''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Rose Howard

Visée meurtrière

________________

Rose Howard
________________


Race : démon commun
Classe : invocatrice
Métier : mercenaire et espionne de haut talent
Croyances : aucune
Groupe : solitaire

Âge : 18 ans

Messages : 53


Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] _
MessageSujet: Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]   Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] EmptySam 23 Mar 2013 - 2:32

Je n’arrêtais pas de courir. Mes blessures me faisaient souffrir le martyre, m’amenant de plus en plus au bord de l’évanouissement. Voilà comment tout a commencé, voilà comment cette journée maudite a changé ma vie.

Tout débute la veille où on m’avait confié une mission dite « de la plus grande importance ». Je croyais tuer un grand souverain entouré d’une horde de garde ou encore de ranger discrètement dans une pièce voler un objet précieux, lui-même sur protéger. Telle ne fut pas ma surprise lorsque ma mission consistait seulement de battre un homme, sûrement un ivrogne, d’un village près des ruines et des cryptes. Il en était le chef et bon but était de le mettre au tapis par un concours de buvette. Mon envie de tuer mon futur employeur ne fut jamais aussi grande, mais lorsqu’il me dit la somme en cas de bonne réussite, un sourire se décida sur mon visage. 2000 pièces d’or !!! En gros, je devais battre le chef d’un village à un concours qui « boit le plus à gagner » pour gagner cette somme. Après quelques minutes de négociation, je fis monter la somme jusqu’à 3000 pièces.

Le soir venu, le duel commença. J’avais pris une chambre pour la nuit, car je serais qu’une fois ma mission finit je ne pourrais pas faire autre chose que de dormir. Je mis tout de suite la barre haute en buvant ma première chope de bière d’un seul trait. Quelques brouettes plus tard et 56 bières, nous étions encore tous les deux dans la course. Se fut qu’à la 57° chope que le chef de la ville tombait ivre mort sur le sol. J’avais gagné !!! Je me sentis tout d’un coup très mal… J’avais gagné, mais à quel prix ? Je montai d’un pas très mal assuré dans ma chambre, m’allongeai et m’endormit. Juste avant que Morphée m’emporte, je me sentis pitoyable d’avoir accepté une mission aussi minable. Ma nuit fut très agitée et de nombreux songes vinrent m’envahir.

« Dépêche-toi »

Une femme me tira par le bras pour me faire avancer plus vite. Je la suivis autant que je pouvais. Cette dame avait quelque chose de familier, de rassurant… On se situait dans un tunnel sombre où des torches, accrochées régulièrement brûlaient, éclairant par des tâches l’endroit qui nous entourait. Je ne savais pas où j’étais, pourquoi j’étais là… Mon regard se concentra sur la dame : elle avait l’ai effrayé, apeuré, essayant de fuir quelqu’un ou quelque chose que je ne voyais pas. Une sensation étrange régnait en moi, une sensation que je ne connaissais pas. Tout d’un coup, on passa devant un miroir, et ne fut pas l’étonnement lorsque je vis mon reflet. Au lieu d’être une belle demoiselle de 18 ans, j’étais un style de « mini moi ». Une fille de 7 ans, 8 maximum portait une robe blanche salie par de la poussière à certains endroits, la rendant grise, voire noire. Je m’arrêtais et m’examina : je levais un bras et le reflet fit de même. Je ne pouvais pas y croire. Je ne pouvais pas être…

« — Allez Rose, nous avons pas beaucoup de temps. Viens, me cria la femme que j’avais complètement oubliée en m’arrachant de plus belle mon bras.
— Mais, Ma… »


Je me réveillais soudain. J’eut un moment de doute, et alla vite courir à un miroir pour voir si j’étais bien moi. Oui, j’avais bien rêvé… Mon reflet me montrait bien une femme de 18 ans au beau trait, à la silhouette de nymphe… En gros j’étais bien moi. Un mal de tête m’envahit, me faisant grimacer de douleur. Une bonne gueule de bois après une belle journée de fête. Je me préparais, remis le peu d’affaires que j’avais sorties dans mon sac et descendit dans la salle commune. Là, mon employeur m’attendit avec ma récompense. 3000 pièces d’or… C’était pas rien comme même. Il les avait mis dans des sacs de 500 pièces, faisant en tout… J’ai trop mal au crâne pour compter. Je vérifiais qu’il y avait le bon nombre supposé, en donna un à l’aubergiste (pour le remercier pour la cambre et de toutes les boissons) et m’en alla de ce coin pommé. Manque de bol pour moi, ce fut jour de marché. Les bruits étaient amplifiés par mille, m’arrachant de nouveau une grimace. Je fis tout de même quelques emplettes, m’achetant de nouvelles lames, de nouveaux habits et surtout un nouveau sac. Vers midi, je quittais la ville en direction des ruines. Malheureusement à quelques lieux de celle-ci je tombais sur le chef de village. Pour en rajouter une couche, au moins une vingtaine de ses camarades attendaient avec lui. Quelle joie pouvait-on voir lorsqu’il m’aperçut. L’homme que j’avais battu la veille s’approcha, tout en gardant son sourire narquois et sadique.

« — Tu sais à cause de toi, déclara-t-il d’une voix tout à fait abjecte, j’ai perdu mon rang de chef du village ? M’ayant battu, mon contrat s’annulait par la même occasion. Maintenant ma chère tu vas me le payer.

— Eh le vieux ! J’ai rien demandé moi, répondis-je avec morosité. On m’a confié un boulot, je l’ai fait. Un point c’est tout. Maintenant laisse-moi passer, j’ai d’autres soucis à régler que ton histoire de rang ou je ne sais pas trop quoi »

C’est vrai que je n’étais pas dans l’état de me battre. Mon mal de tête se faisait de plus en plus intense, et la seule chose que je pensais en ce moment était de m’allonger à l’ombre d’un arbre et de piquer un somme. Mais je sentis tout de suite qu’ils n’allaient pas me laisser tranquille. Mon état ne faisait qu’empirer, et empirera de plus en plus que la journée avancera.

« Allez-y les amis !!! Faites-lui payer son affront »

À peine eut-il fini de prononcer ses mots, une vingtaine d’hommes armés se jetèrent sur moi. J’invoquais ma créature et me préparais au combat, malgré l’accentuation de mon mal de tête. Ma petite Biscotte en tua une demi-dizaine et je fis de même. Mais d’un coup, la douleur s’accentua à tel point que je me pliais en deux. Un notre souvenir surgit de ma mémoire sans que je puisse me contrôler.

