''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 (Terminé) Laissez moi tenir une arme ! [Vindicare]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Arwen Myrn

La Fille des Morts, l'Innocence Noire

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Nécromancienne
Métier : Aucun
Croyances : Aucun
Groupe : L'Ordre du Crépuscule

Âge : Un peu plus de 15 ans

Messages : 53

Fiche de Personnage : Moi

Histoire de Personnage : Les contes d'une enfant

MessageSujet: (Terminé) Laissez moi tenir une arme ! [Vindicare]    Sam 30 Mar 2013 - 21:18

Arwen, nouvellement accueillit dans l'Ordre, se promenait dans coeur-Ebène. Elle errait entre les différentes ailes de l'immense château. Regardant les faibles décorations, elle se rendit inconsciemment dans l'aile de la Foudre, domaine de l'Exécuteur. Lorsqu'elle le réalisa, un sourire narquois naquit sur les lèvres de la démone. Sautillant désormais, elle s'en allait dans la salle de l'homme qui ne parlait presque jamais.

Faisant une entrée peu discrète, elle s'avança jusqu'au trône où l'Exécuteur était posé. Elle le regarda, impassible armure parcourue par les ombres dessinant des serpents. Croisant les bras sur sa poitrine, la jeune adolescente croisa les bras sur sa poitrine et défia du regard l'Exécuteur - qu'elle allait désormais appeler armure. Enfin, défier était un grand mot puisqu'il semblait que l'armure ne bougeait ni ne regardait personne. Étrange sensation de se sentir épier et en même temps d'être seule.

Elle commença à taper du pied, énervante comme elle l'était. Son regard se fit amusé et son sourire devint de plus en plus narquois et moqueur. Pourquoi ça l'amusait tant que ça de regarder une armure immobile ? Tout simplement parce que cette armure lui avait présenté cet endroit qu'elle aimait énormément. Elle lui en était reconnaissante en quelque sorte mais s'amusait à embêter tout le monde comme une enfant de 5 ans. Elle rattrapait son enfance perdue.

Soudain, une idée germa dans son esprit dérangé. Elle sortit la dague qu'elle avait piqué elle ne savait plus où et la regarda attentivement. Le manche était un réseau de fins traits qui se chevauchaient pour former un méli-mélo des plus artistiques. Le bout du manche se finissait en une fine tête de mort sculptée dans un os, en faite, le manche était un fémur humain gravé. La lame était faite d'un métal brillant et super coupante, elle en avait fait l'expérience par mégarde l'autre jour lorsqu'elle avait voulu la manier pour jouer à tuer ce chat suspendu au plafond.

C'est pour ça que cette idée avait germé dans son esprit. Puisque l'Exécuteur était un ancien général, pourquoi ne pas lui demander de l'aide pour lui apprendre à manier les armes ? Cela renforcerait sa puissance et sa capacité à se défendre au corps à corps bien qu'elle sache que cela n'arriverait que très peu.

Elle s'avança donc, arme à la main et la pointa sur l'armure immobile. Arwen déclara d'une voix murmurée:

- Dis, tu m'apprendrais le maniement des armes ?

N'ayant pas de réponses immédiates, elle se mit à tourner autour de lui en répétant inlassablement "s'il te plait". Puis, quelque peu fatiguée et ayant mal à la tête, elle posa ses mains sur les accoudoirs et regarda de ses yeux pourpres l'ancien général. Elle se rapprocha encore pour n'être plus qu'à quelques centimètres seulement du visage de l'homme devenu ombre.

- S'il te plait, apprends moi.


Dernière édition par Arwen Myrn le Sam 6 Avr 2013 - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stilgar le Déchu

Assombri | L’Exécuteur de l’Ombre

________________

avatar
________________


Race : Démon Majeur
Classe : Déchu des tempêtes
Métier : [Aucun]
Croyances : [Aucunes]
Groupe : Solitaire

Âge : 754 Années

Messages : 76

Fiche de Personnage : La fureur du Déchu - Toujours en cours de ré-écriture, serait temps


MessageSujet: Re: (Terminé) Laissez moi tenir une arme ! [Vindicare]    Dim 31 Mar 2013 - 22:32

- S’il te plaît, apprends-moi.

