''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une Colombe Egarée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Rozen Aingeal



________________

avatar
________________


Race : Séraphine
Classe : Chantre Guérisseuse
Métier : Chanteuse, médecin itinérant
Croyances : Aucune
Âge : 15 ans

Messages : 15

Fiche de Personnage : Une colombe égarée


MessageSujet: Une Colombe Egarée   Mar 19 Mar 2013 - 3:23





      Nom : Aingeal
      Prénom : Rozen
      Rang : Colombe Egarée
      Âge : 15 ans
      Sexe : Féminin

      Race: Séraphine
      Classe : Chantre Guérisseuse
      Métier : Chanteuse, médecin itinérant
      Croyances : /
      Groupe :Solitaires



Chantre: Magiciens doués en chant se servant avant tout de leurs voix, de la puissance et des exploits que celles-ci sont capables d’exécuter afin d'agir sur leurs entourages, ils sont pour la plupart altruistes, volontaires et idéalistes. La classe de chantre se complète souvent d'une autre classe magique.

Équipement

- une simple robe d'un blanc rosée arrivant juste au-dessus des genous, une solide ceinture de cuir, des sandales spartiates.
- une longue cape brune à large capuchon.
- un sac de voyage contenant des vivres, du savon, une brosse et trois robes d'apparences modestes plus ou moins longues et de différentes couleurs accompagnées des sous-vêtements et des rubans à cheveux qui vont avec, etc.
- une bourse rarement pleine.
- un arc.
- un carquois attachée à la taille et rempli de flèches.
- un petit couteau.

Talents de combat physique


Elle a bien un arc avec une dizaine de flèches dans un carquois, mais il faut avouer que sa précision n'est pas exemplaire, d'autant plus que l'arc est trop puissant pour ses bras de fillette. Ne parlons même pas du couteau qu'elle porte à la ceinture.


Talents de magie


-Rozen a le pouvoir de restaurer les tissus organiques abimés (os, muscles, peau...) au prix de son énergie.
-Rozen possède un répertoire de chansons ou plutôt de sons à effets divers. Ces sons sont impossibles à reproduire par une autre voix que celle de Rozen. Ils lui sont donc propres. Aussi, la jeune fille peut adapter ses chants en fonction de l'ouïe des personnes visées et ainsi choisir quelles seront ces personnes. Il arrive même que cela marche sur des bêtes.
. Les premiers lui permettent d'apaiser ou de bercer une personne ou un groupe de personnes (L'occasionnelle colère de ces derniers annule le don).
. Les deuxièmes lui permettent de galvaniser les forces physiques et morales d'une personne ou d'un groupe de personnes.
. Les troisièmes jouent sur la perception des autres pour rendre Rozen impressionnante de puissance (sans toutefois que celle-ci le soit vraiment).


Talents divers


-Comme tout ange, Rozen peut voler et planer.
-Rozen est très douée en chant et connait quelques pas de danse.
-Rozen a reçu une éducation, elle sait lire et écrire.
-Rozen sait soigner divers maladies comme un médecin le ferait.


Pouvoirs particuliers


-Un lien empathique particulier l'unit à Rywan, son frère jumeau. Cette empathie surdéveloppée lui permet de deviner l'état de santé et d'esprit de son frère, ces paramètres influençant quelques peu les émotions de la jeune fille.

-Un autre lien empathique l'unit au monde, mais dans une moindre mesure. Rozen peut par exemple prévenir une maladie lors du tout premier symptômes ou bien déceler une blessure dûment dissimulées sur quiconque.




Ravissante jeune fille de quinze ans à la coquetterie discrète et à la silhouette fine, Rozen est pourvue de deux grandes ailes immaculées révélant toute la pureté de son âme. Plutôt grande et féminine pour son âge, on lui donne facilement deux ou trois années de plus.