Cette fois-ci, on c’étaient arrêtées la dame et moi à une intersection. On entendit des bruits de pas, et deux personnes apparurent. L’un était un homme de la trentaine et l’autre un adolescent, sûrement une quinzaine d’années. Deux autres personnes arrivèrent ensuite, années d’une vingtaine d’années. Sans me regarder, la femme m’ayant emmené jusqu'ici m’ordonna de rester avec l’adolescent et les adultes se mirent à l’écart pour discuter. Un grand sentiment de tristesse m’envahissait, et j’avais beau cherché pourquoi, je ne trouvais pas la réponse. Le jeune homme m’entoura de ses bras musclés, me serra contre lui et me dit d’une voix douce et mielleuse :

« Ne t’inquiètes pas soeurette, je suis là pour te protéger. Quoiqu’il arrive, tu peux compter sur moi. »

Rien que son étreindre faisait disparaître ma peur. Les adultes revinrent nous voir, tous en baissant les yeux, et uniquement le plus âgé parla :

« Je suis désolé Danarius il faut qu’elle parte… Pour le bien de tous. Allez, relâche là »

Cette simple phrase fit crisper les muscles de mon supposé « grand frère ». Il étreignit encore plus son étreinte, ne voulant pas me laisser partir. Les deux hommes de la vingtaine mirent toutes leurs forces pour nous détacher. Ils eurent beaucoup de mal à le retenir, et pendant ce temps là, le chef du groupe me mit sur son épaule. Je me débattis de toutes mes forces, mais il était beaucoup plus fort que moi. La dame me mit un morceau de tissu devant le visage, et avant que l’obscurité m’envahisse, je pouvais voir une dernière fois le visage de l’adolescent. Son regard aux yeux bleu ciel mélanger au vert, me fixant avec une telle force qu’il pourrait voir mon âme, sa chevelure brune, et ses traits tirés par la colère, mais délicats. Le croisement intense de nos regards fut le dernière chose avant le noir total. Et cette image restera gravée dans ma mémoire.


Je revins soudain à la réalité. Biscotte avait disparu et je me retrouvais seul devant une bonne dizaine d’hommes armés et bien remontés. Seule solution, la fuite. Aussi vite que j’ai pu, je sortis du cercle qu’ils avaient formé autour de moi, mais je reçus au passage un bon coup de bâton sur la tête. Je sentis un filet de sang coulé, mais je ne m’arrêtais pas pour autant. Je courus aussi vite que je pouvais, en évitant au passage les projectiles qu’ils me lançaient. Je voyais au loin les ruines, mais la distance qui nous séparait me semblait infaisable. Je mis toute mon énergie pour les atteindre, cependant, juste avant de rentrer dans ce champ de pierre et de monument détruit, je reçus un couteau en plein sur le côté. Il m’entailla seulement la chair, mais le sang commença à couler rapidement. Et voilà comment je me retrouvais dans cette situation.

Pour semer mes ennemis, je me cachais au milieu des ruines et ils perdirent rapidement mes traces. Je fis bien attention de ne laisser aucune trace de sang derrière moi, ce qui n’était pas évident avec deux plaies assez graves. Je me posai deux minutes sur une pierre, ceux qui semblait en toute apparence un ancien mur d’une cour ou quelque chose comme sa. Assise par terre avec deux blessures était la position la plus vulnérable dans laquelle je n’avais jamais été. En plus de cela, il fallait rajouter ma fatigue extrême et mon mal de tête pas possible. Bien que je méditais sur mon misérable sort, j’entendis quelqu’un approcher. La seule chose que je pouvais faire, c’était d’attendre que je le voie. Ainsi de longues minutes passèrent et je vis le mystérieux inconnu. Un homme bien sculpter aux cheveux bruns et aux traits plutôt charmeurs. Ce qui me déconcerta le plus fut ses yeux : d’un bleu ciel mélanger au vert. Quelque chose de si familier, de si étrange. Il me regarda, sans un mot, sans un geste. Un râle de douleur sortit de ma bouche, une quinte de toux assez violente me retirant encore quelques grimaces de souffrances. Quoi de mieux dans la vie ? Je sentais mes forces me quitter peu à peu, l’obscurité m’envahir comme dans mon rêve. Je posais ma tête contre la pierre froide de l’ancien monument, sûrement à une époque une pierre d’une grande importance, mais que maintenant n’est devenu que poussière et souiller de mon sang. Étrange manière de penser juste avant de mourir ? Et pourquoi mourir ? Suis-je en train de mourir ? Mon dernier geste, douloureux et très fatigant, fut de regarder l’inconnu droit dans les yeux et de prononcer cette phrase mythique, cette phrase que je n’aurais jamais crut dire un jour :

« S’il te plaît, aide-moi… »

Ainsi, sur cette dernière note de supplice, l’obscurité m’envahit et me posséda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Danarius Kyrarion



________________

Danarius Kyrarion
________________


Race : Élu
Classe : Maître lame
Métier : Esclave Affranchie
Croyances : Je croie en ma lame, c'est tout ce qui importe.
Groupe : Solitaire

Âge : 25 ans

Messages : 50

Fiche de Personnage : Ma fiche de tueur)


Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] _
MessageSujet: Re: Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]   Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] EmptyDim 24 Mar 2013 - 1:56

Le froid de l'eau était quelque chose qui réconfortais Danarius dans tout les moments. C'était une sensation qui lui rappelait que malgré tout ce qu'il pouvait faire, tous ce qu'il avait vécu, il restait malgré lui une part humain. Son regard se perdit dans l'eau du lac, un lac plus froid que n'importe qu'elle autres étendu d'eaux. Sortant nue de l'eau, ses long cheveux noir chutant derrière son crane dévoila son visage charmeur, un visage ne portant qu'une fine cicatrice sur le menton, tendit que sa barbe de quelque jours envahissait ses joue et son menton, laissait un autre coté charmeur sur le visage de cet homme qui, serein, ne semblait s'occuper de rien. Ignorant s'il était seul a se moment la, ignorant mais, se fichant carrément si on pouvait le voir qu'il surgi de l'eau sans gène. Son corps, finement sculpté , dévoilant chaque sillage de ses muscles, chaque rondeurs ou formes sur son corps le rendait encore plus attirant niveau regard. Malgré cela, le solitaire n'était pas le genre a se montrer volontairement mais, quand l'occasion d'être vue , a l'instant même par un groupe de femme qui se cachait le visage de leurs mains en riant, Danarius sortie de l'eau en riant, repoussant a nouveau ses cheveux vers l'arrière. Bien rare son les personnes qui ose s'aventurer ici, encore moins seules, ignorant de qu'elle danger les ruines renfermes ou les créatures dans ses catacombes.

