''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 10 Déc 2012 - 22:07


La dernière chose qu'il sentit fût la lame sortir de son corps en une secousse. La dernière chose qu'il entendit fût la voix de Vaë lui ordonnant de rester avec elle. Puis…plus rien, sauf la douleur.

La douleur était tout et en même temps elle n'était rien. Elle était là, sans être là. Tout ce que Liam savait, c'était qu'il n'était plus sur terre. Devant lui se trouvait des gens. Des gens flous. Mais il s'en approcha tout de même, mué par un instinct qui lui intimait d'y aller. Qu'ils étaient sa sortie. Les premiers, il ne les connaissait pas et gardaient leurs visages flous. Ensuite vinrent deux autres personnes. La femme, il la connaissait, la voyait tous les jours. Sa grand-mère, Naëlyah. A ses côtés, un homme à moitié flou. Il voyait ses yeux violets, et cru que c'était son père. Mais l'air sur son visage était complètement différent…c'était son grand-père…

Liam continua à marcher à côté de toutes ses personnes. Il remontait, aperçut Berthan et Serra. Eldah et Daryl, qu'il avait très peu connus. Ses yeux s'humidifièrent en voyant ses parents, enlacés, heureux, sa sœur avec eux. Mais ils ne le voyaient pas…continuant, il vit une femme, qu'il détesta tout de suite. Une femme enceinte…Keira. Mais il ne la regardait déjà plus. Tous les souvenirs se rappelaient à lui en même temps qu'il voyait les personnes. Maintenant il pleurait pour de bon avec la dernière personne devant lui.

Parfaite, sensuelle, douce. Merveilleuse. Elle se tenait là, devant lui, lui souriant, tendant la main pour qu'il la saisisse. Il s'approcha, voulut l'agripper, la suivre, mais elle reculait, reculait…il paniquait, ne savait pas pourquoi il n'y arrivait pas lorsque tout fût plongé dans le noir. Vaë…il tourna sur lui-même et une énorme douleur le submergea aux côtes. Une main dessus, il releva la tête pour voir des yeux apparaître dans le noir.

Tantôt violets, puis jaunes, rouges, aqua…tous le regardait, tous les jugeait. Et pourtant, ces regards appartenaient aux gens qu'il aimait le plus…

A genoux, il avait mal, ne savait pas quoi faire, jusqu'à ce que le sol s'effondre sous lui, le propulsant dans un trou noir.

La chute fût…longue. A chaque cran, la douleur ressurgissait et diminuait pour revenir à l'attaque. A chaque cran, il sentait le froid l'envahir de plus en plus. A chaque cran, sa respiration était difficile et douloureuse. Mais chaque cran le rapprochait de la vie. Le reste, il s'en fichait pas mal.

Il sentit qu'il était revenu aux sensations qui l'envahirent petit à petit. La chaleur de la pièce sur son corps froid, le moelleux du matelas sous son dos, l'odeur de Vaë dans ses narine, même si elle n'était pas directement collée à lui. Chaque respiration était une épreuve, un effort, mais la douleur n'était plus aussi vive qu'auparavant. Cependant, ouvrir les yeux était tout aussi dur…Il s'y employa longuement, voulant la voir, voulant se persuader qu'il était réellement en vie et que ce n'était pas un rêve. Lentement, ses paupières voulurent bien ce décoller et il ajusta sa vue tranquillement. Inspirant, il redressa la tête, grimaçant tant c'était dur. Il était dans une chambre d'auberge, mais pas celle dont il se souvenait…

Il se rappelait les cris, la bataille, le sang…le regard paniqué de Vaë…la lame s'enfonçant dans son corps…

De sa blessure, il n'aperçut qu'un bandage rougit. Il était torse nu, la couverture le couvrant de moitié, laissant le pansement bien visible. Recouchant sa tête, il inspira une nouvelle fois et refît le mouvement, cherchant Vaë des yeux. Là-bas…à la fenêtre…assise. Comment lui faire savoir qu'il était de nouveau là avec elle ? Qu'il ne l'avait pas quittée ?

Il bougea un doigt, puis un second. Mais ce fût Meeko qui alerta sa maîtresse en faisant de drôles de bruits pour attirer son attention. Elle se tourna, ne comprenant pas, jusqu'à ce qu'elle tombe sur lui.

Aussitôt elle se précipita sur le lit, s'asseyant à ses côtés. D'une main lente et peu assurée, il chercha la sienne et la serra avec ses quelques forces disponibles.

Il vit dans son magnifique regard toute l'inquiétude qu'elle avait pu éprouver. Toute l'angoisse qu'elle avait ressentie tout le long de son inconscience. Combien de temps au fait ? Le soleil entrait dans la pièce, lui montrant un ciel bleu. Rien à voir avec le déluge…un feu brûlait dans la cheminée et Liam ne disait pas non. Il avait légèrement froid.

Et enfin il ouvrit la bouche :

-Vaë…pardon…

Il n'avait pas voulu l'inquiéter de la sorte. Et il n'avait pas voulu retarder leur voyage. Elle ne parlait pas, et ses yeux étaient humides. Il déglutit, grimaçant. La douleur était revenue on dirait. Mais il le masqua du mieux qu'il le put. Il devait serrer les dents et se relever. Se lever et continuer le voyage avec sa douce. Lui montrer le monde et se marier…

Alors c'est ce qu'il fît, se mettant sur les coudes, il entreprit de se relever, ignorant les pics de douleur qui tiraient.
Il…devait…se lever. Pour voyager. Rester au lit n'était pas son genre. Comme son père en fait.

Mais Vaë le fît se recoucher doucement mais fermement. Il lui dit, avec un tantinet plus de forces mais essoufflé :

-Il…faut repartir…voyager…marier ….combien de temps déjà ?

Il respira profondément, cherchant son souffle. Neuf mots et il soufflait comme une forge. La honte. Il lui sourit un peu plus, pour la rassurer. Il allait bien.

Il était avec elle et serait vite debout. Il retenterait de se lever bien sûr. Il était vie et elle n'avait rien, c'était tout ce qui comptait pour l'heure…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 11 Déc 2012 - 1:50

D’étranges sensations ... suis-je malade ?

Cela faisait maintenant quatre jours que Liam était inconscient et la jeune femme était morte d’inquiétude. Elle n’était aucunement sortie de la chambre, même si l’aubergiste s’était proposé pour s’occuper de son homme la tête qu’elle aille s’aérer à l’extérieur. Vaënadiel avait refusé, mais l’avait tout de même remercié pour la proposition. Alors, celui-ci se contentait d’apporter les repas, dont une soupe pour le blessé inconscient. À chaque tranche de 3 heures, le bandage était changé, sa peau nettoyée délicatement et l’onguent appliqué. Son sommeil se résumait à des quinzaines et des trentaines de minutes de temps à autre, aux côtés de Liam et toujours aucun signe de présence de sa part. C’était le pire des calvaires et maintenant, Vaë comprenait parfaitement ce qu’il avait pu éprouver les trois semaines où elle-même avait été dans le torrent de l’inconscience.

Toute la matinée, la druidesse avait fait les cent pas dans la chambre avant de finalement allés dans la baignoire pour se nettoyer. Meeko lui, restait auprès du jeune homme et dormait à côté de sa tête sur l’oreiller. Tentant de fredonner, Vaë s’arrêta en plein milieu de son toilettage pour fixer les reflets de l’eau. Et... s’il ne se réveillait pas, que ferait-elle? Comment parviendrait-elle à avertir les parents de Liam qu’elle avait besoin de leur aide? Sa gorge se serra et elle ferma les yeux, serrant les dents. Il ne fallait pas qu’elle pense ainsi... elle devait rester positive et se dire que tout irait bien même si rien n’était certain. Vaë termina donc de se laver et apporta avec elle une bassine d’eau et une petite serviette pour nettoyer Liam ainsi que lui changer son pansement, ce qui lui prit quelques longues minutes. La bassine sur la table de chevet, la druidesse caressa son visage qui semblait si paisible et posa un baiser sur son front, s’éloignant alors pour s’assoir près de la fenêtre.

Deux heures... deux heures et toujours rien. Son regard aqua était perdu dans cette foule qui marchait dans les rues bordant l’auberge, perdue dans ses pensées. Meeko, sur le lit, commençait à pousser une série de petits cris aigus qu’elle n’entendit pas tout de suite, quittant doucement sa bulle et tournant lentement la tête en direction des bruits. Fronçant les sourcils elle se releva prestement et se précipita sur le lit pour prendre place à ses côtés. La main du jeune homme reprenait de sa chaleur et elle la serra dans la sienne, le regardant avec une inquiétude qui s’estomperait bientôt maintenant qu’il était de retour parmi les vivants. Vaë arrivait à peine à sourire, même si elle était heureuse de le voir lui revenir. D’un doigt, elle poussa donc les quelques mèches folles qui recouvraient son front afin de pouvoir voir ces yeux qui lui avaient tant manqué.

‘‘ Vaë… pardon… ‘‘

Vaë aurait voulu lui crier qu’il n’était qu’un idiot, qu’il aurait dû rester avec elle au lieu d’aller dans la rue. Il n’aurait pas été blessé de la sorte sinon! Mais aucune parole ne sortit de sa bouche et ses yeux commençaient plutôt à s’humidifier et elle renifla pour les refouler. Ainsi, ses larmes ne coulèrent pas sur ses joues pâles. Liam fit alors une grimace qu’il tenta tant bien que mal de cacher, mais elle l’avait vu. Sauf que celui-ci voulut se redresser sur ses coudes afin de se relever. Oh non, il n’en était pas question. S’il arrivait à peine à articuler deux mots sans être essoufflé, il était hors de question qu’il se lève du lit et puis le médecin l’avait bien dit; il ne devait pas bouger du lit. D’un geste ferme, mais doux, Vaënadiel le força à se recoucher et le regarda en fronça les sourcils.

‘‘ Il… faut repartir… voyager… marié… Combien de temps déjà? ‘‘

‘‘ Non Liam. Tu restes au lit tant et aussi longtemps que la plaie ne sera pas belle. Alors, n’essaie pas de te relever sinon tu risques d’agraver ton état et je ne pourrai peut-être plus t’aider ensuite. ‘‘

Liam respirait profondément, chacun des mots qu’il prononçait lui coutant beaucoup en énergie. Il tenta de lui sourire, mais elle restait plus que sérieuse. Il n’allait PAS bien, loin de là.

‘‘ Il reste six mois encore et amplement de temps pour voyager... alors ce n’est pas une semaine ou deux qui va te tuer. D’ailleurs, ça fait quatre jours que tu dors. Alors avant de reprendre la route, tu dois dormir, manger et encore dormir. Me suis-je bien fait comprendre? ‘‘

Le jeune homme ne répliqua pas et acquiesça d’un signe de tête pendant que Vaë lui enlevait son bandage pour nettoyer à nouveau la plaie toujours fraîche, mais qui commençait lentement sa cicatrisation. Les fils tenaient bien la peau en place et aucun signe d’infection n’était visible. Soulagée, la jeune femme nettoya doucement le contour puis appliqua l’onguent, soufflant ensuite dessus pour atténuer les picotements. On toqua alors à la porte et Vaë posa la serviette sur la table de chevet pour aller répondre, Liam en profitant pour essayer de se relever.

‘‘ Oh! Votre compagnon est réveillé? ‘‘

‘‘ Oui, hum... ? ‘‘ Elle tourna alors la tête et eut les yeux ronds. ‘‘ LIAM! ‘‘

L’aubergiste eut l’air surpris et garda le plateau-repas dans les mains alors que la jeune femme grimpait sur le lit dans un saut impressionnant pour recoucher la jeune femme. D’un regard noir, elle dit :

‘‘ Liam... couché! ‘‘

Le vieil homme ne put s’empêcher de rire et entra dans la chambre pour déposer les repas sur la commode, refermant la porte derrière lui une fois qu’il fut sorti. Quittant le lit à reculons, Vaënadiel dut garder un oeil constant sur son amoureux afin qu’il ne retente pas de se relever. Revenant avec le bol de soupe, la jeune femme se faufila délicatement derrière lui, accotant l’arrière de la tête de Liam contre ses cuisses et le fit boire lentement à quelques reprises puis mangea à son tour. Mais bon, maladroite, elle tacha son chemisier et dut se lever pour aller le nettoyer dans la salle de bain. Lorsqu’elle en ressortit...

‘‘ LIAM! ‘‘

Encore une fois, elle retourna le coucher dans le lit et monta les couvertures jusqu’en dessous de son menton. Tournant autour du lit, en faisant un U, Vaë ne le lâchait pas des yeux.

‘‘ Tu vas rouvrir ta plaie! Cesse de toujours vouloir te relever! ‘‘

Et encore une fois. Là... là elle était à cran. Il allait empêcher sa blessure de bien cicatrisé comme sa chair interne et ensuite il resterait avec des faiblesses.

‘‘ Liam... là... je te jure que si tu essais de te relever, que je serai très en colère... ‘‘

Elle semblait tellement peu crédible que Meeko se mit à roucouler aux côtés de Liam. La jeune femme vexée fit la moue et croisa les bras sur sa poitrine en tentant de trouver quelque chose qui le ferait rester au lit, de force. Ah! Mais oui!

‘‘ Tu essaies de te relever encore une fois et je dors par terre ou sur le fauteuil! ‘‘

Alors là, il tenta de répliquer, mais elle s’éloigna et alla s’assoir sur le fauteuil en question qui se trouvait près de la fenêtre. Ses yeux aqua le regardait sans dévier alors qu’elle tentait de garder un air sévère qui ne lui allait pas, mais pas du tout. Mais au moins, Liam ne tentait pas de relever. Au contraire, il tentait surtout de la convaincre de venir dormir à ses côtés, celle-ci refusant d’un simple hochement négatif de la tête bien qu’elle en mourait d’envie. La nuit finit par tombée et la druidesse s’endormit sur le fauteuil alors que Liam était toujours éveillé, tentant une fois de plus de se relever pour aller la chercher. Sauf qu’elle se réveilla lorsqu’elle entendit Meeko couiner. Brusquement, la jeune femme se redressa et pointa Liam du doigt, reconnaissance parfaitement sa silhouette.

‘‘ DODO! ‘‘ Hurla t-elle, ayant certainement réveillé l’auberge au grand complet avec ce cri.

Quittant alors son petit nid, elle obligea de nouveau son homme à se recoucher et cette fois-ci, elle lança d’un ton faussement tranchant, mais contenant une certaine once de menace :

‘‘ Essais encore et je ne m’approche plus! Je ne te permettrai plus de me toucher! ‘‘

Alors là, le jeune homme rouspéta, mais la jeune femme l’ignora et alors qu’il essayait de se redresser sur les coudes pour l’attirer vers lui, Vaë leva les mains dans les airs, fit un bon vers l’arrière et lui tourna le dos pour retourner vers son fauteuil.

‘‘ Je ne rigole pas, Liam. Tu dois te reposer, même si tu ne veux pas rester au lit ... ‘‘

Le restant de la nuit, l’homme s’avoua vaincus. La druidesse tenait effectivement ses paroles et ne le touchait même pas. Le lendemain matin, ce fut même l’aubergiste en personne qui changea son bandage en suivant les indications de la jeune femme qui regardait par-dessus son épaule au plus grand malheur du chevalier qui soupirait de son côté. En fin de matinée, il retenta alors qu’elle était allée faire trempette dans la baignoire. Lorsqu’elle sortit, il était en train de s’assoir sur le bord du lit. Emmitouflée seulement dans sa serviette, Vaë traça son chemin dans l’ensemble des deux pièces et alla le gifler. L’homme comprit le message et se recoucha de lui-même, sous le choc alors que la druidesse regardait sa main. Venait-elle... de le frapper encore une fois?

‘‘ Pardon, Liam! Je... aïe... tu vas bien? ‘‘ Demanda t-elle en se rapprochant, se rendant ensuite compte qu’elle l’approchait. ‘‘ Non! Tu restes au lit! ‘‘

Puis elle fila au pas de course se sécher et s’habilla en vitesse avant de revenir dans la chambre. Il allait se relever, elle le savait alors elle prévit quelque chose qui allait l’empêcher de bouger pendant un bon moment... Bien qu’elle se sentait mal d’avance, il le fallait, car sinon il ne guérirait pas. Et comme prévu, Liam retenta l’expérience en soirée alors qu’elle avait le dos tourné. Non, mais quelle tête de mule! Il se recoucha aussitôt qu’elle se retourna et elle lui fit un regard mauvais, allant chercher le repas qu’on leur apportait. Posant la soupe sur la commode, elle mit ses herbes paralysantes et mélangea bien le tout, laissant l’aubergiste, son fidèle complice, aller le nourrir. Celui-ci fit son travail puis sortit.

‘‘ Je ... suis désolée, mais c’est le seul moyen pour que tu cesses de bouger, mon loup. ‘‘ Dit-elle en s’asseyant sur le bord du lit, réellement désolée. ‘‘ Tu retrouveras l’usage de tes membres demain soir seulement. Pardonne-moi... ‘‘

Et elle s’éloigna de lui retournant là où elle se trouvait habituellement, l’observant de loin en soupirant. Était-ce si compliqué de rester couché dans un lit pendant quelque temps sans bouger? Il semblait que oui, mais bref... Pendant près d’une semaine et demie, ce fut comme ça et l’usage du paralysant fut utilisé à quelques autres reprises au plus grand désarroi de la druidesse qui s’en voulait. Sauf qu’il y avait autre chose..., elle avait toujours faim! Ça n’avait aucun rapport avec Liam, enfin, c’est ce qu’il croyait.Vaë mangeait sans arrêt, à chaque heure et ... avait de drôles d’envies... c’était pervers...

Le jeune homme reprenait du mieux au final et la plaie été cicatrisée. Il ne fallait pas faire de mouvement brusque non plus quand même, mais Vaë ne l’approchait toujours pas. Du moins pas jusqu’à aujourd’hui. Ce qu’elle avait envie de lui sauter dessus! De le mordre et de le... mais c’était quoi ça?! Secouant sa tête, Vaënadiel chassa ces drôles de pensées de son esprit et enleva le bandage qui se trouvait autour de la taille de son homme... de son bel homme, torse nu et musclé... RAH! Nettoyé, appliqué et pansé! Nettoyé, appliqué et pansé... Nettoyer, mordre et caresser... ! En vitesse elle termina le bandage, mais ralentit bien rapidement sa cadence lorsque son visage arriva en face du torse de son homme qu’elle regardait étrangement.

‘‘ NON! Non! Non! Non! Non! Non! eh non! ‘‘

Vaënadiel s’éloigna de Liam en vitesse, prenant son fauteuil et le poussant dans le coin le plus reculé de la pièce pour s’éloigner de l’homme qui lui donnait envie de devenir sauvage... Non, mais qu’est-ce qu’elle avait à la fin?! Se relevant rapidement, elle alla chercher son panier de fruits et se mit à les manger comme une goinfre, observant Liam comme un morceau de viande alors que celui-ci semblait se demander ce qui se passait soudainement. Il tenta de se relever et de s’approcher d’elle par lui-même, mais elle enfonçait ses ongles dans les bras de fauteuils et fronça les sourcils.

‘‘ Reste là! Je ne suis pas dans un état normal! ''

Elle se mettait à gigoter dans tous les sens alors que Liam s’agenouillait devant elle, posant une main sur ses jambes, interrogatrice. Voilà qu’elle s’imaginait en train de lui sauter dessus et de... enfin... comme une bête... ! Ah oui... comme une bête! Sans qu’elle ne s’en rende compte, la druidesse avait un sourire pervers. Ce fut la voix de Liam qui la ramena sur terre, la sortant dans ces étranges pensées. Inquiète elle dit :

‘‘ Je ... me sens bizarre. J’ai... envie de... de... ‘‘

Et elle sombra de nouveau, caressant ses cheveux, faisant danser ses doigts contre sa nuque et descendant sur son torse.

‘‘ De........... te.............. sauter dessus et de............ te faire l’amour comme une bête. ‘‘ QU-QUOI ?! Mais que venait-elle de dire là?!

Ses yeux aqua se relevèrent brusquement vers ceux dorés et surpris de son homme, ne comprenant pas ce qui venait de lui prendre, et elle ricana bêtement alors que son ventre se mettait à hurler famine au même moment. Mais elle venait d’engloutir un panier de fruits entiers! Qu’est-ce que... mais qu’est-ce qu’elle avait à la fin?!

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 11 Déc 2012 - 12:30



- Non Liam. Tu restes au lit tant et aussi longtemps que la plaie ne sera pas belle. Alors, n’essaie pas de te relever sinon tu risques d’agraver ton état et je ne pourrai peut-être plus t’aider ensuite.

Respirant profondément, Liam tentait d’éloigner la douleur et de lui sourire. Ce n’était rien, il…il allait bien ils pouvaient reprendre leur route à deux…Sauf que Vaë restait sérieuse. Trop sérieuse même.

-Il reste six mois encore et amplement de temps pour voyager... alors ce n’est pas une semaine ou deux qui va te tuer. D’ailleurs, ça fait quatre jours que tu dors. Alors avant de reprendre la route, tu dois dormir, manger et encore dormir. Me suis-je bien fait comprendre?

Quatre jours ?! Ah non raison de plus pour y aller de ce pas ! Mais cependant il ne put qu’acquiescer pour qu’elle soit rassurée. Quoiqu’elle dise, il tenterait coûte que coûte de se relever. Déjà pour que son corps reprenne ses fonctions, pour pouvoir partir plus vite et puis…parce qu’il ne supportait pas de rester cloîtré au lit, inutile et faible. Comme son père mais en bien pire. Ce devait être l’un de ses plus gros défauts, il était têtu. Même malade, étant plus jeune, son père et sa mère s’excitaient pour le clouer au lit. Il n’avait pas fait de crise d’adolescence comme sa sœur, mais il avait été chiant à ce niveau là et encore aujourd’hui il l’était. Vaë commença à lui changer le bandage et il redressa la tête pour voir la plaie. Quelqu’un l’avait recousue et les fils apparaissaient nettement sur la peau à vif. Ce n’était réellement pas beau…

Elle termina avec les onguents gelés mais apaisants et souffla dessus pour éloigner la douleur. C’est là que l’on toqua à la porte. Vaë reposa sa serviette et alla ouvrir. Liam entendit la voix d’un homme, sans doute l’aubergiste, mais il ne fît pas attention, retentant de se relever. Il profitait qu’elle lui tourne le dos surtout. Se redressant, il allait pour bouger les jambes lorsqu’il entendit :

-LIAM!

Sursautant, il tourna la tête et vit sa rose sauter sur le lit et le recoucher en disant :

-Liam... couché!

Il écarquilla les yeux alors que l’aubergiste riait à l’arrière. Cou…couché ? Il soupira alors que l’homme repartait et que Vaë se reculait du lit lentement. Elle ne le quittait pas des yeux, s’assurant qu’il ne bougeait pas. Revenant avec le bol de soupe, elle s’installa derrière lui, posant sa tête contre ses cuisses. Ah mais…si c’était ainsi, il pouvait rester couché alors ! Ce serait plus simple ! Elle le fît manger lentement et il ingurgita la soupe, chaque goulée lui faisant mal tout de même. Elle mangea à son tour mais se tacha le chemisier, l’obligeant à se relever pour aller le nettoyer.

En profitant, il retenta sa chance, se disant qu’après avoir mangé un peu cela irait mieux. Il réussit à se mettre sur son séant et, inspirant un grand coup, éloignant tant bien que mal cette foutue douleur lancinante, il serra les poings et s’apprêta à poursuivre…

-LIAM!

Tournant vivement la tête, il fût recouché de force par sa rose qui monta même les couvertures jusque sous son menton pour ensuite tourner autour du lit sans le lâcher du regard.

-Tu vas rouvrir ta plaie! Cesse de toujours vouloir te relever!

Mais non ! Il devait être prêt ! Et pour être prêt, il devait se lever ! Il riait intérieurement à voir son air mécontent qui creusait ses petites et adorables fossettes et voulut la serrer contre lui, et pour ce faire, il retenta de se relever ; encore une fois. Elle le recoucha en disant :

|color=white]-Liam... là... je te jure que si tu essais de te relever, que je serai très en colère...[/color]

Il se retint de sourire, grimaçant à la place sous une nouvelle décharge de douleur. Elle n’avait pas un visage fait pour la colère, ce qui la rendait touchante et amusante. Même Meeko roucoulait à ses côtés, comme s’il riait d’elle.

-Tu essaies de te relever encore une fois et je dors par terre ou sur le fauteuil!

Hein ?! Ah non elle dormirait dans le lit avec lui et certainement pas dans un fauteuil aussi peu confortable ! Il voulut répliquer mais elle s’éloigna, s’installant dans ledit fauteuil, conservant son air sévère sur le visage.

-Vaë…dort dans le lit…

Il reprit sa respiration, profondément, alors qu’elle hochait négativement la tête. Il soupira et laissa couler, tentant de temps à autre de la convaincre de revenir, mais le résultat restait le même. La nuit tomba lentement et il la vit s’endormir dans le fauteuil. Mais lui ne trouvait pas le sommeil, déjà à cause de la blessure et ensuite parce qu’elle n’était pas à ses côtés, justement. Alors il se redressa, dans le but d’aller la chercher et la coucher au chaud dans le lit. Il allait plier une jambe lorsque Meeko couina et réveilla Vaë qui hurla subitement :

-DODO!

Elle se releva et il vit sa silhouette s’approcher jusqu’à ce qu’elle le recouche pour la…combientième fois déjà ? et le menaça :

-Essais encore et je ne m’approche plus! Je ne te permettrai plus de me toucher!

Ne plus la…toucher ? Elle rigolait là ! C’était une grosse farce !

-Ah non tu ne peux pas !

Il se redressa pour la coller à lui mais elle fît un bond en arrière et retourna dans son fauteuil en répliquant :

-Je ne rigole pas, Liam. Tu dois te reposer, même si tu ne veux pas rester au lit ...

Laissant sa tête retomber sur l’oreiller, Liam contempla le plafond, prenant son mal en patience. Il avait horreur de ça ! Il les retardait ! Et si l’hiver arrivait plus tôt et les empêchaient d’atteindre les montagnes ? Cependant il ne tenta plus rien de toute la nuit, grimaçant tantôt, dormant parfois, serrant les draps entre ses mains pour se forcer à rester couché.

Il espérait qu’elle ne se souviendrait plus de sa menace, mais le lendemain, elle ne le toucha pas. Ce fût l’aubergiste qui refît son pansement en suivant les indications de la jeune femme alors que Liam soupirait et la suppliait du regard. Mais rien à faire, elle ne le touchait pas.

Il resta bien sage toute la matinée mais vers midi, ses jambes le tenaillaient et lui ordonnaient de les dégourdir et ce malgré ses douleurs aux côtes. Profitant qu’elle soit allée doucher, il se releva. Assis sur le lit, il inspira profondément et sortit ses jambes de sous les couvertures, en posant une à terre. Le contact du sol avec son pied était froid mais le faisait se sentir vivant.

Il était fier de cette petite avancée, et se préparait à poser le second pied lorsqu’une fusée déboula de la salle de bains. Il n’eut que le temps de voir Vaë emmitouflée dans une serviette que sa joue était en feu. Il déglutit, écarquilla les yeux et se recoucha lentement. Elle…elle l’avait giflé…pour la seconde fois…

-Pardon, Liam! Je... aïe... tu vas bien? Non! Tu restes au lit!

Elle s’était approchée pour au final s’éloigner à nouveau, retournant dans la salle de bains. Liam regardait le plafond, une main se posant sur sa joue. La première fois, il avait compris…mais là…ce n’était pas la peine de le gifler si ? Peut-être, rien que pour lui remettre les idées en place. Elle ressortit bien vite toute prête mais ne l’approcha toujours pas.

Ce ne fût que le soir venu qu’il réitéra, profitant encore qu’elle ait le dos tourné. Sauf qu’elle l’aperçut et lui lança un regard mauvais. De lui-même, il se recoucha, ne souhaitant pas particulièrement recevoir une troisième gifle. Assurée qu’il était couché, elle chercha le plateau-repas, ajouta…des herbes et le donna à l’aubergiste. Des herbes ? Il fronça les sourcils. Déjà que c’était l’aubergiste qui le nourrissait ! Il refusa la première gorgée mais le regard de Vaë le força à manger le reste.

Une fois l’aubergiste partit, Liam commença à se sentir…engourdi. Ses muscles ne répondaient plus, il ne pouvait plus bouger ! Rien sauf les yeux ! Elle…elle l’avait paralysé !

-Je ... suis désolée, mais c’est le seul moyen pour que tu cesses de bouger, mon loup. Tu retrouveras l’usage de tes membres demain soir seulement. Pardonne-moi...

Elle s’était installée sur le bord du lit, un air réellement désolé sur le visage. Non mais c’était une blague ! Paralysé. Il était paralysé ! Il voulut forcer ses doigts à se plier, rien de rien, ils restaient inertes sur le matelas. Elle retourna s’asseoir sur le fauteuil, le regardant de loin. La honte ! Paralysé sur le lit…jusqu’au lendemain quoi ! Il regardait le plafond, se calmant et se convainquant qu’elle ne faisait ça que pour son bien. Même la gifle. Parce que oui il était extrêmement tête de mule lorsqu’il le voulait.

Et ce fût ainsi une semaine et demie. Une longue semaine ou Liam tentait vaille que vaille de se relever, la forçant encore à utiliser ses paralysants sur lui. Mais la plaie cicatrisait et elle le laissa enfin en paix à ce niveau, lui ordonnant de ne pas faire de mouvements brusques. Elle tenait sa promesse et ne l’approchait pas. Du moins jusqu’à aujourd’hui.

Elle recommença à lui changer le bandage et rien n’était plus doux que ses mains sur sa peau. Elle était délicate mais se hâtait étrangement, jusqu’à ce qu’elle ait le visage affreusement prêt de lui. Là elle ralentit, semblant…ailleurs, avant de s’éloigner vivement en disant :

-NON! Non! Non! Non! Non! Non! eh non!

Elle avait amené le fauteuil le plus loin possible et se releva pour chercher le panier de fruits, qu’elle commença à manger. Liam ne comprenait pas ce qu’elle avait et son regard…carnassier n’était pas rassurant. Est-ce qu’il y avait un problème ? Il commença à se lever, pouvant à présent le faire mais doucement, et elle s’exclama :

-Reste là! Je ne suis pas dans un état normal!

Pas dans un état normal ? Il s’en fichait et s’avança tout de même, se tenant le temps de trouver son équilibre. Il s’agenouilla devant elle et posa sa main sur sa jambe, ne comprenant pas. Elle enfonçait ses ongles dans le fauteuil et ça en devenait réellement inquiétant.

-Que se passe-t-il, Vaë ? Qu’as-tu ?

Cette question sembla la tirer de ses pensées et elle répondit :

-Je ... me sens bizarre. J’ai... envie de... de...

Elle se sentait bizarre ? Pourtant elle venait de manger tout un panier de fruit. Etaient-ce les fruits ? Et elle avait envie de quoi ? Elle le regardait, ses doigts caressant ses cheveux, descendant sur sa nuque en lui envoyant de doux frissons, pour finalement se poser sur son torse.

-De........... te.............. sauter dessus et de............ te faire l’amour comme une bête.

Liam écarquilla les yeux. Elle avait envie de…comme une…Elle releva la tête et l’observa longuement, gênée et ricanant. Il…ne savait pas quoi répondre à cela et son ventre émis une plainte de protestation. Faim de lui ? Pouvait-il assurer avec sa blessure encore trop fragile ? Telle était la question. Parce que bien sûr, ce n’était pas l’envie qui manquait, cela allait bien faire un mois qu’ils ne l’avaient plus fait maintenant, et elle était si fébrile là devant lui !

Se relevant légèrement, il se pencha et l’embrassa. Cela aussi, cela faisait longtemps. Sauf que cela eut un effet stimulant sur elle. Elle se colla à lui et il ne put retenir son équilibre, tombant sur le dos à même le sol. La douleur rappliqua aussitôt mais il l’ignora alors qu’elle lui arrachait presque le pantalon ! Il était surpris et eut à peine le temps de poser ses mains sur ses hanches qu’elle se déshabillait à son tour rapidement, se dévoilant intégralement à lui. Il la caressait et la laissait faire et elle l’enfourcha bien vite, se mordant la lèvre en gémissant. Ce fût elle qui mena le navire, elle qui les emmena au paradis. Et Liam, à la fin, était trempé et épuisé. Elle était contre lui, le côté non blessé, mais ne semblait pas fatiguée.

-Waouh Vaë…soupira-t-il en souriant.

Heureusement sa blessure ne s’était pas rouverte. Le seul truc, c’est qu’il la sentait encore fébrile contre lui…


Spoiler:
 


Dernière édition par Liam Kreiss le Mar 11 Déc 2012 - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 11 Déc 2012 - 16:55

Symptômes, part.1

Ce qu’elle pouvait être gênée en ce moment! Elle qui était timide et réservée de nature la voila, qui disait des choses pareilles. Sauf qu’elle se sentait vraiment étrange, comme si quelque chose n’allait pas dans son corps. Son ventre criait famine et elle avait toujours faim, mangerait sans arrêt si elle le voulait. Et puis quand elle voyait son homme, la druidesse en avait des chaleurs et des palpitations. Pourtant, jamais une telle chose ne lui était arrivée depuis qu’ils se connaissaient. Alors pourquoi maintenant?

Suivant le regard de son homme des yeux, Vaë déglutit alors qu’il se faisait plus près d’elle. Ses ongles s’enfonçaient davantage dans le tissu du fauteuil pour contenir son envie de lui bondir dessus, mais il l’embrassa doucement. Une vague de chaleur la prit de court et elle lâcha prise pour se coller à son homme. La jeune femme lui renvoyait son baiser avec beaucoup plus de fougue, son corps se collant aussitôt au sien alors que Liam tomba à la renverse contre le plancher, oubliant totalement sa blessure. Ses mains se glissèrent rapidement à son bas-ventre pour le départir de son pantalon qui vola un mètre plus loin. Sa peau était si chaude qu’elle ne pouvait plus tenir. Liam eut à peine le temps caresser ses hanches que Vaë enleva à son tour ses vêtements pour se dévoiler à lui à la lumière du jour. Aussitôt elle lui cloua le bec de sa bouche alors qu’il la caressait puis elle s’installa pour laisser place à ses pulsions.

