''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Astarès Vanshee -- La lame du Vein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Astarès Vanshee



________________

avatar
________________


Race : Seïrdan
Classe : Maitre Lame
Métier : Espionne au service d'Arphoss
Groupe : Démons

Âge : 500

Messages : 20

Fiche de Personnage : La lame du Vein


MessageSujet: Astarès Vanshee -- La lame du Vein   Lun 24 Déc 2012 - 17:44

Spoiler:
 

_________________________________________________________________________________


LE PROFIL
D'UNE GUERRIÈRE

PROFIL



Nom : Vanshee
Prénom : Astarès
Rang : La lame du Vein.

Âge : 25 physiquement – Environ 500 chronologiquement.
Sexe : Femme.

Race : Seïrdan.
Classe : Maître lame.

Métier : Espionne – Agent au service d'Arphoss.
Groupe : Démon.

_________________________________________________________________________________

LES ARMES
DES MEURTRES

ÉQUIPEMENTS ET POUVOIRS



Équipement : L'équipement d'Astarès peut paraître simple mais en réalité elle n'a pas besoin d'énormément d'armes ni d'outils à transporter sur elle-même. Elle dissimule toujours deux ou trois poignards sur elle pour s'en servir de couteaux de lancer. Outre ces petites lames elle possède aussi une plus grande, son arme principale : une épée. Cette dernière n'est pas un tranchoir classique vu qu'il s'agit de l'héritage de son père lorsqu'elle termina son entraînement au sein de son clan. Cette épée à la particularité d'être très résistante et extrêmement légère, mais hormis ces deux points il s'agit d'une lame classique que manie à la perfection la démone. Son corset agit aussi comme un plastron léger, bien qu'il n'offre pas autant de protection qu'une armure intégrale.

Talents de combat physique: Les capacités de combats de cette Seïrdan ne sont plus à démontrer. Lors de son premier entrainement au sein de sa famille elle se fit suivre par son propre père qui lui a inculqué toutes les bases de l'art du combat. De par sa mentalité assez 'masculine' elle refusa qu'on lui fasse un traitement de faveur au niveau de l'apprentissage du combat, elle voulait absolument devenir comme ses semblables, voir plus. Astarès manie donc les lames comme une maitresse et possède une capacité à se mouvoir impressionnante, comme un serpent. La maitrise des armes n'a pratiquement plus de secrets pour elle, son épée c'est l'extension de son bras, son habilité à se battre avec est très poussée, tellement qu'on aurait parfois l'impression que l'arme est sa propre main. Mais bien évidemment elle s'est spécialisée surtout dans les lames. Mais à part sa connaissance, elle possède une particularité physique à qui elle doit surement la place où elle est actuellement : sa force. En effet, contrairement aux autres de ses semblables féminins Astarès possède une force physique conséquente sans être ahurissante, à l'échelle d'un Seïrdan. Pour comparer avec ses frères elle a le don de les battre au combat sans armes … Avec efforts tout de même. Pour résumer ce point-là, dans sa famille c'est elle qui possède la plus grande force, ceci peut paraître étrange mais c'est une particularité … Sans que ses muscles soient pour autant 'déformés' d'un point de vue externe. Toutefois, grâce au second entrainement qu'elle a subie certes moins long mais étant prodigué directement par le seigneur Arphoss, elle a notamment appris à coupler ses dons de combat exceptionnels à ses pouvoirs, ce qui peut donner un résultat parfois étonnant, surtout que cet événement lui a permis de devenir bien plus rapide dans ses mouvements qu'avant. En résumé il s'agit donc d'une redoutable guerrière lorsqu'il s'agit de combat à armes ou à mains nues, si ce n'est qu'elle fait partie des plus redoutables existant.

Talents de magie : Qu'on le sache : Astarès ne maitrise aucune magie, et ne peut en maitriser aucune. Ceci est dû à cause d'une marque qu'elle porte depuis sa naissance, une sorte de marque comme un tatouage indélébile symbolisant un dragon. Cette marque lui octroie certains pouvoir bien déterminé et empêche l'utilisation de toute autre forme de magie. Que ce soit le feu, l'air, la terre ou l'eau ou la lumière ou toute autre forme de magie, elle ne peut pas les maitriser que ne serait-ce d'une fraction. Quant à la magie noire, elle représente un point faible mais dans de certaines situations. Tout dépend de son adversaire, de sa maitrise et de comment il utilisera la magie noire, car Astarès même en étant démunie de magie n'es pas démunie face à elle. Mais encore une fois tout dépend de l'adversaire.

