''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Terminé] L'ensaignant du manoir Hautes-Roches [Darion Sombrelame & Carl Sorince]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

avatar
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


MessageSujet: [Terminé] L'ensaignant du manoir Hautes-Roches [Darion Sombrelame & Carl Sorince]   Mer 5 Déc 2012 - 18:30

Un nouveau contrat, des moins commodes à vrai dire... Un vampire... Qui pouvait vouloir la mort d'une de ces créatures? Oh attendez, tout humain normal voudrait la mort de l'un d'entre-eux.

Darion voyageait depuis déjà quelques lunes lorsqu'il arriva finalement au petit village qui bordait le magnifique manoir dans lequel il avait rendez-vous, bien qu'il ne soit ni attendu, ni même apprécié. Le jeune homme marchait machinalement en cette belle après-midi, regardant de temps à autres les pauvres pouilleux amaigris qui le fixaient d'un regard curieux. Croiser un étranger habillé de manière étrange, ne portant aucun bagage, et le sourire aux lèvres était donc si perturbant ?

L'assassin s'arrêta devant ce qui semblait être l'hôtel de ville. Il avait traversé tout le village, mais il n'y avait pas d'auberge... Nuit à la belle étoile donc. Il se dirigea néanmoins vers un homme assez vieux qui ne l'avait pas lâché du regard depuis son arrivée, peut-être savait-il où Darion pourrait dormir ? Le paysan détourna le regard lorsque le jeune homme fut assez prêt, comme si celui-ci n'aurait pas put remarqué qu'on le fixait.
Darion sortit sa main droite de sa poche, et tapota la tête du fermier qui lui jeta un regard noir.

<< Qu'est-ce tu m'veux l'étranger ? T'as pas d'langue ? J'devrais te chasser à coups de fourche pour avoir oser me tapoter l'crâne !
- Lit, nuit, repos.
- Quoi ? Tu sais pas causer toi ! S'tu veux une chambre mon p'tit gars, c'est pas possible ici, on est un p'tit village, pas d'auberge. J'peux t'héberger pour la nuit, seulement trois pièces !
- Non. Pas envie. Surtout pour attraper des poux.
- Répète ?
- Il y a un arbre à ce que j'ai vu vers le cimetière, j'vais aller me reposer là bas. Sinon, vous pouvez me parler du professeur Balgruf ? >>

Le fermier changea étrangement d'expression, passant d'énervé à inquiet, il commença à se tourner puis à partir en direction de ce qui semblait être sa maison. Il se contenta de répondre :

<< Ch'sais pas de quoi tu causes gamin ! Fais juste gaffe vers le cimetière, parait qu'un pillard y rôde, on le cherche depuis quelques temps déjà ! >>

Darion fit un signe de main approbateur et se dirigea doucement vers le fameux arbre. Il passa le reste de l'après-midi à regarder les nuages et les oiseaux voler, tout cela en étant bien allongé dans l'ombre du grand chêne. Il fît même une petite sieste. La soirée passa assez vite, Darion allant acheter une miche de pain et un peu de viande au fermier. Il retourna ensuite dans son lieu de repos, et regarda le soleil se coucher et la nuit se lever. Il n'y avait pas plus beau spectacle pour lui que de voir la lumière céder sa place aux ombres et à l'obscurité nocturne...

L'assassin sommeilla un peu, mais au bout de quelques heures de sommeil, fut réveiller par un bruit agaçant, on aurait dit que quelqu'un creusait, c'était vraiment... Perturbant.
Le jeune homme se frotta les yeux et entama une marche lente et à moitié endormie vers la source du bruit, le cimetière...

Le brouillard était tombé sur ce lieu sinistre, pourquoi fallait-il toujours que ces lieux soient obscures ? Darion émergeait petit à petit, et se demandait si le bruit ne venait pas du fameux pillard dont on lui avait parlé plus tôt...
Il manqua de trébucher sur une vieille souche d'arbre et alors qu'il pestait, un craquement se fit entendre derrière lui. L'assassin eu juste le temps d'éviter un violent coup de hache. Laissant place à son instinct, Darion marcha dans les ombres jusqu'à trouver une distance de sécurité raisonnable. Son agresseur semblait troubler par la disparition soudaine de son ennemi et râla lorsqu'il comprit que sa cible venait de s'éloigner de quelques mètres. Il se mit alors à courir vers Darion à vive allure, brandissant son arme en criant. Le jeune homme fit donc apparaître de longs piques, partant tous de diverses pierres tombales, empalant l'agresseur, les piques se scindèrent ensuite en d'autres piques, tranchant le pauvre homme. Le cadavre inanimé tomba sur le sol, et un chapeau d'inquisiteur roula jusqu'aux pieds du tueur, qui souffla de lassitude, on le prenait pour le pillard...

Il continua néanmoins sa marche vers la source du bruit, qui s'arrêta alors qu'il était à environ une dizaine de mètres. Darion leva un sourcil alors qu'une grosse silhouette armée d'une fourche ne se jette sur lui. A nouveau, Darion passa dans les ombres, mais il attrapa cette fois les deux jambes grasses de son agresseur. Sortant à quelques mètres de là, il fit apparaître un long pieu à partir de l'ombre d'une statue d'une colombe, ironique à vrai dire quand on savait que c'était un symbole de paix.
Le pique magique s'enfonça aisément dans le ventre grassouillet qui se tenait devant Darion alors qu'un râle rauque et dont on sentait la douleur s'échappait de la bouche de l'agresseur. L'éclat-d'ombre releva alors sa main droite, faisant miroiter le pique, qui se sépara en cinq nouvelles parties, écartelant la victime du sort. Le bras droit et gauche pendouillaient au bout de deux pieux, alors que le torse était séparé des deux jambes entravées et de sa tête. Le sang se déversait rapidement, et la mort avait dut être rapide pour l'agresseur. Lorsque Darion désactiva les piques, il recoupa à nouveau chaque partie en deux, histoire d'être sûr...
Darion s'approcha ensuite de la tête toujours empalée, et remarqua que le visage de l'agresseur ressemblait étrangement à celui du fermier qui lui avait parlé quelques heures plus tôt... Sans doute avait-il voulu "chasser" le pillard avec cet inquisiteur? Enfin, il ne chassera plus personne désormais, dommage pour lui, il s'est trompé de proie.

Un bruit se fit entendre derrière les restes du cadavre du fermier. Quelqu'un applaudissait. Darion sentit la présence d'un être étrange non loin de lui, un peu en avant par rapport à la source du bruit. Par réflexe, Darion fit apparaître une multitude de petites épées qui tranchèrent la forme en une cinquantaine de petits morceaux, la rendant purement pacifique. Il marcha dans les ombres afin de se retrouver face à la personne qui l'applaudissait. C'était un homme au visage étrange, un chapeau à bord large sur la tête. Darion se baissa un peu pour observer le visage de l'intrus, et observa un large sourire, dévoilant de grandes dents taillées en pointes, mais ce n'était pas un vampire. L'assassin remarqua l'énorme squelette dragon derrière ce qui semblait être un nécromancien. L'éclat-d'ombre ne put s'empêcher de rendre son sourire au pillard, et lança sur un ton étrangement enjoué :

<< Salut, t'es qui ? >>


Dernière édition par Darion Sombrelame le Lun 7 Jan 2013 - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carl Sorince

Grand lâche - Le Squelette

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Maître Nécromancien.
Métier : Chef de l'ordre du crépuscule (Squelette)
Croyances : Lui-même
Groupe : Ordre du crépuscule

Âge : Une centaine d'année au minimum

Messages : 245

Histoire de Personnage : Je ne me souviens plus de mon histoire...A vrai dire je ne sais même plus quel âge j'ai...Ma mémoire me fait défaut de plus en plus souvent en ce moment...Quel dommage.

