''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'enquête. [PV: Azulia Ozera]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tekian Varis



________________

Tekian Varis
________________


Race : Demi-Démon Commun
Classe : Chevalier
Métier : Officier
Croyances : Dieu de la pluie
Groupe : Les Rebelles

Âge : 23 ans

Messages : 15

Fiche de Personnage : Le passé


L'enquête. [PV: Azulia Ozera] _
MessageSujet: L'enquête. [PV: Azulia Ozera]   L'enquête. [PV: Azulia Ozera] EmptyJeu 29 Nov 2012 - 23:41

C'était une journée chaude et ensoleillée, le courroux du soleil frappait la cuirasse de Tekian de ses rayons, le cuisant dans son armure. Celui-ci, abattu par cet ennemi divin, déambulait à travers la foule, le pas chancelant, tentant de se frayer un chemin dans ce capharnaüm d'étalages de marchandises et de couleurs. La foire était en pleine effervescence, les ruelles étaient alors emplies de bougres en tout genre avides de spectacle et de magie qui pourraient les tirer hors de leur morne existence. Le regard de Tekian s'attarda sur un clown dont le numéro se résumait à essayer de se débarrasser d'un couvre-chef un peu trop attachant, en vain. Les enfants éclataient de rire et un léger sourire sarcastique se dessinait sur les lèvres des adultes tandis que Tekian les contemplaient d'un œil envieux. Il était dans l'endroit le plus divertissant du Royaume et pourtant il ne pouvait se permettre un tant soit peu de plaisir. Le chevalier avait une tâche. Une tâche ardue.

Cela faisait désormais trois semaines que Tekian était affecté à Beolan. Celui-ci était alors ravi de changer de paysage et de profiter de la douce candeur qu'offrait cette ville incomparable. Mais la magie attire les hommes et les hommes attirent les problèmes. Jusqu'à maintenant, ces journées où il bénéficiait d'un minimum de temps libre se comptait sur les doigts de la main, sans cesse occupé par des affaires de vol ou de bagarres. La seule journée où il réussit à obtenir une permission fut gaspillée à écouter les paroles d'un vieux fou qui l'avait berné. Techani. Le chevalier avait gravé ce nom dans dans sa mémoire, jurant de lui faire payer sa blague de mauvais gout. Et maintenant qu'il se trouvait à nouveau dans la foire de Beolan, il se voyait obligé de suivre son travail et d'interroger la foule. En effet, une affaire sordide avait eu lieu et demeurait irrésolue. Voilà quelques jours qu'une série de meurtres continuait à se dérouler, comptant à ce jour huit décès, les cadavres étant retrouvés dans un état abominable. Le corps était éventré, les tripes déchirées et le cœur réduit en bouillie. On aurait dit l'acte d'un animal rendu fou par on ne sait quel fléau. Mais pourtant, c'était bien un homme, d'après les dires des témoins, du moins.

Tekian venait de se retrouver chargé de l'affaire. Ses supérieurs, incapables d'arrêter le coupable, avaient jugé bon de se débarrasser du problème en le confiant au nouveau venu du coin, afin de s'en servir de bouc émissaire au cas où l'affaire virerait au grain. Le chevalier se retrouvait alors dans une impasse, soit il trouvait le meurtrier, soit il trouvait la mort. Autant dire que le choix fut vite décidé.
Mais le coupable avait fait une grosse erreur en exécutant ses méfaits dans cet endroit. Vu la quantité de personnes résidant en ce lieu et l'originalité de ceux-ci, la plupart étant des mages, il était quasiment impossible de passe inaperçu. Et Tekian se retrouvait donc à interroger la foule, en quête d'indices et de preuves qui le mènerait au meurtrier tant désiré. Jusque là, il n'avait encore rien trouvé.

Les individus qu'il questionnait baignaient dans l'insouciance la plus totale. A chaque fois que le chevalier mentionnait les meurtres et la barbarie de ceux-ci, leur réaction était indifférente. Parfois ils paraissaient contrariés et parfois intrigués. Mais les seuls propos à peu près cohérents qu'il put recueillir ne l'avaient guère mené à grand chose. Tous étaient cependant d'accord sur un point: l'individu répétait frénétiquement une phrase, d'une voix désarticulée et inhumaine. Certains juraient l'avoir entendu mentionné le mot "cœur" mais aucun n'entendit la phrase en entier.

