Mais la somme indiquée était alléchante…avec ça il pourrait encore tenir quelques mois et camoufler mieux son chômage le temps qu'il retrouve un travail.

-Non. Je ne suis pas comme lui.

Il lui tendit la feuille mais l'autre refusa, un sourire aux lèvres.

-Garde-la. Si jamais tu changes d'avis…je saurais toujours te retrouver si c'est nécessaire ne t'en fais pas…

Il se leva sur ses paroles et s'en alla, comme une ombre. Qui était-il ? Liam regarda la feuille, l'enroulant et la glissant dans sa poche. S'il ne trouvait vraiment rien et que ça devenait critique alors…il le ferait. Mais juste ça. Mais ça le dégoûtait déjà. Il ne pourrait pas…

Il but une longue rasade de bière, se morigénant. Il ne deviendrait pas un tueur ! Eziel c'était justifié ! Mais l'homme là sur la feuille, Liam ne le connaissait pas, ne savait pas pourquoi il fallait l'éliminer. Et il ne voulait pas tuer comme ça ! Mais cette somme, si alléchante quand on risquait de se retrouver à la rue…

Il verrait. Pour l'heure, il devait chercher encore du travail et au soir, il irait dire au revoir à ses parents avec Vaë et les enfants, puisqu'ils partaient le lendemain de bonne heure…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 19 Jan 2013 - 21:09

Dans le secret, part.1


‘‘ Je t’aime ma rose… ‘‘

Détournant son regard aqua des enfants pour le reporter vers Liam, son sourire s’élargit en voyant celui que lui offrait maintenant jeune homme. Peut-être était est ce dut à cause de la fatigue de sa journée s’il était dans cet état ? Enfin bon, ce n’était pas si grave et puis tant qu’il revenait à tous les soirs en un seul morceau, rien ne pouvait mieux aller. Elle laissa donc son époux caresser sa joue puis alla libérer Keilan de l’emprise de Meeko qui tentait de rester sur son perchoir, mais sans succès. Ainsi, le père de famille monta à l’étage avec les petits monstres pour le bain du soir et ils laissèrent Vaënadiel terminer les derniers préparatifs pour le repas. Ça lui faisait drôlement étrange de se retrouver toute seule. C’était vite dit parce qu’en réalité, elle ne l’était pas étant donné que son époux et ses enfants étaient à l’étage supérieur. Elle l’était, dans la cuisine oui et ses yeux ne purent s’empêcher de scruter la pièce en entier. Le silence lui faisait étrange, mais ne resta pas bien longtemps, car Farkhas silait à ses pieds, lui faisant de beaux yeux.

‘‘ Ah oui ... j’avais oublié qu’il te fallait ton os. ‘‘

Il ne fallait pas non plus oublier Meeko qui risquerait de faire une crise de jalousie, se supportant pas qu’un autre soit plus chouchouté que lui. Il eut donc son bout de pain et fila à toute vitesse dans le salon pour le déguster devant le feu qui crépitait sous la cheminée. Le loup lui, restait toujours à moins d’un mètre de sa maîtresse, grugeant l’os calmement alors que Vaënadiel montait la table. Quelques minutes plus tard, le repas était déjà servi et toujours personnel. La jeune mère allait se rendre sur place lorsqu’elle vit ce beau monde dans les escaliers. Épaule contre le cadre de l’arche, la nordique admirait son homme qui faisait descendre les gamins dans l’escalier en les tenant fermement par les mains. Ils s’attablèrent et les petits furent nourris par leurs parents qui prenaient une bouchée de temps à autre en même temps que les deux mâchaient.

‘‘ Nous sommes allés chez ton parrain et ta marraine cet après-midi. Elayne ne tenait plus en plus et voulait absolument que Serra commence la confection de sa robe. Tes parents sont arrivés un peu plus tard, annonçant qu’ils partiraient sur les routes quelque temps. Dans deux jours. Melley avait l’air ravi ! ‘‘

D’après les confidences de la mère de Liam, Melley avait voyagé un long moment seul sur les routes de Feleth avant de tomber par pur hasard sur Heïan, en plein milieu de nulle part. Celui-ci aussi, vu sa profession passée, avait dû voyager pas mal et donc ils pourraient gouter encore à ce loisir avant de ne plus avoir la possibilité de le faire. Ils étaient encore jeunes et pleins d’énergie alors Vaënadiel n’avait pas peur pour eux. Sa belle-mère était entre de bonnes mains et elle-même le savait.

S’installant à table une fois les petits assis, il aida Arya à manger pendant que Vaë faisait de même pour Keilan. Et les parents mangeaient en même temps bien sûr…

‘‘ Ils doivent surtout bien profiter, ils l’ont plus que mérité. ‘‘

‘‘ Oui, en effet. ‘‘

Mais Liam semblait ailleurs. Même s’il tentait de le cacher, Vaë sentait qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Il semblait tendu malgré la contenance dont il faisait preuve et aucune fois ils n’avaient parlé de ce qui s’était passé dans sa journée. L’homme lui demandait plutôt comment sa journée à elle s’était passée et, bien entendu, la jeune femme se lança dans les détails et lui raconta tout de A à Z. Vint ensuite l’heure de desservir la table, Arya et Keilan aida à cette tâche. Vaënadiel ne cacha pas sa fierté et elle se pencha de manière à être à leur hauteur. Les petits ne manquèrent pas de se blottir contre elle, réclamant leurs bisous qu’ils eurent sans hésitation. Elle les regarda un long moment, caressant leur petit visage et leur souriant tendrement.

‘‘ Maman, ça chatouille ! ‘‘

Keilan se tortillait comme un poisson hors de l’eau lorsqu’il sentait les doigts de sa mère contre son cou et cela le faisait rire, tout comme Arya. Ça, c’était à cause de la fatigue. D’ailleurs, il était temps pour eux d’aller dormir et la famille monta donc à l’étage. Pendant que Liam s’occupait des deux terreurs, Vaënadiel fila dans la salle de bain pour se laver à son tour et fronça les sourcils en voyant les serviettes gorgées d’eau dans la baignoire. Un sourire en coin se dessina sur les lèvres de la mère qui n’eut pas à deviner qu’il y avait eu une guerre d’eau dans cette pièce avant le repas du soir. Elle soupira puis tordit les tissus afin de les mettre dans un panier tressé qui servait aux vêtements à être nettoyé; ce serait sa tâche du lendemain une fois que son frère serait à la maison pour jouer avec les petits. À son tour, la jeune femme se glissa dans l’eau une fois que la baignoire eut été remplie et elle fit sa toilette puis nettoya ses cheveux qu’elle tressa à la sortie. Il fallut qu’elle sorte de la chambre, pieds nus, afin de se rendre dans la chambre voisine où Keilan et Arya attendaient leur chant du soir et leurs câlins. Liam lui, retourna dans la chambre des maîtres pendant que Vaë chantonnait, laissant les enfants s’endormirent lentement. Elle ne les quitta qu’une vingtaine de minutes plus tard pour revenir dans son lit, se glissant sous les draps. Quelques minutes s’écoulèrent avant qu’elle ne se colle à son époux de son propre chef, refoulant ses démons intérieurs comme à chaque fois. Son corps se lova alors contre le sien et doucement, elle entoura sa taille d’un bras puis colla sa tête contre son torse. Il lui semblait qu’il y avait longtemps qu’elle n’avait pas pris la peine d’écouter battre le coeur de Liam afin de se détendre. Les bras de celui-ci l’entourèrent alors et elle put fermer les yeux une fois que son coeur à elle se fut calmé considérablement, car son étreinte ne pouvait que lui faire du bien. Dans ses cheveux se promenait l’une des mains de son époux et ce geste n’eut que pour effet de la mener vers le sommeil. Ses paupières s’étaient donc fermées et son visage s’enfouit contre son torse alors que Liam murmurait.

‘‘ Dort bien mon amour… ‘‘

Vaë marmonna, mais ce fut si faible et si peu compréhensible que ça ne faisait rien s’il n’entendait pas. Mais bon, de toute façon, ce n’était pas bien grave et elle dormait déjà comme un loir et surtout bien en sécurité dans les bras de son soldat, car oui, il lui cachait la vérité sans qu’elle ne s’en doute réellement. Le lendemain, ce fut sensiblement le même scénario que la veille, mais cette fois-ci, Ephraïm était accompagné de Melley qui désirait voir comment se portaient sa belle-fille et sa convalescence. Elles s’étaient donc installées dans le salon après que Vaënadiel eut servi du thé et elle lui parla de ce qu’elle avait réussi à faire. Sa gêne était perceptible lorsqu’elle lui avoua avoir filé sous la douche avec Liam avant d’avoir franchi l’étape du baiser. Melley ricana avec elle et leurs yeux se posèrent sur Ephraïm qui courait autour du fauteuil, les petits aux trousses, Meeko sur la tête et Farkhas qui tirait sur ses pantalons pour le ralentir.

‘‘ Au fait, peut-être que vous pourriez tous venir dîner à la maison ce soir. Heïan n’a pas eu l’occasion de prévenir Liam pour notre départ bien que je crois qu’il est déjà au courant. Nous risquons d’être quelque peu occupés avec les bagages demain. ‘‘

‘‘ Ce serait avec plaisir et je crois qu’Eph’ voulait demander à Elayne pour leur futur voyage dans les montagnes. ‘‘

‘‘ Hen ? ‘‘

‘‘ Tu dois demander à Elayne pour le voyage non ? Et à tout le monde pour voir s’ils aimeraient venir ‘‘

‘‘ Ah ... oui ... mais euh ... ‘‘

‘‘ Eph’ ! C’est le rituel de notre tribu quand même et tu ne peux quand même pas passer par-dessus. ‘‘ Rétorqua Vaë. ‘‘ À moins que tu sois lâche ? ‘‘

Ephraïm bomba le torse, offusqué par les paroles qui venaient tout juste de sortir de la bouche de sa petite soeur. Lui ?! Un lâche ?! La druidesse vit bien qu’elle avait atteint l’orgueil de mâle de son frère juste à voir le regard qu’il lui lançait à cet instant. Un sourire amusé se dessina alors sur ses lèvres rosées.

‘‘ Je le dirai ce soir à la table ! ‘‘

Elle avait gagné la partie haut la main et en était fière. Parfois, il fallait seulement pousser le nordique hors de sa zone de confort pour le provoquer un peu et dans la famille, elle seule parvenait à le faire. À moins qu’Elayne n’eût trouvé l’astuce, ce qui ne l’étonnerait pas.



Dernière édition par Vaënadiel Eira le Dim 20 Jan 2013 - 18:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 19 Jan 2013 - 23:22


Se levant, Liam paya sa consommation et ressortit dans la rue. La feuille se pliait à chaque pas dans sa poche, et il serrait les poings pour ensuite les desserrer, se retenant de la sortir. Il ne deviendrait pas tueur à gage. Il ne le voulait pas. Mais cet argent serait bienvenu pour les siens…

-Mon dieu mais comment vais-je faire ? Murmura-t-il pour lui-même.

Ses parents s'en allaient deux jours plus tard. Pour combien de temps il l'ignorait, mais il priait pour qu'il ait à nouveau un emploi à leur retour. Et pour Vaë aussi…lui cacher ça lui faisait mal au cœur, mais là encore il le faisait pour son bien. Après son traumatisme, elle devait juste sourire à la vie et non penser à l'argent.

Soupirant, Liam poursuivit sa recherche d'emploi. Pourquoi ne s'étonnait-il déjà plus des réponses qu'on lui donnait ? Non, non, encore non, toujours non. A la fin, Liam ressortit et tapa violemment dans une caisse avec le pied, suscitant de drôles de regards. Certains reculèrent même. Mais…c'était quoi ça ? Ils se méfiaient ? A cause de ce qu'il avait fait ?

Soupirant, il continua sa route, les ignorants royalement. Cette ville commençait à l'insupporter. Dès qu'il y avait quelque chose les ragots allaient bon train et les étiquettes étaient collées sur les fronts. Il ne voulait pas que ses enfants soient raillés à l'école à cause de lui. En fait, il sentait que tout partait à nouveau de travers. Il sentait que tout lui échappait entre les doigts…

Mais il garderait la tête haute pour Vaë. Il était son mari, et devait être brave et fort. Comme son père…il voulait tant être comme son père…son idole, son mentor…et il avait l'impression au contraire d'être minable face à lui…

Enfin quoiqu'il en soit, Liam poursuivit sa quête d'emploi toute l'après-midi, en vain.

Au soir, il rentra en affichant un sourire des plus…naturels. Il embrassa toute sa famille, les petits et les animaux, serrant sa femme contre lui puisqu'il ne pouvait pas encore l'embrasser comme il le souhaitait. Il apprit qu'ils mangeaient chez ses parents avant qu'ils ne partent. Il en fût ravi, même s'il craignait que son père ne se pose des questions.

Ils préparèrent les enfants et se rendirent à la villa, toquant et attendant plus ou moins sagement qu'on ouvre. Et oui, les monstres étaient, encore, excités. La domestique se fît presque pousser pour qu'ils puissent entrer et Liam s'excusa timidement avant d'aller saluer les autres. Sa mère rayonnait, ravie de pouvoir voyager avec son mari. Bien sûr elle s'en voulait parce qu'elle ne pourrait pas s'occuper de ses petits enfants, mais il fallait qu'ils profitent pendant qu'ils le pouvaient. Tout changeait si vite…

A table, l'ambiance était plutôt festive. Et à la fin, Ephraïm se leva, nerveux pour annoncer :

-Et bien…je…Elayne et moi allons nous marier et…je voudrais savoir si…si vous vouliez venir dans les montagnes pour célébrer l'union à la façon Eira…

Elayne sourit tout de suite en regardant Vaë, complice et Liam se remémora son propre exploit dans les montagnes…ou il avait terminé en sous-vêtements dans la neige.

-J'adorerais aller faire la rencontre de votre tribu ! S'exclama Melley, prenant la main de son époux dans la sienne.

-Et nous suivrons bien sûr, j'ai hâte de te voir à l'œuvre, Eph'…

Le nordique lui lança un regard noir avant de sourire à nouveau. Ca allait être plus gênant, puisque tout le monde serait là. Mais Eph' y arriverait…Elayne était grande pour une femme et…les femmes de la tribu étaient plus petites. A moins qu'ils ne les fassent grimper sur quelque chose pour le tromper…

En tout cas, tous étaient partants, une fois qu'Heïan et Melley seraient revenus et auraient pris du repos, ils repartiraient pour les montagnes. La soirée bien avancée et les petits pleurants à cause de la fatigue, Liam et Vaë prirent congés, leurs promettant de venir aider aux bagages le lendemain s'il fallait.

A la maison, ils les lavèrent en vitesse parce qu'ils devenaient réellement chiants et les mirent au lit ou ils s'endormirent dès qu'ils eurent reçus leurs bisous. Ce mettant eux aussi au lit, Liam attendit que Vaë se blottissent contre lui pour l'enlacer.

Le lendemain, ce fût le même scénario, Liam repartit soi-disant au travail, laissant Eph' s'occuper de Vaë et des enfants avec Elayne. La feuille était toujours dans sa poche et une fois caché il la ressortit en tremblant. Il y avait le nom, le lieu, la description et en bas…le prix. Un prix qui lui permettrait d'avoir du temps supplémentaire…

Mais non ! Il rangea la feuille. Il ne devait pas. Surtout pas. Il reprit donc ses recherches, avec très peu d'espoirs. Au soir, ils dirent une dernière fois au revoir à Heïan et Melley, vu qu'ils s'en allaient trop tôt pour le faire au matin. Ce fût émouvant, Melley serrant ses petits enfants dans ses bras comme si c'était la dernière fois qu'elle les voyait. Puis ce fût le tour de Liam et Elayne, la première fois qu'elle partait loin d'eux d'elle-même. Mais ils la rassurèrent et lui faisant promettre qu'elle profiterait. A la fin, elle prit les nordiques contre elle. Heïan fît de même, mais avec les piques d'humour comme à son habitude.

Liam, en rentrant chez lui, se disait que ça allait faire étrange, de savoir ses parents loin, de ne plus les voir pour quelques temps chez eux, comme toujours. Mais ils en avaient le droit plus que quiconque…

Ainsi, les jours passèrent. Heïan et Melley parvenaient à leur faire parvenir des messages, tous plus heureux qu'autre chose. Ils profitaient réellement. Et cela réjouissait tout le monde. Eph' et Elayne se disputaient gentiment sur l'organisation du mariage, avec Vaë puisqu'ils restaient avec elle la journée. Liam lui errait dans les rues avec toujours le même objectif, trouver un emploi. Mais rien !