MessageSujet: Re: [Terminé] L'ensaignant du manoir Hautes-Roches [Darion Sombrelame & Carl Sorince]   Ven 7 Déc 2012 - 17:17

Carl, les pieds dans la boue du cimetière, a l'intérieur d'un trou d'un mètre cinquante de profondeur, creusait sous le regard amusé de son dragon...Sa pelle rouillée et cabossée cherchait de son bord coupant un quelconque cercueil a éventré, mais elle ne trouvait que de la boue malodorante...Cela faisait plusieurs nuits qu'il creusait ainsi, déterrant cadavre et objet précieux, tout deux contenus dans la même boite...Les corps n'étaient pour la plupart du temps que des squelettes indignes d'être réveiller par le puissant nécromancien, recouvert de terre, puant la banalité, ils ne serviraient à rien vivants comme morts, de toute façon, aucune armée de cadavre n'avait besoin d'être levée actuellement.
Alors Carl continuait son abjecte besogne, dépouillant les morts de leurs alliances, de leurs collier et de leurs or...Quelques villageois l'avait bien entendu aperçut de jours, dormant sur une pierre tombale a moitié détruite, et la rumeur disait maintenant qu'un pillard trainait dans le cimetière près de haute-roche, ce pillard appartiendrait a une quelconque secte nécrophage et serait, bien entendu, extrêmement dangereux...Le dernier point n'était peut-être pas totalement faux...Cette histoire de secte le faisait par contre doucement rigoler.

S'apprêtant a frapper le sol d'un nouveau coup de pelle, Carl ne prêta pas attention au fait que Morgar s'était redresser subitement...En tout cas, au début...Mais lorsque différents cris troublèrent le calme présent parmi les tombes, le pillard eut tôt fait de se rendre compte de l'attitude de son familier avant de décider d'interrompre son travail pour aller inspecter les environs.
Laissant son sac débordant de diverses babioles volées a coté du trou dont il venait de sortir, Carl ramassa sa hachette et ordonna a son dragon d'arrêter ses grognements pour le suivre jusqu'aux origines des hurlements...Pourquoi diable venait-on se battre dans un cimetière? Les villageois avaient-ils décidés de le chasser de chez eux? Se serait quelque chose de fichtrement stupide, une fourche ne risquait pas de faire grand chose face a Morgar.

Enjambant une nouvelle pierre tombale, le nécromancien arriva en haut d'une petite colline ou une énorme croix de pierre avait été installée , il avait passer la journée dernière perché sur celle-ci, dominant tout le champ de mort, elle offrait un merveilleux point d'observation...

Ah, en face de lui, en bas de la colline, les fauteurs de troubles s'en donnaient a cœur joie.
Un type doté d'un étrange costume venait visiblement de tuer un paysan a coup...D'ombre? Boarf, plus rien ne le surprenait depuis un certains temps...Ce petit soignait ses mise a morts en tout cas, la dernière méritait au moins un applaudissement...Surtout que les victimes de cet étrange être devait surement s'être trompée de cible, un chapeau semblable au sien, appartenant sans aucun doute a un inquisiteur venait de ce poser devant les pattes de Morgar qui observait lui aussi la scène avec un étrange air de satisfaction.
Un inquisiteur? Encore? Comment ces abrutis arrivaient à remonter jusqu'à lui à chaque fois? Enfin...Ce n'était pas si grave, ce type étrange, habillé de façon singulière, était arrivé pile au bon moment.

<< Salut, t'es qui ? >>

Le sourire déjà présent sur les lèvres du nécromancien s'agrandit un peu plus alors que son dragon, satisfait, s'allongeait sur le sol, reposant son imposante tête sur ses pattes griffus, applaudir quelqu'un était une façon comme une autre de faire comprendre à une personne quelconque qu'on ne souhaitait pas le déchiqueter malgré la présence de la créature a l'air menaçante situé derrière soit...Descendant de la colline pour arriver au même niveau que son interlocuteur, le nécromant attrapa la tête d'un cadavre en morceau avant de déclarer d'un air enjoué :

"-Qui suis-je? T'aimerais le savoir hein? Moi aussi...Qui suis-je? Quel âge j'ai? Sans être amnésique, certains détails de ma vie parmi les cadavres m'échappe, seuls les détails les plus important reste a l'intérieur de mon crane." La tête du cadavre s'anima en claquant des dents." Je possède un certains pouvoirs, ça c'est certains...Je suis humain, ça aussi malheureusement, c'est certains..."Jetant la tête devant Morgar qui s'empressa de la dévorée, Carl ricana."Je suis quelqu'un de mauvais, très mauvais, un pillard lâche et cruel nommé Carl Sorince, enchanté...Qu'est-ce qu'un petit gars comme toi viens faire au milieu de mon champ de mort?"

Attendant patiemment la réponse du jeune homme, Carl jeta un regard vers le chapeau de l'inquisiteur, toujours devant Morgar...Qu'est-ce qu'il détestait l'inquisition...La dénonciation des villageois n'allaient pas être impunis, le nécromancien se le jura intérieurement.

_________________
Vivre en côtoyant la mort, dormir avec elle, rêver d'elle, manipuler ses enfants...C'est plus qu'un simple don, c'est de l'art. -Carl Sorince au sujet de lui-même.

Un être aux longs cheveux, au rire sardonique et aux dents de scie. Un véritable démon, le maître des morts. Celui dont j'aurais la tête. -Slade Lion-Noir au sujet de Carl Sorince.

Je peux vous parler de l'ombre si vous voulez, de sa puissance infernale, de son pouvoir colossal, de l'admiration que j'ai ressentie lorsqu'il a sectionné le torse de mon capitaine comme si c'était un simple morceau de papier ! Mais par pitié, par pitié...Ne me demandez pas de décrire Le Squelette et ses expériences... -Un soldat traumatisé au sujet de Carl Sorince.

Ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah !!! -Carl Sorince au sujet d'approximativement tout.

Musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

avatar
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


MessageSujet: Re: [Terminé] L'ensaignant du manoir Hautes-Roches [Darion Sombrelame & Carl Sorince]   Ven 7 Déc 2012 - 17:46

<< Qui suis-je? T'aimerais le savoir hein? Moi aussi...Qui suis-je? Quel âge j'ai? Sans être amnésique, certains détails de ma vie parmi les cadavres m'échappe, seuls les détails les plus important reste a l'intérieur de mon crane. Je possède un certains pouvoirs, ça c'est certains...Je suis humain, ça aussi malheureusement, c'est certains... Je suis quelqu'un de mauvais, très mauvais, un pillard lâche et cruel nommé Carl Sorince, enchanté...Qu'est-ce qu'un petit gars comme toi viens faire au milieu de mon champ de mort? >>

Darion éclata de rire. Quelqu'un de mauvais ? Il venait de dire à un assassin tuant plus pour le plaisir que pour l'argent qu'il était mauvais ? Le jeune homme commençait vraiment à apprécier ce type...
Reprenant doucement son souffle, Darion déclara :

<< A vrai dire, je venais me reposer. Je n'aime pas trop parler avec les gens normaux, et ici au moins je pouvais dormir, on m'a dit que chacun des habitants ici présents étaient muets comme des tombes... Enfin jusqu'à ce que je te rencontre... >>

Darion marcha tranquillement, passant aux côtés du nécromancien qui semblait méfiant. Arrivant au niveau du dragon squelette, l'assassin sortit une des mains de ses poches, et l'approcha du museau de la créature qui s'était semble-t-il allongée. Celle-ci grogna tout d'abord mais se laissa toucher, avant d'émettre un étrange... Ronronnement ?

<< Bizarre ta bestiole, je n'ai jamais vu de dragon vivant, et toit tu te balades avec un des leurs morts, je t’envierais presque... * Il caressa un peu la bestiole, avant de se retourner vers le nécromant, et de revenir à lui en passant par les ombres * Mais je préfère quand même mes talents particuliers, j'ai pas besoin de macchabées pour éviscérer quelqu'un ! * Il se dirigea vers le pauvre cadavre de l'inquisiteur, et attrapa le chapeau, le mettant sur son crâne avant de revenir vers Carl, et de faire revenir la tête empalée du pauvre fermier vers le dragon en utilisant les ombres. la créature s'empressa de dévorer le crâne * Dis moi, Ô grand pillard, ça te dit de m'aider à traquer quelqu'un ? Je te laisse tout l'or une fois celui-ci tuer, et d'après mes infos, il aurait de nombreuses richesses... Et un caveau qui lui est entièrement dédié... >>

Darion fixa ensuite le nécromancien, redressant le chapeau qu'il venait de piquer au cadavre sur sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carl Sorince

Grand lâche - Le Squelette

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Maître Nécromancien.
Métier : Chef de l'ordre du crépuscule (Squelette)
Croyances : Lui-même
Groupe : Ordre du crépuscule

Âge : Une centaine d'année au minimum

Messages : 245

Histoire de Personnage : Je ne me souviens plus de mon histoire...A vrai dire je ne sais même plus quel âge j'ai...Ma mémoire me fait défaut de plus en plus souvent en ce moment...Quel dommage.

MessageSujet: Re: [Terminé] L'ensaignant du manoir Hautes-Roches [Darion Sombrelame & Carl Sorince]   Sam 8 Déc 2012 - 15:47

"- A vrai dire, je venais me reposer. Je n'aime pas trop parler avec les gens normaux, et ici au moins je pouvais dormir, on m'a dit que chacun des habitants ici présents étaient muets comme des tombes... Enfin jusqu'à ce que je te rencontre..."

Le mal émanait de ce type, une bonne chose, enfin quelqu'un d'intéressant...Il ne se considérait pas comme une personne normale et tuait sans le moindre remords...Intéressant, le sourire du nécromancien se transforma en ricanement lorsque le jeune homme parvint a caresser Morgar, si son vieux dragon l'appréciait, alors la noirceur était belle et bien présente en lui, ce qui en faisait un allié de choix...Bien qu'un peut sur de lui :

"-Mais je préfère quand même mes talents particuliers, j'ai pas besoin de macchabées pour éviscérer quelqu'un !"

L'habituel assurance des hommes et femmes dotés d'un certains pouvoirs, pas la peine de relever...Carl se contenta de sourire une nouvelle fois alors que son interlocuteur continuait son discours.

"-Dis moi, Ô grand pillard, ça te dit de m'aider à traquer quelqu'un ? Je te laisse tout l'or une fois celui-ci tuer, et d'après mes infos, il aurait de nombreuses richesses... Et un caveau qui lui est entièrement dédié... "

Très intéressant, très très intéressant, Carl fixa le jeune homme alors que celui-ci redressait le chapeau qu'il venait de ramasser pendant un court instant, puis éclata de rire en claquant des doigt, ordonnant a Morgar de se réveiller...La créature se releva et descendit la colline pour aller chercher les affaires du nécromancien, toujours à coté de la tombe qu'il avait voulu piller, la démarche lente et pataude de la créature n'allait pas vraiment avec son apparence de cadavre, mais fréquenter quelqu'un comme Carl était très fatiguant, ce qui pouvait expliquer le flegme de son familier...Le nécromancien resta muet quelques secondes durant lesquelles il fixa son dragon disparaître derrière la colline, puis se décida a répondre à son nouveau partenaire.

"-Comment pourrais-je refuser une offre aussi alléchante ! Depuis le temps que je souhaite déposer mes acquisition quelques part...Et je dois simplement massacrer un pauvre bougre pour ça, c'est merveilleux...Mais...Si ce type habite dans ou près de ce village, faudra pas laisser de témoins...Je veux être au calme dans ma nouvelle demeure...Et la présence de la vie au sein d'un village troublerait ce calme...Il y a quoi? Une cinquantaine d'habitants dans ce foutu bled? Tous des misérables paysans armés de fourches et de pelles, pas un garde, rien...Une fois ma propriété acquise, je relèverais les morts de ce cimetière et...Bien qu'ils ne soient pas de première qualités, leurs nombres suffira a massacrer assez de vivant pour les transformer en sous-fifre plus frais...Alors bien sûr, ça fait beaucoup, cinquante plouc tout seul avec comme seul alliés des foutus squelette. J'aurais donc besoin d'un coup de main pour alimenter mon "armée"...Mais parlons d'abord de notre cible, qui est-elle?"

_________________
Vivre en côtoyant la mort, dormir avec elle, rêver d'elle, manipuler ses enfants...C'est plus qu'un simple don, c'est de l'art. -Carl Sorince au sujet de lui-même.

Un être aux longs cheveux, au rire sardonique et aux dents de scie. Un véritable démon, le maître des morts. Celui dont j'aurais la tête. -Slade Lion-Noir au sujet de Carl Sorince.

Je peux vous parler de l'ombre si vous voulez, de sa puissance infernale, de son pouvoir colossal, de l'admiration que j'ai ressentie lorsqu'il a sectionné le torse de mon capitaine comme si c'était un simple morceau de papier ! Mais par pitié, par pitié...Ne me demandez pas de décrire Le Squelette et ses expériences... -Un soldat traumatisé au sujet de Carl Sorince.

Ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah !!! -Carl Sorince au sujet d'approximativement tout.

Musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

avatar
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


MessageSujet: Re: [Terminé] L'ensaignant du manoir Hautes-Roches [Darion Sombrelame & Carl Sorince]   Sam 8 Déc 2012 - 16:55

Darion regardait le familier de Carl qui descendait doucement la pente, pour visiblement y récupérer les affaires de ce dernier.

