''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyVen 1 Mar 2013 - 13:39

Invarath. L'un des villages portuaires de la baie des côtes de l'Est dont la richesse était remarquable, mais l'un des moins connu du royaume. Dominé par un manoir, ce lieu était un habitat sûr et paisible, ou peu de problèmes pouvaient survenir. Ce manoir, baptisé " le manoir des vagues oubliées " possèdait cependant un habitant particulier. Cette personne, rarement présente, était paradoxalement la plus grande menace pour le village, mais aussi son habitant le plus riche. Ce propriétaire... C'était Darion.

L'Ombre avait fait l'acquisition de ce lieu au cours d'une de ses missions lorsqu'il était autrefois au service du royaume en tant qu'assassin. Maintenant, il s'y reposait lorsqu'il passait dans le coin, ou quand il voulait se retirer et méditer, loin de l'Ordre et de Rempart Nocturne. Au dernier étage, se trouvait sa chambre et sa bibliothèque, toujours incroyablement rangée. Malgré les apparences très chaotiques de l'Ordre du Crépuscule, Darion et Carl cachaient en vérité leur plan incroyablement soigné et les manières d'y parvenir, toujours également préparées.

* Par le chaos nous apporterons l'ordre. *

Terminant son grimoire, Darion le referma et le plaça à côté d'un autre ouvrage. Il se releva ensuite et commença à descendre les marches de son manoir, arrivant au rez de chaussé où l'attendaient ses domestiques. Le manoir était incroyablement piégé, même si personne ne pouvait voir les pièges en place. En effet, l'Ombre avait dissimulé tous ses mécanismes mortels grâce à sa magie afin qu'aucun intrus ne puisse ressortir du manoir en vie.

Il ordonna à ses servants de préparer le dîner pour son retour, puis il quitta le manoir, afin de se balader un peu aux alentours du village. Il portait comme à l'accoutumer son long manteau de cuir, dont la couleur était violet foncé et où le symbole de l'ordre était tissé dans le dos. Sa lourde capuche recouvrait sa tête alors qu'une pluie tombait sur le village. Il marcha quelques longues heures, laissant ses pieds le diriger. Le soleil se couchait, créant une fresque magnifique dans l'horizon, le bleu laissant place à un orange crépusculaire magnifique. S'arrêtant aux abords d'un petit ruisseau, Darion se mît à genoux et prit une pierre. Il la lança dans l'eau, perturbant l'écoulement de l'eau, avant que celui-ci ne reprenne sa course quelques secondes plus tard.
Poussant un petit rire, l'Ombre observa l'eau s'écouler puis déposa une plus lourde pierre, bloquant intégralement le ruisseau. L'eau contourna alors la pierre et se replaça à nouveau dans son éternel sillon, faisant à nouveau rire Darion.

* Aussi puissant soyons-nous, si notre être représente la pierre et le ruisseau l'histoire, alors nous ne sommes qu'une perturbation temporel de celle-ci. Nous n'y laissons notre marque que pendant un temps défini, puis elle nous oublie, reprenant sa route... *

Retournant finalement au manoir, Darion dîna puis alla dans sa chambre, où l'attendait Drael'Nar, qui était en train de coiffer ses cheveux.

- Tu sais, ce n'est pas parce que je suis prisonnière de ton cristal et ta lanterne, que je n'ai pas le droit de prendre soin de moi !

Darion ne répondit rien à la remarque de la femme maudite et se dirigea vers son lit. La femme agissait assez librement, et faisait son apparition quand elle le désirait, bien que Darion pouvait la renvoyer sous sa forme de faux quand il le désirait. La seule limite de Drael'Nar était qu'elle devait rester proche de lui. Elle le rejoignit finalement et laissa Darion poser sa tête sur ses genoux. Il ferma les yeux en laissant Drael'Nar le fixer de ses yeux rouges. Il tenta de s'endormir, mais ne parvint qu'à faire un rêve éveillé, sentant à nouveau la magie s'écouler en lui, laissant son souffle rythmer sa méditation. Des images défilaient devant ses yeux, Darion se repassant les souvenirs de Stilgar, et des autres assombris. Il cherchait ses propres souvenirs, et des indices concernant l'emplacement de son coeur. Drael'Nar chantait une berceuse visiblement. Depuis qu'elle avait fait son apparition, Darion était plus serein, et malgré le fait que sa magie soit de plus en plus chaotique, la présence de la fondatrice des éclats d'ombres le rassurait. La nuit passa ainsi, l'Ombre continuant sa méditation en écoutant la femme chanter.

Le soleil se leva finalement aux alentours de 5h30, et c'est alors que Darion décida qu'il était temps de se "lever". Il alla faire sa toilette et mangea un morceau, afin de satisfaire une envie curieuse de viande. Il quitta finalement le manoir, Drael'Nar ayant reprit sa forme de faux et étant accrochée à sa ceinture. Il se balada dans le village, les habitants le saluant comme ci de rien n'était. La plupart d'entre eux savaient pourtant qui il était, mais ne se posait pas plus de questions, l'Ombre ayant décidé de ne pas répandre son voile sur le village, et les laissant vivre leur vie calmement. Ils le considéraient donc comme un seigneur lambda, et lui montrait le respect qu'il désirait. Il acheta quelques verres d'alcool à un tavernier, quelques morceaux de viandes séchées à un boucher, comme n'importe qui. Le marché l'amusait assez, les villageois criant et vantant leurs produits. L'espace d'un instant l'Ombre imagina les marchants comme les puissants du monde du milieu, et remarqua le ridicule qu'ils avaient. Au moins lui ne faisait pas que crier et vanter, il agissait. L'Ordre était connu grâce à ses actions, pas uniquement grâce à de vulgaires rumeurs.

L’après-midi passa finalement, Darion marchant à nouveau autour du village. Observant un renard qui semblait chasser un petit volatile, il ricana en sentant une présence. Une aura aussi noire que la nuit avait fait son apparition non très loin de là où il se tenait. Faisant craquer ses vertèbres, il ricana, la présence se trouvant dans son dos. Des gardes du royaume... Il avait peut-être été un peu loin en s'attaquant à des capes blanches lors de sa dernière expédition... Stoppant son rire net, il déclara, sans se retourner aux gardes.

- Et bien, vous êtes bien loin des villes du royaume... Que venez-vous faire ici? Mis à part signer votre arrêt de mort ?

Claquant des doigts, il fit apparaître deux loups d'ombre, ainsi que Croc-lunaire juste derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyJeu 7 Mar 2013 - 0:47



Ils avaient tourné à gauche, puis pris à droite après l'embranchement comme le leur avait indiqué le vieillard, mais ils devaient se rendre à l'évidence, cela faisait un quart d'heure qu'ils tournaient en rond. Devant cet échec cuisant, la petite troupe décida de faire une pause, histoire de retrouver leur chemin. Comme à l'accoutumé Nephila était la seule femme que comptait son bataillon, les remarques sur son sexe allaient de bon train. Mais jamais aucun homme ne s'était aventuré à pousser la boutade plus loin, certainement à cause de l'immunité dont bénéficiait la jeune femme. Soumise aux ordres de son général elle allait et venait comme il le souhaitait, tel un pion sur un échiquier. Cette fois ci c'était semble-t-il pour courir après un détraqué qui s'en prenait à l'ordre en place. Elle se fichait pas mal de la mission, et parcourir la campagne felethienne n'était pas très palpitant. L'air morose, la garde prit place au centre du cercle que formait ses compagnons. Les uns se sustenter alors que les autres étudier attentivement une carte en beuglant. Silencieuse, elle laissa son regard courir tous ces hommes, des rustres qui s'étaient enrôles pour des raisons plus ou moins obscures. La compagnie de la duchesse ne tarda pas à lui manquer devant cet affligeant spectacle.

-Debout !

Musique d'ambiance

Regroupant leurs affaires, ils se remirent immédiatement en route. La ville se trouvait finalement à quelques minutes de là.

-Et maintenant ?

-D’après notre indic' notre homme se cache ici, alors on fouille les tavernes, on remue ciel et terre s'il le faut mais on ramène ce fumier...mort ou vif !

-Et les villageois ?

-Quoi ?

-S'ils le protègent ?

-Permis de tuer …

Cette dernière phrase excita les troupes, leur instinct animal ressortait à la moindre occasion. Parmi cette effusion de joie, le visage de la jeune femme restait fermé à la moindre émotion. Elle suivit avec nonchalance un premier détachement, son peu d'entrain pouvait se lire dans son regard sombre. Les bêtes étaient lâchées...la traque était ouverte. Des cris de femmes effrayées s'élevèrent des ruelles voisines. Les chiens du royaume commençaient leur œuvre. Elle même était une femme et avait la force de les protéger, mais elle n'avait aucune empathie envers ses semblables, ainsi elle ne leva même pas le petit doigt.Traînant des pieds dans ce capharnaüm, Nephila rejoignit son groupement qui venait de s'arrêter.

-Nos affaires ne te regardent pas manant ...

Un homme leur barrait la route avec un aplomb hors du commun, finissant d’énerver les gardes. Dans ce climat de tension, la petite royaliste se fraya un passage parmi ses compères afin de voir ce qu'il en découlait. L'individu paraissait chétif en comparaison des mastodontes qui l'accompagnait. Encore un illuminé qui bravait tous les interdits pour le goût du risque. Lassée, elle détourna son regard quand des chimères à l'apparence canines firent leur apparition. Soudainement intriguée elle fit volte face pour mieux les observer. Les créatures devaient émaner de cet homme, et pourtant il n'avait pas bouger, serait il possible qu'il mania lui aussi la magie. Derrière ses grands cils, elle le jaugea d'un regard nouveau. Il était blanc comme un linge, ce fut là la seule qualité qu'elle pu en dégager. D'un air supérieur elle lâcha calmement..

-Messieurs...notre traque ne fut pas très divertissante..

Éberlués les hommes se retournèrent vers elle pour de plus amples explications. Placide elle resta stoïque devant leurs interrogations. La présence des créatures fantomatiques n'arrangeait en rien les choses semant l'affolement parmi les siens. Enfin, un garde osa prendre la parole le pointant d'un doigt accusateur.

-C'est lui ?

Tel un brasier la fièvre de la bataille les gagnait un à un. L'agitation des gardes tranchait nette avec la froideur de Nephila. L'homme préparait un mauvais coup à en juger son sourire, et elle n'était pas du genre à foncer tête baissée, non cela...elle le laissait à ses camarades. Leurs mains les démangeaient et bien vite ils tirèrent leurs épées de leurs fourreaux, se dirigeant droit vers l'ennemi.



Dernière édition par Nephila Edulis le Jeu 7 Mar 2013 - 20:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyJeu 7 Mar 2013 - 13:34

Trois hommes fonçaient vers lui, alors qu'une femme, qui possédait la fameuse aura noire restait en retrait, patiente.

Un ricanement s'échappa de sa gorge, alors qu'il se téléportait, évitant les coups lancés contre lui. Les deux loups d'ombre se changèrent en chaînes qui attrapèrent les deux gardes les plus proches alors que Croc-lunaire se fondaient dans les ombres.

Observant le jeune femme, Darion esquissa un sourire, elle semblait plus intelligente, et analysait ses mouvements.


Il marcha tranquillement, comme si de rien était vers le seul garde libre qui l'avait attaqué. Faisant tournoyer sa faucille doucement, il esquiva un coup d'épée comme si de rien était. Un cri se fit entendre, la main de ce garde tombant sur le sol, la faucille aillant fait son boulot. Une seconde plus tard, un grand pic empalait l'homme et le soulevait du sol, répandant son sang sur le sol, ainsi que quelques organes. Le pic se scinda, envoyant les membres de ce dernier un peu partout autour de Darion qui éclatait de rire.

Le regard des deux autres gardes était vraiment intéressant, l'un était plein de rage, l'autre paniqué. L'Ombre observa la jeune femme qui le fixait toujours, impassible. Il lui fit un signe de la main, poussant un petit cri amusé en sentant à nouveau son aura. Elle n'était pas humaine, ça il en était certain.

Fredonnant, Darion approcha d'un des deux gardes, le furieux, et il le libéra de ses chaînes.

- Vas-y, venge ton ami, impressionne moi.

Il se jeta sur lui, plantant son épée dans son ventre, faisant couler un sang aussi noire que la nuit. Un rire sardonique se fit alors entendre, Darion baissant la tête en arrière sous l'amusement de la situation.

- Et non... On ne me tue pas comme ça moi... On ne me tue pas tout court en fait.

Il trancha la tête de cet homme, lui épargnant des souffrances inutiles alors que sa plaie se refermait une fois l'épée retirée. Les chaînes du dernier garde restèrent en place, alors que les dents pointus de Darion étaient visibles et brillaient dans la nuit. Il dévora la gorge de ce dernier, répandant du sang sur le sol comme s'il avait jeté une bouteille de vin à terre.
Le garde agonisait, et c'est pourquoi Darion le libéra, le faisant tituber un peu.

- Tu es libre, va, et rejoint ta camarade.

L'homme se tenait le cou et commença à marcher difficilement jusqu'à sa consoeur. Malheureusement, une boite se referma sur tout son corps, faisant hurler le garde à la mort. Lorsqu'elle disparut, des petits bouts de chaires sanguinolents tombaient sur le sol, accompagnés de la tête de ce dernier tué.
Se débarrassant du sang sur sa bouche, Darion ricana en fixant la femme devant lui.

- Et bien... On ne m'attaque pas ? Ne fais pas ta timide, je sens ton pouvoir, montre-le moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyJeu 7 Mar 2013 - 19:41

Rouge écarlate la goutte de sang était venue s'écraser contre la joue blafarde de la jeune fille. D'un revers de la main elle fit disparaître cette tache si affreuse sur cette toile vierge de toute couleur. Consternée, elle hocha la tête de droite à gauche, à l'évidence l'inconnu n'était pas très méticuleux. La jeune garde en avait parcouru du chemin depuis sa rencontre avec Volora. Rien qu'à cette pensée Nephila se mit doucement à rire. Sa première expérience morbide s'était soldée par la restitution intégrale de son repas aux pieds de la duchesse. La maîtresse avait laissé en elle son empreinte, elle l'avait forgée comme son petit pantin. Nephila ne connaissait de la magie noire que le peu que lui avait enseigné Volora. Sans porter la moindre attention à l'homme dont elle éluda sa question, elle se mit à réfléchir à haute voix.

