''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Dim 30 Déc 2012 - 1:01

En ce jour ensoleillé et d'une chaleur écrasante, l'après-midi était morose en Adiryl. Le soleil était haut dans le ciel et frappait de ses rayons les mondes, dissuadant quiconque de s'exposer trop longtemps à sa température. Ce n'était guère un gêne pour Narydia qui sentait en permanence le feu bouillonner en elle. Et sans cela, la séraphine ne se sentait plus elle-même. Il s'agissait en réalité d'un réconfort, d'une énergie chaleureuse avec laquelle elle avait apprit à vivre il y avait des décennies de cela et sans laquelle elle ne s'imaginait plus vivre. N'ayant aucune activité d'éclaireuse en vue pour la journée, la jeune femme avait choisi de profiter de ces quelques heures restantes inondées de lumière pour s'échapper du quotidien. Vêtue d'une robe bleu ciel unie, un pendentif aussi vert que l'émeraude de ses yeux glissant sur son cou, l'ange accordait toujours une attention particulière à son apparence. Comme à chaque préparatif, elle attacha sa longue et très fine épée à sa ceinture de cuir blanc, de façon discrète mais assez dissuasive dans le cas où l'on souhaiterait l'importuner. Sa balade n'avait par ailleurs aucun caractère de la sorte. Elle ne souhaitait ni rencontrer problème, ni conflit. Ou du moins l’espérait-elle.

Déployant ses longues ailes immaculées, la séraphine se lança dans le vide en direction du monde des hommes. Ce monde, elle ignorait pourquoi, la rendait davantage vivante et elle aimait s'y aventurer pour cette raison. Virevoltant dans les airs et suivant les courbes du vent, Narydia aimait découvrir des endroits inconnus au hasard des failles. Après un long moment à planer au hasard dans l'atmosphère, l'ange se laissa guider vers une source qui se révéla bientôt être une faille. Un moment de délectation et de douleur, l'impression de perdre connaissance tout en appréhendant l'arrivée. Un passage de quelques secondes qu'elle avait tellement l'habitude d'effectuer mais qui lui procurait toujours autant de sensations... En ré-ouvrant les yeux, ceux-ci se perdirent sur l'immense forêt tropicale se dressant sous elle. Un endroit magnifique et d'une verdure impressionnante qu'elle n'avait jamais vu auparavant.

Descendant lentement vers cette nouvelle contrée, Narydia commenca à perçevoir peu à peu le bruit de l'eau qui s'écoulait. Une chute d'eau devait se dresser non loin de là. La séraphine survola quelques minutes les hauts arbres, jusqu'à parvenir à l'endroit en question. Une petite clairière (ou du moins quelque chose y ressemblant fortement) occupait l'espace sous ses yeux. L'herbe verte donnait l'envie de s'y rouler et de s'y endormir éternellement. Une cascade majestueuse à l'eau cristalline et dégageant une fraicheur agréable retombait avec grâce dans un petit lac. L'endroit était magnifique, un paradis de calme et de tranquilité.

A cet instant et même si Narydia n'en ressentait pas particulièrement le besoin, il lui semblait que l'eau l'appelait et l'invitait à l'accueillir. ne résistant pas à cet appel, l'ange posa un pied léger sur l'herbe fraîche et si parfaite qu'elle semblait n'avoir été jamais foulée. Puis, se dirigeant vers le lac, elle fit glisser sa robe et son épée jusqu'à ses pieds et arrivée sur la berge, noua sa chevelure de flammes avec un ruban, qui ne viendrait pas perturber ses traits parfaits. La séraphine déplia ses ailes et pénétra lentement dans l'eau, se laissant glisser au fil de l'eau. Elle ferma les yeux et laissa son corps fatigué se détendre au contact des imperceptibles remouds créés par la cascade. Narydia resta ainsi de longues minutes, laissant son esprit vagabonder parmi les songes. Lorsque enfin elle fut sortie de ses esprits et parfaitement reposée, la séraphine nagea vers le bord du lac et replia ses ailes autour d'elle en sortant de l'eau. Ce fut l'instant où un bruit derrière elle la fit sursauter. Enfilant rapidement ses vêtements et équipant son épée à sa ceinture, l'ange se retourna, faisant face à la provenance de cette soudaine agitation.


Dernière édition par Narydia Ventari le Lun 21 Jan 2013 - 21:57, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Dim 30 Déc 2012 - 2:09

" Extrait de note n°77.

... La récolte de la magie blanche est de plus en plus mauvaise. Pourtant, ce ne sont pas les idées qui me manquent pour faire souffrir mes victimes. Je ne comprends pas pourquoi ni comment ce phénomène se produit. Non seulement la magie est de bien piètre qualité, mais en plus, la quantité obtenue est très réduite. Pourtant le procédé est exactement le même qu'avec la magie noire et les résultats sont bien différents, je dirais même qu'ils sont presque contraires. Ce n'est pas normal du tout et ce problème me tourmente jour et nuit. Réfléchir à la question ne m'apportera pas la solution, ce qu'il me faut, c'est un éclair ... "

[...]
Le laboratoire était comme à son habitude dans le désordre le plus complet. Les tables étaient toutes surchargées de feuilles, de fioles, d'outils, de livres et d'autres appareillages en tout genre, le sol était jonché de débris, de morceaux de verre, de restes de nourriture et même parfois de tâches toutes aussi bizarres dans leur texture que dans leur couleur, des chaises renversées, des placards ouverts, un lit défait et une odeur de renfermé, cette caverne était digne d'être l'habitat d'un troll ! De toutes les façons, Alekseï n'en était pas bien loin. Cela faisait plusieurs semaines qu'il n'avait pas vu la lumière du jour et donc, qu'il n'avait pas pris son bain ! Entre les cheveux gras, les odeurs de sueurs et les nombreuses traces noires qui recouvraient son corps, on ne pouvait pas dire qu'il était à plaindre !

Mais, il était tellement absorbé par ses travaux qu'il ne s'en était même pas rendu compte. L'objet de ses efforts ? L'amélioration de son armure ! Il y avait un gros problème d'étanchéité dans le masque qui devait normalement lui servir de respirateur. L'eau s'infiltrait à l'intérieur et permettait en outre à l'air de s'échapper, ce qui pouvait être catastrophique en cas d'apnée prolongée. La solution au problème résidait dans la fabrication d'un joint au niveau de la connexion du tuyau d'aspiration. Serrer le métal aussi fort qu'il le pouvait ne permettait pas d'isoler complètement les valves. Ce joint devait être fabriqué dans une matière souple, élastique et surtout, insensible à l'eau ! De longues recherches l'avaient amenées à utiliser le latex d'Hévéa, un arbre que l'on trouvait dans la jungle. En récoltant son latex par l'intermédiaire d'une incision sur le tronc et d'un seau en guise de récolteur, il pouvait le couler dans un moule circulaire et le faire coaguler grâce à la fumée du feu, obtenant ainsi un matériaux qui répondait parfaitement à ses besoins.

Il avait donc appliqué sa solution et, aujourd'hui, la phase de test en laboratoire venait tout juste de s'achever, c'était une réussite totale ! Fier de lui, il alla donc triomphalement rattacher le masque à son armure et, tel un enfant impatient d'essayer son nouveau jouet, il enfila cette dernière, équipement compris, et entreprit maintenant de tester le système dans des conditions réelles. Il n'avait pas besoin d'aller bien loin pour ça, l'entrée de son laboratoire était bordée par un lac et surplombée d'une chute d'eau. Il prit le soin d'éviter ses propres pièges et, arrivé à l'entrée, il plongea. Le lourd poids du métal l’entraîna rapidement au fond du lac. C'était avec un peu d'angoisse qu'il mit en marche le système d'aération, y aurait-il de l'eau qui s'infiltrerait ? Après une petite minute d'essais, il n'en était rien ! Le mécanisme était parfaitement étanche ! Aux anges, si l'on pouvait dire, il nagea, ou plutôt marcha jusqu'à la rive la plus proche et ressortit de l'eau.

- Wouhou ! Ça fonctionne !

S'écriait-il en levant les bras alors qu'une masse d'eau s'échappait à flot de son armure ... Juste avant de les baisser.

- Par contre, il faudra trouver une solution pour le poids parce que là, c'est pas tant l'eau qui rentre que l’hypothermie mais plus la pression exercée.

Il se retourna ensuite, par reflexe et il n'en crut pas ses yeux. Une femme ... Une femme aux cheveux rouges et aux yeux émeraudes qui le regardait, surprise de le voir ici. Le moins que l'on pouvait dire, c'est qu'il était tout aussi surpris de la voir là mais, par-dessus tout, de voir qu'elle possédait une paire d'ailes plumées et une épée à sa ceinture. Finalement, il avait bien fait de prendre son armure avec lui. Cette femme là, aussi ravissante soit-elle, ne pouvait pas se trouver ici par hasard et ne pouvait venir que d'Adiryl, et si elle venait d'Adiryl et qu'elle se trouvait ici, c'est qu'il ne pouvait uniquement s'agir que d'un nouvel assassin commandité pour le tuer. À l'ombre de sa capuche, il la dévisageait, immobile. Sa joie s'était soudainement évaporée pour laisser place à un tempérament froid et menaçant. Elle était de l'autre côté de la rive, chez lui et elle avait les cheveux trempés ... Trempés ?! Cette tueuse était partie faire trempette ? Fausse alerte ! Aussi incroyable que cela pouvait paraître, il ne s'agissait que d'un séraphin égaré. Il esquissa un sourire, si elle n'était pas venue pour le tuer, elle était venue pour se faire tuer. Elle s'était seulement retrouvée au mauvais endroit, au mauvais moment.

Mais, il n'était pas question pour Alekseï de la laisser filer. C'était une chance inestimable pour lui ! De la magie pure à portée de main ! En silence, et tout en la regardant froidement, il se saisit alors de son arc à poulies et, tendant une flèche d'acier, il visa le coeur de la jeune femme ... Et tira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Lun 31 Déc 2012 - 19:25


- Par contre, il faudra trouver une solution pour le poids parce que là, c'est pas tant l'eau qui rentre que l’hypothermie mais plus la pression exercée.

Cette phrase était autant hors contexte que l'homme qui venait de surgir de l'eau, aussi ruisselant qu'elle-même. Il portait un accoutrement bien particulier, comprenant une armure et une sorte de masque en ferraille qui, semblait-il, devait lui servir d'appareil respiratoire. Du moins était-ce ce que Narydia en avait conclu au vu des paroles qu'il avait prononcées. A présent, tout deux se fixaient sans mot dire, immobiles. L'ange ne voyait pas le visage de l'être en face d'elle, à cause de sa capuche et de son masque, ce qui la déstabilisa quelque peu. Et davantage encore, elle ne pouvait même pas distinguer l'ombre de son expression. Ce silence dura comme une éternité, où personne n'osa ni bouger, ni parler.

Ce qui étonna la séraphine fut la rapidité à laquelle l'homme sortit un arc et décocha une flèche dans sa direction. Le premier réflexe de l'ange devant cette agressivité soudaine fut de brûler cette flèche. Seulement, elle se rendit compte que l'acier au contact du feu ne ferait qu'empirer le danger de celle-ci. Elle joua donc avec les vents, dans le but de détourner l'objet de sa trajectoire. La flèche se mit à ralentir à l'approche de Narydia et elle termina sa trajectoire dans l'un des arbres qui bordait la clairière derrière elle.

A cet instant, l'ange fronça les sourcils. Ainsi il voulait donc se battre avant même de discuter ?Narydia avait beau se demander la raison de cette soudaine agressivité, rien ne pouvait l'expliquer à ses yeux. Et d'ailleurs, elle était quasiment certaine qu'il s'agissait là d'un être d'Adyril, comme elle. La rapidité dont il avait fait preuve ne pouvait l'en faire douter. Le moment était venu de réagir.

* A l'épée, je n'ai aucune chance. * pensa-t-elle. Car en effet il semblait bien que cette homme soit bien plus doué qu'elle dans cette spécialité. mais tant pis, elle userait de sa magie car après tout, c'était SA spécialité bien à elle. Un rictus se forma sur ses lèvres. Il voulait jouer ? Ils allaient jouer.

Narydia se concentra quelques secondes, sans perdre l'homme des yeux. Devant sa rapidité, elle devait pas baisser sa vigilance, même une seule seconde. Car quelconque guerrier le savait : une seconde sans vigilance pouvait vous faire perdre la vie. Son sourire s'accentua en même temps que l'eau s'éleva du petit lac, à environ deux mètres de sa surface. Cette scène pouvait être impréssionnante pour un humain n'ayant jamais assisté à une démonstration de magie, mais face à ce qu'elle pensait être un homme d'Adiryl, cela ressemblait davantage à de la moquerie. Narydia rassembla alors ses forces en acheminant l'air de la clairière et des environs en une vague à très forte pression qui s'abbatit sur l'homme face à elle. Après tout, celui lui éclairerait peut-être les idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Lun 31 Déc 2012 - 20:51

Du feu. C'était là sa première réponse. Elle avait tenté de brûler la flèche mais, de part sa composition, elle n'y était pas arrivée. Cela étonnait déjà Alekseï devoir qu'une séraphine était capable de manipuler cet élément. Finalement, ce n'était peut-être pas de la magie blanche à proprement parlé qu'il allait récolter mais, c'était déjà ça ! Cependant, sa surprise doubla lorsqu'elle fit appelle à l'élément air pour dévier le projectile. Pour y arriver aussi et aussi efficacement, elle devait avoir une excellente maîtrise de ces deux éléments, il n'était donc pas simplement tombée sur une jeune fille égarée mais bien sûr une guerrière qui connaissait son affaire. Il esquissa un sourire aux coins des lèvres, s'imaginant déjà ce qu'il pourrait faire avec ce nouveau cobaye. Quoi que, on ne pouvait pas rester insensible à son apparence physique, peut-être que ceci jouerait en sa faveur mais, les tourments psychologiques étaient tout aussi redoutables que la torture à l'ancienne !

Cela dit, lorsqu'il vit l'eau s'agitait et s'élever dans les airs, à plus de deux mètres de hauteur, il ravala bien vite son sourire. Ça, ce n'était pas prévu et il était déjà trop tard pour esquiver la vague ! Mettant son bras devant sa tête, pour se protéger même si cela ne serait d'aucune efficacité, l'eau s'écrasa violemment sur son être, le projetant en arrière avant de finalement l'entraîner avec lui lors du retour. La force du choque l'avait sonné et voilà que maintenant, il était en train de couler au fond du lac. Rien de bien alarmant vu qu'il venait d'en ressortir mais, le système d'aération avait pris un coup et il refusait de se mettre en marche. Il avait beau remuer le mécanisme d'ouverture, ce dernier était bloqué ! En même temps, quelle idée idiote avait-il eu de se protéger avec le bras sur lequel était installé ce dernier ! L'air commençait déjà lui manquer et il venait tout juste de toucher le fond qu'il se rendit compte que les deux tiges censées ouvrir la capsule étaient rompues au niveau de l'articulation du coude !

Attrapant celle de son bras entre ses deux doigts, il tenta de la faire pivoter manuellement mais, l'eau ne le lui permettait pas ! Il venait de cracher ses dernières bulles, cognant le mécanisme à plusieurs reprises, ce remit miraculeusement en marche ... Comme quoi, il suffisait de bien lui parler, cela ne changeait pas vraiment des autres systèmes qu'il avait mis au point. Un bon coup et tout repartait ! L'air lui revint finalement et reprenant son souffle, il leva la tête vers la surface. Cloué au fond par le poids de son armure, la pression exercée sur son corps était forte et ne lui permettait de respirer que difficilement, il devait forcer pour aspirer correctement l'air. Il la cherchait du regard, elle était encore là, il en était sûr. Immobile dans l'eau, il attendait qu'elle se présente, surement sa curiosité la pousserait à s'exposer pour savoir si elle était venue à bout de son adversaire ou non.

Patientant calmement, le moment arriva finalement. Il vit sa tête et ses deux épaules passer au-dessus de la surface. Prenant son arc en main, il tendit deux flèches, sous l'eau. Tirant le câble aussi fort qu'il le pouvait, il les décocha. Cette dernière fendirent l'eau, non pas en direction de sa tête, mais en direction de ses épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Lun 31 Déc 2012 - 23:23

La vague appât le guerrier dans un élan quasi meurtrier qui l'entraîna avec elle vers l'arrière. Narydia ne relâcha pas un instant sa concentration lorsque l'eau humanisée retomba violemment dans le lac, déposant en son fond cet homme qui avait provoqué lui-même sa situation. Le temps lui parut infiniment long alors qu'elle guettait un éventuel retour à la surface. De longues secondes s'écoulèrent pendant lesquelles elle observa la surface du lac avec prudence et méfiance. Elle attendait le moindre mouvement, le moindre frisson sur le miroir liquide qui à présent commençait à retrouver son calme.

Enfin, plus rien ne vint troubler la tranquillité du lac. Sans pour autant baisser sa garde, la séraphine se pencha légèrement au dessus de l'eau, ne sachant quoi penser de cet enchaînement d'évènements. C'était trop facile... Un mouvement. Narydia n’eut le temps que de bouger de quelques centimètres avant que les projectiles ne l'atteignent. Elle parvint à esquiver la première flèche qui passa de justesse au dessus de son épaule. La deuxième alla quant à elle se ficher directement dans l'aile droite de la jeune femme. Elle avait clairement touché l'articulation principale, celle qui en dirigeait chaque mouvement. Sans avoir traversé le cartilage, la flèche s'était fichée assez profondément pour provoquer une grande douleur et un saignement abondant. Déjà, les plumes aux alentours voyaient leur blanc immaculé se peindre d'un rouge sanguinolent.

Narydia jeta un oeil à sa blessure et grimaça non pas de douleur, mais de colère. Il avait réussi à la toucher. Il était certes rapide, mais visiblement ce n'était pas sa seule compétence. * Futé. Mais tu vas me le payer très cher. * se dit-elle. Ses yeux s'assombrirent et un unique objectif l’assaillit : lui faire subir le double de la douleur qu'il lui avait infligée.

Une fois ses esprits repris, la séraphine serra la flèche d'une main ferme, et l'arracha d'un mouvement sec avant de la jeter sur le sol. Puis, elle referma ses doigts autour du pommeau de son épée qu'elle tira de son fourreau dans un bruit métallique. La chaleur de son corps s'intensifia et l'ange sentait son sang bouillonner en elle. La main qui enserrait son épée aurait pu brûler la peau de quiconque l'aurait tenu à sa place. Ses traits s'étaient durcis, ses yeux brillaient de colère. Élevant la voix, elle lança à l'intention de l'homme sous doute à demi noyé qui la narguait toujours depuis ce lac.

- Sors donc de là au lieu de savourer cette petite victoire en solitaire ! Viens me faire partager ta joie, que je me repaisse du plaisir dans tes yeux et que j'y fasse disparaitre toute lumière !