A la demande finale de la jeune nécromancienne, deux orbes blancs, crépitant d’énergies, vinrent apparaitre là où devaient se trouver les yeux du général. Une intense vague d’énergie fut émise par son corps qui repoussa sans aucunes difficultés la nécromancienne. Crispant ses deux mains sur les accoudoirs de son sinistre trône, l’Exécuteur se redressa avec une terrifiante majesté et une lenteur voulue alors que les ombres qui zébraient son armure s’intensifièrent. Il posa sa main sur le fermoir de son imposante cape et le brisa d’un mouvement de poignet. L’envoyant voler jusque contre le mur a la droite de son trône. Déployant ses imposantes ailes noircies, il joignit les mains en direction de la nécromancienne et fit apparaitre entre elles, tout en écartant les mains, une imposante hallebarde dont la lame fut ornée sur le dos d’une pointe, visiblement assez vicieuse pour percer n’importe quelles défenses.

Posant un pied sur la première marche qui menait a son reposoir, son armure commença a crépiter, au deuxième pas, elle commença a être parcourue de zébrures électriques. Il avança ainsi, les ailes déployées.

Posant sa deuxième main sur la lourde hampe de son arme. Il la leva sur son côté droit avant de tourner sur lui-même, pour amplifier la force de son coup avant de mettre tout son poids dans le coup, quelques secondes avant de toucher la nécromancienne. La lame vint frôler la gorge d’albâtre de la jeune démone qui, par un quelconque miracle, une maitrise ou simplement un brin d’intelligence, s’était reculée au moment de l’attaque.

Quoi qu’il en soit, l’Exécuteur pris cette esquive pour une démonstration d’un certain degré de maîtrise. Il se redressa et posa l’extrémité de sa hampe sur le sol. Ressemblant de nouveau a une macabre statue alors que son casque, étrangement, vint se pencher en avant pour la regarder car en effet, si l’enfant en face de lui inclinait le visage ne serait-ce que d’un centimètre, son nez se serait retrouvé sur son plastron.
Sa voix rauque et éthérée s’éleva pour couper l’étrange silence et pour rassurer la nécromancienne qui dû prendre cet étrange test pour une tentative de meurtre aussi sauvage qu’inutile.


- Ne te méprends pas… Commença-il, soufflant longuement sur la fin de sa phrase. Tu ne sais pas maitriser ton arme… Malgré tout tu sais comment échapper a la morsure de celle de tes adversaires… Dit-il sur un ton monocorde. Peut-être n’est tu pas si incompétente que cela, je t’apprendrais a te battre, mais le moment de m’affronter pour améliorer ta maîtrise n’est pas venu.

Il lui fit signe de la suivre. Alors qu’il commença a déployer ses ailes, l’incitant a la suivre ainsi. Volant de cette manière jusqu’à l’énorme charnier qui représentait un réservoir a cadavres et mannequins d’entrainements animés presque illimité. Atterrissant avec une certaine grâce malgré son aspect d’armure vivante, il s’approcha du premier nécromant a portée et l’ordonna de réanimer un cadavre de combattant et de lui laisser des capacités martiales basiques. Avant même qu’il ne se retourne pour s’approcher de sa nouvelle étudiante, le cadavre boitait déjà vers eux. Se plaçant dans le dos de l’enfant, il reprit la parole.

- Tu ne tueras pas ce pantin… Gronda-il d’avance. Tu va apprendre a arrêter la lame d’autrui avec la tienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arwen Myrn

La Fille des Morts, l'Innocence Noire

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Nécromancienne
Métier : Aucun
Croyances : Aucun
Groupe : L'Ordre du Crépuscule

Âge : Un peu plus de 15 ans

Messages : 53

Fiche de Personnage : Moi

Histoire de Personnage : Les contes d'une enfant

MessageSujet: Re: (Terminé) Laissez moi tenir une arme ! [Vindicare]    Lun 1 Avr 2013 - 20:53

Elle ne comprit pas de suite ce qui se passait. Une violente décharge la propulsa à une bonne distance de l'Exécuteur qui se leva et fit apparaitre une arme. Il mania cette dernière comme un prolongement de lui même, la faisant virevolter avec une grâce étonnante. Il tourna sur lui même en ce qui lui semblait être une danse. Arwen, prise d'un mauvais pressentiment, se recula d'un pas. Elle eut bon de faire ça parce que la lame se figea à moins de deux centimètres de son cou. La démone fronça les sourcils, l'incompréhension se lisant dans son regard pourpre.

