''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Dstvropr

Invité

________________


________________



MessageSujet: GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR   Dim 23 Déc 2012 - 19:13

* * *

Personnage


Nom : Turycan
Prénom : Dstvropraal
Rang : Grruh ? (Ndt : « Wtf ? » en dragognement)
Âge : Roawlr (Ndt : « J'ai toutes mes dents sauf celles du fond »)
Sexe : Grmpfl (Ndt : « Je ne pondrai pas d’œufs »)
Race : Drrrghfrr (Ndt : « Je vais te bouffer » : C'est un sujet sensible, il s'agit d'un dragon enfermé dans un corps humain) Humain en apparences.
Classe : Drrkjfrrr (Ndt : « Dragon [censuré] ») Humanoïde
Spoiler:
 
Métier : Drrkjfrrr (Ndt : On va dire « Rien du tout »)
Croyances : Grruh ?
Groupe : Arrorhfrr (Ndt : Là-dessus on est d'accord : Solitaire)


Équipement :
Le meilleur du meilleur en matière de cuisine portative fourrée dans une cuirasse d'écailles en acier, voici son équipement ! Une langue démesurément grosse pour tout plan de travail, surplombée d'une collection de couteaux à la matière rocheuse et un gaz, un fourneau entier, une forge complète pour faire rôtir le tout : voilà l'inventaire que possède la bête.
Qu'elle possédait, pardon ! Aujourd'hui, l'humain n'a plus rien de tout ça. C'est à peine s'il parvint à garder un habit sur le corps et à tenir quelque-chose avec les bâtonnets qui lui servent de doigts. Il a cependant gardé de sa cuisine intérieure la mauvaise odeur musquée. Mais, entre-nous, on se demande qui de l'humain ou de l'odeur possède l'autre.

Talents de combat physique :
Rapide, massif, vif, brutal, puissant ; un coup de serre et il en est fini de vous ! un coup de croc et vous voilà parti dans les tréfonds de sa gorge en viande hachée.
Cependant... eh bien... ce n'est plus le cas à présent.
Maladroit dans son nouveau corps, il a tout perdu de ses atouts... même s'il s'obstine à croire qu'il les a toujours : attaque chargée, coups d'ongles, morsures... que de tentatives désespérantes.
Talents de magie :
Producteur et cracheur de son propre feu ! Voilà de la vraie magie en action ! Voilà quelque-chose que les magiciens ont tenté de voler aux dragons sans jamais trouver le dosage qui rendait tout feu... tout flamme ! Dstvropraal possédait le feu.
Maintenant il ne possède plus rien, même plus sa capacité à ressentir l'essence ésotérique.
Talents divers :
Battre des ailes, s'envoler, planer, faire des pirouettes, être un acrobate des cieux ! Rien n'est plus grand qu'un mastodonte volant ! Rien n'est plus fou que de donner à neuf cents kilos de muscles la capacité de voler !
Rien n'est plus hérissant que la perte d'une telle liberté.
Dstvropraal aurait pu se rabattre sur son râle draconique histoire de faire passer sa frustration mais, hélas ! Il a également perdu sa capacité à chanter.
De plus, étant par nature un animal, Dstvropraal est incapable de comprendre les notions humaines, ceci parce qu'il est toujours un dragon. Converser avec lui ne rimerait à rien, donc, d'autant plus qu'il a l'incroyable talent de sauter d'une « pensée » à une autre sans jamais se soucier des convenances.
C'est un animal... dans un corps humain... aujourd'hui condamné à rester ancré au sol, des grognements pour tout moyen de communication.
Pouvoirs particuliers :
Touché par un sort de transformation de corps, Dstvropraal est devenu un humain d'apparences.
Cependant, cette magie n'étant pas définitive ni irréversible, il est possible qu'après un certain temps le dragon retrouve certaines de ses capacités de bête, notamment son feu, et que son corps d'homme mute petit à petit vers sa forme originelle de dragon.