Mais ce qui attire avant tout chez elle est le sourire naturel et revigorant qui étire les lèvres fines, soignées et rosées de sa petite bouche. Son visage blanc a quelque chose de poupin avec ses joues rebondies, son petit nez discret, ses yeux noisettes, souriants, légèrement étirés vers les tempes, ses longs cils et ses sourcils bien dessinés, longilignes. Des cheveux châtains parsemés sur son crâne en mèches ondulantes et épaisses viennent cependant pendre sur le côté droit de sa figure, dissimulant l’un de ses beaux yeux au tiers. Cette chevelure est longue jusqu’aux milieu du dos, mais par soucis pratiques, Rozen aime l’attacher en un petit chignon sur le sommet de son crâne, laissant cependant quelques mèches folles reposées sur sa délicate poitrine ou derrière une de ses discrètes oreilles.

Oui, délicate poitrine, car la jeune fille, bien loin des canons que les humains se représentent à propos des anges, possède déjà quelques courbes voluptueuses esquissant la silhouette ô combien féminine qu’elle aurait quelques années plus tard. Cependant, les frêles épaules et les jambes élancées de cette silhouette révèlent toute la candeur et la fragilité de la personne. En effet, Rozen penche volontiers la tête sur le côté pour se rendre plus abordable ou bien appuie naïvement sa paume et ses doigts longilignes sur les pointes de ses cheveux pour faire mine de leur donner du volume tandis que sa paire de gambettes se perd en puériles sauts de biches et pas chassés lorsqu‘elle se sent de joyeuse humeur. Et lorsque ses yeux brillent de larmes ou quand le froid souffle jusqu’à pénétrer sur sa peau, Rozen courbe le dos et croise les bras pour se replier sur elle-même.

La voix de Rozen au naturel est une magnifique voix de jeune femme douce et aigue, presque fragile. Mais lorsque la jeune fille chante, elle révèle toute une puissance et une maturité de soprano lyrique qu’on ne lui aurait jamais donnée alors. Elle reste cependant très expressive et se brise sans effort aux moments opportuns.



A première vue, Rozen est une jeune fille douce et gentille qui ne manque pas d‘énergie. Ses phrases naïve et sa bouille innocente ferait fondre le plus dur des cœurs de pierre. Pourtant, elle n’est pas si ingénue que l’on voudrait bien le croire. En effet, avant tout altruiste, Rozen tire ses forces et ses états d’âmes de son entourage. La jeune fille voudrait faire le bonheur du monde et un sourire lui étant adressé est le meilleur cadeau qu’elle puisse recevoir. Au grand dam de son frère, elle est persuadée qu’avec un peu de soi et de bienveillance, le monde deviendrait meilleur. Ses dons font qu’elle est partout où on en a besoin et qu’elle tient vigoureusement à aider son prochain. Aussi, et vous l’aurez compris, Rozen est têtue et déterminée et parfois même un peu susceptible. Certaines de ses acquis et en quête permanente de reconnaissance, elle ferait absolument tout pour un peu d’attention dans ce monde de brute. Heureusement, Rywan est là pour la protéger de ses bêtises et de sa témérité.

Oh, si elle fonce sous ses impulsions, elle n’est pas sans crainte. Loin de là. Depuis qu’elle a appris à soigner, elle est bien plus mûre mais aussi bien plus triste. Il lui arrive de penser qu’elle n’aurait jamais du accepter le rigoureux apprentissage qu’elle a suivi pendant quatre ans tant elle souffre des souffrances d’autrui. Et il n’est pas rare de la voir tout à coup trembler de peur ou pleurer de déceptions. De santé fragile, car elle a très jeune et pendant longtemps négliger son capital santé et son sommeil, elle est parfois sujette à des malaises plus ou moins handicapants.