Talents divers : /

Pouvoirs particuliers : La marque que porte la jeune femme est à la fois un bienfait et un fardeau car elle confère à la Seïrdan des pouvoirs bien précis, dont on peut les énumérer. Il y a la téléportation à très courte portée en premier : ce pouvoir permet à Astarès de se téléporter sur une distance de 15 mètres au grand maximum, mais est quasi-instantané à effectuer et justement par sa faible portée peut s'effectuer plusieurs fois en l'espace de quelques secondes, après la fatigue se fera ressentir. La seconde faculté est ce qu'elle appelle la perception spirituelle qui lui offre la possibilité de voir l'âme au travers la majorité des obstacles, mais cela à une courte portée et certain matériaux bloquent cette capacité. Cette compétence peut se voir physiquement car lorsqu'elle l'utilise ses yeux deviennent orangés. Un troisième pouvoir permet à la démone d'avoir la capacité de pouvoir prendre possession d'un corps habité ou non pour une durée variable (Généralement cela dépend de la résistance qu'oppose l'occupant du corps, entre 10 secondes ou 10 minutes). Cette capacité se matérialise sous deux formes distincte : une permettant de prendre le contrôle d'un corps et l'autre permettant de corrompre une âme grâce à la sienne. Pour finir, avec le temps et l'expérience elle a finit par découvrir le dernier pouvoir que lui offrait sa marque : celle de se métamorphoser en dragon, d'écailles et d'os. Pour ne pas embrouiller les esprits il s'agit d'une simple transformation 'démoniaque', mais étant donné que la créature en question est assez spécial cette transformation ne peut être qu'utilisée qu'en cas de réelle nécessité et surtout, surtout si Astarès possède assez de force pour réussir la transformation, donc il s'agit vraiment d'une solution de dernier recours qui demande énormément d'énergie. La métamorphose ne dure qu'une heure, elle peut s'augmenter d'une demi-heure au grand maximum si la démone est dans de parfaite conditions ce qui est extrêmement rare.

_________________________________________________________________________________

LA BEAUTÉ
D'UN SOMBRE ESPRIT

APPARENCE PHYSIQUE ET PSYCHOLOGIQUE



Apparence physique : Astarès est une fille qui n'a strictement rien à envier aux plus belles humaines de Feleth, de son point de vue. Des cheveux longs et sombre tombant gracieusement sur les côtés de son visage 'félin'. En effet celui-ci dégage toujours la même impression quand on l'observe, on en sait jamais à quoi il faut s'attendre. Un peu comme un tigre sur le point de s'abattre sur sa proie. Ses yeux grisâtres sont entourés d'un tatouage rouge qui forme deux lignes : une au-dessus et une en dessous. Ce ne sont pas ses principaux atout mais on préférai ne pas la regarder dedans ... Toujours en restant sur son visage, la démone possède un nez plutôt fin, des lèvres pulpeuses sans que cela paraisse trop vulgaire. Elle fait énormément attention à son apparence externe et ne supporte en aucun cas être mise dans le cambouis même dans les pires situations. Son accoutrement reflète à la perfection son attitude : hautaine. Sur des tons noirs/dorés, elle porte un corselet en guise de protection principale qu'elle habille avec sur des 'épaulières' en fourrure. Mais en réalité ces épaulières sont le support pour permettre à sa longue cape ténébreuse de ne pas tomber. Cette cape lui arrive jusqu'aux pieds et représente pour elle un signe distinctif pour dire qu'elle appartient à une élite ... Astarès est imbue de sa personne. Toujours en parlant de tissu la Seïrdan possède juste en bas de son corselet une sorte de 'robe' qui lui atteint le haut des chevilles sauf qu'à l'avant elle ne recouvre que le haut de ses longues et gracieuses jambes.