Apparence physique :
« Cuirassé », ce seul et unique mot résume précisément ce qu'était Dstvropaal le dragon dont la seule ombre faisait vaciller l'esprit de la vierge enchaînée au rocher. Que reste-t-il de ces écailles ? De ces muscles ? De ces nerfs ? De ces ailes ? De ces os et de ces granits blancs qui lui servaient de dentition ?
Rien du tout.
A présent, son ombre ne fait peur à personne. Encore faudrait-il être dans la capacité de la voir : émacié, filiforme, maigre, tout en os et en nerfs, immangeable, voilà ce qu'il est devenu.
Un horrible sortilège a modifié son apparence en celle d'un humain et, le jour où cette magie commencera à s'évanouir doucement, mieux vaudra ne pas se trouver dans les parages lorsqu'il retrouvera tout le contrôle de son véritable corps.
Pour l'instant c'est courbé, les bras ballants cherchant désespérément à retrouver leur appui au sol, les doigts toujours crispés, sans mode d'emplois, l'attitude bestiale, les jambes tremblantes, l'irrémédiable envie de se débarrasser de ces couches de tissus qui lui servent d'habits et qui l'étranglent et l'équilibre mal-assuré qu'il se déplace dans la nouvelle forme de son corps... en le voyant, on sent clairement que ce garçon a un problème : il n'a pas l'air très normal, semble lutter pour ne pas se mettre à avancer à quatre pattes, paraît croire qu'il mesure la taille de deux maisons, qu'il est doté d'une puissance colossale, louche souvent sur son nez et, avec tout ça, n'est même pas beau : l'expression de son visage rappelle trop bien son lien avec le reptile, d'autant plus que ses yeux clairs d'émeraudes ont gardé de l'animal la pupille verticale. Sa peau, quant à elle, se montre naturellement sale ; on y cherche les dessins de ses écailles sans succès, remplacées par des stigmates, mutilations et autres preuves de sa mauvaise appréciation des distances... et du danger.
Les cornes qui lui servaient autrefois de couronne sont devenues une touffe grasse de cheveux, gris poussiéreux, plein de bourres, aussi désagréables à l’œil qu'à l'idée de connaître ce qui pourrait trouver refuge là-dedans.
Mais ce n'est pas tout : en plus d'être franchement louche, il pue. Il se dégage de lui une odeur musquée, chimique, étrange, le genre d'odeur que l'on pourrait trouver dans la tanière d'un vieux dragon crevé.
Dragon, justement, il croit toujours l'être et se meut, agit en conséquence. Inconscient de la petitesse de son mètre soixante-cinq passe-partout, il lui arrive de rester bloqué face à deux obstacles pourtant bien distants d'une quinzaine de mètres.
Il lui prend aussi parfois l'envie de se remettre à voler, pur réflexe ineffaçable, comme bien d'autres encore, de l'être qu'il est derrière sa couche de chair.


Caractère, personnalité :
Les dragons sont par nature orgueilleux, agressifs, solitaires, déterminés, maîtres de leur territoire, alertes, rusés, vifs et surtout compulsifs.
Si Dstvropraal a tout perdu de ses atouts massifs, il n'en est rien de son comportement et de sa psychologie : il reste un dragon dans un corps changé en humain.
Aux yeux de ses nouveaux camarades humains, puisqu'il est incapable de se rendre intelligible, il passe facilement pour un abruti : sa seule façon de s'exprimer est un mélange de grognements et de diarrhées verbales, preuve qu'il est incapable de comprendre comment fonctionne l'équipement organique humain.
Fuyant les endroits bondés d'humains – desquels il a une peur innommable, ce qui lui fait adopter un comportement agressif –, il se montre querelleur face à un autre mâle alpha qu'il jugerait, selon ses critères draconiques, facilement démis de son rang, ce qui lui coûte, bien entendu, de nombreux problèmes dans la mesure où il n'est plus un dragon et où les termes comme « facilement » n'ont plus aucune valeur du fait de la faiblesse de son corps humain.
Il est d'autant plus difficile pour lui de parvenir à une unité totale de son être que, son être justement, n'existe pas : les dragons n'ont aucune conscience, aucune peur, aucune satisfaction, aucun souhait autre que celui de combler leur besoin immédiat. Ainsi donc, le fil de la pensée de Dstvropraal est discontinue, à un point tel qu'il est difficile de capter son attention lorsque l'on n'est pas sujet à une de ses attaques, ou lorsqu'on est autre chose que la proie de son prochain dîner. S'il a besoin de manger, il jouera sa vie jusqu'à trouver de quoi se nourrir et, lorsque ce sera fait, son obsession compulsive basculera sur un autre besoin, lui faisant oublier tout ce qui a pu se passer auparavant.
Pourtant, les dragons restent des animaux, il n'est donc pas impossible de parvenir à leur faire comprendre qu'il existe plus fort qu'eux en ces terres à grands coups de bâtons sur la tête. L'avantage, avec cette mentalité de bête à corne, c'est qu'ils ne prennent jamais la fuite et, alors, un être suffisamment expérimenté dans les arts de la manipulation mentale ou de l’ethnologie pourrait facilement découvrir chez Dstvropraal l'énorme dualité qui régit son existence.
Encore faudrait-il pour ce faire que les âmes de ce monde s'intéressent aux idiots du village.

