''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptySam 1 Déc 2012 - 18:24

Trois semaines s’étaient écoulées durant lesquelles la jeune femme, n’avait pas reçu une seule pièce d’or de la main de son père. Trois semaines qu’elle se débrouillait pour survivre sans dévaliser les boutiques de Madorass. Mais là elle était arrivée au point de non retour, toutes ses amies lui tournaient le dos, fatiguées que Nephila leur demande constamment de l’avancer.

Elle essaya une dernière confrontation avec son père, mais c’était peine perdue, le vieux bougre campait sur ses positions. Il ne lui donnerait pas un copeck tant qu’elle ne travaillerait pas. Si ses amies venaient à apprendre cela, la honte planerait sur elle. La jeune fille n’était pas faite pour travailler, il y a avait tous ces suppôts pour accomplir les vils besognes, elle était frêle, trop raffinée pour s'abaisser à ce genres de taches avilissantes.

Il lui fallu beaucoup de courage, déjà pour se lever avant 11h, puis pour suivre les indications de son père. Une robe noire ? Rouge ? Hum le noir devrait suffire, après tout ce n’était que des ploucs dans cette garde, une simple robe suffirait. Son père lui avait laissé une lettre à remettre au général de la garde, se précipitant au dehors, elle attrapa la lettre à la va vite.

La jeune fille y allait à reculons, ou pour l’argent, ou les deux. Une heure devrait suffire, ils lui donneraient un peu de paperasse et elle rentrerait les poches pleines pour aller dignement au bal prévu en fin de semaine.

La bâtisse en imposait, mais rien n’impressionnait la jeune femme, sans aucune inquiétude elle passa la lourde porte. Le hall était immense, confiante, elle gagna l’accueil et attendit qu’on vienne l’accueillir comme il se devait, avec petit four champagne et tout le tralalala, après elle n’était pas n’importe qui. Et pourtant rien ne vint, elle du même patienter. Fulminant, elle vit enfin un homme s’avançait vers elle, sans plus attendre elle l’accosta comme on l’aurait fait avec un simple d’esprit.

-Pardon, cela fait au moins cinq minutes que j’attends, pourriez vous m’appeler le chef de la garde, je ne veux pas traiter de mon affaire avec n’importe…

Elle le reluqua des pieds à la tête sans même se cacher, il était jeune, son âge certainement. Sa famille ne devait pas être courronée de gloire sinon pourquoi serait il là à travailler ? Il valait mieux qu'elle ne se moque pas trop, après tout elle aussi en avait été réduite à se trouver en ces lieux..

-…qui..

La lettre lui servait d’éventail, appuyée contre le bureau central, elle regardait l’homme qui semblait ne pas vouloir s’exécuter. Tssss encore un manant que la ville avait du accueillir, du haut de ses talons elle le regardait avec dédain. Elle n’allait certainement pas lui confier sa missive, il aurait été capable de la perdre, et puis le pauvre homme ne devait pas savoir lire, alors à quoi bon…


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) 121203010342373156


Dernière édition par Nephila Edulis le Jeu 6 Déc 2012 - 22:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Robb Snow



________________

Robb Snow
________________


Race : Humain
Classe : Lancier
Métier : Général de la garde
Groupe : Royaume

Messages : 18

Fiche de Personnage : Le Justicier de Madorass


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptySam 1 Déc 2012 - 18:42

Le jeune garde avait changé. Il avait toujours été intelligent, il avait toujours su se faire une place au milieu de la plèbe en tant que grand et loyal serviteur. Il n'avait jamais vu celui pour lequel il était dévoué... que ce soit sont dieu ou le Roi, il ne connaissait pas celui qu'il décrirait pourtant, envers et contre tout, comme les plus grandes personnalités que ce monde comptait en son sein. Il y a quelques temps, maintenant, il l'avait prouvé avec succès. Il avait démontré qu'il était apte à changer les choses. Madorass n'aurait plus le même visage. En ce jour, c'était la plaque tournante de tout les désastres connu du monde d'aujourd'hui. Les pires crimes y étaient commis et les pires êtres y siégeaient corps et âme, sans moindre peur de la justice.

Et aujourd'hui était encore un jour bien triste. Les rangs de Robb Snow, jeune général de la garde de Madorass, n'étaient pas assez fournis. De ce fait, certains quartiers avaient des problèmes de sécurité. Les vétérans de la garde allaient retourner les choses contre le jeune prodige. ils allaient tout faire tomber, tout ce qu'il avait construit... ils auraient destitué le garçon pour prendre sa place et tenter de remettre les choses en ordre. Robb se devait d'avouer que l'initiative était bonne... mais il se devait tout autant de leur mettre des bâtons dans les roues. Ainsi donc recrutait-il, personnellement, de nouvelles personnalités.

En temps normal, les recrutements n'étaient pas nombreux. Et ils étaient confiés à d'autres, des gens moins haut gradé mais de confiance... des personnes honorables. Toutes les quinze minutes, à peu près, le serviteur du royaume faisait des allers-retour entre la réception et son lieu de travail, histoire d'acceuillir les volontaires. Il fut assez étonné de ce qu'il trouva cette fois-ci.

" Pardon, cela fait au moins cinq minutes que j’attends, pourriez vous m’appeler le chef de la garde, je ne veux pas traiter de mon affaire avec n’importe… qui... " lui fit la jeune inconnue. Elle était froide et prétentieuse. Elle sentait les problèmes à plein nez.

Elle ne rejoindrait pas la garde, pas celle de Robb en tout cas. Mais il avait le devoir de lui ramener les pieds sur terre. Ainsi donc attendit-il quelques secondes pour que le silence, morne et fort... plus fort que la parole... s'établisse. Le vide était lourd de sens. Mais elle n'avait pas l'air d'y prendre attention. Il lui tappa sèchement mais sans force le haut du front de sorte à lui baisser le menton.

Elle n'avait pas l'air de comprendre, non, toujours pas. Cette prétentieuse allait protester, s'énerver. Mais Robb la prévint ;

" Bonne soirée mademoiselle. Je suis le général de la garde de Madorass. Si vous êtes venue en ces lieux pour rejoindre mes rangs... "

Il tint un regard dur, fixement posé sur les yeux de la belle damoiselle... à priori stupide. Et, sans bouger, même moindrement, il lui annonça la chose.

" Vous pouvez retourner chez vous. "

Il attrapa la lettre d'une main et sa cape de l'autre, prêt à se retourner vers son bureau... et revenir d'ici quinze minutes. Les sourcils froncé. Le jeune Snow avait maintes autres choses à gérer de plus qu'une jeune femme impertinente, désirant se faire les ongles sous le couvert de l'état lui même. L'argent ne coulait pas à flot pour la garde, les gardes ne venaient pas en masse sur la ville.... les mauvais volontaires ne restaient que très rarement fidèles au roi et, en plus, ils étaient souvent une source de problèmes... des problèmes qui faisaient perdre de l'argent.