Elle se doutait qu'il n'entendrait pas ces mots mais pourtant et elle ignorait pourquoi, elle gardait l'espoir qu'il relève son défi. Narydia ne souhaitait pas poursuivre ce petit jeu éternellement, en tout cas pas sans savoir à qui elle avait affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Mar 1 Jan 2013 - 17:18

Cette jeune séraphine était très vivace, elle avait réussi à esquiver la première flèche. Malheureusement, la deuxième, bien qu'ayant manqué sa cible initiale, était partie se planter dans l'articulation de son aile. C'était une erreur que de le chercher du regard, surtout qu'il était sous l'eau. Cela dit, personne n'était infaillible, même pas Alekseï. Au fond du lac, il n'entendait absolument rien. Peut-être avait-elle hurlé ou lui avait-elle adressé la parole mais, si c'était le cas, il n'aurait rien entendu. Cela dit, il ne pouvait rester éternellement dans l'eau, il faisait bien trop froid et il pourrait rapidement en mourir, l'eau était glacée. Maintenant, il ne pouvait pas non plus se permettre de sortir en grimpant la rive, elle le verrait inévitablement et l'attaquerai sans lui laisser le temps de se défendre.

Il réfléchissait à une solution et, au bout d'une petite minute, il n'en avait trouvé qu'une seule. Remplissant ses poumons du plus d'air qu'il pouvait aspiré, il retint ensuite sa respiration et détacha la capsule d'Aer. Bloquant l'extrémité avec son pouce, il l'enterra dans le sol mou du lac et posa son pied dessus pour maintenir le blocage. La particularité de cette essence, comme toutes les autres, c'est qu'elle fortement pressurisée, ce qui permettait d'en stocker une quantité non négligeable dans un espace qui normalement serait trop petit. La fuite de la capsule servait normalement à laisser l'essence s'échapper dans le masque et se transformer instantanément en air puisque pouvant se décompresser librement et donc, pouvant retrouver son état initial.

Il enleva ensuite son trench et débloqua la fuite. Plantée dans la terre, l'air qui s'échappait faisait office de contre poussée, ce qui lui permettait de la maintenir coincée. L'essence se libérant à grande vitesse, une sorte de puissants remous s'était formé au milieu du lac, troublant ainsi la surface de l'eau. Alekseï laissa son habit remonter à la surface, poussé par le flux d'air, créant ainsi l'illusion d'une noyade et d'un corps flottant. Il fallait maintenant faire vite car la séraphine se rendrait bien vite compte de la supercherie. Il se rapprocha de la rive où cette dernière se tenait debout, caché par le trouble de l'eau, puis, il fléchit ses jambes et fit un bond ainsi de se sortir de l'eau, à la moitié. Profitant de l'effet de surprise, il attrapa les chevilles de la jeune combattante et la tira dans l'eau, son objectif étant de la noyer.

Malheureusement, il avait un peu sous-estimé cette dernière et, dans son débat, elle parvint à lui planter la lame de son épée dans son épaule gauche, l'endroit n'étant pour le moment protégé que par une simple côte de mailles. La chair était découpée mais, ce n'était pas le pire. La lame avait dévié et elle avait atteint le haut de son omoplate, sectionnant alors l'os. La douleur était foudroyante et, cette jeune fille avait eu assez force pour transpercer ses défenses. Alors qu'il venait de la tirer dans l'eau, il la relâcha, vidant ses poumons de leur air à cause de la douleur et se tenant l'épaule. Il y avait eu une grande effusion de sang. La séraphine profita de la situation pour s'extirper de l'eau mais, au moment où cette dernière s'apprêtait à en sortir, Rytchkine la rattrapa passant son bras droit autour de son cou et la ramenant une fois de plus sous l'eau.

Fermement maintenue, la séraphine se débattait mais sans succès. Peut-être par réflexe ou tout simplement par calcul, elle attrapa la poignée de son épée, qui était restée fichée dans l'épaule du Poltergeist, et tira dessus. Elle ne la retira pas mais, elle sectionna complètement la chair pour la libérer, infligeant une seconde blessure à son agresseur, qui lâcha alors prise. Son cri fut étouffé par l'eau. Finalement, les deux adversaires étaient aux coudes à coudes, essayant tous les deux de remonter à la surface. Alekseï avait sorti la tête de l'eau et il s'aidait de son bras droit pour se hisser quand il s'immobilisa, relevant la tête et regardant devant lui.

- Eurêka !

S'écria-t-il soudainement. La séraphine fut donc la première à remonter et, voyant que son adversaire s'apprêter à en faire de même, elle se saisit de son épée. Alors qu'elle s'apprêtait à lui asséner un coup, ce dernier lui demanda de s'arrêter.

- Stop ! Ne faites pas ce que vous pourriez regretter !

Ayant attiré son attention, il continua.

- C'est une erreur regrettable ! Je vous ai pris pour une jeteuse de mauvais sorts ! Mais je viens tout juste de me rendre compte que vous êtes un séraphin. Vous venez d'Adyril, tout comme moi !

En même temps, avec une paire d'ailes, comme ne s'en était pas rendu compte plus tôt ?

- Vous savez, les démons sont fourbes et il arrive qu'ils imitent trait pour trait les séraphins. C'est une histoire bien trop longue pour que je vous l'explique maintenant. Nous sommes tous les deux blessés, le plus important pour l'instant serait de nous soigner. J'ai ce qu'il faut pour ça à l'intérieur de mon laboratoire, sous votre consentement bien sûr, je pourrais m'occuper de ça !

C'était d'une évidence aberrante ! Bien sûr, le mal engendre le mal, ce procédé fonctionne à merveille avec les démons parce qu'il suscite leur haine et permet donc de renforcer leur magie noire, indépendamment de leur volonté puisqu'il s'agit de leur nature ! Mais pour les anges, c'était différent ! Le mal infligé provoquait chez eux provoquait de la colère, mais ne stimule pas leur nature propre ! Le résultat fait que leur magie n'est uniquement renforcée que sur le moment ! Il n'y avait qu'à voir comment la séraphine avait réagi que sur l'instant ! Et voilà donc pourquoi, même si torturé comme jamais, leur magie retrouvait son état initial dès que le supplice se terminait ! L'erreur était d'avoir confondu l'esprit et le corps !

- Je suis sincèrement désolé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Mar 1 Jan 2013 - 19:48

La blessure était profonde. Et le sang s'écoulait de plus en plus sur les longues plumes blanches de l'aile, jusqu'à tomber en gouttes écarlates sur l'herbe verte de la clairière. L'os était largement touché, bloquant complètement l'articulation de l'aile, ce qui perturbait l'équilibre de la séraphine. La surface de l'eau devint trouble en son milieu, ce qui intrigua Narydia. Elle fronça les sourcils, se demandant ce que manigançait cet être sans scrupules et ce fut à cet instant infime d'inattention qu'il sortit de l'eau pour l'attirer avec lui par les chevilles.

La jeune femme retint sa respiration juste à temps, lui évitant ainsi de se remplir les poumons d'eau. Son aile déjà fragilisée en prit un coup lors de la chute, tandis que la jeune femme allait plus en avant dans les profondeurs du lac, tirée par son adversaire qui ne lâchait pas prise. Alors qu'elle se débattait pour tenter de lui échapper - sans succès - elle parvint à attraper son épée et lui planter sa lame dans l'épaule. S'il souhaitait la noyer, la moindre des choses était de se défendre et de défendre sa vie, même si pour cela elle devrait le blesser à mort. Elle n'avait rien cherché et il avait provoqué le conflit à lui seul. Ce qui lui arriverait ne serait que la légitime réponse de la jeune femme. d'un coup de poignet, l'ange fit dévier la lame dans la chair, aggravant la blessure. Ce n'était plus une question de vengeance mais de survie. Et il ne fallait pas que ce petit jeu dans l'eau ne s'attarde, où ils mourraient tous les deux pitoyablement.

Il finit par la lâcher, sous le coup de sa propre blessure, et la jeune femme en profita pour tenter de regagner la berge. Sans succès encore une fois. L'homme la retenait par le cou, un bras autour d'elle et la plongea une nouvelle fois sous l'eau. C'en était trop. Pour qui se prenait-il ? Lui un humain (ou peut-être voire sûrement plus) à menacer un séraphin ? L'une des races supérieures en ce monde ? Enragée, elle empoigna d'une fermeté intense le pommeau de son épée fichée dans l'épaule de son adversaire, afin de la retirer, quitte à le blesser encore davantage. Ce n'était plus son problème. Enfin il lâcha prise, et cette fois définitivement. Vivement, Narydia remonta à la surface, suffocante. Une fois sur la terre ferme, elle resserra davantage la pression sur son arme, dans l'intention de l'abattre sur l'homme qui s'apprêtait à son tour à sortir de l'eau.

- Stop ! Ne faites pas ce que vous pourriez regretter !

Regretter quoi ? De lui arracher le coeur après la blessure qu'il venait d'infliger à son aile, la partie la plus sacrée de son être ? Elle n'avait jamais de place pour les regrets.

- C'est une erreur regrettable ! Je vous ai pris pour une jeteuse de mauvais sorts ! Mais je viens tout juste de me rendre compte que vous êtes un séraphin. Vous venez d'Adyril, tout comme moi !

Etait-ce si dur à comprendre qu'un être ailé venait d'Adiryl et n'était rien d'autre qu'un séraphin ? Visiblement oui. De plus, il lui annonçait qu'ils venaient tous deux du même monde. Alors pourquoi tant d'hostilité ? C'était en tout cas une réponse à la question de la jeune femme concernant sa justesse surhumaine. D'une voix froide, elle répondit sans pour autant abaisser son arme :

- Vous me voyez consternée par votre manque de discernement. Qu'aurais-je pu être d'autre ?

- Vous savez, les démons sont fourbes et il arrive qu'ils imitent trait pour trait les séraphins. C'est une histoire bien trop longue pour que je vous l'explique maintenant. Nous sommes tous les deux blessés, le plus important pour l'instant serait de nous soigner. J'ai ce qu'il faut pour ça à l'intérieur de mon laboratoire, sous votre consentement bien sûr, je pourrais m'occuper de ça !

Il en faudrait plus pour déjouer la méfiance de la séraphine. Seulement, il y avait une part de vérité dans les mots de l'homme. Il arrivait que les démons se montrent sous un jour vicieux, se faisant passer pour qui ils n'étaient pas. Mais en ce cas, un démon aurait-il vraiment prit la peine de se baigner dans un lac dans le simple but de se relaxer ? N'aurait-il pas été hostile dès le début de la rencontre ? Toujours méfiante et en plein questionnement, Narydia se concentrait davantage sur la douleur insupportable de sa blessure que sur les excuses de l'homme en face d'elle. Sa plaie la faisait souffrir, et son aile paralysée de nouait plus se replier, ce qui la gênait fortement dans son équilibre.

- Je suis sincèrement désolé !

Elle ne savait que croire, cependant une seule chose lui importait désormais à présent : se soigner. Elle laissa tomber son épée sur le sol, incapable de poursuivre un combat. Et à la vue de la blessure de l'inconnu, il semblait être aussi amoché qu'elle. D'une voix faible mais son animosité dissipée, Narydia répondit doucement en le suivant vers la grotte :

- Je ne m'excuserai pas pour autant. je ne vous avais rien demandé. Une seconde de plus et je serai partie. Une seconde que vous ne m'avez pas accordée.

Le sang s'écoulait sur le sol de pierre de la grotte, tandis qu'ils pénétraient dans ce qui semblait être la pièce principale. Un désordre sans nom y régnait. Débris, verre, restes de nourriture… tout et n'importe quoi jonchait le sol et les meubles. Cet antre rappelait à Narydia celui d'un vieil ermite. Et vu l'apparence de son propriétaire, elle pensa qu'il ne devait pas beaucoup voir la lumière. Pendant qu'ils avançaient dans la pièce, elle prit le temps de l'examiner du coin de l'oeil. Sa plaie n'était pas non plus belle à voir. Le sang ruisselait entre les mailles, et il semblait ouvert dans sa chair très profondément. Ses cheveux courts et bruns étaient encrassés, ce qui était bien visible même s'ils étaient mouillés. Malgré son allure dépareillée et négligée, il semblait être plutôt bel homme. Grand, élancé, il devint évident qu'il s'agissait d'un être d'Adyril. Son physique lui rappelait celui des êtres supérieurs. Une tenue et une posture travaillée sans l'être, il gardait un semblant de noblesse malgré sa blessure et sa condition… humide.

Ce fut d'ailleurs ce point qui sensibilisa Narydia à son propre état. Sa robe complètement collée à son corps ne cachait plus grand chose, ou du moins laissait aisément deviner ses formes. Ses longs cheveux trempés tombaient dans son dos, l'eau leur donnant une teinte rubis plus foncée qu'à l'habitude. Enfin, l'animosité de ce combat avait réveillé ses yeux emeraudes, qui restait attentifs au décor de ce lugubre endroit et de chaque geste de l'homme.

- Qu'êtes vous, au juste, si je peux me permettre ?

En posant cette question, elle s'installa sur une chaise ou été déposés une seconde plus tard un tas de livres poussiéreux. Son aile toujours ensanglantée et dépliée reposait au sol, seule position possible vu son état. La séraphine garda son autre aile repliée derrière la chaise.

- Et comment vous appelez-vous ? Il me semble qu'il s'agit de la première des politesses lorsque l'on aborde quelqu'un : lui demander son nom.

Elle avait ajouté cela avec un ton légèrement provocateur, sourire aux lèvres. Le froid commençait à engourdir son corps et de légers frissons la parcoururent. La séraphine ouvrit la main sans lâcher l'homme du regard et se concentra sur sa magie. Une minuscule flamme nacquit de sa paume, s'agrandissant au fur et à mesure. Narydia la déposa sur plusieurs bougies posées sur une table, à côté d'elle, qui semblaient n'avoir été jamais été utilisées.

- Vous m'excuserez mais j'ignore comment vous pouvez rester ainsi trempé dans un endroit aussi humide et froid.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Mer 2 Jan 2013 - 16:35

- Je ne m'excuserai pas pour autant. Je ne vous avais rien demandé. Une seconde de plus et je serai partie. Une seconde que vous ne m'avez pas accordée.

Si elle savait le calcul rapide qu'avait Alekseï, elle l'aurait surement tué sans hésiter mais, heureusement pour lui, elle n'était pas capable de lire dans ses pensées. Ses excuses et le soudain arrêt du combat n'avaient rien à voir avec ce qu'il venait de lui expliquer, c'était pour une toute autre raison qu'il avait bien l'intention de garder secrète ... Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de raisons de ne pas la divulguer. Mais, à ce moment-là, il serait peut-être un peu tard. Quoi qu'il en soit, elle avait accepté ses excuses et cessé le combat, c'était déjà ça.

Sortis de l'eau, il l'avait amené à l'intérieur du laboratoire. Honnêtement, ce n'était pas facile pour lui de lui présenter l'endroit dans lequel il vivait. Même s'il n'avait aucune raison de craindre son jugement, sa fierté prenait un mauvais coup. Elle était une séraphine et elle devait surement être habituée à mieux. Lui aussi d'ailleurs et c'est bien ça qui le mettait dans l'embarras. Elle s'était assise sur une chaise, repliant son aile sainte et laissant celle qui était blessée pendre lamentablement. Ses yeux émeraudes étaient d'une toute beauté mais, ils ne lâchaient pas Rytchkine du regard. Il y avait de l'animosité dans son regard, ce n'était pas de la haine mais, plus un trait de caractère. Cette jeune femme devait être un vrai piment ...

Elle lui posa quelques questions sur son identité et sur son habitat mais, il ne lui répondit pas. Pire même, il semblait l'ignorer complètement. En effet, la première chose qu'il avait en rentrant dans sa caverne était d'avoir ouvert son journal de notes et d'y avoir inscris sa théorie. Ensuite, il était parti modifier son emploi du temps, écris à la craie sur un grand tableau, puis reposer son armure sur le mannequin de bois. Il observait la côte de mailles sectionnée ... Il était loin d'avoir terminé cette fabuleuse protection, elle n'était qu'au stade expérimental et il manquait encore des pièces d'armure, notamment les épaulières qu'il n'avait pas encore put forgé, faute de temps et de moyens.

Tout ceci dut bien lui prendre plus d'un quart d'heure. Une bonne quinzaine de minutes durant lesquelles il resta on ne peut plus silencieux, ne prêtant pas la moindre attention à la séraphine. Ces tâches primordiales effectuées, il se dirigea ensuite vers une vieille armoire, qui contenait maintes et maintes fioles mais aussi du matériel médical. Pour sa blessure à l'épaule, l'os était fendu mais pas cassé, quant à la chair, elle était tout simplement sectionnée. Il lui faudrait nettoyer et recoudre la plaie, puis placer un solide bandage, pourquoi pas rigidifié, autour de la blessure. Avec quelques médicaments et du temps, son organisme devrait rapidement s'en remettre. Mais, avec une seule main de disponible, la tâche n'était pas aisée mais, elle n'était pas non plus impossible, Alekseï était ambidextre et doté d'une grande agilité. Sans anesthésie, cela fut très long et douloureux. Par ailleurs, il dut recommencer le bandage à trois reprises, s'aidant de son menton pour maintenir la bandelette. Plus d'une demi-heure d'opération, ajouté au quart d'heure, cela faisait donc plus de quarante-cinq minutes qu'il n'avait pas adressé la parole à la jeune guerrière. Le temps commençait à se faire long ...

Avalant ensuite un liquide blanc, le fond d'une vieille bouteille qu'il venait de débouchonner avec ses dents, il la jeta négligemment au sol et se reposa sur le dossier de sa chaise. Il resta cinq bonnes minutes à ne rien faire, de cette façon, puis, il tourna le regard vers la fille aux cheveux rouges.

- Si j'étais vous, j'éviterai de m'asseoir sur les chaises. Certaines sont piégées.

Gardant le silence un moment de plus, il finit par se lever. Il alla chercher de nouvelles fioles et une nouvelle bobine mais, il ramassa aussi des pinces lourdes et une fine, un scalpel, des garrots et un outil très bizarre puisque cylindrique, creux et dotés de dents de scilles, qu'il prit soin de bien nettoyer. Il vida une longue table de ce qui était posé dessus en un grand geste de main, puis il déposa tout son matériel dessus. Il ramena ensuite un tabouret haut sur lequel il s'assit et demanda à la séraphine de venir s'allonger sur la table, en prenant bien soin de déplier son aile blessée.

- Donc, je vous explique le procédé. Je vais inciser la plaie pour découvrir le cartilage de votre articulation, pas seulement la partie touchée mais toute la surface. Ensuite, je vais parachever votre blessure puis, à l'aide de cet outil, je vais extraire des minuscules cylindres d'os sur le cartilage saint d'une partie non utilisée de votre articulation. Je vais ensuite insérer ces cylindres dans la blessure et seulement après, je recoudrais la chair. Ce qu'il va se passer, c'est que votre organisme va assimiler les parties osseuses des cylindres et les souder à l'os de votre articulation. De cette façon, le cartilage saint restera toujours en place. Pour ce qui est des extractions, des caillots sanguins se formeront et cicatriseront les trous, l'os ne se reconstituera pas mais, il n'en sera pas pour autant fragilisé. De cette façon, vous retrouverez à peu près quatre-vingt-dix pour-cents de votre cartilage, ce qui sera suffisant pour vous redonner une totale mobilité. Cela dit, il vous faudra éviter d'utiliser votre aile pendant quelques semaines, le temps que tout ce bazar se mette bien place. Pour cela, je peux vous faire un bandage rigide. Il y aura ainsi un traitement à suivre, léger mais indispensable sur toute la durée de réhabilitation. Si vous êtes d'accord, on pourra commencer et je répondrais à vos questions durant l'opération pour vous distraire, la douleur serait ainsi atténuée. Si vous n'êtes pas d'accord, je peux toujours refermer la plaie mais sachez que vous risquez de voir votre articulation enfler, provoquant ainsi gênes et douleurs et que votre mobilité sera très réduite voir inexistante. À ce stade, il sera trop tard pour intervenir.