<< Comment pourrais-je refuser une offre aussi alléchante ! Depuis le temps que je souhaite déposer mes acquisition quelques part...Et je dois simplement massacrer un pauvre bougre pour ça, c'est merveilleux...Mais...Si ce type habite dans ou près de ce village, faudra pas laisser de témoins...Je veux être au calme dans ma nouvelle demeure...Et la présence de la vie au sein d'un village troublerait ce calme...Il y a quoi? Une cinquantaine d'habitants dans ce foutu bled? Tous des misérables paysans armés de fourches et de pelles, pas un garde, rien...Une fois ma propriété acquise, je relèverais les morts de ce cimetière et...Bien qu'ils ne soient pas de première qualités, leurs nombres suffira a massacrer assez de vivant pour les transformer en sous-fifre plus frais...Alors bien sûr, ça fait beaucoup, cinquante plouc tout seul avec comme seul alliés des foutus squelette. J'aurais donc besoin d'un coup de main pour alimenter mon "armée"...Mais parlons d'abord de notre cible, qui est-elle? >>

La langue de Darion parcourra ses lèvres doucement, savourant l'idée d'un futur massacre. Ce n'était bien sûr pas ancré dans sa nature d'aimer tuer les gens, mais depuis qu'il était un éclat, il ne ressentait plus qu'un vide que seul la mort des vivants pouvait combler, partiellement malheureusement.
L'assassin s'étira un moment, tout en regardant le dragon qui était à peine visible à cause du brouillard, il reporta son attention sur Carl, tout en faisant s'animer les morceaux du paysan restants grâce à des liens d'ombre, prenant soin de bien rattacher les membres ensemble.

<< Il reste 49 habitants à vrai dire, celui-ci était le maire... Ou un truc dans le genre. Ma cible se nomme Balgruf Vifsang, d'après mes informations il s'agirait d'un vampire, c'est un classique dans mes contrats, mais la différence est que celui-ci porte le titre de professeur. L'on m'a dit qu'il ne se nourrirait qu'à l'aide d'échantillons de sang prélevé sur les villageois. Aucune chasse donc, un gentil vampire. Néanmoins, celui-ci fournirait les rebelles en or, et en aide médicale. Oui, je suis mandaté par le royaume. Non pas que ses idées me plaisent ou me concernent, mais ils paient bien. >>

Darion marcha ensuite tout doucement, se rapprochant des restes du paysan qui continuaient à bouger comme des pantins. Il passa sa main sur le bras droit, le faisant vibrer, avant que celui-ci ne se découpe en plusieurs lambeaux, les ombres le déchiquetant de l'intérieur. Le reste des membres du fermiers ne tardèrent pas à eux aussi être découpés, et seul le torse se découpa plus bruyamment que les autres, la cage thoracique se brisant sous la torsion ombragée.
Il se remit alors à sourire, observant le sol qui absorbait les flaques de sang et les morceaux restant qui rappelaient de la viande hachée. Se retournant vers Sorince, il reprît la parole :

<< Ah et j'oubliais, je me nomme Darion Sombrelame, et pour t'aider dans ta future... Propriété, c'est d'accord. J'ai hâte de voir le gout des âmes de ces paysans... En revanche si tu n'es pas contre, j'aimerais que nous allions "interroger" quelques habitants pour savoir où se trouve le manoir de notre vampire exactement. Je te laisse te préparer si chasser un vampire ne t'inquiètes pas plus que cela, et je sais que ce n'est pas le cas. Dans dix minutes, au niveau du vieux chêne près de la sortie du cimetière. >>

Darion s'en alla alors, disparaissant dans les ombres, avant de réapparaître au niveau du chêne, et de s'y allonger tranquillement. Dix minutes plus tard, un bruit se fit entendre, Carl arrivait. L'assassin se releva et fixa le nécromancien arriver, alors que cinq hommes se dirigeaient vers eux. D'après le bruit qu'ils faisaient, il s'agissait d'homme d'église, voir d'inquisiteurs. Trois d'entre eux étaient du village, portant des tuniques et des robes du culte local, alors que les deux autres portaient les fameux chapeaux caractéristiques de l'inquisition.
L'éclat-d'ombre apparut aux côtés du nécromancien, déclarant sur un ton amusé alors qu'il marchait à ses côtés vers le vieux chêne :

<< Tu arrives pile à temps ! Ces messieurs voulaient nous parler en privé. Dommage qu'ils ne soient dans l'ombre de l'église et proches du cimetière, pas vrai ? >>

L’instant d'après, il fixa le groupe religieux, se léchant à nouveau les lèvres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carl Sorince

Grand lâche - Le Squelette

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Maître Nécromancien.
Métier : Chef de l'ordre du crépuscule (Squelette)
Croyances : Lui-même
Groupe : Ordre du crépuscule

Âge : Une centaine d'année au minimum

Messages : 245

Histoire de Personnage : Je ne me souviens plus de mon histoire...A vrai dire je ne sais même plus quel âge j'ai...Ma mémoire me fait défaut de plus en plus souvent en ce moment...Quel dommage.

MessageSujet: Re: [Terminé] L'ensaignant du manoir Hautes-Roches [Darion Sombrelame & Carl Sorince]   Mar 11 Déc 2012 - 23:27

Un vampire est un être maléfique au départ, alors pourquoi diable celui-ci ne se nourrissait pas d'être vivant? Le folklore qui les entourait était donc erroné? Carl était déçus par ce dénommé Balgruf, l'immortalité et le pouvoir ne suffisait pas à convaincre l'homme que faire le mal était bien plus utile que faire le bien?
Stupide imbécile, enfant de catin stupide et imbécile...Abruti irréfléchi, pourquoi toujours se retenir de détruire? Si même les vampires ne parvenaient pas à tuer sans regrets, qu'est-ce que le monde allait devenir? Peu importe, les possessions de ce fou allaient bientôt devenir les siennes...Et contrairement à l'immortel, Carl saurait faire un bonne usage de tout cela.

Une voix qu'il connaissait le tira de ses réflexions alors qu'il enjambait un nouveau tombeau.
<< Tu arrives pile à temps ! Ces messieurs voulaient nous parler en privé. Dommage qu'ils ne soient dans l'ombre de l'église et proches du cimetière, pas vrai ? >>

La stupidité était vraiment un virus très contagieux, celui-ci semblait avoir contaminé tout ce village de plouc...Dommage pour eux...Redressant suffisamment sa tête pour entrevoir derrière son chapeau les personnes dont lui parlait Darion, le nécromancien put détailler avec dégoût l'équipement des deux inquisiteurs juste avant que le massacre commence, ils étaient tellement sur d'eux, ces pauvres bougres...Tellement sur d'eux...Mais pas assez entraîné pour arrêter l'ombre et la griffe...Morgar plongea sur le premier traqueur de l'église, lui arrachant la gorge d'un simple coup de dents tandis que Darion disparaissait dans l'ombre pour écorcher un villageois s'étant décider a faire régner l'ordre...Le combat fut court, les forces n'étant pas vraiment équilibrer, aucun de leurs ennemis ne put ne serait-ce qu'approcher le nécromancien ou le dompteur d'ombre, Morgar agissant en véritable bouclier d'écaille, prenant les coups a la place de son maître qui s'était assis sur une pierre tombale de riche facture pour s'amusé avec sa hachette rouillée, jonglant avec, jusqu’à ce que le dernier, un petit gros armé d'une fourche, ne décide de fuir...Avant d'être arrêter par l'arrivée impromptu de l'arme du nécromant dans son dos...C'était un très beau lancer, qui ne tua malheureusement pas la victime sur le coups...

