''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fiche de Mortelame.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mortelame

Horreur nocturne

________________

avatar
________________


Race : Démon
Classe : Lame noire
Métier : Anciennement forgerons et garde du corps.
Groupe : Ordre du crépuscule

Âge : Inconnu.

Messages : 47

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Fiche de Mortelame.   Dim 19 Mai 2013 - 18:38

* * *

Personnage

Nom : ... ( oublié )
Prénom : Mortelame. ( oublié aussi, mais il faut bien qu'on puisse l'appeller. )
Rang : Horreur nocturne.

Âge : Oublié
Sexe : Mâle. Probablement.

Race : Démon
Classe : Lame noire
Métier : Forgerons ... du moins l'était-il.
Croyances : Croire, quelque part, c'est espérer. Et il y a longtemps que cet être a perdu tout espoir.
Groupe : Ordre du crépuscule

Équipement : Il est intérêssant en effet de séparer ses possessions matérielles de ce qui constitue son individu. On peut donc dire, pour commencer, que même si elle ne le quitte jamais, l'épée longue que porte mortelame dans le dos n'est rien de plus qu'une vulgaire lame damné, née des mains d'un forgeron il y a des siècles de cela, et pourtant toujours aussi tranchante qu'au premier jour. Si par hasard la question venait à être posé, elle porte le doux nom de "blanche".

Rangés sur un emplacement particulier amménagé du fourreau de ladite épée, plusieurs trios de griffes de métal : une paire de 3 lames droites, deux lot d'incurvées, et 6 lames dentelés, tant pour remplacer au cas où celle qu'il porte est endomagé que pour varier les plaisirs.

Sur son épaule gauche, une protection d'acier transpercé par ce qui ressemblerait à 3 crocs de dragons, qui épouse son épaules.

Pour ce qui est du reste, et des haillons qui recouvrent son corps ... une minute. Nous y reviendrons plus tard.

Talents de combat physique : Les "talents" de mortelame en ce qui concerne les attaques physiques se réduisent à deux styles de combats qu'il peut adopter : soit il ne vous considère pas d'un danger bien grand, et il se contentera de fermer les poing pour en dégainer les griffes, soit vous méritez suffisament de son attention pour qu'il consente à les rengainer et à poser la main sur le pommeau de son épée, auquel cas vous risquez bien plus. Parler d'un "style" de combat serait chose fort peu aisé, étant donné que l'être que vous avez en face de vous ne semble pas exactement doté de ce qu'on pourrait appeller un "corps". Cependant, on pourrait grossièrement dire que le poids de sa lame force mortelame à l'utiliser de manière assez puissante, tandis que ses griffes seraient plus à associés à une certaine vitesse de frappe.

Talents de magie :
"chasseur nocturne" : une fois la nuit tombé, Mortelame peut à volonté se fondre dans la nuit et disparaitre littéralement dans les ombres dans laisser la moindre trace. Cette aptitude à se rendre quasiment invisible ne marche que sous un certain seuil de lumière ( naturelle ou venant par exemple d'une torche ) et ne le rend cependant pas intangible. Juste indétectable.

Talents divers : Forger. Coudre également, même si cette aptitude ne semble pas lui avoir servi récement. On note également un bon niveau aux échecs, et aussi disparaitre en plein milieu d'une discussion sans le moindre bruit.
Pouvoirs particuliers : Blanche permet à son utilisateur, quand il en saisit le pommeau, de faire deux choses différentes.
"Tu me vois, tu ne me vois plus" Permet de devenir invisible quel que soit la période de la journée.
"C'est moi ou tu tente de tuer un mort?" Permet de devenir intangible et perméable à toute forme d'attaque.
Ces deux capacités se doivent d'être utilisé séparément, durant au maximum 20 secondes, et doivent être séparés de 10 secondes au moins entre chaque utilisation.
Une autre capacité "latente" de cette lame est de boire ( littéralement ) l'énergie magique. Elle annulera donc au contact la majorité des sorts qu'on pourrait lancer ( pas les plus puissants ) en faisant rougeoyer la lame, la chauffant de plus en plus au fur et à mesure qu'elle absorbe la magie. La vitesse à laquelle chauffe la lame par contre ne permet pas d'utiliser cette capacité trop longtemps, sans quoi le métal qui la constitue, malgré sa résistance, finirait par fondre tout simplement.