Contrairement à elle, son loup semblait être à bout de force. Bon, avec sa blessure il commençait à peine à reprendre du poil de la bête après tout. Son poitrail se soulevait à un rythme plus ou moins régulier, sa main pâle effleurant à peine sa peau, descendant jusqu’à son ventre.

‘‘ Waouh Vaë…’’ Dit-il d’un sourire, laissant échapper un soupir par la même occasion.

Vaënadiel leva son regard aqua vers le sien pour y plonger, redevenant fébrile. Son sang se remit à bouillir d’un seul coup, mais le pauvre ne tiendrait jamais le coup si elle se laissait aller. Inconsciemment, ses doigts continuaient de descendre jusqu’à ce qu’elle le sente dévisagé.

‘‘ Quoi? ‘‘

La jeune femme redressa alors la tête et remarqua que sa main se trouvait non loin... de là... D’un coup, la druidesse se mit à rougir et enleva la main avant de se redresser, ses atouts camouflés par sa longue chevelure. Laissant échapper un soupir de découragement, elle baissa légèrement la tête alors que son ventre se remit à faire des siennes. Ses yeux se posèrent donc sur celui-ci et elle le frotta d’une main.

‘‘ Je n’y comprends rien... ‘‘

Posant un regard piteux sur Liam qui s’asseyait tant bien que mal, la jeune femme ne parvenait pas à comprendre ce qu’il lui prenait. Depuis quelques jours, elle ne faisait que l’observer et s’emballait, admirant ce corps qui lui procurait tant de frissons et de plaisirs. Son homme la regarda en fronçant un sourcil ne comprenant pas plus qu’elle.

‘‘ Depuis quelques jours, j’ai seulement envie de... de te... sauter dessus... et j’ai toujours une envie folle de manger. Comme en ce moment. J’ai envie de pomme de terre. Ils en ont, en bas tu crois? J’ai affreusement faim... ! Oh! Non attends... encore, une dernière fois avant. Je n’arrive pas à me retenir... ‘‘

Lança t-elle alors qu’elle passait ses bras autour de son cou pour ensuite s’assoir sur ses cuisses, ses jambes autour de son bassin. Elle l’embrassait, le souffle court, mais se promit de faire vite pour que son homme puisse récupérer, ou pas... Lorsqu’elle le laissa tranquille, le pauvre était à bout de souffle. Tout ce qu’elle lui fit fut un sourire alors qu’elle s’éloignait pour ramasser ses vêtements et filer dans la salle de bain. Son ventre continuait à pousser des hurlements sonores que Liam pouvait clairement entendre. Une fois débarbouillée, elle se rendit compte qu’elle l’avait laissé en plan sur le plancher de la chambre, juste devant le fauteuil.

‘‘ Pardon! Je... J’ai la tête folle, mon loup... ‘‘

Liam avait pris appuis contre le fauteuil pour se relever et elle l’aida à se rendre jusqu’au lit. Avant de l’assoir, elle ne put se retenir de lui prendre une fesse. Ses joues rougirent par sa timidité, Vaë ricana bêtement, s’excusant du regard puis alla chercher sa sacoche et les bandages pour changer celui-ci. La plaie guérissait tranquillement et par chance, la druidesse ne l’avait pas ouverte dans ses mouvements brusques. Pour la énième fois, elle entreprit de nettoyer les abords de la plaie avec une serviette humide puis appliqua la pommade délicatement.

‘‘ Nous pourrons reprendre la route demain, mais il ne faudrait pas que tu fasses de faux mouvements. Où... que je te fasse mal. ‘‘

Confus, il leva ses yeux fauves sur elle alors qu’elle lui envoyait un sourire taquin, coquin et mal à l’aise à la fois. Elle sentait que ça ne faisait que commencer et que ses hormones poussaient fort dans ce petit corps tout frêle. Rapportant son attention sur la taille de son homme, Vaë l’entoura dans un bandage puis l’attacha après s’être assuré qu’il tiendrait bien en place et surtout qu’il ne provoquait aucune douleur chez Liam. Se redressant alors sur les genoux, la druidesse lui vola quelques baisers et caressa doucement sa joue.

‘‘ Je t’aime... ‘‘

Elle attendit qu’il lui fasse un sourire puis elle se tira hors du lit, direction la porte de chambre. Tournant la poignée, Vaë tourna la tête dans sa direction et dit :

‘‘ Je descends chercher de quoi manger sinon je vais tomber dans les pommes. ‘‘

Et hop! Sa chevelure blanche disparue de l’autre côté de la porte, le laissant là, seul avec Meeko pour quelques longues minutes. Une fois en bas, l’aubergiste lui sourit et se retourna vers elle en essuyant ses mains à l’aide d’un vieux torchon. Bien entendu, Vaë ne manqua pas les regards de quelques hommes sur elle et se fit qu’elle devait presser, le pas.

‘‘ Dîtes... est-ce que... je pourrais avec des pommes de terres et un autre panier de fruits? J’ai une faim de l’autre et j’ai tout englouti tout à l’heure. ‘‘ Dit-elle à voix basse, gênée.

‘‘ Ah bon? Euh, oui il n’y a pas de problème. Attendez-moi ici quelques minutes. ‘‘

Attendant calmement au comptoir que le propriétaire de la place revienne, un gros barbu s’approcha de la jeune nordique et posa une main sur son fessier. Alors là...! On sifflait et hurlait derrière, mais la petite femme se retourna brusquement et lui flanqua une telle gifle que la joue de l’homme en resta profondément marquée. Offusquée, Vaë cria alors :

‘‘ DÉGAGE OU JE TE FAIS AVALER TES COUILLES! ‘‘

La queue entre les jambes, il fila comme un chien rejoindre ses potes alors que la druidesse prit une profonde inspiration, le rouge de ses joues disparaissant au moment où l’aubergiste revenait avec la demande.

‘‘ Voilà, jeune dame! ‘‘

‘‘ Merci monsieur ‘‘

Puis elle fila, envoyant un regard noir au gros homme pervers qui n’osait même plus lever les yeux. Dans l’escalier, Vaë souffla et fut surprise de la réaction qu’elle avait eue plus tôt. Jamais elle n’aurait fait une telle chose auparavant? Mais ses nerfs et sa patience étaient à vif en ce moment. Mais qu’avait-elle à la fin. Une fois de retour dans la chambre, Vaënadiel alla rejoindre Liam et se faufila derrière, accotant sa joue contre son dos et entourant sa taille de ses bras.

‘‘ Tu crois que je suis malade? ‘‘ Demanda t-elle alors, sur un coup de tête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 11 Déc 2012 - 19:00


Vaë le regarda longuement, toujours fébrile. Liam ne comprenait pas ce qu'elle avait parce que…comme une bête, c'était le cas de le dire ! Et elle semblait en redemander ! Il sentait sa main se faufiler lentement sur son ventre, descendant bas, plus bas, toujours plus bas…

- Quoi?

Elle venait de remarquer qu'il l'observait et suivit son regard, comprenant le pourquoi de la chose. Automatiquement, elle rougit et retira sa main qui était toute proche…elle baissa les yeux sur son ventre, y posant une main dessus :

-Je n’y comprends rien...

Liam s'assit lentement alors qu'elle le regardait à nouveau, interrogative. Il ne savait pas non plus ce qu'elle avait. Il fronçait légèrement les sourcils, ayant peur que ce soit plus grave que ça en avait l'air.

-Depuis quelques jours, j’ai seulement envie de... de te... sauter dessus... et j’ai toujours une envie folle de manger. Comme en ce moment. J’ai envie de pomme de terre. Ils en ont, en bas tu crois? J’ai affreusement faim... ! Oh! Non attends... encore, une dernière fois avant. Je n’arrive pas à me retenir...

Hein ?! Encore ? Mais elle passait déjà ses bras autour de son cou, l'embrassant alors qu'elle s'installait sur ses jambes, entourant son bassin, recommençant. Il la laissait faire et lui rendait ses baisers, faisant tout de même attention à sa blessure. Ils avaient tous deux le souffle court, mais Vaë semblait avoir une réserve infinie d'énergie à revendre alors que lui…

Lorsqu'elle le relâcha, elle se releva et courut dans la salle de bains avec ses vêtements. Liam, lui, laissa retomber ses bras, faisant l'étoile sur le plancher, récupérant un peu de son souffle. Deux fois, coups sur coups et avec autant d'intensité…surtout qu'il n'avait pas toutes ses forces, c'était trop…même si cela ne lui déplaisait pas !
Il entendait nettement les bruits de son ventre et certains étaient réellement effrayants. Lorsqu'elle revint, il tentait de se relever en s'agrippant au bras du fauteuil.

-Pardon! Je... J’ai la tête folle, mon loup...

Elle l'aida à se relever et le conduisit jusqu'au lit où il s'assit en respirant profondément. Et, au passage, elle serra l'une de ses fesses, ce qui le surprit et la fît ricaner. Elle alla récupérer sa sacoche et les bandages, revenant rapidement pour lui changer le pansement. Elle nettoya la plaie avec une serviette et mit les crèmes en disant :

-Nous pourrons reprendre la route demain, mais il ne faudrait pas que tu fasses de faux mouvements. Où... que je te fasse mal.

Ou…qu'elle lui fasse mal ? Cela voulait dire que…ce n'était pas finit ? Liam ne comprenait vraiment rien, mais le pire était qu'elle non plus ne voyait pas ce qu'elle avait ! Elle renoua le bandage autour de sa taille, veillant à ce qu'il ne soit ni trop serré ni pas assez puis se redressa, lui caressant la joue en l'embrassant pour dire :

-Je t’aime...

Il lui sourit et elle sortit du lit, se dirigeant vers la porte en le prévenant qu'elle descendait chercher à manger avant qu'elle ne tombe dans les vapes. Liam ne put rien faire d'autre que regarder sa chevelure disparaître et la porte se refermer sur elle. Restant ainsi assis, Liam respira encore un grand coup. Jamais il n'aurait cru qu'un si petit corps pouvait être aussi…fougueux. Comme quoi…

Il regardait le plafond, priant pour qu'il n'arrive rien à Vaë. Elle était seule en bas tout de même…et lui ne le saurait pas s'il se passait quelque chose. Ou si, mais il arriverait trop tard et n'aurait pas la force de se battre, même s'il le ferait tout de même. Ce n'était certainement pas cette foutue blessure qui l'empêcherait de protéger sa rose.

Il entendit des pas dans l'escalier au bout de quelques minutes et se remit à respirer plus tranquillement. Elle revenait. Et effectivement la porte s'ouvrit sur elle, un gros panier de fruit en main ainsi qu'une assiette de pomme de terre.

Elle posa le tout, mangeant quelques pommes de terre, et vint s'asseoir derrière lui. Il sentit sa joue se coller à son dos et ses bras entourer sa taille, faisant attention à l'endroit ou elle les posait.

- Tu crois que je suis malade?

La question le prit au dépourvu. Malade ? Il en doutait. Enfin, il ne connaissait pas de maladie avec ses symptômes en tout cas. Toujours faim, envie furieuse d'homme…non il ne voyait pas mais ce n'était pas une maladie. Caressant ses mains il répondit :

-J'en doute ma rose. Quand on est malades on ne mange plus et on a plus autant d'énergie. Tu devrais le savoir puisque tu sors d'une bonne grippe.

Celle-là même qu'il lui avait donné et qui avait faillit l'emporter d'ailleurs. Il fallait voir au fil des jours si les symptômes persistaient ou s'ils diminuaient…sinon ils devraient voir un médecin.

-Demain matin à la première heure nous serons partis d'accord ? Pour rejoindre ton frère.

Meeko dormait devant la cheminée et ils s'aperçurent que la nuit tombait petit à petit. Liam décida alors d'aller se laver, profitant de pouvoir enfin rester debout, et se dégagea doucement de Vaë qui fît la moue. Pour toute réponse il lui sourit et l'embrassa. Erreur fatale il venait de raviver en dix fois pire les envies de sa rose.

Dans la salle de bains, il se déshabilla, observant le bandage. Il allait remplir la cuve d'eau pour plonger la tête, vu qu'il ne pouvait pas mouiller le bandage il devait faire chaque partie à part, lorsqu'il entendit des bruits de pas.

La porte s'ouvrit lentement sur Vaë qui tremblait, se mordait la lèvre et le regardait avec une flamme étrange dans les yeux, pas mieux que son sourire qui ce faisait encore plus carnassier. Elle le détaillait de haut en bas et il fronça les sourcils.

Le ventre de la jeune femme hurlait de faim et ce fût le signal. Elle se jeta sur lui et il recula, manquant tomber, cognant un mur avec son dos. Elle l'embrassait, ses mains parcourant son corps nu, se déshabillant en même temps. Liam ne comprenait pas. Encore une fois ?! Il venait à peine de récupérer son souffle !
Mais trop tard elle était nue devant lui, collant son corps au sien, réveillant une fois de plus ses parties masculines. Il agrippa l'une de ses jambes dans le creux du genou, qu'elle posa contre sa hanche, et il vint à elle, là, debout, contre le mur. Elle gémissait et le griffait, enfonçant ses ongles dans son dos. Il ne sentait pratiquement rien, mais il manquait de force et ne put tenir très longtemps à leur grand déplaisir.

Lorsqu'il se retira, complètement essoufflé une fois encore, il la regarda et lui dit :

-Vaë…c'est…pfiouu c'est…

Il ne savait pas quoi dire. C'était beau, magique, merveilleux, mais aussi épuisant. Et il se sentait honteux d'être si minable ! De ne pas tenir plus longtemps alors qu'elle, elle ! Elle était souriante, en sueur mais toujours énergique. A voir son regard, il comprit qu'elle pouvait encore le faire, aussi longtemps que nécessaire. Mais si elle le faisait, elle le tuerait…Après un dernier baiser elle s'en alla, le laissant se laver. Ce qu'il fît, les jambes à bout de forces ! Quel minable sérieusement…

Lorsqu'il la rejoignit, elle était dans le lit, et…toujours nue ! Mais lui avait revêtu un pantalon. Il se coucha à ses côtés, la serrant contre lui, ignorant les pics de douleurs qui surgissaient encore. Une bonne nuit de sommeil…pour bien attaquer la route le lendemain…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 11 Déc 2012 - 21:06

Symptômes, part.2

Fermant les yeux, profitant de la chaleur corporelle de son amoureux ainsi que de son odeur, la jeune femme écoutait son coeur battre alors qu’il caressait doucement ses mains. Sa voix s’éleva et l’aida à se détendre tout comme à envolée ses doutes à cette seconde près.

‘‘‘ J’en doute ma rose. Quand on est malades, on ne mange plus et on a plus autant d’énergie. Tu devrais le savoir puisque tu sors d’une bonne grippe. ‘‘

Elle se souvenait d’avoir attrapé la mort oui. De la forte fièvre qui l’avait frappée ainsi que de cette affreuse toux qui lui faisait cracher du sang. Cette fois là, elle avait cru que ses poumons lui sortiraient par la bouche ou qu’elle mourrait sans avoir eu l’occasion de revoir Liam à nouveau. Vaënadiel soupira et se colla un peu plus à son homme alors qu’il continuait en disant :

‘‘ Demain matin à la première heure nous serons partis d’accord? Pour rejoindre ton frère. ‘‘

‘‘ C’est d’accord, Liam. ‘‘

Liam se détacha d’elle doucement, l’obligeant à reprendre possession de ses mains et lui enlevant cette chaleur qui la réconfortait. Elle voulait qu’il reste, mais se doutait bien qu’il devait vouloir aller se laver puisque la nuit commençait à se faire présente. De plus, ils devaient se lever tôt pour pouvoir reprendre la route le lendemain matin.

Vaë fit tout de même la moue, mais celui-ci ne répondit qu’en lui souriant puis se pencha pour réclamer un baiser avant de s’éloigner. Oh non... Son regard aqua suivait le chevalier jusqu’à ce qu’il disparaisse dans la salle de bain et Vaë commença à gigoter dans tous les sens, bouffées de chaleur incluses. Ce que ça pouvait être énervant! Quand est-ce que cela allait cesser... ? S’attardant sur Meeko qui dormait paisiblement devant le feu de foyer, la druidesse essaya de réfléchir. Et puis merde de chèvre! Ses membres tremblotant légèrement, Vaë se tira hors du lit et fit des pas rapides en direction de la salle de bain, poussant la porte d’une main. Celle-ci s’ouvrit toute seule jusqu’à ce qu’elle voit l’homme qu’elle cherchait. Le voilà... un sourire se forma sur les lèvres roses de la jeune femme, une envie étrange la tenaillant. Oh! En plus, ses vêtements étaient déjà par terre alors pourquoi se priver? Et dès que son ventre hurla, Vaë lui sauta dessus pour se retrouver acculé contre un mur. Ses lèvres se collèrent aux siennes et elle l’embrassait avec fougue, laissant ses mains gambader à leur guise contre son corps. Et c’était parti pour une troisième fois en une heure, mais le pauvre était bombardé de griffure et de traces d’ongles sur les bras, le dos et la taille.

‘‘ Vaë… c’est… pfiouu c’est… ‘‘

‘‘ ... dingue. Je suis désolée... ‘‘

Mais elle lui souriait, le souffle court. De l’énergie, elle aurait pu lui en donner, si seulement ça pouvait s’échanger de personne en personne. Mais non! Elle ne le pouvait pas. Alors, Vaë lui donna un dernier baiser furtif, ramassa ses vêtements et quitta la pièce d’eau pour enfin le laisser tranquille. Une fois dans la chambre, elle allait se revêtir, mais lança le tout dans les airs avant de se lancer dans le lit, se glissant sous les couvertures et se couchant sur le ventre. Poussant un soupir de satisfaction, elle profita du confort du lit comparé à celui du fauteuil. Quelques minutes plus tard, Liam vint la rejoindre et la serra contre lui. Ne se faisant pas prier, elle faufila son visage contre son cou et y déposa un doux baiser avant de fermer les yeux. Il fallait qu’elle apprenne à contenir ses envies. Liam tomba endormit en un temps record alors que Vaë n’y arrivait tout simplement pas alors elle regardait son homme, caressant sa chevelure doucement pour ne pas le déranger. Ce ne fut que bien tard dans la nuit qu’elle alla le rejoindre dans les bras de Morphée.

Au petit matin, elle était la première debout et avait filé sous l’eau avant que son amoureux ne se réveille. Ainsi, elle nettoya sa crinière avant qu’ils ne reprennent la route. S’habillant chaudement, la druidesse ressortit et alla ceuillir le déjeuner et elle mangea double portion à la plus grande surprise de Liam. Gênée, Vaënadiel souriait bêtement et vida tout de même son assiette complète en plus des restants de son amoureux.

‘‘ Aaaaaaaaaah! Ça fait du bien! Alors, on y va? ‘‘

Étonné, le chevalier ne fit qu’acquiescer d’un signe de tête et les jeunes gens ramassèrent leurs effets personnels avant de descendre à l’étage inférieur, direction l’écurie. Les sacs dans les sacoches du cheval, celui-ci fut sorti à l’extérieur et Vaë aida Liam tant bien que mal à se mettre en selle, grimpant par elle-même juste devant. Meeko lui était autour du cou du jeune homme et lui servait d’écharpe chauffante. Regardant un peu partout, la druidesse put enfin admirer la splendeur de la grande cité de Madorass qui était encore plus imposante que Beolan... beaucoup plus! Mais ne s’y attardant pas plus longtemps, le duo reprit la route et retrouva bien rapidement Boris qui traçait son chemin dans une série de buissons, ne sortant pas à la vue d’autant de voyageurs.

Sur la route, Vaë retenait ses envies comme elle le pouvait. Le seul fait de sentir le fait de Liam contre son ventre lui donnait des chaleurs et c’était encore pire lorsqu’elle sentait son souffle contre sa nuque. Deux bonnes heures s’écoulèrent avant qu’elle ne se retourne et lui demande de s’arrêter à la hâte. Le chevalier fronça les sourcils et la jeune femme lui tapa les cuisses frénétiquement puis il arrêta enfin Nocturne. Loin de la route, Vaë fouilla dans les sacoches pour trouver à manger et s’empiffra littéralement, soupirant de satisfaction et levant les yeux vers le ciel comme si elle n’avait pas mangé pendant une semaine. Son ventre rassasié, elle tourna et regarda son homme, attendant qu’il comprenne. Celui-ci soupira de découragement et Vaë lui offrit un sourire coquin, le reculant jusqu’à un arbre.

‘‘ Allez! Enlève-moi tout ça! Vite! ‘‘

Celui-ci rétorqua, mais elle l’ignora et dut elle-même s’y mettre en plus d’enlever à moitier ce qu’elle avait sur le dos pour une petite vite contre un arbre. Une fois son envie contentée, Vaë lui donna un beau baiser et le laissa respirer alors qu’elle se remettait en ordre, en profitant pour se dégourdir un peu les jambes en fredonnant un petit air joyeux.

‘‘ On y retourne chef? ‘‘ Demanda t-elle.

Mais Liam eut peur que ce soit encore pour satisfaire ses envies alors qu’elle penchait légèrement la tête de côté, se questionnant.

‘‘ Je parle de reprendre la route, Liam. ‘‘

Elle pointa Nocturne et le jeune homme semblait rassuré d’un seul coup. Ricanant, Vaënadiel le poussa vers le cheval et le laissa grimper pour en faire de même tout de suite après, s’adossant contre son torse. Le restant de la journée, Liam put respirer, car elle le laissa tranquille. Ce fut ainsi les quatre jours qui suivirent. Hum non... pas vraiment, car la druidesse jouait aux montagnes russes et se trouvaient à être complètement imprévisible. Un beau soir, alors qu’ils étaient encore loin des montagnes, Vaënadiel s’empiffrait devant le feu. Son ventre ne semblait guère satisfait même si elle ingurgitait des quantités phénoménales de nourriture. Hurlant fortement de nouveau alors que plus rien n’entrait, la jeune femme releva sa chemise pour observer son ventre un long moment et le frotta ensuite en fronçant les sourcils.

‘‘ J’ai pris du poids. ‘‘

Liam tourna les yeux dans sa direction, Vaë se redressant sur ses genoux pour se trouver à être un peu plus haute que lui qui était assit. Elle s’approcha alors, appuyant sur son ventre d’un bout de doigt. Une fois face à lui, les jambes de l’hommes de chaque côté d’elle, Vaë plongea son regard aqua dans le sien et l’observant d’un air interrogateur.

‘‘ Je crois que j’ai trop mangé, mais ... C’est pas sencé être mou ? C'est tout dur ...‘‘ Demanda t-elle en prenant la main chaude de son fiancé pour la poser sur son ventre, attendant son verdict.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mar 11 Déc 2012 - 22:29


Liam s'endormit rapidement contrairement à Vaë. Il fallait dire aussi qu'il était épuisé ! Sa blessure et maintenant les envies soudaines de sa rose…elle aurait pu le traiter de chochotte qu'il aurait acquiescé, incapable de réveiller le loup comme la dernière fois pour se venger…

Au petit matin, Liam se réveilla en constatant qu'il était seul dans le lit. Un moment, il se demanda ou était sa rose, mais il entendit l'eau couler et comprit qu'elle se lavait avant de prendre la route.
Lorsqu'elle ressortit, fraîche et pimpante, elle récupéra leur repas et avala le double de sa portion ! Liam la regardait, surpris et elle rougissait. Mais cela ne l'empêcha pas d'engloutir son repas en plus des restes du chevalier…

-Aaaaaaaaaah! Ça fait du bien! Alors, on y va?

Liam ne répondit rien mais acquiesça, se levant pour récupérer toutes leurs affaires. Épée, sacs, vêtements…une fois fin prêts, ils descendirent et quittèrent l'auberge, allant chercher Nocturne. Cette fois, Vaë dut aider Liam à se mettre en selle, lui-même n'ayant pas toute sa force et le mouvement tirant fortement sur la plaie qui était en bonne voie de disparition. Grimpant à son tour devant lui et adossant son dos contre son torse, Vaë observait la ville de fond en comble. En même temps avec tout ça, Liam n'avait pas pu la lui faire visiter…

Meeko autour du cou telle une écharpe vivante, il talonna Nocturne et ils sortirent de la ville, s'enfonçant dans la nature, longeant la route bondée de voyageurs. Boris les rejoignit, restant cependant camouflé par les buissons, effrayé par tant de monde.

Tout n'était que beauté et tranquillité alors qu'ils s'éloignaient des grandes routes pour s'enfoncer plus avant dans les bois. Direction : les montagnes et le clan Eira. Nocturne avançait à un bon rythme et deux heures s'écoulèrent paisiblement…sauf que Liam sentait Vaë devenir…fébrile. De plus en plus. Et c'était devenu comme un signal depuis la veille. Il le sentait elle…ça y est ! Elle se tourna soudain et lui demanda de s'arrêter. Mais il fronça les sourcils tout de même. Il se doutait du pourquoi mais…ici ?! Là ?! Elle frappait ses cuisses pour l'inciter à se stopper, ce qu'il fît, à l'écart de la route.

Là, elle ouvrit les sacoches et mangea en sautant à bas de la selle, engloutissant énormément en peu de temps. Liam était sidéré, complètement. Mais qu'avait-elle donc ? Elle soupirait en regardant le ciel, comme si elle bénissait les cieux de lui avoir donné à manger. Mais ensuite…

Elle le regarda, fixement, sans ciller. Comme si elle attendait qu'il comprenne…et lorsqu'il le fît enfin, il lança un soupir de découragement, se laissant entraîner contre un tronc.

-Allez! Enlève-moi tout ça! Vite!

-Ici ? Mais Vaë…

Vaë l'ignora royalement, retirant d'elle-même la moitié de ce qu'elle portait. Ils n'étaient pas totalement déshabillés, mais cela semblait suffire à Vaë. Là, contre l'arbre, Liam l'embrassait et la caressait, lui donnant ce qu'elle attendait de lui tout en priant pour que personne ne les surprennent…

A la fin, il eut droit à un doux baiser avant qu'elle ne s'éloigne en se rhabillant, chantonnant gaiement. Se rhabillant également, il haussa les sourcils lorsqu'elle demanda :

-On y retourne chef?

Euh…encore ? Mais…ils venaient de…Liam eut peur mais elle le rassura :

-Je parle de reprendre la route, Liam.

Elle montra l'étalon du doigt et le chevalier se surprit à reprendre sa respiration, rassuré. Pas qu'il n'aimait pas, mais…c'était si soudain, juste comme ça…et si étrange aussi d'un coup ! Remontant en selle, ils chevauchèrent toute la journée, Vaë ne le forçant plus à s'arrêter pour assouvir ses envies.

Quatre jours s'écoulèrent, paisiblement. Liam reprenait du poil de la bête et l'air de la nature y était sans doute pour quelque chose. Sa blessure était bien cicatrisée, il aurait une nouvelle marque à exhiber et il reprenait des forces. Il y avait bien sûr quelques mouvements ou il devait faire attention, mais sans plus. La route s'étirait devant eux, droite et belle. Vaë était prise d'envies soudaines, et était si imprévisible que parfois, ils avaient finit avant que Liam ne se soit réellement rendu compte qu'elle en avait envie.

Liam se laissait la plupart du temps faire, et en ressortait…lessivé. Surtout que cela lui prenait trois fois de suite parfois ! Ils approchaient des montagnes, mais il leur restait facilement une bonne semaine jusqu'à être dans le village qui se trouvait en contre bas. Un soir, assis près du feu, ils mangeaient en silence, enfin, Vaë s'empiffrait. Il n'y avait pas d'autre mot ! Elle mangeait, mangeait, mangeait et pourtant son ventre réclamait sans cesse !
Liam finissait de manger lorsqu'elle releva son haut et frotta son ventre en disant :

- J’ai pris du poids.

Il leva les yeux vers elle, interrogateur, et elle se mit sur ses genoux, s'approchant de lui en appuyant sur son ventre. Il éloigna ses jambes l'une de l'autre, pour la laisser venir, et une fois à sa hauteur elle dit, le regardant dans les yeux :

-Je crois que j’ai trop mangé, mais ... C’est pas censé être mou ? C'est tout dur …

Elle prit sa main qu'elle posa sur son ventre, pour qu'il sente bien. Liam parcourut sa peau délicatement, fronçant les sourcils imperceptiblement. Effectivement, le ventre était dur et se…déformait ? Non…enfin, pas de la déformation négative. Liam eut le souffle coupé lorsque la vérité s'imposa à lui.

Il garda la tête baissée pour qu'elle ne voie pas ses yeux s'agrandir. Il cherchait son souffle et surtout quelque chose à lui dire. Parce que pour l'heure il n'en était pas totalement sûr et ne voulait pas…annoncer une fausse nouvelle. Mais s'il avait juste, il allait être père…une deuxième fois.

Relevant finalement la tête, il lui répondit :

-Ce…doit être a force de se contracter…

Mi-na-ble. Excuse pathétique mais Liam n'avait su trouver mieux. Il lui sourit pour la rassurer, la prenant contre lui. Ah flûte, le déclencheur…Il fût à nouveau mis à nu, elle aussi, pour une heure d'amour intense, devant les flammes et surtout…devant Boris. L'ours les regardait de ses yeux perçants et Liam se sentait horriblement gêné. Même qu'à un moment il ralentit la cadence, au plus grand désarroi de sa rose qui fronça les sourcils et lui fouetta presque l'arrière-train pour qu'il reprenne. Punaise…si seulement l'animal pouvait devenir aveugle ou disparaître juste pour ce moment…

Finalement, ils s'endormirent dans les bras l'un de l'autre, comme d'habitude, les animaux veillant au grain.

Le soleil venait de se lever qu'ils étaient en selle, repartant pour une journée de chevauchée. Vaë ne posait plus de questions sur son ventre, ce qui convenait à Liam, parce qu'il n'aurait su trouver d'autres excuses… Père…deux fois père…d'un coup…il…n'arrivait pas à le croire. Il ne savait rien des méthodes de parent, ne savait rien du tout et là il allait en avoir deux ! Pas de la même mère en plus…et ils auraient quelques mois de différence. Mais c'était tout de même un…choc. Même si cela le comblait de joie. Et elle ? Que dirait-elle lorsqu'il le lui dirait ? C'était peut-être trop tôt à son goût, trop rapide, elle aurait peut-être souhaité se familiariser avec le rôle de mère avant…mais là encore, Liam n'avait pas fait attention lors de leurs ébats, pas plus que Vaë. Il devrait peut-être apprendre à se retenir non ?

La journée fût ponctuée par les soudaines envies de sa rose, bien sûr. Contre un arbre, dans un buisson, et elle avait même voulu le faire sur la selle de Nocturne ! En pleine marche ! Elle avait commencé à le caresser en se retournant de moitié, glissant ses doigts sous ses vêtements, descendant au pantalon. Il avait fait non de la tête et s'était écarté de la route, la faisant descendre de selle et la prenant là, à même le sol verdoyant de la clairière. Ensuite, ils étaient repartis, Liam s'amusant à retirer les branches et les feuilles de la chevelure de Vaë.

Les jours défilèrent, tranquillement. Les voyageurs étaient rares mais le temps se rafraîchissait, signe qu'ils arrivaient près des montagnes. Alors, les envies de Vaë devenaient par moment un supplice, avec le vent frais qui mordait leur peau. Il aimait toujours, ne disait jamais non et de toute façon ne pourrait pas elle le forcerait, mais le froid lui faisait penser à son père lorsqu'il lui avait jeté l'eau froide dans la douche avec son merveilleux commentaire. Ben là, c'était pareil mais en dix fois plus gênant encore.

Et enfin ils arrivèrent dans le village si familier à présent. Les habitants leur souriait au passage, les reconnaissant et l'aubergiste leur fît même un petit prix sur la chambre, car Liam payait grassement pour l'hébergement de Nocturne le temps ou eux seraient dans les pics.

Et, avec cette semaine passée, Liam ne pouvait plus douter. Le ventre de Vaë avait pris de légères formes, toutes fines, mais bien présentes. Il la voyait s'interroger des fois en le palpant, ne comprenant pas du tout ce qu'elle avait. Et, il devait le lui annoncer.

Il allait même le faire dans l'immédiat. Dans la chambre, celle de leur rencontre, celle ou toutes sortes de choses s'étaient déroulées, bonnes ou mauvaises, surtout mauvaises en fait, il le lui dirait, les yeux dans les yeux.

Posant ses affaires, il lui prit la main et l'entraîna sur le lit. Délicatement, il releva son haut après qu'elle eut retiré son manteau et lui également, et posa une main dessus. Il sentait…il sentait les formes…il sentait et n'arrivait pas à croire que là-dedans allait grandir leur enfant…se penchant, il déposa un doux baiser sur ce magnifique ventre et remonta, rencontrant les lèvres de sa rose.

Se détachant, il conserva sa main sur le ventre et lui dit calmement :

-Vaë…ce que tu as…tu es enceinte…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 12 Déc 2012 - 1:39

Chez soi, part.1

La main de l’homme caressait doucement la surface de son ventre, ses yeux arqua la suivant sans dire quoi que ce soit jusqu’à ce qu’ils se relèvent vers les siens. Allait-il lui dire quelque chose de spécial? Sa maladie venait peut-être de là. Liam gardait la tête basse et sa main arrêta tout mouvement. Son regard fauve se plongea alors dans le sien et il répondit, semblant tout à fait calme d’apparence extérieure, mais la lueur dans ses yeux disait tout le contraire.

‘‘ Ce… doit être à force de se contracter… ‘‘

À force de se contracter? Fronçant les sourcils, Vaënadiel resta silencieuse et n’osa pas en demander davantage au risque de s’inquiéter. Si son amoureux ne disait rien, c’était qu’il n’y avait rien de grave. Et puis, un sourire doux se dessinait à ses lèvres alors que ses mains glissaient sur sa taille pour l’approcher de lui. Et hop! C’était reparti pour un tour, sauf que cette fois c’est elle qui se retrouva dessous. Boris, se demandant ce qui se passait c’était approché d’un pas lourd et nonchalant pour s’assoir à une dizaine de centimètres de la tête de sa maîtresse. Ne l’ayant pas remarqué, la jeune femme n’avait senti qu’un ralentissement de la cadence de son homme et lui tapa frénétiquement l’arrière-train pour qu’il se mette au travail. Ce ne fut qu’en ouvrant les yeux qu’elle croisa les deux grosses billes noires de l’ours avant de s’esclaffer à en pleurer. Là voilà la raison! Bah et puis... c’était un animal. Cela aurait été pire si cela avait été un étranger accroupi non? Bref, la druidesse dormit comme une souche ce soir-là, dans les bras de Liam qui était... mort de fatigue.