Histoire :
Non loin des ruines d'Ascelnoth, planqué quelque part dans un vallon, lui-même planqué quelque part entre deux montagnes, se trouve la charmante vallée de Turycan et son village de pécores du même nom. Paysans, ouvriers, chasseurs, sorcières et autres manieurs d'outils y habitent dans une atmosphère mitigée, entre marécages et forêts lugubres.

Non loin de là, autre part, juchés dans l'une ou l'autre montagne, ou bien cachés dans une grotte invisible, les dragons de Turycan naissent et meurent en prenant soin au passage de semer discorde et zizanie dans les troupeaux de moutons. Ils y ont toujours pris un malin plaisir.
Il est cependant rare de pouvoir apercevoir d'eux autre-chose qu'une ombre d'éclipse, voire un bout d'aile, pour les plus malchanceux. D'autres auront pu voir la neige fondre d'un coup mais, en pointant leur nez au ciel, n'auront rien vu d'autre que la nouvelle couleur de leurs cheveux roussis.
Il faudrait se poster là-haut sur les monts pour peut-être espérer imaginer obtenir d'eux l'image du bout de l'écaille si mystérieuse.

Il aurait peut-être été plus facile de croiser les dragons si l'ancien empire n'en avait pas détruit le nid et pourchassé l'existence ; aujourd'hui ils sont peu nombreux, si peu nombreux à rôder encore dans les airs pollués des marais qu'il semble encore plus improbable de découvrir un œuf entier, magmatique, chercher à prendre son appui massif dans cette vie.

Et pourtant ! Après la chute du très vieil empire, alors que les dragons ne se nourrissaient plus que de sommeil éternel quelque-part entre deux mondes sans homme, un œuf a la coquille rocheuse avait éclos.

Il naquit à la force de son museau aux écailles à peine solides et, une fois extrait du liquide en fusion qui lui servit de nourriture pendant les dix années de sa gestation, on put déjà voir se dessiner sous les membranes qui lui servaient de cuirasse les esquisses des futurs muscles des dragons de Turycan.

Il n'avait pas besoin de mère ni du soutient d'un plus grand dragon : les Turycan ont cette capacité-là de savoir déjà, à leur naissance, se débrouiller seuls, pourvu qu'il y ait les restes de leurs génitrices à portée de museau.
Et c'était le cas pour ce dragon-là.

Au bout des dix ans de son sommeil fœtal, sa mère – si l'on peut qualifier une dragonne de mère –, était morte dans son sommeil. Tel était l'instinct maternel des Turycan, condamnées à servir de bois pour la cheminée grandissante de leur descendance.

Ainsi donc ce petit dragon tout juste né passa les quinze années suivantes de sa vie à nourrir son feu des restes pourris de celle qui l'avait pondu ; il se nourrit dans l'obscurité de son nid, compulsivement, jusqu'à ce que vienne le temps de ses premiers hoquets de fumée.

Il prit le temps d'amadouer les articulations de ses ailes encore informes et d'apprécier les manipulations chimiques de son estomac ; il cracha son premier feu sans retour de flamme et décolla enfin de son nid pour voir ce qu'il se passait dans le monde actuel.

Et le monde actuel mit du temps à accepter sa présence. On crut tout d'abord, lorsque les premiers moutons vinrent à disparaître, que les loups frappaient à nouveau. On crut par la suite à des vols entre bergers et puis... et puis on remarqua que certaines fois la température des pâturages avait augmenté. On vit même parfois des cendres encore chaudes, des tours de fumée s'élever au loin, des flaques d'eau bouillonnantes, des cadavres carbonisés... et puis, enfin, on la vit, son ombre gargantuesque.