Beolan était immense et il ne trouvait rien ! Il n'arrivait même pas à le croire…il avait croisé une fois Omar en patrouille et le Capitaine n'avait pas réussi à conserver son regard sur lui bien longtemps, désolé pour lui. Liam avait passé son chemin, cherchant toujours. Il n'en voulait pas à Omar. Il n'avait fait qu'appliquer les ordres. Mais au bout d'une semaine, les denrées faiblissaient, l'argent aussi au fur et à mesure qu'ils achetaient.

Liam dut refuser des friandises à Arya…tout ça pour économiser quelques pièces d'or qui pourraient servir à payer de la viande ou des produits pour les enfants. Bien sûr, Vaë ne se doutait de rien, mais Liam avait mal au cœur à l'idée qu'il lui mentait de la sorte et osait encore la regarder en face. La chose cognait à son tour dans ses moments ou il se sentait coupable.

En week-end, maintenant que Vaë osait sortir à condition qu'il ne lui lâche pas la main, il voyait bien ses yeux pétiller devant telle ou telle chose, mais ne pouvait pas les lui acheter. Il lui souriait, un sourire mystérieux pour qu'elle croie qu'il lui ferait la surprise…

Quand il était seul, il comptait l'argent en réserve, ce disant que cela ne suffirait plus pour deux mois. Mais un seul. Pour deux voire trois semaines. Et cela le paniquait, le faisait toucher la feuille dans sa poche et hésiter. Cet argent sur la feuille était trop tentant…

Une semaine et demie s'écoula de la sorte. Tout diminuait déjà dangereusement. Vaë lui disait d'aller faire des achats, il en faisait, mais le moins cher possible et elle le regardait étrangement. Parfois il s'énervait sans le vouloir parce qu'elle lui demandait ou il avait acheté cette camelote et il lui disait que c'était comme ça et c'était tout. Après, ils se boudaient l'un et l'autre pendant une bonne demi-heure avant que Liam ne revienne presque en rampant vers elle, s'excusant platement, n'oubliant pas qu'en s'énervant ainsi il ravivait de mauvais souvenirs chez elle. Tout lui glissait entre les doigts. Il n'arrivait plus à faire face. Mais il ne pouvait pas se résoudre à parler. Il ne voulait pas que son sourire s'efface pour laisser la place à l'inquiétude de l'avenir…il ne voulait que le bien des siens, rien de plus…et ça, les dieux semblaient le lui refuser constamment.

En plus, Keilan allait fêter ses un an le mois suivant. S'il ne trouvait pas une solution d'ici là, le petit n'aurait pas droit à sa fête et ses cadeaux grandioses comme chez Arya. Il imaginait déjà le regard vairon de l'enfant, ne comprenant pas, triste…

Tout amalgamé lui donnait des nuits blanches. Et ses parents rentraient dans quelques jours. Selon leur dernière lettre, ils étaient sur le chemin du retour.

Alors oui, cet argent sur le contrat devenait de plus en plus alléchant…pour le bien de sa famille…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 20 Jan 2013 - 18:06

Dans le secret, part.2


Ephraïm et Elayne quittèrent la demeure de Vaënadiel et Liam seulement quelques minutes avant le retour de celui-ci, en fin de journée. D’ailleurs, ils ne firent que le croiser de loin au tournant du pâté de maisons alors qu’il s’en retournait à la maison familiale. La jeune mère était donc retournée dans le salon pour s’occuper des enfants qui étaient maintenant morts de fatigue puisqu’on les avait considérablement épuisés. En fait, son frère s’en était chargé comme un chef à courir après eux comme il savait si bien le faire. Ainsi, Arya et Keilan dormaient quasiment l’un contre l’autre sur le fauteuil, collé l’un contre l’autre. Au retour de papa, ils se levèrent d’un seul coup et se rendirent dans le hall d’entrée en tenant les mains de leur mère qui les laissa aller vers lui les premiers. Bien entendu, après les enfants, venaient les animaux jaloux puis Vaënadiel en dernier. Oui en dernier, mais comme on disait souvent on garde toujours le meilleur pour la fin !. La nordique s’approcha alors d’elle-même, n’arrivant pas encore à laisser faire son mari sans se figer sur place comme une barre de fer, et entoura sa taille de ses bras. Se détachant un peu de lui afin de lever la tête et de planter son regard aqua dans le sien, Vaë lui fit un sourire et lui dit:

‘‘ Ta mère nous a invités à manger ce soir comme ils risquent d’être passablement occupés demain avec leurs bagages. ‘‘

Liam semblait en être plus que ravi, car d’un côté, sans qu’elle le sache, cela leur permettrait d’avoir un repas supplémentaire sur le menu du mois et de leurs économies. Alors, ils montèrent changer les petits et Vaë attacha ses cheveux en une queue de cheval avant qu’ils ne partent pour la villa des Kreiss. Une fois sur le seuil de la porte, ce fut Liam qui cogna, car leur mère tentait désespérément de calmer ses petits monstres qui réclamaient déjà leurs grands-parents. Bah oui, Krpapa allait certainement les faire voler encore une fois et c’était la raison de leur regain soudain d’énergie. La pauvre domestique qui eut à ouvrir la porte se fit presque bousculer lorsqu’Arya et Keilan lui filèrent entre les jambes, mais malgré ça, elle souriait et ricanait même après avoir accepté les excuses du père et les avoir laissé entrer. Les enfants étaient déjà dans les bras de leurs grands-parents, réclamant leur bisou. Melley fut la première à les accueillir alors qu’Heïan essayait de calmer les terreurs comme il pouvait, mais peine perdue ... Il dut les confier à Ephraïm afin de lui-même aller faire la bise à sa bru et serrer son fils fortement dans ses bras. Le repas fut servi et tous s’attablèrent. Du vin fut versé et Vaë le but une nouvelle fois trop rapidement. Ses joues étaient devenues rouges et son sourire ne cessait de s’agrandir jusqu’à ce qu’il n’atteigne sa limite.

‘‘ Papa, qu’est-ce qu’elle a maman ? Elle sourit sans arrêt ‘‘

‘‘ Ta mère est bourrée ! ‘‘

‘‘ J’ai ... bu mon jus trop rapidement ...Lankei... euh ... Keilan ! ‘‘

La jeune Nordique cacha son visage dans ses mains, honteuse et Elayne remplaça le liquide de sa coupe par de l’eau sous les rires du reste de la famille. Arya était même allé poser une main sur l’une des joues de sa mère en disant :

‘‘ C’est chaud ! Aïe ! ‘‘


Pas à ce point, mais tout le monde savait que les enfants avaient le don exceptionnel d’exagérer les choses. Sur le coup, Vaënadiel avait baissé les yeux sur sa fille, ceux-ci ronds comme des ballons, et toucha elle-même ses joues de peur qu’elle ait raison. Mais voyons ! Comment cela pourrait-il être possible ! Heïan s’esclaffait au bout de la table et essuyait tant bien que mal les larmes qui lui coulaient des yeux à la vue de la tronche que la femme de son fils faisait. Ça valait son pesant d’or en tout cas. Un peu avant qu’on ne serve le dessert, Ephraïm se leva de sa chaise et sa soeur ne manqua pas de lui lancer un sourire taquin qu’il ne manqua pas de comprendre; il n’était pas lâche ! Bien que nerveux, le nordique cherchait ses mots comme jamais, croisant même le regard de sa douce qui s’interrogeait. D’un sourire timide, il reporta son attention sur les autres membres de la famille et annonça:

‘‘ Et bien…je…Elayne et moi allons nous marier et…je voudrais savoir si…si vous vouliez venir dans les montagnes pour célébrer l’union à la façon Eira… ‘‘

Le sourire de la jumelle de Liam ne tarda pas à faire son apparition alors qu’elle tournait son regard violacé sur Vaënadiel qui souriait à son tour, fière qu’il l’ait enfin annoncé et qu’il n’ait pas décidé de se dérober. Les deux jeunes femmes allaient drôlement bien s’amuser ! Cela ravivait même une foule de bons souvenirs chez les jeunes mariés qui s’échangèrent un regard rempli de tendresse.

‘‘ J’adorerais aller faire la rencontre de votre tribu ! ‘‘

Melley était plus qu’enthousiaste à cette idée qui enchantait aussi Heïan. Depuis que Vaë leur avait parlé de sa tribu et tout ce qui le caractérisait, la curiosité battait son plein. De toute manière, ils auraient fini par aller voir un jour ou l’autre alors cette demande tombait à pic. Heïan serra donc la main de sa tendre épouse dans la sienne, croisant son regard vairon et admirant ce radieux sourire qu’elle seule parvenait à faire.

‘‘ Et nous suivrons bien sûr, j’ai hâte de te voir à l’œuvre, Eph’… ‘‘


Le regard que lança Ephraïm à Liam à ce moment précis valait de l’or en barre, mais ils se mirent à rire bien assez tôt. Ce qui tracassait le chef de tribu était qu’il était justement chef de tribu ... il savait très bien que l’épreuve serait d’autant plus difficile pour lui comme ça l’avait été pour son père à l’époque. Les femmes avaient tout fait pour cacher sa promise et avait augmenté le degré de difficulté en les faisant toutes bouger, et ce, sans arrêt. Du coup, il ne la trouvait jamais. Le fait aussi que toute la famille serait présente à cette cérémonie n’arrangeait pas du tout les choses.

Le dessert fut servi et ensuite Vaë et Liam leur faussèrent compagnie, car Arya et Keilan dormaient nettement sur leur chaise, manquant même se cogner le front contre la table. Ils saluèrent alors tout ce beau monde et sortir sous l’air frais de la soirée, faisant grelotter les enfants. La mère les colla donc contre elle pour leur donner un peu de sa chaleur et ils montèrent directement à l’étage pour les tremper dans la baignoire. Les petits n’arrêtaient pas de râler, signe qu’ils commençaient à être vraiment épuisés. Une fois changés pour la nuit, les parents les couchèrent et ils s’endormirent aussitôt après leur rituel habituel. Quant aux maîtres de la maison, ils firent de même, mais chacun leur tour. Vaë se glissa sous les couvertures, cherchant la chaleur de son époux en vue de se blottir contre lui. Prisonnière des bras de Liam, elle put enfin soupirer d’aise, reposer ses oreilles et s’enivrer de son odeur avant de quitter le jeune homme pour le royaume du rêve. Le lendemain matin, Liam se levait comme à l’accoutumée et quittait pour le travail jusqu’en fin de journée. Vaë s’était occupée des tâches ménagères, montrant aux petits comment on lavait les vêtements sans pour autant les laisser faire vu leur jeune âge. Elle ricanait en voyant leur tête suivre le mouvement de va et viens de ses bras alors qu’elle frottait les tissus contre le plancher à laver. Au soir, avant le départ d’Heïan et Melley, ceux-ci passèrent quelques minutes pour dire au revoir à la jeune famille puisque le lendemain, ils partaient avant l’aube.

Le temps s’écoulait lentement et cela faisait maintenant quelques jours que les parents de Liam étaient partis, envoyant des lettres de temps à autre rédigées par Heïan et son écriture de femme, comme disait si bien le Général Darrow et même Omar. Jamais ce commentaire ne le lâcherait au final. Ephraïm et Elayne passaient aussi de temps à autre, s’ennuyant dans la grande villa lors des jours de permission de Liam -qui n’existaient plus d’ailleurs- histoire de papoter avec Vaënadiel et de s’amuser avec les petits. En ce qui concernait la convalescence de la jeune nordique, ça allait de mieux en mieux bien que les étapes franchies étaient encore minimes. Elle parvenait très bien à se glisser dans les bras de son époux sans trembler et commençait tout juste à être capable de l’embrasser lors de son retour. Il n’y avait rien de plus pour le moment, bien qu’elle aurait souhaité que ça se passe plus rapidement. Seulement, elle n’en était pas capable et lorsqu’elle désirait aller trop rapidement, elle se mettait à trembler comme une feuille et son coeur à battre la chamade. Au moins, elle parvenait à sortir à l’extérieur et à se promener à la Foire sans pour autant que Liam ne lâche sa main. De toute façon, lorsqu’elle avait l’impression que ça n’allait pas, elle prenait son bras et s’y agrippait solidement pour être certaine de ne pas le perdre dans cette foule.

Une semaine et demie défila et plus ça allait, plus Vaënadiel se questionnait. Les armoires se vidaient de plus en plus et lorsque Liam faisait les courses, cela les remplissait à peine. Souvent il arrivait avec des produits peu frais et lorsqu’elle cherchait à comprendre, il s’énervait. La jeune femme restait surprise par ce genre de réaction et se taisait, lui tournant le dos et quittant la pièce, car ses tremblements revenaient avec ces haussements de voix. Cela pouvait durer une bonne trentaine de minutes avant que son époux ne vienne la voir avec la mine déconfite, ne cessant de s’excuser pour ce qu’il avait fait et à chaque fois, elle se glissait dans ses bras sans pour autant comprendre la cause d’un tel comportement. Depuis quelque temps, Liam agissait étrangement et ça la rendait tout simplement confuse. Elle avait beau lui demander ce qui le tracassait, le jeune homme fuyait tout simplement son regard pour lui dire que tout allait bien. Ne cherchant pas à savoir, se disant qu’il parlerait si jamais quelque chose n’allait pas, Vaë cessait ses questions et glissait ses doigts entre les siens pour lui sourire doucement. Alors bon, le train-train quotidien continuait son cours jusqu’à ce beau jour...

‘‘ Liam, il faudrait aller chercher de la viande chez le boucher pour le repas de ce soir. ‘‘

Celui-ci semblait hésiter, mais se résigna bien rapidement en voyant l’air interrogateur sur le visage de sa douce qui était sur le point de parler. Elle n’en eut pas l’occasion qu’il partît déjà. Vaënadiel resta sur place un moment, se frottant le bras droit de la main gauche, confuse. Il y avait quelque chose, mais elle n’arrivait pas à mettre la main dessus ! Bon sang ... si Liam pouvait parler et lui dire ce qui le tracassait, peut-être pourrait-elle l’aider ? Enfin bref. La jeune mère s’occupa plutôt de couper les légumes pendant que Liam s’était absenté pour ne revenir que plusieurs minutes plus tard avec cette chose qui empestait la décomposition. Vaë comme les enfants plissaient le nez en reniflant l’odeur et était habituée à de la bonne viande fraîche, elle sut que ça, c’était tout simplement dégoutant.

‘‘ Mais où est-ce que tu es allé chercher ce truc ? Ça sent la mort ... même Farkhas pleurniche à cette odeur. ‘‘

Et en effet le loup reculait et frottait son museau d’une patte en pleurnichant dès que sa maîtresse lui approchait le morceau de viande des naseaux. Elle n’allait quand même pas faire cuire ce truc et le faire avaler à ses enfants au risque de les voir malade l’heure précédente !

‘‘ Je l’ai acheté à l’endroit habituel...je n’ai pas du faire assez attention...j’irais réclamer demain...mais mangez tout de même... ‘‘

Vaënadiel fronça les sourcils, son visage dénué de sourire et un peu trop sévère. Oui elle accordait qu’il semblait avoir la tête ailleurs depuis un certain temps, mais de là à acheter de la viande sur le point d’être avariée ... c’était trop étrange. Elle croisa les bras sur sa poitrine et laissa le bout de viande sur la table. D’un pas déterminé, elle alla chercher l’arc de son époux qui était soigneusement rangé dans une pièce fermée à clé et ressortit dans le jardin arrière. À la question de son époux elle dit :

‘‘ Je vais chasser dans le boisé ! Hors de question que les enfants mangent ce truc, mon loup. ‘‘

Et le visage empreint de détermination, la jeune nordique s’élança dans entre les arbres d’un pas presque discret, car elle était la pire maladroite qui soit. Elle repéra un lièvre sous un buisson et lorsqu’elle décocha la flèche, celle-ci se planta à quelques centimètres de ses pieds. L’animal, ayant senti le danger, se mit à fuir aussitôt. Non ! Vaënadiel fila comme une flèche plantée dans le sol et se lança à la poursuite de son repas en laissant l’arc au sol. Elle hurlait, courant à droite et à gauche, tombant dans la boue et dans les buissons, et ce, jusqu’à ce que la bête effrayée ne sorte du boisé pour courir dans le jardin arrière. La druidesse s’élança, sauta dans les airs pour atterrir à plat ventre au sol, ses mains ayant à peine effleuré la queue du lièvre qui zigzaguait pour retourner se cacher. En soupirant, la jeune femme se remit sur pied sous les cris de ses enfants qui reconnaissaient à peine leur mère vu son déguisement pour le moins ... naturel. Frustrée, elle retourna à l’intérieur sous le regard ébahi de son époux et elle se posta devant lui, les bras croisés. Son regard aqua le dardait froidement.