Les ambitions du soldat l'empêchait de commettre ce genre d'erreurs. Alors que ses hommes demandaient à avoir plus d'effectifs, à être plus nombreux lors des patrouilles en dehors de la citadelle, celui-ci ne pouvait leur faire ce don. Il n'en était tout simplement pas capable. Désireux d'avoir de véritables gardes sous ses autres plutot que des poivrots, des futurs rebels ou des jeunes fainéants. Lui qui désirait finir cape blanche, finir au plus près de son souverain... il ne pouvait pas se le permettre, non...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptySam 1 Déc 2012 - 20:04

Le jeune homme devait certainement chercher ses mots pour s’adresser à elle, il avait raison, on ne lui parlait pas comme on le faisait avec le peuple. Néanmoins, cela s’annonçait plus compliqué que prévu..peut être ne savait-il même pas parler ? Les yeux ronds comme des culs bouteilles, elle le vit commettre l’irréparable. Portant ses gants crasseux à son visage, il lui fit une pichenette, dédaigneuse elle le regardait avant de lu cracher son venin au visage.

-J’en ai fait tuer pour moins que ca ! Votre grade ne vous protège pas contre moi ! Général ou pas… je vous ferai couper la main…

Mais en plus de la toucher, il se moquait d’elle, c’était le monde à l’envers ! Elle n’était pas douée d’une grande patience, et le ton du soit disant Général l’agaçait au plus haut point. Comment un gamin de son âge avait pu être promu à un tel poste ? Il faudrait qu’elle en touche deux mots à son père, il lui avait manqué de respect. C’était un jeu dangereux, elle avait déjà fait pendre trois gouvernantes qui avaient osé lever la voix sur elle. Sa place dans la garde ne sauverait pas son petit cul bien longtemps, surtout si elle s’immisçait dans cette affaire.

" Vous pouvez retourner chez vous. "

-Chez mon père ? Lucius Edulis.. ?

La cape blanche avait mainte fois prouvé sa loyauté envers le royaume, c’est pour cela qu’il avait été promu il y a 4 ans cape blanche alors que Kaull Heddenmark montait sur le trône, faisant des Edulis une famille respectée de tous. Et si ce gamin n’était pas dénué de toute intelligence, ce nom devrait lui parler, et s’il ne le connaissait pas il apprendrait à le connaitre et à le craindre. Le ton entre les deux gens était froids, tous les deux essayant de prendre le dessus sur l’autre. Mais elle n’était pas du genre à laisser le dernier mot à son interlocuteur.

-Ce n’est pas une visite de courtoisie…l’ordre vient d’en haut et si vous tenez à votre poste je vous somme de lire cette lettre !

Elle en viendrait presque à se battre pour travailler, c’était à noter dans les annales ! Figée elle restait prés du bureau, il n’allait pas se débarrasser d'elle si facilement, si elle arrivait à faire plier son père, elle arriverait bien à le faire plier lui aussi.

Spoiler:
 



Voilà ce que contenait la lettre, desespéré par l’attitude de sa fille, son père avait préféré jeté l’éponge et passer le relai à quelqu’un d’autre plutôt que de continuer à batailler avec elle. La jeune fille ne se doutait pas une seconde des mots de son père, elle pensait que c’était une lettre de piston afin qu’elle intègre l’administration. Qu’il veuille le faire travailler était une chose, mais qu’il veuille la tuer au travail en était une autre. Le Général n’avait pas dénié la faire assoir, qu’elle manque de courtoisie et de savoir vivre, cela ne l’étonnait pas plus que ca venant de la part d’un rustique. Sans attendre une quelconque autorisation, elle posa son royal séant sur le bureau, se moquant bien de la paperasse qui s’y trouvait. Elle attendait patiemment, que cet homme revienne la queue entre les jambes après la lecture de la lettre, un grand sourire parcourait ses lèvres, elle n’avait plus qu’à attendre…3…2…1…

Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) 121203010342373156


Dernière édition par Nephila Edulis le Jeu 6 Déc 2012 - 22:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Robb Snow



________________

Robb Snow
________________


Race : Humain
Classe : Lancier
Métier : Général de la garde
Groupe : Royaume

Messages : 18

Fiche de Personnage : Le Justicier de Madorass


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptyLun 3 Déc 2012 - 15:10

" Ce n’est pas une visite de courtoisie…l’ordre vient d’en haut et si vous tenez à votre poste je vous somme de lire cette lettre ! "

Le très récemment nommé "Général" de la garde se retint de toutes ses forces. Ce genre de personnes méritait le traitement que l'on réservait aux gens qui n'avaient rien, ceux que l'ont trainait dans la boue sans raison, aucune. Mais celle-ci avait un père, un père plutôt convainquant et ce malgré son absence. Après avoir lu en diagonale la fameuse lettre dont se servait cette bourgeoise pour avoir ce qu'elle voulait, il la chiffonna entre ses doigts énervés. Son visage, quand à lui, était tout à fait calme. Il tâchait de rester calme voire froid d'apparence. Il ne fallait pas se fâcher... elle agissait comme un enfant.

Il allait lui redemander de partir quand il eu une idée lumineuse en tête. Oui... il pouvait se servir d'elle. Ou plutot lui demanderait-il de le servir. À boire, à manger... il lui imposerait de porter ses armes et armures, ses vêtements de rechange. Il lui manquait un larbin, oui. De plus, c'était une femme... elle était probablement plus apte que n'importe quel écuyer de cette ville. Ainsi redevint-il calme de nature. Non, il ne souriait pas pour autant. Il restait quelqu'un d'important pour qui il était important d'avoir l'air important.

Malgré les menaces que la jeune femmes lui avait fait l'affront de prononcer, il la toucha de nouveau. Sa main attrapait avec force son épaule et la secouait légèrement.

" Vous désirez faire partie de la garde ? " lui fit-il, sans attendre de réponse. Il serra les lèvres avant de lui commander d'entrer dans son bureau.

" Vous comme moi savons que vous n'avez rien d'un garde. Mais nous savons tout deux, de la même manière, que vous en ferez partie grâce à votre père. À celui-ci, vous pouvez adresser tout les bons sentiments possibles... car, il faut que vous le sachiez, je le respecte grandement. " il fit une pause, faisant signe à un commis de lui apporter de quoi s'abreuver, commandant la même chose pour son invitée.

Les commis étaient indispensables pour débarrasser les grands hommes de nombreuses tâches qui, finalement, n'ont pas un grand impact sur le travail de ces hommes si elles sont bien faites ou non. Ils sont souvent mal traités... leur moral est mis à rude épreuve, et ce, de manière constante. Il fallait qu'elle aie plus de courage que ce qu'elle montre pour tenir plus d'un mois.