Les premiers de soleil frappèrent leur visage, tout comme le vent frisquet qui venait caresser leur peau et comme d’habitude, ils manière et se remirent en route. Vaënadiel ne disait rien et chantonnait doucement jusqu’à ce que ses fichues envies reviennent à pic. Bon ... c’était un peu moins pire au fil des jours, mais quand même. Cependant, ce n’était pas le cas de son estomac puisqu’elle passait le plus clair de son temps à manger. D’ailleurs, les provisions descendaient dangereusement contrairement à ce qui était prévu. Les jours qui suivirent étaient surtout consacrés à la route, la route et encore la route. Parfois il y avait des petits villages ici et là où ils pouvaient faire escale un jour ou deux histoire de dormir dans un lit confortable, mais surtout pour se reposer le dos. Aussi en profitèrent-ils pour regarnir les réserves de nourriture qui se faisaient vider par nul autre que Vaë. Le temps froid se faisait de plus en plus présent alors qu’un versant des pics neigeux se faisait visible à l’horizon. Ils mirent quelques jours avant de s’y rendre, devant se vêtir de leurs habits de fourrures au plus grand plaisir de la druidesse qui étaient au chaud, contrairement à Liam qui semblait se les geler. Il fallait dire que le vent lui soufflait dans le dos aussi et qu’elle, était blottit contre lui qui servait aussi de barrière. Lors de leurs pauses, la druidesse caressait son ventre, se doutant que quelque chose n’allait pas, mais n’arrivant pas à faire le lien. Les questions ne sortaient pas non plus de sa bouche, car au final, elle se disait que ça finirait par désenfler. Si elle savait à quel point elle se trompait.

Au total, une longue semaine s’était écoulée depuis leur départ de Madorass et le jeune couple atteignit le village qui se trouvait en bas des pics en soirée alors qu’une tempête commençait à se lever sur le territoire. Nocturne fut apporté au chaud dans l’écurie se trouvant aux abords de l’auberge et ils y entrèrent, revoyant des visages qui commençaient à leur être familiers. Montant à l’étage, on s’occupa de leur préparer un repas chaud pendant que Liam et Vaë s’installeraient. Une fois dans leur chambre, ils posèrent tout simplement les sacs sur le plancher et l’homme l’attira vers le lit où il la fit assoir. Les yeux aqua de la jeune nordique le suivit dans ses mouvements jusqu’à ce qu’il prenne place à ses côtés et lève sa tunique pour dévoiler son ventre. Une douce chaleur caressa la peau de cette partie de son corps qui était quelque peu refroidi par le froid glacial qui régnait à l’extérieur. Mais... pourquoi se pencha-t-il pour embrasser son ventre? Son questionnement s’effaça bien rapidement une fois que l’homme eut posé ses lèvres sur les siennes, se détachant ensuite, mais laissant sa main là, sur l’infime rondeur de son ventre.

‘‘ Liam? ‘‘ Murmura t-elle à voix basse, n’aimant pas le voir aussi calme pour cette fois.

Le chevalier la regarda un instant puis ses lèvres s’activèrent pour lui dire une vérité à laquelle elle n’avait pas songé.

‘‘ Vaë… ce que tu as…tu es enceinte… ‘‘

En-enceinte ?! Ça expliquait alors pourquoi elle avait toujours ces fringales et les hormones à leur maximum au niveau... bref, vous savez alors passons! Tout était clair comme de l’eau de roche dans sa tête, mais... ce n’était pas trop tôt?! Liam allait déjà être père et maintenant, il y en avait un autre. Vaënadiel commença à paniquer aussitôt.

‘‘ Liam! Si tu ne le veux pas, je peux lui dire de sortir?! Je peux hein? Je... j’aurais dû faire attention je ... ‘‘

Elle ne savait plus si elle devait être heureuse d’avoir un enfant avec son amour ou si elle devait pleurer parce qu’il serait pris avec deux enfants alors que ce n’était pas prévu. Devait-elle être en colère? Se blâmer pour son inattention? Que la druidesse ne le veuille ou non, elle était en grande partie responsable de ce ventre qui commençait à s’arrondir. Ses yeux commençaient à être humides alors que la tristesse, la colère, la peur et la joie lui traversaient le visage. Vaënadiel resta muette et se tira hors du lit pour commencer à faire les cent pas ou plutôt, tourner en rond devant la fenêtre, les mains devant sa bouche. Elle allait être maman?

‘‘ Par l’équinoxe... Liam. Je suis désolée! ‘‘

La nordique se retourna vers lui et s’approcha pour s’agenouiller entre ses jambes et elle prit son visage entre ses mains. Fronçant les sourcils, elle l’observa un long moment, sa vue se brouillant alors.

‘‘ Pourquoi es-tu si calme? ‘‘ Dit-elle alors qu’elle-même l’était d’un coup.

Mais elle n’eut droit qu’à un sourire et un tendre baiser. Fermant les yeux, elle laissa les larmes coulées d’elle-même, son homme les essuyant et glissant une main derrière sa nuque pour l’attirer vers lui. Blotti contre lui, Vaë serra sa chemise entre ses doigts se et renifla faiblement.

‘‘ Mon ventre, il va enfler alors? ‘‘

Ces paroles semblèrent faire rire Liam qui caressait sa chevelure, relevant son menton d’un doigt pour qu’elle le regarde. Il ne semblait pas lui en vouloir, au contraire. Cette lueur qui brillait dans ces yeux fauves disait tout; il était enchanté et plus qu’heureux de cette nouvelle même s’il s’en doutait depuis une bonne semaine. Vaë n’eut donc pas à lui demander s’il le désirait ou non, car elle avait eu sa réponse par un seul regard, ce qui la fit sourire également. Étirant le cou, la jeune femme alla se chercher un baiser puis se laissa allonger sur le lit, son homme à ses côtés qui caressait son cou du bout du doigt. Fermant les yeux de nouveau, le sommeil la gagna lentement jusqu’à ce que le néant soit omniprésent autour d’elle. Au petit matin, elle s’était glissée dans la baignoire et observant son ventre dans un trou qu’elle avait creusé dans la mousse. Ses orteils étaient sortis et bougeaient sans qu’elle ne s’en rende vraiment compte, elle, un large sourire aux lèvres. Liam se réveilla enfin et la jeune femme porta son attention vers lui.

‘‘ Bon matin, mon beau mâle. ‘‘ Dit-elle en ricanant.

D’ailleurs, ce mâle en question s’agenouilla près de la baignoire pour avoir droit à son baiser mouillé matinal, mais se retrouva bien rapidement avec de la mousse sur les joues que Vaë s’empressa d’enlever en ricanant de plus belle. Sa chevelure fut nettoyée avec son aide puis elle se tira hors de l’eau pour se sécher et se changer. Au moins, son caractère reprenait de sa normalité tranquillement.

D’une main, la jeune femme l’entraîna vers le lit et le fit assoir pour lui retirer sa chemise. Enlevant le bandage, elle observa sa plaie d’un oeil expert et souriait de satisfaction, se sauvant quelques secondes. Ne mettant que quelques secondes, Vaë revint avec sa sacoche et sortit son flacon d’onguent qu’elle appliqua avec soin, remettant un bandage léger.

‘‘ Ce soir tu pourra la laisser respirer. L’onguent et les bandages ne seront plus nécessaires. ‘‘

Les fils avaient été coupés pendant la semaine et il n’y avait donc plus de risque que cela s’infecte. La blessure guérissait bien et il semblait être en pleine forme maintenant. Pour le féliciter, la jeune femme lui offrit un long et savoureux baiser puis lui remit sa chemise tout doucement, sentant ses frissons et ses mains sur ses hanches. Pour une fois qu’elle se contenait, il fallait qu’il la titille! Bon... un dernier pour la route, car ensuite ils n’auraient plus leur intimité pour un certain temps.

Le petit déjeuner prit, leurs effets ramassés et l’aubergiste salué, le jeune couple tira leur capuchon au dessus de leur tête et se dirigèrent vers le sommet en compagnie de Meeko. Boris ne tarda pas à les rejoindre, traçant le chemin pour eux juste devant. Ça tombait bien, car il leur coupait le vent et leur évitait de trop s’enfoncer dans la neige qui était assez molle. Cependant, les pauses étaient plus fréquentes vu la température peu clémente que leur offrait la nature ce jour-là. Une fois réchauffé, ils recommencèrent leur assénions jusqu’à ce qu’ils parviennent au village. Il n’y avait personne à l’extérieur vu la tempête qui prenait en rage dehors. Faisant vite, Vaënadiel entraîna Liam avec elle jusqu’à la caverne où une douce chaleur les enveloppa. Leurs pas alertèrent Eph’ qui les attendait dans un coin. Une pique s’arrêta à quelques centimètres du front de Vaë qui avait levé les mains dans les airs par réflexe et qui avait retenu sa respiration.

‘‘ Vaë? Liam? Mais qu’est-ce que vous fichez ici par un temps pareil?! ‘‘

‘‘ Nous sommes venus te chercher frérot! ‘‘

La druidesse sauta dans ses bras et Ephraïm dut lâcher sa pic pour la soulever de terre et la faire tourner avec lui en la serrant fort. La reposant par terre, le chef des Eira lui embrassa le front et lui caressa le dessus de la tête en souriant.

‘‘ C’est bon de vous revoir. Venez, vous devez être mort de froid et de faim. ‘‘

‘‘ De... ‘‘ Se fit-elle aussitôt couper par son ventre.

‘‘ À ce que je vois, tu as toujours autant d’appétit, soeurette. ‘‘

‘‘ Plus qu’avant, Eph’ ‘‘

Le nordique allait mettre de la viande sur le feu lorsque ses paroles l’arrêtèrent. Fronçant un sourcil, Ephraïm regarda sa soeur avec une grande interrogation peinte sur le visage. Vaënadiel se leva alors et monta le tissu de son chemisier pour dévoiler son ventre. L’homme regarda son ventre, puis leva les yeux vers sa soeur qui était debout devant lui, hésitant. Une main se posa alors sur sa peau et il sentit les rondeurs, un sourire en coin de dessinant sur ses lèvres.

‘‘ Tu vas être tonton, Eph! ‘‘

‘‘ Je me sens devenir vieux tout d’un coup. ‘‘ Dit-il en ricanant doucement. ‘‘ Félicitation à vous deux, je suis tellement heureux pour votre petit bonheur.''

‘‘ Merci! ‘‘

Vaënadiel se pencha, prit son visage entre ses mains et déposa un baiser sur son front. Elle retourna s’assoir aux côtés de son homme et inspecta la grotte en se questionnant. Eiriel n’était pas ici ? Il lui semblait pourtant qu’ils allaient procéder à la cérémonie rituelle la journée suivant son départ à elle et Liam. Ephraïm remarqua le comportement de sa soeur et s’approcha d’elle pour lui donner sa part, ainsi qu’à Liam.

‘‘ Elle n’était pas prête, mais l’alliance a tout de même été faite. ‘‘

‘‘ Je suis navrée... ‘‘

‘‘ Ne t’en fais pas. Ce sont des choses qui arrivent et puis j’avais beaucoup à faire aussi. Maintenant, Kiran et elle m’aident grandement envers la tribu. Je leur en suis infiniment reconnaissant. Mais... pourquoi ne m’avez-vous pas envoyé un message quelconque pour me dire que vous étiez en bas? J’aurais tout simplement pu vous rejoindre. ‘‘

‘‘ Parce que... nous voulons faire l’union à ma façon et à la sienne. Et je voulais que tu sois présent au deux, frérot adoré. ‘‘

‘‘ Arrête, tu vas me faire pleurer Vaë. ‘‘ Dit-il en souriant alors qu’il flanqua une claque derrière le dos de Liam, moins forte que celle qu’il donnait habituellement. ‘‘ Alors, on vient s’abandonner aux coutumes des hommes des montagnes, le grand?! Il sait? ‘‘

‘‘ Oui, je lui ai tout expliqué à Beolan. ‘‘

‘‘ Parfait! Alors, il ne faut pas que tu te les gèles mon grand. Mon père n’avait pas réussi apparemment et ma mère l’avait laissé croupir dehors toute la nuit dans son plus simple appareil. Ah non... il avait seulement ses bottes en fourrure. C’était au moins ça. Mais je ne crois pas que ma petite soeur te fasse souffrir autant qu’elle. ‘‘

Les deux nordiques se mirent à rire, mangeant tranquillement alors que Liam rougissait de gêne, Vaë glissant sa main vers la sienne pour le rassurer.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Mer 12 Déc 2012 - 9:48


Liam regardait toujours Vaë, une main sur son ventre qui prenait de magnifiques formes. Elle semblait abasourdie, surprise, mais surtout elle commença à paniquer. Liam le voyait à son regard et elle se lança :

-Liam! Si tu ne le veux pas, je peux lui dire de sortir?! Je peux hein? Je... j’aurais dû faire attention je ...

Le faire sortir ? Oui, à sa naissance, pas avant. Il n’avait même pas encore de forme humaine pour l’heure ! Elle semblait s’en vouloir, comme si c’était de sa faute. Il voulait lui dire de savourer la nouvelle, que rien de mieux n’aurait pu leur arriver. Certes ils allaient avoir deux enfants d’un coup et alors ? Ses parents aussi en avaient eu deux et ils s’en étaient très bien sorti. Et contrairement à sa mère, Vaë ne se retrouverait pas seule durant trois ans à tout gérer. Même si c’était involontaire de la part de son père…

Le visage de Vaë prenait toutes les émotions d’un coup. Elle était à la fois triste, en colère, joyeuse et terrifiée mais surtout, ses yeux s’humidifiaient. Et avant que Liam n’ait pu parler pour la rassurer et la coller à lui elle s’était relevée et faisait les cent pas devant le lit, une main devant la bouche.

-Par l’équinoxe... Liam. Je suis désolée!

Désolée ? Mais elle n’avait pas à l’être ! Cet enfant était un cadeau du ciel ! Il avait la bonne mère, avait été conçu dans l’amour. Il arrivait un peu plus tôt que prévu mais cela n’entachait pas le plaisir de Liam.
Etonnamment, il était parfaitement calme. La seule chose qu’il craignait inconsciemment, c’était que lui ou Vaë ne donnent plus suffisamment d’amour à l’enfant de Keira, favorisant celui-ci. Et ça, ça ne devait pas arriver. Ils seraient tous deux leurs enfants, mère similaire ou non. Et sur ce point, il savait que ses parents interviendraient s’ils dérivaient de trop. Parce que…ils étaient jeunes, plus jeunes que Melley et Heïan à la naissance des jumeaux.

Vaë revint sur le lit, s’agenouillant entre ses jambes. Elle lui prit le visage entre ses douces mains, une lueur de panique au fond des yeux. Et lui était calme, ce qu’elle remarqua rapidement :

-Pourquoi es-tu si calme?

Il ne sut quoi lui répondre alors il sourit et l’embrassa tendrement. Il n’y avait rien à dire en fait. Il était calme parce que c’était une merveilleuse nouvelle, parce qu’en plus d’unir leurs vies ils allaient être parents, parce qu’il donnait enfin à Vaë ce qu’elle méritait ; le bonheur.
Se détachant, il vit les larmes perler au coin de ses paupières et ruisseler sur ses joues. Elle semblait ne plus pouvoir les contenir et il les essuya du doigt et posa sa main derrière sa nuque, la collant à lui, la laissant pleurer sur son épaule. Ce devait être une sorte de choc pour elle tout de même…Elle serrait sa chemise en reniflant légèrement et elle murmura :

-Mon ventre, il va enfler alors?

Liam ne put s’empêcher de rire à cette question. Oui il allait enfler comme elle disait. Un merveilleux et gros ventre qu’elle ne perdrait que…après la naissance. Arrêtant ses caresses dans la chevelure de Vaë, il lui releva le menton, pour qu’elle le regarde dans les yeux. Par ce regard, il lui montrait que jamais il ne lui en voudrait pour ça, qu’au contraire il était l’homme le plus heureux sur terre à présent que c’était sur, puisqu’il s’en doutait depuis près d’une semaine maintenant. Il lui montrait qu’elle ne devait pas s’inquiéter, que tout se passerait bien et qu’il serait là pour l’accompagner tout le long de la grossesse et même à l’accouchement, prêt à se faire broyer la main. Son père le lui avait raconté, que sa mère avait écrasé sa main tout en accouchant et qu’elle était restée rouge près de deux heures après que lui-même soit venu au monde ! Il l’avait prévenu de se méfier, qu’une femme, qu’elle que soit sa taille, avait de la force à revendre ! Et Liam n’en doutait pas, les deux gifles de Vaë le prouvaient déjà pleinement. Autant il était absent pour la grossesse de Keira, autant il serait présent pour celle de sa rose. Il avait rendu visite une fois à cette peste et cela s’était mal passé, ne lui donnant pas vraiment envie de réitérer l’expérience. Peut-être à leur retour, puisqu’elle sera proche de l’accouchement. Mais ça…il verrait plus tard. Pour l’heure, Vaë s’était rapprochée, réclamant un baiser qu’il lui donna avec grand plaisir. Ensuite, jugeant qu’il était tard, qu’ils avaient encore de la route et que la soirée avait été forte en émotion, il l’entraîna sur le matelas, s’allongeant à ses côtés, caressant son cou lentement. Elle s’endormit une nouvelle fois bien vite et il l’observa un instant, descendant sur son ventre qui se soulevait et s’abaissait au rythme de sa respiration. Il avait du mal à imaginer qu’un petit être allait se former la dedans, il avait du mal à réaliser tout court, mais une chose était bien claire : il était heureux. Heureux de devenir père avec Vaë, qui serait vraiment mère. Bien sûr cela l’effrayait mais ce devait être normal. Il devait poser des questions à son père à leur retour. Lui pourrait le conseiller, étant un très bon père. Au final, il s’endormit, le souffle de sa rose contre sa peau et son odeur dans les narines.

Le lendemain, il s’éveilla tranquillement, seul dans le lit. Mais il ne paniqua pas. Il entendait les bruits d’eau et se leva, s’étirant de tout son long. Sa blessure, il la sentait, mais si faiblement qu’il n’y prenait pas attention. Il se dirigea vers la pièce d’eau, apercevant sa rose qui barbotait, les orteils en-dehors de la mousse, la faisant sourire. Il entra et elle releva la tête, lui souriant encore plus si possible.

-Bon matin, mon beau mâle.

-Bonjour, petit flocon…

Il s’approcha et s’agenouilla près de la baignoire, réclamant son baiser, sinon ça n’allait pas ! Elle le lui offrit volontiers, le tartinant de mousse sur les joues. Riante, elle la lui retira et il lui lava les cheveux, comme d’habitude. Elle se releva et se sécha, Liam se débarbouillant à son tour. Elle ne fût pas prise d’une soudaine envie, ce qui le surprit. Maintenant, Liam avait deux personnes à protéger. Il devait encore plus veiller sur Vaë pour qu’il ne lui arrive rien, ni à elle, ni au bébé qui poussait dans son ventre. C’est sur cette pensée qu’il se laissa entraîner sur le lit, sa rose lui retirant sa chemise. Il voulut ricaner, se disant que si, elle avait toujours ses envies, mais ravala sa langue lorsqu’elle commença à retirer son pansement pour observer la plaie et l’état de la cicatrisation. Alors qu’elle s’éloignait pour chercher sa sacoche, Liam regarda la blessure. Il revenait de loin et sans Vaë il serait mort. Imaginer que s’il s’était fait blesser de la sorte au milieu de la rue le fît déglutir. Elle n’aurait jamais su ou il était et le temps qu’elle parvienne à lui il aurait été trop tard. Et à ce moment là, était-elle déjà enceinte ? Si oui, l’enfant aurait été son seul souvenir…qu’aurait-elle fait ? Serait-elle allée chez son frère ou serait-elle rentrée à Beolan pour l’annoncer avant de retourner chez elle ? Des questions certes inutiles puisque ça ne s’était pas produit et que cela ne se produirait jamais. Vaë revint, étalant la crème soigneusement et refermant le bandage sans serrer.

-Ce soir tu pourras la laisser respirer. L’onguent et les bandages ne seront plus nécessaires.

Il lui sourit, car il en avait marre de sentir le tissu autour de sa taille. Les fils avaient été coupés et à ce moment là il s’était dit que c’était bon, mais non. Et là, il avait récupéré et avait recouvré sa forme !
Se rapprochant, elle lui donna un merveilleux baiser, long, tendre et savoureux, tout en lui remettant lentement la chemise. Mais il posa ses mains sur ses hanches, la faisant frissonner de plus belle, ravivant son envie d’un coup. La couchant sur le lit, ni elle ni lui ne résistèrent plus longtemps, profitant de ce dernier moment intime avant un certain temps.

Dehors, il faisait très froid. Ils avaient pris un petit-déjeuner, avaient salué l’aubergiste et s’étaient couverts pour commencer l’ascension des pics. Ils s’éloignèrent, de la fumée blanche s’échappant de leur bouche, leur main l’une dans l’autre. Boris s’était joint à eux et ouvrait la marche, leur facilitant grandement la tâche. Ils n’avaient plus qu’à suivre ses empreintes, sans risque de s’enfoncer dans toute cette neige. Liam faisait attention à Vaë, veillant à ce qu’elle ne tombe pas. Ce n’était pas recommandé à partir de maintenant et ce jusqu’à la naissance du bébé. Même après d’ailleurs…

Les pauses se firent fréquentes, tout deux gelés par ce froid. Lorsqu’ils arrivèrent en vue du village, tout était désert. La tempête faisait rage et semblait s’intensifier, heureusement qu’ils arrivaient à destination. Entrant dans l’enceinte même du village, ils se rendirent à la caverne. La chaleur les submergeant aussitôt, ils sourirent de soulagement. Jusqu’à ce qu’une pique se pointe devant Vaë qui leva les mains. Liam se tendit, prêt à s’interposer, mais ce n’était autre qu’Ephraïm qui fût surpris en les reconnaissants :

-Vaë? Liam? Mais qu’est-ce que vous fichez ici par un temps pareil?!

Vaë répondit pour eux, disant qu’ils venaient le chercher avant de se jeter dans ses bras, le forçant ainsi à jeter sa pique. Le frère souleva la sœur dans les airs, la faisant tourner et rire avant de lui embrasser le front. Liam souriait devant ce spectacle chaleureux, se voyant très bien lui et Elayne…

-C’est bon de vous revoir. Venez, vous devez être mort de froid et de faim.

Liam acquiesça, étant littéralement frigorifié malgré la chaleur de la caverne et le ventre de Vaë confirma la seconde partie, faisant rire son frère.

-À ce que je vois, tu as toujours autant d’appétit, soeurette.

-Plus qu’avant, Eph’.

Cette phrase stoppa net le nordique qui était allé chercher de la viande à faire cuire. Il revint vers sa sœur, les sourcils froncés en mode interrogation. Se rapprochant, elle releva son haut pour dévoiler son ventre, devant un Ephraïm hésitant qui ne comprenait pas. Lentement il posa sa main sur la peau, sentit les formes et commença à sourire en réalisant, Vaë le confirmant en l’informant qu’il allait être tonton, ce qui le fît ricaner :

-Je me sens devenir vieux tout d’un coup. Félicitation à vous deux, je suis tellement heureux pour votre petit bonheur.

Le remerciant avec un baiser sur le front, elle s’installa près de Liam qui était resté assis auprès du feu. La grotte était bien silencieuse, d’ailleurs. Vaë le remarqua aussi et alors que son frère leur donnait une part de viande, il expliqua que sa promise n’était pas prête pour le mariage mais que l’alliance avait tout de même était faite. Mangeant, Liam fût rassuré en constatant que les Tohru aidaient les Eira malgré tout. Ephraïm leur demanda alors pourquoi ils n’avaient pas prévenus parce qu’il aurait pu les rejoindre en bas au lieu de les laisser venir par ce froid.

-Parce que... nous voulons faire l’union à ma façon et à la sienne. Et je voulais que tu sois présent au deux, frérot adoré.

Ephraïm fût visiblement confus.

-Arrête, tu vas me faire pleurer Vaë.

Liam eut ensuite droit à une claque dans le dos, moins forte mais il la sentit tout de même, souriant légèrement.

-Alors, on vient s’abandonner aux coutumes des hommes des montagnes, le grand?! Il sait?

Vaë y répondit par l’affirmative. Oui il savait ce qui l’attendait et à présent que cela approchait, il sterssait à nouveau. Mais…il avait peut-être un avantage…Vaë avait pris du ventre, s’il touchait et trouvait ce ventre aux magnifiques rondeurs de femme enceinte, il la trouverait plus facilement non ?

-Parfait! Alors, il ne faut pas que tu te les gèles mon grand. Mon père n’avait pas réussi apparemment et ma mère l’avait laissé croupir dehors toute la nuit dans son plus simple appareil. Ah non... il avait seulement ses bottes en fourrure. C’était au moins ça. Mais je ne crois pas que ma petite soeur te fasse souffrir autant qu’elle.

Ils partirent dans un fou rire aussitôt après, ce qui n’était pas pour le rassurer. Il rougissait, gêné. Si le père de Vaë, nordique à part entière, était resté en simples bottes toute une nuit par ce froid, qu’adviendrait-il de lui, démon d’en bas ? Il sentit la main de sa rose se glisser dans la sienne pour le rassurer, et il sourit légèrement, mangeant pour se donner contenance.

Une fois le repas achevé, Ephraïm les informa qu’ils pouvaient aller se laver aux sources chaudes, pour se réchauffer encore plus pendant que lui irait prévenir la tribu pour que tout soit organisé au plus vite. Ils s’exécutèrent, se lavant ensemble, ne pouvant s’empêcher de se caresser et de s’embrasser. Liam glissait sa main sur le ventre de sa rose, souriant de plus belle en sentant les formes qu’il prenait. C’était si étrange et si merveilleux…

Remontant, Ephraïm était là avec Elsah qui les félicita tout de même, même si elle désapprouvait les enfants avant le mariage…Elle resta avec eux pour tout prévoir, les informant que dans deux jours la cérémonie aurait lieu. Puisqu’ils avaient tout organisé pour Ephraïm mais que c’était annulé, ils n’avaient qu’à tout ressortir pour Liam et Vaë. Deux jours…Elle leur dit que le matin Vaë serait prise avec les autres femmes pour revêtir ce qu’il fallait, pendant que Liam serait briffé par les hommes de la tribu. Briffé et charrié, les paris seraient lancés à flot sur le nombre de vêtements qu’il retirerait avant de la trouver, sur la punition qu’il aurait s’il ne la trouvait pas…

Rien pour le rassurer en fait, mais il le ferait…il y arriverait…

Ils s’endormirent vite le soir, une fois que la vieille femme fût partie. Le lendemain, ils allaient devoir se reposer et se préparer. Le lendemain donc, ils mangèrent avec Ephraïm puis sortirent, pour recevoir les félicitations de la tribu qui avait finalement accepté Liam, étonnée qu’il veuille se plier aux coutumes de chez eux. Tous les félicitèrent pour le mariage à venir comme pour l’enfant, les plus âgées formulant des bénédictions, les plus jeunes les enviant.
Et la journée passa bien trop rapidement, d’un coup ils étaient au soir. Liam ne mangea pratiquement rien, nerveux, pas plus qu’il ne parla, comme à chaque fois lorsqu’il stressait.

En se couchant, il pria pour que tout aille bien le lendemain…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 13 Déc 2012 - 1:43

Chez soi, part.2

Ayant mangé pour quatre et la peau de son ventre bien dilatée, Vaë soupira de satisfaction et le frotta. Son frère c’était levé, en profitant pour aller prévenir les siens en ce qui avait attrait à au rituel d’union malgré la tempête qui faisait rage à l’extérieur. Rien n’arrêtait les Eira et ce genre de climat était devenu tout à fait habituel pour eux ayant les vêtements pour l’affronter. Ainsi, l’homme à la chevelure de neige laissa les tourtereaux seuls et leur tourna le dos en empoignant sa pique, tirant par le fait même son capuchon en fourrure sur sa tête. Vaënadiel se releva-t-elle aussi, prenant les mains de son homme pour l’aider à se relever. D’un pas lent, elle l’entraîna vers les sources en traversant le long et sombre tunnel qui y menait alors que l’humidité et la chaleur se faisaient de plus en plus présente. Débarrassée de leurs vêtements, ils se glissèrent dans l’eau et la druidesse barbota un moment, plongeant sa tête sous l’eau pour mouiller sa longue chevelure qui resta en partie à la surface. S’approchant de Liam, elle se hissa sur la pointe des pieds pour lui voler un baiser, sentant sans mains sur sa peau qui se réchauffait par l’intermédiaire de l’eau. Dans son regard régnait une lueur qui la fit sourire alors qu’il caressait son ventre doucement. Tout comme Liam, la druidesse avait du mal à croire qu’un petit être allait grandir en elle. Vaë se demandait même, avec toute innocence et naïveté qu’elle était, si elle ne finirait pas par casser en deux sous le poids... comme elle n’était pas grosse d’avance.

Suite à la baignade, ils remontèrent en haut pour se rendre compte qu’il y avait une invitée-surprise dans la caverne; Elsah! Vaënadiel ne mit pas longtemps à s’éloigner de son homme pour lui sauter dans les bras, la vieille dame la serrant contre elle avec un sourire maternel. Au courant pour sa louve et sa future progéniture, Elsah ne put que les féliciter. Bon, elle aurait préféré qu’ils soient unis à la manière de Liam ou à celle des Eira d’abord, mais ce qui était fait était fait et elle les félicita tout de même. Prenant place autour du feu, la vieille dame tourna les yeux vers Liam et Vaënadiel.

‘‘ Ephraïm m’a dit pour la cérémonie. Ça me va droit au coeur que tu acceptes, Liam. ‘‘ Dit-elle en souriant. ‘‘ Dans deux jours, ce sera le grand test et ta douce te sera enlevée jusqu’à la fin du rituel. Es-tu nerveux? ‘‘

Mais il n’eut pas répondre, car son sourire en disait déjà bien long. Prenant possession de son bras, Vaë lui souria et étira son cou pour déposer un baiser sur sa joue.

‘‘ Ce n’est pas si mal, tu verras et puis je ne pourrais me résoudre à faire comme ma mère. Tu n’es pas acclimaté aux montagnes et je n’ai pas envie de te retrouver mort gelé devant la caverne au petit matin... ‘‘

‘‘ De toute manière, les hommes l’ayant déjà fait se feront certainement un plaisir à te donner des astuces ou bien... à parier! ‘‘

‘‘ Je dirais plutôt qu’ils vont parier ... ‘‘ Ajouta Ephraïm avec un sourire en coin amusé, voyant que Liam n’était en rien rassuré malgré tout.

Se faisant tard et voyant que sa petite louve se frottait les yeux de fatigue, Elsah les laissa et s’en retourna chez elle. Le jeune couple alla donc se coucher, Eph’ surveillant le feu un moment avant d’aller lui aussi dormir. Au matin, Vaë fut réveillé par les hurlements de son ventre et dut se lever pour aller se faire à manger. Les hommes ne tardèrent pas à s’étirer et à bayer aux corneilles avant de venir la rejoindre. Rassasié, lavé et changé, le trio sortit à l’extérieur pour prendre l’air et voir le soleil qui était revenu. Les membres de la tribu ne tardèrent pas à se rassembler petit à petit autour d’eux pour les félicitations et les prières de bénédiction citées par les plus âgés, dites dans le langage maternel de la druidesse. Suivant ensuite des hommes à la chasse pour tuer le temps, Ephraïm montra à sa soeur comment il fallait faire pour tuer une bête sans qu’elle ne souffre trop. Le coeur lourd, elle se refusait de faire une telle chose, jusqu’à ce qu’elle se rende à l’évidence même qu’elle mangeât de la viande tous les jours, ou presque. Soupirant, elle prononça une courte prière de pardon dans sa langue et décocha une flèche quand l’opportunité se présentait. Elle tua même le plus gros gibier de la journée sous les marmonnements de mécontentement de quelques chasseurs. Fière, Vaë montrait les muscles qu’elle n’avait pas pour clouer le bec de ses congénères qui restèrent muets, un sourire amusé aux lèvres. Bin quoi?

La journée s’étant écoulée rapidement, Eph dépeçait le gibier dans un coin et Vaënadiel s’occupait du repas. Liam ne mangea pas beaucoup malgré les encouragements de sa douce qui devina que cela était dû au stress. La cérémonie avait tout de même lieu le lendemain au soir. D’ailleurs, ils ne se verraient que ce soir et le lendemain bien tard. Au coucher, elle lui vola un baiser, caressant sa joue doucement en ne détachant pas son regard du sien.

‘‘ Ça va aller, Liam. Ne t’en fais pas... ‘‘

N’ayant droit qu’à un sourire nerveux, Vaë se colla à lui et caressait ses cheveux en fredonnant doucement. Ce ne fut que lorsqu’elle le sentit se détendre qu’elle ferma les yeux, l’amenant avec elle dans le monde où le sommeil était roi.

Les premiers rayons de soleil bondissaient sur la neige ce matin-là. Ephraïm était déjà depuis un bon quart d’heure et Elsah était en chemin. Vaënadiel était donc descendu à la source pour se baigner pendant que Liam dormait encore, se réveillant seulement lorsqu’elle remontait. Prête à partir, la druidesse alla réclamer ses calins et suivit Elsah en leur disant à ce soir. Les deux femmes s’en allèrent donc dans une grande hutte qui servait aux rassemblements de tribu et y trouvait toutes les femmes du village en train de préparer les vêtements pour le rituel. Entraînant sa louve avec elle, Elsah s’agenouilla au sol devant une couverture. Vaë en fit de même et la vieille dame dévoila le contenu. La couverture s’ouvrit sur ensemble en fourrure blanche et d’un crâne de loup recouvert par sa fourrure.