Celle-ci rampait d'ailleurs actuellement en pleurant, Morgar et son maître s'approchant lentement pendant que l'assassin d'ombre observait la scène d'un air amusé.

"-Tu voulais "interroger" un de ces charmants habitants pour savoir ou se situait le vampire c'est ça? La chance nous sourit apparemment..."Ecrasant son pied sur le dos du pauvre paysan pour récupérer sa hachette dans une grande giclée de sang, Carl continua, s'adressant a sa victime cette fois :"Mon vieux, je pense que t'a misé sur le mauvais cheval...L'inquisition, d'aussi longtemps que je m'en souvienne, n'a réussi a m'avoir qu'une seule fois, et même cette fois là, j'ai réussi a garder ma tête...Alors...Des illuminés bas de gamme comme ceux-là...Bon, j'avoue qu'il m'aurait donné un peu de mal, j'aurais surement du relever deux ou trois cadavres...Si j'étais seul...Mais...L'ombre était avec moi...Bref ! Tu connais un certains Balgruf Vifsang? Si oui, sais-tu ou il habite?
-L'Balgruf? S'lui que vous cherchez?!
-Non, c'est mon grand-père, j'aimerais lui rendre visite...Oui abruti !
-Hé ben allez vous faire ! S't'un chic gars ce Balgruf ! Rien a voir avec des gens comme vous !
-Bon..."

Carl ce baissa, enfonçant son index a l'intérieur de la plaie ouverte par sa hachette dans le dos du fermier...Ses couinements de douleurs pitoyables firent ricané le nécromant :

"-Tu disais?
-D'accord, d'accord ! Donnez moi une carte et je vous indique son emplacement tout de suite !
-J'admire la volonté que tu as de protégé les hommes de bien."

Le duo de tueur attendit patiemment, après avoir fourni une carte a l'estropié, que celui-ci veuille bien noter l'exact emplacement du manoir de leurs cibles, avant de remarqué qu'une alliance décorait l'un de ses doigts gonflés par la graisse.

"-Hep le gros, t'es marié?
-Ou...Oui...Mais s'il vous plait, faites rien a ma famille !
-Ca dépend que de toi...Et de l'emplacement que tu m'indique."

Suite a ces paroles, la victime du duo s'empressa de rayer ses anciennes indications pour en donner de nouvelles, surement les vraies...Pitoyable.

"-Voi...Voilà, tuez-moi si vous le voulez, faites ça rapid...
-Ecoute...Je vais massacrer toute ta famille, tout tes amis, simplement parce que toi et tes copains ont ramené cette foutue inquisition ici, alors s'il te plait, n'aggrave pas ton cas, contente toi de pleurer en agonisant...Morgar, bouffe-le."

Les hurlements débutèrent, le dragon arrachant lambeaux de chairs sur lambeaux de chairs, prenant soin de commencer par les jambes grasses de l'énorme baleine humaine avant d'entamer les points vitaux...L'agonie fut longue, mais fort heureusement abrégée par un coup de hache libérateur octroyé de bon cœurs par un nécromancien impatient de prendre la route...Les indications sur la carte n'était pas très claires, mais l'on discernait tout de même bien l'emplacement du manoir, à coté d'un lac au nom illisible.

Le chemin n'était pas long, la fortune du vampire serait bientôt sienne, tout allait pour le mieux donc.











_________________
Vivre en côtoyant la mort, dormir avec elle, rêver d'elle, manipuler ses enfants...C'est plus qu'un simple don, c'est de l'art. -Carl Sorince au sujet de lui-même.

Un être aux longs cheveux, au rire sardonique et aux dents de scie. Un véritable démon, le maître des morts. Celui dont j'aurais la tête. -Slade Lion-Noir au sujet de Carl Sorince.

Je peux vous parler de l'ombre si vous voulez, de sa puissance infernale, de son pouvoir colossal, de l'admiration que j'ai ressentie lorsqu'il a sectionné le torse de mon capitaine comme si c'était un simple morceau de papier ! Mais par pitié, par pitié...Ne me demandez pas de décrire Le Squelette et ses expériences... -Un soldat traumatisé au sujet de Carl Sorince.

Ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah !!! -Carl Sorince au sujet d'approximativement tout.

Musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

avatar
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


MessageSujet: Re: [Terminé] L'ensaignant du manoir Hautes-Roches [Darion Sombrelame & Carl Sorince]   Dim 16 Déc 2012 - 14:50

L'interrogatoire de Carl avait été.. Très intéressant.

Ils connaissaient maintenant la position exacte du manoir de Balgruf, et cette position était forcément la bonne, aux vues de la peur qui avait été insufflé dans le gros villageois. L’exécution de celui-ci avait d'ailleurs été fort agréable à regarder, le nécromancien avait du talent dans les mises à mort spectaculaires, c'était certain.
Ils avancèrent un peu plus dans le village, se dirigeant tranquillement vers le manoir. Il était en bordure du village, un peu plus enfoncé vers les montagnes, position d'ailleurs logique pour un manoir en cas de siège, ou d'attaques de brigands. Le duo se baladait dans le village sans se cacher, et il était à noter qu'aucun villageois ne sortait voir ce qui causait le bruit extérieur, provoqué par le dragon du nécromancien.

Darion marchait de façon nonchalante, les mains dans les poches et affichait un large sourire, les choses sérieuses allaient bientôt commencer. Le pillard et lui ne se parlaient pas, et marchaient silencieusement. Aucun d'eux ne semblaient vouloir troubler le son des pas du dragon squelette. Cet homme dégageait une aura noire, que Darion appréciait. Collaborer avec lui était d'ailleurs fort agréable. Ils quittèrent finalement le village, marchant encore un peu dans ces terres.
Ils aperçurent finalement le manoir, celui-ci dominait la zone et de la lumière filtrait à travers les fenêtres. Le caveau, lui, était un peu décalé sur la droite du bâtiment, et le seul éclairage extérieur était deux torches allumées qui ne laissaient entrevoir que l'entrée.
Darion pointa du doigt un des gardes du manoir qui courait vers eux. L'homme était assez grand et son armure était fine et détaillée. De larges piques étaient visibles sur son heaume, et le blason du seigneur vampire était visible sur le tabard qu'il portait. Le garde s'arrêta à quelques mètres d'eux, et déclara sur un ton particulièrement fort pour l'heure qu'il était :

- Halte ! Vous progressez sur les terres de Balgruf vifsang, seigneur du manoir de Hautes-Roches ! Veuillez vous identifiez, vous n'êtes pas du village c'est certain, alors qui êtes-vous, et que venez-vous faire ici ?
- Ce que nous sommes? Hahaha... Des tueurs voyons, des êtres impitoyables, qui n'hésitent pas à massacrer toute une population si on leur en a donné l'ordre par un contrat, nous pillons, tuons, et violentons toutes les personnes qui se dressent sur notre route...