" Vous voyez cet homme ? " lui demanda-t-il, les coudes sur le bureau et l'index en direction du commis. " Il va prendre congé ce soir et vous prendrez sa place. Vous serez rémunérée plus qu'un simple garçon de son genre ne le sera jamais. Par contre, vous devrez m'obéir au doigt et à l'oeil et suivre l'éducation que je vous ferai à la lettre. Tel un contrat, si vous ne respectez pas votre part du marché... Notre accord sera rompu. "

Ce qu'elle ne savait pas, alors qu'elle était prête à refuser, c'est qu'un commis qui tenait autant de temps que l'on lui imposait finissait souvent dans les plus grandes salles. Et mieux encore... auprès des plus hautes gens. Comme dans toutes les carrières, les meilleurs avaient leurs places... et dans la garde, ceux qui avaient les meilleures places avaient souvent les plus grandes opportunités. Elle devrait être ravie, en tant que fille d'un grand homme, de pouvoir profiter de ceci sans avoir d'aptitudes quelconques.

D'un regard, il lui demanda de ne pas protester. Il attrapa le calice qu'on lui tendait et bu le contenu d'une traite. Il lui demanda finalement ce qu'elle en pensait, sachant qu'une réponse positive serait la seule admise en ces conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptyLun 3 Déc 2012 - 20:53

Et voilà qu’il revenait déjà, comme quoi son nom lui ouvrait bien des portes, pas même cet homme pouvait lui dire quoique ce soit. Elle prenait un malin plaisir à traiter les gens avec méprise, elle pouvait tout se permettre, la vulgarité, l’ignorance, la moquerie sans que jamais personne ne vienne se risquer à lui faire des remontrances. Elle était née avec le pouvoir et n’était pas prête à faire des concessions.

Vous comme moi savons que vous n'avez rien d'un garde. Mais nous savons tout deux, de la même manière, que vous en ferez partie grâce à votre père. À celui-ci, vous pouvez adresser tout les bons sentiments possibles... car, il faut que vous le sachiez, je le respecte grandement.

Comme tous les autres…Que pouvait-il dire d’autre de toute façon ? A ces mots, elle cru que la partie était gagnée. Oui, la partie car pour elle tout cela n’était qu’une mascarade, un jeu rien de plus, dont ce pauvre général n’était qu’un pion. Ses yeux inspectaient son bureau, sobre, sans fioriture apparente, un homme carré qui passait certainement plus de temps à son boulot plutôt que dans les tavernes, un homme certainement ennuyeux…soupire… Enfin, il se rappela que les bonnes manières n’étaient pas faites que pour les cochons et lui servit à boire. Elle en aurait bien besoin pour la suite…

"Il va prendre congé ce soir et vous prendrez sa place. Vous serez rémunérée plus qu'un simple garçon de son genre ne le sera jamais. Par contre, vous devrez m'obéir au doigt et à l'oeil et suivre l'éducation que je vous ferai à la lettre. Tel un contrat, si vous ne respectez pas votre part du marché... Notre accord sera rompu. "

Le liquide avait à peine eu le temps de faire un tour dans sa bouche qu’il en ressortit tout aussi vite comme un feu artifice en direction du général.

-Pardon ?

D’un revers de la manche elle essuya ses lèvres. Quel était ce guet-apens qui se refermait lentement sur elle. Etait-cela que son père avait comploté dans sa lettre ? Soudainement, elle comprit que le vieux fou s’était bien moqué d’elle. La jeune fille n’était pas là pour l’argent, il l’avait fait dépêcher ici, pour la recadrer.

-Vieux bougre…

Le jeune homme semblait prendre un malin plaisir à lui faire une telle offre. En plus il lui faisait l’affront de lui demander son avis. Debout, raide comme un « i » , elle ne savait pas comment réagir. Puis d’un coup elle frappa le bureau de ses deux poings, le fixant sans sourciller.

-Vous vous foutez de moi ! Vous faites tout pour que je décampe !

En temps normal, elle n’aurait pas perdu son sang froid, il lui aurait suffit de payer des commanditaires pour effectuer toutes les besognes, mais elle n’avait plus un sous en poche. Maudis soit son père ! Elle pouvait déjà voir ce qui allait se dérouler, il lui ferait payer d’avoir un nom hautement supérieur au sien…pour une fois qu’il pouvait casser de la bourgeoise il n’allait pas se gêner. Elle était tiraillée entre l’envie de lui claquer la porte au nez, mais elle avait absolument besoin de ce travail sinon elle pouvait dire adieu aux soirées mondaines.

-Vous n’arriverez pas à me faire plier…même sous vos ordres…

Humm…elle avait parlé un peu trop vite, lui donnant sa réponse sous le coup de l’agacement. Elle sentait qu’elle allait bien vite le regretter. Mais elle ne lui ferait pas ce plaisir... non.. il n'allait pas la tourner en ridicule comme il le souhaitait. Si le jeune homme souhaitait jouer il allait perdre. Elle ne l'aurait pas avoué même sous la menace, mais la promesse d'un tel jeu entre eux l'excitait.


Dernière édition par Nephila Edulis le Jeu 6 Déc 2012 - 22:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Robb Snow



________________

Robb Snow
________________


Race : Humain
Classe : Lancier
Métier : Général de la garde
Groupe : Royaume

Messages : 18

Fiche de Personnage : Le Justicier de Madorass


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptyLun 3 Déc 2012 - 23:39

" Vous n’arriverez pas à me faire plier…même sous vos ordres… "

Bien, pensa le soldat. Ainsi donc acceptait-elle. L'homme fit un grand geste, comme pour balayer son parfait bureau alors qu'elle venait de l'assommer. Pauvre bureau... Il se redressa, le visage toujours aussi raide. Rien ne laissait paraître ses émotions. Il avouerait probablement qu'il était confus. À la fois heureux d'avoir une nouvelle commise et malheureux que ce soit une adolescente en manque d'argents, envoyé ici bas par son père mécontent. Elle semblait prête à tout pour énerver qui que ce soit dans ce monde. Or, celui-ci était déjà bien trop dur aux yeux de Robb pour qu'il laisse une jeune femme la dégrader plus encore.

Il s'empara de quoi écrire et d'un support sur lequel poser son encre. Il compléta des papiers déjà tout écrit avec les coordonnées connues de la demoiselle tel que son nom de famille et sa profession à venir. Il le lui tendit pour qu'elle en finisse avec le reste, qui lui était encore inconnu. Une fois ce papier rempli, il aurait la preuve qu'elle était à son service dorénavant et ce, pour une durée indéterminée. Celui-ci décrivait aussi le fait qu'elle était redevable envers le royaume. Ainsi serait-elle coupable de désertion si elle venait à quitter ce travail sans l'accord de ses chefs... sans l'accord du général de la garde de Madorass... sans l'accord de Robb Snow.