‘‘ Tu vas me dire ce qui se passe à la fin ? Les armoires se vident, et notre nourriture est de plus en plus dégoutante ... Qu’est-ce qui se passe Liam ? Parle-moi! ‘‘

Mais celui-ci la regardait et ne répondit pas à ses questions. Au contraire, il tentait même de faire dériver le sujet sur autre chose de bien plus futile, accentuant les doutes de Vaë qui fronça davantage les sourcils.

‘‘ Tu ne veux pas aller prendre une bonne douche ? ‘‘

‘‘ Non ! ‘‘ Rétorqua t-elle vivement, faisant sursauter ses enfants. ‘‘ Je n’irai pas me laver tant et aussi longtemps que tu ne m’auras rien dit. Et puis, la boue c’est bon pour la peau ... Parle ! ‘‘

‘‘ Il n’y a rien...je t’assure....va te laver....ça va abimer ta peau à la longue... ’’

‘‘ Comme les légumes, les fruits et la viande pas fraîche ! ‘‘

Et voilà, elle lui sautait dessus, le faisant presque basculer vers l’arrière, mais il fut apte à garder son équilibre. Vaë planta son regard dans le ciel et sous cette couche de boue, il n’y avait que le bleu aqua de ses yeux qui contrastait avec ces couleurs terreuses.

‘‘ Liam Kreiss ... parle ou je ne lave plus ! ‘‘

‘‘ Berk, maman ! Tu pues ! ‘‘
‘‘ Oui, tu pues maman ! ‘‘

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 20 Jan 2013 - 19:03


La semaine passa donc, le retour de ses parents se faisant imminent. Liam paniquait de plus en plus. Un côté de lui l'implorait de parler, de dire à Vaë qu'il n'avait plus d'emploi et qu'ils allaient manquer d'argent bientôt, mais l'autre lui intimait de se taire, pour son bien et la bonne marche de sa convalescence. Il continuait à parcourir la ville de long en large et de travers à la recherche d'un emploi, et parfois il trouvait une petite mission de coursier, dont l'argent suffisait à peine à acheter un morceau de viande moyen pour les siens.

En parlant de viande…

-Liam, il faudrait aller chercher de la viande chez le boucher pour le repas de ce soir.

Euh…Liam hésita un instant, regardant Vaë. Mais lorsqu'elle ouvrit la bouche pour parler, et sans doute vouloir le faire parler, il se résigna et sortit vivement, ne lui laissant aucunement le temps de s'exprimer. Il alla droit chez le boucher, entra, et observa les bouts de viande. Les plus beaux étaient hors de prix pour lui…

-Que puis-je pour vous mon cher ? Demanda le boucher, s'essuyant les mains sur le tablier.

-Euh…je voudrais un morceau de viande mais…pas cher…

-Vous avez un ordre de prix ?

Liam lui montra les pièces qu'il avait sur lui. Très peu. Trop peu.

-J'ai des enfants et…si vous pouviez faire un geste…

L'homme le regarda, et ricana.

-Monsieur, c'est partout pareil. Si je devais faire des fleurs à tous mes clients je pourrais fermer boutique.

Puis il se pencha et prit un bout de viande à l'aspect peu ragoûtant, commençant à l'emballer.

-Vous êtes sûr qu'il est mangeable ?

Liam ne voulait pas empoisonner sa famille non plus !

-Bien sûr. Vous n'avez qu'à couper les morceaux un peu étranges, vous le faite cuire un peu plus longtemps et le tour est joué. Et avec ceci ?

-Ce sera tout merci…

Liam prit le sachet de viande et tendit l'argent, sortant de la boutique sans même un au revoir. Aucune solidarité…Il rentra chez lui, sachant à l'avance que Vaë se poserait des questions, étant tout de même une pro niveau viande…

Et en effet, lorsqu'il la lui donna, elle plissa le nez et s'exclama :

- Mais où est-ce que tu es allé chercher ce truc ? Ça sent la mort ... même Farkhas pleurniche à cette odeur.

Oui, le loup gémissait et se reculait, oreilles couchées, montrant bien son dégoût. Liam répondit alors, hésitant :

-Je l’ai acheté à l’endroit habituel...je n’ai pas du faire assez attention...j’irais réclamer demain...mais mangez tout de même...

Il pensait qu'elle allait poursuivre, lui poser des questions, mais elle posa la nourriture sur la table, croisa les bras sur sa poitrine et alla dans la pièce ou ils rangeaient les armes. Là, elle en sortit l'Arc, les enfants regardant cette chose avec des yeux curieux. Vaë sortit alors par la porte arrière et Liam lui demanda :

-Mais…ou tu vas ?

La réponse fût :

-Je vais chasser dans le boisé ! Hors de question que les enfants mangent ce truc, mon loup.

Et sans qu'il puisse la retenir, elle courut dans les bois, déterminée.

-Ou elle va maman ? Demanda Arya en tirant sur son pantalon.

-Elle va chercher de la viande…

-Le morceau là il pue !

Liam sourit devant l'innocence de sa fille. Keilan jouait de nouveau avec le loup. Vaë commençait à se méfier…il devait lui dire…mais en même temps…cet argent sur cette feuille le narguait. Il voyait presque l'homme à la capuche l'observer, le voyant craquer petit à petit.
Il fît rentrer les enfants et surveilla la cuisson des légumes, qui eux aussi n'étaient pas aussi frais qu'il le faudrait, attendant le retour de sa femme en tremblant.

Quelques minutes après, ils entendirent du bruit et tous trois sortirent, les enfants agrippés aux mains de leur père. Vaë était à plat ventre dans l'herbe, couverte de boue. Mais vraiment. Les enfants crièrent en la voyant, ne la reconnaissant pas immédiatement, et Liam écarquilla les yeux. Et…elle n'avait pas réussi à ramener de la viande et l'Arc était quelque part dans le bois, perdu. Se relevant, elle rentra avec eux, bras croisés sur la poitrine, se postant devant lui et le dardant méchamment du regard.

-Tu vas me dire ce qui se passe à la fin ? Les armoires se vident, et notre nourriture est de plus en plus dégoutante ... Qu’est-ce qui se passe Liam ? Parle-moi!

Déglutissant, Liam chercha quelque chose à dire. Il ne voulait pas lui avouer, il ne voulait pas qu'elle voie à quel point il était minable, à quel point il échouait à être un bon chef et père de famille…à quel point il était décevant en fait. Alors il tenta de faire dévier le sujet et de calmer sa colère :

-Tu ne veux pas aller prendre une bonne douche ?

Mais cela ne fonctionna pas. Elle haussa le ton, faisant sursauter les enfants qui se dissimulèrent près du loup.

-Non ! Je n’irai pas me laver tant et aussi longtemps que tu ne m’auras rien dit. Et puis, la boue c’est bon pour la peau ... Parle !

-Il n’y a rien...je t’assure....va te laver....ça va abimer ta peau à la longue...

Il paniquait complètement.

-Comme les légumes, les fruits et la viande pas fraîche !

Il le savait ça que ce n'était pas frais…mais il ne s'était pas attendu à ce qu'elle lui saute dessus. Elle bondit, s'accrochant à lui. Il manqua chuter en arrière mais retrouva son équilibre et réussit à la maintenir contre lui aussi. Il ne voyait que le bleu de ses yeux, lançant des éclairs dans sa direction.

-Liam Kreiss ... parle ou je ne lave plus !

Et sur ce, les enfants en rajoutèrent, déclarant que leur maman puait. En effet, l'odeur de la boue et de la terre imprégnait Vaë et embaumait peu à peu l'air…
Mais elle semblait déterminée à respecter son engagement. Il parlait ou elle ne se lavait plus.

-Vaë…je te jure, je n'ai pas fait attention c'est tout…va te laver…et viens manger…

-Je ne fais pas cuir ce truc, Liam. Les enfants vont être malades, je le sais ...

Il la regarda, sachant lui aussi que les enfants en seraient malades et ne le voulant pas. Elle soupira alors et se détacha, retournant sur la terre ferme et déclara :

- Je reviens alors ... et ça finira en potage de légumes.

Liam ne fît qu'acquiescer et la laissa aller à la douche. Les enfants restèrent sagement à côté de Liam alors qu'il préparait le potage, les mains tremblantes. Qu'est-ce qu'il pouvait se sentir mal de lui mentir de la sorte ! Le contrat n'arrêtait pas de s'imposer à lui soudainement. S'il le faisait, même si ça le dégoûtait, il aurait à nouveau un peu d'argent pour nourrir les siens. Et ce serait le seul qu'il ferait, il ne deviendrait donc pas un tueur à gage si ? Il était perdu…

Dix minutes plus tard, Vaë revint, sentant à nouveau bon et propre, mais elle lui lança tout de même un regard lourd de questions. Pendant qu'elle terminait, Liam installa les petits sur leur chaise et une fois la soupe servie, ils mangèrent tranquillement, les gouttes coulant sur leurs mentons et s'écroulant sur leurs serviettes. Les parents les nettoyaient et mangeaient aussi, même si Liam sentait le regard de Vaë sur lui…

Après avoir débarrassé, ils montèrent, Liam allant se laver pendant que Vaë mettait les enfants au lit. Dans la salle de bain, Liam sortit la feuille, la regarda pour la énième fois. Cet argent…il le lui fallait…mais pas de cette façon…il ne pouvait pas…

La rangeant, il alla sous la douche, faisant exprès de laisser l'eau froide. Il grelottait, mais au moins ses idées étaient un peu plus claires. Se séchant et s'habillant, il retourna auprès de sa rose, la serrant contre lui une fois qu'elle fût venue.

Deux jours plus tard, Heïan et Melley furent de retour. Ce fût l'euphorie, les enfants criant à tout va et se jetant sur eux, si heureux de les revoir. Leur voyage c'était bien passé et Melley avait un sourire aux lèvres qui ne la quittait pas. Apparemment, ils étaient même retournés sur le lieu de leur rencontre, la toute première fois…

Elayne et Ephraïm étaient contents de les revoir aussi, ainsi la maison ne serait plus trop vide…et Liam, malgré sa joie, avait peur qu'à présent son père ne se pose aussi des questions. Et s'il lui demandait comment ça allait à la garde ? Ou comment Omar se débrouillait ?

Ils restèrent manger chez eux en ce midi de retrouvailles et Liam se dit qu'au moins, ils auraient un repas supplémentaire…Durant le repas, les parents racontèrent tout en détail. Ils avaient ramenés de petits souvenirs pour les enfants et petits enfants, qui ne manquèrent pas de faire plaisir à tout le monde. De plus ils n'avaient pas l'air extrêmement fatigués, signe qu'ils s'étaient bien reposés durant le trajet du retour. A la fin du repas, Liam dût s'absenter, montant dans son ancienne chambre. Tout ça pesait trop...il devait faire quelque chose pour avoir un peu plus d'argent... Là, il sortit la feuille et la posa sur la commode. Elle le narguait. L'argent l'appelait et il se prit la tête entre les mains. Il en avait trop besoin…pour les siens…pour qu'ils puissent manger, pour que les enfants grandissent convenablement…

Juste ça…ensuite, il trouverait un emploi…

Il ressortit vivement, quittant par la même la maison sans prévenir, et au milieu de l'allée, il se rendit compte qu'il avait oublié la feuille. Et sans la feuille il ne savait pas ou aller ni même à quoi ressemblait sa "cible". Rien que d'y penser, ça le dégoûtait. Il rebroussa donc chemin et remonta dans la chambre pour chercher la feuille.

Mais Heïan l'avait devancé…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 20 Jan 2013 - 20:29

La colère de papa


Les derniers jours étaient difficiles pour elle avec Liam qui semblait railleur et qui s’énervait dès qu’elle osait lui demander la provenance des aliments. Pourtant, tout allait bien avant leur retour de Madorass et ils parvenaient à avoir de très bons aliments à prix raisonnables. Ce n’était pas les légumes ou les fruits frais de la journée, mais quand même. Ils étaient tout de même plus frais et plus beaux que ce qu’ils avaient présentement ! Vaënadiel gravit les marches de l’escalier d’un pas plutôt lent. Il fallait dire qu’elle tentait de chercher la cause de tout ça aussi ... était-ce à cause d’elle, de son retour ou du fait qu’elle commençait à peine les rapprochements avec son époux ? Quoi qu’il en soit, cela la tracassait et son esprit tournait en rond. Déjà, elle fila se laver, laissant l’eau d’un brun foncé peu ragoutant. Les vêtements furent trempés dans l’eau une fois celle-ci changée puis ses pas la conduisirent dans le couloir.

Une dizaine de minutes après son départ, la jeune mère était revenue dans la cuisine pour terminer le potage. Elle ne manqua cependant pas de lancer un regard à son mari qui comprit qu’elle n’était pas dupe. Il y avait quelque chose et maintenant, elle ne le savait que trop bien. Le potage fut alors prêt une fois quelques épices ajoutées dans le bouillon et fut servit dans le plus grand des silences. Les enfants mangeaient sans râler avec l’aide de leur parent, Vaë espérant que Liam veuille bien cracher le morceau. Mais ce ne fut aucunement le cas. Après le repas, il fallait mettre les enfants au lit et c’est Vaënadiel qui s’en chargea pendant que Liam filait se laver à son tour. Dans la pièce voisine, la mère rassurait ses petits.

‘‘ Tu es fâchée contre papa ... ? ‘‘

‘‘ Non, maman n’est pas fâchée contre papa ma puce. Papa est têtu et il ne veut pas dire à maman que quelque chose le tracasse. ‘‘

‘‘ Il ira mieux bientôt ? ‘‘ Demanda alors Keilan.

‘‘ Je l’espère, mon amour. Je l’espère ... ‘‘

Un sourire triste se dessina sur ses lèvres rosées alors qu’elle embrassait le front des petits avant de les border et leur souhaiter la bonne nuit. Farkhas se coucha à côté de leur lit puis la jeune femme sortit de la chambre en refermant de moitié la porte derrière elle. Ce fut en silence qu’elle entra alors dans la chambre des adultes et se changea, Liam étant toujours dans la salle de bain. Elle se glissa ensuite sous les couvertures, couchées sur le côté à regarder cette place temporairement vide à ses côtés. Elle se releva et sortit de la chambre pour aller porter Meeko dans le lit des enfants pour ensuite revenir. Pourquoi n’arrivait-elle pas à lire dans l’esprit de sa tête de mule d’époux quand le besoin s’imposait ? Un long et profond soupir s’échappa alors de ses poumons et elle mit sa main sur la poignée de la porte qu’elle ouvrit lentement. La druidesse se glissa alors sous les draps, se colla contre son homme machinalement et se rendit compte que sa peau était bien plus fraiche qu’à l’habitude. Pourquoi avait-il pris une douche froide ? Ses yeux aqua regardait son visage qui semblait pensif puis elle ferma les yeux une fois que sa main fit l’une des siennes prisonnière.

Le lendemain, ce fut encore le même scénario ainsi que le jour qui suivit. Heïan et Melley étaient revenus tard dans l’après-midi, n’ayant pas manqué de passer chez leur fils pour les inviter à souper avec eux ce soir-là. Les enfants étaient plus excités que jamais et leur mère eut de la difficulté à les contenir le restant de la journée et ce, jusqu’au retour de Liam. À la villa des Kreiss, les parents avaient terminé de défaire leurs bagages bien rapidement et purent ainsi accueillir tout ce beau monde pour le repas. Heïan comme Melley racontaient leurs péripéties de voyage et attendirent que tout le monde eût terminé leur dessert avant d’offrir leurs petits présents. Liam s’absenta bien rapidement sous le regard interrogateur de son épouse qui attira l’attention d’Heïan qui attendit avant de monter en haut et de voir si quelque chose allait de travers. Sauf que ... son fils ne se trouvait pas dans la pièce apparemment.

‘‘ Liam ? ‘‘

Et effectivement, il n’y eut aucune réponse. Se retournant, l’homme s’apprêtait à sortir lorsque son regard violacé se porta sur quelque chose. Sur la commode se trouvait une feuille bien chiffonnée. La curiosité le piquant à vif, car cette feuille n’était pas là avant leur départ sinon les domestiques les auraient prévenus, Heïan s’approcha et la prit pour en lire le contenu. Son coeur manqua un battement et il se sentit blêmir. C’était un contrat comme il en avait souvent vu par le passé ... mais ... qu’est-ce que ça fichait ici ça ?! Liam n’avait tout de même pas commencé à ... ?! C’est alors qu’il entendit des bruits de pas et une silhouette apparaître dans l’embrasure de la porte. C’était Liam, essoufflé. Heïan l’agrippa fermement par le collet, le fit entrer dans la pièce et referma la porte derrière lui pour ensuite l’accoter contre le mur.