Question protection la démone fût quand même raisonnable (Du moins un peu) et adopta plusieurs plaques servant à protéger des coups certaines parties de son corps. Elle a déjà le corselet servant pour son torse, mais pour ses bras d'une part il y a sa cape qui les couvrent, mais elle porte aussi des bracelets en acier à ses poignets, teint en or. Ils sont maintenu avec des attaches en cuir et des boucles du même matériaux que les bracelets, ces derniers servent donc principalement à ce qu'elle ne se fasse pas blessée durant un combat à l'épée par exemple. Ses jambes aussi sont sous protection grâce à des bottes lui remontant jusqu'aux genoux. Devant ses derniers sur les bottes trônent des plaques mais sur le reste du tissu il n'y en a pas. Pour finir le tout, Astarès porte à son cou le présent que lui avait fait sa mère lors de la réussite à son premier entrainement. Bien qu'il n'était pas dans les esprits de faire ce genre de geste sa mère avait une mentalité légèrement différente. Un collier en or massif incrusté d'une pierre d'un rouge sang, un diamant rouge. Ce petit chef d'oeuvre a été spécialement crée pour elle, en d'autres termes il n'existe pas deux comme celui-là. La Seïrdan adore la parure et le luxe et comme on peut le voir un peu partout sur elle, l'or est sa matière préférée. Bague en or, collier, bracelets de protection ou bien encore la garde de son arme ou même es décorations de son fourreau, ce matériau est présent partout sur elle.

Le dernier point serait donc le tatouage ou plutôt la marque qu'elle porte au-dessus de sa poitrine à gauche. Ce dessein représente un dragon, ce qui peut sembler classique sauf qu'en réalité il ne s'agit même pas d'encre mais cela est bel et bien une marque de naissance pourtant. Pour résumé, les mots qui la définissent le mieux seraient surement grâce, prestance, hautaine, et bien d'autres encore.

Caractère, personnalité : Mauvais caractère, pratiquement jamais de bonne humeur c'est principalement ce sont qu'on peut remarquer en premier chez Astarès. Mais si on y regarde de plus près il y a d'autres détails qui sont tout autant intéressant à expliquer. C'est une personne aimant le combat encore plus que la parure, qui cette dernière vient se placer en second. Toujours prête à se battre n'en demeure pas moins qu'elle choisie ses adversaires lorsque cela est possible, elle n'accepterai jamais de se battre avec quelqu'un qui lui est 'inférieur' selon elle. Imbu de sa personne, très hautaine, peu de personne sauront l'apprécier. On pourrait croire qu'elle n'aime pas parler en général, ce qui est vrai, mais la principale raison à cela est qu'encore une fois se sentant mieux que tout le monde elle n'adresse jamais la parole à n'importe qui. Mais sa personnalité reste assez masculine dans le sens où elle adore se battre que ce soit avec les armes ou non et faire couler le sang sur son passage, ou bien encore son impartialité et sa rudesse d'esprit face à ses adversaires, les gens qu'elle considère comme faible.

_________________________________________________________________________________

LE CONTE
D'UNE NOBLE TUEUSE

HISTOIRE


Tout commença un jour, dans le Vein. Ce jour-là fût à s'y méprendre comme ses semblables de la semaine, sauf à un détail près. Ce jour-là une naissance eut lieu dans le domaine d'une famille, ou non, d'un clan familiale le terme étant plus approprié. Pour définir la taille de l'habitat on pourrait alors parler d'un ensemble couvrant la surface d'un petit village sur Feleth. Un grand manoir servait à loger les membres de la famille quant aux autres habitats, de moindre 'grandeur' servaient à loger les gardes protégeant les terres et les forgerons/mineur. Car cette famille était l'une qui fabriquait les meilleures armes du Vein tant c'était rare. Une tradition, un savoir faire datant de centaines d'années, ils étaient sans doute les plus importants fabricants d'armes dans le monde du dessous. Il y avait bien sûr d'autres gardes qui restaient dans le manoir pour la défense de ses membres. Pour en revenir à cette naissance, une fille vit le jour. C'était la dernière née des Vanshee ayant gardé le sang pur de la famille ancienne, une véritable Seïrdan dans l'âme et dans le corps. Pourquoi alors cette petite fille était si importante que cela ? Lors de sa naissance on ne pouvait réellement remarquer quelque chose, ce ne fût que lorsqu'elle put enfin parler que la famille put savoir sa particularité. Ils, enfin principalement sa mère la nomma Astarès d'après son propre nom. Elle était très attachée à sa fille mais ne lui faisait pas de traitement de faveur pour autant auprès de ses frères et sœurs. Les années passèrent jusqu'à ce que la dernière de la famille eut l'âge de commencer l'entrainement qui était une case obligatoire pour tout Seïrdan. On pouvait s'attendre à ce qu'elle soit légèrement embêtée par cela mais ce fût bien le contraire : elle n'attendait que cela de commencer à savoir se battre.