Le papier n'indiquait pas que les choses déplaisantes d'une telle carrière. Il décrivait les rémunérations, elles aussi remplies sur le moment par l'homme généreux qui siégeait en ces lieux. Cela n'équivalait peut-être pas la somme que son père lui accordait pendant longtemps, mais elle ne pourrait s'en plaindre si elle était doué d'une quelconque intelligence. Il attendit donc que le papier soit rempli de manière effective, satisfait.

" Une grande et longue histoire va commencer pour toi. " lui fit-il remarquer. Son ton n'était pas enjoué, il n'était pas joyeux. Il n'y avait rien de joyeux à rejoindre la garde. Il s'agissait là d'un devoir affublé à la personne qui le demandait. Elle l'avait demandé. Ainsi donc avait-elle désormais un nombre de vie sur son dos, même si elle n'était qu'un commis. Elle aidait le général dans ses affaires et les affaires de celui-ci étaient importantes... très importantes.

Il s'avançait vers la sortie du bureau lorsqu'il s'arrêta et cria à son commis de venir, le jeune garçon qui les avait servit tout à l'heure.

" Garçon, nettoies tout ça et puis vas-t-en. Nous n'aurons plus besoin de toi. " lui commanda-t-il.

Le jeune homme avait l'air d'être perdu, il n'était pas mécontent de quitter ce travail. C'était certain, il préférerait surement être épicier ou un emploi de ce genre. Quelque chose dans quoi il ne sentirait pas rabaissé, il ne se sentirait pas opprimé par quelqu'un qui, de toute évidence, a le dessus sur lui... mais le salaire d'un épicier n'équivalait probablement pas un tiers de celui de commis. Il ne serait probablement jamais aussi riche qu'il l'eut été pendant ces quelques semaines... c'était bien trop court à ses yeux. Mais il se pencha tout de même avec toute l'élégance qu'il pouvait montrer et s'exécuta. Le tout sans un regard à l'invitée, qui était le moindre de ses soucis.

Robb Snow lança son regard en direction de Nephila. Aujourd'hui, ou plutôt... ce soir... viendrait ses premières heures de travail.

" Garçon ! " lui fit-elle. Il le lui cria presque. Rien que l'appel sonnait comme un ordre. De sa voix, il désirait la faire trembler, faire en sorte qu'elle se redresse et se tienne droit. Il fallait qu'elle montre... qu'elle paraisse disponibles pour toutes les affaires que l'on lui confierait. Dès aujourd'hui, dès maintenant, elle ne travaillerait jamais assez aux yeux de son supérieur. Elle devra être occupée nuit et jour, heures après heures pour le contenter. Elle se devrait de lui prouver qu'il n'avait pas fait d'erreur en lâchant son précédent commis qui avait tout d'efficace. Celui-ci, s'il savait y faire, trouverait probablement un bon travail ! Il avait rencontré bien des gens qui l'auraient voulu à leurs cotés. Mais ce garçon là... il n'avait pas d'ambition, aucune ! Contrairement à la jeune damoiselle. Elle désirait vivre dans un paradis où elle serait maîtresse d'elle-même et de ses dépenses. Ce rêve la poussait à être ambitieuse. Cet égoïsme, cet égocentrisme la pousserait à se dépasser et à être forte tout au long de ces dures journées de labeurs. Robb Snow, qui était quelqu'un d'intelligent et perspicace, en était convaincu.

" Ce soir, je m'entraînerai pour ma prochaine joute. Elle m'opposera à mon frère et elle aura lieu d'ici plusieurs semaines. Tu feras office d'écuyer. " lui dit-il. C'était une information. Pas un ordre, pas une demande... encore moins une invitation. Son ton n'avait pas changé depuis qu'elle avait pénétré le palais. Il lui dirait tout et n'importe quoi avec le même air, la même rudesse. Il lui indiquerait ce qu'elle doit faire, quand elle doit le faire et comment. Et elle obéirait sans objection, aucune. Elle fera tout ce que l'on lui dira, tout ce qu'on lui apprendra. Et ce, sans même se demander à quoi est-ce utile et pour quelles raisons l'on le désire.

" Lorsque j'en aurai terminé pour la soirée, je t'entraînerai au combat. Étant donné que tu seras mon larbin, garçon, tu devras savoir en quoi mes occupations consistent. " voilà les bons cotés du métier. Elle allait apprendre, elle allait être éduquée. Cette jeune fille, sournoise, mal élevée et bien trop gâtée, allait vite devenir quelqu'un de bien. Beaucoup plus forte et droite. Quelqu'un de respecter pour la simple et bonne raison qu'elle serait dorénavant respectable.

Il lui fit finalement un grand signe pour qu'elle s'en aille. " Tu as trois heures pour te préparer. Nous nous rejoindrons pour l'entraînement. Et habille-toi convenablement ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptyMar 4 Déc 2012 - 23:40

Le temps de la paperasse était venu, après avoir signé tout ce qui devait l’être, elle jeta un œil sur la seule feuille qui avait une réelle importance, celle qui traitait de sa paye. Une paye ridiculement risible comparée à ce que son père lui donnait, elle avait là juste de quoi organiser une unique réception.. Mais le refus n’était pas un choix envisageable, à contre cœur elle accepta ces conditions.

-Garçon !

Il lui brailla dessus manquant de lui arracher un tympan, portant une main à son oreille, elle s’étonna :

- Je ne suis pas sourde ! ohhhhhhHHhh par contre vous êtes légèrement aveugle..Ou avec des tendances douteuses…

Ah oui oui ! Il devait avoir un problème de myopie pour ne pas voir en elle la femme qu’elle l’était, certes ses seins n’étaient pas des plus développés mais tout de même…Hum…Encore un acharné du travail qui n’avait jamais pris de bon temps. Le pauvre vieux avait du calmer toutes ses tensions sexuelles dans son boulot. C’était la seule explication possible pour la jeune femme.

Enfin il la congédia afin qu’elle repasse plus tard dans la soirée. C’était mal parti si on commençait à lui faire faire des heures supplémentaires, elle ne manquerait pas d’ailleurs de lui faire remarquer ! Profitant de ce lapse de temps qui s’offrait à elle, la jeune femme rentra chez elle se prélasser, tant est si bien que le clocher sonna l’heure de leur rendez vous. Tant pis elle serait en retard, mais après tout une femme bien éduquée devait savoir se faire attendre. Elle n’avait même pas eu le temps de se changer, a la vite elle attrapa une ceinture en cuir qui souligna sa taille ainsi que ses gents assortis à celle-ci.

Il était là en tenue de combat dans l’arrière cour, vu sa tête elle n’avait pas intérêt à piper mot. Jouant la carte du charme pour faire passer la pilule, elle s’avança jusqu'à lui, ondulant comme un serpent.

-Vous n’auriez pas du m’attendre….

Ses yeux rieurs le regardaient, mais il ne semblait pas spécialement vouloir rire… ca allait être sympa ces prochaines heures avec lui. Plantée devant lui, les mains sur les hanches elle le questionna sur la teneur de son travail.