Que décidez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Mer 2 Jan 2013 - 22:22

Le guerrier semblait l'ignorait inéxorablement, ce qui intrigua la séraphine. Il semblait avoir un caractère renfermé et tout en son comportement le prouvait. Comme sa grotte d'ailleurs… Elle l'observa ouvrir ce qui lui semblait être un journal puis un tableau sur lesquels il écrivit. Il retira ensuite son armure avant de la déposer sur un mannequin, laissant à l'ange la vue d'une silhouette bien formée, une carrure puissante et à la fois élancée. Narydia ne prêta pas vraiment attention à ses activités, trop préoccupée par le sang qui s'écoulait sur le sol et qu'elle ne pouvait stopper. Le temps passait, et elle se concentrait autant qu'elle pouvait pour oublier sa blessure.

La jeune femme aperçut le guerrier alors qu'il se soignait, avant de fermer les yeux, son corps tendu par la tension mais les sens toujours en alerte. Au bout d'un moment qui lui parut interminable, Narydia tenta en vain d'agiter son aile blessée, mais sans résultat. Le membre ne réagissait plus et l'articulation était effectivement bien touchée. La séraphine ne s'était jamais autant abimée une aile, et cette sensation était totalement inconnue pour elle. Le contrôle de ses mouvements lui échappait et le pire de tout était encore à venir. Bléssée ainsi, il lui serait impossible de s'envoler maintenant, où même les jours suivants. Elle ne connaissait pas les failles dans cet endroit du monde, ce qui l'effrayait plus qu'autre chose. Comment rentrerait-elle… elle l'ignorait.

Un bruit de verre la sortit de sa torpeur et la jeune femme se ressaisit. Elle avait rouvert les yeux et observait l'homme en face d'elle. Celui-ci avait les yeux rivés vers elle et venait de lui faire l'annonce de pièges placés sur les chaises. Narydia avait alors sourit sans répondre. Elle l'observa rassembler du matériel médicinal, qui lui était sûrement destiné. Son instinct fut confirmé lorsqu'il l'invita à s'allonger sur une table.

La séraphine s'exécuta sans mot dire. Elle commençait à perdre beaucoup de sang et cela la fatiguait davantage de seconde en seconde. Du sang coulant d'une aile ? C'était là un mystère que les humains ignoraient souvent. Beaucoup pensaient qu'il ne s'agissait que d'instruments osseux, seulement articulés tels des marionnettes. En réalité ils faisaient partie intégrante du corps de l'ange, et le sang y affluait autant que dans n'importe quelle autre partie de son être.

- Faites-le. Il ne peut en être autrement, de toute évidence.

Narydia commença par rester assise, assez peu confiante dans cet environnement et préférant éviter toute position de soumission qui l'empêcherait d'agir dans le cas d'un retournement de situation. Position qu'elle ne garda pas longtemps vu l'inconfort qu'elle lui procurait. Son aile était étendue devant le guerrier qu'il s'appliquait à sa tâche. L'incision se fit de façon minutieuse et douloureuse, mais pour autant Narydia ne dit rien. Elle avait connu pire. Elle le laissa extraire des cylindres d'os sur son cartilage, une grimaçe peinte sur le visage mais toujours sans commentaires. L'opération fut longue et d'une douleur intense, seulement il était hors de question de montrer tout signe de faiblesse à cet homme. Elle était pourtant surprise de la certaine douceur qu'il placait dans ses gestes. Il était d'un calme absolu, concentré et soucieux de faire au mieux. Du moins c'était ce que Narydia observait sur ce que son visage laissait transparaître. Il dégageait une tranquillité parfaite. Cette douceur justement contredisait plutôt bien son apparence physique, reflétant dureté et inflexibilité. Et sous ses cheveux crasseux et son visage abimé par le travail, elle reconnaissant un beau visage déterminé et cachant un certain raffinement. Sûrement celui de sa race. C'était là un trait de caractère qui plut à l'ange.

Au bout d'un moment et tandis qu'un silence de marbre régnait dans la pièce, la séraphine décida de prendre la parole d'une voix très calme, soucieuse de ne pas le déconcentrer :

- Je pense qu'il est temps de faire les présentations… Comme vous l'avez deviné mon royaume de naissance est Adyril et je fait partie de la race des séraphins.

Elle s'interrompit un instant pour réprimer une grimace de douleur alors qu'il récupérait un nouveau cylindre sur son os. Puis, elle continua dans un souffle :

- A vrai dire, j'ignore qui vous êtes mais il me semble que vous possédez des capacités proches de celles des êtres supérieurs. En tout cas vous avez pu vous aperçevoir que je possédais des affinités avec les éléments. Je me prénomme Narydia.

L'ange n'avait pas envie d'en dévoiler plus sur elle-même, avant d'en connaître un peu plus sur son interlocuteur qui s'était jusqu'alors dissimulé à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Jeu 3 Jan 2013 - 13:10

Que d'effort et de minutie ! Mais, tout s'était bien passé. Alekseï avait le visage couvert de sueur. N'ayant qu'utilisé que son bras gauche, ce dernier s'était fatigué, rigidifié et endoloris au beau milieu de l'opération, alors forcément, à défaut de pouvoir prendre une pause, il fallait tout encaisser. Le gros du travail était maintenant terminé. Il s'essuya rapidement le visage avec un chiffon puis, entama la deuxième étape. Il fallait maintenant recoudre la plaie. Ce n'était pas encore le moment de souffler en somme ...

Ce qui était le plus remarquable dans tout cela, cependant, c'était la séraphine. Pas un soupir, pas un gémissement ! Elle avait supporté la douleur, qui devait être relativement élevée et ininterrompue, sans montrer le moindre signe de faiblesse. Bien sûr, son visage était rouge, crispé et tout aussi luisant que celui de Rytchkine mais, c'était un sacré travail sur soi-même. Visiblement, elle semblait être dotée d'un esprit fort, et par conséquent, d'une personnalité toute aussi ... Riche nous allons dire. Il faudrait qu'il marche sur les oeufs avec elle s'il voulait atteindre son objectif nouvellement fixé.

- Je pense qu'il est temps de faire les présentations... Comme vous l'avez deviné mon royaume de naissance est Adyril et je fais partie de la race des séraphins.

Cette parole en annonçait une autre, Alekseï resta silencieux.

- À vrai dire, j'ignore qui vous êtes mais il me semble que vous possédez des capacités proches de celles des êtres supérieurs. En tout cas vous avez pu vous apercevoir que je possédais des affinités avec les éléments. Je me prénomme Narydia.

Il était concentré sur son travail et il ne fallait surtout pas qu'il relâche son attention. Sa réponse se fit longuement attendre. En fait, il ne la lui donna que lorsqu'il eut complètement recoud l'ouverture. Il coupa finalement le fil et déposa l'aiguille sur la table, avant d'enfin relâcher son bras. Il soupira longuement, les yeux fermés. Puis, il prit enfin la parole.

- Je suis à vous dans deux secondes.

Il se leva et alla chercher un seau qu'il remplit d'eau. Il prit aussi une sorte de grosse éponge et revint près de la séraphine. Il déposa le récipient sur le sol et la trempa dedans. L'eau était froide mais, il n'avait pas le temps de la faire réchauffer. Il passa ensuite l'éponge sur l'aile de la jeune femme, frottant légèrement le plumage pour le nettoyer du sang qui s'était écoulé dessus. Ce n'était pas vraiment une obligation pour lui mais, comme c'était peu fatiguant, ça lui permettait de se reposer un peu tout en répondant à ses questions.

- Narydia, voilà un nom qui a le mérite d'être original. Pour répondre à toutes vos questions, je me nomme Alekseï Rytchkine, j'ai deux cents-soixante-dix ans et je suis un élu ... Par hérédité. Hérédité que je conteste d'ailleurs, je n'ai rien d'un élu. Enfin, ce n'est pas le plus important. Pour vous expliquer rapidement la chose, on va dire que j'aime la science et que la science m'aime. Autrefois, je vivais sur Adyril, avec mon père, ma mère et ma très chère soeur. Tout me réussissait, j'étais instruit, excellent combattant, je m'étais taillé une place confortable et j'avais même une fiancée que j'aimais plus que la science ! Mais, le vent a tourné pour moi et j'ai eu des graves problèmes qui m'ont valu d'être officiellement considéré comme un dangereux ennemi de la société. Mes semblables m'ont hais, ma famille ma renié et ma promise m'a rejeté ... Seule la science ne m'avait pas tourné le dos. J'ai tout perdu du jour en lendemain et ma descente se faisant de plus en plus glissante, il est venu un jour où ma propre vie était en danger. Mon père a organisé mon exécution mais, ma soeur avec qui j'entretenais une sincère fraternité m'a fait évadé. Ce n'était pas en souvenir de notre complicité mais, c'était plutôt que je lui faisais pitié, dans le mauvais sens du terme. Je me suis exilé sur Feleth avec la formelle interdiction de revenir sur Adyril. Je devais oublier mon identité, mon passé et peut-être même mon futur. Je l'ai fait, c'est le moins qu'on puisse dire ...

Il marqua un silence, essuyant la dernière trace de sang.

- La vie sur Feleth est loin d'être agréable. C'est un supplice quotidien, qui ne se fatigue pas et qui n'a pas de pitié pour vous. Vous n'avez qu'à voir où et comment je vis. Les Hommes sont des êtres corrompus mais, étrangement, je préfère leur compagnie à celle de ces prétendus anges, après tout, je suis comme eux. Bien sûr, si je vous raconte ça, c'est parce que j'espère que vous le garderez pour vous. Je suis activement recherché vous savez et les informations que je vous ai données valent de l'Or sur Adyril. Si je ne veux pas que vous les divulguez, ce n'est pas pour moi, ils ne me font pas peur, mais, c'est pour ma soeur qui se retrouverait incriminée et peut-être même exécutée. Je n'ai pas envie d'avoir sa mort sur ma conscience, elle est déjà assez chargée comme ça.

Il se tût finalement. Son aile était propre, il pouvait maintenant s'occuper du bandage. Il prit une longue bandelette qu'il tenta en vain d'enrouler autour de l'articulation. Avec une seule main, c'était impossible et la séraphine ne pouvait pas l'aider car si elle tentait de tenir l'extrémité, elle devrait se tourner et tordre son aile au passage. Il attrapa donc son propre bras droit et le fit accouder sur la table. Bien que de cette façon, il ne sollicitait pas son épaule, cette dernière était articulée vers l'avant, ce qui provoquait une torsion au niveau du muscle ... Et par conséquent, une vive douleur.

Se servant donc de ses deux mains, même si l'une avait une mobilité réduite, il banda l'articulation tant bien que mal, serrant assez fort pour la maintenir en place mais pas non plus trop fort ne pas couper la circulation sanguine. Il se releva ensuite, une énième fois, pour aller chercher quelques fioles, de la poudre ocre et un récipient en terre cuite. Il versa de l'eau dedans et mélangea la substance poudreuse avec, ce qui finit par former une pâte visqueuse. Il demanda ensuite à la séraphine de se redresser et, très doucement, il replia son aile, forçant ainsi l'articulation à se plier. Il enduit ensuite généreusement le bandage de cette mixture à l'aide d'un pinceau puis passa une deuxième couche de bandelettes, non pas autour de la pliure cette fois-ci mais autour des deux os qu'elle reliait, afin de les serrer entre eux et éviter que l'articulation puisse se détendre. Il enduite ensuite ce deuxième pansement du reste de la pâte. Il lui tint l'aile pendant plus d'un quart d'heure, attendant patiemment que la mixture sèche et se rigidifie. Ceci fait, il lui tendit une fiole qui contenait un liquide semblable au mercure.

- L'opération est terminée. Vous avez été très forte jusqu'à présent, je vous en félicite, mais il va falloir l'être davantage, la volonté n'est pas donnée à tout le monde. Cette fiole contient un anti-inflammatoire couplé à un antibiotique, pour prévenir tout risque d'infection. Il vous faudra en boire l'équivalent d'une cuillère de petite taille par jour, pendant six semaines et ça commence dès maintenant.

Par ailleurs, durant ces six semaines, vous serez incapable d'utiliser votre aile et donc, de voler. Vous serez clouée au sol dans un monde qui n'est pas le vôtre et qui plus est dangereux. Comprenez que la blessure que je vous ai affligé me pèse lourd, je sais parfaitement que de simples excuses n'arrangeront rien et, c'est pour ça que j'aimerais vous proposer quelque chose. Je vais devoir vous suivre jusqu'à ce que vous soyez totalement guérie, par conscience médicale et personnelle, et par conséquent, vous ne pourrez pas retourner sur Adyril avant un bout de temps. Je ne pourrais vous offrir l'hospitalité en cette caverne qui peut vous paraître hostile et dégoûtante. Au vu de votre nature et de votre rang, je vous dois bien plus de respect que ça ... Je ne suis pas un homme riche, mais je peux néanmoins me serrer la ceinture pour vous. Que diriez-vous de visiter un peu le monde des hommes en compagnie d'un compatriote qui l'a depuis longtemps intégré ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Jeu 3 Jan 2013 - 19:43

Le guerrier attendit d'en avoir terminé avec son labeur pour lui répondre. Une fois qu'il eu terminé de recoudre la plaie, il s'éclipsa avant de revenir avec une éponge d'eau fraiche qu'il appliqua avec délicatesse sur l'aile afin de nettoyer les tâches de sang sur les plumes. Narydia allait l'interrompre avec pour prétexte le fait qu'elle puisse le faire elle-même, mais l'homme prit la parole à ce moment là. Il se présenta à elle, mais pas de façon succincte. Alekseï, car tel était son prénom, lui raconta quelques faits notables de son passé, un passé qui se peignait comme un tableau noir aux yeux de la séraphine. Elle l'écouta attentivement, sans un mot afin de ne pas l'interrompre. La façon dont il lui dévoilait ainsi sa personne étonnait l'ange, qui n'avait pas pour habitude de dévoiler sa propre histoire. Il lui présenta même sa famille et les conflits qui les avaient opposé. Sa descente aux enfers, l'explication de sa présence en ce lieu sinistre… que de choses qui nouèrent l'estomac de Narydia.

Elle savait depuis longtemps que la vie n'était pas belle pour chaque être issu d'Adyril. Pire encore, elle avait la preuve vivante devant elle qu'il était possible de s'en faire bannir. Elle hocha doucement la tête lorsqu'il l'entraina sur le chemin de la confidence. Il était hors de question qu'elle partage ces secrets avec quiconque. La rivière impressionnante d'informations qu'il venait lui dévoiler retentissait d'une façon étrange dans son esprit. Elle se promit de n'en toucher mot à personne, et se sentait même reconnaissance de cette estime. car s'il lui confiait ainsi son histoire, à elle, une inconnue qu'il ne connaissait que depuis une heure à peine, c'est qu'il n'avait soit plus aucun intérêt dans sa propre vie, soit qu'il la jugeait assez digne pour connaître ces faits. Narydia espérait qu'il ne s'agisse pas de la première raison.

L'ange s'était redressée pour davantage observer le guerrier. Elle avait su dès le début due son visage sombre cachait un passé douloureux. Un bel homme comme lui, à la fière carrure, à la vigueur si prononcée et au soin si attentionné quand il avait pansé sa blessure, ne pouvait être un fou sans esprit et dépourvu d'humanité. D'ailleurs, c'était la première fois qu'elle rencontré un être issu d'Adyril, un Élu, aussi "humain", ce qui la touchait. les épreuves qu'il avait du affronter avaient dues être terribles pour qu'il en arrive là. Après ces révélations, un morceau de la barrière entre eux s'était cassée aux yeux de Narydia, qui voulait en apprendre encore plus sur lui. Il l'intéressait, de plusieurs points de vue.

Pendant qu'elle réfléchissait, il avait bandé son aile avec soin, et la jeune femme avait remarqué ses traits durcir. Sa blessure devait le lancer car lui aussi avait été bien amoché. Une fois ces précautions terminées, elle se redressa à sa demande tandis qu'il repliait son aile. Alors qu'ils patientaient en attendant que la mixture sèche, Narydia déclara simplement à d'une franchise absolue :

- Je vous remercie pour vos soins. Vous êtes plus précautionneux sur cette terre que quiconque.

La jeune femme prit la fiole qu'elle but d'une traite, sans se poser la question du goût et de ses effets. Il était certain qu'elle l'aurait recraché si sa blessure n'avait pas été si grave. Cependant, au vu des conséquences que la plaie aurait pu engendrer sans ce soin, et vu le mal que se donnait Alekseï pour la soigner, il était normal qu'elle ne rechigne pas à la tâche. Son discours sur son rang et les raisons qui le poussait à rester auprès d'elle pendant son rétablissement la firent sourire. Elle reposa la fiole sur la table et répondit :

- Vous n'avez pas à vous donner cette peine, d'autant plus que vous êtes vous même bien amoché. Et cela par ma faute.

La séraphine se releva avec précaution, faisant attention à son aile désormais stabilisée par les bandages. Puis, la jeune femme observa la grotte et y fit quelques pas avant d'ajouter :

- Et ne soyez pas dupe, la futilité et superficialité ne m'intéressent pas. Votre "demeure" n'est peut-être pas des plus élégantes, mais elle possède un charme : celui d'être un antre de savoir et de recherche. Ainsi elle n'est pas destinée à la beauté mais à l'utilité, n'est-ce pas ? Quant à votre attention à mon égard, elle me touche mais vous n'avez pas besoin de faire cela. Mon rang n'explique rien et ma race encore moins. Je suis plus semblable à vous que vous pouvez le penser.

Narydia fit encore quelques pas, jusqu'à atteindre l'entrée de la grotte. L'air frais la revigora et lui apporta une sensation nouvelle. Elle ne cessait pourtant pas d'observer Alekseï. Cet homme avait à la fois quelqu'un chose d'inquiétant et d'attirant. Elle poursuivit à son attention :

- Cependant, je ne serais pas contre visiter cette belle région que je n'avais encore jamais vue. Il me semble d'ailleurs que je devrais vous parler un peu plus de moi, étant donné le roman que vous m'avez fait de votre histoire, ajouta-t-elle en souriant. Ce n'est pas un reproche. Il semblerait juste que les humains de ce monde et même les races d'Adyril ne soient guère bavards à leur propre sujet, moi y compris. Vous savez, vous commentez votre grotte de façon péjorative mais je n'ai quant à moi pas de réel attache dans ces mondes. Je suis perpétuellement en mouvement, d'un monde à l'autre, d'une ville à l'autre et ma demeure ne connait ma présence que très rarement… Finalement je ne m'y sens même pas chez moi.