Très vite la légende des dragons de Turycan reprit sa course, plus effrénée encore qu'avant. On ne savait pas le nombre de dragon, on ne connaissait pas leur taille, leur physionomie, leur capacité incendiaire ni même seulement l'endroit où ils pouvaient se trouver.
C'était impossible de le savoir, d'ailleurs : ce dragon-là, certainement pas le dernier des Turycan, mais tout du moins l'un des plus actifs, habitait partout.

Il avait fait de la vallée entière son territoire et passait ses journées à la surplomber, chassant, observant, râlant sur le monde comme s'il lui appartenait.
Son cri était aussi puissant que ceux de ses ancêtres, aussi bestial et aussi assommant.
Il était le maître de Turycan.
Et comme pour tout maître, certains sujets voulurent s'en attirer les grâces.

Il vint bien un jour où un sorcier, druide ou n'importe quoi d'autre s'informa de la légende et voulut en vérifier les faits : un dragon, quoi de plus magnifique, quoi de plus magistral, quoi de plus dur à maîtriser ?
Maîtriser un dragon, voilà un haut-fait qui ferait de Harvid Buisdunor un être renommé.
Il lui fallut bien des années avant de percer le secret du mystère du dragon le plus vivant de Turycan ; il lui fallut chasser les preuves, les traces, les sentiers, les bois carbonisés, les cadavres fondus et les déjections musquées.
Il lui fallut prendre le temps de voyager, de chercher le point noir dans le ciel qui lui prouverait bien que, oui, ici, à Turycan, les dragons existaient encore.

Et il le trouva.
Il trouva ce point en contre-jour qui semblait narguer l'astre des cieux ; il le vit, tout là-haut, planer dans la fraîcheur des monts, profiter du vent sur ses ailes de cuirassé.
Il entendit le funeste gargouillement des acides gastriques lui donner sa puissante flamme, ou du moins il l'imagina lorsque ses oreilles vibrèrent sous le son horrible porté par le vent depuis la gorge profonde de la bête.
Rien n'était plus beau ni plus puissant que ce mythe bel et bien réel, juché négligemment bien loin au-dessus du toit du monde, bien loin au-dessus des soucis et des admirations terrestres.

Il n'avait été donné à aucun chasseur ni même à aucun chevalier la chance d'assister à pareil spectacle : Harvid Boisdunor se sentit choisi, désigné par les dieux face à cette image qu'aucun livre n'était jamais parvenu à rendre aussi prenante que la réalité.
Il avait le sentiment d'être le seul en ce monde capable de profiter de cette chance que lui offrait le Ciel et il le ferait : il maîtriserait cet animal de roche et de feu.

Il était d'autant plus chanceux que le dragon ne l'avait pas découvert, ou peut-être que si, mais il ne s'en était pas intéressé : les vieilles carnes barbues, accrochées par les deux saucissons à un bout de bois n'avaient rien d'intéressant.

Il fallut pourtant que ce bâtonnet de chairs s'immisce dans son intimité, profite du peu de liberté que lui accordait le dragon sur son territoire ; il vint jusqu'à s'infiltrer dans sa tête, perturber le fil distendu de ses pensées carnassières.
Il le ressentit de suite ; il l'entendit parler dans sa tête, chercher à prendre place dans son corps, frapper à coup de bâton métaphorique le peu d'intelligence draconique qu'il avait.
Mais ça ne se passerait pas comme ça : filant à travers les cieux, perçant les nuages de sa vue panoramique et pourtant précise, l'animal en colère, blessé dans son orgueil de bête, repéra le campement inerte du vaudou perfide et cracha son feu, en guise d'avertissement mortel.

Mais sa flamme, pourtant irradiante de chaleur, puisée dans la centrale même de ses glandes chimiques et embrasées, n'atteignit pas sa cible : le moustique humain qui s'était immiscé en lui avait, semble-t-il, trouvé la manette qui lui sauverait la vie.

Il la trouva aussi lorsqu'il quitta enfin le petit esprit fou et enragé du dragon pour retrouver celui de son propre corps et se sauver des attaques ravageuses de l'animal.

Alors que celui-là montait gracieusement vers le point le plus culminant des cieux et qu'il battait de ses puissantes ailes jusqu'à se retourner et descendre en piqué vers le druide, le vieux fou, proie du dragon, puisa son salut dans un sort de transformation baragouiné au hasard de sa réflexion empressée, au tout dernier moment, lorsqu'il vit son reflet se préciser dans les crocs grandissants de la gueule béante de l'animal en furie et qu'une chaleur lancinante commençait à briller au fin fond de cette gorge massive grande ouverte sur lui.