-Bon alors je fais quoi… ? Je vous regarde et je joue celle qui est impressionnée par le maniement de votre épée ?



Dernière édition par Nephila Edulis le Jeu 6 Déc 2012 - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Robb Snow



________________

Robb Snow
________________


Race : Humain
Classe : Lancier
Métier : Général de la garde
Groupe : Royaume

Messages : 18

Fiche de Personnage : Le Justicier de Madorass


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptyMer 5 Déc 2012 - 14:00

Robb n'avait pas pris en compte les remarques contestant le nouveau surnom qu'il avait donné à cette femme. Elle désirait avoir ce qu'elle voulait et c'était tout ce qui lui importait. Les papiers étaient signés, l'horaire de sa première journée, donné... le général s'en alla donc aussi pour se préparer. Il fit un tour dans le palais, prenant avec lui les gardes lui étant le plus fidèle. Ils étaient bien une vingtaine. Ainsi marcha-t-il dans toute les parties du palais pour inspecter ses troupes, le ciel, histoire de savoir ce qui s'était déroulé et ce qui pourrait bien arriver au cours de la fin de journée. Son cortège le suivait, dans un bruit monotone et rythmé de pas. Les nouvelles étaient bonnes... personne n'avait désiré entrer au plus près du Roi et la pluie ne tomberait pas ce soir.

Robb Snow en était bien heureux et fila, toujours accompagné de ses hommes, en direction de l'aire d'entraînement. Ceux-ci l'entourèrent et restèrent debout sans bouger jusqu'à nouvel ordre... tandis que leur chef s'adonnait à l'une de ses responsabilités préférées. Les enfants ! Oui, nombreux étaient les parents qui ne savaient se battre mais qui, en ces temps de violence, désiraient avoir une ou plusieurs lames dans la famille. En plus, on attrapait souvent des jeunes chapardeurs orphelins qui finissaient ici avec une lame dans la main et un but dans la vie. C'était un peu de l'humanitaire, finalement.

Il sépara le groupe en deux et ordonna au premier d'attraper des boucliers en bois et aux second de chercher des épées, aussi en bois, dans la réserve. Ils s'exécutèrent et se mirent bien vite en groupe de deux, prêts à se frapper dessus une heure durant. L'entraînement était violent et personne n'avait le droit de se plaindre, le but pour le premier étant de repousser les coups voire de les retourner contre son adversaire et pour le deuxième de, tout simplement, le faire tomber. Certains tombèrent des le premier coups. Le général les rangea directement sur le coté, ils étaient les maillons faibles.

Il noterait leurs noms et en ferait des futurs larbins pour les autres qui auront réussi. Du moins s'ils venaient à réussir jusqu'à un grade plus élevé que garde... Certain de ces enfants n'avaient même pas dix ans de moins que Robb et ils le voyaient pourtant comme un vieil adulte effrayant. Ils ne le contredisaient pas, ils ne lui répondaient pas. Ils ne faisaient qu'obéir. Le général savait très bien qu'il y avait quelque chose de malsain dans tout ça. Mais l'ordre était l'ordre et ainsi était-il fait.

Les noms des moins bons étaient notés sur papier, comme à peu près toutes les informations importantes qu'observait le méticuleux garde. Il leur ordonna d'échanger les rôles pour la secondes partie de l'entraînement et pu se rendre compte que certains s'amusaient à taper fort sans, eux-même, savoir prendre les coups. C'était la quelque chose de fort déplaisant à ses yeux. Il fallait toujours privilégier une défense bien gardée qu'une attaque irréfléchie. L'attaque étant pleine de surprises alors que la défense était calculée. Telle était la vision des choses pour Robb Snow. Et jusque là, ca ne l'avait jamais trompé. Même si ce fut son frère qui garda les lieux pendant plusieurs jours, en infériorité numérique, lors de ce soir qui changea leur vie. Madorass leur en devait une fière chandelle.

L'entraînement était fini et il ne manquait désormais plus que Nephila. Les gardes commençaient à s'engourdir les jambes à force d'attendre. Et leur général attendait que son commis arrivent et l'habille de son armure lourde. Car ces armures étaient impossible à mettre soi-même et tel était le rôle de cette jeune dame, de toute manières... Mais elle n'arrivait pas. Et alors que le retard commençait à se faire sentir, Robb commanda à un garde d'aller chercher quelqu'un qui puisse faire tout ceci à la place de l'absente. Il fut ainsi rapidement vêtu et nourri. Car la nourriture et la boisson, jusque là, manquait aux troupes comme à leur supérieur. Le commis du jour avait tout fait de manière parfaite jusqu'à que la retardataire se présente enfin.

Le général était au sol, droit comme une pique alors qu'il la fixait, un gout amer dans la bouche.

" Vous n’auriez pas du m’attendre… " lui dit-elle.

Il allait la corriger quand elle continua ; " Bon alors je fais quoi… ? Je vous regarde et je joue celle qui est impressionnée par le maniement de votre épée ? "

C'est alors que son remplaçant arriva, tenant au bout d'une bride... un cheval. Oui, l'entraînement allait commencer et Nephila n'avait rien fait. Le général attrapa alors le commis au nom inconnu par l'épaule et commanda à un garde d'attraper le cheval.

" Je ne vais pas faire les présentation. Je ne connais pas, moi-même, son nom. Mais sache qu'il a très bien fait TON travail. Il le mérite probablement bien plus. " lui fit-il remarquer.

Elle se croyait en sécurité, le nom de son père était connu et reconnu et Robb s'avouait qu'il ne désirait pas avoir de problèmes avec la famille. Quoi qu'il en soit, il s'avait qu'un soldat d'une envergure de ce monsieur saurait reconnaître la raison du général ici présent. Car il avait raison, s'il la virait. Il avait toutes les raisons de le faire.

" Le nom de ton père ne te protège pas. Tu es en retard et je me suis ridiculisé devant mes gardes à t'attendre. " lui fit-il observer. La vingtaine de garde l'entouraient et n'avaient probablement pas eu de problèmes avec ca. Ils avaient peut-être eu un peu de peine pour lui, certes, mais rien comparable à de l'humiliation. Ils ne comprenaient pas, en réalité, qu'un général se devait d'être irréprochable à tout moment. C'était là ce qui rendait la situation difficile. Il pourraient préférer voir n'importe lequel de leurs vieil ami prendre la place du jeune général et ainsi perdrait-il lui même son travail s'il ne venait pas à se faire respecter dans les plus brefs délais. Et Nephila ne l'aidait guère en ne faisant pas son travail. Elle montrait, de la sorte, que lui-même se pliait devant le nom de son père et qu'il n'était qu'un pleutre au milieu d'autres.