Le garde ne semblât pas satisfait par la réponse et dégaina son épée, voyant que les deux hommes n'avaient pas d'arme, et n'apercevant pas le dragon. Darion manipula l'ombre du soldat, faisant apparaître derrière lui deux énormes loups.

- On se calme l'ami! Nous ne venons pas tuer l'un de vous voyons, nous cherchons des créatures, des loups géants pour être précis. Oh, mais regarde ! Ils sont juste derrière toi!

Le garde se retourna et prit de panique en observant les deux bêtes d'ombre, se mit à courir dans la direction du manoir pour échapper aux monstres. Il est malheureusement impossible d'échapper à son ombre quand on ne sait pas si prendre, aussi les deux loups se jetèrent sur lui et commencèrent à dévorer son armure, puis sa chaire. Les cris de l'homme témoignait de la douleur qu'il ressentait, alors que Darion éclatait de rire devant le spectacle morbide. Le pauvre soldat mit quelques minutes avant de rendre l'âme, les ombres prenant le temps de dévorer les parties non vitales du malheureux. Lorsque celui-ci mourut enfin, les deux ombres disparurent, alors que le deuxième garde qui avait tenté de fuir en voyant son collègue courir vers lui tombait au sol sans sa tête, sa propre ombre la tenant plus haut. L'assassin se retourna alors vers Soince qui souriait à pleines dents, et déclara :

- Encore des gens qui avaient peur de leur propre ombre... Pitoyable.

Le nécromancien ricana, et ils reprirent leur route, passant le portail métallique du manoir, et se dirigeant vers la lourde porte ornée du bâtiment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carl Sorince

Grand lâche - Le Squelette

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Maître Nécromancien.
Métier : Chef de l'ordre du crépuscule (Squelette)
Croyances : Lui-même
Groupe : Ordre du crépuscule

Âge : Une centaine d'année au minimum

Messages : 245

Histoire de Personnage : Je ne me souviens plus de mon histoire...A vrai dire je ne sais même plus quel âge j'ai...Ma mémoire me fait défaut de plus en plus souvent en ce moment...Quel dommage.

MessageSujet: Re: [Terminé] L'ensaignant du manoir Hautes-Roches [Darion Sombrelame & Carl Sorince]   Mer 19 Déc 2012 - 19:33

Ce manoir était...Grand, immense, énorme. Rien que ce hall d'entrée devait facilement faire 10 mètres de longs pour autant de large. Son sol carrelé de pierres noires et blanches était couvert de tapis, rouges ou dorés, certains d'entre eux, dotés de symbole représentant deux lames derrière un bouclier, devaient couter le prix d'une grande baraque. Dans cette pièce, aucun meuble, simplement des tableaux représentants diverses personnes assise, fixant de manière étrange celui ou celle qui osait observé les tableaux, il y avait aussi quelques scènes de batailles ou la lumière y était omniprésente et souvent triomphante...Quelle genre de vampire ce type pouvait bien être? Ces peintures étaient tellement nombreuses que l'on peinait parfois a distingué la couleur beige du murs sur lequel elles étaient accrochées...De nombreuses portes en bois au poignées dorées menant chacune a une pièces différentes mettait parfois fin a cette alignement de tableaux nauséabonds immortalisant les actes de bontés et diverses personnages souriant aux regards troublants. Les coins de la pièces étaient plongés dans la pénombres, les quelques torches posées sur les murs ne parvenant pas a éclairés un si grand périmètres...Et les deux fenêtres a gauche et a droite de la double porte d'entrée avaient étrangement les volets fermés.

"-Il fait un peu frisquet ici non?"

Pas de réponse...Cela était surement dû au fait que la personne interrogée, un garde aux yeux exorbité, venait de tacher l'un des tapis avec sang après l'arrachage inopinée de sa trachée...Son agresseur, un nécromancien au regard fatigué, agenouillé devant son cadavre de fonctionnaire, semblait quelque peut agacé par son absence de réponse...Derrière-lui, deux des anciens collègues du garde attendaient, debout, le regard vitreux...Le premier avait un bras en moins et l'autre, la cage thoracique ouverte...Ces petits handicaps leur donnaient un air particulièrement décédés, ce qu'ils étaient surement, mais cela ne les empêchaient pas d'attendre patiemment les ordres de leurs nouveau maître en émettant quelques bruits plus ou moins immondes.

Maître qui venait d'ailleurs de réanimer l'impoli n'ayant pas sut répondre a sa question.

"-Bienvenue parmi nous, macchabé numéro 3."

Sans même ouvrir les yeux, l'intéressé se releva dans un immonde craquement d'os, prouvant ainsi que dans la chute qu'il avait eut avant sa mort, son tibia avait réussi a se casser. Puis il rejoignit les deux autres morts, sans demander son reste.
Sur le plafond au dessus d'eux, un étrange aigle aux ailes d'ombres terminaient de picoré les yeux d'un pauvre servant qui avait eu la mauvaise idée de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, c'était fâcheux, surtout pour les tableaux assez prêt pour recevoir une giclée de sang.

"-L’abîme pas trop, on va en avoir besoin."

D'un claquement de doigt de son maître, l'aigle disparut, laissant s'écraser le servant au visage déchiré qui ne tarda pas lui aussi, à se relever.

Darion et Carl était rentré dans le manoir une quinzaine de minute avant que le hall se transforme en scène de massacre, les gardes n'avait pas voulu les laisser passer malgré l'insistance dont ils avaient fait preuve et même les domestiques, totalement dévoué, avaient décidé de s'énerver...Morgar était apparu, avait dévoré une ou deux personne, Darion avait disparut...Et le massacre avait pu débuter.
Le nécromancien espérait juste que leur cible soit aussi stupide que les autres...Mais bon, il ne fallait pas trop y compter, se faire passer pour un docteur alors qu'on avait les dents longues et une attirance particulière pour les saignées...Fallait tout de même avoir un minimum de neurones pour y parvenir. Comment diable avait-il réussi à s’attirer la sympathie des membres de ce fichu village au fait?

Carl secoua la tête, le grognement de Morgar l'ayant ramené au présent, l'animal semblait vouloir arracher une porte a leur droite, ce qu'il avait en partie réussi a faire...Les plaintes qui passaient a travers les diverses trous que son familier avait créé étaient faibles...Et nombreuses.

"-Serait-ce les chambres des patients?"

Morgar se jeta sur la porte, l'écrasant de tout son poids...La nouvelle salle était plus clair, plus...Vivante...Des dizaines de lits étaient alignés, dans lesquels se redressaient plusieurs patients aux regards terrifiés.

Carl entra, suivit de Darion.

"-Ouai...On va rigoler un peu."