La journée était entamé , son armure sur le dos, sa cape , son Katana et sa dague étrangement enchanté trouvé dans le fond du même lac dans lequel Dana c'était baigner. Il était retourné chez lui, une petite cabane '' emprunter'' a un bandit qui logeait a l'intérieur et c'était fait une bonne poche d'argent en portant le bandit en ville. La maison n'était pas luxueuse mais, elle permettait de vivre et se reposer. Elle bénéficiait de tout pour le guerrier tendit que comme a l'habitude, il pris la route des ruines elle même, pas très loin de la cabane. Un chemin bien ordinaire et normal pour lui allait devenir quelque chose d'autre de plus étrange et bouleversant. De loin, seulement par sa vue perçante semblable a celle d'un aigle, il repéra un groupe dont le vacarme était énorme. Grognant de colère face a un irrespect énorme envers l'endroit, il continua son chemin. Une fois passer les amas de pierre, il entendit des pas rapide mais lourds, comme si la personne boitais et cherchais désespérément a s'éloigner du boucan qui approchait. La colère du solitaire était visible par le simple fait que sa main agrippa fortement le manche en ivoire sculpté en tête de dragon de son katana.

-Vrawk kriikl brikirk laorla ! (Il ce passe quoi ici par les 9 enfers ! )

Il avança plus loin des amas de pierre pour tomber face au ne femme, une femme blessé dont la source des pas venait. Son regard voulait tout dire et ses paroles confirma ce que ses yeux disait. Elle demandait de l'aide. Danarius serra le manche de son arme jusqu’à en sortir de quelque centimètre la lame verte de celle-ci. Au lieu de s'avancer et de faire rugir le métal de son arme, il se tourna et disparu derrière les amas de pierre. Son regard sembla perdu , en plusieurs années jamais il avait été aussi troublé mais, en se moment, il se devait de gardé sa concentration. Rapidement, il contourna les pierres, laissant croire a la femme qu'il n'avait pas entendu sa demande et bien que visiblement, il se retrouva derrière une dizaine d'homme armé. La femme rampais vers l'arrière, voyant le premier homme approcher et tendre la mains vers elle. D'ou il était, seul la femme pouvait le voir, seul deux perles bleu acier était visible sous sa capuche noir et bientôt, se fut une lumière blanche et aveuglante qui envahi les alentours. Il c'était téléporté devant l'homme qui s'apprêtait a agripper la femme, dans une poussé étrange qui envahissait son esprit, il fit rugir son Katana sur le poignet de l'homme, lui tranchant la main net , laissant que ses hurlements de douleurs envahir l'esprit des autres hommes armés. Dans un habile coup de poignet, il trancha net la gorge de l'homme blessé, avançant lentement vers les autres qui par leurs peurs connaissait l'identité de celui qui se tenait devant eux.

-C'EST CET CINGLÉ DE DANARIUS ! Hurla l'un des hommes avant de foncé sur lui avec une hache a tête papillon suivi d'un géant avec un marteau.

Le solitaire s’avança lentement et agilement, suivant les mouvement des deux hommes, voyant venir un coup de hache a haute hauteur, bougeant légèrement sur le coté pour éviter le tranchant mortelle doublé a la force de celui-ci, passant son sabre sur le mollet du premier et disparaître dans le dos du titan pour lui planté sa dague dans le crane. Durant se temps, un coup fit reculer Danarius alors que le tranchant de la hache percuta son armure au niveau des cotes, lui fessant soufflé un long soupire d’étouffement par le manque d'air qui se fit ressentir. Sans rien faire d'autre, il disparu de sa position et apparu derrière l'homme a la hache, mettant fin a ses jours aussi rapidement que son coup de hache. Essoufflé il pris son Katana, s’avançant vers les hommes restant qui s’élançait sur Danarius avec brutalité et force. Malheurs a eux, tous équipés d'arme blanche léger, le solitaire ne fit que danser mortellement, semant la mort sur eux , sans qu'il ne puisse faire quoi que se soit, la maîtrise de Danarius trop accrus pour eux. Une fois les corps sur le sol, la cape de Danarius vola au vent, laissant ses cheveux noir plaquer derrière son crane, il se retourna vers la femme , sa respiration courte et rapide laissant le sang sur son katana perlé sur le gazon. En s'approchant lentement, il s'écroula a genoux, posant sa main sur son oeil gauche, gémissant d'une étrange douleur alors que de léger souvenir remonta en lui. Des souvenirs de tristesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose Howard

Visée meurtrière

________________

Rose Howard
________________


Race : démon commun
Classe : invocatrice
Métier : mercenaire et espionne de haut talent
Croyances : aucune
Groupe : solitaire

Âge : 18 ans

Messages : 53


Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] _
MessageSujet: Re: Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]   Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] EmptyDim 24 Mar 2013 - 13:14

Je me retrouvais cette fois-ci dans une salle immense, de forme circulaire où en son centre des hommes encapuchonnés discutèrent. Dès qu’ils nous virent, le silence s’installa dans ce lieu sombre. On pouvait voir des statues d’homme et de femme, alternativement mise, collé au mur et avec la même position : ils portaient tous une cape et tendaient les mains où une boule était posée en leurs creux. L’homme qui m’avait transporté sur son épaule me posa à terre et baissa les yeux devant les êtres sombres qui discutaient peu de temps avant. La dame alla leur parler, elle aussi avec les yeux baissés, puis recula avec une révérence. De la peur, de l’angoisse, de la tristesse m’avaient envahi, et je connaissais pas l’origine de toute cette agitation intérieure. Un homme noir s’approcha de moi et par réflexe je reculai, mais on me prit l’épaule pour que je ne puisse bouger.

« — C’est elle Grégoire ? Questionna l’encapuchonné à l’homme qui m’avait transporté.

Oui, monsieur, répondit le supposé Grégoire. »

L’être sombre me tourna autour, puis me toucha les cheveux et caressa mon visage. Lors du contact de nos deux peaux, un grand froid m’envahit et je repoussai cette obscurité qui voulait me posséder.

« Elle résiste… J’en pensais pas moins pour un être tel qu’elle. Qu’on la mette dans le cercle »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Grégoire me prit et m’emmena au centre de la salle, m’enchaîna avec les menottes qui était posées là et repartit. Les hommes sombres se mirent en cercle autour de moi à la limite du dessin dessiné au sol. Ils commencèrent à parler, dans une langue totalement inconnue, et les boules des statues commencèrent à s’éclairer. De la fumée noire s’en échappa, venant tourner autour de moi. S’en que je m’y attende les ombres entrèrent en moi et de nouveau ce froid m’envahit. Je luttais autant que je pouvais, mais cette force était beaucoup trop forte. Alors qu’elles allèrent atteindre mon âme, l’adolescent que j’avais vu entra dans la salle et émit une lueur aveuglante, comme une étoile tombée du ciel.