Tekian errait ainsi à travers les quidams, complètement déboussolé. Tout cela ne l'avançait rien. Faibles étaient les personnes qui osaient répondre correctement à ces interrogatoires, trop effrayées par les pratiques barbares du royaume dont ils étaient habitués. Il ne lui restait plus qu'à espérer surprendre l'assassin en plein acte, ce qui révélerait du miracle. Pourtant, il ne désespéra point et continua sa tâche insensée, à poser des questions à un peuple sans réponses. Une personne l'intrigua toutefois. Elle était emmitouflée dans une longue cape pourpre, le visage enfoui sous une capuche. Tekian s'approcha d'elle et répéta le discours qu'il avait énoncé des dizaines de fois:

"Bonjour à toi, habitant ou visiteur de Beolan. Aurais-tu l'amabilité de répondre à quelques unes de mes questions? Un tueur en série rôde dans les parages et nous avons besoin de ton aide pour l'arrêter. Cela sera court, je te rassure."

Il ne prit pas le temps d'attendre sa réponse. Sinon, l'individu s'en irait surement, comme la majorité des personnes qu'il avait interrogé:

" As tu aperçu un homme étrange, ou suspect, se baladant dans ses ruelles? Si oui, répétait-il une phrase, sans raison particulière?
Sinon, as-tu déjà entendu parler de ces meurtres? Entendu quelque chose d'utile, qui pourrait nous permettre d'arrêter le coupable?"


Ainsi, disait-il, se tenant face à elle, le regard morne. Ses questions étaient creuses et il le savait. Malgré tout, c'était les seules qu'il pouvait poser. Il demeura, stoïque, attendant une bribe de réponse quelconque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Azulia Ozera



________________

Azulia Ozera
________________


Race : Seïrdan
Classe : Sorcière
Métier : Conseillère
Croyances : aucune
Groupe : Démon

Âge : 629 ans

Messages : 30

Fiche de Personnage : Ma Fiche


L'enquête. [PV: Azulia Ozera] _
MessageSujet: Re: L'enquête. [PV: Azulia Ozera]   L'enquête. [PV: Azulia Ozera] EmptyLun 3 Déc 2012 - 15:46

Une pluie battante à vous en tremper les os, froide et diluvienne, si sombre que l'on ne s'étonne pas de ne voir que cela dans le Vein. Notre jeune démone missionnait pour le compte d'Arphoss depuis bien des mois. Il ne l'avait pas lâché. Un être abjecte et imbu de sa personne, elle avait enfin mit la main sur le démon que le seigneur voulait interroger. Satisfaite de sa prise, elle le trainait comme un chien muselé que l'on trainait de force au bout d'une chaine au cliquetis métallique. Elle était sous cette pluie, vêtue de sa cape pourpre complètement détrempée, ses cheveux blancs tombant le long de son visage de porcelaine... Ceux-ci dégoulinant totalement. Elle confia le prisonnier à un garde, le temps pour elle de s'annoncer et de présenter sa prise, mais rien ne se passa comme prévu. C'est ce moment là, précisément qu'a choisit l'animal pour tenter de se libérer. Il a tiré sèchement sur la chaine qui échappa aux mains du garde, rendues glissantes par la pluie. Azulia se retourna en une fraction de seconde, son visage traduisant la haine qu'elle éprouvait envers cet incapable... Le prisonnier venait de se mettre à courir, Azulia à sa suite. Elle passa à côté du malheureux garde et gronda, tout en le fixant de son regard rougeoyant :

-INCAPABLE !

Elle était vive, il ne fallut qu'une fraction de seconde à la jeune femme pour bondir, se saisir de son crâne et de le lui arracher, le sang l'inondant se trouva vite emporté par la pluie. Le craquement sonore si reconnaissable des os se brisant se noya dans le clapotis de l'eau tombant en trombe du ciel noir. Elle ne distinguait plus que l'ombre massive du démon, se lançant dans une course démoniaque motivée par la haine. Elle apparaissait comme un fantôme à la cape pourpre flottante, ses pas éclaboussant l'eau jonchant le sol sous forme de flaque plus ou moins profonde.