‘‘ Peux-tu me dire ce que ça fiche sous mon toit ?! ‘‘

Heïan colla le papier brusquement contre le torse de son fils qui baissa honteusement la tête. Il était rare qu’il s’énerve aussi rapidement, mais ce qu’il venait de trouver l’inquiétait affreusement. Comment ferait-il pour supporter le fait que son fils suive cette voie ? Vaënadiel était-elle au courant, tout comme le restant de la famille ?

‘‘ J’espère pour toi que tu n’as pas l’intention de faire quoi que ce soit, Liam. Je ne sais pas ce qui s’est passé pendant mon absence et celle de ta mère, mais sache que je ne tolèrerai pas que tu t’enfonces dans ce chemin. Si je l’ai quitté, ce n’était pas pour rien ! ‘‘

Le père de famille lâcha son fils et se mit à faire les cent pas dans la chambre avant de se stopper et de darder son fils du regard. Si seulement il pouvait prendre conscience de la conséquence de sa décision avant qu’il ne soit trop tard ! Par le passé, Heïan avait lui-même suivi cette voie pour la seule et unique raison que c’était un boulot facile et souvent grassement payé dépendamment des cibles. Il ne savait pas non plus quoi faire à l’époque pour gagner de l’argent rapidement alors il avait tenté le pneu étant donné qui touchait le fond du baril.

‘‘ Ta femme est-elle au courant pour ton travail et ce contrat ? ‘‘

Mais d’après la tête que faisait Liam, non elle ne l’était pas.

‘‘ Comment crois-tu qu’elle réagira, comme le reste de la famille, en voyant ça ? Tu n’es pas quelqu’un de mauvais, bon sang ! Ouvre les yeux, fiston ! Tu t’engages dans la même voie que ton grand-père et Eziel ! Je ne sais pas ce qui t’es passé par l’esprit, mais si tu veux toucher le fond du baril, continues comme ça... mais tu auras bientôt un choix à faire : ta famille ou ta profession et l’argent qui vient avec. ‘‘

À ce moment, Vaënadiel débarqua dans la chambre avec Melley après avoir entendu le claquement de porte ainsi que le haussement de voix de la part d’Heïan. Elles tombaient bien mal et il y eut soudainement un gros malaise. Le regard aqua de la jeune femme se posa sur son homme qui évita son regard, honteux.

‘‘ ... Liam ? ‘‘ Demanda t-elle, soudainement inquiète. '' Que ce passe t-il ? ''

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 20 Jan 2013 - 21:41


Rentrant dans la maison, Liam remonta quatre à quatre les escaliers. Il devait chercher la feuille avant que quelqu'un tombe dessus aussi…mais trop tard.

Il entrait à peine dans la pièce qu'une main l'agrippa au col, le tirant pour entrer. La porte se referma dans un bruit sourd et Liam fût plaqué contre le mur avec violence. C'est là qu'il reconnut son père, la feuille en main. Il pâlit alors qu'Heïan criait :

-Peux-tu me dire ce que ça fiche sous mon toit ?!

La feuille ce colla contre son torse et Liam baissa la tête, le cœur battant la chamade, se sentant honteux et coupable. Qu'est-ce que son père pensait de lui ? En voyant qu'il allait suivre la voie de son grand-père ?

-J’espère pour toi que tu n’as pas l’intention de faire quoi que ce soit, Liam. Je ne sais pas ce qui s’est passé pendant mon absence et celle de ta mère, mais sache que je ne tolèrerai pas que tu t’enfonces dans ce chemin. Si je l’ai quitté, ce n’était pas pour rien !

Relâché, Liam resta dans son coin, l'estomac noué, alors que son père faisait les cent pas dans la pièce. Mais Liam ne voulait pas devenir ça…juste prendre ce contrat pour l'argent…avoir du temps supplémentaire pour trouver un emploi et nourrir les siens…ne plus devoir acheter cette nourriture dégoûtante et avariée…
Heïan s'arrêta alors, le regardant méchamment. Il était rarement en colère, mais là…

-Ta femme est-elle au courant pour ton travail et ce contrat ?

Pour son travail? Il savait ? Omar lui avait-il dit quelque chose ? Liam ne put regarder son père, gardant la tête basse. Non, Vaë n'était pas au courant et il s'en voulait de lui mentir…mais c'était pour son bien…c'était…pour qu'elle garde le sourire…

-Comment crois-tu qu’elle réagira, comme le reste de la famille, en voyant ça ? Tu n’es pas quelqu’un de mauvais, bon sang ! Ouvre les yeux, fiston ! Tu t’engages dans la même voie que ton grand-père et Eziel ! Je ne sais pas ce qui t’es passé par l’esprit, mais si tu veux toucher le fond du baril, continues comme ça... mais tu auras bientôt un choix à faire : ta famille ou ta profession et l’argent qui vient avec.

Liam voulut parler, tenter de s'expliquer, de tout avouer à son père, mais la porte s'ouvrit au même moment sur Melley et Vaë. Non…pas maintenant…Liam détourna le regard, ne le laissant pas sur Vaë. Qu'est-ce qu'il pouvait avoir honte…La feuille était toujours dans sa main, contre son torse.

-... Liam ? Que ce passe t-il ?

Elle semblait vraiment inquiète. Elles entrèrent et refermèrent la porte, laissant à l'étage du dessous Eph' et Elayne s'occuper des petits. Voilà, maintenant il n'avait plus le choix, il devait avouer, et non seulement devant son père mais aussi sa mère et sa femme.

Elles se postèrent près d'Heïan, tous trois le regardant, attendant qu'il parle enfin. Chiffonnant la feuille, il déglutit et releva lentement la tête. Mais il ne regarda personne en particulier. Il ne pouvait pas affronter le regard inquiet de sa femme et de sa mère, et le regard colérique de son père.

-Je…j'ai perdu mon emploi à la garde…il y a un mois environ, à notre retour de Madorass…à cause de ce que j'ai fait justement…j'ai…j'ai passé ces dernières semaines à chercher un emploi mais rien…je suis fiché comme meurtrier et fou…personne ne me veut…

Il inspira un grand coup, baissant la tête en regardant la feuille.

-Une fois, il y a un…un homme qui est venu et m'a proposé le contrat…je…j'ai refusé mais il m'a laissé la feuille…et…chaque jour je voyais nos denrées diminuer, notre argent s'envoler…je me disais que si je faisais juste ce contrat, l'argent me permettrait d'avoir du temps supplémentaire…je ne pensais qu'au bien de ma famille…mais je n'ai rien fait...je n'ai pas tué cet homme...croyez-moi...même si j'ai voulut le faire là aujourd'hui...pour...pour ne plus avoir à acheter de la viande avariée...désolé...

Son cœur battait trop vite et la chose ruait en lui. Il ne voulait pas regarder le regard horrifié de Vaë ou de sa mère…

-Je n'aurais pas continué…je…je n'ai rien dit parce que…tu remontes à peine la pente Vaë…je ne voulais pas que tu t'inquiètes pour ça et…je ne voulais pas faire l'aumône chez vous…mes parents…je pensais réussir à m'en sortir seul mais…

Il s'approcha de la porte et termina :

-Je suis décevant et je ne suis pas à la hauteur…je ne suis pas le fils ou le mari que vous rêviez d'avoir…désolé…

Et d'un coup il ouvrit la porte et sortit, descendant les escaliers. Il ignora Farkhas et sortit, se mettant à courir dans la rue. Il avait besoin de…de réfléchir. Il sortit de l'enceinte de Beolan sous les regards intrigués des gardes et s'enfonça dans la forêt.

Il se rendit dans le seul lieu ou personne ne chercherait, du moins le croyait-il. La planque d'Eziel. Là ou il avait enfermé sa mère durant deux longs mois. Il entra, descendit, et se laissa glisser le long du mur, roulant la feuille en boule et la jetant là ou se trouvait toujours le collier et la trace de main sur l'armoire…

Tout partait de travers…et voilà qu'il venait de fuir en bon lâche qu'il était, au lieu d'affronter leurs réprimandes. Comment pourraient-ils encore lui faire confiance après ça ? Comment Vaë pourrait-elle l'accepter sous son toit encore ? Il lui avait menti, lui avait caché ça alors qu'ils s'étaient promis de tout ce dire. Et son père ? Il allait se demander à quoi cela à servit, ses années d'éducation…

Non, Liam ne serait jamais comme son père, son mentor. Il était décevant pour tout le monde…il ne se lamentait pas, mais c'était l'impression qu'il avait. Il ne prenait jamais les bonnes décisions et pourtant il réfléchissait énormément. Il faisait tout de travers. Si encore il était seul, il s'en ficherait. Mais il avait une femme et des enfants. Il se devait d'être à la hauteur et de respecter ses engagements. Là encore, peine perdue. Vaë ne lui pardonnerait pas ça…

Il resta bien une heure assis là dans la poussière, à réfléchir. Au final, il hésitait à y retourner ou non. Ils allaient l'accueillir dans un silence de glace et il se sentirait encore plus mal à l'aise…

Il regarda la feuille et cria :

-C'EST DE TA FAUTE !

Se prenant ensuite la tête entre les mains il finit en murmurant :

-Non c'est de la mienne…

Il ne voulait pas de pitié ou d'aide…il ne voulait pas prendre l'argent de ses parents. Mais il n'avait apparemment pas le choix. Surtout que maintenant, ils allaient le surveiller pour être sûrs qu'il ne dérape pas vers le monde des tueurs à gage…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 21 Jan 2013 - 2:53

Quand le mensonge est pire que la vérité


Melley se rendit aux côtés de son époux qui serrait les poings si forts que ses phalanges en étaient devenues blanches. Elle ne savait pas ce qui se passait dans cette pièce, mais suite à un retour de voyage, ça faisait drôlement étrange de retomber dans les problèmes. Vaënadiel restait légèrement en retrait, n’arrivant pas à comprendre ce qui se passait entre le père et le fils jusqu’à ce qu’elle voit Liam chiffonner une feuille dans son poing gauche. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Le jeune homme n’osait toujours pas croiser le regard des gens ici présent, et ce, jusqu’à ce qu’il daigne lever la tête pour regarder dans le vide. Il déclara alors :

‘‘ Je…j’ai perdu mon emploi à la garde…il y a un mois environ, à notre retour de Madorass…à cause de ce que j’ai fait justement…j’ai…j’ai passé ces dernières semaines à chercher un emploi, mais rien…je suis fiché comme meurtrier et fou…personne ne me veulent… ‘‘ Commença t-il, baissant le regard sur le papier qu’il tenait dans sa main. ‘‘ Une fois, il y a un…un homme qui est venu et m’a proposé le contrat…je…j’ai refusé, mais il m’a laissé la feuille…et…chaque jour je voyais nos denrées diminuer, notre argent s’envoler…je me disais que si je faisais juste ce contrat, l’argent me permettrait d’avoir du temps supplémentaire…je ne pensais qu’au bien de ma famille… ‘‘

Heïan serra les dents et détourna le regard, car il était sur le point de s’énerver et de foutre une bonne claque derrière la tête de son fils pour lui remettre les idées en place. Sa femme le sentit bien et elle prit sa main dans la sienne, la serrant afin de parvenir à le calmer. Mais c’était trop tard ... En pensant à ça, Liam avait franchi la limite permise. Il avait songé à enlever à une personne pour une somme d’argent et avait tout caché à sa femme, celle qui devait être au courant la première. Or, d’après la tête que Vaënadiel faisait, elle ne savait rien. Celle-ci avait les mains devant la bouche et tentait d’assimiler le fait que son homme lui avait menti et tout caché. Mais pourquoi avait-il fait ça ?

‘‘ Je n’aurais pas continué…je…je n’ai rien dit parce que…tu remontes à peine la pente Vaë…je ne voulais pas que tu t’inquiètes pour ça et…je ne voulais pas faire l’aumône chez vous…mes parents…je pensais réussir à m’en sortir seul, mais… ‘‘ Continua Liam alors qu’il s’approcha de la porte. ‘‘ Je suis décevant et je ne suis pas à la hauteur…je ne suis pas le fils ou le mari que vous rêviez d’avoir…désolé… ‘‘

Puis la porte s’ouvrit et ils purent entendre les bruits de pas dans le couloir jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien. Encore une fois, leur fils se rabaissait et culpabilisait. L’idiot aurait très bien pu les prévenir au tout début avant de laisser le tout s’effondrer sous ses pieds de la sorte ! Il entraînait ses enfants et sa femme dans son bateau par simple orgueil. Non, mais quelle tête de mule et ça, il ne le tenait pas du voisin. Heïan inspira profondément et leva les yeux au ciel, se massant la nuque alors que son fils était parti il ne savait où. Si seulement Liam savait à quel point c’était difficile de sortir de ce genre de travail une fois que l’on commençait et ça, il était le premier à savoir.

‘‘ Heïan, calme-toi, je t’en prie ... Liam a fait ça pour le bien des siens et pour ne pas inquiéter personne ... ‘‘

‘‘ Sauf qu’il coule et est sur le point d’atteindre le fond du baril ! S’il veut faire couler le sang, qu’il le fasse, mais qu’il ne vient plus me demander de l’aider. ‘‘ Cracha t-il froidement.

‘‘ Heïan ! C’est ton fils dont tu parles ! ‘'

‘‘ Je ne supporterai pas que mon fils gâche sa vie en versant du sang à son tour et qu’il perde sa famille pour une question d’argent Melley. C’est un boulot de lâche et il vaut mieux que ça ! S’il n’arrive pas à trouver de travail, je retournerai à la caserne et reprendrai un poste seulement pour lui assurer un revenu. S’il refuse, je le trucide ! ‘‘

Vaënadiel ne put rester plus longtemps dans la pièce et sortit rapidement, Melley sur les talons. Heïan avait besoin d’être seul un moment le temps de calmer ses nerfs. On avait tout de même atteint une corde sensible et il se devait de réfléchir à des possibilités. La druidesse descendit au rez-de-chaussée et habilla chaudement les enfants , les prenant ensuite dans ses bras. Son frère et Elayne se demandaient ce qui n’allait pas, mais la jeune femme à la chevelure de neige ne fit que les saluer de la tête et se précipita à l’extérieur. Ephraïm sortit donc la rejoindre et l’accompagna en silence jusque chez elle où ils virent bien que Liam n’était pas présent. Il entra alors et alluma un feu sous la cheminée alors que sa soeur montait à l’étage pour coucher les enfants. Vaë ne redescendit qu’une vingtaine de minutes plus tard, les yeux dans le vague et ses membres tremblants légèrement.

‘‘ Tu ... peux y aller Eph’. Je suis capable de rester toute seule à la maison et puis j’ai besoin d’être seule un moment. ‘‘

‘‘ Bien ‘‘ Dit-il ‘‘ Approche que je te fasse un câlin. ‘‘

La jeune femme se colla à son frère et ferma les yeux, y restant un long moment le visage triste. Elle ne comprenait pas pourquoi son époux lui avait caché le fait qu’il n’avait plus d’emploi. Elle aurait certainement été plus indulgente face à lui en ce qui concernait les aliments qu’il achetait lorsqu’elle s’occupait des enfants à la maison. Même, elle aurait très bien pu aider ! Les plantes étaient sa spécialité et elle pouvait très bien entrer en contact avec l’herboriste sur la foire pour en venir à une entente. Sa pièce remplie de plante n’avait même pas servi depuis qu’ils étaient établis dans la maison. Vaënadiel soupira puis se laissa embrasser le front par son grand frère qui la laissa seule à contrecoeur. Elle le rassura d’un faible sourire en coin puis ferma la porte derrière lui en la verrouillant. Ensuite, elle monta à l’étage pour se faire couler un bain et se glissa dans l’eau une fois que ses vêtements eurent rejoint le sol. Sa tête s’accota sur le bord de la cuve et sa main gauche sortit de l’eau pour admirer les bijoux qui ornaient son annulaire gauche. Son membre chuta alors et claqua la surface du liquide translucide dans en même temps que ce long et profond soupire que la jeune femme échappa volontairement. Finirait-elle par respirer et reprendre goût à la vie comme auparavant ? Et Liam qui lui cachait des choses si importantes. Il lui avait même dit qu’ils tissaient leur vie ensemble sauf qu’elle avait l’impression que ce n’était pas le cas. Rares étaient les fois où il se confiait à elle par lui même. À tous les coups elle devait lui faire cracher les vers du nez en lui faisant du chantage. L’eau commençait à devenir froide et ce fut le temps de se sécher. La jeune femme enfila ensuite sa chemise puis descendit au salon enroulé dans une épaisse couverture de laine, prenant place devant le feu qui crépitait doucement. Ses yeux aqua se perdirent dans les flammes qui dansaient devant elle dans un rythme musical muet. Farkhas se coucha à ses côtés et Meeko grimpa sur ses jambes, trouvant refuge autour de son cou comme il aimait tant faire.