Au début de cette période les choses allèrent plutôt normalement ; on lui inculquait l'art du combat et le maniement des armes. Astarès était extrêmement à l'aise dès les premiers jours et en demandait toujours plus. Mais plus les années passèrent plus la démone prenait en expérience et en âge, jusqu'à ses 300 ans. Elle refusait de se faire aider, voulant toujours tout faire par elle-même. Cela faisait donc 250 ans qu'elle passait toutes ses journées à se perfectionner, enchaînant exercices en entraînement et sur le terrain, de temps à autre. Un jour elle alla voir son père pour lui demander quand serait alors fini sa période "d'examen" et qu'elle pourrait enfin devenir une vraie guerrière, comme tous les autres Seïrdans. Mais à son plus grand dégoût il lui expliqua qu'en réalité ça ne serait jamais réellement finis, bien qu'elle surpassait ses frères et soeurs au combat. Prétextant qu'elle n'a jamais vraiment pu tester le terrain Astarès était devenue folle de rage contre son père. Ce n'était pas aussi simple : car dans la tradition familiale personne ne pouvait prétendre à être un guerrier ou bien porter une arme du clan et ainsi donc se lancer en solitaire sans avoir fini complètement l'entraînement. La démone prit ça comme une attaque personnelle, pensant que ses parents étaient envieux d'elle, qu'ils voulaient que ce soit ses frères qui passent. Mais même avec cette 'déception' la jeune Seïrdan n'en démordis pas et redoubla les efforts pour prouver qu'elle était à la hauteur.

Cela aurait pu continuer ainsi et ne jamais cesser pour la démone, ce qui fût sauveur pour elle fût un événement qui arriva lors de ses 305 ans. En effet le clan des Vanshee était très, très endoctriné dans la 'philosophie' de Arphoss et étaient tous des fervents partisans pour lui et plus particulièrement pour Astarès qui était tombée en admiration pour le seigneur démon. Sauf que dans le Vein il n'y avait pas que des défenseurs d'Arphoss il y avait aussi ceux qui étaient contre ses idées et qui cherchaient par tous les moyens à le nuire. Ce fût alors pendant une bien triste nuit que le domaine du clan subit une réelle attaque de la part de leur 'frères' de race. Une assemblée de démons et de créatures tous les plus abjectes les unes que les autres s'en prirent à eux. Mais ce jour-là quelqu'un était présent dans le domaine, de manière extrêmement exceptionnel. Le démon qui était sans doute l'un des plus puissants de tout le Vein, celui dont les Vanshee étaient justement des adeptes ... Il était là. Ce n'était certainement pas pour une raison de simple visite ou bien de compte rendu, non. C'était pour avoir un aperçu des prochains guerriers qui allaient sortir du clan pour le servir, les Seïrdans étant d'excellent combattant représentaient une petite force dans ses armées. Mais ce n'était qu'une formalité pour Arphoss, il n'était venu que pour quelques heures tout au plus ne souhaitant pas se tracasser avec ça. Pour en revenir à l'attaque quand celle-ci se déclara les gardes des terres réagirent au quart de tour mais les assaillants semblaient légèrement en supériorité numérique. S'en prendre aux meilleurs forgerons du Vein, ceux qui fabriquaient les armes des plus perfectionnées du Vein ... Pour ceux qui le méritaient bien sûr.

Les démons qui défendaient avaient beaucoup de mal et ce fût alors la décision qu'Astarès prit d'elle-même qui allait changer le cours de sa vie. Sans demander quoique ce soit elle partie les rejoindre au combat se faisant suivre par ses frères qui demandaient aussi du sang ... C'était très risqué en vu du nombre des ennemis mais la démone n'en avait que faire ! Elle voulait tester ses capacités, tuer, massacrer comme elle le souhaitait depuis si longtemps. Le combat sanglant dura toute une nuit où pas une seule minute de répit était autorisée. Mais alors, pourquoi ce jour fût-il si décisif dans la vie d'Astarès ? Car durant la petite bataille elle fût celle qui a réussi à s'en sortir vivante sans ayant infirme ou bien sévèrement blessée et surtout ... Que trois de ses frères furent tués alors qu'ils étaient aux yeux de tous les meilleurs. C'était la Seïrdan qui avait fait pencher la balance en tuant le plus que possible, en coordonnant les gardes avec précision, consumant les assaillants petit à petit par l'étouffement et la ruse. Mais dans tout ceci, Arphoss en personne semblait s'être joint au combat par pur 'observation' en ayant vu le choix de la Seïrdan à vouloir se battre malgré tout. C'était une bonne occasion pour voir le niveau de ses combattants. Nul ne savait ce qu'il pensa au moment où Astarès avait grâce aux gardes et à ses dons de guerrière à annihiler les démons venus les attaquer. Surtout que ce fût elle qui était encore en état et en vie ... Peut-être que cela avait fait réfléchir le seigneur démon sur la 'qualité' de ces Seïrdans, mais aussi sur la jeune fille elle-même.