La séraphine pénétra de nouveau dans la grotte et s'approcha du guerrier, intriguée la blessure. Une fois près de lui, elle observa le bandage mais n'osa le toucher, de peur de provoquer la douleur. Les yeux rivés dessus, elle continua :

- Je m'excuse pour cela. Vous ne m'avez pourtant pas laissé le choix.

Elle avait terminé sa réplique avec un sourire en coin, les yeux relevés vers les siens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Jeu 3 Jan 2013 - 20:48

- Je vous remercie pour vos soins. Vous êtes plus précautionneux sur cette terre que quiconque.

C'était flatteur, mais en même temps, c'était lui qui l'avait blessé, c'était plus un dû qu'un service.

- De rien Mademoiselle.

Mais la politesse voulait qu'il accepte sa gratitude. Elle avala le contenu entier de la bouteille qu'il venait de lui donner avant de la reposer sur la table.

- Vous n'avez pas à vous donner cette peine, d'autant plus que vous êtes vous-même bien amoché. Et cela par ma faute.

Rytchkine ricana.

- Oui mais, il ne s'agissait que de légitime défense.

La séraphine se releva avec précaution, faisant attention à son aile désormais stabilisée par les bandages. Puis, la jeune femme observa la grotte et y fit quelques pas avant d'ajouter :

- Et ne soyez pas dupe, la futilité et superficialité ne m'intéressent pas. Votre "demeure" n'est peut-être pas des plus élégantes, mais elle possède un charme : celui d'être un antre de savoir et de recherche. Ainsi elle n'est pas destinée à la beauté mais à l'utilité, n'est-ce pas ? Quant à votre attention à mon égard, elle me touche mais vous n'avez pas besoin de faire cela. Mon rang n'explique rien et ma race encore moins. Je suis plus semblable à vous que vous pouvez le penser.

Elle fit encore quelques pas, jusqu'à atteindre l'entrée de la grotte. Surement voulait-elle profiter de l'air frais nocturne, après tout, la nuit était tout juste tombée. Cependant, elle ne quittait pas Rytchkine du regard, pourquoi insistait-elle comme ça ?

- Cependant, je ne serais pas contre visiter cette belle région que je n'avais encore jamais vue. Il me semble d'ailleurs que je devrais vous parler un peu plus de moi, étant donné le roman que vous m'avez fait de votre histoire.

Ajouta-t-elle en souriant.

- Ce n'est pas un reproche. Il semblerait juste que les humains de ce monde et même les races d'Adyril ne soient guère bavards à leur propre sujet, moi y compris. Vous savez, vous commentez votre grotte de façon péjorative mais je n'ai quant à moi pas de réel attache dans ces mondes. Je suis perpétuellement en mouvement, d'un monde à l'autre, d'une ville à l'autre et ma demeure ne connait ma présence que très rarement… Finalement je ne m'y sens même pas chez moi.

Alekseï soupira, tout en baissant le regard.

- Mais vous êtes libre ma chère, réjouissez-vous de ne pas avoir d'attaches, vous vous épargnez ainsi bien des maux.

La séraphine pénétra de nouveau dans la grotte et s'approcha de lui. Elle fixait étrangement sa blessure, elle devait avoir des regrets même si en fait, c'est lui qui l'avait cherché.

- Je m'excuse pour cela. Vous ne m'avez pourtant pas laissé le choix.

Dit-elle avec un sourire en coin, les yeux relevés vers les siens. Alekseï la regarda droit dans les siens, immobile. Peut-être semblait-il s'être attendris mais, le regard qu'il lui adressait était très troublant, chargé d'une froideur et d'une démence sans pareilles. La folie brillait dans ses yeux, une folie meurtrière, terrifiante et cruelle. Une rigidité sans égale, c'était à croire qu'il jouait une parfaite comédie. Mais pourtant ses dires et ses gestes étaient si naturels. Il constata bien que la Séraphine s'en était troublée.

- Je sais parfaitement ce que vous vous dites, Narydia. Mais, sachez que mes yeux n'ont jamais été mes confidents. À l'intérieur, je ne suis que ruines et obscurité. Croyez-vous honnêtement que la vie ait encore un goût pour moi ? C'est affreusement amer ... C'est une tartine de merde, si vous me le permettez, et je mange ma part chaque jour. Quant à ma blessure, sachez que je m'en réjouis. Si je ne vous avais pas attaqué et si vous ne m'aviez pas blessé, je n'aurai pas pu vous découvrir comme je vous ai découvert aujourd'hui. Les choses auraient été réellement différentes. Peut-être m'auriez-vous pris pour un fou, pour un monstre ou pour je sois quoi d'autre d'aussi infâme et méprisable. Vous êtes libre de me juger, après tout je n'ai pas à vous l'interdire, mais je pense que vous me comprenez mieux que quiconque.

Il marqua un long silence.

- Cet antre comme vous dites n'est pas que le repaire de la science et du savoir, c'est aussi le repaire des ténèbres et de la maladie. Vous n'êtes pas habituée à ce genre de conditions et vous auriez vite fait de me fuir après avoir passé quelques jours ici.

Il observa ensuite son habitat en le balayant du regard.

- Tout n'est que faux et caduque, tout n'est qu'illusion et noirceur. Il y a longtemps que j'ai cessé d'exister, Mademoiselle Narydia. Seule persiste ma vieille amie. Elle noie son ennui en se jouant de mon ombre, en se jouant de mon souvenir ...

Il se massa ensuite le front.

- ... Je vous ferais découvrir ce monde avec plaisir et sincérité, n'ayez aucune craintes. Mais, le danger sera omniprésent, faites-vous discrète à leurs yeux, et je me chargerai du reste. Dehors, la Lune est pleine, il sera bientôt l'heure de partir, quand la nuit sera encline à nous cacher dans ses mains. Mais, avant, accordez-moi un moment, je dois aller prendre mon bain.

Dit-il en se levant et en l'invitant à s'asseoir à sa place. Alekseï prit ensuite la direction de la sortie et, déposant ses affaires à l'entrée, il pénétra le lac et son eau glacée. Dehors, la température était tombée en-dessous du zéro et la nuit était noire. Mais heureusement, l'eau était éclairée par des cristaux installés dans son lit. C'était si froid que ça en devenait brûlant, mais, c'était ce dont il avait besoin pour se remettre les idées en place. Il soupira à voix basse.

- Science, que ne me ferais-tu pas faire ?

Le reste de sa toilette se fit en silence. Lorsqu'il eut terminé, il nettoya ses habits et les renfila, même s'ils étaient encore mouillés. De retour à l'intérieur de la grotte, il alluma ce qui ressemblait à cheminer, afin de se sécher mais aussi de se réchauffer.

- Avez-vous faim ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Ven 4 Jan 2013 - 11:03

- Je sais parfaitement ce que vous vous dites, Narydia. Mais, sachez que mes yeux n'ont jamais été mes confidents. À l'intérieur, je ne suis que ruines et obscurité. Croyez-vous honnêtement que la vie ait encore un goût pour moi ? C'est affreusement amer ... C'est une tartine de merde, si vous me le permettez, et je mange ma part chaque jour. Quant à ma blessure, sachez que je m'en réjouis. Si je ne vous avais pas attaqué et si vous ne m'aviez pas blessé, je n'aurai pas pu vous découvrir comme je vous ai découvert aujourd'hui. Les choses auraient été réellement différentes. Peut-être m'auriez-vous pris pour un fou, pour un monstre ou pour je sois quoi d'autre d'aussi infâme et méprisable. Vous êtes libre de me juger, après tout je n'ai pas à vous l'interdire, mais je pense que vous me comprenez mieux que quiconque.

Depuis quelques instants, Alekseï lui adressait un regard quelque peu déroutant. Il mélangeait plusieurs émotions, la froideur ainsi que quelque chose de terrifiant, dangereux. Pour autant, Narydia ne perdit pas contenance et affronta ses yeux sans ciller. Elle écoutait les paroles pleines de douleur qu'il prononçait, persuadée de sa sincérité même si elle était convaincue d'autre chose. L'ange fronça légèrement les sourcils, signe chez elle qu'elle réfléchissent intensément.

- Vous savez, la vie n'a que le goût que vous lui donnez. Et il est possible qu'un passé marque à vie la façon d'être de chacun, mais je ne pense pas que ce soit pour autant une fatalité à laquelle on ne puisse échapper. Quant à être libre sans attache, je suis d'accord sur ce fait. Seulement, il manquera toujours un endroit où être accueilli avec sincérité, pour soi-même et non pour ses actes. Je suppose que finalement nous connaissons la même chose… Et si vous dites qu'il s'agit d'un repère ténébreux, si cela est votre façon d'être, je ne vois pas en quoi il serait mieux qu'il soit autrement. Il est à votre image… sombre mais chargé de labeur et de secrets.

Elle prit une voix plus légère pour enchainer avec un sourire en se promenant dans l'habitat :

-Il existe bien pire vous savez… Avec un peu de ménage j'en conviens (elle fit un sourire), je pense que cet endroit pourrait devenir un havre de paix, un antre chaleureux dans lequel vous auriez envie de vivre avec le plus grand des plaisirs. Et puis ce décor… admettez qu'il tout de même paradisiaque.

Suite à cela, Alekseï alla d'ailleurs profiter du lac pour se baigner. Pour autant, Narydia se s'assit pas sur la chaise qu'il lui avait désignée. Elle se préoccupa de sa robe qui semblait désormais absolument sèche mais salie, ce qui finalement était bien normal suite à la température constamment anormale de son corps. La jeune femme était un vrai feu vivant, cependant elle s'était habituée à cela et cette chaleur en elle la rassurait même. Elle frôla d'un doigt la blessure de son aile, et constata que le guerrier avec réellement fait un travail remarquable et sans imperfection. Lorsqu'il fut revenu, il alluma un feu dans la cheminée et lui demanda si elle avait faim.

- Je vous remercie mais je crains de refuser. Mon estomac se porte pour le mieux. Mais ne vous privez pas pour moi.

Narydia mangeait peu en réalité. Elle fit un signe à Alekseï de la tête, lui signifiant qu'elle s'absentait une petite minute, le temps d'aller récupérer son épée qu'elle avait laissé tomber dans la clairière, devant la grotte. Après l'avoir ramassée, la jeune femme la nettoya rapidement dans l'herbe. Elle profita de ce moment pour laver sa robe, couverte de tâches de boue suite à leur altercation. Narydia rentra enfin puis elle alla s'installer dos contre le mur, près du feu. La jeune femme entreprit d'essuyer correctement les restes de sang sur la lame grâce à un bout de tissu qu'elle gardait toujours dans sa ceinture. Au fil du temps, le feu près d'elle grandissait jusqu'à projeter de minuscules braises.

- Excusez-moi, cela arrive souvent.

L'ange fit un signe de la main et canalisa ce feu d'un regard, lui redonnant sa taille initiale, tandis qu'il recommençait à crépiter calmement dans la cheminée. Narydia fit une nouvelle fois appel à ce feu en elle pour sécher sa robe en quelques secondes, alors qu'elle était toujours aussi concentrée à nettoyer son épée. Elle se doutait qu'Alekseï devait l'observer du coin de l'oeil, ce pourquoi elle dit :

- Je ne pourrais malheureusement pas faire de même pour vos vêtements à moins que vous souhaitiez vous transformer en four humain. Dites-moi, ce sang est coriace et demande bien de la force à le retirer… Encore une fois j'aurais dû retenir mes gestes.

ajouta-telle en terminant de nettoyer la lame. Puis elle la glissa dans le fourreau dans son dos, caché sous ses ailes. Puis, la jeune femme s'approcha du feu et placa ses mains près des flammes. L'âtre sembla virevolter quelques instants. En souriant, Narydia annonça sans quitter la braise des yeux :

- Votre demeure est plus chaleureuse que ce que vous pouvez penser. Mais dites-moi, quel est le programme pour ce soir ? Vous avez parlé de danger, mais pensez-vous réellement que je vous laisserez vous charger de tout ? Mon travail implique qu'à chacune des minutes de ma vie, je sois aussi discrète et transparente que l'air, et à la fois aussi résistante et offensive qu'un guerrier lambda. Il se pourrait cependant que mes ailes soient un risque supplémentaire car je serai privée de nombreuses de mes facultés et je serai susceptible de nous attirer des ennuis. Auriez-vous quelque chose de semblable à une cape afin de les dissimuler ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Ven 4 Jan 2013 - 21:17

Cette Séraphine n'était pas facilement influençable. Bien qu'Alekseï avait fait preuve de beaucoup de pessimisme, cette dernière, en revanche, avait preuve de pas mal d'optimisme. Quant à ses attaches et sa liberté, elle avait aussi un bon argument en guise de réponse. Il pouvait dors et déjà tirer ses premières conclusions, cette jeune femme était dotée d'un esprit fort et complet. Elle n'avait pas non plus très faim, à ce qu'elle disait, ce qui n'était pas sans déplaire à Rytchkine qui savait son garde-manger vide, sa proposition relevant plus de la politesse que d'une bonne intention. Mais qu'importe, le résultat était là. Elle était ensuite partie laver ses vêtements et récupérer son épée. Il profita de sa courte absence pour se saisir de son carnet et de sa plume, y notant ses premières constatations sous l'intitulé de " test n°1 réussi ".

Lorsqu'elle revint, cette dernière s'installa près du feu et le silence s'installa. Alekseï était assis devant, pour se sécher, et bien qu'il restait muet, son esprit était très bavard. Il avait néanmoins pris le soin d'accompagner son silence d'un verre d'alcool dans une main, et de quelque chose qui ressemblait à un cigare dans l'autre. Le feu avant tendance à s'agiter et même à grandir, d'après la Séraphine, elle en était la cause et il eut bien vite fait de régler le problème, s'excusant de quelque chose dont elle n'avait pas vraiment besoin, au moins était-elle bien élevée. Mais ses petits tours de magie ne s'arrêtaient pas là et bientôt, elle fut complètement sèche. Elle était une élémentaliste mais il se semblerait qu'elle ait un véritable penchant pour le feu, cela tombait très bien ...

- Je ne pourrais malheureusement pas faire de même pour vos vêtements à moins que vous souhaitiez vous transformer en four humain. Dites-moi, ce sang est coriace et demande bien de la force à le retirer... Encore une fois j'aurais dû retenir mes gestes.
- Vous m'en voyez désolé.

Marmonna-t-il en guise de réponse avant de ramener son verre à sa bouche, entre deux bouffés.

Alekseï était très pensif. Il resta silencieux pendant encore un long moment, se contentant de fixer le feu sans vraiment le regarder. Comment être sûr qu'une stimulation durable d'une énergie blanche passerait uniquement par l'exaltation ? Il n'y avait qu'un seul moyen de le savoir, il fallait déterminer la nature du sujet. Rytchkine avait un excellent cobaye sous la main, mais, il doutait encore de la façon dont il devait procéder car, pour stimuler la magie de la Séraphine, il fallait d'abord déterminer sa véritable nature, et pour cela, il fallait qu'elle se sente en confiance, de cette façon, il pourrait lire en elle comme dans un livre ouvert et adopter la bonne stratégie. Mais, si jamais ses attentes ne correspondaient pas à la réalité ? Alors c'est qu'il n'aurait rien compris et la base même de l'architecture magique qu'il avait mis en place serait à revoir ! C'était une opération très risquée, d'autant plus que jouer l'hypocrite avec un Séraphin, être qu'il répugnait encore plus que les démons, ne lui plaisait guère.

Finissant son verre, Narydia le sortit de ses pensées.

- Votre demeure est plus chaleureuse que ce que vous pouvez penser. Mais dites-moi, quel est le programme pour ce soir ? Vous avez parlé de danger, mais pensez-vous réellement que je vous laisserai vous charger de tout ? Mon travail implique qu'à chacune des minutes de ma vie, je sois aussi discrète et transparente que l'air, et à la fois aussi résistante et offensive qu'un guerrier lambda. Il se pourrait cependant que mes ailes soient un risque supplémentaire car je serai privée de nombreuses de mes facultés et je serai susceptible de nous attirer des ennuis. Auriez-vous quelque chose de semblable à une cape afin de les dissimuler ?

Il soupira et, sans quitter le feu du regard, il lui répondit à voix basse.

- Vous serez sous ma responsabilité tant que vous ne serez pas guérie, ce qui implique que je prenne le plus soin de vous et que je vous épargne le plus de fatigue possible. D'autant plus que vous vous trouvez sur un continent qui vous est hostile et que ne vous ne connaissez pas. La logique voudrait que vous profitiez de mon expérience en la matière pour dormir sur vos deux oreilles. Pour ce qui est du programme, il vous faut savoir qu'il y a des belles choses à voir sur Feleth, mais ne vous faire découvrir que le bon côté de ce monde ne serait que vous aveugler. Il y a aussi des choses moches et il vous faudra les contempler avec le même intérêt que vous porterez à ce qui pourra vous paraître bien. Enfin, oui, je dispose d'une cape. C'est un vêtement d'homme muni d'une capuche, mais, il est assez neutre et je pense qu'il vous ira à ravir. J'irais vous le chercher tout à l'heure, quand je ferais mes affaires.

Puis il se tût. Elle voulut lui répondre mais, il l’interrompu.

- Il n'y a rien à rajouter, profitez du silence et ne dîtes plus rien.

Puis il retourna à ses réflexions. Ce silence, comme il le disait, dura longtemps, très longtemps, peut-être plusieurs heures. Au-delà du rôle qu'il avait endossé, c'était un véritable rituel pour lui. Ce calme nocturne était pour lui un excellent moyen de soulager son esprit et d'entretenir son intimité avec ce qu'il appelait " sa vieille amie ". Minuit devait maintenant être derrière eux. Il se leva enfin, et toujours en silence, il se dirigea vers l'arrière de son laboratoire, là où se trouvait une sorte de réserve où il entreposait un peu près tout ce qui était assez important pour ne pas traîner au milieu de son lieu d'étude. Il ouvrit la porte, la franchit et l’entrebâilla. La première chose qu'il fit fut de poser un sac à dos en cuir sur une des nombreuses commodes qui trônaient fièrement dans la pièce. Il était assez fonctionnel, muni de nombreuses poches et d'une grande contenance. Il y déposa dedans, en faisant l'inventaire à voix basse, du matériel de survie et médical, quelques rations à base de fruits secs et de nourriture compactée ainsi qu'une pierre à aiguiser. Il ressortit ensuite de la pièce, retournant chercher son épais carnet en cuir, ainsi qu'une plume et pas mal de fioles remplies d'encre. Tout ceci fait, il retourna une deuxième fois dans le laboratoire chercher une étrange boite en bois luisant, munie d'un fin mécanisme de verrouillage, et d'une gravure sur le dessus, représentant un affrontement entre un aigle et un taureau. Le glissant discrètement dans le sac, il marmonna :

- J'allais oublier le siphon, ça serait vraiment dommage de devoir conclure sur une fausse note, j'aimerais quand même en récolter les fruits.