L'homme devant elle se pencha si près que si elle se penchait un peu, son nez toucherait le plastron de l'armure. Il parla d'une voix rauque qu'elle n'aimait guère. Cette voix lui rappelait les habitants du Vein qu'elle avait quitté il y a peu. Trop de souvenirs qu'elle ne voulait pas tellement garder. Mais bon, elle appréciait l'Exécuteur alors pourquoi se préoccuper de sa voix ? Un détail aussi futile ne devrait pas la déranger plus que ça.

A la fin de sa tirade, il déploya des ailes noires, ce qui la fit légèrement glousser. Comment une personne paraissant lourde et sans mouvements fluides pouvait se déplacer en volant avec tant de rapidité et de grâce ? Elle ne savait pas mais il y avait nombre de choses qu'elle ignorait.
Elle suivit donc l'armure qui se mouvait avec grâce, vitesse et agilité au travers les couloirs du château.

Ils arrivèrent vers une fosse ou elle sentait l'aura des morts... pas morts en faite. D'ailleurs, un nécromancien, à la demande de l'ancien général, réanima un mort combattant. Le cadavre avançait en titubant et boitant. Il poussait des grognements de morts, ceux qu'elle aimait tant entendre. L'ancien séraphin se plaça derrière elle et lui gronda qu'elle ne devait pas tuer le mort. Étrange paradoxe puisqu'il était déjà mort !

Elle secoua la tête avant de regarder le mort se balancer en arrière et abattre sa lame dans sa direction. Sans vraiment s'en rendre compte, elle se protégea en plaçant sa lame devant elle, instable. Le cadavre recommença encore une ou deux fois avant que son attaque atteigne sa cible, c'est à dire le visage de la nécromancienne. Heureusement que ce n'était qu'une fine entaille parce qu'elle risquait de se mettre en rogne.

Elle grogna un peu avant de parer encore un coup. A bout de nerfs, sa patience n'étant pas grande, elle envoya un coup de pied dans l'estomac du mort qui valdingua dix mètres plus loin.

- Stupide macchabée ! Faut pas m'abimer ! T'as de la chance que je peux pas t'étriper ! Sinon je l'aurais fais volontiers ! hurla-t-elle.

Elle était vraiment à deux doigts d'invoquer un puissant mort et de lui envoyer sur la figure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stilgar le Déchu

Assombri | L’Exécuteur de l’Ombre

________________

avatar
________________


Race : Démon Majeur
Classe : Déchu des tempêtes
Métier : [Aucun]
Croyances : [Aucunes]
Groupe : Solitaire

Âge : 754 Années

Messages : 76

Fiche de Personnage : La fureur du Déchu - Toujours en cours de ré-écriture, serait temps


MessageSujet: Re: (Terminé) Laissez moi tenir une arme ! [Vindicare]    Mar 2 Avr 2013 - 17:32

Les parades, n’en étaient pas aux yeux exigeants de l’Exécuteur. Il s’agissait tout au plus d’endommager sa lame en l’utilisant comme un bouclier. Les bras croisés sur son imposant plastron, son arme disparue. Il regardait son pupille tenir son arme avec une certaine déception. Jusqu’au moment où le macchabé vint faire une estafilade sur l’albâtre de son visage. Qui entraina une réaction qui lui rappelait sa propre personne. Ceci amusa en partie l’Exécuteur, même si il restait toujours aussi impassible que d’habitude, même sa voix ne trahissait pas un très faible amusement mais malgré tout, il perçut un certain potentiel dans la nécromancienne, le coup qu’elle fit au mort-vivant, qui le fit voler sur une dizaine de mètres, trahissait une grande force intérieure, pour sûr, il s’agissait là d’un démon qui pourrais devenir dangereux avec le temps. Mais Vindicare appréciait la force, l’admirait. Et celle de son pupille d’albâtre, le réconfortait sur le fait qu’elle pourrait, dans quelques années a peine, devenir un véritable ouragan blanc.

Mais malgré tout, sa maîtrise était pire que celle d’un homme d’armes humain. Ce macchabé aurait pu causer des problèmes si ses muscles avaient été aussi forts que jadis. Alors que la créature se releva pour venir charger sans aucune retenu, la jeune élève du maître de l’aile de la foudre, ce dernier leva la paume en direction du cadavre avant de canaliser une boule de foudre de la taille d’un œuf au creux de sa paume. Il libéra l’orbe de sa paume qui vint percuter un endroit précis du torse. La créature ne convulsa même pas mais baissa le bras droit qui devint encore plus amorphe qu’avant sa résurrection en tant que poupée macabre.