Je rouvris de nouveau les yeux. Me voilà de nouveau dans mon vrai corps… Ou en tout cas le corps d’une belle femme meurtrière. L’homme que j’avais aperçu s’était éloigné, il était juste derrière des amas de pierres. Merde… Il m’a pas entendu… Bon ba temps pis, je vais sûrement trouver un autre moyen de me sortir de ce tas d’ennuis. La douleur avait repris dans tout mon corps, ne favorisant pas ma concentration. Avant que je puisse avec la moindre idée, une dizaine de personnes s’était présentée devant moi. Je pouvais pas tomber plus bas. Le chef de la troupe, qui était également l’ancien chef du village, me fit un sourire sadique lorsqu’il me vit. Il s’approcha de moi en me tendant la main pour m’attraper, mais moi je rampais (eh oui je rampais) en arrière pour m’éloigner de cet être abject. Je regardai de nouveau l’inconnu encapuchonné où je pouvais voir deux yeux bleus acier. D’un coup, une lumière blanche aveuglante surgit de cet être. Comme dans mon rêve… Il s’était téléporté juste devant moi, faisant obstacle à mon ennemi. D’une rapidité extrême, l’inconnu coupa la main de son adversaire puis lui lacéra la gorge.

« C’EST CE CINGLE DE DANARIUS !!! Cria un homme du groupe. »

Ce nom… Ce n’était pas possible… Non je dois sûrement rêver ce n’est qu’une simple coïncidence… Mais il y avait trop de coïncidence… Deux hommes vinrent l’attaquer et en moins de temps qu’il en faut pour le dire, il les tua. Il fit de même avec tous les autres, ne faisant presque pas de bruit, aussi rapide que le vent en pleine tempête. Le silence revint de nouveau. On entendait seulement le souffle court et rapide de mon sauveur. Il se retourna dans ma direction, m’observa pendant quelque temps et s’écroula à genoux comme si une douleur l’avait emparé. Je ne sais plus trop quoi penser… Tant de choses se bousculent dans ma tête, dans d’image me vienne et je suis même plus sûr que mon passé que je croyais être n’est quant faite qu’une illusion. Beaucoup trop de coïncidence ces derniers temps… Tout a commencé lorsque j’ai trop bu… Sa a dû sûrement libérer ma mémoire des blocages qu’on m’avait faits dans mon esprit… Mais qu'est-ce que je raconte là, je perds la tête !!! Mais en même temps sa pouvait être une possibilité. De longues minutes se passèrent dans ce silence pesant, n’entendant que le vent dans les ruines. Un autre groupe débarqua, lui-même composé d’une dizaine de personnes. Mais à la base, ils n’étaient pas qu’une vingtaine ? Oh les enfoirés!!!! Ils observèrent avec terreurs la scène qui s’étendait devant eux, nous regardèrent avec mépris et colère et s’approchèrent à grands pas. L’inconnu aux yeux bleus acier sortit de sa transe, si on puis dire, et se retourna pour voir ce qui se passait.

« Vous me faites tous chier, vous le savez!!!! Allez tous pourrir en enfer !!! Dis-je avec énervement.

Sa commençait à bien faire. D’abord ils me blessent, ensuite ils veulent m’attraper et enfin ils veulent me tuer. Faut arrêter de déconner !!! Il faut s’avouer vaincu au bout d’un moment. Ma rage montait en moi sans que je ne puisse rien faire, sans que je puisse la contrôler. Des ombres sortirent du sol et foncèrent sur nos ennemis. Chaque ombre se transformait en une arme, tuant au passage tout le petit groupe. Ils moururent avec rapidité nous laissant de nouveau dans cet environnement silencieux. Je me levai avec difficulté, grimaçant de douleur, et je remerciai au passage l’homme qui m’avait sauvé la vie. Alors que j’essayai de faire un pas, je trébuchais lamentablement. La honte comme même. Mais au lieu de tomber au sol, ce fameux inconnu me rattrapa. Nos regards se croisèrent, et la même sensation m’envahit que dans mon rêve. Je me sentais en sécurité auprès de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Danarius Kyrarion



________________

Danarius Kyrarion
________________


Race : Élu
Classe : Maître lame
Métier : Esclave Affranchie
Croyances : Je croie en ma lame, c'est tout ce qui importe.
Groupe : Solitaire

Âge : 25 ans

Messages : 50

Fiche de Personnage : Ma fiche de tueur)


Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] _
MessageSujet: Re: Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]   Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] EmptyLun 25 Mar 2013 - 3:54

La douleur, une sensation bien étrange qui n'avait pas frapper le pauvre homme depuis longtemps. Cette douleurs qui lui martelais le crane sans cesse alors que son passé se dévoilait par séquence brisé. S'il avait été présent en ville , on l'aurait pris pour un fou a le voir comme sa, écrasé au sol a hurler soit d'une violente rage ou, d'une douleur atroce. Jamais cette douleur n'avait été aussi forte, jamais dans son temps malheureux a regarder son arme et son armure accroché au mur du salon de sa maîtresse, il n'avait souffert ainsi.

Il ouvra grand les yeux, se redressant , les cheveux couvrant son visage, il posa genoux au sol en redressant son dos, levant la tête en rejetant ses cheveux vers l'arrière. La vue que laissait voir ses yeux était flou, a cet instant il pouvait voir que des ombres faire tomber des hommes dans des hurlements de douleurs et d'agonis, laissant voir les flots de sang couler au ralentis alors que sa vision changea, le laissant voir quelque chose d'autre, un champs de bataille ? Une extermination ? Non seulement la mort qui déboulait vers lui de son passé. Il se tenait dans la même position, les cheveux en bataille , le visage couvert de sang. Son Katana planté dans le sol, laissant le pommeau sculpté en tête de dragon percé le contour au travers le soleil orange qui baissait derrière les montagnes, il se battait mais, avec qui ? Une réponse qu'il ne pus savoir, par le sourire qu'il fit, laissant une légère goutte de sang de perler sur ses lèvres, il avait été touché plus sérieusement au cotes qu'il l'aurait cru par le coup de hache a double tête papillon.

Le gout de son propre sang le fessait redevenir humain, une sensation qu'il n'avait depuis longtemps pas ressentie alors qu'il était sortie du portail qui l'avait transformé en Élu. Bien qu'il croyait les inconnus éliminer, se fut entre deux respiration qu'il remarqua, l'un des hommes au retrait, tenant une lourde arbalète, prêt a tirer droit sur la femme . Il avait trop usé de la magie mais, il puisa même dans sa force vital même affaiblis pour disparaître dans une faible lumière blanche et se figer droit devant l'homme alors que le carreau se planta dans son épaulette, laissant la pointe percé la plaque d'os et percé son épaule. Surpris par l'apparition soudaine, l'homme se figea a son tour, clignant pour la dernière fois de sa vie avant de voir le sourire ensanglanté de Danarius lui trancher la tête d'un seul coup de sabre. L'homme se tourna lentement, sentent le vent froid et mordant se lever contre son visage, levant la tête et fermant les yeux, il contempla la douleur qui parcourra son corps, c'était une résurrection parmi les vivant, un nouveau pour lui. Il ne resta pas longtemps ainsi, rangeant rapidement la main tremblent son Katana, il s’avança lentement vers elle, qui tenta aussi de se lever mais, chuta vers l'arrière, atterrissant contre lui, accrochant le carreau figé dans son épaule. Dans un gémissement de douleur masquer mais perceptible, il redressa la femme.