Les massacre fut rapide et bruyant, la salle fut entièrement refaite et les anciens patients, désormais morts, eurent tôt fait de passer sous le joug du nécromancien...Et celui-ci eut tôt fait de passer à la pièce suivante...
En une heure de fouille et de carnage, aucune vampire ne se manifesta, Darion et Carl éventrèrent sans aucune honte patients, servants et les quelques gardes censés assuré leurs sécurité, ne cachant même pas le plaisir qu'ils éprouvaient dans leurs actes immondes, hommes et femmes furent dévoré par leurs proches mort-vivants tandis que des ombres/loups attendaient patiemment qu'une proie un peu plus maline que les autres, tente de sortir du manoir. Une vingtaine de pièce fut "inspectée" ainsi, les cadavres alimentant la pseudo armée du nécromancien tout en donnant un nouvel aspect, bien plus "charmeur" d'après se dernier, au manoir...
Une fois ceci fait, ils passèrent a l'étage au dessus...Empruntant un escalier qui menait a un couloir plongé dans le noir, puis a un autre couloir lui-aussi peu éclairé...Pour finalement arrivé devant une lourde porte en bois noirs qui s'ouvrit avant même que l'un d'eux ne touche la poignée...Dévoilant une pièce totalement plongée dans le noir.

Carl laissa entrer Darion en premier, avancer à l'aveuglette n'étant pas forcément ce qu'il appréciait le plus.

"-Si de par ma race je suis un monstre...Qu'êtes vous donc pour tuer ainsi des hommes et des femmes désarmés?"

Un sourire fendit le visage du nécromancien alors que la pièce commençait a s'éclairer, des torches autour d'eux s'allumant comme par magie pour dévoiler au centre de la salle, leur cible, assise sur un siège en cuir a coté d'un étrange orbe :

"-On est humain... C'est bien pire."

_________________
Vivre en côtoyant la mort, dormir avec elle, rêver d'elle, manipuler ses enfants...C'est plus qu'un simple don, c'est de l'art. -Carl Sorince au sujet de lui-même.

Un être aux longs cheveux, au rire sardonique et aux dents de scie. Un véritable démon, le maître des morts. Celui dont j'aurais la tête. -Slade Lion-Noir au sujet de Carl Sorince.

Je peux vous parler de l'ombre si vous voulez, de sa puissance infernale, de son pouvoir colossal, de l'admiration que j'ai ressentie lorsqu'il a sectionné le torse de mon capitaine comme si c'était un simple morceau de papier ! Mais par pitié, par pitié...Ne me demandez pas de décrire Le Squelette et ses expériences... -Un soldat traumatisé au sujet de Carl Sorince.

Ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah !!! -Carl Sorince au sujet d'approximativement tout.

Musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

avatar
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


MessageSujet: Re: [Terminé] L'ensaignant du manoir Hautes-Roches [Darion Sombrelame & Carl Sorince]   Mer 19 Déc 2012 - 21:23

Darion jubilait dans ce manoir, l'atmosphère qui s'y dégageait le faisait frissonné, étrange... Était-ce à cause du massacre qu'ils avaient commis ? Non sûrement pas, alors pourquoi?

Ils arrivèrent après une fouille sans succès du rez de chaussé à une grande pièce plongée dans le noir. Lorsque Darion avança naturellement en premier, le noir étant le domaine ou il avait le moins de risque de subir une attaque. La pièce s'éclaira alors doucement, laissant apparaître le maître vampire. Celui-ci posa une coupe de ce qui semblait être du vin, mais qui devait sûrement être autre chose...

- Si de par ma race je suis un monstre...Qu'êtes vous donc pour tuer ainsi des hommes et des femmes désarmés ?
- On est humains... C'est bien pire.

Darion dévoila toutes ses dents dans un sourire, les répliques de Carl étaient vraiment amusantes. L'assassin fixa ensuite l'étrange orbe qui se trouvait aux côtés du vampire, elle faisait briller la lumière des torches, de par son reflet d'obsidienne. Darion ne détachait pas son regard de la boule, il la fixait, plongeant son regard à l'intérieur. Balgruf se releva alors, tirant Darion de ses pensées en prenant l'orbe et l'attachant à son poignet.

- Ma nature même veut que je nourrisse du sang de ceux de votre espèce, je n'y tire aucun plaisir, je dois juste me nourrir ainsi. Il n'est cependant pas possible de s'en procurer si facilement, c'est pourquoi la médecine m'a permit de "prélever" des échantillons. Je soignais réellement les personnes qui étaient ici. J'avais seulement... Convaincu les habitants que je n'étais pas mauvais.

Darion leva son bras en opposition à Carl qui le rejoignait doucement.

- Cette orbe... Elle dégage énormément de magie noire, la même qui coule dans mes veines... Restez en arrière, bien que cela ne change pas vos habitudes, restez vigilants. Lancez tous vos sbires sur lui à mon signal.

L'assassin se replaça face au vampire, et commença à avancer, jusqu'à se placer dans l'ombre d'un des piliers de la grande salle. Le vampire le fixa un temps, puis incanta quelque chose. L'instinct de Darion le força à plonger dans les ombres alors que deux langues de flammes venaient de s'écraser sur son ancienne position. Un mage-guerrier... Génial... Darion lança alors de nombreuses créatures d'ombres sur le vampire, qui les tranchaient sans réellement avoir de difficulté, malgré le fait qu'elles apparaissaient en continu. L'éclat réapparu à côté du nécromancien, et déclara.

- Maintenant.

Une cohorte de zombies passa entre eux, et se jeta sur Balgruf, le submergeant. IL peinait à ne pas subir de blessures, et usait de sa magie et de son arme pour renvoyer les créatures dans le néant. Le seul problème lorsque l'on est bon, c'est que trancher ses anciens amis est difficile.
L'assassin se faufila alors dans les ombres, pour se jeter sur le vampire, une épée d'ombre dans la main. Balgruf para son coup de justesse, et lui lança une boule de feu dans le ventre, le renvoyant dans les ombres. Darion réapparu à nouveau derrière lui, lançant un violent coup de hallebarde. Une fois encore, le vampire usa de sa magie pour se protéger et renvoyer le clone d'ombre dans le néant.
Le véritable manipulateur d'ombre se matérialisa finalement devant le vampire, et lança trois piques d'ombres sur le seigneur. Prit de panique, celui-ci leva l'orbe en direction de Darion et hurla.

- Je ne voulais pas l'utiliser sur des êtres tels que vous mais tant pis! Libère-toi, puissance nocturne !

L'orbe scintilla un temps, révélant un oeil à la pupille dorée, cernée d'une aura rouge. Son regard était perçant et touchait l'âme de l'éclat-d'ombre. Les piques s'étaient figés devant l'orbe, et se retournèrent subitement après que l'un d'eux n'ait entaillé la surface de la mystérieuse boule. Un pique se planta dans la cuisse de Darion, l'autre dans son ventre, et le dernier dans son épaule droite, le propulsant jusque devant Carl. Le nécromancien l'observait d'un air étrange alors que tous ses macchabées étaient tombés, et que seul Morgar résistait à l'étrange aura qui renvoyait tout le monde à des dizaines de mètres du vampire. L'assassin rendit un sourire au nécromancien alors que ses vêtements étaient déchirés, et que du sang noir coulait de ses plaies, le problème lorsque la magie noire s'était imprégnée en vous...
Il toussota ensuite quelques instants, avant de déclarer, tout en haletant, la sentant se réveiller.

- Vous... Et Morgar... Tenez-vous à distance de moi et du vampire pour les cinq prochaines minutes... Je ne veux pas vous blesser dans ce qu'il va suivre...