Le général ne savait franchement pas quoi faire d'elle. Mais il eut une idée, elle allait l'entraîner... certes c'était prévu. Mais il allait l'entraîner en même temps. En fait... ils allaient faire une joute l'un face à l'autre. Ils avaient à peu près le même âge et la même carrure. Seul le talent différait, à priori. Ainsi, Robb aurait un aperçu de la trampe de son larbin. Il appela un garde qui ferait office de larbin de son larbin à lui. Il prendrait le commis, inconnu, de son coté. Ce garde alla chercher une armure et tout l'équipement nécessaire pour l'habiller car, même si elle l'aurait voulu, elle n'aurait pas pu le faire seule. Après cela, il irait chercher une monture adaptée et de quoi s'armer pour jouter.

Un bouclier, une lance à pointe arrondie. Un affrontement d'un ou plusieurs coups destinés à faire chuter le cavalier adverse de sa monture. Le danger n'était pas la violence des coups portés ou reçu mais les lances qui se brisaient en se pliant lors de l'impact, ceci provoquant une sorte d'explosion envoyant des débris, des échardes de bois dans tout les sens. Les casques ne pouvaient toujours protéger les visages des participants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptyMer 5 Déc 2012 - 23:05

Elle le savait ! C’est en le voyant parmi tous ses enfants qu’elle comprit pourquoi il la surnommait ainsi. A force de passer du temps avec eux il avait du oublier qu’il y avait une vie après 12 ans.. Cet homme n’était que remontrances, pire que son père, au change elle ne sait pas si elle y avait gagné. Cela rentrait par une oreille et ressortait par l’autre, des années de travail pour que les corrections glissent sur elle. D’ailleurs qu’est ce qu’il disait ?! Rien de bien important, dans ce genre de situations la jeune femme posait son cerveau et le débranchait, c’était une technique imparable pour éviter bien des désagréments. Elle avait appris que dans ces moments là il fallait toujours hocher la tête de haut en bas, comme si on accordait de l’importance aux dires de l’interlocuteur. Son petit manège pris fin quand un garde vint à elle avec une armure.

-Hein ? non mais je rentre pas la dedans je vais chopper la gale !

Face aux airs désappointés des soldats, et leur rétorqua comme pour se justifier :

- Non mais on ne sait jamais qui est passé avant nous ! Si ca se trouve c’était un crade ! Je ne vais pas mettre ça !

Les gardes en avaient décidés autrement, ceux-ci soutenaient leur général et n’entendaient pas déroger à ses ordres. Elle eu beau se débattre ils réussirent à la coincer et à la maitriser afin de la mettre en tenue. Plus que le poids de l’armure, elle remarqua de suite l’odeur de transpiration qui s’en dégageait, dans une grimace de dégout, elle s’avança dans la cour en grinçant. Ses mouvements étaient gênés par la masse de fer, mais étrangement elle ne pliait pas sous le poids de la carcasse ce qui sembla surprendre la moitié des gardes.

Passant prés d’une flaque d’eau elle vit son reflet, stupéfaction…elle n’avait plus rien de féminin, une montagne d’acier voila ce quelle était. On lui apporta un cheval qu’elle regarda bêtement.

-Vous voulez vraiment rire… ? Non…mais il n’est pas question que je monte dessus….et je ne sais même pas jouter !

Il voulait l’humilier, qu’elle baisse les bras, lui montrer que sous ses airs de garçon coincé il savait manier la lance. Cela ne l’avait jamais impressionné les démonstrations de force, la seule chose qui pouvait la surprendre c’était une bourse bien remplie, rien de plus rien de moins. Il fallu deux hommes pour la soulever, s’agrippant de toute ses forces à la selle du cheval elle réussi à le chevaucher. Cette position n’était pas digne d’une femme de la haute, heureusement que personne d’autre ne la verrait ainsi, d’autant plus qu’on lui tendit un masque qu’elle ne manqua pas d’enfiler.

Il lui semblait glisser, il ne fallait pas qu’elle bouge sinon le poids de l’armure l’entrainerait au sol. Il l’attendait en face, elle ne pouvait lire l’expression de son visage sous le casque, mais il devait jubiler de la traiter de cette façon.

-Si vous me tuez vous perdrez la tête et votre famille sera déshonorée !

Les gardes lui portèrent le dernier élément ; une lance plus longue de 2 mètres. D’un coup d’œil elle s’aperçu qu’elle n’aurait pas assez de deux mains pour guider le cheval et tenir la lance, peu importe elle ferait comme ca ! La lance fermement maintenue sous son bras gauche, sa main droite sous le manche de la lance afin qu’elle ne tombe pas misérablement. Elle du reposer le poids de celle-ci sur le cheval…elle avait du mal à la maintenir et c’était la seule façon qu’elle avait de la faire tenir horizontalement, néanmoins elle était trop basse…

Les hommes riaient du ridicule de la situation, sans crier garde l’un d’eux frappa la croupe de la jument qui parti au quart de tour. Fermant les yeux elle redoutait le moment de l’impacte.


Dernière édition par Nephila Edulis le Jeu 6 Déc 2012 - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Robb Snow



________________

Robb Snow
________________


Race : Humain
Classe : Lancier
Métier : Général de la garde
Groupe : Royaume

Messages : 18

Fiche de Personnage : Le Justicier de Madorass


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptyMer 5 Déc 2012 - 23:34

Robb Snow était sur son cheval, à peine monté. Il avait sa lance sous le bras. Son autre main tenait la bride du cheval et lui-même était convenablement assit sur sa scelle. Il avait appris tout ça dans les grandes écoles du royaume et avait toujours été très bon élève. Son armure était belle, c'était une bête de concours. Il était vrai qu'on avait filé une tenue d'entraînement à la jeune fille, elle n'avait pas été gâtée. Le général était fier de voir son élève dans cette armure, quoi qu'il en soit. Elle avait l'air d'un vrai homme. Un véritable soldat. Une fois le casque sur sa tête, personne ne pourrait en douter. Il leur fallait maintenant faire un tour du parcours avant de commencer, une sorte de révérence avant un duel.

Mais le chevalier fut prit de court. Son garde avait fait la bêtise de lancer le cheval sans réfléchir, il devait être jeune. C'est sur, il n'y connaissait rien. Ainsi, le jeune homme qu'il était ne se lança pas au combat, et la monture du garçon qu'il avait fait mettre en scelle s'arrêta net une fois arrivé à ses cotés. La jeune élève semblait surprise par ce qui venait de se passer. Et, au vu de sa position sur la bête, elle n'avait pas l'air très à l'aise. On ne lui avait même pas donné un bouclier. Il claqua des doigts le garde incapable qui arriva donc avec ce qui manquait et lança sa lance à son écuyer temporaire. Il n'avait pas encore de casque sur sa tête et se tourna vers son adversaire.

" Garçon. Ton travail ne sera pas sur le cheval lorsque je m'opposerai à mon frère, garde ça en tête. Observe bien mon écuyer. " Il grimaça en observant la position de la femme.