‘‘ À ton âge, j’avais la même taille que toi. Alors, je doute que cela ne t’aille pas! De toute manière, nous serons toutes vêtues de la même manière. ‘‘

‘‘ Il me tarde de voir la tête de Liam lorsqu’il verra l’attroupement devant ses yeux pour une fraction de seconde. ‘‘

‘‘ J’ai surtout hâte de voir s’il mettra beaucoup de temps à te trouver. Il ne faut pas que tu lui rendes la tâche facile quand même! ‘‘

‘‘ Ne t’en fais pas Eldah. J’ai bien l’intention de m’amuser et de le faire languir un peu. Cependant, je ne voudrais pas qu’il attrape froid le pauvre. ‘‘

‘‘ Oh! Façon, après la cérémonie vous aurez suffisamment de temps pour vous réchauffer l’un et l’autre ‘‘

Vaënadiel se mit à rougir alors qu’Elsah riait de bon coeur, déposa un baiser sur le front de sa louve et caressant ses cheveux. Elle lui souriait tendrement et l’aida alors à se vêtir ainsi qu’à tresser sa longue tignasse. Ainsi, les femmes mirent quelques heures avant d’être prête. Une seule fut désignée pour regarder la horde et voir si Vaë était facilement trouvable; eh non! Alors, c’était mission accomplie. À moins de toucher ou de reconnaître l’odeur de sa partenaire malgré le froid, il n’avait aucune chance. Normal, avec les yeux bandés...

L’heure arriva enfin. Les femmes sortirent en queue-leu-leu, Vaë quelque part parmi elles et toutes se placèrent au centre du village, formant un demi-cercle parfait. Les hommes étaient attroupés à quelques mètres devant, cherchant eux aussi l’heureuse élu. Ephraïm devant les siens tapa Liam du dos qui commençait à être de plus en plus nerveux, cherchant sa belle parmi cette foule de jumelles aux différentes grandeurs.

‘‘ Tu auras du pain sur la planche, mon pote! Je n’arrive pas moi-même à savoir où est ma soeur là dedans. ‘‘

Liam qui se tendait... le nordique ne put s’empêcher de ricaner et lui laissa encore quelques secondes pour regarder les femmes. Le temps écoulé, il lui banda les yeux et le poussa doucement devant la première.

‘‘ Tu as dix minutes pour ta première tournée alors fais vite. Si tu échoues, tu enlèves ton manteau et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien et je ne te le souhaite pas. Bonne chance mon vieux. ‘‘

Des tambours sonnèrent le signal et Liam put commencer son investigation selon les conseils des hommes qu’il avait reçus pendant l’après-midi dont la clé était; ce qui la différencie des autres femmes au toucher. Vaë regardait le tout avec un large sourire aux lèvres, caché sous sa tête de loup, se retenant surtout pour ne pas rire. Celle-ci se trouvait au centre du demi-cercle. Liam s’approchait dangereusement, tâtonnant principalement le ventre des femmes ou glissant une main sous leur masque pour reconnaître les traits du visage. Lorsqu’il arriva à elle, la druidesse vit un sourire se dessiner sur ses lèvres, mais Liam ne fut pas assez rapide et la jeune femme fila sous ses doigts en ricanant pour reprendre place quelque part alors que les femmes se mélangeaient pour une première fois. Au second bruit du tambour, le chevalier donna son manteau à Ephraïm qui avait posé une main sur son épaule. Un second tambour sonna et ce fut le même scénario; Vaë lui échappait et ceci jusqu’à ce qu’il se trouve départit de son pantalon. Ceci lui valut des sifflements de la gent féminine qui fit rire la druidesse.

C’était parti pour un autre tour et cette fois, le jeune homme se faisait hâtif. Normal me direz-vous! Que ne voudrait pas se dépêcher par un temps pareil dans son presque plus simple appareil? Liam se retrouva alors à l’extrême droite du demi-cercle et grelottait lorsqu’il arriva devant sa promise. Ses mains caressaient son ventre et un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres tremblantes. Lorsqu’elle voulut fuir, elle trébucha en se coinçant dans ses propres pieds et Liam put ainsi l’emprisonner dans ses bras, la collant à lui pour profiter de cette source de chaleur. Des hommes furent mécontents, perdant leurs paris et on commença alors à jouer du tambour avec rythme alors qu’on commençait un chant de tribu.

‘‘ Mon pauvre loup... si je m’étais écouté, je t’aurais laissé m’attraper dès le premier coup. ‘‘ Dit-elle en enlevant le tissu qui recouvrait les yeux fauves de son loup, et elle remontant le museau de son casque au dessus de son front.

‘‘ Bien joué vieux! C’était de justesse... si la maladresse de ma soeur ne t’avait pas été bénéfique, tu aurais perdu. ‘‘

Eph’ lui claqua le dos et lui redonna ses vêtements qu’il s’empressa à revêtir, Vaë le recouvrant par le fait même d’une épaisse couverture et l’attirant vers le feu où ils prirent place. Assise entre ses jambes, elle se cala contre son torse et frottait ses bras doucement pendant qu’il réchauffait ses mains gelées sur son ventre chaud. Penchant la tête vers l’arrière, elle lui vola un baiser et lui offrit un magnifique sourire.

‘‘ Un stress de passé. ‘‘ Dit-elle en ricanant doucement. ‘‘ Je n’aurais pas aimé être à ta place par contre... Les hommes aiment ce genre de chose, car ils peuvent prouver qu’ils sont forts et résistants. Pour un démon aux yeux jaunes qui vient d’en bas, tu as été plus téméraire que mon père qui était chef. ‘‘

Vaënadiel sourit puis baissa la tête, portant son regard aqua vers le feu. Ephraïm s’était assis à côté d’eux et avait entendu les dernières paroles de sa soeur. Tous deux se regardèrent alors, tristes, mais souriant. Prenant la main de la nordique dans la sienne, le jeune chef détourna son regard en disant :

‘‘ J’aurais moi aussi aimé qu’ils soient là pour voir ça, Vaë. Dis-toi seulement qu’ils veillent sur nous depuis là haut. Et puis... si tu n’avais pas été là, je crois que je serais devenu fou... ‘‘

‘‘ Eph’ ... ‘‘ Murmura t-elle en serrant la main de son frère dans la sienne. ‘‘ Changer d’air te fera du bien, je crois. Il y a tellement de choses à voir et puis ... ‘‘

‘‘ Et puis quoi? ‘‘ Demanda t-il, curieux, tournant ses yeux d’un bleu glacial vers elle.

‘‘ Oh... rien. Tu verras bien! ‘‘

‘‘ Vaë, tu sais que je déteste quand tu ne termines pas tes phrases! ‘‘

‘‘ Justement! Raison de plus de te faire languir! ‘‘

Ephraïm grogna alors que Vaënadiel ricanait doucement dans les bras de Liam. Celle-ci se contorsionna alors vers lui et approcha sa bouche de son oreille pour lui murmurer :

‘‘ Elayne... ‘‘

Le couple se regarda alors et tous deux s’échangèrent un large sourire alors que le frère de la jeune femme marmonnait dans son coin que c’était injuste et qu’il avait droit d’être tenu au courant. Mais bref, Vaë ne cracha pas pour autant le morceau et ce n’était certainement pas le chevalier qui le lui dirait malgré leur amitié. Le Eira verrait lorsqu’ils rentreraient, surtout que maintenant, il n’était plus engagé envers qui que ce soit. Pourquoi ne pas tenter le coup ?

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 13 Déc 2012 - 9:01


Lorsque Liam s’éveilla le lendemain, jour-J, ce fût pour voir Vaë qui remontait des sources chaudes, belle et resplendissante. Elle allait devoir partir sous peu, Elsah attendant déjà, et elle vint rapidement pour recevoir câlin et baiser. Liam lui offrit un sourire, bien qu’il était extrêmement nerveux. Il tentait de se dire que tout irait pour le mieux et qu’il s’en sortirait, mais rien à faire, la peur d’être ridicule et surtout de ne pas y arriver était trop forte. Ce fût Ephraïm qui vint le récupérer une fois prêt. Il l’entraina dans une hutte ou d’autres hommes étaient réunis. Ceux qui étaient passés par là apparemment. Eph’ restait en tant que chef de clan, puisqu’il ne s’était pas marié à Eiriel.

-Bon alors tu connais le but du « jeu » mon p’tit Liam hein ? Commença-t-il tout de suite.

Liam ne fît qu’acquiescer. Les autres rirent alors en le voyant si nerveux, se remémorant leur propre cérémonie, réalisant qu’à ce moment-là ils n’étaient guère mieux en fait. Mais tous étaient d’accord sur un point : très peu de gens d’en bas ce seraient prêté à ce rituel et tous tiraient leur chapeau à Liam, qui risquait tout de même d’être nu devant la tribu, par ce froid vraiment mordant.

-C’est pas compliqué en apparence mon gars. Mais les femmes sont vicieuses…elle va s’amuser à te faire courir et à filer entre tes doigts.

C’était un homme âgé, qui semblait avoir beaucoup d’expérience. Un plus jeune dit alors :

-Vaë est la plus petite femme de la tribu, tu n’as qu’à chercher celle qui est petite.

Liam acquiesça encore, incapable de parler, tout simplement. Eph’ prit à son tour la parole :

-Elle est rapide et agile, fais attention je connais ma sœur. Quand il s’agissait de l’attraper à l’époque on s’y mettait à cinq ou six pour parer tous ses coup. Mais maintenant tu as un avantage j’espère que tu t’en rends compte.

Liam déglutit et lui dit, trop nerveux :

-Oui…je…j’ai pensé à toucher son ventre pour la trouver.

Tous sourirent puis, les heures défilant, ils se mirent à faire des paris. La plupart étaient persuadés qu’il se retrouverait nu parce que Vaë allait s’amuser et parce qu’il venait d’en bas, alors que d’autres soutenaient le contraire, disant que justement, il ne se retrouverait pas entièrement nu parce qu’il avait d’autres talents cachés provenant d’en bas.

Et enfin l’heure fatidique arriva. Liam fût entraîné à l’extérieur, sur la place ou les femmes étaient déjà et le reste de la tribu. Elles étaient en demi-cercle, toutes jumelles. La même peau de fourrure, le même crâne de loup…il se hâta de chercher la plus petite, de chercher Vaë parmi toutes celles là, mais paniquait déjà en n’y parvenant pas.

-Tu auras du pain sur la planche, mon pote! Je n’arrive pas moi-même à savoir où est ma soeur là dedans.

Avec un ricanement, Eph’ lui laissa quelques secondes encore et Liam devenait trop nerveux. Il mémorisait l’emplacement des femmes, cherchait Vaë…jusqu’à ce qu’on lui mette un bandeau sur les yeux. Il ne vit plus rien, mais sentit la main du nordique le pousser en avant.

-Tu as dix minutes pour ta première tournée alors fais vite. Si tu échoues, tu enlèves ton manteau et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien et je ne te le souhaite pas. Bonne chance mon vieux.

Les tambours rugirent et Liam débuta sa recherche. Aveugle, il se fiait à ses autres sens, surtout l’ouïe. La neige rendait audible tous pas effectués par les femmes, et il s’avança. Dès qu’il en touchait une, il cherchait le ventre, qu’il caressait pour sentir les formes caractéristiques des femmes enceintes ou encore glissait ses mains sous les masques pour reconnaître les traits fins de sa rose. Et à un moment il y parvint, souriant lentement, ce disant qu’il y était arrivé rapidement. Mais…trop tard elle s’était échappée. Il se remit à la tâche mais un coup de tambour sonna. Il tendit son manteau à Ephraïm qui avait posé sa main sur son épaule et reprit au second coup.

Il commençait à avoir froid, cherchait, cherchait, grelottait, mais ne perdait pas espoir d’y arriver avant d’être entièrement nu. Il la frôlait, tentait de l’attraper mais elle se faufilait et il stressa encore plus lorsqu’il dut donner son pantalon, rougissant sous les cris des femmes. Le froid l’attaquait, le mordait, il grelottait de plus belle, mais ne désespérait pas. Il craignait le troisième coup de tambour et tremblait maintenant. Ces doigts se faisaient gourds et il avait du mal à respirer à cause du froid. Mais, heureusement, ou malheureusement selon les points de vue, Vaë trébucha et tomba sur lui au moment où il venait vers elle.

Il l’enferma dans ses bras, la serrant contre lui, cherchant sa chaleur.

-Mon pauvre loup... si je m’étais écouté, je t’aurais laissé m’attraper dès le premier coup.

Elle lui retira son bandeau, lui rendant enfin la vue, tout en enlevant son masque de loup. Liam souriait, heureux d’avoir réussi. Et il n’était pas entièrement nu ! En revanche il était gelé. Eph’ arriva alors, lui donnant une claque sur le dos en disant :

-Bien joué vieux! C’était de justesse... si la maladresse de ma soeur ne t’avait pas été bénéfique, tu aurais perdu.

Puis il lui tendit ses affaires qu’il agrippa et s’empressa de renfiler. Vaë l’emmitoufla en plus dans une épaisse couverture et ils retournèrent à l’abri, s’asseyant près du feu. Elle frottait ses bras pour le réchauffer et lui avait posé ses mains sur son ventre bien chaud. Elle se pencha pour réclamer son baiser qu’il lui offrit et eut droit à un joli sourire…

-Un stress de passé. Je n’aurais pas aimé être à ta place par contre... Les hommes aiment ce genre de chose, car ils peuvent prouver qu’ils sont forts et résistants. Pour un démon aux yeux jaunes qui vient d’en bas, tu as été plus téméraire que mon père qui était chef.

S’ensuivit un moment de silence, un silence triste. Ephraïm avait compris et commença à consoler sa sœur au sujet de leurs parents défunts. Et sans elle, il serait devenu réellement fou…ce qui entraîna la conversation sur leur retour, Vaë lui disant que ça lui ferait du bien de changer d’air et de les accompagner. Elle n’acheva cependant pas sa phrase, attisant le suspens, rendant son frère inquiet. Puis elle se contorsionna pour le regarder et s’approcha de son oreille pour lui dire :

-Elayne...

Liam haussa un sourcil puis se mit à sourire avec elle, sous le regard inquiet d’Ephraïm. Oui, Liam voyait ou Vaë voulait en venir et ne dirait rien à Ephraïm. Le nordique n’avait plus personne et sa sœur non plus. Elle était toujours seule et enviait son frère d’avoir trouvé sa perle. En plus, Liam les imaginait très bien ensemble…Le caractère doux du nordique pouvait apaiser le côté fougueux de sa sœur comme lui le faisait…

Ils mangèrent en riant, racontant leurs impressions sur le rite, sur comment le démon c’était débrouillé, le faisant rougir à certains endroits du récit. Mais Liam souriait, toute trace de nervosité partie. Les autres membres de la tribu venaient, riaient et mangeaient avec eux, la musique était de la partie et tout était pour le mieux. S’il n’avait pas fait si froid à l’extérieur, ils se seraient installés sur la place pour fêter ça en mieux, mais personne ne voulait geler, pas même les plus endurcis des Eira. Liam n’arrivait pas à imaginer que maintenant, selon la tribu, il était marié à Vaë. Il n’y avait pas eu le côté solennel avec les alliances, et cela lui faisait tout drôle… Les membres de la tribu s’en allèrent au compte-goutte pour se reposer chacun chez soi, laissant le couple et leur chef entre eux après une dernière tape dans le dos et de dernières félicitations et même des clins d’œil étranges…

Et maintenant il fallait envisager le retour, pour être sûrs d’arriver avec l’accouchement de Keira. Elle était enceinte de cinq mois tout de même et quatre mois passaient vite s’il y avait un souci imprévu. La soirée défila, mais le jeune couple fût rapidement exténué. Liam était parvenu à se réchauffer mais se glisser sous les couvertures et contre Vaë était dix fois mieux.

En revanche il ne comprit pas tout de suite pourquoi Ephraïm les laissa seuls, disant qu’il dormirait pour cette nuit chez Elsah, repartie quelques minutes plus tôt. Il ne comprit que lorsque sa rose commença à lui ouvrir la chemise, l’embrassant et le caressant. Une nuit de noce…ils auraient droit à deux nuits de noce…a moins que Vaë ne soit trop enceinte le jour ou ils se marieraient en bas.

Il se laissa vite entraîner dans le tourbillon, dévêtant sa rose, sa promise, sa femme même maintenant, ce qu’il n’arrivait pas à croire, caressant son corps parfait, son ventre qui renfermait leur enfant…Cette nuit-ci fût magnifique également, longue et passionnée, lui qui avait pris cette habitude des petits coups rapides dus aux envies soudaines de Vaë. Mais il préférait ainsi en fait…

Lorsqu’ils se réveillèrent le lendemain, Ephraïm était là, faisant cuire de la viande. En les voyant il ricana et dit :

-Et ben ! J’ai cru que vous ne vous réveillerez plus !

Vaë et Liam sourirent, prenant la viande que le nordique lui tendait, et mangea lentement, savourant. Aujourd’hui allait être la journée préparatifs du retour. Ephraïm devait l’annoncer à la tribu, ils devaient faire leurs bagages et devaient s’en aller au plus tôt en début d’après-midi, au plus tard le lendemain matin.

Liam prévoyait de faire chevaucher sur Nocturne les deux nordiques pendant que lui marcherait en tenant les rênes. Ils ne pourraient pas prendre le temps de visiter, mais Liam avait hâte de voir la tête d’Ephraïm en voyant le monde d’en bas…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 13 Déc 2012 - 20:23

Un nordique hors de ses terres

Autour de cet immense feu se trouvaient des membres de la tribu Eira qui dansaient et chantaient à leur manière au rythme des tambours. Un cerf des montagnes y était embroché et un seul homme, grand et costaud, s’occupait de tourner la carcasse pour une cuisson égale à l’aide d’un système maison construit avec des os d’animaux. Quelques montagnards s’étaient joints à eux pour déguster leur repas. Au fur et à mesure que les minutes avançaient, Liam se détendait et grelottait moins, au plus grand plaisir de Vaë qui ne désirait pas le voir malade. Le pauvre, s’il avait fallu qu’elle le laisse croupir dehors, il se serait transformé en glaçon. Ah oui, carrément !

Le froid commençant à les mordre au travers de leurs vêtements en fourrure, les habitants de la montagne quittèrent tranquillement pour retourner dans le confort de leur hutte et surtout, à la chaleur. Contrairement à ce que Liam pensait, Ephraïm ne les suivit pas jusqu’à la caverne. Il se contenta de lui donner une bonne tape dans le dos, lui coupant ainsi le souffle et serra sa petite soeur dans ses bras, déposant un baiser sur son front. Dans un dernier félicitation, le jeune chef prit le chemin opposé une fois qu’il les eut reconduits jusqu’à la caverne, se dirigeant vers la hutte d’Elsah qui l’hébergerait pour la nuit. Il se devait tout de même de laisser cette nuit aux promis, non ? Ainsi, Vaënadiel conduisit son homme jusqu’à l’intérieur, enlevant une épaisseur une fois près du feu. La chaleur prodiguée par les couvertures ne fut pas non plus de refus, mais la plus bénéfique n’en restait pas moins celle du corps humain. Commençant à dévêtir son partenaire doucement et bien lentement, celui-ci semblait comprendre la raison de l’absence d’Eph dans la caverne; leur petit moment intime. Pour une fois, Vaë ne fut pas brusque et laissa aller les choses comme l’eau d’un ruisseau. Il fallait dire que ses envies avaient considérablement diminué... enfin, ses petites vites à tout moment et à tout endroit.

Au petit matin, la druidesse fut réveillée par une douce odeur qui entrait dans ses narines et qui provoqua un fort grondement de son estomac. S’habillant en vitesse sous les couvertures, Vaë secoua doucement son homme pour le forcer à ouvrir les yeux et se redressa sur ses jambes pour aller rejoindre son frère qui disait:

‘‘ Et ben ! J’ai cru que vous ne vous réveillerez plus ! ‘‘

La jeune femme à la chevelure de neige souriait et vint faire une accolade par derrière à son frère qui posa une main sur ses bras autour de son cou, celle-ci déposant ses lèvres sur l’une de ses joues. Liam parmi eux, Vaë se détacha de son frère et vint s’assoir aux côtés de son amoureux pour le repas du matin. Ils parlèrent donc de leur départ et Ephraïm posa des questions sur ce qu’il devait apporter ou non, se mettant aussitôt au boulot avec l’aide de sa soeur comme il devait prévenir Kiran et Eiriel de son départ. Lequel serait d’une durée indéterminée. Le chef les laissa alors, filant hors de la caverne pour prévenir Elsah en premier lieu puis le reste de la tribu, ce qui prit une bonne demi-heure. Pendant ce temps, Vaënadiel s’occupait des provisions et de plier des couvertures, car comme Liam l’avait annoncé, l’hiver serait bientôt sur Beolan tout comme la neige alors autant prévoir le coup.

Le trio fut donc prêt à partir, comme convenu, en début d’après-midi. Elsah retenait bien évidemment ses larmes lorsqu’elle prit Eph et Vaë dans ses bras avant leur départ, leur faisant promettre de bien veiller l’un sur l’autre. L’homme posa une main sur son épaule, lui jurant sur la tête de ses parents qu’ils reviendraient en un morceau. Sortant alors du village, ils eurent droit à un au revoir sonore de la tribu Eira et Tohru réuni pendant que Boris faisait des roulades dans la neige pour se rendre jusqu’à eux une fois qu’il fut sortit de la forêt.

Vaënadiel avait pris les devants, guidant son frère et son homme dans la descente. Elle trébucha une fois sur le fessier à cause d’une plaque de glace camouflée sous la neige et ce fut la panique totale chez Eph et Liam qui la soulevait par les bras en la bombardant de questions sur son état. Troublée, la druidesse ne put que ricaner bêtement en guise de réponse, leur assurant qu’elle allait très bien. Le restant de la descente, excluant les pauses repos, elle était entourée des hommes et se faisait tenir par les mains par précaution. Bien qu’elle avait tenté de leur faire savoir que ça irait, ceux-ci ne voulaient pas la lâcher. Tant pis ... au moins, elle se sentait en sécurité quoi.

La descente fut plutôt rapide, car Vaënadiel avait grimpé sur le dos de son homme une partie du voyage ainsi que sur celui de son frère. Le village se fut visible une fois la nuit bien avancée et Vaë dormait à point fermé déjà. L’aubergiste fut d’ailleurs surpris de voir un invité surpris parmi le duo. Mais comme il y avait beaucoup de voyageurs, ils durent se contenter d’une seule chambre comprenant un grand lit. De toute façon, ce n’était que pour une nuit, ils étaient morts de fatigue et Vaënadiel occupait très peu de place sur un matelas, encore moins lorsqu’elle était collée à Liam. Ainsi, Eph’ observa l’intérieur de cet étrange bâtiment alors qu’ils montaient dans l’escalier pour rejoindre l’étage supérieur où se trouvait leur chambre. Et hop au dodo ! Les sacs trainaient ici et là par terre, mais les jeunes gens trouvèrent facilement le sommeil, bien que l’un d’entre eux dormait depuis un bon moment déjà.

Le lendemain matin, les rayons du soleil traversaient la fenêtre et la jeune femme fut la première réveillée, en profitant pour aller se laver pendant que que les deux hommes se mettaient à gigoter. Mettant quelques longues minutes à se nettoyer, Vaënadiel chantonnait et essora ses cheveux. Lorsqu’elle sortit de la pièce, elle fut prise d’un fou rire en voyant son frère et Liam couchés en cuillère dans le lit. Même rire qui les réveilla. Ephraïm relâcha l’amoureux de sa soeur brusquement en sursautant et tomba en bas du lit.

‘‘ Aïeuh ... ! ‘‘

‘‘ Vous étiez si mignon ! ‘‘

‘‘ Vaë, n’en rajoute pas s’il te plait. C’est ... gênant ! ‘‘ Dit Eph’ en se relevant et se frottant le fessier.

Eira grimaça puis tourna ses yeux glacials en direction de Liam puis ils se regardèrent un long moment avant de se mettre à rire aux éclats. C’était plutôt cocasse comme situation et surtout, bien inhabituel.

‘‘ Il faut croire que j’avais froid ... ‘‘ Ajouta t-il en se frottant la nuque, embarassé. ‘‘ Ça n’arrivera plus. Enfin ... pas si nous ne nous retrouvons pas dans le même lit ! ‘‘

Le trio se moqua de la situation encore un moment puis Vaënadiel amena Ephraïm jusqu’à la baignoire pour lui montrer le fonctionnement. C’était étrange comme situation, car elle se revoyait elle le jour où Liam lui montrait comment tout ça marchait. Son frère était tout aussi curieux qu’elle et eut la même réaction en voyant l’eau s’écouler comme par magie, sauf qu’il ne trouva pas refuge derrière sa soeur. Il n’avait que sursauté et avait froncé les sourcils. Le laissant seul, la jeune femme grimpa sur le lit pour profiter de ce moment seul avec son amoureux pour l’embrasser tendrement.

‘‘ Je me demande si lui et Elayne s’entendront bien ... J’ai ... j’ai cru, que c’était peut-être une bonne idée comme elle était seule et qu’Eph’ l’était lui aussi. ‘‘

Une main caressait la joue de Liam doucement, ses yeux aqua plongeant dans le regard fauve de son homme qui lui souriait tendrement. Elle continua alors, toujours à voix basse :

‘‘ Comme il est calme et posé, peut-être ne seront-ils pas capable de se supporter. M’enfin ..., les contraires s’attirent apparemment et me voilà qui commence à jouer les entremetteuses ! ‘‘

‘‘ Qu’est-ce que tu marmonnes là, toi ? ‘‘ Lâcha Ephraïm qui ressortait de la salle de bain.

‘‘ Oh ! Mais rien ... ‘‘

‘‘ Tu mens, tes narines se dilatent avec frénésie, alors tu mens ! ‘‘

Vaënadiel fronça les sourcils et cacha son nez rapidement. Pourquoi fallait-il toujours qu’il ramène ça sur la glace ?! Peut-être parce qu’il avait raison ...

‘‘ Tu verras une fois à Beolan ! C'est une surprise ! ‘‘

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 13 Déc 2012 - 22:54


Tout en mangeant, Ephraïm leur posa des questions sur les affaires à emmener pour leur voyage. Liam le sentait un peu nerveux tout de même. Normal aussi mais ce n'était pas pire que la cérémonie de mariage chez eux…
Et tout de suite après avoir mangé, il sortit pour prévenir les Tohru et le reste de sa tribu, laissant Vaë et Liam préparer les couvertures, les provisions, les vêtements chauds…

Vaë souriait à s'en décrocher la mâchoire et Liam était comme sur un doux nuage. Et son ventre qui renfermait leur futur enfant…mon dieu la tête de ses parents au retour ! Il avait déjà hâte de les voir !
Enfin…d'abord il fallait arriver à bon port…

Sortant avec les affaires, son épée dans le dos, les voyageurs furent prêts à prendre la route. L'après-midi s'annonçait à peine et toute la tribu était là, en plus des Tohru. Elsah, qui n'avait pas voulu venir à cause de son âge et parce qu'elle voulait aider Eiriel et Kiran à tout gérer en l'absence du chef Eira, retenait difficilement ses larmes. Et surtout lorsqu'elle prit les deux nordiques dans ses bras pour leur souhaiter un bon voyage. La promesse de revenir en un seul morceau effectué, ils sortirent du village, rejoints par Boris qui faisait des roulades dans la neige en attendant.

Ce fût Vaë qui prit les devants pour les guider et elle tomba une fois, glissant sur une plaque de verglas dissimulée. Elle se retrouva sur les fesses et Liam comme son frère se hâta de la ramasser, lui demandant si elle allait bien. Elle en fût troublée, répondant par l'affirmative. Le reste du trajet, les deux hommes ne lâchèrent pas ses mains d'un pouce, même si elle avait dit qu'elle allait bien. Mais Liam ne voulait pas qu'il arrive quoique ce soit à l'enfant. Vaë devait faire encore plus attention, elle portait la vie et cela pouvait avoir de lourdes conséquences…

Ils continuèrent à avancer ainsi, faisant des pauses régulières. Au bout d'un moment, Vaë grimpa sur le dos de Liam, se coinçant entre les sacs et l'épée, couchant sa tête sur ses épaules. Il sourit à Ehraïm qui ricanait en le voyant chargé de la sorte, lui prenant tout de même quelques sacs pour que sa sœur soit plus à l'aise. Quelques heures plus tard ils échangèrent, Liam prenant les sacs et Eph' sa sœur, qui s'était endormie. Ils arrivaient en vue du village et la nuit était là, s'installant tranquillement et silencieusement.

Ils avaient à nouveau échangé lorsqu'ils entrèrent dans le village, se dirigeant droit vers l'auberge, morts de fatigue et frigorifiés. L'aubergiste fût content de les revoir et surpris qu'il y en ait un troisième. Il ne put cependant pas leur offrir une autre chambre, étant complet. Ils montèrent donc à l'étage, lui assurant que c'était bon et que le grand lit suffirait pour trois. Vaë ne prenait pas de place et Liam la collait à lui…

Du coin de l'œil, il voyait Ephraïm tourner la tête dans tous les sens pour tout voir en une fois, exactement comme Vaë. Jetant les sacs dans un coin de la pièce et posant Vaë sur le lit, les hommes ne tinrent pas longtemps et se couchèrent, s'endormant d'un coup, comme des bûches.

Le lendemain, Liam était bien couché contre quelque chose de chaud en plus des couvertures. Il pensait que c'était Vaë, ce corps chaud, mais il se trompait lourdement et pourtant il aurait du s'en douter avec les traits trop masculins. Alors lorsque le rire de Vaë s'éleva dans la pièce, il ouvrit les yeux en même temps qu'Ephraïm et tous deux sursautèrent se rejetant l'un de l'autre avec pour résultat la chute du nordique qui répliqua :

- Aïeuh ... !

Liam se mordit la lèvre, horriblement gêné alors que Vaë poursuivait :

- Vous étiez si mignon !

Ephraïm se relevait, priant sa sœur d'arrêter parce que c'était gênant…Liam était d'accord mais ne disait rien, cachant sa gêne comme il pouvait.

Mais lorsque le nordique planta ses yeux dans les siens, il ne put se retenir. Ils explosèrent en fou rire magistral, pour bien commencer la journée.

-Il faut croire que j’avais froid ... Ça n’arrivera plus. Enfin ... pas si nous ne nous retrouvons pas dans le même lit !

Ephraïm se frottait la nuque, embarrassé, exactement comme son père le faisait et ils partirent à nouveau en fou rire, jusqu'à ce que Vaë entraîne son frère dans la pièce d'eau pour se laver.

Ce fût elle qui lui montra le principe de la baignoire et il fût tout autant surpris qu'elle lorsque l'eau jaillit, sursautant. Ephraïm avait un peu l'attitude d'un enfant qui découvrait le monde…

Liam était retourné s'installer sur le lit et lorsqu'elle revint, elle se colla à lui pour l'embrasser longuement, baiser qu'il lui rendit en souriant.

-Je me demande si lui et Elayne s’entendront bien ... J’ai ... j’ai cru, que c’était peut-être une bonne idée comme elle était seule et qu’Eph’ l’était lui aussi.

Elle murmurait, caressant sa joue et le regardant droit dans les yeux. Mais oui, Liam était persuadé qu'ils s'entendraient à merveille…son petit doigt le lui disait !

-Comme il est calme et posé, peut-être ne seront-ils pas capable de se supporter. M’enfin ..., les contraires s’attirent apparemment et me voilà qui commence à jouer les entremetteuses !

Justement, il était calme et posé et contiendrait le côté rebelle de sa sœur ! Vaë était elle aussi une pile à pattes alors que lui était calme ! Il ne put cependant pas répondre que son frère était sortit en demandant :

-Qu’est-ce que tu marmonnes là, toi ?

Vaë répondit par la négative, disant qu'il n'y avait rien, mais Ephraïm plissa les yeux par la suspicion et rajouta :

-Tu mens, tes narines se dilatent avec frénésie, alors tu mens !

Automatiquement, elle se cacha ledit nez. Liam n'avait jamais remarqué ça…ben maintenant elle ne pourrait plus jamais lui mentir ! Elle ne se laissa pas démonter en rétorquant :

-Tu verras une fois à Beolan ! C'est une surprise !

Ephraïm chercha de l'aide auprès de Liam, mais il n'eut droit qu'à un clin d'œil pour qu'il ne s'inquiète pas. Se relevant à son tour, il alla se laver pendant que le frère et la sœur se préparaient à partir. Il fallait qu'ils partent tôt pour avancer correctement et devancer l'hiver. Liam ne souhaitait pas que sa rose tombe malade et reste dans le froid, et encore moins parce qu'elle était enceinte et que ce n'était pas bon. Oui, dans le genre papa gâteau avant la naissance il était fort.

Une fois fin prêts, ils descendirent, payèrent l'aubergiste qui leur souhaita bonne route et allèrent vers l'écurie. Ephraïm semblait nerveux en entendant les chevaux, les hennissements et les coups de sabots, tout comme il était émerveillé en voyant la vie du village au grand jour. Ses yeux ne se posaient pas plus de deux secondes sur le même endroit et Liam eut peur qu'il se fasse mal au cou à force de tourner la tête dans tous les sens, comme sa sœur la première fois.

En entrant dans l'écurie, Liam fût accueillit par un gros hennissement de la part de Nocturne qui se cabra dans son box, faisant reculer Ephraïm de trois bon pas.

-Qu'est-ce…que c'est ? Demanda-t-il sans quitter le cheval des yeux.

Liam caressa les naseaux de Nocturne, le calmant, lui disant bonjour et répondit après lui avoir fait une bise sur lesdits naseaux :

-C'est un cheval. Notre moyen de transport mon cher Ephraïm.

Il ne semblait guère rassuré et encore moins lorsque Vaë s'approcha et caressa elle aussi l'animal. Il avait tendu un bras comme pour la ramener vers lui, mais il s'arrêta en voyant que la bête ne faisait rien du tout. Le sortant du box en le tenant par les rênes, Liam le fît sortir, Ephraïm marchant à bonne distance.

La selle en place, il tint les rênes et dit à Ephraïm :

-A toi l'honneur.

Le nordique pâlit encore, regardant Liam puis la selle, la queue du cheval qui bougeait en tout sens, son sabot qui tapait le sol, et recula en disant :

-Quoi ?! Mon…monter là-…haut ? Mais…

Liam sourit, faisant un clin d'oeil à Vaë.

-Tu n'as pas à avoir peur ! Il faut que tu montes le premier pour prendre Vaë devant toi et la tenir pour qu'elle ne tombe pas.

-Mais moi je vais tomber !

-Non ! Fais-moi confiance !

Finalement, l'orgueil de mâle prenant le dessus, Ephraïm se laissa aider pour grimper sur la selle, peu confiant. Liam lui plaça les pieds dans les étriers, les ajustant à sa taille, avant de soulever Vaë pour la poser elle aussi sur la selle.