-Oh la la la comment je vais justifier ça moi ? Tu aurais pu au moins en laisser un en vie, le général va soupçonner quelque chose si je suis la seule à rentrer.....Ou alors ! Oui c'est ça ! Le suspect s'est montré hostile des son interpellation, je fus la seule à lui échapper ! Oui oui ça tient la route, non ? Tu ne trouves pas ?

Lui tournant les talons, elle considéra sa mission comme achevée. Elle se moquait pas mal de l'arrestation de ce criminel. Étant le seul témoin, elle pouvait bien broder ce qu'elle voulait, son général serait contraint de la croire sur parole, et l'on ne remettait pas en cause la parole d'un Edulis. Son sourire auparavant si charmeur se fendit dans une affreuse grimace. Sans se soucier de sa présence, Nephila commença à rassembler ses affaires.

-Oui, oui !

Subitement frappée d'une évidence elle se stoppa net.

-Non ! Rien ne va !

D'un coup sec elle arracha sa manche droite, et reproduisit cette action à différents endroits de son uniforme. Quand elle jugea son travail satisfaisant elle s'arrêta, à moitié débraillée devant l'inconnu.

*CRAC*

Elle venait d'arracher le bras d'un de ses anciens compatriotes puis se para du sang encore chaud, l'étalant en couche épaisse comme du maquillage. Reprenant son monologue de plus belle, elle s'agitait comme un diable, le membre sans vie toujours en main épandant aux alentours le sang en fines gouttelettes.

-Oui ! Là c'est convaincant ! Hein .. ?

Méditant sur son beau tableau, elle se tapota la lèvre inférieure à l'aide du bras déchiqueté.

-T'en penses quoi on y croirait presque !? Bon certes, je le conçois ça pourrait être mieux.. mais j'aime pas trop payer de ma propre personne ! Tu parles pas … han ça fait pas assez réaliste ..

Sa voix se brisa prête à sangloter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyVen 8 Mar 2013 - 17:28

- HAHAHAHAHA Ouais ouais on y croit ! T'es marrante toi hein ? T'es pas garde en fait, t'es saltimbanques et tu t'es perdue non ? Allez, vas-y, je te laisse filer.

Il la regarda commencer à partir comme si de rien était et passa dans les ombres, disparaissant aux yeux du monde. Il la pista pendant de longues minutes. La "traque" s'acheva lorsqu'elle arriva au village et commença son cinéma. Bien qu'il aurait voulu y prêter attention, c'est autre chose qui attirait son regard.

Le village était en train de se faire "fouiller" par les membres de la garde alors que leur chef discutait avec la jeune femme. Les villageois, soit ils avaient été tués, soit ils étaient en train de se faire tuer... Le royaume... Ce foutu royaume avait voulu poser sa marque ici... Dans SON refuge... Le seul lieu où il pouvait oublié sa forme, son état et redevenir un simple humain...

Darion quitta les ombres en plein milieu du village, encerclé par les gardes stupéfaits par son apparition soudaine. Il avait sa capuche qui tombait sur ses yeux et la tête basse. Le village ne sera plus ce qu'il était, même si des survivants se trouvaient dedans, ils quitteraient le village, pour rejoindre une autre baie où le royaume n'avait pas encore pointé le bout de son nez. Fini du lieu de repos, fini le calme... Place à la tempête.

Un garde osa faire un pas, et se fit immédiatement découper en une cinquantaine de morceaux humains, des petits carrés bien égaux. Sans même cligner des yeux, un autre garde reçu le même sort de la part de Darion.

- C'est fini femme... Je ne ris plus.


Il leva la tête, Enlevant doucement sa capuche et laissant apparaître au "grand jour" son visage. Sa bouche était légèrement ouverte, laissant ses crocs à l'air libre. Ses cheveux fumaient d'une couleur noire alors que ses yeux étaient d'un rouge aussi ardent que les volcans. Une bourrasque noire tournoyait autour de lui, alors que sa magie se canalisait dans son être.

* Du calme Darion, calme toi ne te laisse pas consumer!
- Silence, ils vont payer. *

La bourrasque noire éclata, projetant tout le village au sol. Il étendit ensuite son aura, afin de faire peser sa puissance sur chacun des gardes. Ils allaient avoir al sensation qu'on pressait leurs organes contre leurs os, mais ce n'étaient rien en comparaison de ce qu'il leur réservait. Son manteau avait été broyé, il était torse nu, à part les bandages, en plein milieu du village, sa cicatrice visible alors qu'un des gardes grognait qu'il s'agissait de lui, que c'était leur cible.

Spoiler:
 

Ricanant d'une voix particulièrement éthérée par la magie, il déclara.

- Ainsi, c'est moi que vous cherchiez ??? Plutôt que de chercher une aura, torturer et tuer un village est plus amusant hein ? Vous devez protéger le royaume à la base non ? Pas le détruire ? Je vais vous montrer ce qu'est de la destruction, vous comprendrez vite que vous n'êtes que de la vermine...

Il leva simplement le bras, créant un énorme fossé dans le sol, ses ombres déchirant tout sur leur passage. Quelques gardes n'avaient pas eu le temps d'esquiver, dommage, plus de corps pour l'enterrement...

Un large sourire s'étira sur les lèvres de l'Ombre, alors que la magie le dominait en partie à cet instant. Il marcha doucement vers un pauvre garde qui était au sol. Chacun de ses pas corrompait le sol, laissant des marques fumantes de magie noire. Un rire sardonique résonna dans le village alors que Darion dévorait le pauvre homme devant des regards affolés. Clignant des paupières, Darion chercha la femme à l'aura mystérieuse qu'il avait vu plus tôt, elle faisait semblant d'être terrorisée. En d'autres circonstances Darion se serait amusé de cela, mais là non, la magie qui le parcourait ne le voulait pas. Il pointa un doigt vers elle, et un long lien d'ombre se dirigea à la vitesse de l'éclair vers elle, transperçant la tête d'un garde, il passa à quelques centimètres d'elle. Faisant ricaner l'Ombre, alors que son visage portait des marques de corruption, comme sur son bras.

- Considère ça comme un avertissement, femelle.

Il ne calcula même pas sa réaction, et commença à marcher doucement parmi les morts. Il assista à un spectacle amusant en voyant deux gardes se tenir devant lui. Marchant comme si de rien était, il passa entre eux alors qu'ils étaient tétanisés par la peur.

- Pff... Même des villageois assombris sont plus coriaces que vous...

Ils ne répondirent rien et s'effondrèrent sur le sol, le haut de leur corps se séparant du bas. Se retournant au dernier moment vers la position de la démone et du chef des gardes, il déclara sans même leur accorder un regard.

- Je vous attends dans mon manoir, montrez-moi si les gardes du royaume sont dignes d’intérêt...

Il quitta ensuite le village, absorbant en lui son aura et calmant sa magie, enlevant la pression sur tous les gardes, certains ayant sombrer dans l'évanouissement à cause de la magie.

* Et je t'attends, démone, ton pouvoir m'intéresse... *

Seul un rire sinistre se fit entendre alors qu'il passait dans les ombres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyMar 12 Mar 2013 - 21:04

L'air hagard elle se présenta devant son chef de section et lui fit part de ses découvertes, tout en mimant le carnage auquel elle avait assisté.

-Il était grand comme çaaaaa !! et large ...non pas large... et maigre comme ceciiii ! Il les a tous tué, je n'ai rien pu faire...J'ai réussi à lui glisser entre les doigts afin de vous faire mon rapport ! Mais...

Elle eut à peine le temps de commencer sa phrase que l'inconnu refaisait surface. Il devait avoir un certain goût pour le spectacle car sa mise en scène était toujours très théâtrale, même un peu trop à son goût. Un rideau tomba sur la ville, pas un de ceux rouge vif annonçant la venue d'un spectacle, non. C'était un voile obscure qui modifia la gravité dans son champ d'action contraignant le peuple à se courber sous son pouvoir. L'araignée soumise à la même emprise en eu le souffle coupé, un genoux à terre elle avait l'impression qu'un être invisible la forçait à s'incliner. Elle ne lui ferait pas le plaisir de courber l'échine, même si sa nuque lui faisait atrocement mal. Cette chose n'agissait pas que sur les corps mais les arasait aussi de l'intérieur , tous ses organes se comprimaient sous le joug de cet homme.
Enfin, il hacha menu tout ce qui fut à sa portée, ouvrant l’appétit de la jeune cannibale. Les yeux clos elle du se concentrer pour ne pas passer à table devant les survivants, sa couverture était essentielle pour pouvoir rester dans la garde, et cet homme voulait tout faire capoter. Ridicule petit moucheron qui ne cessait de s'agiter sous son nez à moitié dévêtit. Il n'y avait pas de quoi se boucher une dent creuse, mais parfois les choses croustillantes étaient les meilleures..
Mystérieusement il avait affaire avec elle, l'épargnant à chaque fois, et ses dernières mise en garde ne lui firent ni chaud ni froid. Non, elle était déjà bien trop absorbée dans la préparation de son menu.

Un manoir ? Parfait elle pourrait le déguster de façon civiliser et non pas à la vite, des couverts en argent étaient la moindre des choses pour apprécier toutes les voluptés d'un bon repas. Suivre un inconnu, qui plus est un homme, voilà une chose qui ferait froid dans le dos de son père. Mais après tout c'était bien lui qui l'avait poussé à s'émanciper et donc inconsciemment à emprunter ce chemin. Marcher dans les traces d'une proie, c'était tout nouveau pour la jeune femme mais très excitant. L'araignée était plutôt du genre patiente et méticuleuse, tout était réfléchit chaque meurtre suivait les mêmes codes. Tout d'abord elle séduisait sa proie pour l'emmener plus facilement dans sa toile, cela pouvait prendre quelques minutes comme des semaines, puis elle mettait fin à ses jours en le dévorant.

En rang d'oignon les gardes se suivaient les uns les autres, les survivants n'en menaient pas large mais leurs fiertés les poussaient à aller de l'avant malgré le risque. Le manoir ne fut pas difficile à trouver, il culminait au dessus du village, telle une bâtisse seigneuriale surveillant ses terres. Le lieu était sinistre ce qui ne manqua pas de ficher la frousse aux gardes, personne n'osait franchir la lourde porte en fer forgé. L'estomac dans les talons, Nephila se décida de franchir le seuil à la surprise de tous, les chambranles grincèrent longuement.

L'intérieur était à l'image du propriétaire sans fioriture, et sombre. Le grand hall donnait sur un escalier tandis qu'à ses pieds se trouvaient deux portes dérobées. Devant le choix qui s'offrait à eux ils se scindèrent en deux groupes, Nephila se retrouva avec son supérieur et emprunta l'escalier tandis que le second groupe se dirigea vers la porte de droite. Son chef tentait de gardait son sang devant le calme apparent de la jeune femme. Seul le parquet grinçait sous leur poids quand une musique se fit entendre.
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=1uQ5cIZcHvE
Dans un rictus de panique l'homme questionna la jeune fille sur ce changement d'atmosphère auquel elle répondit par un haussement d'épaule. Il la devançait malgré la peur qui l'assaillait voulant jusqu'au bout rester dans sa condition de mâle dominant. Calmement, ils avançaient en faisant tout de même attention à ne rien toucher. L'araignée sentait une présence malsaine, finalement c'était peut être pas plus mal qu'il passe devant elle, ça pourrait lui éviter bien des soucis. Ils pénètrent dans une salle de réception où trônait une immense table en chêne, une rangée de domestique à l'air absent se tenaient face à eux. Ok, la ça devenait carrément tordu. L'un d'eux se détacha et du rang et vint à leur rencontre.

-Oh des invités ! Le maître vous attend.

D'un geste du menton il leur indiqua la route à suivre sans aucune hostilité, ils alors passèrent devant eux suivant la direction. Ce jeu de piste commençait à lui taper sérieusement sur les nerfs, si encore ils étaient partis sur une chasse au trésor...La pièce suivante n'avait aucune utilité particulière si ce n'est peut être celle d'un bureau. Son chef inspecta la pièce quand il entendit comme une légère détonation, il venait de butait contre un objet dont une ombre sortit pour lui broyer la jambe. Elle devait être cassée, il ne pouvait en être autrement en entendant le craquement sec du tibia. Nephila avait déjà eu a faire à la magie noire, et pensait naïvement que la duchesse était la maitresse en la matière, mais ce qu'elle voyait dépassait tout entendement. L'ombre était en train de le dévorer remontant lentement, tel un serpent, le long de sa jambe réduisant en purée le moindre os.

-A l'aide!!!

Effarée Nephila eu une seconde d'hésitation avant de venir l'aider oubliant tout concept de prudence. En contournant un fauteuil elle commit une erreur, involontairement elle passa sur une latte du plancher qui était étrangement surhaussée par rapport aux autres. D'un coup elle se sentit arraché du sol pour finir pendue dans un filet d'ombre.

-Eh merde !

Elle avait beau essayer de tirer sur les mailles rien n'y faisait, peut être qu'en les sectionnant elle pourrait se libérer, mais pour cela il lui fallait ôter ses gants ce qui lui était impossible en présence de son supérieur. Si elle avait la moindre chance de s'en sortir il fallait qu'elle la tente.

-Je suis navrée
-Ce n'est pas de ta faute...les autres vont bien nous trouver
-Il n'en auront pas le temps
-... ?

Avec maintes précautions elle défit son gant droit laissant apparaître son membre devant la stupéfaction de l'homme.

-Je dois survivre !

Son œuvre était déjà toute tracée, lentement elle l'étouffa alors qu'elle trônait à quelques mètres du sol. Sa tête retomba sur le sol, entièrement drapée d'une fine couche de soie que la jeune fille avait filé. Maintenant elle pouvait agir librement, cisaillant énergiquement les liens d'ombre mais c'était peine perdue. Si la force brute n'était d'aucune efficacité peut être que la magie en viendrait à bout. Lien de soie contre lien d'ombre dans une lutte perdue d'avance. Cet effort lui fit perdre le contrôle de son pouvoir comme à l'accoutumé ses bras se métamorphosèrent sous l’afflux de magie. L'espoir que l'un des gardes ait survécu dans cette maison truffée de pièges était si mince qu'elle préféra s'en remettre au destin. Et puis cette inlassable musique lui donnait le tournis, ne pouvait-il pas la boucler? C'était un réel supplice pour ses délicates oreilles. Prise au piège elle se sentit comme l'arroseur arrosé. Une araignée prise dans une toile c'était le comble ...Il l'avait voulu, voilà qui était fait, elle était à sa merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyMer 13 Mar 2013 - 20:40

Darion faisait danser ses doigts sur le vieux piano qui se trouvait à côté de son lit. Il se servait des ombres pour faire résonner la musique, alors que ses assombris patientaient, immuables serviteurs sans émotions.