-J'ignore qui tu est mais, tu devrais te déclinez sur le champs, je crains guère que tu ne veuille rejoindre ceux qui son allongé au sol.

Sa voix restait calme et posé, malgré la douleur qui déformait ses mots, il ne la fixait pas, ses yeux caché par ses cheveux qui lui tombait au visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose Howard

Visée meurtrière

________________

Rose Howard
________________


Race : démon commun
Classe : invocatrice
Métier : mercenaire et espionne de haut talent
Croyances : aucune
Groupe : solitaire

Âge : 18 ans

Messages : 53


Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] _
MessageSujet: Re: Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]   Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] EmptyMar 26 Mar 2013 - 19:22

Je me relevai de toute ma hauteur. Donc il ne me reconnaissait pas... Pourquoi sa ne m'étonne qu'à moitié. Je soupirai. Je devais agir, réfléchir quoi faire, comment lui faire souvenir. Une chose était sûr, je n'allais pas partir sans qu'il se rappelle de moi, même si je devais en mourir. Je m'éloignais de quelques pas, ou plutôt je boitais. Des souvenirs apparurent de temps à autre dans mon esprit, n'arrangeant pas mon mal de crâne.

« Danarius... Commençai-je. Je ne savais pas comment lui dire. Tu as fait tellement de chose pour moi, à moi de te renvoyer l'ascenseur. »

J'avais essayé ce sort que très peu de fois mais je pense que en me concentrant j'y arriverait. Je me mis dans un état de transe, des ombres apparurent autour de moi ainsi qu'autour de Danarius. Il avait beau se débattre, l'obscurité demeurait autour de lui et pénétrait également dans son corps. Au fur et à mesure que les minutes passèrent, des plaies apparurent sur mon corps, une fatigue s'emparait de moi. Au bout d'un certains temps, les ombres disparurent, tout d'abord autour de mon frère et ensuite de moi. Le processus était enfin terminé... J'ai réussi... J'observais mon corps où de nouvelles blessures étaient apparut. La flèche qui était planté dans l'épaule de mon sauveur avait disparut et était maintenant dans la mienne. Également, une entaille se voyait où du sang coulait sur le côté de mon corps. Danarius parut étonné, me regarda avec intérêt, avec curiosité.

« J'ai fait un transfert de blessure, répondis-je à sa question qu'il se posais. Généralement je le fais avec mes ennemis, mais la je l'ai fait avec toi. Te voilà débarrassé de toutes tes blessures physiques et une partie de ta fatigue. »

Une chose de faite. Maintenant je devais me soigner. J'ouvris mon sac, prit quelques bandages que j'avais acheté. Tout d'abord je commençai avec mon bras droit. J'utilisai tellement de bandages que mon bras ressembla plus à celle d'une momie. Ensuite je fit mon bras gauche, mon ventre et enfin je nettoyais ma blessure sur ma tête. Je fis de nouveau apparaître des ombres autour de mon corps pour me changer, ce qui fut en quelques secondes. Maintenant j'étais prête.

« Sache une chose Danarius, tu m'as sauvé tant de fois et je te dois la vie. Tu m'as apprit la persévérance, le courage... Mais surtout d'être une tête de mule, rajoutai-je en souriant. Il faut que tu te rappelle... »

Je laissai ma phrase en suspens. Je fouillai de nouveau dans mon sac, pris une paire de gant sombre, un collier avec un médaillon et me les mit. Je vérifiai si toutes mes armes étaient bien à leur place et déplia ma faux. J'allais tout faire pour qu'il s'en souvienne.

« ...Que je suis ta sœur, et donc que je ferai tout pour que tu t'en rappelle. Regarde moi dans les yeux, et si tu veux te battre, je suis prêtre. »

Je me mis en garde et attendit sa réponse. Une réponse, quel qu'elle soit, me sera satisfaisante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Danarius Kyrarion



________________

Danarius Kyrarion
________________


Race : Élu
Classe : Maître lame
Métier : Esclave Affranchie
Croyances : Je croie en ma lame, c'est tout ce qui importe.
Groupe : Solitaire

Âge : 25 ans

Messages : 50

Fiche de Personnage : Ma fiche de tueur)


Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] _
MessageSujet: Re: Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]   Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] EmptyDim 31 Mar 2013 - 4:31

Le pauvre guerrier était solidement amoché. Rarement dans ses combats il avait été aussi blessé, un solide coup de hache lui avait sans doute déloger quelque cote par l'horrible douleur qui s'en dégageait a chaque mouvement qu'il fessait. Un dangereux gout de sans était présent dans sa bouche , c'était cela qui l’inquiétait le plus. Habituellement, Danarius était habitué de voir du sang s'échapper de la bouche de ses cibles ou ennemis tués. Pas sentir le gout métallique du métal dans sa propre bouche, une sensation de panique l'avait envahi car il n'avait ressenti se gout sur sa langue ou s'il l'avait déjà goûté , il ne devait plus se rappelé , comme beaucoup de chose de sa vie, a commencé par sa supposé ''soeur''.

Alors qu'il se releva a son tour, sous une sourde plainte de douleur, Danarius pris appuis sur son arme, sentent bien profondément le carreau ancré dans son épaule. Il posa sa main ganté dessus, enroulant ses doigts au tour du bout de bois planté dans son armure et sa chaire. Sans perdre de temps, il tira de toute ses force sur le projectile, l'arrachant dans un sourd grondement de douleur, tout en fixant la femme qui disait son nom. Elle le connaissait mais lui, il ignorait tout d'elle. Comme si , une vague d’énergie venait subitement de lui dévoiler qui il était et que Danarius avait été épargné par cette vague. Malheureusement pour lui, il serrait le manche de son arme de toute ses forces, sachant que parfois des vague de souvenirs pourraient remontés mais, rien.