-Mais…on n'est pas trop lourds ? Demanda Ephraïm juste avant de partir.

Liam flatta l'encolure de Nocturne qui secoua la tête en répondant :

-Non…malgré sa finesse il est très fort méfie toi…

Cela ne rassura pas le nordique, au contraire, mais Liam avait pris les rênes et d'un claquement de langue avait fait avancer Nocturne au pas. Sous le choc de l'avancée, il entendit le petit cri de stupeur de son ami, mais ne fît aucun commentaire. Ephraïm s'y habituerait aussi.

Ils sortirent du village, Liam guidant le cheval, les deux nordiques en selle, observant tout et tout le monde. Liam entendait Ephraïm poser des questions à sa sœur, parfois dans leur langue maternelle, d'autres dans la langue qu'il comprenait, mais laissait Vaë lui répondre, l'aidant lorsqu'elle hésitait.

Boris les rejoignit bien plus tard, lorsque le village était loin derrière eux, apportant sur son dos Meeko qui s'était évaporé lors de leur départ des pics. L'inaction de Nocturne face à l'ours étonna Ephraïm au plus haut point, touchant par la suite le cheval, le caressant pour la première fois.

A midi, ils s'arrêtèrent à l'écart pour manger et pour Liam, pour reprendre des forces pour marcher l'après-midi. Ephraïm se proposa bien pour le remplacer mais le chevalier déclina poliment l'invitation. Le nordique devait juste admirer le paysage et savourer.

Le froid était au rendez-vous aussi et il se devait de garder sa sœur au chaud. Le feu éteint, ils reprirent leur route pour ne s'arrêter qu'au soir, à l'abri d'une petite cavité rocheuse qui les coupait du vent.

Se couchant tous trois l'un contre l'autre, Vaë au centre, ils s'endormirent, mais que d'une oreille pour les hommes. Il fallait rester alerte en toutes circonstances et ça, Liam n'avait pas besoin de le dire à Ephraïm.

Ils avaient froid, certes, mais moins que s'ils avaient été en solitaires. Parce qu'en plus Boris s'était joint à eux pour les réchauffer.

Le lendemain, ce fût assez tôt qu'ils s'apprêtèrent à s'en aller. Liam s'était réveillé juste avant sa rose et l'avait tout de suite embrassée lorsqu'elle avait ouvert les yeux. Puis Ephraïm s'était levé et ils avaient mangé, se remettant en selle. Le nordique semblait déjà plus en confiance avec l'étalon, le caressant plus souvent.

Liam lui expliquait qu'ici l'hiver venait à peine et qu'il allait faire plus chaud au fur et à mesure qu'ils approchaient de Beolan, même s'il allait faire froid d'ici quelques semaines là-bas aussi. Il l'informa qu'à ce rythme ils en avaient pour deux semaines. Voir un peu plus parce que l'allure était légèrement réduite du fait que Liam marchait.

L'émerveillent d'Eph' faisait chaud au cœur. Il lui avait appris les coutumes de son peuple, Liam allait lui apprendre les siennes. En espérant qu'il ne se sente pas en trop dans la ville qui allait être immense à ses yeux. Ses parents ne diraient rien, Liam le savait et il le leur avait dit de toute manière, mais lorsqu'on n'y était pas habitué, cela faisait peur, la ville.

Mais tout ça, il le verrait le moment venu. Tout comme avec Elayne…tout viendrait à point nommé…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 14 Déc 2012 - 1:22

Un nordique loin de ses terres, part.2

Spoiler:
 
* En spoil dans ma signature :3

En cours de journée, le ciel se dégageait et réchauffait leur peau. Cela allait faire trois jours qu’ils chevauchaient et l’écart de température était nettement visible. La flore changeait, tout comme la faune et ça Ephraïm n’avait pas manqué de le remarquer, faisant sourire sa soeur d’amusement. Il continua à lui poser des questions, tantôt dans sa langue natale, tantôt dans la langue commune, et Vaënadiel comme Liam tentaient d’y répondre dans la mesure du possible. Arrivée à un endroit précis, la druidesse demanda à son homme d’arrêter et elle descendit, invitant Ephraïm à en faire de même. L’entraînant donc au travers de quelques arbres, ils arrivèrent sur les lieux où le massacre des leurs avait eu lieu. N’ayant pas besoin d’explication, Ephraïm devança sa soeur toujours en lui tenant la main qui se serrait de plus en plus dans la sienne. Le jeune homme poussa un long et profond soupir, prononçant quelques paroles dans sa langue natale, Vaë poursuivant avec lui.

‘‘ Merci, soeurette ... ‘‘ Souffla t-il doucement. ‘‘ Et papa ? ‘‘

‘‘ Il est plus loin sur la route. Nous nous y arrêterons avant d’aller en ville ... c’est Liam qui a creusé sa tombe. ‘‘

Le nordique ne fit qu’acquiescer d’un signe de tête et leur fit un faible sourire, revenant sur leur pas afin de reprendre la route sauf que cette fois-ci, ils marchèrent tous aux côtés du chevalier afin de se dégourdir les jambes et permettre au cheval de se reposer, bien que ça lui en prenait beaucoup plus avant de s’épuiser. La nuit tombée, le trio fit une pause. Un feu fut allumé et Vaënadiel étendit des couvertures par-dessus des branches, préparant les lits pour tous. Liam et Eph’ s’occupèrent donc du repas, Boris et Meeko restant bien loin derrière, mais observant avec intérêt la viande piquée au bout des branchages. Un rugissement se fit alors entendre dans les alentours du campement, les buissons bougeant tout autour d’eux.

‘‘ Vaë, viens ici et reste entre nous deux. ‘‘

‘‘ Nous ne courons aucun danger. C’est un ours et il a faim. ‘‘

Selon son frère, c’était une raison de plus pour redoubler de prudence. Un ours affamé pouvait être très agressif et surtout s’il se sentait menacé. Tenant fermement sa lance, l’homme suivait les bruits et portait son regard glacial dès qu’il voyait du mouvement. Boris se releva dès que l’autre se pointa pour lui barrer la route. Levé sur ses deux pattes arrière, il rugissait avec tellement de force que l’étranger s’arrêta net, hurlant à son tour. Contrairement à Boris, le nouveau venu était deux fois plus grand et noir comme la nuit. Les deux ours se tournèrent autour un long moment, se reniflant jusqu’à ...

‘‘ Euh ... j’hallucine où Boris frôle l’autre ? ‘‘

‘‘ Attendez ... Je crois que Boris est ... une femelle, surtout vu sa grosseur. L’autre est immense ! ‘‘

‘‘ Tu rigoles là ? Pas vrai ? ‘‘

‘‘ Non, Boris est une femelle, regarde. Le mâle lui fait la sérénade. C’est tout mignon. ‘‘

Ephraïm et Liam s’échangèrent un regard, assez pour permettre à Vaënadiel de s’approcher des deux énormes mammifères. Le mâle se mit à gronder, ses poils se dressant sur son dos, mais la jeune femme était tout ce qu’il y avait de plus calme. Elle se posta aux côtés de Boris et caressa doucement sa fourrure, serrant ensuite son cou de ses bras.

‘‘ Va. Tu ne pourras tout de même pas me suivre constamment, ma grande. File ... ‘‘

Boris la regarda de ses énormes yeux noirs, collant son museau contre son ventre et Vaë l’entourant de ses bras, collant sa tête contre la sienne en fermant les yeux. Les ours quittèrent les lieux, oubliant la nourriture alors que la druidesse revint s’assoir près du feu, la larme à l’oeil, mais le sourire aux lèvres. Meeko se faufila entre ses bras, la jeune femme caressant doucement sa fourrure qui était si douce.

‘‘ Ça va aller, soeurette ? ‘‘

‘‘ Oui ... oui ça va aller. J’ai l’impression d’avoir perdu un autre membre de ma famille, mais je suis heureuse pour elle. Les animaux doivent aussi écouter les lois de la nature non ? Et puis, Meeko finira par partir lui aussi ... Pas vrai, mon grand ? ‘‘

Le raton-laveur la regardait de ses yeux globuleux et étira son museau pour lécher la larme qui perlait sur sa joue. Vaënadiel se mit à ricaner doucement, suivant des yeux son amoureux jusqu’à ce qu’il disparaisse dans son dos pour lui donner sa chaleur corporelle. Ephraïm posa une couverture sur les épaules et sa soeur le remercia d’un sourire qu’il lui renvoya aussitôt. Ce fut en silence qu’ils mangèrent, se rapprochant les uns des autres pour se réchauffer.

Le lendemain matin, ils avaient repris la route alors que le soleil amorçait son ascension dans un ciel parsemé de couleurs chaudes et douces. Ce voyage si fut un peu plus silencieuse, Vaë dormant encore, la tête contre l’épaule de son frère qui la tenait fermement contre lui. Il fallait dire qu’elle avait bien mal dormi cette nuit-là à cause de Boris qui les avait quittés pour retourner dans la nature. Les deux jours qui s’en suivirent furent passablement calmes et rien de bien intéressant ne se produisit, hormis leur approche de Venill qui se dessinait à l’horizon. Cependant, Liam les conduisit dans la forêt jusqu’à une tombe. Le coeur lourd, Vaë fut descendu la première avec l’aide des deux hommes et s’approcha doucement de l’endroit où Dorguan reposait. Ephraïm s’approcha à son tour et ils dirent la même prière, se serrant la main de nouveau, mais Vaënadiel s’agenouilla au sol et se mit à murmurer quelques paroles dans sa langue maternelle, son frère devenant soudainement bien triste. Il ferma les yeux et posa un genou par terre, mettant une main sur l’épaule de sa soeur qui sanglotait en silence. Depuis sa mort, c’était la première fois qu’elle voyait sa tombe et qu’elle venait s’y recueillir. Vint le tour d’Ephraïm qui laissa sa soeur aller se blottir dans les bras de Liam. Elle leva les yeux vers lui et lui offrit un sourire, caressant sa joue par la même occasion.

‘‘ Je t’aime, Liam ... merci pour tout. ‘‘ Murmura t-elle, collant son oreille contre son torse et fermant les yeux.

Ephraïm mit un peu plus de temps que sa soeur à se recueillir, mais lorsqu’il se redressa, jetant un dernier coup d’oeil à l’endroit où reposait son paternel, il était prêt à partir pour le village où ils se reposeraient. D’ailleurs, comme il était encore assez tôt dans l’après-midi, ils s’occupèrent d’aller réserver des chambres et allèrent faire le tour du village à la plus grande joie du jeune chef de tribu. Ses yeux bleutés se posaient partout et il ne tarda pas à bombarder le jeune couple d’une foule de questions. Vaënadiel ricanait doucement, se souvenant qu’elle avait les mêmes réactions que lui lors de sa première visite ici, si on oubliait la prison et tout ce qui venait avec. De retour à l’auberge, ils mangèrent dans la salle commune et parlaient de tout et rien jusqu’à ce que la fatigue les gagne. Ils montèrent alors en haut.

‘‘ Eph’ si quelque chose ne va pas, vient me chercher. D’accord ? Nous sommes dans la chambre voisine. ‘‘

‘‘ Ne t’en fais pas. Je sais comment le gros machin qui crache de l’eau fonctionne. ‘‘

‘‘ Très bien, mais si ça ne va vraiment pas ... ‘‘

‘‘ Reste avec ton amoureux et reposez-vous. Je vais faire trempette et me coucher, donc, être bien sage. Allez, à demain ! ‘‘

Le nordique leur envoya la main, mais ce fut sa soeur qui dut lui montrer comment déverrouiller la porte de la chambre. Ils s’esclaffèrent et entrèrent dans leur chambre respective par la suite. Ayant besoin d’un bon bain chaud, Vaë alla faire couler l’eau et y mit le liquide qui faisait cette mousse qu’elle aimait tant, forçant son loup à l’accompagner. Ils ne manquèrent pas de pousser un soupir de satisfaction en sentant l’eau chaude contre leur peau meurtrie par le froid de leur voyage et de leurs nuits à la belle étoile.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 14 Déc 2012 - 14:13


Le temps s’était légèrement adouci, en ce troisième jour de route, mais pas suffisamment pour retirer les gros manteaux de fourrure. L’hiver s’installait peu à peu dans le Royaume. Beolan ne serait pas épargnée et cela rassurait un peu Liam, car ainsi Ephraïm ne serait pas entièrement dépaysé d’un coup.

Il marchait toujours à côté de son étalon souriant en voyant Ephraïm regarder partout et devenir hystérique à chaque question qu’il posait à sa sœur. De temps en temps Liam répondait à la place de sa rose qui ne trouvait plus les réponses.

Au bout d’un moment cependant elle lui demanda de s’arrêter à un endroit précis et Liam obéit, se demandant pourquoi. Et durant une demi-seconde il crut qu’elle était à nouveau prise de ses envies et devint rouge parce que…il y avait Ephraïm à côté en fait…mais non ce n’était pas du tout ça. Il l’aida à descendre et son frère suivit le mouvement, s’avançant dans la clairière. Liam reconnut à cet instant le lieu.

Là ou les leurs avaient été massacrés…il y avait des restes encore, là ou les animaux n’étaient pas passés, les tombes qu’il avait creusées étaient toujours présentes, se recouvrant de feuille et d’herbe. Il aperçut même la pelle de fortune plus loin, restée là ou Vaë l’avait jetée en tentant de le dissuader de rester avec elle et de partir. Restant à l’écart avec Nocturne pour respecter leur intimité, il regarda par terre en caressant machinalement son cheval.

Ils restèrent quelques instants sur place avant de se retourner vers lui et de le rejoindre, ne remontant pas en selle à sa plus grande surprise. Ils préférèrent marcher à ses côtés. Aucune parole ne fût échangée, comme si l’endroit interdisait toute forme de vie.
Au soir, ils allumèrent le feu pendant que la jeune femme faisait leurs lits de fortune, Meeko et Boris les observant de loin, et surtout la viande piquée à des branches d’arbres.

Mais un rugissement ce fît alors entendre, et Liam resta tendu, observant les buissons qui émettaient de drôles de bruits. Déjà lorsqu’il était parti en solitaire il avait vécu ça. C’avait été un loup et il s’en était fallu de peu qu’il arrache le bras de Liam. Il le lui aurait arraché, si le chevalier n’avait pas tendu la lame devant lui pour le laisser s’y embrocher.

-Vaë, viens ici et reste entre nous deux.

Oui, sage conseil. Liam était prêt à dégainer et Ephraïm resserrait sa prise sur son poignard. Il n’avait pas pu emmener sa pique. Mais la jeune femme ne fît que renier le danger en disant que c’était un ours qui avait faim.
Mais justement ! Un ours qui a faim est encore plus dangereux ! Il suffit qu’il se sente menacé pour qu’il attaque !

Les deux hommes s’étaient sensiblement rapprochés de Vaë pour la défendre de leurs corps, tout en suivant des yeux les mouvements des buissons, jusqu’à ce que ceux-ci s’écartent pour laisser la place à un énorme ours ! Au moins deux fois plus haut que Boris sur les pattes arrière, il rugissait et montrait les dents, prêt à attaquer et tuer. Il s’approchait et Boris se mit entre les hommes et l’ours, rugissant à son tour. Si fort que l’autre se stoppa pour…commencer à lui tourner autour et le renifler de partout, ce qui ne manqua pas d’étonner le nordique. Heureusement Vaë avait compris :

-Attendez ... Je crois que Boris est ... une femelle, surtout vu sa grosseur. L’autre est immense !

Comme Liam, Ephraïm crut qu’elle plaisantait. Boris, une femelle ?!

-Non, Boris est une femelle, regarde. Le mâle lui fait la sérénade. C’est tout mignon.

Euh…Liam haussa les sourcils et observa Ephraïm un court instant, surpris, ce qui permit à Vaë d’échapper à leur barrage de corps pour se diriger droit vers les ours. Liam voulut y aller et la récupérer, surtout en voyant le gros mâle se montrer agressif. Son cœur accéléra sa course, à tel point qu’il crut mourir dans l’instant, sentant la tension du chef Eira à ses côtés. Mais Vaë réussit à s’approcher de Boris, le caresser et le serrer dans ses bras en lui murmurant quelque chose.

Lorsqu’elle revint, les ours s’en allèrent et seulement là, Liam se permit de se détendre et de respirer. Mais en approchant, il la vit triste, la larme à l’œil malgré son sourire. Meeko se jeta dans ses bras pour recevoir ses caresses.

-Ça va aller, soeurette ?

Liam se pencha pour voir au moins le profil de sa rose à la lumière du feu.

-Oui ... oui ça va aller. J’ai l’impression d’avoir perdu un autre membre de ma famille, mais je suis heureuse pour elle. Les animaux doivent aussi écouter les lois de la nature non ? Et puis, Meeko finira par partir lui aussi ... Pas vrai, mon grand ?

Le concerné la regardait et leva la tête pour lécher cette larme qui s’échappait. Liam se releva alors qu’elle ricanait, se glissant dans son dos et l’entourant de ses bras pour la réchauffer et la réconforter. Son frère vint poser une couverture encore et ils mangèrent en silence avant de se coucher l’un à côté de l’autre pour ne pas avoir froid.

Au matin, Liam et Ephraïm furent vite prêts, mais Vaë ne daignait pas ouvrir les yeux. Liam l’avait sentie gigoter durant la nuit, perturbée, et il demanda à Ephraïm de grimper sur Nocturne. Celui-ci hésita parce que le chevalier ne tenait pas l’animal, mais il s’exécuta tout de même. Une fois en haut et bien calé, Liam souleva sa sœur de terre et la lui tendit, l’installant devant lui confortablement. Ils reprirent ainsi la route, en silence pour ne pas la réveiller.

Deux jours s’écoulèrent paisiblement, ponctués de questions du jeune nordique. Ils s’approchaient maintenant de Venill, leur dernière escale avant la destination. Mais Liam ne se dirigea pas vers la ville elle-même tout de suite. Il changea de direction, s’enfonçant entre les arbres. Lui seul connaissait l’emplacement et il entendait les appels muets de sa rose et de son frère. La tombe était toujours là, recouverte de moitié par l’herbe. La stèle plantée dans la terre était également là, immobile, intacte. Avec Ephraïm, ils aidèrent Vaë à mettre pied à terre et elle se dirigea droit vers la tombe, suivie par son frère. Comme quelques jours auparavant, Liam resta en retrait, respectant leur peine et leur deuil. Ils étaient à genoux devant la tombe et il voyait les épaules de sa rose secouées par les sanglots.

Au bout de quelques minutes de recueil silencieux, elle se releva, laissant son frère terminer ses prières et se dirigea vers Liam, se blottissant contre lui. Il la serra dans ses bras, recevant un petit sourire et une caresse à sa joue, accompagnée d'un murmure :

-Je t’aime, Liam ... merci pour tout.

Elle colla sa tête contre son torse et il mit une main sur sa tempe, la réconfortant en silence. Merci pour quoi ? Ce qu'il avait fait était normal non ? Comment aurait-il pu la laisser ainsi ? Comment aurait-il pu ne pas enterrer son paternel ? Si…s'il était advenu la même chose de l'un de ses parents, il aurait été soulagé de savoir qu'il reposait en paix en terre et non en pâture aux animaux et autres hors-la-loi…Parce que…imaginer que ses parents disparaîtraient un jour lui faisait peur. Ses parents étaient trop pour lui pour qu'il les laisse s'en aller de la sorte.

Mais ses pensées furent stoppées par Ephraïm qui revenait, prêt à découvrir Venill et le monde environnant. Liam les y conduisit donc, et ils arrivèrent assez tôt pour pouvoir visiter la ville. Après avoir réservé les chambres, ils ressortirent et allèrent droit vers les marchés et étals. Comme Vaë, Ephraïm avait de gros yeux ronds et contemplait tout ! Il posait toutes sortes de questions, qui paraissaient idiotes pour les citoyens mais capitales pour le nordique. Pourquoi c'est comme ça ? Pourquoi est-ce qu'elle porte ce vêtement mais pas elle ? Le même style. Liam répondait, montrait, expliquait.

En passant devant la prison en revanche, Liam ce fît plus silencieux. Il se souvenait que trop bien de sa captivité et des traitements qu'ils lui avaient infligés juste pour la forme et le plaisir. Sa jambe aussi s'en souvenait encore d'ailleurs. Mais bref, ils retournèrent à l'auberge ou ils mangèrent dans la salle commune pour une fois, Ephraïm regardant les clients de son regard bleu glacial, admirant les chants, les musiques, les danses…

Ils parlaient de tout et de rien, surtout du royaume et son fonctionnement en fait. Mais ils furent rapidement exténués et remontèrent dans leurs chambres. Vaë prévint son frère, lui disant que s'il y avait un souci il pouvait venir les voir, le faisant ricaner. Il savait comment la baignoire fonctionnait et c'était l'essentiel à ses yeux.

Ils entrèrent donc dans leurs chambres après avoir montré à Ephraïm comment déverrouiller la porte. Vaë alla tout de suite dans la salle de bains pour faire couler un bain, et Liam l'observait de loin, un petit sourire aux lèvres. Elle avait appris vite le mode d'emploi et on ne dirait pas qu'elle venait des montagnes. Il ne pouvait s'empêcher de la regarder, de détailler chaque courbe de son corps, de s'attarder sur ce ventre qui allait grossir au fil des mois, sur ce visage souriant et si innocent. Elle était tout pour lui et il se demanda soudain comment il avait fait pour vivre avant de la connaître.

Elle lui fît alors signe de la rejoindre, la baignoire bien pleine de mousse et il se déshabilla rapidement, la rejoignant comme demandé, soupirant au contact de l'eau chaude sur sa peau froide. Cela ne pouvait leur faire que du bien de toute manière après ses nuits à la belle étoile. L'un en face de l'autre, Liam souriait, et sa main se glissa sur la cuisse de Vaë, remontant lentement jusqu'au ventre. Là il se stoppa, comme à chaque fois, touchant chaque contour qu'il prenait, imaginant que, là-dedans, c'était son enfant qui grandissait. Que c'était lui le père. C'était étrange de ce le dire, encore plus que pour Keira en fait. Parce que cet enfant était voulu et fait dans l'amour…il avait une autre dimension que celui qui naîtrait chez la peste de service. Mais ils auraient tous deux le même lot d'affection de sa part, il se l'était juré. Ses parents n'avaient jamais favorisé Elayne ou lui, il ne le ferait pas non plus. Sortant de sa contemplation, il remonta encore jusqu'à sa poitrine, l'effleurant du bout des doigts, la faisant frissonner, continuant jusqu'au cou, son menton, sa joue, caressant ses lèvres du pouce, les mouillants d'eau chaude.

Son regard aqua pétillait et il s'approcha, l'embrassant tendrement, barbotant dans l'eau. Son corps se fît plus près de celui de sa rose, sans pour autant aller trop loin. Se détachant en souriant, il reprit ses massages, la lavant, prenant soin d'elle comme un trésor, une pierre précieuse, un soleil…la bague ornant son doigt le faisait encore chavirer, le collier à son cou soudait leur lien. Ils étaient mariés à la façon Eira…et se serait encore plus officiel une fois à Beolan.

Une fois terminé, il la laissa à son tour caresser son torse et ses bras, frissonnant sous ses doigts fins. Mais il se faisait tard et ils étaient fatigués, aussi durent-ils sortirent de l'eau une fois que Liam fût lavé. Se séchant ensemble et se rhabillant, ils se jetèrent presque sur le lit pour dormir. Presque, parce que Liam veillait à ce que Vaë ne se fasse pas mal, pour sa sécurité tout comme celle de son enfant.

Collé à elle, il l'entoura de son bouclier protecteur fait de ses bras et la laissa partir dans le monde des rêves, en sécurité.

Le lendemain, ils durent ouvrir la porte à Ephraïm qui ne parvenait pas à comprendre le fonctionnement de la poignée. Riant et le faisant rougir, ils allèrent prendre un solide petit-déjeuner avant de se lancer sur les routes. Nocturne était impatient et Liam fît savoir aux autres qu'à ce rythme, ils seraient à Beolan en cinq jours, voire un peu plus si jamais.

Cela les enchanta tout comme les stressa, surtout Ephraïm. En même temps, c'était une première pour lui et il allait rencontrer ses parents. Et Elayne…

Il n'y eut pas d'incident tout au long de la journée, pas plus que les jours suivants en fait. Tout était calme, Meeko se pelotonnait contre sa maîtresse, son frère posait des questions sans attendre de réponse, trop pressé, le temps se rafraîchissait légèrement, malgré le soleil.

La veille de parvenir à Beolan, Liam sentit Ephraïm un peu tendu. Il s'approcha de lui, posté à l'écart de leur camp et s'accroupit, une main sur l'épaule.

-Qu'est-ce qu'il y a, Eph' ?

Le nordique soupira et le regarda en répondant :

-Je…je suis un peu nerveux en fait. Il y a tant de choses ici et …moi qui me croyait fort chez moi je me retrouve à être un insecte au milieu du monde d'en bas…

Liam sourit, compatissant.

-Tu n'es pas un insecte…tu découvres c'est tout. Crois-moi, quand je suis arrivé la première fois chez vous, je n'étais pas mieux que toi.

-Oui mais c'est moins grand chez moi.

-Je sais bien mais c'est tout aussi différent qu'ici, donc nouveau pour moi. Tu verras, tout ce passera bien et puis, Vaë et là, moi aussi et mes parents ne vont pas te manger.

-Merci…mais ça me fait drôle quand même…

-Je n'en doute pas une seconde…maintenant viens près du feu avant de tomber malade !

Ephraïm sourit et se releva, suivant Liam et retournant près de Vaë qui avait fait cuire la viande. Ils mangèrent en silence, Liam rassurant sa rose du regard. Non, son frère n'avait rien de grave…juste l'orgueil de mâle qui s'en prenait un coup…le lendemain, ils seraient de retour…le lendemain ils arriveraient chez ses parents. Il devrait aller voir Keira, puisqu'elle en était à son huitième mois de grossesse et devait prendre son poste dans la garde chez son père pour économiser et se bâtir un nid douillet pour accueillir sa rose et ses enfants.

Tant de choses à faire en si peu de temps, Liam en devenait nerveux mais ne montrait rien, paraissant assuré et confiant. Il en parlerait avec son père, lorsqu'ils se retrouveraient seuls…

Son père avait toujours été de bon conseil. Liam admirait son père et à ses yeux il était un héros, rien de plus, rien de moins. Sa mère aussi, mais il était nettement plus proche de son père depuis qu'il avait commencé à apprendre à se battre, étant adolescent. Et puis, il n'osait pas tout dire à sa mère non plus, ce qui était normal, tout comme Elayne ne parlait pas de tout à son père…

En mangeant, il se dit que oui, il avait une merveilleuse famille. Famille qui s'agrandissait avec Vaë, son frère et leur tribu, tout comme avec les deux enfants qui allaient naître....


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 14 Déc 2012 - 17:11

Les yeux ronds ...

Il ne restait plus qu’une bonne journée de chevauchée avant d’arriver à Beolan qui était à peine visible dans les montagnes se dessinant à l’horizon. L’obscurité les empêchant d’arrêter davantage sur la route, le trio dut s’arrêter et établir leur campement en bordure de la forêt. Ephraïm s’était quelque peu éloigné et s’était assis en retrait, réfléchissant. Meeko s’amusait avec ses doigts qui pendouillaient au niveau de ses genoux. Vaënadiel s’occupait de leur repas et laissa Liam aller lui parler. Quelques longues minutes s’écoulèrent avant que les deux hommes ne se relèvent pour prendre place à ses côtés. En silence, la druidesse regardait son frère qui semblait perdu dans ses pensées. S’interrogeant, ses yeux aqua se plongèrent dans ceux de son partenaire et fronça les sourcils. Celui-ci lui souriait, la rassurant d’un seul regard; Eph’ avait le mal du pays tout comme elle au départ.

‘‘ Ça va aller, Eph’. ‘‘

Le jeune homme au regard glacial sourit à sa soeur et hocha faiblement la tête. Il allait bien. Seulement, ça lui faisait étrange de voir qu’il serait un étranger parmi des étrangers. Ses pouvoirs de chef de tribu n’avaient aucun effet en bas. Il le sentait et le savait. Le mode de vie et les coutumes étaient aussi complètement différents. Peut-être ne parviendrait-il pas à s’habituer aussi rapidement que sa soeur à tout ceci. Au fait, pourquoi pensait-il à ça maintenant ? Autant mieux profiter de cet inconnu pour enrichir ses connaissances sur un royaume et un peuple différent. Bref ! Il allait devoir laisser son orgueil de côté et avancer la tête la première, car de toute manière, si Vaënadiel y était arrivée, lui aussi le pouvait.

Leur repas terminé, ils s’installèrent pour le coucher et la jeune femme eut encore droit à la place du centre; dans les bras de son amoureux et dos à dos avec son frère. Ainsi, elle était au chaud et confortable. Elle s’endormit alors en souriant, heureuse d’avoir ses deux hommes avec elle.

Le lendemain matin, les premiers rayons du soleil vinrent caresser leur peau tout comme la bourrasque froide qui leur mordait la peau en cette matinée. Frissonnant, ils bondirent hors de leur lit pour allumer le feu qui était mort durant la nuit. Collés les uns aux autres en claquant des dents, ils mangèrent et burent un bouillon chaud pour s’aider à se réveiller. Ce qu’ils avaient hâte de se retrouver dans un endroit isolé de l’extérieur ! Reprenant alors la route au plus vite, Ephraïm se sentit de plus en plus fébrile. Il y avait foule de marchands et de voyageurs sur la route qui quittaient Beolan. Plus les heures défilaient, plus la ville des mages se faisait visible, jonchée dans les montagnes rocheuses. Stupéfait, le nordique resta littéralement muet et ses yeux ne lâchèrent pas ses fortifications même lorsqu’ils arrivèrent dans la ville même. Là, il faillit faire une crise cardiaque en voyant cette foule ... Comment une ville pouvait-elle abriter autant de personnes?! Son cou ne cessait de tourner dans tous les sens, forçant Vaënadiel à se retourner pour l’observer du coin de l’oeil.

‘‘ Impressionant, n’est-ce pas ? ‘‘

Ephraïm mit un moment avant de réaliser que sa soeur s’adressait à lui et le jeune homme dut baisser les yeux devant lui pour la regarder, tentant de jeter un coup d’oeil autour de lui.

‘‘ Bon sang ... Il y a tellement de choses à voir. C’est simplement incroyable ! ‘‘

Vaënadiel se mise à rire puis son frère voulut descendre pour pour observer tout d’un peu plus près. Ses yeux bleutés absorbaient tout ce qu’ils voyaient comme une éponge. Les étals, les bâtiments, l’immense tour qui se dressait au centre de Beolan où résidaient les mages. Les gens étaient tous si différents, tout comme leurs habits, mais son regard s’arrêta sur une troupe de jeunes bourgeois qui approchait de leur position.

‘‘ Leurs habits sont drôlement étranges, surtout ceux des femmes. ‘‘

Croyant que le nordique les admirait tout simplement, les jeunes bourgeoises lui firent signe de main, ricanèrent et lui firent un sourire coquin qui le fit rougir de gêne. Ephraïm détourna le regard aussitôt et son attention fut portée ailleurs d’un seul coup. Vaënadiel n’en avait pas manqué une miette, ayant même entendu les jeunes femmes dire que son frère était drôlement mignon. Par chance que l’homme ne les avait pas entendus, il les aurait certainement courtisés comme elle le connaissait. Pas qu’il était un coureur de jupon, mais bien un charmeur de ces dames. Cependant, elle avait surtout hâte de voir sa tête lorsqu’il verrait la soeur jumelle de Liam.

D’ailleurs, le trio traversa la ville et arriva devant la villa des Kreiss sans qu’Ephraïm n’eût vu le temps passé. Quasiment triste d’avoir passé devant tout ces belles choses, le nordique tourna les yeux. Dès qu’il vut la demeure, ses yeux se rondirent d’un seul coup et il échappa un cri muet de stupéfaction.

‘‘ C’est ta hutte ça ?! ‘‘

La druidesse se mit à rire aussitôt et prit la main de son frère pour l’inciter à les suivre, elle et Liam. Un domestique vint prendre Nocturne pour le mener à l’écurie alors qu’à l’intérieur, on annonçait la venue des jeunes gens. Bien entendu, Heïan ne tarda pas à sortir du salon pour serrer son fils dans ses bras alors que Vaë en faisait de même pour Melley. Ils inversèrent alors les rôles jusqu’à ce que les parents se regardent puis reposent leurs yeux sur le ventre de la future épouse de leur fils.

‘‘ Vaë, tu ... ? ‘‘

La jeune femme à la chevelure de neige acquiesça d’un signe de tête puis un sourire radieux se dessina sur ses lèvres. Mais avant de poursuivre sur sa grossesse, sa main se glissa dans celle de son frère qu’elle plaça à ses côtés pour les présentations.

‘‘ Monsieur Heïan, madame Melley, je vous présente mon frère, Ephraïm. Chef de la tribu Eira et mon deuxième aîné. ‘‘

Heïan s’approcha alors et lui tendit une main en guise de salutation. Eph’ fut confus et semblait hésiter à faire quoi que ce soit au risque d’être brusque. Sa soeur s’approcha alors de lui, prit sa main, la plaça dans celle du père de Liam qui semblait amusé.

‘‘ En-enchanté, monsieur. ‘‘

‘‘ De même, Ephraïm. Ravi d’enfin faire ta connaissance. Il faut dire la petite nous a souvent parlé de toi. Il nous tardait d’enfin te rencontrer ! ‘‘

Ensuite vint le tour de la bise avec Melley, Vaënadiel prenant les devants pour le lui montrer. Le nordique s’exécuta et au même moment ils entendirent des bruits de pas pressés dans l’escalier; Elayna arrivait. La druidesse regarda alors son amoureux et ils s’échangèrent un regard complice, reportant leur attention sur Eph’. Celui-ci avait levé les yeux en voyant du mouvement et n’avait pu que ... voir une beauté.