Drael'Nar se brossait les cheveux, les yeux fermés. Savourant la mélodie. Darion sentait ses pièges s'activer. Un mort. Un attrapé.

Il jouait les yeux fermés, connaissant la mélodie par coeur. Soudain, il sentit un autre piège s'activer, mais la mort du prisonnier ne venait pas de son mécanisme. La démone...

Il stoppa net le morceau en cour, puis décida de partir sur quelque chose de plus... Rythmé...


Jetant un regard vers la compagne de sa malédiction, cette dernière ne mit pas long avant de comprendre son envie et se leva directement. Avançant d'une démarche féline vers la lourde prote ornée. Elle avançait dans les couloirs, la musique s'accélérant. La magie se faisait de plus en plus forte, et elle arriva finalement devant sa perle, la proie de Darion.

Jouant avec ses cheveux, elle observa le cadavre qui se trouvait dans le piège de son maître et constata que sa mort était peu commune. En face d'elle, se trouvait une femme-araignée qui semblait bien triste. Amusée, elle avança en déclarant.

- Petite araignée prise au piège dans la toile de l'Ombre, constate l'ironie de sa situation ! Pleine de sagesse elle aurait dut rebrousser chemin !

Visiblement, cette pique n'avait pas plut à la démone qui se tortilla, ou bien était-ce car elle avait un nouvel espoir de vivre ?

- Pas de panique petite araignée, je suis venue te libérer. Drael'Nar à ton service !

Usant de sa magie, elle neutralisa les liens d'ombres, puis se précipita sur la démone la rattrapant. Insinuant son anti-magie, elle calma les pouvoirs de Nephila et lui rendit son aspect naturelle... Enfin naturelle... Sauf pour ses mains.

* Et c'est moi qui suis étrange avec ma corne... *

Elle la traîna un peu parmi les couloirs, la veuve noire étant encore sonnée par ses pouvoirs scellés. Elles arrivèrent finalement devant la porte de la chambre du maître alors que la musique était à sa vitesse maximale. Poussant la porte, Drael'Nar crrut entendre un murmure de la femme-araignée, mais n'y fit guère attention, la laissant appuyer contre un des pans du lit, alors qu'elle allait se replacer aux côtés de Darion, assise sur le piano, balançant ses pieds doucement en fixant Nephila avec un petit sourire.

- Tu ne rêves pas, elle t'a bien sauvée la vie. Si tu t'étais obstinée, tes propres pouvoirs t'auraient dominée et tu ne serais plus maître de ton corps, une simple marionnette de magie... Je ne me présentes pas, je suppose que tu sais qu'y je suis.

Il arrêta de jouer, faisant régner un silence de marbre dans la salle. Silence seulement perturbé par le souffle soutenu de Nephila et les mouvements de Darion qui se retournait et se levait, marchant vers elle.
Il fit claquer ses doigts, et des chaînes d'ombres vinrent se placer aux bras et jambes de la démone, la relevant.

- Hum... Tu es un spécimen étrange... Bien sûr de tes capacités. Pourtant, tu ne sais pas les exploiter. Et tu n'es même pas au courant de ta vraie nature... Misérable.

Il passa sa main sur sa joue et ferma les yeux. Sentant le pouvoir s'écouler en elle, et c'était un pouvoir bien nerveux.

- On t'as donné un pouvoir n'est-ce pas ? Afin de développer tes capacités? Celui ou celle qui a fait ça est un véritable amateur, ou ne connait rien à la nature même des démons...

Il souffla de lassitude, alors que les chaînes disparaissaient.

- Tu ne vaux finalement pas la peine qu'on se penche sur ton cas... Tu fais la fière avec ta magie, mais au final, tu ne vaux pas mieux que ton chef.

Il marcha doucement.

- J'aurais put t'en apprendre beaucoup plus sur tes pouvoirs, si tu n'avais pas été aussi stupide pour attaquer avec les gardes... Allez va! Tu es libre, tu ne mérites pas une mort ici. Ta magie reviendra peu à peu, aie patience.

Il regarda Drael'Nar qui ricana avant de reprendre sa forme de faucille et de se placer à sa ceinture. Il alla ensuite prendre un grimoire et l'ouvrit, attendant le départ de Néphila, ou une réaction amusante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyDim 31 Mar 2013 - 18:36

La femme qui se tenait devant elle avait des traits aussi monstrueux que Nephila néanmoins elle n’eut aucune empathie pour sa sauveuse. Tel un rhinocéros, une corne ornait son front dégarni. Aussi gracieuse qu'une palourde, l'araignée retomba lourdement dans les bras de la cornue. D'ailleurs ce contact lui fut bénéfique puisque la magie sembla s'estomper. Lentement elle retrouva la beauté de ses traits humanoïdes, et cela juste à temps pour retrouver le maître des lieux. Ce dernier lui faisait grincer des dents. Seigneur condescendant sans titre ni mérite, il la prenait de haut, elle, une fille de cette nouvelle oligarchie qui détenait Madorass. Cet homme aux joues creuses parlait un peu trop à son goût, ses suppositions démontraient un égocentrisme exacerbé.

-Tu supposes mal, je ne sais pas qui tu es, si ce n'est que ton visage figure sur mon avis de recherche, d ailleurs..

Dans le creux de sa poche elle trouva le bout de papier chiffonnait qui mentionnait les détails de sa mission ainsi qu'un portrait robot du prévenu. Superposant les deux visages elle s'exclama :

-D'ailleurs.. tu étais plus à ton avantage sur le dessin...

Il était normal qu'elle lui rende la monnaie de sa pièce, après tout il se permettait de porter un jugement erroné sur sa personne. Et qui plus est il osait critiquer la duchesse, lui, un humain, un simple mâle que la nature avait snobé en lui fournissant une enveloppe corporelle si fragile. Les hommes étaient une plaie pour les femmes comme elles.

-Je me moque des affaires du royaume..tu crois que je me déplace pour voir ta musculature surdeveloppée ? Ne me touche pas !

Il avait raison, la magie revenait à elle dans un tourbillon de contrariété.

-M'apprendre quoi... ? À m'allier avec une femme ayant une corne qu'elle met en avant comme un phare... ? Je n'ai pas besoin de ça pour attirer les moucherons !

Les poings serrés elle beuglait dans son dos. Ses membres se transformaient de façon anarchique sous la colère. En ébullition, la jeune garde avait du mal à contenir la puissance qui s'emparait d'elle. Ce relan d’énergie parcourait tout son système sanguin lui chatouillant son centre nerveux. L'explosion fut aussi inédite que fulgurante, son corps entier cracha dans un flot ininterrompu sa matière soyeuse. La magie avait pris le pas sur la conscience, elle n'était plus qu'une particule en perdition.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyMar 2 Avr 2013 - 16:59

Les cris de cette démone l'empêchait de se concentrer sur son grimoire.

Darion souffla lorsqu'elle parla de sa musculature, c'était vraiment une petite sotte qui ne savait pas tenir sa langue. L'Ombre hésitait un peu, la laisser partir, ou bien l'écarteler sur l'instant? L'écarteler semblait de plus en plus une bonne idée.

Elle insulta Drael'Nar, c'est bien ce qu'il pensait, cette fille ne tenait pas à sa vie...

Alors qu'il finissait son grimoire, il sentit une énorme quantité de magie s'accumuler derrière lui, la démone perdait à nouveau le contrôle. Sauf que cette fois, c'était la magie qui la possédait. Darion sentit qu'elle était consciente, enfin partiellement tout du moins.

Un lien de soie frôla son visage, et à peine eut-il cligné des yeux, que Drael'Nar s'était changée en faux et replacée à sa ceinture. Furieux qu'on lui ai ravagée sa chambre, l'Ombre se matérialisa sous son autre forme, laissant dans la pièce deux entités magiques.

Spoiler:
 

Darion avançait lentement, glissant sur le sol. Les liens de soie le traversaient comme s'ils ne traversaient qu'une forme brumeuse alors qu'il se rapprochait de ce qui était la démone quelques minutes plus tôt. Dévoilant les lames qui lui servaient de dents, Darion déclara de sa voix éthérée.

- Tu es pathétique... Te faire avaler par ton pouvoir... Hahahaha Et c'est moi qui me trompes ?

Il leva le bras, envoyant une multitude de liens d'ombres qui vinrent sectionner la soie autour de la démone, l'emprisonnant par la même occasion.

- Tu ne m'entends peut-être pas, mais je vais te le dire. Je vais te soulager de ce pouvoir qui t'es inconnu. Te rendre à ton état passif, et te permettre de reprendre le contrôle... Mais...

Il ouvrit la bouche et approcha ses dents de la peau du cou de la trouble-fête, l'ouvrant légèrement, malgré sa forme de soie.

- Une autre tentative de meurtre, et je te dévore toute entière, ne laissant aucun reste pour ton ancien ou ancienne mentor...

N'attendant pas de réponse, il utilisa Drael'Nar pour neutraliser la magie de Nephila, faisant tomber au sol son corps inerte. Darion la fixa un temps, sa forme d'Ombre toujours active. La faim le rongeait de l'intérieur et son cristal réclamait la vie de la jeune fille, mais ce festin attendra encore un peu, la démone avait montré ce qu'il attendait, du potentiel.

Une semaine passa, où Nephila ne fit que dormir, pendant ce temps, Darion et Drael'Nar s'afféraient à retirer toute la magie qu'on avait insufflé en la jeune démone. La personne qui avait autrefois fait cela ne connaissait pas l'essence de la magie et pensait sans doute qu'en donnant un peu de magie noire dans la démone, cela aurait put l'aider, alors qu'à terme, ça l'aurait détruite. Au septième jour, "l'opération" était achevée, et une petite araignée faite de magie noire se baladait dans le creux de la main de Darion qui était à nouveau sous sa forme humaine.

Elle le regarda en silence, semblant affaiblit. Darion la fixa, ses bandages remit sur son torse et son visage, ne laissant apparaître que ses yeux et ses cheveux.

- Ne te lève pas trop vite. Tu ne t'es pas encore remise complètement de ton propre pouvoir. Tu aurais put mourir si je n'avais pas neutraliser ton pouvoir. Tu n'es plus qu'une démone sans pouvoir désormais, semblable à une humaine lambda, au pouvoir latent et passif. Je peux t'aider à devenir plus forte, plus vraie, mais pour cela, il faudra suivre mon entrainement et m'obéir. Tu as lut mon avis de recherche apparemment, donc tu sais de quoi je suis capable. Tu es bien plus faible que moi, aussi difficile que ce soit à accepter. Et c'est le cas de ton précédent mentor, enfin si c'était un homme, selon je doute vu ton comportement. A toi d'accepter la vérité ou non. Je ne peux faire ce pas à ta place. Et je pourrais tout autant te tuer sur l'instant.

Il fit bouger un peu l'araignée magique dans sa main pour que la démone la remarque.

- C'est ce qui représente ton pouvoir, c'est petit n'est-ce pas? Et si dangereux. Tu ne retrouveras jamais ce fragment de ta force, car il te tuerait, mais si tu suis mon enseignement et te plies à mes règles...

Il fit disparaître la petite araignée et créa une femme d'ombre, dont les pattes rappelaient celles d'une araignée.

Spoiler:
 

- ... Ton équilibre sera supérieur et ton pouvoir bien plus puissant.

Il se leva, faisant disparaître l'ombre de l'araignée en un claquement de doigt, et arrivé au seuil de la chambre lâcha:

- Je t'attends ce soir à la fontaine du manoir, dans les jardins. Tu es libre de partir et vivre ta vie en humaine si tu le souhaites, ou me rejoindre et être digne de ton pouvoir...

Sur ces mots, il claqua la lourde porte de la chambre provisoire de Nephila, l'après-midi allait être au repos si elle voulait s’entraîner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyDim 19 Mai 2013 - 16:53

Elle sentait sa présence à présent, il était là près d'elle bien plus charismatique qu'auparavant. Ses pupilles avaient basculés en arrière laissant place à un globe oculaire d'une blancheur laiteuse, ses lèvres restèrent closes dans le mutisme le plus total, seul un sourire narquois se dessinait fébrilement. La pièce était entièrement sous son emprise, rien n'était épargné, renversant tout sur son passage, ses liens s'implantèrent solidement dans les moindres recoins. Un souffle chaud parcourait son échine, des brides de parole, il s'était encore rapproché..un peu trop cette fois ci. L'animal sentant la menace décida de se replier rappelant à elle ses liens afin de se mettre hors de danger. Mais elle fut de prise de court par l'impact qui vint s'abattre sur sa nuque la plongeant dans l'obscurité.


Le silence...toujours le silence....c'est agaçant d'autant plus qu'il fait tout noir …


Cette douleur persistante...toujours présente elle aussi....


Et parfois cette voix tel un grésillement....elle se veut rassurante et pourtant elle l’énerve au plus haut point..


Quand enfin vient le jour, elle eu la surprise de le voir à son chevet, penché au dessus elle, comme s'il veillait un mort. L'esprit encore engourdi elle se demanda si sa situation n'était pas plus grave qu'elle le pensait au vu de la scène. Peu à peu la brume se dissipa retrouvant ses esprits dans cet épais brouillard. Malgré son sourire compatissant il lui asséna les coups qu'elle redoutait le plus, l'avait il vraiment fait ? En avait il le pouvoir ? Peut être mentait il .. ? Il fallait en avoir le cœur net. Regroupant ses dernières forces elle s'accouda de sorte à soutenir son regard, mais à la place des mots seul un gargouillement retenti. Sans comprendre qu'elle tentait de communiquer avec lui il quitta les lieux, la laissant emplie de doutes quant à son future. La démonstration qu'il venait de lui faire lui glace le temps...et si finalement il disait vrai ?