Apparence physique :
Mortelame n'a pas de physique. Du moins, pas le même genre de "physique" que celui que vous pourriez prêter à un être humain, ou un être vivant en général. Cette silhouette à beau ressembler de loin à un inconnu de grande taille, portant une capuche et un large manteau, se rapprocher vous suffira à comprendre que quelque chose cloche.

Pour faire simple, les haillons qui servent de vêtement à mortelame ne cachent rien. à travers les trous du tissus, vous distinguez le vide. Peut être une légère lueur fluorescente. Cependant, il est notable de constater qu'ils dessinent, à défaut d'une silhouette visible, quelque chose d'à peu près constant dans ses dimensions. Mortelame fait environ 1 mètres 90 de haut, et est de constitution plutôt large ( pour un humain ) Il porte en permanence une capuche sur la tête, laquelle ne permet de distinguer qu'un masque de métal poli. Personne ne sait à quoi il sert ni ce qu'il cache, à part peut être deux ou trois cadavres figés dans une expression de terreur absolue. Au niveau des épaules et sur le haut du torse en général, des pointes ressemblant à des côtes ressortent du haillon en le percant. Ces "pieux" repoussent quand on les brise ou qu'on les arrache, mais ne semblent pas ancrés sous le vêtement. Enfin, ses avants-bras sont couverts de gantelets de métal, qui permettent à leur possesseur d'avoir des mains solides et presque toujours prêtes à l'action. Quand il ferme le poing, Mortelame peut à loisir dégainer ses "griffes", 3 lames qui sortent entre les doigts de son gant et s'y fixent solidement. Ces griffes ne font elle pas partie de son corps à proprement parler vu qu'il peut les changer, mais restent en position rengainé à l'intérieur de l'avant bras.

On ne peut pas vraiment voir de jambes à mortelame, ni quoi que ce soit en dessous du niveau des côtes en réalité, ce qui donne presque perpetuellement l'impression étrange qu'il lévite au dessus du sol ( ce qui est peut être vrai ) en revanche, une partie de ses haillons, qui semble elle attiré vers le haut comme si elle était attachée, traine souvent sans soulever de poussière et le suit à la trace.

Enfin, on peut dire de mortelame qu'il ne ressent rien. Du moins, on peut assez difficilement supposer ce qu'il pense ou à dans le coeur ( si il en a toujours un ) de l'extérieur ( quoique l'intérieur n'est pas plus révélateur ), étant donné que son masque ne change jamais, et que ses gestes sont presques toujours calmes et posés. Le seul véritable indicateur de la mauvaise humeur que vous réussirez peut être à déclencher, c'est que la très légère brume visible à l'intérieur des haillons passe vers une couleur de plus en plus rouge, et commence parfois à "palpiter", comme si un coeur la faisait vibrer.

Si il fallait un mot pour décrire ce démon et l'impression générale qu'il dégage, c'est que ce serait un fantôme.

Caractère, personnalité : Mortelame n'est pas la créature la plus extravertie des environs. Sans aller jusqu'à dire qu'il ne parle jamais ou seulement par phrases monosyllabiques ( il lui arrive au contraire de faire toute une tirade pour ne rien dire ), il n'est tout simplement pas du genre à s'imposer et à donner son avis à tout va. Sa nature l'empêche également, bien qu'il ne soit pas non plus insuportable, d'être réellement agréable à vivre, et il n'hésite pas à rabaisser ceux à qui il adresse la parole ( quand ça lui est possible bien évidement ) ou à faire preuve d'une certaine ... Antipathie vis-à-vis des autres. Il se fiche également éperdument du sort d'à peu près tout ce qui l'entoure, excepté sa lame à laquelle il accorde une valeur particulière.