Un démon ricanant, une chaine tintant et fouettant le sol à chacun de ses pas permettait à la jeune conseillère de ne pas perdre sa trace. La pluie altérant fortement son, odeur, il devenait difficile de le traquer. Il y eut une sorte de détonation «  POP », avant un silence de mort. Elle se stoppa se dressant de tout son être. Elle ne percevait plus rien, humant l'air, cherchant du regard... Rien. Elle comprit. Un hurlement de rage s'extirpa de son antre, se frayant un chemin entre ses lèvres brisant le son cristallin de la pluie. Une Faille. Son prisonnier venait de se faire avaler par une faille. Elle maudissait le Vein, les failles et ce monde d’incompétent. Hors de question de rentrer sans la requête d'Arphoss, mort ou vif, elle le ramènerait...

Les semaines passèrent et se ressemblait toutes, elle patientait. Il allait commettre une erreur et ce jour là, elle serait présente pour le cueillir. Il y avait des bruits qui couraient au cœur de Beolan, une cité de Feleth, sur des meurtres abominables rappelant le mode opératoire du chien qu'elle devait conduire au Seigneur Arphoss et qui lui avait malencontreusement filé entre les pâtes. C'est pour aller vérifier elle même la présence de ses meurtres, de ces cadavres, du mode opératoire que la jolie démone sanguinaire se rendit sur les terres de Feleth. Elle allait retrouver la trace de se chacal et lui faire payer son envie de rire. Il allait subir tel châtiment que même la mort lui semblerait paisible tout comme l'enfer. Elle grimaçait à l'idée même de devoir se fondre dans cette masse d'humains... une masse de mage et de magie, tout pourrait lui faire perdre la tête mais elle pouvait compter sur son esprit, son pouvoir la protégeant de toute sorte d'illusions, car la reine en la matière c'était bien elle. Une cité construite et ancrée au cœur d'une falaise, si abrupte, si grande. Un sanctuaire pour d’innombrables mages et sorciers, une vie de fête et d'illusions, de joies et de clowneries, de divertissements et de folie... Bienvenue à Beolan.

Charmante démone à l'apparence si pure déambulait dans les ruelles du marché, là où les couleurs dansaient sous le soleil et la douce chaleur, là où les mimes et les illusionnistes se serraient les coudes pour faire rêver et sourire les passants, là où les marchandises arrivaient de toutes part par bateaux, là où les marins venaient trouver du repos mais surtout du divertissement. Que cette foire était bruyante, animée et foulée par des centaines de personnes chaque jour et ceci durant toute l'année sans jamais perdre de son intensité, s'en serait presque usant. Elle soupira doucement, son capuchon pourpre sur la tête, son corps correctement enveloppé dans la cape de la même couleur, elle semblait presque flotter sur le pavé tel un esprit. Elle se contentait de parcourir les environs à la recherche du démon qu'elle cherchait, il y avait beaucoup trop d'odeur ici pour qu'elle puisse réussir à isoler celle qu'elle traquait depuis des mois, pourtant elle la connaissait bien. C'est au milieu de la foule qu'on osa la stopper :

"Bonjour à toi, habitant ou visiteur de Beolan. Aurais-tu l'amabilité de répondre à quelques unes de mes questions? Un tueur en série rôde dans les parages et nous avons besoin de ton aide pour l'arrêter. Cela sera court, je te rassure."

Il ne lui laissa pas le temps de répondre, il enchaina directement.

" As tu aperçu un homme étrange, ou suspect, se baladant dans ses ruelles? Si oui, répétait-il une phrase, sans raison particulière?
Sinon, as-tu déjà entendu parler de ces meurtres? Entendu quelque chose d'utile, qui pourrait nous permettre d'arrêter le coupable?"


Elle resta immobile quelques instants, relevant son visage laissant entrevoir la couleur pâle de sa peau et le rouge de ses lèvres y contrastant parfaitement. Elle esquissa un sourire. L'homme avait un regard morne, il répétait cette phrase inlassablement dans l'espoir d'obtenir un témoignage pouvant sauver sa carrière et peut-être le propulser sur un rang supérieur en trouvant le fameux protagoniste.
Elle lui tendit sa main gantée, la posant au creux de la sienne elle s'inclina en une pieuse révérence, avant d’entonner d'une voix claire :

-Sir, je n'ai rien aperçut de tel dans ces ruelles, les maîtres de l'illusion sont bien trop doué pour que l'on sache ce qui nous entoure est réel ou non.