La journée lui coula entre les doigts redoutant le rendez vous qu'il lui avait fixé, et pourtant elle se devait d'y aller. La jeune femme comprenait bien que quelque chose clochait en elle et qu'elle ne ressortirait pas indemne de cette rencontre. Le choix qui s'offrait à elle n'en était pas vraiment un, il l'avait tout bonnement piégé la mettant ainsi à sa botte.


A la nuit tombée elle n’eut pas d'autre solution que de suivre ses instructions et se rendit dans les jardins du manoir. La garde était en retard comme à son habitude, ...même dans les pires situations elle aimait se faire désirer ! Il était là droit comme un « i » à l'attendre, retroussant ses manches elle était prête pour une entrée en la matière digne des Edulis, elle se précipita sur lui le tenant en joue d'un doigt accusateur.


-Qu'est ce que tu m'as faiiiiiiiiiiit ? Espèce de crét....


Jugeant que l'attaque n'était certainement pas la meilleure façon pour parlementer, elle reprit son calme.


-Tu m'as touché c'est ça.. ? Qu'est ce que tu m'as fait durant mon sommeil.... ?


S'imaginant déjà les pires horreurs elle était prête à lui sauter à la gorge.


*Tu es libre de partir et vivre ta vie en humaine si tu le souhaites, ou me rejoindre et être digne de ton pouvoir...*


Que croyait il ? Qu’après avoir connu la jouissance d'un tel pouvoir elle pouvait revenir à un mode de vie normale ? Elle n'était pas normale, ses bras en étaient la preuve, même vidait de magie elle restait différente il lui était impossible de mener une vie tranquille, son destin était dans cette forme d'animal qu'elle arborait.


-Que veux tu de moi.... ?


Voilà la question était posée sans faillir, néanmoins elle eut du mal à déglutir après cela. Sans ses pouvoirs la balance n'était pas la même et la jeune femme devait courber l'échine au risque sinon de repartir bredouille. Elle ne voulait rien laisser transparaître de son inquiétude. Que pouvait demander un homme dans de telles circonstances ? Elle ne croyait pas en la charité, elle même n'était pas charitable alors qu'elle se gavait comme un dindon dans l'opulence de richesse de sa famille. On n'obtenait jamais rien sans rien, et ce qu'elle s’apprêtait à faire lui laisser déjà un arrière goût amer.


Derrière tant de soins pour cacher son visage, devait se trouver une gueule cassée faisant fuir toute personne ayant un quelconque bon sens. Hum....cela expliquerait la présence de la marionnette féminine qu'elle avait vu auparavant...les images toutes plus tordues les unes que les autres se bousculaient dans son petit cerveau étriqué.


Tendant une main tremblante dans sa direction, elle essayait d'enterrer le dégoût qu'elle éprouvait à son égard....une gueule de revenant...Non ….une gueule fendue....ou pire la lèpre qui le ravageait !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyDim 26 Mai 2013 - 14:20

Le soleil était masqué par de lourds nuages gris lorsque Darion arrivait à la fontaine. S'y adossant, il regarda le ciel un moment, le peu de lumière filtrant au travers de son masque. Un lourd grondement se fit entendre dans le ciel, alors que Drael'Nar apparaissait à ses côtés.

- Tu penses qu'elle viendra?
-Je ne sais pas, nous verrons bien. Soit elle choisi de vivre, soit elle meurt. Et je ne pense pas qu'elle est un réel choix, après avoir goûté au pouvoir, on se détache difficilement de ça...


Une goutte toucha alors son masque, puis une autre, et enfin une pluie soutenue se déversa sur la terre. Darion ferma alors les yeux, cherchant parmi tous les souvenirs qu'il possédait son propre souvenir. Il y arriva difficilement, le flot constant d'émotions ressentis par ses assombris le dérangeant un peu. Il se retrouva finalement, alors qu'il n'était encore qu'un enfant, et qu'un choix s'offrait déjà à lui...
Tuer ce prêtre qui le frappait avait vraiment été le meilleur choix pour lui...

Drael'Nar se colla contre lui, l'entourant de ses bras. Il ne savait pas trop pourquoi elle agissait ainsi avec lui. Il n'avait jamais rien fait pour qu'elle fasse cela, mais depuis qu'il l'avait "libérée" elle s'était bien plus rapprochée de lui. Étrangement, il se sentait seul quand elle n'était pas là, même si sa fille adoptive et Carl étaient des compagnies qu'il appréciait particulièrement. Grossièrement, on aurait put dire que Carl était comme un frère pour lui, complétant ainsi sa famille crée de toute pièce...
Il se plaqua contre elle sentant son souffle sur sa peau, tout comme lui, il ne ressentait aucun battement de coeur, mais une chaleur l'envahissait cependant, avec elle, il était bien. Ils restèrent ainsi pendant de longues minutes qui semblèrent durer une éternité pour l'Ombre. Finalement, elle se détacha de lui avec un sourire, et revint à sa forme de faux alors qu'au loin, Nephila s'approchait. Tiens, il faisait déjà nuit?

- Qu'est ce que tu m'as faiiiiiiiiiiit ? Espèce de crét.... Tu m'as touché c'est ça.. ? Qu'est ce que tu m'as fait durant mon sommeil.... ? Que veux tu de moi.... ?

Un large sourire s'étira sous son masque alors qu'il frappait de ses mains après s'être étiré.

- Je ne t'ai pas touché non, je ne suis pas ce genre d'hommes, et tu ne me donne pas ce genre de désire... Si j'ai des besoins à épuiser, ce n'est pas un besoin comme celui-là... Pendant que tu "dormais", Drael'Nar et moi avons retiré tout le pouvoir que tu possédais. Tu es revenue à une forme plus... Humaine, même si tu es encore marqué par ta nature, au final tu ne possèdes plus aucun pouvoir.

Il s'avança un peu, se rapprochant de le jeune femme, jusqu'à ce que la main tremblante de celle-ci ne le touche.

- Je ne veux rien, enfin pas pour le moment. Il y a des forces qui œuvrent en ce monde dont nous ne savons rien, qui sont puissantes et qui ne peuvent être stoppées, considère moi comme l'une d'entre elles. Si j'aurais voulu quelque chose de bien précis, je t'en aurais informé, en attendant, je n''ai plus qu'un seul but comme tu as choisi de venir. Faire de toi l'araignée digne de son pouvoir. Et puis, étant dans la garde, je trouverais peut-être un usage à ton pouvoir, si tu en es digne...

Il disparut ensuite dans un nuage de fumée, avant de réapparaître au niveau de la fontaine, de dos, son masque dans la main, la face tournée vers elle.

- Sais-tu pourquoi je porte un masque ? Pourquoi mon visage et mes cheveux restent le plus souvent cachés? Tu dois sûrement avoir ton idée, penser à quoi je ressemble, imaginer des horreurs concernant mon être et mon image, mais je suis sûr que tu es loin de la vérité.

Il disparut à nouveau, réapparaissant devant elle, son masque dans la main, et son visage apparent, sa capuche enlevée. Ses yeux rouges fixèrent la démone un instant, et un sourire se dessina sur son visage. Elle avait dut penser qu'il était immonde, et que son visage était rongé par on ne sait qu'elle maladie...

- Pour créer l'illusion... Quand on sait à quoi ressemble un être, on le considère selon sa puissance, mais même s'il possède la puissance d'un dieu, on le trouvera toujours un brin humain et surtout, on saura qu'il n'est pas parmi nous. Or, si l'on ne sait pas à quoi il ressemble, alors la peur nous envahit, on ne sait jamais quand la personne est là, si elle nous observe ou non, on créer le mystère, et on reste dans l'anonymat. Je n'ai pas peur, ou honte de mon visage, mais disons que mon poste requiert quelques... Mises en scènes.

Il ricana un peu, puis marcha doucement.

- A partir de ce jour, tu es ma disciple, je vais faire de toi la fille que tu mérites d'être et je vais réparer le mal qu'on t'a fait jusqu'à présent, et je parle là de ce pseudo-pouvoir qu'on t'as donné. Ne te demande plus si je cherche à obtenir quelque chose, concentre toi sur ton entrainement. Sinon tu périras.

Il fit apparaître plusieurs clones d'ombres à l'image de Nephila. Les clones ricanèrent en observant la démone puis s'enfuirent en courant vers le jardin derrière le manoir.

- Voici ta première épreuve, chacun de tes clones possèdent un fragment de ton pouvoir latent, ta force. Certains tenteront de te tordre le cou, d'autres de te lancer des objets mortelles. Tu devras les vaincre. Si tu es en vie à la fin de l'épreuve, retrouve moi dans le hall du manoir. Je t'observerais durant ces combats. Oh et j'oubliais, tu auras une arme différente à chaque fois, à toi de t'en servir correctement, montre moi ta débrouillardise...

Sans un mot, il disparut dans un rire sinistre, alors que des flammes d'ombres entouraient la zone, empêchant la démone de fuit du manoir. L'épreuve commençait, la disciple allait devoir se montrer à la hauteur...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyDim 9 Juin 2013 - 17:36

Le nombre de fous sur ces terres était à revoir à la hausse. La regarder se battre ? Elle n'était pas un vulgaire gibier que l'on enfermait dans une arène. Le salaud, cela le faisait jouir de la voir en si mauvaise posture. Face à une telle personnalité la jeune fille était d'une banalité affligeante finalement, à part peut être les quelques poils sur les avants bras....
Le ton ainsi que les règles étaient donnés.

-Ne pourrions nous pas reporter ces festivités....? J'aime pas trop la pluie....

Ne lui offrant plus qu'une vue magistrale sur son postérieur Darion quitta les lieux pour rejoindre sa tour de guet. Foutu bonhomme ! Volora lui avait bien dit de se méfier des hommes !

-GOUJAT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! et mon ombrelle ?

Elle était sûre qu'il pouvait l'entendre de son poste. La tête rentrée dans les épaules, elle affrontait vaillamment la pluie qui semblait se focaliser sur elle. Il y a des jours comme ça où l'on ferait mieux de rester dans son lit. Il avait dit quoi déjà ? Une arme différente ? Où ça ? En plus il n'y avait aucune activité suspecte de la part de ses clones, peut être avaient elles disparues ? Ou bien l'attendaient elles tapis dans l'ombre prêtes à lui bondir à la gorge ?
Sautant au dessus des flaques d'eau afin de ne pas mouiller ses souliers, elle se rendit vers le cœur du parc. Était-ce fait exprès ou non ? En tout cas trônait au beau milieu de ce dédale buissonnant un coffre. C'était trop beau pour être vrai... A couvert elle prit le temps de réfléchir. Ne voyant pas d'autre expectative, elle se décida à montrer le bout de son nez.
A pas de loup, elle avança en direction du coffre. Jetant de rapides coup d’œil par dessus son épaule, elle ne vit toujours pas ses clones. Pensant que c'était du tout cuit, elle ricana bêtement avant que son visage ne devienne blême. Ce coffre si imposant ne contenait rien ! Il l'avait trompé, vil gredin ! Et pourtant l'arme s'y trouvait bien. Il fallait certes y regardait à deux fois, mais dans le fond se trouvait une curieuse arme. Deux poignets de bois reliées entre elles par un fil....un fil à couper le beurre......Soit notre ami avait un sens de l'humour aiguisé, soit il se foutait ouvertement de sa gueule.

-TU LE VOIS CELUI LA ???

Le bras tendu vers le manoir, elle proférait des gestes obscènes à son égard. Ce n'était pas digne d'une fille de la haute, mais il commençait à lui échauffer les oreilles. Des épreuves, des épreuves toujours des épreuves et son poil dans la main ils y pensaient ? Être la marionnette de fous furieux en quête de pouvoir était un job à plein temps.
Du bout des doigts elle s'arma de son fil. Quelle drôle de guerrière elle faisait là ! Bien vite l'épreuve se rappela à elle, et sa première concurrente passait à l’attaque. Furtive comme l'ombre qu'elle était, son clone n°1 préféra agir par surprise et voulu la poignarder dans le dos. Le problème avec les ombres c'est qu'elles n'avaient pas inventer le fil à couper le beurre justement... ! Et il fut aisé de déjouer son plan. D'un pas chassé aussi distingué que celui d'un échassier, Nephila roula dans le talus manquant au passage de se couper l’auriculaire. Le maniement de cette arme de destruction massive méritait quelques heures d’entraînement apparemment.
La sauvageonne ne lui laissa pas le temps de souffler et lui sauta dessus, brandissant son poignard comme un fanion. S'en tirant de justesse par une pirouette, la jeune garde réussit à prendre le dessus et passa à califourchon sur le dos de son clone tombée à terre. Armée jusqu'aux dents, Nephila glissa le fil de fer sous la gorge de sa prisonnière avant de resserrer son étreinte mortelle.
Pas de cri ni de sang, rien, si ce n'est un nuage de fumée qui se dissipa rapidement. Il était temps de se rendre a nouveau au coffre en croisant les dents pour ne pas tomber sur une meute de clones sauvages.

Les vagues se succédèrent de la même façon à ceci près que Darion fut plus généreux dans la sélection de ses armes. C'est ainsi, qu'elle décocha un carreau entre les deux yeux du n°2, la beauté du tir étant due à une simple chute ou l'araignée crispa son doigt sur la détente. Pour la n°3, la jeune fille y perdit une part de sa chevelure alors que son clone s’apprêtait à lui faire un sublime scalpe, elle lui enfonça une fourche dans le ventre. La n°4 et 5 lui donnèrent plus de fil à retordre, les ombres jumelles frappaient en rythme et il fut dur de leur passer entre les doigts. Traquée comme un animal, Nephila du se carapater sous un escalier pour éviter les assauts répétés des deux cinglés. Sans ses pouvoirs l'araignée n'était pas une as du combat, et le spectacle qu'elle offrait au propriétaire des lieux était loin de celui des gladiateurs. Enfin, une gracieuse silhouette vint à sa rencontre, les ombres de Nephila lui rendaient grâce. En pleine contemplation devant sa sombre beauté, elle se fit déloger de son terrier par l'une des énergumènes qui gloussait comme un dindon. Sa funeste semblable étaient armée d'une longue pique et n'hésitait pas à s'en servir contre Nephila. N'ayant pas d'autre choix, la jeune garde du se résoudre à combattre ses répliques. A l'aide d'un gigantesque fouet pas très maniable elle réussit à venir à bout des jumelles. La dernière était sans nul doute la plus coriace, se déplaçant à vive allure, l'araignée ne parvenait pas à calculer sa position. Dans un dernier sursaut, elle fit volt face brandissant sa massue sur laquelle vint s'écraser son double, à vouloir courir trop vite l'on commettait des erreurs...