Alors que Rose, reculait pour incanté un étrange sort, il pris son arme a deux mains , ignorant s'il devait ranger son arme ou la planté dans le coeur de cette femme qui pourrait aussi bien faire un sort pour l'achever sur place. Alors que ses doigts se refermaient sur le manche de son arme, il tomba a nouveau a genoux, sa tête voulait explosé sous l'afflux de souvenir qui remontait dans sa tête. Tout ce qu'il voyait était le jeune visage effrayer de Rose alors qu'elle était amenez ailleurs. A la fin, il leva la tête, ne sentent plus rien. Aucune douleur a ses cotes , ni a son épaule. Seulement le confort et bien être d'avant. Alors qu'elle lui expliquait ce qu'elle avait fait, il se releva, épousseta la poussière et autres trucs qui salissait ses vêtements.

Le solitaire fit tournoyer son sabre dans sa main, plusieurs fois alors que la femme était en pleine action de transformation de momification. Son regarde se portait au loin, des formes avait attirés son attention mais, dans l'était qu'il était il n'aurait jamais tenu deux seconde face a la vérité multiples qui se cachait loin et qui s'approchait a grand pas. Alors qu'il ne la laissa pas finir sa momification, il s’avança pour dépasser la femme alors qu'elle fit surgir un faux. Sans dire un mot, il disparu derrière les rocher, laissant seul la femme avec... 4 troll qui émergeait affamer au tour d'elle. Le solitaire les avaient remarqués depuis un moment et il avait choisi le moment parfait pour se cacher. Les 4 bestioles encerclait la femme blesser et que bien malgré sa faux, elle n'arriverais jamais a bout de 4 monstre casi-invincible.



L'un des trolls s’élança, ignorant que caché, se tenait un homme qui n'ignorait rien d'eux. Une encyclopédie sur deux pattes concernant les monstres en tout genre qui rodait sur Feleth. Le monstre chercha a envoyer son bras tenant un gourdin sur Rose, cherchant a l'écraser pour enfin avoir un repas différent de cailloux ou de boue. L'apparition subite de lumière blanche aveugla le troll, laissant son bras tombé au sol et une odeur fine de brûler. Danarius se tenait devant, sabre a la main, armure retirer pour mieux d'ample mouvement. Le bras du monstre était brûler, empêchant la capacité de régénération d’agir.Alors que le première recula, deux s’élança en hurlant. La lumière qui avait aveugler le premier troll refit son entré et laissa les deux autres dans l'incapacité de voir leurs têtes chuté et la lumière brûler leur peaux coupé. Sans perdre de temps, Danarius pris une course, fonçant sur le premier qui s'agitait au manquement de sa main et sa tête alla rejoindre les deux autres déjà au sol. Le dernier troll remarqua le regard noir et meurtrier de Danarius et il ne pris pas mille ans qu'il disparu en courant au travers des pierres des ruines.


Les corps qui s'agitait au sol les empêchait de repousser leur tête par la chaire brûler de la lumière divine de Danarius. Il se tourna vers Rose, récupérant son armure. La fixant dans les yeux en écartant grand les bras, laissant son corps musculeux sous ses yeux.

-Alors, combien de fois je vais devoir te sauver , gamine ?

Il se retourna pour déposer son armure sur une pierre , frappant du pied la tête d'un troll qui au passage, cherchait a lui mordre le pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose Howard

Visée meurtrière

________________

Rose Howard
________________


Race : démon commun
Classe : invocatrice
Métier : mercenaire et espionne de haut talent
Croyances : aucune
Groupe : solitaire

Âge : 18 ans

Messages : 53


Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] _
MessageSujet: Re: Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]   Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] EmptyDim 31 Mar 2013 - 23:05

4 monstres se trouvèrent tout d'un coup devant moi. Et Danarius c'est barré par la même occasion. A juger par leurs tailles, leurs corpulences, mais surtout à leur odeur nauséabonde à faire ressusciter les morts, sa devait être sûrement des trolls. J'en avait déjà rencontré quelques uns, et j'avais passé un très, très, très mauvais quart d'heure. Je m'en suis sorti mais une fois que vous avez combattu 3 mâles dominants sa vous passe l'envie d'en battre d'autre... Surtout que là, en ce moment, j'étais bien amoché à en battre 4. Il paraît que les trolls, pour tuer leur proie, ils leur font une mort rapide... Au moins un truc positif. Je ne réussissait toujours pas à invoquer Biscotte... Pourquoi diable je ne réussissais pas ? Bien sûr, je dis sa d'une manière purement métaphorique. Là, j'étais en face de 4 trolls bien balèze qui me regardaient d'un air affamé. Et un petit crascoute, et un !!! Et qui sera ce petit encas ? Ba moi !!!! Alors que j'essayais tant bien que mal de me mettre en garde, je vis de nouveau cette lumière aveuglante. En moins de temps qu'il en faux pour le dire, mon grand frère massacra tous les trolls. Une fois sa « corvé » fini, il me regarda en écartant les bras :

-Alors, combien de fois je vais devoir te sauver , gamine ?

Gamine ? Il a osé m'appeler gamine ? Mais lui, il va passer un mauvais quart d'heure !!! Pour le moment, je devais me soigner et vite. Un trolls était encore en vie, bien que amoché jusqu'à la moelle. Je refis le transfert de blessure, et il en succomba. Malheureusement quelques unes étaient restés puisque je n'avais pas eut le temps de tous les transférer avant la mort de la créature. Et naturellement je gardais les blessures les plus graves. J'étais bien fatiguée après tous ces efforts.... Et j'avais tant de chose à régler encore. Je vis au loin un autre troll derrière les vieilles ruines qui semblait chercher quelque chose. Lorsqu'il vit l'homme au cheveux bruns il chargea comme un bourrin. Avant même qu'il puisse le toucher, une lame lui coupa la tête et je rattrapai cette arme boomrang que j'avais lancé.

- Autant de fois que je te sauverais gamin, répondis-je à la question de mon frère.

Le soleil se couchai au loin. La nuit arrivai déjà, ne rendant ce lieu moins sûr qu'il ne l'était déjà. J'avais trop abusé de mes pouvoirs mais je devais absolument finir cette mission que je m'étais confié. Avec les ombres, je rassemblais du bois, et cherchais de la nourriture. Elles me ramenèrent un mouton, ne sachant pas du tout où il pouvait venir. J'allumais un feu et commençai à faire cuire la belle bête. Les étoiles apparurent une par une, laissant leur beauté se dévoiler. La lune pleine illuminait de sa lumière bleutée les ruines qui nous entouraient. Par rapport à ce que tout le monde peut penser, les ombres ne sont pas qu'une matière, mais des éléments pouvant avoir leur propre autonomie. Étant née des ombres, ou en tout cas une grande partie, elles m'obéissaient mais en aucun cas je ne pouvais les contrôler contre leur volonté. C'est comme si... Elles possédaient une âme, un esprit, une volonté. Tout ça pour dire que mon pouvoir bien que potentiellement grand pouvait être extrêmement dangereux si je laissais les ombres me dominer à leur tour. D'où ne pas trop épuiser mes sources d'énergie.