Le domaine tout entier avait été sévèrement saccagé, que ce soit le manoir familiale ou les habitats des gardes. Un sentiment de honte s'empara de tous, surtout que les forges avaient été gravement endommagés à cause de cela. Ce fût donc une des attaques les plus dévastatrices ayant été commise sur les terres des Vanshee depuis des siècles. Les Vanshee avaient perdu énormément dans cette tuerie, mais une personne parmi semblait lui avoir trouvé quelque chose. Arphoss n'était pas une personne très loquace ni sociable, c'était même le contraire. Mais il avait apparemment vu pendant la nuit de l'attaque un élément qu'il avait finit par mettre la main dessus. Astarès était pendant ce temps en train de se faire soupçonner d'avoir tué ses propres frères par jalousie, que c'était grâce à leur mort et non à elle que leurs vies avaient été sauvées. Ceci était naturellement un prétexte pour l'empêcher de devenir une vraie guerrière Seïrdan ... Certes l'égalité et l'honneur étaient des notions importantes chez ces démons mais c'était justement parce que son père la soupçonnait d'avoir transgressé ces règles qu'il était furieusement contre sa fille. Mais ce fût alors à ce moment que Arphoss décida aussi surprenant que cela était de 'contredire' le démon en expliquant ses observations durant le combat. Selon lui la jeune guerrière avait été la plus aguerrie comparée à ses frères, et il alla même jusqu'à prendre une décision pour le moins ... Inexplicable. Sans avoir fait d'énorme discours ni même prit de longues minutes à jacasser il affirma qu'Astarès serait en mesure de devenir un bon élément dans ses armées en tant qu'espionne à son service. La famille entière était choquée par ses dires mais ils n'avaient pas autres choix que de le croire ... Alors les soupçons portés à l'égard de la fille étaient devenus obsolètes. Karano, le père d'Astarès, la pria de lui pardonner ses égards de pensées et décida de clôturer son apprentissage en lui déléguant le présent qui se transmettait de père en fils en tant normal, mais comme la plus expérimentée était une fille pour la première fois, ce fût elle qui reçue l'épée du clan, une lame centenaires qui a servi aux membres les plus importants de la famille, une lame qui a résisté au temps sans aucunes imperfections.

***

Âgée de 305 ans au moment où son second entraînement commença elle n'arrivait toujours pas à croire à cela. Mais elle se rendit compte qu'être en présence du seigneur Arphoss était très loin d'être une joie. Ce dernier avait décidé de faire passer cette épreuve là où lui-même s'était entrainé il y a un temps : dans les collines de cercueils. Il ne tolérait ni erreur, ni faiblesse, ne parlait jamais et semblait toujours indifférent. C'était parcequ'il ne laissait passer aucunes erreurs que l'entraînement n'allait pas durer des années il avait bien d'autres choses à faire. En temps que 'mentor' ce démon était à la fois efficace mais bien trop apeurant pour la fille. Cette dernière suivait à la lettre près ce qu'il lui disait durant ce temps-là, se torturant en ne commettant jamais aucune faute ni laissant paraître un quelconque signe d'épuisement. Arphoss détestait les faibles tout comme elle les détestait, c'était donc comme marcher sur des oeufs. Mais au fil du temps elle découvrit qu'elle possédait certains 'dons' qui étaient autre que ceux du combat. Ce fût le démon centenaire qui avait finit par les faire ressortir, c'était des pouvoirs ancrés dans la Seïrdan, des facultés presque magiques sans en être pour autant et heureusement pour elle car sinon elle n'aurait pas pu continuer d'exercer avec son maître ce dernier réfutant la magie. Ces pouvoirs, Astarès se rendit compte qu'ils étaient dû grâce à cette marque qu'elle portait en dessous de son épaule, en forme de dragon. Téléportation courte portée, vision des âmes et possession. Des facultés intéressantes si elles étaient mises au service du combat, ce qui devenut le nouvel objectif de l'entraînement. Développer sa rapidité, ses temps de réaction, son maniement de la lame et surtout l'exploitation de ses pouvoirs étaient les buts d'Arphoss. Mais même avec tous les efforts possibles et inimaginables elle n'arrivait pas à ses chevilles mais faisait son maximum