Le combat avait duré une partie de la nuit. Trempée jusqu'aux os et couverte de sang, la jeune fille ne demandait plus qu'une chose : le repos...et un repas par la même occasion, cette petite balade de santé lui avait ouvert appétit. Rampant au pied du manoir, elle avait une mine à faire trembler un macchabée. Un bon bain chaud aurait été le bienvenue, mais est ce que le gueux connaissait les notions d'hygiène ? Elle n'aurait pas parié la dessus...

-Y EN A PLUS DE TES FICHUS PANTINS

Au pied des escaliers elle beuglait comme à l'accoutumé, trouvant que le service laissait à désirer elle se débarrassa elle même de ses vêtements trempés les laissant choir à même le sol. Dans son collant bouffant et son maillot de corps elle ressemblait à ces petites poupées de porcelaines que les vieilles dames aimaient exposer derrière des vitrines. Ses doigts de pieds s’entremêlaient avec les longs poils du tapis.

-Atchouuuuu

A ne pas en douter elle venait de chopper le rhume, à l'évidence il lui faudrait un grog dans la soirée. Un assombri aux allures squelettiques traversa le hall, il la regarda d'un air ahuri se demandant certainement ce que pouvait concocter son maître avec une telle gamine exubérante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyDim 9 Juin 2013 - 19:27

Sa nouvelle apprentie était... Bruyante. Perché dans une des tours du manoir, Darion observait Nephila marcher sous la pluie. Ses pas étaient bruyants, son allure maladroite et elle semblait particulièrement encroûtée. Il y avait du boulot.

Ricanant en l'observant affronter ses premiers adversaires, l'Ombre analysait les déplacements de la jeune femme, ses allures, et surtout sa débrouillardise. Plus chanceuse qu'autre chose lors de ses victoires, elle arrivait tout de même à survivre. Drael'Nar apparut alors à ses côtés et observa à son tour l'araignée.

- Elle est mauvaise. Très mauvaise.
- Tout le monde n'est pas doué avec les armes, et encore moins de monde sait comment tuer quelqu'un.
- Certes mais regarde-là... Elle se cache sous un escalier pour esquiver le combat et ses ennemis.
- Le propre de l'assassin est de trouver un coin d'ombre pour se masquer. Certains éclat lors de ma formation était bien plus mauvais qu'elle.
- Ils sont mort avant la fin de l'entraînement tout de même.
- Mais c'est parce que c'est moi qui les ai tués.
- Oui mais...
- Silence.

Elle stoppa net ses remarques et se contenta de regarder la disciple de Darion. Elle affichait une petite moue de colère, plus vexée qu'on lui ai intimé le silence qu'autre chose. Finalement, la disciple parvint à tuer tous ses clones, et se dirigea vers le manoir apparemment exténuée. Enlevant ses vêtements, elle beuglait sur un pauvre assombri qui passait par là.

- Allons la chercher.

Drael'Nar reprit sa forme de faux, et Darion passa dans les ombres, réapparaissant derrière Nephila qui sembla un peu stupéfaite. Il enleva sa cape et couvrit Nephila avec, la faisant rentrer par la même occasion dans le manoir. Il intima à l'assombri de l'emmener dans l'une des salles de bains afin qu'elle se nettoie et se repose.

- Nous parlerons demain à ton réveil, profites bien de ta nuit. Félicitations, tu as le droit de rester en vie.

Entendant quelques remarques dans son dos, il disparut soudainement dans un nuage de fumée, retournant dans sa chambre. La nuit passa sans encombre, sa disciple s'étant sûrement écroulée de fatigue.
Le lendemain, ce fut Drael'Nar qui alla la chercher dans sa chambre et l'habilla, lui donnant des robes de haute-couture.

- Choisis une de ces robes, Darion t'attends pour le déjeuner.

Les jambes croisées et les bottes posées sur un coin de la table, Darion était légèrement affalé sur son trôné au bout d'une large table rectangulaire. Il portait de grands habits nobles, noirs et possédant des motifs dorés brodés. Ses cheveux étaient lâchés en arrière mais tenus de manière net par une couronne qui était sur son front. En son centre se trouvait une perle d'onyx sertie, qui tranchait avec l'or de la dite couronne. Ainsi habillé, il ressemblait à un prince, un prince cependant incroyablement dangereux.
Observant une pomme d'un rouge sanguin dans sa main droite, il ne tourna même pas la tête lorsque Nephila fit son apparition précédée de Drael'Nar, qui alla s'asseoir sur la gauche de Darion.

- Ah, voila ma chère disciple! Bien dormi? J'espère que les lits étaient assez confortables ! Enfin bref, je te félicite à nouveau pour avoir réussi ton épreuve d'hier, comme il pleut encore, je en pense pas te faire crapahuté dehors aujourd'hui. J'ai d'autres travaux que tu pourras réaliser avant ça.

Il croqua dans la pomme, dévoilant ses dents incroyablement pointues. Terminant sa bouchée, il tourna finalement la tête vers elle et l'observa dans ses habits. Ne faisant aucune remarque sur ses vêtements, il termina sa pomme silencieusement alors que les assombris apportaient à manger sur la table, offrant une dizaines de mets raffinés à la démone.

- Mange, tout ça est pour toi. Je ne mange pas. Je ne mange plus, je n'en ai plus besoin. Cette pomme n'a été dévorée que pour me donner le plaisir de sentir son gout. La seule chose que je mange vraiment de nos jours sont les âmes des gens que je tue.

Faisant apparaître une petite fée faite d'ombre, il s'amusa à la faire danser doucement sur la table en attendant que la démone n'eut fini de manger, ce qui dura... Assez longtemps. Une fois qu'elle sembla avoir terminé, il retrancha sa manche droite sans faire attention à Nephila et observa les marques de lumières qui se mouvaient doucement sur son bras, avant de la faire redescendre et de reporter son regard sur la démone.

- Aujourd'hui tu n'auras pas d'épreuves, enfin, pas quelque chose qui risquera de te coûter la vie. Hier, j'ai put observer ta débrouillardise, et ton envie de survivre. Même si tu n'étais pas vraiment douée, tu as survécu, ce qui montre que tu as un minimum de talent, ou à défaut de la chance. Néanmoins, il ne faut pas que de la force pour parvenir à maîtriser son pouvoir, il faut aussi savoir se contrôler, savoir faire taire ses pulsions. Pour cela, je connais quelques moyens pour y arriver. Il y a la méditation, qui doit être pratiquée de manière relativement fréquente quand on possède un pouvoir chaotique comme le mien, mais il y a également d'autres pratiques qui se montrent efficace quand on s'apprête à recevoir un pouvoir relativement puissant. C'est cette méthode que je vais appliquer pour toi. Termine ton repas si tu n'as pas encore fini, et rejoins-moi dans la salle d'entraînement, un assombri te guidera jusqu'à là-bas.

Se levant doucement, il attendit que Drael'Nar n'eut fini de se lever également et il se dirigea tranquillement en dehors de la pièce. Il arriva dans la fameuse pièce, qui se trouvait être une sorte de gymnase dont le sol était fait avec du parquet et où un nombre affolant d'armes étaient accrochées aux murs. Plusieurs fenêtres étaient présentes et étaient ouvertes, donnant sur la forêt à côté du manoir. Prenant place au centre de celle-ci, Darion attendit que Nephila ne le rejoigne. Une fois ceci fait, il commença l’explication de la suite des événements.

- Bien, cette salle sera l'endroit où tu te rendras le plus souvent, afin de t’entraîner au maniement des armes. Il ne faut pas que tu sois entièrement dépendante de tes pouvoirs. La preuve en est que si tu avais suivi un réel entraînement auparavant, tu n'aurais pas eu autant de difficultés face à tes clones. Quoiqu'il en soit, ce n'est pas pour la maîtrise d'armes que je t'ai fait venir là aujourd'hui.

Il lança alors un léger voile d'Ombre dans la région, dominant le manoir et la forêt, plongeant la zone dans une obscurité soudaine. Nephila était assez forte et il savait qu'elle ne serait pas soumise à sa volonté par le processus. Il s'approcha alors d'elle et lui insuffla un tout petit peu de ses ombres, lui donnant ainsi le pouvoir de perception qu'il avait dans le voile. Ainsi, elle possédait une vue, une ouï, un odorat et un toucher qui dépassait de très loin l'entendement humain. En effet, Darion pouvait entendre un coeur battre à l'autre bout de son voile d'Ombre qui pouvait faire plusieurs kilomètres de diamètre. La voyant porter ses mains à ses oreilles, il se servit du voile pour communiquer, afin de ne pas lui percer les tympans, en effet, c'était maintenant un tumulte affreux et assourdissant qu'elle percevait.

- Tu sais donc maintenant ce que je vivais lorsqu'on me confia mes pouvoirs pour la première fois. Et encore, je en t'ai donné qu'une infime partie de ce dernier, pour ne pas rompre ton équilibre... Et te laisser en vie. Reste dans cette pièce, ne bouge pas de celle-ci tant que tu n'auras pas réussi à percevoir le nombre exacte de coeurs qui battent dans la région. Compte tout, les Hommes comme les animaux. Maîtrise ta perception, fais en sorte de pouvoir te déplacer et parler librement dans le voile sans risquer de devenir sourde ou aveugle. Développe tes sens, maîtrise les. Une fois cela fait, appelle moi par la pensée, je t'entendrais et viendrais te voir pour arrêter l'entrainement. Je retirerais mes ombres, te faisant redevenir ce que tu étais tout à l'heure, sans l'être pour autant, tes sens seront alors nettement améliorés, et cela voudra surtout dire que tu auras sut garder ton équilibre et le trouver. Bon courage disciple, tu en auras besoin.

Il disparut alors dans les ombres, continuant de l'observer et étant en vérité toujours à ses côtés. Il y avait un total de 200 créatures vivantes dans le voile, humains et animaux compris. Mais il n'y avait en vérité que 199 battements de coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyDim 23 Juin 2013 - 17:32


La robe qu'on lui avait fait parvenir épousait parfaitement son corps, devant ce reflet un sourire anima brièvement les lèvres froides et délicieuses de Nephila. Le bougre était peut être un tordu il n'en restait pas moins un fin connaisseur en matière de mode féminine, une reconversion pouvait être envisagée..Les fanfreluches noyaient l’hôte de ces lieux, ce coté dandy ne le mettait pas spécialement en valeur, elle le préférait à moitié nu, là au moins il y avait quelque chose à zieuter. Se gardant bien de lui faire part de ses observations, la jeune garde s'installa en face de Darion. Elle le laissa déblatérer tout seul bien trop occupée à se remplir la panse. A l'aide de couverts en argent elle tentait de venir à bout d'une pêche, l'exercice semblait périlleux mais la jeune femme y était rodée.

CHPOUF

Hum..malgré sa dextérité un quartier de pêche lui échappa, du coin de l’œil elle vérifia que Darion n'avait rien vu de cet incident. Délicatement, elle poussa le morceau de fruit à l'aide de ses pieds sous un magnifique tapis. Hop ni vu ni connu ! Le temps de fourrer un dernier ptit pain au chocolat dans ses poches et la voilà repartie. Semant des miettes tout le long du chemin, elle se présenta devant l'ombre les joues grossies par les réserves de nourriture.

-Si j'avais suivi un réel entraînement avant, je t'aurai tué...

Se dandinant de gauche à droite elle lui lança un sourire faussement hypocrite. Quand une panne de bougie arriva ! Zut qui avait bien pu toutes les souffler d'un seul coup ? Écarquillant les yeux, elle essaya de s'habituer à cette soudaine obscurité. Un souffle chaud lui lécha le lobe de l'oreille, alors qu' une drôle de sensation vint sournoisement s'insinuer en elle. Elle semblait avoir retrouvé la vue ainsi que ses autres sens. Non l'obscurité n'était plus, elle y voyait parfaitement et comme jamais auparavant.
Ce voile n'était rien d'autre qu'une toile, chaque proie émettait un tambourinement, un vrombissement bien particulière...boum...boum...boum...ils étaient engluaient dans ce voile, à cet instant rien ne pouvait lui échapper. Voilà enfin une épreuve qui lui plaisait et sur laquelle elle pourrait faire ses preuves. Elle redevenait l'araignée impassible et froide qui n'attendait qu'une petite vibration pour se précipiter à la découverte de sa prise. Durant une seconde elle manqua de vaciller avec ce flot d'informations, mais elle était une traqueuse de l'ombre, celle que l'on ne voit qu'au dernier moment, elle ne devait pas passer à côté de ce défi. La chasseuse qu'elle était n'avait pas besoin d'autant de renseignements pour localiser une proie, un simple battement de cœur lui était amplement suffisant. Il lui faudrait faire le tri avant de pouvoir se lancer à la poursuite d'une quelconque piste.

Les premières cibles furent assez simple à repérer, mais la chose se corsa au bout d'une dizaine de proies. La chaire de poule avait gagné les bras de la jeune fille, ses poils se hérissaient à chaque vibration de l'ombre, signe qu'elle venait de réussir une fois de plus. Tout son corps avait été modelé pour un tel exercice, elle se déplaçait sur la toile traquant le moindre signe de vie.

15...16...17

L'araignée n'oubliait rien sur son passage tout était répertorié.

30...31...32

Le brouhaha se faisait plus insistant, et il lui était de plus en plus en difficile de progresser, mais  qu'importe elle était prête à y laisser des plumes s'il fallait. Sa tête n'était plus qu'un énorme caisson de résonance. Son rythme cardiaque battait la chamade, à cette vitesse elle risquait la syncope à tout instant.

99....100....101...

Ses jambes fléchissaient, mais l'araignée continuait sa course folle, les mains collées à ses tempes elle avait l'impression que sa boite crânienne allait exploser, il lui fallait aller plus vite avant que ce capharnaüm ne devienne réellement insoutenable.  