- Tu ne pare pas… Commença sur son ton monocorde l’Exécuteur. Tu bloque les coups avec ta lame… Cette dernière est de grand ouvrage, mais n’est pas faite pour. Dévie-les. En plus de minimiser le risque d’estafilades et de chocs dans ton bras ou jusque dans ton épaule, qui peuvent te l’engourdir ou même, le détruire. Termina-il sur son ton éthéré et monocorde.

Silencieux, il observa les nouveaux gestes de son pupille, alors qu’elle déviait les coups désormais plus prévisibles et plus lents, il resta les bras croisés, comme une statue d’une divinité déchue, surveillant l’arène de ses combattants. Après la troisième passe d’armes. Il reprit la parole alors que le mort-vivant attaqua.

- Quand le temps viendra, tu devras m’affronter pour t’entrainer, ses cadavres ne seront plus que jouets pour toi. Repris-il de son ton toujours aussi monocorde, rauque et éthéré. Tu devras lire mes gestes, faire parler mes muscles, faire en sorte que chacun de mes mouvements soient des mises en gardes, au fur et a mesure de ton entrainement, tu pourras avec le temps, deviner l’angle d’une attaque, la force que ton adversaire mets dedans. Tu pourras savoir d’instinct si tu peux le bloquer, le dévier ou simplement, l’esquiver comme tu l’as fait dans mon antre.

Un des coups du mort-vivant se fit plus fort et plus rapide. Chose difficile a percevoir, mais aussi immobile qu’il était d’apparence, l’Exécuteur utilisais d’une manière très subtile son pouvoir électrique, qui trahissait sa grande maitrise en la matière, pour accélérer les mouvements du cadavre en remplaçant les terminaisons nerveuses nécrosées par des canaux faits d’énergie électrique, le seul signe qui trahissait que Vindicare utilisais son pouvoir étais une faible lueur bleue dans la visière de son casque.

- Tu as un grand potentiel qui sommeille en toi, la force de ton coup de pied en est une preuve. Il te faudra surement des années, si pas plus, pour libérer ce potentiel avec autre chose que ta rage. Mais sache. Dit-il, cette fois d’un ton, bien que monocorde, mais plus grave. Que ta rage ne te rendras que plus puissante, libère là en plein combat et deviens la tornade d’albâtre, tu auras alors un aperçu de ton plein potentiel martial.

Après un énième détournement de lame, Stilgar intensifia brutalement l’électricité qu’il avait injectée dans le corps du mort-vivant qui se désagrégea, crépitant, s’immolant d’une intense lueur bleuâtre. Il tourna la tête vers le nécromancien qui s’occupait des cadavres et haussa la voix a son encontre.

- Réveille un mort récent, guerrier de préférence et conserve son potentiel. Puis tournant la tête vers son pupille. Prépare-toi, je veux voir ce que tu sais faire quand tu es dos au mur.

Restant là a surveiller, il regarda, de la fosse, un cadavre encore relativement frais, couvert d’une cotte de maille, portant un gorgerin et des bras armés ainsi que des bottes en fer. S’hisser de la fosse du Squelette. S’approchant de la démone d’albâtre, une lueur rouge dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arwen Myrn

La Fille des Morts, l'Innocence Noire

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Nécromancienne
Métier : Aucun
Croyances : Aucun
Groupe : L'Ordre du Crépuscule

Âge : Un peu plus de 15 ans

Messages : 53

Fiche de Personnage : Moi

Histoire de Personnage : Les contes d'une enfant

MessageSujet: Re: (Terminé) Laissez moi tenir une arme ! [Vindicare]    Mer 3 Avr 2013 - 20:19

La jeune adolescente écouta attentivement les conseilles de l'homme qu'elle avait désormais pour maître. Son long discourt sur la haine et la manière de combattre lui redonna de la volonté. Volonté qui allait grandement l'aider dans l'épreuve que lui imposait son nouveau maître.
Un cadavre fraîchement mort. Une voir deux semaines tout au plus estimait-elle. Elle s'y connaissait pas mal dans la chair fraîchement abattue, assez pour savoir que ce mort là avait encore une grande force dans ses membres animés de magie.