Rozen aime Rywan plus que tout. Non seulement d’être toujours là pour elle et de lui ressembler comme deux gouttes d’eau, ils partagent les mêmes peines. Il fait partie intégrante d’elle-même bien qu’ elle admire son courage et sa sincérité, convaincue qu’elle serait incapable de tant d‘efforts. La jeune fille aime se blottir dans ses bras. Son frère est comme une béquille pour elle et dans ses yeux elle peut voir un monde plus beau. Si Rozen venait à le perdre ou à s’en séparer, elle ne serait plus que l’ombre d’elle-même. C’est véritablement pour son frère qu’elle veut devenir plus forte.


PROLOGUE


Issue d’un amour entre deux séraphins d’Adiryl, Rozen naquit avec son frère aux alentours des grandes plaines de Feleth. Quelques jours plus tôt, la mère avait fuit son compagnon s’étant montré tout à coup violent, pour chercher en urgence un endroit calme et bienveillant où accoucher. Cependant, elle ne trouva pas sur Adiryl l’aide souhaitée et vagabonda sur les terres Felethiennes alors épuisée par la grossesse arrivant à terme et par l’agressivité de son amant qui n’avait de cesse de la poursuivre.

Exténuée, la mère fut contrainte de mettre au monde les jumeaux sous la peur de l’arrivée de son ancien compagnon. Elle eut tout de même le temps d’écumer un village, installant ses petits dans un panier de fortune, l’un à côté de l’autre avant qu’il ne se présente devant elle. Déjà au bord de l’évanouissement, elle ne put rien faire contre celui qui l’étrangla jusqu’à ce qu’elle perde la vie. Dans ses derniers instants, elle espérait seulement qu’il prenne en pitié leurs enfants et qu’il les emmène là où ils seraient en sécurité...

Les plaintes assourdissantes des nourrissons interpellèrent une femme cueillant quelques plantes non loin. Infertile, elle se réjouit de trouver deux bébés se ressemblant comme deux gouttes d’eau à ses pieds sans adulte responsable autour. Et les minuscules ailes immaculées dépassant de la vannerie n’entamèrent en rien sa joie et son excitation. Elle ajusta autour de celles-ci le draps dans lequel ils étaient emmitouflés et ramena les deux êtres pour les montrer à son amant.

LES DEBUTS


D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Rozen avait toujours vécu entourée d’humains et avec son frère, Rywan. Seules créatures ailées, les jumeaux durent constamment dissimuler leurs plumes blanches sous une pièce de tissus même par fortes chaleurs et sans vraiment comprendre pourquoi. Il leur semblait, du moins à Rozen, qu’ils n’étaient pas nés dans le bon monde. En effet, leurs parents ne leur ressemblaient pas et leur entourage, encore moins. Ce fut de la douce voix de leur soi-disant mère qu’ils comprirent qu’ils étaient des « anges » comme elle aimait si fort les appeler. Et certainement les deux seuls anges Felethiens.

Les jumeaux grandirent dans la tendresse et l’amour de ceux qui les avaient adoptés. Leurs ailes, jusque là minuscules et duveteuses devinrent en quelques années belles, vastes et vigoureuses. Ce fut quelques temps plus tard qu’ils découvrirent leur utilité, virevoltant avec agilité dans les bois environnants alors que personne ne pensait à lever la tête pour contempler les nuages et marquer une pause. Ainsi, jusque là complètement inséparables, les anges commencèrent chacun à développer une personnalité propre. Rywan apprit à jouer de la flûte et sortait les troupeaux avec son père tandis que Rozen participait à la cueillette avec sa mère. Leurs chants d’alors les encourageaient à continuer malgré leurs pieds abîmés et leurs maux de dos. Un jour, cependant, Rozen accompagna son frère dans les pâturages afin de remplacer un temps soit peu son père qui était tombé malade. C’est ainsi qu’à neuf ans, elle eut la prétention de s’interposer entre un jeune agneau et un vieux loup blessé. Alors qu’elle était coincée, que le loup la fixait de ses yeux d’ambres en bavant, elle chanta pour se donner du courage. D’abord doucement , comme à elle-même, ce qui fit grogner la bête. Puis plus fort et avec conviction. La jeune fille ne comprit pas pourquoi, mais le loup se sentant tout à coup menacé, fuit pour ne plus jamais revenir. Rywan accourait tout juste vers elle.