Mais la mâchoire immonde ne se referma pas en l'emportant : l'impact fut violent mais bien moins mortel ; un nuage de poussière magique enveloppa créature et homme tandis que les bruits grossiers de la puissante machine cuirassée en action s'estompaient, doucement, en même temps que son ombre animale...


En ce qui vous concerne


A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Grehdjeregrdfsdrrr

Comment avez-vous découvert le forum ? Glurrrdhrutrrov

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? Pffdvrrrrrrrr


Test-RP
 

La bête sonnée rouvrit son œil acéré et tenta de faire le point sur sa situation.
Elle n'y parvint cependant pas : rien dans son environnement ne lui paraissait plus pareil. Tout autour d'elle avait perdu ses couleurs chaudes, remplacées par du blanc immaculé, de la lumière, des verts et des bleus inconnaissables qui lui offraient un retour désagréable à la rétine.

Le dragon détourna aussitôt son museau de cette peinture immonde qui lui assassinait le sens mais, à peine déplaça-t-il la pointe de sa tête triangulaire qu'un nouveau sens fut agressé : sa peau, pourtant bouillante, protégée par des multiples couches d'écailles rentra en contact avec la froideur de la neige, une sensation qu'il n'avait jusque-là jamais connu.

Il se redressa aussitôt, força sur ses pattes endolories et tremblantes, s'ébroua violemment et loucha sur ses narines... qu'il ne voyait plus. A la place, il y avait un semblant de bout-chose rosi, carré, à moitié invisible qu'il tenta d'analyser pourtant en relevant son long cou et en se tordant.

Et comme ça ne suffit pas à lui faire comprendre ce qu'était que ce morceau de truc sur son museau, il entreprit de sortir le pavé qui lui servait de langue afin de se nettoyer.
Jamais il n'en vit le bout noir.

Alors, en désespoir de cause, il secoua la tête, il battit des pattes dans le vide, se frotta contre ses épaules prononcées... qui ne l'étaient plus. Il dut les chercher longtemps et eut même l'impression bizarre que son cou était encombré, attaché... déformé. Il se débattit contre lui-même afin de parvenir à se débarrasser de ce qui lui faisait à présent office de museau : son nez humain.

Il fallut un long moment avant qu'il cesse de se contorsionner pour se rendre compte de la douleur qui lui prenait les pattes.
Pattes qu'il ne reconnut pas d'ailleurs puisqu'elles semblaient être à présent ces espèces de saucisses dont les hommes étaient constitués.

Dragon pour toujours, il plongea en avant, gueule ouverte, pour happer d'un coup et d'un seul cette main d'homme venue se porter trop près de lui.

Il se mordit lui-même et geignit de douleur lorsque ses dents, heureusement pour lui, moins tranchantes que les précédentes, s'enfoncèrent goulûment dans sa nouvelle chair nue.
Il se rendit alors compte que même son chant avait changé ; il sursauta d'ailleurs à l'écoute de sa propre plainte et se tendit bien droit sur ses quatre pattes à présent devenues jambes et bras.

Il observa les alentours, jugea l'ampleur de la situation et, incapable de faire une mise au point sur les environs, décida de prendre son envol pour trouver d'où venait ce cri qu'on avait osé lui faire. Pourvu que ça soit un mâle alpha. Il prendrait plaisir à lui faire comprendre qui était le chef ici.

Alors, prenant appui sur ses pattes arrières, il se mit à bondir en avant et... s'écrasa.
Il jeta un nouveau regard suspicieux à la ronde avant de se relever et de retenter le coup en déployant ses ailes... qu'il ne sentit ni ne trouva jamais.

Il voulut battre de la queue, alors, énervé, et ne sentit rien d'autre que le froid commencer à s'immiscer en lui comme une corne d'adversaire.

Il alla pour cracher son feu de dégoût et manqua de s’étouffer.

Il voulut une nouvelle fois prendre son envol et sautilla dans un semblant de course maladroite et désordonnée vers le précipice le plus proche, lequel, espérait-il peut-être, lui permettrait de prendre un bon élan.
C'était comme ça qu'il avait appris à voler, après tout.
Il apprit cette fois-là comment les humains pouvaient tomber.