150...151...152

Elle hésita un instant puis bifurqua, cette vibration ne lui était pas inconnue, il ne fallait pas qu'elle commence à tout mélanger, elle en était où ? Ah oui !

197...198...199

Quelque chose d'autre était tapi dans sa toile, elle n’émettait presque aucune vibration et pourtant elle retenu l'attention de Nephila. Lentement elle se rapprocha de la source de cette intrigue, nez à nez face au dirigeant de l'ordre elle comprit soudainement la supercherie.

-Hin Hin vous n'êtes plus un cœur à prendre ?

C'était fort dommage, accompagné de quelques petits oignons il aurait pu se révéler divin.

Faisant abstraction de tout ce chahut elle rouvrit les yeux.

-vous m'avez demandé le nombre de cœurs ? 199, tu bouges sans vous en rendre compte vous vacillez comme une ombre, vous êtes sur ce voile et pourtant vous n'y êtes pas..même une ombre ne peut se cacher indéfiniment. Cette toile est votre création vous ressentez chaque bruit, chaque cri, pour ma part peu importe les hurlements, je me fie aux vibrations de la toile, elles ne sont pas trompeuses contrairement aux bruits. Vous vibrez tel un objet inanimé rien de plus, comme un caillou emporté par le vent.


-RAHHHHH ce bourdonnement !!!!


Elle ne s'entendait même plus parler, le niveau sonore venait d'atteindre son paroxysme, ne supportant plus cette cacophonie elle indiqua à Darion l'emplacement de ses oreilles. Les traits crispés, elle planta ses ongles dans la chaire de ses joues traçant tout du long des sillons ensanglantés. Elle ne tiendrait
pas encore bien longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyMar 25 Juin 2013 - 19:15

Un large sourire s'étira sur le visage de Darion, elle avait réussi. Soit, elle venait de parler à un de ses clones, mais elle avait dénombré le bon nombre de coeur, et compris qu'il ne possédait plus son propre organe vital. L'observant soudainement mettre ses mains à ses oreilles et hurler, il réapparut soudainement, sortant de son ombre et l'enlaça, enlevant toute la magie qu'il avait insufflé en elle. Cela était beaucoup trop pour l'instant pour cette petite araignée. Néanmoins, il était fier à l'instant de sa disciple, beaucoup serait mort à une cinquantaine de coeurs trouvés.

Sentant l'énergie de Néphila s’estomper, il la posa délicatement sur le sol tapissé comme si la démone n'était qu'une poupée de porcelaine. Dégageant une mèche de cheveux du visage de sa disciple, il sentit Drael' Nar apparaître derrière lui.

- Alors, penses-tu encore que je me sois trompé? Que j'ai fait le mauvais choix la concernant?
- Je... non... Tu avais raison... Excuse moi.
- A l'avenir, ne critique plus mes décisions Drael'Nar, je ne le tolérerais plus, surtout envers cette femme.

N'attendant aucune réponse il ferma les yeux et aspira grâce aux dernières ombres restantes dans le corps de la démone toute la souffrance qu'elle ressentait. Des sillons de griffures apparurent sur son visage, un liquide noir coulant de ses plaies alors qu'elles se refermaient presque instantanément.

- Elle a besoin d'un peu de repos. Ce qu'elle vient de subir est quelque chose de bien difficile, même si ce n'est encore que le début. Je vais la poser sur son lit, fais-moi signe si tu apprends qu'elle s'est réveillée.

Alors que Drael'Nar amenait Nephila dans sa chambre, il resta dans la salle d'arme un temps, alors que son pouvoir vibrait en lui. Faisant apparaître plusieurs clones de Vindicare, il fit apparaître une faux d'ombre. Le premier exécuteur s'élança, commençant sa séance d'entraînement. Une ou deux heures passèrent, avant que Darion ne ressente l'appel de Drael'Nar qui lui signala que sa disciple avait ouvert les yeux. Se nettoyant en vitesse, il sortit seulement vêtu de son pantalon et ses bottes, n'ayant pas eu le temps de mettre son haut. Ses cheveux étaient encore mouillés et tombaient sur son dos. La grande cicatrice qui se trouvait sur son torse était visible également alors qu'il se dirigeait vers son apprentie, les marques de lumières tournant autour de son bras.

- Bien, content de te voir debout. Tu t'es montrée surprenante lors de ton dernier entraînement, et ça me plaît. Tu as la ressource pour devenir ce que je pense que tu mérites d'être. Mais il y a encore du travail.

Se tournant et se dirigeant vers le piano présent dans la salle à manger, il s'y assit et commença à jouer.

musique d'ambiance:
 

Laissant son esprit vagabonder, ses ombres se mouvèrent toutes seules, formant deux grandes ailes noires dans son dos, tandis que les ombres des assombris présents se mouvaient comme à un bal, entamant des rondes plus belles les unes que les autres. Fermant les yeux, il se repassa le peu de souvenir qu'il avait acquis de Nephila à son insu lorsqu'il reprit son pouvoir. Il vit son enfance et son passif de ces dernières années. Soudain, l'Ombre de la démone se déplaça et prit forme humaine, alors qu'une autre prenait la forme de Darion. Les ombres s'observèrent un temps, avant que celle du dirigeant de l'Ordre ne s'évanouisse, laissant place à un jeune homme allongé sur une table, plusieurs hommes encapuchonnés autours de lui. Une dague se planta dans son torse, alors que son coeur se faisait arracher. L'ombre hurlait en silence alors qu'on insérait quelque chose dans sa poitrine. Des larmes de sang noir coulaient sur les joues de l'Ombre qui continuait de jouer en silence ne se tournant même pas. Les ombres changèrent alors rapidement, montrant plusieurs scènes sous les yeux de sa disciple. A chaque fois, il s'agissait de scène de torture, de graves blessures subies ou autres malheurs, chaque fois, les ombres s'évanouissaient en rentrant dans le corps de Darion avant de revenir sous une autre forme. Arrivant aux dernières notes de sa mélodie, Darion déclara, les larmes ayant disparus de son visage.

- A chaque instant, je ressens un tumulte d'émotions, un flot de douleurs, de pensées et de peines ressenties. A chaque battement de coeur, je subis ce que mes assombris ressentent, bien que je ne puisse moi même ressentir le moindre battement de mon propre coeur. Tu sais ce que je suis, tu sais que je ne suis plus humain.

Se relevant, il resta dos à elle, alors que ses ailes se repliaient doucement sur lui. Tournant la tête il la fixa de son oeil rouge.

- Tu t'es montrée digne de mon entraînement. Mes ombres vont tout faire pour te rendre plus forte à partir de ce jour. Mais plus que tout n'oublie pas ce qui rôde en moi. Mon enveloppe charnelle n'est qu'une façade, un masque pour le monde. L'Ombre... Je dévore toutes traces de lumière, et toute vie. Ma faim est constante et ne peut être comblée que lors de la mort d'une personne. Cette personne, ça pourrait être toi, ne l'oublie jamais.

L'instant d'après, il se téléporta derrière elle, et l'attrapa par les épaules, s'approchant de son cou, ses canines déployées, il souffla dessus lorsqu'il ne fut plus qu'à quelques centimètres de sa peau.

- Je rigole. Je ne vais pas tuer ma propre disciple voyons... Enfin pour l'instant...

Disparaissant en ricanant, il réapparut au niveau du piano, s'asseyant dessus.

- Bien! Le soleil à déjà entamé sa course vers l'horizon, et la lune ne devrait pas tarder à poindre. Je pense qu'il est temps pour toi d'aller te nourrir, et de prendre un bain. Tu remarqueras que tu n'as plus aucune plaie, tu peux remercier l'un de mes assombris qui maîtrise les soins. Tu es libre de te déplacer dans le château avant et après ton repas. Rejoins moi à minuit dans les caves du manoir, je t'y attendrais. Oh et comme d'habitude, tu es libre de partir, même si je ne pense pas que tu resteras en vie avant de quitter le village. Et un conseil, ne met pas de robes pour venir me trouver, tu risquerais de la gâcher.

Commençant à partir, Drael'Nar le suivit sans broncher. Arrivant à la limite de la pièce, celle-ci se retourna et fixa la démone d'un regard froid et menaçant, avant de finalement tourner les talons et rejoindre l'Ombre qui montait vers sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyJeu 27 Juin 2013 - 19:16

Une fois de plus, elle tomba dans les pommes laissant le champ libre à Darion. Plus de cri, plus de reproches, enfin elle s'était tue. La douceur des draps prolongèrent cet état léthargique, enfouit dans le lit elle s'étira de tout son long les fesses vers le ciel. N'y avait il pas musique plus gai pour le réveil d'une jeune fleur que l'on ravissait à ses songes ? Bon, au moins il y avait une nette amélioration au niveau de sa tenue vestimentaire. Les ombres ainsi que leurs histoires n'arrivèrent pas à capter l'attention de la jeune fille, qui accoudée sur le matelas scrutait l'homme du coin de l’œil. Nephila n'en avait jamais observé un de la sorte, il faut dire qu'elle n'y connaissait pas grand chose en la matière, les seuls spécimens qu'elle avait eu a étudié relevaient d'un régime particulier. Effectivement, les hommes de la garde n'avaient rien de transcendants, surtout qui leur était nettement déconseillé de lui parler. Même absent, son père continuait d'exercer son autorité parentale. D'ailleurs l'araignée ne comprenait pas pourquoi son père ainsi que la duchesse l'avaient tant mis en garde contre les hommes. Après tout, Darion n'avait pas l'air si dangereux, sa musculature sèche laissait présager une certaine force, mais jusque là elle n'avait reçu ni coup ni blessure de sa part à proprement parler.
Fatiguée de ces questions, elle s'écroula sur l'oreiller qui vint recevoir son visage avec une douceur exquise. D'ailleurs, à l'heure qu'il était son père devait se ronger les sangs, la disparition de la petite troupe devait déjà être parvenue aux oreilles de Madorass. Étouffant un rire, elle se prit à imaginer l'air déconfit de son père devant la vision de cet homme à moitié nu devant sa fille unique. La jeune femme s'était toujours appliquée à respecter les recommandations paternelles, mais à présent elle doutait. L'ombre n'avait pas semblé s'offusquer devant ses horribles bras, et pourtant il était un homme. Il était la première personne du sexe opposé à voir son pouvoir, et loin de fuir, il l'avait semble t'il pris sous son aile.
 
-hummmm
 
La fin de la mélodie accompagna ses dernières pensées, l'histoire qu'il venait de lui compter ne l'avait pas ému. L’empathie restait une notion plutôt vague Elle n'était pas encore prête à voir le monde autrement que par son nombril. Lors de la mort tragique de son amie, elle n'avait pas semblé être perturbée outre mesure. La soudaine présence de l'ombre à ses côtés la fit sursauter. Cette manie de disparaître et réapparaître à sa guise était crispante d'autant plus qu'il y prenait un malin plaisir. La chaire de poule parcouru toute son échine, elle tremblait sous les doigts de Darion.
 
Dans l'encadrement de la porte Drael lui lança le regard typique de la femme jalouse ce à quoi Nephila répondit en lui tirant une langue des plus charmante. Ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'un conflit n'éclate entre elles. Débarrassée de leur présence elle s'empressa de rejoindre la pièce adjacente qui renfermait la salle de bain. L'eau était sur le feu il n'y avait plus qu'a la déverser dans la grande baignoire en fonte. Plongeant un premier orteil elle vérifia qu'elle n'allait pas s'ébouillanter puis plongea toute entière.
 
-Hannnn
 
La douce chaleur qui l'enveloppa, détendit le moindre de ses muscles douloureux. Toutes les fioles d'huile essentielles que l'on avait laissé à sa disposition furent décapuchonner, renifler, puis trier afin qu'il n'en reste qu'une seule qui aurait l'honneur de parfumer son bain.
 
-Oh pardon!
 
Brusquement, la jeune fille fit volt face pour découvrir un servant égaré.
 
-Je....je pensais qu'il n'y aurait personne...
 
Le manoir était une vraie fourmilière et l'arrivée impromptue de cet homme était nullement désirée par Nephila. Empoignant l'intégralité des fioles elle les lança dans la direction du pauvre homme qui n’eut d'autres choix que de fuir
 
-SORTEZ !!!!
 
A travers la porte, l'homme gémissait implorant son pardon
 
-Madame, je vous en prie, je ne pouvais deviner votre présence, ne le dite pas à mon maître...madame...
 
Furieuse, elle sortie de son bain dont elle ne pouvait plus profiter, attrapant une serviette elle s’emmitoufla à l'intérieur avant de se rappeler qu'il lui fallait une certaine tenue..
 
-Rentrez !
-Madame...je vous prie écoutez moi...
-Taisez vous et déshabillez vous
-Pardon.... ?
-Vous avez bien entendu
 
Le regard perdu l'homme ne savait pas s'il devait s'exécuter ou non, puis finalement à la vue de la jeune fille il s'exécuta sans trop de peine. Un sourire au coin des lèvres, il pensait certainement passer un moment de luxure mais c'était sans compter sur l'esprit tordu de l'araignée.
 
-Non n'avancez pas ! Je n'ai pas besoin de vous juste de vos vêtements ! Il me faut une tenue plus masculine pour ce soir et à part mon uniforme que vous n'avez pas pris la peine de laver je n'ai rien...Si vous pouviez sortir que je puisse en prendre possession
-.....
 
Décontenancé, l'homme resta sans voix devant les idées folles de la gamine. Comme elle avait pu s'en douter les affaires étaient trop grandes pour elle, qu'importe en serrant bien la ceinture ça tiendrait, quant à la chemise elle du faire plusieurs revers. Elle aurait pu lancer une mode avec ce look garçonne !! Jugeant qu'elle était prête elle se rendit sur les lieux du rendez vous....les caves ….vraiment il y avait des endroits plus charmants pour faire une balade en si belle compagnie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyVen 28 Juin 2013 - 23:03

- Pourquoi es-tu obligée de la fixer ainsi à chaque fois que tu quittes une pièce? Ça en devient... Ridicule.

Darion observait Drael'Nar tout en marchant, laissant les ombres mettre sa chemise pour lui. La première éclat le fixait tout en rougissant et cafouillait dans ses réponses, comme un enfant se faisant disputer.