Durant de longues minutes, le silence régna dans la nuit. Je regardais le feu crépiter, les flammes danser et le bois se consumer.

« Tu veux retrouver tes souvenirs n'est-ce pas ? Dis-je à mon frère sans lever mes yeux. J'ai un moyen de le faire mais sa serais te mentir si je te disais que sa ne sera pas douloureux. »

En faite je ne savais même pas si sa allais réussir. Mais je devais essayer. Le problème était que s'il retrouvais ses souvenirs peut-être moi je ne réussirais plus à être moi-même.

« Sache seulement une chose avant d'accepter. Lorsque tes souvenirs te reviendront, tu devras m'aider, pas en me sauvant des trolls ou encore de bandits qu'ils veulent ma peau, mais de moi-même. »

Pendant tant d'années j'avais résisté, pendant tant d'années j'avais refusé d'opter à cette solution, pendant tant d'années j'avais peur de ce moment... Et là, sans hésiter, je le faisais pour que mon frère retrouve ses souvenirs... Son passé.

« Alors, veux-tu retrouver tes souvenirs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Danarius Kyrarion



________________

Danarius Kyrarion
________________


Race : Élu
Classe : Maître lame
Métier : Esclave Affranchie
Croyances : Je croie en ma lame, c'est tout ce qui importe.
Groupe : Solitaire

Âge : 25 ans

Messages : 50

Fiche de Personnage : Ma fiche de tueur)


Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] _
MessageSujet: Re: Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]   Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] EmptyJeu 4 Avr 2013 - 7:49

La seule chose que senti Danarius fut le boomerang qui passa près de sa tête et coupa une mèche de ses cheveux. Alors qu'il se retourna, il remarqua le dernier trolls qui c'était enfuis. Alors qu'il tenait sa dague dans sa main, il la rangea, se retournant vers la femme qui se disait encore sa soeur. Au plus loin de son être il n'avait aucun souvenir d'une sœur, en fait, oui mais elle était trop jeune pour ressembler a cette femme. Le plus troublant il croyait que cette soeur avait subit le même passage que sa mère par son père et n'avait pas voulu connaitre le dénouement. Alors qu'il alla chercher son sabre et son armure, il alla les déposer près du coin de feu que sa soeur était en pleine préparation, n'ayant pas répondu a celle-ci concernant le dernier troll, il pris soin de penser a la réponse qu'il aurait pus lui sortir mais, étant très distant de toute autres personnes, il appris a parler que lorsque nécessaire, une chose qui venait aussi bien de re-surgir en lui qu'une lame perforant de la chaire.


Alors qu'elle prépara un feu et ramassant nourriture, Danarius lui pris sa dague et grimpa sur un paquet de pierre, son objectif, être le plus haut possible pour méditer sous la lune. Durant son escalade, elle lui demanda si il voulait récupérer ses souvenir. Il ne répondis pas de suite, grimpant encore plus haut, s'aidant de sa dague pour planter le tranchant et la pointe plus fortement dans la pierre. Le froid ne le gênait guère , torse nue il grimpa a bonne hauteur et regarda sa soeur d'en haut.

-Pourquoi je voudrait récupérer quelque chose que je cherchait a éviter. Je ne veux rien récupérer, cela ne ferais que me briser encore plus le coeur sur mon passer, déjà faudrait qu'il me reste un coeur !

Sur un pilier, il s'installa en tailleur, fixant la lune, fermant lentement les yeux, replongeant dans ses souvenir , des souvenirs qui remonta au plus profond de lui en serrant fermement le manche de la dague.


(DÉsoler si c'est petit... j'ai quelque soucis avec mon inspiration.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose Howard

Visée meurtrière

________________

Rose Howard
________________


Race : démon commun
Classe : invocatrice
Métier : mercenaire et espionne de haut talent
Croyances : aucune
Groupe : solitaire

Âge : 18 ans

Messages : 53


Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] _
MessageSujet: Re: Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]   Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] EmptyJeu 4 Avr 2013 - 19:42

Il grimpa en haut d'un pilier de pierre avec sa dague scintillante de mille feu :

-Pourquoi je voudrait récupérer quelque chose que je cherchait a éviter. Je ne veux rien récupérer, cela ne ferais que me briser encore plus le coeur sur mon passer, déjà faudrait qu'il me reste un coeur !

S'il savait... Après tout ce qu'il a fait, dire qu'il n'a pas de cœur serait dire que le soleil ne brille pas dans le ciel. Pur mensonge, une personne aussi généreuse aimante... Mais il a totalement changé. Je me posais sur le pilier où je m'étais installé, regardant le ciel avec ses étoiles lumineuses. Tant de beauté que je n'allais peut-être plus voir. La lune était pleine cette nuit-là, dessinant des ombres au sol... Tant de beauté réunie en un seul lieu. Je devais me reposer, me détendre et récupérer après tous les efforts de la journée. Et tout ça à cause de quoi ? D'avoir accepté une fichue mission qui m'a donné la gueule de bois. Plus j'y repense et plus je me dis que le destin s'acharne contre moi... Mes sombres souvenirs resurgissent, je rencontre mon frère, mais malheureusement il ne me reconnaît pas, me traitant presque comme un être insignifiant... Alors que mon regard se perdait dans la noirceur du paysage, des mots sortirent l'un après l'autre de ma bouche :

-Tu as le cœur si brillant, si lumineux alors que moi mon cœur n'est plus que noirceur et ténèbres.

Je ne savais pas s'il m'avait entendu, mais peu importait, mon temps était dorénavant compté. De longues minutes passèrent sans que je trouvai le sommeil. J'avais laissé une part du repas à Danarius au cas où il aurait faim. Je tentais d'invoquer ma créature, mais rien n'a faire. Mes paupières se firent de plus en plus lourdes, de plus en plus pesantes. Je devais trouver un moyen de rester un peu plus longtemps avec moi. Une idée qu'il ne pourra pas refuser. Je m'endormis en réfléchissant à comment le retenir.

Le lendemain, je me réveillais au lever du soleil. Mon frère était toujours sur le pilier, mais la part que je lui avais laissée avait disparu. Je préparai donc le petit déjeuner et rapidement, Danarius descendit de son pilier.

-Passer une bonne nuit ? Je t'aie préparé de quoi reprendre des forces.

Je ne savais pas comment faire avec des frères ou des sœurs alors j'essayais d'improviser. Il me regarda tout d'abord d'un air suspicieux, méfiant, mais prit enfin le bol que je lui tendais. Son armure était toujours posée par terre, et je la regardais pendant que je mangeais. Une idée me vint alors.