Cela faisait une heure que Liam avait quitté la maison familiale et toujours aucune trace de lui. Où était-il ? Que faisait-il ? Vaënadiel n’en avait pas la moindre idée et commençait à être de plus en plus nerveuse. Et s’il avait décidé de tuer la personne qu’il devait tuer pour acquérir l’argent ? Ses membres tremblaient davantage alors que les souvenirs concernant Eziel refaisaient surface. Et si Liam devenait comme lui au fil du temps ? Tant de craintes emplissaient soudainement son esprit. Jamais elle ne pourrait se résoudre de rester avec lui s’il devenait un monstre de cette espèce même si elle en était profondément amoureuse. C’était le bien de ses enfants qui primaient par-dessus tout.

‘‘ Vaë ... calme-toi et cesse de te faire des scénarios catastrophes ! ‘‘ Se murmurait-elle en se recroquevillant.

Deux heures s’écoulèrent. Longues et interminables ...

Soudainement, elle entendit le verrou de la porte se déclencher et la porte s’ouvrir. La jeune femme resta sur place, mais tourna les yeux en direction de l’arche du salon qui donnait sur l’escalier. Une silhouette familière s’y dessina et entrait dans la pièce pour s’approcher lentement et silencieusement d’elle. Liam était là, mais ne daignait pas lui lancer un seul regard. Il avait prit place dans le fauteuil après s’être lourdement affaissé sur celui-ci, son regard fauve tourné vers les flammes. Vaënadiel le regarda un long moment, dépitée. Son coeur battait la chamade et elle regarda en direction de ses mains et ses vêtements; aucune trace de sang. Il n’avait rien fait alors ? Une dizaine de minutes s’écoulèrent ainsi et le chef de famille ne parlait toujours pas.

‘‘ Tu aurais dû m’en parler, et ce, même si j’étais en train de me remettre des évènements précédents. J’aurais pu tâcher de trouver un travail pour aider. ‘‘

Mais le regard qu’il lui lança l’offusqua et elle fronça les sourcils. Ses poings se serrèrent autour du tissu de la couverture qui lui recouvrait les jambes.

‘‘ Quoi ? Tu ne me crois pas capable de travailler et d’apporter un revenu ? Je sais faire autre chose que le ménage et m’occuper des enfants quand même ! ‘‘

Elle détourna le regard brusquement et se leva. Ils avaient tous les deux les nerfs à vif et s’engueulaient depuis un certain temps alors que jamais ça ne se produisait auparavant. Passant à côté du fauteuil, la jeune mère sentit une main agripper son poignet gauche au vol et elle le reprit vivement, le collant contre elle instinctivement. Le regard aqua de Vaë se planta alors dans celui de son époux qui respirait le pardon et le malaise de son geste impulsif.

‘‘ Je monte me coucher ... ‘‘ Murmura t-elle. ‘‘ Et que tu le veuilles ou non, j’aiderai à ramener des pièces d’or à la maison même si ton orgueil de mâle doit en prendre un coup, Liam Kreiss. Demain, va faire tes excuses à ton père. Je crois que tu lui dois des explications plus précises. ‘‘

Sans en dire davantage, Vaënadiel monta l’escalier et se rendit dans leur chambre où elle se glissa sous les draps. Liam ne tarda pas et voulu s’excuser, mais elle dit :

‘‘ Je ne veux plus rien entendre pour ce soir ... bonne nuit. ‘‘

Son dos faisait donc face à Liam et elle sera un oreiller contre elle pour compenser à la présence de Liam pour cette nuit. Ses paupières se fermèrent tranquillement, mais elle mit bien quelques heures avant de trouver le sommeil puisque tout ça la perturbait. Elle se réveilla même en sursaut pendant la nuit et dut quitter la chambre pour respirer de l’air frais dans le jardin arrière à cause d’un mauvais rêve. Ce qui la surprit fut les larmes qui perlaient sur ses joues et qu’elle essuya aussitôt. Une présence se fit sentir derrière elle, l’enlaçant doucement par les épaules. La jeune femme se laissa faire et ferma les yeux en soupirant, profitant seulement de la chaleur de son homme.

‘‘ Promets-moi que tu ne me cacheras plus de telles choses. Nous sommes deux dans tout ça, tu n’es pas seul, Liam. Je peux t’aider si tu m’en laisses la chance. ‘‘

Elle se retourna sans pour autant se détacher de son étreinte et entoura son cou de ses bras délicatement pour le regarder avec insistance. Il semblait si confus et perdu ... Se hissant sur la pointe des pieds, elle l’embrassa tendrement et longuement, caressant sa chevelure aussi sombre que le pelage des corbeaux et aussi douce que leur plumage.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 21 Jan 2013 - 11:09


Deux heures. Liam resta assis près de deux heures dans la maison, avec pour seule compagnie sa culpabilité. Oserait-il seulement rentrer chez lui ? Vaë devait être tout autant déçue que son père et sa mère…Parfois il se disait qu'au final, il n'avait peut-être pas été prêt à se marier et avoir une famille. Peut-être aurait-il du attendre encore un peu. Il avait voulut se débrouiller seul, pour montrer à son père qu'il pouvait le faire et que son éducation avait servit, mais aussi parce que ses parents ne seraient pas là éternellement, malheureusement. Et qu'un jour ou l'autre il serait livré à lui-même…

Mais au final, l'éducation de son paternel n'avait pas servit, il avait été prêt à basculer dans le métier de tueur à gage. Pour les siens…pour avoir du temps supplémentaire et pouvoir leur offrir des repas corrects…ne pas intoxiquer ses enfants et sa femme…

Tapant du poing contre le mur, il se maudit de plus belle. Quel idiot ! Mais il ne pouvait pas rester là indéfiniment. Sinon ils allaient se dire qu'il était allé accomplir le contrat. Il avait tellement peur que Vaë ne le mette à la porte…qu'elle ne veuille plus le voir tellement il l'avait déçue…même si d'un côté il l'avait cherché…il avait pratiquement franchit la limite…

Se relevant, il ne regarda plus la feuille. Enfin…il la prit, et du mieux qu'il put, y mit le feu. Il la tint en main, la regardant se consumer, puis l'écrasa au sol. Il ne restait rien. Maintenant, il n'hésiterait plus. Pourquoi n'avait-il pas fait ça tout de suite ? Parce qu'il était idiot.

Ressortant alors que la lune brillait, il avança vers Beolan le cœur lourd. Et son estomac se noua à chaque pas le rapprochant de sa maison…Il voyait à travers les rideaux la lueur des flammes dans la cheminée, donc Vaë était rentrée. Il sortit sa clé en tremblant et au moment de l'insérer dans la serrure, s'immobilisa. Comment allait-elle l'accueillir ? Il ferma les yeux, tentant de calmer son cœur, puis fît cliqueter le mécanisme et ouvrit la porte doucement, la refermant à clé derrière lui.

Il s'approcha du salon ou Vaë était assise, pelotonnée dans une couverture, et il s'approcha en silence, tête basse, s'asseyant lourdement dans un fauteuil à part, à bonne distance d'elle. Il regarda alors les flammes longuement, se demandant ce qu'il devait dire…sans s'enfoncer encore plus. De longues minutes s'écoulèrent ainsi jusqu'à ce que Vaë brise le silence :

-Tu aurais dû m’en parler, et ce, même si j’étais en train de me remettre des évènements précédents. J’aurais pu tâcher de trouver un travail pour aider.

Il la regarda soudain, interloqué. Non…il ne voulait pas qu'elle aille travailler…tout le monde n'était pas honnête et elle l'avait bien vu. Il s'inquiéterait plus qu'autre chose s'il la savait avec de purs inconnus en ville…mais elle ne sembla pas interpréter son regard de la bonne façon car elle fronça les sourcils et s'exclama :

-Quoi ? Tu ne me crois pas capable de travailler et d’apporter un revenu ? Je sais faire autre chose que le ménage et m’occuper des enfants quand même !

Il le savait qu'elle en était capable…mais…son estomac se comprimait atrocement et il se sentait plus mal que jamais. Il avait voulut lui épargner ses inquiétudes et maintenant, tout ce qu'ils faisaient était s'engueuler depuis des semaines…
Elle se leva alors et lorsqu'elle passa près de lui, il lui prit le poignet délicatement, pour qu'elle reste. Qu'il tente sa chance de lui parler. Mais elle n'était pas de cet avis et repris son bras vivement, le collant contre sa poitrine en murmurant :

-Je monte me coucher ... Et que tu le veuilles ou non, j’aiderai à ramener des pièces d’or à la maison même si ton orgueil de mâle doit en prendre un coup, Liam Kreiss. Demain, va faire tes excuses à ton père. Je crois que tu lui dois des explications plus précises.

Et elle monta sans un regard. Il entendit la porte se refermer et se leva à son tour. Il savait qu'il devait affronter son père…et ça lui faisait déjà peur.

Il monta aussi, rouvrant la porte de la chambre et murmurant à la silhouette de sa femme couchée dans le lit, dos à lui :

-Vaë…excuse-moi…je…

-Je ne veux plus rien entendre pour ce soir ... bonne nuit.

Baissant la tête, il ressortit de la chambre, comprenant très bien qu'elle ne voulait pas de lui dans son lit. D'un pas lent, il se dirigea dans la chambre d'à côté, ne fermant pas entièrement la porte. Au cas où. Là, il s'assit sur le matelas, serrant les poings entre eux. Voilà il avait joué avec le feu et maintenant il se brûlait. Il irait voir son père et subirait sa sentence…parce que Heïan ne pardonnerait pas ça. Ayant été tueur à gage, il savait ce que c'était et ne voulait pas voir son fils prendre le même chemin…

Liam se coucha, tout habillé, les yeux grands ouverts sur le plafond et les mains jointes sur son torse. De loin on aurait pu croire qu'il était mort. Les heures défilèrent et il tenta bien de dormir, mais impossible. Il revoyait les regards de ses parents et de sa femme lorsqu'il avait tout avoué. Horrifiés, choqués…

C'est là qu'il entendit la porte de leur chambre s'ouvrir et des pas descendre dans les escaliers. Fronçant les sourcils, il se leva et suivit en silence, voyant sa femme aller dans le jardin arrière. Qu'avait-elle ? Il s'approcha doucement et l'entendit renifler. Son cœur se serra un peu plus et il s'avança, la prenant par les épaules pour la serrer contre lui, prenant le risque de se faire repousser. Mais elle ne fît rien.

-Promets-moi que tu ne me cacheras plus de telles choses. Nous sommes deux dans tout ça, tu n’es pas seul, Liam. Je peux t’aider si tu m’en laisses la chance.

Puis elle se retourna sans se dégager de ses bras et le regarda, insistante. Il voulut baisser la tête, ne parvint pas à se détourner de son regard. Elle se hissa alors sur la pointe des pieds et ses lèvres rejoignirent les siennes en un baiser long et savoureux. Il sentait sa main caresser ses cheveux et Liam ferma les yeux, cherchant un peu de courage dans ce baiser. Lorsqu'ils se détachèrent, il essuya une dernière larme qui coulait sur sa joue et murmura :

-Je te le promets…je…désolé pour tout ça mais je ne voulais pas t'inquiéter…je voulais juste voir ton sourire renaître…j'ai tout gâché…et…je sais que tu es capable de travailler ce n'est pas ça…c'est juste que te savoir avec des inconnus dans cette ville qui t'as déjà tant fait souffrir…je n'arrêterais pas de m'inquiéter…

Il la regardait, admirait ses traits, ses yeux, ses cheveux qui repoussaient déjà bien…

-Je ne pensais qu'au bien des enfants et de ma femme…sans songer aux conséquences de mes actes…j'espère que tu pourras me redonner ta confiance…

Il l'avait déjà perdu deux fois sa confiance…le vent frais la faisait grelotter et il l'entraîna à nouveau à l'intérieur, la menant à la chambre et la couchant convenablement. Il la borda et, caressant ses cheveux il lui dit :

-Bonne nuit ma rose…je serais dans la pièce d'à côté. Dors maintenant…

Et sur un dernier baiser sur son front, il ressortit de la chambre, ce dirigeant vers celle qui l'accueillerait jusqu'à temps que Vaë ne voulait pas de lui avec elle. Il se recoucha, soupirant, cherchant dans sa tête ce qu'il allait dire à son père, le lendemain. En fermant les yeux, il voyait encore son regard colérique et déçu.

Au petit matin, il se leva, se débarbouilla et défroissa ses vêtements, sortant de la chambre. Il croisa Vaë avec les petits et il leur dit bonjour, les enfants ne comprenant pas ce qu'il se passait et il dit à Vaë qu'il allait chez son père. De toute manière, il ne pourrait rien manger tant son estomac était serré. Eph' ne devait pas tarder à venir avec Elayne pour aider Vaë de toute manière.

Dehors, l'air était déjà bien plus frisquet. Il croisa Eph' et le salua, ne répondant toujours pas à ses questions muettes. Bien sûr qu'il se demandait ce qu'il se passait mais Liam ne pouvait pas lui dire maintenant comme ça…

Elayne suivait aussi, et ce fût le même scénario, mais Liam passa son chemin et s'arrêta devant la porte de sa maison natale. Il…n'osait pas. Dix minutes s'écoulèrent sans qu'il ne bouge, jusqu'à ce que sa main se lève et toque contre la porte. Une domestique ouvrit et il entra en la saluant puis s'avança. Son père arrivait en même temps et son regard sur lui n'avait pas encore changé. Il lui en voulait toujours. D'un signe de tête, Heïan indiqua à son fils de monter et il s'exécuta, suivit de près par le père qui le fît entrer dans la chambre comme la veille et referma la porte.

Liam se colla contre le mur, baissant de nouveau la tête, se tordant les mains. Quelques minutes s'écoulèrent avant qu'il ne commence :

-Je…suis désolé…papa. Je ne voulais pas te décevoir. Mais c'était si tentant…je n'avais plus rien, Vaë m'engueulait à chaque fois que je ramenais de la nourriture avariée, et je lui mentais, me sentais mal en le faisant…mais je ne pensais qu'à son bien…je ne l'aurais fait que pour le bien des miens, et ça me dégoûtait rien que d'y songer…crois-moi…je suis impardonnable je crois bien...mais je te le répète, je n'ai pas accepté le contrat, je n'ai pas tué. C'est la vérité.

Il inspira un grand coup, n'osant toujours pas regarder son père en face.

-J'ai toujours voulut être comme toi papa. Aussi droit et fort que toi. Réussir à m'occuper d'une famille sans problèmes. Je t'ai toujours admiré et prit en exemple. Et…je n'y arrive pas…je prends les mauvaises décisions et cache des choses essentielles à ma femme…je ne suis pas un aussi bon père de famille que toi…je n'ai plus d'emploi…et je n'en retrouverais sans doute pas avec cette étiquette de tueur et de fou collée sur mon front…

Il se tordait toujours les mains, de plus en plus fort, tellement il était nerveux.

-Vaë veut aller travailler. Mais…je ne veux pas…je n'aurais de cesse de m'inquiéter pour elle, en la sachant avec des inconnus…après tout ce qu'il lui est déjà arrivé…je suis prêt à accepter toutes les punitions que tu jugeras bon de m'infliger.

Il se tut, pour ensuite murmurer, plus pour lui-même :

-Je suis un échec total…

Son cœur battait vite, et la chose cognait encore. Et il n'osait toujours pas regarder Heïan, qui avait tout écouté, bras croisés sur son torse…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 21 Jan 2013 - 21:47

Père VS Fils, part.1


La plante de ses pieds revint vers le sol lentement, réduisant de nouveau la distance qui séparait leur visage. Les mains de la jeune femme se posèrent délicatement sur les joues de son époux et elle ne put dévier son regard du sien qui l’avalait à chaque fois. À tous les coups, elle s’y perdait pour ne plus retrouver son chemin, mais sa larme lui permit d’en sortir tout comme le toucher de Liam contre la peau de son visage. L’humidité disparue bien rapidement alors que la voix douce, mais nouée du jeune homme parvint jusqu’à ses oreilles, résonant comme une douce mélodie.