- Qu'importe. Ça pourrait être amusant de vous voir vous disputer encore une fois...

Entrant dans la cave, il vérifia que tout ce dont il aurait besoin était bien présent. Les gardes survivants : ok. Les objets de tortures : ok. Sa disciple? Pas encore ok.

Décidant de gagner du temps en l'attendant, il se positionna en tailleur sur le sol, croisa les mains et les posa, paume vers le ciel contre ses genoux. Il ferma ensuite les yeux et laissa son esprit vagabonder. Des milliers d'images fusaient dans sa tête, Darion scrutant les souvenirs de ses assombris comme quelqu'un lisant un roman. Il se focalisa surtout devant le souvenir d'une petite princesse, fille d'un noble l'ayant vendue à un autre comte pour s'enrichir sur le dos de sa progéniture. Celle-ci avait été violée lors de sa nuit de noce, et chaque détails de cette nuit passa dans la tête de l'Ombre qui voyait comme un spectateur la scène. Un sentiment de plaisir le saisit lorsqu'il vit cette fameuse princesse s'emparer d'une lame et arracher le coeur de son nouveau "mari". Voir des gens dits innocents changer du tout pour tout et devenir les êtres les plus terrifiants, laissant place à leurs instincts les plus profonds pour tuer était une des choses que Darion adorait le plus. Oui, c'était sans doute ça qui le faisait le plus sourire. Voir le chaos, et la rage corrompre un coeur pur.

En parlant de coeur pur, la jeune princesse avait ensuite fuguée, puis après de multiples aventures, était devenue une voleuse, et au cours d'un de ses vols, tenta de voler le manoir de l'Ombre. Mais là où elle aurait dut simplement se faire tuer ou finir en prison, elle se fit corrompre, et devint une jeune femme bien plus... Puissante. En effet, elle devint maîtresse de la fumée, preuve que toute sa vie elle ne cherchait que liberté, et grâce à ce pouvoir, elle parvint à retrouver son château. Enfin, reprendre son château. Naturellement, elle verse des fonds à l'Ordre et de temps à autres, vient remercier l'Ombre. Il semblerait que la corruption ait aussi réveillé des pulsions en elle. Ou bien avait-elle toujours été comme ça... Bref. Sentant un léger mouvement, Darion comprit que sa disciple venait d'arriver. C'est Drael'Nar qui l’accueilli, déclarant dans un murmure.

- L'Ombre t'attend. J'espère que ton "costume" est assez... Stable et ne risque pas de te quitter. Je ne voudrais pas qu'il ne te vois nue.

Cette dernière phrase avait été dite si bas, que Darion n'était même pas sûr que Nephila ait put l'entendre, lui, il possédait les ombres, donc pour entendre, c'était un peu plus facile.

- Je ne vois pas en quoi la voir nue pourrait être dérangeant.

La voix de l'Ombre résonna dans la cave alors qu'il ouvrait les yeux et se relevait doucement.

- D'autant plus que techniquement, je pourrais la voir en accédant aux souvenirs de Geoffrey. Oui, je sais d'où tu tiens ces affaires petite araignée, mais pas d'inquiétude, je n'ai pas prêté attention à la partie où tu t'ais jouée de ses pulsions sexuelles. J'ai surtout ressenti sa panique quand tu lui as crié dessus. Le pauvre a dut croire que j'allais l'étriper pour ça!

Un petit rire marqua la fin de sa phrase, alors qu'il se téléportait à côté de Drael'Nar, il savait que cela agaçait un peu l'araignée mais c'était aussi un jeu qu'il appréciait.

- Bien. J'espère que tu es prête pour ce que tu vas vivre. Et j'espère que ce coup-ci tu ne chavireras pas à nouveau. J'imagine que ton ancienne mentor t'as initiée à l'art délicat de la torture, ou à défauts, à dut t'en parler. Si ce n'est pas le cas, ce qui va suivre sera nouveau. Même si je pense que ce que je vais t'apprendre sera aussi nouveau qu'un premier baiser. Ou qu'une première nuit...

Darion ricana en repensant à la fameuse princesse puis se tourna vers les différentes tables installées.

- Voici ton épreuve de ce soir, tu les reconnais? Oui... Il s'agit de tes anciens camarades qui se sont séparés de ta compagnie lors de votre entrée au manoir. Je suppose que tu n'auras aucun mal à les abattre? Comme tu as déjà tué ton ancien chef...

Il marqua une pause, invitant sa disciple à le suivre. Marchant sans faire un seul bruit, il arriva au niveau du premier garde.

- Il y a en tout cinq survivants. Oui, j'ai aussi récupéré certains de ces bouseux qui étaient évanouis lorsque j'ai fait exploser mon pouvoir. Le tout, ce n'est pas uniquement que tu me montres comment tu sais torturer quelqu'un. Sais-tu que, dans le fond, tout le monde craque un jour? La seule différence, c'est le temps que ça met. La clé n'est pas de faire souffrir, mais de réussir à faire en sorte que la souffrance soit si dommageable qu'elle brise en une seule fois l'esprit de ta victime. Tu es une araignée, tu tisses des toiles et t'occupes de tes victimes doucement. Enfin, c'est ce que tu devrais faire. Non, ton but ne sera pas seulement de torturer ses pauvres types, mais de les rendre complètement serviles. Il faut qu'au moins l'un d'eux ne devienne ton esclave, un être sans pensée aucune. Tu ne disposes d'aucun pouvoir pour ça. Mais dans les geôles de la secte des éclats, j'ai appris à manier divers outils permettant de briser un homme à un point absolu.

Il posa sa main sur le front du garde le plus proche, injectant en lui une minuscule dose de mélancholia. Ce dernier hurla de manière si violente, qu'il se mordit la langue au point de la sectionner sous la douleur. Ricanant à nouveau, Darion récupéra le petit appendice et le jeta à Nephila qui l'attrapa de justesse.

- Vois, vois à quel point la douleur peut vous faire faire des choses stupides. Cet homme s'est privé à jamais de la parole à cause d'une douleur passagère. Tu as vu ce que ma perception m'apporte comme sentiment, ce flot incessant de pensées, bruits et émotions. Mais tu ignore ma douleur. Celle-ci me permet de voir au delà de l'entendement habituel. Une jambe arrachée n'est plus que l'équivalent d'une griffure de chat. Un organe détruit une piqûre de moustique. Tu apprendras un jour à relativiser ta douleur, et à défaut de l'effacer comme je le fais, tu pourras tenir plus longtemps, et affronter tes clones ne sera plus qu'un petit entrainement. Non pour l'instant, tu devras apprendre à faire subir cette souffrance. Tu ne sembles pas être empathique, et c'est tant mieux. Il n'y a pas besoin de connaître la douleur pour la faire subir, en revanche, il te faut la connaissance des corps, pour ne pas tuer ta victime au premier coup de couteau.

Il posa sa main sur la joue de Nephila, injectant en elle une partie de son savoir sur l'anatomie humaine.

- Grâce à ce don, tu sauras à partir de ce jour comment torturer quelqu'un en le laissant en vie le plus longtemps possible. Ce n'est valable que pour les humains, les orcs, elfes et autres êtres vivants disposent de quelques subtilités que tu devras connaître toi même.

Il la regarda dans les yeux d'une façon étrangement douce, avant de reprendre son air amusé et distant. la bonté n'était pas non plus son trait dominant, même s'il était en général assez doux avec sa fille adoptive. Posant ensuite son doigt sur la tempe du garde torturé, et utilisa les ombres pour trancher sa tête, éclaboussant de sang la tenue de Nephila.

- Je t'avais dit de ne pas prendre de robes, tu l'aurais ruinée. Bien, tu commences ici, laisse moi regarder pour cette nuit. Tu as toute la nuit pour y arriver. Si tu n'y parvins pas, je devrais te prouver à ma manière qu'on y arrive. Lors de cette nuit, à chaque pause que tu voudras prendre, je serais là avec toi, et tu pourras me poser des questions ou bien parler tout simplement. Je ne te souhaite pas bonne chance, tu n'en as pas besoin.

Se téléportant sur une table propre, il s'y assit en plongeant son regard sur sa disciple la toisant de haut en bas, elle montait dans son estime, et devenait vraiment intéressante... Maintenant, il fallait qu'elle montre à nouveau son talent potentiel à l'Ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyJeu 25 Juil 2013 - 20:25


Drael avait soigné son accueil cela en devenait presque risible, et Nephila ne manquerait pas de la mettre dans tous ses états. Sans même regarder la cornue, elle s'avança auprès de Darion, la jeune femme pris juste le temps de lorgner la face déconfite de la démone à la réponse de son maître. Et pan 1-0 ! Ravale tes dents Drael, Nephila est dans la place ! Regagnant son sérieux elle se concentra sur l'épreuve que lui proposait l'ombre. Ses anciens camarades étaient eux aussi conviés à la petite fête, Darion avait eu raison de les inviter, c'était bien connu : plus on est de fous plus on rit! Malgré les insultes répétées des gardes Nephila mit tout son cœur à l'ouvrage. Ses instincts de veuve noire ne furent pas longtemps enfouis devant ce gibier servit sur un plateau en argent. Elle se délectait par avance, sa langue glissant sur ses lèvres froides.

-Vous avez raison il ne faudrait pas me salir.

Retroussant ses manches jusqu'aux coudes, elle présenta toute la vérité à ses proies qui frémirent devant une telle abomination. Les connaissances de l'ombre ne lui était d'aucune utilité, la torture n'était pas une science mais un art qu'elle pratiquait non pas selon un code mais selon un ressenti. Elle tailladait les chaires, se taillant la part du lion, des morceaux de choix seulement. Ce n'est pas parce qu'elle cassait la croûte dans une cave qu'elle en avait oublié les bonnes manières. La jeune femme dépeçait les hommes telles des fruits, du bout des doigts et sans aucune bavure.

-Hooeerrttt

L'estomac tendu elle était repue, d'un revers de la manche elle essuya le surplus de sang qui goutait à la jointure de ses lèvres. A cette heure avancée de la nuit il ne restait plus qu'un garde en vie et encore intact, le plus jeune de la troupe. Un homme dont les traits auraient fait rougir plus d'une pucelle, loin de ses gueules cassées que comptait l'armée royale. Impuissant il avait assisté a la mort  de ses confrères, recroquevillé il était presque résigné, loin de s'apitoyer sur son sort, l'araignée lui réservait un autre sort. Nullement gênée par la présence de Darion, elle vint se coller au survivant. Avec douceur elle releva son menton meurtri par l'attaque de l'ombre, son regard pénétra le sien, il se voulait bienveillant pour une fois.

-Chuuuttt

Lentement, elle se pencha sur lui pour lui susurrer quelques mots

-Ne t'en fais pas j'ai un plan on va sortir de là en vie tous les deux, il n'est pas question que je t'abandonne Gauthier..

La proximité entre les deux êtres était si forte que ses lèvres caressait sa peau. Fébrilement, l'homme se tourna dans sa direction, ses yeux n'exprimaient plus qu'un mélange entre l'horreur et la supplication.

-Je t'en prie ne dis rien...

Sa main caressait à présent son cuir chevelu, cet instant aurait pu être une éternité mais en réalité il ne dura que quelques secondes. Fermement décidée la jeune femme fit volte face, raide comme piquet elle jaugeait les deux intrus qui lui barrait la route.

-CREVE

Le scalpel fendit l'air en direction de Darion, au même instant Drael apeurée se précipita pour défendre son maître. Les intentions de l'araignée était claire depuis le début et il n'était pas question qu'elle trahisse son clan. Sans crier garde, elle attrapa le premier instrument de torture à porter de main et le planta droit dans le cœur du dénommé Gauthier.

-Un si beau visage ne peut s’abîmer, n'est ce pas la chose ?

Elle s'adressait à Drael dont elle ne tarderait pas à subir les foudres.

-La torture n'est pas entièrement physique, arracher les derniers espoirs d'un mourant voilà ce qui est à mes yeux une torture.

Elle parlait sans même prêter un regard à celui qu'elle avait visé quelques secondes plus tôt, toute son attention était portée sur le défunt, ses doigts galopaient son corps encore chaud.

-Quel gâchis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyJeu 25 Juil 2013 - 22:31

Darion alla s'asseoir tranquillement sur la table, en face du premier futur mutilé. Passant sa main dans ses cheveux pour les tirer en arrière, il posa son regard sur son apprentie. Celle-ci était d'ailleurs en train de s'approcher de sa future victime pour... Le dévorer... Charmant. Quoique, Darion trouvait ça incroyablement splendide à observer.

Drael'Nar quand à elle, ne cessait d'observer l'Ombre ou à défaut, posait un regard dédaigneux envers la démone qui faisait son repas. Passant sa langue sur ses crocs, Darion sentait en lui l'envie de tuer monter incroyablement, comme si son corps, répondait aux violences de Nephila. Fermant les yeux en entendant un bruit d'estomac arraché, l'Ombre se passa ses souvenirs, observant des images floutées du massacre de son village natal sous forme d'ombre. Sans s'en rendre compte, ses ailes d'ombres s'étaient déployées alors qu'il se changeait doucement, se laissant aller à ses pulsions de tueur. Drael le sortit de ses pensées en murmurant dans son esprit, le ramenant à la normale alors que ses yeux rougeoyaient d'une lueur peu commune.

- Que fait-elle? N'était-elle pas censée les torturer? Elle les dévore!
- Qu'importe. Un seul doit être soumis à sa volonté.
- Si elle loupe l'épreuve, tu me laisses la tuer?
- Pourquoi tant la détester?
- Je n'ai pas confiance en elle.
- Je pense qu'elle sait elle-même qu'elle ne peut pas me tuer. Et que dans son état, elle ne risque pas de me trahir.

Darion savait, au fond de lui qu'il y avait autre chose. Drael avait toujours été jalouse, c'était, d'ailleurs son plus grand défaut. Il était curieux de voir cela, car en soit, Darion pouvait la congédier dans la faux quand il le voulait. Et bien qu'elle ne se plaigne souvent, elle ne pouvait dans le fond pas faire grand chose s'il l'en interdisait. Elle était sienne, et elle aimait ça, et faisait tout pour être la seule à l'être. Darion s'en amusait, mais était dans le fond heureux de l'avoir au près de lui. Aucune femme auparavant, mis à part cette nouvelle assombrie pirate, n'avaient sut le combler...
Revenant à nouveau à ce qu'il se passait autour de lui. L'Ombre observait Nephila s'approcher et se coller au dernier survivant. Son ouït lui fit entendre ce que la démone disait au pauvre type. Un large sourire s'étira alors sur son visage, avant de disparaître soudainement, l'Ombre jouant la comédie.