-Tu sais, tu devrais aller acheter une autre armure en ville, celle-là est bien amochée.

En effet. Une large entaille se dessinait sur le côté, de nombreuses bosses s’étaient formées un peu partout et d'apparence elle commençait à se faire vieille.

-Tu pourrais en même temps faire réparer ton arme, mais après c'est toi qui vois.

Son arme aussi était dans un état : sa lame, bien que tranchante, ne brillait plus comme elle devait, son manche devait être nettoyé et poncé et une vérification ne fait jamais de mal. Moi aussi je devais aller en ville, non pas pour mes armes, mais pour mes provisions. Pendant ma fuite, mon sac s’était vidé et je devais tout racheter. De plus, mes habits étaient dans un piteux état et une petite vérification pour mon arme ne me tuait pas. Un silence pesa pendant que le soleil montait dans le ciel, pendant que les oiseaux chantaient. Nous finissions notre petit déjeuner devant ce beau paysage et j'attendis la réponse qu'il allait me donner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Danarius Kyrarion



________________

Danarius Kyrarion
________________


Race : Élu
Classe : Maître lame
Métier : Esclave Affranchie
Croyances : Je croie en ma lame, c'est tout ce qui importe.
Groupe : Solitaire

Âge : 25 ans

Messages : 50

Fiche de Personnage : Ma fiche de tueur)


Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] _
MessageSujet: Re: Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]   Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] EmptyMer 17 Avr 2013 - 2:33

Il passa le reste de la nuit sur le pilier , assis en tailleur a observer la lune, regardant son arme avec admiration , se sabre qui l'avait suivit durant tant de bataille. Son regard se porta sur la dague, objet ancien trouvé dans le lac près d'ici. Un artefact qu'il ignorait d'ou pouvait provenir son métal et son tranchant mais, il savait qu'il avait trouver un bel objet. Malgré qu'il aimait bien étudier certaine chose, il n'arrivait pas a trouvé la provenance de cette arme. La plus grande chose a ce qu'il tenait était son arme, son Katana et son armure, construit avec le temps de plaque d'os de créatures tuer.

Le principale temps qu'il resta la, fut un repos sur méditation et sommeille. Il était descendu rapidement pour prendre la part laisser par Rose mais rien de plus, préfèrent resté seul la haut. Il se demandait principalement quoi faire, ignorant quoi faire de cette femme qui se disait sa soeur. Il ne se rappelait de rien, même pas de son père ni sa mère, en quoi il devrait se rappeler de sa soeur qui ne devait jamais avoir existé. Elle devait l'enrobé dans un mensonge pour trouvé un protecteur et survivre la nuit.

Une fois la nuit passé, il était resté encore un moment mais, il fini par descendre et voir Rose préparer quelque chose. Regardant d'Un oeil méfiant, il pris ce qu'elle lui tendait et mangea , restant près de son Katana et son armure. Il fixa de façon sombre sa soeur, alors qu'elle parlait de vendre et acheter une nouvelle armure. Il lâcha la nourriture au sol a le mention de réparer son arme. Jamais excepté lui ne toucherais a son armure ni a son arme et sa, il le fit comprendre bien parfaitement par son geste.

-Personne ne touche a mon armure ni a mon arme.

Il se leva et enfila son armure malgré le coup de hache mangé dans les cotes, prenant son sabre qui était en parfaite état et il pris le chemin de sa cabane en stoppant.

-Je craint que ta vision te fasse défaut et que tu n'est pas ma soeur.

Il pris la direction de sa maison suivant le chemin déjà tracé.


(HorsRp: S'TEU PLAIT !!!Joue pas mon perso.... j'ai réussi a rien faire a cause de sa, ne joue pas mes émotion et ne joue pas mes actions, sinon je ferais jamais de poste plus long... surtout ne donne pas l'état de mon arme alors qu,elle est entretenu en bon état tout le temps et que même légèrement amoché, l'armure reste réparable... laisse moi joué mon perso par pitier >.>)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose Howard

Visée meurtrière

________________

Rose Howard
________________


Race : démon commun
Classe : invocatrice
Métier : mercenaire et espionne de haut talent
Croyances : aucune
Groupe : solitaire

Âge : 18 ans

Messages : 53


Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] _
MessageSujet: Re: Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]   Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] EmptyLun 20 Mai 2013 - 14:14

Eh merde... J'ai sûrement fait une boulette. Il était en train de s'en aller et en plus il dit que je suis en train de disjoncter. Je le voyais disparaître au milieu des ruines. Mais où allait-il ? Et moi que devais-je faire ? J'admirais un peu mieux l'environnement qui m'entourait. C'est vrai, depuis que je suis là je me suis fait courser par des gens en furie, puis par des trolls et bientôt sa sera une armée de lapin !!! Les ruines étaient magnifiques à la lumière du levant, et tous les détails de ces pierres, l'eau qui a laissé son sillage, le vent les ayant poli, rendait ce paysage encore plus beau. Une si belle beauté ne pouvais exister et pourtant... Je soupirai, triste et mélancolique... C'était bientôt la fin et je devais me dépêcher.

*Allez courage !!! Tiens encore quelques heures !!! * pensais-je

J'essayai de nouveau à invoquer ma créature.... Mais rien n'y faire elle n'apparaissait pas !! Que diable faisait-elle ? Où était-elle donc passé ? Tans pis, je me débrouillerai sans elle pour le moment. Je mis en place mes affaires et pris le même chemin que mon frère. Une question cependant me tracassait. Étais-ce bien mon frère ? On m'avais déjà créée de faux souvenir, ne pouvait-il par en être de même ? Pendant que je marchais, j'y pensais de plus en plus. Pouvait-il être possible que ce jeune homme ai raison et qu'on a joué avec mon esprit ? Tant de question sans réponse, tant de doute sans explications... Le seul moyen d'avoir le cœur nette c'était d'aller le voir. Je suivais un chemin et je n'étais même pas sûr que cela fut le bon... Mais peut importe. Le soleil se levait de plus en plus haut dans le ciel, faisant sur les nuage des reflets rosés ou orangés. Les ombres des ruines rapetissaient au fur et à mesure que le soleil montait haut dans le ciel. Après un peu de marche, j'atteignis un lac au multiples reflets. Un paysage à couper le souffle. Je pouvais apercevoir Danarius et une cabane en bois petite mais sympathique. J'avançais vers le lac et m'assis en son bord. Je ne savais plus quoi faire et j'avais si peu de temps. Je laissais mon esprit vagabonder tout près de cette étendu d'eau qui semblait glacée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] _
MessageSujet: Re: Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]   Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une vérité douloureuse [pv: Danarius Kyrarion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Ruines d'Ascelnoth :: Ruines et crypte-