‘‘ Je te le promets…je…désolé pour tout ça, mais je ne voulais pas t’inquiéter…je voulais juste voir ton sourire renaître…j’ai tout gâché…et…je sais que tu es capable de travailler ce n’est pas ça…c’est juste que te savoir avec des inconnus dans cette ville qui t’as déjà tant fait souffrir…je n’arrêterais pas de m’inquiéter… ‘‘

Elle comprenait mieux son hésitation maintenant. Avec les deniers évènements et sa naïveté naturelle, il était normal que Liam se fasse un sang d’encre en la sachant loin de lui. Toute sorte de choses pouvaient arriver et de plus, elle ne connaissait que très peu l’art du combat, car seule sa maîtrise de l’air lui permettait de se défendre convenablement. Et encore.

‘‘ Je ne pensais qu’au bien des enfants et de ma femme…sans songer aux conséquences de mes actes…j’espère que tu pourras me redonner ta confiance… ‘‘ Continua t-il.

Contrairement à ce qu’il semblait penser, Vaënadiel n’avait jamais retiré sa confiance de cet homme avec lequel elle partageait sa vie. Lorsque la confiance disparaîtrait, c’était parce qu’ils seraient rendus à un stade où ils parviendraient à peine à s’entendre et même s’endurer mutuellement. Or, elle ne croyait pas qu’ils en étaient rendus à ce point. Certes ils se gueulaient après de temps à autre en ce qui concernait la nourriture et la santé des enfants, mais maintenant, Vaë comprenait mieux le comportement de Liam et l’hésitation dont il faisait preuve en voulant économiser le plus possible.

‘‘ Tu n’as pas perdu ma confiance une seule fois, Liam... jamais de manière intentionnelle du moins, et encore ... Je ne l’accorde totalement qu’aux gens qui la mérite. ‘‘ Murmura t’elle, entourant la talle du jeune homme de ses bras en se collant contre lui. ‘‘ Je suis navrée d’avoir levé le ton ces derniers temps. Seulement, si j’avais su ce qui te tracassait et t’arrivait, j’aurais pu faire preuve d’un peu plus de compréhension. À l’avenir, parle-moi et ne garde pas de telles choses pour toi seul. Il faut que ça sorte, que tu extériorises et je suis là pour veiller sur toi comme tu le fais pour moi. ‘‘

Le brise fraîche de la nuit lécha alors ses jambes couvertes seulement jusqu’à mi-cuisse, la faisant aussitôt grelotter. Liam l’entraîna donc à l’intérieur, refermant et verrouillant la porte après elle. Ils montèrent alors à l’étage et le chevalier borda sa femme tendrement.

‘‘ Bonne nuit ma rose…je serais dans la pièce d’à côté. Dors maintenant… ‘‘

‘‘ Bonne nuit mon loup ... ‘‘ Susura t-elle.

Avant de partir, Liam déposa un doux baiser sur son front et elle le regarda partir sans arriver à lui demander de rester. Sa gorge était enrouée à cause du froid qui parcourait ses pieds et ses jambes, la faisant grelotter. La porte se referma derrière l’homme, la plongeant dans le noir total, Vaë prit donc l’oreiller de son époux et enfouis son visage dans celui-ci, parvenant à retrouver le sommeil grâce au parfum imprégné dans le tissu. Le lendemain matin la jeune nordique était allée voir les enfants dans leur chambre alors qu’ils jouaient sagement avec leur peluche et les animaux. Doucement, elle les serra dans ses bras et ils sortirent de la pièce où ils croisèrent leur père qui sortait de la chambre d’ami. Les enfants ne comprenaient pas pourquoi papa et maman ne se donnaient pas de bisou ce matin-là. Mais surtout pourquoi il ne mangeait pas avec eux avant de partir chez Krbaba et Krpapa. Ephraïm et Elayne arrivèrent à peine cinq minutes après le départ de Liam et ils s’installèrent dans le salon. Le nordique leva les yeux vers sa soeur qui ne semblait pas aussi souriante qu’à son habitude.

‘‘ Vaë ... ‘‘

La concernée leva son regard aqua vers son grand-frère et sa mine inquiète. Elle lui fit un doux sourire, bien que peu rassurant. Eph’ fronça légèrement les sourcils, mais ne chercha pas à questionner davantage Vaënadiel sur ses états d’âme, car elle parla d’elle-même.

‘‘ Ça s’arrangera avec le temps. Tout va bien et tout reprendra bientôt son cours normal. Ne vous inquiétez pas pour moi... Cependant, il faudrait que j’aille chez l’herboriste pendant que Liam est absent. ‘‘

‘‘ J’irai avec toi, Elayne pourra rester avec les enfants ? ‘‘

‘‘ Sans problème ! ‘‘ Dit-elle avec un large sourire alors que les petits hurlaient de joie.

Ainsi, Vaënadiel acquiesça et monta à l’étage pour se débarbouiller et se changer. Ell brossa rapidement sa chevelure et vint rejoindre son frère qui l’attendait devant la porte d’entrée. Il fit enfiler un manteau, car le temps était frais à l’extérieur. Ils dirent au revoir à la brunette, Keilan et Arya et filèrent jusqu’à la foire. Par chance, le nordique s’était habitué à la ville bien plus rapidement que sa soeur et savait se retrouver grâce à des points de repères bien spécifiques. Une fois à la boutique, Vaënadiel fut la première à entrer à l’intérieur, suivi du grand homme qui regardait cette jungle. La vieille dame avait reconnu sa cliente, celle qui était venu acheté des plantes le jour où la druidesse avait voulu teindre Meeko en noir lorsque Keira l’avait accusé de trafique animal. Ses lunettes sur le bout du nez, elle s’approcha avec sa canne et son dos vouté par la vieillesse.

‘‘ Bonjour, ma belle enfant ! Que puis-je faire pour toi aujourd’hui ? ‘‘

‘ Eh bien ... en fait, je ne venais pas pour acheter de plantes. Je voulais savoir si vous n’aviez pas besoin d’aide, d’une apprentie en quelque sorte. ‘‘

‘‘ Hum ... peut-être. Ça pourrait être intéressant oui. Mais dis-m’en davantage sur tes capacités. ‘‘

‘‘ Je connais la flore et les caractéristiques propres à chacune des plantes, ou presque. Je fabrique des onguents, des paralysants, des ... poisons. Alors, je me disais que je pourrais vous apporter ces services. Cependant, j’ai de jeunes enfants et je ne peux pas trop m’éloigner de la maison. Par contre, j’y ai mon espace de travail avec tout ce qu’il me faut. Je pourrais y travailler et venir vous livrer la marchandise aux trois jours avec une liste de ce qu’il vous faut. Qu’en dîtes-vous? ‘‘

La vieille dame se mit à réfléchir et faire les cent pas devant les jeunes nordiques. Vaënadiel commençait alors à être nerveuse, craignant que l’herboriste refuse. Celle-ci s’arrêta alors et darda du regard la jeune femme un long moment avant d’enfin s’exprimer :

‘‘ Je ne me spécialise pas dans ce genre de produit. Il faut dire que je ne fais que la culture de plante et il y a déjà madame Omarion, Naëlyah qui m’aide pour ceci. Mais elle m’a déjà parlé de toi et m’a dit ce que tu savais faire. Un peu de nouveauté ne pourrait faire de tort à ce commerce. Reviens demain en fin de journée et je te donnerai la liste de ce qui pourrait m’intéresser. Si tu ne peux faire ce qui se trouve dessus, raye-le et fais ce que tu peux, moyennant un salaire. Cela te convient-il ? ‘‘

‘‘ Merci, madame ! ‘‘

‘‘ Irma suffira, ma belle enfant. ‘‘

Vaënadiel souriait à s’en décrocher la mâchoire et vint embrasser le front de la dame qui fut surprise sur le coup, mais qui ricana bien rapidement, les regardant partir. Ephraïm tapota l’épaule de sa petite soeur et ils s’en retournèrent tranquillement à la maison. Pendant ce temps, à la villa des Kreiss, une domestique annonça la visite de Liam. Heïan était de mauvais poil ce maint-là et ne parlait que très peu malgré la présence réconfortante de sa femme à ses côtés. Il s’était donc levé pour venir à la rencontre de son fils, mais son air sévère était toujours gravé sur son visage. Heïan lui fit donc signe de tête à son fils de monter à l’étage et il obéit sans rien dire. Ils retournèrent dans l’ancienne chambre que Liam occupait pendant son enfance et adolescence, le paternel marchant juste derrière, les mains dans ses poches de pantalon. La porte fut refermée derrière les deux hommes et Heïan resta debout au centre de la pièce, les bras croisés sur son torse alors que son fils s’adossait contre le mur près de l’entrée. Celui-ci ne parla pas tout de suite et laissa un lourd silence s’installer. Son regard fauve ne daignait même pas se poser sur le père de famille une seule seconde lorsqu’il commença d’une voix cassée.

‘‘ Je…suis désolé…papa. Je ne voulais pas te décevoir. Mais c’était si tentant…je n’avais plus rien, Vaë m’engueulait à chaque fois que je ramenais de la nourriture avariée, et je lui mentais, me sentais mal en le faisant…mais je ne pensais qu’à son bien…je ne l’aurais fait que pour le bien des miens, et ça me dégoûtait rien que d’y songer…crois-moi…je suis impardonnable je crois bien...mais je te le répète, je n’ai pas accepté le contrat, je n’ai pas tué. C’est la vérité. ‘‘ Dit-il, prenant le temps de bien inspirez avant de poursuivre sa lancée. ‘‘ J’ai toujours voulu être comme toi papa. Aussi droit et fort que toi. Réussir à m’occuper d’une famille sans problèmes. Je t’ai toujours admiré et pris en exemple. Et…je n’y arrive pas…je prends les mauvaises décisions et cache des choses essentielles à ma femme…je ne suis pas un aussi bon père de famille que toi…je n’ai plus d’emploi…et je n’en retrouverais sans doute pas avec cette étiquette de tueur et de fou collée sur mon front… ‘‘

Les yeux d’Heïan se posèrent sur les mains de sa progéniture qui se tordaient davantage sous le coup de la nervosité. Le connaissant, il était certain que Liam se faisait des scénarios catastrophe du genre qu’il allait le foutre dehors et le renier. Comme si un père pouvait faire ça à son enfant. Euh bon ... ça arrivait oui, mais Heïan n’y parviendrait jamais.

‘‘ Vaë veut aller travailler. Mais…je ne veux pas…je n’aurais de cesse de m’inquiéter pour elle, en la sachant avec des inconnus…après tout ce qu’il lui est déjà arrivé…je suis prêt à accepter toutes les punitions que tu jugeras bon de m’infliger. ‘‘ Puis il murmura pour lui-même, plusieurs secondes plus tard : ‘‘ Je suis un échec total… ‘‘

Ses bras se décroisèrent lentement de son torse puis il s’approcha de Liam d’un pas tout aussi lent pour lui foutre une bonne claque derrière la tête. Son fils leva aussitôt les yeux vers lui et croisa son regard noir alors qu’il n’avait toujours pas ouvert la bouche. Heïan poussa un long et profond soupir, levant les yeux vers le ciel, puis lui redonna une autre claque, un peu moins fort pour lui remettre les idées en place.

‘‘ Triple idiot ! ‘‘ S’écria-t-il. ‘‘ Tu ne pourras jamais être comme moi Liam. Jamais. Nous ne sommes pas la même personne et jamais nous ne le serons. L’on forge soit même qui l’on est avec l’expérience de vie, les erreurs commises et nos exploits. Ne cherche pas à devenir comme moi, à faire comme moi. Tu dois trouver ce que tu es là dedans. ‘‘ Dit-il, accotant le bout de son index droit sur le poitrail de son fils. ‘‘ Avant de rencontrer ta mère, je n’étais rien. Absolument rien ... un lâche de la pire espèce qui tuait pour survivre. À ton âge, je subvenais à peine à mes besoins, vivait dans la rue ... je détestais ce que j’étais avant de rencontrer ta mère. C’est elle qui m’a aidé à prendre le bon chemin, à devenir droit et fort, comme tu dis. Je l’ai laissé m’aider, tous les jours et encore aujourd’hui alors que je crois être capable de tout faire. Pourtant, je me trompe. À l’époque, j’avais peur d’être un mauvais père, de devenir violent comme celui que j’avais eu pour exemple ... et j’y suis parvenu malgré tout, Liam. ‘‘

Heïan posa les mains sur les épaules de son fils, ne le forçant pas à le regarder dans les yeux s’il ne voulait pas. Tant qu’il l’écoutait, c’était suffisant.

‘‘ Je regrette de m’être énervé de la sorte hier, mais savoir que tu songeais à emprunter cette voie sans en connaître les conséquences, m’a mis hors de moi. Je souhaitais de tout coeur que tu n’aies pas essayé, car il est difficile de s’en sortir une fois qu’on a commencé. On coule et coule encore alors que la possibilité de s’en échapper devient de plus en plus improbable. Liam ... Tu as 20 ans, bientôt 21 et tu es encore jeune, très jeune. Tu as déjà une femme et deux enfants. C’est beaucoup et surtout avec ce que vous avez traversé tous les deux, mais tu sais aussi bien que moi que tout ce que Vaë veut est de t’aider du mieux qu’elle le peut. Alors, ne la mets pas de côté dès que quelque chose ne va pas. Tu dois lui parler. Vous devez vous appuyer l’un sur l’autre dans les moments difficiles, vous serrez les coudes et surmontez tout ça ensemble. ‘‘

Là, le paternel lui releva la tête et le força à le regarder dans le blanc des yeux en tenant son visage d’une main. Vive les bouches de poisson ... Son air sévère avait considérablement diminué et Heïan semblait beaucoup plus calme et serein qu’à l’arrivée de Liam à la villa.

‘‘ Je ne te punirai pas Liam. Tu es adulte et tu sais ce qui est bon et non pour toi, mais ne redis jamais que tu es un échec total, car c’est nous insulter moi et ta mère. Me suis-je bien fait comprendre ? Il est normal que tu fasses des erreurs, personne n’est parfait et tu es humain comme nous tous. C’est comme ça qu’on apprend de la vie et qu’on se relève encore plus fort des épreuves difficiles. ‘‘ Puis il marqua une pause, offrant un sourire à son fils. ‘‘ Nous trouverons une solution et tu verras, ça s’arrangera et tu n’auras pas besoin d’être père au foyer à temps plein et sans salaire. Il y a certainement des possibilités auxquelles vous n’avez pas pensé, toi et Vaë. Sinon ton vieux père peut toujours se rendre utile encore une fois ! ‘‘

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 22 Jan 2013 - 14:50


Liam respirait profondément, tentant de calmer sa nervosité grandissante. Il n'osait pas relever la tête pour regarder la réaction de son père. Il avait tellement peur…alors, imperceptiblement, il se tendit lorsqu'il entendit les bruits de pas lents qui s'approchaient de lui. Mais il ne s'était pas attendu à la suite.

Son père lui donna la plus belle claque sur la tête qu'il n'eut jamais reçue. Si forte que Liam releva automatiquement les yeux, sentant les échos de la claque sur son crâne, observant son père et le regard noir qu'il avait. Il soupira alors, levant les yeux au ciel pour lui redonner une seconde claque sur la tête. Moins forte, mais Liam la sentit tout de même. Liam se força à ne pas mettre la main derrière la tête et soutenait comme il pouvait le regard noir de son père qui s'écria alors :

-Triple idiot ! Tu ne pourras jamais être comme moi Liam. Jamais. Nous ne sommes pas la même personne et jamais nous ne le serons. L’on forge soit même qui l’on est avec l’expérience de vie, les erreurs commises et nos exploits. Ne cherche pas à devenir comme moi, à faire comme moi. Tu dois trouver ce que tu es là dedans.

Il porta un doigt sur sa poitrine, pour bien lui prouver ses dires, avant de continuer :

-Avant de rencontrer ta mère, je n’étais rien. Absolument rien ... un lâche de la pire espèce qui tuait pour survivre. À ton âge, je subvenais à peine à mes besoins, vivait dans la rue ... je détestais ce que j’étais avant de rencontrer ta mère. C’est elle qui m’a aidé à prendre le bon chemin, à devenir droit et fort, comme tu dis. Je l’ai laissé m’aider, tous les jours et encore aujourd’hui alors que je crois être capable de tout faire. Pourtant, je me trompe. À l’époque, j’avais peur d’être un mauvais père, de devenir violent comme celui que j’avais eu pour exemple ... et j’y suis parvenu malgré tout, Liam.