Se mettant en face de la porte, comme si il voulait bloquer la route à Nephila, il se trouvait à côté de Drael qui restait impassible, comprenant la supercherie. Son apprentie attrapa alors un petit couteau de torture, et fit mine de l'attaquer, comme si un objet aussi misérable pouvait le tuer, au moins, la comédie était au rendez-vous. Darion était même prêt à feindre une mort si le jeu en valait la chandelle. La manipulation, voila la plus belle des tortures...
Drael s'interposa néanmoins, jouant le rôle de la garde du corps. Nephila tua alors soudainement le garde, qui lui était parfaitement soumis, laissant le désespoir troubler sa raison. Son apprentie fit alors un commentaire que Darion ne releva pas. Sa compagne en revanche bouillonnait. Qu'elle était le mot qui n'était pas passé encore? Ah... "La chose". Venant d'une femme aux mains déformées, l'Ombre comprenait que cela pouvait irrité, mais reconnaissait la provocation, Drael aussi visiblement. Une pensée familière arriva dans son esprit.

- Je peux?
- Ne la tue pas.

Drael se jeta alors sur Nephila, des parties de son corps se changeant en lames. Ses vêtements furent partiellement arrachées alors qu'elle tombait lourdement sur l'apprentie qui se retrouvait soudainement sous la "cornue".

- Toi qui dit que la souffrance mentale est la véritable souffrance... Que dirais-tu si je jouais un peu avec toi?

Arrachant le bas des vêtements de Nephila, Drael la laissa à moitié nue sur le sol, levant son bras droit qui était maintenant une lame courbe, rappelant une faucille.

- Sais-tu, petite, ce que je faisais aux démones qui usaient leurs charmes pour transformer les hommes en esclaves? Sais-tu ce je leur faisais, pucelle, pour qu'elles ne recommencent plus? Je rendais leur seul attribut et outil... Inutilisable. Les laissant agoniser de l'intérieur.

Abattant alors son bras, elle stoppa la lame à quelques millimètres de la partie "intime" de Nephila suite au claquement de doigt de Darion. Disparaissant peu à peu alors qu'elle allait revenir sous sa forme de faux, elle approcha son visage de l'oreille de l'apprentie et murmura après un léger souffle.

- Je ne suis pas une chose... Je suis un monstre.

L'instant d'après, l'Ombre leva la main, faisant se mouvoir les ombres qui formèrent une robe autour de Nephila, les fibres formèrent un vêtement noir de toute beauté. Faisant comme si de rien était, Darion déclara.

- Relève toi. Tu as remporté cette épreuve, j'en suis heureux. Tu ne t'en es peut-être pas rendue compte, mais tu es beaucoup plus forte qu'à ton arrivée. Le jour où tu obtiendras tes vrais pouvoirs, se rapproche à grands pas. Ne baisse pas les bras maintenant, il serait dommage de te tuer, je commence à t'apprécier, toi et tes sarcasmes et diverses provocations. Tu me rappelles un très bon ami. Quoi qu'il en soit. Va te reposer dans ta chambre, tu vas avoir besoin de repos. Demain, tu seras libre de te déplacer en dehors du manoir, et de parcourir le village. Comme je t'ai dit, tu pourras partir si tu le décides, mais je tiens à ce que tu passes au moins une vraie journée sans épreuve. De nouvelles robes, et des bijoux sont arrivés dans ta chambre, dont un diadème qui appartenait à une princesse assombrie. Tu peux tout prendre, et te balader avec. Demain soir, lorsque le soleil entamera sa course, rejoins-moi au bord de la falaise aux cascades. Ta prochaine épreuve t'y attendra. Ah et au fait, j'ai beaucoup aimé ton petit jeu, et j'espère que ce repas t'auras plus. Si j'avais su, je t'aurais gardé plus d'hommes comme dessert.

Un large sourire s'étira alors sur ses lèvres, alors qu'il disparaissait dans les ombres. Nephila allait, demain matin, pouvoir se changer les idées et faire ce qu'elle veut. Il valait mieux qu'elle ne se prépare correctement, que ce soit physiquement ou mentalement. Sa prochaine épreuve serait, à coup sûr, l'une des plus difficiles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyDim 25 Aoû 2013 - 17:41

Les quatre fers en l'air, l'araignée ne semblait pas apeurée outre mesure. Les longs cheveux de Drael retombaient en cascade sur son visage et alors qu'elle tentait vainement de la terroriser, Nephila se redressa juste assez pour plonger son nez au cœur de sa chevelure. Ce geste n'était pas une parade mais bel et bien une envie.

-hin hin hin

Visiblement la démone n'avait jamais côtoyée de veuve noire, les yeux plissés elle la défiait de passer à l'acte.

-Je comprends bien que pour un « monstre » tel que toi il faille te servir de cette chose pour attirer un homme dans ta couche, mais sache qu'il en va différemment pour moi...nos armes ne sont pas les mêmes, la mienne réside dans ma beauté, mon visage suffit amplement à m'attirer toutes les grâces de ces messieurs, et comme tu peux le constater je les aime surtout accompagnés de quelques oignons fris. Ne t’inquiète pas, ton maître est bien trop maigre à mon goût, il n'y a même pas de quoi se remplir une dent creuse.

Époussetant ses genoux Nephila se releva avec toute la dignité que lui offrait son nom. La femme objet venait de se faire museler d'un simple claquement de doigt, décidément sa condition était peu enviable, elle eu presque pitié de ces chaînes qui l'unissaient à l'ombre.

-J'espère que ce rendez-vous sera le dernier, d'ailleurs pourrais tu laisser ton chien de garde à la niche ou bien aurais tu peur de te retrouver avec une femme aimant un peu trop les hommes ?

Elle espérait bien que la démone puisse l'entendre du fin fond de sa prison. Sans obtenir la moindre réponse l'ombre leva le camp. Revenue dans ses appartements, la jeune fille en profita pour se reposer quelque peu avant d'en ressortir au levée du soleil. Telle une ombre elle s'était faufilée hors des murs du manoirs. Personne ne sembla la remarquer et c'est seule qu'elle passa le plus clair de son temps. En sueur et le souffle coupé, elle se rendit à ce qu'elle espérait comme être le dernier rendez-vous. Les mains sur les hanches, elle inspira une bouffée d'air frais avant de se retourner certaine que l'ombre allait se manifester dans les secondes à venir.

-Bonsoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] EmptyMar 27 Aoû 2013 - 15:16

Musique d'ambiance

Darion observait silencieusement dans un miroir le fragment de clé accroché autour de son cou. Derrière lui, Drael'Nar restait là à le fixer sans dire mot, attendant la moindre réaction de son maître. L'Ombre n'avait pas choisi d'habiter dans ce manoir de villégiature pour rien. Bien avant de connaître la présence des hérauts des ombres, il avait senti une forte puissance s'échapper des côtes de l'est et avait acheté le manoir afin de pouvoir étudier cette fameuse puissance. Actuellement, la bibliothèque du manoir ne contenait que des grimoires narrant les diverses rumeurs locales, ainsi que les recherches de nombreux écrivains sur la puissance qui émanait de la grotte de Drakal'ya. Il y avait également quelques recueilles de magie noire qui était plus là pour divertir le dirigeant de l'Ordre plutôt que lui apprendre quelque chose.

Détournant finalement son regard du miroir, il se retourna et commença à s'habiller. La démone continuait de l'observer, esquissant de temps à autres de petits gestes timides, comme si elle craignait les réactions de Darion.

- Je... Je suis encore désolée...

Gardant le silence, l'Ombre se dirigea vers elle et l'embrassa. Elle sembla rougir tandis que Darion l'enlaçait. Après quelques instants, il la lâcha et ouvrit la large porte de sa chambre.

- N'agit plus ainsi. Ta jalousie n'a pas lieu d'être.

Sortant finalement du manoir, il avançait vers le village, suivi par Drael'Nar. C'était une journée particulièrement nuageuse. Aussi la pluie ne tarderait pas à tomber. Marchant au travers des maisons abandonnées de ce village autrefois si vivant, l'Ombre se perdait dans ses pensées. Un héraut était là quelque part, possédant lui aussi un morceau de clé mystérieux. Qu'allait ouvrir cette fameuse clé? Malgré tout ses efforts, Darion n'avait pas réussi à savoir de quoi il s'agissait. Drael'Nar elle même semblait l'ignorer, ou refusait de lui dire la vérité, ce qui était improbable.
S'arrêtant devant une petite poupée de chiffon tâchée de sang, l'Ombre un instant avant de la déposer aux pieds d'un vieux chêne. La journée passa ainsi, l'Ombre errant dans ce village fantôme. Alors que le soleil commençait à se coucher, il congédia Drael'Nar sous sa forme de faux, et commença à se diriger vers le point de rendez-vous qu'il avait donné à l'araignée. Celle-ci se rapprochait de ce qu'il attendait d'elle, et bientôt, elle pourrait recevoir son véritable pouvoir. Néanmoins, elle restait trop arrogante et trop impatiente pour le maîtriser encore totalement. Amusé, l'Ombre repensa à quelque chose. Au final, Nephila n'avait jamais vraiment rencontrer de puissant démon ou de personnes comme lui. Sa précédente mentor avait été efficace, mais malheureusement pas assez puissante pour tempérer une démone telle que l'araignée. Même Darion se demandait si au final, il allait réussir à faire quelque chose de la veuve noire. Au pire des cas, si ces efforts se montraient vains, il pouvait toujours lui arracher la tête, et en finir avec les transformations involontaires et incontrôlées de la veuve noire. Enfin... Il s'agissait là de mesure bien extrême.

Il apercevait Nephila, qui se retournait, certaine qu'il allait encore apparaître dans son dos. L'Ombre n'en fit rien et se contenta juste de marcher tranquillement jusqu'à elle. Marchant sans s'arrêter à son niveau, il se contenta de lui répondre en la saluant. Allant se positionner devant le bord de la falaise aux cascades. Il analysa les grandes étendues d'eau qui s'écoulaient et venaient s'échouer sur les rochers en contrebas. C'était un spectacle d'une grande beauté, et bien que Darion espérait que sa disciple commencerait à observer son environnement et en apprécier la beauté, il se doutait qu'à cet instant elle n'en ai quelque chose à faire. s'asseyant sur ses genoux, il croisa ses mains et les posa sur ses cuisses, fermant les yeux. Il sentit derrière lui sa disciple s'impatienter de nouveau et tapoter du pied. Ricanant doucement, l'Ombre déclara.

- Tu as des yeux Nephila... Mais tu ne vois rien. Ton impatience t'empêche de te concentrer sur ce qui est essentiel. Tu es restée avec moi afin de retrouver un pouvoir que tu possédais depuis ta naissance. Pourtant, tu ne l'as jamais maîtrisé. Pire encore, tu as tenté de l'utiliser sans avoir reçu de véritable entraînement, et tu as failli être dévoré par ta propre force. Je t'estime digne de recevoir ton pouvoir, mais actuellement, tu ne possèdes pas la caractéristique la plus importante quand on veux manier de la magie aussi instable... Tu ne possèdes pas de réelle volonté. Tu te contentes d'avancer, sans réellement savoir ce que tes pouvoirs veulent dire, ou encore comment mieux les employer. Tu es jusque là resté parmi les faibles, cachant des atouts, au lieu de vivre parmi les forts, et d'exposer ta nature.

Il marqua une pause, tandis que les ombres étaient en train de former un pont entre eux et la cascade.

- Je vais te redonner une partie de ta force pour la suite de notre tête à tête. Tu pourras de nouveau manier la soie, mais de façon plus brute, et moins puissante. Cependant, je doute que la force soit réellement ce qu'il te faudra une fois au delà de cette cascade.

Alors qu'il terminait sa phrase, le pont d'ombres toucha la cascade, qui se scinda alors en deux, révélant une porte gigantesque, marqué en son centre du sceau des hérauts des ombres.

- La porte de Drakal'ya... Elle est magnifique. Vois Nephila. Derrière cette porte, se trouve Dalarian, ancien bras droit de Drael'Nar au cours de la "Grande Chasse" qui a vu naître les éclats d'ombres. Si nous le trouvons, je te donnerais ta récompense. Je te ferais d'une partie de mon pouvoir, et te ferais devenir ce que tu mérites d'être: une créature puissante et qu'il faut redouter. Et non pas traquer.

Il se releva ensuite, et se jeta sur sa disciple, plongeant ses canines dans le cou de la démone tout en l'enlaçant. Du sang coulait le long du cou de cette dernière et dans la bouche de Darion qui sentit la soif du cristal s'apaiser un peu tandis que la démone frissonnait. Alors qu'il mordait la chair de sa disciple, il insinua en elle le pouvoir dont il lui avait parlé, elle allait être capable de manier la soie. La morsure de l'Ombre n'était pas vraiment douloureuse, et provoquait généralement un sentiment de bien être, enfin, s'il instillait son pouvoir, sinon, il s'agissait juste d'une morsure mortelle. Lâchant finalement sa protégée, il se lécha les lèvres en observant la plaie de la démone se refermer petit à petit, il lui avait donné aussi un peu de force de régénération, afin que ses plaies mineures se soignent plus vite. Montrant du doigt l'entrée de la grotte, il ricana et déclara.

- Je te suis ma chère. Impressionne moi face à ce qui nous attends à l'intérieur. Les différents pièges que tu désamorceras et les casses-têtes que tu résoudras me montreront si ton esprit à lui aussi changer au cours de ces derniers jours. Et si tu échoues. Et bien, c'est que je me serais trompé et que ta vie ne vaut rien. Allez, montre moi la force de la veuve noire!

[HRP] Un post pas top mais bon, j'espère qu'il te plaîra. Tu es libre de décrire l'intérieur de la grotte et les différents pièges qu'on y trouvera! [/Hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] _
MessageSujet: Re: L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]   L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Ombre de l'Araignée. [PV Nephila Edulis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Côtes de l'est :: Baie-