Elle reprit possession de sa main, droite à présent, son masque visible, son regard rouge luisant au travers des orifices destinés à voir. Elle souriait toujours autant, simple, frêle et polie. Inclinant son visage elle poursuivit très calmement, comme si la foule et son manège incessant n'avait plus d'effet sur elle et ce jeune homme en armure.

-Ces meurtres sont en effet remontés jusqu'à mes fines oreilles. Il se trouve que votre problème se figure être aussi le mien. Mais je ne suis pas certaines que nous puissions collaborer... Enfin, je vous laisse le choix.

Elle s'introduisit dans son esprit afin de lui montrer sa réel nature sans prononcer un mot. Elle le fixa en attendant une potentielle réaction. Elle demeurait calme, trop calme pour un être aussi démoniaque en plein cœur de Feleth.

-J'ai surement des réponses, j'ai peut-être des compétences pouvant vous aider... Mais pour cela il faudra m'accepter. Êtes-vous prêt à faire ce sacrifice ? Dites moi, je saurais m'effacer si vous ne voulais pas de moi. Si vous acceptez, conduisez moi ailleurs que nous puissions discuter.

Elle avait dit ce qu'elle avait à dire, fait ce qu'elle avait à faire. Enfin, elle aurait pu continuer son chemin, traquer l'homme et prendre ses indices afin de venir à bout de ce chacal la faisant courir depuis des mois. Mais, elle n'avait pas envie de tuer plus d'innocent que nécessaire en ce jour ensoleillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tekian Varis



________________

Tekian Varis
________________


Race : Demi-Démon Commun
Classe : Chevalier
Métier : Officier
Croyances : Dieu de la pluie
Groupe : Les Rebelles

Âge : 23 ans

Messages : 15

Fiche de Personnage : Le passé


L'enquête. [PV: Azulia Ozera] _
MessageSujet: Re: L'enquête. [PV: Azulia Ozera]   L'enquête. [PV: Azulia Ozera] EmptyLun 3 Déc 2012 - 22:50

Le chevalier s'apprêtait déjà à détourner le regard et à s'adresser à un autre passant, certain que son interlocutrice demeurerais muette. Pourtant elle lui répondit et d'une des manières les plus raffinées, appuyant sa main délicate dans la sienne tout en effectuant une courte révérence. Le jeune homme resta figé, quelque peu embarrassé, avant de revenir à ses esprits. En aucun cas, il ne s'attendait à une telle bienséance envers un garde en ce lieu. La plupart des membres de la bourgeoisie, qu'il avait questionné, n'avaient alors affiché que du mépris et de l'indifférence jusqu'ici, autant dire que le chevalier accepta avec grand plaisir cette marque de courtoisie. Tekian ôta ainsi son casque, en guise de respect, afin de faire face à la jeune femme qui s'adresserait par la suite à lui.
* Diantre, la dernière fois qu'on m'a salué ainsi remonte bien à plusieurs mois. Qu'est-ce qu'une fille aussi raffinée fiche ici?*

Un léger sourire arborait son visage, une lueur amusée brillant dans ses yeux bruns, tandis que le chevalier écoutait avec grande attention les propos de son interlocutrice qui au final ne l'avancèrent guère à grand chose. Elle aussi était dépourvue de la moindre information pouvant contribuer à l'enquête. Cependant la jeune femme ne s'arrêta pas et continua son discours, imperturbable. La vitesse à laquelle elle énonçait ses mots restait monotone, étrangement inhumaine. Ce qui en suivit le perturba d'autant plus. Elle se disait avoir un lien avec l'affaire, mais hésitait à vouloir l'aider. Tekian demeura perplexe en la véracité de ces propos. Non seulement il lui paraissait improbable qu'un telle femme ait un rapport quelconque avec ce meurtrier, mais en plus imposer tant de mystère était inutile. Quoi que ce fut, ce qu'elle cachait ne devait pas être d'une très grande importance. Du moins, c'était ce que Tekian pensait.