Peu après, la mère encouragea Rozen à se promener dans les bois en solitaire. La jeune fille obéit, un peu peinée que sa mère la rejette d’une telle manière et loin de se douter que sa voix jusque là des plus humaines ait tout à coup muté en chant d’oiseau. Elle s’écarta, et une fois qu’elle ne vit plus sa mère, elle reprit sa chanson. C’est alors que la fillette tomba sur un homme étalé au sol et dont le sang inondait la terre. Il se retourna lentement vers elle et lui demanda de poursuivre son chant . Ne pouvant désobéir à un mourant à seulement dix ans de vie et ne sachant que faire, la gamine chanta encore et encore pour le voir se relever plus facilement qu’espéré et s’approcher d’elle, menaçant. Fatiguée et paniquée, elle ne put rien faire contre lui. Il l’assomma.

L'APPRENTISSAGE


Quelques jours plus tard, il fut miraculeusement sur pieds et ramena Rozen chez elle. Il se présenta à ses parents, les rassura car il n'avait absolument pas touché un cheveu de leur fille qui était devenue sa disciple depuis peu. Bien sûr, les parents furent inquiets et nerveux. Ils ne crurent pas aux premiers abords qu'il avait bien traité Rozen et ne voulurent en aucun cas la lui céder. Mais la gamine, n'écoutant que son coeur, se rendit chez lui des nuits durant. Elle avait tout expliqué à son frère et les paysans qui lui servaient de parents ne pouvaient l'en empêcher.
Chez le Haut-Elfe, Rozen, alors détentrice de plusieurs sorts, apprit à reconnaître les plantes et à utiliser leurs vertus pour soigner. Elle exerça aussi sa voix afin de découvrir tout son potentiel magique. Il lui arrivait de s'endormir sur les pages abimées d'un vieux grimoire ou bien de s'évanouir de fatigue après avoir lancé un sort. La gamine tomba bien maintes fois malade dans l'année et lorsqu'elle ne trouvait pas la force de se lever, le Haut Elfe venait à son chevet pour la soigner et l'encourager.

L'ECHEANCE


Une malheureuse aile dévoilée en public et les jours devinrent tout à coup beaucoup plus sombre. Les villageois se mirent à haïr la famille qui avait recueilli ces êtres informes et la famille commença à se cacher. Cette mascarade dura quelques mois avant de cesser avec le sacrifice des parents adoptifs. Les anges, eux, s'étaient enfuis à tire d'ailes. Qu'était-il advenu du Haut-Elfe enseignant à Rozen ? Personne ne le savait à part la jeune fille. Et en partant, il lui avait demandé de rejoindre la rébellion.




La douce Rozen regardait le grand homme aux oreilles pointues et aux cheveux de feu marcher devant elle et l’écoutait soupirer tandis qu’ils approchaient du foyer qui l’avait accueillie quelques années plus tôt. Ses soupires en disaient long, il redoutait le regard des parents adoptifs de Rozen qui le prendrait pour un criminel et le toiserait avec méfiance. Pourtant, il n’était pas un mauvais bougre, la jeune fille le savait, bien qu’il lui ait un peu forcée la main afin de le soigner des jours durant. Elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, pour une quelconque raison, il était déterminé à ne pas mourir. Rozen posa sa main sur son bras, plongeant ses grands yeux couleurs noisettes cernés de fatigue dans les siens sans rien dire, pour l’encourager, puis devança le Haut-Elfe alors qu’il ralentissait l’allure. Le jardin fut traversé. La gamine toqua à la porte de bois puis l’ouvrit.