L'âge semble également se faire sentir chez cet être, qui à au fil du temps développé un caractère réfléchi, et ne se laisse pas facilement emporter par la colère ou l'amertume. Réellement l'énerver est assez compliqué, du fait qu'il n'a pas de réel sujet sensible, ni amour propre réel à blesser. Il suit cependant une certaine ligne de conduite et d'honneur, et les insultes, si elles ne le mettent pas en colère, sont un prétexte suffisant pour que vous tatiez de ses griffes ou de sa lame. Son vocabulaire est également assez soutenu de manière générale, et quand bien même il s'adresserait à des paysans il ne changerait pas de registre.

Il est assez étrange de noter que, si ce démon revandique parfaitement ses origines humaines, il n'en reste pas moins fier de la race à laquel il appartien désormais. Cependant, il souligne souvent que l'humain qu'il était est mort il y a des siècles de cela, et qu'il n'a plus aucun rapport avec ce dernier, à part peut être blanche et quelques souvenirs.


Histoire :


Feleth atteignait déjà entre 7000 et 8000 ans quand l'histoire que je vais conter commence. Le royaume n'était alors pas bien différent de ce qu'il en reste aujourd'hui, excepté les derniers évènements qui l'ont agité.

L'histoire commence dans un petit village perdu dans les montagnes, qui ne se différencie en rien de tous ceux qu'on pourrait trouver dans le monde gris. Dans ce village ordinaire, naquit le jeune Malin Keshard. Ce dernier n'était pas particulièrement intelligent, comme l'aurait laissé supposer son prénom. Il eut l'éducation ( assez limité ) de tout un chacun, et grandit de manière saine et équilibré au sein des siens. Il hérita de la force de son père, et reprit quand ce dernier se fit âgé sa forge, se mettant à façonner à son tour des armes. Le temps passa, indifférent à tous ces évènements. La vie de cette homme fut assez rapidement associé à celle d'une jeune femme d'une contré voisine qu'il rencontra à l'occasion d'un voyage, nommée blanche. Cependant la belle étant fille d'un noble, il est aisé de préciser que le procédé ne fut pas instantané. Dès lors qu'il posa les yeux sur elle donc, il en tomba immédiatement amoureux, et se jura de trouver un moyen de la séduire et d'obtenir les faveurs de son père.En l'honneur de cette dernière, il s'enferma dans son atelier durant de nombreux mois, et n'en ressortit qu'avec un simple draps dans les bras, dans lequel était emballé un présent plus long qu'un petit enfant. Ce présent, qu'il porta au père de la belle, était une épée. De la pointe de sa lame jusqu'au pommeau, cette lame était ouvragé, et n'avait de valeur tant elle était belle. Cependant, sa valeur éconnomique et décorative n'était rien en comparaison de la qualité d'une telle arme : forgé dans un acier des plus résistans, Malin avait même soudoyé un très ancien mage de la région d'enchanter un rubis qu'il avait fixé à la base, ce dernier absorbant littéralement les sortilèges et la magie qui entraient en contact avec la lame. Le père de blanche, presque choqué par une preuve d'amour pareille, accorda la main de sa fille à Malin. Malheureusement, il périt quelques mois plus tard d'une chute à cheval, laissant une coquette somme à sa fille unique en héritage, de même que l'épée qui retourna à son créateur. Ce dernier eut deux enfants avec blanche, et il aurait logiquement pu terminer là son histoire. Cependant, cette vie si banale et parfaite n'aurait laissé aucune trace à travers les âges, autre que le chef d'oeuvre de mort qu'il avait forgé. Autant dire ... presque rien du tout.