Une pensée étrangère vint envahir son esprit et enfin il comprit. Elle n'était pas humaine. Sa réaction fut sans appel.

* Cette... est un démon? Pourquoi? Elle semblait si...*
Les apparences. Tekian avait été complètement dupe. Toute trace de jovialité s'effaça aussitôt de son visage, qui présentait désormais un air sérieux et préoccupé. C'était un démon, annonciatrice de chaos et de destruction et elle se trouvait ici dans une cité humaine, où vivaient plusieurs milliers d'habitants. Un bref instant, Tekian pensa à la tuer, mais la stupidité de l'idée était telle qu'il oublia rapidement. Il était un simple humain contre une créature démoniaque surement pourvue de quelques pouvoirs magiques. L'attaquer ne ferait qu'attirer son courroux, et dans un endroit aussi peuplé, c'était l'inciter à faire un véritable carnage. Non, il devait agir avec prudence, aucune erreur n'était permise.

Puis il écouta la fin de son discours, un rictus sarcastique se dessinant sur son visage. Il avait le choix? Vraiment? La laisser errer seule dans un endroit aussi bondé était impensable. C'était son devoir de la surveiller. Avant même qu'elle ait posé la moindre question, la réponse du chevalier était déjà toute choisie. L'affaire était dans une impasse et elle était la seule solution. Il allait devoir faire un pacte avec le diable pour arrêter un meurtrier, il aurait juré que le destin se jouait de lui. Tekian, encore sous le choc de la révélation, balbutia une réponse:

"B-bien sûr...tu...ahem...si vous voulez bien me suivre..."

Il l'emmena dans une petite ruelle annexe dépourvue de commerces où avait eu lieu l'un des premiers crimes. Inutile de dire qu'elle était donc déserte. Après s'être posé sur une caisse qui trainait sur le bas-côté et avoir pris une longue inspiration, il se décida enfin à ouvrir la conversation, d'un ton plus posé:

"Je me nomme Tekian Varis, chevalier à la solde du Royaume. Vous l'aviez sûrement compris, je suis l'officier en charge de cette affaire. Je ne vous poserai pas de questions sur...ce que vous êtes et ce que vous voulez, vous avez surement vos propres motivations et je les respecte. Mais si vous pouviez juste éviter de triturer mon esprit, je vous en serai gré. C'est mon unique condition.*

Sa voix se voulait calme et sereine, afin de conserver une conversation aussi neutre que possible. Il fixa la jeune femme, tentant de déceler une quelconque hostilité à ces propos, avant de continuer:
"Le criminel compte huit meurtres à son actif, dont trois adultes, une femme et deux hommes, et cinq enfants. Tout laisse penser que son mode opératoire se fait la nuit, la plupart des corps étant été retrouvés au petit matin. Chacun des corps retrouvés avaient la poitrine ouverte, les organes en lambeaux. Rien ne laisse penser qu'il se soit servit d'une arme pour accomplir ses méfaits. Cependant si il a un quelconque lien avec le monde du Vein, cela peut peut-être s'expliquer. Peut-être pourriez vous m'en dire plus sur sa nature, mademoiselle...?"
Sa question resta en suspens, afin qu'elle prenne le temps d'y répondre.

Puis il reprit la discussion, prêt à apporter de nouveaux éléments:

" Aucun indice concluant n'a été découvert sur les cadavres, qui n'étaient vêtus que de leurs effets personnels. Les meurtres se sont tous déroulés dans des ruelles comme celle-ci sans aucun lien quelconque. Et on sait qu'il répète inlassablement la même phrase. Voilà les derniers éléments que nous possédons, inutile de dire que n'avons rien de concret à son sujet. Mais votre arrivée apporte une chance de le coincer. Vous avez la possibilité de faire parler des témoins qui se sont refusés à nous et cela peut nous être d'une aide très précieuse. Avec votre accord, je vous conduirai à eux..."

Il la fixa du regard, ses yeux bruns ancrés dans les siens. Allait-il vraiment coopérer avec un démon?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



L'enquête. [PV: Azulia Ozera] _
MessageSujet: Re: L'enquête. [PV: Azulia Ozera]   L'enquête. [PV: Azulia Ozera] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

L'enquête. [PV: Azulia Ozera]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Foire et marché-