Il ne s'énervait jamais au sens propre, et même avec le temps passé avec Astarès il était toujours aussi impersonnel … Au plus grand regret de la jeune fille. Passé ce détail elle finit par 'satisfaire' son maître quand ce dernier affirma qu'elle était apte à le servir comme il le voulait. Ce fût ce jour-là où elle devenue une de ses agents les plus endoctrinés, le servant sans failles : prête à mettre sa vie, son âme, son corps et son intelligence à ses pieds. Arphoss avait fait d'elle une puissante guerrière ne craignant ni la mort ni la douleur. Pour autant elle n'en devenait pas invincible car son point faible était devenu son propre mentor, car si elle donnerait sa vie pour s'il venait à lui arriver quelque chose, ce qui était quasiment impossible, elle se sentirait directement attaquée.


***

De nos jours Astarès a atteint les 500 ans et depuis la fin de son expérience avec le démon centenaire elle a arpenté le monde du milieu cherchant plus de pouvoir, d'expérience, mais aussi des âmes qui seraient des atouts dans les dites armées du 'seigneur du Vein'. À force de vouloir ressembler à Arphoss elle a finit par devenir un peu comme lui, peu loquace, ne s'énervant pratiquement jamais mais à la différence qu'elle dédaigna tous ceux qui prétendaient être 'fort', car selon elle personne ne peut le prétendre surtout pas sur Feleth. Son but couvre donc de vastes objectifs mais ils ramènent tous à un souhait : servir le Vein et faire de ce monde le plus puissant des trois. Mais pour plus de discrétion elle est devenue une tueuse à gage aux yeux du monde du milieu, cela lui permettait non seulement d'avoir une couverture sur sa réelle vocation d'espionne et de gagner sa vie, elle qui adorait tant le luxe.




___________________________________________________________________________________________________________________

En ce qui vous concerne


A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Au moins trois fois par semaine.

Comment avez-vous découvert le forum ? Google.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? /


_________________________________________________________________________________

UNE HISTOIRE
DANS L'EXISTENCE D'UNE SEÏRDAN

TEST RP



La lune était rayonnante dans le ciel sombre de la nuit. Une nuit comme tant d'autres à Madorass, la capitale des humains, les lumières étaient étincelantes et illuminaient la ville toute entière, du moins dans les quartiers qui en valaient le détour. C'était justement dans l'une de ces luxueuses maisons où se trouvait Astarès, pour être plus précis sur le rebord d'une des hautes fenêtres. De là où elle était elle pouvait voir un bon ensemble de la ville, le paysage était plutôt magnifique avec toutes ces lumières. Mais cela n'effleura que de peu son esprit et encore moins son coeur insensible à cela. Ce qui le faisait chavirer c'était le luxe, l'or, la parure ... Bref tout ce qu'il y avait dans la pièce derrière la fenêtre. Mais elle n'était pas venue pour cela malheureusement car en réalité c'était pour une personne, un homme la raison de sa présence. Un riche marchand détenant aux rumeurs des informations sur certains démons qui se feraient passer pour des humains, à Madorass. Pourquoi cela l'intéressait-elle ? Tout simplement parcequ'elle estimait que ces crapules étaient des déserteurs, vu que dans le monde du milieu ils n'officiaient même pas pour les 'bonnes' raisons. Observant avec discrétion la salle elle attendit que le riche homme se retrouva seule. Ce qui arriva au bout de quelques minutes ; le marchand alla s'asseoir sur le fauteuil de son bureau et prit une plume pour écrire. Encore des affaires de pièces d'or surement ... C'était le moment de passer à l'action. Sans briser la vitre elle se concentra sur un point précis de la pièce, derrière le fauteuil du riche, puis s'y téléporta en disparaissant dans un flot de poussières noirs. L'homme ne se doutait de rien au moment où la démone réapparu derrière lui de la même façon dont elle avait disparu, mais se rendit compte de sa présence au moment où le bruit du frottement de la lame avec le fourreau se fit entendre.