Il arrive cependant que la vie d'une homme soit changé du tout au tout par un autre. Un matin d'hivers, alors que Malin était le seul homme déjà debout, devant son enclume à forger alors que le chant du coq n'avait encore retentit, un énorme bruit de battement d'ailes retentit. Lorsque le forgerons sortit pour vérifier de quoi il en retournait, un énorme démon posa son sabot enflammé au centre du village, et commença à passer sa rage sur tout ce qui l'entourait. Quoi de plus relaxant que de semer la mort dans un groupe d'humains innocents sans se poser la moindre questions? Surtout lorsqu'on vient d'être vaincu dans un duel avec un de ses pairs, et qu'on avait été publiquement ridiculisé devant les siens? C'était probablement la plus mauvaise idée qu'il ait eut, même s'il n'en avait conscience. Courant chez lui pour tenter de sauver sa femme et ses enfants, Malin n'eut que le temps de s'arrêter devant sa porte en voyant un gigantesque sabre enflamé traverser le toit de bois et d'ardoises comme du beurre et enflammer le bâtiment. Alors qu'il se rendait à l'intérieur, tentant à tout prix de trouver sa famille dans ce qui devint rapidement un brasier, le rire de la créature maléfique retentissait à l'extérieur, où cette dernière se satisfaisait visiblement de réduire en cendre de pauvres paysans endormis. Lorsque Malin parvint à l'étage, ce fut juste à temps pour ... voir le toit s'écrouler sur sa femme. Les flammes magiques semblaient croitrent de manière exponantielle dans le bâtiment, et ouvrir la porte de la chambre de ses enfants ne fit qu'en faire sortir une bourrasque monstrueuse de flammes. Un instant, l'homme se laissa à penser qu'il gagnerait presque à se laisser périr dans l'incendie. Rien ne l'en empêchait après tout, plus rien ne le retenait ici. Alors qu'il constatait que l'incendie autour de lui redoublait de rage, il prit soudain conscience que sa mort, donné par ces flammes, serait vaine. Face à lui, sur un mur, trônait la lame qu'il avait quelques années plus tôt offert au père de sa fiancé. Pour lui faire honneur, et pour ce qu'elle représentait, il s'était amusé à nommer cette dernière "Blanche" également. S'approchant du mur et la décrochant, Malin décida alors que cette lame serait celle qui signerait l'arrêt de mort du responsable du massacre dehors. Il tuerais cette chose, ou périrait en essayant.
Sortant de la maison armé de son épée, le forgerons vit de dernier passer une dague à travers un de ses amis, avant de le repousser à terre d'un coup de pied. N'écoutant plus rien d'autre qu'une forme primitive et instinctive de haine, il se jeta sans un bruit sur la créature, qui se retourna et éclata de rire en voyant l'attaque. Enflammant sa dague, la créature tenta de faucher son adversaire d'oppérette, pensant trancher la lame et l'homme qui se tenaient derrière du même coup. Mais les flammes disparurent dans la lame avec un sifflement lorsqu'elles entrèrent en contact avec, et la pointe de blanche perfora littéralement l'abdomen de la créature, qui recula d'un pas alors que le sang giclait sur ses anciennes victimes. Le forgerons resta un instant immobile, crispé sur le pommeau de son arme, et la fit brusquement pivoter pour l'ôter du torse de son adversaire, le coupant à l'occassion partiellement en deux. Alors que la créature chutait à terre, se tenant le flanc et tentant de comprendre que ce liquide vermeille qui s'échappait en si grandes quantitées était son sang, Blanche s'abbattit une seconde fois sur sa nuque et sépara la tête cornue du reste du corps.