Il était un très bon père, au contraire. Parce que sans lui, Liam ne connaîtrait pas les rudiments du combat, il n'aurait pas fait ce qu'il avait fait auparavant. Mais…Liam n'arriverait jamais à s'imaginer son père comme l'homme qu'il décrivait, vivant de ses meurtres, dans la rue…
Heïan posa alors ses mains sur ses épaules, mais Liam ne put soutenir son regard et préféra garder les yeux baissés, si honteux de lui-même…

-Je regrette de m’être énervé de la sorte hier, mais savoir que tu songeais à emprunter cette voie sans en connaître les conséquences, m’a mis hors de moi. Je souhaitais de tout coeur que tu n’aies pas essayé, car il est difficile de s’en sortir une fois qu’on a commencé. On coule et coule encore alors que la possibilité de s’en échapper devient de plus en plus improbable. Liam ... Tu as 20 ans, bientôt 21 et tu es encore jeune, très jeune. Tu as déjà une femme et deux enfants. C’est beaucoup et surtout avec ce que vous avez traversé tous les deux, mais tu sais aussi bien que moi que tout ce que Vaë veut est de t’aider du mieux qu’elle le peut. Alors, ne la mets pas de côté dès que quelque chose ne va pas. Tu dois lui parler. Vous devez vous appuyer l’un sur l’autre dans les moments difficiles, vous serrez les coudes et surmontez tout ça ensemble.

Il était d'accord…il avait fait les vœux de n'avoir aucun secret pour sa femme…mais il pensait à son bien-être, sa joie, sa sécurité. Et après avoir été violée et traumatisée, il n'avait pas voulut lui rajouter ça sur les épaules. Elle avait déjà que trop connu, que trop vécu, vu, souffert, enduré et subit. Maintenant tout ce qu'il voulait c'était qu'elle sourit avec ses enfants à la lumière du soleil levant, qu'elle en fasse de petits anges qui grandiraient et développeraient leurs ailes…
Liam fût tiré de ses pensées par son père qui lui prit le menton entre deux doigts pour le forcer à relever la tête et le regarder dans les yeux. Liam avait la bouche tordue, mais il regarda le regard violet de son père, qui avait perdu un peu de sa colère pour dire :

- Je ne te punirai pas Liam. Tu es adulte et tu sais ce qui est bon et non pour toi, mais ne redis jamais que tu es un échec total, car c’est nous insulter moi et ta mère. Me suis-je bien fait comprendre ? Il est normal que tu fasses des erreurs, personne n’est parfait et tu es humain comme nous tous. C’est comme ça qu’on apprend de la vie et qu’on se relève encore plus fort des épreuves difficiles.

Il n'avait pas insulté ses parents…enfin ce n'avait pas été son intention…son père avait tellement raison…tout ce qu'il disait était si juste…
Heïan lui sourit alors pour continuer, bien plus calme qu'avant :

-Nous trouverons une solution et tu verras, ça s’arrangera et tu n’auras pas besoin d’être père au foyer à temps plein et sans salaire. Il y a certainement des possibilités auxquelles vous n’avez pas pensé, toi et Vaë. Sinon ton vieux père peut toujours se rendre utile encore une fois !

Liam acquiesça simplement. Ca s'arrangera mais comment…il avait fait le tour de la ville et personne n'avait besoin de lui, absolument personne ne voulait d'un meurtrier doublé d'un fou pour employé…

Il plongea littéralement dans le regard de son père, si déterminé, s'y noya, et impulsivement il le prit dans ses bras, cherchant à se raccrocher à cette bouée qui jamais ne l'avait abandonné. A vingt ans, il avait encore besoin de ses parents…mais il s'en fichait. Au moins ils lui permettaient de ne pas faire trop d'erreurs irréparables.

Les bras autour du cou de son père, il lui dit alors :

-Je ne veux pas te prendre ton argent…tout comme je ne veux pas que tu travailles pour moi…tu as plus que mérité ta retraite…

Il se détacha et lui fît un faible sourire avant de continuer :

-Je…j'en parlerais avec Vaë…elle à raison, mon orgueil doit se mettre en veilleuse même si j'ai fait ça que pour son bien…on y réfléchira ensemble…merci de…m'avoir claqué, papa.

Il lui sourit un peu plus franchement devant cette fin un peu comique. Mais c'était vrai aussi. Parfois les claques n'avaient pas que du mauvais…et son père savait les donner lorsqu'il le fallait, et le cerveau de Liam semblait les apprécier pour se remettre à tourner droit.

-Ce que tu dis…que l'on se forge nous-mêmes, avec les expériences…j'ai peur d'échouer papa. Je crois que j'ai tout autant peur que toi à être un mauvais père…mais tu es un père formidable, crois-moi. Je n'aurais pas pu avoir de meilleur père que toi. Ni de mère d'ailleurs. Mais cela ne fait pas de moi un père convenable pour autant…

Il ricana, se moquant de lui-même. Ses enfants étaient encore très jeunes…il pouvait toujours s'améliorer en apprenant à les élever…

-Je trouverais un emploi et je rapporterais de l'argent. Comme tu le dis, je ne resterais pas père au foyer éternellement. Merci, papa. Pour tout.

Lui souriant encore une fois, Liam l'entraîna alors en-dehors de la chambre, descendant avec lui. Son ventre se mit à grogner atrocement et Heïan l'emmena au salon ou les domestiques mirent trois couverts. Melley n'avait rien mangé, préférant attendre son époux. Elle avait une mine inquiète et lorsqu'elle vit son homme et son fils arriver, le sourire ornant leurs lèvres, elle se détendit légèrement. Elle offrit un tendre baiser à Heïan et serra son bébé dans se bras, lui souriant pour le rassurer.

-Tu verras, tout s'arrangera. Vous y arriverez, vous êtes ensemble.

Liam ne fît qu'hocher de la tête. Oui, ils étaient à deux. Melley elle, avait du élever les jumeaux seule durant trois années, avec très peu d'argent également. Elle avait franchit cette épreuve, grâce à Alyssan surtout, la vieille domestique qui avait fait naître les jumeaux. Sans elle pour les garder la journée, Melley n'aurait pas pu travailler et ramener un peu d'argent pour ne pas être expulsée et vivre dans la rue. Bien sûr, elle avait été affreusement soulagée et heureuse de revoir Heïan revenir au bout de trois ans. Trois longues années, horribles…mais qui les avaient malgré tout soudés l'un à l'autre.

S'installant à table, Melley commença à manger, et la conversation redevint sérieuse lorsqu'elle dit :

-Liam, ton père te l'a sûrement déjà dit mais…Vaë ne doit pas être mise à l'écart. Elle est ta femme. D'accord ?

-Oui…je lui ais promis de tout lui dire…mais…je ne pensais qu'à son bien et sa sécurité, je ne voulais pas l'inquiéter…

-Je comprends parfaitement mon grand mais…elle s'en fiche de ça. Elle, elle veut t'aider. Ton père n'a jamais réussi à me mentir et me cacher quelque chose, tu n'y arriveras pas plus avec Vaë, crois-moi. Elle a du flair.

Liam sourit et rétorqua :

-Je sais…et je ne suis pas un bon menteur non plus.

-Non, je peux te l'assurer, tu tiens plus de ton père que de moi. Tout comme Elayne…

Oui, Melley avait déjà remarqué que ses enfants avaient beaucoup hérité du caractère de son mari. Mais ça lui était égal. Liam avait ses cheveux et Elayne son visage. Le reste…tant qu'ils étaient en bonne santé, souriants, elle s'en fichait éperdument.

Elle serra la main de son mari dans la sienne, lui souriant. Elle était contente qu'il ne soit plus énervé contre Liam. Elle aussi avait eu peur que son enfant dévie de sa route pour s'enfoncer dans celui des tueurs, même pour le bien de sa famille cela aurait été une mauvaise idée. Parce qu'il aurait finit par la perdre, sa famille. Vaë n'aurait certainement pas pu rester avec un tueur à gage en sachant ce qu'Eziel lui avait fait.

-Merci maman…merci papa…je ne sais pas combien de fois je vais vous le dire mais…vous êtes des parents formidables.

Melley rougit immédiatement, comme toujours lorsqu'on la complimentait. Heïan avait les yeux brillants, mais elle sentait qu'il n'en avait pas finit avec son rejeton. Non, parce qu'il allait sans doute vouloir avancer de l'argent à Liam et ce dernier, têtu, refuserait…

Ohh la la, elle voyait déjà la scène entre les deux hommes, chacun plus têtu que l'autre…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 22 Jan 2013 - 21:41

Père VS Fils, part.2


La réaction qu’eut Liam par la suite prit son père de court qui resta figé sous le coup de la surprise. Celui-ci l’avait brusquement serré contre lui, s’accrochait à lui comme si le sol s’écroulait sous ses pieds. Comme s’il était sur le point de se noyer dans l’océan de ces rudes épreuves qu’il traversait. Heïan finit par esquisser un faible sourire en coin et serra son fils dans ses bras à son tour et le laissa parler à son tour.

‘‘ Je ne veux pas te prendre ton argent…tout comme je ne veux pas que tu travailles pour moi…tu as plus que mérité ta retraite… ‘‘ Dit-il, se détachant ensuite de son paternel et de sourire légèrement : ‘‘ Je…j’en parlerais avec Vaë…elle à raison, mon orgueil doit se mettre en veilleuse même si j’ai fait ça que pour son bien…on y réfléchira ensemble…merci de…m’avoir claqué, papa. ‘‘

Encore une fois, le père de famille parut surpris, mais ne tarda pas à ricaner légèrement sous ce commentaire assez rigolo de son fils. Rien de mieux qu’une claque derrière la tête pour se remettre les idées en place. En fait, Liam était aussi têtu que lui et souvent les paroles ne suffisaient pas à prendre le dessus chez les Kreiss. Alors quoi de mieux que d’agir. Certes c’était une manière un peu violente de réagir, mais la plus pratique dans ce genre de situation, même Heïan aurait besoin de claque de temps à autre et il le savait très bien.

‘‘ C’est gratuit, fiston. J’espère cependant ne pas y être allé trop fort. J’ai la fâcheuse tendance à ne pas savoir mesurer ma force. ‘‘ Dit-il en se massant la nuque, puis il se tut pour écouter son fils.

‘‘ Ce que tu dis…que l’on se forge nous-mêmes, avec les expériences…j’ai peur d’échouer papa. Je crois que j’ai tout autant peur que toi à être un mauvais père…mais tu es un père formidable, crois-moi. Je n’aurais pas pu avoir de meilleur père que toi. Ni de mère d’ailleurs. Mais cela ne fait pas de moi un père convenable pour autant… ‘‘

Liam se moquait de lui alors qu’il se trompait sur toute la ligne. Ses enfants l’aimaient et il serait un bon exemple pour eux dans le futur. Il était encore jeune et c’était tout à fait normal d’avoir ces craintes à cet âge. De plus, c’était une nouvelle expérience sauf que bientôt, Liam se rendrait compte à quel point être parent était la chose la plus merveilleuse sur terre.

‘‘ Je trouverais un emploi et je rapporterais de l’argent. Comme tu le dis, je ne resterais pas père au foyer éternellement. Merci, papa. Pour tout. ‘‘

‘‘ Ne t’en fais pas, fiston. S’il faut que je t’aide à te trouver un emploi, soit, mais je ne te laisserai certainement pas dans ce pétrin. Et puis ... ne t’inquiète pas pour ton rôle de père. C’est quelque chose qui s’apprend comme tout le reste. Surtout, ne doute pas de tes capacités. Ais confiance en toi. ‘‘

En guise de réponse, Liam lui fit un sourire qu’Heïan lui renvoya puis ils sortirent de la pièce pour rejoindre Melley qui attendait nerveusement le retour et le verdict de ses hommes. Comme c’était l’heure du repas, les domestiques ne manquèrent pas de mettre un couvert de plus alors que la mère de famille allait à la rencontre de son époux et de sa progéniture. Ils s’installèrent après les quelques mots de Melley et purent commencer à manger tranquillement.

‘‘ Liam, ton père te l’a sûrement déjà dit, mais…Vaë ne doit pas être mise à l’écart. Elle est ta femme. D’accord ? ‘‘ Dit Melley d’un ton plus sévère.

‘‘ Oui…je lui ais promis de tout lui dire…mais…je ne pensais qu’à son bien et sa sécurité, je ne voulais pas l’inquiéter… ‘‘

‘‘ Je comprends parfaitement mon grand, mais…elle s’en fiche de ça. Elle, elle veut t’aider. Ton père n’a jamais réussi à me mentir et me cacher quelque chose, tu n’y arriveras pas plus avec Vaë, crois-moi. Elle a du flair. ‘‘

‘‘ Je sais…et je ne suis pas un bon menteur non plus. ‘‘

‘‘ Non, je peux te l’assurer, tu tiens plus de ton père que de moi. Tout comme Elayne… ‘‘

‘‘ Quoi ? Mais je suis un très bon menteur, qu’est-ce que tu racontes là Melley ! ‘‘

Mais bon, Heïan n’était en aucun point crédible alors il eut droit à un sourire moqueur de sa chère et tendre épouse qui lui serra doucement la main sous la table, assise à ses côtés. Il ne manqua pas de croiser le regard vairon de Melley qui lui souriait et son homme le lui renvoya sans hésitation.

‘‘ Merci maman…merci papa…je ne sais pas combien de fois je vais vous le dire, mais…vous êtes des parents formidables. ‘‘

Heïan n’eut pas la même réaction que Melley et se contenta de ne rien faire voir. Il faisait plutôt un sourire victorieux et prétentieux qui ne manqua pas de les faire rire. Ouais ... ses chevilles allaient finir par enfler tout comme sa tête et il ne serait plus en mesure de se trimbaler sans problème dans la villa. Mais Liam ne savait pas ce qui l’attendait par la suite, car oui, son paternel allait quand même lui avancer de l’argent pour l’aider le temps de sa recherche d’emploi et ce, qu’il le veuille ou non. Lorsque vint l’heure du départ de leur fils, les parents l’escortèrent jusqu’à l’entrée et lui fit une dernière accolade avant de fermer la porte derrière lui. Heïan resta cependant dans le hall sous le regard interrogateur de sa femme.

‘‘ Je vais aller voir Omar, histoire d’aider Liam un certain temps. Il a certainement besoin de mes doigts de fée pour la rédaction de ses dossiers. Ainsi, nous n’aurons pas besoin de toucher à nos économies si une nouvelle catastrophe nous éclate au visage. ‘‘

‘‘ Ton écriture de femme doit manquer à Omar... et t’en fais pas pour nos économies... nous avons de quoi survivre... mais ... que va dire Liam ? Je sens qu’il ne va pas vouloir que tu travailles pour lui... ‘‘

‘‘ Liam ? Je ne lui ai pas demandé son avis alors je m’en fiche s’il veut ou pas. ‘‘ Dit-il en haussant les épaules.

‘‘ Heïan... tu le connais... il est aussi têtu que toi..., il ne va pas vouloir je le sens gros comme ton nez au milieu de ton visage... ‘‘

Melley mit alors son index sur son nez pour le lui prouver et par réflexe, les yeux violets de l’homme se croisèrent pour le regarder. Ses sourcils se froncèrent graduellement alors qu’il plongeait son regard dans celui de sa femme qui semblait bien s’amuser après ces paroles. Il fit sa moue légendaire et serra sa femme fortement dans ses bras, bombardant son cou de baisers en guise de vengeance..

‘‘ Tu insinues que j’ai un gros nez ? Tu me cherches, c’est ça ?! ‘‘

Bien entendu, elle ricanait avec lui alors qu’il se détachait et elle retouchait le bout de son en disant pour le provoquer un peu plus qu’elle ne l’avait déjà fait.

‘‘ Peut-être...peut-être pas...monsieur gros nez... ‘‘

‘‘ Un jour, papy se vengera. Mamy ferait bien de se méfier. Pour l’heure, il doit partir au quartier général offrir ses services de rédaction à son vieil ami qui sera plus qu’heureux. ‘‘ Dit-il en l’embrassant sur le front, le nez et les lèvres. ‘‘ Mais ne dis rien à notre fils surtout. ‘‘

Sur ce, il laissa sa femme aux bons soins des domestiques et quitta le nid familial pour rendre une visite surprise à son ancien frère d’armes. On le salua à son arrivée et il ne se fit pas prier pour entrer dans ce qui avait été jadis son bureau. Omar était caché derrière des piles de dossiers empilés les uns sur les autres sur son bureau et celui-ci avait le front contre le parchemin sur lequel il écrivait. Le pauvre semblait complètement découragé et ne parvenait pas à venir à bout de toute cette charge de travail. Heïan s’adossa contre la porte et croisa les bras sur son torse en le regarda d’un sourire en coin amusé.