" Pour cette heure-ci, tu es un chevalier. Car il n'y a que les chevaliers qui joutent, rappelle-t-en. " il jeta un coup d'oeil au garde qui arrivait et qui hésitait à l'interrompre.

" En tant que chevalier, ordonne lui de positionner tes pieds dans les sangles. Ainsi tu ne perdras pas équilibre. En tant que chevalier, tu n'as pas à te justifier. " lui fit-il.

Il ne savait pas trop pourquoi il lui disait tout ca, il était là à l'aider alors que son seul but était de la ridiculiser. Il fallait, au départ, qu'elle comprenne qu'elle n'avait aucun pouvoir en ces lieux et ce quelque soit son nom. Mais il n'y parvenait pas. Il fit la moue en observant la prise qu'elle avait sur sa lance et tourna autour d'elle histoire d'être du bon coté pour l'aider.

" Tu t'aide de tout ton bras pour porter cette arme. D'ailleurs, ce n'est pas une arme, une fois à terre elle ne servirait à rien. Elle ne doit pas bouger d'un poil sinon ton coup sera faible à l'impact et c'est toi, en tenant ton arme, qui t'envoleras. " lui dit-il en lui attrapant le coude et la lance pour mettre tout ça en place.

" Tu devrais trouver comment mettre ton poignet pour que toute la machine tienne. C'est une question d'équilibre, même un enfant pourrait garder cette lance dressée comme une flèche. " lui dit-il encore.

Mais qu'avait-il ? Voilà qu'il comparait cette tâche à quelque chose atteignable par un enfant. Il essayait de la mettre en confiance sans même savoir pourquoi. Il allait l'affronter et lui disait, le temps de quelques phrases, tout ce qu'il savait de bon à savoir là dessus. Le garde tendit le bouclier à son chevalier, et elle le prit sans broncher.

" Tout comme ta lance, le bouclier doit être tenu de manière à ce qu'il ne puisse bouger sous aucun prétexte. " Il mit tout ça en ordre, comme pour la lance, un instant plus tôt. " Devant toi, voilà. " finit-il par observer.

Ils étaient prêts et un nouveau garde fit maintenant l'écuyer de Nephila. En effet, le précédent était mauvais et Robb lui a donné l'ordre de rentrer chez lui pour la journée. Il lui avait indiqué, en passant, qu'il ne serait pas payé pour aujourd'hui étant donné son erreur qui aurait pu coûter une vie. Il venait de faire à ce garde ce qu'il avait dit qu'il ferait à sa nouvelle recrue. Oui, il traitait tout le monde de la même manière, il fallait tout simplement faire régner ordre et équilibre. Il fallait surtout ne pas faire d'erreur. Là était la raison pour laquelle il n'aurait pas du avoir à attendre Nephila. Il avait ainsi montré que lui aussi, celui qui condamne ses officiers pour la moindre erreur, pouvait en faire. Il faisait des bêtises comme tout le monde, mais, de part sa position, les payait au centuple.

La cavalière qu'était Nephila était de l'autre coté de la piste, et tout deux firent le tour de celle-ci. Il fallait simplement donner des coups de talons, doucement, pour que ces montures s'exécutent. Elles étaient entraînées pour la joute et SEULEMENT pour la joute. Une fois la révérence faite, une fois chacun à nouveau à un coté de la piste, un garde fit " PARTEZ ! " de sa voix rauque. Et les deux cavaliers tapèrent sèchement leurs montures des talons. Ceux-ci s'emballèrent et foncèrent l'un vers l'autre.

À la vue du cavalier, cela avait tout d'horrible, malgré le fait que le coup à la tête n'était pas permis... C'était la bête noir de ceux qui joutaient. Se prendre cette pique, même émoussée, dans la tête était la cause d'une mort assurée. Mais ce ne fut pas le cas, tout deux se ratèrent, probablement pas assez proches lors du galop. Il fallait recommencer.

Alors que le garde allait répéter ses mots, Robb Snow espérait que le combat allait en être un véritable. Il ne savait pas pourquoi, mais une fois sur son cheval, une fois la lance à la main. Il ne voulait plus l'humilier... Il voulait la mettre en défaite, une défaite honorable au possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptyVen 7 Déc 2012 - 19:53

Bizarrement, elle ne ressentit aucun choc, était ce si simple de jouter ? Ouvrant un œil puis l’autre, elle constata que Robb n’avait pas bougé d’un pouce. Ce dernier fustigeait le malheureux qui avait osé lâcher la pouliche. Mais le plus étrange restait à venir..Le général pris d’un élan de folie, lui indiqua comment tenir sa lance, allant même jusqu’à la positionner. Ces recommandations étant données, il regagna sa place prêt à combattre. Le ventre noué elle en fit de même. Que lui avait-il déjà ? Ah oui ! Le bouclier devait être fermement maintenu au risque sinon de se voir harponner. Pas facile, facile,…au lieu de lui rendre la tâche plus aisée, elle croulait sous le poids de l’armure et des armes.

" PARTEZ ! "

Ses fesses rebondirent sur la croupe du cheval dans un tintement chaotique. Elle semblait être un pantin désarticulé. Dardant sa lance tant bien que mal elle ferma à nouveau les yeux au moment fatidique. Une erreur de sa part… C’est dans cette obscurité qu’elle senti cette vive douleur. Son épaule…il venait de la heurter de plein fouet. Alors c’était à ça que ressemblait la souffrance ? La violence du choc était telle qu’elle en lâcha les brides de son cheval. C’était la chute assurée. C’est ainsi qu’elle fit son baptême de l’air, retombant lourdement au sol. Ce n’était plus seulement son épaule qui la faisait souffrir mais l’intégralité de son corps.

Les gardes s’attroupèrent autour d’elle, ne sachant pas s’ils devaient lui enlever son casque. Inerte, elle gisait au sol, incapable de prononcer un mot. Ses lèvres s’étaient tintées de rouge. Si la douleur n’était pas si vive elle aurait trouvé que cette couleur lui allait à ravir. L’ombre du général planait au dessus d’elle, finalement, il n’était pas si moche dans cette tenue. Cette réflexion devait être le fruit d’une commotion cérébrale. Elle voulu se redresser, mais tout son corps crié. Son épaule faisait un drôle d’angle, il avait certainement du la déboiter.

-Je vous hais..