Puis, il referma enfin le sac. Le soulevant avec son bras valide, il constata qu'il pesait très lourd et, le porter à l'aide de ses deux épaules serait impossible, il lui faudrait se contenter d'une seule, ça serait fatiguant, il le savait. Il ramena ainsi sa cape à la Séraphine, c'était un vêtement long et lourd, spécialement fabriqué pour lutter contre le froid hivernal. Cela dit, il lui allait à ravir. Il se saisit ensuite de ses armes, deux fines lames, une dague soigneusement dissimulée ainsi que son arc à poulies et un carquois de flèches en métal. Il ne s'arrêta cependant pas là et compléta son équipement par des étranges objets, dont les formes, les couleurs et les mécanismes peu conventionnels laissaient supposer qu'ils n'existaient nul par ailleurs que dans son laboratoire. À quoi pouvaient-ils tous bien servir ? L'expliquer serait trop long mais, Alekseï en avait une parfaite connaissance, puisque c'était lui qui les avait fabriqués. Quand il fut enfin prêt, il enfila le sac à dos sur son épaule saine, à l'aide d'une seule bandoulière puis, il se tourna vers la Séraphine.

- Il n'y a plus qu'à se mettre en route. Je vais vous emmener visiter la ville la plus proche, c'est-à-dire Venill. C'est le grenier du royaume mais, il y a là-bas une auberge très célèbre pour ses musiciens mais aussi pour être le carrefour des cultures de ce monde. Cet établissement vaut vraiment la peine de s'y arrêter un moment, on ne s'ennuie pas là-bas, la boisson est exquise, la nourriture est délicieuse et l'ambiance est dépaysante. Cela dit, rappelez-vous que rien n'est aussi merveilleux qu'il n'y parait. Je ne vous en dirais pas plus à ce sujet, je pense que vous vous en rendrez compte par vous-même.

Il emboîta ensuite le pas, en direction de la sortie, lorsqu'il s'arrêta brusquement.

- Par contre, je ne vous cache pas que lorsque je parlais de danger, je ne parlais pas des gentils prédateurs qui peuplent cette forêt mais plutôt de mes très sympathiques voisines qui ne sont pas à leur coup d'essais pour ce qui est de tenter de m'arracher la peau des fesses. Soyez sur vos gardes, elles sont de redoutables prédatrices et se sortir de l'un de leur piège ne sera pas aussi aisé que cela, même en votre qualité de Séraphine et même en qualité de combattant d'élite. Je ne vous expliquerai pas pourquoi nos relations sont aussi mauvaises mais, un dernier conseil cependant, sachez qu'elles sont conscientes que leur physique irrésistible est un atout de choix et qu'elles savent s'en servir.

Puis il sortit finalement de sa grotte, prenant le soin d'éviter la cascade et de longer le lac. Au travers de la nuit, le chemin n'allait pas être une promenade de santé ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Dim 13 Jan 2013 - 15:39

Cela ne plaisait guère à Narydia d'être sous la responsabilité d'un homme qu'elle ne connaissait pas. Et même si c'étaient là les mots d'Alekseï, ils n'en étaient pas pour autant véridiques à ses yeux. Elle ne comptait pas dépendre de lui et lui montrerait. S'il pensait qu'elle ignorait les dangers de ce monde, il se trompait bien. La jeune femme les connaissait plus que quiconque. Il l'interrompit alors qu'elle s'apprêtait à rétorquer. Elle hocha donc simplement la tête, attendant la suite des évènements.

Avant de partir, la séraphine aurait souhaité se vêtir de vêtements plus adaptés à leur voyage. Une simple robe risquait de ne pas la couvrir ni la protéger en cas de conflit. La jeune femme regrettait de ne pas avoir emmené sa tenue de cuir. Après un moment de préparation, Alekseï revint dans la pièce équipé d'un sac à dos et tenant dans ses mains une longue cape qu'il lui tendit. Narydia l'enfila et fut rassurée par l'épaisseur confortable du vêtement. Elle la couvrait presque entièrement, cachant parfaitement ses ailes et une bonne partie de sa robe. Elle l'observa s'équiper de nombreuses armes. Un regret de plus.

Un sourire s'esquissa sur ses lèvres alors que le guerrier s'était arrêté le temps de la prévenir d'un "danger" potentiel.

- Vos voisines… ? Ce serait intéressant…

Narydia le suivit à l'extérieur de la grotte. Elle rabattit la capuche sur sa tête et se serra dans sa cape qu'elle referma autour d'elle. Ils marchèrent quelques temps en silence, s'enfonçant dans la jungle. La douleur de sa blessure se dissipait peu à peu, même si il arrivait qu'elle la lance de façon insupportable.

- Si vous le permettez, je profiterai de notre arrêt à Venill pour me refaire un équipement décent.

L'ange avait déjà eu l'occasion par de nombreuses fois de découvrir cette ville lorsqu'elle y était en mission. Mais elle préféra ne pas en toucher un mot à Alekseï, désireuse de voir la façon dont il allait s'y prendre pour lui faire découvrir la cité. Marcher à côté de cet homme avait quelque chose d'étrange, de rassurant et à la fois inquiétant. Il semblait sûr de lui, réfléchi et d'une prudence absolue. Un caractère qui lui ressemblait et qui lui plaisait. Narydia respirait l'air frais de la nuit, observant le noir intense de la nuit. Elle n'avait que rarement passé la nuit sur la terre humaine. Elle ne redoutait pas ce moment puisqu'elle savait se défendre en cas de problème. Mais une présence auprès d'elle, surtout par l'intermédiaire d'un guerrier affirmé, elle ne pouvait pas le refuser. D'autant que sa compagnie était agréable, même s'il ne décochait plus un mot depuis de longues minutes. C'était toutefois un silence confortable et nullement dérangeant, preuve qu'ils avaient tous les deux l'habitude voyager. Les mots n'étaient alors pas toujours nécéssaires.

Après un nouveau silence, la jeune femme poursuivit en regardant droit devant elle :

- Je tiens à vous remercier de votre implication. Et je…

Elle s'interrompit brusquement et s'arrêta, tendant son bras devant Alekseï. Les anges disposaient de sens bien développés, et la jeune femme avait cru entendre un bruit de branche sur laquelle on avait marché. Elle glissa une main sous sa cape, vers le pommeau de son épée. L'instant suivant fut chaotique. Pas moins de cinq hommes armés venaient de surgir d'entre les arbres. Deux d'entre eux se précipitèrent vers la séraphine qui riposta d'un coup d'épée, bloquant la trajectoire de leurs lames. Elle s'écarta vivement et assomma l'un des deux hommes d'un violent coup de coude derrière la nuque, tandis qu'elle maintenait l'autre avec son arme. Une fois que le premier tomba à terre, elle eu tout juste le temps d'aperçevoir un ombre dans les broussailles, brandissant une arbalète en direction d'Alekseï. Elle lui cria la position de l'homme avant d'éviter avec peine un coup de son agresseur vers son flanc. Tout en esquivant, elle planta sa lame entre les côtes de l'homme, jusqu'à la garde. Elle le laissa retomber le long de l'épée, ensanglanté sur le sol. Puis elle tourna vivement la tête, s'apercevant que l'homme à l'arbalète avait disparu. L'ange riva alors les yeux vers Alekseï afin de voir où en était la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Dim 13 Jan 2013 - 17:38

- Vos voisines … ? Ce serait intéressant …

Intéressant ? Visiblement, cette jeune séraphine ne connaissait pas les pratiques de ce peuple ... Et il vaudrait d'ailleurs mieux qu'elle n'ait jamais à les connaitre. Elle le suivit hors de la grotte et ils entamèrent la longue route qui les attendait, une route de nuit et au milieu d'une jungle épaisse. Même si Alekseï connaissait bien ces lieux, il ne pouvait pas complètement se rassurer, même avec toute l'expérience du monde, lui et la jeune femme qui l'accompagnait n'étaient pas à l'abris du danger. Quelque peu angoissé, donc, il menait la marche au milieu de ce paysage décoloré et confus par la nuit. D'ailleurs, s'y retrouver n'était pas une tâche aussi aisée que cela même s'il ne laissait pas apparaître le moindre signe qui montrerait les doutes auxquels il était en proie.

- Si vous le permettez, je profiterai de notre arrêt à Venill pour me refaire un équipement décent.

Un équipement décent à Venill ? Étonnant comme demande mais, ce n'était pas le moment de montrer les crocs, il fallait la mettre en confiance, c'était la priorité.

- Entendu.

Se contenta-t-il de répondre à voix basse avant de se terrer de nouveau dans son mutisme. Le plus grave dans tout cela, ce n'était même pas de se perdre mais de faire une mauvaise rencontre. Entre les animaux sauvages, les Amazones et autres fripouilles de nuit, le danger était considérable non seulement parce qu'ils pourraient se trouver dépasser en nombre mais, aussi, parce qu'ils étaient tout les deux blessés. Encore, pour Narydia, ce n'était que son aile, ses deux mains étaient valides mais, pour Rytchkine, il n'avait pour lui que la moitié de ses capacités, si l'on pouvait dire. Secrètement, il espérait que tout se passerait bien mais, hélas, ses souhaits ne furent pas exhaussés.

- Je tiens à vous remercier de votre implication. Et je …

Et je quoi ? Elle avait tendu son bras vers Alekseï, comme pour lui faire signe de s'arrêter, qu'est-ce qui n'allait pas ? En fait, il n'eut pas vraiment besoin de le lui demander, la réponse vint d'elle-même. Deux hommes, sortis de nul part, s'étaient jetés sur elle. Rytchkine posa aussitôt la main sur la garde son épée et la dégaina. Mais, ce n'était pas vraiment pour la séraphine mais plus pour se défendre, les agresseurs n'étaient pas qu'au nombre de deux. Trois autres hommes s'étaient élancés vers lui, épées levées. Malheureusement, la synchronisation ne semblait pas être leur fort et le premier à l'attaquer fut grand et mince, il tenta de le poignarder dans le dos mais, Alekseï se dégagea au dernier moment, laissant ce dernier rater son attaque, et le transperça de sa lame. Il ne prit cependant pas le temps de la retirer du corps de son adversaire, il devait déjà s'occuper du second. Ce dernier opta pour un coup d'épée brutal et porté au front, utilisant sa lame comme une vulgaire hache de guerre. Ce ne fut pas difficile pour Rytchkine d'esquiver en écartant son torse sur la droite. Il stoppa d'ailleurs ce dernier dans son élan par coup de genoux porté au ventre, le forçant à se plier et lui coupant en même temps la respiration. Le troisième homme, dont l'attaque avait été perturbée par le premier adversaire, rétorqua par un coup droit qui alla ficher son épée dans son épaule blessée. Cela dit, il n'en tenait une fois de plus qu'à l'esquive du l'élu car c'était sa gorge qui était visée. La douleur était fulgurante mais, pas assez forte pour le distraire. Il se saisit de sa dague et l'enfonça dans la main de son agresseur, forçant ce dernier à lâcher son épée.

Il se dégagea et hurla, se tenant la main alors que la lame était encore enfoncée dedans. Alekseï attrapa la garde de l'épée fichée dans son épaule, la retira et l'enfonça dans la nuque du deuxième homme, celui qu'il avait immobilisé. Ce dernier hurla comme un porc que l'on était en train d'égorger mais, heureusement pour lui, ses souffrances ne furent pas longues. Il en restait encore un, il fallait agir et vite. Alors qu'il venait de retirer la dague, Rytchkine mit la mais à sa ceinture et attrapa une sorte de fine bouteille en verre, muni d'un fût en boule et surmontée d'une bague sans col, remplie d'un liquide rouge et flamboyant. Il n'y avait pas de bouchon en liège mais, à la place, la bague était munie d'une pièce de métal étrange car disposant d'un anneau pivotant et d'un mécanisme visible au travers du verre. L'homme le regardait, se demandant ce dont il pouvait bien s’agir. Alekseï ricana avec un air malsain puis tourna l'anneau, un clic se fit attendre, le mécanisme s'amorça et une sorte de pointe d'aiguille s'enfonça dans le liquide rougeâtre, déversant une matière noire à l'intérieur. Il l'envoya ensuite à son adversaire.

- Tien, cadeau !

Ce dernier l'attrapa, plus par réflexe qu'autre chose, mais, c'était déjà trop tard pour lui. La bouteille se mit à trembler, la matière rouge rayonnait et bouillonnait de plus en plus. Rytchkine fit demi-tour et se jeta le plus loin possible. Il ne fallut que quelques secondes pour qu'une explosion se produise, éclairant momentanément l'endroit comme s'il faisait jour et éparpillant l'homme au sol, en grossiers morceaux de viande à moitiés cuits. Une mort atroce et un spectacle d'autant plus ecoeurant. Se relevant presque aussitôt, il retourna observer les restes de l'homme, se réjouissant de son triste sort de part son sourire malicieux. C'est alors que Narydia le prévenu, il y avait un arbalétrier qui le visait et qui s'apprêtait à lui tirer dessus. Il tourna instinctivement la tête mais, ce-dernier n'eut pas le temps de lui décocher une flèche que justement, un projectile vint le transpercer et le faire tomber de son arbre. Un seconde étonné, il ravala bien vite sa joie et se précipita vers la séraphine, reprenant au passage son épée.

- Il ne faut pas rester ici ! Bougez-vous le cul !

Lui cria-t-il dessus avant de la saisir par le bras et la tirer avec lui, pour la forcer à courir. Pourquoi s'affolait-il aussi brusquement et soudainement ? Et bien, les quelques flèches qui manquèrent de les atteindre étaient déjà un bon début de réponse. Quant aux silhouettes qui sautaient d'arbre en arbre, la nature qui semblait se déchaîner sur eux et les rugissements qui se faisaient de plus en plus proches, ils apportaient la suite. Tout ce raffut avait bien évidemment attiré ce qu'il redoutait le plus, des Amazones ! Les combattre maintenant et ici serait du suicide mais, Alekseï savait qu'elles ne les poursuivrait pas en dehors de leur territoire, il fallait donc dépasser la frontière avant qu'elles ne les attrape. Il courrait, aussi vite que son corps le lui permettait mais, elles se rapprochaient inévitablement. L'une d'entre elle montait d'ailleurs un fauve, aussi affamé qu'enragé, il l'entendait grogner, encore quelques mètres et il pourrait lui sauter dessus, les griffes sorties.

Son cerveau bouillonnait, il pouvait attendre le dernier moment et se coucher au sol, pour forcer l'animal à sauter par-dessus lui mais, dans ce cas, les autres guerrières, qui étaient à pieds elles, ne feraient qu'une bouchée de lui. Il pouvait encore essayer de placer une mine derrière lui, si jamais l'une d'entre elle marchait dessus, elle exploserait mais elle ferait aussi tuer ses camarades. Mais là, il y avait un problème car il serait lui aussi touché par l'explosion. Une troisième idée lui vint cependant à l'esprit.

- Ecoutez-moi bien ! Continuez de courir et ne vous arrêtez pas tant que vous n'aurez pas traversé la rivière ! Vous la rencontrerez si vous conserver une trajectoire rectiligne. Attendez-moi de l'autre côté, je vous retrouverai rapidement.

Puis, l'animal qui le poursuivait et qui était comparable à un Tigre de trop grande taille, fit en bond, les griffes les premières. Alekseï se dégagea, roulant sur le coté et reprenant sa course par un virage à quatre-vingt-dix degrés. Contre toute attente, les poursuivantes abandonnèrent la séraphine et suivirent l'élu qui s'enfonçait dans la végétation, s'écartant alors de Narydia. On pouvait entendre ce-dernier crier et allonger un juron fort vulgaire, qui se tarie à mesure qu'il se faisait loin ... Visiblement, il n'avait pas prévu qu'elles ne lui en veuillent qu'à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Dim 13 Jan 2013 - 20:02

- Il ne faut pas rester ici ! Bougez-vous le cul !

- J'avais deviné, figurez-vous !

L'ange n'eu pas le temps de bouger d'un pas que Alekseï lui avait déjà pris le bras pour l'entraîner avec lui. Dans leur fuite, la jeune femme s'aperçût que son épaule saignait abondamment et que ses bandages étaient déchirés. Il avait dû reçevoir un sérieux coup qui lui fit froncer les sourcils. Ils évitaient les flèches de justesse, tandis que le nombre de leurs ennemis semblait augmenter de plus en plus. Narydia entendit des rugissement stridents. Son partenaire avait l'air stressé, voire même angoissé. En réalité il semblait clairement avoir perdu son sang-froid, ce qui étonnait l'ange.

Après quelques minutes de course intensive apparut une femme montant un fauve ressemblant fortement à un gros tigre. Narydia haussa un sourcil, elle n'avait jamais vu ce genre de créature. Etait-ce donc ce dont Alekseï avait parlé peu avant le début de leur aventure… ? L'ampleur du danger commençait à sérieusement croître et face au risque sa température commençait à augmenter peu à peu dans son corps. c'était sa réaction naturelle face à un n'importe quel grand danger ou face à un changement brusque et important d'humeur.

L'animal grognait derrière eux et la distance entre eux et leurs adversaires diminuait au fil des secondes.

- Ecoutez-moi bien ! Continuez de courir et ne vous arrêtez pas tant que vous n'aurez pas traversé la rivière ! Vous la rencontrerez si vous conserver une trajectoire rectiligne. Attendez-moi de l'autre côté, je vous retrouverai rapidement.

- C'est cela, et que faites vous de ma réputation ?

"Et de votre vie" garda-t-elle pour elle-même. Car il était certain qu'Alekseï n'avait aucune chance face à ce nombre d'adversaire, d'autant plus qu'il était blessé. La jeune femme l'observa changer de direction tandis qu'elle continuait à courir. Elle vit de loin la bête sauter sur lui alors que le guerrier esquivait. Il ne tiendrait pas bien longtemps. Narydia jeta un oeil à la troupe qui les poursuivait. Visiblement, il avait lâché sa trace pour ce concentrer sur Alekseï.

- Parfait. Et toi si tu penses que je vais te laisser te suicider…

L'ange s'éleva de quelques mètres dans les airs, difficilement. Elle tenta de garder un soupçon d'équilibre. Narydia stabilisa l'air autour d'elle, ce qui l'aiderait à la porter sans la faire tomber. La vitesse serait le principal problème. cependant, elle se rendit compte qu'elle n'aurait pas besoin d'aller bien loin pour retomber sur Alekseï et ses adversaires. Plus d'une dizaine d'hommes le poursuivaient. Ajouté à cela, trois personnes sur ces espèces de gros tigres. Elle se demandait encore comment le guerrier pouvait courir aussi vite, surtout en étant affaibli. Après quelques secondes et après avoir jugé la situation, la jeune femme plongea vers Alekseï, laissant ses ailes planer. Elle commençait à ressentir une douleur aigüe sur sa blessure et il fallait qu'elle se dépêche d'attérir. La jeune femme arriva à hauteur de la guerrière la plus proche de lui et tout en restant en vol, elle plongea sur elle épée en main, lui transperçant le haut du corps. Narydia profita de cet effet de surprise, qui fit s'arrêter la troupe devant elle pour faire tomber le corps de la femme à ses pieds. Puis, elle rejoignit Alekseï et se concentra pour la tâche qui allait venir. Il avait ouvert la bouche mais elle s'empressa d'annoncer fermement :

- Taisez-vous et bougez-vous le cul au lieu de rester planté.

Elle souriait au fond d'elle-même, mais l'effort qu'elle faisait en soulevant Alekseï sous les bras pour le porter en haut de l'arbre derrière eux la ramena bien vite à la réalité. A un moment, elle faillit vaciller et retomber avec lui. De plus, le guerrier avait l'air d'avoir du mal à s'accrocher à elle. La jeune femme reprit son équilibre et resserra les bras de l'homme autour d'elle fermement, avant de lancer :

- Vous êtes sérieusement manchot quand il s'agit de toucher le corps d'une femme ou bien .. ?