Malin ne se sentit pas empli de joie une fois son acte accompli. Il n'était pas euphorique d'avoir ôté la première vie de son existence, ni de savoir que les terres de feleths étaient désormais préservés de ce qui avait détruit sa vie. Il digérait simplement la mort de sa famille. D'autres survivants tentèrent bien de lui redonner le goût de vivre, mais le forgerons se contentait de rester des heures durant devant les trois tombes vides du cimetierre, Blanche dans le dos. Les corbeaux et les hommes se chargeaient eux de nettoyer le reste des dégats occasionnés, le laissant à sa solitude et à sa tristesse. Ce qu'il ne savaient pas, c'est que le coeur de malin, contrairement à ce qu'ils pensaient, n'était pas plein de tristesse, de rage, ou d'une envie de fureur vengeresse contre l'espèce des démons tout entière. Il avait tout simplement péri au coeur des flammes en même temps que ceux qui l'habitaient. Un villageois lui avait demandé à quoi il pouvait bien penser, assit devant ces tombes à ne rien faire. Il avait répliqué qu'il pensait à ce qui lui était arrivé. On lui avait alors demandé ce qu'il serait prêt à sacrifier pour un petit moment passé avec les siens. Il avait répondu rien du tout. Car s'il passait un moment avec les sien, il en voudrait un autre. Et un autre. et encore un autre. Si on lui rendait ceux qu'il avait perdu, il n'aurait pas été capable de les laisser partir une seconde fois.

Alors que le villageois partait reprendre les travaux, une silhouette encapuchonnée sortit de l'ombre. Elle déambula entre les tombes quelques minutes, puis s'approcha de l'homme et l'aborda, lui sussurant cette unique phrase à l'oreille. "Et si ... On te proposait de revoir ta famille revenir à la vie." La réponse fut directe. Bien plus que la valeure même d'une vie humaine.


On raconte que parmis les arts magiques du monde, celui de la nécromancie est certainement le plus maléfique qui soit. En soit, le fait de faire bouger un cadavre n'est pas si mauvais que ça, mais l'acte implique tout de même, à partir du moment où le mage commence à le faire avec réccurence, à impliquer un déséquilibre mental assez profond et malsain. Pourtant, à terme, c'est une science autant qu'un art, et qui dit science implique des découvertes possibles. Sur du cours terme, ces découvertes peuvent par exemple être "voler la vie des gens pour rallonger la sienne." moyennant le sacrifice d'une partie de son être. Sur du moyen terme, cela peut permettre d'outrepasser certaines loies de la matière, et de rendre par exemple invisible ou intangible. Sur du long termes, d'aucun racontent que les arcanes les plus profondes de la nécromancie permettraient d'outrepasser définitivement la mort, voir même de rammener un être à son ancienne vie au lieu de se contenter de se servir de son corps comme d'un pantin. Si jamais Malin permettait au nécromancien qu'il avait rencontré de passer ce dernier cap, les siens lui seraient rendus. Ce dernier accepta. Il accepta même que ce qui devenait son nouveau maitre fasse modifier sa lame par un autre sorcier de sa connaissance, change les ornements en os, et gravant dans le plat de la lame des runes anciennes et magiques, à la mesure des pouvoirs qui étaient pour l'instant les siens. Il changea Blanche, la plus belle arme de monde, en Blanche, une lame de mort dont le porteur n'était pas destiné à être vaincu. Les deux hommes se mirent en route, et le nécromancien reprit ses recherches, assisté par ce qui était désormais son serviteur, son garde du corps, son assistant et quelque part son esclave pour une durée indéterminée ... mais surement très longue.