Les grands yeux que firent Melena, Guéric et Rywan auraient fait rire Rozen si elle n’aurait su qu’un terrible conflit était en préparation. Sans attendre, Melena vint la serrer dans ses bras en pleurant et l’écarter du grand homme qu’elle avait soigné. Guéric quand à lui considéra méchamment l’inconnu et lui demanda avec brusquerie de décliner son identité.

« Je me nomme Aldaron et je suis archimage. Me voici afin de vous rendre votre fille que j’avoue avoir gardé quelques jours. » annonça le Haut-Elfe avec calme.
_ « Laissez moi vous dire, Aldaron, que ce que vous avez fait est illégal. Partez immédiatement !  Vous avez de la chance que la nuit soit tombée. Dès demain, j’avertirais les autorités ! »
_ « Papa ! Il n’a rien fait de mal, je t’assure ! »
_ « Humpf, prévisible humain, sache que je n’ai pas touché ta fille. Cependant, elle m’a sauvée la vie. C’est pour cette raison que je suis venu vous proposer , à toi et à ta femme, de lui apprendre la magie sous mon ensei...»
_ « Rywan, cette affaire ne te concerne pas. Vas dans ta chambre. »siffla le père en contenant sa colère.

Rozen vit son frère ange obéir avec peine, elle eut le temps de lui envoyer un petit sourire rassurant dans l’entrebâillement de la porte. Puis c’est avec panique qu’elle vit son père brandir une fourche. Son cœur commençait à battre la chamade. Que faire ? Elle s’agita un moment, mais sa mère, la peur au ventre ne voulait pas la lâcher. Rozen, des larmes aux coins des yeux, remarqua que Aldaron passait déjà l’entrée pour s’enfoncer dans la nuit noire, seul. Son cœur fut affreusement peiné de constater qu’il renonçait si facilement à elle tandis qu’il avait promis d’en faire sa disciple un ou deux jours plus tôt.
Mais l’espoir revint quand sa mère la lâcha pour s’adresser à son compagnon.

« Guéric, tu exagères. Renvoyer cet homme ainsi… »
_ « C’est un fou, Melena. Un fou qui a agressé ta fille et qui l’a assez traumatisée pour qu’elle prenne sa défense ! »
_ « Non, tu ne comprends rien ! Comme d’habitude ! Il est archimage et il a les oreilles pointues. Je suis certaine qu’ils pourraient aider Rozen et Rywan à connaître leurs origines et à mieux s’accepter. Je vais lui parler… »
_ « Melena, ne fais pas ça …! »

Trop tard. Le sourire de Rozen s’étira jusqu’à ses joues, les gonflant de joie et d‘innocence. Elle se précipita vers la fenêtre et assista à la scène. Sa mère courrait à perdre haleine vers une silhouette sombre au loin. Au vu de sa taille, il ne pouvait s’agir que d’Aldaron.




-Je serais présente tous les jours sur le forum et aurait un rythme de post assez soutenu (allant de trois fois par semaine à une fois tous les dix jours.) J'apprécie des partenaires qui postent aussi vite que moi et qui, comme moi, prennent souvent des nouvelles des autres. Aussi, mes longueurs de post sont variables mais je fais toujours au mieux.

-J'ai connu Feleth par Néro qui m'a gentiment proposée de m'y inscrire alors que je cherchais un forum où jouer un ange. Merci Néro :) Je suis venue avec Rywan et Ellie.

-Je trouve le graphisme très bien mené avec l'ambiance adéquate. Je le trouve cependant trop cloisonné (il aurait besoin d'être un peu plus aéré) et les images de nouveau message trop discrètes. Sans ça, c'est parfait :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Une Colombe Egarée   Mar 19 Mar 2013 - 6:40

Parfait cawa
Je te valide, n'oublie pas de modifier ton profil et passe ici pour ton rang :
Néro, Elem est venu ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une Colombe Egarée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-