Carl n'hésita pas une seconde et rappela sa créature, avant de se diriger vers l'autre bout de la salle, et de fixer les deux protagonistes, s'asseyant par la même occasion sur une chaise. C'était un allié précieux, Darion ne voulait pas qu'il soit touché, ou tué... En face de lui, Balgruf ricanait, et criait dans toute la pièce.

- Vous massacrez aisément des innocents humain ! Mais lorsqu'il s'agit d'affronter un adversaire de valeur, il n'y a plus personne Vous disparraissez dans les ombres tel un pleutre, venez tâter de ma justice !

La suite ne fut pas très clair, un cyclone d'ombre recouvrit Darion alors qu'une tentacule arracha l'orbe au vampire, la brisant en cinq éclats et lui tranchant la main gauche. Les cinq éclats rejoignirent le cyclone, et lorsque celui-ci se dispersa, une silhouette noire se relevant avec difficulté alors qu'un des éclats rentrait dans sa poitrine, les quatre autres lévitant autour. Darion se redressa finalement, levant la main droite, et fermant le poing, faisant disparaître l'enveloppe noire qui le recouvrait. Sa forme d'ombre s'était activée... Mais elle était complètement différente. L'éclat de l'orbe avait semble-t-il fusionnée avec le cristal qui remplaçait son coeur, et il sentait en lui une force nouvelle. Et... sa conscience était encore présente, bien que partiellement embrumée, alors qu'une autre conscience semblait présente, et le soutenait.

* Merci à toi, homme fait d'ombres et de forces obscures, tu m'as permit de sortir des mains de ce faible... Je vais donc te servir toi maintenant, contemple tes nouveaux pouvoirs ! *

Les dernières parties encore masquées par son voile d'ombre apparurent enfin, et tous purent constatés ses modifications corporelles... Ses cheveux étaient maintenant blancs, et tombaient jusqu'à la moitié de ses cuisses. Une couronne antique se trouvait sur sa tête, une grande robe le recouvrait, laissant seulement apparaître un grand oeil sur son torse et ses deux bras. Ceux-ci avaient gardés une taille raisonnable malgré le fait qu'il soit apparemment bien plus grand. Deux épaulières dorées bouclaient la longue cape noir qui tombait derrière lui. Un joyau rouge, reflétant la lumière comme l'orbe le faisait se trouvait serti à al jointure des épaulières et de son col. Des flammes noires dansaient au niveau de ses pieds, partant de la robe cérémonielle. Ses oreilles étaient maintenant pointues, et des marques noires partaient de ses yeux écarlates jusqu'au bas de son visage. Deux boucles d'oreilles étaient sur celles-ci et ressemblaient à deux rubis.

Spoiler:
 

En face de lui, se trouvait Balgruf qui avait réussi à stopper l'hémorragie causée par la disparition de sa main gauche, et tenait son épée en tremblant. Darion pencha la tête sur le côté, faisant flotter avec sa main droite les quatre autres éclats, qui s'étaient changés en boules d'ombre, un oeil placé en leur centre. Il lança ses ombres autour du vampire, faisant apparaître quatre clones de lui-même autour du vampire. Ce dernier lança prit de panique la lame vers Darion et constata avec effroi que celle-ci le traversa, sans lui causer le moindre dommage.

- Ainsi, vous vous estimez valeureux ?

La voix de Darion était différente, doublée par une autre voix plus aiguë, et résonnant dans l'air.

- Vous me parlez de justice ? De lâcheté ? Vous qui avez manipulé ces pauvres villageois pour en faire vos esclaves vampiriques. Quoi que vous disiez, ils sont morts pour vous alors que vous ne les estimiez pas. Ai-je tord ? Naturellement que non, l'orbe me l'a révélé... C'est el problème avec les reliques maudites, elles ont une personnalité.

Chaque clone parlait, avançant doucement vers le mage, incantant doucement des liens d'ombres. Lorsque Darion leva la main, les liens partirent du ventre des clones et piégèrent le vampire. Lorsqu'il fut à porté, Balgruf tenta de mordre dans un geste désespéré l'éclat mais ne fit que passer à travers. Darion attrapa sa tête de sa main, et toucha ses canines acérés.

- Jolies dents, dommage qu'elles n'aient aucun effet sur moi... En revanche, observez les miennes...

Il dévoila ensuite ses crocs, changées par sa forme, elles étaient toutes en pointes, et dangereusement acérées, ce que l'assassin démontra en commençant à dévorer le vampire au cou, le faisant hurler et doucement mourir dans un comble vampirique. L'éclat d'ombre dévora chaque membre du vampire, puis le reste de son corps, ne laissant que du sang et la tête de Balgruf VifSang, seigneur de Hautes-Roches...

L'ombre se redressa finalement une fois son festin achevé laissant le sang couler de ses lèvres, et attrapa la tête sanglante du vampire, se dirigeant vers Carl Sorince. Le dragon de ce dernier poussa un petit cri et se coucha, ronronnant de plaisir en le voyant venir. Darion avait encore faim, mais il en pourrait plus combler ce vide aujourd'hui, sentant la magie s'échapper doucement de son corps. Il lança la tête qui roula aux pieds du nécromant, déclarant alors que le voile d'ombre le recouvrait à nouveau, masquant son visage.

- Il faudra envoyer cette tête aux autorités de Madorass, afin d'obtenir la prime... Cependant, nous n'en avons pas encore fini, n'est-ce pas ?

L'ombre qui le recouvrait éclata, révélant son corps. Il était torse nu et son pantalon en lambeaux. La cicatrice présente sur son coeur avait changée de forme, et Darion aussi... Ses cheveux étaient bien plus long, tombant jusqu'à ses épaules, les marques qu'il avait aux yeux s'étaient un peu résorbés mais étaient toujours visibles et ses oreilles étaient toujours pointues, le faisant ressembler à un elfe, malgré la différence de taille, et de couleur de peau, celle-ci étaient particulièrement pâle, étant même légèrement grise. Ses ongles étaient aussi un peu plus longs. Ses yeux demeuraient écarlates.

- Vous brûlez d'impatience d'explorer le caveau j'en suis sûr. Et vous devez sûrement vous posez des questions sur mon état? J'ai moi-même des réponses à trouver, mais je dois d'abord récupérer un peu. Voila mon marché, nous nous reposons pour les six prochains jours, fouillant la crypte, le manoir et la bibliothèque de notre ami, ensuite, nous déciderons du sort de ce village...

Le nécromancien semblât accepter l'offre puisqu'il serra la main qu'avait tendu Darion. Ce dernier alla finalement piller la garde-robe de Balgruf, enfilant une longue tunique bleue-nuit, un pantalon bordeaux/noir, des chaussures, et une grande cape à capuche noir qui recouvrait la moitié de son visage, ne laissant que très peu apparaître ses yeux, mais dévoilant parfaitement sa bouche.

L'heure de leur collaboration commençait, et l'heure du repos et de la recherche aussi, le manoir était à eux de toute façon, et personne ne viendrait le réclamer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: [Terminé] L'ensaignant du manoir Hautes-Roches [Darion Sombrelame & Carl Sorince]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé] L'ensaignant du manoir Hautes-Roches [Darion Sombrelame & Carl Sorince]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Plateaux de lune-