* * *


Dernière édition par Dstvropraal Turycan le Sam 29 Déc 2012 - 19:01, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR   Mer 26 Déc 2012 - 15:25

Yoh ! Bon, je vais sûrement te décevoir mais comme je suis un peu en galère de corriger les fiches (manque de temps, toussah...) je ne vais pas pouvoir prendre la peine de t'écrire de la merde comme je l'ai fait souvent pour d'autres fiches. Je sais que c'est injuste, que c'est déjà formidable que dans mon excessive bonté j'accepte de validey ta fiche mais il y a d'autres de tes futurs camarades de Rp qui attendent, eux aussi leur validation avec anxiété devant mon exigence huhu o/ donc je vais directement passer à la correction de ta fiche car, pendant que je t'écris, je suis en train de manger des chocolats de nowel (délicieux d'ailleurs) et plus je tarde à écrire la correction de ta fiche, plus je mange de chocolat, plus je salis mes mains, plus j'en fous sur le clavier, moins il reste de chocolat donc à un moment il n'en restera plus, donc je vais devoir aller en rechercher alors que ta fiche n'aura pas fini d'être corrigée donc pendant ce temps le chocolat déjà présent sur le clavier commencera à sécher, durcir jusqu'à ce que je revienne et que je décide de le nettoyer sauf qu'après l'avoir nettoyer (effort surhumain) il commencera également à se faire faim et je mangerai donc les chocolats que j'aurai précédemment ramené et j'aurai donc oublié ta fiche en cours de route ! C'est pourquoi il me faut m'y mettre rapidement, tu comprends ?

Donc, qu'est-ce que je pourrai dire sur cette fiche ? Tout d'abord qu'elle est bien faite et originale, j'ai beaucoup aimé. Peu de fautes donc je ne t'embêterai pas plus avec ça. Cependant (hey oui mouahahah) il faudrait juste que tu changes le "Rang : Grruh ? (Ndt : « Wtf ? » en langue draconique)" car la langue draconique n'existe pas, donc je ne sais pas comment tu pourrais tourner ça mais il faudrait que tu le remplaces. A part cela, c'est tout, j'ai vraiment apprécié. Je ne te demanderai pas de signaler de qui tu es le DC puisque je le sais. Et voilà !

Ah si, une dernière remarque: les animaux ont beau être dénué d'intelligence ils n'en montrent pas moins des traits psychologiques tels que la curiosité, l'agacement, etc... je ne sais pas si tu l'as pris en compte mais quand j'ai lu le "c'est dur de capter son attention" j'ai cru bon de le souligner. Histoire que tu ne te retrouves pas trop coincé en Rp. Mais si tu l'as déjà compris, au temps pour moi !

J'attends ta modif' et c'est parti pour la validation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR   Mer 26 Déc 2012 - 16:13

Brrrrrr-... b-... brrronvourrrrrrrrrrr,

Ve me dépêfffe de rrrréponDRRRRRRe avvvant que le fffocolat ne fffffffonde, drrahdrrahDRRah, drrgfrh.

Trrrrout d'abrrrorrrd merrrrrrfi de t'êtrrre intérrrefé à ma fffifffe, drrgfrh !
Vais fffais les modiffficafffions en rrremplafant fette hiffftoirrre de langue qui était à la bave une peuheuuuutite brrr... br... brrralgue de DRRRRRRRRRagon (v'ai trrrès br...brrr... BRRRRRIEN compris que les DRRRRRRRRRRagons n'ont pas de langue à prrroprrrement parrrlerrr).
DRRRRRRRRR... du coup, v'ai rrrempffflafffé fffa parrr une autrrre br... brrr... brrralgue peut-êtrrre plus comprrréhenfffible, drrgfrh :

DRRRRR... moi-même a écrit:

Rang : Grruh ? (Ndt : « Wtf ? » en dragognement)

Fffoilà, v'espèrrre que fffa convvvienDRRRRRRRRRRRa, drrgfrh.

DRRRRR... grrruh ? ... V'ai oublié fffe que ve vvvoulais avouter... drrrgfrh...
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR   Mer 26 Déc 2012 - 17:47

EDIT: bon en fait je suis un blaireau d'admin autiste, ta fiche est en discussion dans le coin staff, il te faudra attendre encore un peu avant d'être validey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR   Mer 26 Déc 2012 - 20:05

Fff'est fffe que ve rrredoutais, merrrfffi en tout k... krrr... krrras de m'avvvoirrr perrrmis d'efffayer mes vhabits de membrrre vvvalidé, drrghfrr.