Finalement, elle se posa à une quinzaine de mètres du sol, sur une branche suffisamment solide et large pour les supporter tous les deux. L'ange détacha son corps brûlant ivre de fureur et de puissance d'Alekseï. Il avait dû sentir cette particularité, cette oeuvre naturelle de la magie qui l'imprégnait à chaque fois qu'elle pratiquait un effort particulier. Leurs ennemis en bas avaient sorti leurs arcs et décochaient des flèches dans leur direction. Ils ruminaient de rage et les tigres rugissaient férocement dans leur direction en s'accrochant au tronc de l'arbre. Narydia fit un signe de tête à son complice et déclara :

- Dissimulez vous autant que possible contre le tronc. Vous êtes assez amoché comme cela. Je m'occupe du reste.

La jeune femme s'était accroupie sur la branche et avait de nouveau dissimulé ses ailes sous sa cape. Elle concentra son énergie et fixa le sol sous les combattants. Quelques secondes plus tard, le sol se mit à trembler et d'infimes fissures déchirèrent la surface, sous les pieds de leurs adversaires. Paniqués, ils regardèrent les fissures s'élargir inexorablement, jusqu'à les entraîner dans le sol. Narydia sentit la sueur perler sur son front et sa tête se mit quelque peu à tourner. L'effort était considérable et elle avait abusé de sa magie. Pour autant, elle acheva l'oeuvre en noyant complètement la masse de soldats dans la terre. Lorsqu'ils furent suffisamment en dessous du sol, elle concentra une dernière fois ses forces et referma les multiples fissures avec fracas. Epuisée, la jeune femme ferma les yeux quelques instants afin de reprendre ses esprits. S'appuyant sur la branche, elle écarta sa cape et déploya ses ailes. Elle se saisit une nouvelle fois d'Alekseï et l'emporta en bas de l'arbre. L'effort était intense et la jeune femme était à bout de forces. Une fois en bas, elle observa la blessure de l'homme et déclara :

- Vous avez eu de la chance, mais vous lancer seul à pieds dans cette course était suicidaire et extrêmement stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Dim 13 Jan 2013 - 21:26

Le coeur d'air et les poumons de feu, Alekseï voyait sa vitesse de course diminuer peu à peu. Cela faisait plusieurs minutes qu'il sprintait comme un dératé et malheureusement, son organisme avait une limite. Il avait évité à plusieurs reprises les assauts de ce fauve qui le poursuivait et les flèches des quelques Amazones qui, il fallait le reconnaître, étaient toutes aussi douées à la course que lui. Quelle bien piètre idée avait-il eu de se séparer de la séraphine, il avait sincèrement pensé que les Amazones se diviseraient mais, la réalité était là, elles ne lui en voulaient qu'à lui ! La vengeance devait faire partie intégrale de leur culture. Il courrait, encore et encore, sans même savoir où il allait quand il s'immobilisa, à bout de souffle. Il se retourna vers les amazones, elles s'étaient aussi arrêtées.

- Ecoutez les Filles, je ne suis pas envoyé par l'esprit de la nature !

Mais ces-dernières n'en avaient que faire. L'un d'entre elle s'approcha de lui, lance en main, et pointa le vers vers son coeur. Alekseï n'était même pas en état de se défendre. De toutes les façon, il aurait à peine sorti son épée qu'elle l'aurait déjà transpercé. Elle s'apprêtait d'ailleurs à le faire quand quelque chose s’abattit sur elle. Rytchkine fut très surpris de voir que la séraphine était revenue et qu'en plus, elle s'était servie de ses ailes ! Il fronça les sourcils, voyant le corps de l'Amazone s'effondrer au sol, inerte.

" Oh non ... "

Il avait raison de s'inquiéter, ces guerrière mettrait cet assassinat sur son compte, voilà qui compliquerait davantage les relations qu'il entretenaient avec elle. Il voulut parler mais Narydia l'en empêcha. Elle se rapprocha rapidement de lui, profitant de la distraction, elle le saisit par les bras.

- Taisez-vous et bougez-vous le cul au lieu de rester planté.
- Hey !

S'exclama Alekseï avant que cette dernière ne le soulève dans les airs et n’entreprenne de le déposer dans un arbre. Malheureusement, la tâche ne fut pas aisée. Il ne savait tout simplement pas où s'accrocher !

- Vous êtes sérieusement manchot quand il s'agit de toucher le corps d'une femme ou bien .. ?

... Elle était en train de le provoquer, c'était flagrant.

" Si tu savais ma petite ... "

Pensa Rytchkine à cet instant. Finalement, elle réussit à le déposer à une bonne hauteur. Ça aurait pu faire une bonne cachette si les Amazones ne vivaient justement pas dans les arbres ! Chose remarquable cependant, le corps de la jeune séraphine était chaud bouillant, il avait pu le remarquer lorsqu'elle l'avait élevé dans les airs. Si cela était dû à sa magie, c'était une excellente nouvelle.

- Dissimulez vous autant que possible contre le tronc. Vous êtes assez amoché comme cela. Je m'occupe du reste.

Alekseï ne se fit pas prier et il recula contre le tronc, se cachant dans le feuillage. Il n'avait pas vu ce qu'il s'était exactement passé mais, à en juger par les hurlements des Amazones, les puissant grondements qui semblait provenir de la terre et l'état de concentration intense de Narydia ... Ils n'aurait pas aimé être à leur place. Ce vacarme dura quelques temps mais, il prit fin rapidement et tout redevint calme, beaucoup trop calme même. Qu'avait-elle fait ?! Il se précipita hors du feuillage et constata qu'au sol, il n'y avait plus âme qui vive. Quelques armes apparemment abandonnées et quelques traces de fissures mais, rien de plus. Rytchkine n'en croyait pas ses yeux, cette jeune femme était bien plus redoutable qu'il ne voulait l'admettre. Le bon côté dans tout cela, c'est qu'elles n'iraient pas prévenir les leurs même si quelque part, elles se douteraient bien que cela à un rapport avec lui mais, elles n'auraient aucune preuves. La jeune séraphine le fit finalement redescendre.

- Vous avez eu de la chance, mais vous lancer seul à pieds dans cette course était suicidaire et extrêmement stupide.
- Euh ...

Elle venait de tuer de sang froid un groupe d'Amazones en les broyant sous la terre, et elle se permettait de le critiquer ?

- Vous êtes spéciale vous.

Dit-il avant de se remettre en chemin, tout simplement. Silencieusement, il reprit la tête de file et prit la direction de la rivière, non seulement pour quitter le territoire des Amazones mais aussi pour trouver un point d'eau pure où il pourrait nettoyer sa plaie. Cela dit, sa voix restait muette mais son esprit bouillonnait.

" Elle vient de tuer une douzaine de femmes sans même avoir hésité, et ça se dit séraphin ça ? Quelle monstruosité ! Même moi qui est leur principal ennemi à ce que j'ai constaté, j'ai toujours opté pour la fuite, pour éviter d'avoir à les tuer. Enfin, d'un autre côté, elle a fait ça pour m'aider, c'est pas comme si c'était volontaire, il y a la notion de nécessité qui rentre en jeu. D'ailleurs, elle aurait pu suivre mes indications et prendre la fuite mais, il n'en a été rien, elle a préféré se servir de ses ailes, même si blessée, et venir me sortir de là. Mais même là, elle aurait pu minimiser les dégâts, ce qui n'est pas le cas. La question est vraiment de savoir pourquoi est-ce qu'elle a fait ça, qu'est-ce qui la motivé à le faire. On peut toujours lui accorder le bénéfice du doute mais dans ce cas, il faudrait que je re-vérifie ce point là ultérieurement, peut-être que les conditions n'étaient pas appropriées. Quant à la puissance magique dont elle a fait preuve, c'est tout simplement incroyable. Je peux déjà conclure que c'est une élémentaliste mais, son attrait avec le feu est confirmé ... Quelle agréable sensation que de sentir son corps brûlant dans cette froideur hivernale d'ailleurs, elle ferait un bon chauffage. "

La marche ne fut pas très longue et ils atteignirent finalement la rivière. De l'eau cristalline et froide, qui s'écoulait paisiblement sur son lit. Alekseï s'arrêta cependant qu'après l'avoir traversé. Il déposa le sac à dos au sol, encombrant et lourd, il avait grandement fatigué son épaule saine. Il l'ouvrit et en ressortit une serviette blanche qu'il trempa dans l'eau. Il défit par ailleurs ses bandages ensanglantés et constata que la couture qu'il avait réalisé sur sa plaie avait cédé.

- Pfff ...

Soupira-t-il en voyant dans quel sale état se trouvait son épaule. Il n'avait pas le choix, il fallait sortir le matériel, maintenant. Il retourna tout le sac et déposa le tout sur le sol. De sa seule main valide, il entama la première phase qui consistait à la nettoyer et la stériliser. C'était le plus facile mais le plus violent aussi. Le tissu blanc était rouge de sang et le stérilisant le brûlait comme de l'acide. Le plus difficile serait maintenant de recoudre. Il était épuisé, il essaya tant bien que mal mais il n'y arriva pas. Finalement, la séraphine entreprit de l'aider. Il refusa catégoriquement dans un premier temps mais, voyant que c'était plus raisonnable de la laisser faire, il céda. De toutes les façons, il ne ferait qu'empirer les choses s'il s'obstinait sur cette voie ...

- J'espère que vous êtes aussi efficace en terme de guérison qu'en terme de massacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Lun 14 Jan 2013 - 20:37

- Euh… Vous êtes spéciale vous.

Narydia haussa un sourcil devant cette réaction. En quoi pouvait donc-t-elle être spéciale ? Et lui, ne l'était-il pas ? Ils se remirent en route, malgré leur fatigue respective. Tous deux se dirigèrent vers la rivière afin de nettoyer la plaie réouverte d'Alekseï. Elle l'observa un moment. Il semblait perdu dans ses pensées mais la séraphine ne posa pas de question.

Lorsqu'ils furent arrivés, la jeune femme posa son épée ensanglantée sur le sol et se débarrassa de sa cape qui rejoignit l'arme sur l'herbe. Le guerrier avait retiré son sac à dos et s'occupait de sa blessure. Les bandages avaient été sectionnés par endroit, et la plaie n'était pas belle à voir. Et elle risquait d'infecter s'il ne faisait rien. Pendant quelques instants, Narydia observa l'homme tenter de se soigner par lui-même mais bien évidemment, il n'y parvenait pas. Elle lui prit alors le matériel des mains, ignorant son premier refus.

- Je n'ai que faire de vos suppliques. Si vous ne vous soignez pas, vous nous handicapez tous les deux. Vous risquez d'avoir un peu chaud...

Avant de recoudre la blessure, la jeune femme approcha sa main de l'épaule d'Alekseï, et concentra son feu intérieur dans sa paume. Il agirait en stérilisant, à défaut de pouvoir complètement cicatriser la blessure. Cela lui aurait demandé trop d'énergie après l'acte magique qu'elle venait d'accomplir quelques minutes plus tôt. Si l'ange n'avait pas agi de même la veille, c'était parce qu'elle ne connaissait alors pas cet homme. Puis, elle commença son oeuvre, prenant soin de recoudre la peau avec précaution. La tâche fut longue, et la blessure était décidément horriblement laide. Ce long moment donna à la séraphine l'occasion de se reposer et de retrouver une température à peu près normale… du moins de son point de vue. Après de longues minutes, la plaie fut parfaitement recousue.

Finalement, la jeune femme nettoya le matériel qu'elle rangea ensuite dans le sac. Une fois que cela fut fait, elle se saisit de son épée qu'elle rinça doucement dans l'eau. Elle se rappela alors les mots d'Alekseï quelques temps auparavant, à propos du "massacre" qu'il avait mentionné. L'ange était de dos, et prit son temps pour prendre la parole :

- Vous avez l'air choqué par mes actes. Pensez-vous que ces femmes étaient partantes pour une négociation ? C'est peut-être une erreur de jugement de ma part mais j'en doute. Il n'y avait aucune autre alternative. C'était elles ou vous.

Narydia termina d'essuyer la lame puis elle la reposa sur l'herbe. Elle décida ensuite de se baigner afin de laver son corps, chose qu'elle ne s'était pas permise avant de partir. L'ange ne retira pas ses vêtements qu'elle aurait la possibilité de sécher en un clin d'oeil. Elle se laissa glisser dans l'eau qui se réchauffa sensiblement autour d'elle, l'enveloppant dans un bienfait salvateur et reposant. La jeune femme ferma les yeux avant de dire à Alekseï :

- Vous permettez, mais je ne supporterai plus de continuer en me sentant si salie. profitez-en pour vous reposer, je pense qu'avec votre course poursuite et votre blessure, vous devez en avoir besoin…

La jeune femme se mit à sourire et laissa ses ailes s'étendre dans l'eau. Elle lava soigneusement la plaie qui semblait si fragilisée mais qui ne tarderait pas à guérir. Puis, elle poursuivit :

- Parlez-moi donc de vos chères "voisines". Car je suppose qu'il s'agissait d'elles ? Qu'avez-vous donc pu leur faire pour qu'elles vous en veuille à ce point ? Et comment-est-il possible qu'elles n'aient pas encore trouvé votre cachette ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Mar 15 Jan 2013 - 19:10

Alekseï n'avait pas d'autres solutions que de la laisser faire. Dans le fond, ce n'était même pas si mal que ça, une aussi jolie dame qui prenait soin de vous, que demander de plus ? Même si dans le cas présent, cela lui faisait mal et qu'il était loin de passer un agréable moment. Peut-être que l'apparence de sa plaie lui retournait l'estomac mais, si c'était le cas, elle était à plaindre car, par rapport à d'autres, c'était de loin une blessure superficielle. Enfin, il espérait qu'elle n'aurait pas à voir ce genre de choses ou pire même, à les supporter. Quoi qu'il en soit, ce fut long et surement fatiguant pour la séraphine qui l'était déjà avant même de commencer. C'était un formidable geste de sa part que de se donner autant de mal pour lui, après tout, rien ne l'y obligeait. Elle avait même prit la peine de nettoyer les outils et tant qu'à faire, son épée aussi.

- Vous avez l'air choqué par mes actes. Pensez-vous que ces femmes étaient partantes pour une négociation ? C'est peut-être une erreur de jugement de ma part mais j'en doute. Il n'y avait aucune autre alternative. C'était elles ou vous.

Dit-elle en finissant d'essuyer sa lame. Alekseï examinait les coutures.

- Of … Dans le fond, il aurait mieux valu que ce soit moi.

Lui répondit-il sur un ton on ne peut plus détendu et naturel. Elle avait fait un excellent travail, bien mieux que ce qu'il n'aurait jamais pu faire avec sa seule main. Il entreprit de refaire le bandage quand Narydia pénétra la rivière.

- Vous permettez, mais je ne supporterai plus de continuer en me sentant si salie. profitez-en pour vous reposer, je pense qu'avec votre course poursuite et votre blessure, vous devez en avoir besoin …

Il ne lui répondit pas mais, il l'entendit bien. Ayant coincé le bandage sous son menton pour le faire tenir, il ne pouvait pas vraiment parler.

- Parlez-moi donc de vos chères "voisines". Car je suppose qu'il s'agissait d'elles ? Qu'avez-vous donc pu leur faire pour qu'elles vous en veuille à ce point ? Et comment-est-il possible qu'elles n'aient pas encore trouvé votre cachette ?

Il lui fallut attendre qu'il finisse pour obtenir une réponse. Une réponse qui, malheureusement, ne répondait pas à sa question.

- Si j'étais vous, je ne resterai pas trop longtemps dans l'eau. En toute franchise, il n'y a rien de plus dangereux que de s'attarder dans cette rivière.

De l'eau cristalline qui s'écoulait paisiblement, si pure que l'on pouvait parfaitement voir au travers, froide, riche et bienfaitrice ! Comment pourrait-il être dangereux de s'attarder dedans ? La cause, il ne la lui expliqua pas et il ne lui laissa pas non plus le temps de la lui demander.

- Les Amazones sont un peuple fier et authentique. Elles sont des guerrières redoutables et sanguinaires, je me méfie d'elles comme de la peste mais, elles sont aussi des femmes on ne peut plus braves et honorables, que je respecte bien plus que je ne me respecte moi-même. Vous voyez, quand je me suis installé ici il y a à peu près soixante-dix ans, je ne savais que ces terres étaient les leurs et j'ai commencé à exploiter la nature sans même obtenir leur consentement. Le premier contact que j'ai eu avec elles a eu lieu une dizaine d'années après mon installation. C'était incroyable de penser qu'en tout ce temps, nous nous ignorions mutuellement mais, il faut croire qu'elles n'avaient pas l'habitude de passer par ici, j'habite la région la plus dangereuse de la jungle.

Lorsque nous sommes rencontrés pour la première fois donc, ce fut plutôt … Spécial. J'avais commencé à installer des cristaux sur le lit du lac, pas seulement pour faire joli figurez-vous, et cette tâche que j'avais commencé en pleine journée s'était attardée jusqu'au milieu de la nuit. Il faut croire qu'elles étaient attirées par les lumières. Quand elles m'ont vu dans l'eau, elles ont tout de suite pensé que j'étais démon et en sont venus aux armes mais, quand je leur ai expliqué que j'étais un élu venu du monde supérieur, elles m'ont pris pour un envoyé de la nature et m'ont amené jusqu'à leur reine.

C'était la pleine lune cette nuit là et il fallait croire que cela représentait beaucoup pour elle. Leur reine m'a offert ses faveurs, pensant que ses prières avaient été exhaussées et que j'étais là pour la satisfaire. Seulement, il y avait un petit problème. J'ai bien tenté de leur expliquer que je n'étais pas ce qu'elles prétendaient que je suis, elles ne voulaient rien savoir, pire même, elles ont commencé à se montrer menaçantes. Elles m'ont laissé le choix, bien évidemment, mais m'ont clairement fait comprendre que je ne devais pas refuser. Il me fallait un autre argument pour me sortir de là et j'ai donc demandé à ce qu'elles m'accordent un délai de un an. Une année durant laquelle je pourrais réfléchir à leur proposition.

Elles ont accepté et mieux encore, elles ont tout fait pour me convaincre. Je les ai découvert jusqu'à ce que leur peuple n'ait plus aucun secret pour moi. Elles ont tout partagé et ne m'ont rien caché. Leur culture, leur histoire, leur savoir et même leur couche.


Alekseï eut un sourire sur le coin des lèvres.

- Je n'ai vraiment pas eu à me plaindre de ce côté là, j'ai tellement été gâté que j'en ai des sérieux problèmes de reins vers la fin du délais. Et n'allez surtout pas croire qu'elles se tiennent tranquilles au lit, les cochonnes !

Rajouta-t-il en rigolant. Cela dit, il se calma bien vite.