Dans un murmure presque inaudible elle lui adressa ces quelques mots. Elle faisait là un grand effort, mais lui lancer cette pique était le dernier rempart qu’il lui restait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Robb Snow



________________

Robb Snow
________________


Race : Humain
Classe : Lancier
Métier : Général de la garde
Groupe : Royaume

Messages : 18

Fiche de Personnage : Le Justicier de Madorass


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptyMar 11 Déc 2012 - 21:51

Désormais ses deux pieds au sol, Robb Snow était penché sur la demoiselle, son garçon... Il était là, sans gémir, assumant sa douleur et sa défaite. Du moins, en partie, car le général reconnu tant bien que mal ses paroles, témoignant de la haine de la dame à son égard. Il sourit à cette faveur, et lui attrapa le bras. Elle ne le lui avait pas tendu, certes, elle ne voulait pas se relever. Pour que ceci soit possible, il fallait que la douleur soit immense ! Mais peu importe, le général la voulait debout et ses désirs étaient des ordres. Il la tira vers le haut, donc, et entendit un claquement sourd. Il sentit ce claquement jusque dans ses mains serrant le bras las de tout ceci. Elle avait eu l'épaule déboîtée. Vu la mine de Nephila, il avait su la réparer, elle récupérait des couleurs... mais elle se préparait à geindre de part la douleur de la réparation forcée.

Robb lui lança un regard suppliant le pardon étant donné que ce geste n'était pas voulu et qu'il avait connu maintes fois ce geste médical mais violent... qu'il ne désirait, à chaque fois, pas devoir subir à nouveau.

Cela-dit, elle était désormais debout. Il lui tapota donc l'épaule précédemment douloureuse et se retourna vers ses hommes pour lui demander de la défaire de son armure et de ses armes. Snow espérait qu'elle retiendrait quelque chose, quoi que ce soit, de tout ceci. Il espérait que tout se passerait mieux désormais tout en sachant que ca n'avait rien, ni d'une punition, ni d'une tentative d'humiliation. Il fallait juste, pour cette femme, réaliser le fait que son général lui était supérieur et qu'il avait quasiment tout les droits sur elle... que ses désirs lui étaient des devoirs et qu'elle était à son service. Certes, pour n'importe quelle personnes aux envies de libertés, cela était dur à avaler ainsi qu'à digérer. Mais c'est ainsi fait et se plier à la loi de l'équilibre était des plus louables aux yeux de l'homme rigoureux.

Alors qu'elle était de nouveau en tenue à peu près normale, l'heure de la pause était arrivée. Non pas qu'il en existait une mais que les conditions pour pouvoir s'arrêter sans avoir de remords étaient réunis. La fatigue, de quoi réfléchir et un brin d'émotion suffisait à faire de la journée quelque chose de valable. Ainsi le général préférait prendre congé de tout son monde ainsi que de sa nouvelle recrue.

Ses troupes seraient aux aguets pour la nuit, le royaume nécessitant une protection sans failles... une protection qui ne faisait jamais de pause. S'ajoutait à cela que le roi était malade, que le roi était faible, et qu'aux yeux de Robb, tout le monde en ressentait la faiblesse. Il s'agissait donc d'une période morne voire triste pour le royaume, celui-ci attendant désespérément le second souffle. Dans une période pareille, tout le monde avait un travail, une mission à toute heure. Robb vérifierait les documents remplis par les gardes, les citations d'enquêtes et toute cette paperasse tandis que Naphila, elle....

" Garçon. Ta journée est finie, tu peux passer par la réception demander ce que le royaume te doit pour cette journée. " lui fit-il en retirant ses gants lourds et à l'air crasseux. " Pour endroit où loger, tu dormiras dans mes quartiers. une place t'y es réservée. J'espère que tu t'y sentiras comme chez toi. Mais lève toi à la même heure que le soleil, on t'indiqueras dès lors quoi faire. "

Enfin avait-il terminé ! Ces quelques mots paraissaient si longs. Le temps paraissait long. Hormis ce genre de petites choses qui faisait de cette journée une journée différente, il voyait passer le temps sans pouvoir avoir un quelconque impact sur lui. Il se sentait déjà vieil homme. Ses responsabilités l'écrasaient et l'honneur qu'il avait à occuper ce poste peinait à donner du sens à tout ceci. Il s'en alla donc vers ses quartiers, son bureau, ses documents... laissant deux gardes aux cotés de son nouvel écuyer, son nouveau commis, son nouveau compagnon de route, histoire de le raccompagner à sa nouvelle maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) EmptyJeu 20 Déc 2012 - 16:40

Le cri poussé par la femme désarmée stoppa net tous les gardes. Il lui semblait qu’on venait de lui arracher un membre. Il n’y était pas allé de mains mortes, elle soupçonnait même qu’il ait fait exprès. Son épaule vint se tordre dans un affreux craquement reprenant sa place habituelle. La douleur cognait à ses tempes, lui faisant perdre l’équilibre, ses jambes flageolaient et l’aide d’un garde fut nécessaire pour la maintenir debout. A moitié sonnée, la jeune femme était maintenant spectatrice de sa propre humiliation. On lui enleva son plastron sans qu’elle rechigne, un bleu coloré à présent son épaule dénudée. Dans le plus grand silence, elle se laissa trainer jusqu’à ses appartements. La voix du général n’était plus qu’un murmure à ses oreilles, perdue dans ses pensées, elle venait de subir son premier échec..un échec cuisant…dont elle garderait la trace quelques semaines. Marqué au fer rouge dans son esprit, gravé sur son corps…

Son lit fut sa seule planche de salut. C’est seulement au bout de quelques heures qu’elle remarqua le peu de confort qu’offrait sa chambre. Un espace restreint, dénué de toute décoration, impersonnel exclusivement fait pour se reposer. Elle subissait le contre coup de l’échec, une rage folle monta sournoisement en elle. Face au miroir en face de son lit d’appoint, elle se déshabilla entièrement, ses gestes lents trahissant sa douleur. Une tache…sur ce tableau…. Un camaïeu de violet tapissait son épaule. Ses doigts fins se posèrent sur cette image dénaturée retraçant les formes de son corps.

-….

Sans crier garde elle brisa le miroir d’un coup de poing, son image vint se refléter dans chaque éclat. Un reflet insupportable pour les yeux de la demoiselle, un reflet à briser, comme elle briserait cet homme un jour. S’acharnant avec rage sur le reste du miroir, les éclats de ver s’enfonçaient dans ses doigts sans qu’aucune goutte de sang ne vienne perlait. Dans l’intimité de la solitude, elle pouvait se laisser aller sans craindre leur regard des autres. Ses avants bras d’araignée encaissaient la douleur sans aucun problème. Son courroux se reporta sur le peu de mobilier que présentait la pièce, renversant tous sur son passage, il lui fallait extérioriser sa haine, cet échec, cet affront. Ses appartements ressemblaient à un champ de bataille, tout était sans dessus dessous. Stoïque au milieu des décombres, elle senti que ses nerfs venaient de lâcher. Sautant sur le matelas qui se retrouvait maintenant à même le sol, elle se laissa à son chagrin. La tête enfouit dans son oreiller, une larme perla au coin de ses yeux bleus. A bout de force, le sommeil ne tarda pas à la prendre, un sommeil agité mais qui resta salvateur.

Ainsi se termina sa première journée dans la garde…une journée qu’elle n’était pas prête d’oublier…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) _
MessageSujet: Re: Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)   Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une mauvaise blague ? (pv Robb Snow)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Palais royal-