V'espère qu'il me fffera pofffible d'êtrrre tenu au courrrant des rrreffforrrts de cette discufffion, à défffaut de pouvvvoirrr y parrrticiperrr, v'espèrrre avvvoir l'occaffion de pouvvvoirrr au moins trrranfmettrrre mon point de vvvue et les motivvvafffions qui m'ont poufffé à crrréerrr fffe perrrfffonnavvve.

B... brr... brrrien à... grruuh... ? Ff'ai oublié la fffuite, drrghfrr...

(Plus sérieusement, j'espère réellement avoir l'occasion de me mêler au débat et de défendre mon personnage.
Puissiez-vous m'entenDRRRRRRRRRe)

Drrghfrr.
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR   Ven 28 Déc 2012 - 18:09

Après discussion et explication de ton perso au staff, la conclusion qui s'imposait était d'accepter ton personnage sous réserve de plus d'explicitation sur certains points de ton histoire.

Les points à appuyer sont:
- le fait que tu te transformes en humain mais uniquement en apparence et non pas qu'il y ait d'échanges bizarres avec le mage
- que c'est un sort qui peut-être réversible et pas permanent
- qu'il n'y ait aucun changement autre que celui de ton apparence (pas d'évolution de mentalité, d'intelligence ni quoi que ce soit d'autre)
- préciser qu'il est de la race "humaine" mais d'apparence et qu'en réalité il est un dragon (donc issu du Vein) et surtout un animal. Donc dans ta fiche tu n'auras qu'à mettre "dragon animal devenu humain" et dans ton profil, tu n'auras qu'à mettre humain d'apparence ou quelque chose du genre

Car, pour moi qui ait déjà discuté avec toi de ton perso, je le connais mais ces points restaient obscurs pour le reste du staff, c'est pour cela qu'on demande quelques précisions. Pas besoin d'en faire des tonnes, tant que c'est un peu plus "clair". Je sais que c'est déjà précisé dans ta fiche mais souvent implicitement, du coup ça peut être ambigüe.

Bref, j'attends ta correction !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR   Ven 28 Déc 2012 - 20:03

Bonsoir Aikanaro,

Tout d'abord merci d'avoir pris le temps de t'occuper de moi en cette période d'effervescence.

Je peux comprendre que Dstruc ait pu être sujet à débat mais je crains qu'il ne me soit difficile de répondre du mieux possible à vos demandes de précisions sans avoir vu les argumentations et les interrogations qui vont avec : je ne sais toujours pas ce qui a provoqué tant de discutions, d'autant plus que mon personnage m'a tout l'air de tenir la route.
Sans cela, je ne pourrai que toucher d'un doigt hasardeux vos attentes, sans les comprendre réellement. Ce n'est pas quelque-chose qui me faciliterait l'aventure ici, j'espère que vous en convenez tous.

Cependant, pour ne pas dénaturer la trajectoire de l'histoire et du reste, je vous propose d'essayer d'appuyer les points en question dans la description de la classe, de façon à ce que l'idée soit généralisable et réutilisable sans qu'un nouveau débat à huis clos soit nécessaire.
Dis-moi si cela vous convient.

Du reste, je n'ai pas compris cette partie de phrase :
Hey mais c'est toi qui a écrit:
Il est un dragon (donc issu du Vein)

Dans ma conception, les dragons animaux sont des animaux, et de même que les poules-savantes ou n'importe quelle autre chèvre, ils ne sont pas nécessairement issus du Vein (à moins que l'on considère la chose du point de vue constructiviste : "tout Feleth est issu du Vein", alors là, oui).
Et avec ça, je ne suis pas sûr de comprendre le sens que vous accordez à l'expression "être issu".
M'est-il accordée une explication ?

Merci d'avance,
Drrghfr.
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR   Sam 29 Déc 2012 - 14:47

Alors, oui, mea culpa pour le "issu du Vein" c'est bien entendu dans le sens où toute chose vient du Vein à l'origine. Ça pouvait prêter à confusion, c'est vrai.