‘‘ Bïelis divinïelas ... (Beauté divine ...) ‘‘

Vaënadiel se retenait pour ne pas rire, voyant l’air ébahi de son frère qui avait littéralement figé sur place en voyant la brunette descendre. Secouant la tête pour revenir à ses esprits, le nordique envoya un regard mauvais à sa soeur qui se moquait gentiment de lui. Bien entendu, pour forcer les choses, elle le présenta à Elayne aussitôt après les calins. L’homme grand et fort semblait bien docile devant Elayne, rougissant même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 14 Déc 2012 - 17:53


Ce fût le vent frais qui les réveilla le lendemain. Tous trois frissonnèrent en rallumant le feu, se faisant cuire un bon bouillon chaud pour bien attaquer la journée qui risquait d'être remplie. Le froid était donc une des raisons qui les pressèrent de partir. Mais la raison principale était bien évidemment l'arrivée imminente à Beolan. Les deux nordiques juchés sur Nocturne, ils regardaient tout, et au fur et à mesure de l'avancée, la ville apparaissait devant eux, les premiers signes étaient là. Il y avait de plus en plus de marchands et voyageurs sur la route et les falaises approchaient.

Liam souriait en voyant sa ville ainsi. Il rentrait chez lui, accompagné par sa femme et son meilleur ami. Le seul ami qu'il ait eu d'ailleurs. De véritable. Les autres avaient tous été des pleutres qui ne voulaient qu'un costaud pour les défendre…

Ephraïm était d'ailleurs complètement abasourdi en voyant tellement de monde et de choses d'un coup. Il se tordait le cou et ce fût pire une fois dans la ville, ou sa sœur lui dit que c'était impressionnant.

- Bon sang ... Il y a tellement de choses à voir. C’est simplement incroyable !

Liam ne faisait pas attention à tous les commentaires du nordique, faisant attention à bien guider l'étalon pour n'écraser personne avec toute cette foule. Il vit cependant le groupe de bourgeoises faire des signes de la main en souriant, et ne sut si c'était à lui qu'elles s'adressaient ou à quelqu'un d'autre.

Prenant les ruelles en plus des grandes artères, faisant la joie et la curiosité de leur hôte, Liam parvint à destination : devant la demeure Kreiss. Tout était inchangé et Liam ne put qu'en sourire. Rien de grave n'était arrivé durant leur absence de près de deux mois.

-C’est ta hutte ça ?!

Liam rit en même temps que Vaë, se disant que le mot hutte n'était peut-être pas le bon pour qualifier le manoir dans lequel il vivait. Manoir familial de son père reçu en cadeau de mariage sivouplait !

Tendant les rênes à un domestique pour qu'il s'occupe de Nocturne tout en lui souhaitant le bonjour, Liam guida les deux nordiques jusqu'à l'entrée ou ils étaient annoncés. A peine dans le hall, ses parents déboulèrent du salon, son père le serrant fortement dans ses bras et sa mère s'occupant de Vaë. Que c'était bon de les retrouver ! Lorsqu'il le relâcha, Liam fît de même pour sa mère, qui souriait encore plus que son père à l'idée de les revoir. C'est là qu'Heïan tomba sur le ventre de la jeune femme.

-Vaë, tu ... ?

Il semblait surpris et sourit lorsqu'elle acquiesça, Melley comprenant à peine et ne parvenant pas à y croire. Mais personne ne put rien dire, car Vaë venait de prendre les mains de son frère dans les siennes pour le faire avancer et le présenter à tous.

-Monsieur Heïan, madame Melley, je vous présente mon frère, Ephraïm. Chef de la tribu Eira et mon deuxième aîné.

Le jeune homme était on ne peut plus nerveux et ne bougea pas, laissant Heïan venir à lui, main tendue pour qu'il la serre dans la sienne. D'ailleurs, il ne comprit pas et ce fût sa sœur qui lui montra, mettant sa main dans celle d'Heïan.

-En-enchanté, monsieur.

Heïan souriait, serrant sa main sans trop serrer en s'exclamant :

- De même, Ephraïm. Ravi d’enfin faire ta connaissance. Il faut dire la petite nous a souvent parlé de toi. Il nous tardait d’enfin te rencontrer !

Le relâchant, il le laissa saluer sa femme, mais là encore Vaë dut montrer le fonctionnement des bises à son frère. Melley était tout aussi enchantée que son mari de rencontrer la dernière famille de leur future belle-fille.

Ephraïm semblait à moitié rassuré et à moitié nerveux, mais souriait aussi. Puis des bruits de pas ce firent entendre dans l'escalier et Liam sur que sa sœur arrivait. Croisant le regard complice de sa rose, Liam sourit. C'était maintenant l'heure de vérité…

Elayne apparut dans l'escalier, stupéfiant Ephraïm littéralement. C'était presque si sa bouche béait comme un poisson ! Vaë se retenait de rire et reçut un regard mauvais de son frère alors qu'Elayne parvenait jusqu'à son frère.

Liam la serra contre lui, ravit de la revoir et la laissa dire bonjour à Vaë avant que celle-ci ne lui présente son frère qui se fît d'un coup…calme et bien docile, obéissant. Il rougissait même à la vue de la brunette qui le fixait de ses yeux violets.

Pour Elayne, la vision de cet homme n'était venue qu'après avoir serré son frère et sa p'tite sœur d'adoption dans ses bras. Elle n'avait fait véritablement attention à lui qu'à partir du moment où Vaë le lui avait présenté. Et la rencontre de son regard violet avec celui bleuté d'Ephraïm la pétrifia à son tour. Elle restait devant lui, ouvrant la bouche, voulant dire quelque chose, n'y parvenant pas et la refermant d'un coup. Heïan comme Melley se regardaient en souriant et Liam était heureux que le courant passe, tout comme Vaë.

Elayne détaillait le visage de cette angélique apparition, tentant de ce convaincre qu'elle était en réalité entrain de rêver du retour de son frère jumeau et que tout ceci disparaîtrait lorsqu'elle rouvrirait les yeux. Et, se rendant compte que ce n'était pas le cas, elle chercha une voie de secours pour ne pas paraître plus ridicule qu'elle ne l'était déjà. Son regard dévia donc sur Vaë, descendant…

-VAË ! TON VENTRE !

Elle rougit, mettant une main devant la bouche. Elle avait crié sans le vouloir pour masquer sa gêne visible. Réussissant de peine et misère à arracher son regard d'Ephraïm, elle s'approcha et regarda ledit ventre de plus près. Les formes étaient largement visibles, au bout de presque trois mois maintenant.

-Tu…tu es enceinte ! Vaë mon dieu !

Elle la serra contre elle, reportant discrètement son regard sur le nordique en se mordant une lèvre. Qu'il était beau ! Mais elle ? La trouvait-il à son goût ? Ah mais…Vaë lui avait dit qu'il était pris…cela doucha toute son énergie ou presque. Encore un homme pris…elle avait cru un instant que ça aurait été possible…mais non. Parce qu'il était tellement beau ! Et il semblait calme et gentil ! Un peu comme son frère ! Pas étonnant qu'ils s'entendent à merveille tous les deux !

Bougeant enfin, elle alla serrer son jumeau dans ses bras, le félicitant, mais inquiète tout de même. Ils allaient en avoir deux d'un coup…

-Liam…je vais me sentir affreusement vieille si tu continues comme ça…déclara Melley, trop émue pour dire autre chose de sérieux.

Elle les serra à son tour dans ses bras, osant toucher le ventre de Vaë. De belles petites formes qui lui rappelaient sa propre grossesse…si longtemps auparavant…Grand-mère, elle allait être véritablement grand-mère…deux fois en plus ! Maintenant elle pouvait imaginer ce que Naëlyah avait ressenti en voyant les jumeaux naître d'un coup !

Heïan ne disait pour l'heure rien, mais cela ne saurait tarder, elle le voyait à ses yeux. Alors elle entraîna tout ce beau monde au salon, demandant un plateau de thé et de pâtisseries et veilla à ce que sa fille et Ephraïm soient l'un à côté de l'autre. Serrant la main d'Heïan dans la sienne, Melley était plus que ravie d'avoir à nouveau toute la famille réunie sous son toit…ses monstres, leurs amoureux ou futurs amoureux…son futur petit-fils ou fille…Heïan et elle avait tout ce qu'il fallait pour être vraiment heureux…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 14 Déc 2012 - 20:33

Les yeux ronds ..., part.2

Par le dieu de l’équinoxe ... bénit soit-il d’avoir mis cette magnifique créature sur son chemin et de l’avoir fait descendre de la montagne où il aurait croupi jusqu’à devenir tout ratatiné ! Finalement, il était réellement heureux qu’Eiriel eût changé d’avis bien que sur le coup il eut été franchement déçu. Pas que les femmes manquaient dans la tribu, mais aucune n’étaie réellement à son goût. Maintenant, on avait mis un ange sur sa route. Muet comme une taupe, bien qu’il tentait de la saluer une fois qu’Elayne fut devant lui, rien ne sortait. Pour résumer d’un point de vue externe ou du point de vue de toutes les personnes présentes exceptées eux, il y avait Ephraïm qui était subjugué devant Elayne et Elyane qui était ébloui devant Ephraïm.

Vaënadiel soupira de soulagement, mais elle pensa rapidement qu’il fallait qu’elle prenne sa fausse soeur dans un coin pour lui expliquer la situation. Comme le courant passait entre eux, elle se doutait que la brunette allait être littéralement folle de joie. Pour ce qui concernait de conseiller Eph’ car il poserait des questions à coup sûr, ce serait à Liam de s’en occuper. Rhalala... la druidesse n’était pas du genre entremetteuse, mais voyait bien ces deux-là ensemble. Revenant alors sur terre, Elayne se détacha du regard glacial du nordique pour se poser sur Vaënadiel qui était tout sourire. Ses yeux violacés se baissèrent graduellement alors que la jeune femme se départissait de son manteau.

‘‘ VAË ! TON VENTRE ! ‘‘

Sursautant, la concernée se mit aussitôt à rire alors qu’elle voyait les joues d’Elayne se mettre à rougir de gêne. Une main se porta à sa bouche, jetant toujours un petit coup d’oeil en direction d’Eph’ qui parlait maintenant avec Heïan, la brunette s’approcha de Vaë qui flattait son ventre d’une main douce.

‘‘ Tu…tu es enceinte ! Vaë mon dieu ! ‘‘

‘‘ J’arrivais à peine à y croire moi aussi ... Liam a dû me donner des explications. Que veux-tu! Je suis lente d’esprit parfois. ‘‘

Elles s’esclaffèrent aussitôt et se firent l’accolade. Elayne était fébrile, elle le sentait, tout comme les regards qu’elle lançait en direction de son frère. Se détachant et se faufilant dans les bras de son frère, Vaë s’approcha du reste de la famille lorsque Melley lâcha:

‘‘ Liam…je vais me sentir affreusement vieille si tu continues comme ça…’’

‘‘ Vous êtes encore jeune et belle madame Melley. Lorsque vous perdrez toutes vos dents, vous pourrez alors le dire ! ‘‘

Le frère et la soeur se regardèrent puis se mirent à ricaner alors qu’Heïan se retenait pour ne pas rire devant l’air surpris de sa femme qui ne tarda pas à les rejoindre dans leur délire. Laissant donc la mère de Liam s’approcher, Vaë sentit une main délicate caresser les courbes de son ventre, la voyant clairement revenir sur ses moments du passé. Les yeux vairons de la femme s’illuminaient d’un coup, un sourire maternel se dessinant sur ses lèvres. Seul Heïan ne disait rien pour l’heure, jusqu’à ce qu’ils prennent place dans le salon où on déposa des pâtisseries et du thé. Vaë ne se fit pas prier et commença à manger goulument à la surprise de son frère qui ne comprenait toujours pas comment elle faisait pour engloutir une telle quantité de nourriture en si peu de temps et surtout, sans prendre un gramme de graisse. Le nordique la regardait d’ailleurs étrangement et Vaë le remarqua bien assez tôt, lui souriant alors qu’elle avait de la crème sur le bout du nez.

‘‘ Vaë, là. T’as un truc blanc ... non, là . Croise les yeux. Ton nez. Oui. Là. ‘‘

Encore une fois, ils se mirent à rire, mais la gêne revint bien rapidement une fois qu’il vit Elayne installée à ses côtés. Il n’avait même pas osé lui parler encore alors qu’avec toute autre femme, il arrivait très bien à les accoster. Pourquoi celle-ci sortait-elle du lot alors ? Heïan perçut bien le mal aise et puis, il était aussi bien curieux d’en apprendre plus sur leur invité.

‘‘ Tu ne te sens pas trop dépaysé, Ephraïm ? ‘‘

‘‘ Euh ... vous voulez la vérité ? ‘‘ Demanda t-il, Heïan acquiesçant par l’affirmative. ‘‘ Extrêmement, dépayser ‘‘

‘‘ Vaënadiel nous a déjà parlé de votre mode de vie et des climats dans les sommets des pics neigeux. Sauf que j’ai oublié de lui demander quelque chose ... ‘‘

Ephraïm et Vaë s’échangèrent un court regard avant de tourner leur regard vers Heïan qui avait un sourire en coin et qui faisait preuve de curiosité.

‘‘ Je me demande tout simplement, comment se fait-il que vous sachiez parler aussi bien notre langue ? ‘‘

‘‘ Eh bien, ça nous vient de notre grand-père. Il a passé plusieurs années à voyager avant de revenir parmi les siens. Il a appris cette langue à notre peuple et notre père tenait mordicus à ce que nous sachions la parler au cas où. ‘‘

‘‘ Je vois. C’est effectivement une bonne idée, car je ne crois pas que vous seriez ici aujourd’hui. ‘‘

‘‘ C’est une probabilité, oui et nous aurions tant manqué. ‘‘ Ajouta Vaë, tout sourire et serrant la main de son amoureux.

‘‘ Ta soeur nous a aussi dit que votre tribu s’était alliée à une autre. Je croyais que tu serais accompagné de ta partenaire. ‘‘

La nouvelle ne surprit pas Ephraïm qui lui fit un sourire en coin et haussa les épaules. Heïan semblait mal à l’aise sur le coup, comprenant qu’il s’était produit quelque chose sans même que le jeune homme n’en mentionne la cause. Il ajouta alors :

‘‘ La cérémonie n’a pas eut lieu, mais nos tribus se sont alliées à l’amiable. Nous sommes donc trois à veiller sur le bien des nôtres. Il est rare que ça se produise ainsi, mais je ne voulais pas former les choses et puis ça me convient ainsi. ‘‘

La druidesse eut un sourire en coin et étira le cou en direction d’Elayne qui assimilait l’information et buvait ses paroles comme si elle était assoiffée. Leur regard se croisa enfin et d’un regard, Vaë lui fit comprendre qu’elle avait le champ libre. La brunette se mit à rougir légèrement de timidité et et baissa les yeux. Ils discutèrent ainsi une bonne heure avant qu’un domestique les prévienne que le repas du soir allait être servi dans quelques minutes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 14 Déc 2012 - 22:24


S'installant au salon, ils commencèrent à manger les pâtisseries servies par les domestiques. Enfin…surtout Vaë. Liam s'était habitué à la voir manger autant, surtout depuis qu'elle était enceinte, mais son frère écarquilla les yeux en la regardant engloutir tout aussi vite. Elle ne remarqua pas qu'elle s'était mis de la crème sur le nez et il le lui dit, faisant rire tout le monde, jusqu'à ce qu'Ephraïm soit gêné en constatant qu'Elayne se trouvait à ses côtés.
Liam voyait très bien qu'entre les deux, le courant passait et bien plus qu'ils ne l'avaient imaginés de prime abord…

-Tu ne te sens pas trop dépaysé, Ephraïm ?

Le concerné répondit que si, il l'était, et énormément même. Mais Heïan embrancha sur autre chose :

-Je me demande tout simplement, comment se fait-il que vous sachiez parler aussi bien notre langue ?

Question à laquelle Ephraïm se fît un plaisir de répondre. Liam se doutait que son père, en plus de sa curiosité, cherchait à le mettre à l'aise et éloigner la gêne.

-Eh bien, ça nous vient de notre grand-père. Il a passé plusieurs années à voyager avant de revenir parmi les siens. Il a appris cette langue à notre peuple et notre père tenait mordicus à ce que nous sachions la parler au cas où.

Liam comprenait aussi mieux maintenant. Il était vrai qu'il ne s'était jamais posé la question…et comme le fît remarquer son paternel, s'ils ne l'avaient pas apprise, aujourd'hui ils ne seraient pas là et tout aurait été bien triste…et Vaë le constata rapidement, serrant la main de Liam dans la sienne.
Elayne dévorait littéralement Ephraïm des yeux. Mais vraiment ! Et elle se fît un peu plus attentive lorsque son père demanda ou était la promise du jeune homme, puisque Vaë leur en avait parlé. Ephraïm haussa les épaules, déstabilisant Heïan qui eut peur d'avoir réveillé la tristesse chez son invité.

-La cérémonie n’a pas eut lieu, mais nos tribus se sont alliées à l’amiable. Nous sommes donc trois à veiller sur le bien des nôtres. Il est rare que ça se produise ainsi, mais je ne voulais pas former les choses et puis ça me convient ainsi.

Du coin de l'œil, il vit l'information atterrir dans le cerveau de sa jumelle, qui saisissait maladroitement le sens de ladite information. Était-ce vrai ? Ou non ?

Alors, lorsqu'Elayne croisa le regard de sa sœur adoptive, recevant par le fait même un feu vert, assurant que la voie était libre, elle ne put s'empêcher de rougir et de baisser la tête pour que le nordique ne la voie pas ainsi. Il allait la prendre pour une folle mon dieu !

Elle fît de son mieux pour suivre la conversation, mais c'était réellement trop difficile, avec l'homme à ses côtés, sa voix et son odeur mélangée…

Au bout d'une heure, un domestique arriva pour les prévenir que le repas allait être servit. Se levant tous, ils se dirigèrent vers la table, s'installant tranquillement. Encore une fois, Ephraïm se retrouva aux côtés d'Elayne, juste en face de Liam et Vaë. Melley et Heïan occupaient chacun un bout de la table pour la remplir, comme les remparts de leur famille réunie. Vaë comme Ephraïm étaient d'ors et déjà considérés comme des leurs, presque des enfants adoptés.

Les assiettes remplies, ils commencèrent à manger en silence, Vaë mangeant comme si elle n'avait plus rien avaler depuis des mois. Melley riait intérieurement, ce souvenant de ce qu'elle avait fait endurer à son tendre époux lors de sa grossesse. La première ou la seconde…la première avait été la plus horrible niveau nourriture, elle se souvenait avaler tout et n'importe quoi, faire des mélanges à tort et à travers…mais cela s'était traduit en fausse couche…la seconde en revanche, elle avait freiné la nourriture mais les mélanges étaient restés. Et réveiller Heïan à trois heures du matin pour qu'il aille lui chercher une pâtisserie à la cuisine avait été fréquent. Surtout lorsqu'il y avait plus de pâtisserie et qu'il devait courir en ville réveiller le boulanger expressément au risque de subir le courroux de sa femme enceinte…Ah oui elle s'en souvenait parfaitement. Heïan n'avait jamais rouspété malgré tout et ne lui avait jamais crié dessus. De toute manière, il avait eu les récompenses adéquates…

Ephraïm par contre, ne s'en sortait pas du tout avec les couverts. Il tentait d'observer sa sœur pour l'imiter, mais en vain. Alors Elayne se chargea de lui montrer le principe, prenant ses mains dans les siennes, tremblante elle aussi. Elle était affreusement rouge et faisait tout pour ne pas croiser le regard glacé de l'homme qui lui ne regardait justement pas les mains mais bel et bien le visage d'Elayne. Il disait des choses, mais dans la langue Eira, ce qui faisait que seule Vaë comprenait.

Mais les autres ne dirent rien et continuèrent à manger et discuter, les laissant tous deux dans leur bulle. A la fin du repas, les jeunes étaient tous fatigués par leur voyage. Melley les emmena jusque dans le couloir menant une chambre, suivie par son mari et annonça :

-Il serait mieux que vous dormiez par deux. Vaë doit faire très attention à présent avec sa grossesse et je ne voudrais pas que notre invité se retrouve seul et encore moins se perde. Elayne peux-tu dormir avec Vaë et Liam avec Ephraïm ?

-Bien sûr maman. Répondirent Elayne et Liam en cœur.

Après les accolades de bonne nuit et les bises traditionnelles, mettant le chef Eira mal à l'aise parce qu'il n'y était pas habitué, ils se séparèrent, Elayne emmenant Vaë dans sa chambre et Liam emportant Ephraïm dans la sienne. Bien sûr après le gros baiser à sa rose…et le dernier regard carnassier d'Elayne sur le nordique.

Dans la chambre, Liam laissa Ephraïm aller se laver en premier, surtout pour qu'il se détende. Lorsqu'il sortit, Liam prit sa place et se dépêcha, sentant que le nordique avait…pas mal de choses à lui dire.

Et en effet, il s'installa sur le lit aux côtés d'Ephraïm qui dit :

-C'est…très joli chez toi. Et grand. Je n'ai même pas pu tout voir en montant ici.

Liam sourit, revoyant Vaë qui observait tout ce qui se trouvait dans la maison.

-Je te ferais visiter. Ou Vaë. Ou Elayne.

Eph' baissa la tête en rougissant.

-Liam…je n'arrive pas à parler à ta sœur…d'habitude je n'ai aucun mal avec les femmes…

-Elle te fait si peur ? Elle ne mord pas je l'aie dressée moi-même !

Liam rit en lui donnant un petit coup de coude, pour qu'il sourie aussi, et cela fonctionna.

-Non elle ne me fait pas peur…mais elle est ta sœur et…

-Et ? Je t'ai pris ta sœur aussi non ?

-Tu ne me l'as pas prise ! Tu l'as aidée et rendue heureuse, nuance.

-Et toi tu feras pareil pour la mienne. Elle désespère de trouver un homme un jour. Et j'ai vu les regards qu'elle te lançait Eph'. Je la connais ma p'tite sœur jumelle. Tente ta chance, mon petit doigt me dit que ça peut marcher !

Ephraïm était encore plus rouge qu'avant, ce qui contrastait avec sa chevelure. Alors Liam termina :

-Et puis…reste naturel. C'est ce que mon père m'a conseillé. Reste toi-même c'est tout et ça ira. Maintenant on va se reposer pour être en forme demain !

Acquiesçant simplement, Ephraïm se coucha, suivit de Liam qui dut se retenir de se coller à lui par automatisme. Bah oui…avec Vaë c'était automatique mais là ce n'était pas Vaë ! Il ne souhaitait pas vraiment les mettre dans une situation gênante comme l'autre jour ou Vaë avait bien rit !

Cela lui faisait étrange aussi de dormir loin d'elle. Les rares fois ou cela avait été le cas, c'était lorsque la situation était dramatique, que ce soit avec les Kawas, avec Keira, avec le philtre…la maladie…alors que là elle était juste dans la pièce à côté avec sa sœur…enfin, la pièce en face mais bon bref…Liam s'endormit rapidement, bien au chaud sous les couvertures.

Le lendemain, Liam se réveilla…collé à Ephraïm ! il avait le dos du nordique contre lui, et Liam sursauta en se dégageant avant que l'autre ne se réveille et qu'ils soient tous deux gênés. Bah voilà, l'habitude de coller Vaë…

Il se leva et alla se débarbouiller et se rhabiller. Il avait prévu quelque chose tout de suite après le repas du matin et cela le …réjouissait par avance…

Lorsqu'il ressortit Ephraïm était réveillé et se frottait les yeux, se demandant ou il était. Avec un grand sourire, Liam lui souhaita le bonjour et l'attendit pour rejoindre le reste de la famille. Dans le couloir, ils croisèrent les filles et Liam embrassa tendrement sa rose qui lui avait manquée toute la nuit…alors qu'Elayne et Ephraïm se saluaient timidement, n'osant même plus lever les yeux.

En bas, Heïan et Melley les attendaient, et tous s'installèrent après le bonjour, et mangèrent tranquillement. A la fin, Liam se leva et dit le plus paisiblement possible :

-Je…dois vite…aller quelque part. Vaë, Elayne, je vous laisse faire la visite de la maison à Ephraïm. Nous irons tous ensemble en ville cet après-midi d'accord ?

Il sentit le regard interrogateur de Vaë mais n'y répondit pas. Ses parents devaient se douter de sa destination. Et pour la visite en ville, Liam préférait être avec, au cas où. Sortant de la maison, il se dirigea à grands pas vers celle de Keira. Il devait tout de même lui rendre visite…

Il toqua, se faisant accueillir par le même air froid de la part du père Orson qui lui dit de monter et vite. Toquant, il attendit la permission avant d'entrer. Elle était à moitié allongée sur son lit, lisant comme la dernière fois. Ses cheveux étaient toujours aussi blonds, longs et bien coiffés mais…son ventre était vraiment…énorme. On voyait qu'elle en était à son huitième mois. Elle le vit et le regarda, indifférente.

-Salut, Liam.

-Salut, Keira…je…venais voir comment tu allais et si la grossesse se passait bien…

Elle soupira, haussant un sourcil hautain. Il était sur que si elle l'avait pu, elle se serait relevée.

-Je n'ai qu'une chose à dire. En tant que père tu n'étais pas très présent. Ta sauvage compte tellement que tu en oubliais la mère de ton enfant mon cher. Mon ventre est énorme, j'ai mal au dos, je ne dors presque plus, mon visage devient laid à force ! Vivement que ce gosse naisse qu'il me foute la paix !

Liam serra les dents et inspira un grand coup.

-Je n'étais pas présent parce que tu n'avais pas besoin de moi Keira. Et je t'ai déjà dit qu'elle avait un prénom ! Et tu sais, maintenant je suis ravi que tu ne veuilles pas le garder et qu'il aille chez moi. Au moins je suis sur qu'il recevra toute l'affection nécessaire.

-Tu parles. Le jour ou elle aura son gosse, elle n'y prendra pas plus attention que moi.

-Ce n'est pas vrai. Il sera tout autant choyé que ses frères et sœurs à venir.

Elle ricana.

-Elle est bien trop naïve pour élever un gosse. Ce qu'il faut c'est de la discipline et de l'autorité.

-Et on voit ou ça mène.

Elle parut offusquée et cracha :

-Tu rejettes tout sur moi maintenant ? C'est toi qui m'as engrossé ! Et c'est toi qui m'as ignorée il y a plus de deux ans ! Tu ne te serais pas enfuit et resté avec moi que rien ne serait arrivé ! C'est TOI qui m'as obligée à faire ce que j'ai fait !

Serrant les poings, Liam se rapprocha. Il ne souhaitait pas que toute la maisonnée les entendent non plus.

-Ce n'est pas de ma faute. C'est toi qui l'as voulu.

-Tu culpabilise hein ? En voyant mon ventre et mon état, tu te sens mal hein ? De voir que c'est à cause de toi que ta chère et tendre à souffert…j'espère qu'elle a eu bien mal. En voyant le gosse elle regrettera de te donner une autre chance.

Liam était énervé. Si énervé qu'il ne se rendit pas compte de ce qu'il faisait. Il s'approcha de Keira et la gifla comme jamais il n'avait giflé une femme. La première qu'il frappait en fait. Les narines dilatées, il la regarda porter sa main sur sa joue, apeurée soudainement.

-Vivement que tu accouches et que tu sortes de ma vie. Tu ne te rends compte de rien. Et, encore un mot de ce genre sur Vaë, et c'est plus qu'une gifle que tu auras.

Il la laissa plantée là, la joue rouge, les larmes aux yeux et sortit en vitesse. Sûr, elle allait le raconter à ses parents qui ne manqueraient pas de chercher des misères mais Liam n'avait plus réussi à se contenir. Bien sûr, sa dernière menace était plus du vent parce que rien qu'une gifle sur une femme était un sacrilège pour lui alors…

Retournant chez lui, il ne rentra pas. Trop énervé pour. Mais réellement trop énervé. Il contourna la bâtisse et s'installa sur le banc dans le jardin, tentant de se calmer au son des oiseaux et du vent dans les arbres.

Les mains serrées l'une dans l'autre, il avait la tête baissée et sursauta lorsqu'une main se posa sur son épaule. Il leva la tête et vit son père, inquiet. Il attendait en silence que Liam parle. Décrispant ses mâchoires, il lui dit :

-Je suis allé chez Keira. Voir comment cela se passait.

Pas de réponses, mais l'attente d'une suite.

-Elle m'a cherché. Je n'ai pas réussi à me contenir…je l'ai giflée.

Il n'osa pas regarder son père. Il devait sans doute le juger, ce dire que tout ce qu'il lui avait appris était du vent. Parce que c'était un principe auquel il tenait beaucoup, que les hommes ne touchent pas leurs femmes autrement que par des caresses et des baisers. Surtout parce que son propre père battait sa mère, à l'époque. Et Liam venait de frapper une femme.

Aurait-il le même gêne de folie que son grand-père ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 15 Déc 2012 - 2:04

Que ce passe t-il ?

Ce que le repas pouvait être bon ! S’empiffrant littéralement, mais avec une certaine tenue (quand même ...), la druidesse mangeait son repas avec appétit et en redemanda même. Les domestiques étaient surpris eux aussi de voir qu’il y avait autant de place dans une si petite personne. Heïan jetait un coup d’oeil à sa femme puis au jeune couple, dont Vaë et ne put retenir un sourire amusé en la voyant faire. Liam qui restait impassible comme si tout était devenu plus que normal. C’était à mourir de rire. De l’autre côté de la table, Ephraïm regardait les couverts avec un gros point d’interrogation inscrit dans son front, sa soeur n’ayant pas eu le temps de lui montrer comment s’en servir convenablement. Et puis, ils avaient été sur la route la plupart du temps aussi ...

Jetant un coup d’oeil Vaënadiel qui utilisait les ustensiles avec beaucoup trop de vitesse, le nordique n’eut pas le temps de bien observer et tentait de trouver comment il fallait qu’il tienne la fourchette, puis le couteau dans chacune des mains. Découragé, il laissa échapper un soupir silencieux jusqu’à ce que sa sauveuse l’aide. En fait, sa voisine qui n’était nul autre qu’Elayne, lui montra en plaçant elle même ses mains sur les instruments. Elles étaient si douces et délicates ... Eph’ en oublia même ce qu’elle venait de lui dire. Mais ... pourquoi tremblotait-elle ? Au lieu de regarder ce que faisait la jeune femme, il leva plutôt les yeux vers son visage dont les joues étaient légèrement rosées. Cette teinte la rendait encore plus mignonne qu’elle ne l’était et sa voix, si mélodieuse. Ah et ses yeux ! Oui, ses yeux ... ouf ! Il se mit à déblatérer dans sa langue natale, le regard aqua de sa soeur sur lui.

‘‘ Ireh ihraks miolëidis ëirlsah krah imioëlahs drükyalis trahs ir’thias ( Soeurette, il faudra que tu me montres comment me servir de ces trucs, parce que je n’arrive pas à me concentrer. ) ‘‘

Comme la druidesse était la seule qui comprenait ce dialecte, elle fut la seule à rire sous le regard interrogateur d’Elayne qui n’avait nullement compris ce que venait de dire le jeune homme à ses côtés. Finalement, la brunette était bel et bien tombée dans l’oeil de son frère qui n’arrivait plus à la quitter des yeux. Ce fut ainsi jusqu’à la fin du repas, Elayne et Ephraïm dans leur bulle et coupé du monde extérieur sous les regards amusés de la famille. Leur estomac bien rempli, la fatigue ne tarda pas à se faire sentir. Vaë comme Eph bayant aux corneilles, accompagnés par Liam qui les battait au niveau de l’ouverture de la bouche. Repoussant alors leurs chaises sous la table, la maîtresse de la maison les conduisit à l’étage, suivi de son époux. S’arrêtant devant les chambres, Melley annonça:

‘‘ Il serait mieux que vous dormiez par deux. Vaë doit faire très attention à présent avec sa grossesse et je ne voudrais pas que notre invité se retrouve seul et encore moins se perde. Elayne peux-tu dormir avec Vaë et Liam avec Ephraïm ? ‘‘

Et aussitôt les jumeaux répondirent en même temps, la même chose sous le regard ébahit des nordiques qui se mirent à rire. Les parents souhaitèrent donc la bonne nuit à leurs enfants, aux invités et les invités aux enfants. Encore une fois, le nordique ne manqua pas de rougir en faisant la bise à cette si belle créature à la chevelure brunâtre. Mais quel mal aise quand même ... il ne se comprenait plus et ne savait même pas pourquoi il réagissait de la sorte avec cette femme en particulier. Avant de quitter pour la nuit, Vaënadiel s’empressa d’embrasser tendrement son homme puis disparu dans la chambre d’en face, Elayne la tenant par la main et qui envoyait un dernier regard vers son frère qui en faisait de même. La porte refermée derrière elles, la jumelle de Liam l’entraîna aussitôt sur son lit et brossa sa longue chevelure blanche délicatement en silence. Ce ne fut que quelques longues minutes plus tard qu’elle osa parler à sa soeur d’adoption timidement.

‘‘ Dis, Vaë ... ce que ton frère disait tout à l’heure, c’est vrai ? Je veux dire ... il n’est pas prit, enfin plus ? ''

‘‘ Il ne l’est plus. Libre comme l’air ! Aucune femme à l’horizon ! ‘‘

Elayne ricana puis posa sa brosse sur le matelas, son sourire s’effaçant tranquillement pour laisser place à de l’inquiétude. La druidesse se tourna alors vers elle et l’observa, attendant seulement qu’elle daigne poser les questions qui la rongeaient depuis la seconde où elles avaient mis les pieds dans la pièce. Glissant sa main jusqu’au ventre de la jeune nordique, la brunette commença à caresser les rondeurs de celui-ci. Elle arrivait à peine à croire que dans ce petit corps, allait grandir un enfant. Dire qu’elle avait déjà quelques mois de fait et son ventre était si petit contrairement à ce qu’elle avait vu chez Keira. Un doux sourire se dessina sur ses lèvres puis ses yeux violets croisèrent ceux de Vaë qui lui sourait aussi.

‘‘ Tu peux me parler, tu sais. Tes questions ... posent les mois, Elayne. Tu en meurs d’envie ça saute aux yeux. ‘‘

‘‘ Je ... ‘‘

La jeune femme soupira et baissa ses yeux lavande vers la main pâle de Vaënadiel qui venait de se glisser doucement dans la sienne, la serrant faiblement. L’hésitation ... la peur de paraître imbécile ... voilà ce qui la faisait reculer, la rendait muette. Mais elle devait parler pour en savoir davantage.