Le monde de feleth était certes fertile en vie, mais pas assez au goût du nécromancien. Ce dernier, cherchant à maitriser une magie bien plus puissante que celle du monde gris, voulu découvrir d'où provenaient ces démons dont parlaient parfois certains villageois. Après plusieurs années d'errances, lui et son serviteur tombèrent sur une zone étrange ... Les deux hommes s'y sentaient mal, et avaient envie de fuir l'endroit. Pourtant, le maitre décida de continuer sur ce chemin. Ce dont ils ne se rendaient pas compte, c'est qu'ils quittaient peu à peu la réalité de leur monde bien tranquille, pour tomber dans un bien plus sombre et chaotique ... ils entrèrent dans le vein. Malin aurait voulu en repartir à l'instant même où la souffrance que lui faisait endurer le passage cessa, mais son maitre, fasciné par cet endroit, lui intima de rester et se remit en marche sur un chemin qui n'existait pas la veille, et qui disparaitrait le lendemain.

Durant des années, des décénies, voire même peut être plus longtemps encore, les deux hommes marchèrent et marchèrent à travers le vein sans répis ni réel objectif autre que d'accroitre les connaissances théorique du sorcier sur la magie et la vie. Ils rencontrèrent et parlèrent à de nombreux démons, et Blanche aquit en cette période une réputation de buveuse de sang qui s'étendit rapidement à travers le monde sans chemins. Son propriétaire, dont le corps semblait subir au cours du temps de profonds boulversements, semblait de plus en plus ... Mort. Son visage et ses traits s'effaçaient au fur et à mesure que le temps passaient, à tel point que son maitre lui ordonna un jour de se forger un masque de fer et une paire de gants de la même matière afin qu'il puisse continuer à le voir. Les vêtements déjà déchirés de Malin continuèrent à travers les âges à tomber en loque, et son statut de simple humain ... Passa à celui de démon. Son maitre lui, qui passait lentement mais certainement maitre dans les arts noirs de la nécromancie, devenait au fur et à mesure du temps de plus en plus puissant, mais également de plus en plus proche de comprendre ce qui lui manquait pour finalement déjouer sa propre mort qui, si il pouvait la repousser encore et toujours, l'attendait tout de même patiemment et le suivait de prêt.

Un matin, dans une forêt remplie de brume rouge, le maitre et son serviteur trouvèrent une ruine abandonné en plein milieux des arbres. L'endroit était, comme presque toute construction sur le vein, en train de disparaitre, mais restait tout de même suffisament constant pour laisser aux deux individus le temps de l'explorer rapidement. Malin y trouva quelque chose de fort intérêssant à ses yeux : un mur sur lequel quelqu'un avait accroché toutes ses armes blanches. Les épées, quels qu'elles soient, ne l'intéressaient pas, car ni en ce monde ni dans un autre il ne manierait une lame aussi exceptionelle que celle qu'il avait dans le dos, cependant son regard et son attention fut attiré par une partie de la collection bien particulière : quelqu'un avait eut l'idée de prendre 3 lames de poignards, et de les fixer, parallèles, sur un tube qui devait se tenir au creux du poing fermé. Le résultat était que trois "griffes" sortaient entre les doigts de la personne qui brandissait cette arme, et le démon y vit immédiatement la prochaine chose qu'il forgerait pour son plaisir personnel.

Le nécromancien lui, tomba par hasard sur un très ancien manuscrit. Malgré le fait que tout ce qui était dans le vein semblait généralement maudit, et donc pas forcément recommandé à rammasser, il prit ce livre, et commença à le lire durant le voyage. à l'intérieur des pages jaunies, il découvrit avec une joie presque malsaine ce qu'il cherchait depuis le début. Le seul moyen qu'il aurait de devenir un jour immortel. Les rites anciens et interdits permettant de devenir une liche.