- Hum … Pour en revenir à mon histoire. Je savais pertinemment que ma réponse serait négative mais, je n'ai pas osé leur dire. Quand le jour est arrivé, j'ai expliqué poliment à leur reine que je ne pouvais pas la féconder pour les simples et bonnes raisons qu'elle était …

Il s'arrêta brusquement, observant l'eau autour de la séraphine. Peut-être ne s'en était-elle pas rendue compte mais elle commençait à s'assombrir. Alekseï était distrait par son récit, il ne l'avait pas vu venir. Il se releva brusquement.

- Sortez de l'eau ! Vite !

Lui dit-il alors qu'une fumée noire se rependait autour d'elle, obscurcissant complétement les proches alentours. Malheureusement, bien qu'elle s'était hissée aussi vite qu'elle pouvait en dehors, cette sombre entité que connaissait bien Rytchkine s'était déjà agglomérée et s'était transformée en une substance noire et gluante. Elle s'était accrochée à la séraphine et s'était enroulée autour de ses jambes. La voilà maintenant qui était au sol, aux prises avec cette étrange créature qui voulait complétement la recouvrir.

- Ne vous inquiétez pas ! C'est un Svart'pöl ! Une bestiole tout à fait inoffensive qui va seulement vous digérer vivante une fois qu'elle vous aura totalement recouverte et entrainé dans l'eau avec elle !

Cette saleté de mixture était acide et son contact était donc corrosif, provoquant ainsi de vives brûlures. Rytchkine réfléchissait, impossible de la brûler, elle était imbibée d'eau et la faire exploser était inenvisageable. La seule chose que craignait cette mixture, c'était la lumière. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle ne sort de sa cachette que la nuit. Elle avait surement été attirée par la chaleur corporelle de la séraphine.

- Surtout ne vous agitez pas ! N'essayez pas de le retirer, vous ne ferez que lui faciliter la tâche !

À défaut de pouvoir générer de la lumière, la meilleure solution serait encore de s'échapper à ses sens. Cette créature était aveugle mais, elle s'orientait dans son environnement en détectant la chaleur. Alekseï ne cherchait pas à l'aider, s'il touchait cette chose, elle grimperait aussi sur lui et ils seraient tout les deux en danger. En revanche, il pouvait lui donner la solution.

- Détendez-vous ! Arrêtez de vous débattre, allongez-vous au sol et laissez-là vous recouvrir complétement ! Une fois que ça serait fait, faites chuter votre température corporelle jusqu'à en devenir aussi froide qu'un mort ! Si vous êtes capable de surchauffer, vous devriez aussi pouvoir le faire. Ralentissez votre respiration et ne bougez plus !

Mais comment convaincre quelqu'un de se laisser avoir par une chose qui pourrait la digérer vive et, qui plus est, était en train de la brûler ? Rytchkine avait déjà eu à faire à cette créature, et plus d'une fois elle l'avait attrapé. Mais le meilleur moyen de s'en sortir encore, c'est de se faire passer pour mort, elle ne mange pas ce qui est dénudé de vie.

- Faites ce que je vous dis et elle s'en ira d'elle-même !

Ou ira-t-elle s'attaquer à lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Sam 19 Jan 2013 - 15:27

- Si j'étais vous, je ne resterai pas trop longtemps dans l'eau. En toute franchise, il n'y a rien de plus dangereux que de s'attarder dans cette rivière.

Il lui annonçait cela seulement maintenant ? La jeune femme scruta quelques instants l'eau claire, décidant de s'y attarder encore quelques minutes puisqu'elle n'y décelait aucun danger.

- Les Amazones sont un peuple fier et authentique. Elles sont des guerrières redoutables et sanguinaires, je me méfie d'elles comme de la peste mais, elles sont aussi des femmes on ne peut plus braves et honorables, que je respecte bien plus que je ne me respecte moi-même. Vous voyez, quand je me suis installé ici il y a à peu près soixante-dix ans, je ne savais que ces terres étaient les leurs et j'ai commencé à exploiter la nature sans même obtenir leur consentement. Le premier contact que j'ai eu avec elles a eu lieu une dizaine d'années après mon installation. C'était incroyable de penser qu'en tout ce temps, nous nous ignorions mutuellement mais, il faut croire qu'elles n'avaient pas l'habitude de passer par ici, j'habite la région la plus dangereuse de la jungle.

Lorsque nous sommes rencontrés pour la première fois donc, ce fut plutôt … Spécial. J'avais commencé à installer des cristaux sur le lit du lac, pas seulement pour faire joli figurez-vous, et cette tâche que j'avais commencé en pleine journée s'était attardée jusqu'au milieu de la nuit. Il faut croire qu'elles étaient attirées par les lumières. Quand elles m'ont vu dans l'eau, elles ont tout de suite pensé que j'étais démon et en sont venus aux armes mais, quand je leur ai expliqué que j'étais un élu venu du monde supérieur, elles m'ont pris pour un envoyé de la nature et m'ont amené jusqu'à leur reine.

C'était la pleine lune cette nuit là et il fallait croire que cela représentait beaucoup pour elle. Leur reine m'a offert ses faveurs, pensant que ses prières avaient été exhaussées et que j'étais là pour la satisfaire. Seulement, il y avait un petit problème. J'ai bien tenté de leur expliquer que je n'étais pas ce qu'elles prétendaient que je suis, elles ne voulaient rien savoir, pire même, elles ont commencé à se montrer menaçantes. Elles m'ont laissé le choix, bien évidemment, mais m'ont clairement fait comprendre que je ne devais pas refuser. Il me fallait un autre argument pour me sortir de là et j'ai donc demandé à ce qu'elles m'accordent un délai de un an. Une année durant laquelle je pourrais réfléchir à leur proposition.

Elles ont accepté et mieux encore, elles ont tout fait pour me convaincre. Je les ai découvert jusqu'à ce que leur peuple n'ait plus aucun secret pour moi. Elles ont tout partagé et ne m'ont rien caché. Leur culture, leur histoire, leur savoir et même leur couche.


Narydia ne souhaitait pas connaître les détails de cette histoire, surtout pas en voyant le sourire en coin d'Alekseï. Après tout, peut-être avait-il mérité les problèmes dont ce peuple l'accablait. Ce n'était pas son problème et elle se fichait parfaitement de ces histoires de coucherie. L'ange soupira d'aise tant la fraicheur de l'eau lui faisait du bien. Elle rouvrit un oeil lorsque l'homme poursuivit :

- Hum … Pour en revenir à mon histoire. Je savais pertinemment que ma réponse serait négative mais, je n'ai pas osé leur dire. Quand le jour est arrivé, j'ai expliqué poliment à leur reine que je ne pouvais pas la féconder pour les simples et bonnes raisons qu'elle était …

… elle était quoi ? Narydia baissa les yeux vers l'eau et remarqua que celle-ci commençait à sérieusement s'assombrir.

- Sortez de l'eau ! Vite !

La séraphine ne se le fit pas dire deux fois. La fumée s'épaisissait, et la jeune femme n'eu pas le temps de se hisser hors de l'eau. La "bête" gluante avait enroulée ses membres visqueux autour de ses jambes, l'immobilisant. Narydia s'agrippa à l'herbe autant qu'elle pouvait, sans parvenir à se dégager.

- Ne vous inquiétez pas ! C'est un Svart'pöl ! Une bestiole tout à fait inoffensive qui va seulement vous digérer vivante une fois qu'elle vous aura totalement recouverte et entrainé dans l'eau avec elle !

- Je vous remercie de me rassurer.

La séraphine n'avait pour autant pas perdu son sang froid. Elle s'était rendue compte que lutter ne servait à rien, et restait donc parfaitement immobile.

- Surtout ne vous agitez pas ! N'essayez pas de le retirer, vous ne ferez que lui faciliter la tâche !

Narydia grogna, mécontente de devoir rester passive à cette scène. Elle n'avait pas l'intention de se faire digérer par une horreur visqueuse et dégoûtante. L'ange qu'elle était méritait bien mieux que ça.

- Détendez-vous ! Arrêtez de vous débattre, allongez-vous au sol et laissez-là vous recouvrir complétement ! Une fois que ça serait fait, faites chuter votre température corporelle jusqu'à en devenir aussi froide qu'un mort ! Si vous êtes capable de surchauffer, vous devriez aussi pouvoir le faire. Ralentissez votre respiration et ne bougez plus ! Faites ce que je vous dis et elle s'en ira d'elle-même !

La jeune femme paralysa le haut de son corps et releva la tête vers Alekseï. Ce qu'il lui demandait était complètement impossible. Elle grinça entre ses dents :

- Cela peut me tuer. Vous serez chargé de ma réanimation s'il arrive quoi que ce soit. Ce sera peut-être l'occasion de montrer les talents dont vous avez usé avec vos amazones…

Malgré ces paroles qu'elle mettait sur le compte de l'humour, son ton était chargé de mécontentement. Mais elle n'eu pas le temps de réfléchir davantage puisque déjà, la créature l'avait totalement recouverte de sa masse fétide et horrible. La jeune femme se laissa faire. Elle sentait avec écoeurement ce liquide gluant frotter contre les plumes de ses ailes et s'étaler sur ses cheveux… Un second bain ne serait pas de refus. Narydia se contenterait d'écouter les recommandations d'Alekseï, puisque de toute évidence, elle ne connaissait rien à cette créature.

L'ange serra les poings et les imprima presque dans l'herbe. Il fallait qu'elle se concentre un maximum. Avec une grimace, elle ferma les yeux et tenta d'évacuer toute animosité de son corps. Après quelques secondes, elle se trouva plutôt détendue. Sans cette créature sur son dos, on aurait pu crorie qu'elle dormait. Finalement, sa température corporelle chuta sensiblement, jusqu'à atteindre celle des humains normaux. Il s'agissait d'un exercice terriblement difficile, fatiguant et dangereux pour son corps. Elle grimaça tant son mal-être grandissait de seconde en seconde. Bientôt, elle sentit son corps se rigidifier, son sang se glaçer dans ses veines. Elle était en dessous de la température humaine "normale", ce qui lui garantissait une chance quasi certaine que la créature la lâche. Cependant, la chaleur lui manquait, et l'ange se sentait vidée de sa puissance comme de ses forces minimales.

Un moment, elle attendit simplement que la bête ne quitte son corps, un moment interminable où Narydia réunissait les dernières forces qui lui restaient pour faire stagner sa température. Quelques secondes encore, et elle perdrait connaissance. Elle n'osa pas prononcer un mot lorsqu'elle sentit la créature glisser doucement sur elle, finissant sa progression par sa tête. Cela l'inquiéta puisqu'en face d'elle se trouvait Alekseï. Elle eu à peine le temps de lever les yeux vers lui et de voir la créature s'avancer dans sa direction que sa tête retomba contre l'herbe. Narydia se battait contre elle même pour rester éveillée et regagner sa température normale, chose qui risquait de nouveau d'attirer la bête. De plus, même si elle l'avait voulu, il s'agissait de quelque chose de bien compliqué pour le moment. Elle se trouvait dans un cercle vicieux. Ses forces avaient disparu, et avec elles son énergie, ce qui l'empêchait se retrouver sa chaleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Dim 20 Jan 2013 - 0:02

- Cela peut me tuer. Vous serez chargé de ma réanimation s'il arrive quoi que ce soit. Ce sera peut-être l'occasion de montrer les talents dont vous avez usé avec vos amazones ...

À ce moment, c'était comme si le temps s'était suspendu le temps d'une courte réflexion. Le visage d'Alekseï s'était chargé d'un air de complicité.

" Compte là-dessus ma jolie. "

Pensait-il à cet instant non sans sourire, même si la situation ne prêtait guère à ce genre d'idée. Mais, une pointe d'humour au milieu du critique, pourquoi pas ? Elle suivit ses conseils et s'immobilisa, faisant lentement chuter la température de son corps. Le comportement de l'amas de matière noire et visqueuse commençait déjà à changer. Il semblait troublé, sa proie se serait-elle éteinte aussi soudainement que cela ? Ou alors, s'était-il tout simplement trompé de cible ? Il fallait croire qu'il avait envisagé la deuxième solution car, abandonnant le corps de Narydia, il glissa le long de sa tête et sauta sur Rytchkine, qui lui était effectivement chaud et vivant ! Pourquoi s'était-il tenu aussi près d'elle ?!

- Lâche-moi sale bête !

S'écria-t-il alors que le Svart'pöl grimpait sur lui, s'étalant sur tout son dos et s'enroulant autour de ses membres, pour le recouvrir complètement. Contrairement à ce qu'il venait de dire à la Séraphine, il ne s’immobilisa pas et essaya même de le retirer, mais sans succès. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu'il n'était pas en mesure de refroidir son corps ... C'était cela l'inconvénient de ne pas pratiquer la magie. Il sentait sa peau brûler au contact de cette étrange matière, elle se rependait sans qu'il ne puisse l'en empêcher, bien trop gluante et élastique pour qu'il puisse s'en débarrasser. Dans sa lutte, il avait remarqué que Narydia était immobile et étonnement blanche, ce qui inquiéta grandement Rytchkine, n'avait-elle pas trop forcé sur l'hypothermie ?

La situation dégénérait au plus haut point. S'il ne voulait pas y passer, il fallait qu'il se débarrasse de son assaillant et à défaut de pouvoir demande de l'aide à la Séraphine, il devrait faire appel à la science ... Et cela ne se passerait pas sans risques. Mettant la main à sa ceinture, tant qu'il le pouvait encore, il se saisit d'un deuxième objet bien différent du premier qu'il avait utilisé contre les rôdeurs. Composé d'un '' chapeau de champignon '' en métal qui cachait un anneau de métal sur lequel était enroulé un fil de cuivre de manière très serrée. Au centre de ce cercle, il y avait un tube apparemment en verre et rempli d'un liquide grisâtre. Disposé dans un coin du chapeau, un mécanisme auquel était enroulé un fil de fer muni d'un anneau. Le principe était très simple. Lorsque la fil était déroulé, l'extrémité métallique de la capsule entrait en contact avec le cuivre. Le courant électrique était amplifié puis déversé sur le chapeau incurvé qui se retrouvait alors saturé. Alekseï avait appris à ses dépends que l'air était un bon isolant, tant que l'on observait une certaine distance. Lorsque que quelqu'un ou quelque chose approchait de trop près le dispositif, l'air perdait son caractère isolant et un amorçage avait lieu, provoquant la formation d'un arc électrique. Tant que le fluide air ne serait pas déchargé, l'arc se maintiendrait. Cette arme cependant avait été fabriquée pour éliminer plusieurs ennemis en même temps, et non un seul, car la puissance du fluide était bien trop élevée pour un usage unique ... Question d'humanité. Dans l'eau, les arcs ne pouvaient pas se former et quiconque toucherait le liquide serait aussitôt électrocuté. Cela dit, Alekseï avait un avantage pour lui, le Svart'Pöl !

Si ce dernier recouvrait complètement son corps, il absorberait une bonne partie de la décharge, limitant ainsi les dégâts corporels pour Rytchkine. Par ailleurs, ayant la peau sèche, sa résistance au courant devrait suffisante pour lui épargner une mort certaine ... Durant quelques secondes, ce qui devrait lui laisser le temps de remonter sur la terre ferme. Tout ceci n'était qu'une théorie pensée dans l'urgence mais, il n'avait pas d'autres choix ! Alekseï glissa l'anneau autour de son index et le comprimant avec le pouce, il projeta l'appareil vers la rivière. Le fil se déroula et, sous la pression, se détacha complètement. Lorsque le dispositif tomba dans l'eau, cette dernière se mit instantanément à bouillir et une épaisse vapeur se forma. Il n'hésita pas un instant de plus et plongeant dedans, s'étant auparavent assuré que la créature l'isolait complètement. Le résultat ne se fit pas attendre. Le monstre fut le premier touché. Il sentit ce dernier chauffer et se rigidifier peu à peu. Alekseï sentit aussi le courant traverser sa peau, occasionnant des brûlures par la même occasion. Il se dépêcha de remonter sur la terre ferme mais, il ne fallut pas moins de deux trois secondes pour que son coeur s'emballe. Sa respiration se faisait de plus en plus forcée, saccadée et ses muscles commencèrent à se contracter, bien contre sa volonté. À moitié sur terre, qui lui offrait une protection de plus en plus efficace à mesure qu'il se solidifiait, finit par se détacher de lui-même, s'éparpillant en blocs de matière solide qui tombèrent sur le sol ou dans l'eau, exposant Rytchkine au courant.

Bien qu'il avait tout fait pour s'extirper de l'eau à temps, l'électricité remonta le long de ses jambes, qui étaient encore dans la rivière. Il fut pris de violentes convulsions, qui le firent retomber à l'eau, puis, rapidement, d'un blocage musculaire généralisé. Lorsque le fluide fut totalement déchargé, c'est-à-dire peu après, Alekseï ne bougeait tout simplement plus. Il était contracté et immobilisé, sa poitrine ne se gonflait plus. Pourtant, il n'était pas mort. Son coeur avait tenu le coup, surement plus par miracle que par un phénomène on ne peut plus logique que scientifique ... Quoi que, l'excès d'adrénaline dont il avait fait preuve pouvait constituer un début d'explication. Le problème, c'était que sa respiration était bloquée, il coulait et il commençait sérieusement à d'oxygène, ne pouvant plus inspirer ni expirer. Il était encore conscient mais, il n'arrivait plus à faire quoi ce soit. Devant l'urgence de la situation, il se focalisa sur son rythme cardiaque. Normalement, il fallait compter une petite minute avant qu'il ne puisse retrouver un semblant de mobilité, le problème étant qu'il consommait ses réserves d'oxygène bien trop vite pour tenir ce délai. Il fallait qu'il ralentisse son coeur sur-excité par l'adrénaline et la précédente décharge et pour cela, il lui fallait retrouver son calme.

C'était un véritable travail sur sois-même et il comprenait maintenant, même si son esprit ne fonctionnait qu'à moitié, la difficulté à laquelle avait été confrontée Narydia. Comment retrouver son calme dans une situation pareille ? Le meilleur moyen pour cela était encore de ressasser des souvenirs heureux, de se focaliser sur ces derniers et d'oublier complètement la réalité. Le problème, c'est que des souvenirs véritablement heureux, il n'en avait pas beaucoup. On avait souvent tendance à confondre ces derniers avec des souvenirs plutôt neutres, qui portaient certes à réjouissance mais pas assez pour qu'on les considère comme réellement heureux, et c'était ça l'erreur à ne pas faire.

Il fouilla sa mémoire, aussi vite qu'il le pouvait, à la recherche d'un dire, d'une image ou d'une notion qui l'aurait rendu heureux, à l'époque. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il dut remonter très loin ... Mais le résultat était là, en ne voyant que ça et essayant de revivre le moment, il finit par se calmer et même, pas se réjouir. Son rythme retomba peu à peu pour atteindre une vitesse normale mais, ce n'était toujours pas suffisant, il fallait le ralentir encore plus. La grande différence était que cette fois-ci, il fallait réellement faire un effort, il fallait ordonner à son propre cerveau de ralentir le rythme et cela exigeait une grande maitrise de sois-même, une maitrise qui ne pouvait être atteinte qu'après beaucoup d'entrainement ... Entrainement qui faisait partie de sa formation, aussi étonnant que cela puisse paraître. Lentement mais surement, son rythme ralentissait. Cela dit, il avait oublié un petit détail, l'eau était glacée et l'hypothermie le menaçait. D'autant plus que le sang circulait moins vite et donc, que les muscles se réfrigéraient plus facilement. Ce fut la plus longue minute de sa vie ...