‘‘ Mais qu’est-ce qui t’arrive vieux ? ‘‘

‘‘ J’en peux plus ! Regarde-moi ces montagnes de papier ! Dis-moi que tu reviens Heïan par pitié ! Dis-moi que tu reviens ! ‘‘

‘‘ Et si je te dis que je viens te débarrasser de tout ça en échange d’un salaire de soldat ? ‘‘

‘‘ Tout ce que tu veux, mais ais pitié de moi ! ‘‘ S’exclama-t-il soudainement en se levant et prenant l’homme par les épaules, les yeux ronds. ‘‘ Demain ? ‘‘

‘‘ Demain, je serai là. Tu pourras donc t’occuper des entrainements et des patrouilles sans te soucier de la paperasse. Mais une chose ... ‘‘

‘‘ Tout ce que tu veux ! ‘‘

‘‘ Ne dis absolument rien à Liam ni à aucun membre de ma famille. Il n’y a que Melley qui soit au courant que je traficote quelque chose. ‘‘

‘‘ Liam ne s’est donc pas trouvé de travail si je comprends bien ... je suis navré pour ça Heïan. J’aurais voulu le garder dans nos rangs, mais la décision venait de beaucoup plus haut et même le Général Darrow n’a pas mettre son grain de sel. ‘‘

‘‘ Ne t’en fais pas. Je comprends parfaitement et je ne t’en veux pas, comme mon fils. Tu as fait ton travail en exécutant les ordres. C’est tout. ‘‘ Dit-il. ‘‘ Alors à demain ‘‘

Heïan le salua et Omar ne put s’empêcher de soupirer de soulagement lorsqu’il referma la porte derrière lui. Ainsi, le père de famille s’en retourna alors chez lui incognito. Pendant ce temps, Vaënadiel était revenu à la maison avec Ephraïm et elle s’était empressée d’annoncer la nouvelle à Elayne. Les deux jeunes femmes hurlaient de joie alors que les enfants mettaient leurs petites mains sur leurs oreilles pour diminuer l’intensité de ces sons stridents. Peu de temps après, Liam revenait à la maison et Vaënadiel lui sauta littéralement au cou, l’embrassant à pleine bouche sans la moindre hésitation. Elle prit donc sa main dans la sienne et l’entraîna dans le salon pour lui annoncer la nouvelle.

‘‘ Je suis allé chez l’herboriste tout à l’heure. ‘‘ Commença t’elle. ‘‘ Avec Eph’, bien sur ! Et je dois retourner la voir demain. ''

Elle fit durer le suspens alors que Liam fronçait graduellement les sourcils. La jeune femme sentait son inquiétude, mais cela ne faisait qu’élargir son sourire.

‘‘ Je pourrai travailler à la maison alors tu n’auras pas à me surveiller sans cesse. ‘‘

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 23 Jan 2013 - 18:18


Le repas s'acheva dans la bonne humeur générale. On n'aurait pas cru que la veille Heïan avait été sur le point de foutre une bonne raclée à son fils…
Liam dut alors s'en aller pour rejoindre sa femme qui devait s'inquiéter tout de même de ne pas le voir rentrer…peut-être s'imaginait-elle même qu'Heïan le torturait ! Mais non voyons…comment Heïan pourrait faire ça…
Bref Liam fût reconduit à la porte par ses parents, à qui il fît encore une bonne accolade avant de se détourner dans l'allée et, il l'avouait, il se sentait bien plus léger maintenant que tout le monde savait et surtout que son père ne lui en voulait plus autant.

A l'intérieur, Melley attendait Heïan qui referma la porte, mais celui-ci ne semblait pas vouloir la suivre au salon. Elle l'interrogea du regard, jusqu'à ce qu'il daigne lui donner des éclaircissements :

-Je vais aller voir Omar, histoire d’aider Liam un certain temps. Il a certainement besoin de mes doigts de fée pour la rédaction de ses dossiers. Ainsi, nous n’aurons pas besoin de toucher à nos économies si une nouvelle catastrophe nous éclate au visage.

Ah oui sa célèbre écriture de femme…mais qu'est-ce qu'elle pouvait l'adorer…enfin lui tout entier d'ailleurs pas que son écriture ! En revanche pour la dernière partie…elle n'était pas tout à fait pour…Liam était tout aussi têtu qu'Heïan, au moins on était sûr qu'il était le père sans conteste, aussi se doutait-elle que son bébé n'accepterait pas que son père travaille pour lui. Elle le sentait et lui dit :

-Ton écriture de femme doit manquer à Omar... et t’en fais pas pour nos économies... nous avons de quoi survivre... mais ... que va dire Liam ? Je sens qu’il ne va pas vouloir que tu travailles pour lui...

Sa seule réaction fût un haussement d'épaules avec pour commentaire :

- Liam ? Je ne lui ai pas demandé son avis alors je m’en fiche s’il veut ou pas.

Elle soupira en silence. Qu'est-ce qu'elle disait ? Têtu, têtu et encore têtu !

- Heïan... tu le connais... il est aussi têtu que toi..., il ne va pas vouloir je le sens gros comme ton nez au milieu de ton visage...

Et pour continuer à le taquiner, ou le provoquer selon les points de vue, elle pointa son index sur ledit nez, l'obligeant à loucher pour le regarder. Elle éloigna son doigt et observa ses sourcils se froncer alors que l'information montait au cerveau, riant intérieurement. Comme s'il allait laisser passer une telle boutade…
Gagné ! Il lui fît sa célébrissime moue avant de la prendre dans ses bras d'un geste vif, et l'embrassa partout dans le cou, la faisant rire de moitié. Elle adorait ça…

-Tu insinues que j’ai un gros nez ? Tu me cherches, c’est ça ?!

Elle ricana avec lui alors qu'il se détachait sans pour autant la relâcher complètement, et elle repointa son nez du doigt en le provoquant un peu plus :

- Peut-être...peut-être pas...monsieur gros nez...

Elle préférait franchement le surnommer papy…et tiens ! Un jour elle testerait en le traitant de chochotte…quelle punition lui réserverait-il pour l'affront ultime ? (XD)

-Un jour, papy se vengera. Mamy ferait bien de se méfier. Pour l’heure, il doit partir au quartier général offrir ses services de rédaction à son vieil ami qui sera plus qu’heureux.

Elle sourit alors qu'il l'embrassait selon leur code, sur le front, le nez puis les lèvres. Elle le savait ça qu'il se vengerait un jour…

-Mais ne dis rien à notre fils surtout.

Elle acquiesça lentement, le laissant partir. Non elle ne dirait rien, elle savait tenir un secret…mais Liam n'aimera pas que son père travaille pour lui…ça c'était sûr…Elle regarda son époux s'en aller dans la rue, refermant lentement la porte derrière elle.
Par moment, lorsqu'il la laissait seule ainsi avec les domestiques, elle avait encore peur et surveillait ses arrières par réflexe…depuis Eziel, tout n'était pas redevenu complètement normal. Et puis son bras et son dos en étaient des rappels constants. Le prénom gravé le narguait et c'était comme s'il n'était pas réellement mort, comme s'il vivait encore à travers elle. C'était…étrange comme sensation…mais ce devait être elle qui hallucinait à cause de sa peur…

Liam de son côté, avait encore un peu flâné en ville dans l'espoir de trouver un travail, mais rien…il réfléchissait à ce qu'il pourrait faire comme son père lui avait dit. Mais justement, Vaë le connaissait bien, elle saurait peut-être…Et il avait envie de la retrouver. Alors il rentra, surpris qu'il y ait des cris dans la maison.

Il stressa tout de suite mais en comprenant que c'était des cris de joie il se rassura et puis il rit en voyant ses enfants se boucher les oreilles pour ne pas devenir sourds. Même Eph' le faisait !

Dès qu'elle le vit, Vaë cessa de hurler et lui sauta dessus, le surprenant, et l'embrassa à pleine bouche comme jamais elle ne l'avait fait. Et surtout, sans la moindre hésitation ou tremblement. Il le lui rendit, ce demandant bien ce qu'il se passait et se laissa entraîner dans le salon même, la main de sa femme collée à la sienne. Puis elle commença :

-Je suis allé chez l’herboriste tout à l’heure. Avec Eph’, bien sur ! Et je dois retourner la voir demain.

Ouf avec Eph' ! Mais…chez l'herboriste ? En ville, toute seule ? Liam s'inquiétait déjà, fronçant légèrement les sourcils. Il s'imaginait déjà l'accompagnant, restant dans les parages toute la journée pour la surveiller de loin et s'assurer qu'il ne lui arrivait rien de fâcheux…parce qu'il s'en voulait encore de l'avoir laissée seule cinq minutes…cependant le sourire de Vaë s'élargissait, et elle arrêta le suspens :

-Je pourrai travailler à la maison alors tu n’auras pas à me surveiller sans cesse.

Ah ! Il comprenait, et d'un coup il se détendit. Il sourit alors et l'embrassa, la serrant contre lui. Elle avait passé ce cap à présent et il osait tout juste le faire…
Lorsqu'il se détacha, il lui dit, les yeux brillants :

-Je suis content pour toi ma rose…et si fier aussi…je te l'ai déjà dit ? Et ben je te le redis !

Il l'embrassa une nouvelle fois puis, ne lâchant pas sa main, il dit pour tout le monde :

-J'ai…parlé avec mon père et…il n'est plus fâché contre moi. On a longuement discuté ensemble…

Elayne sourit et se leva, serrant son frère dans les bras. En tant que jumelle, elle avait ressenti ce trouble entre son père et son frère, et avait eu mal elle-même, bien qu'elle n'ait rien démontré. Elle était la grande sœur…même si Liam la protégeait comme un grand frère…en fait, ils avaient toujours veillés l'un sur l'autre. Alors voir son père s'énerver de la sorte contre Liam…Elayne ne l'avait pas supporté…et ne l'aurait pas supporté s'ils ne s'étaient pas rabibochés. Elle aurait à son tour fait sa tête de mule…Et oui les joies de la famille Kreiss !

Liam souriait, content pour sa femme, content de s'être réconcilié avec son père, content d'avoir tout dit, enfin. Ca lui servirait de leçon…L'après-midi défila alors paisiblement. Elayne et Ephraïm restèrent avec eux, riant de tout et de rien. Ils s'occupaient des enfants qui apprenaient lentement. Liam riait aussi, mais en même temps il réfléchissait à ce qu'il pourrait faire…il avait toujours eu un penchant pour les armes…oui mais à part la garde il ne voyait pas ce qu'il y avait d'autre…

Le soleil se couchait lorsqu'ils dirent au revoir à Eph' et Elayne pour la nuit. Ceux-ci s'en retournaient chez Heïan et Melley, main dans la main, ravis d'avoir pu passer une aussi agréable journée.

De leur côté, Liam et Vaë lavèrent les petits et, comme toujours ou presque, cela se transforma en bataille d'eau, Arya entraînant Keilan pour mouiller les parents alors qu'ils se trouvaient en-dehors de la baignoire. Mais apparemment, la petite aimait bien et malgré les remontrances de Liam ou Vaë, elle s'en fichait. Il allait falloir lui imposer des règles et la faire obéir sinon à l'adolescence, le côté Keira ressurgissait puissance dix…et à ce moment, qui sait comment elle réagirait en comprenant que Vaë n'était pas vraie mère et que celle-ci était chez les fous ?

Quoiqu'il en soit, ils y parvinrent tant bien que mal puis Liam laissa Vaë se laver, allant préparer le repas. Avec Alyssan, la domestique, Liam avait passé des heures en cuisine lorsque sa mère était absente pour travailler et son père, et qu'il n'avait pas classe. Surtout plus jeune. La vieille femme lui avait appris de petites recettes toutes simples que tout le monde aimait. Et il les faisait de tant à autres pour que Vaë agrandisse sa culture du monde d'en bas niveau gastronomie. Et vice-versa, elle faisait des plats typiques de sa tribu et il savourait…

Les petits étaient déjà installés lorsqu'elle descendit, fraîche, propre et plus belle que jamais, s'installant à son tour. Il posa le repas sur la table en souriant, et servit tout ce beau monde. Et oui, en plus d'être vite fait, il ne coûtait pas cher et les ingrédients de base étaient faciles à trouver…à moindre coût.

-Ce n'est pas de la haute gastronomie mais bon…pour ce que les enfants en font…

Il ricanait, se moquant de lui-même et de la situation dans laquelle il avait mis les siens. Il regarda Vaë et reçut un regard d'encouragement. Oui il fallait continuer à espérer et puis…elle avait trouvé un emploi à domicile…ils pourraient mettre de côté…pour tous les coups durs mais aussi pour pouvoir envoyer les enfants en classe le moment venu. Il monta ensuite avec les enfants, laissant Vaë finir de ranger. Ainsi il pourrait les mettre au lit et se laver, pour pouvoir l'attendre au lit.

Il fît les gros bisous et les gros câlins à Keilan et à Arya, leur inventant une petite histoire pour dormir. Son fils le regardait de ses yeux vairons qui pétillaient et Arya fermait déjà ses yeux bleus, fatiguée de sa journée à courir partout. Mais il savait qu'elle ne laisserait pas le sommeil la happer tant que Vaë ne lui aurait pas fait son bisou et son câlin. C'était le rituel et il fallait le respecter ! Aussi laissa-t-il la porte ouverte et alla se doucher. Cela ne lui prit pas longtemps et Vaë l'attendait déjà dans le lit lorsqu'il revint. Elle avait du se changer dans une autre pièce…

Il se coucha à ses côtés, attendant comme chaque soit qu'elle vienne à lui mais elle fît quelque chose qui ne lui avait plus effleuré l'esprit depuis…trois mois au moins. Elle le caressa, commençant à le déshabiller, à lui retirer le sous-vêtement de nuit qu'il portait et il fronçait un peu les sourcils, la laissant faire. Elle voulait…passer ce cap ? Il ne voulait pas la traumatiser à nouveau.

Elle lui prit les mains et les posa sur elle, comme pour lui montrer qu'il pouvait. Il se fît donc doux et lent, la caressant, l'embrassant et lui retirant la chemise qu'elle portait. Une de ses propres chemises d'ailleurs mais elles lui allaient tellement bien…
L'envie vint rapidement mais il restait très doux. Il ne voulait pas lui faire peur ou mal. Il l'embrassait et sa main descendit le long de ses cuisses, la faisant frémir. Les frissons l'envahissaient aussi, et il se mit soudain sur elle, prêt.

Il la regarda, attendant un quelconque signe, un peu comme leur Première Fois ensemble. Tout ce qu'elle fît fût de poser ses mains sur son torse. Alors, doucement, très doucement, il s'approcha d'elle, voulant venir à elle. Il la frôla à peine qu'elle se détourna d'un coup, serrant ses jambes l'une contre l'autre, prise de tremblements. Il l'entendit renifler et pleurer et se recoucha, se rhabillant en vitesse.

Ensuite, lentement, il se colla à elle, la faisant pivoter pour qu'elle lui fasse face. Ses bras l'entourèrent alors qu'elle pleurait profondément et tremblait, et il lui donna un baiser sur la tête en murmurant :

-Chut…chut…c'est rien…c'est rien, calme-toi…je suis là…chhhtt…

Il se balança un peu, pour la bercer, la réconforter. Ce devait être si dur pour elle…la chose palpitait sans essayer de sortir au souvenir de cette ordure et de ce qu'il avait osé faire.

-Ce n'est pas grave d'accord ? C'est finit…on retentera lorsque tu te sentiras prête…rien ne presse…Calme-toi, oublie-le…

C'était facile à dire il le savait. Il aurait tant voulut prendre sa souffrance pour lui…Il mit une main derrière sa tête, la collant contre son torse encore nu. Il sentait les larmes ruisseler sur sa peau, chaudes. Il était là pour elle…et il resterait ainsi jusqu'à ce qu'elle se calme et s'en remette…elle avait sans doute pensé que c'était bon et au final…les souvenirs avaient jaillis…mais il savait qu'elle y arriverait. C'était une certitude et il l'aiderait, avancerait à son rythme, sans la brusquer, sans la traumatiser une nouvelle fois. Et elle le savait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Chemin de ronde-