Le serviteur eut beau le prévenir que les objets de cette dimension étaient presque tous des pièges, et qu'écouter les conseils de ce livre n'était que folie, mais il ne fut pas entendu. Une liche était, selon le livre, un nécromancien suffisament expérimenté qui avait réussit à se faire revenir lui même à la vie. Et pour cela, il lui fallait donc mourrir. La quête de plusieurs décénies à prolonger son existence constistait tout simplement à y mettre fin ... Le risible de ce raisonnement fit perdre sa raison à l'homme. Une nuit sans lune, alors que son serviteur tentait de chasser quoi que ce soit qui aurait pu être commestible ( certains démons ont un horrible goût de plâtre, mais une certaine minorité parmis les moins développés est suffisament constitué de chaire pour en faire un repas convenable ), il mit fin à ses jours. Quand le démon retrouva son maitre, ce dernier était étendu dans une marre de sang, un poignard en plein coeur. Raide mort. Ses derniers espoirs de revoir les siens venaient de quitter ce monde à cause d'un déséquilibré ... Il avait sacrifié sa vie pour cela. Son coeur. Son coeur. Même son nom, depuis des siècles qu'il ne l'avait entendu, ne lui revenait plus en mémoire. Il ne lui restait plus rien ... Pour la première fois de son existence en tant que démon, il se mit alors à rire. Un rire qui résonna dans le vein. Un rire de rage et de colère envers la création toute entière.






En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? : environ 0.0000115 hertz. En arrondissant généreusement.

Comment avez-vous découvert le forum ? : Via un certain Carl S. ha non, il me dit ne pas vouloir donner son prénom. C'était donc monsieur c. Sorince.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? : D4RK




Test-RP


Jake était un homme simple. Souvent, après avoir cultivé son champs, il aimait bien aller au bar, prendre quelques pintes avec des amis, puis rentrer à la maison s'occuper avec sa femme avant de dormir. Il est donc logique que, quand Jake vit son quotidien perturbé par l'apparition aussi brusque qu'étrange d'une grande silhouette vêtue de haillons, alors qu'il se vidait tranquillement la vessie derrière la taverne, il soit un brin contrarié et perturbé qu'on ai ainsi boulversé ses habitudes. Surtout quand l'apparition de ladite silhouette s'accompagne d'une brusque odeur de souffre. Jake se retourna vers la personne, remontant ses chausses, et fronça les sourcils.

Mais ... mais ... Mais qui vous êtes vous? Qu'est-ce que vous-
Tais-toi si tu ne veux pas que je t'arrache la langue! Le retour ici m'a donné mal à la tête ...

Jake n'aimait décidément pas du tout cet étranger qui se permettait de le menacer ainsi alors qu'il se posait en toute légitimité des questions sur l'individu en question. Remettant ses vêtements un peu plus en ordre, il se tourna alors et tenta de gonfler sa carcasse pour montrer que malgré les ans, il restait assez rude pour disputer une rixe de plus. Avant de noter l'épée qui se tenait dans le dos de son interlocuteur, et de dégonfler comme une baudruche crevé.

Où ... Où somment nous?
Sur les côtes est mon brave, non loin de la mer.
Les côtes est ... Depuis combien de temps le roi Haldrick est-il passé au monde des morts??
Le roi comment? Chui pas bien calé en histoire, mais votre nom là ... HA, Attendez, haldrick le noir? Il est décédé il y a ... au moins 1100 ans cui-la ... peut-être plus ... s'cusez moi mais ... Vous n'auriez pas bu un p'tit coup de trop des fois? Parce que ... Vous avez l'air de débarquer ...

La silhouette se redressa un peu, lâchant un "Dix siècles ..." à peine audible pour jake, et se tourna vers ce dernier pour le regarder ... face à face, à défaut des yeux dans les yeux.

Dis-moi humain ... Que pense-tu de l'espoir?

Jake se frotta le front. Il n'avait clairement jamais été une lumière, pourtant une question de ce genre l'inquiétait tout de même au plus haut point, sans qu'il en sache la raison.

Je dirais ... Que c'est une belle chose. Il faut avoir de l'espoir ... Sinon on devien quoi?
... Au revoir, humain.