Quand il put de nouveau bouger, non sans s'arrêter de trembler, il remonta péniblement à la surface de l'eau, vidant ses poumons et ré-inspirant de l'air aussi fort et vite que lui permettait sa respiration saccadée. Il se hissa péniblement hors de l'eau et, s'affalant sur la terre ferme, il constata avec effrois que l'électricité ne l'avait pas laissé indemne. Son corps tout entier était couvert de brûlure et ses jambes, en particulier, avaient bien souffert. Il ne ressentait aucune douleur pour le moment mais cela ne saurait tarder. Il avait froid ... Et il avait complètement oublié la Séraphine, sur le moment. Lorsqu'il tourna sa tête vers elle, il s'aperçut qu'elle n'avait toujours pas bougé.

- Ça me gonfle.

Soupira-t-il avec difficulté. Il se redressa et s'approcha d'elle en marchant sur ses genoux et en s'aidant de ses mains, non sans trébucher plus d'une fois. Ses muscles flageolaient et il n'arrivait plus à porter son propre poids. Quelle idée stupide avait-il eu de s'électrifier ! Il posa son index sur le cou de Narydia, relevant son rythme. Il était très faible mais, il était encore réguliers. Il constata cependant qu'elle était froide comme de la glace et, à bien y réfléchir, pour une personne qui avait un lien particulier avec le feu, au point d'être chaud brûlant en plein hivers, cette température froide et persistante ne devait pas être bon signe. Oui, il lui avait demandé de se refroidir mais, normalement, elle aurait déjà dû retrouver sa chaleur ... Et elle ne serait pas allongée à terre, immobile.

Alekseï l'attrapa par les bras et il la tira, avec pas mal d'efforts, jusqu'à une bonne distance de la rivière. Il ouvrit ensuite le sac et en ressortit une deux épaisses couvertures. S'asseyant, il la cala contre lui et l'enveloppa avec la première, ensuite, il passa la deuxième autour d'elle mais aussi, autour de lui. Le principe chauffant d'une couverture ne réside pas dans l'épaisseur du matériau utilisé, même si cela est préférable d'avoir une bonne largeur, mais dans l'air qui était emprisonné en dessous. En enroulant la Séraphine dans l'une, il emprisonnait une masse d'air que son corps se chargerait de réchauffer. Comme l'air serait retenu par la couverture, la température grimperait très vite, la réchauffant ainsi. La seconde couverture disposée offrirait une deuxième couche d'air chauffé mais, cette fois-ci pas par elle mais par Alekseï. De cette façon, elle profiterait d'une bonne source de chaleur sans pour autant dépenser plus d'énergie, ce qui lui permettrait de récupérer ses forces peu à peu. Enfin, comme dans tout échange honnête et équitable, en se réchauffant, Rytchkine, du fait qu'il l'avait adossé contre lui, profiterait de sa forte chaleur pour sécher et se réchauffer. Un savant calcul en somme qui leur permettrait, sans trop d'efforts, d'éviter l'hypothermie. Le tout était maintenant d'attendre, les choses se feraient d'elles-mêmes.

- Et ce n'est que le début Narydia, dîtes-vous le bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Dim 20 Jan 2013 - 15:18

— Lâche-moi sale bête !

Ce furent les seuls mots qui parvinrent à Narydia et qui lui laissèrent imaginer la bête se dresser à son tour sur Alekseï. Cela, elle ne l'avait pas prévu et le regrettait. Finalement, son action stupide n'avait servi à rien, et elle se retrouvait affaiblie et incapable de bouger sans raison. La jeune femme avait toujours les yeux fermés. Elle ne parvenait pas à regagner sa température normale, ses forces l'ayant abandonnées. Elle ne savait plus quoi faire pour se réchauffer. Sa robe humide la glaçait encore plus et l'ange sentait sa peau frissonner de plus en plus. Vulnérable. Cette idée la terrifiait. D'autant plus que ce n'était pas contre un adversaire qu'elle se battait cette fois-ci, mais contre son propre corps.

L'ange tentait de rester consciente à tout prix. Son corps lui pesait comme un poids tombant au fond de l'eau, sa tête bourdonnait, l'empêchant d'entendre précisément l'ambiance qui l'entourait. Tout semblait si éloigné… Ses ailes paraissaient de marbre, figées comme du roc et reposaient tranquillement sur l'herbe fraîche. Remue-toi, remue-toi… pour rester en vie. Son feu intérieur s'éteignait au fil des secondes. Ce pouvoir élémentaire qui l'avait réduite en esclave il y avait des siècles de cela semblait s'être retourné contre elle. Pire, il l'abandonnait. La séraphine s'accrocha à l'herbe sous sa paume, contractant les muscles de sa main pour s'en saisir. Cet effort infime lui demandait pourtant un effort incroyable qui lui permettait de ne pas céder à une perte de conscience.

Jamais Narydia ne s'était retrouvée victime de son pouvoir. Et c'était la pire souffrance qu'elle eu jamais connue. Réfléchir, penser… penser à quelque chose pour ne pas sombrer dans le noir. Elle ne pouvait pas aider Alekseï et elle se sentait terriblement coupable de ne pas pouvoir l'assister. L'entendre rager contre lui-même, contre la bête alors que tout cela était arrivé à cause de l'ange. Ce fut cette unique pensée qui la maintient consciente toute la durée du conflit. La pensée de n'être réduite qu'à une spectatrice inutile, humiliée et rongée par son propre pouvoir. Les yeux fermés, elle entendait un lointain conflit qui semblait se poursuivre dans l'eau. La jeune femme ouvrit faiblement les yeux, et regarda derrière elle sans aucune possibilité de bouger la tête.

Elle vit pendant un instant infime le guerrier sortir de l'eau, un curieux appareil à la main, avant d'être happé de nouveau par le lac. Narydia bloqua l'air dans sa poitrine et retomba dans une semi-inconscience, paralysée de toute part. Quelques secondes plus tard, le lac fit de nouveau des siennes et des bruits extrêmement lointains parvinrent aux oreilles de l'ange. Rassurée intérieurement — quoique elle n'était plus vraiment en condition pour penser à quoi que ce soit —, elle sentit une présence s'approcher d'elle. Finalement, il s'en était sorti. Il les avait même sorti tous les deux de cette confrontation. La jeune femme sentait ses paupières glacées, prêtes à éclater en milles morceaux. Impossibles à soulever. L'ange sentit une peau froide se poser sur son cou, avant de se retirer presque immédiatement. Son degré de conscience diminuait peu à peu, de sorte à ce qu'elle ne se rende plus compte de l'environnement autour d'elle. L'éternité devait s'être écoulée, tandis qu'elle gisait là, sa robe répandue autour d'elle, sur l'herbe verte et accueillante.

On l'attrapa par les bras et la jeune femme se sentit entraînée contre une surface dure, froide tout comme elle. Toujours incapable d'ouvrir les yeux, elle eu l'impression qu'on l'enveloppait dans quelque chose de chaud. Peu à peu, l'effet escompté se produisit et l'ange parvint à faiblement bouger ses doigts rigides à cause du froid, afin d'attraper un bout de couverture. Une couverture. Une couverture allait donc la sauver … ? C'était sincèrement pitoyable. Mais il n'y avait pas que cela. Emmitouflée confortablement, elle regagna peu à peu un brin de chaleur. Cette chaleur essentielle vitale qui la définissait. Narydia entendit vaguement prononcés par une voix familière :

— Et ce n'est que le début Narydia, dîtes-vous le bien.

Ces mots la sortirent davantage de sa torpeur. Ayant retrouvé sa totale conscience, la jeune femme resserra faiblement la couverture autour d'elle, comme elle aurait emprisonné sa vie dans ses mains. Calée contre ce qu'elle croyait être le corps du guerrier, la jeune femme tenta de concentrer quelques forces pour ranimer le feu brûlant en elle. Peu à peu, elle sentait sa température grimper, doucement cependant. Enfin mais toujours les yeux fermés, elle esquissa un faible sourire et répondit d'une voix tout juste audible :

— Ne pensez pas que j'allais laisser une créature putride et visqueuse me tuer. Il me faut plus que ça.

La chaleur augmentait autour d'elle et elle sentait sa peau se réchauffer avec délice. Jamais elle n'avait autant apprécié son affinité si particulière avec cet élément sauvage et incontrôlable. Elle aurait souhaité profiter de cet instant de sérénité pendant des siècles. Toujours aussi faiblement, elle poursuivit :

— Vous, en revanche, vous avez bien failli vous tuer avec votre joujou. On dirait que nous sommes tous les deux victimes de ce qui fait notre force… c'est ironique, n'est-ce-pas ?

L'ange avait rajouté cela sans perdre son petit sourire. Elle sentait qu'elle recouvrait son énergie et la chaleur en elle ne cessait de croître. Sa robe n'était pourtant pas prête de sécher, tout comme l'équipement d'Alekseï qui était aussi trempé qu'elle. La séraphine savait que le temps ferait son oeuvre, c'est pourquoi elle l'occupa à remercier le guerrier dans un premier temps.

— Vous savez, vous ne devez pas vous sentir responsable de tout cela. Vous n'êtes même pas obligé de m'accompagner ni de prendre de risque… en fait, vous auriez même dû vous enfuir tant que vous le pouviez. Si vous me répondez que non, c'est qu'il vous reste l'humanité que vous pensez avoir perdu en vous exilant ici...

Narydia avait ouvert les yeux. Elle soupira. Elle ne comprenait pas l'implication d'Alekseï ainsi que les risques démesurés qu'il prenait pour leur sécurité. Et particulièrement pour elle. Tout en pensant à cela, la jeune femme appréciait sa présence. Elle commençait à sincèrement lui faire confiance, ce qui l'étonnait elle-même. D'origine méfiante, elle s'attachait difficilement aux gens… et les avoir dans son estime était encore plus rare. L'ange éleva sensiblement et volontairement sa température corporelle, retrouvant une énergie à peu près normale, quoique diminuée. Elle sentait cependant les vêtements toujours humides d'Alek. Il devait avoir froid et la jeune femme avait conscience qu'il s'était positionné ainsi pour profiter de sa chaleur. L'ange accentua encore un peu plus celle-ci, afin qu'elle le gagne et le réchauffe. Elle sourit de nouveau en repensant à l'état dans lequel il s'était mis, et déclara gentiment :

— Vous êtes vraiment fou.

La séraphine sentait sa robe sécher doucement contre elle. Il fallait vraiment qu'elle change d'équipement, et cela rapidement. Elle ne pouvait plus se contenter d'une robe pour affronter les nombreux autres dangers qui les attendait. Ses forces à peu près retrouvées, la jeune femme se mut dans sa couverture afin de se retourner. Elle se retrouva assise en face du guerrier, proche de lui. Il semblait avoir du mal à se réchauffer. Sans un mot, la jeune femme posa un doigt sur la main d'Alekseï pour mesurer sa température. Ses doutes se confirmaient. Il était difficile de transmettre sa chaleur sans être en contact avec la personne. La jeune femme posa donc sa main sur celle du guerrier et la serra pour lui communiquer toute la chaleur possible afin qu'elle se répande dans son corps. Ce seul intermédiaire demanderait un peu plus de temps, mais Narydia ne souhaitait pas le mettre mal à l'aise. Pendant qu'elle lui transmettait de sa chaleur, elle remarqua sur sa peau des traces de brûlures. Elle pencha la tête sur le côté et dit doucement :

— Vous êtes bien amoché. Vous devriez prendre plus soin de vous…

Un moment de silence, puis elle poursuivit :

— Je vous remercie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Dim 20 Jan 2013 - 19:35

Tout fonctionnait à merveille, la température recommençait à augmenter, lentement mais surement. Alekseï était pensif, se demandant ce qu'il allait bien pouvoir faire pour guérir ses brûlures quand la voix de la séraphine s'éleva timidement.

- Ne pensez pas que j'allais laisser une créature putride et visqueuse me tuer. Il me faut plus que ça.

Rytchkine grelottait tellement qu'il ne pouvait pas lui répondre. Les effets de l'électrocution ne s'étaient pas encore dissipés et articuler était, dans son état actuel, une tâche aussi ardue que de se tenir debout.

- Vous, en revanche, vous avez bien failli vous tuer avec votre joujou. On dirait que nous sommes tous les deux victimes de ce qui fait notre force … c'est ironique, n'est-ce-pas ?
- O ... Oui.

Sa voix était saccadée, comme sa respiration. Sans vraiment le vouloir, il serrait la Séraphine contre lui, dans l'espoir qu'il se réchaufferait plus vite.

- Vous savez, vous ne devez pas vous sentir responsable de tout cela. Vous n'êtes même pas obligé de m'accompagner ni de prendre de risque … en fait, vous auriez même dû vous enfuir tant que vous le pouviez. Si vous me répondez que non, c'est qu'il vous reste l'humanité que vous pensez avoir perdu en vous exilant ici ...

De l'humanité ? Non, surement pas. De l'intérêt, c'était uniquement ça. Cela faisait parti du plan que de la mettre en confiance et en tenant de tels propos, Narydia lui prouvait que sa méthode était efficace, elle se laissait aller peu à peu. Pour Rytchkine, se faire passer pour son ami était un tâche fatigante et difficile, non seulement à cause de la haine qu'il vouait aux séraphins mais, aussi à cause de l'impact moral de la chose. Se jouer d'elle de cette façon n'était digne que d'un goujat, que du salaud qu'il était et qui le répugnait. Il lui faisait du mal de cette façon et, quelque part, il en souffrait mais, avait-il vraiment le choix ? Non. Il avait été investi d'une mission ingrate, c'était ça la dure réalité des choses.

- Vous êtes vraiment fou.
- Je ... Je ne suis ... suis pas f ... f ... fou. C'est la folie qui ... qui ... qui est folle de moi.

Lui répondit-il toujours en saccadant. Bien qu'il commençait à se réchauffer, il avait encore froid et son corps tout entier était engourdis. Narydia, apparemment en meilleure forme, se retourna face à lui et lui attrapa les mains. Il sentit comme une chaleur le pénétrer et se répandre dans tout son corps, chassant le froid et réchauffant lentement son organisme. Alekseï soupira de soulagement. Face à lui, elle remarqua ses brûlures.

- Vous êtes bien amoché. Vous devriez prendre plus soin de vous …

Cette chaleur et ce silence ... Au fur à mesure que le froid disparaissait, il sentait la fatigue monter en lui. Cette fatigue était déjà là depuis longtemps mais, trop occupé par les récents problèmes, il ne l'avait pas ressenti. Mais, maintenant que tout allait bien, elle revenait, lentement, apportant avec elle le sommeil. Ses paupières se faisaient lourdes, ses muscles se ramollissaient, il vacillait.

- L'important est que vous soyez saine et sauve ...

Dit-il en fermant les yeux, d'une voix qui molle et qui s’éteignait peu à peu. Il ne pouvait plus lutter, il fallait qu'il dorme. Il eut un moment de silence, durant lequel il rejoignit le pays des songes puis, Narydia reprit une dernière fois la parole.

- Je vous remercie.

Il ne l'avait probablement pas entendu. Endormis, il ne sentit pas la nuit s'égrainer lentement. Un sommeil réparateur comme il n'en avait que rarement connu. Il ne se réveilla que lorsque les premières lueurs étaient apparues. Son activité de scientifique l'avait habitué à dormir peu, à se coucher tard et à se lever aux premières heures. Il se frotta les yeux et observa instinctivement les alentours. Leurs affaires étaient toujours là, la place semblait calme et la Séraphine dormait encore. Il ramena le sac près de lui et en ressortit son épais calepin, ainsi que de quoi écrire.

" Le test n°2 a échoué. Cela dit, j'ai un doute, je pense qu'il ne s'agissait que d'un simple concours de circonstances, il faudra que je la ré-évalue pour me fixer définitivement. Je vais tout de même observer son comportement vis-à-vis de cette histoire et voir si elle exprime des regrets ou pas. Par ailleurs, il semblerait que la confiance s'installe peu à peu, je ne sais pas encore si elle pure ou corrompue mais, je pense que cela ne saurait tarder. Ce que je sais, c'est que ses pouvoirs se dévoilent. Visiblement, les seuls bénéfices que je pourrais tirer d'elle seront de second niveau, c'est déjà pas mal mais, j'espérer obtenir mieux. J'ai certes un manque de terre et d'eau mais, la carence en lumière a atteint un stade critique, mes études en sont tout simplement paralysées. Quoi qu'il en soit, il m'est important de réfléchir, j'aurai un choix à prendre, il m'est impossible de bénéficier des quatre éléments en même temps, je ne dois pas me rater. "

Il referma ensuite son journal et le rangea. Il allongea délicatement Narydia sur le sol, prenant le soin de bien la couvrir. Il se leva ensuite, les jambes encore un peu tremblante et s'éloigna de la séraphine, pour s'enfoncer dans la forêt. Il était en quête de nourriture et, dans la jungle, ce n'était pas bien difficile de la trouver, il suffisait seulement d'avoir l'oeil. Ayant assimilé toute la culture Amazone, il cherchait ce qu'elles appelaient le " Graviola ", un fruit qui poussait sur un arbre qui répondait au nom de " Annona ", haut de quatre à huit mètres, ce qui était relativement petit pour une forêt tropicale. Le fruit en lui-même pouvait en revanche atteindre jusqu'à trente centimètres de long et peser jusqu'à quatre kilos ! En cherchant bien, il finit par mettre la main dessus. N'ayant qu'une seule main de libre, il se contenta de n'en récolter qu'un seul, de toutes les façons, il y aurait assez de chair pour eux deux. Il retourna près de la rivière. Cette recherche lui avait pris une petite demie-heure, la Séraphine s'était réveillée.

- Veuillez m'excuser pour mon absence mais, je me suis dit que comme nous sommes en pleine jungle, ça serait un peu dommage d'entamer nos provisions sans profiter des délices que peut nous offrir cette forêt, j'en ai dans ma main un parfait exemple.

Dit-il en lui montrant le fruit. Il le découpa en deux et donna la plus grosse moitié à Narydia. La chair était douce, un peu acide, avec un léger goût de banane. Un fruit très riche en sucre et en vitamines, soit en somme, un excellent petit déjeuner.

- Faites attention aux graines noires, elles sont indigestes.

Finissant sa part, il remit une fois de plus la main au sac et en ressortit une fiole dont le liquide ressemblait au médicament qu'il lui avait donné plus tôt. Il la lui tendu, il ne fallait pas qu'elle oublie de se soigner. Il bût pour sa part un autre liquide, bleuâtre et froid. Cela lui permettrait de guérir ses brûlures rapidement. Le temps de la pause terminé, il fallait maintenant se remettre en route. Il rangea toutes les affaires et remit le sac sur son épaule.

- Bien, nous avons encore du chemin à faire avant de sortir de cette jungle et d'atteindre les grandes plaines. Si nous partons maintenant et à bonne allure, nous devrions y arriver avant la tombée de la nuit. Alors relevez-vous.

Dit-il en lui tendant la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   Lun 21 Jan 2013 - 21:55

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une virée vers l'inconnu { PV Alekseï } [POST CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Forêt des amanites :: Jungle-