Normalement, j'ai correctement explicité les détails de ton personnage (en faisant l'intermédiaire entre toi et le staff), je ne sais pas si tu peux obtenir une audience maintenant surtout qu'on est d'accord pour te validey. Il faudrait juste que tu appuies les points que je t'ai dit, en rajoutant une simple phrase si t'as pas envie de t'emmerder.

Exemple: pour préciser la métamorphose tu peux ajouter en spoiler sous l'histoire que le mage a modifié ton apparence sans rien changé de ta psychologie, qu'il n'y a pas eu d'échange de corps entre lui et toi, que c'est un sort modifiable, toussah.

Je sais que c'est déjà plus ou moins sous-entendu mais c'est pas clair pour le reste du staff. J'essaye de faire au mieux pour tout le monde, tu n'auras rien besoin de changer de ton histoire, ni autre chose, juste préciser explicitement les parties.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR   Sam 29 Déc 2012 - 16:18

Bon, je ne vais pas faire mon dragon plus longtemps, j'ai compris dans quelle situation nous étions.

Alors, j'ai fais du mieux que j'ai pu puisque je ne savais pas exactement comment faire sans rajouter des astérisques partout et sans rabâcher nerveusement tout ce qui a déjà été dit.
C'est essentiellement des tournures de phrases que j'ai revu :

Pour :
- le fait que tu te transformes en humain mais uniquement en apparence et non pas qu'il y ait d'échanges bizarres avec le mage
- qu'il n'y ait aucun changement autre que celui de ton apparence (pas d'évolution de mentalité, d'intelligence ni quoi que ce soit d'autre)


Dans la partie Classe a écrit:
(...) Animaux enfermés dans un corps humain, ils ont un comportement et une intelligence toujours égaux à ceux de leurs compères animaux... dans un corps pareil à celui de n'importe quel humain.
Evidemment, le mode de vie, la façon d'agir, la manière d’interagir avec l'environnement de ces êtres rappellent ceux de l'animal qu'ils ont été et qu'ils sont toujours à l'intérieur, mais leur incapacité à fournir un contenu intelligible par l'Homme les pousse en marge de la société.

Dans la partie Caractère, personnalité a écrit:
Si Dstvropraal a tout perdu de ses atouts massifs, il n'en est rien de son comportement et de sa psychologie : il reste un dragon dans un corps changé en humain.
Aux yeux de ses nouveaux camarades humains, puisqu'il est incapable de se rendre intelligible, il passe facilement pour un abruti : sa seule façon de s'exprimer est un mélange de grognements et de diarrhées verbales, preuve qu'il est incapable de comprendre comment fonctionne l'équipement organique humain.

- que c'est un sort qui peut-être réversible et pas permanent

Dans la partie Pouvoirs particuliers a écrit:
Touché par un sort de transformation de corps, Dstvropraal est devenu un humain d'apparences.
Cependant, cette magie n'étant pas définitive ni irréversible, il est possible qu'après un certain temps le dragon retrouve certaines de ses capacités de bête, notamment son feu, et que son corps d'homme mute petit à petit vers sa forme originelle de dragon.

Dans Apparence physique a écrit:
Un horrible sortilège a modifié son apparence en celle d'un humain et, le jour où cette magie commencera à s'évanouir doucement, mieux vaudra ne pas se trouver dans les parages lorsqu'il retrouvera tout le contrôle de son véritable corps.

- préciser qu'il est de la race "humaine" mais d'apparence et qu'en réalité il est un dragon

Dans Race a écrit:
(...) (Ndt : « Je vais te bouffer » : C'est un sujet sensible, il s'agit d'un dragon enfermé dans un corps humain) Humain en apparences.

Je n'ai pas voulu retoucher à l'histoire, encore une fois, je crois que ça en aurait modifié la trajectoire que d'y ajouter ce genre de notifications.
J'espère que cela suffira.
Drrghfr.



Dernière édition par Dstvropraal Turycan le Sam 29 Déc 2012 - 19:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR   Sam 29 Déc 2012 - 18:12

Bon, pour moi c'était déjà bon au début et ça me parait encore plus clair maintenant ! Tu as bien fait de pas toucher l'histoire car ça aurait été inutile et chiant pour toi. Pour moi c'est tout bon à présent.

Excuse nous pour le désagrément car, du coup, ça a pris pas mal de temps entre les délibérations et les changements.

Par la présente, yé té walide laggle !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR   

Revenir en haut Aller en bas
 

GRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAOUR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-