‘‘ Vaë, je ... ton frère est tellement beau ! Et ses yeux sont si époustouflants que j’en reste pétrifiée ! Et puis, il a l’air si gentil. ‘‘ Dit-elle en premier lieu, marquant une courte pause pour sourire bêtement. ‘‘ J’ai peur de paraître imbécile. Il ... m’intimide, j’ai l’impression qu’il pourrait m’écraser comme un vulgaire moustique alors que lorsque je croise son regard, je vois quelqu’un qui est doux un agneau. ‘‘

La druidesse ricana, mais Elayne n’avait pas tort sur plusieurs points. Tout ce qu’elle venait de dire était vrai, et puis dans les yeux violets de la jeune femme, elle voyait une curiosité et une soif de connaître qui s’intensifiait au fur et à mesure qu’elle parlait.

‘‘ Dis-m’en davantage, je t’en prie ! Je suis tellement timide que j’ai peur de lui parler, de lui poser moi-même ces questions qui sont pourtant si basiques ... ‘‘

‘‘ Elayne, tu n’as pas à avoir peur et puis pour tout avouer, tu es la première qui lui fait autant d’effet. ‘‘

‘‘ Ah oui ? ‘‘ Demanda t-elle, soudainement curieuse.

‘‘ Je t’assure ... il n’a jamais figé devant une femme auparavant et toujours eut beaucoup de facilité à en approcher une alors qu’avec toi c’est tout le contraire. Mais pour répondre à ta demande, je ne t’en dirai pas trop, car je préfère que tu apprennes toi-même à le connaître. Je peux seulement dire que je ne l’ai jamais vu aussi timide et que tu ne dois pas avoir peur de lui. Laisse-lui le temps de s’adapter à tout ce qui l’entoure, à ta présence et il viendra vers toi rapidement. Je t’en donne ma parole. Je le connais, mon petit Eph’. ‘‘

‘‘ Tu parles comme s’il était ton petit frère, c’est trop mignon. Tu es la petite dernière non ? ‘‘

‘‘ Oui en effet, nous avons cinq ans d’écart, mais nous avons toujours pris soin l’un de l’autre. Parmi mes 6 frères, il était celui dont j’étais le plus près, après mon aîné, mais les derniers évènements nous ont permit de souder davantage nos liens. Ils ont joué au père, lui et Keïlan lorsque, j’étais petite et je ne parle pas là dedans des kidnappings qu’ils faisaient quand ils voulaient jouer au ballon ... et c’était moi le ballon... ‘‘

Les jeunes femmes papotèrent ainsi une bonne partie de la soirée, voire de la nuit avant de ce coucher pour les heures à venir. Sauf que la druidesse eut du mal à s’endormir, habiter à la présence de Liam qui se trouvait maintenant dans la pièce juste en fait. Ce n’était pas l’envie qui manquait de se faufiler entre ses deux hommes, mais elle n’allait pas non plus mourir. Il était à côté, dans l’autre pièce et non à l’autre bout du pays quand même ! Le lendemain matin, Vaë s’était blotti contre Elayne qui la serrait contre elle comme une peluche, se tenant bien au chaud. Quelle ne fut pas leur surprise en se voyant ainsi. Se détachant, elles se regardèrent et se mirent à rire de bon coeur, se frottant les yeux et admirant leur chevelure en bataille. Chacune leur tour, elles allèrent se laver puis s’entre-coiffaient les cheveux, Vaë chantonnant faiblement, caressant son ventre avec douceur, et Elayne écoutant cette mélodie apaisante. Fin prêtes, les jeunes femmes quittèrent la pièce en même temps que les hommes sortaient de leur chambre. En gambadant, la nordique ne put s’empêcher de se pendre au cou de son homme qui l’embrassait tendrement, lui murmurant :

‘‘ Tu m’as manqué mon loup ‘‘

Liam lui offrit un sourire à faire craquer et tourna les yeux vers son frère qui souhaita le bon matin d’une manière bien timide à Elayne. Ils étaient si mignons à regarder ! Enfin, pour elle oui. Ils descendirent alors en bas pour rejoindre les parents déjà attablés. Les salutations faites, ils cassèrent la croute. Comme la veille, Ephraïm regarda ses ustensiles et fut hésitant. Elayne se pencha légèrement dans sa direction et dit :

‘‘ C’est presque ça, mais tu dois prendre la fourchette, celle avec les dents, de l’autre côté et ensuite tu la tournes dans l’autre sens. ‘‘

‘‘ Comme ça ? ‘‘ Demanda t-il après avoir fait ce que la jeune femme lui avait dit de faire.

‘‘ Oui, oh! Attends, oui, comme ça. Parfait ! ‘‘

Pour la première fois, ils se regardèrent dans le blanc des yeux et ils se sourirent bien qu’ils se mirent tous deux à rougir avant de baisser les yeux pour se mettre à manger leur repas. Une fois le repas terminé, Liam fut le premier à se lever, attirant les regards sur lui. Heïan et Melley s’échangèrent un regard, car bien que leur fils semblait bien calme, il ne l’était pas du tout, loin de là même. Il annonça alors :

‘‘ Je…dois vite…aller quelque part. Vaë, Elayne, je vous laisse faire la visite de la maison à Ephraïm. Nous irons tous ensemble en ville cet après-midi d’accord ? ‘‘

Vaënadiel leva les yeux vers lui, se demandant où il devait se rendre de si bon matin et surtout seul. Mais son homme ne répondit aucunement à sa question silencieuse et s’excusa, les quittant pour sortir de la maison. Ne pouvant s’en empêcher, la druidesse se mit à s’inquiéter, sentant la main de Melley sur son poignet.

‘‘ Ne t’inquiète pas pour lui, ma grande. ‘‘

Répondant par un faible sourire en coin, Vaë garda le silence et se leva en même temps que les autres. Heïan quitta aussi la maison accompagné de sa femme afin de rendre visite à sa mère, son oncle et sa tante qui se plaignaient de ne pas les voir assez régulièrement. Il ne restait plus qu’elle, Ephraïm, Elayne et les domestiques à la maison.

‘‘ Et si on allait visiter la maison ? ‘‘

‘‘ Je ne dirai pas non ... j’ai à peine eu le temps de voir ce qu’il y avait sur le chemin de l’escalier hier soir. ‘‘

Les jeunes femmes se mirent à rire et Elayne fut la guide. Ils commencèrent d’abord par le rez-de-chaussée, visitant chacune des pièces, mais Vaë savait très bien que son frère ne faisait qu’observer la brunette avec un sourire en coin. Il était littéralement sous le charme de cette femme, complètement gaga! Lui donnant un coup de coude dans les côtes, Eph’ fut ramené à l’ordre par sa soeur.

‘‘ Elle vient de te poser une question, Eph’ ‘‘

‘‘ Pardon je ... je n’ai pas compris ... la tête ailleurs ‘‘ Dit-il en ricanant bêtement.

‘‘ Je demandais si tu arrivais à suivre et si tu allais réussir à te retrouver dans le manoir. ‘‘

‘‘ Non ... je, enfin ... je vais essayer ! ‘‘ Avoua t-il en soupirant et se frottant la nuque, visiblement embarassé.

‘‘ Mon père fait la même chose que toi quand il est mal à l’aise. ‘‘

‘ Quoi ? Je ... hum ... ‘‘ Ne comprenant pas, en ayant manqué un bout.

Ephraïm détourna le regard en levant les yeux vers le plafond, se sentant rougir à nouveau. Ce qu’il pouvait être imbécile en ce moment. Sa soeur qui se moquait de lui à côté et Elayne qui riait de bon coeur devant lui, ses pommettes légèrement rougies aussi. Elle était si belle qu’il n’arrivait pas à se concentrer le moins du monde sur quoi que ce soit d’autre qu’elle. Sa voix l’avait littéralement séduite ... non, mais quel idiot quand même ! Aussi montèrent-ils à l’étage où ils s’attardèrent dans la bibliothèque, Eph’ regardait la moindre statue à aussi près que deux centimètres sous les rires silencieux des jeunes femmes qui l’observaient en chuchotant.

Pendant ce temps, le maître et la maîtresse des lieux étaient revenus, tout comme Liam d’ailleurs. Sauf que celui-ci n’était pas entré dans la demeure et l’avait plutôt contourné pour prendre place sur un banc dans le jardin. Sortant discrètement et s’approchant de son fils, Heïan posa une main sur son épaule, le faisant sursautez. Il était rare de voir Liam dans cet état, ce qui l’inquiéta. Prenant donc place à ses côtés, l’homme attendit que son fils parle par lui-même, voyant sa mâchoire se crisper. Après quelques longues secondes, il déclara:

‘‘ Je suis allé chez Keira. Voir comment cela se passait. ‘‘

C’était bien ce qu’il pensait ... il était allé voir la peste et sa famille pour s’assurer que la grossesse se déroulait bien et comme la dernière fois, il était revenu énervé. Le père en venait à se demander si c’était une bonne chose d’aller lui rendre visite, car après tout, il ne lui devait rien quand bien même il serait le père de l’enfant. Keira ne faisait qu’attiser sa colère et sa haine. Gardant le silence, Heïan attendit la suite qui allait venir.

‘‘ Elle m’a cherché. Je n’ai pas réussi à me contenir…je l’ai giflée. ‘‘

Cet aveu troubla Heïan. Jamais Liam n’avait été ce genre d’homme. Jamais il ne lui avait permis de frapper une femme, lui entrant dans la tête que ça ne se faisait pas, même s’il s’agissait d’une ordure de la pire espèce. D’un côté, il se disait que c’était tant mieux pour Keira, alors que l’autre lui disait que ce n’était pas une réaction normale venant de la part de son fils. L’inquiétude rongeait Heïan, espérant de tout coeur qu’il n’y avait pas quelque chose en Liam qui s’éveillait ... Frottant alors son dos d’une main rassurante, le capitaine colla son fils contre lui et le tapa faiblement.

‘‘ Ce sont des choses qui arrivent, mon grand. On ne peut pas toujours retenir ses agissements dans de telles circonstances. Je ne te remettrai pas ce que tu as fait sur le nez, mais il faut que tu fasses attention. Je n’aime pas le fait que tu ailles lui rendre visite. Cette femme est vicieuse et mal intentionnée. Elle ne te veut que du mal et je crains que Vaë ne finisse par en souffrir... c’est mon petit doigt qui me le dit. ‘‘

Liam leva enfin les yeux vers son père, remarquant son inquiétude au travers de ce faible sourire. Il marqua une pause puis soupira, détournant le regard.

‘‘ J’ai un mauvais pressentiment, Liam. Ne retourne pas la voir avant que l’enfant ne soit au monde. Ce n’est pas qu’un conseil de père à fils, c’est pour le bien de ta future famille et surtout pour le tien. Tu m’entends ? ‘‘

‘‘ Liam ! ‘‘

Le cris s'éleva derrière eux, quelque peu lointain. Vaënadiel arrivait à l’instant dans le jardin suivi d’Elayne et d’Ephraïm. Alors qu’elle s’approchait, arrêtant brusquement elle demanda:

‘‘ Est ce que ... je ... dérange ? ‘‘ Hésita t-elle à demander.

‘‘ Non, tu ne déranges pas Vaënadiel. Je te le laisse, j’ai une femme dont je dois m’occuper avant le retour au travail demain ! ‘‘

‘‘ Papa ! ‘‘

‘‘ Quoi ? Je suis trop vieux ? Espèce de jeune ! Allez file petit monstre ! ‘‘

Elayne se mit à rire aux éclats lorsque son père passa à côté d’elle en lui chatouillant les côtes, disparaissant à l’intérieur de la villa. La druidesse s’approcha alors du banc, le contourna et vint s’assoir sur les genoux de Liam qui avait une mine de déterré. Prenant son visage dans ses mains, elle le força à le regarder, les sourcils froncés.

‘‘ Fais-moi un sourire. Allez, plus vite que ça ! ‘‘

Pendant ce temps, le nordique et la brunette se retrouvèrent seuls derrière et surtout bien silencieux.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 15 Déc 2012 - 10:33


Il avait osé frapper une femme. Sa main était partie d'elle-même, et sur le coup il en avait été plus que fier de la soumettre à sa force. Liam sentait un quelque chose, tout au fond de son être, un quelque chose qui se nourrissait de cette colère et de cette haine. Un quelque chose qui lui faisait peur.

Son père lui frotta le dos lentement et le colla à lui, le claquant doucement comme d'habitude.

-Ce sont des choses qui arrivent, mon grand. On ne peut pas toujours retenir ses agissements dans de telles circonstances. Je ne te remettrai pas ce que tu as fait sur le nez, mais il faut que tu fasses attention. Je n’aime pas le fait que tu ailles lui rendre visite. Cette femme est vicieuse et mal intentionnée. Elle ne te veut que du mal et je crains que Vaë ne finisse par en souffrir... c’est mon petit doigt qui me le dit.

Sur le coup, Liam fronça les sourcils et releva les yeux pour observer son père. "Que Vaë ne finisse par en souffrir"...elle en avait déjà souffert et bien plus que ce n'était supportable...Heïan souriait, mais ne masquait pas son inquiétude…après un soupir, il continua, détournant son regard :

-J’ai un mauvais pressentiment, Liam. Ne retourne pas la voir avant que l’enfant ne soit au monde. Ce n’est pas qu’un conseil de père à fils, c’est pour le bien de ta future famille et surtout pour le tien. Tu m’entends ?

Cela n'était pas pour rassurer Liam. Son père savait-il pourquoi il s'était comporté de la sorte alors que ce n'était pas dans sa nature ? Que lui cachait-il ? Ne pas y retourner…oui mais Liam savait à l'avance qu'il y retournerait. Parce qu'elle avait réinstallé les remords en lui avec cette maudite phrase.

Il s'en voulait à nouveau, et atrocement. Lui qui était parvenu à éloigner un tant soit peu la culpabilité, maintenant elle était à nouveau là et en pire.
Il n'eut cependant pas le temps de répondre ou de le questionner qu'un cri s'éleva derrière eux :

- Liam !

Il tourna la tête en même temps que son père et vit Vaë courir vers eux, Eph' et Elayne suivant plus loin, tous deux timides et rouges. Sa rose…en la voyant ainsi, les piques de remords attaquèrent d'autant plus violemment. Mais il ne montra rien et elle se stoppa devant eux en demandant, timide :

-Est ce que ... je ... dérange ?

-Non, tu ne déranges pas Vaënadiel. Je te le laisse, j’ai une femme dont je dois m’occuper avant le retour au travail demain !

Liam ne réussit même pas à sourire alors que sa sœur s'offusquait et que Heïan rétorquait en riant et s'en allant du jardin.
Il sentit une présence s'installer alors sur ses genoux, et deux douces mains lui prendre le visage pour le relever. Ses yeux croisèrent ceux de sa rose, et sa culpabilité revint en flèche, d'un coup, faisant mal.

-Fais-moi un sourire. Allez, plus vite que ça !

Elle semblait si heureuse là et pourtant elle avait déjà tant souffert…Cette chose en lui ruait, se cabrait, tentait d'éclater au grand jour et Liam ne savait pas ce que c'était, en avait peur, mais ne montrait rien. Il se força un peu et sourit à sa rose, l'embrassant pour qu'elle ne s'inquiète pas et espérant par ce geste chasser ses remords.

Il se détacha, mais cela n'avait pas fonctionné. Son ventre était toujours noué. Derrière, Elayne et Eph' attendaient, regardant ailleurs pour respecter le couple. Liam se leva alors, reposant sa rose sur ses pieds et dit, contrôlant sa voix pour la rendre normale :

-Venez on va manger et ensuite on visite la ville !

Tous furent partant et ils retournèrent à l'intérieur. Le repas était servi et ses parents assis, souriant. Il semblerait qu'Heïan ce soit bien occuper de sa tendre épouse, ou du moins lui avait donné un avant-goût de ce qui l'attendait pour l'après-midi...

Ils mangèrent paisiblement encore une fois, et Liam sentait les regards de son père sur lui. Heïan savait ce qu'il avait fait. L'avait-il dit à sa femme ? Liam ne le savait pas et espérait que non. Il ne dirait rien non plus à Vaë ou Eph' ou Elayne. Il devait juste rebâtir cette barrière contre sa culpabilité et rester le Liam que tous connaissaient et appréciaient. A la fin du repas, il les conduisit à l'extérieur et ils saluèrent ses parents de la main, s'éloignant dans l'allée.

Ils allaient tout visiter ou presque, s'ils en avaient le temps. Les marchés, les bois, les quartiers chics et pauvres…

Chez Keira, ça fulminait. Elle avait dit à ses parents le geste qu'avait eu Liam sur elle et ils étaient réellement en pétard à présent. Sauf que la blondinette avait une meilleure idée :

-Papa, maman, laissez-moi faire, il va avoir mal ne vous en faites pas. Je ne laisserais pas ça impuni et vous n'aurez pas à salir votre nom là-dedans. Fermez juste les yeux et ne posez pas de questions.

Intrigués mais rassurés quant à leur réputation, ils acquiescèrent et allèrent rager en bas entre eux. Keira elle, souriait cruellement. Elle avait peut-être l'air idiot, mais elle ne l'était pas. Elle avait très bien compris pourquoi il s'était emporté de la sorte. Parce qu'elle lui avait mis sous le nez ses remords et la souffrance de sa sauvage qu'il avait lui-même causée…et cela allait causer à présent sa perte. Oh non, Keira ne le voulait plus comme avant. A présent elle voulait le faire souffrir et le lui faire payer chèrement. Lui faire payer son attitude, l'enfant, sa gifle…tout. Et elle savait comment faire, sauf qu'il fallait qu'elle demande à quelqu'un d'agir pour elle. Elle ne pouvait pas marcher et d'un côté c'était bien mieux, elle aurait un alibi et personne ne pourrait la suspecter…

En ville, les quatre jeunes adultes marchaient, Liam tenant la main de Vaë en tentant d'éloigner les remords qu'elle causait, Eph' et Elayne juste devant, émerveillé. Le nordique regardait partout, voulait tout toucher, tout voir, tout sentir, et posait des milliers de questions à la seconde, ne laissant même pas le temps à Elayne de répondre. Celle-ci souriait à s'en décrocher la mâchoire, ne quittant pas le jeune homme des yeux, manquant tomber par moments.

Liam ne parlait pas et les laissait faire, les guidant juste aux meilleurs endroits. Il se revoyait nettement gifler la peste, sentait encore cette jubilation ressentie en le faisant. Et cette chose qu'il n'avait jamais eue auparavant continuait à ruer et cogner contre le semblant de barrière qu'il avait rebâtie. Les mots de son père tournaient en boucle dans son esprit et il avait à présent peur de ce qui l'attendait. Déjà, il était sûr qu'il y aurait des représailles de la part de ses parents. Et là, il se dit qu'il allait devoir y retourner le lendemain pour s'excuser. Mais, et si elle le cherchait à nouveau ? Et s'il s'emportait une nouvelle fois mais en pire ? Devait-il emmener son père avec ? Non il travaillait. D'ailleurs il allait devoir travailler aussi à présent. Il ne pouvait rien dire à sa mère et encore moins aux nordiques ou sa sœur. Seul son père le savait. Repensant à sa conversation d'avant leur voyage, Liam se souvint de son grand-père. Fou, violent, battant les femmes sans scrupules aucun. Il portait son prénom, portait-il aussi son gêne de folie ? Était-ce de ça que son père parlait en le mettant en garde ? Était-ce ça, qui ruait tout au fond de son être ?

Il fût tiré de ses songes lugubres par le doux rire de Vaë qui regardait son frère émerveillé devant une sculpture. Elayne riait aussi, rouge comme une tomate et Liam se força à sourire à son tour, pour ne pas éveiller les soupçons. Non, il ne fallait plus songer au passé. Mais à l'avenir. En voyant tout le monde rire ainsi, Liam se dit que l'avenir était meilleur et que malgré ce qu'il avait fait, il n'avait pas été rejeté. Vaë lui redonnait sa chance, sa famille ne l'avait pas jugé et il avait retrouvé l'amitié d'Ephraïm. Keira était dans le passé, juste à la limite, mais une fois l'enfant né, elle deviendrait du passé pour de bon. Cette chose en lui ne s'échapperait jamais de sa prison, et personne ne saurait qu'elle était là sauf lui. Il ne voulait plus faire souffrir Vaë, et là elle était enceinte, raison de plus pour qu'elle conserve son sourire coute que coute. Il allait travailler, économiser, et construire un petit nid ou ils vivraient en paix, près de la forêt. Ephraïm serait le bienvenu ainsi que tout membre de leur tribu, et les enfants seraient choyés comme des princes dorés.

Au manoir, Heïan était allongé près de sa femme, dans leur lit. Il avait dit qu'il allait s'en occuper non ? Bon. C'avait été comme au premier jour de leur amour, comme à chaque fois. Ils n'avaient pas été obligés d'être silencieux, étant seuls dans la demeure et les domestiques faisant les sourds dans ses moments-là. Il la tenait contre lui, caressant sa douce chevelure qui grisonnait tout de même un peu par endroits, tout en réfléchissant. L'attitude de son fils l'inquiétait tout de même. Liam était d'un calme inébranlable, d'une patience infinie comme lui, d'un sang-froid à presque toutes épreuves. Et là il s'était laissé emporter et avait levé la main sur une femme. Même si c'était Keira, Heïan désapprouvait ce genre de choses et voulait savoir ce qui clochait. Il avait revu son propre père, un court instant, à la place de son fils, lorsque celui-ci avait crispé la mâchoire…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 15 Déc 2012 - 16:22

Que ce passe t-il ? Part.2

Spoiler:
 

‘‘ Allez souris ! ‘‘ Se reprit-elle, voyant qu’il ne venait pas aussitôt.

Liam finit par répondre à sa demande d’un sourire qui lui semblait bien forcé, l’embrassant ensuite. Pourquoi avait-elle l’impression que quelque chose clochait soudainement ? Où était-il allé pour revenir dans un tel état ? Se détachant d’elle, il se leva et la reposa au sol délicatement alors qu’elle n’avait pas pu lui demander comment il allait. Dans le pire des cas, elle n’aurait qu’à se reprendre lorsqu’ils se retrouveraient seuls. Ainsi, cela forcerait son frère à échanger lors d’une discussion avec Elayne, s’il ne bloquait pas bien entendu. Sur les paroles de Liam, ils retournèrent donc à l’intérieur, marchant d’un pas lent vers la salle à manger. Y entrant, les parents s’y trouvaient déjà, un sourire en coin aux lèvres, amusés. Oui le soldat avait ramassé sa chère femme dans un petit coin juste après être entré dans la villa et l’avait embrassé avec fougue, lui chuchotant des trucs à l’oreille. Bon. C’était assez pour le moment et aussi parce qu’il aimait faire languir sa douce. Mais bon, il ne pouvait tout de même s’empêcher de penser aux agissements de son fils, tentant de trouver le déclencheur de ces agissements, excluant Keira. Il y avait autre qui était encré beaucoup plus profondément, mais quoi ?

Se déroulant dans le calme, le repas passa bien rapidement, les jeunes laissant les vieux ensembles pour l’après-midi. Les voyant s’éloigner dans la rue, le maître de la maison n’avait pas tardé à prendre sa femme dans ses bras pour ensuite la monter jusqu’à leur chambre, celle-ci riant aux éclats. La porte se referma bien rapidement derrière eux, les domestiques laissant l’étage vide et s’occupant des tâches ménagères du rez-de-chaussée.

Dans la rue, Ephraïm avait pris les devants aussitôt, s’arrêtant n’importe où avec un regard encore plus curieux que celui qu’avait sa soeur. Incroyable non ? Mais c’était bien vrai. Vaënadiel trainait un peu plus derrière avec Liam qui était bien silencieux. Elayne elle, suivait le nordique de près, ne le lâchant pas une seconde des yeux puisqu’il avait tendance à s’éloigner un peu trop et surtout, rapidement. Il pointait quelque chose et s’en allait aussitôt dans le sens inverse après avoir vu quelque chose d’encore plus stupéfiant pour ses yeux, ne manquant pas d’en faire sourire une. Revenant vers Elayne, tentant de se calmer et de cesser de la bombarder de questions, Eph marcha à ses côtés. Former une phrase sensée était pratiquement impossible en ce moment alors peut-être était-il mieux de se taire ? Alors qu’il réfléchissait, les yeux violets de la brunette se posèrent sur lui pour l’admirer. Cependant, elle n’avait jamais remarqué la balle d’un enfant qui approchait dangereusement de ses pieds. Elayne marcha dessus et faillit trébucher vers l’avant pour embrasser le sol, mais Eph’ la rattrapa bien rapidement ce qui lui permit de sentir son doux parfum.

‘‘ Rien de cassé ? ‘‘ Demanda l’homme.

‘‘ Non, merci, Eph’ ‘‘ Dit-elle se sentant rougir à cause de cette proximité que ne lui déplaisait pas.

En guise de réponse, le jeune homme lui fit un sourire en coin et se détacha d’elle lentement, Liam et Vaë les ayant rejoints avec ce petit incident d’inattention. Ils se remirent en route, s’enfonçant davantage dans la foire où ils perdirent le nordique dans la foule pour quelques bonnes minutes. Arrêter sur place, Elayne le cherchait de ses yeux lavande. Vaë elle, ne put s’empêcher de lever les yeux vers son homme qui arborait un drôle d’air. Il ne souriait pas ou presque pas, semblant perdu dans ses pensées ... que se passait-il ?

‘‘ Regardez-le ! Il est en admiration devant une sculpture de dragon devant la forge. ‘‘

Vaënadiel baissa les yeux et regarda dans la direction que pointait Elayne, ne pouvant s’empêcher de rire doucement. Ephraïm la regardait sous tous les angles, la contournant même et ignorant les paroles que disait son fabricant à son sujet. Venant le rejoindre, Ephraïm se redressa et se frotta la nuque d’une main, regardant les jeunes femmes qui étaient tout sourire à le voir aller.

‘‘ J’ai l’impression d’être retourné en enfance avec tout ça. Ce n’est pas croyable ... ‘‘ Dit-il embarrassé par ses agissements.

‘‘ Frérot, c’est tout normal. J’étais comme toi la première fois que Liam m’a montré la ville. Enfin, peut-être moins pire que toi, mais tout aussi curieuse. ‘‘

‘‘ Tu me rassures, mais bref. Ce truc, c’est quoi ? ‘‘

Demanda alors le jeune homme, pointant la sculpture de dragon. Elayne se lança alors dans ses explications et voyait les yeux bleutés de l’homme partir de la statue à elle et ainsi de suite à plusieurs reprises. Puis ils recommencèrent la tournée des étals pour finalement se rendre au lac où ils avaient l’habitude d’aller en famille. Les couleurs automnales étaient presque disparues et laissaient voir un splendide paysage qui serait bientôt recouvert d’un manteau blanc. Au chemin du retour, le quatuor marchait lentement en direction de la villa des Kreiss. Il fallait dire que seul Eph’ parlait, Elayne tentait de répondre à ses questions dans la mesure où cela lui était possible sauf que derrière, un chariot arrivait à toute allure.

‘‘ POUSSEZ-VOUS ! ‘‘ Hurla un homme d’en arrière.

Mais ils mirent du temps à réagir, les chevaux s’approchant beaucoup trop rapidement. Seuls Liam et Vaë purent entendre, car ils étaient silencieux alors que les deux autres ...

‘‘ EPH ! ‘‘ Cria la druidesse dans un élan de panique.

Entendant son nom, le nordique n’eut le temps que de tourner les yeux pour apercevoir une énorme masse se diriger directement sur Elayne qui prenait à peine conscience de ce qui allait arriver. Tout ce que l’homme eut le temps de faire fut de la pousser brusquement sur le gazon pour lui éviter de se faire rouler dessus. Dans un nuage de poussière, le chariot versa sur le côté, rendant la visibilité nulle. Vaënadiel toussota et entendit Elayne en faire de même, voyant sa silhouette se redresser parmi toute cette poussière.

‘‘ Elayne ! Tu vas bien ?! ‘‘ S’écria-t-elle en venant vers elle.

La brunette vacilla un instant puis portant son regard violacé vers sa soeur d’adoption en lui faisant un sourire en coin pour la rassurer. À part quelques éraflures aux mains, elle n’avait rien. Mais sa tête se mise à tourner de gauche à droite. Vaë comprit aussitôt.

‘‘ Eph ? ‘‘

‘‘ Ephraïm ?! ‘‘

‘‘ Il est ici ! ‘‘ Cria le chauffard en rogne. ‘‘ Vous êtes sourd ou quoi ?! Faut être idiot pour rester sur la route alors qu’un chariot passe ! ‘‘

Vaënadiel se précipita vers son frère qui était inconscient au sol, le tissu de ses vêtements se nourrissant du sang qui s’écoulait d’une blessure au bras gauche. Il avait mangé un sacré coup, car après avoir poussé Elayne, la roue du chariot l’avait percuté de plein fouet, le faisant rouler sur le sol à une bonne distance. Les chevaux en panique s’étaient cabrés, stoppant brusquement le chariot.

‘‘ Redressez-moi ce chariot au lieu de vous plaindre et aidez-nous à la transporter ! ‘‘

‘‘ Hors de question ! ‘‘

Indignée par un tel comportement, Vaënadiel se redressa sur ses jambes et laissa son frère aux soins de la jumelle de son amoureux, s’approchant d’un pas rapide vers le chauffard enragé. La gifle qu’elle lui donna fut la pire de toutes celles qu’elle avait pu lancer jusqu’à aujourd’hui. Rougis par la colère, l’homme s’exécuta avec l’aide de Liam et ils montèrent dans le chariot qui se remit en route.

‘‘ Il a un bras cassé et la peau légèrement déchirée au niveau de l’épaule... ‘‘ Murmura Elayne, inquiète.

‘‘ Ce n’est rien de bien grave. Je m’occuperai de lui une fois rentré. Il faudra lui replacer l’épaule aussitôt, car elle semble disloquée. Ensuite, du repos et il se remettra comme un chef... ne t’inquiète pas pour lui. ‘‘

Elayne ne lui répondit que par un sourire alors que la villa se dessinait au bout de la rue en pierre pavée.

Dans leur chambre, Heïan caressait la longue chevelure de sa tendre moitié. Celle-ci blottit contre lui, ses bras entourant sa taille et écoutant seulement les battements de son coeur en silence. Il réfléchissait sans cesse, regardant le dessus de la tête de Melley. La réaction qu’avait eue son fils envers Keira n’était pas normale ... jamais il n’avait été du genre impatient et encore moins enclin à en venir aux coups directement ! Et cette lueur étrange qu’il avait vue dans les yeux de Liam lorsqu’il l’avait regardé dans le jardin ne laissait rien présager de bon. Son père avait la même, en permanence dans le regard lors de ce fameux soir, le soir où il avait levé la main sur Naëlyah et où il avait vu la brillance sadique danser dans ses yeux... le soir où son propre père avait tenter de l’abattre comme un chien. Heïan frissonna d’horreur, attirant le regard de sa femme qui remarqua bien que quelque chose n’allait pas.

‘‘ Ce n’est rien, Melley ... ça va. ‘‘

Sauf que celle-ci ne semblait pas très convaincue. Avec le temps elle avait appris à lire dans ses yeux, et il lui cachait quelque chose à coup sûr. Le soldat soupira et allait lui parler lorsqu’il entendit des cris venir de l’extérieur. Se redressant sur les coudes brusquement, tout comme sa femme, il écouta. La porte s’ouvrit dans un fracas en bas et les domestiques furent alertés immédiatement. Les parents bondirent hors de leur lit, se vêtirent à la va-vite et quittèrent leur chambre pour courir dans le couloir.

‘‘ Papa, viens nous aider ! ‘‘ Cria Elayne en panique.

‘‘ Que c’est-il passé bon sang ?! ‘‘ S’écria-t-il en voyant le bras rougi du nordique dont la tête pendouillait mollement en avant.

‘‘ Un chariot l’a renversé alors que nous revenions. ‘‘ Expliqua Vaë.

Heïan fronça les sourcils et leva rapidement les yeux vers l’extérieur où se tenait le fautif en question; le chauffeur du chariot. Il le connaissait, car ce n’était pas la première fois qu’il provoquait de tels accidents. Aidé de Liam, le capitaine grimpa l’inconscient en haut et l’apportèrent dans la première chambre disponible; l’ancienne chambre de Liam qui contenait un lit simple. Au moins, il serait confortable pour les soins. La druidesse avait aussitôt filé vers sa chambre pour prendre sa sacoche et était revenue, Melley allant chercher le nécessaire pour recoudre la plaie. Ainis, les femmes restèrent dans la pièce, Heïan entraînant Liam à l’écart, dans le corridor.

‘‘ Liam ... ‘‘

Son fils leva les yeux vers lui, interrogateur et Heïan fronça les sourcils en continuant de l’observer, perçant son regard du sien.

‘‘ Nous allons devoir discuter tous les deux ... le plus tôt possible. Ce n’est pas l’endroit, ni le moment pour en parler maintenant. D’accord ? Demain soir, nous irons nous balader. ‘‘

Il sentait la nervosité de son fils et celui-ci se mettre à réfléchir comme jamais il n’avait réfléchi. Il devenait se demander de quoi il voulait lui parler, bien qu’il devait s’en douter ... mais pour l’heure ce n’était pas le temps. Eph’ reprenait connaissance, Vaë et Elayne l’aidant à s’assoir alors qu’il grimaçait de douleur.

‘‘ Les hommes, nous avons besoin de vous pour la remise en place d’une épaule. ‘‘

‘‘ Qu-quoi ?! ‘‘ S’exclama le nordique, voyant Heïan et Liam revenir dans la pièce.

‘‘ Serre les dents bien fort, Eph’. Il ne faudrait pas que tu te mordes la langue ... à trois, prend une grande inspiration, car tu auras le souffle coupé. Je te préviens, ça va faire très mal. Une ... deux ... trois ! ‘‘

Ephraïm avait inspiré pendant le décompte et à trois, il hurla, comme jamais il n’avait hurlé sous le coup brusque que venait de lui donner Heïan. La douleur était omniprésente partout dans le haut de son corps et il sentait à peine la partie gauche. Il accota son front sur l’épaule de sa soeur en tentant de reprendre son souffle qui se faisait difficile puis la druidesse laissa la place à Melley qui devait maintenant recoudre l’ouverture.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 15 Déc 2012 - 19:00


Continuant leur visite de la ville, les jeunes se dirigèrent vers le lac ou les jumeaux aimaient tant aller avec leurs parents. Liam faisait tout pour rester avec eux, souriant et riant à leurs blagues et aux regards du nordique et d'Elayne. Mais tout ce bousculait en lui. Keira avait réveillé quelque chose, c'était certain, mais il ne savait pas quoi et avait peur de ce que c'était. Inspirant l'air pur du lac, admirant le paysage qui bientôt serait blanc de neige, comme Vaë et Ephraïm, il se détourna après un moment, les suivant pour le retour.