Alors que la silhouette tournait le dos et commençait à s'éloigner dans l'obscurité, Jake nota enfin, et surtout avec horreur, que l'étranger n'avait rien ni autour du bassin ... Ni en dessous des vêtements qu'il aurait du porter. Rien que du vide, et quelques lanières de tissus. Faisant deux pas vers la chose, il leva le bras comme s'il voulait l'attrapper, et s'arrêta, indécis. Il déglutit en fouillant le sol du regard un instant, y cherchant surement une idée géniale, et releva les yeux, mais l'autre avait disparu.

Bah mince ... J'aurais bien v'lu savoir qui c'était ce gaillard ...
Ma lame se nomme blanche ... Et moi, tu peux m'appeller Mortelame.

Jake pivota brusquement, et vit l'ombre qui était dans son dos, les bras croisé, le masque un peu près de son visage. Le paysan recula de quelques pas, se prit les pieds dans une branche, et tomba à la renverse. Un peu sonné, il se frotta le crâne en tentant de comprendre ce qu'il lui était arrivé ... Quand il finit par regarder autour de lui de nouveau ... Il ne vit pas la moindre trace de l'étrange apparition.


* * *


Dernière édition par Mortelame le Mer 22 Mai 2013 - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Fiche de Mortelame.   Mer 22 Mai 2013 - 6:52

Bonjour, bienvenue. ^^

Alors, je vois de nouveau une épée buveuse donc je demande : "Ton épée a-t-elle des limites d'absorption de magie ? Si oui, lesquels ?" N'oublions pas que ça reste l'oeuvre d'un simple magicien. ^^

Sinon, je tiens à préciser que les seuls pouvoirs d'un nécromancien sont la manipulation des cadavres (Heureusement qu'il rate son coup à la fin, car ça aurait difficile d'expliquer le contraire ...), donc il ne peut normalement pas enchanter Blanche (l'épée).

C'est moi ou tu répète le même talent mais de façon différente de Pouvoir Particulier à Talent de magie ? ^^

Et enfin, il faudra que tu explique ton entrée dans la Confrérie dans ton histoire.

Voilà, c'est tout. Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mortelame

Horreur nocturne

________________

avatar
________________


Race : Démon
Classe : Lame noire
Métier : Anciennement forgerons et garde du corps.
Groupe : Ordre du crépuscule

Âge : Inconnu.

Messages : 47

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Fiche de Mortelame.   Mer 22 Mai 2013 - 18:05

Merci pour la réponse, par contre du coup il faut aussi que j'explique un ou deux trucs x)

j'ai édité pour les limites de la lame, et elle ne sera plus enchanté par un nécromancien mais par une tierce personne. Par contre, pour ce qui est du talent, c'est ( en gros ) le même, sauf que dans un cas, il est activable uniquement la nuit ou sans lumière, dans l'autre il ne peut être activé que 10 secondes en tenant le pommeau de l'épée en main. Sans épée, pas d'invisibilité le jour donc ^^

Quand à l'entré dans la confrérie, je comptais faire un RP avec carl pour expliquer tout ça, sauf que si il faut
- passer en solitaire
- faire le RP
- demander à faire déplacer la fiche ( ou en modifier les droits )
- éditer la fiche pour dire comment on est passé dans la confrérie
- dire qu'elle est finie et attendre une nouvelle validation, à terme c'est un peu long pour un résultat similaire, donc si c'est vraiment obligatoire je veux bien me plier à cette partie là, juste que je trouve ça ... inutile bounce donc on pensait me faire entrer dans la confrérie à la validation, puis lancer un RP qui explique le pourquoi du comment dans un rp flash back, ça semble plus simple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Fiche de Mortelame.   Mer 22 Mai 2013 - 19:33

Bien. Je te mets provisoirement en solitaire. Tu n'auras qu'à m'envoyer un MP, une fois que ton RP de changement de groupe sera terminé.

Je te valide, n'oublie pas de modifier ton profil et passe ici pour ton rang :
Néro, Elem est venu ici...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Fiche de Mortelame.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fiche de Mortelame.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-