Ah, la chair fraîche... Qu'elle aimait sentir ce goût au fond de sa gorge, qu'elle aimait sentir le sang dévaler le coin de ses lèvres blanches. C'était un rituel chez elle, tuer et se nourrir du coeur encore palpitant de la personne avant de l'asservir pour une semaine puis ensuite dévorer le reste de son corps tel un charognard. Oui, elle ne gardait jamais de morts de plus d'une semaine. Ils perdaient toutes leurs forces et devenaient aussi inutiles que des nouveaux nés !
Oh bien sûr, elle réveillait des morts bien vieux, mais ils mourraient quelques minutes plus tard. Cela la faisait bien rire d'ailleurs.

Elle revint à la réalité lorsqu'elle entendit siffler la lourde arme du macchabée. Sans réellement en prendre conscience, elle se décala et regarda la lame s'abattre devant elle. Mais sitôt l'arme reprise en main, il enchaîna sur des coups rapides qu'elle stoppa d'abord avec sa petite lame. Mais les coups devenaient trop puissants et trop rapides, un mort qui était vraiment puissant. Elle commença alors à esquiver à droite puis à gauche, mais sans jamais pouvoir reculer ou avancer.

La fatigue vint et des gouttes de sueur, chose qu'elle n'avait presque jamais enduré, virent se nicher sous son front.
Elle continuait d'esquiver, ses cheveux balançant à un rythme effréné. Puis, d'un coup soudain, elle envoya sa dague qui vient se ficher dans le crâne du mort. Cela ne le déstabilisa même pas ce qui étonna grandement la nécromancienne.

Poussant un juron peu élégant, la jeune demoiselle ré-entra dans une certaine colère et déchaina sa force haineuse. Elle envoya tout un stock de coups de pieds ainsi que de coups de poings tout en esquivant du mieux qu'elle pouvait l'arme dangereuse de mort. Il en fut un peu déstabilisé. Elle arriva tout de même à l'envoyer à terre après un certain moment de parades et de coups incessants.

Elle sauta sur lui et lui immobilisa les bras. Incapables de tous deux bouger, elle tourna la tête vers l'Exécuteur, interrogative.

- Et maintenant ? J'ai le droit d'achever ce truc inutile ?

Sa respiration était saccadée et la sueur envahissait maintenant tout son corps. Elle devrait prendre une douche après... Grognant encore, elle se saisit de sa lame enfoncée dans la tête du macchabée. D'un geste rapide, mais sûrement trop lent pour son maître, elle ficha sa lame sous la gorge du mort, menaçante. Ce dernier poussa un son rauque.

Le regard d'Arwen était maintenant fait de deux rubis rougeoyants. L'expression qui se dégageait de ses pupilles n'était que sadisme et fureur. Oh, elle irait bien torturer après, juste pour se défouler et laisser libre cours à son imagination pour inventer mille et une façon de faire souffrir sa victime future.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stilgar le Déchu

Assombri | L’Exécuteur de l’Ombre

________________

avatar
________________


Race : Démon Majeur
Classe : Déchu des tempêtes
Métier : [Aucun]
Croyances : [Aucunes]
Groupe : Solitaire

Âge : 754 Années

Messages : 76

Fiche de Personnage : La fureur du Déchu - Toujours en cours de ré-écriture, serait temps


MessageSujet: Re: (Terminé) Laissez moi tenir une arme ! [Vindicare]    Ven 5 Avr 2013 - 15:41

Sous l’imposant heaume, l’exécuteur eu un sourire. Voir sa récente pupille se démêler avec autant d’aise face a un adversaire qui lui était théoriquement supérieur au corps a corps. Son casque se pencha en arrière, comme pour lui lancer un regard peut être condescendant, mais malgré tout impressionné. Malgré la vigueur du mort, aucun des coups du cadavre ne parvint à éreinter les gracieuses esquives de la jeune démone. Oui, voilà, elle avait compris comment utiliser sa petite taille et sa vitesse a son avantage, elle ne tentais plus d’arrêter la lame avec le fil de la sienne, mais déviait les coups dans une sublime danse qui exaltait les sens de l’Exécuteur qui retrouva, au fond de son être, un semblant d’accomplissement.

- Oui, voilà. Voilà ce dont tu es réellement capable !

Sa voix étais moins monocorde que d’habitude, mais les rares intonations exaltées qu’il utilisait étaient difficilement perceptibles pour des oreilles, même pour les sens affinés des assombris et des démons.

La beauté d’un combat, voilà l’une des rares choses qui tiraient le Vindicare de son impassibilité légendaire. Voir cette si jeune enfant tenir tête a ce qui avais été un combattant d’élite des hommes ravivait l’humeur de l’exécuteur de l’ombre. Il étudiait chacun de ses mouvements, pour les yeux aguerris du général déchu, les mouvements avaient une certaine beauté et semblaient créer une musique martiale qui fit battre le cœur de l’assombri.