Les deux futurs amoureux marchaient à l'avant, la jeune femme tentant de répondre aux questions du nordique, en vain. Il posait de trop, trop vite. Derrière, Liam et Vaë étaient bien silencieux. Il sentait l'inquiétude de sa rose mais ne pouvait rien dire. Il devait garder pour lui tout ça. Sauf son père. Seul son père devait être au courant. Il ne devait pas lui faire peur.

Au loin, il entendit des bruits de galops, et au moment où il voulait se tourner un homme rugit :

-POUSSEZ-VOUS !

Liam réagit deux secondes après sa rose qui hurla le nom de son frère. Le concerné tourna les yeux, mais trop tard. Comme dans un songe, Liam vit son ami faire un bond sur le côté, poussant Elayne, avant que le chariot ne s'effondre sur le côté, dans un incroyable nuage de poussière. Oubliant momentanément la chose en lui, Liam paniqua pour sa sœur. Pour Eph' aussi mais c'était sa sœur quoi ! Comme Vaë, il avait avalé de la poussière et toussa légèrement, avançant vers le chariot. Elayne…s'il venait à la perdre, c'était finit, comme ce serait finit si Vaë disparaissait.

Mais elle apparut, poussiéreuse et toussant, mais en vie. Juste des égratignures sur les mains. Il fût d'un coup bien plus soulagé, et encore plus lorsqu'elle offrit un sourire confiant. Maintenant…Ephraïm.

Ce fût le conducteur fou qui leur donna la réponse, visiblement en colère.

-Il est ici ! Vous êtes sourd ou quoi ?! Faut être idiot pour rester sur la route alors qu’un chariot passe !

Avec sa rose et sa sœur, Liam se précipita vers l'endroit indiqué. Eph' gisait sur le sol, inconscient, du sang dégoulinant de son bras vraiment meurtri. Vaë ordonna à l'homme qui pestait de redresser le chariot et de les aider à ramener le blessé, mais celui-ci refusa tout net. Liam voulut s'interposer, le secouer, choqué par cette attitude mais Vaë alla le gifler soigneusement et au vu du rouge qui teintait la joue du chauffard, elle y était allé bien plus violemment que pour lui.

Son orgueil douché, il obtempéra et Liam l'aida à redresser son chariot, puis à transporter Ephraïm à l'intérieur. Doucement, l'homme reprit les rênes et prit le chemin du retour, Liam à ses côtés, laissant les jeunes femmes faire les premiers soins au nordique.

Arrivant devant la villa, Liam sauta du chariot avec l'homme pendant que sa sœur et sa rose allaient chercher ses parents en quatrième vitesse. Culotté, l'homme voulut poser Eph' au sol et s'en aller, mais le regard de Liam le dissuada rapidement de bouger le petit doigt. Ou même juste un cheveu, pour le peu qu'il avait encore sur son crâne. Heïan fût rapidement là, suivit de près par Melley. Liam vit nettement qu'ils venaient de les interrompre…ils étaient un peu mal coiffés et rhabillés à la va-vite. Mais il ne dit rien, aidant son père à transporter le blessé dans la chambre qu'il occupait étant plus jeune, puisqu'il y avait un lit simple encore.

Elayne s'installa à ses côté, lui prenant la main droite, pendant que Vaë cherchait sa sacoche d'herbes et que sa mère filait chercher le nécessaire à couture. Personne d'autre que sa mère ne pourrait le faire, elle avait réussit à sauver Heïan in extremis à l'époque tout de même !

Pendant qu'elles s'occupaient toutes trois du blessé, Heïan prit Liam par les épaules et l'entraîna dans le couloir, à l'écart.

-Liam ...

Le chevalier leva les yeux vers son père qui fronçait les sourcils, le dardant du regard. La chose ruait à nouveau en lui…et il se demandait ce que voulait son paternel.

-Nous allons devoir discuter tous les deux ... le plus tôt possible. Ce n’est pas l’endroit, ni le moment pour en parler maintenant. D’accord ? Demain soir, nous irons nous balader.

Liam se sentit d'un coup anxieux, les questions affluant dans sa tête. De quoi voulait-il parler ? De…son geste envers Keira ? Sans doute, il ne voyait rien d'autre qui nécessite un entretien privé et encore moins le froncement de sourcils. Heïan voulait-il aller l'enfermer pour éviter que cela ne se reproduise ? Allait-il lui dire de s'en aller de Beolan encore une fois le temps que l'enfant soit né et que tout soit définitivement réglé avec cette famille ? Liam stressait, avait encore plus peur d'un coup. Et la chose s'amusait toujours à l'intérieur, lui envoyant des images, des actes qu'il devait faire mais qu'il se refusait à faire. Là tout de suite, il se vit frapper son père pour lui montrer qu'il n'avait pas la moindre chance face à lui et qu'il n'était plus rien. Mais Liam admirait son père et jamais il ne pourrait faire ça !

Mais là, Eph' reprenait conscience et Liam rejeta tout ça en lui, du mieux qu'il put alors que Melley approchait :

-Les hommes, nous avons besoin de vous pour la remise en place d’une épaule.

Ils la suivirent dans la chambre, devant un Ephraïm paniqué à l'idée de ce qui l'attendait dans les secondes à venir.

-Serre les dents bien fort, Eph’. Il ne faudrait pas que tu te mordes la langue ... à trois, prend une grande inspiration, car tu auras le souffle coupé. Je te préviens, ça va faire très mal. Une ... deux ... trois !

Liam avait pris place d'un côté, retenant le jeune homme, alors que son père, en expert, lui remettait l'épaule en place d'un coup sec qui arracha un horrible hurlement de la part du nordique. Hurlement qui faisait jouir la chose en lui et qui la régalait.

Il chercha son souffle tête posée sur l'épaule de Vaë et Liam s'éloigna avec son père, le laissant aux bons soins de sa mère. Elayne épongeait son front en sueur et Vaë lui serrait sa main droite, regardant Melley prendre fil et aiguille et l'approcher de la plaie.

Liam et Heïan redescendirent donc, Liam sortant dans le jardin sous le regard inquiet de son père. S'installant sur le banc, Meeko se pelotonnant dans ses bras, il réfléchissait, encore, le regard perdu. Pourquoi maintenant ? Qu'avait-il donc ?! Qu'est-ce que c'était que cette chose qui s'était réveillée dans ses entrailles ? Il avait horreur des questions sans réponses. Et il avait beau tourner la situation dans tous les sens, il ne comprenait pas. Tout dégringolait à nouveau. Il avait cru trouver l'équilibre, s'approchant du bonheur, mais là…Était-il maudit ? Parce que…il écarquilla les yeux. Et si c'était lui, inconsciemment, qui avait causé l'accident d'Ephraïm ? A chaque fois il arrivait autre chose lorsque sa rose était à Beolan. Et maintenant Eph' aussi. Était-ce lui ? Mais pourquoi ? Comment ? Il avait affreusement peur.

Cependant le repas fût servit et il dut rentrer, masquant le tout, souriant légèrement. Eph' était resté en haut, le bras bandé. Il avait trop peu de force pour l'heure pour descendre. Elayne prit donc une assiette et grimpa en flèche le nourrir. Un peu comme lui avec Vaë, lors de leur rencontre…

Ils mangèrent en silence, soulagés que le nordique n'ait rien. Liam mangeait normalement, se forçant parce qu'il n'avait guère faim, rongé par son inquiétude, sentant les regards de Vaë comme de son père, les ignorants.

Ensuite, les parents se rendirent dans les fauteuils pour leur petit rituel du soir et Liam entraîna Vaë en haut, l'emmenant dans la salle de bain. Il devait s'occuper les mains et l'esprit et rien de tel que laver sa douce chevelure pour ça. La déshabillant lentement une fois le bain prêt, il ne se priva pas d'admirer son corps et ses courbes, son ventre renfermant son enfant…ça y est. Culpabilité revenue, remords aussi. Il inspira, ne montrant rien et lui fît signe de plonger dans l'eau, mouillant sa tête et massant son cuir chevelu, contrôlant ses légers tremblements. Bon sang mais qu'avait-il donc à la fin ?! Il avait l'impression d'être revenu dans les montagnes, à son arrivée pour tenter de réparer ses torts auprès de Vaë, malade. Il s'était senti tout aussi mal à ce moment-là. Mais pourquoi maintenant ? Tout allait bien non ? Vaë était enceinte, ils allaient se marier, Elayne avait sans doute trouvé l'âme sœur aussi…

Il embrassa son cou, tentant d'éloigner tout ça et de ne rien montrer. Surtout ne rien montrer et ne pas inquiéter sa rose. La séchant tout aussi délicatement, il l'aida à se rhabiller et alla lui-même se laver, la rejoignant dans le lit. Elayne souhaitait s'occuper d'Ephraïm.
La collant, s'enivrant de son odeur, Liam s'endormit, des images affreuses faisant leurs apparitions.

Le lendemain, il se réveilla lentement, le ventre se nouant automatiquement, la chose ruant une nouvelle fois, voulant sortir. Embrassant sa rose qui s'éveillait, il sortit du lit et alla s'habiller. Aujourd'hui encore il devait…faire quelque chose de peu réjouissant…

Sauf qu'il n'en eut pas le courage de toute la matinée. Il resta avec Vaë, divertissant Ephraïm qui reprenait des forces, s'occupant l'esprit par la même occasion. Mais dans l'après-midi, Elayne emmena Vaë pour lui dire montrer quelque chose dans sa chambre, un truc de femmes apparemment, et Eph' s'était endormi. Alors Liam sortit, enfilant son manteau. Son père étant au travail, il ne pourrait pas l'empêcher d'agir, tout comme sa mère. Liam avait voulut suivre son père pour prendre son poste, mais celui-ci lui avait dit d'attendre un peu encore. Pourquoi, Liam ne savait pas.

Marchant à grands pas, il arriva trop vite devant la maison Orson, le ventre noué, la chose ruant comme jamais, les souvenirs se réinstallant en lui. Son geste lui revenait nettement dans la tête et il frissonna en toquant.

L'accueil fût encore plus glacial qu'auparavant et aucun mot ne fût échangé. Mais les yeux du père parlaient d'eux-mêmes. S'ils avaient pu, ils l'auraient tué sur place.

Il monta quatre à quatre l'escalier et toqua une nouvelle fois, entrant sur la permission de Keira. Elle était postée comme la veille, et son regard était toujours aussi cruel et méchant.

-Que veux-tu ?

Même plus de salutations.

-M'excuser.

-Pour ?

Liam serra les dents, la chose ruant, ruant, faisant affreusement mal en lui.

-Je viens m'excuser de t'avoir giflée, hier.

-C'est facile, de s'excuser après avoir agit n'est-ce pas ?

Liam resta de marbre, ne s'approchant pas du lit. Mais elle, elle le cherchait et savait pourquoi. Elle était même prête à supporter une autre gifle, mais elle réussirait à l'anéantir de l'intérieur. Cela faisait bien plus mal que le physique.

-C'était facile aussi, de se traîner à quatre pattes devant la sauvage pour réclamer le pardon après m'avoir engrossée hein ?

Liam se retenait. La colère revenait. Cette même colère de la veille. La chose grandissait, prenait de l'ampleur à chaque mot qu'elle sortait.

-Et elle, naïve, te croit sur parole hein ? Tu lui as dit quoi ? Que jamais tu ne recommencerais ? Que tu n'avais pas voulu ? C'est si facile, une fois les actes commis.

Son cœur battait comme un fou et la chose grandissait trop et trop vite. Il serrait les poings si fort qu'il se faisait mal. Il avait une soudaine envie de la tuer. La chose lui envoyait une image de lui, l'étranglant là, directement, repartant en laissant son corps sans vie sur le lit. Mais il ne le voulait pas ! Ce serait un double meurtre puisqu'elle était enceinte et puis même il ne le voulait pas !

Keira, elle, était satisfaite des graines qu'elle semait en lui.

-La culpabilité restera gravée en toi mon cher…tu as pêché, à toi d'assumer. Moi je n'ai rien à me reprocher. Ce n'est pas MOI qui aie trompé la personne que j'aime. Ce n'est pas MOI qui aura un enfant d'une autre. Ce n'est pas MOI qui aie dû me ridiculiser pour la ramener !

Chaque mot s'enfonçait, chaque mot ouvrait une brèche dans la barrière, chaque mot faisait accroître la chose en lui. Il la dardait méchamment du regard, mais cela ne l'intimidait pas plus que ça. Au contraire…

-Alors tes excuses, pardonne-moi mais je ne suis pas comme la sauvage. Tu ne m'auras pas de la sorte.

Liam tourna les talons et ressortit rapidement de la maison, avant qu'il ne se laisse emporter. La chose fût dessus sur le coup, mais en voyant ce qu'il allait faire, elle était tout de même contente. Il aperçut un groupe de jeunes voyous au loin, et leur cria :

-BANDE DE NULS !

Puis il resta immobile, attendant que les autres réagissent. Ce qui ne tarda pas le moins du monde. Bientôt ils furent sur lui et les poings pleuvaient. Sauf que la chose était à moitié sortit et Liam frappait plus fort, plus vite, plus violemment. Ils étaient trois, mais Liam n'avait pas peur. Cette…sale peste ! Tout revenait en lui, les paroles minables qu'il avait eues pour Vaë dans la grotte, avant qu'elle ne le gifle la première fois. Ses tentatives d'approches, sa culpabilité, les remords, tout revenait, en un flot continu, et la chose s'en nourrissait, le buvait, prenant de la force et grandissant.

Rapidement, les trois voyous étaient à terre, le visage méconnaissable. Liam s'éloigna, les poings en sang, aucun bleu ne marquant son visage. Personne ne saurait que c'était lui. Et encore heureux parce que ce fût son père qui découvrit les voyous blessés, cinq minutes après en faisant sa ronde quotidienne.

En rentrant, Liam se hâta de laver ses mains pleines de sang, dissimulant tout. Il se mouilla le visage pour que rien ne transparaisse et retrouva Vaë et Elayne chez Ephraïm en train de le faire rire. Il sourit en voyant que le nordique allait mieux et resta avec eux jusqu'au soir, jusqu'à ce que son père l'appelle pour la balade…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 15 Déc 2012 - 21:23

Quand la folie nous guette, part.1

Levant son regard bleuté vers l’aiguille, le nordique voulu rétorquer sauf qu’on l’en empêchant. Sa soeur lui disait de rester calme et de respirer, car ça ferait mal encore un moment, le temps que l’aiguille traverse la peau et qu’elle unisse les deux côtés de la plaie. Eph porta son attention sur sa Vaë puis Elayne qui lui souriait doucement, comme s’il revenait d’entre les morts. Il faudrait qu’il demande ce qui s’était passé, car il avait l’impression que sa mémoire lui jouait des tours en ce moment. Bref, Melley commença son travail et le jeune homme grimaçait en serrant les dents. Ce que ça pouvait faire mal ! Et la sensation de se faire recoudre était tellement déplaisante ...

‘‘ C’est presque terminé, Ephraïm ‘‘ Murmura Elayne en lui flattant le haut du dos.

Et Melley termina son oeuvre et l’observa en souriant. Elle lui plia le bras dans un angle de 90 degrés et sa fille l’aida à le garder en place le temps qu’elle passe le bandage autour du cou du nordique puis sous son bras, maintenant le tout avec un tissu de coton. Le voilà qui était amputé d’un bras pour quelques jours et tout ça à cause d’un homme qui ne savait pas comment conduire sa barouette à cheval. Laissant échapper un soupir, heureux que la douleur soit enfin terminée, le plus gros du moins, il dit :

‘‘ Merci madame ... ‘‘

La maîtresse de maison lui sourit et quitta la chambre avec ses effets, laissant les deux jeunes femmes s’occuper d’Eph’. Liam et Heïan étaient descendus en bas et le jeune homme avait pris le chemin du jardin. Ce qu’il aurait aimé être capable de se glisser dans son esprit et trouver le mal qui le rongeait. Tout ce qu’il espérait était que la folie ne le prenne pas de court, car cela pourrait causer des ravages... Le laissant donc seul, le père fila dans le salon pour réfléchir à tout ça de son côté en attendant que les domestiques dressent la table pour le repas du soir. Lorsque fut l’heure, Vaënadiel sortit de la chambre avec Elayne et descendit à la salle à manger, Liam étant le dernier à s’attabler. Cependant, la brunette leur faussa compagnie en montant à l’étage, se portant volontaire aussitôt pour aller nourrir leur blessé de service. D’ailleurs, celui-ci essayait de trouver une manière confortable de se coucher sans se coincer le bras d’une quelconque manière lorsqu’on toqua à la porte. Quelle ne fut pas sa surprise en voyant Elayne entrer avec son petit sourire timide.

‘‘ Tu aurais pu prendre le temps de manger avec ta famille, tu sais. J’ai l’estomac à l’envers encore ... ‘‘

‘‘ Ce n’est pas grave. Ils ne mourront pas si je leur fausse compagnie quelques fois et puis l’appétit vient en mangeant. Tu ne le savais pas ? ‘‘

‘‘ Euh ... non. C’est une expression de chez vous ? ‘‘

‘‘ En quelque sorte oui. ‘‘ Dit-elle, ricanant alors qu’il essayait de se redresser sur un coude. ‘‘ Attends, doucement ... voilà. Adosse-toi contre le mur ce sera plus confortable. ‘‘

Obéissant sans hésitation, Ephraïm se redressa légèrement et se cala contre le mur pendant qu’Elayne prenait place à ses côtés, étirant les bras pour prendre l’assiette. Elle planta alors la fourchette dans la nourriture et mit une main en dessous avant de la porter jusqu’à la bouche du nordique qui hésita, la regardant étrangement.

‘‘ Tu veux manger avec une main peut-être ? ‘‘

Le chef Eira soupira, s’avouant vaincu avant même d’avoir essayé et se laissa nourrir en silence. Son orgueil de mâle en prenait un coup, car il n’arrivait même pas à manger seul ... la honte quoi. Mais bon, d’un certain côté il appréciait l’attention que lui prêtait la jeune femme en lui rendant ce service, tout comme sa compagnie. Lorsque l’assiette fut vide et déposée sur la table de chevet, Elayne s’adossa elle aussi et laissa échapper un long et profond soupire. Baissant légèrement la tête, jouant avec une mèche de ses cheveux, la jeune femme n’osa pas tourner son regard violet vers Ephraïm qui la regardait, interrogateur.

‘‘ Merci pour tout à l’heure ... Si tu ne m’avais pas poussé, j’aurais servi de pâté pour les corbeaux du coin. C’est ... gentil de ta part, Eph’. ‘‘

L’homme parut surpris de ces remerciements, car pour lui c’était tout naturel, car elle risquait de se faire percuter de plein fouet et faibles auraient été les chances qu’elle s’en sorte vu la vitesse à laquelle avançait le chariot et ses chevaux. Vu la situation, c’était soit être blessé ou voir une vie perdue. Le jeune homme sourit alors, Elayne levant légèrement les yeux vers lui, lui rendant son sourire.

‘‘ Tu auras une marque de ton passage à Beolan en tout cas. ‘‘ Dit-elle, souriant bêtement.

‘‘ Ça aurait pu être pire ... ne t’en fais pas pour ça. ‘‘

‘‘ Au fait ... pas que je regardais ton ... ton ... ta peau ! Oui ... ta peau ... c’est ça ! Mais ... ahem ... pourquoi as-tu autant de marques ? ‘‘

De marques ? Ephraïm ne comprit pas toute de suite de quoi elle voulait parler et dut baisser les yeux vers son poitrail et son bras indemne pour voir ce qu’elle entendait par là. Elle était observatrice, oh que oui ... et il voyait bien qu’elle recommençait à rougie, tentant de cacher son visage derrière cette magnifique chevelure brune. Il ricana alors, détendant l’atmosphère.

‘‘ Une chasse qui a mal tourné... j’étais avec mon père et mon frère aîné. Nous traquions un grand cerf des montagnes quand un félin nous a pris de court. J’étais le plus près et le seul qui ne l’avaient pas vu parce que je bandais mon arc en direction du cerf qui était en train de fuir. Il m’a sauté dans le dos et m’a attaqué. C’est mon frère qui l’a abattu avant qu’il ne plante ses crocs dans ma nuque. Voilà le résultat ... ‘‘

‘‘ Aïe ... ‘‘ Murmura t’elle. ‘‘ J’imagine que c’est la vie dans les montagnes ? ‘‘

‘‘ Surtout un manque de prudence et d’expérience de ma part. ‘‘ Avoua t-il, un peu gêné. ‘‘ J’ai seulement eu de la chance que mon frère eut été rapide. ‘‘

Elayne lui souria, contente d’enfin avoir pu échanger quelques paroles avec lui sans s’emmêler dans ses paroles. Comme elle le pensait, cet homme était très gentil et bien calme comparé à elle. Cela l’apaisant grandement, mais c’est son estomac qui la dérangea.

‘‘ Tu devrais descendre et manger à ton tour. Il y en a eu qui crie famine. ‘‘

‘‘ Tu l’as entendu ?! ‘‘ S’exclama-t-elle, Eph’ acquiesçant par l’affirmative avec un sourire amusé aux lèvres. ‘‘ Ce n’est certainement pas une mauvaise idée alors ... Ça ira ? ‘‘

‘‘ Ne t’en fais pas. Je vais rester bien sagement ici et dormir. ‘‘

‘‘ Bien! Alors ..., euh ... repose-toi bien Eph’. Je passerai voir si tu ne t’es pas enfui, tout à l’heure. ‘‘

‘‘ Compris ‘‘

Se levant du lit et prenant l’assiette dans ses mains, Elayne se dirigea vers la porte et l’ouvrit, jetant un dernier coup d’oeil au nordique qui s’allongeait sur le dos en grimaçant dans la noirceur. Elle eut un sourire en coin puis referma derrière elle, descendant à l’étage inférieur pour rejoindre le reste de sa famille. Son air ne manquant pas d’attirer le regard de sa mère et de sa soeur d’adoption qui souriaient doucement à leur tour; Elayne était en amooooooour. Mais la druidesse reprit bien assez tôt son regard inquiet, jetant des coups d’oeil à son homme qui ne lui avait presque pas adressé la parole de la journée. Il fallait qu’elle lui tire les vers du nez, qu’elle le fasse parler, qu’il ne refoule pas tout à l’intérieur au risque d’imploser.

À la fin du repas, ce fut sensiblement le même scénario qu’à tous les soirs: les parents allèrent au salon, Liam entraîna Vaë à l’étage. Il n’y avait qu’Elayne qui fila voir Ephraïm qui dormait comme une souche dans la petite chambre. Alors, elle s’asseya par terre, menton contre le matela et l’observait en silence. En parlant de silence, dans la pièce voisine, le chevalier trimbala la druidesse jusqu’à la salle de bain où il fit couler un bain et enleva ses vêtements lentement. Elle se laissa faire et caressait son visage de ses mains, plongeant dans son regard qui changea en voyant son ventre ... quelque chose le tracassait, mais il ne parlait pas. Pourquoi? Hésitant à parler, Vaë se glissa dans l’eau et tentait de réfléchir à comment aborder le sujet. Donc pendant qu’il massait son cuir chevelu doucement, la druidesse ramena ses genoux vers elle et les entoura de ses bras, se disant que bientôt elle ne pourrait plus faire ce mouvement. Mais le baiser qu’il déposa dans son cou la fit frissonner et sortir de ses pensées.

Sa toilette terminée, son homme l’aida à se sécher et lui fit enfiler une chemise avant de la laisser se rendre jusqu’au lit pour qu’il puisse monopoliser la salle d’eau. Se faufilant sous les draps, Vaë se coucha sur le dos et porta une main à son ventre qu’elle caressait machinalement. Soupirant, ses yeux aqua fixaient le plafond et c’est là qu’elle sentit la chaleur du corps de son homme à ses côtés, celui-ci l’emprisonnant dans ses bras et la serrant contre elle. Fermant les yeux, Vaë faufila son visage jusqu’à son cou et garda le silence ...

Le lendemain matin, elle eut droit à son baiser au réveil comme à l’habitude. Voulant rester au lit, elle avait beau demander à Liam de revenir, celui-ci s’était déjà tiré hors du lit et c’était vêtu. Lui faisant la moue, la jeune femme fit alors de même et fila dans la salle de bain, observant son ventre dans la glace. Ils sortirent ensemble de leur chambre et allèrent voir comment se portait Eph qui fut bien heureux d’avoir de la compagnie de si bon matin, Elayne arrivant quelques minutes plus tard. Ils restèrent un moment pour parler, et ce, jusqu’à ce qu’ils se rendent compte que le nordique s’était endormi. La brunette enleva donc la douce de son frère pour l’entraîner dans sa chambre.

Environ une heure et demie plus tard, Omar débarqua devant son chef après avoir vu quelque chose de suspect. Heïan fronça alors les sourcils et posa un genou au sol, aidant les hommes tabassés à se redresser. Ils avaient tous ou presque le nez fracturé, l’un avait perdu ses dents et un autre avait les deux yeux bien enflés.

‘‘ Vous vous souvenez qui a fait ça ? ‘‘

‘‘ Un môme ... j’sais pas qui ... j’me souviens que de deux yeux jaunes ... Ce qu’il frappe fort ! ‘‘

‘‘ Des ... yeux jaunes ... ? ‘‘

Sa gorge se serra soudainement et Heïan se redressa lentement, s’éloignant un peu de ses hommes pour remettre ses idées aux claires. Ils n’y avaient que son fils qui avait un regard semblable, du moins à sa connaissance. Pourquoi aurait-il frappé de son plein gré des gens qu’il n’avait jamais vus auparavant ? Fronçant les sourcils, il cherchait une réponse à ses questions et sursauta en sentant la main de son frère d’armes sur son épaule. Le géant demanda alors :

‘‘ Heïan, ça va ? Tu es drôlement pâle soudainement ... ‘‘

‘‘ Oui, je ... partons d’ici. L’odeur du sang me donne la nausée ... ‘‘

Ils aidèrent donc les voyous à se rendre chez un guérisseur puis continuèrent leur ronde, le Capitaine ailleurs dans ses réflexions. Au manoir, les deux jeunes femmes étaient allées rejoindre Ephraïm qui venait de sortir de sa sieste, les cheveux en pétard et les yeux mi-clos encore. Il riait tout en se frottant les yeux et salua Liam qui entrait. Heïan revint deux heures plus tard, aussi silencieux qu’un mort, inquiétant sa femme.

‘‘ Je pars avec Liam, ne nous attendez pas pour le repas ... ‘‘

Melley fut surprise et suivit des yeux sont mari qui montait l’escalier, toquant à la porte de la chambre où il entra. D’un simple signe de tête, il fit signe à son fils de le suivre, n’ayant même pas pris le temps d’enlever son armure en arrivant. Elayne regarda son père puis son frère et croisa le regard de Vaë qui semblait perdue soudainement, apeurée. Elles entendirent Liam déglutir avec difficulté en voyant l’air sombre de leur père et rare était les fois, où il l’avait vu ainsi. En fait, c’était la première fois ... Les hommes marchèrent dans le couloir en silence, descendant l’escalier sous le regard inquiet de Melley. Une fois dehors, le soldat traversa l’allée et retrouva la rue. Ils marchèrent ainsi de longues minutes avant qu’Heïan n’ouvre enfin la bouche.

‘‘ Peux-tu me dire ce qui se passe, Liam ? ‘‘ Il marqua une pause, tournant son regard sévère vers lui. ‘‘ Je veux tout savoir, ne me cache rien et j’inclus aussi les hommes qui tu as tabassé cet après-midi ... ‘‘

Le père sentit son fils se tendre soudainement, comme s’il prenait conscience de quelque chose, mais Heïan le força à s’arrêter et à lui faire face une fois qu’ils furent dans un endroit calme et où il était certain que personne ne les entendrait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 15 Déc 2012 - 23:31


Toujours dans la chambre d'Ephraïm, Liam écoutait les autres, ne se rendant pas encore compte des actes qu'il avait commis auparavant. Sa colère s'était apaisée et la chose rentrée, mais il la sentait toujours et ne comprenait pas. Il voyait aussi Vaë s'inquiéter, mais ne pouvait se résoudre à lui parler. Elle devait conserver son sourire…
Les mots de Keira tournaient en boucle dans sa tête, se mêlant à tout le reste sans exception.

Et soudain on toqua à la porte. Elle s'ouvrit sur Heïan, en armure, le visage fermé. D'un signe de tête, il fît comprendre à Liam de le suivre. Déglutissant lentement, Liam se leva, sous le regard des deux femmes et du blessé, suivant son père en silence. Jamais il n'avait vu un tel air sur son visage et cela l'effrayait.

Descendant, Liam vit sa mère dans le hall, les regardant, inquiète. Apparemment, elle ne savait pas non plus ce qu'il se passait. Sans un mot, les deux hommes sortirent dans la rue, marchant un certain temps dans un silence pesant. Liam paniquait et avalait difficilement sa salive, n'osant même pas regarder son père. Ca y est, il allait le jeter en prison…pourquoi aurait-il conservé son armure alors ?

De trop longues minutes s'écoulèrent avant que son père daigne ouvrir la bouche, le regardant sévèrement :

-Peux-tu me dire ce qui se passe, Liam ? Je veux tout savoir, ne me cache rien et j’inclus aussi les hommes que tu as tabassé cet après-midi ...

Continuant à marcher, Liam se tendit d'un coup. Les hommes qu'il avait…oh non…les remords arrivèrent en masse, le rongeant en plus de tout le reste, lorsque son père le fît s'arrêter, dans un endroit isolé sans risque d'être entendus et le força à lui faire face et surtout à ne pas se défiler.

Liam se tordit les mains, respira rapidement, détournant le regard, n'osant pas croiser celui de son père. La chose battait en lui à nouveau, trop fort, trop rapidement.

-Je…je ne…

Une partie de lui voulait s'effondrer sur l'épaule de son père et tout dire, tout déballer pour être plus léger, se sentir mieux l'espace d'un instant. Mais l'autre, la chose, l'autre partie, ne voulait pas. Ne rien dire. Surtout pas. Elle lui envoyait des images de lui…frappant son père. Mais non…il ne pouvait pas…

Heïan attendait devant lui, croisant les bras et le regardant. Liam le connaissait et savait qu'il pouvait rester ainsi des heures jusqu'à ce qu'il parle.

-Papa…il n'y a rien. Je t'assure. J'ai…dérapé sous le coup de l'alcool, cet après-midi…

Il cherchait des excuses, tendu comme jamais. Et cela ne convainquit pas son père…

-Tu me prends pour un imbécile, Liam ? Comme si j'allais croire que tu étais allé boire un coup seul à la taverne ... j'y étais parce qu'il y avait une bagarre. Crache le morceau !

Liam baissa la tête. Pathétique pour mentir il le savait. Il tourna le dos à son père, serrant les poings. La chose reprenait forme, trop violemment. Son père…ne comprenait rien. Il ramenait la culpabilité. Il…il le rendait à nouveau coupable ! Encore ! Déjà Keira et maintenant son père…l'homme qu'il avait toujours admiré, qu'il avait toujours pris comme mentor et comme exemple !

La chose creusa son chemin et reprit peu à peu sa place. Serrant le poing, fermant les yeux, Liam inspira et se tourna vivement, lançant son poing à vive allure en direction de son paternel qui avait froncé les sourcils et décroisé les bras. Celui-ci réagit au quart de tour et agrippa son coude, tournant le bras et le collant dans son dos, l'immobilisant, l'empêchant de bouger d'un pouce sans qu'il ait mal. Grimaçant, Liam entendit son père nettement :

- Liam, calme-toi ! Reprend-toi, bon sang !

Respirant profondément, Liam supportait tant bien que mal la douleur. Son père serrait, tout en lui enjoignant de se calmer. Mais lui tentait de se défaire de l'emprise, de satisfaire l'envie de la chose et de frapper son père. Le frapper pour lui montrer qu'il n'était pas qu'un coupable. Lui montrer qu'il n'était pas misérable…

Finalement, ses forces l'abandonnèrent et il tomba à genoux, entraînant son père avec. La chose était retournée se cacher sous le coup et Liam garda la tête basse, son bras retombant le long de son corps une fois que son père l'eut lâché.

Il sentit Heïan se poster à ses côtés, inquiet et sur ses gardes au cas où Liam…déraperait encore…

-Papa…murmura-t-il, déchiré.

Cette fois, la partie de lui sous le contrôle de la chose ne prit pas le dessus. Il se jeta dans les bras de son père, pleurant à chaudes larmes contre son épaule.

-Papa je suis un minable…

Il sanglotait et n'en pouvait plus.

-Excuse-moi pour…Avant…je ne voulais pas je…

Il n'arrivait plus à parler et sentait la main d'Heïan sur lui, le réconfortant et les "chut" qu'il murmurait. Inspirant un grand coup et se détachant légèrement de son père pour le regarder dans les yeux, Liam commença :

-Il…il y a quelque chose qui…qui me…m'envahit…je…j'étais chez Keira cet après-midi pour…m'excuser et…elle…enfin elle m'a…

Elle avait juste pointé du doigt toutes ses erreurs…

-Je n'arrive pas à…rejeter mes remords et…il y a…je ne sais pas papa, quelque chose en moi…je n'arrive plus à regarder Vaë en face sans me sentir mal...encore pire qu'au moment des faits...

C'était tellement lourd tout ça…Il serrait son père si fort qu'il se cognait à l'armure. Mais s'il lâchait, il…était perdu…

-Il…ne faut rien dire à maman ou Vaë ou Elayne ou Ephraïm…ils ne doivent rien savoir…je t'en prie…

C'était tout ce qu'il demandait. Que son père ne dise rien de sa…folie ou il ne savait quoi, aux autres. En un dernier murmure sanglotant il dit :

-Il ne faut pas que leurs sourires s'éteignent…


Spoiler:
 


Dernière édition par Liam Kreiss le Dim 16 Déc 2012 - 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Chemin de ronde-