-"Vo … Vous voulez de l'or c'est c-ça ??? Tenez l-l-l-là bas, derrière le rideau il y a une porte fortifiée, p-p-prenez tout mais pas ma vie ! Par pitié !"-

C'était écœurant d'entendre un tel discours de lâcheté. Non seulement il venait de se condamner mais en plus il avait donné une précieuse information à la seïrdan. Les humains étaient stupides décidément ... Comme s'il croyait qu'elle allait l'épargner en échange de son or. Non, elle allait le prendre et en finir de lui mais il lui manquait avant cela une autre information cruciale. Donc elle commença à lui faire miroiter qu'elle lui laisserait sa misérable vie en échange d'une petite réponse. Astarès lui demanda où étaient les démons qui s'étaient dissimulés sous la houppette d'artisans, ceux qui travaillaient à de nombreuses reprises pour lui. Le marchand lui répondit qu'il ne savait pas mais il mentait ... Ce qui n'échappa pas à la démone qui n'hésita pas à lui planter sauvagement son épée dans la chair de son poignet. Retenant son cri il finit par avouer que les recherchés étaient dans les quartiers sud de la capitale, ils se regroupaient dans de vieilles maisons pratiquement en ruines situées près d'une taverne. La belle esquissa un sourire fort bien malsain puis retira sa lame sans pour autant la ranger. Le pauvre homme croyait en avoir finit mais il fût amèrement surpris lorsqu'elle ne défit pas son étreinte sur son cou et qu'au contraire elle la renforça. Se sentant étrangler il voulut alors crier pour attirer l'attention des gardes qui étaient surement dans les parages, mais d'un geste brusque de la main lui brisa dans un macabre craquement son cou.

-"Bien, voyons voir cet or à présent …"-

Le temps pressait car des hommes en armures allaient surement débarquer d'une minute à une autre tandis qu'Astarès se dirigeait vers le rideau. En effet une porte se dressa devant elle mais n'ayant pas la clé elle alla la récupérer sur le cadavre du marchand. À l'ouverture un sourire à pleine dent, de joie mélangé à de la cupidité se traça sur ses lèvres. Elle ne pouvait tout prendre mais ce n'était pas une raison pour se contenter du minimum, allant donc chercher de quoi transporter le plus de pièces d'or. Un sac servant pour y mettre le bois de la cheminée se trouvait à proximité. La seïrdan le vida pour le remplir de ces belles pièces brillantes dont elle raffolait en secret. Il ne restait pas plus d'une minute avant que les gardes arrivent mais ce fût largement suffisant pour Astarès pour prendre une bonne quantité. Sa sale besogne accomplie elle ouvrit la fenêtre par laquelle elle avait tout observé puis se laissa disparaître dans les ténèbres de la nuit, passant par les rebords du manoir pour s'échapper.


♦ ♦ ♦


Dernière édition par Astarès Vanshee le Sam 29 Déc 2012 - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


MessageSujet: Re: Astarès Vanshee -- La lame du Vein   Ven 28 Déc 2012 - 17:58

C'est bon pour moi o/ quelques fautes par ci par là mais ça passe. Le contexte est bon, pareil pour l'histoire et les pouvoirs.

Par contre, juste avant de te validey, pourquoi avoir choisi la classe de mage guerrier si tu ne pratiques pas (et ne peux pas pratiquer) la magie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Astarès Vanshee



________________

avatar
________________


Race : Seïrdan
Classe : Maitre Lame
Métier : Espionne au service d'Arphoss
Groupe : Démons

Âge : 500

Messages : 20

Fiche de Personnage : La lame du Vein


MessageSujet: Re: Astarès Vanshee -- La lame du Vein   Ven 28 Déc 2012 - 21:32

En fait c'est surtout pour dire que même si elle ne possède pas de magie elle possède quand même certains pouvoirs, j'avais peur que si je mettais uniquement une classe guerrière ça ne permettait pas les pouvoirs x).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Astarès Vanshee -- La lame du Vein   

Revenir en haut Aller en bas
 

Astarès Vanshee -- La lame du Vein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-