Le combat étais magnifique, vraiment magnifique. Il eu un sourire en voyant la lame de la démone d’albâtre se figer dans le crâne du mort-vivant qui ne sourcilla pas plus que ça. Mais il sourit, le coup aurais été mortel pour n’importe quelle créature a part un mort-vivant. Croisant les bras, Vindicare observa la suite avec attention. Voyant comment elle succomba a la rage des combats et voyant les yeux de la peau d’albâtre rougir, devenir incandescent. Il trouva un trait particulier entre elle et lui, les deux sous l’allégresse du carnage avaient les yeux qui s’embrasaient de macabres promesses de massacre.

La déferlante de coup fut si brutale et rapide, que l’on pu entendre les os du cadavre se briser a chaque impact, encore plus de blessures qui auraient causé la mort ou l’atroce souffrance d’un homme, démon ou ange. A vrai dire, les morts-vivants faisaient d’étonnants mannequins d’entrainement.

Ce dernier tomba justement a terre avec la démone sur lui qui le plaquait avec une force qui n’étais pas celle d’un enfant. Elle envoya un regard plein de haine et de sadisme vers l’exécuteur et lui demanda la permission d’achever le mort vivant. La réponse de l’exécuteur fut un rire éthéré, grave mais franc. Pour la première fois depuis des mois, il rit.


- Achève-le, étripe-le ! Réduis son cadavre a l’état de vulgaire carcasse !

Il sourit en la voyant s’exécuter, avec une certaine délectation avant de s’approcher d’elle et de venir poser la paume de sa main sur le haut de son crâne, le lui écrasant un peu de manière inconsciente.

- As-tu ressenti ta véritable puissance ? Si non, moi je l’ai vue, tu as un grand potentiel et je t’aiderais a le réveiller. Notre maître t’apprendra a maximiser ta magie tout comme le fera le Squelette, quand tu ressentiras le besoin d’améliorer tes capacités martiales viens me voir.

Chose assez étonnante pour le noter, la main de Vindicare commença a bouger un peu, lui caressant affectueusement le haut du crâne. Avant de ramener sa main le long de son corps.

- Voilà ta première leçon. Il faudra que tu canalise ta rage pour en maximiser les effets en plein combat. Maintenant, si tu le désire, les cachots de l’aile de la foudre te sont ouverts. Ta soif de sang ne sera satisfaite avec un vulgaire cadavre réanimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arwen Myrn

La Fille des Morts, l'Innocence Noire

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Nécromancienne
Métier : Aucun
Croyances : Aucun
Groupe : L'Ordre du Crépuscule

Âge : Un peu plus de 15 ans

Messages : 53

Fiche de Personnage : Moi

Histoire de Personnage : Les contes d'une enfant

MessageSujet: Re: (Terminé) Laissez moi tenir une arme ! [Vindicare]    Sam 6 Avr 2013 - 13:41

Arwen acheva le mort avec joie. Sa lame, d'un geste vif, trancha la tête du cadavre qui râla avant de s'éteindre pour de bon. Une main vint se poser sur sa tête, la caressant un peu. Elle sourit. L'Exécuteur s'ouvrait un peu à elle et ça lui faisait plaisir. Se relevant, elle se mit face à l'homme et écouta ses paroles avec avidité. Elle croisa les bras sur sa poitrine, tenant sa dague de sa main droite.

- Je viendrais souvent alors, dit-elle avant de s'éloigner et de laisser l'homme seul.

Elle se retourna une fois, souriant et faisant un signe de la main. Elle s'adoucissait et ce n'était pas bon !
Déployant ses ailes, elle retourna à sa chambre. Elle devait maintenant se concentrer sur ce qu'elle allait faire après. Partir et sortir d'ici ou retourner dans le Vein ? Bien qu'elle n'aimait pas vraiment cet endroit, une pointe de nostalgie l'envahissait dès qu'elle y repensait.

Elle soupira avant de virer dans un couloir sombre, comme le reste du château en somme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: (Terminé) Laissez moi tenir une arme ! [Vindicare]    

Revenir en haut Aller en bas
 

(Terminé) Laissez moi tenir une arme ! [Vindicare]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Montagnes :: Grottes :: Le Rempart Nocturne :: L'Aile de la mort-